Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Première partie – Les atlas et la fabrication des territoires

L’Atlas de Finlande de 1899 : la Nation démontrée par les cartes

Gilles Palsky

Résumé

L’Atlas de Finlande, publié en 1899, est considéré comme le premier atlas national moderne. Il illustre différents thèmes de la géographie et de la statistique du pays, en associant une expression par cartes et par diagrammes. L’ouvrage se présente comme une somme scientifique, qui permet de démontrer la compétence des sociétés savantes et de l’administration. Il est aussi destiné à proclamer une identité nationale finlandaise, alors que le pays n’est encore qu’un Grand-Duché intégré à l’Empire russe. L’article analyse cette fabrique de la Nation par les cartes, en présentant le projet et ses acteurs puis en montrant comment l’atlas construit un portrait idéal du peuple finlandais et de son territoire, à travers la sélection de caractères saillants d’une « finlandité ».

Texte intégral

  • 1 La nouveauté de l’ouvrage est reconnue dès sa parution, puis sa primauté est réaffirmée à partir d (...)

1En 1899, la Société de géographie de Finlande, fondée en 1888 à Helsingfors, aujourd’hui Helsinki, fait paraître le premier Atlas de Finlande. L’historiographie accorde communément à la publication finlandaise le titre de premier atlas national1. Cette préséance a été discutée, certains auteurs revendiquant la priorité pour un autre ouvrage et un autre pays, qu’il s’agisse de l’atlas des counties d’Angleterre et du Pays de Galles de Christopher Saxton (1579) ou du Statistical Atlas of the United States, publié sous la direction de Francis Walker en 1874. Il ne s’agit pas d’entretenir ce débat, qui s’articule sur l’idée même de Nation et sa chronologie. Nous choisissons ici de saisir la notion d’atlas national dans un contexte précis, celui de la construction des États-nations et de la montée des consciences nationales dans la période contemporaine, de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle. Il s’agit d’examiner la relation entre l’atlas et ce qu’on peut désigner comme une narration de la Nation. Comment le contenu cartographique, symbolique et textuel de l’Atlas de Finlande construit-il une « finlandité », ou contribue-t-il à la construire ? Au-delà des caractères propres à un territoire et une communauté, quels groupes d’acteurs mettent en chantier l’atlas national et comment le diffusent-ils ?

2Si l’ouvrage frappe les contemporains, c’est aussi parce qu’ils y voient un nouveau modèle d’atlas. Nous nous interrogerons sur celui-ci, en montrant qu’il correspond à une vision particulière de la géographie, éloignée des problématiques de la discipline moderne qui se construit à la fin du XIXe siècle, en Allemagne ou en France. Dans le même temps, l’Atlas de Finlande représente l’aboutissement d’une tradition européenne de cartographie thématique, il se signale par la variété des données recueillies et par le soin apporté à leur représentation. Qu’un petit pays ait pu produire une telle œuvre suscite à l’époque l’étonnement et l’admiration. Les registres du savant et du politique ne peuvent pas être dissociés : l’affirmation nationale est également portée par une démonstration de compétence scientifique, destinée aux autres pays avancés.

L’atlas dans la panoplie identitaire

  • 2 Hobsbawm 1992, p. 28.
  • 3 Thiesse 1999, p. 11.
  • 4 Expression de Löfgren 1989, reprise par Thiesse 1999, p. 14.
  • 5 Anderson 1996.

3La Nation est un concept qui fait l’objet d’approches divergentes, et il importe de préciser notre cadre théorique. Nous écartons d’emblée les thèses exceptionnalistes ou essentialistes qui posent la spécificité irréductible d’une Nation et la naturalisent, en postulant une identité nationale innée ainsi que sa continuité à travers l’histoire (Nation anhistorique, ou éternelle). Nous nous inscrivons dans une autre filiation, celle du constructivisme, adopté par de nombreux historiens de la Nation et du nationalisme, mais aussi par la plupart des géographes travaillant sur les questions d’identité territoriale. La posture constructiviste se résume commodément par la phrase d’Hobsbawm : « Ce ne sont pas les nations qui font les États et le nationalisme, c’est l’inverse2. » La Nation est une création, une fabrication collective. Elle naît « au moment où une poignée d’individus déclare qu’elle existe et entreprend de le prouver3 ». Cette preuve passe par l’élaboration et la diffusion d’une liste d’éléments symboliques et matériels, un « kit identitaire4 », comprenant une langue, un folklore, un paysage, une épopée nationale, etc. Anne-Marie Thiesse ne mentionne pas directement dans cette check-list le territoire et sa représentation cartographique. Un autre tenant du constructivisme, Benedict Anderson, s’est quant à lui penché sur trois institutions qui expriment les pouvoirs nationaux : le recensement, les musées et la carte5. Il n’évoque cependant pas les atlas nationaux dans son exposé sur l’importance de la cartographie, se limitant aux grands levés topographiques. Chaque Nation a bien sûr son kit personnalisé, c’est-à-dire qu’elle met l’accent sur un aspect ou un autre des marqueurs nationaux. Avec l’atlas, la Finlande imagine un nouvel instrument de fabrication identitaire, qui sera largement imité par la suite.

L’aube d’une Nation

  • 6 Sur ces éléments de contexte, voir Juttikalaet Pirinen 1978 ; Hentilä, Jussila et Nevakivi 1999 ; (...)

4La Finlande, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, se trouve sous domination suédoise6. À la suite des guerres napoléoniennes, elle passe sous l’autorité russe en 1809. Le tsar Alexandre Ier est reconnu comme suzerain, Grand-Duc de Finlande, et il s’engage en contrepartie à respecter les lois fondamentales du pays. La Finlande conserve alors une large autonomie de décision, notamment pour toutes ses affaires intérieures. Elle récupère même en 1812 une partie de son territoire annexée par les Russes en 1753, que l’on désigne comme la « Vieille Finlande ». Le pays est toutefois connu et désigné au XIXe siècle comme la « Finlande russe ». C’est dans ce contexte que s’éveille un sentiment national, avec le développement de la langue finnoise, de la littérature et des arts.

