Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Munus non ingratum. Le traité vitruvien et la notion de service

Le projet de Vitruve. Objet, destinataires et réception du De architectura. Actes du colloque international organisé par l'École française de Rome, l'Institut de recherche sur l'architecture antique du CNRS et la Scuola normale de Pise (Rome, 26-27 mars 1993), Rome, 1994, p. 75-90 (Collection de l'École française de Rome, 192)

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 Parmi les études les plus récentes, citons Ed. Frézouls, Fondements scientifiques, armature concept (...)

1Parmi les questions qui ont pris au cours de ces dernières années une acuité particulière, du fait même du progrès des études vitruviennes, celle de la finalité du De architectura est peut-être la plus grave. Plusieurs chercheurs ont déjà affronté ce problème, de la résolution duquel dépendent pour une large part l’idée que l’on doit se faire de ce singulier traité d’architecture et la nature des informations que l’on est en droit d’en attendre1. De fait l’analyse en profondeur de la structure et du contenu d’un livre atteint vite ses limites dès lors que les intentions de son auteur nous échappent, surtout si ce livre ne se donne pas pour une œuvre d’imagination mais prétend définir les normes d’une activité professionnelle. Si toutefois aucune réponse globale n’a encore été à ce jour apportée, malgré l’ingéniosité des efforts déployés et la pertinence de nombreuses observations de détail, cela tient, croyons-nous, à deux raisons.

  • 2 Terminologie utilisée par Kl. Sallmann, loc. cit.
  • 3 Cf. P. Gros, Statut social et rôle culturel des architectes, dans Architecture et Société de l’arch (...)

2La première est que les catégories dont nous disposons s’avèrent, à l’usage, inadéquates ; notre conception moderne de l’ouvrage technique oscille inévitablement entre deux types, le manuel de vulgarisation destiné aux non praticiens soucieux de s’informer, et le livre scientifique censé définir l’état dernier des connaissances et des méthodes dans un domaine strictement réservé aux spécialistes. Ce balancement entre le « Sachbuch » et le « Fachbuch », pour reprendre la terminologie commode de nos collègues allemands, permet assurément toutes sortes de dosages, les plus subtils essayant de prendre en compte tous les aspects du De architectura2. Mais il est à craindre que la nature même du projet vitruvien ne nous échappe, tant que nous ne sortirons pas de cette alternative, car les valeurs qui la sous-tendent sont étrangères au système axiologique de la société romaine de la fin de la République. La crainte révérentielle que nous inspire toute idée de spécialité, et par voie de conséquence la soif de connaissance purement gratuite dont témoigne ce que nous appelons le public cultivé à l’égard de diverses activités scientifiques (médecine, biologie, astrophysique, histoire, et parfois même archéologie) étaient l’une et l’autre inconnues d’un monde où le savoir ne conférait aucun pouvoir réel (sauf, peut-être, dans le domaine de l’haruspicine et de l’astrologie), où l’autorité n’était en tout cas pas le fait de la science mais des honores, et où la hiérarchie des valeurs n’accordait qu’une place modeste aux praticiens ou aux spécialistes, lesquels n’étaient en général que des artifices, d’origine sinon, de condition plutôt modestes3.

3La seconde raison découle de ce qui précède : on oublie trop souvent de procéder, avant toute investigation sur les finalités du livre, à une analyse sérieuse de la situation de son auteur. Seule cette analyse peut nous aider à comprendre, dans l’esprit de la société antique, et en termes d’axiologie romaine, pourquoi celui-ci a consacré tant d’énergie à une composition qui, coupée de ses motivations et de ses destinataires, nous demeure inévitablement en grande partie opaque. Le De architectura se trouvait sans aucun doute, aux yeux de son auteur et au moment de sa publication, sur un vecteur très précisément orienté ; tant que nous n’en aurons retrouvé ni le point de départ ni le point d’arrivée, le livre nous apparaîtra comme suspendu dans des limbes improbables.

  • 4 P. Thielscher, S.V. Vitruvius, dans RE, LX, A, 1, 1961, col. 419-489 ; cf. P. Ruffel et J. Soubiran(...)

4Or nous sommes mieux armés aujourd’hui pour définir le cadre concret dans lequel a évolué Vitruve, et le genre de préoccupations auquel semble avoir répondu son entreprise. Encore faut-il, pour bénéficier de ces données relativement nouvelles, sortir du cercle étroit des études concernant cet auteur, et abandonner en particulier la vaine querelle sur l’identification du personnage, querelle qui a donné lieu, entre autres, à l’hypothèse ruineuse de Thielscher, et qui continue d’alimenter de vives polémiques4. La question ne se pose pas en termes de prosopographie mais en termes de sociologie culturelle. Autrement dit, le problème n’est pas de tirer des rares indications fournies par les textes ou l’épigraphie une image plus ou moins vraisemblable de la personnalité de Vitruve, mais de replacer celui-ci dans un contexte professionnel et administratif aussi précis que possible. Pour cela nous rappellerons d’abord les résultats acquis par plusieurs études récentes sur ce qu’on pourrait désigner, sans abus de langage, comme une sorte de « middle class » de la société romaine ; nous essaierons ensuite d’en faire l’application à Vitruve pour voir en quoi les informations ainsi obtenues, tant sur sa carrière que sur sa situation dans l’échelle sociale, contribuent à éclairer les intentions qui ont présidé à la rédaction du De architectura ; nous examinerons enfin, dans cette perspective, les moyens et les fins de son entreprise théorique, et les conditions de sa réception auprès d’un public plus clairement circonscrit.

  • 5 B. Cohen, Some neglected ordines ; the apparitorial Status-group, dans Des ordres à Rome, Paris, 19 (...)
  • 6 B. Cohen, loc. cit., p. 33 sq. et p. 49. Sur ce point les remarques de P. H. Schrijvers, Vitruve et (...)
  • 7 Cl. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976, p. 14.
  • 8 B. Cohen, loc. cit., p. 35 sq.

