Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Deuxième partie. Bougie, port Méditerranéen

Chapitre 3. La mer source de profits. La piraterie

Texte intégral

  • 1 Cf. infra, p. 451-458, et M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée, xiiie-xive (...)

1Il existe diverses manières d’aborder la question de la piraterie. La plus répandue, imprégnée de considérations morales, la traite comme un dérèglement des relations politiques entre les deux rives de la Méditerranée qui seraient, en temps normal, pacifiques. Le problème de cette approche tient précisément dans ce dernier postulat. En effet, l’état naturel de ces relations entre chrétiens et musulmans au Moyen Âge est, au contraire, un état de guerre, interrompu par des trêves toujours provisoires. En outre, la piraterie est loin d’être considérée comme une action moralement condamnable à cette époque, à condition pour le pirate de choisir ses cibles et de ne pas attaquer des gens en paix. Cette activité est donc licite et réglementée par des usages et des accords que l’on doit respecter. Dans ce cadre, elle est en principe qualifiée de course, même si la frontière entre course « réglementée » et piraterie « sauvage » reste souvent floue dans la pratique1.

2Il faut donc étudier cette pratique, au même titre que le commerce, comme une source de profits pour la ville. La différence cependant avec l’activité marchande pacifique est qu’elle entretient un climat de violence qui peut avoir des conséquences négatives sur la prospérité générale de la région.

I – LE DÉVELOPPEMENT DE LA PIRATERIE BOUGIOTE

  • 2 Muqaddima, trad. p. 522.

3La piraterie est une activité persistante en Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne. Pendant longtemps la domination de l’Islam sur mer en a laissé le monopole aux flottes musulmanes. Ibn Khaldūn peut alors affirmer que « les chrétiens n’y pouvaient pas même faire flotter des planches2 ». Cette tradition se maintient aux derniers siècles du Moyen Âge, mais la mer est désormais partagée et les bateaux musulmans doivent compter avec les flottes italiennes ou catalanes. Bougie, avec d’autres ports du Maghreb, a été une des bases de cette piraterie, qui a cependant connu des développements variables selon les époques. Elle ne devient en effet vraiment importante que dans la seconde moitié du xive siècle et décroît au cours du siècle suivant.

1) Une activité limitée jusqu’au deuxième tiers du xive siècle

4Il faut attendre trois siècles pour que Bougie devienne véritablement un grand centre de piraterie en Méditerranée occidentale. Jusqu’au deuxième tiers du xive siècle, les cas restent en effet rares et isolés.

  • 3 Al-Idrīsī, trad. p. 173.
  • 4 Il est possible que les rois normands aient passé des accords de paix avec les Hammadides. A. Nef, (...)
  • 5 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973, p. 324.
  • 6 Chaque galère gagna dans l’aventure 700 livres. AG, I, p. 28, trad. p. 86.
  • 7 AG, III, p. 162.
  • 8 M. Balard, « Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du xiiie siècle », Mélanges (...)
  • 9 ASG, min. 79, f. 57v (19/2/1274).
  • 10 ASG, not. ign., busta 22, fr. 1, cité par Balard, « Remarques », art. cité, p. 641.

5Aux xiie et xiiie siècles ce sont plutôt les flottes chrétiennes qui s’illustrent par leurs razzias contre les côtes du Maghreb. Les flottes normandes ont souvent attaqué les côtes d’Ifrīqiya, notamment le port proche de Jijel3, mais jamais ne se sont risquées à s’en prendre à Bougie4. En revanche, leur présence dans les eaux du Maghreb oriental a beaucoup perturbé la navigation dans cette région. Dans une lettre de 1140, un marchand juif de Fustāt écrit qu’au voyage aller il a vu la flotte normande se diriger vers l’Ifrīqiya et que désormais il ne peut rejoindre directement Alexandrie, sans doute en raison de l’insécurité que provoque cette présence sicilienne sur le littoral5. De même, les chroniques génoises célèbrent ces actions pirates comme les hauts faits de la lutte contre l’infidèle, tout en soulignant également l’importance du butin rapporté. En 1136, douze galées lancent un raid contre Bougie et s’emparent d’une grande nave, avec à son bord de nombreux musulmans, qu’ils portent à Gênes6. L’audace des pirates génois les pousse même à attaquer en 1245, dans le port même de Bougie, une nave pisane chargée de marchandises, brûlant par ailleurs plusieurs linhs ennemis à l’ancre devant la ville7. Le résultat de ces actions de piraterie est la présence de captifs musulmans dans les États chrétiens. À Gênes, au xiiie siècle, les esclaves sarrasins sont nombreux. Ce sont surtout des Andalous, capturés au cours des opérations militaires de la Reconquista, mais on rencontre également des Maghrébins8. En 1274 par exemple Giovannina, esclave baptisée originaire de Bougie, est vendue à Gênes pour 13 livres à un citoyen de Tarragone9et en 1267 Ali, fils d’Ahmed de Bougie, naît esclave à Gênes10.

  • 11 Al-Idrīsī, trad. p. 173.
  • 12 Cronica varia pisana, Milan, 1725 (Rerum Italicarum. Scriptores, 6), col. 178.

6La piraterie chrétienne est suffisamment dangereuse pour provoquer des réactions chez les populations littorales. Al-Idrīsī rapporte ainsi que les habitants de Jijel se réfugient dans les montagnes en été, au moment de la saison de navigation11. Cette crainte est confirmée par un incident survenu en 1166, lorsqu’une galère pisane est jetée par la tempête sur les côtes de Jijel. Une partie de l’équipage est massacrée par les habitants, qui les ont pris pour des pirates, et les survivants sont capturés et menés à Bougie12.

  • 13 Éd. L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations d (...)
  • 14 Chronica Monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (Monumenta Germaniae Historica, Scri (...)
  • 15 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262). Il est autorisé par Jacques le Conquérant à se dédomma (...)
  • 16 Al-Ġubrīnī, p. 76. Il ajoute qu’il en est toujours ainsi à son époque (à la fin du xiiie siècle).
  • 17 Archivo de la Catedral de Barcelona, Cartes reales 52-2, perg. (novembre 1178), éd. M. T. Ferrer i (...)
  • 18 ASG, min. 10, f. 41v (15/7/1288). Devant un notaire à Gênes, Ansaldo de Modulo reconnaît à Oberto d (...)
  • 19 Étudiant les testaments génois entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle, Steven A. Epst (...)

7Cela ne signifie pas pour autant que la piraterie n’existe pas à Bougie aux xiie et xiiie siècles. Déjà en 1076 le pape Grégoire VII envoie une lettre à l’émir hammadide al-Nāsir, évoquant la présence de captifs chrétiens à Bougie13. Un peu plus tard, la Chronique du Mont Cassin rapporte qu’en 1114 des moines de l’abbaye, revenant de Sardaigne en Sicile, furent capturés par des pirates et conduits en Afrique. L’abbé envoie alors des hommes traiter de leur rachat, mais c’est finalement le comte Roger de Sicile qui intervient auprès du Hammadide al-’Azīz et parvient à faire libérer les moines14. En 1263 c’est le Barcelonais Pere Ferrer qui est attaqué par des Bougiotes dans le port de Stora15. De même, al-Gubrīnī raconte, à propos de la prise de la ville par les Banū Gāniya en 1185, que Bougie était à cette époque un point de départ d’expéditions (ġazā) vers le pays des Rūm et qu’on y trouvait de nombreux captifs16. Quelques documents confirment la présence de ces derniers à Bougie. En 1178 le roi Alphonse d’Aragon donne à Bernat Marcus et à ses successeurs licence de négocier le rachat de musulmans captifs dans ses terres et de les porter avec sa nave à Bougie, Ceuta ou autres terres sarrasines, où ils pourront racheter des chrétiens17. De même, en 1288, Simone fils d’Ansaldo de Modulo prête à Bougie à Giovannino, frère du lainier Oberto de Garibaldo, treize doubles pour son rachat18. Mais ces cas restent cependant encore rares19.

  • 20 ARM, Reales cedulas, vol. 1, f. 25 (19/2/1303), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernan (...)
  • 21 ARM, RP, compte de 1312, f. 17, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 980bis.
  • 22 ARM, Codice Sant Pere, f. 19 (27/5/1316, copie du xve siècle), éd. J. Vich i Salom, J. Muntaner y B (...)
  • 23 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 233v-234r (1/4/1316), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n°1202. Le r (...)
  • 24 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 11v-12 (19/1/1312), 22v-23r (c. février-mars 1312), 21-22 (26/4/131 (...)
  • 25 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 122v-123 (19/9/1313), 149r (14/10/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. (...)
  • 26 « Honra noble e amat Mazohar senage, regrador de Bugia ». Il s’agit du chef des Ṣanhāğa Ya’qūb b. Ḫ (...)
  • 27 ACA, C., Rg. 149, f. 185v (3/5/1312), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 958.
  • 28 ACA, CRD, Jaime II, caja 99, extra series, n° 728 (c. août 1314), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., (...)

8Ce n’est qu’au début du xive siècle que la piraterie bougiote devient plus présente dans la documentation. En 1303 une captive chrétienne parvient à fuir le port avec son enfant et à rejoindre Majorque20. En 1312 le roi Sanche de Majorque participe au règlement de la rançon d’un de ses sujets retenu à Bougie21et en 1316 il demande à son gouverneur dans l’île d’organiser une escadre pour se défendre des pirates, tant musulmans que chrétiens, et fixe à soixante milles la zone à protéger « en direction de Bougie »22. Peut-être s’agit-il d’une mesure répondant à une attaque dans les eaux d’Ibiza quelque temps auparavant23. Les autres cas de piraterie signalés au cours de ces années-là montrent cependant un rayon d’action plus limité : en 1312 un navire transportant des ambassadeurs est attaqué dans le port de Bougie, par une galée de Ceuta et des Bougiotes24, et en 1313 des pirates bougiotes s’emparent de la barca de Bernat d’Armentera dans le port de Collo25. Le même climat d’hostilité se rencontre avec les sujets du roi d’Aragon. En 1312 Jacques II d’Aragon réclame au gouverneur de Bougie26la libération d’un de ses sujets, Ramon Genestos, capturé au cours du règne d’Abūl Baqā’, alors que la paix régnait entre les deux États27, et deux ans plus tard quarante sujets de la Couronne captifs à Bougie font part au roi de leur déception devant l’échec de la ratification de la paix28.

  • 29 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 28 (24/11/1319), éd. Ibid., n° 1356.
  • 30 ARM, Gobernació, 4389, f. 30r bis (1331), cité par M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magr (...)
  • 31 ACA, C., Rg. 592, f. 26v-27r (18/5/1337).
  • 32 ARM, LLC, 1, f. 243r (11/2/1339), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 714.
  • 33 ARM, RP 3766, f. 138r (3/10/1318).
  • 34 ACA, Monacales 1276, f. 5r-6r, cité par J. W. Brodman, Ransoming Captives in Crusader Spain. The Or (...)
  • 35 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 75v-76r (25/9/1320), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1402.
  • 36 ARM, RP, Dades, vol. IVbis (livre de Pere Burgues), f. 88r-v (octobre 1320février 1321), éd. Ibid., (...)
  • 37 Éd. A. de Capmany y Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua (...)
  • 38 ACA, C., Rg. 886, f. 221r (12/4/1348).
  • 39 C’est le cas des Marseillais emprisonnés en 1314 alors qu’ils s’apprêtaient à reprendre la mer. On (...)
  • 40 ACA, C., Rg. 466, f. 8r-v (5/7/1334). Le roi d’Aragon écrit alors au sultan du Maroc pour lui deman (...)

9Jusque dans les années 1360, les mentions de piraterie bougiote restent cependant assez rares, même si elles montrent que cette activité persiste. En 1319 le roi Sanche de Majorque autorise Francesc de Claper, victime de pirates de Bougie (per regem Bugie seu gentes suas), à obtenir réparation29. En juin 1331 un linh bougiote poursuit la barca du Majorquin Guillem Albesa dans les environs de Collo30. En 1337 un marchand de Valence, venu commercer à Bougie, est attaqué et capturé avec sa barca par le linh armé d’un sujet de l’émir de Bougie et on prie ce dernier de le libérer31. Deux ans plus tard un autre linh de Bougie capture le navire du Majorquin Ramon Noguera32. De même, régulièrement, des chrétiens sont soustraits à leur captivité. En 1318 deux Majorquins remboursent au roi 3 livres 10 sous, somme qui leur a été avancée pour leur rachat33. En 1320 le commandeur Berenguer d’Hostoles, des Mercédaires de Gérone, donne 100 sous à Guillem de Petra, pour l’aider à payer la rançon de son fils, pris avec d’autres compagnons et retenu à Bougie34 ; la même année les autorités de Majorque négocient l’échange de quarante-huit musulmans contre dix captifs chrétiens de Bougie35. Mais si l’on regarde la répartition des 100 livres accordées par le roi de Majorque pour le rachat de vingt-sept captifs pauvres, entre octobre 1320 et février 1321, on ne trouve qu’un cas pour Bougie, alors que 21 sont rachetés à Ceuta36. Entre 1325 et 1367, deux rachats seulement sont attestés : un patron de linh barcelonais en 132637et des gens de Murcie en 134838. Jusqu’en 1370 environ les captifs sont donc rares à Bougie et ils ne sont d’ailleurs pas tous le résultat des activités de pirates locaux. Dans bien des cas ce sont des marchands présents en ville et emprisonnés par le sultan ou son représentant afin de faire pression sur les puissances européennes39. Parfois ils y sont amenés et vendus par des pirates d’autres ports musulmans, comme en 1334 lorsqu’un linh armé de Ceuta s’empare de deux navires catalans, qu’il porte à Bougie40.

  • 41 Les cas de piraterie visibles dans les années 1310 ne prennent du relief qu’en raison des trêves si (...)
  • 42 A. Díaz Borrás, Los orígenes de la piratería islámica en Valencia : la ofensiva musulmana trecentis (...)

10Le changement, au début du xive siècle, n’est donc pas brutal41et pendant plus d’un demi-siècle les actions des pirates bougiotes demeurent isolées, sans commune mesure avec la menace chrétienne de l’époque, notamment catalane42.

2) Bougie, port de course : dernier quart du xive – premier quart du xve siècle

  • 43 Berbères, III, p. 117. Cette partie du texte a dû être écrite vers 796/1393-4, puisque quelques pag (...)

11La situation change à partir du milieu des années 1360, comme en témoigne Ibn Khaldūn : « Un grand nombre de musulmans, habitants du littoral de l’Ifrīqiya, entreprit alors d’attaquer ces contrées, et l’habitude de faire la course contre les chrétiens s’établit à Bougie, il y a une trentaine d’années43 ». Mais ce n’est véritablement qu’à partir des années 1370 que les documents sur la piraterie bougiote se multiplient. Trois séries de données concordent pour délimiter une période de crise allant du dernier quart du xive au premier quart du xve siècle : les avis de présence de pirates bougiotes dans les eaux chrétiennes, les missions des ordres de rédempteurs et les rachats individuels de captifs.

  • 44 AMV, Claveria Comuna. Manuel d’Albarans i Censals, I-3, f. 52r (22/4/1370).
  • 45 Id., I-5, f. 2r (29/5/1371). Majorque prévient également Valence du même danger. Id. (2/6/1371).
  • 46 ARM, LLC, 42, f. 154r (2/10/1376), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 725.
  • 47 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).
  • 48 Rumeurs d’armement à Bougie d’une galère et de 2 galiotes. ARM, LLC, 45, f. 62v (27/8/1380), cité p (...)
  • 49 AMV, Claveria Comuna. Manuel d’Albarans i Censals, I-12, f. 43r (14/5/ 1382). Une rumeur circule à (...)
  • 50 AMV, LLM, g3-5, f. 188v (23/5/1393), cité par E. Vidal Beltran, Valencia en la época de Juan I, Val (...)
  • 51 ARM, LLC, 69, f. 120r (9/6/1396), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 726.
  • 52 ACA, C., Rg. 2357, f. 111v-112r (19/4/1398). On recommande aux Majorquins la plus grande vigilance (...)
  • 53 ARM, AH 77, f. 90 (26/5/1400), éd. P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, Doctorat de tr (...)
  • 54 AHCB, Cartas Comunas Originals, 1406-9, f. 74 (16/4/1407), cité par N. Coll Julià, « Aspectos del c (...)
  • 55 AMV, LLM, g3-10, f. 94r (9/1/1411). On apprend à Valence par une lettre des jurats de Carthagène qu (...)

12Les cas de prises de bateaux et les avis de présence dans les eaux chrétiennes d’escadres pirates se multiplient en effet dans ces années-là. En 1370 les jurats de Majorque préviennent Valence de la présence d’une galiote de moros de Bougie dans la région44. L’année suivante Valence est prévenue à nouveau, par les jurats et les prud’hommes d’Ibiza, de la menace d’une galiote de Bougie45. En 1376 la nouvelle arrive à Majorque de l’armement à Bougie de diverses embarcations46et l’année suivante le roi d’Aragon informe le gouverneur de Majorque que l’amiral de Bougie a fait armer sept galères et galiotes de vingt-deux bancs et autres fustes à rames, dans le but de venir dans les eaux du royaume47. De telles alertes se renouvellent à intervalles rapprochés en 138048, 138249, 139350, 139651, 139852, 140053, 140754et 141155. On trouve d’autres cas de navires musulmans, sans origine précise, mais Bougie est la seule ville clairement identifiée à ce moment comme une base de pirates. Les comptages d’Andrés Díaz Borrás à partir des archives de Valence montrent bien le développement croissant de cette activité :

  • 56 D’après Díaz Borrás, Los orígenes, op. cit., p. 78. Cf. également A. Díaz Borrás, R. Cariñena Balag (...)

Tableau 12. AVIS DE PRÉSENCE DE PIRATES MUSULMANS À VALENCE (1350-1399)56

Tableau 12. AVIS DE PRÉSENCE DE PIRATES MUSULMANS À VALENCE (1350-1399)56
  • 57 En 1403 est créé à Gênes un organisme chargé du rachat des captifs, l’Office de la Miséricorde. G. (...)

13Les missions de rédemption envoyées à Bougie par les Trinitaires et Mercédaires, ou par l’Office de la Misericordia de Gênes57, sont également un bon témoignage de cette crise.

Tableau 13. MISSIONS DE RACHATS DE CAPTIFS À BOUGIE (1370-1425)

Tableau 13. MISSIONS DE RACHATS DE CAPTIFS À BOUGIE (1370-1425)
  • 58 ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r.
  • 59 Le pape Clément VII concède des indulgences aux personnes ayant contribué au rachat de deux francis (...)
  • 60 ACA, C., Rg. 1438, f. 161r.
  • 61 ARM, LLC, 419, f. 3r, éd. P. A. Sancho, « La redención de cautivos por los frailes Trinitarios », B (...)
  • 62 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Clero, carp. 122, n°14, cité par Brodman, Ransoming captives, (...)
  • 63 ARM, LLC, 74, f. 100v (11/7/1398), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 724.
  • 64 ADBR, 351E 79, [f. 33v].
  • 65 G. Tellez, Historia general de la Orden de Nuestra Señora de las Mercedes, cité par M. T. Ferrer i (...)
  • 66 ACA, C., Rg. 2246, f. 65r-v, éd. D. Girona Llagostera, Itinerari del rei Marti (1396-1410), Barcelo (...)

Note58
Note59
Note60
Note61
Note62
Note63
Note64
Note65
Note66

  • 67 Les galères corsaires castillanes du comte Pere Niño abordent dans le golfe de Bougie une galiote d (...)
  • 68 ARM, AH 140, f. 52v, éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 518. Le gouverneur de Majorque (...)
  • 69 ARM, AH 91, f. 96, éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 532.
  • 70 ASG, AS, 508, n° 572. Ambrogio Spinola est chargé par l’Office de la Misericordia de traiter la lib (...)
  • 71 ASG, AS, 509, n° 75. Giovanni di Lorvaria envoyé racheter des captifs dans le royaume de Tunis.
  • 72 ASG, AS, Litterarum, Rg. 2, f. 354, n° 863, cité par N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’ (...)

Note67
Note68
Note69
Note70
Note71
Note72

14Ces missions sont donc concentrées principalement dans le dernier quart du xive et le premier quart du xve siècle.

15Mais au-delà de ces missions officielles de rachats collectifs, un très grand nombre de documents montre des rachats individuels et privés. Il peut s’agir de contrats de notaires liés à l’intervention d’un marchand dans la transaction, de documents publics montrant l’aide financière apportée par un roi ou une ville, ou d’autorisations d’aumônes. Enfin les testaments, qui contiennent souvent des dons pour le rachat des captifs, précisent parfois le nom de la personne à racheter et son lieu de détention.

  • 73 Ils ne constituent bien sûr qu’une petite partie de l’ensemble, car n’apparaissent que ceux ayant p (...)

16Le tableau suivant présente, par périodes décennales, le nombre de captifs retenus ou libérés à Bougie73 :

Tableau 14. NOMBRE DE CAPTIFS DÉTENUS À BOUGIE (1370-1479)

Tableau 14. NOMBRE DE CAPTIFS DÉTENUS À BOUGIE (1370-1479)
  • 74 Les captifs n’apparaissent en fait qu’à partir de l’année 1378, dans la documentation de Pise, Mars (...)
  • 75 Sur les 24 captifs de cette décennie, 22 ont été pris sur une barca génoise en 1430. ASG, AS, 1779, (...)

Note74
Note75

  • 76 Henri Bresc, pour la Sicile, constate également que la menace hafside devient préoccupante à partir (...)

17Une tendance se dégage clairement : alors que dans les soixante-dix premières années du xive siècle les cas de captivité à Bougie sont épisodiques, à partir de la fin des années 1370 on constate une hausse sensible et constante du nombre de cas, jusqu’au début du xve siècle. Cela confirme ce que nous montraient la chronologie des grandes missions de rédempteurs et les avis de navires pirates dans les eaux chrétiennes. C’est donc incontestablement dans les années 1375-1425 que la piraterie bougiote est la plus active76.

  • 77 ACA, C., Rg. 2242, f. 136v (17/4/1399).
  • 78 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 162.

18Un document de la chancellerie de la Couronne d’Aragon, daté de 1399, affirme que les chrétiens détenus dans le sultanat de Tunis sont au nombre de 150077. Ce chiffre, difficile à vérifier, englobe toutes les villes susceptibles d’abriter des captifs chrétiens (Tunis, Bône, Collo, Constantine et Alger). Mais s’il est sans doute exagéré, pour des raisons de négociations78, il n’est pas totalement invraisemblable compte tenu du pic constaté à la fin du xive siècle.

19Les sources convergent donc pour donner l’image d’un développement général de la piraterie en Méditerranée occidentale, qui commence vers 1360-1370 et se poursuit pendant une période couvrant entre cinquante et soixante-quinze ans.

  • 79 A. Díaz Borrás, « Atención valenciana a la redención de cautivos cristianos », Estudis castellonens (...)
  • 80 Ferrer i Mallol, « La redempcio de captius », art. cité, p. 259.
  • 81 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., op. cit., p. 720 et tableau p. 716-719.
  • 82 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 352-353.
  • 83 Ils représentent encore 43 % des captifs pour la décennie 1410-1419 et 38 % pour la décennie suivan (...)
  • 84 Bougie 15 cas (35,71 %), Grenade 12 (28,57 %), Bône 5 (11,9 %), Tunis et Alger 3 (7,14 %), Dellys e (...)

20L’étude des lieux de captivité montre que durant ces années Bougie est la principale base de piraterie au Maghreb. Pour cela nous disposons des dépouillements effectués par Andrés Díaz Borrás dans les registres des Llettres Missives des Archives municipales de Valence, qui enregistrent les dons accordés pour aider aux rachats de captifs79, des calculs de Maria Teresa Ferrer i Mallol à partir des fonds barcelonais80et de ceux de María Dolores López Pérez pour Barcelone et Majorque81. Entre 1375 et 1399, sur 66 dons de la ville de Valence, un tiers (31,8 %) est destiné à racheter des captifs retenus à Bougie. Un autre tiers (33 %) est accordé aux Valenciens prisonniers à Tlemcen (c’est-à-dire sans doute dans le sultanat abdelwadide). Le reste se répartit entre Bône (six captifs), Constantine (trois), Tunis (un), Alger (un) et des villes du sultanat de Grenade82. Pendant la première décennie du xve siècle, la moitié des captifs valenciens présents au Maghreb sont détenus à Bougie83. Les dépouillements de María Dolores López Pérez donnent des résultats sensiblement identiques pour la période 1381-1413 : sur un total de 87 captifs, 39 sont retenus à Bougie (soit 46,06 %), 21 à Bône (23,59 %), 10 à Tunis (11,23 %), 8 à Constantine (8,98 %), mais seulement deux (2,24 %) dans le royaume de Tlemcen, à Hunayn ou Alger, et un à Ténès, dans le royaume de Fès et en « Barbarie ». On relève toujours la prépondérance de Bougie au cours de ces années, même si ce comptage montre une part moins importante de Tlemcen. Enfin on obtient les mêmes conclusions à partir des demandes d’autorisation d’aumônes accordées par le roi d’Aragon à des captifs ou à leurs familles entre 1371 et 141084.

3) Le recul après 1430

  • 85 92 % des avis de pirates entre 1370 et 1379, 95 % entre 1380 et 1389, 87,5 % entre 1390 et 1399, 85 (...)
  • 86 48 % (1430-1439), 32,5 % (1440-1449), 27 % (1450-1459), 14 % (1460-1469), 33 % (1470-1479), 35 % (1 (...)
  • 87 On trouve de nombreux cas dans les registres de délibérations du Sénat de Venise et dans les fonds (...)

21À partir du deuxième quart du xve siècle l’activité pirate de Bougie diminue. Le phénomène est d’ailleurs général pour le Maghreb, même s’il se manifeste inégalement. Les mentions de captifs se font moins nombreuses, de même que les rachats individuels. Les pirates musulmans deviennent progressivement minoritaires par rapport aux chrétiens au large des côtes de la Péninsule ibérique. Ils représentent encore une part importante des avis jusqu’en 143085, mais après cette date leur place ne cesse de décroître86au profit essentiellement des Génois. On ferait le même constat à partir des archives génoises ou vénitiennes du xve siècle, où abondent les documents liés à la piraterie chrétienne (et notamment catalane) alors que les musulmans apparaissent très peu87.

  • 88 À partir des chiffres de Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., p. 197-215, 227-236 (dépo (...)

22Cela ne signifie pas que le problème a totalement disparu. La correspondance diplomatique entre le sultan de Tunis et Gênes, Barcelone ou Venise continue à montrer l’activité des pirates maghrébins. Mais Bougie n’est plus alors la grande ville de pirates et de captifs qu’elle était au cours de la période précédente. Elle laisse peu à peu la place à Alger, qui devient la principale base pirate en Afrique du Nord. L’analyse des lieux de captivité de captifs valenciens entre 1400 et 1479 montre clairement ce déplacement à partir des années 143088.

Tableau 15. LIEUX DE DÉTENTION DES CAPTIFS VALENCIENS AU MAGHREB (1400-1479)

Tableau 15. LIEUX DE DÉTENTION DES CAPTIFS VALENCIENS AU MAGHREB (1400-1479)

23Bougie reste au début du siècle le grand lieu de captivité du Maghreb pour les chrétiens. Sans doute y trouve-t-on encore de nombreuses personnes razziées lors du sac de Torreblanca en 1397 et qui n’ont pu encore se racheter. À partir de la décennie 1440 Bougie est dépassée par Alger, tout en restant avec Tunis un port important pour le rachat des captifs chrétiens. Le recul de l’activité observé à Bougie à partir du deuxième tiers du xve siècle est donc presque contemporain de l’essor d’Alger comme port de piraterie.

  • 89 E. Esin, « La description des côtes algériennes de Pîrî Re’îs », Studies on Turkish-Arab relations, (...)
  • 90 Pīrī Reis, trad. S. Soucek, « Tunisia in the “Kitab-ı bahriye” by Pīrī Reis », Archivum Ottomanicum(...)
  • 91 Léon l’Africain, p. 360-361.
  • 92 Al-Marīnī, p. 249-250.

24Bougie retrouve cependant un rôle de base pirate à la fin du siècle, avec l’arrivée de Turcs comme Pīrī Reis. Celui-ci est encore adolescent lorsqu’il accompagne son oncle le corsaire Kemāl Reis, envoyé en 1487 par le sultan Bayazid II à la tête d’une flotte au secours de Grenade. Il participe aux actions de course de son oncle et s’établit avec lui pendant deux ans à Bougie, qui devient la base de leurs opérations en Méditerranée occidentale89. Mais l’installation des pirates turcs est tardive, puisque Pīrī Reis raconte qu’avant eux aucun Turc n’était venu à Bougie90. Léon l’Africain souligne également le grand nombre de fustes qui partaient du port pour piller les côtes d’Espagne et présente d’ailleurs l’expédition espagnole de 1510 comme une réaction à la piraterie91. Cela est confirmé par le texte d’al-Marīnī, qui parle de nombreux Bougiotes partis en course pour attaquer les chrétiens après la chute de Grenade92.

25La piraterie bougiote est donc active tout au long de notre période, mais n’a pas toujours le même dynamisme. Dans une première phase elle est un phénomène encore marginal et épisodique. À partir du dernier quart du xive siècle, le port devient un véritable nid de pirates et un des principaux centres de détention de captifs chrétiens au Maghreb. Cette phase, dont Ibn Khaldūn est le témoin à la fin du siècle, ne dure cependant qu’une cinquantaine d’années. Dès 1425 environ, le mouvement faiblit, sans jamais totalement disparaître, alors qu’Alger prend peu à peu le relais.

