Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Introduction générale [original en langue italienne]

Vitruvio, De architectura, a cura di P. Gros, traduzione e commento di A. Corso e E. Romano, Turin, Einaudi, 1997, p. IX-LXXVII

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 De architectura V. praef. 1. Sur cette préface, A. Kessissoglu, Die Fūnfte Vorrede in Vitruvs "De a (...)

1Non enim de architectura sic scribitur uti historia aut poemata ("On n’écrit pas un traité d’architecture comme on écrit une œuvre historique ou poétique"). Au début de la préface de son cinquième livre Vitruve rappelle en ces termes la singularité irréductible de son propos, et s’efforce d’expliquer en quoi il se distingue de tout autre projet littéraire. Nous reviendrons sur ce texte essentiel où pour la première fois dans la pensée européenne un écrivain essaie de poser en termes objectifs le problème de la terminologie spécialisée et des normes qui régissent l’ouvrage technique1.

  • 2 Pline, H.H., index des auctores des livres 16, 35 et 36 ; Frontin, Aq. 25, 1 et 25, 2 ; Cétius Fave (...)
  • 3 Pour les témoignages épigraphiques, P. Ruffel, J. Soubiran, "Vitruve ou Mamurra ?", dans Pallas. XI (...)
  • 4 P. Thielscher, S.V. L. Vitruvius Mamurra, dans R.E IX, A, I, 1961, col. 419-489.
  • 5 G Tosi, L’arco dei Gavi, Rome, 1983, p.71-77.

2Mais à la singularité du De architectura répond l’isolement de Vitruve. Présenter l’un et l’autre est donc en soi une entreprise périlleuse en ce qu’il s’avère à peu près impossible d’éclairer l’œuvre en tirant parti de la vie de son auteur, ou inversement, selon la méthode éprouvée de la philologie classique. Nous savons à vrai dire peu de choses de Vitruve : les témoignages extérieurs demeurent rares puisque neuf mentions seulement sont conservées de son nom dans la tradition antique2. D’autre part les inscriptions où apparaît le gentilice Vitruvius, quoique relativement nombreuses, sont selon toute vraisemblance sans rapport direct avec l’auteur du De architectura3. Force est donc de tirer parti des quelques confidences disséminées dans les préfaces des dix livres de l’ouvrage, et particulièrement dans la première. Mais on se gardera de toute restitution prosopographique, vouée dès le départ à l’échec, ou du moins grevée des incertitudes les plus lourdes en raison de la fugacité des données textuelles et de la non pertinence des données épigraphiques : l’hypothèse de P. Thielscher, fondée sur la mention unique d’un Vitruvius Mamurra (CIL, VIII, Suppl. 2, 18913), qui assimile l’auteur du De architectura au fastueux praefectus fabrum de César vilipendé par Catulle, est démentie par de multiples indices4 ; quant au L. Vitruvius Cerdo dont le nom figure sur l’arc des Gavii à Vérone (CIL, V, 1, 3464), il ne peut davantage se confondre avec l’auteur du traité, car cet affranchi qui se pare, c’est vrai, du titre d’architectus, semble avoir été actif sous le règne de Tibère, c’est-à-dire plusieurs décennies après la date probable de la mort de Vitruve5.

3La question de l’identification du personnage ne se pose pas, en réalité, dans les termes d’une enquête policière mais en termes de sociologie culturelle : pour être assurée de quelque efficacité et éviter les pièges d’une prosopographie illusoire fondée sur des rapprochements anecdotiques, la recherche doit se donner pour tâche de replacer Vitruve dans son contexte professionnel et administratif, de retrouver en quelque sorte son profil social plutôt que sa personnalité. Sans renoncer à l’analyse des quelques traits de son individualité qui nous sont livrés dans les rares notices autobiographiques du De architectura, et qui peuvent éclairer divers aspects de son œuvre, il faut retrouver d’abord la situation historique de l’auteur pour mieux cerner, car c’est finalement ce qui importe, son projet ainsi que le milieu pour lequel il travaillait, et donc le public auquel il a voulu s’adresser.

Situation sociale et carrière de Vitruve

  • 6 Voir les études de B. COHEN, "Some neglected ordines : the apparitorial Status-group", dans Des ord (...)
  • 7 B. Cohen, loc. cit., p. 33 sq. et p. 49.
  • 8 CI. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976, p. 14.
  • 9 B. Cohen, loc. cit., p. 35 sq.

4II ressort d’une série d’études récentes sur ce qu’on pourrait désigner, sans abus de langage, comme une sorte de "middle class" de la société romaine que Vitruve appartenait probablement à l’ordo des apparitores en tant que scriba armamentarius6. A partir de l’examen systématique de la documentation épigraphique, il apparaît en effet que les assistants des magistrats romains, regroupés sous le nom d’apparitores, constituaient une catégorie socioprofessionnelle bien définie, en dépit de la diversité de leurs compétences. Ces hommes qui maîtrisaient la parole, le droit, les finances, ou toute autre technique nécessaire à l’administration, étaient non seulement indispensables mais, contrairement à une erreur tenace, respectés : le fait par exemple que les architecti soient souvent associés, dans les formules littéraires ou sur des inscriptions, aux scribae, librarii ou praecones ne traduit pas -en tout cas pas forcé-ment- un mépris plus ou moins manifeste, mais confirme plutôt que la plupart des architectes en poste dans le domaine public, qu’il soit civil ou militaire, faisaient tous partie de l’ordo apparitorum7. Ces spécialistes attachés à des magistrats, ou plus généralement à des responsables politiques détenteurs d’une potestas, à tous les niveaux de l’administration centrale ou provinciale, étaient organisés en décuries : leur appartenance à des décuries différentes selon leur champ d’activité ne les empêchait nullement de constituer un véritable ordo sur lequel B. Cohen et S. Demougin ont apporté des éclairages intéressants. Ces experts patentés -qui pouvaient, semble-t-il, vendre leur charge- présentaient l’avantage de fournir au personnel politique des équipes de praticiens, en principe dévoués à l’Etat et non pas à la personne de celui au service temporaire duquel ils se trouvaient : leur stabilité, comme l’a rappelé Cl. Nicolet, contrastait avec la rotation des fonctions annuelles de leurs patrons8. Même si l’ordo n’était que la somme arithmétique des décuries, il impliquait ainsi une certaine dignité, un gradus dignitatis, qui exigeait de celui qui le revêtait, au-delà d’une réelle compétence technique, une conscience et une moralité spécifiques9. Et ces hommes qui, souvent, aux yeux des usagers de l’administration centrale ou provinciale, étaient les interlocuteurs ordinaires du populus, finissaient par incarner mieux que les magistrats eux-mêmes l’idée de l’Etat ; ils pouvaient, du moins pour certains d’entre eux, être assez proches des chevaliers ; en tout cas l’existence de cet ordo apparitorum réduisit longtemps le fossé qui s’ouvrait théoriquement entre le peuple et la seconde noblesse de Rome.

  • 10 S. Demougin, op. cit.. p. 706.

5Or cette structure socio-professionnelle, à la fois bureaucratique et technique, indispensable au fonctionnement des rouages de la machine administrative et à l’exercice des responsabilités multiples assumées par les représentants de la classe politique, définissait un véritable "groupe de statut", pour reprendre l’expression de S. Demougin, dont la composante intellectuelle et culturelle était inhérente aux activités de la plupart de ses membres : il est certain, par exemple, que les scribae étaient au fond des techniciens de la réflexion théorique et de sa mise en œuvre pratique10.

  • 11 N. Purcell, loc. cit., p. 138-142 ; R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambri (...)
  • 12 Horace, Epist., I, 8, v.2 : comiti scribaeque Neronis.
  • 13 D’après Epist., I, 3, v. 15 sq.

6Ainsi se dessine une classe moyenne de salariés qui touchent des émoluments en nature et un salaire prélevé sur l’aerarium (salarium ou commoda), et dont la rémunération, prévue sur une ligne budgétaire gérée par le magistrat dont ils dépendent, est en principe reversée au trésor public si le titulaire disparaît alors qu’il est encore en fonction. Ces hommes, détenteurs d’un savoir-faire reconnu et apprécié de la hiérarchie politique, peuvent évidemment accomplir des carrières très différentes selon les recommandations et les patronages dont ils ont bénéficié. Et même si, en principe, leurs affectations successives résultent d’un tirage au sort, il est indéniable qu’en cette fin de la République, la fréquentation des imperatores, ou de leur entourage immédiat, créait des liens particuliers et pouvait dans certains cas privilégiés entraîner un familiaris usus entre les responsables politiques et leurs auxiliaires11 : la façon dont Horace parle des relations que Celsus Albinovanus, secrétaire du jeune Tibère, entretient avec ce dernier, en dit long sur le degré de familiarité ou de complicité d’un scriba avec son patron, celui-ci fût-il promis, de par sa position dans la famille du Princeps, aux plus hautes destinées12. A vrai dire les décuries auxquelles appartiennent les apparitores regroupent une partie non négligeable de l’élite intellectuelle : la connaissance académique ou technique et sa mise en forme oratoire ou pédagogique (ces distinctions étant peu marquées dans la conception antique) sont l’apanage de ces hommes qui maîtrisent tous, à des titres divers, des techniques utiles, mais ne s’interdisent pas d’exploiter pour leur propre compte les talents ou les connaissances impliquées par cette maîtrise. Celsus Albinovanus n’est pas seulement un secrétaire, c’est aussi un jeune poète13 ; et l’on songe immanquablement à Horace lui-même, pourvu d’une charge de scriba quaestorius et à ses relations avec Mécène.

  • 14 N. Purcell, loc. cit., p. 156 sq. Cf. CIL V, 1883 ; X, 4832 ; VI, 999 = 31221.
  • 15 B. Dobson, "The praefectus fabrum in the early Principate", dans Britain and Rome, Essays E. Birley(...)
  • 16 M. C. J. Miller, "Forum Julium ad Aegyptum" dans The Ancient World, 13, 1986, p. 55-61.
  • 17 Cf. L. Callebat, Vitruve De l’Architecture, livre VIII, Paris, CUF, 1973, p. ix-x et p. 165-167 (ci (...)
  • 18 Cf. B. Cohen, loc. cit., p. 33 (lex Cornelia) ; Cicéron, De lege agraria, II, 32 ; Frontin, De agua (...)
  • 19 Cf. E. Meinhardt et E. Simon, dans Fūhrer durch die ōffentlichen Sammlungen klassischer Altertūmer (...)

7C’est dans cet espace situé entre une pratique professionnelle qui assure l’indépendance économique, et le développement autonome d’une activité intellectuelle ou spéculative, que se situe vraisemblablement l’entreprise vitruvienne. Mais pour s’en assurer, il convient d’établir d’une façon plus précise si la définition sociale et administrative proposée ci-dessus en termes généraux s’applique à l’auteur du De architectura. N. Purcell en est convaincu, et sa démonstration, seulement esquissée, peut être enrichie. Le savant anglais rappelle d’abord la confusion qui s’est souvent instaurée dans les faits entre les fonctions civiles et les fonctions militaires des apparitores ou scribae. Il se trouve que nous connaissons au moins une catégorie de scribae dont la fonction était principalement militaire, à savoir le scriba armamentarius, attesté par plusieurs inscriptions14. Les titulaires que nous identifions ainsi sont d’honorables affranchis ou ingénus issus de villes italiennes, qui ont accompli pendant ou après leur temps de service des carrières municipales, et dont l’activité dut être assez proche de celle que Vitruve décrit lui-même pour ce qui concerne les travaux à lui confiés, ainsi qu’à trois collègues dans les armées de César (1, praef 2). Certes il importe de lever ici l’hypothèque de la confusion avec les fonctions de la praefectura fabrum, entretenue, si l’on s’en tient aux seules données littéraires, par la notice de Végèce, II, 11, qui définit ainsi les activités du "préfet des ouvriers" : qui arma, qui véhicula ceteraque genera tormentorum vel nova facerent, vel quassata repararenl. Mais le problème est résolu depuis que B. Dobson a montré que rien n’autorisait, pour la période tardorépublicaine et pour le Haut-Empire, à établir une relation entre les praefecti en question et l’ingénierie militaire15. II est plus simple et plus conforme à ce que nous savons par ailleurs des compétences de Vitruve de penser qu’il appartint, pendant la plus grande partie de sa carrière, avec les personnages dont il nous a transmis les noms, à la décurie des scribae amamentarii dont les fonctions correspondent exactement à celles qu’il énonce ; il est possible que le Gnaeus Cornélius qui fut l’un de ses collègues soit à identifier avec le père du praefectus fabrum d’Octave qui, avec la quatrième légion Cyrenaica, empêcha Antoine de prendre Paraetonium et implanta Nicopolis dans la banlieue orientale d’Alexandrie16. Cela n’exclut pas que Vitruve ait pu faire profiter de ses compétences la cura aquarum réorganisée par Agrippa, la diversité des tâches confiées aux apparitores dans le cadre de leur spécialité pouvant être d’une assez grande amplitude17. Car il est établi qu’au même titre que les haruspices, praecones, etc., des architecti faisaient partie, dans l’ordo apparitorum, des équipes techniques attachées aux gouverneurs de provinces et aux magistrats, que ceux-ci fussent ou non pourvus de l’imperium. Il suffit, pour s’en assurer, de reprendre les termes de la lex Cornelia de 81 avant J.-C. relative aux questeurs du Trésor, de relire ce que Cicerón nous apprend, au livre II du De lege agraria, de la dotation en hommes et en matériel des décemvirs institués par la loi de Rullus, ou d’évoquer la loi de 11 avant J.-C. sur les curatores aquarum publicarum transmise par Frontín18. L’un des représentants les mieux connus de la catégorie des architecti arma-mentarii est C. Vedennius Moderatus, dont l’autel funéraire, en marbre, est conservé au Musée du Vatican : il accomplit une longue carrière au service des trois empereurs flaviens19.

  • 20 Vitruve I, praef 2 : cum autem concilium caelestium in sedibus inmortalitatis eum dedicauisset et i (...)

8La lecture de la notice autobiographique de 1, praef. 2, la seule exploitable en l’occurrence, peut nous conforter dans cette idée, pour peu que nous rendions aux termes employés tout leur poids, c’est-à-dire leur signification en quelque sorte institutionnelle. Vitruve, dans ce passage ampoulé, ne fait pas de littérature, contrairement aux apparences ; il décrit sa carrière avec les mots que lui imposent non seulement le respect de la vérité mais plus encore les règles de la bienséance sociale. Dans ce contexte, le vocabulaire "relationnel" qui est, comme nous le savons par le De Officiis ou la Correspondance de Cicerón, très hiérarchisé, et à certains égards rigoureusement codifié, relève ici, sans ambiguïté, avec les termes de studium, favor ou commendatio, de cette notion de familiaris usus qui, nous l’avons dit, caractérise les rapports de l’apparitor et du magistrat pour lequel il travaille20. De même les mots techniques – commoda et recognitio ont toute chance de désigner des réalités concrètes dont le sens était obvie pour les lecteurs contemporains, même s’il a tendance à nous échapper. Je propose donc :

  • 21 Notre traduction tient compte de la signification institutionnelle des termes.

9"Lorsque l’assemblée des dieux eut révélé sa présence (i.e. celle de ton père, César) dans les demeures de l’immortalité et transmis le pouvoir de ton père à ton autorité, le zèle que j’avais manifesté de son temps demeurant le même envers toi me valut ta faveur. C’est pourquoi je fus chargé avec M. Aurélius, P. Minidius et Gn. Cornélius de la fourniture et de l’entretien des balistes, scorpions et autres machines de jet, et avec eux je reçus les appointements (de ma charge) : après m’en avoir confirmé le droit, tu me les as conservés sur la recommandation de ta sœur"21.

  • 22 Citons seulement Ovide, Métam., IX, v. 246 ; v. 426-427 ; Pontiques, III, 4, v. 71.
  • 23 Sur cette question des commoda, cf. M. H. Morgan, "The Preface of Vitruvius", dans Proceedings of t (...)
  • 24 Cf. Frontin, op. cit., 100 et 118.
  • 25 Sur la signification de recognitio dans le vocabulaire censorial. Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l (...)
  • 26 Opération mentionnée dans les Res Gestae, Vili, 2 ; les Fasti venusini, Insc. Ital., XIII, 1, p. 25 (...)
  • 27 II s’agit de C. Octavius, Augusti sororis 1., Actus, scriba librarius. Sur le rôle d’Octavie et son (...)

10Cette traduction suppose des choix sémantiques et syntaxiques qu’il importe d’expliquer. Premier point : in eius memoria ; il semble évident, malgré Granger, Ruffel, Morgan, Fensterbusch et Fleury, que l’expression a le sens que nous lui trouvons en VII, praef. 18, en IX, praef. 17 et en X, 2, 13 ; Vitruve parle ici tout simplement, comme l’avaient bien vu W. Newton et V. Mortet, de la partie de sa carrière qui s’est développée du temps de César. Second point : le sens de favor ; il me semble que la valeur "politique" du mot (caractéristique de celui qui est partisan de...) est à exclure : il serait inconvenant, voire imprudent, de la part de Vitruve, personnage subalterne malgré tout, de rappeler au Princeps que son pouvoir actuel a fait naguère l’objet d’un choix de la part de la population, et de lui-même en particulier ; c’est difficile à concevoir, politiquement et idéologiquement. Vitruve ne peut pas, dans le même passage, se référer à la divina mens d’Auguste et lui remémorer implicitement son passé de chef de parti. De par sa situation même, il ne peut faire état que de son propre zèle et de sa propre conscience professionnelle : évoquer dans le contexte de cette dédicace solennelle son propre sens "politique" friserait l’inconséquence. Nous avons ici tout simplement le sens de "faveur", une faveur qui s’applique forcément du haut vers le bas, et non pas du bas vers le haut ; les emplois du mot dans cette acception sont nombreux22. Commoda : le mot, là encore, est ambigu, et désigne aussi bien, on l’a dit, les émoluments accordés a des fonctionnaires ou à des magistrats civils ou militaires en exercice (ce sont les tribunatus commoda de la lettre à Trebatius, Fam. VII, 8, 1 de Cicéron, par exemple), que les gratifications en nature ou en argent accordées aux soldats au moment de leur libération (c’est en particulier le sens du mot dans la terminologie officielle de l’aerarium militare ; il se distingue à ce titre sans ambiguïté des stipendia)23. Ce qui nous oriente tout de même vers la première signification, c’est le servavisti de la suite, et le beneficium du par. 3. Et de ce fait les scribae armamentarii ne sont pas des légionnaires : ils touchent des émoluments et des avantages en nature (merces et cibaria) dans la mesure où ils sont delati ad aerarium, c’est-à-dire présentés en tant qu’ayant-droit au trésor public24. Je ne pense pas qu’on puisse songer ici à de simples dotations de fin de service, qui ne correspondent ni à l’esprit du texte ni à la situation réelle de Vitruve. Recognitio : autre terme d’interprétation malaisée. Je suggère d’abord, comme Fensterbusch, d’en faire le complément de tribuisti, ce qui oblige à placer la virgule après recognitionem, et non pas avant ; il me semble ensuite qu’on doit lui garder le sens technique qui est le sien dans le vocabulaire censorial ; le mot ferait ainsi allusion à la révision de l’album des ordines, effectuée régulièrement, par les censeurs d’abord, par Auguste lui-même ensuite25. Dans ce cas particulier, l’expression recognitionem tribuisti pourrait s’appliquer aux opérations de la "censure" exercée en 29-28 avant J.-C. par Agrippa et Octavien (census populi et lustrum selon les textes), dont le but était d’enregistrer et de vérifier les biens et les dignités26 ; si nous nous souvenons que les apparitores, organisés en décuries, forment eux aussi un ordo nous pouvons peut-être comprendre qu’à cette occasion la situation de Vitruve a été examinée, et qu’il a été confirmé dans sa dignité, et donc dans ses droits ou privilèges d’apparitor. Ajoutons que dans cette hypothèse nous gagnerions un indice chronologique important pour l’un des moments cruciaux de la carrière de Vitruve. Ce moment marque-t-il un simple renouvellement de contrat, en quelque sorte, ou une mise à la retraite ? Il est impossible de trancher. Disons seulement que l’allusion, ensuite, à la recommandation d’Octavie donnerait plutôt à penser que la retraite de Vitruve n’est devenue effective que quelques années plus tard, la sœur d’Auguste ayant obtenu en somme que son salaire lui soit conservé à titre de pension après la cessation de son activité, ce qui apparemment n’était pas automatique. Nous avons un autre exemple d’apparitor soutenu par Octavie, c’est un affranchi, scriba librarius (responsable de la bibliothèque du portique d’Octavie), dont l’épitaphe est conservée27.

  • 28 W. H. Gross, s.v.,Apollodoros 9, dans Der Kleine Pauly, 1, 1979, col. 440 sq.
  • 29 Vitruve VIII, p. X et p. xxxviii.
  • 30 V, 1, 6-9.
  • 31 Particulièrement V, praef. 45 : mihiautem a praeceptoribus est traditum : rogatum, non rogantem opo (...)
  • 32 L’esprit est à peu près, toutes proportions gardées, comparable à celui du milieu padouan de la fam (...)

11Les principaux moments de la carrière de Vitruve se trouvent ainsi assez clairement jalonnés : une action commencée sous César et qui se poursuit pendant le Second Triumvirat au service d’Octave pour déboucher sur une retraite, sans doute acquise dans les premières années du Principat. Certes la brève notice de cette première préface ne nous livre pas toutes les facettes de son activité. Autant ingénieur qu’architecte -et de par sa formation même plus tourné vers l’ingénierie que vers la construction – Vitruve s’avère directement tributaire de la pratique professionnelle et de la définition des compétences qui régnaient à la fin de l’époque hellénistique et qui seront encore celles du Haut-Empire : il suffit de songer à l’activité d’Apollodore de Damas au service de Trajan28. Vitruve n’a donc pas accompli tout son temps de praticien et d’expert dans le domaine militaire puisque, selon Frontin, il aurait aussi assumé à Rome, probablement au service d’Agrippa, des responsabilités dans l’administration des eaux ; il est possible que cette phase de sa carrière se soit déroulée à partir de 33 avant J-C. et se soit prolongée pendant quelques années29 ; elle entre en tout cas pleinement, nous l’avons dit, dans le cadre des obligations d’un ingénieur militaire rompu à des travaux de précision, puisque Frontin évoque le nom de l’auteur du De architectura à propos de l’introduction dans l’Urbs d’un nouveau calibre pour les tuyaux d’adduction. II n’est pas jusqu’à la basilique de Fano dont Vitruve nous entretient prolixement au début de son livre V en la présentant comme son œuvre, qui ne trouve dans cette hypothèse une explication satisfaisante30 : nous savons que les apparitores pouvaient, au terme de leur service, accomplir des carrières municipales ; le mot curavi employé par l’auteur pour définir son rôle dans la conception et la réalisation de cette basilique judiciaire suggère qu’il occupait dans la colonia Julia Fanestris une situation de responsabilité. Le peu que nous entrevoyons de ses origines sociales s’accorde sans difficulté avec la restitution de cet itinéraire : au témoignage de VI, praef. 4-5, Vitruve aurait reçu de ses parents et de ses maîtres (parentium cura et praeceptorum doctrina) une instruction de qualité qui traduit une volonté de promotion et un profond respect des valeurs traditionnelles31 ; nous avons là l’image de cette petite bourgeoisie des municipes et des colonies d’Italie centrale et septentrionale, parfois romanisée depuis peu, qui constitua pendant les dernières décennies de la République une vaste pépinière de talents et fournit à l’Etat romain ses plus fidèles agents et quelques-uns de ses meilleurs esprits32. L’accès à l’ordo des apparitores devait représenter, dans un tel milieu, une réussite complète, tant du point de vue professionnel que du point de vue de l’intégration socio-culturelle.

  • 33 VI, praef. 1 :... opinans munus omnibusgentibus non ingratum futurum.
  • 34 Voir particulièrement "Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes", d (...)

12Cette remise en situation apporte-t-elle quelque lumière sur la raison d’être du traité ? Dans sa définition initiale -ce qui n’exclut pas un enrichissement du propos à mesure que progresse la rédaction- le De architectura nous apparaît dès lors comme le travail de fin de carrière d’un spécialiste qui considère de son devoir de participer à sa façon, et spontanément, à l’œuvre de rénovation architecturale dont il est le témoin : ce munus dont il espère qu’il sera bien accueilli n’est en somme que le prolongement et l’élargissement d’un officium inscrit dans les obligations de sa charge, du temps où il était en activité33. En ce sens son projet n’est pas historique, en dépit des efforts qu’il déploie pour fonder sur l’orthodoxie des créateurs de la première période hellénistique les règles qu’il énonce ; et les aspects normatifs de son discours, si appuyés dans les livres consacrés à l’aedificatio, visent moins, malgré les apparences, à définir une théorie de l’architecture qu’à en promouvoir une pratique correcte. Certes les contraintes du genre théorique, que nous avons soulignées dans des articles antérieurs34, finiront pas influer sur la structure même de l’œuvre et à informer dans de nombreux cas l’exposé vitruvien. Il n’en reste pas moins que l’objectif spécifique est d’abord pour Vitruve d’exprimer ce qu’il appelle la potestas artis, c’est-à-dire toutes les virtualités contenues dans la "technè" du bâtisseur, tant au niveau de la réalisation (opus) que de la conception (ratiocinatio).

