Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Troisième partie. Une forte dépendance face à la conjoncture méditerranéenne

Chapitre 2. Une évolution liée aux transformations au Maghreb et en Méditerranée

Texte intégral

1En prenant place dans le commerce méditerranéen, Bougie s’est intégrée à un vaste espace économique. Elle n’est plus seulement liée aux marchés musulmans et à leurs prolongements asiatiques et africains, comme à la fin du xie et au début du xiie siècle, mais également à ceux de l’Europe du Sud. Par les marchands des grands ports chrétiens d’Italie, de Provence ou d’Espagne, elle est en contact avec l’ensemble de la Méditerranée, tant occidentale qu’orientale, avec le reste de l’Europe et avec la lointaine Asie. Mais en perdant en grande partie la maîtrise du trafic maritime, les Bougiotes deviennent plus encore dépendants des opérateurs économiques européens et donc de l’évolution de la conjoncture des villes de l’Europe méridionale. Le port reste cependant également très lié à son arrière-pays et il serait dangereux de tout ramener au grand commerce maritime. Mais à défaut d’informations précises sur le reste de l’économie urbaine, ces échanges internationaux sont un bon indice de la prospérité de la ville ou du moins de certains de ses secteurs d’activité. Les documents commerciaux européens permettent donc de suivre l’évolution de la prospérité du port et d’en tenter une périodisation, laquelle ne correspond pas obligatoirement avec celle des événements politiques.

  • 1 Le retour des bateaux en Europe était l’occasion de se renseigner sur l’évolution de la situation d (...)
  • 2 Il n’est pas rare, dans les contrats de nolis en particulier, de voir précisé que l’on prendra des (...)

2Cette périodisation est nécessairement large, car sur la longue période choisie, il n’est pas possible de suivre les soubresauts, nombreux et parfois invisibles, de l’activité du port. Les crises de courte durée sont en effet nombreuses – et toutes ne nous sont pas rapportées. Les nouvelles circulent très vite1et la moindre difficulté à Bougie est rapidement connue sur les grands marchés de la région, entraînant une diminution de l’activité du port2. Il est cependant possible de discerner, par-delà ces crises ponctuelles, les grandes périodes de prospérité et de crise.

3Les raisons de ces évolutions sont bien sûr multiples. La difficulté est de mesurer à la fois les effets des facteurs internes au Maghreb et ceux des mouvements de l’économie méditerranéenne et européenne.

4Bougie développe assez vite une activité importante. Moins d’un siècle après sa fondation, elle est déjà un des plus grands ports maghrébins. Cette période de prospérité dure jusqu’à la première décennie du xive siècle. Commence alors une longue crise, marquée par un ralentissement relatif du commerce international et par le développement de la piraterie. À partir du milieu du xve siècle les marchands européens recommencent à venir faire des affaires dans la ville, qui ne retrouve cependant pas la place qu’elle occupait au xiiie siècle.

I – L’ÂGE D’OR DES xiie ET xiiie SIÈCLES

  • 3 Le témoignage d’al-Baydaq sur la richesse, à ses yeux scandaleuse, des Bougiotes lors du passage du (...)

5Les premières années du développement de Bougie nous sont largement inconnues. Le premier témoignage, après celui d’al-Bakrī (antérieur à la fondation de la ville Hammadide), est celui d’al-Idrīsī3. Ce dernier décrit une grande activité commerciale et des réseaux terrestres et maritimes très étendus, ce que confirment les premiers documents commerciaux génois contemporains. Il montre bien sûr le résultat d’une évolution plus ancienne, dont il faut pourtant renoncer à cerner les rythmes.

  • 4 Roberto Sabatino Lopez pense que dans les années 1060-1080 les Génois et les Pisans ont dû avoir de (...)
  • 5 Goitein, Letters, op. cit., p. 323.
  • 6 G. Jehel, L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge. Conflits et échanges du viie au xve siècle, Paris, 2 (...)
  • 7 AG, I, p. 28, trad. p. 86. Cf. également M. Tangheroni, « Sui rapporti commerciali tra Pisa e la Tu (...)

6Les débuts semblent cependant avoir été lents. Il existait certes des relations commerciales avec le monde musulman et sans doute également avec les régions chrétiennes proches4. Vers 1135 un marchand juif écrit à son frère aîné au Caire et lui apprend qu’il a voyagé sur un navire chrétien d’Égypte à Bougie, où il a fait des affaires intéressantes5. Ce cas n’est sans doute pas isolé, mais la documentation ne permet pas de connaître l’intensité du trafic de Bougie jusqu’au milieu du xiie siècle. Les témoignages de relations entre les villes d’Italie du Nord et le Maghreb à la fin du xie et au début du xiie siècle montrent surtout un climat d’hostilité, dominé par la piraterie6. Ainsi en 1136 douze galées génoises lancent un raid contre Bougie et y capturent un navire avec de nombreux musulmans7.

  • 8 Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in t (...)
  • 9 Ibid., p. 56. Au xe siècle, et encore dans les premières années du xie siècle, l’Ifrīqiya est toujo (...)
  • 10 Cl. Cahen, « Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au haut Moyen-Âge », L’ (...)
  • 11 Cahen, « Quelques problèmes », art. cité, p. 428.
  • 12 J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afrique(...)
  • 13 Cf. supra sur la question des tribus, p. 183-187, 197-205.

7Plusieurs facteurs doivent être pris en considération pour expliquer ces problèmes. Le commerce maghrébin tout d’abord traverse des difficultés, dont témoignent les documents de la Geniza8. Au début du xie siècle les juifs d’Ifrīqiya écrivent à leurs correspondants en Égypte pour leur demander de les aider à émigrer et dans une lettre de la même époque un juif félicite son correspondant de s’être installé en Égypte, car « l’Occident [musulman] ne vaut plus rien désormais »9. Les marchands européens développent également leurs échanges avec le Levant de préférence au Maghreb. C’est le cas très tôt des Amalfitains et des Vénitiens, un peu plus tard des Pisans et des Génois10. On assiste à un déplacement vers l’est, dont l’Égypte est le grand bénéficiaire, changement qui peut s’expliquer par la politique des Fatimides, qui cherchent à attirer le commerce sans passer par l’intermédiaire de l’Ifrīqiya11. Jean Devisse a évoqué également un détournement des routes de l’or vers l’ouest à la fin du xe siècle12. Enfin les troubles propres à l’Ifrīqiya ont ajouté à ces difficultés, avec les luttes entre Zirides et Hammadides ainsi que les déplacements des tribus hilaliennes13.

8C’est donc à partir du milieu du xiie siècle que l’on peut véritablement commencer à étudier l’activité du port, c’est-à-dire au moment de l’instauration de la domination almohade. Cette activité ne cesse de se développer jusqu’au début du xive siècle et on peut situer entre ces deux dates la période de plus grande prospérité du port. La plupart des grandes cités marchandes de l’Europe du Sud y envoient des marchands, même si les Pisans et les Génois dominent le trafic pendant une longue période. L’analyse des réseaux commerciaux se heurte cependant à l’inégale richesse des fonds documentaires et l’image obtenue s’en trouve déformée, au profit principalement de Gênes, dont l’activité est bien connue grâce à son exceptionnel fonds de notaires des xiie et xiiie siècles. Il n’existe rien de comparable à Pise, Barcelone, Marseille, Venise ou Naples, ce qui ne signifie pas pour autant que ces ports n’entretenaient pas des relations suivies avec Bougie. Enfin le commerce direct avec l’Orient, comme avec le reste de l’Occident musulman, est particulièrement difficile à évaluer, qu’il s’agisse du trafic terrestre ou maritime. Ces réserves faites, il est manifeste que durant cette période Bougie noue des relations intenses avec les principales places de la Méditerranée.

9Elle bénéficie d’une double conjoncture favorable, marquée en Ifrīqiya par la prospérité almohade et du premier siècle hafside et, en Europe, par la révolution commerciale et le développement des échanges maritimes.

1) La seconde moitié du xiie siècle : l’essor des relations commerciales avec les villes italiennes

  • 14 Istibār, trad. p. 35.
  • 15 Il ne faut cependant pas poser sur ce témoignage un regard trop critique : au xive siècle Ibn Battū (...)

10« Son vaste port reçoit les bateaux des Rūm arrivant de Syrie et d’autres régions rūmi éloignées, ainsi que des bateaux musulmans provenant d’Alexandrie, qui est située sur la côte d’Égypte, du Yémen, de l’Inde, de la Chine, etc.14 » C’est en ces termes que l’anonyme du Kitāb al-Istibār s’émerveille, avec peut-être quelque exagération15, devant l’activité maritime de Bougie à l’époque almohade. À la fin du xiie siècle, la ville est en effet déjà devenue un des grands ports de la rive sud de la Méditerranée.

  • 16 Cf. supra p. 50-53.

11La prise de ville par ‘Abd al-Mu’min met fin à l’indépendance de la capitale hammadide, mais ne remet pas en cause sa prospérité. Au contraire, elle l’intègre dans un vaste espace unifié qui court d’al-Andalus à l’Ifrīqiya. Bougie reste alors, avec Constantine, un pôle dominant de la région, comme en témoigne l’installation de gouverneurs d’envergure. Les effets les plus violents des migrations hilaliennes commencent dans le même temps à s’estomper, avec le retour à un ordre politique ferme et la stabilisation relative des groupes tribaux. La première crise importante est celle des Banū Ġāniya en 1184, mais elle n’affecte Bougie que peu de temps, le problème se déplaçant assez vite vers le sud et surtout vers l’est16.

  • 17 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, et plus récemment M. T (...)
  • 18 Ibid., p. 129-130.

12L’Europe à la même époque connaît une croissance économique remarquable. Celle-ci, soutenue par une démographie dynamique, touche tous les secteurs de production, dans les villes comme dans les campagnes. C’est le moment où se développe la « révolution commerciale »17, suivant des rythmes différents selon les régions, et sur lesquels les historiens débattent encore18. Elle est particulièrement précoce en Italie, plus tardive en Catalogne ou en Provence. C’est en tout cas surtout à partir de la seconde moitié du xiie siècle que ses effets se font vraiment sentir sur le commerce maghrébin. Parallèlement à cette expansion économique, la chrétienté gagne à partir du xie siècle des territoires aux dépens de l’Islam. Si les attaques contre les côtes maghrébines n’eurent pas d’effet durable, les grandes îles de la Méditerranée occidentale en revanche passent toutes progressivement sous contrôle italien ou catalan et deviennent des bases essentielles pour le commerce et la navigation. C’est le cas en particulier de la Sicile, de la Sardaigne et plus tard de Majorque.

  • 19 En 1143 Bougie figure dans un document parmi les ports fréquentés par les Génois. Il s’agit d’un ta (...)
  • 20 Al-Idrīsī, trad. p. 371-372.
  • 21 Al-Zuhrī, Kitāb al-Ğarāfiyya. Mappemonde du calife al-Mamūn reproduite par al-Fazārī (iiie/ixe si (...)
  • 22 AG, I, p. 62, trad. p. 124. La raison de cette clause douanière n’est pas précisée, mais il peut s’ (...)
  • 23 Bernardo Marangone, Annales Pisani, éd. M. Lupo Gentile, Bologne, 19361940 (Rerum italicarum, scrip (...)
  • 24 Breve Chronicon [Chronique anonyme du Mont Cassin], Milan, 1724 (Rerum italicarum scriptores, 5), c (...)
  • 25 Voir le témoignage de Guillaume de Pouille, à la fin du xie siècle, La Geste de Robert Guiscard, éd (...)
  • 26 Le recul d’Amalfi est cependant plus général. Cf. G. Galasso, « Il commercio amalfitano nel periodo (...)
  • 27 M. Merores, Gaeta im frühen Mittelalter (8. bis 12. Jahrhundert), Gotha, 1911, p. 103.
  • 28 Sur ce marchand, cf. supra p. 590. L’état de la documentation vénitienne ne permet pas cependant de (...)

13Les premiers à développer un commerce actif à Bougie sont les Pisans et les Génois. Les documents d’archives permettant d’étudier ce négoce ne sont disponibles qu’à partir du milieu du xiie siècle19, mais ils montrent cependant des échanges déjà notables, dont les débuts doivent donc être placés un peu plus tôt. Al-Idrīsī souligne la prospérité commerciale de ces deux cités, même s’il ne parle pas explicitement de relations avec le Maghreb20. Son contemporain al-Zuhrī décrit les Pisans comme des « marchands sur terre et sur mer, qui se rendent au fin fond d’al-Šām, à Alexandrie et dans les localités d’Égypte, ainsi qu’aux extrémités du Maghreb et en al-Andalus21 ». Très vite les deux Républiques passent des accords avec les Almohades, nouveaux maîtres du Maghreb. En 1161 Gênes signe un traité pour une durée de quinze ans, assurant la sécurité pour les Génois sur terre et sur mer. Les taxes à payer sont fixées à 8 %, sauf pour Bougie où elles seront de 10 %, un quart des recettes revenant à la Commune de Gênes22. En 1166 Pise signe à son tour un traité avec les Almohades, valable pour la durée du règne du calife Yūsuf Abū Ya’qūb23. Les ports d’Italie méridionale et de Sicile ont également été en relations avec le Maghreb, poursuivant en cela une tradition ancienne maintenue par les Normands. En 1181 le roi de Sicile Guillaume signe ainsi une trêve de dix ans avec les Almohades24. Mais les documents manquent pour apprécier la réalité de ce commerce à Bougie au xiie siècle. Amalfi, qui fut une des premières à développer ses affaires dans le monde musulman25, est en particulier totalement absente de la documentation26. Il en va de même pour Gaète, dont on sait qu’elle commerce avec Tunis27. Enfin Venise a également été en relations avec Bougie, comme le montrent les affaires du marchand Romano Mairano, mais on ignore s’il y avait des relations officielles et des accords de paix avec les Almohades28.

  • 29 Amari, Diplomi, op. cit., texte latin, partie latine, n°14, p. 270, texte arabe et trad. it., parti (...)
  • 30 En 1178 Ansaldo Flandole, de Savone, est tué à Bougie par un musulman. Il Cartulario di Arnaldo Cum (...)

14Les archives pisanes sont malheureusement trop pauvres pour une étude précise des relations commerciales avec Bougie. Un seul document a été conservé pour cette époque, une plainte adressée en 1181 au calife à propos des difficultés faites par un officier de la douane de Bougie à des marchands de la cité toscane29. Quelques témoignages montrent également la venue de gens de Savone à Bougie dans le dernier quart du xiie siècle30.

15Les échanges sont donc surtout connus par les actes des notaires génois. Les chiffres absolus des investissements génois de la seconde moitié du xiie siècle ne permettent pas de dessiner une évolution nette, en raison du faible nombre de minutiers conservés pour cette époque. En revanche ils montrent bien la place relative de Bougie dans le commerce génois en Méditerranée et plus particulièrement au Maghreb.

  • 31 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Nort (...)

16Pour les années 1158-1161 les comptages de David Abulafia montrent la place modeste du Maghreb dans les investissements génois31 :

Tableau 28. RÉPARTITION DES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1158-1161)

Tableau 28. RÉPARTITION DES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1158-1161)
  • 32 Il faudrait y ajouter la Romanie qui, en 1160, attire 19,25 % des investissements. Sur le commerce (...)
  • 33 Erik Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 61.

17La Sicile et l’Orient (Syrie et Égypte) concentrent donc l’essentiel de ces investissements32, alors que le Maghreb reste marginal. Ces résultats doivent cependant être nuancés. En effet le notaire Giovanni Scriba, la seule source disponible pour ces années, travaille en grande partie pour une clientèle appartenant aux élites dirigeantes de la cité33et peu pour les marchands moyens, très actifs au Maghreb. Il est donc possible que l’importance du commerce africain soit sous-estimée. Les places alors fréquentées sont Tunis, Gabès, Tripoli, Salé, mais surtout Ceuta et Bougie.

  • 34 D’après Krueger, « Genoese Trade with North-west Africa », art. cité, p. 380.

Tableau 29. INVESTISSEMENTS GENOIS A BOUGIE, TUNIS ET CEUTA (1155-1164)34(en livres genoises)

Tableau 29. INVESTISSEMENTS GENOIS A BOUGIE, TUNIS ET CEUTA (1155-1164)34 (en livres genoises)
  • 35 Dont Tripoli, Gabès, Garbo, Salé, Berbérie.

Note35

18Sur l’ensemble de la décennie, Bougie est la première destination au Maghreb, mais à partir de 1160 elle doit compter avec la concurrence de Ceuta. Tunis en revanche reste assez loin derrière, sauf en 1157 (l’année 1155 n’étant pas significative).

  • 36 Cf. D. Valérian, « Gênes, l’Afrique et l’Orient : la place du Maghreb dans la politique génoise en (...)

19Les documents des années 1182-1191 (notaires Oberto Scriba de Mercato et Guglielmo Cassinese) montrent une place plus importante pour le Maghreb dans ces investissements génois, ce qui peut s’expliquer en partie par l’évolution de la situation des Génois en Orient36.

  • 37 Tableau établi à partir des dépouillements de Bach, La Cité de Gênes, op. cit., annexes.

Tableau 30. INVESTISSEMENTS GENOIS (1182-1191)37(en livres de Gênes)

Tableau 30. INVESTISSEMENTS GENOIS (1182-1191)37 (en livres de Gênes)
  • 38 Ibid., p. 51.
  • 39 Le traité de 1236 entre Gênes et les Hafsides, le plus ancien connu, parle simplement des « places (...)
  • 40 Cf. supra p. 50-53.
  • 41 Valérian, « Gênes, l’Afrique », art. cité, p. 835-837.

20Le Maghreb attire donc sur cette période un quart des investissements génois, contre un tiers pour l’Orient. Les sommes moyennes investies à destination des marchés orientaux sont cependant deux fois plus élevées que pour le Maghreb38. Jusqu’en 1190 seuls trois ports de la région sont concernés par le commerce génois : Tunis, Bougie et Ceuta. Les traités passés avec les Almohades interdisent en effet de toucher un autre port, sauf en cas de nécessité39. La hiérarchie de ces villes se modifie cependant par rapport aux années 1150-1160 : Ceuta est désormais la place la plus importante et concentre plus des trois-quarts des investissements génois jusqu’en 1186, Tunis et Bougie se partageant la deuxième place. Certaines années, la première dépasse même largement la seconde, ce qui marque les prémices d’un changement durable. C’est le cas en particulier en 1186, où aucun contrat n’est passé à destination de Bougie. Il faut sans doute voir là les effets passagers de la crise des Banū Gāniya, débarqués à la fin de 1184, et qui perturbent la région pendant un temps40. En 1190 le trafic s’interrompt pour l’ensemble du Maghreb, peut-être en raison du regain de tension dû à la croisade et des efforts fournis par Gênes en Orient41. Mais dès l’année suivante, les échanges reprennent à un bon niveau, alors qu’une nouvelle paix est signée.

2) Le beau xiiie siècle

21La prospérité de la seconde moitié du xiie siècle se poursuit jusqu’à la fin de l’époque almohade et pendant le premier siècle hafside. La conquête de la ville par les Hafsides de Tunis se fait sans violences particulières. Bougie participe alors à la prospérité de l’Ifrīqiya et connaît son plus grand rayonnement au Maghreb et en Méditerranée.

  • 42 Plus des deux tiers des personnages cités sont étrangers à la ville. D. Urvoy, « La structuration d (...)
  • 43 Certains cependant ne font que passer, car Bougie est située sur la route qui mène en Orient.
  • 44 Urvoy, « La structuration », art. cité, p. 98.
  • 45 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéenne (...)
  • 46 Ibid., p. 323-327 et supra p. 523-525.
  • 47 Cf. supra p. 140-141.

22C’est à la fin du xiiie ou au début du xive siècle que le cadi al-Gubrīnī rédige le ‘Unwān al-dirāya, recueil de biographies des savants de Bougie du viie/xiiie siècle, dans lequel il glorifie sa ville en montrant son rayonnement intellectuel. Les personnages qu’il présente, pour la plupart, ne sont pas originaires de Bougie42, mais y sont venus et s’y sont parfois installés définitivement, attirés par sa prospérité, sa vitalité intellectuelle et religieuse et la puissance de ses émirs43. Beaucoup viennent du Maghreb central et la ville apparaît dans ce recueil comme un pôle majeur d’une région s’étendant de Bône à Alger44. Mais au-delà de sa province, Bougie attire également de plus loin, principalement d’al-Andalus. La Reconquista et le recul de la frontière en Espagne poussent de nombreux musulmans et juifs à l’exil. Beaucoup choisissent Bougie, qui a toujours entretenu des liens étroits avec la Péninsule45. Ils contribuent à dynamiser l’économie et en particulier le commerce maritime46. Dans les campagnes, après les dernières grandes migrations de tribus lors de la crise des Banū Ġāniya, les populations se stabilisent et un équilibre se crée, contribuant à la prospérité. Les routes ne sont certes pas toujours sûres, mais rien n’indique un blocage des échanges intérieurs. Dans le Sud, l’accès aux axes caravaniers sahariens est tenu par la famille des Banū Muznī installée à Biskra47et qui, en dépit d’une fidélité fragile aux Hafsides et de conflits fréquents, dut assurer la sécurité d’un trafic qui ne pouvait que lui être profitable.

23Les conflits ne sont certes pas absents de la période. Jusqu’à la fin du règne d’al-Mustansir la puissance du sultan de Tunis est cependant suffisante pour assurer la stabilité politique. Les Abdelwadides, comme les Mérinides, sont encore trop faibles pour inquiéter les terres hafsides. Vers la fin du xiiie siècle pourtant les conflits recommencent à surgir. Entre 1283 et 1318 Bougie est le siège d’un État indépendant de manière presque continue. Mais il n’en résulte pas pour autant de guerre dommageable pour le pays et cette longue période de séparation est surtout le signe de la prospérité d’une ville capable de soutenir les ambitions de son prince. Quant aux attaques venues de l’Ouest, elles ne sont pas une menace sérieuse jusqu’aux années 1310.

24Un tel contexte ne peut que favoriser la prospérité et attirer les marchands dans le port. En Europe, l’essor économique et commercial gagne au xiiie siècle des régions plus nombreuses. L’industrie textile et celle des cuirs se développent dans les grandes villes du Sud, demandant des matières premières et des débouchés pour leurs productions. L’enrichissement des villes favorise les investissements dans le commerce lointain, qui concerne alors de larges couches de la population. Désormais ce ne sont plus les seuls Italiens qui fréquentent Bougie, mais aussi les Provençaux, et surtout les Catalans.

  • 48 Sur les conséquences de la lutte entre Gênes et Pise à la fin du xiiie siècle, voir en particulier (...)

25Dès les débuts de la dynastie hafside les traités se multiplient avec les principales puissances européennes : en 1231 avec Venise (pour 40 ans), en 1234 avec Pise (30 ans) et en 1236 avec Gênes (10 ans). Ces accords prévoient la venue des marchands dans les grands ports du sultanat, dont bien sûr Bougie. Par la suite ils sont périodiquement renouvelés. Venise, qui signe des trêves de durée plus longue (30 ou 40 ans), est en paix de manière presque continue au xiiie siècle. Ce n’est semble-t-il pas le cas de Gênes, dont les trêves sont plus courtes – mais il n’est pas exclu que les textes de certains traités aient été perdus. En 1264 Pise proroge pour vingt ans l’accord de 1234 venu à expiration. À l’issue de cette nouvelle période cependant, le traité n’est pas renouvelé. Cela s’explique par la sévère défaite subie par Pise face à Gênes en 1284, à la bataille de la Meloria, qui affaiblit durablement sa puissance, au moins sur le plan politique48.

Tableau 31. TRAITÉS DE PAIX SIGNÉS PAR LES HAFSIDES (1230-1360)

Tableau 31. TRAITÉS DE PAIX SIGNÉS PAR LES HAFSIDES (1230-1360)
  • 49 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 47 (29/4/1271).
  • 50 ASG, min. 95, f. 149v (12/2/1271).
  • 51 L’absence de traité conservé ne signifie pas nécessairement une dégradation des relations politique (...)

26La croisade de Louis IX et Charles d’Anjou en 1270 provoque une crise qui affecte les communautés marchandes européennes dans les ports hafsides. Même si les combats ne touchent pas directement Bougie, il semble que les chrétiens présents dans la ville aient préféré fuir. C’est ce dont témoigne la nomination en 1271 du prêtre Jaffero, recteur de l’église des Pisans de Bougie, qui avait dû quitter la ville l’année précédente49. Il a été réclamé par les marchands présents dans le port, ce qui montre que ces derniers sont revenus rapidement, voire que certains n’ont pas déserté le Maghreb. La même année le prêtre génois Nicolò part à Bougie, accompagné du clerc Giacomino50, et sans doute la chapelle du fondouk des Génois s’était-elle trouvée pour les mêmes raisons privée provisoirement de desservant. Le retour à la normale est donc très rapide, comme en témoignent entre 1270 et 1272 quatre traités signés par les Hafsides, qui rétablissent des relations cordiales. En 1271en particulier, le roi d’Aragon passe un accord avec Tunis, donnant un cadre légal aux activités de plus en plus importantes des Catalans dans le sultanat. Désormais, alors que les relations politiques avec les villes italiennes deviennent plus épisodiques51, les rois d’Aragon et de Majorque se posent comme les interlocuteurs privilégiés des Hafsides. Les traités renouvelés régulièrement installent une paix presque continue jusqu’au début des années 1320. En 1309, 1312 et 1314 les souverains catalans passent même des accords directement avec Bougie, alors indépendante.

  • 52 Les autres nations pouvaient cependant se mettre sous la sauvegarde d’une puissance reconnue par le (...)

27Les marchands protégés par de tels traités sont avantagés : leur sécurité est assurée, les taxes douanières sont fixées et ces garanties s’accompagnent en général de structures communautaires propres à satisfaire leurs besoins à Bougie. Au xiiie siècle Bougie est donc en relations avec la plupart des grandes puissances marchandes de Méditerranée. Mais le dynamisme des marchands européens la met plus particulièrement en contact avec les Italiens, les Provençaux et les Catalans52.

28Les premiers, principalement les Pisans et les Génois, poursuivent des relations développées au siècle précédent.

  • 53 In quo loco pauci utuntu christiani nisi solummodo Pisani. ASG, Materie politiche, Mazzo V, n° 2724 (...)
  • 54 Cf. supra p. 400-401.
  • 55 Une idée persistante chez les historiens de Pise veut que l’accès de Bougie aux marchands chrétiens (...)
  • 56 ACA, C., Rg. 252, f. 194 (12/5/1298), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les rela (...)
  • 57 ASP, Diplomatico Monastero degli Olivetani di Pisa, 21/8/1276 ; id, 1290 ; ASP, Diplomatico Roncion (...)
  • 58 Herlihy, Pisa nel Duecento, op. cit., p. 170-182.
  • 59 Ibid., p. 186. Rapidement les lainiers prennent une place importante dans la vie politique. En 1268 (...)
  • 60 La date de sa fondation n’est pas certaine, mais elle est située entre 1161 (selon Jean-Marie Parde (...)
  • 61 A. Schaube, Das Konsulat des Meeres in Pisa, Leipzig, 1888, p. 194-207. Ces statuts ont été édités (...)
  • 62 Herlihy, Pisa nel Duecento, op. cit., p. 195-196 ; Balard, « Génois et Pisans en Orient », art. cit (...)
  • 63 Balard, « Génois et Pisans en Orient », art. cité, p. 208.
  • 64 O. Banti, « I trattati fra Genova e Pisa dopo la Meloria fino alla metà del secolo xiv », Genova, P (...)
  • 65 Colo Margar, consul de Pisans à Bougie, témoigne dans une affaire d’échange de captifs majorquins. (...)
  • 66 Archivio della Mensa Arcivescovile di Pisa, Protocoli notarili, Rg. 7, f. 35 (14/9/1317), 176v (132 (...)

29La rareté des documents pisans ne doit pas faire illusion. En 1285 un incident montre la position de premier plan des Pisans à Bougie. Le Vénitien Marino Sanudo affrète un navire à Gênes pour aller charger de la laine et des boudrons à Bougie et Jijel. Il jure, comme tous les autres capitaines, de ne pas aller à Pise, déclarant revenir à Gênes ou Venise après son séjour en Ifrīqiya. Au retour il est pourtant capturé au large de Piombino par l’amiral génois Benedetto Zaccaria, qui l’accuse d’aller à Porto Pisano, considérant que les Pisans sont les seuls chrétiens en relations avec ces régions53. Il y a sans doute là de l’exagération de la part du Génois, dont le frère Manuele avait, quelques années auparavant, vendu à Gênes de la laine et de l’alun provenant de Bougie54. Mais l’épisode est révélateur de l’importance de Pise sur le marché de Bougie55. De même lorsqu’en 1298 le roi d’Aragon Jacques II veut préparer un accord avec le sultan de Bougie Abū Zakariyā’, c’est un marchand pisan, Rainiero Marcelli, qu’il envoie, ce qui montre encore la place et le crédit de cette nation56. Plusieurs testaments rédigés à Bougie montrent par ailleurs une communauté importante et active, regroupée dans son fondouk57. Pise est en effet au xiiie siècle une des grandes cités d’Italie. L’industrie du cuir en particulier y est très développée, au moins jusque dans les années 1250. Les pelletiers sont installés autour de la Piazza San Nicola, où arrivent les marchandises d’outre-mer58. Après 1250 le secteur lainier se développe, avec l’aide notamment des Lombards59, et les besoins de ces activités poussent au développement des relations avec le Maghreb. L’expansion de Pise en Méditerranée, si elle n’arrive sans doute pas au niveau de celle de Gênes, est tout de même importante à cette époque. À la fin du xiie siècle est créé l’Ordo Maris, qui regroupe les grandes familles liées au commerce maritime60, et les statuts maritimes rédigés à la fin du xiiie siècle montrent une activité importante, notamment au Maghreb61. Soumis à une forte concurrence en Orient, les Pisans développent leur commerce au Maghreb et en Sardaigne, plus proches, sans cependant abandonner le marché égyptien où ils conservent des positions traditionnellement fortes62. Vers la fin du xiiie siècle la puissance pisane diminue, mais il ne faut cependant pas exagérer ce recul. Le désastre de la Meloria face aux Génois, qui a longtemps été tenu pour responsable de l’effacement des Pisans sur les marchés méditerranéens, n’a pas eu un effet décisif sur le commerce. La flotte de guerre a certes été décimée, mais cela n’affecte pas la marine de commerce63. Le traité de 1288, puis celui de 1299, entre les deux républiques rivales interdisent aux Pisans d’armer pour des destinations au-delà de la Sardaigne64, mais les commerçants poursuivent leurs activités en empruntant les bateaux d’autres puissances navales. Jusqu’aux années 1320 en tout cas ils sont toujours présents à Bougie et ils y ont encore un consul en 131365et un prêtre en 1317 et 132366.