II – L’ORGANISATION DE LA PIRATERIE

26Loin d’être marginale et cachée, la piraterie est une activité essentielle de la ville, du moins à l’époque de son plus grand développement. Elle mobilise des hommes nombreux, dont le profil est cependant difficile à cerner, et se traduit par le développement d’une flotte importante à même de mener des opérations dans une grande partie de la Méditerranée occidentale, souvent loin de Bougie. Cette importance du phénomène invite à s’interroger sur l’implication éventuelle du pouvoir et sur l’existence d’une « course » bougiote.

1) Les acteurs de la piraterie

  • 93Ibar, VI, p. 903 ; Berbères, III, p. 117 (trad. modifiée).

27Le texte le plus précieux pour connaître cette organisation est la description qu’en donne Ibn Khaldūn, pour les années 1360 : « La course se fait de la manière suivante : un groupe de corsaires plus ou moins nombreux s’organise ; ils construisent un navire et choisissent pour le monter des hommes d’une bravoure éprouvée. Ces guerriers vont faire des descentes sur les côtes et les îles habitées par les Francs ; ils y arrivent à l’improviste et enlèvent tout ce qui leur tombe sous la main ; ils attaquent aussi les navires des infidèles, s’en emparent très souvent et rentrent chez eux, chargés de butin et de prisonniers93 ». Ibn Khaldūn présente donc la piraterie comme une véritable entreprise économique, qui doit rapporter un bénéfice. Les premiers profits, souvent importants, pouvaient financer d’autres campagnes, les prises de navires en particulier augmentant la capacité maritime des flottes bougiotes.

  • 94 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 60r-68r.

28L’identité des pirates nous est cependant mal connue. Ils ne sortent de l’anonymat que lorsqu’ils sont capturés et jugés en Europe. La documentation valencienne est pour cela très précieuse. Lorsque quelqu’un voulait vendre un captif, il devait au préalable demander que sa prise soit considérée comme licite. Le musulman était donc présenté devant le Bailli général, qui l’interrogeait sur son identité, son origine, et les conditions de sa capture. Pour être déclaré de « bonne guerre » il fallait qu’il soit originaire d’un pays n’ayant pas d’accord de paix avec le royaume d’Aragon, ou qu’il se soit livré lui-même à des actes de piraterie. On comprend cependant, étant donné l’enjeu, que dans leurs déclarations les musulmans fassent assez peu état de leur métier de pirate. Par ailleurs, certaines embarcations se livraient simplement à un honnête commerce, comme en témoignent les cargaisons de marchandises saisies. Malgré tout, ces « confessions de Sarrasins » sont une source précieuse pour connaître l’équipage des bateaux pirates. Ainsi en 1423 le Valencien Francesch de Bellvis, caballer et patron de galère armée, présente plusieurs musulmans pris en mer de Sardaigne sur une galiote bougiote de vingt bancs94. Les captifs confessent qu’ils étaient partis neuf mois et demi auparavant, dans le but d’attaquer les chrétiens, même si, disent-ils, ils n’avaient pas eu le temps d’en capturer.

Tableau 16. ÉQUIPAGE D’UNE GALIOTE BOUGIOTE CAPTURÉE EN 1423

Tableau 16. ÉQUIPAGE D’UNE GALIOTE BOUGIOTE CAPTURÉE EN 1423
  • 95 Le canelador, ou canelator, a pour fonction d’alimenter le métier à tisser en fil de trame, c’est-à (...)
  • 96 Ce mot n’est pas clair dans ce contexte. Celui-ci s’occupe des bêtes d’un alcayd de Bougie. José Hi (...)
  • 97 « Pensana de besties ». Peut-être s’agit-il d’un berger.

Note95
Note96
Note97

  • 98 Il est vraisemblable que lorsqu’un captif donne son origine, il indique le plus souvent la ville pr (...)
  • 99 Voir aussi en 1409 une « barca armada » partie d’Alger et capturée. Dans son équipage se trouve Ali (...)
  • 100 La moyenne d’âge est de 27,4 ans.
  • 101 On peut penser que les captifs ne cherchent pas à dissimuler l’existence de proches qui seuls pouva (...)
  • 102 Cela peut aussi résulter d’une volonté de protéger leur chef qui, s’il avait été identifié, aurait (...)
  • 103 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 112r (4/3/1424).

29La plupart des prisonniers sont de Bougie, port d’origine de la galiote, ou de sa région98. Mais certains sont de Tunis, de Constantine, du sultanat de Tlemcen (Mostaganem, Miliana), et d’al-Andalus (Malaga). L’un d’eux est même originaire de Turquie et est arrivé à Bougie par voie de terre99. Ce sont des hommes jeunes puisque, mis à part deux hommes de 40 et 50 ans, tous ont entre 18 et 30 ans100, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu de la nature de leur tâche. Plus intéressante est leur situation familiale. Sans doute en prévision d’un possible rachat, le Bailli demandait si le captif avait des parents au Maghreb. Si certains conservent encore leur père ou leur mère, aucun n’a de femme ni d’enfant. Certains même avouent n’avoir pas du tout de famille101. L’analyse des métiers doit être faite avec prudence. Aucun de ces hommes n’avoue être un pirate de profession, ni même un marin (ce qui reviendrait au même). Mais cela n’a rien de surprenant, car aucun n’avait intérêt à une telle confession. Faut-il en déduire pour autant que les métiers qu’ils avouent sont de pure invention ? Ce n’est pas évident, car la piraterie est une activité qui n’occupe pas nécessairement toute l’année. Elle peut constituer un complément occasionnel pour des hommes qui exercent un autre métier par ailleurs. Mis à part le Turc, qui est un homme d’armes professionnel, tous les autres avouent des professions très banales et toujours modestes : marchands de détail, ouvriers (labrador) ou artisans du textile. On ignore tout malheureusement du capitaine du navire, un certain Abrafim Abenamar, qui est mort au cours de l’assaut – c’est du moins ce qu’affirment les survivants de l’attaque102. En 1424 on a la mention d’un chérif Benaziza de Bougie, qui arme une fuste de quatorze rames et est peut-être un notable de la ville103. Mais il est difficile d’aller au-delà des suppositions.

  • 104 Id., f. 25v-28r (1420).

30Un de ces personnages nous est cependant connu avec un peu plus de précision. En 1420 Jaume Riera présente devant le Bailli de Valence Amet Benamet, qu’il a acheté à Majorque à Thoma Pelegri, patron de galère de Majorque. Amet a 35 ans et est originaire de Bougie. On apprend qu’il a déjà été captif pendant huit ans. Sans femme ni enfant, il confesse le métier de bastarus (sellier ?). Venant de Constantine, il s’est rendu à Collo, où il a trouvé une galiote sur le point de partir avec un patron originaire de Malaga nommé Mahomat. C’est ainsi qu’Amet est pris, avec les autres membres de l’équipage, dans les eaux de Sardaigne, et mené à Majorque puis à Valence. Reconnu comme prise de bonne guerre car il est sujet du sultan de Tunis, il est vendu pour 37 livres de monnaie de Valence104.

31Ce sont donc des hommes jeunes, qui ne se sont pas encore stabilisés, n’ont pas en particulier fondé de foyer et occupent une place modeste dans la société. Ils ne sont pas pour autant toujours des marginaux ou des déracinés, même si Amet Benamet n’en est peut-être pas très éloigné.

  • 105 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéenne (...)
  • 106 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », RA, 69, 1928, p. 208 : « Les And (...)
  • 107 Il est vrai que les pirates capturés pouvaient ne pas avoir intérêt à indiquer qu’ils étaient origi (...)
  • 108 ACA, C., Rg. 1994, f. 172r-v (6/7/1391) ; Rg. 1999, f. 186r-187v (20/1/1396), éd. M. T. Ferrer i Ma (...)

32Les listes de pirates capturés par les Valenciens nous montrent des équipages qui recrutent dans l’ensemble des régions du Maghreb et d’al-Andalus. Sans doute est-ce une des caractéristiques générales du monde de la mer et de la navigation, où la mobilité est grande. Une place à part doit cependant être faite aux Andalous, et plus particulièrement à ceux qui ont dû quitter leur terre face à l’avancée chrétienne, certains ayant trouvé refuge à Bougie105. Partant de l’idée qu’ils ne pouvaient que nourrir une haine tenace vis-à-vis des chrétiens, certains historiens ont considéré que ces exilés avaient joué un rôle prépondérant dans la piraterie maghrébine106. Leur connaissance de la navigation, et surtout des pays à attaquer, en faisait sans doute des auxiliaires précieux. On en trouve en effet quelques-uns dans les listes d’équipages pirates, mais sans que leur nombre soit écrasant107. Un incident, survenu à la fin du xive siècle, est cependant révélateur. En 1391, une galiote armée de Joan de Sant Joan, habitant de Majorque, capture dans les eaux de cette île soixante-six maures de la Couronne d’Aragon, partis pour Bougie avec des licences d’émigration sur la coca de Guillem Gentil de Majorque. Comme ils étaient porteurs d’un sauf-conduit royal, il s’ensuit un procès, au cours duquel le corsaire se défend avec un argument intéressant : il avance qu’il s’agit de captures de bonne guerre, car parmi ces maures on trouve des forgerons, des menuisiers, des marins et des pêcheurs, ainsi que des hommes maîtrisant d’autres arts et métiers, et connaissant les lieux, ports et mers de la Couronne d’Aragon. Il ajoute que, si par malheur ils parvenaient à Bougie, ils pourraient « faire divers armements de moros, qui facilement pourraient capturer, et causer de grands dommages à nos sujets », notamment aux Baléares108. Finalement en 1396, à la suite d’un nouveau procès intenté par le procurateur de plusieurs de ces musulmans, ils sont libérés. Les arguments du capitaine majorquin montrent qu’à cette époque les chrétiens considéraient ces Andalous comme une des causes du développement de la piraterie à Bougie et dans d’autres ports du Maghreb.

  • 109 AMV, Codices. Llibre de l’ofici de blanquers (1477), cité par Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 1 (...)
  • 110 AMV, LLM, g3-10, f. 94r (9/1/1411).
  • 111 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 112r (4/3/1424).

33S’ils ne font pas nécessairement partie des équipages, les Andalous jouent par ailleurs un rôle notable dans la piraterie bougiote le long des côtes ibériques. Les mudéjars, tout d’abord, sont soupçonnés par les chrétiens de constituer une « cinquième colonne » prête à informer les ennemis des opportunités. Le cas le plus fameux est le sac de Torreblanca, près de Valence. L’escadre bougiote débarque au moment même où se déroule une fête importante, ce qui permet de faire de nombreux captifs et de s’emparer d’objets liturgiques sortis pour l’occasion. On peut bien sûr penser à de la chance, mais il est plus vraisemblable que les pirates ont été prévenus de l’aubaine et les chroniques locales parlent d’ailleurs d’une trahison de la part des populations non chrétiennes. Un juif aurait informé un frère de Bougie de la fête, lui donnant tous les détails utiles109. La réalité de cette accusation importe ici assez peu, mais le soupçon montre bien là encore quel pouvait être le sentiment des populations littorales. Cette aide des Andalous se manifestait également par le soutien du sultanat de Grenade, qui offrait un point d’appui utile avant de partir attaquer les côtes chrétiennes. On venait y prendre des nouvelles et refaire les provisions d’eau et de nourriture, ce qui explique que ces ports étaient sans doute très surveillés par les chrétiens. En 1411, les jurats de Carthagène préviennent ainsi ceux de Valence qu’une galère et un linh de Bougie sont arrivés à Almeria avec des marchandises et s’apprêtent à courir le long de la côte du pays valencien110. Quelques années plus tard, en 1424, le chérif Benaziza de Bougie arme une fuste et va dans un premier temps à Almeria d’où, sur les conseils d’un musulman de la ville, il part en course le long de la côte, avant d’être capturé par les chrétiens111.

  • 112 L. et B. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, xvie-xviie siècl (...)
  • 113 Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 152.
  • 114 AMV, Codices. Llibre de l’ofici de blanquers (1477), cité par Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 1 (...)
  • 115 Ibid., p. 151.
  • 116 ARM, LLC, 77, f. 90r-v (26/5/1400), éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 503-504. On raco (...)
  • 117 ASG, AS, Litterarum, Rg. 1, f. 176, éd. Jorga, « Notes et extraits », art. cité, Revue de l’Orient (...)
  • 118 ARM, LLC, 47, f. 9r (9/1/1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 728-729.

34Autres déracinés, les renégats ont surtout été étudiés pour l’époque moderne, par Lucile et Bartolomé Bennassar112. Au Moyen Âge, on trouve quelques cas d’hommes convertis à l’islam, sans doute au cours de leur captivité113, et qui se livrent à la piraterie contre leurs anciens coreligionnaires. Il n’est pas possible de mesurer l’ampleur du phénomène, mais certains d’entre eux ont laissé une très forte impression au moment de la crise des années 1375-1425. La tradition du Llibre de Blanquers rapporte que l’attaque du village de Torreblanca en 1397 avait été menée par un renégat nommé Fusta, qu’Andrés Díaz Borrás identifie comme étant peut-être le corsaire Francesc Fuster actif dans ces mers au cours des dernières années du xive et au début xve siècle114. En 1402 on parle à Valence de deux renégats nommés Joan de Morvedre et Fuster, qui s’apprêtent à partir de Berbérie pour courir les mers115. Mais le plus fameux est sans doute Pere Fuster, actif au moins entre 1396 et 1409, et qui se met au service du roi de Tunis. En 1400 le marchand Bernat Bauló, qui commerce entre Majorque et Collo, rapporte une rumeur selon laquelle le renégat aurait armé quatre galées grosses et six galiotes, dont la moitié à Bougie et les autres à Bône116. Enfin en 1412 on apprend qu’un renégat, « grand corsaire et bon marin », allant souvent en course avec les galées de Bougie et connaissant bien le littoral de Gênes, demande au gouverneur de Bougie de lui donner une licence pour une expédition contre les côtes ligures. Il lui promet de ramener soixante à soixante-dix nobles dames (dominas) dont on pourra attendre une rançon importante117. Parfois certains semblent avoir cependant gardé leur religion. Ainsi en 1381 le Génois Onofrio di Piccamiglio est accusé à Majorque d’avoir constitué avec le vizir de Bougie une société destinée à attaquer les bateaux chrétiens, le Génois devant participer aux gains en proportion de son apport en capital118. Ces hommes avaient l’avantage de bien connaître les zones attaquées et les habitudes des chrétiens, ce qui en faisait des auxiliaires particulièrement précieux.

  • 119 R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis », ROMM, 1 (...)
  • 120 AMV, LLM, g3-33, f. 150r (4/9/1498).

35À la fin du xve et au début du xvie siècle un nouveau type de pirate fait son apparition à Bougie : le port devient alors une des bases de la piraterie turque, comme le montre le cas de Pīrī Reis et de son oncle Kāmel Reis119. De même, en 1498 des marins génois allant de Bougie à Minorque informent les autorités d’Ibiza de la présence de deux galères, deux galiotes de treize et dix-huit bancs de Turcs120. La conquête de la ville par les Espagnols, puis son déclassement au profit d’Alger, empêchent cependant le développement de cette activité au xvie siècle.

2) Les bateaux

36Les bateaux utilisés étaient le plus souvent à rames, et de dimensions modestes. Rares sont les documents qui précisent le type de navire monté par les pirates. Mais les résultats sont assez concordants :

Tableau 17. TYPES DE NAVIRES UTILISÉS PAR LES PIRATES BOUGIOTES (1315-1498)

Tableau 17. TYPES DE NAVIRES UTILISÉS PAR LES PIRATES BOUGIOTES (1315-1498)
  • 121 Éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1154.

Note121

  • 122 Trad. É. Baratier, Documents d’histoire de la Provence, Toulouse, 1971, p. 132-134.
  • 123 Éd. A. Ivars Cardona, Dos creuades valenciano-mallorquines a les còstes de Berbería, 1397-1399. Est (...)
  • 124 Éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 502-503.
  • 125 Cité par Coll Julià, « Aspectos del corso catalán », art. cité, p. 161.
  • 126 Cité par Hinojosa Montalvo, « Tácticas de apresamiento », art. cité, p. 9.

Note122
Note123
Note124
Note125
Note126

  • 127 Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria », art. cité, p. 279. Des résultats semblables sont obtenus (...)
  • 128 Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria », art. cité, p. 279.

37Ces résultats peuvent être confrontés à ceux qu’a obtenus Andrés Díaz Borrás à partir de la documentation valencienne et en particulier des avis de présence de pirates. Il rencontre des fustes à rames, des grips (petite embarcation à voiles et à rames), des galiotes, mais assez peu de galères. En règle générale, il s’agit donc de navires de petites dimensions (de treize ou quatorze bancs de rameurs)127. Il considère que les ressources financières des Maghrébins étaient insuffisantes pour se procurer des navires plus grands et qu’ils ne surent pas s’adapter aux nouvelles formes de bateaux utilisés dans la guerre navale128. Mais on peut objecter d’une part que les revenus de la piraterie étaient de toute évidence importants, et rendaient possibles des investissements lourds, et d’autre part que dans ce contexte l’acquisition des navires se faisait par achat et construction, mais surtout par les prises. L’adaptation à de nouveaux types de vaisseaux ne posait donc pas de problème. Il faut plutôt penser à un choix, de la part des pirates maghrébins, de bateaux jugés plus adaptés.

  • 129 Díaz Borrás, Los orígenes, op. cit., p. 93.
  • 130 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).

38Ces unités avaient en effet l’avantage d’être rapides et très maniables et donc de pouvoir courir après des bateaux de commerce plus lourds. Les pirates bénéficiaient ainsi de l’effet de surprise, d’autant qu’ils pouvaient facilement se dissimuler à la vue de leurs proies dans les anfractuosités de la côte. Enfin la fuite leur était facilitée en cas d’adversaire trop puissant. En revanche ils étaient moins efficaces face à des navires trop hauts et bien défendus. De même, pour affronter des convois marchands, ils devaient se grouper et constituer de petites flottes. Les cas les plus fréquents nous montrent des navires seuls ou agissant par deux129. Mais ce sont parfois de véritables petites escadres qui partent, comme celle que l’amiral de Bougie fait armer en 1377 et qui se compose de sept galères et galiotes de vingt-deux bancs (ce qui en fait des unités déjà importantes) ainsi que d’autres fustes à rames130.

3) Les attaques

  • 131 « Dès que venait l’été, nous partions en expédition ». Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 164.

39Les prises proviennent soit de la capture de navires de commerce en mer, soit de razzias effectuées sur les côtes, les campagnes ayant lieu le plus souvent à la saison de navigation, c’est-à-dire en été131.

  • 132 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 60r-68r.
  • 133 AM, BB 28, f. 199 (17/6/1382), cité par É. Baratier, F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, (...)
  • 134 La Sunna et la šarīa.
  • 135 C’est un petit bateau, utilisé notamment pour la pêche, qui ne pouvait espérer rivaliser avec les d (...)
  • 136 ACA, C., Rg. 2288, f. 89v-90v (29/9/1407).

40Le grand nombre de marins captifs à Bougie montre la menace que la piraterie faisait peser sur la navigation. Le type de bateau capturé est rarement précisé, mais ce sont le plus souvent des linhs ou des barche, exceptionnellement des naves ou des galées. La prise d’un bateau en mer n’était cependant pas chose facile et la surprise était un élément décisif. Les pirates profitaient pour cela de côtes souvent découpées, voire d’îles ou d’îlots où ils pouvaient se cacher en attendant qu’une occasion se présente. Une fois la proie repérée le navire pirate, souvent plus rapide que les lourdes embarcations chargées de marchandises, pouvait facilement passer à d’assaut. Parfois le pirate poursuivait longtemps sa proie avant d’engager le combat, comme en 1423, lorsqu’une galiote bougiote de vingt bancs, partie en course dans les eaux de Sardaigne, poursuit la galère de Francesch de Bellvis pendant toute une nuit avant que les chrétiens, à l’aube, virent de bord et capturent leurs poursuivants132. La nuit, d’ailleurs, était propice aux attaques et c’est sans doute ce qui a poussé les autorités municipales de Marseille à interdire aux pêcheurs de sortir de nuit, surtout avec des fanaux qui les rendaient facilement repérables133. Au besoin on pouvait user de ruse et tromper les marins du bateau convoité. En septembre 1407 le roi d’Aragon Martin écrit au sultan de Tunis pour se plaindre d’un acte de piraterie commis par des Bougiotes et la lettre fait le récit des événements, du point de vue catalan. On apprend que Johan Berthomeu, Johan Comte, Johan Macamet, Bernat Bataller, Francesch Guell et Anthoni Ros ont été capturés en dépit de la paix signée entre les deux royaumes. Suite à une première lettre de protestation en décembre 1406, le « roi de Bougie » a déjà répondu qu’ils sont des prises de bonne guerre car les chrétiens ont tiré des flèches et tué des moros. Ils ont donc été remis à la justice et seront jugés selon la « sunna et la xara »134. Pour appuyer sa demande d’intervention, le roi présente alors au sultan des témoignages recueillis sur ces événements. Selon ces récits les Bougiotes, à bord de deux galées, ont d’abord capturé huit hommes sur une barca et fait une razzia sur la côte, emportant deux hommes, deux garçons, une femme et une jeune fille. Des amis et proches des captifs décident alors de s’embarquer sur un lahut135et de rejoindre les deux galées bougiotes, sans doute en vue de négocier un rachat rapide. Arrivés à proximité des deux galées, ils montent un pavillon (peno) et le témoin précise que c’est là une coutume entre marins et hommes de mer, chrétiens ou musulmans, pour signifier qu’ils demandent « sécurité et foi » au patron et à ses officiers (maiores). Les pirates, à leur tour, hissent un pavillon signifiant qu’ils accordent ce qui leur est demandé. Une fois à proximité de leur proie, un des patrons musulmans, ou un officier, lève haut la main et la pose sur sa tête, en signe de confirmation de la promesse. Mais une fois que les bateaux ont accosté, les musulmans montent à bord avec leurs armes, attaquent les six hommes et les portent à Bougie. Certains cependant, voyant comment se déroulaient les événements, préfèrent sauter à la mer pour se sauver136. Ce récit d’une capture est malheureusement exceptionnel. Il montre, à côté de la perfidie du pirate sur laquelle insistent les témoins catalans, qu’il existait des règles communément acceptées par les hommes de mer, tant chrétiens que musulmans. Si le pirate ne parvenait pas à accoster, comme ici, le navire convoité, ce qui devait être le cas le plus souvent, il pouvait l’attaquer avec des archers (c’est d’ailleurs la version de l’émir de Bougie dans l’affaire précédente).

  • 137 ARM, AH 77, f. 90 (26/5/1400), éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 502-504.

41Quelques documents montrent la cruauté de ces pirates. Ainsi, en 1400, on apprend que Fuster, renégat qui fait la course avec deux galiotes, a capturé en une prise cent cinquante personnes et qu’en cours de route, n’ayant plus assez d’eau et de nourriture, il en jette cinquante à la mer, dont huit ou dix qu’il avait au préalable lapidés137.

  • 138 AMV, Claveria comuna, Manuals d’Albarans i censals, I-18, f. 13r (1/9/ 1389).
  • 139 ARM, AH 84, f. 91 (23/6/1403), cité par Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 76.
  • 140 ARM, RP, Reebudes, 3810, f. 151r (1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 38 (...)
  • 141 ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 65v (22/4/1458).

42Les mers les plus touchées étaient bien sûr les plus proches des terres africaines. Ainsi en 1389 un pirate bougiote est capturé au large d’Alger138et en 1403 un panfile majorquin est capturé par une galiote de Bougie non loin de Tabarka139. Les pirates étaient alors près de leurs bases, pouvaient s’abriter et s’alimenter en tout point de la côte et profitaient d’un littoral très découpé propice aux attaques surprises. Beaucoup redoutaient ces régions, où les méfaits des musulmans s’ajoutaient à ceux de pirates et corsaires chrétiens d’origines diverses. Ainsi, en 1381 à Oran, un marchand de Tunis remet à un patron de coca majorquin de la soie qu’il doit porter dans la capitale hafside. Mais celui-ci, craignant les pirates musulmans qui se trouvaient près de Bougie, préfère changer de route et retourne à Majorque, où la soie est confisquée140. De même, au milieu du xve siècle, le Sénat de Venise demande que l’on ramène deux navires de Corfou pour protéger les galées de Berbérie en raison de la présence de pirates ou corsaires sur leur route141.

  • 142 D’autant que parfois la douane confisquait ce qui aurait permis au bateau de repartir sans autorisa (...)
  • 143 Ce sont d’ailleurs souvent des attaques entre navires chrétiens. Cf. supra p. 422.
  • 144 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 102.
  • 145 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 122v-123r (19/9/1313), éd. Ibid., n° 1027.
  • 146 Id., f. 11v-12 (19/1/1312), éd. Ibid., n° 944.
  • 147 ARM, LLC, 25, f. 55r-v, 57r-58r, (8/7/1361), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p (...)
  • 148 ACA, C., Rg. 2263, f. 31v-32r (17/7/1397), 53r-54r (14/8/1397) ; Rg. 2114, f. 45v-46r (17/7/1397).

43Certaines prises se faisaient dans les ports eux-mêmes. Le pirate était assuré alors de ne pas voir sa proie s’échapper, car les navires étaient immobilisés142. Il peut paraître surprenant que dans un port, normalement sous le contrôle du pouvoir, on puisse se livrer à de telles exactions. La chose n’était pourtant pas exceptionnelle143. Ainsi en 1263 des Bougiotes attaquent le navire du Barcelonais Pere Ferrer à Stora144et en 1313 une galée de Bougie s’en prend, dans le port de Collo, au Majorquin Bernat d’Armentera145. De tels incidents surviennent parfois à Bougie même, avec des pirates venus d’autres villes. Ainsi, en 1312, ce sont des Sabtis qui prennent d’assaut une galée majorquine146et en 1361 des hommes de Badis attaquent le linh de Ramon Batlle, originaire aussi de l’île147. En 1397 c’est au tour d’une galée armée de Bône de s’emparer d’un linh, également majorquin148. Ces cas n’étaient cependant pas les plus fréquents, car il fallait compter sur la complicité ou au moins la faiblesse du pouvoir local. Ils provoquaient surtout à chaque fois la colère des souverains chrétiens, qui protestaient contre la violation de la sauvegarde normalement accordée aux navires dans le port, et cela entraînait des complications diplomatiques supplémentaires.

44Plus fréquentées, les côtes européennes offraient davantage de possibilités de prises, et à partir de 1370 les actions s’y multiplient.

Tableau 18. PRISES DE NAVIRES DANS LES EAUX CHRETIENNES (1370-1434)

Tableau 18. PRISES DE NAVIRES DANS LES EAUX CHRETIENNES (1370-1434)
  • 149 Cité par Vidal Beltran, Valencia, op. cit., p. 230.
  • 150 Pour les attaques de 1423 à 1434 : cité par Hinojosa Montalvo, « Tácticas de apresamiento », art. c (...)

Note149
Note150

  • 151 Il y a quelques actes de piraterie le long des côtes italiennes, mais le phénomène est resté margin (...)
  • 152 Bresc, « Course et piraterie en Sicile », art. cité, p. 751-765.

45Au plus fort de la crise, les pirates bougiotes évoluaient donc principalement dans les eaux espagnoles, en particulier autour des Baléares. Mais on les trouvait également près de la Corse et de la Sardaigne et, plus au nord, au large de la Provence. On peut supposer que les Bougiotes disposaient pour cela de bases dans une des deux îles afin de s’approvisionner. En revanche le littoral italien ne semble pas avoir été touché151, de même que la Sicile qui subissait plutôt les actions des pirates d’Ifrīqiya orientale et notamment de Tunis152. Trois routes commerciales étaient donc visées par ces navires : celle qui longeait la côte africaine, celle qui, au nord, suivait le littoral de la Provence jusqu’en al-Andalus, enfin une partie de la route dite « des îles » (passant par les Baléares, la Sardaigne puis la Sicile). Excepté les côtes italiennes et siciliennes, toutes les grandes routes du commerce de Méditerranée occidentale étaient donc touchées par la piraterie bougiote.

  • 153 Sur cette razzia et ses conséquences, voir Ivars Cardona, Dos creuades, op. cit.
  • 154 Près de l’embouchure du Rio Segura, entre Carthagène et Alicante.
  • 155 ACA, C., Rg. 1438, f. 161r (2/9/1382).
  • 156 Manual de novells ardits, vulgarment apellat Dietari del antich consell Barceloni, I, Barcelone, 18 (...)
  • 157 ADBR, Dugat 1, f. 49r-50r (15/2/1395), trad. Baratier, Documents de l’histoire de la Provence, op. (...)
  • 158 Par exemple ADBR, 355E 52, f. 2, 3, 21, 22, 34 (1399).

