Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sauver son âme et se perpétuer

 | 
François Bougard
, 
Cristina La Rocca
, 
Régine Le Jan

Les femmes et la mémoire

Le rôle des comtesses dans la Francie occidentale du xie siècle

Emmanuelle Santinelli

Texte intégral

  • 1 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, (...)
  • 2 K. Leyser, Rule and conflict in early medieval society. Ottonian Saxony, Londres, 1979, p. 72 ; G. (...)
  • 3 P. Geary, La mémoire et l’oubli..., p. 114.
  • 4 E. Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, L (...)

1La mémoire « permet à l’individu de se situer dans sa parentèle, de prendre place dans la communauté des parents, vivants et morts »1. Historiens, ethnologues, anthropologues et sociologues qui ont travaillé sur la question s’accordent pour souligner la participation des femmes dans la prise en charge de la mémoire familiale2. À l’époque médiévale, la mémoire peut être entretenue par la memoria (prière pour les morts), mais aussi par d’autres biais de nature profane3. Le premier aspect a jusqu’alors davantage retenu l’attention des chercheurs qui se sont d’abord intéressés à la Saxe ottonienne. J’ai récemment essayé d’étudier le rôle des veuves dans l’entretien de la mémoire liturgique mais aussi profane4. J’entends préciser ici le rôle des comtesses dans la Francie occidentale du xie siècle : de quels parents entretiennent-elles la mémoire et comment ? Je m’intéresserai d’abord à la manière dont elles participent à la memoria familiale, en faisant des donations pro anima, d’une part, en fondant des lieux de mémoire, d’autre part, et ensuite, à la façon dont elles perpétuent de manière plus générale et profane le souvenir des parents défunts.

DONNER PRO ANIMA

  • 5 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres..., p. 69-100.

2L’Église a progressivement organisé, au cours du premier millénaire, le culte chrétien des morts5. Elle a réussi à s’imposer comme intermédiaire privilégié entre les vivants et les morts, en organisant un système d’échanges dans lequel, aux dons matériels, répondaient des contre-dons spirituels, notamment au profit des défunts. Les femmes, et notamment les comtesses du xie siècle, n’en sont pas exclues : elles y participent en réalisant des donations pro anima et en fondant des lieux de mémoire. Il s’agit de s’intéresser d’abord aux premières, en étudiant qui en sont les bénéficiaires. Les comtesses réalisent fréquemment des donations aux communautés religieuses, mais les bénéficiaires des contre-dons spirituels ne sont pas les mêmes selon qu’elles agissent en tant qu’épouses, le plus fréquemment aux côtés de leur époux, ou en tant que veuves, souvent associées aux enfants.

Privilégier, en tant qu’épouse, la cellule conjugale et les parents de l’époux

  • 6 Régine Le Jan dont l’approche est différente aboutit à des résultats similaires, Famille et pouvoir(...)
  • 7 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, Caen, 1961 [ci-après : Fauroux], no 47 (1017-1 (...)
  • 8 P. Marchegay, Cartulaire du Ronceray d’Angers, Angers, 1854 (Archives d’Anjou, 3) [ci-après : Ronce (...)
  • 9 L. Lex, Eudes, comte de Blois, Tours, Chartres, Troyes et Meaux (995-1037) et Thibaud son frère (99 (...)
  • 10 C. Métais, Cartulaire de l’abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, I, Paris-Chartres, 1893 [ci-a (...)
  • 11 TV, no 88, p. 160 (1045-1049) : (...) ego Gosfredus comes atque Agnes comitissa (...) pro redemptio (...)
  • 12 E. de Morel, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Corneille de Compiègne, I, Compiègne, 1894, [ci-après  (...)

3Les donations réalisées par des couples ou par le mari seul souscrites par son épouse, lorsqu’elles mentionnent qu’elles ont été faites pro anima, évoquent d’abord le couple, les enfants et la parenté de l’époux6. Entre 1017 et 1026, Papie souscrit une concession faite par son époux Richard II au Mont-Saint-Michel, pour la rédemption de son âme, celle de son père, de sa mère, de son épouse et de ses fils7. En 1028, Lorsque le comte d’Anjou, Foulques Nerra, et son épouse, Hildegarde, fondent, avec leur fils, Geoffroi Martel, le monastère de Notre-Dame de la Charité d’Angers, ils le dotent de divers biens, pour la rédemption de leurs péchés, ainsi que pour l’âme du père et de la mère de Foulques, à savoir le comte Geoffroi Grisegonelle et Adèle8. En 1034, Eudes II de Blois donne, avec son épouse Ermengarde et ses fils, un bois à l’abbaye de Saint-Julien de Tours, « pour le salut de son âme, celle de son épouse et de ses fils, Thibaud et Étienne »9. Lorsque Geoffroi Martel et son épouse, Agnès, donnent, en 1040, de nombreux biens à l’abbaye de la Trinité de Vendôme, à l’occasion de sa fondation, ils le font pour le remède de leur âme et le salut de leurs parents, tant ceux qui sont vivants que ceux qui sont déjà défunts10. Si l’expression laisse des doutes sur l’identité des parents concernés, un acte de quelques années postérieures qui enregistre une nouvelle donation du couple précise sans ambiguïté que celle-ci a été réalisée pour leur salut et la rédemption de l’âme de leurs parents, nominativement de Foulques, comte illustre, et de son épouse, Hildegarde11, c’est-à-dire les géniteurs de Geoffroi Martel. Vers 1095, Étienne-Henri, son épouse, Adèle, et leur fils, Guillaume, concèdent certains droits aux chanoines de Compiègne, pour « le remède de l’âme du père et de la mère [du comte] et la leur »12. La comtesse est donc associée à la memoria des parents de son époux.

  • 13 Ronceray, cité n. 8, no 126 (v. 1028), p. 91.
  • 14 Lex, cité n. 9, no 24, p. 159-160 (1034-1037) : (...) Odo comes (...) pro animae meae patrisque mei (...)

4Il est même possible qu’elle en ait parfois l’initiative. Un acte réalisé vers 1028 au profit de Notre-Dame de la Charité enregistre une donation effectuée par Foulques Nerra, à la prière pressante de sa chère épouse, Hildegarde, pour l’âme de ses parents et rémission de ses péchés13. Entre 1034 et 1037, Eudes II de Blois réalise, à la prière de son épouse Ermengarde, une donation en faveur de Marmoutier, pour la rédemption de son âme, de celle de son père, de sa mère, de son épouse et de ses fils14. Il est difficile de mesurer exactement le degré d’intervention des comtesses et de savoir si elles ont réellement l’initiative de ces donations ou si elles sont mises en avant pour l’occasion, par leur époux, pour une raison ou une autre.

  • 15 J. Besly, Histoire des comtes de Poitou et des ducs de Guyenne, preuves, Paris, 1697 [ci-après : Be (...)
  • 16 M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), Paris, 1908 [ci-après : Phil (...)

5L’association de la comtesse à la memoria des parents de son époux n’exclut cependant pas sa participation à celle de ses propres parents, comme le révèlent quelques actes, rares il est vrai. En 995, la duchesse d’Aquitaine, Emma, fait confirmer par son frère, le comte Eudes Ier de Blois, la fondation de l’abbaye de Bourgueil sur une terre que leur père, le comte Thibaud le Tricheur, lui avait concédée en dot : confirmation que celui-ci accorde pour que la communauté prie assidûment pour son salut et la rémission de ses péchés, ainsi que pour ceux de tous ses parents, tant vivants que défunts15. En 1066, un diplôme de Philippe Ier confirme les biens dont le comte Baudouin V de Flandre a doté l’église Saint-Pierre de Lille, ainsi que ceux donnés par son épouse, la comtesse Adèle, pour que les chanoines célèbrent l’anniversaire de son père, le roi Robert16.

  • 17 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 292.

6L’analyse des actes qui nous sont parvenus semble donc révéler que la comtesse est davantage liée à la memoria des parents de son époux qu’à celle de ses propres parents. Le mariage fait sortir la femme de sa parenté, même si les relations ne sont pas rompues17. La mort du mari modifie ce schéma.

Donner, devenue veuve, pro anima mariti, filiorum et parentum

  • 18 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, I, Paris, 1940 [ci-après : Saint-Père (...)
  • 19 H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne depuis le vie jusqu’à la f (...)
  • 20 Lex, cité n. 9, no 6, p. 130 : (...) pro (...) senioris sui dulcis memoriae, comitis Odonis, peccat (...)
  • 21 Ibid., no 8, p. 133 (996-1001) : (...) pro remedium animarum nostrarum et asolutionem piissimi Odon (...)
  • 22 Fauroux, cité n. 7, no 17, p. 99 : (...) pro animae ipsius dicti viri precipue remedio, deinde pro (...)
  • 23 De rerum scitu dignissimarum a prima fundatione monasterii S. Nicolai Andecavensis, éd. L. Lepellet (...)
  • 24 Ibid., p.59 : (...) pro anima Domini mei Stephani comitis (...).

7Devenues veuves, les comtesses font de leur époux défunt le principal bénéficiaire de leurs donations pro anima. La comtesse de Blois Liégearde fait une donation à Saint-Père de Chartres, en 978, « pour obtenir le pardon tant de ses crimes que de ceux de [son] très noble seigneur et glorieux comte Thibaud [le Tricheur] et pour que Dieu consente à leur accorder la rémission de tous leurs péchés »18 et une autre avec ses fils, Hugues et Eudes, à Saint-Martin de Tours, vers 980, « pour l’âme du comte Thibaud, son seigneur »19. À la génération suivante, la comtesse de Blois Berthe confirme, en 996, les biens donnés par son défunt époux, Eudes Ier, pour la fondation du monastère de Bourgueil, « pour la rémission de tous les péchés de son seigneur de douce mémoire, le comte Eudes »20 et, quelque temps après, elle réalise, avec ses deux fils, une concession au profit de l’abbaye de Marmoutier, « pour le remède de leur âme et l’absolution du très pieux comte Eudes »21. La seule donation que la duchesse normande Gunnor réalise en son nom propre (et qui nous est parvenue) est faite au profit du Mont-Saint-Michel, en 1015, « principalement pour le remède de l’âme du dit homme [son défunt époux Richard Ier] et, ensuite, pour le salut de son âme et du corps de ses fils »22. Dans les années 1050, la comtesse d’Anjou Grécie fait une donation à Saint-Nicolas d’Angers, entre autres pour la rédemption de l’âme de son époux Bellay23. Au début du xiie siècle, la comtesse de Blois, Adèle, réalise une concession au profit de la même communauté, notamment pour l’âme de son seigneur, le comte Étienne-Henri24.

  • 25 Ronceray, cité n. 8, no 170, p. 114 : (...) ad commonitionem saluberrimam genetricis mee dilecte Am (...)
  • 26 Fauroux, cité n. 7, no 112, p. 274 : (...) ego Guillelmus, Archensis comes, et frater meus, Malgeri (...)
  • 27 De rerum, cité n. 23, p. 9 et 44 : (...) ad admonitionem et consilium charissimae genetricis meae H (...)
  • 28 T. Grasilier, Cartulaire de l’abbaye royale de Notre-Dame de Saintes, Niort, 1871 (Cartulaires inéd (...)

