Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sauver son âme et se perpétuer

 | 
François Bougard
, 
Cristina La Rocca
, 
Régine Le Jan

Fondations monastiques et mémoire familiale en Catalogne (ixe-xie siècle)

Iluís To Figueras

Texte intégral

1Le mouvement de fondation de communautés monastiques qui a caractérisé l’Occident des ixe-xie siècles n’a pas épargné les comtés catalans conquis par les Carolingiens aux alentours de l’an 800. Il est bon de s’interroger sur les raisons du succès de ce mouvement, car le prestige religieux et culturel des moines n’est pas tout : il faut aussi songer aussi aux sociétés qui l’ont rendu possible. Parmi les causes d’un tel épanouissement, on retrouve, parfois inextricablement entremêlées, la commémoration des défunts par la prière ou l’écrit, le besoin d’ancrer une position sociale acquise et une conscience lignagère, le biais pour maintenir une influence sur un patrimoine disputé et le rentabiliser. Les lignes qui suivent tenteront, à propos de Saint-Michel de Cuxa, Santa Maria de Ripoll et Sant Vicenç de Cardona, d’éclairer les enjeux sociaux des fondations monastiques entre ixe et xie siècle.

La fondation d’abbayes à l’époque carolingienne : l’exemple d’Eixalada (Cuxa)

  • 1 R. d’Abadal i Vinyals, La vida monàstica després de l’expulsió dels sarraïns, dans Studia monastica(...)
  • 2 Même avec des fonctions militaires : R. Martí et M. Viladrich, Guissona, origen del Bisbat d’Urgell(...)
  • 3 A. Constant, Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du ixe au début du xie(...)
  • 4 Elles ont pu bénéficier du régime des Hispani, et devenir de « grands aprisionaires » : Ph. Depreux (...)
  • 5 R. d’Abadal, Catalunya carolíngia. II. Els diplomes carolingis a Catalunya, Barcelone, 1926-1950, 2 (...)

2La fondation d’abbayes a suivi de près la conquête carolingienne de l’espace catalan au sud des Pyrénées aux alentours de l’an 8001. Ces abbayes nouvelles sont, comme ailleurs, un instrument de la politique religieuse de la monarchie et un des moyens mis à l’œuvre pour s’imposer dans les territoires conquis2. Elles étaient souvent le produit d’une initiative épiscopale ou cléricale. Des abbayes comme Gerri de la Sal, Sant Esteve de Banyoles, Sant Pere d’Albanyà, Sant Martí de les Escaules, Sant Medir ou Sant Genís de Gérone, ou dans le Roussillon Saint-Genis de Fontaines, Saint-André de Sorède et Sainte-Marie d’Arles sont fondées par des clercs ou de saint hommes qui en deviennent leurs premiers abbés. Le soutien royal s’exprimait par la possibilité, largement utilisée par ces abbayes, de s’approprier des terres ou des droits en provenance du fisc3. Les privilèges d’immunité et les préceptes des souverains carolingiens sont devenus une source de légitimation de l’appropriation de terres par les abbayes soumises à la tuitio royale4. Depuis Louis le Pieux, dans les années 819-830, des diplômes ont été octroyés aux abbayes, souvent à la demande des comtes, pour confirmer l’installation des moines sur des friches ou des terres fiscales probablement survenue lors des fondations monastiques quelques années auparavant, juste après la conquête. Les informations concernant le rôle des moines dans les défrichements et la mise en valeur du territoire, comme dans la construction d’églises ou d’autres bâtiments, sont toutefois à utiliser avec précaution car elles sont en partie destinées à contrecarrer ceux qui pouvaient leur disputer le contrôle des terroirs5.

  • 6 A. Constant, Peuplement et mise en valeur du territoire au sud du diocèse d’Elne (massif des Albère (...)
  • 7 Sant Pere d’Albanyà a été réintégrée à l’abbaye d’Arles, Sant Pau de Fontclara à celle de La Grasse (...)
  • 8 En 914 pour justifier le rattachement de cinq abbayes de l’évêché d’Urgell au monastère de Tabernol (...)

3Il est difficile de mesurer le rayonnement de ces institutions dans la société villageoise environnante. On sait que souvent les moines ont complété leur dotation grâce à des donations ou à des achats effectués auprès des propriétaires de la région. Ces petites transactions sont d’ailleurs la preuve que des colons ou de petits propriétaires étaient installés à l’intérieur même des domaines monastiques ou dans leur périphérie immédiate6. Malgré le soutien royal, quelques-unes des dix-sept abbayes catalanes ayant reçu des diplômes de la part de souverains carolingiens durant le ixe siècle – six autres en ont reçu pendant le xe siècle – ont disparu très vite. Elles sont devenues des dépendances d’une abbaye plus dynamique, ou de simples églises de l’évêché7. D’autres encore ont subi d’importantes transformations et en particulier un déplacement notable du siège de l’abbaye. Les échecs peuvent être attribués à la faiblesse en nombre et en ressources des communautés monastiques dans leurs débuts, surtout liée à la difficulté de trouver les moyens humains nécessaires à la mise en culture de l’espace approprié8. Au-delà des erreurs de calcul, ces crises sont également en rapport avec l’absence d’accord des populations voisines voire à l’opposition de certains voisins qui ont mal accepté l’installation d’un groupe parfois étranger à la région. Les notices de plaids, à Arles, Amer ou Eixalada, sont assez révélatrices des obstacles que devaient surmonter les abbayes du ixe siècle, malgré la force du soutient royal et le fait d’être sans devanciers dans la « friche légale » provoquée par la conquête, la puissance des concurrents locaux n’était pas à négliger, et ils ont dû profiter de leur maîtrise de l’écrit et de leurs liens avec les centres du pouvoir politique.

  • 9 Un événement fortuit, l’inondation de l’abbaye en 878, a provoqué la perte de la plus grande partie (...)

4L’abbaye Saint-André d’Eixalada devenue ensuite Saint-Germain et Saint-Michel de Cuxa, dans le département des Pyrénées-Orientales, fondée vers 840-841, peut servir d’exemple des vicissitudes initiales d’une fondation monastique9.

  • 10 Le rapport de parenté entre eux n’est pas dit explicitement, mais ils donnent des biens ayant appar (...)
  • 11 Venientes ex parrochia civitatis quae vocatur Orihel, accepta a Wisado ipsius civitatis episcopo li (...)
  • 12 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 11, 854 don, d’omnem hereditatem illorum (groupe de 9 indi (...)

5La donation, vers 840-841, de la part d’un groupe de quatorze cousins dont est sûrement issu le premier abbé de Saint-André d’Eixalada est l’attestation la plus ancienne de l’abbaye et peut-être sa dotation initale. Ce groupe de cousins donne son héritage, au villare dit Pauliano, une terre appartenant à la famille depuis au moins deux générations10. Or, quinze ans après, en 854, un groupe de six clercs dirigés par Protais (archipresbiter, presbiter ou conversus), en provenance de l’évêché de la Seu d’Urgell, s’intègre dans l’abbaye grâce à une généreuse donation tout en gardant son autonomie patrimoniale11. Son apport en hommes, biens, argent et ressources de toute sorte coïncide dans le temps avec la donation de droits héréditaires de plusieurs autres personnages sur l’endroit où était situé le monastère12. En 868, une notice de plaid nous apprend que la communauté d’Eixalada et Protais a obtenu de la famille comtale des droits sur le même territoire à une date non précisée. Puis en 878, les moines ont déménagé vers un domaine appartenant à Protais, à cause, dit-on, de l’inondation qui aurait détruit complètement l’abbaye, bâtie sur un site jugé trop dangereux.

  • 13 Sur les 43 transferts enregistrés avant 878, 14 sont en provenance d’individus, deux autres sont de (...)
  • 14 Medietate de omnem suam hereditatem quam ibidem habebat per successionem parentum suorum..., doc. 4 (...)
  • 15 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 14, 19, 43, 45, 52, et achats du comte Miró des doc. 26, 3 (...)
  • 16 R. Martí, L’alou a la documentació catalana d’època comtal : solució d’un problema historiogràfic g (...)
  • 17 Filii Daculinas, nepti de Odesinda, et sorori sue Eterne qui fecit karta ad Odesinda sorori sue qui (...)

6De 840 à 878, l’abbaye Saint-André d’Eixalada et Protais avaient acquis, par le biais d’achats et donations, des biens provenant de plusieurs groupes familiaux13. Il s’agit pour la plupart (dans 20 cas sur 43) d’héritages (hereditate), soit de biens provenant d’une succession parentale14, soit de parts (portione) peut-être issues d’un partage15. Ce sont souvent des alleux hérités ou acquis par achat16. Ces biens, désormais transférés, étaient parfois depuis longtemps entre les mains d’une famille. Le premier groupe de donateurs fait remonter ses biens à trois générations, jusqu’aux bisaïeuls, ce qui signifie que l’origine de sa propriété se situait aux temps antérieurs à la conquête carolingienne. En 854, un autre groupe de frères peut rappeler leur arrière-grand mère pour souligner l’ancienneté de leurs droits. Et d’autres sont assez précis dans la description du long parcours suivi par leurs droits familiaux17. Ce qui sans doute pouvait servir dans un contexte de contestations.

  • 18 On fait aussi appel à la prescription trentenaire pour légitimer la possession familiale, car le co (...)
  • 19 R. d’Abadal, Catalunya carolíngia. I. El domini carolingi a Catalunya, Barcelone, 1986, p. 262-265  (...)
  • 20 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., doc. 10 et 11.
  • 21 Ibid., p. 22-23 et 53.
  • 22 On conserve deux petites notices du même acte, dans l’une le nom des quatorze hommes et femmes d’Oc (...)

7On a en effet des notices de plaid concernant les mécanismes d’appropriation des biens constituant le domaine de l’abbaye. En particulier, les biens d’origine fiscale ont suscité des conflits entre les moines et ceux qui se sentaient lésés par la transformation des biens fiscaux en alleux. Et en absence de titre de propriété écrit l’appel aux témoins capables de reconstituer la chaîne de transmissions sur plusieurs générations s’impose. Un plaid de 868 atteste la dispute à propos du statut de l’espace où était construite l’abbaye d’Eixalada (alode de villa Kanavellas et Tresvallos et Ucenias), espace que la famille du comte Bera avait transmis à deux reprises avant la donation à l’abbaye. Or, un nouveau comte prétendait que, s’agissant d’un bénéfice, son prédécesseur n’avait pas pu en disposer. Mais les moines et Protais obtiennent gain de cause grâce aux témoins qui ont assuré que le vieux comte Bera avait détenu cet espace en alleu et non en bénéfice18. Un témoignage remarquable, car Bera avait été comte jusqu’en 820, soit cinquante ans avant la date du plaid19. Eixalada avait donc déjà eu des donations dans cette même zone en 85420, et les moines s’étaient empressés d’en obtenir confirmation de la part de Charles le Chauve dans un diplôme de 871 où figuraient les espaces contestés. À une date qu’il est impossible de préciser mieux, ils ont aussi fabriqué une fausse donation du comte Bera, destinée à faire taire les protestations21. Toujours en 875, quatorze hommes et femmes agissant au nom de plusieurs autres renoncent à toute prétention sur le territoire d’Ocenies celui même qui avait fait l’objet du plaid en 868 ; leur exemple est suivi par d’autres héritiers22.

  • 23 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 46-53.
  • 24 A. G. Remensnyder, Remembering kings past. Monastic foundation legends in medieval Southern France, (...)

8Entre-temps l’histoire des fondateurs de Saint-André d’Eixalada avant l’arrivée de Protais et des siens s’est presque effacée de la mémoire écrite des moines. Vers 873, l’abbé Vitiza, compagnon de Protais, aliéna le villare Poliano que les présumés fondateurs avaient apporté au domaine monastique, afin peut être de couper symboliquement les liens de cette famille avec l’abbaye. Le précepte de Charles le Chauve obtenu par Protais en 871, avec le concours du comte Miró, présente l’arrivée de ce personnage comme l’acte fondateur de l’abbaye. Plus tard, les moines ont inséré en tête d’un cartulaire un faux diplôme de Charlemagne censé avoir été donné à la demande de Protais, accompagné d’un récit à la première personne expliquant, ad memoriam futurorum, les circonstances de l’obtention du document lors d’un voyage à Rome qu’aurait fait Protais en compagnie de Charlemagne23. Le désir de relier Charlemagne à l’histoire de la fondation du monastère est un topos assez répandu dans les abbayes méridionales, mais en général à une époque plus tardive24, et dans ce cas il pouvait servir à légitimer son enracinement sur un espace relativement disputé.

9Tout cela montre à contrario les difficultés éprouvées par les moines avant le déménagement vers le villare de Cuxa, en 878, où Protais possédait déjà un domaine à lui. La consolidation de cette abbaye s’avère être un processus complexe. La communauté s’impose peu à peu comme un pouvoir nouveau avec des éléments étrangers, le groupe de clercs d’Urgell qui accompagne Protais, et partant capable d’altérer les vieux équilibres de la région. C’est ce qui finalement a pu encourager le départ des moines vers des horizons plus accueillants. On insiste encore sur le fait que le nouveau site n’appartient pas au fisc et, pour le cas où cela aurait pu être utile, on a fabriqué, à une date ultérieure, le faux diplôme attribué à Charlemagne, lequel prétend confirmer des droits jadis octroyés par Pépin. Et l’on y assure que le site de la nouvelle abbaye de Cuxa appartient au clerc Protais en alleu, et que les carolingiens y ont cédé leurs droits d’origine fiscale. Mais le tournant décisif pour la nouvelle abbaye est, depuis 871, le patronage des comtes de Cerdagne.

  • 25 R. d’Abadal, Catalunya Carolíngia. II. Els diplomes carolingis..., I, p. 88-90. Les interventions d (...)
  • 26 Et comendo per consilio fratrum meorum ad domno nostro Mirone precellentissimo comite,...quia illum (...)
  • 27 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 27 et 43-45, doc. 26, 30, 33, 37 35 et 62.
  • 28 R. d’Abadal, Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958, p. 53-72 et 233-247 ; J. M. Salrach, El (...)
  • 29 Description du domaine de l’abbaye vers 965 : R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 62-84.

10L’abbaye Saint-Germain et Saint-Michel de Cuxa, qui remplaçait celle d’Eixalada depuis 878, reçoit désormais le soutien des comtes de Cerdagne. Déjà en 871, Eixalada avait obtenu son diplôme de Charles le Chauve à la demande du comte Miró (Ier), investi, par cet acte même, du patronage de l’abbaye25. En 878, Protais, devenu abbé, lui confie le soin de choisir son successeur et de veiller à la bonne conduite et à la sauvegarde de la communauté26. De la part du comte, le lien est renforcé par des donations, dont une en 885 faite en compagnie de sa mère et de ses frères, ce qui suggère une responsabilité familiale collective du patronage comtal, ou du moins des largesses effectuées à partir de biens hérités des grands-parents27. Vers la fin du ixe siècle, l’abbaye est pour les comtes un instrument de légitimation du pouvoir par le prestige associé à la sacralité, justement au même moment où les comtes de Cerdagne sont en train de s’assurer la transmission héréditaire de la charge comtale, de la reconvertir en alleu, avec les tensions qui en découlent. L’année même du déménagement des moines, en 878, le comte Miró (Ier) s’empare du comté du Roussillon, ce qui donna lieu à des accrochages armés28. L’alliance avec les moines offre indirectement aux comtes un important réseau de fidèles et les ressources d’un vaste domaine qui déborde largement les vallées pyrénéennes29.

  • 30 D’après R. d’Abadal ce changement serait le résultat de la volonté des comtes qui auraient promu la (...)
  • 31 R. Abadal, Com neix i com creix..., p. 54-55, doc. 66.
  • 32 R. d’Abadal, Catalunya Carolíngia. II. Els diplomes carolingis, II, p. 91-93 et 94-98. En 952 le mo (...)
  • 33 Igitur quia interventu Olibe laudabilis et magnifici comitis postulasti a nobis quatinus reconfirma (...)
  • 34 Intervention déduite de la phrase (le comte) locavit ibi abbatem egregium nomine Guarinum de l’acte (...)
  • 35 E. Junyent, Diplomatari i escrits literaris de l’abat i bisbe Oliba, Barcelone, 1992, doc. 44 et 45 (...)
  • 36 Le comte destruxit prefatam ecclesiolam Sancti Germani confessoris, edificavit eam mirifice ex calc (...)
  • 37 Soniefredus... elegit quendam cenobiolum in honore Domini et invocatione almi ac beatissimi archang (...)

