Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vitruve et la tradition des traités d’architecture

 | 
Pierre Gros

Les premières générations d’architectes hellénistiques à Rome

L'Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à J. Heurgon, 2, Rome, 1976, p. 387-410 (Collection de l'École française de Rome, 27)

Pierre Gros

Texte intégral

...le palais ducal qui considérait la mer avec la pensée que lui avait confiée son architecte, et qu’il gardait fidèlement dans la muette attente des doges disparus.
Marcel Proust, A la recherche du temps perdu. La fugitive.

  • 1 F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, Der Rundtempel am Tiber in Rom, DAI, Sonderschriften 2, Mainz am Rhein, (...)
  • 2 Rappelons, sans prétendre être exhaustif, les travaux de D. C. Earl, Tiberius Gracchus. A Study in (...)

1La belle monographie de F. Rakob et W.-D. Heilmeyer sur la tholos du Forum Boarium est venue à point nommé enrichir le dossier de l’architecture présyllanienne1 : à un moment où historiens et archéologues semblent prêter une attention renouvelée à la période qui va de la prise de Corinthe à la Guerre Sociale2, il est important de disposer d’une étude aussi précise sur celui des temples de marbre d’époque républicaine qui demeure le mieux conservé. La richesse des données qu’elle apporte, mais aussi l’acuité des problèmes qu’elle aborde, du point de vue de la chronologie particulièrement, incitent à un nouvel examen de la première architecture « grecque » à Rome. Le dialogue avec l’hellénisme, instauré avec éclat par les vainqueurs de Pydna et de Corinthe, connaît dans la seconde moitié du iie s. des éclipses et des reprises, dont les raisons n’apparaissent pas toutes clairement.

2Le tableau ci-contre regroupe les édifices de cette période – en majorité d’ailleurs des temples – pour lesquels nous possédons autre chose qu’une simple mention, et dont il est possible d’imaginer, au moins de façon hypothétique, soit à partir des textes, soit à partir des vestiges, l’aspect et l’ordonnance générale. La date portée dans la colonne de gauche indique seulement un terminus post quem, c’est-à-dire l’année du triomphe ou du consulat à la suite duquel la construction, souvent « vouée » lorsqu’il s’agit d’un temple au cours d’une guerre précédente, a été entreprise. Quand cette donnée historique fait défaut, nous nous bornons à indiquer la fourchette chronologique la plus vraisemblable. Il ressort d’une première lecture de ce tableau que l’élan donné par la génération des imperatores des deuxième et troisième quarts du siècle aux constructions de type grec semble un moment brisé par la génération qui suit immédiatement la crise des Gracques, pour retrouver quelque force, mais selon des modalités différentes, à la charnière du iie et du ier siècle. Qu’en est-il plus précisément ?

  • 3 Festus, 188 L : Octaviae porticus duae appellantur, quarum alteram, theatro Marcelli propiorem, Oct (...)
  • 4 Pline, HN, 34, 13 : invenio et a Cn. Octavio, qui de Perseo rege navalem triumphum egit, factam por (...)
  • 5 B. Olinder, Porticus Octavia in circo Flaminio, topographical Studies in the Campus Region of Rome, (...)
  • 6 Cf. en dernier lieu M. Schede, Die Ruinen von Priene, Berlin, 1964, p. 49 seq.
  • 7 J. J. Coulton, dans sa note Διπλ στοά (AJA, 75, 1971, p. 183-184) a repris l’ensemble des données (...)
  • 8 Vitruve, V, 9, 2. Voir aussi V, 11, 1, et V, 11, 2, où l’expression porticus duplex désigne toujour (...)
  • 9 Cf. F. Coarelli, loc. cit., dans Dialoghi di Archeologia, 1968, p. 305 seq.
  • 10 Cf. J. J. Coulton, loc. cit.
  • 11 Vitruve, I, 2, 2 : ichnographia est circini regulaeque modice continens usus, e qua capiuntur forma (...)
  • 12 Polybe, 28, 2-5 ; Tite-Live, 43, 17, 2-10. Cf. P. Charneux, Rome et la confédération achéenne, dans(...)
  • 13 Il est remarquable qu’aucun des autres portiques ou quadriportiques de Rome ne soit défini dans les (...)

3Dès 167 av. J.-C, Cn. Octavius avait donc fait construire, non loin de l’endroit où s’élèverait plus tard le théâtre de Pompée3, avec les manubiae de son triomphe sur Persée, une porticus définie comme duplex par Pline l’Ancien, qui nous apprend en outre qu’on la disait corinthienne parce que ses colonnes portaient des chapiteaux en bronze4. Ces deux particularités, réexaminées récemment par B. Olinder5, ne se situent pas sur un même plan : la première, qui concerne l’ordonnance du portique, semble le désigner comme une œuvre directement dérivée des grandes compositions contemporaines de l’Asie hellénistique, telle la ερ στοά de Priène, qui comportait aussi deux travées séparées par une colonnade interne6. L’expression latine ne peut être en effet que la transcription pure et simple de l’expression technique grecque διπλ στοά, qui désigne, dans la majorité de ses emplois littéraires ou épigraphiques, un portique dont l’auvent, deux fois plus large que celui des portiques simples, est soutenu par deux files de colonnes7. Vitruve donne d’ailleurs de ce genre d’édifice une description précise, dont la base théorique ne remonte certainement pas au-delà du début du IIe s.8. Nous serions donc en présence d’une transposition, au cœur du quartier dit in circo flaminio, qui offrait alors un champ libre aux constructions monumentales9, de ce qui se faisait de plus récent en matière d’architecture urbaine à Priène, à Pergame, à Halicarnasse10. Sans postuler la présence à Rome d’un praticien originaire de ces régions, dont le nom nous aurait peut-être été conservé par la tradition, relativement prolixe sur ce singulier édifice, on peut au moins supposer que le plan, l’ichnographia11, en avait été rapporté dans les bagages d’Octavius, dont on connaît le long voyage de propagande en 170-169, aux côtés de G. Popilius Laenas, dans le Péloponnèse et en Epire12. La mise en place de cette double rangée de colonnes aux rythmes et aux dimensions différents impliquait en tout cas une sérieuse familiarité avec les constructions hypostyles à grande portée, et constituait pour la Rome de l’époque une manière de prouesse, qui valut sans doute au portique de conserver, fait rarissime, une dénomination dictée par son plan13.

  • 14 Cf. R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos I, Paris, 1944, p. 307 seq. ; Ph (...)
  • 15 Pline, HN, 34, 12 : sed cum esse nulla Corinthia candelabra constet, nomen id praecipue in his cele (...)
  • 16 Cf. G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux iv et iiie s. av. J.-C, Paris, 1961, p. 360 seq.
  • 17 F. Münzer, dans Hermes, 30, 1895, p. 501.

4Les chapiteaux de bronze – entendons les feuilles de métal, qui recouvraient les chapiteaux de pierre laissés en épannelage14 – devaient être corinthiens. Certes l’épithète corinthia, appliquée au portique tout entier, semble se référer, dans la notice de Pline, à l’origine géographique du bronze, mais il s’agit sans doute d’un adjectif d’excellence, comme pour les candélabres du paragraphe précédent15, et le mot latin ne désigne pas davantage une provenance que le mot grec xορινιουργες employé au iie s. av. J.-C. par Callixénos de Rhodes pour désigner les chapiteaux du palais flottant de Ptolémée IV16. Pline, ne l’oublions pas, parle ici de ce qu’il n’a jamais vu (invenio...) et F. Münzer a bien montré quelles difficultés il rencontrait, dans ce passage précisément, pour illustrer avec des exemples romains le canevas qu’il trouve dans sa source17.

  • 18 Cf. H. Drerup, Zum Austattungsluxus in der römischen Architektur, Munster, 1957, p. 15 seq. et R. V (...)
  • 19 HN, 34, 14.
  • 20 Vitruve, V, 5, 8 : etiamque auctorem habemus Lucium Mummium, qui diruto theatro Corinthiorutn, ea a (...)
  • 21 Vitruve, V, 9, 2 : quae videntur ita oportere conlocari, uti duplices sint habeantque exteriores co (...)

5De fait ce type de décor semble avoir été plaqué essentiellement sur les chapiteaux à feuilles d’acanthes, et son aire d’extension paraît être l’Orient hellénistique, où les métaux précieux ou semi-précieux jouent dans l’architecture un rôle beaucoup plus important qu’en Grèce propre18. Si l’on songe que, selon Pline encore, l’usage des meubles en bronze ne se répandit à Rome qu’après la victoire sur l’Asie et le triomphe, en 187, de Cn. Manlius19, que, selon Vitruve, les vasa aerea saisis par L. Mummius dans le théâtre de Corinthe constituaient encore une telle curiosité qu’on les dédia comme des objets votifs dans le temple de Luna20, l’industrie locale ne devait être guère en mesure, en cette première moitié du IIe s., d’élaborer dans ce métal des éléments aussi complexes que des revêtements architectoniques : tout laisse à penser que les lames « corinthiennes » étaient des spolia dont les Romains s’étaient saisis à Pydna ou à Samothrace, parmi l’immense butin du roi Persée, et qu’elles constituaient à ce titre la curiosité majeure du nouveau portique. On ne comprendrait pas, autrement, que l’édifice entier fût désigné par un détail décoratif qui, si l’on s’en tient aux données vitruviennes sur la porticus duplex, concernait seulement la colonnade interne, peu visible de l’extérieur puisqu’elle s’élevait plus haut que la colonnade de façade, laquelle, dorique, aurait dû, en bonne logique, donner son nom à l’ensemble21.

  • 22 Velleius Paterculus, II, 1, 2. G. Marchetti Longhi considère que l’adjectif s’applique à la situati (...)

6Il s’agit donc d’une composition hybride, où l’utilisation intelligente d’un schéma gréco-oriental n’excluait pas la pratique des spolia, cette dernière s’expliquant sans doute par le triomphalisme du commanditaire, et la difficulté pour les lapidarii disponibles à Rome de ciseler jusque dans ses détails un type de chapiteau qu’ils pratiquaient encore peu. Il est clair qu’Octavius voulut introduire ainsi un élément nouveau dans la trame urbaine, qui tranchât résolument, par sa « modernité », avec ce qui avait pu jusqu’alors être construit dans le même genre. La tentative réussit, semble-t-il, puisque Velleius Paterculus, se faisant l’écho d’une tradition sans doute ancienne, désigne son portique comme le plus agréable (amoenissima) de tous ceux qui, au iie s., furent édifiés par des imperatores22.

