Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices, écrits et papauté (XIIIe-XVIIe siècles)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Deuxième partie. Économie des offices et administration des finances

Finances pontificales et représentation diplomatique du Saint-Siège au temps d’Urbain VIII

Le cas de la légation du cardinal Francesco Barberini en France en 1625

Clément Pieyre

Texte intégral

  • 1 Sur la problématique du pouvoir pontifical à l’époque moderne, voir P. Prodi, Il sovrano pontefice (...)
  • 2 L. von Pastor, Storia dei papi dalla fine del Medio Evo, Rome, 1890-1934, 16 vol. La traduction it (...)
  • 3 P. Blet, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège : des origines à l’aube du xxe (...)
  • 4 O. Poncet, L’édition de la correspondance des nonces en France. Histoire et avenir d’une entrepris (...)
  • 5 B. Barbiche, La nonciature de France aux xvie et xviie siècles. Les nonces, leur entourage et leur (...)
  • 6 On ne dispose que de l’étude d’A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale en France au début (...)

1L’étude de la diplomatie pontificale au premier xviie siècle n’est pas une terra incognita, elle occupe même une place de premier ordre dans le panorama des études diplomatiques et ce pour deux raisons. La première tient à sa nature qui la rend unique : spirituelle et temporelle, la mission des représentants du Saint-Siège est en effet singulière1. La seconde tient à l’ancienneté des travaux consacrés à son histoire. L’ouverture des Archives vaticanes sous Léon XIII a fourni aux chercheurs une masse considérable de documents ; la monumentale et ancienne Geschichte der Päpste de Ludwig von Pastor2 est là pour nous le rappeler. Nous disposons aujourd’hui de la somme utile et durable du P. Blet sur la représentation diplomatique du Saint-Siège à travers les âges3. Notre connaissance du sujet est aussi complétée pour l’époque moderne par l’édition commentée des correspondances échangées entre Rome et ses agents, notamment la collection des Acta nuntiaturae gallicae4 pour la France et celle des Nuntiaturberichte aus Deutschland pour l’Empire. Toutefois, on ne s’intéresse que depuis peu à son fonctionnement propre et aux mécanismes qui la régissent et bien des domaines restent encore sources d’interrogations. L’étude des moyens financiers des ambassadeurs du pape, comme celle du renseignement pontifical, en est ainsi à ses balbutiements. Le mécanisme financier des nonciatures est certes connu dans ses grandes lignes5, mais force est de constater notre ignorance presque totale en ce qui concerne le fonctionnement des légations à l’époque moderne6.

  • 7 Archivio di Stato di Roma (cité ASR), Fondo Camerale II, Nunziature 6.
  • 8 Nous reprenons les conclusions de notre thèse d’École des chartes, soutenue en mars 2005, et consa (...)
  • 9 Sur la question valteline, voir la synthèse récente A. Borromeo (dir.), La Valtellina, crocevia de (...)

2Un registre de mandats datant de la légation en France en 1625 du cardinal Francesco Barberini (1597-1679) et conservé à l’Archivio di Stato di Roma7 permet de combler quelque peu cette lacune8. Le neveu du pape Urbain VIII avait été envoyé à Paris puis à Madrid comme médiateur de paix entre les deux couronnes à l’occasion du conflit politico-religieux de la Valteline9. Dans cette « guerre fourrée » avant l’heure, le pape Barberini (1623-1644) ne pouvait pas adopter une attitude d’indifférence : la défense de l’Italie, la sauvegarde du catholicisme et la paix entre ses fils Très Chrétien et Catholique, quoique depuis longtemps émancipés, étaient en effet en jeu. Face à ce triple défi, le souverain pontife s’employa à différentes reprises pour promouvoir un accord entre les puissances en présence.

  • 10 A. Tallon, Les missions de paix de la papauté au xvie siècle, dans D. Tollet (dir.) Guerres et pai (...)
  • 11 Elle est même biblique : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Ma (...)

