Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Prémisses

Chapitre 1. Programme, sources et méthode

Texte intégral

I – PROJET DE RECHERCHE ET MÉTHODE DE TRAVAIL

A) Historique du projet

  • 1 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval.
  • 2 La bibliographie sur le sujet est désormais considérable. Voir en premier lieu les revues Archéolo (...)
  • 3 Pour le débat sur la « mutation féodale », cf. D. Barthélémy, La mutation féodale a-t-elle eu lieu (...)
  • 4 Dans la très abondante bibliographie consacrée à ces thèmes, on consultera notamment, outre les ti (...)

1L’enquête conduite dans la vallée du Turano se proposait pour but principal d’étudier sur le terrain les transformations des formes de l’occupation du sol et des structures du peuplement au moment majeur que constitue l’« incastellamento » des xe-xiie siècles étudié par Pierre Toubert1. Le projet, qui n’a rien d’original en soi, prend place dans une lignée de recherches archéologiques et historiques fructueuses qui se sont développées dans de très nombreuses régions depuis les trois dernières décennies surtout2. Depuis la thèse de Pierre Toubert, le Latium a tenu et occupe toujours un rôle de laboratoire pour l’analyse du peuplement médiéval et de son évolution en particulier au moment de la « mutation féodale »3. Pour autant, en dépit d’acquis importants et variés, les questions ouvertes demeurent nombreuses en particulier dans les trois domaines sur lesquels a été centrée notre recherche et qui concernent : 1) les formes du peuplement pour la période qui a précédé l’« incastellamento » des xe-xiie siècles ; 2) les modalités de l’« incastellamento » ; 3) les formes intercalaires et plus généralement le réseau du peuplement rural4.

  • 5 Les fouilles de Caprignano n’ont pas été publiées à ce jour. Dans l’attente de la publication fina (...)
  • 6 Cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Les techniques de construction en Sabine : enquête prélimina (...)
  • 7 RF, V, n° 1154 de 1097 ? (= CF II, p. 218-219) : Item statuimus de calcariis ut homines de Petrado (...)
  • 8 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina medievale. Notizie prelimi (...)
  • 9 Outre les études sur les techniques de construction proposées dans les publications préliminaires (...)
  • 10 Cf. N. Lécuyer, Recherches sur la céramique médiévale latiale en milieu rural. Dans l’attente de l (...)

2Le projet « vallée du Turano » a été entrepris en 1990 par l’École française de Rome, avec la collaboration de l’Université de Rome « La Sapienza » dans le cadre de la convention qui lie les deux institutions et avec le soutien de la Soprintendenza archeologica del Lazio. Il se situe dans le prolongement de la fouille du village perché de Caprignano organisée par l’École française de Rome sous la direction de Ghislaine Noyé de 1981 à 19875. Le projet poursuit également une enquête ponctuelle sur les techniques de construction dans la Sabine médiévale dont la nouvelle église abbatiale de Farfa, édifiée au sommet du Monte San Martino à la fin du xie siècle et restée inachevée en dépit d’une brève reprise des travaux au milieu du xiie siècle, a formé le point de départ6. Les cartulaires de Farfa ont transmis en particulier la copie d’un acte décrivant le montage financier et matériel de l’entreprise : y sont énumérés les villages de la seigneurie de Farfa qui durent participer à la construction en fournissant des hommes et des matériaux au chantier7. On pouvait alors se demander quelles avaient été les répercussions de ce grand œuvre à l’échelon local pour la diffusion des techniques de construction, pour la connaissance de la taille des pierres, de la fabrication de la chaux et du mortier et dans la mise en œuvre des matériaux. L’enquête a été élargie alors aux villages qui avaient participé à l’édification de la nouvelle église abbatiale dans la perspective d’étudier la diffusion des techniques de construction en milieu rural8. Plusieurs campagnes de prospections ont été ainsi entreprises dans les terres de l’abbaye de Farfa, qui ont permis de dresser une liste des sites susceptibles de faire l’objet d’une intervention archéologique. A ce stade, la question initiale de savoir quelles avaient été les répercussions du chantier abbatial sur la construction locale a été élargie et réorientée vers l’étude plus large des modalités de l’« incastellamento » dans la région considérée. Pour autant, le développement ultérieur de l’enquête n’en a pas oblitéré le point de départ principal que constituait l’analyse des techniques de la construction rurale9 et auquel s’ajoutait l’étude de la production et de la distribution des objets céramiques dans le prolongement des recherches entreprises à Caprignano10. Aussi le fascicule suivant de cette série sera-t-il consacré à ces aspects de la vie matérielle.

B) Site unique et sites multiples

  • 11 Pour être représentatif, le choix d’un site de fouille doit reposer sur une étude préalable aussi (...)
  • 12 Sur ce thème, voir de manière générale R. Bucaille et J.-M. Pesez, Cultura materiale ; M. S. Mazzi (...)
  • 13 Sur ce point, voir en particulier les observations de R. Francovich et R. Hodges, Archeologia e st (...)
  • 14 Sur l’existence d’autres formes d’habitat à côté de la structure dominante du castrum, voir pour l (...)

3Dès l’origine du projet, il n’était pas question d’envisager la fouille intensive d’un site unique, qui n’aurait guère constitué en l’état des connaissances qu’une répétition méthodologique de la fouille de Caprignano11. Seule une enquête de cet ordre, naturellement, fournit des éléments à la connaissance de la culture matérielle d’une société donnée et de son évolution12. Mais là n’était pas le but principal de notre projet, à ce stade tout au moins. Les questions que nous nous posions en revanche sur les modalités du premier « incastellamento » ne pouvaient sans doute pas trouver de réponse dans la fouille d’un seul site, laquelle risque de présenter comme modèle un cas particulier qui n’est pas nécessairement représentatif parmi l’ensemble des possibles13. Des considérations variées conduisent au choix d’un site de fouille, au rang desquelles un concours de circonstances diverses joue parfois un rôle important, où les préoccupations scientifiques ne tiennent pas forcément la première place. Sauf à choisir un site de fouille propre à fournir des éléments de réponse aux questions initiales, mais après seulement avoir effectué un échantillonnage préliminaire aussi complet que possible des différentes formes d’habitat en présence dans la région considérée14. En l’état de la recherche, cet échantillonnage fondé sur des prospections ciblées dans la documentation et sur le terrain n’est pas encore établi pour la Sabine. Aussi le choix d’un site destiné à être fouillé de manière intensive relève-t-il davantage du hasard, lequel peut être heureux naturellement, que de considérations « objectives » sur son exemplarité. Au reste, l’histoire et l’archéologie d’un seul village, aussi intéressant et riche fût-il, nous préoccupaient moins à ce stade que la notion de réseau de peuplement et celle conjointe de construction de l’espace rural.

  • 15 D’une manière générale, voir les volumes La prospection archéologique. Paysage et peuplement et Ca (...)

4L’état de la recherche sur les habitats médiévaux dans le Latium et nos perspectives spécifiques nous imposaient par conséquent d’envisager un observatoire plus vaste que l’échelle d’un seul finage villageois. Pour autant, il n’était pas question d’entreprendre, après d’autres, des prospections systématiques qui mettent en évidence avec plus ou moins de succès l’évolution dans la longue durée des formes de l’occupation du sol et de l’habitat dans des régions plus vastes étudiées par le biais d’échantillonnages aussi aléatoires qu’il est possible15. En outre, le temps et les moyens dont nous disposions ne permettaient pas d’intervenir à l’échelle d’une région entière. C’est donc à un niveau intermédiaire, situé entre le finage villageois et une région historique ou géographique, que nous avons choisi d’implanter notre recherche. Nous avons entrepris ainsi l’étude conjointe, mais forcément limitée, de plusieurs sites attenants, retenus autant pour la qualité de la documentation les concernant à un moment clé de leur histoire, en l’occurrence le début du xie siècle, et la nature des vestiges lisibles sur le terrain que pour leur représentativité dans le panorama diversifié de l’habitat rural.

5Il serait toutefois fallacieux de donner a posteriori à notre enquête des présupposés méthodologiques fermement établis qu’elle ne présentait pas au départ. Tout au long du travail, nous avons voulu conserver au contraire la part importante d’imprévu et d’élasticité que le projet a présentée dès l’origine pour disposer d’un cadre d’intervention aussi souple que possible et susceptible d’évoluer au rythme de notre réflexion.

C) Choix de la région, choix des sites et méthode d’intervention

  • 16 Sur l’organisation de l’espace rural dans la région considérée, voir la deuxième partie de l’ouvra (...)
  • 17 Voir en premier lieu A. Sennis, Un territorio da ricomporre : il Lazio tra i secoli iv e xiv et G. (...)
  • 18 Sur la via Valeria, aménagée avant le iie siècle av. J.-C., voir G. Radke, Viae Publicae Romanae, (...)
  • 19 D’une manière générale, voir Castrum 4 : Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen. Pour (...)

6L’enquête a porté par conséquent sur plusieurs sites de la moyenne vallée du Turano. Territoire relevant du comté de Rieti, constitué en fundus Ophiani aux viiie-xe siècles puis en locus qui dicitur Ophianus au xie siècle avant de se fondre en une mosaïque de finages villageois dépendant de seigneuries diverses16, la petite région choisie comme observatoire est située tout au long de son histoire dans une région frontalière : frontières étatiques entre le duché byzantin de Rome et le duché lombard de Spolète, puis entre le patrimoine de saint Pierre et les comtés du royaume d’Italie et enfin, du milieu du xiie siècle jusqu’en 1860, entre les États de l’Église et le royaume de Sicile (puis de Naples et des Deux Siciles) que la géographie actuelle a conservées à quelques nuances près dans la limite administrative entre les régions du Latium et des Abruzzes ; frontières seigneuriales, plus fluctuantes, dont les acteurs principaux furent l’abbaye de Farfa, tout au long de la période envisagée, et les comtes des Marses au xie siècle, les Orsini, les Castiglione, les Mare-ri, les Collalto à partir du xiiie siècle et les Colonna qui étendirent leurs possessions dans la région au xive siècle ; frontières religieuses enfin entre les quatre diocèses de Tivoli, des Marses, de Rieti et de Sabine, auxquels il faut ajouter la juridiction épiscopale dont Farfa jouissait sur les terres de sa seigneurie17. Région frontalière à plus d’un titre, donc, mais aussi voie de communication entre Rieti et Carsoli et, de là, avec la via Valeria qui constitue un des axes majeurs de la circulation entre Rome et le royaume méridional18. Il importait par conséquent de savoir dans quelle mesure ces deux aspects, étroitement liés, avaient influé sur les formes du peuplement et l’organisation de l’habitat19.

