Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Quatrième partie. Architectures thermales africaines

Chapitre III. La masse thermale : les bains asymétriques

Texte intégral

1Par rapport au nombre considérable de constructions balnéaires, les thermes étudiés dans les deux chapitres précédents représentent des exceptions. Plus précisément, ils sont le remarquable couronnement, mais seulement le couronnement, d’un dense tissu thermal caractérisé par une conception beaucoup plus souple de la composition architecturale des bâtiments, que cette souplesse soit l’objet de choix ou de contraintes.

2On s’est souvent complu à souligner la diversité fondamentale qui caractérise les édifices thermaux de plan asymétrique. Conduire une analyse d’ensemble de ces constructions est, cependant, non seulement nécessaire mais encore possible. De fait, au-delà de leurs apparences si variées, elles sont caractérisées par une unité profonde qui s’ancre dans la nécessité, qui leur est commune, de satisfaire les exigences d’un programme balnéaire contraignant. Ce dernier autorise des variantes, fonde même de grands choix divergents, il ne saurait tolérer des dissemblances radicales. Bien plus, cette catégorie fondamentalement unitaire que constituent les constructions thermales englobe les réalisations les plus prestigieuses, qu’il faut toujours garder à l’esprit lorsque l’on se penche sur les œuvres mineures. Il existe une cohérence de l’architecture balnéaire qui est certainement plus importante que la pluralité des choix qu’elle recouvre.

3Si, dans cette optique, nous tentons de cerner les caractéristiques essentielles des bâtiments asymétriques, il est d’abord un certain nombre de considérations d’ordre général qu’il faut mettre en avant.

4Le premier point concerne les dimensions de ces édifices. Il fait apparaître que le choix d’un parti asymétrique n’est pas mécaniquement lié à l’ampleur de l’espace disponible. Il est vrai que l’énorme majorité des constructions de ce type sont trop petites pour qu’une disposition symétrique ou semi-symétrique ait eu un sens, du moins en ce qui concerne les établissements publics. En revanche, il existe toute une gamme de bâtiments où le bloc balnéaire couvre une superficie qui aurait permis d’autres choix. Les plus modestes réalisations africaines de plan symétrique n’occupent que 1 200 ou 1 500-1 600 m2, celles de plan semisymétrique s’échelonnent à partir de 1 000 m2 et même moins. Or, nous connaissons tout un ensemble de thermes asymétriques qui correspondent à ces superficies.

5Certains d’entre eux tournent autour de 1 000 m: Thina (thermes des mois : 900 m2) ; Thuburbo Maius (thermes d’hiver : 1 200 m2), Cherchel (petits thermes Est : plus de 1 000 m2), Lambèse (thermes des chasseurs : 1 400 m2), Rusguniae (1 000 m2), Timgad (grands thermes Est et thermes du marché de Sertius : plus de 1 000 m2), Volubilis (thermes « de Gallien » : 1 200 m2). Une superficie de ce genre correspond donc à une zone de transition, où il est possible de choisir entre un plan souple et une disposition plus structurée. En revanche, il ne s’agit pas d’une barrière : certes, les édifices publics plus petits sont tous asymétriques mais peuvent l’être aussi des monuments bien plus importants, comme ceux de Maktar (thermes Ouest où le frigidarium et les salles chauffées occupent à eux seuls 1 000 m2 alors que l’on devine de vastes locaux encore enfouis), Sbéitla (grands thermes orientaux : 2 500 m2), Thuburbo Maius (thermes d’été : 2 800 m2), Hippo Regius (grands thermes Nord : 2 000 m2), Madaure (grands thermes : 1 700 m2), Timgad (thermes des Filadelfes : 1 600 m2 ; grands thermes Sud : 1 800 m2).

6On constate ainsi qu’il existe un nombre important d’édifices, dont la superficie couvre environ de 1 200 à 2 500 m2, où le choix entre plans symétrique, semi-symétrique et asymétrique est effectivement pratiqué indépendamment de l’espace disponible. Les thermes de Sbéitla ou ceux d’été à Thuburbo Maius, dépourvus de toute symétrie, couvrent le double de la surface occupée par les thermes du capitole de Cuicul qui relèvent pourtant du type impérial. Un exemple tout aussi parlant est celui de Madaure : des deux bâtiments thermaux voisins, c’est le plus petit qui est doté d’un plan semi-symétrique, alors que le plus vaste est souplement disposé.

7Le second point est beaucoup plus aisé à traiter. Il consisterait à envisager les données chronologiques et géographiques. En fait, on constate que les thermes asymétriques appartiennent à toutes les époques et sont érigés dans toutes les régions. Du moins pour le moment, il ne paraît utile de préciser qu’une seule question, concernant les grands thermes asymétriques. Parmi les plus vastes, ceux qui sont datés avec précision appartiennent tous au iie siècle (Timgad, grands thermes Sud) et à l’époque sévérienne (Thuburbo Maius, Hippo Regius), datation qui est également la plus probable pour les autres grandes réalisations. Il est donc clair que le choix d’une disposition souple n’est nullement la conséquence d’une précocité de la construction impliquant l’absence de modèles d’un autre type, ou, inversement, d’une situation propre à l’Antiquité tardive.

I–TYPOLOGIE DES PLANS : ORGANISATION DU SECTEUR FROID

8Dans l’écrasante majorité des cas, le secteur froid est organisé avec une souplesse telle qu’elle ne permet pas de dégager certaines lignes directrices. Plus qu’à la fantaisie de l’architecte, il faut penser à la nécessité d’exploiter au mieux l’espace disponible, souvent restreint. Le plus fréquemment, le souci de l’efficacité dans la satisfaction des besoins des baigneurs l’emporte sur la recherche d’effets architecturaux.

9Ce jugement doit cependant être nuancé. D’abord parce que les réalisations les plus amples offrent des possibilités d’expressions esthétiques qui recoupent, au demeurant, la qualité des services offerts au baigneur. Ensuite parce que même les réalisations les plus restreintes ne renoncent pas toujours à toute prétention en ces domaines.

A) Conception du frigidarium

10Si l’on prend en considération l’organisation d’ensemble du secteur froid, on constate que les thermes les plus vastes sont parfois dotés d’une certaine rigueur par le biais de la composition de leur salle des bains froids, strictement organisée en fonction d’un parti symétrique. En plan, ce parti est rendu précisément lisible par la disposition des piscines. Le schéma le plus simple repose sur deux bassins de même dessin se faisant face : grands thermes Sud de Timgad et, peut-être, thermes Ouest de Maktar dans leur premier état. Une version plus complexe repose sur trois bassins, deux disposés sur les petits côtés, le dernier sur un des longs côtés, celui opposé au secteur chauffé : thermes Ouest de Maktar dans leur état actuel, thermes d’été et d’hiver (premier état) de Thuburbo Maius, thermes Nord d’Hippone.

11Nous avons là l’écho des recherches conduites pour les thermes symétriques ou se-mi-symétriques et cet écho parvient jusque dans les réalisations d’ampleur modeste. Cela est sensible à Bulla Regia, dans les thermes au Nord-Ouest du théâtre, où le frigidarium concentre des effets architecturaux mis en valeur par une composition symétrique qu’incarne le plan centré de la salle et les deux bassins qui se font face, même s’ils sont de plan différent. Cela transparaît aussi dans les « thermes au Sud du temple » de l’Asclepieium de Lambèse, ou à Sidi Mechrig.

12Le frigidarium, placé au cœur de la construction, peut donc jouer un rôle essentiel dans la structuration du secteur froid grâce à son ordonnance, mais aussi grâce à son ampleur. Il est fréquent que, dans les thermes asymétriques les plus vastes, cette salle dépasse les 100 m: 125 à Thuburbo Maius (thermes d’été) et Madaure, 150 à Lambèse (bains des chasseurs), 250 à Cherchel et même 300 à Maktar et 330 à Sbéitla. Un cas tout à fait exceptionnel est celui d’Hippone où le frigidarium des grands thermes Nord couvre plus de 400 m2. Si nous laissons de côté les constructions exceptionnelles de Carthage et Utique, c’est une des plus vastes salles des bains froids d’Afrique du Nord. Elle dépasse même celle des grands thermes Ouest de Caesarea (près de 350 m2) et rivalise avec celle des grands thermes Nord de Timgad (environ 400 m2 sans son annexe méridionale). Pour que les frigidaria de ces prestigieux monuments de plan symétrique retrouvent leur supériorité, il faut prendre en considération leurs piscines, plus amples que celle d’Hippone où la natatio n’est pas intégrée dans la salle, mais placée dans la palestre.

  • 1 Il est fort regrettable que nous connaissions si mal les thermes de Tébessa, qui n’ont été que très (...)

13Un dernier moyen utilisé pour signaler l’importance du frigidarium est le soin parfois apporté à son architecture : plan octogonal de Bulla Regia, colonnade de la piscine principale des thermes des mois à Thina ; large emploi de la ligne courbe dans les petits thermes Est de Caesarea ; plan en T muni de bassins à l’extrémité de chacune de ses branches et haste flanquée de deux larges absides dans les thermes de Theveste (pl. CLXII-4) ; jeux symétriques de niches animant les murs dans les bains de Bir el Caïd (pl. CLXII-5)1.

14Il faut cependant souligner que l’attention portée au traitement de la salle des bains froids ne caractérise qu’une minorité d’édifices qui se distingue, la plupart du temps, par ses dimensions. Le plus souvent, le frigidarium s’affirme faiblement et n’est équipé que d’un bassin, ou de deux disposés orthogonalement, sans recherche d’un effet de symétrie.

B) Composition d’ensemble

15Si la salle des bains froids est susceptible d’organiser quelque peu les espaces, il est encore plus exceptionnel que les constructeurs cherchent à articuler ceux-ci en fonction d’axes les coordonnant. Cette volonté de mise en ordre des locaux ne se manifeste que rarement. À Bulla Regia, dans les thermes au Nord-Ouest du théâtre, on devine une séquence axiale le long de laquelle se succèdent plusieurs amples espaces qui précèdent le frigidarium. Dans les thermes Ouest de Maktar, il est également possible que la salle des bains froids soit le point d’aboutissement d’une séquence semblable comprenant des locaux dotés d’une forte expression architecturale : l’état des dégagements ne permet pas d’être plus précis.

16À Simitthus ou à Columnata, le strict alignement des pièces ne masque pas la pauvreté de la composition. Dans les thermes d’été de Thuburbo Maius, le petit axe du frigidarium se prolonge de part et d’autre dans le tepidarium d’entrée et dans une vaste salle : architecturalement, cette composition est privée de toute expression réelle, tout comme dans les grands thermes Nord d’Hippone en ce qui concerne l’imparfait alignement du caldarium, du frigidarium et de la palestre.

17Pour retrouver une composition plus efficace, il faut prendre en considération les grands thermes de Madaure, avec l’enfilade du vestiaire, du gymnase, du frigidarium et d’une piscine, enfilade au demeurant plus lisible en plan que sur le terrain. Ou encore les grands thermes Sud de Timgad, lorsque le remplacement des parois d’une des piscines froides par des baies tripartites créa un axe visuel qui part de la grande exèdre orientale et traverse tout le monument.

18Au total, le souci d’organiser solidement la disposition des salles froides des bains asymétriques apparaît fort secondaire. Le plus souvent, les locaux sont distribués d’une manière étrangère au respect de règles de composition clairement lisibles. Les préoccupations majeures sont autres : utiliser au mieux l’espace disponible et, sans doute, tenir compte du coût de la construction.

19Dans ce cadre, les thermes de Sidi Mechrig apparaissent exceptionnels (pl. XLIX). Tout le secteur froid est construit avec une rigueur reposant sur un esprit de symétrie que ne parviennent pas à altérer quelques rares écarts tels que le dessin différent des deux piscines ou le décentrement de la porte F/1. À vrai dire, nous aurions pu tout aussi bien les ranger dans la catégorie des bâtiments semi-symétriques où, étant donné leurs dimensions extrêmement restreintes, ils auraient cependant constitué un cas tout à fait particulier.

C) Grands volumes architecturaux

20Dans la plupart des cas, le frigidarium est la seule salle qui se distingue des autres par son ampleur, et il peut même arriver qu’elle soit noyée dans un ensemble de locaux peu hiérarchisés. Cependant, dans quelques bâtiments, les constructeurs ont pris soin de dégager d’autres volumes dominants. Il faut alors distinguer deux cas, selon que ce pôle complémentaire est une salle couverte ou une palestre.

1) Hiérarchie des espaces couverts

21En ce qui concerne l’existence d’un second vaste espace couvert, la question ne se pose pas uniquement dans le cas des bâtiments asymétriques dotés de quelque ampleur. Il faut en effet prendre en considération non seulement la superficie absolue des salles, mais aussi leur valeur relative au sein du monument. Ainsi, dans les thermes au Nord-Ouest du théâtre de Bulla Regia, le frigidarium, qui constitue le véritable cœur de la construction, est précédé par une salle (vestiaire ?) qui couvre près du double de sa superficie hors bassin. La situation est la même à Sbéitla, dans les thermes n°15 : dans cet édifice de quelque 500 m2, le frigidarium (50 m2 hors piscines) est flanqué d’une salle deux fois plus vaste que lui (100 m: gymnase ?). À Volubilis, dans les thermes du capitole (moins de 600 m2), tant le vestiaire qu’un vaste local (salle des exercices ?) sont plus grands que le frigidarium. Enfin, à Timgad, les petits thermes Est et ceux du centre, qui tournent tous deux autour de 500 m2, montrent aussi la création d’espaces importants, probablement dévolus aux exercices, à côté du volume de la salle des bains froids. Il apparaît donc que, même dans des édifices mineurs asymétriques, les constructeurs ont parfois tenu à créer un secteur froid bipolaire, au sein duquel le rôle central du frigidarium est contrebalancé par un second vaste local. Le plus souvent, il semble que ce choix ait été motivé par le désir d’offrir au baigneur la possibilité de s’exercer à l’abri.

22C’est évidemment dans les thermes asymétriques les plus vastes que ce parti peut se développer avec le plus d’ampleur. Si nous laissons de côté les thermes Ouest de Maktar, trop mal connus mais où il est certain que de grandes salles flanquent le frigidarium, on peut distinguer un premier groupe d’édifices couvrant 1 000 m2 et moins, au sein desquels un vaste local répond à la salle des bains froids : thermes des mois de Thina, grands thermes Ouest de Banasa, thermes du théâtre-amphithéâtre de Lixus. Dans tous ces cas, il s’agit d’un vestiaire ou d’un gymnase, sinon des deux à la fois. Comme dans les bains encore plus modestes, ces locaux principaux, frigidarium compris, n’atteignent pas ou excèdent de peu les 100 m2. Il n’en affirment pas moins leur suprématie sur l’ensemble des autres pièces.

23Dans le second groupe d’édifices, rassemblant les constructions les plus vastes couvrant environ de 1 400 à 2 500 m2, l’organisation bipolaire reste identique, même si les surfaces couvertes sont évidemment plus vastes. À Lambèse, dans les thermes des chasseurs, à un frigidarium de 150 m2 répond une salle, sans doute un gymnase, de 130 m2. Dans les grands thermes de Madaure, le rapport est inversé, avec 125 et 180 m2.

24Il faut cependant souligner que si une telle bipolarité caractérise le secteur froid des thermes asymétriques les mieux composés, cette option n’est cependant pas systématique. D’abord, il est des monuments, pourtant vastes, où le frigidarium constitue le seul espace couvert ambitieux, ainsi dans les thermes d’hiver de Thuburbo Maius, les grands thermes Nord d’Hippone, les thermes des Filadelfes de Timgad ou même dans l’ample construction de Sbéitla. Inversement, dans des bâtiments il est vrai dotés d’une surface appréciable, les grands volumes architecturaux peuvent se démultiplier. Les thermes d’été de Thuburbo Maius sont dotés d’un frigidarium de 125 m2 qu’équilibrent trois salles de 80 et deux fois 100 m2. Dans les grands thermes Sud de Timgad, il faut associer à un modeste frigidarium de 60 m2 les deux grandes piscines qui le flanquent pour que ce lieu puisse rivaliser avec une multiplicité d’espaces valorisés par leurs dimensions et leur dessin, au nombre desquels il faut même compter les latrines.

