Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l’École française de Rome

Anne Lehoërff et Olivier Poncet

À Claude Nicolet, in memoriam

et en souvenir d’une conversation dominicale

Texte intégral

« Notre École de Rome a pour véritable objet, si nous ne nous trompons pas, de servir à la fois la cause de la science et celle de l'enseignement en les rapprochant, en les conciliant l'une avec l'autre. »

(Auguste Geffroy, 12 août 1876)

  • 1 Outre l'École française de Rome, il s'agit au terme du décret 2011-164 du 10 février 2011 de l'Écol (...)
  • 2 Voir dans ce volume O. Poncet, La querelle des origines. Émile Burnouf, Albert Dumont et la créatio (...)

1L’une des singularités de l’École française de Rome parmi les Écoles françaises à l'étranger dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur1 est sans conteste sa dimension historienne. Dès lors, invoquer cette qualité à propos de l’un de ses directeurs dans le titre d’une contribution peut apparaître comme un rappel provocateur, à tout le moins inutile. Pourtant, la vocation initiale de l’École n’était pas aussi claire et ce caractère n’était pas pour ainsi dire inscrit dans les gènes de l’institution2. Comprendre le cheminement vers cette nouvelle définition, devenue entre-temps évidente, impose de revenir brièvement sur la construction des savoirs dans le dernier tiers du XIXe siècle et sur les conditions intellectuelles et administratives des liens scientifiques franco-italiens, avant de concéder à un individu, Auguste Geffroy (1820-1895), un poids déterminant dans l’esprit passé et présent de l’École.

Fig. 1. - Auguste Geffroy, par Jules Lenepveu (Salon Rouge de l'École française de Rome, Palais Farnèse, Rome).

Fig. 1. - Auguste Geffroy, par Jules Lenepveu (Salon Rouge de l'École française de Rome, Palais Farnèse, Rome).

Archéologie et histoire à l'époque de la création de l'École française de Rome

  • 3 La tendance actuelle est, intellectuellement ou institutionnellement, à une séparation et un isolem (...)
  • 4 A. Lehoërff, Les paradoxes de la Protohistoire française, dans Annales HSS, 2009, p. 1107-1134 ; Ea (...)
  • 5 A. Lehoërff, L'enseignement de l'archéologie en France. Bilan, perspectives, dans Nouvelles de l'ar (...)
  • 6 B. G. Trigger, A history of archaeological thought, Cambridge, 1989 ; I. Hodder (éd.), Archaeologic (...)

2Il importe de faire quelque peu abstraction des rapports disciplinaires actuels pour retrouver ce qu’étaient les formes d’écriture et de recherche du passé de l’homme dans les années 1870-1880. On pourrait soutenir à bon droit que l’archéologie, longtemps très largement prédominante, voire exclusive dans les institutions homologues de l'École de Rome, est une discipline historique et qu’elle n’a pas de sens en dehors de ce rapport ontologique avec l’histoire. Pourtant, ce lien est aujourd’hui peut-être moins évident que jamais. Qu’elle soit bien autre chose qu’une pourvoyeuse de sources et que sa méthodologie – ses méthodologies serait-il plus prudent d’écrire – lui confère une forme d’identité spécifique ne peut en effet être contesté. On observe un semblant de crispation et d’éloignement disciplinaires entre histoire et archéologie, laquelle tend davantage et selon les cas vers l’histoire de l’art, l’anthropologie ou la géologie3. Dans le cas de la France, cette évolution constitue un retour en arrière4. Les indicateurs sont nombreux, qu'ils soient internes – les cursus de formation universitaire, les regroupements et/ou rattachements au sein de départements d’enseignement, etc.5 – ou externes – les collections éditoriales, les revues de vulgarisation. Ces tensions ne sont certes pas neuves et ont aussi leur histoire6. Dès 1983, Jean Guilaine pouvait ainsi écrire :

  • 7 J. Guilaine, compte rendu de A. Schnapp dir., L'archéologie aujourd'hui, 1980, dans Annales. É.S.C.(...)

Le désir de s'éloigner de l'histoire est manifeste : l'archéologue veut approfondir son identité et travailler, en toute indépendance, sous son propre éclairage. Pourtant, sans vouloir réitérer les errements passés du discours « unifié », textes et objets, concourant à la synthèse finale, devront bien périodiquement croiser leurs chemins, ne serait-ce que pour établir leurs convergences ou constater leur irréductibilité.7

  • 8 Pour reprendre l'expression d'A. Schnapp, Archéologie et tradition académique en Europe aux XVIIIe (...)
  • 9 A. Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l'archéologie, Paris, 1993, p. 304-305 et 309.
  • 10 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, 2001 (Points Histoire, (...)

3À l’orée des années 1870, l’archéologie (ou tout du moins sa partie « humaniste »8) était assez proche de n’être, à l'inverse de cette tendance autonomiste, qu’une discipline annexe de l’histoire. Les deux domaines scientifiques avaient pourtant été longtemps séparés par des objectifs fort divers. Tandis que l’histoire apparaissait comme une branche spécifique de la morale ou de la littérature, l’archéologie apportait sa contribution à l’étude des mouvements esthétiques (collectionneurs et antiquaires) ou, dans un tout autre ordre d’idées, à l’histoire de la Terre, des espèces qui s’y étaient développées et de la conquête que l'homme y avait opéré. Même les revendications « philologiques » d'un Eduard Gerhard conduisaient à une impasse disciplinaire et à un superbe isolement9. Vers 1870, les conditions d’un rapprochement entre l’archéologie et l’histoire étaient toutefois réunies à la faveur d’une méthodologie et d’impératifs supérieurs communs. Numa-Denys Fustel de Coulanges (1830-1889), dont l'obsession du texte-source est connue et a été longtemps moquée10, pouvait passer pour posséder une conception étroite de l'archéologie. Pourtant, il voulait croire dans cette commune réalisation :

  • 11 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 363-364.

Vous savez tous que l'histoire emploie trois sortes de documents, les textes écrits, les inscriptions et les monuments figurés ou médailles. Aussi les travaux des paléographes, des épigraphistes et des archéologues sont-ils pour elle d'un très grand prix. Elle ne peut pas s'en passer. Elle ne travaille qu'avec eux et par eux. Mais faut-il aller jusqu'à dire que c'est la paléographie qui est une science, que c'est l'épigraphie, que c'est l'archéologie et que ce n'est pas l'histoire ? (…) Car la science ne réside pas dans les documents ; elle réside dans l'intelligence qui connaît et qui comprend les documents. Ne séparons donc pas toutes ces choses. (…) Paléographie, épigraphie, archéologie, histoire, c'est là un tout inséparable. C'est une science à plusieurs faces ; on peut la saisir par différents côtés, mais il n'y faut voir qu'une seule science.11

  • 12 A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 322-324.

4Les modes d’acquisition des matériaux historiques demeuraient certes, pour des questions techniques, difficilement comparables et elles fondaient – et fondent encore – la spécificité du travail archéologique. Mais leur exploitation pouvait alors être menée dans une perspective similaire. La pensée et la pratique typologiques constituaient alors l'ossature du travail archéologique par excellence12. L'archéologie y trouvait, pour un temps, une forme d'unité interne qui permettait d'échapper aux mirages passés de l'esthétisme et qui semblait réconcilier naturalistes et humanistes. Pour un temps également, le sentiment d'un effort parallèle et convergent dominait dans les rapports entre l'archéologie et l'histoire méthodique telle qu'elle était alors pratiquée.

  • 13 D. Ogilvie, Construire les sources de l'histoire contemporaine dans la France du XIXe siècle : la g (...)
  • 14 A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 299-303.
  • 15 O. Montelius, Die typologische Methode. Die älteren Kulturperioden im Orient und in Europa, Stockho (...)
  • 16 M.-A. Kaeser, L'univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l'œuvre et la vie d'Édouard (...)
  • 17 A. Schnapp, Archéologie et tradition académique..., cit., p. 772.

5Dès le deuxième tiers du XIXe siècle, la valorisation du contexte (le respect des fonds en archivistique française13) ou la méthode analogique (classements des muséographes scandinaves Christian Jürgensen Thomsen, 1788-1865, et Jens Jacob Asmussen Worsaae, 1821-188514), appartenaient aux concepts et aux pratiques communs à l’archéologie comme à l’histoire. Après 1870, la constitution de corpus clarifiés, complets et édités, l’élaboration de chronologies par et pour la lecture des sources déboucha sur la rédaction d'outils de travail apparemment très éloignés dans leurs objets, mais similaires dans leurs intentions et dans leurs objectifs, de Montelius à Giry en passant par Pitt-Rivers et Mas-Latrie15. La dissipation des mythes, l'épuration des traditions, l'établissement de faits positifs et seulement positifs passionnaient des croyants, aussi bien l'archéologue suisse Édouard Desor que le nouveau « dénicheur de saints » qu'était l'historien et philologue Louis Duchesne16. Des circonstances et événements exceptionnels vinrent enfin bouleverser « la tranquillité des séminaires d'archéologie classique » et obligèrent à repenser le paysage académique. La découverte de la Troie antique en 1871 lança ainsi un véritable défi aux archéologues comme aux historiens : « Schliemann pose au fond un problème méthodologique de première importance. L'archéologie peut-elle vérifier l'histoire ? »17. Dans son allocution pour l'ouverture du cours d'archéologie à l'École de Rome à l'automne 1873, Albert Dumont résumait ces tendances dans un texte où l'on peut lire une « conception nouvelle de l'archéologie » (John Scheid) :

 La méthode que nous suivons pour les objets de chaque classe, nous l'appliquons aussi à l'étude comparée des séries entre elles. Nous les approchons, nous en remarquons la succession, nous précisons les rapports qui les unissent, et ainsi nous constituons la science des antiquités, science qui consiste à connaître l'origine et la technique des monuments, à en fixer le sens, à expliquer sous quelles influences ils ont été créés. Il n'y a pas d'archéologie en dehors de cette méthode. Mais ce travail, si long et si pénible qu'il soit, serait le plus souvent de peu de profit si vous n'y joigniez un goût exercé et l'habitude de rattacher tous ces problèmes aux questions plus hautes d'histoire et de morale avec lesquelles ils sont étroitement unis. (…)

Les sciences historiques et sociales, dont l'archéologie n'est qu'une subdivision, se proposent de retrouver et de définir les facultés particulières à chaque peuple, les facultés propres à tous les peuples, de les classer, d'en montrer le rapport, d'en suivre le développement, d'en comprendre l'harmonie, de découvrir ainsi, par opposition aux lois du monde physique, les lois de la vie morale pour les soumettre à la libre volonté. (…)

  • 18 J. Scheid, Albert Dumont. 1873. Succursale de l'École française d'Athènes, à Rome. Ouverture du cou (...)

L'expression « archaiôn logos » qui est trop vague, doit être traduite ainsi : la science des objets et des monuments anciens. La création des objets comme celles du langage, des légendes, des constitutions politiques, est soumise à des règles, et nous pouvons dire en un mot, dès maintenant, que ces lois sont presque à tous égards semblables à celles qui constituent les autres sciences historiques et sociales.18

6L'archéologie pouvait donc s'associer facilement avec l'histoire. Pourtant, la forte inflexion historienne de l'École française de Rome ne peut s'expliquer uniquement par cette proximité disciplinaire. Le choix de l'histoire à l'École, dans les premières décennies de son existence, est le résultat de la politique réfléchie de son directeur. Il fut aussi la conséquence directe d'un environnement intellectuel, administratif et politique qui conduisit à une mise en retrait de l'identité archéologique de l'institution.

  • 19 E. Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé ..., cit., p. 237, 252 et 257.
  • 20 Dès le règne de Pie II, puis fortement dans les deux premiers tiers du XVIe siècle : A. Schnapp, La (...)
  • 21 A. Emiliani, Leggi, bandi et provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antic (...)
  • 22 S. De Caro et P. G. Guzzo (éd.), A Giuseppe Fiorelli nel centenario della morte, Naples, 1999.
  • 23 A. Emiliani, Leggi, bandi..., cit., p. 4 : « Ma la latitanza della legge unitaria, dal 1860 al 1902 (...)
  • 24 A. Emiliani, Nella battaglia tra pubblico e privato : l'istituzione della Direzione generale e Gius (...)
  • 25 A. Lehoërff, Pratiques archéologiques et administration du patrimoine archéologique en Italie, 1875 (...)
  • 26 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell'amministrazione (...)

7En premier lieu, pratiquer l'archéologie sur le sol italien n'était pas chose aisée. Les occasions de fouilles organisées faisaient défaut en Italie, alors même que le territoire grec (Délos, Delphes), pour ne pas parler de l'Égypte et de la Mésopotamie (Tello), s'ouvrait de plus en plus généreusement aux archéologues français19. La protection du patrimoine archéologique sur le sol italien était ancienne. Elle était contemporaine de sa redécouverte à l'époque de la Renaissance20 et elle ne cessa d'être réaffirmée jusqu'au XIXe siècle21. Dans ce domaine, placé sous la houlette sourcilleuse de Giuseppe Fiorelli (1823-1896)22, le nouveau royaume d'Italie sut exploiter avec intelligence cette riche législation pré-unitarienne avant l'adoption des premières lois nationales en 1902 et 190923. La construction du nouvel État national ne pouvait s'accommoder d'un partage de son patrimoine et toute l'action de l'administration fut tournée dans ce secteur à la fois contre les tentations centrifuges des provinces et contre les intrusions étrangères. La création en mars 1875 de la Direction générale des fouilles et des musées d'Antiquité confiée à Fiorelli24 visait à contenir les premières tandis que la pratique de l'administration freinait les secondes. Seul l'État italien était en mesure de s'opposer à la dispersion des objets et de veiller au caractère scientifique des fouilles exécutées grâce à une administration spécialisée et coercitive25. Pour Fiorelli, qui rompait là avec le libéralisme de sa jeunesse en la matière, il s'agissait d'empêcher la sortie du territoire national d'un patrimoine en refusant de prendre le risque de fouilles exécutées par des étrangers26. Felice Barnabei (1842-1922), qui succéda sous des intitulés divers à Fiorelli à la Direction à partir de 1891, amplifié personnellement ses principes. Il relatait ainsi son combat personnel de secrétaire (1875) puis d'inspecteur (1880) de la Direction contre les entreprises de fouilles étrangères (principalement allemandes et françaises) sur le sol italien. Dans un texte rédigé au plus tard en 1917 après son départ forcé de la Direction en 1900, à la suite du « scandale » du Musée de Villa Giulia qui le mit aux prises avec l'archéologue et marchand d'art Wolfgang Helbig (1839-1915), il opposait, avec sans doute une part de mauvaise foi, une archéologie italienne scientifique soucieuse de témoignages historiques à une archéologie d'antiquaires, prédatrice et mue par l'appât du gain :

En général, on considérait que l'interdiction ou l'opposition faite aux étrangers d'entreprendre des fouilles archéologiques sur notre territoire était une purge du gouvernement italien. Et ce jugement comporte en soi une très grave erreur. La thèse est d'une extrême importance et doit être nettement considérée. Selon une conception largement acceptée, le but pour lequel on fait ou doit faire des fouilles à la recherche d'antiquités est celui de ramener au jour et de mettre à disposition des savants et des artistes, et principalement à la disposition de personnes riches qui veulent en faire leur propriété pour montrer leur luxe et leur magnificence, des objets antiques qui soient précieux et rares par la matière dont ils sont faits et par la forme artistique avec laquelle ils se présentent. Le fouilleur, selon la conception très dominante, doit réussir à trouver des choses qui puissent se distinguer dans des collections ou des ensembles importants.

  • 27 F. Barnabei, Le « Memorie di un archeologo », M. Barnabei et F. Delpino (éd.), Rome, 1991 (Collana (...)

Mais surtout on doit également tenir compte d'un autre fait capital. Les objets antiques, découverts lors de fouilles entreprises avec des capitaux fournis par des étrangers ou par le moyen d'étrangers sont, ou sont considérés comme tels, l'absolue propriété des étrangers eux-mêmes ; et donc, si l'on admet ce principe, les étrangers peut avoir la libre possibilité à certains égards de les emporter avec eux là où il leur plaît. Et puisque, comme nous l'avons vu, les objets antiques sont en principe des documents historiques véritables et que l'on doit rapporter à l'un de nos centres nationaux, il résulte que l'on laisserait des documents de notre histoire s'exiler de notre patrimoine national dont ils constituent une part si vive.27

  • 28 Filippo Delpino (F. Barnabei, Le « Memorie di un archeologo »..., cit., p. 172, note 4) considère e (...)
  • 29 Sur cet Institut dont l'histoire reste encore à écrire, voir la bibliographie contenue dans H. Blan (...)
  • 30 J.-F. Bommelaer (éd.), Delphes. Centenaire de la « Grande Fouille » réalisée par l'École française (...)
  • 31 O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (...)
  • 32 Certains de ses copieux rapports donnaient lieu à des monographies tirées à part et des journaux de (...)

8Quelles que furent les raisons exactes et les véritables acteurs de cette politique nationale28, force est de constater une extrême fermeture du sous-sol italien à ceux, étrangers singulièrement, qui n’étaient pas mandatés par les autorités locales. Elle s'inscrivait du reste dans une longue tradition de protectionnisme archéologique qui n'avait pas empêché les pillages de se produire. L’Institut de correspondance archéologique avait davantage tenu le rôle d'une caisse de résonance des découvertes fortuites ou programmées effectuées en dehors de lui que celui de promoteur et d’organisateur de fouilles29. Les établissements nationaux fondés à Rome sur ses décombres et dans son souvenir après 1871 ne connurent pas l’exceptionnelle délégation de fouiller que reçurent leurs homologues athéniens dans les années 1870-190030. Bien au contraire. La nouvelle capitale de l’Italie ne fut pas une colonie des archéologues européens. En revanche, Rome devint, par la grâce des ressources pontificales, l’eldorado des médiévistes et des modernistes du continent et bientôt du monde entier31. La France était d’autant plus préparée à profiter de ces opportunités de recherches dans les archives et les bibliothèques du Saint-Siège qu’elle avait soutenu depuis plusieurs décennies de multiples missions d’exploration dans les fonds de la péninsule dont les Archives des missions scientifiques et littéraires publiées par le ministère de l'Instruction publique et des Cultes livraient régulièrement depuis 1850 une partie de la moisson32.