3La légation en France en 1625 du cardinal Francesco Barberini est l’une de ces tentatives, la plus démonstrative, qui inaugure son pontificat. Reprenant le modèle des ambassades extraordinaires héritées du Moyen Âge, modèle qui a fait ses preuves avec plus ou moins de bonheur du xiiie au xvie siècle10, la légation du cardinal Francesco Barberini était la dernière solution à disposition du pape pour perpétuer l’illusion d’une Chrétienté dont il se voulait le gardien et le père commun. La tradition est forte11 et Rome avait réussi, du moins dans les apparences, à retrouver à la fin du xvie siècle une partie du prestige perdu dans les aventures guerrières des papes de la Renaissance. Mais la médiation pontificale conduite par le jeune cardinal Barberini se solda par un échec retentissant en raison de l’intransigeance romaine, de l’absence des Espagnols pendant les négociations et du subtil jeu de manipulation des Français.

  • 12 H. Biaudet, Les nonciatures apostoliques permanentes jusqu’en 1648, Helsinki, 1910, p. 75-78.
  • 13 B. Barbiche, Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo évêque de Camerino (1601-1604)(...)
  • 14 BAV, Archivio Barberini, Indice I, 792 bis.
  • 15 BAV, Urb. lat. 1095, fol. 161r : « Domenica [23 mars 1625] furono cavati da Castel Sant Angelo 12 (...)
  • 16 BAV, Archivio Barberini, Indice I, 792 bis : « Havendo la Santità di N. S. per suoi chirographi [. (...)
  • 17 A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale... cit., p. 66-67.

4Cela dit, les moyens financiers dont disposa le cardinal-neveu furent à la hauteur des ambitions pontificales. Quelques précisions sur les mécanismes financiers s’imposent. Depuis le pontificat de Grégoire XIII, les représentants diplomatiques du Saint-Siège recevaient une allocation mensuelle ainsi qu’une indemnité de déplacement. Mais l’argent ordinairement alloué par la Chambre apostolique aux nonces, ambassadeurs permanents, en France ne suffisait pas à combler toutes leurs dépenses ; le montant qui leur était attribué s’élevait au tournant du xvie et du xviie siècle à 300 écus par mois12, soit une somme annuelle de 3 600 écus. Les nonces étaient alors contraints d’utiliser les revenus de leur évêché, voire de dilapider le patrimoine familial. Par exemple, le nonce en France Innocenzo del Bufalo fit débourser par son frère Muzio, qui administrait le patrimoine familial, 4 200 écus en 1602, 3 848 en 1603, 5 145 en 160413. Tel était le prix à payer pour maintenir son rang à la cour de France. Par comparaison, les moyens financiers à disposition du légat Francesco Barberini sont considérables et témoignent de l’intérêt porté par Urbain VIII à la mission de son neveu en France et en Espagne. Une note sur des documents comptables datée du 29 juillet 1626 parle de 70 839 écus dépensés lors des légations aux deux couronnes du cardinal-neveu14. Le légat devait en effet faire face à des dépenses qui sortaient du cadre traditionnel des nonciatures. À cette fin, le pape avait consenti à prélever extraordinairement 12 000 doublons d’or dans les fonds secrets du château Saint-Ange15 et avait décidé que l’ensemble des frais occasionnés par les deux légations serait à la charge de la Chambre apostolique16. Le légat n’avait donc pas à investir des fonds personnels pour financer son ambassade. La dépositairerie générale attribua chaque mois près de 3 000 écus à Francesco Barberini pendant sa mission, soit trois fois plus que les 1 000 écus mensuels du légat Enrico Caetani en 1589-159017.

  • 18 R. de Roover, L’évolution de la lettre de change, xive-xviiie siècles, Paris, 1953 (Affaires et ge (...)
  • 19 Sur les finances pontificales, voir l’article éclairant de W. Reinhard, Reformpapsttum zwischen Re (...)
  • 20 ASR, Fondo Camerale II, Nunziature 6.
  • 21 BAV, Barb. lat. 5688, fol. 472r.
  • 22 BAV, Urb. lat. 1095, fol. 158r : « Et non havendoLe S. S assegnata provisione ferma, S. Bne vi m (...)

