Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alba Longa, histoire d’une légende

 | 
Alexandre Grandazzi

Livre premier. Espace-temps les monts albains

Chapitre V. Climats

Texte intégral

1Reliefs, sols, eaux et forêts : pour déterminants qu’ils soient, tous ces éléments ne suffisent pas à caractériser pleinement le paysage albain. Parce qu’un espace géographique ne se réduit pas à la somme de ses composantes, mais n’existe qu’en fonction du climat qui lui donne vie et l’anime, on aimerait maintenant pouvoir apprécier exactement le rôle joué par les facteurs atmosphériques pour l’histoire de l’occupation humaine dans la région. Le climat et ses évolutions éventuelles éclairent-ils la protohistoire du Latium et des monts Albains ? Mais y eut-il jamais question plus évanescente, plus insaisissable que l’étude du climat, et que peut-on imaginer de plus changeant, de plus fugace, de moins susceptible de déductions, non pas sûres, mais seulement probables, sinon l’histoire du temps qu’il fit ?

HISTORIOGRAPHIE

  • 1 Ainsi le mot « climatologie » date-t-il du premier tiers du xixe siècle : cf. Trésor de la Langue (...)
  • 2 Voir la réédition assurée par B. Hemmerdinger, Naples, 1986 (notamment la p. I de l’introduction, (...)
  • 3 Références dans la « Nota di lettura » dont B. Hemmerdinger a fait précéder la rééd. de la Climato (...)
  • 4 Il s’agit de Das Problem der Klimaänderung in geschichtlicher Zeit, par Leo Berg, Leipzig/ Berlin, (...)
  • 5 Notamment ses Beiträge zur physischen Geographie der Mittelmeerländer, besonders Siciliens, Leipzi (...)
  • 6 St. dei Rom., 1, 1907, p. 56.
  • 7 C’est le chapitre 3, p. 57-73.

2Ce qu’il faut se demander, c’est si la situation, dans ce domaine, est semblable, ou à peu de choses près identique, à celle que connurent les Anciens Latins. Car si, depuis qu’elles existent, les sciences de la terre ont mis en pleine lumière l’évolution du climat entre les temps géologiques et les temps historiques1, la substantielle identité, à l’intérieur de ces derniers, entre le climat du premier millénaire avant notre ère et le climat de l’époque moderne a été longtemps, autant qu’un postulat implicite, la conclusion obligée de nombre de travaux où le problème était au moins abordé. « Le climat de l’Europe, en général, et en particulier celui de l’Italie, de l’Espagne et de la France, a-t-il changé pendant vingt siècles ? » À cette interrogation posée dès le début du xixe siècle par l’Académie des Sciences de Paris, dont le rôle pionnier en la matière mérite d’être souligné, A. Dureau de La Malle entreprenait de répondre par une Climatologie comparée de l’Italie et de l’Andalousie anciennes et modernes, parue en 1849, et où le Latium occupait la première place2. Contre ses contemporains Arago et Moreau de Jonnès3, il pensait pouvoir y démontrer la « constance des climats » depuis l’Antiquité ; à l’orée de la Première Guerre mondiale, la même conclusion apparaissait dans un Mémoire4, bien oublié aujourd’hui, tirant le bilan d’un siècle de recherches en géographie physique, où se détachent en particulier les travaux de Th. Fischer5. Mais la plupart du temps, à vrai dire, cet aspect restait ignoré, volontairement ou non, des historiens et philologues s’intéressant à la plus ancienne Rome : on chercherait en vain, par exemple, le moindre développement sur ce sujet (à l’exception d’une remarque citée infra p. 158) dans la Römische Geschichte de Schwegler, pourtant si exhaustive par ailleurs ; même silence chez Pais qui, comme ses confrères, est aussi prolixe sur les sources de l’histoire pour la période royale qu’il est muet sur l’étude du cadre naturel où cette histoire s’est déroulée ; et si De Sanctis se distingue par le rôle qu’il accorde aux facteurs géographiques qui, pour la première fois, apparaissent, même si c’est bien timidement, dans une Histoire de Rome, on voit bien qu’en déclarant, par exemple, que « con la posizione geografica anche la mitezza del clima, celebrata da antichi e da moderni, che in gran parte n’è effetto, ha contribuito a determinare la storia della penisola »6, il suppose comme préétablie l’identité climatique entre l’Antiquité et l’époque moderne, ou que plutôt, il ne se pose même pas la question de l’éventuelle historicité (autrement dit d’une évolution historiquement constatée) du climat. Dans ce panorama, l’originalité de la position d’Ampère n’en est que plus frappante : car l’auteur de l’Histoire romaine à Rome n’hésite pas à consacrer à l’étude du « Climat primitif de Rome et de la campagne romaine » un chapitre entier de son ouvrage7. À sa date, c’est le seul exemple d’une telle démarche que nous connaissions, et en allant même jusqu’à aujourd’hui, on n’en trouve point d’autre : après tout, si l’on s’interroge sur la place qu’occupent ces questions dans la dernière édition de la Cambridge Ancient History (vol. 7, 2, 1989), on verra qu’elle est nulle, ce qui est également le cas de la Storia di Roma, publiée sous l’impulsion d’A. Momigliano.

  • 8 Cf. par ex. le panorama dressé par G. Panessa, « Recenti studi sulla problematica paleoclimatologi (...)
  • 9 H. Van Effenterre, Les Égéens, Paris, 1986, p. 100, avec mention des découvertes de Sp. Marinatos, (...)
  • 10 Voir un exposé de la théorie de Carpenter, formulée dans le livre Discontinuity in Greek Civilizat (...)

3Or, il est curieux de constater combien, sur ce point, la situation diffère dans le domaine des études grecques : là, au contraire, la question de l’évolution du climat entre l’Antiquité et l’époque moderne et, plus généralement, celle du milieu naturel dans son ensemble, y font depuis longtemps l’objet d’un intérêt soutenu, qui a donné naissance à de très nombreux articles, voire à des livres entiers8. Pourquoi donc un tel déséquilibre dans des secteurs de recherche pourtant la plupart du temps si étroitement apparentés ? La raison en est à chercher, à notre avis, dans le rôle traditionnellement dévolu par les archéologues, dans la fin de la civilisation minoenne, à un cataclysme naturel dont fut victime Akrotiri, « la Pompéi cycladique, ressuscitée sous les cendres du cratère de Santorin »9, site et hypothèse qui ont sans doute, à leur tour, exercé quelque influence dans la formulation par Rhys Carpenter de la théorie selon laquelle la fin de la civilisation mycénienne aurait été due, elle aussi, à une catastrophe naturelle10 : dès lors, que ce soit pour vérifier ou réfuter ces interprétations, les recherches n’ont pas cessé d’explorer un champ d’investigation qui, à l’inverse, pour l’Italie, reste encore largement inexploré.

  • 11 G. Duby, Guerriers et paysans, Paris, 1973, p. 15. Bref, comme l’écrit E. Le Roy-Ladurie dans sa c (...)
  • 12 O.c., p. 57.

4Il est vrai que, très longtemps, l’absence presque totale de données de terrain – à la fois cause et effet de ce désintérêt marqué – a paru opposer à toute étude sur ce thème un obstacle infranchissable, bien que les chronologies climatiques établies à partir des glaciers alpins soient disponibles depuis le début du siècle dernier. Pourtant, on le sait désormais, « il n’est plus possible aujourd’hui de considérer que le climat est resté stable en Europe pendant les temps historiques »11. Mais dans quelle mesure peut-on apprécier et évaluer ces changements lorsqu’il s’agit des monts Albains ? S’appuyant – et il ne pouvait faire autrement – sur des données d’abord littéraires, Ampère affirmait que le climat de Rome et de la Campagne romaine « était certainement alors plus rude »12 ; on pouvait toujours penser cependant que les indications des historiens grecs et latins dont il invoquait le témoignage se référaient à des situations exceptionnelles – notées pour cette raison précisément – et non à des tendances de fond.

DONNÉES MODERNES ET TRADITIONS ANTIQUES

5Pour la première fois, les relevés faits dans le lit de l’ancien lac de Gabies apportent des éléments nouveaux qui concernent directement les reliefs albains. Avant qu’ils ne soient peut-être, un jour qu’on espère prochain, complétés par des analyses similaires effectuées, par exemple, sur le site des anciens lacs de Savello ou d’Aricie, nous chercherons à en dégager les principaux résultats, non sans avoir, au préalable, rappelé les caractéristiques actuelles du climat de la région, afin de mieux apprécier les variations éventuelles qui peuvent être constatées pour les périodes anciennes.