25Dans les thermes asymétriques dotés de deux salles majeures, la remarque précédente sur la rareté du recours à de stricts principes de composition implique que leur articulation n’obéit pas à des règles immédiatement lisibles. La seule exception est la disposition des pièces en fonction d’une séquence axiale qui culmine dans le frigidarium. On devine ce parti à Bulla Regia ou Maktar, il s’affirme dans les thermes des chasseurs de Lambèse et, surtout, dans les grands thermes de Madaure.

26Les rapports entre les deux plus vastes salles froides étaient pourtant un des thèmes principaux que devait aborder l’architecte et, en y regardant de plus près, on constate que la fréquente renonciation à l’axialité ne signifie pas l’abandon de toute règle. De fait, un principe, adopté dans tous les édifices non axiaux, est l’établissement d’une liaison directe entre les deux salles, celles-ci étant implantées orthogonalement. Sur cette base, les constructeurs optent entre deux façons essentielles de disposer respectivement ces deux masses. La première est un schéma en L (thermes des mois à Thina, grands thermes Ouest de Banasa, thermes du théâtre-amphithéâtre de Lixus, thermes de Gallien à Volubilis avec, dans la même cité, la version moins stricte des thermes du capitole). La seconde est un schéma en T (thermes n°15 de Sbéitla, thermes du centre à Timgad).

27Il existe donc tout un ensemble de thermes asymétriques qui se distinguent par le soin apporté à l’organisation de leur secteur froid : dégagement d’amples volumes, traitement de leur articulation en fonction de schémas axiaux ou orthogonaux. Les effets produits ne peuvent rivaliser avec ceux que procurent les bâtiments symétriques et semi-symétriques. Ils ne sont cependant pas négligés dans le cadre d’une solution dont le choix dépend sans doute, pour l’essentiel, de la nature du terrain disponible. Choix qui s’impose lorsque ce dernier est trop restreint, mais aussi lorsque la forme de l’espace se prête mal à un programme plus rigide. Nul doute qu’il s’agisse aussi d’un choix véritable. L’exemple des édifices de Madaure est là pour le rappeler. Dans les deux cas, le bloc balnéaire y occupe un terrain de forme parfaitement semblable. Pourtant, à une époque qui paraît être la même, c’est à l’emplacement le plus vaste que l’on a opté pour un plan asymétrique, réservant au plus petit une option semi-symétrique. Cette décision, apparemment illogique, ne semble guère pouvoir s’expliquer que par la décision des constructeurs de privilégier dans un cas la création de grands espaces, dans l’autre les effets que l’on peut attendre du dédoublement des volumes.

2) Palestre

28Une autre façon de hiérarchiser les espaces est de doter le monument d’une palestre : ses dimensions et son organisation interne en font un des pôles du bâtiment.

29L’état de nos connaissances des divers monuments est loin de nous permettre d’identifier cette installation chaque fois qu’elle a existé, soit que les dégagements n’aient pas été suffisamment extensifs, soit que la fouille n’ait pas été assez précise ou se soit heurtée à trop d’obstacles pour que l’on puisse reconnaître un lieu hypèthre destiné aux exercices physiques et qui n’est plus immédiatement lisible si sa colonnade, cas fréquent, a été tardivement récupérée pour d’autres constructions.

30Ainsi, le bloc balnéaire des thermes au Nord-Ouest du théâtre, à Bulla Regia, s’inscrit dans un ensemble de constructions qui comportait peut-être, au Nord, une installation destinée aux exercices physiques à l’air libre. De même, les « thermes du ve siècle », à Sétif, ont pu être dotés d’une palestre, mais il n’en resterait plus, comme témoin, qu’une mince couche de sable. Dans le catalogue des édifices balnéaires, nous avons souvent été conduit à faire état d’incertitudes de ce genre, lorsque quelques indices au moins permettaient de soulever le problème : par exemple pour les grands thermes de Madaure, pour les petits et grands thermes du centre à Timgad, pour les thermes des chasseurs de Lambèse, ou encore pour les bains de Cotta et ceux des fresques, à Banasa.

31De plus, les installations sont parfois bien préservées, mais c’est leur interprétation qui soulève des questions. On a voulu voir une palestre au cœur de l’aile adjointe aux thermes d’hiver de Thuburbo Maius : l’organisation architecturale de cet espace, malgré ses quatre colonnes, paraît l’exclure et nous avons au contraire proposé la restitution d’un espace entièrement couvert. Inversement, il nous paraît qu’il faut reconnaître une palestre dans l’hémicycle septentrional des grands thermes Sud de Timgad, laquelle ne ferait d’ailleurs peut-être que succéder à une autre installation du même genre, primitivement installée au cœur du bâtiment.

32Ces interrogations sont d’autant plus justifiées que des palestres sont bien attestées dans d’autres monuments balnéaires asymétriques. C’est probablement le cas, sous deux formes différentes et successives, dans les thermes de Thamusida. Malgré les réticences de quelques auteurs, c’est très certainement aussi le cas des thermes d’été de Thuburbo Maius, dotés, dès leur création ou lors d’une tranche de travaux immédiatement postérieure, d’une installation dont le bon état de conservation permet d’apprécier l’importance. Nous sommes en effet en présence d’une vaste cour, couvrant environ 400 m2, ceinte de portiques de 10 x 8 colonnes.

33D’autres installations, dont l’identification paraît réellement indubitable, présentent des dispositions remarquables. À Hippone, la fouille reste très incomplète. Il est néanmoins certain que le bâtiment était équipé d’une vaste palestre avec natatio précédant le bloc balnéaire. La particularité de l’édifice réside dans le fait que, de l’autre côté de ce dernier, au-delà des couloirs de service, se développe avec beaucoup d’irrégularité un espace dallé de marbre et ceint de portiques. Les incohérences propres à cette réalisation ne nous paraissent s’expliquer que par la tentative d’imiter, sur un mode mineur, la grande esplanade dans laquelle s’inscrit le bloc balnéaire des réalisations les plus prestigieuses. La façon dont on a veillé à assurer, même de manière fort réduite, des liaisons entre ces deux palestres confirme sans doute le désir de reproduction d’un modèle beaucoup plus ample.

34À Timgad, les thermes du marché de Sertius attirent l’attention sur l’intérêt qui peut être porté par les constructeurs à ces espaces hypèthres à portiques et natatio, même dans des réalisations qui restent modestes. Il est probable que la reprise de la fouille des thermes Nord-Ouest permettrait de renforcer cette conclusion : la présence, là encore, d’une natatio située à l’extérieur du bâtiment trahit la probable présence d’un lieu d’exercices. En tout cas, les thermes des Filadelfes constituent un cas que des dégagements plus complets permettent de mieux analyser. La palestre, située en avant du bâtiment, occupe un petit tiers de la superficie totale affectée à l’édifice et à ses annexes. Dans la cour est installée une vaste natatio. Selon un parti que nous avons rencontré dans les thermes semi-symétriques ou symétriques, ce lieu sportif entouré de portiques constitue donc aussi une sompteuse place d’accès au monument. La différence paraît résider, si cela ne tient pas aux lacunes de notre documentation, dans l’emplacement de la grande piscine de natation. Systématiquement intégrée au sein du bloc balnéaire dans les thermes symétriques et, semble-t-il, semisymétriques (Thysdrus), elle est, dans les bains asymétriques, installée dans la palestre, développant ainsi un choix ancien, attesté à Pompéi dans les thermes de Stabies dès la fin de la République (pl. XVII-1) et à l’époque flavienne dans ceux du centre (pl. XIX-1).

35Cette filiation avec des solutions italiques anciennes est peut-être quelque peu artificielle et, dans certains cas, ne s’explique sans doute que par la difficulté d’insérer une telle installation dans un bloc balnéaire restreint. Nous pensons cependant qu’il s’agit essentiellement d’un choix. Dans les grands thermes Nord d’Hippone, rien n’empêchait les constructeurs de substituer la natatio au bassin froid qui lui est tout proche. D’une manière générale, il était toujours possible de mordre sur la palestre pour installer la vaste piscine en liaison avec le frigidarium.

  • 2 Outre à Pompéi, ce lien apparaît aussi dans des constructions comme celle de Fiesole (Nielsen, C.58 (...)
  • 3 Lenoir, Thermes Nord, p. 216 sq.

36Influence ou simple similitude d’option, les thermes asymétriques africains apparaissent donc comme un lieu où se perpétue un vieux dispositif architectural qui lie palestre et natatio2. Il est au moins un cas où l’idée d’une inspiration directe à partir des modèles italiques paraît avérée. Il s’agit des thermes Nord de Volubilis (pl. CXXX) où le bloc balnéaire est flanqué d’une vaste palestre équipée d’une natatio selon un plan d’ensemble très proche des thermes du centre de Pompéi, sensiblement contemporains (pl. XIX-1). En l’occurrence, tant la chronologie que les liens bien attestés entre la Tingitane et les régions situées au Nord laissent penser à un rapport direct entre les bains de Volubilis et les réalisations plus septentrionales3.

37Il faut enfin souligner le parti adopté à Sbéitla, unique dans l’état actuel de la documentation. Il s’agit, en effet, de thermes asymétriques dotés d’une palestre intégrée dans le bloc balnéaire, selon un parti prestigieux rarement attesté dans les thermes symétriques africains, et encore plus semi-symétriques. L’installation n’est certes pas dédoublée, mais c’est aussi le cas dans les thermes symétriques de Thugga où elle ne couvre d’ailleurs que 240 m2 contre 270 à Sbéitla. Il est vrai que ce dernier édifice est particulièrement ample. Il n’en reste pas moins que cet espace disponible a été mis à profit pour développer largement deux lieux essentiels, d’ailleurs liés entre eux, la palestre et le frigidarium qui, avec ses piscines, occupe quelque 550 m2, soit un peu plus du double de la superficie de la palestre. On notera d’ailleurs les dimensions exceptionnelles de cette salle des bains froids : si l’on prend en considération les bassins, c’est la plus vaste actuellement connue au Maghreb, hormis Carthage et Utique, et elle n’est approchée que par les frigidaria des grands thermes Nord d’Hippone et de Timgad.

38Quoi qu’il en soit de ces diverses solutions, nous pouvons d’ores et déjà retenir la relative fréquence avec laquelle les thermes asymétriques, du moins les plus grands d’entre eux, possèdent une palestre. Ce type d’installation n’est nullement l’apanage des bains symétriques ou semi-symétriques.

D) Organisation des circulations

39Dans tous les édifices balnéaires, le frigidarium joue un rôle essentiel dans les itinéraires, mais cela est particulièrement vrai dans les thermes asymétriques, où la plupart des locaux, à commencer par la seconde grande salle lorsqu’elle existe, sont accessibles à partir de lui, sinon exclusivement par lui. Ainsi, dans les thermes semi-symétriques de Thignica, ou de Bulla Regia, le baigneur peut ne pénétrer dans la salle des bains froids que dans l’ultime phase de son bain. Cela est impossible dans les thermes d’été de Thuburbo Maius où le frigidarium commande toutes les circulations et est le lieu de passage obligé pour tout visiteur qui, après le secteur des entrées, veut poursuivre sa progression dans l’édifice. De même dans les grands thermes de Madaure, où il est impossible de ne pas traverser plusieurs fois cette salle, alors que, dans les petits, existent des itinéraires parallèles, de contournement.

40De plus, dans les bâtiments recourant à la symétrie, non seulement cette fonction de passage joué par le frigidarium est beaucoup moins importante, mais encore elle est souvent régulée par de petits locaux intermédiaires qui flanquent les bassins. Dans les thermes asymétriques, une telle solution est tout à fait exceptionnelle. Nous n’en trouvons une esquisse qu’à Thuburbo Maius, dans les thermes d’été et d’hiver, où la piscine située sur le long côté, et non les bassins situés sur les petits côtés comme dans la formule usuelle, est flanquée de deux pièces qui commandent les cheminements des baigneurs.

41Dans les thermes asymétriques, la règle est donc que les locaux soient accolés les uns aux autres, sans articulation spécifique. Sans doute saisissons-nous là, une fois de plus, la raison essentielle du choix d’un plan de ce type, la quête de l’espace. Cette règle s’impose dans les petits bâtiments. Dans les grands, elle permet la création de volumes remarquables par leur ampleur.

  • 4 Nous ne connaissons guère qu’un parallèle à ce type également de dimensions très restreintes (C.285 (...)

42L’importance du rôle joué par le frigidarium dans la distribution des baigneurs est également soulignée par l’articulation de ce dernier avec le secteur chauffé. Dans les thermes symétriques, la norme est de doter chacun des deux circuits chauffés d’un accès indépendant. Dans les bains semi-symétriques, les baigneurs se regroupent fréquemment dans le frigidarium avant d’aborder l’unique circuit chauffé. Comme nous l’avons vu, on a cependant souvent tenté d’éviter cette solution médiocre. Elle est, en revanche, quasiment la règle dans les thermes asymétriques où la salle des bains froids commande exclusivement et directement le tepidarium d’entrée. Dans l’état actuel de nos dossiers nous ne connaissons que quatre exceptions. Dans les thermes du labyrinthe à Thuburbo Maius et les grands thermes Sud de Timgad, c’est le vestiaire qu’il faut traverser pour gagner le tepidarium, le frigidarium étant ainsi préservé. Dans les petits thermes Nord de Timgad, deux pièces précèdent le secteur chauffé : l’état des lieux ne permet plus guère de rétablir les circulations, mais le baigneur pouvait peut-être accéder à ces pièces tant à partir du vestiaire que du frigidarium. Le parti le plus remarquable est celui de Sidi-Mechrig où trois pièces communiquant entre elles s’interposent entre les secteurs froid et chauffé en s’intégrant à l’itinéraire circulaire de ce dernier. Pour luxueuse qu’elle soit, surtout dans un édifice aussi petit, cette solution ne règle cependant pas le problème des circulations : le baigneur doit toujours traverser le frigidarium pour pénétrer dans le secteur chauffé4.

II–TYPOLOGIE DES PLANS : ORGANISATION DU SECTEUR CHAUFFÉ

A) Données disponibles

43Le catalogue dressé dans la IIIe partie fournit soixante exemples de thermes publics asymétriques. Nous laissons de côté, pour le moment, huit édifices que nous prendrons en considération dans le cadre de la question des bains tardifs : Sufetula, thermes de la basilique II ; Cuicul, thermes du baptistère ; Sitifis, « thermes du ve siècle » ; Tipasa, thermes de la cathédrale ; Thamugadi, thermes de la « cathédrale donastiste » et de la forteresse byzantine ; Tamuda, thermes du camp ; Volubilis, petits thermes installés dans la palestre des thermes Nord.

44Inversement, l’histoire de quelques édifices, au demeurant tous marocains, est assez bien connue pour que l’on puisse identifier des états successifs caractérisés par des transformations importantes qui remodèlent le bâtiment. Nous avons affecté un numéro à ces différents états, si bien que nous obtenons 68 monuments.

45De plus, nous prenons également en considération deux constructions qui sont complètement ou quasiment inédites et qui doivent être l’objet de recherches. Nous n’avons donc pu les intégrer dans le catalogue et nous contenterons ici de quelques données d’ordre général.

46Le premier est en Tunisie, à Pupput (Soukel-Abiod ; Byzacène ; AAT, f. 39, Hammamet, n°14). Ses dimensions désignent des thermes publics qui se distinguent par une longue salle à triple abside pourvue d’annexes flanquant le frigidarium et le secteur chauffé. La salle des bains froids comporte deux piscines situées sur le même côté. Le secteur chauffé, de plan linéaire à itinéraire rétrograde, comprend trois pièces. Le tepidarium est doté d’un bassin ; le caldarium en comprend sans doute deux, de plan absidal et disposés orthogonalement.

  • 5 Sur ces thermes de Sala, cf. Rebuffat, Thamusida II, p. 210 ; N. Khatib-Bougibar, BAM 1966, p. 549  (...)

47Le second est au Maroc, à Sala. Outre une longue salle à banquettes, il comprend une pièce équipée de bancs, sans doute le vestiaire, d’où l’on gagne un petit frigidarium (environ 15 m2) muni d’une seule piscine. Le secteur chauffé comprend trois salles avec itinéraire rétrograde. L’unique tepidarium, sur hypocauste à canaux, précède un destrictarium-laconicum avec doubles-cloisons, bassin et foyer avec chaudière, et un caldarium avec doubles-parois et deux bassins installés chacun sur un foyer, dont un seul paraît avoir été muni d’une chaudière5.