  • 23 C’est évidemment le texte de Velleius Paterculus (I, 11, 3-5), et dans ce texte le passage concerna (...)
  • 24 L’idée fondamentale est qu’avant 100 av. J.-C. le marbre ne saurait être employé à Rome, et qu’avan (...)
  • 25 Cf. sur ces questions en dernier lieu I. Shatzman, Senatorial Wealth and Roman Politics, Coll. Lato (...)

7Les textes concernant le portique de Metellus et le temple de Juppiter Stator ont connu un destin curieux : ils ont fréquemment été l’objet, soit d’analyses réductrices tendant à leur refuser toute authenticité ou à les vider de leur substance, soit d’interprétations qui en gauchissent la teneur23. C’est qu’ils font état du recours à un architecte et de l’emploi d’un matériau grecs, ce qui, à date aussi haute, heurte un certain nombre de théories admises sur l’hellénisation relativement tardive de l’architecture publique à Rome24. Le précédent du portique d’Octavius devrait pourtant en réduire la singularité, et un simple regard sur le contexte historique suffit à leur rendre cette vraisemblance qu’on leur dénie si souvent : l’usage du marbre du Pentélique après la prise de Corinthe et la réduction de la Grèce en province est en soi aussi naturel que l’afflux à Rome des minerais d’Espagne au début du iie s., ou de ceux de la Macédoine, dont les ressources furent remises en coupe réglée dès 158 av. J.-C.25. Il n’y a là qu’un signe parmi d’autres de la conquête, le plus spectaculaire peut-être, sinon le plus important. S’il est difficile de dire ce qui fut premier dans l’intention des commanditaires, de l’exploitation des prestigieuses carrières ou de l’appel aux maîtres d’œuvre grecs, on conviendra que, en toute hypothèse, ceci était le corollaire inévitable de cela, car dans une Rome encore vouée au tuf et au bois, il était exclu que les équipes locales pussent résoudre seules les problèmes posés par le nouveau matériau.

  • 26 Supra, n. 21.
  • 27 Cf. F. Coarelli, loc. cit., p. 307 seq.
  • 28 Cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 499.
  • 29 Priscien, Inst, 8, 4, 17 : aedis Martis est in circo Flaminio architectata ab Hermodoro Salaminio. (...)

8Sans reprendre le détail du débat qui opposa entre autres M. Gwyn Morgan à M. J. Boyd26, on peut retenir des notices succinctes mais précises de Vitruve, Velleius Paterculus et Pline l’Ancien, en en suivant fidèlement la lettre, que Metellus Macedonicus construisit un quadriportique ou un portique en Π, qui devait porter son nom, dans la même zone in circo que celui d’Octavius, réservée apparemment aux tentatives les plus novatrices de l’oligarchie sénatoriale27. A l’intérieur de ce portique, qui englobait le temple préexistant de Junon Regina, il édifia celui de Juppiter Stator, « voué » probablement au moment où la situation en Macédoine était critique, c’est-à-dire en 14828. C’est ce dernier temple, l’aedes Metelli de Pline qui, bâti en marbre – en crustae marmoris comme, après lui, la tholos du Forum Boarium, plutôt qu’en marmor solidus – est l’œuvre d’Hermodoros, architecte dont Cornelius Nepos citant Priscien nous apprend qu’il était originaire de Salamine – sans doute Salamine de Chypre29.

  • 30 M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 500 seq., montre que Metellus avait toutes les raisons, électorales e (...)
  • 31 Elle était, d’après Velleius Paterculus, I, 11, 3, placée de telle sorte que les cavaliers de Lysip (...)
  • 32 A. E. Astin, op. cit., p. 127. Voir aussi, id., dans Class. Phil., 54, 1959, p. 221 seq.

9La date de la construction du temple reste difficile à préciser, mais les analyses de Gwyn Morgan sur la situation politique et juridique de Metellus ont établi de façon convaincante qu’il avait dû attendre, pour en décider la locatio, son consulat de 143, ce qui entraîne, sans mettre en cause l’unité du projet d’ensemble, un léger décalage dans sa réalisation30 : dès son retour à Rome en 146, Metellus avait sans doute passé les contrats nécessaires à la construction du portique, considéré peut-être comme un complexe privé ; il lui fallait en effet offrir le plus rapidement possible un abri et un cadre aux œuvres splendides qu’il avait rapportées, parmi lesquelles la célèbre turma Alexandri31. Qu’il ait en revanche laissé passer quelques années avant la mise en chantier du temple, cela paraît d’autant plus probable que, indépendamment des arguments présentés par Gwyn Morgan, il convient d’admettre un certain délai entre la chute de Corinthe et l’exploitation, au profit des imperatores, des carrières du Pentélique, dont Metellus aurait été le premier à user pour un édifice romain. On comprend d’autant mieux dans ces conditions que l’architecte Hermodoros n’ait été responsable, selon les textes, que de l’aedes : il peut avoir été recruté nettement après le commencement, voire l’achèvement de la porticus, et il n’est pas interdit de poser, à titre d’hypothèse, qu’il vint à Rome à la suite de l’ambassade de 140 en Méditerranée orientale, à laquelle L. Caecilius Metellus Calvus, le jeune frère du Macédonique, avait pris part32.

  • 33 M. Gwyn Morgan a bien mis en évidence le lien étroit qui existe entre l’exécution d’un « manubial b (...)
  • 34 Cf. R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e édit., Paris, 1974, p. 145 seq. et p. 218 seq.

10On devine en tout cas le soin apporté par Metellus à la construction de ce temple : outre l’importance attachée par le commanditaire à la réussite de l’opération, essentielle pour la suite de sa carrière33, il faut mesurer les difficultés impliquées dans l’élaboration de ce qui allait devenir à Rome le premier téménos grec. Il est permis de s’interroger sur l’opportunité d’implanter dans un site de vallée comme la dépression du circus Flaminius une structure mise au point par les Attalides pour les architectures en terrasses où les perspectives ascendantes jouent le rôle essentiel34 ; mais dans la mesure où ces projets participaient moins d’une visée urbanistique cohérente que du souci de présenter, dans ce nouveau quartier, un échantillonage aussi luxueux que possible des diverses formules qui faisaient, aux yeux des Romains, le prestige des cités hellénistiques, peu importait au fond que l’adaptation en fût plus ou moins heureuse, pourvu que l’allusion, pour les connaisseurs, fût sans ambiguïté. En cela, la présence d’un périptère ionique, construit selon les normes les plus nouvelles, avec le matériau le plus éclatant, ne pouvait être que positive.

  • 35 Vitruve, III, 2, 5. Sur les problèmes posés par ce texte, cf. MEFRA 85, 1973, p. 137 seq.
  • 36 Dans une remarquable synthèse, E. Akurgal reprend les opinions les plus communément admises sur la (...)
  • 37 Cf. W. Hoepfner, Zwei Ptlolemaierbauten, AM, Beiheft 1, Berlin, 1971, p. 87 seq. (sur la diffusion (...)
  • 38 M. Hofmann, dans RE, 23, 2, 1959, col. 1702-1720 (sur le règne de Ptolémée VI, Philomètor).
  • 39 Notons par exemple la construction d’un gymnase à Salamine, dès la fin du iiie s. (J. Delorme, Gymn (...)
  • 40 W. Hoepfner, Zum ionischen Kapitell bei Hermogenes und Vitruv, dans AM, 83, 1968, p. 213 seq.
  • 41 Le déplacement d’équipes de tailleurs de pierres accompagnant un architecte est attesté pour le mon (...)
  • 42 D’après Macrobe, Saturn., III, 4, 2. Voir aussi Servius, Ad. Aen. II, 225 (cf. B. Olinder, op. cit.(...)

11Ce n’est sans doute pas le fait du hasard, si, parmi les quelques temples périptères que comptait Rome à la fin de la République, Vitruve choisit celui de Juppiter Stator pour illustrer sa définition35 : il devait apparaître aux yeux du théoricien comme l’un des rares édifices de l’Urbs relevant de la stricte orthodoxie ionique. Formé au cours des années 170-150, c’est-à-dire, si l’on s’en tient à la chronologie traditionnelle, pratiquement contemporain d’Hermogénès d’Alabanda36, Hermodoros venait de cette île de Chypre où la présence des Lagides entretenait depuis plus d’un siècle un goût persistant pour les modèles architecturaux élaborés dans l’Asie hellénistique37. En cette première moitié du IIe s., sous le règne de Ptolémée VI Philomètor, Chypre semblait, d’ailleurs, malgré les luttes incessantes dont elle restait l’enjeu38, s’ouvrir encore plus largement qu’auparavant aux influences grecques39. Nul doute qu’Hermodoros n’ait été en son temps l’un des représentants les plus autorisés de la tradition qui, de Pythéos et Satyros jusqu’à Hermogénès, avait conduit l’ordre ionique à sa perfection ; dépositaire de cet esthétisme un peu sec récemment étudié par W. Hoepfner, dont Vitruve sera, sur le plan théorique, le dernier héritier40, il dut élever à Rome, sans doute avec l’aide d’une équipe gréco-orientale de marmorarii41, un sanctuaire impeccable, qui était appelé à constituer le centre monumental et religieux de l’aire circonscrite par les portiques. Il n’est pas inutile de rappeler qu’à l’époque de Varron certains érudits définissaient comme le type même du delubrum l’aedes Jovis et l’espace qui l’entourait : delubrum... alios existimare, in quo praeter aedem sit area assumta deum causa ut est in circo Flaminio Jovis Statoris42. C’est là semble-t-il la preuve de la prédominance du temple grec, qui avait transformé en une simple annexe cultuelle le portique métellien tout entier.

  • 43 Nous reprenons, pour le début de la construction de ce temple, la date de 132, qui s’accorde avec c (...)
  • 44 Il nous paraît difficile de suivre F. Coarelli lorsqu’il propose d’attribuer les éléments de fronto (...)

12Bien qu’on ne dispose sur le temple de Mars d’aucune donnée particulière, il est légitime d’admettre que Hermodoros avait construit pour D. Junius Brutus Callaicus un édifice du même type43 ; l’opération s’avéra peut-être d’autant plus digne d’intérêt que le matériau n’était plus le marbre, mais les tufs et le travertin locaux : elle impliquait alors de la part de l’architecte et de son équipe un effort de transcription, dont les bâtisseurs romains pouvaient ensuite faire leur profit. Mais ce n’est qu’une hypothèse invérifiable, et rien ne prouve que l’aedes Martis n’était pas, elle aussi, construite en marbre du Pentélique44.

