Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité, mariage, mobilité sociale

 | 
Anna Bellavitis

Première partie. Les citoyens et l’État : définition juridique, privilèges et prérogatives des citoyens vénitiens

Chapitre troisième. Entre privilégiés et originaires : les Scuole Grandi

Texte intégral

Deux lois à relire

  • 1 ASV, CX, Misti, reg. 9, c. 44v, 1410 12 février ; reg. 12, f. 20, 1438 10 septembre. Brian Pullan, (...)
  • 2 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476 (...)

1Une loi de 1410, confirmée et étendue en 1438, organisa le gouvernement des Scuole Grandi, les institutions caritatives les plus importantes, les plus riches et les plus étroitement contrôlées par le gouvernement vénitien. Les charges principales (Guardian Grande, Guardian da mattin, Vicario, Scrivano, Degano) étaient réservées aux citoyens originaires et aux citoyens de intus et extra qui en étaient membres depuis au moins vingt ans ; en était exclu tout membre qui non sit venetus noster originarius per nationem et non per privilegium ; non intelligendo tamen de illis factis civibus originariis per privilegium, qui fuerunt et steterunt de dictis scollis annis viginti vel inde supra. Le seul privilège de citoyenneté qui donnait accès aux charges était donc celui qui, en matière commerciale, assimilait de fait les naturalisés aux originaires, c’est-à-dire celui de intus et extra, mais seulement après une longue et fidèle présence dans la même institution1. Comment interpréter ces lois, sinon en les replaçant dans le cadre d’un contrôle étatique sur ces institutions, qui s’accentue considérablement à partir du début du xve siècle ? Contrôle des activités, du nombre d’inscrits mais aussi des décisions des officiers, qui devaient être approuvées préalablement par le gouvernement : à partir de 1401, toute modification statutaire dut être soumise à l’approbation du Conseil des Dix2.

2Le contrôle sur les activités des officiers impliquait aussi le contrôle de leur recrutement : au moment même où elle achève la conquête de la Terre Ferme, et offre à ses nouveaux sujets le titre de citoyens de intus tantum, la République de Venise garde pour ses citoyens fidèles la gestion de son système de bienfaisance. En réservant les charges aux citoyens originaires et aux privilégiés qui en étaient déjà membres au moins depuis vingt ans, c’est l’accès des étrangers et des sujets non vénitiens qu’on cherchait à limiter. Non pas à l’interdire, puisque tout étranger et, à plus forte raison, tout citoyen de intus pouvait espérer devenir citoyen de intus et extra, mais à le retarder, à le ralentir et à le renvoyer au moment où son intégration à la société vénitienne serait accomplie.

  • 3 Sur les confréries, cf. : G. G. Meersseman, Ordo fraternitatis. Confraternite e pietà dei laici ne (...)
  • 4 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476 (...)
  • 5 BCMCV, ms. Cicogna, 2795, Origine delle Scuole e Fraterne di Venezia, f. 1-4
  • 6 R. C. Mueller, « A Foreigner’s View of Poor Relief in Late Quattrocento Venice », dans Pauvres et (...)

3Ici encore, à mon avis, la dialectique qui ordonne ces changements dans les prérogatives et les tâches des citoyens vénitiens n’exprime pas un conflit social latent entre patriciat et citoyens, mais une opposition beaucoup plus ancienne entre citoyens et étrangers. Partout en Europe, à la fin du Moyen Âge, les confréries furent la structure privilégiée de la sociabilité et de la « religion laïque » des bourgeoisies urbaines. Les confréries nées du mouvement des Flagellants, telles que les Scuole Grandi vénitiennes, étaient les plus aristocratiques et le patriciat urbain y tenait une place prépondérante3. Dans le cas vénitien, toutefois, sa participation y était presque symbolique : les patriciens vénitiens furent exemptés très tôt de l’obligation de la flagellation et ils pouvaient s’inscrire librement, sans demander l’autorisation du Conseil des Dix4. Reste pourtant à déterminer dans quelle mesure ils s’occupaient de la gestion des confréries. L’étude des listes des charges du xive siècle permet de donner une réponse tout à fait négative, pour au moins deux des quatre Scuole Grandi : entre 1301 et 1409 aucun nom patricien n’apparaît parmi les Guardian Grandi de San Giovanni Evangelista ; parmi ceux de la Carità, apparaît un seul nom, celui de Piero Mocenigo, Guardian Grande en 14005. Un témoignage contemporain vient à l’appui de cette remarque : à la fin du xve siècle, selon le témoignage d’un ambassadeur milanais, on ne comptait pas beaucoup de patriciens parmi les confrères des Scuole Grandi6.

  • 7 Sur les rituels publics auxquels les confrères participaient, cf. E. Muir, Il rituale civico nella (...)
  • 8 Sur les Scuole Grandi en tant que commanditaires de peintres et architectes, cf. P. Paoletti, L’ar (...)
  • 9 BNMV, ms. IT, cl. VII, 709 (8043), A. Milledonne, Ragionamento di doi gentilhuomini, l’uno Romano, (...)

4Au xvie siècle, pourtant, alors que ces confréries étaient de plus en plus engagées dans une véritable compétition de pompe et de richesse, dans les processions7 et dans le décor de leurs sièges8, le fait que leur gestion soit réservée aux citoyens non nobles apparaissait aux commentateurs politiques, vénitiens et non vénitiens, comme le signe de la grande intelligence politique du patriciat qui avait su octroyer des espaces de pouvoir à ses sujets. Gasparo Contarini comptait les charges des Scuole Grandi parmi les « honneurs » réservés à « la partie la plus honnête du peuple ». Giovanni Botero affirmait que les Scuole Grandi atténuaient ce système de castes, en laissant des espaces de participation et de pouvoir aux citoyens non nobles. Antonio Milledonne, secrétaire du Conseil des Dix, les décrivit comme autant de petites républiques, où se reproduisait la structure du gouvernement vénitien, mais avec la participation des citoyens et du peuple9. Honneurs, pouvoirs, libertés que le gouvernement ne tarda pas à ramener à des proportions plus acceptables, comme on le verra par la suite.

Naissance, apogée et déclin des Scuole Grandi

5Les Scuole Grandi, confréries de Flagellants réservées aux hommes adultes, avaient été fondées entre la fin du xiiie et le début du xive siècle. Enrichies par les legs des testateurs, elles s’étaient consacrées très tôt aux œuvres d’assistance. Dès sa fondation, le Conseil des Dix avait commencé à légiférer sur leurs activités, en affirmant ainsi leur caractère laïc – le rôle marginal du clergé étant une des caractéristiques des Scuole Grandi vénitiennes – et leur appartenance aux institutions de la République.

  • 10 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476 (...)
  • 11 B. Pullan, Rich and Poor, op. cit. ; Idem, « Le Scuole Grandi e la loro opera nel quadro della Con (...)

6Les études de Lia Sbriziolo pour le Moyen Âge10 et de Brian Pullan pour la période 1500-162011 ont éclairci l’évolution des Scuole Grandi vénitiennes depuis les associations égalitaires de Flagellants, jusqu’aux riches fondations pieuses d’assistance et bienfaisance. Conformément à cette évolution, une hiérarchie s’était créée dès le xve siècle entre les confrères. La participation au Chapitre, initialement assemblée plénière, avait été en fait limitée aux confrères habilités aux charges de gestion. Ces derniers étaient appelés fratelli da Capitolo, et exemptés de la flagellation, la disciplina. En cas de besoin, eux aussi pouvaient s’adresser à la Scuola. Les autres confrères (artisans, pour la plupart), dits fratelli alla disciplina, en échange de l’assistance fournie par la Scuola, devaient théoriquement se soumettre, dans les processions, à la « discipline » de la flagellation. Les patriciens étaient en quelque sorte des « membres honoraires », qui ne payaient pas de droits d’entrée, mais qui pouvaient également recevoir des bénéfices en cas de besoin et s’assurer la participation des confrères à leurs funérailles.

  • 12 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 15v ; 18 ; 19v ; 21.

7Les œuvres d’assistance consistaient surtout en logements attribués amore Dei, en dons périodiques en argent, et en dots constituées au profit de jeunes filles. À partir du xvie siècle, les externes bénéficièrent également des œuvres d’assistance. En accord avec leur origine, une partie des activités des Scuole était consacrée au culte des morts et à la prière pour les confrères trépassés. Le roulement de leurs nombreuses charges de gestion était soumis au contrôle du Conseil des Dix qui, entre xve et xvie siècle, promulgua une série de lois visant à prévenir et réprimer la formation de groupes de pouvoir à l’intérieur des Scuole et le clientélisme dans l’assistance12.

  • 13 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 28, 48, 49v, 51, 67v, 69v, 90.

8Au xvie siècle, pourtant, les interventions des Dix se concentrent surtout sur les ressources financières des Scuole et c’est au moment où s’appesantit le contrôle de l’État que l’intérêt des citoyens pour leur gestion paraît diminuer sensiblement, les confrères commençant à refuser d’assumer les charges. Leur liberté de gestion s’était en fait fortement réduite. Le prélèvement fiscal pour la Marine s’était alourdi, en même temps que la liquidation des prêts d’État avait obligé les Scuole à immobiliser leurs capitaux dans la propriété urbaine. De plus, entre 1520 et 1578, les Dix avaient pris une série de mesures donnant aux divers officiers la mission de se contrôler réciproquement dans leur gestion patrimoniale13. Enfin, dans le même temps, les Scuole se virent contraintes à prendre en charge l’assistance aux galériens et à leurs familles.

  • 14 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 135, 137 ; ASV, SGM, b. 210, Scritture, 1632, 20 juillet.
  • 15 ASV, SGM, b. 210, 1642 10 décembre ; 1643 9 janvier ; 1644 4 mai ; 1650 27 février (rapports des I (...)
  • 16 C’est surtout Brian Pullan qui a développé cette problématique ; pour des comparaisons cf. aussi N (...)

9Le processus s’accentua au cours du xviie siècle. En 1622, les Inquisitori e Revisori sopra Scuole Grandi, une magistrature formée par trois Inquisiteurs (ex-membres du Conseil des Dix), six Réviseurs des comptes (membres des Chapitres des Scuole), et un Percepteur des dettes (patricien), qui avait été créée exceptionnellement en 1588 devint permanente14. La révision des comptes eut des résultats désastreux, en même temps que les contributions pour la Marine se faisaient de plus en plus lourdes, à cause de la guerre de Candie : en 1650, les Scuole étaient endettés avec la Milizia da Mar pour une somme de 47.000 ducats15. Il semble donc que les charges des Scuole avaient perdu la plus grande partie de leur pouvoir d’attraction au xviie siècle ; en même temps, le développement de nouvelles institutions d’assistance et de protection des pauvres dans le cadre de la Contre-Réforme, non seulement les avait privées de leur monopole, mais contribuait aussi à détourner les legs des testateurs16.

  • 17 Jusqu’à présent, la Misericordia avait fait uniquement l’objet d’études d’histoire de l’architectu (...)

10Dans les pages suivantes, on analysera le fonctionnement d’une de ces institutions, la Scuola Grande de Santa Maria in Valverde, ou de la Misericordia, la plus riche et la plus nombreuse aux xve et xvie siècles, et la première à établir, en 1534, des listes séparées de confrères da capitolo et alla disciplina17.

La Scuola Grande di Santa Maria in Valverde o della Misericordia

  • 18 L. Nepi Sciré, « La Scuola vecchia di S. Maria della Misericordia », dans Quaderni della Soprinten (...)

11La Scuola fut fondée en 1308 dans l’Abbaye de la Misericordia, située sur l’île de la Valverde, à la limite nord de la ville, dans le sestier de Cannaregio. Pendant le xive siècle, les confrères édifièrent l’Albergo, nouveau siège situé à côté de l’Abbaye, ainsi qu’un cimetière et un hospice18.

  • 19 E. Concina, Venezia nell’età moderna, Venise 1989, p. 82-85.
  • 20 Cf. Ph. Braunstein, « Cannaregio, zona di transito ? », dans D. Calabi, P. Lanaro, éd., La città i (...)
  • 21 ASV, SGM, b. 4, f. 278-279 ; f. 285.
  • 22 ASV, SGM, b. 10, f. 284 ; 290 ; Not. 167, f. 61a ; 86b ; 96b ; 143b ; 159b ; 166b ; 186b ; 219a ; (...)
  • 23 ASV, SGM, Not. 166 ; f. 249a.

12Le choix de cet emplacement périphérique peut être considéré comme typique des Scuole Grandi et comme directement lié avec leur fonction essentielle d’assistance. Dans le sestier de Cannaregio, le pourcentage d’habitations populaires atteint, au xvie siècle, 4050 %19. Cannaregio, le plus vaste sestier de la ville, était surtout caractérisé par la présence d’installations industrielles et de vastes terrains vides, qui furent urbanisés et bâtis en grande partie pendant le xvie siècle. C’est aussi de ce côté de la ville que se situaient les débarcadères des bacs venant de la Terre Ferme. La Misericordia devait donc subvenir probablement non seulement aux besoins des pauvres résidents, mais aussi à ceux des immigrés récemment arrivés de la campagne20. Entre le xive et le xve siècle, la Misericordia déclare souvent que ses ressources ne lui permettent pas de satisfaire aux exigences des confrères pauvres et demande donc au Conseil des Dix d’autoriser des inscriptions extraordinaires de confrères payant un droit d’entrée (benintrada). Autour de la question du nombre des confrères se nouent en fait des problèmes et des exigences différents, et parfois contradictoires. Pour éviter la formation de concentrations dangereuses pour la tranquillité de la cité, le Conseil des Dix autorisait un nombre limité d’inscriptions, mais il se réservait en même temps le droit d’imposer des inscriptions extraordinaires pour financer l’armée navale21. La Scuola, quant à elle, avait plutôt intérêt à inscrire la plus grande quantité possible de confrères payant la benintrada. Par ailleurs, durant le xvie siècle, la plupart des suppliques rédigées pour obtenir l’autorisation de procéder à de nouvelles inscriptions furent en fait justifiées par les dépenses extraordinaires dues à la construction du nouveau siège22. En 1585, la Scuola comptait ainsi 1.500 inscrits, au lieu des 606 autorisés par les Dix : sans doute l’accroissement de ressources et la possibilité d’imposer des prélèvements supplémentaires conduisaient-ils le Conseil à tolérer une telle liberté par rapport aux normes légales23. Le grand nombre d’inscriptions pouvait déterminer une position de prestige vis-à-vis de la ville ou du gouvernement, mais il l’obligeait aussi à assister une plus grande quantité de confrères, en cas de besoin. Cette exigence ainsi que l’augmentation du prélèvement fiscal contraignit la Misericordia à cesser de recourir aux admissions extraordinaires, vers la fin du xvie siècle.

