Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alba Longa, histoire d’une légende

 | 
Alexandre Grandazzi

Livre deuxième. De l’archéologie à l’histoire

Chapitre VII. Realia Albana

Le temps, les morts, les vivants

Texte intégral

1Si nous avons tenu à parcourir ainsi toutes les étapes de cette promenade archéologique albaine, en tenant compte, autant que faire se pouvait, des datations, des discussions, des découvertes les plus récentes, mais aussi du nouvel éclairage qu’apportait l’étude de vieux dossiers, c’est que, dans l’exégèse des primordia Latina, on ne compte plus, à vrai dire, les généralisations et les tentatives d’utiliser directement les données du terrain pour le déchiffrement d’un corpus légendaire qui n’a cessé depuis bientôt deux siècles de faire l’objet des interprétations les plus diverses.

2Aussi est-il nécessaire, avant d’aller plus loin dans la voie de l’analyse, de faire le point sur les conclusions qui peuvent être déduites de l’examen minutieux des faits archéologiques auquel nous venons de procéder, étant bien entendu que nous avons cherché à discerner le mieux possible toute la part d’aléas, de lacunes et de présupposés épistémologiques dont a pu être grevée la constitution même de ces « faits ».

3On tentait hier de comprendre et de commenter les légendes « primordiales », qu’elles fussent albaines ou romaines, en utilisant l’archéologie en simple renfort : science auxiliaire, elle venait s’ajouter en contrepoint de la mélodie produite par les sources littéraires antiques. Aujourd’hui, par un renversement de perspective permis et nécessité par de nombreuses causes, notamment la multiplication des fouilles de sauvetage en Latium, c’est la tradition littéraire qui se trouve réduite au rôle de simple accompagnement d’une archéologie qui donne le ton, servante devenue maîtresse. À moins d’un siècle de distance, le premier volume de la Storia dei Romani de De Sanctis (dans sa version révisée) d’un côté, et l’exposition romaine Enea nel Lazio (1981) de l’autre, pourraient servir d’illustration à ces deux tendances successives et opposées.

4En fonction des hypothèses à base archéologique qui ont pu être formulées, au fil des temps, à propos des questions albaines, nous voudrions pour notre part tenter ici, au vu de notre inventaire précédent, un bilan des « applications » de l’archéologie, qu’il nous paraît possible et plausible de proposer pour l’analyse des légendes albaines. Il est clair que l’utilité d’un tel bilan est également d’ordre négatif : savoir ce que l’on peut dire en la matière, c’est aussi savoir ce que l’on ne peut et ne doit pas dire. Nécessaire délimitation dont on ne peut se passer si l’on veut faire apparaître la dimension spécifique des sources littéraires.

5Le recours à l’archéologie, dans le cas albain, a, la plupart du temps, concerné la définition des chronologies par le biais de la question des rapports avec Rome, celle des habitats et des territoires ainsi que des voies de communication qui les parcouraient, et enfin des modes de vie en usage aux temps de la civilisation latiale.

  • 1 L’expression est due à M. Pallottino, « Le origini di Roma », in Arch. Class., 12, 1960, p. 15 (= S (...)

6Où était Albe ? De quand datent son existence et sa destruction ? Qui étaient les Anciens Latins ? Quelles étaient leurs relations avec le site romain ? Comment vivaient-ils ? Pratiquaient-ils la transhumance ? Quelles pouvaient être leurs formes d’organisation sociale et politique ? Telles sont donc les principales questions que la légende pose à l’archéologie albaine. Sur la base de l’inventaire que nous avons effectué, nous allons maintenant faire le point sur les réponses qu’il nous paraît permis d’y apporter, en utilisant les données précédemment recueillies, de façon à dresser un tableau d’ensemble des manifestations de la culture latiale dans les monts Albains entre le xe (ou xie) et le vie siècle. Tout au long de ces considérations, nous nous poserons, avec M. Pallottino et G. Colonna, la question de l’identification de la culture de la Rome primitive comme « émanation albaine »1.

LA CHRONOLOGIE

  • 2 Voir Schwegler, Röm. Gesch., 1, 18672, p. 283 et s.
  • 3 Ainsi J. J. Ampère, Hist. r., p. 471.
  • 4 Cf. Italische Gräberkunde, 1, 1924, p. 391 : « Rom soll von Alba Longa ausgegründet sein[...]. Die (...)
  • 5 « Scoperte fatte a Pratica » et « Scavi di P. », in Bull. Inst., 1885, p. 59-62 et 82-85.
  • 6 In O. Rom., 7, 1969, p. 139-148.
  • 7 Sur tout ceci, voir G. Dury-Moyaers, Enée et Lavinium, 1981, p. 99, 107, avec, p. 128, un appel à l (...)

7La chronologie est évidemment le premier domaine où le philologue et l’historien attendent l’aide de l’archéologue : la tradition littéraire2 pose en effet avec insistance le principe d’une chronologie relative entre Lavinium, Albe et Rome, et il est tentant de passer ici du relatif à l’absolu, grâce à l’aide des instruments de mesure fournis par la fouille. Aussi bien n’a-t-on pas manqué de le faire, et ce dès l’époque des premières découvertes de « vases funéraires albains ». Aucun vestige du même genre n’étant alors connu sur le site romain, on n’hésita pas du temps de De Rossi à voir dans les objets venus au jour sur les pentes des monts Albains la preuve de l’antériorité d’Albe sur Rome3. En 1924, encore, à un moment où le sol romain avait pourtant, avec les recherches de Boni, livré un matériel comparable, F. von Duhn croyait pouvoir ainsi réaffirmer la validité du dogme, soulignant combien l’exactitude de la légende « se trouvait abondamment prouvée par les découvertes archéologiques »4. Cette antériorité d’Albe, Helbig5, à l’occasion de la publication de tombes à fosse fouillées au pied de l’acropole de Pratica di Mare, voulait qu’elle valût aussi par rapport à Lavinium, ce qui était certes contredire à la légende, mais sans que cette dernière cessât pour autant de dicter son questionnaire à l’archéologie : voie d’exégèse appelée à un grand avenir puisque, presque cent ans plus tard, elle inspira à Gierow un article significativement intitulé « Da Alba Longa a Lavinio »6. D’ailleurs, lorsque le moment vint où des tessons apenniniques apparurent, enfin, à Lavinium, alors qu’ils restaient très rares ailleurs en Latium, et presque absents sur les monts Albains, le schéma légendaire tripartite sembla retrouver une nouvelle jeunesse, et, fût-ce hypothétiquement, gagner une nouvelle crédibilité7.

  • 8 Histoire de Rome, 1962, p. 28. Nous laisserons ici de côté les théories dualistes présentées, sur l (...)
  • 9 O.c., p. 392.
  • 10 En 1979 (Arch. Laz., 2, p. 190), à propos notamment du Monte Cavo, pour un projet présenté alors co (...)
  • 11 Déclarant en 1983 : « l’esigenza di un nuovo scavo si impone » (O. Rom., 14, p. 18).

8Bref, dans tous ces avatars de la recherche, la conviction n’avait pas cessé de régner que, pour le dire avec A. Piganiol, « il n’est pas du tout impossible de concilier les faits certains, que l’archéologie fournit, avec la tradition légendaire »8. Mais, depuis, il est apparu toujours davantage qu’il n’y a pas, en la matière, de fait brut, où l’on pourrait faire l’économie d’une évaluation et d’une médiation préalables. De plus, l’archéologie, « science des lacunes » (P. Grimal), est, par nature, soumise à des révisions et des corrections constantes. On ne sera donc pas étonné que dans une question aussi sensible que celle de la chronologie et sur un territoire aussi mal connu que le sont les monts Albains, ces incertitudes se manifestent avec une force particulière. À cet égard, on peut dire que si le poids documentaire du matériel originaire des Colli a incontestablement décru ces dernières décennies en raison de la multiplication des découvertes réalisées sur d’autres sites (Lavinium, Castel di Decima, Osteria dell’Osa, etc.), son importance scientifique demeure toujours considérable, même si elle n’est pas toujours bien perçue. Qu’est-ce à dire ? Disons simplement que le matériel albain a fourni, avec celui mis au jour sur le site même du Forum, la base principale sur laquelle le préhistorien Heinrich Müller-Karpe a édifié un système chronologique qui s’est ensuite imposé dans l’étude des primordia tant Latina que Romana. Or nous n’avons plus besoin de souligner que ce matériel ne résulte pas de fouilles régulières, scientifiquement menées, où la stratigraphie aurait pu être prise en compte, à la seule exception des fouilles d’Antonielli à la Riserva del Truglio et, aujourd’hui, des opérations menées dans l’Artemisio à l’initiative du musée de Velletri. À Rome même, il est vrai que Boni mena ses recherches de façon exemplaire et novatrice, mais le nombre des tombes latiales qu’il y découvrit ne dépasse pas quelques dizaines. Certes, il en va, et fort heureusement, tout différemment aujourd’hui : à l’Osteria dell’Osa, par exemple, ou à Castel di Decima, c’est par centaines que se comptent désormais les tombes, tandis que sur bien des nouveaux chantiers sont explorés les habitats qui, très longtemps, furent une terra incognita de l’archéologie latiale. Il n’en reste pas moins que cette masse, devenue énorme, de matériel archéologique se trouve scientifiquement évaluée, classée et utilisée selon un système chronologique qui fut, en son temps, élaboré sur une base documentaire étroite. L’archéologie moderne n’existe que lorsque statistiques et sériations sont possibles, et sur les monts Albains, nous avons vu qu’il ne faut pas y songer. Il est donc clair que les risques sont grands de voir cette incomplétude aléatoire de départ obérer la validité de toute tentative de généralisation, aussi bien en amont du système, dans le processus même de son élaboration, qu’en aval, dans l’application qui en est faite à l’ensemble des sites latiaux. C’est bien pourquoi nous avons ici tenté, autant que faire se pouvait, de compléter les données disponibles par la relecture critique des anciens témoignages. Il est non moins évident qu’il serait hautement souhaitable, et, à dire vrai, scientifiquement nécessaire, de procéder à une nouvelle exploration archéologique, qui serait cette fois planifiée et systématique : comme nous l’avons vu pour quasiment chaque site albain, les archéologues, depuis 1816, ont, presque à l’occasion de chaque nouvelle découverte, dont la cause était purement fortuite, appelé une telle fouille de leurs vœux, mais toujours, malheureusement, en vain. Après Pinza et von Duhn9, R. Peroni10 et P. G. Gierow11, nous ne pouvons que reformuler ce souhait d’une grande fouille albaine dont l’objectif prioritaire devrait être, nous semble-t-il, de mieux connaître la toute première phase latiale, ainsi que les temps qui l’ont précédée immédiatement. Car si les nouvelles découvertes ont permis de multiplier les données, à l’Osteria dell’Osa pour la seconde phase, et sur les sites de la plaine, notamment Castel di Decima, pour les troisième et quatrième phases, la première n’est pas vraiment mieux documentée qu’elle ne l’était au début du siècle : or, tout porte à croire que les monts Albains sont la région où elle était le mieux représentée.

  • 12 Le volume d’IAL 1 consacré à la Classification and Analysis parut en 1966, deux ans après le volume (...)

9Pour décrire les apports, anciens ou nouveaux, de l’archéologie albaine, nous avons utilisé le système chronologique mis au point à l’aube des années 1960 par le préhistorien allemand Heinrich Müller-Karpe. Or l’inventaire réalisé par Gierow l’a été aux fins d’élaboration et d’illustration d’un système notoirement différent, aboutissant à une chronologie nettement plus basse mais qui, finalement, est aujourd’hui abandonnée12. Dans la mesure, cependant, où le matériel albain a eu une place prépondérante dans la constitution de ce système, fait d’une certaine manière pour lui, il est nécessaire, pour des motifs qui ne sont pas seulement d’ordre historiographique, de revenir un instant sur ses principales caractéristiques et sur ses paramètres de base.

  • 13 Il suffit de citer ici M. S. De Rossi, évoquant en 1868 ces « tanti bronzi, quanti io ne ho rinvenu (...)
  • 14 Cf. IAL 1, p. 369.

10Faisant suite à son maître Gjerstad qui, dans son Early Rome, avait entrepris le classement de l’ensemble du matériel romain selon une datation qui aboutissait à abaisser au ve siècle la fin de la royauté, Gierow décrivit en effet les vestiges albains en fonction d’une chronologie qui reposait sur une typologie préalable des poteries. Le choix méthodologique essentiel consistait à prendre préalablement comme champ d’observation les variations dans les formes céramiques en leur donnant une interprétation chronologique. Considérés comme dotés d’une durée d’usage trop longue, les bronzes, de surcroît relativement peu nombreux dans les Colli Albani (ce qui, on l’a vu, peut se discuter)13, étaient par conséquent laissés de côté14. À cet égard, on ne peut qu’être frappé par l’adéquation entre cette méthode et le matériel sur lequel elle avait à s’exercer : dans l’optique de l’école suédoise, il est incontestable que les déficiences principales de l’archéologie albaine – qui, sauf exception, ne permet, nous l’avons vu, ni indication de provenance ni stratigraphie, et comprend surtout des objets dépareillés, aux trois quarts constitués de vases funéraires – se trouvaient considérablement atténuées, puisque situées en dehors de la grille d’évaluation. De là à penser que la méthode est née des possibilités et des limitations dudit matériel, il n’y a évidemment qu’un pas que nous ne nous hasarderons pas à franchir... Il est de fait que lorsque Gierow commença son travail, la seule base documentaire importante disponible hors de Rome était celle fournie par les vieilles découvertes faites sur les monts Albains.

  • 15 O.c., p. 370.
  • 16 In Latomus, 24, p. 726 ; l’exposé des principes sur lesquels se fonde cette chronologie est fait pa (...)
  • 17 Dont les caractéristiques sont décrites in IAL 1, p. 409-451.
  • 18 « I Colli Albani nel quadro archeologico della civiltà laziale », O. Rom., 14, p. 7-18.
  • 19 Cf. Mon. prim., col. 324 à 384.
  • 20 « Bemerkungen zur Vorgesch. Etruriens », in SE, 12, 1938, p. 23 et s. (p. 30 et s.) ; pour l’analys (...)
  • 21 IAL 1, p. 402-413 (p. 404 pour la description des décorations, selon une taxinomie qui est restée s (...)

11De fabrication longtemps locale, de durée de vie relativement brève, et soumise aux changements de goûts de ses utilisateurs, la céramique était ainsi considérée comme un indicateur chronologique suffisant : mais parce que les formes fondamentales, entre lesquelles il n’est toutefois pas impossible, selon l’auteur d’Iron Age of Latium, d’établir une successivité15, peuvent se retrouver d’une période à l’autre, on prendra plutôt comme critère d’évaluation « l’évolution stylistique des formes céramiques selon qu’elles sont pansues, normales ou resserrées. Expansive Impasto, normal Impasto, contracted Impasto, à quoi s’ajoute l’advanced Impasto, correspondant à un progrès technique et à l’imitation de prototypes métalliques, définissent les quatre périodes successives entre lesquelles M. Gierow répartit son matériel » (J. Heurgon)16. C’est ainsi que la première période (expansive I.) serait représentée surtout par les nécropoles de Villa Cavalletti et de Campofattore ; la seconde par le Monte Crescenzio, et la troisième, de nouveau, par la V. Cavalletti, la quatrième période, elle-même connaissant quatre variantes typologiques, se trouvant concentrée autour de Mari-no. On voit qu’il reste à expliquer, dans ce système, les variations, notamment du point de vue de la décoration, qui peuvent se manifester à l’intérieur de la même catégorie de poterie, de même matériau, et de même forme : la solution sera alors, non pas chronologique, mais topographique, Gierow distinguant deux groupes17, concomitants et voisins, dans le matériel des Colli : Boschetto et Albano, un troisième, dit Campagna, caractérisant les sites du sud du Latium. Ce recours à une spécificité topographique apparaît donc comme une nécessité logique du système. Il s’agirait, selon Gierow, de faciès locaux, déterminés avant tout par des conditions géographiques, la contemporanéité de ces trois « cultures » se manifestant notamment, d’après lui, à Lavinium, dont il classa de ce point de vue le matériel, non connu en 1966, dans un article18 publié en 1983 ; seule la période orientalisante aurait vu l’unification de ces trois cultures. Présentes déjà chez Pinza19, les considérations qui conduisent ainsi Gierow à la notion d’un groupe de Boschetto, spécifique et pérenne, doivent aussi beaucoup à un article de G. Säflund20 : les tombes de ce groupe, toutes à incinération et à fosse aménagée (« cassettone »), se caractériseraient par des poteries décorées de motifs particuliers obtenus par incision, lignes dentées ou hachures, et aux formes en général dépourvues d’anses21.

  • 22 Ib., p. 414-430.

12Quant au groupe albain22, il apparaîtrait plutôt dans les nécropoles découvertes dans les années 1816 et 1870 : ainsi le matériel de la Villa Cavalletti, des vignes Evangelisti, Giusti et Cittadini, de S. Sebastiano serait-il à ranger dans ce groupe « Albano », dont la définition n’est pas sans relation avec la traditionnelle question de la localisation d’Albe. La décoration des vases de ce groupe comprendrait surtout des motifs à méandres et à zigzags.

  • 23 Pour la mise en application de cette classification, voir IAL 1, p.91et s.
  • 24 Cf. E. Gjerstad, o.c. in O. Rom., 5, 1965, p. 14.

13Méthodologiquement parlant, la chronologie se fixe donc, dans un tel système, au vu de chaque poterie, par l’interférence des paramètres suivants : il convient de déterminer la catégorie de céramique à laquelle elle appartient suivant le degré de travail du matériau (p. ex. « primitive impasto ») ; son genre, dit « form » (p. ex., s’agit-il d’une jarre ou d’un bol ?), la variante typologique, appelée « type », qu’elle représente (bol à anses surélevées p. ex.), elle-même sujette à plusieurs subdivisions, la tendance stylistique, dite « style », qui la caractérise, « expansive », « normal » ou « contracted »23 ; bien que fondée sur un critère technique, la classification du matériau en « primitive », « advanced » et « red impasto » ne serait cependant pas dépourvue de valeur chronologique : c’est ainsi que la catégorie « advanced i. » serait surtout illustrée dans le style « contracted i. »24.

  • 25 O.c., p. 494-500 (p. 498). En 1977, Gierow, suite aux découvertes de Castel di Decima, rehaussa lég (...)

14Comme le montre ce résumé, s’il y a au moins un reproche qu’on ne saurait faire à une telle classification, c’est celui de la simplification abusive ! Sur la base de ces considérations, Gierow proposait donc une chronologie quadripartite de la civilisation latiale allant de 800-775 à 750 pour la période I25, 775-750 à 700-675 pour la seconde, 700-675 à 650-625 pour la troisième, et de 650-625 à 575-550 pour la quatrième. Dans cette optique, on voit donc qu’un fait latin spécifique n’aurait pas commencé ou du moins ne serait pas identifiable avant le début du viiie siècle av. n. è. En tout cas, l’avantage le plus évident de cette méthode est qu’elle permettait, fût-ce en l’absence de tout autre indice, de dater la moindre pièce, même isolée, ce qui en faisait un instrument de travail particulièrement bien adapté aux conditions de l’archéologie albaine.

  • 26 De ce savant, on verra surtout les ouvrages Vom Anfang Roms, et Zur Stadtwerdung Roms, parus en 195 (...)

15Dès sa première publication et application au cas romain par Einar Gjerstad, elle fut néanmoins l’objet d’un jugement très sévère de la part de plusieurs savants, notamment Heinrich Müller-Karpe26, qui en contestèrent aussi bien les conclusions que les principes sur lesquels elle se fondait.

  • 27 Ainsi J. Heurgon (o.c., p. 726) relevait-il, non sans malice, que le même tesson avait été attribué (...)
  • 28 Très nombreux exemples ; citons au hasard, in IAL 1 : en primitive impasto, le genre Bowl, type IV (...)
  • 29 O.c., p. 409 : « Some other types of pottery seem to make their first appearance contemporaneously (...)
  • 30 Cf. par ex. la critique de la catégorie advanced impasto, in Stadtwerdung Roms, p. 65, à propos de (...)
  • 31 H. Müller-Karpe, ib., p. 23.
  • 32 Ce que souligne J. C. Meyer, o.c., p. 32 (col. 1).
  • 33 Cf. Stadtwerdung, p. 22 et s.

16D’un point de vue qu’on peut dire interne, la discussion mit en lumière les points suivants : les critiques eurent évidemment beau jeu de relever la complexité de la classification ainsi proposée27, voire ses incohérences de méthode, lorsqu’elle aboutissait à isoler des variantes représentées par un seul exemplaire28, ou, en sens inverse, à multiplier les contacts et les formes communes entre deux groupes supposés pourtant être différents l’un de l’autre29. J.-P. Morel, pourtant non défavorable au principe d’une chronologie fondée sur la typologie, pouvait ainsi s’interroger sur l’utilité d’ » une classification qui, de « form » en « type » et de « style » en « shape », se ramifie presque à l’infini ». Scissiparité presque sans fin d’une taxinomie à laquelle sa finesse excessive fait assurément perdre une part de sa raison d’être. Dans le détail de l’argumentation, et en acceptant même pour un instant les prémisses de l’école suédoise, H. Müller-Karpe30 pouvait également montrer la fragilité des critères sur lesquels reposait l’attribution de tel tesson à telle catégorie plutôt qu’à telle autre, dénonçant parallèlement l’hétérogénéité trop grande des éléments englobés dans les principales subdivisions du système. Se trouvait critiqué aussi le postulat selon lequel la production strictement locale et non professionnalisée de la céramique d’impasto se serait accompagnée d’une grande uniformité morphologique. Il n’était pas difficile non plus d’ironiser sur le prétendu particularisme culturel de villages qui n’auraient pas été, parfois, séparés l’un de l’autre par des distances supérieures à cent mètres31. Plus fondamentalement, les objections visaient l’assise même de la théorie : comment concilier, par exemple, la notion de groupes, distincts et concomitants, avec l’hypothèse d’une typologie évolutive à valeur chronologique universelle ? Il n’était pas sûr, d’autre part, que l’étude des bronzes n’ait aucune valeur chronologique – il suffit de penser aux fibules – et, surtout, la pérennité des formes fondamentales des poteries fragilisait l’établissement de toute chronologie fondée sur leur évolution. Du reste, il est aisé de constater que les rites funéraires se caractérisent, en Latium, par une codification stricte, qui aboutit à l’utilisation, dans la longue durée, de types et de formes similaires et spécifiques32 : c’est alors la représentativité de ces poteries, qui ont fourni l’écrasante majorité des trouvailles, surtout dans les monts Albains, par rapport à celles qui devaient être réellement utilisées dans la vie quotidienne, qui peut être en question. Pour le dire d’un mot, c’est la conviction même de l’école suédoise, en dernière instance non démontrée, suivant laquelle l’établissement d’une typologie permettait celui de la chronologie, qui se trouvait vigoureusement récusée33.

  • 34 « Sulla cronologia delletà del bronzo finale e delletà del ferro in Italia », in SE, 1960 = Saggi (...)
  • 35 Cf. Stadtwerdung, p. 68, n. 150 ; cf. aussi J. P. Morel, o.c. supra n. 12.
  • 36 « Later part of period IV » (IAL 1, p. 401).
  • 37 Il ne saurait être question de résumer ici un débat scientifique qui a occupé plusieurs décennies d (...)
  • 38 La tombe Bernardini est habituellement datée du second quart du viie s. : cf. F. Lanciani et F. von (...)

17D’un point de vue externe, le système suédois se trouvait soumis à des critiques qui n’étaient pas moins décisives : car eu égard aux deux « pilastres chronologiques », comme les appelait M. Pallottino34, que constituent la fin du système palatial mycénien d’une part et la colonisation grecque en Italie méridionale d’autre part, la chronologie Gjerstad-Gierow35 aboutissait à des apories que l’évolution ultérieure de la recherche n’a fait que mettre davantage en lumière ; commençant trop tard, ce système creusait après la fin de la civilisation égéenne un vide difficile à combler, tandis que, en aval, la phase préhellénique de Cumes se trouvait, par déductions successives, repoussée au début du viie siècle ; encore un peu plus loin, les tombes orientalisantes de Préneste étaient placées au second quart du vie siècle, soit près d’un siècle plus tard que la datation habituelle36. Or, sur ces deux points d’ancrage de tout système chronologique des phases latiales, les hypothèses suédoises ont fait long feu : contrairement à ce qu’on avait pu proposer naguère, les datations traditionnelles (i. e. thucydidéennes) de la colonisation grecque sont sorties plutôt renforcées de leur confrontation avec l’archéologie37 ; quant aux tombes de Préneste, il s’avère que s’il fallait réviser leur datation, ce serait vers le haut et non vers le bas38.

  • 39 Selon la juste remarque de J. C. Meyer, o.c., p. 7 et 9.

18Pour toutes ces raisons, la chronologie Gjerstad-Gierow a donc été abandonnée, de telle sorte que, dès 1976, le système mis au point par l’archéologue H. Müller-Karpe se trouvait pour ainsi dire « canonisé » au travers de son utilisation comme seule référence dans la grande exposition sur la « Civiltà del Lazio Primitivo » et dans toutes celles qui suivirent. De ce système, on peut dire que, sans négliger la céramique, il l’intègre, à côté d’autres éléments, notamment les bronzes, dans une méthode fondée sur l’observation des associations d’objets statistiquement significatives. En ce sens, il est clair que, si la chronologie suédoise pouvait être interprétée comme l’application à l’étude de la culture latiale des méthodes de l’archéologie classique, avec une priorité accordée aux formes céramiques, le triomphe de la chronologie allemande a marqué nettement l’intégration de cette étude dans le domaine de l’archéologie préhistorique39 : c’est de cette dernière que sont venus ici paramètres, méthode et objectifs scientifiques.

  • 40 De ce savant, on verra surtout : « Tradizione subappenninica nella decorazione ceramica della cultu (...)
  • 41 Voir surtout : « Aspetti culturali della Roma primitiva. Il periodo orientalizzante recente », Arch (...)
  • 42 Cf. J. C. Meyer, o.c., p. 11-12. Sur Oscar Montelius (1843-1921), cf. A. Guidi, Storia della Paletn (...)
  • 43 Voir le tableau final (pl. XLIV) in Stadtwerdung. La liste que nous donnons ici caractérise surtout (...)

19Cependant, pour s’être imposé rapidement, le cadre chronologique mis au point par Müller-Karpe sur la base de rapprochements avec la civilisation d’Hallstatt, n’en a pas moins été soumis à des modifications qui, sans en bouleverser l’aspect général, en ont affiné les articulations : en simplifiant, on peut dire que ce travail de mise au point a été l’œuvre de Renato Peroni40 pour les phases les plus anciennes (I et II), et de Giovanni Colonna41 pour les plus récentes : ces correctifs ont consisté surtout à rehausser quelque peu dans le temps les débuts de la civilisation latiale et à introduire des subdivisions à l’intérieur de chaque phase. La classification dans l’âge du Bronze final, et non plus dans l’âge du Fer, de la culture archéologique identifiée sur les monts de la Tolfa et à Allumiere, et à laquelle on donne généralement le nom de protovillanovien, culture avec laquelle le matériel latial le plus ancien présente d’évidentes affinités reconnues depuis au moins Pinza, a vieilli d’autant le début de la première phase, tandis que la prise en compte du matériel votif des fauissae à côté de celui venu des tombes ainsi que l’importance accordée à l’apparition du matériel grec aboutissaient à une vision beaucoup plus détaillée de l’Orientalisant. S’inscrivant dans la lignée de la théorie de Montelius42, le système de Müller-Karpe est attentif, non plus à tel type d’objet particulier, mais bien aux associations récurrentes de matériel, qui se manifestent dans chaque tombe : ces dernières, beaucoup plus que ne le serait une classe déterminée de matériel, constituent donc l’unité de base d’une sériation statistique qui aboutit à une chronologie. C’est ainsi le rassemblement récurrent d’une série d’objets qui signale le mieux l’apparition d’une spécificité latiale : urnes-cabanes, figurines humaines, supports (« calefattoii »), plats à trépied, tasses à anses bi – ou trifores, askoi, écuelles ovales, « candélabres », armes et vaisselle de format miniature43. À cette classification, R. Peroni ajouta, dans une série d’études de grande portée, la prise en compte de la décoration des vases. Dans le cadre ainsi défini, les trois groupes, locaux et contemporains, de Gierow disparaissent pour devenir les trois moments, successifs et universels, d’une évolution linéaire qui se retrouve dans l’ensemble du Latium : ainsi, ce que Gierow appelle le groupe de Boschetto correspond à la plus grande partie de la première période latiale, le groupe albain (Albano) à la fin de I et au début de II (II A), alors que le groupe dit « Campagna » est à placer en II B.

  • 44 Dont l’impraticabilité a été souvent soulignée : cf. J. C. Meyer, o.c., p. 36 ; p. 37 pour la commo (...)

20Au total, il s’agit là d’un système de datation qui, au témoignage même des spécialistes, s’est avéré à l’usage d’une mise en application beaucoup plus aisée in concreto que la trop subtile classification suédoise44 : nul doute que ce facteur n’ait aussi contribué au succès de cette chronologie, qui aboutit à un découpage temporel net et lisible. On remarquera également que les vestiges albains, qui sont très souvent dépareillés, nous l’avons vu, restent souvent inutilisables avec une telle grille de lecture, et cela a pu entraîner une éventuelle sous-évaluation de leur importance relative dans l’ensemble latial. Sans doute cependant, la perdurance de certaines formes céramiques, liée à des facteurs d’ordre rituel, risque-t-elle moins d’échapper à un tel système. Du point de vue externe, il appert que les termes extrêmes constitués par la fin du submycénien d’une part et la colonisation grecque d’autre part sont mieux pris en compte, sans qu’il soit besoin de déplacer la date de cette dernière. Plus ouverte sur l’extérieur, comprenant un nombre beaucoup plus élevé de paramètres, la chronologie haute germano-italienne s’est donc imposée très légitimement, et c’est bien la raison pour laquelle nous l’avons suivie dans notre analyse des vestiges albains.

  • 45 Cf. infra n. 61.
  • 46 Comparer ses « Notes on the Iron Age Chronology of Latium », O. Rom., 3, 1961, p. 103, et Relative (...)
  • 47 « I Colli Albani... », qui débute par cette affirmation : « Ritengo ancora sostanzialmente valida l (...)

21Née, comme celle de l’école suédoise, d’une subdivision de la bipartition fondamentale définie dès le début du xxe s. par Pinza, elle présente elle aussi un cadre quadripartite : ainsi Müller-Karpe proposait-il une évolution en quatre étapes marquée par les dates de 1000, 900, 800, 700 et 600. Cette régularité numérique étant par elle-même probablement un peu suspecte, G. Colonna a proposé, en tenant compte notamment des fouilles menées à Véies dans les années 1960, une périodisation plus fine, qui débute un peu plus avant dans le temps et amplifie la durée des seconde et quatrième périodes en restreignant celle de la troisième ; on obtient alors le schéma suivant : I = 1025-860 ; II A = 860-810 ; II B = 810-760 ; III = 760-720 ; IV A = 720-625 ; IV B = 625-575. On notera qu’à la suite de la « canonisation » accélérée de cette chronologie (d’ailleurs aujourd’hui rehaussée)45 et aux découvertes de Castel di Decima, qui ont révélé, pour les tombes les plus anciennes du site, un abondant matériel protocorinthien, Gierow46 a modifié en 1977 sa chronologie de la quatrième période, qu’il fait alors débuter non plus en 650/625, mais en 720/710, déplaçant légèrement le début de la première phase en 850 ; un peu plus tard, en 1983, il présentait, en fonction des nouveaux acquis sur les monts Albains, une défense et illustration de sa chronologie, qui consistait surtout dans la mise en évidence des incertitudes subsistant dans l’archéologie albaine, même évaluée à l’aune d’une chronologie haute47.

  • 48 Origini 1993, p. 45 et p. 52 et s. Cf. aussi J. C. Meyer, o.c., p. 37 et s.
  • 49 Cf. o.c. in Saggi..., 1, p. 113.
  • 50 Sur ces questions (et d’autres du même ordre), cf. P. Ruby, « Les questions sous la tente : pour un (...)
  • 51 Cf. notre Fondation de Rome, p. 171 et s.

22Quelle que puisse être la validité ponctuelle de telle ou telle de ces objections, il reste qu’incontestablement l’outil forgé par H. Müller-Karpe, et poli par R. Peroni et G. Colonna, a fourni à la protohistoire de l’Italie centrale l’un de ses plus sûrs instruments d’évaluation et d’exploration. Cependant, son utilité et sa pertinence globales sont si grandes qu’elles ont pu faire oublier, parfois, qu’il ne s’agit que d’un cadre conceptuel, artificiel et forcément secondaire par rapport au réel qu’il a pour fonction de décrire. C’est pourquoi il n’est pas inutile de garder en mémoire les mises en garde que n’a cessé de formuler à son encontre Massimo Pallottino48. Car ce qui fait la « supériorité » du système de Müller-Karpe, à savoir qu’il a été élaboré sur la base d’une analyse étendue à une aire géographique véritablement européenne, qui va de la Sicile à la Bavière, en passant par les Alpes et le Tyrol, peut être aussi une cause d’incertitude : Pallottino mit ainsi en lumière la fragilité de certains synchronismes49. Le choix des paramètres et la transformation des sériations en chronologies restent finalement délicats. La linéarité et la progressivité de l’évolution ainsi définie, si elles sont satisfaisantes rationnellement, n’en sont pas moins périlleuses, car probablement en bonne partie illusoires. On peut estimer aussi que d’autres problèmes échappent à une telle classification chronologique, car situés, pour ainsi dire, dans l’angle mort de la théorie : ainsi en vat-il des éventuels changements d’usage d’un même type d’objet ou, inversement, des similitudes d’emploi de deux objets différents50. Plus généralement, le problème des phases intermédiaires entre deux moments chronologiques définis différentiellement reste, comme l’avait souligné Pallottino, crucial. Le découpage temporel permis par une classification de ce genre, pour indispensable qu’il soit, n’en a pas moins l’inconvénient d’effacer la continuité qui est le propre du devenir historique concret. Entre les successives séquences temporelles qui apparaissent grâce à cette classification, il faut donc maintenir un minimum de fluidité et pour ainsi dire de perméabilité51.

  • 52 Dont l’occasion a été fournie, la plupart du temps, par le développement urbain de l’agglomération (...)
  • 53 Sur lequel on verra : A. M. Bietti Sestieri et alii, La necropoli laziale di Osteria dellOsa, 1992 (...)
  • 54 Cf. J. C. Meyer, o.c., p. 31 et s., qui rappelle toutefois que la stratigraphie horizontale peut de (...)
  • 55 C’est la raison pour laquelle nous avons placé ici ces considérations sur la chronologie après et n (...)

23Aujourd’hui, sous la pression concomitante des nouvelles fouilles, très nombreuses52, et de la progression des recherches concernant les cultures avec lesquelles le Latium protohistorique et archaïque fut en contact, la chronologie germano-italienne, après deux décennies de règne sans partage, est l’objet d’un travail de vérification et de renouvellement qui ne fait sans doute que commencer. Plus qu’ailleurs, c’est dans l’étude du site de l’Osteria dell’Osa53 que s’illustrent les nouvelles tendances de la recherche. À cet égard, on peut dire qu’on a affaire à un véritable renversement copernicien. Nous venons de voir, en effet, que d’ordinaire, la chronologie d’un site latial est définie d’abord dans sa dimension diachronique, au vu des évolutions formelles décelées dans chaque classe de matériel retrouvé et sur la base des groupements d’objets constitués par chaque tombe. Or ici, l’unité prise en compte n’est plus, comme elle l’était avec l’école suédoise, le simple objet considéré en fonction de sa typologie, ni même, comme c’était le cas avec la méthode de Müller-Karpe, l’ensemble formé par tous les objets d’une tombe, c’est le site tout entier, où il importe en premier lieu de déterminer les groupes et sous-groupes que forme la disposition des tombes sur le terrain, ce qu’on appelle la « stratigraphie horizontale »54, qui n’était certes pas absente des recherches de Müller-Karpe, mais qui prend ici une importance décisive. Ainsi, alors qu’auparavant, la définition des successifs plans synchroniques naissait d’un découpage diachronique préalable accompli par l’analyse des variantes typologiques du mobilier archéologique, la reconnaissance des différentes phases synchroniques opérée au vu de la topographie du site est désormais la condition nécessaire et première pour la définition des évolutions diachroniques. Sans rejeter les conquêtes de leurs prédécesseurs, Anna Maria Bietti Sestieri et ses collaborateurs plaident donc pour une multiplication des paramètres à prendre en compte dans l’établissement de la chronologie : il ne s’agit plus du point de départ, mais bien du point d’arrivée de toute recherche55.

  • 56 Necropoli Osa, p. 491.
  • 57 Cf. Community Osa, p. 3.
  • 58 Pinza fondait ses considérations sur sa conviction de persistances néolithiques dans la civilisatio (...)

24Les résultats de cette nouvelle optique sont notables, bien que dans l’ensemble, et au moins pour l’instant, ils ne paraissent pas contrevenir au cadre global défini par Müller-Karpe en chronologie relative. Les données nouvelles concernent surtout la seconde période, ce qui du reste n’est pas étonnant puisque c’est la mieux représentée à l’Osteria dell’Osa. Sans conteste, les caractéristiques du site fouillé (qui permettent le recours à la stratigraphie et ôtent tout doute quant à la composition des mobiliers funéraires) et les méthodes, ici particulièrement rigoureuses, avec lesquelles a été conduite son exploration, n’ont pas été sans influence sur les résultats : à cet égard, il est clair que, pour des raisons évidentes que nous avons maintes fois décrites, ces méthodes ne pourraient être mises en œuvre dans l’étude du matériel, si souvent dépareillé, des monts Albains, ni même, peut-être, pour celui, limité en nombre, du site romain ; des monts Albains à l’Osteria dell’Osa en passant par Rome, on peut ainsi soupçonner que le processus même de constitution du corpus archéologique conditionne et modèle à chaque fois en grande partie la méthode utilisée pour l’analyser, méthode qu’on peut définir comme la meilleure façon d’utiliser tous les paramètres fournis par le matériel observé et, éventuellement, la fouille qui l’a mis au jour. Si pour Gierow, les objets albains révélaient in se per se la chronologie qu’on pouvait leur assigner, si pour Müller-Karpe, cette dernière dépendait de la détermination de récurrentes as-sociations-types d’objets, la nouveauté essentielle à l’Osteria dell’Osa est qu’apparaissent désormais, à l’intérieur de chaque séquence temporelle définie suivant les procédures que nous venons de résumer, des différences typologiques qu’il n’est plus possible d’interpréter en termes chronologiques. Sans conteste, ce phénomène, auquel A. M. Bietti Sestieri donne le nom de « variabilité synchronique »56, est l’un des grands acquis de sa fouille. En ce sens, ces travaux marquent l’introduction, ou la réintroduction – pensons à Pinza –, dans le champ des études latiales, des facteurs anthropologiques57 et sociohistoriques, ou, pour le dire autrement, la fin de la priorité chronologique qui caractérisait l’école de Müller-Karpe. Rentrent ainsi dans l’arène de la recherche, au moins à titre d’hypothèse, le social, le rituel, le culturel, voire l’ethnique, qui en avaient été jusqu’ici évacués, ce qui ne va évidemment pas sans conséquence pour toute l’étude des primordia. On peut aussi se demander si, à plus ou moins long terme, cette méthode d’analyse ne conduira pas les archéologues à réhabiliter au moins en partie l’idée – chère à Pinza et à Pallottino58, et que l’école suédoise avait d’une certaine manière transformée en axiome en distinguant trois groupes topographiques dans le matériel latial – d’une chronologie différentielle selon les sites, ou pour le dire autrement, d’une variabilité synchronique à échelle régionale : après tout, certains lieux peuvent se trouver, en fonction de leur éloignement des centres d’innovation, en retard sur l’évolution générale. Ce type d’hypothèse, avec laquelle la définition d’une chronologie uniforme et universelle ne fait évidemment pas bon ménage, pourrait être utile, pour une région de reliefs relativement close sur elle-même comme l’est le massif albain.

  • 59 On comparera la chronologie des tombes du Forum proposée par A. M. Bietti Sestieri in DdA, 1987, p. (...)
  • 60 Origini 1993, p. 53. Cf. l’exemple bien connu de Véies où la classification Toms (AION, Arch. St. A (...)
  • 61 M. Betelli, o.c., p. 51 et s., faisant état des travaux de Sperber et de Kuniholm (avec bibl.). Des (...)
  • 62 In Latomus, o.c., p. 727.