  • 45 Quelles que soient les réserves qu’on puisse faire sur cette notion de « cercle » (cf. A. E. Astin,(...)
  • 46 VI, praef. 5.

13Ce qui reste important, et doit être noté, c’est la liberté d’action de cet Hermodoros qui, apparemment, n’était pas lié à une « clientèle » ou à un « cercle » déterminés45 ; il pouvait accueillir et sans doute aussi librement solliciter les commandes des représentants les plus brillants de la nobilitas. On imagine le praticien proposant plans et maquettes aux riches commanditaires : ceteri... ambiunt ut architectent, comme dira plus tard Vitruve, non sans amertume46. Il est possible en outre, comme nous l’avons rappelé ailleurs, qu’Hermodoros ait laissé des écrits théoriques, cédant à ce goût de la codification qui est propre aux bâtisseurs de l’hellénisme tardif.

14Le problème qu’on ne peut manquer de se poser à ce point de notre réflexion est celui de l’influence réellement exercée par ces essais de transplantation directe d’une architecture gréco-orientale sur les rives du Tibre. Les équipes qui sont venues travailler à Rome à cette occasion ont-elles formé école, et leurs travaux ont-ils servi de modèles ?

  • 47 Pour les phases pré-augustéennes de ces temples, cf. H. F. Rebert, H. Marceau, The Temple of Concor (...)
  • 48 Le pouvoir des Metelli atteint en effet son apogée entre 120 et 115. Cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., (...)
  • 49 Cf. F. Tannen Hinrichs, Die lateinische Tafel von Bantia und die « lex de Piratis », dans Hermes, 9 (...)
  • 50 Sur le temple de S. Salvatore in Campo, construit en marbre du Pentélique, cf. MEFRA, 85, 1973, p. (...)
  • 51 Cicéron, De Oratore, I, 62 ; cf. F. Coarelli, loc. cit., p. 340.

15A en juger par les édifices bâtis par la génération du dernier quart du siècle, il est permis d’en douter. Pour la période qui suit immédiatement la crise des Gracques, les textes ne font état d’aucune tentative comparable, et les vestiges des trois temples majeurs construits ou reconstruits par les Optimates – aedes Concordiae, aedes Castoris et aedes Magnae Matris -ne semblent pas, pour autant qu’on puisse les déchiffrer, avoir présenté beaucoup d’éléments ioniques47. Pour le matériau d’abord, on constate l’abandon du marbre : on pouvait cependant attendre des nouveaux maîtres de Rome, et particulièrement de ces Metelli qui s’assurent alors un quasi monopole du consulat et de la censure, qu’ils veuillent suivre sur ce point l’exemple de leurs père et oncle48 ; les ressources tirées de leurs manubiae devaient leur assurer des possibilités comparables à celles du Macédonique, et l’insécurité de la mer, parfois invoquée pour expliquer ce reflux, ne se fera sentir que plus tard : c’est seulement en 102 que M. Antonius sera dépêché, comme préteur, contre les pirates de Cilicie49, et les luttes navales, qui se poursuivront jusqu’au milieu du ier s. av. J.-C, n’empêcheront d’ailleurs pas le recours au marbre du Pentélique, comme le prouvent la tholos du Forum Boarium et le temple de S. Salvatore in Campo50. En l’occurrence l’importance politique et religieuse des édifices restaurés sur le Forum et le Palatin pouvait justifier une dépense du même genre, d’autant plus qu’Hermodoros était toujours présent à Rome, si l’on admet qu’il devait, à l’extrême fin du siècle, construire les navalia51.

  • 52 Pour la tholos du Forum Boarium, cf. F. Rakob, op. cit., p. 2 seq., planches 5 seq. et Beilage 6. P (...)
  • 53 Tenney Frank, loc. cit., p. 100.

16Pour le plan, il faut noter en premier lieu le retour en force du podium, qui cependant ne devait pas exister dans les périptères « grecs » construits au cours des années 140, pourvus seulement d’une crépis, comme plus tard la tholos du Forum Boarium52. Le podium des Dioscures du Forum était même exceptionnellement élevé, par rapport aux dimensions d’ensemble de l’édifice, puisqu’il dépassait 6 mètres53. L’état des vestiges de ces temples, qui allaient tous trois être reconstruits à l’époque augustéenne, ne permet pas de savoir quelles étaient à la fin du iie s. les moulures de base et de couronnement de leurs puissants massifs d’opus caementicium, sans doute revêtus de travertin. Et c’est dommage car ils nous eussent permis de mesurer, à cette date, le degré de pénétration des modénatures ioniques dans l’architecture romaine.

  • 54 Vitruve III, 4, 5 (texte de Fensterbusch).

17Un passage de Vitruve, sans permettre de restituer des moulures précises, garde cependant la trace du travail de transposition effectué, selon toute vraisemblance par les architectes locaux, au cours de cette période où l’on commençait à tirer les leçons d’un premier contact avec les profils gréco-orientaux : sin autem circa aedem ex tribus lateribus podium faciendum erit, [ad] id constituatur, uti quadrae, spirae, trunci, coronae, lysis ad ipsum stylobatum, qui erit sub columnarum spiris, conveniant54.

  • 55 Cf. R. Martin, Manuel d’architecture grecque, I, Paris, 1965, p. 361 seq.
  • 56 Le mot désigne en fait, dans les autres passages du livre III où il apparaît, une baguette quadrang (...)
  • 57 La spira est la base praeter plinthum. Voir pas ex. III, 5, 3-4.
  • 58 Cf. L. T. Shoe, Etruscan and Republican Roman Mouldings, MAAR, 25, 1965, p. 24 et p. 182 seq., pl. (...)
  • 59 Cf. IV, 1, 7.
  • 60 III, 5, 11 : corona cum suo cymatio, praeter simam, quantum media fascia epistylii. Corona désigne (...)
  • 61 Cf. V, 7, 6 : description du couronnement du podium des colonnes du mur de scène dans le théâtre.

18Si le théoricien recourt ici, au prix d’impropriétés qui rendent presque intraduisible son texte, au vocabulaire des ordres grecs pour nommer les différentes parties du podium, c’est qu’il suit fidèlement la démarche de ceux qui les premiers ont voulu « habiller » selon les nouvelles normes un élément dont l’architecture hellénistique n’offrait que peu d’exemples, et qui en étaient réduits à reprendre sur un registre mineur les diverses composantes des colonnes et des entablements. La tradition ionique les y invitait d’ailleurs, puisque la mouluration de la base des murs – assise convexe sous baguette au pied des orthostates, couronnement d’arases ou xαταλοβεύς taillé comme une petite corniche -, maintenue pour les grands temples d’Asie Mineure, tendait elle aussi à reproduire certains profils des ordres55. Il est clair qu’ici quadrae est l’équivalent de plinthe, et désigne en fait l’assise quadrangulaire sur laquelle reposent les plaques de revêtement du noyau de caementicium56 ; le mot spira qui, dans la terminologie vitruvienne, désigne la partie ondée de la base attique (tores et scotie)57, s’applique aux moulures inférieures du podium, qui, dans leurs premières versions hellénisées, offraient effectivement, sous la doucine, un tore imité de l’élément inférieur de l’ordre ionique, à savoir la base des colonnes58 ; truncus, que l’on trouve plus souvent avec le sens de fût59, évoque maladroitement la partie verticale des orthostates et équivaut ici au mot français « dé » ; quant à corona, il comporte une allusion claire au larmier des corniches d’entablement, dont on retrouve le souvenir sur les couronnements de podium dès la fin du IIe s.60 ; l’emploi de lysis semble seul indiquer une certaine réticence à assimiler ces modénatures secondaires à celles des corniches : le mot ne peut désigner ici qu’un équivalent non monumental de la sima, moulure en doucine ou en congé, qui permet le passage d’un plan vertical à un plan horizontal61.

  • 62 F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, op. cit., Beilage 13.

19Il est instructif de constater que l’une des meilleures transcriptions plastiques du texte vitruvien est offerte par la modénature du socle des murs de la tholos du Forum Boarium62 : nul doute qu’elle n’ait joué, comme avant elle les temples d’Hermodoros, un rôle décisif dans la mise au point de l’ornementation des podiums ; aussi bien les architectes romains n’avaient qu’à transposer, à un niveau inférieur, des profils dont le rôle à la base du τοχος des temples à crépis, comme sur le podium des temples à escalier frontal, consistait à amorcer et à clore une plate-forme distincte du reste de l’édifice.

  • 63 Dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et à l’époque augustéenne le plan périptère trouvera, en (...)
  • 64 Les deux édifices sont réunis par Cicéron dans la même locution (Pro Sestio, 140) : celeberrimum mo (...)
  • 65 Cf. W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970, p. 122.
  • 66 Tenney Frank, loc. cit., p. 90 et p. 100.
  • 67 Cicéron, In Verrem, II, 1, 129, 133, 145.
  • 68 G. Lugli, Roma antica, Il centro monumentale, Rome, 1946, p. 112.

20Cependant, quelle qu’ait pu être la « modernité » de ses profils, le podium enlevait une partie de sa raison d’être au plan périptère en excluant toute possibilité réelle d’ambulatio63. Aussi, pour les trois temples de cette fin du IIe s., ne semble-t-il pas avoir été retenu : si l’on ne peut restituer avec sûreté le plan du temple opimien de la Concorde, dans l’ignorance où nous sommes de ses rapports exacts avec la basilique qui le jouxtait64, il est sûr en revanche que les deux autres sanctuaires, Dioscures du Forum et Magna Mater du Palatin, étaient prostyles hexastyles, ce qui permettait de conserver à la cella l’importance relative qu’elle avait toujours eue dans les édifices religieux italiques. Quant à l’ordre, il est difficile d’affirmer avec assurance qu’il était, pour ces trois temples, corinthien. Les chapiteaux actuels de la Magna Mater n’ont pas seulement été restuqués lors de la restauration d’Auguste : leur forme et leurs proportions les désignent comme des créations influencées par l’exemple prestigieux de ceux du temple de Mars Ultor65. Pour les deux autres temples, peu de traces ont été retrouvées de leur colonnade et de leur entablement, dans leur version de la fin du iie s. Un indice seulement pour l’aedes Castoris : l’architrave de travertin ne présentait que deux fasciae, selon les habitudes héritées de la « Tuffarchitektur »66. La description que Cicéron donne de cet édifice dans les Verrines confirme ce que nous pouvions tirer de l’examen des vestiges, à savoir que ses colonnes étaient en pépérin stuqué, mais n’apporte aucun indice sur la nature des chapiteaux67. Pour le temple opimien de la Concorde, G. Lugli mentionne les restes d’une base de colonne, et d’un « grand chapiteau d’ante en travertin », découverts apparemment pendant la dernière guerre ; aucun cliché n’a, sauf erreur, été publié de ce dernier, mais il est probable qu’il était corinthien – ce qui ne permet pas d’ailleurs de conclure avec sûreté que les colonnes libres l’étaient aussi68.

