Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Une expérience de l’École française de Rome : Maurice Prou

Bertrand Hamelin

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un problème auquel nous avons été confronté pour notre thèse – soutenue le 12 décembre (...)

1Quels sont le sens et la place d’un séjour à l’École française de Rome dans le parcours d’un savant ? À cette question simple il n’est pas toujours aisé de répondre en raison de lacunes archivistiques parfois considérables1. Pourtant, des membres de l’École française de Rome ont conservé méticuleusement les documents sur cette phase de leur carrière. C’est le cas de Maurice Prou (1861-1930), dont les liens avec l’École de Rome sont importants : après en avoir été membre en 1884-1885, il fut une personnalité éminente du champ historique en France, à ce titre en relation suivie avec l’institution romaine.

2 Les archives de Maurice Prou, jusque-là peu exploitées, sont conservées dans sa ville natale de Sens. Elles autorisent des réponses aux questions que pose l’étude de l’expérience intime, scientifique voire politique que la fréquentation du Palais Farnèse a constituée pour de jeunes chercheurs français.

3Après avoir présenté les archives de Maurice Prou et nous être interrogé sur le relatif oubli dont cet historien est l’objet, nous analyserons son expérience de membre de l’École française de Rome, puis la place de ce séjour dans les débuts de sa carrière.

4Aborder l’histoire de l’École française de Rome par un parcours individuel induit un risque inhérent à toute approche de nature biographique. L’extrapolation à partir d’une étude de cas est périlleuse et l’écueil serait de considérer que l’expérience d’un membre de l’École de Rome revêt une signification plus large. Seule une approche comparative, notamment menée sur le groupe des chartistes ayant séjourné à Rome, autoriserait à conclure à une éventuelle représentativité du cas Prou. Plus modestement, cette étude se propose de présenter un regard particulièrement précis sur une École française de Rome encore naissante. Elle ambitionne aussi de montrer le grand intérêt de ces archives personnelles qui apportent des informations complémentaires à celles disponibles dans les documents institutionnels. Enfin, nous espérons qu’elle contribue à une meilleure connaissance d’une figure de l’histoire des historiens en France.

Les archives de Maurice Prou conservées à Sens

  • 2 Que Mme Michèle Degrave, conservateur en chef de la Bibliothèque municipale de Sens, trouve ici l’e (...)

5Les papiers de Maurice Prou sont détenus par deux institutions sénonaises. Les lettres reçues par Maurice Prou sont conservées depuis 1940 à la Bibliothèque municipale de Sens, avec de nombreux autres documents, dont une collection de publications. L’ensemble est constitué de plusieurs milliers de lettres reçues par l’historien entre 1880 et 1930 et est composé d’une abondante correspondance familiale – le père, Louis, et la sœur, Marguerite, comptent parmi les premiers expéditeurs – et d’une riche correspondance professionnelle. L’inventaire complet demeure à effectuer, le classement actuel par année de réception permettant cependant d’aborder ces archives sans difficulté2. Ce fonds ne contient guère de lettres de Maurice Prou lui-même qui ne pouvait conserver les doubles de ses envois en ces temps de correspondance manuscrite. Un travail de recherche gigantesque serait nécessaire pour reconstituer ces correspondances, les récepteurs étant nombreux. Et les recherches menées sont susceptibles de n’aboutir qu’à de décevants résultats : ainsi, les minces archives d’Alain de Boüard, un des correspondants les plus assidus de Prou, ne contiennent qu’une carte de visite de son maître. Seules les lettres adressées par l’historien à son père et à sa sœur ont été conservées par ces derniers et jointes à ce fonds ; elles sont d’un intérêt premier pour l’étude des jeunes années du savant.

  • 3 Le président actuel de la Société archéologique de Sens, M. Bernard Brousse, a contribué à facilite (...)
  • 4  Séance du 5 janvier 1932 dans Bulletin de la Société archéologique de Sens, 38, 1936, p. 39.
  • 5 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Lettres sur l’Italie 1884-1885: corres (...)
  • 6 Ces lettres ont été transcrites et sont consultables à la Bibliothèque de l’École française de Rome (...)

6Un second fonds Prou est conservé par la Société archéologique de Sens3. Il s’agit d’un don de sa veuve, Marguerite Prou, en 1932, composé d’« une collection de notes manuscrites recueillies par son mari sur l’histoire de Sens et de curieux albums de voyages formés par son grand-père, le président Prou, et par son père, M. Louis Prou, dont les textes sont copieusement illustrés par eux de dessins et d’aquarelles4 ». Ce dépôt d’une partie des archives familiales ne saurait étonner, puisque les trois hommes furent des membres actifs de la Société archéologique de Sens : le grand-père en fut l’un des fondateurs en 1844, le père y siégea, et Maurice Prou, attaché à la vie érudite locale, en fut la figure majeure. Or, est conservé dans ce fonds un cahier manuscrit5 où Louis Prou a reproduit les lettres envoyées par son fils depuis l’Italie. Ces vingt-sept lettres constituent un témoignage extrêmement précieux6.

  • 7 Telle fut la raison de notre intérêt pour ces fonds Prou : disposant de peu de documents sur Alain (...)
  • 8 O. Dumoulin, « Profession historien », 1919-1939, un « métier » en crise ?, thèse pour le doctorat (...)

7Ces fonds n’ont été que peu consultés. Le fonds Prou de la Société archéologique de Sens est inédit, tandis que les correspondances de la Bibliothèque ont été partiellement dépouillées. Plusieurs chercheurs s’y intéressent, pour des travaux sur des figures ayant correspondu avec Prou7 (Henri Pirenne et Camille Jullian notamment). Olivier Dumoulin a été l’un des rares historiens à utiliser une partie de la correspondance de Prou pour sa thèse8.

  • 9 Voir A. Becker, Les chartistes dans la Grande Guerre, dans L’École nationale des chartes, histoire (...)

8On ne signalera ici que brièvement les quelques sujets de recherche pour lesquels ces archives sont essentielles : l’histoire de l’École des chartes et des chartistes, puisque d’Arthur Giry à Charles Samaran, de Léopold Delisle à Clovis Brunel, de Paul Meyer à Alain de Boüard, la liste des correspondants chartistes de Maurice Prou ressemble au Livret des membres de l’École ; l’histoire de l’Institut, l’historien étant sollicité pour les candidatures. Plus généralement, ce fonds forme un ensemble cohérent pour l’historiographie française et européenne de la fin du XIXe et du premier tiers du XXe siècle – on signalera les correspondances très denses avec l’historien russe Michel Rostovtzeff ou avec Henri Pirenne. Enfin, les lettres reçues par Maurice Prou au temps de la Première Guerre mondiale apparaissent comme un ensemble exceptionnel sur l’expérience de guerre des historiens9.

9D’autres travailleront sur ces thèmes variés. Limitons-nous à présenter l’intérêt de ce fonds pour l’histoire de l’École française de Rome, selon deux axes : l’expérience romaine de Maurice Prou lui-même et son rapport à l’École après ce séjour. La méthode suivie dans des fonds de cette ampleur repose sur une sélection des documents les plus susceptibles de concerner l’École française de Rome. Ont donc été retenues les lettres émanant de Farnésiens pendant et après leur séjour romain. On n’ignore pas les deux limites de cette méthode : des éléments intéressant l’histoire de l’École sont probablement à chercher dans les lettres d’autres correspondants ; nombre de ces lettres de Farnésiens n’intéressent l’histoire de l’École française de Rome qu’à la marge, seulement pour la biographie des membres après leur séjour romain.

« La cheville ouvrière de bien des choses10 » (Camille Jullian)

  • 10 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1922, Camille Jullian à Maurice P (...)

10L’évolution de la position de Maurice Prou dans le champ de la production historique influe sur la nature de la correspondance reçue, les Farnésiens s’adressant de plus en plus à celui qui, naguère « Cher Ami » ou « Cher Maurice » devient pour tous le « Cher Maître » et « Monsieur le Directeur ». Il convient de rappeler brièvement le parcours scientifique et professionnel de Maurice Prou, d’autant que l’historien est aujourd’hui quelque peu méconnu.

  • 11 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux de M. Maurice Prou dans CRAI, 76, 1932, p. 404-417, à l (...)
  • 12 Voir J.-P. Babelon, Un chartiste venu du monde rural : Ernest Babelon, dans L'École nationale des c (...)

11Né à Sens le 28 décembre 1861 dans « une de ces familles d’ancienne bourgeoisie qui ont fait si longtemps la force de nos provinces11 », il entre en 1880 à l’École des chartes – tout en fréquentant l’École des hautes études – et en sort premier en 1884 avec une thèse sur les coutumes de Lorris. Il est recruté comme attaché au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’initiative d’Ernest Babelon12. Il obtient cependant le droit de séjourner à l’École française de Rome, son poste à la Bibliothèque nationale lui étant réservé ; c’est pourquoi, contrairement à la majorité des Farnésiens, Maurice Prou ne passe qu’un an en Italie. Il publie ensuite des travaux de numismatique et un Manuel de paléographie longtemps réédité. Le 31 décembre 1899, il devient professeur de diplomatique à l’École des chartes, à la suite du décès d’Arthur Giry. Le 31 janvier 1916, il est nommé directeur de l’École, succédant à Paul Meyer. Par ailleurs, Maurice Prou fut une figure majeure de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il fut élu membre en 1910, après un échec en 1908, son ami Camille Jullian lui ayant été préféré. Au nom de l’Institut, il est responsable des rapports sur l’École française de Rome pour les années 1911-1912, 1912-1913 et 1925-1926. Il fut aussi un homme de revues et de sociétés savantes. Secrétaire du Comité des travaux historiques à partir de 1912, il s’occupa du Bulletin archéologique. Il co-dirigea aussi la revue Le Moyen Âge.

Une figure perdue de l’histoire des historiens en France

  • 13 C. Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones : de Grégoire d (...)
  • 14 L'École nationale des chartes, histoire...
  • 15 Une des allusions à Prou est la reproduction d’une partie très misogyne d’un article de 1927 sur l’ (...)

12Le cas de Maurice Prou est révélateur des écarts entre la place institutionnelle et scientifique d’un acteur et sa perception par l’historiographie. En effet, l’historien n’a pas suscité de travail historique et ses derniers « biographes » sont ses nécrologues. L’oubli relatif dans lequel il est tenu est peu mesurable. Néanmoins, Prou n’apparaît pas dans le Dictionnaire biographique des historiens français et francophones13, alors que ses prédécesseurs (Quicherat, Giry, Meyer, Delisle) ou ses contemporains (Lot, Brutails) y figurent. De même, le récent ouvrage historique dédié à l’École nationale des chartes14, qui livre de nombreux portraits d’éminents maîtres et de directeurs marquants, n’accorde qu’une place secondaire à Maurice Prou15. Et dans les très nombreuses publications d’historiographie analysant les « écoles » ou « courants » historiques français, Maurice Prou n’apparaît jamais comme une figure incarnant un moment de l’écriture de l’histoire en France.