25Dès maintenant, on peut constater, en tout cas, que l’étude d’un même site peut donner lieu, en fonction du choix préalable de paramètres et de matrices informatiques différents, à des chronologies relatives assez notablement divergentes, fût-ce à l’intérieur d’un schéma chronologique, celui de l’école germano-italienne, qui reste commun59. Ainsi le technicisme, le pointillisme même des procédures de fixation des chronologies – la phase II se trouve subdivisée aujourd’hui en quatre sous-phases – n’évite pas, tant s’en faut, le danger naguère pressenti par Pallottino60 : c’est non seulement chaque culture, mais chaque site, et bientôt chaque tombe qui aura sa chronologie spécifique ! On comprend dans ces conditions que l’existence du cadre global qu’offre la chronologie germano-italienne est, dans la mesure où il se trouve plutôt conforté par les recherches récentes, un atout précieux. La validation du système s’opère d’ailleurs aujourd’hui moins du côté des sériations typologiques, dont la pertinence est quelque peu mise en question par les observations d’A. M. Bietti Sestieri, que du côté de l’analyse des données fournies par les sciences de l’environnement. Les datations obtenues par dendrochronologie aussi bien en Égée qu’en Suisse (civilisation de Hallstatt), la nouvelle datation de l’éruption de Théra, et maintenant des analyses locales conduisent à fixer au xie61, et non plus au xe siècle avant notre ère, le début d’une culture latiale spécifique, qu’il y a peu encore on plaçait au ixe siècle. De quelque point de vue qu’on se place, la tendance de fond qui consiste, tout en conservant la chronologie Müller-Karpe-Peroni-Colonna, à en reporter les débuts en amont, est nette : la phase I est donc placée au xie s. ; la II aux xe s. (II A) et ixe s. (II B) ; la III à la fin du ixe s. et au viiie s. ; la IV, de la fin du viiie s. (IV A) aux débuts du vie s. (IV B). Peut-on alors passer du latial au latin ? En d’autres termes, les habitants de ce Latium protohistorique et en particulier ceux des Colli Albani peuvent-ils déjà être considérés comme ces Anciens Latins dont la tradition a conservé le souvenir ? Qu’en est-il également de la « question capitale » (J. Heurgon)62 du rapport chronologique, à l’intérieur de la séquence latiale, entre les différents sites, albains, romain et lavinate ?

À PROPOS DES URNES-CABANES

  • 63 Cf. G. Bartoloni et alii, Le urne a capanna... On ajoutera l’exemplaire trouvé à Guidonia, près de (...)
  • 64 Anfang Roms, p. 47.
  • 65 O.c., p. 290 (où il est fait état du matériel d’Allumiere).
  • 66 Le urne a capanna...
  • 67 Cf. A. M. Bietti Sestieri, « I dati... », in DdA, 4, 1986, p. 254.
  • 68 Voir Le urne a capanna..., n° 94 à 115.
  • 69 Nous ne mentionnerons que pour mémoire les théories, longtemps fameuses, de Pigorini, qui inspiraie (...)
  • 70 Evoquons à ce propos l’hypothèse mycénienne, chère à Pinza et à Müller-Karpe : cf. infra p. 437 et (...)
  • 71 Cf. G. Bartoloni, in Le urne a capanna..., p. 5-17 et ead., « Ancora sulle urne a capanna... », o.c
  • 72 Cf. Le urne a capanna..., p. 182 et 198. Mentionnons également les quatre urnes, n° 191 à 194, de p (...)
  • 73 O.c., respectivement p. 155, 58, 179, 149 et 167.

26Pour répondre à ces questions, il nous faut nous tourner vers les rites funéraires qui sont à l’origine de la très grande majorité des vestiges archéologiques albains, et plus particulièrement vers le type d’objet qui en est la trace la plus caractéristique : l’urne-cabane, dont les monts Albains offrent une grande variété d’exemples. Il convient d’abord d’en apprécier l’importance relative par rapport à l’ensemble du corpus fourni par les sites de l’Italie centrale et méridionale63 : sur les deux centaines d’urnes connues aujourd’hui, Rome et le Latium en ont révélé une soixantaine, soit un peu moins du tiers. Or, dans ce dernier ensemble, la part albaine est notable puisqu’elle atteint le nombre de trente-trois, voire de cinquante si on y ajoute, comme il est nécessaire, les seize urnes trouvées sur les bords du lac de Gabies ainsi que celle provenant maintenant de Guidonia. Ces chiffres, qui n’ont bien sûr qu’une valeur indicative, sont à comparer avec les vingt-deux exemplaires des monts de la Tolfa, les cinquante et un de Vetulonia, les treize de Bisenzo, les dix de Vulci, les huit de Tarquinia, les six de Véies, les deux de Cerveteri. Si H. Müller-Karpe64, en 1959, et G. Colonna65, en 1974, pouvaient conclure à une antécédence albaine, la situation est apparue plus complexe après la publication scientifique, par G. Bartoloni et ses collaborateurs, d’un corpus exhaustif66 ; ce d’autant plus que l’étude de la nécropole de l’Osteria dell’Osa et de ses urnes-cabanes conduit à abaisser au ixe siècle la datation de tombes et de nécropoles, notamment celle du Forum, jusqu’ici couramment attribuées au xe67. D’autre part, aux confins du massif des monts della Tolfa, les vestiges des vingt urnes-cabanes du Monte Tosto68, toutes inédites jusqu’en 1987, ne permettent plus de voir, comme on le faisait souvent jusque-là, dans ce type d’objet, une spécificité latiale. Du reste, la question de l’origine de l’urne-cabane, qui a tant occupé les archéologues jadis, a perdu beaucoup de sa valeur heuristique : l’élargissement, tant chronologique que géographique, qu’a révélé le développement des recherches, invalide bien des hypothèses formulées depuis un siècle sur la transmission supposée des modèles et sur le sens où les influences étaient censées s’être exercées, du nord au sud69, ou le contraire70. In globo, l’urne-cabane peut être considérée comme un usage funéraire universel, surgi dans des temps et des lieux différents, et s’accompagnant en réalité d’une très grande variété de significations et de rites suivant les contextes locaux71. Il nous paraît donc plus utile de nous en tenir au cadre romain et latial car dans cette optique un chiffre nous semble révélateur : sur la quinzaine de tombes connues en 1987 pour la première période latiale, treize sont à urne-cabane, et de ces treize, dix proviennent des monts Albains72. La prédominance de ce rite, à cette époque et dans la région, est donc écrasante, et sans doute d’autant plus significative que les Colli n’ont pas été explorés avec la même rigueur scientifique que ne l’ont été Pratica di Mare et Rome, d’où proviennent les deux autres exemplaires. Sans se prononcer donc sur le difficile, et sans doute périmé, problème de l’origine ultime de l’objet, on peut donc penser, sous réserve bien sûr de découvertes ultérieures, qu’au moins par rapport au site romain, l’origine albaine du recours à l’urne-cabane peut être considérée comme une solution plausible, dans la mesure même où une transition directe d’Allumiere à Rome serait moins vraisemblable. La relation chronologique avec les sites de l’Étrurie méridionale où ont été trouvées des urnes-cabanes n’est peut-être pas non plus sans signification, s’il est vrai que la chronologie qu’on peut attribuer à ces dernières est postérieure à celle des plus anciens spécimens albains, qu’il s’agisse de Bisenzo, Tarquinia, Véies, ou de Vetulonia et Vulci, datables au plus du ixe siècle73. Peut-on pour autant considérer ces urnes-cabanes albaines comme la marque d’une latinité dont, par ailleurs, le culte du Iuppiter Latiaris révèle assez l’importance et l’ancienneté dans le massif ?

  • 74 O.c., p. 66 et s. pour les n° 93 à 115.
  • 75 Sur G. Kosinna (1858-1931), cf. A. Guidi, Storia della Paletnologia, p. 48-49.
  • 76 « Le origini storiche... », o.c. = Saggi..., 1, respectivement p. 10 et p. 15 pour les deux citatio (...)
  • 77 Les choses sont peut-être en train de changer ; voir, bien que ne portant que sur la péninsule brit (...)
  • 78 Citons, entre autres, G. Colonna, 1974, p. 286-287 (où l’urne-cabane est considérée comme un élémen (...)

27Non, assurément, à ne juger que par les urnes-cabanes maintenant identifiées dans les prospections faites près des monts de la Tolfa74. N’est-il pas acquis du reste depuis longtemps que la vieille loi de Kosinna75, qui voulait qu’à chaque culture archéologique correspondît un peuple (Stamm), n’a plus lieu d’être depuis que Gordon-Schilde a soutenu que « culture et race ne coïncident pas » ? Ainsi en est-on arrivé à ce qu’on pourrait appeler la loi de Rellini, justement mise en lumière par Pallottino76 : « L’ethnos est un phénomène de lente et tardive élaboration ». On sait d’ailleurs tout ce que l’auteur d’Etruscologia a tiré de conséquences heureuses de ce renversement de point de vue, débarrassant la recherche sur la civilisation étrusque d’un faux problème qui l’avait trop longtemps occupée et pour ainsi dire étouffée. Pour ces raisons et pour d’autres, la science contemporaine s’est longtemps contentée de laisser hors champ la question de l’ethnos77, considérée comme résolue parce que non existante. Dans cette perspective, de même qu’il n’est plus possible d’identifier archéologiquement un quelconque ethnos sabin, dans le matériel romain, il ne serait pas davantage licite d’interpréter telle ou telle caractéristique archéologique comme révélatrice d’une identité ethnique, ou, disons plutôt – car le terme nous paraît, par référence au nomen latinum et au Latiar, plus approprié – nationale. Cependant, s’il est vrai que l’urne-cabane à elle seule n’est pas spécifique des monts Albains, il est non moins établi que le recours à la miniaturisation du mobilier funéraire qui l’accompagne presque toujours n’apparaît nulle part plus rigoureux – s’appliquant non seulement aux bronzes mais aux vases, fabriqués pour l’occasion – qu’en Latium et, plus précisément, que dans les monts Albains : il s’agit là d’une particularité soulignée par tous les archéologues78. L’urnecabane seule n’est pas propre au Latium, mais la combinaison de ce type de cinéraire et d’une stricte miniaturisation paraît bien spécifique à la région, et ne se retrouve nulle part ailleurs à ce point. Tout se passe donc comme si l’on disposait, avec cette association d’un objet et d’un rite, surgie du fonds commun villanovien, mais distincte, d’un marqueur culturel auquel il est difficile de ne pas donner, si peu que ce soit, valeur « ethnique » : en tout cas, son apparition et sa limitation géographique doivent être expliquées.

  • 79 On sait maintenant que la prétendue urne-cabane trouvée à l’Esquilin en 1883 et longtemps considéré (...)
  • 80 Sur cet aspect, cf. Le urne a capanna..., p. 13.
  • 81 Traditionnellement, on a longtemps situé l’apparition de la différenciation ethnique entre le ixe e (...)
  • 82 Le xe s. est le terminus post quem le plus couramment choisi : cf. par ex. Colonna, 1988, p. 428. R (...)

28Cependant, l’usage de l’urne-cabane, qui commence donc plus intensément, sinon plus tôt, dans les monts Albains qu’ailleurs en Latium et qui durera plus longtemps, n’y sera néanmoins plus en vigueur après le ixe siècle79. On aboutit donc à ce paradoxe que le signe archéologique le plus distinctif d’une éventuelle identité communautaire80 dans les monts Albains disparaît au moment où cette dernière est censée seulement apparaître81. Ainsi ne pourrait-on commencer à parler de latinité qu’à partir d’une période où la culture archéologique albaine donne des signes très nets d’essoufflement, quelle que soit l’interprétation qu’on doive donner à ce phénomène. Par voie de conséquence, on arrive alors à une situation où les monts Albains sont absents du débat concernant la formation d’un nomen, dont ils accueillent pourtant la manifestation collective la plus importante (le Latiar), la question de l’émergence d’une identité latine se trouvant déplacée, soit du côté du Tibre, avec l’ager Latiniensis, soit vers Lavinium, ce qu’illustre le débat scientifique sur l’origine du mot Latium. Cette mise à l’écart des faits albains est par elle-même trop absurde pour que nous n’en venions pas, au moins à titre d’hypothèse, à interpréter comme un signe identitaire l’association codifiée, dans les sépultures latiales, de la miniaturisation du mobilier et de l’urne-cabane, dans la mesure où elle ne se rencontre pas ailleurs à ce degré. C’est pourquoi nous serions enclin à situer les premières manifestations visibles des Anciens Latins au xe, et même au milieu du xie siècle, chronologie qui semble d’ailleurs commencer à s’imposer82.

29On peut alors légitimement s’interroger sur l’éventuelle « albanité » de rites funéraires diffusés ensuite dans tout le Latium, et notamment à Rome. Pour ce faire, il nous faut dépasser le stade de la simple description des objets pour nous aventurer vers l’interprétation des rites et des croyances qui leur étaient liés. La seconde voie est évidemment plus périlleuse et plus sujette à discussion que la première, quoiqu’elle ne soit pas moins nécessaire, et ce n’est sans doute pas un hasard si elle a été nettement moins explorée. Ce matériel archéologique est aujourd’hui bien inventorié et classifié, mais il faut espérer que le débat scientifique sur la lecture de la symbolique qu’il met en œuvre n’en soit qu’à ses débuts : qu’il nous soit permis au moins d’esquisser ici quelques thèmes qui nous semblent de particulière importance. En la matière, on ne saurait en effet échapper au symbole, fût-ce au prétexte d’une scientificité refusant toute herméneutique au profit des seuls faits. L’urne-cabane, en effet, est un objet en même temps extrêmement symbolique et extrêmement réaliste, réaliste dans la mesure même où il est symbolique, symbolique dans la mesure même où il est réaliste, et c’est de cette ambivalence, assurément, que provient une grande part de la fascination qu’il a toujours exercée depuis le temps des premières découvertes. Dans la mort, il mime la vie ; le mort dont il contient les cendres, il semble l’éterniser parfois par une statuette (mais il y a d’autres interprétations possibles). Voilà un objet lointain (dans le temps) et proche (on comprend tout de suite qu’il s’agit de l’imitation d’une cabane), inanimé mais parlant : sa symbolique est signifiante, semble-t-il, à première vue, même si cette proximité et cette lisibilité apparentes sont, bien sûr, une illusion. Il est clair, de toute façon, qu’il se présente comme un objet-signe : en ce sens, il apparaît comme l’élément d’un langage qui reste à déchiffrer.

  • 83 Voir ainsi, dans le vol. Le urne a capanna..., le chapitre significativement intitulé « Analisi deg (...)
  • 84 C’était notamment le point de vue de Pinza, in Bull. com., 26, 1898, p. 98 et s., et Mon. prim., c. (...)
  • 85 Cf. par ex. le catalogue de l’exp., Thomas Ashby. Un archeologo fotografa la Campagna Romana tra 8 (...)
  • 86 Cf. Vitr., 2, 1, 3 et 6 ; Ov., Fast., 6, 262 ; D.H., 1, 79. Cf. aussi A. Balland, « La casa Romuli (...)
  • 87 Cf. Le urne a capanna..., p. 135 et s. et n° 2 pour une abondante bibl. sur les habitats protohisto (...)
  • 88 Cf. Le urne a capanna..., n° 153 (Fosso del Truglio) ; dans sa synthèse de 1974, G. Colonna date ce (...)
  • 89 « Urbanistica e architettura », in Rasenna. Storia e civiltà degli Etruschi, G. Pugliese-Carratelli (...)
  • 90 O.c., n° 129 et 135 (tombes 128 et 162).
  • 91 Cf. supra p. 282. Autre ex. à Battiferro : cf. Doc. Alb., 3, 1975, p. 51-74 ; un autre, à Albano (S (...)

30On s’est jusqu’à présent surtout limité à la question du réalisme, d’une part en cherchant à déterminer la conformité éventuelle de ces modèles réduits avec les rares exemples identifiables d’architecture protohistorique réelle83, et d’autre part en étudiant la persistance à l’époque moderne84 de ce type de construction, dont l’étude sur le terrain pouvait permettre, par une espèce d’ethnoarchéologie, de comprendre les caractéristiques des habitats de la civilisation latiale. Cette dernière direction de recherche fut souvent explorée, tant qu’on pouvait voir85 encore en Latium des bergers construire, de boue, de bois et de chaume, des cabanes d’allure très semblable à celles dont les urnes latiales reproduisent l’image. Les Anciens eux-mêmes étaient sensibles à de telles continuités86, qui avaient, à Rome même, avec les cabanes dites de Romulus, une base cultuelle et historico-mythique précise. Au total, il apparaît que les urnes-cabanes latiales se différencient des exemplaires trouvés en Étrurie, qui adoptent en général un plan carré, par leur forme circulaire, sans qu’on soit sûr que cette différenciation formelle se soit traduite sur le terrain87. De forme ovale sont toutes les urnes trouvées à Rome et dans les Colli, où seul un exemplaire, provenant de Marino, est de plan rectangulaire88. Incontestablement, sa chronologie, puisqu’il s’agit d’une sépulture de la première phase, fait problème par rapport à l’hypothèse de l’antériorité de la forme circulaire, tant des cabanes réelles que des urnes les imitant, telle que la défend G. Colonna89 ; deux autres exemplaires, provenant de l’Osteria dell’Osa, pourraient en revanche convenir à cette proposition, puisqu’ils datent de la seconde phase90. En tout cas, un des seuls exemples d’architecture réelle observables pour l’instant dans l’aire albaine, apporté par une fouille récente de l’équipe du musée d’Albano au lieu-dit Pescaccio, en surplomb du lac, concerne une cabane dont le plan est de forme carrée, même s’il est vrai que sa date relativement tardive (viii-viie siècles) peut laisser place à un schéma évolutionniste91. Il reste que l’écrasante prépondérance, en aire latiale, de la forme circulaire pour les cinéraires est un fait qu’on ne peut pas négliger.

  • 92 En bonne méthode, il faut distinguer l’incinération de la crémation (où subsistent les os calcinés) (...)
  • 93 Voir, respectivement, l’Essai sur les origines de Rome, 1917, p. 89, et Ital. Gräberkunde, o.c., p. (...)
  • 94 Cf. « I dati... », o.c.
  • 95 Puisqu’il n’y a que 35 incinérations pour 600 tombes.
  • 96 Cf. Necropoli Osa, p. 491. C’était déjà l’interprétation que G. Buchner donnait de la présence de p (...)
  • 97 En ce sens, cf. G. Colonna, 1988, p. 445 ; sur l’incinération comme rite sacrificiel et votif, marq (...)
  • 98 Colonna, 1974, p. 291, qui souligne la complémentarité de la miniaturisation avec l’urne-cabane.
  • 99 Storia della civiltà latina dalle origini al sec. v a.C., p. 148.
  • 100 Necropoli Osa, p. 492.
  • 101 Ib., p. 493. Elle est aussi un compromis entre leur absence (Étrurie) et leur présence (Campanie).
  • 102 Voir par ex. J. Bayet, Religion romaine, Paris 19692, p. 73 et s.
  • 103 Cf. A. M. Bietti Sestieri elle-même, dans Ricerca su una comunità..., p. 105.

31Mais venons-en à la dimension symbolique de ces modèles réduits, qu’on ne saurait assurément passer sous silence, même si l’importance des problèmes soulevés nous impose de nous limiter ici à une simple ébauche. De l’incinération92, et de ses rapports avec l’inhumation, on a, depuis deux siècles, tout dit ou presque ; or, de ce presque tout, il ne reste, on le sait, presque rien : c’est le cas notamment de l’idée de la dualité ethnique défendue par A. Piganiol et F. von Duhn93. Depuis les travaux de Müller-Karpe, l’incinération s’est vue dotée, nous l’avons vu, d’une valeur chronologique. Le fait nouveau est qu’à la suite des fouilles d’A. M. Bietti Sestieri à l’Osteria dell’Osa, qui montrent la concomitance des deux rituels sur le même site et au même moment, cette interprétation strictement chronologique doit sans doute être nuancée, comme le montre également l’exemple de la nécropole du temple d’Antonin et de Faustine analysé dans le même sens par cette archéologue94. Le recours, dans une communauté latiale, à un rite plutôt qu’à un autre semble donc devoir s’expliquer parfois plus en termes de croyances et de rapports sociaux qu’en termes purement chronologiques. Dans cette perspective, il convient de mentionner ce qui est, à notre avis, l’un des grands acquis de l’exploration de la nécropole de l’Osteria dell’Osa, où l’inhumation est très largement prédominante95 : à l’examen, il s’avérerait en effet que plusieurs des squelettes retrouvés dans les fosses avaient été exposés et disloqués intentionnellement avant même leur ensevelissement définitif, qui apparaît ainsi comme une « déposition secondaire » ; à plusieurs reprises, une grosse pierre se trouvait déposée près de la tête ou sur les pieds du mort96. Sur la base d’exemples empruntés à l’ethnologie, A. M. B. S. propose de reconnaître dans ces particularités, qui ne se rencontrent que dans des tombes d’adultes, des précautions prises par la communauté des vivants pour parer au danger représenté par les morts dans la « période liminale » qui suit immédiatement leur décès, pendant laquelle ils ne font plus partie des vivants sans encore appartenir vraiment au monde des morts. On notera que cette interprétation pourrait expliquer la présence, aussi bien dans la nécropole de la Villa Cavalletti que dans celle de la Riserva del Truglio, de grosses pierres visiblement déposées intentionnellement. Mais ces considérations nouvelles sur l’inhumation éclairent également d’une autre lumière le rite de l’incinération dont témoignent les urnes-cabanes albaines. Depuis 1817, on a toujours dit et répété que cette incinération valait rite d’immortalité ou, du moins, d’héroïsation97 : la reproduction en format miniature de vases et d’armes était, dans cette perspective, censée fournir au défunt les moyens de poursuivre son existence dans l’au-delà98. Pinza, il est vrai, avait un jour remarqué la contradiction que pouvait représenter l’existence d’un mobilier funéraire, même miniaturisé, avec les conceptions « spirituelles » dont semblait faire preuve l’incinération, mais cette observation, venue dans un ouvrage99 peu, ou trop, inspiré, n’attira pas l’attention et n’empêcha pas le règne sans partage d’une interprétation devenue vulgate. Or, par rapport à cette dernière, A. M. B. S. engage la lecture du rite sur une voie totalement nouvelle : parallèlement à son hypothèse sur la déposition secondaire dans l’inhumation, elle propose100 en effet de voir dans l’incinération, en usage au même moment et dans les mêmes lieux, un autre moyen employé par les Latins pour réduire, dans tous les sens du terme, la nocivité potentielle du nouveau mort. La miniaturisation du mobilier funéraire apparaît alors destinée de même, selon une logique rigoureuse, à parer au danger que représenterait la présence dans les sépultures d’objets réels, notamment d’armes101. Voilà pourquoi ces dernières ne figurent jamais qu’en modèle réduit dans les tombes latiales des premières phases, y compris lorsqu’elles sont à inhumation, ou bien en sont significativement absentes. Sans conteste, cette explication, qui complète plus qu’elle ne contredit l’interprétation traditionnelle, est cohérente, et d’autant plus suggestive, à notre avis, que la crainte des morts est très bien attestée dans l’ancienne religion romaine102 qui, sur ce point comme sur d’autres, paraît bien puiser sa substance dans le vieux fonds latin. Cette lecture a aussi indubitablement l’intérêt de rétablir l’unité entre deux rituels que l’on considérait jusqu’ici comme foncièrement hétérogènes et irréductibles l’un à l’autre103. Il ne s’agirait plus que de deux façons différentes de répondre au même objectif, atteint dans un cas par la crémation, dans l’autre par la dislocation et l’immobilisation, avec des pierres, d’un corps mort qui peut être dangereux, la miniaturisation du mobilier funéraire venant compléter le dispositif.

  • 104 Voir fig. 16. Il s’agit, dans le catalogue Le urne a capanna..., des numéros suivants : 1 à 5, 13-1 (...)
  • 105 Cf. les n° 144 et 164.
  • 106 En ce sens pourtant, cf. Le urne a capanna..., p. 169, à propos des urnes de Vulci.
  • 107 Cf. n° 21, 67 et 188.
  • 108 La suspension, à fonction funéraire et apotropaïque, de figurines aux portes et murs des demeures, (...)
  • 109 Les Romains appréhendent la mort sur le mode du contraire : cf. J. Scheid, « Contraria facere : ren (...)
  • 110 Varr., de u. p. R., 1 = Non., 197L. Sur la fête, cf. le livre classique de F. Bömer, Ahnenkult und (...)

32Or, à cette interprétation telle que nous venons de la résumer, nous pensons pouvoir apporter le renfort d’un indice qui, étrangement, depuis que l’érudition s’intéresse aux urnes-cabanes albaines, est resté dans l’ombre. Il est singulier, en effet, que l’on n’ait jamais, à notre connaissance, cherché à expliquer une particularité qui se rencontre dans un certain nombre d’urnes-cabanes104 : dans celles-ci, en effet, une rangée de trous court tout au long de la corniche de leur toit ; parfois105 ces trous sont simplement figurés en motifs incisés, ce qui révèle d’autant plus l’importance qui était attachée à un détail qui, à l’évidence, ne saurait être réduit à un rôle purement ornemental106. Il doit y avoir un sens, mais lequel ? Quelques urnes-cabanes107 fournissent un élément de réponse précieux dans la mesure où cette rangée circulaire de trous assure, dans ces exemplaires, la suspension de pendentifs qui se trouvent ainsi encercler, depuis le toit, la cabane. Il s’agit ici du dispositif complet, simplifié dans le cas, qui est le plus fréquent, où les pendentifs sont absents. Vu la logique générale à laquelle obéit ce type de cinéraire, on peut raisonnablement déceler l’imitation d’un dispositif dont étaient réellement pourvues les cabanes latiales et albaines : leur toit alors n’était évidemment pas percé, mais des objets y étaient, d’une manière ou d’une autre, attachés par un lien. Dans ces conditions, nous nous demandons s’il ne faudrait pas rapprocher ces pendentifs de ce que certains textes, d’origine antiquaire et sacrale, nomment oscilla108, et voir dans le cercle qu’ils dessinent autour de la demeure une espèce de protection apotropaïque : si, maintenant, on se demande contre quoi devait être protégée la cabane familiale, on accordera aisément que la réponse la plus probable désignera les morts – qu’on les appelle Manes, Lemures, diui parentum ou laruae –, dont l’ancienne religion romaine n’affirme peut-être le caractère bienveillant que par antiphrase109 et dont elle redoute, en tout état de cause, le retour, comme le prouve, précisément, le rituel des Lemuria qui voyait, chaque année au mois de mai, le paterfamilias demander trois jours de suite aux Lemures de sortir de la maison, extra ianuam eicere110. Dans une telle symbolique, qu’est-ce que la mort, sinon le franchissement d’un seuil qui est d’abord celui de la demeure des vivants (cf. Serv., ad Aen., 12, 395 et Ov., Pont., 2, 2, 45) ? Si le mort est exposé devant la maison, cela signifie évidemment que sa place est désormais à l’extérieur du seuil. Dans le même sens, on pourrait rappeler pour mémoire, car elle ne saurait être adoptée telle quelle, l’hypothèse de Fustel de Coulanges (Cité ant., livre 2, chap. 6), selon laquelle le pomerium urbain et romuléen aurait eu un précédent dans l’architecture privée avec un pomerium ceignant chaque cabane, les traces d’une telle conception subsistant, sous une forme laïcisée, dans les prescriptions concernant l’ambitus (Fest., 5 et 15L, ainsi que Varr., LL, 5, 22 et Serv., ad Aen., 2, 469) dont devait être entourée chaque demeure. Si notre interprétation était exacte, elle aurait l’intérêt de montrer, sur un point précis, l’enracinement de la religion romaine archaïque dans le contexte latial et même, peut-on préciser, albain, puisqu’en Latium ce n’est que dans les Colli Albani que ce modèle d’urne est présent, le site romain comme celui de l’Osteria dell’Osa n’en fournissant aucun exemplaire.

  • 111 À une exception, celle de la tombe 142 de l’Osteria dell’Osa, qui n’en est d’ailleurs pas une, puis (...)
  • 112 Rom und Troia, 1951, p. 65 et s. ; voir aussi la recension de P. Boyancé, REA, 54, 1952, p. 109 et (...)
  • 113 Les Origines et le développement du culte des Pénates à Rome, Rome, 1989, p. 113-117, où d’autres a (...)
  • 114 Cf. IAL 1, p. 76-79, et Colonna, 1974, p. 290-291.
  • 115 « The Etruscan Ancestral Cult. Its Origin and Development and the Importance of Anthropomorphizatio (...)
  • 116 Community Osa, p. 150 ; Damgaard Andersen, o.c., p. 14.
  • 117 IAL 2, p. 327, fig. 195, n. 2 et p. 349, fig. 208, n. 5 ; Damgaard Andersen, o.c., n. 1 et 4. Évide (...)

33Une autre particularité mérite d’être signalée dans la mesure où elle aussi ne se rencontre que dans l’aire albaine : il s’agit des fameuses figurines anthropomorphes de terre cuite qui étaient toujours111, dans les cas où une vérification était possible, associées à des urnes-cabanes. La signification de ces statuettes a été, depuis 1817, très discutée : en résumant, on peut dire qu’on n’a pas cessé, à leur propos, d’hésiter entre le divin et l’humain. Représentent-elles une divinité, ou bien le mort lui-même ? Selon une hypothèse qui eut son heure de gloire, F. Bömer112 y voyait la préfiguration des Pénates, mais, comme l’a observé A. Dubourdieu113, l’unicité des statuettes suffit à empêcher leur assimilation avec des dieux dont la pluralité est la caractéristique première. C’est pourquoi, dans la lignée d’une interprétation qui était déjà celle de von Duhn, on y voit plutôt aujourd’hui, avec Gierow et Colonna114, la représentation du défunt, conformément à une logique symbolique qui se manifeste également dans l’urne-cabane elle-même et le mobilier qui l’accompagne. Cette hypothèse nous semble la meilleure, dans la mesure où, dans l’exemplaire de S. Lorenzo Vecchio, on voit (cf. IAL 2, fig. 169, p. 278) la statuette tenir une patère, dans un geste d’offrande d’une libation. H. Damgaard Andersen115 a proposé, quant à lui, de voir dans ces statuettes la représentation du mort ou de l’ancêtre divinisé, selon une lecture qui combine donc les deux solutions précédentes. Or la fouille de l’Osteria dell’Osa aurait sur ce point l’intérêt de prouver que, dans un cas au moins (celui de la tombe 126), la figurine avait été, semble-t-il, intentionnellement brisée avant son ensevelissement116 ; le cas pourrait n’être unique qu’en raison de l’histoire si mouvementée des fouilles albaines, car l’on observera que la statuette, aujourd’hui perdue, qui accompagnait l’urne de la collection Blacas du British Museum, était amputée de ses bras et jambes, tandis qu’une autre, venant elle aussi des trouvailles de 1816-1817, l’était de ses bras et d’une jambe117. On aurait donc là une précaution supplémentaire par rapport au rite même de la miniaturisation et à la protection contre le retour du mort qu’il assure ; c’est précisément ce caractère pléonastique qui expliquerait que les autres statuettes étaient entières. Mais une telle brisure intentionnelle est-elle compatible avec l’interprétation faisant de ces statuettes un rituel funéraire permettant d’assurer au défunt son statut d’ancêtre ?

  • 118 In Le urne a capanna..., p. 204, où elle écrit : « Penso que debba essere escluso, nonostante l’att (...)
  • 119 « Rango e ritualità nell’iconografia italica più antica », in Ostraka, 1996, p. 333 et s. ; cf. aus (...)
  • 120 Cf. Le urne a capanna..., p. 229 et s. C’est ainsi que les tombes Q, R et Y du Forum, identifiées n (...)
  • 121 Cf. Damgaard Andersen, o.c., p. 16 et 61, n. 30.
  • 122 O.c., p. 16-17.
  • 123 Cf. J. Bayet, Rel. rom., p. 74 ; voir aussi E. Jobbé-Duval, Les Morts malfaisants, 1924, ainsi que (...)
  • 124 Il est clair que les observations qui précèdent augmentent cette incertitude.

34Il est vrai que l’interprétation des figurines comme représentations des défunts a été mise en cause par G. Bartoloni, arguant de la non-compatibilité entre le sexe des statuettes et celui des morts dont les cendres étaient contenues dans les urnes-cabanes, notamment celle de la tombe 8 de la Villa Cavalletti de Grottaferrata et celle de la tombe Blacas, attribuée à Castel Gandolfo. Pour expliquer cette discordance, on a pensé un moment à l’hypothèse d’une double déposition, hypothèse que les analyses anthropologiques des cendres effectuées récemment obligent à abandonner. Aussi, G. Bartoloni118, reprenant une théorie jadis proposée par Giglioli, suggère-t-elle de voir dans les statuettes, non pas l’image du défunt, mais celle de son conjoint, ainsi offerte en substitut probable d’un rite plus antique de sacrifice humain. Plus récemment, M. Torelli119 a identifié ces statuettes comme des représentations de la déesse Ops, le rite funéraire illustrant, selon cette lecture, une hiérogamie impliquant que le défunt avait occupé un rang royal. Mais ces théories s’appuient toutes deux sur la constatation de cas d’incompatibilité entre l’identité sexuelle du mort et celle de la statuette qui ne sont rien moins que sûrs : la statuette de la tombe 8 de la Villa Cavalletti est asexuée, le mobilier de la tombe de S. Lorenzo Vecchio n’est pas d’interprétation obvie et, surtout, celui, considéré comme le plus probant, de la tombe D dite, sans doute à tort, de Montecucco, n’est à notre avis, nous l’avons vu, que le résultat d’une restitution. Il faut donc rester prudent et attendre des découvertes à venir qu’elles fournissent des données moins incertaines. D’ailleurs, les analyses ostéologiques auxquelles nous faisions allusion, si elles assurent de l’unicité des sépultures dans les urnes-cabanes, ne permettent pas toujours en réalité d’en dire plus quant au sexe du défunt ; du reste, quand cela a été possible, elles ont plutôt conduit, à plusieurs reprises, à masculiniser des tombes à urne-cabane considérées auparavant comme féminines120. D’autre part, la valeur discriminatoire accordée à telle ou telle classe de matériel, notamment les différents modèles de fibules, n’est pas toujours incontestable121. Mais l’objection essentielle pourrait bien venir des caractéristiques mêmes des statuettes, ou plutôt de leur absence fréquente (quatre cas sur huit) de caractéristiques. Prenant le contre-pied de ses prédécesseurs, tirant même argument de leurs divergences, H. Damgaard Andersen122 défend en effet l’idée d’une indifférenciation sexuelle volontaire des statuettes albaines : de fait, il semble bien qu’au regard de l’ancienne théologie romano-latine, le mort n’est pas un être sexué, mais une forme seulement vaguement humaine, menaçante et appartenant à une collectivité indifférenciée123. Même si l’on doit, avec M. Torelli, identifier quatre de ces statuettes comme féminines, ce qui est aussi le cas des figurines féminines modelées dans des lamelles de bronze et présentes ensuite dans des dépôts votifs des viiie et viie s. en Latium du Sud (cf. La Gr. Roma dei Tarquini, p. 218), l’interprétation en termes de hiérogamie nous semble peu convaincante, d’autant qu’il s’agit d’ensembles dont, nous l’avons vu, la composition originelle n’est rien moins qu’assurée124.

  • 125 O.c., p. 66, ainsi que A. Dubourdieu, o.c., p. 117.
  • 126 Cf. M. Menichetti, Archeologia del potere, 1994, p. 35-38.
  • 127 Le parallèle est simplement suggéré par J. Bayet (dans un article où s’entendent des échos fustélie (...)
  • 128 Cf. Damgaard Andersen, o.c., p. 55, et déjà G. Colonna, 1974, p. 290 ; M. Torelli, o.c., p. 360.
  • 129 L’exemple le meilleur est fourni par la décoration de la porte, aujourd’hui perdue, de l’urne 15 40 (...)

35Au total, plutôt que de souligner, avec F. Bömer125, la « continuité Albe-Rome » que seraient censées illustrer des statuettes qui, en fait, ne se trouvent que dans les monts Albains et pas à Rome ni à Lavinium, on sera sensible aux éventuelles parentés que, selon d’aucuns, on pourrait établir entre ces précoces attestations albaines de représentation anthropomorphique et certains exemples étrusques : les statues qui couronnent l’édifice de Murlo126 – statues qui ont également fait l’objet d’un grand débat quant à leur identification comme divinités ou comme ancêtres, la seconde solution étant aujourd’hui adoptée par la majorité des savants –, ainsi que les vases anthropomorphes de Chiusi127, auraient leur origine, lointaine mais directe, dans les figurines albaines128 aussi bien que dans les représentations anthropomorphes incisées qui ornent quelques-uns des cinéraires trouvés dans les Colli129. L’hypothèse est d’autant plus séduisante qu’à en juger au moins par la documentation disponible, une médiation romaine serait exclue.

  • 130 Cf. Müller-Karpe, Anfang, p. 61-62 ; IAL 1, p.42, n.10 et p.305.
  • 131 1974, p. 291, qui récuse l’origine crétoise proposée par M.K.
  • 132 Elle est fondée sur la datation de la tombe Visconti à la période II (urne n° 154) ; mais les deux (...)
  • 133 Contra, Andersen, o.c., p. 14.
  • 134 Trois ex. en tout, deux de V. Cavalletti, un de Castel Gandolfo (1816).
  • 135 Voir La Grande Roma dei Tarquini, pl. II ; l’hypothèse figure in Andersen, o.c., p. 19, qui cite d’ (...)
  • 136 Antiquos Romanos plus annos centum et septuagenta deos sine simulacro coluisse (Aug., civ. d., 4, 3 (...)
  • 137 Nascita..., p. 46.

36En liaison, peut-être, avec ces statuettes albaines et ces figurations anthropomorphes, on citera un type d’objet rare et énigmatique : on y voit d’ordinaire l’imitation en terre cuite de candélabres en bronze130, mais, selon G. Colonna131, il s’agirait d’une représentation très schématique équivalant aux statuettes, et leur ayant succédé ; même si cette chronologie relative nous semble peu convaincante132, l’équivalence nous paraît pourtant fondée133, et, en tout cas, l’on ne saurait oublier la diffusion strictement albaine de ce matériel134. Il est tentant de supposer qu’avec ces statuettes et ces « candélabres », on assiste à l’apparition d’une tendance qui, à l’ère archaïque, se traduira par la présence de nombreux ex-voto anthropomorphes dans les dépôts votifs, comme en témoignent, à Rome, les exemples de Santa Maria della Vittoria et du Lapis Niger135 : ainsi s’illustrerait une fois de plus la continuité cultuelle entre la sphère funéraire et la sphère votive ; de l’offrande au mort divinisé, on passe progressivement, et selon le même rituel, à l’offrande à une divinité conçue de façon de plus en plus anthropomorphique. Ce serait alors en fonction d’une telle évolution qu’il faudrait replacer l’affirmation célèbre de Varron136, selon laquelle les dieux romains n’avaient à l’origine pas eu de représentation figurée. Il est vrai que, selon une autre interprétation proposée par A. Carandini137, ces « candélabres » représenteraient schématiquement des profils de pics, l’oiseau oraculaire et totémique des Anciens Latins.

  • 138 Cf. Colonna, 1974, p. 290-291 ; traditionnellement, l’o.r. est considéré comme le signe de l’antécé (...)
  • 139 Cf. R.E., 18, 2, 1942, c. 1534 (G. Rohde) : en tout cas, les ex. cités ici semblent trancher par l’ (...)
  • 140 Cf. Le urne a capanna..., p. 229 et s.
  • 141 Dans le catalogue Le urne a capanna..., ces urnes correspondent aux n° 163, 159, 156, 161 et 157 (C (...)

37Autre rite qui, lui aussi, peut être interprété comme la mise en œuvre d’une croyance en une espèce de compensation magico-symbolique de l’incinération138 : l’os resectum, dont on suit la diffusion postérieure dans le monde romain139. Grâce aux progrès des analyses anthropologiques, il est désormais possible140 d’affirmer que le rite est présent dans les monts Albains : cinq exemples, tous provenant des fouilles des années 1816, ainsi que deux autres fournis par la tombe 8 de Villa Cavalletti et celle de S. Lorenzo Vecchio, deux encore de l’Osteria dell’Osa, l’attestent, et, à Rome, les tombes GG, Q et Y du Forum141. À en juger donc par cette liste, et en fonction des sites de Grottaferrata et de Rocca di Papa, une priorité albaine semble se dégager, ce qui n’est pas là non plus sans importance.

  • 142 S’appuyant sur les recherches de Lévy-Bruhl, C. Ampolo a rappelé l’importance de ce mobilier, indis (...)
  • 143 La Cité antique, livre 1, chap. 3 : « Le feu sacré ». Pour aedes, sens premier : « foyer, pièce où (...)
  • 144 Cf. notamment Pl., Aul., 2, 7, 16, In foco nostro Lari ; Cic., pr. dom., 41 ; Virg., Aen., 2, 297 ; (...)
  • 145 Ad Aen., 5, 64 (avec réf. aux Pénates) et 6, 152 (aux Lares) ; cf. A. Dubourdieu, o.c., p. 104 et 1 (...)
  • 146 F. Bömer, Ahnenkult..., p. 38, souligne la contradiction entre la notice de Servius et le rituel de (...)
  • 147 Sur lesquels on verra S. Modica, « Sepolture infantili nel Lazio protostorico », in BCAR, 95, 1993, (...)