8Parfois, les donations pro anima mariti sont réalisées par l’intermédiaire des fils dont les chartes précisent qu’ils agissent selon la volonté ou l’avis de leur mère. En 1037, Thibaud III donne, « à la suite du rappel très salutaire de [sa] chère mère, la comtesse Ermengarde », un domaine à Notre-Dame de la Charité d’Angers, « pour le remède et la rédemption de l’âme de [son] père, le comte Eudes de bonne mémoire, tué depuis peu dans un combat public contre les Lotharingiens aux confins de la Francie »25. Dans les années 1037-1048, Guillaume, comte d’Arques, et son frère Mauger, archevêque de Rouen, donnent, selon la volonté de leur mère Papie, une villa à Saint-Ouen, notamment pour l’âme de leur père Richard II26. En 1040, le comte d’Anjou, Geoffroi Martel, et son épouse Agnès confirment, sur l’admonition et le conseil d’Hildegarde, mère du comte, tous les biens concédés par le père de celui-ci, Foulques Nerra, à Saint-Nicolas d’Angers, pour la grâce des péchés de celui-ci, récemment décédé27. En 1067, Guy-Geoffroi confirme, à la demande de sa mère Agnès, les biens donnés par celle-ci et Geoffroi Martel à Notre-Dame de Saintes, notamment pour l’âme de son père28.

  • 29 Lex, cité n.9, no8, p.133 : (...) pro (...) absolutionem piissimi Odonis comitis (...) ita sane ut (...)
  • 30 I. Soulard-Berger, Agnès de Bourgogne, duchesse d’Aquitaine puis comtesse d’Anjou. Œuvre politique (...)
  • 31 M. Redet, Cartulaire du prieuré de Saint-Nicolas de Poitiers (v. 1050-1108), Poitiers, 1872 (Archiv (...)
  • 32 De rerum, cité n. 23, p. 16 : (...) pro redemptione propriae animae et conjugis mei Berlaei (...) p (...)

9Le souci de la veuve à l’égard de l’âme de son défunt mari reste présent même après un remariage. En 996-1001, Berthe est remariée à Robert le Pieux, lorsqu’elle abandonne à l’abbaye de Marmoutier le droit de tonlieu levé sur chaque bateau qui passe dans le port de Blois, notamment pour l’absolution du très pieux comte Eudes, son premier mari, de telle sorte que les moines psalmodient continuellement pour son esprit et son âme29. De même, Agnès, veuve de Guillaume V, n’est pas encore séparée de Geoffroi Martel, qu’elle a épousé en secondes noces, lorsqu’elle fonde, vers 1050, Saint-Nicolas de Poitiers30, auquel elle fait différentes donations, pour son âme et celle de son premier époux, Guillaume V d’Aquitaine, si l’on en croit une charte de confirmation de son fils Guy-Geoffroi qu’elle souscrit31. La seconde épouse de Geoffroi Martel, Grécie, veuve de Bellay, veille, de la même manière, au repos de l’âme de son premier mari – en même temps qu’au salut du second – lorsqu’elle donne un de ses biens à Saint-Nicolas d’Angers32. La veuve remariée, tout en retrouvant un statut d’épouse, n’abandonne pas complètement celui de veuve que rappellent régulièrement les aumônes pro anima mariti. Le lien conjugal est en quelque sorte pérennisé au-delà de la mort de l’époux : de même que l’épouse soutenait son mari de son vivant, elle s’attache à l’aider, défunt, à obtenir le salut éternel.

  • 33 Fauroux, cité n. 7, no 16, p. 97 : (...) pro animae meae salute, ac deinceps pro remedio animae uxo (...)
  • 34 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres..., cité n. 2, p. 169-170 ; Id., Le « sépulcre des pères » et l (...)

10Certains veufs font, de même, des concessions pro anima conjugis, à l’image du comte Robert de Mortain qui réalise, vers 1015, une donation au Mont-Saint-Michel pour le salut de son âme, mais aussi pour celle de son épouse défunte, Bileeldis, et de sa femme actuelle Asceline33. Ces concessions ne représentent cependant qu’une petite minorité de leurs aumônes. Lorsqu’elles mentionnent des contre-dons spirituels, les bénéficiaires en sont principalement les enfants, les géniteurs du donateur et/ou les prédécesseurs (antecessores) : il s’agit donc de parents du comte dont celui-ci entretient la mémoire dans la mesure où il tient d’eux son pouvoir et son patrimoine, comme l’évoque le terme antecessores34, et cela, quel que soit son statut (célibataire, marié associé à son épouse, ou veuf). Si les hommes reçoivent des femmes issues d’autres familles auxquelles ils se lient, ils en restent toujours des membres associés et non à part entière, contrairement aux femmes qui quittent la famille paternelle – sans rompre tous les liens – pour entrer dans celle de leur mari. La distinction se répercute dans la participation à la memoria.

  • 35 Fauroux, cité n. 7, no 112, p. 274 : (...) ego Guillelmus, Archensis comes, et frater meus, Malgeri (...)

11Si les comtesses veuves se soucient du salut de leur époux, celui-ci n’est souvent pas le seul bénéficiaire des contre-dons spirituels des concessions qu’elles réalisent au profit de communautés religieuses, même s’il occupe une place privilégiée. Elles lui associent fréquemment d’autres parents, à commencer par leurs enfants. Quand la veuve ne se préoccupe pas exclusivement de l’âme de son époux, elle se soucie du salut de ceux qui constituaient la famille conjugale : structure de base de la société, son souvenir est entretenu, après sa déstructuration liée au décès des uns et des autres, par l’intermédiaire de la memoria. Outre les actes déjà évoqués qui font référence aux enfants, une charte du duc Guillaume de Normandie me paraît particulièrement significative : celui-ci souscrit, entre 1037 et 1048, la donation que font le comte d’Arques, Guillaume, et son frère, l’archevêque de Rouen, Mauger, à Saint-Ouen, conformément à la volonté de leur mère, Papie, et avec son accord, pour leur âme et celle de leurs parents, à savoir de leur père, Richard, et de leurs frères, les comtes Richard le Jeune et Robert35. Or tous ces individus sont apparentés :

LES INTERVENANTS DANS LA DONATION DE MAUGER ET GUILLAUME AU PROFIT DE SAINT-OUEN (1037-1048)

LES INTERVENANTS DANS LA DONATION DE MAUGER ET GUILLAUME AU PROFIT DE SAINT-OUEN (1037-1048)
  • 36 Ibid., p. 83.
  • 37 Ibid., no 20, p. 104.
  • 38 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?..., cité n. 4, p. 254.

12Papie est donc présentée à l’initiative d’une donation qui associe les deux fils (Mauger et Guillaume, comte d’Arques) et le petit-fils (le duc Guillaume) vivants de son défunt époux, Richard II, et réalisée pour l’âme de celui-ci et de ses deux fils décédés (Richard III et Robert le Magnifique). Or, ces derniers ne sont pas les fils de Papie, mais de la première épouse de Richard II, Judith. On ne connaît pas la date exacte ni de la première union du duc (entre 996 et 1008)36 ni de la seconde (entre 1017 et 1024). Mais une charte, datée de 1010-1017, est souscrite par les trois fils qu’avait alors le duc, à savoir Richard, Robert et Guillaume, tous qualifiés de pueri37. Le remariage de Richard II, alors que ses enfants étaient encore probablement jeunes, a été à l’origine, comme c’est fréquemment le cas38, d’une re-composition familiale autour du nouveau couple. Papie a probablement contribué à achever l’éducation des enfants du premier lit de son mari et se charge d’entretenir leur memoria, comme elle l’aurait fait pour ses propres enfants. La comtesse veuve joue un rôle essentiel dans l’entretien de la memoria des membres de la famille conjugale, plus important que le comte veuf, beaucoup moins enclin à associer épouse et enfants parmi les bénéficiaires de ses donations.

  • 39 R. Le Jan, Famille et parenté..., cité n. 1, p. 162-163.
  • 40 Besly, cité n. 15, p. 267-268 et p. 280-281.
  • 41 Fauroux, cité n. 7, no 15, p. 95.

13Les comtesses continuent par ailleurs de participer à la memoria des parents de leur époux défunt. Vers l’an 1000, Guillaume V réalise une donation à Bourgueil, sur le conseil de sa mère, Emma, pour son salut et celui de tous ses parents, tant vivants que défunts. L’imprécision de la terminologie de la parenté au haut Moyen Âge39 rend difficile l’identification de ceux qui sont englobés dans les parentes. Guillaume V se place cependant dans la continuité de l’action de sa mère, fondatrice de ce monastère sur une terre issue du patrimoine des comtes de Blois, et de son père qui lui a concédé plusieurs biens, dont certains pour le salut de ses parents40. Il est difficilement pensable que Guillaume V, poussé par sa mère qui s’attache par ailleurs à entretenir la memoria de son époux, n’ait pas envisagé sa parenté paternelle lorsqu’il évoque ses parents. En 1014, Gunnor souscrit une donation de son fils, Richard II, au profit de Notre-Dame de Chartres pour son âme et celle de ses parents, terme qui désigne d’abord la parenté paternelle dans la mesure où Richard II fait référence, dans la phrase précédente à ses antecessores41. Le rôle des comtesses dans la memoria des membres de la famille de leur(s) époux me paraît notamment essentiel, lorsque les enfants sont mineurs à la mort de leur père : la mère, devenue veuve, se trouve alors dépositaire d’une mission aussi bien religieuse que sociale et politique qu’elle doit transmettre aux héritiers de la lignée.

  • 42 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. III, c. 8, p. 65 : (...) pro anima patris mei Heriberti, Tre (...)
  • 43 Ibid., l. VII, c. 86, p. 210 : (...) quod quasdam vineas Radulfus (...) comitis Tedbaldi sorori, no (...)
  • 44 De rerum, cité n. 23, p. 16 : (...) pro redemptione propriae anima et coniugis mei Berlaei, necnon (...)
  • 45 Ibid., p.59 : (...) pro anima Vvillelmi regis patris mei, et matris meae M. (...).
  • 46 Sur la distinction opérée entre une parenté large qui regroupe l’ensemble des personnes auxquelles (...)