48Nous pouvons donc raisonner sur soixante-dix constructions. Nous résumons les données disponibles dans un tableau placé en annexe de ce chapitre. La première colonne donne la numérotation du bâtiment, la deuxième son identification, la troisième sa date : nous ne retenons que l’état principal de l’édifice, qui correspond le plus souvent à l’état initial, ou, exceptionnellement, à des états successifs consécutifs à des transformations importantes du monument. La quatrième colonne rappelle la superficie du bloc balnéaire, exprimée en m2. Les trois dernières donnent les caractéristiques du secteur chauffé : d’abord la nature de l’itinéraire, circulaire ou rétrograde, et la nature du plan dans lequel se déroule un tel itinéraire ; ensuite le nombre de salles chauffées ; enfin, commentaire de la donnée précédente, la nature des pièces qui ont été éventuellement fusionnées, du moins d’après notre lecture du bâtiment.

  • 6 Ce point de vue recoupe en partie celui de R. Rebuffat lorsqu’il propose de classer les thermes ava (...)

49D’une certaine manière, ce tableau privilégie donc la nature de l’itinéraire. Dans le cadre d’une analyse d’ensemble, il apparaît en effet qu’il s’agit d’un caractère discriminant essentiel, qui permet de ventiler les bâtiments en deux catégories principales, les autres critères ne donnant finalement naissance qu’à des sous-types. Cette classification du mode de circulation est fondamentale pour le baigneur. Qu’il doive tourner à droite ou à gauche, une ou deux fois ou plus, est de peu de signification dans sa pratique. En revanche, qu’il doive revenir sur ses pas ou non conditionne le confort et la nature de son bain6.

  • 7 R. Rebuffat restreignait primitivement la définition du plan orthogonal au type 1 (Thamusida, II, p (...)

50En ce qui concerne le type de plan correspondant à l’itinéraire, il apparaît que les classements habituels, que nous avions tenté de systématiser en préalable au catalogue afin de pouvoir rédiger ce dernier (ci-dessus, p. 119), ne s’avèrent pas d’une efficacité totale en ce qui concerne les plans dénués de symétrie. Nous avions déjà introduit la notion de plan orthogonal, englobant tant le parti avec virage entre frigidarium et secteur chauffé que le dispositif avec virage au sein même du secteur chauffé. De fait, la différence entre les deux n’est que minime pour l’utilisateur et ne relève guère que d’un problème de gestion de l’espace disponible par les constructeurs. Il n’y a donc pas de raison d’accorder à ces deux options une importance qu’elles n’ont pas et de restreindre la définition du plan orthogonal à l’existence d’un virage entre salle des bains et secteur chauffé, comme il est parfois d’usage. Dans le tableau, nous désignons cette variante en utilisant l’expression type 1 (virage dans le tepidarium) et type 2 (virage après le tepidarium, au sein du secteur chauffé)7.

51En sus de ce point de détail, la typologie usuelle ne suffit pas à rendre compte des réalités architecturales africaines telles qu’elles apparaissent lorsque l’on considère l’ensemble des données disponibles. C’est, en fait, la catégorie de plan circulaire incomplet, impliquant un itinéraire rétrograde, qui est à reconsidérer. Pour éviter toute confusion, il est préférable d’abandonner ce concept et de réserver l’expression de plan circulaire à la disposition des salles qui permet un itinéraire continu, également circulaire.

  • 8 R. Rebuffat, qui n’étudie que les monuments marocains, classe (Thamusida, II, p. 180) parmi les bât (...)

52De plus, il ne suffit pas de nommer autrement cette catégorie d’édifices à plan circulaire incomplet. D’une part, le recours à cette classe est inutile lorsqu’elle est utilisée pour caractériser des constructions qui sont, en fait, de plan orthogonal de type 28. D’autre part, elle ne rend pas compte de l’ensemble des dispositifs qui ne correspondent pas aux notions de plan linéaire ou orthogonal. Nous proposons donc d’introduire, au même niveau que ces dernières, d’autres définitions :

    • 9 Rentreront dans cette catégorie les bâtiments classés par R. Rebuffat dans les plans circulaires à (...)

    plan à double virage, lorsque deux changements de direction caractérisent la circulation du baigneur. Il faut distinguer, au sein de cette catégorie, un premier type, lorsque les virages sont de même sens (on aura alors un modèle sinistrogyre ou dextrogyre, en prenant en considération le cheminement de l’utilisateur vers le caldarium)9, et un second type, dit en baïonnette, lorsque les virages sont en sens inverse.

  • plan avec bifurcation, lorsqu’une salle chauffée en commande plusieurs autres de façon exclusive, de telle sorte que le baigneur se voit imposer une série d’itinéraires rétrogrades à partir de ce local.

  • plan mixte : cette catégorie signale des bâtiments où l’itinéraire est partiellement rétrograde, partiellement circulaire.

53Cette typologie nous semble apte à rendre compte des traits essentiels de l’architecture thermale africaine asymétrique. Pour ce groupe de bâtiments, nous proposons donc de modifier le schéma de la p. 119 de la façon suivante :

54C’est sur ces bases que nous avons dressé le tableau qui synthétise des données dispersées dans le catalogue. Dans la cinquième colonne, le premier mot indique le type de l’itinéraire (circ = circulaire ou continu ; rétro = rétrograde), le second la nature du plan correspondant (dextr ou sin pour les plans circulaires dextrogyres ou sinistrogyres ; lin pour linéaire ; ortho pour orthogonal, le numéro suivant indiquant le type 1 ou 2 ; vir pour plan à double virage, le numéro suivant indiquant également le type 1 ou 2 avec, dans le cas du type 1, la précision sinistrogyre ou dextrogyre ; bif pour bifurcation).

B) Plans à itinéraire rétrograde et circulaire : données géographiques, dimensionnelles et chronologiques

  • 10 Selon toute probabilité, il faut adjoindre aux thermes Regia (Ruines de Bulla Regia, p. 77-79). tun (...)

55Au total, en ne considérant qu’un état par édifice, nous sommes en présence de 36 bâtiments de plan rétrograde et 23 de plan circulaire. Ces données globales sont en fait trompeuses. Si nous les considérons en faisant intervenir des critères géographiques, on constate de fortes différenciations régionales. En Tunisie, les plans circulaires représentent 14 bâtiments, contre 7 de plan rétrograde10, en Algérie, avec 9 contre 15, le rapport s’inverse ; au Maroc, tous sont rétrogrades.

56Cette claire différenciation d’Est en Ouest, où l’on passe progressivement d’une domination du plan circulaire à une exclusivité totale du plan rétrograde, doit encore être affinée en analysant de plus près la zone charnière que constitue l’Algérie. Si nous adoptons, pour ce faire, le découpage des provinces romaines, nous constatons que les 9 thermes algériens de plan circulaire se situent, pour deux d’entre eux en Proconsulaire, pour cinq en Numidie et pour deux en Maurétanie césarienne. Géographiquement, la moitié orientale du Maghreb, domaine par excellence des plans à itinéraire circulaire, se distingue clairement de sa partie occidentale où règne l’itinéraire rétrograde (pl. CLXIII).

57Cette conclusion d’ordre géographique est renforcée si nous prenons en considération la nature des établissements. Les édifices tunisiens rétrogrades couvrent une superficie toujours inférieure à 1 000 m2, 5 sur 8 occupant au maximum 350 m2. Ce sont de petits bâtiments qui, pour leur très grande majorité, ne possèdent que trois salles chauffées. Dans ce contexte, les thermes des mois, à Thaenae, avec leurs 900 m2 et leurs quatre pièces, font quasiment figure d’exception. Il faut sans doute leur adjoindre les bains de Pupput, de taille sensiblement comparable même s’ils ne sont dotés que de trois pièces. Ces deux constructions, de loin les plus vastes, restent cependant modestes.

58Si nous regardons la superficie des bâtiments tunisiens circulaires, deux remarques se dégagent. D’abord, ce type de plan est systématiquement adopté à partir de 1 000 m2. Ensuite, il est également présent dans toute la gamme des petits thermes, y compris les plus modestes. À Gigthis, le minuscule bain des femmes est caractéristique. L’espace y est si compté qu’il était impossible d’y loger plus de trois pièces chauffées et de disposer celles-ci en anneau. Le tepidarium d’entrée pouvait donc servir aussi à la sortie, dans le cadre d’un itinéraire rétrograde. Mais on a tenu à relier directement le caldarium au frigidarium, offrant ainsi une possibilité d’itinéraire circulaire aux baigneuses acceptant de se passer de salle tiède à la sortie du circuit chauffé. Tout aussi significatif le cas des thermes de Sidi-Mechrig, qui ne couvrent que 250 m2 environ et où l’on a pourtant évité à l’utilisateur d’avoir à revenir sur ses pas. Dans la partie orientale du Maghreb, le choix du plan circulaire est privilégié par les constructeurs, au point de devenir exclusif pour les monuments de quelque ampleur et d’influencer profondément la nature des réalisations les plus restreintes.

59L’analyse des bâtiments algériens aboutit à des résultats semblables. Les deux-tiers des édifices de plan rétrograde, soit 10 sur 15, couvrent 500 m2 et moins, souvent nettement moins puisque 5 d’entre eux atteignent au maximum 300 m2. Comme en Tunisie, ce parti est associé de façon privilégiée à l’idée de petit édifice.

60Il est cependant quelques cas plus ou moins exceptionnels. À Caesarea, les petits thermes Est possèdent un bloc balnéaire qui, pris en un sens très restrictif, occupe néanmoins plus de 1 000 m2, ce chiffre devant être grossi pour tenir compte de salles non dégagées. Le choix d’un plan linéaire rétrograde pour un monument de cette importance a de quoi surprendre, mais on remarquera que nous sommes dans la moitié occidentale du Maghreb : cette situation recoupe celle du Ma-roc, où les édifices les plus vastes sont conçus semblablement. Elle attire cependant l’attention sur la nature de cette capitale au passé prestigieux. Si ce statut explique qu’elle dispose d’ambitieux thermes de plan symétrique, les plus occidentaux que nous connaissions, il semble que, pour les autres constructions balnéaires, même vastes, on utilise un répertoire architectural plus médiocre, du type de celui qui domine à l’Ouest, et, dans ce cas, la nature du terrain disponible ne peut servir de facteur explicatif dans la mesure où ces petits thermes Est s’inscrivent dans un îlot de 60 x 40 m qui paraît leur avoir été entièrement affecté. Si les thermes symétriques de Numidie, Proconsulaire ou Byzacène couronnent tout un réseau de réalisations soigneusement élaborées, il ne paraît pas en aller de même pour la prestigieuse construction de Caesarea.

61Un autre cas intéressant, dans la mesure où il sort des normes, est celui de Timgad. Nous laisserons de côté les thermes du marché de Sertius, auxquels on peut attribuer environ 1 000 m: en effet, ce chiffre n’est atteint qu’en prenant en considération un vaste espace dont la destination reste fort incertaine. Sans ce dernier, le bloc balnéaire correspond approximativement à 650 m2. En revanche un problème tout à fait spécifique est posé par les thermes des Filadelfes, installés sur 1 600 m2 sans tenir compte de la vaste palestre et de ses annexes. Dans l’état actuel de la documentation, il s’agit du plus vaste édifice africain auquel on ait appliqué un plan comportant un itinéraire rétrograde. Cela est d’autant plus frappant que nous sommes en Numidie, déjà à l’écart du domaine où ce type de solution est privilégié.

62Ce bâtiment attire en fait deux remarques. D’abord, le bloc balnéaire comporte de vastes et nombreuses annexes dont la destination reste le plus souvent inconnue. L’espace strictement destiné au bain couvre environ 700 m2, soit beaucoup moins qu’à Caesarea, où certaines salles restent pourtant ensevelies. Il est clair que l’on n’a pas cherché à développer autant qu’il était possible les capacités balnéaires de cet établissement. Les salles précisément destinées au bain ne forment que le cœur, au demeurant d’importance notable, d’un vaste complexe qui se développe autour de lui et qui paraît destiné à accueillir des activités diverses, pas seulement sportives. On notera, à ce propos, la présence, quelque peu exceptionnelle dans un bâtiment thermal, de deux latrines.

63Ensuite, le choix d’un plan impliquant un itinéraire rétrograde pourrait justement s’expliquer par la nature d’une partie de la clientèle qui fréquentait l’établissement. Le circuit s’achève en effet sur un local dont nous avons souligné qu’il posait un problème d’interprétation. Son décor souligne l’importance du lieu et célèbre l’association des Filadelfes. On peut penser qu’il était réservé à ses membres. Si tel était le cas, le choix du plan pourrait se comprendre : il est beaucoup plus facile d’isoler une pièce en la plaçant à l’extrémité d’un circuit rétrograde qu’en l’insérant dans un parcours circulaire. De plus, dans ce dernier cas, la salle n’aurait pu constituer qu’une annexe : sans doute eût-ce été, idéologiquement, moins efficace que de la placer en point culminant du cheminement des baigneurs.

64On pourrait aussi penser que la chronologie des monuments interfère avec la nature de leur organisation. Cela est partiellement vrai au Maroc, où l’ancienneté de certaines constructions explique qu’elles ignorent un modèle circulaire encore peu répandu. Cette explication n’est cependant que ponctuelle. Les édifices marocains plus tardifs sont, eux aussi, conçus selon un mode rétrograde. De même, des vagues successives de travaux peuvent transformer profondément certains bâtiments de cette province sans que l’itinéraire du baigneur soit réellement modifié. La domination exclusive de ce parti en Tingitane n’est donc pas affaire de chronologie. De la même façon, en Algérie comme en Tunisie, les constructions à itinéraire rétrograde se distribuent sur toute la durée de l’époque impériale, sans que l’on puisse repérer des périodes privilégiées ou même une variation des superficies des bâtiments concernés en fonction de la chronologie.

65Un cas particulier est celui des thermes de Rapidum. Dans la première moitié du iie siècle, le camp militaire est doté de thermes comportant trois salles chauffées créant un itinéraire rétrograde. À la fin du iie siècle, ce bâtiment est flanqué d’une nouvelle installation, de superficie semblable mais qui dispose cette fois de quatre salles chauffées disposées en anneau. Le changement de choix est spectaculaire et, dans ce contexte où nature de la clientèle et espace disponible restent stables, peut sembler traduire de manière significative une diffusion croissante du type de bain le plus élaboré. Force est de constater que ce schéma séduisant ne paraît pas correspondre à une tendance réelle. À l’Ouest, les vieux modèles restent toujours privilégiés. À l’Est, les nouveautés connaissent immédiatement une large diffusion, laquelle n’éradiquera cependant pas le recours à des dispositifs qui, pour être anciens, ne seront jamais complètement démodés.

C) Secteurs chauffés à itinéraire rétrograde

1) Choix du plan

66Si on examine les divers plans offrant un itinéraire rétrograde, on constate que deux des types que nous avions retenus présentent un intérêt mineur. Il s’agit d’abord du plan avec bifurcation. On peut se poser la question de son application dans le cas des thermes J de Lixus, où la subdivision d’une salle impose soit un itinéraire circulaire soit la juxtaposition de deux trajets rétrogrades à partir d’un des locaux créés par le remaniement. L’état des vestiges ne permet pas de trancher entre ces deux lectures et on ne peut se référer à des parallèles : dans les deux cas la solution serait unique dans l’architecture thermale publique de Tingitane. Il faut cependant penser également aux grands thermes occidentaux de Sbéitla, dans leur dernier état qui n’a pas été numéroté dans le tableau : à la suite d’un remaniement, l’itinéraire circulaire est remplacé par un plan avec bifurcation.

67Il s’agit ensuite du plan mixte combinant circulations rétrograde et circulaire. L’identification de ce dispositif dans les deux états des thermes Nord de Volubilis n’est qu’une hypothèse. Dans le premier état, nous aurions deux tepidaria distincts, tous deux communiquant avec le frigidarium (pl. CXXXII-2a), dans le second, un tepidarium unique commanderait le reste du circuit d’une manière telle que le destrictarium ne serait traversé qu’une fois (pl. CXXXIII-1). Cette catégorie mixte est cependant intéressante dans la mesure où elle est attesté de façon certaine à Ras-el-aïn Tlalet et à Ad Sava municipium : dans les deux cas, le destrictarium commande un circuit annulaire dextrogyre.

68Les autres plans, en tenant compte des états successifs de certains bâtiments, se répartissent de la façon suivante :

  • Linéaire : 16 ou 18 exemples.

  • Orthogonal, type 1 : 10 ou 11 exemples.

  • Orthogonal, type 2 : 3 exemples.

  • À double virage, type 1 : 5 exemples.

