Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alba Longa, histoire d’une légende

 | 
Alexandre Grandazzi

Livre premier. Espace-temps les monts albains

Conclusion du livre premier

Texte intégral

1Si incomplète ou provisoire qu’elle puisse être, cette étude des évolutions historiques à l’œuvre sur le territoire des monts Albains, ou, pour le dire autrement, des influences du facteur temps sur un espace donné, influences réciproques et nullement unilatérales, bien sûr, nous a permis de dégager quelques résultats.

  • 1 Voir in Annales de Géographie, 97, 1988, p. 385-403, la synthèse de P. Claval : « Les géographes f (...)
  • 2 Principes de géographie humaine, édition posthume par E. de Martonne, Paris, 1922, p. 92.
  • 3 Voir E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Bari, 1961, rééd. 1962, p. 56-58 d’un ouvra (...)
  • 4 Voir les références indiquées aux mots Latinus et Latium in A Lexicon of Ancient Latin Etymologies(...)
  • 5 Citons ici ce qu’écrivait Châteauvieux à propos de la Campagne romaine et de ses « ondulations » : (...)
  • 6 O.c., p. 93.
  • 7 Strab., 5, 3, 4 : ἡ τούτων χώρα Λατίνη προσηγόρευται πᾶσα (le démonstratif τούτων renvoyant aux Èq (...)
  • 8 Sur cet isolement, bonnes remarques dans le Dictionary of Greek and Roman Geography, édité par W. (...)

2On peut dire ainsi que le premier atout de la montagne albaine fut son altitude, et conséquemment son climat ; ce n’est pas là seulement un truisme, mais, plutôt, l’illustration frappante de l’un de ces principes de géographie humaine chers à Vidal de La Blache, auquel l’étude des paysages méditerranéens doit tant1 : « Si l’on cherche en moyenne, autour de la Méditerranée, écrivait l’illustre géographe, la zone d’altitude où se plaît l’habitat humain, il faudrait la déterminer environ entre 200 et 400 m. Elle échappe aux exhalaisons qui rendent souvent la plaine dangereuse, et elle admet la plupart des cultures qui font la richesse du domaine climatique méditerranéen »2. Il est facile de vérifier que c’est à cette altitude, en effet, que s’installeront les villages autour des lacs albains, les pentes plus élevées restant, sauf exception, déshabitées et réservées à la forêt ou au pâturage. Si l’on reprend, de ce point de vue, une classification certes sommaire, mais efficace, on définira sans hésitation le paysage albain comme un « paysage vertical »3. C’est également son relief qui donne à la région une individualité marquée : pour qui la parcourt, l’étymologie de Latium par lateo, que les Romains se plaisaient à évoquer4 mais qui n’a, comme on le sait, aucune exactitude scientifique, correspond bien à une réalité vécue. Crêtes et vallées viennent sans cesse modifier l’horizon, cachant ce qui s’offrait l’instant d’avant aux regards, découvrant ce qui ne pouvait être vu5. Ce qui ne va pas sans d’importantes conséquences, qu’on résumera avec des mots empruntés, encore une fois, à Vidal de La Blache : « La vie urbaine n’est pas chez elle, mais une vie cantonale assez puissante »6. Les monts Albains apparaissent donc comme un ensemble bien défini par rapport au reste du Latium : oasis, château d’eau, forteresse naturelle, ils constituent une entité homogène au milieu de plaines où manquent, au contraire, les délimitations géographiques, et au cœur d’une région qui n’a cessé, de ce fait, de voir ses frontières constamment déplacées par l’histoire (Strabon le constatait déjà)7. C’est là assurément leur première caractéristique : former à eux seuls un monde à part. Isolés – au sens exact du terme, puisqu’on peut les comparer à une île ou à un archipel –, par des vallées profondes, des massifs de l’Apennin8, ils sont néanmoins facilement accessibles et bien reliés aux plaines environnantes du sud et de l’est grâce aux véritables ponts qu’ont établis dans ces directions les coulées de lave produites par les éruptions qui leur donnèrent naissance. À cette origine volcanique, ils doivent également, nous l’avons vu, plusieurs épisodes historiques souvent méconnus (tremblements de terre, éruption ou explosion lacustres), et, plus généralement, la fertilité exceptionnelle de leurs terres. On comprendrait bien mal, enfin, l’histoire des Anciens Latins, si l’on oubliait qu’elle a eu lieu dans un espace où l’eau, les lacs et la forêt étaient partout présents, comme ils le sont dans des légendes et dans des rites qui, relus à la lumière de ces réalités, aujourd’hui disparues pour la plupart d’entre elles, retrouvent une nouvelle densité.