14La principale modification que semble avoir la mort du mari en terme de memoria, outre le salut du défunt, relève cependant du rapport de la femme avec sa propre parenté : alors que sa participation à la memoria de ses consanguins était réduite durant la vie conjugale, une partie non négligeable des donations réalisées, une fois veuve, associe des membres plus ou moins nombreux de sa famille et plus particulièrement son père. La mort du mari semble entraîner une participation plus active de la veuve à la memoria de ses consanguins, le plus souvent à l’occasion de celle de son époux. En dehors de son père, la veuve mentionne parfois sa mère et ses frères, plus rarement d’autres parents. En 978, Liégearde effectue sa donation à Saint-Père de Chartres pour l’âme de son défunt époux, mais aussi pour celle de son père Herbert, comte de Troyes42. En 1069, Berthe, veuve d’Alain III de Bretagne († 1040) et de Hugues IV du Maine († 1051), confirme un accord qu’elle avait passé avec Saint-Père de Chartres, pour l’âme de son père, de sa mère, de son frère, Thibaud III, qui en est témoin et la sienne43. Dans les années 1050, Grécie effectue une donation à Saint-Nicolas d’Angers pour rédemption de l’âme de son défunt époux, Bellay, et le salut de ses fils ainsi que de son second époux toujours vivant, Geoffroi Martel, mais aussi pour la rédemption de l’âme « de ses parents, à savoir son père mais aussi sa mère », précise-t-elle44. De même, au début du xiie siècle, Adèle, veuve d’Étienne-Henri de Blois († 1102), effectue une donation à la même communauté pour l’âme de son défunt époux, mais aussi pour celle « de son père, le roi Guillaume [le Conquérant], et de sa mère, M.[athilde] »45. Les comtesses restent donc liées aux différentes familles qu’elles ont pénétrées, avec une distinction cependant entre la parenté proche, pour laquelle la memoria est organisée nominativement, et une parenté large dont la memoria est entretenue globalement46.

  • 47 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. IV, c. 5, p. 88 (avant 987) : (...) alodum juris mei, quem s (...)
  • 48 Fauroux, cité n. 7, n° 17, p. 99 : (...) duo aloda Brittevillam videlicet et Donnum Johannem, quae (...)
  • 49 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. III, c. 8, p. 65 : (...) pro anima patris mei Heriberti, Tre (...)
  • 50 S. D. White, Custom, kinship and gifts to saints. The laudatio parentum in Western France, 1050-115 (...)
  • 51 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 308-312. Voir aussi infra.

15L’origine des biens donnée est rarement précisée. Lorsqu’elle l’est, il est frappant de constater le lien entre celle-ci et les bénéficiaires des contre-dons spirituels. À la fin du xe siècle, pour obtenir la grâce de ses crimes et la rémission de ses péchés, ainsi que ceux de son défunt époux, Waleran, Eldegarde, mère du comte Walter donne, à Saint-Père de Chartres, une villa issue de sa dos47. De même, ce sont deux alleux qui lui ont été donnés en dos par Richard Ier que Gunnor concède au Mont-Saint-Michel, en 1015, pour l’âme de celui-ci48. En revanche, en 978, Liégearde associe la présence de son père, Herbert de Troyes, parmi les bénéficiaires des contre-dons spirituels au fait que les biens concédés à Saint-Père de Chartres sont issus de l’héritage qu’il lui donné49. La dos, donation effectuée par le mari à sa femme lors du mariage, semble être ainsi utilisée pour entretenir la memoria de l’époux défunt, alors que l’héritage paternel et la dot paraissent l’être plutôt au profit des consanguins de la veuve. Il est probable que l’on applique l’idée selon laquelle le bien donné doit provenir du patrimoine de celui pour l’âme duquel il est concédé50. Il est, par ailleurs, possible que l’on ait reconnu une efficacité particulière aux aumônes des veuves qui incitait les parents à rechercher leur intermédiaire, ce qui expliquerait la participation plus étroite des femmes à la memoria de leurs consanguins lorsqu’elles sont veuves que lorsqu’elles sont mariées51. Si cette hypothèse se vérifiait, il n’est pas impossible que les époux et les parents aient prévu, quand ils dotaient respectivement leur épouse ou leur fille, qu’une partie des biens soit utilisée au profit de leur âme, s’il devait y avoir veuvage. Dans ce cas, la mise en avant des comtesses dans les actes traduirait moins une initiative de leur part que l’exécution des volontés exprimées par leurs parents.

16Les comtesses participent donc activement, que cela soit de leur initiative ou incitées par d’autres, aux transferts de richesses au profit des communautés religieuses, et par leur intermédiaire, à la memoria familiale. Leur participation s’accroît avec le veuvage, puisqu’elles s’attachent alors à assurer le salut de l’époux défunt et qu’elles contribuent plus activement à la memoria de leurs consanguins, tout en continuant de participer à celle de leurs enfants et des parents de leur époux. La plupart des comtesses ne se sont cependant pas contentées de donations pro anima : elles ont aussi participé à la memoria familiale en créant des lieux de mémoire.

CRÉER DES LIEUX DE MÉMOIRE

  • 52 R. Le Jan, Douaires et pouvoirs des reines en Francie et en Germanie (vie-xe siècles), dans Id., Fe (...)

17Les analyses menées par Karl Leyser et reprises par Patrick Corbet pour le monde ottonien ont révélé la participation directe des femmes aux fondations monastiques, notamment féminines, qui se multiplient alors et deviennent, pour les fondations ottoniennes, d’importants points d’ancrage de la mémoire dynastique et donc du pouvoir52. Les comtesses de Francie occidentale contribuent aussi activement aux fondations monastiques, mais leur rôle dans l’organisation de la mémoire ne se fait pas selon le même schéma que dans le monde ottonien.

La participation des femmes aux fondations monastiques : des intermédiaires privilégiées avec le sacré ?

  • 53 B. L. Venarde, Women’s monasticism and medieval society. Nunneries in France and England, 890-1215, (...)
  • 54 S. Farmer, Persuasive voices : clerical images of medieval wives, dans Speculum, 61, 1996, p. 521-5 (...)

18Les sources révèlent une multiplication, au xie siècle, des fondations monastiques princières – notamment féminines –, alors que s’affirment les principautés, ainsi qu’une association étroite de l’épouse à cette politique53 : selon Sharon Farmer, c’est même à l’épouse, qui pousse son mari à agir dans ce sens, que l’on devrait une large part de ces fondations54. Les chroniques, comme les actes diplomatiques, attribuent souvent, il est vrai, l’initiative des fondations, du moins de certaines d’entre elles, aux comtesses.

  • 55 Ronceray, cité n. 8, n° 1, p. 1.
  • 56 Ibid., n° 1, p. 3-4 (dotation conjointe), p. 4 (donation personnelle).
  • 57 Ibid., n° 2 (v. 1028), p. 5 : (...) monasterium sanctae Dei genetricis Marie quod scilicet, meo amm (...)
  • 58 Donations du couple, Ronceray, nos 2 (vers 1028), p. 5 ; 4 (vers 1028), p. 6-7 ; 7, p. 9-10 ; 18 (v (...)

19En Anjou, si l’abbaye de Beaulieu apparaît comme une fondation du comte Foulques Nerra (vers 1005-1007) et celle de Saint-Nicolas d’Angers, comme une fondation du couple comtal et de son fils Geoffroi Martel (1020), celle de l’abbaye féminine de Notre-Dame de la Charité d’Angers (1028) semble davantage liée à la comtesse Hildegarde. La charte de fondation associe le couple et son fils55, mais divers indices révèlent le rôle principal de la comtesse : Hildegarde ajoute à la dotation conjointe du couple des concessions personnelles56 ; certaines chartes de Foulques Nerra évoquent les moniales établies par son épouse Hildegarde ou précisent que le monastère a été construit par elle, lui-même n’ayant fait que donner son accord57. Notre-Dame de la Charité fait ensuite l’objet d’aumônes de la part du couple – peut-être à l’instigation d’Hildegarde –, de la comtesse, devenue veuve, et de Geoffroi Martel à la demande de sa mère58.

  • 59 TV, cité n. 10, nos 51, p. 105-106 (1045) ; 62, p. 117-118 (1046) ; 63, p. 118-119 (1046) ; 82, p. (...)
  • 60 Ibid., nos 74, p. 135-137 (1047) ; 86, p. 156-157 (1045-1049) ; 89, p. 161-162 (1045-1049).
  • 61 Ibid., n° 173, p. 300-302 (1060-1064).
  • 62 Saintes, cité n. 28, n° 1, p. 3-4.
  • 63 Ibid., nos 80, p. 72 ; 225, p. 143-144 ; 235, p. 154.
  • 64 Ibid., nos 109-110, p. 90-91.
  • 65 Saint-Nicolas de Poitiers, cité n. 31, n° 1, p. 5-8.
  • 66 Chronique de Saint-Maixent, éd. et trad. J. Verdon, Paris, 1979, a. 1049, p. 126-127.

20De même, à la génération suivante, Agnès joue un rôle de premier plan dans les fondations du couple comtal. Elle participe, aux côtés de Geoffroi Martel, à la fondation de la Trinité de Vendôme (1040) et à celle de la Trinité de l’Évrière, à Angers (1047), auxquelles le couple fait de nombreuses donations. Les chartes enregistrent cependant une intense activité d’Agnès pour acheter des biens, ensuite donnés à la communauté vendômoise59, ou pour pousser des aristocrates à effectuer des donations à son profit60. Après la mort de Geoffroi Martel (1060), c’est vers Agnès, pourtant séparée du comte depuis 1050 environ, que se tournent les moines, victimes des déprédations de Foulques le Réchin et de ses chevaliers61. En outre, si la fondation de la communauté féminine de Notre-Dame de Saintes est réalisée conjointement par le comte Geoffroi Martel et son épouse Agnès, celle-ci semble entretenir des liens plus étroits avec la communauté : à la dotation conjointe, Agnès ajoute plusieurs biens personnels62 qu’elle complète ensuite63 et elle pousse Geoffroi Martel à en faire autant64. Enfin, vers 1050, Agnès fonde Saint-Nicolas de Poitiers, avec l’accord de ses deux fils, Guillaume(-Aigret) et (Gui-) Geoffroi65. La chronique de Saint-Maixent lui attribue la fondation de toutes ces communautés, sans mentionner Geoffroi Martel66 : probablement pour mettre en avant celle qui a été comtesse de Poitiers avant de devenir comtesse d’Anjou, mais, le récit, pour être plausible, doit refléter des réalités, si ce n’est pour Agnès, du moins pour certaines comtesses.

  • 67 N. Huyghebaert, Examens des plus anciennes chartes de l’abbaye de Messines, dans Bulletin de la com (...)

21En Flandre, dans les années 1050-1060, Adèle participe aussi avec son époux, Baudouin V, à plusieurs fondations : si son rôle apparaît quelque peu en retrait dans la fondation de Phalempin et de Saint-Pierre de Lille, il est de premier ordre dans celle de Watten, d’Harlebecke, de Saint-Sauveur d’Ename et de l’abbaye féminine de Notre-Dame de Messines67. À peu près à la même époque, pour le moine Pierre de Maillezais qui écrit entre 1060 et 1072, la restauration du monastère de Maillezais, à la fin du Xe siècle, aurait été due à l’intervention de la comtesse Emma qui aurait ensuite proposé à son époux de se charger de l’œuvre, en ces termes :

  • 68 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais, éd. et trad. G. Pon et Y. Chauvin, La (...)