5Dans un premier temps l’autonomie finlandaise est respectée et même encouragée, car la Russie y voit un moyen d’affaiblir le « scandinavisme », c’est-à-dire l’influence de la Suède, qui a dominé le pays pendant près de six siècles. C’est ainsi que le finnois obtient par oukase impérial le même statut que le suédois, en 1863-1866. Les années 1860-70 voient la Finlande évoluer vers le séparatisme, avec une monnaie propre (le markka, ou mark), une armée autonome, un Sénat et une Diète aux larges pouvoirs.

6La situation change à partir de 1881, sous les règnes des tsars Alexandre III puis Nicolas II. Le pouvoir impérial est inquiet face aux mouvements nationaux et cherche à promouvoir un nationalisme officiel grand russe. Il restreint alors l’autonomie finlandaise, réprime le mouvement nationaliste, épure l’administration et engage une politique de russification, par exemple en dissolvant l’armée finlandaise. 1899 est une date clé dans cette évolution, c’est l’année du « manifeste de février », décret de Nicolas II qui rend subsidiaire et consultative la Diète finlandaise par rapport à la législation impériale. Cet événement symbolique est vécu en Finlande comme une rupture du serment qui liait le Tsar et le Grand-Duché. L’année suivante, un nouveau décret fait du russe la langue officielle de la Finlande. Commence pour les Finlandais le « temps de l’oppression » (sortokaudet/sortovuodet) qui ne s’achèvera qu’en 1917, avec la révolution russe et l’indépendance de la Finlande.

7Ce bref historique amène à une remarque importante : le premier atlas national n’est pas produit par un État-nation, mais par un duché sous suzeraineté russe. La situation est somme toute assez caractéristique du dépérissement du principe de légitimité, au XIXsiècle, au profit des souverainetés nationales. La Finlande est donc engagée dans un processus de construction nationale, d’abord peu contraint, puis réprimé. La pulsion identitaire apparaît renforcée par la domination extérieure. L’atlas naît dans ce contexte particulier : il est produit par une Nation opprimée, encore en gestation.

L’atlas comme instrument d’affirmation nationale

  • 7 Menger 2010, p. 172.

8La Nation finlandaise s’engage, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, dans ce qui a pu être décrit comme une opération de propagande massive en direction de l’extérieur7, pour diffuser une image idéale d’elle-même. On peut faire remonter cette promotion aux années 1860, avec la participation à de nombreuses manifestations internationales : congrès scientifiques, expositions industrielles (Moscou 1864, Stockholm 1866), expositions des sciences géographiques et expositions universelles. Lors des expositions en particulier, la Finlande dispose le plus souvent d’espaces ou de pavillons distincts, lui permettant d’affirmer sa spécificité. En 1881, à l’occasion de l’exposition des sciences géographiques de Venise, la Société des Sciences de Finlande présente pour la première fois une série de cartes, qui rencontrent un succès notable. Plusieurs d’entre elles, illustrant la statistique des espèces végétales et animales ou les exportations de bois, sont primées par les organisateurs. Cette réussite initiale ouvre la voie au projet d’un atlas, qui prend forme dans les années 1890. Lors du congrès de géographie de Londres, en 1895, la toute nouvelle Société de géographie de Finlande expose une soixantaine de cartes qui soulèvent beaucoup d’intérêt, notamment de la part des visiteurs germaniques (Alexander Supan, Albrecht Penck) et français (Élisée Reclus). Lucien Gallois note ainsi, dans son compte rendu du congrès :

  • 8 Gallois 1895, p. 100.

La Finlande avait son exposition spéciale, la plus méthodique, sans contredit, la mieux arrangée entre toutes. Indépendamment des cartes topographiques [...], elle comprenait des cartes climatiques remarquables (isothermes annuelles, épaisseur de la couche de neige en 1891-92), des cartes géologiques (extension des dépôts quaternaires), administratives et statistiques (forêts de l’État, fermes de l’État, laiteries, industrie du bois, culture des céréales), bref une enquête des plus complètes déjà en partie publiée8.

  • 9 Cité par Rikkinen 1988, p. 106.

9Plusieurs cartes étant livrées dans une version manuscrite, quelques visiteurs, dont Élisée Reclus, suggèrent qu’elles soient toutes éditées. Le succès rencontré à Londres incite la Société de géographie de Finlande à envisager de les réunir en un atlas. Son secrétaire, J. A. Palmén, déclare « que la Société a de ce point de vue un important devoir patriotique à remplir9 ».

  • 10 Voir Anderson 1996.

10L’atlas peut être considéré comme un outil élaboré de marketing territorial. Dans le cadre d’une stratégie très habile de différenciation et de promotion, il accompagne une constellation de brochures et d’ouvrages sur le pays distribués à l’occasion des réunions internationales. Les travaux sur l’histoire du nationalisme ont insisté sur son lien avec le « capitalisme de l’imprimerie10 », la propagation de masse de l’écrit qui étaye les constructions nationales. De ce point de vue, l’atlas présente une série d’avantages par rapport aux cartes initialement exposées. Il est un livre de cartes, qui s’imprime, se transporte et se diffuse plus facilement que des feuilles séparées, souvent de trop grande taille. L’intérêt n’est toutefois pas seulement pratique. L’unité matérielle du livre, répondant à l’unité de la Nation, est le gage d’une efficacité symbolique. L’atlas est un ouvrage cohérent et structuré, qui fournit une image complète et stabilisée, une sorte de « portrait total » de la Nation.

  • 11 Suomen Maantietellinen Seura 1899.
  • 12 Société de géographie de Finlande 1899.
  • 13 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899.

11L’atlas est préparé activement par un comité éditorial afin d’être prêt pour le congrès de géographie de Berlin de 1899. Il est achevé dans l’urgence en septembre 1899, quelques jours à peine avant la date limite permettant sa présentation au congrès. L’atlas proprement dit fait l’objet d’une édition bilingue, en finnois et suédois11, et d’une édition en français12. Il comprend un total de 32 planches superbement lithographiées en couleur, dans un format de 43 par 60 cm. Chacune correspond à une carte, ou parfois à des assemblages de cartes plus petites et de diagrammes. Avec l’atlas vient un volume de commentaire de 480 pages, véritable traité de géographie de la Finlande, également édité dans les trois langues13.

