Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

D’un directeur l’autre. La correspondance de Louis Duchesne avec Auguste Geffroy (1876-1895)

Olivier Poncet

Texte intégral

Diriger sans en avoir l'air c'est bien plus beau que le contraire, mais c'est plus difficile, surtout avec certains tempéraments. (Louis Duchesne, 1888.)

Introduction

Un corpus épistolaire particulier

1Si le XIXe siècle n'est pas le siècle de la correspondance par excellence, il est sans doute celui pour lequel nous en avons conservé les traces les plus abondantes, les plus régulières et les plus diversifiées. L'étude des relations épistolaires entre deux ou plusieurs individus n'en est que plus aisée. Celle-ci peut toutefois être affectée de déséquilibres qui tiennent à plusieurs facteurs. À cet égard, la correspondance entre Louis Duchesne (1843-1922) et Auguste Geffroy (1821-1895) résume bien les limites de l'exercice.

  • 1 Les volumes suivants ont été dépouillés : Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919 (correspondance d'Auguste (...)
  • 2 F. Callu, Le fonds Duchesne à la Bibliothèque nationale, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Ro (...)
  • 3 Henri Quentin procura l'édition, en 1925, du quatrième volume de l'Histoire ancienne de l'Église de (...)
  • 4 B. Neveu, Mgr Duchesne et Madame Bulteau : une amitié (1902-1922), dans Monseigneur Duchesne et son (...)
  • 5 Duchesne avait en effet insisté à plusieurs reprises auprès de sa correspondante pour que ses propr (...)
  • 6 B. Neveu, Lettres de Monseigneur Duchesne, directeur de l'École française de Rome, à Alfred Loisy ( (...)

2Le déséquilibre est d'abord celui du nombre, pour s'en tenir aux gisements pour l'instant signalés et repérés1. Les 89 lettres de la période 1876-1895 correspondent en fait à un presque monologue de Duchesne, puisque seules 8 lettres de Geffroy (8,9 % de l'ensemble) ont été retrouvées. Les dispositions testamentaires de Duchesne en date du 26 septembre 1914 vouaient à la destruction « toutes les lettres privées » et prescrivaient un « triage du reste par une personne amie et entendue »2. L'ensemble épistolaire actuellement conservé (3 000 lettres de correspondance passive) relève-t-il cependant d'un tri effectué par Duchesne au cours de son existence ou bien d'une interprétation restrictive de son exécuteur testamentaire, le bénédictin Henri Quentin (1872-1935) dont la proximité intellectuelle avec Duchesne est avérée3 ? Si l'on peut comprendre la logique de l'absence de lettres d'Augustine Bulteau (1860-1922), cette amie proche de Duchesne4, peut-être classées dans la catégorie des « lettres privées » ou plus certainement détruites du vivant de Duchesne5, l'absence ou la rareté de lettres de personnages aussi différents que Theodor Mommsen (6 lettres), Friedrich von Hügel (14 lettres, contre 56 conservées de Duchesne à celui-ci) ou Alfred Loisy (aucune, contre 26 au moins de Duchesne)6 contraste avec les 270 lettres du commandeur De Rossi.

3Il est impensable d'essayer d'apprécier rétrospectivement le volume réel de correspondance de Geffroy adressée à Duchesne, étant donné la maigreur de ce qui nous est conservé, même si des allusions (lettres nos 13, 37, 41, 42, 45, 70, 43, 82 et 85) traduisent un échange en fait équilibré. Quant à Geffroy, on ne saurait guère affirmer avec certitude qu'il a conservé toutes les missives, lettres et télégrammes à lui envoyés ; dans le cas de Duchesne, la trace d'un télégramme disparu (mentionné dans la lettre n° 76) est en tout cas à relever.

4À cette disproportion entre les deux sources du dialogue s'ajoute une ventilation chronologique très inégale :

Tableau 1 - Répartition chronologique de la correspondance conservée entre Duchesne et Geffroy (1876-1895).

Année

Lettres de Duchesne

Lettres de Geffroy

1876

12

2

1877

9

2

1878

5

1879

7

1880

2

1881

4

1882

5

1883

1

1884

2

1886

5

1887

1

1889

3

1890

2

1891

6

1892

5

1893

5

4

1895

7

5La régularité et la profusion des années 1876-1877 (25 lettres, soit 28 % de l'ensemble) contrastent avec le reste de la série. En général plus longues que les suivantes, elles pèsent lourd dans l'appréciation de leurs relations dont elles constituent le moment fondateur : ce sont les dernières missions de Duchesne en Sicile et en Asie Mineure, les années de thèse de doctorat de Duchesne et d'installation de Geffroy à Rome lors de sa première direction. Par la suite, on ne retrouve pareille abondance qu'à l'autre extrémité de la période considérée, entre 1891 et 1895 (27 lettres, soit 30 % de l'ensemble), lorsque Geffroy était à nouveau présent à Rome pour sa seconde direction, que tous deux craignaient pour la vie de leur commune connaissance Giovanni Battista De Rossi (1822-1894) et que Duchesne succédait à Geffroy à la tête de l'École de Rome. Outre les éventuelles pertes de pièces réciproques, on pourra avancer, pour expliquer la chute quantitative de la décennie 1880, le retour de Geffroy en janvier 1883 à Paris (où réside ordinairement Duchesne en dehors des mois d'été).

  • 7 Le fonds Geffroy de la Bibliothèque nationale de France ne paraît pas avoir été connu de B. Waché, (...)
  • 8 H.-I. Marrou, Mgr Duchesne et l'histoire ancienne du christianisme, dans Monseigneur Duchesne et so (...)

6Quoiqu'ils soient parfois étiques (dans le cas des lettres de Geffroy), encore peut-on se féliciter d'avoir pu réunir les éléments croisés d'un échange qui semble avoir échappé aux historiens et éditeurs de l'œuvre Louis Duchesne7. Il permettent de mesurer la distance qui existe dans le style et le contenu des lettres des deux correspondants. Tandis que Geffroy ne se laisse aller à aucune marque de dureté ou d'affection trop prononcée et conserve son quant-à-soi académique, Duchesne régale son destinataire de ces bons mots dont il ne se déparait que rarement et qui ont fait son succès chez les historiens, ceux qu'Henri Brémond appelait « ces homélies à rebours » et Henri-Irénée Marrou des « plaisanteries de grand séminaire »8 ; il n'est du reste jamais si fin et si cruel que lorsqu'il s'agit d'élections académiques (lettre n° 61). C'est à peine si son sens de l'humour cède devant une angoisse agacée lors de l'impression de son mémoire sur sa mission au Mont Athos (« Je veux mon Mont Athos, na ! », lettre n° 16) ou dans l'attente de la fixation d'une date pour la soutenance de sa thèse de doctorat en 1877 (lettre n° 16). C'est d'ailleurs autour des travaux de Duchesne sur le Liber pontificalis que se noue une longue et cordiale alliance entre les deux hommes.

Geffroy et Duchesne : d'un directeur l'autre

  • 9 Cité par B. Neveu, Mgr Duchesne et Madame Bulteau..., cit., p. 275.

7En dépit de ces déséquilibres quantitatifs et qualitatifs, le corpus ainsi rassemblé permet en effet de restituer une partie de la réalité de ce qu'il faut bien appeler une complicité intellectuelle qui s'enracine autour de Rome et de l'École qu'y a installé la République française à partir de 1873. La correspondance entre Geffroy et Duchesne témoigne de l'admiration réciproque de deux savants assez dissemblables par leur formation, leurs objets d'étude et leur caractère. Le premier était un normalien, agrégé d'histoire, spécialiste d'histoire moderne scandinave, tandis que le second avait été ainsi croqué par Madame Bulteau : « Ce prêtre ravissant est fort républicain et, comme vous le savez, très magnifiquement archéologue »9. En dépit de ces différences – Mme Bulteau aurait pu ajouter les talents de philologue et d'helléniste de Duchesne –, la lecture de la correspondance renvoie, par le laconisme de ses allusions, la vivacité de son dialogue bibliographique et l'entrechoquement des références disciplinaires à un monde savant où les connaissances étaient encore relativement maîtrisables et facilement partagées.

  • 10 Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Geffroy à Henri Wallon, Rome, 19 février 1876 : « la première de c (...)

8Les liens entre Geffroy et Duchesne ne sont pas exactement ceux, classiques et abondants, d'un maître et de son disciple. Leur rapport à l'École de Rome paraît même original. En effet, lorsque Auguste Geffroy en est nommé directeur à l'automne 1875, Louis Duchesne fait déjà figure d'ancien. Arrivé en tant que chargé de mission dans la première promotion installée avec Albert Dumont à la rentrée de 1873, Duchesne y resta l'année suivante comme membre libre avant d'accéder, du temps de Geffroy, au statut de membre à part entière rémunéré par le gouvernement français. Seul le chartiste Léon Clédat, membre libre aussi en 1874, accompagnait le changement de direction en tant qu'ancien membre. Ayant seul connu les moments « héroïques » de la fondation de l'École, Duchesne était également le plus âgé des autres jeunes gens qui entouraient Geffroy à son arrivée et seul Eugène Müntz, de deux ans son cadet, appartenait vraiment à la même génération que lui. Lors de la mission en Sicile puis en Asie mineure du printemps 1876, Duchesne fut le correspondant du directeur et son ascendant sur ses camarades paraît établi (lettres nos 1 à 4 et 6). Nullle surprise dès lors à ce que Geffroy lui demandât de lancer la série des conférences internes qu'il projetait pour la formation continue des membres10. À son départ, le directeur marquait au ministre de l'Instruction publique l'estime dans laquelle il tenait le jeune abbé :

  • 11 Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Geffroy à William Henry Waddington, Rome, 7 août 1876.

L'activité dévoué de M. l'abbé Duchesne, son habileté de paléographe et d'helléniste, sa science critique, l'autorité que son ferme caractère et son bon esprit en tout lui ont acquis ont beaucoup contribué aux heureux commencements de l'École française de Rome.11

  • 12 A. Lehoërff et O. Poncet, Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l'École française (...)

9Pour Geffroy, Duchesne était le mentor rêvé pour les jeunes gens qui venaient le rejoindre à Rome. Dès la rentrée universitaire 1876, Geffroy lui avait clairement signifié les espoirs qu'il plaçait en lui pour former les générations de membres à venir. Il réclamait sa présence (lettres nos 5 et 7) et recevait en retour une missive (lettre n° 10) bienveillante, contenant une promesse de collaboration quoique assez ironique sur le fond et peu amène pour les normaliens agrégés dont Geffroy voulait cependant faire la cible de ses recrutements12. La préparation de l'impression de la thèse de Duchesne, que Geffroy suivit avec régularité, rapprocha encore le directeur et le prêtre qu'il semblait avoir choisi comme second. La relation que Duchesne faisait de sa soutenance en mars 1877 à l'attention de Geffroy sonnait comme un bulletin de victoire de l'École français de Rome (lettre n° 21).

10Mais la thèse de Duchesne et son caractère combatif devait entraîner l'École de Rome dans le champ clos et complexe des querelles théologiques et canoniques auxquelles l'universitaire qu'était Geffroy n'était pas forcément préparé. La menace d'une condamnation de la thèse par la congrégation de l'Index suscita en effet après d'intenses démarches des deux hommes à Paris comme à Rome (lettres nos 15, 23). Duchesne semblait se méfier de la méconnaissance du monde ecclésiastique par Geffroy :

  • 13 Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 27-28, n° 16, Duchesne à De Rossi, Paris, 5 juin 1877.

De votre côté, écrivait-il à De Rossi, j'espère que vous voudrez bien faire ce qui vous sera possible, et surtout diriger M. Geffroy. J'ai dû le mettre au courant le premier, car il est intéressé dans l'affaire. Mais vous savez combien ces procédures lui sont étrangères, et combien cet homme si excellent est facile à céder au premier mouvement et à casser les vitres. Calmez-le je vous en conjure. Dans cette affaire il faut évidemment de la promptitude, mais surtout de la précision. Je sais bien que les Romains ne sont pas faciles quand on les attaque de front. La furia de M. Geffroy pourrait nous valoir quelque échec désagréable.13

  • 14 Sur cette affaire, voir la mise au point de B. Waché, Monseigneur Duchesne..., cit., p. 76-93.
  • 15 Auguste Geffroy, Le Livre pontifical de l’Église romaine, dans Journal des savants, 1887, p. 41-54

11En réalité, il semble que Duchesne n'ait pas eu trop à se plaindre de l'action plus diplomatique et officielle de Geffroy auprès de quelques cardinaux de Curie influents (lettres nos 23 et 24). L'un et l'autre en furent quittes pour la peur14 et le Liber pontificalis devint dans les années suivantes leur plus singulier trait d'union. Duchesne, qui gardait une forme de nostalgie à l'égard de son séjour au Palais Farnèse (lettres nos 26 et 27), informait Geffroy des polémiques que lui suscitaient des universitaires allemands (lettres nos 32 à 34). Le retour à Paris de Geffroy après 1882 n'y changea rien et Duchesne, qui le qualifiait de « Cher Maître » depuis 1879 au moins (lettre n° 31), continua de solliciter son avis érudit sur la publication du premier volume d'édition du texte (lettres nos 54 à 57) dont Geffroy vanta les mérites dans le Journal des savants15.

  • 16 Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 330-331, n° 256, Duchesne à De Rossi, s. l., Ascension [1884]  (...)

12Son élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres le 7 décembre 1888 plaça Duchesne sur un plan plus égalitaire avec Geffroy à qui il pouvait donner désormais du « Cher Confrère » (lettre n° 58). Au même moment, Geffroy reprenait le chemin de Rome pour une seconde direction qu'il avait poursuivie depuis 1884 au moins16 et qui réjouissait fort un Duchesne très critique à l'égard d'Edmond Le Blant. Il saluait d'ailleurs avec humour le retour si impatient de Geffroy au Palais Farnèse, évident selon lui dès l'été 1888 :

  • 17 Ibid., p. 564-567, n° 454, Duchesne à De Rossi, s. l., 7 juillet 1888.

Le Blant est à toute extrémité... comme directeur de l'École. On n'a pas essayé de violenter la faible résistance qu'il opposait au renouvellement du bail. M. Geffroy ne part pas, il est parti, il est arrivé ; son esprit erre dans les corridors du Palais Farnèse ; il s'y est si bien installé qu'il a déjà oublié l'interrègne. C'est comme Sergius III après son exil. Tous les actes du défunt vont être cassés. Si Le Blant avait oublié son cadavre à Rome, on l'aurait sûrement fait coucher à la belle étoile.17

  • 18 Ibid., p. 347-349, n° 272, Duchesne à De Rossi, s. l., [1884] : « On a beaucoup accusé M. Dumont d' (...)
  • 19 Ibid., p. 564-567, n° 454, Duchesne à De Rossi, s. l., 7 juillet 1888 : « Müntz a aussitôt songé à (...)

13L'insistance que mettait Geffroy à reprendre le poste abandonné six ans plus tôt pour raisons de santé ne devait sans doute pas choquer Duchesne, qui avait marqué son indulgence et sa compréhension pour l'attitude jugée ambitieuse d'Albert Dumont une décennie plus tôt18. Peut-être, du reste, songeait-il dès ce moment-là à ses propres chances d'accéder à la direction de l'École comme d'aucuns (Eugène Müntz en particulier) affectaient d'y penser pour lui19. Avec la seconde direction de Geffroy s'ouvrait donc un nouveau chapitre de leurs relations. Duchesne prit en effet progressivement une part croissante dans la surveillance à distance du « colombier des jeunes aiglons » (lettre n° 61) comme il nommait l'École et ses membres. Il avait déjà sa vision spéciale des rapports que devait entretenir le directeur avec les membres de l'École :

  • 20 Ibid., p. 586-587, n° 471, Duchesne à De Rossi, s. l., 15 décembre 1888.

M. Geffroy, expliquait-il à De Rossi, va vous arriver incessamment. Tâchez de le calmer, de dissiper un peu la perpétuelle inquiétude qui est le fond de son être. Il serait regrettable qu'il se créât des difficultés avec les jeunes gens, et c'est bien à craindre. Diriger sans en avoir l'air c'est bien plus beau que le contraire, mais c'est plus difficile, surtout avec avec certains tempéraments.20

14Si Duchesne jouait le rôle de protecteur qu'on attendait de lui à l'Académie où il lui arrivait de produire des rapports sur les travaux de tel ou tel membre (lettre n° 62) – notons qu'il ne fit jamais le traditionnel rapport annuel sur l'activité des Écoles d'Athènes et de Rome –, il pouvait se targuer de compter plusieurs de ses anciens élèves parmi les nouveaux membres. La série inaugurée avec Paul Fabre lors de la dernière promotion de la première direction Geffroy, reprit au début des années 1890 avec Jean Guiraud, Jules Gay ou Georges Goyau. Se sentant engagé vis-à-vis de Geffroy à propos de leur conduite, il n'hésitait pas à conseiller son aîné sur l'attitude à adopter à leur égard surtout quand lui-même pouvait se sentir responsable, comme ce fut le cas avec Jean Guiraud (lettre n° 74).

15Si les lettres conservées n'en touchent mot, la transmission du flambeau directorial de l'un à l'autre s'effectua sans doute sans aucune espèce de tension et l'on devine à la lecture des ultimes et plus régulières lettres du printemps 1895 ce que fut la tranquille évidence d'une succession inconsciemment préparée de longue date (lettres n° s 85 à 89). Nommé le 27 mars 1895, Duchesne avouait à Geffroy son embarras à propos des stratégies universitaires à mettre en œuvre pour assurer un retour confortable aux membres sortants (lettre n° 88). C'était là sans doute le principal souci qu'il eut à régler, les dossiers encore pendants n'étant guère que de l'ordre de affaires courantes. De toute façon, il semble bien pour le reste qu'il ait endossé sans peine des habits que son long commerce épistolaire avec Geffroy lui avait donné l'occasion de contempler depuis son propre départ de Rome en 1876.

  • 21 Louis Duchesne, Auguste Geffroy, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1895, p. 141-153. La no (...)

16Auguste Geffroy décéda le 14 août 1895 dans sa maison de Bièvres en banlieue parisienne. « Geffroy n'a pas survécu à sa direction », écrivait Duchesne dans la notice nécrologique qu'il rédigea pour les Mélanges d'archéologie et d'histoire21. Il est cependant permis de penser, au vu de leur longue et confiante correspondance durant près de vingt ans, que cette direction survivait, elle, dans le savant que, d'une certaine manière, Geffroy s'était, à bien des égards, choisi pour successeur.

Correspondance entre Louis Duchesne et Auguste Geffroy (1876-1895)

Principes d’édition

17La graphie originale a été respectée et, sauf de menus ajouts pour clarifier la pensée, la ponctuation originale a été maintenue. Le découpage des paragraphes par les auteurs a été respecté. Seuls les supports spéciaux (carte postale, papier à en-tête) ont été signalés. Les titres d’œuvres, en général soulignés par les auteurs des lettres, ont été restitués en italique. Les autres passages soulignés ont été signalés en note. Les dates données en tête des lettres par les auteurs n'ont pas été éditées telles quelles, mais reportées dans l'apparat critique, avec la mention éventuelle d'une précision de lieu si elle figure dans la lettre.

18L’apparat critique vise, chaque fois que cela est possible et utile, à identifier de manière systématique les noms de lieu, de personne, les articles ou monographies citées explicitement ou de manière allusive.

1. Duchesne à Geffroy – [1876, 13 avril], « jeudi saint » – Palerme

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2033-2034v.

  • 22 Jules Martha (1853-1932), membre de l’École française de Rome (1875-1876).
  • 23 Solunto (comm. Santa Flavia, prov. Palerme, Italie) est une fondation phénicienne sur la côte septe (...)
  • 24 Nom antique d’Agrigente.

Martha22 vous a annoncé hier notre heureuse arrivée en Italie. En ce moment, nous nous disposons à terminer nos excursions palermitaines par une visite aux ruines de Solunto23. Demain, nous prenons la route de Girgenti24.

  • 25 Eugène Müntz (1845-1902), historien de l’art médiéval et de la Renaissance, membre de l’École franç (...)

M. Müntz25 regrettera de n’être pas venu avec nous. Monreale nous a vraiment éblouis ; pour moi j’y ai vu comme une sorte de transfiguration des peintures byzantines du Mont Athos. Dans les sombres églises de la sainte montagne, les fresques pâles, effacées s’aperçoivent peu et demandent un certain effort de déchiffrement. Ici l’impression vient toute seule, la lumière est splendide, l’éclat des mosaïques lui répond et peut-être la conception est-elle encore plus claire et plus populaire que dans les peintures d’Orient.

  • 26 Paul-Frédéric Girard (1852-1926), helléniste, membre de l’École française d’Athènes (1875-1879).

À Naples, nous avons laissé Girard26 sensiblement amaigri, mais en somme assez bien en santé et en appétit.

  • 27 Probablement l’homme d’État d’origine grecque Alexandre Caratheodory (1833-1906), l’un des chefs de (...)

J’ai commis l’étourderie de laisser à Rome les lettres de Caratheodory27 aux pachas d’Asie mineure avec mon passeport pour l’Orient. Déjà hier, j’en ai écrit à monsieur Müntz. Oserai-je vous prier, Monsieur, de vouloir bien y penser vous-même, au cas où M. Müntz serait absent ? Ces papiers ont dû être oubliés sur ma table ou dans la bibliothèque.

  • 28 Sans doute s’agit-il d’Ercole Lanza di Trabia (1813-1885), sénateur du royaume depuis 1872, préside (...)
  • 29 Antonio Salinas (1841-1914), professeur d’archéologie à l’université de Palerme en 1865, dirigeait (...)
  • 30 Paul Foucart (1836-1928), épigraphiste et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et bell (...)

M. le prince Lanza28 nous a fait le plus aimable accueil et M. Salinas29 a voulu nous montrer lui-même son musée. Nous y avons estampé quelques inscriptions que ces messieurs rapporteront pour être expédiées à M. Foucart30.

J’ai reçu à Naples les 500 francs qui formaient le dernier quart de ma bourse de voyage. Si d’ici à dimanche soir, vous avez quelques nouvelles des 1 000 francs de supplément, je vous serais reconnaissant de me l’écrire à Syracuse. Pour Messine, les lettres partent de Rome le mardi soir et le jeudi soir. Celles qui partiront le jeudi soir 20 avril pourront encore m’arriver à temps. Au-delà c’est à Athènes qu’il faudrait les adresser.

Agréez, Monsieur, pour vous et pour Madame Geffroy, l’expression de mon respectueux attachement.

L. Duchesne.

2. Duchesne à Geffroy – [1876], 19 avril – Syracuse

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2025-2028v.

Monsieur,

  • 31 De fait, tout le début de la lettre, jusqu’aux mots « pas un journal » est écrit au crayon de bois.

En l’absence de Martha qui détient toute l’encre de la caravane, je suis réduit à vous écrire au crayon31.

  • 32 Le texte au crayon s'interrompt ici pour reprendre à l'encre.

Nous n’avons pu prendre à Girgenti le bateau Florio pour Syracuse ; la côte sud de Sicile étant importuosa, les vapeurs ne s’en approchent que dans les temps absolument calmes. Le scirocco s’étant mis à souffler, nous avons été obligés de rester 3 jours à Girgenti, un affreux trou qui n’a d’autre prétexte pour exister que d’être situé à une lieue de cinq ou six temples grecs. les temples grecs une fois vus, il nous restait 2 jours 1/2 à attendre, sans pouvoir sortir d’une auberge de 25ème ordre où nous étions tous les trois parqués dans la plus misérable chambrette. De promenade point, de place point, pas même un café, pas un journal32 : (voilà Martha qui rentre, changement de calamus) une seule rue dans laquelle nous causions une sensation analogue à celle que les ambassadeurs birmans pourraient produire en se promenant à pied, au Corso, entre six et sept heures. Heureusement le ciel a eu pitié de nous : Martha a confectionné un jeu de whist avec des petits morceaux de carton : il vous les rapportera et vous leur devez une place dans les archives de l’École, sinon dans le musée que nos voyages finiront par rendre indispensable. D’autre part, il est arrivé deux Anglaises dont l’une est affectée de 80 ans et d’une jambe de bois ; l’autre qui est encore fille (50 ans) est bien la femme la plus étonnante que nous ayons rencontrée. Ces deux dames font le tour du monde ; elles s’amusent à circuler d’Égypte en Laponie, de Moscou à Lisbonne, et prétendent que le meilleur moyen d’être bien voituré est d’avoir une jambe de moins ; d’ailleurs peu susceptibles sur l’article du confort et préparées à tout, même à se défendre contre les brigands.

  • 33 Le premier guide de la célèbre maison d’édition de Karl Baedeker (1801-1859) dédié à l’Italie mérid (...)

Car nous avions bravé les brigands : voyant que le vapeur Florio ne venait pas, nous avons loué deux voitures, une pour nous, une pour les Anglaises et nous voilà partis, de nuit, à travers le centre de la Sicile, sans nous inquiéter des heurts, des ravins, du désert, ni même de la maffia. En quittant Girgenti, l’anglaise junior nous exhibe un mignon pistolet qu’elle appelait « lé pétit fiousil » et nous confie que c’est son vade-mecum au même degré que le Baedeker33.

  • 34 Canicattì, petite ville sicilienne située à environ 30 km à l’est d’Agrigente.

Nous aurions dormi tranquilles à l’abri de cet instrument si les voitures n’avaient été d’horribles coucous : ces messieurs n’ont pu ferme l’oeil ; moi qui possède une rare puissance dormitive, j’ai sommeillé un peu, grâce à leur excessive amabilité qui les porte à me donner toujours les places les plus commodes. Enfin, après 28 heures de route et d’appétit inassouvi, sans autre impression de voyage qu’une aubade donnée à minuit à M. le maire de Canigattì34, nous sommes débarqués hier soir mardi à Syracuse.

Les paroles me manquent pour vous dépeindre notre douloureuse stupéfaction quand le cuisinier de l’hôtel est venu nous apprendre avec une figure de circonstance qu’il n’y avait plus rien à manger. Inutile de dire que nous avons persisté, protesté, réclamé et tant fait qu’on a trouvé derrière une armoire quelques reliefs de poisson.

  • 35 Allusion aux métopes du temple E, consacré à Héra (v. 460-450 av. J.-C.), de la cité grecque de Sél (...)
  • 36 La cathédrale Santa Maria la Nuova de Monreale (sud-ouest de Palerme) a été édifiée entre 1172 et 1 (...)
  • 37 L’église de la Martorana, ou Santa Maria dell’Ammiraglio, de Palerme, a été fondée en 1179.
  • 38 La chapelle Palatine est un des éléments du Palais des rois normands à Palerme ; elle a été commenc (...)

Voilà les misères, mais la Sicile est un admirable pays. Ce que nous avons vu à Palerme, c’est-à-dire les métopes de Sélinonte35, les mosaïques de Montreale36, de la Martorana37 et de la chapelle Palatine38 suffirait à nous rendre heureux d’être venus. Les temples de Girgenti sont splendides, le pays tout entier est couvert de blé d’un vert étonnant : c’est une fête pour les yeux. On ne s’imagine pas que le blé puisse devenir épique à un tel point. Si vous voulez faire le voyage, vous profiterez de notre expérience et saurez qu’il n’y a à manger qu’à Palerme et sur la côte est, mais vous choisirez le mois d’avril, c’est le vrai temps.

À Syracuse, journée agréable et qui nous promet un lendemain non moins enchanteur. L’hôtelier a garni son buffet et nous nos estomacs. Le consul de France nous a fait trouver de l’argent qui nous manquait par suite d’une étourderie de notre part ; cet excellent fonctionnaire pousse l’obligeance jusqu’à se transformer en cicerone, lui et son fils premier-né, de sorte que nous pourrons vous donner au retour les renseignements les plus complets sur la production de Syracuse en céréales, vins, huiles, poissons, et papyrus.

  • 39 Ánapo, fleuve côtier de la Sicile orientale qui se jette dans la Mer Ionienne au sud de Syracuse.

Ceci est un grand point : il y a des papyrus à Syracuse, des papyrus en vie, installés sur les bords de l’Anapas39, un charmant fleuve au courant duquel nous nous sommes abandonnés pendant une heure environ. Il y a aussi du papyrus confectionné ; ces messieurs vous en rapporteront.

  • 40 Probablement Mario Landolina (fils de Saverio), qui fut le dernier directeur du Musée communal (Mus (...)
  • 41 La Vénus andyomene dite aussi Vénus Landolina (IIe s. avant J.-C.) du nom de Saverio Landolina (174 (...)
  • 42 Charles Ier d’Anjou (1227-1285), fils posthume du roi de France Louis VIII, roi de Sicile (1266) et (...)
  • 43 L’Archivio storico Siciliano avait été lancé en 1873, suivi la même année de la création de la Soci (...)
  • 44 Josef Spithöver (1813-1892), libraire et éditeur allemand établi à Rome ; il est enterré au Campo S (...)

L’archéologie est représentée par un bonhomme au chapeau à larges bords40 qui est chargé d’empiler dans une petite salle basse de la mairie une réjouissante farrago d’objets de tous les styles, depuis la Vénus callipyge41 jusqu’aux cuissards des chevaliers de Charles d’Anjou42. La conversation que nous avons eue avec lui nous a prouvé qu’il faut vite abonner l’École à l’Archivio siciliano43 de Palerme et en obtenir les dernières années. Je croyais en avoir parlé à Spitthöver44. M. Müntz doit être au courant de ce détail.

  • 45 Angelo Mai (1782-1854), cardinal en 1838, philologue, connu pour sa lecture de palimpsestes et la r (...)

Mille fois merci à vous et à M. Müntz de m’avoir retrouvé et envoyé mon passeport et mes firmans. Les trois volumes qui manquent à Mai45 doivent être livrés incessamment par Spitthöver qui, au moment de l’achat ne les avait pas encore, mais se disait sûr de les avoir. L’exemplaire a été acheté à condition que tout y serait. L’École est donc en droit de les exiger, sans augmentation aucune du prix convenu pour le tout. Spitthöver n’est pas en faute : il n’y a qu’à attendre les volumes.

  • 46 S’agit-il de Joseph Garnier (1813-1881), journaliste et économiste, membre de l’Académie des scienc (...)
  • 47 Émile Egger (1813-1885), helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 185 (...)
  • 48 Léon Heuzey (1831-1922), archéologue et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles (...)
  • 49 Félix Dupanloup (1802-1878), évêque d’Orléans (1849-1878), membre de l’Académie française en 1854, (...)

L’article de M. Garnier46 a été fait avec les deux rapports de M. Egger47 et de M. Heuzey48, que je lui avais communiqués, ne voulant pas confier à un journaliste les idées d’un membre de l’École sur l’École. Vous trouverez dans ces rapports même la phrase sur les Monumenta Germaniae. Le passage sur les universités catholiques doit provenir indirectement de Mgr Dupanloup49.

Je termine cette lettre qui aura dû mettre votre patience littéraire à rude épreuve : le Liber pontificalis m’a absolument gâté le style.

  • 50 Non identifié.
  • 51 Georg Waitz (1813-1886), historien du droit et médiéviste, depuis 1875 président des M.G.H.
  • 52 Probablement l’historien allemand Hermann Pabst (1842-1870), mort en France durant la guerre entre (...)
  • 53 En fait, le premier volume de la série Gesta pontificum Romanorum des M.G.H. contenant une nouvelle (...)

À propos de Liber pontificalis, voici une lettre qui m’arrive de mon docteur Steins50 de Berlin auquel j’avais signalé l’existence des Monumenta Germaniae et l’intention des directeurs de ce recueil de publier les Gesta pontificum. Steins est allé trouver M. Waitz51 qui lui a proposé séance tenante de faire l’édition que la mort de Pabst52 laissait sans titulaire53. Aussitôt dit, aussitôt fait, Steins a pris sa valise et vous allez le voir débarquer à Rome où il espère me serrer dans ses bras. Qu’il serre tout ce qu’il voudra, excepté mon manuscrit.

Je suis désespéré de savoir que le ministère ne vous a rien répondu : c’est une infamie. En ce qui concerne mes 1 000 francs, c’est un petit dommage : j’arrangerai cela à Athènes, mais il y a lieu de les aiguillonner.

Juste la place de vous dire encore une fois combien je vous regrette et de vous prier de présenter mes respects à Madame Geffroy.

L. Duchesne.

3. Duchesne à Geffroy – [1876], 29 avril – Athènes

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2029-2032.

Monsieur,

  • 54 Gustave Bloch (1848-1923), membre de l’École française d’Athènes qui effectua sa première année à R (...)

Je suis débarqué ici après deux jours d’heureuse et calme traversée. Malgré l’heure extrêmement matinale, j’ai eu l’agréable surprise en montant sur le pont d’apercevoir un joli bateau qui amenait au-devant de moi toute l’École d’Athènes et même mon célèbre drogman de Salonique, fidèle au rendez-vous que je lui avais donné. Tout le monde se porte à merveille. Bloch54 revient à la santé, mais il ne doit pas cependant rester ici. Il paraît que non seulement ses prédilections de travailleur mais encore les nécessités de sa santé exigent le séjour de Rome. Vous l’aurez donc dans une quinzaine de jours.

Ces messieurs sont sans doute de retour. Nous avons fait en Sicile le plus charmant voyage que l’on puisse imaginer ; dans les bons souvenirs que j’emporte en Turquie, il y a une large place pour l’infatigable bonne humeur de mes compagnons de voyage.

Si vous avez ouvert le carton du Liber pontificalis vous aurez pu constater que la pagination définitive ne s’y trouve pas ; c’est encore un oubli. Il faudrait que quelqu’un eut l’extrême obligeance de mettre les numéros au crayon de couleur, car il y a déjà eu d’autres paginations partielles qui ont dû laisser des traces.

  • 55 Albert Dumont (1842-1884), sous-directeur de la section romaine de l’École française d’Athènes (187 (...)

Il est vraiment bien regrettable que le ministère ne réponde pas. M. Dumont55 ne peut pas disposer de beaucoup d’argent et je crains que nous n’ayons pas assez. Je vous serais bien reconnaissant de le prévenir aussitôt que vous aurez reçu avis de l’ordonnancement de mes 1 000 francs ; il s’arrangera pour se les faire envoyer et les mettre à ma poursuite.

  • 56 Charles Bayet (1849-1918), membre de l’École française de Rome (1873-1874).
  • 57 Maxime Collignon (1848-1917), membre de l’École française de Rome (1873-1874).

Le silence du ministère n’est peut-être pas un empêchement pour la mise en train de la publication. Il est clair que c’est une chose faite et qui n’attend que la signature ; on pourrait donc commencer à imprimer sans autre délai. Si vous avez toujours l’intention de mettre les thèses latines dans le recueil, vous pourriez donner à la fois mes deux thèses. D’après les renseignements que j’ai recueillis ici, les thèses françaises de MM. Bayet56 et Collignon57 ne seront pas très grosses. Il y a lieu pourtant de voir si en imprimant les thèses latines dans la Bibliothèque on ne la remplira pas outre mesure. L’année prochaine vous aurez des chartistes qui trouveront sans doute beaucoup de petites choses qu’il faudra publier rapidement.

  • 58 Ernest Thorin, libraire-éditeur parisien, actif depuis 1847 au moins. Sa maison, sous diverses rais (...)

Dans le cas où les thèses latines seraient exclues, je vous serais bien reconnaissant de voir si Thorin58 est en mesure de m’imprimer rapidement la mienne : il faut qu’elle soit en train pour le 1er juillet. À moins d’accident, la fin de juillet me trouvera en France, tout prêt à corriger des montagnes d’épreuves.

  • 59 Il s’agit de Nicolas Hadji-Thomas qui accompagne Duchesne dans son voyage en Asie Mineure et qu’il (...)

Je crois que notre expédition se fera dans les meilleures conditions. Mon Nikolakis59 a l’expérience toute fraîche des voyages d’Asie mineure. On ne s’imagine pas à quel point il pousse la prévoyance : je vous en donnerai une idée en vous disant qu’il passe ici de longues heures dans les hôpitaux à observer les pansements et les opérations, au cas où nous aurions besoin qu’on nous raccommodât bras ou jambes. Tout est à l’avenant. Votre bienveillante sollicitude peut donc se rassurer : il n’y a qu’à nous souhaiter de bonnes rencontres, afin que nous puissions rapporter de quoi faire honneur à nos chères Écoles.

  • 60 Ulrich Köhler (1838-1905), historien de l’Antiquité et épigraphiste, deuxième directeur de la secti (...)
  • 61 Othon Riemann (1853-1891), philologue classique français, nommé membre de l’École française d’Athèn (...)
  • 62 Théophile Homolle (1848-1925), helléniste, archéologue et administrateur d’institutions culturelles (...)

Les Allemands ne semblent pas prospérer au gré de leurs désirs. Un des jeunes gens a trouvé le moyen de se faire écraser par une grosse pierre dans l’île de Chypre. Les séances de Köhler60 ont deux auditeurs et c’est presque toujours lui qui parle. M. Dumont a installé une sorte d’institut de correspondance hellénique qui a très bien pris. Il est venu beaucoup de Grecs et surtout beaucoup de correspondances de divers points de l’Orient. Ces messieurs MM. Riemann61, Collignon, Homolle62 ont fait des communications intéressantes.

Je ne vous parle pas du plaisir que j’ai à courir l’Acropole et les musées, à parler grec et à contempler les foustanelles. Le courrier presse et d’ailleurs le temps vient où je n’aurai autre chose à vous écrire que des drôleries de voyage.

Il est possible que je n’aie pas le temps d’écrire aujourd’hui à ces messieurs, auquel cas, je vous prierais d’être auprès d’eux l’interprète des sentiment dont ils ne doutent pas.

Agréez, Monsieur, l’expression de mon respectueux attachement.

L. Duchesne.

4. Duchesne à Geffroy – 1876, 8 mai – Rhodes

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2035-2036v.

Monsieur,

  • 63 Le Calbis est une petite rivière qui forme un canal qui relie la Méditerranée au lac de Köycegiz, a (...)

Un mot seulement, la mer nous attend et dans une heure nous cinglerons vers l’embouchure du Calbis63, par le plus beau temps du monde.

On passerait aisément de longs mois à Rhodes ; la mer, les arbres, les rues tranquilles de la vieille ville des chevaliers, la douceur du climat, tout se réunit pour reposer l’esprit, le corps et calmer les noirs soucis, au cas où l’on en aurait. Je comprends maintenant l’otium Rhodi et l’enthousiasme des grands seigneurs romains pour l’île des roses. Car les roses ne sont pas ici un simple souvenir : tout le monde a le culte des fleurs ; au chapeau (lisez turban), à la boutonnière, à la ceinture, on en met partout ; les hommes se transforment en rosiers ambulants.

  • 64 Giaour, terme de mépris appliqué aux non-musulmans en Turquie.

