Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Troisième partie. Enregistrement et usage des archives

Les archives de la papauté (xvie-milieu xviie siècle)

La genèse d’un instrument de pouvoir

Olivier Poncet

Texte intégral

  • 1 R.-H. Bautier, La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archive (...)

1Dans une communication, désormais classique, prononcée lors du vie congrès international des archives tenu à Madrid en 19681, Robert-Henri Bautier proposait une périodisation de l’histoire des archives avant leur situation présente. Il suggérait de voir se succéder ainsi « l’époque des archives de palais (qui correspond en gros à l’Antiquité) ; celle des trésors des chartes (xiie-xvie siècle) ; celle des archives arsenal de l’autorité (xvie-début du xixe siècle) ; celle, enfin, des archives laboratoire de l’histoire (début du xixe-milieu du xxe siècle) ». Dans le même temps, il reconnaissait à la troisième de ces périodes la qualification de « phase cruciale de l’histoire des archives », au cours de laquelle les dépôts d’archives s’étaient constitués au moment même où l’archivistique, entendue comme théorie consciente de l’archivage des documents, était fondée. À ses yeux, « la formation des archives vaticanes en 1610 » durant le pontificat de Paul V (1605-1621) constituait « un des grands événements de l’archivistique ». Alors, l’Archivio segreto Vaticano, prototype de la modernité archivistique ?

  • 2 G. Marini et C. Ruggieri, Memorie istoriche degli Archivi della Santa Sede e della biblioteca Otto (...)
  • 3 Regestum Clementis papae V ex Vaticanis archetypis (…) nunc primum editum, cura et studio monachor (...)
  • 4 V. Peri, Progetti e rimostranze. Documenti per la sotia dell’Archivio segreto Vaticano all’erezion (...)

2Dès 1809, Gaetano Marini, l’un des deux préfets de l’Archivio segreto Vaticano, composa une histoire de son dépôt d’archives, histoire qui fut publiée seulement en 1825 par les soins du premier custode de la Bibliothèque vaticane, Angelo Mai2. C’est ce même mémoire que reprirent, en le commentant à l’aide de documents inédits, les bénédictins du Mont-Cassin dans l’introduction de leur regeste des bulles de Clément V en 1885, peu de temps après l’ouverture de l’Archivio au public3. Si l’on y joint un important article de Vittorio Peri paru un siècle plus tard environ4, l’essentiel des documents relatifs à l’histoire de l’Archivio Vaticano durant l’époque moderne ont ainsi été publiés. À la lumière de quelques nouvelles découvertes, que l’on ne saurait qualifier d’ultimes sans beaucoup de présomption, il a semblé possible de revisiter brièvement cette histoire complexe, parfois confuse pour le non-initié, afin de tenter de dégager les traits spécifiques de cette création et de mesurer l’exacte originalité de ce projet.

  • 5 Il ne sera pas ici question de reprendre le débat sur la qualification de « segreto » qui fit (et (...)
  • 6 V. Peri (Progetti e rimostranze…) échappe brillamment à ce travers, bien qu’il cède à l’approche « (...)
  • 7 On le trouve par exemple sous la plume de G. Gualdo, L’Archivio segreto Vaticano da Paolo V (1605- (...)

3De tous les grands dépôts d’archives au monde, il n’en est pas un qui ait donné lieu à plus d’études et de publications sur son histoire que les archives de la papauté, et plus particulièrement de l’Archivio Vaticano5. L’écriture de ce récit, comme dans bien d’autres cas semblables, emprunte largement la voie d’une lecture téléologique des vicissitudes de ce dépôt supposé évidemment destiné à un développement logique et rectiligne. Il est fréquent de parcourir l’histoire des archives de la papauté suivant un chemin linéaire pris à rebours à la lumière de ce que l’Archivio segreto Vaticano est devenu à son âge classique du xviiie au xxe siècle, c’est-à-dire le dépôt central des archives de la plupart des dicastères de la Curie. Sont alors généralement gommés ou négligés tous les autres projets qui n’ont pas abouti, et pour cause6. Ensuite, cette histoire est volontiers isolée du reste des réformes archivistiques qui affectèrent les institutions romaines et pontificales en général, de sorte que tout effort dans le sens d’une meilleure gestion des archives à Rome paraîtrait se résumer au seul Archivio Vaticano. Pour essayer d’infléchir cette vision, la notion et le terme d’archives centrales seront volontairement cités. Ils ont contre eux de n’avoir jamais été employés au cours de l’époque considérée même si certains des meilleurs connaisseurs des archives pontificales ne rechignent pas à en user7. Il exprime cependant de manière commode la notion d’un réseau de dépôts d’archives disséminés à Rome, au sein même des administrations qui les produisent ou dans des lieux de conservation ad hoc comme le Château Saint-Ange ou la Bibliothèque vaticane.

  • 8 Sur la valeur réelle de cette fourchette chronologique, voir G. Gualdo, Sus-sidi per la consultazi (...)
  • 9 V. Peri (Progetti e rimonstranze…, p. 211) déclare que la séparation des fonctions de préfet de l’ (...)

4Les années 1610-1612 – nomination de Michele Lonigo comme préfet des registres et bulles de la Bibliothèque vaticane (27 octobre 1610), transfert de volumes de la Chambre apostolique (20 décembre 1611) et affectation au premier custode de la Vaticane du titre de garde des Archives (31 janvier 1612) – sont habituellement retenues pour marquer la naissance de l’Archivio segreto8. Comme toute date de fondation, celle-ci (parfois discutée9) est trop commode et trop lapidaire pour dire pleinement la portée de la décision de Paul V. Celle-ci donnerait presque à croire que du néant sortit un archivio idéal brusquement imposé à tous, pape, Curie et officiers, comme une évidente révélation. Il n’en est rien. L’impact réel des réformes archivistiques de la papauté au début de l’époque moderne mérite d’être soupesé à l’aune d’un arc de temps plus large que le seul pontificat du pape Borghese. Aucune institution ne naît ex nihilo, pas plus qu’aucune n’est figée dans une table de marbre. Les premiers temps sont souvent décisifs dans les traits constitutifs de son caractère et il en est des institutions comme des plantes. Une fois la décision prise, souvent remaniement de tentatives infructueuses, refondation de formules inadaptées, voire obsolètes, ou mise en œuvre de projets quelquefois longtemps remâchés, la nouvelle institution puise dans les premiers moments de son existence, dans les orientations que lui donnent ses premiers principaux animateurs, ce qui fait sa force ou, parfois sa faiblesse intrinsèque. Selon les cas, elle prospère, végète ou disparaît. La genèse de l’Archivio segreto comme l’histoire de ses premières décennies constituent à cet égard une excellente illustration de cet ensemble de désordres, d’illusions, de renoncements, de marches heurtées, de solutions compliquées, si révélateur d’une réalité historique des institutions à mille lieues d’une hypothétique marche administrative triomphale.

  • 10 Voir par exemple l’inventaire qu’en dressa à partir du 6 décembre 1518 le bibliothécaire dominicai (...)

5Le xvie siècle archivistique à Rome semble frappé d’un grand discrédit qui tient sans doute autant au faible nombre de mesures prises dans ce domaine qu’au caractère utopique de celles qui l’ont été. Dans la première moitié du xvie siècle, les archives centrales de la papauté relevaient encore du statut de trésor des chartes, commun à toutes les archives d’État des puissances séculières de l’époque. Depuis le Grand Schisme d’Occident, le Château Saint-Ange abritait les documents originaux les plus remarquables de la papauté. Les registres de bulles les plus anciens constituaient une autre incarnation de l’essence archivistique de la papauté. Sous Sixte IV, ils furent placés, en compagnie d’ouvrages précieux, dans une partie de la nouvelle Bibliothèque vaticane que l’on appelait la Biblioteca secreta pontificia. La formule, pour neuve qu’elle fût pour la papauté du xve siècle – conjugaison de la stabilité et de l’innovation immobilières –, n’était en soi guère originale. Une forteresse, une bibliothèque : bien des princes de l’Europe occidentale d’alors n’avaient pas imaginé d’autre solution pour préserver leurs archives les plus précieuses. Des inventaires venaient régulièrement décrire le contenu des documents jugés les plus précieux10.