12La langue est évidemment un élément fondamental de l’affirmation identitaire. Le choix des langues de l’atlas révèle sa double vocation, interne et externe. Au suédois, la langue de 13 % de la population, celle des élites urbaines, on adjoint donc le finnois, la langue du peuple des campagnes et de l’intérieur. C’est une langue « nationale » qui se fixe et qui progresse au XIXe siècle. La version bilingue est notamment prévue comme matériel d’enseignement, vendue directement au gouvernement à un prix réduit. Elle est par ailleurs distribuée à une centaine d’exemplaires à des personnalités, départements ou sociétés scientifiques de Finlande.

13Le projet initial envisageait une publication en russe, qui est finalement abandonnée. L’existence d’une version française est intéressante, car elle témoigne du projet de démonstration vis-à-vis de l’extérieur. Il faut d’ailleurs souligner que c’est elle qui est achevée la première, afin d’être présentée à Berlin, et que l’édition finno-suédoise n’est prête que quelques mois plus tard. Le français est à cette époque une des langues internationales de la science et de la culture, mais il peut aussi être considéré comme une manière de parler aux Russes sans utiliser le russe. C’est en français qu’Alexandre Ier s’était adressé au peuple finlandais en 1809. C’est encore le français qui est choisi par les Finlandais lorsqu’il s’agira, au début du XXe siècle, de répondre à des critiques russes envers la deuxième édition de l’atlas.

  • 14 Kosonen 1999, p. 94.
  • 15 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 28, p. 5.
  • 16 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 27, p. 23.

14L’Atlas de Finlande véhicule un certain nombre d’attributs de souveraineté. Son titre même n’évoque pas le caractère subsidiaire de « Grand-Duché », mais indique simplement le nom du pays. La couverture met en avant le blason finlandais (fig. 1), qui diffère de celui qu’impose la Russie sur les documents officiels, qui comporte l’aigle à deux têtes des tsars. La tutelle de l’Empire russe disparaît entièrement de l’ouvrage. Sur la carte générale qui ouvre l’atlas (planche 1), les pays voisins ne sont pas nommés et la frontière est figurée de façon identique, qu’elle sépare la Finlande de la Suède, de la Norvège ou de l’Empire russe (fig. 2). Cette représentation provoque d’ailleurs une protestation russe auprès du Sénat finlandais, le gouvernement général demandant que la frontière ne soit pas indiquée dans les éditions à venir14. On peut aussi prendre pour exemple la carte des phares (planche 26) qui montre les types de phares finlandais avec toute une série d’informations en couleurs, alors que les phares étrangers sont de simples cercles vides. C’est le cas pour les phares suédois, à l’ouest du golfe de Botnie, mais aussi dans le golfe de Finlande, où ces cercles vides figurent les phares russes, en plein dans les eaux territoriales de la Finlande. Dans le volume de texte, l’Empire russe n’est pas occulté, mais les commentaires minorent son rôle, voire critiquent directement son administration. Ainsi, la carte des trafics sur les chemins de fer de l’État en 1895 (planche 28) montre clairement l’importance des échanges avec Saint-Pétersbourg, mais l’auteur du texte juge qu’il s’agit d’un trafic surtout local et « assez peu avantageux du point de vue économique15 ». De même, le commentaire de la planche 27 (communications) évoque la Vieille Finlande, « qui sous le gouvernement russe était tombée dans une décadence lamentable, constatée par tous les témoins oculaires16 ».

Fig. 1 – Première de couverture, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Fig. 1 – Première de couverture, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Fig. 2 – Suomi/Finland, planche 1, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Fig. 2 – Suomi/Finland, planche 1, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Les contours de la finlandité

  • 17 Voir Kosonen 1999.
  • 18 Häkli 2002.
  • 19 Cinq éditions suivront au cours du XXe siècle, en 1910-11, 1925, 1960, 1976-94 et 1999.

15La silhouette du territoire finlandais possède, à l’instar du drapeau, une forte valeur symbolique. Diffusée sur les cartes postales, les réclames, dans les journaux17, elle devient iconique autour de 1900, contribuant à populariser l’idée d’un territoire unifié18. L’atlas démultiplie cette image du territoire national, toutes ses planches cartographiques se vouant à une représentation exclusive de la Finlande. Il faut souligner que la connaissance du pays constituait l’objectif majeur de la Société de géographie finlandaise, à la différence d’autres sociétés européennes à dimension plus universelle, tournées vers le mouvement d’exploration. Dans l’atlas, le pays est décliné à plusieurs échelles : de grandes cartes en double page, au 1:2 000 000 et 1:2 500 000, des cartes d’échelle dix fois plus petite, présentées par quatre sur une page simple, et enfin des cartes réduites 25 fois, utilisées notamment pour figurer des données climatiques. L’atlas de 1899 ne montre jamais de subdivisions territoriales ni de plans détaillés, ce qui changera avec les éditions postérieures19. La seule carte partielle est celle des phares, puisqu’elle se concentre sur le littoral balisé de la partie méridionale du pays. On ne trouve pas non plus de planches qui situent la Finlande dans un ensemble plus vaste, même si les cartes climatiques décrivent un espace un peu plus étendu que le Grand-Duché. L’Atlas de Finlande opère donc une rupture avec une organisation des atlas que l’on pourrait qualifier d’horizontale : une collection de planches montrant des pays, provinces, régions, départements, autant de parties dont la réunion formerait un territoire plus vaste. Ici, la logique est verticale : on multiplie les indicateurs portant sur un seul et même territoire, à l’image des couches de données d’un SIG. L’absence de toute carte « régionale » permet de montrer la Nation comme un tout, et non comme un assemblage. La projection renforce cette vision autocentrée, puisque toutes les cartes prennent pour origine des longitudes le méridien d’Helsingfors.

  • 20 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 25.

16Les choix cartographiques expriment les caractères distinctifs et uniques d’une finlandité. Celle-ci repose d’abord sur des caractères physiques. Ils sont traités en priorité dans l’atlas et correspondent à un peu plus de la moitié des planches et à 70 % du total des cartes. Dans l’une des notices, le géologue Sederholm note à propos des influences humaines que « bien que visibles, elles sont d’une importance infiniment petite en comparaison des puissants phénomènes naturels qui ont agi depuis les époques lointaines et ont fait du pays ce qu’il est à l’heure présente20 ».