9En somme, les conditions étaient donc favorables au développement global et équilibré de la science historique sur les terres romaines et italiennes. Mais quelle histoire allait-on soutenir à l’École française de Rome, comment les préoccupations archéologiques, nettement à l’origine de la création de l’institution allaient-elles êtres malgré tout satisfaites et enfin dans quel but allait-on donner corps à une idée certes généreuse scientifiquement mais toute imprégnée d’esprit nationaliste après l’amère défaite de 1871 ? La personnalité et les idées d’Auguste Geffroy, le premier directeur à être resté plus de dix ans à la tête de l’institution, marquèrent durablement la mission dévolue à l’École et au-delà l’influence de ses anciens membres dans l’élite intellectuelle du pays qui les y avait envoyés.

Auguste Geffroy, l’histoire et l'archéologie avant 1875

  • 33 L. Duchesne, Auguste Geffroy, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1895, p. 141-153, aux p. 1 (...)
  • 34 La suite des renseignements administratifs est tirée de son dossier de personnel conservé sous la c (...)

10Auguste Geffroy (1820-1895) était issu d’un milieu assez modeste et eut un début d’existence assez triste si l’on en croit la description qu’en fit Louis Duchesne après son décès33. Ayant perdu jeune ses deux parents, il fit des études secondaires au lycée Charlemagne à Paris et fut reçu comme élève à l’École normale –– qui ne prit l’épithète de « supérieure » qu’en 1845 –– où il séjourna de 1840 à 1843. Il commença sa carrière d’enseignant34 comme chargé de cours d’histoire au collège de Dijon (1843-1845). Reçu à l’agrégation d’histoire (deuxième rang), il devint professeur d’histoire au collège de Clermont-Ferrand (1845-1846). Il fut ensuite agrégé suppléant (1846) puis professeur (1847-1852) d’histoire au lycée Louis-le-Grand. Il épousa en 1848 la cousine de René Taillandier, dit Saint-René Taillandier (1817-1879), futur ministre de l’Instruction publique par intérim en 1871-1872.

  • 35 A. Geffroy, Notices et extraits des manuscrits concernant l'histoire ou la littérature de la France (...)
  • 36 J.-M. Gobert, L'itinéraire intellectuel et politique de la Revue des Deux-Mondes, 1848-1893, thèse (...)

11Après avoir soutenu en 1848 ses thèses de doctorat — française sur les pamphlets de l’Anglais Milton et latine sur l’opinion de Polybe sur la méthode historique de Timée de Tauroménion —, il entra dans l’enseignement supérieur comme chargé de cours d’histoire (1852-1854) puis professeur d’histoire (1854-1855) à la Faculté des lettres de Bordeaux. Il y manifesta un intérêt tout particulier pour l’histoire qu'il fallait bien appeler alors contemporaine (i. e. du XVIIIe siècle jusqu'à 1815), ce qui faisait de lui un historien à tous égards atypique et qui suivait des voies absolument originales parmi les normaliens et les agrégés d’histoire de sa génération. C'est à Bordeaux qu'il glissa de l’Angleterre vers la Scandinavie puis, par le jeu des circonstances politiques, vers l’Allemagne. Il était alors un spécialiste reconnu, sans doute même le seul du Second Empire en France, de l’histoire et des archives scandinaves qu'il avait explorées dès le début des années 185035. Cette spécialité l'amena à collaborer de plus en plus fréquemment avec la rédaction de la Revue des Deux-Mondes. Celle-ci, bientôt tribune de l’opposition proche de Thiers sous le Second Empire, ouverte à des analyses de toute nature sur la vie politique et intellectuelle de la France et du reste du monde (d’où le titre), convenait à merveille à Geffroy pour y vulgariser ses découvertes et ses enthousiasmes scientifiques36. Il était de facto l’un des rares véritables connaisseurs, au-delà du cercle des diplomates, des réalités politiques de l’Europe du Nord, d’autant que sa maîtrise des langues l’autorisait à capter comme à la source les exacts contours des enjeux internes de ces pays. Dès 1852, à côté des articles d'histoire, il commença de fournir des textes d'actualité portant en particulier sur la géopolitique scandinave contemporaine. Les tensions et les crises avec l'Allemagne amenèrent d'ailleurs le ministère français des Affaires étrangères à l'envoyer en mission plus ou moins secrète en Prusse et au Danemark, en lui faisant donner deux années de suite un congé pour son enseignement à Bordeaux (1861-1862).

  • 37 Voir Annexe, Les articles d’Auguste Geffroy dans la « Revue des Deux-Mondes » (1852-1897).

12Durant près d'un demi-siècle, mais principalement sous le Second Empire où l’influence du directeur de la Revue des Deux-Mondes François Buloz (1803-1877) fut sans doute au zénith, Geffroy publia des dizaines d'articles destinés à informer le public français et lui enseigner les ressorts politiques et historiques de cette partie de l’Europe, relativement mal connue des contemporains de Napoléon III37. Dans ce domaine, il était sans doute le seul Français à pouvoir offrir aux lecteurs de la revue comme au personnel diplomatique et politique français une vision historicisée, ancrée dans le long terme des entités politiques qui occupaient le plus clair de son activité professionnelle depuis la fin des années 1840. Son attachement à l'indépendance des royaumes du Nord et sa crainte de les voir passer sous le joug prussien transparaît dans plusieurs de ses textes.

  • 38 A. Geffroy, Rome et les Barbares. Étude sur la Germanie de Tacite, Paris, 1874. Sur la portée de ce (...)
  • 39 A. Geffroy, Antiquité, dans A. Geffroy, J. Zeller et J. Thienot, Rapports sur les études historique (...)
  • 40 Ibid., p. 47.
  • 41 Ibid., p. 15-18.

13Geffroy revint à Paris où il fut nommé maître de conférences d’histoire à l’École normale supérieure à la fin de l'année 1862. Il y eut pour élèves des historiens de renom qui devaient prendre une place importante dans le renouveau des études historiques dans les décennies 1870-1880, comme Albert Dumont (1842-1884), Ernest Lavisse (1842-1922) ou Gaston Monod (1844-1912). Il quitta en 1864 la rue d'Ulm pour la Faculté des lettres de Paris où il fut chargé de suppléer Eugène Rosseuw Saint-Hilaire (1805-1883) à la chaire d'histoire ancienne. Jusqu'alors une double tradition de recherche l'avait éloigné a priori des rives de la Méditerranée classique, qu’elle fût grecque ou romaine. À la rue d'Ulm, il devait préparer ses élèves au concours de l'agrégation d'histoire récemment rétabli (1860), où la part de l'Antiquité n'était pas négligeable. Il choisit de lier ses recherches passées et les exigences de son nouveau poste autour d'un thème dont il fit l'objet de son cours d'ouverture le 9 décembre 1864, « L'Empire romain et les barbares », et qu'il nourrit jusqu'à la publication d'un livre en 187438. Tout en continuant de publier des articles et des livres d'actualité ou d'histoire contemporaine sur la Scandinavie et l'Allemagne, auxquelles il est souvent identifié et limité, il commençait de s'imposer désormais dans le champ des études antiques, si bien qu'il parût naturel de lui confier la rédaction de la partie consacrée à l'Antiquité dans le bilan historiographique français publié à l'occasion de l'Exposition universelle de 186739. S'il se crut obligé d'encenser l'Histoire de Jules César de Napoléon III (« l'auteur, (...) chef d'Empire lui aussi »40), il en profita cependant pour souligner l'importance de la Cité antique de Fustel de Coulanges qui lui avait succédé comme maître de conférences à l'École normale41. Son intérêt pour l'archéologie, dès le Second Empire, est en revanche moins connu.

  • 42 A. Geffroy, Revue littéraire, dans Revue des Deux-Mondes, nouv. période, 2e s., t. 1, 1er janvier 1 (...)

14Le regard porté par Geffroy sur les contributions de l'archéologie à l'histoire durant ses années pré-romaines était original pour un professeur d'histoire de son temps et ce principalement en raison de son expérience scandinave. Dès 1853, il restituait le mouvement de redécouverte du passé danois par les archéologues de ce pays, Christian Jürgensen Thomsen (1798-1865) et Jens Jacob Asmussen Worsaae (1821-1885) en tête, mais il ne leur trouvait d'autre motivation et d'autre vertu que le sentiment patriotique qui les animait42. Pour Geffroy, il s'agissait alors essentiellement d'ériger des monuments à la nation scandinave contre les influences germaniques et le terme d'« antiquaire » venait assez naturellement sous sa plume.

  • 43 A. Geffroy, Les études et les découvertes archéologiques dans le Nord, dans Revue des Deux-Mondes, (...)
  • 44 C. Jürgensen Thomsen, Kurzgefasste Übersicht über Denkmäler und Althertümer aus der Vorzeit des Nor (...)
  • 45 La réception et la discussion de la théorie des trois âges en France mériterait une vaste enquête : (...)
  • 46 K. Lundbeck-Culot, Frédéric VII, roi du Danemark, Napoléon III et l'archéologie : les deux premiers (...)

15Un peu moins de dix ans plus tard, dans un article dédié spécifiquement aux recherches archéologiques dans les pays scandinaves43, son appréciation était infiniment plus scientifique et il démontrait qu'il saisissait pleinement les enjeux d'une archéologie renouvelée. Il ne se départissait certes pas de son jugement patriotique sur les « antiquaires », mais il avait mûri manifestement son approche de la discipline. Il était à l'évidence capable d'en saisir les caractéristiques propres. Sa connaissance des langues scandinaves et allemande l'autorisait, avant même les archéologues français de son temps, à cueillir l'actualité de la recherche de ces régions. Si de rares œuvres de Thomsen ou de Worsaae étaient disponibles dès les années 1830-1840 dans une traduction allemande44, les âpres débats publiés par les institutions académiques nationales n'avaient aucune chance d'être connues des savants français ignorants du danois ou du suédois45. La venue de Thomsen en France en 1861 à l'occasion de la donation d'objets archéologiques de Frédéric VII de Danemark à Napoléon III46 ne pouvait à elle seule faire pénétrer dans les milieux académiques français toute la richesse des découvertes et hypothèses nordiques. D'un certain de point de vue, Geffroy faisait office de passeur dans ce domaine.

  • 47 A. Katrine Gjerløff, Syn for sagn : Dansk arkaeologi og historie i 1800-tallet, dans Historisk Tids (...)
  • 48 A. Geffroy, Traditions populaires de l’Islande, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 26, 15 a (...)

16Dès la première page de son article de 1862, il établissait que les « savans du Nord (…) ont le génie de la classification et celui de l'induction ». Ensuite, il prenait soin de distinguer finement l'archéologie danoise de son homologue suédoise, auxquelles il reconnaissait des inflexions différentes. Au Danemark, il avait parfaitement compris que l'archéologie ne se pensait pas en dehors des sciences naturelles qui devaient lui apporter leur concours. C'est ainsi qu'il appelait l'attention de ses lecteurs sur la collaboration fructueuse entre deux naturalistes et un archéologue (Worsaae) pour l'étude des kjökkenmöddings (« débris de cuisine », kitchen middens en anglais). Le travail de synthèse de Worsaae l'impressionnait alors vivement. Worsaae, qu'il lisait depuis le début des années 1850 et qui devint directeur du Musée national du Danemark (1865-1874), avait été formé par Thomsen, le théoricien des trois âges (pierre, bronze, fer). Il s'était en particulier attaché à prouver par la stratigraphie de ses fouilles la théorie de son maître et n'avait de cesse que d'établir une chronologie aussi fiable et cohérente que possible. Il revendiquait l'écriture de l'histoire des périodes n'ayant pas connu l'écriture par les archéologues plutôt que par les historiens47 ou les zoologistes comme Japetus Steenstrup (1813-1897). Relatant cette polémique, Geffroy prenait visiblement le parti de Worsaae et se réjouissait qu'un « esprit habitué aux déductions historiques » puisse démêler des données difficiles à interpréter. Pourtant Worsaae avait vivement critiqué et qualifié d'évhémérisme les interprétations de l'historien Peter Frederik Suhm qui s'appuyait sur les légendes et les mythes scandinaves transmises par des manuscrits (Old Norse) pour écrire l'histoire des périodes les plus anciennes de la Scandinavie. Geffroy, par ailleurs lui-même soucieux de ne négliger aucune source et en particulier attentif aux études folkloristes48, ne lui tenait pas rigueur de cette mise en cause des sources écrites.

  • 49 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 175-176 : « Quant à la thèse dont nous avons (...)

17Il est vrai qu'il se tenait à une prudente distance et ne se sentait pas capable de prendre résolument parti dans des querelles scientifiques qui mettaient aux prises des savants qu'il estimait. Il le démontra à propos des thèses audacieuses du Suédois Sven Nilsson (1787-1883) qui avait « voulu démontrer que l'Âge du bronze, placé par les antiquaires du Nord entre l'Âge de pierre et l'Âge de fer, n'a pas été indigène en Scandinavie, mais qu'il y a été apporté par la civilisation phénicienne ». Le scepticisme de Geffroy devant ces thèses diffusionnistes et méditerranéennes, quoique dissimulé derrière une courtoisie académique, était pourtant bien réel49. Il n'hésitait pas à croire en une autonomie du passé scandinave et préférait conclure sur l'extraordinaire potentiel intellectuel de l'archéologie nordique :

On ne saurait, à la vérité, prédire à l'archéologie scandinave des destinées aussi brillantes que celles de l'archéologie égyptienne ou assyrienne. Toutefois, quand on songe à la part d'influence que les peuples germaniques ont prise dans la formation de nos sociétés, on arrive à se convaincre que la science capable d'éclairer leurs origines est d'un grand prix, et on se rappelle qu'il s'agit de nos origines à nous-mêmes. Bien plus, fort au-delà des temps où se cache le berceau du Moyen Âge, l'archéologie scandinave nous a fait pressentir et nous a déjà presque livré la révélation d'âges primitifs et anté-historiques qui ont dû être communs à toute l'humanité ; elle s'est acquis par là un singulier relief en venant au secours non seulement de l'histoire, mais d'autres sciences encore, comme l'ethnographie et l'anthropologie.

  • 50 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 166.
  • 51 G. Reginelli Servais, La Tène, un site, un mythe, 1 Chronique en images (1857-1923), Neuchâtel, 200 (...)
  • 52 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 166 : « À Londres surtout, on fait des meeti (...)
  • 53 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 169, note 4.
  • 54 A. Geffroy, Antiquité..., cit., p. 29 : « Retrouverait-on dans ce pays [= la Galatie] des monuments (...)
  • 55 Le mémoire de Bertrand fut couronné en 1862 par l'Académie des inscriptions et belles-lettres et se (...)

18Geffroy ne se complaisait pas dans un psittacisme académique qui aurait fait de lui un simple rapporteur de thèses. Plusieurs de ses notations et annotations laissent au contraire apparaître une connaissance plus fine des enjeux de l'archéologie de son temps. Ainsi lorsqu'il évoque les objections de Worsaae à Steenstrup pour vieillir ses datations, il ne peut s'empêcher d'écrire : « Ainsi commence, sur ces questions d'origines fort discutées aujourd'hui, un nouveau débat qui aura du retentissement à Londres, à Abbeville ou à Genève »50. Si l'allusion à l'abbevillais Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) est masquée, les « anciennes cités lacustres » suisses (La Tène, découverte en 185751) et les violents débats autour des thèses darwinistes en Angleterre, que le croyant Geffroy semble traiter avec une ironie sceptique52, sont explicites. Geffroy était capable de se tenir au courant des fouilles effectuées autour des mégalithes de Bretagne, en particulier à Gavrinis et à Carnac53. Quelques années plus tard d'ailleurs, il mettait en garde ses lecteurs contre la confusion entre ces monuments et le druidisme des celtes54, suivant en cela les conclusions présentées quelques années auparavant par son camarade de la rue d'Ulm, Alexandre Bertrand (1820-1902)55.

19Tandis que Geffroy assistait au Danemark à un divorce assez inéluctable entre archéologues et historiens autour de la délicate question des âges sans textes, il restait pour sa part persuadé d'une conjonction d'intérêts entre les deux approches. Son expérience danoise le plaçait mieux que quiconque en position de percevoir les potentialités de la nouvelle science archéologique. Il n'était sans doute pas loin de penser, comme son confrère de la Revue des Deux-Mondes Auguste Laugel (1830-1914), que la recherche sur les origines de l'homme ne faisait qu'établir une frontière plus nette entre le géologue et l'archéologue, ce dernier étant clairement rejeté dans le cercle des historiens dès lors que l'on pouvait invoquer le terme de « civilisation » :

  • 56 A. Laugel, L'homme primitif d'après les récens travaux des savans anglais, dans Revue des Deux-Mond (...)

Le problème de l’antiquité de l’espèce humaine ne se définit pas de la même manière pour l’archéologue et pour le géologue. Le premier a une chronologie rigoureuse, mais bornée par nos connaissances historiques : tout ce qui recule au-delà des premières civilisations ouvertes à ses recherches se confond pour lui dans la plus haute antiquité. Le géologue mesure le temps autrement que par les années : qu’on lui montre un débris de l’industrie humaine, il lui importe assez peu que ce fragment ait dix mille, vingt mille ou cent mille ans de date ; il veut savoir si on l’a extrait d’un terrain antérieur à ceux que déposent actuellement nos mers, nos lacs et nos fleuves, et renfermant les débris d’espèces animales aujourd’hui éteintes. L’archéologue, en un mot, cherche l’homme ancien, le géologue l’homme fossile. On peut donc démontrer l’antiquité absolue, chronologique de notre espèce, sans prouver son antiquité géologique.56

  • 57 Un archéologue contemporain ne dit finalement pas autre chose : « J'ai assez de matière pour restit (...)
  • 58 A. Geffroy, Lettres inédites du roi Charles XII, texte suédois, traduction française, Paris, 1853 ; (...)
  • 59 « Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la 122e olympiade », par M. Albert (...)
  • 60 Fustel était bien le candidat de Geffroy à sa suppléance : Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12915, fo (...)