  • 11 Bullarium romanum, t. V.
  • 12 A.-J. Marquis, Le collège des correcteurs et scripteurs d’archives. Contribution à l’étude des cha (...)

6En dehors de ce noyau privilégié, la première préoccupation des papes fut d’assurer un minimum de conservation et d’ordre au sein des administrations productrices. Le désordre dans les papiers des administrations semblait ainsi de règle dans la première moitié du xvie siècle. Jules II, dans une bulle de 1507, déplorait ainsi le mauvais état de conservation des archives de la Chambre apostolique et imposait aux officiers indélicats de rapporter sous huit jours les documents distraits des archives qu’ils détenaient chez eux11. C’est ensuite un motif fiscal qui conduisit à la création du collège des scripteurs et correcteurs d’archives par la bulle consistoriale Sicut prudens paterfamilias du 1er décembre 1507, à un moment où la papauté était engagée dans une coûteuse politique militaire12.

  • 13 J. Lesellier, Notaires et archives de la Curie romaine (1507-1625). Les notaires français à Rome, (...)

7Ces officiers, au nombre de 101, devaient rédiger les actes de toute nature (accords, testaments, ventes, arbitrages, etc.) entre les membres de la Curie et les habitants de Rome. Ils devaient déposer, sous les huit jours, ces documents dans un dépôt dit de la Curie et qualifié d’archivium publicum où ils pourraient, sauf volonté expresse des parties, être consultés en cas de litige. S’y ajoutait encore le dépôt des protocoles de certains notaires romains. Outre des écus sonnants et trébuchants, cette réforme procura au Saint-Siège l’impulsion nécessaire au premier dépôt régulier d’actes notariés à Rome13. Toutefois, ces diverses mesures furent lentement mises en œuvre et acceptées.

  • 14 ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 6509, fol. 50-51, s. l., s. d. : ce très intéressant mémoire adressé (...)
  • 15 ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 6509, fol. 84, s. l., s. d.

8En effet, vers le milieu du siècle, un mémoire anonyme faisait état d’emprunts de protocoles de notaires romains par des notaires de province, protocoles qui n’étaient pas rendus et le plus souvent étaient perdus14. En dépit de réels efforts de classement, la désorganisation paraît chose commune à la Chambre apostolique, garante a priori sourcilleuse des droits domaniaux et fiscaux de la papauté. Les propos tenus en 1550-1560 par un commissaire de la Chambre, responsable ex officio des archives de son dicastère, en disent long sur l’importance d’archives bien ordonnées au sein d’une monarchie élective où le turn-over administratif et le spoil-system parmi les plus importants collaborateurs du souverain pontife étaient de règle après chaque conclave15. Après avoir adressé au pape régnant la liste des châtellenies, forteresses et terres pour lesquelles une provision était perçue par la Chambre, le commissaire expliquait au pape d’alors :

  • 16 « Et se bene non vi sono tutte quelle scritture che vi dovrebbono essere né quelle che s’hanno, so (...)

Et certes s’il n’y a pas tous les papiers qui devraient y être et si ceux dont on dispose ne sont pas bien classés pour les raisons que je vous exposerai de vive voix, je me suis cependant efforcé de voir ce qu’il y a (…). Votre Sainteté sait combien est grandement préjudiciable au bon gouvernement de l’État ecclésiastique la fréquente mutation des pontifes quand sont élus des hommes qui ne sont pas bien informés de ce gouvernement et qui pourtant, dans la première année de leur pontificat, alors que les ministres sont également inexpérimentés, ont la mauvaise habitude d’ordonner des choses très préjudiciables à la Chambre apostolique et que l’on peine ensuite beaucoup à réparer16.

  • 17 Bullarium Romanum, t. VII, p. 373-374, Rome, 15 juin 1565 : « Statutum nobis sit cum ad publicam u (...)
  • 18 V. Peri, Progetti e rimonstranze…, p. 193 : « un’apertura e […] una lungimiranza quasi avveniristi (...)
  • 19 G. Gualdo, L’Archivio segreto vaticano…, p. 165.

9Tandis que les administrations centrales semblaient livrées à elles-mêmes et à la bonne volonté des individus pour la gestion quotidienne de leurs archives, la grande décision archivistique du deuxième tiers du xvie siècle romain a trait aux archives d’État, politiques et ecclésiastiques. En 1565, Pie IV institua un vaste dépôt destiné à recueillir « tout ce qui touche de quelque façon au Siège apostolique ». Il s’agissait de « rechercher et de transcrire, non seulement à Rome et dans l’État ecclésiastique mais aussi dans tout l’univers, des livres, des rouleaux et d’autres écritures, et des les installer, avec tout le soin possible, dans le Palais apostolique »17. On a pu voir dans cette décision « une ouverture et une anticipation presque futuriste pour son époque »18. Germano Gualdo n’hésite pas à la qualifier de « chimérique, illusoire, utopique »19. Le caractère de la décision prise est en fait triple : logique, centralisateur et irréaliste.

  • 20 Pie IV n’estimait pas que la remise en ordre des offices curiaux entrait dans les compétences des (...)
  • 21 J. L. Rodríguez de Diego, Instrucción para el gobierno del Archivo de Simancas (año 1588), Madrid, (...)

10Logique d’abord. Pie IV ne faisait alors que remplir le programme qu’il avait promis au Concile de Trente, savoir réformer par lui-même la Curie pour l’adapter aux nouvelles exigences de l’Église universelle20. En témoignent les multiples réformes administratives qui furent décidées au cours des années 1561-1562 et qui intéressaient, entre autres, la rote, la pénitencerie, la Chambre apostolique. Le climat administratif européen était ensuite favorable à la volonté de concentration archivistique : en 1567, l’archiviste que Philippe II avait nommé dès 1561, reçut l’ordre de concentrer autour du trésor des chartes de Castille les papiers de la plupart des administrations centrales de l’époque21. En 1578, Elisabeth Ire imposa le versement des documents de l’activité gouvernementale en un lieu centralisé, creuset du State Papers Office. La décision de Pie IV enfin, en dépit des mesures concrètes qu’elle prévoyait (comme l’institution d’un registre de prêt, la rédaction de décharges écrites en échange du versement de documents), était avant tout totalement irréaliste sur un plan matériel. Le rêve d’un dépôt central doté d’instruments de recherches généraux de toutes les ressources disponibles dans les autres archives et bibliothèques de Rome, de l’État ecclésiastique, voire du monde entier, ne dépassa guère le stade des déclarations d’intention. L’impact sur l’archivistique pontificale fut limité. Les modèles administratifs antérieurs demeuraient prégnants : la mise en place de ce nouveau dépôt était confié à la responsabilité du cardinal Marcantonio Amulio (ou Da Mula), bibliothécaire du Sacré Palais. Sous les successeurs de Pie IV, des missions furent confiées à divers personnages et des inventaires demandés, par exemple au vice-légat d’Avignon. Des versements furent effectués : ainsi s’explique la clôture de la série des Registri Vaticani à la date de 1568. Mais l’ampleur du projet emportait avec elle une lassitude croissante.

  • 22 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 199-200.
  • 23 Regestum Clementis papae V…, p. LIII-LIV.

