Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naples, Rome, Florence

 | 
Jean Boutier
, 
Brigitte Marin
, 
Antonella Romano

Rome

Pour une histoire des antiquaires romains au xviiie siècle*

Daniela Gallo

Texte intégral

  • * Ce texte est la traduction mise à jour d’un article paru dans les MEFRIM, 111, 1999, 2, p. 827-845

1Si l’une des constantes de la littérature de voyage sur Rome est la figure de l’antiquaire érudit, tout aussi immuables sont les opinions des voyageurs sur ce personnage, souvent ennuyeux, pas toujours cultivé, un rien profiteur : autrement dit, un de ces maux nécessaires pour passer un agréable séjour dans la Ville Éternelle, et ce d’autant plus au xviiie siècle, le siècle de l’histoire antiquaire par excellence. Qui étaient, en réalité, ces maîtres de l’érudition de la Rome du xviiie siècle ? Quels étaient leurs origines, leur statut social, leur formation ? Quels étaient leurs lieux de rencontre ? De quels moyens disposaient-ils pour vivre et travailler ? Et surtout, la profession d’antiquaire pouvait-elle être une véritable profession ? Nous nous efforcerons de répondre à ces questions en sélectionnant quelques exemples, à notre avis symptomatiques mais certes non exhaustifs, du système très composite qu’animèrent les antiquaires qui travaillèrent et vécurent à Rome du pontificat de Clément XI Albani (1700-1721) à la fin de l’Ancien Régime.

Des Toscans, un Romain, des Vénitiens

  • 1 Voir à ce sujet, les observations de M. P. Paoli, Le ragioni del principe e i dubbi della coscienz (...)

2Dès la Renaissance, à Rome, la présence toscane à la Curie ou parmi les familiers des palais cardinalices a été prépondérante et l’intérêt que les Toscans portaient à l’art ou à l’Antiquité était célèbre. Entre le xviie et le xviiie siècle, et non pas seulement à cause des choix politiques de Côme III1, leur nombre sembla augmenter. Ce phénomène était peut-être dû à la tradition qui poussait les rejetons de l’aristocratie toscane à se rendre à Rome pour faire leur droit.

  • 2 Outre l’article cité ci-dessus, cf. P. Barocchi et D. Gallo (dir.), L’Accademia etrusca. Catalogue (...)
  • 3 Roma, 1698. Le livre était dédié à « l’Altezza Serenissima di Cosimo III Granduca di Toscana ».
  • 4 Et notamment pour les ivoires et les verres paléochrétiens comme en témoignent ses Osservazioni so (...)

3Ainsi Filippo Buonarroti, dont la réputation de meilleur antiquaire de la péninsule allait grandissante, avait quitté Rome au tournant du siècle, rappelé à Florence pour des raisons de famille, mais surtout à cause des exigences politiques du grand-duc2. L’année précédant son départ, parurent ses Osservazioni Istoriche sopra alcuni Medaglioni antichi de la collection du cardinal Carpegna3, livre manifeste d’une science nouvelle des antiquités, empreinte de l’empirisme scientifique des héritiers de l’Académie du Cimento et des théories anglaises de Newton, où l’illustration de tous les témoignages du passé, savamment analysés, contribuait à une tentative de reconstruction objective de l’histoire antique. D’abord élu sénateur du grand-duché puis nommé auditeur des Réformes et de la juridiction – tandis qu’à Rome il avait été auditeur du cardinal vicaire Gaspare Carpegna –, Buonarroti rapporta à Florence le goût des antiquités chrétiennes4, déjà en vogue dans la Rome du xviie siècle, mais fut surtout l’insigne père fondateur de l’étruscologie. Il avait en effet dirigé l’édition du De Etruria regali de Thomas Dempster, publié à Florence en 1726, et parraina la toute nouvelle Accademia etrusca de Cortone dont il eut la présidence sa vie durant.

  • 5 Mais Bottari organisera également la bibliothèque de la famille Corsini et dès juillet 1737 il ser (...)
  • 6 Cf. notre Ridolfino Venuti antiquario illuminato, dans L’Accademia etrusca cit., p. 84-88 et 102-1 (...)
  • 7 Cette information intéressante, qui confirme les liens étroits unissant les Venuti de Cortone à Ri (...)

4Une trentaine d’années après son retour à Florence et sur sa lancée, deux autres Toscans d’une certaine envergure firent leur apparition sur la scène romaine : Giovanni Gaetano Bottari et Ridolfino Venuti. Le premier, Bottari, expert au synode du diocèse de Florence, directeur de l’imprimerie granducale et collaborateur de Buonarroti pour l’édition de Dempster, reçut du pape Clément XII Corsini (1730-1740), élu depuis peu, un canonicat et la chaire d’histoire ecclésiastique et de controverse à l’université de la Sapienza5. Quant au second, le docteur Ridolfino, de la famille des marquis Venuti de Cortone, l’un des fondateurs de l’Accademia etrusca, il eut la charge d’auditeur du cardinal Alessandro Albani, en 17346. Quatre ans après seulement, et sans succès d’ailleurs, le Comte de Richecourt, régent lorrain en Toscane, le proposait à l’empereur pour le poste de Premier antiquaire de la Galleria de Florence7. Resté dans la clientèle de la famille Albani, Venuti fut nommé par Benoît XIV commissaire aux antiquités de Rome et conservateur des galeries pontificales en 1744, deux fonctions qu’il exerça jusqu’à sa mort, en 1763.

  • 8 Au sujet duquel on verra O. Michel, Nicolas Vleughels (1668-1737), relations et collections, dans (...)

5Enfin, Toscan de Rome lui aussi, le marquis Gregorio Alessandro Capponi8 fut l’artisan et le premier président du Musée du Capitole, fondé par Clément XII Corsini en 1735. Il était le dernier représentant de la branche romaine de la famille Capponi et avait aussi à son actif une célèbre collection de pierres gravées et d’objets provenant de fouilles ainsi qu’une riche bibliothèque ; il avait obtenu, quatre ans auparavant, la direction de la restauration de l’arc de triomphe de Constantin sur décision des commissaires de la Chambre Capitoline.

  • 9 À propos de l’histoire de l’édition du Museo Capitolino, voir P. Quieto, Giovanni Domenico Campigl (...)
  • 10 Museo Capitolino o sia Descrizione delle Statue, Busti, Bassirilievi, Urne Sepulcrali, Iscrizioni, (...)

6Somme toute, l’opération antiquaire du Musée Capitolin fut toute toscane, car, si Capponi veilla à la présentation des antiquités dans les salles du Palazzo Nuovo, ce fut le cardinal Neri Corsini qui décida de la publication du somptueux et savant catalogue à la gloire immortelle de son défunt oncle Lorenzo (Clément XII), dont il confia la partie scientifique à Monseigneur Bottari et les illustrations au Lucquois Giovanni Domenico Campiglia9. De même, ce fut l’antiquaire du pape Benoît XIV, Ridolfino Venuti, qui rédigea le guide des salles capitolines – le premier dans le genre – imprimé à l’occasion de l’année jubilaire de 175010.

  • 11 La formation complexe des lettrés romains du début du xviiie siècle a été récemment soulignée par (...)

7Les grands antiquaires d’origine toscane furent donc des patriciens, des aristocrates et des monsignori, actifs à Rome dans la première moitié du xviiie siècle, et les antiquités ne furent pas leur seul souci11.

  • 12 Apologia del Diario Italico del Molto reverendo Padre Don Bernardo Mont-faucon Monaco Benedettino (...)
  • 13 « Ficoroni fait depuis de longues années le métier de démonstrateur d’antiquités ; il a une grande (...)
  • 14 « [...] V. S.a. deverebbe impiegarsi appresso Sua Santità per il Sig.r Ficaroni – écrivait Vleughe (...)
  • 15 Collectanea Antiquitatum Romanarum quas Centum Tabulis Aeneis Incisa et a Rodolphino Venuti Academ (...)
  • 16 C’est ainsi qu’écrivait Pier Leone Ghezzi, Il Mondo Nuovo, tome V : BAV, Ottob. Lat. 3116, f. 29v, (...)
  • 17 D. Joh. Chrysostomi Scarfò Doctoris Theologi Basiliani in Collectanea Antiquitatum Romanarum... a (...)

8Quant à Francesco de’ Ficoroni, il entretint des rapports ambigus avec ces Toscans ; il était « un de ceux – comme l’écrivait le Volterran Paolo Alessandro Maffei en septembre 171012 – qui sont à Rome en quête d’étrangers pour leur faire voir les antiquailles matérielles de la Ville Éternelle » et « bien que dénué de tout savoir », il alla, « pour se distinguer des autres », jusqu’à « discréditer » le Diario Italico du père Montfaucon13. En effet, autant Ficoroni était le maître apprécié des antiquités du marquis Capponi14, autant ses rapports avec Ridolfino Venuti furent acrimonieux ; il accusait ce dernier d’incompétence, dans une longue polémique fomentée contre le catalogue, que Venuti avait rédigé, de la collection d’objets antiques du spetialetto (apothicaire) Borioni15, « l’un des meilleurs antiquaires » de la ville, aux dires du Président de Brosses, mais qui, en revanche, « ferait mieux de se faire des clystères aux tripes plutôt qu’à la Bourse »16, selon les partisans de Ficoroni. Dans les Observationes Criticæ17 du caustique don Scarfò, « docteur théologien basilien » – ainsi signait le vieux Ficoroni – il y avait du vrai, mais les contemporains y virent surtout une attaque en bonne et due forme contre un dangereux rival sur le marché, pourtant florissant, des antiquités romaines, l’apothicaire Borioni. Il est donc clair que vivre d’antiquités signifiait faire le cicérone et le marchand pour qui ne jouissait pas d’un emploi à la curie ou de la protection d’un personnage puissant.