5Afin d’éviter les transferts d’espèces sonnantes et trébuchantes, Francesco Barberini utilisa le système de la lettre de change18. Il bénéficia pour ce faire de la présence et de l’expérience du banquier Matteo Sacchetti (1593-1659) qui l’accompagna avec le titre de trésorier de la légation. Il était le frère du cardinal Giulio Sacchetti, alors nonce en Espagne, et du marquis Marcello Sacchetti. Ce dernier était dépositaire général et trésorier secret d’Urbain VIII depuis 1623. C’était de lui que les représentants du Saint-Siège percevaient ordinairement leur traitement19. Marcello et Matteo Sacchetti faisaient ainsi le lien entre la dépositairerie générale et les dépenses du légat. Une fois l’argent transmis, un autre personnage entrait en jeu. Il s’agit de Francesco Covoni, agent de la Chambre apostolique, nommé intendant de la légation, littéralement « proveditore della legatione »20 ou « pagatore »21. Il tenait les bourses de l’ambassade et rédigea à cette fin un registre de mandats en vue d’un contrôle strict des comptes de la légation par la Chambre apostolique à son retour à Rome22. Sa nomination à ce poste le 20 mars 1625 fit l’objet de conversations qui précisèrent la nature de sa charge :

  • 23 BAV, Barb. lat. 5687, fol. 28v : « Francesco Covoni gentilhuomo fiorentino era stato ricevuto nell (...)

Francesco Covoni, gentilhomme florentin, avait été reçu dans la famille de S. E. pour tenir la bourse de la Chambre. Il semblait à l’évêque de Montefiascone, protrésorier, que le titre de trésorier de la légation était trop important, mais que celui de comptable, comme d’autres l’avaient proposé, l’était trop peu. Aussi, après de longues considérations, il le déclara intendant de la légation et lui donna la possession de sa charge le soir même, en lui faisant payer 10 000 doublons par Marcello Sacchetti, dépositaire général et trésorier secret de N. S. Il lui donna également une instruction sur la façon dont il devait utiliser l’argent de la Chambre, en lui recommandant expressément de ne pas recevoir d’ordres qui ne fussent souscrits par le légat23.

  • 24 Ibid., fol. 136r : « E ’l Passerino, oltre alla cura delle lettere e de’ corrieri, hebbe titolo di (...)
  • 25 Ibid., fol. 138v : « Restaron anche ’l Covoni e ’l Passerini, i quali si trattennero per saldare e (...)
  • 26 Ibid., fol. 267 : « [Le 3 juillet 1625] un altra congregazione si fece in camera del colonnello Ma (...)
  • 27 Sur la question, voir P. Cherubini, Mandati della Reverenda Camera apostolica (1418-1802). Inventa (...)

6Francesco Covoni était assisté de Bartolomeo Passerini, majordome, qui reçut le 22 avril 1625 le titre de comptable de la légation24. Les deux personnages travaillaient de concert25, mais des réunions de l’ensemble des officiers, sous la présidence du cardinal Barberini, permettaient à l’occasion d’orienter l’activité financière de la légation26. La tâche principale de Francesco Covoni était la rédaction des ordonnances ou mandats27, « note di spese », en faveur des officiers de la légation. Il est clairement énoncé dans ces documents que l’intendant règle une somme d’argent à quelqu’un pour des achats ou des dons, dont la nature est parfois explicitée. Les mandats doivent être signés de la main du légat et accompagnés d’une formule de reçu du bénéficiaire pour être valides. La teneur du premier mandat du registre est la suivante :

Sig. Francesco Covoni, proveditore della nostra legatione, pagato a don Vergilio Gherardi, mastro di casa, doppie cinquanta di Spagna a conte di spese fatte e da farsi per nostro servizio e dateglieno debito perché ne doverà dar conto con pigliarne ricevuta. Palazzo di Civi tavecchia, questo dì 24 di marzo.
Io, Vergilio sudetto, ho ricevuto quanto di sopra mano propria.

7Les personnes dépensant l’argent de la légation sont peu nombreuses et appartiennent toutes à l’entourage proche du cardinal-neveu. Elles occupent en effet une place essentielle dans la vie matérielle de la famille. Outre Carlo Magalotti, lieutenant des gardes pontificales et majordome, Bartolomeo Oreggi, aumônier de la légation, Vincenzo Martinozzi, gentilhomme, et Enrico Silvano, courrier, ce sont surtout quatre personnages auxquels sont destinés les mandats signés par le légat : Luigi Magalotti, Jacopo Guidetti, Bartolomeo Passerini et Vergilio Gherardi. L’intendant a classé les mandats par personne et a récapitulé à chaque fois dans un tableau (« sommario »), le montant et la date de rédaction de chaque acte.