  • 67 Tangheroni, « Sui rapporti commerciali », art. cité, p. 86.
  • 68 R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, VI, p. 745.
  • 69 Giovanni Villani parle de franchises accordées aux Florentins vers 1252. Giovanni Villani, Nuova Cr (...)

30Avec les Pisans des marchands toscans de Lucques, Sienne ou Florence sont également en relations avec les places maghrébines67. Les Florentins passent cependant parfois par l’intermédiaire des Génois, pour des raisons politiques68, et ont peut-être signé eux-mêmes des accords directement avec les Hafsides, bien qu’aucun traité de cette époque n’ait été retrouvé69.

  • 70 Sur cette rivalité à Bougie, cf. D. Valérian, « Gênes et Pise : une concurrence pour le marché boug (...)
  • 71 Leur présence est très précoce dans les États latins de Syrie-Palestine. Ils renforcent par ailleur (...)
  • 72 R. Doehaerd, Les Relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outre-Mont, d’après les archi (...)
  • 73 Le premier accord est signé avec le gouverneur almohade de Tunis, un Mu’minide. Il n’y a cependant (...)
  • 74 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 125-127. À cette date Bougie est indépendante de Tunis. Cela (...)

31Les grands rivaux des Pisans sont alors incontestablement les Génois70. L’Orient attire la plupart de leurs investissements et les hommes d’affaires les plus puissants. Mais le Maghreb reste, comme au siècle précédent, une destination fréquentée. À la différence de Pise cependant, Gênes a développé un réseau commercial diversifié. Ses marchands sont très présents en Orient71, ce qui leur donne accès aux marchés du Levant et aux débouchés des routes des épices. Leurs liens sont également étroits avec les grands centres urbains de Lombardie et, au-delà des Alpes, avec la Provence et surtout les foires de Champagne et les Flandres72. Ils sont donc susceptibles de jouer pour Bougie un rôle d’intermédiaires avec d’autres marchés, lui fournissant produits d’Orient et textiles européens et en retour venant y chercher des produits nécessaires pour les industries européennes. Les traités signés avec Tunis témoignent de cet intérêt de Gênes pour l’Ifrīqiya. Ils sont régulièrement renouvelés, en 1223, 1236, 1250 et 127273. En 1287 une convention passée entre Gênes et le sultan confirme une paix précédemment signée par Giacomo Doria74. Ces accords permettent le déploiement des activités des Génois à Bougie, attesté par les très nombreux contrats commerciaux instrumentés à Gênes.

  • 75 Cf. supra p. 601. En 1202 une nouvelle convention avec Gênes alourdit les conditions précédentes et (...)
  • 76 Éd. V. Pongiglione, « Il libro del podestà di Savona dell’anno 1250 », Atti della Società savonese (...)
  • 77 F. Bruno, « Le convenzioni commerciali e la marina savonese dai tempi più antichi sino alla fine de (...)

32Gênes, par son développement rapide, a vite éclipsé les autres ports voisins. Savone conserve cependant quelques liens directs avec le Maghreb, malgré les conditions que lui impose très tôt sa rivale75. En 1250 un procès fait ainsi intervenir un marin ayant voyagé à Bougie sur une nave de Savone76. En 1278 trois marchands de Savone partent de Gênes sur leur nave qui va à Majorque, Ibiza, Almeria, dans le Garbo, à Ceuta et Bougie77. Mais pour Bougie Savone reste marginale, à l’ombre de Gênes.

  • 78 Fr. Artizzu, La Sardegna pisana e genovese, Sassari, 1985, p. 234-235 ; Ph. Gourdin, « Les relation (...)
  • 79 D. Abulafia, The Western Mediterranean Kingdoms, 1200-1500, Londres, 1997, p. 123-127.
  • 80 A. Boscolo, « Aspetti dell’economia della Sardegna dal periodo della supremazia pisana-genovese al (...)
  • 81 Guglielmo Cassinese, n° 112 (23/1/1191).
  • 82 Bonvillano, n° 193 (20/11/1198).
  • 83 ASP, Diplomatico Coletti, 24/9/1231, éd. Fr. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti econom (...)
  • 84 ASP, Diplomatico Monastero degli Olivetani di Pisa, 1290.
  • 85 ASG, min. 77, f. 212v-214r (13/6/1313).
  • 86 Quilibet Iudaeus Barbariae et quilibet Saracenus. Éd. R. Di Tucci, « La condizione dei mercanti str (...)

33Pour ces deux grandes républiques tyrrhéniennes la Sardaigne était une étape utile sur la route de l’Afrique, même s’il ne faut pas en exagérer l’importance78. L’île fut d’ailleurs longtemps disputée par les deux rivales, avant de passer sous contrôle aragonais en 132479. Cagliari pour Pise, Torres et Alghero pour Gênes, servent alors de point d’appui pour le commerce maghrébin80. En 1191Rogerio da Pegli part de Gênes pour la Sardaigne et de là Bougie81. Sept ans plus tard, la nave Ursa fait le même voyage avec à son bord Bartholomeo Boterio82. En 1231à Cagliari, le Pisan Ildebrando Melle déclare porter en société de mer 15 livres de monnaie génoise de Porto Neapolis à Bougie, où il doit investir la somme en grains et revenir à Cagliari83. En 1290 un certain Arsacco de Oliastro de Sardaigne témoigne dans un testament fait à Bougie84. Enfin en 1313 la galée Santa Maria est nolisée à Gênes pour charger de l’orge en Sardaigne et le porter à Bougie85. À l’époque aragonaise les documents commerciaux manquent pour suivre ce trafic, mais un tarif douanier de 1329 prévoit les taxes que doit payer dans l’île tout « juif de Berbérie et musulman86 ».

  • 87 Traités en 1231, 1251, 1271, 1305, 1317, 1332 (le texte de ce dernier traité a été perdu). Cf. A. S (...)
  • 88 A. Sacerdoti, « Il consolato veneziano del regno hafsida di Tunisi (12741518) », Studi Veneziani, 1 (...)
  • 89 Éd. et trad. it. Amari, Diplomi, op. cit., partie arabe, n° 25, p. 76.
  • 90 R. Cessi, « Le relazioni commerciali tra Venezia e le Fiandre nel sec. xiv », Politica ed economia (...)
  • 91 L’élu devait accepter son poste dans les trois jours sous peine de ne plus être éligible à d’autres (...)
  • 92 A. Ducellier, « Raguse, l’Italie et la Berbérie au Moyen Âge : à propos de quelques documents inédi (...)

34Le troisième grand port d’Italie du Nord est Venise. La Sérénissime est en paix de manière continue avec les Hafsides de 1230 au début du xive siècle87, même si comme Gênes elle s’intéresse davantage à l’Orient. Elle domine en Romanie entre la quatrième croisade et 1261 et ses marchands sont très présents sur les marchés de Syrie et d’Égypte. Par ailleurs, en Ifrīqiya même, les Vénitiens sont davantage attirés par Tunis, où ils forment une communauté importante, avec son consul et un fondouk88. Pourtant, bien que les témoignages soient rares, les Vénitiens ont également entretenu des relations avec Bougie. En 1207, lorsque le Bougiote Ahmad b. Tamīm écrit aux Anziani et aux consuls de Pise pour leur demander d’être leur drogman, il fait référence à la coutume que les Vénitiens ont pour habitude de suivre, qui est de n’accepter comme drogman qu’une personne ayant leur agrément89. Il existait donc à Bougie à cette époque une communauté suffisamment importante pour justifier l’emploi d’un drogman particulier. De même, la capture par Benedetto Zaccaria du navire affrété par le Vénitien Marino Sanudo en 1285 montre l’existence de relations commerciales avec Bougie. En 1273 le Grand Conseil donne la possibilité aux bateaux allant en Flandre de passer au retour par Tunis90, et Bougie pouvait alors être une escale avant d’arriver dans la capitale hafside. Pourtant le volume de ce commerce était réduit avec le Maghreb, comme le montre le peu d’enthousiasme des consuls nommés pour Tunis91. Les autres ports de l’Adriatique ont sans doute également été en contact avec l’Ifrīqiya, mais ce trafic n’a pas laissé de trace dans la documentation92.

35Le sud de l’Italie et la Sicile regardent davantage vers Tunis et les ports d’Ifrīqiya orientale que vers Bougie. Les relations ne sont cependant pas totalement absentes avec l’ouest du sultanat, même si là encore les sources manquent pour en faire une description précise.

  • 93 Blancard, II, n° 926 (26/6/1248).
  • 94 Éd. R. S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellanea di stu (...)
  • 95 Pegolotti, p. 113, 167, 169, 188.
  • 96 Cf. G. Yver, Le Commerce et les marchands dans l’Italie méridionale aux xiiie et xive siècles, Pari (...)
  • 97 Éd. N. Nicolini, Codice diplomatico sui rapporti veneto-napoletani durante il regno di Carlo I d’An (...)
  • 98 Cf. supra p. 355-362 sur les importations de céréales.
  • 99 Cf. Abulafia, The Two Italies, op. cit., p. 44 ; Id., « Gli Italiani fuori d’Italia », Storia dell’ (...)
  • 100 D. Abulafia, « A Tyrrhenian Triangle : Tuscany, Sicily, Tunis, 1276-1300 », Studi di storia economi (...)
  • 101 Éd. Nicolini, Codice diplomatico, op. cit., n° 153 (24/7/1276) ; I Registri della Cancelleria angio (...)
  • 102 Éd. P. Burgarella, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo, Rome, 1981, n° 266, p. 16 (...)
  • 103 Éd. Burgarella, Le imbreviature, op. cit., n° 394, p. 235-236 (25/8/1287).
  • 104 Les contrats donnent rarement les escales du voyage. Mais parfois un marchand prend plusieurs comma (...)
  • 105 ASG, min. 71, f. 242r (1/4/1292).
  • 106 ASG, min. 63/I, f. 189v (14/6/1292).
  • 107 Archivio di Stato di Palermo, not. Bartolomeo de Citella, f. 434v (13/8/ 1309), éd. R. Zeno, Docume (...)
  • 108 ACA, C., Rg. 65, f. 125v ; id., Rg. 58, f. 44r (avril 1286).
  • 109 ACA, Clero, Monacales, Pergaminos de la cartuja de Montalegra, année 1294 (5/7/1294), éd. Dufourcq, (...)
  • 110 Archivio Comunale di Palermo, Adamo de Citella, f. 92v (16/3/1299), éd. Zeno, Documenti, op. cit., (...)

36On ne dispose pas d’archives notariales pour les ports d’Italie du Sud à cette époque, mais en 1248 un document marseillais montre un marchand de Naples intervenant dans une opération de change à Bougie, attestant la présence de négociants de Campanie93. Les indices les plus sûrs sont donc les manuels de marchands. La Memoria, œuvre d’un auteur pisan anonyme datée de 1278, donne plusieurs équivalences de mesures entre Bougie et les ports du Mezzogiorno. L’auteur cite les noix, noisettes, châtaignes de Naples ou l’huile des Pouilles. Il donne pour équivalents le cantare de lin à Bougie et en Sicile94. Au début du xive siècle le Florentin Pegolotti reprend ces informations et y ajoute des équivalences pour le blé de Sicile et des Pouilles (Manfredonia), ainsi que pour l’huile de Naples95. Ce trafic est cependant difficile à évaluer et est surtout attesté pour les céréales, grâce à quelques documents de la chancellerie d’Anjou96. Après le traité de 1270 entre Charles d’Anjou et les Hafsides, plusieurs licences d’exportation pour Bougie de blé ou d’orge des Pouilles sont en effet accordées97. Ces transports de céréales se font cependant surtout au départ de la Sicile98, l’île étant un point d’appui pour des marchands venus des ports du continent99. Elle est en effet une escale vers les marchés maghrébins et son commerce est en grande partie assuré par des Génois, Pisans ou Catalans100. En 1276 plusieurs navires portent des céréales à Bougie au départ de Trapani, Agrigente, Sciacca, Palerme, Mazara et Licata ; sur les dix dont l’origine est connue, seuls trois appartiennent à des Siciliens (de Messine), alors que quatre sont pisans, un de Tortosa, un catalan et un de Salerne. De même lorsque l’origine des marchands recevant la licence d’exportation est mentionnée, ce sont le plus souvent des Pisans (six cas), deux autres étant de Campanie (Salerne et Amalfi)101. On rencontre cependant, notamment chez les notaires de Palerme, des marchands siciliens se rendant à Bougie, mais souvent en relation avec les Génois. En avril 1287 Gualterio de Bonito, citoyen de Messine, s’engage auprès de Bartolomeo Imperatore, citoyen de Palerme, à aller à Bougie pour récupérer 2250 doubles d’or que leur doit le Génois Francesco Squarciafico, le contrat entre les trois hommes étant instrumenté par le notaire des Génois de Palerme. De cette somme il investira en commande la moitié, en produits à vendre à Gênes, où il achètera des marchandises qu’il portera à Palerme102. En août de la même année le Génois Andreolo della Volta nolise sa nave à un marchand de Messine pour porter à Bougie ou Gênes 2500 salme de froment103. Comme la Sardaigne, la Sicile est souvent une étape sur la route de l’Afrique pour les marchands du nord de la Péninsule104. En 1292 Tommaso Stancono reçoit ainsi à Gênes deux commandes, à porter de Sicile à Bougie sur sa nave105, et la même année trois Savonais nolisent leur bateau pour transporter 1500 salmes de grains de Sicile à Bougie ou à Gênes106. De même en 1309 la taride des Génois Giacomo Bonetto et Guglielmo Costaservi part de Palerme pour charger du froment à Sciacca, à destination de Bougie107. Les Génois et les Pisans ne sont pas les seuls à utiliser la Sicile comme point d’appui. Après les Vêpres siciliennes l’île est intégrée aux domaines de la Couronne d’Aragon et sert de relais pour ses marchands. En 1286 Berenguer de Conques, qui avait reçu l’année précédente une licence pour porter des grains de Sicile à Barcelone, vend en réalité sa cargaison à Bougie, et doit rendre des comptes à son retour108. En 1294, de manière plus légale, un bâtiment de Tarragone est nolisé à un marchand de Barcelone pour aller chercher du froment en Sicile et le porter à Bougie ou dans d’autres ports109. De même, cinq ans plus tard, le Valencien Bernardo Perfette nolise son linh à un Catalan de Trapani et à deux marchands de Majorque et Barcelone, pour porter du coton de Palerme à Bougie110.

  • 111 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum C(d), capsa 8, n° 132 (11/ 9/1213), éd. A. Garcia i (...)
  • 112 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las (...)

37Dans la seconde moitié du xiiie siècle les Catalans et Majorquins accentuent leur présence à Bougie et dans les autres ports maghrébins. Les Barcelonais avaient déjà posé des jalons dans la première moitié du siècle, le premier document attestant un voyage de Barcelone à Bougie datant de 1213111. Après 1212-1213 en effet les pays de la Couronne d’Aragon se tournent vers le Sud et la Méditerranée et commencent à y développer leurs activités. La prise de Majorque en 1229-1230 leur donne par ailleurs un point d’appui décisif pour leur pénétration commerciale des marchés maghrébins112. Bien que rares pour cette période, les documents commerciaux montrent que l’Afrique du Nord est une destination privilégiée.

  • 113 D’après St. P. Bensch, Barcelona and its Rulers, 1096-1291, Cambridge, 1995, p. 288.

Tableau 32. CONTRATS BARCELONAIS (1200-1290) : REPARTITION PAR DESTINATION113 (nombre de contrats et sommes investies, en sous de Barcelone)

Tableau 32. CONTRATS BARCELONAIS (1200-1290) : REPARTITION PAR DESTINATION113 (nombre de contrats et sommes investies, en sous de Barcelone)
  • 114 Ibid., p. 294. Cf. également C. Cuadrada, A. Orlandi, « Ports, tràfics, vaixells, productes : Itali (...)
  • 115 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 90-91.
  • 116 En 1260 Jacques d’Aragon refuse au roi de Castille une aide contre le roi de Tunis. ACA, C., Rg. 11 (...)
  • 117 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 177-178.

38Au milieu du xiiie siècle le commerce maghrébin représente les deux tiers du trafic de Barcelone, si l’on en croit les affermages de taxes portuaires114. À partir de 1250 Jacques d’Aragon réglemente la course, interdisant d’attaquer les sujets des souverains en paix avec la Couronne, ce qui favorise le développement des relations pacifiques avec les pays maghrébins115. Un modus vivendi s’installe alors, malgré l’absence de paix formelle jusqu’en 1271116. Signe de l’accroissement du volume des transactions avec Bougie, le prix d’affermage du fondouk des Catalans augmente d’ailleurs à partir de 1250117. L’intégration de la Sicile en 1282 enfin favorise encore ce développement commercial.

  • 118 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 108-112.
  • 119 Cf. supra p. 523, 530-531.
  • 120 Les Registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, III, Paris, 1908-1910, n° 5960 (9/4/1241).

39Très vite cependant Majorque devient le principal port du royaume en relation avec le Maghreb. Avant même sa conquête par les Catalans en 1230, elle est une escale importante du commerce européen en direction de l’Afrique. Pisans et Génois y viennent régulièrement au xiie et au début du xiiie siècle118. Dernière grande île de Méditerranée occidentale à passer sous contrôle chrétien, elle devient rapidement un des principaux pôles du commerce maghrébin. Remarquablement située sur une des routes menant en Afrique du Nord, elle profite également de liens privilégiés avec le monde musulman. Elle est en effet une des rares terres chrétiennes à accueillir des musulmans, notamment de Bougie, et ses marchands juifs sont également très actifs dans le commerce maghrébin119. En 1241 le pape Grégoire IX autorise d’ailleurs l’évêque de Majorque à permettre à ses diocésains de commercer avec les pays d’Islam en temps de paix, même pour y vendre des vivres, rappelant cependant qu’en aucun cas ne devra être exporté ce qui pourrait servir à combattre les chrétiens120. Ces conditions font de l’île un élément essentiel du réseau commercial qui unit l’Europe à l’Afrique.

  • 121 ARM, P. 342, f. 41v, cité par Fr. Sevillano Colom, J. Pou Montaner, Historia del puerto de Palma de (...)
  • 122 Éd. A. Santamaría Arández, Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque, 1990, n° 35 (12/4/1 (...)
  • 123 Cf. supra p. 276.
  • 124 Ce document a été édité par A. Riera Melis, « La llicencia per a barques de 1284. Una font importan (...)
  • 125 Le navire qui va à Tunis s’arrête par ailleurs à Bougie.
  • 126 ARM, RP 3764, f. 25-47 (1314).

40L’année même du décret de Grégoire IX un voyage commercial est attesté à destination de Bougie121et en 1247 trois bateaux au moins s’y rendent122. En 1276 le royaume de Majorque devient indépendant et deux ans après son roi Jacques II signe un traité de paix avec les Hafsides. La communauté marchande est alors suffisamment importante à Bougie pour justifier la nomination d’un consul en 1302 et l’attribution d’un fondouk propre123. Un document de 1284 permet d’évaluer la place de Bougie dans le trafic de l’île en cette fin du xiiie siècle. Il s’agit d’un registre douanier qui note, entre le 23 janvier et le 18 mars, tous les départs de navires majorquins, ou ayant à leur bord des habitants de l’île ou des marchandises leur appartenant124. Près des trois-quarts de ces navires sont dirigés vers le Maghreb. La première destination est Bougie, avec six voyages, puis viennent Collo (quatre voyages), Alcudia, Oran, Alger, Motçema (Mostaganem ?), Bône, Hunayn (trois), Jijel, Mazagran, Dellys, Brechk (deux), Ténès et Tunis125enfin (un). À partir de 1311 les départs sont plus nombreux, avec par exemple onze navires allant à Bougie en 1314126.

  • 127 D. Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca, 1150-1450 », En las costas del Mediterráneo occi (...)
  • 128 ASG, min. 96, f. 54r (10/6/1270).
  • 129 Éd. Riera Melis, « La llicencia per a barques », art. cité, p. 16.
  • 130 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292).

41Les Génois, et dans une moindre mesure les Pisans, trouvent à Majorque un point d’appui essentiel pour leurs affaires africaines127. En 1270 la barca du Génois Aicardo Sardina va ainsi à Bougie, puis à Majorque128. Le 25 février 1284 le patron génois Nicoloso Pontixello part de l’île pour Bougie et promet de revenir en avril129. En 1292 enfin la nave de Leonardo Spinola est nolisée à un marchand de Plaisance pour aller à Marseille, puis Majorque et Bougie130.

  • 131 J. Combes, A.-É. Sayous, « Les commerçants de Montpellier aux xiiie-xive siècles », RH, 188-189, 19 (...)
  • 132 Blancard, II, n° 605 (27/4/1248).
  • 133 Ibid., n° 672 (8/5/1248).
  • 134 C. Port, Essai sur le commerce maritime de Narbonne, Paris, 1854, p. 135.
  • 135 ADBR, 391E 11, f. 5v (11/4/1337).
  • 136 Éd. J. B. Alart, « Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne (...)

42Entre l’Italie et la Péninsule ibérique, les villes du littoral méditerranéen de la France ont éprouvé des difficultés à trouver leur place dans le commerce maghrébin. Seule Marseille est parvenue à développer des relations importantes, alors que les autres ports sont restés en retrait. Les Montpelliérains ont eu des affaires avec le Levant (Chypre, Arménie), mais peu avec le Maghreb, ou par l’intermédiaire de Marseille, Gênes et des ports du royaume d’Aragon131. En avril 1248 on voit ainsi Armand Lemaître d’Agde transporter de l’indigo de Chypre de Marseille à Bougie132. En mai, toujours à Marseille, Bertrand Cadebiou de Montpellier et Pierre Capus Maillet d’Albi reçoivent une commande de 36 besants de millares à porter à Bougie133. Les Narbonnais ont également été en relation avec le Maghreb134, comme le montre par exemple le voyage effectué en 1337 par le linh de Bernard Seguin de Narbonne entre Marseille et Bougie135. Enfin un tarif douanier de Perpignan de 1284 et 1295 cite les « cordoa de Bugia »136.

  • 137 Cf. D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du (...)
  • 138 É. Baratier, « Le commerce de Marseille avec l’Afrique du Nord avant 1599 », Marseille, Revue munic (...)
  • 139 Cl. Carrère, « Marseille, Aigues-Mortes, Barcelone, et la compétition en Méditerranée occidentale a (...)
  • 140 Statuts municipaux de Marseille, livre I, chap. 18, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 90.

43Ce sont donc surtout les Marseillais qui ont développé un commerce avec l’Afrique du Nord137. Leurs premiers contacts se font par l’intermédiaire des Génois, sans doute plutôt vers Ceuta138. Ils ont également des positions solides à Majorque, où ils obtiennent des privilèges après la conquête catalane139. Une des premières mentions de ce trafic se trouve dans les Statuts du port de Marseille. Dans la version la plus ancienne, qui remonte au début du xiiie siècle, Bougie et Ceuta sont les seuls ports maghrébins à accueillir un consul marseillais140. On peut cependant considérer que ces Statuts, déjà très élaborés et aboutis, sont le reflet d’une situation qui remonte à la fin du siècle précédent. Au xiiie siècle les contrats commerciaux montrent en tout cas la place importante occupée par Bougie dans le trafic de la cité provençale.

  • 141 D’après les comptages de J. H. Pryor, The Commenda in the Mediterranean Maritime Commerce during th (...)

Tableau 33. RÉPARTITION DES COMMANDES MARSEILLAISES PAR DESTINATION (xiiie siècle)141(en nombre de contrats)

Tableau 33. RÉPARTITION DES COMMANDES MARSEILLAISES PAR DESTINATION (xiiie siècle)141 (en nombre de contrats)
  • 142 Documents relatifs aux affaires de la famille Manduel (1200-1253). Blancard, I.
  • 143 Notules du notaire Amalric, 13 mars – 29 juillet 1248. Blancard, II.

Note142
Note143

  • 144 Pryor, The Commenda, op. cit., p. 269.
  • 145 Le traité de 1270 entre le sultan de Tunis d’une part et Charles d’Anjou et le roi de France d’autr (...)
  • 146 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 8-9.

44Le Maghreb représente un peu plus du tiers des contrats, avec cependant des valeurs moyennes inférieures par rapport au commerce du Levant144. Bougie est la destination la plus importante de la région, avec 61,5 % des commandes, suivie d’assez loin par Ceuta (25,6 %), les autres ports, notamment Tunis, étant négligeables. Les Marseillais forment une communauté autour de leur consul et de leur fondouk, et s’il n’y a pas trace de traité de paix avant celui de 1270, des accords existaient certainement comme pour les cités italiennes145. En dépit de difficultés passagères, les Marseillais continuent à fréquenter le port jusqu’aux années 1314-1315. Une crise, aux raisons obscures, les oblige alors à abandonner ce marché et, malgré des efforts soutenus de la Commune et du roi de Naples, ils ne parviennent plus avant longtemps à renouer des relations normales avec la ville146.

  • 147 Cf. supra p. 504-509.

45Bougie a donc établi des liaisons avec les principaux ports de l’Europe du Sud. Mais il existe également un commerce, moins bien connu, avec l’Occident musulman et l’Orient. Les marchands bougiotes sont en effet en affaires avec le reste du monde musulman147. Mais ces échanges sont surtout visibles à travers l’activité des Européens, qui relient entre eux les ports d’Afrique du Nord, d’al-Andalus et du Levant. Bougie est alors souvent une étape dans des trajets complexes à l’échelle de la Méditerranée. Le plus souvent cependant les actes commerciaux – à l’exception des nolis – ne précisent pas les escales. Le notaire se contente d’écrire que depuis Bougie le commandité pourra aller sur d’autres marchés, à sa convenance. Cette souplesse s’explique par le fait que les marchands prenaient des informations dans les ports qu’ils touchaient, et adaptaient leur itinéraire en fonction des opportunités qui se présentaient.

  • 148 Éd. D. Puncuh, Il Cartulario del notaio Martino, Savona, 1203-1206, Gênes, 1974, n° 445, 446.
  • 149 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 120-124. Sur le rôle d (...)
  • 150 Éd. Riera Melis, « La llicencia per a barques », art. cité, p. 130-131, 134-135 (25/1-15/2/1284).
  • 151 ASG, min. 71, f. 65r (18/1/1292).

46Les navires effectuaient tout d’abord les liaisons entre les ports musulmans d’Occident. En 1201la nave de Lanfranco de Turca, de Savone, part ainsi pour un long périple qui la mène successivement de Gênes à Marseille, Ceuta, Oran, Bougie, Tunis, Messine, Alexandrie, puis de nouveau Ceuta et Alexandrie, d’où elle retourne dans la capitale ligure148. En 1253 un contrat de nolis est conclu à Gênes, qui prévoit un départ le 8 septembre pour le port andalou de Malaga, d’où le navire ira à Ceuta, si les conditions de sécurité le permettent (sinon il ira directement à Bougie ou Tunis). Les marchands pourront y attendre le retour de la bonne saison et y rester quatre mois. Le retour se fera soit directement vers Gênes, soit par Bougie et Tunis149. De même, parmi les navires qui quittent le port de Majorque pour Bougie au début de l’année 1284, l’un annonce une escale à Jijel, un autre à Collo, et un troisième se rend également à Tunis150. Enfin en 1292 une galère de Savone va de Gênes à Bougie, puis à Collo et Jijel151.

  • 152 Lopez, Airaldi, « Il più antico manuale », art. cité, p. 122. Cf. L. Balletto, « Bougie nei manuali (...)
  • 153 Pegolotti, p. 70.
  • 154 Déjà au siècle précédent Ibn Ğubayr envisage un moment de s’embarquer à Tyr sur un navire génois en (...)
  • 155 Lopez, Airaldi, « Il più antico manuale », art. cité, p. 122.
  • 156 Éd. M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1 (...)
  • 157 Éd. V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio (...)
  • 158 Il faut souligner cependant que la nature de la documentation, composée pour l’essentiel par les ac (...)