3Pour ce qu’on pourrait appeler l’histoire de l’eau albaine et de ses aménagements, trois conclusions apparaissent d’une grande importance du point de vue de l’analyse des sources littéraires : la localisation du caput aquae Ferentinae aux abords de l’ancien lac Savelli, qui nous conduit à proposer l’identification de la déesse comme divinité fonctionnelle, et, d’autre part, la possible datation de certains des émissaires albains à la période archaïque (extrême fin du vie siècle, début du ve) ; enfin, l’historicisation de la crue prodigieuse du lac Albain en 398, hypothèse nouvelle permise par les acquis les plus récents des sciences de la terre, et qui nous amène à remettre totalement en question les conclusions habituellement et universellement formulées à l’encontre du récit annalistique.

4Au total, ainsi contemplé sur la longue, et même la très longue durée, le paysage albain s’anime d’une vie insoupçonnée : sous la rumeur des siècles et des civilisations qui s’y succédèrent, une écoute attentive nous a fait entendre des harmoniques, des rythmes, des thèmes, si l’on peut dire, qui n’apparaissaient pas à une analyse chronologiquement limitée. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne s’agit nullement là de l’opposition, trop simpliste pour être pertinente, entre ce qui serait du ressort de la durée et ce qui relèverait de l’événementiel : au contraire, il arrive souvent que ces récurrences, ou rémanences, se traduisent précisément par des événements et s’inscrivent très classiquement dans une succession diachronique de faits ponctuels. Mais à lire ces faits sans s’arrêter à l’étude d’une seule période, comme y inciterait normalement l’habituelle et nécessaire spécialisation scientifique, c’est l’histoire de la région qui semble non pas recommencer, mais révéler, à chaque fois en fonction de circonstances et de contextes différents, des pesanteurs ou mieux, des lois nouvelles, et, pourrait-on dire, une espèce d’architecture invisible.

  • 9 5, 3, 12, C 239. « En deçà du massif où se trouvent ces villes [i.e. Tibur et Préneste] et séparée (...)
  • 10 Descrittione di tutta l’Italia e isole pertinenti ad essa, que nous citons ici dans la réédition d (...)
  • 11 Italia illustrata, 1453, que nous citons dans la réédition de 1559 (Bâle), p. 325c. Sur Biondo, cf (...)
  • 12 Bien que, suivant les lieux, la situation à cet égard ait pu varier assez considérablement, on peu (...)

5C’est ainsi qu’entre la description des villas albaines près de Tusculum qu’on lit chez Strabon, et celle que l’humaniste Alberti fait des mêmes lieux, l’histoire semble marcher à rebours : la « couronne de jardins et d’édifices remarquables », « le magnifique appareil de palais véritablement royaux » que peignait le géographe grec9 sont devenus quinze siècles plus tard un maquis informe : « Ora sono questi luoghi (tanto lodati da Strabone per le honorevoli habitazioni e l’amenità del luogo) quasi tutti abbandonati e divenuti selvaggi, essendo per maggior parte coperti di rottami de i rovinati edifici sopra i quali sono ortiche, pruni, e cespugli, e selve. Onde paiono piu tosto luoghi da bestie, che da huomini »10. Et cent ans auparavant, Flavio Biondo, visitant le site des villas décrites par Strabon, avait déjà noté que : « Nunc solis tectos ruinis et syluis proprie magis campos appellari posse constat »11. Or, c’est cet abandon, ce retour à la nature, cette réversibilité dont le Latium a été, pendant plusieurs siècles12, le théâtre, qui nous a paru justifier méthodologiquement l’utilisation, aux fins de l’analyse comparative, des récits des anciens voyageurs pour l’étude des réalités protohistoriques et archaïques. En effet, les destinées de l’Empire dont il fut l’origine voulurent qu’après avoir été, littéralement, le centre du monde, le Latium ne fut plus ensuite pendant longtemps qu’une contrée que l’histoire semblait avoir rendue à elle-même : on voit alors resurgir, séparées parfois par plus d’un millénaire d’intervalle, d’identiques logiques d’occupation du sol.

  • 13 Sur cet aspect, cf. Tomassetti, C.R., 4, passim.

