Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

La sémantique des ordres à la fin de l’époque hellénistique et au début de l’Empire. Remarques préliminaires

Splendida civitas nostra. Studi archeologici in onore di A. Frova, a cura di G. Cavalieri Manasse ed E. Roffia, Rome, 1995,p. 23-33

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 L’étude la plus développée mais encore bien incomplète reste celle de Onians 1988a. Les chapitres s (...)
  • 2 Voir par ex. Lauter 1986 ; Gros 1976a ; Gros, Sauron 1988.
  • 3 Onians 1988b ; Tzonis, Lefaivre 1986 ; Hersey 1988.

1Hors des cas où le symbolisme décoratif est assez explicite pour autoriser une lecture directe des intentions des bâtisseurs, l’analyse des formes en tant que porteuses de sens reste embryonnaire pour les périodes hellénistique et romaine1. La situation peut sembler paradoxale quand on sait que l’aspect représentatif des monuments publics atteint alors son plus haut degré et prend même parfois le pas sur les exigences fonctionnelles2. On connaît d’autre part le développement récent des recherches sur la sémantique des ordres dans l’architecture européenne, depuis la première Renaissance italienne jusqu’au xixe s.3 : les édifices conçus “à l’antique” prétendaient retrouver l’esprit sinon la lettre des modèles grecs ou romains dont ils tiraient l’essentiel de leur prestige, et l’on est en droit de s’étonner qu’un effort analogue n’ait pas été accompli pour ceux-ci.

  • 4 Sur les écrits antiques relatifs à l’architecture, Gros 1990, p. xxxvi sq. Sur l’appréciation de l’ (...)

2L’une des raisons d’un tel retard réside sans doute dans le caractère lacunaire des vestiges archéologiques, devant lesquels l’urgence scientifique est d’abord de comprendre l’organisation dont ils procèdent, d’en restituer l’élévation et de cerner les besoins auxquels ils étaient censés répondre. Les chercheurs s’estiment heureux quand ils peuvent proposer une image globale cohérente des membra disiecta qui composent à l’ordinaire leur matériau de base, et jugent rarement utile de pousser l’analyse au-delà de la réflexion sur les structures et les techniques. Mais à ces “hasards de la survivance” qui découragent souvent toute approche sémantique s’ajoute le fait que celle-ci ne rencontre aucune base conceptuelle solide dans la pensée antique : les écrits sur l’architecture, qu’ils prennent la forme de développements théoriques, de descriptions poétiques ou même d’“ecphraseis”, en principe plus précises4, n’accordent qu’une place restreinte à la définition des ordres et à leur signification ; dans les meilleurs des cas, seules les notions de colonnade ou de portique entrent en ligne de compte, mais en des termes trop généraux pour permettre des observations spécifiques.

  • 5 Onians 1988a, p. 8 sq.
  • 6 Le cas est particulièrement sensible pour la Macédoine aux ive-iiie s. av. J.-C. Cf. Ginouvès et AL (...)
  • 7 Sur Vitruve et les gênera, Gros 1992, p. 44 et p. 89.

3A vrai dire le contraire eût été surprenant. Percevoir la portée de tel ou tel choix dans l’éventail des ordres disponibles suppose, de la part du concepteur et de la part de l’observateur, la maîtrise théorique d’un système qui lui-même implique une conscience claire de la notion d’ordre ; or ces gênera qui nous paraissent aujourd’hui répondre à des définitions bien établies n’émergent que lentement de la pratique architecturale grecque5 ; même après avoir conquis leurs caractères typologiques, ils continuent d’évoluer pendant longtemps selon des modalités qui peuvent être très différentes selon les régions ou les périodes6. A cet égard, les classifications héritées de Vitruve—les seules dont nous disposions—ne peuvent rendre la diversité des enjeux, ni nous mettre sur la voie de la compréhension du sens que revêt l’emploi d’un même chapiteau en Grèce propre à la fin de l’époque classique, en Macédoine ou en Asie Mineure à l’époque hellénistique, dans l’Italie républicaine ou dans la Rome impériale7.

  • 8 Vitr., De arch., IV (particulièrement les chapitres 1, 2, 3 et 7). Sur l’origine orientale de la do (...)

4Il serait toutefois imprudent d’ignorer le faisceau des remarques contenues dans le De arehitectura. Son auteur y rassemble et y transcrit à sa façon l’essentiel de la doctrine de l’hellénisme oriental en la matière8 ; si la stratification de ses informations et la relative diversité de leurs origines le conduisent à énoncer des propositions apparemment contradictoires, plusieurs notations méritent d’être retenues, qui, débarrassées de leur gangue anecdotique ou dogmatique, peuvent s’avérer opératoires.

  • 9 Vitr., IV, 1, 6-8 et notre commentaire (Gros 1992, pp. 62-75).
  • 10 Welter 1922, p. 64 sq. ; Dinsmoor 1950, p. 91 ; Gruben 1976, p. 230 sq. ; Willers 1990, p. 31 sq.
  • 11 Gruben 1993 et Ohnesorg 1993.

5La spéculation vitruvienne apparaît dès le début grevée par une métaphore anthropomorphique dont la naïveté, ou du moins la faible pertinence historique a été maintes fois soulignée. Inséparable du module anatomique et de ses applications à l’architecture, cet asservissement de l’édifice, et plus précisément de ses supports libres aux proportions du corps humain, est sans doute le fait d’une théorisation de pratiques empiriques et ne rend évidemment compte ni de l’origine ni de l’évolution des formes9. Sans entrer ici dans le détail des débats sur l’architecture archaïque, nous pouvons souligner par exemple l’incertitude qui continue de régner quant à l’ordre du premier Olympiéion d’Athènes, celui des Pisistratides : les arguments modulaires et planimétriques sont contradictoires et ont fait pencher les archéologues, tantôt en faveur du dorique, tantôt en faveur du ionique ; la leçon qu’on en tire est celle d’une ambiguïté profonde de cette première ébauche du grand temple, pour laquelle de toute façon aucun genus ne semblait typologiquement prédestiné10. Et les travaux récents relatifs à l’architecture des Cyclades aux vii-vie s. av. J.-C. confirment, s’il en était encore besoin, que l’ordre ionique, dans ses plus anciennes manifestations, n’a pas été conçu comme un allégement du dorique mais est né de recherches décoratives et structurelles totalement indépendantes11

  • 12 IV, 1, 6 ; IV, 1, 7 ; IV, 1, 8. Sur le corinthien comme ordre à part entière dans la doctrine du De (...)
  • 13 1, 2, 5.