46Plus graves, et surtout plus humiliantes pour les chrétiens, étaient les razzias opérées sur les côtes, qui se multiplient à la fin du xive siècle. Certaines sont fameuses, comme celle de Torreblanca en 1397, qui provoqua une riposte violente des chrétiens153. Ces attaques étaient courantes, en particulier dans les campagnes mal défendues et éloignées des villes. Les régions concernées étaient celles au large desquelles nous avons déjà vu les pirates attaquer les bateaux chrétiens. Les côtes ibériques, en raison des facilités qu’offrait la proximité des terres musulmanes, furent particulièrement touchées. Ainsi, en 1382, une galiote de moros vient au Cap de Cerver154 ; ses hommes débarquent et capturent la femme de l’alcayt Berenguer Lobet, un de ses fils et une servante, ainsi que tous leurs biens155. En 1406 des galères attaquent Barenys au sud de Tarragone, mettent à sac l’église et emportent entre cinquante et quatre-vingts captifs, qu’ils vont vendre à Bougie156. Le littoral de Provence fut également durement atteint, en particulier le massif des Maures, qui avait déjà connu quelques siècles auparavant la piraterie musulmane. En 1395 par exemple Douce d’Aubagne, ainsi qu’Antoine Raymond qui est à son service, sont capturés, sur le terroir de la Cadière, alors qu’ils allaient de Toulon à Marseille, et sont portés à Bougie157. Durant ces années de crise, de nombreux captifs originaires de cette région sont d’ailleurs retenus à Bougie et surtout à Bône, où le marchand Thomas Colomier va les chercher158.

4) Course ou piraterie ?

  • 159 Cf. Mollat, « De la piraterie sauvage », art. cité.
  • 160 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 65v (22/4/1458).
  • 161 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 579.
  • 162 Al-Ġubrīnī et Ibn Khaldūn, les deux auteurs arabes qui parlent de la piraterie bougiote, emploient (...)
  • 163 « Entre l’une et l’autre [course et piraterie] les frontières demeurèrent toujours indécises et, se (...)
  • 164 Ibid., p. 11-12.

47Jusqu’à présent il n’a été question que de pirates, sans distinguer la « piraterie sauvage » de la « course réglementée »159. En théorie, le corsaire est un pirate reconnu et contrôlé par les autorités de son pays. Mais les sources, le plus souvent, ne distinguent guère entre les deux notions. À Venise, en 1458, on parle de pirates ou de corsaires, dans le même document du Sénat, sans distinguer les deux termes160. De même les licences de course accordées dans les pays de la Couronne d’Aragon emploient indifféremment les deux mots161. Les sources arabes ne sont pas plus précises162. Cela ne signifie pas pour autant que dans l’esprit des gens il n’existait pas deux types d’actions, l’une licite et l’autre pas. Michel Mollat a souligné cependant qu’en Méditerranée il est très difficile de séparer les deux notions163. Pourtant, à partir du xive siècle, le corsaire tend à se distinguer du pirate, avec la mise en place d’une législation et de mesures de contrôle164. La course désigne alors une action réglementée par la puissance publique, par opposition à la piraterie « sauvage ». Cela pose la question des relations entre le pouvoir bougiote et cette activité de rapine, que seule l’étude précise des pratiques peut permettre de résoudre.

  • 165 H. Bresc, « Course et piraterie en Sicile », art. cité, p. 753. Fernand Braudel fait le même consta (...)
  • 166 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 726. À l’inverse, la piraterie mérinide et abdelwadi (...)
  • 167 Cf. supra p. 84-85.
  • 168 En 1397 le roi d’Aragon écrit au sultan de Tunis pour protester contre un acte de piraterie survenu (...)

48La piraterie a parfois été associée à un affaiblissement de la puissance d’État, comme en Sicile, où après 1350 se développent des seigneuries corsaires libérées du contrôle étatique165. Mais, dans le cas hafside, María Dolores López Pérez fait justement remarquer que l’essor de la piraterie coïncide avec une renaissance de l’État, après la crise du milieu du xive siècle166. Abūl-’Abbās a reconstitué l’unité hafside et, si Bougie jouit d’une certaine autonomie, elle reste soumise au pouvoir central sous son règne et ceux de ses successeurs Abū Fāris et ‘Utmān167. Le sultan est d’ailleurs parfois sollicité pour s’occuper d’un problème lié à Bougie168, même si le plus souvent les affaires se règlent directement avec le gouverneur. L’essor de la piraterie n’est donc pas l’effet d’un affaiblissement du contrôle du pouvoir sur la ville.

Carte 15 – Attaques de pirates bougiotes dans les eaux chrétiennes.

  • 169 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 162-165.

49Incontestablement il y a donc, sinon une implication directe de l’État, du moins une tolérance face au phénomène. La vente et la détention de captifs chrétiens à Bougie montre bien que, dans le principe, la piraterie restait licite, ce qui n’a du reste rien de surprenant. Il ne faut pas oublier que l’état normal des relations entre deux pays musulman et chrétien au Moyen Âge est un état de guerre, seulement interrompu par des trêves qui restent toujours limitées dans le temps. Attaquer des ennemis est donc permis et la question de l’efficacité du contrôle de l’État ne se pose qu’en période de trêve. Or, les pays concernés par la piraterie bougiote – pour l’essentiel les territoires catalano-aragonais – ne sont pas en paix avec les Hafsides au moment où se développe cette activité, sauf pendant une très courte période. En 1403 en effet un traité est laborieusement signé, pour une durée de cinq ans, mais très vite il montre ses limites et il n’est pas renouvelé par la suite169.

50Le pouvoir hafside de Bougie laisse donc se développer ce qu’il faut bien appeler une guerre de course contre les ennemis du sultanat.

  • 170 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).
  • 171 Ibar, VI, p. 895, Berbères, III, p. 110.
  • 172 Ibid.
  • 173 Fārisiyya, p. 186.
  • 174 ARM, LLC, 47, f. 9r (9/1/1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 728-729.

51La participation directe du pouvoir est d’ailleurs évidente durant les années de crise de la fin du xive siècle. En 1377 le roi d’Aragon informe le gouverneur de Majorque que l’amiral de Bougie a fait armer une flotte importante pour venir dans les eaux du royaume170. Cet amiral doit être identifié avec le id al-bar Muḥammad b. Abī Mahdī, qui joue entre 772/1370-1 et 805/1402-3 un rôle de premier plan à Bougie, aux côtés de l’émir Abū ‘Abd Allāh, puis de son fils et successeur Abūl-’Abbās Aḥmad, dont il devient le tuteur171. Il est alors qualifié par Ibn Khaldūn de zaīm al-balad et est « amiral de la flotte (id al-usūl) et chef de tous les hommes habiles et forts et des archers de la ville172 ». Il est également à la tête de l’arsenal173. C’est donc un personnage de tout premier plan dans la vie politique de la province qui s’investit dans cette activité. De même, en 1381, le Génois Onofrio di Piccamiglio est soupçonné par les Majorquins d’être associé avec le vizir de Bougie dans une entreprise pirate174.

  • 175 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las (...)
  • 176 M. D. López Pérez, « Piratería y corsarismo en el Mediterráneo occidental medieval : el control de (...)
  • 177 Cf. le cas de l’affaire de 1407, supra p. 446-447.
  • 178 En 714/1314, après la paix signée entre les Hafsides et la Couronne d’Aragon, une correspondance es (...)
  • 179 En 1324 le sultan de Grenade répond à Jacques II d’Aragon, à la suite d’une lettre de protestation (...)

52Mais qu’en était-il du contrôle sur les autres pirates ? On ignore dans quelle mesure l’amiral, ou « chef de la mer », contrôlait effectivement l’armement et les actions des autres navires. Dans les pays chrétiens, l’habitude s’était peu à peu imposée de concéder des licences de course aux capitaines désireux de partir attaquer les ennemis du pays. En 1250 le roi d’Aragon Jacques le Conquérant décide ainsi d’interdire les attaques contre les sujets d’États en paix avec la Couronne, ce qui constitue un premier pas vers une réglementation de l’activité et permet de distinguer le corsaire, détenteur d’une licence (payante), du pirate qui n’en a pas175. La licence précisait quels étaient les ennemis qu’il était permis d’attaquer et faisait obligation au capitaine du navire de laisser des garanties, au cas où il trahirait ses engagements176. De telles mesures ont-elles été prises à Bougie pour empêcher les capitaines de navires de s’en prendre à des amis du sultanat ? Il n’y en a pas de trace, mais on peut constater qu’en règle générale les actes de piraterie sont assez rares avec les puissances en paix. Il existe bien des cas de protestations d’une puissance chrétienne dont un sujet a été attaqué durant une période de trêve. Mais ces affaires, qui génèrent certes une abondante correspondance diplomatique, ne doivent pas nous tromper et restent exceptionnelles. On les voit traîner parfois sur plusieurs années, durant lesquelles des dommages sont réclamés, et souvent refusés ou plus rarement marchandés. Les réponses du pouvoir hafside sont d’ailleurs éclairantes, dans la mesure où il est toujours implicite qu’en temps de trêve le sultan ne saurait tolérer des actes de brigandage incontrôlés de la part de ses sujets. Les arguments avancés – qu’ils soient de bonne ou de mauvaise foi importe peu – pour refuser de répondre favorablement à une demande d’indemnisation exonèrent toujours le pouvoir de toute responsabilité. La thèse de la légitime défense est parfois avancée177, mais le plus souvent on prétend que l’action s’est déroulée avant la signature ou l’entrée en application de la paix178, ou encore que les coupables ne sont pas des sujets du sultan179.

  • 180 Cf. infra p. 487-495.

53La question est de savoir quelles sont les motivations du pouvoir. Une telle orientation n’est pas sans conséquences négatives pour le sultanat180et il fallait donc de bonnes raisons pour laisser se développer la piraterie sans réagir.

  • 181 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 297 ; M. Zaki, « Jihâd et contre-djihâd en Méditerranée du xiie au xvi(...)
  • 182 Un passage d’al-Tiğānī parle de pirates de l’île de Djerba qui s’attaquent à des musulmans à l’époq (...)
  • 183 Pour reprendre l’expression du père Burns, « the pirate was ecumenical in his choice of victims ». (...)
  • 184 « [La] supériorité [des Francs] dans la Méditerranée céda devant la puissance irrésistible que l’Em (...)
  • 185 AMV, LLM, g3-17, f. 143v-144v, cité par A. Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia a finales d (...)
  • 186 Al-Marīnī, p. 249-250.

54On a parfois analysé la piraterie musulmane comme un des aspects de la guerre sainte181. L’objectif n’est pas de reconquérir des territoires perdus par l’Islam, mais d’affaiblir l’ennemi en le privant de forces vives capables de combattre l’Islam. Plusieurs indices vont en effet dans ce sens. Tout d’abord on ne trouve pas trace d’attaques contre d’autres musulmans, sauf exception182. Faut-il y voir les effets de la pudeur des auteurs arabes devant l’horreur d’un tel acte ? Mais on trouve bien dans ces mêmes textes une dénonciation répétée des méfaits des tribus hilaliennes et on ne voit pas pourquoi les pirates ne seraient pas l’objet d’une semblable condamnation. Il faut donc penser que seules les cibles chrétiennes sont recherchées, ce qui est très différent du côté chrétien, où les pirates s’attaquent indifféremment aux fidèles des deux religions183. Les auteurs musulmans, lorsqu’ils évoquent la course, la présentent en tout cas comme une des formes que peut prendre la guerre sainte. Le discours d’Ibn Khaldūn la montre comme un signe incontestable de la puissance retrouvée de la marine musulmane184. Mais dans la pratique il est bien difficile de trouver un tel lien. On sait qu’entre 1421 et 1426 un corsaire de Grenade se fait appeler « Lo Sant Moro », et prétend agir pour Dieu185. Plus intéressant est le texte d’al-Marīnī, à propos des dernières années de la domination hafside à Bougie. Il écrit que face à la catastrophe représentée par la chute du sultanat de Grenade, le souverain de Tunis avait ordonné à l’émir de Bougie d’armer des vaisseaux pour faire la guerre aux chrétiens envahisseurs d’al-Andalus. Cet ordre fut exécuté, avec empressement précise l’auteur, et les navires bougiotes firent des razzias sur les côtes d’Espagne où ils enlevèrent hommes et richesses et coururent sur tous les bateaux ennemis, ramenant leurs prises à Bougie, au point que la ville se remplit d’esclaves chrétiens186. Mais ce texte est tardif, écrit après la conquête espagnole de 1510 et très imprégné d’esprit de guerre sainte. Il n’est pas exclu cependant que l’émotion suscitée par la perte de Grenade ait eu de tels effets.

  • 187 Déjà, au ixe siècle le grand juriste malikite Sahnū n fixait des limites à la piraterie contre les (...)
  • 188 Cf. le jugement de R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve sièc (...)
  • 189 Cette utilisation du djihad, et surtout du discours prônant le djihad, a été bien analysée pour l’O (...)

55Tous ces indices restent pourtant faibles. Au contraire les traités de paix entre les puissances chrétiennes et les Hafsides ne reconnaissent que deux catégories de personnes : les sujets d’un souverain en paix avec le sultan, qui ne peuvent être attaqués, et les autres. Le facteur religieux n’entre jamais en considération187. En réalité, plutôt qu’une réelle motivation, le djihad doit être vu surtout comme une justification d’une action de piraterie, guidée par une quête plus matérielle188. Pour le pouvoir, le soutien affiché à de telles actions pouvait, à moindres frais, apporter une légitimité supplémentaire, tant en politique intérieure que vis-à-vis des autres États musulmans de la région. Il permettait de recevoir le soutien des hommes de religion, relais indispensables auprès de la population, et de se poser comme puissance régionale dominante189.

  • 190 Braudel, La Méditerranée, op. cit., II, p. 190, qui explique le développement de la course par la s (...)
  • 191 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 298.
  • 192 Ivars Cardona, Dos creuades, op. cit.

56La piraterie a-t-elle été un instrument de politique militaire contre les États chrétiens, indépendamment de toute considération religieuse ? Fernand Braudel la définit, pour l’époque de Philippe II, comme une « forme supplétive de la grande guerre », ou encore comme une « guerre inférieure190 ». Mais en est-il de même sous les Hafsides ? Il est incontestable qu’elle était un moyen peu coûteux de pression sur des puissances que les Hafsides ne pouvaient plus affronter directement191. Il n’est donc pas exclu que les sultans aient cherché à créer ainsi un nouveau rapport de force, dont ils auraient pu tirer parti sur le plan diplomatique. Quoi qu’il en soit l’efficacité d’une telle politique, si elle a été voulue, est douteuse. Offensivement elle n’a aucun effet, ne débouchant sur aucun gain de territoire. Sur le plan défensif – à supposer qu’il y ait eu à cette époque une volonté de conquête de la région par une puissance chrétienne – le résultat n’est guère plus convaincant. La piraterie a surtout pour effet d’entraîner une mobilisation de forces chrétiennes pour des expéditions punitives, comme à la suite du sac de Torreblanca par les Bougiotes192. Quant à ses répercussions sur les relations diplomatiques, elles furent désastreuses et se caractérisent surtout par de longues périodes de ruptures.

  • 193 Cf. al-Ġubrīnī, p. 76. G. Cipollone, Cristinanità-Islam : cattività e liberazione in nome di Dio : (...)
  • 194 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 727.
  • 195 M. D. López Pérez, « Farons per a galiotes de moros : un ejemplo de organización de la defensa cost (...)

57L’intérêt du pouvoir réside plus sûrement dans l’apport matériel de la piraterie. Outre les revenus que pouvait tirer l’émir d’investissements qu’il aurait éventuellement effectués lui-même, les taxes perçues sur les prises étaient importantes. Alors que les impôts touchant le commerce ne dépassent pas en général un taux de 10 %, les corsaires devaient reverser au Trésor 1/5e de leurs prises193. La course peut alors être une réponse à une diminution des revenus tirés de l’activité commerciale du port, après une période de crise grave194. Ce besoin est d’autant plus urgent que les Hafsides sont alors dans une phase d’expansion politique au Maghreb et de reconquête de leur puissance un moment perdue195.

58Le pouvoir intervient donc incontestablement dans l’activité corsaire. Que ce soit en tolérant le phénomène ou en l’encadrant, il en tire des revenus, et peut-être une légitimité supplémentaire. En ce sens la piraterie bougiote peut être pensée comme un des aspects des relations entre l’Islam et la chrétienté. Mais elle doit aussi être située dans le contexte maghrébin de réaffirmation de la puissance hafside, où elle constitue un élément de politique intérieure.

59Le motif premier de la piraterie est donc incontestablement la recherche du profit matériel, plus que celle d’un hypothétique avantage diplomatique ou la satisfaction d’un devoir religieux.

III – LE BILAN MATÉRIEL

  • 196 Braudel, La Méditerranée, op. cit., II, p. 206.

60La piraterie, comme le commerce, était donc vue comme une source de profit. Elle était « une forme des échanges forcés en Méditerranée196 ». Mais elle pouvait être aussi un facteur d’appauvrissement. D’une part, elle entraînait des perturbations dans les relations commerciales. D’autre part si Bougie a été une grande base de pirates, elle a également souffert des déprédations causées par les marines chrétiennes. Il faut donc raisonner en terme de bilan, prenant en considération les profits mais aussi les pertes.

1) La primauté des captifs dans l’économie de course

  • 197 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 60.
  • 198 ACA, C., Rg. 466, f. 8r-v (5/7/1334).
  • 199 AMV, LLM, g3-20, f. 90r-91r (24/5/1442), cité par Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia, op. (...)
  • 200 Par exemple traité Pise – Tunis, 1234, art. 8.

61Bougie accueillait les prises de ses propres pirates, mais il n’était pas rare que des pirates de Ceuta, Malaga ou Tunis, voire des chrétiens, viennent vendre leurs prises dans la ville. Celle-ci était devenue, à partir du xive siècle, un grand marché pour ces écumeurs des mers. Ainsi, en 1334, un linh armé de Ceuta s’empare dans les eaux de Cherchell de deux linhs de Valence allant à Brechk et Ténès. Les Mérinides étant momentanément en paix avec la Couronne d’Aragon197, il était sans doute difficile de vendre le butin et les captifs dans un port marocain et le pirate a donc préféré les porter à Bougie198. La valeur des marchandises, réclamées dans une lettre adressée au sultan Abūl-Hasan, s’élève à 600 doubles d’or pour le premier navire et à 350 pour le second, sommes considérables auxquelles s’ajoute la valeur du navire lui-même. Le port pouvait même être un marché pour écouler les marchandises volées par des chrétiens. En 1442 la nave de Pere Alfonso de Galice charge à Valence 440 draps de laine et de l’indigo à destination de Tunis. Mais dans les eaux de Majorque les marins se soulèvent contre les patrons et les officiers du navire, les mettent de force dans une barque et font route vers Bougie où ils vendent la marchandise à très bas prix à des marchands vénitiens199. Les traités condamnent d’ailleurs avec vigueur cette complicité et interdisent non seulement les actes de piraterie eux-mêmes, mais également l’achat du butin200.

  • 201 Les navires pirates actifs le long des côtes de l’Espagne ont pu également rentabiliser leurs voyag (...)

62Ce butin était composé d’abord de marchandises. Pour cela les razzias le long des côtes chrétiennes offraient des opportunités, mais assez limitées. Les villes, les proies les plus riches, étaient difficiles et risquées à attaquer, même si la menace n’était pas totalement absente. Quant aux zones rurales, moins riches, elles ne présentaient guère d’intérêt pour le pillage. Le sac de Torreblanca près de Valence en 1397 est une exception, car les pirates sont arrivés un jour de fête, alors que les objets religieux précieux étaient sortis pour la procession. D’une manière générale les églises et les monastères étaient, lors des razzias, des objectifs privilégiés en raison de leur richesse en objets liturgiques de prix. Les butins les plus prometteurs se trouvaient cependant à bord des bateaux marchands, en mer ou dans les ports maghrébins. Les navires bougiotes étant présents à partir de la fin du xive siècle sur au moins deux des grandes routes maritimes de Méditerranée occidentale, les occasions ne manquaient pas de ramener de riches butins. Mais, plus que les marchandises, on recherchait les hommes. Ce sont eux qui ont laissé le plus de traces dans la documentation, en raison des rachats ou des tentatives de rachats qui résultaient de leur capture201.

a) La main d’œuvre servile

  • 202 Al-Ġubrīnī, p. 76.

63Les captures de navires et les razzias sur le littoral permettaient en effet de ramener à Bougie de nombreux captifs. À la fin du xiie et au xiiie siècle al-Ġubrīnī montre qu’ils sont vendus dans le quartier al-Maḏbaḥ, à l’extérieur de la ville près de l’arsenal202.

  • 203 Fr. Carreras y Candi, « Un llibre de geomancia popular del siglo xiii », Boletino de la Real Academ (...)
  • 204 Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia, op. cit., p. 422.
  • 205 A. Conio, « Rescat d’un captiu en Riba barbaresca », Tres vielh procès marsilhes, Carcassonne, 1933 (...)
  • 206 ACA, C., Rg. 2212, f. 100r-v (23/9/1404).

64Ces captifs apparaissent dans la documentation essentiellement à l’occasion de leur rachat, mais avant d’être libérés contre rançon ils étaient une main d’œuvre au service de leurs maîtres. Par ailleurs certains infortunés n’avaient sans doute aucune chance d’être relâchés un jour et restaient esclaves toute leur vie. Pour les autres, la durée de captivité était très variable. Dans un livre populaire de prédication de l’avenir, au chapitre « de mercaderia », l’auteur anonyme annonce que la captivité sera brève, montrant ainsi l’angoisse que représentait l’éventualité d’une telle épreuve203. La réalité, bien sûr, était souvent moins heureuse. Andrés Díaz Borrás, à partir des registres municipaux de Valence enregistrant les aides accordées en vue de la libération des captifs, constate qu’entre le moment où la personne apparaît comme bénéficiant d’une aide et son retour effectif pouvaient s’écouler entre deux mois et quatre ans204. Encore ces chiffres ne prennent-ils pas en compte le temps qui sépare la capture de l’octroi de l’aide municipale. D’autres témoignages montrent des captivités de plusieurs années. Ainsi en 1396 un contrat est signé à Marseille pour un rachat, qui n’est effectué qu’en 1400205, et en 1404 Guillem Segerra, marin de l’île de Majorque, n’est racheté qu’après sept ans passés à Bougie206.

  • 207 Berbères, III, p. 117. Sa dernière remarque, qui met complaisamment l’accent sur l’état d’infériori (...)
  • 208 Sans doute, s’agit-il de Muhammad b. Abī Mahdī, le id al-bahr.
  • 209 ARM, AH 82, f. 112r-v (12/7/1403), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 514-517.
  • 210 « Non avrei mai creduto uno corpo avesse potuto sofferire le pene che i’ò soferte e disaggi ch’io s (...)
  • 211 À Grenade, à la fin du xiiie siècle, les prisons sont en général des cachots souterrains, où les ca (...)
  • 212 Ibid.
  • 213 Ibid.

65Pendant toutes ces années le captif est un esclave, qui travaille pour son maître. Il y a peu de renseignements sur leur vie à Bougie. Ibn Khaldūn évoque leur présence en ces termes : « De cette manière Bougie et les autres ports occidentaux [de l’Empire hafside] se remplissent de captifs ; les rues de ces villes retentissent du bruit de leurs chaînes, surtout quand ces malheureux, chargés de fers et de carcans, se répandent de tout côté pour travailler à leur tâche journalière. On fixe le prix de leur rachat à un taux si élevé qu’il leur est très difficile, et souvent même impossible de l’acquitter207 ». Le sort de ces personnes n’était certainement pas des plus enviables et en 1403 le gouverneur de Majorque Roger de Moncada se plaint auprès de Mahomat Benimendi, alcayt de Bougie208, lui demandant un allègement du sort des chrétiens détenus dans ses États, affirmant que leurs maîtres les maltraitent plus qu’avant. Évoquant alors l’attitude bienveillante de ses hommes à l’égard des sujets bougiotes captifs à Majorque, il lui demande d’améliorer la situation, faute de quoi les mêmes traitements seront infligés aux Bougiotes209. Les lettres envoyées par les captifs pour demander de l’aide montrent la dureté de leurs conditions de vie, même si leurs auteurs ont tendance à noircir volontairement le tableau. En 1384 Francesco Datini reçoit d’un de ses associés, le Pisan Giovanni Carocci, une lettre dans laquelle ce dernier écrit de Bône : « Je n’aurais jamais cru un corps capable de souffrir les peines que j’ai souffertes, et les privations que j’endure210 », ajoutant que si on ne paie pas sa rançon, il préfère encore la mort à la vie dans ces conditions. La nuit, les captifs sont souvent enchaînés dans des cachots211. Ils se plaignent d’être mal nourris, souvent torturés pour les obliger à abjurer ou à payer une rançon plus élevée212. Il ne faut cependant pas accorder un crédit excessif à ces missives destinées à apitoyer leur destinataire, en particulier en brandissant le risque de conversion à l’islam. Comme force de travail, les esclaves devaient être traités avec un minimum de soins. Il fallait surtout garder en vie des hommes et des femmes qui pouvaient, par leur rançon, rapporter des sommes importantes à leur maître. Enfin si les risques d’apostasie existaient bel et bien, ils n’étaient sans doute pas très grands, du moins pour les adultes. En effet le maître d’un converti ne pouvait plus espérer toucher une quelconque rançon pour son retour en terre chrétienne. D’ailleurs les références précises à des mauvais traitements sont rares dans la documentation213.

  • 214 ACA, Cartas arabes, caja 2, n° 72, éd Alarcón y Santón, García de Linares, Los documentos árabes, o (...)
  • 215 Yayā b. Khaldūn, trad., I, p. 180. ˙
  • 216 AMV, LLM, g3-8, f. 35r, cité par Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., p. 106-107.
  • 217 « E estiga catiu en Bogia e, aqui, lo rey moro a forsa de cors, segons de cert fon recomptat al Con (...)
  • 218 À l’époque moderne les captifs sont utilisés pour les travaux agricoles, mais surtout près des vill (...)

66Durant cette captivité les prisonniers devaient travailler pour leur maître, même si les témoignages sur leurs activités manquent. On est mieux renseigné sur Tlemcen, où la situation devait être sensiblement identique. Vers 1320 le roi Jacques d’Aragon écrit au sultan abdelwadide pour lui réclamer la libération des sujets de la Couronne. Le sultan lui répond alors que c’est chose impossible car « dans notre pays les travaux ne sont faits que par les captifs dont la plupart sont artisans dans un grand nombre de branches214 ». De même Yahyā ibn Khaldūn, chroniqueur de la dynastie de Tlemcen, décrit les métiers des captifs dans la ville et dans les États du sultan : Abū Tašfīn employa, pour satisfaire ses ambitions de bâtisseur, « des milliers d’ouvriers, tant charpentiers que serruriers, peintres et autres, tous pris parmi les prisonniers de guerre chrétiens »215. Les hommes employés dans les métiers de la mer, nombreux parmi les captifs, étaient sans doute utilisés pour leurs compétences, notamment pour les constructions et les réparations navales. Cette situation provoquait d’ailleurs l’inquiétude des chrétiens. En 1403 les jurats de Valence écrivent à l’émir de Bougie, lui rappelant qu’une paix a été signée entre le sultan de Tunis et le roi d’Aragon, et demandent la libération rapide de Pasqual Barbastre216. Il est un des meilleurs maîtres archers de la ville et à Bougie l’émir l’a forcé à fabriquer des arcs et à enseigner son art217. Pour cette raison, on donne 30 livres à sa femme pour aider son retour en terre chrétienne. Il n’y a pas de trace de leur utilisation pour les travaux agricoles, mais il est vraisemblable que les captifs chrétiens étaient également employés dans ce secteur, au moins aux abords de la ville218.

  • 219 Salicru i Lluch, « Cartes de captius cristians », art. cité, p. 554, qui cite le cas d’un fugitif, (...)
  • 220 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 17.
  • 221 T. M. Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana della gente di mare (esempi barcellonesi dei secoli xi (...)

67Pour échapper à cette condition, beaucoup cherchaient à s’enfuir. Mais l’entreprise était difficile et risquée. Celui qui était repris pouvait être sévèrement puni et voir ses conditions de détention s’aggraver219. Les chances de réussite étaient d’ailleurs faibles. Par voie de terre les possibilités étaient des plus réduites, car il fallait traverser des territoires étendus et peuplés de musulmans. Le cas est cependant envisagé dans les propositions de paix de 1444 entre le roi d’Aragon et le sultan ‘Uṯmān, qui prévoient que les chrétiens fugitifs (d’un autre territoire musulman ?) qui parviendraient dans les États du sultan seraient considérés comme libres220. En 1401 un marin parvient d’ailleurs à fuir de Constantine et rentrer à Barcelone, ce qui tient de l’exploit221. Le moyen le plus sûr restait néanmoins la voie de mer. Les captifs pouvaient s’embarquer secrètement sur un navire chrétien en partance. Mais les patrons de navires n’y étaient pas favorables, car un tel geste pouvait entraîner des représailles pour eux ou les marchands qu’ils transportaient. Certains contrats de nolis font même obligation au capitaine du navire de ne pas prendre à son bord de captif en fuite. Ainsi en 1491 Antoni Galindes de Calis nolise son balaner à un marchand de Barcelone résidant à Valence, pour aller à La Mata et Alicante, puis directement à Bougie.

  • 222 ARV, P., Rg. 2007, f. 592r-593v (5/12/1491). De même, en 1444 un patron de galère grossa en partanc (...)
  • 223 ARM, AH 112, f. 81v-82 (24/5/1429), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 599-600.
  • 224 B. Doumerc, « Le consulat vénitien de Tunis (1470-1473) », CT, 155-156, 1991, p. 469.
  • 225 En 1303 une captive chrétienne parvient à fuir Bougie avec son enfant, emportant avec elle des bien (...)