11Le pontificat de Sixte Quint marqua une rupture avec cette politique et la remit radicalement en cause. Le pape, après un premier mouvement favorable à l’entreprise de récupération et de centralisation de documents22, favorisa l’extension de la Bibliothèque vaticane. Son opinion fut bientôt faite : le salut des archives passait par une extrême décentralisation de leur gestion. Par une bref du 29 avril 1587, il supprima l’archivium generale ecclesiaticum, voulu par Pie IV et qu’avait confirmé Pie V en 156823, pour confier à chaque curie épiscopale le soin d’inventorier et de conserver elle-même ses archives :

  • 24 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 200 : « (…) nuper in erectione Archivii generalis ecclesiasti (...)

(…) naguère, lors de l’érection d’archives ecclésiastiques générales, dans lesquelles nous songions à mettre tous les inventaires de choses, de biens et de droits et des documents concernant les églises et lieux pieux institués dans toute l’Italie et à conserver dans notre Palais apostolique, la difficulté de l’entreprise elle-même nous l’a assez clairement démontré. (…) Nous avons supprimé et éteint l’érection et institution tant des archives ecclésiastiques générales que l’office même d’archiviste général24.

  • 25 Bullarium Romanum, t. IX, p. 20-23.
  • 26 Bullarium Romanorum, t. IX, p. 23-27 : « Cum itaque ex diligenti earumdem scripturarum custodia, f (...)
  • 27 Bullarium Romanum, t. IX, p. 27-30, Rome, 31 octobre 1588.

12Le 20 juillet 1588, un bref confia aux chefs d’ordre régulier eux-mêmes, soi-disant demandeurs, le soin de rassembler les inventaires demandés dans les couvents de chacun des ordres à Rome25. Le souverain pontife paracheva bientôt cette politique archivistique décentralisatrice, élément selon lui d’un meilleur maillage administratif de l’État ecclésiastique. Par une bulle du 1er août 1588 qui reprenait les topoi de la menace des faux et de l’efficacité administrative, il réglementa la gestion des archives dans l’État ecclésiastique, à l’exception de Rome et de Bologne26. Il instituait des archives publiques dans chaque ville, bourgade, église ou monastère où serait portés tout type d’acte suivant une nomenclature d’une grande précision ; il prévoyait enfin la nomination d’un préfet pour toutes ces archives. Une bulle du 31 octobre 1588 précisait les prérogatives de cet officier qualifié alors de régent27. Prélat ou docteur voire licencié in utroque jure, il pouvait nommer des commissaires chargés d’inspecter les diverses archives ainsi créées ; il disposait d’un pouvoir réglementaire sur le travail des archivistes à qui il pouvait adresser des recommandations circulaires. Il possédait enfin une juridiction propre puisque le pape lui accordait de faire expédier, avec l’aide d’un ou deux secrétaires, des documents sous son propre sceau.

  • 28 M. Caravale, A. Caracciolo, Lo Stato pontificio da Martino V a Pio IX, Turin, 1978 (Storia d’Itali (...)

13L’application de cette décision est-elle lisible dans l’histoire des archives locales ? Il semble en tout cas qu’aucun préfet ait jamais été nommé. Au moins, sur ce dernier point (création d’une charge), une telle mesure s’apparente à d’autres créations institutionnelles du pontificat où il est malaisé de déterminer ce qui relève d’une simple visée financière (par la vente de l’office nouvellement créé) de ce qui est motivé par un réel souci d’amélioration administrative. La brièveté du règne de Sixte Quint, suivi de pontificats encore plus courts, n’aide guère l’historien à nuancer une telle appréciation. Il n’en reste pas moins que cette politique archivistique semble trancher avec l’orientation générale qui fut donnée durant son pontificat à l’exercice du pouvoir pontifical et qui visait à renforcer le rôle central de la Curie autour de la personne du souverain pontife28. Cette opposition n’est en en réalité qu’apparente. Le projet de Sixte Quint visait, avec la somme de réalisme que l’on reconnaît à ce pape, à mieux distinguer les différents niveaux de responsabilité en matière d’archives. La Curie n’avait pas à intervenir dans la gestion des archives des églises et couvents locaux. La volonté de multiplication d’archives à des échelons inférieurs de l’État ecclésiastique manifestait en revanche une conception large du gouvernement de ces territoires et l’attachement à une réelle efficacité administrative. Le préfet-régent imaginé par Sixte Quint était ainsi placé au sommet de cet édifice épuré de la confusion avec les archives ecclésiastiques et renforcé de nouvelles créations. Il incarnait en réalité au plus près la marque absolutiste que l’on attribue volontiers au règne du pape Peretti. Ainsi plutôt que d’abandon du souci des archives, il s’agit bien d’un changement d’objectif : aux visées universelles du souverain pontife chef de la Chrétienté s’est substitué le regard, plus réaliste en matière d’archives, du pape, souverain de l’État ecclésiastique et maître de la Curie romaine.

  • 29 K. Jaitner, Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII. für die Nuntien und Legaten an den europäischen (...)

14Avec Clément VIII, élu le 30 janvier 1592, la papauté, abandonnant pour un temps une politique globale encore soutenue par Sixte Quint, revint à l’idée d’une réforme archivistique in capite, savoir relancer l’idée d’un dépôt central. L’état d’esprit du pape et de ses collaborateurs, en particulier le futur cardinal Bartolomeo Cesi, trésorier général au début du pontificat29, était toutefois bien éloigné des projets des années 1560. Il ne s’agissait plus de réunir au siège romain le maximum de documentation relative au monde ecclésiastique catholique, mais bien de rationaliser la gestion des archives de la seule Curie dans le sens d’une meilleure gestion administrative.

  • 30 Voir Pièce justificative n° 1.
  • 31 G. Mercati, Opere minori, 6 vol., Cité du Vatican, 1937-1984 (Studi e testi, 76-80, 296), t. III, (...)

15Aucune décision normative écrite ne fut promulguée durant le règne du pape Aldobrandini mais le souverain pontife avait fait part de ses intentions au cours d’un consistoire le 29 janvier 1593. Le texte d’une bulle fut alors rédigé, en italien d’abord30 puis mise au net en latin sous une forme abrégée31. Mais de ces deux brouillons, il ne semble pas que l’on soit jamais passé au stade de la rédaction définitive couchée sur parchemin et scellée par la chancellerie. La version en langue vulgaire fournit le plan de travail que se fixait le souverain pontife.

  • 32 Voir Pièce justificative n° 2.

16Une fois de plus l’incurie dont les archives pontificales étaient victimes constituait la première motivation de la réforme. La suite était plus originale. Le rédacteur dénonçait tout d’abord l’habitude fâcheuse qu’avaient les nonces et les divers secrétaires, puis leurs héritiers, de conserver par-devers eux les correspondances diplomatiques ainsi que les dépêches adressées au pape par les princes et les Républiques. Ensuite, constatation était faite que les documents de l’activité centrale de la papauté étaient dispersés dans les services et dans divers dépôts d’archives, comme en autant de « boutiques » (botteghe). La riposte à ces inconvénients était de construire un archivio au Château Saint-Ange où seraient rassemblés tous les documents utiles aux intérêts du Saint-Siège. Les neveux des papes et les cardinaux, nonces, etc. étaient tenus de déposer sous quinze jours les papiers qu’ils détenaient, avec permission d’en conserver une copie ; quant aux actes qui pouvaient toucher aux intérêts de la Chambre apostolique, ils devaient être au besoin recopiés dans les autres dépôts d’archives et compilés aux frais de la Chambre. La garde de cet archivio était confiée au trésorier général du pape. Un deuxième texte, plus pratique et à usage interne, donnait la liste de ceux qui devaient être sollicités pour déposer leur papiers, accompagnée du type d’acte qu’ils étaient susceptibles de fournir32. En soi, l’idée de remédier à la dispersion des papiers du gouvernement pontifical n’était pas neuve : sans remonter aux dépouilles des cardinaux médiévaux, notons par exemple le bref écrit par Grégoire XIII à l’évêque de Liège le 12 février 1575 pour l’inviter à faire rechercher, à Liège, la trace éventuelle des papiers du pontificat d’Adrien VI. Mais la nouveauté ici réside dans l’extension générale de ce principe à tous les agents d’un rang supérieur de la papauté, principalement les acteurs de sa diplomatie.