7En outre, la micro-région prise en considération présente un double intérêt sur le plan documentaire qui devait permettre de concilier les sources écrites et les sources archéologiques et qui fut la raison principale du choix à l’origine. La moyenne vallée du Turano offre en effet l’exemple d’une région fort bien documentée par les cartulaires de l’abbaye de Farfa en particulier durant la période de transformations majeures des structures du peuplement qu’a représentée la mise en place de l’« incastellamento » pendant la première moitié du xie siècle. Par chance, elle conserve aussi les vestiges, plus ou moins importants selon les cas, de plusieurs sites étroitement liés entre eux par la proximité et par leur histoire en grande partie commune. C’est ainsi qu’ont été retenus dans la moyenne vallée du Turano les quatre sites mitoyens de Montagliano, d’Offiano, de la villa de Sant’Agnese et du château de Castiglione.

8Outre leur proximité et la qualité des vestiges émergents, outre l’intérêt de la documentation les concernant, d’autres raisons plus importantes ont milité en faveur du choix des quatre sites. L’étude des modalités de l’« incastellamento » imposait de prendre en considération des sites dont la documentation écrite attestait la place différente dans la hiérarchie des habitats : gros bourg castral autour duquel s’organisait le territoire comme Montagliano ; castrum de moindre importance aux destinées difficiles comme Offiano ; sites dont l’évolution semblait avoir été bloquée pour des raisons que l’enquête devait faire apparaître comme dans le village ouvert (villa), constitué à proximité d’un petit château et de l’église Sant’Agnese ; fondation castrale ayant échoué totalement à regrouper sous une forme ou sous une autre la population paysanne dont le château de Castiglione semblait former un bon exemple. On pouvait espérer obtenir de la sorte un cadre assez représentatif des formes variées du peuplement rural dont le castrum constitue naturellement la structure portante, sans pour autant être exclusif de situations différentes.

9Le projet avait également pour ambition d’étudier les formes intercalaires et mineures du peuplement, dont les documents écrits attestent l’existence dans des petits hameaux appelés casalia et dans l’habitat dispersé. Disons-le tout net au seuil de cet ouvrage. Autant l’objectif principal de la recherche paraît avoir été atteint, autant le second a échoué. Les prospections effectuées dans la région n’ont pas permis à ce jour d’identifier ni de localiser les formes intercalaires du peuplement attestées pourtant par la documentation en particulier pour le xie siècle. En conséquence, le projet initial d’enquête sur castrum, villa et casale a été réduit en l’état de la recherche aux deux premiers volets du triptyque.

  • 20 Un seul de ces dossiers a été publié par leur auteur, cf. J. Coste, Un villaggio abbandonato della (...)
  • 21 Au changement de la nature de l’intervention archéologique sur le site de Castiglione, qui impose (...)

10Sur le terrain, après leur localisation et leur repérage – travail que l’on doit pour une large mesure à notre ami Jean Coste, trop tôt disparu, qui avait également réuni les premiers éléments de leur dossier historique20 –, les sites retenus ont fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles, aussi légères que ponctuelles, pour trois d’entre eux tout au moins. Trois campagnes de fouilles se sont ainsi succédé à Montagliano en 1990, en 1993 et en 1995 pour un total de cinq semaines. Une campagne de trois semaines a eu lieu à Offiano en 1991 comme à la villa de Sant’Agnese l’année suivante. Une campagne de trois semaines a été entreprise de la même manière à Castiglione en 1994 à la suite d’une première reconnaissance effectuée sur le site en 1992. La qualité du mobilier recueilli durant la fouille des sondages ouverts à Castiglione, notamment les nombreux fragments d’enduit peint que l’on peut dater en première approximation des xie-xiie siècles, a entraîné l’infléchissement de la méthode. La fouille intégrale du petit château, voulue par l’École française de Rome qui a accrû son soutien financier, a été décidée en 1995, en accord avec la Soprintendenza archeologica del Lazio. Le travail sur le terrain, au rythme d’une campagne annuelle de quatre ou cinq semaines, est arrivé à terme en 2001. L’évolution de la recherche a entraîné de la sorte une modification du programme initial et, partant, de l’organisation de la publication finale. C’est ainsi qu’un volume monographique sera consacré à Castiglione et à son mobilier21.

  • 22 Pour des raisons de commodité évidente, l’enquête a porté sur des sites désertés, même si la déser (...)

11Le travail effectué sur le terrain devait tenter de répondre à plusieurs questions essentielles pour la connaissance des moments principaux de l’histoire des sites considérés : présence éventuelle d’une occupation du haut moyen âge, époque de la construction des structures fortifiées les plus anciennes et nature de celles-ci ; grandes étapes de leur évolution – construction de murs d’enceinte, développement de l’habitat – jusqu’à leur abandon22. Les objectifs de la recherche plaçaient au centre de notre attention les phases initiales de l’histoire des sites davantage que la période de leur épanouissement ou que les circonstances de leur désertion. Toutefois, ces deux aspects fondamentaux n’ont naturellement pas été négligés ne serait-ce que pour l’établissement des grandes phases chronologiques qui ont caractérisé l’histoire des sites étudiés. Les moyens à disposition et la volonté d’obtenir des résultats au moins schématiques dans des délais raisonnables ont imposé de fouiller des secteurs réduits de chaque site, ayant valeur de sondages dans la stratigraphie. Les secteurs de fouille ont ainsi été implantés en fonction de cette perspective à des endroits significatifs comme le sommet du site perché ou la proximité du mur d’enceinte où l’on pouvait espérer obtenir des réponses circonstanciées aux questions retenues.

12Ce faisant, nous étions et restons parfaitement conscients des limites de notre méthode. Cependant nous demeurons convaincus que les résultats obtenus, pour partiels et limités qu’ils soient sur l’histoire individuelle de chaque habitat, acquièrent toutefois leur signification grâce à la multiplication des sites étudiés. De fait, on l’a dit, chaque site était moins l’objet de nos préoccupations que les relations qui les unissaient. Somme toute, nous avons voulu considérer une petite partie de la vallée du Turano comme un unique terrain d’enquête archéologique. Le lecteur jugera des résultats.

D) Résultats préliminaires et publication finale

  • 23 Voir E. Bonasera et al., Fouilles de la section Moyen Âge : Montagliano (com. de Collalto Sabino, (...)
  • 24 Cf. E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Indagine archeologica in Sabina : Montagliano, da casale a (...)
  • 25 Nous remercions les participants aux différents séminaires et colloques au cours desquels ont été (...)

13A mesure de l’évolution du travail, nous avons cherché à publier régulièrement des résultats préliminaires résumant la progression du projet. Après chaque campagne de fouille, la rédaction du rapport destiné aux autorités compétentes a été suivie dans un premier temps par la publication d’une note brève dans la chronique des fouilles de la section Moyen Âge des Mélanges de l’École française de Rome23. L’étape suivante consistait à proposer au fur et à mesure de l’avancement du projet des publications plus complètes, mais toujours préliminaires, dans lesquelles étaient exposés le compte rendu du travail effectué sur le terrain, l’analyse du mobilier céramique et des techniques de construction qui, joints à l’étude du dossier documentaire, permettaient de présenter une première élaboration de l’histoire du site24. Plusieurs colloques et séminaires nous ont offert en outre la possibilité d’exposer notre recherche et de discuter certaines de nos interprétations25. Au risque de multiplier les articles préliminaires que la publication finale rend désormais caducs, une telle démarche nous a permis cependant d’approfondir certaines questions, de combler certaines lacunes, de corriger certaines interprétations hasardeuses à mesure de l’évolution de la réflexion. Nous ne prétendons pas aujourd’hui être parvenus à des résultats définitifs. Il est évident que l’élargissement des secteurs fouillés ou le dépouillement de documents qui nous auraient échappé apporteraient à l’état actuel de notre travail de nouvelles données susceptibles d’en infirmer ou d’en confirmer les conclusions et, dans tous les cas, de les enrichir. Pour autant, sauf à retarder sans cesse la publication finale comme il arrive trop souvent en archéologie, nous avons jugé bon de rassembler dans ce volume l’état actuel de notre réflexion sans attendre la fin de la fouille du château de Castiglione dont la publication constituera un volume suivant de la série. L’étude d’un mobilier plus abondant et de nature plus diversifiée apportera sans aucun doute des corrections importantes ou permettra à tout le moins d’affiner nos conclusions.

II – LA DOCUMENTATION ÉCRITE ET L’HISTOIRE DE L’OCCUPATION DU SOL DANS LA VALLÉE DU TURANO AU MOYEN ÂGE

  • 26 Voir principalement l’état des sources et l’analyse des caractères de la documentation dans P. Tou (...)