47Bougie était également en relations avec l’Orient musulman. Il est possible cependant que Tunis ait servi d’intermédiaire pour ce commerce, notamment avec l’Égypte, et que les trajets directs aient été assez rares. Mais la Memoria pisane de 1278 donne des équivalences de poids entre Alexandrie et Bougie, ce qui suggère des relations commerciales entre les deux places152. De même Pegolotti, au début du xive siècle, parle de vente dans le port égyptien d’une « écorce de Bougie »153. Enfin il existait des relations avec l’Orient chrétien154. Le manuel pisan apprend aux marchands que le cantare de lin pesé à Acre vaut trois cantares et neuf rotoli à Bougie155. En 1290 un contrat de nolis est conclu à Caffa pour transporter des grains en Syrie, à Tunis, Bougie, Gênes, en Provence ou en Espagne, au choix des marchands156. Enfin en 1301 la galère San Giovanni quitte le port de Famagouste chargée de coton pour Tunis, où elle restera trois jours, puis se rendra à Bougie157. Ces exemples sont pourtant peu nombreux158, et les produits d’Orient transitaient le plus souvent par les ports européens avant de rejoindre Bougie.

  • 159 Les archives de Gênes sont les seules, pour cette époque, à livrer une série de données significati (...)

48Entre le milieu du xiie et les premières années du xive siècle, Bougie entretient donc des relations directes ou indirectes avec tous les grands ports de la Méditerranée et est ainsi intégrée à un réseau commercial de grande ampleur. Il est difficile d’évaluer les effets de ce commerce sur son activité, mais il est incontestable que la ville est alors très prospère. Elle attire certes moins que les destinations du Levant, mais elle est un des plus grands ports du Maghreb. L’analyse des documents génois permet de préciser l’évolution de sa place relative dans le commerce maghrébin159.

49Les trois grands ports d’Afrique du Nord sont alors Ceuta, Bougie et Tunis, les autres (Oran, Alger, Jijel, Collo) n’apparaissant qu’épisodiquement.

  • 160 E. Bach, « Études génoises ; le minutier de Lanfranco », Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan (...)
  • 161 M. Balard, « Note sur le commerce génois en Tunisie au xiiie siècle », CT, 155-156, 1991, p. 370-37 (...)

50Au début du siècle le Maghreb fonctionne comme marché de substitution par rapport à celui d’Alexandrie, et les investissements augmentent sensiblement160. Jusqu’à l’installation de la dynastie hafside, Ceuta est la première destination des Génois, devant Bougie, alors que Tunis est toujours derrière161 :

Carte 16 – Le réseau commercial de Bougie au xiiie siècle.

  • 162 D’après St. Epstein, Genoa and the Genoese, 958-1528, Chapel Hill, 1996, p. 97.

Tableau 34. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1202-1216)162

Tableau 34. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1202-1216)162
  • 163 Les effets des croisades (en particulier celle de 1204 pour le commerce génois en Romanie) s’ajoute (...)

51Les années 1220 sont marquées par un accroissement du commerce avec le Maghreb, alors que les marchés orientaux connaissent des difficultés163. En 1223 un accord est conclu avec les Almohades, qui facilite la pénétration génoise dans quelques grands ports. Les dépouillements de Laura Balletto, à partir des actes des notaires Ursone de Sestri, Salmone et Lanfranco, montrent pour les années 1222-1226 la place toujours grande de Ceuta et Bougie, mais aussi la part nouvelle de Tunis. Alexandrie n’apparaît qu’une fois, pour une commande de 5 livres, alors que le Maghreb représente près de la moitié du total des investissements génois.

  • 164 L. Balletto, « Da Genova al Maghrib : 1222-1226 », Archivio storico sardo di Sassari, 8, 1982, p. 3 (...)

Tableau 35. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1222-1226)164

Tableau 35. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1222-1226)164
  • 165 À partir des années 1250 la place de Ceuta devient faible dans les investissements génois. Cf. M. B (...)

52Pour l’ensemble de la décennie cependant Bougie attire plus de capitaux que Tunis (3 353 livres contre 1703). À partir des années 1230 la répartition des investissements se modifie sensiblement. Ceuta continue à attirer les marchands génois, du moins jusqu’aux années 1240165, mais Tunis confirme sa place, notamment par rapport à Bougie. Le traité de 1236 entre la République et les Hafsides donne un nouveau cadre légal à ces échanges et les favorise. Dans les années 1230 la place de Bougie par rapport à Tunis chute, passant de 66,3 % à 17,5 %.

Tableau 36. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À TUNIS ET BOUGIE (1224-1239) (en livres de Gênes)

Tableau 36. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À TUNIS ET BOUGIE (1224-1239) (en livres de Gênes)

Tableau 37. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE ET TUNIS AU xiiie SIÈCLE, PAR PÉRIODE DÉCENNALE

Tableau 37. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE ET TUNIS AU xiiie SIÈCLE, PAR PÉRIODE DÉCENNALE

53Cette anomalie dans la courbe ne peut pas s’expliquer par une lacune de documentation. Il faut donc en déduire que la conquête hafside de Bougie a entraine un recul sensible de la ville par rapport a Tunis. Les Génois ont-ils été attires par la nouvelle puissance de Tunis, ou faut-il penser que le sultan a pris des mesures visant a limiter le poids de Bougie et a favoriser les marchands de la capitale ? Aucun document ne permet de répondre, mais il n’est pas exclu que Tunis ait cherche a entraver le commerce de sa rivale.

54L’équilibre revient cependant assez vite entre les deux villes, qui se partagent désormais la quasi-totalité des affaires génoises au Maghreb.

  • 166 M. Balard, « Les républiques maritimes italiennes et le commerce en Syrie-Palestine (xie-xiiie sièc (...)
  • 167 Balard, « Note sur le commerce génois en Tunisie », art. cité, p. 373 ; Id., La Romanie génoise, op (...)

55Jusqu’à la fin du siècle, avec de légères variations, la répartition des investissements est donc équilibrée entre les deux villes. Les documents les plus abondants sont ceux du milieu du siècle, avec un pic très marqué dans les années 1250. Cela est peut-être à mettre en relation avec les difficultés rencontrées en Syrie-Palestine à cause de l’invasion mongole166. Par la suite les intérêts de Gênes se déplacent en partie vers l’Orient, notamment après 1261 en Romanie167. Mais si les contrats de commandes pour le Maghreb se font alors plus rares, on trouve en revanche de très fréquentes ventes de laines de Bougie sur le marché génois, preuve que le trafic continuait.

  • 168 Cf. supra p. 276.

56Pendant toutes ces années les crises traversées par la région n’affectent pas durablement les affaires. Certes en 1270 aucun contrat n’est conclu à Gênes, mais dès 1271 le mouvement reprend. Quant aux conflits des années 1280 au sein de la famille hafside, ils n’empêchent pas non plus les marchands génois de venir régulièrement dans le port. Au contraire, Bougie devient indépendante à un moment de grande prospérité commerciale. C’est même durant ces années de séparations que les communautés européennes sont les plus nombreuses dans le port168. Ce dynamisme a permis des ressources fiscales importantes, qui n’ont pas été pour rien dans le succès des émirs Abū Zakariyā ‘ et Abūl-Baqā’.

  • 169 Venise, l’Italie du Sud et la Sicile sont cependant davantage tournées vers l’Ifrīqiya orientale, p (...)

57Le commerce bougiote connaît donc au cours de ce long xiiie siècle une grande prospérité. Celle-ci est facilitée par la stabilité almohade puis hafside, mais aussi par des facteurs extérieurs au Maghreb. Le dynamisme des milieux marchands italiens, et un peu plus tard provençaux et catalans, facilite le développement des échanges. Par ailleurs les difficultés rencontrées parfois en Orient entraînent, par un effet de compensation, un détournement des investissements vers le Maghreb. Bougie est, tout au long de cette période, une des destinations préférées des marchands génois et l’affirmation de Tunis comme capitale ne lui retire pas ce rôle, sauf peut-être dans les années qui suivent immédiatement la conquête hafside169.

  • 170 Cf. le récit détaillé de ces difficultés dans Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 279 s.

58Des premières frictions apparaissent certes à partir des années 1280 avec les Catalans170. Mais elles restent limitées et n’empêchent pas les affaires de se poursuivre. Cette période de prospérité des échanges se prolonge jusqu’à la première décennie du xive siècle et est suivie par une crise de longue durée, qui affecte profondément les activités commerciales du port.

II – LA CRISE DU xive SIÈCLE

  • 171 Cf. supra, p. 424-433.

59La situation commence à se dégrader dans les années 1310-1320, le mouvement commercial du port se ralentissant alors sensiblement. Les Marseillais cessent de venir après 1315, tandis que les documents génois ou pisans se font plus rares. Seuls les Catalans, et surtout les Majorquins, continuent de fréquenter le port. Dans le même temps les relations diplomatiques deviennent plus conflictuelles et les traités de paix exceptionnels. La piraterie connaît un essor, d’abord lent à partir de 1310 environ, puis très marqué à partir des années 1360-1370171. Tout indique donc une crise du commerce maritime de Bougie.

1) Le recul des marchands italiens et provençaux et l’essor de Majorque

60Alors qu’au cours de la période précédente le port de Bougie recevait des marchands venus de tous les grands ports de Méditerranée occidentale, on voit peu à peu les Italiens et les Provençaux déserter la ville, pendant que dans le même temps les Majorquins, déjà puissants à la fin du xiiie siècle, deviennent des intermédiaires privilégiés pour les échanges entre l’Europe et le Maghreb.

  • 172 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 8-9.
  • 173 AM, HH 311 (3 actes, du 2 au 21/9/1314).
  • 174 Éd. Ch. Perrat, « Actes du roi Robert d’Anjou relatifs à la Provence, extraits des registres détrui (...)
  • 175 AM, AA 141, 17/12/1317.
  • 176 Par exemple ADBR, B 1517, f. 3v (1316) ; B 1940, f. 171v (1331) ; B 1942, f. 3r (1358). En 1347 pou (...)
  • 177 En effet au cours des années qui suivent à plusieurs reprises les Marseillais tentent de renouer le (...)
  • 178 Le recul marseillais n’est cependant pas propre à Bougie. La ville connaît une crise, due en partie (...)

61Le retrait des Marseillais est brusque et rapide172. En 1314, à la suite d’un conflit dans le port dont les motifs restent obscurs, les relations cessent, malgré les efforts de la cité provençale pour ranimer les échanges. En juillet de cette année-là, alors qu’un bateau de marchands marseillais s’apprête à repartir, le représentant du sultan de Bougie fait désarmer le navire, emprisonner les hommes et vendre leurs marchandises. Plusieurs de ces captifs réclament l’intervention des autorités marseillaises et l’incident est considéré comme suffisamment grave pour que le Conseil de la ville et le roi s’y intéressent de près : le Conseil demande en 1314 au sénéchal de Provence de pourvoir aux frais d’une ambassade auprès du sultan173, mais l’affaire traîne quelques années. Le roi Robert envoie depuis Naples deux lettres, en avril 1315174, s’inquiétant du problème auprès du sénéchal de Provence. Celui-ci écrit en 1317 au clavaire royal pour lui demander de financer une nouvelle mission à Bougie175. On ne peut penser que cet incident a été, en profondeur, un motif de rupture durable, d’autres incidents de même nature n’ayant pas eu de telles conséquences à long terme. Or après 1314 les activités marseillaises à Bougie se réduisent fortement. Les contrats commerciaux se font exceptionnels, mais surtout la Commune ne parvient pas à affermer le fondouk, qui ne rapporte plus rien et est d’ailleurs signalé comme étant détruit dans les comptes des décennies suivantes176. L’intérêt porté à l’affaire de 1314 par le roi lui-même, ainsi que l’insistance pour renouer des relations avec Bougie177, montrent cependant la volonté de Marseille de conserver ce marché important pour elle178.

  • 179 G. Mollat, éd., Jean XXII. Lettres communes, n° 14 476, IV, Paris, 1910, p. 7.
  • 180 ASP, Diplomatico Alliata, 27/4/1326.
  • 181 ASP, Ospedali riuniti di S. Chiara, n. 1969, f. 96r (16/6/1326). Le même repart en août pour les fo (...)
  • 182 Breve dell’ordine del mare (1343), éd. Bonaini, Statuti, op. cit., III, art. 136, p. 575-576.
  • 183 Breve Curiae Maris pisanae civitatis (1305), art. 39 (De electione consulum in marinis partibus), é (...)
  • 184 De meilleures relations avec les Génois rendent possible une reprise des liaisons directes avec l’A (...)
  • 185 Éd. Amari, Diplomi, op. cit., partie arabe, n° 32, p. 115-118 (30 ramadān 767 / 10 juin 1366). Il e (...)

62Ce recul affecte également les villes italiennes. Les documents pisans de cette époque sont exceptionnels, même s’ils montrent le maintien de relations commerciales entre le port toscan et Bougie. En septembre 1321 le pape Jean XXII demande la construction d’églises baptismales dans les lieux où se trouvent les Pisans, de la même manière qu’ils en ont dans les royaumes de Tunis et de Bougie179. En avril 1326 encore deux patrons barcelonais nolisent leur coque à des Pisans, dont Cecco Agliata, pour porter du sel de Cagliari à Bougie et d’autres ports180. La même année, en juin, le navire du même Cecco va à Gaète et Bougie181. Mais ce sont là les derniers documents commerciaux pisans. Les Statuts de l’Ordre de la Mer, dont la version en vulgaire date de 1343, citent encore les consuls des deux grands ports d’Ifrīqiya et leur mode d’élection182. Mais cette version reprend celle en latin de 1303183et la mention de Bougie dans ce texte avant tout juridique ne signifie pas qu’un consul y était réellement présent à cette date. Le commerce pisan au Maghreb connaît, il est vrai, un certain regain à partir de 1350 (un traité est signé avec Tunis en 1353)184, mais Bougie ne semble plus être un port très fréquenté. En 1366 cependant Filippo Agliata est envoyé pour demander un traité de paix au nouveau sultan de Bougie Abūl-’Abbās et celui-ci répond qu’il a écrit à tous ses sujets de Bône, Collo et Jijel afin qu’ils accueillent correctement les Pisans185. Cet échange diplomatique montre que de part et d’autre la volonté de commercer existait, mais aussi sans doute que dans les faits les Pisans n’étaient pas très présents dans les ports de la province.

  • 186 Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida », art. cité, p. 309-311. Des traités sont cependant encore (...)
  • 187 Éd. M. Brunetti, R. Cessi, Le Deliberazioni del Consiglio dei rogati (senato) ; serie « mixtorum », (...)
  • 188 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 32-41. Tunis accueille encore à cette époque une (...)

63Les Vénitiens, qui n’ont jamais jusque là privilégié le Maghreb, s’en détournent encore un peu plus. Le climat des relations politiques se dégrade de 1290 à 1330 environ186. En 1332 l’arrestation de marchands vénitiens par les Hafsides entraîne un boycott, il est vrai rapidement suspendu187mais sans pour autant que les relations reprennent activement. Il faut attendre 1391 ou 1392 pour qu’un nouveau traité soit signé188.

  • 189 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; économie et société en Sicile, 13001450, Rome, 1986, p. 334-335. (...)
  • 190 Pegolotti, p. 130-137.

64Cette désaffection du marché bougiote se retrouve également pour la Sicile189et l’Italie du Sud. Certes Pegolotti parle encore de relations entre les Pouilles ou Naples et Bougie, mais il montre surtout l’importance de Tunis190.

  • 191 L. Liagre de Sturler, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après le (...)
  • 192 ASG, not. ign., busta 5, fr. 63, f. 105r (22/9/1324).
  • 193 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328). La transaction se fait entre deux lainiers, et il n’est pas poss (...)
  • 194 Giorgio Stella, trad. G. Monleone, « Gli Annali di Giorgio Stella, 2°volume (1333-1382) », La Berio(...)
  • 195 G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento (il liber Gazarie), Gênes, 1974, p. 50. Petti (...)
  • 196 ASG, min. 275/II, f. 48r-50v (notaire Ianoto Berignano).
  • 197 Sur cette famille au xive siècle, Petti Balbi, Simone Boccanegra, op. cit., p. 161-162. En 1342 Ant (...)
  • 198 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348). Le même jour il prend de Antonio Adorno fils de feu Guglie (...)
  • 199 ASG, min. 331/I, f. 228r-v (19/5/1350).
  • 200 ASG, AS, Diversorum cancellariae Communis Janue, Rg.1[AS, Rg. 496], f. 11v-15r (5/1/1380), éd. M. B (...)
  • 201 Naples, Amalfi, Aigues-Mortes, Arles, Hyères, la Sardaigne, la Sicile, Barcelone, Séville, Carthagè (...)
  • 202 ASG, min. 310.
  • 203 M. Balard, « Assurances et commerce maritime à Gênes dans la seconde moitié du xive siècle », Les t (...)
  • 204 Par exemple ASG, min. 309/II, f. 105v (8/8/1370). Parfois cependant la destination est imprécise et (...)
  • 205 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963.
  • 206 Plusieurs contrats pour Tunis dans les registres d’Andreolo Caito pour les années 1390. ASG, min. 3 (...)

65Les Génois quant à eux continuent à fréquenter le port, mais leurs affaires ont considérablement diminué. Les minutiers de notaires sont malheureusement pauvres pour les années 1320-1340 et ne permettent pas de voir quand se produit le changement191. Seuls quelques documents émergent et permettent de constater que les relations se poursuivent, mais sans qu’il soit possible d’en évaluer l’importance. En 1323 une coque génoise se rend à Bougie192et en 1328 de la laine blanche de Bougie est vendue à un lainier de Gênes193. En 1336 une galère des Spinola, faisant partie d’un convoi allant en Grèce et Syrie, se sépare pour faire un détour par le Maghreb et est prise par des pirates de Monaco alors qu’elle s’apprête à entrer dans le port de Bougie pour y commercer194. Les difficultés fréquentes rencontrées par les Génois provoquent d’ailleurs en 1340 un boycott des escales maghrébines, étendant celui d’Alexandrie de 1316195. Pourtant au milieu du xive siècle, peut-être par suite du traité de 1343 entre la République et le sultan, les affaires semblent reprendre de la vigueur. En 1347 un notaire est présent dans le port et instrumente plusieurs actes dans le fondouk des génois196. Plusieurs citoyens apparaissent dans ces contrats, dont le consul Raffaele Spinola. C’est le signe qu’il existe à cette époque une communauté suffisante et la présence d’un Spinola à sa tête montre par ailleurs que le marché continue d’intéresser les plus grandes familles nobles de la métropole197. Simone Lecavello, présent parmi les marchands intervenant dans ces contrats de 1347, se retrouve à nouveau dans un document de juin 1348, ce qui indique une certaine continuité des relations avec Bougie, au moins pour quelques marchands. À Gênes il nolise la coque de Côme de Anfussis pour porter du sel de Hyères à Bougie198. En 1350 on trouve encore un contrat de nolis199, mais par la suite, en dépit du renouvellement des traités avec les Hafsides en 1384 et 1391, les témoignages de relations avec le port kabyle disparaissent et le seul port maghrébin figurant dans la liste de 1380 des consuls génois d’outre-mer est Tunis200. Il est révélateur que dans le registre instrumenté par le notaire Andreolo Caito entre 1374 et 1379, où sont conservés des contrats pour de nombreux ports de Méditerranée et d’Atlantique201, on ne trouve rien pour le Maghreb202. Les contrats d’assurance maritime, qui renseignent sur le mouvement du port de Gênes à partir du milieu du xive siècle203, montrent certes quelques voyages pour Tunis204, mais aucun pour Bougie. De même les registres de douane de Gênes pour les années 1376-1377 font apparaître quelques (rares) voyages dans la capitale hafside, mais pas dans les autres ports maghrébins205. D’une manière générale Tunis profite des effets de la paix de 1391206, alors que Bougie reste à l’écart des affaires génoises. Il n’est pas exclu que des navires assurant des liaisons transversales, notamment entre l’Égypte et l’Espagne, fassent escale dans le port, mais il n’y en a pas de trace.

  • 207 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (13311410), Barcelone, 1995, p. (...)
  • 208 D. Pérez Pérez, E. Pascual-Leone Pascual, « Algunos aspectos del comercio valenciano a fines del si (...)
  • 209 Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 106-107.
  • 210 Cf. Traité de 1312. En 1302 déjà un traité est signé avec Bougie, dont le texte est perdu, et qui e (...)
  • 211 Cf. supra p. 276. Au début du xive siècle les Majorquins ont également des consulats propres à Bône (...)
  • 212 Sur la chronologie des relations entre le royaume de Majorque et les Hafsides, voir principalement (...)
  • 213 Au besoin Valence sert de relais au commerce majorquin en cas de boycott. Ibid., p. 447.

66Si les Italiens diminuent leurs investissements à Bougie, il n’en est pas de même des Catalans ni des Majorquins, qui deviennent les principaux marchands présents dans les ports maghrébins, prolongeant une évolution déjà amorcée dans la seconde moitié du xiiie siècle. Barcelone reste en retrait de ce mouvement, ses investissements se faisant plutôt vers l’Orient, ou vers les ports sardes et siciliens207. Valence entretient des relations avec le Maghreb, mais plutôt avec les ports occidentaux et notamment Oran208. Au xive siècle c’est donc surtout de Majorque que partent les navires en direction du Maghreb. D’un simple entrepôt, l’île devient rapidement un centre de production artisanale, où viennent investir certaines grandes familles de Barcelone209. De 1298 à 1343 l’île est indépendante du reste de la confédération aragonaise et des traités sont alors signés directement avec les Hafsides de Tunis et de Bougie210. Les Majorquins disposent même, à partir de 1302, de leur propre fondouk et de leur consul211. Les relations sont parfois agitées entre les deux puissances, notamment en raison d’actes de piraterie212, mais les affaires ne s’interrompent jamais de manière durable213.

  • 214 Il s’agit pour l’essentiel de licences de départs de musulmans, qui indiquent le nom du navire et l (...)

67Entre 1310 et 1419 les documents majorquins montrent 315 navires partant de l’île pour Bougie214, qui permettent de suivre l’évolution de ce trafic.

Graphique 6. NOMBRE DE NAVIRES QUITTANT MAJORQUE POUR BOUGIE (1310-1410)

Graphique 6. NOMBRE DE NAVIRES QUITTANT MAJORQUE POUR BOUGIE (1310-1410)

68La répartition décennale de ces départs montre qu’en dépit de ralentissements entre 1320 et 1350, puis entre 1370 et la fin du xive siècle, le mouvement est presque ininterrompu.

  • 215 Alcudia est identifiée comme étant Melilla, ou un site proche. Fr. Sevillano Collom, « Mallorca y V (...)
  • 216 J. Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca durante el reinado de Sancho y la regencia de (...)
  • 217 Brechk est identifiée avec la ville actuelle de Gouraya, entre Ténès et Cherchell. Cf. Al-Idrīsī, t (...)
  • 218 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 311-313.
  • 219 Les destinations les plus courantes sont Alger (huit licences), Ténès et Cherchell (sept), Mostagan (...)
  • 220 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 217.
  • 221 Avec une prédominance de Mostaganem et d’Alger (respectivement seize et quatorze licences), suivies (...)
  • 222 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 238.

69Pourtant, à la différence de ce qui a pu être constaté pour le xiiie siècle, les destinations maghrébines sont très variées. Alors que Bougie se partageait jusque là l’essentiel du commerce européen avec Ceuta et Tunis, elle doit désormais compter avec l’émergence de ports abdelwadides et mérinides, plus proches de l’Espagne, mais aussi de Collo et de Bône. Cette tendance s’observe dès les premières décennies du xive siècle et se confirme par la suite. Entre 1311 et 1330, sur les 349 voyages de Majorque au Maghreb, 125 ont pour but le Maroc (qui reste important, avec 40 mentions de Ceuta, 37 d’Anfa, et 24 d’Alcudia215), 111 le Maghreb central, qui commence alors à prendre de l’importance (26 pour Mostaganem-Mazagran, 24 pour Alger, 16 pour Ténès et 15 pour Tlemcen), et 113 l’Ifrīqiya (dont 41 pour Bougie, 23 pour Tunis, et 12 pour Collo)216. Cette tendance se confirme par la suite et les comptages réalisés par María Dolores López Pérez pour le xive siècle montrent clairement la concurrence du Maghreb central, alors que le Maroc devient marginal dans les échanges majorquins. Entre 1330 et 1336 plusieurs licences sont accordées pour porter du sel d’Ibiza au Maghreb. Seize d’entre elles concernent des voyages pour le Maghreb central (Cherchell sept, Dellys quatre, Brechk217trois, Ténès et Alger une), et quatorze l’Ifrīqiya orientale. Mais Bougie ne reçoit que quatre de ces navires, alors que Bône, comme Collo, sont la destination de quatre chargements chacune et que deux licences sont accordées pour Jijel218. Une image assez semblable se dessine à partir des guiatges (licences) accordés en 1341 et 1342 : un seul voyage pour le Maroc, trente-trois pour le Maghreb central219, et huit pour l’Ifrīqiya (dont trois pour Bougie, trois pour Collo, et un pour Tunis)220. Enfin les licences des années 1359 à 1361 donnent les résultats suivants : six départs pour le Maroc (Alcudia), cinquante-huit pour le Maghreb central221, et trente pour l’Ifrīqiya (dont dix-sept pour Bougie, cinq pour Collo et Tunis, et trois pour Bône)222.

70Ces résultats appellent plusieurs remarques. Tout d’abord le Maghreb central est désormais plus important que l’Ifrīqiya. Ce changement peut s’expliquer par la nécessité pour Majorque de s’approvisionner en céréales dans les plaines de cette région, par la proximité de ces destinations, ou peut-être par des disponibilités plus grandes en or du Soudan. Les villes importantes y sont nombreuses et leur hiérarchie varie selon les années ou les sources. Mais il faut noter plus particulièrement l’activité de Hunayn, un des avant-ports de Tlemcen, de Cherchell, Dellys et surtout d’Alger. Ces deux dernières faisaient encore partie au xiiie siècle de la province de Bougie, mais en ont été retirées par les conquêtes abdelwadide et mérinide. Il n’est pas exclu que la perte du contrôle sur ces villes ait entraîné pour Bougie une concurrence accrue. Du côté ifrīqiyen, Tunis apparaît rarement dans la documentation majorquine. Les relations se font donc essentiellement avec la moitié occidentale du sultanat. Mais si Bougie reste la première ville fréquentée par les navires majorquins, elle doit compter avec des ports plus orientaux de moindre importance. Jijel ne parvient jamais à une position notable, étant sans doute trop proche (moins de 100 km) et dépendante de sa voisine. En revanche Collo, l’avant-port de Constantine, et Bône deviennent des destinations courantes, la première ayant sans doute bénéficié, comme Dellys ou Alger, du rétrécissement de l’aire de domination politique de Bougie.

  • 223 ARM, Guiatges, Rg. 4 à 7, d’après López Pérez, La Corona, op. cit., p. 265. Des résultats semblable (...)

71La configuration du commerce maghrébin est donc très différente de celle du siècle précédent. Bougie conserve une place de premier plan, mais doit compter désormais avec la concurrence de nouveaux ports. Cette tendance se confirme par la suite. Entre 1385 et 1419, 580 voyages sont enregistrés pour le Maghreb au départ de Majorque dans les registres de guiatges (certains pour des destinations multiples). Près des deux tiers se font à destination de ports du sultanat abdelwadide, et le reste pour l’essentiel vers l’Ifrīqiya223.

Tableau 38. RÉPARTITION DES DÉPARTS DE NAVIRES MAJORQUINS VERS LE MAGHREB PAR DESTINATION (1385-1419)

Tableau 38. RÉPARTITION DES DÉPARTS DE NAVIRES MAJORQUINS VERS LE MAGHREB PAR DESTINATION (1385-1419)

Carte 17 – Destinations des navires majorquins au Maghreb (1385-1419).

  • 224 Seuls les ports d’Ifrīqiya orientale, et en particulier Tunis, continuent d’être fréquentés par les (...)
  • 225 ARM, Supplicationes, vol. XIII, f. 65 (17/9/1331), cité par Ch.-E. Dufourcq, « Aspects internationa (...)
  • 226 Ibid., p. 6.
  • 227 M. T. Ferrer i Mallol, « Els Italians a terres catalanes (s. XII-XIV) », AEM, 10, 1980, p. 401.
  • 228 ACA, C., Rg. 1430, f. 7v (4/7/1371), éd. Dufourcq, « Aspects internationaux », art. cité, appendice (...)
  • 229 Par exemple ASG, min. 312, f. 7r-v (2/1/1393). Dans une cargaison qui va de Majorque à Gênes on tro (...)
  • 230 Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca », art. cité, p. 150.
  • 231 Il doit y vendre des draps florentins et acheter de la laine et de l’alun. Il a également pour miss (...)
  • 232 Dufourcq, « Aspects internationaux », art. cité, p. 31, 34.