Nous avons pris logement dans une auberge grecque du faubourg chrétien car les Turcs et les juifs sont les seuls qui habitent dans la forteresse ; ils en ferment les portes au coucher du soleil et nous autres giaours64 nous devons nous empresser de déguerpir.

  • 65 Syros (ou Syra), île grecque des Cyclades.
  • 66 Mersin (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.

À Syra65 et à Smyrne, nous avons trouvé les consuls les plus aimables et les plus intelligents. Celui d’ici est un homme poli, mais qui n’invite pas à dîner. Espérons que nous trouverons à Mersina66 des bras plus ouverts.

  • 67 Cette mission fit l’objet d’un rapport imprimé : M. Collignon, L. Duchesne, Rapport sur un voyage a (...)

D’ici là deux mois de civilisation turque, de pérégrinations équestres, de chaud, de froid, de fatigues, mais aussi, nous l’espérons, deux mois de vives impressions, de plaisirs purs et variés, d’hospitalité orientale, de trouvailles archéologiques, d’études de moeurs et de coups de crayon67.

  • 68 Paul-Luce-Hippolyte Flüry dit Flüry-Hérard, né en 1836, consul général du Japon à Paris, chevalier (...)

Le thé est acheté, l’esprit de vin et bien d’autres choses encore ; nous ferons des prodiges culinaires et pharmaceutiques. j’ai écrit à Flüry-Hérard68 pour qu’il m’envoie les fameux 1 000 francs ; vous n’aurez à vous occuper que de les faire ordonnancer ; il m’expédiera l’argent à Mersina chez le consul où les lettres peuvent m’être adressées ; celles où l’adresse porterait « M. l’Abbé » devraient être changées d’enveloppe.

Agréez, Monsieur, l’expression de mon respectueux attachement.

L. Duchesne.

5. Geffroy à Duchesne – 1876, 19 mai – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 344-345v.

Cher Monsieur Duchesne,

  • 69 William-Henry Waddington (1826-1894), archéologue et homme politique, membre de l’Académie des insc (...)

Je vous remercie des lettres que vous avez eu la bonne pensée de m’écrire. Nous suivons, vous le savez, avec tous nos vœux et avec bon espoir. Nous avions pu craindre, il y a quelques jours, que les circonstances ne vous fussent pas favorables. Mais il y a lieu d’espérer maintenant que toute complication fâcheuse est passée. M. Waddington69 n’est pas resté insensible à nos lettres. J’ai reçu de lui une lettre du 9 mai m’informant que la fameuse allocation de 1 000 francs vous allait être concédée et j’ai reçu ensuite une lettre du 11 mai m’informant que « sur ma proposition et par arrêté du 9, une nouvelle bourse de 2 000 francs vous était attribuée. Ladite bourse sera payable par trimestre à partir du 1er juillet 1876 ». J’espère que cette bonne nouvelle, dont j’ai informé tout de suite M. Dumont, vous parviendra assez tôt pour vous mettre à l’abri de tout embarras et rendre plus facile votre intéressant voyage. La lettre ci-jointe vous est arrivée il y a deux jours ; nous en avons ôté l’enveloppe suivant vos instructions que m’a apportées votre lettre du 8 mai, de Rhodes, que j’ai reçue aujourd’hui.

  • 70 Les mémoires de G. Bloch portaient sur les sujets suivants : « Recherches sur le texte, la date et (...)
  • 71 Müntz entra à la bibliothèque de l’École des beaux-arts à son retour de Rome et en devint le conser (...)

Vous avez eu sans doute par des lettres amies des nouvelles de Rome et de l’École française. Toutes deux vous regrettent et souhaitent d’apprendre vos heureux succès. M. Bloch nous est revenu d’Athènes ; on ne saurait dire qu’il soit très bien portant mais il compte sur un rétablissement complet et cherche un sujet de mémoire qu’il puisse, avec le secours de l’épigraphie, promptement édifier. Il avait songé au commentaire du célèbre 54e livre de Dion Cassius mais il craint que cela ne l’entraîne trop loin. Il va choisir sans doute les Statores70. M. Müntz nous quitte demain pour aller compulser quelques registres à Florence et puis aller prendre possession de sa bibliothèque de l’École des Beaux-Arts71. Il devra revenir à Rome pendant les vacances de cette bibliothèque, pendant cet été. M. Girard, après avoir été souffrant comme vous vous le rappelez à Naples, est fort bien portant ici ; il a retrouvé toute sa vigueur.

  • 72 L. Duchesne et C. Bayet, Mission au Mont Athos, dans Archives des missions scientifiques et littéra (...)

Nous travaillons, Dumont et moi, à rédiger un projet de traité entre le ministère et Thorin pour les impressions de vos travaux. Une fois le traité approuvé, nous marcherons vite. Votre mission de l’Athos a paru dans le volume des Archives des missions72 ; nous allons nous occuper de faire composer et tirer une couverture portant le titre définitif de notre recueil dont vous fournirez ainsi le premier volume.

J’ai reçu pendant ces dernières semaines des lettres assez fréquentes de Dumont, particulièrement sur ce sujet ; j’en ai reçu une encore il y a deux jours. Il allait fort bien ; il ne me disait pas à quelle époque il comptait pouvoir repasser par Rome. Nous comptons y rester, nous, jusque vers le 15 juin. Vous voudrez bien vous rappeler, en cas de besoin, mon adresse à Paris, rue du Bac, 32. Vous savez que je suis très préoccupé du recrutement de l’École pour l’année prochaine et assez inquiet de n’y voir que des nouveaux. Je ne dis pas que je ne ferai pas effort pour obtenir de vous, en vertu d’une mission spéciale, que vous consentiez à venir y travailler encore une saison. Votre présence serait fort utile aux intérêts de toute notre École. Pensez-y, je vous prie ; ce serait peut-être pour vous un nouveau chemin pour l’Orient.

De nouveau, mille vœux de nos deux parts et de notre part à tous et mille compliments dévoués.

A. Geffroy.

Je retiens pour cause la lettre que vous annoncent mes premières lignes. Je vous la remettrai plus tard avec une collation venue de Copenhague.

6. Duchesne à Geffroy – 1876, 29 mai – Burdur

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2037-2038v.

Monsieur,

Je vous écris de la première ville que nous ayons rencontrée depuis notre départ de Rhodes. Nous y sommes arrivés après 17 jours de chevauchée un peu en zig-zag, mais toujours dans d’excellentes conditions de temps et de santé. La côte en face de Rhodes nous a fourni peu de chose ; ce que voyant, au lieu de traverser en droite ligne la Lycie et la Pamphylie pour atteindre la Cilicie-Trachée, nous nous sommes décidés à faire un grand détour par l’intérieur en passant par des pays jusqu’ici peu ou point visités. Notre espérance n’a pas été trompée et nous avons déjà recueilli 95 inscriptions et un bon nombre de monuments figurés ; ce n’est pas de quoi emboucher la trompette car tout est de l’époque romaine ; cependant, on pourra, je crois, tirer de tout cela quelques faits nouveaux et intéressants.

  • 73 Burdur (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.
  • 74 Isparta (Sparte), Turquie, chef-lieu de la province du même nom, située sur les hauts plateaux du T (...)
  • 75 Konya (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.

En ce moment, après nous être reposés à Bouldour73, nous nous disposons à repartir dans la direction de l’est pour Isbarta74 que nous atteindrons en un jour ; de là, suivant les renseignements que nous recueillerons, nous pousserons jusqu’au lac à l’ouest de Koniah75, ou bien nous descendrons vers la côte de la Cilicie Trachée en traversant obliquement la Pisidie et la Pamphylie.

  • 76 Le 5 mai 1876 les consuls de France et d’Allemagne, Jules Moulin et Henry Abbott, furent tués par l (...)

La nouvelle du massacre de Salonique nous est arrivée il y a cinq ou six jours seulement76 ; naturellement nous avons dû faire quelques réflexions sur notre sûreté personnelle ; je ne crois pas que nous courions de danger semblable, ces malheurs n’arrivant que dans les grandes villes et nous sommes presque toujours à la campagne, protégés par l’hospitalité des Turcs à laquelle nous avons recours tous les soirs. De ce côté donc aucune inquiétude. Cependant, je ne m’endors pas et j’ai l’oreille ouverte aux moindres bruits ; un événement qui pourrait être fatal aux chrétiens d’Asie mineure, ce serait un soulèvement des Grecs en Turquie d’Europe, ou même une déclaration de guerre de la part du royaume hellénique. Espérons qu’on attendra encore six semaines ou deux mois.

J’ai écrit à Martha pour le prier de faire emballer mes livres et mes hardes ; Cesare pourra les expédier en France vers la fin de juin, petite vitesse, à l’adresse de M. le curé de Stains (Seine, chemin de fer de Nord). Je ne pense pas que je revienne par Rome ; l’occasion est trop belle de passer quelques jours à Constantinople.

Le ministère s’est-il enfin décidé à nous accorder la Bibliothèque et puis-je espérer de trouver des épreuves à corriger en débarquant à Paris le 31 juillet ? L’allocation de 1 000 francs a-t-elle été accordée ? Je vous avais privé de vouloir bien vous occuper de la présentation et de l’impression de ma thèse latine ; c’est, je le comprends, un sans-gêne extraordinaire de ma part, mais il faut beaucoup pardonner en fait de civilisation à un naturel du Taurus. Je suis d’ailleurs tellement accoutumé à votre bienveillante indulgence que je ne me figure pas qu’elle ait des limites.

Je voudrais écrire à M. Müntz ; mais je ne sais vraiment où le trouver ; veuillez être, Monsieur, l’interprète de mes meilleurs sentiments auprès de ces messieurs, et présenter mes respects à Madame Geffroy. La petite cuisine fait des merveilles, entre les mains du sage et fidèle Nicolas.

Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments respectueux. Votre bien affectionné

L. Duchesne.

On peut m’écrire à Rhodes, ou à Smyrne ou même à Mersina, mais c’est moins sûr (« Chez les consuls, M. Louis Duch. »).

7. Geffroy à Duchesne – 1876, 29 mai – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 346 et v.

Cher Monsieur Duchesne,

On m’assure que malheureusement vous ne recevrez pas cette lettre avant longtemps et c’est ce qui nous a fait en retarder l’envoi. J’espère cependant que M. Dumont aura trouvé quelque moyen de vous faire savoir les 3 000 francs mis à votre disposition par M. Waddington. Son message à ce sujet nous a été comme un présage de l’heureux succès de votre mission.

Mais j’écris surtout ces lignes pour vous dire que je vais faire tous mes efforts à Paris pour vous retenir à Rome encore l’an prochain. Voyez notre situation : l’École renouvelée tout entière, sans personne pour continuer dès ce moment critique la jeune tradition. Il y a là danger pour l’École. Je compte bien que nous pourrons, en nous ingéniant, vous offrir ici une situation qui vous convienne et vous intéresse. Vous ne manquerez pas d’analecta à recueillir, de manuscrits à faire connaître. Le catalogue du fonds Christine a besoin de vous. Pensez-y et accoutumez-vous à cette pensée ; vous verrez qu’elle a du bon. À nous de vous préparer les voies.

  • 77 L. Duchesne, De Macario magnete et scriptis ejus, Paris, 1877.

Nous sommes occupés à concevoir et à rédiger le projet de traité avec Thorin pour nos impressions et nous commencerons par vous. J’ai envoyé vos mémoires et analecta à Paris et j’ai prié M. Egger de se faire remettre votre Macarius Magnes77. J’espère que tout ira bien et que vous trouverez, au retour, des épreuves à corriger.

  • 78 Léon Clédat (1851-1930), membre de l’École française de Rome (1875-1876).

Mille vœux de bon succès, de bonne santé et de bon retour. Pensez à l’École de Rome, qui vous le rend bien. M. Müntz a quitté Rome, MM. Martha et Clédat78 vont partir. M. Bloch fait vite un mémoire sur les Statores. Tout le monde va bien.

Encore une fois mille souhaits.

Bien à vous affectueusement,

A. Geffroy.

8. Duchesne à Geffroy – 1876, 22 août – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2039-2040v.

  • 79 Augustin David (1812-1882), évêque de Saint-Brieuc et Tréguier (1862-1882. Le diocèse de Saint-Brie (...)

Je regrette d’autant plus de ne pas vous avoir rencontré hier que je suis obligé de partir ce soir pour Saint-Brieuc. Mon évêque m’y donne rendez-vous pour me conférer le canonicat honoraire de sa cathédrale. Cette distinction que j’étais loin de m’attendre à recevoir si tôt est une preuve que Mgr David79 s’intéresse vivement aux travaux que j’ai faits à l’École de Rome. La lettre particulièrement bienveillante par laquelle il m’annonce sa décision ne fait aucune mention de l’université catholique où d’ailleurs je n’ai encore aucun titre officiel ; c’est donc bien au membre de l’École que ce canonicat s’adresse.

J’ai remis à Thorin la première partie de mon manuscrit et lui ai donné toutes les indications nécessaires pour que les épreuves me rejoignent rapidement en Bretagne. Vous n’avez donc plus à vous en inquiéter.

  • 80 M. Collignon, Quid de collegiis epheborum apud Graecos, excepta Attica, ex titulis epigraphicis com (...)

Quant à la thèse latine, il est convenu que l’on priera M. Foucart de la lire et de faire un rapport à M. Egger. De ce côté-là aussi, tout est arrangé. Je veux cependant vous dire encore une fois qu’il ne me semble pas prudent de mettre cette thèse dans la Bibliothèque de l’Ecole ; ce serait grever votre budget, trop restreint, puisque M. Dumont réclamera certainement la moitié des 5 000 francs. Je crois aussi qu’il n’a pas l’intention de faire imprimer aux frais de l’École les thèses latines de MM. Collignon et Bayet80.

  • 81 Charles Thurot (1823-1882), philologue classique et romaniste, membre de l’Académie des inscription (...)

J’aurais voulu avoir l’avis et les observations de M. Thurot81 sur mes thèses afin de pouvoir en profiter avant l’impression ; malheureusement j’ai oublié de le chercher vendredi à la séance de l’Académie.

M. Müntz et M. Clédat ont bien voulu venir ces jours derniers à Stains. Je ne suis pas bien au courant mais il me semble que M. Clédat n’est pas en voie d’obtenir une position cette année. Je me suis permis de lui dire qu’il est impossible que vous ne vous en occupiez pas efficacement et que vous m’avez parlé dans ce sens vendredi dernier.

  • 82 Eugène Frélaut-Ducours (1834-1904), vicaire général de l’évêché de Saint-Brieuc et Tréguier.

Dunque, aux premiers jours d’octobre. D’ici là, je suis à Saint-Brieuc, chez M. l’abbé Frélaut-Ducours82, vicaire général, jusqu’au 1er septembre et à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) tout simplement, jusqu’au 1er octobre. Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments respectueux.

L. Duchesne.

9. Duchesne à Geffroy – [1876], 8 septembre – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12934, fol. 363-364.

Monsieur,

Je viens vous donner des nouvelles de notre imprimeur qui se conduit très bien, c’est-à-dire qui imprime vite et correctement : je lui ai déjà envoyé trois feuilles et selon toute apparence j’en recevrai d’autres demain.

  • 83 Henri Wallon (1812-1904), historien et homme politique, membre (1850) et secrétaire perpétuel (1873 (...)
  • 84 Alfred Lorquet (1815-1883), ancien élève de l’École normale supérieure (1833), alors secrétaire de (...)

Avec cette justification, ma thèse française ne prendra pas plus de 9 à 10 feuilles ; c’est un vrai bonheur que vous consentiez à lâcher ma thèse latine car elle eût été vraiment trop étriquée. Pauvre thèse latine ! Arrivera-t-elle jamais à bon port ? M. Egger a inventé une combinaison inacceptable : au lieu d’endosser purement et simplement les conclusions d’un rapport que M. Thurot ou M. Foucart pourraient lui faire, il veut que M. Wallon83 soit informé de l’intervention de ces messieurs. M. Foucart n’accepte nullement cette idée et M. Lorquet84 m’a prévenu qu’on ne le ferait jamais agréer de M. Wallon. D’un autre côté, M. Thurot, d’après une lettre qu’il a écrite à M. Foucart réclame un chapitre sur les autres faiseurs d’objections contre l’Évangile ce qui peut m’entraîner dans des délais infinis. Vous me proposez de demander à M. Thurot son avis sur mes deux thèses : j’accepte avec la plus vive reconnaissance et je vais lui écrire de mon côté.

Pour ce qui concerne le reçu et les clefs de mes caisses, je n’en ai ni besoin ni souci mais je dois vous remercie du bon accueil que vous leur avez fait.

  • 85 Auguste Bougot (1842-1892) soutint les thèses suivantes : Essai sur la critique d’art : ses princip (...)

J’ai ici un de mes anciens camarades de collège, M. Bougot85, professeur à Henri-IV ; il paraît que c’est vous qui avez vu sa thèse : il s’inquiète de savoir si vous serez encore à Paris pour la soutenance. Et moi donc !

Agréez, Monsieur, l’expression de mon respect et de mon entier dévouement.

L. Duchesne.

10. Duchesne à Geffroy – 1876, 12 septembre – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2041-2043.

Pour commencer par ce que vous voulez bien appeler la grande question, je dois d’abord vous dire, toute fausse modestie mise de côté, que je la considère comme extrêmement petite. La tradition, c’est vous. Vous avez pris pied assez solidement sur la terre romaine pour être à même d’y tendre la main à qui que ce soit. Le seul service que je pourrais rendre aux nouveaux membres de l’École, ce serait de leur indiquer les auberges, les heures et adresses des bibliothèques, etc., toutes choses qui s’apprennent en huit jours. Je ne comprends pas que vous parliez de direction morale, de direction scientifique. L’École a eu jusqu’à présent une bonne tenue. C’est qu’elle a été recrutée parmi les gens civilisés. Vous n’avez pas sans doute l’intention d’y introduire des bohèmes.

  • 86 Léon Renier (1809-1885), historien spécialiste d’épigraphie latine, membre de l’Académie des inscri (...)
  • 87 Theodor Mommsen (1817-1903), historien allemand, spécialiste de la Rome antique : il fut l’initiate (...)
  • 88 Wilhelm Adolf Becker (1796-1846), archéologue classique, commença un Handbuch der Römischen Althert (...)
  • 89 Joachim Marquardt (1812-1882), historien spécialiste de l’Antiquité romaine, poursuivit le travail (...)

Quant à la direction scientifique, il faut songer que Chatelain et Berger ne sont pas des novices. Ils doivent savoir ce qu’ils veulent faire et comment on s’y prend, vous verrez comme ils auront vite installé leurs nids dans les bibliothèques. Encore un choix comme ces deux-là et la tradition de recherches érudites sera assurée. Si j’avais ici quelque droit à parler, je vous engagerais à ne prendre cette année que trois candidats, quatre au plus, autrement vous aurez encore des interruptions. C’est surtout l’élément normalien qu’il ne faudrait introduire qu’à petites doses : rien ne force à y recourir cette année. L’érudition pratique doit être tout d’abord enracinée fortement et tenir par sa masse contre tous vents de littérature ou de poésie ; une année sans agrégés serait une bonne avance : l’année prochaine un normalien qui aurait suivi les cours de M. Renier86 et médité Mommsen87, Becker88 et Marquardt89 pourrait être utilement appliqué à un travail dans le genre de celui de M. Bloch.

En organisant ainsi les choix, en écartant surtout les excentriques d’idées ou de conduite, vous aurez, je crois, peu de souci à prendre pour maintenir l’École à la hauteur de vues, de tenue et de valeur scientifique qu’elle a atteinte ces trois années-ci et particulièrement la dernière. Mais je cherche en vain en quoi je pourrais vous aider.

  • 90 Pietro Micca (1677-1706), soldat-mineur au service du duc de Savoie, qui se signala par un acte d’h (...)
  • 91 Alessandro Pieralisi était à cette époque le bibliothécaire de la bibliothèque du prince Barberini.
  • 92 Giovanni Battista De Rossi (1822-1894), archéologue et épigraphiste italien, célèbre par sa redécou (...)

Il est cependant possible que mes raisons ne vous convainquent pas. Dans cette hypothèse, je ne pense pas qu’il y ait grand danger à reculer l’ouverture de mon cours jusqu’au commencement de janvier et je ne demanderais pas mieux que d’employer deux ou trois mois à montrer à la jeune génération l’enseigne de Pietro Micca90 et le tricorne du chanoine Pieralisi91. En même temps, je visiterais catacombes et musées et je tâcherais d’arracher à M. De Rossi92 un programme de cours. Quant à remettre ce cours à l’année prochaine, c’est chose impossible, je ne m’y déciderais jamais : outre qu’il faut faire une fin, l’ouverture a déjà été trop annoncée, beaucoup plus que je ne l’aurais désiré.

  • 93 L’abbé corse Lucien-Auguste Letteron (1844-1918) se spécialisa dans ses premières publications dans (...)

Je ne connais pas personnellement l’abbé Letteron93, mais je pourrai avoir des renseignements d’une tierce personne. Croyez-vous donc avoir tant besoin d’un abbé ? Je vous assure que le côté pontifical s’en embarrasse fort peu : celui-ci est agrégé, il vient de province et rien n’annonce qu’il se soit exercé à quelque travail d’érudition. Encore une fois, gare aux agrégés !

Si vous avez le temps de jeter un coup d’œil sur les épreuves, vous seriez bien aimable de m’envoyer vos corrections : j’ai fait remettre Liber pontificalis en toutes lettres, mais lacuneux n’a pu être changé. Il aurait fallu bouleverser le texte en cet endroit. Que voulez-vous, il faut bien indiciis monstrare recentibus, abdita rerum. Les deux premières feuilles sont parties avec mon bon à tirer ; si vous ne les trouvez pas suffisamment correctes, il sera encore temps de refuser le vôtre. Pour le nombre d’exemplaires, il faudrait prévenir tout de suite l’imprimeur. On me dit qu’il en faut 80 ( ! ! !) pour la Faculté ; j’en voudrais de plus 40 ou 50 pour moi ; bien entendu, tout ce qui dépassera le nombre attribué aux auteurs dans la Bibliothèque de l’École restera à mon compte personnel.

À bientôt, Cher Monsieur, croyez-bien que si les choses s’arrangent de manière à ce que je retourne à Rome, ce ne sera pas pour moi un médiocre plaisir que de passer encore quelques semaines avec vous.

Agréez l’expression de mon sincère dévouement.

Votre bien affectionné serviteur, L. Duchesne.

11. Duchesne à Geffroy – 1876, 6 novembre – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2044-2045.

Monsieur,

L’imprimeur m’apprend que vous avez défendu de tirer sans votre bon à tirer ; nous voilà arrêtés, car il ne peut composer qu’un petit nombre de feuilles. Ayez la bonté, je vous prie, de ne pas tarder à envoyer votre signature et s’il était possible de revenir sur cette décision, au moins en ce qui concerne ma malheureuse thèse, je vous le demanderais instamment. À la distance où vous êtes et avec les échanges de lettres que nécessiterait un changement introduit par vous, nous n’en finirions jamais.

Ce contretemps, que rien ne me faisait prévoir, arrive d’autant moins à propos qu’il est accompagné d’une autre mésaventure. Cinq chapitres de ma thèse ont été perdus à la poste, en manuscrit. N’ayant ni brouillons, ni notes, j’ai été obligé de tout reprendre, vous jugez au prix de quels ennuis. Je me soumets à cette dure nécessité, et voilà qu’au moment de recommencer à composer, l’imprimeur m’écrit qu’il en est empêché par votre visa.

Je vous en prie, envoyez-le lui tout de suite. Ayez confiance ; vous avez vu et revu ce travail. M. Thurot aussi, qui le juge très favorablement ; il porte le visa de la faculté. Ayez pitié de mes ennuis.

Agréez, Monsieur, l’expression de mon entier dévouement.

L. Duchesne.

12. Duchesne à Geffroy – 1876, 17 novembre – Stains

Orig., Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2046-2048v.

Monsieur,

Vous m’avez rendu un bien grand service en envoyant de suite votre bon à tirer pour les feuilles 7-10 du Liber pontificalis et en m’autorisant à faire tirer les suivantes sans autre formalité. Désormais, l’impression va suivre son cours régulier, et j’ai lieu de croire que dans quinze jours elle sera terminée. La thèse latine étant déjà toute composée, j’espère que les premiers jours de décembre ne se passeront pas sans que je puisse déposer les deux thèses et prendre rang pour la soutenance.

  • 94 Sous le titre d’Analecta, le « Fascicule premier » de la Bibliothèque des Écoles française de Rome (...)

Cela étant, une question se pose. Le moment où l’on parlera de mon travail dans les journaux coïncidera avec celui de la soutenance. C’est alors que les acheteurs se présenteront chez Thorin : je ne me flatte pas de les voir se bousculer à la porte de ce libraire, cependant on a déjà parlé de mes études sur le Liber pontificalis et votre article dans la Revue des Deux Mondes aura sans doute pour effet d’exciter la curiosité des personnes qui s’intéressent à l’histoire ecclésiastique. Que ces personnes soient en plus ou moins grand nombre, il est certain qu’elles ne trouveront aucun exemplaire chez Thorin, car les Analecta de ces messieurs94 n’étant pas imprimés, notre volume n’aura pas paru.

Je crois devoir vous signaler cette difficulté qui se reproduira à toutes les thèses ; il serait peut-être bon de détacher celles-ci complètement, au moins lorsqu’elles ont une étendue assez grande comme la mienne, qui aura 14 ou 15 feuilles, soit 240 pages. Les travaux de moindre dimension pourraient être groupés ensemble. Cette méthode est suivie par l’École des hautes études qui publie par fascicules que l’on réunit ensuite en volumes sous une pagination commune. Dans le cas présent, on pourrait organiser un frontispice contenant seulement : Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, second volume, ou quelque chose d’équivalent. Puis viendrait un second frontispice portant seulement : Étude sur le Liber pontificalis par M. D., membre de l’École de Rome. Quant les feuilles de ces messieurs seraient prêtes, on les brocherait avec ce second frontispice analogue à celui-ci, comme « Étude sur Grimaldi », etc. par M. Müntz, m[embre] de l’Éc[ole] de Rome, en continuant la pagination, puis viendrait le mémoire Clédat dans le même appareil. Tout étant paru, on brocherait le tout ensemble. Ceci aurait deux avantages :

1° la thèse pourrait être livrée au commerce dès le moment de la soutenance ;

2° les personnes qui ne s’intéressent qu’à tel ou tel travail pourraient se le procurer séparément. Il est bien entendu qu’on réserverait toujours les plus grand nombre des exemplaires de chaque fascicule pour constituer des volumes complets et avoir ainsi des collections bien assorties.

Voilà le cardinal Antonelli défunt ; je ne crois pas cependant qu’il y ait aucun espoir d’arriver à vos fins avant la mort du pape ; nous sommes en fin de règne ; tout ira comme à l’ordinaire jusqu’au moment suprême, et vraiment ce moment-là peut changer tellement les choses, et les changera même si sûrement et si gravement qu’il me semble naturel de l’attendre. L’essentiel est de se tenir prêt, car tout le monde se précipitera, aussitôt les portes ouvertes.

  • 95 La Kölnische Zeitung, journal fondé au XVIIe siècle et qui prit ce nom en 1802, était un journal lo (...)

La Gazette de Cologne a publié dernièrement un plan d’invasion du Vatican qui me semble de pure fantaisie95 ; il est possible cependant qu’on ait des intentions pareilles, sans le dire. Si cela est, il y aura deux papes et un schisme déplorable. Dieu veuille écarter ce malheur, et pour l’Église, et pour l’Italie qui n’a certes pas intérêt à le provoquer.

Je reviens à nos moutons. Avez-vous pris une décision par rapport au volume des Archives des missions ? Il vous semblera naturel, je pense, que ce volume qui est le premier paraisse avant le second, et surtout il nous faut mettre entre les deux titres l’accord le plus parfait qu’il sera possible. On y réussirait, je crois, par la combinaison que je vous ai proposée, laisser le volume tel que l’Imprimerie nationale l’a fait, en introduisant avant le frontispice tiré par elle un autre frontispice ne portant que ceci : Bibl. des écoles fr. d’Ath. et de Rome, 1er volume, Thorin, 1876.

Pour introduire cette combinaison dans ma thèse, il y a une facilité de plus : j’y mettrai une dédicace sur la feuille qui suivra le frontispice ; une fois les exemplaires de thèse tirés à part, on pourrait reporter le frontispice à ce feuillet qui devient inutile et le remplacer par le frontispice général de l’École : Bibl. des écoles etc. De cette façon, il n’y aurait pas un feuillet de plus à ajouter.

Agréez, Monsieur, l’expression de ma reconnaissante affection et veuillez bien offrir mon respect à Madame Geffroy.

Votre bien dévoué

L. Duchesne.

13. Duchesne à Geffroy – [1876], 26 novembre – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2163-2164v.

Monsieur,

J’ai reçu ce matin votre lettre du 22 et je vous demande pardon de vous donner tant d’ennui pour nos publications. Votre solution est excellente ; en pressant la publication de ces messieurs, on arrivera à temps.

Pour le Liber pontificalis tout est imprimé sauf la conclusion et la préface que j’attends encore. Du manuscrit, je n’ai entre les mains que les addenda et corrigenda. Je vais faire tirer de suite la feuille de titre qui, ne présentant l’ouvrage que comme une thèse, reste en dehors des combinaisons relatives à la Bibliothèque.

Le titre de Macarius attend encore un nom d’éditeur. Je veux mettre ma thèse latine chez le libraire qui aura le dépôt du texte et M. Foucart n’a pas encore choisi.

Il a été question, je crois, de faire nommer Nicolas Hadji-Thomas protégé français et je crois savoir que vous avez engagé cette affaire à la Direction des consulats. Où en est-elle ?

  • 96 Jean-Baptiste Pitra (1812-1889), bénédictin de l’abbaye de Solesme en 1842, cardinal en 1863, nommé (...)

J’attends toujours pour écrire au cardinal Pitra96 d’avoir un exemplaire de l’un de nos livres à lui envoyer. Hélas ! Même pour le Mont Athos, cette consolation m’est encore refusée. Il paraît que l’Imprimerie nationale est exaspérée. Pourvu qu’on ne jette pas nos volumes dans la rue pour s’en débarrasser plus vite.

  • 97 Johann Bollig (1821-1895), orientaliste allemand entré dans la Compagnie de Jésus en 1853. Il fut m (...)
  • 98 Bollig fut professeur d’arabe et de sanscrit au Collège romain à partir de 1863. Duchesne passa deu (...)

Je crois, en effet, que le cardinal Pitra doit respirer plus à l’aise, mais avec son caractère à ma terreur en succède une autre. Vous pourriez vous mettre en relation avec le nouveau préfet de la Vaticane, le père Bollig97, jésuite, dont je ne vous indique pas la nationalité pour la raison qu’il parle tellement toutes les langues des trois parties du monde qu’on ne saurait l’attribuer avec certitude à une race déterminée. J’ai suivi trois mois son cours d’arabe au Collège Romain, voilà douze ans98, et je puis vous assurer que c’est un homme aimable et fort bien élevé. Peut-être même est-il anglais.

  • 99 Allusion aux registres des papes du XIIIe siècle pour lesquels l’École française jouit d’une autori (...)
  • 100 Louis-Prosper Gachard, Les Archives du Vatican, Bruxelles, 1874.
  • 101 Beda Dudik (1815-1890), historien morave entré dans l’ordre bénédictin en 1836, membre de l’Académi (...)
  • 102 Ludwig Konrad Bethmann (1812-1867), historien allemand, directeur de la bibliothèque de Wolfenbütte (...)
  • 103 Friedrich Bluhme (1797-1874), juriste et historien du droit. Il publia un Iter italicum (4 tomes en (...)
  • 104 August Potthast (1824-1898), historien allemand. Il venait de publier ses fameux Regesta pontificum (...)
  • 105 Jacques-Paul Migne (1800-1875) publia les registres d’Innocent III dans les tomes 214 à 217 de sa P (...)

Quant aux manuscrits pour lesquels vous pourriez profiter de facilités nouvelles99, ils sont suffisamment indiqués dans Gachard100, Dudik101, Bethmann102, Blum103, etc. Les regestes de Potthast104 vous seront très utiles si les archives viennent à s’ouvrir. En tout cas vous feriez bien d’acheter les lettres d’Innocent III publiées par Migne, Patrologie latine105. Cette collection donnerait une idée de l’intérêt des documents à explorer et du sens des recherches à entreprendre.

  • 106 Ernest Vinet (1804-1878) fut le premier bibliothécaire de l’École des Beaux-Arts nommé en 1862. Il (...)

Toute l’ancienne École est partie pour la province car M. Müntz qui est en train de se faire confectionner une calotte de velours pour complaire à M. Vinet106 et votre serviteur qui attend toujours une foule de choses, même une nomination.

Croyez-moi toujours, Monsieur, votre bien dévoué L. Duchesne.

  • 107 Émile Chatelain (1851-1933), historien et philologue, membre de l’École française de Rome (1876-187 (...)
  • 108 Duchesne fait sans doute allusion à l’édition des Opera omnia de Fulbert de Chartres (v. 960-1028) (...)
  • 109 Les écrits de Fulbert de Chartres font l’objet d’une étude dans le tome VII de l’Histoire littérair (...)

P.S. J’ai parlé à Châtelain107 des lettres de Fulbert de Chartres qui sont aussi intéressantes que mal publiées108. V. l’Histoire littéraire109 ; il y en a de bons manuscrits à Rome ; on pourrait en faire un analectum solide.

14. Duchesne à Geffroy – [1876], 26 décembre – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2173-2174v.

Monsieur,

  • 110 L’imprimerie Chauvin imprima le premier volume de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes e (...)

Voilà bien longtemps que je vous néglige. Vous me le pardonnerez quand je vous aurai dit mes tribulations. Mon curé est malade, de sorte que j’ai tout le travail de la paroisse, ce qui n’est pas peu dans ces temps de fête. Pour comble de bonheur, les paroissiens s’entendent pour mourir, se marier et naître avec un ensemble très inopportun. Aujourd’hui je suis brisé de fatigue et pour m’achever M. Chauvin de Toulouse110 me tend une carte amère.

Enfin l’impression est terminée, les volumes suivent à Paris ou sont déjà arrivés. J’écris ce matin à Thorin de vous envoyer par les voies rapides le premier exemplaire qui lui parviendra.

  • 111 Friedrich Klincksieck, originaire de Francfort-sur-le-Main, s’installa à Paris en 1838 et y fonda s (...)

Il a fallu mettre ma thèse latine chez Klincksieck111 pour contenter M. Foucart et lui donner un format immense pour faire le bonheur de M. Egger. Mais comme on ne peut contenter tout le monde et son père, voilà Thorin qui réclame, qui s’arrache les cheveux et m’accuse de la plus noire ingratitude.

Je talonne M. Müntz, pour le faire avancer un travail. Clédat m’écrit de Lyon qu’il s’étonne de n’avoir pas reçu d’épreuves. Tout ira donc bien et sera terminé à temps.

Reste le malheureux volume du Mont Athos qui fait l’exaspération de tout le monde au ministère et à l’Imprimerie nationale. M. de Renémesnil a parlé de le jeter dans la rue ; Thorin, cœur généreux, doit se précipiter pour le recueillir et l’abriter. Qui donc ou quoi donc le fait ainsi rester en détresse ?

Clédat est le seul de nous tous qui ait ouvert son cours. Je ne sais quand le mien commencera. Cela dépendra, je crois, du doctorat.

  • 112 Le Bullettino d’archeologia cristiana fut d’abord mensuel (1863-1869), puis trimestriel (1870-1882) (...)

Avez-vous des nouvelles de M. De Rossi ? Il semble qu’il soit mort, car on ne voit paraître ni bulletin ni Rome souterraine112. De ce dernier ouvrage, je voudrais bien avoir un exemplaire aussitôt l’apparition.

  • 113 Marie, Alphonse, René de Maulde (né en 1848), sous-préfet des Sables d’Olonne (Vendée) du 7 juillet (...)

Le sous-préfet des Sables-d’Olonne113 me croyant encore à Rome m’a écrit pour me demander des renseignements sur un artiste et un chapitre. Pour l’artiste, je l’ai mis en relation avec M. Müntz qui les a tous dans son inépuisable portefeuille. Pour le chapitre, je me suis contenté de lui montrer les archives toujours fermées et l’École de Rome atteste en vain les dieux du mauvais côté de la porte.

Buone feste e buon capo d’anno à vous, Cher et Vénéré Monsieur, à Madame Geffroy et à tous ces messieurs.

L. Duchesne.

15. Geffroy à Duchesne 1877, 2 janvier – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 347-348.

Cher Monsieur Duchesne,

  • 114 C'est-à-dire les familiers, la familia au sens latin du terme. C'est la graphie utilisée par Duches (...)
  • 115 François-Marie-Benjamin Richard de La Vergne (1819-1908), archévêque de Paris (1886-1908), cardinal (...)
  • 116 Antonio Saverio De Luca (1805-1883), cardinal en 1863 ; il était depuis 1863 préfet de la congrégat (...)
  • 117 Georg Heinrich Pertz (1795-1876), historien allemand. Il fut responsable des Monumenta Germaniae hi (...)
  • 118 Cf note 31 : le volume de la série Gesta pontificum Romanorum des M.G.H. contenant une nouvelle édi (...)

Merci de vos vœux pour l’École. Hier soir à dîner nous avons bu le champagne aux absents et aux ancêtres, dont vous êtes les οἴκεται114. J’ai eu encore à veiller au grain - à votre grain - ces jours-ci. Un prélat m’a dit hier qu’il avait encore peur pour votre Liber p., que ce serait terrible pour l’archevêque de Paris115, pour l’université catholique, que l’on compte tant sur vous, que vous êtes le seul..., etc., etc. Je n’ai pas pu – en une visite rapide et de jour de l’an – obtenir des éclaircissements. J’ai du moins été ce matin voir le cardinal De Luca116, n’annonçant que visite de déférence. Lui-même, au cours de la conversation, m’a dit que « le cardinal Pitra allait vous écrire à propos du travail que veut faire M. Pertz117 sur le Liber – publication du texte avec commentaires118 – que le cardinal allait vous demander une 2e édition, etc... » J’ai jugé à propos de ne pas questionner tout d’abord à ce sujet : je pensais et je pense encore que les expressions allaient au-delà de la réalité – une 2e édition ne se décrète pas comme cela au pied levé : cela veut dire sans doute qu’on vous conseillera, lors de la 2e édition, de faire tels changements. Nous avons parlé d’autres choses : le cardinal De Luca a fait venir de beaux livres sur la Sicile, qu’il m’a montrés, etc. À la fin de la visite je lui ai parlé du cardinal de Paris et je lui ai demandé s’il n’était pas désormais tout à fait assuré que nous n’aurions, vous et nous, aucunes suites aux craintes du printemps dernier. Et, très vivement, il m’a assuré que non - ce qui confirme ma conjecture de tout à l’heure, si je ne me trompe. Notez que nous avions fait visite hier, jour de l’An, au cardinal Pitra, qui ne m’a rien dit de cela. Je crois que nous pouvons être assurés contre un véritable échec mais je voudrais savoir ce qu’on entend par cette demande d’une seconde édition.