  • À double virage, type 2 : 6 ou 7 exemples.

69Le plan linéaire est donc l’objet d’un choix privilégié. Ces chiffres peuvent cependant être présentés différemment, car si ces catégories de plans sont utiles pour une description et un classement fin des édifices, certaines d’entre elles doivent être regroupées, dans la mesure où elles ne représentent que des variantes d’un parti fondamentalement homogène. C’est, de toute évidence, le cas des deux types de plan orthogonal, auxquels on pourra même adjoindre les plans à double virage de type 1. Nous obtenons ainsi un groupe de 18 ou 19 édifices dont le plan présente des caractéristiques voisines.

70De même, les plans à double virage de type 2 (plan en baïonnette) sont tous caractérisés par le fait que ces deux changements d’orientation se produisent dans les deux locaux qui jouxtent le frigidarium, et aboutissent à retrouver l’orientation initialement empruntée pour entrer dans le secteur chauffé. La disposition d’ensemble des pièces, essentiellement en profondeur, est donc finalement très proche de celle qu’implique un plan linéaire. Nous pouvons ainsi créer un groupe de 22 à 25 bâtiments.

71Quelle que soit la manière dont nous abordons les données chiffrées, il apparaît ainsi que, au niveau du Maghreb, le plan linéaire est choisi de préférence à tout autre. Sans doute ce choix est-il lié à sa clarté et à la rigueur qu’il introduit dans la composition de l’édifice, dans la mesure où il est porteur d’axialité. C’est probablement la raison essentielle de sa nette domination en Tunisie, terre de riche architecture thermale : sur huit thermes à itinéraire rétrograde, quatre sont strictement linéaires et un cinquième en baïonnette. Inversement, cette domination se dilue au Maroc, où les bâtiments caractérisés par des virages l’emportent même en nombre sur ceux d’esprit linéaire (10 ou 11 contre 8 ou 9).

72Cette suprématie du plan linéaire se lit aussi dans le fait que, s’il est adapté pour des bains parfois très réduits, il domine de plus en plus au fur et à mesure que les dimensions de l’édifice s’accroissent et devient même exclusif dans les bâtiments majeurs : lorsque la superficie excède 1 000 m2, c’est la solution systématiquement adoptée (thermes des Filadelfes de Timgad, petits thermes Est de Caesarea, thermes « de Gallien » à Volubilis).

73Inversement, les plans à virage(s) permettent de créer un bloc balnéaire qui, au lieu de s’étager en profondeur, prend une forme ramassée. Ils peuvent donc présenter une réponse aux contraintes d’un espace restreint, et cela d’autant plus que la diversité des solutions qu’ils offrent (un ou deux virages, dès le tepidarium et/ou plus avant dans le circuit chauffé) leur donne une grande souplesse. Cette efficacité apparaît bien à Thina : les grands thermes se-mi-symétriques sont flanqués de petits bains logés dans un volume étroit où ils s’insèrent grâce à un plan orthogonal à deux virages qui dégage assez de place pour que le secteur chauffé comprenne trois pièces et pour que le modeste frigidarium puisse être équipé de deux bassins.

2) Composition du secteur chauffé

74Tous ces bains à itinéraire rétrograde sont dotés de 2, 3 ou 4 pièces chauffées. Aucune différence notable n’est décelable entre les bâtiments linéaires et les autres. Très logiquement, les édifices dotés seulement de deux salles chauffées sont de petites constructions, la règle étant trois locaux avec le schéma classique I-V, II-III, IV. Quant aux bâtiments dotés de quatre locaux, ils reposent sur la fusion des deux tepidaria : la seule exception est le cas tout à fait particulier des thermes des Filadelfes.

75Il faut cependant noter une singularité, l’interversion du caldarium et de l’étuve. C’est une option que nous avons déjà rencontrée à Zilil, dans un cadre que l’on peut qualifier de semisymétrique : dans le troisième état, IV commande II-III. Nous retrouvons un tel parti dans des thermes de Thina (n°15 du tableau) : le but de cette permutation y est peut-être d’éviter la juxtaposition de bassins froid et chaud. Toujours dans la même cité, dans les thermes des mois (n°13), l’équipement et les dimensions relatives des pièces imposent aussi d’identifier le laconicum en bout de circuit, après le caldarium. À Kerkouane (n°5), II-III est également une annexe de IV. Dans ces deux derniers cas, nous ne pouvons deviner les raisons de ce choix, qui apparaît peu rationnel. De fait, une telle disposition rompt l’enchaînement logique des opérations balnéaires et prive le caldarium de la position prééminente qui lui sied. Il faut aussi souligner qu’elle se retrouve uniquement dans la catégorie des itinéraires rétrogrades. Elle évoque ainsi le lien étroit qui unissait autrefois caldarium et lieu de décrassage, mais, en réalité, n’est nullement le propre d’édifices anciens : c’est d’ailleurs l’option qui fut probablemente choisie à Sufetula, encore à la période vandalo-byzantine, pour les thermes de la basilique II.

76Le nombre de salles ne correspond pas à une évolution chronologique, mais dépend avant tout du programme architectural choisi. Il est cependant évident que l’accroissement du nombre des locaux chauffés implique parallèlement un perfectionnement des services offerts. La Tingitane nous offre ainsi deux exemples significatifs où des tranches de travaux successives ont pour but d’améliorer la qualité des installations, ce qui se traduit entre autres par un développement du secteur chauffé. Dans les petits thermes de Thamusida, on passe, en un siècle, de deux à trois puis quatre salles chauffées. À Volubilis, dans les thermes du capitole, l’évolution est exactement la même dans le même laps de temps. Il semble donc que le modèle de ces thermes rétrogrades soit le type à quatre pièces, qui autorise une distinction du destrictarium et du laconicum, ne tolérant qu’une fusion des tepidaria dont la séparation n’est guère utile dans le cadre d’un itinéraire rétrograde. Cette évolution n’est cependant pas impérative. Toujours à Thamusida, cette fois dans les grands thermes accolés aux précédents, on procède également à de nombreux remaniements, qui vont jusqu’à déplacer les salles et à les remodeler. Pourtant, leur nombre, fixé à trois, ne sera jamais modifié : sans doute leur ampleur relative permettait-elle de les utiliser sans que leur dissociation soit ressentie comme une nécessité.

3) Caldarium

77En ce qui concerne le plan des salles chauffées, dans la plupart des cas le caldarium est logiquement la pièce essentielle, ce que traduit en particulier sa superficie. Une certaine différenciation se manifeste cependant aussi à ce niveau entre les deux grands groupes d’édifices asymétriques que nous avons distingués, à savoir linéaire ou à virage. Dans ce dernier, les bassins de la salle des bains chauds sont au nombre de un ou deux, et leur disposition est alors systématiquement orthogonale, l’effort de recherche ne résidant guère que dans la juxtaposition d’alvei rectangulaire et absidal.

  • 11 Ainsi, sans doute, dans les thermes des Cyclopes de Thugga et ceux « de Gallien » à Volubilis, où d (...)

78En revanche, les thermes du groupe linéaire offrent des schémas plus variés. Si, le plus souvent, le caldarium ne comporte également qu’un ou deux bassins, les bains du marché de Sertius, à Timgad, en possèdent exceptionnellement trois, un de plan absidal étant entouré de deux solia rectangulaires. De plus, lorsqu’il y a deux bassins, ceux-ci peuvent être disposés perpendiculairement, comme dans le cas précédent, mais aussi se faire face11.

D) Secteurs chauffés à itinéraire circulaire

1) Sinistrogyre et dextrogyre

  • 12 Ainsi S. Stucchi (Piante, p. 178-179), qui fonde ce jugement sur quatre monuments africains !
  • 13 La question a été récemment reprise dans Broise, Scheid, Balneum des frères arvales, p. 117-119, ce (...)

79On a souvent souligné que les itinéraires circulaires étaient conçus, de façon très privilégiée, selon un mode sinistrogyre12. On a même cherché des explications psychologiques à un tel parti, qui aurait été de bon augure13.

80A priori, une telle approche peut sembler surprenante, dans la mesure où les plans circulaires sont une retombée des recherches entreprises pour élaborer les thermes symétriques. Or la nature même de ces derniers implique une indifférence d’au moins une forte majorité des baigneurs à de telles précccupations : à quoi eût-il servi de prévoir de les diviser en deux flots si la plupart d’entre eux, par superstition, étaient décidés à emprunter uniquement l’itinéraire sinistrogyre ?

81L’examen des constructions africaines confirme que, du moins dans ces provinces, le sens giratoire du baigneur était, en soi, de peu d’importance. De fait, sur 23 édifices, 13 sont sinistrogyres et 10 dextrogyres. Le cas tunisien est encore plus significatif, puisque les 14 bâtiments se partagent parfaitement par moitié. Le choix relevait donc d’autres considérations qu’une approche superstitieuse ou que la domination d’un modèle : preuve en est le complexe balnéaire de Sbéitla où chacun des sens giratoires est attesté dans les deux édifices qui le composent (nos 11 et 12). Sans doute faut-il chercher la raison du choix des constructeurs dans la forme de l’espace disponible, les orientations qu’il offre ou la logique interne de l’édifice. Aucun de ces arguments ne paraît cependant vraiment convaincant, même celui de l’orientation qui est le plus aisé à vérifier. Ainsi, à Bulla Regia (n°2) ou Sidi Mechrig, l’itinéraire dextrogyre permet effectivement de placer le caldarium en position idéale, au Sud-Ouest. En revanche, dans tous les autres cas, le choix de ce même circuit aboutit à placer la salle des bains chauds en position médiocre : au Nord-Ouest à Maktar, Thina (n°14), Hippone ou Lambèse (n°29), au Sud-Est à Sbéitla, à l’Est à Timgad (n°43) et même au Nord-Est à Thuburbo Maius (n°19) ! Nous disposons donc rarement des données nécessaires pour comprendre la rationalité du choix opéré. Elle existe cependant. Ainsi, si nous réfléchissons sur le cas des thermes memmiens de Bulla Regia, certes semi-symétriques mais le problème est identique, le circuit sinistrogyre qui a été retenu devient parfaitement logique si l’on tient compte de la position de la palestre. De fait, il permet aux sportifs d’intégrer aisément le secteur chauffé, ce qui eût été beaucoup plus difficile si l’itinéraire avait été dextrogyre (pl. CLIX-1).

2) Composition du secteur chauffé

82La comparaison avec les thermes rétrogrades permet, une fois de plus, de bien saisir la différence importante qui caractérise ces deux groupes de thermes asymétriques. Il s’agit clairement de deux programmes qui ne sont pas équivalents : ils divergent toujours quant à l’ambition, souvent quant aux moyens.

83Le simple décompte des salles chauffées contribue à justifier cette affirmation. Les thermes rétrogrades sont dotés de deux, trois ou quatre pièces chauffées, la règle largement dominante étant trois locaux. Les thermes circulaires apparaissent décalés vers le haut, puisqu’ils comprennent de trois à six salles. Plus précisément, nous connaissons six édifices à trois locaux, six à quatre locaux, neuf à cinq, le cas des deux bâtiments dotés de six locaux devant être classé à part.

  • 14 Fusion I-V : nos 12, 33. Fusion II-III : n°s 14, 19, 28, 29.

84En fonction de ces données, l’organisation du secteur chauffé est parfaitement cohérente. Lorsqu’il y a trois locaux, nous avons les fusions I-V, II-III : sur ce point, les programmes rétrogrades et circulaires se recoupent. Lorsqu’ils sont quatre, nous sommes en présence de deux solutions. La plus prévisible comporte la fusion I-V, mais elle ne correspond qu’à deux cas sur six, les autres étant caractérisés par la fusion II-III14.

85La fusion I-V apparaît d’une logique parfaite. À Rapidum, elle autorise un anneau rationnel finissant là où il a commencé, grâce à un local de dimensions suffisantes pour assumer cette double fonction. À Sbéitla (thermes n°15), il s’agit visiblement d’une volonté de créer un espace unitaire : le tepidarium est si vaste, et d’ailleurs doté de deux portes vers le frigidarium, qu’il eût été aisé de le diviser en deux.

86Il est cependant des cas où l’on a privilégié un dédoublement du tepidarium aux dépens de la distinction du destrictarium et du laconicum. Ce choix peut aboutir à des résultats curieux lorsque, comme dans les thermes des pugilistes de Thina, la liaison entre V et le frigidarium passe par I : la subdivision du tepidarium ne correspond alors qu’à une rationalisation des lieux où l’on stationne éventuellement, non de l’espace. Ce choix, même s’il évoque également celui des thermes des Laberii à Oudna ou encore celui d’une construction bien plus ample, les thermes d’hiver de Thuburbo Maius, n’en reste pas moins marginal. Dans tous les autres cas, le terrain disponible apparaît avoir été tout à fait suffisant pour autoriser d’autres options : les constructeurs, que ce soit à Hippone ou Lambèse, dans les bains des chasseurs, ont fait un choix volontaire. Ce jugement vaut aussi pour les thermes du labyrinthe de Thuburbo Maius : certes le frigidarium n’y commande pas l’accès au secteur chauffé, ce qui impose un dédoublement du tepidarium, mais il eût été aisé de contourner cette obligation.

  • 15 Nos 6, 17, 18, 31, 34, 37 et 46.

87Il est très fréquent que les thermes de plan circulaire comportent cinq salles chauffées. Cela est la conséquence de la fréquente ampleur des bâtiments de ce type, qui peuvent ainsi se modeler partiellement sur les thermes semi-symétriques et adopter le schéma I-II-IIIIV-V. Hormis Gigthis (n°3) et le cas spécifique d’Oudna (n°22), ce sont des constructions qui couvrent au moins 1 000 m2 et souvent plus15.

88Les deux constructions qui possèdent six locaux chauffés sont exceptionnelles : elles outrepassent même le programme de base d’un bâtiment de plan symétrique. Dans le cas des grands thermes de Sufetula (n°10), le sixième local ne serait qu’un local de transition et ne constituerait donc qu’une maladresse de plan. À Timgad, dans les thermes Nord-Ouest, ce sixième local ne semble jouer qu’un rôle de distribution, en permettant une multiplicité de circuits.

3) Caldarium

  • 16 Comme pour les thermes asymétriques linéaires, les bassins, de plan rectangulaire ou absidal, les d (...)

89Le plan de cette salle permet aussi de lire l’importance du parti circulaire. Les salles des bains chauds dotées d’un unique bassin sont l’exception. Les plus nombreuses en possèdent deux, de plans et de dispositions variées16.

90L’originalité du parti circulaire réside dans la fréquence des caldaria dotés de trois bassins. Entre 1 000 et 1 400 m2, les constructeurs optent pour deux alvei : bains occidentaux des grands thermes de Sbéitla, thermes d’hiver de Thuburbo Maius, thermes des chasseurs à Lambèse, probablement Rusguniae. La seule exception est Belalis Maior qui, avec ses 850 m2, est cependant doté de trois bassins d’ailleurs disposés, quant à leur plan, selon un schéma dissymétrique.

91En revanche, dès que l’établissement atteint des dimensions supérieures, les constructeurs puisent systématiquement dans le registre des caldaria cruciformes à trois bassins qui appartient aux réalisations les plus ambitieuses et auxquelles ils empruntent les jeux de formes : trois solia rectangulaires (Maktar, Madaure, grands thermes Sud de Timgad), deux solia rectangulaires encadrant un bassin absidal (Sufetula, grands thermes Est de Timgad), trois solia absidaux (Hippone, thermes d’été de Thuburbo Maius). Ces compositions, tout comme celle des frigidaria des mêmes bâtiments, maintiennent entre ces édifices et les monuments symétriques ou semi-symétriques un lien qui est, en revanche, largement rompu dans le cas des autres catégories de bâtiments asymétriques.

III – L’AFRIQUE DANS LA MÉDITERRANÉE

92L’importance des bâtiments africains de plan circulaire se manifeste à travers leur nombre et leur nature, les solutions architecturales étant parfois empruntées à des programmes élaborés pour les constructions les plus prestigieuses. Or, si nous tentons de comparer rapidement la situation maghrébine à celle qui prévaut dans l’ensemble de l’Empire, il apparaît que la place importante occupée par les édifices africains asymétriques de plan circulaire ne se retrouve pas dans toutes les régions. Ce type d’architecture thermale révèle, tout comme les programmes symétriques et semi-symétrique, une géographie significative.