14Le projet de recherche dont nous présentons les résultats partait, on y a déjà fait allusion, de la lecture des sources écrites formées pour l’essentiel par les cartulaires et la chronique de l’abbaye de Farfa, composés par le moine Gregorio da Catino entre 1090 et 1130, que nous voulions confronter au terrain sur certains points spécifiques. Il convient par conséquent de les présenter brièvement au lecteur, sans prétendre en aucun cas proposer ici une description générale de la documentation sabine médiévale, qui dépasse notre propos et nos connaissances26. La question qui nous intéresse ici davantage est de savoir de quelle manière cette documentation, dont on trouvera en fin de volume l’inventaire des sources dépouillées et utilisées, éclaire le problème central des modalités de l’« incastellamento » et de la construction de l’espace rural dans la micro-région étudiée.

15Deux phases chronologiques successives divisent les sources médiévales à notre disposition en deux groupes, différents par leur nature comme par leur consistance, pour lesquels varie par conséquent la qualité des informations que l’on peut en attendre. Il convient également d’ajouter les sources de l’époque moderne, postérieures à l’abandon des sites retenus dans le projet, dont l’intérêt principal est d’avoir permis la localisation des habitats.

16Comme pour le reste de la Sabine et du Réatin, les sources principales pour l’étude de l’occupation du sol et de l’habitat dans la vallée du Turano sont constituées par la documentation de l’abbaye de Farfa relative à la composition et à la gestion de son patrimoine foncier, qui comporte deux ensembles principaux, l’un bien connu, l’autre moins : 1) les cartulaires et la chronique composés par le moine Gregorio da Catino entre 1090 et 1130 qui rassemblent les titres de propriété et les actes de gestion du patrimoine foncier du viiie siècle jusqu’au début du xiie siècle et qui les organisent dans une histoire de l’abbaye ; 2) seuls de rares lambeaux des archives de l’abbaye postérieures à l’œuvre de Gregorio da Catino sont parvenus jusqu’à nous qui consistent en quelques dizaines d’actes sur parchemin et plusieurs libri instrumentorum notariés des xive et xve siècles.

A) La documentation jusqu’au xiie siècle : Gregorio da Catino, les cartulaires et la chronique de Farfa et le patrimoine foncier de l’abbaye dans la vallée du Turano

  • 27 Voir en premier lieu H. Zielinski, Gregor von Catino. Voir principalement I. Giorgi, Il Regesto di (...)
  • 28 RF II, p. 7 : Porro huic libro gemniagraphum nomen imposuimus, idest memoriam descriptionis terrar (...)
  • 29 LL I, p. 3-7 : p. 5 : Incipit prologus libri emphiteuseos terrarum monasterii Pharphensis... Deniq (...)
  • 30 CF, I, p. 111-113 : Quibus dictis sanctioribus roboratus ego infimus omnium et infelix, huiusque o (...)
  • 31 LF, p.3-4 : Incipit prologus libri florigeri cartarum gloriosissime Marie domine nostre semper vir (...)

17Il est naturellement hors de notre propos de présenter ici une biographie et une analyse des méthodes de travail du moine sabin, au demeurant amplement étudiées27. Il nous suffira de rappeler, après d’autres, que Gregorio da Catino, né en 1060 de parents nobles, entré enfant au monastère de Farfa, sollicita la charge de recueillir les actes des archives du monastère, qu’il obtint de l’abbé Bérard II en 1092 : le moine transcrivit ainsi plus d’un millier de documents relatifs aux titres de propriété du monastère dans un premier cartulaire auquel il donna le nom de liber gemniagraphus et claeronomialis, plus connu sous le nom de Regesto di Farfa28. Ce travail terminé à la fin du xie siècle, Gregorio s’attela à son complément logique et rassembla à partir de 1103 plus de deux mille actes relatifs à la gestion du patrimoine abbatial dans un deuxième cartulaire, auquel il donna le double titre de Liber emphiteuseos terrarum monasterii Pharphensis et de Liber largitorius vel notarius29. L’infatigable travailleur ne s’arrêta pas là et, d’archiviste et de copiste émérite, il fit ensuite œuvre d’historien dans un ouvrage connu sous le nom de Chronicon farfense, rédigé entre 1107 et 1119, dans lequel les documents précédemment transcrits dans les deux cartulaires sont agencés pour construire un récit historique30. Quatrième et dernier livre enfin, composé vers 1130 par le moine désormais septuagénaire, le liber floriger cartarum... Farfensis cenobii contient, outre un préambule sur les origines du monastère, les privilèges pontificaux et impériaux assurant sa liberté, un recueil de canons des Pères de l’Église, les documents de procès relatifs à des propriétés usurpées par des « pravi homines » et enfin une liste des églises et des biens-fonds du monastère renvoyant aux documents du Liber gemniagraphus et du Liber largitorius qui les concernent et qui font l’objet d’un bref résumé31.

  • 32 Dans les prologues de ses ouvrages, Gregorio da Catino décrit dans le détail sa méthode de travail (...)
  • 33 Pour l’histoire de Farfa, voir en général I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa et récemment M (...)

18L’œuvre considérable du moine sabin n’a pas été composée dans le but maniaque de recopier, avec le plus grand soin pour les titres de propriété réunis dans le Régeste et de manière abrégée pour les actes de gestion rassemblés dans le Liber Largitorius32, la totalité des documents qui emplissaient les armoires du monastère. Une perspective directement utilitaire et plus généralement politique animait l’auteur, que résume parfaitement le dernier paragraphe du prologue du Liber floriger : il s’agissait en effet de défendre la libertas du monastère impérial et de ses possessions, d’affirmer avec force l’importance et le prestige de l’abbaye dans une œuvre historique irréfutable, au moment le plus fort de la lutte du Sacerdoce et de l’Empire à laquelle le concordat de Worms ne mit pas fin et qui déboucha sur le schisme d’Anaclet en 1130. Lieu de propagande impériale, l’abbaye sabine fut impliquée directement et de la manière la plus matérielle dans les conflits contemporains. De la fin du xie siècle aux premières décennies du siècle suivant, au moment où Gregorio da Cati-no copiait les documents des archives et écrivait l’histoire de l’abbaye dans le scriptorium, le gouvernement abbatial fut de manière incessante et récurrente l’objet des partis et des factions, et son temporel fut dévasté à plusieurs reprises : après la mort de Bérard Ier en 1089, les schismes abbatiaux et les guerres internes qui en découlaient immanquablement, bien documentées en particulier pour les années qui s’écoulèrent entre la mort de l’abbé Bérard III en 1119 et l’élection d’Adinolfo en 1125, affaiblirent l’abbaye, dont les richesses et le patrimoine foncier furent en partie dispersés33.

19Pour la petite région de la vallée du Turano qui appartint à l’abbaye de Farfa et qui constitue l’objet de notre recherche, l’arc chronologique couvert par la documentation qu’a transmise Gregorio da Catino compte deux moments florissants et, partant, bien documentés. Des périodes de crise plus ou moins grave leur succédèrent au cours desquelles l’abbaye perdit pratiquement tout contrôle sur ses propriétés dans la vallée qui échappent par conséquent aux sources à notre disposition.

  • 34 Sur tout ceci, voir le chapitre 6.
  • 35 Voir en particulier I. Schuster, L’abate Ugo I° e la riforma di Farfa et le chapitre 7.
  • 36 Pour la liste des chartes d’« incastellamento » latiales, voir P. Toubert, Les structures du Latiu (...)

20Le ixe siècle, caractérisé dans la vallée par la constitution de la curtis de S. Maria de Corneto dépendant de Farfa et sa gestion, s’acheva sur la destruction de l’abbaye en 898 et l’occupation sarrasine qui se prolongea jusqu’en 914-915. Les schismes abbatiaux qui suivirent et le gouvernement d’abbés dilapidateurs provoquèrent la ruine de l’abbaye et la dispersion, assez bien documentée, de ses propriétés dans la vallée au profit de plusieurs familles de l’aristocratie réatine34. Au début du xie siècle, la restauration entreprise par l’abbé Hugues de Farfa fut marquée en particulier par la récupération des terres qui avaient été aliénées précédemment35. Le moment est capital pour notre sujet. La documentation désormais plus fournie reflète en effet les changements qui modifient alors l’organisation de l’espace et l’assiette de l’habitat dans les campagnes mais qui ne constituent jamais l’objet même des actes conservés par l’abbaye. En effet, les actes du premier tiers du xie siècle qu’a transmis Gregorio da Catino documentent le retour par donation, par vente ou par échange de portions de la vallée du Turano dans le patrimoine de Farfa. Depuis les concessions abbatiales du milieu du xe siècle, ces biens-fonds ont subi des modifications que dévoilent en passant les actes des transactions. Ce sont naturellement ces transformations qui constituent l’objet de notre enquête. C’est dire que le phénomène central de notre recherche est documenté, certes, mais qu’il n’est jamais documenté que de manière indirecte ou, plus exactement, en filigrane dans les sources dont nous disposons. En d’autres termes et pour faire bref, aucun acte n’a pour objet principal les transformations de l’habitat et de l’occupation du sol dans la vallée du Turano pour laquelle on ne connaît par exemple aucune charte d’« incastellamento »36. C’est donc en débusquant des indices dont certains sont plus visibles que d’autres que la documentation écrite dévoile les modifications qui interviennent dans la composition du paysage rural vers l’an mil.

  • 37 RF V, n° 1015 et 1016. Sur la restitution à l’abbaye de Farfa de la partie de la vallée du Turano (...)
  • 38 Voir RF V, p. 155-156 (= CF II, p. 215) : Castella quippe et omnia bona filiorum Hilperini, quae p (...)
  • 39 Voir le chapitre 8 (paragraphe III).