  • 35 I praef. 1.
  • 36 I, praef. 3 ; X, praef. 4, etc. Essentiel est à cet égard V, praef. 3, où Vitruve exprime la nécess (...)
  • 37 I, praef. 3.
  • 38 VII, praef. 1.
  • 39 Cicéron, De officiis, I, 155-156. A rapprocher de VII, praef. 1.

13Plusieurs développements des préfaces des livres III, IV, V et VI, indépendamment de la fameuse dédicace au Princeps placée en tête du premier livre, montrent qu’au moment où l’architecture est à l’ordre du jour et devient, plus que jamais, un véritable programme de gouvernement, Vitruve estime devoir fournir, dans le droit fil du service qu’il a assumé toute sa vie, un dossier aussi complet que possible qui réponde à l’attente des responsables. II exprime cette urgence en des termes qui procèdent du réflexe de professionnel et définissent un véritable devoir (non putavi prae-termittendum quin primo quoque tempore...)35. L’accent mis sur les aspects pédagogiques d’un livre destiné à des gens pressés qui non seulement ne sont pas des praticiens de la construction, mais se trouvent en outre submergés par des occupations diverses, est caractéristique de cet état d’esprit. Exhaustivité, brièveté, accessibilité sont les exigences cardinales d’une œuvre qui se donne pour but principal l’expression claire de principes simples (praescriptiones terminatas ; praecepta ordinata)36. La notion d’exposé est ici inséparable de celle de mise à disposition : c’est le sens du verbe aperire employé par Vitruve dans sa première préface37. Il ne va pas "dévoiler" "les secrets des Bâtisseurs", comme l’ont cru parfois -et le lui ont reproché !-des exégètes qui plaquaient sur la réalité antique le système clos des corporations médiévales : il met à la disposition des responsables politiques et, plus généralement, des notables, le trésor d’expérience qu’il est censé avoir accumulé et qu’il a ordonné, du moins le croit-il, en une doctrina intégralement transmissible. Vitruve rappelle à cet égard qu’il ne sera jamais de ceux qui gardent sur leur savoir un silence jaloux, les invidiose silentes38. Nous retrouvons là un comportement assez commun, de la part de cette catégorie de spécialistes que sont les apparitores, et qui sont dotés d’un solide sens de l’Etat : Cicerón rappelle dans plusieurs textes du De Officiis l’usage social qui était fait en son temps de la culture technique et scientifique39 ; il y établit une relation intéressante, quoique relativement abstraite, entre ceux qui ont consacré leur vie active à l’approfondissement d’une connaissance ou d’une pratique, et ceux qui sont immergés dans les affaires politiques : les premiers, dit-il, rendent aux seconds des services éminents en leur faisant partager leur prudentia pour le plus grand bien de la collectivité.

  • 40 1, 1, 18 :... peto, Caesar, et a te et ab his qui ea volumina sunt lecturi, ut, si quid parum ad ré (...)
  • 41 Pline, Epist., I, 10, 9.
  • 42 1, 1, 18 : namque non uti summus philosophus nec rhetor disertus nec grammaticus summis rationibus (...)
  • 43 V, praef. 1.
  • 44 Voir L. Callebat, "La prose du De architectura de Vitruve", dans ANRW, II, 1, Berlin, New York, 198 (...)

14Ce programme entraîne évidemment des conséquences dont on n’a peut-être pas toujours mesuré l’importance. Les premières concernent la forme. Vitruve s’excuse par avance, dès le premier chapitre du premier livre, de ce que son expression sera différente de celle des rhéteurs, des philosophes et des poètes : "Je te prie, César, toi et ceux qui liront ces livres, de me pardonner si une partie de l’exposé s’y révèle peu conforme aux règles de l’art grammatical...40". Contrairement à ce qu’on a toujours dit, cette requête, cette demande d’indulgence, ne recouvrent pas seulement le sentiment de n’être que faiblement doué pour l’expression écrite, voire de mal maîtriser les subtilités du latin ; elles contiennent sans doute aussi le sentiment qu’un texte technique ne répond pas, par définition, aux normes d’un texte littéraire. Il suffit de songer, pour comprendre ce qu’il veut dire, à cette lettre où Pline le Jeune, évoquant ses tâches de juge dans l’un des tribunaux de Rome, déclare : scribo plurimas, sed inletteratissimas littéral41 : l’aspect non littéraire de ces missives ne tient pas à une insuffisance de leur auteur, lui-même lettré raffiné, mais à leur genre, et au type de vocabulaire qu’elles contiennent. Vitruve, à sa manière, qui est moins subtile, ne dit pas autre chose quand il note, dans le même passage : "Ce n’est pas en grand philosophe, ni en rhéteur habile ni en grammairien rompu à toutes les finesses de son art, mais, en architecte imprégné de notre culture (his litteris) que je me suis efforcé d’écrire cet ouvrage"42 ; la formule est assez ambiguë ; elle doit signifier que Vitruve n’est pas étranger à l’expression littéraire, mais que son propos est différent. Il le confirme dans la préface du livre V où il rappelle qu’à la différence des historiens et des poètes, les architectes recourent à un vocabulaire spécialisé, forcément obscur pour la plupart des profanes43 ; tout son art à lui consistera à rendre clair ce qui ne l’est pas et à exprimer en termes aussi simples et aussi communs que possible une pratique professionnelle par définition complexe. Pour autant, du reste, il ne renonce pas à toute recherche stylistique : l’on a relevé par exemple diverses réminiscences lucrétiennes dans le vocabulaire du De architectura et L. Callebat a montré toute l’efficacité d’un style qui certes n’est pas exempt d’étrangetés – l’inconcinnitas de Vitruve fait périodiquement les délices moroses des philologues – mais qui dans l’ensemble est bien adapté à son propos44.

  • 45 1, 1, 4 et 5.
  • 46 III, 3, 8 ; V, 1, 10.

15En ce qui concerne le fond, trois remarques s’imposent, qui s’accordent, nous semble-t-il, avec ce que nous croyons savoir de la silhouette sociologique de l’auteur : la première concerne le constant prosaïsme des principes et des observations de Vitruve. Ce prosaïsme apparaît dès le début du premier livre, dans la façon dont Vitruve ne retient que le côté immédiatement utilitaire des disciplines dont il revendique la connaissance pour l’architecte ; l’histoire, par exemple, qui doit aider à justifier le choix de tel ou tel décor figuré, et l’arithmétique, indispensable au calcul des dépenses engagées dans une construction45. A chaque fois il s’agit de rationem reddere quaerentibus, de rendre raison à ceux qui demandent des explications. Il y a là un réflexe d’expert attaché à un responsable, devant lequel il doit fournir toutes les pièces d’un devis ou d’un dossier. Il en va de même pour la satisfaction que manifeste l’auteur devant tel ou tel parti architectural – le temple pseudodiptère par exemple, ou l’ordre colossal dans la basilique de Fano46 – dont il ignore volontiers les aspects esthétiques pour en vanter le caractère économique ; on s’est souvent gaussé de cette prétendue naïveté, mais là encore il s’agit moins d’une conception réductrice que d’une attitude inscrite dans la pratique professionnelle d’un homme habitué à la gestion la plus stricte des fonds publics.

  • 47 Voir l’admirable mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektu (...)
  • 48 Sur la notion de symmetria, voir notre édition Vitruve. De l’architecture, livre III, (cité ensuite(...)
  • 49 III, 3.
  • 50 IV, 1, 11 ; IV, 7.
  • 51 IV, 8, 1-2. Cf. à ce sujet H. Geertman, dans Munus non ingratum, Babesch Suppl. 2, 1989, p. 154-177

16Un deuxième aspect saillant du traité vitruvien consiste en la simplicité, voire la simplification des systèmes proportionnels et des schémas de montage qu’il propose. Nous n’y insisterons pas, car le phénomène est trop vaste pour être développé ici47. Sans nous arrêter à la signification structurelle de la symmetria au sens de commodulatio (commensurabilité)48, nous soulignerons simplement l’intérêt d’aboutir, dans la perspective pédagogique de Vitruve, à des formules à la fois claires et uniques (un rapport et un seul définit tel type de colonnade49 ; il n’existe qu’un système proportionnel pour le chapiteau corinthien ou le temple toscan50 ; seul le temple rond monoptère est pourvu d’un podium, le périptère disposant d’une crépis51, etc.). Cette ponctualisation à bien des égards arbitraire constitue évidemment l’une des déficiences les plus déconcertantes du De architectura si l’on envisage les choses du point de vue de l’évolution historique des formes ; elle s’avère remarquablement efficace si l’on part du principe qu’il importe avant tout de fournir des solutions simples à des bâtisseurs qui n’ont que faire d’analyses comparatives et qui veulent -du moins Vitruve le croit-il- qu’on leur dise en termes aussi tranchés que possible ce qui est bien et ce qui ne l’est pas.

  • 52 Juvénal, Sat. V, v. 3 sq. ; cf. aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 59.
  • 53 Varron, Res rusticae, 1, 3, p. 21 et p. 119 de redit, de J. Heurgon, Belles Lettres, Paris, 1971.

17La troisième caractéristique n’est qu’en apparence contradictoire avec les précédentes, c’est la revendication culturelle. Nous avons rappelé combien l’activité intellectuelle contribuait, plus qu’en aucun autre milieu, à la mobilité sociale des apparitores ; c’est elle qui, dans beaucoup de cas, abat les barrières censitaires ou nobiliaires, pour établir un type de relation très particulier avec le pouvoir dont le personnage de M. Favonius Sarmentus, connu par la Satire V de Juvénal et les commentaires de son scholiaste, propose un exemple limite52. Vitruve parle fréquemment de doctrina ou de scientia, mettant ainsi en avant un savoir théorique, dont il rappelle avec complaisance l’ampleur et la complexité. Comme Tremelius Scrofa insistant, au premier livre des Res Rusticae de Varron, sur le fait que l’agriculture est une ars, c’est-à-dire une "technè" fondée sur une "epistémè", Vitruve revendique la dignité d’un praticien qui s’est donné les moyens de dominer l’ensemble des connaissances nécessaires à l’exercice de son art, et qui est capable, par là-même, d’en faire profiter autrui53.

  • 54 Malgré F. E. Brown, "Vitruve and the liberal Art of architecture", dans Bucknell Review, 11, 1963, (...)
  • 55 I, 1, 17. Cf. Ph. Fleury, op. tit, p. 102 sq.
  • 56 Outre I, 1, 17-18, voir II, praef. 4 et VI, praef. 4-5.
  • 57 Essentiel de ce point de vue : VI, praef. 5-6.

18La revendication n’est pas exactement celle du technicien voulant élever sa technique à la hauteur d’une ars libérali54 ; elle est peut-être moins théorique et plus ciblée en ce qu’elle apparaît ancrée, si l’on y regarde de près, dans le statut de minister magistratuum : la situation implicite de compagnon déférent mais indispensable de César au cours d’une carrière qu’on devine longue, l’enhardit à prouver qu’il est capable d’échapper à la routine artisanale et d’accomplir un travail à la fois plus élevé et plus ample. Certes, Vitruve le déclare d’entrée de jeu : l’architecte n’est pas un mathematicus, c’est-à-dire un intellectuel voué à la spéculation purement théorique55 ; et tout au long de son livre courent des notices sur lui-même et sa formation qui sont marquées à la fois par la modestie et par l’orgueil : modestie liée au double sentiment de la dépendance économique et de l’insuffisance intellectuelle56 : mais en même temps orgueil du détenteur d’un savoir qui est aussi une éthique. Cet expert, qui ne s’est pas élevé au niveau des grands créateurs de son temps et qui, selon toute vraisemblance, est resté à l’écart des vastes programmes des imperatores ou du Princeps est du moins capable de théoriser sa pratique professionnelle, parce qu’il l’a toujours exercée avec probité, et avec une haute conscience des qualités qu’elle requérait57.

  • 58 Cicéron, In Verrem, II, 1, 133- 148.
  • 59 Cicéron, De haruspicum responsis, 14, 31 ; Ad Quintum fratr, III, 1, 1 4.
  • 60 Morris H. Morgan (Notes on Vitruvius, dans Harvard Studies, 17, 1906, p. 9) avait cru pouvoir tirer (...)

19Il ressort de ces observations une idée centrale qui est celle de service. Le magistrat romain, avec ou sans imperium, se trouve toujours investi de la cura, de la responsabilité totale d’une ou de plusieurs constructions publiques au cours de sa carrière, et cette tâche lui fait obligation de s’informer au moins superficiellement sur l’art de bâtir ; au même titre qu’au droit, à la religion ou à l’art de la guerre, un édile, un consul ou un imperator doit s’intéresser à l’architecture. Il a besoin pour cela d’être secondé par des hommes de l’art ; songeons à Verres confronté au problème de la restauration du temple des Dioscures du Forum58, à Cicéron chargé de la reconstruction du temple de Tellus59. Il est d’ailleurs un passage dans le De architectura qui désigne clairement, parmi les destinataires de l’oeuvre, les préteurs et les édiles : en X, praef. 4, il est question des dispositifs mécaniques (machinationes) que ces magistrats doivent chaque année mettre en oeuvre à l’occasion des ludi ; c’est pour eux que le dernier volumen du traité se donne pour tâche d’exposer les théories et les principes qui régissent la construction et le fonctionnement des machinae60.

  • 61 I, praef. 3 :... conscripsi praescriptiones terminatas ut eas adtendens et ante facta et futura qua (...)
  • 62 IV, 3, 3 :... uti, si qui voluerit his rationibus adtendens ita ingredi, habeat proportiones explic (...)
  • 63 Suétone, Divus Julius. 31, 1.
  • 64 Aulu-Gelle, NA, XIX, 10, 2-4.

20Ces personnages affairés doivent trouver le temps de se pencher sur des problèmes techniques dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne leur sont pas familiers. Vitruve semble avoir voulu répondre à cette demande sous une forme qui dépasse la prestation ou le conseil ponctuels de l’architectus en place dans la cohors des spécialistes qui entoure le responsable politique, dans l’Urbs ou dans les provinces. Il est un mot qui revient plusieurs fois dans son traité, et qui exprime assez justement le rapport qui, du point de vue de l’auteur, doit s’établir avec les lecteurs du De architectura c’est le participe présent adtendens : il suggère l’attitude de l’homme qui se penche sur, qui réfléchit à, et qui a besoin pour cela d’informations précises ; on le rencontre en 1, praef. 3 : "... j’ai rédigé des règles précises afin qu’en y prêtant attention tu puisses apprécier par toi-même les qualités des ouvrages déjà réalisés et de ceux qui sont à faire"61. Vitruve, s’adressant à Auguste, lui propose en somme un catalogue complet destiné à lui permettre une rapide appréciation de ce qui doit être accompli. On retrouve une expression analogue en IV, 3, 3, lorsqu’il s’agit de présenter une version amendée du dorique : "... afin que s’il se trouve quelqu’un pour vouloir prendre en considération ce système et procéder en conséquence, il dispose d’un exposé complet de ses proportions"62. Dans ce dernier passage, nous avons l’exemple, unique dans tout le traité, d’un développement dicté en quelque sorte par la pression des utilisateurs potentiels. Mais qu’il s’agisse du Princeps ou d’éventuels maîtres d’oeuvre, l’idée est toujours celle de l’homme pressé, à la fois ignorant et exigeant, qui souhaite trouver une solution rapide au problème qu’il se pose. Le geste évoqué par ce participe adtendens suggère concrètement celui de César se penchant, la veille du jour où il franchira le Rubicon, sur le plan -forma- d’une école de gladiateurs, un plan à lui proposé par un architecte de son entourage, qui utilise sans doute l’art graphique aux mêmes fins que Vitruve, c’est-à-dire, d’après I, 1, 4, pour "représenter plus facilement à l’aide de modèles peints l’aspect qu’il veut donner à son ouvrage"63 ; on songe également à Cornélius Fronto examinant un catalogue de schémas de thermes – species balnearum- sur par-chemin -in membranulis- que lui montrent des fabri aedium, selon l’expression de Aulu Gelle64.

21L’originalité de Vitruve, et la nouveauté radicale de son traité, du moins dans le contexte romain, consistent en ceci que l’auteur ne se contente plus des traditionnels croquis ou maquettes. Il tente de réaliser, mais dans le droit fil de ses activités antérieures, sous la forme d’un exposé systématique, une sorte d’échantillonnage typologique et proportionnel capable de fournir à ceux qui font bâtir un cadre normatif répondant à tous les cas de figure. Certes ce cadre n’exclut pas le recours aux techniciens du bâtiment ni même aux architectes d’exécution ; il n’entraîne, ni dans l’esprit du théoricien ni dans la pratique, la substitution du curator aux fabri ou aux architecti ; chacun garde sa place, et Vitruve n’envisage pas que le Princeps ou tel magistrat devienne, grâce à ses préceptes, un bâtisseur au sens concret du terme. Ce serait contraire à l’esprit même de son entreprise. Mais il entend leur conférer les moyens de garantir du moins, grâce à la connaissance qu’il aura diffusée, le respect des règles essentielles de la convenance, de la distribution et de la symmetria. Tel un expert universel et permanent, il tente de parer avec ce traité à toute éventualité non pas en multipliant les recettes de construction -ce qui eût été une façon de retomber dans la coutume des ateliers et de perdre ainsi le contact avec les responsables, qui sont ses interlocuteurs directs- mais en donnant une information, et plus encore une formation de base à la fois succincte et rigoureuse à tous les maîtres d’œuvre.

  • 65 Cf. J. Guillaume, "Philibert de l’Orme : un traité différent", dans Les Traités d’Architecture de l (...)
  • 66 Cf. Aurea Templa, Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976 (...)

22Le De architectura n’est pas, ne veut pas être un "art de bien bâtir à petits frais", comme le sera le traité de Philibert de l’Orme, qui lui s’adresse directement à ceux qu’il appelle les "ouvriers" de la construction65. C’est un livre à l’usage des responsables, et d’abord des responsables politiques, dont la genèse s’explique, nous semble-t-il, par la convergence entre d’une part la vocation d’un spécialiste, professionnellement habitué à expliquer les arcanes de son art, à en justifier la pratique exigeante, et d’autre part l’atmosphère d’une époque, celle qui va de Pompée au début du règne d’Auguste, où l’architecture en tant que gage et enjeu du pouvoir revêt une importance encore jamais atteinte66.

La date du De architectura

  • 67 Voir par ex. H. Lauter, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt, 1986, p. 30 sq.
  • 68 P. H. Schrijvers, "Vitruve et la vie intellectuelle de son temps", dans Munus non ingratum (op. cit(...)
  • 69 F. Coarelli, "La casa dell’aristocrazia romana secondo Vitruvio", dans Munus non ingratum (op. cit. (...)

23Quand on cherche à définir la chronologie d’une composition aussi ample et complexe que les dix livres de Vitruve, il importe de distinguer trois périodes, qui peuvent partiellement se chevaucher, mais qui n’ont ni la même importance ni la même signification. La plus lourde de conséquences est assurément, pour le contenu de l’œuvre, celle de la compilation des fiches et de l’accumulation des expériences ou du savoir théorique. Cette période de préparation et de maturation se confond sans doute, dans le cas de Vitruve, et compte tenu de sa carrière, avec son temps d’activité ; elle est tributaire aussi de sa formation initiale. Sans entrer ici dans le détail des connaissances ainsi engrangées et de la façon dont Vitruve les a acquises, nous pouvons déjà relever que cette phase préparatoire, qui a pu être fort longue, appartient en toute hypothèse à la période républicaine. De ce point de vue -et la remarque a son importance car elle est de nature à lever bien des griefs faits au De architectura quant à son manque d"‘actualité"- Vitruve est encore un architecte ingénieur de l’époque hellénistique67. Cela est vrai aussi en termes de culture littéraire et politique ; il est clair qu’en ce domaine son expérience personnelle, ses goûts et l’orientation de sa pensée reflètent en grande partie les idées qui étaient celles de la classe dirigeante aux alentours du milieu du ier siècle avant J.-C Cela ne se vérifie pas seulement parce que, comme on le répète dans diverses publications récentes, il cite Lucrèce, Cicéron et Varron comme des auteurs contemporains et s’inspire, en particulier dans les développement du livre II qui retracent l’évolution de l’humanité, des thèses brillamment mises en vers par le poète du De rerum natura68. Nous avons aussi des indices précis de sa mentalité "césarienne", relevés par F. Coarelli et E. Romano. Ces deux auteurs ont montré par des voies différentes que les coïncidences entre De architectura I, 2, 9 et VI, 5, 1 sq. d’une part et Cicéron De Offïciis 1, 138 d’autre part ne doivent pas dissimuler le fait que la conception vitruvienne de l’habitat des nobiles est différente de celle de l’Orateur et qu’elle se révèle à l’examen très proche du modèle cicéronien négatif incarné par Clodius69.

  • 70 Vitruve III, p. lxxiv-lxxxv.
  • 71 F. Pellati, "La basilica di Fano e la formazione del trat-tato di Vitruvio", dans RPAA, 33-34, 1947 (...)
  • 72 A. Kessissoglu, op. cit, p. 97 sq.
  • 73 P. Gros, Vitruve. De l’architecture, livre IV (cité ensuite Vitruve IV), Paris, CUF, 1992, p. xxvi (...)

24La seconde période est celle de la rédaction. La perspective est cette fois différente, puisqu’il s’agit de savoir ce que Vitruve avait sous les yeux, en matière d’architecture romaine en particulier, lorsque, écrivant ses livres sur l’aedificatio, il cherchait des exemples dans la Rome de son temps pour mieux faire comprendre à ses lecteurs ce qu’il leur donnait à entendre70. Sur cette première question s’en greffe une seconde, à laquelle nous ne pouvons échapper en raison de l’aspect quelque peu syncopé de l’ouvrage, celle de savoir si la rédaction a été continue ou si elle a connu diverses phases, séparées par des délais plus ou moins longs. Cette idée d’une composition en au moins deux temps, impliquant que plusieurs livres étaient prêts bien des années avant la reprise de l’ensemble en vue de sa publication définitive, a été défendue naguère par F. Peliati et par S. Ferri, entre autres71 : pour le premier, qui fonde essentiellement sa démonstration sur le texte que Vitruve consacre à la basilique de Fano, le De architectura aurait été publié en deux fois, les six premiers livres au début de 27 avant J.-C. et la totalité de l’ouvrage, tel que nous le connaissons aujourd’hui, dans les années 16-15 avant J.-C. Pour le second, qui s’appuie sur certaines indications, à vrai dire fort minces, de la préface du livre I, Vitruve aurait diffusé dans un premier temps des opuscules traitant de problèmes restreints, par lui rédigés du temps de César ; puis, devant l’importance acquise par les questions d’urbanisme et d’architecture dès le début du Principat, il aurait décidé de rassembler ces publications occasionnelles en leur a joutant de nouveaux développements pour parvenir ainsi au nombre de dix livres et les dédier à Octave. Tout récemment, A. Kessissoglu a cru pouvoir établir que la décade, qui aux yeux des Pythagoriciens passe pour l’expression numérique de la perfection et dont Vitruve connaît et énonce les vertus, n’aurait été atteinte dans le cas du De architectura que d’une façon quelque peu artificielle par l’adjonction des livres VIII, IX et X aux sept livres de l’aedificatio72 ; sans postuler explicitement une composition en deux temps, cet auteur relève avec raison divers indices prouvant que Vitruve était conscient du fait que seuls les sept premiers livres présentaient une cohérence et une unité thématiques ; la formule de VII, 14, 3 (Itaque omnes aedificationum perfectiones, quant habere debeant opportunitatem ratiocinationis, septem voluminibus suntfinitae ; insequenti autem de aqua... explicabo...) est éloquente à cet égard. Sans aborder le détail de l’ordonnance de l’ouvrage, nous ne pouvons manquer de signaler qu’il y a là un clivage important qui implique sinon une distance chronologique, du moins une rupture clairement ressentie par l’auteur lui-même. Mais il est d’autres césures, moins radicales, qui tendraient à suggérer une composition quelque peu chaotique, faite de compléments ou de "collages" successifs, en dépit de la belle unité prônée par la première préface qui, selon toute vraisemblance, a été écrite à l’occasion de la publication définitive, et nous donne donc une vision rétrospective, c’est-à-dire trompeuse, du processus de la rédaction. Signalons seulement, à l’intérieur du livre IV, le caractère visiblement ajouté des trois derniers chapitres, qui s’efforcent de combler les lacunes du "traité sur les ordres" ; celui-ci occupe tout le livre III et la plus grande partie du suivant, jusqu’en IV, 6, 6, où là encore une phrase conclusive clôt un cycle refermé sur lui-même et situe ostensiblement hors du propos initial la dernière partie du même livre, laquelle, de toute évidence, appartient à une étape ultérieure de la rédaction73.