6Ajoutons que moins d’une génération après le constat désolé dressé par l’érudit de la Renaissance, les pentes des monts de Tusculum se couvriront à nouveau d’une parure de villas dont le luxe et la splendeur n’auront que peu à envier à ceux de leurs lointains modèles, avant qu’elles ne soient, à leur tour, abandonnées, dépecées, voire détruites...13

  • 14 Voir P. Toubert, Structures, 1, le chap. 4, « L’incastellamento, rythmes et formes d’une croissanc (...)
  • 15 Cf. P. Toubert, Structures, 1, p. 359. Comme le relève ce savant, le phénomène peut avoir, selon l (...)
  • 16 Strab., 5, 3, 2, C 229, trad. F. Lasserre.

7Mais il y a plus, et l’étude de ces récurrences ou de ces recommencements pourrait être poursuivie et systématisée. Il s’agit d’abord du processus général de ce qu’on appelle l’incastellamento, dont l’importance et la complexité en Latium sont bien connues grâce aux travaux de Pierre Toubert14 : comment le spécialiste des primordia n’évoqueraitil pas, au spectacle de ce mouvement de concentration de l’habitat sur les sites de sommité qui, commencé au viiie siècle après J.-C., connaît son apogée au xe, le mouvement analogue qu’il peut observer, souvent sur les mêmes sites, mais cette fois huit siècles avant Jésus-Christ ? D’autres analogies sont tout aussi frappantes : ainsi en va-t-il de l’évolution, bien mise en lumière par les médiévistes, qui voit, aux xive-xve siècles après J.-C., des « villages moribonds » (castra) reconvertis en autant d’exploitations seigneuriales (casale)15. Même si la question se pose de savoir s’il n’y a là qu’une ressemblance formelle et fortuite, un lecteur de Strabon ne manquera pas, de ce point de vue, d’être sensible à ce que l’auteur de la Géographie, évoquant les origines de Rome, écrit de « Collatia, Antemnae, Fidènes, Labicum et d’autres petites villes du même genre, à 30 stades de Rome ou un peu plus, aujourd’hui descendues au rang de bourgades, voire de propriétés privées »16.

  • 17 Cf. notre contribution aux Mél. Moussy, 1998, p. 201-206 et infra p. 308.
  • 18 Voir Tomassetti, C.R., 1, p. 9 et p. 12, et l’article de F. Imberdis, « Les routes médiévales coïn (...)
  • 19 Cf. P. Toubert, Structures, 1, p. 641-651 (avec bibl.).
  • 20 En premier lieu l’article d’A. Giovannini, « Le sel et la fortune de Rome », Athenaeum, 63, 1985, (...)
  • 21 Cf. supra p. 172.

8Autre exemple de semblables rémanences : la concurrence, si l’on peut dire, entre la via Latina et la via Appia, la seconde n’étant, malgré les apparences, pas moins ancienne que la première17, mais ayant fini par attirer à elle l’essentiel des trafics vers le sud, au prix d’un relatif délaissement du massif albain. Il n’en est que plus intéressant d’observer qu’au Moyen Aˆ ge, c’est au tour de la via Appia d’être peu à peu abandonnée, au profit du parcours de l’ancienne via Latina, où viennent se réfugier trafics et habitats18 : en somme, sur ce point comme sur d’autres, on assiste, dans un espace redimensionné par la fin de la Romanité, à la réapparition de dynamiques et d’équilibres qui avaient déjà été ceux de la protohistoire. La forte présence romaine dans la zone des salines de Porto, telle qu’elle ressort des sources médiévales19, peut, de la même manière, être considérée comme une illustration de ce phénomène, bien que, au haut Moyen Âge, le commerce du sel ne paraisse pas avoir eu l’importance décisive que des études récentes20 lui attribuent pour les initia Vrbis. Sur un plan différent mais voisin, l’étude de la transhumance, de ses itinéraires et de ses rythmes, appelle impérativement la prise en compte de la longue durée. Au chapitre des analogies structurelles, on peut se demander également si l’envahissement des plaines littorales par les marais, facteurs de malaria et de désertification, qui commence à partir du moment où les canaux de drainage construits par les Romains ne sont plus entretenus, n’aboutit pas à reproduire les conditions du milieu naturel qui pouvaient régner avant la construction de ces ouvrages, c’est-à-dire à l’époque protohistorique21.

  • 22 Voir Tomassetti, C.R., 4, p. 155-160 (partic. p. 157) et P. Brandizzi Vittucci in Arch. Laz., 8, 1 (...)
  • 23 Rappelons que le lac de Castiglione (i.e. de Gabii) fut asséché par le cardinal Scipion Borghèse e (...)