13Il est difficile de construire une typologie du confrère de la Misericordia à partir des listes d’inscrits : celles-ci mentionnent très rarement la paroisse de résidence ou le métier exercé. On peut tout de même souligner que la plupart des membres dont on connaît la résidence, entre la fin du xve et le début du xvie siècle, viennent de Cannaregio et de Castello, le sestier contigu, du même coté du Grand Canal.

  • 24 ASV, SGM, b. 4, f. 279v ; 284-286 ; 288.

SESTIER DE RÉSIDENCE DE 205 CONFRÈRES SUR LES 400 INSCRITS ENTRE 1482 ET 150924

SESTIER DE RÉSIDENCE DE 205 CONFRÈRES SUR LES 400 INSCRITS ENTRE 1482 ET 150924
  • 25 E. Concina, Venezia nell’età moderna, op. cit.

14À Cannaregio, toutes les paroisses sont représentées tandis qu’à Castello, ce sont surtout les paroisses périphériques, comme San Pietro et San Martino. Ennio Concina a souligné qu’aucune Scuola Grande ne s’était établie dans les zones les plus excentrées de Castello, où l’État vénitien avait pris des mesures d’assistance au profit des travailleurs de l’Arsenal25. Les autres habitants de la zone étaient évidemment obligés de choisir des confréries moins proches de leur résidence, telles que la Misericordia, ou San Marco. Les métiers des confrères sont parmi les plus communs de la ville : des tisseurs aux marins, toute la gamme des métiers salariés et artisanaux est représentée dans les confrères de la disciplina.

  • 26 ASV, SGM, b. 10.

MÉTIERS DES CONFRÈRES ALLA DISCIPLINA26 (154 sur 405 inscrits en 1534 – 364 sur 721 inscrits entre 1534 et 1542)

MÉTIERS DES CONFRÈRES ALLA DISCIPLINA26 (154 sur 405 inscrits en 1534 – 364 sur 721 inscrits entre 1534 et 1542)

15En fait, les Scuole Grandi étaient souvent des sociétés de secours supplémentaire pour des travailleurs qui recevaient déjà une assistance par leur corporation. À l’inverse, les occupations des confrères da Capitolo ne sont spécifiées que très rarement : quelques fonctionnaires et quelques drapiers et joailliers. Les autres n’étaient pas nécessairement des rentiers sans profession et leurs noms se retrouvent toutefois régulièrement dans les sources de l’époque : on y trouve par exemple les secrétaires Gerolamo de’ Freschi et Gasparo dalla Vedova aussi bien que Jacopo Sansovino proto de la confrérie.

  • 27 Cf. aussi à ce sujet, L. Molà, La comunità dei Lucchesi a Venezia, op. cit.
  • 28 En 1509, sept marchands allemands sont admis à la Misericordia : Brochardo di Brochardo, Martin Ch (...)

16Les anciennes origines nationales expliquent peut-être aussi le recrutement. En même temps, dans le cas de la Misericordia, la présence de marchands d’origine lucquoise27, ou allemande28, doit aussi être mise en relation avec la forte présence de ces deux communautés dans le sestier de Cannaregio. En 1509, sept marchands allemands sont admis à la confrérie, en 1534, on en retrouve deux parmi les confrères da Capitolo : Giorgio Utiner et Giovanni Erman, tous les deux définis alemanni. C’est une preuve supplémentaire et définitive du fait que les confrères habilités aux charges n’étaient pas nécessairement des citoyens originaires, même au xvie siècle.

MÉTIERS DES CONFRÈRES DA CAPITOLO, EN 1534, SUR 188 NOMS

MÉTIERS DES CONFRÈRES DA CAPITOLO, EN 1534, SUR 188 NOMS

CONFRÈRES SALARIÉS POUR L’ASSISTANCE MÉDICALE ET RELIGIEUSE EN 1534

CONFRÈRES SALARIÉS POUR L’ASSISTANCE MÉDICALE ET RELIGIEUSE EN 1534
  • 29 ASV, SGM, Not. 169, f. 175a, 186a ; Not. 169, f. 267a.
  • 30 Sur les différents degrés de pauvreté, cf., entre autres, B. Pullan, S. J. Woolf, « Plebi urbane e (...)
  • 31 ASV, SGM, Not. 166, f. 177a ; Not. 168, f. 5a, 337a.

17On pouvait bénéficier de l’assistance de la communauté confraternelle après quelques années d’appartenance29. Lors de réunions périodiques, les maisons, les aumônes et les dots étaient assignées aux confrères, mais, en cas de besoin, ou dans le cas de « pauvres honteux »30, citoyens ou nobles, l’on acceptait aussi des suppliques secrètes31. De nombreuses mesures furent prises par le Conseil des Dix, et par le Chapitre, pour interdire de conclure des affaires de personne à personne. Il est d’ailleurs intéressant que la plupart de ces mesures aient été prises au sujet des commissarie, ces fondations pieuses « satellites » créées par volonté des légataires qui étaient gérées par des confrères désignés, jouissant le plus souvent d’une grande autonomie par rapport au Chapitre.

  • 32 ASV, SGM, b. 130, Summario con ordine successivo de’ tempi delli testa-menti della Veneranda Scola (...)
  • 33 Ibidem, f. 12v, 21v, 24.
  • 34 Ibidem, f. 10, 31, 35, 37v, 44v. Le noyau le plus ancien de logements gratuits était l’hospice, fo (...)

18Les bénéficiaires des activités caritatives, qui sont pour la plu-part des confrères, sont désignés dans les dispositions testamentaires. Parmi les testateurs on remarque la place considérable du patriciat. Entre le xive siècle et la fin du xvie, trente-deux legs de patriciens, souvent importants, parviennent à la Misericordia. Les dispositions testamentaires suivent une évolution assez caractéristique. Jusqu’à la fin du xive siècle, les testateurs laissent des donations au bénéfice de confrères pauvres non autrement spécifiés32. Pendant le xve siècle, et parallèlement à l’évolution interne de l’institution, dont le caractère civil l’emporte progressivement sur la fonction religieuse, s’affirme aussi son rôle de gestionnaire chargé de faire fructifier un capital, souvent investi en immeubles. Dans la première moitié du siècle cependant, trois importantes commissarie « satellites » sont fondées, dans le but d’assurer des aumônes périodiques à des citoyens « pauvres honteux » et de financer la libération de prisonniers retenus dans les geôles de la République : celle du patricien Nicolò Zen (1402), et des citoyens Giacomo Bernabò (1438) et Nicolò Grioni (1449)33. Entre la fin du xve siècle et les premières années du xvie, se développe aussi le capital immobilier de la Misericordia. Le citoyen Lorenzo Tomasi avait été le premier, en 1398, à laisser à la confrérie d’importants revenus fonciers : plusieurs maisons et magasins près de la Place Saint Marc, dans la paroisse de San Zulian. À cette donation initiale s’ajoutent, entre 1484 et 1516 les générosités de quatre patriciens : Marco Loredan, le Procuratore de San Marco Filippo Tron, Gasparo Pizzamano et Piero Grimani qui destinent des legs importants à la construction de maisons amore Dei34.

  • 35 Données élaborées à partir des Notatori 166-169.
  • 36 ASV, SGM, Not. 167, f. 217a, Not. 168, f. 192a, 221b, 288b, 318b, 374b, Not. 169, f. 186a, 279a. P (...)

19Les legs de la première moitié du xvie siècle sont pour la plu-part destinés à doter des jeunes filles : les deux plus importantes commissarie fondées à cette époque, par les citoyens Alberto Grifalconi (1507) et Bartolomeo Gruato (1528) sont créées dans ce but. À partir de 1530, les dépenses de l’institution pour les dots augmentent de façon presque constante : on passe de 1.365 ducats dépensés dans la décennie 1509-19 à 19.218 entre 1615 et 162535. Au xviie siècle, on en vient même à parler du « nombre infini » de suppliques, qu’on n’arrive pas à satisfaire36.

  • 37 En 1510, le Chapitre déclare ne pas pouvoir payer la decima parce que la Scuola ne bénéficie plus (...)

20Cette situation s’inscrit dans un processus de longue durée. En effet, à partir de la moitié du xvie siècle, la diminution des legs caritatifs en faveur de la Misericordia est un signe supplémentaire de la crise progressive de ces institutions. Baisse de la participation des confrères et difficultés financières vont de pair, l’une étant la cause et en même temps la conséquence des autres. La crise financière de la Misericordia a, en fait, des origines reculées et des causes multiples, où se combinent la diminution des legs, la liquidation des prêts d’État, l’accroissement du prélèvement de l’État, mais aussi les dépenses excessives consacrées à la construction du nouveau siège. Au xve siècle, le patrimoine de la Misericordia était presque entièrement investi en prêts d’État, mais après la guerre de Cambrai, le payement des intérêts fut suspendu, avec de graves conséquences pour ses finances37. Comme on peut voir par le tableau suivant, en 1541, plus de 70 % de ses entrées provenaient encore des intérêts des Monti, et seulement 30 % des biens immeubles. Par la suite les proportions furent inversées quand l’État décida, au xviie siècle, de liquider progressivement les prêts.

  • 38 ASV, SGM, Not. 166, f. 382a, 1542 1 mars.

REVENUS ET DÉPENSES DE LA SCUOLA DE LA MISERICORDIA ET DES COMMISSARIE INTERNES EN 154138

REVENUS ET DÉPENSES DE LA SCUOLA DE LA MISERICORDIA ET DES COMMISSARIE INTERNES EN 154138
  • 39 D. Howard, Jacopo Sansovino : Architecture and Patronage in Renaissance Venice, op. cit., p. 102. (...)
  • 40 M. Tafuri, Venezia e il Rinascimento, op. cit., p. 145.
  • 41 ASV, SGM, Not. 169, f. 2a.
  • 42 ASV, SGM, Not. 167, f. 288a.
  • 43 ASV, SGM, b. 12, Not. 166, f. 121b, Not. 167, f. 310b, Not. 168, f. 417.
  • 44 Ibidem, Not 166, f. 223b.
  • 45 Ibidem, Not. 166, f 269a.
  • 46 Alessandro Caravia, un joaillier vénitien de tendances érasmiennes, avait publié en 1541 un poème, (...)

21Les dépenses pour le nouveau siège se poursuivirent pendant le xvie siècle et une partie du xviie sans pour autant que la construction en soit menée à terme. Le projet du bâtiment, pour lequel on avait fait appel à Jacopo Sansovino, l’architecte qui devait, quelques années après, construire la nouvelle place Saint Marc, était beaucoup trop ambitieux, même pour la plus riche des Scuole Grandi. L’entreprise, par son caractère monumental, apparaît effectivement comme un véritable défi. Défi de grandeur et de somptuosité, en premier lieu : « an absurdly oversized idea, quite unrelated to the re-sources of the Scuola », pour reprendre les termes d’une historienne de l’architecture vénitienne39, mais aussi, dans une perspective plus large, défi culturel, comme l’avait bien montré Manfredo Tafuri : « una volontà di rinnovamento culturale proveniente dal ceto cittadino, in anticipo rispetto al patriziato, allo Stato, al clero »40. Entre la fin du xve et le début du xviie siècle, les confrères de la Misericordia investissent dans le projet quelque 32.000 ducats41. Si, au début du xvie siècle on insiste, lors des réunions du Chapitre sur la nécessité de bâtir un grand et merveilleux Albergo au bénéfice des pauvres et pour la gloire de la République, à la fin du siècle on espère seulement éviter le discrédit de la ville, qui désespère d’en voir la conclusion42. Cet ensemble de circonstances ne fut pas sans conséquences. On commença par augmenter les loyers des immeubles de la Merceria San Zulian43, mais on finit par louer même les maisons qui, par disposition des testateurs, devaient être données gratuitement aux pauvres44. On commença par utiliser l’argent « libre », c’est-à-dire sans légataire précis, pour la nouvelle construction, mais on finit par dépenser les dots, sous prétexte que les jeunes filles choisies tardaient à se présenter45. Ces décisions n’étaient pas connues à l’extérieur de l’institution, mais en ville, et surtout dans les milieux proches de la Réforme, les dépenses de la Misericordia pour son nouveau siège furent fortement critiquées46.

  • 47 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 74v, 93, ASV, SGM, Not. 167, f. 189a, 300b, Not. 168, f. 111b.
  • 48 ASV, SGM, Not. 170, f. 67v.
  • 49 Ibidem, b. 210, 1645, 20 juillet.
  • 50 Ibidem, Not. 170, f. 97.