25Ces observations, que nous pourrions multiplier, seront reprises dans la section où nous analyserons l’ordonnance de l’ouvrage et la répartition de la matière à l’intérieur des dix volumina. Essayer de tirer une chronologie relative trop précise de ces discontinuités serait assurément prendre le risque de surinterroger les textes. Il semble seulement assuré que Vitruve a d’abord conçu un ouvrage qui traitait essentiellement de la construction des édifices publics et privés -encore ce premier noyau de six ou sept livres a-t-il connu des phases successives et présente-t-il d’importantes stratifications- avant de réaliser le corpus complet dont il s’enorgueillit parce qu’il couvre la totalité des activités qui relevaient encore en son temps de l’architecture.

  • 74 Vitruve IV, p. 41-42.
  • 75 Vitruve I, p. xx.
  • 76 M. Gwyn Morgan, "The Porticus of Metellus : a Reconsideration" dans Hermes, 99, 1971, p. 486 sq. ; (...)
  • 77 Vitruve III, p. lxxxi.
  • 78 A. Kessissoglu, op. cit., p. 94 sq.

26Peut-on malgré tout introduire dans cette nébuleuse quelques éléments de chronologie absolue pour situer approximativement la date de l’achèvement de l’œuvre et de sa publication définitive ? Plusieurs indices doivent être retenus qui définissent un horizon chronologique relativement circonscrit. La titulature du Princeps dans praef. I, 1, imperator Caesar, reproduit celle des Fastes triomphaux mentionnant Vovatio de 40 av. J.-C ; elle se retrouve sur des deniers de 38 et sur l’inscription du Forum datant de 29f74. Certes, l’absence du cognomen sacralisant Augustus -qui n’apparaît qu’en V, 1, 7, à propos de la chapelle impériale annexée à la basilique judiciaire- n’est pas en soi déterminant, et ne nous oblige pas à placer ce texte avant 27 ; l’insistance sur le retour de la paix et la mention d’un triomphe, dans cette même préface du premier livre, qui est en fait celle de l’œuvre tout entière, paraissent cependant constituer des allusions à la fermeture du Janus et à la grande célébration triomphale des 13, 14 et 15 août de 2975. Les citations de monuments romains, particulièrement dans le livre III, apportent une confirmation à cette chronologie en élargissant un peu la "fourchette" : en III, 2, 5, la porticus Metelli n’a pas encore reçu le nom de la sœur d’Auguste, ce qui tendrait à prouver que Vitruve a rédigé la fiche concernant le temple de Jupiter Stator avant l’aménagement de la porticus Octaviae76 ; le fait que le temple du Divus Julius soit cité en III, 3, 2 comme un exemple d’édifice pycnostyle ne nous oblige pas à lui seul à postuler une rédaction de ce passage postérieur à son inauguration en août 29, car l’observation de la colonnade de façade peut fort bien avoir été faite par Vitruve avant l’achèvement complet de l’édifice ; ce qui nous interdit en tout cas de descendre trop bas dans la décennie 30-20 avant J.-C, c’est la description de la colonnade du temple dit d’Apollon et de Diane, qui s’applique sans doute à l’aedes Apollinis du circus Flaminius avant sa réfection augustéenne77. Il apparaît finalement qu’aucune des données utilisées par Vitruve dans ce livre III n’est postérieure aux années 27-23 avant J.-C. Dire autre chose, et par exemple que la rédaction de ce livre, ou a fortiori de tout le traité, n’est pas postérieure à ces années serait certainement abusif. Nous ne savons pas comment Vitruve travaillait, ni combien de temps s’est écoulé entre le rassemblement de ses fiches et leur mise en forme. Mais ces indications, jointes à celles de praef. I, nous orientent vers la fin du Second Triumvirat et les toutes premières années du Principat pour l’achèvement des phases principales de la rédaction, disons la décennie 36-25 avant J.-C. Contrairement à ce que suggère A. Kessissoglu, nous ne pensons pas qu’il faille descendre jusqu’à la fin des années 20 pour la rédaction de la préface du livre V, dont les rapports présumés avec la crise de 22 avant J.-C. reposent sur des indices bien ténus78. On ne saurait cependant exclure que certaines préfaces aient été écrites après coup, pour actualiser le traité, ou élargir à d’autres domaines la réflexion de son auteur : nous reviendrons sur cette question en examinant l’organisation globale du De architectura ; mais en toute hypothèse ce ne peut être qu’un phénomène marginal.

  • 79 Sur les opérations édilitaires d’Octave commencées dès 29 avant J.-C, P. Gros, Aurea Templa (op. ci (...)

27Les enjeux scientifiques et historiques de cette localisation proto-augustéenne de la fin de l’ouvrage sont importants : cela permet en effet de comprendre d’une part que Vitruve n’ait pas été mêlé personnellement au grand mouvement de rénovation de l’Urbs puisqu’il était déjà, lors du sixième consulat du Princeps qui, en 28 avant J.-C, marque le commencement des principales opérations édilitaires, un personnage hors du circuit des responsables, dont la carrière effective était achevée ou sur le point de l’être79 ; cela peut contribuer d’autre part à expliquer qu’il apparaisse souvent dans ses choix aussi bien que dans ses refus ou polémiques, comme le représentant ou le mainteneur d’une longue tradition dont il est bien conscient d’être à la fois le dépositaire et le garant. Contrairement à ce qu’on a dit parfois, Vitruve est moins un laudator temporis acti qu’un homme qui cherche à sauver l’essentiel de la pratique et du savoir des deux derniers siècles hellénistiques, en les codifiant, face aux bouleversements, dont il sent l’imminence, qu’introduira la première architecture impériale. Sa dédicace à Octave n’est peut-être pas seulement, en ce sens, un acte de loyalisme ou d’allégeance conventionnel ; elle se pose aussi, dans une certaine mesure, comme une tentative pour enrayer une évolution qui est à ses yeux négative.

Le milieu culturel et les débats contemporains

28Nous n’envisageons pas ici les sources du De architectura dont il sera question plus bas, mais l’attitude intellectuelle et la forme d’esprit que suppose le traité en tant que tel. Si l’on ne peut définir pour un auteur comme Vitruve une véritable "Weltanschauung", du moins est-il possible de discerner quelques-unes des conceptions fondamentales qui orientent sa démarche.

  • 80 Cl. Moatti, "Tradition et raison chez Cicéron : l’émergence de la rationalité politique à la fin de (...)

29La crise politique au cours de laquelle la cité romaine faillit s’effondrer, où les institutions vacillèrent et avec elles les structures sociales, depuis les Gracques jusqu’aux luttes entre Pompée et César, avait fini par susciter dans les esprits l’idée que le trésor des connaissances et des pratiques accumulé depuis des siècles risquait lui aussi de s’éparpiller. Dans tous les domaines se manifeste alors, autour du milieu du ier siècle avant J.-C, une volonté de recension et de remise en ordre sous l’égide d’une nouvelle rigueur logique, qui puise sa légitimité dans un retour aux valeurs anciennes, plus ou moins sublimées pour l’occasion, du mos maiorum. Comme l’a dit Cl. Moatti, rassembler la matière dispersée semble avoir été le mot d’ordre d’au moins deux générations, et tous les secteurs de la pensée s’enferment progressivement dans des synthèses qui prétendent être aussi des systèmes et auxquelles les auteurs donnent, selon les périodes et les spécialités, le nom d’ars, de doctrina, de corpus, d’ordinatio80. Les techniques agricoles, les éléments constitutifs de la langue et les règles grammaticales, le droit public et la jurisprudence, grâce aux travaux d’un Varron ou d’un Cicéron, font l’objet, sous des formes différentes, des mêmes tentatives d’unification normative. Après le séisme des guerres civiles dont on craint qu’il n’ait détruit la "chaîne des traditions", cette remise en ordre, qui est aussi une reprise en mains, paraît s’imposer aux meilleurs des praticiens, du moins à ceux qui sont capables de prendre suffisamment de recul par rapport à leur propre savoir, et d’en avoir ainsi une vue globale. En ce sens le projet vitruvien s’inscrit dans un mouvement dont on ne parvient pas encore à bien cerner les raisons et les moyens, mais dont l’universalité saute aux yeux. II suffit de comparer, dans leur lettre comme dans leur esprit, les exposés d’intention de Cicéron et de Vitruve pour prendre la mesure de la réalité de cette convergence.

  • 81 Cf. Cl. Moatti, loc. cit., p. 414, n. 138.
  • 82 Voir aussi W. J. Stahl, "The Systematic Handbook in Antiquity and the Early Middle Age", dans Latom (...)

30Voici les propos que Cicéron prête à Crassus dans le De oratore (1, 187 sq.) : "Presque toutes les notions, dont les parties, réunies maintenant en corps de doctrine, constituent tel ou tel art, étaient autrefois à l’état dispersé et ne formaient point d’ensemble : ainsi, en musique, le rythme, les tons, la mélodie ; en géométrie, les lignes, les figures, les dimensions, les grandeurs ; en astronomie, les révolutions du ciel, le lever, le coucher, le mouvement des astres ; en grammaire, l’explication des poètes, la connaissance de l’histoire, la signification des mots, les intonations du débit ; en rhétorique même, l’invention, l’élocution, la disposition, la mémoire, l’action. Le rapport de ces éléments entre eux était inconnu ; ils semblaient sans lien, disséminés. Aussi a-ton cherché au dehors, dans un autre domaine dont les philosophes s’attribuent la propriété tout entière, une méthode qui cimentât en quelque sorte ces matériaux détachés, épars, et les forçât d’entrer dans un système logique"81. Et voici ce que Vitruve écrit, pour sa part, dans la préface de son livre IV (IV, praef. 1) : "Ayant remarqué que bien des auteurs n’avaient laissé, en fait d’enseignement et de volumes sur l’architecture, que des monographies sans organisation d’ensemble et à l’état d’ébauche tels des fragments épars, j’ai estimé que l’œuvre qui valait d’être entreprise et qui serait la plus utile consistait à élever au niveau d’un système accompli ce vaste ensemble de connaissances et à développer sous une forme normative les caractères de chacun des aspects de cette activité en consacrant un livre à chacun d’eux". Déjà en des termes analogues Varron avait rappelé dans ses Res rusticae (I, 1, 7 et III, 2, 13) qu’avant lui les auteurs qui avaient traité d’agriculture n’avaient laissé que des notices sporadiques ou étroitement monographiques (quaedam separatim ac dispersim) et qu’il importait en ces matières de présenter une réflexion complète et organique. Au-delà des témoignages individuels, des expériences ou des réalisations isolées, au-delà, en un mot, de l’usus, s’imposent le corpus et la ratio82.

  • 83 Cicéron, Fam. IX, 2 (lettre à Varron) parle d’un munus reipublicae ; Vitruve VI, praef. 1 :... opin (...)

31En agissant de la sorte, Vitruve, comme Cicéron lorsqu’il se proposait de rédiger des traités politiques ou philosophiques, avait la conviction d’accomplir un véritable devoir à l’égard de ses contemporains et de la res publica tout entière ; là encore ce n’est certes pas un hasard si les deux hommes, à quelques décennies de distance, retrouvent le même mot, munus, pour exprimer ce sentiment profond de l’utilité de leur action83.

  • 84 C. Lévy, "Cicéron créateur du vocabulaire latin de la connaissance : essai de synthèse", dans La la (...)
  • 85 L. Callebat, loc. cit., dans ANRW II, 30, 1, Berlin, New York, 1982, p. 696 sq. et particulièrement (...)
  • 86 Voir particulièrement III, 1, 1 et Vitruve III, p. 55-60.
  • 87 Cicéron, Luc. 37 et 39.
  • 88 Cicéron, Ac. post., I, 11, 41 ; Luc, 17 et 67. Cf. C. Lévy, loc. cit., p. 99 sq. et du même auteur (...)

32Ils se trouvent du reste confrontés l’un et l’autre à la même difficulté, celle de devoir transposer en latin des notions que seule jusqu’ici la langue grecque manipulait. Certes il n’est pas question de comparer à ce propos l’entreprise vitruvienne à celle de Cicéron : comme l’a bien montré, encore tout récemment, la réflexion magistrale de C. Lévy, l’immensité de l’effort consenti par ce dernier pour forger dans sa propre langue un vocabulaire philosophique capable d’exprimer des concepts jusqu’ici étrangers à la pensée latine constitue une entreprise exemplaire qui ne fut après lui jamais égalée84. Mettre au point des innovations efficaces qui ne fussent pas des néologismes arbitraires relevait souvent de la gageure et de ce point de vue les principes énoncés par l’Arpinate définissent une doctrine cohérente et esquissent une méthode dont on chercherait en vain l’équivalent chez Vitruve. Il n’en reste pas moins que l’auteur du De architectura, aux prises comme avant lui Lucrèce avec l’egestas patrii sermonis, a essayé d’éviter -sans toujours y parvenir-d’émailler son texte de mots grecs ou translitérés du grec ; il a cherché, et parfois trouvé avec un certain bonheur, des équivalences qui pouvaient prendre la forme de définitions plus ou moins développées, mais aussi se condenser dans un seul mot, comme le latin commodulatio qui reproduit assez exactement, de par sa composition même, le grec symmetria85 ; mais conscient du fait que le contenu culturel et les harmoniques des mots latins restaient, quelqu’effort qu’il fît, différents de ceux du terme grec, il lui arriva aussi de proposer plusieurs synonymes dont il espérait qu’ils finiraient par couvrir le champ sémantique auquel il se référait : ainsi éprouve-t-il le besoin de gloser ou de remplacer commodulatio, selon les contextes, par modica commoditas, proportio (qui n’est pas, quoi qu’on en ait dit, l’exacte traduction du grec ἀναλογία) ou ratio, qui évoque tout système fondé sur le calcul et la correspondance rationnelle86. Cicéron ne procédait pas autrement, qui, pour traduire le grec συγκαтάθεσις ne propose dans le Lucullus pas moins de trois termes qui ne se recouvrent pas exactement, adsensio, adprobatio et adsensus87 ; de même pour rendre la notion stoïcienne de καтαληπтόν, il utilise tantôt un seul mot, comprehendibile, tantôt une formule de définition, quod percipi et comprehendi poteest88.

  • 89 L. B. Alberti, De re aedificatoria, VI, 1, p. 420-21 de l’édition G. Orlandi, Milan, 1966, 2. Nombr (...)

33Cela dit, Vitruve n’est pas toujours parvenu à un résultat satisfaisant et beaucoup de commentateurs lui ont reproché, depuis la violente diatribe de L. B. Alberti, l’obscurité de son latin et les approximations de sa terminologie89 ; le fait qu’il n’ait sans doute pas complètement maîtrisé le grec et qu’il ait dû recourir à des glossaires bilingues plus ou moins bien rédigés, que la présence à Rome d’architectes helléniques ou orientaux dès le iie siècle avant J-C. avait contribué à multiplier, rend certainement compte de ces imperfections. Mais on ne peut nier la continuité d’un effort qui ne se dément pas tout au long des dix volumina.

  • 90 C. Lew, loc. cit., p. 98.

34Plus profondément, ce recours au latin en un temps où le grec restait la langue technique par définition (pour la mathématique, la médecine, l’astronomie, l’architecture, etc.) relève, comme chez Cicéron ou chez Lucrèce, du souci de sortir du milieu étroit des spécialistes et de s’adresser à ce que nous appellerions aujourd’hui le grand public cultivé. Il procède aussi d’une confiance affichée dans la langue latine et dans ses possibilités d’expression, qui est caractéristique d’un temps où l’on éprouvait le besoin de doter Rome d’un outil intellectuel et de textes littéraires qui fussent à la hauteur de sa puissance politique et militaire ; lorsqu’il commence à élaborer ses Académiques, Cicéron semble s’être fixé pour règle de ne jamais renoncer à traduire90. Vitruve a de son côté tenté, jusqu’aux extrêmes limites de ses possibilités de formulation, d’utiliser sa propre langue, au risque de l’équivoque ou de l’imprécision, pour transcrire une expérience et des enseignements essentiellement grecs.

  • 91 V, praef. 2. Cf. A. Kessissoglu, op. cit., p. 71 sq. et 77 sq.
  • 92 V, praef. 2 et Cicéron, De oratore, III, 149.
  • 93 Sénèque, Epist. 115, I : magnus ille remissus loquitur et securius.
  • 94 Cicéron, Parad. Stoic, 3.
  • 95 Lucrèce, I, 933.

35La tentative était d’autant plus méritoire qu’elle s’accompagnait d’une exigence de clarté et de brièveté, dont la préface du livre V ne méconnaît ni les difficultés ni la nécessité : seules les paucae et perlucidae sententiae peuvent éviter l’obscuritas qui naît du caractère non familier des notions utilisées et des mots qui les expriment91. Le recours à un vocabulaire inévitablement spécialisé (vocabula ex artis propria necessitate concepta) rappelle évidemment les propria verba de Cicéron92 ; mais en même temps la recherche, quasi désespérée dans certains cas, de termes qui puissent échapper à l’opacité, reste primordiale : il n’est pas exclu qu’à travers le relais de Varron, Vitruve ait voulu approcher de l’idéal du spécialiste remissus et securius, selon la formule de Sénèque93. Sans avoir ni le talent littéraire ni la puissance créatrice (dans le domaine des vocabula) d’un Cicéron ou d’un Lucrèce, il est clair qu’il a essayé comme le premier de prouver la toute puissance de la parole (nihil tam horridum, tam incultum quod non splendescat oratione)94 et comme le second il aurait sans doute voulu pouvoir dire : obscura de re tam lucida pango carmina95.

  • 96 IV, 8, 7. Cf. P. Gros, dans Les traités d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 57-59.
  • 97 X, 11, 9.
  • 98 C. Lévy, loc. cit., p. 98 sq.

36À quoi s’ajoute le fait que, dans le cas particulier de l’architecture, le passage du croquis, de la figure ou de la maquette, expressions normales du savoir des bâtisseurs, à l’écriture représentait, nous aurons à y revenir, un saut qualitatif auquel Vitruve était plus que tout autre sensible. Dans ce contexte la notion de transparence (perlucidus, perluciditas) ne concerne pas seulement, de son point de vue, l’adéquation d’un terme à la réalité désignée mais aussi la qualité propre d’un exposé qui doit présenter la même vertu démonstrative ou explicative qu’un dessin coté ; d’où le sens particulier, et l’importance, d’expression telles que celles du livre IV, quoad potui significare scriptis96 ou du livre X, quantum comprehendere scriptis potuero97. Dans cette dernière formule la notion de comprehensio, issue du καтαληπτόν de la logique stoïcienne, longuement analysé par Cicéron dans ses Académiques98, définit la démarche scientifique elle-même et exprime, peut-être d’une façon relativement confuse mais finalement efficace, l’idée que Vitruve prétendait arriver, par l’expression écrite et sans recourir à l’illustration graphique, à constituer l’architecture en un corps de doctrine intégralement cohérent. Ce faisant, il en avait conscience, il participait à la grande œuvre de construction ou de reconstruction scientifique de son temps, en restituant l’unité d’un pan entier de la connaissance humaine.

  • 99 W. Spoerri, Späthellenistische Berichte über Welt, Kultur und Götter. Schweizerische Beiträge zur A (...)
  • 100 Sur les sens de utilitas et usus dans les textes de la fin de la République, P. H. Schrijvers, "La (...)
  • 101 Le passage essentiel est à cet égard II, 1, 2-3. Sur le rôle de la docilitas dans l’histoire humain (...)

37Cette immersion dans les grands courants de la pensée romaine du ier siècle avant J-C. est confirmée par la notion que Vitruve se fait du progrès de l’humanité et par la façon dont il inscrit l’évolution de sa propre discipline dans une anthropologie globale. A cet égard les théories présentées au premier chapitre du livre II, qui ont suscité de nombreux commentaires, peuvent aujourd’hui, grâce aux travaux de W. Spoerri, R. Mondolfo, A. Novara et E. Romano, se définir comme une version simplifiée des idées de Lucrèce auxquelles se mêle le lointain écho de Démocrite, réactualisé par Panétius et après lui par Varron et Cicéron99. Les sources principales de cette réflexion, et surtout l’esprit qui les anime, semblent en effet tributaires de la section "historique" des Antiquitates de Varron, pour les phases successives de l’état sauvage à l’état de civilisation, mais plus encore du De rerum natura de Lucrèce (V, w. 925-1457) dont Vitruve semble avoir eu une connaissance précise. Chez Vitruve, l’utilitas reste, comme chez Diodore de Sicile du reste, l’un des moteurs de progrès de l’espèce humaine100, mais ce qui s’avère décisif, pour la naissance et le développement des artes, c’est la faculté de l’esprit humain à observer et à imiter la nature101. Cette docilitas qui définit la souplesse de l’ingenium à se plier aux lois du monde et à en tirer des applications immédiates reste, tout au long du De architectural, le fondement d’un certain nombre de principes directeurs.

  • 102 Cf. I. Lana, dans Tecnologia, economia e società nel mondo romano, Còme, 1980, p. 23 sq.
  • 103 Tusculanes, III, 69.
  • 104 II, 1, 8.
  • 105 III, 1, 9.
  • 106 Brutus, 18, 71.
  • 107 W. Spoerri, op. cit., p. 140 sq ; I. Lana, "Scienza, tecnica e lavoro nel mondo antico", dans Studi (...)
  • 108 1, 1, 1 ; II, 1, 2. Cf. F. E. Brown, "Vitruvius and the liberal art of Architecture", loc. cit., p. (...)

38Mais cette confiance dans les possibilités créatrices de l’esprit humain est elle-même cantonnée dans des limites qui se révèlent à l’examen étroitement tributaires de l’idéologie de la fin de la période hellénistique : elle se manifeste surtout dans un sentiment d’accomplissement qui suppose atteints des sommets insurpassables et tend à envisager toute évolution ultérieure comme un facteur de dégradation ou de régression. Nous sommes là en présence de l’une des conceptions autant morales que culturelles ou scientifiques les plus caractéristiques des dernières décennies républicaines102. Aristote paraissait déjà l’annoncer lorsqu’il considérait que la philosophie, en raison de son état d’avancement, parviendrait désormais peu de temps après lui, brevi tempore selon la transcription cicéronienne, à son plein épanouissement103. Dans son domaine, Vitruve rend compte de la formation d’un cycle, soit qu’il retrace brièvement les étapes de la formation de son art jusqu’à un achèvement qui paraît sinon contemporain du théoricien lui-même, du moins de peu antérieur -hanc finitionem104- soit qu’il salue le génie des codificateurs qui ont mis un terme à l’évolution des formes105. Volontiers il eût fait sienne la formule de Cicéron : nihil est enim simul et inventum et perfectum106. Pour Vitruve, la perfection ayant été illustrée par des hommes tels que Hermogénès ou Minucius, il convient de ne plus rien inventer. En cela il est parfaitement représentatif de ces temps où la "fin de l’histoire", intégrée ensuite par Auguste dans l’idéologie du nouveau régime et confortée par le mythe du retour à l’aurea aetas, est ressentie par les compilateurs et vulgarisateurs de la seconde moitié du ier siècle avant J.-C. comme une phase définitive de la constitution des savoirs humains : en ces années de bouleversements politiques et sociaux sans précédent, le goût rétrospectif pour les réalisations et les acquis d’un passé plus ou moins récent a entraîné un immobilisme théorique radical dont le De architectura n’est que l’une des manifestations. Mais là encore ce qui distingue nettement Vitruve des générations suivantes du début de l’Empire et le désigne comme l’un des derniers représentants de la pensée hellénistique héritée (à travers quels relais ?) de Posidonius, c’est son attitude positive à l’égard de ce qu’on a pu appeler la "Philosophie opérative" du second stoïcisme : attribuant aux philosophes le perfectionnement de toutes les activités artistiques ou artisanales, elle abolissait toute hiérarchie entre les artes107 ; l’une des applications ultimes de cette théorie, avant les violentes critiques dont elle sera plus tard l’objet, se rencontre chez Vitruve qui place sur un même plan la fabrica et la ratiocinatio, qui compte les mains habiles de l’homme au nombre des dons essentiels de la nature et tente par là-même de faire accéder son activité de bâtisseur et d’ingénieur au rang des artes libérales108.

  • 109 La formule la plus caractéristique est sans doute celle de IV, 2, 5 : ita quod non potest in ventat (...)
  • 110 Cf. C. Lévy, Cicero Academicus (op. cit.), p. 521 sq.