  • 13 Structures, 1, p. 144.
  • 14 Sur ce phénomène, cf. P. Toubert, ib., p. 150, n. 1. À consulter également, le Mémoire du Servizio (...)
  • 15 Cf. les résultats de l’enquête de C. Caputo, R. Funiciello, G. B. La Manica, E. Lupia Palmieri, M. (...)

6Il convient, en effet, de partir de la situation climatique telle qu’on peut l’observer à l’époque moderne : pourtant, même ici, bien des éléments demeurent insuffisamment connus, et l’abondance des données statistiques disponibles ne doit pas faire illusion. Pierre Toubert a ainsi très bien souligné que « pour l’historien, de telles données se montrent très vite décevantes à l’usage, masquant la réalité plus qu’elles ne la révèlent »13. Dans les moyennes établies par les climatologues, disparaît en effet la variabilité interannuelle, qui est grande en Latium, et dont l’importance en tant que facteur historique n’a pas besoin d’être soulignée. Effacés également, ces véritables événements que peuvent être, pour les populations, les phénomènes dits « catastrophiques », en particulier ces « trombes d’eau », bien connues des historiens autant que des géographes du Latium14 : en examinant, par exemple, les relevés des précipitations sur le bassin du lac de Nemi15 pour la période 1921-1974, on s’aperçoit que, si le minimum annuel peut être fixé à une pluviosité de 0,9 m et le maximum annuel à 1,3 m, il peut arriver qu’en une seule journée la pluviosité atteigne 0,2 m, soit plus du cinquième du minimum annuel ; or, dans une telle éventualité, qui souvent, du reste, n’est pas limitée à un seul jour, le niveau des eaux du lac de Nemi s’élève de près d’un mètre (0,8 m) ; quant au lac d’Albano, sa plus grande superficie et un maximum de pluviosité légèrement inférieur (0,169 m, mais cela peut être dû à un déboisement beaucoup plus net aujourd’hui à Albano qu’à Nemi) abaissent ce chiffre, mais subsiste toujours, dans ce cas qui n’est pas seulement un cas d’école, une montée brusque et sensible de la surface des eaux, malgré l’existence de l’emissarium dont le débit, somme toute modeste, n’assure un rétablissement de la situation antérieure qu’au bout de plusieurs semaines, voire, si les pluies ont quelque peu duré, plusieurs mois. Or on se souvient que, sans parler de l’épisode de la crue prodigieuse, pour lequel nous avons présenté une hypothèse nouvelle, la légende évoque à propos du roi Aremulus une brusque montée des eaux, thème littéraire sans doute, mais qui n’en peut pas moins reposer sur un fait d’observation, amplifié et singularisé en catastrophe originaire.

  • 16 Citons ces lignes, extraites des Fondements biologiques de la géographie humaine, 1, Paris, 1943, (...)

7Autre déficience des données statistiques : elles sont limitées, sauf exception, au relevé de la température et de la pluviosité, et négligent d’autres paramètres tout aussi importants pour la détermination du rôle du climat sur la géographie humaine d’une région ; mentionnons ainsi, sans prétention à l’exhaustivité, le régime des vents, la nivosité, la nébulosité, l’ensoleillement, l’humidité, l’amplitude diurne, l’existence éventuelle de phénomènes d’inversion de température dans les reliefs en creux, bref, tout ce qui détermine, en dehors des simples critères d’altitude, ces microclimats dont l’importance historique n’a plus besoin d’être démontrée depuis les travaux classiques de Maximilien Sorre16 : une contrée montagneuse comme les monts Albains est, de ce point de vue, riche d’une très grande diversité. De tout cela, il ressort donc que les moyennes établies par les climatologues sont à la fois trompeuses et insuffisantes.

  • 17 Structures, 1, p. 147.
  • 18 Études statistiques..., p. 196 ; autre indication, sur le printemps : « Le mois de mai, au contrai (...)
  • 19 Voyage en Italie, 1828, p. 198.
  • 20 Cf. Od., 1, 21, v. 6, gelido... Algido et ib., 3,23, v.9, nivali... Algido.
  • 21 Inscription trouvée à Pentima, en pays marse, autrement dit Corfinium, qui n’est autre que l’éphém (...)

8C’est donc avec toute la prudence requise en la matière qu’on rappellera le bilan tiré par P. Toubert pour les montagnes calcaires du Latium, et qui peut, avec quelques tempéraments, être appliqué aux monts Albains : « La relative rigueur des hivers, la durée assez limitée de la saison sèche et l’amplitude diurne des températures pendant la période estivale rattachent le climat des montagnes [...] du Latium à la famille des climats méditerranéens septentrionaux à hivers froids et neigeux et à étés chauds et secs mais relativement courts »17. En d’autres termes, le climat des Colli se distingue de celui des plaines (à l’exception du littoral qui combine chaleur estivale et humidité) par des hivers plus rudes et des étés moins secs. Tournon ne disait d’ailleurs pas autre chose : « Il tombe rarement de la neige dans la plaine [...]. Mais, presque tous les hivers, on voit le Monte Cavo, le Monte Gennaro et le Cacumo couverts de neige pendant plusieurs jours »18 ; passant à Rome à la même époque, le voyageur Louis Simond admirait du haut de la tour du palais sénatorial (c’est-à-dire sur le Capitole) les monts Albains, « ceinture de montagnes à présent couvertes de neige, dont le profil, éclatant de blancheur, tranche fortement avec l’azur du ciel »19. Pour le latiniste, ces mots, qui ne prétendent pas être autre chose pourtant qu’une description, ne sonnent-ils pas comme l’écho des vers (Cons. fr., 2, 13-14) que Cicéron avait composés à la gloire de son propre consulat, commencé, comme il se devait, par la célébration des Féries Latines sur « les hauteurs enneigées des monts Albains » : tu quoque, cum tumulos Albano in monte nivalis / lustrasti... ? Si on se réfère à l’Antiquité, sans se poser pour l’instant la question d’un changement climatique, on voit en effet aussi que l’Algide, nom par lequel il faut entendre toute la partie orientale du massif, était connu pour la particulière rudesse de ses hivers : Horace le dit neigeux ou glacé20. Que cette rigueur hivernale albaine ne soit pas qu’un topos littéraire, c’est bien ce que semble attester, pour la région de Tusculum, l’inscription funéraire, au texte riche d’allitérations et d’assonances, d’Ulpia Ephyre, dont la tombe s’élevait au treizième mille de la voie Latine, sous Tusculum : frigore qua gelido Tusculus (alget ager)21.

  • 22 Olck, o.c., p. 470 ; contra, Nissen, It. Land., 1, 1883, p. 401, qui en admet nettement l’historic (...)
  • 23 Voir les paroles des Sénateurs au peuple lors de l’élection des tribuns militaires : Priore anno i (...)
  • 24 Mittelitalien, p. 178, qui réduit, comme Nibby, l’intervalle à un an, et qui, comme le fera Schweg (...)
  • 25 Voir Liv., 5, 13 et s., et l’importante note d’Ogilvie à 5, 14, 3 (Commentary..., p. 658) à propos (...)
  • 26 Ed. L. 5, 1954, respectivement n. 2 p. 100, et p. 103.
  • 27 7, 25, 3 ; l’hiver en question devait au demeurant être fort rigoureux, puisque, comme le remarque (...)