  • 16 L. Febvre, Sur une forme d’histoire qui n’est pas la nôtre dans Annales ESC, 3, janvier-mars 1948, (...)
  • 17 Une bibliographie des travaux de Maurice Prou, réalisée par Jacques Meurgey de Tupigny et Georges T (...)
  • 18 Voir R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire, Paris, 1969 et B. Merdrignac e (...)
  • 19 C. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris, 1961. La formation du directeur de la publica (...)

13Cet oubli, qu’il ne s’agit pas de déplorer mais d’expliquer, s’éclaire par le fait que comme tout groupe social, les historiens se remémorent d’abord des figures symboliques, représentant un aspect marquant de l’histoire de la discipline. Or, Prou appartient à une génération d’historiens, située dans l’ombre entre les grands auteurs du XIXe siècle (de Michelet à Fustel de Coulanges) et les artisans du renouvellement paradigmatique autour des Annales. Cette génération, qu’incarnent Charles-Victor Langlois – chartiste et grand correspondant de Prou – et Charles Seignobos, avec leur Introduction aux études historiques, est caractérisée comme l’« école » méthodique – on n’écrit plus guère « positiviste ». Le souci de l’érudition et de la maîtrise des méthodes historiques, l’approche essentiellement monographique de la recherche caractérisent cette phase de l’historiographie. Et celle-ci est le plus souvent présentée en amont du renouveau introduit par les Annales, comme le contre-exemple de la conception de l’histoire de ses directeurs, Marc Bloch et Lucien Febvre. « Histoire historisante » écrivait ce dernier à la suite d’Henri Berr, certes à propos d’un ouvrage de Louis Halphen – autre grand correspondant de Prou – mais en rappelant que cette approche était celle de ses « devanciers, les contemporains des Aulard, des Seignobos, des Langlois »16. L’œuvre de Maurice Prou s’inscrit bien dans cette phase méthodique : de très nombreux articles monographiques17, une spécialisation dans plusieurs sciences auxiliaires ou annexes18 (paléographie, numismatique, diplomatique et archéologie médiévale), et l’édition de très nombreux documents (monnaies, registres pontificaux, actes royaux), au détriment certain de la synthèse historique. Dans les travaux d’historiographie, les sciences auxiliaires sont délaissées au bénéfice de la description des champs d’investigation nouveaux des historiens au XXe siècle. Il faut remonter à un demi-siècle pour trouver des allusions aux travaux de Maurice Prou dans une de ces études sur la science historique19. En outre, l’évolution de sa carrière, vers un rôle plus administratif que purement scientifique, contribue sans doute au fait que les historiens de l’histoire en France omettent le plus souvent Prou.

  • 20 Selon l’expression idoine de G. Dupont-Ferrier,  Maurice Prou, dans Bibliothèque de l’École des cha (...)

14Il est une deuxième raison à cette faible postérité. Maurice Prou incarne une phase de l’histoire de l’École nationale des chartes caractérisée par une correspondance au cliché souvent réitéré sur son caractère scientifiquement et politiquement conservateur. Bertrand Joly, qui a montré que la « prédominance » de la droite à l’École était « largement mythique » admet cependant que les années correspondant au « consulat »20 de Maurice Prou se rapprochaient de cette image commune :

  • 21 B. Joly, Les chartistes et la politique, dans L'École nationale des chartes, histoire..., p. 169-17 (...)

Après la première guerre mondiale et surtout après 1930, l’École vit des heures difficiles. Le renouvellement historique lié aux Annales se fait sans elle et parfois contre elle. […] Politiquement, l’École est plus que jamais classée à droite et, si l’on en croit divers témoignages critiquables, ne recrute que des jeunes gens d’Action française attirés par cette institution frileuse et boudeuse.21

  • 22 O. Dumoulin, Histoire et historiens de droite dans Histoire des droites en France, dir. J.-F. Sirin (...)
  • 23 Voir l’étude du rôle de ces deux figures dans le riche article de B. Joly, L’École des chartes et l (...)

15B. Joly cite Félix Grat, Roger Grand – devenus des parlementaires conservateurs, ces deux historiens, dont le premier fut Farnésien, sont des correspondants assidus de leur maître – et Maurice Prou comme figures de la droite à l’École des chartes. Olivier Dumoulin souligne aussi le rôle de Maurice Prou dans la situation quelque peu figée et fermée de l’École à cette époque en évoquant un « irrédentisme chartiste » : « À partir de 1910, le repli méthodologique et l’évolution politique de l’École des chartes se renforcent. Le directeur de l’École […] Maurice Prou, agit en ce sens. Repliée sur son " réduit " médiéval, l’École recrute un corps professoral presque uniformément à droite »22. Ayant succédé à deux hommes, Arthur Giry, puis Paul Meyer23 s’étant illustrés dans la défense de Dreyfus, Maurice Prou apparaît en comparaison comme une personnalité moins brillante et moins représentative d’un certain idéal.

« Je maintiendrai » : Un conservateur au service de l’École des chartes

  • 24 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1898, Alcide Macé à Maurice Prou, (...)
  • 25 Ibid., Auguste Audollent à Maurice Prou, Clermont-Ferrand, 14 novembre 1927.
  • 26 L. Bergès, L’École des chartes, dans Les lieux de l’histoire, dir. C. Amalvi, Paris, 2005, p. 231-2 (...)
  • 27 Deux épais volumes sont édités, le premier, histoire de l’École de ses origines à 1921, étant de Ma (...)
  • 28 M. Prou, L’École des chartes, Société des Amis de l’École, 1927, 44 p. Tiré à part de la Revue des (...)

16« Maintenant que Zola ne cherche plus qu’à prendre la tangente, j’espère que la paix règne entre les chartistes et qu’on n’en verra plus oublier les saines méthodes pour l’amour de Dreyfus »24, écrit un ancien Farnésien à Prou. Ce dernier a probablement partagé ce vœu d’unité, consacrant son activité de professeur et de directeur à défendre « la grande famille de l’École des chartes » dont il est devenu le « chef »25 et l’utilité d’une institution parfois décriée ou menacée. Au début du XXe siècle, la situation est très délicate pour cette dernière : « C’est une école divisée, bouleversée par des affrontements politiques remettant en cause les fondements même du métier, qui doit affronter les disparitions en masse de la Grande Guerre »26. Maurice Prou n’a de cesse de rappeler l’œuvre considérable de l’École, faisant du centenaire en 1921, qui est aussi un moment de remémoration des chartistes morts pour la France, une cérémonie de relégitimation de l’École27. Quelques années plus tard, il célèbre à nouveau l’institution dans un long article28. Œuvre de conservation et de défense plus que d’innovation, telle apparaît en effet l’action de Maurice Prou.

  • 29 Seules deux lettres de Marc Bloch adressées à son « cher maître » sont conservées. La première (16 (...)

17Pourtant, Maurice Prou fut bien un homme puissant dans le champ de la recherche historique pendant près d’un demi-siècle. C’est ce rôle de « cheville ouvrière » qui lui vaut des sollicitations multiples, au-delà des murailles de Chine érigées par l’historiographie entre écoles historiques. À titre d’exemple, on notera la reconnaissance de ce rôle central par Marc Bloch qui, s’il ne fut pas un correspondant assidu, sut s’adresser au directeur de l’École des chartes pour obtenir des appuis29.

18Mais quelles que soient les raisons (et la réalité peut-être) de cet oubli, il est un domaine de recherche dans lequel la figure de Maurice Prou vaut d’être étudiée : l’histoire des débuts de l’École française de Rome.

L’expérience romaine d’un jeune chartiste : Maurice Prou à l’École française de Rome (1884-1885)

19Les quelques mois que Maurice Prou passe à Rome peuvent être particulièrement bien connus grâce à une documentation riche, notamment ses lettres adressées à son père et à sa sœur, l’ensemble s’apparentant à un journal de bord de cette expérience romaine. Cette source essentielle, complétée par les correspondances contemporaines du séjour romain et des documents émanant de l’administration de l’École française de Rome autorise, exceptionnellement semble-t-il, une étude de l’ensemble des aspects d’une expérience romaine, de sa préparation à ses conséquences. Il est à noter que, comme tout jeune historien séjournant en Italie, Maurice Prou multiplie dans ses lettres les récits de visites de monuments et de musées, mais l’archéologue qu’il est également ne livre guère de descriptions originales. Cet aspect du regard porté sur l’Italie ne sera donc pas étudié ici.

Rome ou Rodez ? Comment est perçue l’opportunité d’un séjour à l’École française de Rome

20Alors que l’École française de Rome n’avait pas encore dix ans, quelques doutes subsistaient sur l’intérêt de ce séjour en Italie à l’orée d’une carrière prometteuse. Brillant élève de l’École des chartes, Maurice Prou se trouva tiraillé entre une institution le dissuadant d’entreprendre ce séjour et sa propre volonté de profiter de cette opportunité de voyager et de travailler. Quelques semaines après avoir soutenu sa thèse, Maurice Prou rapporte à son père un entretien avec le directeur de l’École des chartes :

  • 30 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

Je suis fort embarrassé. J’ai rencontré monsieur Meyer qui m’a arrêté pour me demander si décidément je voulais aller à Rome, ou bien prendre des archives de province, parce qu’on venait de lui écrire au Ministère pour lui demander un archiviste pour Rodez. M. Meyer me dit : à quoi mène Rome ? Les jeunes gens qui en reviennent n’ont pas de meilleures places que les autres ; et il me cite mes devanciers qui au point de vue de leur position sont moins avancés que leurs camarades de promotion.30

21Le jeune Prou est cependant déterminé à ne pas se soumettre à cette observation, au nom d’une vision déjà bien arrêtée de ses perspectives de carrière, où Rome conférera un deuxième « titre », après celui d’archiviste paléographe :

  • 31 Ibid.