6Les principes énoncés au livre IV, pris à la lettre, ne correspondent donc à aucun usage universellement attesté, même si on les dépouille de leur prétention à restituer une genèse ; d’après Vitruve, ou du moins la source qu’il exploite, le dorique est censé reproduire la beauté robuste du corps de l’homme, l’ionique la grâce féminine et le corinthien la sveltesse gracile de la jeune fille12 ; ces options entraînent dans son traité deux conséquences : d’une part les relations modulaires propres à chacun de ces ordres doivent se conformer à celles des silhouettes qu’ils évoquent ; d’autre part le choix des ordres doit être dicté par un souci d’adéquation – décor – aux finalités de l’édifice, et plus particulièrement, lorsqu’il s’agit des temples—les constructions qui en ce domaine ont une primauté indéniable—aux divinités qui y sont honorées, le dorique étant ainsi par nature réservé aux dieux “virils”, Mars, Hercule et Minerve, l’ionique aux dieux qui échappent à la fois à la sévérité guerrière et à la gracilité juvénile, Junon, Diane et Bacchus, le corinthien aux entités spécifiquement féminines, Vénus, Flore, Proserpine et les Nymphes13.

  • 14 II suffit de songer à l’Héraion d’Argos et aux Heraia occidentaux de Paestum ou de Métaponte.
  • 15 Onians 1988a, p. 27
  • 16 Schede 1964, p. 25 sq.
  • 17 Kunze, Schleif, 1944, pp. 1-52 ; Ginouvès et AL. 1993, pp. 194-196.
  • 18 IV, 1, 3 et IV, 1, 5-6.
  • 19 Knell 1984, pp. 41-64 ; Gros 1992, p. 117 sq. (à propos de Vitruve, IV, 3, 1).

7Il est facile, même à l’époque classique, de trouver des démentis à ces “règles”14 ; celles-ci transposent et raidissent dans le registre cultuel des options dont la plupart semblent liées à des contextes culturels et ethniques ; sans aller jusqu’à définir les ordres comme les vecteurs privilégiés des divers pouvoirs qui s’affrontent dans le bassin oriental de la Méditerranée, comme le voudrait J. Onians15, on ne peut nier que les préférences accordées au dorique en Grèce propre et au ionique en Asie Mineure relèvent de choix qui, dès les ive-iiie s., s’avèrent plus politiques qu’esthétiques ou religieux ; d’où les variations relevées dans les partis architecturaux, pour une même divinité ; il suffit de songer au temple de l’Athéna Polias de Priène, véritable manifeste ionique élaboré en réponse aux grands Athenaia de Grèce propre, traditionnellement doriques, pour mesurer la portée de ces choix16. Il en va de même pour la tholos du Philippéion d’Olympie, où le recours à l’ordre ionique, exceptionnel dans un édifice rond, auquel s’adaptent mal la forme, rectangulaire en plan, dû chapiteau et la dualité de son décor, répond à une volonté politique de la dynastie macédonienne : ces “Barbares” qui en tant que tels restaient exclus des jeux, se montraient ainsi capables de surmonter les apories formelles qui avaient si longtemps arrêté les architectes grecs17. Le texte même de Vitruve reflète ces polémiques politico-ethniques puisque, largement tributaire de sources orientales, et peut-être plus précisément pergaméniennes, il en vient à refuser au dorique lui-même, l’ordre péloponnésien par excellence, toute origine “dorienne”, par le biais d’un double récit étiologique, qui crédite l’inventio de cet ordre, certes trouvé “par hasard” en Argolide, aux créateurs du premier temple de la ligue ionienne18 Le phénomène est d’autant plus significatif qu’il procède d’une théorie dont tout porte à croire qu’elle a été élaborée à une époque où l’ordre dorique n’était plus guère à la mode, en dépit de son évolution vers des proportions plus élancées19. Selon toute apparence les ordres, même partiellement périmés ou discrédités comme celui-ci, restaient aux yeux des constructeurs comme à ceux des commanditaires assez chargés d’harmoniques diverses, et leur utilisation relevait d’enjeux assez importants pour qu’on se livre à des manipulations concernant les circonstances de leur “découverte”.

8Mais évidemment ces aspects restent non explicités, et en fait la seule véritable grille de déchiffrement, au stade où Vitruve la recueille, s’avère essentiellement esthétique. Son organisation implique des jugements de valeur qui transgressent les attributions apparemment fonctionnelles de la métaphore anthropomorphique à finalités cultuelles.

  • 20 IV, 3, 1 ; Gros 1992, pp. 119-120.
  • 21 Schwandner 1990, p. 85 sq.
  • 22 Gros 1978.

9La démonstration la plus claire nous en est donnée par l’anecdote d’Hermogénès : si le récit de IV, 3, 1 est à prendre à la lettre, il en dit plus long que bien des développements sur la perte de toute signification religieuse des ordres architecturaux et sur le caractère souverain des décisions des praticiens en vogue ; celui-ci semble avoir pu, de sa propre initiative, concevoir et réaliser un temple ionique avec des matériaux rassemblés – et déjà sans doute partiellement taillés – en vue de la construction d’un temple dorique20. Comparable à un épisode pergaménien dont E. L. Schwandner a récemment recomposé les phases, à la charnière du iii et du iie s. av. J.-C.21, l’action d’Hermogénès, qui s’applique sans doute comme nous avons essayé de le montrer, au temple de Dionysos à Téos, témoigne de la désaffection dont souffre alors le dorique, pour des raisons strictement modulaires22.