Non, ce que vous m’envoyez ne me suffit pas pour ma bibliographie. On me demande tout, même les plus courtes publications. Si vous avez fait quelques tirages à part, même les moins étendus, consignez-les et envoyez-moi, pour cette belle exhibition, un exemplaire.

Mille compliments et mille vœux.

A. Geffroy.

16.Duchesne à Geffroy – 1877, 10 janvier – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2050-2051v.

Monsieur,

  • 119 Ersilia comtesse Caetani Lovatelli (1840-1925), archéologue italienne. La graphie Locatelli, qui ne (...)
  • 120 Wilhelm Henzen (1816-1887), archéologue, philologue et épigraphiste allemand, secrétaire du Deutsch (...)

Je vous ai fait envoyer le premier exemplaire du Liber et le second du Macarius, le premier pour celui-ci étant dû à M. Foucart. Il a fallu le mettre chez Klincksieck où sera déposé le texte et lui donner cette grande taille qui fait le bonheur de M. Egger et le désespoir de M. Lorquet. J’ai aussi envoyé ces productions à M. De Rossi, à la comtesse Locatelli119 et au cardinal. Vous jugerez s’il convient d’en inonder également M. Henzen120.

La soutenance ne se présente d’aucun côté de l’horizon. Quatre candidats sont installés avant moi dans le bureau de M. Lorquet : après avoir essuyé un refus dans mes obsécrations auprès du premier d’entre eux, je suis en ce moment accroché au second, qui est un professeur du lycée de Grenoble. Je lui représente l’agrément qu’il y aurait pour lui à différer sa soutenance jusqu’aux vacances de Pâques, mais il est douteux que ces séductions printanières puissent fléchir son coeur.

Que devient mon volume du Mont Athos ? Je vous préviens que ce Mont Athos va passer chez moi à l’état de monomanie ; Thorin est exaspéré du nombre de fois que je le lui demande, M. de Renémesnil en sort également de son naturel, vous devez en être rebattu. Mais c’est égal, je vous en rebatterai (sic) encore tant que je n’aurai pas mon Mont Athos. Je crierai, je pleurerai, je bousculerai les chaises..., mon Mont Athos ! Je veux mon Mont Athos, na !

Que pense M. De Rossi de mon Liber ? Entre nous le jugement de la Faculté est le cadet de mes soucis, mais la sentence du grand homme me tient la respiration en suspens. Vous avez bien vu qu’il y a une préface ; il a même fallu y ajouter un paragraphe dont je me serais bien privé ; mais on me trouve déjà si diable qu’il faut bien me blanchir un peu.

  • 121 Giacomo Antonelli (1806-1876), cardinal en 1847, secrétaire d’État du pape Pie IX depuis 1848. Il v (...)

Il nous arrive de Rome par des échappées de journaux certains effluves du caquetage romain à propos du cardinal Antonelli121. Que de choses curieuses ont doit dire dans les bons coins. Hélas ! je devrais bien réprimer ma curiosité, dans ce triste temps où il nous tombe de tous les côtés des histoires aussi authentiques que malpropres. On n’a pas d’idée du tripudium que mène là-dessus notre presse de ruisseau.

M. De Rossi est-il donc mort ou mourant qu’on ne voit ni Rome souterraine, ni Bulletin ?

Je sais que vous avez bien voulu vous occuper de Nicolas, candidat au titre de protégé français. Y-a-t-il quelque chose de fait ou de près d’être fait ? Nous avons, Collignon, Bayet et moi tant d’obligations à ce brave garçon que nous considérons tous son affaire comme la nôtre.

Adieu, Cher Monsieur, pardonnez-moi de vous ennuyer et de vous rouler toujours ce Mont Athos sur la tête, mais sur ce point je remets la contrition à plus tard et je ne me repentirai que quand j’aurai enfin ce cher volume.

Agréez l’expression de mon profond respect.

Votre bien dévoué L. Duchesne

Le cours n’est pas encore commencé.

17. Duchesne à Geffroy – 1877, 25 janvier – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2052-2053v.

Monsieur,

  • 122 Auguste Choisy (1841-1909), polytechnicien, historien de l’architecture, effectua une mission de si (...)

C’est bien réellement vous que j’ai entretenu de Nicolas. Voici ce dont il s’agit. Feu M. Moulin qui le connaissait beaucoup et l’appréciait à sa valeur avait intention de le faire nommer protégé français en récompense des services rendus à diverses missions scientifiques, la mienne en 74 au Mont Athos et en Thessalie, celle de M. Choisy122 en 75 en Asie Mineure et en Syrie, enfin celle de 76. Il lui avait même donné un passeport français, comme à un de nos nationaux. L’affaire peut être mise en train à la Direction des consulats où vous connaissez peut-être quelqu’un. On pourrait faire valoir non seulement les services rendus par un homme intelligent, adroit, dévoué et déjà formé à l’appréciation des monuments épigraphiques ou autres.

  • 123 Wilhelm Röstell (1799-1886). Duchesne fait ici référence à Ernst Platner, Carl Bunsen, Wilhelm Röst (...)
  • 124 Ferdinand Piper (1811-1889). Duchesne fait référence à son ouvrage Einleitung in die monumentale Th (...)

Pour le Liber pontificalis, vous trouverez des notices dans les deux ouvrages de Röstell123 et de Piper124 cités au bas de la page 4. Je pense à Chatelain et lui écrirai prochainement sur ce sujet que j’ai déjà entamé avec lui.

D’après la manière dont on m’a parlé de notre volume à l’Imprimerie nationale, je crois que l’on ne vous fera pas une couverture nouvelle. Vous pourriez la faire faire par Thorin, ce serait le plus simple et alors vous auriez la liberté de la rédiger comme il vous plairait.

  • 125 Apostolidis, ancien conservateur de la bibliothèque nationale d’Athènes, avait retrouvé un manuscri (...)

J’ai senti à la Faculté des lettres les effets de vos bienveillantes recommandations et c’est vous que je remercie de la complaisance avec laquelle M. Lorquet a bien voulu me faire passer vers la fin de février. Il faut toutefois que le texte de Macarius soit en vente ces jours-ci au plus tard. Malheureusement la question de propriété est hispidissima ; héritiers de Blondel, héritiers d’Apostolidis125, tout s’en mêle et Dieu sait quand ces volumes, déjà brochés et emballés, passeront enfin de l’Imprimerie nationale dans la boutique de Klincksieck.

La bonne comtesse m’a écrit une belle lettre en cicéronien dont je suis encore ému et confondu. On n’est pas plus aimable. Si M. De Rossi veut citer le L. p., je crois que la soutenance est assez voisine pour qu’il n’y ait pas d’inconvénient.

Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments bien affectueux.

L. Duchesne.

18. Duchesne à Geffroy – 1877, 3 février – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2054-2055v.

Monsieur,

  • 126 Duchesne prêtait beaucoup aux normaliens. Antoine (de) Tounens (1825-1878) fut proclamé roi d’Arauc (...)

Je comprends vos perplexités ; il est en effet, grâce à l’activité que vous avez montré, M. Dumont et vous, pour nous assurer des positions, bien difficile de choisir entre tous les titres dont nous sommes ornés. Mais ne croyez-vous pas qu’il vaudrait mieux n’en mettre aucun, sauf la qualification uniforme d’anciens membres de l’École de Rome ou de l’École d’Athènes ? J’ai souvenance qu’il y a des normaliens dans le commerce des denrées coloniales, l’un d’eux, je crois, conquit la royauté d’Araucanie126. Espérons que notre destin ne réserve ni cet excès d’honneur ni cette indignité, mais enfin ? Je vous donne comme certain qu’un Parisien que je pourrais citer a un docteur en droit au service de ses chevaux.

  • 127 La coupe dite de Podgoritza fut découverte en 1870 près de Doclea en Dalmatie, puis envoyée à Podgo (...)
  • 128 Outre le Bullettino di archeologia cristiana et la Roma sotterranea cristiana, G. B. De Rossi était (...)
  • 129 La genèse de cet ouvrage fut longue (voir ici même les lettres nos 20, 27, 31, 44 et 45) : Martyrol (...)

J’ai écrit ces jours derniers à M. De Rossi en termes qui calmeront sans doute ses inquiétudes. C’est toujours la même antienne ; il a empêché Bayet de s’occuper des portes de Saint-Paul et du vase de Podgoritza127 ; il m’a interdit l’étude des basiliques de Rome et quand j’ai voulu travailler au Liber pontificalis, il m’a fait observer qu’il y avait de bien beaux travaux à faire sur les livres épiscopaux de France. Heureusement, j’ai pu faire la sourde oreille et je m’en trouve assez bien pour continuer. S’il a copié des manuscrits, j’en ai copié aussi ; s’il a dépensé de l’argent, j’ai aussi fait quelques voyages paléographiques dont le coût a entamé désagréablement mon budget. Qu’il publie sa Rome souterraine, ses inscriptions128 et son bulletin, c’est bien assez, c’est même déjà trop. Du bulletin de 1876, on n’a encore vu que deux numéros, le troisième volume de la Roma [sotteranea] tend à devenir un mythe et quant aux inscriptions, nous serons bien tous morts avant d’en voir un second volume. Pour le Martyrologe il m’a offert de collaborer129 ; j’accepte cet immense honneur ; ce n’est pas peu de chose que d’avoir son nom sur la couverture d’un ouvrage en compagnie de celui du grand homme, j’allais dire de Dieu. Mais quant à m’interdire un travail parce qu’il prétendra l’avoir dans ses cartons... flûte.

  • 130 Ulysse Chevalier (1841-1923), prêtre, bibliographe et médiéviste. Il est connu pour son Répertoire (...)

Je ne connais pas personnellement l’abbé Chevalier130, mais je crains qu’il ne soit trop occupé pour entrer dans vos idées ; il travaille à un Potthast français conçu sur un plan plus vaste que son prédécesseur allemand.

  • 131 Eugène Müntz publia dans la Revue archéologique une suite d’articles intitulés Notes sur les mosaïq (...)

J’écris aujourd’hui à Châtelain. M. Müntz sera toujours dur à la détente pour les Mosaïques131. Merci de vos conseils pour Nicolas. Je vais embrêcher l’affaire à Salonique.

Votre bien dévoué L. Duchesne.

19. Duchesne à Geffroy – 1877, 10 février – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2056-2057.

Monsieur,

  • 132 Le prix Zographos fut attribué en 1877 au volume de Bayet et Duchesne (Revue des études grecques, 1 (...)

La Société des études grecques semble disposée à couronner le volume du Mont Athos132. Une seule objection a été faite, c’est que le tirage à part n’a pas été offert. Vous voyez donc qu’il y a nécessité urgente de lâcher enfin ce légendaire volume.

Autre chose, plus importante encore. Je crois que M. Müntz est encore dans les corrections. Ceci signifie que le volume de la Bibliothèque où figure le Liber pontificalis ne paraîtra pas avant le milieu de mars. Il faut compter de quinze jours à trois semaines pour le transport des volumes de Toulouse à Paris ; ajoutez à cela le temps nécessaire au tirage et au brochage, enfin les lenteurs de la correspondance à de grandes distances. J’ai donc tout lieu de craindre que votre volume n’arrive après la soutenance et bien en retard. Cela me serait très dommageable et pourrait dans une certaine mesure préjudicier au débit du volume lui-même. Rassurez-moi donc, je vous en prie, en me disant que vous avez envoyé tous les bons à tirer et que les exemplaires sont sur la route de Paris.

Agréez l’assurance de mes sentiments bien dévoués, mais croyez que je suis dans l’inquiétude la plus poignante.

L. Duchesne.

20. Duchesne à Geffroy – 1877, 2 mars – Stains

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2058-2059v.

Monsieur,

La soutenance a été définitivement arrêtée pour le 10 courant ; un accident arrivé à l’une des thèses précédentes a occasionné ce retard dont je ne me plaindrais pas si les malheureux volumes pouvaient en profiter et arriver à temps. J’espère que vous aurez donné tous les bons à tirer ; soyez assez bon pour me rassurer là-dessus ou tout au moins pour me fixer une date. Vous n’imaginez pas comme je suis inquiet et ennuyé de tout cela ; Thorin ne veut ou ne peut rien m’expliquer ; c’est à peine s’il me reçoit poliment.

  • 133 Le Bulletin de correspondance hellénique fut créé en 1877 ; il succédait, après une période d’inter (...)

M. Dumont a déjà lancé son bulletin133 et il est assez souvent question à l’Académie des travaux de l’École d’Athènes ; les nôtres ne se publient pas et j’ai souvenance d’avoir écrit il y a quelque temps à Chatelain pour l’engager à envoyer de quoi faire parler de l’École.

  • 134 L’abbé Joseph-Alexandre Martigny (1808-1880) était l’auteur d’un Dictionnaire des antiquités chréti (...)
  • 135 Edmond Le Blant (1818-1897), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1867, direc (...)

Le cardinal Pitra m’a écrit pour me dire qu’il est très mécontent du Liber pontificalis ; dans son impression, je vois beaucoup de préoccupation personnelle ; en somme, il ne conteste pas les résultats et ne critique pas la méthode. Seulement, il est vexé de voir un débutant (ce mot lui revient souvent sous la plume) commencer par de si grosses besognes. Croyez bien que De Rossi est aussi là-dedans et que ses frayeurs relativement au Martyrologe lui font appréhender qu’on ne fasse encore sans lui un travail qu’il s’est réservé. Il faudrait le contraindre à rendre compte du Liber ; je sais qu’il objectera que son bulletin ne fait pas de bibliographie, mais cela ne l’a pas empêché d’analyser et de recommander le dictionnaire de Martigny134, les ouvrages de M. Le Blant135 et bien d’autres choses encore. S’il s’avisait d’avoir soufflé ses impressions au cardinal Pitra, j’ai un autographe où il chante une autre antienne.

  • 136 Louis-Auguste Himly (1823-1906), archiviste paléographe, historien, doyen de la faculté des lettres (...)

C’est M. Himly136 qui doit disséquer ce malheureux Liber. J’oubliais de vous dire qu’il a passé sous les yeux de M. Waitz, directeur des Monumenta, et que M. Waitz m’a fait écrire des choses très aimables.

Adieu, Cher Monsieur, croyez à mon entier dévouement à vous et à notre chère École.

L. Duchesne

21. Duchesne à Geffroy – 1877, 10 mars – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2060-2061.

Monsieur,

  • 137 Eugène Benoist (1831-1887), latiniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1 (...)

Enfin, voilà passé la grande épreuve. Je me hâte de vous dire qu’elle s’est terminée par l’unanimité. Le matin j’ai été serré de très près ; on m’a reproché de n’avoir pas analysé le texte de Macarius et M. Benoist137 a fortement maltraité mon latin. Mais le soir, j’ai été redoré et par M. Benoist lui-même et surtout par M Himly dont la précision et la politesse exquise ont été très remarquées. Malgré tout, vous manquiez là et à la Faculté et au soutenant. Au moins votre souvenir a-t-il été évoqué à plusieurs reprises et le soutenant n’a pas perdu de vue la promesse que vous lui aviez faite d’être présent d’esprit.

Je vous écrit à la hâte ces quelques lignes pour vous annoncer l’heureux résultat. Thorin m’a dit que dans une huitaine les volumes seront en vente.

  • 138 Georges Perrot (1832-1914), archéologue et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et bel (...)

M. Perrot138 est venu à la soutenance exprès pour me remercier d’avoir dédié une des thèses à l’École d’Athènes. M. Benoist n’était pas du même avis ; il aurait voulu que je me fusse qualifié d’ancien élève de l’École des hautes études. J’ai dû défendre la priorité du titre de membre de l’École de Rome. M. Wallon a trouvé que l’expression Gallica in Urbe schola n’est pas bien choisie ; le mot in Urbe le choque.

Agréez l’expression de mes sentiments bien dévoués.

L. Duchesne.

J’ai vu que De Rossi est en train de compter les planètes qui gravitent dans son orbite : notre tour viendra.

22. Duchesne à Geffroy – [1877], mercredi 9 mai – Paris, « 96 rue de Grenelle »

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2171-2172v.

Monsieur,

Enfin notre premier fascicule a paru ! Je ne sais si ce nouveau-né vous donne toute satisfaction ; pour moi, j’aurai besoin de le regarder longtemps avant de le trouver beau. Un mystère où je me perds, c’est l’absence de frontispice : grâce à cette ingénieuse simplification, le Liber pontificalis est devenu anonyme. Permettez-moi de déposer ici mes protestations les plus énergiques ; je réclame, je revendique, je m’insurge. Imaginez la bonne figure que je vais faire ; tout le monde dira que ce n’est pas moi, et par le fait, une fois la couverture supprimée pour la reliure, tous mes titres auront disparu. Voyons, Cher Monsieur Geffroy, laissez-vous attendrir : un petit frontispice, s’il vous plaît.

Ce Thorin est stupide de laisser paraître des livres ainsi fagotés ! Vous allez voir maintenant qu’il ne nous fera pas de publicité. Quand on lui parle de ce dernier point, il vous tend avec conviction un numéro de la Bibliographie de la France. Mais je vais me mettre à ses trousses ; déjà je lui ai fait envoyer un exemplaire à la Revue des questions historiques, un autre à la Revue historique. Mais pour l’Allemagne, je suis embarrassé, car enfin va-t-il falloir que j’écrive à chaque revue importante pour dire que c’est moi qui suis le papa et si je le fais quelle tête sera la mienne ? Ô frontispice !

  • 139 « Un vieux monsieur, suisse et protestant, doué de quelque littérature, d’un peu de sentiment artis (...)
  • 140 Quoiqu’il ait le même âge que Duchesne, ce dernier fait sans doute allusion à Samuel Berger (1843-1 (...)
  • 141 Élie Berger (1850-1925), archiviste paléographe, membre de l’École française de Rome (1876-1880), m (...)

Ma seule consolation c’est M. Frossard139 qui s’est installé à mon cours et me rappelle par sa bonne figure toute cette chère année dernière où dans la simplicité de mon âme je ne soupçonnais pas qu’un jour viendrait où le ministère me refuserait un frontispice. Beaux jours finis ! M. Berger140, le frère de mon collègue actuel141, vient aussi quelquefois ; c’est un jeune homme bien sympathique.

  • 142 La thèse française de Maxime Collignon, qui forme le fascicule 2 de la Bibliothèque des Écoles fran (...)

Je ne crois pas que nous devions nous préoccuper maintenant d’Analecta. Il faut laisser passer l’École d’Athènes et Psyché surtout142, personne fort respectable pour laquelle même des Romains doivent avoir tous les égards.

Dans le manuscrit 808 du Vatican (mss. grecs) il y a une vie de l’apôtre saint Philippe ; c’est une légende tout à fait absurde, mais ancienne et curieuse. Si quelqu’un de ces messieurs pouvait la publier, ce serait peut-être un Analectum assez sortable. Dans tous les cas, il faudrait m’en faire copier la première et la dernière page afin que je voie jusqu’à quel point ce texte est inédit ; ce point établi, ces messieurs pourraient marcher de l’avant.

Je suis maintenant établi 96, rue de Grenelle, tout près de la rue du Bac qui maintenant est en proie aux démolisseurs. Le passage Sainte-Marie n’est plus qu’un monceau de ruines ; vous ne retrouverez plus la rue Saint-Dominique.

Adieu, Cher Monsieur, pardon de mes bêtises mais croyez bien que ce frontispice me paraît au fond fort drôle.

Votre bien dévoué L. Duchesne.

23. Duchesne à Geffroy – 1877, 13 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2062-2063v.

Je vois que vous prenez les choses à la romaine et que vous avez conscience des charbons ardents cachés sous des cendres trompeuses. « Jouons serré ! » c’est la devise de la situation. Pas de paroles, pas de démarches inutiles. Visons au renseignement. Un homme prévenu, dit un vieux proverbe de notre pays, en vaut deux qui ne le sont pas. Je vous communiquerai sans retard tout ce que j’apprendrai.

L’archevêché de Paris ne peut croire à une condamnation, il l’accepterait sans trop de difficulté, pensant que la loyauté et l’obéissance remédient à tout. C’est trop d’honnêteté. Une condamnation est plus possible qu’on le croit dans ce monde plein de franchise et serait, j’en suis sûr, plus préjudiciable qu’on ne peut le penser.

Nous sommes dans une fin de pontificat ; tout est possible aux gens pressés ; faire monter jusqu’au pape des appréciations sensées sur l’état des esprit et les besoins des sociétés est depuis longtemps impossible. Les gens qui sont devant nous ont toutes les passions mauvaises masquées des sentiments les plus vénérables. Ils nous réduisent à avoir une pensée et un langage que l’on accorde au jour le jour et par expédients. Mais leur temps est mesuré et on ne les supporte qu’autant qu’il le faut pour ne pas compromettre l’avenir. Vous comprenez ce que j’entends par avenir : il s’agit d’idées, de procédés, de terme, tout le reste à mes yeux est méprisable.

  • 143 Dominicain de la province de France.
  • 144 Henri-Dominique Lacordaire (1802-1861), dominicain, restaurateur de l’ordre dominicain en France so (...)

Le Père Ligier143 est l’homme ; ce n’est pas un esprit libéral, ne le confondez pas avec le Père Lacordaire144 et sa progéniture française, mais c’est un homme honnête, bon, dévoué et connaissant bien la machine. Il importe de lui faire tenir deux ou trois exemplaires du premier fascicule ; il le fera passer à quelques consulteurs connus de lui et au besoin tâchera qu’on consulte ces consulteurs.

En somme il n’y a certainement pas une hérésie ni un manque de respect envers qui que ce soit dans toute ma thèse. Voilà huit jours que je la passe au crible et je ne suis pas le seul. Les jésuites ont un article tout prêt, très favorable ; l’auteur, prévenu par moi des circonstances où ce travail pourrait paraître a déclaré qu’il n’en retrancherait pas une syllabe. En ce moment-ci, j’instrumente avec grande chance de succès pour avoir un autre article dans la Civiltà cattolica.

  • 145 Jules Morel (1807-1890), chanoine honoraire d’Angers, consulteur de l’Index. La lettre de Duchesne (...)

Malgré tous nos efforts, nous n’avons encore pu savoir, ni par Rome, ni par Paris, s’il y a une dénonciation formelle et qui l’a signée, mais il est toujours infiniment probable que cela vient d’Angers, soit par l’évêque, soit par un certain abbé Jules Morel145, rédacteur de L’Univers et enragé au plus haut degré. Ces deux personnages n’en sont pas à leur première délation ni à leur premier échec en ce genre.

Déjà on peut être sûr qu’il ne peut y avoir de surprise ; nos amis sont avertis.

  • 146 Maurice Le Sage d’Hauteroche d’Hulst (1841-1896), fondateur en 1875 de l’Université catholique libr (...)

L’archevêque de Paris et l’abbé d’Hulst146 seront à Rome (séminaire français) du 20 au 25 juin ; vous pourriez les voir, mais incognito. Les démarches officielles avec leurs facettes polies ne mènent à rien du tout.

Mes regrets des ennuis que je vous vaux, à droite et à gauche. Qu’est-ce que cette gauche ?

Votre bien affectueusement dévoué L. Duchesne.

24. Geffroy à Duchesne – 1877, 16 juin – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 349-350v.

Mon Cher Monsieur Duchesne,

Je suis obligé de quitter Rome demain. Le médecin me l’ordonne absolument. Il vient de guérir ma rate et mon foie surexcités par deux accès consécutifs de fièvre romaine, avec vomissements constants etc. Il déclare qu’il ne répond pas, si je reste, qu’un troisième accès ne reviendra pas prochainement. Que voulez-vous faire ? Bien malgré moi, il faut que je parte. Cela me contrarie infiniment ; je voulais, même avant notre affaire, rester jusqu’au commencement de juillet ; c’est devenu impossible.

  • 147 Dominicain de la province de France.
  • 148 Emmanuel Fernique (1854-1885), membre de l’École française de Rome (1876-1878).

J’aurais voulu voir ici Monseigneur de Paris. Du reste il me semble que tout va bien. J’ai vu encore aujourd’hui le Père Bonnet147 et M. De Rossi. Le P. Bonnet m’avait fait dire hier par M. Fernique148 – je vous l’ai écrit – qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Il me l’a confirmé aujourd’hui en ajoutant qu’un membre de la congrégation avait dit, en apprenant de qui venait l’attaque, que c’était une tête trop ardente et que le coup ne porterait pas. J’envoie au P. Bonnet et au P. Ligier les deux exemplaires que j’ai ici de de votre Liber ; ils les feront lire par des consulteurs, bien qu’ils regardent la peine comme un peu inutile.

D’autre part M. De Rossi a vu le cardinal De Luca, préfet de la congrégation, qui paraissait tout ignorer, qui s’il avait entendu de cela quelque chose, semblait croire que c’était le cardinal de Paris qui entrait en guerre. Quand on lui a dit que c’était précisément le contraire, il a paru fort étonné qu’on pût concevoir quelque inquiétude. M. De Rossi n’a pas reçu vos réponses à ses diverses questions. Il peut être important que vous lui répondiez exactement , car il veut saisir, me dit-il, toute occasion d’éloigner tout embarras à ce sujet. C’est déjà pour une autre affaire et comme par hasard qu’il voyait aujourd’hui le cardinal De Luca et il croit que c’est la meilleure manière de servir votre cause.

En résumé, il me semble qu’il faut surtout nous appuyer sur le cardinal de Paris, pour qui notre insuccès serait évidemment un déplaisir et une sorte d’échec. Envoyez deux ou trois exemplaires encore au P. Bonnet et au P. Ligier, si toutefois l’affaire n’est pas étouffée dès maintenant.

Savez-vous d’ailleurs si le livre est déféré et avez-vous envoyé votre lettre officielle ?

J’écris en ce moment au cardinal De Luca, auquel M. De Rossi avait annoncé ma visite ; je lui ai expliqué comment, encore aujourd’hui, le médecin ne m’a laissé sortir que ce matin pour aller chez le banquier faire les affaires de l’École.

Mille vœux et sentiments dévoués.

A. Geffroy.

25.Duchesne à Geffroy – [1877], 30 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2161 et v.

Monsieur,

Recevez d’abord mes vœux pour vous et pour toute l’École. Puissiez-vous trouver, copier, inventorier, analyser, commenter, publier des milliers de choses intéressantes.

  • 149 Sur la bibliographie de L. Duchesne, voir J.-C. Picard, Bibliographie, dans L. Duchesne, Scripta mi (...)

Quant à la liste de mes œuvres, elle est facile à faire. Il y a mes deux thèses, plus le voyage du Mont Athos, quelques articles publiés dans la Revue critique, la Revue des questions historiques, la Revue archéologique, la Revue du monde catholique, le Bulletin d’Athènes149. Mais ces kleine Schriften sont peu dignes de figurer à une exposition. Le volume Blondel-Foucart a pour titre Μακαρίου Μάγνητος Ἀποκριτικά. Ma thèse latine n’en est pas la préface, il en a une spéciale.

Dunque, buon capo d’anno a tutti.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’expression de mon respectueux dévouement, L. Duchesne.

74, rue de Rennes.

  • 150 Le 29 décembre 1877 Geffroy avait adressé une lettre à ce sujet à l’Académie des inscriptions et be (...)

Qu’est-ce donc que cette découverte de Sipontum150 ? Va-t-on retrouver quelque bibliothèque dans cette Herculanum d’un nouveau genre ?

26. Duchesne à Geffroy – 1878, 14 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2064-2065v.

J’ai pris des renseignements sur l’affaire avec l’Indice et je me suis convaincu que tout va aussi bien que possible. Le mot du cardinal de Luca me semblait déjà très rassurant : mais en ces choses, il faut beaucoup de sûretés : omnia tuta timens.

  • 151 Agénor Bardoux (1829-1897), ministre de l’Instruction publique du 18 décembre 1877 au 4 février 187 (...)

En ce moment la cuistrerie de M. Bardoux151 nous cause des ennuis et m’exaspère au delà de toute idée. Ce bon apôtre a promis au cardinal de faire ou plutôt de terminer ce qui n’est qu’une formalité. Pour se dégager de cette promesse il a lui-même excité des tempêtes dans les journaux soi-disant libéraux. Quelle engeance ! M. Waddington n’aurait pas fait cela. Nous en verrons bien d’autres d’ailleurs et en tout genre avant que la sombre année qui commence ne soit arrivée à son terme.

  • 152 je regretterais, souligné.

Quant à l’Exposition, je ne puis que vous redire ce que je vous ai marqué dans ma dernière lettre. En dehors de mes deux thèses et du Mont Athos et du bulletin d’Athènes, il n’y a rien qui puisse rentrer sous la rubrique de l’École ; je n’ai même pas d’autre tirage à part que celui du petit article sur Saint-Clément que j’ai eu l’honneur de vous offrir mais que je regretterais152 de voir joint à mes travaux d’École.

À chacun son genre. M. Müntz pourra vous offrir une montagne de tirages à part. Moi j’aime mieux ne pas être concisus in frusta.

  • 153 Georges Perrot, Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome, sur les travaux de ces de (...)
  • 154 Émile Chatelain s’occupa exclusivement de philologie durant son séjour romain : voir École français (...)

Année fertile en événements pour l’École. Vous avez vu M. Gambetta dans sa gloire, vous allez assister à l’apothéose de Victor-Emmanuel et peut-être à d’autres choses encore. Que de sujets de mémoires philosophiques ! J’ai lu le rapport Perrot153. Décidément, dame Académie tient à son dada : il lui faut de l’archéologie. Il faut dire aussi que certains ne l’ont pas servie à souhait. Châtelain, bien que persécuté pour faire quelque chose, a prouvé qu’il n’était pas homme à ponere totum154.

Tout cela m’intéresse comme si c’était moi : en fait, c’est encore moi, car mon esprit voltige souvent dans les salles et salons du Palais Farnèse.

Votre bien respectueusement dévoué L. Duchesne.

27. Duchesne à Geffroy – 1878, 22 mars – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2066-2067v.

Monsieur,

  • 155 L. Duchesne, De codicibus mss. Graecis Pie II in Bibliotheca Alexandrino-Vaticana, Paris, 1880 (Bib (...)
  • 156 Cette publication tarda quelque peu : L. Duchesne, Notes sur la topographie de Rome au Moyen Âge. V (...)
  • 157 Probablement L. Duchesne, Une satire du XIVe siècle, dans Bulletin critique 1, 1881, p. 354-361.

Je viens de repasser mes Analecta et je n’y vois pas grand-chose d’immédiatement présentable. Ce qu’il y a de plus fait, ce serait le catalogue des mss. de Pie II, à condition qu’on le donnât pour ce qu’il vaut, c’est-à-dire pour une ébauche155. Saint Alexis pourrait aller aussi, mais c’est roba gelosa ; voyez si vous osez156. Il en est de même d’un repudium ambitionis, petite pièce curieuse, mais peu propre à relever l’honneur des courtisans de la prélature au xiiiie (sic) siècle157. Mais comme c’est en latin, on a le droit de croire que les zelanti ne le liraient pas.

Je ferai tout ce que vous voudrez, trop heureux de me réinsérer dans cette bonne École de Rome dont le souvenir m’est toujours si cher. Les accroissements prodigieux de votre bibliothèque me donnent des accès de jalousie.

  • 158 Abel Henri Joseph Bergaigne (1838-1888), indianiste, membre de l’Académie des inscriptions et belle (...)

M. Collignon a soutenu avec courage l’impétuosité de M. Benoist le latiniste et l’ennui noir distillé par M. Bergaigne le védique158. On lui a donné l’unanimité avec quelques considérants restrictifs. Comme toujours, M. Perrot a été parfait.

  • 159 Richard Schöne (1840-1922), archéologue participa à la rédaction, avec Karl Zangemeister, des Inscr (...)

M. Mommsen a écrit à Schoene, qui est ici pour le Corpus159, toutes sortes de bien sur le Liber pontificalis, malgré le chagrin où il est, dit-il, d’avoir à louer un « ultramontain ». C’est le style de l’homme. À Rome aussi, on n’est pas si mécontent de ce pauvre Liber ; je reçois de haut des encouragements à faire une édition ; il faudra bien que je m’y mette.

Cela, l’enseignement et le Martyrologe me prendront tout mon temps et les Analecta seront moins bien peignés que si je n’avais rien à faire.

  • 160 E. Fernique, Note sur les dernières fouilles de Palestrina, dans CRAI, 1878, n° 1, p. 16-22.

J’ai lu avec le plus grand plaisir la communication relative aux fouilles de Palestrina160. L’Antiquité est encore ce que l’Académie agrée le plus volontiers.

Mes compliments à ces messieurs.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’assurance de mon respectueux attachement.

Votre bien dévoué, L. Duchesne.

28. Duchesne à Geffroy – 1878, 24 mai – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2068.

Monsieur,

J’ai toujours l’intention de vous envoyer un analectum de ceux dont je vous ai déjà parlé ; mais je me permets de vous demander grâce jusqu’au 1erjuillet ; d’ici là je n’ai pas un moment pour respirer.

Agréez l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

P.S. J’ai célébré hier le mariage de Châtelain, avec un fort panégyrique des deux patients. Cet hymen est bien drôle. Le discours pourrait fournir un analectum, je le tiens à votre disposition.

29. Duchesne à Geffroy – 1878, 31 juillet – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2070 et v.

Monsieur,

Je regrette vivement de ne pouvoir me permettre une excursion à Bièvre lundi prochain : c’est juste le jour de mon départ, à moins que je ne parte samedi. L’occasion se représentera, je l’espère, de vous rencontrer. Je serai de retour à Paris à la fin de septembre. Je tiens à votre disposition, comme analectum, le catalogue de la bibliothèque Pie II au Vatican ; des indices tout récents m’ont démontré que ce fonds est absolument ignoré des savants. Seulement il doit être bien entendu que je ne donnerai que les descriptions telles quelles ; un catalogue minutieux exigerait des recherches énormes. Rien ne presse pour la publication ; il vaut même mieux attendre que l’École soit rentrée et le Vatican rouvert ; de cette façon, s’il y a quelques vérifications à faire, cela sera facile.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’expression de mon entier dévouement.

Votre bien affectionné L. Duchesne.

30. Duchesne à Geffroy – 1878, 28 août – Saint-Brieuc

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2072 et v.

Monsieur,

Ce n’est pas avec Thorin que je me suis arrangé pour le tirage à part de ma thèse ; je me suis adressé à l’imprimeur lui-même. N’ayant pas sa facture sous la main, je ne puis vous donner des indications très précises. Je crois cependant que cela m’est revenu à 270 ou 280 francs tout compris. On n’a tiré à part que 100 exemplaires, ce qui m’a paru insuffisant, la Faculté en réclamant déjà 70. M. Clédat fera bien de profiter sur ce point du désagrément que j’ai éprouvé.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

31. Duchesne à Geffroy – 1879, 12 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2074-2075v.

  • 161 Bernard de Montfaucon (1655-1741), moine bénédictin de la congrégation de Saint-Maur. Il est, entre (...)
  • 162 Le Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde a été fondée au sein des MGH e (...)

Enfin, je réponds à vos bienveillants auguri et à vos réclamations non moins aimables. Comme je vous l’avais promis, je tiens à votre disposition le catalogue du fonds Pie II et je vous l’enverrai quand vous voudrez. Sans doute ce travail est bien imparfait, mais d’une part il n’existe aucun catalogue de ces manuscrits, pas même au Vatican, d’autre part, l’usage s’est établi depuis longtemps de déballer sans cérémonie les notes prises dans les Itinera. Montfaucon161, Blum, Bethmann ont donné l’exemple et les continuateurs de Pertz le suivent dans leur Neues Archiv162.

M. De Rossi continue à ne pas me renvoyer mon manuscrit du Martyrologe. C’est véritablement étrange, étant donné ses préventions contre tout travail entrepris sur son terrain, je commence à croire qu’il veut m’empêcher de publier mon mémoire. Il y aura lieu d’entreprendre une campagne pour délivrer ce prisonnier. Mais d’abord je vais m’acquitter d’une dette de 100 francs envers l’illustre archéologue, cela me permetra d’aller de l’avant avec plus de résolution.

  • 163 CRAI 1879, p. 2, séance du 3 janvier 1879 : « M. Geffroy, directeur de l’École française de Rome, a (...)

Je fais des vœux pour que cette année-ci ne soit pas moins féconde que les précédentes en heureuses découvertes et en travaux intéressants. Qu’est-ce donc au juste que ces deux écoles, l’une guelfe, l’autre gibeline qui s’installent en ce moment à Rome ? Le compte rendu de l’Académie vous fait tenir là-dessus un langage officiel163. Il doit y avoir une autre façon d’apprécier ces fondations nouvelles ; j’aimerais pouvoir en causer de plus près avec vous.

Je n’ai envoyé qu’une carte au cardinal Pitra, n’ayant rien à lui dire, surtout d’agréable. Il a, même dans ses amabilités, un ton pédant que je ne puis supporter. Réussirez-vous mieux ? Je le souhaite.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mes sentiments de respect et de dévouement. Veuillez bien offrir mes hommages à Madame Geffroy et mes amitiés à mes jeunes collègues.

Votre bien affectionné L. Duchesne.

32. Duchesne à Geffroy – 1879, 30 mars – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2076-2077v.

Monsieur,

Si je n’étais pas excusé par la raison de force majeure, j’aurai grand honte de vous faire tant attendre. Le catalogue de Pie II est là, sur ma table, qui attend qu’on lui fasse une toilette sommaire avant de le produire en public ; mais c’est à peine si je puis lui consacrer un quart d’heure tous les quinze jours. Tout ce que je puis vous promettre, c’est de l’insérer dans la première valise après les vacances de Pâques.

J’avais ouï dire aussi que vous étiez moins pressé d’imprimer, ayant déjà donné beaucoup plus de fascicules que l’École d’Athènes. S’il en est ainsi, vous aurez moins de peine à me faire crédit.

  • 164 Théophile Homolle (1848-1925), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres fut membre d (...)

Vous verrez probablement M. G. Homolle, le frère de mon sympathique collègue Th. Homolle164. Ce pauvre jeune homme est bien malade ; je crains qu’il ne finisse à Rome ; il se préoccupe de cette éventualité et je crois qu’il serait bien aise de trouver un prêtre français à qui causer de choses sérieuses. Je lui ai indiqué M. l’abbé Captier, supérieur des sulpiciens aux Quatre-Fontaines, frère du dominicain que les communards ont assassiné.

  • 165 dans Montfaucon, souligné.
  • 166 Le manuscrit est aujourd’hui conservé sous la cote Ottoboniani latini 909 et contient les pièces su (...)

