Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Chalcidicum, le mot et la chose

Ocnus, Bologne, 9-10, 2001-2002, p. 123-135

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 CIL XI, 1189.
  • 2 Nünnerich-Asmus 1994, p. 88 et p. 214. Pour la définition des chakidica en général, p. 20 sq. et p. (...)
  • 3 Ortalli 1995, p. 294-295. Sur l’ensemble de la question, voir maintenant: Maggi 1999, p. 71, et Lip (...)

1Dans le portique occidental du forum de Velleia (Veleta), municipe de Cisalpine situé entre les colonies de Plaisance et de Parme, une grande inscription (4,30m de longueur conservée sur 30 cm de hauteur) nous apprend qu’une évergète du nom de Baebia Basilla a fait don d’un Chalcidicum (sic) à ses concitoyens1. Le bloc d’architrave porteur de cette dédicace n’a certainement pas été retrouvé loin de l’endroit où il était en place, mais l’incertitude règne toujours sur la définition de l’édifice auquel il appartenait ; au moins quatre possibilités restent ouvertes, dont aucune ne s’impose : propylées monumentaux de l’entrée septentrionale du forum2 ; secteur du portique Ouest (Marini Calvani 1975, p. 62) ; ensemble des portiques cernant la place sur trois de ses côtés (De Maria 1988, p. 53-55) ; salle d’archives ou de secrétariat connexe à la basilique ou à la curie3.

  • 4 Voir en dernier lieu: Brouquier-Reddé 1992, p. 167-171. La dédicace du Chalcidicum est gravée sur l (...)

2A Lepcis Magna, la dédicace gravée sur l’architrave du portique d’entrée d’un vaste ensemble sis à l’est du théâtre évoque la séquence suivante : Chalcidicum (sic) et portion et portam et viam sans que l’accord puisse se faire sur la localisation ni la fonction du premier élément, lequel passe, selon les interprétations proposées, soit pour désigner le complexe monumental dans sa totalité, soit pour s’appliquer seulement aux structures d’accès, où l’on veut voir tantôt une chapelle, tantôt un propylon4.

3J’ai voulu rappeler brièvement ces deux exemples, mais d’autres auraient aussi bien pu être allégués, parce qu’ils mettent en évidence un phénomène récurrent : même lorsqu’elle est recueillie dans son contexte et non loin de son emplacement initial, la mention d’un chalcidicum reste en grande partie énigmatique. Ce mot est, dans l’architecture romaine, l’un des rares qui n’évoque pas immédiatement un monument précis ou une structure identifiable.

  • 5 Zevi 1971, p. 237-251, à propos de Res Gestae, IV 19 et VI, 35.
  • 6 Pour le denier, voir BMC Emp. I, Augustus, 631-2, pl. XV, 12-13.
  • 7 Balty 1991, p. 149-151. On notera que Bonne-fond-Coudry 1989, p. 174 sq. avait admis sans discussio (...)
  • 8 Sur ces dessins, voir maintenant l’excellente étude de: Viscogliosi 2000, p. 31 sq., p. 102 sq. et (...)

4Jusqu’à une date récente, la référence au Chalcidicum de Rome ne contribuait pas à résoudre le problème. Certes, l’étude fondatrice de F. Zevi, parue en 1971, a posé, à propos de la formule du Testament d’Auguste, curiam et continens ei Chalcidicum, les bonnes questions5 ; retrouvant, à partir de l’analyse de l’ensemble du dossier textuel et épigraphique, une intuition des topographes de l’Urbs de la première moitié du xixè siècle, cet auteur a cru pouvoir établir que le Chalcidicum de la Curie julienne n’était autre que le portique de façade de celle-ci, dont il constituait une sorte de vestibule, apte à accueillir des auditeurs autorisés ou des membres du Sénat. Fondée sur l’interprétation, aujourd’hui remise en cause, d’un denier d’Octave daté de 29-28 av. J.-C, cette définition n’a pas fait l’unanimité6. J.-Ch. Balty, excellent connaisseur de l’architecture civile romaine, l’a refusée en arguant du fait qu’un portique antérieur soulignant l’entrée ou la façade d’un bâtiment ne saurait à lui seul constituer une structure distincte ; et de fait on imagine mal Auguste, dans les mêmes Res Gestae, se vantant d’avoir restauré ou fait construire un temple et son pronaos. S’il éprouve le besoin de parler ici de la Curie et du Chalcidicum, qui certes lui est rattaché (continens ei), c’est que tout de même le second était structurellement différent de la première, même si lié à elle7. J.-Ch. Balty préfère donc, à partir des célèbres dessins d’A. du Sangallo le Jeune (UA 896) et B. Peruzzi (GDSU A 625 r), revenir à la position traditionnelle et chercher le Chalcidicum dans l’espace quadrangulaire, sans doute hypèthre, qui séparait la Curie des deux salles quadrangulaires qui la prolongeaient vers l’ouest, sur le même alignement8.

  • 9 de Ruyt 1983, avait déjà bien cerné cette signification du mot chalcidicum, appliqué aux complexes (...)
  • 10 Sur l’édifice d’Eumachia, voir maintenant: Zanker 1987, p. 30, et Wallat 1997, p. 31-39.
  • 11 CIL, 2653. Cf.: de Ruyt 1983, p. 292-293.
  • 12 Hyg. Fab. 137A.

5Il semble toutefois acquis – et sur ce point l’analyse de Zevi garde toute sa force – que la notion de « chalcidique » est liée à une structure de transition, portique, propylon ou vestibule, que son développement architectural et éventuellement sa position désignent comme une composante autonome, ou en tous cas suffisamment importante pour que l’on ne la confonde pas avec l’édifice ou l’espace auquel elle donne accès9. Sans reprendre le détail de l’argumentation de Zevi, il suffit pour s’en convaincre de relire la fameuse inscription de l’architrave de la colonnade ouverte sur le forum de Pompéi devant l’édifice d’Eumachia : elle énonce, dans l’ordre où le visiteur les rencontre, le Chalcidicum, c’est-à-dire le portique qui occupe toute la façade de la construction, et qui est animé par des statues, le péristyle interne, porticus, et la galerie couverte qui clôt celui-ci, crypta10. Plus démonstrative encore, l’inscription opistographe du marché d’Aesernia (Isernia), qui présente le même texte sur ses deux faces, mais dans un ordre inversé, semble témoigner du fait que l’usager du macellum franchissait en entrant le chalcidicum et la porticus et trouvait en sortant le portique et le « chalcidique », selon une formule architecturale que Cl. De Ruyt propose justement d’assimiler à celle des marchés de Gightis et de Philippes11. Le texte d’Hygin le Fabuliste, qui évoque Cresphontès endormi dans le chalcidicum de la maison au moment où Méropè s’apprête à le tuer suffirait du reste à établir en termes généraux la signification du mot : le personnage, en tant qu’hôte, passe la nuit, comme dans les demeures des poèmes homériques et particulièrement de l’« Odyssée », sous l’auvent du « prodomos »12 ; malgré le caractère corrompu de la glose d’Isidore de Séville (Zevi 1971, p. 3 sq., et Corso 1997, p. 626), le sens ne fait aucun doute, et la traduction « chambre » proposée dans la dernière édition française méconnaît évidemment les rituels de l’hospitalité dans la Grèce archaïque ou classique (Boriaud 1997).

  • 13 Morselli, Tortorici 1989, p. 35 sq. et 222 sq. (particulièrement p. 231-236); Tortorici 1993, p. 33 (...)
  • 14 Ephesos VII, 1, n° 3419; Hiller von Gaertringen 1906, n° 49,1.7; Sahin 1999, p. 206 sq., n° 193, 1. (...)
  • 15 Significatives sont à ce sujet les observations de Gell. Noct. Att. XVI, 5, 2-3.