  • 21 Chevallier 2007 ; id. 2012.
  • 22 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 2, p. 17.

17La cartographie physique traite de sujets convenus, comme la géologie ou les températures, mais elle aborde aussi des thèmes moins habituels : les rapides et les chutes d’eau (planche 22), la forêt, qui se voit accorder trois cartes (planches 11a, 12 et 13), la neige, qui est l’un des caractères physiques dominants, représentée par douze cartes sur l’épaisseur de la couche de neige à différentes dates, aux planches 8 et 9a (fig. 3). Ces cartes font écho aux traits principaux du paysage de la patrie, à cette nature vivante et sauvage telle qu’elle se fixe dans la peinture finlandaise entre 1860 et 1910, à travers les œuvres de Holmberg, de Munsterhjelm et du grand peintre national Akseli Gallen-Kallela21. Commentant la carte hypsométrique, la multiplication des petits accidents, des cours d’eau et des lacs, Sederholm insiste sur « la beauté spéciale de la nature finlandaise22 ».

  • 23 Chevallier 2007, p. 14.
  • 24 Ibid.

18Ainsi l’atlas entre en résonance avec un autre référent identitaire, cette « Finlande représentée23 » par les peintres, qui sont eux aussi en quête d’une reconnaissance internationale. Il faut d’ailleurs noter que réciproquement, les artistes finlandais s’appuient sur l’essor des disciplines scientifiques qui œuvrent à la connaissance du territoire, pour se saisir de certains sujets picturaux24. La mise en réseau d’identifiants nationaux apparaît aussi dans le texte de commentaire de l’atlas, qui convoque le Kalevala, le grand récit mythique des origines, « l’épopée fondamentale » de la Finlande, à propos de l’exploitation du fer et de la carte des ressources minières.

Fig. 3 – Épaisseur totale de la couche de neige, cartons de la planche 9a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Fig. 3 – Épaisseur totale de la couche de neige, cartons de la planche 9a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
  • 25 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 27.
  • 26 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1889, partie 8, p. 1.
  • 27 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 32b, p. 8.

19Outre la planche 1, qui montre les lieux de peuplement et les voies de communication, l’atlas décline, à la suite des cartes physiques, les caractères historiques, humains et économiques. On peut voir dans ce montage de cartes thématiques et de diagrammes un moyen d’attacher la population à son territoire. Le commentaire de l’atlas insiste d’ailleurs sur certains liens puissants entre la terre et les hommes, dans une optique résolument déterministe. Les dépôts quaternaires (planche 4) « ont conditionné la flore, la faune et le développement de la population25 ». Les multiples accidents de la topographie, la forêt et le climat sont jugés comme autant de facteurs décisifs pour le mode de peuplement et les activités. Les données humaines font ressortir plusieurs éléments significatifs. La première planche se présente comme une carte générale classique, avec le réseau hydrographique, les limites administratives, les villes, mais elle signale de surcroît les églises, de culte protestant ou orthodoxe. En réalité, les secondes sont très rares, et la quasi-totalité de la carte est parsemée d’édifices protestants. Une telle information, inusitée sur une carte à petite échelle, semble ancrer l’identité finlandaise dans le luthéranisme. La planche 1 servant de fond à toutes les grandes cartes de l’atlas, géologiques, forestières, etc., on retrouve ce marquage religieux tout au long de l’ouvrage. L’atlas nous livre une autre information, de nature plus globale, sur la population et la société. Il construit l’image d’un pays avancé, instruit et développé. Les cartes elles-mêmes, par des thèmes comme l’éducation, l’industrie ou les communications, matérialisent les progrès du pays. Mais l’atlas tout entier est une démonstration de compétence, qui vise elle aussi à légitimer la Nation. La publication atteste d’une somme d’observations scientifiques de toute nature, associée à des talents de représentation cartographique et d’édition. Le résultat tient à l’effort de tous les Finlandais, puisqu’aux savants et à l’administration est associé le peuple, « des personnes de condition très différente26 » ayant contribué aux observations climatiques. Palmén conclut ainsi le texte explicatif de l’atlas : « Depuis que la Finlande en 1809 est entrée en possession d’une organisation politique propre, tous les efforts nationaux ont trouvé dans le pays même leur appui principal. L’administration, les sociétés savantes et les particuliers ont ensuite, en unissant leurs forces et avec un progrès continu, travaillé à assurer une connaissance exacte de la nature et du peuple finlandais27. »

  • 28 Menger 2010, p. 174.

20Dans la recherche des caractères distincts, qui est le propre des constructions nationales, l’atlas, symbole de l’avancement scientifique, concourt à donner de la Finlande l’image d’une Nation évoluée, « un poste avancé des traditions et de la culture européennes28 ».

L’ancrage historique

  • 29 Anderson 1996, p. 14.
  • 30 Hobsbawm – Ranger 1983.
  • 31 Holt-Jensen 2009, p. 49.
  • 32 Carta Marina de Magnus, éditée à Venise en 1539, et Orbis arctoi nova et accurata delineatio de Bu (...)
  • 33 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 32b, p. 1.
  • 34 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, parties 14 à 18, p. 2.
  • 35 Yli-Jokipii 1986, p. 5.