9Quant aux exceptionnelles chutes de neige que la tradition, par le biais de Tite-Live et de Denys d’Halicarnasse, attribue à l’hiver 400, on doit se demander, malgré ce qu’en a pu dire F. Olck22, s’il s’agit seulement d’une invention littéraire : de tels événements, auxquels leur amplitude conférait une valeur de prodige23, appartenaient, au même titre qu’une famine ou une « peste », à un ordre de phénomènes soigneusement notés par les plus vieilles Annales, et, quelle que puisse être l’incertitude scientifique sur l’exacte forme de ces dernières, il est sans doute hasardeux de rejeter toute possibilité d’authenticité de la donnée ainsi transmise. Non point qu’il faille donner raison à Nibby qui y trouvait (Analisi..., 1, p. 102) l’explication de la crue prodigieuse de 398 ; l’interprétation que nous avons donnée précédemment de cette légende permet désormais de dissocier le problème de la réalité des neiges de 400 de celui de l’historicité éventuelle du prodigium de 398, qu’on pouvait croire liés entre eux. Aussi bien les savants, tels Abeken24 et Schwegler, qui accordaient foi à la tradition d’un hiver 400 particulièrement rude, le faisaient parce qu’ils y trouvaient le moyen de conserver ainsi celle de la crue de 398. Il est vrai que le texte livien établit entre les deux événements un délai qui ne paraît pas avoir été inférieur à deux années, même s’il n’atteint pas trois années, comme on l’a cru souvent25. Cela n’empêchait d’ailleurs pas Schwegler, quoi-qu’il mît lui-même trois années d’intervalle entre l’hiver « prodigieux » et le « soulèvement » du lac Albain, de maintenir entre l’un et l’autre un rapport de cause à effet. Mais ces savants pouvaient se croire autorisés à une certaine liberté car, à regarder de plus près le texte de Tite-Live, on s’aperçoit que l’historien, chemin faisant, « change de système chronologique », et plus généralement, que ce livre 5 de l’Ab Vrbe condita est grevé de toute une série de difficultés dans ce domaine, bien mises en lumière par les commentateurs, dont Jean Bayet, qui analyse avec beaucoup de finesse la « tentation » qu’elles font naître chez le lecteur « de bloquer en une seule deux des années distinguées par TiteLive »26. Ces accommodements sont désormais inutiles, et il n’est plus nécessaire de faire de l’hiver de 400 la cause du prodige du lac Albain pour pouvoir conclure à la possible historicité de ce dernier. Il reste que la rigueur des hivers albains semble une donnée récurrente de nos sources : lorsque, quelques décennies plus tard, le même Tite-Live évoque les Gaulois errant en pillards dans la Campagne romaine, il les montre quittant les monts Albains en raison de la rudesse de l’hiver : Galli ex Albanis montibus, quia hiemis uim pati nequiuerant27. Rapprochées les unes des autres, ces notations qui concernent des hivers (celui de 400 et celui de 345, ou 349) que sépare seulement un demi-siècle, ne décrivent-elles pas ce qui pourrait avoir été une phase de refroidissement climatique ? Telle est bien la conclusion d’H. H. Lamb, dans son ouvrage classique, Climate History and the Future (Princeton, 1977, 2e éd. 1985, p. 424).

  • 28 Pour le M. Cavo, voir T. Fischer, Penisola..., p. 352, qui fait état de cent quatorze jours de plu (...)
  • 29 La moyenne annuelle des jours de grêle est ainsi de onze jours à Velletri, et de deux à Rome : cf. (...)
  • 30 Découverte de la maison de campagne d’Horace, 2, Paris, 1767, p. 39.
  • 31 L’Ennui, trad. française, Paris, 1961, p. 27.
  • 32 Liv., 1, 31 (la forme pluuisse est confirmée par Priscien, 10, 2, 11) ; autres occurrences de ce p (...)
  • 33 Cf. par ex. T. Fischer, Penisola..., p. 61 : « A questa attività storica sembrano pure accennare l (...)
  • 34 Cf. éd. Weissenborn, ad loc., « Meteorsteine » ; cf. aussi Jordan, Topographie der Stadt Rom im Al (...)
  • 35 Cf. Ogilvie, o.c., p. 124 : « The story provides the explanation and justification of the Feriae L (...)
  • 36 Cette explication de la pluie de pierres par la grêle sera d’ailleurs reprise, dans une optique an (...)
  • 37 On citera évidemment Cicéron : Nonne perspicuum est ex prima admiratione hominum, quod tonitrua ia (...)
  • 38 Liv., 27, 11, 1 : In Albano monte tacta de caelo erant signum Iouis arborque templo propinqua... ; (...)
  • 39 Cass. Dio, 39, 15 : τò δὲ δὴ θεĩον κεραυνῷ κα’ ἀρχὰς εὐθὺς τοῦ ἐχοµένου ἔτους τò ἄγαλµα τοῦ Διòς τ (...)
  • 40 Cass. Dio, 39, 20 ; sur cet épisode, cf. supra p. 48. Comparer avec les données analysées par F. E (...)

10L’épisode de 400, qu’il soit historique ou non (et nous pensons qu’il l’est), a aussi le mérite de rappeler que, du point de vue de la géographie humaine, beaucoup plus que les moyennes des précipitations, c’est le régime de ces dernières qui compte. On ne s’étonnera pas de constater qu’elles sont évidemment plus fortes sur les monts Albains qu’à Rome : les statistiques de l’observatoire météorologique du Monte Cavo révèlent une pluviosité importante, et celles établies à partir des relevés de Velletri montrent qu’elle est encore à cet endroit, même moindre qu’au mons Albanus, le double de ce qu’elle est à Rome28 ; mais l’essentiel est que ces pluies tombent surtout durant l’automne ou l’hiver, ce qui réduit d’autant le bénéfice que les cultures pourraient en retirer. On notera aussi qu’au plus fort de l’hiver, ces pluies se transforment souvent en grêle29. Bien avant l’existence d’une science météorologique, il paraît que le Monte Cavo a joué pour les populations de la contrée le rôle d’indicateur climatologique ; décrivant « le mont imminent d’Albe », l’Abbé Capmartin de Chaupy écrivait en 1767 : « Il annonce la grande fabrique d’eau qu’il renferme par le nuage épais qu’il élève et dont il se couvre à la moindre de ces dispositions de l’air qui produisent la pluie, dont il est le plus assuré messager. On appelle ce nuage pour cette raison dans le Païs il Cappellaccio, c’est-à-dire le laid chapeau de Monte Cavo »30. Près de deux siècles plus tard, Moravia montre qu’il connaît, en bon Romain, cette tradition et cet usage, faisant observer au héros désenchanté de son roman L’Ennui, qu’il décrit parcourant « la voie Appienne en direction des Castelli » : « Cette journée blafarde de sirocco avait condensé au-dessus du Mont Cavo une sorte d’anneau noir, estompé et incertain, fait de nuages vaguement orageux »31. Se détachant nettement des reliefs qui l’entourent, le mons Albanus a ainsi de tout temps attiré les regards de ceux qui habitaient ses abords : dès les époques obscures où Rome n’existait pas encore, c’est vers lui que se tournaient, lorsque le ciel tonnait, les yeux des prisci Latini, avec une attention mêlée de crainte religieuse. C’est ainsi à son sommet que la tradition annalistique place l’un des prodiges les plus fréquemment mentionnés à propos du Latium, la pluie de pierres : nuntiatum est in monte Albano lapidibus pluuisse32. De ce phénomène, plusieurs exégèses rationnelles ont été proposées par les Modernes : on a voulu l’expliquer, notamment, par l’activité volcanique du massif albain33, en y voyant une confirmation de l’interprétation d’Albe en tant que « Pompéi préhistorique » ; d’autres, sans doute plus réticents à l’idée d’une activité si tardive du Volcan Latial, ont parlé de chutes de météorites34. Il nous semble que, si l’on veut à tout prix chercher une raison à ce qui, de toute façon, n’en a pas besoin, on la trouvera plutôt dans le récit fait par Tite-Live de ce qui est le prodige fondateur, non pas des Féries Latines comme on le dit généralement35, mais du contrôle romain sur ces mêmes Féries, ce qui est différent. Dans une comparaison qui à notre sens vaut explication, l’historien écrit en effet que cette pluie de pierres était « semblable aux masses de grêlons que le vent chasse sur la terre », haud aliter quam cum grandinem uenti glomeratam in terras agunt. Peut-être Tite-Live, respectueux de la religion mais soucieux de rationalité, entendait-il par là suggérer, sans le dire explicitement, ce qu’il considérait comme la cause réelle du phénomène ? Grêle drue, vent entrechoquant les branches des arbres du bois sacré36 : le prodige latin était d’abord une manifestation climatique, fréquente mais que son intensité pouvait rendre exceptionnelle. Tite-Live accompagne du reste la mention du prodige de 212 av. J.-C., où les « pluies de pierres » durèrent « deux jours sans arrêt sur le mont Albain », In Albano monte biduum continenter lapidibus pluit (25, 7, 7), de la précision qu’au même moment, à Rome, il y eut d’ » affreux ouragans » (pour reprendre la traduction de Dureau de Lamalle, 1840, p. 291), tempestates foedae fuere. Bien entendu, intempéries et orages ne vont pas sans éclairs : l’Italie centrale est, au monde, une des régions les plus touchées par ce phénomène, et ce n’est pas un hasard si la foudre est l’attribut essentiel du dieu des sommets qu’est Jupiter, et particulièrement du Jupiter Latin37. On se souvient que l’arbre sacré du dieu fut, en même temps que sa statue, foudroyé en 209 avant notre ère, dans une période où la lutte contre Hannibal conférait à ce genre d’incident toute l’efficience d’un prodige redoutable, à valeur d’avertissement pour les colonies latines rebelles à l’effort de guerre38 : les dieux faisaient bien les choses... La statue de Jupiter allait être de nouveau atteinte39 dans une période également troublée, celle des guerres civiles, en 56 avant notre ère, au début de l’année même où un séisme bouleversait sur ses bases le petit temple voisin de Junon Moneta, d’abord enveloppé d’une grande nuée d’éclairs40.