J’aurais besoin d’une petite recherche dans un manuscrit latin du fonds Christine ; il s’agit du n° 350 dans Montfaucon165 ; je voudrais avoir une description sommaire du manuscrit, surtout au point de vue de l’âge166. Il y a dedans une pièce que Montfaucon intitule « Le roman d’Amil et Damis » ; ce fait vérifié, on me rendrait service en copiant l’incipit et l’explicit, 10 à 15 lignes à chaque extrémité. Peut-être un de ces messieurs accepterait-il la tâche de me rendre ce petit service.

  • 167 Duchesne s’était porté candidat le 18 décembre 1878 (Bulletin de la Société nationale des Antiquair (...)
  • 168 Édouard Corroyer (1835-1904), architecte, élève de Viollet-Le-Duc, membre libre de l’Académie des B (...)

M. Müntz m’a dit que vous vous étiez vivement intéressé à ma candidature aux Antiquaires167 ; je vous en remercie bien vivement ; j’ai failli réussir du premier coup, ce qui eût été presque désagréable, car M. Corroyer168 a bien des titres et j’aurais regretté de lui faire obstacle.

Veuillez bien, Monsieur et Cher Maître, me rappeler au souvenir de ces messieurs et présenter mes respects à Madame Geffroy.

Votre bien respectueusement dévoué L. Duchesne.

  • 169 G. Waitz, Über die verschiedenen Texte des Liber pontificalis, dans Neues Archiv der Gesellschaft f (...)
  • 170 L. Duchesne, Le premier Liber pontificalis, dans Revue des questions historiques, 29, 1881, p. 246- (...)

P.S. Waitz a fait un article sur le Liber pontificalis169 ; ses critiques n’ont pas un fondement bien solide ; j’ai une réponse toute prête qui paraîtra dans la Revue des questions historiques en juillet avec une lettre de M. De Rossi170, lettre que j’attends, soit dit par parenthèse, avec une certaine impatience.

33. Duchesne à Geffroy – 1879, 1er mai – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2078-2079

  • 171 Charles Donat (1850-1880), membre de l’École française de Rome (1878-1879)
  • 172 G. Bayet, Recherches pour servir à l’histoire de la peinture et de la sculpture chrétiennes en Orie (...)
  • 173 Charles Giraud (1802-1881), juriste spécialiste de droit romain, membre de l’Académie des sciences (...)
  • 174 Exupère Caillemer (1837-1913), historien du droit et des institutions grecs.
  • 175 Ici, note de Geffroy : « Nous le faisons dès cette année ». C’est en 1880 que fut nommé membre de l (...)

J’ai mis à la valise le catalogue de Pie II. Il y a un manuscrit à repêcher, le n° 22 ; si le cardinal Pitra veut se laisser fléchir et permettre d’en faire la description, tout ira bien. M. Donat171 m’a écrit et je lui ai répondu. Ces vocations pour l’archéologie chrétienne m’inquiètent un peu ; tout le monde a voulu en faire ; c’est De Rossi qui en est la cause, il éblouit ces jeunes gens. Mais il est bon qu’ils réfléchissent que De Rossi a tous les monuments dans ses cartons et qu’en France il n’y a rien de sérieux à faire en ce genre. M. Le Blant n’aura jamais d’auréole ; cela tient sans doute à ses qualités naturelles, mais aussi et surtout à ce que la France n’a pas de monuments chrétiens d’une haute antiquité. C’est à Rome et en Orient qu’il faut s’adresser. Pour l’Orient, la place est prise, Bayet vient de soutenir une thèse très brillante172. En revanche, il n’y a pas beaucoup de monde dans le sillage de MM. Renier, Giraud173, Caillemer174 ; ce sont là des positions à occuper et si l’École de Rome ne les prend pas, ma foi, ce sera singulier175.

  • 176 Geffroy venait d’indiquer quelques découvertes par une lettre lue lors de la séance du 28 mars 1879 (...)

Voilà l’antienne que j’ai exécutée devant M. Donat ; j’y persévère, d’autant plus que l’École de Rome annonce peu d’antiquaires et pourtant ! Quel temps fut plus jamais fertile en trouvailles ? Vous nous racontez des histoires des mille-et-une-nuits dans les comptes rendus de l’Académie : des statues par demi-douzaines, des peintures plus belles que Pompei176. Que de sujets de mémoires !

  • 177 L. Duchesne, La date et les recensions du Liber pontificalis, dans Revue des questions historiques, (...)

Le Liber pontificalis a été étudié par M. G. Waitz au point de vue des manuscrits, son système est un peu différent du mien mais je vais lui répondre dans un article des Questions historiques177.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’expression de mon respectueux et reconnaissant attachement.

L. Duchesne.

34. Duchesne à Geffroy – 1879, 30 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2080-2081.

Monsieur,

J’écris aujourd’hui à M. Chauvin. La date de votre retour est trop tardive pour que j’espère vous rencontrer à Paris. Absolument éreinté par le travail de cette année, je sens le besoin de m’échapper au plus tôt vers la mer.

Ce qu’on dit à Rome du Liber pontificalis a un fondement, fundamentum in re, comme disent les théologiens. La vérité est que plusieurs cardinaux m’ont fait parvenir le désir dont il s’agit ; une des lettres est semi-officielle mais je ne pense pas qu’elle engage à aucun degré la responsabilité personnelle du Saint Père.

Je n’ai pas encore publié ma réponse à M. Waitz. Le manuscrit est chez M. De Rossi qui a bien voulu l’orner d’une lettre-préface ; on le mettra dans le n° d’octobre des Questions historiques.

  • 178 Charles Loyson, en religion le Père Hyacinthe (1827-1912), prêtre et prédicateur français. Entré ch (...)

M. Frossard est venu me voir un de ces jours derniers : il m’a beaucoup parlé du plaisir qu’il trouve à vos réunions ; en ce moment il étudie le catholicisme gallican sous la direction de M. Hyacinthe Loyson178. C’est un brave homme bien intéressant.

Agréez, Monsieur, l’expression de mes sentiments respectueux, avec lesquels j’ai l’honneur d’être votre bien affectionné et reconnaissant élève.

L. Duchesne.

35. Duchesne à Geffroy – 1879, 8 août – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2082-2083.

Monsieur,

Ne sachant où mes lettres vous trouveraient et engagé moi-même dans les premiers ébats d’un professeur échappé de sa geôle, j’ai gardé le silence jusqu’à ce moment.

  • 179 la mise en pages, souligné.

Monsieur De Rossi commandeur en cette année anticléricale, c’est bien curieux : ce ne sera pas un de vos moindres miracles. L’imprimeur Chauvin m’a envoyé, à mon grand étonnement, la mise en pages179 du catalogue : j’aurais pensé qu’une composition de [ce] genre eût dû être mise d’abord en placard ; des vérifications et des remerciements sont nécessaires. Il m’était impossible de les entreprendre au moment de mon départ de Paris ; je ne pourrai m’y mettre qu’à mon retour dans la dernière quinzaine de septembre. D’ici là, M. Chauvin pourra attester les dieux mais il n’aura pas le bon à tirer ; cela lui apprendra à aller aussi vite en besogne.

  • 180 Albert Dumont, alors directeur de l’École française d’Athènes, venait d’être nommé directeur de l’E (...)

Parmi les impressions que m’a causées la nomination de M. Albert Dumont180, l’une des premières a été le sentiment du bien qui ne peut manquer d’en résulter pour notre chère École de Rome.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mes sentiments respectueux et dévoués, L. Duchesne.

36. Duchesne à Geffroy – 1879, 12 septembre – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2084.

Monsieur,

J’ai l’honneur de vous remettre l’épreuve corrigée du catalogue de Pie II, avec les feuilles manuscrites des tables que ce excellent imprimeur a négligé de composer. Ce n’est qu’un premier coup de balai ; il y aura encore beaucoup à retoucher.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression du profond respect avec lequel j’ai l’honneur d’être votre bien dévoué serviteur, L Duchesne.

37. Duchesne à Geffroy – 1879, 16 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2085 et v.

Monsieur,

Je réponds à la fois à votre lettre du 11 et à votre carte d’aujourd’hui.

Il y a bientôt un mois que j’ai donné le bon à tirer ; j’allais même vous porter cet instrument de paix entre Chauvin et moi, mais votre concierge m’apprit, à mon grand regret, que vous étiez parti la veille.

  • 181 L. Duchesne, La date et les recensions…
  • 182 L. Duchesne, Le premier Liber pontificalis
  • 183 Richard Adelbert Lipsius (1830-1892), théologien protestant allemand. Duchesne fait allusion à l’ar (...)
  • 184 Georg Waitz, compte rendu de la thèse de Duchesne dans Historische Zeitschrift, nouv. s., t. 8, 188 (...)

Il n’y a pas eu de tirage à part de mon article sur le Liber pontificalis181. Je vais d’ailleurs en préparer un autre182 pour répondre à M. Lipsius183 qui est un véritable farceur et à M. Waitz qui parle d’une réplique et la produira bientôt, je l’espère184.

Sans doute l’édition du Liber pontificalis est décidée et même grandement commencée ; mais je ne puis m’en occuper avec quelque continuité, empêché par les cours ; du reste, ces cours eux-mêmes m’obligent d’apprendre beaucoup de choses dont le Liber pontificalis fera son profit.

  • 185 sur votre indication, souligné.
  • 186 Il est difficile de savoir à quel article fait allusion Duchesne. Il ne peut s’agir du texte de Wai (...)

J’ai vu, sur votre indication185, l’article du Neues Archiv186 ; merci mille fois de votre obligeante sollicitude.

  • 187 Le 19 novembre 1879 Duchesne s’était porté candidat, avec Arthur Michel de Boislisle, sur le poste (...)

Les Antiquaires viennent de me coopter187 ; M. Müntz s’est donné beaucoup de mouvement. Mes parrains ont été vos deux collègues, MM. Egger et Perrot.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

38. Duchesne à Geffroy – 1880, 22 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2087-2088.

Monsieur,

  • 188 Georges Lacour-Gayet (1856-1935), membre de l’École française de Rome (1879-1881), membre de l’Acad (...)
  • 189 Le marquis Gaston du Fresne de Beaucourt (1833-1922) fonda en juillet 1866 la Revue des questions h (...)

J’ai eu le plaisir, ces jours derniers, de travailler un peu pour l’École. Il s’agissait d’un article envoyé par M. Lacour à la Revue des questions historiques188. L’épreuve qui vous avait été transmise tardant à revenir, M. de Beaucourt189 m’a prié de corriger à la place de l’auteur. Je l’ai fait de mon mieux et j’espère que M. Lacour me pardonnera de m’être ingéré dans sa besogne.

Autre chose. Dans le temps, j’ai rédigé à Rome un certain nombre de descriptions de manuscrits du fonds de la Reine. Que deviennent ces notes ? J’aurais voulu m’en servir ces jours-ci pour retrouver un manuscrit où il y a des gloses celtiques. Si vous pouviez retrouver la note afférente à ce manuscrit, qui, je crois, a dû appartenir autrefois au couvent de Saint-Magloire à Paris, ce serait tout ce que je puis désirer. Mais, afin de vous épargner cette peine, le mieux serait de me renvoyer toute la liasse de descriptions : j’y ferais moi-même les explorations nécessaires.

M. Frossard n’a pas encore fait son apparition ; il me manque quelque chose, car je suis accoutumé à le revoir tous les ans. Peut-être s’occupe-t-il de favoriser, à Genève, la séparation de l’Église et de l’État, un système qui lui tient fort à coeur.

Agréez, Monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments et en particulier de l’impatience avec laquelle j’attends votre retour à Paris.

Votre bien respectueux disciple L. Duchesne.

39. Duchesne à Geffroy – 1880, 29 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2089 et v.

Monsieur,

C’est très bien, un bulletin de l’École de Rome ; je salue avec bonheur la naissance de ce nouveau rejeton, et je serai heureux de lui donner un tour de biberon. Mais que de bulletins ! Je suis en proie aux bulletins. Il y a celui d’Athènes pour lequel M. Foucart me tire encore dessus. Il y a le Bulletin critique que j’ai fortement aidé à fonder, cette année-même ; entre parenthèses, je parie que vous n’y êtes pas abonné. Et pourtant, que de malices j’y embusque ! Il y a enfin le Bulletino. Cela fait Bulletin, Bullettino et Βυλλετινοσ : avec le vôtre, il y aura un quatrième terme, le Bullettinus.

M. le Ministre vient de m’offrir la Bibliothèque des Écoles de Rome et d’Athènes ; vous pensez avec quelle reconnaissance j’accepte ce beau cadeau.

  • 190 Victor Palmé, éditeur parisien actif durant les années 1860-1910, spécialisé dans les publications (...)

Si le libraire Palmé190 entreprend une collection de conciles, j’engagerai M. Berger à ne pas y prendre part, et je m’abstiendrai moi-même. Ce serait sans doute une belle entreprise, mais la maison Palmé qui est le règne du désordre, ne me paraît pas un lieu favorable. On y trouverait d’ailleurs trop de « catholiques » d’un certain acabit qui ne convient pas à tout le monde.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, avec mes vœux de bonne année, l’expression du respectueux dévouement, à vous et à l’École, avec lequel j’ai l’honneur d’être votre très humble serviteur.

L. Duchesne.

40. Duchesne à Geffroy – 1881, 12 avril – Lucques

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2091 et v.

  • 191 L. Duchesne, Le « Liber pontificalis » en Gaule au VIe siècle, dans Mélanges d’archéologie et d’his (...)

Si je n’avais pas eu peur de m’annoncer, vous n’auriez pas appris par d’autres mon excursion à Rome. Je vous suis bien reconnaissant de votre bon souvenir et quant à moi, j’oublie si peu l’École que je vous apporte les éléments d’un petit travail relatif encore à ce cher Liber pontificalis191.

Le cardinal Pitra est vraiment bien aimable ; mais comme j’ai l’intention de rester une dizaine de jours à Rome, je me propose de sanctifier le dimanche de Pâques autrement que par les collations à la Vaticane. Les chanoines de Lucques m’ont fait le meilleur accueil ; ma besogne est fort avancée et j’espère être à Rome le Jeudi Saint. Je m’installerai à la procure de Saint-Sulpice, 113, via delle Quattro Fontane ; ma première visite sera naturellement pour le Palais Farnèse.

À bientôt donc, Cher et Vénéré Monsieur, au plaisir de me retrouver dans la famille de l’École.

Votre bien respectueusement dévoué L. Duchesne.

41. Duchesne à Geffroy – 1881, 20 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2093 et v.

Monsieur,

  • 192 Antoine Héron de Villefosse (1845-1919), archéologue et épigraphiste, membre de l’Académie des insc (...)
  • 193 Roselyne marquise de Forbin d’Oppède (1822-1884), femme de lettres, active au sein du mouvement cat (...)

Je suis bien en retard avec vous ; au lieu d’une lettre, je devrais vous avoir déjà expédié mon travail ; mais les divers engrenages dans lesquels je suis pris ont tourné sans relâche depuis mon retour d’Italie. Ainsi est-ce avec joie que j’accueille votre proposition d’attendre au mois de septembre. Ces jours derniers, je me suis rencontré avec M. Héron de Villefosse192 chez Madame de Forbin193. On a beaucoup parlé de l’École de Rome et de son directeur ; comme j’avais des souvenirs très frais, j’ai pu faire ma partie dans le concert.

Merci toujours pour le Liber pontificalis. Je vais faire le mois prochain ma tournée d’Allemagne ; comme je m’arrêterai à Cologne, il est possible que je fasse une petite pointe à Bonn ; aussi est-ce avec plaisir et reconnaissance que je recevrai une carte pour la personne dont vous vouliez bien me parler dans votre dernière lettre.

M. De Rossi se plaint d’être repris par ses incommodités de l’an dernier ; c’est vraiment bien lamentable.

Mes compliments à ces messieurs.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mes sentiments respectueux et dévoués.

L. Duchesne.

42. Duchesne à Geffroy – 1881, 31 juillet – Saint-Servan.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2095-2096.

Cher Monsieur Geffroy,

Ne sachant où vous trouver pendant le mois de juillet, j’ai attendu votre retour à Paris et je me disposais à vous donner de mes nouvelles quand votre carte m’est arrivée hier soir. Vous êtes toujours la bienveillance même !

  • 194 Arnold Schaefer (1819-1883), historien allemand spécialiste de Démosthène. Comme Geffroy, il s’étai (...)

J’ai été bloqué à Paris pendant la fin de juin et le commencement de juillet. Impossible de songer à accomplir cette tournée en Allemagne tant désirée pourtant. Le 14 j’ai réussi à fuir en Bretagne où je suis censé respirer depuis deux semaines. Le voyage est remis au mois de septembre, si Dieu le veut. Je vous remercie bien de la lettre que vous m’avez donnée pour M. Arnold Schaefer194 ; si je fais séjour à Cologne, j’ira certainement à Bonn.

Pour le Liber pontificalis, je ne vois pas comment on pourrait s’en tirer à moins de deux volumes in-4°, dont le premier commencerait à s’imprimer dans un an ou dix-huit mois.

Quant à l’article, du moment qu’on arrivait à la fin de juin, il a fallu y renoncer. Ces choses-là ne se font pas en voyage ni en vacances. Mon Dieu ! De combien d’indulgence ai-je besoin, après tant de manques de parole !

Enfin, je sais à quel cœur je m’adresse et j’espère que vous passerez encore une fois sur mes iniquités.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

P.S. Vous avez eu peut-être quelques frais à acquitter pour les diplômes de Rome. Je serais bien aise de le savoir.

43. Duchesne à Geffroy – 1881, 26 décembre – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2097-2098.

Monsieur,

Je réponds en même temps à vos deux aimables lettres du 1er et du 15 et je vous remercie des choses bienveillantes qu’elles contiennent. M. Müntz m’a prévenu de son côté qu’on avait nommé une commission favorable. Du reste, Thorin paraît disposé à marcher, même quand le ministère ne ferait rien.

  • 195 Paul Hinschius (1835-1898), juriste allemand. Il avait procuré la première édition critique des Fau (...)
  • 196 Les frères Pietro (1698-1769) et Girolamo (1701-1781), prêtres originaires de Vérone, canonistes et (...)
  • 197 Le juriste et canoniste allemand Johann Friedrich von Schulte publia en 1863 à Giessen la première (...)
  • 198 Photius Ier de Constantinople (v. 810-893), patriarche de Constantinople, érudit et homme d’État ; (...)

Le Cod. Vat. 630 est très amplement décrit par Hinschius195 et dès avant lui il avait été étudié à fond par les Ballerini196. Il est d’ailleurs évident qu’on ne saurait entreprendre un travail quelconque sur les Fausses Décrétales sans partir de l’édition d’Hinschius et des travaux d’Hinschius lui-même, de Maassen et de Schulte sur l’histoire du droit canonique197. Quelle relation peut-il y avoir entre les Fausses Décrétales, œuvre française, et l’hellénisme en Italie ? J’avoue que je ne puis en soupçonner aucune. Quant à l’Église grecque, son développement est, au IXe siècle, tellement indépendant de celui de l’Église latine, qu’il n’y a pas lieu de chercher à les éclairer l’un par l’autre. L’esprit des Fausses Décrétales est diamétralement opposé à celui de Photius198.

Je pense toujours à vous envoyer un article sur le Liber pontificalis ; mais pour traiter comme il faut la question des recensions du VIIIe siècle, il est bon d’attendre une petite excursion que je me propose de faire à Leyde vers les vacances de Pâques.

Nous voici dans les buone feste et dans le capo d’anno. Je vous présente tous les voeux et compliments analogues à la circonstance et je vous serai bien reconnaissant de vouloir bien être à cet égard mon interprète auprès de toute la famille de l’École.

Agréez, Cher Monsieur Geffroy, l’expression de mes sentiments respectueux et cordialement dévoués.

L. Duchesne.

  • 199 S’agit-il de L. Duchesne, Une satire du XIVe siècle, dans Bulletin critique 1, 1881, p. 354-361 ? L (...)
  • 200 Le vicomte Pierre Panon Desbassayns de Richemont (1833-1912), fut représentant (1871), puis sénateu (...)

P. S. Je mets à la poste deux exemplaires d’une petite plaquette que je viens de publier avec la collaboration de mon jeune et studieux ami Romuald de Richemont199. Il se rend à Rome avec son père qui ne va pas être réélu au Sénat200. Vous les verrez sans doute. Tous deux s’intéressent beaucoup aux études historiques et archéologiques. Romuald sera heureux de bouquiner dans votre bibliothèque.

44. Duchesne à Geffroy – 1882, 22 mai – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2099 et v, carte postale portant le cachet départ de la rue Bonaparte.

Monsieur,

  • 201 La publication tarda quelques années : T. Mommsen (éd.), Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, vol. (...)

Ce n’est pas du L. p. qu’il s’agit dans mon renvoi à Mommsen, mais des Chroniques latines dont il prépare l’édition201. Il n’y a donc pas lieu de changer. J’ai envoyé à M. De Rossi un projet de prospectus pour le Martyrologe mais je ne crois pas que ce travail doive paraître dans la Bibliothèque de l’École ; au surplus, je vous en écrirai aussitôt que j’aurai un peu de temps. En ce moment, je suis noyé.

Votre bien dévoué L. Duchesne.

45. Duchesne à Geffroy – 1882, 27 mai – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2100-2101v.

Monsieur,

Enfin me voici sur le chemin du bercail. Parlons d’abord du Martyrologe.

  • 202 Wilhelm Haass avait repris la librairie Spithöver. Duchesne, repensant sans doute à la publication (...)

Il faut, je crois, le laisser publier chez Haas202 sous les yeux de M. De Rossi. Je ne puis prendre tout à ma charge et vous ne pouvez espérer faire accepter ce nouveau sacrifice à la commission du budget. Ce qui est pratique c’est de donner un peu de cœur à Haas et de le décider à marcher sans souscription. Le prospectus que j’ai envoyé à M. De Rossi, même orné de sa signature et de quelques appendices de sa propre plume, nous vaudra environ trois adhésions. Haas partira de ce chiffre pour se faire un enthousiasme et nous tirera un grand coup de chapeau. Si donc vous avez à cœur de nous donner un coup de main, tâchez de le jeter à l’eau directement sans l’intermédiaire de ce public problématique des souscriptions.

Il y a longtemps que je voudrais exposer quelque part ce que c’est que le martyrologe hiéronymien car, en bonne vérité, on n’est pas tenu de le savoir. Mais M. De Rossi ne veut pas que l’on déflore ; ne pouvant déflorer, je déplore car comment voulez-vous qu’on vous apporte son argent sans savoir tant seulement ce qu’on va vous donner en échange ? Nous tournons donc dans un joli cercle.

Je reçois à l’instant votre carte du 25. Il n’y a pas lieu de faire de correction. Quant au tirage à part, en effet, je serais heureux d’en avoir un, pas trop nombreux, 20 exemplaires tout au plus ; ces choses-là vous encombrent. On est censé les distribuer, mais c’est si ennuyeux qu’on n’ose pas.

  • 203 Luigi Bruzza (1813-1883), barnabite, archéologue et historien, très lié à G. B. De Rossi. Voir Luig (...)

La souscription de M. De Rossi est connue ici comme le loup blanc. Tout le monde a reçu des circulaires. Je le soupçonne d’avoir prêté la liste des abonnés du Bulletin d’archéologie chrétienne. Je vais mettre un mot dans le Bulletin critique ; mon offrande est partie pour chez le P. Bruzza203.

Oui, j’espère avoir l’année prochaine un suppléant pour une bonne partie de mes cours ; cela me permettra de consacrer presque tout mon temps au Liber pontificalis. Nous reparlerons de tout cela plus à l’aise quand vous serez de retour. Je vous serai bien obligé de m’indiquer la date précise de votre arrivée à Paris et de m’accorder une prompte audience, car je dois aller marier un coquin de neveu en Bretagne dans les premiers jours de juillet. Une fois là, j’y resterai bien deux mois car je me trouve très fatigué.

  • 204 Gaston Boissier (1823-1908), historien et philologue, membre de l’Académie française en 1876 (secré (...)
  • 205 Albert de Broglie (1821-1901), historien, diplomate et homme d’État orléaniste, vice-président du C (...)

J’ai dîné lundi dernier avec M. Boissier204 chez madame de Forbin. On a beaucoup causé de l’École, du chat, du cardinal qui jouait au bézigue en médisant du duc de Broglie205, de la réunion où vous avez fait fraterniser toutes les archéologies et tous les archéologues. Quels bons souvenirs !

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

46. Duchesne à Geffroy – 1882, 8 juin – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2102.

Monsieur et Cher Maître,

Je reçois une dépêche de M. l’abbé d’Hulst qui me dit que vous réclamez des souscriptions. Quelles souscriptions, ô ciel ? J’ai fait passer mes 20 fr., obole de la veuve, au P. Bruzza ; par ailleurs, j’ai constaté que toutes les personnes à qui je tendais une invitation à souscrire, en avaient déjà une. Nul ne s’est adressé à moi pour effectuer un versement quelconque. je n’ai donc rien, mais rien, à vous offrir.

Votre bien respectueusement dévoué L. Duchesne.

47. Duchesne à Geffroy – 1882, 10 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2104.

Monsieur et Cher Maître,

Imbroglio ! Mgr d’Hulst vous a remis par erreur 440 fr. qui ne sont point destinés à la souscription de M. De Rossi. C’est tout bonnement de l’argent du Bulletin d’archéologie chrétienne que je faisais passer à son directeur. Le changement d’adresse est regrettable car cela vous a fait venir l’eau à la bouche pour la souscription ; je vous en fais bien toutes mes excuses, autant que l’erreur m’est imputable, mais il est facile de réparer. M. De Rossi est prévenu : vous n’aurez qu’à lui faire passer cet argent.

Encore une fois mille pardons pour cet ennui que je vous cause.

L. Duchesne.

48. Duchesne à Geffroy – 1882, 13 août – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2105-2106.

Monsieur,

  • 206 L. Duchesne, La succession du pape Félix IV, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1883, p. 23 (...)
  • 207 Le bénédictin Tommaso Roncalli publia les Vetustiora Latinorum scriptorum chronica… (2 vol., Padoue (...)
  • 208 Camille Jullian (1859-1933), alors membre de l’École française de Rome (1880-1882).

L’exiguïté des vacances ne m’a pas permis de faire en Belgique-Hollande la petite tournée qui serait nécessaire pour parler du Liber pontificalis sous les Carolingiens ; je dois me limiter aux Mérovingiens et je mets aujourd’hui à la poste, à votre adresse, un petit travail dont vous ferez ce que vous voudrez206. Les bibliothèques étant fermées, je ne puis vérifier dans l’édition de Roncalli207 l’exactitude des textes que j’emprunte à la chronique de Marcellin. Peut-être un [de] ces messieurs, M. Jullian208 par exemple, pourrait-il se charger de jeter un coup d’œil sur ce volume. M. De Rossi doit l’avoir chez lui. Ce serait une occasion naturelle de lui faire revoir mon article qui ne peut que gagner à passer sous des yeux aussi clairvoyants. Il faudrait mettre la référence.

Pour le Martyrologe, deux points me semblent essentiels. 1° subordonner la publication aux trattative de M. De Rossi ; 2° la faire le plus tôt possible. Cela devrait passer avant le Liber pontificalis qui a besoin de s’appuyer sur une édition critique du Martyrologe.

Si M. De Rossi voulait y consentir, je vous donnerais volontiers un article sur l’utilité de cette édition.

  • 209 Aristophane, Cavaliers, 1119-1120 : ὁ νοῦς δέ σου / παρὼν ἀποδημεῖ (« l’esprit tout en étant présen (...)

Il y a un an, c’était pour moi un bien heureux temps : un homme plongé dans les kalendriers comme je le suis, ne peut négliger les anniversaires. Aussi, si je suis de corps à Paris, ὁ νοῦς, comme dit Aristophane, παρὼν ἀποδημεῖ209.

  • 210 Geffroy avait été acquis à l’idée dès mai 1882 qu’un séjour de Jullian en Allemagne lui serait prof (...)

J’espère que les choses s’arrangeront mieux l’année prochaine ; d’ailleurs, vous ne pouvez manquer de trouver à Paris une petite place pour M. Jullian210. En parlant de Dioclétien et de Constantin, nous trouverons souvent des échappées de souvenir vers notre chère École de Rome.

Mes sentiments les plus respectueusement dévoués L. Duchesne.

49. Duchesne à Geffroy – 1883, 2 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2107 et v, papier à en-tête de l’École supérieure de théologie, 74, rue de Vaugirard.
[Sous l’indication de la date, dans un très petit module :] Chambertin, Moret, Aqus, Relique, écriture mérovingienne.

Cher Monsieur,

  • 211 L’exégète jésuite Francesco Saverio Patrizi (1797-1881), professeur d’hébreu et d’Écriture sacrée a (...)

Je vais vous chercher le Patrizzi211 et je vous l’enverrai. Son argumentation n’est guère solide ; elle repose sur le déchet subi en 55 par Pallas (Tacite, Ann. XIII 14), auquel il rattache comme conséquence nécessaire la chute de Félix, son frère, procurateur de Judée. Toute la chronologie de saint Paul tient à celle des procurateurs Félix, Festus et Albinus. Le second a été certainement remplacé par le troisième en 62 ; d’après ce qu’en dit Josèphe, il ne paraît pas avoir été longtemps en charge (Antiq. XX, VIII 9, IX 1 ; Bell. II, XIV 1) ; Josèphe alla à Rome en 62 pour un procès engagé dès le temps de Félix (Vie, ch. 3), de qui suppose que Félix avait été destitué depuis deux ans au plus ; enfin les nombreux événements qu’il raconte comme s’étant passés sous Néron dans le gouvernement de Félix excluent l’hypothèse d’après laquelle ce dernier serait tombé dès l’année 55.

Je ne connais personne qui soutienne la chronologie du P. Patrizzi ; M. De Rossi lui a fait des compliments qui me paraissent un peu de complaisance ; le P. Patrizzi était un personnage très vénérable et très savant ; de plus M. De Rossi a toujours un peu de tendresse pour les traditions et dans l’espèce il n’était pas fâché de reconstituer le cadre d’une entrevue entre Sénèque et saint Paul.

  • 212 L’historien janséniste français Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont (1637-1698) est l’auteur de (...)
  • 213 Ernest Renan venait d’achever la publication de son Histoire des origines du christianisme (7 vol., (...)
  • 214 Duchesne avait déjà publié ses réserves et ses divergences de vues, scientifiques et philosophiques (...)

Pour mon compte, sauf le respect et l’amitié, je repousse absolument cette chronologie ; l’autre, celle de Tillemont212 connue de M. Renan213, me semble seule soutenable214.

Permettez-moi de mettre sous votre protection cette supplique ; comme il y a presse, un petit mot de vous pourra sans doute accélérer l’expédition. Le ms. n’est pas un L. p. mais il contient un important catalogue de papes et j’en suis justement là de mes épreuves.

Agréez, Cher et Vénéré Monsieur, l’expression de mon respectueux attachement.

L. Duchesne.

50. Duchesne à Geffroy – 1884, 5 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2108 et v, papier à en-tête de l’École supérieure de théologie, 74, rue de Vaugirard.

Cher Monsieur,

  • 215 Duchesne fait sans doute allusion à Wilhelm Diekamp (1854-1885), historien allemand, spécialiste en (...)

Il me sera très agréable que vous veuilliez (sic) bien vous charger d’expédier Diekamp215 à Bayet.

Quant à Félix, je vous avais déjà indiqué le raisonnement du P. Patrizzi. De ce que Pallas avait été écarté du gouvernement, il a conclu que son frère Félix avait dû être destitué. La date de la destitution de Félix entraîne celle de son remplacement par Festus, qui aussitôt arrivé en Palestine expédie saint Paul à Rome.

  • 216 Le jésuite allemand Florian Riess (1823-1882) avait publié Das Geburtsjahr Christi, ein chronologis (...)

Il est clair que le passage de Tacite relatif à la chute de Pallas ne fournit pas un appui suffisant à la conjecture de Patrizzi. Croyez bien, je vous le répète, que cette opinion n’est nullement sérieuse, qu’on n’a pas à en tenir compte. Un jésuite, le P. Riess, qui a écrit dernièrement sur la chronologie de ces temps-là216, ne la mentionne même pas.

De Rossi, comme cela lui arrive souvent à force de ménager toutes les chèvres et tous les choux, aboutit à donner quelque considération à des systèmes absurdes.

J’ai en vain cherché le Patrizzi lui-même dans toutes les directions ; nul ne peut vous reprocher d’ignorer une farrago de cette nature.

Mon imprimeur promet toujours de marcher, mais il ne marche pas.

Votre bien respectueusement affectionné L. Duchesne.

51. Duchesne à Geffroy – 1884, 18 juin – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12934, fol. 361.

Monsieur,

Oh ciel ! J’ai encore l’Archivio ! Quel phénomène d’oubli ce serait chez un autre que le plus oublieux des abbés ? Vous avez bien fait de m’inviter à dîner, car vous êtes sûr que je tâcherai de vous porter ces fascicules avant.

  • 217 Cette ironique souscription de Duchesne renvoie à la figure d’Anastase (v. 815-879), nommé en 867 b (...)

Anastase le Bibliothécaire217.

52. Duchesne à Geffroy – 1886, 11 juillet – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2109.

Cher Monsieur,

J’accepte avec enthousiasme. Puisse le L. p. être tout à fait terminé par cette heureuse date. Je crains que non ; au moins pourrai-je vous en montrer la préface, où j’ai tenu à faire figurer votre nom.

Il me serait bien utile d’avoir promptement quelques indications sur les parties du programme d’agrégation pour lesquelles je pourrais me rendre utile, l’année prochaine, aux Hautes Études.

Entre les deux voies, je prends celle de l’Enfer... avec retour par le Mont Parnasse, retour du Paradis.

Votre bien affectionné L. Duchesne.

53. Duchesne à Geffroy – 1886, 11 août – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2111-2112.

Cher Monsieur,

Je ne vous ai pas envoyé de sujet de thèse parce que je ne me suis pas trouvé assez renseigné sur la nature des questions à indiquer ; il me faudrait des spécimens, un catalogue des thèses déjà données, ou quelque chose comme cela.

Avant de partir, j’ai eu le plaisir de déposer chez vous le 3e et dernier fascicule de mon premier volume. Quand vous ferez relier, ayez soin d’agencer d’abord vous-même les fragments afférents à l’introduction, car je m’aperçois par mon expérience personnelle que les scélérats de relieurs se laissent égarer par la division en fascicules.

  • 218 A. Geffroy, Le Livre pontifical de l’Église romaine, dans Journal des savants, 1887, p. 41-54. Outr (...)

C’est beaucoup d’ambition, mais je ne puis me tenir de vous suggérer, comme sujet, non pas de thèse mais d’article pour le Journal des Savants, cet énorme tome du Liber218.

Je sais qu’il ne faut pas vous prier longtemps pour vous décider à parler en bien de vos anciens disciples. Toutefois, il peut y avoir des raisons de vous abstenir ; s’il y en a mettez que je n’ai rien dit.

  • 219 « (…) mais il y a, je le répète, une bande de caïmans. C’est le nom qu’on donne aux candidats, à ca (...)

La mort de M. Jourdain m’a décidé à entamer une campagne de candidature. Aussitôt en chasse, j’ai levé des compagnies entières de candidats. Vous en aviez trois à votre table, l’autre jour, à Bièvres, en me comptant. M. Foucart est, jusqu’ici, le seul que je voie décidé à voter pour moi au premier tour, si je me présentais cette fois. Enfin, nous reparlerons de ces affres avec lesquelles je vais vivre, plusieurs années sans doute. Cependant les truffes, la goutte, les précipices, les excès de travail ou d’autre chose... mais rentrons ce bout d’oreille ou plutôt de dard acéré. Un candidat est décidément une bête féroce219. C’est pour cela qu’on ferait bien de me nommer tout de suite ; je se serais plus tenté de souhaiter du mal à mon prochain.

Ne parlez pas de mes intérêts à Madame Geffroy : elle ne voudrait plus me lâcher dans son parc.

Agréez, Cher Monsieur, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

54. Duchesne à Geffroy – 1886, 17 août – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2113-2114.

Cher Monsieur,

Tout bien considéré, je ne vous envoie pas de sujet de thèses pour 1887. La liste de 1886 me semble avoir tenu un compte très suffisant des études dont je m’occupe et je présume que la suivante n’aura pas été moins bien combinée. Il est donc inutile que je me mêle de conseiller des personnes aussi éclairées que vous et vos collaborateurs.

  • 220 G. Waitz, Über die sogennanten Catalogus Cononianus der Päpste, dans Neues Archiv, 9, 1884, p. 457- (...)
  • 221 L. Duchesne, Un mot sur le Liber pontificalis, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 6, 1886, (...)
  • 222 L. Duchesne, Le Liber pontificalis…, t. I, Paris, 1886, Préface non paginée [p. 4].

Pour le Liber, je ne vous lâche pas du tout. À mon retour, je compléterai les renseignements dont vous pourriez avoir besoin. Dans l’avant-dernier fascicule des Mélanges il y a un article de moi où ma controverse paléographique avec M. Waitz220 est ramenée à des termes que j’ai essayé de rendre clairs221. À la fin de la préface, dans le volume lui-même, il y a la bibliographie détaillée de toute cette affaire222. Le Bulletin critique n’y est pour rien.

Bayet pourra vous dire que, en dehors de ces classifications, il y a dans l’introduction et dans le commentaire, une quantité de monographies où sont traités beaucoup de problèmes petits ou même, dans leur espèce, assez importants. Un de ces jours, je vous en signalerai quelques-uns. Ce sera pour moi une occasion de classifier un peu ces membra disjecta.

  • 223 Duchesne fait-il allusion à Jules Martha, Charles Bayet ou Maxime Collignon, dont il aurait été le (...)

Par la même occasion, je vous serai obligé de présenter, entre deux interrogations, mes meilleurs compliments à mon vieux compagnon de voyage et désormais spiritualis compater223.

Merci mille fois de votre complaisance, toujours aimable autant qu’infatigable.

Agréez, Cher Monsieur, l’expression de mon respectueux dévouement.

L. Duchesne.

55. Duchesne à Geffroy – 1886, 30 septembre – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2115-2116.

Cher Monsieur,

Je vous renvoie, avec mille actions de grâces et quelques coups de calame, le panégyrique dont vous m’avez fait confidence. À la fin, j’y ajoute quelques lignes, dont vous ferez ce que vous voudrez. Jusqu’ici vous avez dit ce qu’est le L. p. Il n’y a plus qu’à ajouter quelques mots sur la façon dont mon travail est disposé : la table des matières vous renseignera abondamment sur ce point.