21« Pourquoi les nations, si manifestement nouvelles, se sont-elles imaginées anciennes dès le premier quart du XIXe siècle29 ? » Le rapport à l’histoire est consubstantiel de l’identité nationale. Créer une Nation, c’est aussi « inventer » une tradition, un ancrage dans le passé30. Dans le cas de la Finlande, ce rapport à l’histoire est ambigu. Avant 1809, son histoire est celle de la Suède, puis elle se confond ensuite avec celle de la Russie. Manquant d’un passé glorieux, la Finlande inclinerait à privilégier son territoire et serait davantage, selon Holt-Jensen, une Nation géographique31. L’analyse de l’atlas ne confirme pas entièrement cette thèse. La profondeur historique n’en est pas absente, même si elle apparaît au second plan. Une série de cartes, à la fin de l’ouvrage, abordent la géographie historique du pays, en particulier les anciennes provinces et les frontières successives (planche 32a). On trouve également une grande carte des trouvailles archéologiques préhistoriques (planche 31). L’atlas propose enfin deux cartes anciennes du territoire, celles d’Olaus Magnus (1539) et d’Andreas Bureus (1626). Le texte de commentaire les présente comme des jalons du développement d’une « cartographie finlandaise », ce qui est pour le moins abusif : les deux auteurs sont suédois, et leurs cartes32 figurent l’ensemble de la Scandinavie. L’atlas se contente d’en reproduire des extraits limités au territoire finlandais. Dans le cas de la carte de Bureus, le procédé évite de montrer les figures qui ornent la carte : des vignettes des souverains suédois, Gustave II Adolphe et Maria Eleonora ! L’objectif est bien d’inscrire la Finlande du XIXe siècle dans une continuité historique, une lignée nationale dont le commentaire de l’atlas souligne à l’envi l’ancienneté : « Dès l’Antiquité classique et le haut Moyen Âge, le nom des Finnois était connu des géographes de l’Europe méridionale33. » La dimension historique paraît toutefois principalement véhiculée par les diagrammes démographiques et économiques. Les données elles-mêmes attestent de la modernité du pays, à travers la précocité de son appareil de recueil statistique : « Nuls autres pays que la Suède et la Finlande ne peuvent montrer une aussi longue série d’observations régulières dans le domaine de la statistique de la population34. » Les cartes et diagrammes économiques ont aussi pour but de présenter une Finlande industrieuse et commerçante, qui mérite sa place dans le concert des nations européennes avancées35.

Le modèle et sa réception

  • 36 Schulten 2012, p. 184.
  • 37 Mechelin 1900, p. 21.
  • 38 Le Sénat impérial, entièrement composé de Finlandais, n’est pas une assemblée mais un conseil gouv (...)
  • 39 Rikkinen 1988, p. 106-108. Le coût final de l’atlas est de 61 000 marks finlandais.

22La modernité du modèle finlandais réside dans l’emploi combiné de cartes générales et thématiques et de diagrammes, matérialisant une association entre les différentes branches de la géographie et la statistique. Celle-ci n’est pas totalement inédite, puisqu’on la rencontre dans l’atlas statistique des États-Unis de 1874, évoqué plus haut. La publication américaine a toutefois un objectif très différent, loin de la démonstration identitaire et militante de l’Atlas de Finlande. Les États-Unis n’ont pas, en 1874, à proclamer leur existence nationale aux yeux du monde. L’atlas américain viserait surtout à conforter l’unité des États opposés durant la guerre de Sécession36. L’originalité du contenu de l’ouvrage finlandais renvoie très directement aux acteurs qui mettent en œuvre le projet : les milieux savants d’une part, le gouvernement et les administrations de l’autre. Le monde scientifique est principalement représenté par la Société de géographie de Finlande et son secrétaire, le zoologiste Johan Axel Palmén. Des savants de toutes disciplines collaborent dans le comité préparatoire de l’atlas puis son comité éditorial. Autour de Palmén, 23 spécialistes s’attellent à la rédaction du texte de commentaire. Toutefois, comme la plupart des sociétés de géographie européennes, celle de Finlande ne rassemble pas uniquement des scientifiques, mais compte aussi une large part de fonctionnaires. Comme le souligne Leo Mechelin en 1900, les travaux de la Société associent les idées scientifiques et les matériaux de service public, qui s’influencent mutuellement37. La Société de géographie de Finlande agit en contact étroit avec la haute administration, et de nombreux services publics vont collaborer activement à l’entreprise de cartographie nationale : Office topographique, Office de l’industrie, de l’éducation, des routes et canaux, Institut météorologique, Bureau central de statistique, etc. Enfin, les projets cartographiques de la Société de géographie reçoivent un appui direct du gouvernement : le Sénat impérial finlandais38 accorde une subvention de 3 200 marks pour préparer l’exposition de Londres, puis de 8 000 marks en 1895 pour permettre un tirage plus élevé de l’atlas, à quoi s’ajoute l’achat anticipé de 500 exemplaires en 1898, représentant une aide de 5 000 marks ainsi qu’une subvention à la revue Fennia, qui publie le texte de commentaire de l’atlas39.

  • 40 Palsky 1996.
  • 41 Hroch 1985 ; Hobsbawm 1992.

23L’atlas statistique émanant de bureaux des administrations publiques existait en Europe depuis les années 187040. L’atlas géographique était, quant à lui, traditionnellement réalisé par des géographes et des éditeurs privés. Ce qui frappe dans le cas de la Finlande, c’est donc que son atlas national est « géographico-statistique », et que cela est rendu possible par une collaboration entre milieux scientifiques et administrations, avec le soutien financier de l’exécutif. Un tel « système d’acteurs » ne peut surprendre : l’idée nationale est d’abord portée par une minorité agissante, celle des lettrés et des politiques41. De cette convergence d’intérêts naît donc un produit identitaire inédit.

  • 42 Article du journal Uusi Suometar, 7 octobre 1899, cité par Rikkinen 1988, p. 112.
  • 43 Margerie – Raveneau 1900, p. 402, n. 1.

24L’atlas finlandais est généreusement distribué à Berlin : 200 exemplaires de la version française sont donnés gracieusement à des « représentants de sociétés et autres personnes distinguées42 ». Dans la période qui suit, 270 exemplaires sont adressés à diverses sociétés et revues étrangères avec lesquelles la Société de géographie finlandaise a des accords d’échange, et 170 autres sont envoyés à des personnalités. L’ouvrage remplit-il son rôle ? L’accueil qui lui est réservé dans les milieux scientifiques semble le démontrer. Il suscite l’admiration des géographes et soulève l’intérêt de la presse allemande et autrichienne après sa présentation à Berlin. Lors du congrès, le géographe et géologue allemand Albrecht Penck rappelle la recommandation faite au congrès international de géographie de Berne, en 1891, selon laquelle chaque pays devait établir sa description géographique complète, et constate que la Finlande est le premier et le seul à l’avoir suivie. En France, l’Atlas de Finlande rencontre surtout de nombreux échos favorables après sa présentation à l’exposition universelle de Paris en 1900, où il est récompensé d’une médaille d’or. Il est plusieurs fois cité de façon élogieuse dans les Annales de Géographie, sans faire toutefois l’objet d’une analyse approfondie. Emmanuel de Margerie et Louis Raveneau, dans leur compte rendu sur la cartographie à l’exposition de Paris, signalent l’atlas en quelques lignes, se promettant de « revenir sur cette œuvre si importante43 ». La réaction la plus circonstanciée est celle d’Élisée Reclus, qui consacre plusieurs pages à la publication dans le journal anarchiste L’Humanité nouvelle. Dans son style chaleureux et orné, il couvre de louanges l’ouvrage des savants finlandais :

  • 44 Reclus 1903, p. 107.