5Depuis moins d’une décennie, les travaux se sont multipliés sur les apparitores. Une meilleure évaluation des tâches qui leur étaient confiées et de leur position hiérarchique a été acquise grâce aux recherches de B. Cohen, N. Purcell, E. Rawson et S. Demougin5. À partir de l’examen systématique de la documentation épigraphique, il a été montré que les assistants des magistrats romains regroupés sous le nom d’apparitores constituaient une catégorie socio-professionnelle bien définie, en dépit de la diversité des compétences qu’ils représentaient. Ces hommes, qui avaient une maîtrise particulière de la parole, du droit, des finances ou de toute autre technique nécessaire à l’administration, étaient indispensables, et de ce fait respectés, contrairement à une idée reçue fort ancienne ; le fait, par exemple, que les architecti soient souvent associés, dans des formules littéraires ou sur des inscriptions, aux scribae, librarii ou praecones ne traduit pas forcément un mépris plus ou moins manifeste, mais confirme plutôt que la plupart des architectes en poste dans le domaine public, qu’il soit civil ou militaire, appartenaient à l’ordo apparitorum6. Car ces professionnels attachés à des magistrats étaient organisés en décuries : leur appartenance à des décuries différentes, selon les spécialités, ne les empêchait pas de constituer un véritable ordo sur lequel B. Cohen et S. Demougin ont apporté des éclairages intéressants. Ces experts patentés – qui pouvaient vendre leur charge – présentaient l’avantage de fournir au personnel politique des équipes de praticiens, en principe dévoués à l’État et non pas à la personne de celui au service temporaire duquel ils se trouvaient : leur stabilité, comme l’a rappelé Cl. Nicolet, contrastait avec la rotation des fonctions annuelles de leurs patrons7. Même si l’ordo n’était que la somme arithmétique des décuries, il impliquait ainsi une certaine dignité, un gradus dignitatis, qui exigeait de celui qui le revêtait, au-delà d’une réelle compétence technique, une conscience et une moralité spécifiques8. Et ces hommes qui, souvent, aux yeux des usagers de l’administration centrale ou provinciale, étaient les interlocuteurs ordinaires du populus, finissaient par incarner mieux que les magistrats eux-mêmes l’idée de l’État ; ils pouvaient, du moins pour certains d’entre eux, être assez proches des chevaliers ; en tout cas l’existence de cet ordo apparitorum réduisit longtemps le fossé qui s’ouvrait théoriquement entre le peuple et la seconde noblesse de Rome.

  • 9 S. Demougin, op. cit., p. 706.

6Or cette structure socio-professionnelle, à la fois bureaucratique et technique, indispensable au fonctionnement des rouages de la machine administrative et à l’exercice des responsabilités multiples assumées par les représentants de la classe politique, définissait un véritable « groupe de statut », pour reprendre l’expression de S. Demougin, dont la composante intellectuelle et culturelle était inhérente aux activités de la plupart de ses membres : il est certain, par exemple, que les scribae étaient au fond des techniciens de la réflexion théorique et de sa mise en œuvre pratique9.

  • 10 N. Purcell, loc. cit., p. 138-142 ; R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambri (...)
  • 11 Horace, Epist., I, 8, v. 2 : ... corniti scribaeque Neronis.
  • 12 D’après Epist., I, 3, v. 15 sq.

7Ainsi se dessine une classe moyenne de salariés qui touchent des émoluments en nature et un salaire prélevé sur l’aerarium (salarium ou commoda), et dont la rémunération, prévue sur une ligne budgétaire gérée par le magistrat dont ils dépendent est en principe reversée au trésor public si le titulaire disparaît alors qu’il est encore en fonction. Ces hommes, détenteurs d’un savoir-faire reconnu et apprécié de la hiérarchie politique, peuvent évidemment accomplir des carrières très différentes selon les recommandations et les patronages dont ils ont bénéficié. Et même si, en principe, leurs affectations successives résultent d’un tirage au sort, il est indéniable qu’en cette fin de la République, la fréquentation des imperatores, ou de leur entourage immédiat, créait des liens particuliers et pouvait dans certains cas privilégiés entraîner un familiaris usus entre les responsables politiques et leurs auxiliaires10 ; la façon dont Horace parle des relations que Celsus Albinovanus, secrétaire du jeune Tibère, entretient avec ce dernier, en dit long sur le degré de familiarité ou de complicité d’un scriba avec son patron, celui-ci fût-il promis, de par sa position dans la famille du Princeps, aux plus hautes destinées11. À vrai dire les décuries auxquelles appartiennent les apparitores regroupent une partie non négligeable de l’élite intellectuelle : la connaissance académique ou technique et sa mise en forme oratoire ou pédagogique (ces distinctions étant peu marquées dans la conception antique) sont l’apanage de ces hommes qui maîtrisent tous, à des titres divers, des techniques utiles, mais ne s’interdisent pas d’exploiter pour leur propre compte les talents ou les connaissances impliquées par cette maîtrise. Celsus Albinovanus n’est pas seulement un secrétaire, c’est aussi un jeune poète12 ; et l’on songe immanquablement à Horace lui-même, pourvu d’une charge de scriba quaestorius et à ses relations avec Mécène.

  • 13 N. Purcell, loc. cit., p. 156 sq. Cf. CIL V, 1883 ; X, 4832 ; VI, 999 = 31221.
  • 14 B. Dobson, The praefectus fabrum in the early Principate, dans Britain and Rome, Essays E. Birley, (...)
  • 15 M. C. J. Miller, Forum Julium ad Aegyptum, dans The Ancient World, 13, 1986, p. 55-61.
  • 16 Cf. L. Callebat, Vitruve. De l’Architecture, livre VIII, Paris, 1973, p. LX-X et p. 165-167 (CUF).
  • 17 Cf. B. Cohen, loc. cit., p. 33 (lex Cornelia) ; Cicéron, De lege agraria, II, 32 ; Frontin, De aqua (...)
  • 18 Cf. E. Meinhardt et E. Simon, dans Führer durch die öffentlichen Sammlungen klassischer Altertümer (...)