... parce que le bien commun du royaume et les tâches de la guerre te requièrent, ce sera à moi de m’attacher à l’œuvre si tu le commandes, et à toi d’aller au-devant des besoins des mortels. Il apparaît logique en vérité que, puisque toi, tu construis près de ce monastère une forteresse pour la défense du pays, ce soit par moi, qui suis devenue ta propre chair, que soit bâti un refuge pour le salut des âmes68.

  • 69 M. Godelier, L’énigme du don, Paris, 1996, p. 177 et p. 251-258 ; surtout C. Clément et J. Kristeva (...)
  • 70 C. Clément et J. Kristeva, Le féminin et le sacré..., p. 113-114.

22Si la répartition des tâches entre les époux telle que la présente l’auteur – les affaires temporelles à l’époux, les choses spirituelles à l’épouse – n’est probablement pas si schématique, elle reflète certainement une part de réalité. En effet, selon les anthropologues, les ethnologues et les psychanalystes, les femmes, du fait de leur capacité à donner la vie et peut-être de leur plus forte adhésion au sensible, entretiendraient des rapports particuliers avec le sacré69. Or, parmi ce qui relève du sacré, l’essayiste Catherine Clément, aux références anthropologiques et psychanalytiques, fait figurer la mémoire des lignées familiales, le respect des morts, les rites des ancêtres. Elle constate aussi qu’en donnant le jour aux vivants, les femmes enchaînent les générations, ce qui explique qu’elles jouent un rôle plus important que les hommes, parce que presque naturel, dans l’entretien de la mémoire70. Il n’est pas exclu qu’à l’époque médiévale, on ait exploité ces prédispositions féminines. C’est peut-être dans ce sens qu’il faut comprendre les fondations monastiques où les femmes jouent un rôle de premier plan, ainsi que les nombreuses donations réalisées, au profit des communautés féminines comme masculines, par des hommes, avec leur épouse ou à leur prière, ainsi qu’avec leur mère veuve : je ne pense pas que la participation de ces femmes s’explique seulement en terme de droits exercés sur le patrimoine ni d’ascendant féminin ; elle est aussi probablement liée à leur rôle dans les relations avec le sacré.

  • 71 Ronceray, cité n. 8, n° 126 (v. 1028), p. 91 : (...) ego Fulco, Andecavorum comes (...) ad suggesti (...)
  • 72 Pour l’association d’Hildegarde aux fondations, ainsi qu’aux donations au profit de Notre-Dame de l (...)

23Pour ne prendre que le cas de la comtesse angevine Hildegarde, par exemple, on a vu qu’elle joue un rôle essentiel dans la fondation de Notre-Dame de la Charité et qu’un acte enregistre une donation effectuée par Foulques Nerra, à sa prière pressante, pour l’âme de ses parents et rémission de ses péchés71. L’expression ne me semble cependant pas exclure une initiative de Foulques qui l’aurait ensuite attribuée à son épouse du fait des liens entretenus par les femmes avec le sacré en général et de sa femme avec Notre-Dame de la Charité en particulier. La mise en avant du rôle d’Hildegarde, que celui-ci soit réel ou non, reflète la place essentielle des femmes dans la transmission de la mémoire, ce qui explique leur fréquente association aux fondations et aux donations pieuses72. Devenue veuve, Hildegarde semble intervenir plus intensément encore, en multipliant les aumônes et en incitant son fils Geoffroi Martel à se montrer généreux à l’égard des établissements qu’elle a fondés avec Foulques. Là encore, que les initiatives de la comtesse veuve soient réelles ou qu’elles traduisent la volonté de Geoffroi Martel de mettre en avant sa mère, elles révèlent le rôle de la veuve, touchée dans sa chair et dans son âme par le passage de son époux dans l’au-delà, comme intermédiaire privilégié avec le sacré et les ancêtres défunts.

24Sans exclure un désir profond des femmes à assurer le salut de leurs parents défunts ni des initiatives de leur part dans ce sens, il me semble que leur association étroite aux fondations et aux donations traduit la volonté des hommes d’utiliser les liens que les femmes en général, et les veuves plus particulièrement, entretiennent avec le sacré. Les différentes communautés auxquelles les couples, et notamment les femmes, sont liés n’entretiennent cependant pas la mémoire familiale par le même biais.

Des lieux de mémoire multiples

25Contrairement aux fondations ottoniennes qui sont, à la fois, lieux de commémoration familiale, lieux de sépultures des fondateurs et lieux de retraites pour les fondatrices devenues veuves, on observe, dans les principautés de Francie occidentale, un partage des fonctions entre communautés masculines et féminines, mis en lumière à partir de l’analyse des fondations de trois couples comtaux : Foulques Nerra et Hildegarde en Anjou, Baudouin V et Adèle en Flandre, Étienne-Henri et Adèle dans le comté de Blois.

  • 73 Chronique des comtes d’Anjou, éd. P. Marchegay, A. Salmon, Paris, 1856-1871, p. 51 et p. 54 ; L. Ha (...)

26En Anjou, Foulques Nerra se fait inhumer, selon ses dernières volontés, dans l’abbaye de Beaulieu qu’il a fondée près de Loches73. Raoul Glaber, moine bourguignon qui rédige ses Histoires au cours des décennies 1030-1040, consacre l’un de ses paragraphes à la fondation : le comte d’Anjou, revenu d’un pèlerinage à Jérusalem, aurait fait

  • 74 Raoul Glaber, Histoires, éd. et trad. M. Arnoux, Turnhout, 1996, l. II, c. 4, § 5, p. 100-103.

le projet de construire une église dans l’un des plus beaux de ses domaines et rassembler une communauté de moines qui jour et nuit intercéderaient pour le rachat de son âme. Toujours avide de savoir, il harcelait de questions tous les religieux pour savoir à la mémoire de quels saints il dédierait l’église qu’il voulait fonder, pour qu’ils prient le Seigneur tout-puissant pour le salut de son âme. Parmi d’autres gens, son épouse, femme de sage conseil, lui suggéra de la vouer à l’honneur et à la mémoire des célestes vertus des chérubins et des séraphins, que l’autorité des textes sacrés place au plus haut. Il accepta avec enthousiasme et construisit une magnifique église dans le comté de Tours, à un mille du château de Loches74.

  • 75 Sur le contexte de la fondation et le problème de sa datation, B. S. Bachrach, Pope Sergius IV and (...)
  • 76 L. Lepelletier, Breviculum fundationis et series abbatum sancti Nicolai Andecavensis, Angers, 1016 (...)
  • 77 Sur les rivalités entre les principautés d’Anjou et de Blois-Tours-Chartres, voir L. Halphen, Le co (...)
  • 78 L. Halphen, Le comté d’Anjou... cité n. 73, Catalogue d’actes, n° 79, p. 268.

27La fondation, datée entre 1005 et 1007, après le premier pèlerinage de Foulques Nerra75, est destinée – comme toujours – à assurer la memoria de son fondateur. L’insistance particulière de l’auteur sur cet aspect peut s’expliquer par le fait qu’il sait que le comte d’Anjou a choisi ce lieu pour sa sépulture. Deux détails soulignés par l’extrait me semblent par ailleurs révélateur du choix du lieu de sépulture et des pratiques mémoriales. D’une part, Raoul Glaber précise que la fondation a été réalisée dans le pagus de Tours, principauté rivale que le comte d’Anjou ne cesse d’attaquer et dans laquelle il dispose de points d’appui – comme le château de Loches ou le monastère de Saint-Martin de Tours. Choisir de se faire inhumer dans le comté de Tours – plutôt qu’en Anjou où le couple a aussi fondé un monastère, Saint-Nicolas d’Angers en 102076 – et de faire de Beau-lieu un lieu de mémoire pour la dynastie comtale angevine revient à affirmer les prétentions du comte d’Anjou à la conquête de cet espace – réalisée d’ailleurs par son fils Geoffroi Martel en 104477. D’autre part, l’auteur souligne le rôle d’Hildegarde dans le choix des saints les mieux à même d’intercéder en faveur de son époux et donc dans la définition d’un lieu de mémoire. La comtesse pousse ensuite son fils à effectuer une donation au monastère pour le repos de l’âme de son père qui y est inhumé78. Beaulieu devient donc un lieu de mémoire lié à la sépulture du prince et favorisé à ce titre par la comtesse.

  • 79 Ronceray, cité n. 8, n° 172 (1040-1045), p. 114 : devota Dei operibus comitissa ; Recueil des Annal (...)
  • 80 Ronceray, n° 1, p.3 : (...) ego Fulco, Andegavorum comes, atque Hildegardis uxor mea, pro redemptio (...)
  • 81 Ibid., n° 4, p. 6-7.
  • 82 Breviculum fundationis... cité n. 77, p. 9-11 et De rerum... cité n. 23, p. 8-11 : (...) ad admonit (...)
  • 83 Breviculum fundationis..., p. 28 et De rerum..., p. 20 et p. 30 ; Recueil des Annales angevines et (...)

28Hildegarde est cependant plus intimement liée à la communauté féminine de Notre-Dame de la Charité d’Angers où elle finit par se retirer, après avoir vécu quelque temps dans le siècle, auprès de son fils, et où elle contribue au souvenir familial, par sa dévotion et ses œuvres pieuses, maintes fois soulignées par ses contemporains79. Or, il ne fait guère de doute que le monastère a notamment pour vocation d’entretenir la mémoire des comtes d’Anjou : la dotation du couple est réalisée pour la rédemption de l’âme des conjoints, mais aussi pour celle du père et de la mère de Foulques qui sont nommés ; les biens donnés par Hildegarde le sont pour racheter ses péchés et pour l’âme de son très cher mari, le comte Foulques80 ; une autre donation réalisée par le couple et leur fils Geoffroi Martel évoque plus généralement les parentes81. Notre-Dame de la Charité constitue donc un autre lieu de mémoire, dans lequel la comtesse participe directement et personnellement à la memoria familiale. Si Notre-Dame de la Charité, et à un moindre degré Beaulieu, retiennent particulièrement l’attention d’Hildegarde, elle pousse aussi son fils à entretenir des liens étroits avec la communauté masculine de Saint-Nicolas d’Angers pour l’âme et la rémission des péchés de Foulques, qui en a été le fondateur82, et c’est dans ce monastère que Geoffroi Martel se fait inhumer en 1060, après y avoir reçu l’habit monastique83.

  • 84 N. Huyghebaert, Les femmes laïques... cité n. 68, p. 383.

29En Flandre, Adèle et Baudouin V favorisent notamment Saint-Pierre de Gand, nécropole familiale où ont été inhumés tous les comtes depuis cinq générations et parfois leur épouse (Baudouin II et Elfstrude, Arnoul Ier, Arnoul II, Baudouin IV), à l’exception de Baudouin III dont le corps repose à Saint-Bertin, ainsi que les communautés religieuses qu’ils ont fondés. Après la mort de Baudouin V (1067), inhumé dans l’une d’elles, Saint-Pierre de Lille, Adèle se retire dans une autre, celle de Messines, où elle reste jusqu’à sa mort en 1079, tout en demeurant étroitement liée aux autres communautés84. C’est aussi dans l’abbaye de Messines que se retire, en 1083, la veuve de son fils, Richilde. Messines apparaît comme un lieu de mémoire féminin pour la dynastie comtale.