  • 23 Onians 1988a, p. 37 sq.
  • 24 Plat., Répub., III, 399 a-c ; PLUT., De musica, edit. Weil et Reinach, 15, 147-148 ; Cic, De Orator (...)
  • 25 I, 2, 5 : si aedes ionicae construentur, habita erit ratio mediocritatis...
  • 26 Comme le prouve l’histoire étiologique de IV, 1, 9-10. Cf. Gros 1993, p. 27 sq.
  • 27 IV, 1, 12.

10Les jugements de valeur sous-jacents à cette situation, bien que rarement exprimés, sont inséparables d’une vision chronologique sommaire mais orientée par une certaine notion du progrès, c’est-à-dire, dans l’optique vitruvienne, d’un raffinement des proportions initiales. En ce sens, et malgré les rapprochements formels qui ont été souvent proposés sur la base d’analogies textuelles effectivement troublantes23, on ne saurait établir une correspondance trop étroite entre la caractérisation théorique des trois genera architecturaux et celle des “genres” musicaux ou oratoires, telle qu’on la trouve chez Platon, Cicerón, Plutarque, ou Vitruve lui-même ; l’art de l’oratio et celui des modulations musicales se fondent eux aussi sur trois genres essentiels, l’un “austère, grave et viril” (le style attique, l’harmonie dorienne) ; le second “naturel, fluide mais vigoureux” (le style rhodien, et l’harmonie phrygienne) ; le troisième enfin, “ampoulé, subtil et voluptueux” (le style attique et l’harmonie ionienne ou hypolydienne)24. Toutefois celui que recommandent les praticiens et les philosophes n’est pas le troisième mais le second, qui procède des deux extrêmes mais en évite les excès. Or cette notion de mediocritas, appliquée par Vitruve à l’ordre ionique, ne désigne pas pour autant ce dernier comme le terme de l’évolution et le sommet de l’art25 ; c’est plutôt le corinthien, certes très voisin de l’ionique, qui, du point de vue des raffinements formels et de la sveltesse proportionnelle, emporte la palme26. Il échappe à la subtilitas dans laquelle sombrent les versions corinthisantes que Vitruve refuse comme des compositions arbitraires dictées par la mode, et conserve, en dépit de l’apparente fragilité de son décor, une rigueur toute classique27.

  • 28 Lauter 1986, p. 257 sq. ; Roux 1961, p. 35 sq. et p. 383 sq.
  • 29 Caractéristiques de cette situation sont les exèdres quadrangulaires du gymnase de Stratonicée de C (...)
  • 30 Lauter 1986, p. 257 sq. Les définitions anthropomorphiques des trois ordres sont de ce point de vue (...)
  • 31 Gros 1993, pp. 28-31.

11Certes, en ce domaine, les aspects purement formels auxquels se réfère le théoricien ne sont pas seuls en jeu : le caractère unitaire du chapiteau corinthien a sans doute largement contribué à son succès et à sa rapide diffusion, dans les ordres intérieurs aussi bien que dans les façades monumentales28 ; plus facile à utiliser que son concurrent direct, l’ionique – qui est aussi sa matrice modulaire – particulièrement dans les angles des portiques ou des temples, surtout s’il s’agit d’angles rentrants, le corinthien ne pouvait que l’emporter rapidement, et pas seulement dans l’architecture occidentale29. Mais il importe surtout de tenir compte du fait que le chapiteau à feuilles d’acanthes constitue l’épanouissement final d’une évolution qui exprime non seulement raffinement progressif du goût, mais l’accroissement des exigences en matière d’ornementation architecturale. Il faut, pour cerner la question, sortir du cadre étroit défini par Vitruve : le passage du fruste au délicat, du viril au virginal, qui marque à ses yeux la progression du dorique au corinthien par l’intermédiaire du ionique ne rend pas compte de la situation réelle de l’ordre acanthisé dans l’architecture hellénistique30. La mise au point du chapiteau corinthien “normal”, dès le début du iiie s. av. J.-C, avec sa rigoureuse répartition des volumes et sa force d’autant plus singulière qu’elle est contenue dans la métaphore végétale fondée sur le contraste entre la flexibilité “naturelle” et la pesanteur rigide des entablements, définit un ordre qui très vite s’impose comme celui de la majesté31.

  • 32 Frazer 1990, pp. 87, 91 et pp. 171-179.
  • 33 Ginouvès et Al. 1993, p. 209

12D’un point de vue structurel, cette évolution formelle se traduit par le passage de l’intérieur vers l’extérieur ; après les premières et brillantes apparitions du corinthien dans les décors internes, depuis les temples de Bassae ou de Tégée jusqu’à l’Arsinoéion de Samothrace, le premier édifice important qui présente des colonnes corinthiennes en façade est, on le sait, le Propylon de Ptolémée II, à Samothrace également32. Encore cette façade est-elle tournée vers le sanctuaire, celle qui regarde vers l’extérieur restant ionique. Le triomphe du corinthien dans les ordres externes et plus particulièrement dans la péristasis des temples ne s’impose en fait qu’avec la reprise de la construction de l’Olympiéion dans le second quart du iie s. av. J.-C.33.

  • 34 Williams 1974, p. 405 sq.