8C’est dans cet espace situé entre une pratique professionnelle qui assure l’indépendance économique, et le développement autonome d’une activité intellectuelle ou spéculative, que se situe vraisemblablement l’entreprise vitruvienne. Mais pour s’en assurer, il convient au préalable d’examiner si la définition sociale et administrative proposée ci-dessus en termes généraux s’applique à l’auteur du De architectura. N. Purcell en est convaincu, et sa démonstration, seulement esquissée, peut être enrichie. Le savant anglais rappelle d’abord la confusion qui s’est souvent établie dans les faits entre les fonctions civiles et les fonctions militaires des apparitores ou scribae. Il se trouve que nous connaissons au moins une catégorie de scribae dont la fonction était principalement militaire, à savoir le scriba armamentarius, attesté par plusieurs inscriptions13. Les titulaires que nous identifions ainsi sont d’honorables affranchis ou ingénus issus de villes italiennes, qui ont accompli pendant ou après leur temps de service des carrières municipales, et dont l’activité dut être assez proche de celle que Vitruve décrit lui-même pour ce qui concerne les travaux à lui confiés, ainsi qu’à trois collègues dans les armées de César (I, praef. 2). Certes il importe de lever ici l’hypothèque de la confusion avec les fonctions de la praefectura fabrum, entretenue, si l’on s’en tient aux seules données littéraires, par la notice de Végèce, II, 11, qui définit ainsi les activités du « préfet des ouvriers » : qui arma, qui véhicula ceteraque genera tormentorum vel nova facerent, vel quassata reparurent. Mais le problème est résolu depuis que B. Dobson a montré que rien n’autorisait, pour la période tardo-républicaine et pour le Haut Empire, à établir une relation entre les praefecti en question et l’ingénierie militaire14. Il est plus simple et plus conforme à ce que nous savons par ailleurs des compétences de Vitruve de penser qu’il appartint, pendant la plus grande partie de sa carrière, avec les personnages dont il nous a transmis les noms, à la décurie des scribae armamentarii, dont les fonctions correspondent exactement à celles qu’il énonce ; il est possible que le Gnaeus Cornelius qui fut l’un de ses collègues soit à identifier avec le père du praefectus fabrum d’Octave qui, avec la quatrième légion Cyrenaica, empêcha Antoine de prendre Paraetonium et implanta Nicopolis dans la banlieue orientale d’Alexandrie15. Cela n’exclut pas que Vitruve ait pu faire profiter de ses compétences la cura aquarum réorganisée par Agrippa, la diversité des tâches confiées aux apparitores dans le cadre de leur spécialité pouvant être d’une assez grande amplitude16. Car il est établi qu’au même titre que les haruspices, praecones, etc., des architecti faisaient partie, dans l’ordo apparitorum, des équipes techniques attachées aux gouverneurs de provinces et aux magistrats, que ceux-ci fussent ou non pourvus de l’imperium. Il suffit, pour s’en assurer, de reprendre les termes de la lex Cornelia de 81 avant J.-C. relative aux questeurs du trésor, de relire ce que Cicéron nous apprend, au livre II du De lege agraria, de la dotation en hommes et en matériel des décemvirs institués par la loi de Rullus, ou d’évoquer la loi de 11 avant J.-C. sur les curatores aquarum publicarum transmise par Frontin17. L’un des représentants les mieux connus de la catégorie des architecti armamentarii est C. Vedennius Moderatus, dont l’autel funéraire, en marbre, est conservé au Musée du Vatican : il accomplit une longue carrière au service des trois empereurs flaviens18.

9La lecture de la notice autobiographique de I, praef. 2, la seule exploitable en l’occurrence, peut nous conforter dans cette idée, pour peu que nous rendions aux termes employés tout leur poids, c’est-à-dire leur signification en quelque sorte institutionnelle. Vitruve, dans ce passage ampoulé, ne fait pas de littérature, contrairement aux apparences : il décrit sa carrière avec les mots que lui imposent non seulement le respect de la vérité mais plus encore les règles de la bienséance sociale. Dans ce contexte, le vocabulaire « relationnel » qui est, comme nous le savons par le De Officiis ou la correspondance de Cicéron, très hiérarchisé, et à certains égards rigoureusement codifié, relève ici, sans ambiguïté, avec les termes de studium, favor ou commendatio, de cette notion de familiaris usus qui, nous l’avons dit, caractérise les rapports de l’apparitor et du magistrat pour lequel il travaille. De même les mots techniques – commoda et recognitio – ont toute chance de désigner des réalités concrètes dont le sens était obvie pour les lecteurs contemporains, même s’il a tendance à nous échapper. Je propose donc :

  • 19 Vitruve, I, praef. 2 : Cum autem concilium caelestium in sedibus inmortalitatis eum dedicauisset et (...)

10« Lorsque l’assemblée des dieux eut révélé sa présence (i.e. celle de ton père, César) dans les demeures de l’immortalité et transmis le pouvoir de ton père à ton autorité, le zèle que j’avais manifesté de son temps demeurant le même envers toi me valut ta faveur. C’est pourquoi je fus chargé avec M. Aurélius, P. Minidius et Gn. Cornélius de la fourniture et de l’entretien des balistes, scorpions et autres machines de jet, et avec eux je reçus les appointements (de ma charge) ; après m’en avoir confirmé le droit, tu me les as conservés sur la recommandation de ta sœur »19.

  • 20 Citons seulement Ovide, Métam., LX, v. 246 ; v. 426-427 ; Pontiques, III, 4, v. 71.
  • 21 Sur cette question des commoda, cf. M. H. Morgan, The Preface of Vitruvius, dans Proceedings of the (...)
  • 22 Cf. Frontin, op. cit., p. 100 et 118.
  • 23 Sur la signification de recognitio dans le vocabulaire censorial, Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l (...)
  • 24 Opération mentionnée dans les Res Gestae, VIII, 2 ; les Fasti Venusini, Insc. Ital., XIII, 1, p. 25 (...)
  • 25 II s’agit de C. Octavius, Augusti sororis l, Auctus, scriba librarius. Sur le rôle d’Octavie et son (...)

