Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Troisième partie. Alliances, mobilité sociale et mémoire familiale

Chapitre septième. Alliances

Texte intégral

  • 1 Cf. à cet égard le deuxième chapitre du livre de S. Cerutti, La ville et les métiers, Paris 1990, (...)
  • 2 Cf. à ce propos, G. Levi, « Les usages de la biographie », dans Annales ESC, XLIV (1989), n. 6, p. (...)

1Le choix du conjoint peut être considéré comme un important indicateur de la mobilité sociale possible dans une société. Sans remettre radicalement en discussion cette approche, les travaux historiques plus récents, ont quand même compliqué sensiblement le cadre d’analyse en définissant le moment du mariage comme un épisode, sans doute fondamental, mais pas unique, dans la biographie individuelle et, encore plus, dans la biographie globale d’un groupe familial. Isoler le moment du mariage de la biographie, et un mariage d’un membre de la famille de ceux des autres comporte effectivement des risques de simplification excessive, quoique souvent imposés par les sources1. Dans certaines parties de ce travail et dans la deuxième partie de ce chapitre, grâce à une relative abondance de sources, on a pu vérifier les possibilités offertes par la méthode biographique2, tandis que dans les pages qui suivent on se limitera à dresser un tableau des alliances, uniquement à partir des contrats de mariage enregistrés à l’Avogaria di Comun. Plus que de proposer des considérations d’ensemble, qui puissent être généralisables à l’ensemble des citoyens vénitiens, il s’agit de « faire parler notre source » et de vérifier quelle partie, ou quelle facette de la réalité sociale elle représente.

ENDOGAMIE/EXOGAMIE SOCIALE

  • 3 Dans les registres Cittadini, on trouve les contrats entre citoyens et femmes nobles non-vénitienn (...)
  • 4 Cf. ASV, MCSV, I, 18 et III, 31-34 ; cf. à ce propos, Ch. Klapisch-Zuber, « L’invention du passé f (...)
  • 5 Cf. G. Giomo, Indice per nome di donna dei matrimoni dei patrizi veneti, ASV, Inventario 86ter 1-2

2La source que nous étudions à présent permet de relever deux sortes d’exogamie sociale : l’hypergamie des citoyens vénitiens dans la noblesse forestiera (de la République de Venise ou d’autres régions) et l’hypogamie des patriciennes dans le milieu des citoyens. Il y a une trentaine de contrats de mariage qui lient des citoyens, ou citoyennes, de Venise à la noblesse non-vénitienne, pour la plupart de la Terre Ferme3. Il s’agit en effet d’un échange assez peu fréquent, moins en tout cas que les échanges entre citoyens et patriciat. L’étude des mariages entre patriciennes et bourgeois permet d’ouvrir une porte sur une réalité tout à fait inconnue et souvent délibérément cachée par les sources. Je pense bien sûr ici aux recueils de généalogies patriciennes qui le plus souvent effacent tout simplement les filles des arbres généalogiques4 et, même quand ils sont structurés autour des femmes, ne comprennent que celles qui rentrent par mariage dans le patriciat et pas celles qui en sortent5.

3Au moins 45 contrats concernent des mariages de ce genre, dans d’autres cas, le titre de noblesse de la femme n’est pas sûr et les généalogies patriciennes existantes n’ont pas permis, pour les raisons qu’on vient d’évoquer, d’en savoir beaucoup plus. Sur les 45 cas, sept sont des mariages de patriciennes dans la noblesse de Terre Ferme. Caractéristique commune à ces contrats est le bas niveau des dots, ainsi que la présence de contredots élevées, comme l’on avait déjà remarqué auparavant. Si on rajoute à ce chiffre les 57 contrats de mariage entre citoyennes et patriciens repérés dans la série des mariages patriciens, le pourcentage d’échange entre les deux groupes reste tout de même assez bas : environ 10 % des mariages de notre série.

  • 6 Cf. A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 108-18.

4Dans une société où la production de bâtards, surtout dans les milieux nobles, était la règle, il faut aussi se demander où et comment ils étaient casés. Les fils naturels des patriciens recevaient de droit le titre de citoyens originaires : c’était le seul cas d’illégitimité admise6, les filles naturelles, quand elles n’allaient pas au couvent, épousaient des citoyens vénitiens : au moins treize contrats concernent des mariages de ce genre. On a l’impression que l’existence de ces bâtardes était parfaitement admise, à en juger du fait que les mariages sont conclus et les contrats signés par les parents nobles de l’épouse, parfois même par la femme du père.

ENDOGAMIE/EXOGAMIE PROFESSIONNELLE

  • 7 Sur les risques et les limites de l’utilisation du concept d’identité professionnelle et de métier (...)
  • 8 Cf. supra p. 222-224.