Tableau 1. ARGENT ACCORDÉ PAR MANDATS AUX PRINCIPAUX OFFICIERS DE LA LÉGATION

Tableau 1. ARGENT ACCORDÉ PAR MANDATS AUX PRINCIPAUX OFFICIERS DE LA LÉGATION
  • 28 B.A.V., Archivio Barberini, Indice I, 792 bis.
  • 29 BnF, fr. 3732, fol. 5r-v.
  • 30 B.A.V., Barb. lat. 5687, fol. 142r.

8Le dépouillement des mandats pour chacun des officiers indique qu’il existait une certaine spécificité des tâches et des mandats. Un exemple : le fourrier Jacopo Guidetti a reçu vingt-neuf mandats du 21 avril au 13 novembre 1625 dont la plupart, lorsque la nature des frais était précisée, concernait l’achat de carrosses, de chevaux ou de matériel pour le logement du légat et de sa suite. Le majordome Vergilio Gherardi, quant à lui, avait en charge les gages de la famille et les frais de table. Néanmoins, l’exclusivité n’était pas forcément de mise. Le colonel Luigi Magalotti s’est aussi bien occupé de la poste que des aumônes, que l’aumônier Bartolomeo Oreggi avait pourtant mission de distribuer. Le montant et la longueur des mandats pouvaient être fort variables : à chaque dépense correspondait une note de frais. Celle-ci, la plupart du temps, ne concernait qu’un achat de faible importance, quelques francs tout au plus. Parfois cependant, les deux majordomes Bartolomeo Passerini et Vergilio Gherardi faisaient des achats groupés atteignant plusieurs centaines de doublons d’Espagne ; la direction et la coordination des services de la légation étaient en effet placées sous leur autorité. Le mandat prenait alors la forme d’une longue liste de dépenses où se côtoyaient aussi bien les aumônes, les produits alimentaires que les fournitures pour l’écurie ou les achats personnels du légat. Restituer précisément les dépenses occasionnées par la légation Barberini en se fondant sur le registre des mandats est ainsi une tâche difficile. Néanmoins, six catégories prépondérantes de dépenses se dégagent nettement. Ce sont par ordre décroissant : les frais de voyage, soit 2 359l. 19s. 1/2d. pour le voyage en galères de Civitavecchia à Saint-Tropez et 6 611l. 91s. pour le retour de Saint-Tropez à Livourne28, les frais de logement, les frais de bouche qui atteignirent en cinq mois près de 400 000l.29, les courriers, soit 3 645 écus30, les aumônes et les dons ; les achats personnels du légat.

  • 31 Archivio Doria Pamphili, Archiviolo Aldobrandini 197, fol. 25 r-v.
  • 32 Bibliothèque de l’Institut de France, Godefroy 1 pour le registre des suppliques et Godefroy 45 po (...)

9Les recettes de la chancellerie de Francesco Barberini ne permirent pas d’équilibrer la balance des finances31. La chancellerie, dirigée par le dataire Giovanni Battista Pamphili, le futur Innocent X, percevait une taxe, la componende, sur chaque acte signé ou expédié. Le montant de la perception était différent selon que l’acte était une bulle ou une supplique signée, qui sortait son plein effet32. Dans le premier cas, l’abréviateur Jacques Durand était chargé d’indiquer le tarif, variable selon la longueur de l’acte et le fond de l’affaire (2, 3 ou 4 écus), sur le pli des bulles et de le reporter sur le registre. Pour les absolutions et les dispenses matrimoniales, la taxe perçue était versée en aumône ; l’abréviateur devait alors inscrire dans le registre le montant de la taxe et la mention de l’aumône. La componende était remise pour les indulgences et tous les autres types de grâces. Les suppliques signées, qui sortaient donc leur plein effet, donnaient lieu, quant à elles, à la perception de 40 sous. À la fin de chaque mois, l’abréviateur rendait compte des recettes de la componende au dataire. C’est à ce moment qu’on utilisait les annotations marginales du registre des bulles qui permettaient de vérifier que les impétrants avaient bien payé. On déduisait ensuite des recettes les dépenses pour le papier et la cire. La somme qui resta à la fin de la légation en France, à savoir 765 écus, fut enfin partagée en trois entre le légat, le dataire et l’abréviateur qui reçurent chacun 255 écus.

  • 33 Archivio Doria Pamphili, Archiviolo Aldobrandini 197, fol. 207r-209r.