20Pour Geffroy, l'archéologie avait toute sa place dans les études historiques si on la mobilisait pour construire un discours historique cohérent57. L'affirmation serait faussement banale si on la rapportait aux déclarations des archéologues classiques de l'époque (Grèce ou Rome) pour qui les choses semblent aller de soi aussi. En réalité, par son admiration et son étroit contact avec les milieux scandinaves, Geffroy pouvait d'une certaine manière se garder d'une certaine « Antiquité-dépendance », qui imprégnait davantage les travaux de l'helléniste de formation qu'était son ami Bertrand. Sa curiosité interdisciplinaire paraissait plus généreuse que celle de bien des historiens (y compris Fustel de Coulanges dans une certaine mesure) puisqu'il reconnaissait pleinement aux archéologues la capacité de reconstruire un réel historique sans le recours aux textes. Nulle part, sous sa plume, on ne trouve d'ailleurs de jugement dépréciatif sur ces matériaux nouveaux de l'historien, alors qu'il était lui-même engagé dans des travaux scientifiques qui valorisaient à l'extrême la source écrite58. En revanche, quelle que fût la source privilégiée, il fallait prendre garde selon lui à ce qu'un excès d'érudition ne vînt inhiber la synthèse finale, véritable raison d'être du travail historique. Le compte rendu qu'il faisait de la thèse sur la chronologie des archontes athéniens d'Albert Dumont, qui fut son élève à l'École normale, est à cet égard symptomatique59. Tout en se réjouissant en pleine guerre – le compte rendu paraît dans la livraison du 15 décembre 1870 – qu'un jeune savant français ait tenu la dragée haute à l'érudition allemande, il appelait à dépasser cette « austère méthode », « purement scientifique et critique », et fixait le but à atteindre in fine : « Nous n'avons ici que la partie de discussion, la partie historique s'y joindra bientôt ». Celui qu'il choisit pour son suppléant à la chaire d'histoire ancienne à la Sorbonne en 1875, Fustel de Coulanges60, affirmait dans sa leçon d'ouverture mettre ses pas dans les siens sur ces bases :

  • 61 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 356-357.

J'essaierai ici de représenter M. Geffroy absent, de le continuer autant qu'il me sera possible. Je ne pourrais ni ne voudrais vous le faire oublier. Mon ambition serait de reproduire de mon mieux le sérieux, la netteté, l'intérêt élevé de son enseignement. Il est une chose au moins que je puis vous promettre et que vous pouvez être assurés de retrouver en moi, c'est son amour pour la science, la préoccupation unique du vrai. M. Geffroy avait puisé dans la tradition de notre École normale le goût de l'exactitude, l'esprit de recherche, la sincérité dans l'érudition, la simplicité dans l'exposition. J'ai puisé aux mêmes sources que lui, ma méthode est la sienne ; elle consiste à chercher avec patience, à étudier longuement les textes, à n'admettre comme vrai que ce qui est prouvé. C'est la méthode que quelques-uns aujourd'hui appellent allemande, mais qui est française depuis deux siècles.61

21Auguste Geffroy, au début des années 1870, se situe bien à la croisée des chemins. Convaincu de l'impératif du recours à des sources inédites, il demeure sensible aux qualités d'un exposé qui doit trouver place dans un récit clair et ordonné. Toute sa production scientifique en témoigne : les notules sont rares, les mises au point abondantes. L'histoire méthodique pure et dure ne peut être une fin en soi selon lui. Sans doute est-ce aussi ainsi qu'il convient de lire son élection en 1872 à l'Académie des sciences morales et politiques, plutôt qu'à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Ses études d'histoire contemporaine et un long compagnonnage avec la Revue des Deux Mondes l'y appelaient certes naturellement, mais sa pratique de l'histoire antique et de l'archéologie ne pouvaient le faire entrer absolument dans l'autre Académie, à laquelle il dut cependant le plus beau poste de sa carrière.

Geffroy et l'archéologie à l’École française de Rome (1875-1895)

  • 62 A. Geffroy, Un manifeste prussien, dans Revue des Deux-Mondes, t. 90, 1er novembre 1870, p. 122-137
  • 63 C. Charle, Les professeurs de la Faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique, 1809-1908(...)
  • 64 C. Jullian, Lettres de jeunesse. Italie-Allemagne, 1880-1883, Bordeaux, 1936, p. 53-57, lettre n° 1 (...)
  • 65 O. Poncet, La querelle des origines..., dans ce volume.

22Le choix de Geffroy comme directeur de l'École française de Rome a sans doute à voir avec ses qualités scientifiques, mais probablement plus encore avec sa position politique et académique. Pour ce poste important, il était certes indispensable d'avoir donné des gages d'une franche volonté de rivaliser avec la science allemande. Ses amitiés scandinaves exprimées au plus fort des crises avec la Prusse durant les années 1860 plaidaient naturellement pour lui. Plus récemment, en novembre 1870, il n'avait pas hésité à critiquer en des termes très durs l'appel aux Italiens de Theodor Mommsen62. Toutefois, ce trait n'était guère original parmi les savants français de son temps, même si à la rubrique « Opinion politique » du personnage, Christophe Charle fournit cette simple notation : « Très patriote »63. Camille Jullian, qui l’observa de près durant ses deux années de séjours à Rome (1880-1882), le vit tantôt « très libéral » tantôt gêné par son « cléricalisme »64. Plus décisives furent sans doute ses liens avec le monde politique du temps. Le ministre de l'Instruction publique était alors Henri Wallon, qui fut son professeur à l'École normale et qui était secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1873. Or, cette académie qui avait reconquis une partie du terrain perdu sur les écoles françaises à l'étranger à la faveur de la réforme d'Athènes et de la création de Rome65, aurait pu espérer nommer l'un des siens à la tête de la nouvelle institution romaine. Le choix de Geffroy, nullement explicite, devait sans doute également beaucoup à ses amitiés personnelles et à sa proximité avec quelques-uns des principaux acteurs des institutions scientifiques du temps, parmi lesquels il faut certainement avancer le nom d'Ernest Bersot (1816-1880), nommé directeur de l'École normale supérieure en 1871.

23Dès les premiers mois de son installation à Rome, le profil « politique » du nouveau directeur apparut clairement. En janvier 1876, alors que le directeur de l'Académie de France à Rome voyait en lui le successeur naturel d'Albert Dumont comme professeur d'archéologie, le directeur de l'Enseignement supérieur, Armand Du Mesnil (1819-1903), émettait de fortes réserves :

  • 66 Arch. nat., F17 4129, dossier 3, note de Du Mesnil au ministre de l'Instruction publique.

Je ne ferai pas ressortir le caractère un peu insolite d’une démarche semblable faite par le directeur de l’Académie de France. J’ignore, d’ailleurs, si elle a eu lieu avec l’assentiment du directeur de l’École française de Rome, mais j’ai quelques doutes sur la compétence de l’honorable M. Geffroy à se charger d’un cours qui est, aux termes de l’article 2 du décret du 27 mars 1873, être confié à un « savant choisi en raison de la spécialité de ses travaux. (…) Il conviendrait, je crois, avant tout, de demander à M. Geffroy son sentiment sur les moyens de pourvoir en remplacement de M. Albert Dumont comme professeur du cours d’archéologie.66

  • 67 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990 (Coll. EFR, 124), p. 234. Geffroy av (...)

24Le ministre, dont on mesure ici qu'il avait sinon choisi Geffroy du moins appuyé sa désignation avec ferveur, signifia cependant sa désapprobation en marge de cette note : « Quand M. Geffroy a été nommé directeur, c’est pour remplacer en tout M. Dumont ». Quelques mois plus tard, en avril 1876, Geffroy donna le plus grand retentissement à un incident lors d'une fête organisée à l'Accademia dei Lincei où Theodor Mommsen s'était laissé aller à des propos belliqueux contre la France. Une lettre au ministre, un article dans la presse française firent connaître que par sa voix la France avait défendu l'idée que la science était au-dessus des querelles politiques et guerrières67. L'archéologie, la concurrence scientifique avec l'Allemagne : sur ces deux plans, les directorats successifs d'Auguste Geffroy tentèrent d'apporter des réponses.

  • 68 M. Gras (dir.), « À l'école de toute l'Italie ». Pour une histoire de l'École française de Rome, Ro (...)

25La nomination de Geffroy correspondait avec la mise en œuvre du décret du 20 novembre 187568, où le nom d'« École archéologique » retenu par Dumont avait disparu au profit de la simple dénomination d'« École française de Rome » :

  • 69 Arch. Institut, E 397, note d'Auguste Geffroy à l'Académie des inscriptions et belles-lettres lue d (...)

Le titre d'École archéologique était trop étroit pour s'appliquer au vaste cadre offert au travail par les vastes ressources de l'Italie et pour convenir à un groupe recruté en même temps parmi les anciens élèves de l'École normale supérieure, de l'École des chartes et de l'École pratique des hautes études. Autonomes aujourd'hui, avec une constitution propre et l'assurance d'un budget indépendant, nous nous appelons, en présence de l'École française d'Athènes, l'École française de Rome. Quiconque sait un peu les choses, ou prête seulement quelque attention, ne nous confondra pas longtemps avec l'Académie de France, instituée par Colbert au profit de nos jeunes pensionnaires artistes. À côté de cette académie fondée pour les arts, que peut être une École française de Rome, sinon une école s'occupant d'érudition, d'archéologie, d'épigraphie, de paléographie et d'histoire ? Comment s'enfermer à Rome dans la seule archéologie quand un si grand nombre de documents manuscrits de l'Antiquité, du Moyen Âge, des temps modernes, attirent la curiosité savante ? Notre titre n'étant pas le titre héréditaire et bien connu de notre Académie de France, ne peut convenir qu'à ce que nous sommes et il n'y a donc pas besoin de le mieux définir. J'ajoute qu'il est adopté désormais et passé dans l'usage, et nous espérons bien nous faire assez connaître pour couper court en peu de temps à toute incertitude et à toute confusion. Même ce qu'il y a d'un peu vague servira sans doute à provoquer et à graver dans les souvenirs d'exactes définitions qui seront aisément remarquées et retenues.69

  • 70 O. Motte, Les origines des « Mélanges d’archéologie et d’histoire », dans MEFRM, t. 94, 1982, p. 39 (...)
  • 71 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12920, fol. 2298-2299v, Frédéric Engel-Dollfus à Geffroy, Dornach, 1 (...)
  • 72 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 456-457, Frédéric Engel-Dollfus à Geffroy, Dornach, 27 a (...)

26Il n'y avait pas là seulement une volonté de hisser le nouvel établissement au niveau de son aîné athénien. Il s'agissait d'affirmer le caractère universel des études historiques qui y seraient pratiquées, sans aucune espèce d'avantage d'une discipline sur une autre et en ouvrant au contraire le spectre jusqu'aux bibliothèques et aux archives. L’inflexion de la titulature n’était pas du goût de tous. Le généreux donateur que fut l’industriel alsacien Frédéric Engel-Dollfus (1818-1883)70 trouvait que l’indétermination pouvait prêter « à confusion » : à l’heure d’y envoyer comme membre sans traitement son fils Arthur Engel (1855-1935), il lui aurait préféré celui d’« Institut archéologique de France à Rome » ou d’« École française d’archéologie de Rome »71. En tout cas, il était important que ses publications scientifiques permissent de ne plus la confondre « avec l’école des peintres et des musiciens »72. Tout en leur refusant un monopole de fait à travers un intitulé, Geffroy ne négligea cependant rien pour favoriser les travaux archéologiques dans le contexte institutionnel et politique de l'Italie des années 1870-1880. L'activisme du nouveau directeur se manifesta dans trois directions convergentes et complémentaires : une intense politique de communication, l'établissement d'un réseau de fidélités personnelles, les tentatives d'apporter de l'inédit archéologique par des fouilles menées au nom de la France par tel ou tel membre de l'École.

  • 73 Il s’agissait là aussi d’une demande expresse de l’Académie faite à Rome aussi bien qu’à Athènes : (...)
  • 74 A. Lehoërff, Diffusion des résultats archéologiques et identité nationale en Italie au lendemain de (...)
  • 75 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1134-1135, Paris, 12 juin 1876, Michel Bréal à Geffroy, (...)

27Communiquer de manière répétée, insistante et ciblée, Geffroy l'avait fait pendant plus d'un quart de siècle pour valoriser les royaumes scandinaves auprès du public français. Pour vanter l'actualité archéologique italienne, et romaine en particulier, la partie était a priori plus aisée. L'Académie des inscriptions et belles-lettres, destinataire principale de ces communications, était un organe aussi naturel que bienveillant et intéressé. Surtout Geffroy, toujours à l'affût de l'information la plus fraîche possible, l'accompagnant au besoin de photographies et de moulages adressés quai Conti à Paris73, pouvait s'appuyer sur l'exceptionnel outil de diffusion scientifique des Notizie degli scavi voulu et créé par Fiorelli dès 187674. Les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres se faisaient alors l'écho de cette incessante noria d’objets, de peintures, de monuments, d’innovations institutionnelles suscités par les aménagements urbains et industriels de l’Italie unifiée dont Rome était devenue la capitale. La pratique épistolaire académique de Geffroy lors de son premier directorat (1875-1881) tranche quelque peu avec les envois plus mesurés d'Albert Dumont durant les années 1873-1875. Dès juin 1876, le linguiste Michel Bréal (1832-1915) le remerciait d’« être notre ministre plénipotentiaire en archéologie »75. Quelques années plus tard, Louis Duchesne n'hésitait pas à lui écrire l'effet produit par cette accumulation de découvertes qui ne devaient rien à l'École française :

  • 76 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12919, fol. 2078-2079, Louis Duchesne à Geffroy, Paris, 1er mai 1879

L’École de Rome annonce peu d’antiquaires. Et pourtant, quel temps fut jamais plus fertile en trouvailles ? Vous nous racontez des histoires des mille-et-une nuits dans les comptes rendus de l’Académie : des statues par demi-douzaines, des peintures plus belles que Pompéi. Que de sujets de mémoires !76

  • 77 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12913, fol. 339-340, Henry Barbet de Jouy [administrateur des Musées (...)
  • 78 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12915, fol. 642 et v, Alexandre Bertrand à Geffroy, Saint-Germain-en (...)

28Il était rarissime cependant que Geffroy se fît l’entremetteur de grands musées français, comme le Louvre, pour acquérir des objets auprès de collectionneurs romains77. Il lui était en revanche plus aisé de se procurer des moulages que lui demandait en particulier son camarade Alexandre Bertrand, conservateur du Musée de Saint-Germain-en-Laye78.

  • 79 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr.12923, fol. 3340-3341v, Georges Lacour-Gayet à Geffroy, Marseille, 2 (...)
  • 80 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3386-3387, Georges Lafaye à Geffroy, Aix-en-Provence, 27 (...)
  • 81 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3379-3380, Georges Lafaye à Geffroy, Paris, 26 août 1879 (...)
  • 82 CRAI, 1880, n° 2, p. 111-112, séance du 23 avril 1880.
  • 83 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3396-3397, Georges Lafaye à Geffroy, Messine, 1er juin 1 (...)
  • 84 O. Motte, Les origines…, p. 449-452.
  • 85 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 414-416, Arthur Engel à Geffroy, Paris, 11 décembre 1880 (...)
  • 86 Geffroy annonçait fièrement, dès 1890, l’ouverture de fouilles en Espagne par Engel, ancien membre (...)

29Geffroy avait pourtant essayé de développer une activité de fouille française en Italie. Il pouvait d’abord compter sur les membres de l’École désireux de participer eux aussi directement à la découverte d’inédits. Dans leurs déplacements en Italie, que Geffroy encourageait volontiers (« Copiez, photographiez, estampez »), ils procédaient à des relevés de nature diverse, comme s’apprêtait par exemple à le faire en 1880 Georges Lacour-Gayet (1856-1935) sur le point de partir en Toscane, Ombrie et Émilie-Romagne79. L’enthousiasme, la multiplication des points de vue, des projets inaboutis et incertains, débouchant parfois sur des semi-échecs scientifiques pour l’École, sont illustrés par l’activité du normalien Georges Lafaye, membre de 1878 à 1880 et par ailleurs gendre d’Edmond Saglio (1828-1911). Avant de devenir un spécialiste d’Ovide et de la poésie latine, Lafaye avait essayé de s’illustrer sur tous les terrains archéologiques possibles. Dès 1878, Geffroy qui ne voulait négliger aucune occasion d’associer le nom de l’École à un chantier de fouilles, lui avait ainsi suggéré d’entreprendre des fouilles en Provence, sur l’oppidum d’Entremont80. Par la suite, Lafaye jeta son dévolu sur la colonie romaine de Sinuessa (Mondragone, Campanie, prov. Caserta) et pensa que l’École pouvait s’y créer des obligés dans la nouvelle administration de l’archéologie en Italie81. Il régalait également son directeur, qui en faisait hommage, d’un dessin d’une statue de faune ivre trouvée à Pompei82. Enfin, un séjour en Sicile l’avait aussi amené à entreprendre des sondages à Mineo en Sicile, sans résultat toutefois83. Geffroy, soucieux de prendre de vitesse la concurrence (allemande en particulier), plaça en tête du premier fascicule des Mélanges la publication (par Lafaye) et l’étude (par Albert Martin) d’une inscription grecque trouvée à Taormina et dont Lafaye avait pris l’empreinte. Malheureusement, cet inédit valut à l’École des critiques italiennes et allemandes qui marquèrent fâcheusement les débuts des études archéologiques à l’École84. D’autres membres plus fortunés s’avançaient même jusqu’à mener des fouilles privées, sans autorisation officielle, et se tournaient vers Geffroy en cas de problème. Arthur Engel semblait ainsi pouvoir se procurer près de la Porte Saint-Paul à Rome un chantier de fouilles pour lequel il avait conclu une société ad hoc avec un dénommé Santini : ce dernier ayant décidé de rediscuter les conditions de l’association, Engel se tournait vers l’École à laquelle il promettait de joindre l’autorisation cette fois de Fiorelli85. Engel était-il trop présomptueux ? Il ne semble pas en tout cas que ce chantier ait pu être (ré)ouvert, ce qui ne l’empêcha de retenter sa chance avec succès en Espagne, quelques années plus tard86.

  • 87 Sur Fernique, voir dans ce volume la contribution de Stéphane Bourdin, Emmanuel Fernique, premier a (...)
  • 88 Emmanuel Miller, Rapport de la commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur leurs travaux durant (...)
  • 89 R. de La Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884 (BÉFAR, 34), p. 1.

30Avec Emmanuel Fernique (1854-1885) et René Moulin du Coudray de La Blanchère (1853-1896), membre de 1878 à 1881, l’École de Rome pratiqua la voie plus libre de l’archéologie de prospection jointe à une forme d’ethno-archéologie très originale pour l’époque87. La Blanchère avait d’abord envisagé de conduire des fouilles dans la région de Terracina mais dut renoncer, en partie en raison de l’environnement et de ses accidents de santé88. En revanche, il chercha durant trois ans à compenser par l’observation ce qu’il ne pouvait trouver par un véritable chantier : « Retrouver en y vivant moi-même, les conditions et l’histoire de la vie dans toutes les régions du Bassin pontin aux diverses époques antiques, tel est le but que je me suis fixé »89. Pareille entreprise força l’admiration de Georges Perrot chargé de présenter le rapport de son activité devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres :

  • 90 G. Perrot, Rapport de la commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux éco (...)