5On a pu reconstruire dans 85 cas de manière sûre les métiers du mari, ou de son père, et du père de la femme. Ce n’est pas un échantillon très large : moins d’1/10 du total des mariages. Remarquons immédiatement une autre limite inhérente à la question même : les gens changent de métier au cours de leurs vies7. Leurs identités professionnelles peuvent donc être transitoires : il suffit de citer les cas de Gian Battista dal Legname, médecin, eccellente dottore, citoyen de Padoue qui, après avoir épousé Cassandra, fille du spettabel mercante Nadalin de David s’associe avec son beau-frère pour fonder une compagnie d’art de la laine8. C’est un cas particulièrement troublant, parce qu’à une identité professionnelle apparemment bien précisée s’ajoute (ou se substitue ?) une autre identité professionnelle complètement différente.

  • 9 ASV, ACM, b. 146, f. 19v, 1541 9 février (1543 18 février).
  • 10 ASV, ACM, b. 153, f. 230, 1564 21 mars (1601 7 septembre), la dot est de 3.000 ducats.
  • 11 ASV, ACC, b. 365.

6Les passages inverses, de la marchandise aux offices ou aux professions sont, en revanche, plus fréquents et tout à fait typiques de ce milieu. Les enfants de Zaccaria Pizzoni, un marchand de soie qui avait sa boutique à Rialto, épousent dans le milieu des professions et des offices : Giulia épouse en 1541 le docteur Andrea Rizzo, qui deviendra secrétaire du Conseil des Dix9, Vicenzo épouse en 1564 Laura Ziliol, fille de l’avocat Alessandro10. Mais au moins deux autres fils de Zaccaria Pizzoni furent secrétaires ducaux et moururent à l’étranger, au service de la Seigneurie11. Les mariages de Giulia et Vicenzo Pizzoni doivent alors s’insérer dans un processus de différenciation professionnelle à l’intérieur de la famille (qui était assez nombreuse, les frères étant au moins cinq), qui conduit à une ascension sociale, à l’intérieur du même milieu citoyen.

7À partir de l’échantillon global, quelques considérations sont toutefois possibles : les milieux du commerce et de la bureaucratie révèlent une certaine tendance à l’endogamie, mais pas exclusive. Médecins, avocats, notaires et les (rares) artisans sont par contre plutôt exogames.

Les marchands

  • 12 Sur la famille marchande, cf. M. Berengo, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, Turin, 19 (...)

8L’intérêt des choix endogamiques dans les milieux marchands apparaît évident. Supposant qu’il s’agisse de premiers mariages et que les époux soient en jeune âge, quand un marchand épouse la fille d’un marchand, il peut en tirer des avantages économiques immédiats : il peut s’associer à son beau-père, s’insérer dans une entreprise commerciale déjà affirmée et, à la limite, si la fille n’a pas de frères qui puissent remplacer un jour le père, le mari peut espérer hériter biens et affaires de son beau-père12.

  • 13 ASV, ACM, reg. 144, f. 207, 1543 2 avril : tenir e governar la casa a sue spese del suo viver e ve (...)

9Le cas du mariage de Bonetta, fille naturelle légitimée, du savonnier Ambrogio de Giacomo est particulièrement clair de ce point de vue. Le 2 avril 1543, elle épouse Francesco de Varisco, de Bergame. L’union entre Bonetta et Francesco « pour la bonne ou la mauvaise fortune » passe décidément en arrière-plan par rapport à « l’union et compagnie » « à commun bénéfice ou maléfice, à moitié » stipulée entre les deux entrepreneurs. L’époux « apporte à la maison dudit Ambrogio ses biens », qui « sont supérieurs à 4.000 ducats, comme il apparaît dans l’inventaire », tandis que la dot, qui devrait être équivalente aux biens du mari, ne serait payée qu’à la mort du père. La dot ne sert donc pas à l’établissement du nouveau couple et n’est pas une anticipation de l’héritage, mais tout simplement l’héritage que le beau-père laisse au gendre qui continuera son activité. La seule relation qui compte est celle entre les deux hommes, mais en arrière plan, à côté de Bonetta, apparaissent deux autres femmes, sa mère et la femme d’Ambrogio. Les mariés s’engagent, dans le contrat, à assurer à toutes les deux, après la mort du père, logement, nourriture et vêtements13.

10Par contre, un marchand ayant déjà des fils a le choix : il peut aussi bien choisir d’intensifier les liens avec d’autres marchands, en leur donnant ses filles en mariage, que viser plus haut dans l’honorabilité sociale, en mariant ses filles avec des secrétaires ou des avocats à qui il peut probablement offrir des dots plus intéressantes que leurs salaires. Les exemples extrêmes de cette stratégie sont les mariages des filles du marchand Giacomo Ragazzoni dans le patriciat, tandis qu’un bel exemple d’ascension sociale d’un marchand à travers les mariages de ses filles, qui reste entièrement dans le milieu citoyen, est celui, dont on parlera par la suite, des Balbi dalle Zattere.