Tableau 2. LES COMPTES DE LA DATERIE TENUS PAR L’ABRÉVIATEUR JACQUES DURAND33

Tableau 2. LES COMPTES DE LA DATERIE TENUS PAR L’ABRÉVIATEUR JACQUES DURAND33
  • 34 ASR, Fondo Camerale II, Nunziature 6 : « E prima vi sono mandati per la somma di doppie 3 134 di S (...)
  • 35 Ibid. : « Vi sono poi altri mandati di spese fatte per detta legatione ascendenti in tutte alla so (...)
  • 36 Ibid. : « Restano debitori il Guidetti di doppie 255 et il Gherardi di doppie 170 de’ quali il sig (...)
  • 37 Ibid. : « Quanto al sig. Passerini, che anco esso è debitore di doppie 107 in circa, potrà essere (...)
  • 38 Ibid. : « Oltre alla partite predette vi sono altre doppie 3 150 di [...] proprio de’ sig. Sachett (...)

10Au retour de Francesco Barberini à Rome, son intendant Francesco Covoni présenta à la Chambre apostolique le registre de mandats qu’il avait rassemblés afin de solder les comptes de la légation. L’examen consistait en une comparaison minutieuse entre l’argent distribué par mandats et l’argent reçu et effectivement dépensé par les bénéficiaires. La nature diplomatique imparfaite de certains actes fut source de quelques difficultés. Le premier groupe d’actes posant problème atteignait la somme de 3 134 doublons. Signés par le cardinal-légat, ils ne contenaient pas le reçu des particuliers auxquels l’argent avait été distribué. La Chambre ne fit pas de complications pour les admettre34. Le second ensemble regroupait les mandats non signés par le légat et sans mention du reçu, il atteignait un montant de 22 950 doublons. Mais comme ces dépenses avaient été faites par des tiers, notamment par les collaborateurs de Barberini, et que ceux-ci en avaient rendu compte par la suite, ces mandats furent finalement acceptés35. Après examen, Jacopo Guidetti et Vergilio Gherardi restaient débiteurs respectivement de 255 et de 170 doublons. Cette somme à rendre résultait probablement du décès des deux hommes au cours de l’ambassade et, selon les termes de la Chambre, il ne saurait être question de douter de leur bonne foi passée36. Bartolomeo Passerini, quant à lui débiteur de 107 doublons, devrait régler son dû à son retour dans la Ville37. Il restait enfin la somme de 3 150 doublons fournie par les banquiers Sacchetti pour financer les légations en France et en Espagne et entretenir les familiers du légat à hauteur de 75 400 écus. Ces dernières dépenses furent justifiées par une liste détaillée38.

  • 39 Ibid. : « Onde pare che si possano lecitamente saldare li sudetti conti non ostante che secondo lo (...)
  • 40 Voir A. Koller, Fabio Chigi. Nunzio e mediatore di pace in Germania, dans Istituto storico diocesa (...)
  • 41 B. Barbiche et S. de Dainville-Barbiche, La diplomatie pontificale de la paix de Vervins aux trait (...)

11À la fin de la vérification, la Chambre apostolique déclara que les comptes de la légation du cardinal Francesco Barberini pouvaient être soldés en dépit des imperfections des mandats et des comptes fournis39. Elle fit preuve à cette occasion d’une certaine souplesse et ne chercha pas à s’attirer le mécontentement d’Urbain VIII et de son neveu. La légation Barberini était pourtant un véritable gouffre financier pour le Saint-Siège et un échec diplomatique retentissant. Elle marque ainsi une étape décisive dans l’histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège. Engageant particulièrement l’autorité du souverain pontife – les légats a latere étaient littéralement détachés du « flanc du pape » –, les légations détenaient en effet une forte charge symbolique et leur échec était de fait particulièrement grave et coûteux pour le pape ; elles perdirent naturellement leur intérêt politique dans le règlement des conflits. Après l’échec du légat Marzio Ginetti à Cologne de 1636 à 1640, ce fut un nonce extraordinaire, Fabio Chigi40, que le pape envoya négocier en 1644 aux congrès de Westphalie. Si les légations à titre honorifique ne disparurent pas pour autant, « désormais ce sont les nonces qui deviennent les agents par excellence de la diplomatie pontificale »41. Au lendemain des traités de Westphalie, le temps des légations de paix était révolu.