68Il s’engage à ne pas embarquer dans ce port de captif et à ne rien faire qui puisse porter tort aux marchands222. En dépit de cet engagement, des captifs parvenaient parfois à monter à bord. En 1429 certains d’entre eux profitent ainsi de la venue d’un navire majorquin pour s’y introduire à la faveur de la nuit, malgré la promesse du patron de ne pas les prendre. Le sultan emprisonne alors tous les chrétiens et les juifs de Bougie et confisque leurs biens. Il faut que le gouverneur de Majorque écrive à l’émir pour expliquer que le patron n’y était pour rien et résoudre ainsi la situation223. Au xve siècle à Tunis la communauté vénitienne versait d’ailleurs une indemnisation en cas de fuite d’un captif, pour éviter les représailles224, ce qui était certainement le meilleur moyen d’éviter que les marchands aient l’idée d’aider les captifs. Même si certains parvenaient à rentrer chez eux225, les réussites étaient donc rares et il fallait plutôt compter sur un éventuel rachat.

b) Les rachats

69Le rachat des captifs était une affaire financièrement intéressante et a de ce fait constitué une activité économique à part entière et un des modes de l’échange entre les deux rives de la Méditerranée. Au-delà de l’émotion que soulevaient la piraterie et la captivité des chrétiens en terre infidèle (et inversement), le problème doit donc être appréhendé en termes commerciaux et financiers et non dans une perspective religieuse ou morale.

Une large mobilisation

  • 226 Voir, en particulier, Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., passim.

70Il existe une abondante documentation concernant les rachats de captifs en terre musulmane, qui témoigne à elle seule de la mobilisation des autorités politiques et religieuses, mais aussi d’une grande partie des acteurs économiques et de l’ensemble de la société des régions littorales226. Le problème s’est posé très tôt, et d’abord en raison des conflits territoriaux en Orient (croisades) et en Péninsule ibérique (reconquista). Au drame personnel s’ajoutaient la perte démographique pour le pays et surtout la peur devant les risques d’apostasie. L’Église et une grande partie de la société ont été sensibles aux menaces que faisait peser cette captivité sur l’âme de ces malheureux, qui pouvaient être tentés de se convertir pour échapper à leur sort, ou du moins l’améliorer.

  • 227 ACA, C, CR Ferran I, caxa 13, n° 1582 (s.d., sans doute de 1414 ou 1415), cité par Salicrù i Lluch, (...)
  • 228 Ibid., p. 564.
  • 229 ARV, Batllia, Letras y Privilegios, 1148, f. 151r-v (2/11/1435), cité par R. Salicrù i Lluch, « En (...)
  • 230 ACA, C, Rg. 2446, f. 14v (5/10/1413), cité Ibid.

71Les lettres de captifs analysées par Roser Salicrù i Lluch montrent ce risque pour les chrétiens « tourmentés jour et nuit afin qu’ils renient la foi chrétienne227 ». Ces derniers insistent sur l’impact moral et religieux de leurs dures conditions d’existence et brandissent implicitement la menace de l’apostasie, afin d’accélérer leur rachat228. Les cas de conversion existent en effet, montrant que les craintes de l’Église n’étaient pas totalement sans fondement. Dans les années 1430, le Valencien Joan Vinyals, captif à Bougie, se convertit à l’islam et parvient à fuir vers Murcie où, considéré comme musulman, il est emprisonné. Sa mère Isabel fait alors pression sur le Bailli général de Valence, soulignant que son fils avait abjuré par terreur et que, dès qu’il en avait eu la possibilité, il avait rejoint les terres chrétiennes. Finalement, ayant juré avoir fui pour se réconcilier avec la vraie foi, Joan est libéré229. Quelques années auparavant une aventure semblable, bien que moins chanceuse, arrive à Pere de Serra. Ce Sarde était captif à Minorque de Guillem de Parets. Avec d’autres compagnons d’infortune il parvient à fuir l’île, mais une tempête les déporte vers le Maghreb, et il retrouve à Bougie son état de captif. Il se convertit alors et parvient à s’enfuir quelque temps après. Mais les infortunes de la mer le font arriver à Majorque, où il est reconnu et d’où il est reconduit à Minorque. Son retour à la foi chrétienne ne l’empêche pas de rester emprisonné par les officiers royaux. Son ancien maître, soucieux sans doute de reprendre possession de sa propriété, plaide sa cause auprès des autorités, soulignant lui aussi que la conversion s’était faite sous l’effet de la terreur et que s’il n’avait pas abjuré il serait mort230. À côté de ces cas exceptionnels et bien documentés, combien de captifs ont pu céder à la tentation de conditions meilleures ? Il est difficile de le savoir, mais il est certain que le risque était pris très au sérieux par l’Église, qui chercha à favoriser le retour rapide en terre chrétienne de ces hommes qu’elle considérait en danger.

72L’émotion suscitée par la situation des infortunés s’est donc traduite par un effort financier important, surtout dans les régions littorales, et par l’organisation des rachats. Pour cela les captifs ont pu compter sur l’aide de leur pays d’origine, tant publique que privée, qui a rendu possible leur retour en terre chrétienne.

73L’aide la mieux connue, en raison des traces qu’elle a laissées dans la documentation, est l’aide publique apportée par les souverains et parfois les autorités municipales.

  • 231 ARM, RP, compte de 1312, f. 17r, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 980bis.
  • 232 Éd. A. Altisent, L’almoina reial a la cort de Pere el Ceremonios. Estudi i edicio dels manuscrits d (...)
  • 233 Par exemple ARV, MR, Rg. 35, f. 157v ; ACA, C., Rg. 2415, f. 68v-69r (23/4/ 1415).
  • 234 ARV, MR, Rg. 35, f. 156v (22/2/1414).
  • 235 En 1424 Ambrogio Spinola est nommé pour traiter de la libération de captifs aux mains du sultan. En (...)
  • 236 En 1424 sont élus quatre « aggregati » de l’Ufficio di Misericordia avec pour charge de rassembler (...)
  • 237 S. Fodale, « Il riscatto dei Siciliani “captivi” in Barberia (xiv-xv secolo) », Quaderni medievali, (...)
  • 238 Deux de Pise, un de Livourne, deux de Piombino et un de l’île d’Elbe.
  • 239 ASP, Diplomatico, Atti pubblici, 16/9/1379. Le total des sommes avancées dépasse les 660 florins.

74Les rois d’Aragon et de Majorque consacrent en effet des sommes importantes à la rédemption de leurs sujets. En 1312 Sanche participe ainsi au paiement de la rançon du Majorquin Estheve de Rosches, retenu à Bougie, à hauteur de 10 livres, et puise pour cela dans la somme consacrée par son père Jacques II aux rachats de chrétiens231. En 1384 le roi d’Aragon fait plusieurs dons pour d’anciens captifs de Bougie, de manière à leur permettre de rembourser les dettes qu’ils avaient contractées pour leur rachat, et donne également 9 sous à un Valencien qui est encore détenu232. Dans certains cas l’aide royale se traduit par le don d’un captif musulman à échanger233, que souvent on dispense de payer les taxes de sortie234. On rencontre cette même sollicitude du pouvoir à Gênes, soit directement235, soit à travers l’Office de la Miséricorde236. En Sicile, les souverains constituent un fonds spécial pour le rachat des captifs, alimenté par une taxe sur les testaments et les héritages237. À Pise également la Commune se préoccupe de ses citoyens retenus au Maghreb : en 1379 à Majorque, six anciens captifs pisans de Bougie238reconnaissent à maître Andrea Barructio, représentant de la Commune, devoir des sommes avancées pour payer leur rachat, sans doute effectué par des Majorquins239.

  • 240 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 337-353.
  • 241 Parfois davantage pour des personnes plus importantes, comme des nobles ou des patrons de navires. (...)
  • 242 Ibid.
  • 243 Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., passim. Id., « Atención valenciana », art. cité, p (...)

75Outre les souverains, les villes participaient activement à ces rachats. Valence en particulier y a consacré des efforts financiers importants240. En 1324 sont promulguées les « Ordinacions per a traure cautius christians de poder de infeels », qui posent le cadre légal d’intervention de la ville. Deux représentants par paroisse rassemblent de l’argent, notamment par des quêtes les jours de fête. Chaque captif reçoit ensuite un don de 15 livres241pour aider à son rachat. Le procurateur du bénéficiaire, souvent un membre de sa famille, s’engage à rembourser la somme si la personne meurt avant sa libération, si elle apostasie, ou si elle se rachète sans intervention de la cité242. De nombreux Valenciens retenus à Bougie ont ainsi pu bénéficier de cette aide, surtout à partir de 1375243.

  • 244 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 343.
  • 245 C. Batlle i Gallart, M. Casas, « La caritat privada i les institucions benèfiques de Barcelona (seg (...)
  • 246 G. Cipollone, « L’ordre de la Sainte Trinité et de la rédemption des captifs (1198). Les Trinitaire (...)

76Mais plus généralement c’est toute la société des régions littorales qui a été mobilisée par ce problème. À Valence les corporations participent au rachat de leurs membres244et on observe souvent une solidarité entre gens d’un même métier : à Barcelone en 1269 le marchand Pere Tores précise que les captifs rachetés avec son argent doivent être eux-mêmes marchands245. Des confréries de laïcs s’organisent également pour apporter leur aide246.

  • 247 N. Coll Julià, « Documentación notarial relativa a los pobres en la Cataluña del siglo xv », La Pob (...)
  • 248 AHPB, A. Brocard, Primum librum apocharum faciencium pro diversis manumissoriis, 1410-1424 (106/37) (...)
  • 249 AHPB, B. Nadal, Manual de cartas de pago de diferentes testamentarias, 1423-1436 (58/181), f. 12r-v (...)
  • 250 AHPB, Jan Franch, Manual, 23, f. 118v-119r, éd. Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana », art. cité (...)
  • 251 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 346. A. Borràs i Feliu, « L’ajuda als pobres en (...)
  • 252 Ces licences fixaient la somme à collecter et une limite de temps.
  • 253 ACA, C., Rg. 2180, f. 59r-v (8/6/1406).
  • 254 ACA, C., Rg. 2212, f. 100r-v (23/9/1404) : Guillem Segerra, marin de l’île de Majorque, qui fut cap (...)
  • 255 Cf. infra p. 477-478.

77Les dons pour aider les captifs se font alors très nombreux dans les testaments. À la fin du xive et au xve siècle les legs in auxilium redemptionis se multiplient en Catalogne247. Ce sont souvent des sommes assez modestes, destinées surtout à compléter l’argent déjà récolté. En 1419 Bernat Roger, marchand de Barcelone, lègue ainsi 4 livres à Jacmeta, femme de Matheu Fabrer, pour le rachat de son époux captif à Bougie248. En 1423 Alamada, veuve de Pere Lethonis, notaire de Blanes, reçoit de Johannis Ronerio 50 sous pour le rachat de son fils et promet de les restituer au cas où ce dernier viendrait à mourir à Bougie avant d’être libéré249. En 1434 c’est Gabriela, femme d’Andreu Servià, marin barcelonais, qui reçoit 20 sous de Thomasie, veuve du patron de nave Pere Ponsgem, in auxilium redemptionis sive rescat dicti viri mei, qui pro nunc captivus detinetur per infideles agarenos in civitate et regno de Bogie terre barbarorum250. De même à Valence la majorité des testaments comporte des legs en ce sens251. Enfin les captifs, et surtout leurs proches, reçoivent du roi des autorisations d’aumônes pour rassembler les sommes demandées252. En 1406 par exemple Johan Felip, prêtre de Castel d’Empurias dans le diocèse de Gérone, est à Bougie et doit payer 120 doubles au musulman qui le détient. Le roi d’Aragon donne à son frère Stefan une autorisation de demander des aumônes pendant deux ans, afin de rassembler la somme253. Cette licence peut être accordée à un captif revenu en terre chrétienne, soit pour régler ses dettes254, soit pour payer son propre rachat et celui de ses proches qu’il a laissés en terre musulmane255.

  • 256 G. Cipollone, « La redenzione e la liberazione dei cativi. Lettura cristiana e modello di redenzion (...)
  • 257 AMV, Manual de consells, A 19, f. 25v (6/9/1388).
  • 258 Chr. Guillené, « Assistance et charité à Gérone au début du xive siècle », La Pobreza y la asistenc (...)
  • 259 Au xiiie siècle, sur 283 testaments, 27 ont des dispositions en faveur des Mercédaires, et 81 donne (...)
  • 260 R. Sáinz de la Maza, « Los mercaderios de la Corona de Aragón durante la segunda mitad del siglo xi (...)
  • 261 ARV, P. 2641, f. 183r-185v, 189r (7-8/6/1390).
  • 262 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n°14 (1388), cité par Brodman, Ransoming capt (...)

78Une partie importante des dons était cependant destinée prioritairement aux ordres religieux spécialisés dans les rachats et qui, pour mener à bien leurs missions, avaient besoin de récolter des fonds. La règle des Trinitaires faisait obligation de consacrer aux œuvres de rachat un tiers des revenus de chaque maison256. Pour cela ils faisaient appel à la générosité publique. Ainsi en 1388 la ville de Valence donne à l’ordre de la Merci 100 florins d’or d’Aragon pour le rachat d’un certain nombre de chrétiens257. Mais ce sont surtout les fidèles, par des aumônes et des legs testamentaires, qui contribuaient à leurs revenus. À Gérone, entre 1320 et 1330, 23 % des testaments comprennent une clause relative au rachat des captifs, soit pro captivis redimendis, soit explicitement pour les Mercédaires258. La même attention au rachat des chrétiens se retrouve dans les testaments barcelonais259. Cette recherche d’argent entraîna parfois des rivalités entre les deux principaux ordres de rédempteurs, sans parler des cas de faux quêteurs, qui furent semble-t-il nombreux260. Ces fonds cependant ne suffisent pas durant les années de crise. En 1390 le provincial des Trinitaires de Valence est contraint de vendre des cens pour payer le rachat de deux frères retenus à Bougie261. En 1388, incapable de libérer plus de trente-huit personnes et devant le grand nombre de chrétiens retenus à Bougie, deux mercédaires demandent à Valence au cardinal Jaume de proclamer une indulgence pour ceux qui donneraient de l’argent aux rédempteurs262.

Les modalités des rachats

Le cadre juridique
  • 263 F. D. Gazulla, « La redención de cautivos entre los musulmanes », Boletín de la Real Academia de Bu (...)
  • 264 A. Benremdane, « Al-Ğihād y la cautividad en los dictámenes jurídicos o fatuas de los alfaquíes mus (...)
  • 265 Benremdane, art. cité, p. 454. Dans le détail la libération de ces captifs faibles donne lieu à une (...)
  • 266 Benremdane, art. cité, p. 454 ; Hasnaoui, art. cité, p. 554.

79Les juristes musulmans avaient fixé les cadres réglementaires de ces rachats263, dans le contexte idéologique et politique du djihad et non en termes simplement économiques. Al-Wanšarīsī rappelle que l’islam permet le rachat des captifs contre le paiement d’une rançon (fidya)264. Mais il distingue plusieurs catégories de personnes, en fonction de leur aptitude à faire la guerre. La question est de savoir si l’on peut laisser retourner dans le Dār al-arb quelqu’un qui sera en mesure ensuite de combattre les musulmans. La réponse est simple pour les enfants, les vieux, les femmes, les blessés et tous ceux qui sont incapables de prendre les armes. Il suffit alors de les échanger contre une rançon265. Pour les hommes jeunes en revanche la position des juristes est différente. Ils représentent un double danger, d’une part parce qu’ils sont capables de se battre, d’autre part parce qu’ils ont pu observer les musulmans au cours de leur captivité et enregistrer des informations à valeur stratégique. C’est pourquoi certains juristes vont jusqu’à autoriser leur mise à mort. La plupart cependant permettent leur libération, mais uniquement par échange266. Ainsi l’équilibre des forces est maintenu et l’opération permet le retour de combattants potentiels.

  • 267 Hasnaoui, art. cité, p. 555.

80L’autre question posée par les juristes porte sur l’autorité en droit de procéder à cette libération. Certains considèrent que seul l’imām le peut, alors que d’autres autorisent le maître du captif à le libérer de sa propre initiative267.

81Mais il ne faut pas perdre de vue que ces fatwas (souvent andalouses d’ailleurs, ou liées au contexte de Reconquista) sont le reflet de l’antagonisme entre l’islam et le christianisme, et ne donnent qu’une position théorique. Dans les faits, les rachats obéirent essentiellement à des règles purement mercantiles ou à des logiques diplomatiques.

  • 268 M. D. López Pérez, « La financiación de las empresas corsarias catalanoaragonesas durante la Baja E (...)
  • 269 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 12.

82Les modalités de rachat diffèrent tout d’abord selon que l’on se trouve ou non en période de trêve. En l’absence d’un tel accord, seules les lois du marché et l’habileté du négociateur établissent le prix de rachat. Le captif pouvait s’entendre lui-même sur le prix à payer et passait alors un contrat avec son maître. En Catalogne ce contrat se nommait « tallas » ou « composiciones de alforria »268. Ce principe existait également dans les terres hafsides, comme le montre le projet de traité de 1444 qui prévoit le cas d’une « taglia » qui aurait fixé un prix trop élevé269.

  • 270 Ces règles ne s’appliquent que pour les captifs pris avant la conclusion de la paix. Les autres doi (...)
  • 271 Paix Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 3.
  • 272 Art. 7.
  • 273 ACA, C., Rg. 2177, f. 9r (2/10/1403). Lettre envoyée par le roi d’Aragon à Abū Fāris.
  • 274 Paix Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 13.
  • 275 Art. 9, 11.
  • 276 S’ils sont nés avant la signature de la paix et ont moins de dix ans, ils ne paieront que la moitié (...)
  • 277 Art. 4.
  • 278 Art. 8.
  • 279 Ils peuvent se racheter individuellement. Art. 12.

83En période de paix en revanche les traités définissent, parfois avec une grande précision, le cadre de ces transactions et la fixation du prix270. La paix de 1403 entre le roi d’Aragon et le sultan de Tunis en est un bon exemple. Le 6 juin, après des années de crise marquées par les activités des pirates hafsides, le sac de Torreblanca et l’expédition de représailles contre les côtes hafsides, Martin l’Humain et Abū Fāris parviennent à un accord valable pour cinq ans dans toutes les terres placées sous leur autorité. Pas moins de douze articles règlent la question des captifs, alors nombreux tant dans les terres hafsides que dans les domaines de la Couronne d’Aragon. Tout d’abord, pour éviter que des captifs soient soustraits à l’application de l’accord, il est interdit de les porter hors des royaumes concernés par le traité. Si un propriétaire enfreint cette règle, il devra non seulement restituer son captif, mais en plus régler une amende égale à son prix271. La somme à payer doit être égale à celle déboursée lors de la première vente, sans tenir compte d’une quelconque plus-value272. L’objectif était d’éviter une spéculation sur ces hommes, visant à augmenter artificiellement leur coût à la veille de leur rachat. Ainsi en octobre 1403 le Valencien Pasqual Barbastre, aux mains depuis huit ans (donc capturé hors de la période de trêve) de Sibili, moro de Bougie, doit en vertu du traité pouvoir se libérer en payant ou faisant payer à son maître le prix d’achat initial273. Pour ceux qui sont la propriété personnelle du sultan enfin, le montant est fixé à cinquante doubles par tête274. Aucune taxe de sortie ou autre ne sera levée sur ces hommes une fois libérés, qui pourront rentrer avec leurs biens et leur argent275. Enfin l’accord prévoit avec minutie certains cas particuliers : les enfants nés en captivité276, les morts ou conversions qui rendent impossible un retour277, les retards de paiement278et les gens achetés au cours d’une même vente279.

84Ces règles visent donc à concilier les nécessités de la paix et les intérêts des propriétaires de captifs. Elles établissent un prix raisonnable ou au moins limitent la spéculation dont ces infortunés pouvaient faire l’objet.

85Dans la pratique deux grands cas de figure se présentaient. Le captif pouvait bénéficier d’une libération collective, dans le cadre soit d’une négociation diplomatique (il s’agissait alors souvent d’échanges), soit d’une opération de rachat par un ordre religieux de rédempteur comme les Trinitaires ou les Mercédaires. Hors de ce cadre, le rachat était négocié individuellement.

Les missions officielles de rachats et d’échanges de captifs

86Les opérations les plus visibles sont les rachats et échanges collectifs par la voie diplomatique, car elles ont laissé une abondante documentation, le plus souvent dans les années suivant la signature d’un traité de paix.

  • 280 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1314, art. 11, 15.
  • 281 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 8.
  • 282 Sur les quarante et un captifs, l’un est mort, un autre a réussi à s’enfuir, et un troisième a été (...)
  • 283 « Quells tenen per sant en la lur lig ».
  • 284 ACA, CRD, Jaime II, caja 101, extra series, n° 892 (3/4/1315), éd. H. Finke, Acta Aragonensia. Quel (...)
  • 285 ACA, C., Rg. 24, f. 126r (13/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1124.
  • 286 Id., f. 126r (18/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1123 ; Capmany, Memorias, op. cit., n (...)
  • 287 Id., f. 126v (18/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1125.
  • 288 Id., f. 126v-127r (28/5/1315), éd. Ibid., n° 1126.

87Les années 1312-1320 en donnent un exemple bien documenté. En 1312 le sultan indépendant de Bougie Abū Bakr signe la paix avec le roi Sanche de Majorque, et deux ans plus tard avec Jacques II d’Aragon. L’accord de 1314 prévoit la libération de tous les captifs retenus dans les terres du sultan et réciproquement celle des Bougiotes captifs dans les terres du roi d’Aragon. Il est prévu par ailleurs qu’en cas d’attaque durant la période de trêve, réparation devra être faite dans les trois mois suivant la réclamation280. Le traité de 1312 se limite à une interdiction de la piraterie, ce qui constitue le cadre juridique des réclamations ultérieures281. Dans les années qui suivent les ambassades se croisent, pour réclamer la libération de captifs, venir chercher ces derniers, ou au contraire protester contre les lenteurs du processus. Ainsi en 1315 Jacques II d’Aragon reçoit le rapport de Bernat Benencasa, consul par intérim à Bougie, arrivé le 5 février en compagnie de l’ambassadeur du sultan, Ferran Jove. Le lendemain Bernat est reçu par le chambellan Ibn Gamr, qui s’engage à verser le tribut dû au roi d’Aragon. Ne parvenant pas à réunir la somme prévue de mille dinars, le chambellan fait conduire au fondouk trente-huit sujets de la Couronne d’Aragon, représentant la valeur des dinars promis282. Il exige par ailleurs la libération des Bougiotes capturés sur le navire du Majorquin Fornells et s’engage à payer pour leur rachat dans les six mois la somme de mille dinars. Il demande seulement, par mesure exceptionnelle, de rapatrier dès que possible un homme pauvre et pieux283qui appartient, croit-on, à Francesc Marades et qui était chez lui maître d’école284. Quelques jours plus tard Jacques II promet au chambellan d’intervenir en faveur du saint homme285et l’assure de la libération des autres captifs dès qu’il aura reçu les mille dinars promis286, ordonnant pour cela au Bailli général du royaume de Valence de faire rechercher les Bougiotes qui se trouvaient sur le bateau de Bonanat de Fornells. Le Bailli devra fixer les prix de rachat avec modération, afin de ne pas dépasser les mille dinars promis par le sultan, et est également invité à faire libérer sans tarder le maître d’école réclamé par Ibn Gamr287. Enfin Jacques II demande au Bailli d’annuler l’engagement solennel contracté par ses sujets libérés, à qui il avait demandé lors de leur arrivée à Valence de promettre de verser 1000 dinars288.

  • 289 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 104v-105r (17/8/1313), éd. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab mo (...)
  • 290 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 107v-112v (août 1313). L’ensemble de ce dossier est édité par Aguil (...)
  • 291 Un des témoins précise : de Bougie, Constantine, Collo et Jijel.

88Avec Majorque également le traité de 1312 offre la possibilité d’un retour des captifs et en 1313 un échange est organisé par le plénipotentiaire majorquin Grégori Salembé. Mais le roi Sanche reproche à ce dernier de l’avoir entraîné dans des dépenses excessives et demande l’ouverture d’une enquête289. Les témoignages recueillis en faveur de Salembé permettent de suivre la négociation menée en vue de cet échange290. L’interlocuteur de l’ambassadeur est l’alfaqui de Bougie, c’est-à-dire le chambellan Ibn Gamr, qui dirige alors les affaires de l’État au nom d’Abū Bakr. Il ne négocie pas directement cependant. Les discussions ont lieu sur la galée du Majorquin, à l’ancre dans le port devant la porte de la Darassana (de l’Arsenal). Il a d’abord comme intermédiaire le caïd des miliciens chrétiens de Bougie, Garcia Pérez de Mora, qui agit au nom du chambellan et retourne régulièrement lui rendre compte des discussions. Dans un premier temps Ibn Gamr propose de délivrer douze Majorquins, contre lesquels il demande cinquante sujets du sultan291captifs dans les terres de Sanche. Garcia Pérez et Salembé s’entendent finalement sur trente libérations, mais le chambellan refuse et renvoie son caïd à bord de la galère, n’exigeant plus cette fois que quarante personnes. Devant le nouveau refus de Salembé, qui ne veut pas dépasser les trente, les deux hommes se séparent sur un désaccord. Garcia Pérez croise alors sur son chemin Benet Blancas, consul majorquin, et le Génois Andriol de Bellmunt (Andreolo Belmondo ?), envoyés par le chambellan pour discuter avec Salembé. Les trois hommes montent à bord et arrivent finalement à un accord de compromis : les douze Majorquins seront échangés contre trente-deux Bougiotes, dont deux seront payés par le consul. Salembé aura la liberté de choisir les musulmans à libérer, privilégiant ceux qui seront les plus accessibles et meilleur marché. Le caid retourne alors voir Ibn Gamr, qui donne son accord et envoie Ibrahim Argenter avec Salembé pour prendre possession des hommes libérés. Sanche finalement absout Salembé et accepte d’envoyer les trente-deux Bougiotes avec le représentant du sultan.

89Ces libérations donnent donc lieu à des négociations au plus haut niveau de l’État, ce qui n’exclut pas des marchandages acharnés de boutiquiers, qui peuvent parfois durer des années et ne pas aboutir.

L’action des ordres religieux
  • 292 S. Pagano, « Il testo della Regola dei Trinitari (1198) : redazione, annotazioni diplomatiche, aggi (...)
  • 293 Y. Dossat, « Les ordres de rachat, les Mercédaires », Assistance et Charité, Toulouse, 1978 (Cahier (...)
  • 294 D’autres religieux contribuèrent à ces rachats au Maghreb, mais de manière beaucoup plus marginale, (...)
  • 295 Yves Dossat qualifie les Mercédaires de « médiocres archivistes », et le même constat pourrait être (...)
  • 296 Cf. pour les Trinitaires P. Dan (v. 1580-1649), « Les plus illustres captifs », RA, 27, 1883, p. 11 (...)
  • 297 Dossat, art. cité, p. 382.

90L’Église, préoccupée par le problème en raison notamment des risques d’apostasie, favorisa le développement d’ordres spécialisés dans ces actions de rédemption. En 1198 Innocent III approuve la règle des Trinitaires292et en 1218 (ou en 1223) Pierre de Nolasc et Raymon de Peñafort fondent l’ordre des Mercédaires293. Ces deux ordres se donnent pour mission de favoriser le retour des chrétiens retenus en terre d’islam294. Ils ont laissé malheureusement très peu d’archives utiles pour connaître leur activité de rédempteurs295. Leurs historiens, à l’époque moderne, ont bien cherché à relater les hauts faits de leurs frères, mais leurs exagérations, fondées sur des récits apocryphes et souvent miraculeux, les rendent difficiles d’utilisation296. Les premières années de leur action au Maghreb restent donc assez obscures. Au milieu du xiiie siècle, les Mercédaires ne comptent d’ailleurs que quinze maisons, regroupant une centaine de religieux297. C’est surtout à partir du dernier quart du xive siècle que ces religieux apparaissent dans la documentation.

  • 298 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 721 ; Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 108.
  • 299 ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r (20/6/1373).
  • 300 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n°14, cité par Brodman, Ransoming captives, o (...)
  • 301 ARM, AH 74, f. 100v, éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 494-495. Parmi les captifs l (...)
  • 302 ADBR, 351E 138, f. 5r-v (26/3/1407). En cas d’insuccès, les soixante florins lui seront rendus.
  • 303 ADBR, 351E 79, f. 33v (29/5/1398).
  • 304 ARV, MR, Rg. 31, f. 136r (12/5/1431).
  • 305 Sáinz de la Maza, « Los mercaderios », art. cité, p. 238.
  • 306 ACA, Monacales 1276, f. 5r-6r (2/1/1320), cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 105.

91Les missions sont presque toujours menées par des personnages de premier plan et d’expérience, désignés par le maître ou le chapitre général de l’ordre298. En 1373 les commandeurs des Mercédaires de Majorque et de Pampelune partent ainsi pour le sultanat de Tunis299et en 1388 ceux de Barcelone et de Sagunto vont à Bougie300. De même, en 1398, les commandeurs des maisons de Toulouse et de Bordeaux arrivent à Majorque après avoir libéré treize personnes à Bougie301. Les missions partent avec l’argent que leur ordre consacre à cette œuvre et parfois des sommes remises par des particuliers pour qu’ils procèdent à la libération d’un de leurs proches. En 1407 la mère de Bertrand Rodolphe, marin de Saint-Maximin, remet ainsi soixante florins au frère Raymond de Ruppe, du couvent de Montpellier, pour le rachat de son fils302. Dans certains cas, les religieux peuvent avancer l’argent, qui doit cependant être remboursé une fois la personne revenue parmi les siens. En 1398 le frère Jean de Blemeris, élu par le chapitre général des Trinitaires de Marseille pour une mission de rachat à Bougie, promet ainsi à Alasacie, femme de Laurent Vassallie, de traiter dans les meilleures conditions possibles la libération de son mari. En cas de succès, elle devra payer 50 florins au chapitre de l’ordre de Marseille303. Enfin les rédempteurs pouvaient partir avec des prisonniers musulmans dans le but de les échanger. Ainsi en 1431 Muca Bencalema de Bougie et Mancor Ben Ali d’Alger sont achetés par le commandeur du monastère mercédaire de Valence pour être échangés contre des chrétiens304. Parfois leur rôle se limitait cependant à aider financièrement un rachat qui se faisait par l’intermédiaire d’un marchand305, comme en 1320 lorsque le commandeur de la maison de Gérone donne 100 sous à Guillem de Petra afin de l’aider à rassembler la rançon exigée pour son fils retenu à Bougie306.