Drapiers et teinturiers

  • 14 Cf. L. Molà, La comunità dei Lucchesi, op. cit.
  • 15 ASV, ACM, folio hors reliure non paginé dans le registre 146, 1517 11 octobre.

11Les 17 marchands du secteur textile, les drapieri, les dalla seda, épousent, ou marient leurs filles, dans six cas dans le même milieu des marchands textiles, dans quatre cas dans celui des teinturiers et dans trois autres cas dans d’autres milieux marchands. Quatre autres mariages sont conclus avec des fonctionnaires ou des docteurs. Parmi les artisans de la soie, les teinturiers représentaient une sorte d’élite, souvent susceptibles de se transformer en marchands14. Il s’agit d’ailleurs du métier le plus représenté parmi nos contrats. Pour le mariage, célébré en 1517, entre Franceschina de Bartolomeo dalla seda et le teinturier Stefano Tiraboschi, figurent comme témoins un soyeux et un tisserand de soie15. Avant de parler d’un mariage hypogamique pour la femme, il faudrait connaître la taille de l’atelier du Tiraboschi qui est défini, exactement comme son beau-père, egregio domino.

  • 16 En 1532, Bartolomeo et Bernardo de Zuanne, tisserands, sont fait objet d’une dénonciation anonyme (...)
  • 17 Le mariage entre Angela Lamieri et l’egregio mercadante drapier Nicolò Spin est conclu par ses onc (...)
  • 18 Cf. U. Tucci, « Carriere popolane e dinastie di mestiere a Venezia », dans A. Guarducci, éd., Gera (...)
  • 19 ASV, ACM, reg. 147, f. 100v, 1525 6 juillet (1577 16 juin).

12Les dots les moins élevées, de 1.200 ducats, sont payées pour les mariages d’une fille et de la nièce de Bartolomeo de Zuanne dalla se-da, un tisserand16, qui épousent, à vingt ans de distance l’une de l’autre, un teinturier et un drapier17. La dot de Paola quondam Bernardino Cortesi dalla seda, qui épouse en 1525 Domenico de Andrea Vivian est également de 1.200 ducats. En trois générations, les Vivian font des progrès sociaux considérables : Andrea était amiral à l’Arsenal, une charge de direction technique, qui représentait le degré le plus élevé de la carrière d’un ouvrier18, Domenego fut scrivan al fontego della farina, une charge réservée aux citoyens, et son fils Francesco fut avocat19.

  • 20 Cf. son testament, ASV, NT, b. 1183, n. 223, 1531, 21 novembre.

13Les dots échangées par les enfants de Gerolamo de Piero dalla seda sont plus élevés. J’ai retrouvé les contrats de mariage de quatre de ses huit enfants20. En deux cas, les conjoints appartiennent au même milieu des marchands de textiles : Maria de Piero, en 1507, épousa le drapier Agostino Franceschi, en lui apportant une dot de

  • 21 ASV, ACM, reg. 140, f. 61v, 1507 14 août (7 octobre).
  • 22 ASV, ACM, reg. 141, f. 90, 1514 15 octobre (28 novembre).
  • 23 Huit familles Bianco furent approuvées à la citoyenneté originaire entre 1576 et 1631 (ASV, ACC, b (...)
  • 24 Cf. M. Lecce, « Una società per la lavorazione e il commercio della seta a Verona nel Trecento », (...)
  • 25 ASV, ACM, reg. 141, g. 159v, 1518 2 janvier (20 février) : premier mariage avec Andrea Robabelli ; (...)
  • 26 ASV, ACC, b. 376, cf. le testament d’Alvise de Grazia qui laisse ses maisons à Santa Fosca et à Sa (...)
  • 27 ASV, ACM, reg. 144, f. 221, 1542 13 février (1573, juin).
  • 28 ASV, ACM, reg. 146, f. 69, 1545 22 avril (1548 10 mai).

142.200 ducats ; témoins étaient deux toscani, c’est-à-dire des travailleurs de la soie21 ; Alvise de Piero, en 1514, épousa Ginevra de Antonio Pauluzzi dalla draparia qui lui apportait 1.700 ducats de dot22. Une autre fille, Élisabetta, épousa en deuxième mariage Marco Bianco, qui appartenait à la famille des Bianco soyeux23. À son premier mariage, en 1518, avec Andrea Robabelli, lui aussi d’une famille de soyeux24, elle avait une dot de 1.500 ducats, au deuxième elle en apporta 1.25025. En 1520, Elena de Piero apporta 2.000 ducats en dot à Antonio de Grazia, d’une famille de cittadini honoratissimi qui ne vivent que de leurs rentes26. Il est peut-être significatif que, à la génération suivante, les deux enfants d’Elena de Piero et d’Antonio de Grazia se marient, après la mort des deux parents, dans le milieu des soyeux. Andriana épouse en 1542 Angelo di Motti, d’une famille de « marchands très gros et très honorables de draps et de soie » en lui apportant une dot de 3.000 ducats27, en 1545, Quintiliano épouse Pellegrina de Bartolomeo de Zuanne dalla seda. Cette famille de Zuanne dalla seda a progressé sensiblement en termes d’honorabilité sociale : le premier mariage qui nous est connu est conclu avec un teinturier, le deuxième avec un drapier, mais le mariage avec les de Grazia marque le passage d’une frontière sociale qui, en effet, doit être payé. La dot de Pellegrina est de 3.000 ducats, en créances et bijoux, que son père et son oncle promettent conjointement28.