11Cette traduction suppose des choix sémantiques et syntaxiques dont nous donnons ici une rapide explication, quitte à développer certains points dans la discussion. Premier point : in eius memoria ; il semble évident, malgré Granger, Ruffel, Morgan, Fensterbusch et Fleury, que l’expression a le sens que nous lui trouvons en VII, praef. 18, en IX, praef. 17 et en X, 2, 13 ; Vitruve parle ici tout simplement, comme l’avaient bien vu W. Newton et V. Mortet, de la partie de sa carrière qui s’est développée du temps de César. Second point : le sens de favor, il me semble que la valeur « politique » du mot (caractéristique de celui qui est partisan de ...) est à exclure : il serait inconvenant, voire imprudent, de la part de Vitruve, personnage subalterne malgré tout, de rappeler au Princeps que son pouvoir actuel a fait naguère l’objet d’un choix de la part de la population, et de lui-même en particulier ; c’est difficile à concevoir, politiquement et idéologiquement. Vitruve ne peut pas, dans le même passage, se référer à la divina mens d’Auguste et lui rappeler implicitement son passé de chef de parti. De par sa situation même, il ne peut faire état que de son propre zèle et de sa propre conscience professionnelle : évoquer dans le contexte de cette dédicace solennelle son propre sens « politique » friserait l’inconséquence. Nous avons ici tout simplement le sens de « faveur », une faveur qui s’applique forcément du haut vers le bas, et non pas du bas vers le haut ; les emplois du mot dans cette acception sont nombreux20. Commoda : le mot, là encore, est ambigu, et désigne aussi bien, on l’a dit, les émoluments accordés à des fonctionnaires ou à des magistrats civils ou militaires en exercice (ce sont les tribunatus commoda de la lettre à Trebatius, Fam. VII, 8, 1, de Cicéron, par exemple), que les gratifications en nature ou en argent accordées aux soldats au moment de leur libération (c’est en particulier le sens du mot dans la terminologie officielle de l’aerarium militare ; il se distingue à ce titre sans ambiguïté des stipendia)21. Ce qui nous oriente tout de même vers la première signification, c’est le servavisti de la suite, et le beneficium du par. 3. Et de fait les scribae armamentarii ne sont pas des légionnaires : ils touchent des émoluments et des avantages en nature (merces et cibaria) dans la mesure où ils sont delati ad aerarium, c’est-à-dire présentés en tant qu’ayant-droit au trésor public22. Je ne pense pas qu’on puisse songer ici à de simples dotations de fin de service, qui ne correspondent ni à l’esprit du texte ni à la situation réelle de Vitruve. Recognitio : autre terme d’interprétation malaisée. Je suggère d’abord, comme Fensterbusch, d’en faire le complément de tribuis ti, ce qui oblige à placer la virgule après recognitionem, et non pas avant ; il me semble ensuite qu’on doit lui garder le sens technique qui est le sien dans le vocabulaire censorial ; le mot ferait ainsi allusion à la révision de l’album des ordines, effectuée régulièrement, par les censeurs d’abord, par Auguste lui-même ensuite23. Dans ce cas particulier, l’expression recognitionem tribuisti pourrait s’appliquer aux opérations de la « censure » exercée en 29-28 avant J.-C. par Agrippa et Octavien (census populi et lustrum selon les textes), dont le but était d’enregistrer et de vérifier les biens et les dignités24 ; si nous nous souvenons que les apparitores, organisés en décuries, forment eux aussi un ordo, nous pouvons peut-être comprendre qu’à cette occasion la situation de Vitruve a été examinée, et qu’il a été confirmé dans sa dignité, et donc dans ses droits ou privilèges d’apparitor. Ajoutons que dans cette hypothèse nous gagnerions un indice chronologique important pour l’un des moments cruciaux de la carrière de Vitruve. Ce moment marque-t-il un simple renouvellement de contrat, en quelque sorte, ou une mise à la retraite ? Il est impossible de trancher. Disons seulement que l’allusion, ensuite, à la recommandation d’Octavie donnerait plutôt à penser que la retraite de Vitruve n’est devenue effective que quelques années plus tard, la sœur d’Auguste ayant obtenu en somme que son salaire lui soit conservé à titre de pension après la cessation de son activité, ce qui apparemment n’était pas automatique. Nous avons un autre exemple d’apparitor soutenu par Octavie, c’est un affranchi, scriba librarius (responsable de la bibliothèque du portique d’Octavie), dont l’épitaphe est conservée25.

  • 26 Vitruve, V, 1, 6 : ...quo genere Coloniae JuliaeFanestriconlocavicuravique faciendam.

12Les trois moments de la carrière de Vitruve seraient ainsi clairement jalonnés : une activité commencée sous César, qui se poursuit pendant le second triumvirat au service d’Octave, et qui débouche sur une retraite dans les toutes premières années du Principat ; avec en outre une évaluation plus satisfaisante de la position occupée par l’architecte dans le système administratif, et une meilleure compréhension de la nature de ses rapports avec le personnel dirigeant. Il n’est pas jusqu’à la construction de la basilique de Fano, dont Vitruve nous entretient prolixement au début de son livre V, qui ne trouve dans cette hypothèse une explication : nous savons que les apparitores pouvaient, au terme de leurs années de service, accomplir des carrières municipales au niveau local ; le terme curavi – celui de conlocavi est plus ambigu – employé par l’auteur pour définir le rôle qu’il a joué dans la conception et la mise en place de cette basilique suggère une responsabilité de ce genre26.

  • 27 VI, praef. 7. : ... opinons munus omnibus gentibus non ingratum futurum.
  • 28 Voir particulièrement Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes, dan (...)

13Cette remise en situation apporte-t-elle quelque lumière sur la raison d’être du traité ? Dans sa définition initiale – ce qui n’exclut pas un enrichissement du propos à mesure que progresse la rédaction – le De architectura nous apparaît dès lors comme le travail de fin de carrière d’un spécialiste qui considère de son devoir de participer à sa façon, et spontanément, à l’œuvre de rénovation architecturale dont il est le témoin : ce munus dont il espère qu’il sera bien accueilli n’est en somme que le prolongement et l’élargissement d’un officium inscrit dans les obligations de sa charge, du temps où il était en activité27. En ce sens son projet n’est pas historique, en dépit des efforts qu’il déploie pour fonder sur l’orthodoxie des créateurs de la première période hellénistique les règles qu’il énonce ; et les aspects normatifs de son discours, si appuyés dans les livres consacrés à l’aedificatio, visent moins, malgré les apparences, à définir une théorie de l’architecture qu’à en promouvoir une pratique correcte. Certes, les contraintes du genre théorique, que nous avons soulignées dans des articles antérieurs28, finiront par influer sur la structure même de l’œuvre et à informer dans de nombreux cas l’exposé vitruvien. Il n’en reste pas moins que l’objectif spécifique est d’abord pour Vitruve d’exprimer ce qu’il appelle la potestas artis, c’est-à-dire toutes les virtualités contenues dans la τεχν du bâtisseur, tant au niveau de la réalisation (opus) que de la conception (ratiocinatio).

  • 29 I, praef. 1.
  • 30 I praef. 3 ; X, praef. 4, etc. Essentiel est à cet égard V, praef. 3, où Vitruve exprime la nécessi (...)
  • 31 I, praef. 3.
  • 32 VII, praef. 1.
  • 33 Cicéron, De Officiis, I, 155-156. À rapprocher de VII, praef. 1.