39Enfin, corollaire des conceptions que nous venons d’évoquer, une morale se dégage naturellement de l’activité artistique, et particulièrement architecturale. Cette morale est inséparable de la notion de légitimité, et la légitimité se fonde quant à elle sur les lois authentiques de la nature : les veri naturae mores sont les seuls garants véritables de toute création humaine ; celle-ci peut et doit être le reflet, l’image, d’une exigence naturelle, qui sera sa veritas109 ; d’où l’effort étiologique consenti par Vitruve pour expliquer autant que faire se peut -et par là justifier- les types monumentaux, leur ordonnance et leurs modénatures. Or dans un tout autre contexte, mais selon une démarche qui n’est pas en soi différente de celle de Vitruve et qui, si elle n’en constitue pas la caution directe, procède d’un état d’esprit analogue, la philosophie morale et politique de Cicéron procédait aussi d’une réflexion sur la nature : le mos maiorum, qui en est le noyau originel et organisateur, participe de l’immanence puisque le processus qui conduit Rome vers l’optimus status n’est autre que la réalisation à l’échelle de la cité humaine de la progression constante vers la perfection qui caractérise la nature. En ce sens le De re publica définit, au milieu des turbulences de la société de son temps, un idéal d’harmonie entre l’homme romain et l’univers naturel, et le De legibus transforme la loi naturelle en un absolu en l’identifiant, comme l’a montré C. Levy, aux meilleures des lois romaines110.

Le projet et sa réalisation

  • 111 Sur le sentiment de légitime orgueil éprouvé par Vitruve devant le caractère exhaustif et, théoriqu (...)
  • 112 Cf. surtout IV, praef. 1 (Vitruve IV, p. 42 sq.)

40Vitruve a pris soin de souligner en plusieurs endroits la nouveauté de son propos en revendiquant pour son livre, dans la série par ailleurs assez longue des traités techniques, le mérite d’avoir pour la première fois réuni tout ce qui se rapportait à l’activité architecturale111. Son originalité est donc essentiellement formelle puisque de son propre aveu il ne prétend nullement apporter du nouveau mais plutôt ordonner une tradition. Cette attitude est conforme à ce que nous avons entrevu de sa situation personnelle dans le contexte idéologique et culturel du ier siècle avant J.-C. Mais dans l’ignorance où nous sommes des ouvrages qui ont précédé le sien, nous pouvons difficilement juger du degré de réélaboration, de transformation ou de simplification qu’il a fait subir à cette tradition pour en intégrer toutes les composantes dans ce qu’il appelle un corpus112.

41Il importe à vrai dire de distinguer deux séries d’œuvres parmi celles qui ont pu servir de matériau de base à la compilation vitruvienne : celles qui traitaient de l’architecture proprement dite (l’aedificatio) et celles qui traitaient de la mécanique, dans tous les sens du terme.

  • 113 VII, praef. 11-15.
  • 114 Cf. B. Wesenberg, "Zu den Schriften der griechischen Architekten", dans Bauplanung und Bautheorie d (...)
  • 115 IG II 2, 1668 (= Dittenberger, Silloge 3, 969). Voir en dernier lieu A. Linfert et coli., Die Skeuo (...)
  • 116 IV, praef. 1.
  • 117 V, 1, 6-10.
  • 118 Vitruve III, p. xli.
  • 119 Arcesios (inconnu par ailleurs) est aussi mentionné en IV, 3, 1.

42Pour l’évaluation de la première série nous sommes entièrement tributaires de Vitruve lui-même, c’est-à-dire des listes qu’il établit dans la préface de son livre VII, ainsi que de quelques indications disséminées dans les six premiers livres113. Toute la littérature technique proprement architecturale, d’époque grecque et hellénistique, a en effet disparu. Deux genres se laissent définir, qui appartiennent à des époques et répondent à des finalités différentes. Le plus ancien, pratiqué semble-t-il dès le vie siècle avant J.-C, appartient à la catégorie de ces commentarii qui décrivaient une construction particulière, le plus souvent, si l’on en juge par les informations vitruviennes, des édifices religieux. Théodoros écrivit sur l’Héraion de Samos, Pythéos sur l’Athénaion de Priène, Ictinos et Carpion sur le Parthénon, etc. En d’autres termes des bâtisseurs en renom laissaient sur l’une de leurs réalisations majeures un ouvrage ou une notice qui constituait en quelque sorte le contrepoint explicatif de l’édifice lui-même ; ils ont en fait souvent précédé sa construction, fournissant ainsi, à l’usage des commissions ou des conseils issus de l’assemblée du peuple et chargés d’apprécier un projet payé par la communauté, une description préalable, assortie d’ordinaire de schémas plus ou moins suggestifs ou de maquettes114. Initialement rédigés et conçus pour une formalité administrative, les plus prestigieux de ces commentaires pouvaient ensuite circuler, plus ou moins enrichis, et servir de référence ou de caution à des constructions ultérieures ; la "syngraphè" de l’arsenal du Pirée, due à l’architecte Philon, dont le texte épigraphique a été conservé, permet d’avoir une idée de ce genre de littérature tout de même très spécialisée, que son caractère technique destinait à des cercles relativement restreints115. Ce sont précisément ces volumina commentariorum dont Vitruve dénonce, en dépit de leur intérêt documentaire et du témoignage qu’ils transmettaient sur la pensée de quelques grands praticiens, le caractère éparpillé parce que strictement monographique116. Lui-même a laissé un échantillon de ce type d’écrit avec les développements qu’il consacre à la basilique judiciaire de Fano dont il se présente comme le bâtisseur et le promoteur117. Mais à la fin de l’époque classique et au début de l’époque hellénistique, à la charnière des ive et iiie siècles avant J.-C, apparaissent des ouvrages thématiques, liés à l’approfondissement de la réflexion sur les ordres : nous retrouvons les titres de ces traités qui ne sont plus centrés sur un édifice mais sur un genus dans les termes mêmes où Vitruve, au début de son livre III, définit son propos118 ; en VII, praef. 12, il évoque d’autre part les recherches d’un certain Silenos sur l’ordre dorique, d’un Arcesios sur l’ordre corinthien119, cependant qu’un Philon aurait écrit sur les proportions des édifices sacrés. Ces réflexions qui témoignent d’une profonde évolution des mentalités face à l’architecture religieuse qu’on analyse désormais en termes modulaires et esthétiques et non plus en fonction des exigences liturgiques attachées à tel ou tel culte, étaient apparemment fondées sur une axiologie visant à la définition canonique des ordres.

43Vitruve apparaît tributaire de ces deux séries et certaines contradictions internes du De architectura sont évidemment dues au chevauchement de principes qui ne relèvent pas de la même conception de l’œuvre construite.

  • 120 Sur les sources du livre X, voir L. Callebat, Ph. Fleury, Vitruve. De l’Architecture, livre X (cité (...)

44Les livres de l’ingénierie se rattachent quant à eux à une tradition illustrée dès le début de l’époque hellénistique où l’architectus doit faire preuve de compétences dans les domaines divers de la gnomonique, de la mécanique et de la poliorcétique120. Philon de Byzance compte parmi les plus illustres représentants de cette tendance puisque nous savons qu’il rédigea au iiie siècle avant J.-C. des ouvrages d’architecture civile et militaire, de mécanique théorique ou pratique ainsi que de tactique.

45Le genre du traité scientifique et technique bien attesté dans la littérature grecque, l’était aussi sous une forme quelque peu différente dans la tradition latine ; mais appliqué à l’architecture, ce type d’ouvrage restait à Rome relativement rare et en toute hypothèse assez récent : en VII, praef. 14, Vitruve mentionne parmi les signataires de compilations en langue latine l’auteur des Disciplinarum libri Varron, qui aurait consacré un volumen à l’architecture cependant que P. Septimius, le dédicataire des livres 2 à 4 du De lingua latina, en aurait écrit deux ; l’un et l’autre seraient les continuateurs d’un Fuficius dont nous ne connaissons que le nom. En toute hypothèse, si nous en jugeons par ce qui a été conservé des ouvrages de Varron, il s’agissait de travaux de polygraphes qui avaient rassemblé sans aucun doute un nombre impressionnant de données mais qui n’appartenaient pas à la catégorie des praticiens, et dont l’engagement personnel dans l’appréciation des techniques ou des schémas monumentaux demeurait donc faible. Cette extériorité de l’auteur par rapport à son traité n’est évidemment par le fait de Vitruve, qui pour autant ne s’est pas privé de puiser à ces sources latines, plus accessibles pour lui.

  • 121 Cf. II, 1, 8 ; IV, praef. 1 ; V, praef. 5 ; VI, praef. 7 ; VII, praef. 10 ; IX, 8, 15 ; X, praef. 4 (...)
  • 122 Voir à ce sujet les remarques très pertinentes de F. Choay, La règle et le modèle. Sur la théorie d (...)

46L’originalité de l’auteur du De architectura peut être finalement jugée sur deux registres, qu’on a parfois un peu hâtivement confondus : d’une part il a voulu rassembler d’une façon aussi complète que possible tous les acquis d’une expérience architecturale séculaire et multiforme ; en cela d’abord son traité se distingue des simples monographies monumentales thématiques ou techniques publiées avant lui ; seule peut-être la compilation varronienne présentait un tableau plus ample. Les formules récurrentes corpus architecturae ou doctrinae, ou le simple mot corpus dans le sens où il est employé en IV, praef. 1, rendent l’idée de cette recherche de l’exhaustivité. Mais son propos n’est pas de réunir sous une forme inorganique une matière éminemment dispersée, les particulae errabundae laissées par ses prédécesseurs ; il est aussi de transformer une simple accumulation de principes, de recettes d’atelier, de descriptions et de formules de construction en un véritable système : la notion de perfecta ordinatio, relayée par les allusions aux ordinationes ou aux rationes qui en sont les facteurs d’organisation, exprime clairement cette prétention à la classification rationnelle121. Le saut qualitatif théoriquement accompli par un tel projet est important, même si, à la lecture, les principes ordonnateurs se révèlent moins efficaces que ne le proclame l’auteur. A vrai dire, les instruments conceptuels dont Vitruve dispose en tant que théoricien s’avèrent vite insuffisants pour accomplir un tel travail de mise en ordre et de hiérarchisation raisonnée. Toujours à mi-chemin entre la simple compilation et le recueil de préceptes, il ne parvient pas à définir un programme véritablement cohérent. De fait, les notions constitutives de l’architecture, telles qu’il les énonce en I, 2 et 3 et plus particulièrement les concepts qui sont censés organiser le champ très vaste de l’aedificatio (catégories des ouvrages publics : défense, religion, utilité ; catégories régissant la construction : solidité, utilité, beauté) avec les références qu’ils comportent aux notions fondamentales d’ordinatio, de dispositio, de symmetria et de décor n’ont aucune incidence sur la logique interne des chapitres et ne déterminent aucune préséance véritable dans le traitement des thèmes, sauf d’un point de vue tout extérieur (les aedes sacrae passent avant les édifices profanes, par exemple)122. Un bref sondage suffira à mettre en évidence le relatif désordre qui règne dans les développements des livres consacrés à l’aedificatio, dès lors qu’on essaie de les rapporter aux notions placées en exergue dans le livre I : pour nous en tenir aux seuls livres III et IV nous relevons que l’ordinatio (ordonnance théorique des temples) est à chercher en III, 1 ; les origines (archéologie "historique") en IV, 1 et IV, 2 ; la dispositio (les partis architecturaux et les rythmes des colonnes) en III, 2 et III, 3 ; la symmetria (les proportions des ordres) en III, 5, en IV, 1, 11- 12 et en IV, 3 ; la distributio (la répartition des espaces et les ordonnances intérieures) en III, 4, IV, 4, IV, 5 et IV, 6, 1-5. Quant aux principes relatifs à la beauté, à la solidité et à l’utilité, ils sont dispersés à travers les chapitres et ne jouent aucun rôle perceptible dans leur distribution ; l’un des seuls passages où les termes cardinaux de venustas, décor et fïrmitas soient regroupés pour justifier la succession des développements se trouve en VI, 7, 7 ; encore est-on en droit de s’interroger sur la pertinence de ces rappels puisqu’en l’occurrence Vitruve semble avoir seulement voulu introduire une notice sur les infrastructures et les salles voûtées auxquelles il n’avait pu encore faire de place dans son livre sur les maisons.

47Certes, il prend soin de souligner méthodiquement chacune des étapes de son exposé et s’astreint, à la fin de chaque livre comme dans chacune de ses préfaces, à un rappel de ce qui vient d’être dit et à une annonce de ce qui suit. Il cherche visiblement, en soulignant les "coutures" qui rattachent à l’ensemble ses différents vulumina, à coordonner tous les éléments de l’œuvre et à montrer que son exposé se déploie selon un plan très concerté. Mais de cette coordination formelle ne se dégage pas le sentiment d’une composition organique et à partir du livre VI ne sont plus mentionnés que les sujets des livres contigus, la vision d’ensemble rétrospective disparaissant au profit d’un simple rapport de consécution.

  • 123 Voir infra, p. 420.

48A vrai dire, ces remarques négatives doivent être tempérées par une observation historique générale. Si Vitruve nous apparaît aujourd’hui plutôt comme un rassembleur que comme un ordonnateur, si son projet théorique fonctionne surtout comme un cadre taxinomique, en un mot si, pour reprendre la formule de F. Choay, il n’est pas un "instaurateur", à la différence de ce que sera L. B. Alberti, la raison n’en est pas entièrement imputable à une faiblesse de conception qui serait propre à l’auteur du De architectura. Dans le contexte de l’épistémologie hellénistique, les classifications thématiques ou catégorielles, soutenues davantage par une axiologie morale et philosophique que par une structure rigoureusement définie, n’engendrent que rarement une ordonnance rigide et durable. Dans le cas du De architectura les limites d’une mise en ordre rationnellement déduite des principes de base sont assurément vite atteintes ; les parataxes et les excursus ne manquent pas, qui nuisent à la rigueur de la "diairésis". Mais il est d’autres facteurs d’organisation, moins immédiatement perceptibles, qui maintiennent tout au long du traité une sorte d’unité harmonique entre ses différentes parties : c’est par exemple le faisceau de relations qui court à travers les dix volumina, entretenu par un discours anecdotique, tantôt moral, tantôt "scientifique", dont les échos se répondent d’une préface à l’autre123.

Contenu et organisation du traité

  • 124 III, 1, 5 (Vitruve III, p. 71).
  • 125 A. Kessissoglu, op. cit., p. 100 sq.

49Le traité regroupe les partes architecturae, telles que Vitruve les a définies en 1,3 : aedificatio ou construction des bâtiments, gnomonice ou mesures du temps, machinatio ou mécanique. Mais à aucun moment l’auteur n’indique le nombre des volumina qui composeront son œuvre ; il faut attendre la fin du dernier livre pour qu’apparaisse une mention explicite de la décade (in decem voluminibus). Ce silence n’est évidemment pas un argument pour considérer ce résultat comme la somme aléatoire des différentes parties ; bien au contraire, tout porte à penser, comme nous l’avons déjà dit, que Vitruve a voulu parvenir au nombre dix parce qu’il était persuadé des vertus de la décade, dont la perfection "naturelle" autant que mathématique avait été vantée depuis longtemps par les pythagoriciens et parce que les recherches plastiques de Polyclète, qui devaient aboutir au fameux "canon", avaient fait une large place aux spéculations des néo-pythagoriciens. Il exprime ces idées dès le début du troisième livre124. Mais cette exigence lui a posé quelques problèmes, d’autant qu’elle devait se concilier avec le principe, énoncé dans la préface du livre V, de réserver chaque livre à un thème différent, afin de faciliter la démarche des lecteurs pressés désireux de s’informer sur un sujet précis ; eorumque ordinationes institui, uti non sint quaerentibus separatim colligenda sed e corpore uno et in singulis voluminibus generum habent explicationes (V, praef. 5). On attendrait, en vertu de ce principe, que le thème des aedes sacrae, des temples, n’occupe qu’un volumen ; en réalité il est réparti sur les livres III et IV et cette division, outre qu’elle est en contradiction avec la règle de la spécificité des volumina, ne se justifie nullement par la longueur des développements puisque ces deux livres sont, ensemble, moins longs que le livre X. Il est probable qu’en l’occurrence Vitruve ait procédé à cette duplication pour donner à l’aedificatio l’extension de sept livres, afin d’aboutir à la décade par l’adjonction des autres partes, réparties sur trois livres. A. Kessissoglu a récemment proposé de cette organisation "pythagoricienne" de la matière par Vitruve une analyse très fine dont les résultats nous paraissent pour l’essentiel recevables125.

50Quoi qu’il en soit, les sujets se répartissent, de livre en livre, de la manière qui suit :

Livre I. Formation et culture de l’architecte. Les trois divisions théoriques de l’architecture et les concepts organisateurs.

L’urbanisme : implantation des villes, disposition des rues en fonction de l’orientation des vents, répartition des édifices publics à l’intérieur de l’enceinte.

Livre IL L’anthropologie vitruvienne : l’évolution de l’humanité et l’émergence de l’art de bâtir. Les principes des choses. Les matériaux de construction.

Livre III. Les temples : rapports modulaires généraux ; les partis architecturaux et les rythmes ; les fondations ; l’ordre ionique.

Livre IV. Les temples : origine et évolution des ordres grecs ; l’origine des entablements ; l’ordre dorique ; l’ordonnance interne ; l’orientation ; les portes ; le temple toscan ; les partis architecturaux particuliers ou hybrides.

Livre V. Les édifices publics profanes : forum, basilique, trésor, prison, curie. Les théâtres : implantation, vases de résonance et principes musicaux, organisation générale du théâtre latin ; le théâtre grec. Les bains et palestres. Les ports et les maçonneries immergées.

Livre VI. La construction privée : disposition, proportions, mesures, organisation intérieure, orientation et adéquation aux propriétaires des maisons urbaines. Les maisons de campagne. La maison grecque. Substructions et salles voûtées.

Livre VII. Les finitions : revêtements et décor ; rudération, stuc, plafonds voûtés, enduits dans les lieux humides. La peinture : le marbre, les couleurs naturelles, les couleurs artificielles.

Livre VIII. Méthodes pour découvrir les sources. Propriétés des eaux. Les moyens d’apprécier leur salubrité. L’adduction de l’eau.

Livre IX L’astronomie : l’organisation de l’univers, les planètes, la lune, le soleil, la sphère céleste ; astrologie et météorologie. La gnomonique : cadrans solaires et horloges à eau.

Livre X La mécanique : définition et évolution. Mécanique civile : machines de soulèvement, principes, appareils pour élever l’eau, orgue hydraulique, hodomètre. Mécanique militaire : scorpion, baliste, réglage des machines de jet, machines de siège, défense.

  • 126 S. Ferry, op. cit., p. 274.
  • 127 VIII, praef. 4 :... putavi, quoniam in prioribus septem volu-minibus rationes aedificiorum sunt exp (...)
  • 128 Voir V, 1, 5 (proportions des entablements des basiliques) ; V, 9, 3 (entablements des portiques do (...)

51A l’exclusion du livre consacré aux eaux (VIII), les autres répondent dans l’ensemble au programme défini en I, 3, 1. Sans aller jusqu’à penser que le traité de aquis a été écrit à une date antérieure et ensuite absorbé dans le corpus comme le voulait S. Ferri, on ne peut manquer de relever son caractère hétérogène par rapport à la conception globale du De architectura126 ; Vitruve semble le reconnaître implicitement lorsqu’il introduit le sujet, à la fin de la préface de ce livre par un putavi, qui exprime une décision certes pleinement assumée par l’auteur mais quelque peu étrangère à la ligne générale127. On notera de la même façon que le livre II n’était pas non plus nommément compris dans les partes architecturae : Vitruve semble avoir voulu l’insérer entre la présentation générale de la ville et les aedes sacrae pour traiter d’un thème qui concerne autant les édifices publics que les édifices privés ; mais la phrase d’introduction de I, 7, 2, suggère un certain flottement (...quia in secundo visum est mihi primum de materiae copiis...) qui contraste avec l’assurance affichée des autres formules de transition. On admettra toutefois que ce traité sur les matériaux est à sa place en tête des livres consacrés à l’aedificatio, au même titre que le livre VII, consacré aux enduits, peintures et finitions intérieures est placé au terme de la série des volumina proprement architecturaux ; l’auteur a ainsi voulu encadrer la présentation des différents types monumentaux par des développements qui pouvaient s’appliquer à tous, indifféremment. Il est permis dès lors de trouver étrange que le chapitre sur les fondations qui occupe le cœur du livre III (III, 4) n’ait pas été mis lui aussi en facteur commun : apparemment réservé aux temples, il énonce en réalité des principes généraux applicables aux autres édifices, comme le prouve le simple rappel dont ceux-ci font l’objet à propos de la fondation des théâtres (V, 3, 3). En fait la définition originelle, strictement monumentale, des livres de l’aedificatio se révèle trop étroite et Vitruve comprend bien, sans le dire explicitement, qu’il eût peut-être été plus rationnel de présenter les éléments structuraux, murs, colonnes et supports libres, couvrements, etc. avant d’en venir aux catégories d’édifices. Il en va de même pour les grands principes qui régissent les plans et les élévations, et en particulier pour le système proportionnel défini dans la notion de symmetria. D’où une certaine distance entre les "titres" des livres et leur contenu réel, qui est particulièremnt sensible en III et IV, où l’on s’aperçoit vite que les normes relatives à l’ordonnance modulaire conviennent aussi bien, dans une large mesure, aux constructions publiques profanes et même aux édifices privés, comme l’attestent les nombreux passages des livres V et VI où Vitruve se contente de renvoyer aux volumina qui traitent des édifices religieux. Cela vaut, dans les mêmes livres, pour le "traité sur les ordres" (III, 5 ; IV, 1, 11 – 12 et IV, 3), qui énonce des règles auxquelles l’auteur se contente de faire référence quand il est conduit à parler des portiques ou des colonnades des monuments publics profanes ou des péristyles des demeures privées128. Inversement, on cherche en vain dans ces livres sur les temples des données spécifiques de la fonction religieuse, telles que le décor interne du sanctuaire, la position de la statue cultuelle dans la cella, et autres préoccupations d’ordre sacral ou liturgique ; sans ignorer totalement ces derniers, Vitruve ne leur accorde, il faut en convenir, qu’une place bien réduite.

  • 129 Cf. A. Schramm, "Die Vorreden in Vitruvs Architectura", dans Philologische Wochenschrift, 30-31 (ju (...)
  • 130 J.-M. André, "Le prologue scientifique et la rhétorique : les préfaces de Vitruve", dans BAGB 1985, (...)
  • 131 A. Novara, "Les raisons d’écrire de Vitruve ou la revanche de l’architecte", dans BAGB, 1983, 3, p. (...)
  • 132 Vitruve I, p. xxvi-xxvii.

52Entre les livres s’insèrent, nous l’avons dit, des préfaces dont on a souvent regretté l’absence de rapport direct avec le sujet des volumina auxquelles elles sont censées introduire. En réalité, derrière leur apparente hétérogénéité, derrière l’étrangeté des anecdoctes qu’elles racontent parfois, ces préfaces ont plusieurs fonctions129 : d’une part elles entretiennent à travers le De architectura une atmosphère de rigueur morale en tissant un réseau d’historiettes à la faveur desquelles Vitruve, non sans quelque acrimonie, qui tient peut-être à sa situation relativement subalterne et au succès de certains de ses concurrents, rappelle que le mérite et la valeur d’un homme sont dans son savoir et sa probité, même si ces qualités de l’esprit et du cœur ne sont pas toujours reconnues ; les récits qui mettent en scène Dinocrate (préface du livre II), Socrate (préface du livre III), Aristippe (préface du livre VI), les plagiaires d’Alexandrie (préface du livre VI), les auteurs de découvertes utiles (préface du livre IX) appartiennent à cette série ; ils sont le prétexte à des réflexions moralisantes qui procèdent d’un platonisme élémentaire mais efficace. La préface du livre X, centrée sur la déontologie du métier d’architecte, en constitue en quelque sorte l’application directe. D’autres -et parfois les mêmes- permettent à Vitruve de briser le carcan de sa spécialité pour montrer qu’il détient une culture littéraire et scientifique plus large que celle du praticien ordinaire et qu’il s’approche ainsi lui-même de l’idéal de 1’ architectus tel qu’il l’a défini au début de son premier livre : de ce point de vue les préfaces des livres VIII et IX sont très représentatives. Enfin certaines préfaces ouvrent à Vitruve la possibilité de réfléchir sur son propre projet, de montrer les difficultés du genre qu’il aborde et de rendre hommage à ceux qui ont écrit avant lui sur des sujets comparables tout en soulignant l’urgence de son entreprise et son caractère spécifique (préfaces des livres IV, V et VII) ; l’ampleur du débat est particulièrement sensible dans la préface du livre V. On comprend à la lecture de cette dernière que ces proœmia ne sont pas seulemnt des exercices de rhétorique130 ou des intermèdes plus ou moins plaisants destinés à corriger l’âpreté des développements entre lesquels ils s’inscrivent131. Sans méconnaître ces aspects, qui relèvent en effet du rôle traditionnellement dévolu aux préfaces dans la littérature latine, on constate que sans ces dix "hors d’œuvre" le message global du De architectura serait moins riche et les intentions de leur auteur moins clairement perceptibles. A quoi s’ajoute le fait que les préfaces jouent un rôle décisif, par leurs formules de conclusion, dans la proclamation de la cohérence du traité132.