  • 29 Cf. ASV, NA, b. 2631, notaire G. Crivelli, 1579, 29 janvier.
  • 30 ASV, NT, b. 80, n. 513, 1552 1 novembre.

15Le mariage avec les de Piero avait été à l’origine d’une réorientation dans les activités des de Grazia, qui, en 1579 sont, eux aussi, définis dalla seda29. Le niveau social et culturel n’était sans doute pas le même (le contrat entre Pellegrina et Quintiliano, conclu par Bartolomeo et Bernardo de Zuanne dalla seda, père et oncle de l’épouse, fut signé seulement par le père, l’oncle « ne sachant pas trop bien écrire »), mais très probablement l’échange fut avantageux pour les deux parties : dans le testament de son oncle Gerolamo, Quintiliano est défini « lui seul, plus riche que moi et mon frère ensemble »30.

Les mariages de Piero et de Grazia

Les mariages de Piero et de Grazia

Épiciers

  • 31 ASV, ACM, reg. 140, f. 67v, 1507 4 novembre (5 décembre).

16Les spezieri, ou leurs filles, concluent quatre mariages dans le milieu marchand, mais aucun avec d’autres spezieri. Les dots données et reçues par ces commerçants, dont le nom est toujours accompagné de l’enseigne de leurs boutiques, ne sont généralement pas très élevées. Piero de Giacomo Ramberti spezier al pomo d’oro, épouse en 1506 Elena, fille du spettabel messer Camillo Tealdini, secrétaire ducal, avec une dot de 1.000 ducats. L’année suivante, sa sœur Camilla épouse Gian Francesco de Zorzi dalla seda : la dot s’élève à 600 ducats d’intérêts de Monte Vecchio, de 1480 à 1507, que l’époux aurait sans doute eu du mal à toucher. Le contrat, d’ailleurs, prévoit cette éventualité, et autorise l’époux à ne pas faire carta de dota des 600 ducats, en précisant qu’il serait tenu de rendre seulement ce qu’il obtiendrait31.

  • 32 ASV, ACM, reg. 147, f. 8v, 1556 17 mai.

17Le mariage entre Marietta de l’honorado viro Nicolò de Antibariis, spicier alla torre avec l’honorado viro Domenego Gritti, teinturier à San Raffaele, célébré en 1556, avec 1.600 ducats de dot, est peut-être celui où les intérêts commerciaux des contractants sont les plus proches, vu que, parmi les spécialités d’un spizier, on peut inclure, à côté des épices, les teintures32.

18Une frontière sociale est par contre franchie quand le nom est accompagné du titre d’egregio mercadante. Il s’agit alors de marchands d’épices, plus que de boutiquiers et les dots augmentent sensiblement. En 1535, Marco Antonio Rizzo, aromatarius, egregio mercadante, affirme avoir reçu, comme dot de Paola, seule héritière vivante de Cesare de Porris, marchand milanais mort à Damas,

  • 33 ASV, ACM, reg. 144, f. 1, 1535 12 juillet (quittance).
  • 34 ASV, ACM, reg. 146, f. 22v, 1538 29 juin (1543 26 octobre).
  • 35 ASV, ACM, reg. 147, f. 12, 1547 11 août.

192.600 ducats, une dot assez élevée, d’autant que le mariage avait été conclu dix ans auparavant33. La plus élevée parmi les dots de filles d’épiciers, dans toute la période, est promise par Ludovico Usper, spezier alle tre corone, egregio mercadante, pour le mariage de sa fille Angelica qui épouse en 1538 un secrétaire ducal, Francesco Ruberti, avec une dot de 2.200 ducats34. À son deuxième mariage, avec le spettabile fisico Mutinensis artium et medicine doctori Andrea Barandonus, elle aura une dot de 1.900 ducats, entièrement payée en 154735.

