Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Conclusion

Texte intégral

  • 1 L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie », Recueil des notices (...)
  • 2 C. F. Duro, « Perdida de la ciudad de Bugia, en Africa, año 1555, referida por un clérigo vizcaino (...)

1Le 5 janvier 1510 Pedro Navarro, à la tête de 4 000 hommes, prend Bougie pour le compte de la couronne d’Espagne1. Commence alors une occupation qui ne prend fin qu’avec la conquête turque en 15552. Par la suite, la ville ne retrouve plus sa position de métropole régionale et devient une simple base d’hivernage pour la flotte turque de la Régence d’Alger.

2C’est la fin d’une longue période durant laquelle Bougie fut l’un des plus grands ports du Maghreb et de la Méditerranée occidentale. La conquête espagnole provoque en effet une rupture brutale qui, en modifiant radicalement la place du port dans les réseaux d’échanges, entraîne son recul durable.

3Jamais, jusque là, Bougie n’avait fait l’objet de véritable tentative de conquête de la part des puissances chrétiennes. Au contraire, sa participation au commerce méditerranéen reposait en grande partie sur des relations globalement bonnes avec les grandes cités marchandes du Nord. En ce sens la différence est notable avec l’Orient musulman, profondément marqué par les croisades et, plus largement, par une politique militaire offensive de la part de la chrétienté. Ces relations, progressivement encadrées et codifiées par les traités, n’excluaient pas des périodes de tensions, mais ces crises étaient toujours tempérées par les intérêts économiques réciproques. Cette rupture politique qu’entraîne la conquête espagnole altère profondément la position de Bougie en Méditerranée. La ville cesse alors de jouer le rôle d’interface entre réseaux maghrébins et méditerranéens, qui a fait sa fortune au Moyen Âge.

4À l’échelle maghrébine, elle apparaît en effet, du xie au xve siècle, comme un centre, un pôle structurant une région vaste qu’elle domine politiquement mais aussi qu’elle contribue à organiser sur le plan économique. Ce rôle, elle le doit à sa situation au Maghreb, à la fois relativement éloignée des grands centres politiques traditionnels d’Ifrīqiya et du Maroc, et au débouché d’une région de montagnes qu’elle contrôle, plus ou moins il est vrai selon les époques. Enfin, sa position maritime et les qualités de son port en font une place stratégique à une époque où les centres de gravité politiques et économiques de la région se déplacent vers le littoral. Capitale d’État avec les Hammadides, puis siège d’un gouvernement provincial de première importance avec les Almohades et les Hafsides, elle concentre une population nombreuse et développe des fonctions urbaines supérieures, de niveau régional, liées pour partie à la présence du pouvoir dans ses murs. Ces fonctions de commandement, mais aussi l’importance de la vie culturelle et religieuse, jointe à la vitalité des activités économiques, induisent un rayonnement régional qui s’étend d’abord sur la province, mais aussi, plus largement, à des réseaux qui se prolongent jusqu’au lointain Soudan, au-delà du Sahara. Dans cet espace, Bougie apparaît au sommet d’une hiérarchie de villes qu’elle contrôle (ou qu’elle cherche à contrôler), et qui servent de relais pour son influence dans l’intérieur. Cette configuration se traduit par des flux des marchandises, à plus ou moins grand rayon selon les types de produits, mais aussi par des migrations de personnes attirées par les possibilités offertes, notamment en terme de carrière, d’étude ou de négoce. À cet égard, l’arrivée massive de réfugiés andalous à la fin du xve siècle montre que Bougie a encore conservé, à la veille de la conquête espagnole, un fort pouvoir d’attraction. Mais elle entre également en concurrence avec d’autres centres d’impulsion qui peuvent réduire son aire d’influence : Tunis bien sûr, qui à partir de 1230 s’affirme comme capitale de l’Ifrīqiya hafside, mais aussi Constantine ou, à l’ouest, Alger. Elle doit également compter, à partir du xive siècle, avec d’autres ports, de moindre importance, mais qui rognent sur son hinterland. Elle n’en demeure pas moins, jusqu’à la fin du xve siècle, le centre et le pôle d’impulsion de réseaux étendus vers l’intérieur et le littoral.