Notes

1 Sur la problématique du pouvoir pontifical à l’époque moderne, voir P. Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982.

2 L. von Pastor, Storia dei papi dalla fine del Medio Evo, Rome, 1890-1934, 16 vol. La traduction italienne est plus complète que la version originale allemande entre 1886 et 1933.

3 P. Blet, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège : des origines à l’aube du xxe siècle, Cité du Vatican, 1982 (Collectanea Archivi Vaticani, 9).

4 O. Poncet, L’édition de la correspondance des nonces en France. Histoire et avenir d’une entreprise éditoriale française, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 86, 2000, p. 631-643.

5 B. Barbiche, La nonciature de France aux xvie et xviie siècles. Les nonces, leur entourage et leur cadre de vie, dans A. Koller (dir.), Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, Tübingen, 1998, p. 64-97. Voir aussi l’étude de cas de S. de Dainville-Barbiche, Maison, dépenses et ressources d’un nonce en France sous Louis XIV d’après les papiers du cardinal Fabrizio Spada, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 82, 1970, p. 919-970. Les introductions des volumes des Acta nuntiaturae gallicae contiennent généralement un chapitre consacré aux finances des nonciatures.

6 On ne dispose que de l’étude d’A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale en France au début du règne d’Henri IV (1589-1594) : cadre politique, moyens humains et financiers, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 151, 1993, p. 37-85. Sur les légations à l’époque moderne, voir B. Barbiche et S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere à l’époque moderne et le personnel des légations, dans L. Bély (dir.), L’invention de la diplomatie, Paris, 1998, p. 283-293 ; Id., La diplomatie pontificale de la paix de Vervins aux traités de Westphalie (1598-1648), permanences et ruptures, dans L. Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie, Paris, 2000, p. 555-566.

7 Archivio di Stato di Roma (cité ASR), Fondo Camerale II, Nunziature 6.

8 Nous reprenons les conclusions de notre thèse d’École des chartes, soutenue en mars 2005, et consacrée à « La légation du cardinal Francesco Barberini en France en 1625 ». Nous tenons à exprimer notre grande reconnaissance envers MM. les professeurs Bernard Barbiche, Alain Tallon et Olivier Poncet. Nous préparons l’édition critique de la correspondance échangée entre le légat Francesco Barberini et le surintendant de l’État ecclésiastique, le cardinal Antonio Barberini senior, en vue de sa publication dans la collection des Acta nuntiaturae gallicae.

9 Sur la question valteline, voir la synthèse récente A. Borromeo (dir.), La Valtellina, crocevia dell’Europa, Milan, 1998. Sur légation du cardinal Barberini, voir A. Bazzoni, Francesco Barberini legato in Francia ed in Ispagna nel 1625-1626, dans Archivio storico italiano, 5e série, 12, 1893, p. 335-360 ; A. Malvezzi, Papa Urbano VIII e la questione della Valtellina, dans Archivio storico lombardo, 8e s., 7, 1958, p. 5-113.

10 A. Tallon, Les missions de paix de la papauté au xvie siècle, dans D. Tollet (dir.) Guerres et paix en Europe centrale aux époques modernes et contemporaines. Mélanges d’histoire des relations internationales offerts à Jean Bérenger, Paris, 2003, p. 165-180 ; J. Gaudemet, Le rôle de la papauté dans le règlement des conflits entre États aux xiiie et xive siècles, réimpr. dans La société ecclésiastique dans l’Occident médiéval, Londres, 1980, n° VII.

11 Elle est même biblique : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Mat., 5-9), comme le rappelle A. Tallon, Les missions de paix de la papauté... cit., p. 165.

12 H. Biaudet, Les nonciatures apostoliques permanentes jusqu’en 1648, Helsinki, 1910, p. 75-78.

13 B. Barbiche, Correspondance du nonce en France Innocenzo del Bufalo évêque de Camerino (1601-1604), Rome-Paris, 1964 (Acta nuntiaturae gallicae, 4), p. 32.

14 BAV, Archivio Barberini, Indice I, 792 bis.

15 BAV, Urb. lat. 1095, fol. 161r : « Domenica [23 mars 1625] furono cavati da Castel Sant Angelo 12 000 doppie d’oro di quelle che ultimamente vi fece poste S. S in deposito, dovendo servire per la legatione del P. cardinale Barberini ».