9De la même génération que Buonarroti et Ficoroni, l’antiquaire Francesco Bianchini, Véronais d’origine, était un érudit de renom européen qui voyagea en France, en Belgique, en Hollande et en Angleterre et qui se plaisait à dire qu’il était, à la façon de Cicéron, un homme universel au sens de

  • 18 « [...] cittadino del mondo, ed uno della repubblica di tutti gli uomini, nato ad estendersi, e co (...)

citoyen du monde, et un de ceux de la République de tous les hommes, né pour s’épanouir et converser avec chaque siècle grâce à l’esprit, quand bien même le fait d’habiter un corps l’obligeait à se réduire à vivre parmi ses proches dans un lieu ou dans une époque donnés.18

  • 19 Camera, ed Inscrizioni Sepulcrali de’ Liberti, Servi ed Ufficiali della Casa di Augusto, scoperte (...)
  • 20 Del Palazzo dei Cesari. Opera postuma, Vérone, 1738.
  • 21 Outre l’essai de W. Oechslin, Storia e archeologia prima del Piranesi cit., voir aussi du même aut (...)

10Après avoir fait ses études chez les jésuites de Bologne et à l’université de Padoue, Bianchini était arrivé à Rome en 1684 pour soutenir sa thèse de doctorat in utroque iure. Jouissant de la protection des Ottoboni, dont il devint le bibliothécaire, et nommé président des antiquités de Rome par Clément XI Albani, il dirigea en 1705 les premières fouilles systématiques sur l’Aventin, qui furent suivies, dès 1720, de celles de la Domus Flavia sur le Palatin pour le compte du duc de Parme, et de celles des Camere... sepolcrali di Liberti, Servi ed Ufficiali della casa di Augusto, découvertes le long de la Via Appia en 1726, pour le compte du cardinal de Polignac19. En 1700, Bianchini avait fondé, en l’honneur de l’un des futurs cardinaux-neveux, Alessandro Albani, une « Accademia degli Antiquari Alessandrini » dont les réunions se tenaient au Quirinal et portaient sur des sujets de science et d’antiquité. Personnage clé de la préhistoire de l’archéologie pour la rigueur nouvelle avec laquelle il aborda le problème des fouilles tant sur le terrain qu’au moment de la publication des découvertes, Bianchini fut l’un de ces docteurs-antiquaires hors pair qui n’étaient pas Romains, mais étaient familiers du pouvoir officiel, et dont les travaux représentent, aujourd’hui encore, un moment capital dans l’étude et la réflexion. C’est précisément au cours de ces vingt dernières années que les historiens de l’art ont démontré que le volume sur les Camere... sepolcrali des affranchis de Livie et celui sur le Palazzo dei Cesari, publié à titre posthume en 1738 et dédicacé à Louis XV20, ont été à l’origine de nombreuses et célèbres compositions de Piranèse sur les Antichità Romane21.

  • 22 Prima Parte di Architetture e Prospettive inventate ed incise da Giovanni Battista Piranesi archit (...)
  • 23 Comme l’ont bien mis en lumière C. Gasparri, La Galleria Piranesi da Giovan Battista a Francesco, (...)
  • 24 Cf. BAV, Ottob. Lat. 3112-3119.
  • 25 Comme l’ont démontré F. de Polignac, La « fortune » du columbarium cit. ; R. Battaglia, Da Frances (...)

11Quant à Piranèse, dessinateur, graveur et architecte, il incarne un autre archétype du cercle antiquaire romain de la première moitié du xviiie siècle, celui précisément de l’artiste-antiquaire. Arrivé de Venise à vingt ans à peine, il publia son premier grand ouvrage romain, la Prima parte di Architetture e Prospettive, en 1743, chez les Pagliarini22, les tout aussi jeunes éditeurs du nouveau Giornale de’ Letterati et des Saggi di dissertazioni de l’Accademia etrusca di Cortona. Grâce aux frères Pagliarini, qui faisaient partie des familiers du cardinal secrétaire d’État, Silvio Valenti Gonzaga, Piranèse fut très vite introduit dans le cercle du pape Benoît XIV Lambertini (17401758). Il fut également proche des Français de Rome sa vie durant et, de surcroît, courtisé par les Anglais du Grand Tour. Bien que collectionneur d’objets antiques lui-même23, Piranèse s’intéressa plutôt aux fouilles, aux édifices et aux problèmes de reconstruction architecturale et urbanistique de la Rome antique. Un peu comme Pier Leone Ghezzi, le peintre-antiquaire de la première moitié du siècle, dont la renommée a été pendant trop longtemps limitée à son extraordinaire activité de chroniqueur de ce Mondo Nuovo24, alors qu’il fut aussi, pendant plus de quarante ans (de 1708 à 1747), le peintre officiel de la Chambre Apostolique, un musicien, un concepteur de machines de scènes, un excellent dessinateur de vestiges antiques et un commentateur attentif de ces fameuses fouilles de colombariums qui suscitèrent tant d’intérêt chez les antiquaires-archéologues contemporains25.

Intérêt public, intérêts privés : fouilles, collections, académies, marché

  • 26 À ce sujet voir F. Ferretto, Note storico-bibliografiche di archeologia cristiana, Rome, 1942, p. (...)
  • 27 Voir, notamment, les exemples illustrés par F. de Polignac dans deux articles cités ci-dessus aux (...)

12Dans la mesure où le mot antiquaire est avant tout synonyme d’érudit en matière de choses antiques, cette activité se décline de façon multiple et ses différentes facettes sont souvent indissociables. Le docteur in utroque étudie les antiquités en tant qu’historien et théoricien, il gère officiellement le patrimoine de l’État pontifical, exerçant une ou plusieurs des diverses fonctions instituées à cet effet – comme celle de conservateur des très saintes reliques et des cimetières (custode delle SS. reliquie e dei cimiteri), créée en 1672 par Clément X près le Vicariat de Rome pour éviter l’hémorragie de reliques et d’antiquités chrétiennes26 – cependant, il finit par posséder, lui aussi, sa propre collection et, donc, par se faire fatalement marchand. Le connaisseur à la façon de Ficoroni est un expert d’iconographie antique hors pair, un insigne interprète des inscriptions découvertes sur les fouilles qu’il réalise pour son compte ou à la demande de quelque riche mécène, cardinal ou prince étranger. L’achat du terrain à fouiller ou sa concession momentanée intervient alors et le commanditaire s’approprie des vestiges, dont une petite partie, convenue au départ, revient à l’antiquaire directeur des fouilles, et va ainsi grossir sa collection, autrement dit son commerce27.

  • 28 Tome premier, Rome, 1768 ; tome deux, Rome, 1769 ; et tome trois, Rome, 1772.

13C’est précisément dans les premières années du xviiie siècle que les plus riches de ces antiquaires-connaisseurs-marchands commencèrent à faire imprimer un catalogue illustré de leur collection, en ayant parfois recours aux offices d’un collègue plus qualifié pour les explications des planches. Les espoirs mis dans ces publications sont évidents : grâce à la diffusion des volumes illustrés, la qualité de la « collection » pouvait être portée à la connaissance et à l’appréciation d’un plus grand nombre de clients in pectore et les affaires n’en tiraient que bénéfice. Ce fut le cas, notamment, de la Collectanea Borioni mentionnée ci-dessus, ce catalogue rédigé par Ridolfino Venuti et recensé de façon si féroce par Ficoroni. Bartolomeo Cavaceppi, entre 1768 et 1772, fit de même, avec les trois tomes de sa Raccolta d’antiche statue busti bassirilievi ed altre sculture restaurate...28. Pour nos antiquaires du xviiie siècle aussi, la collection – qu’elle existât réellement ou en images seulement – fut donc le lieu par excellence d’échanges d’objets ou d’idées. Et puisque, selon toute vraisemblance, ces antiquaires furent également collectionneurs, c’est devant ces collections, sans doute, qu’il faut imaginer ces « conversations » privées dont parlent les récits de voyages et l’abondante correspondance des antiquaires eux-mêmes. Et si d’aventure la collection n’était connue que par les publications illustrées, la « conversation », autrement dit l’échange d’informations, se faisait alors par écrit, dans les journaux ou, plus discrètement, par voie épistolaire.

  • 29 À propos de cette transaction, se référer à O. Michel, Les péripéties d’une donation cit. Pour l’A (...)
  • 30 Comme le démontre, par exemple, la querelle évoquée par S. Pasquali, Il Pantheon cit., p. 99-100. (...)

14Nous avons rapidement mentionné l’Accademia degli Antiquari Alessandrini instituée par Bianchini au début du siècle, et nous ne devons pas oublier celle des « Romane Antichità », ressuscitée par Benoît XIV en décembre 1740 et dont la renaissance n’est sans doute pas étrangère aux manœuvres auprès du roi de Naples pour obtenir les fragments farnésiens de la Forma Urbis destinés aux nouvelles salles du Musée du Capitole29. N’ayant pas approfondi la réflexion sur ces institutions, il nous est difficile d’en évaluer l’importance dans notre domaine de recherche. Cependant notre opinion est que ces assemblées n’ont pas été les principaux canaux de la maturation et de la transmission du savoir antiquaire. Cela dit, en faire partie devait être, une fois encore, synonyme de promotion sociale et de choix politiques conformes aux positions officielles, avec les évidentes conséquences sur la réflexion historique ou érudite des membres antiquaires – et non pas uniquement dans le domaine des antiquités chrétiennes30.