ESQUISSE POUR UNE PALÉOCLIMATOLOGIE LATIALE

  • 41 Annoncés dès 1980 in DdA, n.s., 2, 1980, 1, p. 10, et résumés dans le catalogue d’exposition publi (...)
  • 42 O.c., p. 20, avec mention de résultats parallèles concernant le lac de Bolsena. Au total, on estim (...)

11On le voit : si on se limite, comme nous venons de le faire, aux témoignages « littéraires » – appellation qui ne doit pas faire croire, au demeurant, qu’il s’agit de faits dénués de réalité –, il est impossible de trancher dans le grand débat que nous évoquions en commençant ce chapitre : y a-t-il eu ou non changement depuis l’Antiquité dans le climat du Latium en général, et des monts Albains en particulier ? La réponse, ou tout au moins un début de réponse, peut être fournie par les relevés effectués à l’Osteria dell’Osa41. Ils permettent de constater, grâce à une bonne corrélation entre les sondages de paléoclimatologie et la plus classique chronologie établie par stratigraphie dans les fouilles de la nécropole, que les xe et ixe siècles du Villanovien correspondent ici à une transition entre les phases sub-boréale et sub-atlantique ; ils montrent ensuite l’existence d’un « pic glacial » entre 820 et 640. En clair, du ixe au viie siècle avant notre ère, le climat, sur les bords du lac de Gabies, et, dirons-nous par extrapolation, sur ceux des autres lacs albains, est devenu plus froid et plus humide pendant à peu près trois cent quarante ans, l’apogée de ce refroidissement se situant entre 820 et 760, soixante années qui se placent dans la période dite II B. À l’Osteria dell’Osa, entre 850 et 800, le lac augmente alors nettement, en volume et superficie, et on doit, au dire des spécialistes, supposer qu’il en va de même pour les autres lacs du Latium, qui, pendant un demi-siècle, ont dû connaître une hausse de niveau d’à peu près vingt centimètres par an42 ; il s’agissait, autrement dit, d’une évolution perceptible par les populations des rives. C’est l’époque où la forêt est la plus étendue, et où les températures, plus basses qu’elles ne le seront ultérieurement, permettent la présence du hêtre (vérifiée par des relevés de paléobotanique) à une cote qu’il devra abandonner après. Laissons aux spécialistes le problème de savoir si le chêne-vert qui se développe alors considérablement est un produit de cette phase humide, ou s’il doit être considéré comme un témoin vivace de la période climatique antérieure, et notons que cette phase d’expansion lacustre a sans doute été d’autant plus remarquée et ressentie qu’elle faisait immédiatement suite à une phase de « régression lacustre », comme on dit, durant laquelle, au contraire, la surface des eaux s’était réduite, laissant la place à un marais riche en aulnes et roseaux. Par la suite, de telles phases de « régression » se retrouveront vers 710, puis vers 509, soit durant les périodes III et IV « latiales », tandis qu’un mouvement inverse d’expansion se produira de nouveau entre 630 et 550. Après cette date, on constate une évolution d’ampleur vers un climat moins humide et plus chaud qu’il ne l’était auparavant.

  • 43 A vrai dire, l’altitude n’est qu’une cause seconde : une hêtraie ne se développe qu’en fonction de (...)
  • 44 Cf. Climatologie comparée..., 1849, rééd. Naples, 1986, p. 23, avec le commentaire de B. Hemmerdin (...)
  • 45 Il s’agit de Hist. Plant., 5, 8, 3 : Ἡ δὲ τῶν Λατίνων ἔφυδρος πᾶσα. Kαὶ ἡ μὲν πεδεινὴ δάφνην ἔχει (...)
  • 46 Voir par exemple la citation donnée par B. Hemmerdinger, Commentaire..., o.c., p. 451 : « Théophra (...)

12Telles sont les principales données, qu’on espère bientôt voir complétées par beaucoup d’autres, des fouilles récentes et des analyses auxquelles elles ont donné lieu. On souhaitera, bien entendu, éviter toute naïveté et toute lecture immédiate, positiviste et déterministe, de résultats qui demandent à être affinés et vérifiés ailleurs. Néanmoins, certains d’entre eux sont, d’ores et déjà, riches d’enseignements et d’interrogations. Si l’on se rapporte au débat, que nous évoquions plus haut, entre Arago et Dureau de La Malle, on en comprendra mieux désormais les implications au vu des analyses qui précèdent. L’un et l’autre auteur, en effet, avaient fort bien remarqué la présence, que nous avons nous-même commentée, du hêtre dans la toponymie antique pour des lieux situés à une altitude plus basse que celle qui convient à cette essence43. Partisan de la théorie du changement des climats, Arago n’avait, quant à lui, aucune difficulté à expliquer ce fait, qu’il interprétait à juste raison comme une preuve du bien-fondé de ses thèses. Convaincu comme il l’était de la « constance des climats », Dureau de La Malle se trouvait, lui, devant une difficulté de taille qu’il mit beaucoup d’énergie à résoudre. Il le fit en suivant deux voies, différentes et complémentaires : d’abord, en soutenant que l’espèce fagus décrite par Pline ne désigne nullement, malgré l’opinion générale, le hêtre, mais plutôt une variété particulière de chêne, variété qu’il n’hésitait pas à inventer pour les besoins de sa démonstration44 ; ensuite, en récusant explicitement le témoignage de Théophraste45 qui fait état de la présence du hêtre dans les plaines du Latium, à côté du myrte et du laurier. Ainsi se trouvaient aplanis avec détermination les deux obstacles principaux à l’idée d’une identité climatique dans le Latium entre l’Antiquité et l’époque moderne, moyennant l’interprétation forcée d’un texte (Pline) et la dévaluation d’un autre (Théophraste). On observera que, pour autant, les conclusions d’Arago n’étaient pas exemptes d’erreur : car, si exact que fût in globo son raisonnement46, il s’est révélé d’une excessive simplification. Contrairement à ce qu’il croyait, ce n’est pas entre les siècles de l’Empire et l’époque moderne qu’il y eut refroidissement climatique, mais, plus probablement, entre la protohistoire et l’âge classique de l’Antiquité. Il est vrai que du temps d’Arago, la protohistoire n’existait pas encore et que, sur la base des seules données à leur disposition, aussi bien lui que Dureau de La Malle ont fait un travail qui mérite d’être salué : ils ont découvert, et résolu à leur manière, un problème qui était resté inaperçu avant eux, et exploré les premiers un territoire scientifique où les questions importent autant que les réponses.

  • 47 Cf. supra p. 77 et s.
  • 48 Niebuhr s’étonne ainsi de n’avoir « jamais entendu parler de cet emissarius » du temps de son séjo (...)
  • 49 Cicéron, Div., 2, 32, 69.

13Mais les relevés de paléobotanique faits à l’Osteria dell’Osa suggèrent bien d’autres réflexions : on a vu, en effet, qu’ils révèlent l’existence, vers la fin du vie siècle (période IV latiale), d’une phase de « régression lacustre », autrement dit d’une période où le niveau des eaux baisse dans les lacs albains et où, sans doute, l’eau devient moins abondante en Latium. Or on se souvient que cette datation, qui correspond à la fin de la dynastie tarquinienne, est très exactement celle que, en partant des caractéristiques archéologiques de ces monuments, nous avons été amené à proposer, après d’autres, pour la réalisation d’au moins deux des emissaria albains, celui du val d’Aricie et celui du lac de Nemi47. Nous rappelions aussi que l’analyse des techniques mises en œuvre pour le creusement des canaux albains, indique qu’ils ont dû être entrepris à un étiage bas des eaux. Maintenant, qu’apportent les résultats des relevés de paléobotanique de l’Osteria dell’Osa, sinon la confirmation de ces hypothèses ? Il faut bien voir, en effet, qu’une situation de « régression lacustre » dans les coteaux albains, révèle et implique un phénomène plus général de raréfaction, voire peut-être de pénurie de l’eau dans les plaines situées à la base d’un massif qui est, pour ainsi dire, le « château d’eau » de toute la région environnante. Alors, certainement, les innombrables ruisseaux, torrents, rivières, fossés qui descendent de ses pentes vers la mer en mille détours, ont dû couler d’un débit devenu soudain moins généreux, les nappes phréatiques se réduisirent et alors, les sources et les fontaines durent faire entendre un chant devenu incertain et fragile : pour les cultures faites en contrebas, dans des champs soumis à un soleil souvent écrasant et à une évaporation très forte, cette diminution équivalait à un manque dramatique. Il était urgent de redonner à ces terres l’eau dont elles avaient plus que jamais besoin, dans un contexte de mise en exploitation intensive des plaines latiales, et qui leur faisait défaut précisément à ce moment : telle fut, à notre sens, la fonction des émissaires albains, creusés pour irriguer des terrains à la fois assoiffés et déshydratés, tel fut le but de ces grands travaux et de ces monuments, si longtemps négligés par l’érudition48 moderne. Ita aqua Albana deducta ad utilitatem agri suburbani49.