Il a vraiment vécu dans ces déserts, luttant de son mieux contre les vices du climat et les difficultés des communications ; c’était seulement de loin en loin que les grands propriétaires, qui ont là de larges domaines, pouvaient l’aider en lui offrant des chevaux, des guides et un abri.90

  • 91 A. Geffroy, Vingt ans de fouilles à Rome, dans Revue de famille, 15 janvier 1893, p. 169-181, aux p (...)
  • 92 F. Barnabei, Le « Memorie di un archéologo »…, p. 158 : « E ritenendo che non bastessero soltanto g (...)

31Ces divers essais jamais transformés ne pouvaient tenir lieu de bilan archéologique. Ses vrais succès dans ce domaine, Geffroy les obtint sur deux terrains qui échappaient partiellement ou complètement aux contraintes de l’administration italienne : les grands domaines aristocratiques italiens et l'Afrique du Nord. Geffroy avait toujours été soucieux de mener une politique de réceptions au Palais Farnèse qui pût lui acquérir l’attachement de personnalités scientifiques italiennes. C’est ainsi qu’il visitait volontiers les nouveaux chantiers ouverts à Rome sous la conduite de Rodolfo Lanciani ou à l’invitation du sénateur Tommasi Crudeli91. Cette activité mondaine était secondée par des publications opportunes qui s’apparentaient parfois à des « nationalisations forcées », comme le volume spécial des Mélanges composé en 1892 en l’honneur de Giovanni Battista De Rossi. Quoique raillée par certains92, cette activité mondaine soutenue valut à Geffroy de se rapprocher de certains représentants de l’aristocratie italienne qu’il amena progressivement à ses vues de directeur soucieux d’afficher un bilan archéologique qui ne fût pas nul.

  • 93 Voir l’étude détaillée de F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell…. Voir aussi la contribution, dan (...)
  • 94 Giulio Borghese prit officiellement en 1875 le nom de Torlonia par son mariage en 1872 avec Anna Ma (...)
  • 95 F. Barnabei, Le « Memorie di un archéologo »…, p. 159 : « Lo Geffroy con tutti i suoi rigiri e con (...)
  • 96 Voir les lettres adressées par Marcelliani à Geffroy en 1879-1881 dans Bibl. nat. Fr., nouv. acq. f (...)
  • 97 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris-Rome, 1891 (BEFAR, 3e série).
  • 98 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell…, p. 441-442.

32La grande réussite de Geffroy fut incontestablement les fouilles de Stéphane Gsell (1864-1932) à Vulci dans la propriété du prince Giulio Torlonia (1847-1914)93. Ce grand aristocrate romain, fils d’une Française (Thérèse de La Rochefoucault) entré par mariage dans une famille originaire d'Augerolles dans les Monts du Forez94, était bien disposé envers l’École et ses relations purent ainsi faire plier la résistance de l’administration italienne et en particulier de Felice Barnabei qui le ressentait des années plus tard comme un affront et un échec personnel95. Les premiers contacts remontaient aux années 1879-1880, lorsque Geffroy pensait avoir trouvé en Charles-Joseph Donat, membre en 1878-1879, la personne idoine pour conduire ces fouilles avec l’aide du scavatore du prince, Francesco Marcelliani96. Mais le décès prématuré du « regretté Donat » le 26 mai 1880 coupa net le fil de l’entreprise. Avec Gsell, Geffroy remit son ouvrage sur le métier. Il dut pour cela dissimuler l’action de son institution qui n’apparaissait pas au premier plan puisque l’autorisation avait été officiellement accordé à Torlonia, citoyen italien. Malgré tout, Geffroy qui fit publier à cette occasion un riche volume97, était parvenu à écarter au profit de Gsell la pesante tutelle du comte Adolfo Cozza (1848-1910), par ailleurs collaborateur de Barnabei dans l’aménagement du Musée de Villa Giulia98.

33Qu’on ne s’y trompe pas cependant. La fouille de Vulci fut avant tout un succès d’estime et en aucun cas l’illustration d’une activité archéologique forte, cohérente et pleinement insérée dans les débats historiographiques du temps. Le volontarisme de Geffroy était cependant entier. Il plaidait pour un juste équilibre entre une approche traditionnellement tournée vers l’histoire de l’art et une archéologie moderne qui prît en compte les sociétés humaines dans l’ensemble de leurs dimensions. Au soir de son directorat, alors qu’il célébrait à l’attention de l’Académie des sciences morales et politiques le fruit des fouilles de Vulci, il dressait le tableau d’une archéologie complexe, en mouvement et ouverte, capable à elle seule d’écrire l’histoire, et refusait de choisir entre une archéologie humaniste et une archéologie plus naturaliste :

  • 99 A. Geffroy, Du progrès de la science archéologique et de l’exégèse à Rome, dans Revue des Deux-Mond (...)

Les mots changent de sens à mesure que se transforment les idées ou les faits qu’ils doivent représenter. L’archéologie n’est pas, ou n’est plus, en Italie et à Rome, où de perpétuelles découvertes la tiennent en éveil, ce qu’elle est en maint autre pays pour une partie de l’opinion, une science étroite, quelque peu myope, digne au demeurant d’un indulgent intérêt. Elle y est bien plutôt, grâce à la méthode comparative et à la critique érudite, l’actif et puissant organe d’une étude pénétrante du passé à l’aide des monuments, des plus considérables et des plus humbles. C’est parfois, nous l’avons vu, en s’adressant aux plus humbles, par exemple à ces pauvres débris contenus dans les sépultures les plus antiques, qu’elle prouve le mieux sa force. Seule habile à interpréter ces témoins souvent uniques des civilisations primitives, elle obtient des lueurs sur le passé lointain de l’humanité, sur les problèmes ethnographiques, elle devient l’émule de la philologie comparée. Plus souvent encore, elle étudie les œuvres de l’art, et, comme l’art est l’expression directe des sentiments, des idées religieuses ou morales des peuples, elle se donne pour objet et obtient pour résultat de dégager et suivre sous leurs aspects multiples ces hautes manifestations du génie humain. À ces titres et à d’autres encore, elle est un précieux organe et de la science et de la culture littéraire.99

  • 100 C. Jullian, Lettres de jeunesse…, p. 121-122, lettre n° 37, Camille Jullian à ses parents, Rome, 13 (...)
  • 101 Voir la contribution, dans ce volume, de M. Dondin-Payre, Jules Toutain et Stéphane Gsell à l’École (...)
  • 102 M. Bacha, La création des institutions patrimoniales de Tunisie : œuvre des savants de l’Académie d (...)

34L’avenir de l’archéologie à l’École française de Rome se trouvait en réalité, et pour longtemps, en Afrique du Nord, comme l’avait pressenti Camille Jullian dès le 13 mai 1881, le lendemain de la signature du traité du Bardo : « La grande affaire, c’est l’entrée probable des troupes françaises dans l’ancienne Carthage. Je fais des pieds et des mains pour qu’on y crée une école d’archéologie, mais il faudra encore attendre des années. »100 Ce ne fut sans doute pas un hasard si les deux anciens membres les plus décisifs pour asseoir la science archéologique française en Algérie et en Tunisie furent précisément René de La Blanchère et Stéphane Gsell101. Le premier fut nommé dès 1881 sur une chaire d’épigraphie à l’École supérieure des lettres d’Alger avant de prendre la direction du Service des antiquités, beaux-arts et monuments historiques de la Régence de Tunis en 1885102, tandis que le second était nommé dès 1890 professeur à la faculté des lettres d’Alger où il servit pendant plus de dix ans d’introducteur à l’archéologie nord-africaine pour d’anciens Farnésiens. Mais l’Afrique du Nord n’était qu’un lot de consolation un peu lointain. En Italie, en réalité, pour Geffroy, le destin de l’École française de Rome devait s’inscrire dans des territoires nouveaux, ceux des archives et des bibliothèques. Cette orientation des recherches des membres convenait enfin à merveille avec le dessin qu’il avait conçu de faire de son institution une pépinière de professeurs d’université.

Geffroy et la vocation historienne et universitaire de l'École française de Rome

35L’inflexion archivistique des activités de l’École de Rome sous la direction d’Auguste Geffroy s’explique par des motivations internes (impossibilité de fonder une activité scientifique sur la seule archéologie et extraordinaire richesse des archives et bibliothèques italiennes et romaines) et par des préoccupations externes à l’École (souci de réformer et de refonder l’université française). Dès l’été 1876, il s’était fixé un plan d’action qui résumait à merveille la conjonction naturelle de ces deux lignes de conduite :

  • 103 l'intérêt général de notre pays, passage corrigé de l'état de l'enseignement et de celui de la scie (...)
  • 104 Il faut nous tenir à la hauteur des progrès accomplis autour de nous ; notre enseignement supérieur (...)
  • 105 savoir, corrigé de et de beaucoup savoir.
  • 106 didactiques, corrigé de pédagogiques.

Nous voulons éviter les desseins ambitieux ou trop vastes. Notre affaire n'est pas d'écrire des dissertations de philosophie ou de morale ni des pages d'esthétique. La critique littéraire n'est pas non plus de notre domaine, ni les impressions de voyage, ni certes la politique contemporaine. Nous sommes une école d'érudition, par plusieurs motifs : d'abord parce que, au point de vue de l'intérêt général de notre pays103, au point de vue de notre rang à soutenir, un effort de plus en ce sens peut venir à propos en ce moment ; il faut nous tenir à la hauteur des progrès accomplis autour de nous ; notre enseignement supérieur et notre enseignement secondaire ne peuvent que gagner à se condenser, à s'affermir par une pratique sévère104 des méthodes scientifiques ; enfin notre École de Rome a pour véritable objet, si nous ne nous trompons pas, de servir à la fois la cause de la science et celle de l'enseignement en les rapprochant, en les conciliant l'une avec l'autre. Nous sommes convaincus que le plus difficile en pédagogie c'est de bien savoir105, avec le secours devenu familier des plus rigoureux méthodes, avec l'énergique et salutaire gymnastique d'une certaine production personnelle. Cela une fois acquis, et c'est à quoi doivent servir des écoles telles que celles d'Athènes et de Rome, nous croyons que les qualités purement didactiques106, l'ordre, la mesure, la clarté, le goût, suivront d'elles-mêmes après quelque exercice soit de la parole soit de la plume.

Ce que l'on comprend bien s'exprime clairement

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

  • 107 Arch. Institut, E 397, note d'Auguste Geffroy à l'Académie des inscriptions et belles-lettres lue d (...)

Le difficile et le dangereux c'est d'enseigner sans bien savoir, c'est de parler ou d'écrire sans connaître à fond ce dont on traite ; un enseignement qui accepterait pour but de dresser les esprits à de tels exercices ne serait que pure sophistique.107

  • 108 O. Poncet, Les entreprises éditoriales..., cit., p. 10-11
  • 109 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12918, fol. 1689-1691v, Léopold Delisle à Geffroy, Rome, 16 octobre (...)

36Pour Geffroy, l’importance accordée à l’histoire médiévale à l’École était d’abord une opportunité à saisir. La compétition avec les autres nations et en particulier l’Allemagne se jouait d’abord dans ce secteur historiographique. Comme dans le domaine archéologique, Geffroy usa de ses relations diplomatiques et ecclésiastiques pour obtenir l’ouverture, d’abord secrète et exclusive, des Archives du Vatican envisagées alors comme un chantier de fouilles historiques réservé108. Il put ainsi satisfaire les attentes d’un Léopold Delisle qui dès l’automne 1876 travaillait au Vatican et négociait l’accès aux registres de lettres pontificalesavec le cardinal français Jean-Baptiste Pitra (1812-1889), cardinal bibliothécaire depuis 1869109. C’est seulement en 1877 que grâce au soutien de la diplomatie française, Geffroy pouvait se féliciter (dans une grande discrétion) de l’ouverture spéciale consentie au chartiste protestant Élie Berger. Ce « débouché » scientifique procura tout à la fois inédits et thèses et alimenta majoritairement la recherche et les publications françaises à Rome durant des dizaines d’années.

  • 110 Voici ce qu’il écrivait à propos des travaux de Camille Enlart qui se proposait d’étudier l’archite (...)
  • 111 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 362 et suiv.

37Geffroy était également soucieux de faire de l’École une école au plein sens du terme. Cela supposait de sélectionner non pas seulement les plus savants des jeunes issus des établissements supérieurs en France, mais aussi les plus capables à leur tour de transmettre. Tout en réclamant des études érudites et critiques, qui fussent cependant strictement historiques110et éloignées du « spécialisme » dénoncé par Fustel de Coulanges111, Geffroy se montrait très soucieux de former des maîtres capables de répondre à cette double exigence d'analyse et de synthèse. Geffroy, fait unique semble-t-il dans l’histoire de l’institution, était à même de peser en amont et en aval. En effet, tout en étant directeur et proche de plusieurs ministres de l'Instruction publique, il fut également durant dix ans président du jury de l’agrégation d’histoire (1876-1885).

  • 112 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire en France de 1800 à 1914, dans C. Amalvi dir., Le (...)

38La nomination de Geffroy à la présidence du jury de l’agrégation d'histoire en mai 1876 était probablement une victoire d'Ernest Bersot, directeur de l'École normale supérieure (1871-1880)112. Elle rendait en tout cas ce continuum de formation parfaitement cohérent et répondait officiellement aux vus gouvernementales comme l'expliquait le ministre William Henry Waddington à Camille Rousset invité à laisser sa place de président à Geffroy :

  • 113 Arch. nat., F17 7109/5, William-Henry Waddington à Camille Rousset, Paris, 27 mai 1876, minute.

Je connais les services que vous avez rendus comme président du concours d'agrégation d'histoire et de géographie. J'aurais été heureux de vous demander encore cette année de vouloir bien en diriger les épreuves, mais le gouvernement vient de créer à Rome une École d'archéologie. Il nous importait de trouver un lien entre cette École et les études préparatoires à l'agrégation. J'ai invité conséquemment M. Geffroy à présider cette année le concours pour être en mesure de me renseigner sur les qualités et les aptitudes des candidats dont il y aurait lieu de diriger les études en vue de l'École française de Rome.113

  • 114 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire..., cit., p. 263.

39Durant ses dix ans de présidence, il réforma donc le concours dans le sens qui était le sien à Rome. Il le fit avec le soutien et la commune pensée de Bersot et de Fustel de Coulanges : on a pu écrire que sa nomination marquait « une victoire (...) de la méthode fustélienne »114. L'opinion de Fustel comptait beaucoup pour Geffroy à qui il écrivait le 25 septembre 1875 :

  • 115 A. Geffroy, Le concours d'agrégation. Ses dernières transformations, dans Revue internationale de l (...)

Si j'étais au jury, je voudrais ne donner le titre d'agrégé qu'à ceux qui savent lire. C'est pour éloigner les professeurs de la manie de la généralisation creuse que je souhaite que l'étude des sources prenne une grande place dans l'examen d'agrégation.115

  • 116 Arch. nat., F17 7109/4, note du 9 août 1878.
  • 117 Arch. nat., F17 7109/10, Albert Dumont à Agénor Bardoux, Athènes, 16 mai 1878 : lettre d'acceptatio (...)
  • 118 Arch. nat., F17 7109/12, Numa-Denys Fustel de Coulanges à Jules Ferry, Paris, 14 juin 1879 : lettre (...)

40Geffroy prêta une grande attention au jury où il fit entrer des personnes acquises à ces vues réformatrices. Il parvint à faire nommer in extremis – en remplacement d'Antonin Macé de Lépinay (1812-1891), doyen de la Faculté des lettres de Grenoble – son ancien élève Ernest Lavisse (1842-1922), alors seulement professeur d'histoire au lycée Henri-IV, dans le premier jury qu'il présida en 1876116. S'il ne put rendre effective la nomination de son homologue Albert Dumont en 1878 en raison de l'évolution de la carrière de ce dernier117, il put compter, avant qu'il ne prît la direction de l'École normale, sur la présence de Fustel de Coulanges pour la session de 1879118.

  • 119 La question d'histoire du Moyen Âge était : « État de l'Europe en 1453 après la prise de Constantin (...)

41Geffroy ne tarda pas à peser dans le déroulement des épreuves. Les délais étant trop courts pour le changer lors du concours de 1876, il fit tout de même en sorte de surprendre les candidats par les sujets des compositions écrites qu'il choisit aux extrêmes chronologiques des périodes considérées119. Mais très rapidement, il entendit faire évoluer le concours dans un sens qui pût introduire plus nettement l'érudition historique dans les épreuves :

  • 120 A. Geffroy, Le concours d'agrégation..., cit., p. 410.

La bonne science, voilà ce que nous invoquons, et ce qui n'est à redouter nulle part. Elle seule fait le prompt et viril apprentissage des intelligences en bannissant les pires ennemis de toute éducation, les généralités vagues, la déclamation, la routine, le petit esprit.120

  • 121 Ibid., p. 408-409.
  • 122 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire..., cit., p. 264.

42Geffroy était opposé à l'établissement d'une agrégation distincte pour le secondaire et le supérieur121. Après tout, il était bon que le concours permît à l'enseignement supérieur de profiter du bienfait d'enseignants formés à l'art d'enseigner et possédant quelque pédagogie. Il suffisait simplement de l'adapter aux exigences de la recherche critique et érudite, car selon les mots de Fustel de Coulanges « le professeur doit être, en même temps, et par un côté de sa vie, un chercheur »122. Et, en ce faisant, Geffroy pouvait même espérer faire d'une pierre deux coups en faveur des membres des Écoles françaises à l'étranger :

  • 123 A. Geffroy, Questions scolaires. De l’enseignement de l’histoire dans l’université, dans Revue des (...)

Tous les membres de nos Écoles françaises d'Athènes et de Rome qui sortent de l'École normale sont agrégés ; il n'est pas démontré qu'il leur eût été absolument besoin d'une autre préparation pour devenir de bons épigraphistes, des hellénistes ou des archéologues distingués. On ne veut pas nier qu'un peu plus de préparation spéciale ne dût leur être fort utile : mais ne pourrait-on introduire la meilleure partie dans l'agrégation même, dans celle des lettres et dans celle de grammaire.123

43Pareille visée pouvait être atteinte par un meilleur choix des textes de l'épreuve de commentaire de texte introduite en 1860. Mais la principale innovation à mettre au crédit de Geffroy, qui résume l'esprit de sa politique, fut la réduction du nombre de thèses à préparer par les candidats, réduites à quatre (1877) puis à trois (1878), soit une par période historique, et reconduites deux ou trois ans de suite. Le principe de la « question de programme », toujours en vigueur dans ce même concours, était née. Elle était pour lui la pierre angulaire de la réforme :

  • 124 A. Geffroy, Le concours d'agrégation..., cit., p. 405-406.