22Par la suite, on commença à emprunter des sommes croissantes pour faire face aux différents devoirs – fiscaux, d’assistance et de décor. Au cours du xviie siècle, deux événements traumatisants, la peste et la guerre de Candie, vinrent rompre définitivement cet équilibre précaire. La Misericordia, la plus riche des confréries, fut aussi, jusqu’au milieu du xviie siècle, la plus lourdement taxée. Par la suite, sa place fut prise par San Rocco. Les exigences de l’armée navale, en particulier, avaient augmenté progressivement et en 1587 la Milizia da Mar imposa aux Scuole un dépôt fixe d’argent ; pour le payer, la Misericordia décida de recourir aux fonds des commissarie, sur lesquels reposaient la plupart des œuvres d’assistance47. L’équilibre était donc déjà rompu. La même tendance se manifesta dans les années qui suivirent et s’accentua pendant la guerre de Candie (1646-69). Pour fournir les 123 galériens exigés en 1645, le Chapitre décida d’interrompre toute activité caritative, tant de la Scuola que des commissarie48. Les Inquisitori, pourtant, s’y opposaient, l’autorisant par contre à emprunter encore de l’argent49. Ils imposèrent aussi la suspension de la plupart des dépenses de décor, pour les chandelles, les chanteurs et jusqu’aux dépenses pour la fête de la Vierge et pour les processions. En 1657 ils allèrent jusqu’à imposer une réduction de l’assistance médicale aux confrères pauvres50.

23La gestion des Scuole Grandi était désormais devenue une tâche difficile à remplir, les confrères refusant d’assumer les charges et les Inquisitori se voyant contraints de les obliger à se présenter aux élections. La crise apparaît alors dans toute son ampleur, si l’on se rappelle qu’aux xve et xvie siècles, les confrères n’avaient pas hésité à recourir aux brogli pour être élus. Une étude prosopographique des carrières confraternelles peut être établie, qui permet de comprendre le fonctionnement de l’institution au temps de sa splendeur.

Les citoyens du Chapitre : roulement des charges et relations familiales (1480-1530 env.)

  • 51 Voir ASV, SGM, b. 4, f. 47, ch. 94. D’autres offices mineurs furent institués pendant le xve et le (...)
  • 52 ASV, SGM, Not. 166, f. 25a.
  • 53 Ibidem, Not. 167, f. 221b.
  • 54 En 1585, dix maisons, en 1593 vingt maisons et trois places dans l’hôpital sont sous-louées, en 16 (...)
  • 55 ASV, SGM, b. 4, f. 27v, ch. 62.

24Le gouvernement de la Scuola était assuré par deux organes permanents, la Banca et les Degani51. La Banca était formée de quatre personnes : le Guardian Grande, qui décidait seul de l’ordre du jour des délibérations du Chapitre, de son Vicario, du Guardian da Mattin qui s’occupait des processions et enfin du Scrivano. Les Degani, deux par sestier, s’occupaient de la gestion et de l’organisation matérielle de l’assistance, se rendant périodiquement chez les confrères assistés, pour contrôler leur état de santé, leurs conditions économiques, mais aussi leur moralité. La possibilité de profiter de l’assistance de l’institution était en fait subordonnée à un comportement moral correct et chrétien. Les Degani devaient parfois affronter des situations embarrassantes, comme en 1494, quand ils demandèrent l’intervention du Guardian Grande en personne, pour chasser d’une maison amore Dei une prostituée : le fait que la jeune femme avait un lit et des rideaux en satin fut considéré non bon segno da poveri52. En 1584, on dut chasser un confrère qui avait transformé en taverne la maison que la Misericordia lui avait offerte53. Il semble en effet que les titulaires des maisons gratuites avaient pris la mauvaise habitude de les sous-louer54. La fonction de contrôle des Degani était fondamentale et on leur imposa de la remplir personnellement : les confrères ne faisaient pas confiance à des remplaçants, qui pouvaient même, dit la délibération du Chapitre, « ne pas être Vénitiens »55.

  • 56 Ibidem, b. 4, f. 5-6, ch. 9-10. Le Scrivano, un Degano et un Masser supplémentaires étaient élus a (...)
  • 57 ASV, SGM, b. 4, f. 57v, ch. 107, f. 58v, ch. 108, f. 70, ch. 120, f. 76v, ch. 129, f. 297v, ch. 14 (...)

25Les grandes réunions du Chapitre coïncidaient avec les étapes les plus importantes du calendrier liturgique : les élections se faisaient pendant le Chapitre de Carême pour toutes les charges à durée annuelle, à l’Assomption pour les charges semestrielles56. En 1520, « à fin d’éviter le désordre qui règne en souverain dans les élections de la Banca », le Conseil des Dix introduisit deux nouveaux organismes de contrôle, à durée annuelle : la Zonta, formée par douze membres du Chapitre et deux syndics, chargés de contrôler les comptes. Les mécanismes des élections furent de plus en plus compliqués par des mesures du Conseil des Dix, mais sans succès. Zonta et Chapitre géraient conjointement l’institution et, comme l’écrivent les Dix en 1530, « la Banca élit la Zonta parmi ses membres et vice versa, de façon qu’ils se passent les charges de main en main »57.

  • 58 Ibidem, b. 4, f. 5, f. 49v.
  • 59 Ibidem, b. 4, f. 75v, ch. 127.
  • 60 Ibidem, b. 4, f. 318v.
  • 61 Ibidem, b. 4, f. 5-6, ch. 10, f. 19v, ch. 63.

26Pour être élu, il fallait être inscrit depuis trois ou cinq ans58 et être âgé d’au moins trente ans, limite que l’on repoussa de plus en plus jusqu’à arriver à soixante-dix ans pour le Guardian Grande, entre le xve et le xvie siècle59. Par la suite, pourtant, à cause de la difficulté qu’il y avait à remplir toutes les nombreuses charges, les limites d’âge furent progressivement baissées. À la fin du siècle, l’âge limite pour être Guardian Grande était de quarante ans60. D’une charge à l’autre une période de transition d’un à cinq ans, la contumacia, était imposée61.

  • 62 Mattio Alchier : Degan de Cannaregio en 1491, Scrivano en 1496, Guardian Grande en 1508, de la Zon (...)

27La carrière était donc assurée et la fidélité récompensée. On commençait, à trente ans, par les tâches vaguement policières de Degano, pour en arriver, au bout de trente ou quarante ans, à gérer directement d’immenses patrimoines, en tant que Guardian Grande. Entre une charge et l’autre, on pouvait tout de même se consacrer à la gestion d’une commissaria. Après avoir exercé la charge de Guardian Grande, on pouvait essayer de se faire élire de nouveau ; cependant, le choix le plus commun à partir de 1520, paraît avoir été de passer à la Zonta. On note pourtant aussi des présences isolées, des confrères qui se font élire Degano une fois et puis disparaissent, ainsi que, à l’opposé, des carrières très longues, de trente, quarante ans, ou plus62.

  • 63 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 11v et 22.
  • 64 C’est le cas, entre autres, de Marco Aurelio, Alvise Barbafella, Leonardo Bianco, cf. M. Neff, Cha (...)

28En 1462, le Conseil des Dix avait établi que les fonctionnaires de la Chancellerie ne pouvaient pas être élus dans la Banca des Scuole Grandi63. Quoique non respectée, au dire de cette même magistrature, cette disposition normative semble avoir influencé les comportements des citoyens. En comparant les carrières dans la Misericordia avec les carrières des secrétaires, reconstruites par Mary Neff pour cette même période, on s’aperçoit que, dans le cas de fonctionnaires appartenant à la Misericordia, aux carrières brillantes accomplies au sein de la Chancellerie ne correspondent jamais des carrières brillantes dans la Scuola64.

29Plus que d’un partage des carrières entre les « honneurs » de leur compétence, ce cadre reflète probablement le partage dans les activités à l’intérieur des familles citoyennes, entre marchands, depuis toujours les meilleurs candidats à la gestion des confréries, et fonctionnaires.

  • 65 ASV, SGM, b. 4, f. 10-11, ch. 22.
  • 66 J. Heers, Le clan familial au Moyen Aˆ ge, Paris, 1974, p. 259.
  • 67 ASV, SGM, b. 4, f. 36, ch. 77, f. 291v.

30Au niveau de la famille restreinte, la transmission des charges de père en fils est implicitement encouragée par les Statuts mêmes de la Misericordia, où on lit, parmi les premiers chapitres : « Nous voulons que chacun, au moment de sa mort, instruise et prie son fils, à fin qu’il entre dans cette bienheureuse Scuola [...] pour l’amour de son père »65. C’est cette « semi-sclérose du recrutement, par l’accueil systématique des frères et des fils », qu’on retrouve un peu partout dans les confréries au xvie siècle66. Accueil qui, toutefois, ne devait pas se traduire par leur présence simultanée, au moins pour le Conseil des Dix qui, par une délibération de 1489, confirmée en 1520, avait interdit l’élection la même année aux charges essentielles de confrères liés par les degrés de parenté suivants : « père, fils, frère, beau-fils, frère du père, fils du fils, fils du frère, neveu, beau-frère, cousin germain, cousin »67.

  • 68 Voici quelques exemples (les dates entre parenthèses indiquent la première et la dernière charge, (...)
  • 69 Francesco (1519) et G. Antonio (1538) Alchier ; Giovanni (1484-1503) et Domenico (1497-1511) d’Ava (...)
  • 70 Francesco (1481-97) et Pietro (1499) de Pietro Arnoldi, M. Antonio (151320) de Francesco Arnoldi ; (...)
  • 71 Vielmo Alchier (Guardian da mattin en 1484, Guardian Grande en 1492 et 1498), son fils Mattio (149 (...)
  • 72 Les deux cousins Francesco (1481-97) et Andrea Amadi (1482), ainsi que les fils de Francesco, Fili (...)

31Si on met en relation le roulement des charges avec les généalogies disponibles pour les familles citoyennes, et même en se limitant aux confrères qui portent le même nom, on remarque de fait une forte tendance à la continuité du lien confraternel à l’intérieur d’une même famille et à sa transmission, surtout de père en fils et d’oncle en neveu. Dans la période considérée, d’environ cinquante ans, les confrères du Chapitre apparentés sont pour la plupart frères68, ou père et fils69, oncles et neveux70, mais on arrive aussi à la troisième génération71. Chez certaines familles originaires de Lucques on trouve aussi des relations plus éloignées72.

  • 73 73Le cas de la Misericordia n’est pas exceptionnel, comme on verra à propos de la famille Ziliol, (...)

32Par souci de charité, ou bien pour pouvoir gérer de manière plus ou moins limpide des capitaux, par besoin de sociabilité ou pour y nouer des relations d’affaires, certaines familles démontrèrent une fidélité remarquable à l’égard de la confrérie73. Dans certains cas, à la lecture de leurs testaments, on peut voir la continuité familiale du lien confraternel influencer, et s’exprimer à travers, leurs pratiques familiales.

Les testaments des confrères du Chapitre (1480-1580 ca)

  • 74 L. K. Little, Libertà, carità, fraternità. Confraternite laiche a Bergamo nell’età del Comune, Ber (...)

33Selon les Statuts de certaines confréries, les confrères appelés comme témoins à la rédaction du testament d’un autre confrère, étaient moralement tenus d’essayer de le « convaincre » de faire une « aumône convenable à la confrérie ». Cette recommandation apparaît par exemple dans les Statuts du xiiie siècle d’une confrérie de Bergame pour l’assistance aux prisonniers74. Les Statuts des confréries vénitiennes ne contiennent pas d’indications de ce genre, mais il est vrai que les activités et la vie même de ces institutions étaient, surtout à leurs débuts, strictement dépendantes de la générosité des legs testamentaires. Au xve et dans la première partie du xvie siècle, la Misericordia recevait encore des legs généreux, venant en partie de ses propres membres. Il est donc intéressant d’étudier les testaments des confrères qui avaient été membres du Chapitre dans la période 1480-1530, pour voir quelle place y occupait la confrérie.

34S’agissait-il d’une place encombrante, la « famille confraternelle » se substituant à la « famille naturelle », s’agissait-il d’un investissement personnel, d’une source d’identité qui allait au-delà même de l’existence du confrère, pour influencer aussi le destin de ses descendants, ou bien les deux mondes restaient-ils dûment séparés ?

  • 75 Voir à titre d’exemple les testaments de Marco Longo, ASV, NT, b. 203, f. 121v, 1523, 10 octobre ; (...)
  • 76 ASV, CI, MT, ND, b. 28, n. 2725, 1486, 21 mars.

35Une partie des testaments concernant la Scuola est conservée dans ses propres archives, d’autres ont été repérés dans les archives notariales vénitiennes, malheureusement peu abondantes pour cette époque. En tout, nous disposons d’une quarantaine de testaments, qui démontrent des attitudes très variées. Dans la moitié des cas, la Misericordia n’est même pas mentionnée dans le testament, ou seulement pour demander que les confrères participent aux funérailles et, dans ces cas-là, la Scuola doit se contenter de legs modestes75. L’un d’entre eux, Filippo Garzoni, qui a un fils et une fille, fait en 1486 un legs plus important : la moitié d’une propriété en Terre Ferme76.

  • 77 Cf. par exemple, les testaments de Nicola dalla Bolza, ASV, SGM, b. 129, 1502 16 août ; Rainerio F (...)
  • 78 ASV, SGM, b. 129, 1502, 22 août.
  • 79 ASV, CI, MT, ND, b. 28, n. 2703, 1485, 4 juillet.
  • 80 ASV, SGM, b. 129, 1485, 5 août, codicille 1489, 13 janvier.