14Plusieurs développements des préfaces des livres III, IV, V et VI, indépendamment de la fameuse dédicace au Princeps placée en tête du premier livre, montrent qu’au moment où l’architecture est à l’ordre du jour et devient, plus que jamais, un véritable programme de gouvernement, Vitruve estime devoir fournir, dans le droit fil du service qu’il a assumé toute sa vie, un dossier aussi complet que possible qui réponde à l’attente des responsables. Il exprime cette urgence en des termes qui procèdent du réflexe de professionnel et définissent un véritable devoir (non putavi praetermittendum quin primo quoque tempore...)29. L’accent mis sur les aspects pédagogiques d’un livre destiné à des gens pressés qui non seulement ne sont pas des praticiens de la construction, mais se trouvent en outre submergés par des occupations diverses, est caractéristique de cet état d’esprit. Exhaustivité, brièveté, accessibilité sont les exigences cardinales d’une œuvre qui se donne pour but principal l’expression claire de principes simples (praescriptiones terminatas ; praecepta ordinata)30. La notion d’exposé est ici inséparable de celle de mise à disposition : c’est le sens du verbe aperire employé par Vitruve dans sa première préface31. Il ne va pas « dévoiler » les « secrets des Bâtisseurs », comme l’ont cru parfois – et le lui ont reproché ! – des exégètes qui plaquaient sur la réalité antique le système clos des corporations médiévales ; il met à la disposition des responsables politiques et, plus généralement, des notables, le trésor d’expérience qu’il est censé avoir accumulé et qu’il a ordonné, du moins le croit-il, en une doctrina intégralement transmissible. Vitruve rappelle à cet égard qu’il ne sera jamais de ceux qui gardent sur leur savoir un silence jaloux, les invidiose silentes32. Nous retrouvons là un comportement assez commun, de la part de cette catégorie de spécialistes, que sont les apparitores, et qui sont dotés d’un solide sens de l’État : Cicéron rappelle dans plusieurs textes du De Officiis l’usage social qui était fait en son temps de la culture technique et scientifique33 ; il y établit une relation intéressante, quoique relativement abstraite, entre ceux qui ont consacré leur vie active à l’approfondissement d’une connaissance ou d’une pratique, et ceux qui sont immergés dans les affaires politiques : les premiers, dit-il, rendent aux seconds des services éminents en leur faisant partager leur prudentia pour le plus grand bien de la collectivité.

  • 34 I, 1, 18 : ...peto, Caesar, et a te et ab his qui ea volumina sunt lecturi, ut, si quid parum ad re (...)
  • 35 Pline, Epist. I, 10, 9.
  • 36 I, 1, 18 : namque non uti summus philosophus nec rhetor disertus nec grammaticus summis rationibus (...)
  • 37 V, praef. 1.
  • 38 Voir L. Callebat, La prose du De architectura de Vitruve, dans ANRW, II, 1, Berlin, New York, 1982, (...)

15Ce programme entraîne évidemment des conséquences dont on n’a peut-être pas toujours mesuré l’importance. Les premières concernent la forme. Vitruve s’excuse par avance, dès le premier chapitre du premier livre, de ce que son expression sera différente de celle des rhéteurs, des philosophes et des poètes : « Je te prie, César, toi et ceux qui liront ces livres, de me pardonner si une partie de l’exposé s’y révèle peu conforme aux règles de l’art grammatical...34 ». Contrairement à ce qu’on a toujours dit, cette requête, cette demande d’indulgence, ne recouvre pas seulement le sentiment de n’être que faiblement doué pour l’expression écrite, voire de mal maîtriser les subtilités du latin ; elles contiennent sans doute aussi le sentiment qu’un texte technique ne répond pas, par définition, aux normes d’un texte littéraire. Il suffit de songer, pour comprendre ce qu’il veut dire, à cette lettre où Pline le Jeune, évoquant ses tâches de juge dans l’un des tribunaux de Rome, déclare : scribo plurimas, sed inletteratissimas litteras35 ; l’aspect non littéraire de ces missives ne tient pas à une insuffisance de leur auteur, lui-même lettré raffiné, mais à leur genre, et au type de vocabulaire qu’elles contiennent. Vitruve, à sa manière, qui est moins fine, ne dit pas autre chose quand il note, dans le même passage : « Ce n’est pas en grand philosophe, ni en rhéteur habile ni en grammairien rompu à toutes les finesses de son art, mais en architecte imprégné de notre culture (his litteris) que je me suis efforcé d’écrire cet ouvrage »36 ; la formule est assez ambiguë ; elle doit signifier que Vitruve n’est pas étranger à l’expression littéraire, mais que son propos est différent. Il le confirme dans la préface du livre V où il rappelle qu’à la différence des historiens et des poètes, les architectes recourent à un vocabulaire spécialisé, forcément obscur pour la plupart des profanes37 ; tout son art à lui consistera à rendre clair ce qui ne l’est pas et à exprimer en termes aussi simples et aussi communs que possible une pratique professionnelle par définition complexe. Pour autant, du reste, il ne renonce pas à toute recherche stylistique : l’on a relevé par exemple diverses réminiscences lucrétiennes dans le vocabulaire du De architectura et L. Callebat a montré toute l’efficacité d’un style qui certes n’est pas exempt d’étrangetés – l’inconcinnitas de Vitruve fait périodiquement les délices moroses des philologues – mais qui dans l’ensemble est bien adapté à son propos38.

  • 39 I, 1, 4 et 5.
  • 40 III, 3, 8 ; V, 1, 10.

16En ce qui concerne le fond, trois remarques s’imposent, qui s’accordent, nous semble-t-il, avec ce que nous croyons savoir de la silhouette sociologique de l’auteur : la première concerne le constant prosaïsme des principes et des observations de Vitruve. Ce prosaïsme apparaît dès le début du premier livre, dans la façon dont Vitruve ne retient que le côté immédiatement utilitaire des disciplines dont il revendique la connaissance pour l’architecte ; l’histoire, par exemple, qui doit aider à justifier le choix de tel ou tel décor figuré, et l’arithmétique, indispensable au calcul des dépenses engagées dans une construction39. À chaque fois il s’agit de rationem reddere quaerentïbus, de rendre raison à ceux qui demandent des explications. Il y a là un réflexe d’expert attaché à un responsable, devant lequel il doit fournir toutes les pièces d’un devis ou d’un dossier. Il en va de même pour la satisfaction que manifeste l’auteur devant tel ou tel parti architectural – le temple pseudodiptère par exemple, ou l’ordre colossal dans la basilique de Fano40 – dont il ignore volontiers les aspects esthétiques pour en vanter le caractère économique ; on s’est souvent gaussé de cette prétendue naïveté, mais là encore il s’agit moins d’une conception réductrice que d’une attitude inscrite dans la pratique professionnelle d’un homme habitué à la gestion la plus stricte des fonds publics.

  • 41 Voir l’admirable mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektu (...)
  • 42 Sur la notion de symmetria, voir notre édition Vitruve. De l’Architecture, livre III, Paris, 1990, (...)
  • 43 III, 3.
  • 44 IV, 1, 11 ; IV, 7.
  • 45 IV, 8,1-2. Cf. à ce sujet H. Geertman, dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 154-177.