  • 33 ASV, Indice 18, fol. 16-23v et 83-84 : les décharges ici rassemblées se poursuivent jusqu’au 17 ao (...)

17Ces textes, demeurés semble-t-il à l’état de notes, reçurent un début d’exécution puisque l’on conserve des décharges de dépôts de documents à partir du 7 juin 1593 : signés d’abord par B. Cesi, trésorier général, puis par le commissaire de la Chambre apostolique, ils se poursuivent sans interruption notable durant tout le pontificat33. Ils montrent le succès remporté par Clément VIII auprès de certains parents ou héritiers de nonces, succès dont peu de souverains pouvaient se vanter en Europe occidentale à la même époque. Ainsi, tous les éléments qui inspirèrent la politique de Paul V et de ses successeurs se trouvaient réunis dès le pontificat de Clément VIII : centralisation dans un lieu indépendant de la Bibliothèque, le vieil Archivio di Castello réaménagé pour l’occasion ; renoncement partiel à des inventaires ou des copies de pièces pour exiger des versements réguliers et rétrospectifs de documents originaux, principalement de correspondances diplomatiques et de secrétaires. Clément VIII n’était toutefois pas allé jusqu’à désigner un archiviste autonome et avait confié le soin de cette opération à des officiers de la Chambre apostolique, qu’il estimait peut-être être les seuls à pouvoir obtenir le retour des papiers souhaités.

  • 34 Voir dans ce volume la contribution que lui dédie Orietta Filippini (p. 705-736).
  • 35 Regestum Clementis papae V…, t. I, p. LVIII, note 1 : « (…) ad colligenda acta insigniora veterum (...)
  • 36 V. Peri, Progetti et rimostranze…, p. 228, document n° 1.

18L’élément de continuité archivistique le plus net entre Clément VIII et Paul V se nommait Michele Lonigo34. Ce clerc originaire du diocèse de Padoue avait été au service de la famille Cesi et principalement du cardinal Bartolomeo. Paul V le créa le 3 mai 1607 notaire de l’Archivio de la Curie romaine et le chargea de « recueillir les actes les plus remarquables des anciens pontifes romains, [ses] prédécesseurs, notamment les concessions, les aliénations, les inféodations et autres choses semblables et de les déposer dans nos archives du Château Saint-Ange à Rome pour qu’ils ne disparaissent pas avec le temps »35. Il en fit surtout le 27 octobre 1610 un « préfet des registres et des bulles de la Bibliothèque vaticane »36.

  • 37 Voir Pièce justificative n° 3.
  • 38 ASV, Indice 19, fol. 90 et v, s. d. : Antonio Massarelli, neveu de feu Angelo Massarelli, ex-secré (...)
  • 39 Voir Pièce justificative n° 4.
  • 40 En témoigne le manuscrit BAV, Vat. lat. 10247, publié par F. Gasparolo, Costituzione dell’Archivio (...)
  • 41 C. M. Grafinger, Die Ausleihe vatikanischer Handschriften und Druckwerke (1563-1700), Cité du Vati (...)
  • 42 L. Sandri, Un prefetto dell’Archivio Vaticano, Michele Lonigo (1572-1639) e il suo processo, dans (...)

19Lorsque fut institué officiellement en 1611 le nouvel Archivio Vaticano, Lonigo était ainsi, de fait, par la pratique même des versements d’archives qui se poursuivirent à un rythme soutenu, l’héritier des archivistes de Clément VIII37. Les documents relatifs à l’activité conciliaire de Trente, qui constituaient déjà une cible de choix depuis quelques décennies, furent par exemple pourchassés avec ardeur auprès des descendants des anciens officiers du Concile, comme son secrétaire Angelo Massarelli ou son notaire Cinzio Pamphili38. Un plan de collecte fut dressé pour déterminer les autres cibles les plus prometteuses39. La nouveauté du pontificat de Paul V tenait toutefois dans la solution architecturale donnée au problème archivistique posé depuis longtemps aux pontifes romains. Le transfert, dans les actuels locaux de l’Archivio Vaticano, du noyau originel de ce dernier (registres de bulles et de brefs, registres de la Chambre apostolique, de diverses collections documents et correspondances, pour une période allant jusqu’au pontificat de Pie V) eut lieu entre décembre 1614 et janvier 161540. En revanche, le pape Borghese n’avait pu se résoudre à rompre le lien organique qui unissait archives et Bibliothèque dont le premier custode conservait l’autorité sur Lonigo et ses successeurs. Le gardien (custode) des archives demeurait le premier custode de la Bibliothèque et c’est bien à lui (en l’occurrence Niccolò Alemanni, premier custode depuis le 15 décembre 1614) que Paul V recommandait une discrétion absolue dans la communication des documents conservés dans son nouvel archivio41. Au reste, Alemani cumulait depuis le 9 août 1617 la charge de préfet des registres et bulles de la Bibliothèque vaticane retirée à Lonigo alors poursuivi pour infidélité dans le service et pour mœurs42.

  • 43 À titre d’exemple, ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 1244, compilation dédiée aux investitures sous Six (...)

20Avant son retentissant procès, Lonigo avait eu le temps de produire plusieurs inventaires des documents conservés dans l’Archivio, les premiers de l’époque moderne. Ils concernent d’abord les droits de la Chambre apostolique et la domination temporelle du pape sur les diverses parties de l’État ecclésiastique43. Si l’on songe qu’à la date de la première nomination de Lonigo en 1607, le pape était engagé dans la crise de l’Interdit vénitien et dans une lutte polémique de très grande importance à propos de sa souveraineté spirituelle et temporelle sur les princes et les États, la création d’un nouvel Archivio dépassait le simple remède à une anarchie documentaire endémique à Rome. Le nouvel Archivio constituait bien un dispositif essentiel dans la lutte politique qui opposait alors la papauté aux autres puissances catholiques en Europe.

21Ainsi, en à peine vingt ans, les pontifes romains avaient complètement tourné le dos aux « archives-trésor des chartes » pour privilégier la notion d’« archives-arsenal du pouvoir ». Ce faisant ils avaient également commencé de promouvoir la notion de papiers d’État dont la fortune traverse toute l’histoire de l’archivistique jusqu’à nos jours.

22Le bref pontificat de Grégoire XV, qui élargit à son avènement en 1621 Michele Lonigo sans pour autant le réintégrer dans ses fonctions, n’imprima aucune marque particulière sur le fonctionnement de l’Archivio Vaticano. Son successeur, Urbain VIII, élu le 6 août 1623, ne tarda pas en revanche à se saisir avec détermination de la question des archives centrales de la papauté. Sous son pontificat, elles acquirent une réelle indépendance et commencèrent de former un véritable réseau organisé. En quelques années, Urbain VIII posa en effet les bases d’une véritable rénovation archivistique à Rome, dans trois directions : en premier lieu les archives des papes, puis les archives du Sacré Collège et des congrégations cardinalices, les archives des notaires romains enfin.

  • 44 Voir Pièce justificative n° 5.
  • 45 ASV, Arm. XXXVI, 38, fol. 336-337, liste des « congrégations » tenues au Château Saint-Ange en exé (...)
  • 46 Voir ainsi le transfert de plusieurs volumes d’actes conciliaires de la Bibliothèque à l’Archivio (...)
  • 47 Voir par exemple cette « Nota delli libri delle lettere recopiate per l’Archivio Vaticano » (ASV, (...)
  • 48 Pour le seul cas français, paraissent ainsi les correspondances des cardinaux Du Perron (Paris, 16 (...)
  • 49 Relatione fatte dall’Ill.mo cardinal Bentivoglio in tempo delle sue nuntiature de Fiandra e di Fra (...)