  • 3 « Une économie-monde est une somme d’espaces individualisés, économiques et non économiques, regro (...)

5Si l’on se place maintenant à l’échelle de la Méditerranée, on constate que Bougie occupe certes une position importante, mais ne joue plus un rôle structurant et d’impulsion. Jusqu’au xiiie siècle, elle se partage avec Tunis et Ceuta le grand commerce maritime de la région. Par la suite elle doit compter avec la concurrence accrue de ports secondaires, notamment dans le Maghreb central, tout en conservant une place de premier plan. Mais elle n’est plus le moteur de ces mouvements commerciaux, qui trouvent leur source hors du Maghreb : en al-Andalus d’abord, et très rapidement dans les grands ports du sud de l’Europe chrétienne, qui réorganisent à leur profit, dès le xiie siècle, les réseaux d’échanges en Méditerranée. Bougie s’insère alors dans une « économie-monde » en formation3, qui étend ses ramifications très loin en Méditerranée et au-delà.

6Cette insertion, si elle est voulue, notamment par le pouvoir qui en retire de grands bénéfices, reste cependant largement passive. Aucune réelle politique d’expansion maritime ou commerciale ne voit le jour. Les souverains ne cherchent pas à faciliter ni à encourager le déploiement des activités de leurs sujets en Méditerranée, et les investissements des négociants bougiotes restent faibles. Ce manque de dynamisme contraste avec l’agressivité commerciale des milieux marchands latins, puissants à la fois économiquement et politiquement, qui s’appuient sur une Europe en forte expansion (notamment démographique, mais aussi dans tous les secteurs de l’économie), sur un capitalisme efficace et sur des États qui favorisent leurs activités. Ce sont ces partenaires latins qui désormais organisent les échanges, y compris, dans une large mesure, avec le reste du monde musulman. Dès lors, les pôles d’impulsion de cette activité se trouvent hors de la ville, dans les grands ports du Nord comme Gênes, Pise ou Majorque, qui organisent les réseaux d’échanges selon des logiques qui leur sont propres et en fonction de leurs intérêts. Bougie est alors un pôle secondaire, intégré de manière largement passive et subie dans des réseaux qu’elle ne maîtrise pas. Elle est mise en relation avec des espaces vastes, qui dépassent largement le Dār al-Islām, mais par l’intermédiaire d’acteurs européens.

7Pour autant il ne faut pas exagérer cette passivité, et Bougie n’est en rien un simple comptoir colonial, comme purent l’être certains ports de l’Orient latin. Sa capacité à attirer les marchands, à servir de point de contact – de synapse diraient les géographes – entre la Méditerranée et son arrière-pays, résulte à la fois d’une volonté politique et de la présence d’acteurs économiques susceptibles d’agir comme partenaires commerciaux à part entière. En ce sens on est très loin de l’image d’un marasme structurel que certains ont voulu voir s’installer dès le xie siècle dans la région. Bien au contraire, si elle est fréquentée par les marchands latins, c’est parce qu’elle est en mesure de leur offrir des possibilités d’enrichissement intéressantes. Cette attractivité repose sur l’importance de son marché de consommation, et donc sur la prospérité de sa population, mais aussi sur sa capacité à servir de centre de redistribution vers les régions intérieures qu’elle doit pouvoir contrôler et organiser. La venue des commerçants étrangers suppose aussi une bonne réputation du port, de son administration, des milieux marchands locaux, mais aussi des conditions de vie et de négoce, garanties par le pouvoir. Tout cela dessine, même si c’est souvent en creux, une ville prospère, active et dynamique, malgré les crises, parfois profondes, qu’elle peut traverser.

  • 4 En ce sens cette crise est en partie la conséquence de la crise de l’économie-monde du milieu du x (...)