38Toutefois, la valeur apotropaïque que manifestent ainsi l’incinération et la miniaturisation du mort qu’elle implique, aussi bien que le recours, mais dans des cas rares, à une statuette, voire à une figuration encore plus schématique (« candélabre »), cette valeur donc ne suffit pas, à notre avis, à épuiser la signification du rite. Reste, en effet, ce qui est peut-être le principal : la ressemblance de l’urne du mort avec la cabane du vivant. Bien sûr, il s’agit de donner au défunt, fût-il réduit en cendres, une demeure qui lui permette, dans l’au-delà chtonien de la mort, de continuer une forme d’existence où il trouvera également l’aide d’un mobilier142, lui aussi miniaturisé (du moins dans la phase la plus ancienne). Mais il nous semble qu’il y a autre chose : nous nous demandons si les conceptions romaines du foyer domestique n’éclairent pas ce qui pourrait être le sens latial et latin du recours à l’urne-cabane, et ne se trouvent pas, en retour, expliquées par lui. Depuis Fustel de Coulanges143, il n’est pas besoin d’insister sur le caractère sacré, familial et ancestral du feu brûlant dans chaque aedes, qui est d’abord, au sens étymologique du terme, un foyer. Pour les Anciens, « le souvenir d’un de ces morts sacrés était toujours attaché au foyer. En adorant l’un, on ne pouvait pas oublier l’autre », écrit l’auteur de la Cité antique, citant à cette occasion une large palette de textes144 qui vont de Plaute à Servius en passant par Caton, Cicéron et Virgile. Entre le foyer domestique et le culte des morts, il établit ainsi une « antique relation » qu’il place sur le plan du « symbole ». Or, en considérant le rite de l’incinération mis en œuvre dans des urnes-cabanes qui sont, on l’a vu, en très grande majorité albaines avant d’être romaines ou même lavinates, nous suggérerions volontiers d’aller plus loin. Car, si dans l’urne faite à l’image de la cabane, les cendres sont celles d’un feu désormais éteint, celui du bûcher funèbre qui consuma, absorba et, pour ainsi dire, assimila le corps de l’ancêtre mort, le feu vivant qui brûle dans la cabane réelle ne sera-t-il pas, à l’inverse et complémentairement, l’incarnation même du disparu ? Ou, pour le dire autrement : l’ancêtre a disparu dans un feu, dont le produit est contenu dans un cinéraire figuré à l’image d’une maison ; n’est-ce pas dire que le feu réel de la maison réelle restitue l’ancêtre, pleinement et directement ? Ainsi s’agirait-il, non pas, comme le voulait Fustel, d’une relation seulement symbolique, mais bien, en fonction de cette logique inversée et spéculaire, typique du culte des morts, d’une assimilation-substitution faisant du feu domestique une véritable « présence réelle ». Pour expliquer cette relation entre le foyer et le culte des morts, Fustel ne pouvait que recourir à un lemme de Servius selon lequel les morts avaient d’abord été ensevelis dans les maisons145, raison pour laquelle « c’est aussi dans les maisons qu’on honore les Lares et les Pénates », dit l’érudit antique qui a d’ailleurs précisé (ad Aen., 3, 134) que « par foyers les anciens entendaient les dieux Lares ». Mais comme ce prétendu ancien usage n’a trouvé aucune confirmation dans l’archéologie, on a, en général, rejeté146 cette page de la Cité antique. La théorie que nous proposons ici aurait au contraire pour conséquence de lui donner une assise supplémentaire. L’affirmation de Servius est erronée – sauf le cas particulier des subgrundaria147. Elle n’est que l’expédient inventé par un exégète embarrassé par une difficulté devant laquelle s’est trouvé aussi son lointain successeur de 1866 : comment justifier la relation si étroite que la religion établit entre le foyer domestique et le culte des morts ? Dans le même sens, ce serait bien son double caractère, à la fois chtonien et ancestral, qui ferait du foyer une puissance fécondante, comme l’illustrent les légendes de Romulus (Promathion), Servius Tullius et Caeculus. Et ne serait-ce pas pour la même raison qu’à l’Osteria dell’Osa, et probablement dans les monts Albains, la crémation ne concerne jamais les adultes âgés (ce que souligne A. M. B. S., Community Osa, p. 128) ?

  • 148 ad S., 3, 214 : non incendii, <sed> laris nostri, (a)ut prae tristitia aut propter casum nec focum (...)
  • 149 D’autant que, non loin de là, le site de Pontecagnano a révélé de nets indices en ce sens : citons (...)
  • 150 « Urbanistica e architettura », in Rasenna, o.c., p. 392-393.

39Deux autres indices, l’un philologique, l’autre archéologique, pourraient, nous semble-t-il, venir étayer l’interprétation que nous présentons ici. D’une scholie à un vers de Juvénal (3, 214)148, il appert que l’usage voulait que, tant que les cérémonies funèbres n’étaient pas achevées, on laissât éteint le feu domestique : n’est-ce pas là le signe du transfert qui s’opère de l’un à l’autre ? Le second indice est fourni par une urne-cabane trouvée sur le site campanien de Sala Consilina, et dont la date relativement tardive (fin ixe /début viiie s.) laisse la place à la possibilité d’une influence latiale149, au moins indirecte (par Tarquinia) : or, selon G. Colonna150, les cendres qu’elle contenait seraient celles du foyer domestique du défunt, l’urne ne servant pas ici de cinéraire, présent sous la forme de l’habituel vase biconique. C’est, dans le sens inverse cette fois-ci, la même relation substitutive entre le foyer domestique et le culte funéraire. Si on nous suit, on pourra donc supposer que cette relation s’est constituée au début du premier millénaire avant notre ère et que c’est dans les monts de la Tolfa d’une part et les monts Albains d’autre part qu’elle a trouvé son expression la plus cohérente.

  • 151 Cf. Le urne a capanna..., p. 197.
  • 152 Rel. rom., p. 34.
  • 153 Cf. Liv., 1, 30, 2 et D.H., 3, 29, 3.
  • 154 On se souvient que Visconti et Fea décrivaient l’urne-cabane albaine comme un « tempietto sferico » (...)
  • 155 « Ruolo del defunto in attività di culto », in Necropoli Osa, p. 565 et 606 à propos des tombes mas (...)
  • 156 Typique des temples, la fermeture extérieure des urnes-cabanes est considérée parfois comme un sign (...)
  • 157 Cf. Le urne a capanna..., p. 203.
  • 158 Puisque les deux seuls ex. identifiables, u.c. 159 et 163 provenant des fouilles 1816, contenaient (...)
  • 159 Il s’agit de la tombe « Montecucco D » (Blacas, II A), de composition très incertaine, comme nous l (...)
  • 160 Cf. Le urne a capanna... : n° 152 (Campofattore) ; n° 144 (Villa Cavalletti, 8) ; n° 173 (Vigna d’A (...)
  • 161 Sans doute faut-il ajouter à cette catégorie celle de certaines tombes féminines à inhumation, comm (...)
  • 162 Cf. Necropoli Osa, p. 204 ; Community Osa, p. 104.
  • 163 Cf. Le urne a capanna..., p. 151 (Vetulonia), 154 (Bisenzo), 174 (Tarquinia).
  • 164 Cf. A. Grandazzi, « Tacite, Annales XII, 24 : quelques remarques sur le pomerium », in Les écrivain (...)
  • 165 Cf. Necropoli Osa, p. 489.
  • 166 Voir, toujours pour les deux groupes de l’O.O. en II A : Necropoli Osa, p. 554 et 570, et Protostor (...)
  • 167 La Cité antique, livre 1, chap. 4, à propos de LL, 7, 88.

40Il est notable également que l’incinération ait perduré dans les monts Albains plus longtemps que dans le reste du Latium et en Étrurie méridionale151. Ce fait, bien connu, laisse présumer l’existence de traditions locales spécifiques : dans ces conditions, on peut se demander avec Jean Bayet152 si la revendication de la pratique exclusive de l’incinération par la gens Iulia, dont la qualité de gens Albana153 est notoire, n’est pas à inscrire dans un tel contexte. L’incinération étant en effet le rite dominant à l’époque républicaine, sa prescription à l’intérieur d’une gens n’a de sens que si l’inhumation tendait ailleurs à l’emporter. Or, avant notre ère, une seule période convient à ce schéma : c’est pourquoi nous proposerions de dater cette tradition de la seconde phase latiale, où l’inhumation devient le rite funéraire le plus fréquent. Il resterait à identifier la nature exacte de l’édifice que reproduit l’urne-cabane albaine : maison ou temple ? Là aussi, les interprétations actuelles154 hésitent entre le divin ou l’humain. Pour certaines urnes, notamment celles qui étaient pourvues de statuettes ou d’objets particulièrement prestigieux comme ces couteaux à lame incurvée dont la fonction sacrificielle est probable, on a pensé à des prêtres155 et à des reproductions d’édifices cultuels156. On relira plutôt encore une fois Fustel de Coulanges et les pages sur la « religion domestique » de l’auteur de la Cité antique (livre 1, chap. 4) : « Il n’y avait pas d’autre prêtre que le père [...]. Le père, seul interprète et seul pontife de sa religion ». Il est vrai que, dans quelques cas au moins, l’on aurait, paraît-il, affaire à des sépultures féminines157 : observons néanmoins que ces attributions ont toujours été faites à partir de l’examen des mobiliers, particulièrement sujet à caution lorsqu’il s’agit de matériels soumis à autant de vicissitudes que l’ont été ceux des monts Albains. En tout état de cause, deux remarques nous semblent s’imposer : lorsqu’elle a été possible, l’étude anthropologique des ossements que contenaient les urnes-cabanes albaines n’a permis une identification comme tombe féminine dans aucun cas158 ; en Latium, sauf deux exceptions qui n’en sont sans doute pas159, de telles identifications opérées en fonction des mobiliers s’appliquent à des tombes de la première phase latiale et qui sont, sauf une, albaines160. On pourrait pour ces cas penser, au moins à titre d’hypothèse, aux prêtresses par excellence qu’étaient les Vestales, auxquelles une tradition insistante161 assignait précisément une origine albaine. Mais très vite, l’usage s’est fixé de réserver l’urne-cabane au seul chef de famille, paterfamilias, et la nécropole de l’Osteria dell’Osa nous montre la règle appliquée dans toute sa rigueur162, puisque toutes les tombes à urne-cabane y sont masculines. Il est curieux, en revanche, d’observer que la règle ne semble pas valoir en Etrurie où, semble-t-il, les urnes-cabanes continueront d’être utilisées indifféremment pour les deux sexes163. De la sorte on peut se demander si, dans ce domaine comme dans d’autres164, le pays étrusque n’a pas conservé des usages particulièrement archaïques – qu’en termes archéologiques on appellera villanoviens – qui ailleurs se trouvèrent abandonnés. Toujours est-il que la nécropole de l’Osteria dell’Osa, et sans doute celles des sites albains, donnent raison à Fustel de Coulanges et à Varron lorsqu’elles font apparaître une diversité de rituels suivant les différents groupes de tombes, correspondant sans doute à autant de clans ou de gentes. C’est ainsi qu’à l’Osteria, au nord de l’aire fouillée, deux concentrations de sépultures sont apparues, dont l’une ne contenait que des restes de sacrifices de porcs, et l’autre seulement des ossements d’ovins165 ; par ailleurs, le mobilier funéraire de l’ensemble de la nécropole manifeste, dans les bronzes comme dans les céramiques, une diversité qui n’est pas seulement due à la chronologie166. « Suo quisque ritu sacrificium faciat, telle était la règle absolue. Chaque famille avait ses cérémonies qui lui étaient propres, ses fêtes particulières »167.

  • 168 Necropoli Osa, p. 504 ; Community Osa, p. 147 et 208.
  • 169 Liv., 1, 24, où l’on trouve le mot patratus, -i, successivement à l’ablatif, à l’accusatif puis au (...)
  • 170 In Etudes..., 1990, p. 484, reprenant une hypothèse de F. Müller (Mnem., 1927) ; cf. aussi De la ro (...)
  • 171 A. Magdelain, o.c. ; au contraire, pour R. M. Ogilvie (Commentary, 1965, p. 111), le rôle joué ici (...)

41Cependant, à partir de la période II A, on peut tenir pour très probable qu’il n’y ait plus en Latium de tombe à urne-cabane qui soit féminine. À l’Osteria dell’Osa, l’analyse anthropologique a même permis d’établir qu’on a affaire à une société à descendance patrilinéaire168. Il est donc vraisemblable que, chaque famille ayant un chef mâle – paterfamilias –, le chef de ces chefs ait lui-même été un paterfamilias. Dans ces conditions, nous nous demandons s’il ne convient pas d’interpréter à la lumière de ces découvertes récentes la tradition d’un pater patratus populi Albani169 : il s’agirait, selon André Magdelain170, d’un génitif archaïque, normalisé ensuite en déterminatif, et faisant de celui qu’il désigne le « seigneur des seigneurs », le « premier des pères », interprétation à laquelle il faut sans doute préférer, avec B. Albanese, celle qui fait de patratus le participe d’un verbe signifiant à peu près « consacré » ou « investi » ; en tout cas, il paraît incontestable que « le pater patratus conserve comme prêtre une compétence qui ne s’explique que parce qu’il l’exerça d’abord comme chef politique »171, et en tout état de cause il s’agit bien d’un pater.

  • 172 C’est ce que B. d’Agostino et A. Schnapp appellent « la plurifonctionnalité des signes funéraires » (...)
  • 173 Rel. rom., p. 38.

42Tels sont donc les principaux enseignements que nous croyons pouvoir tirer – au moins à titre d’hypothèses – de l’analyse des urnes-cabanes albaines pour le déchiffrement des plus anciens rites funéraires de la civilisation latiale. Nous ne nous cachons pas qu’il est sans doute périlleux de vouloir dégager une symbolique générale à partir de matériels et de sites différents : les mêmes objets et les mêmes mobiliers peuvent avoir une signification qui, ici et là, n’est pas la même172. Au cours du temps, les mêmes associations-types peuvent prendre des sens différents : il est ainsi possible que l’incinération, l’urne-cabane et la miniaturisation, si elles avaient bien en première phase latiale une valeur apotropaïque selon la nouvelle interprétation d’A. M. Bietti Sestieri que nous avons rappelée, furent utilisées pour les plus dangereux, et donc les plus puissants, post mortem, membres de la communauté ; il était logique ensuite que le rite devienne simple signe de prestige et c’est bien ainsi que, limité à quelques sépultures, il apparaît à partir de la période II A à l’Osteria dell’Osa et ailleurs, notamment à la Riserva del Truglio : à ce moment-là, rien ne prouve que le sens premier ait été encore perçu. Pourvu cependant que l’on tienne compte de ces évolutions diachroniques, il ne nous a pas semblé illégitime de chercher à éclairer la plus ancienne religion romaine par l’archéologie albaine ; d’autant que nous ne faisions en cela que nous engager sur un chemin ouvert autrefois par Jean Bayet173, mais facilité aujourd’hui par l’existence de relevés et de « dénombrements entiers », et d’une chronologie relativement assurée.

  • 174 « Morfologia ed ambiente dell’area del Foro Romano », in Arch. Laz., 10, 2, 1990, p. 13-16, où est (...)

43La piste pourrait sans doute être suivie dans d’autres directions encore : contentons-nous ici de remarquer que, situées sur les crêtes qui entourent les lacs du Volcan Latial, les sépultures albaines sont toutes, par la force des choses, situées non loin de plans d’eau. Cette localisation a-t-elle influé sur les conceptions religieuses elles-mêmes ? On n’oserait l’assurer, mais on ne peut pas ici ne pas penser, sans parler de la mort d’Aremulus Silvius et de l’engloutissement de son palais sous les eaux du lac Albain, aux traditions sur la noyade-apothéose d’Énée dans le Numicus, ou encore à celles sur la disparition de Romulus au Marais de la Chèvre – palus Caprae ; sur le Forum lui-même, la nécropole du temple d’Antonin et de Faustine, le « tombeau de Romulus » n’étaientils pas situés en bordure d’un cours d’eau, dont A. J. Ammerman a restitué le parcours ?174

  • 175 Révélant notamment deux sépultures à urne-cabane (datées respectivement en I et II A) : cf. Le urne (...)
  • 176 Cf. A.M.B.S., « I dati... », p. 249 et s. ; mais M. Betelli, « La cronologia... » (p. 4647) conclut (...)

44Quoi qu’il en soit, cette analyse des mobiliers albains et des cultes funéraires qui leur étaient liés fait apparaître que certains objets, voire certains rites ou symboliques sont, en Latium, spécifiquement albains, fait qui en général n’est pas mis en lumière : ainsi en va-t-il des urnes-cabanes à la corniche décorée de trous, des statuettes et des « candélabres » ; pour d’autres paramètres, comme l’os resectum, et l’usage même de l’urne-cabane, l’ancienneté et l’importance de l’aire albaine sont telles qu’elles seront difficilement sans signification. Toute question d’origine première mise à part, la civilisation latiale, au vu des realia de l’archéologie, semble donc bien avoir eu, durant la première période, dans les monts Albains et nulle part ailleurs son foyer et, pour ainsi dire, son point de gravité. Si les fouilles menées dans les années 1970 à Lavinium avaient pu sembler atténuer dans un premier temps la portée de cette constatation175, la redatation dans la seconde période, soit après le floruit albain, d’une grande partie des tombes de la nécropole romaine du temple d’Antonin et de Faustine176, opérée en fonction des découvertes de l’Osteria dell’Osa, lui redonne désormais toute son importance.

45Divinisation des morts, liaison intrinsèque entre le culte funéraire et le foyer domestique, caractère familial du culte : l’archéologie albaine (pour les deux premières phases du moins) ne contredit pas, on le voit, aux principes fondateurs de la Cité antique. Est-ce à dire qu’il faille rajouter à ce triptyque ce qui en est la conséquence inévitable selon la conception fustélienne, la propriété privée de la terre ? C’est la question sociale, celle du rapport entre le monde des morts et celui des vivants, qui se trouve ainsi posée.

CULTES FUNÉRAIRES ET STRUCTURES SOCIALES

  • 177 D’une bibliographie désormais démesurée, on retiendra simplement ici les réflexions lucides de B. d (...)

46Longtemps, la science contemporaine a considéré la question comme résolue a priori. Pour elle, notamment autour des années 1970, faire l’analyse de la cité des morts, nécropole, c’était du même coup éclairer la composition de la société réelle. Entre celle-ci et celle-là, elle n’hésitait pas à poser un rapport de cause (la vie) à effet (la mort), considérant l’une comme le reflet de l’autre177. Le plus curieux est qu’avec une telle conviction, elle ait fait de Fustel de Coulanges l’un de ses saints patrons. Car il y a assurément quelque paradoxe à voir l’auteur de la Cité antique servir de caution à une conception qui fait du religieux l’écho du social, lui dont tous les efforts visaient à démontrer précisément le contraire.

  • 178 Réf. in DAGR, art. funus (Cuq).

47Dans les monts Albains aux débuts de l’ère latiale, on vient de voir que c’est le rite funéraire de l’incinération et les croyances qu’il met en œuvre qui semblent orienter certains aspects du moins de la vie sociale des premières communautés latines. Malgré des modifications sociales fortes et rapides, reconnues par tous les archéologues dans les nécropoles latiales à partir de la période II B, les croyances et les rites liés au foyer domestique perdureront (à telle enseigne que l’on peut citer pour les illustrer maint texte classique) pendant toute la latinité178, inspirant bien des pratiques sociales. Dans la durée, la prégnance du religieux sur le social est donc ici très nette, même si, bien entendu, il ne saurait être question de durcir à l’excès une opposition qui tient en bonne partie du débat d’école. En tout cas, à l’ère latiale et sur l’aire albaine, le lien religieux est d’autant plus fort qu’il n’a peut-être même pas l’assise sociale que lui donnait dans le système fustélien (car c’est bien d’un système qu’il s’agit) l’hypothèse d’une propriété privée du sol.

  • 179 Voir notre Fondation de Rome, passim, et maintenant A. Carandini, Remo e Romolo, o.c.
  • 180 Contra, cf. A. Ziolkowski, Storia di Roma, 2000, p. 21.

48De ce point de vue, et sans rouvrir ici un dossier que nous avons traité ailleurs179, nous observerons seulement que si l’on a placé généralement la naissance de la ville de Rome au milieu du viie siècle180, soit à peu près un siècle plus tard que la datation traditionnelle, c’était moins en fonction de l’absence – qui était loin d’être totale même avant les fouilles du Palatin – de signes archéologiques forts pour le viiie siècle, que suite à la conviction qu’à cette période, le processus de différenciation sociale en Latium n’était pas encore assez affirmé pour que l’on pût supposer l’émergence d’une communauté civique. Correspondance entre la sphère funéraire et la vie sociale d’une part, schéma évolutionniste d’autre part : telles ont donc été depuis quelques décennies les deux hypothèses qui ont servi d’assises à la recherche sur le Latium protohistorique et archaïque (et sur d’autres régions aussi, bien entendu).

  • 181 Cf. C. Ampolo, « Su alcuni mutamenti... », in DdA, 1971, p. 46 et p. 67 où il est question de l’ »  (...)
  • 182 O.c., p. 50.

49Après avoir été d’une utilité et d’une fécondité heuristiques évidentes, voici aujourd’hui que, traduite en vulgate par le biais d’innombrables publications, cette théorie se trouve mise à mal sous la pression de nouvelles données ou d’apories persistantes. Le hasard, ou l’ironie, du progrès des découvertes avait du reste voulu que l’année même où le schéma devenu canonique trouvait sa formulation la plus autorisée, la mise au jour fortuite de la nécropole de Castel di Decima en 1971 vînt en contredire et les prémisses et les conclusions. À propos du site de la Riserva del Truglio, datable au viiie siècle, C. Ampolo181 avait observé justement que « non sembra di cogliere in questa necropoli una differenza economica notevole », signe, pensait-il, que la « posizione sociale è ancora affidata a fattori rituali »182. Comme, par ailleurs, l’existence en Latium d’une stratification sociale et d’une aristocratie pleinement affirmée ne semblait dater que du viie siècle, que ce fût à Satricum ou à Préneste, il paraissait logique d’en inférer que les communautés latiales du viiie siècle, et a fortiori celles des siècles précédents, avaient été des sociétés où la différenciation sociale n’était pas assez évoluée pour aboutir à la formation d’entités urbaines. Qu’il y ait un lien entre ces deux aspects, à toutes époques et en tout lieu, peut en effet être considéré de toute façon comme l’un des enseignements les plus constants de la géographie humaine.

  • 183 Origini 1993, p. 49.
  • 184 PP, 32, 1977, p. 374 (l’étude citée supra n. 181 n’y est pas mentionnée).
  • 185 Cf. Virgile et les origines dOstie, 19682, p. 286, ainsi que ses Souvenirs romains, 1968, p. 156 : (...)
  • 186 A. Bedini, o.c., p. 145, ainsi que : id., « La cultura dei principi nel Lazio », in Roma, mille ann (...)
  • 187 « I Colli Albani... », p. 18.
  • 188 Dans La mort, les morts..., p. 107 et s. (p. 117). Voir pour le Latium : A. Zifferero, « Forme di p (...)
  • 189 Cf. C. Ampolo, o.c., p. 64 : mais voir la critique de M. Torelli dans la riche discussion qui suit, (...)

50Or, quel fut le résultat principal des fouilles de sauvetage entreprises entre 1971 et 1975 au km 8 de la route de Lavinium ? Beaucoup plus que l’identification demeurée incertaine avec Politorium, ci-devant « colonie albaine », ce fut la révélation de la splendeur de l’Orientalisant latial : revenant vingt ans après sur le virage historiographique que ces trouvailles avaient marqué (ou auraient dû marquer), Massimo Pallottino parlait de « fatti assolutamente imprevisti »183. De fait, il faut lire le bilan que, dès 1977, à l’occasion du Congrès « Lazio arcaico e mondo greco »184, A. Bedini dressait des fouilles de Decima : se trouvait confirmée « la presenza nel sito di una fiorente comunità già agli inizi dell’viii secolo » (p. 374). Avait-on voulu faire des tombes à tumulus, dont Satricum offre des exemples datant du viie siècle, l’un des signes révélant l’existence d’une aristocratie constituée ? Decima en offrait un exemple bien plus imposant, déjà repéré par Lanciani et devant lequel le jeune Carcopino était passé à cheval lorsqu’il allait retrouver le site du « camp d’Énée »185 : mais la chronologie s’en fixait là au « 3° quarto dell’viii sec. a.C. »186, et c’est à cette époque qu’il fallait désormais situer un « saut qualitatif » fixé auparavant au siècle suivant. Dans les années qui suivirent, d’autres fouilles révélèrent pareillement le haut niveau de culture et de « différenciation sociale » atteint ailleurs, dès le viiie siècle, par ce qu’il faut bien appeler, avec A. Bedini et M. Pallottino, une aristocratie : citons notamment La Rustica, Acqua Acetosa, Laurentina et Torrino. Par rapport à ces sites de plaine, on voit donc que le site contemporain de la Riserva del Truglio, loin d’être la norme, représenterait plutôt aujourd’hui une exception : comme l’écrivit Gierow en 1983, « le tombe povere di R. del Truglio non ci dicono tutta la verità »187, et la constatation est d’autant plus valable que, depuis, a été découverte la riche tombe de Vivaro. Il est clair en particulier que cette aristocratie, ces centres fortifiés qui surgissent alors un peu partout en Latium, et pas seulement à Rome, ces riches tombes isolées dans la campagne, impliquent une propriété privée, au moins partielle, de la terre, et un contrôle des trafics (le cas des tombes de Vallone à Velletri nous en a paru la meilleure illustration). On peut se demander à propos de la situation isolée de certaines tombes, qu’elles soient ou non à tumulus, si on ne pourrait pas leur appliquer la lecture faite par A. Snodgrass188 des tumuli grecs de l’Orientalisant et y voir une espèce de contrôle du territoire et d’affirmation des droits de cette aristocratie sur la propriété de la terre. Quoi qu’il en soit, on peut relever l’apparition d’un phénomène, à peu près inconnu encore en 1971, celui des tombes de guerriers datant de l’Orientalisant. Même s’il demeure nettement moins fréquent qu’en Étrurie, il ne peut plus être considéré comme un apanage de cette région, et l’idée d’un décalage n’a pas été confirmée : dans les Colli, les tombes de Vallone, celle du Monte Crescenzio, la tombe 600 de Gabies, trouvée en 1974, qui a un étroit parallèle à Véies et, à Rome, la tombe 94 de l’Esquilin, à Decima la tombe 21 trouvée en 1971, commencent à constituer une véritable série, qui n’est sans doute pas close. Que, dans l’affirmation de cette aristocratie « princière », l’arrivée de produits venus de Grande Grèce ait joué un rôle189, c’est probable, mais contrairement à ce qui a pu être dit naguère, il ne saurait s’agir d’une cause première, d’autant que le phénomène est antérieur à l’implantation des colonies du détroit et qu’il remonte en réalité à toute une longue phase de précolonisation dont on découvre de plus en plus aujourd’hui l’importance.

  • 190 Voir infra p. 491 et s.
  • 191 Italic Hut Urns and Hut Urns Cemeteries, 1925, p. 156.
  • 192 « Un aspetto oscuro del Lazio antico. Le tombe del vi-v sec. a.C. », in PP, 32, 1977, p. 131 et s.
  • 193 Voir notamment Le urne a capanna..., p. 198 et A.M.B.S., Community Osa, p. 56.
  • 194 On verra la démonstration d’archéologie expérimentale faite dans le cadre de la fouille de l’Osteri (...)
  • 195 Voir le chapitre d’analyses anthropologiques dans Le urne a capanna..., p. 229 et s. : la tombe (n° (...)
  • 196 Cf. Il Bronzo finale in Italia, p. 46 : attribution (par M. Pallottino) de l’invention du schéma ég (...)
  • 197 Cf. R. Peroni, 1989, p. 292.
  • 198 Tombe dite de la maison de Livie = édition princeps par G. Carettoni, BPI, 1954-1955, 64, p. 261-27 (...)
  • 199 C’est ainsi qu’une bonne partie des discussions autour de l’article de C. Ampolo de 1971 mentionné (...)

51Mais il y a plus : il est probable que ce renouvellement des connaissances et des problématiques doive aussi concerner les deux premières phases de la civilisation latiale, c’est-à-dire celles qui trouvent précisément dans les monts Albains leurs attestations les plus nombreuses190. En fonction du principe d’équivalence entre la sphère funéraire et la vie sociale, une certaine vision des communautés florissant autour des lacs albains aux xe et ixe siècles av. n. è. a longtemps prévalu : le petit nombre de tombes, l’homogénéité d’un matériel archéologique d’où les armes réelles étaient absentes ont imposé l’image de communautés restreintes, égalitaires et paisibles. Ainsi, W. R. Bryan croyait-il pouvoir observer en 1925 : « It seems reasonable to regard the complete absence of real arms in the exclusively cremation areas of Latium as some indication of the peaceful conditions then prevailing »191. Or, comme nous l’avons vu, il convient de lire sur un plan symbolique la réduction en format miniature des armes présentes dans les tombes des premières phases. Fût-il égalitaire dans sa réalité archéologique, le rite funéraire ne reflète pas nécessairement non plus, on le sait aujourd’hui, une société sans « différenciation sociale ». La meilleure preuve en a été fournie par G. Colonna192, lorsqu’il a montré que l’absence uniforme de mobilier dans les tombes des vie et ve siècles traduisait un changement d’idéologie, et non certes la disparition d’une aristocratie, dont cette période marque au contraire l’agressive affirmation. Les urnes-cabanes se ressemblent toutes, il est vrai, et ne sont pas, au total, bien nombreuses : mais la possibilité est de plus en plus évoquée aujourd’hui193 qu’une partie notable des morts de ces communautés ait été ensevelie selon d’autres rites qui n’auraient pas laissé de traces archéologiques ; on ne saurait non plus oublier que le recours à l’urnecabane impliquait une notable dépense de temps et d’énergie pour ceux qui avaient à les fabriquer et à accomplir les rites funéraires y afférents194. Or, dans plusieurs cas, on a pu observer que ces urnes contenaient les restes d’enfants195 : c’est donc que les rôles sociaux et les signes de distinction n’étaient pas distribués seulement en fonction de l’âge, contrairement à ce qu’on dit d’ordinaire, et que certaines familles bénéficiaient déjà d’un statut qui, dès l’enfance, élevait leurs membres au-dessus des autres. En tout cas, telle est l’interprétation usuelle que l’on donne aux subgrundaria de l’Orientalisant, et nous ne voyons pas pourquoi elle ne s’appliquerait pas ici. Aussi bien, nombreux sont les archéologues qui ont, depuis longtemps, exprimé des réserves par rapport à un schéma dessinant une évolution qui irait d’une société égalitaire en première phase latiale, où les rôles seraient distribués suivant l’âge, à une société différenciée pour l’archaïque : M. Pallottino faisait ainsi remarquer196, dès 1977, que les sociétés protovillanoviennes étaient probablement déjà inégalitaires, et pas seulement en fonction des classes d’âge. Quant à la présence d’armes miniaturisées dans le mobilier funéraire, elle est une constante197 de la première phase, que ce soit dans les monts Albains ou à Rome198. Or ces armes traduisent une société où la guerre occupe une place importante, fournissant l’occasion de constituer un « surplus » économique, à conséquences sociales inévitables, qu’ignorent pourtant trop souvent des analyses modernes marquées par un fort irénisme199.

  • 200 En ce sens, cf. R. Peroni, dans le débat rapporté in DdA, 1971, p. 72 et s.
  • 201 Outre les données recueillies in Necropoli Osa, passim, voir A.M.B.S., Community Osa, p.99 et s.

52Des échanges à longue distance pouvaient fournir de ce point de vue d’autres opportunités, et nous avons vu que les archéologues évoquent de plus en plus souvent dans leurs analyses du matériel albain des deux premières phases les noms de la Sardaigne, de l’Égée et les trafics post-mycéniens : ce qui était dit hier du commerce avec les premières cités grecques d’Italie, censé être le facteur déclenchant l’évolution sociale, ne peut-il valoir aujourd’hui pour celui qu’on sait maintenant avoir existé deux siècles auparavant ?200 Même pour les phases suivantes (II et III), la lecture sociologique des contextes funéraires n’est pas davantage univoque : les analyses anthropologiques faites à l’Osteria dell’Osa ont révélé des déséquilibres démographiques qui ne peuvent s’expliquer que par des mouvements de population : dès la phase II B, on note en effet une surreprésentation féminine, et en III B, la part des inhumés adultes ou même âgés devient prépondérante201 ; il faut donc que les jeunes adultes soient alors allés mourir, et donc vivre, ailleurs. La tentation est évidemment forte de penser à la naissance de la ville de Gabies, qui deviendra l’un des centres les plus prospères du Latium archaïque, à en croire la tradition littéraire. Sur les monts Albains, la dispersion des matériels et l’incertitude topographique qui pèse sur presque chaque site interdisent une telle démonstration, mais un certain nombre d’indices, et notamment les différences de densité archéologique suivant les périodes, semblent plaider pour la validité du modèle restituable autour du lac de Castiglione : le résultat est que, dans cette perspective, les contextes funéraires ne sont plus représentatifs, sinon par leurs manques ou leur absence.

  • 202 « I Colli Albani... », p. 16.
  • 203 Comme le soulignait M. Torelli, dans la discussion in DdA, 1971, p. 99.
  • 204 Sur ce point, cf. notre Fondation de Rome, p.18 et s.
  • 205 Si ce n’est par J. Meyer, Pre-Rep. Rome, p. 25, et A. Magdelain, Etudes..., 1990, p. 472. Marx et E (...)
  • 206 On nous permettra de renvoyer à notre article « L’avenir du passé. De l’histoire de l’historiograph (...)

53D’après les considérations qui précèdent, on peut donc voir que ni la lisibilité ni la représentativité, à fin d’analyse sociale, des matériels archéologiques, d’origine funéraire pour la plupart, ne sont assurées. Doit-on conclure alors, avec Gierow, que « le nostre possibilità di distinguere attraverso lo studio dei corredi funebri qualche cosa delle strutture sociali sono molto limitate » ?202 Le jugement est sans doute trop tranché et de telles possibilités subsistent, même si elles sont plus limitées qu’on avait pu le croire naguère. Il apparaît de plus en plus que la réalité sociale des sociétés latiales est plus complexe, plus mouvante, plus incertaine aussi que ce que l’on pensait, et la nécessité d’insérer toute analyse de site dans un cadre plus vaste, au moins régional, est désormais évidente. Ce n’est pas que le principe de la correspondance entre la sphère funéraire et la sphère sociale ne soit plus valable, mais on a sans doute trop négligé le fait qu’il s’agit d’une correspondance subtile, ambiguë et souvent lacunaire, comme des fouilles d’habitats, qui jusqu’ici ont fait défaut, le montreront peut-être à l’avenir. Quant à l’autre principe qui a guidé les analyses contemporaines, celui d’une évolution sociale allant du plus simple au plus compliqué, c’est moins sa pertinence qui nous paraît être en question que sa chronologie et sa linéarité. On sait aujourd’hui, par exemple, que les sociétés de l’énéolithique pouvaient déjà être des systèmes relativement complexes et changeants. Du reste, les instruments d’analyse avec lesquels on a cherché à appréhender les réalités de la protohistoire latiale n’ont pas toujours été d’une précision exemplaire203, et la difficulté qu’ont les spécialistes à s’accorder sur les notions de sociétés tribales, de clans, de chefferies, fondées ou non sur la parenté, avec ou sans classes, illustre la part d’idéologie que drainent avec eux les débats contemporains en la matière : il en a toujours été ainsi dans la recherche sur les primordia et, en soi, cela n’a rien d’étonnant. Au xvie siècle, les controverses bibliques constituaient souvent l’arrière-plan, le non-dit de tout écrit sur la légende des origines de Rome204 ; aujourd’hui, ou plutôt hier (car la mode semble passée), il est clair que l’étude de la civilisation latiale a souvent servi de champ d’application, ou de repli, à une philosophie de l’histoire qui trouvait ses sources d’inspiration autant chez Lucrèce, Rousseau, Marx et Engels que chez Pinza ou Müller-Karpe. Reconnaître cette évidence, rarement mise en lumière il est vrai205, ce n’est pas méconnaître l’indiscutable fécondité heuristique de ce type d’analyses, illustré par tant de publications fondamentales, c’est tout simplement répondre à cette exigence de réflexivité sans laquelle il ne saurait y avoir de méthode historique digne de ce nom206.

LES VIVANTS ET LA TERRE

54Les considérations qui précèdent montrent qu’on doit admettre la possibilité que, dès ses débuts, la civilisation latiale qui s’épanouit sur les monts Albains ait déjà été dotée d’un certain degré de complexité sociale. À vrai dire, pour pouvoir évaluer mieux ses structures, en l’absence de fouilles d’habitats, il faudrait mieux connaître les modes de vie des premiers Latins, qui, eux aussi, demeurent l’objet d’évaluations divergentes, comme le montrent les études sur la transhumance en milieu latial.

1) La transhumance

  • 207 In MAH, 25, p. 293-328 : cet article n’est, il est vrai, pas exempt d’erreurs de références.
  • 208 C’est par la transhumance que Gierow a expliqué l’isolement de ce qu’il appelle le groupe de Bosche (...)
  • 209 « Rome archaïque : une société pastorale ? » in Pastoral Economies in Classical Antiquity, C. R. Wh (...)

55De ce point de vue, les monts Albains se sont trouvés, avec ceux de la Sabine (que nous laisserons de côté ici), au cœur d’un débat qui, tout au long du xxe siècle, est passé par des positions contrastées. En 1905, dans un article207 qu’il consacrait à « la transhumance des troupeaux en Italie et son rôle dans l’histoire romaine », A. Grenier expliquait la tradition de la destruction d’Albe par Rome comme un conflit pour la possession « des pâturages d’été du Monte Cavo », écrivant (p. 324) que « les troupeaux romains exilés de la plaine dès le début de la saison chaude furent, pour ainsi dire, l’avant-garde de l’armée romaine qui conquit Albe » ; à l’appui de sa démonstration, il invoquait (p. 323) les fouilles, alors en cours, de Boni sur le Forum romain et les similitudes qu’elles révélaient avec le matériel albain comme avec celui du centre de la péninsule. Ainsi en arrivait-il à soutenir que « Rome fut fondée par une bande de pâtres descendus des monts Albains » et que « les mœurs et les nécessités de la transhumance expliquent parfaitement l’histoire primitive du Latium », interprétant même l’ensemble du conflit patricio-plébéien comme une lutte entre éleveurs et agriculteurs. D’une manière générale, la tradition antique qui place les origines de Rome dans un monde agreste et pastoral (au sens exact du mot) rencontra longtemps208 un accueil favorable dans la recherche moderne, selon une tendance qui culmina dans le livre où Andreas Alföldi voulut éclairer, à la lumière du pastoralisme, Die Struktur des voretruskischen Römerstaates (1974). Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et, tout à l’opposé, C. Ampolo écrivit une quinzaine d’années plus tard, à partir d’une analyse du matériel romain archaïque, que « l’idée trop simple des prisci Latini éleveurs de bétail ne correspond pas à la réalité »209.

  • 210 O.c. infra n 221.
  • 211 D’un point de vue d’une typologie très générale, car la Mesta, par ex., « ne paraît pas avoir d’ant (...)
  • 212 La Civiltà Appenninica. Origine delle Communità Pastorali in Italia, Florence, 1959.
  • 213 Voir par ex. la mise au point de C. E. Östenberg dans son Luni sul Mignone e problemi della preisto (...)
  • 214 Réf. p. 107 et s. de l’ouvrage d’Alföldi indiqué supra.

56L’archéologie albaine permet-elle de choisir entre ces deux affirmations contradictoires ? Sur la réalité et l’importance de la transhumance, préhistoriens et historiens s’accordent et, au besoin, se prêtent un soutien mutuel. Les uns, à la suite de G. Barker210, notamment, s’attachent à retracer sur la carte de la péninsule les itinéraires et la chronologie des déplacements réguliers d’hommes et de troupeaux, que révèlent des vestiges dont la dispersion et la similitude sont à cet égard révélatrices ; les autres, forts des documents fournis par l’épigraphie et le droit, peuvent s’attaquer à l’étude des différentes implications du phénomène, qui trouve, avec des épisodes comme la Mesta castillane ou la douane de Foggia, d’évidents prolongements aux époques médiévale et moderne211. Dès lors, quelques constantes peuvent être dégagées : d’abord, que la transhumance est un fait d’ordre social et historique avant d’être une donnée imposée par la géographie ; d’autre part, que des formes apparemment identiques de transhumance peuvent impliquer des régimes de propriété très différents. Évidemment, de ces deux observations, il s’ensuit que, contrairement à un espoir visible çà et là, on ne sait pas tout d’une société lorsqu’on a établi qu’elle pratiquait, ou non, la transhumance. Ce d’autant que la période protohistorique à laquelle appartient la société albaine et latiale ne peut bénéficier des mêmes certitudes que celles dont disposent les époques préhistorique et historique. Autrefois, S. M. Puglisi avait, dans un livre célèbre, fait de la transhumance le fait central des sociétés apenniniques212 ; puis la fouille de sites comme Luni sul Mignone ou Sorgenti della Nova a montré que leurs habitants y demeuraient de façon prolongée et pratiquaient l’agriculture213. Ainsi en est-on venu à nier toute réalité aux légendes214, tant romaines qu’albaines, peignant les habitants des Colli et les futurs Romains sous les traits de conducteurs de troupeaux.

  • 215 La Méditerranée et le monde méditerranéen à lépoque de Philippe II (1949), Paris, 1979, p. 78.