11Malheureusement un vide documentaire entre 879 et 938, empêche de suivre dans le détail l’histoire de l’abbaye de Cuxa dont le titre est désormais Saint-Michel et Saint-Germain30. Le silence des sources jette des doutes sur la continuité du patronage comtal après 885, car le testament du comte Miró (II), neveu et successeur de Miró (Ier), datant de l’année 925, ne prévoit pas de legs pour Cuxa. Mais quelques années après, en 941, la veuve et les enfants du comte Miró II reprennent un rapport fécond avec les moines, par le biais d’une nouvelle donation à l’abbaye31. En 952 et en 958, les comtes servent à nouveau de médiateurs avec la cour royale pour l’obtention de privilèges en faveur de Cuxa32. Et dans le contexte du renouveau des liens avec la papauté les comtes appuyent également l’obtention de privilèges d’exemption. Un moine de Cuxa obtient la première bulle pontificale pour une abbaye catalane en 950, et en 968 à la demande du comte Oliba de Cerdagne, l’abbé Garin en reçoit une du pape Jean XII. D’autres suivirent, en 993 et en 101133. Si les bulles pontificales consacrent le droit de libre élection de l’abbé, comme prévu par Protais en 878, le patronage comtal comporte cependant des interventions dans les élections abbatiales. On en déduit que c’est le comte Sunifred qui aurait fait venir Garin, abbé de Lézat, pour occuper la charge d’abbé de Cuxa34. Peu après 1008, Oliba, fils du comte Oliba et neveu du comte Sunifred, devient à son tour abbé de Cuxa, alors qu’il était déjà abbé de Ripoll. L’une de ses premières démarches en tant qu’abbé est de se rendre à Rome afin d’y obtenir des privilèges en faveur de ses deux abbayes. Il s’y trouve en 1011, accompagné par ses deux frères, Bernat et Guifré, comtes35. Le patronage s’exprime avec encore plus de netteté dans le programme de construction des églises abbatiales. Celle de Saint-Germain, consacrée en 953, est le fruit d’un intérêt tout particulier du comte Sunifred de Cerdagne, qui l’aurait refaite plus magnifique ; dans l’acte de 953, la comtesse et ses deux fils, Miró et Oliba, comtes, sont qualifiés de fundatores vel reedificatores36. Dans l’acte de consécration de la nouvelle église dédiée à saint Michel en 974, on remarque à nouveau le rôle du comte Sunifred dans sa construction et on rappelle qu’elle est sous la protection (ditio) de ses frères Oliba et Miró37.

  • 38 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 66, 68, 77, 80, 89, 90, 108, 109, 110, 119 et les notices  (...)
  • 39 Ad luminaria... tertiam partem de ceram qui mihi advenit de pascuarium de valle Confluente, R. Abad (...)
  • 40 Alios meos alodes qui superius scripti non sunt, quos habeo vel habere debeo in omnibus locis, rema (...)

12Cette importante activité de construction s’est aussi accompagnée d’une série de donations de biens immeubles particulièrement généreuse. De 938 à l’an mille, la famille des comtes de Cerdagne a multiplié les dons en faveur Cuxa. Des quarante donations connues de cette période – onze seulement par le biais de notices –, quinze sont des dons de la comtesse Ava, veuve de Miró II, ses fils ou ses petits-fils38. Parmi celles-ci, la dotation qui accompagnait la consécration de l’abbatiale en 953 à laquelle participent la comtesse Ava et ses fils, Oliba et Sunifred, ainsi que trois autres notables. Par la suite Sunifred seul y a rajouté, des droits de paisson qu’il détenait par héritage et qui produisaient de la cire qu’il destina au luminaire de l’église39. Par le testament du comte Sunifred, décédé sans enfants, l’abbaye de Cuxa reçoit encore une importante donation et est de surcroît l’attributaire de biens non nommés40.

  • 41 Modèles dans le formulaire de Ripoll du xe siècle : M. Zimmermann, Un formulaire du xe siècle conse (...)
  • 42 Avant 878 une femme et ses enfants donnent pro animas illorum et remedium Enneconi bona memorie... (...)
  • 43 Donations du vicomte Bernat : dono propter remedium animae genitori meo nomine Guantani et propter (...)

13Le patronage et la générosité servent à consolider le prestige de toute la famille des comtes de Cerdagne. Il est plus difficile de savoir dans quelle mesure ils ont aussi contribué à cimenter une solidarité et une mémoire familiale, et quel a été le rôle des moines de Cuxa dans la prise de conscience lignagère des comtes. Les donations, inspirées d’une longue tradition partagée par une large aire culturelle, étaient faites pour le salut de l’âme ou la rémission des péchés des donateurs mais plus spécifiquement en faveur des défunts de la famille41. Dans cet aspect les comtes de Cerdagne n’ont pas innové, car, dès avant 878, plusieurs donateurs ont fait des dons à Saint-André d’Eixalada pour le salut de l’âme d’un conjoint défunt par exemple, fréquemment une veuve pour son époux42. Dans le courant du xe siècle, les bénéfices spirituels qu’on espère des donations attestées sont parfois étendus au père, à la mère ou à d’autres membres de la parentèle, vivants ou décédés43.

  • 44 In elemosina vestra (du comte Miro) et genitarum vestrarum, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc (...)
  • 45 Ut pius et misericors sit Deus in peccatis nostris et in peccatis Mironi comiti genitori condam nos (...)
  • 46 Propter remedium animae meae seu genitori meo, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 68.
  • 47 Propter spem veniam remunerationis bone memorie domni Mironi comite generatori sui sanitatemque ex (...)
  • 48 Propter remedium anime mee et anima patris mei Mironi et matri mee Avane, R. Abadal, Com neix i com (...)
  • 49 ...Quod suus frater bone memorie Seniofredus pro amore celestis patrie renovavit, dotavit et auxit. (...)

14Du côté des comtes de Cerdagne, avant 878, le comte Miró (Ier) avait déjà fait des dons pour le salut de ses parents44. Depuis le milieu du xe siècle, les donations à la mémoire des comtes, en particulier celles faites pour Miró (II) et son fils Sunifred se font à un rythme parallèle aux travaux de construction et d’embellissement des églises abbatiales. En 941, la comtesse Ava et ses quatre fils font un don pour le salut de Miró (II), son époux décédé45. Quelques mois plus tard, c’est au tour du comte Sunifred de rappeler son père défunt dans une donation46. En 953, dans l’acte de consécration de l’église de Saint-Germain il est toujours question du souvenir (memoria) du comte Miró dans les dons de son fils47. En 961, le comte Sunifred fait encore un don pour l’âme de ses parents, Miró et Ava48. À la mort du comte Sunifred, en 965, c’est son frère, le comte Oliba, qui rappelle avec insistance le rôle de son prédécesseur défunt dans le soutien à l’abbaye, par exemple pour l’obtention du privilège pontifical de 968 et au moment de la nouvelle consécration de l’église de Saint-Michel en 97449. La simple répétition des actes de donation fait apparaître les rapports des comtes avec l’abbaye de Cuxa comme un phénomène continu qui s’étale sur plusieurs générations. La conservation par écrit des donations, privilèges, actes de consécration comme preuves de la générosité comtale permettait de rendre visible ce rapport privilégié. Et les droits et les biens cédés servaient ainsi de support au prestige d’une famille en quête de légitimation de son nouveau rôle au sommet de la hiérarchie sociale, une famille de princes rendus souverains du fait de l’effacement des Carolingiens.

  • 50 E. Junyent, Diplomatari..., p. 46-49, doc. 39 (1008) ; p. 54-56, doc. 41 (1009) et p. 118-120, doc. (...)
  • 51 Par exemple, un mas et un cheval, avec interdiction d’aliénation : E. Junyent, Diplomatari..., p. 1 (...)

15Le patronage comtal devait culminer dans le long abbatiat d’Oliba (1008-1046), fils du comte Oliba de Cerdagne, petit-fils de Miró (II). Dans une période changeante des rapports avec les élites locales, l’abbé Oliba combine avec souplesse les transactions avec des familles de l’aristocratie et les menaces d’excommunication, sans oublier son rôle de justicier et de promoteur des assemblées de la paix et la trêve de Dieu. Un bon exemple de la nouvelle complexité des rapports entre moines et lignages nobles se trouve dans la donation faite pour le salut de l’âme par un couple, Bonhome dit Unifred et Guisla, avec leur fils Garin dit Iocbert, clerc, en 1008. La cession d’une impressionnante série d’alleux situés dans toute la région, de la Cerdagne jusqu’au Roussillon, s’accompagne d’un côté d’une réserve en usufruit viager de la part de l’homme, son épouse et son fils, contre le versement d’un cens en argent. D’autre part les donateurs reçoivent de l’abbaye en échange d’autres alleux et s’engagent à offrir leur part de biens meubles avec leurs corps au moment de la mort – ce qui implique qu’ils seront enterrés dans un cimetière de l’abbaye. Mais ce pacte, normalement fait pour durer, est bientôt remplacé par un autre qui réduit les alleux en usufruit viager. En même temps, on apprend que l’homme a donné une vigne faisant partie des alleux cédés à Cuxa à une autre abbaye, celle de Saint-Martin du Canigou, ce qui implique que la transaction doive être renouvelée dans d’autres termes à la génération suivante50. D’autres donations pour le salut de l’âme du temps de l’abbé Oliba font apparaître des transactions assez compliquées car les donateurs peuvent recevoir, par exemple, d’autres biens en usufruit viager contre un cens fixe en nature, en plus des contre-dons spirituels51.

  • 52 Excipimus autem ab hoc vinculo excomunicationis domnum Guillelmum comitem, filioque ejus, et domnum (...)
  • 53 A. Kosto, Oliba, peacemaker, dans Actes del congrès internacional Gerbert d’Orlhac i el seu temps. (...)
  • 54 Églises de Sant Andreu de Castellar, Sant Jaume de Rigolisa et Sant Julià de Tartera : E. Junyent, (...)

16Dans la perspective des moines, qui est celle des actes conservés, l’abbaye a subi la menace de l’expoliation comme tant d’autres abbayes à la même période. En particulier l’abbé Oliba a profité du concile tenu à Narbonne en 1043 pour obtenir un décret d’excommunication contre tous les usurpateurs de biens de Cuxa. On en écartait les membres de la famille comtale, ses proches parents, Guillem de Besalú et son fils, Ramon de Cerdagne ainsi que ses frères et fils, toujours patrons et défenseurs de l’abbaye52. Par ailleurs, les actes de l’abbé Oliba ne sont pas du tout contraires aux intérêts de sa famille d’origine53. Ainsi, en 1100, les moines de Cuxa ont dû réclamer au comte de Cerdagne, Guillem Jordà, trois églises que l’abbé Oliba avait cédées à un chevalier des comtes, sa vie durant, mais que, à sa mort, ses fils avaient continué à posséder avec le consentement des comtes auxquels on avait versé des pots-de-vin (dantes illis multas peccunias). Or, la transaction initiale avait été faite par Oliba sans le consentement des moines, ce qui procurait un argument pour réparer le tort54. Sans doute après plus d’un siècle de patronage comtal, les rapports de l’abbaye avec l’aristocratie environnante étaient-ils aussi soumis aux aléas de la politique et du vieux pouvoir des comtes.

Les prémices d’un panthéon comtal : Ripoll et les autres

  • 55 Haec omnia superius meminita tradimus ad jamdicta ecclesia fundata et dedicata propter absolutionem (...)
  • 56 Dotation de l’abbaye en 885 et de l’église abbatiale en 887 transmises par des copies interpolées : (...)
  • 57 R. d’Abadal, Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958, p. 73-114 et p. 136-137.

17Au xe siècle, l’abbaye Saint-Michel de Cuxa n’était pas la seule abbaye où les comtes de Cerdagne exerçaient une présence continue. Bien au contraire, les fondations monastiques se sont multipliées depuis la fin du ixe siècle, parmi lesquelles l’abbaye Santa Maria de Ripoll occupe une position particulière par son rayonnement culturel et le fait qu’elle soit devenue le panthéon des comtes. De cette abbaye, fondée vers 879-880 par le comte Guifré le Velu, au moment même où son frère Miró (Ier) inaugurait son patronage à Eixalada, on conserve la dotation qui accompagne la consécration de l’église en 888, avec l’oblation d’un fils des comtes, lorsque la communauté dirigée par l’abbé était déjà sur place55. À la même époque le comte Guifré et sa femme Guinedella fondent une autre abbaye, Sant Joan de les Abadesses près de Ripoll, destinée à accueillir des moniales et l’oblation de leur fille Emma qui en devint abbesse56. On sait l’importance de ces deux fondations monastiques dans l’encadrement du territoire dont le comte essayait d’assurer le contrôle. Un plan d’autant plus ambitieux dans le cas de Ripoll que le comte donna aux moines des espaces de la frontière toujours à conquérir, preuve de la volonté comtale d’associer l’abbaye à l’entreprise d’encadrement du territoire57.

  • 58 Donations d’objets d’apparat destinés à l’église, ornements et livres, par le comte Guifré et son é (...)
  • 59 Non ignotae memoriae Vuifredus extitit comes atque, ut verius fatear subsitorum carus patricius, vi (...)
  • 60 Dehinc veneranda succedens propago, adprime divinis dapibus farta, imperialibus commitiis sublimata (...)

18Dans le courant du xe siècle, ces abbayes sont aussi devenues de puissants instruments de confirmation du pouvoir. Le patronage des comtes s’est traduit par des donations qui ont permis la constitution d’un domaine ainsi que la construction et l’embellissement d’églises successives58. En 977, la consécration de la troisième église abbatiale de Ripoll est l’occasion de la rédaction d’un acte attribué à l’évêque Miró Bonfill de Gérone, fils du comte Miró (II) de Cerdagne et petit-fils du comte Guifré. Dans ce texte, l’auteur donne une brève histoire des origines de l’abbaye et rappelle en particulier que le comte Guifré était son fondateur dans le contexte de mise en ordre du pays conquis aux musulmans59. Guifré le Poilu, y est aussi décrit comme le fondateur d’une lignée qui se définit entre autres par son rapport privilégié avec l’abbaye de Ripoll : en regardant en arrière l’évêque Miró pouvait constater que pendant trois générations les siens avaient soutenu l’abbaye par leurs largesses60

  • 61 Officio paterno semper citra locum patrocinio fervens... propalavit decretum, quatinus praefatum co (...)
  • 62 D’après la notice, peut-être manipulée, de la deuxième consécration de l’église abbatiale en 935, i (...)
  • 63 In nomine Domini nostri Ihesu Christi. Hec est gesta, que fieri jussit Guifredus comes de alodiis s (...)
  • 64 Pour l’élaboration des cartulaires : A. Remensnyder, Remembering kings past... cité n. 24, p. 292. (...)

19Dans l’acte de consécration de 977, le comte Oliba de Cerdagne, frère de l’évêque Miró, exerce son patronage sur l’abbaye avec la concession d’un privilège d’immunité inspiré de celui que les moines ont reçu de la cour carolingienne en 939. Or, il n’y a pas de référence à la monarchie dans l’acte et l’on insiste sur le fait que si le patronage exercé par le comte dérive des aïeuls, il est légitimé par l’histoire de la fondation61. En effet, on a déjà remarqué que ce premier jalon d’une historiographie catalane naissante n’apparaît pas par hasard au moment même où la famille comtale se substituait définitivement au pouvoir royal déclinant : cela explique son besoin de légitimation par le biais de Ripoll62. Au moment même où les moines se sont doté de l’ébauche d’une histoire qui permettait de renforcer leur identité, ils ont fait rédiger une fausse dotation pour élargir et compléter celle bien modeste du comte Guifré en 888 et en 890, avec une longue liste de biens classés par comtés et les descriptions détaillées du domaine monastique63. Comme ailleurs, la volonté de définir une histoire collective de la communauté monastique plus ou moins réelle allait de pair avec les efforts pour délimiter géographiquement son domaine64.

  • 65 Ut possessiones quas patres nostri, sicut jam praefata scedula docet, libellis inditis huic monaste (...)
  • 66 Propter remedium animarum genitorum meorum condam Wifredi comiti et Widinildi, simulque et fratre m (...)
  • 67 Quo proficeret remedio animarum sui videlicet patris ac matris necnon et fratrum.
  • 68 L’abbaye de Ripoll sert de centre de rencontre et de régulateur politique en absence d’unité des co (...)
  • 69 Le comte Sunyer et son épouse propter conservatione filio nostro presenti Ermengaudo nomine et pro (...)