Ce n'est pas la leçon, c'est la thèse qui permettra de juger si le candidat sait travailler par lui-même et faire son métier d'historien, s'il sait interpréter les textes, les discuter, les comparer et conclure ; s'il possède enfin cette faculté de critique judicieuse qu'il faut avoir acquise pour soi-même avant de l'enseigner aux autres, faculté maîtresse qui permet seule le choix judicieusement synthétique de ce qu'il faut taire et de ce qu'il faut dire, et n'est-ce pas là une grande part de l'enseignement historique ?124

  • 125 Ibid., p. 421.

44Ce système fut encore renforcé lors de la réforme de 1885 dans un sens que Geffroy jugea toutefois excessif mais qui marquait la victoire d'une nouvelle génération de réformateurs, en l'occurrence Louis Liard et Ernest Lavisse125.

  • 126 Voir dans ce volume O. Poncet, La querelle des origines..., dans ce volume

45La formation dispensée dans un deuxième temps à Rome aux meilleurs agrégés n'était pas moins importante aux yeux de Geffroy. Ce dernier désirait qu’à Rome même des conférences internes pussent prolonger la formation théorique reçue en France. Il suivait en cela l’exemple de son prédécesseur Albert Dumont126 et il y était encouragé par Michel Bréal, professeur de grammaire comparée au Collège de France et par ailleurs auteur d’un ouvrage de réflexion sur la réforme de l’enseignement (Quelques mots sur l'instruction publique en France, 1re éd., Paris, 1872) :

Les nouvelles que vous me donnez de l’École de Rome me font grand plaisir. Les conférences ne peuvent manquer de donner l'élan à toute l'École. (…) En causant avec M. Dumont, j'ai vu aussi qu'il est plutôt pour l'Antiquité que pour le Moyen Âge (ceci entre nous) et je ne peux lui donner tort. J'ai pourtant réussi, je crois, à modifier un peu son jugement. Le Moyen Âge, selon moi, sera une des originalités de l'École de Rome : si les Allemands n'en font pas, ce n'est pas qu'ils n'en aient point envie, mais ils n'y réussissent pas comme nos élèves de l'École des chartes.

  • 127 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1140-1143v, Michel Bréal, Paris, 22 décembre 1879.

Quant à l'Antiquité, je crois qu'il faudrait établir régulièrement une sorte d'enseignement mutuel des nouveaux par les anciens. Vous l'avez déjà commencé par les conférences : mais à côté de ces leçons extraordinaires et préparées de longue main, il y aurait place pour des cours faits à l'École de 2e et de 3e année aux élèves de l'École. Cela les préparera pour leurs futures leçons de Faculté. (…) Ces jeunes gens, dont quelques-unes sont fraîchement sortis de l'internat de l'École normale ou de la préparation à l'agrégation ont besoin de se sentir encadrés et tenus par un programme d'études. Ils se plairont d'autant mieux à Rome qu'ils auront leurs heures de liberté à côté de leurs heures obligées de travail.127

46Pour Geffroy ces conférences devaient sceller un pacte scientifique avec ces jeunes savants qui correspondait à la vision qu’il se faisait et désirer imposer à Rome de la recherche historique. Pour ce faire, il fit évoluer notablement le modèle mis en place par Dumont et refusa d'aller jusqu'au bout des idées de Bréal. À un cours magistral, dont il se sentait sans doute incapable (donnant ainsi raison rétrospectivement à Du Mesnil), il préférait des exposés faits par les membres eux-mêmes qui démontreraient à l’occasion la solidité de leur recherche et de leur argumentation :

  • 128 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Henri Wallon, Rome, 19 février 1876.

J’aurai, toutefois, à les prémunir, sans les troubler, contre certains périls, comme ceux de la sécheresse et de l’obscurité. J’aurai à obtenir d’eux une érudition d’autant plus sobre et plus claire qu’elle sera plus intense et mieux raisonnée. Dans cette vue, je leur ai conseillé – et ils ont accepté – l’usage de conférences tout à fait intérieures, dans lesquelles chacun d’eux viendra tour à tour, au moment où son principal mémoire sera presque achevé, nous en rendre compte oralement. J’ai pensé que l’impérieuse nécessité de la parole entraînerait forcément la clarté nécessaire ou la preuve trop évidente d’une obscurité remédiable. Je prendrai soin, avant chacune de ces conférences, de lire la plume à la main les mémoires qui en contiennent les éléments et je me serai mis de cette double façon, j’espère, en assez complète connaissance du travail et des efforts de chacun de nous.128

  • 129 Bibl. nat Fr., nouv. acq. fr. 12919, fol. 2041-2043, Louis Duchesne à Geffroy, Saint-Servan, 12 sep (...)
  • 130 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Jules Ferry, Rome, 24 décembre 1879 : « J’ai engagé ceux (...)
  • 131 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à William Henry Waddington, Rome, 16 janvier 1877 : « La s (...)

47Malgré tout, au bout d’une année, il était conscient qu’il fallait apporter au plus vite le bagage de romanité scientifique indispensable pour se mettre rapidement à pied d’œuvre. Dès la fin de l'été 1876 , il s’adressa pour ce faire à Louis Duchesne à qui il proposa de venir dispenser un cours aux jeunes membres fraîchement arrivés. Duchesne s'étant récusé129, Geffroy paya de sa personne aux côtés des membres dans des conférences qui n’étaient cependant pas des cours construits selon un programme pensé et portaient presque exclusivement sur l’Antiquité130. Toute rupture entre deux promotions était vécue comme une calamité car elle empêchait la transmission et la constitution de « traditions » propres aux recherches conduites à l’École131. Car c'est bien de cela qu'il s'agissait au fond : établir un esprit propre à l'École de Rome dont les membres seraient les plus sûrs représentants dans l'enseignement supérieur de la Troisième République.

Conclusion

  • 132 L’Athénien Georges Perrot (1832-1914), futur directeur de l’École normale supérieure (1883-1903), o (...)
  • 133 É. Perrin-Saminadayar, Les résistances des institutions scientifiques et universitaires à l’émergen (...)
  • 134 C'est là un constat que l'on peut dresser pour l'ensemble des établissements français en Méditerran (...)

48C'était bien en effet dans l'insertion au sein de l'Université et dans l'action d'enseignement et de recherche des membres de l'École de Rome que se lisait le plus clairement le bilan de la politique historienne de Geffroy. En matière d'archéologie, l'action de l'École de Rome, décidée mais cahotique, italienne mais surtout française et coloniale, potentiellement importante mais mineure dans les faits, empêchait d’apporter à l’Université française les maîtres dont elle avait besoin à l’heure où l’archéologie entrait officiellement dans l’enseignement supérieur. Les premiers titulaires n’en furent pas de purs Romains132 et le caractère archéologique de leur enseignement n’a été dans les premiers temps que passager, voire pour ainsi dire absent133. Pourtant, il serait sans doute utile dans ce domaine d'aller au-delà des intitulés de chaires, comme le prouvait l'enseignement d'un Jules Martha à Montpellier. La présence à Rome de jeunes savants pouvant satisfaire à ce type d’études, au contact d’une activité immobilière qui lui faisait revêtir certains traits de l’archéologie préventive actuelle (masse, rapidité, renouvellement historiographique), n’a pas suffi toutefois à imposer cette discipline en tant que telle à cette époque. Et ici, la responsabilité des opposants à une segmentation disciplinaire, comme Fustel de Coulanges mais aussi Geffroy, et plus tard Camille Jullian ou Henri Berr, est peut-être écrasante. Archéologie partout, archéologie nulle part, serait-on tenté d'écrire devant la timidité de l'accueil fait par l'Université française à ce type de formation sous la Troisième République. On peut en tout cas soutenir que l'École de Rome n'a pas dégagé une activité particulière qui conférerait à l'archéologie française au contact de l'Italie un profil spécifique134.

  • 135 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3742-3743v, Léopold Mabilleau à Geffroy, Niort, s.d. : « (...)
  • 136 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3358-3361, Georges Lacour-Gayet à Geffroy, Marseille, 26 (...)
  • 137 Ibid.
  • 138 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 393-394, Georges Duruy à Geffroy, Villeneuve-Saint-Georg (...)
  • 139 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1150-1151v, Michel Bréal à Geffroy, Paris, 7 février 188 (...)

49La réussite des Farnésiens historiens n'en paraît que plus évidente en retour. Certes, les premières promotions vécurent la délicate période d'ajustement entre une sortie de Rome et une cadence de créations universitaires insuffisamment rapide à leurs yeux. Le sentiment d'une perte de temps et d'un handicap dans leur carrière transparaît dans quelques cas. Les normaliens agrégés Léopold Mabilleau (rentré en 1878) ou Georges Lacour-Gayet (rentré en 1881) considéraient que les règles et la pratique en vigueur désavantageaient ceux qui partaient à l'étranger et plus encore les Farnésiens135. L'ancienneté du cursus des Athéniens leur assurait la primeur des nouvelles créations au détriment des membres de Rome qui ne pouvaient, comme eux, intégrer directement l'enseignement supérieur à leur retour en France136 : « Deux ans à Rome seraient donc deux ans de perdus. »137 Georges Duruy, le fils de Victor pourtant, lançait un cri d'alarme : « Défendez-nous, Monsieur le Directeur, car en vérité on ne nous veut pas beaucoup de bien. »138 Ces revendications se heurtaient aux anciens normaliens comme Bersot ou Bréal qui considéraient que « le temps passé là-bas ne devait pas compter comme services pour l'avancement », lequel ne devait pas être une obsession pour ces jeunes savants privilégiés139. Pour Geffroy, qui avait pourtant lui-même enseigné dix ans en lycée au début de sa carrière, la question était de principe et menaçait l'attractivité de la nouvelle institution : il l'exposa dans un mémoire ad hoc dès 1881. Force est de constater que la situation n'évolua guère durant les années 1880-1890, au cours desquels un nombre majoritaire de Farnésiens (non chartistes) continua de passer par le lycée à leur retour de Rome. Faut-il ici invoquer le fait que dans le même temps, le passage par l'agrégation d'histoire avant d'arriver au Palais Farnèse était devenu plus fréquent ?

50Alors que le décret du 20 novembre 1875 ne faisait nulle obligation de posséder le titre d'agrégé d'histoire pour devenir membre de l'École, Geffroy en fit de facto une condition, sinon indispensable du moins souvent invoquée. Alors qu'un seul agrégé d'histoire – Charles Bayet (1849-1918), futur directeur de l'Enseignement primaire (1896-1902) puis de l'Enseignement supérieur (1902-1914) – avait accompagné le directorat de Dumont, dès la rentrée de 1876 Geffroy marqua son désir de faire de l'École un complément de formation pour les meilleurs agrégés d'histoire en faisant venir les deux normaliens Emmanuel Fernique (1854-1885) et Georges Duruy (1853-1918). Par la suite, de 1878 à 1882 inclus – dernière année où Geffroy fut encore consulté pour les nominations durant son premier passage à la direction –, un agrégé d'histoire au moins (deux en 1878) devint membre de l'École, qu'il fut normalien ou non (Charles Donat). Sous la direction Le Blant (recrutement des promotions entrées en 1883-1888), il n'y en eut environ qu'une année sur deux et encore avaient-ils tous la qualité de normalien (1883, 1884, 1886 et 1888). Avec le retour de Geffroy, alors qu'il avait cependant quitté la présidence du jury en 1885, des agrégés d'histoire normaliens ou non (Georges Yver, Louis Madelin) furent régulièrement envoyés à Rome (en dehors de la seule année 1893) et parfois même deux à la fois (1889 et 1895).

51C'est en fait non sur le temps court des premiers postes, mais sur celui de l'âge mûr des individus qu'il conviendrait de mesurer l'influence des orientations défendues par Geffroy. Si l'on peut observer que plusieurs anciens Romains occupaient à la veille de la Première Guerre mondiale des situations de choix dans l'enseignement supérieur français, faut-il attribuer ces succès universitaires ou académiques à leur passage à Rome ou bien, plus volontiers, à leurs antécédents familiaux et professionnels (grandes écoles en particulier) ? Le principal effet de l'École française de Rome résiderait dès lors dans l'acclimatation, plus rapide qu'ailleurs, d'un modèle de formation à l'enseignement par la recherche que les conditions d'exercice en France ne facilitaient pas toujours. Les efforts de Geffroy pour conjuguer les travaux de l'École avec l'enseignement universitaire de l'histoire, la reine des sciences à la Belle-Époque, trouvaient là leur plus parfaite récompense et justification.

Annexes

Les articles d’Auguste Geffroy dans la Revue des Deux-Mondes (1852-1897)

Le Nord scandinave depuis cinquante ans : Du mouvement intellectuel et politique en Suède, nouv. période, t. 13, 1er janvier 1852, p. 90-124, nouv. période, t. 16, 1er décembre 1852, p. 885-912 ; Les réformes sociales et la dernière crise en Danemark, nouv. période, 2e série, t. 4, 15 novembre 1853, 738-769.

Revue littéraire, nouv. période, 2e s., t. 1, 1er janvier 1853, p. 203-208 [études archéologiques et ethnographiques sur le Danemark, écrits de Schiern, Worsaae, Bergsoe].

L’histoire et la littérature en Danemark, nouv. période, 2e série, t. 1, 15 février 1853 p. 812-816.

Une visite à Bomarsund. Au directeur de la « Revue des Deux-Mondes », nouv. période, 2e série, t. 7,1er septembre 1854, p. 1053-1061.

Poésies finlandaises de Runeberg, nouv. période, 2e série, t. 7, 1er septembre 1854, p. 1076-1077.

La journée de Doebeln, nouv. période, 2e série, t. 7, 1er septembre 1854, p. 1077-1080.

La réaction absolutiste en Danemark, nouv. période, 2e série, t. 8, 1er novembre 1854, p. 596-603.

Des intérêts du Nord scandinave dans la Question d’Orient : I. Rapports de la Suède avec la Russie depuis la mort de Charles XII, nouv. période, 2e série, t. 9, 15 février 1855, p. 758-798 ; II. La Suède sous Gustave IV, progrès de la Russie et déchéance du dernier Wasa, nouv. période, 2e série, t. 11, 1er juillet 1855, p. 140-178 ; III. Rapports entre la Suède et la Russie sous Charles XIII, élection de Bernadotte, nouv. période, 2e série, t. 11, 15 septembre 1855, p. 1269-1295 ; IV. Bernardotte et la politique suédoise de 1812, nouv. période, 2e série, t. 12, 1er novembre 1855, p. 541-594 ; V. Bernadotte et la réunion de la Norvège à la Suède, 2e période, t. 2, 15 avril 1856, p. 725-755.

Svensk och Ryss ! (Suédois et Russes), 2e période, t. 1, 15 février 1856 ; p. 904-908.

La Suède avant et depuis le traité de Paris. Le roi Charles-Jean et le roi Oscar dans leurs rapports avec le cabinet russe, 2e période, t. 3, 1er juin 1856, p. 457-495.

Mme de Staël, ambassadrice de Suède, 2e période, t. 6, 1er novembre 1856, p. 5-43.

La diète suédoise et le roi Oscar, 2e période, t. 6, 1er décembre 1856, p. 693-699.

Le scandinavisme et le Danemark, 2e période, t. 9, 1er mai 1857, p. 5-42.

Wahlberg, le tueur d’éléphans, 2e période, t. 10, 1er juillet 1857, p. 225-233.

Les récits de l’enseigne Stael et le poète finlandais Runeberg, 2e période, t. 11, 1er septembre 1857, p. 188-208.

L’intolérance suédoise, les périls du Danemark et le scandinavisme, 2e période, t. 16, 15 août 1858, p. 905-935.

Traditions populaires de l’Islande, 2e période, t. 26, 15 avril 1860, p. 1012-1021.

Le roi Oscar et les Royaumes-Unis sous son règne : I. Les réformes intérieures. Difficultés de l'union entre la Suède et la Norvège,2e période, t. 28, 1er juillet 1860, p. 90-125 ; II. Les rapports extérieurs et le scandinavisme, 2e période, t. 28, 15 juillet 1860, p. 436-462.

De la presse périodique et de la littérature nationale en Finlande, 2e période, t. 30, 1er décembre 1860, p. 771-777.

Réouverture du cours de M. Saint-Marc Girardin à la Sorbonne, 2e période, t. 30, 15 décembre 1860, p. 1035-1038.

La Nemesis divina : écrit inédit de Linné, 2e période, t. 32, 1er mars 1861, p. 178-195.

L’agitation allemande et le Danemark, 2e période, t. 32, 15 mars 1861, p. 374-406.

Affaires du Danemark, 2e période, t. 33, 1er juin 1861, p. 759-766.

Les peintres scandinaves à l’Exposition de 1861, à Paris, 2e période, t. 33, 15 juin 1861, p. 1017-1022.

La presse périodique dans les États scandinaves, 2e période, t. 34, 1er août 1861, p. 759-765.

Un politique italien de la Renaissance. Guichardin et ses œuvres inédites, 2e période, t. 34, 15 août 1861, p. 961-994.

L’agitation réformiste en Allemagne, 2e période, t. 38, 1er mars 1862, p. 99-127.

« La misère au temps de la Fronde et saint Vincent de Paul », par M. A. Fillet, 2e période, t. 39, 1er mai 1862, p. 247-250.

« Histoire du droit criminel en Angleterre », par M. Albert du Boys, 2e période, t. 39, 1er mai 1862, 250-253.

Deux poèmes populaires de la Finlande. [« L'Église. La Tombe de Perrho », par Runeberg], t. 40, 42e année, 1er juillet 1862, p. 251-256.

« Tableau de l’Empire romain depuis la fondation de Rome jusqu'à la fin du gouvernement impérial en Occident », par M. Amédée Thierry, 2e période, t. 40, 1er août 1862, p. 772-775.

« Les princes du XVIe siècle, d’après les relations vénitiennes », par M. Armand Baschet, 2e période, t. 41, 1er septembre 1862, p. 233-237.

Les études et les découvertes archéologiques dans le Nord, 2e période, t. 42, 1er novembre 1862, p. 155-176.

Du classement définitif de nos archives, 2e période, t. 43, 1er janvier 1863, p. 254-256.

Une intervention anglaise dans les affaires du Danemark, 2e période, t. 43, 1er janvier 1863, p. 194-210.

Un réformateur italien au temps de la Renaissance. Jérôme Savonarole, 2e période, t. 45, 15 mai 1863, p. 437-464.