21Quoi qu’il en soit, l’aspect d’ensemble de ces temples devait rester très italique ; il ne conservait sans doute plus grand chose, sauf peut-être dans certains détails de modénature, de l’arrogante volonté de rupture avec la tradition, qui avait marqué quelques-unes des plus importantes créations des imperatores de la période précédente. A cela deux raisons, croyons-nous.

  • 69 Il est remarquable que l’arrogance impliquée dans la reconstruction du temple de la Concorde par le (...)
  • 70 Dans le cas de l’aedes Matris Magnae, il est probable que le clergé très traditionaliste de cette d (...)
  • 71 Cf. A. La Penna, dans Dialoghi di Archeologia, 1971, p. 193 seq. Voir aussi P. Grimai, op. cit., p. (...)
  • 72 A. E. Astin, op, cit., p. 115 seq.
  • 73 Cf. D. R. Dudley, dans JRS, 31, 1941, p. 94 seq. ; M. Pohlenz, Die Stoa, Geschichte einer geistigen (...)
  • 74 L’exemple de l’art oratoire est significatif : lorsque Polybe assure le jeune Scipion qu’il trouver (...)

22L’une, politique, pourrait se formuler ainsi : après la crise gracquienne, la classe dirigeante fait du respect du mos maiorum le fondement idéologique de l’abolition des réformes ; l’on comprend qu’elle n’estime plus opportun de créer, dans la trame urbaine d’une Rome où le tuf, le bois et les terres cuites continuent de modeler le visage des principaux édifices, des îlots « hellénistiques » qui présenteraient à ses yeux le double inconvénient de ne pas se situer dans la ligne générale de son action, et de heurter, à la façon d’une comédie de Térence trop directement inspirée des modèles grecs, les habitudes et les goûts des populares69. L’opération, dans le cas des trois temples majeurs que nous avons évoqués, eût été d’autant plus imprudente qu’elle eût affecté quelques-uns des lieux les plus fréquentés et les plus vénérés de Rome70. La faction modérée de la nobilitas, qui garde en mains la situation, reprend en fait à son compte l’attitude pragmatique et discrète qui avait toujours été d’ailleurs celle des nobles les plus intelligents de la période antérieure, soucieux surtout de filtrer ce qui, dans la culture grecque, pouvait être utile aux techniques du pouvoir et de la conquête71. L’austérité de la censure de Scipion Emilien en 142 avait déjà su marquer avec fermeté, face à un Mummius enivré par le nombre et la splendeur des spolia de Corinthe, la nécessité d’un retour urgent aux maiorum instituta72. Et depuis l’aventure des Gracques, tout philhellénisme accusé était devenu ambigu sinon suspect. Le stoïcisme de Panétius n’avait pas nourri seulement la pensée des cercles aristocratiques, mais fourni à Ti. Gracchus et à son éminent conseiller Blossius de Cumes la base doctrinale d’une réforme agraire !73 L’autre raison n’est en somme que le corollaire technique de celle-là : ce qui faisait, aux yeux d’un Brutus Callaicus, le prix d’une construction signée par l’un des maîtres de l’ionisme oriental, devait entraîner aussi sa relative stérilité, car cette architecture importée restait extérieure aux préoccupations réelles des bâtisseurs locaux, même si elle proposait des solutions élégantes à divers problèmes de détail. En ce domaine comme dans tous les autres, l’hellénisation ne pouvait être que le résultat d’une longue osmose, d’un long travail d’assimilation et de contamination74 : plus efficace que ces modèles imposés de façon autoritaire et sans lien avec les recherches antérieures, la diffusion des cartons, le choix parmi ceux-ci de ce qui s’adaptait le plus facilement aux conditions d’emploi et de taille des matériaux couramment utilisés, aux plans et aux ordonnances les plus familières, devaient promouvoir des solutions fécondes, surtout après 129, date de la pacification et de l’organisation de la province d’Asie.

  • 75 R. Delbrueck, Hellenistische Bauten in Latium, II, p. 180. On sait que la tholos du Forum Boarium a (...)
  • 76 W.-D. Heilmeyer, dans Der Rundtempel am Tiber in Rom, p. 19 seq. Le temple date certainement encore (...)
  • 77 MEFRA, 85, 1973, p. 150 seq.

23Les années de transition entre le second et le premier siècle en administrent la preuve. Entre 110 et 90 av. J.-C. s’élèvent à Rome deux séries de temples « hellénistiques », dont il faut bien convenir qu’elles demeurent presque étrangères l’une à l’autre. D’un côté réapparaissent, créations de ce que R. Delbrueck appelait déjà « der römische Kapitalismus » de l’époque tardorépublicaine75, des objets monumentaux de marbre, isolés et figés dans leur impeccable étrangeté : la tholos du Forum Boarium, dont F. Rakob a montré les imperfections de détail dues à l’inexpérience d’une main-d’œuvre partiellement locale, mais dont le plan ainsi que les éléments majeurs de l’ordre, quoique taillés sur place, s’affirment comme des œuvres grecques76 ; le temple périptère à crépis de San Salvatore in Campo, dont nous avons souligné dans une étude précédente le caractère singulier, et, à certains égards, unique, dans l’architecture religieuse urbaine77.

24De l’autre, des constructions qui, contemporaines, ou très légèrement postérieures à ces nouveaux temples marmoréens, présentent, avec l’emploi des matériaux traditionnels, une interprétation bien différente des plans, des modénatures et des ordres.

  • 78 Sur l’identification de ce temple, cf. P. Boyancé, dans MEFR, 57, 1940, p. 64 seq. et F. Coarelli, (...)
  • 79 L. T. Shoe, op. cit., p. 178, pl. 56, 1.
  • 80 Vitruve, IV, 8, 1, ne connaît, on le sait, que les tholoi monoptères à podium (tribunal) et les tho (...)
  • 81 On notera en particulier la densité de la colonnade et l’étroitesse du déambulatoire. Cf. La public (...)

25Ainsi le temple rond du Largo Argentina, que son identification à l’aedes Fortunae huiusce diei empêche de faire descendre au-delà de la première décennie du ier s. av. J.-C.78 : son podium, dont le couronnement reproduit le type complet de la corniche, avec denticules et cimaise en doucine droite79, l’éloigne des types définis par Vitruve80, et de la tholos du Forum Boarium ; non seulement le sanctuaire s’en trouve placé en position dominante, mais il se voit doté d’un axe, par l’ouverture d’un escalier devant le podium circulaire, et la mise en place d’une colossale statue cultuelle contre le mur de fond de la cella. Ajoutons que les rapports planimétriques entre sanctuaire et péristasis ne participent plus d’une organisation essentiellement rythmique, où les éléments construits doivent composer avec des espaces vides harmonieusement répartis, mais révèlent l’écrasante primauté des premiers sur les seconds81 : le schéma hellénistique est ici adapté aux exigences d’une architecture où la spécificité des partis s’estompe au profit de la pesanteur plastique et de la frontalité.

  • 82 Voir à ce sujet les remarquables analyses de W. Alzinger, op. cit., p. 137 seq.
  • 83 Le temps des architectes-sculpteurs, qui suivaient la construction depuis les fondations jusqu’à la (...)

26Qui veut retrouver ce que Proust appelait la « pensée de l’architecte », dans une construction hellénistique ou romaine, doit s’employer à la décrypter au niveau du plan82 : c’est là en effet que transparaissent encore avec une relative netteté, à travers des rapports simples, les recherches théoriques qui ont étayé les intentions réelles du bâtisseur ; ensuite, au cours de la longue aventure de l’élévation, dans un monde où la séparation des tâches et la spécialisation s’accroissent83, ces intentions peuvent se trouver altérées. Or il est clair, pour qui examine de ce point de vue le temple rond du Largo Argentina, que son architecte entendait créer autre chose qu’une tholos périptère, et qu’il s’est comporté, dans l’organisation des masses, comme un précurseur de ceux qui, à l’époque de Pompée et de César, mettront au point cette pesante architecture urbaine de représentation, dont l’Empire recueillera l’héritage.

  • 84 W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, p. 36 ; Der Rundtempel, p. 28 seq. ; Ch. Leon, Die Ba (...)
  • 85 Korintische Normalkapitelle, p. 53.
  • 86 Cf. A. K. Orlandos, ργον, 1959, p. 112 seq., fig. 117 ; G. Daux, BCH, 84, 1960, p. 697, fig. 3 ; (...)
  • 87 Milet, monument de Laodicée ; temple de Zeus à Diocésarée. Cf. G. Roux, op. cit., p. 378 seq.
  • 88 Comme le souligne d’ailleurs, à juste titre, W.-D. Heilmeyer.
  • 89 La même particularité se retrouvera, plus tard, au temple d’Apollon Palatin, cf. H. Bauer, dans RM, (...)