20La dotation de l’église abbatiale en 977 s’insérait dans une série de donations pieuses faites par les comtes à l’abbaye65 qui devaient, comme dans le cas de Cuxa, servir au salut de l’âme des parents et non pas seulement à celui de ceux qui étaient en train de souscrire l’acte. Par exemple, la donation de Sunyer comte de Barcelone et de son épouse, datant de 925, était destinée au salut de son père, le comte Guifré, sa mère, son frère et sa sœur défunts66. En 977, c’était au tour du comte Oliba de rappeler, par l’entremise de son frère l’évêque Miró, que ses dons étaient destinés au salut de ses parents et de ses frères67 : ce n’est pas pour l’ensemble du lignage, mais on n’en est pas loin. Par ailleurs, le comte Oliba de Cerdagne était en train d’affirmer sa primauté à Ripoll dans l’un des plus grands rassemblements de comtes et évêques catalans de l’époque68. Le lien entre la famille comtale et l’abbaye est voué à un bel avenir. De là vient aussi l’intérêt de certains donateurs appartenant à la famille comtale de recourir à la médiation de l’abbaye afin de s’assurer une descendance. Ainsi, le comte Sunyer de Barcelone et son épouse ont, en 925, demandé son intercession pour la santé de leur fils, tandis que le comte Oliba et son épouse Ermengarda, en 967, ont fait une donation pour avoir des enfants69. L’abbaye sert à consolider la conscience d’une identité familiale, non seulement en regardant vers le passé mais aussi vers le futur, vers les enfants garants de la continuité du patronage comtal.

  • 70 E. Junyent, Diplomatari..., doc. 104, p. 165-170.
  • 71 Chronicon alterum rivipollense, Brevis historia rivipollensis et surtout la Gesta comitum barcinone (...)

21À la génération suivante, l’abbé Oliba, fils du comte Oliba, rédige l’acte de la nouvelle dédicace de l’église abbatiale, en 1032, sous la présidence de son frère Guifré de Cerdagne et de son neveu Guillem de Besalú70. On refait à nouveau une histoire de l’abbaye, toujours étroitement liée aux descendants du fondateur, le comte Guifré le Velu, son arrière-grand-père, en s’inspirant de celle de 977. Par la suite, l’acte de 977 et celui de 1032 ont servi de fondement au développement d’une historiographie catalane surtout pendant le xiie siècle71.

  • 72 Postremo labentis curriculi certamina complens, ubi decorandi officium gesserat se tradidit tumulan (...)
  • 73 F. Monsalvatje, Noticias históricas. Besalù, su historia, sus condes, su obispado y sus monumentos, (...)
  • 74 Vascula sua aurea et argentea quam ad ipso die abebat, donare faciant ad cenobium Sancta Maria Riop (...)
  • 75 Sur la base de l’épitaphe très postérieure de son père le comte Guifré. M. Rovira, Un bisbe d’Urgel (...)
  • 76 Épitaphe du comte Guifré Borrell à l’église de Sant Pau del Camp de Barcelone : Sub ac tribuna quie (...)
  • 77 Les testaments connus de Miró II et de son fils Sunifred, comtes de Cerdagne, contiennent tous les (...)

22Les liens des comtes avec Ripoll étaient d’une nature différente de ceux qu’ils entretenaient avec d’autres abbayes parce qu’ils en avaient fait le lieu de sépulture privilégié des membres de la lignée. D’après l’acte de 977, Guifré, le comte fondateur, aurait demandé à y être enterré72. Rien de tel n’apparaît cependant dans les actes connus du comte, qui fut pourtant enseveli à Ripoll. C’est le rédacteur de l’acte de 977, l’évêque et comte Miró, qui pour la première fois dans l’ensemble des plus anciens testaments catalans conservés demande à être enterré dans un lieu précis. Son premier don est pour l’abbaye de Ripoll ubi corpus meum quiescat73. Par la suite, d’autres membres de la famille ont demandé explicitement dans leur testament à être enterrés à l’abbaye de Ripoll. C’est le cas en particulier du comte Bernat de Besalú, neveu de l’évêque Miró et frère de l’abbé Oliba74. La volonté de constituer une nécropole familiale apparaît moins évidente dans les débuts de l’abbaye. Deux des enfants de Guifré ont été enterrés ailleurs car l’épitaphe de Guifré Borrell a été retrouvée dans une petite abbaye aux portes de Barcelone et celle de sa fille Quixilo à La Garriga, à mi chemin entre Barcelone et Vic75. Mais deux autres fils ont été enterrés à Ripoll : Miró II, comte de Besalú et Cerdagne, enseveli à côté de son épouse Ava, et peut être Radulf, d’abord oblat à Ripoll puis évêque d’Urgell76. À la génération suivante, en plus d’un fils du comte Sunyer, trois fils du comte Miró II ont été inhumés à Ripoll près de son grand-père, Guifré. C’étaient les comtes Sunifred de Cerdagne, Guifré de Besalú et Miró Bonfill, évêque de Gérone et comte de Besalú77.

  • 78 Par exemple à propos de Miró II : Hujus et annexo genitor tumulatur in antro, / Miro sed ipse comes (...)
  • 79 Vers destinés aux sépultures aujourd’hui perdues, mais transmis par une copie manuscrite moderne : (...)
  • 80 Hinc comes egregia, princeps, hac conditur urna, / Nomen Ave referens, pro-lis honore vigens. / Ste (...)
  • 81 Par exemple, sur Miró Bonfill à propos de son rôle dans la découverte des reliques de saint Félix à (...)
  • 82 Par exemple : Witiza filius Teoderedi, 899-900 ; condam Wifredi comiti, filius Wifredi simili modo (...)
  • 83 Hanc aulam in caput erexit ; / sedem romanam adivit, et decretum accepit ; / francorum regem petibi (...)

23Du temps de l’abbé Oliba, au début du xie siècle, les sept sépultures de Ripoll constituaient un signe visible du lien unissant la famille comtale à sa fondation monastique. À la suite d’un réaménagement, les tombeaux ont été déplacés et l’abbé Oliba a écrit de nouvelles épitaphes qui permettaient de renforcer le sens de collectivité familiale. Ses vers réaffirment en effet le rôle fondateur du comte Guifré78 et rappellent les liens existant entre les défunts de la même lignée79. Pour la seule femme, Ava, épouse du comte Miró II, qui n’appartenait pas à la lignée du comte Guifré, on a bien pris soin de mettre en relief l’honorabilité de ses origines et de sa descendance80. En réalité, les vers n’oublient pas les caractéristiques individuelles des défunts. Ils plaignent la mort tragique des uns et font l’éloge des vertus ou des actes des autres81. D’autres épitaphes, retrouvées ailleurs mais datant de la même période, permettent au moins identifier les personnages par leur nom et donnent souvent leur filiation, sans pour autant constituer un ensemble familial visible comme c’était le cas des comtes de Cerdagne82. Le seul exemple comparable serait celui du fondateur ou refondateur de l’abbaye Sant Pere de Rodes, Tassi, nobilibus cliens, et de son fils l’abbé Hildesind, dont on sait que les tombes ont été aménagées à la place d’honneur dans l’église abbatiale, avec des épitaphes célébrant leur contribution à la communauté bénédictine. Dans le cas de Tassi, l’épitaphe mettait en valeur sa contribution à la construction de l’abbaye et à l’obtention de privilèges de la part de la cour carolingienne ou de Rome83.

  • 84 J. M. Salrach, El bisbe-comte Miró Bonfill i la seva obra de fundació i dotació de monestirs, dans (...)
  • 85 À la demande de sa belle-sœur et son neveu, l’évêque dote la nouvelle fondation avec des églises et (...)
  • 86 Per adjutorium Dei et nostrum, de me Olibane et Mironi episcopi et per consilium domni Wisadi episc (...)
  • 87 Miro nutu Dei Gerundensis ecclesiae humilis episcopus ac comes Bisuldunensis una cum fratribus nost (...)
  • 88 Ob tanti igitur patroni amorem, pro remediis animarum meorum parentum meeque, et super omnia pro re (...)
  • 89 Toutes ont reçu des dons du comte et évêque Miró : J. M. Salrach, El bis-be-comte Miró Bonfill... c (...)

24Le patronage des comtes de Cerdagne ne se bornait pas aux monastères de Cuxa et Ripoll. Dans la seconde moitié du xe siècle, toute une série de nouvelles ou anciennes églises restaurées est venue s’ajouter au programme comtal de fondations monastiques. Le bilan de l’action de l’évêque et comte Miró et de ses frères est impressionnant de ce point de vue84. Vers 952, le comte Guifré de Besalú est le fondateur de l’abbaye Sant Pere de Camprodon. Puis durant la seule année 977, la famille comtale a encouragé la fondation ou fondé directement trois abbayes nouvelles. Tout d’abord au mois d’avril, la comtesse Ermengarda, épouse du comte Oliba, et son fils Bernat, futur comte de Besalú, demandent la collaboration de l’évêque et comte Miró pour établir une communauté de chanoines à l’église de Sant Genís et Sant Miquel de Besalú85. Quelques mois plus tard, le comte Oliba et son frère Miró, comte et évêque sont présents lors de la dédicace de l’église de Santa Maria de Serrateix où ils instituent une abbaye en collaboration avec le moine Froila qui en devient l’abbé86. Finalement, au mois de novembre, Miró en accord avec ses frères Oliba et Sunyer, transforme une église de Besalú en abbaye bénédictine87. La vocation expiatoire des fondations est explicitement signalée, du moins dans le cas de Serrateix :... consideravimus peccatorum nostrorum..., per remedium animas nostras et de omnibus parentibus nostris tam de mortuis quam de vivis. Les dotations servent ainsi à établir un lien concernant toute la famille comtale. Ainsi, dans une confirmation de la fondation de Sant Pere de Besalú, l’évêque et comte Miró parvient à associer ses parents, ses frères, sa belle-sœur et ses neveux88. Dans les quatre, cas la constitution du domaine est surtout le résultat de la générosité comtale, qui ne s’arrête pas à une dotation fondatrice unique mais qui se poursuit durant les années suivantes, et parallèlement aux donations déjà signalées pour d’autres abbayes. Hormis Cuxa et Ripoll, ce sont Sant Joan de les Abadesses, Sant Esteve de Banyoles, Sainte-Marie d’Arles, Sant Llorenç prop Bagà, Sant Benet de Bages ou Sant Pere de Rodes89.

  • 90 Th. Deswarte, Rome et la spécificité catalane... cité n. 33, p. 25.
  • 91 On peut interpréter les pouvoirs sur l’église de Gérone dont était investi l’archevêque Ató de Vic, (...)

25L’abbaye Sant Pere de Besalú et la communauté de chanoines de Sant Genís et Sant Miquel sont cédées à Saint-Pierre de Rome dès leur fondation et reçoivent aussitôt des privilèges pontificaux, analogues à ceux que la papauté avait expédiés à Cuxa, Ripoll, Arles ou Sant Pere de Rodes. On a pu justement signaler que, derrière cette politique, se trouvait un « parti romain » catalan, à la tête duquel se trouvait la famille comtale de Cerdagne et Besalú90. C’est effectivement lorsque l’évêché de Gérone a été sous le contrôle d’un comte issu de la maison cerdane que ce large mouvement de fondation et patronage des abbayes a commencé. Ces institutions ecclésiastiques allaient désormais former un réseau dont l’existence devait forcément affaiblir l’emprise directe de l’évêché sur les églises des comtés de Besalú et Cerdagne. Il est vrai que les comtes de Cerdagne, contrairement à leurs parents de Barcelone et Urgell, ne maîtrisaient aucun des sièges épiscopaux catalans, puisque tous étaient situés dehors de leurs comtés. Il leur a fallu investir beaucoup pour placer l’un des leurs à la tête de l’évêché de Gérone91. Par la suite, les neveux de l’évêque et comte Miró ont réussi à occuper plusieurs sièges épiscopaux : La Seu d’Urgell, Elne et Vic, sans oublier l’archevêché de Narbonne, appartenant à la même famille. À cela on peut ajouter l’obtention d’une bulle pontificale autorisant le comte Bernat à créer un nouvel évêché à Besalú, en 1017, dont l’évêque serait son fils mais qui demeura sans effet. Le contrôle des églises du comté peut être encore ici l’une des clés de la politique des comtes de Besalú et de Cerdagne en la matière, mais le sujet reste à étudier.

  • 92 J. M. Salrach, El comte Guifré i la revolta de 957. Contribució a l’estudi de la noblesa catalana d (...)
  • 93 Bonifilius prolis Atoni, et Richillis femine, fecit bauzia de castrum de Stela ad me Oliba gratia D (...)
  • 94 (Donation d’un alleu) qui novis advenit per tradiccione quod illa tradidit illum castrum Vivarium i (...)

26Les comtes de Cerdagne et Besalú ont ainsi utilisé leurs vastes domaines pour doter plusieurs abbayes, anciennes ou nouvelles. Or, le testament du comte et évêque Miró, datant de 979, révèle qu’une partie très importante des biens cédés aux fondations monastiques, étaient également des biens provenant de confiscations, effectuées en particulier aux dépens d’aristocrates qui s’étaient révoltés contre son frère, le comte Guifré92. Les biens donnés par le comte Miró à l’église cathédrale de Gérone ainsi qu’à plusieurs abbayes, étaient ceux de plusieurs traîtres (bozadores, baudadores) dont on signale le nom. Ce sont là des biens issus de conflits internes et qui sont placés sous la protection des titres des saints ou de l’Église, dont les domaines sont davantage et mieux protégés contre les convoitises humaines. Les exemples comparables dans les histoires de constitution des domaines monastiques sont assez nombreux. Un honneur échu au comte Oliba à la suite de la trahison d’un couple à propos d’un château finit par être donné à l’abbaye de Serrateix apparemment d’ailleurs à la demande des accusés qui ont prié le comte de signer leurs chartes de cession aux moines93. Un autre alleu donné par le comte Oliba et Ermengarda à l’abbaye de Serrateix, en 988, était également touché par un conflit du même type94.

27La dispersion des domaines comtaux allait se perpétuer dans la grande dispersion des domaines monastiques. Il est important de constater que les comtes n’ont pas concentré leurs efforts dans une seule fondation monastique, mais qu’ils ont plutôt choisi de diversifier leurs générosités et de favoriser une pluralité d’abbayes. Celles-ci, vers l’an mil, ont exercé un important rôle médiateur dans les rapports, parfois tendus, entre les comtes et la noblesse locale. Cette volonté d’utiliser le réseau très diversifié des institutions religieuses est également perceptible dans les plus anciens testaments conservés.

Les testaments et la mémoire des défunts

  • 95 Soit des testaments soit leurs publications sacramentaires, A. Udina, La successió testada a la Cat (...)
  • 96 Par exemple : A. Udina, La successió..., doc. 10, 11, 30.
  • 97 Par exemple, dans le testament du comte Sunifred de Cerdagne, en 965, il y a une demande générique (...)
  • 98 La formule d’affranchissement de Ripoll s’insère aussi dans le contexte des donations pieuses pour (...)

28On a conservé une cinquantaine de testaments de la seconde moitié du xe siècle pour l’ensemble des comtés catalans. Ils sont caractérisés par l’absence d’institution d’héritier, et par la désignation d’exécuteurs (tutores vel elemosinarii) chargés d’accomplir les dispositions du défunt ou plus exactement de distribuer ses biens pour Dieu et le salut de son âme aux églises, aux clercs et aux pauvres95. Les dons pro anima sont un élément obligé de ces testaments. Certains ne sont guère plus qu’une collection de donations faites à toute une série d’institutions ecclésiastiques96. Ils incluent d’une part l’obligation générique de donner, en particulier du pain et du vin, pour les églises, les monastères, les clercs, les veuves, les orphelins, les pauvres97, pour le rachat des captifs ou l’affranchissement des esclaves98 ; d’autre part des legs spécifiques sont faits à des institutions ecclésiastiques nommées.

  • 99 Liber Feudorum Maior, éd. F. Miquel Rosell, Barcelone, 1945, doc. 490, p. 520-524.
  • 100 Ce sont les testaments du diacre Odger, Guitard, Galí et Seniofred de Lluçà, A. Udina, La successió (...)
  • 101 P. Bonnassie, La Catalogne... cité n. 5, I, p. 262-263.
  • 102 Et si vos filios vel filias abstraere volueritis de ipsa elemosina, licenciam abeant manumissoribus (...)

29Dans ces testaments on constate, comme ailleurs, une préférence marquée à la répartition des legs entre plusieurs monastères ou autres institutions ecclésiastiques. Les testateurs de la famille comtale sont ceux qui en citent le plus grand nombre. Le testament du comte Sunifred de Cerdagne en désigne vingt-six en 965, celui du comte Borrell de Barcelone, vingt-sept, en 993, celui de la vicomtesse Riquilda, fille du comte Guifré Borrell, vingt et un ; et celui du comte et évêque Miró, treize. Le comble est atteint dans le testament de la comtesse Ermessende de Barcelone, en 1057, où quelque quarante-cinq institutions religieuses sont citées parmi ses légataires99. La volonté de répandre les donations entre le plus grand nombre d’églises possibles est également perceptible parmi d’autres testateurs en dehors des familles comtales. Dans quatre autres testaments, plus de dix monastères ou institutions ecclésiastiques sont destinataires de legs100. Cette habitude accompagne celle de mentionner dans les testaments un grand nombre d’individus comme bénéficiaires de legs, ce qui éclaire bien l’importance des réseaux dans lesquels s’insèrent les individus. Par exemple, le clerc Guifré Bronicard de Vic, en 981, est capable de désigner vingt-cinq personnages comme légataires en plus de ses deux neveux. Quelques autres testaments montrent comme celui-ci l’importance d’être en relations avec un nombre considérable de personnes qui ne sont pas forcément des parents, ou qui du moins ne sont pas désignées en tant que tels. L’évêque Vives de Barcelone fait ainsi une liste de dix-neuf individus en plus des huit parents qu’il désigne ; des clercs de Vic dressent des listes semblables, de douze, seize légataires en plus des parents. Le poids de ces legs faits aux églises ou aux personnages non apparentés au testateur est un véritable problème : il est difficile, en effet, de savoir d’après le testament quelle est la part réservée aux descendants et quelle est la part que l’on fait sortir du patrimoine familial pour l’offrir à l’église, malgré les limites fixées par la loi101. Comme un peu partout, les legs faits aux abbayes ou aux églises ont pu soulever des protestations de la part des héritiers naturels, les enfants. Les testaments pouvaient éventuellement le prévoir et les contestations permettaient en tout état de cause de prolonger les rapports avec l’institution grâce à des confirmations ultérieures102.