Les archives saxonnes, 2e période, t. 46, 15 juillet 1863, p. 502-512 [publications faites à Dresde sur les archives, par Charles de Weber et par Helbig].

De quelques travaux récens (sic) sur Schiller et Goethe, 2e période, t. 48, 15 novembre 1863, p. 506-512

L’agitation allemande contre le Danemark, 2e période, t. 48, 15 décembre 1863, p. 968-983.

Ouverture du cours de poésie française à la Sorbonne, 2e période, t. 49, 1er janvier 1864, p. 260-263.

Gustave III et la cour de France d’après des papiers inédits : I. La Suède avant l’avènement de Gustave III, l’anarchie et les dangers intérieurs, 2e période, t. 49, 15 février 1864, p. 830-854 ; II. L’esprit français en Suède, l’éducation de Gustave et son premier voyage à Paris, 2e période, t. 50, 1er mars 1864, p. 196-228 ; III. Le coup d’État du 19 août 1772, 2e période, t. 50, 1er avril 1864, p. 585-616 ; IV. Gustave et la société française à la fin du règne de Louis XV, 2e période, t. 52, 15 juillet 1864, p. 359-391 ; V. Réformes et fêtes de cour à Versailles et à Stockholm, 2e période, t. 58, 15 août 1865, p. 820-851 ; VI. Marie-Antoinette et les Suédois à Versailles, 2e période, t. 59, 15 septembre 1865, p. 346-385 ; VII. Le roi Gustave et la Révolution française, 2e période, t. 59, 1er octobre 1865, p. 655-690 ; VIII. L’émigration française, le roi de Suède et les plans de coalition européenne, 2e période, t. 60, 1er novembre 1865, p. 113-147 ; IX. Les régicides et la mort de Gustave III, 2e période, t. 61, 15 novembre 1865, p. 419-446.

La prédication française avant Bossuet, 2e période, t. 50, 1er avril 1864, p. 765-768.

La conférence de Londres et les intérêts européens dans la question dano-allemande, 2e période, t. 51, 1er juin 1864, p. 750-764.

Les « Mémoires » du comte de Senfft, 2e période, t. 52, 1er août 1864, p. 774-776.

« L’hygiène publique chez les Juifs, son importance et sa signification dans l'histoire générale de la civilisation », par M. le docteur Marc Borchard, 2e période, t. 53, 15 octobre 1865, p. 1053-1054.

« Des relations de l’Empire romain avec l’Asie orientale », par M Reinaud, 2e période, t. 62, 1er avril 1866, p. 797-800.

La reine Marie-Antoinette d’après les documens (sic) authentiques de Vienne, 2e période, t. 63, 1er juin 1866, p. 642-686.

[Réplique à l’article de Feuillet de Conches sur l’authenticité les lettres de Marie-Antoinette], 2e période, t. 64, 15 juillet 1866, p. 503-515.

« La police sous Louis XIV », par M. Pierre Clément, 2e période, t. 64, 1er août 1866, p. 780-784.

Lettre au directeur de la Revue [relative à l’article de Feuillet de Conches sur l’authenticité les lettres de Marie-Antoinette ], 2e période, t. 64, 15 août 1866, p. 1033-1038.

« Études sur les tragiques grecs », par M. Patin, 2e période, t. 65, 1er septembre 1866, p. 254-256.

« Les Archives de la Bastille (1659-1661) » par M. François Ravaisson, 2e période, t. 67, 1er janvier 1867, p. 254-256.

De l’authenticité des lettres de Madame de Maintenon, 2e période, t. 79, 15 janvier 1869, p. 362-398.

De quelques récentes publications historiques sur la période révolutionnaire, 2e période, t. 83, 15 octobre 1869, p. 1011-1019.

Le Charles XII de Voltaire et le Charles XII de l’histoire, 2e période, t. 84, 15 novembre 1869, p. 360-390.

Les nouveaux dangers du Nord et le scandinavisme, 2e période, t. 85, 1er février 1870, p. 653-681.

Un manifeste prussien, t. 90, 1er novembre 1870, p. 122-137 [Sur Agli Italiani, de Theodore Mommsen, Berlin 1870.].

« La Table de Peutinger », d’après l’original conservé à Vienne, par M. Ernest Desjardins, 2e période, t. 90, 1er novembre 1870, p. 187-192.

« Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la 122e olympiade », par M. Albert Dumont, 2e période, t. 90, 15 décembre 1870, p. 763-766.

« Lettres, instruction et mémoires de Colbert », publiés par M. Pierre Clément, 2e période, t. 91, 1er janvier 1871, p. 188-192.

La Finlande et le Kalevala, 2e période, t. 91, 15 janvier 1871, p. 300-320.

« Histoire de la littérature allemande », par M. Heinrich, 2e période, t. 91, 15 février 1871, p. 764-766.

Les origines du germanisme : I. La « Germania » et les recherches de manuscrits au XVe siècle, 2e période, t. 97, 15 décembre 1871, p. 810-834 ; II. La religion d’Odin et les dieux de la Germanie selon Tacite et les Romains, 2e période, t. 97, 1er janvier 1872, p. 96-122 ; III. L’état social et les institutions des Germains, 2e période, t. 98, 1er mars 1872, p. 158-187 ; IV. L’imagination romaine à l’aspect d’un monde nouveau, 2e période, t. 98, 15 mars 1872, p. 350-372.

« Rome. Description et souvenirs », par M. Francis Wey, 2e période, t. 97, 15 décembre 1871, p. 954-957.

« Souvenirs de la maréchale de Beauvau et Mémoires du maréchal », mis en ordre par Mme Standish-Noailles, 2e période, t. 100, 1er juillet 1872, p. 232-239.

« Architecture antique de la Sicile ; Recueil des monumens de Segeste et de Sélinonte », [par Hittorff], 2e période, t. 100, 15 juillet 1872, p. 475-478.

La Suède sous Charles XV, 2e période, t. 102, 15 décembre 1872, p. 968-992.

Les conquêtes germaniques. L’école romaniste et la théorie des races, 2e période, t. 106, 15 juillet 1873, p. 280-316.

Les livres de raison de l’ancienne France, 2e période, t. 107, 1er septembre 1873, p. 198-216.

Marie-Antoinette et Marie-Thérèse d'après les papiers du comte de Mercy-Argenteau, 2e période, t. 108, 15 décembre 1873, p. 783-826.

La Vénus de Falerone et les marbres de Milet au musée du Louvre, 3e période, t. 1, 15 janvier 1874, p. 472-480.

Une autobiographie de Guichardin d’après ses œuvres inédites, 3e période, t. 1, 1er février 1874, p. 656-685.

Historiens contemporains. Amédée Thierry, son œuvre historique, 3e période, t. 4, 1er août 1874, p. 688-709

Les cours souveraines dans l’ancienne France : la chambre des comptes de Paris, 3e période, t. 5, 15 octobre 1874, p. 746-766.

Les sagas islandaises. La Saga de Nial, 3e période, t. 12, 1er novembre 1875, p. 112-140.

Une nouvelle histoire de l’ancien Orient classique, 3e période, t. 12, 1er décembre 1875, p. 597-611.

La nouvelle École française de Rome, ses origines, son objet, ses premiers travaux, 3e période, t. 16, 15 août 1876, p. 800-827.

Les grands travaux publics en Italie. Le dessèchement du lac Fucin, 3e période, t. 23, 15 octobre 1877, p. 805-837.

Le quatrième centenaire de l’université d’Upsal, 3e période, t. 24, 1er novembre 1877, p. 166-192.

La cinquantaine de l’Institut allemand de correspondance archéologique de Rome, 3e période, t. 33, 15 mai 1879, p. 470-477.

L’histoire monumentale de Rome et la première Renaissance : I. Les ruines de Rome pendant le Moyen Âge, 3e période, t. 35, 1er septembre 1879, p. 76-104 ; II. Du soin des édifices à Rome pendant le XVe siècle, 3e période, t. 35, 15 septembre 1879, p. 363-393.

La légende de la Cenci, 3e période, t. 38, 15 avril 1880, p. 941-946.

Questions scolaires. De l’enseignement de l’histoire dans l’université, 3e période, t. 42, 1er décembre 1880, p. 634-658.

Une fête archéologique à Rome, 3e période, t. 55, 15 janvier 1883, p. 455-464.

L’École française de Rome : ses premiers travaux : I. Antiquité classique, 3e période, t. 57, 1er juin 1883, p. 645-678 ; II. Moyen Âge, t. 58, 1er juillet 1883, p. 112-141.

Une enquête française sur les croisades et l’Orient latin, 3e période, t. 60, 1er décembre 1883, p. 607-635.

Nos diplomates sous Louis XIV, France et Suède, 3e période, t. 68, 1er avril 1885, p. 575-600.

Du rôle de la richesse dans l’ancienne Rome sous la République, 3e période, t. 87, 1er juin 1888, p. 528-550.

Du progrès de la science archéologique et de l’éxégèse à Rome, 3e période, t. 110, 1er avril 1892, p. 586-611.

Les collectionneurs à Rome à la fin du XVIIIe siècle. Les Piranesi, 4e période, t. 133, 15 janvier 1896, p. 437-448.

La transformation de Rome en capitale moderne, 4e période, t. 143, 1er septembre 1897, p. 169-184.

Notes

1 Outre l'École française de Rome, il s'agit au terme du décret 2011-164 du 10 février 2011 de l'École française d'Athènes (1846), de l'Institut archéologique du Caire (1880), de l'École française d'Extrême-Orient (1898) et de la Casa de Velázquez à Madrid (1929).

2 Voir dans ce volume O. Poncet, La querelle des origines. Émile Burnouf, Albert Dumont et la création de l’École française de Rome (1872-1875).

3 La tendance actuelle est, intellectuellement ou institutionnellement, à une séparation et un isolement de l'archéologie. La récente réforme des structures centrales du CNRS (création de l'Institut national des sciences humaines et sociales) a ainsi dégagé, pour la première fois de son histoire, dans la dernière version de son organigramme (juillet 2010) une « grande thématique » « Archéologie » séparée de celle des « Sciences historiques, géographiques, territoires et environnement » ; pour ce faire, la thématique Archéologie regroupe des unités empruntées à la Section 31 (Hommes et Milieux) et à la Section 32 (Mondes anciens et médiévaux). On peut y lire une forme de reconnaissance administrative des visées « autonomistes » de la discipline dont l'identité se construit d'abord par ses méthodologies et par ses sources plutôt que par son objet d'étude ; l'extraordinaire dynamisme de l'archéologie préventive en France, qui repose sur un modèle économique unique dans le domaine des sciences humaines, joue sans doute là un rôle non négligeable. Sur ces tendances intellectuelles et les questionnements qu'elles suscitent y compris au sein de la communauté des archéologues, on renverra pour le XXe siècle à A. Schnapp, Les « Annales » et l'archéologie : une rencontre difficile, dans MEFRA, 93, 1981, p. 469-478, et pour le XXIe siècle à P. Boissinot dir., L'archéologie comme discipline ?, Paris, 2011 (Le genre humain). Voir également J. Guilaine, Archéologie, science humaine, entretiens avec Anne Lehoërff, Arles-Paris, 2011.

4 A. Lehoërff, Les paradoxes de la Protohistoire française, dans Annales HSS, 2009, p. 1107-1134 ; Ead., L'Âge du bronze est-il une période historique ?, dans L'Âge du bronze en Méditerranée. Recherches récentes, dir. D. Garcia, Paris, 2011 (Les Hespérides), p. 13-26.

5 A. Lehoërff, L'enseignement de l'archéologie en France. Bilan, perspectives, dans Nouvelles de l'archéologie, t. 115, mars 2009, p. 57-94.

6 B. G. Trigger, A history of archaeological thought, Cambridge, 1989 ; I. Hodder (éd.), Archaeological theory in Europe. The last three decades, Londres-New York, 1991 ; M. Johnson, Archaeological theory. An introduction, 2e éd., Oxford, 2010 (1re éd. 1999).

7 J. Guilaine, compte rendu de A. Schnapp dir., L'archéologie aujourd'hui, 1980, dans Annales. É.S.C., 1983, vol. 4, p. 943-946. Songeait-il alors à l'affirmation militante de David L. Clarke (Analytical archaeology, 2e éd., Londres, 1978, p. 11) : « Archaeological data are not historical data and consequently archaeology is not history. » ?

8 Pour reprendre l'expression d'A. Schnapp, Archéologie et tradition académique en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles, dans Annales. É.S.C., 1982, vol. 5-6, p. 760-777, à la p. 777.

9 A. Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l'archéologie, Paris, 1993, p. 304-305 et 309.

10 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, 2001 (Points Histoire, H288) (1re éd. 1988), p. 154-155. Le peu de curiosité de Fustel de Coulanges pour des sources autres que textuelles a été sans doute exagéré. Les recherches et les polémiques historiographiques dans lesquelles il était engagé au cours des années où il formalisa sa méthode et son discours sur l'histoire (histoire des institutions franques) l'amenaient inévitablement à sacraliser le témoignage écrit par-dessus tout. Le témoignage (trop laudatif ?) de son fidèle élève et disciple Camille Jullian plaiderait en ce sens : il rapporte ainsi que Fustel commença son cours d'histoire en 1870 à Strasbourg par une leçon sur les silex et haches des cités lacustres et qu'il « a vu et a dit que l'histoire de ces âges [du bronze et du fer] présentait le même intérêt que celle d'Athènes et de Rome et qu'elle ne comportait pas de méthode différente » (cité par E. Gran-Eymerich, Les chercheurs du passé, 1789-1945. Aux sources de l'archéologie, Paris, 2007 [1re éd. 1988 et 2001], p. 476, note 8).

11 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 363-364.

12 A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 322-324.

13 D. Ogilvie, Construire les sources de l'histoire contemporaine dans la France du XIXe siècle : la genèse de la théorie du respect des fonds, dans Archivi e storia nell'Europa del XIX secolo. Alle radici dell'identità culturale europea, 2 vol., Rome, 2006, t. II, p. 829-835.

14 A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 299-303.

15 O. Montelius, Die typologische Methode. Die älteren Kulturperioden im Orient und in Europa, Stockholm, 1903 ; A. Giry, Manuel de diplomatique. Diplômes et chartes, chronologie technique, éléments critiques et parties constitutives de la teneur des chartes, les chancelleries, les actes privés, Paris, 1894 ; A. H. Lane Fox, général Pitt-Rivers, On the principles of classification adopted in the arrangement of his anthropological collection now exhibited in the Bethnal Green Museum, dans Journal of the Anthropological Institute, t. 4, 1874, p. 293-308 ; L. de Mas-Latrie, Trésor de chronologie, d'histoire et de géographie pour l'étude et l'emploi des documents du Moyen Âge, Paris, 1889.

16 M.-A. Kaeser, L'univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l'œuvre et la vie d'Édouard Desor (1811-1882), Paris, 2004 ; B. Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Rome, 1992 (Coll. EFR, 167), p. 297 et suiv. Rappelons que l'expression de « dénicheur de saints » a d'abord été appliquée à l'historien gallican Jean de Launoy (voir J. Gres-Gayer, L'électron libre du gallicanisme : Jean de Launoy (1603-1678), dans Revue d'histoire des religions, 2009, n° 3, p. 517-543).

17 A. Schnapp, Archéologie et tradition académique..., cit., p. 772.

18 J. Scheid, Albert Dumont. 1873. Succursale de l'École française d'Athènes, à Rome. Ouverture du cours d'archéologie, dans M. Gras dir., « À l'école de toute l'Italie ». Pour une histoire de l'École française de Rome, Rome, 2010 (Coll. EFR, 431), p. 17-27, aux p. 21-22.

19 E. Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé ..., cit., p. 237, 252 et 257.

20 Dès le règne de Pie II, puis fortement dans les deux premiers tiers du XVIe siècle : A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 123.

21 A. Emiliani, Leggi, bandi et provvedimenti per la tutela dei beni artistici e culturali negli antichi Stati italiani, 1571-1860, Bologne, 1996 (Rapporti, 73).

22 S. De Caro et P. G. Guzzo (éd.), A Giuseppe Fiorelli nel centenario della morte, Naples, 1999.

23 A. Emiliani, Leggi, bandi..., cit., p. 4 : « Ma la latitanza della legge unitaria, dal 1860 al 1902, fu astutamente usata per erigere passo dietro un sistema centrale di controllo e di cautela (...). » Sur les débats parlementaires précédant l'adoption de la loi de 1909, on verra : R. Balzani, Per le antichità e le belle arti. La legge n. 364 del 20 giugno 1909 et l'Italia giolittiana, Bologne, 2003 (Dibattiti storici in parlamento, 2).

24 A. Emiliani, Nella battaglia tra pubblico e privato : l'istituzione della Direzione generale e Giuseppe Fiorelli, dans S. De Caro et P. G. Guzzo (éd.), A Giuseppe Fiorelli..., cit., p. 101-134.

25 A. Lehoërff, Pratiques archéologiques et administration du patrimoine archéologique en Italie, 1875-1895. l'exemple des anciens territoires villanoviens, dans MEFRIM, t. 111-1, 1999, p. 73-147, aux p. 96 et suiv.

26 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell a Vulci (1889). La politica culturale dell'amministrazione per le antichità tra aperture internazionalistiche e autarchismo archeologico, dans Bullettino di paletnologia Italiana, t. 86, 1995, p. 42-468, aux p. 436-437.

27 F. Barnabei, Le « Memorie di un archeologo », M. Barnabei et F. Delpino (éd.), Rome, 1991 (Collana di studi archeologici, 2), p. 158-159 : « Generalmente si riteneva essere una servizia del governo italiano quella di impedire o di contrastare ai forestieri la esecuzione degli scavi di antichità nel nostro territorio. E questo giudizio contiene in sé un gravissimo errore. La tesi è di somma importanza e va nettamente considerata. Secondo un concetto largamente accettato, lo scopo per il quale si fanno o debbono farsi gli scavi per la ricerca delle antichità, è quello di restituire all'aperto e di mettere a disposizione dei dotti e degli artisti, e principalmente a disposizione di gente ricca che vuol formarne un possesso a dimostrazione di lusso e di magnificenza, oggetti antichi che siano pregevoli e rari per la materia, con cui sono composti e per la forma artistica con la quale si presentano. Lo scavatore, secondo il concetto per lo più dominante, deve riuscire a trovar cose che possano spiccare in collezioni o raccolte importanti. Ma innanzi tutto si deve tener conto anche di un altro fatto capitale. Gli oggetti antichi, scoperti per mezzo di scavi fatti eseguire con capitali offerti da forestieri o per mezzo di forestieri, sono, o tali si considera, come assoluta proprietà dei forestieri stessi ; e quindi, se questo principio è ammesso, i forestirei possono aver libera facoltà sotto certi riguardi di portarseli seco dove ad essi piaccia. E poiché, come abbiamo visto, gli oggetti antichi in massima sono veri e propri documenti storici, riferibili ad un nostro centro nazionale, ne risulta che documenti della nostra storia si lascerebbero esulare dal nostro patrimonio di cui formano vivissima parte. » Nous avons pris le parti de traduire servizia (mot ancien signifiant, dans des dictionnaires du XIXe siècle, « clystère ») par « purge », mot suffisamment négatif pour expliquer l'indignation exprimée ensuite par Barnabei dans son texte.