  • 85 K. A. LoPrete, Adela of Blois : familial alliances and female lordship, dans T. Evergates (éd.), Ar (...)
  • 86 Ibid., p. 40.
  • 87 The letters of Peter the venerable, I, éd. G. Constable, Cambridge (Ma), 1967, n° 15, p.22 : Pro re (...)
  • 88 K. A. Loprete, Adela of Blois..., p. 41.

30De même, dans le comté de Blois, Adèle et Étienne-Henri sont principalement liés à Marmoutier, sanctuaire thibaldien où sont inhumés l’arrière-grand-père du comte, Eudes Ier, le frère de celui-ci, Hugues, sa grand-mère Ermengarde et peut-être son grand-père Eudes II85, ainsi qu’à Saint-Père de Chartres où reposent les fondateurs de la dynastie, Thibaud le Tricheur et Liégearde. Si après la mort d’Étienne-Henri (1102), Adèle reste en relation avec ces communautés auxquelles elle fait des concessions, notamment pour l’âme de son époux, elle participe plus personnellement à la memoria familiale, à partir du moment où elle se retire à Marcigny (1122), maison sœur de Cluny, fondée par le parrain de son beau-frère Eudes, à quelques kilomètres de la puissante abbaye bourguignonne à laquelle le couple comtal était lié et où l’un de leur fils était moine86. Là, elle prie pour sa parenté affine, mais aussi consanguine, comme l’atteste une lettre de Pierre le Vénérable du début de 1136 : l’abbé de Cluny l’informe que des dispositions exceptionnelles ont été prises par les moines de Cluny pour assurer le salut éternel de son frère, le roi d’Angleterre Henri Ier, qui vient de mourir. Quant à elle et aux moniales de Marcigny, il juge superflu de leur préciser ce qu’elles doivent faire87 : pour l’abbé, la prise en charge de la memoria n’incombe pas aux seuls moines. Adèle meurt l’année suivante (1137) à Marcigny, où elle est inhumée88.

31On pourrait multiplier les exemples, je pense que le constat serait le même : les familles princières de Francie occidentale ne s’appuient pas sur des lieux de mémoire uniques. Elles se sont attachées à constituer, en mettant souvent les femmes en avant, un réseau de communautés religieuses, masculines et féminines, fondées, contrôlées et liées à elles, chargées notamment de conserver le souvenir des fondateurs, des protecteurs et des généreux donateurs. Il en émerge quelques lieux de mémoire particulièrement symboliques : communautés masculines qui reçoivent les sépultures des princes et communautés féminines qui accueillent les femmes, et plus particulièrement les veuves, de ces puissantes familles.

  • 89 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 170-181.
  • 90 M. Gaillard, Les fondations d’abbayes féminines dans le nord et l’est de la Gaule, de la fin du vie(...)
  • 91 M. Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, dans Id., So (...)
  • 92 P. Geary, La mémoire et l’oubli... cité n. 2, p. 102-104.

32La retraite de ces comtesses n’est pas toujours aisée à expliquer. Désir d’ascèse à la fin d’une vie ? Sentiment du devoir accompli à l’égard des fils qui ne rend plus leur présence nécessaire, voire désirée ? Volonté de renforcer les liens entre le pouvoir comtal exercé par le fils et la communauté religieuse, et par l’intermédiaire de celle-ci avec l’aristocratie locale89 ? Quoi qu’il en soit, en fondant des monastères et/ou en plaçant certains de leurs membres dans d’autres, les familles comptent sur la prière de ceux-ci et de leur communauté pour sauver leur âme90. On se situe alors sur le plan de ce que les anthropologues, depuis Marcel Mauss, classent dans les dons aux puissances divines, en notant que c’est avec elles qu’il est le plus nécessaire d’échanger et le plus dangereux de ne pas échanger91. Mais, si ces dons sont destinées à assurer le salut de l’âme du fondateur, ils visent aussi à accroître le prestige du prince et à ancrer son autorité dans l’espace et dans le temps. En ce sens, il n’est pas insignifiant que l’affirmation des principautés se soit accompagnée de fondations de monastères féminins par les couples comtaux, dans lesquels se retirent fréquemment les duchesses et les comtesses, durant leur veuvage : les femmes en général, et les veuves en particulier, me semblent entretenir des relations particulières avec le sacré, l’au-delà, et donc les ancêtres, qui justifient leur participation active à la prise en charge de la mémoire. L’opposition faite par Patrick Geary entre une Francie orientale, où les femmes joueraient « un rôle direct, actif dans les prières faites pour la mémoire de leurs familles, en particulier pour leurs hommes », et une Francie occidentale, où « l’image de la femme comme intercesseur, comme responsable du souvenir, est presque totalement absente des sources de la même période »92, n’est donc pas si tranchée.

33Les femmes, et notamment les veuves, jouent donc par leurs donations, leurs fondations et éventuellement leur retraite monastique, un rôle essentiel dans la memoria familiale, même si elles n’en ont pas forcément l’initiative. Elles ne s’arrêtent pas à ces gestes de nature religieuse et liturgique. Elles participent aussi au souvenir familial par le biais d’actes profanes.

PERPÉTUER LE SOUVENIR DES ANCÊTRES DÉFUNTS

34C’est l’épouse qui se charge de l’éducation religieuse des enfants : les comtesses du xie siècle apprennent très certainement aux leurs, comme le faisait Dhuoda au ixe siècle, le nom de ceux de leurs parents, côté paternel comme maternel, pour qui ils doivent prier et dont ils doivent conserver le souvenir. Cela n’exclut pas un rôle de l’époux dans la transmission d’une partie de la mémoire familiale, par exemple des hauts faits d’armes des ancêtres. Après la mort de celui-ci, la comtesse devenue veuve reste seule responsable de ce rôle, notamment si les enfants sont encore en bas âge. Certaines, à la longévité particulièrement importante dans un monde où l’espérance de vie moyenne est faible, exercent une influence essentielle pour transmettre à leurs descendants le souvenir des ancêtres : il s’agit de savoir par quel biais.

Par la mémoire orale

  • 93 Sur tout ceci, voir R. Le Jan, Famille et pouvoir... cité n. 1, p. 38-45.
  • 94 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres... cité n. 2, p. 293.

35Les sources narratives révèlent qu’au haut Moyen Âge, avant la rédaction des généalogies royales et comtales, les aristocrates connaissent leurs ancêtres, ou du moins les plus illustres, issus de la branche paternelle comme maternelle, dont le nom et la filiation sont transmis oralement d’une génération à l’autre. L’extension, depuis ixe siècle, des interdits de mariage pour cause de parenté révèle que les aristocrates sont capables de préciser leurs liens généalogiques, même si la mémoire ne dépasse pas souvent trois, voire quatre générations93. Des généalogies étaient donc très certainement transmises oralement94 et les comtesses, comme plus généralement les femmes, apparaissent comme des intermédiaires dans la transmission de la mémoire entre les générations. Ce passé transmis oralement est certes difficile à percevoir : divers indices révèlent cependant l’existence d’une conscience familiale et le rôle des comtesses comme intermédiaires entre les générations.

  • 95 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais... cité n. 69, I, [A], p. 102 : (...) (...)
  • 96 Les ducs d’Aquitaine sont successivement : les comtes d’Auvergne, Guillaume le Pieux († 918) et Gui (...)
  • 97 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais... cité n. 69, I, [B], p. 104-105 et [ (...)
  • 98 P. Bauduin, La frontière normande aux xe-xie siècles : origine et maîtrise politique de la frontièr (...)

36Selon le moine Pierre de Maillezais, Emma « engendra un fils auquel elle donna le nom de son père »95. C’est donc à la comtesse que l’auteur attribue le choix du nom, celui du comte, Guillaume, ce qui place son fils dans la lignée des comtes de Poitiers, troisième à s’appeler Guillaume, et des ducs d’Aquitaine, cinquième à porter ce nom96. Séparée de son époux pendant plusieurs années97, elle s’est chargée seule de lui apprendre et de lui rappeler la signification de ce nom, ainsi que les qualités, le prestige et les droits qu’il porte en lui. On sait, par ailleurs, que la duchesse normande Gunnor fut l’une des principales informatrices de Dudon de Saint-Quentin pour la rédaction de son De gestis Normanniae ducum98 : c’est donc elle qui lui a transmis le souvenir des actes des ancêtres de son époux. La femme, en arrivant dans la maison de son mari, en reçoit l’histoire qu’elle est chargée ensuite de transmettre, de même que celle de sa propre famille, à ses enfants, voire à ses belles-filles.

37Les comtesses ne se contentent pas de rappeler les généalogies et les hauts faits des ancêtres : elles transmettent aussi les inimitiés et les alliances de la parenté.

Par la vengeance

38Dépositaires de la mémoire familiale de deux lignées, les comtesses poussent époux et fils à réparer les dommages subis par l’un ou l’autre côté, et plus généralement à défendre l’honneur familial. A l’extrême fin du xe siècle, Richer rapporte que :

  • 99 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. R. Latouche, Paris, 19301937, II, l. IV, c. 108, (...)

Après avoir épousé Berthe, le roi Robert attaque Foulques, qui avait été l’adversaire d’Eudes, et lui reprend de force la ville de Tours et les autres possessions dont ce dernier s’était emparé99.

  • 100 E. Santinelli, La veuve du prince au tournant de l’an mil : l’exemple de Berthe de Bourgogne, dans (...)

39L’auteur lie explicitement le mariage du roi avec Berthe à l’attaque de Foulques Nerra qui remet en cause l’alliance capétienne avec la maison d’Anjou. Il rappelle par ailleurs l’hostilité qui opposait le comte d’Anjou à Eudes Ier de Blois, premier époux de Berthe. Celle-ci apparaît donc à l’initiative de l’offensive de Robert le Pieux contre l’ambitieux voisin angevin. Celui-ci, sans cesse en conflit avec Eudes, avait, semble-t-il, lancé, en 995, une offensive en Touraine. Il a ensuite profité de la mort du comte de Blois (996), pendant une trêve, pour s’emparer de Tours. Devant la menace que constitue son puissant voisin, la comtesse Berthe, devenue veuve alors que son fils aîné n’a que 14 ou 15 ans et craignant de ne pouvoir sauver l’héritage de ses enfants, se remarie peu après avec le roi Robert qu’elle incite à attaquer Foulques, ce qui lui permet de restaurer l’intégralité de l’héritage laissé par son défunt époux100.

  • 101 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, 1952, (...)
  • 102 B. Lemesle, La société aristocratique dans le haut Maine (xie-xiiie siècles), Rennes, 1999, p. 33.