23Six mois après son élection, le 27 janvier 1624, le nouveau souverain pontife ordonnait un récolement général assorti d’un inventaire de tous les documents qui se trouvaient rassemblés dans les divers dépôts d’archives du Saint-Siège, dispersés entre le Palais apostolique, la Bibliothèque et le Château Saint-Ange44. Le récolement pour le Château Saint-Ange, très soutenu de 1624 à 1627, dura au total près de huit ans jusqu’en 163245. Par ailleurs, la politique de collecte de documents, certes encore conciliaires46 mais pour l’essentiel diplomatiques se poursuivit à un rythme soutenu47. Ces versements étaient d’autant plus importants qu’il s’agissait autant que possible d’en contrôler l’accès ou la diffusion le cas échéant dans un sens favorable au Saint-Siège. Le pontificat d’Urbain VIII s’inscrit en effet dans un contexte général en Europe d’une divulgation des secrets de la correspondance diplomatique sur une très large échelle. La chose n’était pas nouvelle : depuis longtemps existaient des copies d’instructions aux ambassadeurs de tous pays, de correspondances, de relations (principalement vénitiennes). Mais à coup sûr ces années 1620-1630 virent fleurir une production imprimée inédite de dépêches diplomatiques presque contemporaines48. Mieux, un certain nombre d’entre elles furent livrées à l’impression du vivant, sinon avec l’assentiment implicite de leur auteur, comme les dépêches de Guido Bentivoglio nonce en Flandre puis en France sous Paul V publiées dès 1629 et rééditées plusieurs fois avant la mort de leur auteur en 164249.

  • 50 Sur F. Contelori, la littérature est relativement abondante même si bien des aspects du personnage (...)
  • 51 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 211.

24La principale réforme introduite par le pape dans l’institution de l’Archivio fut la fin du lien organique qui l’unissait à la Bibliothèque. À la mort d’Alemanni, Urbain VIII nomma le 27 novembre 1626 Felice Contelori premier custode de la Bibliothèque vaticane, charge qui emportait avec elle la responsabilité directe sur l’archivio50. Quatre ans plus tard, Contelori, devenu entre-temps secrétaire de la congrégation des Confins (1629) et surtout commissaire général de la Chambre apostolique (19 mai 1630) abandonna définitivement toute fonction à la Bibliothèque vaticane. Mais il emporta avec lui l’autorité sur les archives qu’il se fit reconnaître par un bref du 23 juillet 1630 : Vittorio Peri n’a pas hésité à écrire, avec quelque justesse, que de ce moment date la véritable fondation de l’Archivio Vaticano51.

  • 52 Bullarium Romanum, t. XIII, p. 402-408, Rome, 15 décembre 1625.
  • 53 O. Poncet, La papauté et la provision des abbayes et des évêchés français de 1595 à 1661. Recherch (...)
  • 54 J. Metzler, Francesco Ingoli, der erste Sekretär der Kongregation (1578-1649), dans Sacrae Congreg (...)

25Urbain VIII obligea ensuite le Sacré Collège à tenir correctement ses archives et institua pour ce faire le 15 décembre 1625 un archivio particulier placé sous la protection et la surintendance directe des trois cardinaux chefs d’ordre52. Il liait étroitement ces archives à la congrégation consistoriale dont le secrétaire faisait office d’archiviste : le premier titulaire, Giovanni Battista Lauri, se distingua par une remarquable activité de classement, de copies, de reliures, d’inventaire des archives jusque-là dispersées53. Sixte Quint, lorsqu’il avait systématisé en 1588 les congrégations cardinalices permanentes pour assister le pape dans la gestion des affaires de l’Église et de l’État ecclésiastique, n’avait en effet rien prévu pour leurs archives. Pendant longtemps, les secrétaires de ces congrégations étaient demeurés d’obscurs personnages avant tout absorbés dans des tâches de copistes. Le pontificat d’Urbain VIII correspondit à l’arrivée ou à l’affirmation du pouvoir d’organisation des secrétaires de congrégations. Qu’il s’agisse de Francesco Ingoli à la Propagande54, de Prospero Fagnani à la congrégation du Concile ou de Francesco Paolucci à la congrégation des Evêques et des Réguliers, il est indéniable que les années 1620-1630 correspondent à une période de fonctionnement professionnel et bien huilé de ces institutions dont les archives sont alors mieux tenues.

  • 55 Bullarium Romanum, t. XIII, p. 387-392, Rome, 16 novembre 1625.

26Urbain VIII, enfin, réglementa la tenue et la consultation des archives notariales romaines, plus d’une fois souci principal des réflexions et des décisions du siècle passé55. La réforme d’Urbain VIII, destinée cette fois à durer, visait à remédier une fois de plus aux nombreux faux et au détestable état dans lequel étaient conservés les protocoles de notaires. Se référant explicitement à un archivium publicum des premiers temps de l’Église, « sub nomine cartophylacii », le pape instituait pour les archives des notaires de Rome un dépôt d’archives « général » qui serait qualifié d’Urbanum. Il nommait un « conservateur » de ces archives en la personne de Camillo Perini, un clerc de Florence, docteur utriusque juris, et plaçait toute l’institution « sous la protection et la surintendance suprême » de son neveu le cardinal Francesco Barberini.

  • 56 Il conviendrait de rapprocher son activité de celle que développent à la même époque pour le compt (...)
  • 57 Sur ce conflit, voir M. A. Visceglia, Il cerimoniale come linguaggio politico. Su alcuni conflitti (...)

27Outre cette sollicitude qui touchait à l’ensemble du réseau archivistique romain, Urbain VIII et son neveu Francesco Barberini démontraient leur volonté de faire de l’Archivio une puissance de feu documentaire et politique de premier plan, tant au service de la papauté qu’au service de la famille Barberini dont les intérêts sont plus d’une fois confondus au cours du pontificat. Les choix institutionnels et humains semblaient suivre des voies paradoxalement opposées. Tandis que l’Archivio Vaticano accédait à une forme d’indépendance administrative en quittant la sphère de la Bibliothèque, son responsable n’était plus issu du monde des clercs comme Lonigo mais se révéla un véritable érudit et polygraphe. Felice Contelori, s’il fut comme ses prédécesseurs un inlassable rédacteur d’inventaires, se signala en revanche par une très intense production de traités et recueils de documents. Sa méthode de preuves documentaires, qu’il conviendrait d’examiner pour elle-même56, fait assurément de lui un des grands personnages de l’historiographie italienne de cette période. Il incarne à merveille cette nouvelle forme de combat polémique fondée sur la mise en batterie de textes édités et commentés, les fameuses bella diplomatica dont le règne de Louis XIV offrit les illustrations les plus remarquables. On retiendra en particulier son traité sur le Préfet de Rome composé à l’aide de documents extraits de l’Archivio au moment où Urbain VIII provoquait une vive polémique en nommant son neveu Taddeo à cette charge ressuscitée pour l’occasion57. Il a également rédigé de très nombreux mémoires demeurés manuscrits en liaison avec les combats politiques ou administratifs de la papauté et des Barberini : le plus connu est son Historia Cameralis en sept volumes, véritable introduction des archives relatives aux droits de la Chambre et par là même à la souveraineté temporelle des papes. De manière générale, il n’est pas un conflit où la souveraineté temporelle et spirituelle du pape était engagée qui ne vit Contelori porter le fer de ses écrits. Citons ainsi dans le cadre de la guerre de Trente Ans, son traité sur l’intervention des souverains pontifes dans l’élection du roi des Romains comme empereur et son Discours sur l’institution des sept électeurs, ses écrits relatifs à Urbino au moment de la dévolution du duché à la papauté en 1632 et ses multiples libelles composés à l’époque de la première guerre de Castro en 1642-1644 contre les prétentions du duc de Parme et de Plaisance. Cet appui au pouvoir des Barberini fut publiquement récompensé par des charges qui firent de leur titulaire l’un des personnages les plus en vue de la Curie : chanoine de Saint-Pierre (1er juin 1634), référendaire des deux signatures (17 janvier 1635) et surtout secrétaire de la Consulta (janvier 1635), c’est-à-dire de fait le plus important responsable de l’État ecclésiastique. Son morceau de bravoure, on le sait, fut la polémique qui l’opposa à la République de Venise à propos de la relecture, défavorable à la République, qu’il fit de son soutien à la papauté contre Frédéric Barberousse en 1177. Son travail d’érudition conduisit à la détérioration des rapports avec Venise jusqu’au retrait de l’ambassadeur en 1635, affront que Venise fit payer à Contelori aussitôt après la mort d’Urbain VIII en obtenant d’Innocent X son renvoi des Archives. Aucun archiviste, jusqu’à Garampi, ne fut plus étroitement associé au pouvoir pontifical que Contelori.