6C’est du reste à partir de ce faisceau d’indices que les archéologues Ch. Morselli et E. Tortorici, sur la base des résultats des fouilles des années 1985-86, ont proposé de reconnaître dans la double nef du portique méridional du Forum de César le Chalcidicum des Res Gestae : confirmant les observations effectuées par N. Lamboglia voici près de quarante ans, ils notent que l’accentuation du rythme des colonnes extérieures, tant vers la place elle-même que vers l’Argilète, la connexion avec la Curie et la chronologie augustéenne de l’ensemble, autorisent à admettre que cette structure de façade et d’entrée n’était autre que l’édifice dont le Princeps souligne la contigüité avec le siège du Sénat13 (fig. 1). La candidature de ce portique au statut et au nom de Chalcidicum nous paraît d’autant plus digne de considération que la structure s’apparente à une διπλῆ στoά, du genre de celle que l’épigraphie grecque et plus encore micrasiatique présente sur de nombreux sites comme la clôture monumentale d’agoras, de marchés, ou comme l’entrée de certaines zones portuaires : les exemples ne manquent pas à Ephèse, Priène, Perge ou Xanthos14. Pour satisfaisante qu’elle soit, cette hypothèse ne résoud pas tous les problèmes ; outre qu’il se trouvera toujours des archéologues pour contester à cette colonnade sans mur de fond l’accès au statut d’un monumentum doté d’un nom spécifique, la question reste posée de l’assimilation, due à Dion Cassius (51, 22, 1) du Chalcidicum à un « Athénaion ». L’idée, naguère avancée par Zevi, d’une méprise de l’historien qui aurait confondu cet édifice avec la Minerva Chalcidica de l’Iseum du Champ de Mars, n’a pas eu beaucoup d’écho, même si elle est fort vraisemblable (Zevi 1971, p. 238 sq.). Les recherches récentes s’orientent plutôt vers une assimilation du Chalcidicum avec Y Atrium Minervae des Catalogues des Régionnaires où une statue dorée de Minerve aurait été placée soit après la mort de Néron, soit par Domitien après l’incendie de 80. Plutôt que de suivre R. Lanciani et de situer cet « Athénaion » dans l’édifice à abside relevé par les architectes du viè siècle à l’emplacement de l’ancienne église de Santa Martina, on imagine volontiers aujourd’hui la statue soit dans le portique antérieur de la Curie, soit dans le bras du portique ci-dessus décrit, qui limite le Forum de César vers l’Argilète (Zevi 1993a, p. 135-136). Dans les deux cas on insiste sur la confusion entre la notion d’atrium et celle de vestibulum, acquise dans la topographie officielle et dans l’usage quotidien dès la seconde moitié du 1er s. apr. J-C.15, et l’on maintient ainsi derrière l’apparente diversité des dénominations une constante fonctionnelle qui assure l’assimilation avec le Chalcidicum augustéen.

Fig. 1 - Plan restitué de la Curia Julia et de l’angle méridional du Forum de César à l’époque augustéenne (D’après : Ch. Morselli et E. Tortorici).

7Le débat reste donc ouvert, et il est dès lors permis de s’étonner que le seul texte qui présente le mot en situation et en suggère une définition technique, celui de Vitruve, V, 1,4, soit resté jusqu’ici peu exploité. Le savant commentaire que lui consacre A. Corso dans la dernière édition italienne du De architectura contient certes des suggestions stimulantes, mais un point essentiel demeure obscur, celui de la place que le théoricien accorde au chalcidicum dans sa conception générale de la basilique du Forum (Corso 1997, p. 626-630). Les traductions qu’on a jusqu’ici proposées de la notice nous paraissent de ce point de vue fautives, ce qui n’est pas sans conséquences sur la lecture qui peut être faite d’un nombre important d’édifices.

8Le terme apparaît comme on sait au détour d’une phrase sur un type particulier de basilica forensis dans lequel on a fait entrer un peu vite la basilique de Pompéi, ce qui conduit à une solution ponctuellement satisfaisante mais trop limitative dans sa définition comme dans ses applications. Le problème dépasse à vrai dire le cas particulier du chalcidicum et engage la question fondamentale du mode d’emploi du traité théorique ainsi que celle, corollaire, de la transposition des données textuelles à un exemple archéologique élevé par là-même au rang de parangon.

  • 16 Voir notre commentaire dans: Vitruve. De l’architecture, livre TV, Paris, CUF, 1992, p. 205 sq.
  • 17 Ibid, p. 92 sq.

9Après avoir défini les basiliques « normales » comme des loca adiuncta foris, des lieux couverts adjoints à la place du forum, qui permettent aux commerçants (negotiatiores) de s’abriter du soleil ou des intempéries, Vitruve fixe les proportions idéales de l’édifice au rapport 3/2 entre longueur et largeur. Et il ajoute, soucieux d’assouplir ses prescriptions, ou du moins de les rendre applicables à toutes les situations, sin autem locus erit amplior longitudine, chalcidica in extremis constituantur, uti suntin Julia Aquiliana. Selon un mode de présentation qui lui est familier, Vitruve accompagne donc la formule canonique abstraite de la liste des aménagements imposés par la taille de l’édifice, les moyens des commanditaires, les contraintes du terrain ou du parcellaire, etc.. Mais dans les hypothèses ainsi énumérées, il va de soi qu’aucun élément nouveau ne saurait être introduit, car les composantes qui s’y trouvent nommées pour la première fois étaient déjà implicitement contenues dans la définition initiale. La rigueur de l’exposé normatif est à ce prix : rien ne saurait être ajouté à l’organisation de l’ensemble au gré des variantes imposées par les circonstances ; on peut seulement changer la position relative de tel ou tel élément, ou éventuellement en supprimer un, mais l’édifice-type les comporte tous dès la première énonciation pour la raison simple qu’il constitue le modèle accompli, et donc complet de la série. Les indices d’une telle conception, qui gère en fait tout l’exposé vitruvien dans les chapitres normatifs de l’aedificatio, ne manquent pas. L’un des plus clairs est fourni par l’introduction au paragraphe sur les temples dits à cella barlongue (IV, 8,4) : il convient là aussi d’adapter un édifice complexe aux disponibilités de l’espace et, dans le cas particulier, à des exigences liturgiques. Le théoricien explique donc que ces édifices singuliers sont ordonnés selon les mêmes relations modulaires que les temples normaux décrits au livre précédent (ex isdem symmetriis ordinataé) mais sont soumis à une autre répartition des masses (et alio génère dispositiones habentes)16. C’est exactement ce que sous-entend la notice sur les chalcidica. Il faut ici surmonter l’aspect déconcertant d’une formulation qui semble introduire aux yeux du lecteur moderne une notion nouvelle, alors qu’elle fait déjà implicitement partie, pour le lecteur antique, de la dotation normale de l’édifice ou de la structure. Là encore, les exemples ne manquent pas et il suffira de rappeler le passage de IV, 2, 1 où il est question des charpentes de combles pour se convaincre qu’il s’agit chez Vitruve d’une pratique assez commune : « Sous les toitures, pour les portées les plus longues (si maiora spatia sunt), on place aussi les entraits et les contrefiches ; si les portées sont modérées (si commodd), on dispose le faîtage et les arbalétriers ». Cette description succincte de deux variantes d’un même type évoque sans les définir des réalités supposées bien connues des contemporains, du moins de ceux qui s’intéressent à ces questions ; elle implique évidemment la présence des éléments de la formule simplifiée dans la formule complexe : le faîtage et les arbalétriers (columen et cantherit), non mentionnés dans la première, sont communs à l’une et à l’autre, puisqu’il s’agit des pièces maîtresses du dispositif, de celles qui donnent sa forme triangulaire à la charpente et à la toiture17.