13L’importance de ce choix pour le sanctuaire ouranien d’Athènes n’a pas été suffisamment soulignée. Dès lors la preuve est faite que la sveltesse de la colonne corinthienne s’accorde avec la masse de l’un des plus grands temples qui aient jamais été construits ; on admet en même temps que l’efflorescence terminale du fût convient au maître des dieux, le redoutable manieur de la foudre : nous sommes loin de la teneritas du corinthien vitruvien, encore tributaire des recherches délicates de la toreutique ; sans rien renier de sa finesse, le chapiteau est devenu le symbole de la puissance. Ce n’est certes pas un hasard si, à la même époque, le temple de Zeus Olbios à Diocésarée (Olba) de Cilicie, projeté sur l’ordre du même Antiochos IV Epiphane, arbore lui aussi des colonnes du même ordre, avec le raffinement supplémentaire, et d’ailleurs sans lendemain, des caulicoles doubles et des hélices croisées34.

  • 35 Heilmeyer, dans Rakob, Heilmeyer 1973, p. 23 sq. et p. 33, 1.

14L’évolution, qu’on peut suivre en Asie Mineure, jusqu’à la phase de l’Hécatéion de Lagina à la fin du iie s. av. J.-C.35, ne cesse d’affirmer l’autonomie des composantes du chapiteau et l’unité de l’ensemble, sans céder encore à un académisme desséchant. Le corinthien apparaît désormais comme la parure obligée des grands dieux qu’ils soient ouraniens ou infernaux, et le seul ornement qui convienne à leur dignité.

  • 36 Gros 1973 et 1976b.
  • 37 Comme l’atteste la référence vitruvienne en III, 2, 5.
  • 38 Rakob, Heilmeyer 1973.
  • 39 Comme l’Hercules Pompeianus cité en III, 3, 5 Cf. Coarelli 1988, pp. 82-84.
  • 40 C’est ce que fait Onians 1988a, p. 28 sq.
  • 41 D’après les recherches de F. Coarelli. Cf. Coarelli 1988, pp. 26-27 et 201-204.
  • 42 Coarelli 1981, pp. 19-21. Il s’agit, comme on sait, de l’aedes Fortunae huiusce diei.

15Il est remarquable à cet égard que l’introduction, dans la Rome du iie s. av. J.-C, de tous les prestiges de l’architecture ionique, représentée par des praticiens orientaux dont Hermodoros de Salamine semble avoir été le plus en vue, n’ait pas permis une implantation durable du genus ionicum dans les constructions religieuses36. Une création comme le temple de Juppiter Stator, conçu par Hermodoros dans la zone du Circus Flaminius, a certes constitué, en tant que premier édifice marmoréen, une sorte de modèle longtemps insurpassable37. Mais dès avant la fin du même siècle, à peine plus de vingt-cinq ans après la réalisation de cet incunable, la grande tholos du Forum Boarium arbore des chapiteaux corinthiens, sans doute importés, mais finis en œuvre38. Or cet édifice circulaire était consacré à Hercule, comme l’ont prouvé les recherches récentes, c’est-à-dire à une divinité qui, traditionellement et à Rome même, n’avait jamais reçu que des temples doriques ou “toscans”39. Certes on peut invoquer “l’ignorance” des commanditaires occidentaux dans le domaine des “convenances” architecturales40 ; on peut aussi arguer du fait que ce temple d’Hercule était une fondation privée, autorisée par le Sénat, mais sans caractère officiel véritable41. Ces données ne sont pas négligeables, mais elles ne suffisent pas à expliquer cet impérialisme du corinthien qui, de toute évidence, est considéré par les imperatores de la fin de la République comme le seul ordre capable d’assouvir leur soif de grandeur et de satisfaire leurs cautions divines : il réapparaît, sous une forme plus italique mais non moins recherchée, au tournant du IP et du ier s. av. J.-C, dans la seconde tholos monumentale archéologiquement conservée, celle du Largo Argentina, consacrée cette fois à la Fortune42.

  • 43 Cf. en dernier lieu Zanker 1987, p. 5 sq.
  • 44 Ohr 1991.
  • 45 Ohr 1991, p. 39, pp. 72-73 et pp. 77-78. Voir aussi Lauter 1979, p. 418 et fig. 15 et Richardson 19 (...)
  • 46 Ohr 1991, p. 39.
  • 47 Erreur relevée à juste titre par De Vos 1982, p. 37.
  • 48 Bonnes remarques sur ce point de Onians 1988a, p. 29.
  • 49 Brown 1980, p. 56 sq. et figg. 71-72.
  • 50 V, 1, 8.