Je lui réplique qu’il est vrai que Rome ne donne pas d’avantage immédiat, mais que c’est un titre, que l’on s’instruit en Italie, et que, si mes devanciers ont des places peu rétribuées, c’est qu’ils n’ont pas voulu aller en province. Or, quand je reviendrai de Rome, je pense que je trouverai toujours des archives de province aussi bonnes et intéressantes que celles de Rodez.31

  • 32 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Éliane Deschamps à Maurice (...)
  • 33 Ibid., lettre de ? à Maurice Prou, Auxerre, 27 janvier 1884.
  • 34 Maurice Prou dédie en 1888 son édition des registres du pape Honorius IV à sa mère et son mémoire s (...)
  • 35 Louis Prou a réalisé à partir de ses pérégrinations italiennes un imposant volume de dessins et de (...)

22Si Maurice Prou privilégie les rives du Tibre à celles de l’Aveyron, c’est que l’annonce de sa première place de sortie – et la promesse d’un séjour à Rome induite par ce rang – avait suscité l’enthousiasme de son entourage. Une tante lui écrit ainsi : « Tu dois être bien content d’avoir en perspective le voyage de Rome et puis outre l’intérêt que peut t’offrir le voyage, c’est aussi plus avantageux pour toi qu’une place en province »32. Certains proches semblent peu au fait des moyens impartis aux Farnésiens. Un ami, étudiant en droit, lui écrit : « Te faudrait-il un secrétaire en chair et en os pour t’accompagner, si tu veux et si les appointements sont lourds, je serai celui-là »33. Cette perception des proches, qui peut être étudiée dans le cas de Prou, montre que sa réussite est un événement familial et local, signalé dans la presse icaunaise. Et les liens qu’entretient Maurice Prou avec sa famille le conduiront à insister très fortement afin que son père et sa sœur le rejoignent à Rome pendant son séjour – sa mère est décédée en 188034 – donnant à ce séjour une dimension familiale et intime fondamentale pour l’historien : pendant trois mois, de janvier à avril 1885, Louis et Marguerite Prou séjournent en Italie35. Cette présence familiale semble plutôt rare, même si André Berthelot, collègue de Maurice Prou en 1884-1885, a fait venir sa sœur à Rome.

23Par ailleurs, sa scolarité brillante aux Chartes en avait fait le favori pour ce séjour romain, et son confrère Ernest Langlois – qui n’était pas sorti major l’année précédente (le lauréat, Roland Delachenal, avait-il cédé au conseil de Paul Meyer ?) – lui écrit depuis Rome :

  • 36 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Ernest Langlois à Maurice P (...)

Bien que je ne connaisse pas encore le résultat de la soutenance des thèses, je ne doute pas que vous soyez des nôtres l’an prochain et j’ai cru vous être utile en offrant vos services à un charmant homme qui est bibliothécaire au Vatican.36

24Cette préparation du terrain par les prédécesseurs – que ce soit pour l’établissement de contacts ou même dans le choix des sujets de recherche – est d’ailleurs une caractéristique de la transmission de l’expérience chartiste à Rome.

25Un difficile compromis est finalement trouvé, comme nous l’avons précédemment indiqué : le jeune archiviste paléographe est recruté au printemps 1884 au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale et autorisé à passer un an à l’École française de Rome. Au risque d’oublier Paris, comme le laisse entendre Ernest Babelon dans une lettre à Prou, ce dernier l’ayant laissé sans nouvelles :

  • 37 Ibid., Ernest Babelon à Maurice Prou, Paris, 5 décembre 1884. Deuxième à la sortie des Chartes en 1 (...)

Je commençais à croire que le Cabinet des médailles n’occupait déjà plus dans vos souvenirs qu’une place tout à fait méprisée. Nous avons tous été heureux d’apprendre que vous êtes enchanté de votre séjour à Rome et bien portant. […] Au point de vue de l’agrément comme de l’utilité pratique vous faites là, je vous le répète pour la centième fois, le stage le plus enviable pour un numismatiste et un archéologue.37

26À l’automne 1884, Maurice Prou part donc à Rome en compagnie d’André Berthelot. Ses collègues en Italie sont Charles Lécrivain, Icaunais comme lui, André Pératé, Paul Fabre, Pierre de Nolhac et les chartistes Georges Digard et Ernest Langlois.

Au centre du monde : un regard sur Rome et la société romaine

27Le séjour à Rome est pour Maurice Prou une expérience nouvelle, lui qui n’avait guère séjourné qu’à Paris pendant ses études aux Chartes. Il livre dans ses lettres des observations acerbes, ironiques, parfois étonnamment humoristiques, sur la société découverte à Rome. Être membre de l’École française à cette époque induit en effet une riche vie mondaine que Prou, fils de la bourgeoisie de province, découvre avec avidité, ne dissimulant pas sa fierté d’être au contact des élites européennes, sans que cela le convertisse au cosmopolitisme.

28L’aspect le plus marquant du séjour est pour le fervent catholique Prou la découverte de la Rome chrétienne. Ces quelques mois passés en Italie constituent une expérience spirituelle. Ayant assisté à une cérémonie religieuse, il livre ce tableau à son père :

  • 38 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

Ici le peuple grouille dans l’église magnifiquement éclairée. Les chants sont très beaux et le peuple répond en chœur. C’est le catholicisme du Moyen Âge tel que selon moi il doit l’être. Nos cérémonies froides de France n’ont plus rien du vieux culte du Moyen Âge. Vraiment, je finis par croire que nous tournons trop en tout au germanisme, et que nous dirigeons trop nos regards vers le nord.38

29Maurice Prou fréquenta aussi avec assiduité le Vatican pour ses recherches et s’intéressa de près au pouvoir pontifical. Le point d’orgue fut la réception par Léon XIII des membres de l’École française de Rome menés par les époux Le Blant, à l’occasion de la remise des publications de l’École au souverain pontife. Cette entrevue avec Léon XIII laissa à l’historien un souvenir ému mais quelque peu douloureux :

  • 39 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)

Je suis arrivé le dernier aux pieds du Pape, et j’étais fort malheureux, car je suis resté à genoux à ses pieds longtemps ; il lançait ses bras par-dessus ma tête en faisant son discours ; et j’étais fort mal à mon aise, éprouvant une grande émotion. Enfin il me donna une tape sur la tête qui m’autorisa à me relever.39

  • 40 Ibid.
  • 41 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)
  • 42 Le cardinal Jean-Baptiste Pitra (1812-1889) avait publié en mai 1885 un texte dans lequel il critiq (...)
  • 43 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)

30Sa piété n’empêche pourtant pas Maurice Prou de porter un regard distancié sur l’administration pontificale, s’amusant de la personnalité du secrétaire d’État, le cardinal Jacobini (« le plus drôle des ministres que j’ai vu, un vrai type d’Italien souple, gros bonhomme court et rondelet, qui agite toujours son ventre, rit aux éclats entre chaque mot, parle beaucoup et ne dit rien »40) ou s’insurgeant contre les rigidités des responsables du Vatican lors des difficultés qu’il connut pour ses travaux: « Il faut avoir vu toute cette administration du Vatican pour savoir quelle pétaudière cela est, le type du gouvernement arbitraire et fantaisiste »41. En outre, le patriote Prou s’afflige de la faiblesse de la France dans l’Église ; suite à « l’incident Pitra »42, il constate : « Nous n’avons à Rome qu’un cardinal français et il est mal avec le pape. Voilà l’influence française au Vatican ! »43.

31 Le collectionneur de médailles anciennes qu’était Prou s’est aussi délecté de la collection de figures politiques, religieuses et intellectuelles françaises réunie à Rome. Ayant eu connaissance de la présence du cardinal Lavigerie, il écrit à son père :

  • 44 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 17 juin 1885.

Je voudrais cependant voir cet homme célèbre, qui manque à la série des grands hommes que j’ai connus ou aperçus ici. Car vraiment il fallait que je vinsse à Rome pour faire la connaissance d’une foule d’hommes célèbres français.44

  • 45 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 13 mai 1885. Le républicain encore tiède qu’est alors Prou (...)

32Ces rencontres ont lieu à la table de l’ambassadeur de France en Italie Albert Decrais, ou à celle des époux Le Blant, où il dîne par exemple avec le président du Conseil récemment renversé Jules Ferry, « ni plus ni moins »45, invité en compagnie de l’ambassadeur auprès du Saint-Siège Édouard Lefebvre de Béhaine. Par ailleurs, les savants français qui séjournent à Rome ne manquent pas de visiter l’École, et la fréquentation de personnalités comme Gaston Boissier ou Léopold Delisle, non plus comme élève, mais comme « pair », est signalée par le jeune historien.

  • 46 P. Ghione, Il salotto di Ersilia Caetani Lovatelli a Roma, dans Salotti e ruolo femminile in Italia (...)
  • 47 Voir A. Baruffa, Giovanni Battista de Rossi : l’archeologo esploratore delle catacombe, Cité du Vat (...)
  • 48 Sur cet aspect et généralement sur Rome à cette époque, voir C. Brice, Histoire de Rome et des Roma (...)

33 Les relations établies avec des personnalités romaines sont également à noter. Il se lie d’amitié avec la comtesse Ersilia Caetani Lovatelli (1840-1925) – leur correspondance ne s’éteindra qu’à la mort de la comtesse –, qui tient un salon46 auquel Prou se rend très fréquemment. Première femme membre de l’Académie des Lincei, appartenant à la frange royaliste de l’aristocratie romaine, la comtesse Lovatelli est une érudite qui joua un rôle important dans la socialisation des Farnésiens – quelques années plus tard, Frédéric Soehnée évoque lui aussi ces réceptions. Prou eut également à connaître une autre grande figure de la vie intellectuelle et politique romaine, lui aussi très présent auprès des Farnésiens : Giovanni Battista De Rossi47, archéologue des premiers temps chrétiens, proche du Vatican, contrairement à la comtesse Lovatelli, ce qui montre que les savants français n’ont pas eu à souffrir de la division des élites romaines48. Le savant italien mena notamment les membres de l’École en visite dans des catacombes redécouvertes à partir du milieu du XIXe siècle, souvent en compagnie d’un érudit français excentrique, l’abbé Le Louët. Du savant italien, Prou livre un portrait qui a toutes les apparences d’un possible contre-modèle pour l’érudit célibataire qu’il est alors :

  • 49 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

Ce grand savant me paraît un drôle d’homme. Étant marié par exemple, et déclarant hautement qu’il n’aime pas sa femme, et qu’il ne s’est marié que pour avoir un intérieur et n’avoir pas de soucis des choses vulgaires, des choses du ménage ; à l’entendre, paraît-il, il vivrait de science, nourriture pour tout le monde, à mon sens, insuffisante. Au demeurant homme de bon ton et très affable.49

34 Par ailleurs, Maurice Prou porte un jugement en général peu amène sur le rival scientifique et politique allemand, ne manquant jamais l’occasion de souligner son hostilité. Étant allé à l’Institut allemand assister à une conférence en italien, il écrit à sa sœur :

  • 50 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 14 décembre 1884.