10Si nous appliquons les principes tirés de cette « jurisprudence » de l’exposé vitruvien à la notice sur les basiliques, il est clair que la formule étirée doit être autant que possible corrigée par une autre position des chalcidica, mais que ceux-ci n’en constituent nullement une particularité : le mot important en V, 1,4 n’est pas, contrairement aux apparences, chalcidica, mais in extremis. En cela réside la singularité de ce type de basilique ; elle s’oppose au chalcidicum in fronte des basiliques « normales », impliqué dans la présentation de celles-ci, directement calquée sur celle des portiques de forum. La basilica forensis de Vitruve se conçoit en effet d’abord comme un préau, plus large qu’un simple portique mais disposé comme lui dans le sens de la longueur sur la frange de la place, et de ce fait, pour le théoricien, les basiliques de cette série initiale, la plus représentée, sont pourvues de « chalcidiques » allongés en façade. On considérera donc comme irrecevables les traductions — en fait, à notre connaissance, toutes les traductions, y compris les plus récentes – qui proposent : « Si l’espace disponible est trop étiré en longueur, on établira des chalcidiques aux extrémités » ; il faut bien plutôt comprendre qu’on établira les chalcidiques aux extrémités. Le changement d’article n’est pas indifférent, en ce qu’il définit une constante, où l’on n’a voulu voir jusqu’ici qu’une adjonction propre à une variante.

11Mais alors, dira-t-on, que sont ces « chalcidiques », et comment les identifier dans les basiliques de type classique de la fin de la République et du début de l’Empire ? C’est en effet la question que suscite cette première conclusion. Avant d’esquisser un essai de réponse, deux autres observations doivent être faites, sur le même passage.

  • 18 Fest. 52 M, 36 Th.
  • 19 Sur ces termes et leur emploi architectural dans la Grèce classique et hellénistique: Hellmann 1992 (...)
  • 20 VI 3,10.

12D’abord, le mot même chalcidicum, appelle une brève analyse. C’est évidemment un adjectif, dérivé du nom de la ville de Chalcis en Eubée, comme le confirme l’Epitomé, dû à Florus, du De verborum significatu de Verrius Flaccus, ce précepteur donné par Auguste à ses petits-fils G. et L. Caesar : Chalcidicum genus aedificii ab urbe Chalcidica dictum18. Il s’agit de surcroît d’un adjectif neutre, qui doit donc avoir été rattaché à l’origine à un terme grec, comme propylon, prostôion ou prostoon19. Le fait qu’Auguste l’emploie seul, sans autre spécification, dans un texte comme les Res Gestae, fait pour être lu par le plus grand nombre, prouve que dans les décennies situées autour du changement d’ère le mot s’appliquait à une réalité familière ; la même observation vaut pour Vitruve qui ne manque jamais d’assortir les termes d’origine grecque qu’il juge trop techniques de définitions succinctes mais efficaces, introduites par un id est ou même par une simple conjonction de coordination, ce qu’il ne fait pas en l’occurrence. Mais qu’il soit aisément compris du lecteur moyen du De architectura ou des Res Gestae ne doit pas nous empêcher de prendre au sérieux le contenu ethnique ou géographique de cet adjectif substantivé : la portée axiologique autant que descriptive de ce genre de référence n’est jamais négligeable. Ainsi le « salon de la mode de Cyzique », l’oecus Cyzicenus du livre VI doit assurément une grande part de la faveur qu’il connut dans les demeures de l’aristocratie campanienne et romaine au fait qu’il évoquait une ville de l’Orient grec, patrie de la mère des Attalides et célèbre pour son raffinement20.

  • 21 GGM I, n° 105 (attribué à Dicéarque), et FHG II, p. 254 sq., fragm. 59, 29, p. 260-261. Cf.: Oberhu (...)
  • 22 Martini 1905, col. 562. Sur les œuvres géographiques imputables à Dicéarque (Description de la terr (...)
  • 23 StraboX, 1,11.
  • 24 Excellentes remarques sur ce point de: Corso 1997, p. 626.
  • 25 Dossier rassemblé par: Zevi 1971, p. 241 sq.

13Certes, nous ne savons pas grand chose de la Chalets hellénistique, mais une notice tirée d’un texte fragmentaire consacré aux villes grecques et jadis attribué à Dicéarque de Messine donne à penser que la capitale de l’Eubée était célèbre, entre autres, pour la porte monumentale de son port contre laquelle venaient battre les flots de l’Euripe, et pour les portiques de son agora-marché adjacente21 : on en peut tirer l’idée qu’un portail ou un propylon « chalcidique », le toponyme fonctionnant ici comme un adjectif d’excellence, avait pour raison d’être essentielle de précéder en la solennisant l’entrée ou la bordure d’un espace civique ou commercial. Dans le climat de rivalité qui régna si longtemps entre les grandes villes hellénistiques, on reconnaissait manifestement à Chaléis le mérite d’avoir mis au point une formule de diaphragme monumental particulièrement efficace et appréciée. En termes de typologie, le chalcidicum appartient ainsi à la catégorie de ces « Schrankenbauten », de ces constructions marquant la limite entre deux aires publiques, dont H. Lauter et H. von Hesberg ont montré qu’ils avaient fait l’objet, au cours des deux derniers siècles avant notre ère, de recherches structurelles et ornementales très nombreuses, en Grèce propre et en Asie Mineure (Lauter 1986, p. 113 sq. et 201 sq., et von Hesberg 1994, p. 151 sq.). Ces constructions, dont la fonction est à la fois celle d’une façade et d’une clôture, revêtent des aspects divers dont l’entrée orientale de l’agora d’Assos, le mur limitrophe de l’agora de Kamiros, la « Porte du port » de Milet ou le portail méridional du Gymnase de Pergame, pour ne citer que quelques exemples, sont les variantes monumentales les mieux représentées. Nous ne pouvons dire évidemment, dans l’ignorance où nous sommes des éléments correspondants de Chaléis, quel était l’archétype au moins théorique du chalcidicum basilical selon Vitruve. Pour autant la référence à la ville d’Eubée n’est pas dénuée d’intérêt, même si l’attribution de la notice déjà citée à Dicéarque de Messine, disciple direct d’Aristote, n’est plus admissible, comme l’ont établi, contre C. Müller, les travaux de E. Martini et de Fr. Wehrli22. Mais Chalcis, où l’on sait qu’Aristote se retira après la mort d’Alexandre pour y vivre dans un « exil studieux » ses deux dernières années, peut avoir malgré tout fourni aux réflexions des péripatéticiens sur la ville un champ d’analyse privilégié23 : attachés, comme Aristote lui-même, à qui l’on doit par exemple les seules analyses de quelque ampleur sur la portée des principes et des réalisations d’Hippodamos de Milet, à théoriser les formes et les fonctions des aires urbaines, ses épigones ont pu contribuer à promouvoir l’exemplarité de certains monuments de Chalcis (Greco, Torelli 1983, p. 233 sq. ; cf. : Arist. Pol. 1267b,22 ; 1330b,21). Et la réceptivité de Vitruve à la doxographie aristotélicienne en la matière, qui se manifeste clairement dans le livre V, par la distinction entre les publica loca et les publica aedificia, n’est plus à démontrer24. L’importance historique du site est de toute façon attestée par le fait que les plus anciennes attestations du mot Chalcidicum se rencontrent précisément dans les villes directement ou indirectement liées à la colonisation chalcidienne, Cumes, Naples, Pouzzoles ou Capoue25.