16Cette prééminence du corinthien, qui s’impose dans la hiérarchie des ordres grecs, au cours des phases décisives de l’hellénisation de l’architecture romaine, entraîne des conséquences qui n’ont pas toujours été clairement perçues. Des erreurs ont été commises, et continuent de l’être, dans les hypothèses de restitution de certains édifices publics, du fait que la valeur propre du chapiteau à feuilles d’acanthes, réservé, au moins dans un premier temps, aux constructions religieuses ou aux structures sacralisées, demeure mal comprise. Un exemple remarquable en est fourni par la basilique de Pompéi (fig. 1). Dans la petite ville samnite, elle aussi fortement hellénisée, de la fin du iie s. av. J.-C, on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la sémantique43. Il se trouve que rien n’a subsisté des chapiteaux de l’ordre colossal du vaisseau intérieur ; la dernière en date, celle de K. Ohr, y restitue, après Mazois, Mau et beaucoup d’autres, des chapiteaux corinthiens44. Le raisonnement de cet archéologue consiste à rapprocher l’ordonnance interne de la basilique de ce qu’il appelle, du reste improprement, l’ordre colossal de la façade du temple de Jupiter qui domine l’aire du forum : arguant du fait que les parois du sanctuaire sont rythmées, comme celles de l’édifice civil, par des colonnes ioniques surmontées de colonnes corinthiennes, il en déduit que l’élément architectonique le plus important, celui qui règne sur l’ensemble du vaisseau, devait être, par analogie avec la colonnade libre du pronaos (douze fûts corinthiens mis en place à la fin du IIe s.), lui aussi corinthien45. C’est faire peu de cas des définitions fonctionnelles et symboliques respectives de ces deux édifices et des distinctions qu’elles génèrent inévitablement : Ohr relève lui-même, à certains détails, le caractère féminin (“weiblich”) de l’ordre basilical46 ; d’autre part il souligne avec raison l’importance accordée, dans l’espace interne, au podium surmonté de six colonnes corinthiennes libres qui constitue la façade du tribunal situé au terme du grand axe de l’édifice (il va même jusqu’à désigner ce tribunal, à tort, comme un véritable sanctuaire)47 ; la conclusion qui s’impose, ou qui du moins devrait s’imposer, est que la colonnade interne de la basilique, quels que soient son rôle structurel et son volume plastique, ne peut qu’appartenir à un ordre “inférieur”, ionique en l’occurrence, afin qu’y soient maintenues à la fois un niveau de dignitas moins élevé que celui qui désigne l’autre grand édifice de la zone du forum, le temple de Jupiter, ainsi qu’une distance clairement perceptible entre les activités commerciales qui se déploient à l’ordinaire dans l’espace basilical, et les procès qui se déroulent sur une aire séparée, très consciemment solennisée48. Il n’est pas sans intérêt de constater que la superposition des ordres, sur cette façade axiale du tribunal, est inverse de celle qui règne sur les longs côtés de l’espace central : le corinthien y apparaît dès le niveau inférieur, et l’effet en serait totalement annulé si ces colonnes reproduisaient elles-mêmes, sur un module plus petit, celles qui soutiennent l’ensemble du vaisseau. L’autre basilique civile du iie s. av. J.-C, dont les vestiges autorisent une restitution assurée, antérieure d’à peine plus de deux décennies par rapport à celle de Pompéi, se trouve dans la colonie latine de Cosa : F. E. Brown a bien montré qu’une hiérarchie très nette séparait la grande aire couverte, soutenue par des chapiteaux doriques à base toscane, et l’exèdre axiale du tribunal, dont la façade est rythmée par deux colonnes ioniques49. Sur un registre plus modeste mais tout aussi significatif, l’espace basilical de Cosa maintient, grâce à la disposition planimétrique et au jeu sur les ordres, la nécessaire séparation entre les magistri et les negotiantes. Même s’il ne précise pas la nature des chapiteaux de sa basilique de Fano, Vitruve prend le plus grand soin lui aussi d’établir une distance du même genre, en sacralisant du reste le tribunal par l’adjonction d’une chapelle consacrée à Auguste50.

  • 51 Sur l’ordre “composite” et sa signification triomphale, Onians 1988a, p. 42 sq. et p. 48 sq.
  • 52 Cavalieri Manasse 1986, p. 159 sq.

17Il est indéniable qu’avec la généralisation du décor acanthisé à tous les niveaux des entablements (frise, corniche modillonnaire) et le rôle dévolu au corinthien dans la définition du classicisme augustéen, ces distinctions tendront à s’estomper, ou du moins revêtiront d’autres formes au début de l’Empire. L’habillage décoratif de tous les éléments monumentaux qui contribuent à la dignité de l’espace urbain entraîne dans beaucoup de cas une sorte de banalisation du corinthien ou de sa variante “triomphale”, le composite, qui perdent ainsi une part de leur spécificité51 ; bornons-nous à rappeler ici la transformation de la façade septentrionale de la Porta Leoni de Vérone, qui consiste en un placage, sur une ordonnance doricoionique, d’une sorte d’écran à trois niveaux dont l’étude récente de G. Cavalieri Manasse a bien montré à la fois la richesse ornementale et la gratuité structurelle52.

  • 53 Erim 1986, pp. 106-123 ; Hueber 1987 ; Outschar 1987.
  • 54 Sur les portes architecturées à deux ordres superposés, Martin 1968, pp. 171-184 (= 1987, pp. 119-1 (...)
  • 55 Coarelli 1980, pp. 272-274.
  • 56 Onians 1988a, p. 44 sq. Contrairement à ce qu’on affirme parfois, cette disposition ne se retrouve (...)
  • 57 Smith 1987, p. 88 sq. et 1990, p. 89.
  • 58 Voir sur ce point les remarques de Nicolet 1988, p. 66.
  • 59 Si l’on en juge par l’inscription dédicatoire du propylon ; cf. Reynolds 1981, p. 317 sq.