14Les analyses de paléoclimatologie faites à l’Osteria dell’Osa apportent, nous semble-t-il, d’autres éléments dignes d’intérêt : on y constate, avons-nous rappelé, l’existence d’un refroidissement climatique entre le ixe et le viie siècle avant notre ère, qui connaît son maximum, semble-t-il, entre 820 et 760 (période II B latiale).

  • 50 Il semble toutefois que ces résultats s’inscrivent dans une tendance générale en Europe, s’il est (...)
  • 51 Eus., Chron., 289 Sch. ; voir aussi OGR, 18, 3, avec commentaire et autres références par J. C. Ri (...)
  • 52 D.H., A.R.,1, 71, 3 : κεὶ νῦν ἔτι διαλαμπούσης τῆς λίμνης ἐν μέρει τινί ὅταν ὑπονοστήση τò νᾶμα κὰ (...)
  • 53 Voir An Inquiry into the Credibility of the Early Roman History, vol. 1, Londres, 1855, p. 375, où (...)
  • 54 Par K. F. Smith, « On a legend of the Alban Lake told by Dionysius of Halicarnassus », in A J Ph, (...)

15Plus précisément, on voit les lacs albains connaître, entre 850 et 800, une nette hausse de niveau : pour reprendre les chiffres du lac de Gabies (en l’absence, encore une fois, d’autres analyses équivalentes)50, on a une crue de 20 cm par an sur un demi-siècle, ce qui fait, au total, une montée des eaux d’au moins dix mètres. À tous égards, il s’agit donc d’un phénomène qui est, en durée comme en importance, à l’échelle humaine : on peut même dire que, par rapport à ces âges obscurs et lointains, l’historien se trouve ici dans la catégorie de l’événementiel. Au vu de telles données, comment ne pas évoquer l’une des légendes les plus ancrées dans un contexte albain, celle du mauvais roi Aremulus, dont le palais aurait été englouti par les eaux du lac, totaque domus eius in Albano stagno immergebatur, pour reprendre les mots de la Chronique d’Eusèbe ?51. Comment ne pas penser non plus à ce qu’en dit Denys : « Le lac au bord duquel il habitait connut une montée des eaux inhabituelle, et il périt noyé avec toute sa maisonnée. Et aujourd’hui encore, l’eau du lac étant transparente à un endroit, chaque fois que le flux de l’eau diminue et que le fond devient immobile, on voit des ruines de portiques et autres vestiges d’une habitation » ?52 S’il s’agissait, comme on pouvait être tenté de le faire aux temps du règne sans partage de la philologie, de considérer ces textes comme la preuve suffisante de l’historicité d’un « déluge » albain préromain, ce serait là mériter les reproches qu’adressait sur ce point précis – non sans se méprendre du reste sur le détail de son argumentation – Sir George Cornewall Lewis à Niebuhr53. Mais il s’agit bien de tout autre chose maintenant : car ne serait-ce pas, aujourd’hui, commettre une égale erreur de méthode que de refuser a priori d’établir toute relation entre la réalité d’un phénomène physique, désormais dûment constaté, et l’existence d’une tradition littéraire si curieusement insistante, même si, bien entendu, d’autres datations sont possibles ? Il est vrai que nous avons déjà (cf. supra p. 54) rapporté cette tradition au cataclysme que, d’après les spécialistes des sciences de la terre, le lac Albain connut au Bronze moyen. Mais il nous semble qu’en évoquant ainsi, à propos de la même figure légendaire, un tremblement de terre et une montée des eaux, la tradition a pu faire fusionner des éléments de provenance différente : la mention du tremblement de terre s’expliquerait par les explosions gigantesques intervenues tout au long des années 6000-3000 av. J.-C., et celle de la crue qui noie le roi par la rapide expansion lacustre du ixe siècle, en pleine période de la civilisation latiale. Il y a longtemps, d’ailleurs, fut souligné54 l’intérêt de ce second motif. Cependant, compte tenu du fait que ces deux phénomènes ont, à suivre du moins les spécialistes actuels, réellement affecté le lac Albain, la question se pose désormais pour nous de savoir si la tradition du prodigium de 398, que nous avons proposé d’historiciser (supra p. 83 et s.), n’est pas la simple duplication d’un mythe formé durant la protohistoire à la faveur de ces différents épisodes. Il faut noter d’abord que certaines traditions concernant le roi albain ne réapparaissent pas dans le miracle de 398, qu’il s’agisse du tremblement de terre ou de la visibilité d’édifices engloutis. Surtout, c’est la précision de la tradition antique pour 398, dans sa description comme dans sa datation, du reste récente, qui nous fait hésiter à ne voir dans le prodigium que la simple actualisation d’un thème préexistant, compte tenu aussi du fait désormais bien établi que le lac Albain présente toutes les caractéristiques de lacs comme ceux de Monun et de Nyos. Pour toutes ces raisons, nous proposerons, aussi risquée que puisse paraître une telle interprétation, de valider et la tradition sur Allodius/Aremulus (en la dédoublant), et celle sur le prodigium de 398.

  • 55 Voir, dans le vol. 1 de la Storia d’Italia, publié par R. Romano et C. Vivanti en 1972 (Turin) sou (...)

16De toute façon, il nous paraît acquis que, même si de tels résultats demeurent encore fragiles car sujets à révision, l’intérêt de ce type de recherches ne saurait faire de doute : mais avant qu’il soit possible d’aller plus avant dans la relecture, de ce point de vue, des sources littéraires, il faudra disposer de nouveaux relevés et d’autres analyses qui, pour l’instant, font encore défaut. Dès maintenant, il est possible d’apporter à l’ancien débat entre partisans du transformisme et tenants du fixisme climatique une réponse nuancée55 : si les différences constatées entre les temps de la préhistoire et ceux de l’histoire donnent raison aux premiers, on doit néanmoins parler, avec l’ensemble des chercheurs modernes, de stabilité climatique pour l’ère « actuelle » de l’Holocène, commencée 10.000 ans avant J.-C. : mais ce « fixisme » n’exclut pas, nous l’avons vu, des phases majeures de détérioration climatique, notamment au moment de la transition entre le Subboréal et le Subatlantique, vers 800, où commence un petit âge glaciaire qui durera un peu plus de trois siècles. Sans attendre des données supplémentaires, à recueillir dans les autres lacs du massif albain, nous avons voulu montrer ici qu’au regard de certaines des légendes albaines, le milieu naturel et le climat pouvaient et devaient être considérés comme objets d’histoire et de recherche.

Notes

1 Ainsi le mot « climatologie » date-t-il du premier tiers du xixe siècle : cf. Trésor de la Langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle, sous la dir. de P. Imbs, 5, Paris, 1977, p. 922.

2 Voir la réédition assurée par B. Hemmerdinger, Naples, 1986 (notamment la p. I de l’introduction, et p. 4 du texte), avec un volume séparé de commentaire.

3 Références dans la « Nota di lettura » dont B. Hemmerdinger a fait précéder la rééd. de la Climatologie comparée..., Naples, 1986, p. xiii et xv : il s’agit d’une part d’un rapport d’Arago au Bureau des longitudes, daté de 1833, d’autre part d’un Mémoire proposé en 1825 à l’Académie royale de Bruxelles par Moreau de Jonnès, intitulé Quels sont les changements que peut occasionner le déboisement de forêts considérables ? Cet auteur pensait à un réchauffement du climat dû à la déforestation.