14Compte tenu de ce que nous savons des « Schrankenbauten » hellénistiques et de ces brèves mentions épigraphiques campaniennes qui désignent, quand nous pouvons en juger, des entrées ou des annexes limitrophes d’espaces découverts ou occupés seulement en partie par des constructions, fora ou macella, nous comprenons mieux l’usage que Vitruve fait du mot pour sa basilique « normale » : le Chalcidicum établit à ses yeux une transition entre la place du forum et une aire couverte hypostyle qui, tout en abritant promeneurs ou marchands, n’est pas un monument proprement dit. Le souci, propre au théoricien latin, d’employer toujours les termes techniques dans leur stricte acception originelle, dont témoigne entre autres le développement de VI, 7, 5 sur les andrones et les xystes, trouve ici une nouvelle illustration, moins explicite mais tout aussi remarquable. Et l’on perçoit du même coup la légitimité de l’emploi de chalcidicum pour désigner le diaphragme qui séparait à l’époque d’Auguste l’Argilète du Forum de César, tel qu’il apparaît dans les Res Gestae.

15Pour en finir avec ce bref passage du De architectura, nous dirons un mot de l’exemplum qui le clôt. Censé proposer aux lecteurs une application familière du cas de figure abstraitement évoqué de la basilique de plan allongé, il répond, comme tous les autres exemples des livres III à V du De architectura, à des règles simples, qui sont la condition de son efficacité. D’abord, si Vitruve ne mentionne pas de nom du lieu, c’est que l’édifice est à Rome. Ensuite, si le type du monument n’est pas précisé, c’est qu’il appartient à la série dont traite l’ensemble de la notice où il figure : par exemple lorsqu’il parle des temples, le théoricien ne recourt pas aux mots templum ou aedes pour désigner un cas particulier, mais se contente de donner le nom de la divinité qui y est honorée. On peut donc être assuré qu’en V, 1,4 il se tourne vers une basilique connue de tous ses lecteurs, à Rome. Le malheur est qu’aucune autre source ne mentionne une basilica Julia Aquiliana..

16Si nous ne cherchons pas à transiger avec une tradition claire et unanime, soit en transformant Aquiliana en Aemiliana, comme le proposait jadis Ch. Hülsen (Hülsen 1893, p. 281 sq.), soit en corrigeant Aquiliana en Aquilana pour évoquer avec R.E.A. Palmer une improbable basilique julienne du « quartier de l’Aquila » au Trastevere (Palmer 1981, p. 370-380), soit en dédoublant arbitrairement l’expression, comme le fait sans commentaire I. Rowland dans la toute récente édition de Cambridge, qui traduit « in the Basilica Julia and the Basilica Aquiliana » (Rowland, Howe 1999, p. 64), nous devons admettre que la basilique en question tire son nom de deux gentilices. Sa construction devrait donc être imputable à deux magistrats différents, le second n’étant peut-être que le continuateur ou l’exécuteur des volontés du premier. Le fait n’est pas unique puisque nous connaissons grâce à Varron (De lingua latina, VI,4), la Basilica Aemilia et Fulvia, datable de 179 av. J.-C, année de la censure de M. Aemilius Lepidus et de M. Fulvius Nobilior. Il est vrai qu’une hypothèse récente de M. Steinby dédouble aussi cet édifice en distinguant une B. Aemilia et une B. Fulvia (Steinby 1987, p. 139-184 ; Eadem 1993, p. 167-168), mais elle n’a guère retenu l’adhésion des topographes de l’Urbs, en raison des difficultés historiques et archéologiques qu’elle suscite ; de toute façon l’un des arguments sur lesquels cet auteur fondait sa démonstration, à savoir l’absence de tout édifice porteur d’un double gentilice, est ruiné par la seule mention du texte de Vitruve (Tortorici 1991, p. 64 sq.). Cela étant, à quoi le théoricien pense-t-il dans les années 30-25 av. J.-C ? Le choix entre les basiliques romaines est, pour cette époque, assez restreint, d’autant qu’il ne peut être question, compte tenu du contexte, que de basiliques de forum : tout autre exemple, même basilical, qui ne serait pas dans la proximité immédiate de la place publique, perdrait sa valeur pédagogique dans ce paragraphe consacré aux loca adiuncta foris. Dès lors seules peuvent être prises en considération la basilica Aemilia ou Paulli, dans sa version postérieure à 54 av.).-G, et la basilica Julia, construite à la même époque sur l’emplacement de l’antique Sempronia et inaugurée en 46 av. J.-C. (Giuliani, Verducchi 1993, p. 177-179). En réalité cette dernière, qui occupait le côté Sud-Ouest du Forum romain, est évidemment l’unique candidate, et l’idée avancée autrefois par S.B. Platner et Th. Ashby, et récemment reprise par D. Palombi, est sans doute la bonne, qui consiste à admettre que la basilique mentionnée par Vitruve conserve le gentilice de son promoteur, un Julius qui ne peut être que César, et de celui qui en assura la réalisation, un Aquilius, qui pourrait être l’ami de Cicéron, le célèbre juriste C. Aquilius Gallus, préteur en 66 av. J.-C.(Palombi 1993, p. 179). Ainsi nous serait conservé le nom, perdu ensuite, de la première phase de la Basilica Julia du Forum. La procédure consistant à déléguer les responsabilités de la maîtrise d’œuvre à un homme politique de confiance n’a en soi rien d’exceptionnel ; c’est elle par exemple dont fait état Cicéron pour le compte, là encore, de César, dans sa célèbre lettre de juillet 54 (ad Attic. IV, 16, 8)

17Muni de ces précisions tirées de la notice vitruvienne, nous sommes peut-être en mesure de comprendre, en termes concrets, ce que le théoricien entend par le chalcidicum des basiliques.

  • 26 Sur la question, et l’ensemble des données archéologiques et textuelles: Coarelli 1985, p. 199 sq.
  • 27 CatuII. 37, v. 1-2. Cf.: Coarelli 1985, p. 202.
  • 28 Cf. supra n. 10.

18Commençons par la fin. La Basilica Julia dont il est ici question, dans une nomenclature inhabituelle dont nous aurions peut-être une autre attestation si les livres de Tite-Live concernant les décennies du milieu du ier s. av. J.-C. n’avaient pas été perdus, antérieure de toute façon à la grande réfection augustéenne que Vitruve n’a pas connue, revêtait effectivement, sur la frange méridionale du Forum, l’aspect d’un bâtiment très allongé. La question de savoir si elle englobait déjà les tabernae veteres derrière lesquelles s’était établie la Basilica Sempronia est en général tranchée par l’affirmative, bien qu’à vrai dire nous ne disposions d’aucun élément, ni archéologique ni textuel, pour en décider26. On postule aussi, sur la base d’un passage de Catulle assez elliptique, l’existence d’une colonnade située devant les boutiques, lesquelles auraient fait partie intégrante de la basilique dès les années 50 av. J.-C.27. Tout cela reste assez fragile, et ce que nous apprend Vitruve, c’est que la basilique en question ne possédait pas encore, sur son long côté nord, de façade véritable vers la place publique. Les entrées devaient dès lors être latérales, sur les petits côtés ouverts sur le vicus Tuscus à l’est et le vicus Jugarius à l’ouest. Ces chalcidica in extremis, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, devaient rapprocher les proportions du spatium médium, le vaisseau central de l’édifice, de celles des basiliques jugées canoniques par le théoricien, en réduisant d’autant sa longueur. Ils revêtaient certainement l’aspect de vestibules plus ou moins profonds dont la façade consistait en une colonnade libre barrée ou non de chancels ou de grilles. La référence au supposé chalcidicum de la basilique de Pompéi est légitime, même si la relation entre l’édifice basilical et la place publique est ici d’une autre nature ; mais l’espace transitionnel bien étudié par K. Ohr qui s’ouvrait par cinq portes aux baies cantonnées par des pilastres, et qui précédait l’espace basilical proprement dit, donne certainement une idée assez précise des chalcidica de la basilique romaine évoquée par Vitruve (Ohr 1991, p. 8 sq.). Sas de stationnement ou de passage entre l’extérieur et l’intérieur, vestibule monumental non intégré à la construction elle-même mais évitant tout empiétement inorganique sur la voie ou la place publiques, il solennisait l’entrée dans cette annexe du forum. A Pompéi toujours, le chalcidicum de l’édifice d’Eumachia, bien attesté, lui, par l’épigraphie, assumait la même fonction de l’autre côté de la place, avec une monumentalité accrue, puisque le portique à deux nefs qui longe le forum est ici annexé au profit d’un espace particulier, plus profond, et clos sur son petit côté sud par une base de statue et une barrière métallique. La notion de vestibulum d’apparat ou de prothyron à portique apparaît dans ces deux exemples pompéiens, construits à près de 130 ans de distance, pleinement maîtrisée28.