  • 31 C’est ainsi que s’exprimait en 1781 l’éditeur vénitien Giambattista Pasquali en présentant Agli Am (...)
  • 32 Antiqua numismata maximi moduli aurea, argentea, aerea ex museo Alexandri S. R. E. card. Albani in (...)
  • 33 Cf. Cortone, Biblioteca del Comune e dell’Accademia Etrusca, cod. Cort. 498, f. 11 ; Opere di G. G (...)
  • 34 BAV, Vat. Lat. 7292, f. 57, lettre écrite de Bayreuth le 27 septembre 1755. Quatre ans auparavant, (...)
  • 35 Au sujet duquel, en 1778, Alessandro Verri écrivait : « Vi è un certo signor Tommaso Jenkins, ingl (...)
  • 36 Comme l’ont parfaitement démontré, entre autres, S. Howard, Bartolomeo Cavaceppi, Eighteenth Centu (...)
  • 37 La lettre envoyée à Antonio Cocchi à Florence le 7 septembre 1750 par le Florentin Domenico August (...)

15Il reste à se demander si à Rome, où le « caillou n’est pas la dernière de ses grandeurs »31, la profession d’antiquaire, telle que nous l’avons entendue jusqu’ici, était lucrative. « Il vaut mieux faire le cuisinier qu’étudier. On n’est guère gratifié et trop souvent rabroué sans raisons ni bonnes manières » écrivait à Anton Francesco Gori l’auditeur cortonais de la maison Albani, Ridolfino Venuti, en juillet 1739, se plaignant de n’avoir reçu qu’à grand peine 100 doppie pour le premier tome de ses Medaglioni Albani32. Devenu, comme nous l’avons déjà dit, commissaire délégué aux antiquités de Rome et pour tout le territoire de l’État pontifical, Venuti bénéficia d’un salaire mensuel de 12,23 écus, auxquels s’ajoutaient les émoluments de ses autres fonctions de « directeur des antiquités au Capitole » et de « commissaire aux fouilles d’antiquités, ciments et pouzzolanes » (commissario sopra gli scavi d’antichità, cementi e pozzolane), cette dernière créée pour lui par le pontife le 31 mars 174733. Néanmoins, il continua également à écrire des guides de la Rome antique et moderne et des catalogues de collections privées, s’efforçant d’en assurer la distribution auprès de ses collègues et amis, proches et lointains, comme en témoigne sa correspondance. De même, qu’il continua de commercer en œuvres antiques et modernes en tout genre, tant est que le baron de Gleichen en 1755 s’en remettait à « son patronage pour créer la Galerie de S.A.R. » le margrave de Bayreuth34. Serait-ce donc uniquement le négoce qui permettrait à l’antiquaire de la Rome de la première moitié du xviiie siècle de survivre dignement ? Les activités prospères des antiquaires-banquiers-marchands-diplomates de la seconde moitié du siècle, parmi lesquels brillait l’Anglais natif de Rome Thomas Jenkins35, ou le cas limite de Bartolomeo Cavaceppi, mort richissime grâce à ses restaurations de sculptures antiques36, sembleraient autoriser une réponse positive, car même Winckelmann ou les Visconti ne parvinrent pas à bâtir une véritable fortune. Du reste, le fait même que l’antiquaire, c’est-à-dire l’érudit en matière d’antiques, de la Rome du xviiie siècle ait toujours été impliqué dans d’autres activités, qu’elles fussent mercantiles, administratives, politiques, artistiques ou, nous dirions aujourd’hui touristiques, semblerait étayer l’hypothèse que seul le négoce – notamment à l’époque du Grand Tour – ou une activité artistique tout à fait particulière comme pouvait l’être celle de Piranèse, aient été à l’origine d’une certaine aisance du point de vue financier37.

Winckelmann, ou l’exception

  • 38 Dédié à Frédéric Auguste, roi de Pologne et prince électeur de Saxe, l’opuscule fut tiré à 50 exem (...)
  • 39 En réalité, dans les années vingt, étaient déjà parvenues à Dresde cinquante-deux sculptures de la (...)
  • 40 Au sujet duquel on verra surtout A. D. Potts, Greek Sculpture and Roman Copies I : Anton Raphael M (...)
  • 41 Entre janvier 1757 et fin août 1758, lorsque Winckelmann quitta Rome pour se rendre à Florence.
  • 42 Les mêmes qui l’aidèrent dans la rédaction en italien des deux volumes des Monumenti antichi inedi (...)
  • 43 Comme le prouve effectivement P. Griener, dans son essai L’esthétique de la traduction. Winckelman (...)
  • 44 Chez Andrea Bonducci.
  • 45 Ce catalogue, sans illustration, dédié au cardinal Albani, fut également rédigé dans l’espoir de t (...)
  • 46 Voir J. Bignami Odier, La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire de (...)

16Le séjour romain de Johann Joachim Winckelmann constitua, sans aucun doute, un cas tout à fait singulier ; il arriva à Rome le 19 novembre 1755 dans la suite du nonce apostolique à Dresde, le cardinal Alberico Archinto – celui-là même qui avait suscité et recueilli sa conversion réticente à la foi catholique. Ce fut sa réputation de brillant bibliothécaire et d’helléniste distingué qui convaincut Archinto de l’emmener à Rome, où ce dernier espérait le présenter comme auditeur à son confrère le cardinal Passionei, bibliophile d’un très grand raffinement. Voulant s’assurer une certaine indépendance vis-à-vis des Romains, Winckelmann était parti, muni d’une petite pension de deux cents thalers que lui avait attribuée la Cour de Dresde, et s’habillait, étant donné le peu de moyens dont il disposait, comme un artiste – Goethe fera de même, trente ans plus tard, pendant son voyage en Italie. En juin, avait paru son opuscule sur ses Gedanken über die Nachahmung nach der griechischen Werke in der Malerei und Bildhauerkunst – considéré aujourd’hui comme le manifeste du mouvement néoclassique38. Cependant, ses connaissances en matière d’antiquités étaient à l’époque essentiellement livresques, car les seules vraies sculptures antiques, sur lesquelles son regard s’était posé, étaient les Vestali ercolanensi, découvertes à Portici par le prince d’Elbeuf au début du siècle et achetées à Vienne par le Prince Électeur de Saxe en 173639. Ce fut donc à Rome et grâce à la compétence d’Anton Raphaël Mengs – très grand peintre-antiquaire40 – que Winckelmann commença à regarder les œuvres d’art antiques en en considérant le style et non plus seulement l’iconographie, ce qui continua, en revanche, à être au centre des préoccupations des antiquaires romains contemporains. C’est ainsi qu’en dix ans, il mûrit et réalisa le projet de la Geschichte der Kunst des Alterhums, publiée à Dresde en 1764. Mais, à Rome, ces travaux passèrent presque inaperçus. Bien qu’il eût la protection d’Archinto – auprès duquel il vécut un an et demi41 comme bibliothécaire au palais de la Chancellerie – et qu’il devint ensuite très proche d’Alessandro Albani, au point de vivre pendant l’hiver dans son palais de la via delle Quattro Fontane et l’été dans la tour de sa nouvelle villa sur la via Salaria, Winckelmann demeura toujours un étranger à Rome. Il fut l’ami de quelques antiquaires comme Antonio Baldani, Bottari, le père Contucci ou Michelangelo Giacomelli42 mais son caractère difficile et toujours prompt à critiquer fit de lui, au fond, un homme isolé, tant parmi les Romains qu’au sein de la communauté étrangère de Rome. Fort peu nombreux étaient ceux qui lisaient ses œuvres, écrites en allemand43, et même sa Description des pierres gravées du feu Baron de Stosch, publiée à Florence en 176044, ne sembla pas susciter un grand intérêt dans le milieu des antiquaires florentins et romains. Peut-être faut-il y voir une certaine suspicion de l’autochtone vis-à-vis de l’étranger très cultivé qui lui révélait ce qu’il aurait dû comprendre et connaître par lui-même, étant donné la longue familiarité avec ces œuvres antiques, que le sort lui avait offertes45. Pas même la nouvelle charge d’antiquaire apostolique – il avait succédé à Venuti en 1763 – et celle de scriptor supranumerarius græcus à la bibliothèque Vaticane – obtenue par un bref du 5 septembre 176446 – ne semblèrent changer en rien cette réalité. Au contraire, la célébrité semblait plutôt l’agacer. Il écrivait, en effet, à Bianconi dans une de ses Gazette Antiquarie destinées au prince Friedrich Christian, le 26 mars 1765 :

  • 47 Ivi, p. 364-365, Relazione 13°.

[...] Per riempire il foglio con Coglionerie, sappiate, che mi si aprì una gran Strada per pigliare possesso del Posto d’Antiquario degl’Inglesi, se sapessi accomodarmi all’umor di quella gente. Io venni richiesto per far questo mestiere dal Duca di Gordon, Scozzese, e da Lord Hope, i quali per servirsi di me tutti due, s’aggiustarono fra di loro per la metà della Settimana all’uno dopo l’altro. Mi feci un poco pregare avendo poco prima abbandonato Lord Baltimore, persona di più di 40 anni, per la sua stravaganza e poco intendimento e gusto. Finalmente mi lasciai indurre dal mio Padrone a cui si erano indirizzati. Io ressi più d’Otto giorni con una pazienza da S. Macario, ma vedendo poi che le parole erano gittate a’ cani, gli mandai tutti in quel paese col voto di non impegnarmici mai più. Al primo, trovandomi solo con lui in carozza nell’andare al Belvedere, feci un discorso sopra la bellezza dell’Apollo, di Laoconte, del Torso etc. il quale avrebbe mosso a attenzione sin’a uno di que Canonici Tedeschi dell’Impero, che vengono a Roma a far la loro residenza, ma il Barone becco, e quel che gli va dietro non diede ne anche segno di vita accanto a me. Arrivato nel Cortile delle Statue tutto sfiatato, lo lasciai in vista delle Statue senza dirgli motto, e lì rimase come uno che vuol recere e non può. Diede una guardatina alle statue con quel viso Caledonio e insipido Brittannico, e se ne partì per portarmi alle quattro Fontane, senza veder altro. Allora me la fece salire, e gli feci un’Omelia co’ fiocchi, coll’intenzione di lasciarlo [...]47.