72Le maintien de ces relations régulières permet a Majorque de devenir a cette époque le principal entrepôt des produits maghrébins. Les marchands italiens ou du sud de la France viennent s’y approvisionner sans avoir a faire le long (et parfois dangereux) voyage vers les rives d’Afrique du Nord224. Ainsi en 1330 c’est à bord d’un navire majorquin que deux marchands de Gênes, Ludovico Embriaco et Giacomo Serrallo, arrivent de Bougie à Minorque225. En dépit des conflits nombreux, notamment entre la Couronne d’Aragon et Gênes, les marchands italiens fréquentent assidûment le port de Palma. Ils y ont obtenu des privilèges au moment de la conquête et conservent une place importante, malgré l’essor des opérateurs catalans et majorquins226. Cette position de force apparaît pleinement lorsque, en 1353, le roi Pierre le Cérémonieux doit expulser ces Italiens (à l’exception des Pisans), invoquant notamment comme justification de sa décision le fait qu’ils ont des possibilités en capital qui les poussent à établir des positions de monopole au détriment des Catalans227. Cette mesure est appliquée pendant quelques années, mais les Italiens reviennent rapidement. Ainsi en 1371, alors que les habitants de l’île ont interdiction d’aller au Maghreb, le roi autorise pourtant les sorties pour aller dans les ports maghrébins situés entre Hunayn et Tunis, afin d’y charger des marchandises destinées à Pise228. Les documents génois de cette époque montrent d’ailleurs des importations, depuis Majorque, de produits typiquement africains229. De même la correspondance de la compagnie Datini de Prato avec Majorque montre l’intérêt de ce marché pour la cire, et dans une moindre mesure les cuirs230. Lorsqu’en 1395 le facteur de cette compagnie Ambrogio di Lorenzo di Rocchi veut se rendre à Alcudia231, il doit passer par Majorque car il y est plus facile de s’embarquer pour le Maghreb. Enfin les Provençaux et les Languedociens viennent également se fournir dans l’île en produits africains, surtout après l’interruption des relations directes entre Marseille et l’Ifrīqiya232.

73Le xive siècle est donc marqué par un rétrécissement du réseau commercial de Bougie, qui voit ses relations se réduire avec l’Italie et la Provence et doit également compter avec la concurrence accrue d’autres ports du littoral maghrébin.

2) Les raisons de la crise

74Plusieurs facteurs expliquent cette évolution. La situation politique de Bougie, tout d’abord, a changé et la ville traverse une période particulièrement difficile de son histoire. Mais tout ne s’explique pas par la conjoncture maghrébine et il faut analyser cette crise dans un contexte plus large.

  • 233 Cf. supra, p. 65-69.
  • 234 Cf. supra p. 636. Ce recul bénéficie d’une part à Tunis, d’autre part aux ports du Maghreb central.
  • 235 Cf. supra, p. 70-75.
  • 236 Cf. supra, p. 166-167.
  • 237 Cf. supra p. 141.

75En 1313 le siège de Bougie par les Abdelwadides marque le début d’une longue crise politique et militaire. La ville doit affronter tout d’abord les expéditions de Tlemcen, qui presque tous les ans viennent attaquer la région. Si elles ne parviennent pas à prendre Bougie, ces armées ravagent le pays et bloquent les relations du port avec son arrière-pays, en particulier à la belle saison, au moment où les navires viennent commercer233. Le recul relatif de Bougie observé à partir des mouvements de navires majorquins dans les années 1325-1330 est à cet égard significatif234. L’effacement des Abdelwadides à partir de 1332 permet un court répit mais laisse rapidement la place aux Mérinides, qui entre 1347 et 1358 cherchent à s’emparer de l’Ifrīqiya hafside. Bougie est alors plusieurs fois aux mains des sultans de Fès et la région est à nouveau le théâtre du déplacement des armées235. La ville elle-même souffre directement de ces guerres, notamment lors des sièges abdelwadides, dont elle ne sort vainqueur que grâce à l’approvisionnement que permettait son accès à la mer, et qui la coupent de son hinterland. L’espace qu’elle contrôle, tant à l’est qu’à l’ouest, s’en trouve surtout fortement diminué, alors que les principales tribus nomades de l’arrière-pays profitent de ces conflits régionaux pour imposer leur domination. Déjà à la fin du xiiie siècle les rivalités entre Bougie et Tunis avaient provoqué un affaiblissement, qui s’était traduit par l’octroi en plus grand nombre d’iqā’-s aux tribus bédouines. Ce mouvement se poursuit jusqu’à la reprise en mains par Abūl-’Abbās (772/1370-796/ 1394)236. Dans ces conditions l’insécurité s’accroît dans les campagnes et le commerce intérieur s’en est certainement ressenti. Les routes par ailleurs sont perturbées par cette situation et la circulation au débouché de l’axe saharien a pu en particulier être affectée par les fréquentes insoumissions de Biskra237.

  • 238 Cf. supra, p. 193-194.

76Les pertes en vies humaines dues à ces guerres sont difficiles à évaluer, mais elles ne sont pas à négliger. La grande catastrophe démographique reste cependant la peste, qui atteint la région au moment de la conquête du Mérinide Abūl-Ḥasan en 1347 et continue périodiquement à frapper238.

  • 239 Cf. les communications du VIIIe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon, notamment V. Salavert i (...)

77À ces facteurs proprement maghrébins il faut ajouter l’évolution de l’économie méditerranéenne, en particulier celle des villes avec lesquelles Bougie était en relations au xiiie siècle. Il serait fastidieux de rentrer ici dans le détail de l’évolution politique et économique particulière de chacun de ces ports239. Certains traits cependant sont communs et expliquent une diminution des échanges avec le Maghreb et avec Bougie en particulier.

  • 240 A. Riera Melis, « El Mediterrani occidental al darrer quart del segle xiii : concurrència comercial (...)
  • 241 À ces causes proprement européennes il faut ajouter les difficultés en Orient. B. Z. Kedar, Merchan (...)

78L’Europe dans son ensemble connaît en effet à cette époque une forte dépression. Après la croissance exceptionnelle du xie-xiiie siècle, la conjoncture se retourne, suivant une chronologie variable selon les régions, le changement se produisant entre la fin du xiiie siècle et la peste de 1348240. Cela se traduit par une crise agricole et industrielle, une diminution dramatique de la population et une contraction des échanges241.

  • 242 Cf. supra, p. 388-392.
  • 243 F. Melis, « La lana della Spagna mediterranea e della Berberia occidentale nei secoli xiv-xv », La (...)
  • 244 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 549-550.
  • 245 Cf. supra, p. 389-390.

79Dépendante des marchands européens qui assurent une grande partie de son commerce maritime, Bougie est alors touchée par ce retournement de conjoncture. La nature des produits achetés et vendus la rend en effet très sensible en particulier à l’évolution de l’industrie textile en Europe. Or un deuxième phénomène contribue encore à détourner les négociants latins de ce marché. Les laines africaines ne sont plus considérées comme de bonne qualité et sont même parfois interdites pour la production des tissus242. Il faut en effet compter avec la concurrence des laines anglaises, qui depuis la fin du xiiie siècle se vendent jusque dans l’Europe méditerranéenne, et avec le développement de l’élevage en Espagne243. La production maghrébine continue certes à se vendre244, mais elle a perdu sa suprématie et surtout correspond désormais à des qualités moindres, se négociant à bas prix245. Le commerce de Bougie, qui s’était en partie spécialisé au xiiie siècle dans l’exportation des laines, se trouve ainsi privé d’un marché essentiel, qui ne peut être facilement remplacé.

  • 246 Le commerce oriental se développe en effet dans la seconde moitié du xive siècle, quand la papauté (...)
  • 247 A.-É. Sayous, Le Commerce des Européens à Tunis depuis le xiie siècle jusqu’à la fin du xvie siècle(...)
  • 248 Kedar, Mercanti, op. cit., p. 43-70.
  • 249 U. Tucci, « Le colonie mercantile italiane e il commercio internazionale nel Medioevo », Ateneo Ven (...)
  • 250 Dini, Una pratica di mercatura, op. cit., p. 14.
  • 251 M.-M. Costa, « La pau del 1428 i els mercaders genovesos de la Corona d’Aragó », AEM, 10, 1980, p. (...)

80Bougie souffre également d’une évolution de la répartition géographique des investissements européens. Désormais les villes d’Italie délaissent leurs activités au Maghreb pour se concentrer sur le Levant246. Bougie continue certes à accueillir des Italiens, mais sans commune mesure avec la situation du siècle précédent. Seule Tunis, située sur la route de la Méditerranée orientale, attire encore des investissements importants de la part des Génois ou des Vénitiens247. Par ailleurs l’organisation du commerce se transforme dans les deux grands ports italiens. La figure du marchand itinérant s’efface devant celle du représentant permanent installé outre-mer248et l’organisation de succursales oblige à concentrer les points d’appui du réseau d’affaires249. Cela n’exclut pas les destinations secondaires, mais tend à accroître le rôle des places les mieux situées et donc de Tunis. À l’ouest du canal de Sicile, le terrain est alors laissé en grande partie aux Majorquins, qui acquièrent une position hégémonique sur la plupart des marchés maghrébins. Sans doute est-ce en partie le résultat de la désaffection des Italiens pour la région, mais il n’est pas exclu que les Majorquins aient également cherché à imposer un monopole sur ce commerce entre l’île et les rivages africains. Ainsi lorsque l’agent de la compagnie Datini cherche en 1395 à s’embarquer à Majorque pour Alcudia, il en est empêché par le monopole majorquin250. De même le traité de paix de 1428 entre Gênes et la Couronne d’Aragon exempte les Génois de l’interdiction faite aux marchands étrangers de commercer au Maghreb à partir de Majorque251, ce qui montre que de telles mesures protectionnistes existaient bien. Cependant si les Majorquins pouvaient limiter les départs de bateaux de l’île, ils n’étaient pas en mesure d’interdire à d’autres nations de fréquenter les ports maghrébins.

81Pour ces marchands majorquins, la zone la plus proche est le Maghreb central (Alger est sur le méridien de Palma). Il n’est pas exclu par ailleurs que la perte de contrôle politique de Bougie sur Del-lys et surtout Alger ait permis un développement de l’activité de ces deux ports. Leur décollage correspond en tout cas à cette période. Entre Tunis et les villes du Maghreb central, Bougie se trouve alors dans un angle mort du trafic maritime. Certes elle dispose encore de suffisamment d’atouts pour attirer des marchands, mais n’a plus la position centrale qu’elle occupait au xiiie siècle.

3) Des relations de plus en plus conflictuelles avec les puissances européennes

  • 252 Charles-Emmanuel Dufourcq a en particulier beaucoup étudié la politique de la Couronne d’Aragon en (...)

82Cette diminution des échanges commerciaux s’accompagne d’une aggravation des conflits entre Bougie et les puissances du Nord. Certes les difficultés avec les États chrétiens remontent à une époque plus ancienne. Dès la fin du xiiie siècle les souverains catalans montrent des visées impériales sur le Maghreb, en particulier sur le sultanat hafside. Cette pression est cependant allée en s’accentuant à l’occasion des guerres de la première moitié du xive siècle et Bougie a alors occupé une place de premier plan dans la diplomatie de Barcelone et de Majorque. Cela a souvent été interprété comme un des signes de l’offensive chrétienne contre le Maghreb252. C’est en partie vrai, mais le problème doit être considéré dans le contexte propre du xive siècle. Le pouvoir hafside de Bougie rencontre alors des difficultés politiques et diplomatiques, aggravées par la baisse des ressources fiscales de l’intérieur. Cette conjoncture économique et politique oblige les souverains à se tourner davantage encore vers la mer, qui permet en grande partie leur survie. Cela se traduit d’abord par une attitude plus agressive de la Couronne d’Aragon, qui profite de cet état de faiblesse et de dépendance, puis par l’essor de la piraterie.

  • 253 Ch.-E. Dufourcq, « Rapports entre l’Afrique et l’Espagne au xiiie siècle », Medievalia, 1, 1980, p. (...)
  • 254 A. Unali, « Pénétration religieuse et territoriale des chrétiens au Maghreb au xiiie siècle », Méso (...)
  • 255 R. I. Burns, Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia, Cambridge, 1984, tra (...)
  • 256 D. Urvoy, Penser l’islam : les présupposés islamiques dans l’ » Art » de Lull, Paris, 1980, p. 218, (...)
  • 257 Ibid., p. 111 ; J. Tolan, Les Sarrasins, Paris, 2003, p. 354-362.
  • 258 L.-Ch. Féraud, « Expédition du roi Pierre III d’Aragon à Collo (au xiiie siècle) d’après une chroni (...)
  • 259 Très vite l’armée catalane reprend la mer pour conquérir la Sicile, et abandonne la ville.
  • 260 Le traité de Monteagudo de 1291, qui partage le Maghreb en deux aires de conquête pour la Couronne (...)
  • 261 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. A. Canellas Lopez, Saragosse, 1967-73, vol. 2, (...)
  • 262 Cet échec pousse alors le souverain catalan à proposer son aide au gouverneur de Constantine Ibn al (...)

83Les motifs de cette politique offensive de la Couronne d’Aragon sont multiples. L’Afrique est d’abord pour les souverains catalans un prolongement de la Péninsule ibérique, les efforts de Reconquista devant pour eux se poursuivre au-delà du détroit de Gibraltar253. Il y a dans ces entreprises une dimension religieuse évidente, mais qu’il ne faut cependant pas exagérer. Au cours du xiiie siècle des efforts ont certes été déployés pour convertir les musulmans254, mais leur échec rapide met fin à ce rêve255. Ramon Llull, au début du xive siècle, tente encore de persuader la population de Bougie, où il prêche en arabe, avant d’être rapidement renvoyé en Europe256. À son retour il rédige un traité dans lequel il propose au pape de former des missionnaires pour prêcher, mais aussi d’entreprendre la conquête du sultanat de Grenade et de l’ensemble de l’Afrique, en plus de la Terre Sainte257. Certains milieux religieux poussent donc incontestablement à une conquête du Maghreb par la chrétienté. Leur influence sur les princes reste cependant difficile à apprécier et les motivations purement politiques sont sans doute pour ces derniers plus déterminantes. Dès la fin du xiiie siècle les souverains catalano-aragonais cherchent en effet à étendre leur domination, d’une manière ou d’une autre, sur les États maghrébins. Ils tirent parti de l’état de conflit permanent qui domine alors dans la région, en jouant de ces rivalités. La vaine tentative de débarquement à Collo en 1282258, dont il n’est d’ailleurs pas sûr qu’elle avait pour but la prise du Maghreb259, met cependant fin pour longtemps au rêve d’une conquête territoriale260. Cela n’empêche pas les souverains catalans et majorquins de chercher à s’immiscer dans les affaires intérieures du sultanat. La rivalité entre Bougie et Tunis leur en offre plusieurs fois l’occasion. Ainsi au cours de la guerre civile de 1279 en Ifrīqiya, Pierre III soutient Abū Isḥāq, émir de Bougie, contre al-Wātiq de Tunis : durant l’offensive du premier depuis Bougie, le roi d’Aragon lance en effet une expédition contre Gabès afin d’ouvrir un second front261. Mais l’échec est évident, car une fois monté sur le trône avec l’aide catalane, jamais le nouveau sultan n’accepte la moindre sujétion par rapport à Barcelone262.

  • 263 Cf. supra, p. 67-69.
  • 264 Valérian, « Le facteur économique », art. cité, p. 157-158.
  • 265 D. Abulafia, « The Norman Kingdom of Africa and the Norman Expeditions to Majorca and the Muslim Me (...)

84Les signes les plus évidents de la volonté des souverains chrétiens d’imposer une domination politique sont les efforts constants pour faire payer aux Hafsides un tribut. Cette question du tribut est cependant complexe. Il faut au préalable définir ce mot, et chercher l’origine de cette revendication. En principe il s’agit d’argent versé en échange de la paix et marquant une position d’infériorité politique. Il ne peut donc être employé pour désigner les sommes, parfois importantes, versées par Bougie ou Tunis pour prix de l’aide navale apportée contre Tlemcen263, ou en dédommagement d’actes de piraterie264. La prétention de la Couronne d’Aragon à se faire verser un tribut par les Hafsides est ancienne et s’inscrit dans la tradition des parias payés par les États musulmans d’al-Andalus aux puissances chrétiennes. Mais une autre revendication vient s’ajouter à la première, après le passage de la Sicile sous domination aragonaise. Les rois se considèrent alors comme héritiers de la politique africaine de la monarchie normande de Sicile, et donc du tribut versé autrefois par Tunis à la cour de Palerme265.

  • 266 Sur la chronologie des relations politiques entre la Couronne d’Aragon et les Hafsides au xive sièc (...)
  • 267 En 1312 (paix Bougie – Majorque) et 1314 (Bougie – Barcelone), puis en 1360 (Hafsides – Aragon). Ce (...)
  • 268 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 137-138 ; M. Sanchez Martinez, « Las relaciones de la Corona d (...)
  • 269 Valérian, « Le facteur économique », art. cité, p. 159.

85Les difficultés rencontrées par les Hafsides au xive siècle donnent l’occasion de reprendre l’offensive, les attaques abdelwadides puis mérinides rendant alors nécessaire un accord politique et militaire avec les Catalans. Les discussions sont toujours longues, connaissent de nombreux rebondissements et des échecs successifs sur lesquels il est inutile de revenir en détail ici266. Ces tensions nuisent parfois aux échanges commerciaux, par le boycott qui est régulièrement prononcé contre Bougie ou l’ensemble des ports hafsides, ou simplement par les longues périodes sans trêve. Pourtant, si les Hafsides doivent céder à trois reprises et accepter un tribut267, ils savent le plus souvent résister aux pressions catalanes et jamais les sommes promises ne sont totalement versées268. La raison principale des échecs de ces ambitions politiques catalanes est la nécessité, toujours rappelée par les marchands sujets des rois d’Aragon et de Majorque, de maintenir les conditions d’un commerce vital pour eux269. Enfin à partir de 1370, une fois la puissance des sultans raffermie, ces derniers cessent de dépendre de l’aide extérieure et il n’est plus guère question du tribut. Le conflit se déplace alors vers les problèmes de piraterie.

  • 270 Cf. supra p. 427-433.
  • 271 Dans un mémoire daté de 1349 le gouverneur de Majorque propose de laisser la population de l’île fa (...)
  • 272 Sur la chronologie des relations politiques entre la Couronne d’Aragon et les Hafsides à la fin du (...)
  • 273 Cf. E. Marengo, Genova e Tunisi (1388-1515), ASLSP, 32, Gênes, 1901, p. 24-36.
  • 274 Cf. supra p. 487.

86La piraterie, nous l’avons vu, est un phénomène ancien, mais qui s’est surtout développé à Bougie à partir des années 1315 et a connu son apogée entre 1375 et 1425270. Cette chronologie invite donc à analyser le phénomène comme un effet de la crise générale que connaît Bougie au xive siècle. Le recul des bénéfices tirés du commerce, dès le début du siècle, a pu en particulier contribuer à orienter certains vers une activité de substitution. Mais il faut noter également que le grand essor de la piraterie est postérieur à la fin des longues guerres contre les Abdelwadides et les Mérinides, et surtout à l’arrivée de la peste noire. La dépression démographique qui en a résulté a certainement joué un rôle dans la recherche d’une main d’œuvre captive271. La piraterie est donc une conséquence de la crise de l’activité commerciale, mais aussi des problèmes plus généraux que connaissent alors la ville et sa région. Les particuliers, comme l’État, y trouvent des revenus de substitution, mais dans le même temps cette évolution contribue à détériorer les relations politiques avec les États chrétiens. L’abondante correspondance diplomatique entre les Hafsides et les souverains catalans montre en effet que ce climat de défiance est dû en grande partie aux attaques des pirates272. Il en va de même des relations avec Gênes, régulièrement perturbées par la piraterie273. Cela se traduit par de longues ruptures diplomatiques, par l’autorisation de la course chrétienne contre les côtes hafsides et par des expéditions de représailles, comme celles de 1397 et 1399 contre Bône et Dellys274. Provoquée par la diminution du commerce au milieu du xive siècle, la piraterie a donc également empêché une reprise rapide des échanges pacifiques, même si elle n’a jamais totalement interrompu le commerce.

87Le xive siècle est donc une période de crise et d’affaiblissement pour Bougie. Sans doute les problèmes de la fin du xiiie siècle, et notamment les conflits politiques avec Tunis, ont-il constitué les signes avant-coureurs de perturbations plus durables. Mais l’autonomie de Bougie avait surtout montré la richesse de la ville, capable de devenir le point de départ d’une réunification des domaines hafsides. À partir des premières attaques abdelwadides la situation change de manière significative. Les guerres sont plus difficiles pour la ville et son arrière-pays, et surtout durent plus longtemps. L’arrivée de la peste en 1348 aggrave encore la situation, accentuant une dépression démographique déjà ancienne. Mais le ralentissement de l’activité commerciale du port est également explicable par une évolution des échanges avec les pays chrétiens, eux-mêmes affectés par une crise économique et démographique. L’intérêt du marché bougiote diminue alors pour les Italiens, qui se tournent davantage encore vers le Levant et privilégient leurs liens avec Tunis. Par ailleurs, si les Majorquins remplacent en partie les Génois ou les Pisans, ils développent leurs activités dans une aire plus vaste, allant d’Oran à Bône, dans laquelle Bougie perd son rôle de premier plan. Cet affaiblissement a été l’occasion pour la monarchie catalano-aragonaise de chercher à imposer une domination politique par l’imposition d’un tribut. Mais l’échec de ces tentatives répétées montre que le pays reste capable de résister à des pressions politiques extérieures. La dynastie hafside finit d’ailleurs par retrouver sa puissance politique après 1360.

88Bougie sort pourtant très affaiblie de cette épreuve. Si le développement de la piraterie lui permet de compenser en partie les pertes dues à la diminution des échanges commerciaux, il empêche la ville de retrouver la place qui était la sienne au Maghreb un siècle auparavant. Politiquement son aire d’influence s’est réduite à l’est et à l’ouest, et économiquement elle doit compter désormais avec la concurrence de ports proches et actifs.

III – UNE REPRISE RELATIVE À PARTIR DU DEUXIÈME TIERS DU xve SIÈCLE

89Le xive siècle s’achève, après une longue période de crise, avec un rétablissement de la puissance hafside. Bougie sort cependant très affaiblie de ces années, tant sur le plan politique que sur le plan économique. L’échec des tentatives d’usurpations sous les règnes d’Abū Fāris et de ‘Uṯmān est le signe autant de la puissance retrouvée de Tunis que de l’affaiblissement de Bougie qui ne peut plus, comme elle l’avait fait à la fin du xiiie et au début du xive siècle, soutenir les prétentions de princes hafsides dissidents. Cette période d’affaiblissement politique s’est accompagnée d’un ralentissement notable de l’économie.

90Pourtant, avec le début des années 1430, l’activité commerciale du port commence à reprendre, sous l’effet d’une conjoncture nouvelle. Bougie n’est plus alors le domaine des seuls Majorquins, ce qui indique qu’elle est de nouveau considérée par les Italiens ou les Provençaux comme un marché digne d’intérêt, et elle réoccupe une place notable sur les grandes lignes de navigation.

1) Une conjoncture plus favorable

91Alors qu’au xive siècle s’étaient conjugués des facteurs d’affaiblissement propres au Maghreb et une conjoncture européenne défavorable, le début du xve siècle est marqué par un retour de la stabilité politique en Ifrīqiya, qui facilite la reprise de bonnes relations diplomatiques, et de la croissance en Europe, le tout concourant à dynamiser le secteur commercial.

a) Le retour à la stabilité en Ifrīqiya

  • 275 Cf. sur ces règnes Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 210-276.
  • 276 Cf. supra, p. 84-85, 167.
  • 277 Cf. supra, p. 133-134, 137, 141.
  • 278 Cf. supra, p. 235-237.

92Les règnes d’Abū Fāris (796/1394-837/1434) et de ‘Uṯmān (839/1435-893/1488) sont marqués par une réelle stabilité intérieure en Ifrīqiya275. Les menaces abdelwadide et mérinide ont pratiquement disparu et les sultans parviennent à maintenir dans l’obéissance les gouverneurs des provinces occidentales, alors que les tribus perdent de leur autonomie276. Les crises sont donc toujours rapidement résolues. Dans cet espace Bougie conserve la place de capitale de la marche occidentale, mais a définitivement perdu le contrôle de la province de Constantine et du Zāb. En revanche le recul de la puissance abdelwadide se traduit par la réintégration des villes d’Alger et Dellys dans sa zone d’influence277. Les textes de cette époque ne décrivent pas de manière complète le réseau des routes entre l’intérieur et le littoral, mais leur physionomie a dû changer sensiblement par rapport aux époques antérieures. À l’est une partie importante de la Petite Kabylie se tourne désormais vers Constantine et son débouché maritime Collo. Il en va de même des routes sahariennes de Ouargla et de Biskra, qui autrefois aboutissaient principalement à Bougie, et désormais se prolongent davantage vers Constantine et Tunis. Les territoires gagnés à l’ouest disposent par ailleurs de débouchés maritimes propres. Alger, mais aussi dans une moindre mesure Dellys, sont devenues au siècle précédent des ports actifs, aptes à drainer les productions de leur arrière-pays et à capturer le flux d’or venant par le Touat et Ghardaïa278. Globalement l’hinterland de Bougie s’est donc rétréci, mais a gagné en stabilité.

b) Des relations moins conflictuelles avec les puissances chrétiennes

  • 279 Marengo, Genova e Tunisi, op. cit., p. 36. La correspondance avec les consuls génois ou les marchan (...)
  • 280 G. Petti Balbi, « Il consolato genovese di Tunisi nel Quattrocento », Archivio storico italiano, 57 (...)
  • 281 Traité Gênes – Tunis, 1433, préambule.
  • 282 Traité Gênes – Tunis, 1445, préambule.
  • 283 Traité Gênes – Tunis, 1465, préambule. Il n’est renouvelé par la suite qu’en 1507. Marengo, Genova (...)
  • 284 Cf. Ibid., p. 49-97. Ces agressions sont le fait des sujets hafsides comme des Génois. L. Balletto, (...)
  • 285 Fr. Cerone, « Alfonso il Magnanimo ed Abu ‘Omar Othmân. Trattative e negoziati tra il Regno di Sici (...)
  • 286 Ibid., p. 48-49.
  • 287 Cerone, « Alfonso il Magnanimo », art. cité, Archivio storico per la Sicilia Orientale, 10, 1913, p (...)
  • 288 Ibid., p. 75 ; traité Couronne d’Aragon – Tunis 1477, préambule.
  • 289 Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans médite (...)
  • 290 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482).
  • 291 Id., f. 68v-69r (26/9/1482).

93En Méditerranée également on assiste à un retour progressif, bien que jamais total, à une plus grande stabilité. Les relations entre les Hafsides et les puissances européennes sont assez bien connues pour cette époque, grâce à l’abondance des documents de chancellerie conservés. Elles restent ponctuées par des crises liées à la piraterie, tant chrétienne que musulmane, ou par des incidents survenus dans le port. À cet égard l’absence de correspondance entre Gênes et les Hafsides entre le début du xve siècle et 1427 doit sans doute être interprétée comme le signe d’une interruption des relations diplomatiques. Un consul est certes élu pour Tunis en 1404279, mais c’est un cas isolé. Au contraire en 1423 Gênes interdit tout commerce avec les terres hafsides280. C’est à partir des années 1430 seulement que la situation redevient plus normale. Un traité est signé en 1433 pour une durée de vingt ans, qui confirme cependant un accord plus ancien passé avec le duc de Milan, alors maître de Gênes281. Par la suite, les relations sont cordiales avec ‘Utmān et en 1445 un traité renouvelle pour douze ans le précédent282. En 1465 la paix est encore confirmée, mais cette fois pour trente ans283. Les problèmes de piraterie, qui concernent désormais davantage Tunis, n’entraînent cependant pas de rupture des liens politiques entre les deux États284. Une évolution identique caractérise la politique de la Couronne d’Aragon. Après l’échec d’une tentative contre Djerba en 1432, Alphonse le Magnanime choisit une voie plus pacifique285. En 1438 une trêve est signée (dont le texte est perdu)286et en 1444 des chapitres de paix sont rédigés, mais non ratifiés287. L’établissement de relations stables et cordiales se heurte, comme pour Gênes, à la question des captifs retenus dans le sultanat, mais également de la piraterie catalane. Il faut attendre 1477 pour qu’un accord soit enfin conclu pour trente ans, après de longues tractations288. Malgré l’absence de traité formel pendant toutes ces années, un modus vivendi s’installe cependant entre les deux États289. Des problèmes de douane ou de piraterie viennent certes perturber régulièrement cet état de coexistence pacifique, mais sans jamais le remettre en cause de manière durable. En août 1482, à la suite de l’arrestation d’un marchand de Castel d’Ampurias par le directeur de la douane (moxarif) d’Alger, un boycott est ainsi déclaré contre les ports de la province de Bougie, et les biens de juifs d’Alger et de Bougie présents à Majorque sont saisis en représailles290. Très vite cependant, dès le mois de septembre, la pression des milieux marchands oblige l’infant à suspendre cette mesure291.

  • 292 Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida », art. cité, p. 334-342 ; B. Doumerc, « Venise et la dynas (...)
  • 293 Mas-Latrie, « Relations commerciales de Florence et de la Sicile », art. cité, p. 220 (à partir de (...)
  • 294 Ibid., p. 209, avec la date de 1424 corrigée dans Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 344-354.
  • 295 En 1479 le roi René envoie des présents à l’émir de Bougie. Éd. G. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi R (...)
  • 296 En 1460 déjà Charles VII avait pris contact avec le sultan hafside. Sur la politique méditerranéenn (...)
  • 297 L. Balletto « Commerciando con gli infedeli in Siria, in Egitto e in Tunisia (1418-1423) », Genova, (...)

94Au-delà de ces deux partenaires traditionnels des Hafsides, toutes les puissances de l’Europe du Sud renouent leurs liens avec l’Ifrīqiya. Venise renouvelle ses accords de paix en 1427, puis en 1438, et les relations restent cordiales jusqu’à la fin du règne de ‘Utmān292. De même la Sicile renouvelle la trêve avec Tunis après 1438293. Les Florentins, qui désormais remplacent les Pisans en Méditerranée, parviennent à un accord en 1421, ratifié en 1423, peu de temps après l’acquisition de Livourne294. Enfin les rois de France, reprenant et amplifiant la politique du roi René295, entretiennent des relations plus suivies avec le Maghreb après le rattachement de la Provence à la France en 1481296. Dans ce contexte, les interdictions pontificales de commercer avec les infidèles, régulièrement renouvelées, sont facilement contournées par des licences exceptionnelles (bien que parfois viagères) accordées par la papauté297.

c) La reprise économique en Europe

  • 298 R. Fossier, « Le second souffle de l’Europe », Le Moyen Âge, dir. R. Fossier, III, Paris, 1983, p. (...)
  • 299 Ibid., p. 414-418.