19Si, dans la logique imposée par le texte de Vitruve, nous cherchons maintenant à comprendre à quoi correspond le chalcidicum des autres basiliques, c’est-à-dire de celles qui bordent un forum par leur long côté, il convient de faire un détour par la notion même de basilica, telle qu’elle se dégage des données textuelles et archéologiques pour la fin de la République.

  • 29 Sur l’ensemble du problème: Gros 1984, p. 49-69.

20La description du De architectura donne à penser que la « basilique normale » n’est pas fermée, au moins sur sa face principale, et que la colonnade de sa porticus côté forum définit tout à la fois une nef latérale et la façade même de l’édifice29. La similitude de la présentation, déjà signalée, des portiques de forum et des basiliques, les secondes étant manifestement considérées comme de simples développements des premiers, est de ce point de vue assez éclairante : les deux types d’édifices sont destinés à abriter les commerçants et à offrir aux promeneurs et aux spectateurs des jeux gladiatoriens des déambulatoires ou des lieux d’observation répartis sur deux niveaux superposés (fig. 2).

Fig. 2 — Coupe restituée sur la basilique « normale » de forum, selon Vitruve.

  • 30 Vitr. De arch. V,l, 6 sq. Cf. : Corso 1997, p. 642 sq.
  • 31 Sur cette notion et son sens dans ce contexte : Gros 1984 p. 60-63 et Corso 1997, p. 642.

21Vitruve ne parle en fait à propos de ces basilicae du premier genre que des colonnes des nefs qui encadrent l’espace central. Il est clair que si le théoricien avait envisagé des murs –parietes — comme un élément limitrophe, il n’aurait pas manqué d’en faire mention comme dans le développement consacré à la basilique de Fano30. Là encore les règles de l’exposé vitruvien sont révélatrices : un monument, quel qu’il soit, y est toujours abordé de l’extérieur ; les columnae basilicarum qui apparaissent dès le début de la description de l’élévation, ne sauraient donc être, comme on l’a dit, des composantes de l’ordre intérieur. Il est du reste une autre constante qui nous empêche de l’admettre, c’est celle qui régit l’emploi du mot porticus dans le traité : il n’y désigne jamais autre chose qu’une structure ouverte sur l’extérieur, ou à tout le moins sur un espace découvert ; ainsi la seule mention d’une porticus dans le livre III consacré aux temples est réservée à la cella du décastyle hypèthre (111,2, 8). L’exception qui confirme la règle se trouve dans la description de la basilique de Fano, où cette fois, c’est vrai, le portique est interne, mais l’emploi du mot peut s’expliquer par la volonté de maintenir entre les deux gênera basilicaux une continuité au moins terminologique. De toute façon ce qui distingue précisément cette basilique de Fano, construite par Vitruve lui-même, des édifices basilicaux traditionnels antérieurs, c’est, du moins de son point de vue, ce qu’il appelle sa dignitas31 ; celle-ci tient au fait qu’elle n’est plus seulement un espace hypostyle sous abri mais un édifice clos, ce qui lui permet d’accéder au statut d’opus publicum, de monumentum à part entière, et la fait sortir de la catégorie des loca adiuncta.

  • 32 Varr. de l.l. VI, 4.
  • 33 Plin. Nat. hist. VII, 215.
  • 34 Ad Att. IV, 16, 8.
  • 35 Cf. Coarelli 1985, p. 234 sq.

22Plusieurs indices confirment que la définition de la basilique « ouverte », telle que Vitruve la présente un peu abstraitement dans la première partie du chapitre, ne répond pas seulement à un souci de créer un contraste avec la « nouvelle basilique » dont celle de Fano offre selon lui l’exemple accompli, mais était véritablement en son temps, et restera plus tard dans bien des cas, largement attestée. Nombreux sont les textes qui prouvent qu’avec cet édifice la dialectique entre l’extérieur et l’intérieur demeure très souple. Rappelons seulement la notice de Varron selon laquelle P. Cornélius Scipio Nasica aurait, en 159 av. J.-C, « mis à l’ombre » (inumbravit), dans la Basilica Aemilia l’horloge hydraulique qu’il avait fait confectionner pour le Forum32. Pline, reprenant l’information, signale seulement qu’elle a été placée sub tecto33. Dans sa fameuse lettre de 54 av. J.-C, mentionnée plus haut, Cicéron, parlant de la même basilique, insiste sur le fait que sa reconstruction, dirigée par L. Aemilius, a consisté à couvrir l’édifice en réutilisant les colonnes de la phase antérieure (texerat iisdem antiquis columnis)34. Il apparaît que la basilica Aemilia, dans les phases de la fin de la République, était assimilée à un espace couvert, circonscrit et rythmé par des colonnes. Un document figuré dont l’interprétation a été souvent discutée le prouve du reste, c’est le revers du denier de M. Aemilius Lepidus, datable de la fin des années 60 av. J.-C. L’analyse en a été reprise récemment par F. Coarelli, qui montre qu’il ne saurait s’agir de la représentation d’un ordre intérieur, mais de la vue en perspective de la porticus duplex (à deux nefs) et à deux étages qui s’ouvrait, non pas, comme on l’a longtemps admis, vers le nord, c’est-à-dire vers le Macellum, mais vers le sud, c’est-à-dire, vers le Forum35. Ce portique double devait être projeté au-delà des boutiques, les tabernae novae, et constituait ainsi à la fois la façade et l’espace d’accueil et d’accès à la Basilica.

  • 36 Sur ces types de basiliques, voir : Balty 1991, p. 318 sq. Pour une étude plus récente concernant C (...)

23L’importance de ce déambulatoire externe, ouvert sur la place publique, qui était partie intégrante de l’édifice mais se distinguait cependant de l’espace interne, est par ailleurs suggérée par de nombreux documents ou vestiges dont le rapport à l’environnement n’a pas toujours été saisi. Les basiliques construites en Italie à partir de la seconde moitié du Ile s. av. J.-C, et dans les provinces occidentales dès le début du règne d’Auguste procèdent de ce schéma : à Cosa, Ardée, Ordona, Luni, Glanum ou Ruscino, une colonnade, dont le rythme est dans certains cas différent de celui des supports internes qui encadrent le spatium médium, limite en façade l’édifice, définissant la « nef » ouverte sur l’extérieur comme un ample vestibule d’accueil, limité seulement sur ses deux longs côtés par des colonnes libres36. Dans sa conception comme dans sa fonction cette « nef » sans mur de fond n’est pas structurellement différente de l’espace défini comme chalcidicum devant la basilique de Pompéi. Il est possible d’y voir, sans contorsion interprétative, une forme simplifiée mais efficace de « chalcidique » in fronte : la porticus de façade de la basilique « normale » selon Vitruve devait implicitement porter ce nom (fig. 3).

Fig. 3 - Plan de la basilique d’Ordona (D’après : E. Castells).