  • 48 De la brillante introduction de Zampa à l’édition des Lettere italiane cit., voir notamment les p. (...)
  • 49 N. Vian, Winckelmann alla Biblioteca Vaticana, dans Strenna dei Romanisti, 37, 1976, p. 439-441, a (...)

17Se montrant juste assez obséquieux pour réussir à pénétrer dans les méandres de la Curie romaine sans trop marcher sur les pieds d’autrui, assurément outrecuidant dans sa façon de dénigrer, sans retenue et à son insu, un mécène momentanément tombé en disgrâce ou de trahir la confiance de ces antiquaires napolitains qui le mettaient généreusement et secrètement au courant des nouveautés des fouilles d’Herculanum et de Pompéi, notre Prussien est pour Giorgio Zampa l’incarnation d’un personnage de Goldoni et, par conséquent, une véritable créature du xviiie siècle48. Dans notre perspective, Winckelmann représente l’antiquaire idéal. Protégé et rémunéré par les prélats les plus importants et les plus puissants de l’État pontifical, il put, à Rome, se consacrer à l’étude des monuments antiques, éludant toute obligation officielle ou administrative avec une certaine facilité49.

  • 50 Sur l’histoire duquel on verra, entre autres, C. Pietrangeli, Scavi e scoperte di antichità sotto (...)
  • 51 L’image la plus célèbre est sans aucun doute le tableau de Bénigne Gagneraux, terminé dans les pre (...)
  • 52 Une étude parallèle à la nôtre, mais sur le monde des peintres, a été présentée par O. Michel, Viv (...)

18Ce n’est que dans le dernier quart de siècle, sous les pontificats de Clément XIV et de Pie VI, que, à notre avis, la profession d’antiquaire devint officielle et prit une forme plus proche des réalités de notre époque. Pour la réalisation du nouveau Musée Pio-Clementino au Vatican50, de 1771à 1784, année de sa mort, l’antiquaire Giambattista Visconti assuma en effet la responsabilité des achats et des restaurations des sculptures, la charge de leur présentation dans les salles et la tutelle des fouilles à Rome et dans l’État pontifical auxquelles s’ajouta, à partir de 1778, la direction des travaux pour le catalogue scientifique de la collection pio-clémentine, désormais somptueuse. Les compétences administratives, la connoisseurship, l’érudition devenaient de cette manière des qualités officiellement nécessaires au commissaire Visconti pour remplir, dans leur double acception, pratique et théorique – autrement dit de conservateur et de chercheur – les fonctions de directeur de musée et de surintendant aux fouilles. La nouvelle fonction d’antiquaire-conservateur elle-même acquérait un poids majeur du point de vue social, comme en témoignent les images solennelles, sculptées ou peintes, dans lesquelles Giambattista Visconti apparaissait aux côtés de Sa Sainteté sur les lieux mêmes de son activité51. De famille ligure, il avait une formation de scientifique et de médecin, il vécut probablement dans l’aisance mais certainement pas dans la richesse. En 1768, au moment de sa nomination, il avait pu compter sur une collection importante de monnaies antiques, sur la brillante explication d’une ciste mystique mais surtout sur les soutiens adéquats au sein de la Chambre Apostolique. Son histoire personnelle était le point d’arrivée d’un parcours de plusieurs siècles que la mode des voyages et la demande hypertrophiée du marché avaient enrichi d’éléments d’une grande modernité précisément au cours du « Settecento ». C’est ainsi qu’à Rome, en moins d’une cinquantaine d’années, les antiquaires des caricatures de Ghezzi se métamorphosèrent en historiens de l’art et en hommes de musée52.

Notes

1 Voir à ce sujet, les observations de M. P. Paoli, Le ragioni del principe e i dubbi della coscienza : aspetti e problemi della politica ecclesiastica di Cosimo III, dans F. Angiolini, V. Becagli et M. Verga (dir.), La Toscana nell’età di Cosimo III. Atti del convegno (Pisa-San Domenico di Fiesole, 4-5 juin 1990), Florence, 1993, p. 497-519.

2 Outre l’article cité ci-dessus, cf. P. Barocchi et D. Gallo (dir.), L’Accademia etrusca. Catalogue de l’exposition de Cortone, Palazzo Casali, 19 mai-20 octobre 1985, Milan, 1985, passim ; D. Gallo (dir.), Filippo Buonarroti e l’antiquaria sotto gli ultimi Medici. Catalogue de l’exposition de Florence, Casa Buonarroti, 25 mars-25 septembre 1986, Florence, 1986 ; Id., Filippo Buonarroti critico delle arti, dans Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di Lettere e Filosofia, s. III, XIX, 1989, p. 937-978 ; F. Haskell, History and its Images, New Haven-Londres, 1993, p. 169-173, 199, 271 et 541 (ici, selon la traduction française, Paris, 1995) ; D. Gallo, Rome, mythe et réalité pour le citoyen de la République des lettres, dans H. Bots et F. Waquet (dir.), Commercium litterarium. La communication dans la République des lettres, 1600-1750, Conférences des colloques tenus à Paris 1992 et Nimègue 1993, Amsterdam & Maarssen, 1994, p. 199 ; S. Corsi, La collezione archeologica di Casa Buonarroti, Milan, 1997, p. 16-20 ; et C. Cagianelli, Bronzi a figura umana, Cité du Vatican, 1999, p. 38-43.

3 Roma, 1698. Le livre était dédié à « l’Altezza Serenissima di Cosimo III Granduca di Toscana ».

4 Et notamment pour les ivoires et les verres paléochrétiens comme en témoignent ses Osservazioni sopra alcuni frammenti antichi di vasi antichi di vetro ornati di figure trovati ne’ cimiteri di Roma, all’Altezza Reale di Cosimo III Granduca di Toscana, Florence, 1716. Les p. 231-283 sont consacrées à des Osservazioni sopra tre dittici antichi d’avorio.

5 Mais Bottari organisera également la bibliothèque de la famille Corsini et dès juillet 1737 il sera nommé troisième conservateur de la Bibliothèque Vaticane. Sur ce grand Florentin, figure marquante du jansénisme romain, cf. G. P. Pignatelli et A. Petrucci, Bottari, Giovanni Gaetano, dans DBI, vol. 13, 1971, p. 409-418 ; V. Ferrone, Scienza natura religione. Mondo newtoniano e cultura italiana nel primo Settecento, Naples, 1982, p. 129-148, 155-168, 188-233, 326-333, 507-519 et 560-570 ; S. Alloisi, Giovanni Gaetano Bottari erudito e storico dell’arte, dans La galleria Corsini a cento anni dalla sua acquisizione allo Stato. Catalogue de l’exposition de Rome, Galleria Corsini, 19 janvier-18 mars 1984, Rome, 1984, p. 37-41 ; P. Quieto, Giovanni Domenico Campiglia, Mons. Bottari e la rappresentazione dell’Antico, dans Labyrinthos, 5/6, 1984, p. 3-36 ; S. Pasquali, Il Pantheon. Architettura e antiquaria nel Settecento a Roma, Modène, 1996, passim ; et M. P. Donato, Gli ‘strumenti’ della politica di Benedetto XIV : il ‘Giornale de’ Letterati’ (1742-1759), dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1997, 1, p. 39-61.

6 Cf. notre Ridolfino Venuti antiquario illuminato, dans L’Accademia etrusca cit., p. 84-88 et 102-106 ; R. T. Ridley, To protect the Monuments : the Papal Antiquarian (1534-1870), dans Xenia Antiqua, 1, 1992, p. 138-140 ; M. P. Donato, Gli ‘strumenti’ della politica cit. ; et S. Pasquali, Pro e contro la continuità tra monumenti antichi e chiese. Il tempio di Antonino e Faustina, le terme di Diocleziano, il Pantheon e il Colosseo a Roma intorno al 1750, dans D. Biagi Marino (dir.), Benedetto XIV e le arti del disegno. Atti del Convegno internazionale di studi di storia dell’arte (Bologna, 28-30 novembre 1994), Rome, 1998, p. 145-146.

7 Cette information intéressante, qui confirme les liens étroits unissant les Venuti de Cortone à Richecourt, est apparue récemment, dans une recherche de M. Fileti Mazza et B. Tommasello, Antonio Cocchi primo antiquario della Galleria Fiorentina 1738-1758, Modène, 1996, p. 3-4, n. 2, lettre de Camillo Piombanti, envoyée de Vienne, 25 janvier 1738, à Antonio Cocchi à Florence. Concernant les intérêts politiques liés à cette nomination, voir les considérations des deux auteurs Ivi, p. xxxiii-xxxvii.