36En absence d’héritiers mâles la Scuola prend un rôle beaucoup plus important, étant choisie comme héritière de la totalité des biens77. Marco Venturelli, en 1502, fait quatre parts de son residuum (ses biens immeubles) dont il ordonne la vente. Deux sont réservées à son épouse (une part pour sa dot, et l’autre en don), une autre au couvent de Santa Chiara de Murano, où s’est retirée sa fille unique, et la dernière pour les pauvres de la Scuola78. Francesco Longo a deux filles naturelles ; dans son testament, rédigé en 1485, il leur laisse 500 ducats de dot chacune et établit que tout le reste soit destiné, par la Misericordia, à doter des jeunes filles et à libérer des prisonniers79. Francesco Orso, qui n’a que des neveux, refait en 1489 son testament pour retirer tous les legs qu’il leur avait faits et désigner la confrérie comme seule héritière80. Bartolomeo Gruato, joaillier de confinio Sancti Felicis, n’a pas de femme ni d’enfants, mais il habite avec Laura Marcopho, que est in domo mea et avec Giovanni Zanoli de Poltrenga, qui stat mecum in domo. Laura reçoit une maison, à côté de celle qu’ils habitent, qui ne doit pas être une petite maison quelconque, puisqu’elle est habitée par les nobiles da cà Mauroceno, et

  • 81 ASV, SGM, b. 130, 1528, 25 juillet.
  • 82 ASV, SGM, b. 130, 1508, 10 décembre : Interrogatus si haberem filium, aut filiam, dixi quod non, s (...)

371.000 ducats ; Giovanni reçoit tous les instruments de travail de la joaillerie, ainsi que la boutique à Rialto, et, à titre viager, la maison où ils habitent. Tout le reste, à part 500 ducats aux pauvres de l’art des joailliers, est destiné à l’établissement d’une commissaria qui doterait des filles de confrères81. Enfin, Angelo a Serico laisse tous ses biens à sa femme, pourvu qu’elle ne se remarie pas et, après sa mort, à la confrérie, pour doter des jeunes filles in perpetuum. Angelo et Brigitta a Serico n’ont pas d’enfants mais, quand le notaire lui demande des précisions à cet égard, Angelo répond que, si un jour il a des enfants, ils hériteront de tous ses biens82.

  • 83 ASV, SGM, b. 130, 1558, 10 janvier.
  • 84 ASV, NT, b. 1186, n. 190, 1479, 30 mai.
  • 85 ASV, SGM, b. 129, 1499, 20 novembre.
  • 86 ASV, SGM, b. 130, 1518 11 octobre.
  • 87 ASV, SGM, b. 130, 1544, 20 avril.
  • 88 ASV, SGM, b. 130, 1549, 2 octobre, Benedetto Arborsani fut Guardian Grande en 1543.
  • 89 ASV, SGM, b. 130, 1545, 16 mai.
  • 90 ASV, SGM, b. 130, 1589, 9 novembre, Angelo Benedetti fut Guardian Grande en 1560.

38Mais les cas les plus intéressants sont ceux où le testateur établit une interaction entre sa famille et la Scuola, destinée à durer dans le temps. Le lien est déjà explicite à la première génération, dans le cas de Francesco dalla Vedova, fils de Gasparo, secrétaire du Conseil des Dix, qui laisse la gestion de ses biens et confie l’éducation de son fils à une commissaria formée par un curé et par trois membres de la Misericordia : le Guardian Grande en charge au moment de sa mort, et deux autres confrères, choisis par la Banca, parmi ceux qui avaient été Guardian Grandi. Arrivé à la majorité, le fils aura le droit d’entrer dans la commissaria83. Federico Lion, en 147984, Gioacchino Roi en 149985, Giacomo Antelmi en 151886, Bernardin da Pozzo en 154487, Benedetto Arborsani en 154988, Gerolamo Zon en 154589 et Angelo Benedetti en 158990 laissent tous leurs biens à leurs descendants directs, fils, ou filles, en les soumettant au régime du fidéicommis et désignent la Misericordia comme héritière, en cas d’extinction de la lignée légitime. On remarquera que, dans tous ces cas, on prévoit la possibilité que les biens de la famille aillent entièrement aux femmes, l’ordre de succession normalement prévu étant le suivant : fils légitimes, filles légitimes, confrérie. Mais la Scuola est toujours préférée aux héritiers issus de branches collatérales du lignage. Un exemple extrême de cette attitude est, comme on va le voir, celui de Gerolamo Grifalconi.

Les Grifalconi, confrères et citoyens

De Tommaso à Gerolamo : une ascension marchande (xive-xvie siècle)

Fils adoptifs de Gerolamo Grifalconi

  • 91 Cf. R. C. Mueller, « Veronesi e capitali veronesi a Venezia in epoca scaligera », dans Gli Scalige (...)
  • 92 G. Luzzatto, I prestiti della Repubblica di Venezia, secoli xii-xv. Regia Accademia dei Lincei. Do (...)
  • 93 ASV, NT, b. 1232, f. 10.
  • 94 ASV, SGM, Not. 166, f. 67.

39Tommaso de Giordano Grifalconi, originaire de Vérone, obtint la citoyenneté de intus tantum en 1377 et la citoyenneté de intus et extra en 138391. En 1379, il avait été imposé en tant que propriétaire dans la paroisse de San Lio, pour 1.500 Lires à grossi92. Par le testament de Francesca, veuve de Tommaso, de 1433, nous apprenons que les Grifalconi avaient tissé des liens avec d’importantes familles citoyennes93. Les trois filles avaient en effet épousé respectivement Francesco dalla Siega, à l’époque notaire de la Chancellerie ducale, qui devint Grand Chancelier en 1439, Alessandro da Ponte, confrère de la Misericordia, dont plusieurs descendants furent Guardian Grandi, et Giacomo de Foschi, joaillier, élu en 1445 Guardian Grande de la Misericordia, qui laissa par testament quatre maisons amore Dei pour les confrères. Durant les mêmes années, Tommaso, fils de Tommaso et Francesca, exerçait les fonctions de Degano de la Misericordia et Alvise, un fils naturel de Tommaso de Giordano, élu Degano en 1487, habitait une maison appartenant à la Scuola94. La tendance à une superposition entre famille et confrérie se manifeste donc dès les premières générations vénitiennes et se poursuit dans les suivantes.

  • 95 ASV, SGM, Not. 166, f. 60b.
  • 96 ASV, SGM, Not. 166, f. 67a.
  • 97 ASV, NT, b. 201, n. 47.

40Tous les fils de Tommaso, Alberto, Giovanni et Gerolamo, furent membres de la Misericordia. Alberto fut Degano en 1483 et 1491, Scrivano en 1502 et Guardian da mattin en 1505. Gerolamo, admis en 150295, fit partie de la Zonta en 1521 et 1525, Giovanni fut admis en 150496. Dans les premières décennies du xvie siècle, la frérèche Grifalconi gère deux boutiques à Rialto, de draparia et spizaria, et un atelier de production de céruse. Les trois frères ne se limitent donc pas à la vente au détail, mais ils produisent eux-mêmes la teinture qu’ils vendent dans la spizaria, et prennent des intérêts dans des entreprises marchandes maritimes : dans son testament, Alberto parle de leur navegar et trafegar et des viazi che femo far97. Il s’agit en somme de marchands à part entière.

  • 98 E. Arslan, Venezia gotica, Milan 1970, p. 158.
  • 99 ASV, XS, Condizioni, 1514, b. 44, n. 2.

41Ils ont des propriétés à la campagne, des immeubles à Padoue et à Monselice. À Venise même, ils ont fait édifier deux palais, qui portent encore aujourd’hui leur nom, situés dans deux paroisses périphériques aux deux extrémités de la ville. Le plus ancien, qui se trouve dans le sestier de Cannaregio, vers la lagune, dans la paroisse de Santa Marina (sur la calle de la Testa, à coˆté du campo San Giovanni e Paolo et de la Scuola Grande de San Marco), est un bel exemple de petit palais gothique, datable de la seconde moitié du xive siècle, l’un des rares dans la ville à avoir conservé son escalier externe avec la loge98. À côté du palais, qui en 1514 est loué au patricien Domenico Malipiero, se trouve l’atelier de céruse et, au rez-dechaussée, un atelier de charpentier. En 1514, les trois frères habitent l’autre maison de la famille, dans le sestier de Dorsoduro, sur le campo Santa Margherita ; dans la même paroisse ils possèdent une autre casa da stazio et des petites maisons en location99.

42Si Tommaso Grifalconi avait été imposé dans l’estimo de 1379 en tant que propriétaire à San Lio, paroisse contigue¨ à celle de Santa Marina, c’est probablement parce qu’à l’époque les intérêts de la famille étaient plutôt concentrés dans cette partie du sestier de Cannaregio, non loin, d’ailleurs, de la Scuola de la Misericordia (encore que celle de San Marco fût beaucoup plus proche). Dans la mariegola de la Misericordia, pourtant, le premier membre de la famille à être enregistré, à une date non précisée du xive siècle, est un Tommaso Grifalconi da Santa Margherita. Tommaso l’ancien (ou peut-être son fils) s’était donc transféré à l’autre extrémité de Venise, en conservant toutefois les propriétés à Cannaregio, et le lien avec la Misericordia, lien qui, d’ailleurs, pour un confrère da Capitolo, à la différence probablement des confrères alla disciplina, dépendait plus des relations personnelles que du lieu de résidence. La Scuola Grande de San Marco était proche, en effet, mais, comme l’a bien montré Brian Pullan, elle était principalement la confrérie des docteurs et des fonctionnaires : la Misericordia était plus apte à accueillir de riches marchands comme les Grifalconi.

  • 100 ASV, NT, b. 201, n. 47, cit.

43Biens et propriétés, y compris la dot de la femme de Gerolamo, sont en commun entre les frères Grifalconi. Dans son testament, de 1507, Alberto déclare, information précieuse, que « le vrai, net et bon capital » de la frérèche se monte à 38.617 ducats. Dans le codicille qu’il ajoute en 1512, il a augmenté et arrive à 44.947 ducats, « laquelle toute notre faculté peut être clairement et précisément vue dans nos livres authentiques et ordonnés, dans nos journaux, un de la boutique de draperie, tenu par moi, Alberto, l’autre de la boutique d’épicerie, tenu par mon frère Gerolamo »100.

  • 101 Cf. A. Tenenti, « L’ideologia della famiglia borghese fiorentina nel Quattro e Cinquecento », dans (...)
  • 102 Cf. R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano. Il banchiere davanti a Dio (secoli xiv(...)

44Une précision pareille sur le montant des biens familiaux, dans un testament de l’époque, est non seulement exceptionnelle, mais unique. Au début du xve siècle, le marchand florentin Giovanni de Pagolo Morelli allait jusqu’à écrire que « la richesse [était] comme le corps dévoilé de la famille »101. Chez les marchands vénitiens on gardait aussi volontiers le silence sur les richesses familiales : au xve comme au xvie siècle, les testateurs ne déclarent jamais le montant de leurs biens, surtout si, comme c’est le cas d’Alberto Grifalconi, il y a des héritiers prêts à prendre le relais102. On a donc ici la mesure de la confiance démontrée par le marchand citoyen Alberto Grifalconi à l’égard de la Scuola de la Misericordia, à qui ses biens sont en partie destinés et dont les confrères seront ses exécuteurs testamentaires, au cas où ses deux frères et Mattio Alchier, lui aussi membre du Chapitre, n’auraient pas nommé personnellement leurs successeurs. Alberto, veuf sans enfants, résout ici le problème de sa descendance, affaire personnelle et en même temps lignagère, par deux mesures complémentaires, structurées autour de la frérèche et de la confrérie.

  • 103 Il était interdit de faire partie de plusieurs Scuole Grandi à la fois, mais l’appartenance à plus (...)
  • 104 ASV, NT, b. 201, n. 47, cit.

45Quand Alberto rédige son testament, aucun des trois frères n’a d’enfants légitimes. Seul Giovanni a un fils naturel. Les éventuels fils légitimes de ses frères sont désignés comme héritiers de tout son avoir, mais au cas où ses frères n’auraient pas de descendance, tout serait investi en prêts d’État, afin de constituer un fond perpétuel destiné à doter des filles de confrères ou même des jeunes filles dont le père n’appartiendrait à aucune confrérie. C’est la première fois que la miséricorde des confrères sort des limites de leur confrérie. Aux longues dispositions caritatives et dévotes qui ne concernent pas moins de huit autres Scuole piccole103, s’oppose la déclaration, qui réapparaît identique dans le deuxième testament de Gerolamo que, à l’exclusion de la mère et des frères, aucun autre membre de la famille ne pourra hériter de plus d’un ducat104. Plus qu’à la force de cohésion du groupe familial, c’est au pouvoir d’agrégation de l’institution que se confie Alberto Grifalconi.

  • 105 ASV, CI, MT, ND, b. 29, n. 2907 ; ASV, NT, b. 201, n. 179.
  • 106 ASV, SGM, Not. 166, f. 132b, 134a.
  • 107 ASV, SGM, Not. 166, f. 166a, 170b.

46Dans les testaments de son frère Gerolamo, cet aspect prend une bien plus grande importance et la complémentarité entre « famille naturelle » et « famille confraternelle » devient une précise stratégie de succession. Gerolamo Grifalconi fit deux testaments, en 1514 et 1524105. Entre le premier et le deuxième, ses deux frères Alberto et Giovanni sont morts. Dans le testament de 1514, le recours à la confrérie est réduit à l’essentiel : la frérèche fonctionne comme première garantie et la famille étendue n’est invoquée que comme recours en cas de nécessité. Alberto meurt en mars 1515. Quelques semaines plus tard, le 29 avril, Gerolamo et Giovanni demandent à la Misericordia d’envoyer quatre confrères qui vérifieront les biens de la frérèche, afin d’éviter toute contestation au cas où l’héritage viendrait à échoir à la confrérie. Mattio Alchier, Antonio Benedetti, Gerolamo Artuso et Giacomo Chiodo établirent que la part d’Alberto se montait à 11.000 ducats106. Giovanni Grifalconi, frère d’Alberto et Gerolamo, meurt en 1521. Antonio Benedetti prend alors sa place dans la commissaria, qui continue à dispenser 20 ducats par an en aumône aux confrères107.

  • 108 ASV, SGM, Not. 166, f. 156b.