17Un deuxième aspect saillant du traité vitruvien consiste en la simplicité, voire la simplification des systèmes proportionnels et des schémas de montage qu’il propose. Nous n’y insisterons pas, car le phénomène est à la fois trop vaste et trop bien connu pour être développé ici41. Sans nous arrêter à la signification structurelle de la symmetria, au sens de commodulatio (commensurabilité)42, nous soulignerons simplement l’intérêt d’aboutir, dans la perspective pédagogique de Vitruve, à des formules à la fois claires et uniques (un rapport et un seul définit tel type de colonnade43 ; il n’existe qu’un système proportionnel pour le chapiteau corinthien ou le temple toscan44 ; seul le temple rond monoptère est pourvu d’un podium, le périptère disposant d’une crépis45, etc.). Cette ponctualisation à bien des égards arbitraire constitue évidemment l’une des déficiences les plus déconcertantes du De architectura si l’on envisage les choses du point de vue de l’évolution historique des formes ; elle s’avère remarquablement efficace si l’on part du principe qu’il importe avant tout de fournir des solutions simples à des bâtisseurs qui n’ont que faire d’analyses comparatives et qui veulent – du moins Vitruve le croit-il – qu’on leur dise en termes aussi tranchés que possible ce qui est bien et ce qui ne l’est pas.

  • 46 Juvénal, Sat. V, v. 3 sq. ; cf. aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 59.
  • 47 Varron, Res rusticae, I, 3, p. 21 et p. 119 de l’édit. de J. Heurgon, Paris, 1971 (CUF).

18La troisième caractéristique n’est qu’en apparence contradictoire avec les précédentes, c’est la revendication culturelle. Nous avons rappelé combien l’activité intellectuelle contribuait, plus qu’en aucun autre milieu, à la mobilité sociale des apparitores ; c’est elle qui, dans beaucoup de cas, abat les barrières censitaires ou nobiliaires, pour établir un type de relation très particulier avec le pouvoir dont le personnage de M. Favonius Sarmentus, connu par la Satire V de Juvénal et les commentaires de son scholiaste, propose un exemple limite46. Vitruve parle fréquemment de doctrina ou de scientia, mettant ainsi en avant un savoir théorique, dont il rappelle avec complaisance l’ampleur et la complexité. Comme Tremelius Scrofa insistant, au premier livre des Res Rusticae de Vairon, sur le fait que l’agriculture est une ars, c’est-à-dire une τεχν fondée sur une πιστμη, Vitruve revendique la dignité d’un praticien qui s’est donné les moyens de dominer l’ensemble des connaissances nécessaires à l’exercice de son art, et qui est capable, par là-même, d’en faire profiter autrui47.

  • 48 Malgré F. E. Brown, Vitruve and the liberal Art of architecture, dans Bucknell Review, 11, 1963, p. (...)
  • 49 I, 1, 17. Cf. Ph. Fleury, op. cit., p. 102 sq.
  • 50 Outre I, 1, 17-18, voir II, praef. 4 et VI, praef. 4-5.
  • 51 Essentiel de ce point de vue : VI, praef. 5-6.

19La revendication n’est pas exactement celle du technicien voulant élever sa technique à la hauteur d’une ars libéralisa48 ; elle est peut-être moins théorique et plus ciblée en ce qu’elle apparaît ancrée, si l’on y regarde de près, dans le statut de minister magistratuum : la situation implicite de compagnon déférent mais indispensable de César au cours d’une carrière qu’on devine longue, l’enhardit à prouver qu’il est capable d’échapper à la routine artisanale et d’accomplir un travail à la fois plus élevé et plus ample. Certes, Vitruve le déclare d’entrée de jeu : l’architecte n’est pas un mathematicus, c’est-à-dire un intellectuel voué à la spéculation purement théorique49 ; et tout au long de son livre courent des remarques sur lui-même et sa formation qui sont marquées à la fois par la modestie et par l’orgueil : modestie liée au double sentiment de la dépendance économique et de l’insuffisance intellectuelle50 ; mais en même temps orgueil du détenteur d’un savoir qui est aussi une éthique. Cet expert, qui ne s’est pas élevé au niveau des grands créateurs de son temps et qui, selon toute vraisemblance, est resté à l’écart des vastes programmes des imperatores ou du Princeps, est du moins capable de théoriser sa pratique professionnelle, parce qu’il l’a toujours exercée avec probité, et avec une haute conscience des qualités qu’elle requérait51.

  • 52 Cicéron, In Verrem, II, 1, 133-148.
  • 53 Cicéron, De haruspicum responsis, 14, 31 ; Ad quintum fratrem, III, 1, 14.
  • 54 I, praef. 3 : ... conscripsi praescriptiones terminatas ut eas adtendens et ante facta et futura qu (...)
  • 55 IV, 3, 3 : ... uti, si qui voluerit his rationibus adtendens ita ingredi, habeat proportiones expli (...)
  • 56 Suétone, Divus Julius, 31, 1.
  • 57 Aulu Gelle, NA, XIX, 10, 2-4.

20Il ressort de ces observations une idée centrale qui est celle de service. Le magistrat romain, avec ou sans imperium, se trouve toujours investi de la cura, de la responsabilité totale d’une ou de plusieurs constructions publiques au cours de sa carrière, et cette tâche lui fait obligation de s’informer au moins superficiellement sur l’art de bâtir ; au même titre qu’au droit, à la religion ou à l’art de la guerre, un édile, un consul ou un imperator doit s’intéresser à l’architecture. Il a besoin pour cela d’être secondé par des hommes d’art ; songeons à Verres confronté au problème de la restauration du temple des Dioscures du Forum52, à Cicéron chargé de la reconstruction du temple de Tellus53. Ces personnages affairés doivent trouver le temps de se pencher sur des problèmes techniques dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne leur sont pas familiers. Vitruve semble avoir voulu répondre à cette demande sous une forme qui dépasse la prestation ou le conseil ponctuels de l’architectus en place dans la cohors des spécialistes qui entoure le responsable politique, dans l’Urbs ou dans les provinces. Il est un mot qui revient plusieurs fois dans son traité, et qui exprime assez justement le rapport qui, du point de vue de l’auteur, doit s’établir avec les lecteurs du De architectura, c’est le participe présent adtendens : il suggère l’attitude de l’homme qui se penche sur, qui réfléchit à, et qui a besoin pour cela d’informations précises ; on le rencontre en I, praef. 3 : « .. .j’ai rédigé des règles précises afin qu’en y prêtant attention tu puisses apprécier par toi-même les qualités des ouvrages déjà réalisés et de ceux qui sont à faire... »54. Vitruve, s’adressant à Auguste, lui propose en somme un catalogue complet destiné à lui permettre une rapide appréciation de ce qui doit être accompli. On retrouve une expression analogue en IV, 3, 3, lorsqu’il s’agit de présenter une version amendée du dorique : « ...afin que s’il se trouve quelqu’un pour vouloir prendre en considération ce système et procéder en conséquence, il dispose d’un exposé complet de ses proportions »55. Dans ce dernier passage, nous avons l’exemple, unique dans tout le traité, d’un développement dicté en quelque sorte par la pression des utilisateurs potentiels. Mais, qu’il s’agisse du Princeps ou d’éventuels maîtres d’œuvre, l’idée est toujours celle de l’homme pressé, à la fois ignorant et exigeant, qui souhaite trouver une solution rapide au problème qu’il se pose. Le geste évoqué par ce participe adtendens suggère concrètement celui de César se penchant, la veille du jour où il franchira le Rubicon, sur le plan – forma – d’une école de gladiateurs – un plan à lui proposé par un architecte de son entourage, qui utilise sans doute l’art graphique aux mêmes fins que Vitruve, c’est-à-dire, d’après I, 1, 4, pour « représenter plus facilement à l’aide de modèles peints l’aspect qu’il veut donner à son ouvrage »56 ; on songe également à Cornélius Fronto examinant un catalogue de schémas de thermes – species balnearum – sur parchemin – in membranulis – que lui montrent des fabri aedium, selon l’expression de Aulu Gelle57.