28Le fil de l’histoire des archives centrales de la papauté suit étroitement l’évolution du pouvoir pontifical lui-même. En dehors d’épisodes à dominante financière (Jules II, Sixte Quint), l’unité de l’Église, alors en butte aux hérétiques comme aux Turcs (souci très net chez Pie V), inspira une vision inquisitrice et centralisatrice, dans le domaine ecclésiastique d’abord. Ce sursaut catholique qui affecta de manière tangentielle les archives était l’expression d’un programme théologique qui entraînait des dispositions irréalistes sur le plan pratique. La nouvelle génération de souverains pontifes arrivée au pouvoir à partir de la dernière décennie du xvie siècle, celle qui n’avait pas participé directement aux travaux de Trente, était davantage soucieuse d’une meilleure gestion de l’État et de la Curie et saisit pleinement les contradictions du pouvoir temporel. Ce réalisme favorisa la réalisation progressive et comme par emboîtages successifs d’un archivio adapté. Pour autant, la persistance du caractère de trésor des chartes, et ce plus longtemps que partout en Europe, est un fait indéniable. Dans le même temps, la politique archivistique de la papauté est faite d’innovations, à l’instar d’autres pouvoirs (Espagne, Angleterre) et en avance sur d’autres (France). Les deux conceptions coexistent donc plus qu’elles ne se succèdent, comme un discours aux vertus d’abord pédagogiques voudrait le faire accroire.

  • 58 Au reste, ce paradoxe qui veut que les promoteurs d’une réforme s’en dispensent et conservent par- (...)

29L’élément le plus porteur pour l’avenir est le sort réservé aux papiers d’État. S’il faut attendre le pontificat d’Alexandre VII pour que la Secrétairerie d’État verse ses archives anciennes à l’Archivio Vaticano, et si les Barberini, après les Borghese, sont les premiers à renier pour ce qui les concerne la notion de papiers publics58, les opérations de récupération de correspondances du xvie siècle sont lancées avec succès. Elles constituent le socle sur lequel fut bâti l’essentiel de la documentation non médiévale conservée à l’Archivio Vaticano et représentent, avec les registres de bulles, de brefs et de documents de la Chambre et avant la réunion avec l’Archivum Arcis, le plus sûr gage de modernité reconnu au novo Archivio.

30L’importance des hommes qui ont en charge ces archives va parallèlement croissant. D’abord officiers ès fonctions (les gens de la Chambre), ils deviennent des personnels spécialisés, bien identifiés et parviennent à faire vivre l’institution parfois sur leur seul nom, en particulier tant que la dissociation administrative d’avec la Bibliothèque n’est pas effective. Si Lonigo est encore d’un rang un peu inférieur, Contelori par son ambition intellectuelle couronnée par des charges et bénéfices de premier ordre, illustre les potentialités offertes à un responsable d’archives éminemment politiques dans un contexte de contestation tous azimuts de l’autorité pontificale.

31L’histoire des archives centrales de la papauté au début de l’âge moderne reflète à merveille l’appréhension et la gestion de leur charge par les divers souverains pontifes. Elle constitue à sa manière un excellent miroir de la pratique du pouvoir. La morale pourrait en être : dis-moi ce que tu fais de tes archives, je te dirai comment tu gouvernes.

Notes

1 R.-H. Bautier, La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archives et la naissance de l’archivistique (xvie-début du xixe siècle), dans Archivum, 18, 1968, p. 139-149, à la p. 139.

2 G. Marini et C. Ruggieri, Memorie istoriche degli Archivi della Santa Sede e della biblioteca Ottoboniana ora riunita alla Vaticana, Rome, 1825.

3 Regestum Clementis papae V ex Vaticanis archetypis (…) nunc primum editum, cura et studio monachorum ordinis S. Benedicti, t. I, Rome, 1885, p. XLVIILXV (pour la période xvie-xviie siècles).

4 V. Peri, Progetti e rimostranze. Documenti per la sotia dell’Archivio segreto Vaticano all’erezione alla metà del xviii secolo, dans Archivum historiae pontificiae, 19, 1981, p. 191-237.

5 Il ne sera pas ici question de reprendre le débat sur la qualification de « segreto » qui fit (et fait encore) couler bien de l’encre inutile ; voir pour une mise au point E. Sastre Santos, En torno al título de « Archivio segreto Vaticano », dans Euntes docete, 47, 1994, p. 401-450.

6 V. Peri (Progetti e rimostranze…) échappe brillamment à ce travers, bien qu’il cède à l’approche « immobilière » de l’histoire de l’Archivio qui donne une large audience à l’histoire des locaux, ces derniers envisagés comme l’incarnation de la réalité politique archivistique, en sous-estimant l’ample travail de récupération des documents d’archives conservés en main privée.

7 On le trouve par exemple sous la plume de G. Gualdo, L’Archivio segreto Vaticano da Paolo V (1605-1621) a Leone XIII (1878-1903). Caratteri e limiti degli strumenti di ricerca messi a disposizione tra il 1880 e il 1903, dans Archivi e archivistica a Roma dopo l’unità. Genesi storica, ordinamenti, interrelazioni. Atti del convegno Roma, 12-14 marzo 1990, Rome, 1994 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Saggi 30), p. 164-185, à la p. 166.

8 Sur la valeur réelle de cette fourchette chronologique, voir G. Gualdo, Sus-sidi per la consultazione dell’Archivio Vaticano. Volume I. Lo schedario Garampi. I Registri Vaticani. I Registri Lateranensi. Le « Rationes Camerae ». L’archivio concistoriale, Cité du Vatican, 1989 (Collectanea Archivi Vaticani, 17), p. XVI, n. 3.

9 V. Peri (Progetti e rimonstranze…, p. 211) déclare que la séparation des fonctions de préfet de l’Archivio de celle de premier custode de la Vaticane par bref du 23 juillet 1630 pourrait constituer « la data di fondazione dell’Archivio ».

10 Voir par exemple l’inventaire qu’en dressa à partir du 6 décembre 1518 le bibliothécaire dominicain Zenobio Acciaiolo : les mauristes de Saint-Germain-des-Prés s’en procurèrent une copie au début du xviiie siècle, par l’intermédiaire de dom Joseph Avril, prieur de l’abbaye de Corbie, et la publièrent partiellement (B. de Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova (…), 2 vol., Paris, Briasson, 1739, t. I, p. 202-215. Un texte plus complet, peut-être autographe, est conservé à la B. A. V., Chigi, H II 49, « Tabula scripturarum antiquarum que asservantur in Arce S. Angeli » : Acciaiolo acheva son inventaire analytique de 114 documents le 5 avril 1519.