Egregi mercadanti

20Apparemment, l’endogamie devient plus marquée là où les intérêts à défendre sont plus forts, comme c’est le cas des marchands qui exercent le commerce à longue distance et qui ne sont pas définis par l’enseigne de leurs boutiques, comme c’est le cas pour les épiciers et les merciers, ou par le fait d’avoir un atelier d’art de la laine ou de la soie. On ne sera d’ailleurs pas étonné de constater que les alliances « exogamiques » de ces marchands soient stipulées avec des avocats, des médecins ou des secrétaires. Seize filles de egregi mercadanti épousent des egregi mercadanti.

  • 36 ASV, ACM, reg. 144, f. 151v, 1563 6 mai (1571 23 juin).
  • 37 ASV, ACM, reg. 153, f. 65v, 1578 avril (1588 9 novembre).

21Les dots échangées par les mercadanti sont généralement un peu plus élevées que les autres. Les deux dots les plus élevées sont promises par les exécuteurs testamentaires de Cosmo Michieli dal ferro pour les mariages de ses deux filles : 4.000 ducats pour Aurelia, qui épouse en 1563 Gian Battista Zonca, marchand36, et 5.000 ducats pour Santa, qui épouse en 1578 Paolo Biancon, marchand de fer37. Le premier mariage est conclu par la mère et l’oncle maternel, marchand de cuivre, le deuxième par les frères, dans les deux cas, le legs prévu par le testament paternel pour la dot est augmenté par des donations des oncles et frères.

Merciers

  • 38 ASV, ACM, reg. 153, f. 19, 1578 30 juin.
  • 39 ASV, ACM, reg. 147, f. 91v, 1571 8 mars (1577 16 juillet).
  • 40 ASV, ACM, reg. 144, f. 205v, 1557 15 décembre (1573 2 mars).
  • 41 Cf. les cas cités par Annalisa Bruni, dans « Mobilità sociale e mobilità geografica nella Venezia (...)
  • 42 Cf. le chapitre sur le privilège de citoyenneté et pour des biographies de ces personnages, cf. M. (...)
  • 43 Cf. G. Trebbi, « La società veneziana », dans G. Cozzi, P. Prodi, éd., Storia di Venezia, vol. VI, (...)

22Les mariages des merciers restent dans le même milieu ou dans un milieu semi-artisanal. Lucietta quondam Stefano, mercier alla Maddalena après avoir épousé Battista mercier al libro, Bernardo mercier al pomodoro, en troisième mariage épouse un fileur38 ; Serena quondam Zuanne mercier alla scala épouse aussi un fileur39, tandis que Ludovica de Jacomo mercier al San Piero martire, épouse un fourreur, qui avait été capitaine d’un navire40. Les dots au premier mariage ne sont pas élevées : 1.200 et 1.500 ducats. Dans le prochain chapitre on aura l’occasion d’étudier des mariages de riches merciers des quartiers les plus centraux de la ville, comme la merzaria de San Zulian ou de San Salvador, des personnages en pleine ascension sociale au xvie siècle41 qui, tout en se définissant « merciers » et en continuant à faire partie de la corporation, demandaient le privilège de citoyenneté pour commercer avec le Levant42 ou même la citoyenneté originaire à l’Avogaria di Comun43.

Artisans

  • 44 ASV, ACM, reg. 146, f. 100, 1530 5 février (1553 20 mars).
  • 45 ASV, ACM, reg. 144, f. 182, 1533 7 août (1572 23 juin).

23La moitié des artisans de la liste a épousé des filles de marchands, ou commerçants, tandis que pratiquement toutes les filles d’artisans ont épousé des artisans. Seul un mariage de fille d’artisan, est « exogamique » : Elisabetta de Domenico de Piero, fourreur de vair, épouse en 1530 un médecin, l’eccellente messer Zuan Francesco Mauriceno, avec 1.400 ducats de dot44. Trois ans plus tard, après la mort du père, son frère Gerolamo, prudente giovane, épouse Chiara quondam Nicolò Zorzi dai forni, très probablement le propriétaire d’un four à briques45. Aucune des dots données ou reçues par les artisans au premier mariage ne dépasse 1.500 ducats.

24Parmi les dots de (au moins à l’apparence) petits commerçants, la plus étonnante est celle que le fils d’un marchand de poules (galiner) sur la place Saint Marc affirme avoir reçu de sa femme Corne-lia, marchande de gants (gantaria) : 4.000 ducats plus 500 de contre-dot, en 1565. Les témoins étant tous des marchands de produits alimentaires sur la place Saint Marc, c’est peut-être simplement la preuve de l’existence d’un réseau de commerçants particulièrement riches grâce à la position extrêmement centrale de leurs boutiques.

Fonctionnaires

  • 46 Le métier du père de Marietta Balbi nous est inconnu, mais le mariage est le fruit d’un accord ent (...)

25Moins de la moitié des filles de fonctionnaires ont épousé des fonctionnaires mais les deux tiers des fonctionnaires présents sur cette liste ont épousé des filles de fonctionnaires46. Les fonctionnaires mineurs sortent plus facilement du milieu professionnel, tandis que plus on monte de niveau dans le milieu des fonctionnaires, plus les mariages sont endogamiques, ou alors les échanges se font exclusivement dans le monde des professions ou avec la noblesse de Terre Ferme.