8Cette prospérité cependant dépend de la capacité de Bougie à assurer le lien entre deux réseaux de configurations sensiblement différentes. Dans l’intérieur il lui faut parvenir à contrôler l’acheminement des marchandises et des hommes, dans une zone de marches soumise aux forces centrifuges des tribus et des régions éloignées, ainsi qu’aux pressions des puissances régionales, notamment de l’ouest. Son rayonnement, dès lors, peut être limité par la désorganisation des régions intérieures ou par la concurrence d’autres ports de la région, qui se développe au xive siècle. En Méditerranée, elle s’intègre à des réseaux commerciaux dont elle n’a pas la maîtrise, ce qui passe par une adaptation à la demande européenne, notamment en laines et cuirs. Mais cela se traduit surtout par une dépendance accrue et une sensibilité plus grande aux mouvements de la conjoncture en Europe et aux modifications des routes commerciales en Méditerranée. C’est ce qui explique la crise que traverse la ville au xive siècle, crise avant tout conjoncturelle et non pas structurelle4, comme le montre du reste la reprise du xve siècle.

9Bougie est à bien des égards exemplaire des ports musulmans des xiie-xve siècles : elle est le résultat du fort investissement du pouvoir dans ces zones littorales, et notamment dans les villes portuaires, mais sans véritable projection vers la mer et l’outre-mer, ni encouragement de la navigation commerciale. C’est là qu’il faut chercher l’origine du décrochage de la rive sud de la Méditerranée, qui participe bien de l’expansion générale de la région et à ce titre conserve une prospérité réelle, mais n’en est plus le centre d’impulsion. Bougie est ainsi largement le produit de cette nouvelle conjoncture, qui voit l’intégration d’espaces qui jusque là s’ignoraient largement. La Méditerranée passant d’une domination musulmane presque exclusive à un espace organisé par les États et les marchands européens, la frontière se déplace vers le sud, sur le littoral africain. Les grands ports maghrébins constituent alors des points de contact et d’articulation essentiels entre deux réseaux qui développent leur propre logique : d’un côté une Méditerranée organisée par les grands centres chrétiens, et de l’autre un espace islamique fortement intégré à cette Méditerranée et dont les régions intérieures sont structurées à partir des ports musulmans.

10Bougie, à la fois maghrébine et méditerranéenne, existe avant tout par sa capacité à s’intégrer à ces deux types de réseaux, à y occuper une place de premier ordre en concentrant les flux de marchandises et les migrations de personnes. C’est ce qui en fit, entre le xie et le xve siècle, une des principales villes de la région. Mais c’est aussi la rupture de cette configuration qui entraîna après 1510 sa disparition, pour longtemps, de la scène méditerranéenne et maghrébine.

Notes

1 L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie », Recueil des notices et mémoires de la société archéologique de la province de Constantine, 13, 1869, p. 85-407, rééd., Histoire de Bougie, avec une présentation de N. Abdelfettah Lalmi, Paris, 2001, p. 93-97 ; J. M. Doussinague, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, 1944, p. 214.

2 C. F. Duro, « Perdida de la ciudad de Bugia, en Africa, año 1555, referida por un clérigo vizcaino, testigo de vista », Boletín de la Real Academia de la Historia, 29, 1896, p. 465-537.

3 « Une économie-monde est une somme d’espaces individualisés, économiques et non économiques, regroupés par elle ; [elle] présente une énorme surface (en principe, elle est la plus vaste zone de cohérence, à telle ou telle époque, en une partie donnée du globe) ; [elle] transgresse d’ordinaire les limites des autres groupements massifs de l’histoire. » F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-xviiie siècle, Paris, 1979, III, Le temps du monde, p. 14. Voir également J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System AD 1250-1350, Oxford, 1989.

4 En ce sens cette crise est en partie la conséquence de la crise de l’économie-monde du milieu du xive siècle, qui affecte l’ensemble de l’espace méditerranéen. Cf. Abu-Lughod, Before European Hegemony, op. cit., p. 125-129.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540