4 Il s’agit de Das Problem der Klimaänderung in geschichtlicher Zeit, par Leo Berg, Leipzig/ Berlin, 1914 (partic. p. 58-60), où l’on voit bien que la question de la mutabilité du climat se réduisait à celle du déboisement, celui-ci étant censé entraîner celle-là, à une époque où l’on n’imaginait guère que d’autres facteurs aient pu intervenir dans ces évolutions.

5 Notamment ses Beiträge zur physischen Geographie der Mittelmeerländer, besonders Siciliens, Leipzig, 1887 : l’auteur y défendait la thèse que le climat de la Sicile était devenu plus sec et plus chaud en raison du déboisement. Les travaux antérieurs de Fischer (cf. ses Studien über das Klima der Mittelmeerländer, parus en 1879 dans les Petermanns Mitteilungen, vol. 58) sont à la base de l’enquête menée, à partir des sources littéraires, par F. Olck, dont l’article intitulé « Hat sich das Klima Italiens seit dem Altertum geändert ? », qui fut publié en 1887 in NJ Ph P, 135, p. 465-475, aboutit à la conclusion que « alle überlieferten Naturphänomene nur auf die Stabilität des Klimas in historischen Zeiten hindeuten » (p. 475).

6 St. dei Rom., 1, 1907, p. 56.

7 C’est le chapitre 3, p. 57-73.

8 Cf. par ex. le panorama dressé par G. Panessa, « Recenti studi sulla problematica paleoclimatologica ed ambientale della Grecia nell’antichità », in ASNP, 17, 1987, p. 1163-1171, et surtout, du même auteur, les deux volumes de Fonti greche e latine per la storia dell’ambiente e del clima nel mondo greco, Pise, 1991 : c’est une tâche urgente désormais que de constituer, peut-être avec des principes de sélection un peu plus rigoureux, un recueil équivalent pour le monde romain. Voir aussi l’ouvrage de R. Sallares, The Ecology of the Ancient Greek World, Londres, 1991, pourvu d’une très riche bibliographie, p. 505-575.

9 H. Van Effenterre, Les Égéens, Paris, 1986, p. 100, avec mention des découvertes de Sp. Marinatos, qui sont venues confirmer une hypothèse très ancienne : voir, par ex., la très intéressante « monographie volcanique » (sic), c’est-à-dire étude de géomorphologie, de F. Fouqué, Santorin et ses éruptions, Paris, 1879, résultat d’une mission de l’Académie des Sciences suscitée par les grandes éruptions de 1866 et 1869. Dans ce gros livre de vulcanologie, on lit avec intérêt le chap. 3, consacré aux « constructions antéhistoriques de Santorin » (p. 94-131) : on y apprend que les fouilles furent entreprises après les observations nées de l’exploitation de pierre ponce effectuée à l’instigation de la « Compagnie de l’isthme de Suez », et que le premier à avoir affirmé l’antériorité de l’habitat d’Akrotiri par rapport à l’éruption volcanique fut le professeur Christomanes, qui enseignait la chimie à l’Université d’Athènes (p. 95). A noter que Fouqué eut l’occasion de diriger des fouilles sur le site d’Akrotiri, avant même que l’Ecole française d’Athènes (Gorceix et Mamet) ne s’y intéressât : ses conclusions, telles qu’il les résume lui-même, auraient assurément mérité de trouver plus d’écho, d’autant que la datation qu’il proposait pour la catastrophe, « environ deux mille ans avant J.-C. » (p. 130 et 131), préparait celle à laquelle sont finalement parvenus les archéologues modernes, à savoir vers 1500 (fin du Minoen récent I A). Par la qualité de sa méthode, qui ressortit à une véritable stratigraphie, tout comme des techniques qu’il mettait en œuvre, faisant par exemple appel à l’examen au microscope pour l’analyse de la composition des argiles dont sont faits les vases trouvés dans ses fouilles (cf. p. 125 et s.), le travail de l’homme de science qu’est Fouqué se distingue nettement de ce qui, à l’époque, porte le nom d’archéologie ; l’intérêt de l’observation qui suit est, par exemple, évident : « J’ai reçu récemment de M. Dumont, directeur de l’École d’Athènes, un petit fragment d’un vase trouvé dans les ruines de la ville de Mycènes. L’examen microscopique de cette poterie m’a montré sûrement qu’elle provenait de Santorin » (p. 127, n. 1). Or, si nous nous attardons ainsi sur les travaux de F. Fouqué, c’est pour montrer en fin de compte le sérieux et la plausibilité au moins apparente de la démarche qui était celle de De Rossi lorsqu’il assimilait Albe à une « Pompéi préhistorique » : connaissant en effet les recherches faites à Santorin au même moment – il en invoque explicitement l’exemple –, il pouvait se croire conforté dans ses déductions par la science la plus rigoureuse et la plus moderne.

10 Voir un exposé de la théorie de Carpenter, formulée dans le livre Discontinuity in Greek Civilization (trad. italienne, Clima e storia, Turin, 1969), avec une discussion équilibrée, par V. R. Desborough, in G. Maddoli (éd.), La civiltà micenea. Guida storica e critica, Rome-Bari, 1977, 3e éd., 1992, p. 257 et s. Sur le rôle plus réduit accordé aujourd’hui aux tremblements de terre dans la fin du système palatial, cf. K. Kilian, in M. Marazzi, La Società Micenea, 2e éd., Rome, 1994, p. 366.

11 G. Duby, Guerriers et paysans, Paris, 1973, p. 15. Bref, comme l’écrit E. Le Roy-Ladurie dans sa classique Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, 1967, le climat est devenu « objet d’histoire » ; la difficulté principale, pour le sujet qui est le nôtre, est le manque de sources documentaires fournissant des données quantitatives significatives. En l’absence de documents tels que peuvent constituer, à partir du Moyen Âge, les sources iconographiques ou les livres de raison, le recours aux différentes techniques de la paléobotanique sur les sites archéologiques est néanmoins susceptible d’offrir une aide appréciable : dendrochronologie pour les restes de bois, palynologie pour l’analyse des pollens. D’autre part, l’étude, à partir des sources « littéraires », de la date d’apparition de certains phénomènes végétaux, dite phénologie, peut apporter des informations intéressantes : sur cet aspect, l’article de F. Olck cité supra n. 5, concluait à la stabilité climatique. D’une manière générale, on pourra se référer à : M. Magny, Une histoire du climat, des derniers mammouths au siècle de l’automobile, Paris, 1995.

12 O.c., p. 57.

13 Structures, 1, p. 144.

14 Sur ce phénomène, cf. P. Toubert, ib., p. 150, n. 1. À consulter également, le Mémoire du Servizio idrografico del Ministero dei Lavori Pubblici, 1939.

15 Cf. les résultats de l’enquête de C. Caputo, R. Funiciello, G. B. La Manica, E. Lupia Palmieri, M. Porotto, « Geomorphological features of the latian volcano (Alban Hills, Italy) », in Geol. Rom., 13, 1974, tels qu’ils sont repris par V. Castellani et W. Dragoni in Etruschi maestri..., p. 58-59 ; voir aussi ib., p. 60, n. 40, pour d’autres publications sur ce sujet.

16 Citons ces lignes, extraites des Fondements biologiques de la géographie humaine, 1, Paris, 1943, p. 14 : « Le climat présente, en chaque lieu, une individualité originale, parfois irréductible à l’individualité la plus voisine. Une légère différence d’altitude, l’opposition des versants d’une même colline, le passage de la rampe au plateau, et la durée d’insolation, le trouble de l’air, la température, la quantité de pluie, tout change. Et, en même temps, le paysage végétal et les réactions de notre organisme... Le climat local est la réalité fondamentale, la seule donnée immédiate de toute climatologie ». Plus précisément, voir, par ex., F. Eredia, « Sulla differenza di temperatura fra Rocca di Papa e Monte Cavo », Atti R. Acc. Linc., Rend., Cl. sc. fis. mat. nat., 13, Rome, 1904, p. 261-269, et encore, G. Martinelli, « La frequenza dei venti a Roma e a Monte Cavo », Riv. Meteor. Agr., 27, Rome, 1906, p. 658-668.

17 Structures, 1, p. 147.

18 Études statistiques..., p. 196 ; autre indication, sur le printemps : « Le mois de mai, au contraire [d’avril], participe déjà de l’été ; souvent il est extrêmement chaud, et ses derniers jours voient mûrir les foins et jaunir les froments » (p. 197) ; et sur l’été : « Les moissons commencent au 15 juin, et la battaison, qui s’opère immédiatement, se termine vers le 10 juillet » (p. 198).