  • 103 P. Bonnassie, La Catalogne..., II, p. 931-984.
  • 104 Avec la formule vindere faciatis et dare ipsum pretium pro remedium anime mee, A. Udina, La success (...)
  • 105 A. Udina, La successió..., doc. 10.
  • 106 Ibid., doc. 26, 32, 33, 52.
  • 107 M. Aurell, Les avatars de la viduité princière : Ermessende (ca. 975-1058), comtesse de Barcelone, (...)

30Les testaments enregistrent assez souvent des dons en biens meubles, argent, objets ou animaux. C’est-à-dire que l’extraordinaire répartition de dons se fait parfois sans entamer le patrimoine familial et plutôt en prenant des biens acquis par l’individu. Néanmoins, ces testateurs du xe siècle accordent une importance considérable aux liens qu’ils ont avec d’autres individus, monastères ou églises et ils prennent soin de les rendre publiques, même si c’est par le biais de dons à valeur plutôt symbolique. D’ailleurs, le testament est le seul type documentaire où l’on enregistre des cessions d’animaux, armes, draps, bijoux, outils et objets de toute sorte103. Les testaments enregistrent aussi la possibilité de vendre un grand nombre de biens afin de se procurer l’argent que l’on veut offrir aux églises en donations pieuses104. Par exemple, le diacre Odger fait dans son testament plusieurs dons en argent ou en bétail mais il demande de faire six legs de cent sous chacun qui doivent provenir de la vente d’un alleu. Le reste est constitué de dons en vaches, bœufs, juments ou mulets105. Dans un cas assez spectaculaire le comte Borrell de Barcelone prévoit la distribution de 148 vaches et 48 juments ; le comte Sunifred de Cerdagne ordonne d’assigner vingt juments, six vaches et quatre bœufs, et d’autres personnages ont prévu des clauses comparables dans leurs testaments106. La distribution d’animaux, du point de vue du « spectacle », devait être au moins aussi mémorable que la cession de chartes aux portes des monastères, sans oublier que la descendance des juments et des vaches des comtes devait procurer autant d’occasions de remémorer la générosité du défunt. D’autres testateurs du xie siècle expriment leurs dons en argent et c’est surtout le cas de la comtesse Ermessende de Barcelone. Dans son testament, une énorme quantité de monnaie d’or (mancusi) est distribuée entre les abbayes et les églises catalanes, avec parfois des précisions sur la destination de cet argent, comme la réalisation de pièces d’orfèvrerie107.

  • 108 Ad sacerdotibus per missas et in elemosinas per pauperibus, A. Udina, La successió..., doc. 21 ; in (...)
  • 109 (Un alleu est donné) ut teneat unus ex clericis Sancte Marie qui cotidie eum decantet propter remed (...)
  • 110 Legs pour un anniversaire à la charge de la veuve et les fils, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 129 (...)
  • 111 Une lampe chaque carême en face de l’autel de Sant Pere de Vic, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 13 (...)

31Mis à part les legs pour le salut de l’âme six testaments seulement du xe siècle font une demande plus explicite en messes ou en « trentenaires »108. Seul le comte Borrell de Barcelone, en 993, demande spécifiquement l’institution d’un clerc pour assurer un service à l’autel Saint-Michel de la cathédrale de Gérone pour le salut de son âme109. Deux testateurs seulement font référence au lieu d’inhumation : le comte Borrell, qui toutefois ne précise pas quelle église doit l’accueillir, et l’évêque-comte Miró Bonfill déjà cité. Après l’an mil les clauses de ce type deviennent plus fréquentes, et un peu plus explicites en ce qui concerne les anniversaires, la célébration de la mémoire d’un défunt à long terme110, ou l’institution d’une lampe (lampada) en face d’un autel précis111.

  • 112 A. Udina, La successió..., doc. 19, 21, 40-41, 43.
  • 113 Propter remedium anime de patre meo vel de matre mea vel de fratri meo, A. Udina, La successió..., (...)
  • 114 A. Udina, La successió..., doc. 10, 18, 44.
  • 115 Ibid., doc. 11 (962). Dons pour le salut de l’âme de son père, de sa mère, de son frère et de son f (...)

32Comme les donations aux églises, les testaments sont aussi l’occasion de manifester un attachement familial. Car les aumônes sont offertes quelquefois pour le salut du défunt et celui de ses parents. On retrouve assez souvent le cas de testateurs ou donateurs qui demandent à l’épouse de faire des dons après sa mort pour l’âme des deux112. Mais il est plus rare de rappeler les noms des autres membres de la parenté, que ce soit la mère, le père ou les frères décédés, comme dans la famille des comtes de Cerdagne113, ou autres personnages de l’entourage du testateur114. L’exemple le plus complet parmi les testateurs du xe siècle est celui de Riquilda, fille du comte de Barcelone, mariée au vicomte de Narbonne, qui ordonne des dons pour le salut de l’âme de son époux, de ses parents, et de tous ses amici vel parentes, vivants ou défunts, avec encore un legs pour le salut de Borrell, comte, consanguineus suus, et tous ses parents115.

  • 116 Propinqui eorum quem illi eligere voluerint..., A. Udina, La successió..., doc. 22 (981) ; et si Ot (...)
  • 117 Dum nepti vel pronepti mei vixerint illum quem Deus elegerit vel boni ho-mines meliorem ille teneat (...)
  • 118 Hodie et nunc et semper ex prosapia ejus heligantur abbatem ipsi filii, nepti vel proneptis auctore (...)

33Si les récompenses attendues des legs ou des donations sont en général destinées aux ancêtres et aux défunts de la famille, dans les testaments il s’agit aussi d’organiser la succession et de garantir parfois le lien entre la descendance et le monastère ou l’église légataire. Deux modalités sont possibles et attestées dans les testaments du xe siècle. D’une part les réserves d’usufruit viager pour le conjoint – ou quelqu’un d’autre – et, d’autre part, le choix d’un bénéficiaire du legs parmi les membres de la parentèle116. En dehors des testaments, les personnages dotant églises ou abbayes imposent parfois, mais rarement, de choisir un détenteur parmi les membres de la descendance. C’est ce que souhaite le prêtre Deodonat en 901, qui après avoir construit et doté l’église de Guils del Cantó, au comté d’Urgell, avec le concours des parents, demande que les biens demeurent en la main de ses descendants117. L’exemple le plus clair est pourtant celui de la dotation de l’abbaye de Sant Benet de Bages : le fondateur avait associé toute sa famille à l’entreprise et imposé que l’abbé fût toujours choisi dans sa descendance118.

  • 119 E. Junyent, Diplomatari..., Bernat I : p. 318-320 ; Oliba : p. 341-355 ; Guifré : p. 401-410. J. St (...)
  • 120 Par exemple à propos d’Oliba : nobilissimis extitit natalibus ortus et gloriosa maiorum stirpe prog (...)

34Les monastères ont contribué d’une autre façon à multiplier les communautés qui pouvaient commémorer les défunts et prier pour eux. L’habitude de faire part des morts de la communauté par le biais de rouleaux funéraires qui circulaient d’une abbaye à l’autre était réservée aux moines ou aux chanoines ; mais, dans la première moitié du xie siècle, les abbayes catalanes s’en sont servi pour annoncer la mort de deux comtes : Bernat de Besalú et Guifré de Cerdagne119. Le long parcours des messagers, preuve des liens unissant les monastères et signe de l’ouverture au monde qui caractérise la Catalogne de la deuxième moitié du xe siècle, permet de multiplier de façon extraordinaire les suffrages destinés à ces défunts distingués. Dans le cas le plus spectaculaire, celui du rouleau du comte Guifré de Cerdagne, mort dans sa retraite de l’abbaye Saint-Martin du Canigou, vers 1050, la nouvelle a parcouru au moins cent un établissements religieux. Les rouleaux ont offert l’opportunité d’écrire des vers de louange à la mémoire de comtes qui s’étaient distingués par leur rôle de patrons des institutions monastiques. Oliba, abbé de Ripoll et Cuxa, auteur de la lettre destinée à faire part du décès de son frère le comte Bernat, en 1020, et d’un poème dédié en l’honneur du comte Ramon Borrell, décédé en 1017, fut lui même célébré dans une lettre après sa mort advenue en 1046. Dans ces vers pleins de lieux communs on insiste quand même sur la haute naissance de ces personnages120.

  • 121 Dans un titulus des moines de Cuxa : ut et nomina illorum habentes secum in libris justorum, annive (...)

35Dans les rouleaux funéraires on ajoutait le nom des autres défunts de la communauté pour lesquels on demandait aussi des prières. À chaque fois que le messager arrivait dans une abbaye ou communauté de chanoines on pouvait y ajouter des accusés de réception (tituli) avec des formules de compromis et les noms de leurs morts pour les inclure dans la liste des bénéficiaires des prières monastiques. Les rouleaux deviennent ainsi des livres mémoriels cosmopolites et itinérants. Lancés pour annoncer la mort d’un patron ou d’un abbé, on a cru nécessaire d’y ajouter aussi les noms d’autres socii de la congrégation. Les moines ont voulu quelquefois ajouter ces noms individuels pour rendre possible leur inscription dans le livre de la vie céleste, et leur ouvrir les portes de la vie éternelle121. Or quelquefois les rapports de parentèle sont aussi invoqués pour étendre les bénéfices spirituels aux parents des inscrits. En général on demande des prières pour l’ensemble de la communauté, mais on ajoute après le nom de quelques moines cum omnibus parentibus suis, tam vivis quam et defunctis, des mots qu’on retrouve ailleurs à la suite de noms inscrits dans des contextes funéraires très spéciaux.

  • 122 E. Junyent, Diplomatari..., doc. 16 (vers 990-994), p. 24-25.
  • 123 Ibid., doc. 142 (1040), p. 241. Listes destinés peut être à accompagner les reliques envoyés par l’ (...)
  • 124 E. Junyent, La consagración de San Julián de Vilatorta en 1050, dans Analecta Sacra Tarraconensia, (...)
  • 125 J. Calzada, Sant Gregori. Fulls d’història de la parròquia i el poble, Gérone, 1986 et A. Pladevall (...)
  • 126 E. Junyent, La consagración de San Julián de Vilatorta..., et A. Pladevall (dir.), Catalunya romàni (...)

36Un autre moyen de pérenniser le souvenir des morts et d’en assurer le salut par les prières et surtout par les messes était de faire inscrire son nom sur la table d’autel ou sur un petit bout de parchemin déposé auprès les reliques. Les deux formes de mémorialisation sont attestés dans les grandes abbayes, mais elles sont aussi usitées dans des églises beaucoup plus modestes. Le parchemin, daté de la fin du xe siècle, qui accompagnait les reliques de sant Patró, déposées dans l’église abbatiale de Sant Pere de Besalú est une longue liste, avec en tête le nom de l’abbé suivi de ceux de clercs et de laïques. On y relève avec en particulier la comtesse Ermengarde, personnellement très engagée dans les fondations monastiques de la famille122. D’autres listes comparables ont accompagné des reliques à l’église cathédrale de La Seu d’Urgell, en 1040, avec plusieurs dizaines de noms d’hommes et de femmes, parmi lesquels l’évêque et abbé Oliba cum cuncta congregatione sibi commissa123. Une autre petite liste était cachée dans un reliquaire en provenance de l’abbaye de Sant Pere de Casserres, fondation des vicomtes de Cardona et Osona dont il sera question par la suite et qui porte le sceau annulaire de l’évêque Guillem. Un exemple intéressant est celui de l’église Sant Julià de Vilatorta, au diocèse de Vic, dont on connaît l’acte de consécration. Les cinq bouts de parchemins retrouvés auprès des reliques portent le nom de personnages qui avaient contribué à la réédification de l’église : le clerc Bonfill Guitard et vingt-trois autres qui ibi fecerunt adjutorium, et le couvercle en bois qui cachait les reliques contient lui-même vingt-sept noms124. Dans la petite église de Sant Gregori, près de Gérone, la découverte récente des reliques, dans l’autel où elles étaient cachées, a permis de retrouver trois autres parchemins avec des listes semblables125. Il faudrait y ajouter encore les cas où les noms sont inscrits sur les couvercles des objets destinés à contenir des reliques. Par exemple le reliquaire en pierre d’albâtre de Sant Pere del Grau ainsi que d’autres couvercles conservés dans le musée de l’évêché de Vic126.

  • 127 C. Treffort, L’église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commém (...)
  • 128 Inscriptions que l’on peut dater pour la plupart des xe-xie siècles : R. Favreau, J. Michaud et B. (...)
  • 129 Voir le long répertoire de S. Alavedra, Les ares d’altar de Sant Pere de Terrassa – Egara, Terrassa (...)

37L’autre support où les noms étaient inscrits en grand nombre, ce sont les tables d’autel, dont toute la surface est parfois utilisée sans ordre apparent, selon une habitude assez répandue dans tout l’occident127. Plus de cinquante noms ont été relevés, par exemple sur une table d’autel de l’abbaye de Cuxa128. On en rencontre aussi dans d’autres abbayes comme Sant Pere de Casserres, des églises cathédrales comme celles de Vic ou Gérone, ou de plus modestes temples paroissiaux. Quelquefois avec des quantités très respectables de noms comme les 57 qu’on peut relever à Sant Fost de Campsentelles ou les 70 de Sant Feliuet de Vilamilans129.

  • 130 Pariterque homnibus hominibus istuis terre potentes mediocres atque minores jusserunt hoc altare in (...)
  • 131 P. Bonnassie, Les communautés rurales en Catalogne (ixe-milieu xiie siècle) et Le clergé paroissial (...)

38Les personnages dont on pouvait lire le nom dans les parchemins, couvercles ou tables d’autel, étaient tout d’abord ceux qui avaient contribué à l’édification et à l’embellissement de l’église qui avait culminé avec la cérémonie de la consécration. Comme dans le cas des actes de donation, on rappelle parfois que l’on espère en tirer une rétribution spirituelle. Une belle inscription de l’autel majeur de la cathédrale d’Elne, consacré en 1069, remarque que ceux qui ont apporté leur adjutorium ont agi ainsi pour Dieu et le salut de leur âme130. Ces inscriptions servaient à confirmer une hiérarchie sociale : évêques, abbés, comtes et promoteurs de l’aristocratie locale peuvent se faire inscrire en tête des parchemins ou avec des inscriptions bien détachées du reste. Mais souvent ces promoteurs n’agissent pas seuls, et on sait que des groupes plus ou moins larges de voisins ont collaboré à la construction et à la dotation des églises nouvellement consacrées pendant le xe siècle et la première moitié du xie, d’où la présence parfois massive de noms inscrits sur l’autel ou les reliquaires131.

  • 132 C. Treffort, L’église carolingienne... cité n. 127, p. 100.