8 Au sujet duquel on verra O. Michel, Nicolas Vleughels (1668-1737), relations et collections, dans Archives de l’art français, nouvelle période, 26, 1984, p. 165-176 (et également dans Id., Vivre et peindre à Rome au xviiie siècle, Rome, 1996 (Collection de l’École française de Rome, 217), p. 115-139) ; D. Levi, Glittica, dans L’Accademia etrusca cit., p. 176-180 et 212-213 ; M. Franceschini, La presidenza del Museo Capitolino e il suo archivio, dans Bollettino dei Musei Comunali di Roma, n.s., I, 1987, p. 63-65 ; M. Kiene, Giovanni Paolo Panninis Expertisen für Marchese Capponi und sein Galeriebild für Kardinal Valenti Gonzaga, dans Römisches Jahrbuch der Bibliotheca Hertziana, 26, 1990, p. 257-301 ; M. G. Barberini, « De lavori ad un fauno di rosso antico » ed altre sculture del Museo Capitolino (1736-1746). Alessandro Gregorio Capponi, Antonio Napolioni e Clemente Bianchi, dans Bollettino dei Musei Comunali di Roma, n.s., VII, 1993, p. 23-35 ; M. P. Donato, I corrispondenti di A. G. Capponi tra Roma e la Repubblica delle Lettere, dans Eutopia, II, 2, 1993, p. 39-47 ; M. Franceschini, La nascita del Museo Capitolino nel Diario di Alessandro Gregorio Capponi, dans RMC, I, 1993, 3, p. 73-80 ; et M. Ubaldelli, Dactyliotheca Capponiana. Collezionismo romano di intagli e cammei nella prima metà del xviii secolo, Rome, 1998.

9 À propos de l’histoire de l’édition du Museo Capitolino, voir P. Quieto, Giovanni Domenico Campiglia cit. ; et notre MUSEA. I cataloghi illustrati delle collezioni di antichità nel Settecento, dans M. G. Tavoni et F. Waquet (dir.), Gli spazi del libro nell’Europa del xviii secolo. Atti del Convegno di Ravenna (15-16 dicembre 1995), Bologne, 1997, p. 286-287.

10 Museo Capitolino o sia Descrizione delle Statue, Busti, Bassirilievi, Urne Sepulcrali, Iscrizioni, ed altre ammirabili, ed erudite Antichità, che si custodiscono nel Palazzo alla destra del Senatorio vicino alla Chiesa di Araceli in Campidoglio, Rome, 1750.

11 La formation complexe des lettrés romains du début du xviiie siècle a été récemment soulignée par M. P. Donato, Le strane mutazioni di un’identità : il ‘letterato’ a Roma, 1670-1750, dans B. Salvemini (dir.), Gruppi ed identità sociali nell’Italia di età moderna. Percorsi di ricerca, Bari, 1998, p. 275-314. Voir aussi, dans ce volume, la contribution de M. Caffiero, M. P. Donato et A. Romano, p. 209-242.

12 Apologia del Diario Italico del Molto reverendo Padre Don Bernardo Mont-faucon Monaco Benedettino della Congregazione di San Mauro contra le osservazioni del Signor Francesco Ficoroni, composta dal Padre Don Romualdo Riccobaldi Monaco Benedettino della congregazione Cassinese dedicata agl’Illustrissimi ed Eruditisimi Signori i Signori Giornalisti di Venezia « Pœnas dat quisquis bonis maledicit », Plutarch. in apophteg., Venise, 1710, p. n. n. Selon le père Luigi Ranghiasci, Bibliografia Storica delle Città e Luoghi dello Stato Pontificio. Opera utile agli Storici, Antiquarj, Giuristi, Naturalisti, ed ogni altro Amatore delle Belle Arti, Rome, 1792, p. 194, note c, Riccobaldi est un pseudonyme de Paolo Alessandro Maffei, chevalier de l’Ordre de saint Étienne et de la Garde pontificale, plus connu comme auteur d’une Raccolta di Statue Antiche e Moderne, date in luce sot-to i gloriosi auspici della Santità di N. S. Papa Clemente XI, da Domenico de Rossi Illustrata..., Rome, 1704. Sur les aspects politiques de cette polémique, qui opposait la lectio catholique romaine à la critique, plus objective, des mauristes dans le domaine des reliques et des antiquités chrétiennes, voir les très justes observations de S. Pasquali, Il Pantheon cit., p. 42-44, et, notamment, p. 49, la note 52.

13 « Ficoroni fait depuis de longues années le métier de démonstrateur d’antiquités ; il a une grande routine de connaissances : c’est le guide ordinaire des étrangers ; mais il est vieux, sourd, parleur impitoyable et fatigant », notait pendant l’hiver 1739 le Président de Brosses dans sa lettre à M. de Neuilly (Lettres familières d’Italie, Paris, 1995, p. 236). Au sujet de cet antiquaire acariâtre, mais intelligent et brillant, il n’y a aucune étude d’ensemble. Dans l’attente, voir E. Fileri, Disegni settecenteschi dall’antico del Gabinetto Nazionale delle Stampe e la collezione di antichità di Francesco de’ Ficoroni, dans Xenia, 21, 1991, p. 93-120 ; F. de Polignac, La ‘fortune’ du columbarium. L’archéologie sub-urbaine et l’ébauche d’un nouveau modèle culturel, dans Eutopia, II, 1, 1993, p. 41-63, passim ; et L. Asor Rosa, Ficoroni, Francesco de’, dans DBI, vol. 47, 1997, p. 395-396.

14 « [...] V. S.a. deverebbe impiegarsi appresso Sua Santità per il Sig.r Ficaroni – écrivait Vleughels, directeur de l’Académie de France, au marquis le 3 septembre 1732 – che così mal tratato e che in verità meritarebe più tosto ringraziamenti che le maniere ch’anno per lui », BAV, Capponiano 278 (1), f. 137r, lettre transcrite dans O. Michel, Nicolas Vleughels (1668-1737) cit., p. 126 (ici selon l’éd. Rome, 1996). En effet, le pauvre Ficoroni était depuis deux ans en résidence surveillée pour avoir acheté une tête de marbre noir « con un diamante in bocca » contrevenant à un décret récent qui interdisait le commerce d’objets antiques. Ce n’est qu’en 1732 qu’il se résolut à implorer l’intervention du cardinal Lambertini et trois ans plus tard, après avoir accepté de payer une contravention très salée, il fut finalement acquitté : voir à ce sujet L. Asor Rosa, Ficoroni cit., p. 396.

15 Collectanea Antiquitatum Romanarum quas Centum Tabulis Aeneis Incisa et a Rodolphino Venuti Academico Etrusco Cortonensi Notis illustratas exhibet Antonius Borioni, Rome, 1736 : cf. notre notice dans L’Accademia etrusca cit., p. 8889, n. 57. On aura d’autres éléments sur cette polémique, qui mit également en cause P. A. Maffei, auteur « parvi ingenii, nullius veritatis, nullius vetustatis monumentorum cognitionis aut practicæ aut speculativæ », ivi, p. 85.

16 C’est ainsi qu’écrivait Pier Leone Ghezzi, Il Mondo Nuovo, tome V : BAV, Ottob. Lat. 3116, f. 29v, où l’on lit « Antonio Borioni Spetiale alli Greci, il quale fa l’intendente di cose antiche e quanto farebbe meglio a fare i servitiali alle budella, e non alla Borsa, e per sopra nome si chiama lo spetialetto fatto da me Cav.e Ghezzi di ottobre 1737 ». Une dizaine d’année plus tard, annonçant la mort de Ficoroni à Lorenzo Mehus, R. Venuti n’aurait pas perdu l’occasion d’affirmer que le vieil antiquaire « si sarebbe fatto maggiore onore pubblicando le sole antichità senza ingerirsi nelle spiegazioni, le quali non erano per Lui », BAV, Ottob. Lat. 3128, f. 95v, lettre de Mehus à R. Venuti, Florence, 4 février 1747.

17 D. Joh. Chrysostomi Scarfò Doctoris Theologi Basiliani in Collectanea Antiquitatum Romanarum... a Rodulphino Venuti Academico etrusco Cortonensi Notis illustratas, exhibet Antonius Borioni, Observationes Criticæ, Venise, 1739.

18 « [...] cittadino del mondo, ed uno della repubblica di tutti gli uomini, nato ad estendersi, e conservare con ogni secolo per mezzo dell’animo, se bene obbligato a restringersi a vivere tra’ più vicini d’un luogo, o d’una età, per l’abitazione del corpo », La Istoria Universale Provata con monumenti, e figurata con simboli degli antichi e dedicata all’Eminentiss. e Reverendiss. Principe Pietro Ottoboni Cardin. Vicecancelliere, Rome, 1697, p. 8. Né en décembre 1662, Bianchini mourut à Rome le 2 mars 1729. Parmi les nombreux travaux que la critique lui a consacrés au cours de ces trente dernières années, cf. S. Rotta, Bianchini Francesco, dans DBI, vol. 10, 1968, p. 187-194 ; W. Oechslin, Storia e archeologia prima del Piranesi : nota su Francesco Bianchini, dans Piranesi nei luoghi di Piranesi. Archeologia piranesiana. Catalogue de l’exposition de Rome, Orti Farnesiani, Rome, 1979, p. 107-120 ; V. Ferrone, Scienza natura religione cit., p. 11-106, 172-178, 326-333 et 375-384 ; O. Michel, Les péripéties d’une donation. La Forma Urbis en 1741 et 1742, dans MEFRA, 95, 1983, 2, p. 997-1019 ; Id., Les fouilles Farnèse dans les jardins du Palatin : quelques documents inédits, dans G. Morganti (dir.), Gli Orti Farnesiani sul Palatino, Atti del Convegno internazionale (Rome, École française, 28-30 novembre 1985), Rome, 1990, p. 187-223 ; C. Chiarlo, Francesco Bianchini e l’antiquaria italiana del Settecento, dans J. Hübner Wojciechowska (dir.), L’eredità classica in Italia e Polonia nel Settecento. Atti dell’VIII Convegno di Studi promosso e organizzato dall’Istituto d’Arte dell’Accademia Polacca delle Scienze e dalla Fondazione Giorgio Cini di Venezia (Varsavia, 10-13 novembre 1987), Varsovie, 1992, p. 162-186 ; F. de Polignac, Archéologie, prestige et savoir. Visages et itinéraires de la collection du cardinal de Polignac, 1724-1742, dans A.-F. Laurens et K. Pomian (dir.), L’anticomanie. La collection d’antiquités aux 18e et 19e siècles. Actes du Colloque international (Montpellier-Lattes, 9-12 juin 1988), Paris, 1992, p. 19-26 ; H. A. Millon, Reconstructions of the Palatine in the Eighteenth Century, dans R. T. Scott et A. Reynolds Scott (dir.), « Eius virtutis studiosi » : Classical and Postclassical Studies in Memory of Frank Edward Brown (1908-1988), Hanovre et Londres, 1993, p. 479-493 ; F. de Polignac, La « fortune » du columbarium cit. ; Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, 19982, p. 220-229 ; et S. M. Dixon, Piranesi and Francesco Bianchini : Capricci in the service of pre-scientific archeology, dans Art History, 22, 2, juin 1999, p. 184-213.

