Version classiqueVersion mobile

Forme du savoir, forme de pouvoir

 | 
Jean-Marc Besse

Première partie – Les atlas et la fabrication des territoires

Introduction

Jean-Marc Besse

Texte intégral

  • 1 Paz Soldan 1865 ; Chaumeil – Delgado Estrada 2012.
  • 2 Voir par exemple : Bureau d’études 2015, ou les travaux du collectif antiAtlas des frontières (ant (...)

1La fonction politique des atlas est bien connue. Tout autant que les cartes et les autres instruments visuels mobilisés par les savoirs géographiques, ils ont joué un rôle majeur dans l’exercice du pouvoir économique et politique, dans la fabrication des territoires et dans le développement des imaginaires politiques modernes et contemporains. Car il ne s’agit pas seulement, dans un atlas, de compiler des cartes et des informations géographiques, mais aussi d’élaborer et d’organiser un « récit politique légitime » (voire un contre-récit) au sujet des territoires auxquels s’adresse l’atlas. Ainsi il y a eu une concordance, on le sait, entre la mise en œuvre de la forme-atlas au XIXe siècle et les développements des États-nations, en Europe et au-delà. En France, dès 1790, un projet d’Atlas national est décrété à l’Assemblée nationale, et en 1792 Jean-Baptiste Poirson fait paraître un Atlas national des 83 départements français. Les atlas sont des théâtres qui donnent à voir les territoires de la nation, parce qu’ils en décrivent les formes, les délimitations, les contenus, et leur donnent pour ainsi dire un corps visible. C’est particulièrement le cas aussi pour les pays nouvellement créés à la suite des luttes pour les indépendances. L’Atlas geografico del Peru, publié en 1865 par Mariano Felipe Paz Soldan, et dont l’impact a été considérable sur la construction de l’imaginaire national de ce pays indépendant depuis 1824, en est un exemple entre beaucoup d’autres1. De façon plus générale, c’est dans les atlas que les lecteurs modernes ont appris les découpages nationaux et les hiérarchies politiques à l’échelle internationale, les centres et les périphéries, et qu’ils ont pu suivre la succession des conflits et des revendications identitaires à propos des territoires cartographiés. C’est dans les atlas également qu’ils ont pu également prendre conscience du caractère souvent controversé, voire arbitraire, des limites territoriales et politiques. L’apparition et le développement contemporain des « anti-atlas » sont une illustration exemplaire des enjeux politiques qui s’inscrivent et s’articulent autour de la question de la représentation des territoires au sein des atlas2.

2Cette première partie se concentre donc sur l’analyse des fonctions politiques des atlas à l’époque moderne et contemporaine, ainsi que sur les discours et les projets politiques dont ils se sont fait les porteurs et que d’une certaine manière ils ont incarnés. L’objectif est avant tout de faire apparaître l’efficience de cette forme d’écriture qu’est l’atlas dans la construction des espaces et des identités politiques. Et pour cela on y interroge, en particulier, le rôle des atlas dans les projets d’appropriation, de contrôle et d’administration de territoires à différentes échelles (régionales, nationales et internationales).

3Les questions sont à cet égard multiples. Comment, dans les atlas, les territoires sur lesquels le contrôle politique est établi ou revendiqué sont-ils représentés, notamment dans le cas des atlas nationaux et coloniaux, mais aussi à l’échelle de la province et de la région ? Quelle est la rhétorique politique spécifique mise en œuvre dans les atlas et comment circule-t-elle ? Quels sont leurs objectifs ? Les modèles et les formes qu’ils suivent ? Les revendications qu’ils traduisent ? Portées par quels groupes d’acteurs ?

4Les textes réunis dans cette première partie se confrontent à des échelles territoriales variées, ainsi qu’à des situations et des projets politiques d’ampleurs et de significations différentes. Mais, à ces différentes échelles et dans ces différents contextes (la cartographie des provinces, la représentation de la nation, l’élaboration du projet colonial), il s’agit d’interroger la nature et la forme de la relation politique incarnée dans les atlas et les recueils cartographiques : la domination, la résistance, la convoitise, l’appropriation imaginaire font partie des économies morales mises en œuvre au sein des atlas, que l'on souhaite mettre en relief à cette occasion.

Bibliographie

Bureau d’études 2015 = Bureau d’études, Atlas of agendas. Mapping the power, mapping the commons, Eindhoven, 2015.

Chaumeil – Delgado Estrada 2012 = J.-P. Chaumeil et J. M. Delgado Estrada (ed.), Atlas geografico del Peru por Mariano Felipe Paz Soldan, Lima, 2012.

Paz Soldan 1865 = M. F. Paz Soldan, Atlas geografico del Peru, publicado a expensas des Gobierno Peruano…, Paris, 1865.

Notes

1 Paz Soldan 1865 ; Chaumeil – Delgado Estrada 2012.

2 Voir par exemple : Bureau d’études 2015, ou les travaux du collectif antiAtlas des frontières (antiatlas.net).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search