Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Deuxième partie. L’« Incastellamento »

Chapitre 8. Le premier « incastellamento »

La naissance du village (milieu du xie siècle – milieu du xiie siècle)

Texte intégral

  • 1 Voir le chapitre précédent au paragraphe II/A/3/a.
  • 2 Sur la généalogie des comtes des Marses, cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77 où (...)

1Un nouvel élément vint modifier l’organisation foncière de la moyenne vallée du Turano pendant les décennies centrales du xie siècle. Depuis la seconde moitié du siècle précédent, les comtes des Marses, on l’a vu, étaient solidement implantés dans la région de Carsoli qui formait un des centres de leur pouvoir et où un fils de Bérard Ier (947-972), Rainaldo II (972-1000), fonda en particulier le monastère familial de Santa Maria in Cellis1. C’est aux deux générations suivantes, avec Bérard II (993-vers 1045)2 et ses héritiers, que les comtes des Marses étendirent leur domination dans la moyenne vallée du Turano où leur présence est documentée à partir des années 1030. Soulignons d’emblée les limites de nos sources à cet égard. Aucun acte, en effet, ne se rapporte jamais directement à l’implantation dans la région du comte Bérard II et de ses fils avant le démembrement des possessions familiales au cours des années 1060 et 1070 : les cartulaires de Farfa ne livrent aucun contrat qui permettrait de suivre les étapes et les caractères de la constitution du patrimoine foncier des comtes des Marses dans la vallée du Turano. On ignore par conséquent la nature précise et l’étendue de leurs biens-fonds dans la vallée tout autant que les modalités de leur acquisition et le rythme de leur recomposition. C’est uniquement dans les listes de tenants et d’aboutissants que Bérard II apparaît peu à peu parmi les acteurs fonciers dans la région qui nous intéresse. L’étendue et l’organisation du patrimoine constitué par Bérard II dans la moyenne vallée du Turano ne sortent de l’ombre qu’au moment où ses héritiers s’en défirent au profit de l’abbaye de Farfa en 1074-1075. C’est dire combien nous sommes mal armés pour analyser les caractères de l’implantation des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano qui, pour éphémère qu’elle ait été, n’en fut pas moins un épisode dont l’importance paraît à bien des égards déterminante pour l’assiette territoriale et l’organisation du peuplement. C’est en effet à cette époque que se manifestent les premiers regroupements de la population paysanne autour des petits châteaux qui vivotaient depuis le début du siècle. Aussi convient-il d’examiner pour commencer le rôle des comtes des Marses dans ce processus dont la portée générale est bien connue.

I – LES COMTES DES MARSES DANS LA MOYENNE VALLÉE DU TURANO (VERS 1030-1075)

A) Les étapes de l’implantation comtale dans la vallée

1) Les possessions sur la rive droite du Turano

  • 3 RF IV, n° 685 et LL II, n° 2046 (1033) : donation et rétrocession de biens in loco qui dicitur Ophi (...)
  • 4 Un fils du comte des Marses Bérard Ier (947-972) s’appelait Bernard (voir par exemple RF III, n° 38 (...)

2Les premières attestations de la présence du lignage comtal des Marses dans la moyenne vallée du Turano remontent peut-être aux années 1030 quand un Bernardus, que d’autres actes copiés par Gregorio da Catino appellent Berardus, et ses consortes tenaient des terres au lieu-dit Offiano. Des biens-fonds de ce Bernard ou Bérard sont alors documentés en particulier sur la rive droite du Turano aux alentours de l’église Santa Croce qui s’élevait non loin du fosso di Riancoli3. Les graphies différentes et l’absence de titre interdisent d’identifier avec certitude le personnage4. La localisation des biens qu’il tenait avec ses consortes à l’intérieur du lieu-dit Offiano et à l’emplacement même où Bérard II posséda des terres dès avant la fin des années 1030 invite peut-être à anticiper de quelques années l’implantation des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano.

a) Du castellum cum turribus au castellum quod dicitur Montalianum : le centre des possessions comtales dans la vallée

  • 5 LL II, n° 2042 : Iohannes filius Faidonis dedit libras XII pro rebus in Ophiano, a I° latere pertin (...)
  • 6 RF III, n° 572 (1017-1020) : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Ophianus i (...)

3Dans tous les cas, l’implantation de la famille est attestée clairement en 1037 quand elle apparaît déjà solide : en janvier de cette année-là en effet, Berardus comes tenait de Farfa un castellum cum turribus in Ophiano dont on a vu qu’il ne pouvait s’agir que du noyau fortifié primitif du castellum de Montagliano5. Le château était entré dans le patrimoine de Farfa vingt ans auparavant : en 1017-1020, magnificus vir Lidinus filius Maifredi avait donné en effet à l’abbaye sa part des biens familiaux situés au lieu-dit Offiano qui comprenaient en particulier ce château que l’abbaye avait ensuite concédé au comte Bérard, sans doute en fief, sans que l’acte correspondant ait été conservé6.

  • 7 RF III, n° 570 : donation des biens-fonds situés dans plusieurs lieux-dits de la pertinentia de Oph (...)
  • 8 Voir le tableau généalogique dressé par A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75 et ici p. (...)
  • 9 Sur les transformations de Montagliano, voir plus loin dans ce chapitre le paragraphe I/B/1.

4Un acte de 1038 explicite enfin la filiation de ce comte Bérard permettant de l’identifier à coup sûr au comte Bérard II des Marses : la pertinentia du comte Bérard, fils de Rainaldo, est en effet mentionnée parmi les confronts des biens sis dans la pertinentia d’Offiano que Transaricus, fils de Maifredus, donna à l’abbaye cette annéelà7. Le père de Bérard II, Rainaldo II (972-1000), était en effet le fils du premier comte des Marses Bérard Ier (947-972)8. Citée entre la pertinentia de Vivaro et les propriétés des filii Arimanni, la pertinentia de Bérard II était alors localisée principalement sur la rive droite du Turano où elle s’étendit dans les années suivantes à l’entour du château qui portera bientôt le nom de Montagliano : transformé en village fortifié par Bérard II ou par ses fils Oderisio II et Rainaldo III, Montagliano devint en effet le centre des possessions de la famille dans cette région de la vallée9.

b) Le château de Castiglione et le monastère San Giovanni in Monte

  • 10 Voir par exemple RF IV, n° 993 (1038-1044 ?) où la terra Berardi comitis jouxte des terres situées (...)
  • 11 RF IV, n° 772 : cession à Farfa de la valle in pede montis Sancti Iohannis inter affines a capite v (...)
  • 12 RF IV, n° 696 et LL II, n° 2045 (1035) ; RF III, n° 598 et LL II, n° 2075 (1043).
  • 13 Sur San Giovanni in Monte et le renvoi aux documents des ixe-xie siècles, voir le chapitre 7 au par (...)

5L’extension des biens de Bérard II sur la rive droite du Turano se poursuivit dans les années suivantes, sans qu’il soit toujours possible de les localiser avec précision10. En 1042-1043, des possessions de Bérard sont toutefois documentées parmi les confins de la vallée située au pied du mont San Giovanni et limitée par deux voies publiques11. Le propriétaire de cette petite vallée, qui la donnait alors à Farfa, possédait également des terres autour de la colline au sommet de laquelle avait été édifié le château de Castiglione12. La localisation de ces biens donnés alors à Farfa permet de penser que Bérard II avait étendu sa domination sur le mont San Giovanni ainsi que sur le château de Castiglione, situé en contrebas, dès la fin des années 1030. On ne peut exclure totalement que le monastère San Giovanni, qui n’est attesté qu’à partir de 1074-1075, ait été fondé à côté de l’église connue depuis la fin du ixe siècle par le comte Bérard II, à l’instar du monastère fondé par le comte Rainaldo II près de l’église Santa Maria in Cellis plus ancienne13.

c) La villa du mont Cervia

  • 14 LL II, n°1233 : in territorio Ophiano vocabulo villa de Cervia quam tenuit suprascriptus Farolfus i (...)
  • 15 Pour l’apparition du fief dès avant l’an mil, voir le chapitre 7, paragraphe II/A/3/a. Sur les cara (...)

6Les possessions de la famille englobèrent également les versants du mont Cervia. Déjà implantés autour de l’église Santa Croce dans les années 1030, les comtes des Marses possédaient également dans les années suivantes une villa située sur le flanc occidental du mont Cervia, dont le territoire était limité par le fosso di Riancoli, le Turano, Paganico et le sommet de la montagne. Le fils de Bérard II, Oderisio II, donna en fief la villa à un certain Farolfus fils de Massarus, qui obtint avec son frère que l’abbé Bérard Ier de Farfa (1047-1089) la lui concédât à nouveau après la vente par les comtes des Marses de leurs biens dans la vallée en 1074-107514. Le document, qui livre en particulier le deuxième témoignage sur l’existence du fief dans la vallée du Turano, confirme le rôle joué par la famille comtale dans la diffusion des institutions féodales dans la région15.

2) Les possessions sur la rive gauche du Turano

  • 16 RF IV, n° 994 : donation à Farfa de biens in loco qui nominatur Puzalia maior, de uno latere terram (...)

7A la fin des années 1030 et au début des années 1040, Bérard II étendit également ses possessions sur la rive gauche du Turano dans le but vraisemblable d’exercer un contrôle plus étroit sur la voie de communication que forme la vallée entre Rieti et Carsoli. Dans les années 1038-1045, une terra Berardi comitis voisine en effet avec des biens sis au lieu-dit Puzalia maior, autrement dit sur le versant méridional du mont Faito16. Les biens-fonds des comtes des Marses comprenaient également d’autres terres situées sur cette rive du Turano.

a) La pertinentia de Malamorte

  • 17 RF V, n°1016 : a IIII° latere rivum qui venit a Cane mortuo et quomodo veniunt in rivum sancti Mart (...)
  • 18 Sur l’église et le château, voir le chapitre 7 aux paragraphes I/C/3/c et e ; pour la pertinentia, (...)

8L’inclusion de la pertinentia de Malamorte, qui s’étendait sur la moitié septentrionale du mont Croce, dans les biens acquis par Bérard II et ses fils Oderisio II et Rainaldo III transparaît de l’énumération des confronts des propriétés familiales vendues à Farfa en 1074-1075. Le territoire centré sur Montagliano, qui passa à nouveau dans les mains de l’abbaye à cette date, était en effet limité à l’ouest par la rivière qui provenait de Canemortuo (aujourd’hui Orvinio) et se jetait dans le rio di Petescia et par des terres qui appartenaient à l’abbaye et aux filii Sinibaldi17. Ayant pris possession de la pertinentia de Malamorte, les comtes des Marses avaient ainsi étendu leur domination sur l’église Sant’Agnese et sur le château édifié à son voisinage par les fils d’Odelricus vers l’an mil18.

b) Le castellum d’Offiano

  • 19 Sur la transformation de Montagliano, voir le chapitre 2 (paragraphe II) et dans ce chapitre le par (...)
  • 20 RF V, n° 1016 cité à la note 17.

9L’abbaye de Farfa concéda-t-elle le castellum de Ophiano à Bérard II comme elle lui avait cédé le castellum de Montagliano qu’il transforma en village fortifié19 ? Peu avant le milieu du xie siècle, on l’a vu, Bérard possédait une terre au lieu-dit Pozzaglia et par conséquent située sur la rive gauche du Turano comme Offiano. En 1074-1075, le territoire du castellum quod dicitur Montalianum vendu par les descendants du comte Bérard II à l’abbaye de Farfa s’étendait également sur la rive gauche du Turano, englobant en partie le versant oriental du mont Faito et bonne part du mont Croce20 (carte 9, p. 260). On ne peut donc exclure totalement que le castellum de Ophiano ait été intégré alors dans les possessions des comtes des Marses situées dans la région qui, outre Montagliano, comptaient alors au moins deux autres castella, celui de Castiglione et celui qu’édifièrent les fils d’Odelricus à Malamorte, sans en faire état expressément dans les documents dont nous disposons.

  • 21 RF IV, n°809 = CF II, p.122.
  • 22 RF III, n° 570 et 572. Voir aussi le chapitre précédent aux paragraphes I/ C/3/e et II/C.

10D’autres indices tendraient à le confirmer. Offiano est en effet cité avec Montagliano dans la liste des castella acquis par l’abbaye de Farfa au temps de l’abbé Bérard Ier (1047-1089)21. Or, comme le château de Montagliano qui ne portait pas encore de nom, le castellum d’Offiano avait été donné à Farfa par les fils de Maifredus lors des deux grandes donations de 1017-1020 et de 1038 et par conséquent antérieures à l’abbatiat de Bérard Ier22. Pour être mentionné dans la liste des châteaux acquis après le milieu du siècle par l’abbé de Farfa, il faut en conclure qu’Offiano était sorti un temps du patrimoine abbatial, avant d’être restitué à l’abbaye. Tel fut notamment le cas de Montagliano, que le comte Bérard II tenait en 1037 et que ses héritiers cédèrent à l’abbaye en 1074-1075.

  • 23 RF V, p. 318-319 = CF II, p. 305-306 : cui etiam castella et possessiones huius monasterii et quotq (...)
  • 24 Sur le patrimoine de Farfa dans la vallée du Turano à la fin du xie siècle, voir dans ce chapitre l (...)

11Un autre indice lie le sort d’Offiano à celui de Montagliano. En effet, les deux châteaux sont cités, en même temps que Capo Farfa, Cerdomare, Scandriglia et Repasto, parmi les castella sive terrae comitales que soumit l’abbé Bérard IV en 1121 pendant les années troublées qui suivirent la mort de l’abbé Bérard III en 111923. Sans doute faut-il en conclure qu’Offiano provenait, comme les cinq autres châteaux, des biens que les deux familles comtales cousines de Rieti et des Marses avaient donnés ou restitués à l’abbaye avant la fin du xie siècle et dont Gregorio da Catino a transmis à son habitude les actes de donation, d’échange ou de vente24. Plusieurs indices s’accordent par conséquent pour inclure également le château d’Offiano parmi les biens acquis par les comtes des Marses entre 1038 et 1075.

c) Le castellum de Aqua Meza

  • 25 RF IV, n° 984. Sur le comte de Rieti Teudino et ses fils Bérard et Erbeo, voir H. Müller, Topograph (...)
  • 26 RF II, n° 291 (854) et RF III, n° 302 (872). Sur le gualdus de Pozzaglia, voir le chapitre 6, au pa (...)
  • 27 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/3.
  • 28 Le castellum d’Acqua Mezza n’apparaît pas dans la liste des castella acquis par l’abbé Bérard Ier ( (...)
  • 29 RF IV, n°984 : castellum de Aqua Meza cum sua pertinentia. Sur Acqua Mezza, voir également dans ce (...)

12Les comtes des Marses s’implantèrent également sur les pentes septentrionales du mont Faito. En 1068-1069, le fils de Bérard II, Oderisio II, et ses parents Bérard et Erbeo, fils du comte de Rieti Teudino, donnèrent à l’abbaye de Farfa le castellum de Repasto, édifié au bord du Velino en aval de Rieti, en échange du castellum d’Acqua Mezza, situé sur le versant septentrional du mont Faito à deux kilomètres à vol d’oiseau environ au sud de Colle di Tora25. La documentation à notre disposition ne permet pas de retracer les étapes de l’« incastellamento » d’Acqua Mezza. Le toponyme est attesté au ixe siècle quand y résidaient des colons du gualdus exercitalis de Pozzaglia et servit de repère à la définition des confins du diocèse de Sabine en 944 sans que cela suffise à y reconnaître l’existence d’un castellum dès cette date26. Sa localisation sur le mont Faito permet de le situer à l’intérieur des propriétés d’une des consorterie attestées à partir du début du xie siècle, les filii Guidonis, les filii Totonis ou encore les filii Ioseph27. Aussi est-ce sans doute à l’une d’elles qu’il convient d’attribuer la fondation du castellum acquis d’une manière ou d’une autre par l’abbaye de Farfa avant le milieu du xie siècle28. Dans tous les cas, le site paraît solidement constitué dans la seconde moitié du siècle puisque le castellum donné par Farfa aux comtes des Marses et de Rieti à la fin des années 1060 le fut avec le territoire qu’il commandait29.

***

  • 30 La première mention du castellum quod dicitur Montalianum situé in loco qui vocatur Ophianus n’est (...)
  • 31 RF V, n°1016 : ipsum castellum quod vocatur Montalianum et medietatem monasterii quod est in honore (...)

13Montagliano apparaît ainsi comme le site principal que possédaient les comtes des Marses dans la vallée. Du castellum cum turribus anonyme situé dans le lieu-dit Offiano et tenu par Bérard II en 1037, ils firent un village fortifié décrit quarante ans plus tard cum turris [sic], muris, casis, casaliciis et locis molendinis. Désigné enfin du nom de Montagliano, dont l’origine remonte au casale Talianus du haut Moyen Âge30, le village dominait désormais le territoire à l’entour dont Bérard II et ses fils avaient pris possession peu à peu et qu’ils avaient remembré autour de l’habitat fortifié. La nouvelle organisation de l’espace dans cette région de la vallée apparaît nettement en 1074-1075, on y reviendra, quand les héritiers de Bérard II cédèrent à l’abbaye de Farfa le castellum quod dicitur Montalianum situé au centre d’un territoire compris entre les monts de l’interfluve Salto-Turano, Paganico et le mont Croce (1081 m), traversant ainsi la vallée du Turano d’est en ouest31 (carte 9, p. 260).

B) Les caractères de l’implantation comtale sur le terrain

14Les vestiges archéologiques contemporains de l’implantation des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano pendant les décennies centrales du xie siècle sont peu nombreux, au vu des résultats obtenus à ce jour par l’enquête réalisée dans la région. Pour autant ils n’en apportent pas moins quelques éléments nouveaux sur les étapes de l’« incastellamento » du site principal de la vallée.

1) La fondation du village fortifié de Montagliano

  • 32 Voir le chapitre 2.
  • 33 Les dimensions de Montagliano seraient ainsi parfaitement comparables à celles des castra des Canos (...)
  • 34 Rappelons que le sondage fouillé sur la butte sommitale n’a mis au jour que des éléments annexes du (...)

15L’enquête archéologique n’a pas fourni d’informations nombreuses, on l’a vu, sur la structure et la morphologie du noyau fortifié originel de Montagliano32. Seule la fouille intégrale du sommet de la colline permettrait en effet d’obtenir des résultats dans cette direction. Quoi qu’il en soit, la fouille a mis en évidence les changements survenus dans l’organisation du site à partir du milieu du xie siècle. Une construction en bois édifiée au point le plus élevé de la colline fut alors démontée, les trous de poteau comblés tandis qu’une série de sols de terre battue atteste l’occupation successive que l’exiguïté du sondage fouillé au sommet de la colline n’a pas permis de mettre en relation avec une structure maçonnée contemporaine. Sur le replat situé au pied et à l’ouest de la butte sommitale, où aucun vestige certain d’une occupation antérieure n’a été mis au jour, la fouille et l’étude de la céramique ont montré que le mur d’enceinte avait été construit à une date comprise entre le milieu du xie siècle et celui du xiie siècle. Les actes de la cession de Montagliano à Farfa suggèrent de préciser cette datation en fixant le terminus post quem non de l’édification de l’enceinte du village aux deux documents de 1074 et 1075 qui la mentionnent clairement. On ignore toutefois quelle était alors la superficie totale entourée par le mur d’enceinte dans la mesure où celui-ci a été démoli là où la construction du second rempart vers le milieu du xiie siècle avait rendu sa présence désormais inutile. Quelques indices permettent cependant de restituer le tracé approximatif de la première enceinte et d’estimer ainsi à 4 000 ou 5 000 m2 la surface du village fortifié de la deuxième moitié du xie siècle33. A l’intérieur du premier rempart et en contre-bas de la butte sommitale où avait été érigé le castellum dès la fin du xe siècle ou le début du siècle suivant, la mise en place d’un puissant remblai d’argile servant à combler les anfractuosités de la roche et l’arasement de ses aspérités ont précédé l’édification de plusieurs maisons en bois qui définissent l’occupation du milieu et de la seconde moitié du xie siècle. Si on accepte les datations que suggèrent autant la céramique trouvée dans les niveaux contemporains et dans le comblement des trous de poteau mis au jour durant la fouille que les techniques de construction des murs primitifs, les maçonneries en pierres jointoyées au mortier de chaux les plus anciennes ne seraient pas antérieures à la fin du xie siècle ou au xiie siècle, à l’exception toutefois du mur d’enceinte et du noyau fortifié originel34.

Carte 9 – Le territoire de Montagliano en 1074-1075.

  • 35 RF V, n° 1015-1016 (1074-1075). Sur les lotissements de l’espace villageois et les modalités de la (...)
  • 36 Aucune église n’est mentionnée dans les actes de cession de Montagliano à Farfa en 1074-1075. Monta (...)
  • 37 En 1074-1075, en même temps que Montagliano et son territoire, la moitié du monastère est cédée à F (...)

16La documentation écrite et les résultats archéologiques s’enrichissent par conséquent mutuellement pour établir au moins dans leurs grandes lignes les modalités de l’« incastellamento » de Montagliano. Si l’édification du noyau fortifié originel doit être mise au compte de la famille des filii Maifredi et n’est sans doute pas antérieure à la fin du xe siècle ou au début du xie siècle, c’est à la dynastie comtale des Marses qu’il convient d’attribuer la fondation, entre les années 1030 et les années 1070, du village fortifié de Montagliano, bâti au pied du château de l’an mil. Le castellum quod dicitur Montalianum cédé à Farfa en 1074-1075 était désormais un village dominé par un édifice qualifié de turris et protégé par une enceinte ; des maisons étaient déjà construites, pour la plupart en bois, tandis que des parcelles à bâtir, désignées par le terme casalicium, avaient été aménagées en prévision de l’édification ultérieure de nouvelles habitations35. On ignore tout en revanche au plan documentaire et archéologique de la présence éventuelle d’une église dans le village ou à son voisinage dès le xie siècle36. Le monastère San Giovanni devait alors assurer l’encadrement paroissial des nouveaux villageois37. La poursuite éventuelle de l’opération archéologique par la fouille extensive du sommet du site apporterait sans aucun doute sur les premières phases de l’« incastellamento » de Montagliano des informations plus abondantes et articulées que les résultats obtenus à partir de quelques sondages. Pour autant le rôle des comtes des Marses dans la construction du village fortifié de Montagliano dont le petit château des filii Maifredi avait constitué le noyau primitif paraît établi de manière solide.