47Durant cette période, l’attitude de Gerolamo change progressivement. Il propose au Chapitre d’investir les 11.000 ducats en immeubles, plutôt qu’en prêts d’État, vu que le paiement des intérêts avait été suspendu à cause de la guerre de Cambrai. Il s’engage à laisser la somme à la confrérie, en conservant l’usufruit des 3/4 pendant sa vie. Pendant qu’il accomplit ses devoirs de charité, (« car il vaut mieux subvenir aux pauvres pendant sa vie », affirme-t-il devant le Chapitre de la confrérie réuni au complet108) Gerolamo affine et précise son projet de continuation du lignage, qui prend sa forme définitive dans son deuxième testament, en 1524. Dernier de sa génération, dépourvu lui aussi de descendants, il décide de récréer une frérèche Grifalconi, en adoptant trois jeunes hommes, ses neveux : Tommaso, fils naturel de son frère Giovanni Grifalconi, Francesco Dragan, fils d’un frère de sa femme, Ludovica, et Gerolamo dalla Nave, fils d’une nièce, Caterina Dragan dalla Nave. Aussi bien les Dragan que les dalla Nave comptent parmi les familles les plus fidèles à la Misericordia.

48Le projet de Gerolamo, tel qu’il l’expose avec clarté, est parfaitement artificiel. Il vise à recréer une unité économique à base familiale, en imposant des règles de comportement rigides. Il cherche aussi à prévenir, dans le futur, tout nouveau risque d’extinction de la famille Grifalconi, telle qu’il la réinvente. À cette fin, les trois jeunes gens sont « contraints et obligés » de se marier avant l’age de vingt-cinq ans, s’ils veulent recevoir l’héritage, qui doit être transmis « d’héritiers en héritiers, je dis mâles et non femelles, tant qu’on en trouvera, ad infinitum ». Le mot « fidéicommis » n’est jamais écrit, mais les clauses sont les mêmes, aussi bien que l’ordre de « ne jamais vendre, engager, aliéner, hypothéquer » ses propriétés immeubles. À l’exception des terres de Persegara, dans le Polesine, qui resteront en propriété commune, l’ensemble de ses biens et revenus, les boutiques et l’atelier, les propriétés en ville et à la campagne, sont divisés parmi les trois fils adoptifs, qui doivent vivre ensemble, pendant vingt ans après la mort de Gerolamo, mettant en commun toutes les rentes :

49« [Que] toute dépense, pour nourrir et habiller la famille, soit faite par un seul corps et un seul sac, celui de Francesco, mon fils majeur [...] Et tous ensemble, ainsi réunis, ils devront gérer la boutique d’épicerie et d’autres marchandises, naviguer et commercer en bons et excellents frères [...] Item, une fois par an ils feront le bilan de la boutique et de toute autre sorte de marchandises et voyages, parce que je veux qu’ils puissent voir les fruits, sans aller aux bancs ».

  • 109 Cf. U. Tucci, « La psicologia del mercante veneziano », art. cit.

50Au ton habituel de la prudence marchande s’ajoute ici l’écho des récentes banqueroutes qui, au début du siècle, ont bouleversé le monde des affaires vénitien109. Les armes que Gerolamo offre à ses fils adoptifs pour se défendre sont l’unité familiale dans la frérèche et la sûreté de la propriété immobilière imposée par le fidéicommis.

  • 110 Sur l’adoption cf. J. Goody, Famiglia e matrimonio in Europa. Origini e sviluppi dei modelli famil (...)
  • 111 ASV, NT, b. 201, n. 179.

51La troisième arme, l’adoption, que Gerolamo utilise de manière traditionnelle, en adoptant des parents110, est reproposée aux générations futures dans une version beaucoup plus radicale. Tout membre de la famille Grifalconi qui se retrouvera sans héritiers mâles est tenu d’adopter deux ou trois jeunes d’au moins seize ans, orphelins de père et de mère, non mariés et de bona caxa e fameja e de questa terra. Ils seront des Vénitiens de bonne famille ; ils peuvent aussi être des parents pauvres. En aucun cas il ne pourra s’agir de patriciens : sed non zentilomeni, per modo niuno, non possa eser queli instituidi quali eredi111. Aucun doute : Gerolamo ne veut pas faire cadeau des richesses de sa famille au patriciat. Ce faisant, il renonce aussi à utiliser ce moyen pour tisser des relations avec le groupe au pouvoir.

52Si l’exclusion des patriciens est explicite et donne l’impression d’une forte affirmation d’identité « citoyenne », celle des femmes, implicite, n’est pas moins nette : non seulement elles ne peuvent pas hériter, mais Gerolamo Grifalconi ne leur reconnaît même pas un rôle passif de « marchandise d’échange ». L’alternative à l’extinction du lignage, ne peut pas être recherchée dans la pratique du « mariage en genre ». La solution se trouve dans les limites de la famille restreinte et qui ne fait appel qu’à sa partie masculine. Confiant la réalisation de ce programme aux confrères de la Miséricorde, Gerolamo pousse à son point extrême l’analogie de ses deux familles. J’avais plus haut défini les Scuole Grandi comme des groupements de citoyens, hommes et adultes : le testament de Gerolamo Grifalconi semble vraiment être le produit de ces trois conditions, et la famille qu’il imagine pourrait recevoir une semblable définition.

53C’est dans la suite du testament, celle qui prévoit l’impossibilité éventuelle pour le dernier des Grifalconi d’adopter ses héritiers, que le projet de Gerolamo devient spéculaire et complémentaire au chapitre 22 des Statuts de la Misericordia, évoqué plus haut qui, prescrivant aux confrères d’amaistrar et pregar, semblait vouloir construire la confrérie à travers les familles : Gerolamo veut construire sa famille à travers la confrérie. Dans l’éventualité d’une extinction réelle de la famille, même de celle artificiellement recréée en suivant ses instructions, les organes dirigeants de la confrérie, Banca et Zonta, devront eux-mêmes procéder au choix des deux ou trois jeunes hommes qui porteront le nom et les armes des Grifalconi. La Scuola n’est donc plus seulement l’héritière alternative, mais la garante de la continuité du lignage : à la « famille confraternelle » est confiée la charge de recréer la « famille artificielle » qui prendra la place de la « famille naturelle ». Cette défense in extremis de la famille Grifalconi, apparemment dirigée aussi contre l’institution confraternelle – qui, recevant la tâche de garantir sa continuité, renonce aussi à s’approprier ses biens – révèle en fin de compte une identification complète de cette famille à la confrérie, en dépit de tout autre lien, familial, social et même de clientèle.

De la dissolution, en 1537, à la réapparition, en 1775, de la frérèche Grifalconi

  • 112 Comme il résulte de leurs condizioni di decima, ASV, XS, Condizioni, 1537, Dorsoduro, b. 101, n. 2 (...)

54Nous ignorons s’il fut jamais nécessaire de mettre en place la complexe procédure élaborée par Gerolamo. Il est certain que le projet d’unité familiale échoua peu d’années après sa mort : en 1537, les trois « frères » n’habitent déjà plus ensemble112.

  • 113 ASV, XS, Condizioni, 1537, Dorsoduro, b. 101, n. 226.
  • 114 ASV, XS, Condizioni, 1566, Dorsoduro, b. 141, n. 1200.
  • 115 En 1768, on retrouve un Giuseppe Grifalconi, fonctionnaire de la Chancellerie de Monselice, ASV, A (...)

55À Tommaso, fils naturel de son frère Giovanni, Gerolamo avait laissé la maison de Santa Margherita et tous ses biens à Monselice. En 1537, Tommaso déclare habiter un étage, soler, de la casa da stazio de Santa Margherita et avoir loué l’autre113. En 1566, il n’habite plus à Venise, devenue désormais une ville trop chère pour sa nombreuse famille, ses sept fils, ses deux filles et deux petites-filles. À vrai dire, il vient de sortir de la prison : les loyers des maisons de Santa Margherita ont été saisis par les Officiali alle Razon Vecchie, pour payer ses dettes et il ne peut non plus toucher la plupart de ses autres rentes, cédées à Marin Contarini pour éteindre une dette de 200 ducats. Il a été obligé aussi de louer les 30 campi (env. 10 hectares) qu’il exploitait en faire-valoir direct (a boaria), « pour subvenir à ma nombreuse famille ». À Venise, il ne garde plus qu’une petite chambre dans une des maisons de la corte Grifalcona, dont il dit se servir de temps en temps114. Cette branche se remit peut-être par la suite de cette débaˆcle, mais ne revint pas à Venise115.

  • 116 Comme il explique dans son testament, ASV, NT, b. 1215, I, f. 77. Lorenzetti a écrit que dans le p (...)
  • 117 Sur Alvise Dragan Grifalconi, cf. BCMCV, Cod. Cicogna, 3526, II, Gasperi, Catalogo della Bibliotec (...)

56Le deuxième frère adoptif, Francesco Dragan, avait reçu la maison de Santa Marina, la boutique de draparia, et 155 campi (env. 50 ha) dans le Polesine. Il donna en location la boutique de draperie et vécut avec sa tante Ludovica Dragan, veuve de Gerolamo Grifalconi, et son frère (le seul naturel) Alvise, dans le palais de Santa Marina, qu’il fit restaurer116. Alvise Dragan était un philosophe aristotélicien d’une certaine renommée à son époque, et qui fut appelé à la cour de François premier. Ce curieux personnage changea au moins deux fois de nom, pour prendre celui de ses bienfaiteurs : il prit d’abord le nom du chanoine Mercatelli, d’une famille qui faisait partie de la Misericordia et était en relation avec les Grifalconi, et puis celui de Grifalconi117.

  • 118 ASV, SGM, Not. 166, f. 269a. Je remercie Marina Fresa pour m’avoir signalé ce document.
  • 119 Cf. E. Bonora, « Teofilo Folengo », dans Letteratura italiana. I minori, Milan 1969, vol. II, p. 9 (...)

57Francesco Grifalconi fut Guardian Grande de la Misericordia en 1534 ; pendant son gouvernement, fut établie la liste séparée des confrères da capitolo et alla disciplina, un choix tout à fait novateur, dont les autres Scuole Grandi suivirent plus tard l’exemple. Il faut sans doute en attribuer l’initiative à Francesco Grifalconi, étant donné que seuls les Guardian Grandi avaient le droit de soumettre des mesures à l’approbation du Chapitre. On peut retrouver dans ce choix l’indice d’une conscience de son propre groupe social analogue à celle exprimée par le testament de son père adoptif, Gerolamo. Francesco fut aussi l’un des plus chauds partisans du projet de Jacopo Sansovino pour l’albergo nuovo de la Scuola. C’est même dans sa maison, que fut décidée sa construction, lors d’une réunion des Deputati sopra la fabbrica dont il faisait partie118. Dans la même maison, il accueillit aussi l’écrivain « macaronique » Teofilo Folengo, dont il fut le premier mécène vénitien, comme il fut aussi, semble-til, celui du peintre et enlumineur Benedetto Bordon119.

  • 120 ASV, NT, b. 1215, vol. I, f. 77.
  • 121 BNMV, ms. IT, cl. VII, 1667 (8459).
  • 122 Sur Nicolò Massa, cf. R. Palmer, « Nicolò Massa, his family and his fortune », dans Medical Histor (...)
  • 123 BNMV, ms. IT, cl. VII, 1667 (8459) et cf. son testament ASV, NT, b. 194, f. 405.
  • 124 ASV, XS, Condizioni 1566, Cannaregio, b. 129, n. 301.
  • 125 ASV, XS, Condizioni, 1582, Cannaregio, b. 160.
  • 126 ASV, NT, b. 40, n. 6 et n. 11.

58Il avait épousé Cristina Pencin et eut deux fils : Lorenzo et Giovanni. Dans son testament, en 1533, Francesco légua la boutique à son frère naturel Alvise et le reste de ses biens à ses fils, qui devraient continuer à vivre dans le palais de Santa Marina, « lieu agréable et bien situé »120. Les soucis marchands de Gerolamo ne paraissent pas préoccuper cette branche de sa descendance. De fait, Giovanni, fils de Francesco, tenta la carrière de Chancellerie. Il n’eut pas beaucoup de chance : reçu comme secrétaire « extraordinaire » par deux fois, en 1550 et 1551, il mourut avant de passer au niveau supérieur121. Il avait épousé Maria Massa, fille de Nicolò, un des plus grands médecins anatomistes de son époque122. Son fils Francesco eut le même destin malheureux : « extraordinaire » en 1566, il mourut en 1569123. Dans la condizione di decima qu’elle présente en 1566, Maria Massa, tutrice de son fils Francesco, déclare « ne pas savoir exactement à combien montent les biens dudit mon fils, parce que, après la mort de monsieur Zuanne, mon mari et son père, ses parents le lui ont toujours caché de manière que je n’ai jamais pu avoir les écritures des achats faits par le feu monsieur Gerolamo Grifalconi, père du feu monsieur Francesco ni les écritures des achats du-dit monsieur Francesco, grand-père dudit pupille ». Maria habite alors une maison appartenant au couvent de San Servolo. La maison de Santa Marina est pour moitié louée à Lauro Giustinian, Giovanni de Lorenzo Grifalconi, son neveu, habitant l’autre moitié124. En 1582, Giovanni n’habite plus la maison de famille, qui est louée, comme toutes les autres propriétés de l’héritage Grifalconi125. Dans son testament, écrit la même année, il décrit une situation encore moins prospère et bien lointaine des rêves de Gerolamo Grifalconi qui avait interdit à ses descendants de « louer, vendre, aliéner » les immeubles : un quart de la boutique de draparia a été vendu à Vincenzo Gritti et Giovanni se déclare en plus endetté pour la dot de sa sœur Cristina, épouse de Bernardo Trevisan. Il autorise alors son beau-frère à vendre tous les meubles de la maison et laisse à sa nièce, Andrianetta, l’atelier de céruse, en spécifiant qu’il n’est pas soumis au fidéicommis de Gerolamo, « comme beaucoup le voudraient », parce qu’il n’est pas compris « dans les premières conditions » du testament126. Ainsi s’éteignit la branche Dragan-Grifalconi.