A) Distribution des thermes asymétriques de plan circulaire dans l’Empire

93L’obtention de résultats chiffrés nécessiterait une enquête précise du type de celle que nous avons conduite en Afrique. Il suffit cependant à notre propos de dégager quelques lignes directrices, qui apparaissent clairement si on exploite dans cette optique le catalogue dressé par I. Nielsen. Il est, sans aucun doute, incomplet. Il présente aussi le défaut majeur d’exposer des lectures de bâtiments qui sont parfois douteuses, parfois clairement erronées. Il permet cependant de se faire une idée d’ensemble qui, pour rester approximative, n’en est cependant pas fondamentalement inexacte, surtout si on tente de le corriger sur certains points.

  • 17 D’après l’analyse d’I. Nielsen, dans le Latium, on note C.33 (Castel Porziano), auquel il faut ajou (...)
  • 18 Peut-être C.87 (Alésia), C.98 (Fréjus) et C.102 (Vienne).
  • 19 C.107 (Italica, bains orientaux), C.108 (Italica, bains de la reine, s’ils ne doivent pas être clas (...)
  • 20 Peut-être C.134 (Tharros), C.135 (Porto Torres, que nous ne classons pas parmi les bains semi-symét (...)
  • 21 C.139 (Chesters), peut-être C.145 (Leicester, où les circulations ne sont plus reconnaissables) et (...)

94Une première conclusion est la relative rareté du plan circulaire dans le monde romain occidental non africain. Les recherches d’I. Nielsen permettent d’en repérer sept ou huit dans la péninsule italique17. Il faudrait sans doute y ajouter des édifices de la capitale, dont nous appréhendons si mal le parc balnéaire, mais on remarquera que la situation est semblable en Afrique où les villes majeures, à commencer par Carthage, sont souvent fort mal connues de ce point de vue. Pour les Gaules, nous n’avons que trois bâtiments de lecture incertaine18, trois également dans la péninsule ibérique19, un ou deux en Sardaigne20, et enfin deux ou trois dans les régions frontières septentrionales21. À elle seule, et dans l’état actuel de la documentation, l’Afrique du Nord possède plus d’édifices de plan circulaire que tout le reste de l’Occident.

  • 22 Hormis les deux pôles étudiés par la suite, et en reprenant le découpage géographique adopté par I. (...)

95La situation est différente en Orient, puisque le catalogue d’I. Nielsen permet d’y repérer de 26 à 33 bâtiments, disséminés un peu partout, de l’Égypte à la Mésie inférieure en passant par Chypre et la Mésopotamie. Si on analyse ces données, on constate cependant que, dans la plupart des provinces, ces constructions sont en nombre très restreint : la situation n’a rien qui puisse se comparer à l’Afrique22. En fait deux pôles émergent et présentent une densité remarquable.

  • 23 C.263 (Délos), C.265 (gymnase de Delphes), C.267 (Épidaure, bâtiment sur lequel nous revenons ci-de (...)
  • 24 I. Nielsen (C.267 et fig. 212 = ici pl. CLXIV-2) qualifie le plan de l’édifice de « double ring typ (...)

96Il s’agit d’abord de la Grèce, où l’on recense de cinq à sept édifices asymétriques de plan circulaire auxquels on peut adjoindre un bâtiment de Macédoine23. Les bains Nord-Est d’Épidaure illustrent la familiarité des constructeurs œuvrant en Grèce avec ce type de plan. Les études antérieures ne nous paraissent pas avoir complètement mis en lumière l’organisation du monument (pl. CLXIV-1 à 3)24. Toute l’aile chauffée se compose en fait de cinq salles, les tepidaria étant distingués. Elles permettent un itinéraire dextrogyre. Une pièce centrale, 1, a pu servir de vestiaire attiédi par le voisinage de locaux chauffés sur trois de ses côtés. Elle créait en outre un raccourci, le baigneur pouvant interrompre son bain chaud dès l’étuve dont l’identification est solidement étayée tant par sa position dans le circuit que par ses proportions, moindres que celles du destrictarium qui la précède. Nous avons là toutes les composantes d’un bain de plan circulaire classique.

  • 25 Asie : sans doute C.291 (Aizanoi), C.296 (Éphèse, bains de Varius), C.299 (Éphèse, bains de l’agora (...)

97Le second pôle correspond à l’Asie mineure où l’on identifie de 11 à 14 monuments, 5 dans la province d’Asie, 3 en Lycie-Pamphylie et 6 en Cilicie25.

  • 26 Les grands thermes de Corinthe étaient peut-être, dans leur premier état, de plan symétrique, mais (...)

98Les grands traits de la distribution géographique des bains de plan circulaire ne sont donc pas sans évoquer ceux des thermes symétriques : rareté en Occident, dispersion en petit nombre dans l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée, concentration en Afrique et en Asie. Il existe cependant un décalage. En ce qui concerne le plan circulaire, ce n’est pas tant la province asiatique qui affirme sa domination que toute la côte Sud de la Turquie. De plus, cette diffusion s’effectue aussi vers l’Ouest. La Grèce, essentiellement continentale, qui ne paraît pas avoir connu les grandes réalisations symétriques26, démontre en revanche une familiarité certaine dans le maniement des modèles circulaires.

99L’implantation de ce type d’édifices traduit ainsi une géographie spécifique de l’Empire qui prend toute sa valeur si nous la considérons dans sa dynamique chronologique. En Italie, ces bâtiments sont érigés durant la seconde moitié du ier siècle et la première du II: après, nous n’avons plus rien. La chronologie est semblable pour le reste de l’Occident, avec un décalage jusque vers la fin du iie siècle : une construction comme celle de Mirobriga, attribuée aux environs de 300, fait figure de réelle exception. Il est difficile de ne pas mettre ces données en relation avec l’histoire générale de ces régions, en particulier avec leur évolution économique. L’Italie, dont nous avons vu qu’elle était dépourvue de thermes symétriques hormis ceux de la capitale, ne se dote que d’un nombre limité d’édifices modernes circulaires, tout comme son ancienne hégémonie économique se délite progressivement pour aboutir à une crise profonde dans la seconde moitié du iie siècle. L’ascension des provinces occidentales leur procure une position dominante qui est radicalement remise en question à la même époque. Dans ce contexte, les constructeurs disposent de peu de temps pour ériger en nombre important des thermes de plan circulaire qui dérivent de recherches conduites durant la seconde moitié du ier siècle et le début du second.

100En Grèce, la situation est également spécifique : toutes les dates avancées appartiennent au iie siècle, à la rigueur au début du iiie siècle. Alors que l’Asie voisine, à la même époque, se dote d’énormes constructions balnéaires, la péninsule traduit cette volonté sur un mode mineur qui s’inscrit dans les mêmes limites chronologiques.

101Tout autre est la situation de l’Orient en général. En Asie mineure comme dans les autres régions, constructions et reconstructions radicales se succèdent du iie siècle au Bas-Empire, selon une chronologie tout à fait comparable à celle de l’Afrique. De manière peut-être encore plus fine qu’en analysant les thermes symétriques, dans la mesure où des édifices moins ambitieux traduisent mieux l’état des forces locales que de grandes constructions où interfèrent d’autres facteurs tels que le politique, nous voyons ainsi se dessiner, à travers l’architecture thermale, les centres de gravité de l’Empire à partir du iiie siècle : l’Orient, avec son cœur micrasiatique, et les deux-tiers orientaux de l’Afrique du Nord.

102Ces réalités profondes conditionnent de façon décisive la nature des installations thermales qui caractérisent une cité. Il est exceptionnel de pouvoir se faire une idée d’ensemble satisfaisante de celles-ci. Les cas de Timgad et d’Ostie offrent cependant un dossier exceptionnel de ce point de vue, et la comparaison entre les deux villes, dont l’équipement en thermes est effectué durant des périodes qui se recoupent largement, apparaît fort significative.

B) Ostie et Timgad

103Ces cités ne peuvent se comparer ni par l’importance de leur population, ni par leurs fonctions. Ostie, port d’une métropole hors du commun, est ouverte sur le monde. Timgad n’est qu’une agglomération modeste du pied des Aurès, accessible uniquement après de longues journées de route. Ostie l’emporte en tout. Ce n’est pourtant pas le cas en ce qui concerne leur architecture thermale.

104Les thermes d’Ostie peuvent être rapidement décrits de la façon suivante (les datations sont empruntées à Pavolini, Ostia) :

  • Thermes de plan semi-symétrique : 1

  • Thermes du forum ; vers 160 ; cinq pièces chauffées auxquelles il faut ajouter une calida piscina et deux locaux formant sas (pl. CLXI).

  • Thermes asymétriques de plan circulaire : 2

  • Thermes de Porta marina (thermae maritimae) ; première moitié du iie siècle ; quatre salles chauffées disposées selon un circuit dextrogyre (cf. pl. CLX-5).

    • 27 I. Nielsen (C.18) range ce bâtiment dans le « angular row type » : ce jugement est infondé et ne co (...)

    Thermes des six colonnes27 ; première moitié du iie siècle ; trois salles chauffées disposées selon un itinéraire sinistrogyre, apparemment inversé à la suite d’un remaniement. IV : deux bassins disposés orthogonalement.

  • Thermes asymétriques linéaires : 10, dont deux bâtiments doubles

    • 28 Il n’y a donc jamais eu deux caldaria se faisant suite (contra Nielsen, fig. 66). Ce remaniement do (...)

    Thermes de Neptune ; Domitien, avec une restauration sous Hadrien-Antonin préservant le plan ; quatre salles chauffées, puis trois lorsque le caldarium primitif fut désaffecté, l’ancien laconicum étant équipé de deux bassins se faisant face et ainsi transformé en salle des bains chauds28. IV originel : trois bassins avec disposition cruciforme.

    • 29 Le bâtiment a été profondément remanié à époque tardive. La restitution de l’état originel a cepend (...)

    Thermes de Mithra ; Hadrien ; trois salles chauffées ; IV : deux bassins se faisant face29.

  • Thermes des horrea des mensores ; ive siècle ; trois salles chauffées ; IV : trois bassins avec disposition cruciforme (pl. CLXIV-6).

  • Thermes de la Trinacrie ; Hadrien ; quatre salles chauffées ; IV : trois bassins avec disposition cruciforme.

  • Thermes des sept sages ; Hadrien avec une restauration et une réduction vers 205 ; quatre puis trois salles chauffées ; IV : dans le dernier état, deux bassins se faisant face.

  • « Thermes maritimes » ; Hadrien avec une reconstruction à l’époque sévérienne, les thermes devenant alors doubles. Le secteur oriental comprend trois salles chauffées flanquées d’une vaste calida piscina ; IV : deux bassins disposés orthogonalement. Le secteur occidental est semblable.

  • Thermes de la rue du temple rond : IVe siècle. Il s’agit de thermes doubles juxtaposés, dont les deux frigidaria sont implantés d’une manière telle qu’ils se raccordent aux secteurs chauffés par une sorte de petite baïonnette. L’ensemble est cependant clairement d’esprit linéaire. Les deux secteurs sont semblables : trois pièces chauffées ; IV : deux bassins disposés orthogonalement.

  • Thermes de l’Envieux ; vers milieu ier siècle avec une réfection importante sous Antonin ; trois ou quatre salles chauffées.

  • Thermes asymétriques orthogonaux : 2

    • 30 L’ampleur des remaniements et l’état des vestiges rend leur examen difficile, mais cf. Nielsen C.17 (...)

    Thermes de la basilique chrétienne ; Trajan ; apparemment trois salles chauffées30.

    • 31 Il faut se référer à J. S. Boersma, Amoenissima civitas. Block V.2 at Ostia, Assan, 1985. On notera (...)

    Thermes du philosophe ; 250-300 ; trois salles chauffées ; IV : deux bassins se faisant face, l’un absidal, l’autre rectangulaire, ce dernier étant condamné à la suite d’un remaniement31.

  • Thermes avec bifurcation : 1

    • 32 Sur ces thermes, cf. C. Panella, M. Medri, Le terme del Nuotatore ad Ostia Antica, dans Quaderni de (...)

    Thermes du nageur ; 89-90, avec des transformations au cours du iie siècle ; quatre salles chauffées. Le secteur chauffé est quasiment arasé. Il semble cependant bien que le destrictarium ait commandé le laconicum et le caldarium, ces deux salles ne communiquant pas entre elles ; IV : dans l’état actuel, deux bassins se faisant face, ce qui paraît correspondre à l’état flavien originel32.

    • 33 I. Nielsen (respectivement C.23, 26 et 16), considère ces trois édifices comme relevant de l’« angu (...)

    Thermes de plan mixte : 333

  • Thermes des Cisiarii ; Hadrien avec une restauration au iiie siècle ; quatre salles chauffées disposées de manière telle que le baigneur ne traverse deux fois que le tepidarium, servant à l’entrée et à la sortie, et le destrictarium ; un raccourci III/F ; IV : deux bassins, l’un rectangulaire l’autre absidal, disposés orthogonalement.

  • Thermes de Buticosus ; vers 112 avec une réfection vers le milieu du iie siècle ; quatre salles chauffées disposées de manière telle que le baigneur ne traverse deux fois que le tepidarium et le destrictarium : avant d’être isolé et rendu accessible uniquement de l’extérieur, le laconicum communiquait avec II et IV ; IV : deux bassins se faisant face.

  • Thermes du Phare ; Trajan, mais l’édifice ne devient peut-être des thermes que vers la fin du iie siècle et connaît des travaux à l’époque sévérienne ; dans l’état actuel, quatre salles chauffées disposées de manière telle que le baigneur ne repasse que par le tepidarium et le destrictarium ; IV : deux bassins se faisant face.

105À Timgad, la situation apparaît largement différente. On y trouve un édifice de plan symétrique, quatre de plan circulaire, trois de plan linéaire que l’on peut regrouper avec les deux monuments en baïonnette, et deux de plan orthogonal que l’on peut également regrouper avec le bâtiment à double virage de même sens.

106Autrement dit, nous pouvons présenter ces données dans le tableau suivant :

107Certaines différences sont frappantes. Ce n’est pas la puissante cité portuaire qui est dotée de grands thermes symétriques, mais la petite ville africaine : les thermes semi-symétriques du forum sont loin de compenser cette inégalité.

108De même, le plan circulaire est plus familier aux constructeurs de Timgad qu’à ceux d’Ostie, où une telle solution reste exceptionnelle. Sur ce dernier site, il semble que les bains de plan mixte aient constitué un parti compensant quelque peu la faiblesse numérique des options circulaires. Le résultat ne se départit pas d’une certaine médiocrité si on le juge à l’aune des réalités africaines.

109On pourrait chercher un certain nombre d’explications à ce phénomène, en particulier d’ordre chronologique. Quelques édifices d’Ostie sont, en effet, anciens et peuvent donc être antérieurs à la période de diffusion du modèle balnéaire moderne. Il faut cependant remarquer que ces constructions ont été, par la suite, l’objet de travaux importants sans que l’on ait songé à les remodeler. Surtout, la grande majorité des édifices datent du iie siècle et des périodes suivantes. C’est une chronologie tout à fait comparable à celle de Timgad. Cette constatation permet de relativiser l’argument selon lequel l’ascension de Porto marginaliserait Ostie et expliquerait le retard architectural de cette cité : à l’époque où nous nous plaçons, une telle interprétation n’est pas encore suffisante. Au demeurant, il serait très intéressant de connaître la nature de l’équipement thermal de Porto : nous ne sommes pas a priori persuadé qu’il présenterait un visage très différent de celui d’Ostie.

  • 34 Les trois plus grands édifices balnéaires d’Ostie Pieux ; thermes de Porta marina probablement dus (...)

110Les écarts qui caractérisent le parc balnéaire des deux villes apparaissent encore plus spectaculaires si l’on prend en considération les conditions géographiques. Les innovations architecturales élaborées à Rome ont plus d’écho en Afrique que dans le port même de la Ville, situé à proximité de cette dernière. La géographie est incapable de rendre compte de cette situation, qui renvoie en fait à des données économiques, la montée de la puissance africaine face à une Italie déclinante. Mais si l’explication vaut largement pour la péninsule, elle est, à elle seule, moins satisfaisante à Ostie, qui se trouve dans l’orbite de l’intervention impériale34et dont la prospérité doit se trouver au moins partiellement préservée par ses fonctions commerciales au service de l’énorme marché romain. Certaines données confirment d’ailleurs cette aisance au moins relative de la cité : plus de la moitié des édifices balnéaires dépassent les 1 000 m2 ; nombre sont équipés de palestre, souvent vastes ; trois sont dotés d’une piscina calida.