2) Offiano, le château de Malamorte et Castiglione : l’absence de modification structurelle

  • 38 Voir le chapitre 3. Sur le déclin d’Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1/b ; sur sa (...)
  • 39 Voir le chapitre 4.
  • 40 Voir le chapitre 5.

17Les informations sont moins nombreuses encore pour les trois autres sites de notre enquête. Entrés dans la dépendance de Montagliano, ils ne paraissent pas avoir fait l’objet de transformations majeures à cette époque. Sur le terrain, on l’a vu, on n’a pu mettre au jour aucun élément appartenant au castellum de Ophiano documenté au xie siècle dont la localisation précise reste encore inconnue, à moins que le déclin du site avant sa reconstruction vers le milieu du xiie siècle n’ait provoqué la disparition totale des vestiges les plus anciens38. Dans le château des fils d’Odelricus situé au lieu-dit Malamorte, l’occupation des comtes des Marses ne paraît pas avoir laissé de trace particulière39. A Castiglione en revanche, l’agrandissement du château du début du xie siècle et la construction de l’aile occidentale à l’étage de laquelle fut aménagée une chapelle peinte à fresque doivent sans doute être attribués aux comtes des Marses qui auraient transformé la petite fortification en résidence au moins temporaire40. L’achèvement de la fouille du château et la poursuite de l’étude du mobilier archéologique permettront de préciser la datation des phases successives du développement du site et d’en identifier ainsi les auteurs.

  • 41 A Malamorte-Sant’Agnese, la concentration de la population paysanne auparavant dispersée dans des c (...)
  • 42 Voir sur ce point les analyses de L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 249-262 ; Id., L’organisat (...)
  • 43 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/B/3.

18La formation d’un nouvel ensemble territorial autour de Montagliano n’a donc pas entraîné une redistribution générale de la population paysanne à l’intérieur d’un seul ou de plusieurs villages. Aucun regroupement de la population paysanne n’est alors documenté par les sources écrites ni par l’enquête de terrain autour des châteaux de Malamorte, d’Offiano ou de Castiglione alors qu’un habitat groupé mais ouvert est alors attesté, on l’a vu, dans la villa du mont Cervia41. Le territoire constitué à l’entour de Montagliano engloba ainsi au moins trois châteaux, isolés et relégués dès lors dans une position secondaire, et une villa qui gravitèrent désormais dans l’orbite du village central et fortifié, fondé par les comtes des Marses autour d’un castellum préexistant42. A côté des deux centres de peuplement que formaient Montagliano, le principal, et la villa du Cervia, certainement mineure, un habitat intercalaire et dispersé dans des casali perdura pour le moins jusqu’au milieu du xiie siècle43. C’est sans doute qu’en élargissant leurs possessions dans la moyenne vallée du Turano, Bérard II et ses fils poursuivaient un autre dessein que celui de rassembler la totalité de la population rurale à l’intérieur d’un seul ou de plusieurs villages fortifiés.

C) Le projet territorial des comtes des Marses et son échec

  • 44 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 48-63 et Id., Strategie politiche, centri di pote (...)

19A la lumière des données documentaires et des quelques résultats archéologiques à notre disposition, il convient désormais d’interpréter les caractères de l’implantation comtale dans la vallée et de les intégrer, autant que faire se peut, au cadre plus général des stratégies familiales et politiques des comtes des Marses dans les décennies centrales du xie siècle44.

20Pour lacunaire que soit la documentation écrite, elle n’en laisse pas moins transparaître l’implantation progressive et continue de la famille comtale des Marses dans la moyenne vallée du Turano. Dans la dernière décennie de sa vie, Bérard II poursuivait sans aucun doute un dessein précis en s’appropriant, selon des modalités dont les détails nous échappent, les quatre petits châteaux et les terres à l’entour situés aux confins du comté de Rieti et du comté des Marses. Le choix de la région et des quatre sites fortifiés qui y avaient été édifiés n’est certainement pas indifférent. La vallée du Turano, largement ouverte en amont sur la plaine de Carsoli, où étaient solidement implantés les comtes des Marses depuis la seconde moitié du xe siècle, se resserre progressivement à partir de Vivaro et de Poggio Cinolfo, qui n’avaient pas encore été fondés vers le milieu du xie siècle. Depuis Carsioli et le castellum Sancti Angeli, les premiers sites fortifiés étaient alors les châteaux voisins de Montagliano et de Castiglione, sur la rive droite du Turano, et celui d’Offiano, sur la rive gauche, qui avaient été édifiés là où la vallée devient plus étroite. La mainmise de Bérard sur les trois sites, renforcée par celle, de quelques années postérieure, de son fils Oderisio sur la villa du mont Cervia, sur la rive droite, et sur le château d’Acqua Mezza, sur la rive gauche, avait pour dessein vraisemblable de contrôler fermement l’axe de communication que forme la vallée entre Carsoli et Rieti. La prise de possession du château des fils d’Odelricus à Malamorte, situé sur le versant occidental du mont Croce et tourné vers la plaine de Pozzaglia, renforçait encore ce dispositif.

  • 45 RF V, n° 1015-1016.

21Les terres et les châteaux acquis en plusieurs étapes pendant les décennies centrales du xie siècle furent ensuite rassemblés en un bloc homogène constitué autour d’un point central. Le petit castellum qui allait porter le nom de Montagliano fut alors l’objet de transformations importantes aboutissant à l’édification d’un village solidement fortifié et en plein essor tandis que les autres sites, laissés en l’état ou à peu près, gravitèrent désormais dans son orbite. La topographie explique sans doute les raisons du choix porté sur Montagliano pour former le centre de ce dispositif. L’éloignement du château situé à Malamorte et tourné vers Pozzaglia et Canemorto (aujourd’hui Orvinio), la configuration de la colline de Castiglione, d’un relief trop marqué sans doute pour accueillir un village fortifié de quelque ampleur, la localisation en fond de vallée de la butte d’Offiano éliminaient ces trois sites. En revanche, le château qui prit le nom de Montagliano avait été édifié au sommet d’un éperon qui culmine à 822 m d’altitude, dominant ainsi cette région de la vallée où il formait alors le site le plus élevé, à l’exception du monastère San Giovanni in Monte (1021 m) qu’au demeurant les comtes des Marses s’étaient approprié également (pl. IIIb et XLIa). A Montagliano, les dimensions de la plate-forme sommitale, fermée à l’est par le château et s’abaissant doucement vers l’ouest avant l’escarpement qui surplombe la vallée du Turano tandis que les pentes septentrionale et méridionale sont plus abruptes, laissaient tout l’espace nécessaire au développement ultérieur du village. Au terme de ce processus de réorganisation territoriale conduisant à la formation d’une vaste pertinentia autour d’un petit château transformé en village fortifié doté désormais d’un nom propre, les châteaux de Castiglione, d’Offiano et celui édifié au lieu-dit Malamorte non loin de l’église Sant’Agnese, qui resta toujours anonyme, perdirent leur autonomie pour devenir de simples satellites de Montagliano. On comprend ainsi pourquoi les trois sites ne furent pas mentionnés dans l’acte de vente de Montagliano à Farfa en 1074-107545.

  • 46 A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 51-54 et Id., Strategie politiche. Voir également V. (...)
  • 47 A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 52. Pour Siginolfus comes fq Berardi comitis habitato (...)
  • 48 P. F. Kehr, Italia pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, p. 241, n° *1. *2 et 3 ; F. Ughelli, I (...)
  • 49 La bulle d’Étienne IX (9 décembre 1057) réunifiant le diocèse des Marses et confirmant ses possessi (...)

22La constitution de l’ensemble territorial commandé par Montagliano vers le milieu du xie siècle doit être replacée maintenant dans le cadre plus général de l’histoire de la dynastie comtale des Marses. Les travaux récents d’Antonio Sennis ont mis notamment en évidence la rupture de la solidarité familiale qui unissait jusque là les comtes des Marses et l’émergence de rameaux distincts qui entraînèrent la fragmentation territoriale du comté à partir du milieu du xie siècle. Les sources attestent en effet les tensions et les discordes qui opposèrent les membres de la famille après la mort de Bérard II et la division de ses possessions entre ses différents fils46. Bérard III contrôla la conque du Fucin tandis qu’Oderisio II et ses frères Siginolfo et Rainaldo III dominèrent la région de Tagliacozzo, où Oderisio s’installa dans le castrum de Pomperano, et celle de Carsoli, où Siginolfo s’implanta dans le castellum Sancti Angeli, au sommet de l’actuelle Carsoli, et Rainaldo III dans l’antique Carsioli sans que ce phénomène ait été accompagné pour autant d’une division territoriale du titre comtal47. Dans la perspective de superposer territoire politique et circonscription ecclésiastique, Bérard II ou son fils Oderisio II obtinrent du pape Benoît IX la division du diocèse des Marses et la création d’un nouveau diocèse : le monastère familial de Santa Maria in Cellis près de Carsoli en forma le centre à la tête duquel fut placé le fils d’Oderisio, Attone. L’entreprise fit long feu. Le pape Victor II annula cette tentative en 105748. Nous ignorons l’étendue précise de ce diocèse éphémère mais il n’est pas exclu que le territoire de Montagliano, qui appartenait alors à Oderisio II et à son frère Rainaldo III, y fût intégré de façon momentanée : les confins du diocèse des Marses réunifié, qu’un privilège de Pascal II définit en 1114, englobaient peut-être la vallée jusqu’à Offiano49 (carte 7, p. 174-175). Dans cette dernière hypothèse, qui paraît vraisemblable, la moyenne vallée du Turano, détachée du comitatus reatinus et, pour un temps, des diocèses respectifs de Sabine et de Rieti, aurait formé la frontière septentrionale de ce diocèse de Carsoli de courte durée, suivie par celle du diocèse des Marses jusqu’au début du xiie siècle. Quoi qu’il en soit, la mainmise sur les châteaux existants et la transformation de l’un d’entre eux en un puissant village fortifié permettaient de contrôler la vallée du Turano menant à Rieti et conduisant au cœur du nouveau territoire centré momentanément sur Carsoli.

  • 50 Pour Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1/b et pour la datation des destructions suc (...)
  • 51 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/c.
  • 52 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 55-56.
  • 53 Cf. E. Gattola, Historiae abbatiae Cassinensi, I, p. 222. Voir aussi Chronica monasterii Casinensis(...)
  • 54 RF IV, n° 925 (1062).
  • 55 RF IV, n° 988 (1069), l’acte étant rédigé in Carsole.
  • 56 RS n° 208 et 209. Peu de temps après son élection en 1068, l’abbé de Subia co Jean acquit pour tren (...)
  • 57 RF IV, n° 946.

23Outre l’intervention des papes Victor II puis Étienne IX en 1057 réunifiant le diocèse des Marses, des événements violents ont pu contribuer à l’échec du projet territorial d’Oderisio II. On verra en effet que le château d’Offiano était réduit à l’état de « vieux château » dans les dernières décennies du siècle tandis que la fouille a mis en évidence la destruction et le démantèlement partiel du château de Castiglione à un moment encore non daté avec précision entre le XIe et le milieu du xiie siècle50. Les dissensions qui opposaient les deux frères Oderisio II et Bérard III s’accentuèrent en effet dans les années 1060. Le conflit ouvert entre Bérard III et Oderisio II, lequel obtint notamment l’appui de Richard de Capoue, conduisit également celui-ci à renforcer ses liens avec les comtes de Rieti auxquels il était apparenté. On a vu en effet Oderisio et les fils du comte de Rieti Teudino posséder ensemble le castellum de Aqua Meza qu’ils avaient obtenu de Farfa en échange de celui de Repasto51. Quelle qu’ait été l’issue de l’expédition militaire menée en 1066 contre Bérard III, sur laquelle les sources divergent52, sa position ne paraît pas avoir été sérieusement entamée. En revanche, Oderisio, ses fils et ses autres frères poursuivirent la lutte contre Bérard III dans les années qui suivirent mais abandonnèrent leurs biens-fonds situés dans le territorium carsulanum qu’il n’avaient pu ériger durablement en diocèse ni en comté. En 1060, le comte Siginolfo donna notamment au Mont-Cassin le monastère Santa Maria in Cellis53 et, deux ans plus tard, à l’abbaye de Farfa l’église San Vincenzo située à l’est du castellum Sancti Angeli dans lequel il résidait54. En 1069, il est encore mentionné parmi les propriétaires dans le territorium carsulanum où ses terres jouxtent des biens des filii Arimanni au lieu-dit Tufo55. En 1060 également, son frère Rainaldo III donna à Subiaco l’église San Pietro et la rocca de Camerata dont il obtenait toutefois la rétrocession viagère56 et, en 1066-1067, à l’abbaye de Farfa l’église San Silvestro à Pereto57.

  • 58 RF V, n° 1015-1016. Bien que les deux actes présentent la cession comme une vente pour le prix de 1 (...)
  • 59 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 53 et 55 ; Id., Strategie politiche, centri di po (...)
  • 60 Cf. E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 212-213 pour la donation au Mo (...)

24Cinq ans plus tard, Oderisio II et les fils de son frère défunt Rainaldo III vendirent à leur tour à l’abbaye de Farfa le castellum quod dicitur Montalianum cum turris, muris, casis, casaliciis et locis molendinis, son vaste territoire qui englobait en particulier les châteaux de Castiglione, d’Offiano et celui édifié non loin de l’église Sant’Agnese au lieu-dit Malamorte, ainsi que la moitié du monastère San Giovanni in Monte, l’ensemble étant localisé dans le locus qui vocatur Ophianus du comté de Rieti58. L’année suivante, le comte Oderisio abandonna le siècle et se retira au Mont-Cassin, où les comtes des Marses avaient assisté nombreux à la consécration de la nouvelle basilique en 1071 et dont le fils Oderisio fut abbé (1087-1105)59. Largement amputé au profit des grandes abbayes de Farfa, de Subiaco et du Mont-Cassin, le territoire de Carsoli passa désormais sous la domination d’un des fils de Bérard III, Rainaldo IV, qui fixa sa résidence à Oricola et qui s’intitula comes in territorio Carsulano ou comes Auriculani60.

25L’implantation des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano, qui dura une quarantaine d’années au cœur du xie siècle, se matérialisa donc par la conjonction de deux caractères en apparence opposés : la formation, dynamique, d’un village fortifié commandant un espace remembré à cet effet et la conservation, en l’état ou à peu de choses près, de châteaux isolés et d’un peuplement rural encore dispersé qui furent intégrés au nouvel ensemble territorial. Le réseau de peuplement hiérarchisé que les comtes des Marses, animés par des préoccupations stratégiques et politiques davantage que par des motivations économiques et sociales, constituèrent dans les décennies centrales du xie siècle marqua durablement les caractères de l’occupation du sol dans la moyenne vallée du Turano.

II – OCCUPATION DU SOL ET GÉOGRAPHIE DU PEUPLEMENT À LA FIN DU xie SIÈCLE

  • 61 Pour une tout autre région, voir M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc, t. 1, en p (...)

26L’assiette territoriale et la distribution du peuplement connurent bien évidemment des modifications importantes pendant la période séculaire qui s’écoula entre le milieu du xie et celui du xiie siècle. L’apparition dans la documentation de nouveaux sites fortifiés qui quadrillèrent l’espace selon une maille plus serrée en est le premier indice. Encore peu nombreux durant les premières décennies du siècle, les castella se multiplièrent rapidement dans le courant du xie siècle quand s’accéléra le mouvement des fondations castrales. Vers 1100, plusieurs dizaines de sites fortifiés jalonnaient la moyenne vallée du Turano et ses alentours immédiats. Quantitatif, le changement s’accompagna surtout de modifications qualitatives déterminantes définies, comme on sait, par la concentration de la population paysanne et la constitution de finages villageois61.

  • 62 Pour les chartes d’« incastellamento », voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 321- (...)
  • 63 Sur la datation des fondations castrales, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 31 (...)

27Le premier problème à résoudre est celui de la datation des castella qui apparaissent dans les sources écrites. En effet, nous ne possédons pas davantage que pour la période précédente de charte de fondation qui permettrait de dater avec précision l’époque de la construction des castella attestés dans la région62. Nous reviendrons en conclusion du chapitre sur les raisons probables de cette absence. Il convient d’observer d’abord que la multiplication des sites fortifiés connus ne saurait être mise au compte d’un quelconque gonflement de la documentation : bien au contraire, celle-ci est moins abondante à la fin du siècle qu’au début pour la petite région qui nous occupe. Les castella n’apparaissent guère dans la documentation, de manière directe ou indirecte, que lorsqu’ils font l’objet d’une transaction ou bien lorsqu’ils sont cités dans les énumérations de confronts, en quoi il faut déjà voir un indice de l’évolution des structures territoriales par rapport à la période précédente. Aussi bien la première mention dans les sources écrites ne constitue-t-elle rien d’autre qu’un terminus post quem non – lequel peut être très largement postérieur – de la fondation du site que seule une enquête archéologique systématique permettrait d’établir au moins de manière approximative63.

3 – Généalogie simplifiée des comtes des Marses et de Rieti au xie siècle. (cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 47-51 et 53 ; A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77)

A) Les castella de la vallée du Turano vers 1100

  • 64 Voir par exemple l’acte de cession de Montagliano par les comtes des Marses à Farfa en 1075 : ipsae (...)
  • 65 Les biens-fonds sont parfois encore simplement définis par des expressions du genre aliquid de rebu (...)
  • 66 Sur les toponymes castraux, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 371-373.
    La ruptur (...)
  • 67 Voir RF III, n° 555 (1026) pour la donation à Farfa de parts du castellum Totonis, bâti dans des pr (...)

28Compte tenu de leur nature, les sources écrites dont nous disposons pour cette période documentent uniquement de façon directe les biens entrés dans le patrimoine de Farfa et, indirectement, ceux qui les jouxtaient et qui servaient à en délimiter les confins. Dans la seconde moitié du xie siècle, les notaires recouraient encore aux anciens modes de définition et de délimitation des terres, fondés principalement sur une perception foncière de l’espace rural64. Toutefois, la dénomination de la terre traduit la réorganisation survenue depuis le début du siècle. La multiplication des toponymes apparaît sans doute comme le changement majeur dont témoignent les actes notariés à partir des décennies centrales du xie siècle. Désormais, l’espace rural est moins décrit comme une mosaïque de propriétés foncières que par la juxtaposition de lieux-dits et d’habitats qui sont nommés. En outre, s’ils se contentaient du seul toponyme dans les énumérations des confronts, les notaires qualifiaient généralement les biens-fonds qui faisaient l’objet d’une transaction65. Castella et églises apparaissent dès lors comme les principales composantes de la circulation des biens. Un autre changement va de pair avec le précédent. A la différence de la plupart des constructions fortifiées attestées dans les premières décennies du xie siècle, les castella ne sont plus mentionnés de manière anonyme dans les actes mais sont désormais dotés d’un nom propre de manière systématique66. Aussi bien nombre de sites qui font alors leur apparition dans les textes devaient exister dès le début du xie siècle sans qu’il soit toujours possible de les identifier, faute d’une documentation suffisante qui permette de suivre de près les premières étapes de leur histoire. De manière assez exceptionnelle, les sources accompagnent tout au long du xie siècle les castella et turres des filii Maifredi, devenus Offiano, Montagliano et Castiglione. Rien ne permet de penser pour autant que les modalités de leur développement initial n’ont pas été partagées par d’autres sites moins bien documentés : le castellum quod fuit Totonis, situé quelque part sur le mont Faito et duquel son fils Gualafossa donna une part à l’abbaye de Farfa en 1026, peut fort bien avoir formé le noyau originel de Montorio, dont le toponyme est connu depuis 1035, celui de Petra Galia, documenté une seule fois en 1094, ou encore celui du castellum de Aqua Meza, attesté dans le dernier tiers du xie siècle et au début du siècle suivant67.

29Il convient ainsi de distinguer les sites selon leur mode d’apparition dans la documentation qui est aussi celui de leur entrée ou non dans le patrimoine de l’abbaye de Farfa.

1) Le patrimoine de l’abbaye de Farfa, de l’élection de Bérard Ier à la mort de Bérard III (1047-1119)

  • 68 RF IV, 209-210 : Fuit... in exterioribus rebus acquirendis ardentissimus atque sagacissimus et CF I (...)
  • 69 RF V, n° 1099 (= CF II, p. 173-179 = DH IV n° 358).
  • 70 Haec sunt castella quae suo acquisivit tempore domnus abbas Berardus... Item vocabula aecclesiarum (...)
  • 71 RF V, n° 1317. Le document est daté du temps du pape Pascal II (1099-1118) et de l’empereur Henri I (...)
  • 72 RF V, n° 1318 = CF II, p. 279-287.

30Outre les actes de donation et de vente, plusieurs documents dessinent le cadre du temporel de l’abbaye et de son évolution depuis le milieu du xie siècle jusqu’aux premières décennies du xiie siècle quand s’achève l’œuvre de Gregorio da Catino. Le patrimoine de l’abbaye connut un accroissement considérable, en particulier dans la vallée du Turano, pendant le gouvernement de l’abbé Bérard Ier (1047-1089) sur lequel Gregorio da Catino ne tarit pas d’éloges68. Deux documents principaux en témoignent : le diplôme confirmant les biens de l’abbaye délivré par l’empereur Henri IV en 108469 et une liste récapitulative des acquisitions effectuées par l’abbé, sans doute dressée peu après sa mort70. Le flux des donations pieuses se tarit peu après la mort de Bérard Ier. Deux documents permettent de prendre la mesure de l’évolution du patrimoine de l’abbaye dans les années qui suivirent, en particulier de l’étendue des aliénations consenties par l’abbé Bérard II (1090-1099) : une liste des possessions usurpées dont les moines demandèrent justice au pape Pascal II dans les toutes premières années du xiie siècle71 et un diplôme de l’empereur Henri V confirmant les biens de l’abbaye en 111872.