95La grande dépression du xive siècle avait sensiblement compromis le dynamisme du commerce européen en Méditerranée. Elle laisse place, à partir des années 1450, parfois avant, à une nouvelle période de croissance de l’Europe298, comme peuvent en témoigner la prospérité de certaines villes italiennes telles que Florence, Venise ou Gênes, mais aussi des ports ibériques et surtout du nord de l’Europe299.

  • 300 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, p. 301 (...)
  • 301 Les marchés syriens et égyptiens continuent en effet à être très fréquentés par les Barcelonais et (...)
  • 302 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 1.
  • 303 Ibid., p. 21 ; J. Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident », (...)
  • 304 Cf. les produits importés par Majorque dans la seconde moitié du xve siècle. O. Vaquer, « El comerç (...)
  • 305 J. Delumeau, L’Alun de Rome xve-xixe siècle, Paris, 1962, p. 19.
  • 306 J. Heers, L’Occident aux xive et xve siècles, Paris, 1963, p. 175-194.
  • 307 D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie – milieu xve siècle), (...)

96Le centre de gravité de ce commerce international tend cependant à migrer vers l’ouest. La chute de Constantinople en 1453, et de ce qui restait des possessions chrétiennes en Asie mineure, entraîne un déplacement des investissements vers d’autres marchés. De même les difficultés économiques de l’Égypte et de la Syrie300obligent à un certain redéploiement des activités commerciales avec le monde musulman, au moins pour les Génois301. Le Maghreb, ainsi qu’al-Andalus, fonctionnent alors comme marchés de remplacement302, même s’ils ne parviennent pas à rivaliser totalement avec ceux d’Orient. Dans le sultanat de Grenade les Génois investissent dans des cultures spéculatives comme le sucre, les vergers et les vignobles ou dans l’élevage du vers à soie303, alors que le Maghreb reste un marché traditionnel pour les textiles européens et un lieu d’approvisionnement, principalement pour les cuirs et la cire304. Il n’est pas exclu par ailleurs que la perte des mines d’alun de Phocée en 1455 ait entraîné la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement au Maghreb jusqu’à la découverte des mines de Tolfa dans les années 1460305. Ce déplacement s’accompagne d’une intensification des relations avec l’Europe atlantique, déjà amorcée au siècle précédent, et qui profite en partie au Maghreb306. Les Génois sont très actifs sur cette route, mais c’est surtout la république de Venise qui organise dès le xive siècle la muda de Flandre, reliant la Méditerranée occidentale aux ports de Flandre et d’Angleterre, en passant parfois par les ports maghrébins307.

Tableau 39. TRAITÉS DE PAIX ENTRE LES HAFSIDES ET LES PUISSANCES CHRÉTIENNES (1360-1510)

Tableau 39. TRAITÉS DE PAIX ENTRE LES HAFSIDES ET LES PUISSANCES CHRÉTIENNES (1360-1510)

2) La reprise de l’activité commerciale de Bougie

97La réactivation des relations commerciales entre l’Europe et le Maghreb permet à Bougie de retrouver en partie une place qu’elle avait perdue au siècle précédent. Le port est de nouveau attractif et les Majorquins ne sont désormais plus les seuls à venir y négocier. D’anciens partenaires italiens et provençaux retrouvent le chemin de Bougie, tandis que les routes longeant les côtes africaines d’est en ouest connaissent un essor important et mettent en relation Bougie avec les marchés d’Orient et de l’Atlantique.

a) Le retour d’anciens partenaires commerciaux

98La nouvelle conjoncture en Europe et en Méditerranée favorise le renforcement des échanges commerciaux avec le Maghreb, et Bougie continue d’être une des destinations importantes des navires chrétiens. Mais l’évolution observée dans la seconde moitié du xive siècle se confirme, avec l’essor de ports concurrents, en particulier Alger et Tunis. Dans ce trafic, Majorque reste un partenaire privilégié, mais son poids relatif diminue en raison du retour des Italiens et des Provençaux.

  • 308 Le principal fonds pour étudier le mouvement des navires en direction du Maghreb est celui du Real (...)

99Jusque dans les années 1450, les départs de navires majorquins pour Bougie sont réguliers. Mis à part un creux entre 1430 et 1433 (qui correspond à la période d’agressivité de la politique aragonaise), les bateaux partent chaque année308. Par la suite en revanche les témoignages de voyages vers Bougie deviennent plus rares.

Tableau 40. NOMBRE DE BATEAUX ASSURANT LA LIAISON MAJORQUE-BOUGIE (1420-1499)

Tableau 40. NOMBRE DE BATEAUX ASSURANT LA LIAISON MAJORQUE-BOUGIE (1420-1499)
  • 309 M. Del Treppo, I Mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 197 (...)
  • 310 Cf. J. Guiral Hadziiossif, Valence, port méditerranéen au xve siècle (14101525), Paris, 1986.
  • 311 J. Guiral Hadziiossif, « Les relations commerciales du royaume de Valence avec la Berbérie au xve s (...)

100On relève une diminution assez nette du trafic majorquin avec Bougie à partir du milieu du siècle, qui peut s’expliquer par la concurrence nouvelle des autres puissances maritimes ayant en partie délaissé ce marché au cours du xive siècle. Certes l’île conserve toujours un rôle d’intermédiaire privilégié, mais à un moindre degré. Les quelques contrats d’assurance barcelonais pour des trajets vers l’Afrique du Nord, montrent que désormais les marchands de la capitale catalane ne passent plus nécessairement par Majorque pour se rendre au Maghreb309. De même, Valence devient au xve siècle un port important310et une escale souvent fréquentée sur la route de l’Afrique du Nord, même si elle n’atteint jamais le niveau de Majorque311.

  • 312 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 9-10.
  • 313 R. Collier, qui étudie les relations avec l’Afrique du Nord de 1480 à 1515, constate que, pour la f (...)
  • 314 ADBR, 351 E 448, f. 536v-536bis r-v (24/1/1475), 543v-546r (26/1/1475).
  • 315 ADBR, 351E 389, f. 39r-v (7/8/1475) ; 391E 123, f. 130v (2/9/1475), 180v (19/3/1476).
  • 316 ADBR, 351E 449, f. 178r-179v (15/7/1476).
  • 317 M. Mollat, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, 1988, p. 306-307. Sur la soixantaine de vo (...)

101Les Provençaux, qui avaient presque totalement déserté les marchés maghrébins au xive siècle, retrouvent le chemin de Bougie. Les premiers voyages sont souvent liés à la nécessité d’aller racheter les captifs, encore nombreux au début du xve siècle312. Mais à partir des années 1470, alors que le trafic avec l’Orient diminue sensiblement, celui du Maghreb connaît un essor notable313et plusieurs voyages commerciaux importants sont réalisés au départ de Marseille. En 1475 Monon Laurent affrète ainsi le Saint-Antoine pour aller commercer dans les ports du Maghreb (Alger, Bougie, Bône et Tunis)314. La même année Pietro Balbo se rend au Maghreb et s’enfonce jusqu’à Constantine, ce qui montre une activité importante et qui déborde du cadre strictement côtier. Son stock de marchandises épuisé, il doit se faire envoyer des draps de Marseille pour 150 florins. Il rentre en août et repart dès septembre pour aller chercher à Bougie de la cire315. En juillet 1475 Nicolas Gaetan, patron de la Sainte-Trinité, part pour Bougie et les ports voisins. Il est de retour à Marseille en mars 1476, sans avoir pu ramener toutes les marchandises achetées, et doit donc en laisser une partie à Monon Laurent et effectuer un second voyage pour apporter ce solde316. De même les galées de France de Jacques Cœur passent parfois par le Maghreb, même si ce n’est pas leur destination principale317.

  • 318 Ph. Gourdin, Les relations politiques et économiques entre l’Italie tyrrhénienne et le Maghreb au x (...)
  • 319 Voir principalement Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit.
  • 320 Le commerce de Florence avec le Maghreb est mal connu, mais on sait que des convois de galères ont (...)
  • 321 Cf. C. Varaldo, « Savona nel secondo Quattrocento. Aspetti di vita economica e sociale », Savona ne (...)

102Enfin les Italiens, qui avaient en partie abandonné aux Majorquins les ports maghrébins à l’ouest de Tunis, y développent à nouveau leurs affaires. Gênes318, Venise319, Florence320, mais aussi Savone321deviennent ou redeviennent des partenaires actifs au Maghreb et fréquentent Bougie.

b) L’intégration de Bougie dans des réseaux de navigation est-ouest

  • 322 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Raw al-bāsim fīh awādi al-umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux (...)

103Le changement important par rapport aux périodes précédentes est la création, par les Italiens principalement, de lignes de navigations de direction est-ouest intégrant les côtes du Maghreb dans des itinéraires qui s’inscrivent dans un espace large, allant jusqu’en Orient d’un côté et en Europe atlantique de l’autre. Lorsqu’en 871/ 1466 ‘Abd al-Bāsiṭ veut aller d’Oran à Tunis, il embarque ainsi sur une grosse galère génoise venue des Flandres par l’Atlantique et qui poursuit sa route vers l’est. Le voyageur précise que les marchands chrétiens viennent vendre des draps sur les marchés maghrébins et que de nombreux commerçants musulmans d’Oran et de Tlemcen s’embarquent alors avec lui. Les escales sont courtes : le bateau ne reste qu’un jour à Bougie, et quatre à Tunis, avant de joindre l’Orient322. Ce témoignage montre une organisation relativement nouvelle du commerce italien au Maghreb, du moins par son ampleur. Désormais sont privilégiées les routes longeant la rive sud de la Méditerranée, qui insèrent Bougie dans des itinéraires qui partent de l’Atlantique et vont jusqu’en Orient, sans nécessairement passer par l’intermédiaire des ports italiens. Les marchands musulmans tirent profit de ces nouvelles lignes de navigation, pour participer directement aux échanges maritimes et s’embarquer en plus grand nombre sur ces navires chrétiens.

  • 323 Cf. supra, p. 623-624.
  • 324 C’est le cas notamment pour Gênes. J. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 : les voyages “ (...)

104Ces voyages le long des côtes africaines ne sont certes pas, en soi, une nouveauté. Aux siècles précédents les bateaux longent parfois les côtes du Maghreb, faisant escale dans les principaux ports, et prolongeant éventuellement leur route jusqu’en Orient, en particulier en Égypte323. Mais le phénomène se développe au xve siècle, notamment à Gênes, Florence et surtout Venise. Ce système permet de gagner en rentabilité, en profitant des opportunités de chaque escale, sans avoir à faire le détour par les ports européens. Il a pu être également un moyen d’échapper aux taxes payées dans ces ports, qui sont souvent élevées324, un réseau de filiales implantées dans les grands centres de commerce permettant d’éviter de passer par la métropole.

105Alors qu’au xiiie siècle les produits orientaux arrivaient à Bougie en transitant le plus souvent par Gênes ou Pise, ils viennent désormais directement depuis l’Égypte ou Chio. Il en va de même des textiles de l’Europe du Nord, qui auparavant passaient par l’intermédiaire des grandes foires et des ports méditerranéens. Depuis le xive siècle les navires italiens vont directement vers les marchés du Nord, en traversant le détroit de Gibraltar. Cette orientation atlantique du commerce italien est nette pour Gênes, et dans une moindre mesure pour Venise, qui conserve de solides positions en Orient. Elle prend appui sur la Péninsule ibérique, l’Angleterre et les Flandres, profitant du développement de l’Europe du Nord-Ouest et des difficultés rencontrées sur certains marchés en Orient. Cette nouvelle organisation des axes commerciaux bénéficie surtout de la création, principalement par Florence et Venise, de lignes de navigation de galères.

  • 325 Sur cette compagnie, voir Y. Renouard, Les Hommes d’affaires italiens au Moyen Âge, Paris, 1968, p. (...)
  • 326 P. Mainoni, Mercati lombardi tra Barcelona e Valencia nel Basso medioevo, Bologne, 1982, p. 101-103
  • 327 Ibid., p. 106.
  • 328 La compagnie florentine des Peruzzi, par exemple, est présente à Tunis au xive siècle. Davidsohn, S (...)
  • 329 Cf. D. Gioffrè, éd., Lettere di Giovanni da Pontremoli, mercante genovese 1453-1459, Gênes, 1982 ; (...)
  • 330 D. Gioffrè, « Il commercio d’importazione genovese alla luce dei registri del dazio (1495-1537) », (...)
  • 331 ASG, notai antichi, filza 765, Bernardo de Ferrariis, doc. 198 (19/10/1450), éd. partielle Ph. P. A (...)
  • 332 Elles sont indiquées dans cet ordre un peu surprenant.

106Les grandes compagnies marchandes développent en effet des filiales qui permettent de décentraliser l’organisation de leurs affaires. Le phénomène était déjà visible au xive siècle et se développe encore davantage par la suite. Ainsi la compagnie Boromeo de Milan, l’une des plus puissantes de la cité lombarde325, a des représentants à Barcelone qui gèrent ses affaires maghrébines. Un livre de comptes de la branche barcelonaise, antérieur à 1440, fait ainsi figurer une somme de 37 livres 10 sous données à Bougie à Bartolomeo Bindotti, un Lombard, pour le compte de la compagnie326. En 1441 le même Bartolomeo, qualifié de facteur de Filippo Boromeo, est à nouveau présent à Bougie, où il avance 140 doubles pour le rachat d’un charpentier327. Les principales de ces filiales se trouvent en Angleterre et en Flandre, dans les ports de la péninsule ibérique, en Orient, et dans une moindre mesure à Tunis328. Ailleurs des agents peuvent à l’occasion représenter les compagnies, comme c’est sans doute le cas de Bartolomeo Bindotti à Bougie, mais les affaires se structurent à partir des places les plus actives. Dès lors cette présence amplifie encore l’importance de villes comme Tunis, qui a alors nettement pris le dessus sur Bougie dans les affaires génoises. Ainsi les marchands Giovanni da Pontremoli ou Battista de Luco, très présents à Tunis, ne fréquentent pas pour autant Bougie329. De même il ne semble pas que les grandes compagnies florentines aient eu beaucoup de liens avec ce port. Ce type de trafic a cependant la caractéristique de laisser peu de traces dans les archives de la ville d’origine330et les registres des notaires de métropole ne sont pas d’un plus grand secours. Les notaires d’outre-mer peuvent en revanche avoir rédigé des contrats pour de tels voyages, comme en 1450 pour Domenico de Camilla, qui nolise sa nave ancrée à Chio à destination de l’Occident331. Le départ est prévu au plus tard pour février 1451, avec un chargement composé notamment de coton, et le bateau devra aller à Modon, puis directement au Maghreb, où il restera quarante jours, avant de poursuivre vers Cadix, Southampton et L’Écluse. Les escales maghrébines prévues sont Tunis, Alger, Bougie et Oran332.

  • 333 Il s’agit de registres de douanes. Certains étaient plus particulièrement consacrés aux taxes pesan (...)
  • 334 Cf. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 », art. cité.
  • 335 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 399. L’île est génoise depuis le milieu du xive siècle, et (...)
  • 336 Cf. les documents publiés par R. Doehaerd et Ch. Kerremans, Les relations commerciales entre Gênes, (...)
  • 337 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 455.
  • 338 Ibid.
  • 339 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, Rg. 1552, f. 315r-318r (1445).
  • 340 Idem, f. 317v-318r.
  • 341 Ce patron était déjà allé au Maghreb en 1482, mais on ignore quels furent les ports alors touchés. (...)
  • 342 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, Rg. 1555, f. 21r-22r (1495).

107Quelques-uns de ces voyages génois ont cependant laissé des traces, notamment dans certains registres des Caratorum Veterum du fonds de la banque de San Giorgio333. Le trajet de ces navires comprend parfois la mention d’un itinéraire per costeriam, qui signifie que le navire longe la côte de l’Afrique et fait escale dans ses ports334. Chio est souvent la destination finale de ces voyages génois335, alors qu’à l’ouest les ports anglais et flamand de Southampton et L’Écluse donnent accès aux marchés de l’Europe industrielle du Nord-Ouest336. Ainsi en 1445 neuf navires génois effectuent la liaison entre Chio et L’Écluse ou Southampton, dont huit longent les rives africaines337. Les indications sont cependant rarement précises sur ces étapes intermédiaires. La route suivie en général passe par Syracuse, Tunis, Bône, Stora, Bougie, Alger, Oran, Hunayn, Almeria, Malaga, puis traverse le détroit de Gibraltar pour gagner les Flandres ou l’Angleterre338. C’est ainsi qu’en 1445 le navire de Filippo de Nigrono quitte Cadix pour l’Orient, en passant par Malaga et la côte maghrébine. Le registre conservé montre, pour chacune des étapes, les ventes effectuées339et on y voit qu’à Bougie des draps ont été vendus, notamment à l’émir de la ville340. De même en 1495 la nave de Girolamo de Grano part de Cadix pour Chio et fait escale à Bougie341. Conrado Spinola y vend des draps anglais chargés dans le port espagnol et Giorgio de Cassana y décharge également des draps342.

  • 343 Un système de galées pour le Maghreb a également été organisé à la même époque à Barcelone. Cl. Car (...)
  • 344 Stöckly, Le système de l’incanto, op. cit., p. 152-165.
  • 345 Sur l’organisation de ces mude, voir principalement Ibid., passim.
  • 346 On trouve déjà des voyages vénitiens en direction du Maghreb à partir de 1402, mais c’est dans les (...)
  • 347 Stöckly, Le système de l’incanto, op. cit., p. 169, 175.
  • 348 Ibid., p. 171-172, 175.
  • 349 En 1507 pour la ligne du Trafic, et l’année suivante pour celle de Berbérie. Doumerc, « Venise et l (...)

108Les lignes de navigations organisées par l’État, essentiellement à Florence et Venise, sont mieux connues en raison de la documentation qu’elles ont laissée343. La Sérénissime organise déjà depuis le xive siècle des convois de galères (mude) en direction des Flandres344, selon des règles très rigoureuses fixées par le Sénat. Les galères d’État sont mises aux enchères chaque année, doivent voyager de conserve et suivre un itinéraire prévu avec précision par le texte des incanti (enchères)345. Le Maghreb est la dernière région à faire l’objet d’une telle organisation. Les Vénitiens recommencent vraiment à fréquenter les ports d’Afrique du Nord à partir des années 1420346, mais ce n’est qu’en 1436 qu’est créée la muda de Berbérie, puis en 1460 celle du Trafic (Trafego)347. La première ligne relie les ports de Syracuse, du littoral ibérique et du Maghreb, jusqu’à Tunis ou Tripoli. La seconde en revanche a un objectif différent, qui est de rejoindre les marchés de Méditerranée orientale (notamment Alexandrie, mais aussi Beyrouth, Candie et Modon) en passant par Tunis et Tripoli de Libye348. Elle ne touche donc que la partie orientale du Maghreb et ne concerne pas directement Bougie. Ces deux lignes, en dépit de difficultés périodiques, sont maintenues jusqu’au début du xvie siècle349.

  • 350 Auparavant les Florentins avaient des relations avec l’outre-mer, mais par l’intermédiaire de Pise (...)
  • 351 M. E. Mallett, « The Sea Consuls of Florence in the Fifteenth Century », Papers of the British Scho (...)
  • 352 A. Sapori, « I primi viaggi di Levante e Ponente delle galere fiorentine », Archivio storico italia (...)
  • 353 M. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967, p. 73.
  • 354 Ibid., p. 74.
  • 355 Ibid., p. 75.
  • 356 Ibid., p. 176.

109L’organisation par Florence d’un système semblable de lignes de galères est moins poussée et le Maghreb y occupe une place réduite. L’aventure maritime de Florence ne commence vraiment qu’avec la domination sur Pise (1406) et surtout l’occupation de Livourne en 1421350. Un office des consuls de mer est créé en 1421, avec pour charge notamment la construction de galères351. En 1423 un premier convoi est envoyé à Alexandrie et, deux ans plus tard, est lancée la ligne du Ponent (Bruges et Angleterre)352. En 1442 les capitaines des galées de Catalogne et de Sicile sont autorisés, si les marchands le souhaitent, à prolonger leur route jusqu’au Maghreb et en 1447 ces deux routes sont précisées : la première suivra un itinéraire allant par les côtes du sud de la France (Marseille, Port-de-Bouc), Barcelone, Majorque, Bône, Alger et Oran ; la seconde passera par Naples, la Sicile, Tunis, Tripoli et Alexandrie353. En 1459 deux galères sont ainsi prévues pour un trajet en Méditerranée occidentale et en 1460 on sait qu’elles font escale à Gênes, Marseille, Tunis, Bône, Bougie, Alger, Oran, Almeria, Malaga et Cadix354. Mais ces convois n’ont pas la régularité des mude vénitiennes, et entre 1465 et 1478 les références aux galées de Tunis disparaissent355. La ligne n’est remise en service qu’en 1478, puis en 1479, avec un trajet passant par les côtes de Catalogne et du Maghreb356.

  • 357 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).
  • 358 Voir par exemple ARV, C., Rg. 705, f. 126v-133r (18-20/9/1455), 277r-296v (30/9-4/10/1458).
  • 359 Par exemple ARV, C., Rg. 705, f. 225v-226r (7/9/1457).
  • 360 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 6, 68-70.

110Ces navires, en longeant les côtes africaines, transportaient les négociants chrétiens, mais prenaient également à leur bord des musulmans et des juifs. Le phénomène n’est là encore pas nouveau, mais prend de l’ampleur au xve siècle. Le passage des galées vénitiennes à Valence permet ainsi à des Maghrébins de venir en nombre commercer dans le royaume. En 1454 Moiser Cap, juif du royaume de Bougie, porte par exemple à Valence un baril d’indigo sur une galée de Venise357et on constate d’une manière générale que les licences accordées à Valence aux musulmans pour se rendre en terre d’Islam sont particulièrement abondantes au moment du passage des mude358. Les galères florentines ont également embarqué des musulmans359, de même que les navires privés, mais cela nous est plus mal connu. Au départ de Tunis, la ligne du Trafic permettait enfin aux marchands d’Ifrīqiya de rejoindre l’Égypte, et l’insistance du sultan hafside pour le maintien de cette muda montre l’importance que revêtait pour les marchands du sultanat ce commerce oriental360.

c) La place de Bougie dans le commerce maghrébin

  • 361 Le commerce de Valence en revanche est orienté plus nettement vers le Maghreb occidental, avec Oran (...)

111Une des principales conséquences de la mise en place de ces lignes de navigation est la diminution relative de la place de Bougie par rapport aux autres ports de la région. Dans la seconde moitié du xive siècle déjà, plusieurs ports ont profité des difficultés de Bougie pour développer leurs liens avec Majorque et cette tendance se confirme au xve siècle. Bougie a certes repris possession d’Alger, mais sans vraiment parvenir à diminuer la concurrence qu’elle constitue dans le Maghreb central, alors que plus à l’ouest Oran et Hunayn occupent une place toujours plus grande. Dans le même temps Tunis s’affirme plus que jamais comme un carrefour essentiel entre les bassins oriental et occidental de la Méditerranée. Cette évolution de la place de Bougie dans les circuits commerciaux maghrébins peut être suivie à partir des documents majorquins et vénitiens, qui offrent des séries assez continues361.

  • 362 Ces guiatges se trouvent dans le fonds du Real Patrimonio, mais aussi dans des registres spéciaux. (...)
  • 363 ARM, RP, Rg. 3831 (1418-1421) – 3835 (1428), 3853 (1435-1436) – 3892 (1497).
  • 364 D’après les dépouillements de P. Macaire, Majorque et le Maghrib au xve siècle, doctorat de troisiè (...)

112Deux ensembles de données permettent de tracer l’évolution de la part relative des différents ports maghrébins dans la navigation majorquine. Le premier est constitué par les guiatges, ou licences accordées pour aller commercer en terre musulmane362. Les destinations sont toujours indiquées, mais sans précision d’escales. La seconde série peut être reconstituée à partir des listes de musulmans quittant l’île, et payant pour cela une taxe363. Il peut s’agir de voyages temporaires (pour raisons commerciales, familiales, pour faire des études ou effectuer le pèlerinage), ou d’une émigration définitive (notamment pour les anciens captifs qui rentrent chez eux). Ce qui nous intéresse ici est que dans chaque cas le navire et la destination sont précisés. Ces documents ne montrent certes pas l’ensemble des navires quittant le port pour le Maghreb, mais en l’absence de registre de taxes portuaires, ils fournissent une image assez fidèle de l’importance relative de chaque port maghrébin dans la navigation majorquine364.

Tableau 41. GUIATGES ACCORDÉS À MAJORQUE POUR DES DESTINATIONS MAGHRÉBINES

Tableau 41. GUIATGES ACCORDÉS À MAJORQUE POUR DES DESTINATIONS MAGHRÉBINES

Tableau 42. DESTINATION DES MUSULMANS QUITTANT L’ÎLE DE MAJORQUE

Tableau 42. DESTINATION DES MUSULMANS QUITTANT L’ÎLE DE MAJORQUE
  • 365 Le tableau du mouvement du port de Majorque établi par Onofre Vaquer montre même, pour les années 1 (...)

113Ces résultats confirment des tendances déjà observées à la fin du xive siècle, mais montrent également certaines modifications. Le Maghreb central garde la place importante qu’il avait acquise au cours du xive siècle et qui est due à la fois à ses potentialités commerciales et à sa proximité par rapport à Majorque. Mais le trafic tend à se concentrer dans quelques ports. Mostaganem perd de son importance, ainsi que Hunayn et Cherchell. Ténès reste une destination fréquente, jusqu’en 1450, alors qu’Oran garde une place relativement modeste. En revanche Alger, qui ne représentait que 12,6 % des départs vers le Maghreb central au cours de la période précédente, devient le principal port de la région. Le retour de la souveraineté hafside sur la ville n’a donc pas entraîné un recul de sa place dans le commerce majorquin. Au contraire, Alger a désormais une importance équivalente à celle de Bougie, parfois même légèrement supérieure365. Elle a surtout éclipsé les ports voisins qui avaient pu connaître un certain développement au xive siècle (Dellys, qui n’apparaît plus, mais aussi à l’ouest Cherchell et après 1450 Ténès).

Carte 18 – Destinations des navires majorquins au Maghreb (1420-1500).

Tableau 43. ÉVOLUTION DE LA PART DE BOUGIE ET D’ALGER DANS LE COMMERCE MAJORQUIN AU MAGHREB (1385-1500)

Tableau 43. ÉVOLUTION DE LA PART DE BOUGIE ET D’ALGER DANS LE COMMERCE MAJORQUIN AU MAGHREB (1385-1500)
  • 366 Calculs à partir des registres de guiatges. Cf. détails supra, p. 639.
  • 367 Le premier chiffre correspond aux guiatges, le second aux sorties de musulmans.

Note366
Note367

  • 368 Le port est cependant encore fréquemment cité dans les contrats assurances du notaire majorquin Mig (...)

114À l’est de Bougie la situation s’est également modifiée et simplifiée. Tunis garde une place inférieure à celle de Bougie et n’est guère fréquentée par les Majorquins, qui y rencontrent la concurrence d’autres marchands européens. Le nombre de départs vers Tunis chute, en particulier après 1460. Collo, qui avait beaucoup profité au xive siècle de la crise de Bougie et de l’essor politique de Constantine, est désormais une destination moins importante, et disparaît presque totalement après 1450368. Un constat identique peut être établi pour Bône.

  • 369 Cf. supra, p. 115-116.

115Si l’on compare avec la situation à la fin du xive siècle, la part de Bougie dans le commerce maghrébin a donc augmenté, tant par rapport aux autres ports d’Ifrīqiya que par rapport à l’ensemble du Maghreb, ce qui est le signe d’une prospérité retrouvée. Le choix de la ville comme destination pour les musulmans qui émigrent d’Espagne est à cet égard révélateur de ce nouveau dynamisme et la nécessité de construire, pour ces réfugiés andalous, un nouveau quartier hors les murs369montre que Bougie est encore peuplée à la fin du xve siècle. Mais dans le même temps Alger a connu une évolution semblable dans le Maghreb central et cet essor a sans doute empêché Bougie de retrouver la place prééminente qui était la sienne avant la crise du xive siècle.

116Ces résultats ne rendent cependant compte que du trafic majorquin, qui n’est plus aussi hégémonique qu’au siècle précédent. Les documents vénitiens permettent d’apporter un autre éclairage, du point de vue d’une puissance plus orientale.

  • 370 Ces dispositions sont notées dans les registres des délibérations du Sénat. ASV, Senato, Mar, Rg. 1 (...)
  • 371 ASV, Senato, Mar, 1, f. 159r-v (18/3/1443).
  • 372 ASV, Senato, Mar, 4, f. 31r-v (20/2/1451).
  • 373 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 79. ASV, Senato, Mar, 6, f. 206r-207r (8/12/1460) (...)
  • 374 Cf. B. Doumerc, « La ville et la mer : Tunis au xve siècle », Actes du IVe congrès international d’ (...)
  • 375 Le Sénat donne souvent liberté aux patrons des galées de s’arrêter à Hunayn ou de rester plus longt (...)
  • 376 Collo n’est citée qu’en 1443, pour une escale de deux jours. ASV, Senato, Mar, 1, f. 159r-v (18/3/1 (...)
  • 377 Cf. L. Greco, éd., Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (1471-1484), (...)