9Plus sûrement et plus précisément, on relèvera d’autres doublets dans l’histoire de l’eau albaine : si l’ouverture de certains des émissaires albains nous est apparue comme l’un des faits « géohistoriques » majeurs dans l’évolution du Latium archaïque, l’aménagement, par la Papauté de Calixte II, du cours de la Marrana22, détourné en 1122 de l’Anio vers le site de la Ville éternelle, se révèle être, à la lumière de ce qui précède, non pas un épisode isolé et sans lendemain, mais l’un des éléments d’une série qui est à considérer sur la très longue durée. C’est pourquoi l’on mettra aussi en parallèle, de ce point de vue, la construction des émissaires, souvent mal datés, dont sont pourvus les lacs secondaires albains à l’époque romaine, et l’installation, dans les mêmes lacs, de nouveaux émissaires, ouverts aux xvie et xviie siècles, selon un schéma que nous avons vu se reproduire à Castiglione comme à Pavona23 (Savello).

  • 24 Cf. Tomassetti, C.R., 4, p. 541 et s. (partic p. 543), et supra p. 31 et 71 : un château fort cons (...)
  • 25 Il s’agit surtout des livres 4 et 6 de Tite-Live. On citera à ce propos, bien sûr, l’œuvre d’E. Pa (...)

10Ainsi, tant du point de vue des communications que de celui de l’exploitation des ressources naturelles de la région, des lignes de force apparaissent qui, dans le cadre limité d’une période chronologique circonscrite, demeuraient inaperçues. On le vérifie encore pour la question, liée bien sûr à celle des communications, des lieux d’importance stratégique, lorsqu’on voit le point de contrôle qu’est, pour tout le massif albain, le passage de l’Algide, redevenir au Moyen Âge le lieu d’affrontements incessants entre ceux de la plaine et ceux de la montagne24 : relues à l’aune de ces développements ultérieurs, les pages où Tite-Live fait le récit toujours recommencé des luttes perpétuelles où s’épuisent Romains, Latins, Èques et Volsques, échappent pour une bonne part à la condamnation définitive qu’avait décrétée contre elles une hypercritique qui interprétait toute récurrence comme la trace et la preuve d’une invention sans fondement25.

  • 26 Ce point est bien souligné par l’article d’A. Piganiol, « Romains et Latins », in MEFRA, 38, 1920, (...)
  • 27 Par les troupes conjointes d’Henri VI et du pape Célestin III : sur cet épisode mémorable de l’his (...)
  • 28 Cf. Diod., 11, 40, 5 : voir R.E., A, 7, 1, 1939, col. 1463-1491 (G. Mc Cracken), partic. c. 1467, (...)
  • 29 Cf. Tomassetti, C.R., 2, p. 223 : au xiiie siècle, une source notariale montre que cette destructi (...)
  • 30 Rappelons que c’est Urbain VIII qui, en 1625, choisit de fixer sa villégiature estivale à Castel G (...)

11Autre « verrou » des monts Albains, en relation directe avec l’Algide26, qu’il contrôle, le site de Tusculum connaîtra quant à lui un siège célèbre qui aboutira en 1091, après plusieurs tentatives antérieures, au démantèlement, pierre par pierre, de sa forteresse27, lointain écho de la prise de Tusculum en 478 avant notre ère, qui, pour discrète qu’en soit l’attestation28, a toutes chances d’avoir été effective. Même si ce n’est, à notre avis, pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons, pas le cas de la prise d’Albe dont Tite-Live a immortalisé le tableau, nous aurions scrupule à ne pas mentionner ici le siège et la prise d’Albano par les Romains en 116829. Et que dire de cette continuité qui verra les papes installer leur résidence d’été là même où les empereurs romains avaient eu la leur ?30

  • 31 Cf. par ex. Pais, o.c., p. 468 ; contra, De Sanctis, o.c., p. 96. A vrai dire, la plupart du temps (...)
  • 32 Cf. Tomassetti, C.R., 4, p. 396, et L. Quilici, Collatia, p. 890 : mais tant il est vrai que l’his (...)
  • 33 Il s’agit du massacre d’un partisan des Colonna par une troupe d’hommes de main œuvrant pour le co (...)
  • 34 Tomassetti, ib., p. 124, pour le site de la chapelle S. Sebastiano aux Frattocchie, « ove si è ora (...)