21La documentation se raréfie à nouveau à partir de la fin du xie siècle, au moment même où Gregorio recopiait les documents des archives et rédigeait l’histoire de son abbaye. A la différence de la grande crise qui secoua Farfa et la Sabine au xe siècle, nous ignorons quel fut alors le sort de la région qui nous intéresse, à nouveau revenue dans le patrimoine de l’abbaye en 1074-107537. Certes, les diplômes impériaux de la fin du xie siècle et du début du xiie siècle attestent sa permanence dans les possessions de l’abbaye mais cela ne suffit pas, naturellement, à documenter sa situation véritable sur laquelle nous ignorons à peu près tout. La micro-région étudiée suivit-elle un sort identique à celui des terres et des châteaux voisins que l’abbé Bérard II (1090-1099) céda au comte Rainaldo di Sinibaldo et à ses fils selon des termes qui nous échappent38 ? Si on ignore précisément quelle fut la situation de la région pendant la crise que traversa l’abbaye à la fin du xie siècle et pendant les premières décennies du xiie siècle, quelques indices montrent toutefois que la vallée du Turano ne fut pas épargnée par les guerres internes qui en résultèrent39. Sur cette période de crise s’achèvent les cartulaires et l’histoire de Farfa composés par Gregorio da Catino.

  • 40 Voir les chapitres 7 et 8.

22Au total, la documentation du viiie au début du xiie siècle rassemblée par Gregorio da Catino, dans l’ensemble assez riche pour la région qui nous intéresse, permet de reconstituer tant bien que mal quelques éléments de l’histoire de la vallée du Turano. Plus particulièrement centrée sur l’assiette de la propriété foncière dont elle suit de près l’évolution au début du xie siècle notamment, la documentation n’est guère explicite sur les formes de l’habitat qui ne constituent pas son objet direct. En outre, la distribution chronologique de la documentation, qui révèle les passages de propriété, ne suit pas le rythme des modifications survenues dans l’occupation du sol et dans l’organisation du peuplement dont les moments les plus importants ne sont pas nécessairement les mieux documentés. Les sources écrites à notre disposition présentent également d’importantes lacunes qui ne sont pas uniquement d’ordre chronologique. Le Liber largitorius, particulièrement riche pour le ixe siècle, livre à peine quelques actes à partir du milieu du xe siècle concernant le territoire sur lequel porte notre enquête. Sans doute faut-il attribuer l’indigence de la source à partir des années 950, qui interdit d’analyser de près les caractères de l’exploitation du sol, à la mainmise sur la moyenne vallée du Turano par des membres de l’aristocratie réatine dans la seconde moitié du xe siècle, par les comtes des Marses ensuite, laquelle n’est jamais attestée que de manière indirecte pendant les décennies centrales du xie siècle, puis, après le retour momentané des biens dans le patrimoine abbatial en 1074-1075, de leur passage hypothétique au comte Rainaldo di Sinibaldo et à ses fils à la fin du siècle ou à la famille réatine des Camponeschi dans la première moitié du xiie siècle40. A partir du milieu du xe siècle, l’abbaye perdit en effet le contrôle direct de cette portion de son patrimoine dont elle n’assura plus elle-même l’administration, sinon de manière exceptionnelle. Dès lors, ses archives ne livrent plus d’actes de gestion, interdisant de la sorte toute étude des structures agraires du territoire pris en considération.

23Avec ses lacunes importantes dans la distribution chronologique et dans la nature des actes, la situation documentaire était pourtant particulièrement heureuse pour la période qui a précédé le xiie siècle. A l’inverse de ce qui se produit généralement, elle ne s’améliore pas par la suite.

B) La documentation du xiie au xve siècle : des informations hétérogènes pour l’histoire du peuplement et de l’occupation du sol dans la vallée du Turano

24Au bel ensemble constitué par le travail de l’infatigable moine sabin à la charnière des xie et xiie siècles succède un groupe disparate de sources qui diffèrent par leur nature et par leur objet, et, pour tout dire d’un mot, dont l’intérêt est limité pour notre propos. Les difficultés qui en découlent ne sont pas minces : les trois ou quatre siècles durant lesquels se sont développés puis ont été abandonnés les sites retenus sont aussi les moins documentés. La qualité de la documentation imposait par conséquent de concentrer l’enquête sur la période contemporaine de leur fondation.

  • 41 Voir respectivement T. Leggio, Il privilegio di Innocenzo III del 7 settembre 1198 in favore del m (...)
  • 42 Voir les chapitres 9 et 10.

25Les sources de l’abbaye de Farfa, dont les propriétés dans la moyenne vallée du Turano subirent une érosion progressive jusqu’à l’époque moderne, deviennent des plus lacunaires à partir du xiie siècle. Le cadre général de la fortune foncière de Farfa est dessiné par deux privilèges pontificaux confirmant les biens de l’abbaye en 1198 et en 1262 qui attestent la présence des sites de Montagliano, d’Offiano et de Sant’Agnese dans le patrimoine de l’abbaye41. Quant aux documents de la pratique que contenaient nécessairement les archives de l’abbaye, autrefois très riches et maintenant presque totalement dispersées, seuls quelques actes sur parchemin qui ne concernent qu’exceptionnellement notre région sont parvenus jusqu’à nous42.

  • 43 La première attestation connue d’un notaire réatin qui s’intitule scriba dictorum domini abbatis e (...)
  • 44 Pour une utilisation ponctuelle de cette documentation, voir notamment T. Leggio, Forme di insedia (...)
  • 45 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 : Liber locationum du notaire abbatial Amico di Callisto da (...)

26A partir du deuxième tiers du xive siècle, la présence de notaires abbatiaux est attestée à Farfa et quelques-uns de leurs registres établis à partir du milieu du xive siècle ont été conservés dans les dépôts d’archives de Farfa, de Rieti ou de Rome43. Les libri instrumentorum des notaires de Farfa permettent alors d’entrevoir le cadre du patrimoine abbatial et de sa gestion à la fin du Moyen Âge. Les registres disponibles contiennent en effet par centaines des concessions souvent modestes portant sur quelques pièces de terres ou sur des maisons villageoises qui attendent d’être étudiées en détail44. Dans cette documentation pourtant relativement abondante, la partie de la vallée du Turano qui nous intéresse est singulièrement absente. Sauf erreur de notre part, on n’y trouve qu’un seul acte la concernant directement : il s’agit de la concession en fief du castrum d’Offiano aux seigneurs de Collalto en 136445. Sans doute doit-on attribuer l’indigence de la documentation de Farfa pour les derniers siècles du Moyen Âge, qu’on ne saurait attribuer à la seule dispersion des archives abbatiales, à l’implantation de nouveaux protagonistes dans la vallée du Turano.

  • 46 Voir les chapitres 9 et 10.

27Quelques informations proviennent dès lors des sources diplomatiques, en raison de la situation géographique de la région située à la frontière du royaume de Sicile et des États de l’Église à partir du milieu du xiie siècle. La situation frontalière explique sans doute l’implantation des barons abruzzais de Castiglione que favorisa Frédéric II et qui remonte peut-être à la monarchie normande46.

  • 47 Voir en général S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Due (...)
  • 48 Voir le chapitre 10 au paragraphe II/A.

28Quant aux archives conservées des grandes familles dont la domination est attestée dans la région de manière intermittente à partir du xiiie siècle, les Orsini et les Colonna, on n’y trouve guère que quelques actes relatifs à l’acquisition de la totalité ou de telle part d’un castrum et de son finage47. C’est surtout à la faveur d’un procès interminable qui opposa les Castiglione aux Colonna que quelques informations sont parvenues sur l’histoire du village de Montagliano au xive siècle48. Naturellement d’importance fondamentale pour suivre les passages de propriété des sites qui nous intéressent, ces actes ne fournissent guère de détail concret sur l’importance et la morphologie des habitats ni sur l’organisation de leur finage.

  • 49 Pour d’autres villages de la Sabine, voir en particulier les importantes archives communales de Ro (...)
  • 50 Cf. P. Sella, Gli statuti feudali del Cicolano (sec. XIII-XIV) ; sur ces statuts, voir A. Cortones (...)
  • 51 Pour la seigneurie des Collalto, cf. P. Delogu, Lineamento della storia, en particulier p. 11-12 p (...)

29C’est donc à partir d’un observatoire assez éloigné que les sources relatives à la propriété foncière – qu’elles proviennent de l’abbaye de Farfa ou d’autres acteurs – dessinent l’évolution historique de la moyenne vallée du Turano à compter du xiie siècle. Trois grandes lacunes documentaires ne permettent en aucun cas de rapprocher le point de vue et encore moins de le placer à l’intérieur des sites étudiés : archives des communautés villageoises, statuts communaux et registres de notaires villageois ou itinérants font en effet totalement défaut pour les sites retenus49. On regrettera d’autant plus cette lacune que les villages voisins dépendant de la seigneurie des Mareri disposent d’un important corpus statutaire des xiiie-xive siècles50 tandis que la seigneurie des Collalto n’a pas produit ou conservé de document similaire51. De tels manques documentaires, qu’il est naturellement vain de déplorer, interdisent toute possibilité d’enquête sur les domaines les plus fondamentaux de l’histoire des villages et des campagnes depuis le régime politique et social, que l’établissement soit une libre commune ou dépende d’une seigneurie, jusqu’aux aspects les plus matériels et les plus quotidiens de la vie des communautés villageoises. La qualité des sources écrites dont nous disposions, on y reviendra, a imposé la nature de l’enquête archéologique entreprise.

  • 52 Les archives du Vatican contiennent ainsi le serment de fidélité juré par les communautés villageo (...)

30Il convient encore de signaler une autre lacune de la documentation. Pour aucun des villages de la région étudiée, les archives ne contiennent de documents fournissant quelques éléments, d’interprétation certes délicate, sur la consistance démographique des communautés villageoises et en particulier ces serments collectifs prêtés par une partie ou par la totalité de la population masculine comme on en connaît quelques exemplaires pour la Sabine du xiiie siècle52.

  • 53 Cf. G. Tomassetti, Del sale e focatico del Comune di Roma nel Medio Evo et G. Pardi, La popolazion (...)