Les quarante cartes, le précieux volume qu’on leur doit, resteront pour les générations à venir des éléments de comparaison incessamment et fructueusement consultés. C’est avec une sorte de vénération religieuse qu’il faudra revoir ces documents, fruit d’un labeur si dévoué44

  • 45 Ibid., p. 110.
  • 46 Rosier 1900, p. 130.

25Il est important de relever le lien que fait Reclus en clôture de son article entre l’atlas, les progrès qu’il démontre, et la situation politique du pays : « La Finlande progresse en dépit des indignités qu’on lui fait subir, en dépit de la bassesse de son suzerain, violant la parole qu’il avait solennellement donnée45. » Le géographe libertaire n’est pas le seul à orienter son analyse en direction du fait politique. Le président de la Société genevoise de géographie, Arthur de Claparède, a rapporté de Berlin l’« admirable et précieuse publication46 ». Dans le compte rendu qu’en publie Le Globe, la revue de la société suisse, l’accomplissement scientifique apparaît comme le gage d’une crédibilité politique de la Finlande :

  • 47 Rosier 1900, p. 133.

Nous exprimons toute notre pensée en disant que l’atlas et le volume qui l’accompagne forment un véritable monument élevé à la gloire de la Finlande et de son vaillant petit peuple. À notre époque, où la force d’expansion de l’Empire russe et la volonté d’un tout-puissant monarque menacent de la façon la plus redoutable l’individualité du grand-duché, notre attention et notre profonde sympathie vont à cette intéressante population finlandaise qui, malgré les plus grandes difficultés, a su faire de son domaine le pays le plus peuplé, le mieux cultivé et le plus instruit de tous les territoires situés à la même latitude. L’œuvre publiée par la Société de géographie de Finlande témoigne du degré élevé que la science et la civilisation ont atteint dans ce pays et justifie cette idée maintes fois exprimée ces dernières années que dans la lutte patiente qu’il a engagée pour conserver ses traditions et ses institutions politiques, religieuses et sociales, il a droit au respect et à l’appui moral de toutes les nations libres47.

26Comme par métonymie, l’admiration des géographes pour l’atlas se transforme en une sympathie pour la Finlande elle-même, et pour tout le peuple qui a contribué à l’ouvrage. En ce sens, l’objectif politique implicite de la Société de géographie finlandaise est clairement atteint.

  • 48 Rikkinen 1988, p. 70-71.
  • 49 Yli-Jokipii 1986.
  • 50 Robic 2004.
  • 51 Palsky 1996, p. 203-227.
  • 52 Diagramme utilisant des flèches de largeur proportionnelle, utilisé par l’Irlandais Matthew Sankey (...)

27Le concert de louanges de la part des géographes a pourtant quelque chose de paradoxal. L’Atlas de Finlande correspond peu à la géographie scientifique telle qu’elle se pratique alors dans d’autres pays d’Europe, en tant que discipline indépendante portée vers l’explication, étudiant l’association et la combinaison des phénomènes physiques et humains. Palmén voit la géographie comme une « approche » qui peut être prise en charge par des spécialistes de différentes sciences, et la Société de géographie finlandaise, multidisciplinaire, reflète cette conception48. Un examen approfondi du texte de commentaire de l’atlas le démontre : il est extrêmement éclaté, au sens où il n’est pas établi de relation entre les planches, et donc les phénomènes, sinon de façon marginale. On ne rencontre pas non plus d’approche chorographique, la notion de « région géographique » n’apparaissant qu’avec l’édition de 192549, la troisième. L’atlas n’est en rien le manifeste d’une science géographique moderne, comme peut l’être à l’époque en France l’Atlas général Vidal-Lablache50. La voie qu’il suit, celle de l’association de la géographie et de la statistique, va même à l’encontre de l’attitude commune des géographes, méfiants à l’égard des données administratives et quantitatives, qui éloignent selon eux des réalités géographiques51. Dès lors, l’enthousiasme pour l’atlas a d’autres raisons. Les commentaires le vantent comme un objet cartographique, pour la quantité et la variété des données, voire leur ancienneté dans le cas des séries démographiques, pour la qualité de l’impression lithographique de la firme Tilgmann, pour le haut standard graphique démontré au fil des planches. Sur ce dernier point, l’Atlas de Finlande est comme le couronnement de près d’un siècle de développement des représentations graphiques par cartes thématiques et diagrammes. Tous les procédés de la cartographie physique y sont présents. Il use en outre de méthodes encore rares chez les géographes, comme les cartes choroplèthes, les cartodiagrammes, les figurés proportionnels, les pyramides des âges. L’un des exemples de cette virtuosité graphique est l’usage précoce d’un diagramme de flux, ou diagramme de Sankey52, pour montrer les exportations de bois du pays (fig. 4).

Fig. 4 – Exportation des bois de sciage 1865-1894, carton de la planche 25a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).

Fig. 4 – Exportation des bois de sciage 1865-1894, carton de la planche 25a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
  • 53 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 1, p. 6-7.
  • 54 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 2, p. 7.
  • 55 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 3, p. 1.
  • 56 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 2.
  • 57 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 10a, p. 2.
  • 58 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 12, p. 1.