111Le phénomène est donc profond. Dans ce lieu privilégié que constitue Ostie, avoir des moyens à sa disposition ne suffit pas. L’exemple comparé de Timgad et du port romain révèle non une véritable différence de culture, mais des décalages bien perceptibles dans la pratique architecturale thermale. Les rapports de proximité du type Rome-Italie ou même Rome-Ostie, sont supplantés par la richesse des échanges qui s’établissent, économiquement et culturellement, entre la capitale et ses provinces les plus dynamiques.

  • 35 Sur cette villa, cf. F. Coarelli, M. Torelli, Sicilia, Guide archeologiche Laterza, 1984, p. 172-18 (...)

112Au ive siècle, lorsque Ostie ne construit plus de bains si ce n’est d’ampleur très restreinte, la comparaison entre la situation africaine et le grand port montre un écart qui s’est encore aggravé. Quand l’aristocrate qui possède des domaines à Piazza Armerina, en Sicile, équipe sa villa de bains, il ne se tourne pas vers des modèles italiques attardés, mais puise dans le répertoire africain (pl. CLXIV-4 à 6). À Ostie, les thermes des horrea des mensores, avec la multiplication des formes courbes, incarnent une construction caractéristique du Bas-Empire, d’un esprit qui n’est pas sans parallèle avec le programme de Piazza Armerina. Il est cependant clair que ce dernier recoupe avec beaucoup plus de précision les réalisations africaines, ce que manifeste le choix d’un itinéraire continu et non rétrograde. Toute proportion gardée, les bains de Bulla Regia révèlent une affinité bien plus grande avec la construction sicilienne : même grande salle transversale précédant le secteur proprement balnéaire du monument ; même frigidarium de plan octogonal jouant sur l’alternance de niches, de portes et de bassin de plan absidal ou tréflé ; même itinéraire circulaire dextrogyre du secteur chauffé. Certes, à Piazza Armerina, tout est plus vaste et plus complexe : bourgeonnement des formes curvilignes autour du frigidarium au point de donner naissance à une véritable natatio, vaste tepidarium commandant non pas deux mais trois salles chauffées. Fondamentalement, l’esprit est cependant le même, et, au-delà d’un goût du temps pour le curviligne, il diffère de celui qui préside à la réalisation ostienne. Le riche propriétaire de Sicile ancre le prestige et le confort de ses bains dans les réalisations architecturales africaines. On pourrait toujours discuter sur la nature réelle des emprunts si bien des traits de cette villa sicilienne n’en faisaient, d’une certaine manière, une construction africaine, à commencer par la nature de son riche décor mosaïqué qui suggère fortement non seulement la référence à des cartons venus du Sud, mais aussi le recours à une main-d’œuvre maghrébine. Dans les thermes même, l’utilisation de tubes de coffrage de terre cuite pour construire les voûtes protégeant les fours laisse entendre que l’architecture elle-même bénéficia de l’intervention d’Africains qui n’arrivaient pas seulement avec leurs idées, mais aussi avec leurs instruments de travail35.

113À travers cet exemple, l’architecture thermale concrétise une des réalités fondamentales de la Méditerranée occidentale à partir de l’époque sévérienne, à savoir le grand axe Rome-Afrique par l’intermédiaire de la Sicile, axe par lequel circulent idées et marchandises et qu’incarne cette aristocratie implantée, par ses possessions territoriales, tout au long de cet itinéraire devenu vital. Pendant des siècles, l’Afrique a plus importé d’Italie de marchandises et de modèles intellectuels qu’elle n’en a exporté ; la situation est désormais inversée.

IV–ARCHITECTURE PRIVÉE ET SOURCES THERMALES

A) Architecture privée

1) Données disponibles

  • 36 À Bulla Regia, vingt-trois maisons ont été concernées par des dégagements (Y. Thébert, Architecture (...)

114L’architecture thermale privée d’Afrique reste encore mal connue, ne serait-ce qu’à cause de la rareté des publications. Nombre de domus étaient pourtant pourvues de telles installations. À Bulla Regia, alors que la plupart des demeures sont encore ensevelies ou très partiellement dégagées, on connaît de six à huit exemples de bains privés36.

115Ce parti architectural n’est pourtant pas systématique. À Thugga, nous n’avons pu identifier qu’une seule installation de ce genre et, sur bien d’autres sites, des maisons fort nobles en sont, ou en sont apparemment, dépourvues. Apparemment, car aussi surprenant que cela puisse paraître, nous connaissons en fait peu de grandes demeures africaines qui aient été entièrement fouillées. Il est cependant significatif que, à Utique, le quartier de demeures dont le dégagement a été conduit de manière relativement systématique n’ait révélé, malgré la présence d’habitations ambitieuses, aucun bain privé. Ces données attirent donc l’attention sur un point essentiel. Les bains privés africains ne font pas d’office partie de l’architecture domestique des puissants. Une rupture s’est produite depuis l’époque hellénistique, durant laquelle les maisons d’une cité comme Kerkouane étaient si fréquemment pourvues d’installations balnéaires (cf. pl. XI).

  • 37 Nous avons abordé une analyse de cette question, essentielle pour saisir la nature de l’espace urba (...)

116Une autre remarque préliminaire s’impose. Il est nécessaire de distinguer les bains de demeures urbaines de ceux des grandes villae rurales. Ne sont comparables ni les espaces constructibles, ni les besoins. Le citadin dispose, à proximité immédiate, de bains publics, ce qui n’est pas le cas du notable séjournant sur son domaine. Nous avons d’ailleurs été conduit à étudier les installations de villae comme celles de Sidi Ghrib, Henchir Safia ou Oued Athmenia en annexe des thermes publics semi-symétriques : les conditions de construction permettent de développer des programmes le plus souvent exclus en ville, où l’espace manque et est l’objet d’une quête constante, quand ce n’est d’âpres rivalités37.

  • 38 A. Lezine a attire l’attention sur cette question (Architecture romaine, p. 93-98), en analysant le (...)

117Un certain nombre d’installations restent de nature douteuse. Il ne suffit pas d’identifier des hypocaustes dans une maison pour pouvoir conclure à la présence de bains. De fait, l’existence d’appartements chauffés par ce procédé est bien attestée, en Afrique comme ailleurs38.

118Dans ce contexte, on peut s’interroger sur la nature réelle de secteurs chauffés identifiés dans certaines demeures de Timgad, où le doute est entretenu par l’impossibilité de reconnaître une salle des bains froids. Souvent, l’état déplorable des vestiges peut suffire à servir d’explication. On pourrait même penser à l’absence de frigidarium dans certains bains privés : sa présence systématique dans les thermes correctement conservés rend cependant une telle hypothèse peu satisfaisante.

119Ces cas difficiles, tous appartenant à Timgad et décrits dans le catalogue, peuvent être répartis en deux groupes. D’abord ceux dont le caractère thermal paraît cependant avéré, et que l’on peut prendre en considération dans une analyse globale : insula 22 (pl. CVIII-4), où l’impossibilité de reconnaître le frigidarium paraît due essentiellement à la ruine de ce secteur et où la disposition du secteur chauffé répond aux besoins d’un bain, non d’un logis ; maison au Sud de la porte de Lambèse (pl. CXII-4 et 5) où le local qui doit avoir été le frigidarium est certes dépourvu de tout aménagement mais où la présence d’un bassin chauffé implique la nature thermale de ces pièces ; « usine de céramique », où l’on ne repère pas le frigidarium mais où on identifie deux solia chauffés (pl. CXVI-4).

120En revanche, nous excluons de l’étude synthétique plusieurs installations dont la nature exacte reste trop ambiguë pour des raisons qui ont été exposées dans le catalogue : insula 6775 (pl. CIX-2 et 3), insula 69 (pl. CIX-4 et 5), installations chauffées annexes de la maison de Sertius (pl. CX-5), maison de l’Hermaphrodite (pl. CXI), « bains » occidentaux de la maison à l’Ouest des thermes des Filadelfes (pl. CXII-3).

121Si nous tenons également à part les bains marocains de Cotta et Jorf el-Hamra, qui s’inscrivent dans un contexte rural, ainsi que l’installation de la maison aux communs de Thuburbo Maius, tout à fait spécifique, nous pouvons réfléchir sur la base de 33 thermes appartenant à des domus urbaines.

2) Nature des programmes privés

a) Superficie

  • 39 Nous prenons en considération la totalité de l’espace affecte aux thermes, y compris les bassins, l (...)

122La nature de ces programmes privés apparaît à travers quelques données. La superficie qui leur est consacrée reste modeste : parfois moins de 100 m2, le plus souvent de 100 à 200 m2. Il est exceptionnel que ce dernier chiffre soit dépassé et cela correspond toujours à des données particulières. À Timgad, les thermes de la maison au Nord du capitole, y compris la vaste salle qui les précède à l’Est, couvrent environ 400 m2, mais ils se rattachent à une immense domus extra muros de 1 500 m2 dans son état actuel, cela sans tenir compte de l’espace intermédiaire séparant ces deux ensembles et dont la nature exacte (palestre, cour-jardin de la maison ?) reste indécise. À Volubilis, les thermes du « palais de Gordien » atteignent 950 m2 avec la petite palestre, mais nous sommes dans un vaste édifice de près de 5 000 m2 dont la nature est ambiguë. Dans la même ville, si les thermes de la maison au cadran solaire couvrent environ 230 m2, c’est parce que les salles froides s’allongent démesurément afin d’occuper l’espace d’une ancienne rue : le secteur proprement balnéaire est lui-même fort restreint. Outre la superficie absolue des bains privés, il peut être intéressant de se faire une idée de la surface qui est proportionnellement affectée à ces installations dans une domus, du moins par rapport à l’espace occupé par le rezde-chaussée de cette dernière, niveau auquel tous les thermes se situent sans exception. Si l’on choisit quelques exemples parmi les programmes comportant trois ou quatre salles chauffées ou des thermes doubles, on constate une variation importante39. Un chiffre bas nous est donné par les bains de la maison de la chasse, à Bulla Regia, auxquels on peut attribuer 6,7 % de la superficie du rez-de-chaussée. On peut leur associer ceux de la maison de Sertius à Timgad, qui correspondent à 6,5 % ou à 9,6 % si on leur intègre les deux grandes salles de l’angle Nord-Est (vestiaire et gymnase ?).

123Des chiffres hauts, tournant autour de 20 %, nous sont fournis par des thermes d’une ampleur exceptionnelle : 21 % pour la maison au Nord du capitole de Timgad (en excluant du calcul l’espace séparant la domus des bains), 19,3 % pour le « palais de Gordien » de Volubilis, en incluant la palestre. Mais on constate que ces données ne sont pas isolées : on trouve 21,5 % pour la maison d’Europe à Cuicul où des thermes doubles sont assez vastes pour comporter une grande salle qui devait faire fonction de gymnase.

124Ces deux extrêmes ne sont pas aberrants : ils enserrent tout un ensemble de cas intermédiaires, tels Althiburos (10,5 %, chiffre approximatif car la demeure n’est pas totalement dégagée), la maison de l’âne à Cuicul (13,7 %) ou encore, dans la même ville, les thermes doubles de la maison de Castorius (15,3 %). Il est donc fréquent que le propriétaire affecte à ses thermes une partie non négligeable de sa demeure, une proportion du rez-de-chaussée située entre plus de 5 % et 20 % environ étant la règle pour tout programme pourvu de quelque ambition.

b) Composition du secteur chauffé

  • 40 Nous ne prenons pas en compte Utique ou la ruine du secteur chauffe est telle que l’on ne peut excl (...)

125Même si ces programmes comptent dans une demeure, ils restent modestes quant à leur superficie absolue. Cela se traduit dans la nature du secteur chauffé, où les pièces sont usuellement de petites dimensions et en nombre limité40 : une pièce dans deux cas ; deux pièces dans sept cas ; trois pièces dans dix-huit cas ; quatre pièces dans cinq cas. La pièce unique est exceptionnelle. Elle se trouve à Cuicul, dans la maison de Castorius, mais il ne s’agit que des bains secondaires. En revanche, à Tipasa, elle constitue la totalité du secteur chauffé de l’unique bain. Un programme aussi restreint est sans parallèle.

126Même la présence de deux pièces chauffées paraît une solution médiocre rarement adoptée. Parfois, il ne s’agit que de bains secondaires, doublés au sein de la même demeure par une autre installation plus confortable : maison d’Europe de Cuicul, maison d’Orphée de Volubilis. À Sidi-bou-Chaïb, l’imprécision du contexte ne permet pas de saisir les implications de ce choix. À Sitifis, la date tardive du bâtiment (fin ive-début ve siècle) est à mettre en parallèle avec le faible développement du secteur chauffé, tendance alors générale. Enfin, à Timgad, dans la maison à l’Ouest des thermes des Filadelfes, le ferme dessin du monument rend ce choix curieux, mais il s’agit peut-être d’une erreur de notre part : un autre relevé (pl. CXII-1) indique trois pièces.

  • 41 On notera le cas des thermes d’Althiburos ou une petite pièce partiellement chauffée est séparée de (...)

127Ces remarques, qui limitent la portée du nombre des thermes à deux pièces chauffées, renforcent inversement la conclusion qui s’impose : l’énorme majorité des bains privés sont dotés de trois pièces, selon le schéma I-V, IIIII, IV qui s’impose sans exception41. C’est une option souvent adoptée aussi pour les petits thermes publics. L’espace restreint offert aux constructions privées ne provoque donc pas une modification de la nature du programme balnéaire. Dans la plupart des cas, on conserve les pièces essentielles, susceptibles d’offrir au baigneur des conditions semblables à celles de nombreux bâtiments publics.

128Ce qui, au contraire, apparaît remarquable, est la présence non négligeable de cinq constructions offrant quatre salles. Ce parti est inséparable du choix d’un plan circulaire alors conçu selon le schéma l-V, II, III, IV. Nous ne connaissons qu’une seule exception : à Timgad, les bains de la maison au Nord du capitole présentent un itinéraire continu comportant probablement une inversion du caldarium et de l’étuve, selon un parti dont nous avons pu noter l’existence dans le domaine public, mais uniquement dans le cadre d’itinéraires rétrogrades.

c) Plan de l’édifice et des salles

129Le plan des bains privés mérite en effet une attention particulière. Si nous éliminons les bains à pièce chauffée unique que l’on pourrait qualifier de linéaires, mais cela a peu de sens (Tipasa et installation secondaire de la maison de Castorius à Cuicul), nous avons les données suivantes :

130Nous avons regroupé les plans représentant une variante d’un parti fondamentalement homogène, comme nous l’avions déjà proposé pour les thermes publics asymétriques.

  • 42 Cette conclusion est renforcée par la fouille, actuellement en cours, des bains d’une demeure de Vo (...)

131Une première conclusion, essentielle, est la similitude des choix qui caractérisent les secteurs public et privé. Il s’agit de la même architecture, avec une répartition des options remarquablement homogène dans ses grandes lignes : plus du tiers d’itinéraires circulaires ; parmi les itinéraires rétrogrades, légère domination des plans d’esprit linéaire sur ceux à virage(s)42et rareté du plan à bifurcation.

132On peut être un peu surpris de cette similitude, dans la mesure où l’espace est particulièrement compté dans le domaine privé. L’importance des plans linéaires ou en baïonnette s’explique cependant par deux facteurs. D’abord, ce sont les mieux adaptés à un terrain de forme allongée, comme le montre par exemple le cas des thermes de la maison de la chasse à Bulla Regia, où le choix d’un plan en baïonnette a permis de loger les bains dans l’étroite bande de terrain qui leur était affectée. Ensuite, ce chiffre de dix édifices est quelque peu gonflé : quatre d’entre eux ne possèdent que deux pièces chauffées, dont la disposition en profondeur exige en fait peu d’espace.

133Le plus intéressant est cependant la place tout à fait digne d’attention occupée par les plans circulaires. Elle démontre que l’architecture balnéaire privée décalque parfaitement les réalisations publiques. L’attitude d’un notable construisant pour lui est la même que celle d’un évergète ou d’une institution érigeant ce type de monument pour la collectivité. Toute proportion gardée, la capacité d’investissement et le désir de solutions modernes sont les mêmes. Bien plus, les plans retenus sont parfois meilleurs que dans le domaine public. On n’y trouve pas ces plans à quatre pièces chauffées où l’on choisit, peu rationnellement, de distinguer les tepidaria, non le destrictarium et le laconicum, comme c’est le cas dans les thermes des pugilistes de Thina, ceux du labyrinthe à Thuburbo Maius ou même dans de grands édifices comme ceux d’Hippone ou de Lambèse (bains des chasseurs), où l’itinéraire circulaire, en simple arc-de-cercle, ne forme pas un anneau complet.