31Ces quelques documents et les actes des transferts opérés en faveur de l’abbaye de Farfa attestent l’existence de nombreux sites fortifiés inconnus jusqu’alors. Mentionnés au rythme irrégulier de leur entrée dans le patrimoine de l’abbaye pendant la deuxième moitié du xie siècle, les castella avaient été fondés auparavant sans que l’on puisse déterminer souvent l’époque de leur édification ni les modalités de leur développement. Faute de disposer d’une documentation suffisante, seule l’enquête archéologique permettrait de dater la fondation des sites qui font alors leur apparition dans les sources écrites. En tout état de cause, le processus de l’« incastellamento » s’accélère à partir du milieu du xie siècle, comme le suggèrent plusieurs dossiers.

a) Deux fondations de la deuxième moitié du xie siècle : les castella de Tufo et de Vivaro

  • 73 RF V, n° 1002 (1060-1062) : donation de biens sis in Carsoli in loco qui Luculus vocatur et in loco (...)

32Il arrive parfois que la documentation consente de déterminer la date de la fondation castrale au moins de manière approximative. Ainsi le castellum quod dicitur Tuphum, dans lequel résidaient les filii Arimanni dans les années 1070 et dont un des membres donna le neuvième à l’abbaye de Farfa en 1074, était-il sans doute de fondation récente puisqu’il n’est question que du locus qui Tuphus vocatur jusqu’à la fin des années 106073.

  • 74 RF IV, n°809, p.212 : Bivari partes... (suit une lacune d’un mot dans le manuscrit) et CF II, p. 12 (...)
  • 75 RF V, n° 1094 : hoc est ipsam sortem quae michi pertinet de ipso Bibaro, excepto ipso castello et C (...)
  • 76 RF IV, n° 947 : Hoc est unam aecclesiam quae vocatur sancti Thomae apostoli in loco qui vocatur Biv (...)
  • 77 RF V, n°1299 : Massarus et Boninus filii suprascripti Teutonis et Teuto et Transmundus filii Gizoni (...)
  • 78 RF V, n° 1299 : Breve recordationis facimus nos monachi farfensis coenobii, quomodo venit Teuto de (...)
  • 79 RF V, n° 1094 : hoc est ipsam sortem quae michi pertinet de ipso Bibaro excepto ipso castello et RF (...)
  • 80 RF V, n°1274 : trado de castro Bivaro quartam partem quae fuit Teutonis quam modo tenet Carbo, ut e (...)
  • 81 RF V, n°1318, p.305 et CF II, p.284 : de Vivaro... quasdam partes.

33Un autre exemple est plus complexe. Connu depuis le début du xie siècle comme pertinentia ou territorium couvrant la moitié méridionale du mont Croce, le toponyme Vivaro prend une physionomie nouvelle dans la seconde moitié du siècle. L’origine du castellum de Vivaro et son entrée dans le patrimoine de Farfa sont brouillées à cause de la présence d’un petit dossier dont les pièces ne sont pas exemptes de manipulation. La liste des castella acquis par l’abbé Bérard Ier transcrite dans le Régeste mentionne sans autre précision des parts de Vivaro que Gregorio da Catino explicite dans la version du document intégrée dans son Chronicon comme provenant d’un certain Transmundus74. Pour intégrer la parole manquante dans la pièce du Régeste, Gregorio a utilisé l’acte de la donation effectuée par Transmundus fq Gisonis en 1084-1085 : à cette date, celui-ci donna en effet à l’abbaye la part qu’il possédait de Vivaro à l’exception toutefois du castellum75. Si l’acte atteste donc l’existence d’un castellum à cette date, celui-ci est cependant exclu explicitement de la donation. Près de vingt ans auparavant, en 1066-1067, la consorteria des filii Odemundi avait donné à l’abbaye l’église San Tommaso in loco qui vocatur Bivarus, l’acte étant rédigé in Bibaro sans qu’il soit fait mention aucune d’un castellum76. Une autre pièce du Régeste, non datée mais nécessairement composée après 1093, contient notamment une interpolation de cette dernière donation, puisqu’à l’église San Tommaso est ajouté le castellum de Vivaro qui ne figure pourtant pas dans la transcription de l’acte original77. Le document est curieux et mérite qu’on s’y arrête un instant. Il s’agit d’un breve recordationis narrant la venue d’un certain Teuto de castro Bibaro à Farfa pour y obtenir la restitution de la charte de la donation que lui-même et ses parents auraient faite précédemment à l’abbaye de ipso castello Bibaro in integrum. Ayant obtenu ce qu’ils souhaitaient de l’abbé Bérard Ier, lequel agit du reste sans l’accord de la congrégation au mépris de la loi et de la liberté du monastère, Teuto et ses parents déchirèrent le parchemin et le jetèrent au feu qu’ils avaient allumé pour en brûler toute trace. Selon l’auteur du document, c’est alors que se manifesta le jugement de Dieu : prenant de l’extension, le feu incendia le castellum dans sa totalité. Reconnaissant alors leur erreur, les consortes restituèrent à l’abbaye leurs parts du château, ce qu’avait fait déjà Transmundus, lequel, en outre, se fit oblat avec son fils Odemundus ; quant à la part du castellum de Vivaro et de sa pertinentia donnée par ledit Teuto, elle fut confirmée par un certain Octavianus78. Le document est daté et souscrit de la même manière que la donation de l’église San Tommaso effectuée en 1066-1067. Pourtant, la rédaction de ce document composite est nécessairement postérieure à deux actes authentiques qu’il utilise tout en falsifiant certains des éléments qu’ils contiennent : la donation, déjà citée, faite en 1084-1085 par Transmundus fq Gisonis de sa part du territoire de Vivaro à l’exception du castellum a été interprétée alors comme la restitution d’une part du château79 ; l’acte de 1093 par lequel le comte de Sabine Ottaviano di Giovanni di Oddone, membre du lignage des Crescenzi Ottaviani, alors seigneur de Vivaro, céda notamment à Farfa le quart du castrum qui avait appartenu auparavant à Teuto en même temps qu’il confirmait la donation faite par Transmundus en 1084-1085 à laquelle il avait donné du reste son consentement80. Le récit fabuleux de l’incendie de Vivaro, appelé tantôt castrum et tantôt castellum, qui aurait entraîné selon son auteur les donations de 1084-1085 et de 1093, toutes deux par ailleurs authentiques, fournit le préambule permettant de justifier la falsification de la donation de 1066-1067 : la seconde version transforme indûment la mention in loco qui vocatur Bivarus, qui indiquait la localisation de l’église San Tommaso dans la donation originale, en et ipsum castellum qui vocatur Bibarus et poursuit de la même manière par cum omni sua pertinentia... Insérant la pièce dans sa Chronique, Gregorio da Catino n’en remet pas en cause la véracité, s’il n’est pas lui-même l’auteur de l’interpolation. Dans tous les cas, le but recherché, qui visait sans doute à démontrer la légitimité et l’ancienneté des droits prétendus de l’abbaye sur le castellum en niant l’existence de ceux du comte Ottaviano, échoua puisque le diplôme de confirmation des biens de l’abbaye délivré par l’empereur Henri V en 1118 se contenta de confirmer la possession des parts de Vivaro effectivement données à l’abbaye et non celle de la totalité du castrum81. Le castellum de Vivaro était sans doute de fondation récente lorsqu’il est attesté pour la première fois en 1084-1085, car il ne l’est pas une vingtaine d’années plus tôt quand il n’est fait mention que du locus qui vocatur Bivarus ; rien ne permet en outre de penser que le castellum de Vivaro soit entré, même partiellement, dans le patrimoine de Farfa avant la donation de 1093 (pl. LIIa).

4 – Les filii Arimanni dans la deuxième moitié du xie siècle.

5 – Les Sifredischi dans la deuxième moitié du xi siècle.

34Dans la plupart des cas, la construction des castella devait toutefois précéder de plusieurs décennies leur entrée dans le patrimoine de l’abbaye.

b) Le castellum de Montagliano et le castellum vetus d’Offiano

  • 82 RF V, n° 1015-1016 et dans ce chapitre le paragraphe I/C.
  • 83 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/4/b.
  • 84 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/b.
  • 85 RF V, n° 1015 : castellum quod est in comitatu Reatino in Ophiano et quod dicitur Montalianum. Le n (...)
  • 86 RF V, n° 1153-1154 et CF II, p. 216-219 : [item statuimus de calcariis, ut homines] de Ophiano et M (...)

35La liste des castella acquis par l’abbé Bérard Ier mentionne en particulier Ophianum et Montalianum. De manière naturelle, le second figure dans la liste puisque l’abbé l’avait acquis, on l’a vu, des comtes des Marses en 1074-107582. Le cas d’Offiano est différent. Le castellum avait été donné à l’abbaye par les fils de Maifredus à la faveur des donations qu’ils effectuèrent à tour de rôle en 1017-1020 et en 103883. Aucun document ne livre d’information sur son sort dans les années qui suivirent, à l’exception de sa mention dans le diplôme impérial de 1084. Pour être cité parmi les castella acquis par Farfa au temps de l’abbé Bérard Ier, il faut en conclure qu’il était sorti un temps du patrimoine de l’abbaye. Selon toute vraisemblance, on l’a vu, Offiano entra alors sous la domination des comtes des Marses84. Si la liste récapitulative des acquisitions de Bérard Ier mentionne le site alors qu’aucun acte des cartulaires ne s’y rapporte de manière explicite, c’est peut-être parce que les actes de la cession de 1074-1075 utilisent le toponyme Ophianus pour localiser le castellum de Montagliano85. Offiano et Montagliano entretenaient des rapports étroits dont témoignent plusieurs épisodes de leur histoire en partie commune. C’est ainsi que les deux sites furent associés en 1097 pour la fourniture d’hommes et de chaux au chantier de construction de la nouvelle église de Farfa au sommet du mont San Martino86.

  • 87 Voir respectivement RF V, n° 1099 (= CF II, p. 173-179 ; DH IV n° 358) et RF V, n° 1318 (= CF II, p (...)
  • 88 LL II, n°1264 : res iuris huius monasterii in territorio Reatino, vocabulo castello vetulo de Ophia (...)
  • 89 On ne peut identifier le castellum vetus d’Offiano à Castelvecchio, aujourd’hui Castel di Tora au b (...)
  • 90 Sur Petescia, voir le paragraphe suivant.

36Une autre particularité distingue alors Offiano, si l’on peut dire. La confirmation des biens de l’abbaye délivrée par l’empereur Henri IV en 1084 mentionne en effet, à côté du castellum de Montaliano, le castrum vetus de Ophiano tandis que celle accordée par l’empereur Henri V en 1118 donne pour sa part Ophianum, castellum vetus87. Un acte du Liber largitorius confirme l’existence de ce « vieux château » d’Offiano à la fin du xie siècle : en 1094, l’abbé de Farfa concéda en effet à Petrus de Adelguda et Anselmo de Agati des terres sises au lieu-dit castellum vetulum de Ophiano alors délimité par Castiglione, Petescia (aujourd’hui Turania), Montorio et Petra Galia88. Tout laisse à croire que le castrum vetus de Ophiano de 1084, appelé castellum vetulum de Ophiano en 1094 et Ophianum, castellum vetus en 1118, n’est autre que le castellum de Ophiano qui fut donné à l’abbaye par les filii Maifredi en 1017-1020 et en 103889. Dès avant la fin du xie siècle, Offiano connaissait par conséquent une phase de déclin, provoqué peut-être par l’expansion concomitante de Montagliano auquel il était étroitement lié et par la formation de nouveaux habitats dans les alentours, comme Petescia (aujourd’hui Turania ; pl. XLVb)90. Ce « vieux château » d’Offiano, dont aucun vestige archéologique n’a été mis au jour, n’était pas abandonné pour autant puisque ses habitants durent participer au chantier de construction de la nouvelle église de Farfa à la fin du xie siècle.

37L’acte de 1094 du Liber largitorius localise avec précision le castellum vetulum de Ophiano à proximité sinon à l’endroit même du castrum d’Offiano qui vécut jusqu’au xve siècle et sur l’emplacement duquel la cartographie moderne ne laisse subsister aucun doute. Si l’on en croit les résultats de l’enquête archéologique, ce fut vers le milieu du xiie siècle seulement qu’un nouveau site du même nom succéda, à l’endroit même ou dans son voisinage immédiat, au premier castellum dont l’état délabré justifiait qu’on l’appelât castellum vetus dès la fin du xie siècle. La vétusté de l’établissement, que définissaient sans doute des structures matérielles légères, permet peut-être de rendre compte de l’absence de vestiges contemporains sur la colline d’Offiano.

  • 91 RF III, n° 555. Voir également les observations de Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéva (...)
  • 92 RF V, n° 1130.

38Offiano n’est pas pour autant une exception. Quelques sites apparaissent en effet dans la documentation sous le qualificatif de castellum vetus dès le xie siècle, indiquant par là-même l’ancienneté d’une fondation qu’on ne peut dater en l’absence d’enquête archéologique spécifique. Pour rester dans la vallée du Turano, c’est notamment le cas du castellum vetulum quod vocatur de Puzalia en 102691, c’est aussi celui de Castellum Vecclum (aujourd’hui Castel di Tora) en 109292.

c) Deux châteaux absents des sources : Castiglione et le château de Malamorte

  • 93 LL II, n° 1294 cité note 88.

39L’ancien château des fils d’Odelricus à Malamorte et celui de Castiglione forment un cas à part puisqu’ils ne sont jamais cités parmi les possessions de l’abbaye. Il ne faudrait pas en conclure pour autant que les deux sites, fondés autour de l’an mil, n’appartenaient pas à Farfa. Il ne fait aucun doute, on l’a vu, que les deux châteaux avaient été incorporés vers le milieu du xie siècle dans le territoire de Montagliano, délimité avec précision dans un des actes de la cession à Farfa en 1074-1075 (carte 9, p. 260). Le château de Malamorte et celui de Castiglione étaient ainsi entrés dans le patrimoine de Farfa à la suite de Montagliano duquel ils formaient des dépendances. Dans la mesure où aucun document n’avait conservé de trace directe de leur entrée dans le patrimoine abbatial, les deux sites n’ont pas été insérés dans la liste récapitulative des acquisitions de Bérard Ier recopiée dans le Régeste ni même ajoutés par Gregorio dans la version qu’il en a donnée dans sa chronique sans se priver d’y apporter quelques retouches. Il ne sont pas davantage mentionnés dans les deux diplômes impériaux confirmant les biens de l’abbaye. De ces deux châteaux, l’un ne reçut jamais de nom et l’autre devait bientôt disparaître après plusieurs épisodes de destruction. Châteaux isolés, sites mineurs, ils n’ont pas d’existence propre dans les sources écrites, si l’on fait exception d’une mention fugitive de Castiglione parmi les confins du castellum vetulum d’Offiano en 109493.

d) Les castella filiorum Guidonis

  • 94 RF V, n°1130 : Hoc est castrum quod dicitur Antoni cum tota sua pertinentia et nostram portionem de (...)
  • 95 RF IV, n° 984 et dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/c.
  • 96 RF V, n° 1083 et CF II, p. 167-168 : donation à Farfa par le comte de Rieti Teudino, fils du comte (...)
  • 97 Sans doute celles du castrum Antoni, du Castellum Vecclum, du castellum de Colle Longo et du castel (...)
  • 98 L’acte de donation de 1092 précise après l’énumération des castra : Etiam quantumcumque nobis eveni (...)
  • 99 Voir le chapitre 7, paragraphe I/A/3.

40En 1092, les filii Guidonis donnèrent à Farfa, en totalité ou pour partie seulement, les sept castella qu’ils possédaient autour de l’actuel lac artificiel du Turano (castrum quod dicitur Antoni, Castellum Vecclum, Petra Balda, castellum quod dicitur Vulgarecta, Rocca de Salce, castellum de Colle Longo et Aqua Meza)94. Aucun indice ne permet à l’heure actuelle de dater la fondation des castella donnés par la consorteria des Guidoneschi à l’abbaye. Toutefois, si l’on en croit du moins l’acte de la donation, les sites comprenaient tous à cette date un village fortifié, à l’intérieur et à l’extérieur duquel étaient situées des églises. Aussi bien la fondation de ces sites solidement constitués à la fin du xie siècle n’était-elle sans doute pas des plus récentes : l’un, Acqua Mezza, est attesté un quart de siècle plus tôt, en 1068-106995 ; un autre, Rocca de Salce, l’est en 1083 quand le comte Teudino II, fils du comte de Rieti Bérard II, en donna la moitié à l’abbaye96 ; quant au Castellum Vecclum, son nom même témoigne de son ancienneté. Du reste, ils n’avaient pas tous été fondés par les filii Guidonis. Si certaines fondations doivent leur être attribuées sans aucun doute97, d’autres castella étaient entrés pleinement aboutis dans leurs possessions comme les deux sites d’Acqua Mezza et de Rocca de Salce mentionnés à l’instant, acquis des familles comtales des Marses et de Rieti dans le courant du dernier tiers du siècle98. Documentées dans la vallée depuis le début du xie siècle, les propriétés de la consorteria avaient également englobé des biens-fonds voisins des leurs, ayant appartenu notamment aux filii Ioseph ou aux filii Totonis qui n’apparaissent plus parmi les propriétaires fonciers dans la région après le milieu du xie siècle99. Il n’est pas exclu que certains castella au moins aient été construits, éventuellement autour de noyaux fortifiés préexistants, à la suite de l’extension des propriétés familiales à partir des décennies centrales du xie siècle.

  • 100 RF V, p. 155-156 et CF II, p. 215 : castella quippe et omnia bona filiorum Hilperini, quae per cart (...)
  • 101 RF V, n° 1317 cité à la note 71. Le document fournit la dernière attestation à notre connaissance d (...)
  • 102 RF V, n° 1318 et CF II, p. 279-287.

41Les castella donnés par les Guidoneschi en 1092 ne demeurèrent pas longtemps dans le patrimoine de l’abbaye. Bérard II, qui dédaignait l’acquisition de nouvelles terres au dire de Gregorio da Catino, laissa échapper la possession des six châteaux en même temps qu’il aliéna au profit du comte Rainaldo di Sinibaldo les six castella situés autour de Trebula Mutuesca et donnés à l’abbaye par les filii Hilperini en 1086100. Au début du xiie siècle, les moines de Farfa demandèrent du reste justice de ces aliénations parmi d’autres au pape Pascal II101. Leur requête ne fut pas couronnée de succès, semble-t-il. En effet, les castella filiorum Guidonis ne sont pas mentionnés dans le grand diplôme confirmant les biens de l’abbaye délivré par l’empereur Henri V en 1118 ni plus jamais dans les possessions de Farfa102.

42Pour importantes qu’elles aient été, les acquisitions effectuées par les abbés de Farfa jusqu’à la dernière décennie du xie siècle ne firent pas entrer la totalité des castella de la vallée dans le patrimoine de l’abbaye.

2) Les énumérations de confronts et les castella restés au dehors de la seigneurie abbatiale

  • 103 C’est par exemple le cas de Pietrasecca, de Paganico, de Canemortuo (actuel Orvinio), de Petescia ( (...)

43D’autres sites, qui n’appartinrent pas à l’abbaye de Farfa ou du moins pas à cette époque, apparaissent uniquement dans les délimitations de confronts figurant dans les actes de la seconde moitié du xie siècle. A la différence des biens-fonds qui font l’objet d’un acte juridique sanctionnant leur aliénation, de tels lieux sont signalés dans les sources par leur seul nom. Leur statut et leur configuration matérielle nous échappent ainsi en l’absence d’indications documentaires supplémentaires et d’enquête archéologique ; on ne saurait sans doute y voir toujours des sites d’habitat fortifié sauf à interpréter la documentation de manière abusive103.

a) La fondation de Petescia vers 1080

  • 104 Voir respectivement RF V, n° 1094 et LL II, n° 1264.
  • 105 Voir par exemple RF III, n° 567 (1036).
  • 106 Voir par exemple RF III, n° 570 (1038). Voir dans le chapitre 7 le paragraphe II/A/4/b.
  • 107 RF V, n° 1015-1016.
  • 108 Voir le chapitre 9 au paragraphe III/A/1.
  • 109 Sur Petescia, voir M. Iori, Petescia Sabina oggi Turania ; A. R. Staffa, L’incastellamento nella va (...)

44Dans certains cas, il est possible de préciser tout au moins l’époque de leur formation. La bonne couverture du territoire qu’offre la documentation antérieure au milieu du xie siècle permet de penser que quelques uns d’entre eux n’existaient pas encore à cette date. Ainsi est-ce peut-être le cas de Petescia (aujourd’hui Turania), mentionné parmi les confins de Vivaro en 1084-1085 et parmi ceux du castellum vetulum d’Offiano en 1094104. Selon toute vraisemblance, sa fondation était alors des plus récentes. Dans le cas contraire en effet, Petescia aurait sans doute été mentionné parmi les limites des territoires de Malamorte, d’Offiano et de Vivaro que les actes de la première moitié du xie siècle livrent en abondance et de manière détaillée. Or il n’en est rien. En effet, le territoire de Malamorte n’était jamais bordé à l’est et au sud-est que par les pertinentiae d’Offiano et de Vivaro105. De la même manière, Offiano était alors limité au sud par les fines pertinentiae de Malamorte et les fines pertinentiae de Bibaro106. Lorsque les héritiers du comte Bérard II cédèrent à l’abbaye de Farfa le castellum quod dicitur Montalianum en 1074-1075, son territoire s’étendait à l’ouest jusqu’au fosso de Santa Maria del Piano et jusqu’au rio di Petescia, c’est-à-dire qu’il englobait très exactement les flancs orientaux du mont Croce où fut érigé Petescia107. Il ne semble pas qu’on doive attribuer sa fondation aux comtes des Marses : Petescia, qui n’appartint jamais à l’abbaye de Farfa, s’interposa en effet entre Montagliano et le territoire de Sant’Agnese situé sur le versant occidental du mont Croce ; le lieu-dit Malamorte, l’église Sant’Agnese, le château et les casaux dispersés dans les terres à l’entour furent dès lors séparés du centre dont ils relevaient toujours. Le fait, on le verra, ne fut pas sans conséquence sur les relations entre Montagliano et ce territoire satellite désormais isolé108. Les listes de tenants et d’aboutissants permettent ainsi de dater selon toute vraisemblance la fondation de Petescia entre 1075 et 1084109 (pl. XLVb).

b) A travers les mailles de la documentation : le castellum Sinibaldi

  • 110 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la (...)
  • 111 IGM, 1 : 25 000, F° 145 III N.O., Collalto Sabino, UG 327663, cote 679 (carte 5, p. 7).
  • 112 RF IV, n° 916 (1061-1062) ; voir également le n° 988 (1069) où le comte Sinibaldus est mentionné pa (...)
  • 113 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/4/a.
  • 114 RF V, n°1016 : a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo et quomodo veniunt in rivum Sancti Mart (...)