57Qu’en est-il exactement ? À vrai dire, le débat ne gagne sans doute rien à être fixé ainsi dans des positions extrêmes. Car c’est un fait acquis depuis longtemps que la transhumance ne saurait être opposée à l’agriculture, comme une forme de civilisation à une autre. Bien plus, elle peut, elle doit même, selon ce qu’a montré Braudel, être considérée comme complémentaire par rapport à la culture des terres ; loin d’en être le contraire, elle en suppose l’existence. D’un autre côté, elle ne saurait être assimilée au pastoralisme, car elle « n’est qu’une des formes, régularisée et comme assagie, de la vie pastorale méditerranéenne [...], une forme assagie, fruit d’une longue évolution »215. Dans ces conditions, faire de la transhumance la clé des rapports entre Rome et les monts Albains ou soutenir, à l’inverse, que la Rome archaïque ne fut pas une société pastorale, c’est risquer de sonner la charge contre des moulins à vent. D’ailleurs, en la matière, l’usage de catégories générales peut être dangereux, car tout dépend de l’espace et du temps précis dont on parle. Ce qui est vrai du xe siècle peut ne pas l’être du viie et ce qui vaut pour la plaine littorale peut ne pas convenir aux pentes et aux plateaux du massif albain. Par transhumance, nous entendons donc ici, non pas une pratique prise dans un sens « originel » et pur de tout mélange, mais bien, selon une formule que nous empruntons à C. E. Östenberg (o.c., p. 244), un « pastoralisme agricole ». C’est pourquoi la démonstration, justifiée, du caractère agricole, et non pastoral, de la Rome des viie et vie siècles ne résout en rien, pensons-nous, la question de la « transhumance » aux temps de la civilisation latiale. Quant au célèbre texte de Varron si souvent commenté, remarquons seulement que l’auteur des Res Rusticae n’avait pas écrit que le peuple romain était un populum pastorum, mais un populum a pastoribus ortum (2, 1, 9), ce qui est différent. Il est vrai que, plus tard on placera la naissance de Rome, moins la possibilité même que l’émergence du fait urbain romain ait été contemporaine, ou immédiatement successive, par rapport à certaines formes de transhumance, sera vraisemblable, et plus grande sera alors la tentation, voire la nécessité, d’exclure totalement cette possibilité.

  • 216 O.c. supra p. 144.
  • 217 Cf. par ex., in Storia dellagricoltura italiana in età contemporanea, sous la dir. De P. Bevilacqu (...)
  • 218 Voir, dans l’ouvrage cité ci-dessus, la suggestive planche 68.
  • 219 Cf. Grenier, o.c., p. 304 ; voir aussi les réf. indiquées in Le urne a capanna..., p. 137, auxquell (...)
  • 220 Cf. déjà Grenier, « L’hist. des orig. de R. d’après les derniers travaux italiens », in Journ. Sav. (...)
  • 221 En ce sens, on se référera à l’enquête conduite sous la direction de G. Barker et Grant, à propos d (...)

58Pour autant, on ne cédera pas aux illusions d’un comparatisme facile : les immenses pâturages de la Campagne romaine et leurs troupeaux innombrables si bien décrits par Châteauvieux216 et ses contemporains, Chateaubriand en tête, ne traduisent pas un état de choses naturel qu’il ne resterait plus qu’à transposer tel quel à la protohistoire latiale : comme le pressentait déjà Grenier, et comme les études plus récentes l’ont confirmé217, cette situation résulte d’une exploitation financière et spéculative qui fait de la transhumance, à une époque qui ne connaît pas la mécanisation, le moyen de tirer un revenu de la terre, sans travail et sans main-d’œuvre. La même prudence s’impose pour ce qui pourrait passer aussi comme le signe supplémentaire d’une continuité multimillénaire : ces cabanes de bergers, encore nombreuses autour de l’Vrbs jusqu’au début du xxe s.218 et pour lesquelles le parallèle avec les cabanes dites de Romulus et les huttes chantées par la tradition classique a été maintes fois proposé219. Mais, comme le remarquait un jour Pinza à propos des nécropoles albaines : « La necropoli stabile suppone la dimora stabile »220. Entre les cabanes albaines dont les urnes-cabanes restituent la silhouette et celles présentes en Latium jusqu’au début du xxe siècle, l’équivalence n’est donc que très imparfaite. Voilà pour le mirage d’une histoire, et en l’occurrence d’une protohistoire, qui se conjuguerait éternellement au présent. Faut-il, dans ces conditions, clore le dossier de la transhumance latiale et albaine par un définitif non liquet qui, en matière de recherche, équivaudrait à une conclusion négative ? Nous ne le pensons pas, même si l’archéologie n’est pas encore en mesure d’apporter sur ce point des preuves décisives : on en est en effet encore, sur cette question, à l’élaboration des paramètres pertinents221 que pourront fournir peut-être des enquêtes d’ethnoarchéologie et des études comparatives ; s’agissant des Colli, où l’écrasante majorité des vestiges est d’origine funéraire et où les techniques les plus modernes de micro-analyse n’ont pu être mises en œuvre, on ne peut pour l’instant procéder que par analogie.

  • 222 Cf. Lexikon der Ägyptologie, 3, 1980, s.v. Krummstab, col. 821. Le rapprochement Egypte-Rome est fa (...)
  • 223 Cf. A. Giovannini, « Le sel... », in Athenaeum, 63, 1984, p. 373 et s. ; F. Coarelli, Foro Boario, (...)
  • 224 Rappelons que dans la transhumance « normale », « propriétaires et bergers sont gens de la plaine ; (...)
  • 225 On pourrait de ce point de vue rappeler une remarque de Châteauvieux soulignant (o.c. p. 144) la li (...)

59Certains indices méritent néanmoins, dès maintenant, d’être pris en considération. Passons rapidement sur ceux, bien connus, qui proviennent de Rome même : le fait, d’abord, que les principaux rites de fondation de la Ville, les Parilia et les Lupercalia, pour isolés qu’ils soient dans un calendrier à coloration surtout agraire, fassent référence à une civilisation pastorale ; si indéniable que soit la part de stéréotypes véhiculée par la vision qu’avaient les Romains de leurs origines, cet élément, à moins de prendre l’effet pour la cause, peut difficilement être négligé. Pensons aussi à l’objet dont la tradition fait l’insigne de Romulus et de ses successeurs, ce lituus, dont la fonction première se laisse facilement reconnaître : celle d’une houlette de berger, à l’instar du kherep qui était l’apanage du pharaon égyptien222. Par ailleurs, le site romain fournit, avec l’existence avérée d’une voie de transit des troupeaux reliant la montagne à la côte, et de celle d’un marché aux bestiaux – via Salaria et Forum Boarium –, des arguments223 difficilement réfutables en faveur de l’existence d’une transhumance qu’on pourrait tenter de caractériser comme appartenant au type dit inverse224 (ou mixte ?), troupeaux et bergers venant du haut pays, la plaine concentrant les fonctions marchandes. Sur le Palatin même, le nom de la porta Mugonia, sans parler de celui de la déesse Pales, renvoient peut-être au même contexte, qui, encore une fois, n’exclut nullement la culture des terres225.

  • 226 De ce que la via Latina aboutit à la porte Capena, on a souvent supposé, avec Lugli, qu’elle allait (...)
  • 227 On verra dans G. M. De Rossi, Bouillae, 1979, p. 298, la liste des variantes anciennes du toponyme  (...)
  • 228 Sur cette situation, cf. F. Coarelli, Dintorni di R., p. 72. Le nom de Bouianum était mis en rappor (...)
  • 229 Ad Sat., 6, 55, citée infra p. 560 : à noter qu’elle confirme l’existence d’une ara sur le mons. Un (...)
  • 230 La participation de Bovillae au Latiar est confirmée par Cic., pr. Planc., 9, 23.
  • 231 Cf. Liv., 2, 39 : Abeken (Mittelitalien, p. 69) la situait au s.e. de Bovillae ; le site en pourrai (...)
  • 232 Encore que, sur ce point, l’importance accordée par la tradition au travail de la laine, que confir (...)

60Tout cela, il est vrai, ne concerne que les bords du Tibre et pas nécessairement les monts Albains. Cependant, le possible aboutissement, ou plutôt départ, de la via Latina au Forum Boarium226, précisément, orienterait l’attention dans cette direction. Sans parler (car il peut être d’implantation tardive) de la présence, le long de l’Appia, d’un sanctuaire d’Hercule, divinité dont le culte a été souvent mis en rapport avec la transhumance, la région albaine fournit d’autres indices. Le plus évident nous paraît être le nom même de Bouillae227 – proche de celui du Bouianum attesté en pays samnite, sur le plateau du Tavoliere –, et qui doit être mis en rapport avec les concentrations de troupeaux de bovins (bos)228 qui s’y renouvelaient chaque année, à l’approche de l’hiver et au début du printemps. Ce n’est ainsi pas un hasard si un toponyme si parlant s’est fixé en un lieu qui se situe au croisement de la route – appelée Cavona et utilisée pour la transhumance jusqu’à l’époque moderne – venant des monts de Tibur, et de celle qui deviendra l’Appia. Telle que l’atteste une scholie au texte de Perse229, la légende de fondation de Bovillae demande d’autant plus à être lue sous cet éclairage qu’elle la met en relation directe avec le sacrifice célébré annuellement sur le mont Albain230, dont le caractère pastoral a été maintes fois souligné. On notera que le toponyme, auquel il faut sans doute ajouter celui de la cité de Mugilla231, permettrait ainsi de répondre à la question, toujours difficile, de l’identification des espèces animales concernées par cette transhumance : il s’agirait donc de bovins plus que d’ovins232. Sans doute garde-t-il le souvenir d’une véritable foire à bestiaux, dont sa proximité avec Rome s’accommoderait bien d’une datation préromaine.

  • 233 Comme on l’a très souvent reconnu : cf. par ex. Alföldi, ERL (chap. 1), qui liait cet aspect avec s (...)

61Un autre indice (en relation avec le précédent) orienterait l’analyse dans le même sens : le sacrifice du Latiar réunissait les peuples latins pour l’immolation d’un taureau blanc sur la cime du mons Albanus et pour des libations de lait. Tout, dans cette cérémonie, évoque la transhumance233 : l’animal sacrifié, la boisson offerte, le lieu, excentré par rapport aux courants de circulation historiques et même protohistoriques, et jusqu’à la période de l’année où elle était ordinairement célébrée, le printemps.

  • 234 Argument déjà avancé par C. E. Östenberg, Luni sul Mignone, p. 239, et repris par G. Barker, o.c., (...)
  • 235 Ex. cité par F. Arietti, B. Martellotta, La tomba del Vivaro..., n. 15 p. 120, et p. 116 et s. pour (...)

62Les considérations qui précèdent nous autorisent, nous semble-t-il, à revenir aux arguments, quelque insuffisants qu’ils soient, fournis par l’archéologie. De ce point de vue, le fait le plus important nous paraît être la présence, maintenant attestée sans doute possible, nous l’avons vu, de vestiges protovillanoviens et surtout apenniniques sur les monts Albains, notamment au site dit Colle della Mola (Rocca Priora), occupé du Bronze final au Fer. On sait aujourd’hui, nous l’avons dit, que la civilisation apenninique pratiquait l’agriculture ; il serait néanmoins paradoxal d’aller jusqu’à prétendre que la transhumance ait été ignorée par des hommes qui ont laissé des traces sur le Gran Sasso d’Italia, à plus de 1 500 mètres d’altitude !234 Or le massif albain est pourvu, on l’a vu dans la première partie de ce livre, de hauts plateaux intermédiaires, notamment celui des Campi d’Annibale, particulièrement appropriés aux pâturages d’été. À une époque encore récente, on faisait paître dans la plaine du Vivaro des bêtes que l’on conduisait l’hiver près du lac de Giulianello235.

  • 236 En ce sens, cf. A. M. Bietti Sestieri et G. Bergonzi, in Il Bronzo Finale in Italia, 1979, p. 420. (...)
  • 237 Val. Max., 3, 4, 1.
  • 238 Voir L. Drago Troccoli in RPAA, 75, 2003, p. 32-104.

63Il nous paraît donc très probable, au regard de l’ensemble de ces considérations, que la transhumance a été pratiquée par les Latins des monts Albains, et qu’elle a pu contribuer à établir, entre la montagne et la plaine, ces relations suivies que vient illustrer la ressemblance des matériels archéologiques – pensons notamment à Anzio236 et à sa nécropole, dont le caractère « albain » a été maintes fois mis en lumière. Ainsi, lorsqu’on lit, à propos de Tullus Hostilius, que, Incunabula Tulli Hostilii agreste tugurium cepit : eiusdem adulescentia in pecore pascendo fuit occupata237, on y reconnaîtra, certes, un topos littéraire, mais peut-être aussi le souvenir d’un genre de vie présent dans la montagne albaine et rattaché ici, artificiellement si l’on veut, à celui des rois de Rome dont la geste était la plus liée aux légendes albaines. Rappelons en tout cas l’occupation saisonnière de crêtes albaines comme celles du massif de l’Artemisio mise en lumière par les archéologues actuels238, pour une chronologie qui va du néolithique au Bronze final et, dans certains cas, jusqu’au Fer : or ces spécialistes lient une bonne part de ce phénomène au contrôle des parcours de transhumance vers les prairies du Vivaro qui, jusqu’au milieu du xxe s., serviront au pacage estival des troupeaux.

  • 239 G. Pullé, « La pastorizia nella campagna Romana », in Riv. geografica ital., 22, 1915, p. 490-501. (...)
  • 240 On comparera également avec l’étude de L. Cracco Ruggini, « Uomini senza terra e terra senza uomini (...)

64Il reste que beaucoup de questions demeurent posées : en 1915, un géographe239, étudiant les pratiques modernes de la transhumance en Latium, soulignait la difficulté de décrire exactement un phénomène qui lui était pourtant contemporain ; a fortiori sera-t-il difficile, voire impossible, de préciser, pour la protohistoire, l’origine et la composition exacte des troupeaux, leurs parcours précis, la nature des relations économiques et sociales mises ainsi en œuvre entre les gens d’ » en haut » et ceux d’ » en bas ». Tout au plus, quelques données fondamentales pourront être soulignées, dans la mesure où elles dépendent peu des variables historiques : ainsi en va-t-il de l’identité qu’on supposera entre les itinéraires d’aller et ceux de retour ; les dates butoirs traditionnelles pour les migrations de troupeaux dans le Latium du xixe siècle peuvent également donner un moyen de comparaison utile : elles se plaçaient au premier octobre et au vingt-quatre juin ; quant au trajet lui-même, il se faisait le jour à l’aller, dans le sens de la descente, et la nuit au retour, en raison des chaleurs ; la durée du premier était supérieure à celle du second, les bêtes étant alors gravides. Il s’agissait d’une transhumance à long, voire très long rayon d’action et impliquant des troupeaux de plusieurs dizaines de milliers de têtes ; la transhumance latiale a dû évidemment mettre en mouvement des cortèges beaucoup plus réduits, et sur des distances bien moindres. C’est précisément pour cela que les monts Albains ont pu y jouer un rôle, alors qu’au siècle dernier ils ne paraissent plus touchés que marginalement par le phénomène. Un fait, en tout cas, mérite d’être souligné à la lumière de cette comparaison avec l’époque moderne : pour les troupeaux établis sur les pâturages albains, le déplacement vers les plaines littorales ne passe pas nécessairement par Rome, contrairement à ce que supposait Grenier. Davantage, on peut même présumer, eu égard au nombre et au développement des habitats sédentaires en Latium dès la période II B, que, dès le ixe siècle, si ce n’est avant, la transhumance n’est sans doute plus l’activité principale ni le grand facteur de développement et de contacts qu’elle avait pu être auparavant, mais un fait marginal et résiduel. Nous pourrions donc conclure que la transhumance a joué, en Latium et dans les monts Albains, un rôle majeur durant les temps protovillanoviens qui ont précédé et préparé l’émergence de la civilisation latiale ; elle aura gardé ensuite une importance assez grande pour influencer l’image que les Romains ont eue de leurs origines. Gardons-nous, pour autant, de croire à une progression simplement linéaire ! L’exemple du ve siècle, qui voit les peuples èque, volsque et hernique faire peser sur l’Vrbs et son territoire, temporairement amoindris par la chute des rois et les luttes intestines, une pression qui concerne au premier chef les monts Albains et leurs pâtures, suggère que la transhumance a pu alors de nouveau, pour reprendre l’expression de Grenier (qui ne parle pas de ces guerres), jouer un « rôle dans l’histoire romaine »240.

  • 241 O.c., p. 92.

65On est bien loin, on le voit, de l’image d’une transhumance éternelle, imposant sa loi à une histoire qui se réduirait à l’écume des jours. Là réside, en effet, le paradoxe d’une telle étude : la transhumance doit nécessairement être considérée sur la longue durée, qui seule peut faire apparaître l’ampleur de ses rythmes, mais loin que cette dimension s’oppose à l’analyse d’évolutions éventuelles, elle est le seul moyen de mettre ces dernières en évidence et d’échapper ainsi au mirage d’une histoire immobile. On se souvient que, dans la plaine tibérine, notre étude de l’emissarium Albanum nous a conduit à dessiner une géographie de l’eau autour de Rome qui est aussi une histoire de la maîtrise et de l’accaparement par les Romains d’une ressource essentielle qu’ils ont été chercher dans les monts Albains. Ainsi restituée, la destinée conjointe de la plaine romaine et de la montagne albaine dessine maintenant un schéma qui pourrait bien être celui que l’auteur de la Méditerranée et le monde méditerranéen à lépoque de Philippe II a fixé en traits ineffaçables, lorsqu’il soulignait « l’extrême lenteur des oscillations, nomades contre transhumants, montagnards contre gens des plaines ou des villes. Tous ces mouvements réclament des siècles pour s’accomplir. Une plaine naît à une vie plus active, lutte contre ses eaux sauvages, organise routes et canaux ; un siècle, deux siècles viennent de s’écouler. Une montagne commence à émigrer, l’essaimage va durer tant que l’essor du pays d’en bas permettra ces fuites, un siècle, deux siècles, davantage. Ce sont là des processus plus que séculaires, leur mouvement ne se révèle que si le champ chronologique de l’observation est ouvert à l’extrême. La montagne peut alternativement tout gagner puis tout perdre ou se perdre dans son triomphe même »241.

66À dire vrai, avant de pouvoir affirmer que cette histoire est aussi celle de la montagne albaine dans ses rapports avec la plaine romaine, il nous reste bien des points à éclaircir, des conclusions à assurer. Notamment celui-ci : si la transhumance se définit aussi en fonction de pratiques agricoles dont elle est le complément parfois indispensable, qu’en est-il de ces dernières, et notamment de la culture de la vigne qui a, dans les légendes latines, tant d’importance à travers le personnage de Mézence ?

2) L’agriculture

  • 242 Voir, pour linstant : P. A. J. Attema, « Loccupazione della campagna nel periodo protostorico nel (...)
  • 243 De ce point de vue, voir surtout L. Capogrossi Colognesi, notamment La Terra in Roma Antica, 1. Età (...)

67Avant de répondre à cette question, quelques considérations générales s’imposent. La première n’est qu’une évidence : sauf exceptions, qui ne concernent pas les monts Albains, l’archéologie est très peu loquace sur les pratiques agricoles de la protohistoire et de l’archaïsme ; en tout état de cause, et même là où elle apporte, notamment à la suite de prospections de surface menées à grande échelle (qui n’ont guère été faites dans les Colli), des éléments et des indices242, elle reste muette, ou plutôt ambiguë, sur ce qui est peut-être l’essentiel : l’identification des cultures pratiquées, des rendements, et du régime de la propriété des terres. C’est d’ailleurs sans doute en raison de ces lacunes structurelles que la recherche sur l’agriculture romaine archaïque se transforme si facilement en étude historiographique243 de la littérature érudite moderne sur ce sujet. Dans ces conditions, la voie de la comparaison semble s’ouvrir tout naturellement au chercheur soucieux d’appuyer ses déductions sur quelque base concrète.

  • 244 Voir infra p. 415 et s. pour les textes sur le vin.
  • 245 Cf. M. Andreussi, « Stanziamenti agricoli e ville nel Lazio », in Societa et rapporti di produzione (...)
  • 246 Le laghetto Savelli a été depuis transformé en terrain de golf ; pour le lac d’Aricie, cf. l’illust (...)

68Comparaison, d’abord, avec ce qui a pu se passer dans les mêmes lieux, mais en d’autres temps : la fertilité des sols albains, l’abondance et la qualité de leurs productions ne font ainsi aucun doute pour l’époque républicaine et impériale. En témoignent, dans la littérature, de nombreux textes244, et, sur le terrain, la multiplicité des ruines qu’on peut rapporter à de grandes villas245, domaines d’exploitation autant que de villégiature. Aujourd’hui encore, un espace comme le vallon d’Aricie246 est le lieu d’une agriculture intensive à hauts rendements d’agrumes et de primeurs. Cependant, comme l’ont montré les travaux de Roger Dion, la fertilité est d’abord une notion historique ; est-il croyable alors que les Anciens Latins, qui ne disposaient que d’outils fort imparfaits, de bois plutôt que de fer, aient pu atteindre déjà, toutes proportions gardées, cette prospérité agricole qui devait être celle de leurs descendants ?

  • 247 Voir C. Ampolo, « Le condizioni materiali della produzione. Agricoltura e paesaggio agrario », in D (...)

69Beaucoup ne le pensent pas, et choisissent pour cette raison la comparaison avec l’agriculture médiévale : n’offre-t-elle pas un modèle bien plus pertinent pour la réflexion sur ce qu’a pu être l’agriculture, et la viticulture, latiales ? On aboutit alors à l’hypothèse, aujourd’hui communément acceptée, de rendements très bas, et d’une agriculture latiale arriérée et « moyenâgeuse »247. On remarquera que cette estimation trouve très bien sa place dans le cadre général de la théorie qui ne date l’émergence des faits d’ordre gentilice et urbain en Italie centrale qu’au viie siècle.

  • 248 Et à sa publication (posthume), « Un chapitre d’histoire pontine. Etat ancien et décadence d’une pa (...)
  • 249 O.c., p. 144. Il convient néanmoins de relativiser, c.à.d. d’historiciser la validité d’un tel rapp (...)
  • 250 Dès la période II B est attestée la culture de divers légumes (pois, fèves, lentilles) ainsi que de (...)
  • 251 Dans sa contribution à la Storia di Roma, 1. Roma in Italia (citée supra), p. 317-339 (avec la bibl (...)
  • 252 Voir en ce sens : G. Cifani, « Notes on the rural landscape of central Tyrrhenian Italy in the 6th- (...)

70Reste que nous avons vu, sur les monts Albains et dans la plaine, une aristocratie s’affirmer nettement dès les débuts du viiie siècle : supposer que les « seigneurs », principes, enterrés au Vivaro, au Valmontone (Velletri), au Monte Crescenzio et, dans la plaine, au Torrino, sans parler de ceux, très nombreux, de sites comme Castel di Decima, ne devaient leurs richesses qu’au commerce et à la rapine, relèverait assurément de la petitio principii. La maîtrise, sous une forme ou sous une autre, de la terre, a dû y avoir sa part, qu’il s’agisse de concession, d’empiètement sur un domaine commun ou, comme on le pense généralement, et à notre avis avec raison, de propriété gentilice. Mais la validité de la comparaison avec le Moyen Âge est contestée par des savants comme De Martino. Pour notre part, sans juger un point qui n’est pas de notre compétence, nous voudrions faire ici une observation que nous emprunterons à La Blanchère248, génial explorateur des terres pontines et véritable inventeur de la comparaison, redécouverte de nos jours, du Latium archaïque avec le monde homérique (o.c., p. 161). À propos des « collines véliternes » qui bordent à l’orient le territoire dont il s’efforçait de faire revivre l’histoire « primitive », il soulignait le caractère spécifique qu’avait dû y avoir l’agriculture archaïque, partant d’une comparaison, qu’il reprenait à Dureau de la Malle, entre la montagne albaine et la Limagne française249. Il montrait conséquemment la productivité, insoupçonnée des historiens modernes de la Rome archaïque, d’un sol travaillé sans relâche à bras, sans outils mais par une population y cherchant non une source de profit, mais de quoi se nourrir et se développer. Il faut relire, et méditer, ces réflexions, qui n’ont rien perdu de leur actualité historiographique, bien au contraire ; car elles montrent que l’antinomie entre agriculture de subsistance et agriculture de surplus, sur laquelle s’est fondée une partie de la recherche moderne sur les primordia, est un anachronisme. S’appuyant sur ce parallèle éclairant, du moins en partie, La Blanchère peut alors montrer que ce qui ne peut être obtenu par la charrue, peu utilisable du reste sur des terrains en pente, peut l’être par un travail à bras intensif et mené probablement en commun. Récusant là encore les fausses oppositions, il montrait, précisément et concrètement, comment il s’agissait d’une agriculture à la fois parcellaire et communautaire (revalorisant du même coup la tradition antique relative à l’heredium romuléen). La mort prématurée de son auteur l’a empêché de publier en livre ses analyses, et son travail interrompu s’est trouvé bientôt enfoui sous la masse des travaux qui ont suivi. On ne peut que regretter (avec J. Carcopino et F. Coarelli) que la recherche moderne ait ignoré, à quelques exceptions près, des conclusions si précises et si neuves, dont toutes les implications n’ont pas encore été tirées : à tous ceux (Momigliano, Pallottino) qui, à bon droit, n’étaient pas convaincus par la vision que leur offrait Alföldi d’une Rome archaïque étriquée, à ceux qui entendaient revaloriser la tradition des frumentationes prédécemvirales, aux partisans d’une « grande Rome des Tarquins », ces pages lumineuses eussent fourni un argumentaire qu’ils n’ont même pas songé à utiliser. Aujourd’hui, cette définition si suggestive de l’agriculture des collines albaines comme « un jardinage agricole étendu à tout le pays » (p. 165), cette image d’une terre « travaillée par le menu », nous conduisent à penser, au rebours de l’opinion encore dominante, que « le travail à bras profond, la culture parcellaire acharnée donnaient sûrement de forts produits » (p. 153), et à récuser, en conséquence, une vision primitiviste, voire misérabiliste, de l’agriculture dans le Latium archaïque. D’ores et déjà, les analyses de paléobotanique réalisées sur le site de Cures Sabini250, d’une configuration voisine de celle des collines albaines, prouvent le caractère relativement évolué des pratiques agricoles dès le viiie siècle. La Blanchère n’avait pas manqué de tirer les conséquences de sa démonstration, du point de vue de la démographie historique : refusant les chiffres proposés par Beloch, il souscrit, sur des bases différentes, à ceux avancés par Mommsen, qui donnaient au Latium de la fin du vie siècle une population nombreuse ; dans ces conditions, les chiffres transmis par les sources antiques lui semblent plausibles, comme ils l’ont semblé à l’un de ses récents lecteurs, Filippo Coarelli251, qui, sur ce point, n’a pas rencontré l’assentiment de ses collègues. Quoi qu’il en soit, nous voudrions retenir de cette relecture du Mémoire de La Blanchère que les monts Albains, à l’époque de « l’antique histoire italique, si fabuleuse pour les événements, si précise pour les faits sociaux » (p. 139), ont pu permettre à une population relativement nombreuse d’y vivre et d’y prospérer, au point même d’avoir besoin de nouvelles terres, ce que semble montrer, selon nous, l’assèchement, de date peut-être archaïque, du vallon d’Aricie. L’heure est donc venue, nous semble-t-il, d’un changement de méthode et de perspective générale pour l’étude de toutes les questions liées à la terre dans le Latium archaïque252.

  • 253 Sur laquelle nous renvoyons à notre Fondation de Rome, ainsi qu’à notre étude « La Roma quadrata : (...)
  • 254 Du reste, toute la démonstration de La Blanchère tend précisément à soutenir l’idée que « ces petit (...)
  • 255 Sur l’aspect botanique, cf. J. André, Lalimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 53 ; sur (...)
  • 256 Chez l’augure Lentulus, in cena augurali, Cicéron, en 46 av. J.-C., déguste ainsi, avant de s’en re (...)

71Nous n’avons pas ici à nous demander, comme le faisait La Blanchère, et comme on l’a fait après lui, quelles pouvaient être, plus précisément, les cultures vivrières pratiquées par les Latins des temps préromains, puisque la légende albaine n’aborde pas ce point, à une exception près, qui est celle du vin. En tout cas, son silence même ne nous apparaît pas dépourvu de signification quand on le compare avec la fréquence des allusions et des concepts liés au monde agricole figurant dans la légende romuléenne253 : en face du mundus romain, du lancer de glèbes dans la fosse primordiale, du rite du sulcus primigenius, des cultes de Consus et d’Ops, évidentes hypostases d’une agriculture céréalière qui connaît l’usage de la charrue, le monde des légendes albaines oppose ses bergers, plus ou moins brigands, ses forêts où l’on va se cacher, ses lacs pleins de religieux mystères. L’opposition est-elle seulement le fruit d’une rhétorique habile, ou ne reflète-t-elle pas quelque peu celle qui pouvait exister, et se développer, entre des collines et des coteaux où se mêlaient pâturages et cultures intensives qui ne pouvaient se faire qu’ » à bras », sans pour autant que leur rendement en fût négligeable, et une plaine où les solidarités du village-famille se sont diluées plus rapidement et où la possibilité d’employer la charrue a entraîné avec elle un bouleversement des anciens rapports sociaux ? Sans doute la réponse juste serait celle qui ferait leur part à chacune de ces deux solutions, et l’on peut imaginer que le topos ait fixé en antithèse, ombre et lumière, un contraste qui avait une réalité au moins partielle. Bien entendu, les riches nécropoles du lac Albain indiquent que les forêts et les pâtures avaient déjà laissé en partie la place aux cultures254 : on peut, on doit sans doute supposer avec tous les spécialistes, à commencer par La Blanchère, que le far, c’est-à-dire l’amidonnier et non l’épeautre, constituait alors une part importante de l’alimentation de ceux qui habitaient sur les Colli, au vu de la place qu’il occupe dans les rites et la symbolique de la Rome archaïque255 – songeons, par exemple, à la confarreatio ; le même argument vaudrait pour des légumes tels que la fève, et on peut se demander si des repas rituels comme ceux des Saliens, auxquels la tradition attribue une origine albaine, ou des augures256, ne peuvent pas être, étant donné le conservatisme de la religion romaine, considérés comme pourvus d’une réelle valeur documentaire quant à la question de l’alimentation et de l’agriculture des prisci Latini, car il ne nous paraît pas invraisemblable de penser que leur menu ait été fixé par la tradition.

3) La question du vin

  • 257 En attendant, nous évoquerons la fouille du site de Cures Sabini, qui offre des caractéristiques gé (...)
  • 258 A.R., 14, 8, 12. Dans le passage où il traite des mêmes événements, datés vers 365-364, qu’il situe (...)
  • 259 En ce sens, A. Tchernia, Le Vin de lItalie romaine, Rome, 1983, p. 57, où l’on corrigera la date 3 (...)
  • 260 LL, 6, 15 : « Sur les portes de Tusculum, il y a l’inscription : « défense de transporter en ville (...)
  • 261 Voir le livre 14 de la N.H., qu’il faut lire dans l’éd. J. André, 1958 : cf. 8, 64 pour la diversit (...)
  • 262 « Vin et société à Rome et dans le Latium archaïque », in Modes de contacts et processus de transfo (...)
  • 263 Comme l’avait reconnu déjà J. André, o.c., p. 120, n. 3.
  • 264 Comparer Plut., Num., 25,10, Pline, N.H., 14, 88 et 119 avec Tab., 4,3, 6,9, 6,10 et 10,6. Sur les (...)
  • 265 Il suffit de lire les chapitres 19 et 20 de Pline 14.

72Mais sans attendre le résultat d’éventuelles analyses paléobotaniques257, nous voudrions revenir sur une culture et un produit très présents sur les monts Albains à l’époque classique : la vigne et le vin. On sait que Denys258 montre les Gaulois installés dans les Colli vers 365 et renonçant à s’emparer de Rome sous l’effet des délices du vin albain : on a jusqu’ici récusé toute valeur historique à cette notice259. On a pensé qu’il s’agissait d’une anecdote destinée à anticiper le prestige d’un grand cru, que les Anciens (et Denys lui-même !) appréciaient fort, ce uinum Albanum qui se présentait comme « un vin blanc, tardivement vendangé, qu’on laissait souvent madériser » et auquel sa proximité avec l’immense marché de l’Vrbs conféra une renommée durable, attestée d’Horace à Juvénal, avant que le changement des goûts et des habitudes ne lui fasse « céder la place à des vins traités tout différemment, et sans doute de réputation inférieure » (A. Tchernia). À la réflexion, nous pensons que le dossier du vin latin et albain mérite cependant un réexamen. D’abord parce qu’on doit, à notre avis, y faire figurer une précieuse indication de Varron, suivant laquelle les portes de la ville de Tusculum s’ornaient d’une inscription défendant de transporter en ville le vin nouveau avant la proclamation des Vinalia : In Tusculanis portis est scriptum : Vinum nouum ne uehatur in urbem, antequam Vinalia calentur260. Il nous semble que le caractère à la fois sacral et épigraphique de l’information transmise par Varron (qui mériterait peut-être de lui gagner une place dans le dossier des lois et règlements épigraphiques et archaïques transmis par les textes), est un bon indice en faveur de sa relative ancienneté. On peut raisonnablement en inférer sinon l’exactitude littérale de la notice de Denys, du moins la culture du vin sur les collines de Tusculum au ive siècle av. n. è., et sans doute bien avant. Toute la question est de déterminer, si c’est possible, jusqu’où l’on peut aller dans cette remontée dans le temps, pour le problème de la chronologie du vin en Latium, ce vin dont le même Varron (ib., 6, 16) écrivait que huius rei cura non leuis in Latio, et dont on sait par Pline261 qu’il était présent chez les Latinienses, ainsi qu’à Aricie, Velletri, Nomentum. En d’autres termes, peut-on penser que les Anciens Latins des nécropoles des lacs albains, prisci Latini, aient cultivé, goûté et célébré le produit de la vigne ? S’il faut en croire la recherche moderne sur ces sujets, la réponse ne peut être que négative. Dans deux études qui ont fait date262, Michel Gras a, en effet, présenté une interprétation d’ensemble de la question du vin en Latium archaïque, qui devrait en principe exclure que les Latins aient connu le vin avant « le début du septième siècle », c’est-à-dire avant Rome. Sont mises en relation la présence de grains de raisins dans deux tombes du Forum (I et K), d’amphores vinaires sur les sites de Lavinium, Castel di Decima et Gabies, et des prescriptions rituelles connues comme « lois royales », mises sous le nom de Numa, selon lesquelles l’usage du vin aurait été interdit aux femmes, interdit également pour les libations funéraires, tandis que les libations aux dieux ne devaient pas provenir d’une vigne non taillée, disposition inversement symétrique263 à l’obligation faite au flamen Dialis de ne passer que sous des vignes taillées. Ainsi les amphores de Decima, les raisins du Forum comme les lois de Numa, qui ont des échos dans celles des XII Tables264, signeraient-ils par leur convergence l’arrivée du vin en Latium, selon une perspective réconciliant de façon particulièrement suggestive les données de l’archéologie avec celles de la tradition littéraire. Bien sûr, la possibilité que des boissons fermentées265 aient été déjà connues des Latins avant le viie siècle n’est pas ignorée, à juste titre du reste, mais en écrivant que « le temetum est le nom archaïque du vin » (1985, p. 387, n. 95), Michel Gras entend désigner le uinum comme un « produit nouveau » (1983, p. 1068) importé par les Grecs – probablement avec une médiation phénicienne. Quant à l’exclusion des femmes de la consommation de vin pur, répondant à celle des vins importés dans la pratique religieuse, elle marquerait l’avènement d’un « nouveau convivium, héritier du symposion grec » (ib., p. 1074) et consacrant l’ascendance d’une aristocratie « qui fait du vin à la fois le breuvage central du sacrifice et la boisson symbole du banquet » (ib.). Ainsi, les raisins du Forum « étaient probablement le signe d’une nouvelle culture encore considérée comme exotique mais qui, déjà, était pratiquée autour de Rome sur les terres des aristocrates les plus éclairés » (1985, p. 370), même si « bien évidemment, à ce stade », il s’agissait « de la préparation d’un breuvage réservé à une élite » (ib.).

  • 266 Voir déjà G. Piccaluga, « Numa e il vino », SMSR, 33, 1962, p. 99-103. Les fouilles récentes du For (...)
  • 267 O.c., p. 446-472.
  • 268 ERL, p. 209-210.
  • 269 Cf. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, 19889, s.v. Mézence. Disons plus exactement q (...)
  • 270 Du premier : La Religion romaine de Vénus, 1954, p. 139 ; du second : Fêtes romaines dété et daut (...)
  • 271 Cf. R. Schilling, o.c., à propos du combat Mézence-Énée : « Ce bref drame met en cause le principe (...)
  • 272 Cf. o.c. 1985, où l’on comparera la datation de l’introduction du vin à Rome « au début du viie siè (...)
  • 273 De fait, dans le chap. 8 de Gras 1985, « La réception du vin à Rome », il n’est pas question de Méz (...)
  • 274 Cf. IAL 2, p. 133 et s., et J. C. Meyer, Pre-Rep. Rome, p. 67-69 ; cf. supra p. 241.
  • 275 Cf. supra, p. 247.
  • 276 Cf. Necropoli Osa, p. 875. La tombe contenait une amphore.
  • 277 O.c., p. 687 : il s’agit de la tombe 482.
  • 278 « Cultura greca a Gabii nel sec. VIII », in PP, 47, 1992, p. 459-468, avec une proposition de lectu (...)

73On ne manquera pas d’être séduit par une analyse qui permet de relier un ensemble de faits disparates dont l’unité profonde n’avait pas été bien perçue. Une hypothèse qui aurait pour conséquence de donner au règne de Numa, présenté, en accord avec la tradition antique, comme l’inventeur du vin et le créateur des Vinalia, un contenu événementiel266 ne nous choque pas a priori. Cependant, un certain nombre de questions se posent, nous semble-t-il, dans cette interprétation qui fait du vin latin le résultat – relativement tardif – d’un apport grec. Dans un autre passage de son livre267, M. Gras a proposé pour le personnage de Mézence un rapprochement avec le responsable de la lapidation des prisonniers phocéens après la bataille d’Alalia, qui le conduisait à conclure à l’historicité de cette figure légendaire et à situer son activité, par rapprochement avec le Théfarie Vélianas des tablettes de Pyrgi, « dans le troisième tiers du vie siècle » (1985, p. 460), ce qui rejoignait d’une certaine manière la datation proposée par Alföldi268. Dans le dossier des « témoignages littéraires et épigraphiques rapportant les tentatives du « tyran » de Cerveteri, Mézence, pour obtenir la dîme de la vendange du Latium » (o.c., p. 461), le silence de Virgile doit être remarqué puisque, comme l’a souligné Pierre Grimal, « à aucun moment Virgile ne fait allusion à la promesse de consacrer le vin du pays latin, ni à Mézence, ni à Jupiter »269. Il reste que la légende de Mézence peut être considérée, selon ce qu’a montré R. Schilling, suivi par Dumézil270, comme l’aition des Vinalia, autrement dit le mythe par lequel les Romains271 s’expliquaient un rite qu’ils célébraient deux fois l’an (le 23 avril et le 19 août) et qui avait comme particularité première d’être consacré au vin. Or, de ce point de vue, on ne peut pas ne pas relever, sinon une contradiction, du moins une tension entre la datation de la figure de Mézence au viie siècle qu’imposerait l’examen du dossier du vin en Latium, et celle qui, suite au rapprochement suggestif proposé par M. Gras avec les lendemains d’Alalia, la fixerait un siècle plus tard272. Il est vrai qu’on peut, s’agissant de données d’origine différente, exclure du dossier du vin latin et des Vinalia toute analyse du mythe étiologique qui les justifie, de telle sorte que l’on ait d’un côté les Vinalia sans Mézence et de l’autre Mézence sans les Vinalia273.Par ailleurs, il n’est pas sûr que les amphores latiales se prêtent à une interprétation univoque : les nombreux exemplaires qu’a fournis le site albain de la Riserva del Truglio274 ne sauraient en effet être négligés. Peut-on vraiment parler ici de « breuvage réservé à une élite », lors-qu’on se souvient que la nécropole de la Riserva est caractérisée par tous les commentateurs, de Gierow à Colonna, comme reflétant une population de paysans soldats sinon pauvres, du moins modestes et n’appartenant en aucun cas à une quelconque forme d’aristocratie275 ? Dès la phase IV A, soit la fin du viiie siècle, le vin apparaît près de Marino comme un breuvage relativement courant. Une révision de la thèse « numaïque » s’impose donc sur le plan sociologique ; il n’est pas sûr que l’on puisse s’en dispenser non plus sur le plan chronologique. Il ne s’agit pas de la datation de la tombe 600 de Gabies, maintenant fixée au troisième quart du huitième siècle276, puisque le principe d’un éventuel décalage de cet ordre était anticipé par M. Gras dès 1983 ; il est vrai, également, que le site de l’Osteria dell’Osa n’a révélé finalement aucun grain de raisin. Mais il a aussi permis, en 1988, une découverte tout à fait inattendue : celle d’un vase pourvu d’une inscription en caractères grecs et remontant à la fin de II B277, ce qui en fait la plus ancienne inscription grecque jamais trouvée en Italie. La question se pose de savoir quel était le liquide contenu par ce récipient dont E. Peruzzi a voulu interpréter l’inscription dans un sens dionysiaque278.