31Des informations très sommaires en ce domaine pour les xive et xve siècles proviennent en revanche d’un autre type de documentation. Les registres de l’imposition du sel et du fouage, ceux de la gabelle du sel, qui indiquent la quantité de sel que les communautés du district de Rome devaient acquérir et acquittaient effectivement au prix fixé par la commune romaine, permettent de suivre au moins dans ses grandes lignes l’évolution des villages et de dater de manière approximative leur abandon éventuel53. La documentation à notre disposition est fondée sur une liste de base établie vers 1360 et connue par une copie effectuée en 1449, publiée par Giuseppe Tomassetti, qui fournit une photographie grossière de l’importance démographique de la plupart des villes et des villages du district de Rome peu après le milieu du xive siècle. Les registres conservés du xve siècle, qui consignent la perception effective de l’impôt à côté du chiffre théorique assigné dans la liste de base et recopié à chaque fois, dessinent à très grands traits l’évolution des établissements qui ne furent pas exemptés.

32Au total, les sources dont nous disposons pour les derniers siècles du Moyen Âge, pour n’être pas totalement démunies, relèvent d’une documentation dont la petite échelle ne permet en aucun cas d’approcher le territoire pour y observer de près les formes majeures et mineures du peuplement pas davantage que l’organisation des finages villageois ni les composantes des structures agraires. C’est au mieux à l’échelon des entités constituées par la grande propriété foncière jusqu’au xie siècle puis par la mosaïque des finages villageois que la documentation écrite permet d’appréhender l’organisation de l’espace rural dans la vallée du Turano au Moyen Âge.

C) La documentation de l’époque moderne et la localisation des sites choisis

33Aux sources contemporaines de la vie des sites retenus et de leur désertion s’ajoute encore la documentation de l’époque moderne dont deux catégories ont été directement utiles à notre enquête : les actes des visites pastorales et les documents de toute nature, en particulier cartographique, se rapportant à la propriété foncière et à l’établissement du cadastre.

  • 54 Voir en particulier V. Di Flavio, Le visite pastorali nella diocesi di Rieti dal secolo xvi al xvi (...)

34Les visites pastorales effectuées dans les diocèses de Sabine et de Rieti contiennent souvent, en particulier pour les plus riches d’entre elles que sont respectivement les visites des évêques Andrea Corsini (1776-1786) et Saverio Marini (1779-1813), des indications innombrables sur l’histoire des villages visités et rapportent en particulier l’existence d’églises abandonnées et de sites désertés54.

  • 55 Sur la documentation cartographique, voir en premier lieu A.P. Frutaz, Le carte del Lazio. Pour la (...)

35La documentation cadastrale relative à l’étendue des finages villageois et à leurs confins, qui contient souvent de nombreuses copies d’actes antérieurs, est essentielle dans la mesure où elle a permis la localisation de la plupart des sites. On possède en particulier plusieurs cartes levées pour régler les différends qui opposèrent de manière incessante les communautés villageoises au sujet de leurs confins respectifs, d’autant plus qu’elles avaient agrégé le finage d’un habitat désormais déserté. De telles cartes et les dossiers qui les accompagnent sont parfois préliminaires à l’établissement du cadastre de l’État pontifical décidé par le pape Pie VII (1800-1823) et achevé sous Grégoire XVI (1831-1846), connu pour cette raison sous le nom de cadastre grégorien55.

CONCLUSION

36Les sources écrites intéressant la région retenue pour notre enquête dessinent le paysage de la moyenne vallée du Turano à grandes lignes. Assez éloignée de son objet, la documentation ne permet guère d’entrevoir qu’une mosaïque d’ensembles juxtaposés. Le trait n’autorise jamais une vision rapprochée, où les composantes de l’habitat et de l’occupation du sol se laisseraient appréhender avec netteté. Le problème réside donc dans l’échelle de la documentation, trop petite pour cerner le finage et y apprécier la diversité de la propriété foncière, la variété des paysages et des terroirs ou les composantes de la structure agraire, trop petite encore pour entrer dans les châteaux et dans les villages et y analyser les structures de l’habitat, trop petite enfin pour pénétrer à l’intérieur des maisons villageoises et y étudier les caractères de l’habitation et de la construction domestique.

37La nature de la documentation écrite imposait par conséquent le degré de l’intervention archéologique. Par souci de mettre en relation des sources de nature sans doute différente mais considérées à un niveau équivalent, par souci somme toute de confronter et de conjuguer des choses comparables, cette échelle moyenne de perception de l’espace et du peuplement a formé le cadre de notre enquête sur le terrain. Sauf exception naturellement, nous n’avons pas voulu observer la micro-région selon une échelle plus grande de représentation de l’habitat : c’eût été nous condamner à décrire des réalités archéologiques sans disposer des éléments de leur intelligibilité. Pour le faire avec profit, sans doute aurait-il fallu disposer d’une documentation écrite de meilleure qualité qui permît d’aborder de l’intérieur la vie des villages, des hameaux et des maisons. L’observation archéologique a donc été conduite à l’échelon des grands éléments constitutifs des cas d’études considérés. Nous n’avons nullement la prétention d’ériger en principe la méthode d’analyse que nous avons utilisée avec l’objectif principal de confronter des documentations de nature différente sur un point précis : les modalités de l’« incastellamento ». Au demeurant, l’enquête dans la moyenne vallée du Turano s’achève actuellement à l’opposé de son point de départ méthodologique puisque le château de Castiglione, qui est le site le moins documenté par les sources écrites et qui l’est uniquement de manière indirecte et allusive, fait l’objet d’une fouille intégrale actuellement en voie d’achèvement.

Notes

1 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval.

2 La bibliographie sur le sujet est désormais considérable. Voir en premier lieu les revues Archéologie médiévale depuis 1971 et Archeologia medievale depuis 1974 ainsi que les actes des colloques Château-Gaillard. Études de castellologie médiévale depuis 1964. Parmi les colloques, on citera seulement Châteaux et peuplement en Europe occidentale du xe au xviiie siècle ; Castelli, storia e archeologia ; Lo scavo archeologico di Montarrenti e i problemi dell’incastellamento medievale ; M. Barcelò et P. Toubert (dir.), L’« incastellamento » ; les volumes de la série Castrum, publiée en co-édition par la Casa de Velàzquez et l’École française de Rome, Castrum 1 : Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale ; Castrum 2 : Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens ; Castrum 3 : Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen ; Castrum 4 : Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen ; Castrum 5 : Archéologie des espaces agraires méditerranéens ; Castrum 6 : Maisons et espaces domestiques dans le monde méditerranéen et Castrum 7 : Zones côtières et plaines littorales dans le monde méditerranéen ; les contributions consacrées aux « insediamenti » dans les actes du I° Congresso nazionale di archeologia medievale, p. 75-248.

3 Pour le débat sur la « mutation féodale », cf. D. Barthélémy, La mutation féodale a-t-elle eu lieu ? ; J. P. Poly et E. Bournazel, Que faut-il préférer au « mutationnisme » ? ; D. Barthélémy, Encore le débat sur l’an mil ! ; P. Ourliac, La féodalité et son histoire. Voir également S. Carocci, Signoria rurale e mutazione feudale. Una discussione.
Pour les enquêtes sur les « insediamenti » dans le Latium, voir d’une manière générale P. Delogu, Lo studio dei centri rurali originati dall’incastellamento medievale nel Lazio. Parmi les études pionnières, on citera A. W. Lawrence, Early Medieval Fortifications near Rome, et H. Stiesdal, Three Deserted Medieval Villages in the Roman Campagna. Pour l’enquête entreprise en Étrurie méridionale par la British School at Rome, voir principalement T. W. Potter, The Changing Landscape of South Etruria (traduction italienne parue sous le titre Storia del paesaggio dell’Etruria meridionale. Archeologia e trasformazioni del territorio, qu’on utilisera ici) ; C. Wickham, Historical aspects of medieval South Etruria ; Id., Historical and topographical notes on early medieval South Etruria ainsi que les publications des fouilles : N. Christie (éd.), Three South Etrurian Churches : Santa Cornelia, Santa Rufina and San Liberato ; T. W. Potter et A. C. King (éd.), Excavations at the Mola di Monte Gelato. A Roman and Medieval Settlement in South Etruria. Voir également les résultats de l’enquête entreprise dans le territoire de la seigneurie de Subiaco, cf. P. Delogu et L. Travaini, Aspetti degli abitati medievali nella regione sublacense ; P. Delogu, Ricerche nella regione sublacense ; Id., Territorio e cultura fra Tivoli e Subiaco nell’alto Medio Evo ; L. Travaini, Rocche, castelli e viabilità tra Subiaco e Tivoli intorno ai confini territoriali dell’abbazia sublacense (x-xii secolo). Voir aussi O. Amore, Per una storia della valle del Licenza nel Medio Evo ; P. Delogu, Problemi di castelli nel Lazio ; G. Giammaria (dir.), Castelli del Lazio meridionale, Rome-Bari, 1998.
Pour les principales opérations archéologiques centrées sur le thème de l’« incastellamento » dans le Latium, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à E. Hubert, Introduction et Id., L’incastellamento dans le Latium.

4 Dans la très abondante bibliographie consacrée à ces thèmes, on consultera notamment, outre les titres déjà cités, l’article précurseur de M. Del Treppo, La vita economica e sociale di una grande abbazia del Mezzogiorno : San Vincenzo al Volturno nell’alto Medioevo ; C. Wickham, Il problema dell’incastellamento nell’Italia centrale ; A. A. Settia, Castelli e villaggi nell’Italia padana ; Lo scavo archeologico di Montarrenti e i problemi dell’incastellamento medievale. Pour la période précédant l’« incastellamento », voir principalement La Storia dell’Alto Medioevo italiano (vi-x secolo) alla luce dell’archeologia, en particulier les synthèses régionales qui couvrent le territoire italien aux p. 141-406. Voir également G. Barker, The Italian Landscape in the First Millennium A.D. : Some Archaeological Approaches ; pour des exemples régionaux voir notamment F. Cambi et E. Fentress, Villas to Castles : First Millennium A.D. Demography in the Albegna Valley et T. W. Potter, Storia del paesaggio, en part. aux p. 151-182. Sur les formes intercalaires et le réseau de peuplement, voir L’habitat dispersé dans L’Europe médiévale et moderne.