Quel italien, Seigneur ! Un galimatias, un charabia épouvantable ! Je n’avais rien compris et j’aurais voulu oser dormir, comme le faisait l’illustre De Rossi, qui occupait une place d’honneur. Les Allemands sont décidément une engeance pernicieuse.50

  • 51 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 avril 1885. Voir Stefan Rebenich, Theodor Mommsen, (...)
  • 52 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)
  • 53 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 27 avril 1885.

35 Cependant, Maurice Prou eut le privilège de connaître « l’illustre Mommsen »51, « l’attraction du moment »52 en Italie. Lors d’une excursion archéologique internationale à Corneto, où « l’archéologie et le vin [rapprochant] toutes les nations », l’on célébra « la concorde de la Germania, de l’Italia et de la Francia, sans oublier la Russia »53, le jeune historien reçut l’hommage scientifique du savant allemand :

  • 54 Ibid.

Nous avons été jusqu’à la vieille église romane des XIe et XIIe siècles qui m’a fort intéressé et m’a donné l’occasion de faire des remarques intéressantes sur les églises du Moyen Âge, si rarement conservées dans leur intégrité dans cette partie de l’Italie. J’ai eu là mon petit quart d’heure de succès, car j’ai lu un mot d’une inscription que personne n’avait pu lire, j’entends les savants présents là, et j’ai été approuvé par Mommsen. C’est bien quelque chose d’agréable d’avoir eu une fois dans sa vie l’approbation orale du plus grand épigraphiste d’Europe.54

Fig. 1 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote).

Fig. 1 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote).

À noter la présence des membres de l’École française de Rome – Ernest Langlois (2), Paul Fabre (3), Charles Lécrivain (4), Maurice Prou (5) et André Pératé (6) – de son directeur Edmond Le Blant (13), accompagné de son épouse Marguerite (15) ; de savants italiens, le prince Baldassare Odescalchi (7) et l’archéologue Maraini (12) ; du commandant Eugène Louis, attaché militaire à l’ambassade (8) et de son épouse (9); et des savants allemands Zangmeister (10) et Theodor Mommsen (11).

  • 55 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

36 Cependant, l’hommage du « premier historien et épigraphiste du siècle »55 ne dissuade pas Prou de critiquer très vivement l’attitude de Mommsen à Rome et son comportement en général. Mommsen ayant provoqué un incident au Vatican – le savant ne s’est pas levé alors que Léon XIII entrait dans la salle de travail aux Archives –, le jeune Farnésien juge durement le maître :

  • 56 Ibid.

Mommsen a d’ailleurs écrit une lettre d’excuses de peur d’être mis à la porte du Vatican, et une lettre stupide. Au reste, toutes ses affaires finissent par des excuses. Après avoir injurié jadis le prince de Bismarck, il lui a écrit des excuses. Et enfin tu sais que le jour où la France a été vaincue et où Napoléon ne lui a plus payé une pension, il a injurié la France à plaisir.56

37 Avec De Rossi, Mommsen appartient donc aux figures iconiques de la profession d’historien sur lequel Prou porte un regard critique.

  • 57 Maurice Prou. Notice de M. C. Brunel, directeur de l'École des chartes, dans Bibliothèque de l’Écol (...)
  • 58 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

38 « Le grand siècle était son modèle, il voulait ignorer le suivant, notre époque l’agaçait »57, écrit Clovis Brunel dans l’hommage posthume à son prédécesseur. L’expérience romaine de Maurice Prou confirme cette appréciation. S’étant tenu à son travail, à la fréquentation du Vatican et de l’« aristocratie » intellectuelle présente à Rome, soit un possible idéal social selon lui, Maurice Prou n’offre qu’un regard très distant, craintif ou agacé sur la société et les évolutions politiques romaines. Son regard sur le peuple italien est empreint d’une forte xénophobie – « Toujours penser que l’Italien est voleur »58 écrit-il ainsi comme première recommandation de voyage à son père –, tandis qu’il stigmatise le courant révolutionnaire et républicain qui s’exprime de temps à autre à Rome. Dès sa jeunesse, Maurice Prou est en profonde rupture avec une société qui évolue vers des formes opposées à ses convictions et à sa vision du monde. Disposant de temps pour la lecture à la fin de son séjour, il s’afflige d’une littérature naturaliste découverte à Rome :

  • 59 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 24 juin 1885. « Cessi » peut se traduire par « latrine (...)

Je lis des romans de Zola et consorts que m’a prêtés l’ambassadrice. Vraiment la littérature moderne est écœurante. Heureusement ces réalistes sont en dehors de la vérité. Et si peu que vaille la société du XIXe siècle, elle est encore meilleure que ne la font ces prétendus peintres de mœurs. Pour moi le seul usage digne du dernier roman de Zola, c’est de le mettre aux cessi.59

  • 60 « Défiant de la nature humaine, cet homme de réactions vives et de rigoureuse discipline éducative (...)

39 En définitive, le séjour à Rome semble avoir renforcé Maurice Prou dans ses convictions profondes, bien plus que contribué à une ouverture au monde constatée pour certains de ses pairs. L’expérience italienne n’a pas influé sur la misanthropie60 de l’historien, dont la propension à critiquer ce qu’il pourrait potentiellement adorer (l’Église, les savants) est frappante.

L’œuvre historique réalisée depuis Rome

  • 61 Léon Clédat, Élie Berger, Joseph Delaville Le Roulx, Antoine Thomas et Ernest Langlois ont rédigé u (...)
  • 62 Voir B. Barbiche, Les chartistes à l’École française de Rome, dans École nationale des chartes. His (...)

40Maurice Prou n’est pas comme nombre de ses pairs, pour qui le séjour italien est l’occasion de s’engager dans des recherches préparatoires à une thèse de doctorat. Prou ne semble jamais l’avoir envisagé, jugeant avoir fait ses preuves avec la thèse de l’École des chartes et ses recherches aux Hautes Études. Il est en cela dans la lignée de la moitié seulement de ses prédécesseurs chartistes à Rome61, mais s’inscrit surtout dans une tendance naissante : après lui, les premiers chartistes qui réalisent une thèse de doctorat après Rome sont Philippe Lauer et Eugène Deprez, nommés en 189862. Délesté également de l’enjeu angoissant que constitue pour les membres de l’École la préparation de leur insertion professionnelle à leur retour d’Italie, Maurice Prou a pu se consacrer à la recherche historique, si ce n’est de manière désintéressée, du moins sans autre obligation que la satisfaction de ses propres exigences.

41Trois éléments déjà classiques en 1884-1885 caractérisent sa production romaine : sa participation à l’entreprise collective de publication des registres pontificaux, son mémoire et ses articles publiés à partir de documents trouvés à Rome.

  • 63 Voir O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège : histoire et bibliog (...)

42Le séjour de Maurice Prou à Rome s’inscrit au début de l’ouverture des archives pontificales aux chercheurs français. Depuis Élie Berger en 1877, les archivistes paléographes membres de l’École française de Rome œuvrent à l’édition des registres des papes du XIIIe siècle63. Il s’agit du seul projet conçu par Maurice Prou avant son départ, la participation à cette recherche étant, sept ans après ses débuts, déjà attendue d’un chartiste envoyé à Rome. Il fut chargé des registres d’Honorius IV, pape de 1285 à 1287, ce que René Cagnat estima plus tard une attribution peu judicieuse :

  • 64 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux..., p. 409.

Par malheur, Honorius IV n’occupe qu’une place assez secondaire dans l’histoire de la papauté et on regrette presque, quand on voit le soin que Prou a apporté à son travail, que le sujet ait été quelque peu ingrat.64

  • 65 Ibid.

43Ce choix d’un pontificat court, dicté par la brève durée du séjour romain de Prou, permit cependant à ce dernier de publier les Registres d’Honorius IV dès 1888, « avant ceux dont s’étaient chargés les camarades qui l’avaient précédé au Palais Farnèse65 ».

  • 66 Selon l’expression de Robert Fawtier qui est le seul des auteurs cités qui accorde une place import (...)

44Cette contribution à la publication des registres des papes a marqué l’histoire de l’École française de Rome en raison d’un problème dont fut victime le jeune historien. Si cet « incident Prou »66 ne constitue qu’une brève péripétie dans l’histoire des relations entre l’École française de Rome et le Vatican, il fut vivement ressenti par le jeune savant. Quelques jours après son arrivée à Rome, il écrit :

  • 67 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à à Louis Pro (...)

Je suis très content d’être à Rome. J’y ai trouvé d’excellents camarades. Mais j’ai quelques ennuis avec mon registre des papes et je crains d’être obligé d’interrompre mon travail. Ce qui me contrarie fort, parce qu’alors je ne saurais quel travail important trouver ; je perdrais du temps à chercher. Ce que Digard me prédisait est arrivé. Les archives veulent faire publier par leurs employés leurs registres. On m’a remis le registre, mais on ne permet pas de le publier sans une permission spéciale du SaintPère. De plus à la fin de chaque séance on regarde les notes que je prends. Je suis allé trouver le cardinal-archiviste Hergenroether qui m’a répondu de m’adresser au pape, aux ordres duquel il devait se soumettre. C’est en vain que je lui ai baisé la main à mon entrée dans son cabinet.67

45Cette entrave oblige Maurice Prou à mobiliser tous les soutiens possibles et lui fait mesurer la défaillance de certaines autorités, à commencer par celle d’un directeur, Edmond Le Blant, qu’il n’a pas encore rencontré :

  • 68 Ibid.

J’en ai référé par lettre pressante au directeur de l’École. Mais celui-ci n’a pas encore répondu ; il est indifférent à l’École, et pendant que nous avons ici besoin de lui, il trouve bon de rester à Paris jusqu’à la fin de décembre. On va lui écrire à nouveau pour mon registre.68

  • 69 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 9 décembre 1884.

46Son exaspération vis-à-vis de ce directeur « in partibus »69 persiste après une entrevue avec l’ambassadeur Albert Decrais :

  • 70 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 23 novembre 1884. La lettre à laquelle il est fait all (...)