  • 279 On se référera utilement au catalogue de l’exposition La Vigne et le vin, Paris, Cité des Sciences (...)

74Laissons aux archéologues le soin de trancher sur cette dernière hypothèse, et contentons-nous de souligner l’ambiguïté de certains indices tenus pour décisifs dans le contexte romain : indiscutable nouveauté, la présence de grains de raisins dans les tombes à partir de IV A peut fort bien refléter un changement non pas dans la réalité, mais seulement dans l’idéologie funéraire. D’ailleurs, elle n’implique pas pour autant la présence de vin puisqu’il faut distinguer, avec les spécialistes de l’histoire du vin279, différentes étapes dont aucune n’entraîne nécessairement l’autre : existence de vignes, culture de vignes, production de vin, viticulture avancée, et, bien entendu, arrivée de vins importés. Même chose pour la présence d’amphores vinaires d’un type incontestablement nouveau : l’apparition d’un nouveau conteneur n’implique pas toujours celle d’un nouveau contenu.

  • 280 « Les débuts de la vigne et du vin en Italie et en Gaule d’après le vocabulaire », in BASNF, 1994, (...)
  • 281 P. Flobert, o.c., p. 291.
  • 282 Ib.
  • 283 Ib.

75À première vue, la dérivation du grec de l’étrusque vinum, reproposée récemment par L. Agostiniani, irait dans le sens d’une interprétation numaïque ; cependant, même dans ce cas de figure, des découvertes archéologiques, notamment à Tarquinia, orientent de plus en plus vers un horizon précolonial pour cet emprunt, soit environ le ixe s. Quant à faire dériver directement le latin du grec, cette hypothèse est abandonnée depuis longtemps, car elle se heurte à des apories mises en lumière par A. Meillet puis P. Flobert280. Il apparaît en effet qu’un nom commun du vin est présent aussi bien en falisque (dès le viie siècle), ombrien, volsque, messapien, sicule, lépontique, étrusque, que dans le domaine anatolien avec le hittite et les dialectes louvites, dans l’arménien, les parlers caucasiques, sans oublier les langues sémitiques comme l’hébreu (influençant l’ougaritique et l’akkadien), l’arabe, le « sabéen » et l’éthiopien. On notera que le phénicien use d’un vocable différent (trs), tout comme le sumérien et l’égyptien. « L’unanimité de toutes les langues anciennes de l’Italie prouve donc la spécificité de uinum face à οἶνος » et l’ancienneté de la connaissance du vin dans la péninsule, avant le commerce grec et mycénien, « c’est-à-dire, au bas mot, au milieu ou dans la première moitié du IIe millénaire »281. D’un point de vue plus général, plutôt qu’à une origine unique, à laquelle s’oppose la persistance de formations différentes ici et là, on pensera à une diffusion « d’est en ouest », « à partir d’une zone comprenant l’Asie Mineure orientale, le sud du Caucase ou une partie du Proche-Orient » (p. 292). En conséquence, toute connexion entre l’arrivée du mot et du produit qu’il désigne, et celle des amphores latiales du viie siècle, serait périlleuse. Il semble donc que, lorsque les amphores retrouvées à Decima, Gabies, la Riserva, arrivèrent en Latium, le mot uinum existait déjà sur place depuis longtemps. Quant à vouloir dissocier le mot de la chose en supposant que uinum aurait d’abord, et de toute façon à date très haute, désigné une boisson fermentée qui ne serait pas du vin proprement dit, la liaison intrinsèque entre ce terme et ceux qui désignent la vigne et la vendange, uinea et uindemia282, « l’abondance de la dérivation et de la composition » linguistiques auxquelles il a donné naissance – pensons notamment aux Vinalia – suffisent à l’interdire. Faut-il alors que Numa, à défaut de créer les Vinalia, ait introduit, et codifié, des procédés plus complexes de viticulture empruntés aux Grecs ? Cette solution est tentante, mais, dans ce cas, on conviendra aisément que les termes désignant ces procédés devraient être d’origine grecque : or, de mustum (moût) à passum (vin de raisins séchés), de torcular (pressoir) à prelum (presse), c’est un fait établi depuis longtemps par les linguistes que ces termes sont tous d’origine latine283.

  • 284 Cf. Pline, N.H., 18, 2, 7.
  • 285 Gras 1985, p. 380.
  • 286 Pélasges..., p. 615.

76De plus, le rôle de viticulteur en chef reconnu à Numa n’est sans doute, à notre avis, que le parallèle de celui de premier boulanger qui lui est reconnu par la même tradition284 : il est l’inventeur du vin comme il est celui du grillage du far. Quant aux lois portant son nom, il serait périlleux de trop s’y fier : si l’historicité de celles des XII Tables n’est plus niée par aucun savant, celle des lois royales est pour le moins sujette à débat et il se peut fort que l’on ait affaire, au moins en partie, à des anticipations rétrospectives, à partir, précisément, du texte décemviral. Quant à reconnaître dans le Sabinus uitisator virgilien (Aen., 7, 178-179) la figure du second roi de Rome285, on y verra plutôt, avec Dominique Briquel286, un ancêtre mythique et éponyme de la nation sabine.

  • 287 Voir dans la série Homo Edens, éditée par O. Longo et P. Scarpi, le vol. 2, Storie del vino, P. Sca (...)
  • 288 On verra dans les Actes du colloque La production du vin et de lhuile en Méditerranée, Suppl. BCH, (...)
  • 289 Cf. Roma città del Lazio, S. Rizzo éd., Rome, 2002, p. 53 (L. Cattani).
  • 290 Arch. Laz., 8, 1987, p. 323 : il s’agit du premier exemplaire attesté en Sabine A. Zifferero). À no (...)
  • 291 Un puits votif de Tarquinia (Civita) datable de cette période a livré des restes de uitis uinifera (...)

77Mais, contre la thèse d’une origine grecque du vin latin, il y a plus que ces arguments négatifs ; l’examen des faits latins et albains nous oriente en effet dans une autre direction. On pourrait s’interroger sur la contradiction latente qu’il peut y avoir à postuler l’origine grecque du vin dans le Latium et la Rome archaïques et, simultanément, l’interdiction rituelle du vin importé, dans les sacrifices. Il vaut mieux tenter de réfléchir sur quelques faits et indices dont certains n’ont été révélés que récemment. Les spécialistes287 s’accordent aujourd’hui sur l’universalité, autour du bassin méditerranéen, de la présence spontanée d’espèces fructifères ; d’autre part, les partisans d’une monogenèse de la vigne cultivée ont cédé la place à ceux qui optent pour l’hypothèse d’une polygenèse à époque très haute. Les Égyptiens, les Mycéniens, les Crétois et les Égéens288 ont connu, et apprécié, le vin ; bientôt, la date des débuts de sa diffusion, souvent fixée vers trois mille ans av. n. è., devra sans doute, en fonction de découvertes récentes, être rehaussée encore de deux millénaires, quelque part en Iran. En réalité, bien des postulats implicites sur lesquels se fondait traditionnellement la recherche s’effritent de plus en plus : l’absence des Mycéniens en Latium et la concentration sur les Grecs de la colonisation des apports civilisateurs, certaines hier, ne sont même plus probables aujourd’hui. D’ailleurs, si les Grecs ont appelé l’Italie Oenotria, est-ce en fonction de l’abondance d’une culture qu’ils y auraient eux-mêmes introduite ? La découverte ne doit sans doute pas être surévaluée, mais on doit relever que la fouille du « Villaggio delle Macine », au bord du lac Albain – site abandonné à la fin du xvie s. av. J.-C. –, révèle depuis peu de nombreux pépins de raisins cueillis sur des vignes sauvages289. Mentionnons aussi, pour Cures Sabini, un skyphos d’origine eubéenne et daté du milieu du viiie siècle290 : doit-on évoquer à ce propos les uasa uinaria dont Varron faisait une spécificité sabine (LL, 5, 123) ? Par ailleurs, on peut maintenant supposer l’existence de la viticulture en Etrurie dès le xe siècle291.

  • 292 Cf. Ernout-Meillet, Dict. étym. l.l., 1957, p. 88. Faut-il évoquer à ce propos le skyphos eubéen de (...)
  • 293 Fest., 212L, s.v. oscillantes : voir notre commentaire in « Latinus », p. 585 et s., et les réserve (...)
  • 294 et 110L. Cf. G. Dumézil, Fêtes romaines dété et dautomne, o.c., p. 98 et s. sur les Meditrinalia, (...)
  • 295 C’est bien ce que suggère la remarque de Varron (LL, 6, 16) : Aliquot locis uindemiae primum ab sac (...)

78Enfin, les indices fournis par le dossier de la religion latine sont d’interprétation délicate : retirons-en, puisque révélant une origine grecque qui n’est peut-être qu’indirecte292, ce calpar qui, par un évident transfert métonymique, désigna un genus uasis fictilis (Fest., 40L), après avoir d’abord servi à décrire le uinum nouum quod ex dolio demitur sacrificii causa antequam gustetur. Mais une version, à notre avis la plus ancienne, du mythe des Vinalia opposait à Mézence, non pas Enée, mais Latinus293. Les Latins apparaissent dans d’autres pièces du dossier : l’assaratum, mélange rituel de vin et de sang, rapporté aux prisci Latini, tandis que les Meditrinalia, si bien éclairés par Georges Dumézil, le sont aux Latini populi. Données toutes deux par l’abréviateur Festus294 et remontant donc à l’antiquaire augustéen Verrius Flaccus, ces deux indications sont à prendre au sérieux. Pour conserver alors le modèle « numaïque », à la fois grec et romain, rappelé ci-dessus, il faudrait supposer que les Vinalia latins aient été le décalque de ceux de Rome qu’aurait d’abord institués Numa. Il suffit d’énoncer cette hypothèse pour voir que c’est le cheminement inverse qui s’impose295 : Numa, s’il a existé, ce qui demeure probable à nos yeux, et la communauté romaine du viie siècle, n’auront fait que codifier et intégrer dans le cadre civique des rites célébrés jusque-là au niveau fédéral ; les exemples des saliens et de Vesta, auxquels la tradition assignait une origine albaine, vont dans le sens du schéma proposé ici.

  • 296 O.c., p. 85-97 (p. 91). Cela dit, c’est dans toutes les cultures, et pas seulement chez les Indo-Eu (...)
  • 297 1983, p. 1071 et 1075.
  • 298 Cf. le colloque Le Vin des historiens, éd. par G. Garrier, 1990, p. 121 (G. Comet) ; voir aussi le (...)
  • 299 « Les tabous du mariage dans le droit primitif des Romains », in Ann. Sociol., C, 2, 1937, p. 6-34 (...)

79Aussi bien la dédicace du vin latin à Jupiter n’est-elle pas seulement le signe d’une « révolution économique », mais s’explique-t-elle, comme l’avait montré avec force Georges Dumézil296, par sa qualité essentielle de « breuvage de souveraineté » : c’est bien en tant que moyen d’accès au divin et à l’immortalité qu’il appartient au dieu souverain et qu’il est l’objet de la querelle entre Mézence et les Latins. L’interdiction faite aux femmes romaines de consommer du vin pur nous paraît devoir s’inscrire dans le même contexte sacral : récusant, à juste titre, les explications d’ordre moralisant ou médical avancées naguère pour en rendre compte, Michel Gras297 y voit un effet corollaire de l’exclusion de la sphère sacrificielle qui frappe aussi les femmes. À notre avis, il faut aussi partir d’un élément d’ordre anthropologique : l’assimilation bien connue, faite à peu près universellement, entre le vin et le sang – qui a valu à nos vignerons d’avoir pour patron saint Vincent (vinsang)298 – et qui se trouve attestée, dans la Rome archaïque, par la définition de l’assaratum mentionné plus haut : assaratum apud antiquos dicebatur genus quoddam potionis ex uino et sanguine temperatum, quod Latini prisci sanguinem assyr uocarent. Or le devoir de la matrone romaine, c’est avant tout de maintenir la pureté du sang de la gens : en absorbant du vin pur, assimilable à du sang étranger, elle compromettrait cette intégrité, et c’est, comme l’avait vu P. Noailles299, la véritable raison pour laquelle elle doit impérativement s’en abstenir ; sans doute la possible présence d’eau dans le vin importé suffit-elle à neutraliser cette assimilation du vin au sang, ce qui permet en ce cas de lever l’interdiction.

  • 300 « Parergon. A proposito del frammento geometrico dal Foro », in MEFRA, 92, 1980, p. 591 et s. (p. 5 (...)
  • 301 Gras 1983, p. 1074.
  • 302 Cf. G. Colonna, « Un tripode fittile geometrico dal Foro Romano », in MEFRA, 89, 1977, p. 471 et s.
  • 303 Dans ses Varietà di notizie... sopra Castel Gandolfo, Albano Ariccia..., 1820, p. 42. En faveur d’u (...)

80Sur la base de l’ensemble des considérations qui précèdent, nous pouvons maintenant tourner de nouveau nos regards vers l’archéologie albaine : on y rencontre à plusieurs reprises de curieux objets coniques qu’on interprète traditionnellement (voir CLP, p. 69) comme des modèles réduits de braseros. Mais, se fondant sur quelques exemplaires pourvus d’un récipient dans leur partie supérieure, Giovanni Colonna300 a proposé naguère de voir dans ces supposées chaufferettes (calefattoi) les ancêtres directs des « holmoi » de l’époque archaïque, autrement dit des supports de vases-amphores. Une telle identification aurait comme conséquence inévitable qu’on puisse établir sur ce point une continuité entre les périodes protohistorique et archaïque, et reconnaître dans le breuvage mis ainsi en valeur dans la céramique latiale ce vin latin que Mézence voulait s’approprier. Il s’agirait alors, non seulement de « vieilles pratiques communautaires »301, mais d’une filiation directe et précise. Or la répartition302 de ce type d’objets n’est pas moins remarquable topographiquement que chronologiquement : ce sont les sites de Grottaferrata (vignes Giusti et Cavalletti) et ceux regroupés sous le nom de Castel Gandolfo qui en ont fourni le plus grand nombre, le terrain Marroni de Marino en procurant l’attestation la plus ancienne, à placer dans la première période latiale. À ces vingt-quatre exemplaires, il faut maintenant ajouter une autre dizaine provenant de l’Osteria dell’Osa et datable de la seconde période. À la lumière de cette identification, nous nous demandons également s’il ne conviendrait pas d’interpréter comme des modèles réduits de récipients à vin certains des petits vases dont Fea et Visconti avaient déjà remarqué la présence à l’intérieur de certaines urnes-cabanes albaines, et que Fea303 avait proposé de définir comme une exclusivité masculine, ce qui conviendrait peut-être aussi aux supports, ci-devant braseros. De même, à Grottaferrata, s’il n’est pas un tabouret de berger (pour la traite), le trépied miniature de la vigne Cavalletti doit sans doute être interprété comme une table de banquet, renvoyant donc à une consommation et à une idéologie précoces du vin.

81On le voit : la thèse d’une origine grecque et d’une datation « numaïque » du vin en Latium ne se heurte pas seulement à des apories internes, mais aussi, nous semble-t-il, à des faits d’ordre linguistique, religieux et archéologique. Ceux-ci nous conduisent, pour notre part, à conclure que le vin était déjà présent en Latium, et en particulier sur les monts Albains, dès les débuts de la civilisation latiale, et en tout cas dans la phase d’apogée qu’est, à tous égards, la seconde période.

82Faudra-t-il pour autant récuser toute valeur à l’indiscutable concentration des notices concernant le vin sur la geste du roi Numa ? On doit, avec M. Gras, reconnaître à cette tradition littéraire un sens « historique », dont l’analyse s’avère toutefois moins obvie qu’il n’y paraît. On a voulu que l’interdiction, attribuée à Numa, de faire des libations avec du vin provenant d’une vigne non taillée, doive être lue comme l’introduction et la promotion d’une nouvelle forme de culture en Latium, opérées par le roi législateur. On peut aussi s’en tenir à ce que dit la loi, plutôt qu’à ce qu’elle ne dit pas. L’obligation de ne faire des libations aux dieux qu’avec du vin provenant d’une vigne taillée implique nécessairement l’exclusion des vins importés, pour lesquels une telle garantie ne pouvait être assurée, et elle doit donc, semble-t-il, être mise en relation avec l’auspication de la vendange qu’accomplit le flamen Dialis. Si on accepte de la lire en ce sens, la prescription numaïque, loin de signifier que la vigne taillée ne fait son apparition en Latium qu’au début du viie siècle, s’expliquerait au contraire en fonction d’une présence déjà bien antérieure de ce type de plants, et du caractère sacral très marqué qui était alors celui du vin. Boisson réservée aux dieux, il ne pouvait échapper au contrôle religieux de la communauté dans les phases préliminaires de sa préparation et c’est ce que garantissait la prescription numaïque, notamment dans son aspect augural.

  • 304 1985, p. 376-377 à partir de Pline, 14, 88.
  • 305 Cf. par ex. G. Charachidzé, « Le symbolisme de l’arbre et de la vigne en Géorgie », in Bedi Kartlis (...)
  • 306 Cf. Pline, 14, 12 ; à titre de comparaison, on peut citer la présence de la « coltura promiscua » d (...)

83Cela dit, il reste suggestif de voir dans ces prescriptions l’expression sublimée du contrôle du territoire que s’assure l’aristocratie de l’Orientalisant ; il nous paraît possible également de tenter, comme le suggère M. Gras304, de déceler, dans la glose par laquelle Pline explique la loi de Numa, une indication sur le type de ces premières vignes latines ; il faudrait imaginer, comme on serait d’ailleurs tenté de le faire suite à de nombreux parallèles historiques305, une vigne arbustive de type lambrusque, préfigurant celle que devait voir l’ambassadeur Cinéas près d’Aricie au iiie siècle av. J.-C.306

  • 307 Cf. P. De Francisci, Primordia Ciuitatis, 1959, p. 122-123 et A. Carandini, Nascita..., p. 191, n. (...)
  • 308 Cf. Arch. Laz., 11, 2, 1993, p. 42 à propos de tablettes votives trouvées à Rome ; des objets sembl (...)
  • 309 Sur laquelle on verra D. Briquel, « À propos d’une inscription redécouverte au Louvre : remarques s (...)

84Concluons ce dossier du vin latin : il existe, à notre avis, dès les temps de la civilisation latiale et des prisci Latini. Car ce n’est pas la date de l’apparition du vin en Latium que donnerait la loi de Numa, mais celle de l’importation « massive » de vins coupés, par les Grecs ou les Phéniciens, contre lesquels le rigorisme ritualiste des Romains du viie siècle aura voulu se prémunir. D’ailleurs, le nombre de mots et de cérémonies indubitablement préromains qui sont liés au vin est assez grand pour que l’hypothèse de l’introduction du vin en Latium du fait des Grecs ne soit pas la seule hypothèse possible. À Rome même, le vin figure dans plusieurs rites, dont certains très anciens307 : Lupercalia, Feralia, Bona dea (sous forme, il est vrai, déguisée). N’y aura-t-il été introduit qu’au viie siècle ? Comme c’est désormais prouvé pour le pain308, nous pensons que le vin existe lui aussi en Latium au moins dès la période II B. Les prescriptions numaïques sont des interdictions (uino rogum ne respargito) qui, en bonne logique, supposent la préexistence de ce qu’elles cherchent à arrêter : c’est pour cela que nous hésitons à y voir le signe d’une création ex nihilo et de l’introduction d’un « produit nouveau ». Le sens de la « réforme numaïque », si on veut accorder crédit à la tradition, réside, à notre avis, dans la délimitation rigoureuse d’une sphère sacrale par rapport à la popularisation, attestée sans doute possible à la Riserva del Truglio, d’un breuvage jusqu’alors assez rare. Elle ne sanctionne pas l’arrivée du vin en Latium, mais exclut impérativement l’usage des vins étrangers, que les Grecs ou les Phéniciens se mettent à débarquer en grande quantité sur les côtes du Latium à partir de la fin du viiie siècle, de la célébration des rites religieux. Quant au vin latin « préromain », celui, disons, de la période II B, nous irions même jusqu’à affirmer, fût-ce cum grano salis, qu’il ne s’agissait certes pas d’un vin blanc et liquoreux, comme devait l’être son lointain successeur de l’époque républicaine. À notre avis, la comparaison, probablement ancienne, entre le vin et le sang que postule le terme assaratum, ne peut avoir de sens que si ce vin albain était un vin rouge ! Enfin, les considérations qui précèdent aboutissent, en ce qui concerne la légende de Mézence309, à un non liquet : entre les différentes datations proposées, qui vont du xe au vie siècle, en passant par le viie, l’examen du dossier du vin ne permet pas de choisir. Les prescriptions attribuées par la tradition antique à Numa au sujet du vin révèlent donc sans doute l’évolution qui, vers le début du viie s., fit d’un breuvage de souveraineté une boisson de consommation relativement courante ; mais peut-être, après tout, sont-elles, plus simplement encore, le résultat d’un syllogisme qu’on résumera ainsi : 1) Le vin joue un grand rôle dans les rites, 2) Numa est l’ordonnateur de la religion, 3) c’est donc Numa qui a codifié les usages du vin.

4) Itinéraires et routes

85L’existence d’un vin latin préromain tout comme celle des pratiques de la transhumance poseraient évidemment la question de la maîtrise de l’espace : comment se déplaçaient les habitants des monts Albains aux premières phases de la civilisation latiale, et sur quels itinéraires ? Dans le corpus légendaire albain, la question est présente par le biais de la mention des voies Appia et Latina, et du lien régulier entre Rome et le massif qui s’établit à l’occasion des Féries Latines. L’ancienneté de ces relations est plus que vraisemblable ; cependant, si l’on veut, si peu que ce soit, aller au-delà des généralités, l’analyse s’avère délicate : archéologiquement, les trafics ne se laissent voir que par des traces indirectes. La route protohistorique n’est pas en elle-même un objet archéologique bien perceptible, au contraire des nécropoles ou des habitats. La plupart du temps, seul l’emplacement de ces catégories de sites pourra permettre de retracer, par déduction, des cheminements évanouis, de restituer des empreintes effacées. L’insuffisance, si criante sur les monts Albains, des fouilles d’habitats, a donc, là aussi, des conséquences clairement négatives. On aimerait pouvoir distinguer ce qui l’emporte, entre la logique du relief et de l’eau – la nature – et celle des échanges humains – la culture –, comment elles s’opposent ou se confortent, cas par cas ; surtout, on voudrait pouvoir répondre au problème, toujours essentiel, des rapports entre habitats et voies de communication. Or l’hypothèse que les secondes soient directement liées aux premiers ne va pas de soi, malgré les apparences : l’histoire du Latium médiéval, comme l’a montré Pierre Toubert, fait apparaître en effet des périodes où l’homme s’est soigneusement tenu à l’écart des grands axes naturels de pénétration, en raison des risques qu’ils véhiculaient pour les personnes et les biens. Il s’ensuit que la détermination des itinéraires en devient encore plus incertaine et difficile.

  • 310 P. 265.
  • 311 O.c. (supra n. 247), p. 77 et s.

86Certaines évidences peuvent tout au moins être rappelées ; tout d’abord le fait qui, de tout temps, s’est imposé aux yeux de tous les visiteurs du massif albain : du haut du Monte Cavo, mais aussi de beaucoup de reliefs dans l’ensemble du massif, la totalité de la plaine latiale et le site des sept collines, en particulier, apparaissent avec une netteté incomparable. Les méandres argentés du fleuve, la silhouette des collines fatales, les ondulations du terrain et derrière, au loin, l’immense azur de la mer et du ciel confondus, tout cela apparaît d’un coup, lointain et proche. Irrésistible invitation au voyage, dont il ne faut pas mésestimer la force auprès des Anciens Latins ! De l’autre côté, pour qui la regarde de la côte ou des bords du Tibre, de Lavinium ou de Rome, la chaîne des monts Albains vient barrer l’horizon de sa masse d’un bleu sombre où il suffit d’un jeu de lumière pour faire apparaître les taches blanches des bourgs accrochés à ses flancs. Unissant la montagne et le fleuve, une coulée basaltique donnera son tracé à la via Appia. Entre le site romain et les lieux albains, l’échange et la communication apparaissent donc presque comme des données de départ. Mais Rome n’a pas toujours été, et de part et d’autre de son emplacement d’autres sites ont pu d’abord attirer les trafics, concentrer les richesses et les hommes. Selon quels tracés, à quels moments, dans quels mutuels rapports de rivalité et de puissance, c’est ce qu’on aimerait pouvoir déterminer exactement. Mais, pour tout le détail de ces questions, on pourrait reprendre tels quels les termes qu’employait l’auteur des Structures du Latium médiéval lorsqu’il écrivait : « Les problèmes de la circulation sont parmi ceux que le médiéviste aborde avec un sentiment de découragement. Rien de plus fuyant, tout d’abord, que la route médiévale avec ses tracés incertains et instables, son degré de fréquentation imperceptible, toujours en butte à la rivalité sournoise des voies d’eau intérieures, navigables jusqu’à des limites extrêmes que l’on a peine à apprécier »310. Encore ne peut-on même pas ajouter, pour l’étude de la protohistoire latiale, que « notre savoir prend la forme, dans ce domaine, d’une collection de cas isolés souvent exceptionnels et donc impropres à l’induction », car, ici, cette collection même fait défaut presque totalement. Reste donc la démarche inductive : elle n’est pas nécessairement sans résultat, et, en la matière, l’analyse consiste à supposer des relations entre des sites que l’archéologie fait apparaître comme contemporains les uns des autres. Disons-le tout net : l’étude des tracés préromains dans les monts Albains reste, en grande partie, à faire. Nous voudrions tout au moins, avant d’évoquer brièvement les quelques résultats qui semblent se dessiner d’ores et déjà, rendre hommage, une fois de plus, à la clairvoyance de R. de La Blanchère qui, confronté comme tout topographe de la Campagne à ce problème classique entre tous qu’est la détermination des voies de communication, a esquissé une description qui est en même temps une magistrale leçon de méthode311. Soulignant, à propos du paysage véliterne, « l’importance historique des petits chemins » (p. 77) et montrant leur antériorité par rapport à la via Appia, il s’efforçait de « saisir les lois qui président à la disposition des réseaux, et qui rarement sont violées » (p. 77). « De chaque ville, écrivait-il, partent des routes, qui s’en vont en étoile dans plusieurs directions. Il faut remarquer que ces routes ne vont jamais à un point éloigné ; encore moins ont-elles pour objectif Rome, ou même la Voie, sauf quand celle-ci est proche. Leur limite est la ville voisine, ou plutôt le système voisin. Chacun des rayons de l’étoile mène au cœur d’une autre étoile, d’où rayonnent d’autres voies ; il ne saute jamais par-dessus celles-ci pour courir vers un but lointain ; ce n’était que de proche en proche, et non par le plus court, qu’on pouvait voyager sur ces routes. Pour la plupart, en effet, elles succèdent aux modestes créations de très petites communes. Pour chacune de celles-ci, l’horizon était très étroit, les communications limitées à des voisines, elles-mêmes fort humbles. Il n’y avait pas de capitale vers qui dût converger le mouvement » (p. 77-78). Ainsi se formait, peu à peu, « une viabilité très serrée », comme par exemple sur les pentes méridionales des monts Albains : « On peut dire que chacun des coteaux qui s’allongent dans ces campagnes entre les fossi descendant vers le débouché d’Astura a porté une voie antique. Se faisant suite les unes aux autres, plusieurs créaient des communications à travers toute la contrée : telle la route d’Antium à Lanuvium, celle de Velitrae à Astura. D’autres réseaux, en coupant les premiers, produisaient des voies transversales. Épousant la forme du pays, suivant laquelle s’étaient placés les lieux habités eux-mêmes, elles forment une série de courbes autour de celle du mont Albain ; elles suivent des tracés concentriques, étayés sur le flanc du grand cône dont le sommet est le cratère latial et dont la base est le rivage. [...] C’est ainsi que les réseaux locaux donnaient naissance à des systèmes et à des voies plus étendus. Quand la plupart des petites cités eurent péri, ceux-là surtout de leurs chemins restèrent, qui entraient dans de pareils systèmes. Ils furent dallés, entretenus, embellis ; souvent ils devinrent voies romaines. [...] Les autres demeurèrent des chemins de campagne, desservant un hameau, un domaine, et plus ou moins entretenus. Ce fut à travers cet ensemble que la voie Appienne passa, le coupant droit, courant vers Terracine. Lieux habités, villes, chemins se rattachèrent à elle comme ils purent ; mais l’ancien système des voies ne fut pas du tout effacé » (p. 82-83). On ne peut mieux décrire le double caractère, diachronique et synchronique, de tout réseau de communication, ainsi que le poids des facteurs sociohistoriques, autrement dit la soumission de la géographie à l’histoire. Sans doute, et en restant au seul plan de la théorie, faut-il distinguer à notre avis, dans l’étude de la viabilité albaine, deux aspects qui ne se confondent pas : d’abord la façon dont s’établissent les liaisons directes entre le massif et son environnement immédiat, celui qui n’est pas situé au-delà de deux jours de marche. Une autre question, autrement plus importante, tient à la configuration même qui est celle du centre de l’Italie : le Latium offrant comme particularité bien connue d’être à la fois entre l’Étrurie et la Campanie d’une part, entre la montagne de l’Apennin et la mer d’autre part, la zone où viennent converger comme en un carrefour les tracés reliant ces quatre points cardinaux revêt une importance vitale : à tous égards, on peut dire qu’elle constitue le véritable point de gravité de la péninsule tout entière. Or, si pour le premier aspect, celui des liaisons strictement locales, une certaine pérennité peut être raisonnablement supposée, le second, celui des relations interrégionales, apparaît, e principio, beaucoup plus variable : non pas cause mais effet, non pas fixé a priori mais résultant de l’histoire des hommes, le lieu central où se croisent les flux venus de tous les horizons n’est pas toujours le même. En déterminer les déplacements éventuels, c’est d’une certaine manière résumer l’histoire du Latium. Pour les monts Albains, le problème est donc le suivant : ont-ils joué ce rôle de grand échangeur, et si oui, quand ? Lorsqu’ils ne l’ont pas ou plus joué, à quel moment et au bénéfice de quel autre système s’accomplit leur effacement ?

  • 312 Cf supra, p. 307 ; cf. G. M. De Rossi, Apiolae, 1970, p. 8 et s.
  • 313 7, 39, 16.
  • 314 Réf. dans notre article « Tous les chemins... », o.c., in Mél. Moussy, 1998, p. 202, n. 17.
  • 315 Voir par ex. J. Brunhes, Principes de géographie humaine, 1, 19253, p. 207.
  • 316 O.c., p. 11. Depuis, cette découverte a été souvent exploitée.
  • 317 Cf. supra p.67 et s.
  • 318 P. Chiarucci, « Viabilità arcaica e luoghi di culto nellarea Albana », in Alba Longa 1996, p. 323  (...)
  • 319 Sur tout ceci, cf. supra p. 229.
  • 320 « La via trionfale a Monte Cave e il gruppo stradale dei Colli Albani », MPAA, 1, 1923, p. 251-272, (...)
  • 321 P. Toubert, Structures, 1, p. 627.
  • 322 Encore faudrait-il pouvoir être sûr de la viabilité d’époque romaine : or, comme tous les anciens v (...)
  • 323 Voir l’utile plan donné par Gierow, « I Colli Albani... », p. 11.

87Sur ces bases méthodologiques, et assurément trop générales, nous en avons bien conscience, quelques éléments de réponse peuvent être apportés dès maintenant. Nous avions déjà rencontré312, à San Sebastiano, les traces d’une route qui, ayant donné à la nécropole latiale identifiée là son alignement et son orientation, doit lui être contemporaine. Qu’on la mette ou non en relation avec l’Appia, il reste que ces vestiges incitent à dater de l’époque latiale la route qui, au témoignage de TiteLive, avait précédé l’Appia : ad lapidem octauum uiae, quae nunc Appia est313. Quels pouvaient être le tracé et surtout le nom de cette pré-Appia ? Celui de uia Albana, souvent proposé314, repose en réalité implicitement sur une localisation d’Albe à Castel Gandolfo ; de plus, aucune source antique ne mentionne une voie de ce nom. Quoi qu’il en soit, la fréquentation de cet itinéraire dès la civilisation latiale est très probable, et il est curieux d’observer un phénomène que l’on connaît bien pour des temps beaucoup plus récents : la présence des habitats le long de voies de communication passant au bas de reliefs315. Faut-il supposer ici aussi que les habitats ainsi « descendus » avaient d’abord occupé les hauteurs avoisinantes ? Par ailleurs, c’est le mérite de Giovanni Maria De Rossi316 d’avoir attiré l’attention sur l’ancienneté de la liaison qui joint Lavinium au mont Albain en passant par le lieu-dit la Solfatare, les bords du lac Savelli et Albano : de ces trois lieux, le premier est à identifier, nous l’avons vu, avec le siège de l’oracle de Faunus, comme l’avait reconnu, déjà, Bonstetten, et le second avec l’aqua Ferentina317. Des découvertes récentes318 montrent qu’au croisement de cette voie avec le tracé marqué par la via Appia se situait un sanctuaire qu’il n’est pas possible, pour l’instant, d’identifier ; l’importance de cet axe unissant directement Lavinium aux monts Albains ne saurait évidemment être sous-estimée : à notre avis, la légende de la truie miraculeuse rencontrée par Énée à Lavinium et sacrifiée par lui sur le mont Albain constitue clairement l’étiologie de cette route reliant deux sanctuaires fédéraux. De l’autre côté, le site de Bovillae ou ses environs immédiats apparaît de plus en plus comme un nœud de communications majeur ; la topographie et l’archéologie viennent confirmer ici ce que suggérait déjà la toponymie dont nous faisions état à propos du dossier de la transhumance : la plaine qui s’étend entre le Monte Crescenzio, le lac Savelli, les hauteurs de Casale Liscia, était le lieu où se rencontraient les chemins venus des monts tiburtins, des collines tibérines, de la mer et des lacs albains ; l’importance du véritable nœud routier constitué par le site de Bovillae vient de ce qu’il constitue un triuium, d’où se détachent des voies qui aboutissent à Ardée, Antium et Satricum319. G. Lugli320 avait autrefois bien étudié la viabilité donnant accès au mont Albain lui-même ; il situait l’itinéraire principal du côté oriental du lac de Castel Gandolfo, en venant d’Ariccia ou d’Albano. Au total, plusieurs de ces chemins (mais non pas tous) ont été repris ensuite, suivant le modèle indiqué par La Blanchère, dans le réseau romain : se présente à nous, de la sorte, le même problème que celui auquel les médiévistes sont confrontés lorsqu’ils se demandent : « Les routes médiévales ont-elles doublé le réseau antique ou, au contraire, l’ont-elles remplacé ? »321 En symétrie inverse, nous devons nous demander si les routes de l’époque romaine correspondent à des itinéraires « latiaux » préexistants322. À plusieurs reprises, on doit répondre par l’affirmative, comme dans l’exemple de l’Appia, et sans doute de la Latina (au moins sur une partie de son parcours) : les sites de Boschetto et S. Lorenzo Vecchio attestent la vitalité latiale d’un itinéraire joignant Grottaferrata à Rocca di Papa, tandis que ceux liés à Castel Gandolfo et Albano confirment la fréquentation de l’axe de la future Appia323. À chaque fois cependant, la réponse doit être fournie au cas par cas, et notamment à partir des monographies de la Forma Italiae, qui réservent presque toujours de précieuses notices à cette question. On aimerait pouvoir se fonder sur les innombrables observations de détail fournies par les anciens topographes, de Chaupy et Volpi à La Blanchère en passant par Nibby et Desjardins, mais, dans ce domaine, l’utilisation de leurs œuvres est délicate dans la mesure où ils ne pouvaient en général pas faire la distinction entre ce qui est romain et ce qui est antérieur, puisque c’est la répartition des vestiges archéologiques, alors inconnus pour ceux des époques latiales, qui dessine et date un itinéraire, et non l’inverse.

  • 324 Cf. L. Quilici, Collatia, p. 33. Sur l’importance de ces voies, cf. aussi Colonna, 1974, p. 276.
  • 325 Unissant le sud du cratère du lac de Castigliano aux monts Albains : Collatia, o.c., p. 32 ; G. M. (...)
  • 326 Nous reprenons ici, sans les discuter, les identifications proposées par L. Quilici, o.c. supra n. (...)
  • 327 Cf. n. 324.
  • 328 Voir : Dives Anagnia : archeologia nella Valle del Sacco (cat. d’exp., S. Gatti éd.), Rome, 1993.

88En nous limitant donc aux travaux modernes attentifs à cette diachronie, nous pouvons esquisser les lignes essentielles d’un tableau qui, par définition, appelle sans cesse retouches et compléments. On constate ainsi que les grands itinéraires de transhumance, utilisés sans doute depuis la préhistoire (ou en tout cas le Bronze moyen), deviennent des voies de communication régulièrement fréquentées : c’est qu’ils correspondent à des grands mouvements du relief naturel. Bien qu’elle se soit trouvée occultée par l’histoire ultérieure de la région et la prépondérance de Rome, on ne saurait négliger l’importance, à l’époque latiale, de ces voies transversales unissant, d’un seul trait, l’Apennin à la mer324. Ainsi, à partir de la trouée marquée par le site de Tibur, et qui constitue, sur près de cinquante kilomètres, la seule possibilité de communication entre les montagnes sabines et la plaine tibérine, les courants de circulation éviteront l’obstacle du massif albain en passant le long de ses flancs : du côté occidental se dessine ainsi un itinéraire Gabies-Bovillae (par la voie dite Cavona325) ou Gabies-Rome ; du côté oriental, Pedum, Préneste, Pometia et Satricum constituent les étapes d’un tracé de rechange326. Plus septentrional, un autre flux, venu de Cures, emprunte quant à lui la vallée du Tibre, le long de la via Salaria, au nom parlant. Il est clair que le contrôle de l’axe vital entre l’Étrurie et la Campanie s’est longtemps joué entre Gabies, Tusculum et Préneste327. Au-delà, le rôle de la vallée du Sacco dans ces échanges a été bien étudié328.

  • 329 Par ex., on peut aller de Rome au Monte Cavo par l’Appia en le rejoignant par Albano ou Aricie, ou (...)
  • 330 Dans Roma e il Lazio..., p. 36 ; A.M.B.S., Community Osa, p. 74-75 (cartes).
  • 331 Sur cette route, cf. Colonna, 1974, p. 276 (et plus généralement p. 275-277, sur l’ensemble du rése (...)
  • 332 Toutefois, si les monts Albains ont été en relation avec Véies, c’est plutôt en phase I qu’en phase (...)
  • 333 Que l’on ne saurait plus identifier avec Politorium : cf. F. Coarelli, Il Campo Marzio, 1997, p. 14 (...)

89Bien sûr, au total, la relative petitesse de la région tout comme la densité du réseau dès une haute époque font qu’on passe aisément d’un « système » à un autre : on peut aller au même endroit de deux, voire de trois façons différentes ; du même lieu, on peut partir dans différentes directions329. Or le choix est dicté par la situation générale des rapports entre les hommes et les communautés auxquelles ils appartiennent, beaucoup plus que par la configuration du terrain. De ce point de vue, A. M. Bietti Sestieri et A. De Santis330 ont proposé, il y a quelques années, un schéma général d’évolution de la viabilité protohistorique des monts Albains, qui rend largement compte des faits connus jusqu’à présent : aux périodes I et II A, il semblerait que les monts Albains sont au centre des liaisons entre l’arrière-pays et la mer ; pour qui vient des pays d’en haut situés au-delà de l’Anio, le chemin vers Lavinium, Ardée ou Satricum passe alors par Gabies et le massif albain ; la liaison de ce dernier avec Rome est directe, se prolongeant sans doute par des relations avec Véies ; cependant, les pays d’outre-Tibre font sentir leur influence surtout depuis Cerveteri, par une route qui, comme souvent dans l’Europe protohistorique, court en arrière du rivage, à une dizaine de kilomètres à l’intérieur des terres, selon un itinéraire Cerveteri, Ficana, Lavinium, Ardée, Satricum, qui permet d’éviter les lagunes et les marécages si nombreux sur la côte331. Que ce soit du point de vue transversal ou longitudinal, on note que le rôle de Rome dans ces échanges n’est encore que très marginal. Or, voici qu’aux périodes suivantes, dites II B et III, le site de l’Vrbs accapare décisivement ces deux axes de trafic : à l’effacement de Ficana et de Cerveteri correspond la montée en puissance de Véies332 et la création de centres comme Laurentina Acqua Acetosa et Castel di Decima333 ; à celui des monts Albains, l’avènement du site de La Rustica qui permet désormais de consolider une liaison directe entre Rome et Gabies : la multiplication des tombes dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa située le long de cette route en est la preuve. D’une période à l’autre, il est frappant de constater que les deux axes longitudinaux Gabies-vallée du Sacco et Lavinium-Satricum maintiennent leur vitalité, même si c’est sur des bases différentes. Rome prend désormais, si on peut dire, en étau la plaine latiale, se donnant, déjà, les moyens de regarder au-delà : entre les deux tiges de l’outil, le massif albain se trouve dorénavant évité, et presque effacé ; de centre de la région qu’il était, il est devenu marginal, excentré, passant du statut de planète à celui de satellite.