  • 307 Certains finissent par partager le sort des hommes qu’ils sont venus libérer. En 1390 deux Trinitai (...)
  • 308 ACA, C., Rg. 2246, f. 65v (2/8/1403). Voir aussi ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r (20/6/1373) : lettre (...)
  • 309 À moins qu’il s’agisse de la même mission que la précédente, ce qui n’est pas exclu.
  • 310 ARM, AH 140, f. 52v, éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 518-520.
  • 311 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 342.

92La mission étant délicate307, il faut demander aux autorités hafsides de faciliter leur tâche, ce qui entraîne une intervention du souverain. En août 1403, le roi d’Aragon Martin écrit à l’alcayt de Bougie Mahomet Cresco pour l’informer de la venue des frères mercédaires Johan Cirera et Johan de Montagut et lui demande de les appuyer dans leur mission308. Quelques mois plus tard, en mars 1404, le gouverneur de Majorque écrit au « roi de Bougie » dans le même sens, à la veille du départ de deux mercédaires309. Il lui demande en particulier de veiller à ce que, conformément à la paix signée, les captifs soient rachetés au prix de leur première vente310. D’une manière générale, ces deux ordres ont toujours reçu le soutien des autorités chrétiennes, qu’elles soient civiles ou religieuses, ce qui facilita leur mission311.

  • 312 Par exemple ARM, AH 91, f. 96 (6/6/1410), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 532-535 (...)
  • 313 ARM, Extraordinaris, 470, f. 73r-75v (26/5/1410) ; ARM, LLC, 91, f. 96r-v (6/6/1410), cités par Lóp (...)

93Une fois le captif libéré et rentré chez lui, il était redevable à l’ordre qui l’avait aidé. Il s’engageait, pour un an et un jour, à obéir aux frères et à les suivre312. Il devait leur reverser l’intégralité des dons et des legs testamentaires qui lui étaient destinés, jusqu’à couvrir le coût du rachat augmenté des frais occasionnés. En échange les frères devaient le nourrir, le vêtir et, une fois cette année écoulée, lui permettre de rentrer chez lui313.

  • 314 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n°14 (1388), cité par Brodman, Ransoming capt (...)
  • 315 ARM, AH 91, f. 96 (6/6/1410), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 532.
  • 316 Golubovitch, Biblioteca bio-bibliografica, op. cit., p. 237.

94Les résultats de ces missions à Bougie sont difficiles à évaluer. Il n’est pas possible de s’appuyer sur les récits tardifs et les données chiffrées sont rares : 38 rachats par les Mercédaires en 1388314, 36 chrétiens de Bougie, Tunis, Bône, Collo et Constantine présentés devant le gouverneur de Majorque en 1410315, mais 350 personnes ramenées de Bougie en 1379316. C’est en général assez peu, mais il faut prendre également en considération les aides financières diverses, qui ont pu être décisives. Ces efforts restent cependant insuffisants et l’action des laïcs, qu’ils soient spécialisés dans les rachats ou simples marchands, reste prédominante.

Les rachats individuels
  • 317 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 15.

95Si le captif ne bénéficie pas de ces mesures de libérations collectives, il doit en effet trouver les moyens de se libérer par lui-même. Pour cela il faut dans un premier temps qu’il s’entende sur un prix avec son maître. Il n’est pas exclu que certains aient réussi à se libérer par leurs propres moyens, sans aide extérieure. Le projet de traité de 1444 laisse entendre que certains possèdent des biens et de l’argent et envisage le cas où tout ou partie de la somme à payer au maître a déjà été versé317. Mais le plus souvent il est nécessaire de faire appel à une aide extérieure et à la solidarité des coreligionnaires. Il faut alors organiser matériellement le rachat, en particulier le transfert des fonds.

  • 318 ACA, C., Rg. 2204, f. 51r-v (25/9/1406).

96Quand plusieurs membres d’une même famille sont captifs, le maître peut laisser l’un d’eux (en général le père) rentrer en terre chrétienne rassembler l’argent, notamment en sollicitant des aumônes, le reste de la famille demeurant comme garantie. Ainsi en 1406 Domenico Uno et sa fille Dulcia, originaires de Torreblanca, obtiennent une licence d’aumône de trois ans, pour une somme de 500 doubles. Ils ont été libérés pour pouvoir rassembler cette somme, mais Guillomina, femme de Domenico, et Guillomina leur autre fille sont restées à Bougie à titre de caution (pignore)318.

  • 319 Celui-ci est déjà venu la chercher, mais n’a pas pu réunir la somme nécessaire et a dû repartir bre (...)
  • 320 ADBR, Dugat 1, f. 49r-50r (15/2/1395), trad. Baratier, Documents d’histoire de la Provence, op. cit (...)

97Des intermédiaires étaient le plus souvent nécessaires, avec lesquels le captif devait d’abord réussir à établir un contact. Ceux qui séjournaient dans la ville même de Bougie côtoyaient les marchands chrétiens, qui pouvaient alors transmettre de leurs nouvelles à leurs proches. En 1395 par exemple Douce d’Aubagne, qui a été capturée avec son serviteur Antoine Raymond et portée à Bougie, fait rédiger un acte par Antoine Garcia, « chirurgien » de Bougie. Elle choisit comme procurateurs maître Jaufre Raimond de Toulon319et Raimond Bonet de Marseille. Ceux-ci doivent, en son nom, vendre ses biens pour la racheter (ou si elle meurt racheter Antoine Raymond)320. Un proche pouvait alors venir payer leur rançon, mais le plus souvent le captif avait recours à des hommes spécialisés dans ce type d’affaires.

  • 321 ASG, min. 10, f. 41v (15/7/1288). Le document précise que ce prêt avait fait l’objet (sans doute à (...)
  • 322 AHPB, Bernat Nadal, Manual, 8/11/1404 – 14/5/1405 (58/33), f. 27r-v (4/1/ 1404).
  • 323 AHPB, A. Vilanova, Primi libri manumissoriarum et tutelarum, 1448-1458 (165/101), cité par Coll Jul (...)

98La plus grande part des rachats était en effet effectuée par des personnes privées, qui sans nécessairement s’en faire une spécialité, en retiraient un bénéfice. En ce sens les captifs sont une source de richesse également pour ces intermédiaires, qui traitent ces affaires avant tout dans le souci de rentabiliser leurs investissements. Parfois leur intervention se limite à de simples prêts accordés à des captifs pour permettre leur libération. Ainsi, en 1288, Oberto de Garibaldo, lainier de Gênes, rembourse à Ansaldo de Modulo 13 livres pour 13 doubles que Simone, fils d’Ansaldo a prêtés à Giovannino, frère de Garibaldo pour son rachat à Bougie321. De même, en 1404 à Barcelone, Ali Mandil et Hamet ben Saber, deux Bougiotes anciens captifs de Ramon Fivaller et Gabriel Sapila, reçoivent du marchand Nicolau Despuig l’équivalent en monnaie de Barcelone de 50 doubles morisques d’or destinés à compléter l’argent de leur rançon, et promettent de les lui rendre à Bougie322. Les sommes rassemblées pouvaient en effet être acheminées par des marchands, ou faire l’objet d’opérations de change. En 1455, un marchand barcelonais fait ainsi plusieurs legs en faveur de captifs chrétiens, dont un retenu à Bougie, et demande que les sommes soient virées par l’intermédiaire de la Taula de canvi de Barcelone323.

  • 324 Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, p. 85-106.
  • 325 En novembre 1178 la charge est cédée par le roi Alphonse le Troubadour au Barcelonais Bernat Marcùs (...)
  • 326 J. W. Brodman, « Municipal Ransoming Law on the Medieval Spanish Frontier », Speculum, 60/2, 1985, (...)
  • 327 Au xive siècle Pere Martinez de Mora est également torciman (drogman) de la Maison royale. Ferrer i (...)
  • 328 Ch.-E. Dufourcq, « Un projet castillan du xiiie siècle : la “croisade d’Afrique” », RHCM, 1, 1966, (...)
  • 329 Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, p. 89.
  • 330 D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du por (...)

99Mais l’implication de ces marchands pouvait être plus grande et certains allaient chercher eux-mêmes le captif au Maghreb. Le statut de ces rescatores est variable. En Espagne, il est depuis longtemps codifié, en relation avec les opérations de rachats trans-frontalières324. On les nomme mostalafs, alfaqueques, ou encore exea. En Catalogne le droit de racheter les captifs appartient au souverain, qui le concède à des personnes ou à des familles, contre une certaine somme325. La rétribution du travail est parfois fixée, comme en Aragon où on établit la commission à 10 %, et s’il s’agit d’un échange à un maravedi d’or326. En Catalogne au xive siècle il leur faut prêter serment devant un officier royal et ils bénéficient alors d’une immunité comme représentants du roi. Ils doivent avoir des qualités de négociateurs et de marchands et en Castille, comme dans les terres catalanes, on exige qu’ils connaissent la langue arabe327. Cette charge, très lucrative, était accompagnée en Castille d’une interdiction de commercer328, mais cette interdiction ne fut pas toujours respectée et elle n’existait pas en Catalogne329. À Marseille en revanche, il n’y a pas d’organisation particulière et ce sont de simples marchands qui ont développé cette spécialité, tout en continuant par ailleurs à transporter des marchandises à destination du Maghreb330.

  • 331 Cf. P. Malausséna, « Promissio redemptionis : le rachat des captifs chrétiens en pays musulman à la (...)
  • 332 Ibid., p. 261.
  • 333 Il doit à son retour donner la preuve des sommes engagées. Ibid., p. 269.
  • 334 Ibid., p. 270 ; López Pérez, « La financiación », art. cité, p. 98.
  • 335 Ibid., p. 98.

100La personne chargée du rachat passait avec le captif ou ses proches un contrat, qui prévoyait la somme à avancer et les modalités de remboursement. Dans certains cas l’argent du rachat était donné à l’avance, sous une forme ou sous une autre. Plusieurs documents marseillais permettent d’étudier les modalités de ces opérations331. Ces promesses de rachat se font en général au printemps, c’est-à-dire avant le départ des navires pour le Maghreb. Le marchand promet d’aller usque partes maurorum infidelium sancte Christianitatis inimicos332. S’il avance l’argent, les demandeurs s’engagent sur leurs biens présents et à venir et, dans le cas contraire, un notaire rédige un acte précis, où le marchand promet de compléter au besoin la somme confiée et à l’inverse de rembourser l’argent non utilisé333. Si le rachat ne se fait pas en raison de la mort ou de la fuite du captif ou encore parce que la transaction ne peut se réaliser, alors le marchand doit rembourser les sommes perçues334. Si par contre le captif est racheté, mais qu’au cours du voyage de retour il meurt, la somme doit être acquittée. En cas de nouvelle capture en cours de route, à Marseille le marchand n’est pas responsable, alors qu’à Barcelone il ne l’est que si le pirate fautif est chrétien335.

  • 336 AHPB, Juan Nadal, Manual, 9/5/1410 – 16/10/1410 (54/17), f. 28r (16/6/ 1410).
  • 337 ARV, MR, Rg. 69, f. 170r (18/2/1458).
  • 338 ACA, C., Rg. 3565, f. 153v-154 (15/3/1488), éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones interna (...)
  • 339 ARV, MR, Rg. 28, f. 14r (1409).
  • 340 ARV, MR, Rg. 52, f. 116r (19/6/1434).

101Pour effectuer le rachat, il était possible de venir avec de l’argent, mais aussi avec un captif musulman à échanger. En 1410 à Barcelone par exemple, Antoni Serda reconnaît devoir à Guillem de Fonolleto, marchand de cette ville, 85 doubles valant 66 livres 10 sous. Cette somme est la valeur d’un captif musulman de Bougie qui est ramené chez lui pour y être échangé contre Perico, père d’Antoni336. Pour cette opération il fallait à Valence payer la taxe qui frappait toute sortie de musulman du royaume. Ainsi, en 1458 Mahomat Loarchet, originaire de Bougie et ancien captif de Nicolau Julia, passe en terra de moros pour être échangé contre un chrétien retenu à Bougie, et il faut payer pour sa sortie une taxe de 136 sous337. En principe, par charité et pour faciliter ces démarches, le propriétaire d’un musulman doit le revendre au prix auquel il l’a acheté, sans chercher à faire de bénéfice. Dans la pratique il fallait que le maître accepte de se défaire d’une main d’œuvre utile, alors que la détresse des familles le mettait en position de mieux négocier le prix. Un document de 1488 montre d’ailleurs les difficultés rencontrées pour se faire remettre ces Maghrébins. Dans une lettre adressée aux jurats de Majorque, le roi Ferdinand s’indigne qu’un de ses sujets, qui avait acquis pour 40 livres un captif originaire de Bougie, refuse de s’en défaire pour moins de 250 doubles, somme près de cinq fois supérieure. Le roi demande donc qu’on contraigne le propriétaire à revendre cet homme au prix d’achat, en vertu d’une règle ancienne qui l’y oblige. Il est vrai que le maître de cet esclave musulman est un certain « Maçamet, doctor en ley » du royaume de Majorque, et se soucie sans doute bien peu de la libération d’un chrétien338. Le plus souvent on envoie à Bougie un musulman originaire de cette ville ou de ses environs. Ce n’est cependant pas toujours le cas, et on constate une grande mobilité entre les principaux ports du sultanat ou les villes de l’intérieur, avec des échanges parfois complexes. En 1409, un certain Benhacen de Dellys, captif à Carthagène dans le royaume de Castille, est racheté pour 440 sous par Andrés Pérez de Tudela, pour le mener à Bougie et l’échanger contre Genis Pérez de Tudela, frère d’Andrés339. En 1434 Ali Algunirini, originaire de Bougie, est envoyé à Alger pour être échangé avec Lorenç Ros, patron de barca de Barcelone, captif à Bougie340.

  • 341 Éd. Conio, « Rescat », art. cité, p. 12-16.

102La somme pouvait également être confiée en marchandises à négocier sur place. En 1396 Thomas Colomier, marchand et citoyen de Marseille spécialisé dans ce type d’opérations, surtout à Bône et Bougie, passe un contrat avec Bertrandet Isnard, de Toulon. Le père et le frère de Bertrandet sont en captivité à Bougie et le rachat se monte à 118 doubles et demi de Berbérie, soit une somme de 176 florins et un gros. Pour cela Bertrandet donne à Thomas Colomier 100 florins « de regina » qu’il complète avec quatre botas d’huile, contenant 28 mezarolie, à trois florins la mezarolia. Colomier doit porter le tout (valant donc 184 florins) à Bougie, vendre l’huile au meilleur prix et, avec le produit de cette vente, racheter les deux hommes, s’engageant à rendre le trop perçu à son retour. Pendant plusieurs années il ne parvient cependant pas à racheter les deux hommes et ce n’est que le 7 août 1400, à Bône, que Jean Isnard signe un contrat de rachat avec Colomier. Devant plusieurs marchands chrétiens, il reconnaît qu’il est actuellement aux mains de Massumet Hibili, marchand de Bougie et il promet de régler à Colomier les 108 doubles d’or et demi payés à son patron, ainsi que les dix doubles que chaque ancien captif doit régler à la porte de la Mer quand il quitte la ville. Il s’oblige sur tous ses biens présents et à venir et s’engage à rester soumis à Colomier et à ne pas le quitter avant d’avoir totalement remboursé la somme. Une fois rentré, estimant que le marchand a fait un bénéfice en vendant l’huile à Bône, Isnard se considère alors comme quitte, mais Colomier affirme qu’il a perdu de l’argent dans l’opération et engage un procès contre Joan Didier, qui s’était porté garant de Bertrandet, lui réclamant encore 52 florins et 9 gros341.

  • 342 Paris, BNF, nouvelles acquisitions latines, 1352, f. 85v (6/4/1401).
  • 343 Malausséna, art. cité, p. 261-262.
  • 344 Ibid., p. 262-263.

103Cet exemple montre combien les rachats de captifs sont pour Colomier une activité normale, qu’il exerce avant tout en homme d’affaires. Ce personnage intervient en effet fréquemment dans des rachats, qui lui rapportent des sommes importantes. On le retrouve en 1401 quand un villageois de Six-Fours, Guillaume Audebert, lui demande de libérer sa femme et sa fille ou si elles sont décédées ses deux fils, tous captifs à Bougie342, et dans de nombreuses autres opérations du même type. Il organise régulièrement des voyages au Maghreb, surtout à Bône, pour son propre compte ou pour celui des marchands Jacme de Favas et Barthelemy Symondel. D’origine barcelonaise, il s’est fixé à Marseille où il épouse la fille d’un marchand343. Mais il garde de nombreux contacts avec les pays de la Couronne d’Aragon, qui facilitent sans doute ses relations avec les marchés maghrébins, ses activités et ses investissements mêlant toujours commerce de marchandises et rachats. Parfois ce sont ses associés Favas et Symondel qui contactent les familles, mais c’est toujours lui qui fait le voyage et réalise le rachat344.

  • 345 En 1387 Pierre d’Aups demande au marchand Majorquin Antoni Saurel de faire racheter son fils Pierre (...)
  • 346 ASP, Diplomatico, Atti pubblici, 16/9/1379.
  • 347 ARM, A. Costanti, 1404, f. 13 (4/1/1404), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 10 (...)
  • 348 ARM, AH 75, f. 163 (9/9/1399), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 500-502. Ce Dalmau (...)

104D’une manière générale ce sont souvent des sujets de la Couronne d’Aragon, en particulier des Majorquins, qui réalisent ces opérations. Leurs relations commerciales, et peut-être leur connaissance des musulmans, les aident dans cette entreprise. Les Marseillais345et les Pisans346passent souvent par leur intermédiaire, ce qui montre une reconnaissance de leur savoir-faire en la matière. Parmi ces rescatores les juifs, et plus tard les convers, ont tenu une place importante. En 1404 par exemple, le juif majorquin Johan Barachon intervient dans la libération de Ramon Gomila de Minorque, captif à Bougie347, et en 1399 Saura, femme de Pere Torres, est libérée avec son petit-fils par Dalmau Montagut, marchand convers de l’île348.

105Comme pour les échanges commerciaux, il est difficile d’évaluer quantitativement les profits de la piraterie. Le butin et l’utilisation des captifs comme main d’œuvre servile apportaient incontestablement des richesses importantes, mais les seules données disponibles sont les montants élevés des rançons payées pour les rachats.

  • 349 Parfois la somme indiquée dans le document n’est qu’une partie du prix du rachat, celle qui a fait (...)

106Entre 1378 et le milieu du xve siècle, une cinquantaine de prix de rachats peut être rassemblée349. Souvent, la somme est exprimée en doubles d’or, c’est-à-dire en dinars, monnaie utilisée à Bougie pour payer le propriétaire du captif.

Tableau 19. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN DOUBLES (1378-1441)

Tableau 19. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN DOUBLES (1378-1441)
  • 350 Cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

Note350

  • 351 Éd. partielle P. Mainoni, Mercati lombardi tra Barcelona e Valencia nel Basso medioevo, Bologne, 19 (...)

Note351

Tableau 20. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN MONNAIES EUROPEENNES (1379-1427)

Tableau 20. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN MONNAIES EUROPEENNES (1379-1427)
  • 352 D’après James W. Brodman cette somme représente un ou deux ans de revenus d’un laboureur. Brodman, (...)
  • 353 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, art. 13. Dans le projet de traité de 1444 entre la Couronne d’Ara (...)
  • 354 Trad. M. de Epalza, La Tufa, autobiografía y polémica islámica contra el Cristianismo de Abdallāh (...)

107Les prix payes par les captifs sont donc très variables. Ils dépendaient sans doute en partie de la valeur de la personne rachetée, donc de son âge, de son sexe et de son état physique. Mais globalement, les sommes varient entre 60 et 200 doubles, la moitie se situant entre 100 et 150 doubles352, soit des sommes conséquentes. Ces prix du marché sont surtout très supérieurs à celui fixé pour les rachats de captifs sultaniens en 1403, qui était de 50 doubles par personne353. On peut les comparer également aux prix payés par le sultan de Tunis pour racheter les musulmans captifs à l’époque d’Anselme Turmeda : 60 à 70 dinars pour les jeunes et 40 à 50 pour les vieux et les hommes mûrs354. Cette différence s’explique sans doute par les profits importants réalisés par les maîtres des captifs, mais aussi par les intermédiaires.

  • 355 Berbères, III, p. 117.
  • 356 Vers 1368 une opération de rachat effectuée par des Majorquins est financée par la Couronne, qui im (...)
  • 357 Cf. supra p. 481-482, le rachat de Jean Isnard, qui doit payer 10 doubles à la Porte de la Mer pour (...)

108La piraterie est donc incontestablement une source d’enrichissement, au moins pour une partie de la population. Les armateurs et les pirates eux-mêmes, tout d’abord, en vendant leurs prises, réalisaient de substantiels bénéfices si leur campagne avait été fructueuse. Ibn Khaldūn rapporte que les bénéfices étaient partagés entre les investisseurs au prorata de leur apport en capital355, ce qui montre une organisation déjà poussée en vue de générer des profits. Ceux qui achetaient ces captifs en tiraient de l’argent en les faisant travailler, puis en recevant éventuellement une rançon élevée (surtout hors des périodes de trêve). Les divers intermédiaires des rachats (chrétiens, mais aussi musulmans356) trouvaient dans cette activité un moyen de rentabiliser leur capital, souvent investi en parallèle dans des opérations commerciales. Enfin le Trésor du prince était alimenté par les taxes pesant sur les prises et celles payées par le captif pour son départ357et on voit à plusieurs reprises que l’émir est lui-même un important propriétaire de captifs.

2) Le passif

109La piraterie procure donc des richesses incontestables, mais elle est aussi une source de difficultés et peut en cela entraîner un appauvrissement. En compromettant les relations pacifiques avec les États chrétiens en particulier, elle provoque des réactions et nuit au commerce, voire à la sécurité des régions littorales.

a) Un état de guerre latente

  • 358 « La course n’appartient pas à une seule rive, à un seul groupe, à un seul responsable, à un seul c (...)

110Si la piraterie hafside n’est pas responsable du climat d’hostilité qui règne en Méditerranée, il est évident qu’elle y a contribué. Il serait vain de chercher le premier responsable de ce cycle de violences. Les Catalans, comme les Génois, ne sont certainement pas les derniers à s’être lancés dans cette activité lucrative et très partagée en Méditerranée358. La course trouve pourtant une légitimité dans l’agression de l’adversaire, même si d’autres motivations matérielles peuvent en être le moteur profond. La piraterie hafside n’a donc sans doute pas provoqué les attaques chrétiennes contre les sujets du sultan, mais elle leur a donné une justification qui rendait possible un accroissement des expéditions menées contre les côtes maghrébines, ainsi que des actions de représailles parfois importantes.

  • 359 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 159-161, 739-742. Cf. Ivars Cardona, Dos creuades, o (...)
  • 360 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 161.
  • 361 R. de Mas-Latrie, « Droit de marque et de représailles au Moyen Âge », BEC, 6e série, 2, Paris, 186 (...)
  • 362 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 102.
  • 363 ACA, C., Rg. 12, f. 76r (15/5/1263).
  • 364 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 28 (24/11/1319), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., no° 1356.
  • 365 ARM, Suplicacions, 24, f. 147r-157r (22/10/1364), ARM, Governació, 4496, f. 285v-286r (5/10/1380). (...)

111La réponse des chrétiens aux actes de piraterie bougiote s’est en effet fondée, au moins au début, sur le principe de responsabilité collective. Les représailles sont le moyen le plus simple et le plus primitif de répondre à une agression. C’est aussi le plus coûteux et le plus dangereux, car il entraîne souvent une spirale incontrôlée d’actions réciproques de piraterie, dont tous ont à souffrir. Régulièrement les chrétiens envoient des escadres punir les pays soupçonnés de se livrer à de telles actions, en particulier dans les années de forte piraterie hafside. La plus célèbre de ces expéditions de représailles est celle qui répond au pillage par les Bougiotes du village de Torreblanca en 1397. Après avoir tenté en vain une action diplomatique auprès du sultan, une flotte de Valence et de Majorque met à sac Bône et Dellys, sans s’attaquer cependant directement à Bougie359. Cette entreprise eut des répercussions diplomatiques indéniables et obligea les Hafsides à négocier un traité de paix en 1403, qui mit un terme sinon à la piraterie, du moins à ses excès360. L’action de représailles était cependant le plus souvent le fait des victimes elles-mêmes, qui cherchaient à obtenir réparation. La réglementation du « droit de marque » a cherché à éviter la spirale de violences sans fin que provoquaient ces réactions incontrôlées. Ce droit souverain était accordé à une victime d’actes de piraterie afin qu’elle puisse se rembourser des dommages causés. Il n’était cependant accordé qu’une fois épuisés tous les recours légaux et quand le souverain adverse refusait indemnisation et justice361, ce qui suppose un minimum de relations diplomatiques entre les États et un échange de courriers ou d’ambassades. Plusieurs exemples montrent l’exercice de ce droit. En 1263, le Barcelonais Pere Ferrer, qui a été attaqué par des Bougiotes dans le port de Stora, est autorisé par Jacques le Conquérant à saisir jusqu’à mille besants de biens appartenant à des sujets du sultan de Tunis362. L’année suivante le roi accorde une licence à Berenguer Tripon, citoyen de Barcelone pour se dédommager des dettes qu’avait envers lui le sultan et des dommages que lui avaient fait subir des Bougiotes363. En 1319, le roi Sanche de Majorque avise le lieutenant général de l’île de son intention d’accorder un telle licence à Francesc de Claper, victime également de pirates bougiotes364. Un demi-siècle plus tard, en 1364, Majorque proteste auprès du sultan contre l’attaque d’une coca de Majorque par une nave hafside près de Jijel. Comme en 1380 aucun dommage n’a encore été payé, le gouverneur de l’île menace les Hafsides d’accorder aux plaignants un droit de marque contre les sujets du sultan si un accord n’est pas trouvé365. Cette forme de représailles est certes moins destructrice que les grandes expéditions punitives. Mais elle repose encore sur le principe de responsabilité collective et entraîne par conséquent des attaques contre des innocents, pouvant à leur tour provoquer de nouvelles actions hostiles, ce qui ne fait qu’augmenter l’insécurité sur mer et sur les littoraux. Surtout, elle présentait le grave inconvénient de mettre en péril les marchands européens présents à Bougie, régulièrement arrêtés en réaction à des actes de piraterie.

112Mais le problème est ailleurs, et dépasse la réaction ponctuelle à des razzias ou à des captures de navires. Les tractations diplomatiques avec la Couronne d’Aragon ou le royaume de Majorque le montrent avec netteté : la piraterie hafside a été le premier obstacle au rétablissement, dans la seconde moitié du xive siècle et au cours du xve siècle, de relations plus apaisées entre puissances. Or la règle communément admise à l’époque veut que l’on puisse attaquer tout sujet d’un souverain avec lequel on est en guerre. En l’absence de traité de paix, il était donc licite d’attaquer les sujets hafsides et l’intérêt matériel faisait le reste, ce qui contribua à accroître l’insécurité sur les côtes d’Ifrīqiya.

  • 366 La piraterie génoise en revanche ne semble pas avoir été importante le long des côtes du Maghreb à (...)

113Les attaques chrétiennes, tout particulièrement catalanes, se sont donc multipliées et l’on voit les captifs originaires de Bougie (ou de sa région) affluer dans les pays de la Couronne d’Aragon366. Les registres portant les taxes payées par les musulmans sortant de Majorque ou de Valence montrent en particulier de très nombreux anciens captifs retournant à Bougie dans ces années-là.

  • 367 ARM, RP, Rg. 3775 à 3892 ; ARV, MR, Rg. 2 à 102 ; ACA, RP, MR, Rg. 1008, 1714, 1716. Les registres (...)

Graphique 5. NOMBRE D’ANCIENS CAPTIFS MUSULMANS SORTIS DE MAJORQUE ET VALENCE EN DIRECTION DE BOUGIE (1330-1499)367

Graphique 5. NOMBRE D’ANCIENS CAPTIFS MUSULMANS SORTIS DE MAJORQUE ET VALENCE EN DIRECTION DE BOUGIE (1330-1499)367
  • 368 En 871/1466 ‘Abd al-Bāsiṭ se trouve sur une grosse galère génoise allant d’Oran à Tunis. Alors qu’i (...)
  • 369 En 702/1303 le sultan de Tunis se plaint auprès de Jacques II d’Aragon de la capture près de Bizert (...)
  • 370 Cf. supra p. 473-474.

114Le milieu du xive siècle, et surtout les années 1360, sont donc marqués par un accroissement de l’activité pirate catalane contre les côtes de Bougie, alors que la situation redevient plus calme après 1450. Bougie elle-même n’a jamais subi d’attaque de la part des chrétiens et les prises pouvaient être faites au cours de razzias sur le littoral proche de la ville368, ou sur les navires de pêche ou de commerce musulmans369. Les chiffres obtenus sont cependant modestes, même au plus fort de la crise. Dans sa négociation avec Gregori Salembé en 1313, le chambellan Ibn Gamr réclame cinquante Bougiotes captifs dans le royaume de Majorque370, ce qui là encore n’est pas considérable.