Fig. 4 — Restitution en perspective de la Basilica Julia de Rome (D’après : Ch. Hülsen).

  • 37 C’est le cas de la fig. 93, p. 408 du LTUR I.
  • 38 Beaucoup plus évocatrice, et plus exacte, est la coupe vue en perspective restituée de la même Basi (...)

24Il est du reste un édifice qui, au début de l’époque impériale, propose un exemple très démonstratif de ce type d’ordonnance, c’est la Basilica Julia (fig. 4). Nous savons par les Res Gestae qu’après l’incendie de 14 ou celui de 9 av. J.-C, Auguste la fait rebâtir en lui donnant les noms de G. et L. Caesar et en augmentant sa superficie antérieure (ampliato eius solo), c’est-à-dire, probablement, en absorbant ce qui restait des tabernae veteres. Malgré les restaurations successives, et la quasi reconstruction de l’édifice à l’époque de Dioclétien, la planimétrie de la composition augustéenne ne semble pas avoir été notoirement altérée. On considère en général que cette immense basilique comportait cinq nefs, c’est-à-dire une large nef centrale longée au nord et au sud par deux nefs latérales ; c’est vrai si l’on s’en tient à une vision sommaire du schéma d’implantation, et la plupart des plans publiés contribuent à accréditer cette idée37. Il se trouve pourtant qu’elle est fausse, car on ne peut mettre la nef qui se trouve au contact de la place, immédiatement au-dessus des gradins qui rattrapent la pente du terrain de l’ouest vers l’est, sur le même plan que les autres : deux emmarchements l’isolent de l’espace interne et la désignent comme une porticus à part entière, distincte de la série des autres nefs secondaires38. H. Lauter se posait naguère la question de savoir si cette structure de façade avait été jugée digne en son temps de recevoir « eine eigene Nomenklatur » (Lauter 1982, p. 447-451). Nous pensons pouvoir répondre affirmativement : ce portique de façade n’était autre que le chalcidicum de la Basilica Julia.

  • 39 Giordano 1970, p. 221 sq. ; Idem 1971, p. 191 ; Balty 1991, p. 295 sq. ; Camodeca 1992.
  • 40 CIL XI, 3614.
  • 41 Cité in Lyd. mag. 1,34. Cf. : Coarelli 1999, p. 159-160. Cet auteur montre que l’identification tra (...)

25Inversement, les chalcidica mentionnés dans les minutes des procès conservées sur les tablettes de cire de l’Agro Murecine près de Pompéi, datables des années 60 apr. J.-C, peuvent trouver dans l’interprétation que nous proposons une localisation et un aspect plus précis : désignés sous le nom de leurs constructeurs respectifs, Ch. Caesonianum, Hordonianum, Octavianum, et associés à des arae Augusti, ils paraissent correspondre à des portiques situés sur la frange de forums, et leur relation avec des basiliques semble s’imposer39. On songe à leur propos à ce collège des Augustales de Caere qui obtient des décurions de la ville la concession d’un espace sous le « portique » de la basilique de Sulpicius40 : une telle démarche ne témoigne pas seulement de la progressive entrée de ce type de monument dans l’orbite des édifices voués plus ou moins partiellement aux liturgies ou à l’administration du culte impérial, mais nous conforte dans l’idée que la porticus de façade des basiliques, encore à l’époque julio-claudienne, disposait d’une réelle autonomie et constituait une entité monumentale. Du reste les mêmes tablettes de Pompéi-Murecine font état de procès dont les débats ont eu lieu à Rome, sur le Forum d’Auguste, et les situent très précisément sous les portiques de bordure, comme le prouve, parmi d’autres, l’indication suivante : ante statuant Gracchi, ad colum-nam quartam, proxume gradur, nous pensons, avec M. Spannagel, que les gradins ne sont autres que ceux qui conduisent de la place au portique et que la formule désigne ainsi la limite externe de l’espace couvert (Spannagel 1999, p. 18, n. 30, p. 298, n. 255 et p. 330-331) ; dans ces conditions le portique lui-même se trouve, par rapport aux vastes exèdres latérales du Forum Augustum, qui jouent le rôle de véritables basiliques, dans la même relation spatiale et fonctionnelle que le chalcidicum par rapport aux basilicae forenses traditionnelles. Quand on sait d’autre part les liens qui s’établissent entre ces lieux réservés sur le Forum d’Auguste aux iudicia publica, et le siège de la Préfecture de la Ville, installée, si l’on en croit une notice de Suétone, dans une basilique aujourd’hui identifiée à la Basilica Aemilia, on mesure la parenté de ces différentes structures41. Les mêmes tablettes de Murecine révèlent aussi l’existence d’une porticus Julia in Foro Augusto, où se déroulaient certains procès : ce n’est assurément pas un hasard si ce portique, qui se trouvait sans doute à main gauche quand on entrait sur le Forum, porte le même nom que celui qui constituait la façade de la Basilica Aemilia (Coarelli 1985, p. 174 sq., et Palombi 1999, p. 124-125). Ces constructions monumentales peuvent être assimilées aux chalcidica, assurément plus modestes, des forums municipaux de l’Italie centrale et méridionale.

26Les observations que nous avons cru pouvoir tirer de cette relecture d’une brève notice de Vitruve susciteront sans doute des réserves ou des réticences, par le seul fait qu’elles heurtent de front un certain nombre d’idées depuis longtemps sinon solidement admises, dans l’exégèse aussi bien textuelle qu’archéologique de l’édifice basilical. Nous ne prétendons pas que la conclusion à laquelle nous sommes parvenu en ce qui concerne le chalcidicum trouve dans tous les cas une application immédiate et indiscutable. Du moins la croyons-nous capable d’aiguiser un peu le regard que nous portons sur certains ensembles monumentaux, et d’en préciser l’interprétation.

27Un exemple, pour conclure, éloigné des périodes qui ont été envisagées jusqu’ici, donne une idée de la rémanence de l’articulation chalcidicum-basilica, même lorsque cette dernière a acquis davantage d’ampleur et d’autonomie. C’est celui de la basilique d’Ostie, que l’étude récente de F. Zevi tend à dater vers le milieu du iiè s. apr. J.-C. Située dans l’angle formé par le forum et le decumanus maximus, elle apparaît pourvue aussi bien vers la place, sur son long côté est, que vers la rue, sur son côté nord, d’un portique simple à chancels ou d’une double colonnade : aucune de ces deux structures ne se confond avec les nefs de l’espace interne ; au contraire, elles définissent des aires de transition remarquablement individualisées par rapport à ce dernier (Zevi 2000, p. 535 sq.). Et même si le portique élevé sur un haut podium qui sert de façade à la basilique vers le forum n’offre aucune possibilité d’accès à l’édifice, il garde le souvenir plastique, sinon la fonction, de la porticus des basiliques ouvertes sur leur plus grande dimension vers la place publique, et évoque l’image d’un chakidicum in fronte de type vitruvien (fig. 5).

Fig. 5 – Plan de la basilique du forum d’Ostie.

28C’est donc une clé de lecture de certains édifices publics profanes que nous avons essayé de proposer. Sans avoir eu le loisir d’en explorer ici toutes les potentialités, nous mesurons cependant à la faveur des cas examinés que la dialectique entre l’extérieur et l’intérieur mise en œuvre par les architectes de la fin de la République et du début de l’Empire, plus subtile que celle à laquelle nous sommes accoutumés, ne pouvait que contribuer à la diffusion et à la permanence des « chalcidiques » dont on avait cru jusqu’ici devoir restreindre l’emploi à des situations particulières.