  • 334 Cf. par ex. L. Quilici, Collatia, p. 31.
  • 335 « Un compitum di origine protostorica a Tor de Cenci », Arch. Laz., 10, 1990, p. 121-133. À l’origi (...)
  • 336 Encore qu’un site comme celui de la Vigna Cittadini (fin viie s.) présente un carrefour de ce genre (...)

90La réalité d’évolutions fortes apparaît donc de mieux en mieux dans ce domaine des communications aussi : au chapitre de ces changements, nul doute que la transformation des simples chemins, surgis presque spontanément au fil de fréquentations séculaires, en routes véritables, pourvues d’un aménagement et de structures de consolidation, ne représente un saut qualitatif décisif, hautement significatif tant du point de vue social qu’historique. Ce passage, qu’on assimilerait volontiers à celui de la pré – ou protohistoire à l’histoire, était jusqu’à présent traditionnellement fixé au vie siècle334. Or c’est un grand acquis des recherches de l’archéologue Alessandro Bedini335 que d’avoir rehaussé cette chronologie de presque deux siècles, grâce à la fouille d’un site associant tombes et traces de routes aménagées au lieu-dit Tor de Cenci, dans ce qui est aujourd’hui un faubourg de Rome : à partir du dernier tiers du viiie siècle, on y voit apparaître un carrefour, où viennent converger trois voies bordées de sépultures, autrement dit l’un de ces lieux dits compita où étaient célébrées en l’honneur des morts des fêtes dites Compitalia, ici probablement attestées par la présence de nombreux restes de sacrifices d’animaux (o.c., p. 122). Pour la première fois, des travaux de voirie peuvent être datés du viiie siècle pour leur première phase, révélant le souci de créer une viabilité artificielle qui permette le passage de véhicules à roues, dont les traces ont pu même être identifiées (o.c., p. 129). Il ne s’agit bien sûr que d’une fouille encore isolée336 et dont la chronologie devra être étayée : mais, à bien regarder, elle n’est surprenante que pour une vulgate qui fixait l’avènement du Latium à la « civilisation » seulement aux viie et vie siècles. En réalité, le site de San Sebastiano et peut-être celui des Due Santi (1816) montraient déjà, nous l’avons vu, que cette chronologie doit être rehaussée jusqu’à la période latiale, même s’il s’agissait sans doute pour cette période plus de chemins aménagés que de routes proprement dites.

  • 337 O.c., 1, p. 138.
  • 338 Comme le soulignent L. et S. Quilici, Ficulea, 1993, p. 460 (avec bibl.) pour la zone de Nomentum, (...)
  • 339 Cf. notre Fondation de Rome, passim.

91Les chars retrouvés dans les tombes du Monte Crescenzio et près de Rocca di Papa devaient bien, de toute façon, circuler sur des routes, dont on commence aujourd’hui à retrouver les vestiges qui, sans doute, se multiplieront dans les prochaines années. Une véritable loi géohistorique, autrefois vigoureusement mise en lumière par Jean Brunhes337, veut en effet qu’à l’avènement d’un nouveau moyen de transport corresponde toujours celui d’un nouveau type de voie. C’est donc dans tout le Latium, sans en excepter a priori les monts Albains, qu’il faut supposer, au plus tard dès la seconde moitié du viiie siècle et tout au cours du viie, la mise en place d’un réseau structuré par des travaux publics qui traduisent la mainmise d’une aristocratie puissante sur une terre et ses hommes. Aménagement du territoire en vue de la maîtrise d’un espace régional, dont le véritable incastellamento qui se manifeste alors en de multiples hauts lieux depuis la période II B338, constitue l’autre signe le plus clair : sur les bords du Tibre, le processus peut être défini comme la fondation de Rome339.

  • 340 « Roma arcaica, i suoi sepolcreti e le vie per i Colli Albani », in Alba Longa 1996, p.335 ets.
  • 341 Cf. Liv., 1, 30-37 ; Auct. de uir. ill., 4 ; D.H., 3, 1. D’autres auteurs en font une colline étrus (...)

92Cette structuration de l’espace se poursuit, bien entendu, activement au siècle suivant, et Giovanni Colonna340 a ainsi mis en évidence la densité du réseau des voies de communication aboutissant, sur le site romain, à la colline du Caelius, où une partie de la tradition antique localisait l’immigration albaine341, et qui est, de fait, la première colline romaine qui se rencontre pour qui vient des monts Albains.

93L’ancienneté et la vitalité des trafics dans le Latium protohistorique ne font donc plus de doute aujourd’hui : pour beaucoup d’entre eux, ils ne sont pas nés avec Rome, mais ils ont été détournés et finalement contrôlés par la Ville. Les deux voies qui structurent le massif albain de l’époque latiale correspondent aux deux grands sanctuaires du nomen Latinum : la Latina conduit des bords du Tibre au lieu du Latiar ; la pré-Appia, à notre sens dite *Nemorensis ou *Diania, au bois sacré de Diane. Nous avons aussi rencontré, près de Velletri, l’exemple de la uia Mactorina (cf. supra p. 342), de possible origine phénicienne.

  • 342 O.c., p. 277.
  • 343 Sur celles-ci, cf. G. Chiarucci, « La documentazione arch. nell’area albana... », in Alba Longa 199 (...)
  • 344 Cf. Liv., 1, 24, 7 et 8 ; cf. aussi Fest., 81L, Feretrius Iuppiter... ex cuius templo sumebant scep (...)
  • 345 Cf. « Secondo Rapporto... », 1868, p. 25. Voir cependant, quelques années plus tard, une évaluation (...)
  • 346 Cf. Storia della civiltà latina delle origini al secolo v a.C., 1924, p. 67, 157-158 et 188 ; id., (...)
  • 347 Cf. LEgypte ancienne, éd. par A. Eggebrecht, Paris, 1986, p. 36.
  • 348 Cf. C. Cohen, J. J. Hublin, Boucher de Perthes, 1989, p. 15. M. S. De Rossi, o.c., p. 611 sur les t (...)
  • 349 Comme l’a montré A. Magdelain (cf. Études..., p. 245), le rite albain révèle « un enchaînement magi (...)

94Cette fréquentation très ancienne du massif albain doit même être placée avant les débuts de la civilisation latiale : à cet égard, le vide de témoignages pour la période néolithique, que soulignait G. Colonna342 encore en 1974, a été largement comblé par des découvertes récentes343. Nous n’y faisons ici allusion que parce que cette phase d’occupation et de civilisation, si ancienne soit-elle, a laissé une trace dans le corpus légendaire et religieux albain. On se souvient que dans le rituel mis en œuvre par le pater patratus Albanus, à l’occasion de la conclusion des traités qu’il ratifiait au nom du nomen Latinum, il lui fallait tuer un cochon avec une hache de silex344. Comme l’avaient reconnu jadis M. S. De Rossi345 et Pinza346, qui en tiraient assurément des conclusions excessives dans le cadre d’une vision « préhistorisante » des primordia, il s’agit là, fossilisé par le rite, d’un usage venu de la période énéolithique et conservé par la religion jusqu’en pleine période historique, de la même façon que dans l’Égypte du Nouvel Empire encore347, les prêtres recouraient, pour les sacrifices, à des couteaux d’obsidienne, c’est-à-dire à un matériau abandonné dans la vie courante depuis près de trois millénaires. Toutefois, il convient de remarquer que l’on a affaire, dans le cas albain, à un souvenir qui pourrait n’être qu’indirect : plus que d’une simple continuité d’utilisation, en effet, le rite albain témoignerait plutôt de cette croyance, vivace encore durant tout le Moyen Aˆ ge, qui faisait considérer que les pierres taillées trouvées « au pied des arbres déracinés par l’orage ou dans les champs labourés par de fortes pluies, naissaient là où la foudre avait frappé » et leur faisait donner pour cela le nom de « pierres de foudre »348. En ce sens, il s’agirait déjà d’un rite en quelque sorte archéologique, ne prouvant pas autre chose que les trouvailles fréquentes (elles l’étaient encore au siècle dernier), dans le sol du Latium, de silex préhistoriques, et leur interprétation à une époque qui pourrait être beaucoup plus tardive, comme par exemple à la fin de l’âge du Bronze349.

5) Des influences mycéniennes ?

95Pour terminer ces réflexions faites à partir du matériel archéologique en fonction du légendaire albain, nous voudrions nous interroger sur l’éventualité d’une influence, certes beaucoup plus récente que l’énéolithique, mais antérieure néanmoins aux débuts de la civilisation latiale : que penser de la tradition littéraire selon laquelle les premiers Latins auraient subi des influences venues de l’Orient égéen ?

  • 350 O.c., p. 87 et s. ; p. 107 sur les sept sites d’Italie centrale où était alors identifié du matérie (...)
  • 351 Notamment dans Mycenaeans in Early Latium, with an archaeological appendix by L. Vagnetti, Rome, 19 (...)

96Le rôle joué par la légende d’Énée en Latium est tel, que les archéologues ont souvent été tentés d’en expliquer la genèse par l’hypothèse d’une présence mycénienne dans la région. Pinza, autrefois, H. Müller-Karpe naguère, et, plus récemment, G. Colonna, ont ainsi proposé d’expliquer certains traits de la civilisation latiale naissante par une influence venue, plus ou moins directement, de Mycènes. Nul doute que la théorie n’eût ravi Schliemann, lui, l’inventeur de Mycènes, qui eût aimé découvrir aussi le site d’Albe La Longue qu’il chercha fugacement, on s’en souvient, autour de Marino ; mais force est de constater qu’elle a, la plupart du temps, été rejetée par la communauté scientifique. Traçant, en 1981, à l’occasion de l’exposition romaine « Enea nel Lazio »350, un bilan mesuré sur ces recherches, R. Peroni penchait plutôt pour un non liquet. Deux faits, surtout, s’opposaient à l’idée d’un rapprochement direct : l’absence de tout vestige mycénien dans le Latium proprement dit, les traces les plus proches se trouvant en Étrurie, notamment à Luni sul Mignone et S. Giovenale ; d’autre part, le hiatus chronologique important, de l’ordre de deux ou trois siècles, entre les derniers Mycéniens et les premiers Latins (xiiie -xe siècles). S’ajoute à cela le fait que l’évaluation exacte des traditions mythiques anciennes – nombreuses en l’occurrence, puisque à côté d’Énée en Latium on doit mentionner tout ce qui concerne Evandre à Rome – est des plus délicates : sur des bases seulement philologiques, il est impossible de faire la part de ce qui serait authentique et de ce qui relève d’un processus de réélaboration et de mise à jour qui, à l’évidence, n’a jamais cessé. Par ailleurs, les arguments linguistiques avancés par E. Peruzzi351 n’ont pas convaincu.

  • 352 P. 45 à 51 ; un de ses principaux arguments concernait la similitude de forme et de fermeture (de t (...)
  • 353 Cf. par ex. B. P. Hallager, « Crete and Italy in the Late Br. Age III Period », in AJA, 89, 1985, p (...)
  • 354 Le urne a capanna..., p. 7.
  • 355 Cf. R. Mersereau, « Cretan Cylindrical Models », in AJA, 97, 1993, p. 1-47 (voir bibl. p. 3, n. 13)

97Avant de voir ce qu’il en est des faits mentionnés ci-dessus, regardons les dossiers constitués par H. Müller-Karpe et G. Colonna. Quels sont, en effet, les témoignages archéologiques de la civilisation latiale pour lesquels une origine, ou tout au moins une influence, mycénienne, voire plus génériquement égéenne, a été supposée ? Il y a d’abord l’urne-cabane : en 1959, Müller-Karpe, dans son livre Vom Anfang Roms352, assigna aux exemplaires italiens, et particulièrement ceux venant du sol romain et albain, une ascendance crétoise ; l’existence de relations importantes entre la Crète et l’Italie à la fin de l’âge du Bronze est en effet reconnue depuis longtemps, et régulièrement soulignée353. Si séduisante soit-elle, ou parce que trop séduisante, plutôt, cette idée est pourtant rejetée presque unanimement aujourd’hui, les rédacteurs du corpus des urnes-cabanes italiennes arguant de l’universalité de la forme354, et les spécialistes de la Crète, de la spécificité des objets venant de cette île, qui sont moins des urnes que des récipients domestiques ou cultuels étrangers à tout contexte funéraire355.

  • 356 Les Statuettes anthropomorphes crétoises en bronze et en plomb, du IIIe millénaire avant J. C. au v (...)

98Dans plusieurs de ces urnes-cabanes, ou à côté d’elles, était placée, nous l’avons vu, une statuette anthropomorphe : Müller-Karpe n’hésitait pas à la rapprocher de celles qui furent trouvées à l’intérieur de deux « urnes » crétoises, l’une de Knossos, l’autre de Phaistos. Ces figurines, il est vrai, sont clairement identifiables comme féminines, alors que quatre des huit exemplaires albains sont asexués, et il semble plausible de voir dans les premières une représentation divine, peut-être celle de la déesse dont on retrouve significativement un sanctuaire dans chaque site où des « urnes » ont été découvertes. Ces objections, si valables soient-elles, ne doivent pas empêcher la comparaison des figurines latiales avec les statuettes anthropomorphes, en bronze et en plomb, présentes en grand nombre en Crète à partir du troisième millénaire : pour les exemplaires les plus anciens, la similitude, telle qu’elle ressort du catalogue établi par C. Verlinden356, est, à notre avis, frappante.

  • 357 In MEFRA, 89, 1977, p. 482 (citant G. Karo) : cf. supra n. 300 et 302.
  • 358 Voir l’étude de L. Vagnetti, in MEFRA, 86, 1974, p. 657-671 (partic. p. 670, n. 3) ; sur ce trésor, (...)

99L’auteur d’Anfang Roms attribuait également aux fameux « calefattoi », ainsi nommés par Visconti qui y voyait des braseros, mais qui sont plutôt, comme l’a montré G. Colonna357, des supports de vases de banquets, une origine égéenne : si une influence chypriote est considérée aujourd’hui comme plus vraisemblable pour cet objet typiquement latial, on reste quoi qu’il en soit du côté de la mer Égée. Au même horizon appartiennent sans doute les fragments de bronze, dont ceux de trépieds, constituant le trésor métallique enfoui au xe siècle av. J.-C. à Contigliano, près de Rieti, et dont les pièces, arrivées par mer, étaient visiblement présentes sur le sol italien depuis longtemps, vu leur degré d’usure et de fragmentation358.

  • 359 M. Gras a traité du vin et des Mycéniens aux p. 256-260 de son livre Trafics...
  • 360 En 1974, p. 291 et 327 de sa contribution au vol. PCIA 2 (p. 275 et s.) où il défendait par ailleur (...)
  • 361 O.c., p. 295 et supra p. 344.

100Parmi d’autres objets latiaux typiques, recensés par Müller-Karpe au titre des influences crétoises, nous relèverons les askoi, qui ne peuvent pas ne pas évoquer, au moins à titre d’hypothèse et même indirectement, l’origine indubitablement grecque du calpar latin, que nous avons commentée, et dont la datation, il est vrai, est peut-être plus tardive359. Le parallèle entre les « candélabres » trouvés avec certaines urnes-cabanes latiales (fouilles 1816) et un exemplaire crétois orné d’oiseaux a été réfuté par G. Colonna360. Nous avons déjà rencontré le problème des tombes à voûte en tholos, dont le sous-sol de Velletri a fourni un exemplaire célèbre et pour lequel Pinza, déjà, proposait une origine mycénienne, selon une hypothèse généralement rejetée aujourd’hui, mais acceptée par G. Colonna361.

  • 362 Mém. Inst. Nat. Fr., Ac. Inscr., 1906, 37, p. 205-276, où était défendue une origine mycénienne pou (...)
  • 363 « Une tombe villanovienne près de Bolsena et la danse guerrière dans l’Italie primitive », in MEFRA(...)
  • 364 « Gli scudi bilobati dell’Italia centrale e l’ancile dei Salii », in Arch. Class., 43, 1991, p. 55- (...)
  • 365 La réfutation apportée, dès le début du xixe siècle, par K. O. Müller à des théories analogues, res (...)

101Si étendue qu’elle soit, la liste dressée par H. Müller-Karpe des objets ayant une possible ascendance égéenne nous paraît pouvoir être encore augmentée : dans un mémoire resté célèbre « sur les attributs des Saliens », Helbig362 avait mis en lumière l’analogie de l’équipement de ces prêtres avec celui des guerriers mycéniens, connus pour leur bouclier bilobé. Repris par Raymond Bloch363 au sujet d’une tombe de Bolsena, le parallèle a été récemment étayé, par G. Colonna, avec de nouveaux rapprochements et des identifications suggestives, formulées notamment à propos du matériel des sites de Grottaferrata364 : dans cette perspective, la contradiction avec les sources littéraires qui attribuent à cette prêtrise une origine albaine pourrait être surmontée, dans la mesure où elle s’accommoderait bien d’une influence venue d’Égée et s’exerçant sur les monts Albains avant d’atteindre Rome. C’est ainsi Tullus Hostilius, le roi dont la geste est la plus liée au légendaire albain, qui aurait créé les Saliens du Quirinal (cf. Liv., 1, 27, et D.H., 2, 70 et 3, 32). Ces boucliers avaient d’abord une valeur religieuse, ce qui ne veut pas dire qu’il faille pour autant revenir à la vieille théorie des prêtres missionnaires crétois défendue au xxe siècle par MüllerKarpe365.

  • 366 O.c., p. 392. Du même, voir aussi LItalia..., p. 280 et s.
  • 367 Cf. M. Angle et alii, « Prime testimonianze micenee nel Latium Vetus », PP, 48, 1993, p. 190-217 (a (...)
  • 368 Nous nous bornerons ici à signaler le colloque édité par M. Marazzi, S. Tusa et L. Vagnetti, Traffi (...)
  • 369 Comme le soulignait déjà Strabon, 5, 3, 6 ; situé aujourd’hui à 4 km du rivage, le site de Casale N (...)
  • 370 Cf. Enea nel Lazio, p. 105 et s. : site de plateau ; M. Angle et alii, « La necropoli ad incinerazi (...)
  • 371 Cf. S. Tusa, « Necropoli ad incinerazione in località Cavallo Morto (Anzio) », in Arch. Laz., 5, 19 (...)
  • 372 CLP, p. 318.
  • 373 Nécropole dite du « Campo del Fico » : cf. Enea nel Lazio, p. 104, et R. Peroni in Arch. Laz., 2, p (...)
  • 374 Dont Jean Bayet, Les Origines de lHercule romain, 1926, p. 170-171, contesté par Dumézil, RRA2, p. (...)
  • 375 Sur Astura port de Satricum : cf. F. Piccarreta, o.c., p. 18 ; sur les aspects argiens de la Junon (...)
  • 376 Voir A. Carandini, Nascita..., p. 126.
  • 377 Cf. surtout « Achei nell’Etruria e nel Lazio ? » (PP, 1962, maintenant dans Scritti sul mondo antic (...)
  • 378 Cf. G. Capdeville, Volcanus, Rome, 1995, p. 422.

102Certes, nous ne nous dissimulons pas que, pris en lui-même, chacun de ces rapprochements demeure fragile et qu’il y a toujours, dans le détail, de bonnes raisons pour en refuser la suggestion. Il reste que la convergence d’indices ne laisse pas d’être troublante. De fait, le débat, aujourd’hui, porte moins sur la réalité de ces convergences que sur la portée qu’il convient de leur donner. Très généralement, en raison des difficultés signalées plus haut, on les interprétera, pour reprendre les termes employés par R. Peroni366en 1989, comme « il riflesso di semplici contatti, di traffici più o meno diretti, di influenze culturali più o meno mediate ». Or il se trouve que depuis la date encore récente à laquelle a été publiée cette prudente conclusion, une découverte permet d’aller au-delà des possibilités, pourtant considérées comme audacieuses par beaucoup, qu’elle dessinait : pour la première fois, en effet, la présence de vestiges de type mycénien en Latium est désormais avérée367. En 1985, en effet, à Casale Nuovo, sur une colline proche de l’embouchure du fleuve Astura, des tessons datant des périodes dites TE III B et C, c’est-à-dire des xiiie et xiie siècles av. n. è., ont été mis au jour, révélant l’existence sûre d’un point de débarquement, et peut-être de séjour, de navigateurs qui, d’une manière ou d’une autre, étaient en rapport avec le monde égéen. Ainsi, depuis quelques décennies aura-t-on vu sur la carte de la péninsule, au fur et à mesure que les comptes rendus de trouvailles se multipliaient et que les bibliographies s’épaississaient368, les vestiges d’aspect mycénien se rapprocher du Latium : ils n’y étaient pas encore il y a peu – et on soulignait à l’envi leur absence – mais aujourd’hui les voici, incontestablement, présents. Davantage : un tesson incisé de type égéen a été identifié dans les fouilles récentes du Palatin (P. Brocato in Boll. Arch., 31-33, p. 107). D’ores et déjà, on conviendra aisément que le dossier constitué par H. Müller-Karpe et G. Colonna en reçoit un éclairage nouveau. Il n’a pas obtenu, généralement, l’attention qu’il méritait, parce qu’on en a considéré les pièces une à une au lieu d’en apprécier l’ensemble. Pour ce qui concerne Casale Nuovo, on remarquera que le lieu de la découverte se situe non loin d’Anzio, autrement dit tout près de ce qui est le débouché maritime naturel de la région albaine et du Latium tout entier369. Il suffit de remonter la vallée de l’Astura pour se retrouver à Satricum et, au-delà, à Lanuvium et sur les pentes du massif latial. Cependant, dira-t-on, les peuples que rencontrèrent ces étrangers n’étaient de toute façon pas des Latins, ce qui fait que l’hypothèse d’une influence égéenne en Latium reste tout aussi fragile qu’auparavant. L’objection n’est pas si dirimante qu’il y paraît, car nous avons vu que, selon toute vraisemblance, il convient aujourd’hui de rehausser notablement, au moins d’un siècle, le début de l’entité latine ; de l’autre côté, et pour diverses raisons, l’idée d’une disparition brusque et totale des Mycéniens de l’Occident au xiie siècle a laissé la place chez les spécialistes à une vision beaucoup plus nuancée. De toute façon, il apparaît qu’à Casale Nuovo, les céramiques « indigènes » sont majoritaires ; significativement, elles révèlent des affinités avec le matériel de toute l’Italie méridionale et centrale, notamment Anzio, et en ce qui concerne les monts Albains, Boschetto, Colle della Mola et le Monte dei Ferrari, et ce pour une chronologie qui va jusqu’au xe siècle. Ce qui est intéressant, c’est que ces poteries semblent avoir été fabriquées sur place (o.c., p. 195), ce qui laisse entrevoir la présence d’artisans venus du sud dans cette phase d’émergence de la civilisation latiale. Cette découverte confirme en tout cas les hypothèses formulées dès 1974 par G. Colonna, à partir notamment de la présence d’une ancre égéenne dans l’estuaire du Tibre (PCIA, 2, p. 322), sur le rôle pionnier de la côte latiale, ce qui n’implique pas néanmoins qu’il faille valider telle quelle la priorité que la légende d’Enée accorde à Lavinium par rapport à Albe. Ailleurs, non loin de là, au lieu dit « Cavallo Morto » près d’Aprilia, sur le territoire d’Anzio, a été mise au jour à partir de 1980 une nécropole à incinération du Bronze récent370, dont le matériel, aux dires des fouilleurs, offre des affinités protovillanoviennes et aussi égéennes, et qui constitue la plus ancienne de ce type dans toute l’Italie centrale : il se pourrait que l’on soit ainsi en présence du chaînon jusqu’alors manquant, attestant la mobilité des Grecs, notamment (mais pas seulement) aux lendemains de ce qu’on appelle souvent « la crise des palais »371. On songe évidemment à la nécropole d’Anzio, dont les aspects albains ont été bien souvent soulignés372. Dans les environs également, près d’Ardée, a été mise au jour une nécropole latiale importante, dont le début peut être placé au xie siècle373. Dans ces conditions, nous nous demandons s’il ne convient pas d’accorder aux affinités, mises en lumière depuis longtemps par certains historiens des religions, entre la Junon de Lanuvium et l’Hera d’Argos374, un crédit renouvelé, même s’il s’agit d’un type de divinité qui se retrouve ailleurs, que ce soit chez les Vénètes, les Falisques ou à Tibur ; il reste que le site de Lanuvium se trouve directement sur l’axe dessiné par la haute vallée de l’Astura entre la mer et les monts Albains. Parallèlement, il serait tentant de revaloriser dans le même sens l’apparentement esquissé parfois entre la Junon de Satricum, c’est-à-dire d’un lieu très proche de Casale Nuovo et d’Astura, qui en était très probablement le port à l’époque archaïque, et telle figure du Panthéon (égéen) grec375. Tout cela nous conduit évidemment à un autre rapprochement que l’on n’ose qu’esquisser, celui, classique entre tous, qu’impose d’abord la quasi-identité des théonymes, entre la latine Vesta et la grecque Hestia : nous excusera-t-on de souligner, ici aussi, l’origine albaine également attribuée à Vesta par la tradition romaine, Alba oriundum sacerdotium (Liv., 1, 20, 3) ? Ainsi apparaît, tant sur le plan archéologique que mythique et religieux (avec les Saliens et Vesta), un schéma récurrent qui, nous semble-t-il, mérite intérêt : possible origine égéenne, priorité albaine, aux dires de la tradition, par rapport à Rome, présence dans le corpus légendaire des primordia Vrbis. Aujourd’hui, la réalité d’une influence mycénienne, fût-elle indirecte, en Latium, le franchissement, de part et d’autre, des barrières chronologiques trop rigides élevées naguère, obligent, à notre avis, à remettre en question376, sur ce point aussi, la vulgate longtemps régnante. Au vu de ces découvertes et de ces évolutions scientifiques, on songe aux études pionnières de G. Pugliese Carratelli377 ; on évoquera également les hypothèses sur des rapports entre la Crète et l’Italie centrale qui s’illustreraient notamment dans le culte de Vulcain378. Quoi qu’il en soit, le caractère sans doute non direct de toutes ces influences n’en diminue pas la portée. Ce que nous désignons en effet sous le nom de « mycénien » doit être entendu au sens large : il faut laisser aux archéologues le soin de préciser si ceux qui, treize siècles avant notre ère, débarquaient sur les côtes du Latium, étaient des représentants directs des civilisations de Mycènes ou de Crète (hypothèse peu probable aujourd’hui), ou s’il ne s’agissait pas plutôt d’habitants de Chypre, ou encore d’indigènes venus du sud de la péninsule et eux-mêmes en contact avec les peuples helléniques. L’important, pensons-nous, est, sans que soient oubliés bien sûr les adaptations ni les déformations inévitables, ni non plus le caractère hypothétique de toute déduction en la matière, de voir aujourd’hui se dessiner la réalité de la chaîne de transmission qui a pu véhiculer techniques, idées et croyances, de l’Orient égéen jusqu’aux monts Albains et aux rives du Tibre.

CONCLUSION

103Origine et spécificité, à date plus haute qu’on ne le pensait généralement, du nomen Latinum ; centralité des monts Albains pour ce processus d’affirmation ethnoculturel ; complexité au moins relative de la société latiale dès ses débuts et entremêlement des influences aux temps de son émergence ; lisibilité, du point de vue de la religion romaine, des cultes funéraires albains qu’exprime le recours à l’urnecabane, traduisant une latinité, au moins partielle, du rite romain « primordial » ; existence en Latium du vin et d’une symbolique du vin dès avant le viiie siècle ; densité et capillarité de la circulation des personnes et des biens sur les monts Albains dès les premières phases de la civilisation latiale ; possibles influences venues d’Egée sur les manifestations initiales de cette civilisation : tels sont donc les principaux enseignements auxquels nous a conduit l’analyse des présences archéologiques dans le massif albain au regard du corpus légendaire des primordia. L’ensemble de ces conclusions partielles prouve que la prééminence religieuse, conservée aux Colli durant toute l’ère historique par le biais des Féries Latines, ne fut pas seulement symbolique mais correspondit à une vitalité et un rayonnement des peuples qui les habitaient lorsque se forma et s’affirma, autour des lacs du massif et à l’ombre du Monte Cavo, une civilisation et une constellation de rites, sacra, désignés dans la suite des temps par le nom familier et énigmatique d’Alba Longa, métropole des Latins et ville-mère pour la mythe-histoire des origines de Rome, occasion d’une quête toujours recommencée pour une recherche qui n’a jamais mieux mérité son nom.

Notes

1 L’expression est due à M. Pallottino, « Le origini di Roma », in Arch. Class., 12, 1960, p. 15 (= Saggi di Antichità, 1, Rome, 1979, p. 227), qui refusait alors cette hypothèse, pour parler un peu plus tard (« Le origini di R. : considerazioni critiche sulle scoperte e sulle discussioni più recenti », in ANRW, 1, 1972, p. 40 = Saggi..., ib., p. 298) d’influence albaine sur le développement de Rome, malgré la contemporanéité des deux sites : le tout cité par G. Colonna, 1974, p. 328, qui, en 1988 (p. 428), souligne seulement l’importance de « l’apporto dei Colli Albani alla documentazione della più antica cultura laziale ». Tout l’ouvrage d’A. Carandini, Nascita..., va aussi dans le même sens.

2 Voir Schwegler, Röm. Gesch., 1, 18672, p. 283 et s.

3 Ainsi J. J. Ampère, Hist. r., p. 471.

4 Cf. Italische Gräberkunde, 1, 1924, p. 391 : « Rom soll von Alba Longa ausgegründet sein[...]. Die Richtigkeit dieser Tatsache ist durch die Bodenforschung in reichstem Masse bewiesen. Seit 1817 sind Funde von Brandgräbern auf den Abhängen unterhalb des Albaner Sees bekannt, die älter sind als alles Stadtrömische, aber mit den frühesten Gräbern Roms nah verwandt ».

5 « Scoperte fatte a Pratica » et « Scavi di P. », in Bull. Inst., 1885, p. 59-62 et 82-85.

6 In O. Rom., 7, 1969, p. 139-148.

7 Sur tout ceci, voir G. Dury-Moyaers, Enée et Lavinium, 1981, p. 99, 107, avec, p. 128, un appel à la prudence devant l’hypothèse d’une validation archéologique du schéma tripartite légendaire, telle que la suggéraient M. Pallottino et G. Colonna, CLP, p. 27-28. On comparera de même le jugement très catégorique de F. Delpino et M. A. Fugazzola Delpino, in Il Bronzo finale in Italia, 1979, p. 448-449, avec celui de T.J. Cornell, Beginnings, 1995, parlant de « The rather strange idea that Lavinium and Alba were much older than Rome » (p. 71).

8 Histoire de Rome, 1962, p. 28. Nous laisserons ici de côté les théories dualistes présentées, sur les traces de Pigorini, par cet auteur, de son Essai sur les origines de Rome (1917) à sa Conquête romaine (1967), où les Albains apparaissent comme des conquérants pasteurs venus du Nord et créateurs du patriciat, les considérant comme suffisamment réfutées par les travaux de J. Poucet (« Les Sabins aux origines de Rome. Orientations et problèmes », in ANRW, 1, 1972, p. 56 et s.) et de J. C. Richard (Origines..., p. 61 et s.).

9 O.c., p. 392.

10 En 1979 (Arch. Laz., 2, p. 190), à propos notamment du Monte Cavo, pour un projet présenté alors comme imminent.

11 Déclarant en 1983 : « l’esigenza di un nuovo scavo si impone » (O. Rom., 14, p. 18).

12 Le volume d’IAL 1 consacré à la Classification and Analysis parut en 1966, deux ans après le volume consacré aux Excavations a. Finds (1964). La chronologie est l’aspect prioritairement évoqué, et contesté, dans les nombreux comptes rendus auxquels donna lieu la publication d’IAL, et dont voici les références : Arch. Class., 16, 1964, 328-330 (D’Agostino) ; Latomus, 24, 1965, 725-727 (Heurgon) et 26, 1967, 879-881 (Morel) ; LEC, 33, 1965, 97-98 (Van Ooteghem) ; Gnomon, 38, 1966, 417-418 (Romanelli) ; AJA, 70, 1966, 391-392 (Richardson) ; Cl. Rev., n.s. 18, 1968, 94-97 (Ogilvie) ; Archeol. austr., 43, 1968, 156 (Pittioni) ; JRS, 58, 1968, 235-240 (Ridgway) ; RA, 1969, 157-159 (Heurgon). On verra aussi les critiques de G. Colonna en 1974 (p. 284-285 et 324-325 ; en 1988, cet auteur ne revient plus sur la question) et de D. Ridgway, éditeur du vol. Italy before the Romans, 1979, p. 187-193. Il ne faut pas oublier non plus que l’œuvre romaine de Müller-Karpe est directement née de la confrontation avec la classification de Gjerstad.

13 Il suffit de citer ici M. S. De Rossi, évoquant en 1868 ces « tanti bronzi, quanti io ne ho rinvenuti, e fra tanti quanti sono i trovati a Monte Crescenzio e all’Ercolano » – i.e. S. Sebastiano (« Secondo Rapporto... », p. 130), bronzes dont seule une minime partie a été conservée ou décrite et figure dans IAL 2. Cf. aussi supra p. 223.

14 Cf. IAL 1, p. 369.

15 O.c., p. 370.

16 In Latomus, 24, p. 726 ; l’exposé des principes sur lesquels se fonde cette chronologie est fait par Gjerstad, in Early Rome, 1, p.52, 2, p.93, 4, p.69, et id., « Discussions concerning Early Rome », in O. Rom., 3, 1960, p. 69 et s., et ib., 5, 1965, p. 1 et s. ; cf. aussi IAL 1, p. 369-401.

17 Dont les caractéristiques sont décrites in IAL 1, p. 409-451.

18 « I Colli Albani nel quadro archeologico della civiltà laziale », O. Rom., 14, p. 7-18.

19 Cf. Mon. prim., col. 324 à 384.

20 « Bemerkungen zur Vorgesch. Etruriens », in SE, 12, 1938, p. 23 et s. (p. 30 et s.) ; pour l’analyse historiographique du courant scientifique auquel appartient ce travail, cf. M. Pallottino, in SE, 28, 1960, p. 11 et s. = Saggi..., 1, p. 95 et s. (p. 100 et 111), et J. C. Meyer, Pre-Rep. Rome, p. 13 et s., montrant l’importance du modèle ethno-national élaboré par Scott-Ryberg.

21 IAL 1, p. 402-413 (p. 404 pour la description des décorations, selon une taxinomie qui est restée sans postérité).

22 Ib., p. 414-430.

23 Pour la mise en application de cette classification, voir IAL 1, p.91et s.

24 Cf. E. Gjerstad, o.c. in O. Rom., 5, 1965, p. 14.

25 O.c., p. 494-500 (p. 498). En 1977, Gierow, suite aux découvertes de Castel di Decima, rehaussa légèrement le début de la période I, la faisant commencer en 850-825 : cf. infra n. 46.

26 De ce savant, on verra surtout les ouvrages Vom Anfang Roms, et Zur Stadtwerdung Roms, parus en 1959 et 1962. Centrés sur le problème des origines de Rome, ils accordent cependant une grande place au matériel albain.

27 Ainsi J. Heurgon (o.c., p. 726) relevait-il, non sans malice, que le même tesson avait été attribué par Gierow lui-même successivement à deux catégories différentes (à propos d’IAL 2, p. 311, n. 1).

28 Très nombreux exemples ; citons au hasard, in IAL 1 : en primitive impasto, le genre Bowl, type IV A (p. 101, vase de Castel Gandolfo) ; en normal impasto, XV A, p. 106, etc. ; en advanced imp., genre Bowl, le type III A (p. 245, de Marino) ; en red imp., le genre « Goblet », ne comprenant qu’un seul type, dit I A (p. 278), etc.

29 O.c., p. 409 : « Some other types of pottery seem to make their first appearance contemporaneously in the Boschetto and Alban Groups ».

30 Cf. par ex. la critique de la catégorie advanced impasto, in Stadtwerdung Roms, p. 65, à propos de la datation des tombes les plus anciennes de la nécropole du temple d’Antonin et de Faustine.

31 H. Müller-Karpe, ib., p. 23.

32 Ce que souligne J. C. Meyer, o.c., p. 32 (col. 1).

33 Cf. Stadtwerdung, p. 22 et s.

34 « Sulla cronologia delletà del bronzo finale e delletà del ferro in Italia », in SE, 1960 = Saggi..., 1, p. 110.

35 Cf. Stadtwerdung, p. 68, n. 150 ; cf. aussi J. P. Morel, o.c. supra n. 12.

36 « Later part of period IV » (IAL 1, p. 401).

37 Il ne saurait être question de résumer ici un débat scientifique qui a occupé plusieurs décennies de recherche intensive : on comparera seulement les articles de G. Vallet, F. Villard, in BCH, 76 et 82, 1952 et 1958 (p. 291 et s., p. 16 et s.) et la rétractation très nette faite par ces auteurs in La Céramique grecque ou de tradition grecque au viiie s. en Italie centrale et méridionale, Naples, 1982, notamment p. 15 et 185. Sur cette chronologie grecque, cf. maintenant le colloque Oriente e occidente..., indiqué infra n. 61.

38 La tombe Bernardini est habituellement datée du second quart du viie s. : cf. F. Lanciani et F. von Hase, La t. B. di Palestrina, 1979, p. 10 ; M. Betelli, « La cronologia... », in PBSR, 62, 1994, p. 1 et s. (p. 55), propose le milieu du viiie siècle.

39 Selon la juste remarque de J. C. Meyer, o.c., p. 7 et 9.

40 De ce savant, on verra surtout : « Tradizione subappenninica nella decorazione ceramica della cultura laziale », Arch. Class., 10, 1958, p. 243 et s. ; « Per una definizione dellaspetto culturale « subappenninico » come fase cronologica a sè stante », Mem. Linc., 9, 1959, p. 1 et s. ; « Per una nuova cronologia del sepolcreto arcaico del Foro », in Civiltà del Ferro, Bologne, 1960, p. 463 et s. ; « Linsediamento subappenninico della valle del Foro e il problema della continuità di insediamento tra letà del bronzo recente e quella finale nel Lazio », Arch. Laz., 2, 1979, p. 171-176.

41 Voir surtout : « Aspetti culturali della Roma primitiva. Il periodo orientalizzante recente », Arch. Class., 16, 1964, p. 1 et s., ses synthèses de 1974 et de 1988, et sa contribution à CLP, p. 25 et s. : « Le fasi protourbane dell’età del ferro dal ix al vii secolo a.C. ».

42 Cf. J. C. Meyer, o.c., p. 11-12. Sur Oscar Montelius (1843-1921), cf. A. Guidi, Storia della Paletnologia, 1988, p. 38-40.

43 Voir le tableau final (pl. XLIV) in Stadtwerdung. La liste que nous donnons ici caractérise surtout la « Stufe I » (subdivisée dans les travaux récents).

44 Dont l’impraticabilité a été souvent soulignée : cf. J. C. Meyer, o.c., p. 36 ; p. 37 pour la commodité du système M.K.

45 Cf. infra n. 61.

46 Comparer ses « Notes on the Iron Age Chronology of Latium », O. Rom., 3, 1961, p. 103, et Relative and Absolute Chronology of the Iron Age Culture of Latium in the Light of Recent Discoveries, Lund, 1977.

47 « I Colli Albani... », qui débute par cette affirmation : « Ritengo ancora sostanzialmente valida la cronologia relativa della civiltà laziale da me proposta quindici anni fa ».

48 Origini 1993, p. 45 et p. 52 et s. Cf. aussi J. C. Meyer, o.c., p. 37 et s.

49 Cf. o.c. in Saggi..., 1, p. 113.

50 Sur ces questions (et d’autres du même ordre), cf. P. Ruby, « Les questions sous la tente : pour une approche technologique de la céramique ‘a tenda’ », in MEFRA, 100, 1988, p. 649-686, et « Types et fonctions dans les typologies céramiques archéologiques. Quelques problèmes et quelques propositions », in AION, Arch. St. Ant., 15, 1993, p. 289-320.

51 Cf. notre Fondation de Rome, p. 171 et s.

52 Dont l’occasion a été fournie, la plupart du temps, par le développement urbain de l’agglomération romaine, sur lequel on verra : C. Vallat, Rome et ses Borgate (1960-1980), Rome, 1995.

53 Sur lequel on verra : A. M. Bietti Sestieri et alii, La necropoli laziale di Osteria dellOsa, 1992, 3 vol. ; ead., The Iron Age Community of Osteria dellOsa, Cambridge, 1992 : abrégés respectivement Necropoli Osa et Community Osa.

54 Cf. J. C. Meyer, o.c., p. 31 et s., qui rappelle toutefois que la stratigraphie horizontale peut devoir sa configuration à des facteurs autres que chronologiques ; sur la stratigraphie verticale, voir les importantes réflexions de M.K., Stadtwerdung, p. 64 et s., reprises par Meyer, p. 32-33.

55 C’est la raison pour laquelle nous avons placé ici ces considérations sur la chronologie après et non avant l’inventaire archéologique.