27Mais le plus remarquable reste le traitement de l’ordre corinthien : on a peine à concevoir, devant ces chapiteaux aux acanthes vigoureuses, qu’il s’agit d’œuvres d’imitation, reproduisant avec soin des modèles hellénistiques dont certains sont beaucoup plus anciens84 ; aucun aspect rétrospectif, aucun pédantisme dans ce travail plein de sève, qui ne se laisse pas davantage situer dans la série des chapiteaux « italo-corinthiens » de Palestrina, de Terracine ou de Cori, que dans la lignée plus orthodoxe des chapiteaux de l’autre tholos romaine. Si W.-D. Heilmeyer tient à en placer la confection dans le 2e quart du ier siècle, en arguant essentiellement de leur parenté avec les chapiteaux de l’agora de Messène85 – lesquels peuvent dater encore de la fin du iie s.86 – c’est qu’il éprouve une certaine réticence à admettre la vitalité des échanges artistiques, dans cette Rome présyllanienne, ouverte dès lors à tous les courants d’influence venus de Méditerranée orientale. Le redoublement des caulicoles en est un indice précieux (Fig. 1) : sur ce chapiteau de travertin, taillé par un atelier romain, nous trouvons l’aboutissement d’un schéma décoratif dont les premiers exemples attestés se rencontrent à Milet et à Diocésarée dans la première moitié du iiie s. av. J.-C.87, mais dont l’Asie du second siècle offrait sans doute d’autres jalons, qui nous échappent à ce jour. Cependant, ce qui était une fantaisie décorative un peu grêle dans les précédents hellénistiques, contribue ici à renforcer la métaphore tectonique du décor d’acanthes88 : non seulement en effet la structure « normale » du chapiteau n’est pas altérée, puisque les deux gaines, celle de la volute et celle de l’hélice, restent accolées, mais leur rigoureuse verticalité, soulignée par de profondes cannelures, accuse leur fonction « portante »89.

  • 90 Vitruve, III, 2, 5 et VII, praef. 17. Sur la nécessité de maintenir la leçon des manuscrits dans le (...)
  • 91 Il est dommage que ce personnage, cité deux fois par Vitruve (cf. note précédente), nous reste inco (...)
  • 92 Sur l’aversion de Marius à l’égard des raffinements hellénisants, cf. par ex. A. La Penna, loc. cit (...)
  • 93 VII, praef. 17 : id vero si marmoreum fuisset...

28Deux autres édifices, exactement contemporains, appartiennent à cette même série, c’est le temple d’Honos et Virtus, dont Vitruve fait le plus grand éloge, bien qu’il soit sans postieum90, et le temple Nord du Forum Holitorium. Le second nous aide à imaginer le premier, dont aucun vestige ne subsiste, mais dont nous savons qu’il fut construit par un maître-d’œuvre romain du nom de C. Mucius91. Il est peut-être hasardeux de penser que le choix de Marius fut, en partie au moins, dicté par le souci politique de prendre ses distances par rapport aux habitudes des imperatores, et particulièrement de ce Metellus qui, quelques décennies plus tôt, avait fait appel à un maître grec92 ; mais l’hypothèse semble confortée par le fait que, sans renoncer aux normes des périptères de tradition ionique, Mucius les adapta à un vieux plan italique. Vitruve n’émet qu’un regret, lorsqu’il évoque son œuvre, c’est qu’elle n’ait pas été bâtie en marbre93. Appréciation superficielle, qui cache sans doute un malaise plus profond : entre le temple métellien de Juppiter Stator et celui de Marius, il y a toute la distance qui sépare une architecture où les recherches modulaires définissent une entité autonome, et dont les proportions répondent essentiellement à des principes esthétiques, d’une architecture de la continuité où les schémas traditionnels sont volontiers altérés pour permettre l’insertion du temple dans une suite monumentale.

  • 94 Cf. R. Delbrueck, Die drei Tempel am Forum Holitorium, Berlin 1903 ; G. Lugli, Roma antica, p. 548  (...)
  • 95 L. T. Shoe, op. cit., p. 198, pl. 62, 4.
  • 96 Les deux seules que nous connaissions (temple rond du Forum Boarium, (F. Rakob, op. cit., pl. 20-21 (...)
  • 97 Op. cit., p. 202-204.
  • 98 W.-D. Heilmeyer, Der Rundtempel, p. 28.
  • 99 W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, p. 40 seq.

29Le temple Nord du Forum Holitorium, intégré à une série de trois sanctuaires, en offre un bon exemple94. Lui aussi dépourvu de colonnade postérieure, il présente une façade hexastyle, ionique. Et, comparable en cela au temple rond du Largo Argentina, il compte un nombre appréciable d’éléments de dérivation asiatique, à tous les niveaux de sa modénature : sa base à double scotie, au profil plus souple et aux moulures plus élaborées que celle de la dite tholos, est, à cette date, la variante la plus habile d’un prototype gréco-oriental encore peu diffusé en Occident95. Il est peu probable qu’aucun des temples de marbre alors construits à Rome ait comporté des bases de ce genre96 : un mode de dérivation par circulation des « cartons », analogue à celui que nous postulions pour les chapiteaux du temple du Largo Argentina doit rendre compte de cet emprunt. D’autres « citations » semblables, quoique plus maladroites, ont été relevées par L. T. Shoe au couronnement de la frise et à la corniche97. La même indépendance se trouve donc ici proclamée, par rapport aux périptères marmoréens de l’Urbs, antérieurs ou contemporains : un souci constant d’animation du décor architectonique, le goût, parfois abusivement qualifié de « baroque »98, pour des profils plus riches et des modénatures plus accentuées, où le stucage ajoutait un mouvement et une couleur dont il nous est difficile d’imaginer les effets, orientaient les recherches des architectes romains de ce début du ier s. vers des sources moins « classiques » que celles dont procédaient les créations d’Hermodoros et de ses collègues ou épigones ; celles-ci devront attendre la période triumvirale et proto-augustéenne pour accéder à la dignité de modèles99.

  • 100 Rappelons par exemple, pour mesurer les lacunes de notre documentation, que nous ne savons rien de (...)

30Les trois moments que nous essayons ainsi de dégager ne nous apparaissent sans doute distincts qu’en raison de la schématisation, inhérente au caractère lacunaire des données qui nous sont accessibles. Dans la trame historique de ce demi-siècle si dense, ils se chevauchèrent souvent : les mêmes hommes ont pu adopter, en ce domaine, plusieurs attitudes différentes100.

31Il reste que la constitution progressive d’un style hellénistique occidental, phénomène décisif pour l’histoire de l’architecture, ne semble pas exclusivement liée à la venue d’architectes et à l’emploi de matériaux grecs : ces opérations attestent surtout de la part de quelques membres de la nobilitas la volonté de mettre à profit le retard stylistique et technique de Rome pour manifester la puissance de ceux qui ont désormais accès aux ressources de l’Orient hellénisé. Sans sous-estimer l’importance, pour les équipes locales, d’une présence aussi active et aussi longue que celle d’Hermodoros, par exemple, il faut admettre cependant que cette architecture grecque importée, soucieuse surtout de rupture avec une tradition italique dépourvue de prestige aux yeux des imperatores du milieu du second siècle, a été sans doute une source moins féconde, et a joué dans la diffusion des plans, des décors et des profils un rôle moins important que ce qu’on pourrait appeler la franc-maçonnerie des ateliers, qui assurait, d’un bout à l’autre d’une Méditerranée de plus en plus centrée sur Rome, la circulation des modes, des schémas, des images.

Fig. 1 – Les doubles caulicoles du chapiteau du temple B (Largo Argentina), tels qu’ils apparaissent au lit d’attente du bloc inférieur.

Notes

1 F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, Der Rundtempel am Tiber in Rom, DAI, Sonderschriften 2, Mainz am Rhein, 1973.

2 Rappelons, sans prétendre être exhaustif, les travaux de D. C. Earl, Tiberius Gracchus. A Study in Politics, Collect. Latomus, 56, 1963 ; de F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, 1, Oxford, 1953 ; Political Morality and the Friends of Scipio, dans JRS, 55, 1965, p. 1 seq. ; de A. E. Astin, Scipio Aemilianus, Oxford, 1967 ; de G. Garbarino, Roma e la filosofia greca dalle origini alla fine del II secolo A. C. (I, Introduzione e testi ; II, Commento e indici), Turin, 1973. Plus directement orientées vers l’activité artistique et les problèmes liés à l’hellénisation, les études fondamentales de F. Coarelli, L’ara di Domizio Enobarbo e la cultura artistica in Roma nel II sec. av. C, dans Dialoghi di Archeologia, 1968, p. 302 seq. ; celles, de divers auteurs, réunies dans Dialoghi di Archeologia, 1971, sur le thème : Roma e l’Italia fra i Gracchi e Silla, et celle de L. Crema, L’architettura romana nell’età della repubblica, dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, Berlin – New-York, 1973, I, 4, p. 633 seq., et partic, p. 636-639 (i templi). Une place importante doit être faite également aux recherches de M. Gwyn Morgan, The Portico of Metellus, a Reconsideration, dans Hermes, 99, 1971, p. 480 seq. ; Lucius Cotta and Metellus, dans Athenaeum, 49, 1971, p. 271 seq. ; Villa Publica and Magna Mater, dans Klio, 55, 1973, p. 23 seq. (The Metelli and the Magna Mater). On consultera enfin la synthèse de L. Castiglione, Die Bedeutung des 2. Jahrhunderts v.u.Z. in der Geschichte der römischen Kunst, dans Mitt. Arch. Inst. Ungar. Akadem. Wissensch. 4, 1973, p. 38 seq.

3 Festus, 188 L : Octaviae porticus duae appellantur, quarum alteram, theatro Marcelli propiorem, Octavia soror Augusti fecit ; alteram theatro Pompei proximam Cn. Octavius Cn. filius, qui fuit aedilis curulis, praetor, consul, decemvirum sacris faciendis, triumphavitque de rege Perseo navali triumpho. Il est clair que Festus reproduit, pour le second portique, une source qui donnait une lecture complète de l’inscription dédicatoire, sans doute conservée, ou du moins restituée lors de la réfection augustéenne.

4 Pline, HN, 34, 13 : invenio et a Cn. Octavio, qui de Perseo rege navalem triumphum egit, factam porticum duplicem ad circum Flaminium, quae Corinthia sit appellata a capitulis aereis columnarum.

5 B. Olinder, Porticus Octavia in circo Flaminio, topographical Studies in the Campus Region of Rome, AIRRS, sér. in 8°, 11, Stockholm, 1974, p. 83 seq. On ne saurait retenir la thèse de cet auteur qui, en dépit de données textuelles aussi précises que celles de Festus, 188 et de Velleius Paterculus, II, 1, 1-2, tient pour une identité entre la porticus Octavia et la porticus Octaviae, la porticus Metelli n’étant selon lui qu’une étape transitoire du même édifice, due à l’action du Macédonique.

