Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Troisième partie. Une forte dépendance face à la conjoncture méditerranéenne

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1L’animation commerciale de Bougie a été incontestablement une source de richesse et de prospérité. En ce sens le développement de la navigation et des échanges avec le monde chrétien a élargi considérablement l’espace économique dans lequel s’insère la ville. L’étude des produits a montré que Bougie est en relation, directement ou indirectement, avec toutes les aires économiques développées du monde alors connu. Mais cette ouverture vers la mer entraîne dans le même temps une dépendance accrue vis-à-vis de ces nouveaux marchés, en raison d’une organisation du commerce qui retire aux acteurs locaux une grande partie de l’initiative.

  • 1 Sh. D. Goitein, « The Unity of the Mediterranean World in the “Middle” Middle Ages », Studia Islam (...)

2Le changement, fondamental par rapport aux périodes précédentes (notamment aghlabide, fatimide et ziride), touche à l’orientation des échanges. Jusqu’alors les relations étaient régulières et intenses entre le Maghreb et l’Orient. Les liens politiques s’étaient déjà depuis longtemps relâchés, mais il existait un espace économique unifié, dont les documents de la Geniza du Caire sont, jusqu’au xie siècle, le reflet le plus éclatant1.

  • 2 C’est le cas également d’al-Andalus. Cf. O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The C (...)
  • 3 M. Gaudefroy-Demombynes, « Une lettre de Saladin au calife almohade », Mélanges René Basset, II, P (...)
  • 4 M. Chapoutot-Remadi, « Les relations entre l’Égypte et l’Ifrīqiya aux xiiie et xive siècles d’aprè (...)
  • 5 Cf. L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orientales, 28, 1975 (...)
  • 6 Cf. R. Arié, « Les relations entre le royaume nasride de Grenade et le Maghreb de 1340 à 1391 », R (...)
  • 7 J.-Cl. Garcin, « Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu dans l’étude de l’Égypte arabe », A (...)

3Si Tunis conserve encore des liens étroits avec l’Orient, Bougie et une grande partie du Maghreb se tournent alors résolument vers la Méditerranée occidentale2. Après la chute des Hammadides, les liens politiques avec l’Orient se distendent ; le refus du calife almohade Ἁbd al-Mu’min de venir en aide à Saladin en 1190 en est un bon témoignage3. Les Mamelouks maintiennent des relations avec Tunis, mais leur rôle dans la vie politique hafside reste épisodique4. Les pèlerinages et les voyages d’études, quant à eux, maintiennent une tradition de relations culturelles et intellectuelles, qui peut se traduire par des migrations plus durables5, mais Bougie est bien davantage influencée par al-Andalus que par Le Caire ou Damas6. C’est cependant surtout sur le plan économique et commercial que les courants se modifient profondément. Désormais Bougie est le plus souvent mise en contact avec le Mashreq par l’intermédiaire des marchands européens, qui vont chercher les produits orientaux pour les revendre ensuite au Maghreb. Dans le même temps, l’Égypte donne une direction plus orientale à son commerce7.

4Cet arrimage économique à l’Europe chrétienne entraîne une dépendance accrue pour Bougie, dépendance partagée par toutes les régions qui participent à ce commerce méditerranéen, mais d’autant plus grande que rapidement les Bougiotes laissent l’initiative aux marchands européens dans le commerce maritime. S’ils restent maîtres des transports terrestres, une partie de l’activité de la ville est désormais liée à l’animation de son port. Dès lors Bougie se trouve dans une position passive face aux demandes des marchés européens. Il en résulte un échange inégal qui est de plus en plus subi. Mais la conséquence la plus importante est la dépendance de Bougie par rapport à une conjoncture beaucoup plus vaste, qui inclut l’Europe du Sud et, au-delà, l’ensemble de la Méditerranée et de l’Europe. Seule la prise en compte d’un double contexte, à la fois maghrébin et méditerranéen, est donc en mesure de nous permettre de suivre et d’expliquer l’évolution de la ville et de sa prospérité entre le xiie et le xve siècle.

Notes

1 Sh. D. Goitein, « The Unity of the Mediterranean World in the “Middle” Middle Ages », Studia Islamica, 12, 1960, p. 29-42.

2 C’est le cas également d’al-Andalus. Cf. O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula, 900-1500, Cambridge, 1994, p. 1-3, 14.

3 M. Gaudefroy-Demombynes, « Une lettre de Saladin au calife almohade », Mélanges René Basset, II, Paris, 1928, p. 284-289. Il faudrait cependant nuancer cette conclusion, car on relève qu’en 1190 aucun contrat génois n’est instrumenté à destination du Maghreb, ce qui pourrait s’expliquer par une fermeture des ports almohades aux chrétiens, ou du moins aux Génois qui participent alors à la 3e croisade. Cf. D. Valérian, « Gênes, l’Afrique et l’Orient : la place du Maghreb dans la politique génoise en Méditerranée (seconde moitié du xiie siècle) », Chemins d’outre-mer. Etudes d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, éd. D. Coulon, C. Otten, P. Pagès, D. Valérian, Paris, 2004, p. 835-837.

4 M. Chapoutot-Remadi, « Les relations entre l’Égypte et l’Ifrīqiya aux xiiie et xive siècles d’après les auteurs mamluks », Actes du premier congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, I, Cahiers du CERES, Série histoire, 1, Tunis, 1979, p. 139-159.

5 Cf. L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orientales, 28, 1975, p. 167-199. Il note cependant que les trois-quarts de ces Occidentaux sont andalous. Il relève la présence de cinq ou six Zawāwī, peut-être originaires de la région de Bougie, ce qui reste limité. On rencontre également des gens originaires de Bougie parmi les élites civiles du Caire à la fin du Moyen Âge, ou à Alep à l’époque ayyūbide, mais leur nombre reste faible. C. F. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, 1981, p. 74-75; A.- M. Eddé, La Principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-658/1260), Stuttgart, 1999, p. 392-394 (qui cite notamment un certain Muḥammad b. Ibrāhīm al-Biğā’ī al-Zawāwī, mort en 683/1285).

6 Cf. R. Arié, « Les relations entre le royaume nasride de Grenade et le Maghreb de 1340 à 1391 », Relaciones de la Península ibérica con el Magreb siglos xiii-xvi. Actas del coloquio (Madrid 17-18 diciembre 1987), dir. M. Garcia Arenal et M. J. Viguera, Madrid, 1988, p. 33 ; O. Petit, « Les relations intellectuelles entre l’Espagne et l’Ifrīqiya aux xiiie et xive siècles », IBLA, 127, 1971, p. 93-121 ; M. Talbi, « Les contacts culturels entre l’Ifrīqiya hafside et le sultanat nasride d’Espagne (1232-1492). Contribution à l’histoire des mentalités », Actas del II coloquio hispano-tunecino de Estudios Históricos, Madrid-Barcelona, 1972, Madrid, 1973, p. 63-90, rééd. Études d’histoire ifriqiyenne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, 1982, p. 263-293.

7 J.-Cl. Garcin, « Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu dans l’étude de l’Égypte arabe », Annales ESC, 35/3-4, 1980, p. 443-449 ; Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley – Los Angeles, I, Economic Foundations, 1967, p. 149.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540