J’ai parlé à l’ambassadeur de mon affaire concernant le registre ; bien entendu il ne peut pas m’être directement utile ; mais il m’a conseillé d’écrire à M. Le Blant d’aller trouver le nonce à Paris. Malheureusement M. Le Blant ne se presse pas de nous répondre. Il m’a écrit une lettre assez incroyable pour un directeur, où il s’en remet à ma sagesse et m’a envoyé une lettre pour m’accréditer auprès de l’ambassadeur auprès du Vatican qu’il savait absent de Rome. Je lui ai répondu d’aller trouver le nonce à Paris, s’il voulait bien.70

47 Cette affaire amène même Louis Prou à activer ses réseaux au sein de l’Église catholique dans l’Yonne, sans grande efficacité, selon son fils, qui souligne aussi la défaillance de De Rossi :

  • 71 Voir la lettre d’Auguste Geffroy à Edmond Le Blant, datée du 24 novembre 1884, mais non expédiée ; (...)
  • 72 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)

Le curé de Fismes se fait, je crois, complètement illusion sur son crédit quand il offre de me faire avoir une audience du pape, j’entends une audience particulière. C’est à peine si l’ambassadeur de France au Vatican a accès auprès du pape facilement ; et le commandeur De Rossi, le grand homme comme on dit ici, et avec qui j’ai fait connaissance et auquel, je crois, le curé de Fismes offrait de me recommander, ne pourrait non plus me faire avoir audience. Du reste mon affaire porte plus loin que mon registre. Il s’agit de toute la publication de l’École qui se trouve interrompue. Et il faudrait que cela se traitât par voie diplomatique pour qu’on eût chance de réussir, et encore ! Le Vatican dit qu’il n’y a pas eu de convention écrite et cela est vrai71. Au reste les Français ne me paraissent pas très bien vus en ce moment au Vatican.72

48 Pourtant, trois semaines à peine après le début de l’incident, un accord est trouvé sur la possibilité de publier les registres d’Honorius IV, sans que l’on puisse véritablement retracer les conditions dans lesquelles l’affaire prit ainsi fin :

  • 73 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 3 décembre 1884.

Mon affaire au Vatican est arrangée, et même l’École a obtenu la promesse qu’on lui laisserait publier tous les registres du XIIIe siècle, sauf trois. Le pape n’avait donné aucun ordre contraire. Au Vatican, toutes les difficultés viennent toujours des employés inférieurs. C’est le cardinal Pitra, qui est français, qui est intervenu auprès du pape, qu’il a trouvé d’ailleurs très bien disposé en notre faveur.73

  • 74 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 25 décembre 1884. Il s’agit de Pierre-Charles Robert ( (...)

49En dehors de ce travail, et d’après les archives du Vatican, Maurice Prou réalisa une Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V. Bien qu’accaparé par les registres pontificaux et la rédaction de divers articles, Maurice Prou s’est contraint à préparer un mémoire, ce à quoi il n’était pas obligé, en vertu du décret du 24 janvier 1883 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, réservant cette production aux seuls membres de deuxième année. Mais en raison notamment d’une stratégie de valorisation vis-à-vis d’une institution pour lequel il a un grand intérêt – il écrit ainsi à sa sœur : « Voilà le père Robert de Paris qui m’a envoyé des empreintes de médailles à faire ; comme il est de l’Institut, je suis obligé de le faire »74 –, le jeune historien réunit très rapidement la matière de son mémoire – il n’a commencé à travailler sur le sujet qu’au printemps 1885 –, déterminé à s’imposer :

  • 75 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

On m’objecte qu’un ancien d’ici a préparé le même travail ; mais je ne sais quand il paraîtra ; tant pis pour lui si j’arrive avant. Au reste, je travaille depuis un mois à cela, et je trouve qu’on a mis un peu de temps à me le dire ; puisque ceux qui me l’ont dit auraient pu me faire cette révélation plus tôt. Je suis décidé à aller droit mon chemin sans m’occuper des autres.75

  • 76 Maurice Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II e (...)

50On remarquera l’orientation française du sujet qui éclaire autant la politique pontificale que celles des rois Jean II et Charles V, ce qui est une caractéristique des travaux des premiers chartistes Farnésiens. Et la « conclusion » de Prou renforce cette dimension française : « L’Église révère ce grand pontife comme un saint. La France, elle aussi, doit un culte à sa mémoire, comme à celle d’un homme qui a de toutes ses forces travaillé au relèvement de sa patrie »76.

51Travailler sur des sujets français à partir des archives romaines a d’ailleurs été une stratégie délibérée de Maurice Prou ainsi décrite :

  • 77 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)

Je travaille toujours à mon pape ; mais je prends sur mes 4 heures que je pourrais passer aux archives une heure à la bibliothèque du Vatican, qui ouvre aux mêmes heures, et j’y copie des documents concernant la France ; il y en a un dont je prépare la publication pour les Mélanges que publie l’École de Rome.77

  • 78 Maurice Prou, Un formulario dei duchi di Milano del XV secolo dans Archivio storico Lombardo, 12, 1 (...)
  • 79 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice P (...)
  • 80 M. Prou, Statuts d’un chapitre général bénédictin tenu à Angers en 1220, 4, 1884, p. 345-426 ; Addi (...)
  • 81 Archives nationales, F17 4130, rapports d’Edmond Le Blant sur les travaux de l’École française de R (...)

52En effet, Maurice Prou a également produit quatre articles pendant son séjour à Rome : l’un pour l’Archivio storico Lombardo78, les autres pour des Mélanges d’archéologie et d’histoire dans les limbes et en difficulté si l’on en juge par ce qu’en écrit le directeur Edmond Le Blant, craignant « malgré tous [ses] efforts et [ses] lettres lancées de tous côtés que les Mélanges ne restent en souffrance »79. Il s’agit de documents édités et introduits, dont deux80 concernent très directement l’histoire médiévale française. D’après les rapports du directeur81, Prou a en outre profité du séjour romain pour copier des documents variés concernant la France, pour des recherches ultérieures en numismatique et en histoire de l’Église.

  • 82 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, (...)
  • 83 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

53L’ironie de Maurice Prou n’épargne pas sa propre production. Ainsi résume-t-il laconiquement la nature de son travail sur les registres du pape Honorius IV : « Je continue à copier mes bulles »82. Et, achevant une étude, il la présente sarcastiquement : « J’envoie à papa mon travail sur la Gallia Christiana, travail très utile pour remplacer l’opium. »83 On ne s’étonnera pas de déceler également ce ton dans la perception du bilan de son expérience romaine.

Maurice Prou et l’École française de Rome après son séjour

54Quel a été le rôle du séjour romain dans le parcours de Maurice Prou après qu’il a quitté l’École française de Rome ? L’appréciation par l’historien de la portée de son séjour à Rome a évolué. À la déception des lendemains du séjour se substitue l’idée d’une communauté d’appartenance fondamentale. Les liens avec les membres de l’École française de Rome évoluent également : distendus lorsque l’historien travaille à la Bibliothèque nationale, ils se renforcent lorsque Prou devient l’un des hommes forts de l’École nationale des chartes.

L’expérience romaine comme parenthèse ?

55

56Encore à Rome, et l’ennui du chaud printemps romain aidant – les archives vaticanes étant fréquemment fermées –, Maurice Prou se plaint à sa famille de sa situation d’isolement au sein d’une « membrure » potache :

  • 84 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 5 juin 1885.

Je quitterai Rome, en tant que Rome avec regret, mais l’École, non, à cause du peu de sympathie que me témoignent, sauf Langlois, mes camarades, qui cherchent à me faire toutes sortes de farces de mauvais goût et se moquent sans cesse de moi.84

  • 85 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 24 juin 1885.

57Dans d’autres envois, cependant, il affirme à propos de Rome : « J’y ai passé une année, somme toute, agréable et telle que je n’en retrouverai jamais une dans mon existence ; cela est sûr »85. Ces propos ne sont qu’en partie contradictoires, mais peut-être convient-il de ne pas accorder trop de valeur à ces bilans dictés par des variations d’humeur peu explicables. Néanmoins, le cas de Maurice Prou illustre les limites de l’idée d’une nécessaire confraternité romaine, topos des discours d’anciens Farnésiens, auquel Prou lui-même cédera, comme nous le verrons. Plus que les jugements cités plus haut, l’analyse de la correspondance de Maurice Prou après son séjour romain rappelle qu’il ne suffit pas à des savants d’avoir fréquenté le même lieu à la même époque pour que se constitue un réseau fondé sur le souvenir d’une expérience commune et sur un titre partagé. Seuls Charles Lécrivain, Ernest Langlois et, dans une moindre mesure, Paul Fabre, ont entretenu une correspondance avec Maurice Prou dans les années suivant leur rencontre ; les affinités électives (l’origine auxerroise de Lécrivain, l’appartenance de Langlois à l’École des chartes sont aussi des explications), bien plus qu’un réseau quelconque d’anciens Farnésiens, semblent déterminantes dans l’établissement de relations suivies.

58Les rapports de Maurice Prou avec l’institution après son séjour ont été variables et globalement peu suivis. Après son retour d’Italie, l’historien connut une désillusion à propos de l’édition de son mémoire :

  • 86 Le 10 mars 1886, Edmond Le Blant écrivait à Prou : « J’ai reçu hier votre mémoire et je suis charmé (...)
  • 87 Les 98 pièces justificatives constituent plus de la moitié du nombre total de pages de l’édition de (...)
  • 88 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

Tu sais que M. Le Blant m’avait promis d’imprimer en un petit volume dans la collection de l’École de Rome mon travail sur les rapports de Charles V avec le pape Urbain V86. […] Maintenant il m’écrit qu’il n’a plus d’argent ; alors pourquoi m’avait-il fait cette promesse ? […] On travaille beaucoup partout sur l’histoire de Charles V, et si je ne parais pas maintenant, il ne restera rien de nouveau dans mon travail. J’ai écrit à M. Monod pour lui offrir pour sa Revue ; il trouvera cela trop long et surtout trop plein de pièces justificatives87, et va me le refuser. […] Je croyais que mes travaux à Rome méritaient une autre récompense. Comme je n’ai aucune influence et ne suis pas à craindre, comme il n’y a rien à attendre de moi, tout le monde me lâche.88

  • 89 Deux articles paraissent dans les Mélanges d’archéologie et d’histoire : une courte notice de numis (...)

59 Une solution fut pourtant trouvée assez rapidement, probablement grâce à Gabriel Monod, puisque le mémoire romain de Prou fut édité dans le cadre de la Bibliothèque de l’École des hautes études. Il continua par ailleurs de publier quelques textes dans les publications de l’École française de Rome89.

  • 90 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux..., p. 409.