6 Cf. en dernier lieu M. Schede, Die Ruinen von Priene, Berlin, 1964, p. 49 seq.

7 J. J. Coulton, dans sa note Διπλ στοά (AJA, 75, 1971, p. 183-184) a repris l’ensemble des données épigraphiques et archéologiques. Des trois possibilités théoriquement impliquées dans l’expression (portique à deux étages, à deux façades, à deux travées), seule la dernière est normalement utilisée, sauf indication explicite différente.

8 Vitruve, V, 9, 2. Voir aussi V, 11, 1, et V, 11, 2, où l’expression porticus duplex désigne toujours un portique à deux travées. Cf. B. Olinder, op. cit., p. 89 seq. Sur l’origine du schéma, voir A. Birnbaum, Vitruvius und die griechische Architektur, Denkschrift Kais. Akadem. der Wissenschaften in Wien, 57, 4, 1914, p. 36 seq.

9 Cf. F. Coarelli, loc. cit., dans Dialoghi di Archeologia, 1968, p. 305 seq.

10 Cf. J. J. Coulton, loc. cit.

11 Vitruve, I, 2, 2 : ichnographia est circini regulaeque modice continens usus, e qua capiuntur formarum in solis arearum descriptiones (texte de Fensterbusch).

12 Polybe, 28, 2-5 ; Tite-Live, 43, 17, 2-10. Cf. P. Charneux, Rome et la confédération achéenne, dans BCH, 81, 1957, p. 181 seq. Octavius effectua aussi en 163-162, un voyage en Orient, au cours duquel il devait être assassiné.

13 Il est remarquable qu’aucun des autres portiques ou quadriportiques de Rome ne soit défini dans les textes par une de ses caractéristiques architecturales. Sur la signification du singulier et du pluriel dans les emplois de porticus, cf. B. Olinder, op. cit., p. 91. En fait, il est impossible de déterminer, dans l’état actuel de la documentation, si la porticus Octavia était composée d’une seule aile, ou s’il s’agissait d’un quadriportique, comparable en cela à la porticus Metelli. On peut envisager aussi, à titre d’hypothèse, que le portique à double travée n’était qu’une partie – la plus importante par sa largeur – de ces peristylia quadrata dont Vitruve rappelle que seule l’aile méridionale doit être duplex. Cf. V, 11, 1 : peristylia quadrata... ex quibus tres porticus simplices disponantur, quarta, quae ad meridianas regiones est conversa, duplex. Cette structure, présentée par le théoricien comme caractéristique des palestres, pouvait très bien être transposée dans un contexte urbain.

14 Cf. R. Vallois, L’architecture hellénique et hellénistique à Délos I, Paris, 1944, p. 307 seq. ; Ph. W. Lehmann, Roman Wall Paintings from Boscoreale, 1953, p. 85-86.

15 Pline, HN, 34, 12 : sed cum esse nulla Corinthia candelabra constet, nomen id praecipue in his celebratur.

16 Cf. G. Roux, L’architecture de l’Argolide aux iv et iiie s. av. J.-C, Paris, 1961, p. 360 seq.

17 F. Münzer, dans Hermes, 30, 1895, p. 501.

18 Cf. H. Drerup, Zum Austattungsluxus in der römischen Architektur, Munster, 1957, p. 15 seq. et R. Vallois, op. cit., ibid.

19 HN, 34, 14.

20 Vitruve, V, 5, 8 : etiamque auctorem habemus Lucium Mummium, qui diruto theatro Corinthiorutn, ea aenea Romam deportavit et de manubiis ad aedem Lunae dedicavit.

21 Vitruve, V, 9, 2 : quae videntur ita oportere conlocari, uti duplices sint habeantque exteriores columnas doricas... Medianae autem columnae quinta parte altiores sint quam exteriores, sed aut ionico aut corinthio genere deformentur. Sur ce genre d’ordonnance, voir par exemple R. Tölle-Kastenbein, Das Kastro Tigani, Samos XIV, Bonn, 1974, p. 40 seq. et croquis n° 59 ; S. Stucchi, Architettura Cirenaica, Rome, 1975 (= Monografie di archeologia libica, IX), p. 118 seq. et fig. 103, p. 122 (portiques O2 et B5 de l’agora de Cyrène. Fin iiie, début iie s. av. J.-C).

22 Velleius Paterculus, II, 1, 2. G. Marchetti Longhi considère que l’adjectif s’applique à la situation du portique (Capitolium, 31, 1956, p. 136). En fait il semble bien que le plan et les chapiteaux de bronze aient joué le même rôle, dans l’agrément de cette construction, que les colonnes en marbre phrygien (c’est-à-dire à veines colorées) utilisées à la basilica Aemilia, peut-être lors de sa restauration de 78 av. J.-C. (cf. Pline, HN, 36, 102).

23 C’est évidemment le texte de Velleius Paterculus (I, 11, 3-5), et dans ce texte le passage concernant l’aedem ex marmore, qui a suscité les commentaires les plus nombreux, et parfois les plus inattendus. Plusieurs archéologues, dans la lignée de H. Drerup, op. cit., n. 66, lui opposent volontiers le texte de Pline (HN, 17, 6 ; voir aussi 36, 7) concernant l’atrium de L. Licinius Crassus (censeur en 92) : cum in publico nondum essent ullae marmoreae (sc. columnae). Cf. en dernier lieu F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, op. cit., p. 27, et p. 38 seq. D’autres exégètes se sont efforcés de donner du mot aedem une interprétation différente de celle qu’on attend : M. J. Boyd dans PBSR, 21, 1953, p. 152 seq., le considère comme un équivalent de porticus, et M. Gwyn Morgan, dans Hermes, 99, 1971, p. 486 seq., lui fait désigner les deux temples contenus dans le portique, et non la seule aedes Jovis Statoris. Pour l’examen de cette question, cf. MEFRA, 85, 1973, p. 138 seq. B. Olinder, op. cit., p. 94 seq., reprend la discussion sous un angle qui n’en accroît pas la clarté, tout le problème étant pour lui de savoir quand et comment la porticus Metelli fut substituée à la porticus Octavia. Cf. notre compte-rendu, à paraître dans RA, et la mise au point, claire, de T. P. Wiseman, dans PBSR, 42, 1974, p. 18-19 et p. 20.

24 L’idée fondamentale est qu’avant 100 av. J.-C. le marbre ne saurait être employé à Rome, et qu’avant la période « syllanienne » (désignation qui recouvre souvent, étrangement, le deuxième quart du ier s.) l’influence grecque n’est pas décelable. Cf. H. Drerup, op. cit. et W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970, p. 33 seq.

25 Cf. sur ces questions en dernier lieu I. Shatzman, Senatorial Wealth and Roman Politics, Coll. Latomus, 142, 1975, p. 167 seq. et p. 197 seq.

26 Supra, n. 21.

27 Cf. F. Coarelli, loc. cit., p. 307 seq.

28 Cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 499.

29 Priscien, Inst, 8, 4, 17 : aedis Martis est in circo Flaminio architectata ab Hermodoro Salaminio. Cf. F. W. Schlikker, Hellenistische Vorstellungen von der Schönheit des Bauwerks nach Vitruv, Berlin, 1940, p. 29 seq ; P. Gros, loc. cit., p. 150 seq. On constate en fait que la Salamine du golfe Saronique disparaît à partir du début du iie s. des listes olympioniques, sans doute parce qu’on considère qu’elle fait un tout avec Athènes. Du même coup la mention de Salamine sans spécification ne peut s’appliquer qu’à la cité chypriote, cf. L. Moretti, Olympionicai, dans Mem. Accad. Naz. dei Lincei, Rome, 1957, p. 144, n° 611.

30 M. Gwyn Morgan, loc. cit., p. 500 seq., montre que Metellus avait toutes les raisons, électorales et administratives, pour prendre les mesures nécessaires à la réalisation de son « voeu » dans les premiers mois de 143. Seul en effet un magistrat pourvu de l’imperium peut s’acquitter de ces opérations, et les exemples antérieurs attestent que les imperatores ont toujours su remarquablement situer aux points forts de leur carrière le votum, la locatio et la dedicatio des temples qu’ils faisaient construire.

31 Elle était, d’après Velleius Paterculus, I, 11, 3, placée de telle sorte que les cavaliers de Lysippe fissent face aux temples, frontem aedium spectant. Cf. Pline, HN, 34, 64.

32 A. E. Astin, op. cit., p. 127. Voir aussi, id., dans Class. Phil., 54, 1959, p. 221 seq.

33 M. Gwyn Morgan a bien mis en évidence le lien étroit qui existe entre l’exécution d’un « manubial building » et la progression de la carrière pour les principaux membres de la nobilitas de la fin du iiie et du iie s. avant J.-C. Cf. loc. cit., dans Klio, 55, 1973, p. 223 seq.

34 Cf. R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique, 2e édit., Paris, 1974, p. 145 seq. et p. 218 seq.

35 Vitruve, III, 2, 5. Sur les problèmes posés par ce texte, cf. MEFRA 85, 1973, p. 137 seq.

36 Dans une remarquable synthèse, E. Akurgal reprend les opinions les plus communément admises sur la période d’activité d’Hermogénès : 2e et 3e quarts du iie s. (Ancient Civilizations and Ruins of Turkey, 2e édit., Istanbul, 1970, p. 21-25. Voir aussi G. Gruben, Die Tempel der Griechen, Munich, 1966, p. 368). Cependant les partisans de la chronologie haute (par ex. W. Hahland, dans JÖAI 38, 1950, p. 91 seq.) ont retrouvé des arguments depuis la découverte de la fameuse inscription de Téos, qui semble prouver que la construction du temple de Dionysos était achevée en 204-203 av. J.-C. (cf. P. Hermann, dans Anatolia, 9, 1965, p. 33 seq.). Le dernier état du problème est donné par W. Alzinger, Augsteische Architektur in Ephesos, Vienne, 1974, p. 95 seq., n. 333.

37 Cf. W. Hoepfner, Zwei Ptlolemaierbauten, AM, Beiheft 1, Berlin, 1971, p. 87 seq. (sur la diffusion de l’ionisme oriental par les architectes ptolémaïques).