19 Camera, ed Inscrizioni Sepulcrali de’ Liberti, Servi ed Ufficiali della Casa di Augusto, scoperte nella Via Appia, ed illustrate con le Annotazioni di Monsignor Francesco Bianchini veronese l’anno MDCCXXVII, Rome. Au sujet de ces fouilles très documentées voir H. Kammerer Grothaus, Camere sepolcrali de’ Liberti e Liberte di Livia Augusta ed altri Cesari, dans MEFRA, 91, 1979, p. 315-342.

20 Del Palazzo dei Cesari. Opera postuma, Vérone, 1738.

21 Outre l’essai de W. Oechslin, Storia e archeologia prima del Piranesi cit., voir aussi du même auteur : L’intérêt archéologique et l’expérience architecturale avant et après Piranèse, dans G. Brunel (dir.), Piranèse et les Français. Actes du Colloque (Rome, Villa Médicis, 12-14 mai 1976), Rome, 1978, p. 395-418.

22 Prima Parte di Architetture e Prospettive inventate ed incise da Giovanni Battista Piranesi architetto veneziano dedicate al signor Nicola Giobbe. Sur les rapports de Piranèse avec les Pagliarini, cf. G. Brunel, Recherches sur les débuts de Piranèse à Rome : les frères Pagliarini et Nicola Giobbe, dans Piranèse et les Français cit., p. 77-146.

23 Comme l’ont bien mis en lumière C. Gasparri, La Galleria Piranesi da Giovan Battista a Francesco, dans Xenia, 3, 1982, p. 91-107 ; et O. Neverov, Giovanni Battista Piranesi, der Antikensammler, ivi, p. 71-90.

24 Cf. BAV, Ottob. Lat. 3112-3119.

25 Comme l’ont démontré F. de Polignac, La « fortune » du columbarium cit. ; R. Battaglia, Da Francesco Bianchini a Giovan Battista Piranesi : l’illustrazione delle Camere sepolcrali dei Liberti di Livia, dans Dialoghi di Storia dell’Arte, 2, mai 1996, p. 58-81 ; et E. Fusconi et A. Moltedo, Pier Leone Ghezzi, un incisore ignoto e l’edizione delle Camere sepolcrali, dans E. Debenedetti (dir.), ’700 disegnatore : incisioni, progetti, caricature, Rome, 1997 (Studi sul Settecento romano, 13), p. 141-160. Mais sur Ghezzi voir également L. Guerrini, Marmi antichi nei disegni di Pier Leone Ghezzi, Cité du Vatican, 1971 ; V. Martinelli (dir.), Giuseppe e Pier Leone Ghezzi, Rome, 1990 ; E. Kieven, La collezione di disegni di architettura di Pier Leone Ghezzi, dans Studi sul Settecento Romano, 7, 1991, p. 143-175 ; I. Lauterbach, Pier Leone Ghezzi und Clemens XI Albani. Die Vorzeichnungen zu Buchillustrationen im Berliner Kupferstichkabinett, dans Jahrbuch der Berliner Museen, n.s., 33, 1991, p. 149-171 ; G. Fusconi, Da Bartoli a Piranesi : spigolature dai Codici Ottoboniani Latini della Raccolta Ghezzi, dans Xenia Antiqua, 3, 1994, p. 145-172 ; M. Lolli-Ghetti, « Piante e spaccati [...] della celebre Villa fatta edificare da Adriano Imperatore » : disegni di Pier Leone Ghezzi nella Biblioteca Apostolica Vaticana, ivi, p. 173-196 ; J. von Henneberg, Architectural Drawings of the late Italian Renaissance : The Collection of Pier Leone Ghezzi in the Vatican Library (Cod. Ottob. Lat. 3110), Cité du Vatican, 1996 ; G. Fusconi et A. Lo Bianco (dir.), Pier Leone Ghezzi. Settecento alla moda. Catalogue de l’exposition de Rome, Palazzo Barberini, 28 septembre-8 décembre 1999, Venise, 1999.

26 À ce sujet voir F. Ferretto, Note storico-bibliografiche di archeologia cristiana, Rome, 1942, p. 201-205.

27 Voir, notamment, les exemples illustrés par F. de Polignac dans deux articles cités ci-dessus aux notes 13 et 18 et, du même, Fouilles et découvertes, collections et documentation : le tournant de la décennie 1720-1730, dans J. Raspi Serra et F. de Polignac (dir.), La fascination de l’antique 1700-1779. Rome découverte, Rome inventée. Catalogue de l’exposition de Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 20 décembre 1998-14 mars 1999, Paris et Lyon, 1998, p. 26-29. Voir aussi I. Bignamini, British excavations in the Papal States during the Eighteenth Century : written and visual documents, dans Id. (dir.), Essays on the History of Archaeological Excavations in Rome and Southern Italy from the Renaissance to the Nineteenth Century, Londres, 1999.

28 Tome premier, Rome, 1768 ; tome deux, Rome, 1769 ; et tome trois, Rome, 1772.

29 À propos de cette transaction, se référer à O. Michel, Les péripéties d’une donation cit. Pour l’Académie bénédictine, outre les Notizie delle Accademie erette in Roma per ordine della Santità di N. Sig. Papa Benedetto decimoquarto, Rome, 1740, et les Argomenti de’ Discorsi da farsi... nelle Accademie nuovamente istituite di N. Sig. Papa Benedetto decimoquarto, Rome, 1742-1756, voir F. Magi, Per la storia della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, dans Atti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, s. III, Rendiconti, 16, 1940, p. 114-117 ; M. P. Donato, Le accademie romane e l’antiquaria : tre casi e alcune riflessioni, dans E. Vaiani (dir.), Dell’antiquaria e dei suoi metodi. Atti delle giornate di studio. Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa. Classe di Lettere e Filosofia, serie IV, Quaderni, 2, 1998, p. 143-144 ; E. Garms-Cornides, Storia, politica e apologia di Benedetto XIV : alle radici della reazione cattolica, dans Ph. Koeppel (dir.), Papes et Papauté au xviiie siècle. VIe colloque franco-italien. Société française d’étude du xviiie siècle, Université de Savoie Chambéry, 21-22 septembre 1995, Paris, 1999, p. 150-161 ; et E. et J. Garms, Benedetto XIV : arte e politica. Contributo alla discussione, dans D. Biagi Maino (dir.), Benedetto XIV e le arti del disegno cit., p. 395-399.

30 Comme le démontre, par exemple, la querelle évoquée par S. Pasquali, Il Pantheon cit., p. 99-100. Pour des considérations d’ordre général concernant la complexité d’une étude de la réalité académique italienne au xviiie siècle, voir M. P. Donato, Accademie romane. Una storia sociale (1671-1824), Naples, 2000.

31 C’est ainsi que s’exprimait en 1781 l’éditeur vénitien Giambattista Pasquali en présentant Agli Amatori delle Belle Arti l’opuscule anonyme de F. Milizia, Dell’arte di vedere nelle Belle Arti del Disegno Secondo i principii di Sulzer e di Mengs. Opera consacrata a S. E. il Signor Federigo Foscari Senatore Amplissimo, p. 3.

32 Antiqua numismata maximi moduli aurea, argentea, aerea ex museo Alexandri S. R. E. card. Albani in Vaticanam Bibliothecam a Clemente XII. pont. opt. max. translata et a Rodulphino Venuto cortonensi notis illustrata, Rome, 1739. Le second volume suivit en 1744. La citation est tirée de BMF, B VIII, f. 116, lettre envoyée de Rome le 25 juillet 1739. Mais voir aussi ibid., f. 104-105, les lettres du 4 septembre et du 27 décembre 1738 envoyées respectivement de Cortone et de Rome au même Gori. Sur les vicissitudes liées à l’édition de ce catalogue voir G. De Lorenzi, dans L’Accademia etrusca cit., p. 151-152, n. 103.

33 Cf. Cortone, Biblioteca del Comune e dell’Accademia Etrusca, cod. Cort. 498, f. 11 ; Opere di G. G. Winckelmann. Prima edizione italiana completa, IX, Lettere familiari... dal 1717 al 1768, Prato, 1832, p. 639 e 644, lettres à Riedesel et à L. Usteri, écrites de Rome le 9 avril et le 22 mai 1763 ; G. Mancini, Contributo dei Cortonesi alla cultura italiana, Florence, 1922, II ed., p. 136, note 4 ; et S. Pasquali, Pro e contro la continuità tra monumenti antichi e chiese cit., p. 152, note 63. Plus généralement, sur l’office d’Antiquaire papal voir R. T. Ridley, To protect the Monuments cit., p. 117-154.