5 Les fouilles de Caprignano n’ont pas été publiées à ce jour. Dans l’attente de la publication finale, on pourra consulter les comptes rendus préliminaires publiés dans les MEFRM, 96, 1984, p. 958-972 et 98, 1986, p. 1186-1194 et surtout G. Noyé, Quelques données sur les techniques de construction en Italie centroméridionale (xe-xiie siècles) et F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Du village perché au castrum : le site de Caprignano en Sabine.

6 Cf. F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, Les techniques de construction en Sabine : enquête préliminaire sur la « chiesa nuova » de l’abbaye de Farfa. Sur la reprise des travaux au milieu du xiie siècle, réalisée par l’abbé Adinolfo dans le cadre de sa tentative d’introduction de la réforme cistercienne à Farfa, voir T. Leggio, Momenti della riforma cistercense nella Sabina, p. 26-27.

7 RF, V, n° 1154 de 1097 ? (= CF II, p. 218-219) : Item statuimus de calcariis ut homines de Petradoemone faciant in uno anno calcarias II, de Scandrilia II, de Ophiano et Montaliano II, de Caput Pharphae I, de Cerreto Malo I, de Salisano et Rocca I, de Agello I, de Caballaria et Quinza I, de Bucciniano II, de monte Operis et Tribiliano III, de Podio Catino et Terraniano et Limisano II, de Tribuco II. Quarum calces factas, idem ipsi qui fecerunt per dominicas dies vel alias festivitates cum asinis suis sursum in montem istum ferant. De omnium hominibus castellorum per omnes ebdomadas XX homines veniant, et huic operi attentius per totam ebdomadam insistant. Qua finita alii XX homines succedant, donec omnes homines uniuscuiusque castelli singulas ebdomadas expleant. Ex quibus exceptamus solummodo bonorum hominum, idest equitum personas. Sur la production de la chaux, voir en particulier F. Bougard et E. Hubert, « Nivibus concolor, spongiis levior » : la fabrication de la chaux en Italie centrale au Moyen Âge.

8 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina medievale. Notizie preliminari.

9 Outre les études sur les techniques de construction proposées dans les publications préliminaires du projet citées plus loin à la note 24, voir E. De Minicis, L’archeologia del costruito : esperienze in area laziale ; Ead., Tecniche costruttive e strutture abitative di età medievale nella valle del Turano et surtout sa contribution au volume suivant de la série ; cf. également F. Latini, Morfologia delle case e struttura dell’abitato nel villaggio di Montagliano. Sur les techniques de construction dans le Latium, voir d’une manière générale D. Esposito, Tecniche costruttive murarie medievali. Murature a « tufelli » in area romana et D. Fiorani, Tecniche costruttive medievali. Il Lazio meridionale.

10 Cf. N. Lécuyer, Recherches sur la céramique médiévale latiale en milieu rural. Dans l’attente de la publication intégrale de ce travail, voir les études typologiques et morphologiques de la céramique provenant des sites de Montagliano, d’Offiano et de Sant’Agnese dans les publications préliminaires citées à la note 24 ; Ead., Caprignano (Prov. de Rieti) ; Ead., Céramique et cuisine paysannes du Latium médiéval ; Ead., Vaisselle et usages culinaires ; Ead., Régime alimentaire et pratique culinaire ; Ead., De la ville à la campagne : circulation des produits et des techniques céramiques ; Ead., Pour une histoire de l’économie des campagnes médiévales et surtout sa contribution au volume suivant de la série.

11 Pour être représentatif, le choix d’un site de fouille doit reposer sur une étude préalable aussi fine que possible de la diversité et de la hiérarchie des habitats qui fait encore défaut dans la région prise en considération. Dans la mesure où l’enquête est centrée sur le Moyen Âge central ou sur le bas Moyen Âge pour lesquels on dispose d’une documentation abondante, le choix du site de fouille doit prendre en considération l’existence de sources écrites nombreuses et détaillées qui permettent de nourrir un dialogue étroit avec la documentation archéologique et susceptible de livrer des réponses circonstanciées aux questions qui sont à la base de la recherche. Pour donner les résultats les plus féconds, l’enquête entreprise doit situer l’intervention archéologique à l’échelle de lecture du terrain qu’autorise la documentation écrite, plus ou moins grande selon les cas (voir également la conclusion de ce chapitre). La situation est naturellement différente pour le haut Moyen Âge.

12 Sur ce thème, voir de manière générale R. Bucaille et J.-M. Pesez, Cultura materiale ; M. S. Mazzi, Civiltà, cultura o vita materiale ? ; D. Moreno et M. Quaini, Per una storia della cultura materiale ; J.-M. Pesez, Culture matérielle et archéologie médiévale ; Id., Histoire de la culture matérielle ; A. Wyrobisz, Storia della cultura materiale in Polonia. On verra en particulier les résultats auxquels sont parvenus Jean-Marie Pesez et son équipe dans ce domaine dans J.-M. Pesez (dir.), Brucato. Histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile.

13 Sur ce point, voir en particulier les observations de R. Francovich et R. Hodges, Archeologia e storia del villaggio fortificato di Montarrenti.

14 Sur l’existence d’autres formes d’habitat à côté de la structure dominante du castrum, voir pour la Sabine T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina e nel Reatino nel medioevo.

15 D’une manière générale, voir les volumes La prospection archéologique. Paysage et peuplement et Castrum 2 : Structures de l’habitat et occupation du sol. Pour les prospections effectuées dans la région qui nous intéresse, voir en particulier J. Moreland, Ricognizione nei dintorni di Farfa, 1985 ; Id., The Farfa Survey. A second interim report ; G. Barker et al., Insediamento altomedievale ed uso della terra nei dintorni di Farfa. Approccio storico-archeologico ; G. Barker et A. Grant, Ancient and modern pastoralism in central Italy ; S. Coccia et D. J. Mattingly, Settlement history, environment and human exploitation of an intermontane basin in the central Apennines. The Rieti Survey, 1988-1991, part I, et part II : Land-use Patterns and Gazetteer. Pour une autre région, voir F. Cambi et al., Etruria, Tuscia, Toscana : la formazione dei paesaggi altomedievali.

16 Sur l’organisation de l’espace rural dans la région considérée, voir la deuxième partie de l’ouvrage.

17 Voir en premier lieu A. Sennis, Un territorio da ricomporre : il Lazio tra i secoli iv e xiv et G. Pizzorusso, Una regione virtuale : il Lazio da Martino V a Pio VI. Sur les frontières, voir en particulier les contributions d’A. Sennis, d’E. Cuozzo, de J.-M. Martin, de M.-T. Caciorgna et de F. Allegrezza dans E. Hubert (dir.), Une région frontalière au Moyen Âge.

18 Sur la via Valeria, aménagée avant le iie siècle av. J.-C., voir G. Radke, Viae Publicae Romanae, p. 345-355. Voir aussi E. Migliario, Uomini, terre e strade, à l’index s.v.

19 D’une manière générale, voir Castrum 4 : Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen. Pour d’autres régions, on consultera en particulier G. Sergi, I confini del potere. Marche e signorie fra due regni medievali ; voir aussi Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Âge.
Sur les rapports entre l’« incastellamento » et les voies de communication, voir notamment J. Coste, La via Appia nel Medio Evo e l’incastellamento ; Id., L’incastellamento lungo la via Reatina. Pour une autre région, voir notamment G. Sergi, Potere e territorio lungo la strada di Francia ; A. A. Settia, Castelli e strade del Nord Italia in età comunale : sicurezza, popolamento, « strategia » ; T. Szabò, Castelli e viabilità nell’Italia del Medioevo.

20 Un seul de ces dossiers a été publié par leur auteur, cf. J. Coste, Un villaggio abbandonato della valle del Turano : Montagliano. L’état d’inachèvement des notes préparées sur Offiano, sur la villa de Sant’Agnese et sur Castiglione avait conduit Jean Coste à ne pas les publier. Nous partagions son avis.

21 Au changement de la nature de l’intervention archéologique sur le site de Castiglione, qui impose la publication monographique du site, s’ajoute la nécessité de publier dans un volume différent l’enquête sur les sites de Montagliano, d’Offiano et de la villa de Sant’Agnese, effectuée en collaboration avec la chaire d’archéologie médiévale de l’université de Rome « La Sapienza ». A Castiglione en revanche, l’enquête a été entreprise par l’École française de Rome seule après le retrait partiel de l’université « La Sapienza » qui concentre désormais ses moyens sur le site de Cencelle.

22 Pour des raisons de commodité évidente, l’enquête a porté sur des sites désertés, même si la désertion ne constituait pas la problématique principale de la recherche. Sur cet aspect, voir d’une manière générale Chr. Klapisch-Zuber, Villaggi abbandonati ed emigrazioni interne ; J.-M. Pesez, Le village médiéval ; Id., Ricerche e prospettive di lavoro intorno ai villaggi abbandonati ; Id., Villaggio ; les volumes classiques Villages désertés et histoire économique, xie-xviiie siècles et Archéologie du village déserté. Voir aussi M. Beresford et J. G. Hurst, Deserted Medieval Villages et, pour une autre expérience, L’archéologie du village médiéval.