38 M. Hofmann, dans RE, 23, 2, 1959, col. 1702-1720 (sur le règne de Ptolémée VI, Philomètor).

39 Notons par exemple la construction d’un gymnase à Salamine, dès la fin du iiie s. (J. Delorme, Gymnasium, Paris, 1960, p. 198 ; J. Pouilloux, dans RA, 1966, p. 337 seq. et RA, 1971, p. 291 seq.). D’autre part la présence de Salaminiens de Chypre, commerçants ou banquiers à Délos, à Athènes et en Italie méridionale, la facilité avec laquelle ces Grecs d’Orient échangent, au IIe s., leur nationalité d’origine contre la citoyenneté de villes de Grande Grèce sont autant d’indices d’une véritable « marche vers l’Ouest » dont J. Pouilloux a récemment souligné l’importance (Salaminiens de Chypre à Délos, dans Etudes déliennes, Supplément I au BCH, Paris, 1973, p. 399 seq.). Il est possible que la venue d’Hermodoros à Rome s’inscrive dans cette dynamique, où les hommes d’affaires n’étaient pas seuls à être impliqués, même s’ils en étaient les éléments moteurs.

40 W. Hoepfner, Zum ionischen Kapitell bei Hermogenes und Vitruv, dans AM, 83, 1968, p. 213 seq.

41 Le déplacement d’équipes de tailleurs de pierres accompagnant un architecte est attesté pour le monument votif d’Olympie et pour la restauration du colosse des Rhodiens à Delphes. Cf. W. Hoepfner Zwei Ptolemaierbauten, op. cit., p. 50 seq. On sait d’autre part que les chapiteaux du temple rond du Forum Boarium furent taillés sur place par des marmorarii grecs. Cf. F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, op. cit., p. 9 et p. 20 seq.

42 D’après Macrobe, Saturn., III, 4, 2. Voir aussi Servius, Ad. Aen. II, 225 (cf. B. Olinder, op. cit., p. 40).

43 Nous reprenons, pour le début de la construction de ce temple, la date de 132, qui s’accorde avec celle du triomphe sur la Lusitanie, telle que A. Degrassi l’a définie (133). Cf. Inscriptiones Italiae, XII, Fasti et Elogia, 1, Rome, 1947, p. 558 ; F. Coarelli, loc. cit., p. 313 ; B. Olinder, op. cit., p. 96, n. 50 ; I. Shatzman, op. cit., p. 253.

44 Il nous paraît difficile de suivre F. Coarelli lorsqu’il propose d’attribuer les éléments de fronton en terre cuite retrouvés dans la via San Gregorio, à ce temple construit par un architecte gréco-oriental, dont on sait par ailleurs qu’il était orné d’œuvres d’art helléniques (cf. Polycles, Studi Miscellanei, 15, 1970, p. 85 seq.).

45 Quelles que soient les réserves qu’on puisse faire sur cette notion de « cercle » (cf. A. E. Astin, op. cit., p. 294 seq. ; G. Garbarino, op. cit., I, p. 13 seq. et p. 47 seq. ; et M. A. Momigliano, Polibio, Posidonio e l’imperialismo romano dans Actes du Congrès de l’Ass. G. Budé, Paris, 1975, p. 190 seq.), on conviendra que Hermodoros n’était pas intégré au personnel technique ou artistique attaché à la personne d’un grand personnage, à la façon par exemple de ces spécialistes dont Aemilius Paulus avait peuplé sa maison (Plutarque, Aem., IV, 9). Sur l’hostilité politique qui sépara longtemps les Metelli du « cercle » des Scipions, cf. R. Syme, dans JRS, 34, 1944, p. 105 seq. (critique de W. Schur, Das Zeitalter des Marius und Sylla, Klio, Beiheft 46, Leipzig, 1942). Sur le cercle de Brutus Callaicus, patron d’Accius, cf. A. La Penna, dans Dialoghi di Archeologia, 1971, p. 205 seq. et A. E. Astin, op. cit., p. 296.

46 VI, praef. 5.

47 Pour les phases pré-augustéennes de ces temples, cf. H. F. Rebert, H. Marceau, The Temple of Concord in the Roman Forum, dans MAAR, 5, 1925, p. 53 seq. ; Tenney Frank, The First and Second Temples of Castor at Rome, ibid., p. 79 seq. ; P. Romanelli, dans Mon. Ant, 46, 1963, p. 201 seq. (pour le temple de la Magna Mater ; les résultats de la fouille du site ont été résumés dans Hommages à Jean Bayet, Bruxelles, 1964, p. 619 seq.).

48 Le pouvoir des Metelli atteint en effet son apogée entre 120 et 115. Cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., dans Athenaeum, 49, 1971, p. 298. Sur L. Metellus Dalmaticus, fils aîné du Calvus, neveu du Macédonique, consul en 119, triomphateur de la Dalmatie en 118, cf. J. van Ooteghem, Les Caecilii Metelli de la République, Bruxelles, 1967, p. 106 seq. et M. Gwyn Morgan, ibid., p. 289 seq. Sur l’auteur de la restauration de la Magna Mater, identifié en dernier lieu à C. Metellus Caprarius, consul en 113, triomphateur de la Thrace en 111, cf. M. Gwyn Morgan, loc. cit., dans Klio 55, 1973, p. 235 seq. Les vers d’Ovide (Fastes, IV, 247-48 : templi non perstitit auctor/Augustus nunc est, ante Metellus erat) laissent en fait le champ libre à plusieurs hypothèses. Cf. Van Ooteghem, op. cit., p. 104.

49 Cf. F. Tannen Hinrichs, Die lateinische Tafel von Bantia und die « lex de Piratis », dans Hermes, 98, 1970, p. 494 seq. Sur la réduction du commerce en Méditerranée orientale au début du ier s. av. J.-C, voir par ex. P. Baldacci, dans Recherches sur les amphores romaines, Collection de l’Ecole Française, 10, Rome, 1972, p. 18.

50 Sur le temple de S. Salvatore in Campo, construit en marbre du Pentélique, cf. MEFRA, 85, 1973, p. 150 seq.

51 Cicéron, De Oratore, I, 62 ; cf. F. Coarelli, loc. cit., p. 340.

52 Pour la tholos du Forum Boarium, cf. F. Rakob, op. cit., p. 2 seq., planches 5 seq. et Beilage 6. Pour le temple de S. Salvatore in Campo, cf. MEFRA, 85, 1973, p. 151.

53 Tenney Frank, loc. cit., p. 100.

54 Vitruve III, 4, 5 (texte de Fensterbusch).

55 Cf. R. Martin, Manuel d’architecture grecque, I, Paris, 1965, p. 361 seq.

56 Le mot désigne en fait, dans les autres passages du livre III où il apparaît, une baguette quadrangulaire (baguettes d’encadrement de la scotie de la base attique, en III, 5, 2 : altera pars cum suis quadris scotia ; bordure de l’abaque du chapiteau ionique en III, 5, 5 et III, 5, 7 : abaci quadrant).

57 La spira est la base praeter plinthum. Voir pas ex. III, 5, 3-4.

58 Cf. L. T. Shoe, Etruscan and Republican Roman Mouldings, MAAR, 25, 1965, p. 24 et p. 182 seq., pl. 58 (un bon exemple est fourni par le temple d’Hercule à Ostie).

59 Cf. IV, 1, 7.

60 III, 5, 11 : corona cum suo cymatio, praeter simam, quantum media fascia epistylii. Corona désigne chez Vitruve la partie antérieure du larmier ionique. Sur l’introduction des éléments de corniche dans la modénature des couronnements de podium, cf. L. T. Shoe, op. cit., p. 173 seq. La présence de la doucine droite, moulure de cimaise par excellence, a entraîné, dans beaucoup de couronnements complexes, une référence plus ou moins explicite à la corona.

61 Cf. V, 7, 6 : description du couronnement du podium des colonnes du mur de scène dans le théâtre.

62 F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, op. cit., Beilage 13.

63 Dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et à l’époque augustéenne le plan périptère trouvera, en dépit du podium, une significcation plus plastique que structurelle, quand les temples deviendront les points forts d’une architecture processionnelle. Cf. P. Gros, Aurea Templa, Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Thèse lettres, Paris, 1974, p. 201 seq. (exempl. dactylographié).

64 Les deux édifices sont réunis par Cicéron dans la même locution (Pro Sestio, 140) : celeberrimum monumentum Opimii. Les tentatives de reconstruction de A. von Gerkan restent en ce domaine hypothétiques (cf. Il sito del Sacello di Giano Gemino a Roma, dans Rendic. della Reale Accad. di Archeologia, Naples, 21, 1944, repris dans Von antiker Architektur und Topographie, p. 57 seq.). J’avoue ne pas saisir ce que veut dire A. M. Colini, dans BC, 1940, p. 53-54, n. 55, quand il parle, pour le temple pré-augustéen de la Concorde, d’un « plan normal allongé avec dix colonnes de façade ». H. F. Rebert, dans MAAR, 5, 1925, p. 62 seq., évoque seulement des superstructures en tuf, pépérin et travertin. Des doutes ont été émis sur la présence d’un temple antérieur (celui de Camille) au même endroit, cf. A. Momigliano, dans Cl. Ou. 36, 1942, p. 115 seq.

65 Cf. W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970, p. 122.

66 Tenney Frank, loc. cit., p. 90 et p. 100.

67 Cicéron, In Verrem, II, 1, 129, 133, 145.

68 G. Lugli, Roma antica, Il centro monumentale, Rome, 1946, p. 112.

69 Il est remarquable que l’arrogance impliquée dans la reconstruction du temple de la Concorde par le chef du Optimates, après la mort de C. Gracchus et le massacre de 3.000 de ses partisans, ne se soit pas traduite, pour autant qu’on puisse en juger, par une architecture en rupture trop ostensible avec la tradition (cf. Plutarque, C. Gracchus, 17). Sur Térence et le public populaire, voir P. Grimai, Le siècle des Scipions, Paris, 1953, p. 152 seq. Cf. aussi G. Garbarino, op. cit., II, p. 560 seq.

70 Dans le cas de l’aedes Matris Magnae, il est probable que le clergé très traditionaliste de cette divinité joua un rôle déterminant dans le choix du plan et du matériau. Cf. P. Hommel, Studien zu den Figurengiebeln der Kaiserzeit, Berlin, 1954, p. 30 seq.

71 Cf. A. La Penna, dans Dialoghi di Archeologia, 1971, p. 193 seq. Voir aussi P. Grimai, op. cit., p. 115 seq. ; G. Garbarino, op. cit., II, p. 349 seq. (notamment sur le problème de l’expulsion des philosophes, en 161 et en 154).