  • 371 Trad. Epalza, La Tuhfa, op. cit., p. 250-255. Dans son panégyrique du sultan il note que toutes les (...)
  • 372 Turmeda lui-même intervient comme traducteur dans un rachat de captif en 1421. ACA, C., Rg. 2672, f (...)
  • 373 En 1310 l’émir de Bougie envoie en ambassade l’interprète Sayt pour discuter de certains de ses suj (...)
  • 374 Il paie pour sa libération 40 dinars. ‘Abd al-Bāsi, op. cit., p. 20-21.
  • 375 López Pérez, « La financiación », art. cité, p. 97. M. T. Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarra (...)
  • 376 Cela a été le cas en Orient au xive siècle. E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Leva (...)

115Les souverains hafsides se sont préoccupés de faire revenir leurs sujets en terre d’islam, même si les mécanismes sont moins bien connus que pour les rachats de chrétiens. Le témoignage d’Anselme Turmeda à propos du sultan Abū Fāris nous éclaire un peu sur le sujet. Le sultan rachetait des captifs avec l’argent du Trésor, insistait auprès des marchands chrétiens pour qu’ils amènent des musulmans prisonniers, créa des fondations pieuses (waqf) destinées à ces rachats371et dépêchait des hommes en terre chrétienne pour en ramener des musulmans372. On ne dispose pas de témoignage d’une telle action de la part des émirs de Bougie, mais on sait qu’ils ont envoyé des ambassades pour racheter des captifs373et on les voit souvent intervenir dans des opérations d’échanges. Au-delà de l’action du souverain ou de ses représentants, le captif pouvait bénéficier de la solidarité de la société. ‘Abd al-Bāsiṭ rachète ainsi à Tunis un malheureux captif turc venu avec d’autres musulmans sur deux navires chrétiens, mais qui n’avait pu être libéré car, ne connaissant pas l’arabe, on l’aurait pris pour un infidèle374. Dans les pays de la Couronne d’Aragon les Maghrébins pouvaient bénéficier de l’aide des communautés musulmanes, en demandant une autorisation d’aumône375. Peut-être les confréries religieuses ont-elles également joué un rôle d’intermédiaire, comme les ordres trinitaires et mercédaires dans le monde chrétien. L’hypothèse n’est pas à rejeter376, mais les témoignages manquent pour le Maghreb.

b) Les effets sur le commerce

  • 377 Coll Julià, « Aspectos del corso catalán », art. cité, p. 159.

116On a coutume de penser que la piraterie a constitué une entrave grave au commerce. Nuria Coll Julià va même jusqu’à lui attribuer la responsabilité de la crise du commerce international au xve siècle377. Pourtant, s’il est évident que ce danger supplémentaire était une nuisance réelle pour la navigation en Méditerranée, ses effets sur l’activité commerciale doivent être analysés avec plus de nuances.

  • 378 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 625-626, citant le cas de Joan Ripoll, qui alterne l (...)

117L’attitude des marchands et des hommes de mer est en ce sens révélatrice de leur relation au phénomène et des réelles incidences de la piraterie sur leur activité. Notons tout d’abord que certains d’entre eux profitent de ce climat de brigandage. Il n’est pas rare qu’un marchand se transforme en pirate quand l’occasion se présente à lui de faire une bonne prise. María Dolores López Pérez constate que, dans les pays de la Couronne d’Aragon, la plupart des noms de patrons corsaires n’apparaissent qu’une fois dans les registres de licences (guiatges), montrant une activité occasionnelle, et elle souligne que parfois on retrouve ces hommes ailleurs, développant une activité commerciale avec les pays mêmes qu’ils avaient attaqués auparavant378. Pour beaucoup le climat de tension qui règne en Méditerranée occidentale, en particulier le long des côtes du Maghreb, offre la possibilité d’une activité complémentaire du commerce avec les ports africains. Le rachat des captifs ouvrait également un champ d’investissements fructueux pour les marchands servant d’intermédiaires, comme nous l’avons vu pour Thomas Colomier à Marseille. La piraterie pouvait donc être pour beaucoup une source d’enrichissement et d’accumulation de capital qu’il était possible d’investir ensuite dans des activités commerciales.

  • 379 Cf. infra p. 635-642.
  • 380 Cf. pour Gênes M. Balard, « Assurances et commerce maritime à Gênes dans la seconde moitié du xive (...)
  • 381 M. T. Ferrer i Mallol, « La navegació de conserva a l’edat mitjana », AEM, 24, 1994, p. 453-464.
  • 382 Il est rédigé entre 1316 et 1344.
  • 383 G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento (il liber Gazarie), Gênes, 1974, p. 113. Cf. (...)
  • 384 Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord », art. cité, p. 244. La lourdeur de ces navires pouvait cepend (...)
  • 385 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, 1999, p. 90-91.
  • 386 ASV, Senato, Mar, Rg. 9, f. 52r (13/7/1470), cité par L. Greco, « Sulle rotte delle galere venezian (...)

118Par ailleurs, si la peur du pirate était réelle, elle ne suffisait pas à empêcher les bateaux de partir. L’activité des Majorquins à Bougie se poursuit au plus fort de la crise du xive-xve siècle379, alors que leurs navires constituaient une cible idéale. La menace était certes réelle, venant du reste autant des chrétiens que des musulmans. Mais à la différence des autres dangers de la mer (tempêtes, naufrages), il était possible de s’organiser pour en limiter les effets. Les cargaisons, tout d’abord, bénéficient des progrès de l’assurance maritime380, qui évitent une ruine de l’investisseur en cas de capture du navire. Surtout, la navigation s’organisait pour offrir des proies moins faciles. Les capitaines s’informaient, lors des escales, de la présence éventuelle de pirates sur la route et adaptaient leur itinéraire en fonction de ces nouvelles. Les navires emportaient à leur bord des armes et se regroupaient, parfois escortés de galères légères capables de les défendre plus efficacement381. Les autorités portuaires, surtout à partir du xive siècle, encadrent d’ailleurs très précisément la navigation commerciale, en vue de la rendre moins vulnérable. Le Liber Gazarie, qui réglemente à Gênes la vie maritime382, accepte que des navires voyagent seuls en direction du Maghreb, mais fixe avec précision les conditions d’armement383. L’usage, par les Génois, de très gros bâtiments puissamment armés rendait les attaques plus difficiles par les navires pirates, de taille beaucoup plus réduite384. Mais le système le plus abouti est sans doute celui de Venise. Le Sénat oblige les galées de Berbérie à voyager de conserve. Il règle avec précision l’armement qu’elles doivent emporter et qui est régulièrement renforcé. Dès 1439 les sénateurs fixent ainsi le nombre d’archers à embarquer et, à partir de 1461, des armes et des munitions sont distribuées à chaque homme d’équipage385. Au besoin, le Sénat envoie une flotte en appui si un danger particulier est signalé. En 1470 vingt galées légères sont ainsi expédiées au secours des mude de Berbérie, d’Aigues-Mortes et de Flandre parties en 1469, à cause d’un pirate chrétien nommé Colombo, qui menace les convois386. Tout cela contribue à augmenter les coûts du transport et à limiter le nombre de traversées. Mais ces mesures de protection rendent les entreprises pirates moins facilement fructueuses et les voyages plus sûrs.

119Les nuisances de la piraterie sur le commerce étaient donc réelles, mais pouvaient être limitées. Le risque couru ne suffisait pas à dissuader les marchands et les patrons de navires de se lancer sur les mers. La situation devenait grave lorsque des actes de piraterie bougiote entraînaient une rupture des relations diplomatiques et parfois l’impossibilité de se rendre à Bougie pour commercer. Il fallait donc éviter que des décisions soient prises allant dans ce sens. Le contraste est grand en effet, entre les réactions des souverains, souvent violentes et radicales, et celles des milieux marchands, qui souhaitent avant tout préserver leurs intérêts commerciaux à Bougie. Ces commerçants sont bien sûr favorables à une lutte contre la piraterie, dont ils sont souvent les premières victimes, mais à condition qu’elle ne nuise pas à leurs intérêts économiques. La politique mise en œuvre ne doit donc pas interrompre les relations commerciales. Pour cela il faut éviter à tout prix un boycott commercial des places maghrébines importantes, mais aussi toute action trop violente qui entraînerait des représailles du pouvoir hafside contre les marchands.

  • 387 ACA, C., Rg. 1426, f. 137r-v (27/6/1368). Il ne s’agit pas ici de piraterie à proprement parler, ma (...)
  • 388 ACA, C., Rg. 1427, f. 63r-v (23/11/1368).
  • 389 ACA, C., Rg. 1427, f. 141v-142r (27/3/1369).
  • 390 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1382).
  • 391 ACA, C., Rg. 3827, f. 68v-69r (26/9/1382).
  • 392 ACA, C., Rg. 1446, f. 34r-v (8/9/1383).
  • 393 En 1423, à la suite d’actes de piraterie et pour protester contre la captivité de Génois dans le ro (...)
  • 394 Par exemple ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 60r-v (18/1/1479).

120Les souverains chrétiens ont souvent été tentés d’interdire le commerce avec Bougie, ou les ports hafsides d’une manière générale. Cette mesure avait pour double objectif de punir une ville ou un territoire abritant des pirates et de protéger les marchands en leur interdisant de se rendre dans des régions jugées dangereuses. Ainsi en juin 1368, à la suite de la capture de marchands majorquins par le roi de Bougie, tout commerce est interdit avec ce port387. Mais quelques mois plus tard, les jurats de Majorque s’étant plaints de ce boycott, le roi doit revenir sur sa décision388. L’année suivante il promulgue une nouvelle interdiction du commerce avec Bougie et sa région, à la suite de la capture d’un linh de Barcelone. Les marchands de l’île, pour éviter de voir leur activité compromise, se proposent alors de procéder à un échange de captifs. Mais le roi refuse cette fois de lever l’interdiction389. De même en septembre 1382, pour protester contre la détention à Alger de marchands de Castel d’Ampurias, l’Infant déclare un nouveau boycott du sultanat390. Rapidement cependant il doit revenir sur sa décision, reconnaissant qu’elle a causé de grands dommages non seulement aux marchands, mais aussi au Trésor du royaume391. L’année suivante, pour éviter des représailles alors qu’il s’apprête à envoyer des navires pour lutter contre les pirates, le roi interdit de nouveau toute relation avec Bougie, Bône, Collo, Alger et Dellys. Il exclut cependant les Majorquins de cette mesure en raison de leurs privilèges de libre commerce avec les musulmans392. Cette politique a également été adoptée par Gênes393et Venise394, mais sans plus de succès. À chaque fois l’opposition des milieux marchands oblige à renoncer rapidement à ces mesures de boycott.

121Il fallait par ailleurs éviter de donner prétexte à des actions de représailles hafsides. C’est en effet dans le port lui-même, et non en pleine mer, que les marchands sont les plus vulnérables. Ils y sont sous la protection des fonctionnaires hafsides, mais peuvent à tout moment être arrêtés, et leurs biens confisqués. Toute réponse trop agressive et indifférenciée à la piraterie bougiote mettait donc en péril les chrétiens résidents.

122Paradoxalement ce sont donc les milieux marchands, pourtant les plus directement touchés par le phénomène, qui freinent les mesures trop radicales contre la piraterie. En ce sens, le commerce avait beaucoup plus à souffrir des conséquences de la réaction des autorités chrétiennes à la piraterie, que de la piraterie elle-même.

123La piraterie doit donc être considérée comme une activité parallèle au commerce. Comme lui, elle permet des investissements à la fois risqués et rentables. Comme lui, elle est organisée et obéit à des règles globalement reconnues de tous. Son plus grand développement se situe à une période marquée à la fois par la réaffirmation du pouvoir hafside et par les suites de la crise du milieu du xive siècle, qui avait profondément affecté l’activité commerciale du port.

124Pourtant, si elle ne supprime pas totalement le commerce des Européens à Bougie, elle le rend plus aléatoire et dangereux, et pèse sur les relations politiques entre les Hafsides et les puissances chrétiennes. C’est la raison pour laquelle, en dépit des revenus importants qu’elle génère pour certains, les uns et les autres cherchent à en limiter les excès et à s’en prémunir par la signature d’accords de paix.

***

125Fondée en position littorale pour des raisons avant tout stratégiques, Bougie a connu une réelle prospérité grâce à la mer. Celle-ci est une source de richesses, car elle ouvre la ville sur un marché désormais étendu à l’ensemble de l’Europe chrétienne et au Proche-Orient. Bougie en tire des ressources qui complètent ses productions propres et celles de sa région. Ce commerce maritime lui permet même, dans une certaine mesure, d’être moins dépendante de son arrière-pays quand les désordres qui y règnent bloquent l’acheminement des marchandises. Inversement, les Bougiotes trouvent dans les marchés européens des débouchés pour leurs produits, utiles en particulier pour fournir en matières premières les industries textiles et du cuir florissantes en Europe. La mer est également un terrain idéal pour les aventuriers qui se livrent à la piraterie. Les butins, et surtout les captifs, en font une activité particulièrement fructueuse.

126Certes le grand commerce international, comme la piraterie, ne touchent directement qu’une faible partie de la population. Mais les retombées indirectes ont pu être grandes, par l’apport de capitaux importants et par les activités induites. L’élevage, par exemple, a sans doute été stimulé par l’appel des industries européennes. Le secteur textile a bénéficié de matières premières que ne lui donnait pas en quantités suffisantes l’agriculture de la région. Mais il faut souligner également que ce commerce international a pu représenter aussi une concurrence difficile à soutenir pour des productions comme les textiles, ou encore certains produits de l’agriculture.

  • 395 R. Ricard, « Les établissements européens en Afrique du Nord du xve au xviiie siècle et la politiqu (...)
  • 396 « Bugia no es el Perù, donde hay oro y perlas en las cabalgadas ; aqui no hay sino Turcos y Moros » (...)

127Faut-il pour autant penser que Bougie a tourné le dos à la terre ? Sans doute en partie, dans la mesure où elle n’était plus totalement dépendante de l’intérieur pour tous ses approvisionnements. Mais l’arrière-pays reste l’indispensable complément du grand commerce maritime. L’arrivée massive de produits de l’élevage montre que les échanges avec ses campagnes restent intenses. L’échec de la politique d’occupation restreinte des Espagnols en apporte la confirmation. Limitant leurs implantations à quelques localités sur le littoral, et laissant l’arrière pays à des roitelets musulmans vassaux, ils privent ces ports de leurs relations naturelles avec leur hinterland395. La déception des Espagnols envoyés tenir la ville témoigne de l’impossibilité pour Bougie de ne vivre que des ressources de la mer. En 1534 Perafan de Ribera, commandant de la place, écrit à l’empereur pour se plaindre de sa situation, en songeant à ses compagnons d’armes partis à la même époque vers la riche Amérique : « Je désire [que Votre Majesté] sache bien que Bougie n’est pas le Pérou, où l’on peut ramasser de l’or et des perles en courant le pays : en Afrique, on ne trouve que des Turcs ou des Maures396 ».

128Si Bougie conserve des liens étroits avec son arrière-pays, elle est cependant de plus en plus liée à l’évolution générale de l’économie méditerranéenne et européenne. L’exemple des exportations de laines montre la fragilité de cette situation. C’est bien là le grand paradoxe : en s’ouvrant sur la mer elle participe à l’activité maritime, mais dans le même temps elle s’insère dans des circuits commerciaux dont elle n’a pas le contrôle.

Notes

1 Cf. infra, p. 451-458, et M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée, xiiie-xive siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge – Temps modernes, 87, 1975, p. 7-25, rééd. Études d’histoire maritime (1938-1975), Turin, 1977, p. 591-609.

2 Muqaddima, trad. p. 522.

3 Al-Idrīsī, trad. p. 173.

4 Il est possible que les rois normands aient passé des accords de paix avec les Hammadides. A. Nef, L’élément islamique dans la Sicile normande : identités culturelles et construction d’une nouvelle royauté (xie-xiie siècle), thèse de l’université Paris X-Nanterre, sous la direction de H. Bresc, 2001, p. 301.

5 Trad. Sh. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973, p. 324.

6 Chaque galère gagna dans l’aventure 700 livres. AG, I, p. 28, trad. p. 86.

7 AG, III, p. 162.

8 M. Balard, « Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du xiiie siècle », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 80, 1968, p. 634-645.

9 ASG, min. 79, f. 57v (19/2/1274).

10 ASG, not. ign., busta 22, fr. 1, cité par Balard, « Remarques », art. cité, p. 641.

11 Al-Idrīsī, trad. p. 173.

12 Cronica varia pisana, Milan, 1725 (Rerum Italicarum. Scriptores, 6), col. 178.

13 Éd. L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866, p. 8.

14 Chronica Monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 1980 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, 34), livre IV, chap. 50, p. 516.

15 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262). Il est autorisé par Jacques le Conquérant à se dédommager à hauteur de mille besants sur des biens appartenant à des sujets du sultan. La même année un autre Barcelonais, Berenguer Tripon, reçoit une licence analogue pour se rembourser de dommages causés par des Bougiotes. ACA, C., Rg. 12, f. 76r (15/5/1263).

16 Al-Ġubrīnī, p. 76. Il ajoute qu’il en est toujours ainsi à son époque (à la fin du xiiie siècle).

17 Archivo de la Catedral de Barcelona, Cartes reales 52-2, perg. (novembre 1178), éd. M. T. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius : Mostolafs, eixees o alfaquecs (segles xii-xiii) », Medievalia, 9, 1990, appendice, doc. N° 3.

18 ASG, min. 10, f. 41v (15/7/1288). Devant un notaire à Gênes, Ansaldo de Modulo reconnaît à Oberto de Garibaldo avoir reçu de lui 13 livres en remboursement des 13 doubles prêtés à Bougie.

19 Étudiant les testaments génois entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle, Steven A. Epstein ne trouve qu’un nombre très réduit de legs pour le rachat des captifs. Il attribue cela à l’implication plus grande de l’Église dans les actions de rédemption, mais il est préférable d’y voir le reflet d’une piraterie moins active. S. A. Epstein, Wills and Wealth in Medieval Genoa, 1150-1250, Cambridge, Mass., 1984, p. 187.

20 ARM, Reales cedulas, vol. 1, f. 25 (19/2/1303), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les relations des pays de la Couronne d’Aragon avec le Maghreb de 1212 à 1323, thèse complémentaire, Université de Paris, 1965, n° 556.

21 ARM, RP, compte de 1312, f. 17, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 980bis.

22 ARM, Codice Sant Pere, f. 19 (27/5/1316, copie du xve siècle), éd. J. Vich i Salom, J. Muntaner y Bujosa, Documenta regni Majoricarum. Colección de documentos inéditos para la historia del antiguo reino de Mallorca (1229 a 1349), Palma de Majorque, 1945, n° 110, p. 121-123 (avec une date inexacte, corrigée d’après Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1122).

23 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 233v-234r (1/4/1316), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1202. Le roi de Majorque fait répondre au sultan de Bougie que la libération des captifs bougiotes est subordonnée à celle des Majorquins capturés au large d’Ibiza et déjà réclamés par le consul Blancas.

24 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 11v-12 (19/1/1312), 22v-23r (c. février-mars 1312), 21-22 (26/4/1312), 22v (26/4/1312), 50 (8/8/1312), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 944, 948, 955, 956, 974.

25 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 122v-123 (19/9/1313), 149r (14/10/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1027, 1154.

26 « Honra noble e amat Mazohar senage, regrador de Bugia ». Il s’agit du chef des Ṣanhāğa Ya’qūb b. Ḫulūf, qui à cette époque tient Bougie au nom du ˙˘sultan Abū Bakr. Cf. supra p. 83.

27 ACA, C., Rg. 149, f. 185v (3/5/1312), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 958.

28 ACA, CRD, Jaime II, caja 99, extra series, n° 728 (c. août 1314), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1077. En avril 1315 trente-huit Catalans sont libérés par le sultan. Il s’agit sans doute des mêmes personnes. ACA, CRD, Jaime II, caja 101, extra series, n° 892, éd. Ibid., n° 1114 (3/4/1315). Voir aussi ACA, C., Rg. 24, f. 126-127 (13/5/1315 – 28/5/1315), éd. Ibid., n° 1123, 1124, 1126.

29 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 28 (24/11/1319), éd. Ibid., n° 1356.

30 ARM, Gobernació, 4389, f. 30r bis (1331), cité par M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995, p. 714.

31 ACA, C., Rg. 592, f. 26v-27r (18/5/1337).

32 ARM, LLC, 1, f. 243r (11/2/1339), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 714.

33 ARM, RP 3766, f. 138r (3/10/1318).

34 ACA, Monacales 1276, f. 5r-6r, cité par J. W. Brodman, Ransoming Captives in Crusader Spain. The Order of Merced on the Christian-Islamic Frontier, Philadelphie, 1986, p. 105.

35 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 75v-76r (25/9/1320), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1402.

36 ARM, RP, Dades, vol. IVbis (livre de Pere Burgues), f. 88r-v (octobre 1320février 1321), éd. Ibid., n° 1411.

37 Éd. A. de Capmany y Montpalau, Memorias históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, Madrid, 1779-1792, rééd. Barcelone, 1962, n° 120 (18/6/1326). Les magistrats municipaux de Barcelone demandent aux consuls dans le royaume de Tunis d’aider à cette libération.

38 ACA, C., Rg. 886, f. 221r (12/4/1348).

39 C’est le cas des Marseillais emprisonnés en 1314 alors qu’ils s’apprêtaient à reprendre la mer. On ignore les motifs de ce changement d’attitude des autorités bougiotes. Cette affaire, qui mobilisa les autorités de Marseille, dura au moins jusqu’en 1317. AM, HH 311 (3 actes, du 2 au 21/9/1314) ; AM, AA 141 (17/12/1317).

40 ACA, C., Rg. 466, f. 8r-v (5/7/1334). Le roi d’Aragon écrit alors au sultan du Maroc pour lui demander de faire justice contre les gens de Ceuta, car il y a une paix entre les deux souverains. Voir également en 1324 le cas d’un certain Ibn Ğundī, que Jacques II d’Aragon soupçonne d’être grenadin, et qui vend des sujets de la Couronne à Bougie. Dans une lettre qu’il adresse au roi, le sultan de Grenade répond que cet homme n’est pas son sujet. Éd. M. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Madrid-Grenade, 1940, n° 23, p. 47-49 (29 ūl-iğğa 724 / 17décembre 1324).

41 Les cas de piraterie visibles dans les années 1310 ne prennent du relief qu’en raison des trêves signées avec les rois d’Aragon et de Majorque, qui génèrent une abondante correspondance diplomatique.

42 A. Díaz Borrás, Los orígenes de la piratería islámica en Valencia : la ofensiva musulmana trecentista y la reacción cristiana, Barcelone, 1993, p. 19. En 1357 Gênes et Pise organisent en commun une escadre de six galères destinées à assurer la sécurité de leurs marchands et la poursuite des pirates. Or il est symptomatique de constater que le document développe longuement sur le danger catalan, mais ne dit rien des pirates maghrébins. ASP, Comune A (Instrumentari), 29, n° 24, f. 113r-116v (20/4/1357).

43 Berbères, III, p. 117. Cette partie du texte a dû être écrite vers 796/1393-4, puisque quelques pages plus loin il clôt provisoirement son récit de la dynastie hafside après la mort d’Abūl-’Abbās (ibid., p. 124).

44 AMV, Claveria Comuna. Manuel d’Albarans i Censals, I-3, f. 52r (22/4/1370).

45 Id., I-5, f. 2r (29/5/1371). Majorque prévient également Valence du même danger. Id. (2/6/1371).

46 ARM, LLC, 42, f. 154r (2/10/1376), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 725.

47 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).

48 Rumeurs d’armement à Bougie d’une galère et de 2 galiotes. ARM, LLC, 45, f. 62v (27/8/1380), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 726.

49 AMV, Claveria Comuna. Manuel d’Albarans i Censals, I-12, f. 43r (14/5/ 1382). Une rumeur circule à propos de deux galères et deux galiotes.

50 AMV, LLM, g3-5, f. 188v (23/5/1393), cité par E. Vidal Beltran, Valencia en la época de Juan I, Valence, 1974, p. 230. On trouve près de Cullera deux fustes sorties de Bougie peu de jours auparavant.

51 ARM, LLC, 69, f. 120r (9/6/1396), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 726.

52 ACA, C., Rg. 2357, f. 111v-112r (19/4/1398). On recommande aux Majorquins la plus grande vigilance en prévision de l’attaque d’une escadre venue de Bougie.

53 ARM, AH 77, f. 90 (26/5/1400), éd. P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, Doctorat de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977, appendice p. 502-503. Un patron de barca revenant du Maghreb raconte qu’un renégat est entré en course et doit armer quatre galées « grosses » et six galiotes provenant de Bougie et de Bône, dans le but d’attaquer Majorque.

54 AHCB, Cartas Comunas Originals, 1406-9, f. 74 (16/4/1407), cité par N. Coll Julià, « Aspectos del corso catalán y del comercio internacional en el siglo xv », Estudios de historia moderna, IV, 1954, p. 161. Tarragone est informée que six bateaux (« sis fustes de rems, entre galee e galiotes armades ») ont quitté Bougie pour attaquer les chrétiens.

55 AMV, LLM, g3-10, f. 94r (9/1/1411). On apprend à Valence par une lettre des jurats de Carthagène qu’une galère et un linh de Bougie sont venus à Almeria avec l’intention de faire la course sur les côtes chrétiennes.

56 D’après Díaz Borrás, Los orígenes, op. cit., p. 78. Cf. également A. Díaz Borrás, R. Cariñena Balaguer, « Corsaris valencians i esclaus barbarescs a les darreries del segle xiv : una subasta d’esclaus a Valencia el 1385 », estudis castellonensc, 2, 1984-1985, p. 446.

57 En 1403 est créé à Gênes un organisme chargé du rachat des captifs, l’Office de la Miséricorde. G. Petti Balbi, « Il consolato genovese di Tunisi nel Quattrocento », Archivio storico italiano, 576, 1998, p. 231.

58 ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r.

59 Le pape Clément VII concède des indulgences aux personnes ayant contribué au rachat de deux franciscains et 350 chrétiens à Bougie. G. Golubovitch, Biblioteca bio-bibliografica della Terra santa e dell’Oriente francescano, V, Quarrachi, 1927, p. 237.

60 ACA, C., Rg. 1438, f. 161r.

61 ARM, LLC, 419, f. 3r, éd. P. A. Sancho, « La redención de cautivos por los frailes Trinitarios », BSAL, 8, 1900, p. 336.

62 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Clero, carp. 122, n° 14, cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

63 ARM, LLC, 74, f. 100v (11/7/1398), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 724.

64 ADBR, 351E 79, [f. 33v].

65 G. Tellez, Historia general de la Orden de Nuestra Señora de las Mercedes, cité par M. T. Ferrer i Mallol, « La redempcio de captius a la corona catalanoaragonesa, siglo xiv », AEM, 15, 1985, p. 291. Frère Bernat Despla, commandeur de Toulouse et frère Arnau Darcens, commandeur de Carcassonne, rachètent 128 captifs à Tunis et Bougie. Les chiffres donnés par Gabriel Tellez, qui fut un des historiographes de l’ordre au xviie siècle, doivent être bien entendu pris avec précautions. Il peut surestimer le rôle des missions de rachats de son ordre, mais il peut également sous-estimer la place de Bougie, qui au xviie siècle s’est effacée face à Alger et Tunis.

66 ACA, C., Rg. 2246, f. 65r-v, éd. D. Girona Llagostera, Itinerari del rei Marti (1396-1410), Barcelone, 1916, p. 118-119.

67 Les galères corsaires castillanes du comte Pere Niño abordent dans le golfe de Bougie une galiote d’Aragon, qui portait des frères trinitaires pour racheter des captifs en Berbérie. El Victorial, crónica de don Pedro Niño, conde de Buelna, por su alférez Gutierre Diez de Games, éd. J. de Mata Carriazo, Madrid, 1940, p. 120.

68 ARM, AH 140, f. 52v, éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 518. Le gouverneur de Majorque écrit à l’émir de Bougie lui annonçant la venue des mercédaires Johan Cirera et Johan de Montagut. S’agit-il de la même mission que celle de 1403, ou les deux frères sont-il repartis à Bougie chercher de nouveaux captifs ? Il s’écoule suffisamment de temps entre les deux documents pour privilégier la seconde hypothèse.

69 ARM, AH 91, f. 96, éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 532.

70 ASG, AS, 508, n° 572. Ambrogio Spinola est chargé par l’Office de la Misericordia de traiter la libération des captifs aux mains du roi de Tunis.

71 ASG, AS, 509, n° 75. Giovanni di Lorvaria envoyé racheter des captifs dans le royaume de Tunis.

72 ASG, AS, Litterarum, Rg. 2, f. 354, n° 863, cité par N. Jorga, « Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle », Revue de l’Orient Latin, 6, 1898, p. 100.

73 Ils ne constituent bien sûr qu’une petite partie de l’ensemble, car n’apparaissent que ceux ayant pu bénéficier de l’intervention d’un proche ou des institutions publiques. De plus, n’ont pas été retenus les cas où le lieu de détention est trop imprécis.

74 Les captifs n’apparaissent en fait qu’à partir de l’année 1378, dans la documentation de Pise, Marseille, Barcelone et Valence.