12Comme on le constate par nombre de ces exemples, les parallèles ne se situent pas seulement sur le plan structurel, mais aussi sur le plan événementiel. À un millénaire et demi d’intervalle, mais à quelques centaines de mètres seulement de distance, on voit ainsi se succéder, presque dans les mêmes lieux, la bataille du lac Régille, longtemps considérée par les historiens et philologues comme manquant de réalité historique31, et la bataille de Prataporci qui, en 1167, opposa dans un combat sans merci Romains et mercenaires germaniques alliés aux Tusculans32. Et lorsque, pareillement, on constate que les cortèges de deux importants personnages de la Papauté médiévale en vinrent aux mains à peu près au même endroit sans doute33 où, un millénaire et demi plus tôt, un certain Milon avait rencontré un certain Clodius, on ne peut que s’interroger. Et que dire, enfin, de ce hasard, plusieurs fois répété, qui voulut que la découverte d’urnes-cabanes albaines ait été faite dans l’enceinte même de quelques-uns des cimetières modernes des Colli ?34

  • 35 Il n’est que de penser aux principales rubriques du livre second des Structures du Latium médiéval (...)
  • 36 Le modèle de ce type de recherche « diachronique » est fourni par les travaux de la British School (...)

13Ces rythmes et ces récurrences mériteraient d’être recherchés et scrutés dans toute leur ampleur, d’autant qu’il ne s’agit pas seulement de phénomènes qui se situent dans la réalité concrète : on les rencontrerait aussi dans des domaines plus abstraits et, à cet égard, des réflexions sur la notion de ville, mais aussi sur les structures d’échange ou différents aspects du droit tant public que privé, gagneraient assurément à étendre au-delà des délimitations temporelles consacrées par l’usage leur champ d’investigation35. Peut-on d’ailleurs se contenter de la dimension latiale dans une telle étude, et ne conviendrait-il pas d’étendre l’enquête à toute la péninsule, voire à des ensembles plus vastes encore ? Seule la multiplication de monographies régionales refusant les cloisonnements usuels36 permettra un jour de répondre à cette interrogation, et d’aboutir éventuellement à des conclusions plus générales.

14Nous voilà bien loin de l’analyse des légendes albaines qui est le sujet de ce livre : mais ces remarques n’avaient pour but que de souligner les implications et les prolongements, possibles et nécessaires, des pages qui précèdent.

  • 37 Nous empruntons cette expression, sans vouloir donner à ce qui n’est qu’un rapprochement formel un (...)

15Le paysage albain que nous avons vu se dessiner peu à peu au fil de ces recherches nous apparaît désormais dans ce qui fait son originalité : de lignes amples et austères, paisibles et grandioses, tout d’eaux et de forêts, il forme un ensemble dont la valeur de paradigme, d’archétype géographique ne saurait être trop soulignée. Avec ses lacs, soumis à de sensibles variations de niveau, dont l’un au moins peut être décrit comme un véritable « lac spirituel »37 ; avec ses sols et ses montagnes habités par la divinité et dont les bouleversements valent, eux aussi, nous l’avons vu, comme autant de signes, avec ses forêts, immenses et immémoriales, toutes bruissantes de souffles et de voix, avec un climat clément mais contrasté, le paysage albain, dans toutes ses composantes, est bien pour les Anciens Latins, prisci Latini, un véritable « paysage sacré » où se donne à voir, à entendre, à déchiffrer l’obscur vouloir des dieux.

16Régulation des eaux, utilisation de la forêt et conséquente variabilité du couvert forestier, entraînant de possibles incidences climatiques, beaucoup des évolutions géographiques que nous venons d’étudier étaient d’abord dues à l’homme. C’est pourquoi il nous faut maintenant étudier plus précisément l’archéologie, c’est-à-dire la chronologie, la densité et les modalités de la présence humaine dans cet espace albain ainsi délimité, afin de mieux comprendre les conditions d’émergence et de développement des anciennes légendes nées autour du lieu de la mythique métropole des Latins.

Notes

1 Voir in Annales de Géographie, 97, 1988, p. 385-403, la synthèse de P. Claval : « Les géographes français et le monde méditerranéen ».

2 Principes de géographie humaine, édition posthume par E. de Martonne, Paris, 1922, p. 92.

3 Voir E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Bari, 1961, rééd. 1962, p. 56-58 d’un ouvrage qui, par ailleurs, repose sur une typologie beaucoup plus affinée.

4 Voir les références indiquées aux mots Latinus et Latium in A Lexicon of Ancient Latin Etymologies, par R. Maltby, Leeds, 1991, p. 329.