  • 127 ASV, ACM, reg. 146, f. 153, cf. le testament d’Orsa Bin, ASV, NT, b. 81, n. 998, 1548, 29 octobre.
  • 128 ASV, NT, b. 79, n. 471.
  • 129 ASV, ACM, reg. 153, f. 253v.
  • 130 ASV, XS, Condizioni 1582, Dorsoduro, b. 171, n. 1180.
  • 131 Ils sont tous nommés dans le testament de cette dernière, ASV, NT, b. 1139, n. 270.
  • 132 Il épousa en premier mariage Franceschina Lucadello, morte en 1625, qui lui laissa 2.000 ducats en (...)
  • 133 Au sujet de la « recherche du centre » de la part des citoyens vénitiens au xviie siècle, cf. F. T (...)

59La troisième branche, issue de Gerolamo dalla Nave, eut plus de chance. Gerolamo, qui eut en 1549 la charge de Guardian da Mattin de la Misericordia, continua à gérer la boutique de spizaria, il épousa Orsa Bin, fille du médecin Alvise, qui lui apporta 2.000 ducats de dot127. Aux trois filles, en 1555, il laissa 1.500 ducats de dot chacune, à prélever de l’héritage de son père128. Son fils Alvise épousa Elena Uberti, fille d’un secrétaire ducal, qui déclare une dot de 4.000 ducats129. En 1582, il déclare au fisc de vastes propriétés immobilières dans les territoires de Padoue et de Trévise, provenant seulement en partie de l’héritage Grifalconi. Rentier, il vit à Santa Margherita et n’a apparemment pas de problèmes économiques130. Alvise et Elena Grifalconi eurent plusieurs enfants, au moins trois fils, Piero Felice, Giacomo et Alvise et deux filles, Ludovica et Orsetta131. Giacomo s’en alla vivre à Persegara, dans la région de Padoue, où étaient les propriétés de Gerolamo Grifalconi que cette branche avait récupérées132, tandis que Piero Felice, resté à Venise, fut médecin et alla habiter dans une zone beaucoup plus centrale de la ville, dans la paroisse de Sant’Angelo133. Piero Felice inaugure un nouveau cycle dans les activités de cette famille, caractérisé par les professions libérales : il fut médecin, son petit-fils, et homonyme, fut avocat.

  • 134 ASV, XS, Condizioni, 1740, S.Marco, b. 315, n. 609.
  • 135 ASV, ACC, b. 421, T39.
  • 136 ASV, SGM, b. 11.

60En 1740, on trouve encore trois branches Grifalconi : celle de Monselice, celle de Persegara et celle de Venise, qui se partagent le loyer de la maison de Santa Marina134. Apparemment, aucun des désirs de Gerolamo Grifalconi n’a été exaucé. Toutefois, à la fin du siècle, la frérèche Grifalconi réapparaît : en 1775, les trois fils de l’avocat Piero Felice Grifalconi, vivant en communauté, demandent à être reconnus citoyens originaires135. E´ tant passés de la marchandise à la rente puis aux professions libérales, sans passer par les offices, les Grifalconi, quoique indiscutablement citoyens honorables et originaires depuis des siècles, n’avaient jamais eu besoin de se faire reconnaître comme tels par l’Avogaria di Comun. Entre cette frérèche et celle d’Alberto, Gerolamo et Giovanni Grifalconi au moins un point en commun : le lien avec la Scuola Grande de la Misericordia, qui ne s’interrompit jamais. Les Grifalconi apparaissent encore parmi les Degani pendant tout le xvie et xviie siècle. Piero Felice, le médecin, fut même membre de la Zonta (1631, 1635, 1637), son fils Alvise Guardian da mattin en 1710 et Guardian Grande en 1738, l’avocat Piero Felice fut Guardian da mattin en 1744 et de la Zonta en 1748136. La réapparition d’une frérèche Grifalconi, à une époque où ce type de regroupement familial était sans doute bien moins courant qu’au xvie siècle, fait penser à une volonté, de la part de ses héritiers, de respecter les désirs de Gerolamo. D’ailleurs, une partie au moins des propriétés étaient restées à la famille, qui continuait à les gérer conjointement.

61La construction utopique de Gerolamo Grifalconi mérite toutefois encore quelques considérations. Pour une partie, au moins, des citoyens, la confrérie était une structure à laquelle ils étaient habitués à faire pleinement confiance, au point, on l’a vu dans plusieurs testaments, de la préférer comme héritière à leur propre famille. Gerolamo Grifalconi était allé bien au-delà, puisqu’il avait demandé à la confrérie elle-même de créer sa propre famille. Pour lui, entre les deux il n’y avait aucune distance, son identité se fondant sur ces deux structures complémentaires : la famille restreinte et la confrérie. Les deux étaient et devaient continuer à être formées de citoyens, sed non zentilomeni, écrit-il.

  • 137 Sur la famille patricienne, cf., outre les travaux de Chojnacki, pour le Moyen Âge, et de Davis po (...)
  • 138 Cf. à ce propos aussi R. Finlay, La vita politica nella Venezia del Rinascimento, Milan 1982.
  • 139 La législation somptuaire sur les dots, comme on verra, dans la deuxième partie de ce travail, tro (...)

62On est tenté sur ce point de suggérer une comparaison avec les milieux patriciens, même si la politique successorale du patriciat n’a pas fait encore l’objet d’études spécifiques137. Le Grand Conseil étant formé par l’ensemble des familles patriciennes138, la politique familiale, les alliances et les pratiques successorales trouvaient au moins en partie leur explication et leur légitimation au niveau même de l’État139. Pour les citoyens, et notamment ceux qui géraient les Scuole Grandi au début du xvie siècle, qui, par leur aisance, leurs fréquentations ou leurs habitudes, n’étaient pas très éloignés du patriciat, tout en étant exclus du pouvoir politique, la politique familiale répond à des logiques plus personnelles, plus privées, et l’horizon se limite à la famille même ou, au plus, à la confrérie : pour ces citoyens la seule utopie encore possible est l’utopie familiale. Dans cette mesure, l’étrange famille imaginée par Alberto, Gerolamo et Giovanni Grifalconi, et prolongée par leurs descendants, ne s’explique pas seulement par l’originalité de ses concepteurs. Dans son radicalisme même, cette création volontariste d’une descendance exprime la préoccupation de l’identité familiale qui semble marquer au plus profond le groupe des citoyens.

Notes

1 ASV, CX, Misti, reg. 9, c. 44v, 1410 12 février ; reg. 12, f. 20, 1438 10 septembre. Brian Pullan, en 1971, (date de l’édition anglaise de Rich and Poor in Renaissance Venice, op. cit., paru en Italie en 1982, avec le titre La politica sociale della Repubblica di Venezia, 1500-1620) avait cité correctement la loi, tandis que dans les travaux récents sur les citoyens originaires, la deuxième partie du texte de la loi, celle qui concerne les droits des citoyens per privilegium a été inexplicablement gommée (cf. G. Trebbi, « La cancelleria veneta nei secoli xvi e xvii », art. cit., M. Casini, « La cittadinanza originaria a Venezia nei secoli xv e xvi. Una linea interpretativa », art. cit., A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit.). La première phrase apparaît effectivement péremptoire, toutefois elle est corrigée par la suite du paragraphe, qui ne peut donc pas être omise. Les auteurs en question ont peut-être interprété la phrase factis civis originariis per privilegium comme une allusion à la concession de la citoyenneté per gratiam. Toutefois, les deux concepts ne peuvent pas être assimilés, tandis que la superposition des concepts de citoyenneté de intus et extra et de citoyenneté originaire était courante dans les textes des lois de l’époque. En gardant celle qui, à notre avis, est la lecture correcte, on ne peut plus, comme le font les auteurs cités, intégrer ces lois sur les Scuole Grandi dans un processus de distinction progressive des originaires, supposé linéaire et préétabli.

2 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476) del Consiglio dei Dieci. Le Scuole dei Battuti », dans Miscellanea Gilles Gerard Meerseman, II, Padoue, 1970, p. 715-63.

3 Sur les confréries, cf. : G. G. Meersseman, Ordo fraternitatis. Confraternite e pietà dei laici nel Medioevo, Rome 1977, 3 vol. ; M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris 1968 ; J. Chiffoleau, La comptabilité de l’audelà, Rome 1980 ; R. Weissman, Ritual brotherhood in Renaissance Florence, New York, Londres, Paris, 1982 ; W. J. Sheils et D. Wood, éd., Voluntary Religion, Oxford 1986 ; R. Rusconi, « Confraternite, compagnie e devozioni », dans Storia d’Italia. Annali, 9, éd. par G. Chittolini et G. Miccoli, Turin 1986 ; F. Thélamon, éd., Sociabilité, pouvoirs et société (Actes du Colloque, Rouen 24-26 novembre 1983), Rouen 1987 ; A. Vauchez, éd., Le mouvement confraternel au Moyen Age. France, Italie, Suisse. (Actes de la Table ronde, Lausanne, 9-11 mai 1985), Rome 1987 ; D. Zardin, « Le confraternite in Italia settentrionale fra xv e xviii secolo », dans Società e Storia, 35, 1987, p. 81-138 ; J. R. Banker, Death in the Community. Memorialization and Confraternities in an Italian Commune in the late Middle Ages, Athènes & Londres, 1988.

4 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476) del Consiglio dei Dieci. Le Scuole dei Battuti », art. cit., p. 717.

5 BCMCV, ms. Cicogna, 2795, Origine delle Scuole e Fraterne di Venezia, f. 1-4

6 R. C. Mueller, « A Foreigner’s View of Poor Relief in Late Quattrocento Venice », dans Pauvres et riches, Société et culture du Moyen Age aux Temps Modernes, Mélanges offerts à B. Geremek, Warsaw, 1992, p. 55-63.

7 Sur les rituels publics auxquels les confrères participaient, cf. E. Muir, Il rituale civico nella Venezia del Rinascimento, Rome 1980, et aussi Ph. Braunstein, Ch. Klapisch-Zuber, « Florence et Venise : les rituels publics à l’époque e la Renaissance. Note critique », dans Annales ESC, 5, sept.-oct. 1983, p. 1110-24 ; A. Tenenti, « Il potere dogale come rappresentazione », dans Idem, Stato : un’idea, una logica. Dal Comune italiano all’assolutismo francese, Bologne, 1987, p. 193-216.

8 Sur les Scuole Grandi en tant que commanditaires de peintres et architectes, cf. P. Paoletti, L’architettura e la scultura del Rinascimento in Venezia, Venise 1893 ; Idem, La Scuola Grande di S. Marco, numéro spécial de la Rivista di Venezia, janv.-fév. 1929 ; D. Howard, Jacopo Sansovino : Architecture and Patronage in Renaissance Venice, New Haven, 1975 ; T. Pignatti, éd., Le Scuole di Venezia, Milan, 1981 ; M. Tafuri, éd., Renovatio urbis, op. cit. ; Idem, Venezia e il Rinascimento, op. cit. ; P. Fortini Brown, « Honor and necessity : the dynamics of patronage in the confraternities of Renaissance Venice », dans Studi Veneziani, n.s., xiv (1988), Eadem, Venetian narrative paintings in the age of Carpaccio, New Haven et Londres, 1988.

9 BNMV, ms. IT, cl. VII, 709 (8043), A. Milledonne, Ragionamento di doi gentilhuomini, l’uno Romano, l’altro Venetiano, sopra il governo della Repubblica, f. 52. Sur la place des Scuole Grandi dans le mythe politique de Venise aux xve et xvie siècles, cf. B. Pullan, Rich and Poor, op. cit., p. 99-100.

10 L. Sbriziolo, « Per la storia delle confraternite veneziane : dalle deliberazioni miste (1310-1476) del Consiglio dei Dieci. Le Scuole dei Battuti », art. cit., et Le confraternite veneziane di devozione. Saggio bibliografico e premesse storiografiche, Quaderni della Rivista di Storia della Chiesa in Italia, Rome 1968. Sur la politique du Conseil des Dix, cf. aussi W. B. Wurthmann, « The Council of Ten and the Scuole Grandi in early Renaissance Venice », dans Studi Veneziani, n. s., XVIII (1989), p. 15-66.

11 B. Pullan, Rich and Poor, op. cit. ; Idem, « Le Scuole Grandi e la loro opera nel quadro della Controriforma », dans Studi Veneziani, XIV, 1972, p. 83-109 ; Idem, « Natura e carattere delle Scuole », dans T. Pignatti, Le Scuole di Venezia, op. cit., p. 9-26 ; Idem, « Due organizzazioni per il controllo sociale », dans La memoria della salute. Venezia e il suo ospedale dal XVI al xx secolo, éd. N. E. Vanzan Marchini, Venise 1985, p. 13-24 ; sur la structure de l’assistance à Venise, cf. aussi B. Pullan, « Poverty, charity and the reason of State : some Venetian examples », dans Bollettino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato veneziano, II, 1960, p. 17-60 ; Idem, « The famine in Venice and the new poor law 1527-29 », extrait du Bollettino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato veneziano, V-VI, 1963-64 ; Idem, « The relief of prisoners in Sixteenth Century Venice », dans Studi Veneziani, x, 1968, p. 221-229. Sur les Scuole, cf. aussi G. Scarabello, « Strutture assistenziali a Venezia nella prima metà del ’500 e avvii europei della riforma dell’assistenza », dans M. Tafuri, éd., Renovatio urbis, op. cit., p. 119-33.

12 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 15v ; 18 ; 19v ; 21.

13 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 28, 48, 49v, 51, 67v, 69v, 90.

14 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 135, 137 ; ASV, SGM, b. 210, Scritture, 1632, 20 juillet.