28 Filippo Delpino (F. Barnabei, Le « Memorie di un archeologo »..., cit., p. 172, note 4) considère en tout cas que cette attitude, quelque chauvine qu'elle fût, fut providentielle pour le patrimoine archéologique italien à une époque où l'administration n'aurait pas eu les moyens de surveiller de multiples chantiers, de surcroît conduits sans la rigueur scientifique attendue.

29 Sur cet Institut dont l'histoire reste encore à écrire, voir la bibliographie contenue dans H. Blank, The Instituto di corrispondenza archeologica, dans Fragmenta, t. 2, 2008, p. 63-78. Pour un point de vue français, voir A. Schnapp, La conquête du passé..., cit., p. 306-307, et C. Nicolet, La fabrique d'une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003, p. 246-247.

30 J.-F. Bommelaer (éd.), Delphes. Centenaire de la « Grande Fouille » réalisée par l'École française d'Athènes (1892-1903), Leyde, 1992 (Travaux du Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques, 12).

31 O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (Coll. EFR, 318), p. 18 et suiv.

32 Certains de ses copieux rapports donnaient lieu à des monographies tirées à part et des journaux de voyage rédigés pour le compte personnel des missionnaires ont été retrouvés : D. Gourevitch (éd.), La mission de Charles Daremberg en Italie (1849-1850), Naples, 1994 (Mémoires et documents sur Rome et l'Italie méridionale, nouv. série, 5). Plusieurs rapports inédits, accompagnés de la correspondance afférente sont conservés dans les archives du Service des missions : Arch. nat., F17 2933-3014, dossiers individuels, XIXe siècle. Pour apprécier pleinement l'ancienneté des investigations scientifiques françaises en Italie au XIXe siècle et les réorientations suscitées par la création de l'École française de Rome, il importe d'analyser avec soin cet important ensemble de pièces.

33 L. Duchesne, Auguste Geffroy, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1895, p. 141-153, aux p. 142-143.

34 La suite des renseignements administratifs est tirée de son dossier de personnel conservé sous la cote Arch. nat., F17 20818.

35 A. Geffroy, Notices et extraits des manuscrits concernant l'histoire ou la littérature de la France qui sont conservés dans les bibliothèques ou archives de Suède, Danemark et Norvège, Paris, 1855 (extrait des Archives des missions scientifiques et littéraires).

36 J.-M. Gobert, L'itinéraire intellectuel et politique de la Revue des Deux-Mondes, 1848-1893, thèse de doctorat de l'Institut d'études politiques de Paris, 1985 ; T. Loué, Une révolte culturelle : l'entrée en catholicisme de la « Revue des Deux-Mondes » (1895-1906), dans Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, t. 87, 2002, p. 61-79.

37 Voir Annexe, Les articles d’Auguste Geffroy dans la « Revue des Deux-Mondes » (1852-1897).

38 A. Geffroy, Rome et les Barbares. Étude sur la Germanie de Tacite, Paris, 1874. Sur la portée de cet ouvrage, voir C. Nicolet, La fabrique d'une nation..., cit., p. 249-250.

39 A. Geffroy, Antiquité, dans A. Geffroy, J. Zeller et J. Thienot, Rapports sur les études historiques, Paris, 1867 (Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France), p. 1-84.

40 Ibid., p. 47.

41 Ibid., p. 15-18.

42 A. Geffroy, Revue littéraire, dans Revue des Deux-Mondes, nouv. période, 2e s., t. 1, 1er janvier 1853, p. 203-208.

43 A. Geffroy, Les études et les découvertes archéologiques dans le Nord, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 42, 1er novembre 1862, p. 155-176.

44 C. Jürgensen Thomsen, Kurzgefasste Übersicht über Denkmäler und Althertümer aus der Vorzeit des Nordens, dans Leitfaden zur nordische Althertumskunde, Copenhague, 1837, p. 25-93 ; J. J. A. Worsaae, Dänemarks Vorzeit durch Althertümer und Grabhügel beleuchtet, Copenhague, 1844.

45 La réception et la discussion de la théorie des trois âges en France mériterait une vaste enquête : il n'existe pas pour le pays d'Alexandre Bertrand et de Gabriel de Mortillet d'équivalent de P. Rowley-Conwy, From Genesis to prehistory. The archaeological three age system and its contested reception in Denmark, Britain and Ireland, Oxford, 2007 (Oxford Studies in the history of archaeology).

46 K. Lundbeck-Culot, Frédéric VII, roi du Danemark, Napoléon III et l'archéologie : les deux premiers donateurs du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, dans Antiquités nationales, t. 29, 1997, p. 99-118 ; Ead., L'influence du Danemark dans la création du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, dans P. Jacquet et R. Perrichon (éd.), Aspects de l'archéologie française au XIXe siècle, Montbrison, 2000 (Recueil de mémoires et documents sur le Forez, 28), p. 41-54 .

47 A. Katrine Gjerløff, Syn for sagn : Dansk arkaeologi og historie i 1800-tallet, dans Historisk Tidsskrift, t. 99-2, 1999, p. 406-445, aux p. 428-432.

48 A. Geffroy, Traditions populaires de l’Islande, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 26, 15 avril 1860, p. 1012-1021 ; Id., Des institutions et des mœurs du paganisme scandinave. L’Islande avant le christianisme d’après le Gragas et les sagas, dans Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1864, t. 6. 1re série. IIe partie, p. 327-440.

49 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 175-176 : « Quant à la thèse dont nous avons exposé l'argumentation, M. Nilsson l'a-t-il entièrement démontrée, de façon qu'elle soit désormais admise comme vérité historique ? Nous n'oserions pas l'affirmer ; mais nous nous hâtons d'ajouter qu'on peut bien se demander si une démonstration parfaite en un tel ordre de questions, est possible. (…) Faut-il condamner de telles entreprises dans le temps ? Non, sans doute, car elles peuvent, sérieusement abordées et conduites, sous la garantie protectrice de la raison et de la critique moderne, servir au progrès de la science, alors même qu'elles n'atteindraient pas leur but particulier. »

50 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 166.

51 G. Reginelli Servais, La Tène, un site, un mythe, 1 Chronique en images (1857-1923), Neuchâtel, 2007 (Archéologie neuchâteloise, 39). M. Honegger et al. dir., Le site de La Tène : bilan des connaissances-état de la question, actes de la table ronde internationale de Neuchâtel, 1-3 novembre 2007, Neuchâtel, 2009 (Archéologie neuchâteloise, 43).

52 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 166 : « À Londres surtout, on fait des meetings pour et contre les générations humaines qui ont dû précéder Adam. Il y a des grognemens contre le savant évêque d'Oxford [Samuel Wilberforce (1805-1873), évêque d'Oxford (1844-1873)] soutenant dans ces discussions [le célèbre débat d'Oxford de 1860 avec Thomas Henry Huxley] l'autorité biblique ; le crâne du gorilla donne des hallucinations à la vieille Angleterre... ». Signalons que c'est dans la Revue des Deux-Mondes que paraît le compte rendu le plus développé et le plus favorable en langue française : A. Laugel, Nouvelle théorie d'histoire naturelle. L'origine des espèces, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 26, 1er avril 1860, p. 644-671.

53 A. Geffroy, Les études et les découvertes..., cit., p. 169, note 4.

54 A. Geffroy, Antiquité..., cit., p. 29 : « Retrouverait-on dans ce pays [= la Galatie] des monuments semblables à ceux qui couvrent l'Europe occidentale, particulièrement l'ouest de la France, et qui sont si célèbres sous les noms de dolmens, menhirs, etc. ? M. Perrot n'a rien vu d'analogue, probablement par cette bonne raison que de tels monuments, mal à propos désignés du nom de celtiques, n'ont en effet, rien de commun avec les Celtes, nos pères, mais appartiennent à une civilisation antérieure, beaucoup moins avancée. »

55 Le mémoire de Bertrand fut couronné en 1862 par l'Académie des inscriptions et belles-lettres et ses conclusions publiées peu après : A. Bertrand, Monuments primitifs de la Gaule, monuments dits celtiques, dolmens et tumulus, dans Revue archéologique, nouv. série, vol. 7, janvier-juin 1863, p. 217-237. Si la thèse de Bertrand était juste dans ses grandes lignes, le raisonnement chronologique qu'il exposa au congrès de Stockholm en 1874 était simpliste et erroné, l'existence même d'un Âge du bronze étant en particulier réfutée (A. Lehoërff, L'Âge du bronze..., cit., p. 17-18).

56 A. Laugel, L'homme primitif d'après les récens travaux des savans anglais, dans Revue des Deux-Mondes, t. 45, 1er mai, 1863, p. 204-231, aux p. 208-209.

57 Un archéologue contemporain ne dit finalement pas autre chose : « J'ai assez de matière pour restituer non seulement la vie, mais pas seulement une forme de palethnologie, je revendique, en décortiquant les néolithisations qui, à partir de divers berceaux, ont, plus ou moins rapidement, gagné la planète, en approfondissant l'émergence et la diffusion de la complexité sociale, en traquant la circulation de matériaux à longue distance, la possibilité d'écrire des processus de portée historique. (…) Ramener l'archéologie à une technique, c'est lui ôter toute aptitude à écrire l'histoire. Or, je me considère moi-même comme une sorte d'archéologue-historien. » (J. Guilaine, L'archéologie, une discipline, dans P. Boissinot dir., L'archéologie comme discipline ?..., cit., p. 23-30, aux p. 25 et 28).

58 A. Geffroy, Lettres inédites du roi Charles XII, texte suédois, traduction française, Paris, 1853 ; Id., Lettres inédites de la princesse des Ursins, Paris, 1859 ; Id., [Réplique à l’article de Feuillet de Conches sur l’authenticité les lettres de Marie-Antoinette], dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 64, 15 juillet 1866, p. 503-515. ; Id., De l’authenticité des lettres de Madame de Maintenon, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 79, 15 janvier 1869, p. 362-398. ; Id., Correspondance secrète entre Marie-Thérèse et le comte de Mercy-Argenteau, avec les lettres de Marie-Thérèse et de Marie-Antoinette, 3 vol., Paris, 1874.

59 « Essai sur la chronologie des archontes athéniens postérieurs à la 122e olympiade », par M. Albert Dumont, dans Revue des Deux-Mondes, 2e période, t. 90, 15 décembre 1870, p. 763-766.

60 Fustel était bien le candidat de Geffroy à sa suppléance : Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12915, fol. 916-917v, Charles Bouché-Leclercq à Geffroy, Montpellier, 25 mai 1875.

61 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 356-357.

62 A. Geffroy, Un manifeste prussien, dans Revue des Deux-Mondes, t. 90, 1er novembre 1870, p. 122-137.

63 C. Charle, Les professeurs de la Faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique, 1809-1908, volume 1, Paris, 1985, p. 83.

64 C. Jullian, Lettres de jeunesse. Italie-Allemagne, 1880-1883, Bordeaux, 1936, p. 53-57, lettre n° 12, Camille Jullian à ses parents, Rome, 23 décembre 1881, aux p. 53-54 : « Lundi j’ai été, seul de l’École avec M. Vigneaux (le docteur en droit, marié, membre de notre École depuis cette année), invité à un autre repas, mais où il ne fallait pas mettre l’habit ni de cravate blanche. Le Directeur n’avait pas voulu faire d’apparat parce que ce jour-là il recevait le monde clérical, le monde noir, comme il l’appelle. (…) ils n’avaient invité que nous deux, parce que nous ne sommes pas à ses yeux suspects de cléricalisme (M. Geffroy est très libéral). » Ibid., p. 164-166, lettre n° 57, Camille Jullian à ses parents, Rome, 14 octobre 1881, p. 165 : « Je crois que son cléricalisme ne le met pas très bien en cour à Paris. »

65 O. Poncet, La querelle des origines..., dans ce volume.

66 Arch. nat., F17 4129, dossier 3, note de Du Mesnil au ministre de l'Instruction publique.

67 O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990 (Coll. EFR, 124), p. 234. Geffroy avait sans doute exagéré la portée de l’incident et donc sa propre victoire. D’ailleurs, quelques années plus tard, il relatait avec gourmandise les propos laudateur du même Mommsen à propos de l’activité de l’École, spécialement dans le domaine du Moyen Âge : « M. Théodore Mommsen est à Rome depuis quelques jours. Il a bien voulu venir, avec M. Helbig, faire visite à notre École. Avant-hier soir, chez Madame la comtesse Lovatelli, il s’est montré des plus bienveillants pour chacun de nous. De l’entretien que j’ai eu avec lui, vous jugerez peut-être qu’il a certains traits à retenir. Il n’a pas refusé ses éloges à nos deux écoles d’Athènes et de Rome. " À Athènes, a-t-il dit, vous faites mieux que nous. " À Rome, " vous avez donné par ces travaux sur les registres des papes un très grave exemple. Nous voulons le suivre. " » (Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Jules Ferry, Rome, 10 mars 1882).

68 M. Gras (dir.), « À l'école de toute l'Italie ». Pour une histoire de l'École française de Rome, Rome, 2010 (Coll. EFR, 431), p. 440-441.

69 Arch. Institut, E 397, note d'Auguste Geffroy à l'Académie des inscriptions et belles-lettres lue dans la séance du 12 août 1876, 14 pages manuscrites. Cette note est à la fois plus pratique et moins générale que le long texte que Geffroy avait donné peu auparavant à sa propre Académie, celle des Sciences morales et politiques : O. Poncet (éd.), Auguste Geffroy, La nouvelle École française de Rome, ses origines, son objet, ses premiers travaux, dans Séances et travaux de l'Académie des sciences morales et politiques. Comptes rendus, nouv. série, t. 6, 1876, 2e semestre, 1876, p. 601-650, dans M. Gras (dir.) « À l'école de toute l'Italie »..., cit., p. 77-99.

70 O. Motte, Les origines des « Mélanges d’archéologie et d’histoire », dans MEFRM, t. 94, 1982, p. 393-483, aux p. 420-428. L’acte de donation figure dans Arch. nat., Min. centr., CXVIII, 1165, donation du 12 juillet 1881.

71 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12920, fol. 2298-2299v, Frédéric Engel-Dollfus à Geffroy, Dornach, 13 avril 1880. Il y revenait encore dans une autre lettre quelques jours plus tard : « Voici les Débats qui, avec moi, vous baptisent d'École française archéologique de Rome. Vous n'y échapperez pas, malgré vos études sur le Moyen Âge, parce que l'usage a presque consacré en faveur de l'Académie de France, la désignation d'École de Rome tout court ; à Athènes, où nous n'avons qu'une école, la confusion n'est pas possible. Ne serait-il pas fâcheux, d'ailleurs, que votre École ne fût, avant tout, un Institut archéologique ? Il doit en être des lettres comme des arts où l'on en revient toujours à l'Antiquité et, si j'ai bonne mémoire, ce sont vos propres idées que j'exprime ici. » (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 422-423v, Frédéric Engel-Dollfus à Geffroy, Paris, 27 avril 1880).

72 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 456-457, Frédéric Engel-Dollfus à Geffroy, Dornach, 27 avril 1881.

73 Il s’agissait là aussi d’une demande expresse de l’Académie faite à Rome aussi bien qu’à Athènes : Arch. nat., F17 4129, dossier 2, Henri Wallon à Geffroy, Paris, 21 juillet 1877.

74 A. Lehoërff, Diffusion des résultats archéologiques et identité nationale en Italie au lendemain de l'Unité. Quelques propositions, dans MEFRIM, t. 113-2, 2001, p. 641-655, aux p. 645-648.

75 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1134-1135, Paris, 12 juin 1876, Michel Bréal à Geffroy, Paris, 12 juin 1876.

76 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12919, fol. 2078-2079, Louis Duchesne à Geffroy, Paris, 1er mai 1879.

77 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12913, fol. 339-340, Henry Barbet de Jouy [administrateur des Musées nationaux] à Geffroy, Paris, 29 avril 1880.

78 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12915, fol. 642 et v, Alexandre Bertrand à Geffroy, Saint-Germain-en-Laye, 5 février 1879 : « [Alessandro] Castellani vient à ce qu’il paraît d’acheter un lot d’antiquités, poignards, torques, ceinture, qu’il regarde comme gaulois. Castellani est, me dit [Arthur] Engel, disposé à les laisser mouler pour Saint-Germain. Je serais enchanté d’avoir ces moulages et tu serais bien aimable de me les procurer, toujours aux frais du musée de Saint-Germain qui couvrira l’École de Rome de tous les déboursés que tu pourras faire. »

79 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr.12923, fol. 3340-3341v, Georges Lacour-Gayet à Geffroy, Marseille, 2 août 1880.

80 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3386-3387, Georges Lafaye à Geffroy, Aix-en-Provence, 27 septembre 1879 : « M. [Honoré] Gibert, conservateur du Musée d’Aix, m’a prié de vous rappeler que votre intérêt avait paru se porter l’an dernier sur l’oppidum salyen d’Entremonts. Vous me demandiez, à la fin d’octobre 1878, s’il ne serait pas opportun d’entreprendre des fouilles en cet endroit. Après avoir étudié la question (…), je crois pouvoir vous donner cette fois une réponse plus satisfaisante. En 1870, MM. [Félicien] de Saulcy et [Alexandre] Bertrand sont venus ici exprès pour explorer les lieux et, après une journée d’investigations, ont promis à M. Gibert de déléguer M. Parent-Schaken avec les sommes nécessaires pour mettre la main à l’œuvre. La guerre a coupé court à ces projets. Ne pourriez-vous pas savoir de ces messieurs eux-mêmes s’il serait bon de les reprendre ? Dans le cas où ils conseilleraient de le faire, je crois qu’il y aurait pour nous avantage à attacher le nom de l’École à un travail qu’appelle de lui-même notre attention. »

81 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3379-3380, Georges Lafaye à Geffroy, Paris, 26 août 1879 : « M. Falco de Mondragone vient d’être nommé inspecteur des fouilles pour la ville de Sinuessa, comme je le souhaitais et reste convaincu qu’il nous doit d’avoir obtenu de poste. (…) Nous avons tout lieu d’attendre un succès à la rentrée. » Lafaye s’avançait sans doute, car le premier inspecteur nommé à Mondragone (où se trouvent les ruines de la colonie romaine de Sinuessa) est un nommé Francesco Ricca qui apparaît en effet 1879-1880 (M. Bencivenni, R. Dalla Negra, P. Grifoni, Monumenti e istituzioni, Parte I, La nascita del servizio di tutela dei monumenti in Italia, 1860-1880, Rome, 1987 [Saggi e documenti, 62], p. 437.