  • 133 E. Romano, op. cit., p. 119-122 et p. 183-185. Voir aussi D. Vitali, "Sul senso della preistoria ne (...)

53Cette cohérence demeure, malgré tout, plus affirmée que réelle. Nous avons déjà souligné les limites de la mise en œuvre des principes organisateurs et les lignes de rupture qui subsistaient entre les grandes "parties" du livre. II est d’autres clivages internes, qui concernent non plus seulement les contenus mais leur mode de présentation : la dialectique subtile que Vitruve essaie d’instaurer entre le normatif et le descriptif l’entraîne souvent sur des voies divergentes, et le conduit à réduire le nombre des exempta directement utiles pour ses démonstrations ou à tirer de ceux-ci des conclusions quelque peu forcées ; l’abstraction de certains chapitres, fondés uniquement sur des données modulaires, numériques ou techniques qu’il n’a jamais concrètement éprouvées, sensible par exemple dans les livres III, IX et une partie du livre X, tranche avec la précision des développements où il fait état d’une expérience personnelle (description de la basilique de Fano au livre V ; livre VIII sur les eaux ; les machines de jet dans le livre X) ; enfin la distance qu’on observe entre la restitution théorique de la genèse des formes (unde architectura nascatur) et l’archéologie "historique" de ces mêmes formes (origines), bien mise en évidence par E. Romano, laisse en quelque sorte en marge du discours normatif les développements de I, 2 et de IV, 1, 2, quelqu’effort que fasse l’auteur pour les y intégrer133.

  • 134 Vitruve IV p. xxviii sq.
  • 135 Voir à ce sujet E. Greco, M. Torelli, Storia dell’Urbanistica. Il mondo greco, Rome, Bari, 1983, p. (...)
  • 136 Voir dans Vitruvio, De architectura, Turin, 1997, le commentaire ad locum de A. Corso.

54A ces discontinuités structurelles s’ajoutent les discontinuités formelles qui en sont la conséquence directe : la diversité des systèmes d’énonciation est souvent grande et nuit à l’unité des livres où elle sévit ; à côté des préceptes énoncés au futur ou au subjonctif le lecteur rencontre des textes prescriptifs liés à des exigences culturelles ou liturgiques, des récits étiologiques largement immergés dans le mythe, des reconstitutions archéologiques, des énoncés techniques tendant à fixer une terminologie et relevant de la seule logique constructive, des textes purement descriptifs sans visée normative, etc. Au-delà des ruptures de ton que cette variété entretient, le lecteur ne peut manquer de s’interroger sur le caractère arbitraire de certaines références, sur le développement autonome de certains excursus, sur l’aspect aléatoire de certains enchaînements, sur la gratuité enfin de certaines notices, qui, placées en aval de textes importants, restent peu démonstratives ou qui, situées en amont, constituent des annexes dont le lien avec ce qui précède demeure assez lâche. De ce point de vue le livre IV est l’un des plus disparates de tout le traité134. Mais il n’a pas le monopole de ces ruptures de fond et de forme ; il suffit de rappeler l’ampleur prise par la description de la ville d’Halicarnasse, appelée mais non justifiée par l’emploi des briques dans le palais royal de Mausole, par ailleurs luxueux (II, 9, 11) ; cette description se développe elle-même, hors de toute raison immédiatement perceptible, en une discussion sur les qualités de l’eau de la source Salmacis (II, 8, 12)135 puis, en vertu de sa propre pesanteur, le récit se poursuit pour englober l’ensemble des constructions (mœnia) de la ville orientale, le Mausolée lui-même et les démêlés d’Artémis avec Rhodes ; la formule d’introduction de cette dernière partie de la digression (II, 8, 13) est révélatrice à la fois de la désinvolture de l’auteur qui n’hésite pas à poursuivre dans une direction qui n’est pas exactement celle de son propos initial, et de son désir de faire partager à son lecteur sa passion pour un site et une dynastie qui l’ont, de toute évidence et pour des raisons que nous ignorons, beaucoup impressionné : Relinquitur nunc, quoniam ad explicationem mœnium eorum sum invectus, tota uti sunt definiam. L’aspect exemplaire de cette ordonnance urbaine, qui constitue visiblement pour lui une sorte d’illustration de certains des principes qu’il a énoncés à la fin du livre précédent, l’ambition littéraire de rivaliser avec des descriptions antérieures ou contemporaines, la volonté, enfin, de prendre position dans un débat culturel et historique dont nous avons perdu toute autre trace expliquent sans doute cette liberté ostensiblement prise avec la rigoureuse ordonnance d’un chapitre très technique136. Mais nous ne saurions en vouloir à l’auteur : si notre sens de la logique est bousculé par ce genre d’intention, la masse d’informations qui nous est ainsi transmise est irremplaçable. La plupart des descriptions et anecdotes contenues dans ces développements annexes et souvent non nécessaires ne nous sont connues que par Vitruve ; son œuvre constitue à cet égard une source d’information unique dont bénéficient les archéologues ainsi que les historiens des sciences, de la philosophie et, bien évidemment, de l’architecture. Il n’est pas exagéré de dire que le De architectura doit beaucoup de son intérêt à son caractère éminemment disparate.

Les contraintes de la codification

  • 137 On lira avec profit sur ce thème les observations de M. Baxandall, Les humanistes à la découverte d (...)

55Toute mise en texte d’une expérience artistique et artisanale vieille de plusieurs siècles entraîne d’inévitables simplifications. La transformation d’un héritage, dont les formes et les origines sont extrêmement diversifiées, en une série de principes qui se veulent rigides et exclusifs, impose des regroupements, des assimiliations, des approximations dont l’exégète moderne éprouve beaucoup de difficultés à apprécier l’amplitude, dans l’ignorance où il est le plus souvent du point de départ de l’entreprise de théorisation. La mise en catégories ou en séries de pratiques souvent très différentes aboutit à l’établissement de règles qui sont de simples compromis plus ou moins admissibles visant à réduire la complexité du réel et la diversité des expériences techniques137.

56La fonction réductrice de toute tentative de ce genre s’accroît chez Vitruve du fait qu’il n’a pas toujours eu un accès direct à la tradition dont il entend faire le bilan ; le caractère souvent médiatisé de son information renforce les phénomènes de schématisation. Nous en reparlerons à propos des sources. La prépondérance du système d’exposition sur les réalités de l’expérience vécue est d’autre part augmentée par la situation du théoricien, qui se considère comme un épigone et non pas comme un fondateur : d’où une certaine servilité à l’égard de ses modèles, doublée d’une relative incompréhension des mots et des concepts, grecs le plus souvent, qui véhiculent les enseignements tirés de ces expériences séculaires. Le projet de Vitruve, écrivain latin, implique en fait un usage sinon anormal du moins inusité de sa propre langue, d’abord parce que son discours n’avait jamais été admis dans la pratique réelle des bâtisseurs, ensuite parce qu’il procède d’un répertoire de connaissances qui lui demeurent en partie étrangères. En somme Vitruve se trouve devant les traités hellénistiques comme devant des édifices qu’il aurait à décrire et non pas à construire : il ne les conçoit ni ne les comprend de l’intérieur, et la raison des normes qu’il manipule lui échappe souvent parce qu’il en est l’héritier et non pas l’auteur.

57Cela dit il lui arrive aussi, et plus souvent qu’on ne pourrait le penser en première analyse, de proposer ses propres conceptions et d’étendre à des constructions qui, traditionnellement, n’en étaient pas tributaires, des systèmes normatifs rigoureux qu’il est seul à avoir conçus, autant que nous en puissions juger.

  • 138 Vitruve IV, p. 44.

58L’ambition de tout corpus normatif est, en principe, de définir, selon les règles de la "diairésis" aristotélicienne, des genres et des espèces. Cet aspect entomologique de l’entreprise n’échappe pas à Vitruve qui fait un grand usage du mot genus (166 occurrences) et du mot species (48 occurrences). Le problème est qu’il ne parvient pas à établir entre ces deux notions une hiérarchie claire, comparable à celle que Cicéron proposait par exemple dans le De oratore (I, 189), entre genus et pars. En ce qui concerne genus on constate entre autres que le mot, presque ignoré du livre III, est au contraire fort employé au livre IV où l’on rencontre ses premières occurrences avec le sens d’ordre architectural ; auparavant le terme désigne tout type de construction identifiable par ses caractères techniques ou structurels et se confond volontiers avec principia ; on trouve même (en III, 3, 11, par exemple) des cas où il aurait dû, en bonne logique, se substituer à species138 Ce dernier mot, quant à lui, est fort ambigu et c’est la raison pour laquelle Cicéron lui préférait pars ; Vitruve semble avoir voulu conserver species parce qu’il avait besoin de pars pour désigner les parties aliquotes du module. Toujours est-il que species dans le De architectura est utilisé dans des sens très différents et que sa subordination à genus n’est jamais clairement exprimée. L’emploi de discrimen, relativement rare (13 occurrences), donne lui aussi la mesure des approximations du système classificatoire adopté par Vitruve et de ses variations en fonction des thèmes traités : le sens technique de discrimen est donné en I, 1, 9 : il désigne des intervalles sonores ; en IV, 1, 7, en VI, 3, 9 et en X, 1, 3, il s’applique avec une certaine précision à ce qui distingue l’une de l’autre deux séries appartenant à des gênera différents (les ordres dorique et ionique ; les œci corinthiens et égyptiens ; les machinae et les organa) mais, curieusement, dans ces passages, le mot n’est pas associé à genus ; quand il se trouve dans une locution du genre generum discriminibus le sens de genus ne s’en trouve pas vraiment éclairci.

59L’examen du seul "invariant spécifique" du traité, avec l’analyse de ses conséquences sur le discours normatif dans son ensemble peut aider à comprendre à la fois la rigueur et les limites de la codification dans le De architectura. Il s’agit de la notion de symmetria.

60Cette notion règne sans partage dans tous les volumina, à l’exception du huitième et du neuvième, dont les propos sont en effet marginaux par rapport à la ligne générale ; il régit les principes de construction des édifices religieux ou profanes, publics ou privés, ainsi que des machines.

  • 139 Pline, H N, 34, 65 : non habet latinum nomen symmetria ("La symmetria n’a pas de nom en latin").
  • 140 III, 1, 1. Les deux mots, le grec (symmetria) et le latin (commodulatio), sont construits sur le mê (...)
  • 141 Cf. F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Berli (...)
  • 142 Héron d’Alexandrie, Definitiones, 128 (p. 84 de l’édition Heiberg).
  • 143 Aristote, Métaphysique, 13, 1087 a 18.
  • 144 III, 1, 1 : in omni opere totoque. Remarquable est l’insistance de Vitruve à évoquer la relation de (...)

61La symmetria, mot grec dont Pline dira qu’il n’a pas d’équivalent latin139 et dont Vitruve fournit une traduction satisfaisante avec le terme commodulatio140, désigne effectivement la commensurabilité de toutes les composantes d’une œuvre complexe, fondée sur le recours à une unité modulaire dont on doit retrouver en tout point les multiples et les sous-multiples. Pour illustrer cette idée, Aristote prenait pour exemple le rapport 24/16, qui comporte une unité commune, 4 ou son multiple 8141. Cette transparence numérique suppose une rationalité intégrale, non seulement des mensurations, mais aussi -et c’est plus difficile à mettre en œuvre- de leur construction ; à cet égard la définition de Héron d’Alexandrie est claire, qui place toujours sur le même plan les valeurs "rationnelles et symétriques" en les opposant aux valeurs "irrationnelles et asymétriques"142. Avant lui, Aristote avait lié la notion de symmetria à celle de ὡρισμένον, ce qui est limité, et donc contraire à l’infini, caractéristique de l’incommensurable143. Mais cette commensurabilité ne s’applique pas seulement aux différentes parties d’un édifice ; elle doit aussi se vérifier dans les relations qu’entretient avec la totalité chacune des composantes144 ; il découle de là qu’un monument n’est pas la somme aléatoire de ses parties, mais constitue pour chacune d’elles la référence et la caution ultimes. Les rapports entre les parties ne sont que la conséquence, ou la métaphore, de ceux des parties au tout.

  • 145 Sur l’eurythmia, cf. F.W. Schilikker, op. cit., p. 68 sq.
  • 146 Comme le prouve du reste la définition de I, 2, 3 : Eurythmia est venusta species commodusque in co (...)

62Contrairement à une conviction qui s’est répandue à la suite des travaux de Schlikker, le rôle de la symmetria dans la conception architecturale de Vitruve, et plus largement dans la tradition hellénistique dont il dépend, n’est nullement secondaire ; en particulier, elle n’a jamais été supplantée par les notions d’eurythmie ou d’harmonie dont on rencontre plusieurs occurrences dans le De architectura145 : l’eurythmie n’est pas un concept autonome impliquant une certaine idée de la structure bâtie ; le mot désigne seulement le résultat visible de la symmetria, c’est-à-dire une scansion satisfaisante de tous les éléments rythmiques -colonnes, ouvertures, vides et pleins- observables à la périphérie d’un monument ; c’est ce qui explique que l’eurythmie soit souvent liée chez Vitruve à la notion de species ou d’aspectus et plus précisément à celle de commodus aspectus. Loin donc de voir une relation évolutive entre symmetria et eurythmia, on doit considérer que la première englobe la seconde146.

  • 147 Cf. D. E. Gordon, L. Cunningham, "Polykleitos "Diadumenos". Measurement and Animation", dans The Ar (...)

63La question se pose dès lors de savoir pourquoi un système de rapports proportionnels qui, par définition, demeure abstrait, peut être défini comme la source unique de la beauté (venustas, venusta species). Il y a là un paradoxe dont on ne s’est peut-être pas suffisamment avisé, qui rend la venustas tributaire de relations arithmétiques et la situe sur le registre du "logos", en la rendant indéchiffrable concrètement. Quand on connaît les difficultés rencontrées par les modernes exégètes de l’art grec pour définir le mécanisme rationnel qui est à la base du "Canon" de Polyclète, même à partir d’une copie aussi sûre que celle du Doryphore de Naples, on mesure l’aspect en quelque sorte cryptique des critères du beau dans un tel contexte147.

  • 148 1, 2, 4 : Uti in homininis corpore e cubito, pede. palma, digito ceterisque particulis symmetros es (...)
  • 149 III, 1, 3. L’inscription du corps humain dans un carré et dans un cercle a donné lieu, chez les com (...)
  • 150 Pour Platon, la symmetria n’est pas de ce monde ; voir par exemple République, VII, 529e-530ab.
  • 151 III, 1, 2.
  • 152 Diodore, Biblioth. histor., I, 98.

64En fait, en tant que ratio, la symmetria est la clé de l’unité organique de l’art de bâtir ; transformant l’aedificatio en un système rationnel, elle permet un saut qualitatif décisif. L’axiologie qui sous-tend cette conception du logos unificateur est inséparable de la notion de légitimité ou, pour parler comme l’auteur latin, de celle de veritas. La légitimité de la symmetria est, aux yeux de Vitruve, son caractère "naturel" ; sur ce point, les notices de 1, 2, 4 et de III, 1, 1-2 sont dépourvues d’ambiguïté148 : les relations proportionnelles qui doivent présider à l’ordonnance de toute œuvre ne relèvent pas de l’arbitraire d’un créateur isolé, si génial qu’il ait pu être, puisque le corps humain, envisagé dans son développement le plus accompli, est organisé selon les même principes, ce qui permet de l’inscrire dans des figures géométriques simples149. Comprenons qu’il s’agit là d’une véritable intrusion de la rationalité dans le monde sensible, car l’homo bene figuratus de III, 1 n’est pas une reconstitution idéale de l’être humain ; il n’évoque pas l’idée abstraite, platonicienne pourrait-on dire, de l’homme, mais sa réalité vécue150. La littérature, sans doute plus technique que philosophique, à laquelle Vitruve se réfère, lui permet de présenter une composition dérivée du "Canon" polyclitéen comme naturelle : Corpus hominis ita natura composuitut...151. Ici, comme en II, 1, l’observance et l’observation des lois du monde vivant sont à l’origine des règles de l’art et les justifient. C’est précisément pour s’accorder à la rationalité de l’univers que l’architecture, envisagée globalement comme une part de l’activité humaine, doit assurer la commensurabilité des parties entre elles et des parties avec le tout. A ce titre, le modèle du "compagnon parfait", tel que Vitruve le transpose en tête de sa réflexion sur les ordres, n’entretient, avec d’autres montages analogues, contemporains ou postérieurs, que des relations anecdotiques sans signification réelle, même si l’on ne peut exclure certaines parentés entre son texte et celui de Diodore de Sicile, par exemple, relatif aux sculptures égyptiennes152.

  • 153 R. Tobin, loc. cit., p. 307 sq. ; P. Gros, "Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve", (...)
  • 154 Platon, Timée, 35 b-c et 36 a. Cf. F.W. Schlikker. op. cit., p. 64 sq.
  • 155 Cf. S. Ferri, op. cit., pp. 54-56.

65A vrai dire, ce qui séduit Vitruve, indépendamment de tout anthropomorphisme plastique ou architectural, c’est le rôle accordé à la ratio dans la pratique de son art. Le phénomène ne se limite pas à la multiplication des rapports arithmétiques, mais semble impliquer une sorte d’ontologie des valeurs numériques en tant que telles : non seulement Vitruve considère qu’il a suffisamment défini un plan, une élévation, un type de colonnade ou d’entablement lorsqu’il a intégré ses composantes à un système proportionnel, mais il donne fréquemment à son lecteur l’impression que les éléments mathématiques sont pour lui des entités. D’emblée, le "canon anatomique" se révèle fondé sur un montage numérique dont on peut montrer que les données chiffrées transposent dans le domaine de l’arithmétique une démarche géométrique fondée sur le rabattement de la diagonale du carré153 ; les différents "nombres parfaits", et les deux systèmes qu’ils génèrent, le décimal et le duodécimal, qui se conciliaient jadis dans la figure de la tétraktys, jouent dans ce contexte chacun leur rôle et semblent vivre une existence indépendante154. Ensuite, il apparaît clairement que les rapports modulaires préexistent aux édifices eux-mêmes, et constituent non seulement un réseau de relations organiques, mais tout simplement un mode de création, le seul légitime selon le théoricien155.

  • 156 E. Raven, "Polyklitus and Pythagoreanism", dans Classical Quarterly, 1951, p. 148 sq. Voir aussi D. (...)
  • 157 Galien, De Placitis Hippocratis et Platonis, V. 4, 3 (éd. Kühn, p. 448).
  • 158 Métaphysique, 986 a 8.
  • 159 Loc. cit., pp. 150-152.

66Les harmoniques pythagoriciennes d’une telle conception sont évidentes. Dans un article important, E. J. Raven a naguère montré que le développement vitruvien sur les proportions du corps humain entretenait avec une notice célèbre de Galien des relations étroites156. Et de fait chez Galien, l’affirmation du rôle de la symmetria, aussi bien dans les équilibres qui garantissent la santé -relations entre les σтοιχεῖα, c’est-à- dire les composants organiques- que dans ceux qui définissent la beauté -relations entre les parties du corps-fonde en légitimité le recours au système proportionnel157. Les correspondances formelles et thématiques de ce texte avec celui de Vitruve prennent toute leur signification quand on les rapproche des développements qui, dans le De architectura, traitent, immédiatement après, des nombres parfaits. L’insistance sur la valeur de 10, dont Aristote nous apprend qu’aux yeux des Pythagoriciens elle embrassait тὴν тῶν ἀριθμῶνϕύσιν, l’ensemble de la nature des nombres158, et la présence d’un module décimal, étranger aux systèmes de mesure normalement usités, dans le "canon" du corps humain, autorisent Raven à placer à l’origine des deux textes, celui de l’architecte et celui du médecin, une seule et même source, qu’il identifie à Philolaos, ou du moins à une tradition issue de ce philosophe contemporain de Socrate159.

  • 160 D’après IV, 1, 11. Sur les définitions du module chez Vitruve, cf. I, 2, 4 ; III, 1, 9 ; III, 3, 10 (...)

67Cette conception vitruvienne, et les harmoniques philosophiques qu’on y peut déceler, donnent la mesure de l’abstraction du module. Celui-ci ne peut jamais être un élément visible de la construction : il est inscrit dans la structure mais ne saurait s’assimiler à une composante matériellement identifiable (base, chapiteau ou tout autre élément des ordres) ; lorsque tel de ces éléments correspond à la dimension d’un module (comme le chapiteau corinthien par exemple)160, il ne se confond pas pour autant avec l’unité modulaire ; il entretient seulement avec elle une relation (en l’occurrence 1/1) qui n’est pas plus signifiante que celle des autres parties de la composition, lesquelles entretiennent avec ce même module une relation fractionnaire.

  • 161 B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berl (...)
  • 162 IV, 3, 11.
  • 163 W.H. Goodyear, Greek Refinments, New Haven, Londres, Oxford, 1912 et H. Busing, dans Vitruv-Kolloqu (...)
  • 164 IV, 3, 11.
  • 165 Platon, Sophiste, 235e.

68Le problème auquel Vitruve se trouve cependant confronté, après avoir voulu faire régner la transparence rationnelle dans l’ensemble de son système normatif, est celui des nécessaires corrections optiques ; celles-ci font inévitablement éclater la cohérence mathématique de la symmetria, et l’on connaît les nombreuses modifications qu’il se voit obligé d’apporter à l’ordonnance proportionnelle de ses édifices en raison des déformations entraînées par la vision humaine161. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, lorsque les temples dépassent une certaine dimension, particulièrement en hauteur, les detractiones aut adiectiones162, les ἀλεξήμαтα de la tradition grecque163, doivent leur rendre au moins l’aspect d’une rigoureuse organisation modulaire alors même que celle-ci se trouve de leur fait partiellement détruite : les verae symmetriae164 ne sont ainsi préservées qu’au prix d’un véritable trucage, que Platon, dans le Sophiste, dénonçait déjà dans la statuaire de son temps, comme une concession blâmable au monde des apparences165.

  • 166 Caractéristique est à cet égard le problème posé par les itinerum supercilia dans le theatrum latin (...)
  • 167 III, 5, 7.
  • 168 III, 5, 8.

69Cet aspect de l’architecture que Vitruve en tant que théoricien ne peut évidemment pas maîtriser, à savoir les variantes dimentionnelles des édifices, avec toutes les conséquences que celles-ci entraînent quant à leurs proportions, devient encore plus malaisé à intégrer à une réflexion globale lorsque certaines des composantes, comme les portes des temples, la hauteur des marches d’un podium, ou celle de la voûte d’un couloir d’accès à la cavea d’un théâtre, sont liées à des exigences anthropiques qui, elles, sont par définition invariables166. On s’aperçoit en fait que la plupart des systèmes proportionnels et des schémas de construction proposés par Vitruve, particulièrement pour les temples et les théâtres, sont valables seulement pour des édifices de dimensions relativement réduites ; il dit bien, du reste, que son type de chapiteau ionique ne peut être appliqué si les colonnes dépassent une certaine hauteur167, et l’apparente incohérence du réglage de la dimension de l’architrave par rapport au module en fonction de la taille des supports n’a pas d’autre cause168.

70Mais quoi qu’il en soit de ces difficultés et des imperfections qui en résultent dans le système vitruvien, la conséquence de cette volonté de rationalisation est que l’illustration graphique, à laquelle les traducteurs et commentateurs de Vitruve ont, depuis le début du xvie siècle, accordé tant d’importance, n’occupait dans les préoccupations du théoricien qu’une position très secondaire.

  • 169 Sur les illustrations du De architectura, voir Ph. Fleury, dans Vitruve I, Paris, 1990, p. lxii sq.
  • 170 Sur la possible authenticité de la figure de la rose des vents (I, 6, 12) reproduite dans deux des (...)
  • 171 C’est le cas des corniches, chapiteaux et bases de colonnes qui illustrent un manuscrit de la fin d (...)
  • 172 W. Sackur, Vitruv und die Poliorketiker. Vitruv und die Christlicheantike. Bautechnisches aus der L (...)