56 Necropoli Osa, p. 491.

57 Cf. Community Osa, p. 3.

58 Pinza fondait ses considérations sur sa conviction de persistances néolithiques dans la civilisation latiale : cf. par ex. Mon. prim., c. 693 et s. ; quant à Pallottino, il proposa en 1939 (SE, 13, p. 85 et s. = Saggi..., 1, p. 49 et s.) une analyse « sulle facies culturali arcaiche dell’Etruria » mettant l’accent sur l’importance d’un différentiel topographique dans le développement chronologique. En 1960, il consacre un article important aux Beiträge zur Chronologie der Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen – l’opus magnum de Müller Karpe, où celui-ci élabore le système qu’il appliquera peu après au cas romain –, y déclarant : « Restiamo spaventati e perplessi di fronte ad un’opera come quella del M.K ». (Saggi..., 1, p. 117), dont il montre toutefois la supériorité relative par rapport à la chronologie courte suédoise. Comment interpréter également le fait que Pallottino n’ait pas mêlé sa voix ensuite au concert de critiques accompagnant la parution de l’œuvre de Gierow ? Sans doute estimait-il qu’après avoir vigoureusement réfuté la théorie présentée par le maître – Gjerstad en l’occurrence –, il était inutile de recommencer pour celle de l’élève.

59 On comparera la chronologie des tombes du Forum proposée par A. M. Bietti Sestieri in DdA, 1987, p. 249 et s., et celle que propose M. Betelli, « La cronologia... », qui diverge également d’avec A.M.B.S. pour l’analyse de l’Osteria dell’Osa (o.c., p. 9). Inversement, il n’est pas exclu que le choix de sites différents pour une même période puisse aboutir à des découpages chronologiques divergents, même sur la base de paramètres identiques.

60 Origini 1993, p. 53. Cf. l’exemple bien connu de Véies où la classification Toms (AION, Arch. St. Ant., 1986) a succédé à celle de Close-Brooks (NSA, 1965).

61 M. Betelli, o.c., p. 51 et s., faisant état des travaux de Sperber et de Kuniholm (avec bibl.). Des analyses faites à Fidènes confirment maintenant ces résultats : cf. A. M. Bietti Sestieri, A. De Santis, Protostoria dei popoli latini, p. 6. Mais le colloque Oriente e occidente : metodi e discipline a confronto ; riflessioni sulla cronologia delletà del ferro in Italia, G. Bartoloni, F. Delpino éd., Pise, 2005, montre que ces ajustements suscitent aussi des difficultés.

62 In Latomus, o.c., p. 727.

63 Cf. G. Bartoloni et alii, Le urne a capanna... On ajoutera l’exemplaire trouvé à Guidonia, près de Tivoli (avec quatre autres tombes), daté de la phase I : cf. G. Bartoloni, « Ancora sulle urne a capanna... », in Arch. Untersuch. zu den Bezieh. zw. Altital. u. der Zone n. der Alpen..., Regensburg, 1998, p. 159-189, (p. 160) : l’urne-cabane contenait les cendres d’un enfant d’un an et demi, le dolium où elle se trouvait celles d’un homme de 20-30 ans.

64 Anfang Roms, p. 47.

65 O.c., p. 290 (où il est fait état du matériel d’Allumiere).

66 Le urne a capanna...

67 Cf. A. M. Bietti Sestieri, « I dati... », in DdA, 4, 1986, p. 254.

68 Voir Le urne a capanna..., n° 94 à 115.

69 Nous ne mentionnerons que pour mémoire les théories, longtemps fameuses, de Pigorini, qui inspiraient encore les reconstructions d’un Devoto : cf. Pallottino, « Le origini storiche dei popoli italici » (1955), in Saggi..., 1, p. 7 et s.

70 Evoquons à ce propos l’hypothèse mycénienne, chère à Pinza et à Müller-Karpe : cf. infra p. 437 et s. En réalité, la concentration des urnes-cabanes en Europe du Nord (bassin de l’Elbe) et en Italie centrale laisse la porte ouverte à plusieurs hypothèses.

71 Cf. G. Bartoloni, in Le urne a capanna..., p. 5-17 et ead., « Ancora sulle urne a capanna... », o.c.

72 Cf. Le urne a capanna..., p. 182 et 198. Mentionnons également les quatre urnes, n° 191 à 194, de probable provenance latiale, mais non datables.

73 O.c., respectivement p. 155, 58, 179, 149 et 167.

74 O.c., p. 66 et s. pour les n° 93 à 115.

75 Sur G. Kosinna (1858-1931), cf. A. Guidi, Storia della Paletnologia, p. 48-49.

76 « Le origini storiche... », o.c. = Saggi..., 1, respectivement p. 10 et p. 15 pour les deux citations.

77 Les choses sont peut-être en train de changer ; voir, bien que ne portant que sur la péninsule britannique : S. Jones, The Archaeology of Ethnicity, Londres/New York, 1997 (p. 137 et s. sur l’insuffisance de la notion de culture archéologique).

78 Citons, entre autres, G. Colonna, 1974, p. 286-287 (où l’urne-cabane est considérée comme un élément albain original) ; id., 1988, p. 428 ; R. Peroni, 1989, p. 292, qui remarque que la miniaturisation des armes et les statuettes d’argile (cf. infra) sont une spécificité des Colli ; A.M.B.S., Community Osa, p. 60 et déjà in Il Bronzo finale in Italia, 1979, p. 411 et s. sur le rite funéraire latial et la codification qu’il illustre, plus rigoureuse qu’en Etrurie (cf. aussi Le urne a capanna..., p. 198) ; cf. aussi, à propos des récentes (2000) découvertes de Quadrato et du Forum de César : A. M. Bietti Sestieri, A. De Santis, « Il processo formativo della cultura laziale », in Le comunità della preistoria italiana. St. e ric. sul Neolitico e le età dei metalli, Florence, 2003, p. 745-763.

79 On sait maintenant que la prétendue urne-cabane trouvée à l’Esquilin en 1883 et longtemps considérée comme l’exemple le plus récent de ce type d’objet était en réalité le résultat d’une restauration fantaisiste : cf. Le urne a capanna..., p. 187 ; ib., p. 197 sur la durée du rite.

80 Sur cet aspect, cf. Le urne a capanna..., p. 13.

81 Traditionnellement, on a longtemps situé l’apparition de la différenciation ethnique entre le ixe et le viiie siècles : cf., en ce sens, M. Pallottino, Hist. de la première Italie, 1984, trad. fr. E. Frézouls, 1993, p. 57, qui présente toutefois l’urne-cabane comme une « particularité locale » qui « appartient sans aucun doute aux Latins ».

82 Le xe s. est le terminus post quem le plus couramment choisi : cf. par ex. Colonna, 1988, p. 428. R. Peroni (1989, p. 387-388) se fonde sur les récentes découvertes de Cavallo Morto pour exclure toute arrivée d’élément externe en Latium à partir de 1600, et parle à ce propos de « continuita etnica » ; dès 1979, il plaçait le début de la phase Roma-Colli Albani au xie s. (in Arch. Laz., 2, p. 189), ce qui est aujourd’hui la nouvelle chronologie proposée sur d’autres critères (cf. supra n. 61). Par ailleurs, s’il est vrai que certains placent d’ordinaire la prise de conscience ethnique des différents peuples du Latium au viie s. (ainsi S. Quilici Gigli et P. Santoro, in Arch. Laz., 10, 2, p. 307 pour les Falisques, Capénates et Sabins), des indices archéologiques suggèrent l’émergence, dès le xe s., d’un ethnos comme celui des Sabins : il s’agit notamment du tumulus de Corvaro (Montariolo), dont la fouille, à partir de 1985, a redonné crédit à une ancienne localisation d’Uruinum, celle des Aborigènes citée par Varron selon Denys d’Halicarnasse (1, 14, 3). Cf. G. Colonna, « Alla ricerca della ‘metropoli’ dei Sanniti », in Identità e Civiltà dei Sabini, 1996, p. 107-130. Enfin, il semblerait que l’anthropologie et la paléobiologie aient leur mot à dire sur ce type de problématique : voir A. Vanzetti, « Alcuni problemi relativi alle sepolture ad incinerazione della tarda età del Bronzo in Italia centrale e meridionale, affrontati a partire dalle determinazioni antropologiche », in Le comunità della preistoria italiana..., o.c., p. 343-366.

83 Voir ainsi, dans le vol. Le urne a capanna..., le chapitre significativement intitulé « Analisi degli elementi strutturali delle urne a capanna e confronti con le testimonianze delle abitazioni coeve nell’Italia centrale » (G. Bartoloni, A. De Santis, p. 135-144, avec, p. 139, mention du modèle élaboré par Cozza à l’occasion de la découverte de l’urne de Velletri). Significativement, dans la courte préface qu’il a donnée à cet ouvrage, G. Colonna le définit comme « strumento e base per ricerche a venire nel campo affascinante dell’architettura dell’Italia antica ». Pour une bonne description en français des urnes-cabanes de l’Italie centrale, cf. A. Grenier, Bologne villanovienne et étrusque, Paris, 1912, p. 78-87.

84 C’était notamment le point de vue de Pinza, in Bull. com., 26, 1898, p. 98 et s., et Mon. prim., c. 490 ; voir aussi Le urne a capanna..., p. 137 et 140, et P. Brocato, F. Galluccio, « Capanne moderne, tradizioni antiche », in From Huts to Houses. Transformations of Ancient Societies, J. Rasmus Brandt et L. Karlsson éd., Stockholm, 2001, p. 283-309.

85 Cf. par ex. le catalogue de l’exp., Thomas Ashby. Un archeologo fotografa la Campagna Romana tra 800 e 900, Rome, 1986, p. 105 et 176. Un des derniers (voire le dernier) villages de cabanes du Latium fut photographié à Guidonia par L. Quilici en 1961 (voir fig. in o.c. infra n. 238). La fouille d’une cabane bien conservée sur le site de Fidènes a permis la reconstitution in situ (à Villa Spada, donc) de ce type d’édifice : cf. A. De Santis et alii, Fidene. Una casa delletà del ferro, Rome, 1998.

86 Cf. Vitr., 2, 1, 3 et 6 ; Ov., Fast., 6, 262 ; D.H., 1, 79. Cf. aussi A. Balland, « La casa Romuli au Palatin et au Capitole », in REL, 62, 1984, p. 57-80.

87 Cf. Le urne a capanna..., p. 135 et s. et n° 2 pour une abondante bibl. sur les habitats protohistoriques du Latium, Colli Albani exclus.

88 Cf. Le urne a capanna..., n° 153 (Fosso del Truglio) ; dans sa synthèse de 1974, G. Colonna date cette urne de la seconde période (p. 288).

89 « Urbanistica e architettura », in Rasenna. Storia e civiltà degli Etruschi, G. Pugliese-Carratelli éd., Milan, 1986, p. 371-530 (p. 388-393).

90 O.c., n° 129 et 135 (tombes 128 et 162).

91 Cf. supra p. 282. Autre ex. à Battiferro : cf. Doc. Alb., 3, 1975, p. 51-74 ; un autre, à Albano (Selvotta), reste inédit. La prudence dans l’identification de fonds de cabanes latiales est de mise, les cabanes modernes laissant des traces identiques : cf. Le urne a capanna..., p. 137.

92 En bonne méthode, il faut distinguer l’incinération de la crémation (où subsistent les os calcinés) : cf. P. Ruby, Le Crépuscule des marges, 1995, p. 44 (citant Pallottino). Sur les rites funéraires, voir l’art. classique d’A. Audin, « Inhumation et incinération », in Latomus, 19, 1960, p. 312-322. Pour une lecture des deux rites dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa par rapport à un contexte indo-européen et germanique, cf. D. Briquel, in Du châtiment dans la cité, 1984, p. 236-240. Pour une lecture sociologique : A. M. Bietti Sestieri, De Santis, « Il rituale funerario nel Lazio tra età del bronzo finale e prima età del ferro », in La ritualità funeraria tra età del ferro e orientalizzante in Italia, P. v. Eles éd., 2006, p. 79-93.

93 Voir, respectivement, l’Essai sur les origines de Rome, 1917, p. 89, et Ital. Gräberkunde, o.c., p. 399.

94 Cf. « I dati... », o.c.

95 Puisqu’il n’y a que 35 incinérations pour 600 tombes.

96 Cf. Necropoli Osa, p. 491. C’était déjà l’interprétation que G. Buchner donnait de la présence de pierres au-dessus de tombes à fosse de la nécropole de Pithecusa : cf. La mort, les morts dans les sociétés anciennes, G. Gnoli, J. P. Vernant éd., Cambridge, 1982, p. 281.

97 En ce sens, cf. G. Colonna, 1988, p. 445 ; sur l’incinération comme rite sacrificiel et votif, marquant le passage à la sphère divine, voir les remarques fondamentales de R. Peroni, 1989, p. 316-324.

98 Colonna, 1974, p. 291, qui souligne la complémentarité de la miniaturisation avec l’urne-cabane.

99 Storia della civiltà latina dalle origini al sec. v a.C., p. 148.

100 Necropoli Osa, p. 492.

101 Ib., p. 493. Elle est aussi un compromis entre leur absence (Étrurie) et leur présence (Campanie).

102 Voir par ex. J. Bayet, Religion romaine, Paris 19692, p. 73 et s.

103 Cf. A. M. Bietti Sestieri elle-même, dans Ricerca su una comunità..., p. 105.

104 Voir fig. 16. Il s’agit, dans le catalogue Le urne a capanna..., des numéros suivants : 1 à 5, 13-14, 21, 22, 24 provenant de Vetulonia ; 65, 67, 70, 71, 73, 184, 187, 188 de Vulci ; 182 et 189 ; 143 de Grottaferrata (Vigna Giusti, t. 1) ; 144 et 148 de la Villa Cavalletti ; 157 et 164 des fouilles 1817.

105 Cf. les n° 144 et 164.

106 En ce sens pourtant, cf. Le urne a capanna..., p. 169, à propos des urnes de Vulci.

107 Cf. n° 21, 67 et 188.

108 La suspension, à fonction funéraire et apotropaïque, de figurines aux portes et murs des demeures, est en effet bien attestée : cf. R.E., 18, 2, « Oscilla » (W. Ehlers), c. 1567 et s. (1576) : cf. Macr., Sat., 1, 7, 34, ut effigies Maniae suspensae singulorum foribus periculum, si quod immineret familiis, expiarent.

109 Les Romains appréhendent la mort sur le mode du contraire : cf. J. Scheid, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », in AION, Arch. St. Ant., 6, 1984, p. 117-139.

110 Varr., de u. p. R., 1 = Non., 197L. Sur la fête, cf. le livre classique de F. Bömer, Ahnenkult und Ahnenglaube im alten Rom, publié en plein conflit mondial (1943). Cf. aussi J. Scheid, o.c., p. 135-136. En relation avec cette prescription, on évoquera aussi l’importance religieuse et symbolique du seuil de la demeure – limen – que reflètent l’existence d’un dieu Limentinus, ou des termes comme eliminare ou postliminium : cf. K. Meister, Die Hausschwelle in Sprache und Religion der Römer, Heidelberg, 1925. On se souvient que l’urnecabane de Campofattore est pourvue d’un portique d’entrée à colonnettes (o.c., p. 25).

111 À une exception, celle de la tombe 142 de l’Osteria dell’Osa, qui n’en est d’ailleurs pas une, puisqu’il s’agit en l’occurrence d’un dolium à couvercle en forme de toit de cabane, formule qui semble équivalente à celle de l’urne-cabane complète : cf. Le urne a capanna..., p. 194 et p. 252, n° 8 ; pour les autres exemplaires, ib., n° 127 (tombe 126 de l’Osteria dell’Osa), 155 (S. Lorenzo Vecchio), 144 (V. Cavalletti, t. 8), 158 et 159 (fouilles 1816 et s.) ; pour deux exemplaires dépareillés, provenant également des fouilles 1816, cf. IAL 2, p. 349, fig. 208, n. 5 et 6. Le total s’élève donc à huit.

112 Rom und Troia, 1951, p. 65 et s. ; voir aussi la recension de P. Boyancé, REA, 54, 1952, p. 109 et s. = Et. s. la rel. rom., 1972, p. 65 et s. (p. 71). Nier, comme le fait Bömer, toute implication funéraire de ces statuettes (« mit dem Totenkult nichts zu tun », p. 88 et 90) est tout de même paradoxal, s’agissant d’objets trouvés dans des tombes !

113 Les Origines et le développement du culte des Pénates à Rome, Rome, 1989, p. 113-117, où d’autres arguments infirment la thèse de Bömer : le fait que l’urne ne saurait être assimilée au penus ; le caractère féminin de certaines statuettes ; le hiatus chronologique entre les objets albains et les textes romains. À notre avis, la théorie de Bömer a son origine dans l’ancienne présentation du Museo Gregoriano Etrusco, où une des urnes-cabanes découvertes en 1816 se trouvait flanquée de deux statuettes, l’une indifférenciée et l’autre féminine, disposition évidemment complètement fantaisiste : voir p. 65, la table III, que Bömer considère visiblement comme probante, exemple éclairant des erreurs d’interprétation auxquelles peut conduire l’indifférence vis-à-vis des circonstances exactes de la fouille.

114 Cf. IAL 1, p. 76-79, et Colonna, 1974, p. 290-291.

115 « The Etruscan Ancestral Cult. Its Origin and Development and the Importance of Anthropomorphization », ARID, 21, 1993, p. 7-66 (avec bibl.). Cette étude omet la figurine de bronze citée supra p. 279. En faveur de l’identification des statuettes albaines avec les défunts, un argument peut être ajouté : dans la tombe 142 de l’Osteria dell’Osa, les objets personnels (fibule, armes et couteau miniatures) étaient placés au contact de la figurine (cf. Community Osa, p. 120). Autre argument : la dimension des statuettes adaptée à celle des urnes (Necropoli Osa, p. 492). Voir aussi N. Lubtchansky, C. Pouzadoux, « Figures d’ancêtres dans l’imagerie étrusque, italique et italiote », LAncienneté chez les Anciens, B. Bakhouche éd., 1, Montpellier, 2003, p. 115-131 (p. 118-120).

116 Community Osa, p. 150 ; Damgaard Andersen, o.c., p. 14.

117 IAL 2, p. 327, fig. 195, n. 2 et p. 349, fig. 208, n. 5 ; Damgaard Andersen, o.c., n. 1 et 4. Évidemment, l’appartenance de ces figurines au lot de 1816-1817, caractérisé, on l’a vu, par un destin tourmenté, pourrait expliquer qu’elles aient été cassées, mais, selon les témoignages, leur cassure semblait antique, et si elle avait été accidentelle, on n’avait pas éprouvé le besoin de refaire des statuettes modelables en un instant et à peine cuites.

118 In Le urne a capanna..., p. 204, où elle écrit : « Penso que debba essere escluso, nonostante l’atteggiamento, la qualifica di offerenti » ; cet auteur semble, il est vrai, avoir ensuite changé d’avis, puisqu’elle parle, en 1989, dans La cultura villanoviana, de « personaggi nella funzione di offerenti o facenti una libazione », décrivant encore (en 1990) les figurines albaines comme « statuette votive di offerenti » (« La cultura laziale e il villanoviano salernitano », in La presenza etrusca nella Campania meridionale, 1994, p. 216). Pour la réf. à Giglioli, cf. IAL 1, p. 77. Cette position d’offrande invaliderait l’hypothèse hiérogamique.

119 « Rango e ritualità nell’iconografia italica più antica », in Ostraka, 1996, p. 333 et s. ; cf. aussi M. Menichetti, « Corredi con statuette dai Colli Albani e da Gabi », in Roma. Romolo, Remo..., o.c., p. 227. Dans cette interprétation, la cassure, probablement intentionnelle, des statuettes n’est pas expliquée.

120 Cf. Le urne a capanna..., p. 229 et s. C’est ainsi que les tombes Q, R et Y du Forum, identifiées naguère comme féminines par Gjerstad, sont sans doute masculines, seules V et PP2 restant féminines (M. J. Becker ; voir le tableau p. 246).

121 Cf. Damgaard Andersen, o.c., p. 16 et 61, n. 30.

122 O.c., p. 16-17.

123 Cf. J. Bayet, Rel. rom., p. 74 ; voir aussi E. Jobbé-Duval, Les Morts malfaisants, 1924, ainsi que J. G. Frazer, La Crainte des morts dans la religion primitive, 1934-1937, 3 vol., avec le c.r. de F. Cumont in R.B.Ph, 1939, p. 211-212 ; une tombe de Ficana et une de l’Osa (n° 482-483), où le mort a été placé dans une position contrainte, pourraient traduire la volonté de l’empêcher de revenir parmi les vivants : cf. Community Osa, p. 125.

124 Il est clair que les observations qui précèdent augmentent cette incertitude.

125 O.c., p. 66, ainsi que A. Dubourdieu, o.c., p. 117.

126 Cf. M. Menichetti, Archeologia del potere, 1994, p. 35-38.

127 Le parallèle est simplement suggéré par J. Bayet (dans un article où s’entendent des échos fustéliens ; cf. « La sculpture funéraire de Chiusi », in MEFR, 72, 1960, p. 40 = Idéologie et plastique, 1974, p. 550) qui assigne plutôt aux canopes de Chiusi une ascendance villanovienne.

128 Cf. Damgaard Andersen, o.c., p. 55, et déjà G. Colonna, 1974, p. 290 ; M. Torelli, o.c., p. 360.

129 L’exemple le meilleur est fourni par la décoration de la porte, aujourd’hui perdue, de l’urne 15 407 du Musée Gregoriano, qui, à en juger par une des illustrations de Visconti (cf. IAL 1, p. 313), se composait de deux silhouettes situées de part et d’autre du perron extérieur ; une urne de l’Osteria dell’Osa (tombe 137) porte sur ses côtés une procession de personnages ; même motif, mais plus stylisé, pour l’urne de la t. 1 du terrain Marroni de Marino. Sur ces silhouettes, qui mériteraient une étude, voir pour l’instant Damgaard Andersen, o.c., p. 24 et s. ; la réduction du motif à des fins purement décoratives, comme le voudrait Gierow (IAL 1, p. 78), ne nous semble pas satisfaisante. Peut-être, après tout, si l’on veut mettre les Pénates en relation avec les urnes-cabanes, est-ce là qu’on devrait les chercher, hypothèse qui, à notre connaissance, n’a jamais été proposée. Dans plusieurs cas, on peut reconnaître dans ces figures le cortège des familiers du mort en deuil, des lugentes, ou des pleureuses, accompagnant le carmen funèbre, dit naenia (Fest., 154L) : cf. A.M.B.S., in Necropoli Osa, p. 571. Commentant ces statuettes, J. Bayet (Rel. rom., p. 38) écrivait : « La forme humaine n’est donc pas exclue de la religion latine ; ses traces (prophylactiques) semblent se retrouver peintes sur les portes de plusieurs urnes-cabanes ».

130 Cf. Müller-Karpe, Anfang, p. 61-62 ; IAL 1, p.42, n.10 et p.305.

131 1974, p. 291, qui récuse l’origine crétoise proposée par M.K.

132 Elle est fondée sur la datation de la tombe Visconti à la période II (urne n° 154) ; mais les deux exemplaires de Villa Cavalletti ont chance d’être plus anciens : en effet, la liaison de l’objet avec l’urne-cabane est sans doute étroite, et soulignée par G. Colonna lui-même ; or les seules urnes-cabanes de V. Cav. qui soient datables le sont toutes de la première période : cf. Le urne a capanna..., n° 144 à 146 (tombes 8 à 10). Du reste, la tombe Visconti elle-même date de la pér. I dans la classification de M. Betelli, o.c., p. 159.

133 Contra, Andersen, o.c., p. 14.

134 Trois ex. en tout, deux de V. Cavalletti, un de Castel Gandolfo (1816).

135 Voir La Grande Roma dei Tarquini, pl. II ; l’hypothèse figure in Andersen, o.c., p. 19, qui cite d’autres ex.

136 Antiquos Romanos plus annos centum et septuagenta deos sine simulacro coluisse (Aug., civ. d., 4, 31 : cité par Gierow, IAL 1, p. 78, pour refuser l’interprétation des statuettes comme représentations de divinités).

137 Nascita..., p. 46.

138 Cf. Colonna, 1974, p. 290-291 ; traditionnellement, l’o.r. est considéré comme le signe de l’antécédence et de la prévalence de l’inhumation, attestées aussi par la sparsio d’une motte de terre sur le bûcher funèbre.

139 Cf. R.E., 18, 2, 1942, c. 1534 (G. Rohde) : en tout cas, les ex. cités ici semblent trancher par l’affirmative la question d’un éventuel rapport entre la préhistoire et l’usage romain, telle que la posait cet auteur.

140 Cf. Le urne a capanna..., p. 229 et s.

141 Dans le catalogue Le urne a capanna..., ces urnes correspondent aux n° 163, 159, 156, 161 et 157 (C. Gand.) ; 144 et 155 (V. Cav. et S.L.V.) ; 121, 123 et 124 (Forum) ; tombes 98 (n° 126) et 185 de l’O.O. À noter que dans les quelques cas où une analyse a été possible pour le contenu des urnes de Bisenzo, Tarquinia ou Vetulonia, aucune phalange n’a été retrouvée.

142 S’appuyant sur les recherches de Lévy-Bruhl, C. Ampolo a rappelé l’importance de ce mobilier, indissociable de la personnalité du mort, pour la bonne exécution de ce rite de passage que sont les cérémonies funèbres : « Il lusso funerario e la città arcaica », in AION, Arch. St. Ant., 6, 1984, p. 71-102 (p. 75). Ces considérations pourraient renforcer l’hypothèse d’A.M.B.S. sur l’existence d’une « déposition liminale ».

143 La Cité antique, livre 1, chap. 3 : « Le feu sacré ». Pour aedes, sens premier : « foyer, pièce où l’on fait du feu » ; cf. EM4, s.v.

144 Cf. notamment Pl., Aul., 2, 7, 16, In foco nostro Lari ; Cic., pr. dom., 41 ; Virg., Aen., 2, 297 ; 9, 257-258 ; 5, 744. Voir aussi Dumézil, RRA2, p. 347, citant Caton (Agr., 143) et Plaute (Trin., 139) où apparaît l’identification entre foyer domestique et Lar familiaris. D’autres textes posent l’équation entre Pénates, Lares et Manes d’une part, et entre ces entités et le foyer d’autre part. Voir A. Dubourdieu, o.c., p. 100.

145 Ad Aen., 5, 64 (avec réf. aux Pénates) et 6, 152 (aux Lares) ; cf. A. Dubourdieu, o.c., p. 104 et 110.

146 F. Bömer, Ahnenkult..., p. 38, souligne la contradiction entre la notice de Servius et le rituel des Lemuria.

147 Sur lesquels on verra S. Modica, « Sepolture infantili nel Lazio protostorico », in BCAR, 95, 1993, p. 7-18. Cf. aussi infra n. 195.

148 ad S., 3, 214 : non incendii, <sed> laris nostri, (a)ut prae tristitia aut propter casum nec focum in domo nostra fieri patimur : quod et lugentes obseruare solent.

149 D’autant que, non loin de là, le site de Pontecagnano a révélé de nets indices en ce sens : citons l’urne-cabane de la tombe 2500, découverte en 1971 ; cf. Le urne a capanna..., p. 109, n° 177, où elle est datée de la première moitié du ixe s. La tombe, qui ressemble à la n° 185 de l’Osteria dell’Osa, serait ainsi celle d’un Latin émigré : cf. Community Osa, p. 218-219. À noter aussi la tombe 2145 de cette même nécropole, coïncidant avec le bûcher funèbre lui-même, et pourvue à l’origine d’une espèce de cabane en élévation (cf. Le urne a capanna..., p. 210, n° 21) ; une autre tombe (594) était recouverte à l’imitation d’un toit de cabane (ib., p. 222). Réserves de G. Bartoloni quant à l’origine latiale de ces dispositifs in « La cultura laziale... », o.c., p. 212 et s.

150 « Urbanistica e architettura », in Rasenna, o.c., p. 392-393.

151 Cf. Le urne a capanna..., p. 197.

152 Rel. rom., p. 34.

153 Cf. Liv., 1, 30, 2 et D.H., 3, 29, 3.

154 On se souvient que Visconti et Fea décrivaient l’urne-cabane albaine comme un « tempietto sferico » ; G. Bartoloni se demande s’il ne faut pas y voir la reproduction d’un lieu de culte (o.c., p. 215) ; A. M. Bietti-Sestieri la réfère, justement à notre sens, à la cabane du mort (Necropoli Osa, p. 493).

155 « Ruolo del defunto in attività di culto », in Necropoli Osa, p. 565 et 606 à propos des tombes masculines 126 (II A, à urne-cabane) et 142 (II, olla à couvercle-toit) de l’O.O., pourvues chacune d’une statuette et d’un couteau ; cf. aussi Community Osa, p. 129 et 164.

156 Typique des temples, la fermeture extérieure des urnes-cabanes est considérée parfois comme un signe sacral (cf. Le urne a capanna..., p. 211). Mais elle pourrait être due à des motifs pratiques ou à un souci de réalisme (ib., p. 130). Il reste que, comme le souligne R. Peroni, la miniaturisation étant d’origine votive, une interprétation de l’urnecabane comme structure sacrale reste possible : cf. LItalia alle soglie della storia, Rome-Bari, 1996, p. 505.

157 Cf. Le urne a capanna..., p. 203.

158 Puisque les deux seuls ex. identifiables, u.c. 159 et 163 provenant des fouilles 1816, contenaient des restes attribués à des adultes mâles.

159 Il s’agit de la tombe « Montecucco D » (Blacas, II A), de composition très incertaine, comme nous l’avons vu ; l’autre ex. est fourni par la tombe GG du Forum, de même période : mais il s’agit d’une enfant d’une dizaine d’années.

160 Cf. Le urne a capanna... : n° 152 (Campofattore) ; n° 144 (Villa Cavalletti, 8) ; n° 173 (Vigna d’Andrea à Velletri) ; n° 174 (t. Andreoli) ; seul le n° 156 (Montecucco A. = F., Visconti) daterait de II A, mais d’autres archéologues le placent en I (M. Betelli, o.c.).

161 Sans doute faut-il ajouter à cette catégorie celle de certaines tombes féminines à inhumation, comme celle du Monte Crescenzio, au mobilier particulièrement riche, et la tombe 433 de l’O.O., qui était la plus riche en mobilier céramique de toute la nécropole pour la période II, et pourvue d’un couteau : cf. Necropoli Osa, p. 638-639. L’inhumation semble avoir été utilisée pour les Vestales, si on lit, avec A. Fraschetti (« La sepoltura delle Vestali e la Città », in Du châtiment dans la cité, 1984, p. 97 et s.), l’ensevelissement infligé en cas de crimen incesti comme un rite funéraire.

162 Cf. Necropoli Osa, p. 204 ; Community Osa, p. 104.

163 Cf. Le urne a capanna..., p. 151 (Vetulonia), 154 (Bisenzo), 174 (Tarquinia).

164 Cf. A. Grandazzi, « Tacite, Annales XII, 24 : quelques remarques sur le pomerium », in Les écrivains et lEtrusca disciplina de Claude à Trajan, D. Briquel et C. Guittard éd., 1990 (1995), p. 38-62 (p. 57).

165 Cf. Necropoli Osa, p. 489.

166 Voir, toujours pour les deux groupes de l’O.O. en II A : Necropoli Osa, p. 554 et 570, et Protostoria dei popoli latini, p. 37.

167 La Cité antique, livre 1, chap. 4, à propos de LL, 7, 88.

168 Necropoli Osa, p. 504 ; Community Osa, p. 147 et 208.

169 Liv., 1, 24, où l’on trouve le mot patratus, -i, successivement à l’ablatif, à l’accusatif puis au vocatif. Contra, pour l’hypothèse d’un verbe patrare, cf. L. Zurli, « Ius iurandum patrare, id est sancire foedus (Liv. I, 24, 6) », in RhM, 123, 1980, p. 337-348.

170 In Etudes..., 1990, p. 484, reprenant une hypothèse de F. Müller (Mnem., 1927) ; cf. aussi De la royauté et du droit de Romulus à Sabinus, 1995, chap. 1, « Du pater patratus au rex », p. 35 et s. (avec bibl.). Pour J. Heurgon, « l’expression est très obscure » et « demeure inexpliqué(e) » (Liv., éd. L. 1, 1971, ad loc.). B. Albanese se fonde sur le participe matratus attesté in CIL, 13, 8244 : « Varr. De l. lat. 6, 12 ed il pater patratus », in Mél. A. Magdelain, 1998, p. 1-7.

171 A. Magdelain, o.c. ; au contraire, pour R. M. Ogilvie (Commentary, 1965, p. 111), le rôle joué ici par le p.p. serait une création artificielle des Romains à partir de l’auctoritas qui était celle du paterfamilias, ce qui ne l’empêche pas, curieusement, d’écrire que « the title is proof of the high antiquity of the office ».

172 C’est ce que B. d’Agostino et A. Schnapp appellent « la plurifonctionnalité des signes funéraires » (in La mort, les morts..., p. 21) ; en ce qui concerne les urnes-cabanes, cf. Le urne a capanna..., p. 188 (A.M.B.S. renvoyant à Binford et Hodder).

173 Rel. rom., p. 38.

174 « Morfologia ed ambiente dell’area del Foro Romano », in Arch. Laz., 10, 2, 1990, p. 13-16, où est démontré que : 1) l’hypothèse faite par Gjerstad d’un cours d’eau entre la Regia et le temple de Vesta était erronée ; 2) il y en avait un, mais entre le « Sepolcreto » et la Regia ; 3) plutôt que du « torrentello » dont avait parlé Brown, il s’agissait d’un véritable riuus, au lit profond et à la pente forte (p. 14, avec bibl.). Les tombes étaient donc situées sur la rive même (droite), ce qui nous ferait penser qu’elles se rapportaient plus à une communauté se situant de ce côté (Velia ? Quirinal ? Capitole ?) que sur le Palatin.

175 Révélant notamment deux sépultures à urne-cabane (datées respectivement en I et II A) : cf. Le urne a capanna..., n° 175 et 176 (p. 107) ; cf. aussi CLP, p. 293 et s.

176 Cf. A.M.B.S., « I dati... », p. 249 et s. ; mais M. Betelli, « La cronologia... » (p. 4647) conclut à une contemporanéité des contextes albains et romains en II A.

177 D’une bibliographie désormais démesurée, on retiendra simplement ici les réflexions lucides de B. d’Agostino, « Società dei vivi, comunità dei morti : un rapporto difficile », DdA, 1985, p. 47 et s., et le rapide bilan tracé par G. Bartoloni, Le società dellItalia primitiva. Lo studio delle necropoli e la nascita delle aristocrazie, Rome, 2003, p. 11-27.

178 Réf. in DAGR, art. funus (Cuq).

179 Voir notre Fondation de Rome, passim, et maintenant A. Carandini, Remo e Romolo, o.c.

180 Contra, cf. A. Ziolkowski, Storia di Roma, 2000, p. 21.

181 Cf. C. Ampolo, « Su alcuni mutamenti... », in DdA, 1971, p. 46 et p. 67 où il est question de l’ » Italia tirrenica agli inizi dell’viii secolo, quando la società era ancora senza classi », l’auteur datant le début du processus de transformation économique et sociale à la seconde moitié du siècle (p. 61). Pour une réfutation de ce schéma, voir par ex. M. Gras, Trafics tyrrhéniens archaïques, 1985 (abrégé ci-dessous « Gras 1985 »), p. 706.

182 O.c., p. 50.

183 Origini 1993, p. 49.

184 PP, 32, 1977, p. 374 (l’étude citée supra n. 181 n’y est pas mentionnée).

185 Cf. Virgile et les origines dOstie, 19682, p. 286, ainsi que ses Souvenirs romains, 1968, p. 156 : « Je fus vivement intéressé par des chapelets de petits tertres en forme de meules qui, visiblement, avaient été arrondis par la main de l’homme. J’aurais aimé qu’on en éventrât quelques-uns ». Pour un commentaire de ce passage, cf. J. Heurgon, « La thèse de J. C. et les fouilles actuelles dans le territoire des Laurentes », in Homm. J. Carcopino, R. Thomasson éd., Paris, 1977, p. 169-174.

186 A. Bedini, o.c., p. 145, ainsi que : id., « La cultura dei principi nel Lazio », in Roma, mille anni di civiltà, A. La Regina éd., Montréal, 1992, p. 62-96.

187 « I Colli Albani... », p. 18.

188 Dans La mort, les morts..., p. 107 et s. (p. 117). Voir pour le Latium : A. Zifferero, « Forme di possesso della terra e tumuli orientalizzanti nell’Italia centrale tirrenica », in The Archaeology of Power, 1 (E. Herring, J. Wilkins éd.), 1991, p. 107-134 ; A. Naso, in O. Rom., 20, 1996, p. 69-86 ; F. Fulminante, Le sepolture principesche nel Latium vetus tra la fine della prima età del ferro e linizio delletà orientalizzante, Rome, 2003.

189 Cf. C. Ampolo, o.c., p. 64 : mais voir la critique de M. Torelli dans la riche discussion qui suit, et où est soulignée la prédominance de la propriété de la terre sur le commerce pour la formation d’une aristocratie. Moins affirmatif, M. Gras remarque toutefois que « le commerce est destiné à satisfaire des besoins et l’existence des besoins suppose une société déjà structurée » (Gras 1985, p. 705).

190 Voir infra p. 491 et s.

191 Italic Hut Urns and Hut Urns Cemeteries, 1925, p. 156.

192 « Un aspetto oscuro del Lazio antico. Le tombe del vi-v sec. a.C. », in PP, 32, 1977, p. 131 et s.

193 Voir notamment Le urne a capanna..., p. 198 et A.M.B.S., Community Osa, p. 56.

194 On verra la démonstration d’archéologie expérimentale faite dans le cadre de la fouille de l’Osteria dell’Osa, avec la fabrication d’urnes-cabanes : Necropoli Osa, p. 439 et s.

195 Voir le chapitre d’analyses anthropologiques dans Le urne a capanna..., p. 229 et s. : la tombe (n° 162) de Castel Gandolfo-Montecucco pourrait rentrer dans ce cadre ; voir aussi la tombe 10 de Villa Cavalletti (n° 146) et celle de S. Lorenzo Vecchio (n° 155), qui était celle d’un enfant de moins de douze ans. Pour Rome, on citera la tombe GG du Forum. G. Bartoloni évalue à 55 % la proportion d’enfants et d’adolescents parmi les cas identifiables dans les urnes-cabanes albaines pour la phase I : cf. « Ancora sulle urne a capanna... », p. 161-162. De ce fait, l’existence possible d’une aristocratie dès le Bronze final est maintenant évoquée : cf. W. R. Teegen, « Mittelitalische Kindergräber des 9. Und 8. Jahrhunderts v. Chr. u. ihre Aussagemöglichkeiten – ein Arbeitsbericht », in Demographie der Bronzezeit..., p. 238-257 (p. 250).

196 Cf. Il Bronzo finale in Italia, p. 46 : attribution (par M. Pallottino) de l’invention du schéma égalitaire et évolutif à Micali. Critique du schéma pour le villanovien : cf. A.M.B.S., Community Osa, p. 43. Voir maintenant la synthèse d’A. Guidi, Preistoria della complessità sociale, Rome/Bari, 2000.

197 Cf. R. Peroni, 1989, p. 292.

198 Tombe dite de la maison de Livie = édition princeps par G. Carettoni, BPI, 1954-1955, 64, p. 261-276 ; cf. aussi CLP, p. 121 ; la tombe est en général considérée comme isolée : cf. M. Betelli, « La cronologia... », p. 49 ; M. Pacciarelli, in La presenza etrusca nella Campania merid. (1990), 1994, p. 245, n. 57 ; contra, cf. S. Modica in BCAR, 95, 1993, p. 8. Ces auteurs la datent en II A, mais R. Peroni (1989, p. 444) la situe à la fin du Bronze final. La miniaturisation de son mobilier a souvent été considérée comme un signe d’ » albanité » : mais les tombes découvertes en 2000 au Forum de César et sur la uia Tiburtina ont aussi un mobilier miniaturisé : cf. Protostoria dei pop. lat., p.13 et s.

199 C’est ainsi qu’une bonne partie des discussions autour de l’article de C. Ampolo de 1971 mentionné ci-dessus ont traité du lien, incontestable, entre la formation de « surplus » économiques et la naissance d’une aristocratie, mais sans que les possibilités offertes de ce point de vue par la guerre soient vraiment explorées.

200 En ce sens, cf. R. Peroni, dans le débat rapporté in DdA, 1971, p. 72 et s.

201 Outre les données recueillies in Necropoli Osa, passim, voir A.M.B.S., Community Osa, p.99 et s.

202 « I Colli Albani... », p. 16.

203 Comme le soulignait M. Torelli, dans la discussion in DdA, 1971, p. 99.

204 Sur ce point, cf. notre Fondation de Rome, p.18 et s.

205 Si ce n’est par J. Meyer, Pre-Rep. Rome, p. 25, et A. Magdelain, Etudes..., 1990, p. 472. Marx et Engels se penchèrent sur l’organisation sociale de la plus ancienne Rome : voir par ex., de F. Engels, LOrigine de la famille, de la propriété privée et de lEtat (1884), chap. 6 (« La ”gens” et l’Etat à Rome »). Sans parler de l’anthropologue Morgan, leurs sources sont surtout ici Niebuhr et Mommsen, et l’archéologie n’y joue aucun rôle, pas même les urnes-cabanes albaines : découvertes quatre ans après la publication de l’Histoire romaine du premier, elles étaient au temps de la publication de celle du second (1854) oubliées et reléguées dans la préhistoire (cf. supra p. 22 et s.).