40Quelques décennies plus tard, Guillaume de Poitiers précise dans son Histoire de Guillaume le Conquérant, écrite vers 1073, que le comte Hugues IV du Maine légua son héritage à son fils Herbert et aussi ses inimitiés101, notamment à l’encontre du comte d’Anjou, Geoffroi Martel. L’auteur n’évoque pas Berthe, mère d’Herbert, mais, à la mort d’Hugues IV (1051), Herbert II est encore enfant et le comte d’Anjou a imposé sa tutelle. Si Hugues IV a effectivement légué ses inimitiés à son fils, c’est très certainement par l’intermédiaire de Berthe qui a pu transmettre à celui-ci la liste des ennemis de son père. Elle n’est probablement pas étrangère à la fuite de son fils auprès du duc de Normandie, auquel il prête hommage entre 1058-1060, ce qui lui permet d’échapper à l’emprise de l’ennemi paternel102.

41Les comtesses, et plus particulièrement celles qui sont veuves, paraissent jouer un rôle essentiel pour rappeler les atteintes portées à l’honneur familial et faire en sorte que celui-ci soit restauré. Responsables de la mémoire familiale, les femmes se montrent particulièrement attentives au prestige familial et à ce que les vivants se rendent dignes des ancêtres dont ils tirent leur puissance. Responsables de la transmission aux générations suivantes des inimitiés conçues à l’encontre de la famille, les femmes jouent aussi, notamment lorsqu’elles sont veuves, un rôle d’intermédiaire pour renouveler les alliances.

Par le renouvellement des alliances

  • 103 Ibid., p. 30.

42Les sources enregistrent parfois l’initiative des comtesses dans la constitution d’un lien entre leur fils et un individu autrefois lié à leur père, ce qui permet de renouveler un système d’alliance, perturbé par la mort de l’une des parties. Si, dans les années 1050, Berthe est effectivement à l’origine, comme on l’a supposé, de la fuite de son fils Herbert en Normandie, elle a rappelé à celui-ci l’alliance des comtes du Maine et des ducs de Normandie, créée par Hugues IV, vers 1046-1048, contre les ambitions angevines déjà103, et a favorisé son renouvellement.

  • 104 Fauroux, cité n. 7, n° 12, p. 274 : texte donné n. 26.
  • 105 B. H. Rosenwein, T. Head et S. Farmer, Monks and their enemies : a comparative approach, dans Specu (...)
  • 106 S. D. White, Custom, kinship and gifts... cité n. 51.
  • 107 Lex, cité n. 9, n° 6, p. 129.
  • 108 Breviculum fundationis... cité n. 77, p. 9-11 et Id., De rerum... cité n. 22, p. 8-11.
  • 109 T. Evergates et G. Constable (éd.), The cartulary and charters of Notre-Dame d’Homblières, Cambridg (...)

43Plus souvent, la documentation a conservé le souvenir des renouvellements d’alliance par l’intermédiaire des communautés religieuses. Si Papie est réellement à l’origine de la donation à Saint-Ouen, déjà évoquée, réalisée par Mauger et Guillaume, selon sa volonté, elle permet à ses fils, par l’intermédiaire d’une communauté religieuse étroitement liée au pouvoir ducal, de renforcer les liens avec celui qui, en dehors d’être leur neveu, est le duc de Normandie. Elle les intègre aussi, par ce biais, à la famille ducale dont la mémoire dynastique est entretenue, puisque les trois défunts bénéficiaires des contre-dons spirituels, dont l’acte précise la parenté (père et frères) avec les donateurs, se trouvent être aussi les trois précédents ducs104. Plusieurs études récentes ont par ailleurs souligné le caractère ambivalent des relations entre les communautés religieuses et l’aristocratie : ce sont souvent les mêmes personnages ou les mêmes familles qui donnent des biens, les contestent puis les confirment. Elles en concluent que ces actes constituent autant de moyens de renouveler des relations sociales et religieuses, parfois établies depuis plusieurs générations105. Si l’objectif est de consolider le réseau social sur lequel s’appuient les aristocrates, cela permet aussi de rappeler les fondations et les donations pieuses des ancêtres, les contre-dons spirituels obtenus à leur profit106. Si les sources ont peu enregistré ce type de contestation à l’échelon comtal, elles révèlent l’intervention des comtesses dans la confirmation des titres et privilèges qu’établissements religieux comme laïcs s’attachent régulièrement à obtenir : la proportion des actes dans lesquels elles interviennent aux côtés de leurs fils apparaît beaucoup plus forte lorsqu’il s’agit de confirmer des biens ou des droits accordés par le père, voire des ancêtres plus éloignés. En 996, Berthe, veuve d’Eudes Ier, confirme avec ses fils les donations du défunt à Bourgueil107. En Anjou, après la mort de Foulques Nerra en 1040, Geoffroi Martel confirme, à la demande de sa mère Hildegarde, les donations de son père à Saint-Nicolas d’Angers108. En 1045, le comte de Vermandois, Herbert IV, et sa mère, Pavie, confirment une donation, réalisée au profit de Notre-Dame d’Homblières par Otton et sa mère Ermengarde, respectivement père et grand-mère paternelle d’Herbert IV109. Ce sont autant d’occasions, favorisées par les comtesses, de renouveler les liens entre les communautés religieuses et les familles comtales, de préserver les droits des premières, mais aussi d’entretenir le souvenir des ancêtres et de leurs actes pieux.

44Dans la mesure où les comtesses en général, et les veuves en particulier, entretiennent des liens étroits avec le passé et les ancêtres, elles semblent jouer un rôle particulier dans les relations entre les laïcs et les communautés religieuses qui visent à renouveler des relations anciennes.

***

45Les comtesses me semblent donc jouer un rôle essentiel dans l’entretien de la mémoire familiale. Par leurs donations pro anima, la création de lieux de mémoire, leur participation directe, au sein de communautés, à la memoria des parents défunts, mais aussi par la transmission de souvenirs de tous ordres à leurs enfants, elles entretiennent d’abord la mémoire de la proche parenté (géniteurs de l’époux, tant qu’elles sont mariées, auxquels s’ajoutent le mari et les consanguins, lorsqu’elles sont veuves), voire d’une parenté plus large envisagée globalement. Si les comtes ne sont pas absents des pratiques mémoriales, il semble que les comtesses s’illustrent particulièrement sur ce plan du fait de leurs liens étroits (comme de manière plus générale les femmes, et particulièrement les veuves) avec la vie, le passé et les ancêtres, ainsi que de leurs relations privilégiées avec le sacré. Les hommes de leur parenté ont pu certes les mettre en avant pour bénéficier de ces liens particuliers, ce qui signifierait que, même présentées à l’initiative d’un acte, elles n’en sont pas forcément maîtresses. Certaines de ces comtesses, à la forte personnalité, participent néanmoins à l’exercice du pouvoir, aux côtés de leur époux ou de leur fils, parfois avec une importante marge de manœuvre. Il reste cependant difficile, comme très souvent, de détecter derrière leurs actes, les éventuelles pressions et contraintes qui pourraient s’exercer et donc réduire d’autant leur capacité d’initiative. Elles n’en contribuent pas moins, par le biais de la prise en charge de la mémoire familiale, à la consolidation du pouvoir princier, en le justifiant et en l’ancrant dans le temps et dans l’espace.

Notes

1 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 35.

2 K. Leyser, Rule and conflict in early medieval society. Ottonian Saxony, Londres, 1979, p. 72 ; G. Althoff, Adels- und Königsfamilien im Spiegel ihrer Memorialüberlieferung. Studien zum Totengedanken der Billunger und Ottonen, Munich, 1984, notamment p. 238-242 ; P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l’an mil, Sigmaringen, 1986, p. 196-200 et p. 263-265 ; Id., Pro anima senioris sui. La pastorale ottonienne du veuvage, dans M. Parisse (éd.), Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris, 1993, p. 233-254 ; R. Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 54-57 ; P. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, traduction française, Paris, 1996, p. 88-118 ; M. Lauwers, La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Mort, rite et société au Moyen Âge, Paris, 1997, p. 425-459. Pour d’autres sociétés et d’autres époques, J. H. Dechaux, Le souvenir des morts. Essai sur le lien de filiation, Paris, 1997, p. 144-148 (à partir d’enquêtes menées entre 1992 et 1995 dans les principaux cimetières de la région parisienne le jour de la Toussaint (p. 22-25) ; C. Clément et J. Kristeva, Le féminin et le sacré, Paris, 1998, notamment p. 113.

3 P. Geary, La mémoire et l’oubli..., p. 114.

4 E. Santinelli, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, Lille, 2003, p. 281-322.

5 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres..., p. 69-100.

6 Régine Le Jan dont l’approche est différente aboutit à des résultats similaires, Famille et pouvoir..., p. 36-38.

7 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, Caen, 1961 [ci-après : Fauroux], no 47 (1017-1026), p. 156 : (...) ego Richardus, gratia Dei dux et princeps Normannorum (...) pro redemptione anime mee, patris mei matrisque mee et uxoris, meorum quoque filiorum (...).

8 P. Marchegay, Cartulaire du Ronceray d’Angers, Angers, 1854 (Archives d’Anjou, 3) [ci-après : Ronceray], no 1 (1028), p. 3 : (...) ego Fulco, Andegavorum comes, atque Hildegardis uxor mea, pro redemptione peccatorum nostrorum et pro anima patris mei Goffridi comitis nec non et matris mee Adele (...).

9 L. Lex, Eudes, comte de Blois, Tours, Chartres, Troyes et Meaux (995-1037) et Thibaud son frère (995-1004), pièces justificatives, Troyes, 1892 [ci-après : Lex], no 21, p. 154-155 : (...) Odo comes (...) uxorque ejus Ermengardis ac filii ejus (...) pro salute anime sue uxorisque ac filiorum suorum Tetbaldi ac Stephani (...).

10 C. Métais, Cartulaire de l’abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, I, Paris-Chartres, 1893 [ci-après : TV], no 35, p. 56 (31 mai 1040) : (...) ego Goffridus comes et uxor Agnes mea (...) pro remedio animarum nostrarum, necnon pro sa-lute parentum nostrorum, tam vivorum quam etiam defunctorum (...).

11 TV, no 88, p. 160 (1045-1049) : (...) ego Gosfredus comes atque Agnes comitissa (...) pro redemptione quoque animarum parentum nostrorum, nominative Fulconis, incliti comitis, atque uxoris illius Hildegardis (...).

12 E. de Morel, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Corneille de Compiègne, I, Compiègne, 1894, [ci-après : Compiègne], no 23 (vers 1095), p. 54 : (...) ego, Stephanus comes, et uxor mea Adela, necnon filius meus Guillermus (...) ob remedium anime patris mei et matris mee animarumque nostrarum (...).

13 Ronceray, cité n. 8, no 126 (v. 1028), p. 91.

14 Lex, cité n. 9, no 24, p. 159-160 (1034-1037) : (...) Odo comes (...) pro animae meae patrisque mei ac matris, conjugisque meae ac filiorum meorum redemtione (...) concedo, per deprecationem uxoris meae Ermengardi assensuque filiorum meorum, Tetbaldi videlicet et Stephani.