19 Voyage en Italie, 1828, p. 198.

20 Cf. Od., 1, 21, v. 6, gelido... Algido et ib., 3,23, v.9, nivali... Algido.

21 Inscription trouvée à Pentima, en pays marse, autrement dit Corfinium, qui n’est autre que l’éphémère Italica choisie par les révoltés de la Guerre Sociale pour être leur capitale ; il s’agit d’un cénotaphe mentionnant l’existence du monument funéraire lui-même sur le territoire de Tusculum ; alget ager est une restitution due à Bormann : cf. CIL, 9, 3279.

22 Olck, o.c., p. 470 ; contra, Nissen, It. Land., 1, 1883, p. 401, qui en admet nettement l’historicité. Il s’agit de Liv., 5, 13 et D.H., A.R., 7, 8, textes qui se réfèrent à la Campagne romaine en général (mention du Tibre chez Liv. ; Ἐν Ῥώµη chez Den.) : mais il est probable que les Colli Albani, autrement dit la zone la plus élevée de cette Campagne, étaient concernés au premier chef par le phénomène.

23 Voir les paroles des Sénateurs au peuple lors de l’élection des tribuns militaires : Priore anno intolerandam hiemem prodigiisque diuinis similem coortam (5, 14, 3), que G. Baillet (CUF, 1954, p. 25) traduit : « La première année, il y avait eu un hiver intolérable, qui avait bien l’air d’un prodige envoyé du ciel ». On voit bien que dans le contexte de la lutte entre patriciens et plébéiens, une telle « catastrophe climatique » était interprétée par l’aristocratie comme un signe du mécontentement des dieux. Voir aussi D.H., o.c., chez lequel on devine plus nettement, comme d’habitude, la présence d’une source annalistique, qu’elle soit directe ou indirecte.

24 Mittelitalien, p. 178, qui réduit, comme Nibby, l’intervalle à un an, et qui, comme le fera Schwegler, met également en ligne de compte le tremblement de terre rapporté par Tite-Live au titre des prodiges de 400, en raison du bouleversement des nappes phréatiques qui en aurait résulté.

25 Voir Liv., 5, 13 et s., et l’importante note d’Ogilvie à 5, 14, 3 (Commentary..., p. 658) à propos des interférences de l’année consulaire sur l’année calendaire, qui expliquent le détail des expressions liviennes : ainsi, les mots proximo anno prononcés à l’occasion des élections de 399 (qui ont lieu en automne, cf. 5, 11, 11), s’appliquent à une année considérée alors comme terminée ; l’épidémie de 13, 1 date donc de 399 et l’hiver mémorable, de 400, année désignée logiquement par l’expression priore anno. Quant au récit de la crue albaine (15), il est introduit par un interim bien vague ! Cependant, puisqu’il n’en est pas fait mention aux élections de 399, mais seulement à celles de 398, où l’on n’a pas encore trouvé le moyen d’expier le prodige (5, 16, 1 : Priusquam [...] Albaniue prodigii piacula inuenirentur), on en conclura que le phénomène se situe entre l’automne 399 et celui de 398 : lors de la Canicule, dit Denys dans un texte qui n’est qu’un fragment (12, 10), interdisant toute chronologie relative, et qui est peut-être dicté par un souci de comparaison avec le Nil, explicitement mentionné (sur cet aspect, voir J. Hubaux, Rome et Véies, 2e éd., 1958, p. 140 et s.) ; en automne, à la fin de l’été (ὥρα µετοπωρινή καὶ τò θέρος ἔληγεν), selon Plutarque (Cam., 3, 2). Le détail sur l’absence de précipitations initiales est récurrent et semble authentique.

26 Ed. L. 5, 1954, respectivement n. 2 p. 100, et p. 103.

27 7, 25, 3 ; l’hiver en question devait au demeurant être fort rigoureux, puisque, comme le remarque Weissenborn (ad loc.), Tite-Live dit ailleurs de ces mêmes Gaulois que c’était une gens [...] humorique ac frigori adsueta (5, 48, 3).

28 Pour le M. Cavo, voir T. Fischer, Penisola..., p. 352, qui fait état de cent quatorze jours de pluie par an et d’un total de 1 115 mm, pour 771 à Rome ; trente ans plus tard, les moyennes donnent 1076 mm d’eau sur cent onze jours pour 796 mm sur quatre-vingtdix-sept jours à Rome : cf. Caputo-Romero, Il Lazio, Turin, 1931, p. 84. Le chiffre moyen pour toute la contrée, de plus de 1250 mm par an, cité in DdA, 1, 1980, p. 7, nous semble, au regard des données précédentes, curieusement élevé. Pour plus de détails, voir I. Galli, « La pioggia a Velletri », in Mem. Pont. Acc. Rom. dei Nuovi Lincei, 22, Rome, 1904, p. 277-369 ; tableau des moyennes des précipitations in Amalgià, Il Lazio, Rome, 1948, p. 687 et s.

29 La moyenne annuelle des jours de grêle est ainsi de onze jours à Velletri, et de deux à Rome : cf. A. M. Bietti Sestieri, in DdA, 1980, p. 8, qui y voit un facteur négatif pour l’agriculture et la sédentarisation.

30 Découverte de la maison de campagne d’Horace, 2, Paris, 1767, p. 39.

31 L’Ennui, trad. française, Paris, 1961, p. 27.

32 Liv., 1, 31 (la forme pluuisse est confirmée par Priscien, 10, 2, 11) ; autres occurrences de ce prodige à cet endroit : cf. 7, 28, 7, avec référence explicite à cet épisode ; 25, 7, 7 ; cf. aussi 22, 36, 7 et 35, 9, 4 pour Aricia et 23, 31, 15 et 35, 9, 4 pour Lanuvium. Il faut aussi ajouter, à notre avis, en raison du contexte (guerre contre les Èques, dans une coalition fédérale), Liv., 3, 5 : Caelum uisum est ardere plurimo igni, qui peut être référé à une localisation albaine autant que romaine : voir aussi la note ad loc. d’Ogilvie, o.c., p. 403.

33 Cf. par ex. T. Fischer, Penisola..., p. 61 : « A questa attività storica sembrano pure accennare le non rare menzioni di pioggie di pietre e di simili fenomeni, nelle storie della città di Alba Longa e del periodo dei re ». Cette explication, qui remonte aux découvertes d’urnes-cabanes de 1816, a survécu jusqu’à nos jours ; la vulcanologie actuelle l’exclut définitivement : cf. R. B. Stothers et M. R. Rampino in Journal of Geophysical Research, 88, 1983, p. 6357-6371 (p. 6364), qui supposent que la mention d’une lueur observée en – 113 sur le mont Albain (Obs. 38) pourrait s’expliquer par un incendie de forêt.

34 Cf. éd. Weissenborn, ad loc., « Meteorsteine » ; cf. aussi Jordan, Topographie der Stadt Rom im Altertum, 1, 1, 1878, p. 119-120, avec référence à la polémique entre De Rossi et Ponzi, ce dernier renvoyant l’activité du Volcan Latial à la préhistoire.

35 Cf. Ogilvie, o.c., p. 124 : « The story provides the explanation and justification of the Feriae Latinae », qui fait aussi remarquer l’allitération grandinem [...] glomeratam [...] crebri cedideri caelo, marque, sans doute, de l’origine ancienne (carmen ?) de la notice.

36 Cette explication de la pluie de pierres par la grêle sera d’ailleurs reprise, dans une optique anti-païenne, par Arnobe, 1, 3, 7.

37 On citera évidemment Cicéron : Nonne perspicuum est ex prima admiratione hominum, quod tonitrua iactusque fulminum extimuissent, credidisse ea efficere rerum omnium praepotentem Iouem ? (Div., 2, 18) ; cf. aussi Nat. deor., 3, 16, et Lucr., Nat., 1, 151-154 et 6, 50-55 et 86-91.