39Ces listes font preuve d’un désir d’individualiser le rapport avec la sacralité, de l’importance accordé à la mémoire des hommes et femmes désignés par leur nom, et le souci d’un salut personnalisé132. S’il y avait des groupements parentaux parmi les noms inscrits dans cette sorte de libri memoriales ils ne sont pas évidents, sauf dans les cas où ils sont explicitement signalés. L’abbé Oliba apparaît inscrit dans le parchemin du reliquaire de la cathédrale de La Seu d’Urgell en représentant de sa communauté « avec ses moines ». Sans doute beaucoup des inscrits sont-ils des défunts dont les fils ou parents vivants ont pris le soin d’ajouter le nom. Quelquefois, on a voulu ajouter au nom une référence générique à la parentèle qui pourrait, par extension, être bénéficiaire de l’inscription. Par exemple, à la suite du nom de la comtesse Ava dans le reliquaire de l’abbaye Sant Pere de Besalú on ajoute cum omnibus parentibus suis tam vivis quam defunctis. Et la même phrase apparaît après plusieurs noms de la Seu d’Urgell ou de la table d’autel de Cuxa (isti omnes cum omnibus parentibus vivis ac defunctis), avec des variantes qui concernent le vocabulaire de la parentèle ou les liens de clientèle : cum consanguinitatibus suis vel cum sociis suis, et cum omnibus suis amicis ac proximis seu familiariis, ce sont les mots employés à Sant Julià de Vilatorta ; cum consanguinibus illorum tam vivis quam et defunctis à la cathédrale d’Elne en Roussillon ; cum patre et matre, fratres et sorores et parentibus suis vivis et defunctis à Sant Gregori de Gérone, et cum cuncta parentala mea dans un parchemin de la même église daté de 1038. Le désir d’obtenir un salut personnel et une communion individuelle avec les saints s’exprime par une formule qui permet néanmoins d’intégrer la parenté. On peut croire que ce sont des mots vidés de sens, car tirés d’un formulaire, mais ce lien avec la parentèle n’apparaît presque jamais dans d’autres types de sources. Ces liens sont présentés dans l’espace le plus sacré de l’église et lors d’une cérémonie solennelle, au moment où les reliques sont déposées pour servir désormais de lien entre les fidèles morts et vivants. Les listes, enfin, ne sont pas incompatibles avec un désir de mémorialisation à portée universelle, car à la fin de la liste on peut se rappeler de tous les fidèles chrétiens ou, comme dans les rouleaux funéraires des monastères, de ceux qui ne sont pas nommés mais dont Dieu sait le nom.

Les fondations des vicomtes d’Osona et Cardona : Sant Vicenç de Cardona

  • 133 M. Casas i Nadal, La canònica de Sant Vicenç de Cardona a l’edat mitjana. Alguns aspectes de la sev (...)

40Pendant la première moitié du xie siècle, d’autres abbayes bénédictines et communautés de chanoines ont été fondées par les familles de la haute noblesse, avec une plus grande intégration entre famille et fondation. Parmi d’autres le cas des vicomtes d’Osona et Cardona est particulièrement éclairant car cette famille est à l’origine d’une communauté de chanoines fondée dans l’enceinte même de son château vicomtal à Cardona, et d’une abbaye bénédictine à Sant Pere de Casserres, au nord de Vic133. Leurs deux églises sont parmi les plus beaux chefs-d’œuvre de l’art roman catalan. Plus tard, en 1098, la même famille a essayé, avec un résultat beaucoup moins brillant, d’encourager un autre monastère à Santa Maria de Tagamanent, dont elle a voulu faire un prieuré de Sainte-Foy de Conques. En plus, depuis le xe siècle, la famille vicomtale a entrepris, avec un succès certain, de caser quelques uns de ses membres à la tête des évêchés de Vic ou Urgell et garder un œil sur d’autres abbayes de la région, comme Santa Maria de Serrateix.

  • 134 …Qui armorum penitus expers esset, et divine facundia sicentie et vite puritate, tam docere quam pr (...)
  • 135 C. W. Bynum, The spirituality of the regular canons in the twelfth century, dans Id., Jesus as moth (...)

41La fondation de la communauté de chanoines de Sant Vicenç de Cardona, est attribuée au vicomte Bremond, un célibataire qui, par le conseil d’Oliba, évêque de Vic et abbé de Ripoll, entend réformer l’église de Sant Vicenç et la doter pour lui permettre d’accueillir une communauté dirigée par un abbé, canonicus, non point un homme d’armes mais quelqu’un d’éloquent, capable d’enseigner et de prêcher134. Une phrase qui permet de mettre en rapport la réforme de Cardona avec les grandes lignes du mouvement canonial135, dont les prémices sont à rechercher, en Catalogne, dans les réformes des chapitres des cathédrales.

  • 136 Ego Bremundus, vicecomes, ob varias animae meae curandas egritudines, pontificem adii domnum Oliban (...)
  • 137 A. Galera, Diplomatari..., doc. 5 (980), 8 (993), 9 (993), 11 (1012).
  • 138 J. M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Cataluña. I-1. Textos, Madrid-Barcelone, 1969 (...)
  • 139 Et dono vobis (aux habitants de Cardona) patrono Ermemiro viscescomite, et posteritati eorum, ut in (...)
  • 140 A. Udina, La successió..., p. 235-238, doc. 80 et 81.
  • 141 A. Galera, Diplomatari..., p. 71-73, doc. 12.

42D’après la charte de fondation et dotation de 1019, le vicomte Bremond, conscient de sa nature pécheresse, entend restituer ce que ses prédécesseurs avaient pris à l’église de Sant Vicenç pour obtenir son salut et celui de ses parents et consanguins136. En effet, on sait qu’il y avait, au moins depuis 980, une église dédiée à Sant Vicenç à Cardona, objet des donations de la part de fidèles137. Dans la charte de franchises de Cardona, concédée par le comte Borrell de Barcelone en 986, l’église se voit accorder des droits, en particulier une partie du teloneum et du sel, ressource fondamentale de cette bourgade bâtie sur des mines de sel138. Dans la même charte, le vicomte Ermemir, oncle de Bremond, est investi avec sa postérité du patronage sur Cardona139. La famille vicomtale a aussi apporté du sien aux clercs de Sant Vicenç car, dans son testament datant de 1010, l’évêque Arnulf de Vic, oncle du vicomte Bremond, leur avait commandé trente tricenaires140. En 1016, c’est Bremond lui même, qui, en compagnie de ses trois frères, donne des alleux pour le salut de son âme et celle de ses parents à l’église de Sant Vicenç141. Cela implique l’existence d’un domaine important, lorsque en 1019, le vicomte décidait de le « restituer » et de l’élargir avec une nouvelle dotation fondatrice. Dans cet acte très solennel, le vicomte, avec l’accord de l’évêque d’Urgell et de la comtesse de Barcelone, Ermessende, et de ses deux fils, concédait et restituait des éléments clés du domaine : les églises du territoire de Cardona, avec une partie de leurs dîmes et une partie des droits d’origine publique, plaids, teloneum et monnaie, dont le comte de Barcelone avait disposé vingt-cinq ans auparavant dans la charte de franchises, en plus d’une vingtaine de biens fonciers et de son droit sur un château, le tout pour assurer les offices sur l’autel Saint-Michel et le luminaire de l’église.

  • 142 Ibid., doc. 16, 17 et 15 avec sa mère, la vicomtesse Engùncia, donnent un domaine qu’elle avait per (...)
  • 143 Ego Bermundus vicescomes, peccator et infelix et ut verius dicam recognoscens me super omnes peccat (...)
  • 144 Propter remedium anime mee et genitorum meorum vel omnium parentorum meorum. Charte de ses exécuteu (...)
  • 145 Si autem filium Deus mihi non dederit, similiter ipsos alodes vel honore mea in manus Eriballo, ut (...)

43Le vicomte Bremond compléta cette dotation par d’autres dons en 1021142. Il le fit surtout par son testament de 1026, qu’il accompagnait d’un long préambule dans lequel il avouait encore une fois ses péchés143. Parmi ses légataires, il ne cite pas moins de dix institutions ecclésiastiques et, comme prévu, l’abbaye Sant Vicenç de Cardona, pour obtenir son salut et celui de ses parents et de toute sa parentèle144. Mais le vicomte Bremond, probablement toujours célibataire, se montre soucieux des destinées de la famille. Tout d’abord, il prévoit la possibilité d’avoir un fils légitime, qui serait l’héritier sub manu de son oncle, Eriball, frère de Bremond ; à défaut, la succession est réglée entre ses frères, Eriball, Folc et Ramon. Au cas où aucun d’entre eux n’aurait de descendance, il demande de choisir un des parents les plus proches (propinqui) pour les succéder145.

  • 146 Dans l’abbaye, on conservait, jusqu’à l’époque moderne, un reliquaire contenant le corps de l’enfan (...)

44Une légende locale, transmise oralement, fait du vicomte Bremond le père d’un enfant qui, capable de parler dès les premiers jours de sa vie, aurait prévu sa mort et choisi la façon miraculeuse de trouver l’emplacement pour une nouvelle fondation monastique de la famille. Selon son vœu son corps ligoté sur un âne se promenant librement se serait arrêté sur le promontoire où par la suite fut bâti le monastère bénédictin de Sant Pere de Casserres146. Il est possible de constater, dans d’autres fondations monastiques du xie siècle, l’expression du désir d’assurer une continuité familiale, rendue impossible par la voie des enfants, pour cause de stérilité ou un célibat de plus en plus prisé.

  • 147 En plus d’Isovard, cité supra, un autre fils, le vicomte Folc, est tué au cours d’une expédition gu (...)
  • 148 Hec predicta omnia dono atque concedo ad predictum cenobium, propter construendum et alias quas ino (...)

45Dans le cas de l’abbaye Sant Pere de Casserres, la vicomtesse Engùncia, mère du vicomte Bremond, a eu le rôle principal dans sa fondation ou dotation. Elle était la mère de quatre enfants dont trois étaient déjà morts et au moins deux d’entre eux dans des accrochages violents147, quand elle fait rédiger son testament, en 1039. Elle demande à être enterrée à l’abbaye Sant Pere de Casserres ; l’essentiel de son patrimoine est alors destiné à la construction et à l’embellissement de l’abbaye, y compris des métaux précieux pour fabriquer des objets liturgiques148.

  • 149 A. Galera, Diplomatari..., p. 99-100, doc. 31.
  • 150 Heriballus, gratia Dei Urgellensis episcopus ejusdemque ecclesie et oppidi princeps ac dominus, A. (...)

46Folc Ier, le seul frère du vicomte Bremond à être marié et à laisser une descendance légitime, était mort vers 1039 car à cette date on donne à Saint Vicenç, le château de Follia en suivant ses dispositions testamentaires149. Partant, le domaine et la charge vicomtale, comme prévu par Bremond, sont tombés entre les mains d’un autre frère, Eriball, évêque d’Urgell. C’est lui qui préside à la dédicace de la nouvelle église de l’abbaye, en 1040, avec le titre ronflant de « prince et seigneur du château et de l’église » de Cardona150. L’acte comporte une nouvelle dotation en reprenant les donations jadis offertes par le comte Borrell, en 986, le vicomte Bremond en 1019-1026 et le vicomte Folc Ier en 1039 – une excellente compilation des dons de la famille vicomtale pendant plus de vingt années – avec des ajouts, en particulier la moitié du promontoire du château de Cardona avec ses maisons et bâtiments. En profitant de la circonstance qui faisait du vicomte Eriball, un évêque, on donne et confirme aux chanoines de Sant Vicenç un bon nombre d’églises avec leurs droits paroissiaux. De plus la vicomtesse Guisla, veuve du vicomte Folc, et son fils Ramon Folc, vicomte, complètent la dotation avec des alleux et des biens sis à Calaf avec les églises du même endroit.

  • 151 Qui etiam statuo, ut nemo successorum meorum accipiat potestatem Cardonensis castri usquequo sacram (...)
  • 152 R. Ordeig i Mata, Les dotalies de les esglésies de Catalunya (segles ix-xii), II-1, Vic, 1996, p. 1 (...)

47L’acte de consécration et dotation de 1040 est aussi un document tourné vers l’avenir car désormais les successeurs d’Eriball dans la charge vicomtale doivent, pour obtenir la potestas du château de Cardona, s’engager par serment à défendre et à respecter le domaine de Sant Vicenç contre tout opposant151. Et, pendant des générations, on a utilisé la charte pour y ajouter des signatures et de nouvelles donations et même pour y coudre d’autres petits parchemins qui contenaient les serments des vicomtes successifs. L’acte de 1040 servait par conséquent à relier ou « coudre » les générations successives de la famille vicomtale à l’abbaye de Sant Vicenç152.

  • 153 A. Galera, Diplomatari..., doc. 25, 27, 28, 29, 38, 40, 42, 48, 106. Les abbés ont aussi vendu ou é (...)

48Pendant tout le xie siècle, la famille vicomtale a eu un rôle essentiel dans la constitution du domaine de Sant Vicenç de Cardona. Depuis 1019, il y a eu une profonde imbrication entre les deux domaines et, au fil des générations, Sant Vicenç est devenu le point d’ancrage des vicomtes sur un territoire qu’ils n’étaient pas tout à fait sûrs de maîtriser, soit du fait de leur acquisition récente, soit du fait de la présence de rivaux disposés à leur disputer la primauté politique et sociale dans la région. Le domaine de Sant Vicenç de Cardona à la fin du siècle était plus cohérent et plus dense que le domaine épars et lâche des vicomtes du xe siècle. C’était le résultat de sa capacité à rassembler des héritages de familles aristocratiques autres que celle de la famille vicomtale, qu’il s’agît d’alliés ou de rivaux, de sa capacité aussi à intégrer le réseau ecclésial et même à arrondir sa base foncière par de petits achats153.

49Malgré la constante amputation du domaine vicomtal pour enrichir leur fondation, les donations, souvent, ne comportent que la reconnaissance d’un dominium, tandis que les vicomtes en gardent l’usage. Sant Vicenç leur offrait ainsi une protection supplémentaire. Malgré l’apparente position de subordination des vicomtes, qui doivent prêter serment à Sant Vicenç, il ne fait aucun doute qu’ils avaient une grande influence dans sa fondation, qui avait été bâtie dans leur château ; la présence de l’archidiacre et vicomte Folc II parmi les chanoines dans bien des affaires concernant la gestion du domaine canonial en fournit une preuve manifeste. Cette abbaye dédiée à un saint hispanique, comportant également un autel ou une crypte consacrée à saint Jacques, située dans un avant-poste non loin de la frontière musulmane, a servi enfin à donner un ton chrétien, un air de croisade, à la vie de ces vicomtes guerriers toujours prêts à prendre les armes.

  • 154 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (x (...)
  • 155 T. Soldevila, Sant Pere de Caserres... cité n. 133, p. 43-81.
  • 156 P. Puig Ustrell, El monestir de Sant Llorenç del Munt sobre Terrassa. Diplomatari dels segles x i x (...)

50À la veille des conciles grégoriens, les vicomtes de Cardona ont réussi à bâtir un modèle de profonde imbrication de la famille avec leur fondation ecclésiastique. Sant Vicenç de Cardona est devenu un aspect de leur politique familiale. Ce modèle dont les prémices ont été annonces par les grandes abbayes des comtes de Cerdagne, est aussi perceptible dans plusieurs autres cas, dans le contexte des fondations qui prolifèrent au xie siècle où, très souvent, les arguments familiaux sont invoqués. Et si on attendait des enfants une forme de souvenir par la prière, les fondations monastiques ont très tôt assuré cette fonction. Or, dans cette période mouvementée les abbayes ont aussi joué un rôle primordial dans la territorialisation de leur pouvoir154, car leur médiation a été importante pour rassembler anciens droits fiscaux, les pouvoirs très lâches des comtes et des aristocraties locales. Les abbayes ont eu aussi un rôle décisif dans le rapport de l’aristocratie avec l’ensemble des populations rurales. Le cas de l’abbaye Sant Pere de Casserres est de ce point de vue éclairant : en plus d’un accord entre la famille vicomtale et les comtes de Barcelone, il y eut aussi des tractations avec les populations locales qui ont accepté de vendre des terres intégrées par la suite au domaine monastique155. Un processus comparable est également perceptible dans la petite fondation comtale de Sant Llorenç del Munt, où les chartes de donations font plus souvent référence aux conditions de la tenure qu’aux contre-dons spirituels qu’on pouvait en espérer. Dans un cas, par exemple, des terres ont été données en échange d’un bœuf et de draps qu’on n’avait pas pu rembourser156. Un détail qui prouve à quel point moines et chanoines étaient des médiateurs cruciaux dans l’économie locale à côté de leurs fonctions religieuses et culturelles.

Notes

1 R. d’Abadal i Vinyals, La vida monàstica després de l’expulsió dels sarraïns, dans Studia monastica, III-1, 1961, p. 165-177 (repris dans Id., Dels visigots als catalans, I, Barcelone, 1969, p. 365-376).

2 Même avec des fonctions militaires : R. Martí et M. Viladrich, Guissona, origen del Bisbat d’Urgell, dans El comtat d’Urgell (Lleida), 4, 2000, p. 37-66, spéc. p. 52-53 et 56.

3 A. Constant, Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du ixe au début du xie siècle, dans Annales du Midi, 219-220, juillet-décembre 1997, p. 443-466.

4 Elles ont pu bénéficier du régime des Hispani, et devenir de « grands aprisionaires » : Ph. Depreux, Les préceptes pour les Hispani de Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve, dans Ph. Sénac (éd.), Aquitaine-Espagne (viiie-xiiie siècle), Poitiers, 2001 (Civilisation médiévale, 12), p. 19-38 ; Cl. Duhamel-Amado et A. Catafau, Fidèles et aprisionnaires en réseaux dans la Gothie des ixe et xe siècles. Le mariage et l’aprision au service de la noblesse méridionale, dans R. Le Jan (éd.), La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe siècle aux environs de 920), Lille, 1998, p. 437-465 ; J. M. Salrach, Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la péninsule ibérique, dans La croissance agricole du haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie. Dixièmes journées internationales d’histoire [du] Centre culturel de l’abbaye de Flaran, 911 septembre 1988, Auch, 1990, p. 133-151.