117À partir de 1443 le Sénat de Venise fixe avec précision les escales des galées de Berbérie et leur durée370. Jusqu’à la fin du siècle Tunis est l’élément principal du dispositif vénitien en Afrique du Nord. Tous les convois y passent et y restent, selon les époques, entre dix et vingt jours. Au retour une escale de six jours est le plus souvent prévue dans la capitale hafside, avant de rejoindre la Sicile (Syracuse) et l’Adriatique371. En 1451l’incanto prévoit que les galères devront, depuis le Maghreb, poursuivre vers l’Égypte et se joindre à la muda d’Alexandrie372. Ce système est institutionnalisé avec la création, quelques années plus tard, de la ligne du Trafic (Trafego)373, mettant Tunis dans une position charnière qui consacre sa place de premier plan dans le commerce vénitien374. À l’autre extrémité du Maghreb Oran et Hunayn, souvent complémentaires375, servent d’avant-ports à Tlemcen et sont les débouchés d’une région à blé et de certaines routes sahariennes. La durée totale des escales dans ces deux ports varie, comme pour Tunis, entre quinze et vingt jours. Entre ces deux pôles seules Alger et Bougie sont mentionnées dans les incanti376. Les durées d’escales prévues pour Bougie sont au début plus longues (six jours, contre trois pour Alger). Mais à partir de 1452 le temps d’arrêt est réduit de moitié (trois à quatre jours, selon les années), alors qu’à partir de 1460 l’escale d’Alger passe à cinq jours (parfois quatre). Les deux ports deviennent donc globalement équivalents pour les Vénitiens, ce qui confirme le constat dressé à partir des données majorquines. Certaines années cependant un boycott est déclaré, notamment après 1472, à la suite d’incidents en douane, ce qui n’empêche d’ailleurs pas les galées de faire halte à Bougie et les marchands d’y commercer377.

118À partir des années 1420 Bougie redevient donc une place fréquentée par les marchands de tous les grands ports de Méditerranée occidentale. Elle est intégrée dans des circuits non seulement nord-sud, mais de plus en plus est-ouest, qui la relient aux marchés du Levant et de l’Europe atlantique. Les Majorquins continuent à y occuper une place de premier plan, mais rencontrent la concurrence des Génois, des Vénitiens, ou encore des Marseillais. Bougie parvient ainsi à récupérer le commerce qui, au xive siècle, s’était détourné vers Collo et Bône, mais elle ne retrouve pas la place centrale qui était la sienne au xiiie siècle. Elle se trouve plutôt en position d’angle mort par rapport à de nombreuses lignes de navigation. À l’est Tunis a confirmé sa place de charnière entre les deux bassins de la Méditerranée et devient une escale de première importance pour les marines italiennes. À l’ouest Ténès, Hunayn et Oran attirent les marchands vénitiens, mais également de la Péninsule ibérique, intéressés par le Maghreb central. Mais c’est surtout Alger qui devient la grande rivale de Bougie. Malgré son retour sous autorité hafside son trafic est le plus souvent égal à celui de Bougie.

***

119Les transformations de la situation au Maghreb (militaires, politiques, démographiques) et celles du commerce méditerranéen se conjuguent donc et permettent d’expliquer l’évolution de l’activité du port de Bougie. Jusqu’au début du xive siècle les marchands européens, à la recherche de marchés nouveaux et de matières premières pour l’industrie textile en plein essor, trouvent à Bougie les conditions d’un négoce prospère et actif. À partir des années 1320 la conjoncture est plus difficile en Europe, qui traverse une crise grave. Dans le même temps les attaques abdelwadides et mérinides ainsi que l’affaiblissement des Hafsides provoquent des troubles durables à Bougie et dans sa région, qui poussent les marchands à se détourner vers d’autres ports maghrébins. La réaffirmation de la puissance hafside à partir des années 1360 ne redonne cependant pas immédiatement à Bougie son ancienne prospérité. La chute des revenus du commerce maritime et des rentrées fiscales pousse au développement de la piraterie, qui reste dynamique jusque dans les années 1420. Le déplacement relatif des intérêts commerciaux européens vers la Méditerranée occidentale et l’Atlantique profite alors à Bougie, qui a dans le même temps redéfini sa position politique au Maghreb. Elle redevient un port fréquenté par toutes les marines de l’Europe chrétienne, même si elle doit compter avec la rivalité de Tunis à l’est et d’Alger à l’ouest.

***

120L’évolution de l’activité du port de Bougie ne peut donc se comprendre qu’en tenant compte de contextes très divers. Les soubresauts de l’histoire urbaine purement locale ont des effets relativement limités sur les échanges commerciaux : les émeutes ou les usurpations de la fin du xiiie et du début du xive siècle en particulier ne se traduisent pas par un recul durable de l’activité portuaire. Celle-ci est en revanche beaucoup plus sensible à la situation de l’arrière-pays : l’affaiblissement du contrôle sur les tribus de l’intérieur au xive siècle, ainsi que la perte de villes et de régions périphériques, se traduisent par un ralentissement des échanges. La circulation des biens est perturbée, et peut-être les prélèvements effectués par les tribus entraînent-ils une diminution des surplus commercialisables et une augmentation des coûts. Dans le même temps, l’affranchissement de certains ports de la tutelle politique de Bougie provoque une concurrence accrue : Collo et Alger profitent pleinement de cette nouvelle situation. Mais ce sont surtout les guerres régionales qui ont le plus d’effets sur l’activité du port. Les sièges abdelwadides et les conquêtes mérinides provoquent un demi-siècle de crise grave de l’activité économique, par les destructions qu’ils provoquent et les perturbations des circuits commerciaux qui en résultent. Ces explications cependant ne suffisent pas. L’ordre est rétabli dans le sultanat hafside dès le règne d’Abūl-’Abbās (1370-1394), sans se traduire par la reprise du commerce.

121Il faut donc prendre en considération un contexte plus large. Comme port, Bougie est liée à la conjoncture méditerranéenne dans son ensemble. Mais cette dépendance est accentuée par l’organisation des échanges qui se met en place dès le xiiie siècle. Ayant laissé aux marchands chrétiens la maîtrise du grand négoce maritime, les Bougiotes deviennent plus sensibles à la demande européenne. Face à la puissance nouvelle des milieux marchands européens, les structures du commerce bougiote restent en effet trop modestes, faute d’investissements massifs et d’une large mobilisation des acteurs locaux. L’absence de véritable politique d’expansion commerciale de la part du pouvoir n’a pas permis de donner des cadres institutionnels aptes à concurrencer sérieusement les grandes cités de l’Europe du Sud. Dès lors l’activité du port de Bougie est liée aussi à la prospérité de la rive nord de la Méditerranée, ainsi qu’à l’évolution des réseaux de navigation et de commerce des marchands d’Italie, d’Espagne ou de Provence. Cette dépendance est accrue par la nature des exportations bougiotes, centrées sur les produits de l’élevage fournisseurs de l’industrie européenne des textiles et des cuirs. Dès lors la dépression économique du xive siècle en Europe a des répercussions importantes sur la prospérité de Bougie, se traduisant par un ralentissement des échanges, puis par l’essor de la piraterie. À l’inverse, la perte de marchés en Orient, et le déplacement des axes commerciaux vers l’Atlantique au xve siècle, permettent une relative reprise du commerce à Bougie.

  • 378 Cf. supra p. 102, 173.

122La prise en compte de ce double contexte invite donc à adopter une périodisation différente de celle à laquelle nous étions parvenus dans un premier temps378, et à prolonger la crise jusqu’au premier tiers du xve siècle.

Notes

1 Le retour des bateaux en Europe était l’occasion de se renseigner sur l’évolution de la situation dans les ports maghrébins, et la correspondance écrite entre marchands insistait sur les conditions des marchés, les risques et les opportunités. Ces correspondances sont surtout connues à travers la documentation de la Geniza du Caire, les archives de la compagnie Datini de Prato au xive siècle, ou les lettres de marchands vénitiens du xve siècle. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973 ; F. Melis, « Intensità e regolarità nella diffusione dell’informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo », Histoire économique du monde méditerranéen, 1450-1650. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Toulouse, 1973, p. 389-424, rééd. I Trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, Florence, 1984, p. 179-223 ; B. Doumerc, « Par Dieu écrivez plus souvent ! La lettre d’affaires à Venise à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles au Moyen Âge. XXIVe Congrès de la SHMES, Avignon, juin 1993, Rome-Paris, 1994, p. 99-109.

2 Il n’est pas rare, dans les contrats de nolis en particulier, de voir précisé que l’on prendra des nouvelles en fonction desquelles on choisira la destination suivante. Les marchands se renseignaient ainsi sur les conditions politiques (et donc sur la sécurité du port) mais aussi sur les possibilités du marché. Par exemple ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Cambridge (Mass.), 1930, p. 120-124.

3 Le témoignage d’al-Baydaq sur la richesse, à ses yeux scandaleuse, des Bougiotes lors du passage du mahdī Ibn Tūmart dans la ville montre cependant déjà une grande prospérité à la fin du xie siècle. Al-Bayḏaq, trad. p. 79.

4 Roberto Sabatino Lopez pense que dans les années 1060-1080 les Génois et les Pisans ont dû avoir des accords commerciaux avec les Hammadides et les Zirides. R. S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Mediterraneo, Bologne, 1938, rééd Gênes, 1997, p. 28. Les textes conservés font en effet souvent allusion à des accords plus anciens (peut-être oraux). De même Hady-Roger Idris envisage l’existence d’un traité entre les Hammadides et les Normands de Sicile. H.R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962, p. 308. C’est également l’avis d’A. Nef, L’élément islamique dans la Sicile normande : identités culturelles et construction d’une nouvelle royauté (xie-xiie siècle), thèse de l’université Paris X, sous la direction de H. Bresc, 2001, p. 301.

5 Goitein, Letters, op. cit., p. 323.

6 G. Jehel, L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge. Conflits et échanges du viie au xve siècle, Paris, 2001, p. 38-43.

7 AG, I, p. 28, trad. p. 86. Cf. également M. Tangheroni, « Sui rapporti commerciali tra Pisa e la Tunisia nel Medioevo », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie di comunicazione, scambi commerciali e culturali al tempo delle Repubbliche marittime, Pise, 1988, p. 83.

8 Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, I, Economic Foundations, Berkeley-Londres, 1967, p. 32.

9 Ibid., p. 56. Au xe siècle, et encore dans les premières années du xie siècle, l’Ifrīqiya est toujours le pivot du commerce méditerranéen. Ibid., p. 212.

10 Cl. Cahen, « Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au haut Moyen-Âge », L’Occidente e l’Islam nell’alto Medio Evo, Spolète, 1965 (Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medio Evo, XII), I, p. 428 ; Id., Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983, p. 36-41 ; A. L. Udovitch, « Fatimid Cairo : Crossroads of Word Trade – From Spain to India », L’Égypte fatimide, son art et son histoire, dir. M. Barrucand, Paris, 1999, p. 681-691.

11 Cahen, « Quelques problèmes », art. cité, p. 428.

12 J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. El-Fasi, Paris, 1990, p. 428-429.

13 Cf. supra sur la question des tribus, p. 183-187, 197-205.

14 Istibār, trad. p. 35.

15 Il ne faut cependant pas poser sur ce témoignage un regard trop critique : au xive siècle Ibn Battūta rencontre en Chine un marchand de Ceuta, qui avait également voyagé en Inde. Ibn Battūta, p. 985. Le venue de navires de régions aussi lointaines est cependant improbable, et relève plutôt du topos.

16 Cf. supra p. 50-53.

17 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, et plus récemment M. Tangheroni, Commercio e navigazione nel Medioevo, Bari, 1996, p. 127-186. Voir supra p. 555-571 les instruments de cette révolution commerciale.

18 Ibid., p. 129-130.

19 En 1143 Bougie figure dans un document parmi les ports fréquentés par les Génois. Il s’agit d’un tarif de douane, conservé dans un registre de copies de documents relatifs à l’archevêché de Gênes, compilé en 1143, le Registrum Curiae. Éd. L. T. Belgrano, « Registro della Curia arcivescovile di Genova », ASLSP, 2, 1862, p. 9. Le premier acte commercial est un contrat de société daté de 1156. Giovanni Scriba, n° 59 (16/4/1156).

20 Al-Idrīsī, trad. p. 371-372.

21 Al-Zuhrī, Kitāb al-Ğarāfiyya. Mappemonde du calife al-Mamūn reproduite par al-Fazārī (iiie/ixe siècle), rééditée et commentée par al-Zuhrī (vie/xiie siècle), éd. M. Hadj Sadok, Bulletin d’Etudes Orientales, 21, 1968, p. 229. La traduction est de Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 415.

22 AG, I, p. 62, trad. p. 124. La raison de cette clause douanière n’est pas précisée, mais il peut s’agir d’un dédommagement pour faits de piraterie. Un autre manuscrit utilisé par Louis de Mas-Latrie indique que 1/5 seulement des taxes perçues à Bougie sera reversé à la Commune. C’est également ce chiffre qui est donné par la Chronique d’Agostino Giustiniani, Annali della Repubblica di Genova, éd. G. B. Spotorno, Gênes, 1854, I, p. 204. Hilmar C. Krueger pense que ce traité a été renouvelé en 1176. H. C. Krueger, « Genoese Trade with North-west Africa in the xiith Century », Speculum, 8, 1933, p. 379. Une ambassade est en tout cas envoyée en 1191 auprès du calife almohade, qui aboutit à un nouveau traité de paix. AG, II, p. 41.

23 Bernardo Marangone, Annales Pisani, éd. M. Lupo Gentile, Bologne, 19361940 (Rerum italicarum, scriptores2, VI, 2), p. 40. En 1186, à la suite de la mort du calife, Pise envoie une ambassade qui renouvelle la trêve pour vingt-cinq ans. Les Pisans ont alors le droit de commercer à Ceuta, Oran, Bougie et Tunis. Texte arabe et trad. it. M. Amari, Diplomi arabi del R. Archivio fiorentino, Florence, 1863, partie arabe, n° 5, p. 17-22.

24 Breve Chronicon [Chronique anonyme du Mont Cassin], Milan, 1724 (Rerum italicarum scriptores, 5), col. 70 ; L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866, p. 152.

25 Voir le témoignage de Guillaume de Pouille, à la fin du xie siècle, La Geste de Robert Guiscard, éd. et trad. M. Mathieu, Palerme, 1961, p. 190-191 : « Ses habitants traversent beaucoup de mers. Ils connaissent les Arabes, les Libyens, les Siciliens, les Africains, et sont très connus presque dans le monde entier, portant leurs marchandises, et aimant rapporter celles qu’ils ont achetées ».

26 Le recul d’Amalfi est cependant plus général. Cf. G. Galasso, « Il commercio amalfitano nel periodo normanno », Studi in onore di Riccardo Filangieri, I, Naples, 1959, p. 81-103 ; Cl. Cahen, « Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lendemain de la première croisade », Amalfi nel Medioevo : convegno internazionale, 14-16 giugno 1973, Salerne, 1977, p. 269-283. Le développement de Gênes et de Pise a été fatal au grand commerce d’Amalfi, plus encore que le passage sous domination normande. Cf. A. O. Citarella, « Il declino del commercio marittimo di Amalfi », Archivio storico per le province napoletane, s. III, 13, 1975, p. 9-54.

27 M. Merores, Gaeta im frühen Mittelalter (8. bis 12. Jahrhundert), Gotha, 1911, p. 103.

28 Sur ce marchand, cf. supra p. 590. L’état de la documentation vénitienne ne permet pas cependant de connaître l’ampleur de ce commerce entre Venise et Bougie.

29 Amari, Diplomi, op. cit., texte latin, partie latine, n° 14, p. 270, texte arabe et trad. it., partie arabe, n° 3, p. 10-13 (1/7/1181).

30 En 1178 Ansaldo Flandole, de Savone, est tué à Bougie par un musulman. Il Cartulario di Arnaldo Cumane e Giovanni de Donato, Savona, 1178-88, éd. L. Balletto, Rome, 1978, n° 119. Sur Savone voir F. Noberasco, « Savona allo spirale del secolo xii », Atti della Società savonese di Storia Patria, 14, 1932, p. 233-234 ; S. Origone, « Commercio marittimo nella Savona del xii secolo », Società savonese di storia patria. Atti e memorie, 30, 1994, p. 51-61. Le commerce de Savone est cependant entravé par Gênes, qui oblige en 1153 les capitaines de ses bateaux à passer au préalable par Gênes s’ils souhaitent aller au-delà de la Sardaigne. Ils doivent alors charger une majorité de marchands génois. A. Bruno, « Antico commercio e navigazione dei Savonesi nel Mediterraneo e nel Levante », Bollettino della società Storica savonese, I, 1898, p. 112.

31 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977, p. 111, 113, 119. Les pourcentages ont été calculés à partir du total des investissements génois pour une destination connue.

32 Il faudrait y ajouter la Romanie qui, en 1160, attire 19,25 % des investissements. Sur le commerce génois en Syrie au xiie siècle, et son essor rapide à partir de 1150, voir E. H. Byrne, « Genoese Trade with Syria in the Twelfth Century », American Historical Review, 25/2, 1920, p. 192-194.

33 Erik Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague, 1955, p. 61.

34 D’après Krueger, « Genoese Trade with North-west Africa », art. cité, p. 380.

35 Dont Tripoli, Gabès, Garbo, Salé, Berbérie.

36 Cf. D. Valérian, « Gênes, l’Afrique et l’Orient : la place du Maghreb dans la politique génoise en Méditerranée (seconde moitié du xiie siècle) », Chemins d’outre-mer. Etudes d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, éd. D. Coulon, C. Otten, P. Pagès, D. Valérian, Paris, 2004, p. 835-837.

37 Tableau établi à partir des dépouillements de Bach, La Cité de Gênes, op. cit., annexes.

38 Ibid., p. 51.

39 Le traité de 1236 entre Gênes et les Hafsides, le plus ancien connu, parle simplement des « places habituelles » dans lesquelles il est permis de commercer (art. 1). Le traité pisan de 1186 avec les Almohades précise que les ports accessibles aux chrétiens sont Ceuta, Oran, Bougie et Tunis.

40 Cf. supra p. 50-53.

41 Valérian, « Gênes, l’Afrique », art. cité, p. 835-837.

42 Plus des deux tiers des personnages cités sont étrangers à la ville. D. Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie au viie/xiiie siècle », Studia Islamica, 43, 1976, p. 97.

43 Certains cependant ne font que passer, car Bougie est située sur la route qui mène en Orient.

44 Urvoy, « La structuration », art. cité, p. 98.

45 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes, xie-xvie siècles, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 2002, p. 313-330.

46 Ibid., p. 323-327 et supra p. 523-525.

47 Cf. supra p. 140-141.

48 Sur les conséquences de la lutte entre Gênes et Pise à la fin du xiiie siècle, voir en particulier les actes du colloque Genova, Pisa e il Mediterraneo, per il VII centenario della battaglia della Meloria, Genova, 24-27 ottobre 1984, ASLSP, n. s., 24/2, 1984, notamment G. Pistarino, « Politica ed economia del Mediterraneo nell’età della Meloria », p. 23-50 ; M. Balard, « Génois et Pisans en Orient (fin du xiiie – début du xive siècle) », p. 179-209.

49 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 47 (29/4/1271).

50 ASG, min. 95, f. 149v (12/2/1271).

51 L’absence de traité conservé ne signifie pas nécessairement une dégradation des relations politiques et commerciales. Les Génois, comme les Pisans, continuent à venir à Bougie pour leurs affaires.

52 Les autres nations pouvaient cependant se mettre sous la sauvegarde d’une puissance reconnue par les Hafsides. Cf. supra p. 273-274.

53 In quo loco pauci utuntu christiani nisi solummodo Pisani. ASG, Materie politiche, Mazzo V, n° 2724, éd. R. S. Lopez, Genova marinara nel Duecento, Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan, 1933, p. 261.

54 Cf. supra p. 400-401.

55 Une idée persistante chez les historiens de Pise veut que l’accès de Bougie aux marchands chrétiens était soumis à l’autorisation des Pisans. Elle s’appuie sur une lecture fautive d’un article du traité de 1264 que Herlihy traduit ainsi : « Aucun marchand chrétien entre [dans les ports de Tunis et de Bougie] sauf ceux ayant l’autorisation des Pisans. » D. Herlihy, Pisa in the Early Renaissance, New Haven, 1958, p. 165, trad. it. Pisa nel Duecento, Pise, 1973, p. 197. Il s’agit en réalité d’une clause très banale, qui ne concerne que le fondouk, dont l’accès peut être interdit si les Pisans le souhaitent. Traité Pise – Tunis, 1264, art. 16.

56 ACA, C., Rg. 252, f. 194 (12/5/1298), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les relations des pays de la Couronne d’Aragon avec le Maghreb de 1212 à 1323, thèse complémentaire, Université de Paris, 1965, n° 463.

57 ASP, Diplomatico Monastero degli Olivetani di Pisa, 21/8/1276 ; id, 1290 ; ASP, Diplomatico Roncioni, 17/10/1278 ; cf. supra p. 276.

58 Herlihy, Pisa nel Duecento, op. cit., p. 170-182.

59 Ibid., p. 186. Rapidement les lainiers prennent une place importante dans la vie politique. En 1268 la Laine devient un « Ordre », c’est-à-dire un Art majeur. Ibid., p. 93. Cf. P. Castagneto, L’Arte della Lana a Pisa nel Duecento e nei primi decenni del Trecento. Commercio, industria e istituzioni, Pise, 1996.

60 La date de sa fondation n’est pas certaine, mais elle est située entre 1161 (selon Jean-Marie Pardessus) et 1201 (selon Adolf Schaube). M. Chiaudano, « Breve Curiae Maris pisanae civitatis », Novissimo digesto italiano, II, Turin, 1974, p. 575. David Herlihy la situe en 1201. Herlihy, Pisa nel Duecento, op. cit., p. 92.

61 A. Schaube, Das Konsulat des Meeres in Pisa, Leipzig, 1888, p. 194-207. Ces statuts ont été édités par Fr. Bonaini, Statuti inediti della città di Pisa dal xii al xiv secolo, Florence, 1845-1870.

62 Herlihy, Pisa nel Duecento, op. cit., p. 195-196 ; Balard, « Génois et Pisans en Orient », art. cité, p. 184-188.

63 Balard, « Génois et Pisans en Orient », art. cité, p. 208.

64 O. Banti, « I trattati fra Genova e Pisa dopo la Meloria fino alla metà del secolo xiv », Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, op. cit., p. 358.

65 Colo Margar, consul de Pisans à Bougie, témoigne dans une affaire d’échange de captifs majorquins. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab motiu del canvi d’esclaus cristians y moros, pactat despres de la pau », BSAL, 15, 1915, p. 231.

66 Archivio della Mensa Arcivescovile di Pisa, Protocoli notarili, Rg. 7, f. 35 (14/9/1317), 176v (1323), éd. M. Bensaci, Pise et le Maghrib au Moyen Âge, doctorat de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1979, p. 232.

67 Tangheroni, « Sui rapporti commerciali », art. cité, p. 86.

68 R. Davidsohn, Storia di Firenze, Florence, VI, p. 745.

69 Giovanni Villani parle de franchises accordées aux Florentins vers 1252. Giovanni Villani, Nuova Cronica, livre 7, chap. 53, éd. G. Porta, I, Parme, 1990, p. 347. D’après cette chronique les Florentins obtiennent alors une sauvegarde et un fondouk avec leur église propre à Tunis. Cf. L. de Mas-Latrie, « Relations commerciales de Florence et de la Sicile avec l’Afrique au Moyen Âge », BEC, 4e série, 5, 1859, p. 210-211.

70 Sur cette rivalité à Bougie, cf. D. Valérian, « Gênes et Pise : une concurrence pour le marché bougiote », Colloque « Bougie et sa région à travers les Âges », Bougie, 9-12 novembre 1997 (à paraître).

71 Leur présence est très précoce dans les États latins de Syrie-Palestine. Ils renforcent par ailleurs considérablement leurs positions en Romanie après 1261. Le commerce égyptien est en revanche sujet à des variations sensibles en raison de la conjoncture politique. La bibliographie sur l’expansion génoise en orient est très abondante. Cf. Lopez, Storia delle colonie genovesi, op. cit., avec la mise à jour bibliographique de M. Balard, Gênes, 1997 ; Byrne, « Genoese Trade with Syria », art. cité, p. 191-219 ; M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes, 1978.

72 R. Doehaerd, Les Relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outre-Mont, d’après les archives notariales génoises aux xiiie et xive siècles, Bruxelles-Rome, 1941 ; É. Baratier, « Les relations commerciales entre la Provence et la Ligurie au bas Moyen Âge », Atti del I Congresso storico Ligura-Provenza, Bordighera-Aix-en-Provence-Marseille, 1966, p. 147-168.

73 Le premier accord est signé avec le gouverneur almohade de Tunis, un Mu’minide. Il n’y a cependant pas la même continuité que pour Pise et les trêves sont d’une durée plus courte (dix ans contre trente et vingt ans pour Pise). Aucun traité n’a été conservé pour la période comprise entre l’expiration de celui de 1250 et celui de 1272, mais dans un document de 1261 le sultanat de Tunis figure parmi les pays avec lesquels la République est en paix. Éd. S. Dellacasa, I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/4, Gênes, 1998, n° 749, p. 281.

74 Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 125-127. À cette date Bougie est indépendante de Tunis. Cela n’empêche pas le représentant de Gênes, Lucheto Pignoli, de réclamer un dédommagement pour des faits survenus à Bougie. Le texte, qui n’est pas un traité de paix à proprement parler, ne précise pas la duré de cette prorogation. Quant à l’accord cité, signé par Giacomo Doria, il ne semble pas qu’il s’agisse de celui de 1272, négocié par Opizone Adalardo. Il faut donc supposer qu’un traité, non conservé, a été conclu entre temps.

75 Cf. supra p. 601. En 1202 une nouvelle convention avec Gênes alourdit les conditions précédentes et en 1227 les Génois détruisent le port de Savone. N. Cerisola, Storia del porto di Savona, Savone, 1968, p. 25. En 1251 à nouveau, Gênes impose de fortes limitations au commerce direct des Savonais. G. Airaldi, « I “Registri della catena” del Comune di Savona », Miscellanea di storia savonese, Gênes, 1978, p. 41. En 1270 cependant les licences de navigation ne se demandent plus à Gênes, mais à Savone, ce qui facilite le commerce. Cerisola, op. cit., p. 27-28.

76 Éd. V. Pongiglione, « Il libro del podestà di Savona dell’anno 1250 », Atti della Società savonese di storia patria, 28, 1956, p. 128.

77 F. Bruno, « Le convenzioni commerciali e la marina savonese dai tempi più antichi sino alla fine del sec. XIV », Atti della Società savonese di storia patria, 7, 1924, p. 22.

78 Fr. Artizzu, La Sardegna pisana e genovese, Sassari, 1985, p. 234-235 ; Ph. Gourdin, « Les relations entre la Sardaigne et le Maghreb au Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 113/1, 2001, p. 129-147.

79 D. Abulafia, The Western Mediterranean Kingdoms, 1200-1500, Londres, 1997, p. 123-127.

80 A. Boscolo, « Aspetti dell’economia della Sardegna dal periodo della supremazia pisana-genovese al primo periodo della dominazione aragonese », Sardegna, Pisa e Genova nel Medioevo, Gênes, 1978, p. 141. Cagliari reste un relais important à l’époque aragonaise. M. Tangheroni, « Il Regnum Sardinie nell’economia della Corona d’Aragona », Medioevo Tirrenico, Pise, 1992, p. 74.

81 Guglielmo Cassinese, n° 112 (23/1/1191).

82 Bonvillano, n° 193 (20/11/1198).

83 ASP, Diplomatico Coletti, 24/9/1231, éd. Fr. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti economici tra la Sardegna e Pisa nel Medioevo, I, Padoue, 1961, n° 4, p. 8-9, avec la date de 1202 (style pisan), corrigée par J.-M. Poisson, dans AA. VV. [UMR 5648 Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux], Pays d’Islam et monde latin, xe-xiiie siècle. Textes et documents, Lyon, 2000, p. 240-241 (avec trad. du document).

84 ASP, Diplomatico Monastero degli Olivetani di Pisa, 1290.

85 ASG, min. 77, f. 212v-214r (13/6/1313).

86 Quilibet Iudaeus Barbariae et quilibet Saracenus. Éd. R. Di Tucci, « La condizione dei mercanti stranieri in Sardegna durante la dominazione aragonese », Archivio Storico Sardo, 7, 1911, p. 25.

87 Traités en 1231, 1251, 1271, 1305, 1317, 1332 (le texte de ce dernier traité a été perdu). Cf. A. Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida di Tunisi : trattati e relazioni diplomatiche (1231-1534) », Studi veneziani, 8, 1966, p. 304-316.

88 A. Sacerdoti, « Il consolato veneziano del regno hafsida di Tunisi (12741518) », Studi Veneziani, 11, 1969, p. 531-535 ; B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, 1999, p. 21-26, 33-38 ; R. Cessi, Venezia nel Duecento : tra Oriente e Occidente, Venise, 1985, p. 78, 102, 168, 262.

89 Éd. et trad. it. Amari, Diplomi, op. cit., partie arabe, n° 25, p. 76.