206 On nous permettra de renvoyer à notre article « L’avenir du passé. De l’histoire de l’historiographie à l’historiologie », in Diogène, 151, 1990, p. 56-78.

207 In MAH, 25, p. 293-328 : cet article n’est, il est vrai, pas exempt d’erreurs de références.

208 C’est par la transhumance que Gierow a expliqué l’isolement de ce qu’il appelle le groupe de Boschetto : cf. encore, en 1983, « I Colli Albani... ».

209 « Rome archaïque : une société pastorale ? » in Pastoral Economies in Classical Antiquity, C. R. Whittaker éd., 1988, p. 120-133. L’ensemble du recueil est à lire.

210 O.c. infra n 221.

211 D’un point de vue d’une typologie très générale, car la Mesta, par ex., « ne paraît pas avoir d’antécédents romains attestés » (M. Corbier, in Pastoral Economies..., p. 217).

212 La Civiltà Appenninica. Origine delle Communità Pastorali in Italia, Florence, 1959.

213 Voir par ex. la mise au point de C. E. Östenberg dans son Luni sul Mignone e problemi della preistoria dItalia, Lund, 1967, p. 239 et s., réfutant le pan-nomadisme de Puglisi : « Il carattere pastorale della cultura appenninica è innegabile, ma non si può costruire su di esso la teorie che quella popolazione fu nomade o semi-nomade » (p. 243). Pour San Giovenale, voir le colloque S.G. Materiali e problemi (1983), 1984, S. Forsberg, B. E. Thomasson éd., p. 91 (I. Pohl) et p. 19 (P. G. Gierow).

214 Réf. p. 107 et s. de l’ouvrage d’Alföldi indiqué supra.

215 La Méditerranée et le monde méditerranéen à lépoque de Philippe II (1949), Paris, 1979, p. 78.

216 O.c. supra p. 144.

217 Cf. par ex., in Storia dellagricoltura italiana in età contemporanea, sous la dir. De P. Bevilacqua, 1989, 1, la synthèse de F. Mercurio, « Agricolture senza casa », p. 136 et s., où l’on voit, par la bibliographie citée, que les travaux de Grenier, comme ceux de La Blanchère, s’inscrivaient dans un grand élan d’intérêt pour l’amélioration des campagnes de Toscane et du Latium.

218 Voir, dans l’ouvrage cité ci-dessus, la suggestive planche 68.

219 Cf. Grenier, o.c., p. 304 ; voir aussi les réf. indiquées in Le urne a capanna..., p. 137, auxquelles on ajoutera G. Pullé, o.c. infra n. 239, p. 494.

220 Cf. déjà Grenier, « L’hist. des orig. de R. d’après les derniers travaux italiens », in Journ. Sav., 1908, p. 632 et s. (p. 635).

221 En ce sens, on se référera à l’enquête conduite sous la direction de G. Barker et Grant, à propos des monts du Cicolano situés en amont de Rieti : « Ancient and modern pastoralism in central Italy : an interdisciplinary study in the Cicolano mountains », in PBSR, 69, 1991, p. 15-88. Sur cette présence du pastoralisme et de la transhumance en Sabine, voir aussi les observations de G. L. Carancini et d’I. Tozzi in Identità e Civiltà dei Sabini, p. 135 et p. 447 et s. La Ligurie est une autre région pour laquelle le problème de la transhumance a été étudié.

222 Cf. Lexikon der Ägyptologie, 3, 1980, s.v. Krummstab, col. 821. Le rapprochement Egypte-Rome est fait, notamment, par Alföldi, o.c., p. 114.

223 Cf. A. Giovannini, « Le sel... », in Athenaeum, 63, 1984, p. 373 et s. ; F. Coarelli, Foro Boario, p. 110 et s. ; A. Grandazzi, Fondation de Rome, p. 108.

224 Rappelons que dans la transhumance « normale », « propriétaires et bergers sont gens de la plaine ; [...] la montagne, à ce jeu, ne fournit que l’espace » ; dans les deux cas, donc, les troupeaux sont dans la montagne en été, dans la plaine en hiver. « Il existe, en outre, moins importante, une transhumance mixte qui mêle à la fois les transhumances d’été et d’hiver. Le point de départ et les habitants se trouvent alors à mi-pente, à mi-chemin des deux pâturages ». (Braudel, o.c., p. 76 et 79, soulignant aussi l’impossibilité d’une « classification rigide »). Si l’on considère que les troupeaux paissant sur les monts Albains pouvaient provenir de plus loin, par ex. de Sabine, on pourrait parler d’une transhumance mixte.

225 On pourrait de ce point de vue rappeler une remarque de Châteauvieux soulignant (o.c. p. 144) la liaison, qu’a formalisée par la suite, non sans cuistrerie, le modèle dit de Slicher van Bath, entre la présence de troupeaux, la fertilité du sol et le rendement des cultures.

226 De ce que la via Latina aboutit à la porte Capena, on a souvent supposé, avec Lugli, qu’elle allait jusqu’au Forum Boarium : cf. F. Coarelli, in L.T.U.R., 2, 1995, s.v. Forum Boarium, p. 296, et 3, 1996, s.v. Porta Capena.

227 On verra dans G. M. De Rossi, Bouillae, 1979, p. 298, la liste des variantes anciennes du toponyme ; cf. aussi G. Radke, in Kl. Paul., 1, c. 937.

228 Sur cette situation, cf. F. Coarelli, Dintorni di R., p. 72. Le nom de Bouianum était mis en rapport par la tradition avec un uer sacrum : cf. Fest., 136L et le commentaire de G. Colonna in Identità e Civiltà dei Sabini, p. 113 et s. Sur la via Cavona, cf. supra p. 229.

229 Ad Sat., 6, 55, citée infra p. 560 : à noter qu’elle confirme l’existence d’une ara sur le mons. Un écho de cette tradition figure dans Nonius Marcellus (122 M) : Hillas intestina ueteres esse dixerunt : unde Bohillae oppidum in Italia quod eo bos intestina uulnere trahens aduenerit.

230 La participation de Bovillae au Latiar est confirmée par Cic., pr. Planc., 9, 23.

231 Cf. Liv., 2, 39 : Abeken (Mittelitalien, p. 69) la situait au s.e. de Bovillae ; le site en pourrait être reconnu dans des restes d’opus quadratum archaïque identifiés par Lanciani (dossier inédit) sur une hauteur au n.e. des Frattocchie, près du lieu-dit S. Maria delle Mole, à moins que ce ne soit sur un plateau trapézoïdal où Nibby (dans une note restée inédite) avait d’abord cru reconnaître Politorium, puis Mugilla, avant d’y localiser Apiolae. Ashby a repris l’identification avec Mugilla. Entre les deux lieux, « numerosi frammenti di tegole di tipo arcaico e ceramica ad impasto tipica dell’età del ferro frammisti a frustuli ossei » témoignent de la présence d’une nécropole archaïque (viie-vie s.) : sur tout cela, cf. G. M. De Rossi, Bouillae, p. 334 et s. (avec réf.). En tout état de cause, le nom de Mugilla nous paraît pouvoir être mis en rapport avec le verbe mugire.

232 Encore que, sur ce point, l’importance accordée par la tradition au travail de la laine, que confirme la présence, dans tant de tombes latiales, de contrepoids de tissage et de fusaïoles, ne saurait être oubliée.

233 Comme on l’a très souvent reconnu : cf. par ex. Alföldi, ERL (chap. 1), qui liait cet aspect avec ses théories du nomadisme des Anciens Latins, vus comme des envahisseurs venus du nord et dont les urnes-cabanes retraceraient le parcours (cf. note p. 9) ; cf. aussi Le urne a capanna..., p. 197. Pour les témoignages anciens sur les Féries Latines, cf. infra p. 519 et s.

234 Argument déjà avancé par C. E. Östenberg, Luni sul Mignone, p. 239, et repris par G. Barker, o.c., in PBSR, 1991, p. 34.

235 Ex. cité par F. Arietti, B. Martellotta, La tomba del Vivaro..., n. 15 p. 120, et p. 116 et s. pour le Colle della Mola ; ces auteurs pensent qu’à l’époque latiale, un ha de pâturage albain pouvait accueillir deux moutons l’an, ce qui est relativement beaucoup.

236 En ce sens, cf. A. M. Bietti Sestieri et G. Bergonzi, in Il Bronzo Finale in Italia, 1979, p. 420. Signalons un colloque, Il Pastoralismo mediterraneo (nov. 1991) recensé par J. Lewthwaite in Quad. st., 80, 1992, p. 600-606.

237 Val. Max., 3, 4, 1.

238 Voir L. Drago Troccoli in RPAA, 75, 2003, p. 32-104.

239 G. Pullé, « La pastorizia nella campagna Romana », in Riv. geografica ital., 22, 1915, p. 490-501. Pour la période après 1800, voir R. Cianferoni, La pastorizia nel Lazio e nellAbruzzo, Rome, 1969 ; voir aussi L. Quilici, « La transumanza nellItalia centrale in età moderna e medioevale come contributo alla conoscenza di quella antica », in Ambiente e società pastorale nella montagna maceratese, Macerata, 1987, p. 143-164 (avec bibl.).

240 On comparera également avec l’étude de L. Cracco Ruggini, « Uomini senza terra e terra senza uomini nell’Italia antica », in Quad. sociologia rurale, 3, 1963, p. 19-42 ; voir aussi « Pastoralism and Settlement Structures in Ancient Greece », dans Structures rurales et sociétés antiques, éd. par P. N. Doukellis et L. G. Mendoni (colloque Corfou mai 1992), Besançon, 1994, p. 187-196.

241 O.c., p. 92.

242 Voir, pour linstant : P. A. J. Attema, « Loccupazione della campagna nel periodo protostorico nellager di Lanuvio », in Museo e Territorio IV, M. Angle, F. Zevi éd., Rome, 2005, p. 144-152.

243 De ce point de vue, voir surtout L. Capogrossi Colognesi, notamment La Terra in Roma Antica, 1. Età arcaica, Rome, 1981, ainsi que sa contribution à la Storia di Roma, Momigliano et A. Schiavone éd., 1. Roma in Italia, 1988, p. 263-289 ; voir aussi, pour une relecture de la tradition antique : E. Hermon, Habiter et partager les terres avant les Gracques, Rome, 2001, p. 19-43.

244 Voir infra p. 415 et s. pour les textes sur le vin.

245 Cf. M. Andreussi, « Stanziamenti agricoli e ville nel Lazio », in Societa et rapporti di produzione schiavistica, éd. par A. Giardina, 1, p. 349-354. P. Chiarucci compte 82 villas dans l’aire albaine : « Rassegna delle principali ville di età romana nell’area albana con particolare riferimento alle recenti scoperte », in Nemi – Status Quo, o.c., p. 179-192.

246 Le laghetto Savelli a été depuis transformé en terrain de golf ; pour le lac d’Aricie, cf. l’illustration 28 p. 92 dans Larea dei Castelli Romani, éd. par T. Paris, Rome, 1981.

247 Voir C. Ampolo, « Le condizioni materiali della produzione. Agricoltura e paesaggio agrario », in DdA, 1980, p. 15-46.

248 Et à sa publication (posthume), « Un chapitre d’histoire pontine. Etat ancien et décadence d’une partie du Latium », in Mémoires présentés... à lAcadémie des Inscriptions..., Pr. Série, 10, 1893, p. 33-191. Toutes les citations qui suivent sont empruntées à cette étude. On peut y lire (p. 46) une phrase qui préfigure, de manière émouvante, l’unité de la vie et de l’œuvre de La Blanchère, mort de malaria en Algérie : « L’Italie, pour mettre en valeur la banlieue désolée qui s’étend aux portes de sa capitale, sera obligée de la coloniser comme la France colonise l’intérieur de l’Algérie ».

249 O.c., p. 144. Il convient néanmoins de relativiser, c.à.d. d’historiciser la validité d’un tel rapprochement, en songeant aux réflexions de méthode suggérées à R. Dion par la lecture de l’ouvrage classique de M. Derruan, La Grande Limagne auvergnate et bourbonnaise. Étude géographique (1949), et recueillies dans Le Paysage et la vigne. Essais de géographie historique, Paris, 1990, p. 161 et s.

250 Dès la période II B est attestée la culture de divers légumes (pois, fèves, lentilles) ainsi que de céréales permettant la fabrication du far : cf. A. Guidi et alii, « Cures Sabini : lo scavo, le strutture, la cultura materiale, le attività economiche », in Identità e Civiltà dei Sabini, p. 143-204.

251 Dans sa contribution à la Storia di Roma, 1. Roma in Italia (citée supra), p. 317-339 (avec la bibl.).

252 Voir en ce sens : G. Cifani, « Notes on the rural landscape of central Tyrrhenian Italy in the 6th-5th c. B.C. and its social significance », in JRA, 15, 2002, p. 247-260 (qui ne cite toutefois ni La Blanchère ni l’ex. d’Aricie).

253 Sur laquelle nous renvoyons à notre Fondation de Rome, ainsi qu’à notre étude « La Roma quadrata : mythe ou réalité ? », in MEFRA, 105, 1993, p. 493 et s. ; cf. aussi notre « Contribution à la topographie du Palatin », in REL, 70, 1992, p. 28 et s., et A. Carandini, Remo e Romolo, o.c., p. 430-434.

254 Du reste, toute la démonstration de La Blanchère tend précisément à soutenir l’idée que « ces petits oppida, dont chacun apercevait son voisin à quelques km, dont plusieurs existaient sur le seul emplacement de Rome, représentent un peuplement serré » (p. 140) et à défendre l’hypothèse d’une agriculture développée sur les collines albaines (voir l’intéressante comparaison avec l’époque moderne pour les « castelli Romani », p. 141 et s.) fournissant sa subsistance à une population nombreuse.

255 Sur l’aspect botanique, cf. J. André, Lalimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 53 ; sur la confarreatio, cf. R. Leonhard, s.v. in R.E., 4, 1900, c. 862-64.

256 Chez l’augure Lentulus, in cena augurali, Cicéron, en 46 av. J.-C., déguste ainsi, avant de s’en repentir, fungos, heluellas, herbas omnis, « champignons, herbes potagères, légumes de toute espèce » (Fam., 7, 26, trad. J. Beaujeu, 1980, p. 140 avec la n. p. 290). Or l’importance de la culture des légumineuses aux ixe-viiie s. ressort des fouilles récentes d’habitats (cf. n. 250). Sur les cenae des Saliens, cf. Fest., 439, 9L.

257 En attendant, nous évoquerons la fouille du site de Cures Sabini, qui offre des caractéristiques géographiques proches de celles des monts Albains (cf. supra n. 250). Le site de Casale Nuovo a révélé, pour l’âge du Bronze (xiiie s.), la culture associée de fèves, vesces et pois (L. Costantini, in PP, 48, 1993, p. 216).

258 A.R., 14, 8, 12. Dans le passage où il traite des mêmes événements, datés vers 365-364, qu’il situe lui aussi in agro Albano, Tite-Live ne parle pas du vin albain (6, 42).

259 En ce sens, A. Tchernia, Le Vin de lItalie romaine, Rome, 1983, p. 57, où l’on corrigera la date 385 (qui est en fait celle de l’Ab.U.C.) en 365. Récemment, C. van der Mersch, « Aux sources du vin romain, dans le Latium et la Campania à l’époque médio-républicaine », in Ostraka, 10, 2001, p. 157-206, a réhabilité ces textes (p. 160, 165 et 182).

260 LL, 6, 15 : « Sur les portes de Tusculum, il y a l’inscription : « défense de transporter en ville le vin nouveau, avant la proclamation des Vinalia », trad. P. Flobert, 1985 (voir aussi ib., note p. 86).

261 Voir le livre 14 de la N.H., qu’il faut lire dans l’éd. J. André, 1958 : cf. 8, 64 pour la diversité des crus albains (uarie uenere Albana urbi uicina, praedulcia ac rara in austero) ; § 65 pour Velletri, 67 pour les Latinienses ; 3, 12 pour Aricie, 4, 23 pour Nomentum (cf. commentaire p. 83). Soulignons la qualité de la « fiche » de Pline au chap. 14 : libations romuléennes avec du lait, lois de Numa, Mézence, interdiction du vin aux femmes, ius osculi, vœu de L. Papirius, on y trouve déjà tout ce qui fait la substance des travaux actuels sur le vin dans la Rome archaïque.

262 « Vin et société à Rome et dans le Latium archaïque », in Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Rome, 1983, p. 1067-1075 ; Trafics tyrrhéniens archaïques, 1985, chap. 8, « La réception du vin à Rome », p. 367-390 (avec bibl.), abrégées ici respectivement « Gras 1983 » et « Gras 1985 ».

263 Comme l’avait reconnu déjà J. André, o.c., p. 120, n. 3.

264 Comparer Plut., Num., 25,10, Pline, N.H., 14, 88 et 119 avec Tab., 4,3, 6,9, 6,10 et 10,6. Sur les leges regiae, on consultera F. Wieacker, Römische Rechtsgeschichte, 1988, p. 307-309, trop sceptique mais avec une excellente bibl.

265 Il suffit de lire les chapitres 19 et 20 de Pline 14.

266 Voir déjà G. Piccaluga, « Numa e il vino », SMSR, 33, 1962, p. 99-103. Les fouilles récentes du Forum semblent effectivement orienter vers une possibilité d’historicisation du règne de Numa : voir A. Carandini et alii, « Il progetto della prima Roma », WAC, 1, 2004, p. 61 et s., et 2, 2005, p. 93 et s.

267 O.c., p. 446-472.

268 ERL, p. 209-210.

269 Cf. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, 19889, s.v. Mézence. Disons plus exactement qu’il n’y a au plus qu’une allusion, si on veut interpréter en ce sens, avec Macrobe (Sat., 3, 5, 10), l’appellation contemptor diuum (Aen., 7, 648).

270 Du premier : La Religion romaine de Vénus, 1954, p. 139 ; du second : Fêtes romaines dété et dautomne, 1975, p. 93 ; cf. aussi J. Scheid, in Annuaire EPHE, Sc. rel., 88, 1979-1980, p. 326-333.

271 Cf. R. Schilling, o.c., à propos du combat Mézence-Énée : « Ce bref drame met en cause le principe fondamental de la religion romaine [...] : il ne s’agit de rien de moins que de l’affrontement entre la piété et l’impiété ». Sur les Vinalia, voir les interprétations différentes de F. Coarelli et d’O. de Cazanove in In vino veritas, O. Murray et M. Tecusan éd., Oxford, 1995, p. 196 et s. et p. 214 et s.

272 Cf. o.c. 1985, où l’on comparera la datation de l’introduction du vin à Rome « au début du viie siècle » (p. 367) et la p. 465 où « l’on admet un lien entre Mézence et le lapideur des Phocéens, vers 535 av. J.-C ».

273 De fait, dans le chap. 8 de Gras 1985, « La réception du vin à Rome », il n’est pas question de Mézence, et plus loin, dans le passage où il est traité de « Mézence et le vin du Latium » (p. 460-465), il est peu question de la valeur étiologique du vœu de Mézence, puisque « l’épisode est postérieur à l’arrivée du vin en Italie centrale » (n. 61 p. 269).

274 Cf. IAL 2, p. 133 et s., et J. C. Meyer, Pre-Rep. Rome, p. 67-69 ; cf. supra p. 241.

275 Cf. supra, p. 247.

276 Cf. Necropoli Osa, p. 875. La tombe contenait une amphore.

277 O.c., p. 687 : il s’agit de la tombe 482.

278 « Cultura greca a Gabii nel sec. VIII », in PP, 47, 1992, p. 459-468, avec une proposition de lecture : « euoin », qui serait du grec ou du latin hellénisé, à rapprocher de l’exclamation bacchique εὐοῖ transmise par Aristophane (Lys., 1294). Mais D. Ridgway, « Greek Letters at Osteria dell’Osa », in O. Rom., 20, 1996, p. 87-97, s’oppose à cette interprétation. De toute façon, le liquide contenu dans ce récipient devait être du vin, celui de l’ultime libation funéraire selon D. Ridgway, ib., et G. Bartoloni, Le società dellItalia primitiva..., o.c., p. 198, et p. 195-215 pour tout le dossier du vin dans le centre de l’Italie archaïque.

279 On se référera utilement au catalogue de l’exposition La Vigne et le vin, Paris, Cité des Sciences et de l’Industrie, 1988. En ce sens, cf. déjà Gras 1985, p. 266.

280 « Les débuts de la vigne et du vin en Italie et en Gaule d’après le vocabulaire », in BASNF, 1994, p. 289 et s., dont nous résumons ici les conclusions. Cf. aussi Gras 1985, p. 267 et s. ; L. Agostiniani, « Sull’origine del nome del vino in Etrusco e nelle altre lingue dell’Italia antica », id. et alii éd., St. in mem. di A. Quattordio Moreschini, Pise-Rome, 1998, p. 1-13.

281 P. Flobert, o.c., p. 291.

282 Ib.

283 Ib.

284 Cf. Pline, N.H., 18, 2, 7.

285 Gras 1985, p. 380.

286 Pélasges..., p. 615.

287 Voir dans la série Homo Edens, éditée par O. Longo et P. Scarpi, le vol. 2, Storie del vino, P. Scarpi éd., Milan, 1991.

288 On verra dans les Actes du colloque La production du vin et de lhuile en Méditerranée, Suppl. BCH, 1993, éd. par M. C. Amouretti et J. P. Brun, des études sur le vin dans l’Egypte pharaonique (D. Meeks), chez les Phéniciens (M. Heltzer), en Crète minoenne (H. Blitzer). Voir aussi, dans le catalogue d’exposition Le Vin. Nectar des Dieux. Génie des Hommes, J. P. Brun et alii éd., 2004, P. E. Mc Govern, « Le premier vin de l’humanité », p. 33-37, ainsi que M. Pasquinucci et S. Menchelli, p. 122, pour la découverte, au s. de Pise, d’un habitat paléolithique avec de nombreux restes de moût, ce qui « semble pouvoir indiquer une production de vin remontant à l’âge du Bronze ».

289 Cf. Roma città del Lazio, S. Rizzo éd., Rome, 2002, p. 53 (L. Cattani).

290 Arch. Laz., 8, 1987, p. 323 : il s’agit du premier exemplaire attesté en Sabine A. Zifferero). À noter que ce vase voisinait avec des tessons de céramique latiale II B.

291 Un puits votif de Tarquinia (Civita) datable de cette période a livré des restes de uitis uinifera : cf. Tarquinia. Testimonianze archeologiche e ricostruzione storica, M. Bonghi Jovino et C. Chiaramonte Treré éd., Rome, 1997, p. 96-99 (M. Rottoli) et p. 147 (M.B.J.). Cf. aussi E. Clerici, « La vitis vinifera fossile nei dintorni di Roma », Boll. Soc. Geol. Ital., 6, 1887, p. 335-368 (non uidi).

292 Cf. Ernout-Meillet, Dict. étym. l.l., 1957, p. 88. Faut-il évoquer à ce propos le skyphos eubéen de Cures Sabini mentionné supra ? On peut voir par Non., 546, 28 et s., que Verrius Flaccus avait emprunté cette notice au De Uita Populi Romani lib. I de Varron dont le « sabinisme » n’est plus à démontrer.

293 Fest., 212L, s.v. oscillantes : voir notre commentaire in « Latinus », p. 585 et s., et les réserves de D. Briquel in REL, 67, 1989, p. 85-86.

294 et 110L. Cf. G. Dumézil, Fêtes romaines dété et dautomne, o.c., p. 98 et s. sur les Meditrinalia, destinés à soigner un vin fait de moût et de vin vieux, avec un souhait de transfert sur sa personne de la part du paysan.

295 C’est bien ce que suggère la remarque de Varron (LL, 6, 16) : Aliquot locis uindemiae primum ab sacerdotibus publice fiebant, ut Romae etiam nunc.

296 O.c., p. 85-97 (p. 91). Cela dit, c’est dans toutes les cultures, et pas seulement chez les Indo-Européens, que le vin est boisson d’immortalité : cf. La Vigne et le vin, o.c., p. 293.

297 1983, p. 1071 et 1075.

298 Cf. le colloque Le Vin des historiens, éd. par G. Garrier, 1990, p. 121 (G. Comet) ; voir aussi le colloque La Vigne et le vin cité supra, p. 367 et s. (M. Courtois).

299 « Les tabous du mariage dans le droit primitif des Romains », in Ann. Sociol., C, 2, 1937, p. 6-34 (p. 26 et s.) : le vol des clés (du cellier), c.à.d. l’absorption de vin, est aussi une cause de répudiation dans les « lois de Romulus » (Plut., Rom., 22).

300 « Parergon. A proposito del frammento geometrico dal Foro », in MEFRA, 92, 1980, p. 591 et s. (p. 595).

301 Gras 1983, p. 1074.

302 Cf. G. Colonna, « Un tripode fittile geometrico dal Foro Romano », in MEFRA, 89, 1977, p. 471 et s.

303 Dans ses Varietà di notizie... sopra Castel Gandolfo, Albano Ariccia..., 1820, p. 42. En faveur d’une pratique du banquet funéraire avec vin en Italie centrale dès l’âge du Fer : F. Delpino, « L’ellenizzazione dell’Etruria villanoviana », in Sec. Congr. Intern. Etrusco (G. Maetzke éd.), Rome, 1, 1989, p. 105-116 (p. 106, n. 3).

304 1985, p. 376-377 à partir de Pline, 14, 88.

305 Cf. par ex. G. Charachidzé, « Le symbolisme de l’arbre et de la vigne en Géorgie », in Bedi Kartlisa. Revue de kartvélologie, 23-24, 1967, p. 105-118.

306 Cf. Pline, 14, 12 ; à titre de comparaison, on peut citer la présence de la « coltura promiscua » dans le Latium du xiiie s. : voir le très riche bilan d’A. I. Pini, « La viticulture italienne au Moyen Âge », dans Le Vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale au Moyen Âge et à lépoque moderne, Centre culturel de l’Abbaye de Flaran, Auch, 1991, p. 67-91 (partic. p. 82 et 88-89). Suggestive notation (p. 90) pour le xive s. près de Tusculum : « Le foulage du raisin se faisait dans la vigne même, à l’intérieur de uaschae situées en plein air ou bien placées dans les grottes et fréquemment utilisées par plusieurs tenanciers en même temps ». P. Toubert, Structures, 1, p. 262, insiste au contraire sur l’absence de cultura promiscua en Latium. En tout état de cause, les nombreuses mentions de uinei qu’on trouve dans le Liber Pontificalis permettent de faire ici le lien entre Antiquité et Moyen Âge, sans préjuger pour autant, bien sûr, des importants changements qui ont pu se produire avec le temps.

307 Cf. P. De Francisci, Primordia Ciuitatis, 1959, p. 122-123 et A. Carandini, Nascita..., p. 191, n. 35.

308 Cf. Arch. Laz., 11, 2, 1993, p. 42 à propos de tablettes votives trouvées à Rome ; des objets semblables ont été découverts au bord du lac de Nemi (supra, p. 328) ; cf. aussi ib., 10, 2, 1990, p. 116 pour Fidènes (milieu viiie s.) ; sur la panification en Italie centrale, cf. Tarquinia. Testimonianze arch..., o.c., p. 95 et s. (M. Rottoli).

309 Sur laquelle on verra D. Briquel, « À propos d’une inscription redécouverte au Louvre : remarques sur la tradition relative à Mézence », in REL, 67, 1989, p. 78-92.

310 P. 265.

311 O.c. (supra n. 247), p. 77 et s.

312 Cf supra, p. 307 ; cf. G. M. De Rossi, Apiolae, 1970, p. 8 et s.

313 7, 39, 16.

314 Réf. dans notre article « Tous les chemins... », o.c., in Mél. Moussy, 1998, p. 202, n. 17.

315 Voir par ex. J. Brunhes, Principes de géographie humaine, 1, 19253, p. 207.

316 O.c., p. 11. Depuis, cette découverte a été souvent exploitée.

317 Cf. supra p.67 et s.

318 P. Chiarucci, « Viabilità arcaica e luoghi di culto nellarea Albana », in Alba Longa 1996, p. 323 ; voir à la pl. I de cette étude, et ib., p. 30 de celle de F. Arietti (« Gli Albani e il loro territorio nell’VIII e VII sec. a.C. »), des cartes du réseau albain à la lumière des nouvelles découvertes.

319 Sur tout ceci, cf. supra p. 229.

320 « La via trionfale a Monte Cave e il gruppo stradale dei Colli Albani », MPAA, 1, 1923, p. 251-272, avec pl. XI et XII.

321 P. Toubert, Structures, 1, p. 627.

322 Encore faudrait-il pouvoir être sûr de la viabilité d’époque romaine : or, comme tous les anciens voyageurs l’ont déploré, le réseau routier romain a été soumis à un processus de destruction qui s’est souvent accéléré depuis le début du xixe s. ; aujourd’hui encore la situation est loin d’être satisfaisante (cf. L. Quilici, Collatia, p. 25-26), même pour les voies en principe les plus protégées : cf. id., « Sulla via Prenestina nel mandamento di Palestrina », in Arch. Laz., 8, 1987, p. 139-146.

323 Voir l’utile plan donné par Gierow, « I Colli Albani... », p. 11.

324 Cf. L. Quilici, Collatia, p. 33. Sur l’importance de ces voies, cf. aussi Colonna, 1974, p. 276.

325 Unissant le sud du cratère du lac de Castigliano aux monts Albains : Collatia, o.c., p. 32 ; G. M. De Rossi, Bouillae, p. 15. Sur la transformation des itinéraires de transhumance en voies de communication, cf. par ex. Z. Mari, Tibur, 3, 1983, p. 28-29. Sur la v. Cavona et la transhumance, cf. L. Quilici, o.c. (supra n. 238), p. 156.

326 Nous reprenons ici, sans les discuter, les identifications proposées par L. Quilici, o.c. supra n. 324.

327 Cf. n. 324.

328 Voir : Dives Anagnia : archeologia nella Valle del Sacco (cat. d’exp., S. Gatti éd.), Rome, 1993.

329 Par ex., on peut aller de Rome au Monte Cavo par l’Appia en le rejoignant par Albano ou Aricie, ou alors par la Latina et Grottaferrata.

330 Dans Roma e il Lazio..., p. 36 ; A.M.B.S., Community Osa, p. 74-75 (cartes).

331 Sur cette route, cf. Colonna, 1974, p. 276 (et plus généralement p. 275-277, sur l’ensemble du réseau latial).

332 Toutefois, si les monts Albains ont été en relation avec Véies, c’est plutôt en phase I qu’en phase II.

333 Que l’on ne saurait plus identifier avec Politorium : cf. F. Coarelli, Il Campo Marzio, 1997, p. 145, sur la base de Fest., 250L.

334 Cf. par ex. L. Quilici, Collatia, p. 31.

335 « Un compitum di origine protostorica a Tor de Cenci », Arch. Laz., 10, 1990, p. 121-133. À l’origine de la nécropole, il y aurait eu, selon A. Bedini, un culte funéraire gentilice.

336 Encore qu’un site comme celui de la Vigna Cittadini (fin viie s.) présente un carrefour de ce genre (entre l’Appia et la route venant du M. Crescenzio) : cf. F. Arietti, « Gli Albani... », in Alba Longa 1996, p. 40.

337 O.c., 1, p. 138.

338 Comme le soulignent L. et S. Quilici, Ficulea, 1993, p. 460 (avec bibl.) pour la zone de Nomentum, Montecelio, Tivoli. Sur l’incastellamento du viiie s., voir les réflexions alors novatrices de F. Castagnoli (1979), maintenant in Topografia antica, 2, 1993, p. 699 et s.

339 Cf. notre Fondation de Rome, passim.

340 « Roma arcaica, i suoi sepolcreti e le vie per i Colli Albani », in Alba Longa 1996, p.335 ets.

341 Cf. Liv., 1, 30-37 ; Auct. de uir. ill., 4 ; D.H., 3, 1. D’autres auteurs en font une colline étrusque.

342 O.c., p. 277.

343 Sur celles-ci, cf. G. Chiarucci, « La documentazione arch. nell’area albana... », in Alba Longa 1996, p.2 ets.

344 Cf. Liv., 1, 24, 7 et 8 ; cf. aussi Fest., 81L, Feretrius Iuppiter... ex cuius templo sumebant sceptrum, per quod iurarent, et lapidem silicem, quo foedus ferirent. Le sujet de ces verbes est Fetiales, défini au lemme précédent. Voir A. Valvo, « ’Fides, Foedus, Iouem Lapidem iurare », in Autocoscienza e rappresentazione dei popoli nellantichità, M. Sordi éd., Milan, 1992, p. 115-125.

345 Cf. « Secondo Rapporto... », 1868, p. 25. Voir cependant, quelques années plus tard, une évaluation plus lucide de la discontinuité entre les civilisations énéolithique et latiale, exprimée par le même auteur au cours d’une intéressante discussion avec Helbig : cf. Bull. Inst., 1879, p. 65-66.

346 Cf. Storia della civiltà latina delle origini al secolo v a.C., 1924, p. 67, 157-158 et 188 ; id., Introduzione geomorfologica alla storia della civiltà latina, p. 43 (liste des trouvailles anciennes). Pour un bilan du néolithique albain, cf. M. Angle, « Il popolamento del sistema montuoso dell’Artemisio durante la pre e protostoria », Lazio e Sabina, 1, 2003, p. 139 et s.

347 Cf. LEgypte ancienne, éd. par A. Eggebrecht, Paris, 1986, p. 36.

348 Cf. C. Cohen, J. J. Hublin, Boucher de Perthes, 1989, p. 15. M. S. De Rossi, o.c., p. 611 sur les textes antiques attestant cette croyance, surtout Pline, N.H., 37, 51, Sid. Carm.5, 50 et Solin 10.

349 Comme l’a montré A. Magdelain (cf. Études..., p. 245), le rite albain révèle « un enchaînement magique qu’il ne faut pas hésiter à appeler primitif : le parjure sera foudroyé de la même manière que le porc est tué par le silex qui est la foudre elle-même ». Du même auteur, voir aussi l’Essai sur les origines de la sponsio, Paris, 1943, p. 25 et s.

350 O.c., p. 87 et s. ; p. 107 sur les sept sites d’Italie centrale où était alors identifié du matériel mycénien. Dans sa contribution, datée de 1988, au vol. Roma e lItalia (A. Momigliano, A. Schiavone éd.), D. Musti se montre très sceptique (p. 41 et 42) sur la réalité de liens entre Mycènes et l’Italie.

351 Notamment dans Mycenaeans in Early Latium, with an archaeological appendix by L. Vagnetti, Rome, 1980. C’est ainsi que dans l’ultime ouvrage de M. Pallottino, Origini 1993, les Mycéniens n’apparaissent même pas dans l’index.

352 P. 45 à 51 ; un de ses principaux arguments concernait la similitude de forme et de fermeture (de type externe) de la porte entre les exemplaires crétois et italiens ; cette ressemblance est aujourd’hui considérée comme banale et sans valeur historique (cf. p. 3 de l’étude de Mersereau citée infra).

353 Cf. par ex. B. P. Hallager, « Crete and Italy in the Late Br. Age III Period », in AJA, 89, 1985, p. 293-305 (concerne les xiiie-xiie s., le sud de l’Italie et sa façade adriatique).

354 Le urne a capanna..., p. 7.

355 Cf. R. Mersereau, « Cretan Cylindrical Models », in AJA, 97, 1993, p. 1-47 (voir bibl. p. 3, n. 13).

356 Les Statuettes anthropomorphes crétoises en bronze et en plomb, du IIIe millénaire avant J. C. au viie s. av. J.-C., 1984.

357 In MEFRA, 89, 1977, p. 482 (citant G. Karo) : cf. supra n. 300 et 302.

358 Voir l’étude de L. Vagnetti, in MEFRA, 86, 1974, p. 657-671 (partic. p. 670, n. 3) ; sur ce trésor, et en faveur également d’une influence égéenne, cf. R. Peroni, 1989, p. 293-294 (et bibl. p. 589-590). Autre étude qui a fait date : A. M. Bietti Sestieri, « The Metal Industry of Continental Italy, 13-11th Century, and its Egean Connections », Proc. Pr. Soc., 39, 1973, p. 407 et s.

359 M. Gras a traité du vin et des Mycéniens aux p. 256-260 de son livre Trafics...

360 En 1974, p. 291 et 327 de sa contribution au vol. PCIA 2 (p. 275 et s.) où il défendait par ailleurs l’idée de l’historicité, en termes mycéniens, de légendes comme celle des Arcadiens, des Pélasges ou d’Énée en Latium (partic. p. 282 et bibl. p. 322-323).

361 O.c., p. 295 et supra p. 344.

362 Mém. Inst. Nat. Fr., Ac. Inscr., 1906, 37, p. 205-276, où était défendue une origine mycénienne pour l’ancile, l’apex, l’épée d’estoc, la cuirasse, le ceinturon, la trabea. L’étude classique sur les Saliens est celle de R. Cirilli, Les Prêtres danseurs de Rome. Essai sur la corporation sacerdotale des Saliens, parue à Paris, l’année même où Stravinski y donna la première de son Sacre du Printemps, en 1913.

363 « Une tombe villanovienne près de Bolsena et la danse guerrière dans l’Italie primitive », in MEFRA, 70, 1958, p. 1-37.

364 « Gli scudi bilobati dell’Italia centrale e l’ancile dei Salii », in Arch. Class., 43, 1991, p. 55-122, montrant que le bouclier salien était en réalité composé par l’assemblage de trois pièces, de forme ronde, souvent retrouvées disjointes dans les tombes latiales comme celles de Grottaferrata.

365 La réfutation apportée, dès le début du xixe siècle, par K. O. Müller à des théories analogues, reste valable : cf. S. G. Pembroke (1981) in LHéritage de la Grèce et de Rome, M. I. Finley et C. Bailey éd., rééd. avec préface de P. Grimal, Paris, 1992, p. 309.

366 O.c., p. 392. Du même, voir aussi LItalia..., p. 280 et s.

367 Cf. M. Angle et alii, « Prime testimonianze micenee nel Latium Vetus », PP, 48, 1993, p. 190-217 (avec bibl.). La découverte avait été signalée dans Arch. Laz., 8, 1987, p. 250-252. Des sept tessons identifiés, trois pourraient être directement égéens (Péloponnèse ?), les quatre autres provenant plutôt de l’Italie du sud : o.c., p. 212. Cf. aussi M. Angle et alii, « La tarda età del Bronzo nel Latium uetus. Nuovi dati », Lazio e Sabina, 2, 2004, p. 203-214.

368 Nous nous bornerons ici à signaler le colloque édité par M. Marazzi, S. Tusa et L. Vagnetti, Traffici micenei nel Mediterraneo, 1986, ainsi que, d’A. M. Bietti Sestieri, « The ‘Mycenaean Connection’ and its Impact on the Central Mediterranean Societies », in DdA, 1988, p. 23-51.

369 Comme le soulignait déjà Strabon, 5, 3, 6 ; situé aujourd’hui à 4 km du rivage, le site de Casale Nuovo devait dans l’Antiquité en être encore plus proche. Sur l’estuaire de l’Astura à l’époque protohistorique, cf. F. Piccarreta, Astura (Forma Italiae, 13), 1977, p. 16 (toute la préface de cet ouvrage est fondamentale). On se souvient que c’est d’Astura, où il avait une villa, que Cicéron s’embarqua pour échapper aux sicaires d’Antoine, avant de s’arrêter à Formies où il fut tué (Plut., Cic., 47-49).

370 Cf. Enea nel Lazio, p. 105 et s. : site de plateau ; M. Angle et alii, « La necropoli ad incinerazione di Cavallo Morto », in Letà del bronzo recente in Italia, D. Cocchi Genick éd., Viareggio, 2004, p. 125-140.

371 Cf. S. Tusa, « Necropoli ad incinerazione in località Cavallo Morto (Anzio) », in Arch. Laz., 5, 1983, p. 21-27 ; d’autres savants, dont A. M. Bietti Sestieri (o.c. supra), ne considèrent pas cette crise comme un facteur causal de ce qui s’observe en Italie et préfèrent souligner la longue durée et la capillarité de ces échanges : il s’agirait de petits groupes de marchands plutôt que d’une précolonisation proprement dite.

372 CLP, p. 318.

373 Nécropole dite du « Campo del Fico » : cf. Enea nel Lazio, p. 104, et R. Peroni in Arch. Laz., 2, p. 173-175 (cf. supra n. 40).

374 Dont Jean Bayet, Les Origines de lHercule romain, 1926, p. 170-171, contesté par Dumézil, RRA2, p. 296.

375 Sur Astura port de Satricum : cf. F. Piccarreta, o.c., p. 18 ; sur les aspects argiens de la Junon italique, cf. E. La Rocca, in LIMC, 5, 1, s. v. « Iuno », p. 815 et s.

376 Voir A. Carandini, Nascita..., p. 126.

377 Cf. surtout « Achei nell’Etruria e nel Lazio ? » (PP, 1962, maintenant dans Scritti sul mondo antico, 1976, p. 262 et s.) et « Lazio, Roma e Magna Grecia prima del secolo quarto a.C. » (1968, ib., p. 320 et s.)

378 Cf. G. Capdeville, Volcanus, Rome, 1995, p. 422.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540