  • 43 Rebuffat, Thamusida, II, p. 180.

134Cette qualité des réalisations privées se manifeste de façon éclatante en Tingitane. On a pu écrire que tous les thermes de cette région étaient à itinéraire rétrograde43. En réalité, dans l’état actuel de la documentation, il existe une exception : il s’agit des bains de la maison de Vénus, à Volubilis. Il est hautement significatif que la modernité thermale pénètre au Maroc par le biais du privé. Il faut d’ailleurs souligner que cet édifice était également doté d’un équipement complexe destiné à maintenir l’eau au degré de température qui convenait.

135Un dernier point manifeste le soin souvent apporté à ces bains privés par leur propriétaire. Il s’agit de la recherche qui caractérise parfois le dessin des salles.

  • 44 Maison de la pêche (Ruines de Bulla Regia, fig. 59, p. 67) et maison n°6 (ibid., fig. 98, p. 101). (...)

136Le frigidarium est une des pièces qui est susceptible d’être l’objet de recherches. La ville de Bulla Regia présente, de ce point de vue, une situation remarquable. Le choix rare d’un plan polygonal pour la salle des bains froids y est attesté dans l’architecture thermale publique. Or, il se retrouve deux fois dans des bains privés de la même cité : nous n’en connaissons pas d’autres exemples en Afrique. Cette situation témoigne clairement des prétentions qui caractérisent le secteur privé44.

  • 45 On peut aussi citer la description d’un bain, sans doute privé, de Carthage : C. Saumagne, BAC 1925 (...)

137Ces recherches peuvent aussi concerner les piscines froides. Lorsqu’il n’y a qu’un seul bassin, ce qui est le cas le plus fréquent, il peut se distinguer par son plan : Althiburos, maison d’Europe à Cuicul, ou encore maison de Mars et de Rhéa à Lixus où la piscine a reçu un dessin hexagonal45. Parfois, on a tenu à construire deux bassins et, pour répondre aux contraintes spatiales, on les a alors disposés de deux manières. Ils peuvent l’être sur le même côté de la salle des bains froids : Belalis Maior, dans un frigidarium qui se distingue par son ampleur ; Pupput. Ils peuvent aussi être placés orthogonalement : Bulla Regia et thermes secondaires de la maison de Castorius, à Cuicul, les deux fois dans le cadre d’un programme d’ampleur pourtant limitée ; « palais de Gordien » à Volubilis. La disposition face à face adoptée dans la maison de l’âne, à Cuicul, est exceptionnelle.

  • 46 E. Marec, Hippone la Royale, Alger, 2e éd., 1954, p. 127, plan du « quartier des villas », bassins (...)

138Le secteur chauffé est également l’objet de soins. Toujours dans le « palais de Gordien », le tepidarium se distingue par son plan en forme d’octogone irrégulier orné de niches. Mais les efforts se concentrent essentiellement sur le caldarium. En règle générale, il ne possède qu’un bassin. Comme pour le frigidarium, le luxe consiste parfois à le dédoubler, ainsi peut-être à Althiburos, Timgad (insula 37), sans doute à Sétif, Volubilis (maison de Vénus), sûrement dans la maison au Nord du capitole de Timgad et dans celle des travaux d’Hercule de Volubilis, avec, dans ce dernier cas, un jeu sur des dessins rectangulaire et absidal. Dans tous ces exemples, les solia sont placés perpendiculairement. Comme pour le frigidarium, la disposition en vis-à-vis est exceptionnelle. Nous n’en connaissons qu’un seul exemple en Afrique, à Hippone, dans la domus du triomphe d’Amphitrite46.

  • 47 L. Foucher, Découvertes archéologiques à Thysdrus en 1960, Institut d’archéologie, Notes et documen (...)

139Le plan souligne aussi l’importance du lieu dans la pratique balnéaire. Aux innombrables caldaria rectangulaires s’oppose ainsi le plan hexagonal à niches de Bulla Regia (maison de la chasse) ou le dessin trilobé de Sétif. C’est sans doute aussi une salle des bains chauds qu’il faut reconnaître dans la petite salle quadrilobée des bains du terrain M’Barek Rhaïem, à Thysdrus47.

3) Chronologie

140Trop peu de publications permettent de connaître avec précision l’histoire des thermes privés situés en contexte urbain. Les données disponibles autorisent cependant quelques conclusions qui ne relèvent pas du cadre des simples hypothèses.

141Pour dater la création de certains bains, nous disposons de quelques repères précis, fondés sur l’archéologie et l’épigraphie :

  • Belalis Maior : ive siècle

  • Bulla Regia : 1ère moitié du ive siècle

  • Pupput : ive siècle

  • Sitifis : fin ive – début ve siècle

  • Thamugadi, maison de Sertius : Sévères

  • Volubilis, « palais de Gordien » : 238-241.

142Nous pouvons aussi prendre en considération, avec la prudence requise, des datations plus hypothétiques, fondées sur le style des pavements et l’histoire architecturale de la demeure :

  • Althiburos : iiie-ive siècle

  • Sufetula, thermes n°26 : ve-vie siècle

  • Utique : iiie-ive siècle

  • Cuicul, maison de Castorius : iiie-ive siècle

  • Cuicul, maison de l’âne : ive-ve siècle

  • Cuicul, maison d’Europe : ive siècle

  • Timgad, maison à l’Ouest des thermes des Filadelfes : Sévères

  • Timgad, maison au Nord du capitole : ive siècle.

143On peut aussi ajouter que les bains pour lesquels on ne peut avancer une date même hypothétique sont, dans leur énorme majorité, le fruit de remaniements qui ont permis leur insertion dans une demeure antérieure. Nous l’avons noté dans le catalogue tant à Thugga qu’à Tipasa ou dans les diverses maisons de Timgad et Volubilis.

  • 48 La maison aux communs, de Thuburbo Maius, constitue un cas tout à fait spécifique. Si l’installatio (...)

144Les conclusions sont donc claires. Dans l’état actuel de la documentation, on ne connaît pas de bains privés urbains attribuables au Haut-Empire. Ce choix architectural apparaît à partir de l’époque sévérienne, de façon encore exceptionnelle. Il ne se généralise que très tardivement, à partir du ive siècle48.

145Nous avons pu souligner la façon dont, au-delà d’un contexte radicalement différent, l’architecture thermale privée entretenait des rapports étroits avec les réalisations publiques et, dans une large mesure, ne pouvait se comprendre sans références constantes à ces dernières. En revanche, d’un point de vue chronologique, il existe un fort décalage dont il faudra tenter de rendre compte en étudiant les aspects sociaux de ces bâtiments.

B) Les Aquae

  • 49 La liste proposée par H. Jouffroy (Les Aquae africaines, dans Les eaux thermales et les cultes des (...)

146Les installations thermales sises sur des sources ont été l’objet d’études encore plus médiocres que les bains privés. La complexité des adductions et évacuations d’eau a rarement été décrite et aucune installation n’a été dégagée de façon complète. L’inventaire même de ces sources aménagées pour le bain n’a jamais été dressé49.

147Pour notre propos, le thème est en partie marginal et nous nous contenterons donc de quelques remarques fondées sur les sites les mieux connus ou que nous avons pu visiter. Il nous paraît cependant impossible de contourner totalement la question, d’abord parce que ces exploitations de sources présentent plus de points communs avec les thermes classiques qu’il n’est habituel de le dire, ensuite parce que ces captages de sources thermales constituent un apport important à la pratique balnéaire des populations maghrébines, comme c’est également le cas dans d’autres provinces.

1) Immersion dans l’eau thermale

148Une première caractéristique essentielle de ces installations, au demeurant peu surprenante, est la multiplication des piscines destinées à permettre une facile immersion dans des eaux bienfaisantes. Il faut d’ailleurs souligner que ce lien avec la santé est loin de se rapporter uniquement aux eaux thermales. Il concerne, en fait, l’eau en général, comme l’atteste le culte d’Hygie et d’Esculape présent tant dans les thermes classiques que sur les captages de sources. Il est d’ailleurs significatif que l’Asclepieium de Lambèse, lieu curatif par excellence, ne soit en rien lié à une source thermale. Cependant, la nature de ces eaux, naturellement chaudes et dotées de qualités particulières, a des conséquences spécifiques : elle exige de grandes capacités d’immersion afin de permettre l’acte balnéaire essentiel et dispense de tout chauffage pour offrir à ce bain un confort et une efficacité qui l’originalisent sans ambiguïté par rapport à la fréquentation des eaux courantes habituelles. Ces lieux, situés hors du monde urbain, sont cependant dotés de qualités qui les distinguent du reste du monde naturel.

149Ces équipements en bassins peuvent prendre des formes spectaculaires. Cela est manifeste dans les cas que nous avons intégrés dans le catalogue. Ainsi Hammam El Oust (pl. XLI), avec ses piscines rectangulaire et circulaire ceintes de portiques et complétées par une multiplicité de petites vasques. Comme souvent, ces découvertes déjà frappantes ne constituent probablement qu’une partie du dispositif : de vastes bassins ont été partiellement dégagés aux environs immédiats. À Aquae Flavianae (pl. LXXI), on retrouve au cœur du système deux amples piscines, l’une rectangulaire entourée de portiques, l’autre, circulaire, couverte d’une coupole. Le Hammam des Beni Guecha se distingue également par une batterie de salles abritant des piscines d’eau thermale qui occupent l’essentiel de l’espace (pl. LXXXII).

  • 50 Dans la vallée de l’oued Mellegue, à l’Ouest du Kef, à la même latitude que cette ville. Une piscin (...)
  • 51 J. Marty, L. Rouyer, Notes archéologiques sur Hammam-Meskoutine et ses environs, dans RSC, 26, 1890 (...)

150Les autres sites, moins bien publiés et souvent très partiellement dégagés, se caractérisent aussi par cette démultiplication des piscines. À Hammam Mellegue, en Tunisie, d’accès peu aisé mais dont les eaux sont encore utilisées par les habitants des environs, les aménagements modernes se mêlent à des constructions antiques remarquablement conservées comportant quatre grandes piscines couvertes, dont une de plan octogonal50. De même, quelques sites algériens sont connus par des descriptions anciennes, souvent peu exploitables mais qui, à leur manière, démontrent l’importance exceptionnelle de ces bassins d’immersion. C’est le cas du captage d’Hammam Meskoutin, correspondant aux Aquae Thibilitanae. Le plan publié par le CTHS, où des architectures somptueuses cernent d’immenses piscines, relève sans doute d’une conception quelque peu fantaisiste (pl. CLXV). Des études plus proches du terrain permettent cependant de constater que la plupart des aménagements étaient destinés à mettre l’eau à disposition des baigneurs51.

2) Immersion et nettoiement

151Une seconde caractéristique est beaucoup moins connue. Il nous semble, en effet, que l’aménagement balnéaire d’un captage de source thermale autorise non seulement des immersions aisées, mais offre aussi la possibilité de se nettoyer. Ce n’est sans doute pas la fonction essentielle de ces thermes de source, mais permettre au baigneur de se laver paraît logique afin de préserver la propreté des vastes piscines collectives.

152À Aquae Flavianae, les deux grandes piscines sont flanquées d’annexes parmi lesquelles des bassins servent sans doute à démultiplier les possibilités d’immersion offertes aux utilisateurs. Cependant, nous avons déjà souligné la présence de locaux qui paraissent destinés à assurer la propreté de ces derniers : il s’agit essentiellement d’une pièce alimentée en eau tant chaude que froide, et, surtout, d’une véritable étuve dotée d’hypocauste et doubles-cloisons. Bien plus, la pratique même de l’immersion paraît avoir été organisée selon un modèle inspiré des thermes classiques dont un des traits essentiels est d’offrir des bassins dont l’eau est de température différente. En effet, on a pu repérer un complexe système d’adduction qui permettait de mélanger l’eau thermale chaude à de l’eau froide ordinaire. Il est fort probable que les deux grandes piscines, l’une découverte, l’autre couverte, offraient des bains à des températures diverses, cette dernière pouvant être comparée à un véritable caldarium.

153Au Hammam des Beni Guecha, on repère une enfilade de salles, séparant deux ailes pourvues de vestiaires et de piscines, que nous proposons d’interpréter comme une variante des bains classiques. Cette enfilade comprend un local avec bassin installé sur un hypocauste apparemment chauffé par la vapeur produite par les eaux thermales, tout comme à Aquae Flavianae. Ce véritable destrictarium-laconicum est commandé exclusivement par une salle occupée par une grande piscine d’eau thermale chaude, salle soigneusement isolée des autres pièces et qui évoque un caldarium. L’enfilade de pièces s’achève sur un local dont l’aménagement diffère de ses voisins : l’essentiel de l’espace est cette fois réservé au stationnement des baigneurs qui pouvaient utiliser un bassin peut-être alimenté en eau froide, dispositif qui constituerait un véritable frigidarium dont l’action pouvait être complétée par une natatio qui semble également avoir été alimentée autrement que par la source thermale.

  • 52 R. Rebuffat, Thamusida, II, p. 204 : bibliographie à laquelle on ajoutera M. Ponsich, Recherches ar (...)

154Cette insertion, entre les piscines d’eau minérale, d’un bain transposant les thermes classiques en exploitant la chaleur produite naturellement, paraît confirmée par d’autres sites où l’on a même recouru à de véritables fours. À Aïn el Hammam, au Maroc, à proximité immédiate de grandes piscines, on a très partiellement dégagé des locaux chauffés par des foyers : tout semble indiquer la présence d’un bain classique accolé aux piscines d’immersion52.

  • 53 Youks-les-Bains, aujourd’hui Hammamet ; AAlg, f. 28, Aïn Beida, n°253. Sur le dégagement des années (...)

155Cette association des thermes classiques et des bains thermaux peut prendre une forme architecturalement beaucoup plus structurée. Aux Aquae Caesaris, dans les environs de Tébessa, on a partiellement dégagé une installation exploitant une source thermale encore utilisée de nos jours (pl. CLXV)53. À l’Est, la salle 1 est la plus vaste. Elle est dallée de calcaire et possède deux piscines qui se font face. Celle située au Sud (4,50 x 3,65 m) est pavée d’une mosaïque qui couvre également les marches d’accès. Celle située au Nord semble avoir été dallée de marbre. L’ensemble est conçu comme un véritable frigidarium.

156Une porte conduit, vers l’Ouest, à deux files parallèles de locaux. Les pièces méridionales, 2, 3 et 4, étaient très probablement sur hypocauste. Les fouilleurs précisent que le sol de 2 se situe à un niveau inférieur à celui du dallage qui couvre 3, 4, 6 et 7, et que le dallage 2 a disparu. Étant donné qu’une coupe signale, à cet endroit, un niveau de terre, il est probable que le dégagement est inachevé et que l’on se trouve dans un hypocauste détruit. Le confirme sans doute la présence, dans les angles Nord-Est et Nord-Ouest de ce local 2, d’un petit massif « en pierre poreuse » qui a dû faire partie de la suspensura.

157Les pièces 3 et 4, dotées d’un bassin absidal, ont, en revanche, conservé leur dallage, et celui-ci semble bien installé sur un hypocauste. De fait, dans l’angle Sud-Ouest de 4, une lacune du sol a révélé « une excavation qui ne semble pas due à un éboulement ». En réalité, les murs se poursuivent sous le dallage et sont enduits. Une fois de plus, nous sommes dans une suspensura, ce que confirme l’aménagement du bassin de 4 qui comporte « un canal dans son axe » : il s’agit très probablement du canal d’un four.

158Cette lecture est étayée par la nature de la pièce 5 : son sol actuel, qui n’est que le fond de l’hypocauste détruit, se trouve à 1,20 m sous le niveau du dallage 3-4-6-7. À l’Ouest, la bouche d’un foyer est parfaitement conservée.

159En revanche, toute l’aile septentrionale paraît avoir été conçue différemment. Rien n’indique que les dallages 6-7 aient été, eux aussi, sur hypocauste. La fonction de cet ensemble, de plan allongé, paraît avoir été essentiellement de desservir trois bassins de dimensions notables. En 7, ils mesurent 3,20 x 2,30 m et 3,55 × 3,40 m, ce dernier étant dallé. La piscine 6, particulièrement profonde, possède des parois couvertes de mosaïque.