28Magie des apparences, effet de vérité et d’autorité de l’image... Le texte de commentaire nous révèle en effet que dans la somme d’informations recueillie, une large part est des plus approximatives. La carte du territoire repose sur des « renseignements peu exacts53 », en raison de déterminations astronomiques vieillies, et même la superficie du pays reste incertaine. La carte hypsométrique n’est qu’une esquisse, et « ne peut être considérée comme fournissant une connaissance exacte de la configuration superficielle du pays que dans les parties où l’on s’est servi de cartes topographiques54 ». La carte géologique, dans le centre du pays, « ne peut s’appuyer que sur des observations très rares, et il a été très difficile de les fondre en un tout55 ». La carte des dépôts quaternaires « n’est que sommaire56 ». Pour la carte des gelées, « malgré la longue expérience acquise, il est à l’heure actuelle à peu près impossible de faire un exposé exact [...] du phénomène57 ». Quant aux forêts, « on ne possède pas encore un nombre suffisant d’informations pour traiter le sujet de façon complète58 ».

29L’atlas fige un savoir incomplet et provisoire. Le chef-d’œuvre scientifique est, pour partie, une illusion d’optique.

Conclusion : la pertinence d’un modèle

  • 59 Monmonier 1994.
  • 60 Correspondance 1901, p. 69.

30Au fil des nouvelles éditions de l’Atlas de Finlande et de la publication d’autres atlas nationaux au cours du XXe siècle, l’exemple de 1899 est sans cesse remémoré. Le modèle a pourtant une influence limitée dans un premier temps. Il n’est suivi que par l’Atlas of Canada, en 1908, le Survey Atlas of Scotland de la firme Bartholomew, en 1912, ou le Geograficzno-statystyczny atlas Polski en 1916. Dans des contextes différents, ces publications témoignent d’une même volonté de renforcement identitaire, par l’ancrage territorial et parfois mémoriel que permet l’iconographie. S’il y a une « ère des atlas nationaux », elle correspond surtout à la seconde moitié du XXe siècle59. La multiplication des atlas nationaux, après 1950, fait ainsi ressortir plus nettement l’originalité du premier exemple finlandais. Dans les États-nations constitués et anciens, l’atlas est souvent réalisé tardivement, ce qui contraste avec l’enthousiasme montré initialement à l’égard du modèle finlandais. En France par exemple, le congrès des sociétés de géographie, réuni à Paris en 1900, « émet le vœu que les ministères mettent leurs documents géographiques et statistiques (cartes, graphiques, diagrammes) à la disposition de ceux qui voudront entreprendre l’Atlas géographique et statistique de la France, à l’imitation de l’Atlas de Finlande60 ». Pourtant, le projet n’est engagé qu’en 1921, les premières cartes spécimens sont présentées en 1931, et l’atlas n’est achevé qu’en 1946. La guerre explique en partie ce retard, mais pas seulement. L’atlas national est compliqué à mettre en œuvre, puisqu’il exige une coopération multidisciplinaire, la contribution de nombreuses administrations spécialisées, ainsi que d’importants moyens financiers. Parfois, l’intervention d’une puissante firme privée permet d’aboutir, ainsi l’entreprise Esselte soutient le projet d’un atlas national de Suède, publié en 1953. Parfois, le succès n’est pas au rendez-vous : l’atlas national de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, dont le plan est établi en 1938-40, n’est jamais réalisé.

31Si le modèle finlandais reste pertinent, il est susceptible d’interprétations diverses dans ses applications. Sa dimension identitaire et patriotique est restée primordiale pour de nombreux États : pays neufs, États créés après les guerres mondiales ou issus de la vague de décolonisation. Découvrant leur identité nationale, ces États souhaitaient la proclamer en direction de l’intérieur et en rechercher confirmation à l’extérieur. Dans d’autres cas, l’atlas national s’est détaché de l’affirmation politique et a pris davantage la dimension d’un « geste » scientifique, voire après les années 1950 une valeur utilitaire, puisque le portrait de la Nation devait aussi servir à la planification et au développement économique.

Bibliographie

Anderson 1996 = B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, 1996.

Chevallier 2012 = F. Chevallier, J. Gallen-Kallela-Sirén, L. Gutman-Hanhivaara, M. Moeller, P. Thiébaut, Akseli Gallen-Kallela. Une passion finlandaise, Paris, 2012.

Chevallier 2013 = F. Chevallier, Le paysage finlandais dans l’art. Des racines de l’identité aux paradigmes de la modernité, dans Cahiers d’Études hongroises et finlandaises, 19, Paris, 2013, p. 13-24.

Correspondance 1901 = Correspondance et comptes rendus critiques, dans Revue de Géographie, 48, 1, 1901, p. 68-78.

Fennia 1899 = Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Texte, dans Fennia, 17, 1899.

Gallois 1895 = L. Gallois, Le congrès de Londres, dans Annales de Géographie, 4 (19), 1895, p. 90-102.

Häkli 2002 = J. Häkli, Mapping the historical sense of Finland, dans Fennia, 180 (1-2), 2002, p. 75-81.

Hentilä – Jussila – Nevakivi 1999 = S. Hentilä, O. Jussila, J. Nevakivi, Histoire politique de la Finlande moderne, XIXe-XXe siècle, Paris, 1999.

Hobsbawm – Ranger 1983 = E. Hobsbawm, T. Ranger (eds), The Invention of Tradition, Cambridge, 1983.

Hobsbawm 1992 = E. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité, Paris, 1992.

Holt-Jensen 2009 = A. Holt-Jensen, Geography. History and Concepts, Londres, 2009.

Hroch 1985 = M. Hroch, Social Preconditions of National Revival in Europe, Cambridge, 1985.

Juttikala – Pirinen 1978 = E. Juttikala, K. Pirinen, Histoire de la Finlande, Neuchâtel, 1978.

Kosonen 1999 = K. Kosonen, Maps, newspapers and nationalism: The Finnish historical experience, dans Geojournal, 48, 1999, p. 91-100.

Le Calloc’h 2010 = B. Le Calloc’h, Histoire de la Finlande, Paris, 2010.

Löfgren 1989 = O. Löfgren, The Nationalization of Culture, dans Ethnologia Europea, XIX, 1989, p. 5-24.

Margerie – Raveneau 1900 = E. de Margerie, L. Raveneau, La cartographie à l’exposition universelle de 1900, dans Annales de Géographie, 9, n° 48, 1900, p. 385-412.