71Certes, comme beaucoup d’autres traités techniques de l’Antiquité, le De architectura comportait initialement des dessins. II était comparable à ce titre à l’Introduction aux phénomènes de Geminos de Rhodes ou au traité de poliorcétique d’Apollodore de Damas. Les illustrations du traité vitruvien sont indiquées dans le texte par les mots forma, schéma, diagramma ou exemplar et presque toutes étaient regroupées à la fin des divers livres du De architectura (in extremo libro) à l’exception de deux d’entre elles qui se trouvaient in ima pagina169. Tous ces dessins ont été, comme on sait, perdus, et les croquis, rares il est vrai, qu’on rencontre dans les marges de certains manuscrits médiévaux -à l’exception de celui de la rose des vents170- sont de pure imagination et n’ont évidemment aucun caractère d’authenticité171. Certains éditeurs ou exégètes ont naguère voulu que ces dessins vitruviens n’aient jamais existé ; c’est le cas de Sackur dans son étude de 1925172. L’hypothèse n’est pas tenable et l’on ne saurait admettre que Vitruve ait eu l’imprudence ou l’impudence de présenter à Auguste un traité dépourvu des figures annoncées dans le texte. Mais pour l’ensemble du De architectura ces dessins demeurent fort peu nombreux et il est peu probable qu’ils aient transmis, aux yeux de l’auteur, une part essentielle de son message normatif.

  • 173 Voir Vitruve I, p. lxiii-lxv.
  • 174 I, 1, 4.
  • 175 III, 3, 13 et III, 4, 5. Cf. notre commentaire ad loc. dans Vitruve III, p. 124 sq. et p. 139 sq.
  • 176 Thèse soutenue à la Scuola normale superiore de Pise le 30 novembre 1993, intitulée : Il capitello (...)
  • 177 Cf. M. Losito, "La ricostruzione della voluta ionica vitruviana nei trattati del Rinascimento", dan (...)
  • 178 Vitruve III, p. 160 (à propos de III 5, 6).

72A peine dix croquis sont effectivement annoncés, du Ier au IXe livre173. En général Vitruve ne recourt à un complément graphique que s’il éprouve quelque difficulté à exprimer clairement la démarche à suivre pour construire un élément de structure ou de décor. Il déclare du reste, au début de son premier livre, que le dessin géométrique, exécuté à la règle et au compas, sert seulement à présenter ce qu’il appelle les difficiles symmetriarum rationes174. Et ce n’est pas un hasard si les figurae du troisième livre concernent des notions pour lesquelles Vitruve peut proposer des descriptions allusives, incomplètes ou sommaires, telles l’entasis (le gonflement central du fût) ou les fameux scamilli inpares, c’est-à-dire les éléments mis en œuvre pour éviter l’impression optique d’un stylobate concave175. Le cas du chapiteau ionique, si remarquablement analysé par M. Losito176, est à cet égard riche d’enseignements : Vitruve fournit la description de la volute dans les limites exactes de ce qui lui est proposé par le De spiralibus d’Archimède177 ; ensuite il s’arrête. En d’autres termes il explique, en suivant le texte grec -ou une transcription latine de ce texte, plus ou moins résumée- comment l’extrémité de chaque "quadrant" doit se rapprocher du centre de la volute d’une distance équivalant à 1/2 diamètre de l’oculus ; mais pour les enroulements internes, et pour la situation des différents centres de chaque portion de cercle, il ne dit rien et se contente de renvoyer à un croquis, conscient qu’il est de n’avoir pas fourni, loin s’en faut, toutes les données utiles à la construction du chapiteau. Nous avons essayé de montrer ailleurs pourquoi subsistent dans sa description des éléments résiduels dont il ne fait apparemment rien mais qui doivent être utiles au tracé lui-même178. Quoi qu’il en soit dans ce chapitre du livre III nous pouvons mesurer les étrangetés de la dialectique établie par Vitruve entre le texte et le dessin qui prétend l’illustrer.

  • 179 Cf. notre étude dans Les traités d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 57 sq.
  • 180 IV, 8, 7. Cf. Vitruve IV, p. 214.
  • 181 II est probable que l’appel à la forma descripta de X, 6, 4 renvoie au schéma de la vis d’Archimede (...)

73Il apparaît ainsi que la figure ne prend le relais du texte que dans les cas très ponctuels où Vitruve a conscience d’avoir atteint les limites de sa formulation et/ou de sa conceptualisation179. Il en résulte que pour le reste son ambition fondamentale est de restituer dans un discours intégralement cohérent ce qui, dans les ateliers ou sur les chantiers, était resté en général informulé et n’avait revêtu le plus souvent que l’aspect de croquis ou de "formes" à grandeur d’exécution. En ce sens le passage du graphisme à l’écriture constitue pour Vitruve l’un des moyens -le principal sans doute-d’élever la praxis architecturale au niveau d’une ars liberalis, c’est-à-dire d’une activité intellectuelle fondée sur un corpus organique de connaissances -doctrina ou scientia- conscient de ses antécédents historiques et de sa valeur normative. Une phrase comme celle de la conclusion de IV, 8 est révélatrice de cette volonté de transcription (au sens propre) intégrale de tout un trésor d’expériences professionnelles : et quarum dispares sunt figurae et quibus discriminibus inter se sunt disparatae, quoad potui significae scriptis, exposui180. Dans cette perspective tout retour au dessin est, à certains égards, un aveu d’impuissance et va directement à rencontre de l’ambition de l’auteur du traité. Ainsi s’explique sans doute que n’ait apparemment été prévue aucune illustration ni pour le livre II, où les dessins d’appareil eussent cependant été bien utiles, ni pour le livre IV, malgré le caractère éminemment pittoresque des légendes étiologiques et la difficulté des montages relatifs aux différents ordres, ni pour le livre VII, ni enfin pour le livre X, pourtant si vaste et si complexe181.

  • 182 M. Conticello de Spagnolis, Il tempio dei Dioscuri nel Circo Flaminio, Rome, 1984 ; F. Coareixi, "L (...)
  • 183 IV, 8, 4 : aedes ex isdem symmetriis ordinatae.

74Du reste quand, par une fortune peu commune, il nous est donné de pouvoir comparer la définition modulaire que Vitruve donne d’un édifice existant avec le plan antique de ce même édifice, comme c’est le cas pour le temple des Dioscures in Circo à Rome, dont un dessin très précis gravé sur une plaque de marbre appartenant à une Forma Urbis de la fin du ier siècle après J.-C. a été retrouvé en 1983, nous devons constater que le texte du théoricien ne rend pas un compte exact de la planimétrie réelle182 : sur le plan marmoréen la relation harmonique traditionnelle entre les composantes de l’aedes n’existe pas, alors que Vitruve la postule pour les besoins de la démonstration, affirmant que le temple en question n’est qu’une variante du périptère ordinaire183. Tant il est vrai que la cohérence du discours normatif passe avant tout, et même avant la nécessaire adéquation de la description à la réalité qu’elle est censée restituer.

Les sources

75Nous ne saurions traiter ici dans le détail d’un problème aussi complexe. Qu’il nous suffise d’en définir le cadre et de rappeler les tendances actuelles de l’historiographie vitruvienne. Les introductions aux différents livres et les commentaires ad locum aborderont, à chaque fois que cela est possible, les multiples questions qui se posent en ce domaine au fil des chapitres.

  • 184 VII, praef. 10.
  • 185 Vitruve. De l’architecture, livre IX, Paris, CUF, 1969, p. xxii-xxxi.

76Si nous nous en tenions à la lettre du texte de la préface du septième livre, nous pourrions nous contenter de déchiffrer la liste des auteurs établie par Vitruve lui-même, puisqu’il la présente comme "la source féconde des idées dont nous nous servons pour notre travail et qui nous donnent une impression d’abondance et de facilité dans la rédaction"184. En réalité cette "bibliographie" de Vitruve est en grande partie inutilisable parce qu’illusoire, comme toutes les listes fournies par les compilateurs antiques. Et cela non seulement parce que le théoricien latin n’a pas l’intention de dévoiler tous les ouvrages sur lesquels il s’appuie mais plutôt de présenter une sorte d’échantillonnage des différents types de traités publiés avant le sien ; mais surtout parce que les conditions concrètes de la transmission du savoir technique à l’époque hellénistique, et plus encore en milieu latin à la fin de la République impliquaient le recours à de multiples intermédiaires, excerpta, doxographies, "manualetti" plus ou moins condensés, lexiques bilingues, recueils de modèles et de croquis cotés, etc., qui offraient une base commode mais souvent sommaire à qui souhaitait s’informer des techniques, des formes et des types de l’architecture grecque des iiie et iie siècles avant J.-C. On peut donc douter que Vitruve ait eu un accès direct à tous les ouvrages qu’il énumère, ni même qu’il ait une idée précise de tous les auteurs qu’il cite. J. Soubiran a montré par exemple que la longue série des "exemples de découvertes" présentée dans la préface du livre IX avait été compilée dans un manuel élémentaire rassemblant des démonstrations particulièrement simples ou suggestives : les erreurs patentes et les incompréhensions dont Vitruve fait preuve au long de son exposé excluent qu’il soit allé puiser aux sources premières185.

  • 186 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, dans Denkschriften der kaiserlichen Akademi (...)
  • 187 R. Carpenter, dans AJA, 30, 1926, p. 259 sq.
  • 188 F.W. Schlikker, op. cit., p. 9 sq.
  • 189 H. Riemann, dans AA, 1952, p. 27 sq. et p. 36 sq.

77Longtemps cependant les commentateurs n’ont pas su résister à la tentation de désigner, au moins pour les livres de l’aedificatio, une source unique plus ou moins réélaborée par Vitruve : A. Birnbaum et A. Choisy avaient jeté leur dévolu sur Hermogénès, le grand architecte micrasiatique, actif entre la fin du iiie siècle avant J.-C. et le début du iie siècle, auquel notre auteur consacre en effet trois notices très positives186 ; R. Carpenter avait cru pouvoir identifier derrière les schémas des ordres tels que Vitruve les propose dans ses livres III et IV la pensée et les réalisations de Pythéos, le grand créateur de Priène, actif à la fin de l’époque classique, et dont le théoricien fait le plus grand éloge187 ; F. W. Schlikker plaçait à l’origine de la réflexion vitruvienne l’exemple d’Hermodoros, l’architecte originaire de Salamine de Chypre qui travailla pour le compte de la nobilitas dans la Rome de la seconde moitié du iie siècle avant J.-C.188 ; enfin H. Riemann avait souligné l’importance de l’architecte romain C. Mucius, sans doute disciple d’Hermodoros, pour l’élaboration de la doctrine vitruvienne des temples périptères : il est vrai que Vitruve reconnaît à ce praticien une parfaite connaissance des normes, en regrettant toutefois qu’il n’ait pas utilisé le marbre pour ses constructions189.

  • 190 B Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur... (op. cit.), p. 109 sq. et p. 1 (...)

78Ces tentatives reposent toutes sur une part de vérité. Elles ont seulement le tort de procéder à des extrapolations qui ne s’appuient sur aucune base assurée. L’approfondissement de l’analyse du système vitruvien et la mise en évidence de ses discontinuités ont permis à B. Wesenberg de restituer, pour les livres III et IV, une stratification de l’exposé dans le détail de laquelle nous n’entrerons pas, mais dont il faut souligner qu’elle a des incidences sur l’ensemble du traité : les trois moments de l’élaboration du texte selon le savant allemand impliquent différents schémas successifs où la part des systèmes modulaires est progressivement réduite par l’introduction de critères de variablilité, et où l’unité initiale des compositions se trouve relayée par une différenciation accrue des ordres190. Cette restitution qui emporte pour l’essentiel l’adhésion a évidemment pour conséquence de postuler des sources différentes, qui ne sont pas forcément éloignées dans le temps, mais dont la superposition ou la succession explique les imbrications du texte.

  • 191 VII, praef. 12.

79Parmi les auctores grecs, nombreux en fait sont les noms de ceux qui, au dire de Vitruve lui-même, ont été mis à contribution (ce qui ne signifie pas qu’ils ont été lus intégralement ni même directement) pour la rédaction de son traité. Sans prétendre à l’exhaustivité nous pouvons citer Hermogénès pour les temples ioniques, le rythme "eustyle" et la critique modulaire de l’ordre dorique (livres III et IV) ; Aristoxène de Tarente pour l’harmonie musicale et le traitement des problèmes d’acoustique dans les édifices du spectacle (V, 4) ; les auteurs des mirabilia aquae dont la liste est donnée en VIII, 3, 27 ; Ctésibios pour les chapitres 7 et 8 du livre X ; Diadès pour certains passages de X, 13, etc. Il est remarquable toutefois que le seul auteur dont Vitruve revendique explicitement une lecture personnelle assortie d’un essai de traduction est Aristoxène de Tarente : Itaque, ut potuero, quant apertissime Aristoxeni scripturis interpretabor (V, 4, 1) ; l’incise ut putuero en dit long dans sa brièveté sur les difficultés qu’il a rencontrées pour comprendre un texte dont nous pouvons encore apprécier la densité et l’obscurité puisque nous avons conservé l’essentiel de l’original grec. Pour les autres, même pour une autorité aussi reconnue qu’Hermogénès, il nous est impossible de savoir s’il a pris connaissance du texte même de ses traités sur l’Artémision de Magnésie du Méandre et sur le temple de Dionysos à Téos ; le fait qu’il désigne ce dernier comme un "monoptère"191 alors qu’il était périptère ne constitue pas en tout cas, comme on l’a dit parfois, une erreur prouvant qu’il ignorait jusqu’au titre exact de cet ouvrage, car l’adjectif peut signifier, par opposition à l’ordonnance pseudo-diptère du temple de Magnésie, que celui de Téos était pourvu d’une péristasis simple.

  • 192 Agésistratos est cité par Vitruve en VII, praef. 14, mais non pas en X, 13, 1 où il se contente de (...)
  • 193 X, 15,2.

80Il est évidemment beaucoup d’autres sources originales ou médiatisées qui ne sont pas explicitement nommées mais dont on devine la nature : ainsi nous savons par Athénée qu’Agésistratos est à l’origine de X, 13, 1-2192. Lorsque Vitruve donne le nom de l’inventeur d’un système comme celui de Chersiphron et Métagénès pour le transport des mégalithes (X, 2, 11), il est permis de supposer qu’il a trouvé son information dans le traité (ou un résumé du traité) que ces deux architectes avaient rédigé sur l’Artémision d’Ephèse (Vil, praef. 12). S’il ne cite pas dans sa "bibliographie" de traité attribué à Hégétor de Byzance, il n’est pas interdit de penser qu’il décrit la "tortue" qui porte son nom à partir d’une notice trouvée dans un manuel quelconque193, etc.

  • 194 H. Degering, "Wann schrieb Vitruv sein Buch über die Architektur ?", dans BPhW, 46, 1907, col. 1470 (...)

81Mais il est une autre série de relais qu’il convient de ne pas oublier, c’est celle des écrivains latins. Varron, l’auteur des Disciplinarum libri, a été assurément fort utilisé par Vitruve, qui lui vouait, de son propre aveu, une grande admiration. Le polygraphe fournissait à vrai dire, à travers son oeuvre immense, et pas seulement dans son traité d’architecture, une foule de descriptions, d’anecdotes, de maximes qui pouvaient être directement transposées dans les développements techniques mais surtout les préfaces et les digressions du De architectura. Si l’on ne peut suivre H. Degering qui désignait Varron comme l’une des sources principales de Vitruve194, il reste possible d’identifier directement plusieurs notices tirées de cet auteur dont la substance nous a été conservée par Pline l’Ancien ou par saint Augustin. Comme on l’a noté du reste, l’insertion de certains textes varroniens dans la trame du discours vitruvien peut se déceler à de faibles mais indéniables indices stylistiques. D’une manière générale, la situation de Vitruve en "fin de série", si l’on peut dire, lui facilitait l’exploitation de tous les "Antiquaires" et compilateurs du ier siècle avant J.-C. qui avaient écrit quelques décennies ou quelques années avant lui et qui transmettaient sous une forme immédiatement assimilable des pans entiers du savoir hellénistique dans les domaines les plus divers.

  • 195 Lucrèce est nommé, ainsi que le De rerum natura en IX, praef. 17.
  • 196 J. Ferguson, dans ANRW II, 36, 4, Berlin, New York, 1990, p. 2270.

82Un autre écrivain latin contemporain de Vitruve ou de peu son aîné, Lucrèce, quoique mentionné une seule fois dans tout le De architectura, semble avoir été familier à notre auteur si l’on en juge par l’usage qu’il fait dans son anthropologie de II, 1, nous l’avons rappelé plus haut, des idées du philosophe poète195. Cette connaissance du De rerum natura n’excluait pas une lecture au moins partielle d’Epicure, puisque, J. Ferguson vient de le montrer, une allusion comme celle du VI, praef. 3 semble être une transposition du frag. 77 du fondateur du Jardin196.

  • 197 E. Oder, loc.cit., dans Philologus, Suppl. Band 7, Leipzig, 1899, p. 369.
  • 198 Cf. J. Malitz, "Die Historien des Posidonios", dans Zetemata, 79, 1983, p. 81 sq. ; H. Knell, "Vitr (...)
  • 199 Cf. supra, n. 176 et 177.
  • 200 Cf. O. Neugebauer, "The astronomical origin of the theory of conic sections", dans Proceedings of t (...)
  • 201 A. Stückelberger, "Die Atomistik in römischer Zeit : Rezeption und Verdrängung", dans ANRW II, 36, (...)

83Ces dernières remarques n’ont pas seulement un intérêt anecdotique. Elles permettent de considérer que Vitruve possédait une culture plus large qu’on ne l’a longtemps admis, et que même si cette culture était de deuxième main, elle lui ouvrait l’accès à des savoirs ou à des savoir-faire assez diversifiés. Dans l’un des rares passages auto-biographiques de son traité, il note du reste, non sans quelque suffisance, et avec une certaine naïveté d’autodidacte, qu’il a, de sa propre initiative, beaucoup lu, et pas seulement des traités d’architecture : philologis et philotechnis rébus commentariorumque scripturis me delectans... (VI, praef. 4). Certes, les intermédiaires parfois calamiteux qu’il ne se privait pas d’utiliser ont souvent eu des conséquences néfastes : nous avons évoqué ci-dessus les erreurs véhiculées par la préface "scientifique" du livre IX, et le rigoureux philologue germanique E. Oder a pu déclarer avec quelque raison que Vitruve était "le type de l’utilisateur inculte de Posidonius"197. Toutefois un réexamen de la théorie des climats, telle qu’elle s’exprime en VI, 1, a permis d’établir que Vitruve avait une connaissance relativement approfondie des idées de Posidonius sur la question et qu’il ne se contentait pas de transcrire une vulgate plus ou moins abusivement simplificatrice198. Et dans d’autres domaines, plus difficiles d’accès encore pour quelqu’un qui, comme lui, reconnaît ne pas avoir les compétences d’un mathematicus, tels les tracés géométriques, l’astronomie, la géographie, les techniques de la mesure du temps, plusieurs études récentes ont montré qu’il avait puisé aux bonnes sources : la construction de la volute ionique, du moins celle de son enroulement extérieur, apparaît directement déduite de la formule appliquée par Archimède dans son De spiralibus199 ; le principe selon lequel la longueur de l’ombre du gnomon au midi de l’équinoxe détermine le tracé de l’analemme du cadran solaire, ainsi que la référence à la latitude pour expliquer les différences de longueur de cette ombre selon la position géographique impliquent une connaissance des calculs d’Eudoxe relayés par les Commentaires d’Hipparque200 ; Vitruve n’en avait peut-être pas une idée précise, mais il en savait assez pour en comprendre les applications ; en ce qui concerne le problème de la vision humaine, il est apparu de même que l’auteur du De architectura avait une conception plus claire qu’on ne l’a dit souvent de la théorie atomique et qu’il ne se contentait pas de rapporter sous une forme sommaire les différentes hypothèses en présence201.

  • 202 G Tosi, "Architettura e Astronomia nel De architectura di Vitruvio" dans Archeologia e Astronomia, (...)

84Si l’on tient compte de l’extrême imbrication des sciences dans l’Antiquité tardo-classique et hellénistique, et plus précisément de l’imperialisme de la mathématique, ces incursions vitruviennes dans des secteurs hautement spécialisés ne sont pas en elles-mêmes étonnantes. Même les principes en apparence purement urbanistiques ou architecturaux étaient à cette époque tributaires du progrès des connaissances en géométrie et en astronomie : on a pu établir que le système sphérique homocentrique d’Eudoxe, mis au point à la fin du ive siècle avant J.-C, avait joué un rôle décisif dans la définition de la ville idéale de Vitruve ; mais cette théorie de la masse sphérique avait elle-même été rendue possible par les recherches sur les cycles calendaires qui avaient abouti, entre autres, à la définition du cycle des lunaisons (19 ans) dû à l’astronome Méton de la fin du ve siècle202. Des liens scientifiques étroits entre Pythéos, dont la science se voulait, au dire de Vitruve lui-même, quasiment universelle, et Eudoxe de Cnide peuvent expliquer dans un tel contexte que plusieurs relations modulaires, dans la définition des rythmes systyle et eustyle et dans le tracé du chapiteau ionique, fassent intervenir les nombres 19 et 9,5 : Vitruve apparaît dès lors comme le détenteur et le transmetteur d’une doctrina étroitement dépendante d’un savoir globalisant, d’ordre astronomique ; plusieurs de ses principes perdent dans cette optique leur aspect réducteur ou arbitraire pour exprimer l’aboutissement d’une série de recherches ou de découvertes auxquelles il n’avait pris évidemment aucune part, mais qui ne lui étaient pas pour autant étrangères. Dans ces conditions, une formule comme celle de X, 1, 4 qui place la nature et plus précisément la rotation du monde (mundi versatio) à l’origine de tout mécanisme inventé par les hommes n’est peut-être plus aussi conventionnelle qu’on l’a dit : le thème de la natura creatrix, si présent dans Lucrèce (V, v. 1362), et déjà évoqué par Vitruve au premier chapitre de son deuxième livre revêt, à travers ces échanges entre l’architecture ou la machinatio et la cosmologie, une profondeur et une actualité nouvelles.

  • 203 IV, 3, 3 ; VI, praef. 4 et 5 ; IX, 1, 16 ; X, 11, 2 ; X, 13, 8.
  • 204 A. Choisy, op. cit., p. 101-102.
  • 205 Vitruve IV p. xlvi-xlviii (sur les caractéristiques du dorique "vitruvien").

85Si l’on voulait enfin, pour compléter ce survol des relations de Vitruve avec la science hellénistique, évoquer plus concrètement la façon dont il a reçu ces enseignements si divers, il faudrait assurément, à côté des antiqui et des maiores, auxquels il se réfère souvent, et qui sont les maîtres du passé, accessibles seulement à travers leurs écrits, faire une place aux praeceptores, ces hommes qu’il a connus et auxquels il doit, semble-t-il, une part essentielle de sa formation. Par six fois en effet l’auteur du De architecture mentionne ces praticiens de la génération antérieure qui lui ont transmis leur savoir203 ; la nature purement orale de cette transmission est du reste soulignée dans plusieurs passages (IX, 1, 16 et X, 13, 8) et le verbe accipere employé pour désigner la réception de leur enseignement s’oppose clairement au tradere qui s’applique aux antiqui. Malheureusement il est impossible de cerner l’origine et encore moins la personnalité de ces praeceptores. Dans le chapitre consacré à l’architecture dorique (IV, 3) Vitruve oppose assez nettement l’attitude d’Hermogénès qui, au début du iie siècle avant J.-C, renonce à construire un temple de cet ordre en raison de ses apories modulaires, et celle de ses maîtres plus récents qui lui ont appris à en éliminer les imperfections ; le pluriel suggère que parmi eux il en était un à qui il doit le schéma global et d’autres qui l’ont informé de divers aménagments de détail. Il serait évidemment d’un grand intérêt de savoir dans quel milieu ces praeceptores avaient été formés (gréco-oriental ou italique) et en quel lieu Vitruve a pris contact avec eux (Rome, Athènes, Halicarnasse ?) ; on a effectivement beaucoup discuté de l’origine de ce "dorique amendé" auquel le théoricien attache une grande importance et qui constitue l’une des acquisitions les plus originales de cet enseignement oral ; A. Choisy fondait naguère sur quelques indices proportionnels son hypothèse d’une formule "occidentale" et plus précisément italique204 ; nous avons pu établir depuis que celle-ci restait en réalité, en raison de son rigoureux maillage modulaire et de l’élargissement "hermogénien" de ses entrecolonnements axiaux, tributaire des principes mis en œuvre par les grands créateurs de l’ionisme hellénistique205. Quoi qu’il en soit les praeceptures semblent avoir eu une influence décisive non seulement dans le domaine de l’aedificatio mais aussi dans ceux de la gnomonique et de la mécanique, puisqu’ils apparaissent plusieurs fois dans les livres IX et X. Si l’on en juge enfin par la notice de VI, praef. 4-5, ces personnages n’étaient pas seulement des praticiens expérimentés capables d’enrichir la doctrina de leur disciple, mais aussi des maîtres en déontologie professionnelle et en morale individuelle.

  • 206 VIII, 3, 25.
  • 207 II, 8, 11 sq.
  • 208 IV, 8, 4 ; III, 2, 8 ; 1, 6, 4. Plus généralement, sur les connaissances géographiques de Vitruve, (...)
  • 209 J.-F. Bommelaer, "Sur les rapports de Vitruve avec la science de son temps : questions de topograph (...)
  • 210 Sur la question des temples hypèthres et le problème posé par la description de l’Olympiéion d’Athè (...)