18Il est cependant un édifice qui, en pleine époque claudienne, délivre encore, sous une forme particulièrement explicite, le sens du corinthien romain. A Aphrodisias de Carie, les fouilles du regretté K. T. Erim ont exhumé la voie processionelle qui conduisait du théâtre au temple du culte impérial et appartenait au complexe du Sébastéion53 (fig. 2). Ces vestiges exceptionnels ouvrent à la réflexion sur la sémantique architecturale un champ nouveau qui n’a pas encore été exploité. D’abord les portiques longeant la voie sur une longueur d’environ 90 m présentent la plus ancienne version archéologiquement attestée de la superposition des trois ordres, le dorique, l’ionique et le corinthien. Ils représentent l’aboutissement d’une évolution amorcée sur les façades des portes urbaines, sur les propylées des sanctuaires et sur les tombes macédoniennes dès la fin du ive s., mais à Thasos, à Leucadia ou à Pergame il ne s’agissait jamais que d’une composition à deux niveaux, où les ordres engagés ioniques, à caractère essentiellement décoratif, surmontaient une ordonnance dorique54. A Aphrodisias la séquence verticale est d’autant plus remarquable qu’elle se définit à chaque étage par un ordre différent. Autant que nous en puissions juger, ce système n’avait jusqu’alors connu que très peu d’applications ; il n’est nullement assuré que le théâtre de Marcellus ait constitué un antécédent comme on le dit parfois, car le troisième niveau de sa façade externe a disparu, et si l’on peut admettre qu’il était corinthien, il devait présenter par rapport aux étages inférieurs, respectivement dorico-toscan et ionique, une discontinuité sensible : au lieu de colonnes engagées encadrant des arcades, il ne comportait apparemment que des pilastres en faible relief rythmant un attique sans ouverture55. Dans l’ignorance où nous sommes de l’organisation décorative et des rythmes de la façade externe de la cavea du théâtre de Pompée, nous ne pouvons identifier aucune superposition où les trois ordres apparaissent comme les composantes d’un ensemble clairement conçu comme unitaire avant l’Amphitheatrum flavium56. Mais surtout les colonnes d’Aphrodisias reçoivent du contexte architectural et plastique où elles sont insérées des significations différenciées ; au niveau inférieur les colonnes et pilastres doriques encadrent les ouvertures et rythment les façades des pièces qui s’ouvrent derrière le portique ; aux deux niveaux supérieurs, les colonnes engagées définissent des panneaux occupés par des reliefs dont il a été retrouvé assez de vestiges pour que la thématique de chacune des séries, selon leur position, puisse être globalement définie. Il apparaît ainsi, grâce aux études de R. R. R. Smith, que le niveau intermédiaire (ionique), développait des sujets mythologiques dans le portique sud et présentait les allégories des peuples de l’Empire dans le portique nord. Au sommet, le niveau corinthien mêlait au sud empereurs et dieux, cependant qu’au nord régnaient des allégories cosmologiques57. Pour les concepteurs de ce complexe, le dorique reste donc fonctionnel ; l’ionique encadre les images des éléments soumis (les peuples) ou subordonnés (les héros et dieux de la mythologie traditionnelle) ; le corinthien, lui, appartient au registre de la divinisation triomphale : il est lié d’une part à l’émergence des nouveaux dieux dynastiques, les divi, ostensiblement intégrés au Panthéon grec, et d’autre part à l’expression de la souveraineté universelle témoignant de l’accomplissement des temps historiques58. Sans doute projetée dès la fin de l’époque augustéenne, même si sa réalisation semble avoir été quelque peu différée59, cette ordonnance constitue donc un témoignage unique de la portée symbolique des différents ordres et du rôle particulier dévolu au corinthien, clairement désigné ici comme le vecteur des valeurs spécifiques du pouvoir impérial.

  • 60 Par exemple, les ordres internes et externes de la Basilica Aemiita de Rome dans sa version augusté (...)
  • 61 Sur ce point l’emploi des ordres au portique d’Attale à Athènes est très significatif. Cf. Camp 198 (...)
  • 62 Les observations déjà citées de Onians 1988a, sont à développer et à préciser.

19D’autres monuments mériteraient évidemment dans cette perspective un examen attentif60. Notre ambition était seulement de planter quelques jalons le long d’un itinéraire qui s’avère plus complexe et plus riche qu’on ne pouvait le penser, au vu du caractère apparemment convenu et fréquemment répétitif de l’emploi des ordres à l’époque hellénistique et au début de l’Empire. Chemin-faisant nous avons laissé de côté de nombreux problèmes : le rôle de Pergame dans la diffusion de certaines ordonnances par exemple61, ou la signification du “composite”, dont nous n’avons qu’à peine fait mention62. Mais cette étude préliminaire visait davantage la sensibilisation que l’exhaustivité. Nous pensons qu’une analyse approfondie de la sémantique des ordres permettra dans un avenir prochain non seulement de préciser la signification, voire la fonction de bien des édifices, mais contribuera à établir sur des bases plus assurées les hypothèses de restitution imposées par l’état lacunaire de nombreux vestiges monumentaux.

Fig. 1 - Le Sébastéion d’Aphrodisias. Restitution (d’après Smith 1990).

Fig. 2 - La basilique de Pompéi. Coupe restituée (d’après OHR 1991).

Bibliographie

Bauer H. 1988, Basilica Aemilia, in Kaiser Augustus und die verlorene Republik, Berlin, pp. 200-212.

Brown F. E. 1980, Cosa. The Making of a Roman Town, Ann Arbor.

Camp J. M. 1989, Die Agora von Athen, Mainz.

Cavalieri Manasse G. 1986, Porta Leoni : appunti per la ricostruzione di un monumento, in Scritti in ricordo di Gra-ziella Massari Gaballo e di Umberto Tocchetti Pollini, Milano, pp. 159-172.

Coarelli F. 1980, Roma. Guide archeologiche Laterza, Roma-Bari.

Coarelli F. 1981, Topografìa e storia, in L’Area sacra di Largo Argentina, 1, Roma, pp. 11-51.

Coarelli F. 1988, Il Foro Boario dalle origini alla fine della Repubblica, Roma.

De Vos A. et M. 1982, Pompei, Ercolano, Stabia. Guide archeologiche Laterza, Roma-Bari.

Dinsmoor W. B. 19502, Architecture of Ancient Greece, Batsford.

Erim K. T. 1986, Aphrodisias, New York-London.

Frazer A. 1990, Samothrace, 10 : The Propylon of Ptolemy II, Princeton.

Ginouvès R. et AL. 1993, La Macédoine, de Philippe II à la conquête romaine, Paris.

Gros P. 1973, Hermodoros et Vitruve, in MEFRA, 85, pp. 137-161.

Gros P. 1976a, Aurea Tempia. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR 231, Roma.

Gros P. 1976b, Les premières générations d’architectes hellénistiques à Rome, in L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Coll. EFR, 27, Rome, pp. 387-410.

Gros P. 1978, Le dossier vitruvien d’Hermogénès, in MEFRA, 90, pp. 687-703.