23 Voir E. Bonasera et al., Fouilles de la section Moyen Âge : Montagliano (com. de Collalto Sabino, prov. de Rieti) ; Eid., Fouilles de la section Moyen Âge : Offiano (com. de Pozzaglia, prov. de Rieti) ; Eid., Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano (prov. de Rieti) ; E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Villa de Sant’Agnese (com. de Pozzaglia, prov. de Rieti) ; Montagliano (com. de Collalto Sabino, prov. de Rieti) ; E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Castiglione (com. de Collegiove, prov. de Rieti) ; Id., Fouilles de la section Moyen Âge : « Castrum », « villa » et « casale » : enquête dans la vallée du Turano en Sabine ; Id., Fouilles de la section Moyen Âge : Castiglione (com. de Collegiove, prov. de Rieti) : troisième campagne de fouilles (1996). Voir aussi E. De Minicis, E. Hubert et N. Lécuyer, Strutture dell’habitat e dinamiche insediative in Sabina nel Medio Evo.

24 Cf. E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Indagine archeologica in Sabina : Montagliano, da casale a castrum (secc. IX-XV) ; E. De Minicis et E. Hubert, Il castrum di Montagliano (Collalto Sabino) : nuove acquisizioni ; E. De Minicis, E. Hubert et N. Lécuyer, Enquête archéologique en Sabine, II : le castrum d’Offiano (xie-xve siècle) ; E. De Minicis et E. Hubert (dir.), Enquête archéologique en Sabine, III : la villa de Sant’Agnese (xie-xvie siècle) ; E. Bonasera et E. Hubert, Castelli e ville della Valle del Turano.

25 Nous remercions les participants aux différents séminaires et colloques au cours desquels ont été présentés quelques résultats préliminaires de l’enquête depuis 1990, en particulier au Circolo medievistico romano, à la British School at Rome, à l’abbaye de Farfa, à Ascrea, à Magliano Sabino, au séminaire de Jean-Marie Pesez à l’EHESS-Université Lumière-Lyon 2, au séminaire de Riccardo Francovich à l’Université de Sienne, au séminaire de Jacques Chiffoleau à l’Université d’Avignon, au colloque de Collalto Sabino en juillet 1996, aux journées L’archéologie et les études sur la civilisation matérielle (EHESS, printemps 1998), à la rencontre Le village et la maison au Moyen Âge. Sur les pas de Jean-Marie Pesez (Lyon, 1999), pour leurs observations, leurs critiques et leurs suggestions.

26 Voir principalement l’état des sources et l’analyse des caractères de la documentation dans P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 3-134. Voir également pour les derniers siècles du Moyen Âge, T. Leggio, Fonti per la storia bassomedievale di Farfa negli archivi sabini.

27 Voir en premier lieu H. Zielinski, Gregor von Catino. Voir principalement I. Giorgi, Il Regesto di Farfa e le altre opere di Gregorio di Catino ; U. Balzani, Le cronache italiane nel Medio Evo, p. 147-159 ; G. Zucchetti, Il Liber largitorius vel notarius monasterii Pharphensis ; H. Zielinski, Studien zu den spoletinischen « Privaturkunden » des 8. Jahrhunderts und ihrer Überlieferung im Regestum Farfense ; W. Kurze, Zur Kopiertätigkeit Gregors von Catino ; P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, en particulier p. 76-88, p. 530-531 et p. 1354 pour l’arbre généalogique de la famille de Gregorio da Catino ; H. Zielinski, Gregor von Catino und das Regestum Farfense ; M. T. Maggi Bei, Per un’analisi delle fonti del Liber Floriger di Gregorio da Catino ; P. Supino Martini, La produzione libraria negli scriptoria delle abbazie di Farfa e di S. Eustizio ; P. Supino Martini, « Manuum mearum la bores ». Nota sulle « chartae rescriptae » farfensi ; T. Kölzer, Codex libertatis. Überlegungen zur Funktion des « Regestum farfense » und anderer Kloster Chartulare ; T. Bacchi, Il « Chronicon farfense » e la cultura di Gregorio di Catino.

28 RF II, p. 7 : Porro huic libro gemniagraphum nomen imposuimus, idest memoriam descriptionis terrarum, quia in eo huius caenobii terras a quocumque, vel ubicumque acquisitas inseruimus, et eas ad semper memorandum in uno volumine comprehendimus. Placuit etiam nobis et claeronomialem, id est haereditalem pharphensis aecclesiae appellari, quoniam proprias ipsius immobiles ab initio libere demonstrat possessiones. Prescripsimus autem nomina locorum omnium, qui-bus singulis propria numerorum capitula addidimus, et in qualibus scriptis ea invenias sagacissime notavimus.

29 LL I, p. 3-7 : p. 5 : Incipit prologus libri emphiteuseos terrarum monasterii Pharphensis... Denique primum huius magni operis librum stilo edere veraci studuimus, quem Cleronomialem, idest hereditalem, appellare curavimus, in quo Deum testantes confitemur, nichil nos mendacii in rerum translatione, nichil dubietatis in cartarum transscriptione, nichilque superfluitatis in causarum dimensione, sive quantitate aut qualitate, addidisse, nec omnimodis minuisse, preter quod sillabarum sive partium litteraturas, omnino corruptas, aliquantulum transferentes correximus, prolixitates etiam verborum caventes, rethorice contractus cartarum emendavimus. Demum hunc alterum librum Largitorium vel Notarium appellari censuimus, eo quod res nostri monasterii notet ab eius rectoribus possessas, vel alicui petenti legaliter sive usualiter largitas. Per quod videlicet secundi operis volumen non minus bonorum possessionum ius legaliter et auctorialiter defendi potest, quam per prioris opus cartularum, in quo dumtaxat acquisitiones inveniuntur rerum, vel confirmationes temporalium potestatum.

30 CF, I, p. 111-113 : Quibus dictis sanctioribus roboratus ego infimus omnium et infelix, huiusque operis editor fidelis, vestra, pater venerabilis, sublimi caritudine et quorundam precipuorum seniorum admonitionibus cohortatus, semper gliscens, secundum datam mihi a Deo gratis scientiolam, aliquem offerre fructum utilitatis in Ecclesia, ad augmentum bonorum huius sacri cenobii, vestramque edificationem, domini mei reverentissimi, hoc tertium assumpsi cartularum opus laboris. quod quia Christo domino adiuvante, eius optentu integerrime Genitricis, in duo-bus iam aliis expletis voluminibus magnis, usitatissimum habemus, ideo nunc breviatim deflorare curamus, ut et ad legendum levissimum, et ad audiendum laborem plenissimum exercere valeamus (...)
In hoc enim invenientur antiquissima novaque et verissima huius monasterii libertas, propria iura, defensio summa, custodia utentibus recta. Refert enim brachico veracique stilo cuiuscumque abbatis singulas acquisitiones, iniquas largitiones, detestabiles dispersiones, etiam quorumcumque hominum iniustas invasiones et impias diremptiones. Sur l’œuvre historique de Gregorio di Catino, outre la bibliographie citée à la note 27, voir G. Arnaldi, Cronache con documenti, cronache « autentiche » e pubblica storiografia, p. 357-360.

31 LF, p.3-4 : Incipit prologus libri florigeri cartarum gloriosissime Marie domine nostre semper virginis huius Farfensis cenobii.
Expletis igitur huius magni operis renovatarum cartarum ecclesie istius beatissime semper Virginis Marie Dei genitricis nostreque gloriosissime domine tribus voluminibus, quos domino Christo omnipotentis Dei filio in nostre evo iuventutis, cum essemus annorum etatis XXXII incepimus. Deheinc alium libellum, videlicet IIIIum, Christo domino iuvante inchoare desideramus in graviori iam evo, Christo miserante, qui sumus videlicet LXX° vel paulo plus annorum : in qua etate omnis levitas vel falsitas locum habere nec convenit nec decet. Liber autem iste, licet minor omnium priorum, erit tamen per omnia utillimus trium...
p. 11 : In hoc itaque codicello continentur tempora diversarum potestatum a primordio huius conditionis cenobii, ut initium eius quando sanctissimus Laurentius inchoavit, quoquo modo possit sciri. Inveniuntur hic et sanctorum apostolicorum diverse auctoritates et eorum huic cenobio concessa privilegia ad eius libertatis perpetuam defensionem. Inveniuntur et catholicorum imperatorum preceptiones ad eius perfecte securitatis tuitionem. Inveniuntur et orthodoxorum patruum sententie summa auctoritate plene, ut que universalis prelatus ecclesie vel imperialis aut regalis potestas bene ordinaverit vel pro quiete causaque vere religionis disposuerit, nullatenus ad irritum deducantur. Inveniuntur et de aliquibus rebus a pravis hominibus contra hoc monasterium illate controversie, intentiones in placito legaliter diffinite vel terminate. Inveniuntur etiam vocabula omnium ecclesiarum et locorum sive quarumque rerum huic monasterio ab initio pertinentium.
p. 44 : In nomine Domini. Incipit capitulatio vocabulorum ecclesiarum vel quarumdam rerum huic monasterio iure pertinentium, que in hoc libello continentur et ex quibus aliquando extitit aliqua litis intentio vel unde facta est legalis diffinitio aut denotatio. Item alia vocabula rerum, ex quibus quieta ab hoc monasterio extitit antiquitus possessio, quarum quedam sparsim et inordinate antea posuimus in alio alfabeto, eo quod tunc nobis in promptu non erant, cum illa ex autenticis scedaremus cartulis.

32 Dans les prologues de ses ouvrages, Gregorio da Catino décrit dans le détail sa méthode de travail et de transcription des documents avec lesquels il entretient des rapports définis comme une « posizione quasi fideistica » par A. Pratesi, Cronache e documenti, p. 348. Pour des vues divergentes sur la plus ou moins grande fidélité des copies de Gregorio, voir respectivement H. Zielinski, Studien zu den spoletinischen « Privaturkunden », en part. p. 29-32 et W. Kurze, Zur Kopiertätigkeit Gregors von Catino. Voir aussi P. Toubert, Les structures du Latium, p. 316.