45Le xie siècle est certainement le siècle le mieux documenté de l’histoire de la vallée du Turano. Les actes transcrits par Gregorio da Catino couvrent en effet la quasi totalité du territoire, identifient les propriétaires fonciers, nomment les châteaux et les habitats. Ils n’en ont pas moins laissé échapper quelques sites qui sont passés au travers du quadrillage de la documentation. Les prospections réalisées dans la région ont permis par exemple de préciser l’existence dès le xiie siècle, et peut-être plus tôt, d’un site fortifié qui est toujours resté en dehors de la seigneurie de Farfa et qui n’apparaît pas dans les sources, à notre connaissance, avant le xive siècle quand il est documenté sous le nom de castrum Sinibaldi. Déclinant dès le xve siècle, le castrum est signalé comme déserté au xvie siècle110. A la confluence du fosso di Santa Maria et du rio di Petescia, un éperon assez escarpé présente d’abord une série de terrasses utilisant le banc calcaire et des petits murets de pierres sèches111. Au sommet, on rencontre d’abord une structure rectangulaire orientée nord-sud, qui évoque une petite tour, puis, à quelques dizaines de mètres plus loin vers le sud, les vestiges du castrum. Ceux-ci sont formés par une première enceinte quadrangulaire, orientée nord-est/sud-ouest, enfermant une grosse tour, conservée sur une hauteur de 4 ou 5 m et d’autres structures moins visibles. Au sud-ouest de la tour, l’éperon est barré par une longue enceinte rectiligne flanquée par deux demi-tours quadrangulaires. Si la végétation très dense a empêché de dresser le plan des structures reconnues sur le terrain, quelques relevés partiels de maçonneries ont été effectués qui mettent en évidence l’articulation de leur chronologie. Le matériel céramique recueilli en prospection (céramique à « vetrina sparsa », à « vetrina laziale » et majolique archaïque) couvre un arc chronologique qui s’étend pour le moins du xiie jusqu’au xive siècle. Le nom du castrum, connu par les sources du bas Moyen Âge, et son emplacement permettent sans doute d’en identifier les fondateurs. On ne peut totalement exclure le comte Sinibaldo, recteur de Sabine, qui apparaît dans les années 1060 parmi les propriétaires fonciers de la vallée et en particulier au lieu-dit Pozzaglia dans lequel était situé le castrum112. Mais l’identification avec les filii Sinibaldi, qui possédaient des terrains au lieu-dit Malamorte et dans ses alentours depuis les premières décennies du xie siècle et dont rien ne permet de penser qu’ils aient été apparentés au comte Sinibaldo, semble plus plausible113. En 1074-1075, les terres des filii quondam Sinibaldi sont citées en effet parmi les limites du castellum de Montagliano, à côté du fosso de Santa Maria et du rio di Petescia, c’est-à-dire à l’emplacement précis où avait sans doute déjà été édifié le castrum documenté trois siècles plus tard comme castrum Sinibaldi114.

B) L’« incastellamento » et la géographie du peuplement

1) Habitator in tali loco, habitator in tali castello : les déclarations de résidence

  • 115 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/1. Il ne faudrait naturellement pas en conclure que les grand (...)
  • 116 RF IV, n° 916 (1061-1062) : Helperinus et Azolinus germani fratres, filii Sifredi de comitatu reati (...)
  • 117 RF V, n° 1015-1016 (1074-1075) : castellum quod est in comitatu reatino in Ophiano et quod dicitur (...)
  • 118 LL II, n° 1329 et 1346, tous deux de 1101 : Baroncellus de Montaliano et Baroncellus Ofiani.

46Même s’ils le faisaient moins souvent que leurs collègues de la première moitié du xie siècle, les notaires précisaient parfois encore le lieu de résidence de leurs clients et, de manière exceptionnelle, celui des témoins des transactions. Ces indications, peu nombreuses au total, ne suffisent naturellement pas pour étudier la distribution du peuplement rural mais n’en fournissent pas moins quelques éléments, qu’on ne saurait négliger, à la connaissance des lieux de résidence de quelques propriétaires fonciers. On observe d’abord que, lorsqu’elle est mentionnée, cette résidence n’est plus jamais citadine à la différence des premières décennies du xie siècle quand la quasi totalité des grands propriétaires dans la vallée habitaient à Rieti115. Les grands lieux-dits de la période précédente formaient encore, pour peu de temps, des cadres topographiques auxquels on continuait de se référer. Plusieurs personnes se déclarent ainsi habitatores in Ophiano, in vocabulo Ophiani voire tout simplement d’Offiano116 : on en conclurait à tort qu’ils résidaient tous à l’intérieur du castellum d’Offiano puisque certains d’entre eux habitaient dans le village fortifié de Montagliano ou bien dans la villa du mont Cervia, tous deux situés dans le lieu-dit Offiano117. Au reste, un même individu pouvait déclarer dans un acte sa résidence dans un site particulier et dans un autre se référer simplement au lieu-dit qui le comprenait tel ce Baroncellus qui, en 1101, se disait aussi bien de Montagliano que d’Offiano118.

  • 119 RF IV, n° 776. Portica, qualifié de mons de Portica dans une énumération de confronts en 1019 (RF I (...)
  • 120 RF V, n° 1017 (1074), n° 1041 (1072-1079), n° 1070 (1085). Voir également n° 1045 (1078-1080) pour (...)
  • 121 RF IV, n° 938.

47C’est avec le milieu du xie siècle que le castellum est parfois signalé de manière explicite dans les déclarations de résidence : donnant des terres à l’abbaye de Farfa en 1044, Doda, veuve de Bérard, et son fils Guinizo se disent ainsi habitatores in castello quod Portica vocatur119 ; à partir des années 1070, les filii Arimanni précisent quant à eux qu’ils habitaient dans le castellum de Tufo120. Cette résidence n’était pas nécessairement établie dans un village fortifié ou dans un habitat groupé mais ouvert. C’est ainsi que, dans les années 1060, Guinizo fils de Bérard, qui résidait dans le castellum de Portica en 1044, habitait désormais à trois ou quatre kilomètres de là, in loco ubi Capistrellus vocatur ; il y possédait des terres, un moulin et une église, Sant’Angelo, qu’il donna alors à Farfa121. Après avoir résidé un temps dans un castellum, ce propriétaire foncier de quelque envergure habitait désormais un locus situé sur le versant occidental du mont Croce, où l’habitat était dispersé à moins qu’un petit hameau ait vu le jour autour de l’église.

  • 122 Les sources à notre disposition ne permettent aucune étude de la population villageoise et moins en (...)

48De telles indications, de portée limitée, ne concernent guère que de rares propriétaires fonciers, qui résidaient dans des castella ou bien dans des demeures non fortifiées et plus ou moins isolées, et ne livrent aucune information sur la distribution de la population paysanne122.

2) La concentration de l’habitat : villages fortifiés et habitats ouverts

  • 123 Pour les premières attestations du mot castrum, voir RF V, n° 1130 (1092) : castrum quod dicitur An (...)
  • 124 La première connue, et la seule attestée dans la région avant la fin du xiie siècle, est la villa d (...)

49Les décennies centrales du xie siècle marquent un tournant dans l’histoire du peuplement dans la moyenne vallée du Turano. C’est alors seulement que les sources écrites et les résultats de l’enquête archéologique, pour limités que soient ces derniers, s’accordent à dater l’apparition d’habitats groupés à l’intérieur d’un village fortifié – le castellum que l’on commence à appeler castrum à partir de la fin du siècle123 – ou dans un habitat ouvert – la villa124.

  • 125 Voir notamment R. Hodges, Excavations at Vacchereccia (Rocchetta Nuova) ; C. Wickham, Il problema d (...)

50On ne connaît pas dans la vallée de fondation villageoise qui aurait rassemblé dans un même mouvement seigneurs et paysans pour édifier château, maisons et mur d’enceinte sur un site inoccupé précédemment. Si l’on en juge par l’exemple de Montagliano, la concentration de la population est intervenue dans le cadre de villages fortifiés par un mur d’enceinte dont la formation s’est appuyée sur un château préexistant. L’occupation précédente ne se présentait donc pas sous la forme d’un groupement de cabanes ou de maisons mais sous celle d’un castellum, dont on a vu qu’il ne constituait pas à l’origine un centre de peuplement mais un édifice isolé, instrument de la gestion des propriétés foncières et du contrôle du territoire davantage qu’une construction défensive. Pour autant que les quelques résultats archéologiques et la lecture des sources écrites permettent de généraliser, le processus qui se déroule dans la vallée du Turano depuis le début du xie siècle diffère par conséquent à bien des égards de la situation observée dans d’autres régions italiennes où l’existence d’habitats concentrés formait parfois une phase préliminaire de l’« incastellamento »125. Nous ne prétendons nullement ériger en modèle les quelques kilomètres carrés examinés d’une petite vallée du Réatin. L’enquête devra porter sur d’autres sites afin de mesurer la diffusion des modalités mises en évidence à Montagliano. L’observation permet toutefois d’articuler davantage la connaissance du phénomène majeur qu’a constitué l’« incastellamento » dans l’histoire des campagnes médiévales.

  • 126 Exception faite du « proto-village » qui a précédé Roccasinibalda, attesté en 986 (terrae petiam un (...)

51Dès lors qu’il commence à faire l’objet d’un acte juridique à partir de la fin du xie siècle, le castellum ou le castrum (les deux mots devenant désormais synonymes) apparaît comme un centre important que les sources décrivent désormais avec ses tours, ses murs et ses fossés, ses maisons et les parcelles encore à bâtir, ses églises situées à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre castral126. S’il faut faire la part du formulaire, de telles énumérations s’accordent avec les observations archéologiques réalisées sur le site de Montagliano pour décrire le castrum comme un village solidement constitué à partir de la deuxième moitié du xie siècle.

  • 127 LL II, n° 1233 et CF II, p. 192 (a. 1059).
  • 128 Cf. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, doc. n° 3, p. 266. Sur la villa, voir é (...)
  • 129 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la (...)

52La concentration de la population qui se manifeste comme un phénomène nouveau à partir des décennies centrales du xie siècle n’intervient pas uniquement dans le cadre du village fortifié mais également dans celui d’un habitat ouvert. La villa de Cervia est ainsi attestée, on l’a vu, dans la seconde moitié du xie siècle lorsque l’abbé de Farfa Bérard Ier concéda à Farolfus et Bernardus f. Massari, habitatores in vocabulo Ophiani, des terres du monastère situées in territorio Ophiano, vocabulo villa de Cervia. Paganico au nord, le Turano à l’ouest, le fosso di Riancoli au sud et les crêtes du mont Cervia à l’est limitaient son territoire. La villa avait dépendu auparavant du comte des Marses Oderisio II qui l’avait cédée en fief à Farolfus vers le milieu du siècle127. Une église plébane existait là puisqu’en 1153 le pape Anastase IV confirma en particulier à l’évêché de Rieti la possession de la plebs de Sant’Angelo in Cervia128. La prospection effectuée le long du versant occidental du mont Cervia où elle était située, n’a pas permis de trouver les vestiges de la villa, dont on ignore quelle était la configuration matérielle, ni ceux de l’église, dont on ne sait quand elle a été fondée129.

  • 130 Nous ne sommes pas en mesure d’établir un lien entre les villae documentées à partir du xie siècle (...)

53L’habitat concentré dont les sources écrites et archéologiques datent l’apparition à partir du milieu du xie siècle est donc un phénomène nouveau dans le paysage de la vallée du Turano. Il se présente également sous une double forme. Dans la plupart des cas sans doute, la concentration est intervenue autour d’un château préexistant qui est devenu dès lors le noyau d’un village pleinement constitué et entouré par une enceinte ; mais des sites d’habitat groupé, encore mal connus, ont également vu le jour à l’écart des constructions fortifiées sans comporter l’édification d’un appareil défensif130. Pour autant tous les castella connus ne furent pas à l’origine de nouveaux villages. Faut-il alors parler d’inachèvement, voire d’échec de l’« incastellamento » ?

3) Châteaux isolés et habitat dispersé

54Le mouvement puissant dont témoignent la multiplication des fondations castrales et les débuts de la concentration de l’habitat dans des villages fortifiés et dans des habitats ouverts entre le milieu du xie et celui du xiie siècle ne fut pas général au point d’éliminer d’un coup les formes anciennes de l’occupation du sol et de provoquer en conséquence une rupture brutale dans la géographie du peuplement. Plusieurs châteaux fondés vers l’an mil poursuivaient leur vie sans connaître les modifications radicales que d’autres sites imprimaient sur la distribution de l’habitat, ni être voués pour autant à un abandon précoce. Tel fut notamment le cas de Castiglione et celui du château voisin de l’église Sant’Agnese au lieu-dit Malamorte.

  • 131 Voir le chapitre 7 aux paragraphes I/C/3/e et III/B. Sur l’habitat dispersé, voir le volume récent (...)
  • 132 LL II, n° 1264.
  • 133 Voir le chapitre 5, paragraphe II/D où sont présentés les résultats de datations au radiocarbone qu (...)

55Lorsqu’il est mentionné pour la première fois en 1035, Castiglione est le lieu d’un castellum édifié sur un mons. Les terres cultivées à l’entour de la colline étaient occupées par un habitat dispersé qu’attestent les actes de donation à l’abbaye de Farfa des années 1030 et 1040131. Le développement ultérieur du château, remarquable à bien des égards pour la qualité des aménagements qui y furent réalisés, n’entraîna jamais la formation d’un village autour de Castiglione. La configuration de la colline dont les pentes présentent un pendage accentué ne favorisait pas la concentration de l’habitat autour du château. Elle ne l’interdisait pas pour autant, en particulier sur le versant septentrional moins abrupt où l’espace disponible ne manquait pas sur un replat situé au pied de la fortification. La disparition de Castiglione des sources après une dernière mention en 1094 pouvait permettre de conclure à l’abandon précoce du petit château132. Telle était du reste la raison initiale pour laquelle le site avait été retenu en vue d’une intervention archéologique : il nous avait semblé intéressant d’étudier ce que nous interprétions alors comme une entreprise avortée d’« incastellamento ». Sans examiner ici les résultats que l’enquête de terrain a permis d’obtenir, pour lesquels nous renvoyons le lecteur à un prochain volume de la série, disons seulement que l’abandon du château ne doit pas être postérieur au milieu du xiie siècle133. Les résultats d’analyses et d’études en cours au moment où nous écrivons ces pages permettront de préciser la datation de l’abandon du château et par conséquent le contexte dans lequel celui-ci est intervenu. Si Castiglione n’a jamais été à l’origine de la formation d’un village, le château n’était pas un site médiocre, loin de là, vivotant tant bien que mal au milieu d’une campagne pourtant en plein essor. L’inachèvement du processus d’« incastellamento » à Castiglione doit sans doute être attribué aux comtes des Marses eux-mêmes, qui promurent la fondation d’un gros village fortifié à Montagliano et d’un habitat ouvert sur le versant occidental du mont Cervia voisin. Ils choisirent également de conserver en l’état des châteaux isolés qui n’entretenaient pas de rapports organiques avec le peuplement à l’entour et dont ils firent le cas échéant des résidences au moins temporaires aménagées avec un soin certain à cet effet. Une telle situation perdura jusqu’à l’abandon du site dans le courant du xiie siècle.

  • 134 Sur la formation de la villa de Sant’Agnese, voir le chapitre 9, paragraphe II/B/3.
  • 135 RF III, n° 522. Voir également le chapitre 7 aux paragraphes I/B/1/b, I/ C/3/c et II/A/4/a.
  • 136 LL II, n° 2049 pour la concession de 1026-1027 et RF III, n° 521 pour la donation de 1025.
  • 137 LL II, n° 2050 (1026-1027) et 2051 (1027).

56Au début du xie siècle, le territoire de Malamorte comprenait pour sa part une petite construction fortifiée, plusieurs églises et un habitat dispersé dans des casaux. Toutes les conditions semblaient donc réunies pour l’achèvement de l’« incastellamento », autrement dit pour le regroupement de la population paysanne au pied du château qu’avaient édifié les filii Odelrici vers l’an mil. Celui-ci, pourtant, n’eut pas lieu, tout du moins à cette époque ni sous la forme d’un castrum134. Les raisons de ce qu’il faut peut-être considérer comme un échec sont multiples. Dès le début du xie siècle, on l’a vu, le territoire de Malamorte était la propriété de plusieurs familles qui en possédaient chacune le sixième. L’une d’elles, les filii Odelrici alors représentés par Guelto et son neveu Bérard, avait en outre procédé à la division de la quote-part qui lui revenait. Les liens entre l’oncle et le neveu connurent du reste des moments difficiles dont témoigne un litige réglé en présence du vicomte de Sabine en 1022135. De 1012 à 1036 et jusqu’aux années 1060 peut-être, les filii Odelrici se séparèrent, par donations et par ventes, de leur patrimoine à Malamorte au profit de l’abbaye de Farfa. Au milieu d’une documentation assez fournie, la rétrocession par l’abbaye de terres données précédemment par l’un ou par l’autre des membres de la famille est attestée une seule fois : ce fut en 1026-1027 lorsque les deux fils de Guinizo, Gérard et Bérard, obtinrent contre le versement d’un droit d’entrée de cent sous et un cens annuel de vingt-quatre deniers la concession de la moitié du casale Roccionis et des terres avoisinantes sicuti fuit de Guiniso filio Odelrici et que Bérard avait donnée à Farfa l’année précédente136. L’acte excluait cependant de la transaction deux casalia, le casale de Filazanis et le casale dont Gérard fils d’Isa venait d’obtenir la concession, qui étaient situés tous deux dans les terres données précédemment à l’abbaye par Guelto et par son neveu Bérard, ainsi que l’église Sant’Agnese que Farfa cédait la même année ou l’année suivante à plusieurs prêtres137. Dès avant l’implantation des comtes des Marses à Malamorte, les filii Odelrici avaient par conséquent perdu le contrôle d’une large portion du territoire qui leur avait appartenu précédemment et, partant, celui de la population paysanne qui y était établie, tout en conservant leur château jusqu’au milieu du xie siècle. La présence croissante de Farfa qui n’intervint en aucune manière pour modifier la distribution de l’habitat, le morcellement de la propriété et de la possession entre plusieurs bénéficiaires interdisaient par conséquent aux propriétaires du castellum de rassembler à l’entour une population rurale dispersée qui échappait de plus en plus à leur pouvoir. Autant de raisons qui contribuèrent peut-être à fragiliser la position des filii Odelrici, incapables de mener ainsi à terme l’« incastellamento » bien commencé de la part du territoire de Malamorte dont ils étaient propriétaires.

57La concentration de la population établie dans le lieu-dit Malamorte n’eut pas lieu pendant les années ni les décennies qui suivirent. Pas plus qu’à Castiglione, les comtes des Marses ne jugèrent bon d’y promouvoir la formation d’un habitat groupé. La situation n’évolua pas en ce sens après le retour du territoire dans le patrimoine de l’abbaye de Farfa en 1074-1075. Il fallut attendre encore un siècle, on le verra, pour que naisse un village ouvert dans le lieu-dit Malamorte.

58Un mouvement puissant modifia donc en profondeur l’organisation du peuplement à partir des décennies centrales du xie siècle. Les sources écrites et archéologiques s’accordent pour dater l’apparition d’habitats groupés, qu’ils fussent fortifiés dans des castra centraux ou bien ouverts dans des villae secondaires. Pour autant, le phénomène ne fit pas disparaître tout vestige de la distribution antérieure de la population selon un habitat dispersé en casaux et dans des loci mal définis, ni les châteaux isolés qui n’entretenaient pas de liens organiques avec le peuplement rural.

C) L’« incastellamento » et l’organisation de l’espace

  • 138 Voir en premier lieu P. Vaccari, Il castrum come elemento di organizzazione territoriale ; d’une bi (...)

59Pendant toute la première moitié du xie siècle, on l’a vu, les castella ne formaient pas un élément qui structurait l’espace rural. En d’autres termes, les campagnes n’étaient pas perçues alors comme une mosaïque d’ensembles territoriaux constitués autour du castellum, lequel servait uniquement et le cas échéant de point de repère commode dans le paysage. Dans le courant du xie siècle, la situation évolua au rythme de l’affirmation territoriale du castrum138.

  • 139 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, chapitres III, IV et V.
  • 140 RF IV, n° 984 (1068-1069) : castellum de Aqua Meza cum sua pertinentia ; RF V, n° 1015-1016 (1074-1 (...)
  • 141 RF V, n°1017 : pertinentia vero suprascripti castelli est inter affines a primo latere rivus siccus (...)
  • 142 Voir respectivement RF V, n° 1094 (1084-1085) et LL II, n° 1264 (1094).
  • 143 Voir RF IV, n° 984 (1068-1069) ; RF V, n° 1017 (1074) ; n° 1015-1016 (10741075), n° 1083 (1083), et (...)