A) L’introduction où j’examine :

1° ce qui a été fait avant le VIe s. pour l’histoire et la chronologie pontificale (ch. I)

2° quelle est la date, quel est le texte primitif du L. p. (ch. II et III)

3° quelles sont les sources du bloc primitif (50-514) ? (ch. IV)

4° quels sont les ms. du texte actuellement conservé (2e édition, de 538 environ) ? (ch. V)

5° quelles recensions, quelles continuations il a eues ou subies jusqu’au IXe s. (ch. VI)

6° quelles conclusions on peut maintenant tirer, pour la chronologie pontificale, de documents désormais mieux connus (ch. VII avec table)

B) Le texte, catalogues inédits ou non, antérieurs au L. p., fragment laurentien, abrégés de la 1re édition ; 2e édition fondée principalement sur le mss. de Lucques pour le commencement puis sur celui de Leyde (Vossianus 60)

C) Le commentaire, vaste farrago où l’on passe en revue mille détails, dont un Index soigné donnera la clef dans le prochain volume.

Maintenant, il me reste à vous recommander de ne pas dire trop de bien de l’auteur. Vous êtes connu pour lui vouloir autre chose que du mal. Tombez moi plutôt dessus, mais pas trop car cela vous ferait de la peine et je ne veux point vous en causer.

Je rentre samedi soir à Paris, tout heureux de vous revoir à condition que le beau Bièvres ne vous garde pas trop longtemps. Mais cela même ne m’arrêtera pas. J’ai pris ici des habitudes d’exercice.

Agréez, Monsieur et Cher Maître, l’expression de mes plus dévoués sentiments. L. Duchesne.

56.Duchesne à Geffroy – [Vers 1886] – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2169 et v

Monsieur et Cher Maître,

  • 224 Allusion à un passage du Liber Pontificalis (t. I, p. 221, l. 15) : « (…) possessio Figlinas, terri (...)

Par possessio Figlinas224, il ne faut pas entendre, je crois, une tuilerie, mais un fonds de terre appelé La Tuilerie, évidemment parce qu’on y avait fabriqué des tuiles. L’accusatif dans ces noms de lieu est d’un usage constant, comme vous pourrez le constater en parcourant les listes de fonds dans la Vie de Silvestre. C’est, je pense, par abréviation possession [ad] Figlinas.

Le reste se lit praestans solidos etc.

  • 225 Probablement Giuseppe Tomassetti (1848-1911), auteur, entre autres de Della campagna Romana nel Med (...)

Tomassetti ne [va ?] pas jusqu’à S. Germano225.

  • 226 Peut-être J. C. Orelli, Inscriptionum latinarum selectarum amplissima collectio ad illustrandam Rom (...)

Je n’ai pas d’Orelli sous la main226, mais l’USUARIUM doit signifier quelque chose comme à usage, bouteille de rhum entamée, paquet de cigares décomplété, vêtements pour l’usage personne, etc.

Sur les figlinae de la v[ia] Salaria, cf Liber pontif., p. 180, l. 24.

Tous mes re-vœux.

L. Duchesne.

57. Duchesne à Geffroy – 1887, 26 juin. S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2117-2118.

Cher Monsieur,

Je voulais aller vous répondre de vive voix hier samedi ; j’en ai été empêché.

  • 227 Jacques Bongars (1546-1612), diplomate, historien et philologue calviniste, éditeur des Gesta dei p (...)
  • 228 Il ne semble pas qu’Edgard Boutaric (1829-1877), archiviste paléographe, professeur d’histoire des (...)
  • 229 Ajout de la main de Geffroy : « S’adresser à M. Roy ». Sans doute Jules Roy (1844-1914), archiviste (...)

L’écrit en question est intitulé De recuperatione Terrae sanctae. Il a été publié par Bongars dans son Gesta Dei per Francos d’après un manuscrit unique actuellement conservé au Vatican227. J’ai collationné ce manuscrit pour l’Académie des inscriptions en 1874. La collation fut envoyée lors et remise à M. Boutaric228. Je ne sais ce qu’elle est devenue229. Elle rectifiait l’imprimé en bien des endroits, un surtout, où l’éditeur avait supprimé tout un long développement sur des projets politiques tout à fait semblables à ceux de Henri IV. Le livre étant d’un conseiller de Philippe le Bel, on a sans doute craint de commettre quelque indiscrétion archéologique.

  • 230 Robert comte de Lasteyrie du Saillant (1849-1921), historien de l’art médiéval, membre de l’Académi (...)

Je suis bien loin d’être parti. Au contraire, je fais sentir ma présence aux infortunés membres de l’Académie des inscriptions. À l’occasion, si vous pouviez en confesser quelques-uns, cela ne serait pas inutile. Cependant on doit se défier de vos sentiments paternels. Enfin, allons toujours. L’essentiel est de faire comprendre aux gens que le comte Robert de Lasteyrie230 est encore bien jeune.

Je n’ai pas reçu les numéros de la Revue historique annoncés dans votre lettre.

Jouissez, Cher Monsieur, de votre belle villa et de sa fraîcheur, et croyez toujours à mes sentiments de respectueuse affection.

L. Duchesne.

58. Duchesne à Geffroy – 1889, 9 novembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2119-2120.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 231 Anne Duchesne (1800-1889), veuve de Jacques Jean Duchesne (1799-1849), après le naufrage de ce dern (...)

J’ai été tellement en désarroi au moment de la mort de ma mère231 que j’ai négligé d’écrire à bien des personnes à qui j’aurais dû le faire. Rentré à Paris après votre départ, je me trouve dépositaire de deux numéros de la Revue des Deux mondes qui vous appartiennent. S’il y a moyen de les glisser par une fente de votre porte, je les y introduirai, sinon je vous les garderai fidèlement.

L’épreuve a été bien dure, quoiqu’elle fût prévue. Au moins ai-je eu la consolation de passer les derniers jours avec ma chère et vénérée mourante. Elle est morte à un âge patriarcal, entourée de toute sa tribu, en pleine possession d’elle-même, la plus belle mort. Mais pour les survivants, la plus belle mort est toujours un déchirement.

  • 232 Romain Rolland (1866-1944), membre de l’École française de Rome (1889-1891), écrivain prix Nobel de (...)

J’ai confié au jeune Romain Rolland232 un paquet pour M. De Rossi. Espérons que le grand homme voudra bien assister un peu les débuts de ce bon petit normalien qui m’a paru charmant.

  • 233 Mommsen ne fut élu associé étranger qu’en 1895.

Ici nous allons tâcher de faire élire Mommsen associé étranger, mais il y a une opposition très vive ; on parle de réimprimer sa lettre. Tous les imbéciles sont contre lui ; c’est un parti nombreux, même, hélas, vous le savez bien, sous les lambris académiques233.

Tous mes compliments à Madame Geffroy que je regrette vivement de n’avoir pu saluer avant son départ.

Votre bien affectionné L.Duchesne.

59. Duchesne à Geffroy – 1889, 10 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2121, papier à bords noirs.

Cher Monsieur et Confrère,

  • 234 Notes sur la topographie de Rome au Moyen Âge. IV Le forum de Nerva et ses environs ; V. Le nom d’A (...)

Je vous envoie deux notes topographiques, cotées IV et V234 ; elles feront suite à la série commencée dans les précédentes années des Mélanges.

  • 235 L. Duchesne, Le nom d’Anaclet II au Palais de Latran, dans Mémoires de la Société nationale des ant (...)

L’une d’elles est entièrement anédite ; l’autre est imprimée (non publiée) dans le tome 1889 des Mémoires de la Société des Antiquaires de France235. Mais je ne suis pas fâché qu’elle paraisse à Rome. Mettez-les toutes les deux ensemble dans le même n° .

Pour la première, un plan eût été utile, au moins pour vos abonnés de Brives-la-Gaillarde ; in Urbe, on peut s’en passer, chacun ayant un forum dans la tête.

Suissimus L. D.

60. Duchesne à Geffroy – [1889, 31 décembre], « S. Silvestri » – [Paris]

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2165 et v.

Monsieur et Cher Confrère,

Je vous renvoie l’épreuve corrigée. Malheureusement je n’ai pu sortir, bloqué que je suis par l’influenza, pour y mettre deux renvois. Vous pourriez le faire vous-même ou confier ce soin à quelqu’un de vos disciples, Guiraud par exemple.

1° Placard 2, note n° 3, mettre la page du tome II de Jordan ; ce doit être vers 480 ;

2° Placard 6, mettre le n° de la planche de Lanciani.

C’est bien désagréable d’être ainsi influencé. J’ai déjà manqué deux séances de l’Institut. Vous savez ce que nous pleurons de morts. Le tour des Romains va probablement venir. Soyez prudents et reprudents, ridicules à force de prudence. Un administrateur de pompes funèbres me disait tout à l’heure que jamais choléra n’avait causé à Paris une telle mortalité.

C’est le cas de souhaiter aux gens un bon capo d’anno et je vous le souhaite de bon cœur, à vous, à Madame Geffroy, et à tous mes jeunes camarades.

L. Duchesne.

61. Duchesne à Geffroy – 1890, 3 avril, « jeudi saint » – [Paris]

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2167-2168.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 236 Paul Fabre (1859-1899), membre de l’École française de Rome (1882-1886), historien médiéviste.

Je suis heureux de savoir notre bon Africain auprès de vous et mon mémoire régicide entre vos mains. Paul Fabre236 ne doit pas être loin : me voilà donc représenté de frais, pas assez pourtant, car je regrette vivement de ne pas pouvoir mettre de nouveau à l’épreuve les ressources de Madame Geffroy contre le maigre des jours sains et sa dextérité à se débrouiller, en temps ordinaire, des préséances entre monsignori.

  • 237 Non identifié.

Mais je vous trouve énigmatique. Qu’est-ce que ce pauvre Jean B.237 dont les infortunes doivent m’intéresser ? J’aime à croire que ce n’est pas un Jean F. comme on disait, il y a quelque cent ans. Vous m’expliquerez ce mystère.

  • 238 Prix fondé par la veuve de Jean Reynaud (1806-1863) doté de 10 000 francs que « chacune des cinq Ac (...)
  • 239 Xavier Charmes (1849-1919), secrétaire général du Comité des travaux historiques et scientifiques, (...)
  • 240 Paul Meyer (1840-1917), philologue romaniste, archiviste paléographe, directeur de l’École des char (...)
  • 241 Gaston Paris (1839-1903), philologue romaniste, archiviste paléographe, professeur au Collège de Fr (...)
  • 242 Le prix Jean-Reynaud fut attribué au cours de la séance du 28 mars 1890 (CRAI, 1890, p. 119) à Fréd (...)

Item, celui de vos lamentations sur le « résultat pour ce prix ». Le prix Jean Reynaud238, j’imagine. Müntz ne gémit pas ; il voulait seulement inquiéter l’opinion en vue d’autre chose. Le confrère Perrot a parlé de lui en très bons termes mais avec cette attitude nonchalante que vous connaissez ; peu s’en est fallu qu’il n’ait mis les pieds sur la table – je ne dis pas dans le plat – et qu’il ne se soit endormi lui-même. M. Le Blant avait promis, non de parler, mais de glousser à l’appendice : il n’a rien dit. Du reste, la partie était engagée entre M. Charmes239 (invisible) soutenu par quelques thibétains plus ou moins inattendus et le chœur des troubadours. Nous ne sommes pas insensibles à la musique : MM. Meyer240 et Paris241 nous ont traduit en bonne langue les aspirations provençales et voilà242. Pardonnez-nous si vous vous sentez plus sage.

M. Wallon lit de temps en temps vos lettres pour l’édification de son gilet, le seul être à portée d’entendre cette psalmodie secrète. J’ai fait mon possible pour me rapprocher ; mais on saurait se rapprocher sans se rapprocher trop.

  • 243 L’article parut finalement sous le titre Le sedi episcopali nell’antico ducato di Roma, dans Archiv (...)

J’ai dans une chemise – transition avec le gilet – un autre article topographique sur les évêchés suburbicaires243. Vous l’aurez quand vous voudrez.

Allons, buona Pasqua, à vous, à Madame Geffroy et à tout le colombier de jeunes aiglons.

L. Duchesne.

En fait d’exemplaires, pas plus de 50.

62. Duchesne à Geffroy – 1890, 27 juin – [Paris]

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2123-2124v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 244 Auguste Audollent (1864-1943), membre de l’École française de Rome (1888-1890), archéologue spécial (...)

J’ai présenté aujourd’hui le mémoire d’Audollent à l’Académie et j’ai eu soin de lui procurer un glissement rapide des mains de M. le secrétaire perpétuel à la serviette de M. Boissier244. Là il ne dormira pas trop ; au besoin, on le réveillerait. Je n’ai pu y jeter qu’un coup d’oeil rapide ; il m’a paru d’une conscience extrême. L’auteur n’a sûrement pas perdu son temps à le rédiger. Comme d’autre part il a passé sous les lunettes de M. De Rossi, que voulez-vous que nous y trouvions à redire ?

Aux sympathies que m’inspirent vos misères oculaires, se mêle le plaisir de penser que l’on vous reverra bientôt. Devancez le 15. Croyez-moi, ne restez pas à Rome au-delà des premières chaleurs. Vous avez l’âge d’être sage. La sagesse, pour vous et pour notre chère École, commande que vous réintégriez au plus tôt votre ermitage de Bièvre. Pour achever de vous décider, je vous annonce que je fuis Paris aussitôt passé la fête nationale.

J’attends toujours la photographie du manuscrit. Comme je l’avais prévu, l’échauffourée de Guiraud a été exploitée contre moi par de pieux maladroits. Mais je puis porter cette avanie : je n’aurai pas le mauvais goût de me défendre contre mes nourrissons.

  • 245 Félix Ravaisson (1813-1900), philosophe et archéologue français, membre de l’Académie des inscripti (...)

En ce moment, l’Académie est plongée dans le marasme. Pour nous distraire, M. Ravaisson nous raconte les aventures de la Vénus de Milo245. Il en a fait faire un plâtre en grandeur naturelle, où elle est représenté en tête-à-tête avec un militaire dont on finira bien par nous apprendre le nom et le grade. Les archéologues prétendent que cela doit être le dieu Mars. J’entends dire en effet qu’il se prépare beaucoup de bombes Orsini contre le malheureux Foucart. Mais il est de forte constitution et tel pourrait bien déchanter qui se promet à cette heure de rire à son enterrement.

M. Le Blant se plaint aussi de ses yeux ; il paraît plus pris que vous ne l’êtes. Je vous promets guérison si vous arrivez ici avant le 10.

Madame Geffroy ne peut manquer de vous expliquer que la Saint-Pierre remplace à Rome le grand prix et qu’il est indécent de s’y faire voir au mois de juillet.

Sic vos Petrus adjuvet !

L. Duchesne

Samedi

  • 246 Duchesne fait-il allusion à son article Le dossier du donatisme, dans Mélanges d’archéologie et d’h (...)

Je reçois la photographie et je renvoie l’épreuve. Nouvelle raison pour vous de revenir au plus vite. La fête de s. Alexis tombe le 17 juillet. Il vaudra mieux pour vous être ce jour-là loin de l’Aventin car le saint vous en voudra d’imprimer des articles comme le mien246.

63. Duchesne à Geffroy – 1891, 6 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2129 et v, carte postale postée rue de Vaugirard

Monsieur et Cher Confrère,

J’ai reçu et corrigé l’épreuve (en 2e), mais il m’est impossible de la retourner sans avoir vu la mise en page du reste. Je vous suis bien reconnaissant de m’avoir mis dans votre plus prochain n° .

Bien respectueusement à vous.

L. Duchesne.

64. Duchesne à Geffroy – 1891, 18 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2125 et v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 247 Référence au tome 2 de l’édition du Liber pontificalis qui fut publié en 1892.

Je vous renvoie mon dossier, en vous remerciant encore de lui avoir donné l’hospitalité247. Comme vous le verrez, p. 646 et suiv., la mise en pages devra être remaniée. Que le prote prenne garde, en faisant cette opération, aux nos des notes. Le changement n’est pas bien grave et ce n’est pas moi qui en suis cause.

  • 248 III. Lettre de M. Geffroy, directeur de l’École française de Rome (séance du 16 janvier 1891), Rome (...)
  • 249 Non identifié.

Votre lettre à l’Académie sur s. Silvestre m’a beaucoup intéressé248. Je voudrais en savoir plus long mais le commandeur paraît être inabordable tant que le pauvre Carlo Felice249 n’aura pas pris son parti.

Vous devez bien souffrir de ce dur hiver dans vos grands et froids appartements. Que de Romains doivent se dire :

  • 250 Citation de Horace, Odes, I, 2, à César Octave ; Iam satis terris nivis atque dirae / grandinis mis (...)

Iam satis terris nivis...250

  • 251 Duchesne aime à sourire de la démographique académique et reprit ailleurs le thème de l’enterrement (...)

Les Parisiens sont aussi de cet avis. L’Académie des beaux-arts est entamée. En allant aux enterrements les uns des autres, ces messieurs vont périr successivement de fluxions de poitrines, congestions, etc.251 Heureusement on se tient bien chez nous, ce qui ne fait pas le compte de Madame Homolle. Tenez-vous bien aussi, cela fera certainement mon compte.

Bien respectueusement.

L. Duchesne.

65. Duchesne à Geffroy – 1891,13 mars – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2126 et v.

Monsieur et Cher Confrère,

J’ai reçu mes estratti et je vous en remercie vivement.

Mgr T. est un intrigant ecclésiastique qui a eu maille pour escroquerie avec les tribunaux italiens vers 1875. Il fut alors exclu de la cour pontificale ; ses efforts persévérants pour se faufiler auprès d’évêques peu difficiles et pour arriver lui même à la mitre ne paraissent pas l’avoir jusqu’ici mené au terme désiré. Ce sont sans doute les histoires d’antan qui font obstacle. Je ne conçois pas que ce personnage ose encore reparaître à Rome. Cave canem.

Je ne puis bouger d’ici à Pâques, pour cause de congrès catholique, et aussi parce que je n’ai rien qui me contraigne à franchir les Alpes. Vous savez que je ne remue guère que sous l’empire de quelque contrainte.

Mille respects et amitiés.

L. Duchesne.

66. Duchesne à Geffroy – 1891, 25 mars – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2127 et v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 252 F. Probst (1816-1899), professeur de théologie pastorale à l’université de Breslau, avait publié un (...)
  • 253 Bullettino di archeologia cristiana, 1891, p. 27-28.

L’article de M. Probst252 est un tissu d’inepties ; je ne comprends vraiment pas M. De Rossi de s’y être laissé prendre253. Cet article est d’ailleurs une mauvaise action, une vengeance de ce que je n’ai point cité dans mon livre les travaux de l’auteur. Je les connaissais trop pour pouvoir en dire du bien ; si j’en avais parlé, ce n’aurait pas été avec éloge.

M. Probst n’est pas borné à contester certaines de mes conclusions : il m’accuse d’improbité scientifique. Naturellement j’ai protesté à la rédaction et j’espère avoir satisfaction. D’autre part, Probst aura les oreilles tirées dans le Bulletin critique.

  • 254 Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 527, p. 653-654, Duchesne à De Rossi, Paris, 25 mars 1891. Les (...)

Mais il importe qu’on les lui tire aussi à l’Académie d’archéologie. J’écris à M. De Rossi pour lui demander des explications ; une fois que je saurai au juste ce qu’il a dit, je rédigerai une lettre réponse que je vous prierai de lire ou de faire lire en mon nom254.

De Rossi s’est jeté sur ce morceau avec un empressement peu amical pour moi. Son procédé me blesse vivement. Déjà l’année dernière, il avait pris parti pour M. Ulysse Chevalier, dont les attaques n’avaient de scientifique que l’apparence.

Encore une fois, je suis très affligé de ce qui arrive, d’autant que je ne sais si, dans mon amitié pour De Rossi, ce n’est pas le commencement de la fin.

Bien cordialement à vous.

L. Duchesne.

Je vous serai reconnaissant de ne pas mentionner ce débat dans votre correspondance avec l’Académie.

67.Duchesne à Geffroy – 1891, 8 avril – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2160 et v, carte postale postée rue Bonaparte.

Monsieur et Cher Confrère,

Merci de vos bons renseignements. La chose s’arrangera évidemment mais le pontifex maximus de l’arch[éologie] chrét[ienne] me plairait davantage s’il était moins bénisseur.

L. D.

  • 255 Rodolfo Lanciani (1840-1917), archéologue italien. Voir Domenico Palombi, Rodolfo Lanciani. L’arche (...)

J’ai écrit à Lanciani et rédigé un article sur son mémoire255.

68. Duchesne à Geffroy – 1891, 30 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2130-2131.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 256 Léopold Delisle (1826-1910), archiviste paléographe, historien et bibliothécaire, administrateur gé (...)
  • 257 Guglielmo Libri (1803-1869), mathématicien et bibliophile italien, membre de l’Académie des science (...)
  • 258 Dans la séance du 11 décembre 1891, Duchesne fut nommé (avec Delisle, Hauréau et Croiset) dans la c (...)
  • 259 CRAI, 1891, n° 6, p. 431, séance du 23 décembre 1891. L’amitié scientifique l’emportait chez Duches (...)

Vous aurez appris que la candidature Lanciani n’a pas abouti. J’avais sondé le terrain ; mais au premier mot papa Delisle256 a hérissé ses sourcils. Je crains que Lanciani lui ai fait l’effet d’une sorte de Libri257. C’est assez dire. D’autre part, j’ai dû concentrer mes intrigues sur la candidature Bayet et me faire caser dans la commission régnicole258. Bayet n’avait au sortir de ces premières opérations que le n° 2 ; des intrigues supplémentaires l’ont porté au premier rang au moment définitif. Vous jugez si j’ai été content259.

  • 260 Eugène de Rozière (1820-1896), archiviste paléographe, historien du droit et historien médiéviste, (...)
  • 261 Henri d’Arbois de Jubainville (1827-1910), archiviste paléographe, archiviste, professeur de littér (...)
  • 262 Jean-Pierre Rossignol (1803-1893), helléniste, professeur au Collège de France, membre de l’Académi (...)
  • 263 Jules Oppert (1825-1905), assyriologue d’origine allemande, professeur au Collège de France, membre (...)

J’espère que vous êtes bien remis des petites indispositions que vous aviez cru devoir emporter. Il y a du reste en ce moment, chez les membres de l’Institut, une heureuse tendance à se bien tenir. M. de Rozière260 a réapparu à la séance d’aujourd’hui et l’on a d’assez bonnes nouvelles de M. d’Arbois261. M. Rossignol262 professe, à ce que dit le doyen de son chapitre, lequel est, pour son compte, tout frétillant. En somme, Opperto praeside263, il n’y a eu personne à trépasser. Je crois qu’il le regrette ; il me disait tout à l’heure qu’il excellait dans l’oraison funèbre.

Donc, bonne année, à vous et à Madame Geffroy. Puissiez vous recueillir des mémoires nombreux et solides ; notre commission, remise à neuf, les attend de pied ferme.

Bien respectueusement et de tout cœur.

L. Duchesne.

69. Duchesne à Geffroy – 1892, 24 janvier – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2132-2133v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 264 Jules Gay (1867-1935), alors membre de l’École française de Rome (1891-1893). C’était un élève de D (...)
  • 265 Erchempert ou Herempert, moine du Mont-Cassin d’origine lombarde vivant au IXe siècle. Il est l’aut (...)
  • 266 Gesta episcoporum Neapolitanorum, dans Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. VI-IX, (...)
  • 267 Johannis VIII papae registrum pars prior et pars posterior, éd. E. Caspar, Berlin, 1912 (MGH Episto (...)
  • 268 Constantin VII Porphyrogénète (905-959), empereur byzantin (913-959). Il composa divers traités sur (...)
  • 269 Michele Amari (1806-1889), historien et arabisant, spécialiste de l’histoire des Arabes en Sicile, (...)
  • 270 Giambattista Beltrami était l’auteur de Documenti longobardi e greci dell’Italia meridionale nel Me (...)
  • 271 Francesco Brandileone (1858-1929), historien du droit médiéval, était l’auteur de Il diritto romano (...)
  • 272 Francesco Trincherà (1810-1874) était l’éditeur du Codice Aragonese (4 vol., Naples, 1866-1874).
  • 273 L’archiviste Bartolommeo Capasso (1815-1900) publia « Le fonti della storia delle province Napoleta (...)
  • 274 Charles Diehl (1859-1944), membre de l’École française de Rome (1881-1883), auteur de Étude sur l’a (...)
  • 275 Ludo Moritz Hartmann (1865-1924), Untersuchungen zur Geschichte der byzantinischen Verwaltung in It (...)

M. Gay264 a entre les mains un travail qui n’est pas, je crois, par trop difficile et dans lequel il est aisé de pratiquer des sections. Après la chute de l’exarchat il y a encore des provinces byzantines plus ou moins autonomes, que l’on pourrait suivre dans le développement de leur histoire et de leurs institutions : Venise, Naples-Gaète-Amalfi, le groupe de Sicile et Calabre. Erkempert265, les Gestes des évêques de Naples266, le regeste de Jean VIII267, sans parler des moindres textes sont des sources pour le IXe siècle ; aux X-XIe les vies des saints, les chartes, notamment les chartes grecques, les chroniques grecques, arabes, latine[s], Constantin Porphyrogénète268, etc. Les travaux de MM. Amari269, Beltrani270, Brandileone271, Trincherà272 fournissent déjà de très utiles indications. En ce qui regarde les provinces méridionales, la bibliographie a été traitée par M. Capasso, Archivio stor. napolit. 1876-80273. Les livres de Diehl274 et de Hartmann275 dessinent le cadre du travail. Il s’agit beaucoup moins de découvrir de nouveaux faits ou des documents inédits que de classer et de coordonner tout ce qui subsiste de données éparses sur le byzantinisme en Italie jusqu’aux Normands.

Que M. Gay ne se décourage donc pas. Il est regrettable qu’il n’ait pu se préparer plus à fond ; mais les membres de l’École n’en sont-ils pas là pour la plupart ?

Vous êtes bien aimable avec vos inquiétudes sur le retard imposé à Homolle. Il faut donc que nous nous dépêchions de passer de vie à trépas. Si c’est cela qui vous tourmente, vous apprendrez avec plaisir que je suis affligé d’un gros rhume. Par ces temps-ci, les rhumes tournent souvent en influences qui, elles, deviennent des congestions pulmonaires et vous nettoient lentement. Donc, ne desperes.

  • 276 La comtesse Ersilia Caetani Lovatelli ne fut semble-t-il jamais ni l’une ni l’autre.

Quant à la comtesse, il y a beau temps que j’ai commencé des intrigues pour la faire nommer correspondante ou associée étrangère276. M. Boissier, qui connaît le cœur des académies, m’a fait voir que l’obstacle vient précisément de la vôtre. Une autre comtesse, on ne la trouverait pas aisément ; mais il paraît que les jupes morales et politiques seraient en nombre inquiétant.

Bien respectueusement à vous.

L. Duchesne.

  • 277 K. Krumbacher (1856-1909), Geschichte der Byzantinischen Litteratur, von Justinian bis zum Ende des (...)
  • 278 La Byzantinische Zeitschrift commença de paraître en 1892. Duchesne y donna effectiement son seul e (...)
  • 279 Pierre Batiffol (1861-1929), ordonné prêtre en 1884, élève de Duchesne à l’Institut catholique de P (...)

P.S. Il faudra que Gay voie l’histoire de la littérature byzantine de Krumbacher277 ; celui-ci fonde une Revue byzantine à laquelle mon concours est acquis d’avance278. D’autre part, il y a la thèse Batiffol279, qu’il faudra lire aussi, sans toutefois se laisser étourdir par le ton capable qui caractérise l’auteur et en vérifiant bien ses assertions, même les plus énergiques.

70. Duchesne à Geffroy – 1892, 15 février – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2134-2135.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 280 L. Duchesne, « Saint Barnabé », dans Mélanges G. B. De Rossi. Recueil de travaux publiés par l’Écol (...)

Je terminais la révision d’une tartine sur saint Barnabé quand m’est arrivé votre carte de rappel280. Ecco, signore ecco ! Seulement, vous savez, mon hagiographie est un peu sujette à caution. Je ne sais si les Milanais seront bien contents de moi. Peut-être ce chardon fera-t-il mauvaise figure dans le bouquet du commandeur. Après tout, chacun fait ce qu’il peut ; les abeilles iront de leur miel, les guêpes de leur mélasse. Si vous n’êtes pas content, retournez.

  • 281 Alfred Maury (1817-1892), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1857. Il était (...)
  • 282 Alexandre Bertrand (1820-1902), membre en 1881 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qu’ (...)
  • 283 Dans sa séance du 30 décembre 1891, l’Académie avait désigné Siméon Luce pour être vice-président a (...)
  • 284 Barthélemy Hauréau (1812-1904), historien, journaliste et administrateur, membre de l’Académie des (...)

Eh bien, voilà vos voeux comblés et notre pauvre Académie en deuil. Nous avons porté en terre aujourd’hui même M. Alfred Maury281. Le président Bertrand282, le grand-vizir Boissier (le sultan est malade283), l’intrus Servaise, enfin le seul véritable ami, le bon M. Hauréau284, ont versé des paroles funèbres sur un nombre assez restreint de parapluies. Un cinquième discours était à craindre, le mien, qui préside en ce moment aux Antiquaires, Lasteyrie étant absent. Mais je n’ai pris conscience de ce devoir qu’à la péroraison de quatrième discours, et il m’a semblé que le silence était plus opportun que l’improvisation. Ce sont les Antiquaires qui ne seront pas contents de moi. Ces messieurs tiennent, avec raison, à ce que l’on connaisse leur existence ; ils aiment à figurer aux enterrements comme il faut. Vous pouvez me recommander à saint Barnabé.

  • 285 Ernest Renan décéda le 2 octobre 1892. Son oraison funèbre fut bien prononcée par Lasteyrie dans so (...)

Renan a un zona, qui le fait beaucoup souffrir. Cela ne l’empêche pas de publier des facéties. Dieu veuille qu’il ne trépasse pas l’année prochaine, car il est antiquaire lui aussi et son oraison funèbre m’embarrasserait quelque peu285.

Bien respectueusement à vous.

L. Duchesne.

71. Duchesne à Geffroy – 1892, 10 avril – 1892

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2136 et v, carte postale postée rue Bonaparte.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 286 Melchior de Vogüé (1829-1916), diplomate et archéologue. Membre de l’Académie des inscriptions et b (...)

Tout bien considéré, je m’embarque dimanche soir pour Rome où j’arriverai mardi matin. Avez-vous un coin où me déposer ? Sinon, je chercherai autre part. M. le marquis de Vogüé286 et votre serviteur auront délégation de l’Académie des inscr[iptions]. Le marquis dira sans doute quelque chose.

Bien respectueusement à vous.

L. Duchesne.

Changement d’adresse : 86, rue Bonaparte.

72. Duchesne à Geffroy – 1892, 26 août – Saint-Servan

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2137 et v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 287 « L’abbé Storti (1822-1904), ami de De Rossi qui le définissait sa ‘bibliothèque ambulante’, et qui (...)

Je vous envoie un petit péché d’écriture sur la canonisation de M. De Rossi. Quant à mon toast, il ne vaut guère la peine d’être conservé ; du reste le bonnet de Storti287 n’y tient que par un fil, un fil très facile à couper.

  • 288 Paul Fabre avait épousé Antoinette Fustel de Coulanges, la fille de Numa-Denys. « Vous aurez su que (...)

Gardez les graines ; la jardinière n’est pas là pour les semer. Le mariage Fabre288 nous rassemblera et les occasions de vous rencontrer se produiront encore, je suppose, pendant le mois d’octobre. Si la photographie est transportable par la poste, je la verrai avec plaisir.

  • 289 Les propos de Duchesne avaient quelque chose de prémonitoire. La femme de Fabre mourut après avoir (...)

Il est sûr que le Liber pontificalis est tout à fait fini. Thorin aurait dû vous servir le dernier fascicule. Puisse le Liber censuum arriver bientôt à terme et la lune de miel n’être pas pour lui une lune rousse289.

Je souhaite aussi que vous vous trouviez bien, vous et Madame Geffroy, de votre jolie villégiature de Bièvres, et je vous prie d’agréer mes sentiments les plus respectueux.

L. Duchesne.

Où trouver Jean Guiraud ?

73. Duchesne à Geffroy – 1892, 18 novembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2139 et v, carte à en-tête en haut à gauche « 86, rue Bonaparte ».

Monsieur et Cher Confrère,

J’ai fait servir à M. De Rossi par Thorin les fascicules d’un exemplaire du L. p. Les fascicules ont été envoyés un à un par la poste. M. Thorin a tous les reçus et moi tous les accusés de réception de M. De Rossi.

Je n’ai pas de fascicules disponibles ; me demander les fascicules 1 et 2 équivaut à me demander les deux volumes. Il est évident qu’il y a eu erreur, pour les fascicules 1 et 2, dans les distributions du ministère, mais je ne saurais ni en être responsable ni y porter remède.

J’ai offert directement au S. Père, lors de son dernier jubilé, un tome Ier, complet et relié. Je crois que ce volume qui se trouvait dans un envoi de l’Institut catholique, est maintenant dans la bibliothèque de consultation, du moins j’y ai vu un tome Ier, relié.

Voilà tout ce que je puis dire ; ce n’est pas la première fois que je le dis. Gardez ce billet pour le cas où cette sempiternelle question vous serait de nouveau posée.

Bien respectueusement à vous.

L. Duchesne.

74. Duchesne à Geffroy – [1893, janvier] – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2140 et v, carte à en-tête en haut à droite « 86, rue Bonaparte ».

Monsieur et Cher Confrère,

  • 290 Ce rapport n’a pas été identifié ; il ne s’agit pas d’un rapport à l’Académie des inscriptions et b (...)

J. Guiraud se plaint vivement – vous savez ce que cela veut dire – de ne pas vous trouver plein d’ardeur à le soutenir pour une place qu’il sollicite. Il rejette sur moi la responsabilité de votre refroidissement à son égard. C’est mon fatal rapport qui a tout gâté290.

Vous me feriez bien plaisir en lui donnant un coup d’épaule, d’abord parce que, comme les petits enfants, une fois qu’il aurait sa bouillie il ne crierait plus ; en second lieu parce que mon rapport ne concernait qu’une partie minime de son travail. Je n’ai cessé de protester que j’avais beaucoup d’estime pour les ressources de Guiraud, pour son acquis et pour le travail exécuté par lui en Italie, tout en regrettant que la partie rédigée de ses études ne les représentât que d’une façon incomplète et peu avantageuse à l’auteur. Je ne voudrais pas qu’il y eût confusion entre les deux parties de mon expertise.

  • 291 Eugène Müntz fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Siméon (...)
  • 292 Maxime Collignon fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Wil (...)

Nous poussons Müntz291. Collignon est remisé292.

Bien respectueusement.

L. Duchesne.

75. Geffroy à Duchesne – [1893, 21 mai], « 9 h du matin » – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 351-352, papier à en-tête de l’ « École française de Rome. Palais Farnèse ».

Cher Confrère,

C’est dans la nuit du 19 au 20 que M. De Rossi a eu une attaque d’apoplexie. Un côté, le droit, est frappé, me dit-on, et la main droite inerte ; la parole est libre, ainsi que la pensée. Le malade a aussitôt demandé et reçu l’extrême onction. Je viens d’envoyer chercher des nouvelles. Le mal n’augmente pas. On a mis hier des sangsues. La tête est toujours très libre. Le concierge, que nous pouvions seul aborder ce matin, dit qu’on a l’espoir que cela ne deviendra pas plus grave. Apoplexie ou paralysie ? Nous tâcherons de nous informer auprès de Ferraioli. Je vous enverrai chaque jour une cartoline s’il y a des complications ; mon silence voudra dire que le mal ne s’aggrave pas et diminue.

Affectueusement à vous.

A. Geffroy.

  • 293 La succession d’Hippolyte Taine à la chaire d’esthétique et d’histoire de l’art de l’École supérieu (...)
  • 294 Edmond Saglio (1828-1911), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fut nommé direc (...)

P.S. M. Müntz est-il affligé de cette nomination à la chaire des Beaux-Arts293 ? Qui va prendre la direction du Musée de Cluny294 ?

76. Geffroy à Duchesne – 1893, 31 mai – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 353 et v, papier à en-tête de l’ « École française de Rome. Palais Farnèse ».

Cher Confrère,

  • 295 Michele Stefano De Rossi (1834-1898) était le frère de Giovanni Battista qu’il assista dans ses exp (...)
  • 296 Orazio Marucchi (1852-1931) était directeur du Musée égyptien du Vatican et du Musée du Latran. Il (...)
  • 297 Giuseppe Francesco Gatti († 1914), épigraphiste. Il fut chargé de continuer les Inscriptiones Chris (...)
  • 298 La seconde fille de De Rossi, Natalia (née en 1866), avait épousé le marquis Filippo Ferraiuoli (ou (...)

Je vous avais écrit dès ce matin, ayant vite envoyé chercher des nouvelles : personne ne pénètre dans la maison ; j’espérais en vain voir M. Michel De Rossi295. Ma lettre pour vous partie, j’ai reçu votre télégramme. J’ai vu M. Marucchi296 et le chanoine Storti. Je vous ai télégraphié après avoir eu leurs informations. M. Marucchi m’a dit que M. De Rossi n’avait pas reçu l’extrême onction, mais s’était seulement confessé. C’est avec lui que j’ai concerté mon télégramme : « État grave – Danger non immédiat ». J’espère avoir demain de sûres nouvelles par M. Gatti297 et par le Ferraioli298.

M. Marucchi m’a dit que M. De Rossi avait tous ces derniers temps beaucoup travaillé au martyrologe.

Mille sentiments dévoués.

A. Geffroy.

77. Geffroy à Duchesne – 1893, 1er juin – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261, fol. 354, télégramme « P. Rome. 93. 8. 4 H 30. S. »

Léger accroissement fièvre.

Geffroy.

78. Duchesne à Geffroy – 1893, 2 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2141-2142v.

Monsieur et Cher Confrère,

Combien je suis affligé de cette catastrophe, vous le pensez bien, puisque vous vous êtes empressé de me donner des nouvelles, promettant de me tenir au courant. Je ne saurais assez vous remercier de cette attention, qui se joint à tant d’autres pour me prouver votre affection dévouée.

Ma première pensée a été de partir ; à la réflexion, et surtout à la lecture de vos lettres, il m’a semblé que, dans l’état du cher malade, je serais exposé à rester à la porte ou, tout au plus, à ne lui apporter que le spectacle de ma douleur. Le mieux est d’attendre ; s’il se produit un répit, si ce coup n’est pas le dernier, il me sera possible de jouir de son entretien avant la séparation et peut-être de causer avec lui des travaux communs. je compte sur vous pour me prévenir et me dire ce qu’il convient de faire.

  • 299 Georges Goyau (1869-1939), membre de l’École française de Rome (1892-1894). Voir J. Grondeux, Georg (...)
  • 300 Paul Pisani (1852-1933), prêtre du diocèse de Paris, chanoine de Notre-Dame. Il avait été l’un des (...)