60 Néanmoins, cette difficulté n’a pas affecté les relations de Maurice Prou avec Edmond Le Blant, qui, cible de l’historien au début de son séjour romain, est devenu à Paris un ami qui, notamment, « lui légua, en présage de l’avenir, son épée d’académicien »90. Maurice Prou est en relation suivie avec le couple Le Blant, l’épouse du directeur ayant pris en affection ce jeune chartiste orphelin de mère. Elle chercha même une épouse au toujours célibataire Maurice Prou, en vain, comme ce dernier le déplore :

  • 91 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Maurice Prou à Louis Prou, (...)

Je me hâte de t’annoncer que le projet dont je t’ai fait part n’aura aucune suite. Madame Le Blant m’a écrit ce matin de ne pas me déranger, parce que la jeune personne était protestante, ce qu’elle ignorait complètement. Cela à moi m’était bien indifférent. Peut-être la famille veut-elle un protestant […]. Je n’ai qu’un regret, c’est d’avoir prié les personnes de ma connaissance de me marier, à mon retour de Rome.91

  • 92 Wolfgang Helbig (1839-1915) est un historien de l’art allemand, membre en 1862 du Deutsches Archäol (...)

61 Par la suite, les liens de Maurice Prou avec l’École française de Rome se sont distendus, les rapports entretenus par l’historien avec Auguste Geffroy étant particulièrement ténus. Par ailleurs, son œuvre d’historien délaisse l’histoire italienne ; le séjour romain n’a en rien orienté la production essentiellement française du chartiste. En revanche, Prou séjourne fréquemment au début de l’automne en Italie, se rendant à Rome en 1901, 1904 et 1907, rendant visite à cette occasion aux chartistes de l’École, à Wolfgang Helbig92 ou à la comtesse Lovatelli. Alors que l’expérience romaine ne semble avoir été qu’une parenthèse en définitive secondaire tant que Maurice Prou travaille à la Bibliothèque nationale, il apparaît qu’elle se revalorise, une fois qu’il est professeur à l’École des chartes. C’est notamment le cas dans la perspective de son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1910. L’expérience mitigée est alors transformée par les années en moment-clé d’une carrière florissante. Devant un auditoire d’anciens de l’École française de Rome, Maurice Prou tient ce discours classique, dans lequel ses collègues et Edmond Le Blant se trouvent eux aussi revalorisés :

  • 93 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1910, discours de Maurice Prou à (...)

Rome a des attraits singuliers auxquels personne ne résiste, et les voyageurs les moins cultivés sont saisis par son originalité et un charme fait de contrastes. L’École de Rome participe à cet enchantement. Nous lui sommes attachés pour la vie. L’année que nous y avons passée compte pour chacun de nous parmi les plus agréables de notre existence pour des motifs divers dont il est probable que le principal est la jeunesse. Pour ma part, j’ai reçu de multiples bienfaits de notre École. D’abord j’y ai trouvé un directeur à la mémoire de qui ce m’est un devoir de rendre hommage aujourd’hui car j’avais pour lui une vénération et une affection que m’avaient inspirées la sûreté et la variété de sa science, sa bonté inlassable, l’excellence de ses conseils, la droiture de son caractère. J’ai eu aussi ce plaisir de retrouver au Palais Farnèse un de mes camarades de collège, Lécrivain, deux camarades d’École, Digard et Langlois ; un camarade des Hautes Études, Berthelot ; de nouer des relations avec Pératé, Nolhac et le meilleur de nous tous, le regretté Paul Fabre.93

  • 94 Avant l’élection de Maurice Prou et de Charles Diehl en 1910, seuls neuf anciens Farnésiens (Louis (...)

62 Ce décalage entre la perception immédiate de l’expérience romaine et sa présentation un quart de siècle plus tard n’existe probablement pas seulement chez Maurice Prou. Le titre conféré par le passage à l’École française de Rome est un élément-clé du capital symbolique que Prou met en jeu au moment de son élection, lui offrant une place dans une élite intellectuelle encore mince, dans la mesure où le chartiste appartient aux premières cohortes accédant à l’Institut après être passé par Rome94.

L’atelier du Farnésien

  • 95 Voir Mgr Duchesne et son temps, Rome, 1975 (Coll. EFR, 23) et B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (...)
  • 96 Voir le témoignage de G. Mâle, La vie à l’École et à Rome au temps d’Émile Mâle, dans Émile Mâle (1 (...)

63En fait, le lien le plus net entre Maurice Prou et l’École française de Rome après son passage à Rome réside dans les envois de ses successeurs au Palais Farnèse. Ces lettres, plus nombreuses à mesure que Prou devient une figure centrale de l’École des chartes – sur les 82 lettres conservées, 71 sont envoyées à Prou après 1900 – tendent à devenir rituelles : ainsi, nombre de ces lettres sont envoyées à l’occasion des vœux de début d’année. Eu égard au cadre chronologique de cette publication, on se limitera à une brève analyse de leur contenu, afin de montrer leur intérêt pour l’histoire de l'École française de Rome dans le premier tiers du XXe siècle. Ces envois sont assimilables à des comptes rendus d’activité, complétant utilement les informations qu’il est possible de trouver dans les rapports officiels, dont le double objectif est d’obtenir des conseils pour les recherches – il n’existe pas de directeur des études et Louis Duchesne95 et Émile Mâle96 laissaient une grande liberté d’initiative aux membres – et de maintenir un lien avec un maître puissant dans la perspective d’un après-Rome incertain. Ce deuxième objectif est confirmé par le fait qu’il ne figure que très peu de lettres de non-chartistes. Ces documents fournissent de très nombreuses informations sur l’atelier du Farnésien, soit ses interrogations sur la nature de son travail, sur la pertinence du choix du sujet de mémoire, sur l’opportunité de prolonger les recherches par une thèse de doctorat ou sur les perspectives de carrière. En revanche, en raison du caractère hiérarchique de cette correspondance, peu d’informations sont à trouver sur la dimension politique ou religieuse du séjour romain.

  • 97 C. Petit-Dutaillis, Frédéric Soehnée, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 103, 1942, p. 36 (...)

64Dans la mesure où il s’agit de la seule correspondance importante s’inscrivant dans le cadre chronologique de ce travail, les lettres de Frédéric Soehnée97 (1866-1941), chartiste, membre de l’École française de Rome de 1891 à 1893, nous serviront d’exemple de l’intérêt à considérer ces correspondances non officielles. La différence avec les lettres ultérieures de Farnésiens réside dans le caractère amical de cette correspondance : pour Soehnée, Prou est peut-être un maître en histoire, mais surtout un camarade. L’amitié entre les deux hommes tient à leurs convictions – ce sont de fervents catholiques – et à leurs centres d’intérêt scientifiques communs, Soehnée attendant de Prou la validation de ses choix. Participant à la publication des registres pontificaux – le règne de Martin IV lui échoit – Soehnée doit aussi déterminer son sujet de mémoire. On note la même préoccupation française que celle constatée chez Prou, dont il assume de suivre l’exemple :

  • 98 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1892, Frédéric Soehnée à Maurice (...)

J’avais songé tout d’abord à un très beau sujet touchant à l’administration et la politique des papes du XVe siècle ; mais outre que ce travail pourrait m’entraîner très loin, j’aurais regret d’abandonner l’histoire de France. J’ai donc parcouru pas mal de registres de Jean XXII et de Benoît XII, me souvenant des conversations que j’avais eues avec vous sur l’utilité d’un travail relatif aux papes d’Avignon. Votre livre sur Urbain V que j’ai beaucoup pratiqué depuis mon arrivée ici, m’est d’un très grand encouragement98.

65Néanmoins, Soehnée, contrairement à Prou, envisage de trouver à Rome la matière d’une thèse de doctorat ès lettres et son interrogation sur la validité de sa démarche aux yeux des universitaires est éclairante sur le décalage ressenti entre des travaux dans la lignée de l’École des chartes et une thèse :

  • 99 Ibid.

Je me demande si les négociations des papes du XIVe siècle traitent de sujets assez généraux pour intéresser ces messieurs de la Sorbonne. J’ai vu dans Jean XXII et Benoît XII une foule de lettres très intéressantes ; mais aucune affaire n’est traitée très en détail ; quand une question est effleurée, le pape passe immédiatement à une autre ; c’est une série de petits faits ajoutés les uns aux autres.99

66 Il conviendrait d’approfondir cette question du passage du mémoire romain à la thèse, les cas étant nombreux de chartistes ayant ainsi élargi leurs recherches à partir des travaux réalisés à Rome. Frédéric Soehnée, victime de problèmes de santé, n’aboutira pas. Il livrera seulement une Étude sur les relations politiques du pape Innocent VI avec Jean II, roi de France (1352-1356), mémoire demeuré inédit, mais dont la problématique est dans la lignée du mémoire de Prou, Innocent VI étant par ailleurs le prédécesseur d’Urbain V.

  • 100 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1892, Frédéric Soehnée à Maurice (...)

67 Les lettres de Frédéric Soehnée fournissent également des indications sur un sujet qu’il est impossible d’aborder à partir des documents officiels : les rapports entre les membres et le directeur, Auguste Geffroy à l’époque. Et Soehnée semble faire montre du même esprit critique à l’égard de l’autorité que Prou lorsqu’il était à Rome : « Nous n’avons avec lui aucune intimité quelconque – excepté celle d’habiter et de travailler sous le même toit que lui »100. Ou, à l’occasion de festivités devant impliquer l’École française de Rome :

  • 101 Ibid., le même au même, Rome, 20 décembre 1892.

Notre directeur est […] très agité par les fêtes simultanées du jubilé du pape et des noces d’argent du roi d’Italie. Vous le voyez d’ici tremblant de se compromettre et désolé de n’avoir rien fait. Ce dernier parti me semblerait pourtant le plus simple car je ne sais vraiment pas ce qu’on pourrait imaginer de nouveau et le coup du bouquin, outre qu’il paraîtrait bien mesquin, me semble un peu usé.101

68 Le regard porté par Soehnée sur son expérience romaine vaut aussi en raison d’une évocation rare – même Prou n’abordait pas le sujet dans ses lettres – des rapports entre les chartistes et les autres membres. Le chartiste isolé écrit à son ami :

  • 102 Ibid., le même au même, Rome, 4 mars 1892.

Parlez-moi de vous et de vos travaux actuels ; je regrette bien nos conversations d’autrefois qui vous ont, je le crains, fait perdre bien du temps, mais qui m’étaient très précieuses. Ici c’est, sur les questions qui nous intéressent, ou bien le silence, ou bien, la hardiesse téméraire du normalien, qui dominent. J’aurais tout à fait besoin d’un confrère occupé de travaux analogues aux miens.102

69Bien plus, Soehnée déplore en s’en amusant une supposée préférence accordée par la direction aux études antiques :

  • 103 Ibid., le même au même, Rome, 14 avril 1892.