38 Liv., 27, 11, 1 : In Albano monte tacta de caelo erant signum Iouis arborque templo propinqua... ; cf. supra p. 135.

39 Cass. Dio, 39, 15 : τò δὲ δὴ θεĩον κεραυνῷ κα’ ἀρχὰς εὐθὺς τοῦ ἐχοµένου ἔτους τò ἄγαλµα τοῦ Διòς τοῦ ἐν τῷ Ἀλβανῷ ἱδρυµένου βαλòν

40 Cass. Dio, 39, 20 ; sur cet épisode, cf. supra p. 48. Comparer avec les données analysées par F. Eredia et G. Fantoni, « Il clima di Monte Cavo », Atti dell’ufficio centrale di Meteorologia, 24, 1, 1909, résumé dans la Meteolog. Zeit., Braunschweig, 1910, 27, p. 273-274, sous le titre « Über das Klima des Monte Cavo bei Rom », publications dont fait état, à leur date, la Bibliographie annuelle des Annales de Géographie.

41 Annoncés dès 1980 in DdA, n.s., 2, 1980, 1, p. 10, et résumés dans le catalogue d’exposition publié sous le titre Ricerca su una comunità del Lazio protostorico, Rome, 1985, p. 16 ; cf. aussi la brève synthèse in Roma e il Lazio..., p. 55 et s. ; les résultats d’un premier sondage effectué dans l’ancien lac de Gabies (Castiglione) ont été exposés par G. Alessio et alii in Geologia Romana, 25, 1986, p. 287 et s. Nous avons utilisé pour les pages qui suivent le bilan publié par A. Segre, in Necropoli Osa, p. 19-22, sous le titre « Geologia tardoolocenica ». Pour une synthèse à l’échelle de l’Europe, cf. A. S. Issar, Climate Changes during the Holocene and their Impact on Hydrological Systems, Cambridge, 2003.

42 O.c., p. 20, avec mention de résultats parallèles concernant le lac de Bolsena. Au total, on estime que les moyennes thermiques en Latium au ixe s. av. J.-C. étaient de 3 ou 4 degrés °C inférieures aux moyennes actuelles : cf. C. Ceretti, in Atlante del Lazio antico, o.c., p. 4.

43 A vrai dire, l’altitude n’est qu’une cause seconde : une hêtraie ne se développe qu’en fonction de « conditions climatiques relativement homogènes et strictes : étés humides, hivers neigeux, températures fraîches mais modérées » (Encyclopedia Universalis, 8, 1970, p. 384, s.v. « Hêtraies ») ; c’est pourquoi l’arbre est très présent dans les plaines de l’Ile-de-France (Fontainebleau) ou de la Normandie ; c’est « le climat méditerranéen [...] qui oblige le hêtre à compenser par l’altitude ses exigences ombro-thermiques » (E. Teissier du Cros et alii, Le Hêtre, Paris, 1981, p. 58). Dans le Latium actuel, on peut fixer les limites altimétriques de l’espèce entre 800 et 1 200 m, celles du chêne se situant entre 300 et 700 m.

44 Cf. Climatologie comparée..., 1849, rééd. Naples, 1986, p. 23, avec le commentaire de B. Hemmerdinger : « On ne saurait suivre Adolphe : ni quand il prétend que certains fagi ne sont pas des fagi, mais des quercus ; ni quand il invente la variété des quercus fagi » (Commentaire à Dureau de La Malle, Naples, 1986, p. 450).

45 Il s’agit de Hist. Plant., 5, 8, 3 : Ἡ δὲ τῶν Λατίνων ἔφυδρος πᾶσα. Kαὶ ἡ μὲν πεδεινὴ δάφνην ἔχει καὶ μυρρίνην καὶ ὀξύην θαυμάστην; voici ce qu’en dit Dureau de La Malle : « N’est-il pas naturel de penser que Théophraste, qui n’avait pas vu les lieux et qui a, sans doute, tiré ses renseignements de quelque voyageur peu éclairé, aura confondu la plaine avec les montagnes et leurs plateaux élevés, et qu’enfin il aura fait croître et vivre dans le même lieu une espèce comme le hêtre, qui exige, sous la latitude de Rome, une altitude de 400 toises, avec les myrtes et les lauriers qui mourraient dans une région au-dessus de 100 toises (200 m), et qui pourtant n’en étaient séparés que par une faible distance. » (Climatologie..., o.c., p. 25). Dans son commentaire à ce passage, S. Amigues (au t. 3 de son éd., Paris, 1993, p. 104) souligne que « le hêtre se rencontre encore parfois en plaine (à 200 m en Toscane) ».

46 Voir par exemple la citation donnée par B. Hemmerdinger, Commentaire..., o.c., p. 451 : « Théophraste et Pline rapportent que les plaines, dans les environs de Rome, étaient couvertes de hêtres. La température moyenne la plus forte par laquelle ces arbres végètent bien ne surpasse pas 10°C. La température moyenne de Rome est maintenant de près de 15,5°C ».

47 Cf. supra p. 77 et s.

48 Niebuhr s’étonne ainsi de n’avoir « jamais entendu parler de cet emissarius » du temps de son séjour romain (Hist. Rom., trad. Golbéry, 1, p. 286, n. 572). Bien qu’il l’assimile à tort avec la « fossa cluilia » et avec la Marrana médiévale, il en a bien vu la fonction : « Dans ce pays l’on n’obtient que de la bien mauvaise eau, par le moyen de puits fort profonds ; mais celle amenée par ce fossé, quoique bourbeuse, était très bienfaisante pour les bestiaux et pour les terres ».

49 Cicéron, Div., 2, 32, 69.

50 Il semble toutefois que ces résultats s’inscrivent dans une tendance générale en Europe, s’il est vrai que les lacs alpins connaissent la même évolution après 900 av. J.-C. : cf. H. H. Lamb, Climate History..., o.c., p. 251.

51 Eus., Chron., 289 Sch. ; voir aussi OGR, 18, 3, avec commentaire et autres références par J. C. Richard, éd.-trad., Paris, 1983, ad loc. (p. 167-168).

52 D.H., A.R.,1, 71, 3 : κεὶ νῦν ἔτι διαλαμπούσης τῆς λίμνης ἐν μέρει τινί ὅταν ὑπονοστήση τò νᾶμα κὰι σταθερòς ὁ βυθòς γένηται, παστιάδων ἐρείπια καὶ ἄλλα οἰκήσεως ἴχνη φαίνεται.. Traduction de V. Fromentin, J. Schnäbelé, 1990, p. 101, légèrement amendée : en effet, le terme νᾶμα (comme l’a rappelé K. F. Smith in A J Ph, 16, 1895, p. 205), désigne plutôt le flux des sources alimentant le lac, que le ressac des eaux de surface, auquel renverrait une expression comme « le flot se retire ».

53 Voir An Inquiry into the Credibility of the Early Roman History, vol. 1, Londres, 1855, p. 375, où l’auteur reproche à Niebuhr d’avoir considéré « that the fairy palace of the wicked king Remulus is to be taken as a proof of a change of level in the waters of the Alban lake » ; en réalité, l’examen du passage incriminé (qu’on trouvera à la p. 279 de la traduction de Golbéry, t. 1, 1830) montre que Lewis fait dire à la Röm. Gesch. ce qu’elle ne dit pas ; car, en écrivant que « au temps de Diodore et de Denys il y eut une grande sécheresse, qui laissa à découvert les débris de vastes édifices, que le peuple prenait pour le palais englouti d’un roi impie », Niebuhr entendait plus souligner la bassesse du niveau premier du lac que l’existence d’une crue aux temps d’Amulius/Remulus, crue qu’en réalité il ne cherche pas à dater. Bien sûr, ce qui est en question, dans les chicanes de Lewis, c’est la possibilité d’une certaine valeur historique de la liste des rois albains, possibilité que Niebuhr n’avait pas totalement écartée : cf. infra p. 808.

54 Par K. F. Smith, « On a legend of the Alban Lake told by Dionysius of Halicarnassus », in A J Ph, 16, 1895, p. 203-210. Ajoutons que cette tradition évoque, entre autres, la légende de la ville d’Archippe engloutie par le lac Fucin : lacu Fucino haustum Marsorum oppidum Archippe (Pl., N.H., 3, 108).

55 Voir, dans le vol. 1 de la Storia d’Italia, publié par R. Romano et C. Vivanti en 1972 (Turin) sous le titre I caratteri originali, la contribution de L. Gambi, « I valori storici dei quadri ambientali », p. 5-60 (partic. p. 12). Les recherches récentes concluent, pour les âges du Bronze et du Fer dans le massif albain, à un climat tempéré mais avec des moyennes annuelles de précipitations en diminution et inférieures aux moyennes actuelles, ce qui a pu entraîner une dégradation du couvert forestier : cf. L. Cattani in Roma città del Lazio, o.c., p. 53 et M. Angle in Lazio e Sabina, 1, 2003, p. 147. Voir cependant supra n. 42.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540