86En X, 11, 2 Vitruve établit une distinction entre les résultats de sa propre expérience et les leçons des praeceptores Cette notice nous oriente vers la dernière source d’information dont le théoricien a pu tirer profit, sa propre activité professionnelle et les acquisitions d’une existence peut-être plus riche et plus mouvementée que ne le laisse entendre le bref rappel, limité à sa carrière officielle, qu’il s’autorise dans la préface du premier livre. Si, autant qu’on en puisse juger, sa pratique de bâtisseur est restée limitée -le seul édifice dont il revendique la responsabilité est la basilique judiciaire de Fano-, en revanche son savoir dans le domaine de l’hydraulique et des machines de jet, mis en œuvre et développé dans les différents postes qu’il a occupés au service des responsables romains, lui a évidemment beaucoup servi lors de la rédaction des livres VIII et X. Les campagnes auxquelles il a pris part à la suite de César l’ont de surcroît familiarisé avec de nombreux sites et villes du pourtour méditerranéen : si le doute reste permis, au vu de son récit de X, 16, 11, quant à sa participation effective au siège de Marseille en 49 avant J.-C, il est indéniable que les voyages -en service commandé ou non- ont joué un rôle non négligeable dans la formation de Vitruve. Sur ce point de nombreuses questions restent ouvertes : doit-on inférer du fait qu’il a accueilli Gaius Julius, le fils de Massinissa206, une réelle présence en Afrique du scriba armamentarius Vitruve lors de la campagne de Numidie en 46 avant J.-C. ? De sa prolixe description d’Halicarnasse, plus détaillée que celles de Strabon ou de Pline, peut-on conclure à une "autopsie" du site par l’auteur lui-même ?207. De ses mentions des monuments athéniens (l’Erechthéion, l’Olympiéion, la "Tour des vents") faut-il admettre qu’il a effectivement accompli un séjour en Grèce208 ? On discutera encore longtemps avant d’arriver, si tant est qu’on y parvienne jamais, à quelque certitude. Les uns mettent en avant les erreurs ou les incohérences de certains de ces développements : c’est le cas par exemple de J.-F. Bommelaer à propos de la présentation vitruvienne du site d’Halicarnasse, dont il met en cause l’exactitude documentaire209 ; d’autres soulignent au contraire que ces défauts, imputables en grande partie au genre même du traité et aux nécessites de chercher des cautions à des préceptes normatifs, réhabilitent les allusions, en première lecture étranges, à l’Erechthéion ou à l’Olympiéion en tenant compte aussi de l’état dans lequel, en son temps, Vitruve a pu voir les édifices en question210. Nous nous garderons d’exprimer ici un avis trop tranché, renvoyant aux commentaires ad locum de A. Corso pour les passages concernés des livres II et IV ; cet auteur est favorable à l’idée que Vitruve s’est rendu dans la plupart des sites qu’il évoque, et il avance pour cela une série d’arguments qui méritent la plus grande attention.

  • 211 G. Ragone, "La Guerra Meliaca e la struttura originaria della Lega ionica in Vitruvio IV, 1,3", dan (...)
  • 212 A. Von Gerkan, Das Theater von Priene, Berlin, 1921, p. 64 et pl. 29, 2-3.

87Une évaluation comparative de ces filières si différentes dans l’acquisition du savoir vitruvien demeure évidemment impossible. Tout au plus peut-on considérer que dans la masse des informations textuelles qui forment malgré tout, dans la plupart des livres du De architectura, la base la plus importante sur laquelle l’auteur fonde ses théories, les sources orientales et plus précisément micrasiatiques restent prépondérantes. Malgré la diversité thématique et la stratification complexe qui caractérisent les volumina de l’aedifîcatio, la prééminence des modèles de l’Asie Mineure hellénistique et le prestige des maîtres qui y ont œuvré apparaissent comme une constante : il a pu être prouvé que les inadvertances du récit "historique" de la colonisation grecque de la côte orientale de l’Egée sont imputables à une reconstruction "alternative" datable du troisième quart du iiie siècle avant J.-C. élaborée en milieu attalide211 ; cette donnée corrobore les aspects pergaméniens de l’ionisme vitruvien dont nous avons tenté de relever les caractères essentiels dans notre commentaire du livre III. Et la personne d’Hermogénès qui règne véritablement sur la pensée de Vitruve, en ce qui concerne du moins les temples, est en quelque sorte la figure emblématique de cette prédominance. On nous objectera que ce raisonnement perd beaucoup de sa force quand on en vient aux livres consacrés aux édifices publics profanes et aux constructions privées. Ce n’est vrai qu’en partie, puisqu’il a été prouvé depuis longtemps, par exemple, que la formule du théâtre grec selon Vitruve trouvait ses applications les plus convaincantes en Asie Mineure également : A. Von Gerkan a montré que l’édifice de Priène répondait parfaitement au schéma des carrés inscrits dans le cercle de l’orchestra"212.

88Mais il est certain que pour les constructions non religieuses la part de l’architecture italique redevient importante. Il importe donc, pour clore cette introduction, d’examiner les relations de Vitruve avec la tradition italique et l’architecture occidentale contemporaine.

Vitruve et la tradition italique

  • 213 B. Wesenberg, "Griechisches und Römisches in der vitruvianischen Architektur : ein Beitrag zur Quel (...)
  • 214 H. Von Hesberg, "Vitruv und die italische Tradition", dans Vitruv-Kolloquium (op. cit.), p. 123 sq.

89Deux études ont récemment mis en évidence le poids de l’architecture italique, de ses traditions et de ses lacunes, dans la conception générale des livres du De architectura consacrés à l’aedificatio. B. Wesenberg a observé pour sa part, au terme d’une analyse des composantes "romaines" de plusieurs chapitres des livres IV et V, que le texte vitruvien y présentait trois strates : celle qui dépend d’un maître d’Asie Mineure, auteur de la formalisation rationnelle des trois ordres des temples grecs ; celle qui relève d’un architecte "romain", lequel peut être aussi bien un affranchi grec ou oriental travaillant pour des commanditaires de l’Urbs, auteur de l’adaptation au système modulaire d’un certain nombre d’édifices qui lui étaient originellement étrangers, tels le temple "toscan" ou la basilique judiciaire "normale" ; enfin la création de Vitruve lui-même qui semble se limiter à la basilique de Fano et qui ne répond à aucune des normes définies dans les deux ensembles précédents213. H. Von Hesberg a quant à lui souligné que le désir d’élever l’architecture italique, et plus précisément sa typologie monumentale, au même niveau de rationalité que l’architecture hellénistique d’Orient relevait chez Vitruve d’une préoccupation essentielle, qui permet de comprendre plusieurs aspects du De architectura214. La notion de la tuscanicorum et graecorum operum communis ratiocinatio, qui suppose acquis un mélange équilibré où les deux traditions, l’orientale et l’occidentale, se rejoignent ne vaut pas seulement pour les édifices religieux bien qu’elle s’exprime en IV, 8, 5, mais aussi pour beaucoup d’autres constructions. Elle procède évidemment davantage d’une vision théorique que d’une réalité, mais il est indéniable qu’elle a été l’un des éléments constitutifs de la réflexion vitruvienne.

90Cette volonté d’intégrer au système modulaire les créations de la fin de la République dont Vitruve est persuadé, à juste titre, qu’elles valent les modèles grecs classiques ou hellénistiques explique bien évidemment l’effort dont témoignent en particulier les livres V et VI pour analyser selon les méthodes appliquées au temple ionique par exemple les basiliques, les théâtres ou les maisons italiques. Elle permet de comprendre aussi les limites de l’entreprise et ses aspects abusivement normatifs, dans un contexte ou la liberté créatrice, et plus encore les traditions, excluent tout alignement sur des modèles géométriquement conçus.

  • 215 P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles d (...)

91Mais il convient de tenir compte aussi, plus concrètement, des recherches qui se développaient en ce milieu du ier siècle avant J.-C. autour des responsables politiques, consuls, censeurs ou imperatores investis de missions difficiles dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture, ou soucieux de doter Rome d’un bâtiment insigne. Bien qu’il n’ait été, selon toute vraisemblance, nullement intégré à ces équipes prestigieuses, Vitruve ne pouvait ignorer de tels travaux. Il est possible de retrouver une trace de ces spéculations plus ou moins normalisées, contemporaines de l’époque où Vitruve rassemblait sa documentation, dans les brèves notices du livre I relatives à la fondation des villes et à l’aménagement de leurs centres monumentaux : le processus de la municipalisation, consécutif à la Guerre sociale, n’est sans doute pas étranger aux formules de Vitruve, qui peut avoir repris en les modifiant à peine des prescriptions juridiques à caractère général, ou synthétiser les pratiques les plus fréquemment mises en œuvre à l’époque215. Mais il est un autre domaine où les préceptes vitruviens nous paraissent procéder d’une situation et d’un climat du même ordre, c’est celui du theatrum latinum.

  • 216 F. B. Sear, "Vitruvius and the Roman Theater Design", dans AJA, 94, 1990, p. 249 sq.
  • 217 E. Frézouls, dans ANRW II, 12, 1, Berlin, New York, 1982, p. 369.
  • 218 Cf. notre étude dans RA, 1994, p. 57 sq. sur le schéma vitruvien du théâtre latin.

92On sait quelle importance Vitruve a accordée, dans son livre V, à l’architecture théâtrale : c’est un véritable traité qui se développe en sept chapitres, comparable en cela au "traité sur les ordres" qui occupe une grande partie des livres III et IV. Avec les temples, les théâtres sont les seconds pôles de la réflexion sur les édifices publics, et cela seul est déjà révélateur d’une période : les années 65-50 avant J.-C, décisives pour la formation de Vitruve, sont aussi celles où les recherches concernant l’édifice théâtral, dans sa version unitaire et monumentale, sont à Rome les plus fécondes. L’étude de F. B. Sear constitue de ce point de vue une tentative intéressante en ce qu’elle s’efforce de situer la démarche vitruvien-ne dans son contexte historique en insistant sur le degré d’élaboration atteint dès lors par plusieurs théâtres d’Italie centrale216. Mais on gardera surtout en mémoire qu’au moment où Vitruve recueille ses informations l’un des grands débats dans l’Urbs est celui qui s’instaure autour du projet puis de la réalisation du théâtre de Pompée, autour aussi du ou des projets césariens. Sans doute peu de théâtres réellement construits répondent aux normes vitruviennes, on l’a noté depuis longtemps. Pour autant le chapitre 6 du livre V, qui décrit le mode d’implantation du theatrum latinum ne résulte pas, comme on l’a écrit, de "l’indifférence de Vitruve à l’élaboration d’un type nouveau d’édifice"217. Comme toujours, c’est vrai, le théoricien n’a retenu qu’un cas de figure parmi d’autres et l’a élevé arbitrairement au rang d’un parangon. Mais le fait que les schémas de remplacement proposés par les archéologues modernes pour retrouver le plan régulateur de divers théâtres augustéens ou julio-claudiens soient tous fondés sur un système de cercles avec ou sans éléments inscrits, qui reste cantonné, comme celui de Vitruve, au secteur de l’orchestra prouve que, dans ses grandes lignes au moins, la méthode préconisée par le théoricien était bien adaptée au problème. En ce sens, le schéma vitruvien, qui permet une cohésion parfaite entre la cavea et le bâtiment de scène, procède d’un esprit révélateur des nouvelles orientations de l’architecture théâtrale218. Dans ce cas particulier, si important, nous l’avons dit, par la place qui lui est reconnue dans le traité, l’intérêt du texte vitruvien, et sa valeur historique, résident en ceci qu’il nous donne accès aux phases d’élaboration d’un monument dont l’archéologie ne nous a en général conservé que des exemplaires aboutis et, pour l’époque impériale, canoniques.

  • 219 Sur la basilique vitruvienne, H. Wiegartz, "Vitruvs Darstellung der römischen Basilica", dans Vitru (...)
  • 220 Sur l’aedes Augusti V, 1,7, voir le commentaire ad locum de A. Corso dans Vitruvio, De architectura (...)
  • 221 Cf. J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies p (...)

93Des observations du même genre pourraient être faites à propos d’autres édifices : il est clair par exemple que le premier chapitre du livre V, consacré aux basiliques judiciaires, dans son apparente hétérogénéité, nous livre là encore une ou peut-être deux phases expérimentales qui témoignent de la vitalité de la recherche contemporaine à propos d’un monument qui allait revêtir, dès le début de l’Empire, en Italie et dans les provinces occidentales, une signification politique et idéologique centrale219. La question de l’aedes Augusti intégrée à la basilique de Fano, si souvent utilisée comme un indice de datation postérieur à janvier 27 avant J.-C. pour la rédaction du texte, constitue en fait la preuve de la façon dont le théoricien bâtisseur était capable de répondre aux exigences les plus récentes de l’architecture publique220 ; et les nombreux exemples d’édifices qui répondent sinon aux mêmes normes du moins à un plan analogue attestent le caractère pleinement actualisé de cette création vitruvienne de la colunia Julia Fanestris221.

  • 222 G. Hallier, "Entre les règles vitruviennes et les réalités archéologiques : l’atrium toscan", dans (...)
  • 223 E. de Albentiis, La casa dei Romani, Milan, 1990, p. 149 sq.

94En ce qui concerne les maisons enfin, le développement de la recherche a mis en évidence de nombreuses coïncidences entre les normes du De architectura et la réalité construite ; citons seulement l’étude conduite par G. Hallier sur une centaine d’atriums "toscans" : il apparaît que dans plus d’un tiers des cas les relations dimensionnelles du cavaedium sont conformes aux préceptes du théoricien222. Plus largement, la conception générale de la domus vitruvienne s’accorde dans ses grandes lignes, et plus encore dans l’esprit qui a présidé à son organisation, à ce qu’on observe par ailleurs, dans les maisons des iie et ier siècles avant J.-C. de Pompéi, comme l’a démontré la synthèse récente de E. de Albentiis223.

  • 224 Sur les "humeurs" et les silences de Vitruve, Vitruve IV p. lx sq.
  • 225 III, 3, 2.
  • 226 IV, 2, 5.

95Cela dit on ne saurait ignorer les combats d’arrière-garde que Vitruve a cru devoir aussi conduire, et les polémiques qu’il a plus ou moins ouvertement entretenues avec des architectes qui avaient apparemment la chance de participer plus activement qu’il ne l’a fait aux vastes opérations édilitaires de l’époque224. Des raisons théoriques et des circonstances particulières l’ont entraîné à refuser certaines innovations riches d’avenir : insensible à la densification des volumes qui constituait la raison principale de la diffusion des rythmes pycnostyles dans la façade des grands temples de l’Urbs, il prône toujours, en bon disciple des maîtres orientaux, un écartement plus large des colonnes du pronaos225 ; d’autre part il n’a pas su ou pas voulu comprendre l’évolution de l’entablement corinthien, et il feint de considérer l’apparition de modillons au-dessus des denticules comme une concession fautive -à ses yeux impardonnable- à la mode du mélange des ordres, puisqu’il assimile ces éléments nouveaux à de simples mutules226. D’autres réticences pourraient être relevées qui témoignent chez Vitruve d’un refus profond de l’innovation, conforme du reste, indépendamment de toute raison conjoncturelle, à sa formation et aussi à la conviction qui était comme inscrite dans son projet théorique, que la perfection était dès lors atteinte dans la plupart des types monumentaux et qu’il convenait seulement de la codifier. L’un des exemples les plus patents de silence réprobateur est fourni par le livre II où l’absence de mention de certaines formes de maçonnerie "moulée" ne doit pas être interprétée comme une ignorance mais comme le reflet d’un choix personnel hérité d’un goût classicisant pour l’architecture "probe" où les parements expriment la nature du noyau interne du mur.

96L’auteur du De architectura n’en a que plus de mérite d’avoir tenté de participer, dans des secteurs tout de même très variés, à la réflexion qui se développait autour de lui et d’avoir même pu apporter sa touche personnelle à l’évolution de monuments dont il ne trouvait aucune caution dans la tradition hellénistique orientale. Cet ancrage, plus profond et plus volontariste qu’on ne l’a dit souvent, dans une réalité vivante et contemporaine rejoint ce que nous observions en termes plus généraux au début de cette introduction, à savoir la pleine participation de Vitruve aux grands débats des dernières décennies de la République.

97Cette position inconfortable, entre les prestiges d’un passé immobile dont les expériences ont été définitivement filtrées et codifiées, et les bouleversements d’un présent où toutes les formes sont en mutation, où la pratique même de l’architecture se modifie profondément, a sans aucun doute été vécue douloureusement par Vitruve. Mais cette ambiguïté fondamentale fait aujourd’hui, à nos yeux, tout le prix du De architectura.

Notes

1 De architectura V. praef. 1. Sur cette préface, A. Kessissoglu, Die Fūnfte Vorrede in Vitruvs "De architectura ", Francfort, Berlin, 1993.

2 Pline, H.H., index des auctores des livres 16, 35 et 36 ; Frontin, Aq. 25, 1 et 25, 2 ; Cétius Faventinus, incipit du résumé du De architectura ; Servius, ad Aen 6, 43 ; Sidoine Apollinaire, Epist 4, 3, 5 ; 8, 16, 10.

3 Pour les témoignages épigraphiques, P. Ruffel, J. Soubiran, "Vitruve ou Mamurra ?", dans Pallas. XI, 1962, p. 173-176. Cf. aussi Ph. FLEURY, Vitruve. De l’Architecture, livre I (cité ensuite Vitruve I), Paris, CUF, 1990, p. X sq.

4 P. Thielscher, S.V. L. Vitruvius Mamurra, dans R.E IX, A, I, 1961, col. 419-489.

5 G Tosi, L’arco dei Gavi, Rome, 1983, p.71-77.

6 Voir les études de B. COHEN, "Some neglected ordines : the apparitorial Status-group", dans Des ordres à Rome, Paris, 1984, p. 23-60 sq. ; N. Purcell, "The Apparitores : a Study in social Mobility", dans PBSR 51, 1983, p. 125 sq. ; E. Rawson, Intellectual Life in the late Roman Republic, Londres, 1985, p. 185 sq. ; S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 706 sq.
Nous avons suscité à l’Ecole française de Rome, dans le cadre de la préparation de cette édition, un colloque international qui a eu lieu les 26 et 27 mars 1993. Les actes en sont publiés sous le titre Le projet de Vitruve. Objet, destinataires et réception du De architectura, EFR, Rome, 1994. Nous reprenons dans la section consacrée à la situation sociale et à la carrière de cet auteur la substance de la communication que nous avons présentée lors de ce colloque.

7 B. Cohen, loc. cit., p. 33 sq. et p. 49.

8 CI. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976, p. 14.

9 B. Cohen, loc. cit., p. 35 sq.

10 S. Demougin, op. cit.. p. 706.

11 N. Purcell, loc. cit., p. 138-142 ; R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982, p. 50 et p. 65.

12 Horace, Epist., I, 8, v.2 : comiti scribaeque Neronis.

13 D’après Epist., I, 3, v. 15 sq.

14 N. Purcell, loc. cit., p. 156 sq. Cf. CIL V, 1883 ; X, 4832 ; VI, 999 = 31221.

15 B. Dobson, "The praefectus fabrum in the early Principate", dans Britain and Rome, Essays E. Birley, 1966, p. 61 sq.

16 M. C. J. Miller, "Forum Julium ad Aegyptum" dans The Ancient World, 13, 1986, p. 55-61.

17 Cf. L. Callebat, Vitruve De l’Architecture, livre VIII, Paris, CUF, 1973, p. ix-x et p. 165-167 (cité ensuite Vitruve VIII).

18 Cf. B. Cohen, loc. cit., p. 33 (lex Cornelia) ; Cicéron, De lege agraria, II, 32 ; Frontin, De aguaed., 100 (loi de 11 avant J.-C).

19 Cf. E. Meinhardt et E. Simon, dans Fūhrer durch die ōffentlichen Sammlungen klassischer Altertūmer in Rom, I, Tübingen, 1963, n° 363. p. 275-277.

20 Vitruve I, praef 2 : cum autem concilium caelestium in sedibus inmortalitatis eum dedicauisset et imperium parentis in tuam potesta-tem transtulisset, idem studium meum in eius memoria parmanens in te contulit fauorem. Itaque cum M. Aurelio et P. Minidio et Gn. Comelio ad apparationem balistarum et scorpionum reliquo-rumque tormentorum refectionem fui praesto et cum eis commoda accept ; quae cum primo mini tribuisti recognitionem, per sororis com-mendationem seruasti.

21 Notre traduction tient compte de la signification institutionnelle des termes.

22 Citons seulement Ovide, Métam., IX, v. 246 ; v. 426-427 ; Pontiques, III, 4, v. 71.

23 Sur cette question des commoda, cf. M. H. Morgan, "The Preface of Vitruvius", dans Proceedings of the Amer. Acad, of Arts and Science, 44, 1909, p. 166-170 ; F. Millar, "The Aerarium and its Officials", dans JRS, 54, 1964, p. 38-51 ; M. Corbier, l’Aerarium Saturni et l’Aerarium militare, Rome EFR, 1974, p. 700.

24 Cf. Frontin, op. cit., 100 et 118.

25 Sur la signification de recognitio dans le vocabulaire censorial. Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine, Paris, 1966, p. 69 sq. ; S. Demougin, op. cit., p. 142 sq. ; p. 150 sq. ; p. 162 sq. et p. 177 sq.

26 Opération mentionnée dans les Res Gestae, Vili, 2 ; les Fasti venusini, Insc. Ital., XIII, 1, p. 254 ; Suétone, Divus Augustus, 27, 11 ; Dion Cassius, 52, 42, 1. Cf. S. Demougin, op. cit., p. 142 sq.

27 II s’agit de C. Octavius, Augusti sororis 1., Actus, scriba librarius. Sur le rôle d’Octavie et son importance dans les commen-dationes, Ph. Fleury, op. cit, p. 63-64 ; sur les affranchis au service du personnel dirigeant, S. Treggiani, Roman Freedman during the late Republic, Oxford, 1969, p. 31, p. 90 et p. 160 sq. ; I. Calabi Limentani, Studi sulla società romana. Il lavoro artistico. Milan – Varese, 1958, p. 28 sq. Sur la notion de commendatio, sa pratique et sa signification, voir maintenant E. Deniaux, Clientèles et pouvoirs à l’époque de Cicéron, Rome, 1993, p. 28 sq., p. 32 sq.

28 W. H. Gross, s.v.,Apollodoros 9, dans Der Kleine Pauly, 1, 1979, col. 440 sq.

29 Vitruve VIII, p. X et p. xxxviii.

30 V, 1, 6-9.

31 Particulièrement V, praef. 45 : mihiautem a praeceptoribus est traditum : rogatum, non rogantem oportere suscipere curant, etc. Voir le commentaire ad loc. de A. Corso.

32 L’esprit est à peu près, toutes proportions gardées, comparable à celui du milieu padouan de la famille de Tite Live.

33 VI, praef. 1 :... opinans munus omnibusgentibus non ingratum futurum.

34 Voir particulièrement "Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes", dans ANRW II, 30, I, Berlin, New York, 1982, p. 688 sq.

35 I praef. 1.

36 I, praef. 3 ; X, praef. 4, etc. Essentiel est à cet égard V, praef. 3, où Vitruve exprime la nécessité d’adapter la présentation de son savoir à un public dont les préoccupations essentielles sont ailleurs : Non minus cum animadvertissem distentam occupationibus civitatem publias et privatiis negotiis, paucis iudicavi scribendum, uti angusto spatio vacuitatis ea legentes breviter percipere possent.

37 I, praef. 3.

38 VII, praef. 1.

39 Cicéron, De officiis, I, 155-156. A rapprocher de VII, praef. 1.

40 1, 1, 18 :... peto, Caesar, et a te et ab his qui ea volumina sunt lecturi, ut, si quid parum ad régulant artis grammaticae fuerit explication, ignoscatur.

41 Pline, Epist., I, 10, 9.

42 1, 1, 18 : namque non uti summus philosophus nec rhetor disertus nec grammaticus summis rationibus artis exercitatus, sed ut architectus his litteris imbutus haec nisus sum scribere. Cf. Vitruve I. p. 104.

43 V, praef. 1.

44 Voir L. Callebat, "La prose du De architectura de Vitruve", dans ANRW, II, 1, Berlin, New York, 1982, p. 696 sq.

45 1, 1, 4 et 5.

46 III, 3, 8 ; V, 1, 10.

47 Voir l’admirable mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin, 1983, p. 109-178.

48 Sur la notion de symmetria, voir notre édition Vitruve. De l’architecture, livre III, (cité ensuite Vitruve III), Paris, CUF, 1990, p. xlv sq. et p. 56-60.