ADDENDUM

29Depuis la publication de cet article, plusieurs études importantes sont parues, qui élargissent la problématique et proposent des définitions structurelles et fonctionnelles du chalcidicum :

30M. Torelli, Chalcidicum. Forma e semantica di un tipo edilizio antico, dans Ostraka, XII, 2, 2003, p. 215-238.

31M. Torelli, Attorno al Chalcidicum : problemi di origine e diffusione, dans Théorie et pratique de l’architecture romaine. Etudes offertes à Pierre Gros, Aix-en-Provence, 2005, p. 23-37.

32F. Coarelli, L’« Agora des Italiens » : lo statarion di Delo ?, dans Journal of Roman Archaeology, 18, 2005, p. 196-212.

33P. Braconi, Il ‘‘Calcidico’’di Lepcis Magna era un mercato di schiavi ?, ibid., p.213-219.

34E. Fentress, On the block : catastae, chalcidica and cryptae in Early Imperial Italy, ibid., p. 220-234.

Bibliographie

Balland 1981 = A. Balland, Fouilles de Xanthos, VII. Inscriptions d’époque impériale du Létôon, Paris 1981.

Balty 1991 = J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles 1991.

Bonnefond-Coudry 1989 = M. Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste, (« BEFAR, 273 »), Rome 1989.

Boriaud 1997 = J.Y. Boriaud, Hygin. Fables, CUF, 1997.

Brown, Hill Richardson, Richardson jr. 1993 = EE. Brown, E. Hill Richardson, L. Richardson jr., Cosa III. The Building of the Forum, Pennsylvania State University 1993.

Brouquier-Reddé 1992 = V. Brouquier-Reddé, Temples et cultes de Tripolitaine, Paris 1992.

Camodeca 1992 = G. Camodeca, L’archivioputeolano dei Sulpicii, I, Napoli 1992.

Coarelli 1985 = F. Coarelli, Il Foro Romano. II. Il periodo repubblicano e augusteo, Roma-Bari 1985.

Coarelli 1996 = E Coarelli, s.v. Forum, dans LTUR, III, Roma 1996.

Coarelli 1999 = E Coarelli, s.v. Praefectura Urbana, dans LTUR IV, Roma 1999.

Corso 1997 = A. Corso, dans Vitruvìo. De architectura, a cura di P. Gros, Torino 1997.

De Maria 1988 = S. De Maria, Iscrizioni e monumenti nei fori della Cisalpina romana, dans « MEFRA » 100,1, 1988, p. 27-62.

De Ruyt 1983 = M. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain 1983.

FHG = Fragmenta Historicorum Graecorum, Paris 1848.

GGM = Geographi Graeci Minores, edidit C. Müllerius, I-III, Paris 1855.

Giordano 1970 = C. Giordano, Nuove tavolette cerate pompeiane, dans « RendNap », n.s., 45, 1970, p. 221 sq.

Giordano 1971 = C. Giordano dans « RendNap », n.s., 46, 1971, p. 191 sq.

Giuliani, Verducchi 1993 = CE Giuliani, P. Verducchi, s.v. Basilica Julia, dans LTUR I, Roma 1993, p. 177-179.

Greco, Torelli 1983 = E. Greco, M. Torelli, Storia dell’Urbanistica. Il mondo greco, Roma, Bari 1983.

Gros 1984 = P. Gros, La basilique de forum sehn Vitruve VI : la norme et l’expérimentation, dans « Bauplanung und Bautheorie der Antike. Bericht über ein Kolloquium des Deutschen Archäologischen Instituts, Berlin vom 16.11 bis 18.11.1983 », (« Diskussion zur Archäologischen Bauforschung, 4 »), Berlin 1984, p. 49-69.

Gros 1992 = P. Gros (éd.), Vitruve. De l’architecture, livre TV, Paris 1992.

Hellmann 1992 = M.-Ch. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos, (« BEFAR » 278), Athènes 1992.

von Hesberg 1994 = H. von Hesberg, Formen privater Repräsentation in der Baukunst des 2.und 1. Jahrunderts v. Chr., Köln, Weimar, Wien 1994.

Hiller von Gaertringen 1906 = F. Hiller von Gaertringen, Inschriften von Priene, Berlin 1906.

Hülsen 1893 = Ch. Hülsen, dans « RM » 8, 1893, p. 281 sq.

Hülsen 1982 = Ch. Hülsen, II Foro Romano. Storia e monumenti, (ed. anastatica it.) Roma 1982.

Lauter 1982 = H. Lauter, Zwei Bemerkungen zur Basilica Julia, dans « RM » 89, 1982, p. 447-451.

Lauter 1986 = H. Lauter, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt 1986.

Lippolis 2000 = E. Lippolis, Edilizia pubblica : Fora e Basiliche, dans « Aemilia. La cultura romana in Emilia Romagna dal III secolo a.C. all’età costantiniana (Cata-logo della Mostra) », Venezia 2000, p. 107-126.

LTUR = Lexicon Topographicum Urbis Romae, a cura di E.M. Steinby, I-V, Roma 1993-1999.

Maggi 1999 = S. Maggi, Le sistemazioni forensi nelle città della Cisalpina romana dalla tarda repubblica al principato augusteo e oltre, (« Collection Latomus, 246 »), Bruxelles 1999.

Marini Calvani 1975 = M. Marini Calvani, Veleia. Guida alla visita della zona archeologica e dell’ Antiquarium, Parma 1975.

Martini 1905 = E. Martini, s.v. Dikaiarchos, dans REV,1, Stuttgart 1905.

Morselli, Tortorici 1989 = C. Morselli, E. Tortorici (ed.), Curia, Forum Julium, Forum Transitorium, (« LSA 14,1 »), Roma 1989.

Morselli, 1995 = C. Morselli, s.v. Forum Julium, dans LTUR, II, Roma 1995.

Niinnerich-Asmus 1994 = A. Nünnerich-Asmus, Basilika und Portikus, Köln, Wiemar, Wien 1994.

Oberhummer 1899 = Oberhummer, s.v. Chalkis, dans RE 111, 2, Stuttgart 1899.

Ohr 1991 = K. Ohr, Die Basilica in Pompeji, Berlin-New York 1991.

Ortalli 1995 = J. Ortalli, Complessi forensi e architetture civiche nelle città romane dell’Emilia Romagna : Ari-minum, Sarsina, Mevaniola, Veleia, Bononia, dans « AAAd » 42, 1995, p. 273-328.

Palmer 1981 = R.E.A. Palmer, The Topography and Social History of Rome’s Trastevere (Southern Sector), dans « Proceedings of the American Philosophical Society » 125, 1981, p. 370-380.

Palombi 1993 = D. Palombi, s.v. Basilica Julia Aquiliana, dans LTUR I, Roma 1993, p. 179.

Palombi 1999 = D. Palombi, s.v. Porticus Julia, dans LTUR, IV, Roma 1999.

Rowland, Noble Howe 1999 = I.D. Rowland, Th. Noble Howe, Ten Books on Architecture, Cambridge 1999.

Sahin 1999 = S. Sahin, Die Inschrifien von Perge, I, (= Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, 54), Bonn 1999.

Schneider 1994 = J.-P. Schneider, s.v. Atristóte, dans Dictionnaire des phibsophes antiques, II, Paris 1994.

Spannagel 1999 = M. Spannagel, Exemplaria Principis. Untersuchungen zu Entstehung und Aussattung des Augustusforums, Heidelberg 1999.

Steinby 1987 = E. M. Steinby, Il lato orientale del Foro Romano. Proposte di lettura, dans « Arctos » 21, 1987, p. 139-184.

Steinby 1993 = E.M. Steinby, s.v. Basilica Aemilia, dans LTUR I, Roma 1993, p. 167-168.

Tortorici 1991 = E. Tortorici, Argiletum. Commercio, speculazione edilizia e lotta politica dall’analisi topografica di un quartiere di Roma di età repubblicana, Roma 1991.