75 Sur les 24 captifs de cette décennie, 22 ont été pris sur une barca génoise en 1430. ASG, AS, 1779, n° 641 (10/9/1430).

76 Henri Bresc, pour la Sicile, constate également que la menace hafside devient préoccupante à partir d’environ 1360. H. Bresc, « Course et piraterie en Sicile (1250-1450) », AEM, 10, 1980, p. 753. Il relève deux générations de tours de guet sur les côtes de Sicile, la première en 1370-1380, et la seconde en 1406-1410. Voir également F. Maurici, « Le difese costiere della Sicilia (secoli vi-xv) », Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome et la Casa de Velázquez, Rome, 23-26 octobre 1996, dir. Jean-Marie Martin, Rome-Madrid, 2001 (Castrum, 7), p. 195-201.

77 ACA, C., Rg. 2242, f. 136v (17/4/1399).

78 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 162.

79 A. Díaz Borrás, « Atención valenciana a la redención de cautivos cristianos », Estudis castellonensc, 3, 1986, p. 352-353.

80 Ferrer i Mallol, « La redempcio de captius », art. cité, p. 259.

81 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., op. cit., p. 720 et tableau p. 716-719.

82 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 352-353.

83 Ils représentent encore 43 % des captifs pour la décennie 1410-1419 et 38 % pour la décennie suivante. D’après les dépouillements d’A. Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo : la caridad popular valenciana y la redención de los cautivos bajo poder musulmán 1323-1539, Barcelone, 2001, p. 197 s. (à partir des registres portant les aides de la Commune au rachat des captifs).

84 Bougie 15 cas (35,71 %), Grenade 12 (28,57 %), Bône 5 (11,9 %), Tunis et Alger 3 (7,14 %), Dellys et Tlemcen 2 (4,76 %). Ferrer i Mallol, « La redempcio de captius », art. cité, p. 259.

85 92 % des avis de pirates entre 1370 et 1379, 95 % entre 1380 et 1389, 87,5 % entre 1390 et 1399, 85 % entre 1400 et 1409, 81 % entre 1410 et 1419, et 78 % entre 1420 et 1429. A. Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria a través dels avisaments costaners. Replegament cristià i setge islàmic a la València de la transició à la modernitat : 1480-1520 », AEM, 20, 1990, p. 277.

86 48 % (1430-1439), 32,5 % (1440-1449), 27 % (1450-1459), 14 % (1460-1469), 33 % (1470-1479), 35 % (1480-1489), 30 % (1490-1499). Ibid.

87 On trouve de nombreux cas dans les registres de délibérations du Sénat de Venise et dans les fonds de l’Archivio Segreto de Gênes. Les affaires de piraterie concernent presque systématiquement des Catalans.

88 À partir des chiffres de Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., p. 197-215, 227-236 (dépouillements de AMV, LLM, g3-6 à g3-11, et Manual de consells, A-31 à A-41).

89 E. Esin, « La description des côtes algériennes de Pîrî Re’îs », Studies on Turkish-Arab relations, Istanbul, 1986, p. 49, 55.

90 Pīrī Reis, trad. S. Soucek, « Tunisia in the “Kitab-ı bahriye” by Pīrī Reis », Archivum Ottomanicum, 5, 1973, p. 149. Sans doute veut-il dire qu’aucun Turc n’y avait installé sa base auparavant.

91 Léon l’Africain, p. 360-361.

92 Al-Marīnī, p. 249-250.

93Ibar, VI, p. 903 ; Berbères, III, p. 117 (trad. modifiée).

94 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 60r-68r.

95 Le canelador, ou canelator, a pour fonction d’alimenter le métier à tisser en fil de trame, c’est-à-dire de bobiner ce fil autour de la navette. C’est un des métiers humbles du textile. D. Cardon, La Draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1996, p. 540-541.

96 Ce mot n’est pas clair dans ce contexte. Celui-ci s’occupe des bêtes d’un alcayd de Bougie. José Hinojosa Montalvo le classe parmi les métiers domestiques ou artisanaux. J. Hinojosa Montalvo, « Tácticas de apresamiento de cautivos y su distribución en el mercado valenciano (1410-1434) », Questions valencianes, I, 1979, p. 29.

97 « Pensana de besties ». Peut-être s’agit-il d’un berger.

98 Il est vraisemblable que lorsqu’un captif donne son origine, il indique le plus souvent la ville principale, où siège l’autorité politique, ce qui ne signifie pas qu’il est de la ville elle-même.

99 Voir aussi en 1409 une « barca armada » partie d’Alger et capturée. Dans son équipage se trouve Ali, qui affirme être d’Alger dans le royaume de Tlemcen, Cayt de Fès, Ali de Tlemcen, Alacen du sultanat de Tunis, Mahomat de Bougie, Muça Benica de Marbella dans le royaume de Grenade, et d’autres venant du Maroc. ARV, C. 626 (« libre de confessions de sarrahins dels anys 1409 e 1410 »), éd. J. Hinojosa Montalvo, « Confesiones y ventas de cautivos en Valencia de 1409 », Lugarzas, 3, 1971, p. 119-120.

100 La moyenne d’âge est de 27,4 ans.

101 On peut penser que les captifs ne cherchent pas à dissimuler l’existence de proches qui seuls pouvaient leur faire espérer une libération rapide.

102 Cela peut aussi résulter d’une volonté de protéger leur chef qui, s’il avait été identifié, aurait été immanquablement condamné à mort.

103 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 112r (4/3/1424).

104 Id., f. 25v-28r (1420).

105 Cf. D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes, xie-xvie siècles, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 2002, p. 313-330.

106 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », RA, 69, 1928, p. 208 : « Les Andalous ont d’ailleurs, cela ne fait aucun doute, contribué à l’accroissement de la piraterie barbaresque » ; G. Marçais, « Les Villes de la côte algérienne et la piraterie au Moyen Âge », AIEO, 13, 1955, p. 135 : l’arrivée des Andalous a renforcé l’armée des « combattants de la Guerre Sainte », car ils viennent avec une « haine solide » à l’égard des chrétiens et une technique de la course qui avait fait ses preuves dans leur pays natal. Ce même jugement est porté par M. Belhamissi, « Le rôle de Bidjaia dans la Méditerranée aux époques hammadite, almohade et hafside », Actes intégraux du 8e séminaire sur la pensée islamique, Bidjaia, du 25 mars au 5 avril 1974, II, s.l., s.d., p. 71.

107 Il est vrai que les pirates capturés pouvaient ne pas avoir intérêt à indiquer qu’ils étaient originaires de la Péninsule, et se contenter d’avouer la ville où ils avaient élu domicile.

108 ACA, C., Rg. 1994, f. 172r-v (6/7/1391) ; Rg. 1999, f. 186r-187v (20/1/1396), éd. M. T. Ferrer i Mallol, Els Sarraïns de la Corona catalano-aragonesa en el segle xiv. Segregació i discriminació, Barcelone, 1987, doc. 124, 136. Cf. également la concession d’un privilège à Majorque qui exclut du droit d’émigration les musulmans représentant une menace, c’est-à-dire les forgerons, les menuisiers, les fabricants d’armes, les pêcheurs et marins connaissant les ports et les côtes (fabri, magistri d’axia, spaserii et aliqui pescatores et marinarii scientes portus et maritimas regni Valencie et etiam Cathalonie principatus, sequitur quod ipsi marinarii veniunt cum galeis et galeotis ad dictum regnum et alia loca et marina nostri dominii contra nostros subditos piratica exercenses), ACA, C., Rg. 1994, f. 171v (8/ 7/1391), éd. J. Vincke, « Königtum und Sklaverei im aragonischen Staatenbund während des 14. Jahrhunderts », Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, 25, 1970, p. 95.

109 AMV, Codices. Llibre de l’ofici de blanquers (1477), cité par Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 149.

110 AMV, LLM, g3-10, f. 94r (9/1/1411).

111 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 112r (4/3/1424).

112 L. et B. Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, xvie-xviie siècles, Paris, 1989.

113 Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 152.

114 AMV, Codices. Llibre de l’ofici de blanquers (1477), cité par Díaz Borrás, Origines, op. cit., p. 149.

115 Ibid., p. 151.

116 ARM, LLC, 77, f. 90r-v (26/5/1400), éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 503-504. On raconte également qu’il aurait promis au sultan de Tunis d’attaquer Porto Pi, dans l’île de Majorque, si le souverain lui fournissait pour cela dix galères armées.

117 ASG, AS, Litterarum, Rg. 1, f. 176, éd. Jorga, « Notes et extraits », art. cité, Revue de l’Orient Latin, 4, 1896, p. 522-523 (27/5/1412). La nouvelle parvient au Conseil des Anziani grâce à une lettre envoyée par un captif pisan de Bougie, lequel tient l’information d’un Génois au service du gouverneur, et présent au moment de la discussion entre le renégat et l’émir.

118 ARM, LLC, 47, f. 9r (9/1/1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 728-729.

119 R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis », ROMM, 15-16, 1973, p. 159-160.

120 AMV, LLM, g3-33, f. 150r (4/9/1498).

121 Éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1154.

122 Trad. É. Baratier, Documents d’histoire de la Provence, Toulouse, 1971, p. 132-134.

123 Éd. A. Ivars Cardona, Dos creuades valenciano-mallorquines a les còstes de Berbería, 1397-1399. Estudi documental, Valence, 1921, p. 56.

124 Éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 502-503.

125 Cité par Coll Julià, « Aspectos del corso catalán », art. cité, p. 161.

126 Cité par Hinojosa Montalvo, « Tácticas de apresamiento », art. cité, p. 9.

127 Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria », art. cité, p. 279. Des résultats semblables sont obtenus par Jamal Ahbab sur les navires pirates d’Ifrīqiya : 21 galères, 16 galiotes, 10 fustes, 5 linhs, un caro et une nave. J. Ahbab, La piraterie en Ifrīqiya aux trois derniers siècles du Moyen Âge (xiiie-xve siècle), Mémoire de maîtrise, sous la direction de Fr. Micheau, Université Paris-1 (Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche-Orient médiéval), 1997-1998, p. 38.

128 Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria », art. cité, p. 279.

129 Díaz Borrás, Los orígenes, op. cit., p. 93.

130 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).

131 « Dès que venait l’été, nous partions en expédition ». Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 164.

132 ARV, Batllia, Rg. 193, f. 60r-68r.

133 AM, BB 28, f. 199 (17/6/1382), cité par É. Baratier, F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, II, De 1291 à 1480, Paris, 1951, p. 105.

134 La Sunna et la šarīa.

135 C’est un petit bateau, utilisé notamment pour la pêche, qui ne pouvait espérer rivaliser avec les deux galées pirates. Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal, Paris, 1998, p. 1027-1028.

136 ACA, C., Rg. 2288, f. 89v-90v (29/9/1407).

137 ARM, AH 77, f. 90 (26/5/1400), éd. Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 502-504.

138 AMV, Claveria comuna, Manuals d’Albarans i censals, I-18, f. 13r (1/9/ 1389).

139 ARM, AH 84, f. 91 (23/6/1403), cité par Macaire, Majorque et Maghrib, op. cit., p. 76.

140 ARM, RP, Reebudes, 3810, f. 151r (1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 388. C’est du moins là la version du patron de navire.

141 ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 65v (22/4/1458).

142 D’autant que parfois la douane confisquait ce qui aurait permis au bateau de repartir sans autorisation, comme les voiles.

143 Ce sont d’ailleurs souvent des attaques entre navires chrétiens. Cf. supra p. 422.

144 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 102.

145 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 122v-123r (19/9/1313), éd. Ibid., n° 1027.

146 Id., f. 11v-12 (19/1/1312), éd. Ibid., n° 944.

147 ARM, LLC, 25, f. 55r-v, 57r-58r, (8/7/1361), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 701.

148 ACA, C., Rg. 2263, f. 31v-32r (17/7/1397), 53r-54r (14/8/1397) ; Rg. 2114, f. 45v-46r (17/7/1397).

149 Cité par Vidal Beltran, Valencia, op. cit., p. 230.

150 Pour les attaques de 1423 à 1434 : cité par Hinojosa Montalvo, « Tácticas de apresamiento », art. cité, p. 9.

151 Il y a quelques actes de piraterie le long des côtes italiennes, mais le phénomène est resté marginal, ce que confirme le faible nombre de rachats de Génois. J. Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord vers 1450 : les voyages “per costeriam” », AEM, 21, 1991, p. 238.

152 Bresc, « Course et piraterie en Sicile », art. cité, p. 751-765.

153 Sur cette razzia et ses conséquences, voir Ivars Cardona, Dos creuades, op. cit.

154 Près de l’embouchure du Rio Segura, entre Carthagène et Alicante.

155 ACA, C., Rg. 1438, f. 161r (2/9/1382).

156 Manual de novells ardits, vulgarment apellat Dietari del antich consell Barceloni, I, Barcelone, 1892, p. 146 ; AHCB, Consellers, VII, Armades-Port, 22 (18/11/ 1406), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 766.

157 ADBR, Dugat 1, f. 49r-50r (15/2/1395), trad. Baratier, Documents de l’histoire de la Provence, op. cit., p. 132-134.

158 Par exemple ADBR, 355E 52, f. 2, 3, 21, 22, 34 (1399).

159 Cf. Mollat, « De la piraterie sauvage », art. cité.

160 Par exemple ASV, Senato, Mar, Rg. 6, f. 65v (22/4/1458).

161 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 579.

162 Al-Ġubrīnī et Ibn Khaldūn, les deux auteurs arabes qui parlent de la piraterie bougiote, emploient l’expression ġazā ou ġazāt al-bar, sans plus de précision. Al-Ġubrīnī, p. 76-77 ; ‘Ibar, VI, p. 902-905. ˙

163 « Entre l’une et l’autre [course et piraterie] les frontières demeurèrent toujours indécises et, selon les régions, inégalement tracées ». Mollat, « De la piraterie sauvage », art. cité, p. 9.

164 Ibid., p. 11-12.

165 H. Bresc, « Course et piraterie en Sicile », art. cité, p. 753. Fernand Braudel fait le même constat pour le xvie siècle : « La course – dirons-nous la “vraie” course ? – est le plus souvent le fait d’une ville, agissant de sa propre autorité, pour le moins en marge d’un grand État ». F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 1re éd., Paris, 1949, 4e éd. corrigée, Paris, 1979, II, p. 194.

166 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 726. À l’inverse, la piraterie mérinide et abdelwadide décline avec la puissance de ces deux États.

167 Cf. supra p. 84-85.

168 En 1397 le roi d’Aragon écrit au sultan de Tunis pour protester contre un acte de piraterie survenu dans le port de Bougie alors que le « roi de Bougie » est en paix avec la Couronne et qu’un sauf-conduit avait été accordé. ACA, C., Rg. 2263, f. 53r-54r (14/8/1397).

169 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 162-165.

170 ACA, C., Rg. 1437, f. 47v (14/7/1377).

171 Ibar, VI, p. 895, Berbères, III, p. 110.

172 Ibid.

173 Fārisiyya, p. 186.

174 ARM, LLC, 47, f. 9r (9/1/1381), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 728-729.

175 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris, 1966, p. 90, a trouvé dans cette décision le signe d’un changement radical de la politique des rois d’Aragon. Elle aurait témoigné selon lui d’une attitude plus pacifique, en particulier face aux États maghrébins. Mais l’objectif est en réalité surtout de contrôler la violence sur mer, et d’en tirer des revenus. Cf. R. I. Burns, Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia, Cambridge, 1984, trad. catalane, Moros, cristians i jueus en el regne croat de Valencia, Valence, 1987, p. 175.

176 M. D. López Pérez, « Piratería y corsarismo en el Mediterráneo occidental medieval : el control de las actividades corsarias en Mallorca a finales del siglo xiv y principios del xv », VII jornades d’estudis historics locals : la Mediterrània. Antropologia i història, Palma, 1988, Palma de Majorque, 1990, p. 173-203.

177 Cf. le cas de l’affaire de 1407, supra p. 446-447.

178 En 714/1314, après la paix signée entre les Hafsides et la Couronne d’Aragon, une correspondance est échangée entre les deux souverains à propos de la libération de captifs et la question qui est posée à chaque fois est de savoir si les faits se sont déroulés avant ou après la signature de la trêve. Alarcón y Santón, García de Linares, Los documentos árabes, op. cit., n° 130, p. 288-290 (18 ğumadā II 714 / 29 septembre 1314). Voir aussi ibid., n° 131, p. 290-294 (26 ū l-qada ¯715 / 21 février 1316).

179 En 1324 le sultan de Grenade répond à Jacques II d’Aragon, à la suite d’une lettre de protestation pour des actes de piraterie, et lui dit que le malfaiteur n’est pas un de ses sujets. Ibid., n°23 (29 ū l-iğğa 724 / 17 décembre 1324).

180 Cf. infra p. 487-495.

181 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 297 ; M. Zaki, « Jihâd et contre-djihâd en Méditerranée du xiie au xvie siècle », Course et jihâd maritime, Revue Maghreb Europe. Histoire, économies, sociétés, 11, 1997-1998, p. 33-48 : « L’Occident chrétien et non chrétien pensait avoir mis en état d’hibernation le jihâd islamique sur mer et sur terre depuis que cet Occident pu dominer le monde arabo-islamique, soit par la force des armes ou par la puissance de l’argent. Sous la bannière du Jihâd, les luttes de libération nationale au Maghreb comme au Machrek se firent. Sous la bannière de ce Jihâd, les appels à l’unité et à l’union du monde musulman contre les impérialismes qui cherchent à redominer le monde, se font ». (Ibid., p. 48).

182 Un passage d’al-Tiğānī parle de pirates de l’île de Djerba qui s’attaquent à des musulmans à l’époque ziride. Mais la réprobation de l’auteur montre bien qu’il s’agissait d’un fait anormal. Il emploie d’ailleurs, pour désigner leur action, le verbe qaaa, utilisé pour les brigandages des voleurs qui coupent les routes, alors que l’expédition de représailles de l’émir est désignée par le verbe ġazā, que l’on retrouve pour les actions de piraterie et de course contre les chrétiens. Al-Tiğānī, Riḥla, éd. Tunis, 1958 (avec index et préf. H. H. Abdulwahab), rééd. Tunis 1981, p. 125 ; trad. A. Rousseau, « Voyage du scheikh Et-Tidjani dans la régence de Tunis pendant les années 706, 707 et 708 de l’hégire (1306-1309) », Journal Asiatique, 1852-1853, p. 176.

183 Pour reprendre l’expression du père Burns, « the pirate was ecumenical in his choice of victims ». R. I. Burns, « Piracy as an Islamic-Christian Interface in the Thirteenth Century », Viator, 11, 1980, p. 165.

184 « [La] supériorité [des Francs] dans la Méditerranée céda devant la puissance irrésistible que l’Empire almohade s’était acquise par le nombre de ses vaisseaux et l’habileté de ses marins ; mais dans les dernières années de cette dynastie, les Francs obtinrent encore la supériorité. Sous la dynastie des Mérinides, les flottes du Maghreb défirent les Francs en plusieurs rencontres ; dès lors, l’ardeur de ce peuple resta assoupie ; l’unité de la France, siège de leur domination, fut brisée, et les nombreux débris de cette nation franco-chrétienne, tels que Barcelone, Gênes et Venise, se constituèrent en États indépendants. Un grand nombre de musulmans, habitants du littoral de l’Ifriqiya, entreprit alors d’attaquer ces contrées, et l’habitude de faire la course contre les chrétiens s’établit à Bougie, il y a une trentaine d’années ». Berbères, III, p. 116.

185 AMV, LLM, g3-17, f. 143v-144v, cité par A. Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia a finales de la Edad Media : el corso, la piratería y el cautiverio en su incidencia sobre la dinámica económica. 1400-1480, thèse de doctorat, Université de Valence, 1987, p. 178. Les autorités valenciennes s’inquiètent de sa réputation, qui lui permettraient de trouver à Tunis et Bougie des bateaux et des hommes prêts à combattre les chrétiens. R. Salicrù i Lluch, El Sultanat de Granada i la corona d’Aragó, 1410-1458, Barcelone, 1998, p. 186-187 L’analyse des hagiographies serait intéressante pour voir si la sainteté s’exprime parfois par des actions de piraterie contre les chrétiens.

186 Al-Marīnī, p. 249-250.

187 Déjà, au ixe siècle le grand juriste malikite Sahnū n fixait des limites à la piraterie contre les chrétiens : « Quant aux navires chrétiens qui arrivent [vers nous], que ce soit loin du port ou à proximité, il n’est pas permis de les capturer, s’il s’agit de commerçants connus pour leurs relations commerciales avec les musulmans, à moins de les attaquer dans leurs propres pays et alors qu’ils se dirigent vers un pays autre que les pays de l’Islam ». Cet extrait est cité dans un ouvrage de jurisprudence, le Kitāb al-Nawādir d’Ibn Abī Zayd (mort en 386/996), dans le chapitre intitulé Kitāb al-Ğihād. Cité par M. Talbi, « Intérêt des œuvres juridiques traitant de la guerre pour l’historien des armées médiévales ifrikiennes », CT, 15, 1956, rééd. Études d’histoire ifriqiyenne et de civilisation musulmane, Tunis, 1982, p. 107.

188 Cf. le jugement de R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, I, Paris, 1940, p. 216. À l’époque d’Abū Fāris « le développement de la course maritime [...] qualifiée volontiers de guerre sainte, enrichissait manifestement bon nombre de citadins ».

189 Cette utilisation du djihad, et surtout du discours prônant le djihad, a été bien analysée pour l’Orient à l’époque des Croisades, et en particulier dans le cas de Saladin. Cf. E. Sivan, L’Islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisades, Paris, 1968. Mais il n’existe pas, pour le Maghreb, de littérature traitant directement de ce sujet.

190 Braudel, La Méditerranée, op. cit., II, p. 190, qui explique le développement de la course par la suspension de la « grande guerre » en Méditerranée après 1574.

191 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 298.

192 Ivars Cardona, Dos creuades, op. cit.

193 Cf. al-Ġubrīnī, p. 76. G. Cipollone, Cristinanità-Islam : cattività e liberazione in nome di Dio : il tempo di Innocenzo III dopo « il 1187 », Rome, 1992, p. 191-198.

194 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 727.

195 M. D. López Pérez, « Farons per a galiotes de moros : un ejemplo de organización de la defensa costera en la Cataluña medieval », Miscellània de textos medievals, 8, 1996, p. 3.

196 Braudel, La Méditerranée, op. cit., II, p. 206.

197 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 60.

198 ACA, C., Rg. 466, f. 8r-v (5/7/1334).

199 AMV, LLM, g3-20, f. 90r-91r (24/5/1442), cité par Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia, op. cit., p. 377.

200 Par exemple traité Pise – Tunis, 1234, art. 8.

201 Les navires pirates actifs le long des côtes de l’Espagne ont pu également rentabiliser leurs voyages en transportant des mudéjars fuyant les pays chrétiens. J. E. López de Coca Castañer, « Esclavos, alfaqueques y mercaderes en la frontera del mar de Alborán (1490-1516) », Hispania, 139, 1979, p. 277.

202 Al-Ġubrīnī, p. 76.

203 Fr. Carreras y Candi, « Un llibre de geomancia popular del siglo xiii », Boletino de la Real Academia de Buenas Lletras de Barcelona, II, 1902, p. 325-338, cité par C. Batlle i Gallart, « La vida y las actividades de los mercaderes de Barcelona dedicados al comercio mediterráneo (s. xiii) », Le Genti del mare Mediterraneo. XVII Colloquio internazionale di storia marittima, Napoli, 28-31 gennaio 1980, dir. R. Ragosta, Naples, 1981, I, p. 333.

204 Díaz Borrás, Problemas marítimos de Valencia, op. cit., p. 422.

205 A. Conio, « Rescat d’un captiu en Riba barbaresca », Tres vielh procès marsilhes, Carcassonne, 1933, p. 12-16.

206 ACA, C., Rg. 2212, f. 100r-v (23/9/1404).

207 Berbères, III, p. 117. Sa dernière remarque, qui met complaisamment l’accent sur l’état d’infériorité des chrétiens, est cependant contredite par les documents qui montrent de nombreux rachats.

208 Sans doute, s’agit-il de Muhammad b. Abī Mahdī, le id al-bahr.

209 ARM, AH 82, f. 112r-v (12/7/1403), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 514-517.

210 « Non avrei mai creduto uno corpo avesse potuto sofferire le pene che i’ò soferte e disaggi ch’io soffero ». Archivio di Stato di Prato, filza 546, lettre Bône-Pise du 20/7/1384, citée par D. Ventura, « Cronaca di un riscatto. Dalle lettere di Giovanni Carocci, mercante pisano “schiavo” in Tunisi (1384-87) », Ricerche storiche, 22, 1992, p. 3.

211 À Grenade, à la fin du xiiie siècle, les prisons sont en général des cachots souterrains, où les captifs sont ferrés aux pieds et aux mains. R. Salicru i Lluch, « Cartes de captius cristians a les presons de Tunis del regnat de Ferran d’Antequera », Miscel.lania de Textos Medievals, 7, 1994, p. 552.

212 Ibid.

213 Ibid.

214 ACA, Cartas arabes, caja 2, n° 72, éd Alarcón y Santón, García de Linares, Los documentos árabes, op. cit., n° 91, p. 184-186.

215 Yayā b. Khaldūn, trad., I, p. 180. ˙

216 AMV, LLM, g3-8, f. 35r, cité par Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., p. 106-107.

217 « E estiga catiu en Bogia e, aqui, lo rey moro a forsa de cors, segons de cert fon recomptat al Consell, li faca obrer ballestes e mostrar son offici a moros e açoo redunde en gran dan de christians, com aquest sia dels mellors mestres de son offici que sien en la ciutat ». AMV, Manual de consells, A-22, f. 131r, cité par Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., p. 106-107.

218 À l’époque moderne les captifs sont utilisés pour les travaux agricoles, mais surtout près des villes. M. Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux xvie et xviie siècles », CT, 157-158, 1991, p. 10.

219 Salicru i Lluch, « Cartes de captius cristians », art. cité, p. 554, qui cite le cas d’un fugitif, en 1327, à qui on coupe le nez et les oreilles et qu’on attache avec des chaînes plus lourdes qu’avant sa tentative.

220 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 17.

221 T. M. Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana della gente di mare (esempi barcellonesi dei secoli xiv e xv) », Medioevo. Saggi e rassegne, 21, 1996, p. 16. En 1465 un récit de miracle fait intervenir un captif génois qui fuit Bougie par terre et arrive au bout de cinq jours à Marsacarès où il est accueilli par les Génois. Francesco Suriano, Treatise on the Holy Land, trad. angl. Th. Bellorini et E. Hoade, Jérusalem, 1949, p. 239. Mais l’aventure est précisément miraculeuse.

222 ARV, P., Rg. 2007, f. 592r-593v (5/12/1491). De même, en 1444 un patron de galère grossa en partance pour le Maghreb s’engage auprès des marchands à ne pas faire de tort aux musulmans ni à embarquer des captifs en fuite, sous peine d’une amende de 1 000 livres de réaux valenciens. ARV, P., Rg. 796, f. 26v-30v (8/1/1443).

223 ARM, AH 112, f. 81v-82 (24/5/1429), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 599-600.

224 B. Doumerc, « Le consulat vénitien de Tunis (1470-1473) », CT, 155-156, 1991, p. 469.

225 En 1303 une captive chrétienne parvient à fuir Bougie avec son enfant, emportant avec elle des biens qu’elle a volés. Un émissaire bougiote vient alors, muni d’une lettre du sultan, pour protester. Jacques II décide de faire restituer les biens volés, à condition que l’ambassadeur s’engage à se tenir pour satisfait de cette solution et ne réclame pas également la fugitive. ARM, Reales cedulas, vol. 1, f. 25 (19/2/1303), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 556. Cf. E. de K. Aguiló, « Cartas reales. Rubrica », BSAL, 20, 1924-5, p. 264.

226 Voir, en particulier, Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., passim.

227 ACA, C, CR Ferran I, caxa 13, n° 1582 (s.d., sans doute de 1414 ou 1415), cité par Salicrù i Lluch, « Cartes de captius », art. cité, p. 550.

228 Ibid., p. 564.

229 ARV, Batllia, Letras y Privilegios, 1148, f. 151r-v (2/11/1435), cité par R. Salicrù i Lluch, « En busca de una liberación alternativa : fugas y apostasía en la Corona de Aragón bajomedieval », La Liberazione dei ‘cativi’ tra cristianità e islam. Oltre la crociata e il ğihād : tolleranza e servizio umanitario. Atti del Congresso interdisciplinare di studi storici (Roma, 16-19 settembre 1998), dir. G. Cipollone, Cité du Vatican, 2000, p. 708.

230 ACA, C, Rg. 2446, f. 14v (5/10/1413), cité Ibid.

231 ARM, RP, compte de 1312, f. 17r, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 980bis.

232 Éd. A. Altisent, L’almoina reial a la cort de Pere el Ceremonios. Estudi i edicio dels manuscrits de l’almoiner fra Guillem Deudé, monjo de Poblet (1378-1385), Poblet, 1969, cité par Ferrer i Mallol, « La redempcio de captius », art. cité, p. 276. Les sommes octroyées sont très variables, parfois très faibles (souvent 9 sous), parfois plus importantes (jusqu’à 6 florins).