  • 47 ASV, ACM, reg. 153, f. 48v, 1575 21 mai (1588 1 juin).
  • 48 ASV, ACM, reg. 147, f. 258v, 1577 25 septembre (1583). Les dots échangées dans les générations sui (...)
  • 49 Cf. par exemple, ASV, ACM, reg. 148, f. 149v, 1546 7 décembre, Barbara quondam Piero Franceschi et (...)

26Les dots les plus élevées dans le milieu des fonctionnaires sont celles qui sont payées et reçues par une fille et un fils du secrétaire du Conseil des Dix Piero Franceschi. Avec une parfaite correspondance, qui n’est jamais le fruit du hasard, en mai 1575 Innocenza Franceschi épouse Domenico Ciera, et la mère Angela dal Legname, veuve de Piero Franceschi, avec ses fils, promet une dot de 6.000 ducats, qui est l’héritage de son oncle Marco Antonio, lui aussi secrétaire du Conseil des Dix47 ; tandis qu’en septembre 1577, Giovanni Manente promet sa fille Aloisia à Bortolo quondam Piero Franceschi, secrétaire, avec une dot de 6.000 ducats48. Il s’agit d’importantes familles de fonctionnaires qui, au cours du xvie siècle, avaient conclu aussi des alliances matrimoniales dans le patriciat49.

Professions libérales

27Les comportements des médecins, avocats et docteurs sont en quelque sorte contraires et complémentaires à ceux des fonctionnaires. C’est surtout par le biais des maris que le monde des professions est représenté sur notre liste, vu que pratiquement tous marient leurs filles dans le même milieu, mais ils épousent dans tous les milieux, y compris, dans un cas, celui des artisans. Deux explications sont possibles : les docteurs représentés dans notre échantillon sont souvent des immigrés récents, d’autre part, les dots données par médecins, avocats et docteurs sont généralement plus basses que celles qu’ils reçoivent. Il est intéressant de donner sa fille à un docteur, mais la dot d’une fille de docteur ne l’est pas autant. L’échange se fait en termes d’honorabilité sociale.

CONCLUSION : UNE EXOGAMIE HOMOGAME

28Il est maintenant possible de proposer des explications à ces comportements apparemment différenciés : pourquoi les artisans et les docteurs seraient-ils plus exogames que les marchands et les fonctionnaires ? Tout simplement parce que la plupart des artisans qui apparaissent dans notre échantillon sont des artisans qui ont réussi à monter de niveau. Il s’agit d’artisans qui, en vertu de leur richesse, rentrent par mariage dans le groupe des citoyens en épousant des marchands, des docteurs ou des fonctionnaires. Les docteurs aussi sont souvent des gens qui viennent de l’extérieur. Dans leur cas, il ne s’agit pas d’une migration sociale, mais d’immigration géographique. La seule catégorie d’endogamie, ou exogamie, professionnelle ne suffit pas à elle seule, à expliquer les comportements dans un groupe où les activités sont différenciées et le niveau social plutôt homogène. On peut dire que les marchands et les fonctionnaires représentent des identités professionnelles fortes. Dans le cas des marchands, les stratégies liées aux mariages endogames sont assez facilement déchiffrables, dans le cas des fonctionnaires, l’endogamie professionnelle est plutôt la conséquence de l’intégration à un milieu que la clé de stratégies de carrière élaborées. L’endogamie des docteurs dépend aussi du milieu plus que de stratégies professionnelles, mais, à la différence des fonctionnaires qui, en tant que citoyens originaires travaillant à Venise, sont stables par définition, la mobilité des docteurs s’oppose à une endogamie stricte.

Tableau des alliances

Tableau des alliances

Notes

1 Cf. à cet égard le deuxième chapitre du livre de S. Cerutti, La ville et les métiers, Paris 1990, et les critiques surtout à certains travaux de R. Mousnier, en particulier, La stratification sociale à Paris au xviie et au xviiie siècle, Paris 1976.

2 Cf. à ce propos, G. Levi, « Les usages de la biographie », dans Annales ESC, XLIV (1989), n. 6, p. 1325-35 ; sur la prosopographie, cf., entre autres, F. Autrand, éd., Prosopographie et genèse de l’État moderne (Actes de la table ronde organisée par le Centre National de la Recherche Scientifique et l’Ecole Normale Supérieure de jeunes filles, Paris 22-23 octobre 1984) ; L. Stone, « La prosopografia » (Dedalus 1971), dans Idem, Viaggio nella storia, Bari 1989, p. 48-80 ; L. Stone, J. C. Fawtier Stone, Una élite aperta. L’Inghilterra fra 1540 e 1880, Bologne 1989.