Mechelin 1900 = L. Mechelin, Notices sur la Finlande publiées à l’occasion de l’exposition universelle à Paris en 1900, Helsingfors, 1900.

Menger 2010 = M. Menger, Zum deutschen Finnlandbild von der Jahrhundertwende bis zum ersten Weltkrieg, dans R. Schweitzer (ed.), Zweihundert Jahre deutsche Finnlandbegeisterung, Berlin, 2010, p. 171-182.

Monmonier 1994 = M. Monmonier, The Rise of the National Atlas, dans Cartographica, 31, 1, 1994, p. 1-15.

Palsky 1996 = G. Palsky, Des chiffres et des cartes. Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Paris, 1996.

Reclus 1903 = É. Reclus, Sciences géographiques. Géographie générale et cartographie. Atlas de Finlande, publié par la Société de géographie de Finlande, volume in-folio, Helsingfors, 1899, dans Humanité Nouvelle, n° 47, mai 1903, p. 107-110.

Rikkinen 1988 = K. Rikkinen, Ragnar Hult and the emergence of geography in Finland, 1880-1900, dans Fennia, 166, 1, 1988, p. 3-192.

Robic 2004 = M.-C. Robic, Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L’Atlas Vidal-Lablache, dans Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 265, mis en ligne le 25 mars 2004, consulté le 29 août 2017. URL : journals.openedition.org/cybergeo/3670

Rosier 1900 = W. Rosier, Atlas de Finlande. Publié par la Société de géographie de Finlande (Sällskapet for Finlands Geografi) [compte rendu], dans Le Globe. Revue genevoise de géographie, 39, 1, 1900, p. 130-133.

Salichtchev 1960 = K. A. Salichtchev, Atlas nationaux. Histoire, analyse, voies de perfectionnement et d’unification, Moscou et Leningrad, 1960.

Schulten 2012 = S. Schulten, Mapping the Nation. History and Cartography in XIXth Century America, Chicago et Londres, 2012.

Société de géographie de Finlande 1899 = Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899.

Suomen Maantietellinen Seura 1899 = Suomen Maantietellinen Seura, Suomen kartasto, Helsingissä, 1899.

Thiesse 1999 = A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, 1999.

Yli-Jokipii 1986 = P. Yli-Jokipii, Finnish thematic atlases: an examination of their content and methodology, dans Fennia, 164, 1, 1986, p. 1-70.

Notes

1 La nouveauté de l’ouvrage est reconnue dès sa parution, puis sa primauté est réaffirmée à partir des années 1960 dans le cadre des travaux d’une commission de l’Union Géographique Internationale sur les atlas nationaux. Voir Salichtchev 1960, p. 12.

2 Hobsbawm 1992, p. 28.

3 Thiesse 1999, p. 11.

4 Expression de Löfgren 1989, reprise par Thiesse 1999, p. 14.

5 Anderson 1996.

6 Sur ces éléments de contexte, voir Juttikalaet Pirinen 1978 ; Hentilä, Jussila et Nevakivi 1999 ; Le Calloc’h 2010.

7 Menger 2010, p. 172.

8 Gallois 1895, p. 100.

9 Cité par Rikkinen 1988, p. 106.

10 Voir Anderson 1996.

11 Suomen Maantietellinen Seura 1899.

12 Société de géographie de Finlande 1899.

13 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899.

14 Kosonen 1999, p. 94.

15 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 28, p. 5.

16 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 27, p. 23.

17 Voir Kosonen 1999.

18 Häkli 2002.

19 Cinq éditions suivront au cours du XXe siècle, en 1910-11, 1925, 1960, 1976-94 et 1999.

20 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 25.

21 Chevallier 2007 ; id. 2012.

22 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 2, p. 17.

23 Chevallier 2007, p. 14.

24 Ibid.

25 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 27.

26 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1889, partie 8, p. 1.

27 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 32b, p. 8.

28 Menger 2010, p. 174.

29 Anderson 1996, p. 14.

30 Hobsbawm – Ranger 1983.

31 Holt-Jensen 2009, p. 49.

32 Carta Marina de Magnus, éditée à Venise en 1539, et Orbis arctoi nova et accurata delineatio de Bureus, imprimée à Stockholm en 1626.

33 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 32b, p. 1.

34 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, parties 14 à 18, p. 2.

35 Yli-Jokipii 1986, p. 5.

36 Schulten 2012, p. 184.

37 Mechelin 1900, p. 21.

38 Le Sénat impérial, entièrement composé de Finlandais, n’est pas une assemblée mais un conseil gouvernemental, à la fois organe exécutif et cour suprême de justice.

39 Rikkinen 1988, p. 106-108. Le coût final de l’atlas est de 61 000 marks finlandais.

40 Palsky 1996.

41 Hroch 1985 ; Hobsbawm 1992.

42 Article du journal Uusi Suometar, 7 octobre 1899, cité par Rikkinen 1988, p. 112.

43 Margerie – Raveneau 1900, p. 402, n. 1.

44 Reclus 1903, p. 107.

45 Ibid., p. 110.

46 Rosier 1900, p. 130.

47 Rosier 1900, p. 133.

48 Rikkinen 1988, p. 70-71.

49 Yli-Jokipii 1986.

50 Robic 2004.

51 Palsky 1996, p. 203-227.

52 Diagramme utilisant des flèches de largeur proportionnelle, utilisé par l’Irlandais Matthew Sankey en 1898.

53 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 1, p. 6-7.

54 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 2, p. 7.

55 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 3, p. 1.

56 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 4, p. 2.

57 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 10a, p. 2.

58 Société de géographie de Finlande, dans Fennia 1899, partie 12, p. 1.

59 Monmonier 1994.

60 Correspondance 1901, p. 69.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Première de couverture, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/24695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2 – Suomi/Finland, planche 1, dans Suomen Maantietellinen Seura, Suomen Kartasto, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/24695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 3 – Épaisseur totale de la couche de neige, cartons de la planche 9a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/24695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 4 – Exportation des bois de sciage 1865-1894, carton de la planche 25a, dans Société de géographie de Finlande, Atlas de Finlande, Helsingfors, 1899, collection privée (© Droits réservés).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/24695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search