60Comme on sait, la concentration de la population à l’intérieur du castrum est allée de pair avec la constitution d’un finage organique clairement délimité autour de celui-ci139. Cette composante essentielle de l’« incastellamento » est documentée dans la vallée du Turano à partir du dernier tiers du xie siècle quand le castellum, qui se présente comme un centre de peuplement et lui seul, est désormais décrit dans les actes cum sua pertinentia140. Les confins en sont nettement délimités comme ceux de la pertinentia du castellum de Tufo en 1074141. Entre l’ancien mode de perception de l’espace fondé sur la géographie foncière et la description nouvelle reposant sur l’assiette économique et sociale de l’occupation du sol, le passage fut lent. Il faut attendre la fin du siècle pour que le nouveau système soit utilisé par les notaires : ainsi la part de Vivaro qui fut donnée à Farfa en 1084-1085, à l’exception notable du castellum, était-elle limitée ab uno latere Petesa, ab alia Portica, a III° Vallamfreda, a IIII° revertitur in Turanum de la même manière que les biens situés dans le vocabulum castellum vetulum de Ophiano, que concéda Farfa en 1094, étaient limités a I° latere Castellione, a II° latere Petesa, a III° latere Mons Aureus, a IIII° latere Petra Galia142. La description de ce type devient ensuite la règle à tel point que les notaires ne prennent plus la peine de la faire figurer de manière systématique dans leurs actes, la dénomination du castrum suffisant à l’identifier. C’est du reste à partir du dernier tiers du xie siècle que le castellum/castrum acquiert une physionomie telle qu’il devient enfin l’objet principal d’actes juridiques et de mutations foncières143. N’insistons pas. La moyenne vallée du Turano n’apporte rien sur ce processus qui ne serait déjà connu.

III – LA VALLÉE DU TURANO PENDANT LA PREMIÈRE MOITIÉ DU xiie SIÈCLE : DES INFORMATIONS LACUNAIRES

  • 144 Récit des événements en RF V, p. 310-325 (= CF II, p. 291-315). Voir I. Schuster, L’imperiale abbaz (...)
  • 145 RF V, p.319 (= CF II, p.306) : Erat autem tunc in montanis locis noster primo electus domnus Rainal (...)
  • 146 CF II, p. 305-306 : Itaque prefatum Berardum inter nos venientem et seipsum accusantem fratres susc (...)
  • 147 Repasto : RF IV, n° 984 (1068-1069) ; Montagliano et Offiano : RF V, n° 1015-1016 (1074-1075) ; Cap (...)
  • 148 RF V, p.319 (= CF II, p.306) : Erat autem tunc in montanis locis noster primo electus domnus Rainal (...)
  • 149 Fara, Bocchignano, Tribuco, Arci, Montopoli et Pietra Demone soutenaient Guido : RF V, p. 319 = CF (...)
  • 150 RF V, p. 319-325 = CF II, p. 306-315.

61Avec l’interruption des cartulaires de Farfa, les sources postérieures aux premières années du xiie siècle sont des plus indigentes. Comme le reste de la Sabine et du Réatin, la vallée du Turano fut soumise aux vicissitudes qui secouèrent l’histoire de Farfa durant les années du schisme abbatial ouvert à la mort de l’abbé Bérard III en 1119 et auquel mit fin l’élection d’Adinolfo, fils du comte Rainaldo di Sinibaldo, en 1125144. La seigneurie abbatiale fut alors divisée en trois factions qui soutenaient chacune l’un des trois abbés en lice, le premier élu Rainaldo, Guido III et Bérard IV. Après avoir accepté pour abbé Bérard IV, imposé par l’empereur, en 1121, les moines soumirent une dizaine de castella dont certains avaient pris le parti de Guido tandis que les autres étaient sans doute restés fidèles au premier élu, Rainaldo, alors réfugié in montanis locis, selon toute vraisemblance dans la vallée du Turano145. Parmi ces derniers, Montagliano et Offiano sont alors cités avec Capo Farfa, Cerdomare, Scandriglia et Repasto, comme castella sive terrae comitales146. Ces six châteaux, sur lesquels l’abbaye exerçait des droits d’origine publique, provenaient en effet, on l’a vu, des biens que les familles comtales cousines des Marses et de Rieti, agissant ensemble ou séparément, avaient donnés ou restitués à l’abbaye au cours des trois dernières décennies du xie siècle147. Un accord intervint alors entre Bérard IV et Rainaldo, lequel reçut notamment le monastère San Giovanni in Monte et des terres avoisinantes afin de disposer du nécessaire pour le restant de ses jours. Rainaldo promit à son tour de ne pas tenter de reconquérir l’abbaye tant que Bérard IV aurait respecté l’accord conclu entre eux. Il précisait toutefois qu’au cas où Bérard se serait démis, l’abbaye devait lui revenir148. La situation n’était pas réglée pour autant. Guido III, soutenu par le pape Calixte II et s’appuyant sur les castella qui lui étaient restés fidèles, s’empara de Farfa149. La majorité des moines, refusant de se soustraire au patronage impérial, quittèrent dès lors l’abbaye sous l’égide de Bérard IV. Cette situation confuse dura jusqu’à l’élection d’Adinolfo en 1125150.

Pl. XLI

Pl. XLI

a) Le site du monastère S. Giovanni in Monte ; à droite le mont Cervia (EFR SA 1132).

b) L’église S. Giovanni in Monte (EFR SA 262).

Pl. XLII

Pl. XLII

a) Bâtiment du monastère S. Giovanni in Monte (EFR SA 259).

b) Le monastère S. Maria del Piano (EFR SA 1122).

Pl. XLIII

Pl. XLIII

a) S. Maria del Piano (EFR SA 530).

b) S. Maria del Piano (EFR SA 531).

Pl. XLIV

Pl. XLIV

a) S. Maria del Piano (EFR SA 532).

b) Collalto Sabino (EFR SA 1213).

Pl. XLV

Pl. XLV

a) Collegiove (EFR SA 1142).

b) Petescia, aujourd’hui Turania ; au fond le mont S. Giovanni (EFR SA 493).

Pl. XLVI

Pl. XLVI

a) Pietraforte dans le plan d’Alessandro Ricci, 1814 (ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470 ; EFR SA 559).

b) Pietraforte (EFR SA 1126).

Pl. XLVII

Pl. XLVII

a) Pietraforte : remploi de bas-reliefs du haut Moyen Âge dans le mur de l’église (EFR SA 326).

b) Montorio in Valle et la vallée du Turano (EFR SA 492).

Pl. XLVIII

Pl. XLVIII

a) Montorio in Valle (EFR SA 1125).

b) Pozzaglia (EFR SA 1124).

Pl. XLIX

Pl. XLIX

a) Canemorto, auj. Orvinio (EFR SA 1117).

b) Canemorto, auj. Orvinio (EFR SA 1121).

Pl. L

Pl. L

a) Vallebuona (EFR SA 1120).

b) Vallebuona (EFR SA 1119).

Pl. LI

Pl. LI

a) La tour de Vallebuona (EFR SA 516).

b) Le site de Portica (EFR SA 1147).

Pl. LII

Pl. LII

a) Vivaro (EFR SA 1112).

b) Ascrea (à gauche), Paganico (à droite) et le mont Cervia (EFR SA 1140).

Pl. LIII

Pl. LIII

a) Colle(piccolo) di Tora (au premier plan), Castel(vecchio) di Tora (à gauche), Antuni (à droite) et le lac artificiel du Turano (EFR SA 1139).

b) Castel(vecchio) di Tora (EFR SA 1136).

Pl. LIV

Pl. LIV

a) Antuni (EFR SA 1135).

b) Colle(piccolo) di Tora (EFR SA 1137).

Pl. LV

Pl. LV

a) Le lac artificiel du Turano et Posticciola au fond (EFR SA 1138).

b) Roccasinibalda et la vallée du Turano (EFR SA 1108).

Pl. LVI

Pl. LVI

a) Vestiges de la tour du castellum Sancti Angeli, puis castrum Cellarum, auj. Carsoli (EFR SA 1210).

b) S. Maria in Cellis (EFR SA 1211).

  • 151 RF I, p. 35-36.

62Selon les termes de l’accord conclu en 1121 avec l’abbé Bérard IV, Rainaldo, le premier élu après la mort de Bérard III en 1119, dut jouir un certain temps des revenus de San Giovanni in Monte où on ne peut exclure qu’il ait établi sa résidence après avoir fui l’abbaye. Toutefois, une telle situation ne devait pas durer. Le monastère San Giovanni dut retourner rapidement dans le patrimoine de Farfa puisque l’abbé Adinolfo (1125-1144) en concéda les revenus aux moines, en même temps que ceux de nombreuses églises parmi lesquelles figuraient notamment Sant’Agnese à Malamorte et San Tommaso à Vivaro151.

  • 152 P. F. Palumbo, Lo scisma del MCXXX. I precedenti, la vicenda romana e le ripercussioni europee dell (...)

63Nous manquons totalement d’informations documentaires sur les deux décennies suivantes et en particulier sur les retombées locales du schisme d’Anaclet contre lequel prit parti l’abbaye, se rangeant du côté d’Innocent II152.

  • 153 Voir le chapitre 2.
  • 154 RF I, doc. I, p. 31-32 : Nos vero R. farfensis monasterii abbas una cum fratribus reddimus vobis fe (...)
  • 155 Voir le chapitre 3.

64Par ses buts et ses méthodes, l’enquête archéologique réalisée sur les trois sites de Montagliano, d’Offiano et de la villa de Sant’Agnese – le cas de Castiglione étant différent – n’a dévoilé que les grandes lignes d’une évolution dans laquelle la première moitié du xiie siècle n’est guère représentée au bout du compte. A Montagliano, le processus de remplacement des cabanes en bois par des constructions en pierres maçonnées au mortier de chaux, commencé sans doute vers la fin du xie siècle, se poursuivit tout au long du siècle suivant à l’intérieur du mur d’enceinte du castrum153. En revanche, Offiano, relégué au rang de castellum vetus dès les années 1080, vivota pendant la première moitié du xiie siècle. Comme Montagliano, le castrum fut soumis par le parti de l’abbé Bérard IV en 1121. Un document que l’on peut dater des années centrales du xiie siècle et que nous examinerons en détail dans le chapitre suivant mentionne en particulier la précédente concession en fief du castrum d’Offiano à Gentile di Rainaldo, tandis que sont également attestées les tenures de ses habitants154. La convention stipule en particulier la reconstruction du castrum : il en résulte que celui-ci, qui se présentait comme un habitat groupé et fortifié, avait été détruit peu avant le milieu du xiie siècle. On a vu qu’aucun vestige du castellum d’Offiano antérieur à cette date n’a été mis au jour lors de l’enquête limitée que nous avons réalisée sur le terrain155 ; aussi ne pouvons-nous apprécier les conséquences matérielles des rares informations que fournit une documentation lacunaire.

  • 156 Voir le chapitre 5 au paragraphe II/D et le chapitre 9 au paragraphe II/A.

65Si aucun fait de structure n’a laissé de trace particulière dans l’église Sant’Agnese ni dans le château édifié au lieu-dit Malamorte, il semble que le château de Castiglione ait été incendié et détruit pour la dernière fois à une date qui n’est pas postérieure au milieu du xiie siècle156. A la différence d’Offiano, qui dut subir un sort semblable mais qui fut reconstruit peu après, Castiglione fut abandonné de manière définitive. Peut-être faut-il mettre au compte de la conquête normande des Marses et de l’établissement de la frontière du royaume de Sicile la destruction des deux châteaux vers le milieu du xiie siècle. Une nouvelle période commence alors pour l’histoire de la vallée du Turano.

CONCLUSION : L’« INCASTELLAMENTO », L’ARISTOCRATIE LAÏQUE ET L’ABBAYE DE FARFA

66Il convient pour conclure d’examiner le rôle respectif des seigneurs laïcs, au premier rang desquels figuraient plusieurs familles comtales, et de l’abbaye de Farfa dans les différentes étapes du processus.

67A la fin du xe et dans les premières décennies du xie siècle, la phase initiale de l’« incastellamento » se présentait comme un phénomène élémentaire de constructions de petits châteaux qui ne modifièrent en rien l’organisation territoriale ni la distribution du peuplement. Le castellum n’était alors ni un centre de peuplement ni même une fortification militaire mais plutôt un instrument de gestion de la propriété foncière en même temps qu’un élément stratégique probable pour le contrôle d’un territoire frontalier.

  • 157 Pour un état des lieux de la recherche archéologique régionale sur ce point, nous nous permettons d (...)

68Une deuxième étape, décisive, se déroule, en gros, du milieu du xie au milieu du xiie siècle. Le castrum est doté progressivement de nouvelles fonctions dont témoignent les modifications structurelles qu’il subit. Dès lors, le processus d’« incastellamento » se présente comme un phénomène plus complexe dont l’aboutissement suppose la présence conjointe de trois éléments matériels que l’archéologie est en mesure d’observer : l’existence d’un château, la concentration de la population paysanne et la fortification de l’habitat groupé. Montagliano, où un village fortifié par un mur d’enceinte se constitue autour du château préexistant, forme le cas d’« incastellamento » le plus achevé que nous ayons pu étudier sur le terrain mais de nombreux sites de la vallée ont dû suivre des modalités de développement identiques. En l’état de la recherche, deux cas de figure de l’« incastellamento » ne sont pas représentés dans la moyenne vallée du Turano : la fortification d’un habitat groupé antérieur et la fondation d’un village fortifié sur un site précédemment inoccupé157.

69Les trois composantes de l’« incastellamento » en matière d’habitat ne sont pas nécessairement toutes représentées sur tous les sites concernés. La concentration de la population a pu se réaliser ainsi dans le cadre d’une villa née à l’écart d’un château sans entraîner la fortification du groupement de maisons, que ce soit sous la forme d’un fossé, d’une butte de terre, d’une palissade ou d’un mur d’enceinte. Pour autant qu’on puisse en juger à partir de l’exemple unique de la villa du Cervia, la villa était subordonnée au castrum d’une manière plus ou moins étroite ; en l’absence d’enquête archéologique, on ignore cependant si sa formation est survenue à l’intérieur même du territoire castral ou bien si elle a été incorporée dans la pertinentia castri dans un second temps.

70L’« incastellamento », dont la réalisation fut progressive, ne fut pas général. En effet, le peuplement rural ne fut pas impliqué dans sa totalité par le processus de concentration de l’habitat. Les châteaux érigés vers l’an mil, les églises plus ou moins isolées ne constituèrent pas toujours, celles-ci moins encore que ceux-là, des points d’ancrage pour le rassemblement de la population paysanne. Un habitat dispersé se maintint dans les casae, dans les casalia et dans les loci qui parsemaient le territoire de Malamorte par exemple. Dans ce cas, les châteaux ne connurent pas de modifications structurelles mais furent parfois l’objet d’aménagements d’un certain luxe qui les transformèrent en véritables résidences seigneuriales, comme en témoigne de manière éclatante le petit château de Castiglione.

71La recomposition territoriale autour du centre de peuplement est le deuxième élément novateur qui accompagne la naissance du village. Montagliano en est encore le meilleur exemple. La pertinentia du castrum incorpora les différentes formes de peuplement sans pour autant les condamner à une disparition rapide au profit du village central en plein essor : habitats concentrés mais pas fortifiés, habitat dispersé en casalia et loci, châteaux-résidences sans lien matériel avec l’habitat paysan gravitent dès lors autour du castrum dont le pouvoir de commandement s’étend sur le réseau de peuplement diversifié inclus dans son territoire.

72Les sources écrites permettent d’identifier tant bien que mal les acteurs du processus et le cas échéant la succession des propriétaires fonciers au fil des transferts de propriété. Au début du xie siècle, la vallée du Turano était aux mains de plusieurs grandes familles, principalement réatines, qui édifièrent les premiers châteaux. L’exemple des Guidoneschi montre que les lignages qui conservèrent leurs biens-fonds dans la vallée tout au long du siècle, voire au-delà, portèrent à terme les différentes composantes du processus d’« incastellamento » dans leurs terres. A la fin du xie siècle, les castella fondés et acquis par la consorteria, à mesure de son extension, se présentent tous comme des villages fortifiés pleinement aboutis, si l’on en croit du moins l’acte qui les documente.

73D’autres propriétés changèrent plus souvent de mains dans le courant du siècle, ce qui fut notamment le cas dans la petite région choisie pour notre étude. Dès lors, la réalisation des différentes étapes de l’« incastellamento » doit être mise au compte des acteurs différents qui se succédèrent au fil du xie siècle. Fondateurs de plusieurs châteaux, les filii Maifredi et les filii Odelrici se défirent de leurs biens au profit de l’abbaye de Farfa pendant toute la première moitié du siècle, sans en obtenir la rétrocession d’une manière ou d’une autre. Dès lors, ils sortent à jamais du paysage documentaire. Pour sa part, l’abbaye de Farfa, sans intervenir directement sur les caractères de l’occupation du sol, céda les terres aux comtes des Marses selon des modalités qui nous échappent mais avec un pouvoir étendu sur les hommes qui y vivaient. Bérard II et ses héritiers remembrèrent les terres dont ils avaient pris possession et transformèrent un des châteaux préexistants en village fortifié tandis qu’ils maintenaient les constructions fortifiées et les formes de peuplement antérieures en l’état ou à peu de choses près. Pour les comtes des Marses, pour les Guidoneschi peut-être, des préoccupations d’ordre stratégique sous-tendaient sans doute la réalisation de réseaux castraux qui s’étendaient de part et d’autre de la vallée du Turano, encadrant étroitement la voie qui conduit de Rieti à Carsoli. L’élargissement des possessions du comte Sinibaldo et de ses descendants dans la vallée du Turano à partir de la deuxième moitié du xie siècle répondait sans doute à un motif similaire.

  • 158 Sur la prolifération des lignages seigneuriaux et la multiplication des parts de co-seigneurie cast (...)

74La prolifération des lignages rend compte certainement de la multiplication des castella à partir du milieu du xie siècle. Cependant, les quelques actes à notre disposition ne laissent pas supposer que les consorterie aient réparti leurs biens de manière à attribuer un castellum à chaque rameau du lignage. Dans la mesure où on peut en juger, elles procédaient plutôt à la division du patrimoine en autant de quote-parts que d’ayants droits, entraînant de la sorte le fractionnement de la seigneurie158.

  • 159 L’importance attribuée à l’abbaye de Farfa dans l’« incastellamento » de la vallée par Andrea Staff (...)
  • 160 Pour le cas particulier d’une convention entre l’abbaye et un lignage seigneurial stipulant la reco (...)
  • 161 Ed. A. Pellegrini, Le carte di Casperia (già Aspra), doc. n° 4, p. 6-9. Cf. P. Toubert, Les structu (...)

75Quel fut enfin le rôle de l’abbaye de Farfa dans cette affaire ? Pas plus qu’aucun autre établissement ecclésiastique, Farfa n’a exercé un rôle dynamique dans la fondation des châteaux et des villages fortifiés de la moyenne vallée du Turano ni dans leur développement ultérieur159. On ne sait si comme dans d’autres régions de la Sabine elle a cherché à limiter le phénomène, voire à le bloquer. Dans la vallée du Turano, l’« incastellamento » est une entreprise laïque, à peu près achevée quand les castra entrent dans le patrimoine de l’abbaye ; l’exemple du territoire de Malamorte montre clairement que, si le processus avait été interrompu pour des raisons diverses, l’abbaye ne fit rien pour le porter à terme. Lorsqu’elle reprend la possession de biens dont elle avait perdu le contrôle dans le courant du xe siècle, c’est pour s’en défaire à nouveau. Propriétaire éminent, l’abbaye ne semble jouer aucun rôle foncier dynamique ni sur l’assiette de l’occupation du sol ni sur l’organisation du peuplement. On comprend ainsi pourquoi la documentation n’a transmis aucune charte d’« incastellamento » puisque l’abbaye n’a joué aucun rôle direct ni même indirect par l’intermédiaire d’un entrepreneur de peuplement160. Si des chartes d’« incastellamento » ont été établies dans la vallée du Turano, ce fut entre des seigneurs laïcs et des paysans, à l’instar de la charte de fondation du castrum d’Aspra (actuelle Casperia) en 1109161. Aucun document de cette espèce n’a été conservé pour la vallée du Turano.

  • 162 Voir également L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 244-245 : « Il serait donc erroné de voir dan (...)

76Nous ne disposons d’aucune information sur le rôle exercé par les paysans dans le processus d’« incastellamento » dans la vallée du Turano. Les premiers habitants de Montagliano furent-ils contraints de résider dans le castrum ? Y eut-il au contraire collaboration étroite entre le comte Bérard II et la couche supérieure de la paysannerie ? On l’ignore. La seule observation limitée qu’autorise la documentation concerne la villa. Dans la vallée du Turano, le regroupement de la population dans des habitats ouverts ne se déroule pas hors du cadre seigneurial, le cas échéant comme une manifestation de la résistance des petits propriétaires fonciers et des paysans à l’emprise accrue de lignages puissants : la villa du Cervia était incluse dans le territoire du castrum de Montagliano ; le comte des Marses Oderisio II l’avait donnée en fief à l’un de ses vassaux auquel l’abbé de Farfa renouvela la concession après l’entrée de Montagliano et de sa pertinentia dans le patrimoine de l’abbaye en 10741075162. Ajoutons pour finir que l’enquête archéologique n’a pu mettre en évidence la différenciation sociale, qui se manifesterait en particulier par la qualité des constructions et du mobilier, entre les habitants du castrum, ceux de la villa, lesquels appartenaient sans doute dès l’origine aux couches supérieures de la paysannerie à des degrés par ailleurs divers, et la population rurale encore dispersée selon les formes anciennes de l’occupation du sol. Il y a là une enquête à poursuivre.

Notes

1 Voir le chapitre précédent au paragraphe II/A/3/a.

2 Sur la généalogie des comtes des Marses, cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77 où la période d’activité de Bérard II est limitée aux années 1008-1030 environ. Sur la base de RS, n° 210 (993), où Rainaldo II et son fils Bérard II, tous deux porteurs du titre comtal, font une donation à Subiaco, et de RF IV, n° 772 (1042-1043), n° 993 (1038-1044 ?) et n° 994 (1038-1045 ?), nous proposons de l’étendre des années 990 au milieu des années 1040.