82 CRAI, 1880, n° 2, p. 111-112, séance du 23 avril 1880.

83 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3396-3397, Georges Lafaye à Geffroy, Messine, 1er juin 1880 : « Les fouilles que j’ai fait faire, après celles dont je vous ai rendu compte dans ma dernière lettre [apparemment non conservée], n’ont donné aucun résultat et ç’aurait été s’obstiner inutilement que d’en tenter de nouvelles dans une saison où l’état du terrain rend tout travail d’ensemble impossible. »

84 O. Motte, Les origines…, p. 449-452.

85 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 414-416, Arthur Engel à Geffroy, Paris, 11 décembre 1880 : « Permettez-moi de vous rappeler, M. le Directeur, le contrat de fouilles que je vous ai remis l’an dernier (traité avec un nommé Santini, du 29 mars 1879) et qui est valable par bonheur, jusqu’au 29 mars 1880. Il y aurait dans ce terrain, situé hors la Porte Saint-Paul, une riche mine de découvertes, j’en réponds. Les nombreux débris réunis dans la cave du propriétaire, et qui comprennent d’assez jolies pièces, en sont la preuve. Moi-même, j’avais commencé les fouilles, au-dessus d’un puits muré qui pouvait receler toute sorte de merveilles ou rien du tout peut-être, et nous avions, à côté, mis au jour une petite logette pavée de mosaïque, des lampes, des fragments de marbres précieux, etc. Tout présageait une fouille heureuse quand le vieux Santini me déclara qu’il ne voulait pas me laisser continuer aux conditions (très avantageuses pour moi) exprimées dans le traité. Ne me sentant pas absolument en règles – je n’avais pas demandé l’autorisation de Fiorelli –, je fis combler les trous et partis laissant Santini tout penaud. Depuis je parlais à MM. Fiorelli et Lanciani qui m’assurèrent que l’autorisation me serait immédiatement accordée sur ma demande au ministre. Mais le temps me manquait et je dus abandonner l’entreprise, à mon grand regret. Rien ne serait plus facile que de reprendre ce projet, si l’un des membres de l’École voulait s’en charger. Je puis vous dire, Monsieur, que les frais seraient peu considérables et les résultats certains, conditions qui se rencontrent bien rarement. La vigne Santini est située à 200 pas hors la Porte Saint-Paul, sur la droite. Il n’y passe jamais personne et on ne serait pas gêné par les curieux. En résumé, cette fouille présenterait toute sorte de chances de succès et si j’étais à Rome, je commencerais sans retard les travaux. »

86 Geffroy annonçait fièrement, dès 1890, l’ouverture de fouilles en Espagne par Engel, ancien membre de l’École (lettre de Geffroy au président de l’Académie, Rome, 12 février 1890, dans CRAI, 1890, n° 1, p. 42-43, à la p. 43). Voir aussi Arthur Engel, Pierre Paris, Une forteresse ibérique à Osuna (fouilles de 1903), dans Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, t. 13, fasc. 4, p. 357-490.

87 Sur Fernique, voir dans ce volume la contribution de Stéphane Bourdin, Emmanuel Fernique, premier archéologue de l'École française de Rome, de Préneste au pays des Marses.

88 Emmanuel Miller, Rapport de la commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur leurs travaux durant l’année 1879, dans CRAI, 1879, n° 4, p. 320-355, à la p. 340 : « Il a projeté et préparé des fouilles dont il a lieu d’attendre des résultats intéressants, mais l’autorisation qui lui était nécessaire ne lui a été donnée que lorsqu’il était déjà trop tard pour les entreprendre. »

89 R. de La Blanchère, Terracine. Essai d’histoire locale, Paris, 1884 (BÉFAR, 34), p. 1.

90 G. Perrot, Rapport de la commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux écoles durant l’année 1881, dans CRAI, 1881, n° 4, p. 377-406, à la p. 391. Voir aussi M.-R. de La Blanchère, Lettere dalle terre pontine, éd. G. R. Rocci, Terracina, 1998.

91 A. Geffroy, Vingt ans de fouilles à Rome, dans Revue de famille, 15 janvier 1893, p. 169-181, aux p. 170 et 173. Sur Lanciani, on verra l’étude fouillée de D. Palumbo, Rodolfo Lanciani. L’archeologie a Roma tra Ottocento e Novecento, Rome, 2006 (Problemi e ricerche di storia antica, 25).

92 F. Barnabei, Le « Memorie di un archéologo »…, p. 158 : « E ritenendo che non bastessero soltanto gli articoli laudativi, pubblicati in giornali italiani e francesi, si persuase che conveniva aggiungere anche dei simposi o banchetti ai quali di tratto in tratto erano invitati archeologici italiani e persone celebri che si trovavano di passagio a Roma. Vi erano invitate talvolta anche delle signore, accolte sempre nel modo più squisito dalla signora Geffroy, che faceva gli onori di casa in modo veramente perfetto, quantunque sommamente modesto. »

93 Voir l’étude détaillée de F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell…. Voir aussi la contribution, dans ce volume, de Laurent Haumesser, Les débuts des études étrusques à l’École française de Rome. Auguste Geffroy et Vulci.

94 Giulio Borghese prit officiellement en 1875 le nom de Torlonia par son mariage en 1872 avec Anna Maria Torlonia, fille unique du prince Alessandro Torlonia. Voir H. Ponchon, L'incroyable saga des Torlonia : des monts du Forez aux palais romains, Olliergues, 2005.

95 F. Barnabei, Le « Memorie di un archéologo »…, p. 159 : « Lo Geffroy con tutti i suoi rigiri e con tutte le sollecitazioni esercitate per mezzo degli agenti di casa Torlonia riuscì a condurre innazi la pratica per ottenere la concessione di eseguire per conto della Scuola francese lo scavo della necropoli di Vulci. Io naturalmente mi opposi, ma intervenne direttamente il principe Torlonia che come proprietario del terreno chiese regolarmente il permesso di eseguire il carattere di scavo eseguito per conto di una missione estera. »

96 Voir les lettres adressées par Marcelliani à Geffroy en 1879-1881 dans Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12924, fol. 3766-3784v.

97 S. Gsell, Fouilles dans la nécropole de Vulci, Paris-Rome, 1891 (BEFAR, 3e série).

98 F. Delpino, Gli scavi di Stéphane Gsell…, p. 441-442.

99 A. Geffroy, Du progrès de la science archéologique et de l’exégèse à Rome, dans Revue des Deux-Mondes, 3e période, t. 110, 1er avril 1892, p. 586-611, à la p. 611.

100 C. Jullian, Lettres de jeunesse…, p. 121-122, lettre n° 37, Camille Jullian à ses parents, Rome, 13 mai 1881, à la p. 122.

101 Voir la contribution, dans ce volume, de M. Dondin-Payre, Jules Toutain et Stéphane Gsell à l’École française de Rome (1886-1891). Une étape décisive pour l’étude du Maghreb.

102 M. Bacha, La création des institutions patrimoniales de Tunisie : œuvre des savants de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, dans Livraisons d’histoire de l’architecture, vol. 12, 2006, p. 123-134 : La Blanchère fut nommé délégué de Xavier Charmes, chef de la division des Sciences et Lettres au Ministère, le 10 février 1885 et le Service fut officiellement créé le 8 mars 1885 (ibid., p. 127). La Blanchère, « forte personnalité, autoritaire mais habile », devint rapidement tout-puissant : « En quelques années, le directeur du Service des antiquités devint le véritable ordonnateur de l’action archéologique du ministère de l’Instruction publique en Tunisie. » (ibid., p. 130.)

103 l'intérêt général de notre pays, passage corrigé de l'état de l'enseignement et de celui de la science dans notre pays.

104 Il faut nous tenir à la hauteur des progrès accomplis autour de nous ; notre enseignement supérieur et notre enseignement secondaire ne peuvent que gagner à se condenser, à s'affermir par une pratique sévère, passage corrigé de parce qu'il ne faut nous tenir à la hauteur d'un progrès qui s'est accompli dans certaines parties de la science ; parce que notre enseignement supérieur et notre enseignement secondaire ne peuvent que gagner à se condenser, à s'affermir par quelque renouvellement.

105 savoir, corrigé de et de beaucoup savoir.

106 didactiques, corrigé de pédagogiques.

107 Arch. Institut, E 397, note d'Auguste Geffroy à l'Académie des inscriptions et belles-lettres lue dans la séance du 12 août 1876, 14 pages manuscrites.

108 O. Poncet, Les entreprises éditoriales..., cit., p. 10-11

109 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12918, fol. 1689-1691v, Léopold Delisle à Geffroy, Rome, 16 octobre 1876 : « Le cardinal Pitra a été et est d’une obligeance qui dépasse tout ce que je croyais pouvoir en attendre. Je puis passer toutes mes journées dans une des chambres du Vatican. Nous avons parlé des registres des papes et j’ai la conviction que vous pouvez arriver à un résultat dans la voie dont nous parlions naguère à Paris. Il ne faut pas laisser à l’Allemagne protestante le domaine exclusif de la diplomatique pontificale et le cardinal qui est aussi bon français que catholique s’entendra parfaitement à ce sujet avec nous. » Ibid., fol. 1692-1694v, le même au même, Paris, 27 novembre 1876 : « Ma conviction intime c’est que, dans un délai plus ou moins rapproché, nous arriverons à avoir communication des registres du XIIIe, du XIVe et du XVe siècle. »

110 Voici ce qu’il écrivait à propos des travaux de Camille Enlart qui se proposait d’étudier l’architecture cistercienne en Italie aux XIIIe et XIVe siècles : « L’étude de l’art à ses diverses époques ne peut être pour un membre de l’École française de Rome qu’une étude savante, non pas tant d’esthéticien et de spécialiste que d’historien et d’érudit. M. Enlart ne l’a pas oublié. » (Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Léon Bourgeois, Rome, 1er juillet 1890).

111 F. Hartog, Le XIXe siècle et l'histoire..., cit., p. 362 et suiv.

112 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire en France de 1800 à 1914, dans C. Amalvi dir., Les lieux de l'histoire, Paris, 2005, p. 242-302, à la p. 263.

113 Arch. nat., F17 7109/5, William-Henry Waddington à Camille Rousset, Paris, 27 mai 1876, minute.

114 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire..., cit., p. 263.

115 A. Geffroy, Le concours d'agrégation. Ses dernières transformations, dans Revue internationale de l'enseignement, t. 9, janvier-juin 1885, p. 329-340 et 402-423, et t. 10, juillet-décembre 1885, p. 283-302, à la p. 411.

116 Arch. nat., F17 7109/4, note du 9 août 1878.

117 Arch. nat., F17 7109/10, Albert Dumont à Agénor Bardoux, Athènes, 16 mai 1878 : lettre d'acceptation de siéger au jury. Dumont fut en effet nommé recteur de l'Académie de Grenoble en août 1878.

118 Arch. nat., F17 7109/12, Numa-Denys Fustel de Coulanges à Jules Ferry, Paris, 14 juin 1879 : lettre d'acceptation de siéger au jury.

119 La question d'histoire du Moyen Âge était : « État de l'Europe en 1453 après la prise de Constantinople », tandis que celle d'histoire moderne était : « Exposer brièvement à la suite de quels événements les traités de 1815 ont été conclus. Retracer les intérêts et les dispositions des puissances alliées. Faire connaître les stipulations de ces traités concernant la France et les divers États de l'Europe. » (Arch. nat., F17 7109/4, note sur le concours, 9 août 1876.)

120 A. Geffroy, Le concours d'agrégation..., cit., p. 410.

121 Ibid., p. 408-409.

122 A. Gérard, L'enseignement supérieur de l'histoire..., cit., p. 264.

123 A. Geffroy, Questions scolaires. De l’enseignement de l’histoire dans l’université, dans Revue des Deux-Mondes, 3e période, t. 42, 1er décembre 1880, p. 634-658, à la p. 642.

124 A. Geffroy, Le concours d'agrégation..., cit., p. 405-406.

125 Ibid., p. 421.

126 Voir dans ce volume O. Poncet, La querelle des origines..., dans ce volume

127 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1140-1143v, Michel Bréal, Paris, 22 décembre 1879.

128 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Henri Wallon, Rome, 19 février 1876.

129 Bibl. nat Fr., nouv. acq. fr. 12919, fol. 2041-2043, Louis Duchesne à Geffroy, Saint-Servan, 12 septembre 1879.

130 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à Jules Ferry, Rome, 24 décembre 1879 : « J’ai engagé ceux-là même des membres de l’École qui ne s’occupent pas directement de l’Antiquité classique à prendre part à nos conférences intérieures, dont ce genre d’étude fait jusqu’à présent l’unique objet. Nous en avons déjà eu dix jusqu’à présent. MM. Lafaye, de La Blanchère, Lacour, se sont chargés, comme j’ai dit, de quelques-unes ; j’ai commenté, dans les autres, une série de monuments figurés, en insistant sur ceux que possèdent les musées de Rome. »

131 Arch. nat., F17 4130, dossier 2, Geffroy à William Henry Waddington, Rome, 16 janvier 1877 : « La seconde génération de l’École commence cette année sans qu’aucun représentant de la première soit avec nous pour nous apporter des travaux mûris par quelque tradition et quelque expérience. Tous les membres de l’École sont nouveaux, bien munis d’instruction générale, mais non pas encore d’instruction spéciale. (…) À la rentrée prochaine, une seconde année commencera de se former, et c’est lorsque le roulement de trois ou quatre années successives s’engendrant et se soutenant elles-mêmes aura bien engagé les traditions et les travaux que notre institution pourra porter tous ses fruits. »

132 L’Athénien Georges Perrot (1832-1914), futur directeur de l’École normale supérieure (1883-1903), occupa en 1876 la première chaire d’archéologie à la Faculté des lettres de Paris ; à Bordeaux, c’est l’Athénien-Romain Maxime Collignon qui obtint un cours la même année, avant de devenir suppléant (1883) puis successeur (1900) de Perrot à Paris.

133 É. Perrin-Saminadayar, Les résistances des institutions scientifiques et universitaires à l’émergence de l’archéologie comme science, dans id. (éd.), Rêver l’archéologie au XIXe siècle : de la science à l’imaginaire, Saint-Étienne, 2001 (Centre Jean-Palerne, Mémoires, 23), p. 47-64, aux p. 57-59.

134 C'est là un constat que l'on peut dresser pour l'ensemble des établissements français en Méditerranée : P. Foro et S. Rey, Archaeology without identity ? Antiquity and French archaeological research around the Mediterranean (1850-1945), dans Fragmenta, vol. 2, 2008, p. 95-107.

135 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12925, fol. 3742-3743v, Léopold Mabilleau à Geffroy, Niort, s.d. : « Contrairement à toute attente, M. Bersot m'est défavorable, pas à moi personnellement à qui il a rendu mille services et qui lui en suis profondément reconnaissant, mais au désir que j'ai d'aller dans une Faculté. Il tient que tout élève en sortant de l'École normale doit passer par les lycées. J'ai objecté que je ne sortais pas directement de l'École normale, mais bien de l'École de Rome. Il m'a répondu (et j'ai pu voir que cette opinion se commençait à se répandre au ministère et à l'Institut car on me l'a répété deux ou trois fois) que au "sortir de l'École de Rome n'était pas un titre, qu'aller en Italie était déjà un avantage et que le temps passé à-bas ne devait pas compter comme services pour l'avancement". » Mabilleau (1853-1921) fut le premier président (1902-1921) de la Fédération nationale de la mutualité française : voir, dans ce volume, la contribution d'Aurelien Robert, Un philosophe engagé au Palais Farnèse : Léopold Mabilleau (1853-1941).

136 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12923, fol. 3358-3361, Georges Lacour-Gayet à Geffroy, Marseille, 26 août 1881 : « D'Athènes, je ne puis invoquer aucun exemple [de gens nommés dans des lycées de première catégorie], car tous mes camarades que j'y ai connus depuis quatre ou cinq ans sont tous sortis dans l'enseignement supérieur. Il y a là vraiment une inégalité que le Comité trouverait peut-être choquante et imméritée, s'il voulait bien lire votre mémoire avec attention. »

137 Ibid.

138 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12934, fol. 393-394, Georges Duruy à Geffroy, Villeneuve-Saint-Georges, 28 juillet [1878] : « Il y a très manifestement une tendance à considérer les membres de l'École de Rome comme des déserteurs de l'enseignement. On ne veut pas admettre que les années passées en Italie équivalent à des années de professorat. On nous reproche beaucoup dans l'Université l'avancement trop rapide de Riemann et de MM. Duchene et Cleydat. Défendez-nous, Monsieur le Directeur, car en vérité on ne nous veut pas beaucoup de bien. »

139 Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12916, fol. 1150-1151v, Michel Bréal à Geffroy, Paris, 7 février 1882 : Dites à M. [Albert] Martin qu'il continue tranquillement ses travaux. Ce ne sont certes pas les places qui manquent aujourd'hui et chaque vacance qui se produit, ce n'est pas l'embarras des richesses qui cause l'hésitation. Je ne crois pas que les élèves de Rome aient à se plaindre. Aussitôt revenus, aussitôt montés en chaire. Mais donnons-nous le temps d'apprendre, de chercher, remplissons le réservoir. Je ne peux croire que des jeunes gens à Rome, avec tous les moyens de travail, au milieu des monuments et des bibliothèques, libres de leur temps, consultent l'annuaire pour voir si quelque professeur plus jeune prend l'avance sur eux. Je préférerais Rome à toutes les Facultés des lettres et le plaisir d'apprendre à l'obligation d'enseigner. »

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Auguste Geffroy, par Jules Lenepveu (Salon Rouge de l'École française de Rome, Palais Farnèse, Rome).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M

Auteurs

Professeur à l'Université de Lille 3 Charles-de-Gaulle - UMR HALMA-IPEL 81 - lehoerff@univ-lille3.fr

Professeur à l'École nationale des chartes - Olivier.Poncet@enc.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540