3 Dans les registres Cittadini, on trouve les contrats entre citoyens et femmes nobles non-vénitiennes, aussi bien que ceux qui concernent les mariages entre nobles non-vénitiens (« traités comme citoyens ») et femmes citoyennes et patriciennes. Il y a aussi des nobles d’autres régions italiennes, ASV, ACM, reg. 146, f. 13, Gerolamo d’Adda noble de Milan et Laura Rigoni ; reg. 153, f. 223v, Alvise Bin et Camilla Vernicalli, noble de Pise.

4 Cf. ASV, MCSV, I, 18 et III, 31-34 ; cf. à ce propos, Ch. Klapisch-Zuber, « L’invention du passé familial » et « Le travail généalogique », dans Eadem, La maison et le nom, op. cit., p. 19-59.

5 Cf. G. Giomo, Indice per nome di donna dei matrimoni dei patrizi veneti, ASV, Inventario 86ter 1-2.

6 Cf. A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 108-18.

7 Sur les risques et les limites de l’utilisation du concept d’identité professionnelle et de métier dans les sociétés urbaines d’Ancien Régime, cf. S. Cerutti, La ville et les métiers, op. cit.

8 Cf. supra p. 222-224.

9 ASV, ACM, b. 146, f. 19v, 1541 9 février (1543 18 février).

10 ASV, ACM, b. 153, f. 230, 1564 21 mars (1601 7 septembre), la dot est de 3.000 ducats.

11 ASV, ACC, b. 365.

12 Sur la famille marchande, cf. M. Berengo, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, Turin, 1965.

13 ASV, ACM, reg. 144, f. 207, 1543 2 avril : tenir e governar la casa a sue spese del suo viver e vestir e tutte necessità di Franceschina madre di Bonetta e di Chiara moglie di Ambruoso.

14 Cf. L. Molà, La comunità dei Lucchesi, op. cit.

15 ASV, ACM, folio hors reliure non paginé dans le registre 146, 1517 11 octobre.

16 En 1532, Bartolomeo et Bernardo de Zuanne, tisserands, sont fait objet d’une dénonciation anonyme à l’Art de la soie, pour avoir chez eux six métiers à tisser au lieu des quatre autorisés, ASV, Arte Seta, b. 572, reg. 2, f. 66-67v. Je remercie Luca Molà pour m’avoir signalé ce document, ainsi que celui qui est cité à la note 29.

17 Le mariage entre Angela Lamieri et l’egregio mercadante drapier Nicolò Spin est conclu par ses oncles Bartolomeo de Zuanne dalla seda et Giovanni quondam Gerolamo. La dot est de 1.200 ducats, dont 200 seront payés après le retour de Giovanni sur les galères d’Alexandrie, ASV, ACM, reg. 146, f. 5, 1536 28 mai (1540 2 août).

18 Cf. U. Tucci, « Carriere popolane e dinastie di mestiere a Venezia », dans A. Guarducci, éd., Gerarchie economiche e gerarchie sociali, secoli xii-xviii, op. cit., p. 817-851.

19 ASV, ACM, reg. 147, f. 100v, 1525 6 juillet (1577 16 juin).

20 Cf. son testament, ASV, NT, b. 1183, n. 223, 1531, 21 novembre.

21 ASV, ACM, reg. 140, f. 61v, 1507 14 août (7 octobre).

22 ASV, ACM, reg. 141, f. 90, 1514 15 octobre (28 novembre).

23 Huit familles Bianco furent approuvées à la citoyenneté originaire entre 1576 et 1631 (ASV, ACC, b. 361, 362, 364), dont trois apparaissent dans les généalogies de Toderini et Tassini. Nous en avons aussi plusieurs parmi les contrats de mariage. Une famille s’appelait dalla seda, et s’allia, par trois mariages, au début du siècle, à une importante famille de soyeux lucquois, les Quartari. Il s’agit probablement de la famille Bianco identifiée par Tassini comme venant de Dalmatie, à en juger de la présence d’un prénom comme Dimitri (ASV, ACM, reg. 140, f. 79r et v., 1506, 2 avril (1508 11 mars), Quartara et Caterina quondam Gian Maria Quartari épousent Gian Francesco e Piero de Nicolò Bianco ; Gerolamo quondam Gian Maria Quartari épouse Marietta de Dimitri Bianco dalla seda, nièce de Nicolò. Les trois dots sont de 1.000 ducats chacune. Sur la famille Quartari, cf. L. Molà, La comunità dei Lucchesi, op. cit., p. 181-182. En 1574, Bernardo Quartari fils d’Antonio et de Teodosia di Gebellini dalla seda demande la citoyenneté originaire, de sa famille il dit : facendo noi et nostri progenitori la mercantia di panni d’oro et di seda et di altro, (ASV, ACC, b. 365). Une autre famille Bianco fut très représentée dans la Chancellerie entre la fin du xve et le début du xvie siècle.