233 Par exemple ARV, MR, Rg. 35, f. 157v ; ACA, C., Rg. 2415, f. 68v-69r (23/4/ 1415).

234 ARV, MR, Rg. 35, f. 156v (22/2/1414).

235 En 1424 Ambrogio Spinola est nommé pour traiter de la libération de captifs aux mains du sultan. En récompense il recevra, à son choix, la charge de podestat de Péra ou celle de vicaire de Chiavari. S’il refuse, il devra en revanche s’acquitter d’une lourde amende. ASG, AS, 508, n° 572 (23/12/1424). En 1430 la commune proteste auprès d’Abū Fāris à propos d’une barque génoise prise et conduite à Bougie. On écrit également au consul génois de Tunis pour lui demander d’intervenir. ASG, AS, 1779, f. 272r-v, n° 641-642 (9/10/1430).

236 En 1424 sont élus quatre « aggregati » de l’Ufficio di Misericordia avec pour charge de rassembler les sommes nécessaires (3 000 livres) pour la libération des prisonniers détenus par le roi de Tunis. ASG, AS, 508, n° 55 (28/1/1424).

237 S. Fodale, « Il riscatto dei Siciliani “captivi” in Barberia (xiv-xv secolo) », Quaderni medievali, 12, 1981, p. 62.

238 Deux de Pise, un de Livourne, deux de Piombino et un de l’île d’Elbe.

239 ASP, Diplomatico, Atti pubblici, 16/9/1379. Le total des sommes avancées dépasse les 660 florins.

240 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 337-353.

241 Parfois davantage pour des personnes plus importantes, comme des nobles ou des patrons de navires. Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 348.

242 Ibid.

243 Díaz Borrás, El Miedo al Mediterráneo, op. cit., passim. Id., « Atención valenciana », art. cité, p. 347.

244 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 343.

245 C. Batlle i Gallart, M. Casas, « La caritat privada i les institucions benèfiques de Barcelona (segle xiii) », La Pobreza y la asistencia a los pobres en la Cataluña medieval, I, Barcelone, 1980, p. 157. Voir également Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana », art. cité, p. 15-17 ; Ch. Verlinden, L’Esclavage dans l’Europe médiévale, I, Péninsule ibérique – France, Bruges, 1955, p. 538.

246 G. Cipollone, « L’ordre de la Sainte Trinité et de la rédemption des captifs (1198). Les Trinitaires dans le Midi », Islam et Chrétiens du Midi, Toulouse, 1983 (Cahiers de Fanjeaux, 18), p. 149.

247 N. Coll Julià, « Documentación notarial relativa a los pobres en la Cataluña del siglo xv », La Pobreza y la asistencia à los pobres en la Cataluña medieval, II, Barcelone, 1982, p. 298.

248 AHPB, A. Brocard, Primum librum apocharum faciencium pro diversis manumissoriis, 1410-1424 (106/37), f. 61v-62r (8/4/1419).

249 AHPB, B. Nadal, Manual de cartas de pago de diferentes testamentarias, 1423-1436 (58/181), f. 12r-v (18/5/1423).

250 AHPB, Jan Franch, Manual, 23, f. 118v-119r, éd. Vinyoles i Vidal, « La vita quotidiana », art. cité, p. 35.

251 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 346. A. Borràs i Feliu, « L’ajuda als pobres en els testaments de Catalunya i Valencia del segle xv », La Pobreza y la asistencia a los pobres, op. cit., p. 371.

252 Ces licences fixaient la somme à collecter et une limite de temps.

253 ACA, C., Rg. 2180, f. 59r-v (8/6/1406).

254 ACA, C., Rg. 2212, f. 100r-v (23/9/1404) : Guillem Segerra, marin de l’île de Majorque, qui fut capturé et envoyé à Bougie pendant sept ans, s’est racheté pour 120 doubles d’or. Il doit maintenant rembourser ceux qui « per reverencia de nostre senyor » lui ont avancé l’argent et il est autorisé pour cela à réclamer des aumônes.

255 Cf. infra p. 477-478.

256 G. Cipollone, « La redenzione e la liberazione dei cativi. Lettura cristiana e modello di redenzione e liberazione secondo la regola dei Trinitari », La Liberazione dei ‘cativi’, op. cit., p. 380-384.

257 AMV, Manual de consells, A 19, f. 25v (6/9/1388).

258 Chr. Guillené, « Assistance et charité à Gérone au début du xive siècle », La Pobreza y la asistencia a los pobres, op. cit., p. 198-199. Les sommes sont en général modestes (6 sous 1 denier en moyenne), mais plus importantes que celles données pour les hôpitaux.

259 Au xiiie siècle, sur 283 testaments, 27 ont des dispositions en faveur des Mercédaires, et 81 donnent de l’argent pour des rachats sans spécifier un ordre en particulier. Par ailleurs les paroisses collectaient des dons, qui étaient ensuite rassemblés par les Mercédaires en vue de les porter dans la ville de captivité. Batlle i Gallart, Casas, « La caritat privada », art. cité, p. 156, 181.

260 R. Sáinz de la Maza, « Los mercaderios de la Corona de Aragón durante la segunda mitad del siglo xiv », Miscel.lania de Textos medievals, 4, 1988, p. 228.

261 ARV, P. 2641, f. 183r-185v, 189r (7-8/6/1390).

262 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n° 14 (1388), cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

263 F. D. Gazulla, « La redención de cautivos entre los musulmanes », Boletín de la Real Academia de Buenas Lletras de Barcelona, 13, 1928, p. 321-342.

264 A. Benremdane, « Al-Ğihād y la cautividad en los dictámenes jurídicos o fatuas de los alfaquíes musulmanes y de Al-Wanšarīsī, en particular : el caso de los musulmanes y de los cristianos de Al-Andalus », La Liberazione dei ‘cativi’, op. cit., p. 454.

265 Benremdane, art. cité, p. 454. Dans le détail la libération de ces captifs faibles donne lieu à une casuistique plus complexe. Cf. M. Hasnaoui, « La ley islámica y el rescate de los cautivos segùn las fetwas de al-Wanšarīsī e Ibn T arkāt », La Liberazione dei ‘cativi’, op. cit., p. 554.

266 Benremdane, art. cité, p. 454 ; Hasnaoui, art. cité, p. 554.

267 Hasnaoui, art. cité, p. 555.

268 M. D. López Pérez, « La financiación de las empresas corsarias catalanoaragonesas durante la Baja Edad Media : los armamentos de naves mallorquinas », VIII jornades d’estudis historics locals : el comerç alternatiu. Corsarisme i contraban (ss. xv-xviii), Palma de Mallorca, 1989, Palma de Majorque, 1990, p. 96.

269 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 12.

270 Ces règles ne s’appliquent que pour les captifs pris avant la conclusion de la paix. Les autres doivent être libérés gratuitement.

271 Paix Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 3.

272 Art. 7.

273 ACA, C., Rg. 2177, f. 9r (2/10/1403). Lettre envoyée par le roi d’Aragon à Abū Fāris.

274 Paix Couronne d’Aragon – Tunis, 1403, art. 13.

275 Art. 9, 11.

276 S’ils sont nés avant la signature de la paix et ont moins de dix ans, ils ne paieront que la moitié du prix de rachat de leurs parents ; s’ils sont nés après, ils sont libres. Art. 5.

277 Art. 4.

278 Art. 8.

279 Ils peuvent se racheter individuellement. Art. 12.

280 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1314, art. 11, 15.

281 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 8.

282 Sur les quarante et un captifs, l’un est mort, un autre a réussi à s’enfuir, et un troisième a été donné à Tornamira qui était venu avec une galée de Majorque.

283 « Quells tenen per sant en la lur lig ».

284 ACA, CRD, Jaime II, caja 101, extra series, n° 892 (3/4/1315), éd. H. Finke, Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen zur Kirchen- und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II (1291-1327), Berlin-Leipzig, 1922, III, p. 511-513 (avec une date à corriger).

285 ACA, C., Rg. 24, f. 126r (13/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1124.

286 Id., f. 126r (18/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1123 ; Capmany, Memorias, op. cit., n° 98, p. 142-143.

287 Id., f. 126v (18/5/1315), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 1125.

288 Id., f. 126v-127r (28/5/1315), éd. Ibid., n° 1126.

289 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 104v-105r (17/8/1313), éd. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab motiu del canvi d’esclaus cristians y moros, pactat despres de la pau », BSAL, 15, 1915, p. 226.

290 ARM, Reales cedulas, vol. 3, f. 107v-112v (août 1313). L’ensemble de ce dossier est édité par Aguiló, « Incident », art. cité, p. 226-233.

291 Un des témoins précise : de Bougie, Constantine, Collo et Jijel.

292 S. Pagano, « Il testo della Regola dei Trinitari (1198) : redazione, annotazioni diplomatiche, aggiornamenti del secolo xiii », La Liberazione dei ‘cativi’, op. cit., p. 72-76.

293 Y. Dossat, « Les ordres de rachat, les Mercédaires », Assistance et Charité, Toulouse, 1978 (Cahiers de Fanjeaux, 13), p. 376. L’ordre est reconnu en 1235 par Grégoire IX. Sáinz de la Maza, « Los mercaderios », art. cité, p. 221.

294 D’autres religieux contribuèrent à ces rachats au Maghreb, mais de manière beaucoup plus marginale, comme les Dominicains ou les Franciscains.

295 Yves Dossat qualifie les Mercédaires de « médiocres archivistes », et le même constat pourrait être fait pour les Trinitaires. Dossat, art. cité, p. 366 ; Cipollone, « L’ordre de la Sainte Trinité », art. cité, p. 137. L’essentiel de leurs archives concerne leur patrimoine foncier.

296 Cf. pour les Trinitaires P. Dan (v. 1580-1649), « Les plus illustres captifs », RA, 27, 1883, p. 11-35, 191-206, 355-79 ; 28, 1884, p. 49-67, et à part, Paris, 1902. Pour les Mercédaires G. Tellez (1581-1648), Historia general de la Orden de Nuestra Señora de las Mercedes, I (1218-1567), éd. M. Penedo Rey, Madrid, 1973.

297 Dossat, art. cité, p. 382.

298 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 721 ; Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 108.

299 ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r (20/6/1373).

300 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n° 14, cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

301 ARM, AH 74, f. 100v, éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 494-495. Parmi les captifs libérés on trouve des gens originaires du royaume de France, de Sicile, de Majorque, de Barcelone, etc.

302 ADBR, 351E 138, f. 5r-v (26/3/1407). En cas d’insuccès, les soixante florins lui seront rendus.

303 ADBR, 351E 79, f. 33v (29/5/1398).

304 ARV, MR, Rg. 31, f. 136r (12/5/1431).

305 Sáinz de la Maza, « Los mercaderios », art. cité, p. 238.

306 ACA, Monacales 1276, f. 5r-6r (2/1/1320), cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 105.

307 Certains finissent par partager le sort des hommes qu’ils sont venus libérer. En 1390 deux Trinitaires sont ainsi retenus prisonniers à Bougie. ARV, P. 2641, f. 183r-185v, 189r (7-8/6/1390).

308 ACA, C., Rg. 2246, f. 65v (2/8/1403). Voir aussi ACA, C., Rg. 1389, f. 96v-97r (20/6/1373) : lettre du roi Pierre d’Aragon au sultan.

309 À moins qu’il s’agisse de la même mission que la précédente, ce qui n’est pas exclu.

310 ARM, AH 140, f. 52v, éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 518-520.

311 Díaz Borrás, « Atención valenciana », art. cité, p. 342.

312 Par exemple ARM, AH 91, f. 96 (6/6/1410), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 532-535. Trente-six chrétiens libérés à Bougie, Tunis, Bône, Collo et Constantine par les Mercédaires, promettent de suivre les frères pendant un an et un jour. Cf. Verlinden, L’Esclavage..., I, Péninsule ibérique – France, op. cit., p. 542-543.

313 ARM, Extraordinaris, 470, f. 73r-75v (26/5/1410) ; ARM, LLC, 91, f. 96r-v (6/6/1410), cités par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 721.

314 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Clero, carp. 122, n° 14 (1388), cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

315 ARM, AH 91, f. 96 (6/6/1410), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 532.

316 Golubovitch, Biblioteca bio-bibliografica, op. cit., p. 237.

317 Projet de traité Couronne d’Aragon – Tunis, 1444, art. 15.

318 ACA, C., Rg. 2204, f. 51r-v (25/9/1406).

319 Celui-ci est déjà venu la chercher, mais n’a pas pu réunir la somme nécessaire et a dû repartir bredouille.

320 ADBR, Dugat 1, f. 49r-50r (15/2/1395), trad. Baratier, Documents d’histoire de la Provence, op. cit., p. 132-134.

321 ASG, min. 10, f. 41v (15/7/1288). Le document précise que ce prêt avait fait l’objet (sans doute à Bougie) d’un acte écrit.

322 AHPB, Bernat Nadal, Manual, 8/11/1404 – 14/5/1405 (58/33), f. 27r-v (4/1/ 1404).

323 AHPB, A. Vilanova, Primi libri manumissoriarum et tutelarum, 1448-1458 (165/101), cité par Coll Julià, « Documentación notarial », art. cité, p. 305 ; sur la taula de Barcelone, cf. Cl. Carrère, Barcelone au temps des difficultés, 1380-1462, Paris, 1967, p. 75-80.

324 Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, p. 85-106.

325 En novembre 1178 la charge est cédée par le roi Alphonse le Troubadour au Barcelonais Bernat Marcùs et à ses successeurs, pour 500 sous de Barcelone. Bernat Marcùs demande l’autorisation de porter sur sa nave, ou d’autres navires du royaume, des captifs sarrasins dans leurs terres d’origine et de racheter des chrétiens en terres musulmanes. Les lieux indiqués sont Bougie et Ceuta, mais il ajoute et in omni alia terra sarracenorum. Le roi accorde la sécurité pour ces musulmans dans ses terres, à l’aller et au retour. ACA, Cartes reales 52-2, perg., éd. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, appendice, doc. 3.

326 J. W. Brodman, « Municipal Ransoming Law on the Medieval Spanish Frontier », Speculum, 60/2, 1985, p. 328.

327 Au xive siècle Pere Martinez de Mora est également torciman (drogman) de la Maison royale. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, p. 88.

328 Ch.-E. Dufourcq, « Un projet castillan du xiiie siècle : la “croisade d’Afrique” », RHCM, 1, 1966, p. 47.

329 Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius », art. cité, p. 89.

330 D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval : le cas du port de Bougie (xiiie-xve siècle) », Annales du Midi, 113, 2001, p. 20-21.

331 Cf. P. Malausséna, « Promissio redemptionis : le rachat des captifs chrétiens en pays musulman à la fin du xive siècle », Annales du Midi, 80, 1968, p. 255-281.

332 Ibid., p. 261.

333 Il doit à son retour donner la preuve des sommes engagées. Ibid., p. 269.

334 Ibid., p. 270 ; López Pérez, « La financiación », art. cité, p. 98.

335 Ibid., p. 98.

336 AHPB, Juan Nadal, Manual, 9/5/1410 – 16/10/1410 (54/17), f. 28r (16/6/ 1410).

337 ARV, MR, Rg. 69, f. 170r (18/2/1458).

338 ACA, C., Rg. 3565, f. 153v-154 (15/3/1488), éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacionales de los Reyes católicos, III, Barcelone, 1951, a. 1488, n° 57, p. 60-61. Le cas est exceptionnel, mais mérite d’être relevé : un juriste musulman non seulement n’a aucun scrupule à maintenir en captivité un de ses coreligionnaires, mais en plus se refuse à faciliter son retour chez lui.

339 ARV, MR, Rg. 28, f. 14r (1409).

340 ARV, MR, Rg. 52, f. 116r (19/6/1434).

341 Éd. Conio, « Rescat », art. cité, p. 12-16.

342 Paris, BNF, nouvelles acquisitions latines, 1352, f. 85v (6/4/1401).

343 Malausséna, art. cité, p. 261-262.

344 Ibid., p. 262-263.

345 En 1387 Pierre d’Aups demande au marchand Majorquin Antoni Saurel de faire racheter son fils Pierre, marin de Toulon, capturé en mer de Provence et porté à Bougie. Il lui promet de lui payer jusqu’à 140 doubles d’or dès la nouvelle de l’arrivée de son fils à Majorque, Marseille ou Toulon. S’il ne paye pas, le Majorquin pourra les garder tous les deux prisonniers. ADBR, 351E 124, f. 6v-7r (3/1/ 1387).

346 ASP, Diplomatico, Atti pubblici, 16/9/1379.

347 ARM, A. Costanti, 1404, f. 13 (4/1/1404), cité par Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 104, 145.

348 ARM, AH 75, f. 163 (9/9/1399), éd. Macaire, Majorque et le Maghrib, op. cit., p. 500-502. Ce Dalmau Montagut est un marchand actif, en relation notamment avec Bougie. En 1396 il reçoit une licence de commerce pour cette ville. ARM, Guiatges 5, f. 99r (19/2/1396).

349 Parfois la somme indiquée dans le document n’est qu’une partie du prix du rachat, celle qui a fait l’objet d’une transaction ou d’un don. Ces documents n’ont pas été retenus pour le tableau. Certains cas cependant ne permettent pas de savoir s’il s’agit de toute la somme ou seulement d’une partie. Enfin il faut tenir compte, dans ces chiffres, du bénéfice réalisé par les intermédiaires.

350 Cité par Brodman, Ransoming captives, op. cit., p. 112-113.

351 Éd. partielle P. Mainoni, Mercati lombardi tra Barcelona e Valencia nel Basso medioevo, Bologne, 1982, p. 106.

352 D’après James W. Brodman cette somme représente un ou deux ans de revenus d’un laboureur. Brodman, Ransoming Captives, op. cit., p. 125.

353 Traité Couronne d’Aragon – Tunis, art. 13. Dans le projet de traité de 1444 entre la Couronne d’Aragon et Tunis, on prévoit que si on ne se souvient pas du prix d’achat, les captifs faits prisonniers avant la ratification de la trêve seront rachetés pour un prix moyen de 30 ducats. Fr. Cerone, « Alfonso il Magnanimo ed Abu ‘Omar Othmân, Trattative e negoziati tra il Regno di Sicilia di qua e di là dal Faro ed il Regno di Tunisi (1432-1457) », Archivio storico per la Sicilia Orientale, 10, 1913, p. 54.

354 Trad. M. de Epalza, La Tufa, autobiografía y polémica islámica contra el Cristianismo de Abdallāh al-Tarğumān (fray Anselmo Turmeda), Atti della Accademia nazionale dei Lincei, Memorie, Classe di scienze morali, storiche e filologiche, série VIII, vol. XV, Rome, 1971, p. 252-253.

355 Berbères, III, p. 117.

356 Vers 1368 une opération de rachat effectuée par des Majorquins est financée par la Couronne, qui impose alors pour se rembourser une taxe spéciale sur le commerce bougiote. Le document donne le détail des frais engagés, et cite notamment les sommes données à l’amiral de Bougie (250 dinars), ainsi qu’aux alcayts et autres officiers (421 dinars et 4 umn-s pour l’ensemble). Il ne s’agit pourtant que d’un rachat de dix captifs (pour un montant de 1100 livres), ce qui donne une idée de l’importance des sommes parfois en jeu, même si une partie des 250 dinars perçus par l’amiral est peut-être destinée au Trésor (aucune taxe publique n’apparaît en effet dans ce compte). Éd. E. de K. Aguiló, « Mostres de lous passats per la redencio de catius cristians », BSAL, 10, 1904, p. 340.

357 Cf. supra p. 481-482, le rachat de Jean Isnard, qui doit payer 10 doubles à la Porte de la Mer pour un rachat de 108 doubles.

358 « La course n’appartient pas à une seule rive, à un seul groupe, à un seul responsable, à un seul coupable. Elle est endémique ». Braudel, La Méditerranée, op. cit., II, p. 192.

359 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 159-161, 739-742. Cf. Ivars Cardona, Dos creuades, op. cit. Bougie n’est jamais directement la cible d’expéditions de représailles. Peut-être est-ce dû à la solidité de ses défenses, mais aussi à la volonté de ne pas compromettre les relations avec une place commerciale de premier ordre pour les Majorquins et les Valenciens.

360 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 161.

361 R. de Mas-Latrie, « Droit de marque et de représailles au Moyen Âge », BEC, 6e série, 2, Paris, 1866, p. 529-577, qui en décrit la procédure très précise. Voir aussi, dans le contexte génois, A. Aromando, « Le rappresaglie a Genova, viste e illustrate attraverso una controversia della fine del Trecento », Memorie della Accademia lunigianese di scienze Giovanni Capellini, Scienze storiche e morali, 42, 1972, p. 17-79.

362 ACA, C., Rg. 12, f. 14r (février-mars 1262), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n° 102.

363 ACA, C., Rg. 12, f. 76r (15/5/1263).

364 ARM, Reales cedulas, vol. 6, f. 28 (24/11/1319), éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., no° 1356.

365 ARM, Suplicacions, 24, f. 147r-157r (22/10/1364), ARM, Governació, 4496, f. 285v-286r (5/10/1380). Cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 709-710.

366 La piraterie génoise en revanche ne semble pas avoir été importante le long des côtes du Maghreb à cette époque. À partir du xive siècle à Gênes les esclaves sont essentiellement des Orientaux. M. Balard, « Le minoranze orientali a Genova (secc. xiii-xv) », La Storia dei Genovesi, III, Gênes, 1983, p. 71-90.

367 ARM, RP, Rg. 3775 à 3892 ; ARV, MR, Rg. 2 à 102 ; ACA, RP, MR, Rg. 1008, 1714, 1716. Les registres majorquins n’indiquent que la destination, et non l’origine de l’ancien captif. Il peut donc s’agir de musulmans d’autres régions du Maghreb, voire d’al-Andalus, qui à leur sortie de captivité partent s’installer à Bougie. Mais les registres de Valence, plus précis sur ce point, montrent que les captifs rentrent en général dans leur ville d’origine. Par ailleurs les comptages n’ont pas pris en compte les très nombreux cas de retour vers la « Berbérie » ou la « terra de moros », trop imprécis.

368 En 871/1466 ‘Abd al-Bāsiṭ se trouve sur une grosse galère génoise allant d’Oran à Tunis. Alors qu’ils sont près de Bougie, ils doivent aller à terre et les habitants s’enfuient à leur vue, les prenant pour des pirates francs ayant changé leurs costumes par ruse. ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Raw al-bāsim fī awādi alumr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, Abd al-Bāsi b. Halīl et Adorne, Paris, 1936, rééd. 2001, p. 83. Cf. également Ibid., p. 75-76 : il apprend à Oran que des navires chrétiens « avaient semé la terreur dans la région de Bougie, s’emparant des voyageurs et faisant prisonniers quantité de musulmans ».

369 En 702/1303 le sultan de Tunis se plaint auprès de Jacques II d’Aragon de la capture près de Bizerte d’un navire (ğafn) bougiote chargé d’une cargaison de tuniques et burnous pour une valeur de 40 000 [dinars]. Éd Alarcón y Santón, García de Linares, Los documentos árabes, op. cit., n° 119, p. 259, 263 (šawwāl 702/mai-juin 1303).

370 Cf. supra p. 473-474.

371 Trad. Epalza, La Tuhfa, op. cit., p. 250-255. Dans son panégyrique du sultan il note que toutes les ressources des taxes sur les importations et exportations de Tunis étaient utilisées pour le rachat des captifs aux mains des infidèles. Le sultan charge les marchands chrétiens de ces rachats, provoquant alors l’afflux d’anciens captifs dans le port. La constitution de waqfs destinés au rachat des captifs se rencontre également en Égypte dans le contexte des croisades. Cf. S. H. Abdel Wahab, « Captives Waqf in Syria and Egypt (491-589H./1097-1193 A.D.) », La Liberazione dei ‘cativi’, op. cit., p. 559-570.

372 Turmeda lui-même intervient comme traducteur dans un rachat de captif en 1421. ACA, C., Rg. 2672, f. 110r, cité par Salicru i Lluch, « Cartes de captius », art. cité, p. 555.

373 En 1310 l’émir de Bougie envoie en ambassade l’interprète Sayt pour discuter de certains de ses sujets pris en mer par des Valenciens, entre Dellys et Alger. ACA, CRD, caja 20, n° 3975 (5/11/1310), éd. A. Giménez Soler, « Documentos de Tùnez, originales ó traducidos, del Archivo de la Corona de Aragón », Anuari de l’Institut d’estudis Catalans, 3, 1909-10, p. 228-229 (avec une date inexacte). L’année suivante Jacques II d’Aragon lui répond que les captifs seront rendus et que les corsaires paieront pour leur acte. ACA, C., Rg. 239, f. 129v (12/8/1311), éd. Ibid., p. 229.

374 Il paie pour sa libération 40 dinars. ‘Abd al-Bāsi, op. cit., p. 20-21.

375 López Pérez, « La financiación », art. cité, p. 97. M. T. Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País Valencià durant la baixa edat mitjana », L’expulsió dels moriscos : consequències en el món islàmic i el món cristià, Barcelone, 1994, p. 26.

376 Cela a été le cas en Orient au xive siècle. E. Ashtor, « Observations on Venetian Trade in the Levant on the xivth Century », Journal of European Economic History, 5, 1976, p. 542.

377 Coll Julià, « Aspectos del corso catalán », art. cité, p. 159.

378 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 625-626, citant le cas de Joan Ripoll, qui alterne les deux activités entre 1376 et 1408.

379 Cf. infra p. 635-642.

380 Cf. pour Gênes M. Balard, « Assurances et commerce maritime à Gênes dans la seconde moitié du xive siècle », Les transports au Moyen Âge. Actes du VIIe congrès des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, 85, 2, 1978, p. 273-282.

381 M. T. Ferrer i Mallol, « La navegació de conserva a l’edat mitjana », AEM, 24, 1994, p. 453-464.

382 Il est rédigé entre 1316 et 1344.

383 G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova nel Trecento (il liber Gazarie), Gênes, 1974, p. 113. Cf. également pour le xve siècle M. T. Ferrer i Mallol, « Dos registres de l’“Oficium maris” de Génova (1402-1403, 1408-1410) », Atti del I congresso storico Liguria-Catalogna, Bordighera, 1974, p. 249-252.

384 Heers, « Gênes et l’Afrique du Nord », art. cité, p. 244. La lourdeur de ces navires pouvait cependant être aussi un handicap, car ils ne pouvaient réagir rapidement à une attaque. Balard, « Assurances », art. cité, p. 277.

385 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris, 1999, p. 90-91.

386 ASV, Senato, Mar, Rg. 9, f. 52r (13/7/1470), cité par L. Greco, « Sulle rotte delle galere veneziane : il cartulario di bordo del prete Giovanni Manzini (1471-1486) », Archivio Veneto, sér. V, 172, 1991, p. 11.

387 ACA, C., Rg. 1426, f. 137r-v (27/6/1368). Il ne s’agit pas ici de piraterie à proprement parler, mais de la capture de marchands par les autorités de Bougie, dans le port même.

388 ACA, C., Rg. 1427, f. 63r-v (23/11/1368).

389 ACA, C., Rg. 1427, f. 141v-142r (27/3/1369).

390 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1382).

391 ACA, C., Rg. 3827, f. 68v-69r (26/9/1382).

392 ACA, C., Rg. 1446, f. 34r-v (8/9/1383).

393 En 1423, à la suite d’actes de piraterie et pour protester contre la captivité de Génois dans le royaume de Tunis, le gouvernement de la cité décide d’interdire le commerce avec le sultanat, sous peine de lourdes amendes. ASG, AS, Diversorum communis Ianue, Rg. 507, f. CXXVIIr, doc. n° 358a (15/11/1423), cité par L. Balletto, « Gênes et le Maghreb au xve siècle », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1996, p. 94.

394 Par exemple ASV, Senato, Incanti di galere, Rg. 1, f. 60r-v (18/1/1479).

395 R. Ricard, « Les établissements européens en Afrique du Nord du xve au xviiie siècle et la politique d’occupation restreinte », RA, 79, 1936, p. 687-688.

396 « Bugia no es el Perù, donde hay oro y perlas en las cabalgadas ; aqui no hay sino Turcos y Moros ». Archives de Simancas, Estado, legado 461, éd. É. de La Primaudaie, « Documents inédits sur l’histoire de l’occupation espagnole en Afrique (1506-1574) », RA, 19, 1875, n° 31, p. 279-280.

Table des illustrations

Titre Tableau 12. AVIS DE PRÉSENCE DE PIRATES MUSULMANS À VALENCE (1350-1399)56
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 13. MISSIONS DE RACHATS DE CAPTIFS À BOUGIE (1370-1425)
Légende Note58Note59Note60Note61Note62Note63Note64Note65Note66
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Note67Note68Note69Note70Note71Note72
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 14. NOMBRE DE CAPTIFS DÉTENUS À BOUGIE (1370-1479)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Note74Note75
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 15. LIEUX DE DÉTENTION DES CAPTIFS VALENCIENS AU MAGHREB (1400-1479)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 16. ÉQUIPAGE D’UNE GALIOTE BOUGIOTE CAPTURÉE EN 1423
Légende Note95Note96Note97
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 17. TYPES DE NAVIRES UTILISÉS PAR LES PIRATES BOUGIOTES (1315-1498)
Légende Note121
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Note122Note123Note124Note125Note126
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 18. PRISES DE NAVIRES DANS LES EAUX CHRETIENNES (1370-1434)
Légende Note149Note150
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Carte 15 – Attaques de pirates bougiotes dans les eaux chrétiennes.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 19. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN DOUBLES (1378-1441)
Légende Note350
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Note351
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 20. PRIX DE RACHATS DE CAPTIFS EN MONNAIES EUROPEENNES (1379-1427)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 5. NOMBRE D’ANCIENS CAPTIFS MUSULMANS SORTIS DE MAJORQUE ET VALENCE EN DIRECTION DE BOUGIE (1330-1499)367
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/218/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540