21L’originalité de Vitruve, et la nouveauté radicale de son traité, du moins dans le contexte romain, consistent en ceci que l’auteur ne se contente plus des traditionnels croquis ou maquettes. Il tente de réaliser, mais dans le droit fil de ses activités antérieures, sous la forme d’un exposé systématique, une sorte d’échantillonnage typologique et proportionnel capable de fournir à ceux qui font bâtir un cadre normatif répondant à tous les cas de figure. Certes ce cadre n’exclut pas le recours aux techniciens du bâtiment ni même aux architectes d’exécution ; il n’entraîne, ni dans l’esprit du théoricien ni dans la pratique, la substitution du curator aux fabri ou aux architecti ; chacun garde sa place, et Vitruve n’envisage pas que le Princeps ou tel magistrat devienne, grâce à ses préceptes, un bâtisseur au sens concret du terme. Ce serait contraire à l’esprit même de son entreprise. Mais il entend leur conférer les moyens de garantir du moins, grâce à la connaissance qu’il aura diffusée, le respect des règles essentielles de la convenance, de la distribution et de la symmetria. Tel un expert universel et permanent, il tente de parer avec ce traité à toute éventualité non pas en multipliant les recettes de construction – ce qui eût été une façon de retomber dans la coutume des ateliers et de perdre ainsi le contact avec les responsables, qui sont ses interlocuteurs directs – mais en donnant une information, et plus encore une formation de base à la fois succincte et rigoureuse à tous les maîtres d’œuvre.

  • 58 Cf. J. Guillaume, Philibert de l’Orme : un traité différent, dans Les traités d’architecture de la (...)
  • 59 Cf. Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976 (...)

22Le De architectura n’est pas, ne veut pas être un « art de bien bâtir à petits frais », comme le sera le traité de Philibert de l’Orme, qui lui s’adresse directement à ceux qu’il appelle les « ouvriers » de la construction58. C’est un livre à l’usage des responsables, et d’abord des responsables politiques, dont la genèse s’explique, nous semble-t-il, par la convergence entre d’une part la vocation d’un spécialiste, professionnellement habitué à expliquer les arcanes de son art, à en justifier la pratique exigeante, et d’autre part l’atmosphère d’une époque, celle qui va de Pompée au début du règne d’Auguste, où l’architecture en tant que gage et enjeu du pouvoir revêt une importance encore jamais atteinte59.

Notes

1 Parmi les études les plus récentes, citons Ed. Frézouls, Fondements scientifiques, armature conceptuelle et praxis dans le De architectura, dans Munus non ingratum, Supplt 2 à BABesch, Leyde, 1989, p. 39 sq. et Kl. Sallmann, Bildungsvorgaben des Fachschriftstellers. Bemerkungen zur Pädagogik Vitruvs, dans Vitruv-Kolloquium, Darmstadt, 1984, p. 11 sq. Voir aussi H. Knell, Vitruvs Architekturtheorie, Darmstadt, 1985, avec la recension de B. Wesenberg, dans Gnomon, 59, 1987, p. 734 sq., et en dernier lieu Ph. Fleury, Vitruve. De l’Architecture, livre I, Paris, 1990, p. XXX sq. (CUF).

2 Terminologie utilisée par Kl. Sallmann, loc. cit.

3 Cf. P. Gros, Statut social et rôle culturel des architectes, dans Architecture et Société de l’archaïsme grec à la fin de la République romaine, Rome, 1983, p. 425-452.

4 P. Thielscher, S.V. Vitruvius, dans RE, LX, A, 1, 1961, col. 419-489 ; cf. P. Ruffel et J. Soubiran, Vitruve ou Mamurra, dans Pallas, 11, 1962, 2, p. 123-179 et Ph. Fleury, op. cit., p. LX sq.

5 B. Cohen, Some neglected ordines ; the apparitorial Status-group, dans Des ordres à Rome, Paris, 1984, p. 23-60 sq. ; N. Purcell. The Apparitores : a Study in Social Mobility, dans PBSR, 51,1983, p. 125 sq. ; E. Rawson, Intellectual Life in the late Roman Republic, Londres, 1985, p. 185 sq. ; S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 706 sq.

6 B. Cohen, loc. cit., p. 33 sq. et p. 49. Sur ce point les remarques de P. H. Schrijvers, Vitruve et la vie intellectuelle de son temps, dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 14, restent trop littéraires pour être efficaces.

7 Cl. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976, p. 14.

8 B. Cohen, loc. cit., p. 35 sq.

9 S. Demougin, op. cit., p. 706.

10 N. Purcell, loc. cit., p. 138-142 ; R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982, p. 50 et p. 65.

11 Horace, Epist., I, 8, v. 2 : ... corniti scribaeque Neronis.

12 D’après Epist., I, 3, v. 15 sq.

13 N. Purcell, loc. cit., p. 156 sq. Cf. CIL V, 1883 ; X, 4832 ; VI, 999 = 31221.

14 B. Dobson, The praefectus fabrum in the early Principate, dans Britain and Rome, Essays E. Birley, 1966, p. 61 sq.

15 M. C. J. Miller, Forum Julium ad Aegyptum, dans The Ancient World, 13, 1986, p. 55-61.

16 Cf. L. Callebat, Vitruve. De l’Architecture, livre VIII, Paris, 1973, p. LX-X et p. 165-167 (CUF).

17 Cf. B. Cohen, loc. cit., p. 33 (lex Cornelia) ; Cicéron, De lege agraria, II, 32 ; Frontin, De aquaed., 100 (loi de 11 avant J.-C.).