J’ai appris que votre article des Mélanges De Rossi était imprimé ; je craignais qu’au milieu des hésitations de M. Geffroy (qui entre nous s’y est peut-être pris un peu tard) vous ne fussiez resté sur le carreau. Voilà encore une publication presque entièrement médiévale qui fait très honorable concurrence à certains travaux d’antiquité bien plus prisés par la direction. […] Que dites-vous donc de ces monceaux d’inscriptions dont on encombre les Mélanges ? Celui qui les a péniblement rassemblés et qui est d’ailleurs un excellent et très intelligent garçon, n’a pas été payé de sa peine.103

70 L’ensemble conséquent de lettres de Farnésiens reçues par Maurice Prou contribue à une meilleure connaissance de l’expérience romaine des jeunes savants issus de l’École des chartes. Il est même possible d’envisager à partir de ces documents et d’autres correspondances du même type restant à découvrir une étude de la spécificité du groupe chartiste au sein de l’École française de Rome.

Conclusion

  • 104 Un inventaire des lettres de membres de l’École française de Rome conservées à la Bibliothèque muni (...)

71 L’intérêt des fonds Prou pour l’histoire de l’École française de Rome excède ce que nous avons étudié dans ce cadre chronologique. En effet, ces archives sont de première importance pour l’étude de l’institution dans le premier tiers du XXe siècle, grâce aux très nombreuses lettres de membres chartistes. Par ailleurs, une approche prosopographique des Farnésiens peut s’enrichir du dépouillement des correspondances reçues par Maurice Prou tout au long de sa vie, même si le sujet de ces lettres est le plus souvent étranger aux affaires romaines104. Pour toutes ces raisons, les archives sénonaises, désormais accessibles, forment un ensemble qu’il conviendrait de continuer à exploiter. Et peut-être que d’autres fonds de savants quelque peu oubliés, comme semble l’être Prou, restent à dépouiller.

  • 105 Concernant Alain et Michel de Boüard, pourtant tous deux auteurs de thèses d’histoire de l’Italie, (...)

72 Le cas de Maurice Prou vaut principalement par la qualité et la quantité rares des informations qu’il est possible de recueillir sur son expérience de l’École française de Rome. Celle-ci, étudiée de manière complète, peut désormais être comparée à d’autre cas. Cette étude fonde également l’hypothèse selon laquelle, pour les chartistes tout au moins, le passage à Rome confère davantage un titre qu’un réseau : il apparaît que la force de la confraternité chartiste n’est nullement concurrencée par une éventuelle confraternité romaine. Et le séjour à Rome peut n’avoir eu qu’une incidence mineure en matière d’orientation des travaux ultérieurs. D’autres cas105 viendront sans doute confirmer ces observations.

Notes

1 Il s’agit d’un problème auquel nous avons été confronté pour notre thèse – soutenue le 12 décembre 2011 – sur Michel de Boüard (1909-1989), chartiste, historien et archéologue, Farnésien de 1930 à 1932. Ses archives ne contiennent que deux lettres adressées à sa famille sur son expérience romaine. Les archives de son père, Alain de Boüard (1882-1955), lui-même membre de l’École française de Rome de 1909 à 1913, ne comportent aucune lettre de ses années à Rome. Les archives de la famille sont conservées par Marie-Liliane de Boüard-Dorin, et seront prochainement déposées au Musée de Normandie à Caen.

2 Que Mme Michèle Degrave, conservateur en chef de la Bibliothèque municipale de Sens, trouve ici l’expression de nos vifs remerciements pour l’imposant travail préparatoire réalisé avant chacune de nos visites et pour sa remarquable disponibilité.

3 Le président actuel de la Société archéologique de Sens, M. Bernard Brousse, a contribué à faciliter nos recherches. Qu’il en soit vivement remercié.

4  Séance du 5 janvier 1932 dans Bulletin de la Société archéologique de Sens, 38, 1936, p. 39.

5 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Lettres sur l’Italie 1884-1885: correspondance de Maurice Prou, membre de l’École française de Rome, cahier manuscrit avec un plan de Rome, s.d., 96 pages, notes.

6 Ces lettres ont été transcrites et sont consultables à la Bibliothèque de l’École française de Rome.

7 Telle fut la raison de notre intérêt pour ces fonds Prou : disposant de peu de documents sur Alain de Boüard, élève de Maurice Prou, nous avons dans un premier temps travaillé sur les lettres envoyées par le disciple à son maître, avant d’élargir les recherches sur Prou lui-même.

8 O. Dumoulin, « Profession historien », 1919-1939, un « métier » en crise ?, thèse pour le doctorat de 3e cycle, dactyl., EHESS, 1983.

9 Voir A. Becker, Les chartistes dans la Grande Guerre, dans L’École nationale des chartes, histoire de l’École depuis 1821, dir. Y.-M. Bercé, O. Guyotjeannin et M. Smith, Thionville, 1997, p. 200-206.

10 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1922, Camille Jullian à Maurice Prou, Paris, 2 novembre 1922.

11 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux de M. Maurice Prou dans CRAI, 76, 1932, p. 404-417, à la p. 405.

12 Voir J.-P. Babelon, Un chartiste venu du monde rural : Ernest Babelon, dans L'École nationale des chartes, histoire..., p. 151-155.

13 C. Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones : de Grégoire de Tours à Georges Duby, Paris, 2004, XXIV-366 p.

14 L'École nationale des chartes, histoire...

15 Une des allusions à Prou est la reproduction d’une partie très misogyne d’un article de 1927 sur l’École des chartes (ibid., p. 166-167).

16 L. Febvre, Sur une forme d’histoire qui n’est pas la nôtre dans Annales ESC, 3, janvier-mars 1948, p. 21-24, à la p. 22.

17 Une bibliographie des travaux de Maurice Prou, réalisée par Jacques Meurgey de Tupigny et Georges Tessier, figure dans le volume Maurice Prou, membre de l’Institut, directeur de l’École des chartes, 1861-1930, Nogent-le-Rotrou, 1931, 93 p. (aux p. 37-92).

18 Voir R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire, Paris, 1969 et B. Merdrignac et A. Chédeville, Les sciences annexes en histoire du Moyen Âge, Rennes, 1998.

19 C. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris, 1961. La formation du directeur de la publication, archiviste paléographe, et l’objectif du volume – il s’agit d’une recension des savoirs utiles à la pratique historique, d’où une insistance sur les « sciences auxiliaires traditionnelles » – expliquent la place conférée à l’œuvre de Maurice Prou.

20 Selon l’expression idoine de G. Dupont-Ferrier,  Maurice Prou, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 91, 1930, p. 381-389, à la p. 386.

21 B. Joly, Les chartistes et la politique, dans L'École nationale des chartes, histoire..., p. 169-178, à la p. 175.

22 O. Dumoulin, Histoire et historiens de droite dans Histoire des droites en France, dir. J.-F. Sirinelli, 3 vol., Paris, 1992, t. 2, Cultures, p. 327-398, à la p. 361.

23 Voir l’étude du rôle de ces deux figures dans le riche article de B. Joly, L’École des chartes et l’Affaire Dreyfus, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, 1989, p  611-671.

24 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1898, Alcide Macé à Maurice Prou, Paris, 28 mai 1898.

25 Ibid., Auguste Audollent à Maurice Prou, Clermont-Ferrand, 14 novembre 1927.

26 L. Bergès, L’École des chartes, dans Les lieux de l’histoire, dir. C. Amalvi, Paris, 2005, p. 231-241, à la p. 241.

27 Deux épais volumes sont édités, le premier, histoire de l’École de ses origines à 1921, étant de Maurice Prou. École nationale des chartes, Livre du centenaire (1821-1921), 2 vol., Paris, 1921.

28 M. Prou, L’École des chartes, Société des Amis de l’École, 1927, 44 p. Tiré à part de la Revue des Deux-Mondes, 15 janvier 1927, p. 372-396.

29 Seules deux lettres de Marc Bloch adressées à son « cher maître » sont conservées. La première (16 octobre 1919) a pour objet la constitution des collections de la Bibliothèque de l’université de Strasbourg à laquelle Prou participe en donnant des livres. Au nom de l’Institut d’histoire du Moyen Âge, Marc Bloch se dit « heureux […] de nous sentir les obligés, et, si j’ose le dire respectueusement, les « filleuls » de l’École des chartes ». Le 5 avril 1924, Bloch envoie à Prou ses Rois thaumaturges, et « très novice en pareille matière » demande conseil pour concourir au prix Gobert. Il ajoute : « Il va de soi que ce à quoi je tiens le plus c’est, toute question de récompense mise à part, de savoir ce que vous penserez d’un travail qui m’a coûté beaucoup de temps et de peine. » On ne s’étonnera de ce ton et on ne verra là que des adresses polies que si l’on ne note pas que Marc Bloch a maintes fois exprimé son admiration pour l’œuvre de Maurice Prou, notamment dans les Annales.

30 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Maurice Prou à Louis Prou, Paris, 8 mars 1884.

31 Ibid.

32 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Éliane Deschamps à Maurice Prou, Auxerre, 26 janvier 1884.

33 Ibid., lettre de ? à Maurice Prou, Auxerre, 27 janvier 1884.

34 Maurice Prou dédie en 1888 son édition des registres du pape Honorius IV à sa mère et son mémoire sur Urbain V à son père, et non à un maître de l’École des chartes ou de l’École française de Rome.

35 Louis Prou a réalisé à partir de ses pérégrinations italiennes un imposant volume de dessins et de notes de voyage manuscrites, conservé à la Bibliothèque municipale de Sens.

36 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884, Ernest Langlois à Maurice Prou, Rome, 2 février 1884. Le bibliothécaire en question est Henry Stevenson.

37 Ibid., Ernest Babelon à Maurice Prou, Paris, 5 décembre 1884. Deuxième à la sortie des Chartes en 1878, Babelon n’avait pas pu rejoindre l’École française de Rome, mais avait séjourné en Italie en 1880. Voir J.-P. Babelon, Un chartiste venu du monde rural..., p. 154. R. Cagnat donne une autre version de la position du numismate : « Renoncer à la Bibliothèque était s’exposer à laisser prendre la place par un autre ; c’est ce que Babelon lui exposait quand il venait le relancer jusque dans sa chambre d’étudiant pour forcer sa décision » (R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux..., p. 408).