J’avais espéré le rencontrer à Spalato où il se tiendra en septembre un congrès d’archéologie. Goyau299 serait venu sans doute ; Pisani300 certainement. Mais ces projets s’en vont à l’eau.

  • 301 L. Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule… I. Provinces du Sud-Est, Paris, 1894.
  • 302 L. Duchesne, Mémoire sur l’origine des diocèses épiscopaux dans l’ancienne Gaule, dans Mémoires de (...)

Quant j’aurai un moment, je rédigerai la liste de mes articles, puisque vous le désirez. Des catalogues, je n’ai plus qu’un exemplaire, le mien ; mais je le réimprime, avec diverses autres choses, dans un volume sur les Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, qui paraîtra chez Thorin301. Ce mémoire se trouve dans le tome 50 des Antiquaires de France (Mémoires)302.

  • 303 Le premier volume de la Forma Urbis Romae de Rodolfo Lanciani parut chez Hoepli à Milan en 1893.

Vos lettres sont toujours reçues avec joie par l’Académie et écoutées avec un silence presque absolu, ce qui est énorme en ce lieu. J’ai reçu un prospectus du plan de Lanciani et je soucrirai certainement à cette belle œuvre303.

Encore une fois, considérez-moi comme prêt à partir, si vous croyez que cela soit opportun.

Bien cordialement à vous. Tous mes respects à Madame Geffroy.

L. Duchesne.

79. Duchesne à Geffroy – 1893, 4 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2144 et v, mention de réception par Geffroy le 6 juin 1893

Monsieur et Cher Confrère,

Merci bien des nouvelles, tristes, hélas !, mais toujours attendues avec impatience.

Müntz a naturellement été peu flatté de son échec ; M. Foucart en jubile, ce qui ne rétablit pas l’équilibre, à mon point de vue du moins.

Sur sainte Cécile, v. le L. p. t. II, p. 65, note 20 et p. 66 note 25, vous y trouverez la référence à la Roma christiana et pourrez voir que sur plus d’un point les conclusions du cher grand homme me semblent discutables. Quant à Albi, c’est un problème épineux ; je l’ai évité, craignant toujours de toucher aux arches saintes.

Suissimo, L. D.

80. Geffroy à Duchesne – 1893, 4 juin – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 17261002 fol. 355-356.

Mon Cher Confrère,

  • 304 Paolo Savi (1867-1893), barnabite. Sur ces relations avec Duchesne, voir Brigitte Waché, Les relati (...)

Reçu votre bonne lettre. Vu Gatti. Il m’apprend que votre élève barnabite Savi304 vous a répondu sur la question qui vous préoccupe si justement. Vous ne pourriez pas, dit Gatti, voir le malade ces jours-ci. Le bulletin de ce matin, toutefois, dit : « Conditions générales un peu meilleures. Conditions locales non changées. »

J’ai prié instamment M. Gatti de penser à vous informer quand il croirait possible pour vous de venir utilement. Je recueillerai moi-même toutes les indications. Le malade, ayant eu des avertissements significatifs dès le 29, avait exigé qu’on n’en parlât pas, même à sa femme. Heureusement Michel avait averti le médecin qui le soigna le 29 au soir et par là peut avoir écarté un suprême danger qui eût été infaillible.

Nous n’avons pas besoin de vous dire, n’est-ce pas ?, que vous seriez entièrement chez vous au Palais, et entièrement notre hôte.

M. Müntz est-il très affligé de cette affaire de l’École des beaux-arts ?

Si nous pouvons trouver un fascicule du Liber pour Gatti, M. De Rossi en sera très heureux.

J’ai télégraphié vendredi à l’Institut, mais un peu tard : « État grave stationnaire. » Espérons !

Mille sentiments dévoués.

A. Geffroy.

81. Duchesne à Geffroy – 1893, 30 juin – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2143 et v, carte postale postée rue Bonaparte.

Monsieur et Cher Confrère,

Je pars lundi pour Saint-Servan ; en septembre, je filerai à Spalato avec Pisani, Fabre (uterque), et j’espère bien y trouver la petite Éminence.

Le bonhomme Rossignol est mort hier la nuit ; j’ai pu le visiter à ses derniers moments et lui donner les secours de la religion. Un ménage de pauvre ; mais on a trouvé un magot dans la commode de 5 à 600 000 francs au moins. Et pas de testament, rien pour sa vieille bonne, qui avait assez de mérite à soigner ce Géronte. M. Wallon a fait mettre les scellés ; il n’y a aucun parent ni ami à Paris ; mais je pense que l’on verra bientôt arriver de la Dordogne quelque cousin oublié. Celui-là pourra manger ses truffes au lieu de les vendre.

Avec tous mes respects.

L. Duchesne.

82. Duchesne à Geffroy – 1893, 14 décembre – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2145-2146v.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 305 Anton de Waal (1837-1917), théologien, historien de l’Église et archéologue, recteur du Campo Santo (...)
  • 306 Joseph Wilpert (1857-1944), prêtre et archéologue allemand, spécialiste des débuts du christianisme (...)
  • 307 Enrico Stevenson junior (1854-1898), scriptor graecus de la Bibliothèque Vaticane en 1882. il succé (...)

Voici que je réponds à trois lettres de vous ; cela témoigne et de votre amabilité et de mon peu d’attrait pour le style épistolaire. Je ne saurais trop vous remercier des renseignements que vous m’avez donnés à deux reprises sur M. De Rossi ; ce sont les plus précis qui me soient parvenus. Hélas !, ils sont bien alarmants. Il faut bien se rendre à l’évidence et constater que la succession va s’ouvrir. Je suis inquiet de cela. Il est à craindre que des Allemands, et des Allemands de quatrième ordre, comme ce bon Mgr de Waal305 et Wilpert306, ne s’installent dans ce champ d’études. Il faudrait leur barrer le chemin, à tout prix, en poussant vivement soit Stevenson307, soit bien plutôt Gatti. Quel dommage que ni la structure de notre École ni l’organisation de Saint-Louis ne permettent encore d’avoir des permanents voués à la science et susceptibles d’acquérir l’expérience longue et étendue que requièrent des tâches comme celle-ci ?

Les Allemands du Campo Santo et le thiase des cultores pourraient bien donner à ces études une tournure polémique ou enthousiaste qui serait très propre à exciter la défiance du public sérieux.

Je ne suis pas très disposé à faire mon propre compte rendu. L’un de mes élèves, Gay ou Goyau, pourrait se charger de cela.

  • 308 S’agit-il de Paul Maria Baumgarten (1860-1948), archiviste aux Archives du Vatican, auteur d’un G. (...)
  • 309 Des fouilles furent entreprises dans la crypte de Saint-Georges de Sélestat (ch.-l. d’arrondissemen (...)

Quant à l’histoire Baumgarten308, c’est une légende. Jamais de la vie je ne me suis occupé de Schlestadt309 et c’est la première fois que j’entends parler de ces fouilles.

Mais je vous promets ma bibliographie.

  • 310 Paul Thureau-Dangin (1837-1913), historien élu à l’Académie française le 2 février 1893 ; il en dev (...)

Je pars pour la réception de Thureau-Dangin310. Espérons que les anarchistes ne se seront pas invités à la fête. À leur point de vue, ce serait un bon endroit pour une marmite. À défaut d’eux, M. d’Arbois de Jubainville déposera demain, dans la salle ordinaire, des conclusions incendiaires contre la gérontocratie somnolente qui nous opprime, qui place notre argent au lieu de le dépenser, « comme si l’Académie avait des filles à marier ». MM. Delisle, Wallon, de Rozière, etc., ont éprouvé quelques frissons. Dans quelques jours vous saurez si nous avons sauté d’une façon ou de l’autre.

Tous mes respects, à vous, Cher Maître, et à Madame Geffroy.

L. Duchesne.

83. Duchesne à Geffroy – 1895, 25 janvier – S. l.

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2147-2148.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 311 L. Duchesne, J.-B. De Rossi, dans Revue de Paris 1, 5, 15 octobre 1894, p. 719-730.

Je n’ai qu’une petite brochure à vous envoyer ; la Revue de Paris ne m’a pas donné de tirage à part311 et je n’avais pas écrit ma conférence de Luxembourg. Aussi bien est-il temps de ne plus importuner les mânes de M. De Rossi : Iam parce sepulto, ou sepulte.

  • 312 Louis Liard (1846-1917) fut directeur de l’enseignement supérieur de 1884 à 1902.
  • 313 Georges Goyau (avec André Pératé et Paul Fabre, épilogue de Melchior de Vogüé), Le Vatican, les pap (...)

Nous sommes en grand désarroi. Je ne sais si le futur ministre agréera les combinaisons dont il a été question. À ce propos, je ne dois pas omettre de vous dire que votre lettre à M. Liard312 lui a causé beaucoup d’inquiétude ; je ne serais pas autrement étonné si le principal obstacle venait de là. Peut-être pourriez-vous calmer un peu cette émotion. Le livre dont vous vous plaignez m’a paru, à moi aussi, bien inopportun et je suis loin d’approuver de tels panégyriques313. L’École de Rome a autre chose à faire que de préparer des publicistes, quelle que soit la sincérité et la hauteur des sentiments dont ils s’inspirent. Mais on aurait tort de s’en trop émouvoir de l’autre côté ; peut-être même l’émotion n’est-elle pas très profonde. Je veux espérer qu’il vous sera possible de transmettre sur ce point des renseignements moins pessimistes.

Le fils Thorin est au plus mal ; on n’a guère d’espoir de le sauver. Vous jugez de la douleur du malheureux père.

Croyez bien à mon respectueux attachement.

L. Duchesne.

84. Duchesne à Geffroy – 1895, 9 mars – Paris

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2149-2150.

Monsieur et Cher Confrère,

  • 314 L’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans sa séance du 15 mars 1895, proposa pour le post (...)

Il semble qu’on va voir les temps prédits par les prophètes. Le ministre a saisi l’Académie, laquelle fera ses désignations vendredi prochain314. Si les choses se passent comme on semble le prévoir, je me trouverai à vos ordres aussitôt et aussi tard qu’il vous plaira.

Que ce soit tôt ou que ce soit tard, je serais heureux de pouvoir me trouver à Rome quelques jours avant votre départ, afin d’être mis au courant par vous de beaucoup de choses qui pourraient offrir des difficultés à mon extrême inexpérience. Aussi vous serais-je bien reconnaissant si vous aviez la bonté de me renseigner approximativement sur la date à laquelle vous vous seriez arrêté. Il est clair que, par ces bienheureux temps, nul ne peut être soupçonné de se mettre en route avant qu’il n’ait donné de bonnes preuves de son intention.

Veuillez offrir mes respectueux hommages à Madame Geffroy et croire aux sentiments les plus dévoués d’Élisée par rapport à Élie.

L. Duchesne.

  • 315 É. Berger, Histoire de Blanche de Castille, reine de France, Paris, 1895 (Bibliothèque des Écoles f (...)

P. S. Cette image biblique me rappelle la thèse d’Élie Berger (mention très honorable), à laquelle j’ai assisté315. Élie II s’est très bien défendu, en particulier contre le doyen, lequel a eu l’imprudence de plaider les circonstances atténuantes pour Conradin. Élie d’Anjou a répliqué avec une vivacité presque féroce. Mais on a si bon caractère à la Sorbonne ! En tout cas, excellente séance pour l’École.

85. Duchesne à Geffroy – 1895, 21 avril – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2151-2152, papier à en-tête de l’ « École française de Rome. Palais Farnèse ».

Monsieur et Cher Confrère,

  • 316 Ludovic Halévy (1834-1908), auteur dramatique, librettiste d’opérettes et d’opéras, membre de l’Aca (...)

Je reçois votre lettre d’hier. Le beau temps sera sans doute revenu à Gubbio comme à Rome. Nous aussi, nous avons été fort contrariés. Rendus à la gare avant six heures, nous avons dû reculer devant l’inondation. Le Palais Farnèse a un offert un radeau à ce naufrage ; tout s’est, en somme, arrangé. Au lieu de voir Nerva, nous avons vu M. Ludovic Halévy316 qui a failli nous surprendre à table.

  • 317 Gustave III de Suède (1746-1792), roi de Suède et prince de Finlande (1771-1792). Geffroy lui avait (...)

J’arrange l’affaire des 30 lires. Quant aux objets oubliés, un seul est retrouvé ; il se trouve sous ce pli. Il faut croire que la décoration se trouve dans quelqu’une de vos malles, car il n’y en a pas ici la moindre trace. Quant au dossier de Gustave III317, je vais essayer de le retrouver ; si vous pouviez m’aider dans mes recherches en m’indiquant où vous soupçonnez qu’il se cache, je vous en serais fort reconnaissant.

  • 318 Filippo Cuggiani était le propriétaire de la Tipografia della Pace qui imprimait alors les Mélanges (...)
  • 319 Léon Pélissier (1863-1912), membre de l’École française de Rome (1885-1887). La composition citée d (...)

Pour le reste, tout est en train ; Cuggiani318 travaille à la mise en pages des articles composés et à la composition Pélissier319.

Il va de soi que vous êtes toujours dans toutes nos conversations et que nous vous suivons de nos regrets les plus sympathiques. Nous apprendrons avec le plus grand bonheur que Madame Geffroy s’est débarrassée de son indisposition. Veuillez lui offrir mes regrets et ceux de ces messieurs. Nous avons télégraphié ce matin à l’École normale.

Croyez toujours à ma respectueuse affection.

L. Duchesne.

86. Duchesne à Geffroy – 1895, 22 avril – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2153, papier (de petit format) à en-tête de l’« École française de Rome. Palais Farnèse »

Monsieur et Cher Confrère,

  • 320 Duchesne fut fait chevalier de la Légion d’honneur par décret du 19 avril 1895 ; il fut promu offic (...)

Je vous envoie la personne ci-jointe, trouvée dans un tiroir de la chambre voisine de la loggia. Les journaux annoncent ma décoration320.

Thorin m’envoie le compte de la thèse Rolland, 1978 fr. Avec Guiraud et Toutain, nous pouvons espérer en avoir autant ; cela fera près de 10 000 fr. Pourriez-vous me dire comment on s’y prend dans ces occurrences ? Y-a-t-il des calamités analogues à craindre pour l’année prochaine ?

Très cordialement à vous.

L. Duchesne.

Souvenir respectueux à Madame Geffroy.

87. Duchesne à Geffroy – 1895, 27 avril – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2154-2155, papier à en-tête de l’ « École française de Rome. Palais Farnèse ».

Monsieur et Cher Confrère,

J’espère que cette lettre vous trouvera encore à Florence. Merci des renseignements que vous m’avez donnés dans la vôtre. Il y a pourtant un point obscur. Dans le petit cahier vous avez marqué la thèse Élie Berger (2 530 fr) en tête de celles qui incombent au budget de cette année ; dans votre lettre, il n’est plus question que des trois autres. Je voudrais savoir au juste ce qu’il en est.

  • 321 Cesare Simonetti est au service de l’École française depuis le 1er novembre 1873 ; Edmond Le Blant (...)

Cesare321 a dû vous écrire qu’il ne trouve pas son compte dans les exemplaires de ce fascicule. Peut-être en avez-vous distribué quelques-uns.

  • 322 Eugène Guillaume (1822-1905), alors directeur de la Villa Médicis (1891-1904), membre de l’Académie (...)

M. Guillaume322 avait reçu une fausse indication sur l’heure de votre départ. Il s’est présenté à la gare pour le train de deux heures. Ce contre-temps l’avait singulièrement affligé.

  • 323 P. Pisani, La Dalmatie de 1797 à 1815 : épisode des conquêtes napoléoniennes, Paris, 1893 ; id., Nu (...)

L’abbé Pisani, arrivé depuis quelques jours, repart demain ; la Propagande lui a fermé ses archives ; il nous a gratifié de ses deux thèses323.

M. Liard a bien voulu autoriser M. Fabre à nous rester jusqu’au 1er juin, ce qui m’est fort agréable ; outre le charme de son commerce, il m’est d’un grand secours pour beaucoup de détails. Si vous pouviez trouver quelque combinaison qui permît de nous l’attacher d’une façon plus durable, vous auriez rendu un bien grand service à l’École. Il me faudrait quelqu’un pour diriger l’achèvement des registres et, si nous entreprenons les nonciatures, pour m’aider à mettre cette affaire en bon train.

  • 324 Dans son rapport du 14 juin 1896, Duchesne parlait d’un « état lamentable » (B. Waché, Louis Duches (...)

Pour la capitalisation des 10 000 fr., je suivrai volontiers votre conseil ; nous arrangerons cela au mois de juillet. En ce moment, je révise les fiches du catalogue, plutôt pour m’initier à la bibliothèque que faire des rectifications, peu nombreuses d’ailleurs car vous avez tout laissé en excellent état324.

Veuillez agréer l’expression de mon respectueux et cordial dévouement et offrir mes respects à Madame Geffroy.

L. Duchesne.

88. Duchesne à Geffroy – 1895, 31 mai – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2156-2157v, papier à en-tête de « École française. Rome. Palais Farnèse ».

Monsieur et Cher Confrère,

Vous devez me trouver bien mauvais correspondant : je le suis en effet. Du reste je suis très absorbé par les détails de l’installation, classement des papiers, révision des catalogues et des registres de la bibliothèque, etc. Je conçois à peine que vous ayiez pu suffir à toute la besogne. Peut-être y parviendrai-je, mais il faudra renoncer à toute activité scientifique.

Fabre m’a beaucoup aidé. Il est maintenant rentré à Paris et à Lille. Vous l’aurez sans doute eu. Tout le monde le trouve mieux portant qu’à son arrivée. Il serait bien à désirer qu’on le renvoyât ici encore un hiver ou deux, cela le raccommoderait probablement et nous nous entendrons pour partager le fardeau. Je vous renouvelle ma prière à ce sujet ; vous n’avez pas oublié que je vous ai confié le soin de faire agréer cette combinaison. Si elle réussit, ce sera un bien grand service que vous aurez rendu à l’École.

  • 325 Mariano Rampolla del Tindaro (1843-1913), cardinal espagnol (1887), secrétaire d’État de 1887 à 190 (...)
  • 326 Durant son séjour à Rome comme directeur, Duchesne fut proche de la comtesse Maria Cara Ponti (1857 (...)

Je vois ici peu de monde, jusqu’à nouvel ordre. N’ayant pas encore été reçu au Vatican ni, par suite, au Quirinal, je cherche à échapper à l’attention. Mgr Caggiano et le cardinal Rampolla325 me comblent d’annonces fort sympathiques, mais cela ne m’avance guère. Cependant j’ai fait la connaissance des Pasolini326 et des Revatera qui sont les uns et les autres de bien aimables personnes.

En rangeant les papiers, j’en ai trouvé quelques-uns qui me paraissent vous être personnels. Je les mets sous ce pli. J’y joins aussi des mémoires [de] Cesare qui n’ont pas été certifiés ; ayez la bonté de me les retourner avec votre visa antidaté.

Vous seriez bien aimable de me renseigner sur la question des troisièmes années. Je vois déjà qu’on me fait les yeux doux à ce propos. Si on agréait tous les vœux, personne ne partirait. Comment cette faveur se demande-t-elle, à qui et à quel moment. Dans le cas présent, quelle demande jugeriez-vous plus acceptable ?

Je compte beaucoup sur vos lumières pour m’édifier à cet égard et aussi pour aider les sortants à se bien caser. Les détails du classement universitaire me sont bien peu familiers.

Vous voyez combien vous êtes encore et combien vous resterez mêlé à la direction de l’École. Il faut en prendre votre parti et, dans votre nouvelle titulature, mettre l’accent non sur l’adjectif « honoraire », mais sur le substantif « directeur ».

J’espère que Madame Geffroy est remise des fatigues du voyage. Vous avez été tous deux, m’a-t-on dit, un peu éprouvés par ce mauvais temps. Mais l’été revient et le repos de Bièvre vous remettra tout à fait.

Mes respectueux hommages à Madame Geffroy.

Votre bien affectueusement dévoué L. Duchesne.

89. Duchesne à Geffroy – 1895, 3 juillet – Rome

Orig. Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919, fol. 2158-2159v, papier à en-tête de « École française. Rome. Palais Farnèse ».

Monsieur et Cher Confrère,

Voici venir le moment du départ. J’ai dressé le bordereau de l’abonnement étant données les soupapes de sûreté que nous offrent la donation et les Mélanges ; je ne prévois pas de catastrophe, bien au contraire.

  • 327 En fait Geffroy fit, quelque temps avant sa mort, un don de 5 000 francs en faveur de l’École franç (...)

Pour la donation327, il n’y aura aucun inconvénient à ce que l’on capitalise au moins 10 000 fr. Pour les Mélanges, j’aurais besoin d’une indication. D’après le cahier où vous avez inscrit leurs comptes, il y avait en caisse le 1er janvier 1894 961 fr. 55, lesquels ajoutés aux entrées subséquentes (3 407,50) donnent un total de 4 369 fr. 05. De cet avoir dois-je déduire la somme de 1 177,40, reste 3 191 fr. 65.

Mais où est cet argent ? C’est de que je ne vois indiqué nulle part. Je vous serais bien obligé de me renseigner sur ce point.

Une autre question à ce propos : quelles sont les formalités à remplir pour puiser à cette réserve ?

Veuillez agréer l’expression de mes sentiments les plus respectueusement dévoués.

L. Duchesne.

P.S. Comme je quitte Rome samedi, le plus sûr est de m’écrire 86, rue Bonaparte.

  • 328 Émile Bertaux (1869-1917), membre de l’École française de Rome (1893-1897), historien de l’art médi (...)
  • 329 Auguste Coulon (1869-1956), membre de l’École française de Rome (1893-1897), historien médiéviste.
  • 330 Georges Gastinel (1869-1951), membre de l’École française de Rome (1893-1895).
  • 331 Georges Yver (1870-1961), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.
  • 332 Probablement le Borgo Santa Lucia, quartier de Naples.
  • 333 Léon Mirot (1870-1946), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.
  • 334 Georges Daumet (1870-1918), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.
  • 335 Jean Segrestaa (né en 1869), membre de l’École française de Rome (1894-1897).
  • 336 Joseph de Loye (1870-1940), membre de l’École française de Rome (1892-1895), historien médiéviste.

Codicille. Les trois mémoires sont partis ; leurs auteurs se dispersent. M. Bertaux328 fuit à Naples la belle chaleur romaine. M. Coulon329 s’échappe à Ancône. Seul M. Gastinel330 montre de la philosophie. M. Yver331 est déjà à Santa Lucia332, M. Mirot333 dans les lagunes où MM. Daumet334 et Segrestaa335 s’apprêtent à le rejoindre. Reste M. de Loye336 qui prolonge le plus possible un séjour bien plaisant pour son âme d’artiste.

Notes

1 Les volumes suivants ont été dépouillés : Bibl. nat. Fr., n. a. fr. 12919 (correspondance d'Auguste Geffroy, lettres de Dietz à Dutrey), 12934 (supplément de la correspondance d'Auguste Geffroy), 17261 (correspondance de Louis Duchesne, lettres de Dadolle à d'Hulst) et 22857 (autographes XVIIIe-XIXe siècles, de Didier à Duveyrier) – ce dernier volume n'ayant rien révélé d'utile pour cette étude.

2 F. Callu, Le fonds Duchesne à la Bibliothèque nationale, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975 (Coll. EFR, 25), p. 333-343, à la p. 333.

3 Henri Quentin procura l'édition, en 1925, du quatrième volume de l'Histoire ancienne de l'Église de Duchesne (L'Église au VIe siècle) dont les trois premiers volumes avaient été mis à l'Index en 1913. Il fut par ailleurs le premier maître d'œuvre de l'édition de la Vulgate ; il fut encore l'éditeur, avec un autre fidèle correspondant de Duchesne, le bollandiste Hippolyte Delehaye (1859-1941), du Martyrologe hiéronymien (voir Éditer les martyrologes. Henri Quentin et les Bollandistes. Correspondance, éd. B. Joassart, Bruxelles, 2009 (Tabularium hagiographicum, 5).

4 B. Neveu, Mgr Duchesne et Madame Bulteau : une amitié (1902-1922), dans Monseigneur Duchesne et son temps..., cit., p. 271-303 ; L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922), éd. F. Callu, Rome, 2010 (Coll. EFR, 427).

5 Duchesne avait en effet insisté à plusieurs reprises auprès de sa correspondante pour que ses propres lettres : L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau..., cit., p. 1.

6 B. Neveu, Lettres de Monseigneur Duchesne, directeur de l'École française de Rome, à Alfred Loisy (1896-1917) et à Friedrich von Hügel (1895-1920), dans MEFR, 84, 1972, p. 283-307 et 559-599, aux p. 289 et 560. Sur les relations avec Loisy, voir encore B. Sesboüé, Chapitre III. Avant le modernisme. Louis Duchesne et Alfred Loisy à la Faculté de théologie de l'Institut de Paris, dans Les cent ans de la Faculté de théologie, éd. J. Doré, Paris, 1992, p. 99-139.

7 Le fonds Geffroy de la Bibliothèque nationale de France ne paraît pas avoir été connu de B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Rome, 1992 (Coll. EFR, 167) et de Patrick Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi et de Louis Duchesne (1873-1894), Rome, 1995 (Coll. EFR, 205) [cité Correspondance De Rossi-Duchesne].

8 H.-I. Marrou, Mgr Duchesne et l'histoire ancienne du christianisme, dans Monseigneur Duchesne et son temps..., cit., p. 12-22, à la p. 19. Brémond avait évoqué cet aspect de la personnalité de Duchesne dans son discours de réception à l'Académie française en 1910 : « (…) ces bonnes plaisanteries ecclésiastiques, panachées d'allusions scripturaires ou de souvenirs d'école, ces homélies à rebours, si l'on peut dire, qui détendent très innocemment, à porte fermée, le sérieux habituel de très nobles vies » (cité ibid.).

9 Cité par B. Neveu, Mgr Duchesne et Madame Bulteau..., cit., p. 275.

10 Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Geffroy à Henri Wallon, Rome, 19 février 1876 : « la première de ces épreuves a été acceptée par M. l'abbé Duchesne. Lundi soir, pendant plus d'une heure et demie, il nous a vivement intéressés par une claire et vive analyse de son étude sur l'âge et l'authenticité du Liber pontificalis. On ne pourra pas demander que ses chapitres où se rencontrent souvent de minutieuses collations de textes, soient lisibles pour tout le monde ; mais nous pouvons affirmer, nous, après l'avoir entendu, qu'il possède son sujet en maître, que ses conclusions lui sont personnelles et que sa discussion offre tout à la fois rigueur et lumière. » Sur cette politique, voir dans ce volume A. Lehoërff et O. Poncet, Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l’École française de Rome.

11 Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Geffroy à William Henry Waddington, Rome, 7 août 1876.

12 A. Lehoërff et O. Poncet, Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l'École française de Rome, dans ce volume.

13 Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 27-28, n° 16, Duchesne à De Rossi, Paris, 5 juin 1877.

14 Sur cette affaire, voir la mise au point de B. Waché, Monseigneur Duchesne..., cit., p. 76-93.

15 Auguste Geffroy, Le Livre pontifical de l’Église romaine, dans Journal des savants, 1887, p. 41-54

16 Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 330-331, n° 256, Duchesne à De Rossi, s. l., Ascension [1884] : « On parle beaucoup de M. Geffroy pour remplacer M. Le Blant. Je ne sais si M. Le Blant a l'intention de s'en aller ; je le crois volontiers. En tout cas, on peut être sûr de l'acceptation de M. Geffroy. » ; ibid., p. 436-438, n° 339, Duchesne à De Rossi, Paris, 7-8 juillet 1885 : « M. Le Blant et M. Geffroy sont brouillés, l'un ne voulant pas s'en aller et l'autre voulant que l'un s'en aille. Dans cet état de leurs relations, je n'ose aborder de trop près M. Geffroy. Il doit être électrisé à forte tension. »

17 Ibid., p. 564-567, n° 454, Duchesne à De Rossi, s. l., 7 juillet 1888.

18 Ibid., p. 347-349, n° 272, Duchesne à De Rossi, s. l., [1884] : « On a beaucoup accusé M. Dumont d'être trop habile et trop ambitieux. Le premier reproche lui a été fait par des imbéciles qui ne lui pardonnaient pas son charme d'esprit et son aménité séduisante. Quant à son ambition, il a eu raison de se mettre en position d'être utile. Nul n'était mieux fait pour remplir la place qu'il occupait ; c'était bien the right man in the right place. »

19 Ibid., p. 564-567, n° 454, Duchesne à De Rossi, s. l., 7 juillet 1888 : « Müntz a aussitôt songé à moi pour l'École de Rome, ce qui, je crois, est chez lui l'indice d'un violent désir de s'y voir lui-même. Il n'avait qu'un regret, c'est que j'aurais contre moi la difficulté de recevoir des dames. Pour le faire enrager je lui ai expliqué les indulgences de la cour pontificale à l'endroit des rapports avec les jupons. »

20 Ibid., p. 586-587, n° 471, Duchesne à De Rossi, s. l., 15 décembre 1888.

21 Louis Duchesne, Auguste Geffroy, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1895, p. 141-153. La notice fut rédigée après le 19 novembre 1895, date du service solennel célébré en sa mémoire à Saint-Louis-des-Français à Rome en présence des deux ambassadeurs français auprès du Quirinal et du Saint-Siège.

22 Jules Martha (1853-1932), membre de l’École française de Rome (1875-1876).

23 Solunto (comm. Santa Flavia, prov. Palerme, Italie) est une fondation phénicienne sur la côte septentrionale de la Sicile, proche de Palerme.

24 Nom antique d’Agrigente.

25 Eugène Müntz (1845-1902), historien de l’art médiéval et de la Renaissance, membre de l’École française de Rome (1873-1876).

26 Paul-Frédéric Girard (1852-1926), helléniste, membre de l’École française d’Athènes (1875-1879).

27 Probablement l’homme d’État d’origine grecque Alexandre Caratheodory (1833-1906), l’un des chefs de la délégation ottomane au congrès de Berlin de 1878.

28 Sans doute s’agit-il d’Ercole Lanza di Trabia (1813-1885), sénateur du royaume depuis 1872, président de la Società siciliana di storia patria (1873-1875).

29 Antonio Salinas (1841-1914), professeur d’archéologie à l’université de Palerme en 1865, dirigeait le musée archéologique de la ville de Palerme depuis 1873. L’actuel musée archéologique régional de Palerme porte son nom.

30 Paul Foucart (1836-1928), épigraphiste et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1878, directeur de l’École française d’Athènes (1878-1890).

31 De fait, tout le début de la lettre, jusqu’aux mots « pas un journal » est écrit au crayon de bois.

32 Le texte au crayon s'interrompt ici pour reprendre à l'encre.

33 Le premier guide de la célèbre maison d’édition de Karl Baedeker (1801-1859) dédié à l’Italie méridionale et à la Sicile parut à Coblence en allemand en 1866, et semble-t-il en français en 1867 et en 1869 en anglais.

34 Canicattì, petite ville sicilienne située à environ 30 km à l’est d’Agrigente.

35 Allusion aux métopes du temple E, consacré à Héra (v. 460-450 av. J.-C.), de la cité grecque de Sélinonte, aujourd’hui site archéologique situé sur la côte sud-ouest de la Sicile.

36 La cathédrale Santa Maria la Nuova de Monreale (sud-ouest de Palerme) a été édifiée entre 1172 et 1176.

37 L’église de la Martorana, ou Santa Maria dell’Ammiraglio, de Palerme, a été fondée en 1179.

38 La chapelle Palatine est un des éléments du Palais des rois normands à Palerme ; elle a été commencée en 1130.

39 Ánapo, fleuve côtier de la Sicile orientale qui se jette dans la Mer Ionienne au sud de Syracuse.

40 Probablement Mario Landolina (fils de Saverio), qui fut le dernier directeur du Musée communal (Museo Civico) et le premier directeur du musée national de Syracuse (aimable suggestion de Françoise Fouilland).

41 La Vénus andyomene dite aussi Vénus Landolina (IIe s. avant J.-C.) du nom de Saverio Landolina (1743-1814) qui la découvrit en 1804 dans un nymphée du quartier d’Acradina à Syracuse.

42 Charles Ier d’Anjou (1227-1285), fils posthume du roi de France Louis VIII, roi de Sicile (1266) et de Naples (1282).

43 L’Archivio storico Siciliano avait été lancé en 1873, suivi la même année de la création de la Società Siciliana per la storia patria.

44 Josef Spithöver (1813-1892), libraire et éditeur allemand établi à Rome ; il est enterré au Campo Santo Teutonico. Sur ce personnage, voir E. Ofenbach, Josef Spithöver, ein westfälischer Buchhändler, Kunsthändler und Mäzen im Rom des 19. Jahrhunderts, Ratisbonne, 1997. Spitthöver était le diffuseur des Mélanges d’archéologie et d’histoire à Rome.

45 Angelo Mai (1782-1854), cardinal en 1838, philologue, connu pour sa lecture de palimpsestes et la redécouverte de textes antiques. Il a publié une Scriptorum vetera nova collectio e Vaticanis codicibus edita (10 vol., Rome, 1825-1838) et un Spicilegium Romanum (10 vol., Rome, 1839-1844) ; chez Spithöver à Rome était paru en 1871 un Appendix ad opera edita (2 tomes en 1 vol.).

46 S’agit-il de Joseph Garnier (1813-1881), journaliste et économiste, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, sénateur des Alpes-Maritimes (1876-1881) ? L’article en question n’a pas été identifié.

47 Émile Egger (1813-1885), helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1854. Il est l’auteur du Rapport fait au nom de la Commission de l’École française d’Athènes sur les travaux des membres de cette école pendant les années 1873-1874, dans CRAI, n° 4, 1874, p. 457-467.

48 Léon Heuzey (1831-1922), archéologue et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1874. Il est l’auteur du Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux écoles pendant l’année 1875, dans CRAI, n° 4, 1875, p. 452-465.

49 Félix Dupanloup (1802-1878), évêque d’Orléans (1849-1878), membre de l’Académie française en 1854, député en 1871, sénateur inamovible en 1875.

50 Non identifié.

51 Georg Waitz (1813-1886), historien du droit et médiéviste, depuis 1875 président des M.G.H.

52 Probablement l’historien allemand Hermann Pabst (1842-1870), mort en France durant la guerre entre la France et la Prusse.

53 En fait, le premier volume de la série Gesta pontificum Romanorum des M.G.H. contenant une nouvelle édition du Liber pontificalis fut l’œuvre de Theodor Mommsen (Berlin, 1898).

54 Gustave Bloch (1848-1923), membre de l’École française d’Athènes qui effectua sa première année à Rome (1873-1874) ; il est le père du médiéviste Marc Bloch.

55 Albert Dumont (1842-1884), sous-directeur de la section romaine de l’École française d’Athènes (1873-1874), directeur de l’École archéologique de Rome (1874-1875), alors directeur de l’École française d’Athènes (1875-1878), recteur de l’académie de Montpellier (1878-1879).

56 Charles Bayet (1849-1918), membre de l’École française de Rome (1873-1874).

57 Maxime Collignon (1848-1917), membre de l’École française de Rome (1873-1874).

58 Ernest Thorin, libraire-éditeur parisien, actif depuis 1847 au moins. Sa maison, sous diverses raisons sociales (Thorin et fils, Fontemoing, De Boccard), a édité les ouvrages de l’École française de Rome jusqu’en 1973.

59 Il s’agit de Nicolas Hadji-Thomas qui accompagne Duchesne dans son voyage en Asie Mineure et qu’il tâche de faire naturaliser français : cf. lettre n° 13 du 26 novembre 1876 et surtout n° 17 du 25 janvier 1877.

60 Ulrich Köhler (1838-1905), historien de l’Antiquité et épigraphiste, deuxième directeur de la section athénienne du Deutsches archeologisches Institut (1875-1886).

61 Othon Riemann (1853-1891), philologue classique français, nommé membre de l’École française d’Athènes en 1874.

62 Théophile Homolle (1848-1925), helléniste, archéologue et administrateur d’institutions culturelles, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1892 et de l’Académie des Beaux-Arts (1910), directeur de l’École française d’Athènes (1890-1904).

63 Le Calbis est une petite rivière qui forme un canal qui relie la Méditerranée au lac de Köycegiz, aujourd’hui appelé canal de Dalyan ; la ville antique de Caunos était établie sur ses rives.

64 Giaour, terme de mépris appliqué aux non-musulmans en Turquie.

65 Syros (ou Syra), île grecque des Cyclades.

66 Mersin (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.

67 Cette mission fit l’objet d’un rapport imprimé : M. Collignon, L. Duchesne, Rapport sur un voyage archéologique en Asie Mineure, dans Bulletin de correspondance hellénique, 1 (1877), p. 361-377.

68 Paul-Luce-Hippolyte Flüry dit Flüry-Hérard, né en 1836, consul général du Japon à Paris, chevalier de la Légion d’honneur depuis 1869. Les Flüry-Hérard, entrés dans la première moitié du XIXe siècle dans les services des Affaires étrangères, étaient utilisés depuis au moins la fin de la Monarchie de juillet pour faire transiter des sommes d’argent en Méditerranée pour le compte du gouvernement français : voir par exemple J. Leclant, Mariette Pacha et le patrimoine archéologique de l’Égypte, dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 125e année, 1981, p. 187-496, à la p. 491 ; M. Hamiaux, La Victoire de Samothrace : découverte et restauration, dans Journal des savants, 2001, p. 152-223, à la p. 173 ; T. Serres-Jacquard, Joseph Vattier de Bourville (1812-1854). Notes sur un explorateur de la Cyrénaïque, ibid., p. 393-429, à la p. 407, note 54.

69 William-Henry Waddington (1826-1894), archéologue et homme politique, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1865, ministre de l’Instruction publique du 18 au 25 mai 1873 et du 9 mars 1876 au 17 mai 1877, ministre des Affaires étrangères (1877-1879), président du Conseil et ministre des Affaires étrangères (1879).

70 Les mémoires de G. Bloch portaient sur les sujets suivants : « Recherches sur le texte, la date et les dispositions de la loi dit Ovinia tribunicia », « Étude sur quelques distinctions extraordinaires en usage sous l’Empire », « Étude sur le Sénat romain », « Remarques à propos d’une inscription militaire » (École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986), Rome, 1987, p. 14).

71 Müntz entra à la bibliothèque de l’École des beaux-arts à son retour de Rome et en devint le conservateur des collections en 1878 ; il fut ensuite, de 1885 à 1893, chargé du cours d’estéhtique et d’histoire de l’art en qualité de suppléant d’Hippolyte Taine.

72 L. Duchesne et C. Bayet, Mission au Mont Athos, dans Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e s., 3 (1876), p. 201-528 ; Duchesne rédigea la Première partie : épigraphie (p. 203-332) et la Deuxième partie : chartes et manuscrits (p. 333-444).