15 ASV, SGM, b. 210, 1642 10 décembre ; 1643 9 janvier ; 1644 4 mai ; 1650 27 février (rapports des Inquisiteurs au Conseil des Dix).

16 C’est surtout Brian Pullan qui a développé cette problématique ; pour des comparaisons cf. aussi N. Z. Davis, « L’assistenza ai poveri tra umanesimo ed eresia », dans Eadem, Le culture del popolo. Saperi, rituali e resistenze nella Francia del Cinquecento, Turin 1980 et L. Châtellier, L’Europe des dévots, Paris 1987.

17 Jusqu’à présent, la Misericordia avait fait uniquement l’objet d’études d’histoire de l’architecture. Brian Pullan avait travaillé surtout sur les fonds institutionnels des Inquisitori et Revisori sopra Scuole grandi et de la Milizia da Mar et, partiellement, sur la Scuola de San Rocco, fondée à la fin du xve siècle, et sur celle de San Marco.

18 L. Nepi Sciré, « La Scuola vecchia di S. Maria della Misericordia », dans Quaderni della Soprintendenza ai Beni Artistici e Storici di Venezia, 1978, p. 9-31.

19 E. Concina, Venezia nell’età moderna, Venise 1989, p. 82-85.

20 Cf. Ph. Braunstein, « Cannaregio, zona di transito ? », dans D. Calabi, P. Lanaro, éd., La città italiana e i luoghi degli stranieri, Rome-Bari 1998, p. 52-62 ; sur la situation des étrangers dans l’espace vénitien, cf. aussi S. Moretti, « Gli Albanesi a Venezia tra xiv e xvi secolo », Ibidem, p. 5-20 et J. F. Chauvard, « Scale di osservazione e inserimento degli stranieri nello spazio veneziano tra xvii e xviii secolo », Ibidem, p. 85-107.

21 ASV, SGM, b. 4, f. 278-279 ; f. 285.

22 ASV, SGM, b. 10, f. 284 ; 290 ; Not. 167, f. 61a ; 86b ; 96b ; 143b ; 159b ; 166b ; 186b ; 219a ; 272b ; 300b.

23 ASV, SGM, Not. 166 ; f. 249a.

24 ASV, SGM, b. 4, f. 279v ; 284-286 ; 288.

25 E. Concina, Venezia nell’età moderna, op. cit.

26 ASV, SGM, b. 10.

27 Cf. aussi à ce sujet, L. Molà, La comunità dei Lucchesi a Venezia, op. cit.

28 En 1509, sept marchands allemands sont admis à la Misericordia : Brochardo di Brochardo, Martin Chrieger, Volfardo Baichort, Zorzi Utiner de Nuremberg, Zuane Darmano de Rinfer, Zorzi Spinger de Nuremberg, Zuan Pach de Imst, ASV, SGM, b. 4, f. 289v.

29 ASV, SGM, Not. 169, f. 175a, 186a ; Not. 169, f. 267a.

30 Sur les différents degrés de pauvreté, cf., entre autres, B. Pullan, S. J. Woolf, « Plebi urbane e plebi rurali : da poveri a proletari », dans Storia d’Italia, Annali I : Dal Feudalesimo al Capitalismo, sous la direction de R. Romano et C. Vivanti, Turin 1978, p. 981-1068 ; S. J. Woolf, Porca miseria. Poveri e assistenza nell’età moderna, Bari, 1988 ; G. Ricci, Povertà, vergogna, superbia. I declassati fra Medioevo e Età moderna, Bologne 1996.

31 ASV, SGM, Not. 166, f. 177a ; Not. 168, f. 5a, 337a.

32 ASV, SGM, b. 130, Summario con ordine successivo de’ tempi delli testa-menti della Veneranda Scola della Beata Vergine della Valverde di Misericordia.

33 Ibidem, f. 12v, 21v, 24.

34 Ibidem, f. 10, 31, 35, 37v, 44v. Le noyau le plus ancien de logements gratuits était l’hospice, fondé en 1386, grâce au legs de Giacomo de Francesco de Florence. En 1505, furent édifiées vingt-deux maisons, dites de Corte Nova. En 1566, la Misericordia déclare aux Dieci Savi alle Decime trente-deux maisons caritatives, sous la compétence de huit commissarie, dont quatre sont destinées à des veuves et les autres à des galériens, ASV, SGM, Not. 166, f. 17a, 18a ; Not. 169, f. 104a ; b. 12, f. 26-29.

35 Données élaborées à partir des Notatori 166-169.

36 ASV, SGM, Not. 167, f. 217a, Not. 168, f. 192a, 221b, 288b, 318b, 374b, Not. 169, f. 186a, 279a. Pour des comparaisons avec d’autres villes italiennes, cf. en particulier J. Kirshner, « Pursuing Honor While Avoiding Sin. The Monte delle Doti of Florence », dans Studi Senesi, LXXXIX (1977), p. 175-256 ; S. Cavallo, « Assistenza femminile e tutela dell’onore nella Torino del xviii secolo », dans Annali della Fondazione Luigi Einaudi, vol. xiv, Turin 1980, p. 127-53 ; G. Delille, « Un esempio di assistenza privata : i Monti di Maritaggio nel Regno di Napoli (sec. XVI) », dans G. Politi, M. Rosa, F. Della Peruta, Timore e carità. I poveri nell’Italia moderna, (Atti del convegno « Pauperismo e assistenza negli antichi Stati italiani », Cremona, 28-30 marzo 1980), Cremona 1982, p. 275-282 ; M. D’Amelia, « Economia familiare e sussidi dotali. La politica della Confraternita dell’Annunziata a Roma, secc. XVII-XVIII », dans S. Cavaciocchi, éd., La donna nell’economia, secc. XII-XVIII (Atti della xxi settimana di Studi dell’Istituto Internazionale di storia economica F. Datini, Prato), Florence 1990 ; A. Groppi, I conservatori della virtù. Donne recluse nella Roma dei Papi, Rome-Bari, 1994 ; A. Molho, Marriage Alliance in Late Medieval Florence, Cambridge, Mass., 1994 ; I. Chabot, M. Fornasari, L’economia della carità. Le doti del Monte di Pietà di Bologna (secoli xvi-xx), Bologne, 1997.

37 En 1510, le Chapitre déclare ne pas pouvoir payer la decima parce que la Scuola ne bénéficie plus des intérêts du Monte.

38 ASV, SGM, Not. 166, f. 382a, 1542 1 mars.

39 D. Howard, Jacopo Sansovino : Architecture and Patronage in Renaissance Venice, op. cit., p. 102. Sur les aspects urbains et architecturaux voir aussi M. Fresa, « Un progetto di rinnovamento urbano ai margini del tessuto lagunare : i primi provvedimenti per l’edificazione della nuova fabbrica della Scuola Grande di S. Maria della Valverde Mater Misericordiae (1489-1509) », dans Bollettino dei Civici Musei Veneziani di Arte e Storia, XXVIII, n.s., n. 1-4 (1983-84).

40 M. Tafuri, Venezia e il Rinascimento, op. cit., p. 145.

41 ASV, SGM, Not. 169, f. 2a.

42 ASV, SGM, Not. 167, f. 288a.

43 ASV, SGM, b. 12, Not. 166, f. 121b, Not. 167, f. 310b, Not. 168, f. 417.

44 Ibidem, Not 166, f. 223b.

45 Ibidem, Not. 166, f 269a.

46 Alessandro Caravia, un joaillier vénitien de tendances érasmiennes, avait publié en 1541 un poème, Il sogno dil Caravia, pour critiquer les dépenses des Scuole Grandi, en particulier de San Rocco et de la Misericordia, pour le décor de leurs sièges. Apropos de la Misericordia, il avait écrit : Hanno fatto un principio si terribile/ Che’n verità le mure son più grosse/ Di quelle del bastion detto impossibile/ Messer Guardian gl’ha parso far gran cosse/ E di lui lasciar fama incredibile/ Gli poveri scacciando à tutte posse/ Senza haver d’alcun misericordia/ Per fabricar tra lor poi la discordia.// Contro misericordia il si vorria/ Chiamar sta schola si mal governata/ De la Val Verde dolce Virgo pia/ Chi di qua, chi di là l’ha roinata/ Per sodisfar ogniun sua fantasia/ Con santo Rocho volean far regata/ Che meglio seria sta quei danar morti/ A’ poverini haver dato conforti ; cité dans M. Tafuri, Venezia e il Rinascimento, op. cit., p. 126. Sur les joailliers et la Réforme, à Venise, cf. A. Olivieri, « Fra collettività urbane e rurali e « colonie » mediterranee : « l’eresia » a Venezia », dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi, éd., Storia della Cultura Veneta, 3/III, Vicence 1980, p. 467-513.

47 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 74v, 93, ASV, SGM, Not. 167, f. 189a, 300b, Not. 168, f. 111b.

48 ASV, SGM, Not. 170, f. 67v.

49 Ibidem, b. 210, 1645, 20 juillet.

50 Ibidem, Not. 170, f. 97.

51 Voir ASV, SGM, b. 4, f. 47, ch. 94. D’autres offices mineurs furent institués pendant le xve et le xvie siècle, tels que les Massari, qui s’occupaient d’organiser la participation des confrères à la disciplina aux processions (souvent de pauvres gens engagés pour l’occasion) ou le Degan de 60, qui tenait les relations avec un groupe de soixante confrères périodiquement admis de façon provisoire et intégrés par la suite.

52 ASV, SGM, Not. 166, f. 25a.

53 Ibidem, Not. 167, f. 221b.

54 En 1585, dix maisons, en 1593 vingt maisons et trois places dans l’hôpital sont sous-louées, en 1604, des vingt-six maisons de la commissaria Pietro Grimani, seulement la moitié est habitée par les titulaires, en 1619, sur vingt-huit maisons données amore Dei, vingt-quatre sont sous-louées, Ibidem, Not 167, f. 234a, Not. 168, f. 1 et 290b, Not 169, f. 89v.

55 ASV, SGM, b. 4, f. 27v, ch. 62.

56 Ibidem, b. 4, f. 5-6, ch. 9-10. Le Scrivano, un Degano et un Masser supplémentaires étaient élus au mois d’août.

57 ASV, SGM, b. 4, f. 57v, ch. 107, f. 58v, ch. 108, f. 70, ch. 120, f. 76v, ch. 129, f. 297v, ch. 144, f. 298v, ch. 146, f. 310, ch. 153.

58 Ibidem, b. 4, f. 5, f. 49v.

59 Ibidem, b. 4, f. 75v, ch. 127.

60 Ibidem, b. 4, f. 318v.

61 Ibidem, b. 4, f. 5-6, ch. 10, f. 19v, ch. 63.

62 Mattio Alchier : Degan de Cannaregio en 1491, Scrivano en 1496, Guardian Grande en 1508, de la Zonta en 1521 ; Alvise d’Avanzo : Degan de mezz’anno de Castello en 1484, Scrivano en 1489, Vicario en 1496, Guardian Grande en 1503 ; Antonio Benedetti : Degano de Cannaregio en 1496, Degan de mezz’anno de San Marco en 1501, Guardian da mattin en 1507, Guardian Grande en 1513, de la Zonta en 1521, 1523, 1526, 1530. Les exemples pourraient continuer, jusqu’à Benedetto Fioravanti, qui eut des charges pour quarante-quatre ans, de 1480 à 1524 et fut trois fois Guardian Grande, en 1493, 1499, 1505, cf. ASV, SGM, b. 11.

63 ASV, IRSG, Capitolare I, f. 11v et 22.

64 C’est le cas, entre autres, de Marco Aurelio, Alvise Barbafella, Leonardo Bianco, cf. M. Neff, Chancellery Secretaries, op. cit., p. 360-68.

65 ASV, SGM, b. 4, f. 10-11, ch. 22.

66 J. Heers, Le clan familial au Moyen Aˆ ge, Paris, 1974, p. 259.

67 ASV, SGM, b. 4, f. 36, ch. 77, f. 291v.

68 Voici quelques exemples (les dates entre parenthèses indiquent la première et la dernière charge, dans la période considérée) : Alvise (1496) et G. Marco (1504-17), de Michiel Alberegno ; Francesco (1504) et Andrea (1501-17) de Bartolomeo Conti ; Vicenzo (1498) et Polo (1493-1539) de Alessandro Inzegner ; Francesco (1481-88) et Nicolò (1480) Orso ; Francesco (1482-1511) et Nicolò (1500) de Giovanni Speladi ; Baldassarre (1496-1531) et Raffael (1504-26) de Bartolomeo Pencin et leurs fils : Antonio de Baldassarre (1520-28) et Bartolomeo de Raffael (1504-26).

69 Francesco (1519) et G. Antonio (1538) Alchier ; Giovanni (1484-1503) et Domenico (1497-1511) d’Avanzo ; Girolamo (1509-15) et Alvise (1521-37) Artuso ; Benedetto (1500-1508) et Aurelio (1536-39) Arborsani ; Lorenzo Bianco (1486-90) et ses fils : Marco (1506-24), Alvise (1510-22), Francesco (1532-39) ; Andrea (1490) et Francesco (1496-1504) Fasuol ; Alvise (1506) et Francesco (1526-31) Feletto ; Filippo Garzoni et ses fils : Nadal (1501-39) et Alvise (1520-38) ; Valerio (1488-1528) et Aliprando (1522-38) Lamberti ; G. Francesco (1484-90) et Girolamo (1528-33) Manenti ; Paolo Pellegrini (1486-99) et ses fils : Pietro (1492-98) et Alvise (1501) ; Stefano (1503-37) et Ludovico (1530) Ramberti ; Giovanni (1486) et Mattio (1513-34) Tura ; Domenico (1481-1536) et Piero (1526) Vico ; Pietro Varisco (1487) et ses fils : Alvise (1491-1526), Giacomo (1527-34) et G. Maria (1529) ; Daniele (1508-28) et Valerio (1526-32) Zordan.