11 Bullarium romanum, t. V.

12 A.-J. Marquis, Le collège des correcteurs et scripteurs d’archives. Contribution à l’étude des charges vénales de la Curie romaine, dans E. Gatz (éd.), Römische Kurie. Kirchliche Finanzen. Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, 2 vol., Rome, 1979 (Miscellanea historiae pontificiae, 45-46), t. I, p. 459-471.

13 J. Lesellier, Notaires et archives de la Curie romaine (1507-1625). Les notaires français à Rome, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1933, p. 250-275 ; J. Grisar, Notare und Notariatsarchive im Kirchenstaat des 16. Jahrhunderts, dans Mélanges Eugène Tisserant. Vol. IV. Archives Vaticanes, Histoire ecclésiastique, Première partie, Cité du Vatican, 1964 (Studi e Testi, 234), p. 251-300. M. L. San Martini Barrovecchio, Il collegio degli scrittori del’Archivio della Curia romana e il suo officio notarile (secoli xvi-xix), dans Studi in onore di Leopoldo Sandri, 3 vol., Rome, 1983 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 98, Saggi, 1), t. II, p. 847-872, part. p. 851-852. Le terme même d’archivio di Curia ne doit pas être surinterprété mais bien rapporté à l’activité notariale de la Ville.

14 ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 6509, fol. 50-51, s. l., s. d. : ce très intéressant mémoire adressé au pape mentionne un cardinal de « Santa Croce » (peut-être Marcello Cervini, le futur Marcel II, cardinal titulaire de Sainte-Croix-de-Jérusalem de 1540 à 1555) et « Mons. San Felice », évêque de Cava (= Giovanni Tommaso San Felice, évêque de 1520 à 1550).

15 ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 6509, fol. 84, s. l., s. d.

16 « Et se bene non vi sono tutte quelle scritture che vi dovrebbono essere né quelle che s’hanno, sono ben ordinate per le cagioni che Le diro a bocca. Ho pero fatto qualche fatica di veder quel che c’è (…). Sa V. Santità quanto sia di pregiudicio al buon governo de lo Stato ecclesiastico in molte cose la spessa mutatione de’ pontefici quando sono assunti huomini non informati bene di questo governo et che pero nel primo anno del ponteficato con esser tallora i ministri anco inesperti, suogliano molti per importunità impetrar assai cose pregiudiciali dela Camera apostolica et si dura poi fatica a rassettarle ».

17 Bullarium Romanum, t. VII, p. 373-374, Rome, 15 juin 1565 : « Statutum nobis sit cum ad publicam utilitatem, tum ad privatam Romanorum pontificum commoditatem, tabularium seu archivium eorum omnium, quae ad nos et Sedem apostolicam quoquomodo pertinent, conquisitis undique et transcriptis, non in alma modo Urbe et ditione nostra ecclesiastica, verum per universum terrarum orbem, exemplaribus, libris, voluminibus et aliis scripturis in Palatio nostro Vaticano, quanta possumus diligentia, parare atque instruere ».

18 V. Peri, Progetti e rimonstranze…, p. 193 : « un’apertura e […] una lungimiranza quasi avveniristica per la sua epoca ».

19 G. Gualdo, L’Archivio segreto vaticano…, p. 165.

20 Pie IV n’estimait pas que la remise en ordre des offices curiaux entrait dans les compétences des Pères conciliaires et il en fit une claire déclaration dans l’instruction qu’il remit au cardinal Ludovico Simonetta, pro-dataire et légat au concile, en novembre 1561 (J. Šusta, Die Römische Curie und das Concil von Trient unter Pius IV., 4 vol., Vienne, 1904, t. I, p. 116-118, instruction au cardinal Ludovico Simonetta, Rome, [19-20 novembre 1561]).

21 J. L. Rodríguez de Diego, Instrucción para el gobierno del Archivo de Simancas (año 1588), Madrid, 1989, p. 40-41.

22 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 199-200.

23 Regestum Clementis papae V…, p. LIII-LIV.

24 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 200 : « (…) nuper in erectione Archivii generalis ecclesiastici, in quo omnia inventaria rerum, bonorum ac jurium et scripturarum pertinentium ad ecclesias et pia loca per universam Italiam constituta recondere et in palatio nostro apostolico asservare meditabamur, rei ipsius difficultas satis aperte monstravit. (…) erectionem et institutionem tam archivii generalis ecclesiastici quam ipsius officii archivistae generalis (…) supprimimus et extinguimus ».

25 Bullarium Romanum, t. IX, p. 20-23.

26 Bullarium Romanorum, t. IX, p. 23-27 : « Cum itaque ex diligenti earumdem scripturarum custodia, fraudes et falsitates, quae litibus, discordiis ac periculis hujusmodi ut plurimum viam praebent, arceantur dominia, possessiones et familiae ipsae conserventur, justitia denique cum animi certitudine ac publica et privata omnium utilitate aequa lance administretur ac proinde publica archivia nedum in Europa sed etiam in pluribus aliis universis orbis etiam barbarici parti-bus qui hac potissimum ratione commune bonum subditorum suorum atque adeo societatis humanae vinculum inter se retinuerunt, accurate instituta fuerint ; operae pretium vero et condecens sit ut quod omnibus in exemplum salubrioris regiminis et administrationis rerum publicarum cedere dignoscitur id ipsum nostro Statui ecclesiastico, cui superioribus illis saeculis ob bellicos tumultus, quibus ille ac universa fere Italia tum exarsit tantum publicae quietis beneficium impendi non potuit nun tandem nostrae provisionis ministerio salubriter introducatur ».

27 Bullarium Romanum, t. IX, p. 27-30, Rome, 31 octobre 1588.

28 M. Caravale, A. Caracciolo, Lo Stato pontificio da Martino V a Pio IX, Turin, 1978 (Storia d’Italia, XIV), p. 383 sq.

29 K. Jaitner, Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII. für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstenhöfen 1592-1605, 2 vol., Tübingen, 1984 (Instructiones pontificum Romanorum), t. I, p. LXVIII-LIX.

30 Voir Pièce justificative n° 1.

31 G. Mercati, Opere minori, 6 vol., Cité du Vatican, 1937-1984 (Studi e testi, 76-80, 296), t. III, p. 221, cité par V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 205.

32 Voir Pièce justificative n° 2.

33 ASV, Indice 18, fol. 16-23v et 83-84 : les décharges ici rassemblées se poursuivent jusqu’au 17 août 1608. Voir aussi un mémoire qui trace le bilan de cette collecte, qui intéresse principalement les papiers des nonces jusqu’en 1592 : ibid., fol. 1-6, « Nota delli libri et scritture che alla giornata si ripongano nell’Archivio di Castello eretto da N. S. Clemente VIII ».

34 Voir dans ce volume la contribution que lui dédie Orietta Filippini (p. 705-736).

35 Regestum Clementis papae V…, t. I, p. LVIII, note 1 : « (…) ad colligenda acta insigniora veterum Romanorum pontificum praedecessorum nostrorum, concessiones nimirum, alienationes, infeudationes et similia, eaque in archivo arcis nostrae Sancti Angeli de Urbe reponenda, ne lapsu temporis pereant (…) ».

36 V. Peri, Progetti et rimostranze…, p. 228, document n° 1.

37 Voir Pièce justificative n° 3.

38 ASV, Indice 19, fol. 90 et v, s. d. : Antonio Massarelli, neveu de feu Angelo Massarelli, ex-secrétaire du concile de Trente, avertit Paul V qu’il lui adressait des documents détenus par diverses personnes, comme le pape lui avait demandé. Ibid., fol. 102-103v, liste de documents trouvés, entre autres, chez les héritiers de Cinzio Pamphili, notaire du concile de Trente.