5 Citons ici ce qu’écrivait Châteauvieux à propos de la Campagne romaine et de ses « ondulations » : « Aucune de ces collines n’est assez élevée pour se signaler entre les autres, et toutes ensemble bornent cependant la vue, de manière à ce que l’espace ne se découvre qu’à mesure qu’on le parcourt » (O.c., p. 146).

6 O.c., p. 93.

7 Strab., 5, 3, 4 : ἡ τούτων χώρα Λατίνη προσηγόρευται πᾶσα (le démonstratif τούτων renvoyant aux Èques, Volsques, Herniques, Rutules, Aborigènes, Rhaeci, Argyrusci et Préferni). Pour ce caractère changeant de la définition de l’entité latiale dans l’Antiquité, voir H. Solin, « Sul concetto di Lazio nell’antichità », in M. Kajava et alii, Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Rome, 1996, p. 1 et s. ; pour l’époque moderne, voir dans la série Storia d’Italia. Le regioni dall’Unità a oggi, le volume consacré au Latium sous la direction d’A. Caracciolo et intitulé Il Lazio, Turin, 1991, p. 8, n. 6, et p. 12 et s.

8 Sur cet isolement, bonnes remarques dans le Dictionary of Greek and Roman Geography, édité par W. Smith, Londres, 1856 (vol. 1) et 1857 (vol. 2), s.v. Latium (E. Herbert Bunbury), p. 131-143, partic. p. 134.

9 5, 3, 12, C 239. « En deçà du massif où se trouvent ces villes [i.e. Tibur et Préneste] et séparée de lui par la vallée d’Algidum règne une autre chaîne, fort élevée, qui aboutit au Mont Albain. C’est là qu’est installée la ville de Tusculum, luxueusement bâtie et embellie par une couronne de jardins et d’édifices remarquables, en particulier dans les quartiers inférieurs, du côté de Rome. A cet endroit, en effet, le Mont Tusculus se présente comme une colline au sol fertile et bien irriguée, dont les pentes, sur plusieurs côtés, s’élèvent doucement vers le sommet et se prêtent à recevoir le magnifique appareil de palais véritablement royaux. Elles se prolongent sans solution de continuité, par les premiers contreforts du Mont Albain, qui offrent les mêmes avantages et le même luxe de constructions » (Trad. F. Lasserre, Collection des Universités de France, 1967, p. 97). Strabon avait très probablement vu lui-même ce qu’il décrit si bien et il faut renoncer, pour des passages comme celui-ci, aux excès passés de la Quellenforschung : cf. in Actes du colloque Strabone e l’Italia antiqua, publié par G. Maddoli, Pérouse, 1987, la communication de F. Coarelli, « Strabone : Roma e il Lazio » (p. 73-91, partic. p. 77) ; voir aussi ib., p. 65, 120 et 335.

10 Descrittione di tutta l’Italia e isole pertinenti ad essa, que nous citons ici dans la réédition de B. Borgarucci, Venise, 1581, p. 154b. Sur Alberti, cf. le Dizionario biografico degli Italiani, 1, 1970, ad loc.

11 Italia illustrata, 1453, que nous citons dans la réédition de 1559 (Bâle), p. 325c. Sur Biondo, cf. Diz. biog. It., vol. 10, 1968, p. 536-559 (R. Fubini).

12 Bien que, suivant les lieux, la situation à cet égard ait pu varier assez considérablement, on peut placer entre le xive siècle et la fin du xviiie siècle (voire, pour les plaines du littoral, le milieu du xixe s.) la période où le Latium est, non pas abandonné, bien sûr (encore que les chiffres sur le nombre des « feux » de chaque ville ou village, tels que les donne par exemple Châteauvieux, soient éloquemment faibles), mais occupé et exploité d’une façon qui laisse les facteurs naturels (reboisement, érosion) jouer à plein.

13 Sur cet aspect, cf. Tomassetti, C.R., 4, passim.

14 Voir P. Toubert, Structures, 1, le chap. 4, « L’incastellamento, rythmes et formes d’une croissance », p. 303-368, et partic. p. 305 et s., où est fait déjà le rapprochement avec les « acropoles italiques » (cf. p. 308 et p. 310, où l’auteur parle justement de « palimpseste »). Du même auteur, on lira aussi « L’incastellamento aujourd’hui : quelques réflexions en marge de deux colloques », L’Incastellamento, M. Barceló et P. Toubert éd., Rome, 1998, p. xi à xviii (avec bibl.).