Gros P. 1992, Vitruve. De l’architecture, livre IV, Paris (Les Belles Lettres).

Gros P. 1993, Situation stylistique et chronologique du chapiteau corinthien de Vitruve, in L’acanthe dans la sculpture monumentale de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, pp. 27-37.

Gros P., Sauron G. 1988, Das politische Programm der öffentlichen Bauten, in Kaiser Augustus und die verlorene Republik, Berlin, pp. 48-68.

Gruben G. 19762, Die Tempel der Griechen, Berlin-München.

Gruben G. 1993, Die inselionische Ordnung, in Les grands ateliers d’architecture dans le monde égéen du vie siècle av. J.-C, Colloque international (Istanbul 1991), Istanbul, pp. 97-109.

Hersey G. 1988, The lost Meaning of Classical Architectur. Speculations on Ornament from Vitruvius to Venturi, London.

Von Hesberg H. 1981, Bemerkungen zur Architekturepigrammen des 3. Jahrhunderts v. Chr., in JDAI, 96, pp. 55-119.

Hueber F., 1987, Der Baukomplex einer julischclaudischen Kaiserkultanlage in Aphrodisias (ein Zwischenbericht zur theorischen Rekonstruktion des Baubestandes), in Aphrodisias de Carie, Actes du Colloque (Lille 1985), cur. J. La Genière et K. Erim, Paris, pp. 101-106.

Knell H. 1984, Die Hermogenes-Anekdote und das Ende des dorischen Ringhallentempels, in Vitruv-Kolloquium (Darmstadt 1982), Darmstadt, pp. 41-64.

Kunze E., Schleif H. 1944, Olympische Forschungen 1, Berlin.

Lauter H. 1974, Bemerkungen zur späthellenistischen Baukunst in Mittelitalien, in JDAI, 94, pp. 390-459. Lauter H. 1986, Die Architektur des Hellenismus, Darmstadt.

Martin R. 1968, Sculpture et peinture dans les façades monumentales au ive s. av. J.-C, in RA, pp. 171-184 (repris en Architecture et urbanisme, Coll. EFR, 99, Rome 1987, pp. 119-137).

Moshe Fischer L. 1990, Das korintische Kapitell im alten Israël in der hellenistischen und römischen Periode, Mainz.

Nicolet CL. 1988, L’inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Ohnesorg A. 1993, Parische Kapitelle, in Les grands ateliers d’architecture dans le monde égéen du vie siècle av. J.-C, Colloque international (Istanbul 1991), Istanbul, pp. 110-118.

Ohr K. 1991, Die Basilika in Pompeji, Berlin-New York.

Onians J. 1988a, Bearers of Meaning. The classical Orders in Antiquity, the Middle Ages and the Renaissance, Cambridge University Press.

Onians J. 1988b, The System of the Orders in Renaissance Architectural Thought, in Les Traités d’architecture de la Renaissance, Paris, pp. 169-178.

Outschark U. 1987, Betrachtungen zur kunstgeschichtlichen Stellung des Sebasteions in Aphrodisias, in Aphrodisias de Carie, Actes du Colloque (Lille 1985), cur. J. La Geniere et K. Erim, Paris, pp. 107-122.

Quadlbauer R. F. 1958, Die genera dicendi bis Plinius dem Jüngeren, Wien.

Rakob F., Heilmeyer D. 1973, Der Rundtempel am Tiber in Rom, Mainz.

Reynolds J. M. 1981, New Evidence for the imperial cult in Julio-Claudian Aphrodisias, in ZPE, 43, pp. 317-327.

Richardson JR. L. 1988, Pompeii. An architectural History, Baltimore-London.

Roux G. 1961, L’architecture de l’Argolide aux ive et iiie siècles avant J.-C, BEFAR, 199, Paris.

Schede M. 1964, Die Ruinen von Priene, Berlin.

Smith R. R. R. 1987, The imperial reliefs from the Sebasteion at Aphrodisias, in JRS, 77, pp. 88-138.

Smith R. R. R. 1990, Myth and allegory in the Sebasteion, in Aphrodisias Papers. Recent work on architecture and sculp-ture, Ann Arbor, pp. 89-100.

Schwandner E.-L. 1990, Beobachtungen zur hellenistischen Tempelarchitektur von Pergamon, in Hermogenes und die hochhellenistische Architektur, Berlin, pp. 85-102.

Tzonis A., Lefaivre L. 1986, Classical Architecture. The Poetics of the Orders, London.

Welter G 1922, The Olympieion in Athens, in AM, 47, 1922, p. 61 sq.

Wesenberg B. 1983, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin.

Willers D. 1990, Hadrian panhellenisches Programm. Archäologische Beiträge zur Neugestaltung Athens durch Hadrian, Bale.

Williams C. 1974, The Corinthian Temple of Zeus Olbios at Uzuncaburc. A Reconsideration of the Date, in AJA, 78, 4, p. 415 sq.

Zanker P. 1987, Pompeji. Stadtbilder als Spiegel von Gesellschaft und Herrschaftsform, Mainz.

Notes

1 L’étude la plus développée mais encore bien incomplète reste celle de Onians 1988a. Les chapitres sur l’Antiquité y sont beaucoup plus sommaires que les autres.

2 Voir par ex. Lauter 1986 ; Gros 1976a ; Gros, Sauron 1988.

3 Onians 1988b ; Tzonis, Lefaivre 1986 ; Hersey 1988.

4 Sur les écrits antiques relatifs à l’architecture, Gros 1990, p. xxxvi sq. Sur l’appréciation de l’architecture à travers les épigrammes hellénistiques, Von Hesberg 1981.

5 Onians 1988a, p. 8 sq.

6 Le cas est particulièrement sensible pour la Macédoine aux ive-iiie s. av. J.-C. Cf. Ginouvès et AL. 1993. Voir aussi, pour Israël, Moshe Fischer 1990 et, en termes généraux, Lauter 1986, p. 265 sq.