38 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 17 novembre 1884.

39 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

40 Ibid.

41 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 14 décembre 1884.

42 Le cardinal Jean-Baptiste Pitra (1812-1889) avait publié en mai 1885 un texte dans lequel il critiquait implicitement les orientations libérales de Léon XIII et fut l’objet d’une remontrance du pape dans une lettre adressée à Mgr Guibert le 17 juin 1885. Le 20 juin, Mgr Pitra dut s’incliner dans une lettre adressée au pape. Pour des extraits de ces lettres, voir Fernand Mourret, Histoire générale de l’Église, partie 2, Paris, 1933, p. 34-36.

43 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 24 juin 1885.

44 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 17 juin 1885.

45 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 13 mai 1885. Le républicain encore tiède qu’est alors Prou présente Ferry comme « un brave homme, pas poseur du tout ; au moins c’est une qualité ».

46 P. Ghione, Il salotto di Ersilia Caetani Lovatelli a Roma, dans Salotti e ruolo femminile in Italia tra fine Seicento e primo Novecento, dir. M. L. Betri, E. Brambilla, Venise, 2004, p. 487-508.

47 Voir A. Baruffa, Giovanni Battista de Rossi : l’archeologo esploratore delle catacombe, Cité du Vatican, 1994. Et la nécrologie par le collègue de Maurice Prou à Rome : A. Pératé, Jean-Baptiste de Rossi, dans Revue historique, 57, 1895, p. 370-375.

48 Sur cet aspect et généralement sur Rome à cette époque, voir C. Brice, Histoire de Rome et des Romains, de Napoléon Ier à nos jours, Paris, 2007.

49 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 3 décembre 1884.

50 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 14 décembre 1884.

51 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 avril 1885. Voir Stefan Rebenich, Theodor Mommsen, eine Biographie, Munich, 2002, et Accademia nazionale dei lincei, Theodor Mommsen e l’Italia, Rome, 2004 (Atti dei convegni lincei, 207).

52 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 avril 1885.

53 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 27 avril 1885.

54 Ibid.

55 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

56 Ibid.

57 Maurice Prou. Notice de M. C. Brunel, directeur de l'École des chartes, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 91, 1930, p. 387-389, à la p. 388.

58 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 30 décembre 1884.

59 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 24 juin 1885. « Cessi » peut se traduire par « latrines ».

60 « Défiant de la nature humaine, cet homme de réactions vives et de rigoureuse discipline éducative donnait parfois le sentiment d’avoir infligé à son esprit, comme un cilice, la méthode la plus sévère ». Maurice Prou. Notice de M. C. Brunel..., p. 388.

61 Léon Clédat, Élie Berger, Joseph Delaville Le Roulx, Antoine Thomas et Ernest Langlois ont rédigé une thèse de doctorat généralement à partir du sujet de leur mémoire romain (Élie Berger fait exception), au contraire de François Delaborde, Paul Durrieu, Maurice Faucon, Charles Grandjean et Georges Digard.

62 Voir B. Barbiche, Les chartistes à l’École française de Rome, dans École nationale des chartes. Histoire..., p. 276-284.

63 Voir O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège : histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (Coll. EFR, 318) ; B. Galland, La publication des registres de lettres pontificales par l’École française de Rome, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 154, 1996, p. 625-634 ; R. Fawtier, Un grand achèvement de l’École française de Rome. La publication des registres des papes du XIIIe siècle dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 72, 1960, p. 1-13.

64 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux..., p. 409.

65 Ibid.

66 Selon l’expression de Robert Fawtier qui est le seul des auteurs cités qui accorde une place importante à cette affaire. R. Fawtier, Un grand achèvement..., p. 6-8.

67 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à à Louis Prou, Rome, 17 novembre 1884.

68 Ibid.

69 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 9 décembre 1884.

70 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 23 novembre 1884. La lettre à laquelle il est fait allusion date du 17 novembre 1884 (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1884). Edmond Le Blant y écrit : « Voici un mot pour M. Lefebvre de Béhaine qui s’emploiera certainement pour vous. S’il n’est pas à Rome, et je le crains, je vous engage à ne pas vous adresser à son chargé d’affaires qui nécessairement n’a pas le même crédit que l’ambassadeur et ne doit pas avoir comme lui ses entrées libres auprès du pape. Voyez d’ailleurs dans votre sagesse ce que vous croirez le mieux à faire et si vous pensez pouvoir attendre. »

71 Voir la lettre d’Auguste Geffroy à Edmond Le Blant, datée du 24 novembre 1884, mais non expédiée ; il explique à son successeur pourquoi il ne fut pas possible d’obtenir une convention écrite avec le Vatican (cité par R. Fawtier, Un grand achèvement..., , p. 7-8).

72 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 23 novembre 1884.

73 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 3 décembre 1884.

74 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 25 décembre 1884. Il s’agit de Pierre-Charles Robert (1812-1887), numismate et membre de l’Institut depuis 1871.

75 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

76 Maurice Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V, Paris, 1888, p. 81.

77 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 9 décembre 1884.

78 Maurice Prou, Un formulario dei duchi di Milano del XV secolo dans Archivio storico Lombardo, 12, 1885, p. 595-621.

79 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 24 décembre 1885. Le 1er janvier 1886, le directeur rend hommage à la productivité de Prou : « Mes Mélanges m’inquiètent un peu, car je n’ai pas encore remplacé M. Prou qui m’avait donné un article dès le mois de décembre. C’est ce que je dis aux nouveaux avec l’espoir de les voir vous imiter. » (ibid., Année 1886, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 1er janvier 1886.)

80 M. Prou, Statuts d’un chapitre général bénédictin tenu à Angers en 1220, 4, 1884, p. 345-426 ; Additions et corrections au Gallia Christiana tirées des registres d’Honorius IV, 5, 1885, p. 251-275. Le troisième article est : Inventaire des meubles du cardinal Geoffroi d’Alatri (1287), 5, 1885, p. 382-411

81 Archives nationales, F17 4130, rapports d’Edmond Le Blant sur les travaux de l’École française de Rome, 21 décembre 1884, 8 mars 1885 et 25 avril 1885.

82 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 20 décembre 1884.

83 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 20 mai 1885.

84 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 5 juin 1885.

85 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 24 juin 1885.

86 Le 10 mars 1886, Edmond Le Blant écrivait à Prou : « J’ai reçu hier votre mémoire et je suis charmé de le lire. Ce n’est qu’en 87 que nous pourrons l’imprimer car nos fonds de 86 sont épuisés. » (Fonds Prou, Année 1886).

87 Les 98 pièces justificatives constituent plus de la moitié du nombre total de pages de l’édition de 1888.

88 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 4 mai 1887.

89 Deux articles paraissent dans les Mélanges d’archéologie et d’histoire : une courte notice de numismatique Monnaie de Polémon, roi du Pont, 6, 1886, p. 284-286 ; et une étude de diplomatique, Notice et extraits du manuscrit 863 du fonds de la reine Christine au Vatican, 8, 1888, p. 19-45. Prou contribue au volume collectif : Le monogramme du Christ et la croix sur les monnaies mérovingiennes dans Mélanges G. B. De Rossi : recueil de travaux publiés par l'École française de Rome en l'honneur de M. le commandeur Giovanni Battista De Rossi, Paris-Rome, 1892, p. 207-220.

90 R. Cagnat, Notice sur la vie et les travaux..., p. 409.

91 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Maurice Prou à Louis Prou, Paris, 2 août 1887.

92 Wolfgang Helbig (1839-1915) est un historien de l’art allemand, membre en 1862 du Deutsches Archäologisches Institut à Rome, puis secrétaire adjoint de cet Institut de 1865 à 1887. Prou l’avait connu lors de son séjour à l’École française de Rome.

93 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1910, discours de Maurice Prou à l’occasion de son élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, manuscrit s.d. [1910].

94 Avant l’élection de Maurice Prou et de Charles Diehl en 1910, seuls neuf anciens Farnésiens (Louis Duchesne, Maxime Collignon, Eugène Müntz, Théophile Homolle, Élie Berger, Émile Châtelain, Paul Durrieu, Antoine Thomas et Camille Jullian) siègent à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

95 Voir Mgr Duchesne et son temps, Rome, 1975 (Coll. EFR, 23) et B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Rome, 1992 (Coll. EFR, 167).

96 Voir le témoignage de G. Mâle, La vie à l’École et à Rome au temps d’Émile Mâle, dans Émile Mâle (1862-1954). La construction de l’œuvre : Rome et l’Italie, Rome, 2005 (Coll. EFR, 345), p. 77-86, et l’étude de M. Kuntz, L’activité directoriale d’Émile Mâle à travers ses écrits et ses archives, ibid., p. 87-105.

97 C. Petit-Dutaillis, Frédéric Soehnée, dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 103, 1942, p. 365-369.

98 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1892, Frédéric Soehnée à Maurice Prou, Rome, 12 janvier 1892.

99 Ibid.

100 Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1892, Frédéric Soehnée à Maurice Prou, Rome, 3 juin 1892.

101 Ibid., le même au même, Rome, 20 décembre 1892.

102 Ibid., le même au même, Rome, 4 mars 1892.

103 Ibid., le même au même, Rome, 14 avril 1892.

104 Un inventaire des lettres de membres de l’École française de Rome conservées à la Bibliothèque municipale de Sens a été dressé par l’auteur de cet article, avec l’aide de Michèle Degrave et de son équipe (Hélène Guédu, Myriam Loufouah et Emmanuelle Coquelet) et est disponible à la bibliothèque de l’École française de Rome.

105 Concernant Alain et Michel de Boüard, pourtant tous deux auteurs de thèses d’histoire de l’Italie, il apparaît très nettement que si la confraternité chartiste est structurante pour comprendre leur parcours, le passage par l’École française de Rome n’a eu en revanche qu’un effet limité.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote).
Légende À noter la présence des membres de l’École française de Rome – Ernest Langlois (2), Paul Fabre (3), Charles Lécrivain (4), Maurice Prou (5) et André Pératé (6) – de son directeur Edmond Le Blant (13), accompagné de son épouse Marguerite (15) ; de savants italiens, le prince Baldassare Odescalchi (7) et l’archéologue Maraini (12) ; du commandant Eugène Louis, attaché militaire à l’ambassade (8) et de son épouse (9); et des savants allemands Zangmeister (10) et Theodor Mommsen (11).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

Auteur

Professeur agrégé au lycée Charles-de-Gaulle de Caen - hamelinbertrand@yahoo.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540