15 Cf. P. Toubert, Structures, 1, p. 359. Comme le relève ce savant, le phénomène peut avoir, selon les cas, des significations opposées : il peut s’agir en effet du dernier stade d’un processus d’échec et d’abandon d’un habitat ou, au contraire, d’un acte de reconquête, destiné à revitaliser un site déserté.

16 Strab., 5, 3, 2, C 229, trad. F. Lasserre.

17 Cf. notre contribution aux Mél. Moussy, 1998, p. 201-206 et infra p. 308.

18 Voir Tomassetti, C.R., 1, p. 9 et p. 12, et l’article de F. Imberdis, « Les routes médiévales coïncident-elles avec les voies romaines ? », in Bull. phil. et hist. des trav. hist. et sc., 1910-1911, p. 95 et s. ; P. Toubert, Structures, 1, p. 310, n. 1 (avec bibl.). La thèse traditionnelle d’un abandon de l’Appia dès le viie s. ap. J.-C. est toutefois à nuancer fortement, car il semblerait que l’effacement de l’ancienne regina viarum ne date que du xive siècle : voir l’étude de J. Coste, « La Via Appia nel medio evo e l’incastellamento », in La Via Appia = Archeologia Laziale, 10, 1, 1990, p. 127-137 (partic. p. 132 et p. 135).

19 Cf. P. Toubert, Structures, 1, p. 641-651 (avec bibl.).

20 En premier lieu l’article d’A. Giovannini, « Le sel et la fortune de Rome », Athenaeum, 63, 1985, p. 373-387 ; voir aussi F. Coarelli, Il Foro Boario, Rome, 1988, p. 109 et s. ; A. Grandazzi, Fondation de Rome, p. 105 et s. ; Michel Gras, La Méditerranée archaïque, Paris, 1995, p. 26-27.

21 Cf. supra p. 172.

22 Voir Tomassetti, C.R., 4, p. 155-160 (partic. p. 157) et P. Brandizzi Vittucci in Arch. Laz., 8, 1987, p. 54-55.

23 Rappelons que le lac de Castiglione (i.e. de Gabii) fut asséché par le cardinal Scipion Borghèse en 1614 (cf. Tomassetti, C.R., 3, p. 502), celui de Castel Savello par Paul V en 1611 (Tomassetti, C.R., 2, p. 188), tout comme celui d’Ariccia (Vallericcia, oublié par Tomassetti). On pourrait d’ailleurs continuer au-delà du xviie siècle ce genre de mise en perspective : c’est ainsi que le lac de Castiglione fut pourvu d’un nouveau canal de décharge en... 1889 (cf. L. Quilici, Collatia, p. 439), suite à des travaux qui permirent la découverte du fameux sarcophage-tronc d’arbre.

24 Cf. Tomassetti, C.R., 4, p. 541 et s. (partic p. 543), et supra p. 31 et 71 : un château fort construit sur la hauteur dite, précisément, Castellaccio, correspondant sans doute à l’oppidum antique, est détruit dès le xive s. ; le site devient ensuite un des plus fameux points d’appui pour le brigandage. A proximité, le lieu-dit Maschio di Lariano, qui permet de contrôler aussi bien la Latina que l’Appia, est, lui aussi, « verrouillé » par un castellum dès le début du xie siècle (ib., p. 546 et s.) et fait l’objet de la constante sollicitude de la Papauté, notamment en 1463, Pie II veillant à ce que ne latronum ibi asilum fieret : voir ses Commentarii, éd. Van Heck, 1984, p. 691. Tout au long de ces vicissitudes, il est frappant de voir que, dans un cas comme dans l’autre, les protagonistes de ces luttes sont toujours, comme chez Tite-Live, les habitants de Rome, ceux de Tusculum et ceux de Velletri. A l’époque contemporaine, la marche des Alliés vers Rome a mis de nouveau en lumière l’importance stratégique de l’Algide pour le contrôle de la capitale : cf. sur ce point l’intéressante communication de C. Saulnier, « Le rôle stratégique de la montagne au service de l’histoire militaire, l’exemple de la conquête romaine en Italie centrale aux v-ive siècles », au colloque La montagne dans l’Antiquité, Pau, 1990, publié par G. Fabre, p. 83-95 (partic. p. 85 et p. 90).

25 Il s’agit surtout des livres 4 et 6 de Tite-Live. On citera à ce propos, bien sûr, l’œuvre d’E. Pais, qui a porté contre ces aspects du récit livien une condamnation sans nuances : cf. notamment sa St. di R., 1, 1, 1898, p. 524 ; voir aussi, par ex., l’édition du livre 4 de Tite-Live par J. Bayet dans la Collection des Universités de France, 1946, p. 112.