7 Sur Vitruve et les gênera, Gros 1992, p. 44 et p. 89.

8 Vitr., De arch., IV (particulièrement les chapitres 1, 2, 3 et 7). Sur l’origine orientale de la doctrine, Gros 1992, p. xli sq.

9 Vitr., IV, 1, 6-8 et notre commentaire (Gros 1992, pp. 62-75).

10 Welter 1922, p. 64 sq. ; Dinsmoor 1950, p. 91 ; Gruben 1976, p. 230 sq. ; Willers 1990, p. 31 sq.

11 Gruben 1993 et Ohnesorg 1993.

12 IV, 1, 6 ; IV, 1, 7 ; IV, 1, 8. Sur le corinthien comme ordre à part entière dans la doctrine du De arehitectura, Wesen-Berg 1983, p. 110 sq.

13 1, 2, 5.

14 II suffit de songer à l’Héraion d’Argos et aux Heraia occidentaux de Paestum ou de Métaponte.

15 Onians 1988a, p. 27

16 Schede 1964, p. 25 sq.

17 Kunze, Schleif, 1944, pp. 1-52 ; Ginouvès et AL. 1993, pp. 194-196.

18 IV, 1, 3 et IV, 1, 5-6.

19 Knell 1984, pp. 41-64 ; Gros 1992, p. 117 sq. (à propos de Vitruve, IV, 3, 1).

20 IV, 3, 1 ; Gros 1992, pp. 119-120.

21 Schwandner 1990, p. 85 sq.

22 Gros 1978.

23 Onians 1988a, p. 37 sq.

24 Plat., Répub., III, 399 a-c ; PLUT., De musica, edit. Weil et Reinach, 15, 147-148 ; Cic, De Oratore, 3, 199 ; Vitr., V, 4, 3. Cf. Quadlbauer 1958.

25 I, 2, 5 : si aedes ionicae construentur, habita erit ratio mediocritatis...

26 Comme le prouve l’histoire étiologique de IV, 1, 9-10. Cf. Gros 1993, p. 27 sq.

27 IV, 1, 12.

28 Lauter 1986, p. 257 sq. ; Roux 1961, p. 35 sq. et p. 383 sq.

29 Caractéristiques de cette situation sont les exèdres quadrangulaires du gymnase de Stratonicée de Carie. Cf. Lauter 1986, p. 237 sq. et p. 122.

30 Lauter 1986, p. 257 sq. Les définitions anthropomorphiques des trois ordres sont de ce point de vue éloquentes.

31 Gros 1993, pp. 28-31.

32 Frazer 1990, pp. 87, 91 et pp. 171-179.

33 Ginouvès et Al. 1993, p. 209

34 Williams 1974, p. 405 sq.

35 Heilmeyer, dans Rakob, Heilmeyer 1973, p. 23 sq. et p. 33, 1.

36 Gros 1973 et 1976b.

37 Comme l’atteste la référence vitruvienne en III, 2, 5.

38 Rakob, Heilmeyer 1973.

39 Comme l’Hercules Pompeianus cité en III, 3, 5 Cf. Coarelli 1988, pp. 82-84.

40 C’est ce que fait Onians 1988a, p. 28 sq.

41 D’après les recherches de F. Coarelli. Cf. Coarelli 1988, pp. 26-27 et 201-204.

42 Coarelli 1981, pp. 19-21. Il s’agit, comme on sait, de l’aedes Fortunae huiusce diei.

43 Cf. en dernier lieu Zanker 1987, p. 5 sq.

44 Ohr 1991.

45 Ohr 1991, p. 39, pp. 72-73 et pp. 77-78. Voir aussi Lauter 1979, p. 418 et fig. 15 et Richardson 1988, p. 96.

46 Ohr 1991, p. 39.

47 Erreur relevée à juste titre par De Vos 1982, p. 37.

48 Bonnes remarques sur ce point de Onians 1988a, p. 29.

49 Brown 1980, p. 56 sq. et figg. 71-72.

50 V, 1, 8.

51 Sur l’ordre “composite” et sa signification triomphale, Onians 1988a, p. 42 sq. et p. 48 sq.

52 Cavalieri Manasse 1986, p. 159 sq.

53 Erim 1986, pp. 106-123 ; Hueber 1987 ; Outschar 1987.

54 Sur les portes architecturées à deux ordres superposés, Martin 1968, pp. 171-184 (= 1987, pp. 119-136). Sur les tombes macédoniennes, Ginouvès et AL. 1993, p. 147 sq., p. 154 sq. et surtout p. 178 sq. (tombe de Leucadia). Sur le propylon du sanctuaire d’Athéna à Pergame, Lauter 1986, p. 204.

55 Coarelli 1980, pp. 272-274.

56 Onians 1988a, p. 44 sq. Contrairement à ce qu’on affirme parfois, cette disposition ne se retrouve guère ailleurs, même dans les cas où les “façades” des amphithéâtres monumentaux comportent trois niveaux.

57 Smith 1987, p. 88 sq. et 1990, p. 89.

58 Voir sur ce point les remarques de Nicolet 1988, p. 66.

59 Si l’on en juge par l’inscription dédicatoire du propylon ; cf. Reynolds 1981, p. 317 sq.

60 Par exemple, les ordres internes et externes de la Basilica Aemiita de Rome dans sa version augustéenne. Cf. Bauer 1988.

61 Sur ce point l’emploi des ordres au portique d’Attale à Athènes est très significatif. Cf. Camp 1989, p. 191 sq.

62 Les observations déjà citées de Onians 1988a, sont à développer et à préciser.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Le Sébastéion d’Aphrodisias. Restitution (d’après Smith 1990).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 2 - La basilique de Pompéi. Coupe restituée (d’après OHR 1991).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 721k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540