90 R. Cessi, « Le relazioni commerciali tra Venezia e le Fiandre nel sec. xiv », Politica ed economia di Venezia nel Trecento, Rome, 1952, p. 76.

91 L’élu devait accepter son poste dans les trois jours sous peine de ne plus être éligible à d’autres fonctions. Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 25.

92 A. Ducellier, « Raguse, l’Italie et la Berbérie au Moyen Âge : à propos de quelques documents inédits ou peu connus », CT, 61-64, 1968, p. 27-44 ; Id., « L’Adriatique et la Berbérie au Moyen Âge : trafic d’appoint ou trafic caché ? », CT, 117-118, 1981, p. 561-572.

93 Blancard, II, n° 926 (26/6/1248).

94 Éd. R. S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellanea di studi storici, II, Collana storica di fonti e studi 38, Gênes, 1983, p. 123. Cf. G. de Gennaro, « Commercio e navigazione nella Puglia medioevale », Economia e Storia (Milan), 1971, p. 75.

95 Pegolotti, p. 113, 167, 169, 188.

96 Cf. G. Yver, Le Commerce et les marchands dans l’Italie méridionale aux xiiie et xive siècles, Paris, 1903, p. 104-126.

97 Éd. N. Nicolini, Codice diplomatico sui rapporti veneto-napoletani durante il regno di Carlo I d’Angiò, Rome, 1965, n° 142 (25/12/1275), 162 (16/1/1277), 176 (5/ 5/1277).

98 Cf. supra p. 355-362 sur les importations de céréales.

99 Cf. Abulafia, The Two Italies, op. cit., p. 44 ; Id., « Gli Italiani fuori d’Italia », Storia dell’economia italiana, dir. R. Romano, I, Turin, 1990, p. 276, rééd. Commerce and Conquest in the Mediterranean, 1100-1500, Londres, 1993.

100 D. Abulafia, « A Tyrrhenian Triangle : Tuscany, Sicily, Tunis, 1276-1300 », Studi di storia economica toscana nel Medioevo e nel Rinascimento in memoria di Federigo Melis, Pise, 1987, p. 53-75.

101 Éd. Nicolini, Codice diplomatico, op. cit., n° 153 (24/7/1276) ; I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, XXIII, Naples, 1971, n° 237 (8/8/1280). Cf. D. Abulafia, « Sul commercio del grano siciliano nel tardo medioevo », La Società mediterranea all’epoca del Vespro : XI congresso della Corona d’Aragona, Palermo-Trapani-Erice, 2530 aprile 1982, II, Palerme, 1983, p. 5-22.

102 Éd. P. Burgarella, Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo, Rome, 1981, n° 266, p. 162-163 (24/4/1287).

103 Éd. Burgarella, Le imbreviature, op. cit., n° 394, p. 235-236 (25/8/1287).

104 Les contrats donnent rarement les escales du voyage. Mais parfois un marchand prend plusieurs commandes pour le même voyage, avec plusieurs destinations qui sont alors précisées. En 1214 par exemple Bartholomeo de Nervi porte des vingtains et du safran à Bougie, mais également des futaines pour la Sicile. ASG, min. 2, f. 157r (8/7/1214).

105 ASG, min. 71, f. 242r (1/4/1292).

106 ASG, min. 63/I, f. 189v (14/6/1292).

107 Archivio di Stato di Palermo, not. Bartolomeo de Citella, f. 434v (13/8/ 1309), éd. R. Zeno, Documenti per la storia del diritto marittimo nei secoli xiii e xiv, Turin, 1936, p. 164-165.

108 ACA, C., Rg. 65, f. 125v ; id., Rg. 58, f. 44r (avril 1286).

109 ACA, Clero, Monacales, Pergaminos de la cartuja de Montalegra, année 1294 (5/7/1294), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 411.

110 Archivio Comunale di Palermo, Adamo de Citella, f. 92v (16/3/1299), éd. Zeno, Documenti, op. cit., n° 72, p. 53 ; P. Gulotta, Le Imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° registro, 1298-99), Rome, 1982, n° 283, p. 222-223.

111 Archivo de la Catedral de Barcelona, Diversorum C(d), capsa 8, n° 132 (11/ 9/1213), éd. A. Garcia i Sanz, M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis maritims medieval a Barcelona, Barcelone, 1983, n° 5.

112 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris, 1966, p. 12. En 1230 « l’Empire catalano-aragonais, qui avait été naguère occitanien, devenait définitivement méditerranéen ». Ibid., p. 87.

113 D’après St. P. Bensch, Barcelona and its Rulers, 1096-1291, Cambridge, 1995, p. 288.

114 Ibid., p. 294. Cf. également C. Cuadrada, A. Orlandi, « Ports, tràfics, vaixells, productes : Italians i Catalans a la Mediterrània baixmedieval », AEM, 24, 1994, p. 33.

115 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 90-91.

116 En 1260 Jacques d’Aragon refuse au roi de Castille une aide contre le roi de Tunis. ACA, C., Rg. 11, f. 254 (29/4/1260), éd. A. Huici Miranda, M. D. Cabanes Pecourt, Documentos de Jaime I de Aragón, 4, Saragosse, 1982, n° 1183, p. 264-265.

117 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 177-178.

118 D. Abulafia, A Mediterranean Emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 108-112.

119 Cf. supra p. 523, 530-531.

120 Les Registres de Grégoire IX, éd. L. Auvray, III, Paris, 1908-1910, n° 5960 (9/4/1241).

121 ARM, P. 342, f. 41v, cité par Fr. Sevillano Colom, J. Pou Montaner, Historia del puerto de Palma de Mallorca, Palma de Majorque, 1974, p. 154.

122 Éd. A. Santamaría Arández, Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque, 1990, n° 35 (12/4/1247), 45 (6/11/1247), 51 (29/12/1247).

123 Cf. supra p. 276.

124 Ce document a été édité par A. Riera Melis, « La llicencia per a barques de 1284. Una font important per a l’estudi del comerç exterior mallorqui del darrer quart del segle xiii », Fontes rerum Balearium, 3, 1979-1980, p. 121-140.

125 Le navire qui va à Tunis s’arrête par ailleurs à Bougie.

126 ARM, RP 3764, f. 25-47 (1314).

127 D. Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca, 1150-1450 », En las costas del Mediterráneo occidental. Las ciudades de la Península Ibérica y del reino de Mallorca y el comercio mediterráneo en la Edad Media, dir. D. Abulafia, B. Garí, Barcelone, 1996, p. 125. Ils obtiennent des privilèges dans l’île et la lutte entre Gênes et la Couronne d’Aragon ne semble pas avoir gêné leurs affaires.

128 ASG, min. 96, f. 54r (10/6/1270).

129 Éd. Riera Melis, « La llicencia per a barques », art. cité, p. 16.

130 ASG, min. 78, f. 252v (24/3/1292).

131 J. Combes, A.-É. Sayous, « Les commerçants de Montpellier aux xiiie-xive siècles », RH, 188-189, 1940, p. 374. Leur flotte n’est jamais parvenue à atteindre une taille significative. Ibid., p. 376. Les plus anciens registres de notaires montpelliérains ne datent que de 1293 et 1301, ce qui empêche de mesurer l’activité du port au xiiie siècle. J. Combes, Montpellier et le Languedoc au Moyen Âge, Montpellier, 1990, p. 52. Les documents du xive siècle ne montrent cependant guère de trafic avec le Maghreb (information orale de Kathryn L. Reyerson, mars 1998).

132 Blancard, II, n° 605 (27/4/1248).

133 Ibid., n° 672 (8/5/1248).

134 C. Port, Essai sur le commerce maritime de Narbonne, Paris, 1854, p. 135.

135 ADBR, 391E 11, f. 5v (11/4/1337).

136 Éd. J. B. Alart, « Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne », Revue des Langues romanes, 4, 1873, p. 373 ; 5, 1874, p. 86. Ces cuirs peuvent cependant venir par l’intermédiaire de Majorque.

137 Cf. D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (xiiie-xve siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 5-26.

138 É. Baratier, « Le commerce de Marseille avec l’Afrique du Nord avant 1599 », Marseille, Revue municipale, 11, 1951, p. 35. Cf. le traité de paix entre Marseille et Gênes en 1138, qui offre la possibilité aux Marseillais de profiter des positions génoises au Maghreb. Éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 88-89.

139 Cl. Carrère, « Marseille, Aigues-Mortes, Barcelone, et la compétition en Méditerranée occidentale au xiiie siècle », AEM, 10, 1980, p. 165.

140 Statuts municipaux de Marseille, livre I, chap. 18, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 90.

141 D’après les comptages de J. H. Pryor, The Commenda in the Mediterranean Maritime Commerce during the xiiith Century : a Study Based on Marseilles, thèse dact., Université de Toronto, 1974, p. 256-257.

142 Documents relatifs aux affaires de la famille Manduel (1200-1253). Blancard, I.

143 Notules du notaire Amalric, 13 mars – 29 juillet 1248. Blancard, II.

144 Pryor, The Commenda, op. cit., p. 269.

145 Le traité de 1270 entre le sultan de Tunis d’une part et Charles d’Anjou et le roi de France d’autre part inclut Marseille. En 1325 le Conseil de la ville décide de tenter de renouveler les accords antérieurs avec le « roi de Tunis et de Bougie », ce qui montre l’existence de tels traités. AM, BB 14, f. 6v (1325).

146 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 8-9.

147 Cf. supra p. 504-509.

148 Éd. D. Puncuh, Il Cartulario del notaio Martino, Savona, 1203-1206, Gênes, 1974, n° 445, 446.

149 ASG, min. 29, f. 164r (20/7/1253), éd. Byrne, Genoese Shipping, op. cit., p. 120-124. Sur le rôle de Malaga dans le commerce andalou, voir Cr. Torres Delgado, « El reino nazari de Granada (1232-1492). Aspectos socioeconómicos y fiscales », Actas del II coloquio de historia medieval andaluza, Sevilla 8/10 abril 1981, Séville, 1982, p. 316-317 ; M. I. Calero Secall, « Málaga : un puerto en una ciudad », Al-Andalus y el Mediterráneo, Barcelone-Madrid, 1995, p. 115-122.

150 Éd. Riera Melis, « La llicencia per a barques », art. cité, p. 130-131, 134-135 (25/1-15/2/1284).

151 ASG, min. 71, f. 65r (18/1/1292).

152 Lopez, Airaldi, « Il più antico manuale », art. cité, p. 122. Cf. L. Balletto, « Bougie nei manuali toscani di mercatura del due-trecento », Italia e Algeria, aspetti storici di un’amicizia mediterranea, dir. R. H. Rainero, Milan, 1982, p. 84.

153 Pegolotti, p. 70.

154 Déjà au siècle précédent Ibn Ğubayr envisage un moment de s’embarquer à Tyr sur un navire génois en partance pour Bougie. Ibn Ğubayr, Rihla, trad. Paule Charles-Dominique, « Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages (Rihla) », Voyageurs arabes, Paris, 1995, p. 327.

155 Lopez, Airaldi, « Il più antico manuale », art. cité, p. 122.

156 Éd. M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1290, Paris-La Haye, 1973, n° 886 (9/8/1290).

157 Éd. V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300-3 agosto 1301), Gênes, 1982, n° 186 (11/1/1301).

158 Il faut souligner cependant que la nature de la documentation, composée pour l’essentiel par les actes des notaires des grands ports européens, contribue à minimiser ces relations directes entre l’Orient et le Maghreb.

159 Les archives de Gênes sont les seules, pour cette époque, à livrer une série de données significative. L’évolution des investissements génois au Maghreb n’est bien sûr pas la même que celle des autres ports européens, où la conjoncture est différente. Elle montre bien cependant la part prise dans les échanges par les trois grandes destinations maghrébines.

160 E. Bach, « Études génoises ; le minutier de Lanfranco », Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan, 1957, p. 379. En 1210, 24 contrats sont passés pour la Syrie, 17 pour Alexandrie et 35 pour le Maghreb. En 1216 et 1225 l’Égypte disparaît de la documentation. Le notaire enregistre alors 71 contrats pour la Syrie en 1216 et 15 en 1225. Pour les mêmes années 19 et 78 contrats concernent le Maghreb. Cf. L. Balletto, « Tra Genovesi e Musulmani nel xiii secolo », Mésogeios, 7, 2000, p. 155.

161 M. Balard, « Note sur le commerce génois en Tunisie au xiiie siècle », CT, 155-156, 1991, p. 370-371.

162 D’après St. Epstein, Genoa and the Genoese, 958-1528, Chapel Hill, 1996, p. 97.

163 Les effets des croisades (en particulier celle de 1204 pour le commerce génois en Romanie) s’ajoutent à ceux des invasions mongoles.

164 L. Balletto, « Da Genova al Maghrib : 1222-1226 », Archivio storico sardo di Sassari, 8, 1982, p. 307-309, corrigé partiellement dans Ead., « Tra Genovesi e Musulmani », art. cité, p. 155-157.

165 À partir des années 1250 la place de Ceuta devient faible dans les investissements génois. Cf. M. Balard, « Les Génois en Romanie entre 1204 et 1261. Recherches dans les minutiers notariaux génois », Mélanges d’Archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome 78, 1966, rééd. La mer Noire et la Romanie génoise (xiiie-xve siècle), Londres, 1989, tableau h. t. : 11 % des investissements en 1251, 5 % en 1252, 4 % en 1253, 12 % en 1254, 5 % en 1255, 2 % en 1256, et 1 % en 1257. La diminution de la place de Ceuta commence après 1212, mais est très lente au début. Ch.-E. Dufourcq, « Aperçu sur le commerce entre Gênes et le Maghrib au xiiie siècle », Économies et sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, 1973, p. 726.

166 M. Balard, « Les républiques maritimes italiennes et le commerce en Syrie-Palestine (xie-xiiie siècle) », AEM, 24, 1994, p. 341.

167 Balard, « Note sur le commerce génois en Tunisie », art. cité, p. 373 ; Id., La Romanie génoise, op. cit., p. 45 s. ; R.-H. Bautier, « Les relations commerciales entre l’Europe et l’Afrique du Nord et équilibre économique méditerranéen du xiie au xive siècle », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715), 1955, p. 400.

168 Cf. supra p. 276.

169 Venise, l’Italie du Sud et la Sicile sont cependant davantage tournées vers l’Ifrīqiya orientale, pour des raisons notamment géographiques.

170 Cf. le récit détaillé de ces difficultés dans Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 279 s.

171 Cf. supra, p. 424-433.

172 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 8-9.

173 AM, HH 311 (3 actes, du 2 au 21/9/1314).

174 Éd. Ch. Perrat, « Actes du roi Robert d’Anjou relatifs à la Provence, extraits des registres détruits des archives de Naples, 1314-1363 », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1715), 1950, n° 74, p. 152 (10/4/1315).

175 AM, AA 141, 17/12/1317.

176 Par exemple ADBR, B 1517, f. 3v (1316) ; B 1940, f. 171v (1331) ; B 1942, f. 3r (1358). En 1347 pourtant le notaire génois de Bougie instrumente un contrat dans le fondouk des Marseillais, mais pour des marchands majorquins. ASG, min. 275/II, f. 48r (29/11/1347).

177 En effet au cours des années qui suivent à plusieurs reprises les Marseillais tentent de renouer les liens avec Bougie, mais à chaque fois sans succès. AM, BB 14, f. 6v (1325) ; BB 17, f. 73r (13/6/1332) ; BB 18, f. 14r-15r (3/2/1337), 30r-v, 33r (5/5/1337).

178 Le recul marseillais n’est cependant pas propre à Bougie. La ville connaît une crise, due en partie à la politique méditerranéenne de la Maison d’Anjou ainsi qu’à la concurrence des Italiens et surtout des Catalans. É. Baratier, « Influence de la politique angevine sur le déclin commercial de Marseille, aux xiiie et xive siècles », VI Congreso de historia de la Corona de Aragón, 1957, Madrid, 1959, p. 686 ; voir également G. Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative, économique et urbaine, de la victoire de Charles d’Anjou à l’arrivée de Jeanne 1re (1264-1348), Paris, 1950, p. 145 s., qui parle d’une décadence économique à partir de 1309.

179 G. Mollat, éd., Jean XXII. Lettres communes, n° 14 476, IV, Paris, 1910, p. 7.

180 ASP, Diplomatico Alliata, 27/4/1326.

181 ASP, Ospedali riuniti di S. Chiara, n. 1969, f. 96r (16/6/1326). Le même repart en août pour les foires de Salerne et Tunis. Id., f. 100r (30/8/1326).

182 Breve dell’ordine del mare (1343), éd. Bonaini, Statuti, op. cit., III, art. 136, p. 575-576.

183 Breve Curiae Maris pisanae civitatis (1305), art. 39 (De electione consulum in marinis partibus), éd. Bonaini, Statuti, op. cit., III, p. 372.

184 De meilleures relations avec les Génois rendent possible une reprise des liaisons directes avec l’Afrique. G. Petti Balbi, Simone Boccanegra e la Genova del ‘300, Gênes, 1991, p. 331.

185 Éd. Amari, Diplomi, op. cit., partie arabe, n° 32, p. 115-118 (30 ramadān 767 / 10 juin 1366). Il existe de cette lettre une très curieuse paraphrase italienne écrite en caractères arabes. Ibid., n° 33, p. 119-122.

186 Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida », art. cité, p. 309-311. Des traités sont cependant encore signés en 1305, 1317 (pour 15 ans) et 1332. Ibid., p. 312-314.

187 Éd. M. Brunetti, R. Cessi, Le Deliberazioni del Consiglio dei rogati (senato) ; serie « mixtorum », II, Libri XV-XVI, Venise, 1961, p. 49 (11/7/1332), 163 (3/5/1333).

188 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 32-41. Tunis accueille encore à cette époque une communauté vénitienne. Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida », art. cité, p. 319-320.

189 H. Bresc, Un monde méditerranéen ; économie et société en Sicile, 13001450, Rome, 1986, p. 334-335. Alors que Tunis et Tripoli continuent à être fréquentées, on ne trouve plus de document sur Bougie après 1350.

190 Pegolotti, p. 130-137.

191 L. Liagre de Sturler, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises (1320-1400), Bruxelles-Rome, 1969, I, p. XXXV. G. Airaldi, « Da Genova al Maghreb nel Basso Medioevo », Italia e Algeria, aspetti storici di un’amicizia mediterranea, dir. R. H. Rainero, Milan, 1982, p. 73, parle d’un « iato informativo tra Duecento e Quattrocento per l’area nordafricana ».

192 ASG, not. ign., busta 5, fr. 63, f. 105r (22/9/1324).

193 ASG, min. 193, f. 16r (10/1/1328). La transaction se fait entre deux lainiers, et il n’est pas possible de savoir si cette laine a été portée directement de Bougie à Gênes.

194 Giorgio Stella, trad. G. Monleone, « Gli Annali di Giorgio Stella, 2° volume (1333-1382) », La Berio, X, 1, 1970, p. 35.

195 G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento (il liber Gazarie), Gênes, 1974, p. 50. Petti Balbi, Simone Boccanegra, op. cit., p. 354-355.

196 ASG, min. 275/II, f. 48r-50v (notaire Ianoto Berignano).

197 Sur cette famille au xive siècle, Petti Balbi, Simone Boccanegra, op. cit., p. 161-162. En 1342 Antonio Spinola a notamment des affaires à Tunis. Ibid., p. 162, 224. M. L. Chiappa Mauri, « Il commercio occidentale di Genova nel xiv secolo », Nuova Rivista storica, 57, 1973, p. 574 (activité des Spinola dans le sultanat nasride). Sont également présents à Bougie cette année-là Pietro Luxardo, Simone et Francesco Lecavello, Bartolomeo de Vedereto.

198 ASG, min. 233, f. 219v-220r (13/6/1348). Le même jour il prend de Antonio Adorno fils de feu Guglielmo 550 livres à rendre à Bougie au procurateur d’Antonio, en doubles d’or (à raison de 31 sous par double). Id., f. 220r.

199 ASG, min. 331/I, f. 228r-v (19/5/1350).

200 ASG, AS, Diversorum cancellariae Communis Janue, Rg.1[AS, Rg. 496], f. 11v-15r (5/1/1380), éd. M. Buongiorno, L’Amministrazione genovese nella « Romania », Gênes, s. d., p. 277-286.

201 Naples, Amalfi, Aigues-Mortes, Arles, Hyères, la Sardaigne, la Sicile, Barcelone, Séville, Carthagène, Majorque, Tortosa, Chypre, Caffa, Péra, la Romanie, Beyrouth, Alexandrie, l’Angleterre et les Flandres.

202 ASG, min. 310.

203 M. Balard, « Assurances et commerce maritime à Gênes dans la seconde moitié du xive siècle », Les transports au Moyen Âge. Actes du VIIe congrès des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 85/2, 1978, p. 278.

204 Par exemple ASG, min. 309/II, f. 105v (8/8/1370). Parfois cependant la destination est imprécise et le notaire écrit simplement partes Barbarie, ou Tunis et autres régions de « Barbarie ». ASG, min. 312, f. 23r (10/1/1393), f. 26v (13/1/ 1393). On peut supposer alors que Bougie fait partie de ces ports, mais sans en avoir la certitude.

205 J. Day, Les Douanes de Gênes 1376-1377, Paris, 1963.

206 Plusieurs contrats pour Tunis dans les registres d’Andreolo Caito pour les années 1390. ASG, min. 312 (1393), 313 (1393-1396).

207 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (13311410), Barcelone, 1995, p. 173-178, 205. Les ports maghrébins servent cependant souvent d’escale vers le Levant, mais Tunis est alors privilégiée.

208 D. Pérez Pérez, E. Pascual-Leone Pascual, « Algunos aspectos del comercio valenciano a fines del siglo xiv », VII Congreso de Historia de la Corona de Aragón, 2, Barcelone, 1962, p. 529-546. Ce travail ne se base cependant que sur les registres de « coses vedades », c’est-à-dire les autorisations d’exportations de produits interdits (en métal le plus souvent). La place du Maghreb y est donc sous-estimée. Voir également R. Arroyo, « El comercio valenciano de exportación con Italia y Berbería a finales del siglo xiv », VIII Congreso de historia de la corona de Aragón, Valencia, 1967, II, Valence, 1973, p. 255-289, qui montre la place dominante d’Oran, Alger et Hunayn. Beaucoup de voyages se font cependant pour une destination maghrébine imprécise (« Berbérie »). R. Ferrer Navarro, La exportación valenciana en el siglo xiv, Saragosse, 1977, p. 94-96.

209 Abulafia, A Mediterranean Emporium, op. cit., p. 106-107.

210 Cf. Traité de 1312. En 1302 déjà un traité est signé avec Bougie, dont le texte est perdu, et qui est en vigueur en 1305, et encore en 1307. ARM, Reales cedulas, vol. 2, f. 103v-104r (28/6/1305), éd. Dufourcq Recueil, op. cit., n° 671 ; ARM, Reales cedulas, vol. 2, f. 178 (9/5/1307), éd. A. Pons, « Als mercaders mallorquin qui mercadetgen a Bugia », BSAL, 24, 1932-3, p. 262. Cette offensive diplomatique s’accompagne de mesures de protection du commerce majorquin. En 1301 le roi interdit aux sujets directs de la Couronne d’Aragon, comme aux autres étrangers, de vendre dans l’île des produits du Maghreb venus sur des bateaux non-majorquins. Cf. Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 419-421.

211 Cf. supra p. 276. Au début du xive siècle les Majorquins ont également des consulats propres à Bône, Collo, Jijel, Constantine, Tlemcen, Mansoura (près de Tlemcen) et Alger. D. Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca », art. cité, p. 137.

212 Sur la chronologie des relations entre le royaume de Majorque et les Hafsides, voir principalement Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 446-447, 496-497.

213 Au besoin Valence sert de relais au commerce majorquin en cas de boycott. Ibid., p. 447.

214 Il s’agit pour l’essentiel de licences de départs de musulmans, qui indiquent le nom du navire et la destination.

215 Alcudia est identifiée comme étant Melilla, ou un site proche. Fr. Sevillano Collom, « Mallorca y Valencia : relaciones marítimo-mercantiles en el siglo xiv », Primer Congreso de Historia del País valenciano, II, Valence, 1980, p. 540. Anfa est l’actuelle Casablanca.

216 J. Sastre Moll, « El puerto de la ciutat de Mallorca durante el reinado de Sancho y la regencia de Felipe de Mallorca (1311-1330). Rentas reales portuales y su reinversion », Miscellania de Textos medievals, 7, 1994, p. 168 ; Id., Economía y sociedad del reino de Mallorca. Primer tercio del siglo xiv, Palma de Majorque, 1986, p. 48, 51. Il note pour les années 1325-1330 une diminution de la place de Bougie par rapport à Tunis, et un essor du Maghreb central.

217 Brechk est identifiée avec la ville actuelle de Gouraya, entre Ténès et Cherchell. Cf. Al-Idrīsī, trad. p. 163-164.

218 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 311-313.

219 Les destinations les plus courantes sont Alger (huit licences), Ténès et Cherchell (sept), Mostaganem et Dellys (trois), Brechk (deux), enfin Mazagran, Oran et Hunayn (une).

220 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 217.

221 Avec une prédominance de Mostaganem et d’Alger (respectivement seize et quatorze licences), suivies par Dellys (dix), Cherchell (huit), Ténès (cinq), Hunayn (quatre) et Oran (une).

222 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 238.

223 ARM, Guiatges, Rg. 4 à 7, d’après López Pérez, La Corona, op. cit., p. 265. Des résultats semblables ressortent de ses dépouillements des actes notariés des années 1350. Ibid., p. 406-411, 440, 450. Voir également Ead., « La Corona de Aragón y el Norte de Africa : las diferentes áreas de intervención mercantil catalanoaragonesa en el Magreb a finales del siglo xiv y principios del xv », Acta historica et archaeologica mediaevalia, 11-12, 1990-1991, p. 315.

224 Seuls les ports d’Ifrīqiya orientale, et en particulier Tunis, continuent d’être fréquentés par les Italiens de manière régulière. Mais Majorque est moins en relations avec cette partie du Maghreb.

225 ARM, Supplicationes, vol. XIII, f. 65 (17/9/1331), cité par Ch.-E. Dufourcq, « Aspects internationaux de Majorque durant les derniers siècles du Moyen Âge », Mayurqa, 11, 1974, p. 10.

226 Ibid., p. 6.

227 M. T. Ferrer i Mallol, « Els Italians a terres catalanes (s. XII-XIV) », AEM, 10, 1980, p. 401.

228 ACA, C., Rg. 1430, f. 7v (4/7/1371), éd. Dufourcq, « Aspects internationaux », art. cité, appendice, doc. n° 1.

229 Par exemple ASG, min. 312, f. 7r-v (2/1/1393). Dans une cargaison qui va de Majorque à Gênes on trouve (sans indication d’origine) des laines, des cuirs, des boudrons, de la cire, des dattes, etc.

230 Abulafia, « El comercio y el reino de Mallorca », art. cité, p. 150.

231 Il doit y vendre des draps florentins et acheter de la laine et de l’alun. Il a également pour mission de se renseigner sur les prix et l’état des marchés en vue de voyages futurs. B. Dini, Una pratica di mercatura in formazione (1394-5), Florence, 1980, p. 12.

232 Dufourcq, « Aspects internationaux », art. cité, p. 31, 34.

233 Cf. supra, p. 65-69.

234 Cf. supra p. 636. Ce recul bénéficie d’une part à Tunis, d’autre part aux ports du Maghreb central.

235 Cf. supra, p. 70-75.

236 Cf. supra, p. 166-167.

237 Cf. supra p. 141.

238 Cf. supra, p. 193-194.

239 Cf. les communications du VIIIe Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon, notamment V. Salavert i Roca, « La Corona de Aragón en el mundo mediterráneo del siglo xiv », VIII Congreso de historia de la Corona de Aragón, Valencia, 1967, II, Valence, 1973, p. 31-64 ; A. Boscolo, « Problemi mediterranei dell’epoca di Pietro il Cerimonioso. 1353-1387 », ibid., p. 65-99 ; A. Santamaría Arández, « Mallorca en el siglo xiv », AEM, 7, 1970-1971, p. 165-238 ; Petti Balbi, Simone Boccanegra, op. cit., passim.

240 A. Riera Melis, « El Mediterrani occidental al darrer quart del segle xiii : concurrència comercial i conflictualitat politica », AEM, 26/2, 1996, p. 731-733 ; G. Fourquin, « Une conjoncture dramatique ? », Histoire économique et sociale du monde, I, L’ouverture du monde, xive-xvie siècle, dir. B. Bennassar et P. Chaunu, Paris, 1977, p. 307-325.

241 À ces causes proprement européennes il faut ajouter les difficultés en Orient. B. Z. Kedar, Merchants in Crisis. Genoese and Venetian Men of Affairs and the 14th c. Depression, New Haven – Londres, 1976, trad. it. Mercanti in crisi a Genova e Venezia nel ‘300, Rome, 1981, p. 13.

242 Cf. supra, p. 388-392.

243 F. Melis, « La lana della Spagna mediterranea e della Berberia occidentale nei secoli xiv-xv », La Lana come materia prima. I fenomeni della sua produzione e circolazione nei secoli xiii-xvii. Atti della I settimane di studio, Istituto internazionale di storia economica F. Datini, aprile 1969, dir. M. Spallanzani, Florence, 1974, p. 241-251.

244 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 549-550.

245 Cf. supra, p. 389-390.

246 Le commerce oriental se développe en effet dans la seconde moitié du xive siècle, quand la papauté lève les interdictions. E. Ashtor, « Underdevelopment in the Pre-industrial Era. The Case of Declining Economies », Journal of European Economic History, 7, 1978, p. 298.