26 Ce point est bien souligné par l’article d’A. Piganiol, « Romains et Latins », in MEFRA, 38, 1920, p. 285-316, et, déjà, par G. De Sanctis, St. dei Rom., 2, 1907, p. 119 et s.

27 Par les troupes conjointes d’Henri VI et du pape Célestin III : sur cet épisode mémorable de l’histoire de la cité que Tomassetti nomme pour cela la « piccola Veio del medio evo », cf. C.R., 4, p. 400. C’est l’abandon de Tusculum, suite à ces événements, qui assura le développement du site voisin de Frascati. Pour une interprétation dans une perspective plus large, cf. P. Toubert, Structures, 1, p. 357 (avec bibl.).

28 Cf. Diod., 11, 40, 5 : voir R.E., A, 7, 1, 1939, col. 1463-1491 (G. Mc Cracken), partic. c. 1467, où l’on corrigera la date erronée de 487 en 478 (contre l’historicité de cet événement, cf. Pais, St. di R., p. 527, n. 1) ; cf. aussi A. Alföldi, ERL, p. 381.

29 Cf. Tomassetti, C.R., 2, p. 223 : au xiiie siècle, une source notariale montre que cette destruction servait encore communément, dans la tradition orale, de point de repère chronologique (ib., p. 224). Autres destructions de la cité : en 1436, puis en 1482.

30 Rappelons que c’est Urbain VIII qui, en 1625, choisit de fixer sa villégiature estivale à Castel Gandolfo, faisant pour cela transformer le palais Visconti par l’architecte Carlo Maderna (Tomassetti, ib., p. 188).

31 Cf. par ex. Pais, o.c., p. 468 ; contra, De Sanctis, o.c., p. 96. A vrai dire, la plupart du temps, ce n’est pas l’historicité d’une bataille au lac Régille que rejetait l’hypercritique, mais l’idée d’une opposition entre Romains et Latins, telle qu’elle figure dans la tradition : cf. par ex. le point de vue, très représentatif à cet égard, d’Ihne dans sa Römische Geschichte, 1, Leipzig, 1868, p. 85 ; cf. aussi Schwegler, RG2, 2, 1870, p. 62.

32 Cf. Tomassetti, C.R., 4, p. 396, et L. Quilici, Collatia, p. 890 : mais tant il est vrai que l’histoire ne se répète pas, cette fois-ci, ce furent les Romains qui furent battus...

33 Il s’agit du massacre d’un partisan des Colonna par une troupe d’hommes de main œuvrant pour le compte des Orsini : sur cet épisode, qui eut lieu en 1485 près des Frattocchie, sur le territoire de Bovillae, cf. Tomassetti, C.R., 2, p. 125.

34 Tomassetti, ib., p. 124, pour le site de la chapelle S. Sebastiano aux Frattocchie, « ove si è ora trasportato il campesanto di Castelgandolfo » ; on notera aussi le cas analogue des cimetières de Marino, d’Aricie (le long de la chapelle) et de Lanuvio : cf. Gierow, IAL 2, respectivement p. 262, 354, 369 et 373.

35 Il n’est que de penser aux principales rubriques du livre second des Structures du Latium médiéval de P. Toubert (Rome, 1974).

36 Le modèle de ce type de recherche « diachronique » est fourni par les travaux de la British School at Rome en Étrurie méridionale, ensuite dans l’Apennin, et maintenant dans la vallée du Tibre = voir Bridging the Tiber. Approaches to regional archaeology in the middle Tiber valley, H. Patterson (éd.), Londres, 2004.

37 Nous empruntons cette expression, sans vouloir donner à ce qui n’est qu’un rapprochement formel une quelconque valeur démonstrative, à l’ouvrage de Ch. Vaudeville, Le Lac spirituel, traduction française de l’Ayodhyakanda du Ramayana de Tulsi Das, avec introduction et notes, Paris, 1955. Sur les mythes védiques et hindous des lacs sacrés, notamment le lac Manasa, on se référera au dictionnaire encyclopédique publié sous la direction de H. W. Haussig, sous le titre Götter und Mythen des Indischen Subkontinents (Wörterbuch der Mythologie, Abt. 1, Bd 5), Stuttgart, 1984, partic. p. 132 et p. 554. Une lecture indo-européenne du paysage albain est proposée par M. Quintela dans un livre à paraître.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540