70 Francesco (1481-97) et Pietro (1499) de Pietro Arnoldi, M. Antonio (151320) de Francesco Arnoldi ; Alberto (1483-1506) et Gerolamo (1503-25) de Tommaso Grifalconi, Francesco (1528-36, Guardian Grande en 1534) de Gerolamo Grifalconi.

71 Vielmo Alchier (Guardian da mattin en 1484, Guardian Grande en 1492 et 1498), son fils Mattio (1491-1521, Guardian Grande en 1508), son petit-fils Ludovico (1510-26) ; Girolamo Paseto (1486-1501), son fils Lazaro (1521-29), son petit-fils M. Antonio (1526-37, Guardian Grande en 1530).

72 Les deux cousins Francesco (1481-97) et Andrea Amadi (1482), ainsi que les fils de Francesco, Filippo (1492-1509) et Girolamo (1499-1527), et Anteo (15001506), fils de Giovanni, frère d’Andrea ; les trois frères Agostino (1505), G. Battista (1525), Antonio (1496-1530) Benedetti dalla seda, les fils de G. Battista : G. Marco (1528) et Angelo (1534) et Marco (1533), fils du quatrième frère, Francesco.

73 73Le cas de la Misericordia n’est pas exceptionnel, comme on verra à propos de la famille Ziliol, qui fit partie au moins pendant deux siècles de la Scuola de San Marco.

74 L. K. Little, Libertà, carità, fraternità. Confraternite laiche a Bergamo nell’età del Comune, Bergame, 1988, p. 177 : Persuadere (...) testatori ut (...) relinquet convenientem elemosinam consorcio..

75 Voir à titre d’exemple les testaments de Marco Longo, ASV, NT, b. 203, f. 121v, 1523, 10 octobre ; Natale Garzoni, ASV, NT, b. 1185, f. 142v, 1528, 26 juin ; Antonio Pasqualini, ASV, NT, b. 201, f. 48, 1532, 8 août ; Alvise Spiron, ASV, NT, b. 124, f. 75, 1544, 15 mars ; Alvise Bianco, ASV, SGM, 1545, 19 juillet.

76 ASV, CI, MT, ND, b. 28, n. 2725, 1486, 21 mars.

77 Cf. par exemple, les testaments de Nicola dalla Bolza, ASV, SGM, b. 129, 1502 16 août ; Rainerio Fioravanti, b. 130, 1517 février ; Andrea Muzzoli, ASV, NT, b. 201, n. 18, 1520 25 août.

78 ASV, SGM, b. 129, 1502, 22 août.

79 ASV, CI, MT, ND, b. 28, n. 2703, 1485, 4 juillet.

80 ASV, SGM, b. 129, 1485, 5 août, codicille 1489, 13 janvier.

81 ASV, SGM, b. 130, 1528, 25 juillet.

82 ASV, SGM, b. 130, 1508, 10 décembre : Interrogatus si haberem filium, aut filiam, dixi quod non, sed si haberem in futurum filium aliquem, aut filiam sint mei heredes, et in hoc casu testamentum meum sit nullius vigoris.

83 ASV, SGM, b. 130, 1558, 10 janvier.

84 ASV, NT, b. 1186, n. 190, 1479, 30 mai.

85 ASV, SGM, b. 129, 1499, 20 novembre.

86 ASV, SGM, b. 130, 1518 11 octobre.

87 ASV, SGM, b. 130, 1544, 20 avril.

88 ASV, SGM, b. 130, 1549, 2 octobre, Benedetto Arborsani fut Guardian Grande en 1543.

89 ASV, SGM, b. 130, 1545, 16 mai.

90 ASV, SGM, b. 130, 1589, 9 novembre, Angelo Benedetti fut Guardian Grande en 1560.

91 Cf. R. C. Mueller, « Veronesi e capitali veronesi a Venezia in epoca scaligera », dans Gli Scaligeri, 1277-1387, éd. G. M. Varanini, Vérone 1988, p. 369-376 ; sur les milieux marchands véronais de l’époque, cf. A. Castagnetti, « Mercanti, società e politica nella Marca Veronese-Trevigiana, secoli xi-xiv », dans G. Borelli, éd., Mercanti e vita economica nella Repubblica Veneta, sec. XIII-XVIII, Vérone 1985.

92 G. Luzzatto, I prestiti della Repubblica di Venezia, secoli xii-xv. Regia Accademia dei Lincei. Documenti finanziari della Repubblica di Venezia, s. III, vol. I, pt. I, Padoue 1929.

93 ASV, NT, b. 1232, f. 10.

94 ASV, SGM, Not. 166, f. 67.

95 ASV, SGM, Not. 166, f. 60b.

96 ASV, SGM, Not. 166, f. 67a.

97 ASV, NT, b. 201, n. 47.

98 E. Arslan, Venezia gotica, Milan 1970, p. 158.

99 ASV, XS, Condizioni, 1514, b. 44, n. 2.

100 ASV, NT, b. 201, n. 47, cit.

101 Cf. A. Tenenti, « L’ideologia della famiglia borghese fiorentina nel Quattro e Cinquecento », dans Famiglia e vita quotidiana dal ’400 al ’600. Atti del convegno degli Archivi di Stato italiani, Milan 1984, p. 97-107 : « il valsente è come il corpo senza veli del casato » et cf. Giovanni di Pagolo Morelli, Ricordi, éd. par v. Branca, Florence 1956.

102 Cf. R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano. Il banchiere davanti a Dio (secoli xiv-xv) », dans G. Borelli, éd., Mercanti e vita economica nella Repubblica Veneta, op. cit., vol. I, p. 47-106.

103 Il était interdit de faire partie de plusieurs Scuole Grandi à la fois, mais l’appartenance à plusieurs Scuole piccole était fréquente. Alberto était membre de huit confréries, dans différentes zones de la ville : Santa Maria dei mercanti, Santissima Trinità, San Gerolamo, Sant’Alvise, San Nicolò dei Carmini, o dei mercanti, Sant’Alberto, Sant’Orsola, San Giuseppe.

104 ASV, NT, b. 201, n. 47, cit.

105 ASV, CI, MT, ND, b. 29, n. 2907 ; ASV, NT, b. 201, n. 179.

106 ASV, SGM, Not. 166, f. 132b, 134a.

107 ASV, SGM, Not. 166, f. 166a, 170b.

108 ASV, SGM, Not. 166, f. 156b.

109 Cf. U. Tucci, « La psicologia del mercante veneziano », art. cit.

110 Sur l’adoption cf. J. Goody, Famiglia e matrimonio in Europa. Origini e sviluppi dei modelli familiari dell’Occidente, Milan 1984. L’adoption à Venise n’a pas fait l’objet d’études spécifiques ; Ferro, Dizionario del diritto comune e veneto, op. cit., sub voce, affirme que ni le titre de patricien ni celui de citoyen ne pouvaient être transmis aux fils adoptifs, qui étaient obligés de payer un impôt de 5 % sur l’héritage au bénéfice des Savi Esecutori alle Acque.

111 ASV, NT, b. 201, n. 179.

112 Comme il résulte de leurs condizioni di decima, ASV, XS, Condizioni, 1537, Dorsoduro, b. 101, n. 226 ; Castello, b. 95, n. 408 ; Cannaregio, b. 96, n. 67.

113 ASV, XS, Condizioni, 1537, Dorsoduro, b. 101, n. 226.

114 ASV, XS, Condizioni, 1566, Dorsoduro, b. 141, n. 1200.

115 En 1768, on retrouve un Giuseppe Grifalconi, fonctionnaire de la Chancellerie de Monselice, ASV, AC, b. 541, S 1.

116 Comme il explique dans son testament, ASV, NT, b. 1215, I, f. 77. Lorenzetti a écrit que dans le palais Grifalconi de Santa Marina « le gothique a été harmonisé avec des éléments de la Renaissance », Venezia e il suo estuario, Trieste 1974, p. 334.

117 Sur Alvise Dragan Grifalconi, cf. BCMCV, Cod. Cicogna, 3526, II, Gasperi, Catalogo della Biblioteca Veneta, ossia degli Scrittori Veneziani, f. 53 ; G. Bardi, Delle cose notabili della città di Venetia, l. 2, Venise 1587, vol. II, p. 182 ; M. Foscarini, Della letteratura veneziana, Padoue, 1725, vol. I, p. 203 ; G. Degli Agostini, Notizie istorico-critiche intorno la vita e le opere degli scrittori viniziani, Venise 1752, p. 392-396. Sur la Scuola di Rialto, où il avait étudié la philosophie d’Aristote, cf. B. Nardi, « Letteratura e cultura veneziana del Quattrocento », dans La civiltà veneziana del Quattrocento, Florence 1957, p. 99-146 ; F. Lepori, « La Scuola di Rialto dalla fondazione alla metà del Cinquecento », dans G. Arnaldi, M. Pas-tore Stocchi, éd., Storia della cultura veneta, 3/II, Vicence 1980, p. 539-605.

118 ASV, SGM, Not. 166, f. 269a. Je remercie Marina Fresa pour m’avoir signalé ce document.

119 Cf. E. Bonora, « Teofilo Folengo », dans Letteratura italiana. I minori, Milan 1969, vol. II, p. 987-1018 ; M. Billanovich, « Benedetto Bordon et Giulio Cesare Scaliger », Italia Medioevale e Umanistica, 11, 1968, p. 187-256, à la p. 251 : testament de Benedetto Bordon, 10 avril 1529.

120 ASV, NT, b. 1215, vol. I, f. 77.

121 BNMV, ms. IT, cl. VII, 1667 (8459).

122 Sur Nicolò Massa, cf. R. Palmer, « Nicolò Massa, his family and his fortune », dans Medical History, 1981, 25, p. 385-410 ; G. Ongaro, « La medicina nello studio di Padova e nel Veneto » dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi, éd., Storia della Cultura Veneta, 3/III, Vicence 1980, p. 75-134 ; P. Preto, « La società veneta e le epidemie di peste », Ibidem, 4/II, Vicence 1984, p. 377-406.

123 BNMV, ms. IT, cl. VII, 1667 (8459) et cf. son testament ASV, NT, b. 194, f. 405.

124 ASV, XS, Condizioni 1566, Cannaregio, b. 129, n. 301.

125 ASV, XS, Condizioni, 1582, Cannaregio, b. 160.

126 ASV, NT, b. 40, n. 6 et n. 11.

127 ASV, ACM, reg. 146, f. 153, cf. le testament d’Orsa Bin, ASV, NT, b. 81, n. 998, 1548, 29 octobre.

128 ASV, NT, b. 79, n. 471.

129 ASV, ACM, reg. 153, f. 253v.

130 ASV, XS, Condizioni 1582, Dorsoduro, b. 171, n. 1180.

131 Ils sont tous nommés dans le testament de cette dernière, ASV, NT, b. 1139, n. 270.

132 Il épousa en premier mariage Franceschina Lucadello, morte en 1625, qui lui laissa 2.000 ducats en héritage et épousa en 1626 Giulia Bonaldi. Avec la dot de cette dernière, il acheta des terres dans la région de Padoue, cf. BCMCV, ms. PD, C 947/34, C 1053/106, 1015/203, 2113/21, 2113/47, 2150/96 ; ASV, NT, b. 229, f. 200, n. 152 ; ASV, XS, Condizioni, 1661, Extra, b. 213, n. 628.

133 Au sujet de la « recherche du centre » de la part des citoyens vénitiens au xviie siècle, cf. F. Thiriet, « Espace urbain et groupes sociaux à Venise au xviie siècle », dans L’urbanisme à Paris et l’Europe 1600-1680, éd. par P. Francastel, Paris 1969, p. 199-209.

134 ASV, XS, Condizioni, 1740, S.Marco, b. 315, n. 609.

135 ASV, ACC, b. 421, T39.

136 ASV, SGM, b. 11.

137 Sur la famille patricienne, cf., outre les travaux de Chojnacki, pour le Moyen Âge, et de Davis pour l’époque moderne, qui seront cités dans la deuxième partie de ce travail, B. Betto, « Linee di politica matrimoniale nella nobiltà veneziana fino al xv secolo. Alcune note genealogiche e l’esempio della famiglia Mocenigo », dans Archivio Storico Italiano, a. CXXXIX (1981), n. 507, disp. I, p. 3-64. Sur des familles en particulier, cf. R. Derosas, « I Querini Stampalia. Vicende patrimoniali dal Cinque all’Ottocento », dans I Querini Stampalia. Un ritratto di famiglia nel Settecento veneziano, éd. G. Busetto et M. Gambier et G. Gullino, I Pisani dal banco e Moretta. Storia di due famiglie veneziane in età moderna e delle loro vicende patrimoniali fra 1705 e 1836, Rome 1984.

138 Cf. à ce propos aussi R. Finlay, La vita politica nella Venezia del Rinascimento, Milan 1982.

139 La législation somptuaire sur les dots, comme on verra, dans la deuxième partie de ce travail, trouve son explication dans ce contexte.

Table des illustrations

Titre SESTIER DE RÉSIDENCE DE 205 CONFRÈRES SUR LES 400 INSCRITS ENTRE 1482 ET 150924
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre MÉTIERS DES CONFRÈRES ALLA DISCIPLINA26 (154 sur 405 inscrits en 1534 – 364 sur 721 inscrits entre 1534 et 1542)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre MÉTIERS DES CONFRÈRES DA CAPITOLO, EN 1534, SUR 188 NOMS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre CONFRÈRES SALARIÉS POUR L’ASSISTANCE MÉDICALE ET RELIGIEUSE EN 1534
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre REVENUS ET DÉPENSES DE LA SCUOLA DE LA MISERICORDIA ET DES COMMISSARIE INTERNES EN 154138
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fils adoptifs de Gerolamo Grifalconi
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2229/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Publications de l’École française de Rome, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540