15 J. Besly, Histoire des comtes de Poitou et des ducs de Guyenne, preuves, Paris, 1697 [ci-après : Besly], p. 280-281 : (...) Quapropter in Dei nomine Odo comes (...) pro nobis, et pro omnium parentum nostrorum, tam vivorum, quam defunctorum salute, et peccatorum remissione, aslidua fiat oratio (...).

16 M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), Paris, 1908 [ci-après : Philippe Ier], no 25, p. 74-75.

17 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 292.

18 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, I, Paris, 1940 [ci-après : Saint-Père de Chartres], l. 3, c. 8, p. 64 : (...) tam pro meis criminibus veniam impetrandis quam pro nobilissimi senioris mei atque gloriosi comitis Tedbaldi, ut utrisque Dominus indulgere dignetur omnium peccatorum remissionem (...).

19 H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et des comtes de Champagne depuis le vie jusqu’à la fin du xie siècle, Paris, 1859, Recueil d’actes, no 28, p. 461 : (...) Pro anima Theobaldi, comitis, quondam senioris mei (...).

20 Lex, cité n. 9, no 6, p. 130 : (...) pro (...) senioris sui dulcis memoriae, comitis Odonis, peccatorum omnium remissione (...).

21 Ibid., no 8, p. 133 (996-1001) : (...) pro remedium animarum nostrarum et asolutionem piissimi Odonis comitis (...).

22 Fauroux, cité n. 7, no 17, p. 99 : (...) pro animae ipsius dicti viri precipue remedio, deinde pro meae animae et corporis filiorumque meorum (...) salute.

23 De rerum scitu dignissimarum a prima fundatione monasterii S. Nicolai Andecavensis, éd. L. Lepelletier, Angers, 1935 [ci-après : De rerum], p.16 : (...) pro redemptione propriae animae et conjugis mei Berlai (...).

24 Ibid., p.59 : (...) pro anima Domini mei Stephani comitis (...).

25 Ronceray, cité n. 8, no 170, p. 114 : (...) ad commonitionem saluberrimam genetricis mee dilecte Amengardis comitisse, (...) ob remedium et redemptionem anime bone memorie genitoris mei Odonis comitis paulo in publico prelio a Lothariensibus, in confino Francie, interfecti (...).

26 Fauroux, cité n. 7, no 112, p. 274 : (...) ego Guillelmus, Archensis comes, et frater meus, Malgerius archiepiscopus, villam (...) per voluntatem matris meae Paveiae (...) tradimus, pro animabus parentum nostrorum et nostris, Ricardi videlicet patris (...).

27 De rerum, cité n. 23, p. 9 et 44 : (...) ad admonitionem et consilium charissimae genetricis meae Hildegardis Comitissae ob (...) veniamque peccatorum dilectissimi genitricis mei bonae memoriae Fulconis comitis mundanis rebus rencens defuncti (...).

28 T. Grasilier, Cartulaire de l’abbaye royale de Notre-Dame de Saintes, Niort, 1871 (Cartulaires inédits de la Saintonge, II) [ci-après : Saintes], no 11, p. 21-22 : Ego Guido Gaufridus (...) quia domina mater mea Agnes nomine veniens ad me deprecata est (...) pro anima patris mei (...).

29 Lex, cité n.9, no8, p.133 : (...) pro (...) absolutionem piissimi Odonis comitis (...) ita sane ut omni tempore psallant monachi (...) requiem spiritus et animae Odonis comitis.

30 I. Soulard-Berger, Agnès de Bourgogne, duchesse d’Aquitaine puis comtesse d’Anjou. Œuvre politique et action religieuse (1019-v. 1068), dans Bulletin de la société des antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, 1re s., 6, trim. 1, 1992, p. 53.

31 M. Redet, Cartulaire du prieuré de Saint-Nicolas de Poitiers (v. 1050-1108), Poitiers, 1872 (Archives historiques du Poitou, 1) [ci-après : Saint-Nicolas], no 5 (1058-1068), p. 12-13 : (...) ego Aquitanorum gratia Dei dux Gaufridus (...) quia omnia que mea mater Agnes pro redempcione anime patris mei et sue monasterio Sancti Nicholai, quod ipsa apud Pictav. in foro fundavit, (...) donavit, annuo et do-no (...).

32 De rerum, cité n. 23, p. 16 : (...) pro redemptione propriae animae et conjugis mei Berlaei (...) pro salute quoque (...) praecipue domini mei praecellensimi comitis Gauffredi (...).

33 Fauroux, cité n. 7, no 16, p. 97 : (...) pro animae meae salute, ac deinceps pro remedio animae uxoris meae Bileeldis defunctae et pro viventis Ascelinae (...).

34 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres..., cité n. 2, p. 169-170 ; Id., Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres ». Note sur le culte des défunts à l’âge seigneurial, dans Médiévales, 31, automne 1996, p. 76.

35 Fauroux, cité n. 7, no 112, p. 274 : (...) ego Guillelmus, Archensis comes, et frater meus, Malgerius archiepiscopus, villam (...) per voluntatem matris meae Paveiae, annuente Guilielmo, Normannorum comite (...) tradimus, pro animabus parentum nostrorum et nostris, Ricardi videlicet patris et fratrum nostrorum, junioris Ricardi, necnon et Roberti comitum (...).

36 Ibid., p. 83.

37 Ibid., no 20, p. 104.

38 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?..., cité n. 4, p. 254.

39 R. Le Jan, Famille et parenté..., cité n. 1, p. 162-163.

40 Besly, cité n. 15, p. 267-268 et p. 280-281.

41 Fauroux, cité n. 7, no 15, p. 95.

42 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. III, c. 8, p. 65 : (...) pro anima patris mei Heriberti, Trecassini comitis (...).

43 Ibid., l. VII, c. 86, p. 210 : (...) quod quasdam vineas Radulfus (...) comitis Tedbaldi sorori, nomine Berte, vendere voluit. (...) Quod pactum postea ante fratrem suum comitem Tedbaldum recognoscens, et jam, per deprecationem ejusdem fratris, firmavit, pro anima patris, matris, fratris et suae (...).

44 De rerum, cité n. 23, p. 16 : (...) pro redemptione propriae anima et coniugis mei Berlaei, necnon parentum meorum, patris scilicet atque matris, pro salute quoque filiorum meorum, & praecipue domini excellentissimi comitis Gauffredi (...).

45 Ibid., p.59 : (...) pro anima Vvillelmi regis patris mei, et matris meae M. (...).

46 Sur la distinction opérée entre une parenté large qui regroupe l’ensemble des personnes auxquelles ego est liée et un groupe plus restreint dont ego hérite, dans lequel il prend les noms donnés à ses enfants et auxquels il est étroitement associés, voir C. Bouchard, Family structure and family consciousness among the aristocracy in the ninth to eleventh centuries, dans Francia, 14, 1986, p. 639-658 : p. 648 (rééd. dans Id., « Those of my blood ». Constructing noble families in medieval Francia, Philadelphie, 2001, p. 59-73).

47 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. IV, c. 5, p. 88 (avant 987) : (...) alodum juris mei, quem senior meus supra nominatus, secundum legem salicam et secundum consuetudines qua viri proprias uxores dotant, mihi in propriam concessit, nomine Guntherii Villa (...).

48 Fauroux, cité n. 7, n° 17, p. 99 : (...) duo aloda Brittevillam videlicet et Donnum Johannem, quae michi meus sanctae recordationis comes cum plurimis in dotalicium dedit (...).

49 Saint-Père de Chartres, cité n. 18, l. III, c. 8, p. 65 : (...) pro anima patris mei Heriberti, Trecassini comitis, qui michi praefatas res in hereditatem dedit atque concessit.

50 S. D. White, Custom, kinship and gifts to saints. The laudatio parentum in Western France, 1050-1150, Londres, 1988, p. 121-124.

51 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 308-312. Voir aussi infra.

52 R. Le Jan, Douaires et pouvoirs des reines en Francie et en Germanie (vie-xe siècles), dans Id., Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, 2001, p. 84-85.

53 B. L. Venarde, Women’s monasticism and medieval society. Nunneries in France and England, 890-1215, Ithaca-Londres, 1997, p. 7-13 (pour la multiplication des fondations) et p. 33-39 (pour le rôle des couples princiers). Voir aussi J. Tibbets Schulenburg, Women’s monastic communities 500-1100 : patterns of expansion and decline, dans M. J. Bennett et al. (éd.), Sisters and workers in the Middle Age, Chicago, 1989, p. 213.

54 S. Farmer, Persuasive voices : clerical images of medieval wives, dans Speculum, 61, 1996, p. 521-526.

55 Ronceray, cité n. 8, n° 1, p. 1.

56 Ibid., n° 1, p. 3-4 (dotation conjointe), p. 4 (donation personnelle).

57 Ibid., n° 2 (v. 1028), p. 5 : (...) monasterium sanctae Dei genetricis Marie quod scilicet, meo amminiculante assensu atque favore, conjux mea Hildegardis ad congregationem sanctimonialium puellarum extulerat (...) ; n° 126 (v. 1028), p. 91 : (...) ego Fulco, Andeganvorum comes (...) ad suggestionem immo instantem precem Hildegardis conjugis mee dilecte, monasterio S. Marie quod ipsa, proxime Andegavem urbem constructum (...) ; n° 5 (fin juin 1040), p. 7-8 ; n° 64, p. 56 ; n° 229 (v. 1028), p. 147-148.

58 Donations du couple, Ronceray, nos 2 (vers 1028), p. 5 ; 4 (vers 1028), p. 6-7 ; 7, p. 9-10 ; 18 (vers 1028), p. 19 ; 19 (vers 1030), p. 19-20 ; 63, p. 55 ; 126 (vers 1028), p. 91 ; 171 (1037), p. 114, etc. ; donations d’Hildegarde, Ronceray, nos 8, p. 10-11 ; 32 (1040-1045), p. 27 ; 33 (1046), p. 27 ; 172 (1040-1045), p. 114-115, etc. ; donation de Geoffroi Martel, à la demande de sa mère, Ronceray, n° 5 (fin juin 1040), p. 7-8.

59 TV, cité n. 10, nos 51, p. 105-106 (1045) ; 62, p. 117-118 (1046) ; 63, p. 118-119 (1046) ; 82, p. 152-153 (1044-1049) ; 83, p. 153-154 (1040-1049) ; 85, p. 155-156 (1045-1049) ; 93, p. 169-170 (1049).