247 A.-É. Sayous, Le Commerce des Européens à Tunis depuis le xiie siècle jusqu’à la fin du xvie siècle, Paris, 1929, p. 69-92 ; Ph. Gourdin, « Les marchands étrangers à Tunis à la fin du Moyen Âge », Tunis cité de la mer. Actes du Colloque de Tunis (1997), Tunis, 1999, p. 157-184 ; Petti Balbi, Simone Boccanegra, op. cit., p. 358-359.

248 Kedar, Mercanti, op. cit., p. 43-70.

249 U. Tucci, « Le colonie mercantile italiane e il commercio internazionale nel Medioevo », Ateneo Veneto, 181, 1993, p. 22.

250 Dini, Una pratica di mercatura, op. cit., p. 14.

251 M.-M. Costa, « La pau del 1428 i els mercaders genovesos de la Corona d’Aragó », AEM, 10, 1980, p. 562.

252 Charles-Emmanuel Dufourcq a en particulier beaucoup étudié la politique de la Couronne d’Aragon en termes d’impérialisme, même s’il a toujours reconnu le primat des intérêts économiques. Cf. Ch.-E. Dufourcq, « Un impérialisme médiéval face au Maghreb : la naissance et l’essor de l’Empire catalan, d’après des travaux récents », CT, 79-80, 1972, p. 101-124.

253 Ch.-E. Dufourcq, « Rapports entre l’Afrique et l’Espagne au xiiie siècle », Medievalia, 1, 1980, p. 88-102. A. Giménez Soler, « Episodios de las relaciones entre la corona de Aragón y Tùnez », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 1, 1907-1908, p. 197, qui affirme que la politique de Jacques II d’Aragon vise moins à conquérir les marchés qu’à affirmer sa supériorité par le tribut.

254 A. Unali, « Pénétration religieuse et territoriale des chrétiens au Maghreb au xiiie siècle », Mésogeios, 7, 2000, p. 143-152 ; A. Ajello, La Croce e la Spada. I Francescani e l’Islam nel Duecento, Naples, 1999, p. 16-28, 33-35.

255 R. I. Burns, Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia, Cambridge, 1984, trad. catalane, Moros, cristians i jueus en el regne croat de Valencia, Valence, 1987, p. 160.

256 D. Urvoy, Penser l’islam : les présupposés islamiques dans l’ » Art » de Lull, Paris, 1980, p. 218, 231 ; A. Llinares, « Raimond Lulle et l’Afrique », RA, 105, 1961, p. 106-107.

257 Ibid., p. 111 ; J. Tolan, Les Sarrasins, Paris, 2003, p. 354-362.

258 L.-Ch. Féraud, « Expédition du roi Pierre III d’Aragon à Collo (au xiiie siècle) d’après une chronique catalane », RA, 16, 1872, p. 241-258 ; A. Solal, « Au tournant de l’histoire méditerranéenne du Moyen Âge : l’expédition de Pierre III d’Aragon à Collo (1282) », RA, 101, 1957, p. 247-271 ; R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, I, Paris, 1940, p. 219-223.

259 Très vite l’armée catalane reprend la mer pour conquérir la Sicile, et abandonne la ville.

260 Le traité de Monteagudo de 1291, qui partage le Maghreb en deux aires de conquête pour la Couronne d’Aragon (à l’est de la Moulouya) et la Castille, ne fut pas suivi d’effet en Ifrīqiya. Ph. Gourdin, « Le “partage” du Maghreb entre l’Aragon et la Castille au traité de Monteagudo (1291) », Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 399-409 ; D. Valérian, « Le facteur économique dans la politique catalane à Bougie (xiiie-xve siècle) », L’Expansio catalana a la Mediterrània a la baixa edat mitjana, dir. M. T. Ferrer i Mallol et D. Coulon, Barcelone, 1999, p. 156-157.

261 Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. A. Canellas Lopez, Saragosse, 1967-73, vol. 2, livre IV, chap. 13, p. 50-51 (a. 1281). Le texte n’est pas limpide quant au déroulement des faits, mais leur interprétation par le chroniqueur est en revanche claire : « Conrad Lancia met le roi de Tunis [Abū Ishāq] en possession de son royaume ».

262 Cet échec pousse alors le souverain catalan à proposer son aide au gouverneur de Constantine Ibn al-Wazīr, ce qui aboutit au débarquement de Collo en 1282.

263 Cf. supra, p. 67-69.

264 Valérian, « Le facteur économique », art. cité, p. 157-158.

265 D. Abulafia, « The Norman Kingdom of Africa and the Norman Expeditions to Majorca and the Muslim Mediterranean », Anglo-Norman Studies, 8, Proceeding of the Batlle Conference, 1984, dir. R. Allen Brown, Woodbridge, 1985, p. 35-36, rééd. Italy, Sicily and the Mediterranean, 1100-1400, Londres, 1987. Charles d’Anjou avait au même titre exigé du sultan le paiement d’un lourd tribut après la croisade de 1270. Traité roi de France, roi d’Anjou et de Sicile, roi de Navarre – Tunis 1270, art. 12. Le texte fait obligation à al-Mustanṣir de régler également les sommes dues depuis cinq ans en vertu des accords passés avec l’empereur, ce qui montre là encore la volonté de s’inscrire dans le prolongement de la politique sicilienne.

266 Sur la chronologie des relations politiques entre la Couronne d’Aragon et les Hafsides au xive siècle, voir principalement Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 404-425 ; Id., « Les relations de la péninsule ibérique et de l’Afrique du Nord au xive siècle », AEM, 7, 1970-71, p. 39-65 ; López Pérez, La Corona, op. cit., p. 137-165 ; Ead., « La Corona de Aragón i el Magreb : politica i comerç (13311410) », Butlleti de la Societat catalana d’Estudis historics, 5, 1994, p.121-134 ; F. Udina Martorell, « Las relaciones entre Tùnez y la Corona de Aragón en el segundo tercio del siglo xiv hasta 1360 », AEM, 10, 1980, p. 337-342 ; Id., « Sur les rapports entre la Tunisie et l’Aragon entre 1360 et 1379 », Actas del II coloquio hispano tunecino de estudios históricos, Madrid-Barcelona, 1972, Madrid, 1973, p. 49-62.

267 En 1312 (paix Bougie – Majorque) et 1314 (Bougie – Barcelone), puis en 1360 (Hafsides – Aragon). Ce tribut est prélevé sur le produit des taxes douanières acquittées par les marchands catalans dans les ports hafsides.

268 López Pérez, La Corona, op. cit., p. 137-138 ; M. Sanchez Martinez, « Las relaciones de la Corona de Aragón con los países musulmanes en la época de Pedro el Ceremonioso », Pere el Ceremoniós e la seve epoca, Barcelone, 1989, p. 85.

269 Valérian, « Le facteur économique », art. cité, p. 159.

270 Cf. supra p. 427-433.

271 Dans un mémoire daté de 1349 le gouverneur de Majorque propose de laisser la population de l’île faire la course, de manière contrôlée, car après la peste la population (en particulier servile) a beaucoup diminué. Cela permettra en même temps, ajoute-t-il, de faire la guerre aux musulmans avec lesquels il n’y a pas de paix. ARM, Governaciò, 4380, f. 24r-25r (10/4/1349), cité par López Pérez, La Corona, op. cit., p. 583-584. Ce raisonnement a pu exister également du côté maghrébin.

272 Sur la chronologie des relations politiques entre la Couronne d’Aragon et les Hafsides à la fin du xive siècle, voir principalement López Pérez, La Corona, op. cit., p. 155-165.

273 Cf. E. Marengo, Genova e Tunisi (1388-1515), ASLSP, 32, Gênes, 1901, p. 24-36.

274 Cf. supra p. 487.

275 Cf. sur ces règnes Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 210-276.

276 Cf. supra, p. 84-85, 167.

277 Cf. supra, p. 133-134, 137, 141.

278 Cf. supra, p. 235-237.

279 Marengo, Genova e Tunisi, op. cit., p. 36. La correspondance avec les consuls génois ou les marchands présents à Tunis fait également défaut.

280 G. Petti Balbi, « Il consolato genovese di Tunisi nel Quattrocento », Archivio storico italiano, 576, 1998, p. 230.

281 Traité Gênes – Tunis, 1433, préambule.

282 Traité Gênes – Tunis, 1445, préambule.

283 Traité Gênes – Tunis, 1465, préambule. Il n’est renouvelé par la suite qu’en 1507. Marengo, Genova e Tunisi, op. cit., p. 120.

284 Cf. Ibid., p. 49-97. Ces agressions sont le fait des sujets hafsides comme des Génois. L. Balletto, « Battista Aicardo di Porto Maurizio, detto Scarincio, cor-saro-pirata del secondo Quattrocento », Corsari, « Turchi » e Barbareschi in Liguria. Atti del I convegno di Studi, Ceriale, 7-8 giugno 1986, Albenga, 1987, p. 149-151.

285 Fr. Cerone, « Alfonso il Magnanimo ed Abu ‘Omar Othmân. Trattative e negoziati tra il Regno di Sicilia di qua e di là dal Faro ed il Regno di Tunisi (14321457) », Archivio storico per la Sicilia Orientale, 9, 1912, p. 46.

286 Ibid., p. 48-49.

287 Cerone, « Alfonso il Magnanimo », art. cité, Archivio storico per la Sicilia Orientale, 10, 1913, p. 25-28.

288 Ibid., p. 75 ; traité Couronne d’Aragon – Tunis 1477, préambule.

289 Ch.-E. Dufourcq, « La continuité des activités catalano-aragonaises dans les États musulmans méditerranéens d’Alphonse le Magnanime à Ferdinand le Catholique », IX Congresso di storia della Corona d’Aragona, Naples, 1982, p. 207.

290 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482).

291 Id., f. 68v-69r (26/9/1482).

292 Sacerdoti, « Venezia e il regno hafsida », art. cité, p. 334-342 ; B. Doumerc, « Venise et la dynastie hafside à la fin du xve siècle », CT, 117-118, 1981, p. 574576. Comme Gênes et la Couronne d’Aragon, Venise doit compter avec les problèmes de piraterie et de captifs. Les rachats, qui demandent souvent de longues tractations, ne bloquent cependant pas les relations politiques et économiques.

293 Mas-Latrie, « Relations commerciales de Florence et de la Sicile », art. cité, p. 220 (à partir de la chronique de San Martino delle Scale, près de Palerme).

294 Ibid., p. 209, avec la date de 1424 corrigée dans Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 344-354.

295 En 1479 le roi René envoie des présents à l’émir de Bougie. Éd. G. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi René, Paris, 1908-1910, II, p. 347-348, 375 (mai et juin 1479).

296 En 1460 déjà Charles VII avait pris contact avec le sultan hafside. Sur la politique méditerranéenne de la France, voir M. Mollat du Jourdain, « Les intérêts commerciaux français en Méditerranée au temps d’Alphonse le Magnanime », XIV congresso di storia della Corona d’Aragona, Sassari-Alghero, 1924 maggio 1990, vol. II, t. 2, Sassari, 1996, p. 629-642. Voir également L. de Mas-Latrie, « Chartes inédites relatives aux États de Bougie et de Bône (1268-12931480) », BEC, 1re série, 2, 1840-1841, p. 396-397.

297 L. Balletto « Commerciando con gli infedeli in Siria, in Egitto e in Tunisia (1418-1423) », Genova, Mediterraneo, Mar Nero (secc. xiii-xv), Gênes, 1976, p. 35-43.

298 R. Fossier, « Le second souffle de l’Europe », Le Moyen Âge, dir. R. Fossier, III, Paris, 1983, p. 389.

299 Ibid., p. 414-418.

300 E. Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, 1976, p. 301-331.

301 Les marchés syriens et égyptiens continuent en effet à être très fréquentés par les Barcelonais et les Vénitiens. Cf. E. Ashtor, « The Volume of Trade in the Later Middle Ages (1370-1498) », Journal of European Economic History, 4, 1975, p. 573-612, rééd. Studies in the Levantine Trade in the Middle Ages, Londres, 1978 ; D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge. Un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca. 1330 – ca. 1430), Madrid-Barcelone, 2004.

302 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 1.

303 Ibid., p. 21 ; J. Heers, « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident », Le Moyen Âge, 63, 1957, p. 87-121, rééd. Société et économie à Gênes (xive-xve siècle), Londres, 1979.

304 Cf. les produits importés par Majorque dans la seconde moitié du xve siècle. O. Vaquer, « El comerç marítim de Mallorca a la segona meitat del segle xv », Randa, 29, 1991, p. 113-116 ; pour Gênes, voir R. Urbani, « Genova e il Maghrib tra il ‘400 e ‘500 (nuovi documenti archivistici) », Genova, la Liguria e l’Oltremare tra medioevo ed età moderna. Studi e ricerche d’archivio, Gênes, 1976, p. 190-192.

305 J. Delumeau, L’Alun de Rome xve-xixe siècle, Paris, 1962, p. 19.

306 J. Heers, L’Occident aux xive et xve siècles, Paris, 1963, p. 175-194.

307 D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie – milieu xve siècle), Leyde, 1995, p. 152-165.

308 Le principal fonds pour étudier le mouvement des navires en direction du Maghreb est celui du Real Patrimonio. Dans les registres de recettes sont notées les taxes payées par les musulmans (souvent d’anciens captifs rachetés), lorsqu’ils quittent l’île pour retourner en terre d’Islam. La destination est toujours indiquée, même si c’est parfois avec imprécision. Les résultats obtenus ne rendent cependant donc pas compte de tous les départs de navires en direction du Maghreb. On peut les compléter avec les registres de guiatges, licences autorisant les Majorquins à quitter le port, ou à exporter certains produits. Mais les contrats de notaires majorquins montrent que certains navires partant vers l’Afrique du Nord n’apparaissent dans aucun de ces deux types de comptes. En l’absence d’un dépouillement complet des notaires du xve siècle on se limitera ici aux données des fonds du Real Patrimonio et des guiatges.

309 M. Del Treppo, I Mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragona nel secolo xv, Naples, 1972, p. 708-711.

310 Cf. J. Guiral Hadziiossif, Valence, port méditerranéen au xve siècle (14101525), Paris, 1986.

311 J. Guiral Hadziiossif, « Les relations commerciales du royaume de Valence avec la Berbérie au xve siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez, 10, 1974, p. 101.

312 Cf. Valérian, « Les archives de Marseille », art. cité, p. 9-10.

313 R. Collier, qui étudie les relations avec l’Afrique du Nord de 1480 à 1515, constate que, pour la fin du xve et le début du xvie siècle, le commerce marseillais avec le Maghreb est supérieur à celui effectué avec le Levant. R. Collier, J. Billiou, Histoire du commerce de Marseille, III, 1480-1599, Paris, 1951, p. 120.

314 ADBR, 351 E 448, f. 536v-536bis r-v (24/1/1475), 543v-546r (26/1/1475).

315 ADBR, 351E 389, f. 39r-v (7/8/1475) ; 391E 123, f. 130v (2/9/1475), 180v (19/3/1476).

316 ADBR, 351E 449, f. 178r-179v (15/7/1476).

317 M. Mollat, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, 1988, p. 306-307. Sur la soixantaine de voyages dont la destination méditerranéenne est connue, cinq seulement concernent le Maghreb. Ibid., p. 136-137.

318 Ph. Gourdin, Les relations politiques et économiques entre l’Italie tyrrhénienne et le Maghreb au xve siècle, thèse sur travaux, volume de synthèse, Paris, décembre 2001. Voir également les travaux de R. Urbani, « Fonti per il commercio mediterraneo ligure nell’ultimo medioevo : i rapporti con l’Africa settentrionale », Atti del IV Convegno internazionale della ceramica, 1971, Gênes, 1971, p. 431-437 ; Ead., « Genova e il Maghrib tra il ‘400 e ‘500 », art. cité, 1976, p. 185206 ; Ead., « Note d’archivio sui notai genovesi del ‘400 : l’attività di Bartolomeo Canessa », La Berio, 11/1, 1971, p. 10-21 ; Ead., « Ricerche d’archivio sui rapporti tra Genova e il Nord-Africa alla fine del Quattrocento », Archivi e cultura, 7, 1973, p. 137-146 ; G. Petti Balbi, « Gli insediamenti genovesi nel Nord-Africa durante il ‘400 », Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, dir. G. Rossetti et G. Vitolo, Naples, 2000, p. 121-137.

319 Voir principalement Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit.

320 Le commerce de Florence avec le Maghreb est mal connu, mais on sait que des convois de galères ont été organisés au xve siècle, dont certains passaient le long des côtes africaines. Cf. infra, p. 663-664. Par ailleurs un manuel de marchands du milieu du xve siècle montre les équivalences d’unités de mesure entre Florence et Bougie. Fr. Borlandi, éd., El Libro di mercatantie et usanze de’ paesi, Turin, 1936 (Documenti e studi per la storia del commercio e del diritto commerciale italiano, 7), p. 36.

321 Cf. C. Varaldo, « Savona nel secondo Quattrocento. Aspetti di vita economica e sociale », Savona nel Quattrocento e l’istituzione del Monte di Pietà, Savone, 1980, p. 53 : 5,9 % des capitaux investis à Savone dans le commerce maritime le sont pour le Maghreb dans les années 1410-1450, mais 16,7 % dans les années 1451-1480. Le Maghreb est alors la troisième destination en nombre de contrats (après la Sardaigne et la péninsule ibérique), mais la deuxième pour les capitaux investis, et plus de 44 % des cuirs et peaux vendus sur le marché de Savone en sont originaires. Ibid., p. 103.

322 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Raw al-bāsim fīh awādi al-umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, Abd al-Bāsi b. Halīl et Adorne, Paris, 1936, rééd. 2001, p. 83.

323 Cf. supra, p. 623-624.

324 C’est le cas notamment pour Gênes. J. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 : les voyages “per costeriam” », AEM, 21, 1991, p. 234.

325 Sur cette compagnie, voir Y. Renouard, Les Hommes d’affaires italiens au Moyen Âge, Paris, 1968, p. 204.

326 P. Mainoni, Mercati lombardi tra Barcelona e Valencia nel Basso medioevo, Bologne, 1982, p. 101-103.

327 Ibid., p. 106.

328 La compagnie florentine des Peruzzi, par exemple, est présente à Tunis au xive siècle. Davidsohn, Storia di Firenze, op. cit., VI, p. 358.

329 Cf. D. Gioffrè, éd., Lettere di Giovanni da Pontremoli, mercante genovese 1453-1459, Gênes, 1982 ; L. Balletto, Battista de Luco, mercante genovese del secolo xv e il suo cartulario, Gênes, 1979.

330 D. Gioffrè, « Il commercio d’importazione genovese alla luce dei registri del dazio (1495-1537) », Studi in onore di Amintore Fanfani, V, Milan, 1962, p. 233.

331 ASG, notai antichi, filza 765, Bernardo de Ferrariis, doc. 198 (19/10/1450), éd. partielle Ph. P. Argenti, The Occupation of Chio by the Genoese and their Administration of the Island, 1346-1566, Cambridge, 1958, III, n° 150, p. 616-618. Cf. L. Balletto, « Gênes et le Maghreb au xve siècle », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1996, p. 101.

332 Elles sont indiquées dans cet ordre un peu surprenant.

333 Il s’agit de registres de douanes. Certains étaient plus particulièrement consacrés aux taxes pesant sur les navires ou les marchands génois effectuant des trajets ne passant pas par Gênes. C’est le cas des Rg. 1551 (a. 1423-1425), 1552 (a. 1445-1448), 1553 (a. 1457) et 1555 (a. 1495-1498).

334 Cf. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 », art. cité.

335 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 399. L’île est génoise depuis le milieu du xive siècle, et devient un des grands entrepôts du commerce de Méditerranée orientale. Argenti, The Occupation of Chio, op. cit., I, p. 482.

336 Cf. les documents publiés par R. Doehaerd et Ch. Kerremans, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises, 1400-1440, Rome-Bruxelles, 1952.

337 Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 455.

338 Ibid.

339 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, Rg. 1552, f. 315r-318r (1445).

340 Idem, f. 317v-318r.

341 Ce patron était déjà allé au Maghreb en 1482, mais on ignore quels furent les ports alors touchés. M. L. Balletto, Navi e navigazione a Genova nel quattrocento. La « Cabella marinariorum » (1482-1491), Gênes, 1973, p. 29-30.

342 ASG, Archivio di San Giorgio, sala 38/54, Caratorum Veterum, Rg. 1555, f. 21r-22r (1495).

343 Un système de galées pour le Maghreb a également été organisé à la même époque à Barcelone. Cl. Carrère, Barcelone au temps des difficultés, 13801462, Paris, 1967, p. 214, 632.

344 Stöckly, Le système de l’incanto, op. cit., p. 152-165.

345 Sur l’organisation de ces mude, voir principalement Ibid., passim.

346 On trouve déjà des voyages vénitiens en direction du Maghreb à partir de 1402, mais c’est dans les années 1420 que le mouvement s’intensifie. Cette réactivation se voit surtout à travers les procès pour affaires commerciales (fonds des giudici di petizion de l’Archivio di Stato de Venise). D. Stöckly, « Les premiers convois de galées commerciales vénitiennes en direction de la Barbarie au milieu du xve siècle », CT, 155-156, 1993, p. 480. Ce retour des Vénitiens au Maghreb est confirmé par d’autres sources, notamment génoises. En 1426 le pirate Tomaso Grimaldi capture ainsi dans les eaux de Bougie la nave du Vénitien Sandro Moro. ASG, AS, Rg. 510 (Diversorum Cancelleriae Communis Janue), f. 74r-v, n° 221 (8/ 6/1426), 236 (18/6/1426). Cf. E. Basso, « Pirati e pirateria a Genova nel Quattrocento », La Storia dei Genovesi, 11, Gênes, 1991, p. 327.

347 Stöckly, Le système de l’incanto, op. cit., p. 169, 175.

348 Ibid., p. 171-172, 175.

349 En 1507 pour la ligne du Trafic, et l’année suivante pour celle de Berbérie. Doumerc, « Venise et la dynastie hafside », art. cité, p. 576-577.

350 Auparavant les Florentins avaient des relations avec l’outre-mer, mais par l’intermédiaire de Pise ou de Gênes.

351 M. E. Mallett, « The Sea Consuls of Florence in the Fifteenth Century », Papers of the British School at Rome, 27, 1959, p. 156-169.

352 A. Sapori, « I primi viaggi di Levante e Ponente delle galere fiorentine », Archivio storico italiano, 114, 1956, rééd. Studi di storia economica, III, Florence, 1967, p. 9, 13-14.

353 M. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967, p. 73.

354 Ibid., p. 74.

355 Ibid., p. 75.

356 Ibid., p. 176.

357 ARV, MR, Rg. 66, f. 212r-v (25/10/1454).

358 Voir par exemple ARV, C., Rg. 705, f. 126v-133r (18-20/9/1455), 277r-296v (30/9-4/10/1458).

359 Par exemple ARV, C., Rg. 705, f. 225v-226r (7/9/1457).

360 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 6, 68-70.

361 Le commerce de Valence en revanche est orienté plus nettement vers le Maghreb occidental, avec Oran, Hunayn et Alcudia. R. Cariñena Balaguer, « Los llibres d’aramament : una fuente fundamental para el estudio del comercio valenciano en el Mediterráneo a lo largo del siglo xv (1406-1530) », Congreso de Jóvenes historiadores y geógrafos, Madrid, 1980, Madrid, 1990, p. 713-732 ; A. Díaz Borrás, « El comercio valenciano con Berbería en la “Era de los Descubrimientos” a través de los llibres d’armaments. Una aproximación », ibid., p. 733-748.

362 Ces guiatges se trouvent dans le fonds du Real Patrimonio, mais aussi dans des registres spéciaux. ARM, RP, Rg. 3831 (1419-1421) – 3834 (1427), 3853 (1436) – 3892 (1497) ; ARM, Guiatges, Rg. 8 (1440-1447) – 9 (1448-1458).

363 ARM, RP, Rg. 3831 (1418-1421) – 3835 (1428), 3853 (1435-1436) – 3892 (1497).

364 D’après les dépouillements de P. Macaire, Majorque et le Maghrib au xve siècle, doctorat de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977, p. 208-232, 646-665.

365 Le tableau du mouvement du port de Majorque établi par Onofre Vaquer montre même, pour les années 1450-1500, une part nettement plus importante d’Alger, qui varie entre un tiers et la moitié. Mais il ne précise pas quel est son corpus, ce qui rend les comparaisons délicates. O. Vaquer Bennasar, El Comerç marítim de Mallorca. 1448-1531, Palma de Majorque, 2001, p. 217-252.

366 Calculs à partir des registres de guiatges. Cf. détails supra, p. 639.

367 Le premier chiffre correspond aux guiatges, le second aux sorties de musulmans.

368 Le port est cependant encore fréquemment cité dans les contrats assurances du notaire majorquin Miguel Boix pour les années 1451-1464. O. Vaquer, « El comercio marítimo de Mallorca en el transito a la modernidad », Società savonese di storia patria. Atti e memorie, 32-33, 1996-1997, p. 227.

369 Cf. supra, p. 115-116.

370 Ces dispositions sont notées dans les registres des délibérations du Sénat. ASV, Senato, Mar, Rg. 1-8 (1440-1469). À partir de 1470 les délibérations concernant les mude sont rassemblées dans des registres propres, ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1-2 (1470-1496). Une lacune entre 1497 et 1526 empêche de suivre ces mises à l’encan pour la fin de la période. Il s’agit bien sûr là des durées d’escales prévues par le Sénat, qui étaient rarement respectées par les capitaines des galées. B. Doumerc, « La crise structurelle de la marine vénitienne au xve siècle : le problème du retard des mude », Annales ESC, 40/3, 1985, p. 605-623. Elles donnent néanmoins une indication de l’importance accordée par le Sénat à chacune de ses étapes.

371 ASV, Senato, Mar, 1, f. 159r-v (18/3/1443).

372 ASV, Senato, Mar, 4, f. 31r-v (20/2/1451).

373 Doumerc, Venise et l’émirat hafside, op. cit., p. 79. ASV, Senato, Mar, 6, f. 206r-207r (8/12/1460).

374 Cf. B. Doumerc, « La ville et la mer : Tunis au xve siècle », Actes du IVe congrès international d’histoire et de civilisation du Maghreb (avril 1986), CT, 137138, 1986, p. 111-130.

375 Le Sénat donne souvent liberté aux patrons des galées de s’arrêter à Hunayn ou de rester plus longtemps à Oran. Par exemple ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 2, f. 25v-26v (28/2/1492) : l’escale d’Oran sera de vingt jours, mais de dix seulement si les galées s’arrêtent également à Hunayn, pour une durée qui sera alors de dix jours.

376 Collo n’est citée qu’en 1443, pour une escale de deux jours. ASV, Senato, Mar, 1, f. 159r-v (18/3/1443).

377 Cf. L. Greco, éd., Quaderno di bordo di Giovanni Manzini : prete-notaio e cancelliere (1471-1484), Venise, 1997, p. 50-51 (escale de septembre-octobre 1475).

378 Cf. supra p. 102, 173.

Table des illustrations

Titre Tableau 28. RÉPARTITION DES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1158-1161)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 29. INVESTISSEMENTS GENOIS A BOUGIE, TUNIS ET CEUTA (1155-1164)34 (en livres genoises)
Légende Note35
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 30. INVESTISSEMENTS GENOIS (1182-1191)37 (en livres de Gênes)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 31. TRAITÉS DE PAIX SIGNÉS PAR LES HAFSIDES (1230-1360)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Tableau 32. CONTRATS BARCELONAIS (1200-1290) : REPARTITION PAR DESTINATION113 (nombre de contrats et sommes investies, en sous de Barcelone)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 33. RÉPARTITION DES COMMANDES MARSEILLAISES PAR DESTINATION (xiiie siècle)141 (en nombre de contrats)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Note142Note143
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 16 – Le réseau commercial de Bougie au xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 34. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1202-1216)162
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 35. PART DES PORTS MAGHRÉBINS DANS LES INVESTISSEMENTS GÉNOIS (1222-1226)164
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 36. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À TUNIS ET BOUGIE (1224-1239) (en livres de Gênes)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 37. INVESTISSEMENTS GÉNOIS À BOUGIE ET TUNIS AU xiiie SIÈCLE, PAR PÉRIODE DÉCENNALE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6. NOMBRE DE NAVIRES QUITTANT MAJORQUE POUR BOUGIE (1310-1410)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 38. RÉPARTITION DES DÉPARTS DE NAVIRES MAJORQUINS VERS LE MAGHREB PAR DESTINATION (1385-1419)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Carte 17 – Destinations des navires majorquins au Maghreb (1385-1419).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 39. TRAITÉS DE PAIX ENTRE LES HAFSIDES ET LES PUISSANCES CHRÉTIENNES (1360-1510)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Tableau 40. NOMBRE DE BATEAUX ASSURANT LA LIAISON MAJORQUE-BOUGIE (1420-1499)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 41. GUIATGES ACCORDÉS À MAJORQUE POUR DES DESTINATIONS MAGHRÉBINES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 42. DESTINATION DES MUSULMANS QUITTANT L’ÎLE DE MAJORQUE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Carte 18 – Destinations des navires majorquins au Maghreb (1420-1500).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 43. ÉVOLUTION DE LA PART DE BOUGIE ET D’ALGER DANS LE COMMERCE MAJORQUIN AU MAGHREB (1385-1500)
Légende Note366Note367
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/222/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540