34 BAV, Vat. Lat. 7292, f. 57, lettre écrite de Bayreuth le 27 septembre 1755. Quatre ans auparavant, et plus précisément le 6 novembre 1751, croyant que le cardinal Alessandro Albani était mort, le marquis de Rockingham – il avait vingt et un ans – avait écrit à Venuti de chez lui à Grosvenor Square, à Londres, pour lui demander d’intervenir en sa faveur pour l’achat de deux pièces appartenant à cette très célèbre collection, le Fauno colla macchia – « quella mia favoritissima Testa di Fauno tanto renommata » – aujourd’hui à la Glyptothèque de Munich, et « un Cameo della Testa di Phocion opera di Pirgotele, che mi ricordo è stato sospettato da lei esser moderno. Ma nondimeno incontra tanto il mio Genio che sarei fortunato nel comprarlo », ivi, f. 28.

35 Au sujet duquel, en 1778, Alessandro Verri écrivait : « Vi è un certo signor Tommaso Jenkins, inglese, che entrò in Roma con cinque paoli, e poi ha fatto il servitore : questo attualmente avrà centomila zecchini di fondo e la carrozza, casa ottima, trattamento ecc., il tutto colle antichità », G. Seregni (dir.), Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, X, Milan, 1940, p. 58-59. Sur Jenkins, voir T. Ashby, Thomas Jenkins in Rome, dans Papers of the British School at Rome, 6, 1913, p. 487-511 ; S. R. Pierce, Thomas Jenkins in Rome in the Light of Letters, Records and Drawings at the Society of Antiquarian of London, dans Antiquarian Journal, 45, 1965, p. 200-229 ; B. Ford, Thomas Jenkins, Banker, Dealer and Unofficial English Representative to the Holy See, dans Apollo, XCIX, 148, 1974, p. 416-425 ; S. Roettgen, Anton Raphael Mengs 1728-1779 and his British Patrons, Londres, 1995, p. 12-18 ; et A. Wilton et I. Bignamini (dir.), Grand Tour. Il fascino dell’Italia nel xviii secolo. Catalogue de l’exposition de Rome, Palais des Expositions, 5 février-7 avril 1997, Milan, 1997, p. 216-217, n. 156. En 1787, E. Q. Visconti rédigea le Catalogo di Monumenti scritti del museo del signor Tommaso Jenkins, imprimé à Rome, proposant, de nouveau, la même réalité déjà évoquée par Ridolfino Venuti et Antonio Borioni.

36 Comme l’ont parfaitement démontré, entre autres, S. Howard, Bartolomeo Cavaceppi, Eighteenth Century Restorer, New York-Londres, 1980 ; M. G. Barberini et C. Gasparri (dir.), Bartolomeo Cavaceppi scultore romano (1717-1799). Catalogue de l’exposition de Rome, Musée du Palais de Venise, 25 janvier-15 mars 1994, Rome, 1994 ; et C. Gasparri et O. Ghiandoni, Lo Studio Cavaceppi e le collezioni Torlonia, Rome, 1994.

37 La lettre envoyée à Antonio Cocchi à Florence le 7 septembre 1750 par le Florentin Domenico Augusto Bracci, installé à Rome comme antiquaire, est tout à fait claire ; on y lit : « Tutti gli inglesi che vengono a Roma, o lo faccino come credo per vanità o per diletto, subito ricercano dell’antiquario per vedere le rarità di Roma, e delle rarità in 15 o 20 giorni al più si veggono, e ciascuno cavaliere inglese che viene a vedere dette rarità, regalerà più di quel cavaliere inglese che averà imparato per cinque o sei mesi la lingua. Se si trova qualche cavaliere inglese molto dilettante, perché gusta sì pregievoli rarità, e ritorna a vederle, e questi regalano ancor molto più. Se si potesse far tutte e due le cose, cioè far vedere l’antichità ed insegnar la lingua, lo farei, ma non potendolo fare mi sono appeso al maggiore utile che si ricava dalle suddette, ed è quella ancor la più dilettevole tanto più ancora che de’ maestri di lingua ce ne sono molti e fanno come i servitori di piazza (che è cosa fortemente ridicola) che vanno i servitori agli alberghi a dimandare chi vuole un servitore, et i maestri di lingua girano tutti gli alberghi a dimandare chi vuole un maestro di lingua. Degl’antiquari al presente non v’è altro che Mr Roscel inglese (ch’era quel pittore che stava in casa Ambrogi al tempo di Mr Valpol il quale, è in disgrazia di Mr Mann e della sua abilità, ne passò sotto silenzio) ed io che faccio vedere l’antichità. Onde io credo che queste siano ragioni bastanti a sceglier di far più presto l’antiquario. Perciò supplico la sua bontà di favorirmi di raccomandarmi a tutti quei cavalieri inglesi che le si presenterà l’occasione per l’antiquario. E se non le fosse suo grande incommodo d’avvisarmelo quando mi favorisce di raccomandarmi qualcheduno mi farà l’onore di farmelo avvisare per mezzo del signor abate Marini ». Lettre conservée à Florence, Archivio Baldasseroni, Epistolario Cocchi, 16/3 et transcrite dans M. Fileti Mazza et B. Tommasello, Antonio Cocchi cit., p. 101, n. 163.

38 Dédié à Frédéric Auguste, roi de Pologne et prince électeur de Saxe, l’opuscule fut tiré à 50 exemplaires chez l’éditeur de Friedrichstadt Christian Heinrich Hagenmüller, mais une deuxième édition, revue, corrigée et enrichie d’un Sendschreiben über die Gedanken et d’une Erlaüterung der Gedanken, parut déjà l’année suivante à Dresde et à Leipzig, chez le Verlag der Waltherischen Handlung. On trouvera des considérations exhaustives sur cette œuvre dans l’introduction à l’édition bilingue français-allemand, 2e éd. Paris, 1990 ; et dans celle, récente, de l’édition italienne sous la direction de M. Cometa, Palerme, 1992. De la vaste bibliographie sur Winckelmann, on rappellera, outre la biographie de C. Justi, toujours aussi fondamentale, Winckelmann. Sein Leben, seine Werke und seine Zeitgenossen, Cologne, 19565 ; J. J. Winckelmann, Briefe, éd. W. Rehm et H. Diepolder, Berlin, 1952-1957 ; Id., Lettere italiane, éd. G. Zampa, Milan, 1961 ; W. Leppmann, Winckelmann, ein Leben für Apoll. Das rätselhafte, dramatische Lebensschicksal des Mannes, der als « Vater der Archäologie » und Begründer der deutschen Klassik Epoche machte, Berne et Munich, 1982, II ed. (éd. italienne, Milan, 1987) ; Th. W. Gaehtgens (dir.), J. J. Winckelmann 1717-1768. Vorträge der siebenten Jahrestagung der Deutschen Gesellschaft für die Erforschung des achtzehnten Jahrhunderts (Berlin, Ägyptisches Museum, 17-19 November 1982), Hambourg, 1986 ; G. Heres, Winckelmann in Sachsen. Ein Beitrag zur Kulturgeschichte Dresdens und zur Biographie Winckelmanns, Berlin-Leipzig, 1991 ; M. Disselkamp, Die Stadt der Gelehrten. Studien zu Johann Joachim Winckelmann Briefen aus Rom, Tübingen, 1993 ; A. Potts, Flesh and the Ideal. Winckelmann and the Origins of Art History, New Haven-Londres, 1994 ; et E. Décultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, 2000.

39 En réalité, dans les années vingt, étaient déjà parvenues à Dresde cinquante-deux sculptures de la collection de Frédéric Ier de Prusse – parmi lesquelles certaines ayant appartenu à Giovanni Pietro Bellori – vendues à Auguste II le Fort (Dresde 1670-Varsovie 1733) en échange de dragons. En 1728, environ deux cents autres pièces, parmi lesquelles un certain nombre des collections Chigi et Albani, avaient été acquises en Italie et immédiatement envoyées en Saxe. Dans un premier temps, toutes ces sculptures furent exposées dans les Grands Jardins du palais royal, puis elles furent provisoirement installées dans quatre pavillons de ces mêmes Jardins en 1747. Ce fut à cet endroit que Winckelmann les vit. « Ich Kann aber das Vorzüglichste von Schönheit nicht angeben – racontera-t-il plus tard, en 1763, dans l’Abhandlung von der Fähigkeit der Empfindung des Schönen in der Kunst, und dem Unterrichte in derselben – weil die besten Statuen in einem Schuppen von Bretern, wie die Heringe gepacket, standen, und zu sehen, aber nicht zu betrachten waren. Einige waren bequemer gestellet, und unter denselben sind drey bekleidete Weibliche Figuren, welche die ersten Herculanischen Entdeckungen sind ». Voir St. Gerrit Bruer (dir.), Winckelmann-Museum Stendal. Ausstellung zur Biographie Johann Joachim Winckelmanns, Mayence, 1996, p. 66 pour la transcription du texte, p. 64-70 pour l’histoire des collections d’antiquités de Dresde à l’époque de Winckelmann.

40 Au sujet duquel on verra surtout A. D. Potts, Greek Sculpture and Roman Copies I : Anton Raphael Mengs and the Eighteenth Century, dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XLIII, 1980, p. 150-173 ; et S. Röttgen, Zum Antikenbesitz des Anton Raphael Mengs und zur Geschichte und Wirkung seiner Abguß – und Formensammlung, dans H. Beck, P. C. Pol, W. Prinz et H. von Steuben (dir.), Antikensammlungen im 18. Jahrhundert, Berlin, 1981, p. 129-148.