60 Ibid., nos 74, p. 135-137 (1047) ; 86, p. 156-157 (1045-1049) ; 89, p. 161-162 (1045-1049).

61 Ibid., n° 173, p. 300-302 (1060-1064).

62 Saintes, cité n. 28, n° 1, p. 3-4.

63 Ibid., nos 80, p. 72 ; 225, p. 143-144 ; 235, p. 154.

64 Ibid., nos 109-110, p. 90-91.

65 Saint-Nicolas de Poitiers, cité n. 31, n° 1, p. 5-8.

66 Chronique de Saint-Maixent, éd. et trad. J. Verdon, Paris, 1979, a. 1049, p. 126-127.

67 N. Huyghebaert, Examens des plus anciennes chartes de l’abbaye de Messines, dans Bulletin de la commission royale d’histoire, Bruxelles, 121, 1956, p. 213219 ; Id., Les femmes laïques dans la vie religieuse des xie-xiie siècles dans la province ecclésiastique de Reims, dans I laici nella « Societas christiana » dei secoli xi e xii. Atti della Terza settimana internazionale di studio, Mendola 21-27 agosto 1965, Milan, 1968, p. 376, p. 381-383.

68 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais, éd. et trad. G. Pon et Y. Chauvin, La Roche-sur-Yon, 2001, I, [A], p. 101-103.

69 M. Godelier, L’énigme du don, Paris, 1996, p. 177 et p. 251-258 ; surtout C. Clément et J. Kristeva, Le féminin et le sacré..., cité n. 2.

70 C. Clément et J. Kristeva, Le féminin et le sacré..., p. 113-114.

71 Ronceray, cité n. 8, n° 126 (v. 1028), p. 91 : (...) ego Fulco, Andecavorum comes (...) ad suggestionem immo instantem precem Hildegardis conjugis mee dilecte, monasterio S. Marie quod ipsa, proxime Andegavem urbem constructum (...).

72 Pour l’association d’Hildegarde aux fondations, ainsi qu’aux donations au profit de Notre-Dame de la Charité, voir supra ; voir aussi le catalogue des actes des comtes d’Anjou, L. Halphen, Le comté d’Anjou au xie siècle, Paris, 1906, nos 30 p. 252, 44 p. 257, 48 p. 258, 58 p. 262, 61 p. 262-263, 62 et 64 p. 263 ; et O. Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage. II. Catalogue d’actes, Paris, 1972, c. 33 p. 39, 35 p. 41, 42 p. 44-45, 45 p. 46, 46 p. 47, 51 p. 50, 61 p. 57, 70 p. 62-63, 71-75 p. 63-64.

73 Chronique des comtes d’Anjou, éd. P. Marchegay, A. Salmon, Paris, 1856-1871, p. 51 et p. 54 ; L. Halphen, Le comté d’Anjou..., p. 126-127 et catalogue d’actes, n° 79, p. 268.

74 Raoul Glaber, Histoires, éd. et trad. M. Arnoux, Turnhout, 1996, l. II, c. 4, § 5, p. 100-103.

75 Sur le contexte de la fondation et le problème de sa datation, B. S. Bachrach, Pope Sergius IV and the foundation of the monastery of Beaulieu-lès-Loches, dans Revue bénédictine, 95, 1985, p. 240-265, notamment p. 263 pour une nouvelle datation en 1005, contre la date de 1007 habituellement retenue à la suite de Louis Halphen.

76 L. Lepelletier, Breviculum fundationis et series abbatum sancti Nicolai Andecavensis, Angers, 1016 [ci-après Breviculum fundationis], p. 4-8 ; De rerum..., cité n. 22, p. 5-8 ; Chroniques des églises d’Anjou, éd. P. Marchegay et E. Mabille, Paris, 1869, Chronique de Saint-Serge d’Angers, a. 1020, p. 134 ; Recueil des annales angevines et vendômoises, éd. L. Halphen, Paris, 1903, Annales de Vendôme, a. 1020, p. 59, Obituaire de Saint-Serge, p. 106, Annales de Saint-Florent, a. 1020, p. 118.

77 Sur les rivalités entre les principautés d’Anjou et de Blois-Tours-Chartres, voir L. Halphen, Le comté d’Anjou... cité n. 73, p. 26-28, p. 33, p. 38-49 ; O. Guillot, Le comte d’Anjou... cité n. 73, p. 24-38 et p. 63. Sur le rôle politique des nécropoles familiales, voir l’analyse de Michel Lauwers pour le diocèse de Liège, La mémoire des ancêtres... cité n. 2, p. 294-300.

78 L. Halphen, Le comté d’Anjou... cité n. 73, Catalogue d’actes, n° 79, p. 268.

79 Ronceray, cité n. 8, n° 172 (1040-1045), p. 114 : devota Dei operibus comitissa ; Recueil des Annales angevines... cité n. 77, Annales de Vendôme, a. 1046, p. 62 : Obiit domna Hildegardis, religiosa comitissa ; Chronique de Saint-Maixent... citée n. 67, a. 1046, p. 122 : Hildegardis comitissa Andegavorum obiit, bona et religiosa.

80 Ronceray, n° 1, p.3 : (...) ego Fulco, Andegavorum comes, atque Hildegardis uxor mea, pro redemptione peccatorum nostrorum et pro anima patris mei comitis necnon et matris mee Adele (...) ; p.4 : Ego vero Hildegardis, Andegavorum comitissa, dedi (...) pro peccatis meis redimendis et pro anima carissimi mariti mei Fulconis comitis.

81 Ibid., n° 4, p. 6-7.

82 Breviculum fundationis... cité n. 77, p. 9-11 et De rerum... cité n. 23, p. 8-11 : (...) ad admonitionem et consilium charissimae genetricis meae Hildegardis comitissae ob spem retributionis et redemptionem animae, veniamque peccatorum dilectissimi genitricis mei bonae memoriae Fulconis Comitis, mundanis rebus re-cens defuncti, convenit nobis et conplacuit Coenobio Beati Nicolai Confessoris, quod praedictus pater meus in prospectu urbis Andegavae fundatum Monasterium Monachorum instituerat, in stipendia egenorum et ipsorum servorum Christi Monachorum loci sustentatione et omnia quae ibidem genitor meus contulerat, perpetuae authoritatis tenore confirmare : et de parte mea aliquid augmentare, quod e ita feci. Ad suggestionem ergo matris meae, adauxi (...). Ces concessions sont ensuite confirmées, en 1106, par un diplôme de Philippe Ier (cité n. 16), n° 157, p. 393-395.

83 Breviculum fundationis..., p. 28 et De rerum..., p. 20 et p. 30 ; Recueil des Annales angevines et vendômoises... cité n. 77, Annales de Vendôme, a. 1060, p. 63 ; Annales de Saint-Florent, a. 1059, p. 119 ; Chronique des comtes d’Anjou... cité n. 74, p. 236-237.

84 N. Huyghebaert, Les femmes laïques... cité n. 68, p. 383.

85 K. A. LoPrete, Adela of Blois : familial alliances and female lordship, dans T. Evergates (éd.), Aristocratic women in medieval France, Philadelphie, 1999, p. 21, et n. 54, p. 186-187.

86 Ibid., p. 40.

87 The letters of Peter the venerable, I, éd. G. Constable, Cambridge (Ma), 1967, n° 15, p.22 : Pro regis defuncti aeterna salute tanta constituimus, quanta nunquam Cluniaci pro alio constituta sunt. Quid vos pro eo agere debeatis, superfluum est ut nobis videtur mandare.

88 K. A. Loprete, Adela of Blois..., p. 41.

89 E. Santinelli, Des femmes éplorées ?... cité n. 4, p. 170-181.

90 M. Gaillard, Les fondations d’abbayes féminines dans le nord et l’est de la Gaule, de la fin du vie à la fin du xe siècle, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 196, 1990, p. 9.

91 M. Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, dans Id., Sociologie et anthropologie, Paris, 1950, p. 167 ; M. Godelier, L’énigme du don... cité n. 70, p. 22 et p. 45.

92 P. Geary, La mémoire et l’oubli... cité n. 2, p. 102-104.

93 Sur tout ceci, voir R. Le Jan, Famille et pouvoir... cité n. 1, p. 38-45.

94 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres... cité n. 2, p. 293.

95 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais... cité n. 69, I, [A], p. 102 : (...) filio concipit, quem paterno nomine appelavit.

96 Les ducs d’Aquitaine sont successivement : les comtes d’Auvergne, Guillaume le Pieux († 918) et Guillaume le Jeune († 926), puis les comtes de Poitiers, Guillaume Tête d’Étoupe († 963), Guillaume Fièrebrace († 996), Guillaume le Grand († 1030).

97 Pierre de Maillezais, La fondation de l’abbaye de Maillezais... cité n. 69, I, [B], p. 104-105 et [E], p. 112-113 ; É. Carpentier, Un couple tumultueux en Poitou à la fin du xe siècle : Guillaume de Poitiers et Emma de Blois, dans M. Rouche (dir.), Mariage et sexualité au Moyen Âge. Accord ou crise ?, Paris, 2000, p. 207-209.

98 P. Bauduin, La frontière normande aux xe-xie siècles : origine et maîtrise politique de la frontière sur les confins de la haute Normandie (911-1087), Thèse de doctorat dactylographiée, Caen, 1998, p. 67-69.

99 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. R. Latouche, Paris, 19301937, II, l. IV, c. 108, p. 330 : Robertus rex, ducta Berta uxore, in Fulconem qui Odonis adversarius fuerat fertur et ab eo urbem Turonicam et alia quae pervaserat vim recipit.

100 E. Santinelli, La veuve du prince au tournant de l’an mil : l’exemple de Berthe de Bourgogne, dans Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xie siècles), Lille, 1999, p. 80-81.

101 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. et trad. R. Foreville, Paris, 1952, c. 37, p. 86-89 : (...) Hugo haereditatem suam Hereberto reliquit filio, et inimicitas easdem.

102 B. Lemesle, La société aristocratique dans le haut Maine (xie-xiiie siècles), Rennes, 1999, p. 33.

103 Ibid., p. 30.

104 Fauroux, cité n. 7, n° 12, p. 274 : texte donné n. 26.

105 B. H. Rosenwein, T. Head et S. Farmer, Monks and their enemies : a comparative approach, dans Speculum, 66, octobre 1991 ; B. H. Rosenwein, To be the neighbor of saint Peter. The social meaning of Cluny’s property, 909-1049, notamment chapitre 2, p. 49-77 ; M. McLaughlin, Consorting with saints : prayer for the dead in early medieval France, notamment chapitre 4, p. 133-177.

106 S. D. White, Custom, kinship and gifts... cité n. 51.

107 Lex, cité n. 9, n° 6, p. 129.

108 Breviculum fundationis... cité n. 77, p. 9-11 et Id., De rerum... cité n. 22, p. 8-11.

109 T. Evergates et G. Constable (éd.), The cartulary and charters of Notre-Dame d’Homblières, Cambridge (Ma), 1990, n° 30, p. 78 : Ego comes Heribertus materque mea Pavia (...) notum fieri volumus quod pater meus, Otto, ejus[que] genetrix, avia mea Ermengardis (...) approbamus (...).

Table des illustrations

Titre LES INTERVENANTS DANS LA DONATION DE MAUGER ET GUILLAUME AU PROFIT DE SAINT-OUEN (1037-1048)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540