16 BAV, Archivio Barberini, Indice I, 792 bis : « Havendo la Santità di N. S. per suoi chirographi [...] ordinato che tutte le spese che si dovessero fare all’Illmo sig. cardinale Barberini legato per occasione dell’andate, ritorni et altri delle legationi di Francia e di Spagna si facessero a spese della Camera... ».

17 A.-C. Tizon-Germe, La représentation pontificale... cit., p. 66-67.

18 R. de Roover, L’évolution de la lettre de change, xive-xviiie siècles, Paris, 1953 (Affaires et gens d’affaires, 4).

19 Sur les finances pontificales, voir l’article éclairant de W. Reinhard, Reformpapsttum zwischen Renaissance und Barock, dans R. Bäumen (dir.), Reformatio Ecclesiae. Beiträge zu kirchlichen Reformbemühungen von der alten Kirche bis zur Neuzeit. Festgabe für Erwin Iserloh, Paderborn, 1980, p. 779-796.

20 ASR, Fondo Camerale II, Nunziature 6.

21 BAV, Barb. lat. 5688, fol. 472r.

22 BAV, Urb. lat. 1095, fol. 158r : « Et non havendoLe S. S assegnata provisione ferma, S. Bne vi manda il sig. Francesco Covoni ministro cammerale che spenda e tenga a conto di detta Camera le spese ordinarie e necessarie per detta legatione, dovendo le spese particolari, donativi e simili il P. cardinale farli della borsa propria ».

23 BAV, Barb. lat. 5687, fol. 28v : « Francesco Covoni gentilhuomo fiorentino era stato ricevuto nella famiglia di S. E. perché tenesse la borsa della Camera. Pareva al vescovo di Montefiascone, il quale per esser protesoriere haveva questo pensiero che fusse troppo dargli titolo di tesoriere della legazione, e all’incontro pareva poco chiamarlo computista della Camera, com’era stato proposto da alcuni ; però dopo haverci fatto lunga considerazione, lo dichiarò per sua patente proveditor della legazione e gliene diede il possesso la stessa sera, facendogli pagare diecimila doppie da Marcello Sacchetti, depositario generale e tesoriere segreto di N. S. Gli diede anco un istruzzione sopra il modo con che si doveva governare cioè al pagar il danaro della Camera, commandandogli espressamente che non ricevesse ordini che non fussero soscritti dal medesimo legato ».

24 Ibid., fol. 136r : « E ’l Passerino, oltre alla cura delle lettere e de’ corrieri, hebbe titolo di computista della legazione ».

25 Ibid., fol. 138v : « Restaron anche ’l Covoni e ’l Passerini, i quali si trattennero per saldare e pagare diversi conti ».

26 Ibid., fol. 267 : « [Le 3 juillet 1625] un altra congregazione si fece in camera del colonnello Magalotti, al quale haveva il cardinale commesso la cura della casa ; v’intervennero il medesimo colonnello, Matteo Sacchetti, Francesco Covoni, il Gherardi, maestro di casa, il Guidetti e ’l Passerino, discorsero sopra gli affari domestici e del modo che si doveva tenere per l’avvenire nel governo della casa. Al cardinale fu significato il parere di ciascuno et egli dopo haver considerati tutti gl’inconvenienti che ne potevano nascere, ordinò che si seguitasse nella maniera e haveva stabilito Carlo Magalotti e che ’l Passerino, saldati li conti, facesse gli ordini pe ’l pagamento del danaro al Covoni, a cui carico fusse il creder a’ mandati che non erano sottoscritte da S. E. ; così di sborsare quel danaro che bisognava per le spese ordinarie della casa e di farsi dar conto distinto di tutta la spesa ».

27 Sur la question, voir P. Cherubini, Mandati della Reverenda Camera apostolica (1418-1802). Inventario, Rome, 1988 (Quaderni della Rassegna degli Archivi di Stato, 55).

28 B.A.V., Archivio Barberini, Indice I, 792 bis.

29 BnF, fr. 3732, fol. 5r-v.

30 B.A.V., Barb. lat. 5687, fol. 142r.

31 Archivio Doria Pamphili, Archiviolo Aldobrandini 197, fol. 25 r-v.

32 Bibliothèque de l’Institut de France, Godefroy 1 pour le registre des suppliques et Godefroy 45 pour celui des bulles. Pour une étude approfondie de ces registres, nous renvoyons le lecteur à nos articles : C. Pieyre, Un pouvoir et son exercice : les facultés du cardinal Francesco Barberini, légat a latere en France en 1625, dans Archivum historiae pontificiae, t. 43, 2005, p. 48-138 ; et Le Parlement de Paris et la vérification de la bulle des facultés du légat Francesco Barberini (6-10 mai 1625), dans Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire en France, 2003, p. 33-75.