41 Entre janvier 1757 et fin août 1758, lorsque Winckelmann quitta Rome pour se rendre à Florence.

42 Les mêmes qui l’aidèrent dans la rédaction en italien des deux volumes des Monumenti antichi inediti, spiegati ed illustrati, Rome, 1767, comme on l’apprend par sa lettre envoyée de Rome à Mengs, dans la première moitié du mois de mai 1762 : « [...] Il Sig.re Casanuova vi avrà dato parte dell’Opera intrapresa da noi due, da lui per i disegni, e da me per là descrizione : alla spesa dell’incisione anderemo contribuendo ognuno la parte sua, e il guadagno restera spartito ugualmente. Il disegno è di spiegare i punti più difficili nella Mitologia, nella Storia antica e ne’ costumi dell’antichità, provati con Monumenti inediti parte in gemme parte in bassorilievi, ed vi è di gia materia per più di Sessanta rami : la Spiegazione stesa in Italiano sarà terminata fra un mese, e passera prima sotto gli occhi de’ più esperti antiquarj e de’ più tersi ed eleganti Scrittori in Volgare, principiando da Baldani, Contucci, poi l’ultima raffinamenti gli darà Bottari e Giacomelli. Io resto unicamente attaccato alla spiegazione de’ soggetti difficili, senza diffondermi in raggio[na]menti dell’arte e dello Stile, come ho ardito di fare qualche volta nel Catalogo, e nella spiegazione medesima cammino con più precisione ancora evitando ogni apparenza di sfarza d’erudizione. Crederei che con questo metodo l’Opera dovrebbe riuscire gradita dal Pubblico e utile al Letterato e agl’Amatori dell’Arte. Vi spenderò quel che mi può avvanzare il Libraro per la Storia dell’Arte, il quale ne tiene gia in mano la maggior parte del MS ». Ici, selon l’édition de M. Kunze, Il manoscritto fiorentino di J. J. Winckelmann, Florence, 1994, p. 87-88. Baldani était un fidèle de la famille Albani. Depuis longtemps lié d’amitié avec le père Contucci, directeur du Museo Kircheriano, il avait avec lui une « conversation » antiquaire chaque dimanche, à laquelle fut ensuite convié, comme troisième membre, Winckelmann lui-même. Sa figure a été fort justement remise en valeur par S. Pasquali, Il Pantheon cit., p. 92-105 notamment. Originaire de Pistoia, Michelangelo Giacomelli était en revanche un autre Toscan de Rome, où il était arrivé en qualité de bibliothécaire du cardinal Fabroni, comme le rappelle M. P. Donato, Gli ‘strumenti’ della politica cit., p. 45 ss.

43 Comme le prouve effectivement P. Griener, dans son essai L’esthétique de la traduction. Winckelmann, les langues et l’histoire de l’art (1755-1784), Genève, 1998.

44 Chez Andrea Bonducci.

45 Ce catalogue, sans illustration, dédié au cardinal Albani, fut également rédigé dans l’espoir de trouver un acquéreur à la plus que célèbre collection de pierres gravées du défunt baron. Si, effectivement, une bonne partie de celle-ci fut ensuite achetée par Frédéric II de Prusse, Winckelmann ne fut rétribué, ni par le neveu et héritier du baron, Heinrich Wilhelm Müzell von Stosch – celui que les Florentins appelaient « Stoschino » –, ni par l’éditeur, l’abbé Bonducci, pour ce travail exténuant qui avait pris un an et demi. Cf. F. Borroni Salvadori, Tra la fine del Granducato e la Reggenza : Filippo Stosch a Firenze, dans Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia, s. III, VIII-2, 1978, p. 609612 ; et M. Cristofani, Winckelmann a Firenze, dans Prospettiva, 25, 1981, p. 24-30, texte réédité in Id., La scoperta degli Etruschi. Archeologia e antiquaria nel ’700, Rome, 1983, p. 142-156.

46 Voir J. Bignami Odier, La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire des collections de manuscrits avec la collaboration de J. Ruysschaert, Cité du Vatican, 1973, p. 304. L’année précédente, en mai, grâce à l’intervention d’Alessandro Albani, Winckelmann avait déjà été recruté à la Bibliothèque Vaticane en qualité de scriptor linguæ teutonicæ : cf. la supplique du cardinal au pape Clément XIII, éditée dans J. J. Winckelmann, Lettere italiane cit., p. 367-368, et le commentaire très caustique de l’antiquaire, qui en donnait la nouvelle à Gian Ludovico Bianconi par lettre du 30 avril 1763 : « [...] Ieri abbi l’onore di baciare la zampa santa di S. S. presentato da S. E. il quale ottenne per me 50. Scudi alla Vaticana col pretesto di far un Indice de’ MS. Tedeschi della Palatina, ma coll’intenzione di farmi pigliar posto in questa carriera, dove posso andare innanzi. Il primo posto mio alla Vaticana sarà quello di Custode del Museo dell’Antichità profane, che ora si stabilisce, e poi uno Scrittorato. Per piccola che sia per ora la sorte mia, ho almeno la consolazione a Roma, di non essere esposto al rimprovero, che non mi toccava quel tal posto, se l’avesse voluto quel tale. [...] », ivi, p. 371.

47 Ivi, p. 364-365, Relazione 13°.

48 De la brillante introduction de Zampa à l’édition des Lettere italiane cit., voir notamment les p. xliii-xliv.

49 N. Vian, Winckelmann alla Biblioteca Vaticana, dans Strenna dei Romanisti, 37, 1976, p. 439-441, a en effet démontré que le travail de l’antiquaire à la Bibliothèque Vaticane fut bien loin d’être productif. À ce sujet, voir aussi les deux lettres de Winckelmann rappelées à la note 33.

50 Sur l’histoire duquel on verra, entre autres, C. Pietrangeli, Scavi e scoperte di antichità sotto il pontificato di Pio VI, Rome, 19582 ; H. von Steuben, Das Museo Pio-Clementino, dans H. Beck, P. C. Pol, W. Prinz et H. von Steuben (dir.), Antikensammlungen im 18. Jahrhundert cit., p. 149-165 ; C. Pietrangeli, I Musei Vaticani. Cinque secoli di storia, Rome, 1985, p. 39-113 ; D. Gallo, Verzamelingen van oudheden van 1750 tot heden, dans E. Bergvelt, D. J. Meijers et M. Rijnders (dir.), Verzamelen. Van Rariteitenkabinet tot Kunstmuseum, Heerlen, 1993, p. 280-283 ; J. L. Collins, Arsenals of Art : the Patronage of Pope Pius VI and the End of the Ancient Régime, Ph.D. Yale Univ., 1994, Ann Arbor, 1995 ; et G. P. Consoli, Il Museo Pio-Clementino. La scena dell’antico in Vaticano, Modène, 1996.

51 L’image la plus célèbre est sans aucun doute le tableau de Bénigne Gagneraux, terminé dans les premiers mois de 1785 (Stockholm, Nationalmuseum, n. i. H 0,9025 ; une deuxième version exécutée l’année suivante pour Pie VI, est actuellement à Prague, Nàrodni Galeri, n. i. 09025), qui représente La visite de Pie VI et Gustave III de Suède dans les salles du Musée Pio-Clementino. Les deux fils de Giambattista, Ennio Quirino et Filippo Aurelio Visconti, étaient ici représentés en uniforme dans les salles du musée : Filippo Aurelio, en qualité de commissaire des antiquités, et, par conséquent, de directeur de ce même Museo Pio-Clementino ; quant à l’autre, Ennio Quirino – le plus célèbre antiquaire de son temps, mais encore second conservateur de la Bibliothèque Vaticane à l’époque – en qualité de collaborateur du tout nouveau musée et en celle d’auteur de son catalogue monumental. Sur la famille Visconti, outre le travail fondamental de G. Sforza, Ennio Quirino Visconti e la sua famiglia, dans Atti della Società ligure di storia patria, LI, 1923, voir aussi nos deux contributions Les Visconti de Rome, dans F. Hamon et Ch. MacCallum (dir.), Louis Visconti 1791-1853, Catalogue de l’exposition, Paris, 1991, p. 48-59 ; I Visconti. Una famiglia romana al servizio di papi, della Repubblica e di Napoleone, dans RMC, II, 1994/1, p. 77-90 ; et P. Vian, La Raccolta e la Miscellanea Visconti degli Autografi Ferrajoli. Introduzione, Inventario e Indice, Cité du Vatican, 1996, p. vii-xliii. Les portraits de Giambattista auxquels nous faisons allusion sont des détrempes sur papier aujourd’hui attribuées à Guido Piale (Musées du Vatican, Pinacothèque, n. i. 4197), réalisés vers 1781 et représentant La Visite de Pie VI aux travaux du Museo Pio-Clementino (cf. G. P. Consoli, Il Museo Pio-Clementino cit., p. 30, note 76, et fig. 12), et le bas-relief de Giovanni Pierantoni du Musée de Rome (n. i. 41086) sur le même thème, réalisé quelques mois avant la mort de l’antiquaire (cf. C. Pietrangeli, Lo scultore Giovanni Pierantoni e un rilievo del Museo di Roma, dans Bollettino dei Musei Comunali di Roma, XXII, 1975, p. 34).

52 Une étude parallèle à la nôtre, mais sur le monde des peintres, a été présentée par O. Michel, Vivre et peindre à Rome cit., p. 41-64. Sur le milieu des architectes romains de la première moitié du xviiie siècle, se sont penchés, en revanche, G. Curcio et al. (dir.), In Urbe Architectus. Modelli Disegni Misure. La Professione dell’architetto. Roma 1680-1750, Catalogue de l’exposition de Rome, Musée National du Château Saint-Ange, 12 décembre 1991-29 février 1992, Rome, 1991, p. 143-153 et 239-311.

Notes de fin

* Ce texte est la traduction mise à jour d’un article paru dans les MEFRIM, 111, 1999, 2, p. 827-845.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540