5 R. d’Abadal, Catalunya carolíngia. II. Els diplomes carolingis a Catalunya, Barcelone, 1926-1950, 2 vol. ; P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, I, Toulouse, 1975, p. 102-104.

6 A. Constant, Peuplement et mise en valeur du territoire au sud du diocèse d’Elne (massif des Albères-Vallespir) du ixe siècle au xie siècle : entente ou rivalités ?, dans Elne, ville et territoire. L’historien et l’archéologue dans sa cité. Hommage à Roger Grau, Elne, 2003. Je remercie l’auteur de m’en avoir permis la consultation avant sa publication.

7 Sant Pere d’Albanyà a été réintégrée à l’abbaye d’Arles, Sant Pau de Fontclara à celle de La Grasse, Sant Julià del Munt est devenu une cella de Banyoles ; et Sant Martí de les Escaules une église de l’évêché de Gérone. R. d’Abadal remarque la faiblesse des fondations de l’époque centrale du ixe siècle, par rapport à la survivance des premiers établissements, Arles, Banyoles, Amer, Gerri : R. d’Abadal, Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958, p. 118.

8 En 914 pour justifier le rattachement de cinq abbayes de l’évêché d’Urgell au monastère de Tabernoles on signale qu’elles n’avaient « ni abbé ni moine pour assurer le service de Dieu ni pour travailler les terres et les vignes, ni pour réparer les maisons en ruines », cité par R. d’Abadal, Els primers comtes catalans..., p. 117-118 ; P. Bonnassie, La Catalogne..., I, p. 104.

9 Un événement fortuit, l’inondation de l’abbaye en 878, a provoqué la perte de la plus grande partie du chartrier et en suivant une procédure bien précise (reparatio scripturae) on a rédigé cinq actes qui ont résumé l’essentiel de 45 actes de vente, donation ou échange des années 840-887. Ces actes ont été transmis par des copies modernes de cartulaires perdus, ce qui oblige à prendre avec prudence toute tentative d’analyse des données du ixe siècle ; R. d’Abadal, Com neix i com creix un gran monestir pirinenc abans de l’any mil : Eixalada-Cuixà, dans Analecta Montserratensia, 8, 1954, p. 125-337 : doc. 56, 57, 58, 59 et 60 y compris cinq transactions qui ne concernent pas directement l’abbaye ou ses clercs mais des biens qui ultérieurement devaient rentrer dans son domaine : doc. 7, 13, 26. 33, 37.

10 Le rapport de parenté entre eux n’est pas dit explicitement, mais ils donnent des biens ayant appartenu à leurs parents et grands-parents (parentes suos et avios Dextro et Salbarico, Chindiberga et Chixilone qui fuerunt filii Mascarani), d’après R. d’Abadal il s’agirait d’une frérèche.

11 Venientes ex parrochia civitatis quae vocatur Orihel, accepta a Wisado ipsius civitatis episcopo licentia verum et adjutorio, d’après un diplôme de Charles le Chauve de 871, R. Abadal, Com neix i com creix..., p. 15-16, doc. 9. Protais est appelé senior meus par un des clercs qui l’accompagnent.

12 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 11, 854 don, d’omnem hereditatem illorum (groupe de 9 individus) in illis locis,...ubi edificatum est ipsum monasterium.

13 Sur les 43 transferts enregistrés avant 878, 14 sont en provenance d’individus, deux autres sont des dons faits à la demande de défunts par des exécuteurs testamentaires (manumissores), 9 proviennent de couples, avec ou sans enfants, et 3 autres de femmes accompagnées de leurs enfants. Le reste, 17, concerne des biens transférés par des groupes. En outre à partir du groupe de 14 cousins de la première dotation de l’abbaye, sont attestés des groupes de 6, 5, 12, 8, 10 vendeurs ou donateurs. R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 4, 5, 8, 18 et 42. Cependant plusieurs actes ont pu être rassemblées lors de la reparatio des documents originaux perdus ou de leur copie sur les cartulaires.

14 Medietate de omnem suam hereditatem quam ibidem habebat per successionem parentum suorum..., doc. 41. Et dans 8 cas, les biens cédés ont été acquis par achat, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 22, 39, 40, 43, 47, 53 plus deux autres cas où il est question de biens achetés par les parents, doc. 5, 44.

15 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 14, 19, 43, 45, 52, et achats du comte Miró des doc. 26, 33, 37. Résultat d’un partage entre frères : portione quam me expectat habere contra fratres et haeredes meos, doc. 55 ou acquise par achat : doc. 33, 37, 43.

16 R. Martí, L’alou a la documentació catalana d’època comtal : solució d’un problema historiogràfic genèric, dans La vida medieval als dos vessants del Pirineu. Comunitats pageses. Estructures d’hàbitat. Cultura material. El registre de dades arqueològic. Actes del 4t curs d’Arqueologia d’Andorra 1994, Andorre, 1997, p. 28-60. Dans le plaid de 868, le mot alleu recoupe déjà des biens hérités et biens acquis par achat : (le comte) abuit ipsum alodem ex comparatione vel alode parentorum suorum.

17 Filii Daculinas, nepti de Odesinda, et sorori sue Eterne qui fecit karta ad Odesinda sorori sue qui filios non relinquit, et fuerunt filias Felecessemas : R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 10 et 5.

18 On fait aussi appel à la prescription trentenaire pour légitimer la possession familiale, car le comte Bera avait donné l’alleu à sa fille Rotrude qui l’avait eu pendant plus de trente ans avant de le donner à sa fille Anne et à l’abbé Eldebert qui l’ont à leur tour offert par charte à l’abbaye d’Eixalada, doc. 16. Dans deux autres plaids des environs de 843, le comte Sunyer s’opposait à une femme à propos de deux domaines, Bahó et Baixas en Roussillon, qu’elle prétendait détenir en alleu et avoir possédé avec son époux décédé pendant plus de trente ans contre l’avis du comte qui les revendiquait en bénéfice, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 2, 3.

19 R. d’Abadal, Catalunya carolíngia. I. El domini carolingi a Catalunya, Barcelone, 1986, p. 262-265 ; J. M. Salrach, La formació nacional de Catalunya (segles viii-ix). I. El domini carolingi, Barcelone, 1978, p. 44-46.

20 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., doc. 10 et 11.

21 Ibid., p. 22-23 et 53.

22 On conserve deux petites notices du même acte, dans l’une le nom des quatorze hommes et femmes d’Ocenies est suivi de l’expression et omnes pars illorum, dans l’autre de vel ceteri ibidem commanentes tam viri quam femine, et ils reconnaissent qu’aucune hereditas ne leur appartient per alode vel per ruptura infra fines de Occenieas vel sua terminia, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 35 et 42, 43, 46. Voir aussi le plaid concernant un serf fiscal en provenance d’une villa du domaine de l’abbaye, en 878, docs, 27, 19, 20, 64.

23 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 46-53.

24 A. G. Remensnyder, Remembering kings past. Monastic foundation legends in medieval Southern France, Ithaca-Londres, 1995.

25 R. d’Abadal, Catalunya Carolíngia. II. Els diplomes carolingis..., I, p. 88-90. Les interventions du comte pour obtenir ce précepte (ad deprecationem domno Mirone comite seniore nostro) sont mentionnées dans le testament de Protais de 878 et dans la dotation de 879, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 54 et 61.

26 Et comendo per consilio fratrum meorum ad domno nostro Mirone precellentissimo comite,...quia illum recognoscimus adjutorem et defensorem et didatorem rerum suarum ecclesiam Sancti Iermani monasterium suum,...ego enim Protasius gratia Dei et vestra (du comte) abba, ut quandoquidem ad rebus humanis dicessero, obitumque nature reddidero, tunc ne indignet dominus meus servos suos cenobio Sancti Iermani deffendi, salvandi, atque fortiter castigandi, et elegendi abbati ex se ipsis aut quale vos pium aut dignum invenire potueritis..., R. Abadal, Com neix i com creix,... doc. 54.

27 R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 27 et 43-45, doc. 26, 30, 33, 37 35 et 62.

28 R. d’Abadal, Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958, p. 53-72 et 233-247 ; J. M. Salrach, El procés de formació nacional de Catalunya (segles viii-ix), II, Barcelone, 1978, p.100-105 et 141-175 ; R. Martí, Collecció diplomàtica de la Seu de Girona (817-1100), Barcelone, 1997, p. 50-65.

29 Description du domaine de l’abbaye vers 965 : R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 62-84.

30 D’après R. d’Abadal ce changement serait le résultat de la volonté des comtes qui auraient promu la construction d’une nouvelle église dédiée à saint Michel en face de celle de Saint-Germain. Depuis 974, tous les actes s’adressent à l’abbaye Saint-Michel sauf un privilège pontifical de 1011 qui utilise encore toujours la double titulature : R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 92-97, P. Ponsich, Les problèmes de Saint-Michel de Cuxa d’après les textes et les fouilles, dans Études roussillonnaises, 1952, p. 21-66.

31 R. Abadal, Com neix i com creix..., p. 54-55, doc. 66.

32 R. d’Abadal, Catalunya Carolíngia. II. Els diplomes carolingis, II, p. 91-93 et 94-98. En 952 le moine de Cuxa qui reçoit le diplôme est accompagné du comte Guifré II de Besalú qui obtient au même moment deux autres diplômes.

33 Igitur quia interventu Olibe laudabilis et magnifici comitis postulasti a nobis quatinus reconfirmaremus tibi (l’abbé Garin) tuisque successoribus regularibus abbatibus predictum monasterium..., R. d’Abadal, Com neix i com creix..., p. 85-119, doc. 94 ; Th. Deswarte, Rome et la spécificité catalane. La papauté et ses relations avec la Catalogne et Narbonne (850-1030), dans Revue historique, 595, 1995, p. 3-43.

34 Intervention déduite de la phrase (le comte) locavit ibi abbatem egregium nomine Guarinum de l’acte de consécration de l’église Saint-Michel en 974, R. d’Abadal, Com neix i com creix..., doc. 99.

35 E. Junyent, Diplomatari i escrits literaris de l’abat i bisbe Oliba, Barcelone, 1992, doc. 44 et 45, p. 57-68.

36 Le comte destruxit prefatam ecclesiolam Sancti Germani confessoris, edificavit eam mirifice ex calce et lapidibus et lignis delodati mirifice, et toute la famille fait venir l’évêque pour sa consécration ob deprecationem domni Seniofredi inlustrissimi comiti, simulque et genitrice sua et fratribus ad consecrandam vel dedicandam ecclesiam... R. d’Abadal, Com neix i com creix..., doc. 77. Dans le privilège pontifical de 968 : monasterium quod suus frater bone memorie comes Seniofredus pro amore celestis patrie renovavit, dotavit et auxit, doc. 94.

37 Soniefredus... elegit quendam cenobiolum in honore Domini et invocatione almi ac beatissimi archangeli Mikaelis in valle Confluentana in locum quem Coxanum dudum voluit vocitare vetustas situm, et licet exili fabrica constructum, gazis tamen fecit illum non mediocrem... puis dans la construction il est relayé par ses frères, et la dédicace se fait sous la présidence du comte Oliba et la comtesse Ermengarda. R. d’Abadal Com neix i com creix..., p. 461-462, doc. 99.

38 R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 66, 68, 77, 80, 89, 90, 108, 109, 110, 119 et les notices : 67, 75, 84, 85, 93.

39 Ad luminaria... tertiam partem de ceram qui mihi advenit de pascuarium de valle Confluente, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 77 ; Sur l’importance des dons pour la lumière associée à l’éternité : P. Fouracre, Eternal light and earthly needs : practical aspects of the development of Frankish immunities, dans W. Da-vies et P. Fouracre (éd.), Property and power in the early middle ages, Cambridge, 1995, p. 53-81.

40 Alios meos alodes qui superius scripti non sunt, quos habeo vel habere debeo in omnibus locis, remaneant ad predictum domnum meum Sanctum Michaelem, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 92.

41 Modèles dans le formulaire de Ripoll du xe siècle : M. Zimmermann, Un formulaire du xe siècle conservé à Ripoll, dans Faventia, 4/2, 1982, p. 25-86 et p. 47 (prologus de donacione ecclesie, f. 151r). Préambules dans les donations de Cuxa : ut pius et misericors sit Deus in peccatis nostris, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 66 (941) ; audientes predicationem Sanctorum Patrum quia elemosina a morte liberat anima, cognoscente me peccati macula onusto compunctus divina pietate ut Dominus misericors sit in peccatis meis, doc. 71 (948) ; pro genitores genitricisque omnium meorum vivorum et defunctorum, presentium scilicet ac futurorum, nec not et pro me peccati pondere pregavatus, ut veniam ac remedium a Domino adipisci mereamur, doc. 104 (980).

42 Avant 878 une femme et ses enfants donnent pro animas illorum et remedium Enneconi bona memorie... in elemosina, doc. 34 ; une femme : propter remedium anime mee... et in elemosina viri mei Principi, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 49 ; un couple propter Deo et remedium anime nostre, doc. 50 ; une femme accompagnée de ses filles habuistis per donitum elemosynarium viri mei sive nostra, doc. 51 ; et encore une femme : donatione elemosinarium pro anima Aitoni viri sui, doc. 53 et une femme au nom aussi de son mari défunt : propter remedium animas nostras, doc. 83 (en 957).

43 Donations du vicomte Bernat : dono propter remedium animae genitori meo nomine Guantani et propter remedium animae meae, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 71 (948) ; du presbiter Garsias : propter remedium animae meae et propter remedium animas Garsiani condam et Wivini et Vinedelde, genitori et genitrici mea, doc. 88 ; d’Ermessenda : propter remedium animae meae et animarum praedictorum filiorum meorum (décédés) et anima senioris mei Guandalgaudi et anima nepotis mei Guandalgaudi, doc. 96 ; d’Altemir dit Bonfill : pro genitores genitricisque omnium meorum vivorum et defunctorum, doc. 104 (980), et de Desider acolitus : propter remedium anime mee et anima Seniofredo comite et animas Itori atque Hortallo monacho et genitori atque genitrice, id est Hermelde et Cereia, et Emulgarie, qui alium nomen vocant Falcheto, qui mihi precesserunt, doc. 81 (957). Pour le salut des donateurs : doc. 50, 79, 82, 101.

44 In elemosina vestra (du comte Miro) et genitarum vestrarum, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 54.

45 Ut pius et misericors sit Deus in peccatis nostris et in peccatis Mironi comiti genitori condam nostro bonae memoriae, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 66.

46 Propter remedium animae meae seu genitori meo, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 68.

47 Propter spem veniam remunerationis bone memorie domni Mironi comite generatori sui sanitatemque ex remissione Auvane genitrice sua, nec non et Olibano fratre suo, simulque et propter veniam peccaminum suorum ut ante Deum mereatur adipisci regna celorum, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 77.

48 Propter remedium anime mee et anima patris mei Mironi et matri mee Avane, R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 89.

49 ...Quod suus frater bone memorie Seniofredus pro amore celestis patrie renovavit, dotavit et auxit..., R. Abadal, Com neix i com creix..., doc. 94 et 99.

50 E. Junyent, Diplomatari..., p. 46-49, doc. 39 (1008) ; p. 54-56, doc. 41 (1009) et p. 118-120, doc. 76 (1023).

51 Par exemple, un mas et un cheval, avec interdiction d’aliénation : E. Junyent, Diplomatari..., p. 135-136, doc. 85 (1026) et p. 85-86, et rétrocession à une frérèche d’un alleu que l’abbaye avait reçu per hereditatem fratris vestri Delani monachi, et per elemosinam et donationem aliorum hominum..., ibid. doc. 58 (1018-1019).

52 Excipimus autem ab hoc vinculo excomunicationis domnum Guillelmum comitem, filioque ejus, et domnum Raimundum comitem, et fratres ac filios ejus, quia indignum ducimus illos excomunicationi subdere, quo sepe dicti cenobii patronos vel defensores cupimus esse, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 149 (17 mars 1043), p. 252-254.

53 A. Kosto, Oliba, peacemaker, dans Actes del congrès internacional Gerbert d’Orlhac i el seu temps. Catalunya i Europa a la fi del 1r mil.leni (Vic-Ripoll, 1999), Vic, 1999, p. 135-149.

54 Églises de Sant Andreu de Castellar, Sant Jaume de Rigolisa et Sant Julià de Tartera : E. Junyent, Diplomatari..., doc. 18 (1100), p. 423-424.