73 Burdur (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.

74 Isparta (Sparte), Turquie, chef-lieu de la province du même nom, située sur les hauts plateaux du Taurus.

75 Konya (Turquie), préfecture de l’actuelle province du même nom.

76 Le 5 mai 1876 les consuls de France et d’Allemagne, Jules Moulin et Henry Abbott, furent tués par la foule turque.

77 L. Duchesne, De Macario magnete et scriptis ejus, Paris, 1877.

78 Léon Clédat (1851-1930), membre de l’École française de Rome (1875-1876).

79 Augustin David (1812-1882), évêque de Saint-Brieuc et Tréguier (1862-1882. Le diocèse de Saint-Brieuc était le diocèse d’incardination de Duchesne.

80 M. Collignon, Quid de collegiis epheborum apud Graecos, excepta Attica, ex titulis epigraphicis commentari liceat, Paris, 1877 ; C. Bayet, De titulis Atticae christianissimis antiquissimis : commentatio historica et epigraphica, Paris, 1878.

81 Charles Thurot (1823-1882), philologue classique et romaniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1871, alors directeur d’études en philologie latine à l’École pratique des hautes études.

82 Eugène Frélaut-Ducours (1834-1904), vicaire général de l’évêché de Saint-Brieuc et Tréguier.

83 Henri Wallon (1812-1904), historien et homme politique, membre (1850) et secrétaire perpétuel (1873) de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, ministre de l’Instruction publique du 10 mai 1875 au 9 mai 1876.

84 Alfred Lorquet (1815-1883), ancien élève de l’École normale supérieure (1833), alors secrétaire de la Faculté des lettres de Paris.

85 Auguste Bougot (1842-1892) soutint les thèses suivantes : Essai sur la critique d’art : ses principes, sa méthode, son histoire en France (Paris, 1876) ; De morum indole in Virgilii Aeneide (Paris, 1876).

86 Léon Renier (1809-1885), historien spécialiste d’épigraphie latine, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1856.

87 Theodor Mommsen (1817-1903), historien allemand, spécialiste de la Rome antique : il fut l’initiateur et l’animateur du Corpus inscriptionum Latinarum à partir de 1863.

88 Wilhelm Adolf Becker (1796-1846), archéologue classique, commença un Handbuch der Römischen Althertümer nach der Quelle bearbeitet, que poursuivit Joachim Marquardt (9 tomes en 5 vol., Leipzig, 1843-1867).

89 Joachim Marquardt (1812-1882), historien spécialiste de l’Antiquité romaine, poursuivit le travail de publication de Wilhelm Adolf Becker (voir note précédente).

90 Pietro Micca (1677-1706), soldat-mineur au service du duc de Savoie, qui se signala par un acte d’héroïsme lors du siège de Turin par les troupes françaises en 1706 en faisant sauter la galerie creusée par les Français au prix de sa vie.

91 Alessandro Pieralisi était à cette époque le bibliothécaire de la bibliothèque du prince Barberini.

92 Giovanni Battista De Rossi (1822-1894), archéologue et épigraphiste italien, célèbre par sa redécouverte de catacombes chrétiennes à Rome. Voir P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi et de Louis Duchesne (1873-1894), Rome, 1995 (Coll. EFR, 205) [désormais cité Correspondance De Rossi-Duchesne].

93 L’abbé corse Lucien-Auguste Letteron (1844-1918) se spécialisa dans ses premières publications dans la traduction de textes corses en français : Mémoires de Rostini, 2 vol., Bastia, 1882 (Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Corse, 6-7) ; Petri Cyrnaei, clerici Aleriensis, de rebus Corsicis libri quatuor. Chronique corse traduite, Bastia, 1884 (Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Corse, 10). Il était alors « professeur au lycée de Chateauroux, agrégé des classes supérieures » et désirait être nommé membre de l’École de Rome afin de soigner « une fatigue du larynx », en particulier par un séjour dans le Midi (Arch. nat. F17 4129, dossier 1, Letteron au ministre de l’Instruction publique, Paris, 9 septembre 1876).

94 Sous le titre d’Analecta, le « Fascicule premier » de la Bibliothèque des Écoles française de Rome et d’Athènes (Paris, 1877) où parut l’Étude sur le « Liber pontificalis » de Duchesne (p. 1-222), comprenait deux contributions d’Eugène Müntz (Recherches sur l’œuvre archéologique de Jacques Grimaldi ancien archiviste de la basilique du Vatican, p. 225-269) et de Léon Clédat (II. Le mystère provençal de sainte Agnès. Examen du manuscrit de la bibliothèque Chigi et de l’édition de M. Bartsch, p. 271-283). Le volume de Bayet et Duchesne sur leur mission au Mont Athos (cf. supra note 72) fut réimprimé en 1877 chez Thorin avec la mention des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, mais sans toutefois porter de numéro de fascicule : « Par suite d’un malentendu entre M. Geffroy et M. Dumont, il y a deux premiers volumes de la bibl. des Écoles d’Athènes et de Rome, le second premier qui contient mon étude sur le L. P. avec deux autres travaux (Grimaldi et Ste Agnès) ne sera complet que vers la fin de l’année. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 30, p. 46-47, Duchesne à De Rossi, Paris, 23 octobre 1877, à la p. 46.). Geffroy qualifiait du reste ce volume de « Fascicule à part » (Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Geffroy à Jules Ferry, Rome, 15 février 1879).

95 La Kölnische Zeitung, journal fondé au XVIIe siècle et qui prit ce nom en 1802, était un journal local dont l’audience dépassait le cadre strictement régional et joua le rôle d’un Times allemand du XIXe siècle jusqu’à la fin de la République de Weimar.

96 Jean-Baptiste Pitra (1812-1889), bénédictin de l’abbaye de Solesme en 1842, cardinal en 1863, nommé bibliothécaire de l’Église romaine en 1869. Il joua un rôle ambigu dans la possible condamnation de la thèse de Duchesne par l’Index : voir B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Rome, 1992 (Coll. EFR, 167), p. 76 et suiv. Duchesne se chargea lui-même de lui rendre hommage : Louis Duchesne, Nécrologie. Le cardinal Pitra, dans Bulletin critique, 10, 1889, p. 74-76.

97 Johann Bollig (1821-1895), orientaliste allemand entré dans la Compagnie de Jésus en 1853. Il fut membre de la commission qui prépara le concile Vatican I et fut durant ce concile le théologien pontifical. En 1876, il est nommé préfet second custode de la Bibliothèque vaticane où il occupait une fonction de scripteur en langue arabe ; il conserva cette charge jusqu’à son décès.

98 Bollig fut professeur d’arabe et de sanscrit au Collège romain à partir de 1863. Duchesne passa deux années universitaires, entre 1863 et 1865, au Collège romain. Sur ce séjour « buissonnier », voir B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne…, p. 27-28.

99 Allusion aux registres des papes du XIIIe siècle pour lesquels l’École française jouit d’une autorisation spéciale avant même l’ouverture officielle de l’Archivio segreto Vaticano : O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (Coll. EFR, 318), p. 10-11.

100 Louis-Prosper Gachard, Les Archives du Vatican, Bruxelles, 1874.

101 Beda Dudik (1815-1890), historien morave entré dans l’ordre bénédictin en 1836, membre de l’Académie des sciences de Vienne en 1865. Il publia Iter Romanum (…) in den Jahren 1852 und 1853 unternommen und veröffentlicht. I. Theil : Historische Forschungen. II. Theil. Das päpstliche Regestenwesen (2 vol., Vienne, 1855).

102 Ludwig Konrad Bethmann (1812-1867), historien allemand, directeur de la bibliothèque de Wolfenbüttel. Il fut avec Georg Waitz l’un des deux principaux collaborateurs de Georg Heinrich Pertz pour l’édition des Monumenta Germaniae historica. Duchesne fait sans doute référence à sa longue contribution Nachrichten über die von ihm für die « Monumenta Germaniae historica » benutzten Sammlung von Handschriften und Urkunden Italiens, aus dem Jahre 1854, dans Archiv für der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 12 (1858-1874), p. 201-426 et 474-758.

103 Friedrich Bluhme (1797-1874), juriste et historien du droit. Il publia un Iter italicum (4 tomes en 2 vol., Berlin-Stettin, 1824-1826) et une Biblioteca librorum manuscriptorum Italica. Indices bibliothecarum Italiae… (Göttingen, 1834).

104 August Potthast (1824-1898), historien allemand. Il venait de publier ses fameux Regesta pontificum Romanorum, inde ab a. post Christum natum MCXCVIII ad a. MCCCIV (2 vol., Berlin, 1874-1875).

105 Jacques-Paul Migne (1800-1875) publia les registres d’Innocent III dans les tomes 214 à 217 de sa Patrologie latine parus en 1855.

106 Ernest Vinet (1804-1878) fut le premier bibliothécaire de l’École des Beaux-Arts nommé en 1862. Il était alors le chef de Müntz et ce dernier lui succéda à son décès.

107 Émile Chatelain (1851-1933), historien et philologue, membre de l’École française de Rome (1876-1877), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1903. Il était le petit-neveu par sa mère de Jules et Louis Quicherat.

108 Duchesne fait sans doute allusion à l’édition des Opera omnia de Fulbert de Chartres (v. 960-1028) dans la Patrologie latine de Migne (t. 141, Paris, 1853), effectuée d’après d’anciennes éditions, en particulier celle de Charles de Villiers (Paris, Thomas Blaise, 1608). L’appel de Duchesne ne fut pas suivi d’effet dans l’immédiat : la maison Garnier, qui avait racheté les droits de Migne, publié en 1880 une réédition du tome 141 de la Patrologie et il fallut attendre 1976 pour disposer d’une première édition vraiment critique (Frederick Behrends (éd.), The letters and poems of Fulbert of Chartres, Oxford, 1976 [Oxford medieval texts]).

109 Les écrits de Fulbert de Chartres font l’objet d’une étude dans le tome VII de l’Histoire littéraire de la France de dom Rivet et des bénédictins de Saint-Maur (Paris, 1746, reprint 1865), aux p. 261-279.

110 L’imprimerie Chauvin imprima le premier volume de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; Thorin et ses successeurs lui confièrent l’impression des volumes de la BÉFAR jusqu’au fascicule 73 inclus, publié au tout début de la direction de Duchesne (J. Guiraud, L’État pontifical après le Grand Schsime. Étude de géographie politique, Paris, 1896).

111 Friedrich Klincksieck, originaire de Francfort-sur-le-Main, s’installa à Paris en 1838 et y fonda sa maison d’édition, spécialisée en sciences humaines.

112 Le Bullettino d’archeologia cristiana fut d’abord mensuel (1863-1869), puis trimestriel (1870-1882), enfin annuel (1883-1894). Le troisième volume de la Roma sotterranea cristiana (3 vol., Rome, 1864-1877) parut en 1877 sous le titre III. Il cimitero di Santa Sotere.

113 Marie, Alphonse, René de Maulde (né en 1848), sous-préfet des Sables d’Olonne (Vendée) du 7 juillet 1876 au 24 mai 1877

114 C'est-à-dire les familiers, la familia au sens latin du terme. C'est la graphie utilisée par Duchesne : il conviendrait d'accentuer οἰκέται (nominatif pluriel d’οἰκέτης). (Je remercie Christian Förstel de m'avoir amicalement assisté dans les transcriptions des citations grecques de la correspondance de Duchesne.)

115 François-Marie-Benjamin Richard de La Vergne (1819-1908), archévêque de Paris (1886-1908), cardinal en 1889.

116 Antonio Saverio De Luca (1805-1883), cardinal en 1863 ; il était depuis 1863 préfet de la congrégation de l’Index.

117 Georg Heinrich Pertz (1795-1876), historien allemand. Il fut responsable des Monumenta Germaniae historica de leur lancement en 1823 jusqu’en 1874. À la date de l’entretien entre De Luca et Geffroy, Pertz était mort depuis plusieurs mois (le 7 octobre 1876)…

118 Cf note 31 : le volume de la série Gesta pontificum Romanorum des M.G.H. contenant une nouvelle édition du Liber pontificalis due à Theodor Mommsen parut en 1898.

119 Ersilia comtesse Caetani Lovatelli (1840-1925), archéologue italienne. La graphie Locatelli, qui ne semble pas commune chez Duchesne (cf Correspondance De Rossi-Duchesne, lettres n° 15, 9 mai 1877, n° 29, 19 octobre 1877, etc.), se rencontre vers la même époque dans les écrits de Geffroy publiés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres : « Par une seconde lettre, M. Geffroy fait connaître que l’Académie royale des Lincei a reçu le 18 mai, en séance publique, Mme la comtesse Ersilia Locatelli, née Gaetani. ‘ M. le comte Mamiani, président de la section des sciences morales et politiques, a, dit M. Geffroy, lu le décret royal approuvant l’élection de la comtesse Locatelli à titre de membre titulaire ’. » (CRAI, 1879, n° 2, p. 106). Elle fut en effet la première femme membre de l’Accademia dei Lincei en 1879 : Duchesne la surnomme ainsi plaisamment la « comtesse Lincei » (L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau..., cit., p. 38-41, n° 36, 3 [juillet 1903], p. 38)

120 Wilhelm Henzen (1816-1887), archéologue, philologue et épigraphiste allemand, secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut de Rome depuis 1856.

121 Giacomo Antonelli (1806-1876), cardinal en 1847, secrétaire d’État du pape Pie IX depuis 1848. Il venait de mourir (6 novembre 1876) et laissait un important patrimoine qui fut l’objet d’un procès entre Loreta Vittoria princesse Lambertini, fille présumée du cardinal, et la famille de ce dernier.

122 Auguste Choisy (1841-1909), polytechnicien, historien de l’architecture, effectua une mission de six mois en Asie Mineure pour y étudier la courbure du stylobate des temples grecs et les origines de la voûte appareillée. Il en tira L’Asie Mineure et les Turcs en 1875 : souvenirs d’un voyage (Paris, 1876) et, quelques années plus tard, L’art de bâtir chez les Byzantins (Paris, 1883).

123 Wilhelm Röstell (1799-1886). Duchesne fait ici référence à Ernst Platner, Carl Bunsen, Wilhelm Röstell et Eduard Gerhard, Beschreibung der Stadt Rom, 3 vol., Stuttgart et Tübingen, 1830-1842.

124 Ferdinand Piper (1811-1889). Duchesne fait référence à son ouvrage Einleitung in die monumentale Theologie, Gotha, 1867.

125 Apostolidis, ancien conservateur de la bibliothèque nationale d’Athènes, avait retrouvé un manuscrit de Macarius Magnès en Épire et l’avait signalé à Albert Dumont qui en fit part à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (CRAI, 1867, p. 138-141 [séance du 5 juillet 1867] et 340). C’est ce manuscrit qui fut édité par Charles Blondel († 1873), Macarii Magnetis quae supersunt ex inedito codice, éd. Paul Foucart, Paris, 1876.

126 Duchesne prêtait beaucoup aux normaliens. Antoine (de) Tounens (1825-1878) fut proclamé roi d’Araucanie et de Patagonie (Chili) le 20 novembre 1860 sous le nom d’Orilie-Antoine Ier. Il fut arrêté et expulsé en 1862. Il avait son baccalauréat et acheta une chargé d’avoué à Périgueux en 1857.

127 La coupe dite de Podgoritza fut découverte en 1870 près de Doclea en Dalmatie, puis envoyée à Podgoritza au consul italien à Scutari qui la fit voir en 1872 à Albert Dumont (communication dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1873, p. 71-73) ; le dessin prit par ce dernier fut utilisé et publié par G. B. De Rossi, Podgoritza in Albania. Insigne tazza vitrea figurata, dans Bullettino di archeologia cristiana, 2e série, 5e année, 1874, p. 153-155 et pl. XI. La coupe avait été entre-temps achetée au consul italien par Alexander Basilewsky qui la joignit à sa célèbre collection parisienne, où De Rossi la vit et en tira un meilleur dessin : L'insigne piatto vitreo di Podgoritza oggi nel museo Basilewsky in Parigi, dans Bullettino di archeologia cristiana, 3e série, 2e année, 1877, p. 77-85. Edmond Le Blant en donna une fine interprétation dans son Étude sur les sarcophages chrétiens de la ville d’Arles (Paris, 1878), p. XXVIII-XXIX et pl. XXXV. En 1884, Basilewsky vendit l’ensemble de sa collection aux enchères où elle fut acquise moyennant six millions de francs par le tsar Alexandre III. La coupe appartient depuis cette date aux collections du Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Voir The Podgoritza Cup, dans The Heythrop Journal, 4, 1963, p. 55-66.

128 Outre le Bullettino di archeologia cristiana et la Roma sotterranea cristiana, G. B. De Rossi était l’animateur principal des Inscriptiones christianae Urbis Romae septimo saeculo antiquiores (3 vol., Rome, 1859-1915). Il était en outre l’un des responsables (avec Wilhelm Henzen) des Inscriptiones Urbis Romae Latinae pour le Corpus inscriptionum Latinarum.

129 La genèse de cet ouvrage fut longue (voir ici même les lettres nos 20, 27, 31, 44 et 45) : Martyrologium Hieronymianum ad fidem codicum adjectis prolegomenis. Ediderunt Joh[annes]. Bapt[ista]. De Rossi et L[udovicus]. D[uchesne], Bruxelles, 1894 (Acta Sanctorum Novembris, 2, pars prior, praemissum martyrologium Hyeronimianum).

130 Ulysse Chevalier (1841-1923), prêtre, bibliographe et médiéviste. Il est connu pour son Répertoire des sources historiques du Moyen Âge (Bio-Bibliographie, 1875-1886, et Topo-Bibliographie, 1894-1903) et pour avoir affirmé que le Suaire de Turin ne pouvait être antérieur au XIVe siècle.

131 Eugène Müntz publia dans la Revue archéologique une suite d’articles intitulés Notes sur les mosaïques chrétiennes de l’Italie. Le quatrième (L’oratoire du pape Jean VII) parut dans le fascicule de septembre 1877 (Revue archéologique, n. s., 34, juillet-décembre 1877, p. 145-162).

132 Le prix Zographos fut attribué en 1877 au volume de Bayet et Duchesne (Revue des études grecques, 1889, p. LXVI).

133 Le Bulletin de correspondance hellénique fut créé en 1877 ; il succédait, après une période d’interruption au Bulletin de l’École française d’Athènes (1866-1871).

134 L’abbé Joseph-Alexandre Martigny (1808-1880) était l’auteur d’un Dictionnaire des antiquités chrétiennes (1re édition, Paris, 1865).

135 Edmond Le Blant (1818-1897), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1867, directeur de l’École française de Rome (1882-1888), épigraphiste et historien du christianisme antique.

136 Louis-Auguste Himly (1823-1906), archiviste paléographe, historien, doyen de la faculté des lettres de Paris (1881-1898), membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1884.

137 Eugène Benoist (1831-1887), latiniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1884.

138 Georges Perrot (1832-1914), archéologue et helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1874.

139 « Un vieux monsieur, suisse et protestant, doué de quelque littérature, d’un peu de sentiment artistique, et fort en éveil sur les questions religieuses, désirerait profiter de la visite aux catacombes que Madame de Muralt doit, dit-il, faire sous votre direction. Il connaît cette dame et se joindra à sa compagnie si vous le permettez. Il s’appelle M. Frossard. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 8, p. 17-18, Duchesne à De Rossi, Rome, [1875]).

140 Quoiqu’il ait le même âge que Duchesne, ce dernier fait sans doute allusion à Samuel Berger (1843-1900), pasteur luthérien de la paroisse du Gros-Caillou à Paris, professeur et bibliothécaire à la Faculté de théologie protestante de Paris, dont on sait par un témoignage de Duchesne lui-même qu’il assistait à ses conférences en 1878 (B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne…, p. 115-116, note 65), plutôt qu’à son frère puîné Philippe Berger (1846-1914), lui aussi pasteur et professeur dans la même Faculté, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1892 et proche de Renan.

141 Élie Berger (1850-1925), archiviste paléographe, membre de l’École française de Rome (1876-1880), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1905.

142 La thèse française de Maxime Collignon, qui forme le fascicule 2 de la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome était un Essai sur les monuments grecs et romains relatifs au mythe de Psyché (Paris, 1877).

143 Dominicain de la province de France.

144 Henri-Dominique Lacordaire (1802-1861), dominicain, restaurateur de l’ordre dominicain en France sous la Monarchie de juillet.

145 Jules Morel (1807-1890), chanoine honoraire d’Angers, consulteur de l’Index. La lettre de Duchesne confirme l’identification avancée avec pertinence par B. Waché (Monseigneur Louis Duchesne…, p. 77, note 177).

146 Maurice Le Sage d’Hauteroche d’Hulst (1841-1896), fondateur en 1875 de l’Université catholique libre, futur Institut catholique de Paris dont il devint le recteur en 1880. Voir Francesco Beretta, Monseigneur d’Hulst et la science chrétienne : portrait d’un intellectuel, Paris, 1996 (Textes, dossiers, documents, 16).

147 Dominicain de la province de France.

148 Emmanuel Fernique (1854-1885), membre de l’École française de Rome (1876-1878).

149 Sur la bibliographie de L. Duchesne, voir J.-C. Picard, Bibliographie, dans L. Duchesne, Scripta minora. Études de topographie romaine et de géographie ecclésiastique, Rome, 1973 (Coll. EFR, 13), p. 9-50.

150 Le 29 décembre 1877 Geffroy avait adressé une lettre à ce sujet à l’Académie des inscriptions et belles-lettres (CRAI, 1878, p. 1, séance du 4 janvier 1878).

151 Agénor Bardoux (1829-1897), ministre de l’Instruction publique du 18 décembre 1877 au 4 février 1879.

152 je regretterais, souligné.

153 Georges Perrot, Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome, sur les travaux de ces deux écoles pendant l’année 1875 [sic, pour 1876], dans CRAI, n° 4, 1876, p. 367-416.

154 Émile Chatelain s’occupa exclusivement de philologie durant son séjour romain : voir École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)…, p. 27.

155 L. Duchesne, De codicibus mss. Graecis Pie II in Bibliotheca Alexandrino-Vaticana, Paris, 1880 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 13).

156 Cette publication tarda quelque peu : L. Duchesne, Notes sur la topographie de Rome au Moyen Âge. VII. Les légendes chrétiennes de l’Aventin, dans Mélanges d’archéologie de Rome et d’Athènes, 10, 1890, p. 225-250, aux p. 234-250, « Saint-Alexis ». Voir aussi Louis Duchesne, Sur la légende de saint Alexis, dans Bulletin critique, 11, 1890, p. 435-436. Il s’agissait réellement de roba gelosa puisque Duchesne contestait que le culte de saint Alexis ait commencé à Rome avant la fin du Xe siècle et accusait les moines du monastère Saint-Alexis de l’Aventin d’avoir introduit un faux corps au XIIIe siècle pour obtenir une confirmation officielle de la papauté. Cette thèse lui valut une critique de De Rossi : « J’ai vu que, à propos de s. Alexis, vous avez excommunié mon article et rendu un jugement paléographique qui se ressent de votre naturel irénique et conciliateur. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 520, p. 646-647, Duchesne à De Rossi, s. l., 17 décembre 1890, à la p. 646).

157 Probablement L. Duchesne, Une satire du XIVe siècle, dans Bulletin critique 1, 1881, p. 354-361.

158 Abel Henri Joseph Bergaigne (1838-1888), indianiste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1885.

159 Richard Schöne (1840-1922), archéologue participa à la rédaction, avec Karl Zangemeister, des Inscriptiones parietariae Pompeianae, Herculanenses, Stabianae (Berlin, 1871-), qui formaient le tome 4 du Corpus inscriptionum Latinarum. Il fut par la suite directeur des musées royaux de Berlin (1880-1905).

160 E. Fernique, Note sur les dernières fouilles de Palestrina, dans CRAI, 1878, n° 1, p. 16-22.

161 Bernard de Montfaucon (1655-1741), moine bénédictin de la congrégation de Saint-Maur. Il est, entre autres, l’auteur d’un Diarium Italicum, sive monumentorum veterum, bibliothecarum, musaeorum etc. Notitiae singulares itinerario Italico collectae, Paris, 1702. Il s’inscrit en fait dans une tradition établie dans sa congrégation depuis J. Mabillon et M. Germain, Museum Italicum, seu collectio veterum scriptorum ex bibliothecis Italicis eruta, Paris, 1687 (première partie : Iter Italicum litterarium).

162 Le Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde a été fondée au sein des MGH en 1876. Le sous-titre en était « zur Beförderung einer Gesammtausgabe der Quellenschriften deutscher Geschichten des Mittelalters ».

163 CRAI 1879, p. 2, séance du 3 janvier 1879 : « M. Geffroy, directeur de l’École française de Rome, adresse plusieurs lettres au président. Par l’une d’elles, il fait connaître que le gouvernement italien ainsi que le gouvernement du Saint-Père viennent de fonder à Rome une série de cours spéciaux d’arhéologie, de droit romain, de droit ecclésiastique, de droit commercial et d’épigraphie. Le gouvernement italien a en outre institué une école supérieure des sciences économiques administratives. »

164 Théophile Homolle (1848-1925), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres fut membre de l’École française de Rome (1874-1875), à l’époque où Duchesne s’y trouvait. Georges Homolle (1845-1883), médecin comme leur père, chef de clinique à la Faculté de médecine de Paris en 1875, décéda de la typhoïde en 1883.

165 dans Montfaucon, souligné.

166 Le manuscrit est aujourd’hui conservé sous la cote Ottoboniani latini 909 et contient les pièces suivantes : « Vita Caroli Magni imperatoris. Pauli Diaconi Historia Langobardorum. Le Roman d’Amil et Damis » (Les manuscrits de la Reine de Suède au Vatican. Réédition au catalogue de Montfaucon et cotes actuelles, Vatican, 1964 [Studi e testi, 238], p. 24).

167 Duchesne s’était porté candidat le 18 décembre 1878 (Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1878, p. 233), puis à nouveau sans succès le 16 juillet (ibid., 4e s., t. 10, p. 226).

168 Édouard Corroyer (1835-1904), architecte, élève de Viollet-Le-Duc, membre libre de l’Académie des Beaux-Arts en 1896.

169 G. Waitz, Über die verschiedenen Texte des Liber pontificalis, dans Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichstkunde, 4, 1879, p. 216-237.

170 L. Duchesne, Le premier Liber pontificalis, dans Revue des questions historiques, 29, 1881, p. 246-263. Il n’y a aucune allusion à une lettre de De Rossi.

171 Charles Donat (1850-1880), membre de l’École française de Rome (1878-1879)

172 G. Bayet, Recherches pour servir à l’histoire de la peinture et de la sculpture chrétiennes en Orient avant la querelle des iconoclastes, Paris, 1879 (BEFAR, 10).

173 Charles Giraud (1802-1881), juriste spécialiste de droit romain, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

174 Exupère Caillemer (1837-1913), historien du droit et des institutions grecs.

175 Ici, note de Geffroy : « Nous le faisons dès cette année ». C’est en 1880 que fut nommé membre de l’École française de Rome, hors cadre et pour la seule année 1880-1881, Émile Vigneaux (1839-1921). Il était avait soutenu une thèse intitulée Du mariage en droit romain. De la communauté réduite aux acquêts en droit français (Paris, 1867). Il était avocat, agrégé de droit et professeur à la Faculté de droit de Bordeaux et était déjà marié. Il publia deux contributions dans les Mélanges d’archéologie et d’histoire : « Studi e documenti di storia e diritto », périodique de l’Accademia di conferenze storico-giuridiche, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1881, p. 156-159 ; Notice sur trois manuscrits inédits de la Vaticane, ibid., 1882, p. 309-355.

176 Geffroy venait d’indiquer quelques découvertes par une lettre lue lors de la séance du 28 mars 1879 (CRAI, 1879, n° 2, p. 24). Et Duchesne n’avait encore rien vu puisque lors de la séance du 20 juin 1879 fut lu un extrait évocateur d’une autre lettre de Geffroy à propos des peintures trouvées entre le Tibre et la Farnésine (CRAI, 1879, n° 2, p. 109-110) : « D’autres peintures, plus intéressantes encore, viennent, continue M. Geffroy, d’être découvertes dans les mêms terrains. Je suis entré dans une nouvelle chambre, déblayée à moitié. Cette chambre a 8,60 m de long, 4 mètres environ de large ; la hauteur est encore incertaine puisqu’on n’a pas encore atteint le plancher. Ce ne sont plus ici des médaillons et de petits tableaux de genre : une frise règne tout autour de cette salle et représente toute une série de scènes étranges, des sacriices, des supplices de prisonniers, scènes d’adoration, etc., qui seront certainement d’un grand prix à la fois pour l’histoire de l’art et pour l’étude des traditions. Au-dessous de la frise on voit des paysages sur fond noir (comme la frise elle-même) et dans le genre de Pompéi, mais, ce semble, supérieurs et plus fins. »

177 L. Duchesne, La date et les recensions du Liber pontificalis, dans Revue des questions historiques, t. 26, 1879, p. 493-530.

178 Charles Loyson, en religion le Père Hyacinthe (1827-1912), prêtre et prédicateur français. Entré chez les carmes déchaux en 1860, il est excommunié pour ses prises de positions en 1869. Il entre en 1871 dans l’Église vieille-catholique, se marie en 1872 et fonde en 1878 à Paris l’Église gallicane, Église catholique indépendante, alors proche de l’Église anglicane.

179 la mise en pages, souligné.

180 Albert Dumont, alors directeur de l’École française d’Athènes, venait d’être nommé directeur de l’Enseignement supérieur en juillet 1879 : voir J.-M. Mayeur, Albert Dumont et les transformations de l’enseignement supérieur au début de la Troisième République, dans Bulletin de correspondance hellénique, 100, 1976, p. 7-10.

181 L. Duchesne, La date et les recensions…

182 L. Duchesne, Le premier Liber pontificalis

183 Richard Adelbert Lipsius (1830-1892), théologien protestant allemand. Duchesne fait allusion à l’article de Lipsius, Neue Studien zur Papstchronologie, dans Jahrbücher für protestantische Theologie, 6, 1880, p. 78-126 et 233-307.

184 Georg Waitz, compte rendu de la thèse de Duchesne dans Historische Zeitschrift, nouv. s., t. 8, 1880, p. 135.

185 sur votre indication, souligné.

186 Il est difficile de savoir à quel article fait allusion Duchesne. Il ne peut s’agir du texte de Waitz dont parle Duchesne au printemps 1879 à deux reprises. Trois articles ont été publiés dans le troisième et dernier fascicule de l’année 1879 du Neues Archiv : Hermann Brosien, Wilhelm von Nangis und Primat, p. 425-509 ; Ernst Dümmler, Die handschriftliche Überlieferung der lateinischen Dichtungen aus der Zeit der Karolinger. III, p. 511-582 ; Georg Waitz, Handscriften in Englischen u. Schottischen Bibliotheken (Fortsetzung). Beilage zu dem Bericht über die reise nach England, p. 583-625.

187 Le 19 novembre 1879 Duchesne s’était porté candidat, avec Arthur Michel de Boislisle, sur le poste de Jules Deloche, nommé membre honoraire (Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1879, p. 269) ; il fut élu le 3 décembre (ibid., p. 275). Il rendait Müntz responsable de ce succès : « L’excellent Müntz m’a fait élire membre de la Société des antiquaires de France. Mes parrains ont été MM Perrot et Egger, collègues de l’État. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 85, p. 116-117, Duchesne à De Rossi, Paris, 7 décembre 1879, à la p. 117.)

188 Georges Lacour-Gayet (1856-1935), membre de l’École française de Rome (1879-1881), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. L’article en question parut dans la livraison du 1er juillet 1880 et était intitulé Les inscriptions latines sur brique, dans Revue des questions historiques, 1880-2, p. 262-267.

189 Le marquis Gaston du Fresne de Beaucourt (1833-1922) fonda en juillet 1866 la Revue des questions historiques.

190 Victor Palmé, éditeur parisien actif durant les années 1860-1910, spécialisé dans les publications religieuses. Il était l’éditeur de la Revue des questions historiques.

191 L. Duchesne, Le « Liber pontificalis » en Gaule au VIe siècle, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1882, p. 277-289.

192 Antoine Héron de Villefosse (1845-1919), archéologue et épigraphiste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1886.

193 Roselyne marquise de Forbin d’Oppède (1822-1884), femme de lettres, active au sein du mouvement catholique libéral. Voir J.-R. Palanque, Une catholique libérale au XIXe siècle : la marquise de Forbin d’Oppède d’après sa correspondance inédite, Paris, 1981 (Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique, 66).

194 Arnold Schaefer (1819-1883), historien allemand spécialiste de Démosthène. Comme Geffroy, il s’était également frotté à une histoire plus contemporaine : Geschichte des Siebenjährigen Kriegs, 3 vol., Berlin, 1867-1874. Il venait de publier Abriß der Quellenkunde der griechischen und römischen Geschichte. Zweite Abtheilung. Die Periode des römische Reiches, Leipzig, 1881.

195 Paul Hinschius (1835-1898), juriste allemand. Il avait procuré la première édition critique des Fausses Décrétales : Decretales Pseudo-Isidorianae et capitula Angilramni, 2 vol., Leipzig, 1863.

196 Les frères Pietro (1698-1769) et Girolamo (1701-1781), prêtres originaires de Vérone, canonistes et théologiens, publièrent en outre de nombreux textes du haut Moyen Âge, s’appuyant entre autres sur un libre accès aux ressources de la Bibliothèque vaticane

197 Le juriste et canoniste allemand Johann Friedrich von Schulte publia en 1863 à Giessen la première édition de son Lehrbuch des katholischen Kirchenrechts. Le juriste allemand Friedrich Maassen (1823-1900) publia une Geschichte der Quellen und der Literatur des kanonischen Rechts im Abendlande bis zum Ausgange des Mittelalters, Graz, Paris, Turin et al. 1870.

198 Photius Ier de Constantinople (v. 810-893), patriarche de Constantinople, érudit et homme d’État ; il est compté au nombre des Pères de l’Église chez les orthodoxes.

199 S’agit-il de L. Duchesne, Une satire du XIVe siècle, dans Bulletin critique 1, 1881, p. 354-361 ? Le vicomte Romuald Panon Desbassayns de Richemont (1860-1945) publia la Correspondance secrète de l’abbé de Salamon chargé des affaires du Saint-Siège pendant la Révolution avec le cardinal de Zelada (Paris, 1898). Quelques années plus tard, ce « studieux ami » désespérait Duchesne : « Mais ce petit Romuald me désespère. Je l’aime beaucoup, et je ne puis me résigner à le voir faire un inutile, un raté. Il s’est mis en tête de petites vapeurs pessimistes et une sorte de dédain aristocratique de toute occupation suivie. Il prend cela pour de la distinction ; je ne trouve rien de plus vulgaire ; il faut tout le poids des convenances sociales et toute l’énergie de mon affection pour m’empêcher de lui dire des choses désagréables. (…) Mais je crains que la transformation de Romuald en un être utile soit moins aisée que la conciliation entre le cardinal Pitra et votre serviteur. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 387, p. 491-492, Duchesne à De Rossi, s. l., [1886], à la p. 491.)

200 Le vicomte Pierre Panon Desbassayns de Richemont (1833-1912), fut représentant (1871), puis sénateur (1876-1882) pour les Indes françaises. Il avait découvert en 1854, avec G. B. De Rossi, le tombeau de sainte Cécile à Rome et avait publié en 1870 une Archéologie chrétienne primitive.

201 La publication tarda quelques années : T. Mommsen (éd.), Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, vol. I, Berlin, 1892 (Monumenta Germaniae Historica. Auctorum antiquissimorum, 9).

202 Wilhelm Haass avait repris la librairie Spithöver. Duchesne, repensant sans doute à la publication financièrement difficile du Martyrologium Hieronymianum, lui consacra une courte nécrologie (sans titre) (dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1905, p. 155) : « Au moment où se terminait l’impression de ce fascicule, nous apprenions la mort de M. Guillaume Haass, notre éditeur romain. Je tiens à dpéoser ici l’expression des regrets profonds que nous laisse cet homme honnête et bon, pour qui la librairie n’était pas une simple affaire commerciale, et qui s’est plu souvent à encourager des entreprises scientifiques, sans trop regarder au profit qu’elles pouvaient lui rapporter. »

203 Luigi Bruzza (1813-1883), barnabite, archéologue et historien, très lié à G. B. De Rossi. Voir Luigi Bruzza : storia, epigrafia, archeologia a Vercelli nell’Ottocento. Guida alla mostra, Vercelli, 1984.

204 Gaston Boissier (1823-1908), historien et philologue, membre de l’Académie française en 1876 (secrétaire perpétuel en 1895), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1886.

205 Albert de Broglie (1821-1901), historien, diplomate et homme d’État orléaniste, vice-président du Conseil (1873-1874), président du Conseil (1877), membre de l’Académie française (1862) et de l’Académie des sciences morales et politiques.

206 L. Duchesne, La succession du pape Félix IV, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1883, p. 239-266.

207 Le bénédictin Tommaso Roncalli publia les Vetustiora Latinorum scriptorum chronica… (2 vol., Padoue, 1787) contenant la Chronique latine (années 379-534) de l’historien byzantin Marcellin d’Illyrie dit le comte Marcellin.

208 Camille Jullian (1859-1933), alors membre de l’École française de Rome (1880-1882).

209 Aristophane, Cavaliers, 1119-1120 : ὁ νοῦς δέ σου / παρὼν ἀποδημεῖ (« l’esprit tout en étant présent est parti en voyage »).

210 Geffroy avait été acquis à l’idée dès mai 1882 qu’un séjour de Jullian en Allemagne lui serait profitable et Geffroy profita de ce désir du jeune historien pour resserrer ses liens avec Henzen à Rome et Mommsen à Berlin. Mais l’obstacle financier (une demande de maintien du traitement de membre de 3 600 francs pendant son séjour à Berlin ou à Vienne) retenait Geffroy qui dut cependant céder devant la furia du jeune Jullian appuyé par ses protecteurs, au premier rang desquels Fustel de Coulanges et sans doute Albert Dumont qui le chargeait d’une mission d’observation du système des séminaires universitaires allemands. Un télégramme annonça le 15 octobre 1882 sa victoire à Jullian : « 3 600. Allemagne. Lettre suit. Geffroy. » Sur cette affaire, voir O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990 (Coll. EFR, 124), p. 212-221.

211 L’exégète jésuite Francesco Saverio Patrizi (1797-1881), professeur d’hébreu et d’Écriture sacrée au collège romain, a publié plusieurs ouvrages auxquels Duchesne pourrait faire allusion : In Joannem commentarium (Rome, 1857) ; In Marcum commentarium (Rome, 1862) ; In Actus apostolorum commentarium (Rome, 1867).

212 L’historien janséniste français Louis-Sébastien Le Nain de Tillemont (1637-1698) est l’auteur de Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique des six premiers siècles, justifiez par les citations des auteurs originaux, avec une chronologie où l’on fait un abrégé de l’histoire ecclésiastique et profane… (16 vol., Paris, 1693-1712).