18 Cf. E. Meinhardt et E. Simon, dans Führer durch die öffentlichen Sammlungen klassischer Altertümer in Rom, I, Tübingen, 1963, n° 363, p. 275-277.

19 Vitruve, I, praef. 2 : Cum autem concilium caelestium in sedibus inmortalitatis eum dedicauisset et imperium parentis in tuam potestatem transtulisset, idem Studium meum in eius memoria permanens in te contulit fauorem. Itaque cum M. Aurelio et P. Minidio et Gn. Cornelio ad apparationem ballistarum et scorpionum reliquorumque tormentorum refectionem fui praesto et cum eis commoda accepi ; quae cum primo mihi tribuisti recognitionem, per sororis commendationem servasti.

20 Citons seulement Ovide, Métam., LX, v. 246 ; v. 426-427 ; Pontiques, III, 4, v. 71.

21 Sur cette question des commoda, cf. M. H. Morgan, The Preface of Vitruvius, dans Proceedings of the Amer. Acad, of Arts and Science, 44,1909, p. 166-170 ; F. Millar, The Aerarium and its Officials, dans JRS, 54, 1964, p. 38-51 ; M. Corbier, L’aerarium Saturni et l’aerarium militare, Rome, 1974, p. 700.

22 Cf. Frontin, op. cit., p. 100 et 118.

23 Sur la signification de recognitio dans le vocabulaire censorial, Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine, Paris, 1966, p. 69 sq. ; S. Demougin, op. cit., p. 142 sq. ; p. 150 sq. ; p. 162 sq. et p. 177 sq.

24 Opération mentionnée dans les Res Gestae, VIII, 2 ; les Fasti Venusini, Insc. Ital., XIII, 1, p. 254 ; Suétone, Divus Augustus, 27,11 ; Dion Cassius, 52, 42,1. Cf. S. Demougin, op. cit., p. 142 sq.

25 II s’agit de C. Octavius, Augusti sororis l, Auctus, scriba librarius. Sur le rôle d’Octavie et son importance dans les commendationes, Ph. Fleury, op. cit., p. 63-64 ; sur les affranchis au service du personnel dirigeant, S. Treggiani, Roman Freedmen during the late Republic, Oxford, 1969, p. 31, p. 90 et p. 160 sq. ; I. Calabi Limentani, Studi sulla società romana, Il lavoro artistico, Milan-Varèse, 1958, p. 28 sq.

26 Vitruve, V, 1, 6 : ...quo genere Coloniae JuliaeFanestriconlocavicuravique faciendam.

27 VI, praef. 7. : ... opinons munus omnibus gentibus non ingratum futurum.

28 Voir particulièrement Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes, dans ANKW, II, 30, 1, Berlin, New York, 1982, p. 688 sq.

29 I, praef. 1.

30 I praef. 3 ; X, praef. 4, etc. Essentiel est à cet égard V, praef. 3, où Vitruve exprime la nécessité d’adapter la présentation de son savoir à un public dont les préoccupations essentielles sont ailleurs : Non minus cum animadvertissem distentant occupationibus civitatem publicis et privatis negotiis, paucis iudicavi scribendum, uti angusto spatio vacuitatis ea legentes breviter percipere possent. Sur ce texte, voir maintenant A. Kessissoglu, Die fünfte Vorrede in Vitruvs « De architectura », Francfort, 1993, p. 94 sq. (avec des conclusions chronologiques qui ne sont pas pleinement convaincantes).

31 I, praef. 3.

32 VII, praef. 1.

33 Cicéron, De Officiis, I, 155-156. À rapprocher de VII, praef. 1.

34 I, 1, 18 : ...peto, Caesar, et a te et ab his qui ea volumina sunt lecturi, ut, si quid parum ad regulam artis grammaticae fuerit explicatum, ignoscatur.

35 Pline, Epist. I, 10, 9.

36 I, 1, 18 : namque non uti summus philosophus nec rhetor disertus nec grammaticus summis rationibus artis explicates, sed ut architectus his litteris imbutus haec nisus sum scribere. Cf. Ph. Fleury, op. cit. p. 104.

37 V, praef. 1.

38 Voir L. Callebat, La prose du De architectura de Vitruve, dans ANRW, II, 1, Berlin, New York, 1982, p. 696 sq.

39 I, 1, 4 et 5.

40 III, 3, 8 ; V, 1, 10.

41 Voir l’admirable mise au point de B. Wesenberg, Beiträge zur Rekonstruktion griechischer Architektur nach literarischen Quellen, Berlin, 1983, p. 109-178.

42 Sur la notion de symmetria, voir notre édition Vitruve. De l’Architecture, livre III, Paris, 1990, p. XLV sq. et p. 56-60 (CVF).

43 III, 3.

44 IV, 1, 11 ; IV, 7.

45 IV, 8,1-2. Cf. à ce sujet H. Geertman, dans Munus non ingratum (op. cit.), p. 154-177.

46 Juvénal, Sat. V, v. 3 sq. ; cf. aussi Plutarque, Vie d’Antoine, 59.

47 Varron, Res rusticae, I, 3, p. 21 et p. 119 de l’édit. de J. Heurgon, Paris, 1971 (CUF).

48 Malgré F. E. Brown, Vitruve and the liberal Art of architecture, dans Bucknell Review, 11, 1963, p. 99 sq.

49 I, 1, 17. Cf. Ph. Fleury, op. cit., p. 102 sq.

50 Outre I, 1, 17-18, voir II, praef. 4 et VI, praef. 4-5.

51 Essentiel de ce point de vue : VI, praef. 5-6.

52 Cicéron, In Verrem, II, 1, 133-148.

53 Cicéron, De haruspicum responsis, 14, 31 ; Ad quintum fratrem, III, 1, 14.

54 I, praef. 3 : ... conscripsi praescriptiones terminatas ut eas adtendens et ante facta et futura qualia sint opera per te posses nota habere.

55 IV, 3, 3 : ... uti, si qui voluerit his rationibus adtendens ita ingredi, habeat proportiones explicatas.

56 Suétone, Divus Julius, 31, 1.

57 Aulu Gelle, NA, XIX, 10, 2-4.

58 Cf. J. Guillaume, Philibert de l’Orme : un traité différent, dans Les traités d’architecture de la Renaissance, Paris, 1988, p. 347 sq.

59 Cf. Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976, p. 15 sq. et la thèse (1992) de G. Sauron, Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, sous presse.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540