55 Haec omnia superius meminita tradimus ad jamdicta ecclesia fundata et dedicata propter absolutionem peccaminum et propter amorem celestis patriae et propter metum gehennae ignis et propter remedium animarum nostrorum. Et tradimus ibi filio nostro Radulfo cum omni hereditate sua quod divismus ei cum fratres vel sorores suos ut ibi habitaturus sit omnibus diebus vite suae. Parmi les éditions récentes : R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa, (R. d’Abadal, Catalunya carolínigia, IV), Barcelone, 1999, doc. n. 10, I, p. 74-76. Une donation de 880 et deux autres textes attestent l’existence de l’abbaye avant 888, R. d’Abadal, La fundació del monestir de Ripoll, dans Analecta Montserratensia, 9, 1962, p. 25-49, repris dans Id., Dels visigots als catalans, Barcelone, 1969, I, p. 485-494, et M. Zimmermann, El paper de Ripoll en la creació d’una història nacional catalana, dans El temps dels monestirs. Els monestirs catalans entorn de l’any mil, Barcelone, 1999, p. 252-273.

56 Dotation de l’abbaye en 885 et de l’église abbatiale en 887 transmises par des copies interpolées : R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa,... doc. 4 et 8, p. 67-68 et 71-72. E. Junyent, El monestir de Sant Joan de les Abadesses, Barcelone, 1976, p. 7-22.

57 R. d’Abadal, Els primers comtes catalans, Barcelone, 1958, p. 73-114 et p. 136-137.

58 Donations d’objets d’apparat destinés à l’église, ornements et livres, par le comte Guifré et son épouse en 888 et en 890, lors de la consécration de l’église de Sant Pere de Ripoll, voisine de celle de Santa Maria, et de la part de Sunyer de Barcelone et de son épouse, en 925, R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa, doc. 16, p. 80-82 ; 37, p. 43-45, et 283, p. 262-263.

59 Non ignotae memoriae Vuifredus extitit comes atque, ut verius fatear subsitorum carus patricius, vir nobilitatis titulo pollens, virtutum vigore immarcessibiliter vernans ; qui inter cetera ecclesiarum aedificia, expulsis agarenis, qui tunc temporis colones extiterant, more per prisiones desertam incolens terram, coenobium Ripollense beatae viriginis Mariae honore construxit, coenobitas unidque adgregavit, qui himniphonis laudibus omnipotentem assidue ibidem conlaudarent, largissimis deinde praediis ditificando, liberalibusque privilegiis exornando... M. Zimmermann, Les sociétés méridionales autour de l’an mil. Répertoire des sources et documents commentés, Paris, 1992, p. 248-255. L’acte est ensuite devenu un modèle : M. Zimmermann, Un formulaire... cité n. 41, p. 67-69.

60 Dehinc veneranda succedens propago, adprime divinis dapibus farta, imperialibus commitiis sublimata, Miro videlicet atque Suniarius, haud secus ac genitor augmentatores tutoresque possessionum eiusdem coenobii extiterunt. Nec minus illorum succedens pareclara soboles, videlicet Seniofredus, Vuifredus, Miro reverendus antistes, Oliba atques Borrellus praecellentissimi comites, dilectione succinti, quod patres inceperant perficere sategerunt, innumera dona largientes, praedia statuentes, censualia libertati restituentes...

61 Officio paterno semper citra locum patrocinio fervens... propalavit decretum, quatinus praefatum coenobium incontaminato semper statu jugi libertate vigeret ut sequens principium declarat libellus.

62 D’après la notice, peut-être manipulée, de la deuxième consécration de l’église abbatiale en 935, inserée dans une Brevis historia monasterii Rivipulensis, de 1147, le comte Guifré et son épouse auraient aussi concedé des privilèges régaliens à l’abbaye.

63 In nomine Domini nostri Ihesu Christi. Hec est gesta, que fieri jussit Guifredus comes de alodiis sancte Marie Monasterii Rivipollensis ad diem consecrationis sancte Marie, quando ibidem tradidit filium suum, nomine Rodulfum, cum omni hereditate sua et terminavit ibidem terminos in ejus Monasterio vel in suis cellulis..., F. Udina Martorell, El archivo condal de Barcelona en los siglos ix-x. Estudio crítico de sus fondos, Barcelone, 1951, doc. 5, p. 107-109. Selon R. d’Abadal, le faux reprend de vraies donations comtales, aujourd’hui perdues, pour préparer le diplôme du roi Lothaire de 982 : Els primers comtes..., p. 134-137.

64 Pour l’élaboration des cartulaires : A. Remensnyder, Remembering kings past... cité n. 24, p. 292.

65 Ut possessiones quas patres nostri, sicut jam praefata scedula docet, libellis inditis huic monasterio concesserunt, nostraeque dignitatis culmen salve fide largiendo adauxit...

66 Propter remedium animarum genitorum meorum condam Wifredi comiti et Widinildi, simulque et fratre meo condam Wifredi comiti atque sorori mee condam Richildi..., R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa, doc. 283, I, p. 262-263.

67 Quo proficeret remedio animarum sui videlicet patris ac matris necnon et fratrum.

68 L’abbaye de Ripoll sert de centre de rencontre et de régulateur politique en absence d’unité des comtés catalans. Cf. R. d’Abadal, Els primers comtes catalans..., p. 300-301. M. Zimmermann, El paper de Ripoll... cité n. 55, p. 261. Une vision moins harmonieuse des rapports entre les comtes de Cerdagne et ceux de Barcelone dans R. Martí, Delà, Cesari i Ató, primers arquebisbes dels comtesprínceps de Barcelona, dans I Congrès d’Història de l’Església catalana. Des dels orígens fins ara, Solsona, 1993, I, p. 369-386.

69 Le comte Sunyer et son épouse propter conservatione filio nostro presenti Ermengaudo nomine et pro crescenti sue salutis afectione, R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa..., doc. 283, I, p. 262-263. Le comte Oliba de Cerdagne et Ermengarda propter amorem procreandorum filiorum ut omnipotens Deus det nobis filios quia succedant nobis hereditario jure, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 1, p. 3-4. I. Réal, Vies de saints, vie de famille. Représentation et système de parenté dans le royaume mérovingien (481-751) d’après les sources hagiographiques, Turnhout, 2001, p. 386-398.

70 E. Junyent, Diplomatari..., doc. 104, p. 165-170.

71 Chronicon alterum rivipollense, Brevis historia rivipollensis et surtout la Gesta comitum barcinonensium, redigé peu après les conquêtes du comte Ramon Berenguer IV au milieu du xiie siècle. M. Coll i Alentorn, La historiografia de Catalunya en el període primitiu, dans Estudis Romànics, III, 1951-52, p. 139-196 ; T. N. Bisson, L’essor de la Catalogne : identité, pouvoir et idéologie dans une société du xiie siècle, dans Annales ESC, 1984, p. 454-479 ; M. Zimmermann, El paper de Ripoll... cité n. 55, p. 269-271 et M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, 2003, II, p. 982-1013.

72 Postremo labentis curriculi certamina complens, ubi decorandi officium gesserat se tradidit tumulandum.

73 F. Monsalvatje, Noticias históricas. Besalù, su historia, sus condes, su obispado y sus monumentos, I, Olot, 1889, p. 238-247, doc. 6.

74 Vascula sua aurea et argentea quam ad ipso die abebat, donare faciant ad cenobium Sancta Maria Riopollenti et cum corpus suum ibidem presentetur. G. Feliu et J. M. Salrach (dir.), Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona de Ramon Borrell a Ramon Berenguer I, I, Barcelone, 1999, doc. 150, p. 448-454.

75 Sur la base de l’épitaphe très postérieure de son père le comte Guifré. M. Rovira, Un bisbe d’Urgell del segle x : Radulf, dans Urgellia, 3, 1980, p. 176.

76 Épitaphe du comte Guifré Borrell à l’église de Sant Pau del Camp de Barcelone : Sub ac tribuna quiescit corpus condam Wifredi comiti, filius Wifredi simili modo condam comiti bone memorie... M. Mundó, Transcripció, traducció i comentari d’algunes inscripcions de Barcelona, dans Id. Obres Completes. I. Catalunya-1 : De la romanitat a la sobirania, Barcelone, 1998, p. 182. Épitaphe de Quixilo deodicata, dans Catalunya Romànica. XVIII. El Vallès occidental. El Vallès oriental, Barcelone, 1991, p. 358-359. Sur l’ensemble des épitaphes et tombeaux comtaux : M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, 1995, p. 87-98.

77 Les testaments connus de Miró II et de son fils Sunifred, comtes de Cerdagne, contiennent tous les deux des donations pour Ripoll mais ne donnent aucun renseignement sur leur lieu d’enterrement.

78 Par exemple à propos de Miró II : Hujus et annexo genitor tumulatur in antro, / Miro sed ipse comes, clara patrum soboles.

79 Vers destinés aux sépultures aujourd’hui perdues, mais transmis par une copie manuscrite moderne : Conditur hic primus Guifredus marchio celsus, / Qui comes atque potens fulsit in orbe manens, / Hancque domum struxit et structam sumptibus auxit ; E. Junyent, Diplomatari..., p. 304-307.

80 Hinc comes egregia, princeps, hac conditur urna, / Nomen Ave referens, pro-lis honore vigens. / Stemmate sceptrigero potiatur munere divo.

81 Par exemple, sur Miró Bonfill à propos de son rôle dans la découverte des reliques de saint Félix à Gérone : Abdita Felicis prodidit ossa pii. Sur les vertus mienterrés litaires de son frère Sunifred : Contegit hic tumulus Sinfredi nobile corpus, / Qui comes egregius atque pius. / Bellipotens, fortis, metuendus et acer in armis, / Terribilis reprobis, et decus omne suis.

82 Par exemple : Witiza filius Teoderedi, 899-900 ; condam Wifredi comiti, filius Wifredi simili modo condam comiti bone memorie, 914 ; corpus Gescafredi monachi, filium condam Seniofredi et fratri Raimoni presbiteri, 939 ; Reefredus, filium condam Elderedi, 962 ; et d’autres dans M. Mundó, Transcripció, traducció i comentari d’algunes inscripcions de Barcelona, cité n. 75, p. 179-193.

83 Hanc aulam in caput erexit ; / sedem romanam adivit, et decretum accepit ; / francorum regem petibit, et preceptum adiunxit, A. M. Mundó, Les inscripcions de Tassi i d’Hildesind de Sant Pere de Rodes segons Marca i Pujades, dans Id., Obres, I, p. 195-211. Tassi aurait obtenu des préceptes de la cour carolingienne en 944 et 948, mais le premier privilège pontifical pour l’abbaye date du temps de son fils l’abbé Hildesind : I. Lorés, El monestir de Sant Pere de Rodes, Bellatera...-Lleida, 2002, p. 25-36.

84 J. M. Salrach, El bisbe-comte Miró Bonfill i la seva obra de fundació i dotació de monestirs, dans II colloqui d’història del monaquisme català, II, Abadia de Poblet, 1974, p. 57-81.

85 À la demande de sa belle-sœur et son neveu, l’évêque dote la nouvelle fondation avec des églises et alleux : Propterea concedo precibus Ermengardae comitissae et filio ejus Bernardo, et maxime ut consors efficiar gratiae Dei, ego Miro ejus nutu comes atque episcopus trado ecclesiam Sancti Vicentii quae sita est in suburbio Bisulduni... ut Ermengarda jam nominata comitissa et filius ejus Bernardus statuant ibi canonicos regulares qui pie et nocte Deo deserviant et orent misericordem Dominum pro delictis meis atque pro cunctis fidelibus defunctis, P. de Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus, Paris, 1688, ap., doc. 121, col. 912-914.

86 Per adjutorium Dei et nostrum, de me Olibane et Mironi episcopi et per consilium domni Wisadi episcopi Urgellensis constituimus ibi monasterium ad habitandum monachis in honore sancte Marie et elegimus ibi abba et patrono id est Froilane qui primus fuit monachus et fundator de predicta ecclesia, C. Baraut, Les actes de consagració d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles ix-xii), dans Urgellia, 1, 1978, p. 97.

87 Miro nutu Dei Gerundensis ecclesiae humilis episcopus ac comes Bisuldunensis una cum fratribus nostris domno Olibano ac Seniofredo comitibus, seu cum convenientia meorum catervae clericorum laicorumque fidelium elegimus quandam ecclesiam... ubi disponimus et ordinamus coenobium manentium sub regula almi patris Benedicti seu sub regimini proprii abbatis in perpetuum, P. de Marca, Marca hispanica..., ap., doc. 124, col. 919-921.

88 Ob tanti igitur patroni amorem, pro remediis animarum meorum parentum meeque, et super omnia pro remedio anime dompni Soniofredi comitis ac fratris mei, qui mihi copiosa bona, dum vixit, contulit,... pro statu celsitudinis sive salute dompni Olibalni comitis sueque conjugis suorumque filiorum quorum vitas omnipotens Deus multis protelare dignetur temporibus ut vivant Deo felices longo feliciter evo..., E. Junyent, Diplomatari.., p. 4-6, doc. 2 (978).

89 Toutes ont reçu des dons du comte et évêque Miró : J. M. Salrach, El bis-be-comte Miró Bonfill... cité n. 84, p. 78-81. Les dons à l’abbaye de Banyoles deviennent un moyen de renforcer le contrôle comtal : J. I. Vidal Liy, Sant Esteve de Banyoles : del patrocinio regio al pontificio (IX-XI), dans Hispania, 61, 2001, p. 417-448, spéc. p. 433-437.

90 Th. Deswarte, Rome et la spécificité catalane... cité n. 33, p. 25.

91 On peut interpréter les pouvoirs sur l’église de Gérone dont était investi l’archevêque Ató de Vic, soutenu par Borrell, comte de Barcelone, en 971, comme une manoeuvre contre Miró Bonfill, dénouée par l’assassinat du premier : R. Martí, Delà, Cesari i Ató..., p. 369-386, et Th. Deswarte, Rome et la spécificité catalane..., p. 15.

92 J. M. Salrach, El comte Guifré i la revolta de 957. Contribució a l’estudi de la noblesa catalana del segle x, dans II Assemblea d’estudis sobre el comtat de Besalù, II, Olot, 1978, p. 3-36 ; J. Bolòs et V. Hurtado, Atles del comtat de Besalù (785-988), Barcelone, 1998, p. 66-67.

93 Bonifilius prolis Atoni, et Richillis femine, fecit bauzia de castrum de Stela ad me Oliba gratia Dei comes. Et per ista bauzia venit in meo beneficio et potestate ipsa honor, E. Junyent, Diplomatari..., p. 12-13. doc. 7 (v. 983-984). Nouvelle attestation de cet honneur dans un plaid en 1020 : ibid., p. 92-93, doc. 62.

94 (Donation d’un alleu) qui novis advenit per tradiccione quod illa tradidit illum castrum Vivarium in manus inimicorum nostrorum et exinde aliqui mei fideles interierunt, aliqui vulnerati absceserunt, A. Benet, Una revolta berguedana contra el comte Oliba Cabreta, dans l’Erol (Berga), 11, 1984, p. 15-24.

95 Soit des testaments soit leurs publications sacramentaires, A. Udina, La successió testada a la Catalunya altomedieval, Barcelone, 1984 avec 56 testaments jusqu’en 1000 et 137 jusqu’en 1025. On suit d’assez près le fomulaire de Ripoll qui prévoit un prologus testamenti en cas de maladie et un autre en cas de pèlerinage, et ensuite un columnellum, M. Zimmermann, Un formulaire... cité n. 41, f. 151v, 152r et 153r et M. Zimmermann, Écrire et lire en Catalogne (ixe-xiie siècle), Madrid, 2003.

96 Par exemple : A. Udina, La successió..., doc. 10, 11, 30.

97 Par exemple, dans le testament du comte Sunifred de Cerdagne, en 965, il y a une demande générique de distribuer les biens in sanctis Dei ecclesiis, in sacerdotibus, in pauperibus, in viduis, in orphanis..., et à la fin le reste des biens meubles en or, argent, pain, vin, bétail, draps est donné in sanctis Dei ecclesiis, in sacerdotibus et pauperibus..., A. Udina, La successió..., doc. 13.

98 La formule d’affranchissement de Ripoll s’insère aussi dans le contexte des donations pieuses pour le salut de l’âme, M. Zimmermann, Un formulaire... cité n. 41, p. 77-82.

99 Liber Feudorum Maior, éd. F. Miquel Rosell, Barcelone, 1945, doc. 490, p. 520-524.

100 Ce sont les testaments du diacre Odger, Guitard, Galí et Seniofred de Lluçà, A. Udina, La successió..., doc. 10, 20, 21, 32.

101 P. Bonnassie, La Catalogne... cité n. 5, I, p. 262-263.

102 Et si vos filios vel filias abstraere volueritis de ipsa elemosina, licenciam abeant manumissoribus meis ipsum alaude apreendere..., A. Udina, La successió..., doc. 23. Sur la question les comtés catalans ne diffèrent guère de la situation décrite pour Cluny : B. H. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Peter : the social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca-Londres, 1989.