213 Ernest Renan venait d’achever la publication de son Histoire des origines du christianisme (7 vol., Paris, 1863-1882), par la publication d’un ultime volume d’Index en 1883.

214 Duchesne avait déjà publié ses réserves et ses divergences de vues, scientifiques et philosophiques, avec le travail de Renan : Les Évangiles de M. Renan, dans Revue du monde catholique 51, n. s. 31, 1877, p. 313-333. Des accusations de proximité avec la pensée de Renan avaient été évoquées de manière anonyme lorsqu’il fut question de nommer Duchesne à la nouvelle Université catholique de Paris. Duchesne, devant l’ineptie du témoignage, déclara « Désormais je ferai de ces histoires le cadet de mes soucis » (cité par P. Poupard, Mgr Duchesne, professeur à l’Institut catholique de Paris, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975 [Coll. EFR, 23], p. 305-315, à la p. 307).

215 Duchesne fait sans doute allusion à Wilhelm Diekamp (1854-1885), historien allemand, spécialiste entre autres de diplomatique pontificale, plutôt qu’au théologien catholique Franz Diekamp (1864-1943).

216 Le jésuite allemand Florian Riess (1823-1882) avait publié Das Geburtsjahr Christi, ein chronologischer Versuch mit einem Synchronismus über die Fülle der Zeiten und zwölf mathematischen Beilagen, Fribourg-en-Brisgau, 1880 (Stimmen aus Maria-Laach, Ergänzungsheft, 11-12).

217 Cette ironique souscription de Duchesne renvoie à la figure d’Anastase (v. 815-879), nommé en 867 bibliothécaire de l’Église romaine par Hadrien II. Selon Hincmar de Reims, il peut être confondu avec le cardinal romain excommunié en 850, devenu antipape sous le nom d’Anastase III avec le soutien du parti impérial. Duchesne était, enfin, mieux placé que quiconque pour savoir qu’Anastase le Bibliothécaire n’avait pas écrit le Liber pontificalis « Quant à Anastase, dont le nom ne se trouve en tête d’aucun manuscrit, il faut l’écarter absolument, et ce serait faire preuve d’érudition arriérée que de citer les vies des papes sous le nom de cet auteur, ou même de lui attribuer une part quelconque dans la rédaction, la continuation ou la publication du recueil. » (Étude sur le Liber pontificalis…, p. 5). Quelques années plus tard, il concéda cependant au personnage une participation décisive pour la révision de la vie de Nicolas I : « J’admettrais donc assez volontiers que le dernier rédacteur de la vie de Nicolas I ait été soit Anastase lui-même soit quelqu’un agissant sous ses yeux et d’après ses instructions. » (L. Duchesne, Le Liber pontificalis. Texte, introduction et commentaire, t. I, Paris, 1886, p. VII).

218 A. Geffroy, Le Livre pontifical de l’Église romaine, dans Journal des savants, 1887, p. 41-54. Outre la relation des travaux de l’auteur (Étude de 1877 et premier tome de l’édition de 1886), Geffroy y évoquait des aspects plus personnels de leur élaboration : « J’ai vu M. l’abbé Duchesne préparer, il y a dix ans, cette œuvre par sa thèse pour le doctorat ; j’ai suivi les efforts qu’il lui a fallu faire pour arriver à connaître et à collationner près de cent cinquante manuscrits dispersés dans les bibliothèques et archives de l’Europe. Je le vois encore, dans les belles salles aux lambris sculptés du Palais Farnèse, qui abritaient notre bibliothèque naissante, comparer les principales leçons, construire sa trame, concevoir le matin quelque conjecture qui, le soir, devenait certitude, et composer cette forte dissertation qui a servi de préambule à son œuvre actuelle. » (p. 41). Il concluait sa recension par un sentiment de satisfaction patriotique : « On sait que le regretté Georges Waitz préparait pour le grand recueil de Pertz une édition du Liber pontificalis. Au cours de cette préparation, il avait contesté à M. l’abbé Duchesne, dont il suivait pas à pas les travaux, des points de détail sur lesquels notre auteur ne lui avait pas laissé gain de cause. Voilà l’œuvre accomplie pour plus de moitié de ce côté, et assez heureusement sans doute pour rendre difficile de la refaire ailleurs. » (p. 54) On sait que Mommsen la donna malgré tout aux MGH en 1898.

219 « (…) mais il y a, je le répète, une bande de caïmans. C’est le nom qu’on donne aux candidats, à cause de la férocité impatiente avec laquelle ils attendent qu’on leur jette en proie les cadavres des académiciens défunts. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 379, p. 481-483, Duchesne à De Rossi, Saint-Servan 3 août 1886). Dans une autre lettre, Duchesne faisait tenir à son sujet à Edmond Le Blant d’autres propos dans le même registre « aquatique » : « M. Le Blant fait beaucoup de zèle ; je lui en serais plus reconnaissant s’il ne se servait, pour me prôner, d’une comparaison imprudente : ' Ce sera, dit-il, un brochet, au milieu d’un vivier rempli de carpes. Il fera remuer les carpes. ' Pour le moment le brochet fait les yeux doux à ces grosses dames ; il ne faudrait pas les effaroucher d’avance. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 409, p. 518-520, Duchesne à De Rossi, s. l., 14 juin 1887, à la p. 519.)

220 G. Waitz, Über die sogennanten Catalogus Cononianus der Päpste, dans Neues Archiv, 9, 1884, p. 457-472 ; id., Über die Italianischen Handschriften des Liber pontificalis, dans Neues Archiv, 10, 1885, p. 453-465 ; id., Über den sogennanten Catalogus Felicianus der Päpste, dans Neues Archiv, 11, 1886, p. 217-229.

221 L. Duchesne, Un mot sur le Liber pontificalis, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 6, 1886, p. 275.

222 L. Duchesne, Le Liber pontificalis…, t. I, Paris, 1886, Préface non paginée [p. 4].

223 Duchesne fait-il allusion à Jules Martha, Charles Bayet ou Maxime Collignon, dont il aurait été le parrain d’un enfant ?

224 Allusion à un passage du Liber Pontificalis (t. I, p. 221, l. 15) : « (…) possessio Figlinas, territurio Casinate praest. sol. LVIII et tremissium (…) ». Voir aussi ibid., t. I, p. 197, note 82 : [à propos de l’expression civitatem Figlinas] « C’était évidemment une grande tuilerie qui, avec les maisons de ses nombreux ouvriers, offrait l’aspect d’une petit ville. »

225 Probablement Giuseppe Tomassetti (1848-1911), auteur, entre autres de Della campagna Romana nel Medio Evo (Rome, 1885).

226 Peut-être J. C. Orelli, Inscriptionum latinarum selectarum amplissima collectio ad illustrandam Romanae antiquitatis disciplinam accommodata, 3 vol., Turin, 1828-1856, ou de id. et J. G. Baiter, Onomasticon Tullianum continens M. Tullii Ciceronis vitam ; historiam litterariam, indicem geograficum et historicum, indicem legum et formularum, indicem graeco-latinum, fastos consulares, 3 vol., Turin, 1836-1838.

227 Jacques Bongars (1546-1612), diplomate, historien et philologue calviniste, éditeur des Gesta dei per Francos, sive orientalium expeditionum et regni Francorum Hierosolymitani historia… (2 tomes en un volume, Hanovre, 1611) ; le De recuperatione terrae sanctae de Pierre Dubois y était publié (t. II, p. 316-361) d’après un « unicum enim exemplum (…) ex ejusdem P. Petavii thesauro ». Ce fut finalement Charles-Victor Langlois qui l’édita d’après le manuscrit du Vatican (Paris, 1891).

228 Il ne semble pas qu’Edgard Boutaric (1829-1877), archiviste paléographe, professeur d’histoire des institutions à l’École des chartes, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1876, ait eu le temps de tirer un ouvrage ou un article de cette collation.

229 Ajout de la main de Geffroy : « S’adresser à M. Roy ». Sans doute Jules Roy (1844-1914), archiviste paléographe, succéda à E. Boutaric comme professeur d’histoire des institutions à l’École des chartes en 1878.

230 Robert comte de Lasteyrie du Saillant (1849-1921), historien de l’art médiéval, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1890.

231 Anne Duchesne (1800-1889), veuve de Jacques Jean Duchesne (1799-1849), après le naufrage de ce dernier.

232 Romain Rolland (1866-1944), membre de l’École française de Rome (1889-1891), écrivain prix Nobel de littérature en 1915.

233 Mommsen ne fut élu associé étranger qu’en 1895.

234 Notes sur la topographie de Rome au Moyen Âge. IV Le forum de Nerva et ses environs ; V. Le nom d’Anaclet II au palais du Latran, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, t. 9, 1889, p. 346-362.

235 L. Duchesne, Le nom d’Anaclet II au Palais de Latran, dans Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 1888, p. 197-206.

236 Paul Fabre (1859-1899), membre de l’École française de Rome (1882-1886), historien médiéviste.

237 Non identifié.

238 Prix fondé par la veuve de Jean Reynaud (1806-1863) doté de 10 000 francs que « chacune des cinq Académies doit, à son tour et sans pouvoir la diviser, attribuer à une œuvre originale, élevée, ayant le caractère d'invention et de nouveauté, et qui se serait produite dans une période de cinq ans… Dans le cas où aucun ouvrage ne paraîtrait la mériter entièrement, la valeur serait décernée à quelque grande infortune scientifique, littéraire ou artistique ».

239 Xavier Charmes (1849-1919), secrétaire général du Comité des travaux historiques et scientifiques, membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1886.

240 Paul Meyer (1840-1917), philologue romaniste, archiviste paléographe, directeur de l’École des chartes depuis 1882, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1883.

241 Gaston Paris (1839-1903), philologue romaniste, archiviste paléographe, professeur au Collège de France depuis 1872, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1876 et de l’Académie française en 1896.

242 Le prix Jean-Reynaud fut attribué au cours de la séance du 28 mars 1890 (CRAI, 1890, p. 119) à Frédéric Mistral (1830-1914) pour Lou tresor dóu felibrige, ou Dictionnaire franco-provençal (Aix-en-Provence-Avignon-Paris, 1876-1889) ; le deuxième était Jules-Léon Dutreuil de Rhins (1846-1894) qui venait de publier L’Asie centrale (Thibet et régions centrales) : texte et atlas (Paris, 1889) ; Müntz arriva troisième.

243 L’article parut finalement sous le titre Le sedi episcopali nell’antico ducato di Roma, dans Archivio della R. Società Romana di storia patria, 15, 1892, p. 475-503.

244 Auguste Audollent (1864-1943), membre de l’École française de Rome (1888-1890), archéologue spécialiste du monde romain et gallo-romain. Le rapport sur les activités des Écoles françaises d’Athènes et de Rome fut donné pour l’année 1889-1890 par Alfred Croiset (CRAI, 1891, p. 66-77) qui parla des travaux d’Audollent aux pages 74-75 (ibid.) ; Gaston Boissier en fut chargé pour l’année suivante (CRAI, 1891, p. 384-393) et ne mentionna pas nommément Audollent (ibid., p. 393).

245 Félix Ravaisson (1813-1900), philosophe et archéologue français, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1849 et de l’Académie des sciences morales et politiques en 1899. Il avait publié une première mise au point sur La Vénus de Milo (Paris, 1871) et revint sur le sujet lors des séances du 20 juin 1890 (CRAI, n° 3, p. 188) et du 8 mai (CRAI, n° 3, p. 175-176). Le mémoire intitulé La Vénus de Milo fut publié dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2e s., 34, 1re partie, p. 145-256.

246 Duchesne fait-il allusion à son article Le dossier du donatisme, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1890, p. 589-650 ?

247 Référence au tome 2 de l’édition du Liber pontificalis qui fut publié en 1892.

248 III. Lettre de M. Geffroy, directeur de l’École française de Rome (séance du 16 janvier 1891), Rome, 2 janvier 1891, dans CRAI, 1891, n° 1, p. 31-32.

249 Non identifié.

250 Citation de Horace, Odes, I, 2, à César Octave ; Iam satis terris nivis atque dirae / grandinis misit pater et rubente / dextera sacras iaculatus arcis / terruit urbem.

251 Duchesne aime à sourire de la démographique académique et reprit ailleurs le thème de l’enterrement frappeur : « Je viens à mon tour me féliciter — et vous féliciter — de ce que, l’année écoulée, nous nous retrouvions tous ensemble, sans que personne manque à l’appel. Cette bonne tenue, cependant, si elle agrée fort à ceux qui l’observent, ne saurait être considérée par tout le monde avec une égale satisfaction. En arrière de ceux qui siègent, il y a ceux qui siégeront, mais qui, pour le moment, restent debout, attendant qu’il y a ait une place à prendre. Ils doivent nous trouver bien obstinés. Je comprends cet état d’esprit. Aussi, tenant compte à la fois des droits du présent et des impatiences de l’avenir, m’abstiendrai-je de renouveler les vœux de M. de Lasteyrie. Aussi bien finirions-nous par oublier les traditions et par ne plus savoir, — en ayant perdu l’habitude, — comment on pourvoit aux vacances. Décidons-nous donc, sans empressement, cela va de soi. Attendons les beaux jours, les mois où les cimetières eux-mêmes sont cléments, où l’on peut développer l’oraison funèbre d’autrui sans avancer l’heure de la sienne. » (allocution du président sortant, dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1894, p. 58-67, aux p. 58-59).

252 F. Probst (1816-1899), professeur de théologie pastorale à l’université de Breslau, avait publié un article intitulé Duchesne über die drei ältesten römischen Sacramentarium, dans Zeitschrift für katholische Theologie, 1891, p. 193-213.

253 Bullettino di archeologia cristiana, 1891, p. 27-28.

254 Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 527, p. 653-654, Duchesne à De Rossi, Paris, 25 mars 1891. Les explications de De Rossi durent calmer la susceptibilité froissée de Duchesne qui semble n’avoir rien publié en matière de réponse (ibid., n° 528, p. 654-655, De Rossi à Duchesne, [Rome], 27 mars 1891 ; n° 529, p. 655-657, Duchesne à De Rossi, Paris, 1er avril 1891.

255 Rodolfo Lanciani (1840-1917), archéologue italien. Voir Domenico Palombi, Rodolfo Lanciani. L’archeologia a Roma tra Ottocento e Novecento, Rome, 2006 (Problemi e ricerche di storia antica, 25).

256 Léopold Delisle (1826-1910), archiviste paléographe, historien et bibliothécaire, administrateur général de la Bibliothèque nationale (1874-1905), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1859. Lors de sa candidature à l’Académie, Duchesne avait particulièrement redouté le pouvoir de veto de celui qu’il appelait ailleurs « l’archonte-roi » (Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 395-396, n° 310, Duchesne à De Rossi, Paris, 3 mars 1885, à la p. 395) et qu’il ne pouvait s’empêcher, en Breton, de brocarder : « Croyez-moi, ne fondez aucun calcul sur ce cardinal laïque. Plus il va, plus l’homme ordinaire s’efface pour laisser réapparaître le Normand. Je commence même à découvrir sous le Normand, l’ossature du pirate scandinave » (ibid., p. 505-506, n° 399, Duchesne à De Rossi, s. l., 10 mars 1887, à la p. 505). Delisle était sensible aux accusations d’exportations de pièces archéologiques sous couvert et avec la complicité de Lanciani : D. Palombi, Rodolfo Lanciani…, p. 122-147, « VI. 1889-1890 : annus horribilis ». De Rossi ne croyait nullement à la culpabilité de son compatriote : « (…) on lui (= Lanciani) fait ici une opposition acharnée sans proportion aucune avec les griefs administratifs qui en sont le prétexte. Il n’y a rien qui ressemble même de loin à Libri. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 542, p. 673-674, De Rossi à Duchesne, Rome, 3 février 1892, à la p. 673.)

257 Guglielmo Libri (1803-1869), mathématicien et bibliophile italien, membre de l’Académie des sciences en 1833. Il profita de son poste de secrétaire de la Commission du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France pour voler des manuscrits ou des feuillets de manuscrits. Il vendit une partie de sa collection en 1847 à Lord Ashburnham. En 1848, le scandale ayant été découvert, il dut fuir en Angleterre. Léopold Delisle, qui avait conçu une véritable haine contre Libri, obtint en 1888, moyennant finances, que les manuscrits Ashburnam soient restitués à la France. Sur le personnage, voir P. A. Maccioni Ruju et M. Mostert, The life and times of Guglielmo Libri (1802-1869) : scientist, patriot, scholar, journalist and thief, a nineteenth century story, Hilvesum, 1995 ; sur l’affaire en question voir C. Ridoux, Léopold Delisle et l’affaire Libri, dans Léopold Delisle, Actes du colloque de Cerisy-la-salle (8-10 octobre 2004), éd. Françoise Vielliard et Gilles Désiré di Gosset, Saint-Lô, 2007.

258 Dans la séance du 11 décembre 1891, Duchesne fut nommé (avec Delisle, Hauréau et Croiset) dans la commission chargée « de présenter une liste de trois candidats pour chacune des places vacantes » pour la place de correspondant français (CRAI, n° 6, 1891, p. 424-425).

259 CRAI, 1891, n° 6, p. 431, séance du 23 décembre 1891. L’amitié scientifique l’emportait chez Duchesne sur les divergences de vues philosophiques : « Commençons par Bayet, qui est aussi un ami, et un ami du premier degré, bien que, malheureusement, il ne soit pas tout à nous ; il me semble que vous vous êtes fait des illusions à son égard. Bayet a toujours été ἀχριστίανος, comme presque tous les gens très cultivés le sont en France… et ailleurs. Son attitude respectueuse, qu’il observe avec un soin jaloux, vient de sa raison et de sa nature, non de sa foi. Bayet est naturellement ce que je suis — et encore — spirituellement. Si j’avais reçu son éducation, si je n’avais été élevé dans une gradation de serres chaudes, je serais un affreux mécréant. Lui est une sorte de saint François a priori, par l’équilibre des humeurs et le thème génésiaque. Je ne me dissimule pas le disparate que mon idéal forme avec le sien, mais je l’aime sans alambiquer le bien de nos âmes, et je laisse au Père suprême, auteur de toutes les harmonies, le soin de concilier les entités métaphysiques dont la jointure m’échappe. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 248, p. 320-321, Duchesne à De Rossi, [1884], s. l.)

260 Eugène de Rozière (1820-1896), archiviste paléographe, historien du droit et historien médiéviste, inspecteur général des archives, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1871.

261 Henri d’Arbois de Jubainville (1827-1910), archiviste paléographe, archiviste, professeur de littérature celtique au Collège de France, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1883.

262 Jean-Pierre Rossignol (1803-1893), helléniste, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1853.

263 Jules Oppert (1825-1905), assyriologue d’origine allemande, professeur au Collège de France, membre en 1881 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qu’il présida en 1890.

264 Jules Gay (1867-1935), alors membre de l’École française de Rome (1891-1893). C’était un élève de Duchesne : « Cependant je songe à un de mes élèves, Gay, qui va à l’École de Rome, avec une mauvaise santé et une préparation immédiate assez incomplète. Il est très ‘ clérical ’, et j’ai un peu peur pour lui du voisinage de son volcanique ami Guiraud. Versez donc un peu d’eau sur ces effervescences. Elles ne me disent rien qui vaille : les extrêmes se touchent. Jugez un peu de ce qui adviendrait si ces pupilles de M. Geffroy allaient déposer des aphorismes incongrus sur les registres du Panthéon. Ils sont capables de faire sauter le Quirinal. Gay est cependant un bien charmant garçon, très intelligent. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 538, p. 667-669, Duchesne à De Rossi, Paris, 5 novembre 1891, à la p. 668.)

265 Erchempert ou Herempert, moine du Mont-Cassin d’origine lombarde vivant au IXe siècle. Il est l’auteur d’une Historia Langobardorum Beneventanorum qui fut éditée dans Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. VI-IX, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878 (MGH), p. 234-264.

266 Gesta episcoporum Neapolitanorum, dans Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum saec. VI-IX, éd. G. Waitz, Hanovre, 1878 (MGH), p. 398-436.

267 Johannis VIII papae registrum pars prior et pars posterior, éd. E. Caspar, Berlin, 1912 (MGH Epistolae, 7).

268 Constantin VII Porphyrogénète (905-959), empereur byzantin (913-959). Il composa divers traités sur l’art de gouverner et fit poursuivre plusieurs chroniques.

269 Michele Amari (1806-1889), historien et arabisant, spécialiste de l’histoire des Arabes en Sicile, ministre de l’Instruction publique (1862-1864), associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1871.

270 Giambattista Beltrami était l’auteur de Documenti longobardi e greci dell’Italia meridionale nel Medio Evo (Rome, 1877).

271 Francesco Brandileone (1858-1929), historien du droit médiéval, était l’auteur de Il diritto romano nelle leggi normanne e sueve del Regno di Sicilia (Turin, 1884).

272 Francesco Trincherà (1810-1874) était l’éditeur du Codice Aragonese (4 vol., Naples, 1866-1874).

273 L’archiviste Bartolommeo Capasso (1815-1900) publia « Le fonti della storia delle province Napoletane dal 568 al 1500 », dans Archivio storico per le province Napoletane, 1, 1876, 1-32, 181-210, 379-393, 581-618 ; 2, 1877, p. 3-48, repris en un volume sous le même titre (Naples, 1902).

274 Charles Diehl (1859-1944), membre de l’École française de Rome (1881-1883), auteur de Étude sur l’administration byzantine dans l’Exarchat de Ravenne, 568-751, Paris, 1888 (BEFAR, 53).

275 Ludo Moritz Hartmann (1865-1924), Untersuchungen zur Geschichte der byzantinischen Verwaltung in Italien (540-750), Leipzig, 1889.

276 La comtesse Ersilia Caetani Lovatelli ne fut semble-t-il jamais ni l’une ni l’autre.

277 K. Krumbacher (1856-1909), Geschichte der Byzantinischen Litteratur, von Justinian bis zum Ende des Oströmischen Reiches (527-1453), Münich, 1891 (Handbuch der klassischen Altertumswissenschaft, 9-1).

278 La Byzantinische Zeitschrift commença de paraître en 1892. Duchesne y donna effectiement son seul et unique article dès le numéro 1 (L’« Illyricum » ecclésiastique, p. 531-550).

279 Pierre Batiffol (1861-1929), ordonné prêtre en 1884, élève de Duchesne à l’Institut catholique de Paris et à l’École des Carmes, puis de G. B. De Rossi à Rome. Sa thèse s’intitulait L’abbaye de Rossano : contribution à l’histoire de la Vaticane (Paris, 1891).

280 L. Duchesne, « Saint Barnabé », dans Mélanges G. B. De Rossi. Recueil de travaux publiés par l’École française de Rome en l’honneur de M. le Commandeur Giovanni Battista De Rossi. Supplément aux Mélanges d’archéologie et d’histoire, t. 12, Rome-Paris, 1892, p. 41-71.

281 Alfred Maury (1817-1892), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1857. Il était mort le 11 février 1892.

282 Alexandre Bertrand (1820-1902), membre en 1881 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qu’il présida en 1892.

283 Dans sa séance du 30 décembre 1891, l’Académie avait désigné Siméon Luce pour être vice-président au cours de l’année 1892 (CRAI, 1891, n° 6, p. 433). Il devait décéder le 14 décembre 1892 et l’indianiste Émile Senart (1847-1928) lui succéda, présidant l’Académie au cours de l’année 1893.

284 Barthélemy Hauréau (1812-1904), historien, journaliste et administrateur, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1862.

285 Ernest Renan décéda le 2 octobre 1892. Son oraison funèbre fut bien prononcée par Lasteyrie dans son allocution de président sortant prononcée dans la séance du 11 janvier 1893 (Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1893, p. 58-73, aux p. 64-66). Il refusait de porter un jugement sur l’œuvre d’exégète biblique et préférait retenir les qualités de plume du défunt : « Il apportait ici cette urbanité, ce mélange d’aimable scepticisme et d’indulgente philosophie qu’il opposait aux attaques les plus virulentes et qui lui conquirent les sympathies de bien des gens absolument hostiles à ses idées. Pour nous, Messieurs, qui n'avons point à prendre parti dans les luttes auxquelles il fut mêlé, qui n’avons point à juger le penseur, mais qui avons pu apprécier l’homme et le savant, nous ne pouvons trop regretter ce merveilleux écrivain qui fut en même temps un si aimable confrère. » (p. 66). Duchesne prononça son allocution de président sortant lors de la séance du 10 janvier 1894 (ibid., 1894, p. 58-67). Si l'on en croit Pierre de Nolhac, Duchesne aurait même voulu « dire la messe pour ce grand impie » (cité par B. Neveu, Lettres de Monseigneur Duchesne..., cit., p. 286-287).

286 Melchior de Vogüé (1829-1916), diplomate et archéologue. Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1868. Il avait été désigné avec Duchesne, par l’Académie dans sa séance du 18 mars 1892, pour la représenter à la manifestation organisée par l’Académie d’archéologie chrétienne de Rome pour les 70 ans de De Rossi.

287 « L’abbé Storti (1822-1904), ami de De Rossi qui le définissait sa ‘bibliothèque ambulante’, et qui disait qu’il était le seul à lui donner la preuve de lire son Bullettino intégralement » (Correspondance De Rossi-Duchesne, p. 672, note 3).

288 Paul Fabre avait épousé Antoinette Fustel de Coulanges, la fille de Numa-Denys. « Vous aurez su que le cher Fabre épouse, le 27 de ce mois, la fille de M. Fustel de Coulanges. Elle est à peu près de son âge ; mais il y a longtemps qu’elle lui trottait dans la tête quand celle-ci n’était pas occupée du cens pontifical et autres délices du même genre. J’espère qu’il sera heureux et que sa femme en laissera un morceau à ses amis. Sans cela, je serais tout à fait, en célébrant leurs noces, dans la situation d’Abraham sacrifiant Isaac. Vous les verrez, car ils feront leur voyage de noces dans les contrées qu’illustrèrent Albornoz et Cencius Camerarius [= l’Italie centrale] » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 555, p. 682-684, Duchesne à De Rossi, Saint-Servan, 1er septembre 1892).

289 Les propos de Duchesne avaient quelque chose de prémonitoire. La femme de Fabre mourut après avoir donné naissance à un fils, ce qui lui causa un chagrin dont il ne se remit jamais : « Une mariage longtemps rêvé vint mettre le comble à son bonheur. Hélas ! il y mit aussi le terme, car les premiers fruits en furent mortels pour la jeune femme et notre ami reçut alors un coup dont il ne se releva guère » (Louis Duchesne, Nécrologie, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 19, 1899, p. 145-147, à la p. 146). Ce fils, Pierre Fabre (1894-1955), fut à son tour membre de l’École française de Rome durant les deux dernières années de la direction de Duchesne (1920-1922). La thèse de Paul Fabre s’intitulait Étude sur le Liber censuum de l’Église romaine (Paris, 1892 [Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 62]). Il publia par ailleurs avec Duchesne Le « Liber censuum » de l’Église romaine (3 vol., Paris, 1889-1910).

290 Ce rapport n’a pas été identifié ; il ne s’agit pas d’un rapport à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

291 Eugène Müntz fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Siméon Luce dans la séance du 3 mars 1893, au quatrième tour de scrutin avec 17 voix contre 14 à Louis Havet et 2 à Louis Courajod (CRAI, 1893, n° 2, p. 55-56).

292 Maxime Collignon fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de William Waddington dans la séance du 16 mars 1894, au second tour de scrutin avec 22 voix contre 11 à René Cagnat et 5 au marquis de Beaucourt (CRAI, 1894, n° 2, p. 100).

293 La succession d’Hippolyte Taine à la chaire d’esthétique et d’histoire de l’art de l’École supérieure des beaux-arts échut en 1893 au critique d’art et musical Louis de Fourcaud (1851-1914).

294 Edmond Saglio (1828-1911), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fut nommé directeur du Musée de Cluny en 1893.

295 Michele Stefano De Rossi (1834-1898) était le frère de Giovanni Battista qu’il assista dans ses explorations des catacombes, en publia les dessins et donna des études géologiques. Géophysicien, il fonda et anima à partir de 1873 le Bullettino del vulcanismo italiano.

296 Orazio Marucchi (1852-1931) était directeur du Musée égyptien du Vatican et du Musée du Latran. Il dirigea le Nuovo Bullettino di archeologia cristiana de 1898 à 1922. Duchesne manifesta rapidement après le décès de De Rossi ses divergences de vues avec ce disciple : B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne…, p. 500-502.

297 Giuseppe Francesco Gatti († 1914), épigraphiste. Il fut chargé de continuer les Inscriptiones Christianae Urbis Romae. De Rossi le qualifiait « mon secrétaire et premier aide de camps (sic) » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 63, p. 88-90, Rome, 19 février 1879).

298 La seconde fille de De Rossi, Natalia (née en 1866), avait épousé le marquis Filippo Ferraiuoli (ou Ferraioli).

299 Georges Goyau (1869-1939), membre de l’École française de Rome (1892-1894). Voir J. Grondeux, Georges Goyau : un intellectuel catholique sous la IIIe République, Rome, 2007 (Coll. EFR, 381). C’était un élève de Duchesne : « M. Geffroy va me prendre mon bras droit, un petit Goyau, de l’École normale, que j’aurais bien voulu faire entrer dans le chapitre laïque fondé à Paris par les héritiers de M. Thiers. » (Correspondance De Rossi-Duchesne, n° 555, p. 682-684, Duchesne à De Rossi, Saint-Servan 1er septembre 1892, à la p. 683).

300 Paul Pisani (1852-1933), prêtre du diocèse de Paris, chanoine de Notre-Dame. Il avait été l’un des auditeurs du séminaire de Duchesne à l’Université catholique en 1878 et y devint lui-même professeur de 1888 à 1898 et de 1908 à 1922. Il fut aussi le secrétaire de Mgr d’Hulst.

301 L. Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule… I. Provinces du Sud-Est, Paris, 1894.

302 L. Duchesne, Mémoire sur l’origine des diocèses épiscopaux dans l’ancienne Gaule, dans Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 50, 5e s., 10, 1889, p. 337-416.

303 Le premier volume de la Forma Urbis Romae de Rodolfo Lanciani parut chez Hoepli à Milan en 1893.

304 Paolo Savi (1867-1893), barnabite. Sur ces relations avec Duchesne, voir Brigitte Waché, Les relations de Duchesne avec les milieux ecclésiastiques et culturels romains, dans Ricerche per la storia religiosa di Rome, 4, 1980, p. 269-314, aux p. 278-282, 286-289, 294-306. Duchesne rédigea sa nécrologie dans le Bulletin critique, 14, 1893, p. 437-438.

305 Anton de Waal (1837-1917), théologien, historien de l’Église et archéologue, recteur du Campo Santo Teutonico à partir de 1873 ; il avait fondé en 1887 la Römische Quartalschrift für christiliche Altertumskunde und Kirchengeschichte.

306 Joseph Wilpert (1857-1944), prêtre et archéologue allemand, spécialiste des débuts du christianisme, en particulier des peintures paléo-chrétiennes.

307 Enrico Stevenson junior (1854-1898), scriptor graecus de la Bibliothèque Vaticane en 1882. il succéda effectivement à De Rossi comme directeur « spécial » du Nuovo Bullettino di archeologia cristiana de 1894 à sa mort en 1898.

308 S’agit-il de Paul Maria Baumgarten (1860-1948), archiviste aux Archives du Vatican, auteur d’un G. B. De Rossi, der Begründer der christlich-archäologischen Wissenschaft : eine biographische Skizze (Cologne, 1892) ?

309 Des fouilles furent entreprises dans la crypte de Saint-Georges de Sélestat (ch.-l. d’arrondissement, Bas-Rhin) entre 1876 et 1902.

310 Paul Thureau-Dangin (1837-1913), historien élu à l’Académie française le 2 février 1893 ; il en devint le secrétaire perpétuel en 1908.

311 L. Duchesne, J.-B. De Rossi, dans Revue de Paris 1, 5, 15 octobre 1894, p. 719-730.

312 Louis Liard (1846-1917) fut directeur de l’enseignement supérieur de 1884 à 1902.

313 Georges Goyau (avec André Pératé et Paul Fabre, épilogue de Melchior de Vogüé), Le Vatican, les papes et la civilisation, le gouvernement central de l’Église, Paris, 1895. Goyau avait déjà publié sous le nom de Léon Grégoire, Le pape, les catholiques et la question sociale (Paris, 1893). De fait, cette publication qui associait trois de ses proches disciples (Fabre, Goyau, Pératé) mettait Duchesne dans le plus grand embarras. Dans une lettre de pardon/réconciliation, Geffroy — qui ignorait encore la véritable identité du « Grégoire » de l’ouvrage de 1893 — informait Goyau des troubles causés par ses écrits et de ses efforts pour en atténuer les conséquences à Rome : « Oui, ces diverses publications et manifestations nous ont quelque peu émus, M. Liard et moi. Et il est de telles circonstances que vous pouvez ne pas connaître encore [= la prochaine candidature de Duchesne à la direction de l’École ?], au milieu desquelles nous pouvons redouter pour l’École certains effets. (…) Ma dernière lettre à M. Liard lui disait que nous parlions le moins possible ici du volume du Vatican, que nous souhaitions que le silence se fît pour quelques temps (…). En somme, on est bien obligé de vous féliciter, et je veux le faire de grand cœur. Ne soyez plus maintenant si discret envers moi, je l’espère : vous me priveriez d’une grande joie (…). Au reste, s’il y a eu des coupables, je dois me reconnaître comme en partie, quoique inconsciemment, complice, puisque c’est moi qui vous ai détourné de la fondation Thiers pour vous attirer à Rome, et il paraît que je n’ai pas trop lieu de m’en repentir. » (J. Grondeux, Georges Goyau…, p. 141-142).

314 L’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans sa séance du 15 mars 1895, proposa pour le poste de directeur de l’École française de Rome en première ligne Duchesne, en deuxième ligne Eugène Müntz.

315 É. Berger, Histoire de Blanche de Castille, reine de France, Paris, 1895 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 70). Il avait publié deux ans plus tôt l’introduction qu’il donna à l’édition des registres de lettres du pape Innocent IV qu’il préparait depuis 1877 : Saint Louis et Innocent IV, étude sur les rapports de la France et du Saint-Siège, Paris, 1893.

316 Ludovic Halévy (1834-1908), auteur dramatique, librettiste d’opérettes et d’opéras, membre de l’Académie française en 1884.

317 Gustave III de Suède (1746-1792), roi de Suède et prince de Finlande (1771-1792). Geffroy lui avait consacré un livre avant sa venue à Rome : Gustave III et la cour de France : suivi d’une étude critique sur Marie-Antoinette et Louis XVI apocryphes, 2 vol., Paris, 1867.

318 Filippo Cuggiani était le propriétaire de la Tipografia della Pace qui imprimait alors les Mélanges d’archéologie et d’histoire.

319 Léon Pélissier (1863-1912), membre de l’École française de Rome (1885-1887). La composition citée doit être Notes italiennes d’histoire de France. XVI. Note sur les relations politiques de Louis XII avec Cottignola, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 15, 1895, p. 77-101.

320 Duchesne fut fait chevalier de la Légion d’honneur par décret du 19 avril 1895 ; il fut promu officier (11 août 1900), puis commandeur (5 avril 1903). Il désigna Henri d’Arbois de Jubainville pour le recevoir dans l’ordre (Arch. nat., LH 824, dossier 1, Duchesne au grand-chancelier, Paris, 10 juillet 1895). Au grand-chancelier qui lui demandait ses titres pour sa promotion au grade d’officier, Duchesne répondit : « Quant au résumé de mes services, tout ce que je puis dire, c’est que je suis, depuis bientôt six ans, directeur de l’École française de Rome et que j’ai publié divers travaux d’érudition historique. » (ibid., Duchesne au grand-chancelier, Saint-Servan, 26 août 1900).

321 Cesare Simonetti est au service de l’École française depuis le 1er novembre 1873 ; Edmond Le Blant l’avait fait nommer appariteur le 17 juillet 1883 ; il demanda sa mise en retraite le 13 juillet 1921 (B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne…, p. 414-415).

322 Eugène Guillaume (1822-1905), alors directeur de la Villa Médicis (1891-1904), membre de l’Académie française en 1898.

323 P. Pisani, La Dalmatie de 1797 à 1815 : épisode des conquêtes napoléoniennes, Paris, 1893 ; id., Num Ragusini ab omni jure Veneto a saec. X usque ad saec. immunes fuerint, Paris, 1893.

324 Dans son rapport du 14 juin 1896, Duchesne parlait d’un « état lamentable » (B. Waché, Louis Duchesne et la bibliothèque de l’École française de Rome, dans MEFRIM, 1991-1, p. 335-371, à la p. 343).

325 Mariano Rampolla del Tindaro (1843-1913), cardinal espagnol (1887), secrétaire d’État de 1887 à 1908.

326 Durant son séjour à Rome comme directeur, Duchesne fut proche de la comtesse Maria Cara Ponti (1857-1938) et de son époux le comte Pier Desiderio Pasolini Dall’Onda (1844-1920). Ce dernier était déjà l’auteur de diverses œuvres historiques : Documenti riguardante antiche relazioni fra Venezia e Rome, Imola, 1881 ; I Tiranni di Romagna e i papi nel Medio Evo, Imola, 1888 ; surtout Caterina Sforza, 3 vol., Rome, 1893.

327 En fait Geffroy fit, quelque temps avant sa mort, un don de 5 000 francs en faveur de l’École française de Rome. Le Conseil d’État refusa au ministère de l’Instruction publique de l’accepter, Geffroy étant mort entre-temps. La veuve de Geffroy reprit ce projet et un décret du 1er avril 1896 autorisa le Ministère à l’accepter ; Elle devait être employée « soit aux achats de livres et reliures, soit à seconder les publications de l’École, soit à des fouilles ou recherches archéologiques. » (B. Waché, Louis Duchesne et la bibliothèque…, p. 343).

328 Émile Bertaux (1869-1917), membre de l’École française de Rome (1893-1897), historien de l’art médiéval.

329 Auguste Coulon (1869-1956), membre de l’École française de Rome (1893-1897), historien médiéviste.

330 Georges Gastinel (1869-1951), membre de l’École française de Rome (1893-1895).

331 Georges Yver (1870-1961), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.

332 Probablement le Borgo Santa Lucia, quartier de Naples.

333 Léon Mirot (1870-1946), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.

334 Georges Daumet (1870-1918), membre de l’École française de Rome (1894-1896), historien médiéviste.

335 Jean Segrestaa (né en 1869), membre de l’École française de Rome (1894-1897).

336 Joseph de Loye (1870-1940), membre de l’École française de Rome (1892-1895), historien médiéviste.

Auteur

Professeur à l'École nationale des chartes - Olivier.Poncet@enc.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540