3 RF IV, n° 685 et LL II, n° 2046 (1033) : donation et rétrocession de biens in loco qui dicitur Ophianus, limités de trois côtés par des biens de Bernardus (appelé Berardus dans LL II, n° 2046) cum suis consortibus ; RF IV, n° 692 (1035) : donation à Farfa de biens-fonds in territorio Reatino ubi dicitur Ophianus in quo est aecclesia dedicata in honore Sancte Crucis super rivum qui dicitur Angri, c’est-à-dire sur la rive droite du fosso de Riancoli, limités de deux côtés par les biens de Bernardus cum suis consortibus ; RF III, n° 569 (1030-1036 ?) : donation à Farfa de biens-fonds in territorio Reatino in castaldato de Ophiano in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis iuxta ipsam fontem in quo est aecclesia Sanctorum Vincentii et Anastasii martyrum, bordée d’un côté par les biens de Bernardus cum suis consortibus.

4 Un fils du comte des Marses Bérard Ier (947-972) s’appelait Bernard (voir par exemple RF III, n° 388 de 995 ; cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75). Frère du comte Rainaldo II (972-1000), il était par conséquent l’oncle du comte Bérard II.

5 LL II, n° 2042 : Iohannes filius Faidonis dedit libras XII pro rebus in Ophiano, a I° latere pertinentia Carsoli, a II° latere Tore, a III° latere pertinentia Pozalie, a IIII° latere pertinentia Ciculi ; sicuti Liudeni filius Maifredi concessit in hoc monasterio, excepto castello cum turribus quod tenet Berardus comes. Voir aussi le chapitre précédent au paragraphe II/A/3/a.

6 RF III, n° 572 (1017-1020) : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Ophianus inter affines : ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni, a II° latere rivus qui vocatur Gatturinus et qui vocatur Angri, quomodo descendit in fluvium Turanum, a III° latere terram filiorum Guidonis et terram filiorum Totonis, a IIII° latere territorium de Malamorte et territorium de Bibaro. Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in perpetuum quantum michi ibidem pertinet de castellis, turribus, casis, terris, vineis, cultis et incultis, item agrestis cum silvis et salectis suis et omnibus infra se vel super se habentibus. Voir aussi le chapitre précédent aux paragraphes I/C/3/e, II/ A/3/a (pour la concession en fief de biens sis entre les vallées du Salto et du Turano, accordée de mauvais gré par l’abbé de Farfa au comte de Rieti Teudino I, oncle du comte Bérard II) et II/A/4/b.

7 RF III, n° 570 : donation des biens-fonds situés dans plusieurs lieux-dits de la pertinentia de Ophiano et limités ab uno latere finis pertinentiae de Malamorte et finis pertinentiae de Bibaro et finis pertinentiae Berardi comitis filii Rainaldi et finis pertinentiae filiorum Haerimanni et finis pertinentiae de Cicolanis et finis pertinentiae filiorum Guidonis et finis pertinentiae filiorum Totonis.

8 Voir le tableau généalogique dressé par A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75 et ici p. 270.

9 Sur les transformations de Montagliano, voir plus loin dans ce chapitre le paragraphe I/B/1.

10 Voir par exemple RF IV, n° 993 (1038-1044 ?) où la terra Berardi comitis jouxte des terres situées au lieu-dit Conce à Offiano.

11 RF IV, n° 772 : cession à Farfa de la valle in pede montis Sancti Iohannis inter affines a capite viam publicam, a II° latere cacumen collis et tenentem Berardum comitem, a pede aliam viam publicam, a IIII° latere tenentem suprascriptum comitem.

12 RF IV, n° 696 et LL II, n° 2045 (1035) ; RF III, n° 598 et LL II, n° 2075 (1043).

13 Sur San Giovanni in Monte et le renvoi aux documents des ixe-xie siècles, voir le chapitre 7 au paragraphe I/C/3/c.

14 LL II, n°1233 : in territorio Ophiano vocabulo villa de Cervia quam tenuit suprascriptus Farolfus in fegum a comite Oderisio, a I° latere rigus Angris, ab alio latere usque Paganicum, a III° latere flumen Toranum, a IIII° latere res de capite sera de Cervia. L’acte n’est pas daté. Il est nécessairement postérieur à la vente par les héritiers de Bérard II de leurs biens dans la vallée du Turano en 1074-1075 (RF V, n° 1015-1016). Voir aussi CF II, p. 192. La villa est documentée jusqu’au xive siècle. Sur la villa, voir notamment E. Bonanni et A. Zacchia, La pietra scritta e l’alta valle del Turano, p. 45 ; E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la Section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 897 et A. R. Staffa, L’assetto territoriale della Valle del Turano, p. 259.

15 Pour l’apparition du fief dès avant l’an mil, voir le chapitre 7, paragraphe II/A/3/a. Sur les caractères de la féodalité latiale au xie et au xiie siècle, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1135-1189 et, récemment, S. Carocci, La signoria rurale nel Lazio, p. 185-198. Pour le développement de la féodalité dans les Abruzzes voisines, cf. L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 723-763 et Id., Le développement des institutions féodales dans les Abruzzes adriatiques, en particulier p. 210-215.

16 RF IV, n° 994 : donation à Farfa de biens in loco qui nominatur Puzalia maior, de uno latere terram Berardi comitis, de alio latere terram Petri presbiteri, de III° latere terram Petri Alberici, de IIII° latere via.

17 RF V, n°1016 : a IIII° latere rivum qui venit a Cane mortuo et quomodo veniunt in rivum sancti Martini et res iam dicti vestri monasterii et res filiorum quondam Senebaldi.

18 Sur l’église et le château, voir le chapitre 7 aux paragraphes I/C/3/c et e ; pour la pertinentia, voir le paragraphe II/A/4/a.

19 Sur la transformation de Montagliano, voir le chapitre 2 (paragraphe II) et dans ce chapitre le paragraphe I/B.

20 RF V, n° 1016 cité à la note 17.

21 RF IV, n°809 = CF II, p.122.

22 RF III, n° 570 et 572. Voir aussi le chapitre précédent aux paragraphes I/ C/3/e et II/C.

23 RF V, p. 318-319 = CF II, p. 305-306 : cui etiam castella et possessiones huius monasterii et quotquot nostro populo valuimus, subiecimus videlicet castrum Cavallarie, Agellum, Roccam, Salisanum, podium Catini, et castella sive terras comitales, idest Caput Farfe, Cerretum Malum, Scandriliam, Ofianum, Montalianum, Repastum. Sur cet épisode, voir dans ce chapitre le paragraphe III.

24 Sur le patrimoine de Farfa dans la vallée du Turano à la fin du xie siècle, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1.

25 RF IV, n° 984. Sur le comte de Rieti Teudino et ses fils Bérard et Erbeo, voir H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 51. Sur Acqua Mezza (pour la localisation, voir la feuille F° 144 de la Carte d’Italie, 1 : 25 000, I S.E., Poggio Moiano), voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 420-421 (et p. 401 pour Repasto) et A. R Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 177, pour qui le castellum d’Acqua Mezza aurait été fondé dès le début du xe siècle : l’apparition du toponyme dans le privilège de Marin II de 944 cité à la note suivante ne suffit pas à démontrer l’« incastellamento » du site à cette date.

26 RF II, n° 291 (854) et RF III, n° 302 (872). Sur le gualdus de Pozzaglia, voir le chapitre 6, au paragraphe I/A/3. Pour le privilège de Marin II (944), qui définit les confins du diocèse de Sabine à cet endroit de la manière suivante : deinde per montem qui vocatur Carbo et per Aquam Mensam devenit in flumen Torritii, voir les éditions citées par P. F. Kehr, Italia pontificia, II, p. 54, n° 3 et le chapitre 7, paragraphe I/B/1/b.

27 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/3.

28 Le castellum d’Acqua Mezza n’apparaît pas dans la liste des castella acquis par l’abbé Bérard Ier (1047-1089) : RF IV, n° 809. Aussi était-il entré dans le patrimoine de l’abbaye avant cette date. Il pourrait éventuellement trouver son origine dans le castellum quod fuit Totonis dont le fils Gualafossa donna plusieurs parts à l’abbaye en 1026. La délimitation des confins de ce dernier site, bordé par le Turano, par les fines Vulgarettae, par le finis castelli vetuli quod vocatur de Puzalia venientes in rigum qui currit iuxta monasterium Sanctae Mariae de Puzalia et venientes in rigum qui dicitur Sancti Martini et par les fines Ophiani, ne permet pas de l’affirmer avec certitude : RF III, n° 555. S’il s’agit de deux sites différents, ils étaient proches dans tous les cas l’un de l’autre.

29 RF IV, n°984 : castellum de Aqua Meza cum sua pertinentia. Sur Acqua Mezza, voir également dans ce chapitre le paragraphe III.

30 La première mention du castellum quod dicitur Montalianum situé in loco qui vocatur Ophianus n’est pas antérieure à 1074-1075 (RF V, n° 1015-1016). Sur le casale Talianus, voir le chapitre 6 au paragraphe I/A/2.

31 RF V, n°1016 : ipsum castellum quod vocatur Montalianum et medietatem monasterii quod est in honorem sancti Iohannis cum pertinentia et subiacentia suprascripti castello, et habent fines suprascriptae res lateribus suis : de uno latere res ipsorum comitum qui sunt de comitatu Marsicano et res filiorum quondam Arimanni, de II° latere res filiorum quondam Tebaldi et res filiorum quondam Attonis, a III° latere Paganicum quod est res filiorum Guidonis, a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo et quomodo veniunt in rivum Sancti Martini et res iam dicti vestri monasterii et res filiorum quondam Sinibaldi... ipsum praedictum castellum et suas res cum turris, muris, casis, casaliciis et locis molendinis, terris, vineis, pomis et arboribus suis...

32 Voir le chapitre 2.

33 Les dimensions de Montagliano seraient ainsi parfaitement comparables à celles des castra des Canossa dans la première moitié du xie siècle, qui s’établissent en très large majorité entre 2750 et 8250 m2, cf. A. A. Settia, Castelli e villaggi nelle terre canossiane, repris sous le titre Le terre dei Canossa, p. 261 et 272-273.

34 Rappelons que le sondage fouillé sur la butte sommitale n’a mis au jour que des éléments annexes du castellum de la première moitié du xie siècle qui consistent en trous de poteau et sols d’occupation. Sur les techniques de construction et la céramique, voir les contributions d’Elisabetta De Minicis et de Nolwenn Lécuyer dans le volume suivant de la série.

35 RF V, n° 1015-1016 (1074-1075). Sur les lotissements de l’espace villageois et les modalités de la construction immobilière dans les villages du Latium, voir d’une manière générale P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 332-336 ; E. Hubert, Mobilité de la population et structures des habitations ; Id., Considérations sur la propriété immobilière dans les villages et Id., Maisons urbaines et maisons rurales.

36 Aucune église n’est mentionnée dans les actes de cession de Montagliano à Farfa en 1074-1075. Montagliano comprenait ensuite au moins deux églises, San Silvestro et San Nicola. La première pourrait être antérieure à l’« incastellamento » du site : cf. J. Coste, Un villaggio abbandonato, p. 14-15.

37 En 1074-1075, en même temps que Montagliano et son territoire, la moitié du monastère est cédée à Farfa cum omnibus ornamentis, et quae in ipsa aecclesia sunt vel in antea fuerint, et cum sepulcris, dotis, votis, et ipsa munitate quae in ipsa aecclesia est, et cum oblationibus mortuorum et vivorum (RF V, n° 1016). C’est également auprès de San Giovanni que se faisaient enterrer les habitants d’Offiano sicut consuetudinis fuit tempore abbatis Beraldi (Bérard Ier, 1047-1089, Bérard II, 1090-1099 ou Bérard III, 1099-1119), selon les termes d’une convention passée entre l’abbé de Farfa et les Camponeschi vers le milieu du xiie siècle : RF I, p. 31-32 (voir le chapitre 9, aux paragraphes II/A et II/B/2). Pour les formes de l’emprise monastique sur l’encadrement pastoral dans le Latium, voir P. Toubert, Les structures du Latium, p. 900-913 et ici le chapitre 10 au paragraphe I/A/2.

38 Voir le chapitre 3. Sur le déclin d’Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1/b ; sur sa destruction puis sa reconstruction au milieu du xiie siècle, le chapitre 9 aux paragraphes II/A et II/B/2.

39 Voir le chapitre 4.

40 Voir le chapitre 5.

41 A Malamorte-Sant’Agnese, la concentration de la population paysanne auparavant dispersée dans des casaux n’est pas antérieure à la seconde moitié du xiie siècle. A Offiano, si la fouille n’a pas mis au jour de vestiges du château avant le milieu du xiie, nous n’avons pas d’indice archéologique certain de la présence d’un village avant le milieu du xive siècle à moins que celui-ci n’ait été limité aux 650 m2 entourés par le mur d’enceinte datant du milieu ou de la seconde moitié du xiie siècle. A Castiglione, aucun vestige d’édifice n’est visible sur les pentes de la colline au sommet de laquelle a été érigé le château : des sondages seront ouverts en différents endroits du site lors de la campagne qui se déroulera en 2000 ou 2001 pour s’assurer de la présence ou de l’absence de construction paysanne le long des pentes. Sur tout ceci, voir le chapitre 9 au paragraphe II.
En l’absence de sondages archéologiques, il est impossible de savoir avec quelque précision quelle était la consistance de la villa du Cervia au milieu du xie siècle. Comme on le verra, une « pieve » y est attestée au milieu du xiie siècle.

42 Voir sur ce point les analyses de L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 249-262 ; Id., L’organisation de l’espace abruzzais, p. 257-262.

43 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/B/3.

44 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 48-63 et Id., Strategie politiche, centri di potere e forme di inquadramento territoriale, p. 120-133.

45 RF V, n° 1015-1016.

46 A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 51-54 et Id., Strategie politiche. Voir également V. De Bartholomaeis (éd.), Storia de’ Normanni di Amato di Montecassino, p. 266-270.

47 A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 52. Pour Siginolfus comes fq Berardi comitis habitator in castello Sancti Angeli Carsulano territorio : cf. E. Gattola, Historia abbatiae Cassinensis, I, p. 222 (1060) et RF IV, n° 925 (1062) ; Rainaldus comes f. domni Berardi comitis modo sum habitator in Carsoli : cf. RS n° 208 (1060) ; RF IV, n° 946 (1066-1067) pour une donation par Rainaldus comes de provincia Marsorum à l’abbaye de Farfa, l’acte étant passé à Carsoli. Selon toute vraisemblance, ce Rainaldo est le fils de Bérard II et non de Bérard III, comme le pense A. Sennis, Potere centrale e forze locali, note 154, p. 48 et p. 54.

48 P. F. Kehr, Italia pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, p. 241, n° *1. *2 et 3 ; F. Ughelli, Italia sacra, I, col. 889-890. Cf. L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 840-841 et A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 54.

49 La bulle d’Étienne IX (9 décembre 1057) réunifiant le diocèse des Marses et confirmant ses possessions et ses droits ne mentionne pour la région que l’église Santa Maria in Carseolo cum rebus sibi pertinentibus tam in castro Tupho et Scalellis : F. Ughelli, Italia Sacra, I, col. 889-890. Pour les confins du diocèse des Marses au début du xiie siècle, voir le privilège de Pascal II (25 février 1114) ibid., col. 892-893 ; cf. P. F. Kehr, Italia pontificia, IV, p. 241, n° 4.
Le privilège de Pascal II donne la limite suivante pour la portion du diocèse des Marses qui nous intéresse ici : per furcam de Auricula inde ad Arcum sancti Georgii, per flumen Risanae, per turres de Ofrano, per scalellas, per Tufum fluvii remandi per Treponti. Il convient de corriger fluvii remandi en filii Arimanni (voir le passage correspondant du privilège de Lucius III à l’Église réatine 1182, cf. P. F. Kehr, Italia pontificia, IV, p. 23, n° 10 ; éd. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, doc. n° IV, p. 269). La furca de Auricula indique le mont entre Oricola et Arsoli ; l’arcus sancti Georgii un pont de la via Valeria près de l’église de San Giorgio, proche de Riofreddo : cf. L. Travaini, I confini territoriali dell’abbazia di Subiaco, p. 93-95. Le flumen Risanae doit désigner le fosso Carcarone sinon le Turano lui-même, seule rivière appelée flumen dans les actes. Les turres de Ofrano évoquent Offiano où des turres, attestées depuis 1017-1020 (RF III, n° 572), ont désigné un vocabulum, mentionné sous ce nom en 1038 (RF III, n° 570) : l’original perdu du privilège de Pascal II n’est connu que par deux copies du xviie siècle, dont nous n’avons pas vérifié la lecture. Nous connaissons déjà les filii Arimanni que nous rencontrerons à nouveau à propos de la fondation du castellum de Tufo (chapitre 7, paragraphe II/A/3/e et dans ce chapitre, paragraphe II/A/1/a pour la fondation du castellum de Tufo). La civitas Carsioli est incluse dans le diocèse ; elle est mentionnée fréquemment comme telle au xive siècle dans les Rationes decimarum (P. Sella (éd.), Rationes decimarum Italiae. Aprutium-Molisium, p. 21-56).
Un indice dans le sens de l’appartenance du territoire de Montagliano au diocèse éphémère de Carsoli pourrait provenir également du diplôme de l’empereur Henri IV confirmant les biens de Farfa en 1084 : le castrum vetus de Ophiano, le castellum de Montaliano, le monastère San Giovanni et l’église Sant’Agnese y sont situés dans le territorium Carzulanum (RF V, n° 1099, p. 97 = DH IV, n° 358, p. 475). Montagliano et son territoire sont toutefois localisés in comitatu Reatino en 1074-1075 (RF V, n° 1015-1016). Le diplôme de Henri V en 1118 est plus confus à ce sujet : San Giovanni in Monte est localisé in territorio Reatino ; Montagliano, Offiano et Vivaro in territorio Sabinensi et l’église Sant’Agnese in territorio Carsulano, RF V, n° 1318, p. 303, 305 et 306 (= CF II, p. 281, 284 et 285) ; peut-être faut-il y voir un indice du remodelage contemporain des limites des diocèses. Dans tous les cas, le territoire de Montagliano appartenait au diocèse de Rieti dès lors qu’on en connaît avec précision les confins à partir du milieu du xiie siècle : voir le chapitre 9 au paragraphe II/C.
De façon générale, sur la réorganisation de la géographie diocésaine dans la deuxième moitié du xie et au début du xiie siècle, voir E. Petrucci, Pievi e parrocchie del Lazio, p. 893-905 et P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 795-803.

50 Pour Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1/b et pour la datation des destructions successives de Castiglione, dont l’ultime ne doit pas être postérieure au milieu du xiie siècle, voir le chapitre 5, paragraphe II/D.

51 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/c.

52 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 55-56.

53 Cf. E. Gattola, Historiae abbatiae Cassinensi, I, p. 222. Voir aussi Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, III, 17, p. 380-381 ; M. Inguanez, Documenti del monastero di S. Maria de Cellis conservati nell’Archivio di Montecassino, p. 127-158 ; H. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, I, p. 323-329.

54 RF IV, n° 925 (1062).

55 RF IV, n° 988 (1069), l’acte étant rédigé in Carsole.

56 RS n° 208 et 209. Peu de temps après son élection en 1068, l’abbé de Subia co Jean acquit pour trente livres la rocca de Camerata aux filii Oderici : Chronicon Sublacense (aa. 593-1369), éd. R. Morghen, p. 177.

57 RF IV, n° 946.

58 RF V, n° 1015-1016. Bien que les deux actes présentent la cession comme une vente pour le prix de 100 livres, il s’agit en réalité de la restitution, à titre onéreux, à l’abbaye de biens-fonds dont la propriété éminente lui appartenait en vertu des donations et des ventes faites par les précédents propriétaires (fils de Maifredus, fils d’Odelricus, etc.) dans le premier tiers du xie siècle et que l’abbaye avait cédés au comte Bérard II selon des modalités que nous ignorons.

59 Cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 53 et 55 ; Id., Strategie politiche, centri di potere e forme di inquadramento territoriale, p. 127. Sur l’abbé Oderisio, commanditaire de la chronique du monastère qu’il demanda à Léon d’Ostie d’écrire, voir notamment L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 49-51.

60 Cf. E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 212-213 pour la donation au Mont-Cassin par Altegrima comitissa f.q. Pandulfi qui fuit olim princeps Capue, habitatrix in territorio Carsulano in castello quod vocatur Auricula et relicta Raynaldi, qui fuit comes in suprascripto territorio Carsulano et fq. Berardi comitis, exécutant les dernières volontés de son mari, des castella d’Oricola, Fossaceca, Camerata et Pereto et du monastère de San Pietro de Pereto. Pour l’appellation comes Auriculani donnée à Rainaldo, voir notamment CF II, p. 215.

61 Pour une tout autre région, voir M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc, t. 1, en particulier p. 60-83.

62 Pour les chartes d’« incastellamento », voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 321-328 et la liste p. 322-323.

63 Sur la datation des fondations castrales, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 319-320.
En dépit d’une assez bonne couverture de l’espace considéré par une documentation relativement abondante pour le xie siècle, certains sites n’apparaissent jamais d’une manière ou d’une autre dans les sources ou seulement tardivement, dans la deuxième moitié du xive siècle par exemple pour le castrum Sinibaldi fondé sans doute trois siècles auparavant sinon davantage ; sur celui-ci, voir ci-après, paragraphe II/A72/b.