49 III, 3.

50 IV, 1, 11 ; IV, 7.

51 IV, 8, 1-2. Cf. à ce sujet H. Geertman, dans Munus non ingratum, Babesch Suppl. 2, 1989, p. 154-177.

52 Juvénal, Sat. V, v. 3 sq. ; cf. aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 59.

53 Varron, Res rusticae, 1, 3, p. 21 et p. 119 de redit, de J. Heurgon, Belles Lettres, Paris, 1971.

54 Malgré F. E. Brown, "Vitruve and the liberal Art of architecture", dans Bucknell Review, 11, 1963, p. 99 sq.

55 I, 1, 17. Cf. Ph. Fleury, op. tit, p. 102 sq.

56 Outre I, 1, 17-18, voir II, praef. 4 et VI, praef. 4-5.

57 Essentiel de ce point de vue : VI, praef. 5-6.

58 Cicéron, In Verrem, II, 1, 133- 148.

59 Cicéron, De haruspicum responsis, 14, 31 ; Ad Quintum fratr, III, 1, 1 4.

60 Morris H. Morgan (Notes on Vitruvius, dans Harvard Studies, 17, 1906, p. 9) avait cru pouvoir tirer parti du fait que les préteurs étaient nommés ici au même titre que les édiles pour dater cette notice d’après 22 avant J.-C. (d’après Dion Cassius 54, 2, 3, c’est en effet à partir de cette date que la charge des ludi est tranférée à Rome des édiles aux préteurs). En fait l’allusion vitruvienne ne semble pas concerner uniquement l’Urbs mais aussi les municipes d’Italie.

61 I, praef. 3 :... conscripsi praescriptiones terminatas ut eas adtendens et ante facta et futura qualia sint opera per te posses nota habere.

62 IV, 3, 3 :... uti, si qui voluerit his rationibus adtendens ita ingredi, habeat proportiones explicatas.

63 Suétone, Divus Julius. 31, 1.

64 Aulu-Gelle, NA, XIX, 10, 2-4.

65 Cf. J. Guillaume, "Philibert de l’Orme : un traité différent", dans Les Traités d’Architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 347 sq.

66 Cf. Aurea Templa, Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976, p. 15 sq. et la thèse de G. Sauron, Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, Rome, 1994.

67 Voir par ex. H. Lauter, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt, 1986, p. 30 sq.

68 P. H. Schrijvers, "Vitruve et la vie intellectuelle de son temps", dans Munus non ingratum (op. cit.), 1989, p. 13-21.

69 F. Coarelli, "La casa dell’aristocrazia romana secondo Vitruvio", dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 178 sq. ; E. Romano, "Dal De offlciis a Vitruvio, da Vitruvio a Orazio : il dibattito sul lusso edilizio", dans Le projet de Vitruve. Objet, destinataires et réception du De architectura, Rome, 1994, p. 63-73. Voir aussi A. La Penna, "La legitimazione del lusso privato da Ennio a Vitruvio. Momenti, problemi, personnagi", dans Maia, n.s. 41, 1989, p. 22 sq.

70 Vitruve III, p. lxxiv-lxxxv.

71 F. Pellati, "La basilica di Fano e la formazione del trat-tato di Vitruvio", dans RPAA, 33-34, 1947-49, p. 153-174 ; S. Ferri, Vitruvio (Dai libri I-VII), Rome, 1960, note ad loc., p. 31 sq.

72 A. Kessissoglu, op. cit, p. 97 sq.

73 P. Gros, Vitruve. De l’architecture, livre IV (cité ensuite Vitruve IV), Paris, CUF, 1992, p. xxvi sq.

74 Vitruve IV, p. 41-42.

75 Vitruve I, p. xx.

76 M. Gwyn Morgan, "The Porticus of Metellus : a Reconsideration" dans Hermes, 99, 1971, p. 486 sq. ; F. Coarelli, Roma. Guide archeologiche Laterza, Rome, Bari, 1980, p. 276 sq.

77 Vitruve III, p. lxxxi.

78 A. Kessissoglu, op. cit., p. 94 sq.

79 Sur les opérations édilitaires d’Octave commencées dès 29 avant J.-C, P. Gros, Aurea Templa (op. cit.), p. 26 sq.

80 Cl. Moatti, "Tradition et raison chez Cicéron : l’émergence de la rationalité politique à la fin de la République romaine", dans MEFRA, 100, 1988, p. 385-430 ; partirai, p. 405 sq.

81 Cf. Cl. Moatti, loc. cit., p. 414, n. 138.

82 Voir aussi W. J. Stahl, "The Systematic Handbook in Antiquity and the Early Middle Age", dans Latomus, 23, 1964, p. 311-321.

83 Cicéron, Fam. IX, 2 (lettre à Varron) parle d’un munus reipublicae ; Vitruve VI, praef. 1 :... opinans munus omnibus gentibus non ingratum futurum.

84 C. Lévy, "Cicéron créateur du vocabulaire latin de la connaissance : essai de synthèse", dans La langue latine langue de la philosophie, Rome, 1992, p. 91-106.

85 L. Callebat, loc. cit., dans ANRW II, 30, 1, Berlin, New York, 1982, p. 696 sq. et particulièrement p. 707 sq.

86 Voir particulièrement III, 1, 1 et Vitruve III, p. 55-60.

87 Cicéron, Luc. 37 et 39.

88 Cicéron, Ac. post., I, 11, 41 ; Luc, 17 et 67. Cf. C. Lévy, loc. cit., p. 99 sq. et du même auteur Cicero Academicus. Recherches sur les Académiques et sur la philosophie cicéronienne, Rome, 1992.

89 L. B. Alberti, De re aedificatoria, VI, 1, p. 420-21 de l’édition G. Orlandi, Milan, 1966, 2. Nombreux sont les commentateurs plus récents qui ont aussi souligné l’inconcinnitas de Vitruve, et en ont conclu à son incapacité à maîtriser le grec et même, dans certains cas, à écrire correctement le latin. Dans un réquisitoire spirituel mais excessif E. Oder a pu écrire que Vitruve était seulement un "prolétaire à-demi cultivé" ("Ein angebliches Bruchstück Demokrits über die Entdeckung unterirdischen Quellen", dans Philologus, Suppl. Band 7, Leipzig, 1899, p. 243 sq. et p. 363 sq.).

90 C. Lew, loc. cit., p. 98.

91 V, praef. 2. Cf. A. Kessissoglu, op. cit., p. 71 sq. et 77 sq.

92 V, praef. 2 et Cicéron, De oratore, III, 149.

93 Sénèque, Epist. 115, I : magnus ille remissus loquitur et securius.

94 Cicéron, Parad. Stoic, 3.

95 Lucrèce, I, 933.

96 IV, 8, 7. Cf. P. Gros, dans Les traités d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 57-59.

97 X, 11, 9.

98 C. Lévy, loc. cit., p. 98 sq.

99 W. Spoerri, Späthellenistische Berichte über Welt, Kultur und Götter. Schweizerische Beiträge zur Altertumswissenschaft, Bâle, 9, 1959, p. 121 sq., p. 140 sq., p. 148-151 ; R. Mondolfo, La comprensione del soggetto umano nell’antichità classica, Florence, 1958, p. 715 sq. ; A. Novara, Les idées romaines sur le progrès d’après les écrivains de la République, I, Paris, 1982, p. 167 sq. ; E. Romano, La capanna e il tempio : Vitruvio o dell’Architettura, Palerme, 1987, p. 117 sq.

100 Sur les sens de utilitas et usus dans les textes de la fin de la République, P. H. Schrijvers, "La pensée de Lucrèce sur l’origine du langage", dans Mnémosyne, 27, 1974, p. 342 sq.

101 Le passage essentiel est à cet égard II, 1, 2-3. Sur le rôle de la docilitas dans l’histoire humaine, voir aussi Cicéron, Pro Sestio, 91 sq.

102 Cf. I. Lana, dans Tecnologia, economia e società nel mondo romano, Còme, 1980, p. 23 sq.

103 Tusculanes, III, 69.

104 II, 1, 8.

105 III, 1, 9.

106 Brutus, 18, 71.

107 W. Spoerri, op. cit., p. 140 sq ; I. Lana, "Scienza, tecnica e lavoro nel mondo antico", dans Studium, 1965.

108 1, 1, 1 ; II, 1, 2. Cf. F. E. Brown, "Vitruvius and the liberal art of Architecture", loc. cit., p. 99 sq.

109 La formule la plus caractéristique est sans doute celle de IV, 2, 5 : ita quod non potest in ventate fieri, id non putaverunt in imaginibus factum posse certam rationem habere. Sur les veri naturae mores, IV, 2, 6.

110 Cf. C. Lévy, Cicero Academicus (op. cit.), p. 521 sq.

111 Sur le sentiment de légitime orgueil éprouvé par Vitruve devant le caractère exhaustif et, théoriquement du moins, organique de son œuvre, cf. E. Romano, op. cit., p. 185 sq.

112 Cf. surtout IV, praef. 1 (Vitruve IV, p. 42 sq.)

113 VII, praef. 11-15.

114 Cf. B. Wesenberg, "Zu den Schriften der griechischen Architekten", dans Bauplanung und Bautheorie der Antike, Berlin, 1984, p. 39-47.

115 IG II 2, 1668 (= Dittenberger, Silloge 3, 969). Voir en dernier lieu A. Linfert et coli., Die Skeuothek des Philon im Piräus, Cologne, 1981 et M. Untermann, dans Bauplanung und Bautheorie, op. cit., p. 81 sq.

116 IV, praef. 1.

117 V, 1, 6-10.

118 Vitruve III, p. xli.

119 Arcesios (inconnu par ailleurs) est aussi mentionné en IV, 3, 1.

120 Sur les sources du livre X, voir L. Callebat, Ph. Fleury, Vitruve. De l’Architecture, livre X (cité ensuite Vitruve X), Paris, CUF, 1986, p. xvi sq.

121 Cf. II, 1, 8 ; IV, praef. 1 ; V, praef. 5 ; VI, praef. 7 ; VII, praef. 10 ; IX, 8, 15 ; X, praef. 4 ; X, 16, 12. Cf. Vitruve I, p. xxxvii sq. et Vitruve IV p. 42 sq.

122 Voir à ce sujet les remarques très pertinentes de F. Choay, La règle et le modèle. Sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, 1980, p. 139 sq.

123 Voir infra, p. 420.

124 III, 1, 5 (Vitruve III, p. 71).

125 A. Kessissoglu, op. cit., p. 100 sq.

126 S. Ferry, op. cit., p. 274.

127 VIII, praef. 4 :... putavi, quoniam in prioribus septem volu-minibus rationes aedificiorum sunt expositae, in hoc oportere de inventionibus aquae etc.

128 Voir V, 1, 5 (proportions des entablements des basiliques) ; V, 9, 3 (entablements des portiques doriques derrière les théâtres) ; V, 9, 3 (portiques ioniques derrière les théâtres et courbure de leur stylobate) ; V, 9, 4 (chapiteaux corinthiens des mêmes portiques) ; VI, 3, 6 (portes des maisons) ; VI, 3, 7 (colonnes doriques des péristyles). Cela n’empêche pas que les colonnades des édifices profanes se distinguent par leur relative légèreté (subtilitas) de celles des édifices sacrés auxquels est réservée la gravitas.

129 Cf. A. Schramm, "Die Vorreden in Vitruvs Architectura", dans Philologische Wochenschrift, 30-31 (juillet 1932), p. 860-864.

130 J.-M. André, "Le prologue scientifique et la rhétorique : les préfaces de Vitruve", dans BAGB 1985, 4, p. 375-384 ; Id., "La rhétorique dans les préfaces de Vitruve. Le statut culturel de la science", dans Studi offerti a F. Della Corte, Urbino, 1988, 3, p. 265-289.

131 A. Novara, "Les raisons d’écrire de Vitruve ou la revanche de l’architecte", dans BAGB, 1983, 3, p. 286.

132 Vitruve I, p. xxvi-xxvii.

133 E. Romano, op. cit., p. 119-122 et p. 183-185. Voir aussi D. Vitali, "Sul senso della preistoria negli scrittori latini", dans Atti dell’Accad. Naz. dei Lincei, Vili, 31, 1976, p. 423-434.

134 Vitruve IV p. xxviii sq.

135 Voir à ce sujet E. Greco, M. Torelli, Storia dell’Urbanistica. Il mondo greco, Rome, Bari, 1983, p. 318-321.

136 Voir dans Vitruvio, De architectura, Turin, 1997, le commentaire ad locum de A. Corso.

137 On lira avec profit sur ce thème les observations de M. Baxandall, Les humanistes à la découverte de la composition en peinture (1340-1450), Paris, 1989, p. 64 sq.

138 Vitruve IV, p. 44.

139 Pline, H N, 34, 65 : non habet latinum nomen symmetria ("La symmetria n’a pas de nom en latin").

140 III, 1, 1. Les deux mots, le grec (symmetria) et le latin (commodulatio), sont construits sur le même schéma et ont la même valeur sémantique, puisque modus est un équivalent correct de metron.

141 Cf. F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Berlin, 1940, p. 60.

142 Héron d’Alexandrie, Definitiones, 128 (p. 84 de l’édition Heiberg).

143 Aristote, Métaphysique, 13, 1087 a 18.

144 III, 1, 1 : in omni opere totoque. Remarquable est l’insistance de Vitruve à évoquer la relation des parties au tout ; on la retrouve dans des formules différentes mais équivalentes en I, 2, 4 ; III, 1, 3 ; III, 1, 4 ; III, 1, 9.

145 Sur l’eurythmia, cf. F.W. Schilikker, op. cit., p. 68 sq.

146 Comme le prouve du reste la définition de I, 2, 3 : Eurythmia est venusta species commodusque in compositionibus membrorum aspectus ("L’eurythmie est l’apparence gracieuse et l’aspect bien proportionné qui réside dans la composition des membres", trad. Ph. Fleury, op. cit., p. 15).

147 Cf. D. E. Gordon, L. Cunningham, "Polykleitos "Diadumenos". Measurement and Animation", dans The Art Quarterly, 1962, p. 128 sq. ; H. Von Steuben, Der Kanon des Polyklet, Tübingen, 1973 ; R. Tobin, "The Canon of Polykleitos", dans American Journal of Archaeology, 79, 1975, p. 307 sq.

148 1, 2, 4 : Uti in homininis corpore e cubito, pede. palma, digito ceterisque particulis symmetros est eurythmiae qualitas, sic est in operum perfectionibus ("Dans le corps de l’homme, on trouve la propriété symétrique de l’eurythmie à partir du coude, du pied, de la paume, du doigt et des autres petites parties du corps, il en est de même dans la réalisation des ouvrages", traduction Ph. Fleury, op. cit., p. 16) ; III, 1,1-2 : Namque non potest aedis ulla sine symmetria atque proportione rationem habere compositionis, nisi uti [ad] hominis bene flgurati membrorum habuerit exactam rationem, etc. ("Aucun temple ne peut effectivement présenter une ordonnance rationnelle sans la "symétrie" ni la "proportion", c’est-à-dire si ses composantes n’ont pas entre elles une relation précisément définie, comme les membres d’un homme correctement conformé, etc.").

149 III, 1, 3. L’inscription du corps humain dans un carré et dans un cercle a donné lieu, chez les commentateurs de Vitruve, depuis les éditions du xvie siècle jusqu’aux plus récentes, à des spéculations graphiques ou philosophiques nombreuses.

150 Pour Platon, la symmetria n’est pas de ce monde ; voir par exemple République, VII, 529e-530ab.

151 III, 1, 2.

152 Diodore, Biblioth. histor., I, 98.

153 R. Tobin, loc. cit., p. 307 sq. ; P. Gros, "Nombres irrationnels et nombres parfaits chez Vitruve", dans MEFRA, 88, 1976, p. 676.

154 Platon, Timée, 35 b-c et 36 a. Cf. F.W. Schlikker. op. cit., p. 64 sq.

155 Cf. S. Ferri, op. cit., pp. 54-56.

156 E. Raven, "Polyklitus and Pythagoreanism", dans Classical Quarterly, 1951, p. 148 sq. Voir aussi D. Schulz, dans Hernies 83, 1955, p. 200 sq.

157 Galien, De Placitis Hippocratis et Platonis, V. 4, 3 (éd. Kühn, p. 448).

158 Métaphysique, 986 a 8.

159 Loc. cit., pp. 150-152.

160 D’après IV, 1, 11. Sur les définitions du module chez Vitruve, cf. I, 2, 4 ; III, 1, 9 ; III, 3, 10 ; III, 5, 8. Voir maintenant H. Knell, Vitruvs Architekturtheorie, Darmstadt, 1985 et B. Wesenberg, "Die Bedeutung des Modulus in der vitruvianischer Architektur", dans Le projet de Vitruve (op. cit.,), p. 91-104.

161 B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin, 1983, p. 114 sq. et p. 141 sq.

162 IV, 3, 11.

163 W.H. Goodyear, Greek Refinments, New Haven, Londres, Oxford, 1912 et H. Busing, dans Vitruv-Kolloquium, Darmstadt, 1984, p. 27-40.

164 IV, 3, 11.

165 Platon, Sophiste, 235e.

166 Caractéristique est à cet égard le problème posé par les itinerum supercilia dans le theatrum latinum (V, 6, 5).

167 III, 5, 7.

168 III, 5, 8.

169 Sur les illustrations du De architectura, voir Ph. Fleury, dans Vitruve I, Paris, 1990, p. lxii sq.

170 Sur la possible authenticité de la figure de la rose des vents (I, 6, 12) reproduite dans deux des plus anciens manuscrits, Ph. Fleury, ibid., p. 184.

171 C’est le cas des corniches, chapiteaux et bases de colonnes qui illustrent un manuscrit de la fin du xe siècle.

172 W. Sackur, Vitruv und die Poliorketiker. Vitruv und die Christlicheantike. Bautechnisches aus der Literatur des Altertums, Berlin, 1925, p. 12-19.

173 Voir Vitruve I, p. lxiii-lxv.

174 I, 1, 4.

175 III, 3, 13 et III, 4, 5. Cf. notre commentaire ad loc. dans Vitruve III, p. 124 sq. et p. 139 sq.

176 Thèse soutenue à la Scuola normale superiore de Pise le 30 novembre 1993, intitulée : Il capitello ionico nel rinascimen-to italiano : toscano, romano e veneto.

177 Cf. M. Losito, "La ricostruzione della voluta ionica vitruviana nei trattati del Rinascimento", dans MEFR, Italie et Méditerranée, 105, 1993, p. 133-175.

178 Vitruve III, p. 160 (à propos de III 5, 6).

179 Cf. notre étude dans Les traités d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 57 sq.

180 IV, 8, 7. Cf. Vitruve IV, p. 214.

181 II est probable que l’appel à la forma descripta de X, 6, 4 renvoie au schéma de la vis d’Archimede présenté dans le livre précédent.

182 M. Conticello de Spagnolis, Il tempio dei Dioscuri nel Circo Flaminio, Rome, 1984 ; F. Coareixi, "Le pian de la via Anicia. Un nouveau fragment de la Forma Marmorea de Rome", dans Rome. L’espace urbain et ses représentations, Paris, 1991, p. 65 sq.

183 IV, 8, 4 : aedes ex isdem symmetriis ordinatae.

184 VII, praef. 10.

185 Vitruve. De l’architecture, livre IX, Paris, CUF, 1969, p. xxii-xxxi.

186 A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, dans Denkschriften der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien, 57, 4, 1914, p. 5 sq. ; A. Choisy, Vitruve II, Paris, 1909, p. 10 sq. et p. 99.

187 R. Carpenter, dans AJA, 30, 1926, p. 259 sq.

188 F.W. Schlikker, op. cit., p. 9 sq.

189 H. Riemann, dans AA, 1952, p. 27 sq. et p. 36 sq.

190 B Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur... (op. cit.), p. 109 sq. et p. 164 sq.

191 VII, praef. 12.

192 Agésistratos est cité par Vitruve en VII, praef. 14, mais non pas en X, 13, 1 où il se contente de noter, à propos de l’usage du bélier : sic inventus memoratur. Or l’information figure également chez Athénée (Mech. 9, 4 – 10, 4). Cf. Vitruve X, p. 239.

193 X, 15,2.

194 H. Degering, "Wann schrieb Vitruv sein Buch über die Architektur ?", dans BPhW, 46, 1907, col. 1470. Sur les Disciplinarum libri de Varron, voir L. Hadot, Arts libéraux et philosophie dans la pensée antique, Paris, 1984, p. 156 sq.

195 Lucrèce est nommé, ainsi que le De rerum natura en IX, praef. 17.

196 J. Ferguson, dans ANRW II, 36, 4, Berlin, New York, 1990, p. 2270.

197 E. Oder, loc.cit., dans Philologus, Suppl. Band 7, Leipzig, 1899, p. 369.

198 Cf. J. Malitz, "Die Historien des Posidonios", dans Zetemata, 79, 1983, p. 81 sq. ; H. Knell, "Vitruvs Klimalehre", dans RM, 100, 1993, p. 382-390.

199 Cf. supra, n. 176 et 177.

200 Cf. O. Neugebauer, "The astronomical origin of the theory of conic sections", dans Proceedings of the American Philosophical Society, 92, 3, juillet 1948, p. 136 sq. ; A. Szabo, "Preistoria della geografia matematica", dans Geographia antica, 1, 1992, p. 81-87.

201 A. Stückelberger, "Die Atomistik in römischer Zeit : Rezeption und Verdrängung", dans ANRW II, 36, 4, Berlin, New York, 1990, p. 2574-2576.

202 G Tosi, "Architettura e Astronomia nel De architectura di Vitruvio" dans Archeologia e Astronomia, RdA, Suppl. 9, Rome, 1991, p. 74-82 ; et surtout E.Friedrich, "Eudoxos-Pytheos. Elementare Massordnungen in der frühen sphäris-chen Astronomie und in der Architektur der Spätklassik", dans Architectura, 23, 1993, p. 1-13.

203 IV, 3, 3 ; VI, praef. 4 et 5 ; IX, 1, 16 ; X, 11, 2 ; X, 13, 8.

204 A. Choisy, op. cit., p. 101-102.

205 Vitruve IV p. xlvi-xlviii (sur les caractéristiques du dorique "vitruvien").

206 VIII, 3, 25.

207 II, 8, 11 sq.

208 IV, 8, 4 ; III, 2, 8 ; 1, 6, 4. Plus généralement, sur les connaissances géographiques de Vitruve, W. Kirk, "The geographical significance of Vitruvius De architectura", dans The Scottish geographical Magazine, 69, 1953, p. 1-10 et Y. Janvier, "Vitruve et la géographie", dans Geographia Antiqua 3-4, 1994-95, p. 49-78.

209 J.-F. Bommelaer, "Sur les rapports de Vitruve avec la science de son temps : questions de topographie et de géographie", dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 22-30.

210 Sur la question des temples hypèthres et le problème posé par la description de l’Olympiéion d’Athènes en III, 2, 8, voir maintenant M.-Ch. Hellmann, dans RA, 1993, p. 74 sq.

211 G. Ragone, "La Guerra Meliaca e la struttura originaria della Lega ionica in Vitruvio IV, 1,3", dans Rivista di filologia e istruzione classica, 114, Turin, 1986, p. 173-205.

212 A. Von Gerkan, Das Theater von Priene, Berlin, 1921, p. 64 et pl. 29, 2-3.

213 B. Wesenberg, "Griechisches und Römisches in der vitruvianischen Architektur : ein Beitrag zur Quellenfrage", dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 76 sq.

214 H. Von Hesberg, "Vitruv und die italische Tradition", dans Vitruv-Kolloquium (op. cit.), p. 123 sq.

215 P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, coll. Latomus 156, Bruxelles, 1978, p. 57-59 ; Id., Architettura e società nell’Italia romana, Rome, 1987, p. 112-113.

216 F. B. Sear, "Vitruvius and the Roman Theater Design", dans AJA, 94, 1990, p. 249 sq.

217 E. Frézouls, dans ANRW II, 12, 1, Berlin, New York, 1982, p. 369.

218 Cf. notre étude dans RA, 1994, p. 57 sq. sur le schéma vitruvien du théâtre latin.

219 Sur la basilique vitruvienne, H. Wiegartz, "Vitruvs Darstellung der römischen Basilica", dans Vitruv-Kolloquium, op. cit., p. 193-237 ; P. Gros, "La basilique de forum selon Vitruve : la norme et l’expérimentation", dans Bauplanung und Bautheorie, Berlin, 1984, p. 49-69.

220 Sur l’aedes Augusti V, 1,7, voir le commentaire ad locum de A. Corso dans Vitruvio, De architectura (op. cit.).

221 Cf. J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1991, p. 298 sq.

222 G. Hallier, "Entre les règles vitruviennes et les réalités archéologiques : l’atrium toscan", dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 194-211.

223 E. de Albentiis, La casa dei Romani, Milan, 1990, p. 149 sq.

224 Sur les "humeurs" et les silences de Vitruve, Vitruve IV p. lx sq.

225 III, 3, 2.

226 IV, 2, 5.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540