39 Voir Pièce justificative n° 4.

40 En témoigne le manuscrit BAV, Vat. lat. 10247, publié par F. Gasparolo, Costituzione dell’Archivio Vaticano e suo primo indice, sotto il pontificato di Paolo V. Manoscritto inedito di Michele Lonigo, dans Studi e documenti di storia e diritto, 8 (1887), p. 3-64.

41 C. M. Grafinger, Die Ausleihe vatikanischer Handschriften und Druckwerke (1563-1700), Cité du Vatican, 1993 (Studi e testi, 360), p. 357-358, n° 501, ordre de Paul V au premier custode de la Bibliothèque, s. l., 2 décembre 1615 : « Volendo noi in ogni modo proveder alla conservatione delli libri dell’Archivo novo da noi nella Biblioteca Vaticana frabricato, et ovviar insieme a gl’inconvenienti che ogni giorno nascer possono, mentre li detti libri si lasciano veder et ricercar da ogn’uno a beneplacito loro ; però commandiamo a voi custode del detto nostro Archivio soto pena della disgratia nostra, et altre pene ad arbitrio nostro ; che sotto qual si voglia pretesto non lasciate veder a chi si sia li detti libri per occasione di cercar bolle o altre scritture, ne anco alli notarii della nostra Camera apostolica, o ad altri che vi potessero pretender raggione o interesse per qual si voglia indulto o privilegio a quali con queste particolarmente deroghiamo. Contentandosi pero noi che ad instanza de detti notarii possiate voi ricercar le scritture et bolle che per privati negotii vi sarano da essi di tempo in tempo addimandate et con licenza nostra o de nostri ministri ciove thesorieri et commissario della nostra Camera lasciar copiar dette scritture e bolle concernenti negotii privati a detti notarii a quali conserviamo solo inviolabilmente gl’emolumenti delle copie predette et transonti che si faranno con la licenza come di sopra, in omnibus et per omnia come in questa parte sia hora hanno goduto et posseduto ; revocando nel resto ogni concessione, indulto et privilegio che sopra il governo et visione di detti libri a detti notarii fosse per il passato stato concesso o potessero in qualunque modo pretendere ».

42 L. Sandri, Un prefetto dell’Archivio Vaticano, Michele Lonigo (1572-1639) e il suo processo, dans Studi in onore di Riccardo Filangieri, 3 vol., Naples, 1959, t. II, p. 503-523.

43 À titre d’exemple, ASV, Arch. Arcis I-XVIII, n° 1244, compilation dédiée aux investitures sous Sixte IV (1477-1484), précédée (fol. 1-2v) du bref conférant la charge de notaire de l’Archivio à M. Lonigo du 3 mai 1607).

44 Voir Pièce justificative n° 5.

45 ASV, Arm. XXXVI, 38, fol. 336-337, liste des « congrégations » tenues au Château Saint-Ange en exécution du bref du 27 janvier 1624. Du 25 juin 1624 au 15 juillet 1627, 48 séances eurent lieu pour inventorier les 16 armoires inférieures ; Les armoires supérieures (de A à D) furent inventoriées au cours de 12 séances entre le 12 juillet 1627 et le 18 août 1632 ; enfin, 7 séances suffirent, entre le 18 août et le 11 décembre 1632, pour décrire l’appendice et les ajouts de documents faits par Giambattista Confalonieri, archiviste du Château Saint-Ange (1626-1638).

46 Voir ainsi le transfert de plusieurs volumes d’actes conciliaires de la Bibliothèque à l’Archivio en 1630 : C. M. Grafinger, Die Ausleihe…, p. 358, n° 502, ordre d’Urbain VIII à Felice Contelori, s. l., 7 mai 1630.

47 Voir par exemple cette « Nota delli libri delle lettere recopiate per l’Archivio Vaticano » (ASV, Arm. XXXVI, 38, fol. 419-420v, s. d.) qui fait état de l’entrée de nombreux volumes de correspondances de nonciatures de la période de Clément VIII, en particulier 12 volumes relatifs à la France de 1591 à 1604 (fol. 420 et v).

48 Pour le seul cas français, paraissent ainsi les correspondances des cardinaux Du Perron (Paris, 1623) et d’Ossat (Paris, 1624), de Philippe de Fresne-Canaye, ambassadeur à Venise sous Henri IV (Paris, 1635-1636), etc. Cette « transparence » éditoriale de l’action diplomatique tranche avec l’attitude du second tiers du xviie siècle marqué, à l’inverse, par une culture du secret élevé au rang de meilleure méthode de gouvernement par certains auteurs, dont le moins célèbre n’est pas Gabriel Naudé, à travers ses Considérations politiques sur les coups d’Estat (Rome [i. e. Paris], 1639).

49 Relatione fatte dall’Ill.mo cardinal Bentivoglio in tempo delle sue nuntiature de Fiandra e di Francia, Cologne, 1629 : la première édition a été procurée par l’humaniste Erycius Puteanus (1574-1646) professeur à l’université de Louvain. Des rééditions, parfois augmentées de pièces inédites, eurent lieu à Bruxelles, Paris ou Venise.

50 Sur F. Contelori, la littérature est relativement abondante même si bien des aspects du personnage demeurent au final encore à découvrir. On pourra voir G. B. Beltrani, Felice Contelori ed i suoi studi negli archivi del Vaticano, dans Archivio della Società romana di storia patria, 2, 1879, p. 165-208, 257-279, et 3, 1880, p. 1-47 ; A. Kraus, Das päptsliche Staatssekretariat unter Urban VIII. 1623-1644, Rome-Fribourg-Vienne, 1964 (Forschungen zur Geschichte des pâpstlichen Staatssekretariat, 1), p. 174-176. F. Petrucci, Felice Contelori, dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 28, Rome, 1983, p. 336-341.

51 V. Peri, Progetti e rimostranze…, p. 211.

52 Bullarium Romanum, t. XIII, p. 402-408, Rome, 15 décembre 1625.

53 O. Poncet, La papauté et la provision des abbayes et des évêchés français de 1595 à 1661. Recherches sur l’esprit des institutions pontificales à l’époque de la Réforme catholique, thèse dact. de l’université de Paris IV-Paris-Sorbonne, 1998, 2 vol., t. I, p. 341-342.

54 J. Metzler, Francesco Ingoli, der erste Sekretär der Kongregation (1578-1649), dans Sacrae Congregationis de Propaganda Fide memoria rerum (…), 1622-1972, J. Metzler éd., 5 vol., Rome-Fribourg-Vienne, 1971-1976, t. I/1, p. 197-243.

55 Bullarium Romanum, t. XIII, p. 387-392, Rome, 16 novembre 1625.

56 Il conviendrait de rapprocher son activité de celle que développent à la même époque pour le compte du roi de France les érudits Pierre Dupuy et Théodore Godefroy : C. Cavillon, Les inventaires du Trésor des chartes et de la Chambre des comptes à l’époque moderne, dans Gazette des Archives, 166 (1994), p. 285-303.

57 Sur ce conflit, voir M. A. Visceglia, Il cerimoniale come linguaggio politico. Su alcuni conflitti di precedenza alla corte di Roma tra Cinquecento e Seicento, dans M. A. Visceglia, C. Brice (éd.), Cérémonial et rituel à Rome (xvie-xixe siècle), Rome, 1997 (Collection de l’École française de Rome, 231), p. 117-176, part. p. 154-162.

58 Au reste, ce paradoxe qui veut que les promoteurs d’une réforme s’en dispensent et conservent par-devers eux des papiers qu’ils demandent à leurs collaborateurs de remettre aux archives de l’État, n’est pas propre à Rome : en France, Richelieu en est un bon exemple : F. Hildesheimer, Richelieu, Paris, 2004, p. 493-497, « Richelieu et les archives ».

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540