103 P. Bonnassie, La Catalogne..., II, p. 931-984.

104 Avec la formule vindere faciatis et dare ipsum pretium pro remedium anime mee, A. Udina, La successió..., doc. 7 ou vente de terres et vignes mais aussi d’un cavaco et un cubo, doc. 17 ; des alleux, doc. 10 ; cheval et armes, doc. 26 ; pour en faire une tabula et cruce, doc. 43 ; pour la rémission d’un captif, doc. 27 ; pour payer des dettes, doc. 21, 44.

105 A. Udina, La successió..., doc. 10.

106 Ibid., doc. 26, 32, 33, 52.

107 M. Aurell, Les avatars de la viduité princière : Ermessende (ca. 975-1058), comtesse de Barcelone, dans M. Parisse (éd.), Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris, 1993, p. 201-232. À un niveau inférieur d’autres testaments ont prévu également un nombre important de legs en argent pour les églises, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 108 (1032), 114 (1034) et 139 (1040).

108 Ad sacerdotibus per missas et in elemosinas per pauperibus, A. Udina, La successió..., doc. 21 ; in missas ad monasteriis sive ad aliis ecclesiis ad bonis sacerdotibus, doc. 27 ; pro anima in sacrificiis et in captivis, doc. 53 ; pro missas, doc. 108 ; demande à un clerc ut sacrificium offeret Deo propter remedium anime sue, doc. 24 ; et fatiat III trentanarios pro anima mea, doc. 43. D’autres testaments prévoient des legs plus spécifiques pour le convivium funéraire, doc. 22. Pour le comte Sunifred le testament demande l’absolution des évêques : et rogetis ipsos episcopos propter Deum et illorum mercedem ut rogent pro me et mihi absolvere faciant, doc. 13. Le plus précis est celui de Wilmund en 986 :...et cantare faciat mis-sas centum infra dies XXX,... ad ipsa fraterna Sancti Petri Laurano, modios XXXta de vino et truias XXXta per trentanarios, (du pain et du vin) in missas ad monasteriis sive ad aliis eclesiis ad bonis sacerdotibus, doc. 26.

109 (Un alleu est donné) ut teneat unus ex clericis Sancte Marie qui cotidie eum decantet propter remedium anime mee. A. Udina, La successió..., doc. 40-41.

110 Legs pour un anniversaire à la charge de la veuve et les fils, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 129 (1038). Legs aux chanoines du chapitre ut semper memoriam sui faciant ante Deum, doc. 137.

111 Une lampe chaque carême en face de l’autel de Sant Pere de Vic, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 139 (1040). Il en est aussi question dans le testament du vicomte Ramon Folc de Cardona en 1083.

112 A. Udina, La successió..., doc. 19, 21, 40-41, 43.

113 Propter remedium anime de patre meo vel de matre mea vel de fratri meo, A. Udina, La successió..., doc. 7 ; et similaires pour le salut de l’âme de père ou mère, doc. 13, 15, 46.

114 A. Udina, La successió..., doc. 10, 18, 44.

115 Ibid., doc. 11 (962). Dons pour le salut de l’âme de son père, de sa mère, de son frère et de son fils dans le testament du comte d’Empùries, doc. 33 ; et pour celui de son grand-père et son père défunts dans le testament d’un juge et levita de Vic, E. Junyent, Diplomatari..., doc. 137.

116 Propinqui eorum quem illi eligere voluerint..., A. Udina, La successió..., doc. 22 (981) ; et si Otto decesserit eligat ex propinquis suis clericum qui eum teneat in servicio Sancti Petri..., doc. 55 (1000).

117 Dum nepti vel pronepti mei vixerint illum quem Deus elegerit vel boni ho-mines meliorem ille teneat in manu sua..., C. Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles ix-xii), dans Urgellia, 1, 1978, p. 11-182, doc. 14 (901), p. 70-71, cité par P. Bonnassie, Le clergé paroissial... cité n. 131, p. 275-276.

118 Hodie et nunc et semper ex prosapia ejus heligantur abbatem ipsi filii, nepti vel proneptis auctores vel fundatores istius aecclesie, R. Ordeig, Els comtats d’Osona i Manresa (Catalunya carolíngia, IV)..., II, p. 816-820, doc. 1127 (972).

119 E. Junyent, Diplomatari..., Bernat I : p. 318-320 ; Oliba : p. 341-355 ; Guifré : p. 401-410. J. Stiennon, Routes et courants de culture. Le rouleau mortuaire de Guifred, comte de Cerdagne, moine de Saint-Martin-du-Canigou, dans Annales du Midi, 76, 1964, p. 305-314 ; J. Dufour, Les rouleaux et encycliques mortuaires de Catalogne (1008-1102), dans Cahiers de civilisation médiévale, 20, 1977, p. 13-48.

120 Par exemple à propos d’Oliba : nobilissimis extitit natalibus ortus et gloriosa maiorum stirpe progenitus ; et dans le poème pour le comte de Barcelone : Clari progenies pulcra Borrelli Raimundus, E. Junyent, Diplomatari..., p. 301-304.

121 Dans un titulus des moines de Cuxa : ut et nomina illorum habentes secum in libris justorum, anniversaria eorum peragant in memoria aeterna cum divinis officiis, ut adscribantur in libro vitae caelestis, et dans un autre, de Camprodon : pro nostris deprecetis judicem aeternum Deum, ut ille dignetur eis apperire januas vitae aeterne in consorcio sanctorum, ubi lux vera est et gaudium sine fine permanentem in secula seculorum. Amen.

122 E. Junyent, Diplomatari..., doc. 16 (vers 990-994), p. 24-25.

123 Ibid., doc. 142 (1040), p. 241. Listes destinés peut être à accompagner les reliques envoyés par l’abbé Oliba, R. Ordeig, Les dotalies de les esglésies de Catalunya (segles ix-xii), II-1, Vic, 1996, doc. 165, p. 101-107.

124 E. Junyent, La consagración de San Julián de Vilatorta en 1050, dans Analecta Sacra Tarraconensia, 19, 1946, p. 279-292. On distingue le texte qui identifiait les reliques – charte de consécration – de celui avec les noms ou charte de recommandation, R. d’Ordeig, Les dotalies de les esglésies..., II-1, p. 152.

125 J. Calzada, Sant Gregori. Fulls d’història de la parròquia i el poble, Gérone, 1986 et A. Pladevall (dir.), Catalunya romànica. V. El gironès. La Selva. El pla de l’Estany, Barcelone, 1991, p. 191.

126 E. Junyent, La consagración de San Julián de Vilatorta..., et A. Pladevall (dir.), Catalunya romànica. II. Osona-I, Barcelone, s.d., p. 286-288.

127 C. Treffort, L’église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, 1996, p. 128.

128 Inscriptions que l’on peut dater pour la plupart des xe-xie siècles : R. Favreau, J. Michaud et B. Mora, Corpus des inscriptions de la France médiévale. 11. Pyrénées-orientales, Paris, 1986, no 32, p. 40-42.

129 Voir le long répertoire de S. Alavedra, Les ares d’altar de Sant Pere de Terrassa – Egara, Terrassa, 1979, 2 vol. et E. Junyent, La consagración de San Julián de Vilatorta..., p. 279-292. Sant Feliuet de Vilamilans avec le nom de l’abbé de Sant Cugat de Vallès, Donadéu (904-917) : Catalunya Romànica. XVIII. El Vallès occidental. El Vallès oriental, Barcelone, 1991, p. 214-215. Sant Fost de Campsentelles : A. M. Mundó, L’antic altar de Sant Fost amb inscripcions dels segles x i xi, dans Obres completes, I-1, p. 213-215.

130 Pariterque homnibus hominibus istuis terre potentes mediocres atque minores jusserunt hoc altare in onorem domini nostri Ihesu Christi et martiris hac virginis ejus Eulalie edificare propter Deum et remedium animas illorum illos et illas qui ad hoc altare adjutorium fecerunt : R. Favreau, J. Michaud et B. Mora, Corpus des inscriptions de la France médiévale. 11. Pyrénées-orientales, Paris, 1986, no 45 p. 54-56.

131 P. Bonnassie, Les communautés rurales en Catalogne (ixe-milieu xiie siècle) et Le clergé paroissial aux ixe-xe siècles dans les Pyrénées orientales et centrales, dans Id., Les sociétés de l’an mil. Un monde entre deux âges, Bruxelles, 2001, chapitres 9 et 10, p. 249-267 et p. 269-283.

132 C. Treffort, L’église carolingienne... cité n. 127, p. 100.

133 M. Casas i Nadal, La canònica de Sant Vicenç de Cardona a l’edat mitjana. Alguns aspectes de la seva història des dels seus orígens fins al 1311, Cardona, 1992 (Història de Cardona, III-1). Édition des chartes dans A. Galera i Pedrosa, Diplomatari de la vila de Cardona (anys 966-1276), Barcelone, 1998. Le fonds des parchemins de Casserres reste pour l’essentiel inédit : T. Soldevila, Sant Pere de Cas-serres. Història i llegenda, Vic, 1998.

134 …Qui armorum penitus expers esset, et divine facundia sicentie et vite puritate, tam docere quam preire clerum et populum merito posset, A. Galera i Pedrosa, Diplomatari..., p. 74-77, doc. 14, et M. Casas i Nadal, La canònica..., p. 66-67.

135 C. W. Bynum, The spirituality of the regular canons in the twelfth century, dans Id., Jesus as mother. Studies in the spirituality of the high middle ages, Berkeley-Los Angeles, 1982 (2e éd., 1984), p. 22-58. Dans le contexte de la Catalogne : J. J. Bauer, Die vita canonica an den katalnischen Kollegiatkirchen im 10. und 11. Jahrhundert, dans Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, 21, 1963, p. 54-82 ; U. Vones-Liebenstein, Saint-Ruf und Spanien : Studien zur Verbreitung und zum Wirken des regular Kanoniker von Saint-ruf in Avignon auf der iberischen Halbinsel (11. und 12. Jahrhundert), Paris-Turnhout, 1996, 2 vol. ; P. Sendra, Monestirs o canòniques ? les canoniques regulars com a instrument de reforma dins l’Església dels segles xi-xii, dans Revista de Catalunya, 140, mai 1999, p. 45-59.

136 Ego Bremundus, vicecomes, ob varias animae meae curandas egritudines, pontificem adii domnum Olibanum,... Hanc excellentissimus vicecomes Bremundus dotem jussit scribi, quam Sancti Uincentii ecclesie a predecessoribus ablatam restituit, et de propriis ampliavit substantiis... Sancti Vincentii apud Cardonense oppidum martiris ad Dei laudem et famulatum sublimarem ecclesiam, adeo quidem, ut non solumque meorum essent vitio predecessorum ei abstracta, vel mutila-ta, predicta ecclesie cuncta reformare satagerem, sed et non parva de propriis Deo disponente adhiberem... obtinenda remissione et genitorum sive consanguineorum...

137 A. Galera, Diplomatari..., doc. 5 (980), 8 (993), 9 (993), 11 (1012).

138 J. M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Cataluña. I-1. Textos, Madrid-Barcelone, 1969 (Textos), doc. 9, p. 14-18.

139 Et dono vobis (aux habitants de Cardona) patrono Ermemiro viscescomite, et posteritati eorum, ut in cujuscumque voce vos advocaverit, sequimini eum ubicumque ille voluerit in omnibus. Sur la généalogie vicomtale : M. Rovira, Noves dades sobre els primers vescomtes d’Osona-Cardona, dans Ausa, IX/98, 1981,p. 249-260 et F. Rodríguez Bernal, Els vescomtes d’Osona. Dades familiars i gènesi patrimonial d’un llinatge nobiliari pels volts de l’any 1000, dans Actes del congrès internacional Gerbert d’Orlhac i el seu temps... cité n. 53, p. 163-174.

140 A. Udina, La successió..., p. 235-238, doc. 80 et 81.

141 A. Galera, Diplomatari..., p. 71-73, doc. 12.

142 Ibid., doc. 16, 17 et 15 avec sa mère, la vicomtesse Engùncia, donnent un domaine qu’elle avait per lectuosa de filio meo Ysouardo, tué dans le même endroit qui est donné à Sant Vicenç : propter Deum et remedium de anima filii mei Ysouardi, qui in illo loco fuit interfectus.

143 Ego Bermundus vicescomes, peccator et infelix et ut verius dicam recognoscens me super omnes peccatores contra Deum me deliquisse aud pecasse, ideoque trementer et periculose percogitans meorum facinorum inmensa delicta et innumerabilia et insustentabilia a me perpetrata peccata recogito mente humillima, A. Galera, Diplomatari..., p. 82-85, doc. 19.

144 Propter remedium anime mee et genitorum meorum vel omnium parentorum meorum. Charte de ses exécuteurs testamentaires, la comtesse Ermessenda, l’abbé de Sant Vicenç et ses frères, Eriball et Folc en avril 1030 : A. Galera, Diplomatari..., p. 86-87, doc. 21.

145 Si autem filium Deus mihi non dederit, similiter ipsos alodes vel honore mea in manus Eriballo, ut ille similiter eligat per sua manu Fulcum, fratrem nostrum, ut in diebus suis, si Fulco Eriballum supervixerit, possessor siat de prephata hereditate vel honore. Si autem primus Eriballus mortus fuerit et Fulco superuixerit similiter, post ejus discessum, remaneat ad Remundo fratre nostro. Si autem, quod Deus avertat, Fulcus et Raimundus absque filiis mortui fuerint, eligat quisque ad obitum suum unum de plus proprinquis nostris in cujus potestate remaneant ipsi alodes uel honore. De même le vicomte prépare un mécanisme successoral pour un alleu donné aux chanoines de Gérone mais avec un usufruit viager pour son frère Eriball qui à sa mort devrait choisir un clerc pour le succéder. Sinon l’alleu devrait rester pour le clerc le plus proche de la parentèle (illum qui plus nobis propincus fuerit).

146 Dans l’abbaye, on conservait, jusqu’à l’époque moderne, un reliquaire contenant le corps de l’enfant avec les inscriptions : Hic est corpus infantis cujus causa hoc monasterium fundatum fuisse traditur. Hoc est manus matris eiusdem infantis, J. Serra i Vilaró, Història de Cardona. I. Els senyors de Cardona, Tarragona, 1966, p. 83-84 et T. Soldevila, Sant Pere de Casserres... cité n. 133.

147 En plus d’Isovard, cité supra, un autre fils, le vicomte Folc, est tué au cours d’une expédition guerrière signalée dans le nécrologe de Serrateix, J. Serra, Història de Cardona..., p. 114-115.

148 Hec predicta omnia dono atque concedo ad predictum cenobium, propter construendum et alias quas inops et pauper est, et ut auferatur a eo pars inopie propter Deum et remedium anime mee, siue viro meo Raimundo, uel animabus filiis meis... hec omnia reliquo ad opera ecclesie cenobi. Et ipsos meos II sciphos argenteos ad faciendum crucem Sancti Petri..., A. Galera, Diplomatari..., p. 96-99, doc. 30 (1039).

149 A. Galera, Diplomatari..., p. 99-100, doc. 31.

150 Heriballus, gratia Dei Urgellensis episcopus ejusdemque ecclesie et oppidi princeps ac dominus, A. Galera, Diplomatari..., p. 103-108, doc. 33.

151 Qui etiam statuo, ut nemo successorum meorum accipiat potestatem Cardonensis castri usquequo sacramento se obliget honorem pretexti martiris habitum uel habiturum nequaquam auferre, diminuere uel vitio quolibet evertere sed fideliter supradicto Sancto Vincentio sibique famulantibus observare et ab adversis defendere.

152 R. Ordeig i Mata, Les dotalies de les esglésies de Catalunya (segles ix-xii), II-1, Vic, 1996, p. 110-114. Petits parchemins reliés à l’acte de 1040 avec les serments de Bernat (Amat) fils d’Ermessende, Ramon Folc fils d’Almodis, Ramon Guillem fils d’Ermessende, Guillem de Cardona fils de Ramon Folc et Elisabet, Ramon Folc fils de Guillem de Cardona et Geralda, Ramon de Cardona fils de Ramon Folc, le seul daté, de 1243 ; J. Serra Vilaró, Història de Cardona..., p. 102-103.

153 A. Galera, Diplomatari..., doc. 25, 27, 28, 29, 38, 40, 42, 48, 106. Les abbés ont aussi vendu ou échangé : doc. 41 et 43.

154 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, 2001, p. 71.

155 T. Soldevila, Sant Pere de Caserres... cité n. 133, p. 43-81.

156 P. Puig Ustrell, El monestir de Sant Llorenç del Munt sobre Terrassa. Diplomatari dels segles x i xi, Barcelone, 1995, doc. 483 (1092).

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540