24 Cf. M. Lecce, « Una società per la lavorazione e il commercio della seta a Verona nel Trecento », dans Ricerche di storia economica medievale e moderna di Michele Lecce, Vérone 1975, p. 281-4.

25 ASV, ACM, reg. 141, g. 159v, 1518 2 janvier (20 février) : premier mariage avec Andrea Robabelli ; ASV, ACM, reg. 141, f. 295, 1524 5 juillet (17 octobre).

26 ASV, ACC, b. 376, cf. le testament d’Alvise de Grazia qui laisse ses maisons à Santa Fosca et à San Marcilian et ses terres à Padoue et Miran à son fils Antonio, ASV, NT, b. 1251, V, f. 51v, 1493 29 mars ; et les dossiers de citoyenneté originaire présentés par les de Grazia en 1630 et 1632, où tous les témoins affirment qu’ils ont toujours vécu de leurs rentes, ASV, ACC, b. 376 et 378.

27 ASV, ACM, reg. 144, f. 221, 1542 13 février (1573, juin).

28 ASV, ACM, reg. 146, f. 69, 1545 22 avril (1548 10 mai).

29 Cf. ASV, NA, b. 2631, notaire G. Crivelli, 1579, 29 janvier.

30 ASV, NT, b. 80, n. 513, 1552 1 novembre.

31 ASV, ACM, reg. 140, f. 67v, 1507 4 novembre (5 décembre).

32 ASV, ACM, reg. 147, f. 8v, 1556 17 mai.

33 ASV, ACM, reg. 144, f. 1, 1535 12 juillet (quittance).

34 ASV, ACM, reg. 146, f. 22v, 1538 29 juin (1543 26 octobre).

35 ASV, ACM, reg. 147, f. 12, 1547 11 août.

36 ASV, ACM, reg. 144, f. 151v, 1563 6 mai (1571 23 juin).

37 ASV, ACM, reg. 153, f. 65v, 1578 avril (1588 9 novembre).

38 ASV, ACM, reg. 153, f. 19, 1578 30 juin.

39 ASV, ACM, reg. 147, f. 91v, 1571 8 mars (1577 16 juillet).

40 ASV, ACM, reg. 144, f. 205v, 1557 15 décembre (1573 2 mars).

41 Cf. les cas cités par Annalisa Bruni, dans « Mobilità sociale e mobilità geografica nella Venezia di fine ’500 : la parrocchia di San Salvador », dans Annali Veneti. Società, cultura, istituzioni, a. 2, n. 2, 1985, p. 75-83.

42 Cf. le chapitre sur le privilège de citoyenneté et pour des biographies de ces personnages, cf. M. Knapton « Tra Dominante e dominio », art. cit., U. Tucci, « Bontempelli (Bontempello) dal Calice (Casalese), Bartolomeo », art. cit.

43 Cf. G. Trebbi, « La società veneziana », dans G. Cozzi, P. Prodi, éd., Storia di Venezia, vol. VI, Dal Rinascimento al Barocco, Rome 1994, p. 129-213.

44 ASV, ACM, reg. 146, f. 100, 1530 5 février (1553 20 mars).

45 ASV, ACM, reg. 144, f. 182, 1533 7 août (1572 23 juin).

46 Le métier du père de Marietta Balbi nous est inconnu, mais le mariage est le fruit d’un accord entre deux scrivani, Piero Avanzago, scrivan all’officio de la in-sida, oncle de Marietta et Matteo Armelin scrivan ai X Savii, ASV, ACM, reg. 141, f. 111v, 1515, mai (3 juillet). La dot est de 1.000 ducats et l’oncle s’engage à leur donner une partie de sa casa da stazio.

47 ASV, ACM, reg. 153, f. 48v, 1575 21 mai (1588 1 juin).

48 ASV, ACM, reg. 147, f. 258v, 1577 25 septembre (1583). Les dots échangées dans les générations suivantes, par les enfants de Sebastiano de Bartolomeo Franceschi furent beaucoup moins élevées. En 1591, Andriana Tagliapietra épouse Marco Antonio Franceschi, avec une dot de 1.500 ducats, plus des champs en Terre Ferme comme fonds dotaux, reg. 153, f. 128, 1591 29 mai (1593 2 avril) ; en 1600, Giulia Franceschi épouse Gian Battista Commo, noble de Padoue, avec une dot de 2.000 ducats, reg. 153, f. 228v, 1600 17 mai.

49 Cf. par exemple, ASV, ACM, reg. 148, f. 149v, 1546 7 décembre, Barbara quondam Piero Franceschi et Gian Francesco Michiel ; reg. 149, f. 189, 1546 8 mars, Marina de Domenico Ciera et Michiel Memo.

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540