Tortorici 1993 = E. Tortorici, s.v. Curia Julia, dans LTUR, 1, Roma 1993.

Viscogliosi 2000 = A. Viscogliosi, / Fori Imperiali nei disegni d’architettura del primo Cinquecento. Ricerche sull’architettura e l’urbanistica di Roma, Roma 2000.

Wallat 1997 = K. Wallat, Die Ostseite des Forum in Pompeji, Frankfurt 1997.

Ward-Perkins 1993 = J.B. Ward-Perkins, The Severan Buildings of Lepcis Magna. An Architectural Survey, Tripoli 1993.

Wehrli 1967 = Fr. Wehrli, Die Schule des Aristoteles. Text und Kommentar, Heft I, Dikaiarchos, Bäle-Stuttgart 10672.

Wehrli 1968 = Fr. Wehrli, s.v. Dikaiarchos, dans RE, Suppl. XI, Stuttgart 1968.

Zanker 1987 = P. Zanker, Pompeji, Stadtbilder als Spiegel von Gesellschaft und Herrschaftsform, Mayence 1987.

Zevi 1971 = F. Zevi, Il calcidico della Curia Julia, dans « RendLinc » s. VIII, vol. XXVI, fase. 3-4, 1971, p. 237-251.

Zevi 1993 = F. Zevi, s.v. Chalcidicum, dans LTUR, I, Roma 1993.

Zevi 1993a = F. Zevi, s.v. Atrium Minervae, dans LTUR, I, Roma 1993.

Zevi 2000 = F. Zevi, Traiano e Ostia, dans « Trajano Emperador de Roma (Actas del Congreso Internacional 14-17 Septiembre 1998) », J. González ed., (« Saggi di Storia antica, 16 »), Roma 2000, p. 509-547.

Notes

1 CIL XI, 1189.

2 Nünnerich-Asmus 1994, p. 88 et p. 214. Pour la définition des chakidica en général, p. 20 sq. et p. 184 sq.

3 Ortalli 1995, p. 294-295. Sur l’ensemble de la question, voir maintenant: Maggi 1999, p. 71, et Lippolis 2000, p. 113 sq.

4 Voir en dernier lieu: Brouquier-Reddé 1992, p. 167-171. La dédicace du Chalcidicum est gravée sur l’architrave du portique de façade (IRT, 324); elle se situerait entre juillet 11 et juin 12. Une dédicace à une Venus Chakidica (IRT, 316) est gravée sur une base de statue. Dans le volume posthume de J.B. Ward-Perkins (Ward-Perkins 1993, fig. 3, p. 6), chalcidicum désigne l’ensemble situé à l’est du théâtre. En réalité, plusieurs particularités de cet édifice inciteraient à y voir un marché aux esclaves (communication orale de G. Di Vita-Evrard).

5 Zevi 1971, p. 237-251, à propos de Res Gestae, IV 19 et VI, 35.

6 Pour le denier, voir BMC Emp. I, Augustus, 631-2, pl. XV, 12-13.

7 Balty 1991, p. 149-151. On notera que Bonne-fond-Coudry 1989, p. 174 sq. avait admis sans discussion l’hypothèse de E Zevi. Voir maintenant la mise au point du même Zevi 1993, p. 265-266, avec toute la bibliographie récente.

8 Sur ces dessins, voir maintenant l’excellente étude de: Viscogliosi 2000, p. 31 sq., p. 102 sq. et p. 162 sq.

9 de Ruyt 1983, avait déjà bien cerné cette signification du mot chalcidicum, appliqué aux complexes civils, et particulièrement aux marchés.

10 Sur l’édifice d’Eumachia, voir maintenant: Zanker 1987, p. 30, et Wallat 1997, p. 31-39.

11 CIL, 2653. Cf.: de Ruyt 1983, p. 292-293.

12 Hyg. Fab. 137A.

13 Morselli, Tortorici 1989, p. 35 sq. et 222 sq. (particulièrement p. 231-236); Tortorici 1993, p. 332; Zevi 1993, p. 265; Morselli 1995, p. 303.

14 Ephesos VII, 1, n° 3419; Hiller von Gaertringen 1906, n° 49,1.7; Sahin 1999, p. 206 sq., n° 193, 1.12; Balland 1981, p. 185 sq., n° 67, 1.12 et 33-34.

15 Significatives sont à ce sujet les observations de Gell. Noct. Att. XVI, 5, 2-3.

16 Voir notre commentaire dans: Vitruve. De l’architecture, livre TV, Paris, CUF, 1992, p. 205 sq.

17 Ibid, p. 92 sq.

18 Fest. 52 M, 36 Th.

19 Sur ces termes et leur emploi architectural dans la Grèce classique et hellénistique: Hellmann 1992, p. 350 sq. et p. 356 sq.

20 VI 3,10.

21 GGM I, n° 105 (attribué à Dicéarque), et FHG II, p. 254 sq., fragm. 59, 29, p. 260-261. Cf.: Oberhummer 1899, col. 2087-2088.

22 Martini 1905, col. 562. Sur les œuvres géographiques imputables à Dicéarque (Description de la terre et Mesure des montagnes du Péloponnèse): Wehrli 1968, col. 526-534, et Idem 1967, p. 34 sq. Sur l’ensemble de la question, voir maintenant: Schneider 1994, n° 98, p. 760-764.

23 StraboX, 1,11.

24 Excellentes remarques sur ce point de: Corso 1997, p. 626.

25 Dossier rassemblé par: Zevi 1971, p. 241 sq.

26 Sur la question, et l’ensemble des données archéologiques et textuelles: Coarelli 1985, p. 199 sq.

27 CatuII. 37, v. 1-2. Cf.: Coarelli 1985, p. 202.

28 Cf. supra n. 10.

29 Sur l’ensemble du problème: Gros 1984, p. 49-69.

30 Vitr. De arch. V,l, 6 sq. Cf. : Corso 1997, p. 642 sq.

31 Sur cette notion et son sens dans ce contexte : Gros 1984 p. 60-63 et Corso 1997, p. 642.

32 Varr. de l.l. VI, 4.

33 Plin. Nat. hist. VII, 215.

34 Ad Att. IV, 16, 8.

35 Cf. Coarelli 1985, p. 234 sq.

36 Sur ces types de basiliques, voir : Balty 1991, p. 318 sq. Pour une étude plus récente concernant Cosa : Brown, Hill Richardson, Richardson jr. 1993, p. 207 sq.

37 C’est le cas de la fig. 93, p. 408 du LTUR I.

38 Beaucoup plus évocatrice, et plus exacte, est la coupe vue en perspective restituée de la même Basilica Julia, telle que Ch. Hülsen la proposait dans son ancienne étude sur le Forum ; voir maintenant la réédi-tion italienne : Hülsen 1982, fig. 19, p. 55. (fig. 4).

39 Giordano 1970, p. 221 sq. ; Idem 1971, p. 191 ; Balty 1991, p. 295 sq. ; Camodeca 1992.

40 CIL XI, 3614.

41 Cité in Lyd. mag. 1,34. Cf. : Coarelli 1999, p. 159-160. Cet auteur montre que l’identification traditionnelle à la Basilica Julia doit être repoussée au profit de la Basilica Aemilia.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Plan restitué de la Curia Julia et de l’angle méridional du Forum de César à l’époque augustéenne (D’après : Ch. Morselli et E. Tortorici).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2 — Coupe restituée sur la basilique « normale » de forum, selon Vitruve.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3 - Plan de la basilique d’Ordona (D’après : E. Castells).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4 — Restitution en perspective de la Basilica Julia de Rome (D’après : Ch. Hülsen).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 5 – Plan de la basilique du forum d’Ostie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540