33 Archivio Doria Pamphili, Archiviolo Aldobrandini 197, fol. 207r-209r.

34 ASR, Fondo Camerale II, Nunziature 6 : « E prima vi sono mandati per la somma di doppie 3 134 di Spagna, li quali sebene sono sottoscritti dall’Illmo legato, vi mancano in piedi le ricevuti dei particolari. Ma perché li detti mandati sono scritti per lo più in piedi dell’istessi conti dati di propria mano o sottoscritti dalli medesimi in faccia de’ quali sono stati fatti, pare che non resti difficoltà in ammeterli ».

35 Ibid. : « Vi sono poi altri mandati di spese fatte per detta legatione ascendenti in tutte alla somma di doppie 22 950 li quali per diversi impedimenti dell’Illmo legato non sono stati sottoscritti da lui e conseguemente mancano in piedi di essi le debiti ricevuti. Ma perché tali spese e pagamenti sono stati fatti per ma-no di terze persone et in particolare de’ ministri di S. S. Illma et a maggior parte di essi mandati vi sono conti dati da loro, e quanto al mastro di casa che ve ne ha la maggior parte ne ha tenuto conto in id libretto scritto di sua mano, rende assai giustificata questa partita oltre che quanto al sig. Covoni principale reste assai cauto, perché tiene le ricevuti appresso di sé in maggior somma del danaro pagato per tal causa volta per volta a tali persone di consenso dell’Illmo legato et in detta somma sono comprese circa doppie 83 che d’ordine in voce di S. S. Illma sono stati lasciati per aiuto di costà ad alcuni della sua famiglia ai quali esso sig. Covoni li haveva accomodati ».

36 Ibid. : « Restano debitori il Guidetti di doppie 255 et il Gherardi di doppie 170 de’ quali il sig. Covoni si fa esito per vigore delle loro ricevute, il qual debito puo ’l essere causato dalla morte dei medesimi, sapendosi di certo che del Guidetti in particolare vi sono pagamenti fatti e spese delle quali non si ha conto, e non è verisimile che per loro uso habbiano potuto valersi di tanta somma, essendo per altro nota la loro buona fede ».

37 Ibid. : « Quanto al sig. Passerini, che anco esso è debitore di doppie 107 in circa, potrà essere che habbia partite da contraporre a questo debito, nel suo ritorno ».

38 Ibid. : « Oltre alla partite predette vi sono altre doppie 3 150 di [...] proprio de’ sig. Sachetti. notate dal sig. Covoni per introito et esito come attenenti al negotio della legatione, le quali somme essi signori Sacchetti hanno pagate per tratte fattegli di più luoghi da diversi che li havevano spese in occorrenze della legatione d’ordine dell’Illmo legato, cui sono compresi altri danari pagati in Roma et 75 400 scudi assegnati per aiuto di costà da S. S. Illma a diversi gentilhuomini et altri della sua famiglia così per il servitio passato di Francia come per il presente di Spagna che tutto distintamente si specifica nel conto dato ».

39 Ibid. : « Onde pare che si possano lecitamente saldare li sudetti conti non ostante che secondo lo stile camerale non habbiano tutti li debiti requisiti per difetto delli impedimenti allegati, et in particolare della morte di quelli che hanno per lo più amministrato come si è detto ».

40 Voir A. Koller, Fabio Chigi. Nunzio e mediatore di pace in Germania, dans Istituto storico diocesano (Siena), Annuario, art. cit., 2000-2001, p. 36-55.

41 B. Barbiche et S. de Dainville-Barbiche, La diplomatie pontificale de la paix de Vervins aux traités de Westphalie... art. cit., p. 559.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. ARGENT ACCORDÉ PAR MANDATS AUX PRINCIPAUX OFFICIERS DE LA LÉGATION
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 2. LES COMPTES DE LA DATERIE TENUS PAR L’ABRÉVIATEUR JACQUES DURAND33
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540