64 Voir par exemple l’acte de cession de Montagliano par les comtes des Marses à Farfa en 1075 : ipsae res in loco qui vocatur Ophianus, ipsum castellum quod vocatur Montalianum et medietatem monasterii quod est in honorem sancti Iohannis, cum pertinentia et subiacentia suprascripti castelli, et habent fines suprascriptae res lateribus suis : de uno latere res ipsorum comitum qui sunt de comitatu marsicano et res filiorum quondam Arimanni, de II° latere res filiorum quondam Tebaldi et res filiorum quondam Attonis, a III° latere Paganicum quod est res filiorum quondam Guidonis, a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo et quomodo veniunt in rivum Sancti Martini et res iam diciti vestri monasterii et res filiorum quondam Senebaldi, RF V, n° 1016 ; ou encore RF V, n° 1095 (1084) pour une description « percursive » des confins de plusieurs castella donnés à Farfa : a primo latere cripta quae vocatur Fornicaria, pergentes in roccam de Sinebaldo et venientes in Turanum et per ipsum fluvium abeuntes in Puzaliam et pergentes in Canem Mortuum et quomodo vadunt in Porcili et pergunt in Macclam Felcosam et veniunt in Montem Aureum et pergunt in Ponticellum et veniunt in rivum nigrum et per ipsum rivum pergunt in suprascriptam criptam Fornicariam.

65 Les biens-fonds sont parfois encore simplement définis par des expressions du genre aliquid de rebus proprietatis in loco tali inter affines... (RF V, n° 1002 de 1060-1062) ou bien équivalentes (RF IV, n° 916 de 1061-1062 ; RF V, n° 1045 de 1078-1080) mais les notaires définissent plus souvent l’objet des transactions : églises (par exemple RF IV, n° 925 de 1062 ; RF IV, n° 938 de 1062-1065 ; n° 946-947 de 1066-1067 ; n° 988 de 1069) et castella (RF IV, n° 984 de 1068-1069 ; RF V, n° 1015-1017 de 1074-1075 ; n° 1083 de 1083, etc.).

66 Sur les toponymes castraux, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 371-373.
La rupture toponymique complète par rapport à l’Antiquité et au haut Moyen Âge, révélatrice du changement radical dans la géographie du peuplement, notée par Pierre Toubert pour la Sabine orientale et le Réatin (p. 373), ne nous paraît pas s’appliquer aussi parfaitement à la petite région étudiée : parmi les quelque 25 sites documentés à la fin du xie siècle, le quart portent le nom d’un fundus, d’un casale, d’une villa ou d’un simple locus, voire d’un gualdus du haut Moyen Âge : Montagliano (< casale Talianus), Offiano (< fundus Ophiani), Vivaro (< fundus Viarii), Pozzaglia (< gualdus exercitalis de Puzalia), Paganico (< villa sive casale de Paganico), Acqua Mezza (< locus qui dicitur Aqua Meza). On notera en revanche que le toponyme de la curtis de S. Maria de Corneto n’a donné son nom à aucun des castella édifiés près de l’ancien centre du domaine (castrum Antoni, Castellum Vecclum, castellum de Colle Longo), à la différence de ce qu’affirme de manière erronée A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 179 et 200, à partir de CF I, p. 282-283. La lecture de l’acte du Régeste (RF V, n° 1236 de 1046) auquel fait allusion ce passage du Chronicon montre pourtant que le castellum de Corgnito, ici appelé castellum turris de Corgnito, était localisé in finibus maritimi territorii comitatus tuscanensis (il s’agit donc de Corneto, nom médiéval de l’actuelle Tarquinia).
Pour autant, il importe davantage de noter l’importance de la déperdition qui a affecté le stock toponymique du haut Moyen Âge et des innovations onomastiques à partir du xie siècle (75% des sites). Dans tous les cas, que leur nom soit récent ou bien que leur origine soit plus ou moins ancienne, les castella de la vallée du Turano ont entraîné une réorganisation de la géographie du peuplement antérieur, plus ou moins aboutie comme on le verra.

67 Voir RF III, n° 555 (1026) pour la donation à Farfa de parts du castellum Totonis, bâti dans des propriétés limitées par le Turano, les fines Vulgarettae, le finis castelli vetuli quod vocatur de Puzalia, les fines Ophiani et le rio di Petescia ; RF IV, n° 691 et LL II, n° 2043 (1035) pour les premières attestations du toponyme Mons Aureus ; LL II, n° 1264 (1094) pour les confins du castellum vetulum de Ophiano qui comprennent en particulier Mons Aureus et Petra Galia ; RF IV, n° 984 (1068-1069) pour la première mention du castellum de Aqua Meza.

68 RF IV, 209-210 : Fuit... in exterioribus rebus acquirendis ardentissimus atque sagacissimus et CF II, p. 119-205, en particulier p. 119. Voir d’une manière générale I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 215.

69 RF V, n° 1099 (= CF II, p. 173-179 = DH IV n° 358).

70 Haec sunt castella quae suo acquisivit tempore domnus abbas Berardus... Item vocabula aecclesiarum per diversa loca similiter acquisitarum, RF IV, n° 809 et CF II, p. 122-123.

71 RF V, n° 1317. Le document est daté du temps du pape Pascal II (1099-1118) et de l’empereur Henri IV (1056, couronné empereur en 1084-1106). La requête fut présentée au pape lors d’un synode : Temporibus Pascalis papae II et Heinrici imperatoris IIII. Sanctissime pater summeque pontifex apostolicae sedis, proclamamus ad vestram beatitudinem et intimamus vestrae venerationi et huius sanctissimae synodi religioni, quoniam nostrum monasterium, scilicet farfense coenobium, subscriptas res olim acquisivit iuste et possedit proprietatis iure, quas quidam nobis aemulantes, aut vi abstulerunt aut callide subripuerunt a nostro monasterio, ex quibus nostrae ecclesiae iustitiam fieri postulamus, quoniam munimina et instrumenta legaliter olim nostro monasterio aedita ostendere valemus. Pour les conciles romains tenus entre l’élection de Pascal II et la mort de l’empereur, cf. J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 20, col. 1135-1136 (1101), col. 1147-1150 (1102), col. 1159-1162 (1103) et col. 1183-1184 (1104) ; voir Ch.-J. Hefele et H. Leclercq, Histoire des conciles, t. V/1, p. 465-495 et U.-R. Blumenthal, The Early Councils of Pope Paschal II.

72 RF V, n° 1318 = CF II, p. 279-287.

73 RF V, n° 1002 (1060-1062) : donation de biens sis in Carsoli in loco qui Luculus vocatur et in loco qui Tuphus vocatur ; RF IV, n° 988 (1069) : donation de l’église Sant’Angelo in loco qui Tuphus vocatur ; RF V, n° 1041 (1072-1079) : plusieurs membres de la famille sont dits habitatores in territorio Marsicano in castello qui dicitur Tuphum ; n° 1017 (1074) : donation à Farfa de biens in loco qui nominatur Luculus qui super nomen Tuphus vocatur de novem portionibus ipsius castelli unam portionem ; RF V, n° 1070 (1085). Sur les filii Arimanni et leurs possessions dans la vallée du Turano au début du xie siècle, voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/3/e.

74 RF IV, n°809, p.212 : Bivari partes... (suit une lacune d’un mot dans le manuscrit) et CF II, p. 122 : de Bibaro partem Transmundi.

75 RF V, n° 1094 : hoc est ipsam sortem quae michi pertinet de ipso Bibaro, excepto ipso castello et CF II, p.170 : Transmundus f. Gisonis concessit huic monasterio de Bibaro suam portionem ex toto ipso castello.

76 RF IV, n° 947 : Hoc est unam aecclesiam quae vocatur sancti Thomae apostoli in loco qui vocatur Bivarus, cum omni sua pertinentia, cum casis, terris, vineis, campis... ; CF II, p. 123 et 151. Sur les filii Odemundi et leurs possessions dans la pertinentia de Vivaro et dans celle de Malamorte au début du xie siècle, voir le chapitre 7 aux paragraphes II/A/4/a et c.

77 RF V, n°1299 : Massarus et Boninus filii suprascripti Teutonis et Teuto et Transmundus filii Gizonis et Atto et Ilperinus et Azolinus, pro redemptione animae suae dederunt in hoc monasterio et domno Berardo abbati ecclesiam sancti Thomae apostoli et ipsum castellum qui vocatur Bibarus, cum omni sua pertinentia intus et foris et CF II, p. 203-204. L’église et son cimetière étaient situés dans le territoire de Vivaro, à l’extérieur du village : cf. ASR, Congregazione del Buon Governo, s. II, b. 5578.

78 RF V, n° 1299 : Breve recordationis facimus nos monachi farfensis coenobii, quomodo venit Teuto de castro Bibaro et interpellavit domnum Berardum abbatem huius monasterii, multumque rogavit ut redderet sibi et parentibus suis cartulam quam olim ipsi fecerant de ipso castello Bibaro in integrum, in hoc monasterio Sanctae Mariae. Ipse vero abbas diutius compulsus, sine consilio vel assensu congregationis reddidit eis eandem cartulam, contra legem et contra libertatem huius monasterii faciens. Qua accepta, idem Teuto congregavit parentes suos, et ostendit eis cartam ipsam. Qui valde gavisi, accenderunt ignem copiosum, et accipientes singuli partes de ipsa cartula scindentesque eas, laetanter proiecerunt in ipsum ignem. Ignis vero accumulatus, iudicio Dei concremavit ipsum omne castellum. Deinde pro hoc quidam eorum cognoscentes se male egisse, poenitentia ducti et in hoc monasterio conversati, reddiderunt partes suas, sicut fecit Transmundus qui se ipsum cum filio suo Odemundo optulit in hoc monasterio. Octavianus etiam quando concessit medietatem castri Caminatae in hoc monasterio confirmavit partem eiusdem castelli et ipsius pertinentiae totam sortem praedicti Teutonis ; CF II, p. 203-204.

79 RF V, n° 1094 : hoc est ipsam sortem quae michi pertinet de ipso Bibaro excepto ipso castello et RF V, n°1299 :... reddiderunt partes suas (sous entendu de ipso castello de Bibaro), sicut fecit Transmundus...

80 RF V, n°1274 : trado de castro Bivaro quartam partem quae fuit Teutonis quam modo tenet Carbo, ut eam habeat sancta Maria, sicut et partem Transmundi extra ipsum castellum. Le comte donna en même temps la moitié du castrum Caminata sur lequel on verra J. Coste, Localizzazione di un possesso farfense : il castrum Caminata, en particulier p. 192-195.

81 RF V, n°1318, p.305 et CF II, p.284 : de Vivaro... quasdam partes.

82 RF V, n° 1015-1016 et dans ce chapitre le paragraphe I/C.

83 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/4/b.

84 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/b.

85 RF V, n° 1015 : castellum quod est in comitatu Reatino in Ophiano et quod dicitur Montalianum. Le n° 1016 donne pour sa part : sunt ipsae res in loco qui vocatur Ophianus. Ipsum castellum quod vocatur Montalianum... Dans le Chronicon, Gregorio mentionne la vente du castellum in Ophiano quod dicitur Montalianum (CF II, p. 160).

86 RF V, n° 1153-1154 et CF II, p. 216-219 : [item statuimus de calcariis, ut homines] de Ophiano et Montaliano [faciant in uno anno calcarias] II [...] De omnium hominibus castellorum [dix-huit villages sont concernés] per omnes ebdomadas XX homines veniant. Sur ce chantier, cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Les techniques de construction en Sabine : enquête préliminaire sur la Chiesa Nuova de l’abbaye de Farfa ; E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie et la contribution d’Elisabetta De Minicis dans le fascicule suivant de la série.

87 Voir respectivement RF V, n° 1099 (= CF II, p. 173-179 ; DH IV n° 358) et RF V, n° 1318 (= CF II, p. 279-287 : p. 284).

88 LL II, n°1264 : res iuris huius monasterii in territorio Reatino, vocabulo castello vetulo de Ophiano, a I° latere Castellione, a II° latere Petesa, a III° latere Mons Aureus, a IIII° latere Petra Galia.

89 On ne peut identifier le castellum vetus d’Offiano à Castelvecchio, aujourd’hui Castel di Tora au bord du lac artificiel du Turano, comme le fait A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 178-179 et note 57.

90 Sur Petescia, voir le paragraphe suivant.

91 RF III, n° 555. Voir également les observations de Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 400.

92 RF V, n° 1130.

93 LL II, n° 1294 cité note 88.

94 RF V, n°1130 : Hoc est castrum quod dicitur Antoni cum tota sua pertinentia et nostram portionem de Rocca de Salce cum sua portione et nostram portionem de castello de Colle Longo cum tota sua pertinentia et Castellum Vecclum cum tota sua pertinentia seu et Petram Baldam, et Aquae Mezae nostram portionem cum tota eorum pertinentia et castellum quod dicitur Vulgarecta cum tota sua pertinentia... Concedimus ipsas res et castella suprascripta in ipso monasterio cum terris, casis, vineis... et praedicta castella cum muris, portis, plateis, carbonariis et omnibus aedificiis suis et cum totis aecclesiis quae intus Antoni vel deforis stare videntur, et cum totis aecclesiis de Rocca de Salce, quae intus vel deforis in sua pertinentia stare videntur, et aecclesias de Colle Longo deintus et deforis in sua pertinentia, et nostram portionem de aecclesiis pertinentiae de Castello Vecclo et aecclesias quae in Aqua Meza et in Petra Balda deintus et deforis per eorum pertinentias stare videntur et aecclesias quae in Vulgarecta intus et deforis stare videntur... et CF II, p. 211.
Pour la localisation de ces sites, tous désertés à l’exception de Castellum Vecclum (Castel di Tora) et du castellum de Colle Longo (Colle di Tora), cf. A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 176-182 et 190-192. On ne peut suivre l’auteur sur les premiers temps de Castelvecchio (p. 177-181) : les actes de 1035 et de 1046 invoqués par A. Staffa concernent le premier le château de Castiglione, voisin de Montagliano, que nous fouillons actuellement, et le deuxième un castellum vecclum proche de Corneto (actuelle Tarquinia). L’acte de 1092 constitue en effet la première mention de Castelvecchio/Castel di Tora, dont le nom témoigne cependant de l’ancienneté de la fondation. Il faut pas non plus reconnaître Castelvecchio dans le castellum antiquum sis prétendument au lieu-dit Offiano et mentionné parmi les confins de l’église Santa Maria super fluvium Toranum et de ses appartenances dans un document composite de la deuxième moitié du xie siècle : il s’agit en effet de l’église Santa Maria in Turano près de Poggio Mirteto (voir le chapitre 7 au paragraphe III/A/1). Pour les biens des filii Guidonis au début du xie siècle, voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/3/c.
Sur Castelvecchio, voir aussi A. R. Staffa, Il territorio di Ascrea et A. Cortonesi, Ai confini del Regno. La signoria dei Mareri sul Cicolano.

95 RF IV, n° 984 et dans ce chapitre le paragraphe I/A/2/c.

96 RF V, n° 1083 et CF II, p. 167-168 : donation à Farfa par le comte de Rieti Teudino, fils du comte Bérard, de la moitié de plusieurs castella parmi lesquels se trouve la rocca ubi dicitur Salice, située près de Castel di Tora, avec la moitié des castella de Capo Farfa, de Cerdomare, de Poggio Moiano, de Pietra Demone et de Scandriglia. L’année suivante, son fils Erbeo donna à son tour sa part (la moitié) de quelques uns des châteaux (Pietra Demone, Scandriglia, Cerdomare, Capo Farfa) en échange d’autres biens (RF V n° 1095 et CF II p. 170-171 ; voir aussi RF V n° 1255 et 1260).

97 Sans doute celles du castrum Antoni, du Castellum Vecclum, du castellum de Colle Longo et du castellum de Vulgarecta situés dans un territoire qui appartenait aux Guidoneschi depuis le début du xie siècle, comme celle de l’habitat groupé de Paganico quod est res filiorum quondam Guidonis (RF V, n° 1016 de 1075).

La mention des fines Vulgarettae en 1026 (RF III, n° 555) ne suffit pas à prouver l’existence à cette date du castellum de Bolgaretta, attesté comme tel en 1092 seulement : voir le chapitre 7 au paragraphe III/C

98 L’acte de donation de 1092 précise après l’énumération des castra : Etiam quantumcumque nobis evenit a parte paterna vel a materna sive ex nostro conquisito, et quantumcumque modo habemus vel acquirere poterimus in antea (RF V, n° 1130).

La documentation n’a pas conservé de traces de l’acquisition des deux castella d’Acqua Mezza et de Rocca de Salce par les Guidoneschi. En 1068-1069, on l’a vu, le comte des Marses Oderisio II et ses cousins Bérard et Erbeo, fils du comte de Rieti Teudino, avaient reçu de Farfa Acqua Mezza en échange de Repasto (RF IV, n° 984) ; en 1083, le comte de Rieti Teudino, fils du comte Bérard, était propriétaire de la moitié de Rocca de Salce, qu’il donna cette année-là à Farfa (RF V, n° 1083).

99 Voir le chapitre 7, paragraphe I/A/3.

100 RF V, p. 155-156 et CF II, p. 215 : castella quippe et omnia bona filiorum Hilperini, quae per cartulas concessionis huic contulerant monasterio, pavide latenterque amisit et retinere neglexit, faciens cum Rainaldo comite pactum in futurum legaliter damnabile. Haec vero nomina sunt illorum : Trebulae, castellum de Hilperino, castellum de Ginestra, Podium de Pizo, Podium de Cauda Moza et castellum de Hugo. Item omnia bona filiorum Guidonis : idest castrum Antoni, roccam de Salice, Collem Longum, Castellum Vecclum, Petram Baldam, Aquae Mezae et Vulgarectam, nec non et terras sive praedia atque castella Rainaldi comitis Auriculani, et multa alia quae acquirere potuit, damnabili incuria et pigriori negligentia amisit, quoniam terras acquirere noviter spernebat et ut cupidus insatiabilis pecuniae, adeptas antiquitus latenter cottidie ceu mercator scriptitabat.
Les castella des filii Hilperini, que jouxtaient les terres des Guidoneschi et celles des héritiers du comte Sinebaldo, par conséquent ses fils Rainaldo et Gentile, ont été donnés à Farfa en 1086 (voir RF V, n° 1111 et CF II, p. 180-181). Sur Rainaldo di Sinibaldo, voir H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 31-32. A la fin du chapitre du Chronicon consacré à Bérard II, Gregorio da Catino mentionne les castella que de iure nostri monasterii possident filii comitis Rainaldi : Tophia, Nerula, podium Sancti Petri, Trebule, castellum Ilperini, castellum de Ugo, Ginestram, duas partes de Turricella et in castellum de Leto partem Tassonis (CF II, p. 222).
Rainaldo comes Auriculanus (Oricola à quelques kilomètres à l’est d’Arsoli) était le fils du comte des Marses Bérard III. Pour la donation en 1096 de plusieurs castella (Oricola, Camerata, Fossaceca et Pereto) à l’abbaye du Mont-Cassin par sa veuve Altegrima, fille de Pandolf IV de Capoue, voir E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 212-213 ; Id., Historia abbatiae cassinensis, I, p. 222 et Chronica monasterii Casinensis, IV, 16, p. 485.

101 RF V, n° 1317 cité à la note 71. Le document fournit la dernière attestation à notre connaissance d’Acqua Mezza. Sont alors mentionnés dans la région qui nous intéresse, outre les castra filiorum Guidonis et les castra filiorum Hilperini, S. Iustini in Basche et roccam Senebaldi, S. Anatholiae in Tore, S. Mariae in Tore, in Puzalia S. Angeli et montem de Capistrello, le castrum de Malialardo et le monasterium quod dicitur Vetus.

102 RF V, n° 1318 et CF II, p. 279-287.

103 C’est par exemple le cas de Pietrasecca, de Paganico, de Canemortuo (actuel Orvinio), de Petescia (aujourd’hui Turania), de Vallinfreda, d’autres encore : voir par exemple RF V, n° 1017 (1074) : a III° latere... venit in Petram Siccam ; n° 1016 (1075) : a III° latere Paganicum quod est res filiorum quondam Guidonis, a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo ; n° 1094 (1084-1085) : ab uno latere Petesa, ab alio Portica (signalé cependant comme castellum en 1044 : RF IV, n° 776), a III° Vallamfreda.

104 Voir respectivement RF V, n° 1094 et LL II, n° 1264.

105 Voir par exemple RF III, n° 567 (1036).

106 Voir par exemple RF III, n° 570 (1038). Voir dans le chapitre 7 le paragraphe II/A/4/b.

107 RF V, n° 1015-1016.

108 Voir le chapitre 9 au paragraphe III/A/1.

109 Sur Petescia, voir M. Iori, Petescia Sabina oggi Turania ; A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 185-186 et P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 398 (la curtis de Petesa mentionnée dans un acte de 1013 (RF IV, n° 664) ne se rapporte pas à ce Petescia mais au Petescia proche de Rieti sur lequel voir ibid., p. 443-444).

110 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 896-897 et le chapitre 10 au paragraphe I/B/2.

111 IGM, 1 : 25 000, F° 145 III N.O., Collalto Sabino, UG 327663, cote 679 (carte 5, p. 7).

112 RF IV, n° 916 (1061-1062) ; voir également le n° 988 (1069) où le comte Sinibaldus est mentionné parmi les confins de biens-fonds sis in loco qui Tuphus vocatur territorio carsulano (Tufo). Sur le personnage, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 30-32.

113 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/4/a.

114 RF V, n°1016 : a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo et quomodo veniunt in rivum Sancti Martini et res iam dicti vestri monasterii et res filiorum quondam Sinebaldi.

115 Voir le chapitre 7 au paragraphe II/A/1. Il ne faudrait naturellement pas en conclure que les grands propriétaires fonciers résidaient désormais sur place.

116 RF IV, n° 916 (1061-1062) : Helperinus et Azolinus germani fratres, filii Sifredi de comitatu reatino habitatores in Ophiano ; LL II, n° 1233 (années 1075-1089) : Farolfus et Bernardus germani filii Massari habitatores territorii reatini vocabuli Ophiani.
Pour une définition contemporaine du terme habitator, due au pape Léon IX, voir L. Schiaparelli, Le carte antiche dell’archivio capitolare di S. Pietro in Vaticano, doc. n° 16 (1053) : Habitatores sunt viri et mulieres quicumque habitant in domibus propriis aut in domibus quas tenent non per unum diem nec per unum annum, set longo usu per cartulas locationum. Sur cette question, voir aussi C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, p. 309-316.