72 A. E. Astin, op, cit., p. 115 seq.

73 Cf. D. R. Dudley, dans JRS, 31, 1941, p. 94 seq. ; M. Pohlenz, Die Stoa, Geschichte einer geistigen Bewegung, Göttingen 2e édit, 1959, p. 205 seq. ; A. E. Astin, op. cit., p. 195 seq. ; G. Garbarino, op. cit., II, p. 445 seq.

74 L’exemple de l’art oratoire est significatif : lorsque Polybe assure le jeune Scipion qu’il trouvera toute l’aide souhaitable auprès de ceux de ses compatriotes qui maîtrisent les techniques intellectuelles auxquelles celui-ci veut avoir accès (Polybe, 31, 24, 6 : ... τ μαήματα περ νν ρ σπουδάζοντας μς...) il est bien entendu pour le maître comme pour l’élève qu’il s’agit essentiellement d’acquérir ou d’affiner, dans la langue latine, des outils conceptuels et rhétoriques qui sont encore déficients. Même si l’on apprend le grec, on se garde bien de devenir un Grec dans ses mœurs et ses modes d’expression. On connaît les sarcasmes dont Polybe accable Aulus Albinus Postumius (39, 1, 3 seq. et 31, 25, 4) qui compose des œuvres en Grec. Polybe le fait, sans aucun doute, avec l’accord et les encouragements de Scipion (cf. M. A. Momigliano, loc. cit., p. 191). Au contraire Cicéron (Brutus, 25) désigne avec satisfaction en M. Aemilius Lepidus Porcina (cos. 137) le premier orateur romain qui ait su assimiler les principales figures de la rhétorique grecque et les transposer dans un moule latin. Sur Polybe et Scipion, voir les pages capitales de P. Grimai, op. cit., p. 138 seq. et G. Garbarino, op. cit., II, p. 392 seq.

75 R. Delbrueck, Hellenistische Bauten in Latium, II, p. 180. On sait que la tholos du Forum Boarium a été récemment identifiée à l’aedes Herculis Victoris seu Invicti, ce qui désignerait comme son commanditaire un mercator du nom de M. Octavius Hersennus. Cf. F. Coarelli, dans Dialoghi di Archeologia, 1971, p. 263 seq. L’hypothèse est reprise par F. Rakob, W.-D. Heilmeyer, op. cit., p. 37. Sur Octavius Hersennus, cf. Macrobe, Saturn., III, 6, 11 ; Servius, Ad Aen., VIII, 363 (voir G. Lugli, Fontes ad topographiam veteris Urbis Romae pertinentes, 8, n° 357-358, p. 355).

76 W.-D. Heilmeyer, dans Der Rundtempel am Tiber in Rom, p. 19 seq. Le temple date certainement encore de la fin du IIe s., bien que cet auteur et F. Rakob hésitent à la situer avant les années 90, en raison de la trop fameuse notice de Pline (HN, 17, 6) sur l’absence de colonnes de marbre dans les édifices publics de Rome au temps de la censure de L. Licinius Crassus. Cf. supra, n. 23, et notre c/r dans Latomus, 34, 1975, p. 823 seq.

77 MEFRA, 85, 1973, p. 150 seq.

78 Sur l’identification de ce temple, cf. P. Boyancé, dans MEFR, 57, 1940, p. 64 seq. et F. Coarelli, dans Palatino, 12, 4, 1968, p. 369. Sur le délai, toujours relativement court, qui sépare un triomphe de l’achèvement des constructions payées avec les manubiae, voir M. Gwyn Morgan, dans Klio, 55, 1973, p. 223 seq. Si l’argent n’est pas utilisé dans les années qui suivent immédiatement, il reste inexploité, du moins dans le domaine des constructions publiques. L’exemple en est donné par M. Livius Drusus, cos. 112, qui triomphe en 110 [de Scordist]eis Macedonibusque ; il meurt en 109, et son fils, tribun en 91, n’utilise plus à des fins édilitaires l’argent disponible. Sur le triomphe de Catulus en 101, et sa lutte contre les Cimbres, cf. Plutarque,. Marius, 23-26. Voir en dernier lieu R. G. Lewis, dans Hermes, 102, 1974, p. 90 seq.

79 L. T. Shoe, op. cit., p. 178, pl. 56, 1.

80 Vitruve, IV, 8, 1, ne connaît, on le sait, que les tholoi monoptères à podium (tribunal) et les tholoi périptères à crépis. Sur la typologie des temples ronds, cf. en dernier lieu W. Binder, Der Roma-Augustus Monopteros auf der Akropolis in Athen und sein typologischer Ort, Stuttgart, 1969.

81 On notera en particulier la densité de la colonnade et l’étroitesse du déambulatoire. Cf. La publication prochaine de l’édifice, à paraître dans les Studi Romani.

82 Voir à ce sujet les remarquables analyses de W. Alzinger, op. cit., p. 137 seq.

83 Le temps des architectes-sculpteurs, qui suivaient la construction depuis les fondations jusqu’à la finition des ornamenta, et parfois y participaient eux-mêmes, un peu à la façon dont plus tard un Borromini guidera, en leur donnant l’exemple, ses artisans maçons et stucateurs, n’a pas survécu, semble-t-il, à la période tardo-classique. Significative est à cet égard l’attitude de Vitruve, qui juge excessive la position « maximaliste » de Pythéos (De architectura, I, 1, 12), lequel exigeait d’un architecte une connaissance non seulement théorique mais pratique de toutes les techniques du bâtiment et dé la décoration. Cf. P. Gros, Aurea Templa, op. cit., p. 104.
A cet égard l’étude récente de J. J. Coulton (Towards Understanding Donc Design : the Stylobate and Intercolumniations, dans Ann. of the British School at Athens, 69, 1974, p. 61 seq.) est précieuse, en ce qu’elle montre, à partir de mensurations précises relevées sur un grand nombre de temples, que même des édifices doriques fort élaborés présentent seulement des dimensions de stylobate bien définies, et que le reste parait avoir été « ajusté » en fonction de réglages successifs qui ne reposent pas sur des bases théoriques mais sur un savoir-faire empirique (particulièrement p. 66 seq. et p. 84 seq.). Voir aussi, du même auteur, Second Temple of Hera at Paestum and the pronaos problems, dans JHS, 95, 1975, p. 15 et p. 23 seq.

84 W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, p. 36 ; Der Rundtempel, p. 28 seq. ; Ch. Leon, Die Bauornamentik des Traiansforum, Vienne, 1971, p. 156 seq.

85 Korintische Normalkapitelle, p. 53.

86 Cf. A. K. Orlandos, ργον, 1959, p. 112 seq., fig. 117 ; G. Daux, BCH, 84, 1960, p. 697, fig. 3 ; ργον, 1972, p. 157, fig. 193.

87 Milet, monument de Laodicée ; temple de Zeus à Diocésarée. Cf. G. Roux, op. cit., p. 378 seq.

88 Comme le souligne d’ailleurs, à juste titre, W.-D. Heilmeyer.

89 La même particularité se retrouvera, plus tard, au temple d’Apollon Palatin, cf. H. Bauer, dans RM, 79, 1969, p. 183 seq.

90 Vitruve, III, 2, 5 et VII, praef. 17. Sur la nécessité de maintenir la leçon des manuscrits dans le premier passage : et, ad Mariana, Honoris et Virtutis sine postico a Mucio facta..., cf. en dernier lieu MEFRA, 85, 1, p. 137 seq.

91 Il est dommage que ce personnage, cité deux fois par Vitruve (cf. note précédente), nous reste inconnu par ailleurs. Nous avons avec lui, et avec ce Cossutius qui travailla à l’Olympéion d’Athènes (cf. P. Bernard, dans Syria, 45, 1968, p. 148 seq.), le premier exemple d’un architecte romain de quelque renom. Sur Valerius d’Ostie dans le deuxième quart du ier s. av. J.-C, cf. Pline, HN, 36, 103. Sur L. Cornelius, architectus Catulli, cf. G. Molisani, dans Atti Acc. Naz. Lincei, Rendiconti, 26, 1971, p. 41 seq.

92 Sur l’aversion de Marius à l’égard des raffinements hellénisants, cf. par ex. A. La Penna, loc. cit., p. 210 seq.

93 VII, praef. 17 : id vero si marmoreum fuisset...

94 Cf. R. Delbrueck, Die drei Tempel am Forum Holitorium, Berlin 1903 ; G. Lugli, Roma antica, p. 548 ; F. Coarelli, Guida archeologica di Roma, 2e édit., 1975, p. 284 seq.

95 L. T. Shoe, op. cit., p. 198, pl. 62, 4.

96 Les deux seules que nous connaissions (temple rond du Forum Boarium, (F. Rakob, op. cit., pl. 20-21), temple sous San Salvatore in Campo (MEFRA, 85, 1973, p. 152)) appartiennent à d’autres séries. Dans ses constructions des années 140, Hermodoros avait sans doute adopté la base attique, peut-être avec plinthe, récemment annexée à l’ordre ionique par Hermogénès. Cf. E. Akurgal, op. cit., p. 178 seq.

97 Op. cit., p. 202-204.

98 W.-D. Heilmeyer, Der Rundtempel, p. 28.

99 W.-D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, p. 40 seq.

100 Rappelons par exemple, pour mesurer les lacunes de notre documentation, que nous ne savons rien de précis des temples construits par les autres vainqueurs de 146 : l’aedes Aemiliana Herculis de Scipion Emilien (Festus, 282 L = G. Lugli, Fontes ad Topographiam veteris Urbis Romae pertinentes, 8, 1962, p. 351, n°328), et l’aedes Herculis Victoris de Mummius (A. E. Astin, op. cit., p. 115). La première doit sans doute être assimilée à l’aedes Herculis Invicti in Foro Boario, mentionnée par Macrobe, Saturn., III, 6, 10 ; dans ce cas il s’agirait d’un temple rond (aedes rotunda, d’après Tite-Live, X, 23, 3) et un dessin de Baldassare Peruzzi nous en conserverait l’image : tholos à crépis, d’ordre doricotoscan (?) ; mais de quand datent les vestiges ainsi représentés, et quel crédit peut-on faire à ce dessin rapide, non coté ? (cf. E. Nash, Pictorial Dictionary of Ancient Rome, 2e édit., Londres, 1968, p. 473, fig. 580).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Fig. 1 – Les doubles caulicoles du chapiteau du temple B (Largo Argentina), tels qu’ils apparaissent au lit d’attente du bloc inférieur.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 867k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540