33 Pour l’histoire de Farfa, voir en général I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa et récemment M. Stroll, The Medieval Abbey of Farfa. Sur l’œuvre historique du cardinal Schuster, voir notamment T. Leggio, Ildefonso Schuster storico di Farfa e della Sabina. Sur l’abbé Adinolfo et l’histoire de Farfa dans le deuxième quart du xiie siècle, cf. T. Leggio, Momenti della riforma cistercense nella Sabina, p. 17-33. Voir aussi P. F. Palumbo, Lo scisma del MCXXX, en particulier aux pages 431-433 et p. 657-658, doc. n° XX pour une lettre d’Anaclet II envoyée le 15 mai 1130 à l’évêque de Nepi ou de Sutri l’enjoignant de lutter avec toute son énergie contre l’abbé de Farfa Adinolfo. Sur les liens entre le schisme anaclétien et la composition du Liber floriger, cf. M. T. Maggi Bei, Per un’analisi delle fonti, p. 327 et 344. Pour le récit du schisme abbatial et des troubles des années 1119-1125, voir RF, V, p. 310-325 (= CF, II, p. 291-315).

34 Sur tout ceci, voir le chapitre 6.

35 Voir en particulier I. Schuster, L’abate Ugo I° e la riforma di Farfa et le chapitre 7.

36 Pour la liste des chartes d’« incastellamento » latiales, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 322, note 1.

37 RF V, n° 1015 et 1016. Sur la restitution à l’abbaye de Farfa de la partie de la vallée du Turano que détenaient les héritiers du comte des Marses Bérard II, voir le chapitre 8 au paragraphe I.

38 Voir RF V, p. 155-156 (= CF II, p. 215) : Castella quippe et omnia bona filiorum Hilperini, quae per cartulas concessionis huic contulerant monasterio, pavide latenterque amisit et retinere neglexit (l’abbé Bérard II), faciens cum R. comite pactum in futurum legaliter damnabile. Haec vero nomina sunt illorum : Trebulae, castellum de Hilperino, castellum de Ginestra, Podium de Pizo, Podium de Cauda Moza et castellum de Hugo. Item omnia bona filiorum Guidonis : idest castrum Antoni, roccam de Salice, Collem longum, Castellum vecclum, Petram Baldam, Aquae Mezae et Vulgarectam. Nec non et terras sive praedia atque castella R. comitis Auriculani, et multa alia quae acquirere potuit ; CF II, p. 222 : Hec sunt castella que de iure nostri monasterii possident filii comitis Rainaldi : Tophia, Nerula, podium Sancti Petri, Trebule, castellum Ilperini, castellum de Ugo, Ginestram, duas partes de Turricella et in castellum de Leto partem Tassonis. On ne connaît pas les termes du pactum que l’abbé Bérard II passa avec le comte Rainaldo et auquel RF et CF font allusion. Voir également le chapitre 8 (par. II). Pour des éléments de généalogie de la famille du comte Sinibaldo, recteur de Sabine, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 30-32.

39 Voir le chapitre 8 (paragraphe III).

40 Voir les chapitres 7 et 8.

41 Voir respectivement T. Leggio, Il privilegio di Innocenzo III del 7 settembre 1198 in favore del monastero di Farfa et J. Guiraud, La Badia di Farfa alla fine del secolo decimoterzo.

42 Voir les chapitres 9 et 10.

43 La première attestation connue d’un notaire réatin qui s’intitule scriba dictorum domini abbatis et conventus date de 1333, cf. T. Leggio, Fonti per la storia bassomedievale di Farfa, note 57, p. 56. Pour la liste des registres conservés, voir l’inventaire des sources utilisées.

44 Pour une utilisation ponctuelle de cette documentation, voir notamment T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina e nel Reatino nel medioevo ; E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium au Moyen Âge et Id., Maisons urbaines et maisons rurales dans le Latium médiéval.

45 ASRoma, coll. perg., cass. 117, n° 11 : Liber locationum du notaire abbatial Amico di Callisto da Bocchignano (1364-1370) aux f. 6v-7v. Nous en avons donné une édition dans Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano », p. 228-230. Voir le chapitre 10 au paragraphe II/A.

46 Voir les chapitres 9 et 10.

47 Voir en général S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento, passim. Sur les Orsini, voir également F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini dal Duecento agli inizi del Quattrocento ; Ead., Un dominio di frontiera : la costituzione del patrimonio degli Orsini tra terre della Chiesa e Regno dal xii al xv secolo. Sur les archives des Orsini, cf. F. Allegrezza, Formazione, dispersione e conservazione di un fondo archivistico privato : il fondo diplomatico dell’Archivio Orsini tra Medioevo ed Età Moderna.

48 Voir le chapitre 10 au paragraphe II/A.

49 Pour d’autres villages de la Sabine, voir en particulier les importantes archives communales de Roccantica, inédites, et de Casperia, dont les documents antérieurs au milieu du xive siècle ont été édités par A. Pellegrini, Le carte di Casperia (già Aspra), 1099-1349. On trouvera d’autres indications dans P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 39, note 3. Pour les statuts, voir la note suivante. Pour les archives notariales, voir en particulier ASRieti, Archivi notarili comunali soppressi di Cantalupo, prot. 1 (1422-1458), di Roccantica, prot. 1 (13511363), prot. 2 (1404-1591), di Rocca Sinibalda, prot. 1 (1427-1428), prot. 2 (1429) ; ibid., Archivio notarile distrettuale di Rieti, notaire Domenico Galarsi (Castelvecchio, 1438-1477, 17 volumes conservés). D’une manière générale, voir M. Bourin et O. Redon, Les archives des communautés villageoises.

50 Cf. P. Sella, Gli statuti feudali del Cicolano (sec. XIII-XIV) ; sur ces statuts, voir A. Cortonesi, qui en prépare actuellement une nouvelle édition, Ai confini del Regno. La signoria dei Mareri sul Cicolano fra xiv e xv secolo. Pour les villages dépendant de San Salvatore Maggiore, voir les statuts de 1473 environ conservés dans une copie moderne en ASC, Archivio Orsini, II A XVIII, 54.
Sur les statuts du Latium, inédits et publiés, voir en premier lieu P. Ungari (dir.), Statuti cittadini, rurali e castrensi del Lazio ; Bibliografia statutaria italiana, p. 69-73 ; Statuti e ricerca storica. Cf. aussi S. Carocci, Baroni di Roma, p. 187293 ; A. Cortonesi, Terre e signori nel Lazio medioevale, p. 175-217 ; M. Vendittelli, « Domini » et « universitas castri » a Sermoneta nei secoli xiii e xiv. Pour un exemple d’utilisation des statuts pour l’histoire de l’habitat villageois, cf. E. Hubert, Considérations sur la propriété immobilière. Pour une autre région, voir l’article important de P. Toubert, Les statuts communaux et l’histoire des campagnes lombardes au xive siècle.

51 Pour la seigneurie des Collalto, cf. P. Delogu, Lineamento della storia, en particulier p. 11-12 pour l’indication d’un registre notarié des années 1433-1440 contenant des actes divers relatifs à la juridiction des Collalto. Le volume est conservé en ASRieti, Archivio notarile distrettuale di Rieti, NXA, notaire Nicola (1433-1440).

52 Les archives du Vatican contiennent ainsi le serment de fidélité juré par les communautés villageoises d’Aspra, de Cantalupo, de Castiglione, de Catino, de Cottanello, de Colle Nero, de Forano, de Magliano, de Montasola, de Montecalvo, de Stimiliano, de Striano et de Vacone au pape Nicolas III en 1278, voir ASV, Instrumenta miscellanea, n° 168-177. Cf. T. Leggio, I conti di Cunio e la Sabina, p. 357. Sur l’utilisation de listes semblables à des fins démographiques (récusée notamment par E. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, p. 39-41 et A. Higounet-Nadal, Périgueux aux xive et xve siècles, p. 134), voir en particulier E. Hubert, Sources et méthodes pour l’évaluation de la population ; E. Salvatori, La popolazione pisana nel Duecento et G.M. Varanini, La popolazione di Verona, Vicenza e Padova nel Duecento e nel Trecento.

53 Cf. G. Tomassetti, Del sale e focatico del Comune di Roma nel Medio Evo et G. Pardi, La popolazione del distretto di Roma sui primordi del Quattrocento. Sur l’utilisation de ces listes pour l’étude des villages abandonnés, voir en premier lieu J. Coste, Nota sull’uso delle liste del sale e focatico ; cf. aussi C. Klapisch-Zuber et J. Day, Villages désertés en Italie, p. 432 et suiv. ; L. Palermo, Mercati del grano a Roma tra Medioevo e Rinascimento, I, p. 82-92. Voir également le chapitre 10 au paragraphe I/B.

54 Voir en particulier V. Di Flavio, Le visite pastorali nella diocesi di Rieti dal secolo xvi al xviii et Id., Il registro delle chiese della diocesi di Rieti del 1398 nelle « Memorie » del vescovo Saverio Marini (1779-1813).

55 Sur la documentation cartographique, voir en premier lieu A.P. Frutaz, Le carte del Lazio. Pour la Sabine, on dispose désormais de l’important travail de R. Lorenzetti, Il territorio di carta. La Sabina et Id., Le raffigurazioni storicoiconografiche come strumento di conoscenza del territorio. Sur l’utilisation de cette documentation pour la topographie médiévale, voir J. Coste, La méthode régressive : introduction et l’ensemble des contributions de Jean Coste réunies commodément dans Scritti di topografia medievale ; voir aussi S. Passigli, L’interesse di una carta seicentesca per la topografia medievale ; Ead., La pianta dell’architetto Francesco Peperelli ; Ead., Ricostruzione cartografica e paesaggio nel Catasto Alessandrino. Pour un autre exemple géographique, voir notamment M. Nobili, Le mappe catastali come fonte per la storia dei beni comuni in età medievale e moderna : un esempio lunigianese. Sur les cadastres, voir également le petit ouvrage de R. Zangheri, Catasti e storia della proprietà terriera.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540