117 RF V, n° 1015-1016 (1074-1075) : castellum quod est in comitatu reatino in Ophiano et quod dicitur Montalianum ; LL II, n° 1233 (1075-1089) : in territorio Ophiano vocabulo villa de Cervia.

118 LL II, n° 1329 et 1346, tous deux de 1101 : Baroncellus de Montaliano et Baroncellus Ofiani.

119 RF IV, n° 776. Portica, qualifié de mons de Portica dans une énumération de confronts en 1019 (RF III, n° 518) et castellum à partir de 1044, est attesté jusqu’au xvie siècle, cf. E. Bonasera, E. Hubert et E. De Minicis, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 895-896. Il convient de corriger sur ce point P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 425-426, qui penche pour un abandon du site dès la fin du xie ou le xiie siècle.

120 RF V, n° 1017 (1074), n° 1041 (1072-1079), n° 1070 (1085). Voir également n° 1045 (1078-1080) pour Ratterius filius Ratterii habitator in Canemortuo (aujourd’hui Orvinio) : on ne sait cependant s’il s’agissait alors d’un castellum.

121 RF IV, n° 938.

122 Les sources à notre disposition ne permettent aucune étude de la population villageoise et moins encore celle des mouvements de population pour cette époque. Sur la mobilité des hommes dans le Latium, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 651-657 ; S. Carocci, Baroni di Roma, p. 266-270 ; E. Hubert, Mobilité de la population et structure des habitations. Sur ces questions, voir en général Demografia e società nell’Italia medievale ; pour des études particulières, voir F. Panero, Terre in concessione e mobilità contadina et, pour le Biterrois, M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc, p. 254-272.
Sur l’anthroponymie dans les campagnes et les témoignages qu’elle peut fournir à la mobilité des hommes, voir les très nombreuses contributions au programme récent sur la « Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne », en particulier sur l’Italie centro-septentrionale mais à une époque plus tardive : P. Corrarati, Percorsi dell’antroponomia familiare : Milano e il Milanese ; E. Hubert, Structures urbaines et système anthroponymique ; Ch.-M. de La Roncière, Le système anthroponymique dans la campagne toscane ; F. Menant, L’anthroponymie du monde rural, p. 349-363 et E. Salvatori, Il sistema antroponimico a Pisa nel Duecento, avec tous les renvois utiles à la bibliographie antérieure.

123 Pour les premières attestations du mot castrum, voir RF V, n° 1130 (1092) : castrum quod dicitur Antoni ; n° 1274 (1093) : trado de castro Bivaro quartam partem... sicut et partem Transmundi extra ipsum castellum.
Jusqu’au xie siècle inclus, le mot castellum n’apparaît pas comme un doublet exact du mot castrum : le premier s’applique principalement à des châteaux tandis que le second est utilisé pour désigner des centres d’une certaine consistance démographique comme Viterbe et Orvieto : voir la Destructio monasterii Farfensis de l’abbé Hugues de Farfa et le Chronicon farfense de Gregorio da Catino. Pour le vocabulaire de la fortification dans d’autres régions, voir en particulier P. Bonnassie, Les descriptions de forteresses dans le Livre des Miracles de Sainte-Foy de Conques ; A. Debord, Castrum et castellum chez Adémar de Chabannes ; J. Flori, Châteaux et forteresses aux xie et xiie siècles ; J.-C. Poteur, Origine et évolution de l’habitat médiéval en Provence orientale ; J.-F. Verbruggen, Notes sur le sens des mots castrum, castellum.

124 La première connue, et la seule attestée dans la région avant la fin du xiie siècle, est la villa de Cervia mentionnée dans un acte non daté mais que l’on peut attribuer aux années 1075-1089 : LL II, n° 1233.
Pour la différence entre castellum et villa, qui sont tous deux des habitats groupés, voir notamment un passage de Léon d’Ostie : Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, II, 73, p. 315 : Abbas [Richerius, 1045] autem iam dudum suspectam habens Normannorum nequitiam singula monasterii castella muris in giro munivit ibique rusticos, qui hactenus in villis habitaverant, manere constituit ; et le commentaire d’E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 147 : Leo Marsicanus villas a castellis distinguit, nam castellum oppidum est fossa, valloque munitum ; villa vero oppidum apertum nullis meniis, fossaque vallatum. Villae nullam habent juris propriam dictionem, sed subsunt alicui castro vel civitati. Sur la coexistence de la villa et du castrum, cf. M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc, p. 65-76 ; L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 241-245. Même émergence timide de la villa dans la seconde moitié du xie siècle en Lombardie, cf. F. Menant, Campagnes lombardes, p. 66 et suiv.

125 Voir notamment R. Hodges, Excavations at Vacchereccia (Rocchetta Nuova) ; C. Wickham, Il problema dell’incastellamento et, plus récemment, R. Francovich, L’incastellamento e prima dell’incastellamento ; J. A. Quiròs Castillo, La Valdinievole nel medioevo.
Pour une forme d’« incastellamento » comparable à celle observée dans la vallée du Turano, voir P. Delogu et L. Travaini, Aspetti degli abitati medievali, en particulier p. 8-9.

126 Exception faite du « proto-village » qui a précédé Roccasinibalda, attesté en 986 (terrae petiam unam ubi ipsa rocca stare videtur cum petris et muris et casis qui sunt ibi aedificatae et cum lignaminibus et cum introitu et exitu suo et omnibus aedificiis suis... per mensuram modiorum centum : RF III, n° 403), Montagliano est le premier village de la vallée documenté en tant que tel par les actes notariés, ceci en 1074-1075 : castellum cum turris, muris, casis, casaliciis et locis molendinis (RF V, n° 1015-1016).
En 1092, les sept castella donnés, en totalité ou pour partie, par les filii Guidonis à Farfa sont décrits également avec leurs murs, leurs portes, leurs places, leurs fossés et leurs édifices ainsi que leurs églises : castrum quod dicitur Antoni cum tota sua pertinentia et nostram portionem de Rocca de Salce, cum sua portione et nostram portionem de castello de Colle longo cum tota sua pertinentia et Castellum Vecclum cum tota sua pertinentia seu et Petram Baldam et Aquae Mezae nostram portionem cum tota eorum pertinentia et castellum quod dicitur Vulgarecta cum tota sua pertinentia... praedicta castella cum muris, portis, plateis, carbonariis et omnibus aedificiis suis et cum totis aecclesiis quae intus Antoni vel deforis stare videntur et cum totis aecclesiis de Rocca de Salce quae intus vel deforis in sua pertinentia stare videntur et aecclesias de Colle Longo deintus et deforis in sua pertinentia et nostram portionem de aecclesiis pertinentiae de Castello Vecclo seu et aecclesias quae in Aqua Meza et in Petra Balda deintus et deforis per eorum pertinentias stare videntur et aecclesias quae in Vulgarecta intus et deforis stare videntur (RF V, n° 1130).
De telles descriptions ne se recopient pas exactement d’un acte à l’autre, même lorsqu’il s’agit de sites identiques : voir en particulier, pour rester dans notre région, les castella donnés par le comte de Rieti Teudino II et ses fils en 1083 et en 1084 (RF V, n° 1083 et 1095) et ceux donnés par les filii Hilperini en 1086 et en 1088-1089 (RF V, n° 1111-1112).

127 LL II, n° 1233 et CF II, p. 192 (a. 1059).

128 Cf. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, doc. n° 3, p. 266. Sur la villa, voir également le chapitre 9, paragraphe II/B et le chapitre 10, paragraphe II/A/3.

129 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 897. Pour la localisation de l’église Sant’Angelo près de la fonte del Caragno (IGM, F° 145 de la Carte d’Italie, 1 : 25 000, III N. O. Collalto Sabino, UG 357703, alt. 650 m), cf. E. Bonanni et A. Zacchia, La pietra scritta, p. 45 et A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 259.

130 Nous ne sommes pas en mesure d’établir un lien entre les villae documentées à partir du xie siècle et celles mentionnées au ixe siècle, dont on ignore à quoi elles pouvaient ressembler (la villa quae vocatur Paganica pour la vallée du Turano : RF II, n° 289 de 852 ; RF III, n° 317 de 876 où elle est aussi appelée casale Paganecum).
Sur le développement des villae en Sabine et dans le Réatin à partir du viiie siècle, voir T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina e nel Reatino, p. 186-187. Pour des résultats archéologiques récents sur le « village » du haut Moyen Âge, voir J. A. Quiròs Castillo, La Valdinievole nel medioevo, en particulier p. 51-57. Sur la question débattue de la définition du « village », voir notamment R. Fossier, Villages et villageois ; J.-M. Pesez, Village, p. 356-363 ; E. Zadora-Rio, Le village des historiens et le village des archéologues.

131 Voir le chapitre 7 aux paragraphes I/C/3/e et III/B. Sur l’habitat dispersé, voir le volume récent L’habitat dispersé dans l’Europe médiévale et moderne dans lequel on lira tout particulièrement les contributions de B. Cursente, Avant-propos et de J.-M. Pesez, L’habitat dispersé : un problème historique pour l’archéologue.

132 LL II, n° 1264.

133 Voir le chapitre 5, paragraphe II/D où sont présentés les résultats de datations au radiocarbone qui fixent le terminus post quem non de l’abandon du château au milieu du xiie siècle. Voir aussi le chapitre 9 au paragraphe II/A.

134 Sur la formation de la villa de Sant’Agnese, voir le chapitre 9, paragraphe II/B/3.

135 RF III, n° 522. Voir également le chapitre 7 aux paragraphes I/B/1/b, I/ C/3/c et II/A/4/a.

136 LL II, n° 2049 pour la concession de 1026-1027 et RF III, n° 521 pour la donation de 1025.

137 LL II, n° 2050 (1026-1027) et 2051 (1027).

138 Voir en premier lieu P. Vaccari, Il castrum come elemento di organizzazione territoriale ; d’une bibliographie extrêmement abondante sur le sujet, on citera en particulier F. Cusin, Per la storia del castello medievale ; A. Debord, Châteaux et pouvoirs de commandement et G. Rossetti, Formazione e caratteri delle signorie di castello ; pour des états récents de la question, voir G. Dilcher et C. Violante (dir.), Strutture e trasformazioni della signoria rurale et A. Spicciani et C. Violante (dir.), La signoria rurale nel medioevo italiano.

139 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, chapitres III, IV et V.

140 RF IV, n° 984 (1068-1069) : castellum de Aqua Meza cum sua pertinentia ; RF V, n° 1015-1016 (1074-1075) : castellum quod vocatur Montalianum cum pertinentia et subiacentia suprascripti castelli ; n° 1017 (1074) : pertinentia castelli in loco qui nominatur Luculus qui super nomen Tuphus vocatur ; n° 1109 (1086) : pertinentiam de rocca Sinebaldi ; n° 1130 (1092) : castrum quod dicitur Antuni cum tota sua pertinentia. Et nostram portionem de rocca de Salce cum sua portione. Et nostram portionem de castello de colle longo cum tota sua pertinentia. Et Castellum Vecclum cum tota sua pertinentia. Seu et Petram baldam et Aquae Mezae nostram portionem cum tota eorum pertinentia. Et castellum quod dicitur Vulgarecta cum tota sua pertinentia. Sur la « clôture de l’espace » qui en résulte, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 336-338.

141 RF V, n°1017 : pertinentia vero suprascripti castelli est inter affines a primo latere rivus siccus, a II° latere alius rivus Angri, a III° latere alius rivus a Sancto Vito et venit in Petram Siccam et venit in Obitum et vadit in pertinentia de Varri, a IIII° latere pergit per ipsam serram a castaniola et vadit per ipsum iugum de Scorzella.

142 Voir respectivement RF V, n° 1094 (1084-1085) et LL II, n° 1264 (1094).

143 Voir RF IV, n° 984 (1068-1069) ; RF V, n° 1017 (1074) ; n° 1015-1016 (10741075), n° 1083 (1083), etc.

144 Récit des événements en RF V, p. 310-325 (= CF II, p. 291-315). Voir I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 263 et suiv. et M. Stroll, The Medieval Abbey of Farfa, p. 231-239 ; voir également T. Leggio, Momenti della riforma cistercense nella Sabina e nel Reatino.

145 RF V, p.319 (= CF II, p.306) : Erat autem tunc in montanis locis noster primo electus domnus Rainaldus... Pour la dénomination coutumière de la région, voir le chapitre 10, paragraphe I/B/1.

146 CF II, p. 305-306 : Itaque prefatum Berardum inter nos venientem et seipsum accusantem fratres susceperunt, et de excommunicatione illum extrahentes, ut moris est in abbatem elegerunt. Factumque est anno Domini millesimo CXXI videlicet II nonas maias, feria quoque VI. Cui etiam castella et possessiones huius monasterii et quotquot de nostro populo valuimus, subiecimus, videlicet castrum Cavalleriae, Agellum, Roccam, Salisanum, Podium Catini et castella sive terras comitales, idest Caput Farfae, Cerretum Malum, Scandriliam, Ofianum, Montalianum, Repastum. La liste des villages fidèles à Guido est connue par les privilèges qu’il leur concéda : il s’agit de Pietra Demone, Scandriglia, Fara, Rocca, Salisano, Bocchignano, Montopoli, Tribuco et Arci (voir RF V, p. 317-318 = CF II, p. 302-304). Parmi eux, seuls Rocca, Salisano et Scandriglia sont mentionnés dans la liste des castra soumis par Bérard IV en 1121. On doit peut-être émettre l’hypothèse que les autres soutenaient Rainaldo.

147 Repasto : RF IV, n° 984 (1068-1069) ; Montagliano et Offiano : RF V, n° 1015-1016 (1074-1075) ; Capo Farfa, Cerdomare et Scandriglia : RF V, n° 1083 (1083), n° 1095 (1084). Voir aussi dans ce chapitre les paragraphes I et II/A.

148 RF V, p.319 (= CF II, p.306) : Erat autem tunc in montanis locis noster primo electus domnus Rainaldus, quo secesserat de hac abbatia a populo nostro inique expulsus, qui a quibusdam consanguineis suis pecunia premiatis suasus, et callide ac fraudulenter deceptus, venit ut cum eodem Berardo loqueretur. Ubi quidam interfuerunt qui eidem domno Rainaldo ex parte predicti Berardi sub iureiurando firmaverunt, ut haberet omni tempore vite sue quasdam res quae ad eius regimen honeste forent sufficientes, idest monasterium Sancti Iohannis de Monte et quaedam alia sibi utilia. Post hoc subito, ignorante ac nolente domno Rainaldo, fecerunt per quendam, sub persona eiusdem Rainaldi, aliud sacramentum contra predictum Berardum quomodo ipsi callide finxerunt. Sicque domnus Rainaldus venit ad hoc monasterium, ubi eum quidam fratres in conventu rogaverunt, ut cum eodem Berardo concordiam haberet, et ad eorum condescenderet voluntatem. Quibus ipse coram omnibus respondit : « Vos abbatiam michi dedistis et postea inique ablata est a me et sine canonico vel legali iudicio, sive etiam gratis ; nunc autem nil habeo nilque dare possum nec debeo. Verumtamen pro vestro alloquio, dilectissimi, hoc inquio, ut isto vivente et abbatiam tenente, interim quiescam, et neque litem neque guerram ei faciam, si ipse omni tempore observaverit quod michi sacramento firmavit. Quod si iste quoquo modo abbas esse desierit, denuntio et notum facio, quia propter hoc vestre nunc caritati cedo, meam iustitiam vel rationem rectam nunquam exinde amittere volo nec in aliquo malignari patiar.

149 Fara, Bocchignano, Tribuco, Arci, Montopoli et Pietra Demone soutenaient Guido : RF V, p. 319 = CF II, p. 306.

150 RF V, p. 319-325 = CF II, p. 306-315.

151 RF I, p. 35-36.

152 P. F. Palumbo, Lo scisma del MCXXX. I precedenti, la vicenda romana e le ripercussioni europee della lotta tra Anacleto e Innocenzo II, p. 431-433 et doc. n° XXII, p. 657-658.

153 Voir le chapitre 2.

154 RF I, doc. I, p. 31-32 : Nos vero R. farfensis monasterii abbas una cum fratribus reddimus vobis feudum sicut tenuit Gentilis Rainaldi in castro Ofano... Nos S. et T. facimus tibi domino abbati R. et farfensi monasterio hominium et fidelitatem, et reddimus tibi castrum quod vocatur Ophanu et reedificamus tibi et farfensi monasterio eum et antiquis eiusdem castri habitatoribus tenimenta pro tuo velle reddemus, qui vobis fidelitatem et hominium sunt facturi. On peut éventuellement reconnaître en Gentile un fils du comte Rainaldo di Sinibaldo et par conséquent frère de l’abbé Adinolfo qui lui aurait concédé le castrum d’Offiano en fief. On a vu l’intérêt manifesté par la famille pour la possession de castella dans la région depuis le milieu du xie siècle. Voir le chapitre 9 aux paragraphes II/A et II/B/2.

155 Voir le chapitre 3.

156 Voir le chapitre 5 au paragraphe II/D et le chapitre 9 au paragraphe II/A.

157 Pour un état des lieux de la recherche archéologique régionale sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à E. Hubert, L’incastellamento dans le Latium. Remarques à propos de fouilles récentes.

158 Sur la prolifération des lignages seigneuriaux et la multiplication des parts de co-seigneurie castrale, voir en particulier P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1107.

159 L’importance attribuée à l’abbaye de Farfa dans l’« incastellamento » de la vallée par Andrea Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 198-199, ne nous paraît pas ressortir de l’examen de la documentation disponible. Sur les rapports entre l’abbaye de Farfa et l’« incastellamento », voir les observations de T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina, p. 191 et suiv. Pour d’autres seigneuries monastiques, voir L. Feller, Casaux et castra dans les Abruzzes ; R. Morghen, Le relazioni del monastero sublacense col Papato, la feudalità e il comune nell’alto Medio Evo ; M. Del Treppo, La vita economica e sociale in una grande abbazia del Mezzogiorno ; P. Toubert, Pour une histoire de l’environnement économique et social du Mont-Cassin ; C. Wickham, Paesaggi sepolti : insediamento e incastellamento sull’Amiata.

160 Pour le cas particulier d’une convention entre l’abbaye et un lignage seigneurial stipulant la reconstruction d’un castrum abandonné, qu’on ne peut qualifier de charte d’« incastellamento » à proprement parler, voir le chapitre 9 au paragraphe II/B/2.

161 Ed. A. Pellegrini, Le carte di Casperia (già Aspra), doc. n° 4, p. 6-9. Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 323 ; F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Du village perché au castrum, p. 448 et 452 ; E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium, p. 133-134 et 142-143.

162 Voir également L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 244-245 : « Il serait donc erroné de voir dans les mentions de villae la conséquence d’un regroupement spontané des paysans alleutiers ».

Table des illustrations

Légende Carte 9 – Le territoire de Montagliano en 1074-1075.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende 3 – Généalogie simplifiée des comtes des Marses et de Rieti au xie siècle. (cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 47-51 et 53 ; A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 4 – Les filii Arimanni dans la deuxième moitié du xie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 5 – Les Sifredischi dans la deuxième moitié du xi siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Pl. XLI
Légende a) Le site du monastère S. Giovanni in Monte ; à droite le mont Cervia (EFR SA 1132).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende b) L’église S. Giovanni in Monte (EFR SA 262).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pl. XLII
Légende a) Bâtiment du monastère S. Giovanni in Monte (EFR SA 259).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende b) Le monastère S. Maria del Piano (EFR SA 1122).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pl. XLIII
Légende a) S. Maria del Piano (EFR SA 530).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende b) S. Maria del Piano (EFR SA 531).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Pl. XLIV
Légende a) S. Maria del Piano (EFR SA 532).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Collalto Sabino (EFR SA 1213).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Pl. XLV
Légende a) Collegiove (EFR SA 1142).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende b) Petescia, aujourd’hui Turania ; au fond le mont S. Giovanni (EFR SA 493).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Pl. XLVI
Légende a) Pietraforte dans le plan d’Alessandro Ricci, 1814 (ASRoma, Congregazione del Buon Governo, II, b. 3470 ; EFR SA 559).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende b) Pietraforte (EFR SA 1126).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Pl. XLVII
Légende a) Pietraforte : remploi de bas-reliefs du haut Moyen Âge dans le mur de l’église (EFR SA 326).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende b) Montorio in Valle et la vallée du Turano (EFR SA 492).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pl. XLVIII
Légende a) Montorio in Valle (EFR SA 1125).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende b) Pozzaglia (EFR SA 1124).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. XLIX
Légende a) Canemorto, auj. Orvinio (EFR SA 1117).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende b) Canemorto, auj. Orvinio (EFR SA 1121).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Pl. L
Légende a) Vallebuona (EFR SA 1120).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende b) Vallebuona (EFR SA 1119).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Pl. LI
Légende a) La tour de Vallebuona (EFR SA 516).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende b) Le site de Portica (EFR SA 1147).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Pl. LII
Légende a) Vivaro (EFR SA 1112).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende b) Ascrea (à gauche), Paganico (à droite) et le mont Cervia (EFR SA 1140).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Pl. LIII
Légende a) Colle(piccolo) di Tora (au premier plan), Castel(vecchio) di Tora (à gauche), Antuni (à droite) et le lac artificiel du Turano (EFR SA 1139).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende b) Castel(vecchio) di Tora (EFR SA 1136).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Pl. LIV
Légende a) Antuni (EFR SA 1135).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende b) Colle(piccolo) di Tora (EFR SA 1137).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Pl. LV
Légende a) Le lac artificiel du Turano et Posticciola au fond (EFR SA 1138).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende b) Roccasinibalda et la vallée du Turano (EFR SA 1108).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Pl. LVI
Légende a) Vestiges de la tour du castellum Sancti Angeli, puis castrum Cellarum, auj. Carsoli (EFR SA 1210).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende b) S. Maria in Cellis (EFR SA 1211).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/263/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 666k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540