160Ce que nous connaissons de ce bâtiment paraît donc associer étroitement une batterie de piscines destinées à permettre l’immersion des baigneurs dans l’eau thermale et des salles balnéaires usuelles, artificiellement chauffées. Il est regrettable que nous ne disposions pas de plus d’informations sur l’approvisionnement en eau. La source, située à proximité immédiate, était indubitablement utilisée, sans nul doute pour les trois bassins septentrionaux, peut-être aussi pour le « frigidarium » : de température peu élevée, elle pouvait se refroidir rapidement. Les fouilleurs supposent que, dans le secteur chauffé, l’eau provenait d’une autre source. C’est possible, mais rien ne le démontre.

161Dans l’état actuel de la documentation, la forme la plus achevée de cette fusion entre bains de source et thermes est indubitablement le bâtiment d’Ad Sava municipium (pl. LXXI). Dans ce cas, les caractéristiques des deux types d’installations sont totalement combinées. Le plan d’ensemble est celui de thermes, et les piscines du frigidarium paraissent avoir été alimentées en une eau non minérale. Le secteur chauffé se présente lui-même, au premier abord, de façon classique, avec ses foyers assurant un chauffage artificiel. Cependant, les bassins sont remplis par l’eau provenant de la source chaude curative. De plus, l’unique tepidarium est tout à fait particulier. Il n’est pas chauffé, même indirectement, la chaleur naturelle de l’eau suffisant à l’attiédir car il est muni de deux vastes piscines. La salle tiède devient ainsi, contrairement à l’usage, un lieu essentiel du parcours balnéaire : c’est là, entre le bain chaud et le bain froid, que le visiteur pouvait s’immerger dans l’eau curative qui lui était offerte dans son état quasiment naturel.

THERMES ASYMETRIQUES MAGHREBINS

162L’identification de l’édifice est suivie de sa datation; de la superficie du bloc balnéaire (en m2); de la nature de l’itinéraire, circulaire ou rétrograde, et du type de plan; du nombre de salles chauffées; des fusions de pièces chauffées éventuellement réalisées.

Notes

1 Il est fort regrettable que nous connaissions si mal les thermes de Tébessa, qui n’ont été que très partiellement mis au jour : Allote de la Füye, Note sur quelques découvertes archéologiques faites à Tébessa pendant les années 1886-87, dans RSC, 24, 1886-1887, p. 199-233. Il n’y a aucune raison de considérer cette salle en T, munie de trois piscines froides, comme un tepidarium, ainsi que le voudrait Maitrot, RSC 1911, p. 91.
Sur les thermes de Bir el Caïd, à proximité de Sousse, cf. L. Foucher, Thermes romains des environs d’Hadrumète, INAA, Notes et documents, n.s., 1, Tunis, 1958, p. 4-14. Le contexte du monument, très partiellement dégagé, est inconnu, mais les dimensions du frigidarium (12 × 7,30 m) ne permettent pas de conclure à un contexte privé. Sur la mosaïque de cette salle, semis de branchages entre lesquels apparaissent personnages et animaux, cf. G. Picard, RA 1960-1962, p. 23 : pas avant l’époque sévérienne.

2 Outre à Pompéi, ce lien apparaît aussi dans des constructions comme celle de Fiesole (Nielsen, C.58 : époque augustéenne) ou, en Occident, à Saint-Bertrand de Comminges (C.75, bains du forum, et C.76, bains Nord : fin ier-début iie siècle), à Glanum (C.100 : ier siècle), Augst (C.156 : milieu du ier siècle) et, peut-être, à Trèves où nous aurions la juxtaposition de deux solutions, la natatio étant liée à la palestre dans les thermes de Barbara (C.79 milieu iie siècle) et au frigidarium dans les thermes impériaux (C.81 : Constantin). Il faudrait aussi considérer les cas où la pièce d’eau, sans être intégrée à une palestre, se trouve néanmoins placée hors du bloc balnéaire : « bains du baptistère » à Rome (C.7 : époque sévérienne : ici pl. CLX-2), Aventicum (C.158 : 75-80), Hüfingen (C.163 : Vespasien) ou Carnuntum (C.195 : époque sévérienne).
En revanche, le catalogue d’I. Nielsen ne permet pas de repérer, en Orient, des solutions de ce type, quoique l’on puisse se poser des questions à propos des thermes de Ptolémaïs (C.330 : Constantin).

3 Lenoir, Thermes Nord, p. 216 sq.

4 Nous ne connaissons guère qu’un parallèle à ce type également de dimensions très restreintes (C.285, fig. 216 : de plan. Il s’agit des bains de Kôm Trougah, en Égypte, 170 m2). I. Nielsen y place vestiaire et unctoria.

5 Sur ces thermes de Sala, cf. Rebuffat, Thamusida II, p. 210 ; N. Khatib-Bougibar, BAM 1966, p. 549 ; M. Bekkari, BAM 1967, p. 660 ; Lenoir, Thermes Nord, p. 264.

6 Ce point de vue recoupe en partie celui de R. Rebuffat lorsqu’il propose de classer les thermes avant tout en fonction de l’itinéraire qu’ils offrent, les catégories ainsi créées conditionnant une classification selon le plan (Thamusida, II, p. 179-180). Notre position diffère cependant : nous persistons à penser que les deux questions, itinéraires et plans, sont intimement liées. C’est pourquoi nous proposons ici un schéma qui privilégie d’abord le plan (symétrique ou non), puis la circulation (rétrograde ou continue), puis revient au plan pour analyser les modalités selon lesquelles les types de parcours sont rendus possibles.

7 R. Rebuffat restreignait primitivement la définition du plan orthogonal au type 1 (Thamusida, II, p. 180), puis a élargi cette notion en intégrant les deux types (Vocabulaire, p. 7).

8 R. Rebuffat, qui n’étudie que les monuments marocains, classe (Thamusida, II, p. 180) parmi les bâtiments à plan circulaire et itinéraire rétrograde les thermes sous la maison à la citerne de Volubilis, qui correspondent à notre plan orthogonal de type 2. Il en va de même des grands thermes Ouest de Banasa. L’extension de la définition du plan orthogonal suffit à résoudre cette question.

9 Rentreront dans cette catégorie les bâtiments classés par R. Rebuffat dans les plans circulaires à itinéraire rétrograde et qui ne sont pas intégrables dans la catégorie des plans orthogonaux (note 8) : thermes du capitole à Volubilis, thermes Nord de Banasa.

10 Selon toute probabilité, il faut adjoindre aux thermes Regia (Ruines de Bulla Regia, p. 77-79). tunisiens de plan circulaire les thermes Nord-Est de BullaImage 2.jpg

11 Ainsi, sans doute, dans les thermes des Cyclopes de Thugga et ceux « de Gallien » à Volubilis, où deux bassins rectangulaires se font face. Mais aussi dans les thermes Est de Cuicul, avec probablement des pièces d’eau absidale et rectangulaire, tandis qu’elles sont toutes deux absidales dans l’Asclepieium de Lambèse.

12 Ainsi S. Stucchi (Piante, p. 178-179), qui fonde ce jugement sur quatre monuments africains !

13 La question a été récemment reprise dans Broise, Scheid, Balneum des frères arvales, p. 117-119, ces auteurs étant confrontés à des thermes semi-symétriques dextrogyres (pl. II et CLX-4). Pour expliquer un tel choix, ils invoquent les conditions topographiques qui ont contraint les constructeurs à ne pas tenir compte de superstitions qui s’ancreraient peut-être dans un précepte pythagoricien.
Le problème ne mérite pas tant d’efforts, car il n’est qu’un faux problème : comme nous allons le voir, les constructeurs choisissent entre les deux solutions qui s’offrent à eux, sans doute pour des raisons architecturales et en ne tenant nul compte de préceptes superstitieux. On notera d’ailleurs que, contrairement à ce qui est écrit p. 119, un itinéraire circulaire n’implique nullement que l’on ressorte par une porte différente de celle par laquelle on est entré. Dans la plupart des cas, le tepidarium étant unique, on utilise deux fois la même baie de circulation. Il est clair que l’architecture thermale publique s’attache à régler des problèmes fonctionnels et esthétiques, non à créer un cheminement régi par la superstition. De manière tout à fait accessoire, on remarquera que la note 64 de la page 120, qui décrit la transformation, dans les thermes d’été de Thuburbo Maius, d’un itinéraire rétrograde originel en itinéraire circulaire se réclame indûment des analyses d’A. Lézine et ne correspond pas aux données du terrain.
Les thermes asymétriques à itinéraire circulaire, étudiés ci-dessous, confirment totalement cette indifférence au sens giratoire. À Ostie, sur deux bâtiments, l’un est dextrogyre, l’autre sinistrogyre mais l’itinéraire y fut très probablement inversé à la suite d’un remaniement. En Afrique, le nombre de bâtiments dextrogyres est à peine inférieur à celui des édifices sinistrogyres, est même identique dans les provinces orientales et, bien plus, l’emporte dans le cadre de l’architecture privée.

14 Fusion I-V : nos 12, 33. Fusion II-III : n°s 14, 19, 28, 29.

15 Nos 6, 17, 18, 31, 34, 37 et 46.

16 Comme pour les thermes asymétriques linéaires, les bassins, de plan rectangulaire ou absidal, les deux dessins étant souvent associes, sont disposes orthogonalement, face a face ou encore cote a cote, parti rare et original, il est vrai adopte dans de petites constructions (nos 4 et 14).

17 D’après l’analyse d’I. Nielsen, dans le Latium, on note C.33 (Castel Porziano), auquel il faut ajouter éventuellement C.25, à savoir les thermes de Porta marina, à Ostie, dont le rattachement au groupe semi-symétrique est très discutable. En Campanie, C.34 (Agnano), peut-être C.37 (Fuorigrotta). En Lucanie, C.51 (Velia, grands thermes de Porta marina). Dans le Samnium, C.53 (Chieti), auxquels on ajoutera les bains de Tivoli C.55 et C.56, indûment classés parmi les plans semi-symétriques.

18 Peut-être C.87 (Alésia), C.98 (Fréjus) et C.102 (Vienne).

19 C.107 (Italica, bains orientaux), C.108 (Italica, bains de la reine, s’ils ne doivent pas être classés parmi les monuments semi-symétriques), C.119 (Mirobriga).

20 Peut-être C.134 (Tharros), C.135 (Porto Torres, que nous ne classons pas parmi les bains semi-symétriques : cf. ci-dessus, p. 322, note 13).

21 C.139 (Chesters), peut-être C.145 (Leicester, où les circulations ne sont plus reconnaissables) et C.170 (Heddernheim).

22 Hormis les deux pôles étudiés par la suite, et en reprenant le découpage géographique adopté par I. Nielsen, on peut retenir les constructions suivantes. Égypte :
C.285 (Kôm Trougah ; en revanche C.284, Kôm el-Dosheh, doit plutôt être classé parmi les thermes semi-symétriques). Chypre : C.324 (Salamis, qui ne relève en rien du type impérial). Cyrénaïque : C.327 (Cyrène). Judée-Palestine : C.339 (Gadara) et peut-être C.345 (Machaerus). Mésopotamie : C.361, 362 et 363 (Doura-Europos, bains C3, E3 et M7). Mésie inférieure : C.366 et peut-être 367 (Histria, bains I et II). Syrie : C.378 (Neocaesarea), C.384 (Sha’arah). En revanche, il faut rejeter C.385, Sergilla, dont la lecture avancée par I. Nielsen n’entretient aucun rapport avec le réel. Sur ce bâtiment, il faut se référer à la publication de G. Charpentier, Les bains de Sergilla, dans Syria, 71, 1994, p. 113-142. Cet auteur a, lui, travaillé sur le terrain, et il en résulte que le caldarium d’I. Nielsen est, en réalité, un frigidarium, ses tepidaria soit un local froid, soit une étuve et un caldarium dont l’articulation n’a pas été vue, son sudatorium un tepidarium et son vestiaire un praefurnium. Dès lors, le pseudo-plan circulaire devient en réalité un plan de type linéaire.

23 C.263 (Délos), C.265 (gymnase de Delphes), C.267 (Épidaure, bâtiment sur lequel nous revenons ci-dessous), C.268 (Isthmia, bains du sanctuaire de Poséidon), apparemment C.269 (Marathon : édifice peu compréhensible dans l’état actuel de la documentation mais qui ne paraît guère pouvoir être classé parmi les bâtiments semi-symétriques), C.272 (Olympie, Bains de Kladéos) et peut-être C.273 (Olympie, bains Est, section orientale). Macédoine : C.353 (Buthrotum).

24 I. Nielsen (C.267 et fig. 212 = ici pl. CLXIV-2) qualifie le plan de l’édifice de « double ring type (asymmetric) ». Cette idée repose sur l’identification de deux circuits, l’un dextrogyre, l’autre sinistrogyre, passant par deux caldaria d’ampleur inégale. En réalité, seul le plus vaste, situé à l’Est, est la salle des bains chauds originelle, celui situé à l’Ouest ayant été transformé à une époque tardive, avec la création des deux bassins actuellement visibles. Juxtaposer sur le même plan des états successifs aboutit à l’invention de deux caldaria qui, en fait, n’ont jamais fonctionné ensemble.
F. Yegül (The Roman baths at Isthmia in their Mediterranean context, dans JRA, sup. ser., 8, 1993, en particulier p. 108) se contente d’identifier le caldarium et le tepidarium de sortie et de numéroter les autres salles chauffées, en omettant le tepidarium d’entrée (pl. CLXIV-1).

25 Asie : sans doute C.291 (Aizanoi), C.296 (Éphèse, bains de Varius), C.299 (Éphèse, bains de l’agora), C.306 (Milet, bains de Faustine), C.313 (Samos). Lycie-Pamphylie : peut-être C.351 (Tlos, bains A), C.369 (Aspendos, grands bains), C.373 (Sidé, bains de l’agora). Cilicie : C.316, 317, 318 (Anemurium, bains III 2B, II 11B et II 7A), peut-être C.320 (Antiochia ad Cragum, bains I 12A), peut-être C.321 (Iotape, bains 5B), C.322 (Syedra, bains II 1A).

26 Les grands thermes de Corinthe étaient peut-être, dans leur premier état, de plan symétrique, mais leur dégagement est bien trop partiel pour pouvoir l’affirmer (C.261, fig. 210).

27 I. Nielsen (C.18) range ce bâtiment dans le « angular row type » : ce jugement est infondé et ne correspond pas à son plan (fig. 64) qui, lui-même, ne restitue partiellement que le second état.

28 Il n’y a donc jamais eu deux caldaria se faisant suite (contra Nielsen, fig. 66). Ce remaniement doit sans doute être attribué à une tranche de travaux réalisés fin iiie début ive siècle.
Sur les campagnes successives de travaux dans les thermes de Neptune, cf. T. Heres, Una ricerca sulla storia edilizia delle terme di Nettuno ad Ostia antica (II, 4, 2) nel periodo post-adrianeo, dans Mededelingen van het Nederlands Instituut te Rome, 40, 1978, p. 93-112 : l’auteur y détaille les travaux dont est l’objet, sous Dioclétien et Constantin, la partie terminale du secteur chauffé. En ce qui concerne la construction du bâtiment, on notera qu’il développe l’idée d’une véritable reconstruction sous Hadrien, le bâtiment de l’époque de Domitien étant rasé (p. 100). Inversement, F. Zevi, à la suite de fouilles, souligne que le plan domitianéen fut conservé (FA, 18-19, 1963-1964, n. 7429) : les thermes d’Hadrien, reprenant avec précision le plan flavien, ne sont qu’une réfection avec, sans doute, le remploi de nombreux éléments architectoniques (FA, 22, 1967, n. 5002).

29 Le bâtiment a été profondément remanié à époque tardive. La restitution de l’état originel a cependant été proposée, de façon convaincante, par I. Nielsen et T. Schioler, The water system in the baths of Mithras in Ostia, dans Analecta romana Instituti danici, 9, 1980, p. 149159, en particulier p. 150-151 et fig. 3.

30 L’ampleur des remaniements et l’état des vestiges rend leur examen difficile, mais cf. Nielsen C.17 et fig. 63, avec bibliographie.

31 Il faut se référer à J. S. Boersma, Amoenissima civitas. Block V.2 at Ostia, Assan, 1985. On notera cependant que le caldarium, outre la chaudière disposée dans un angle du couloir de service, ne dispose que de deux foyers placés chacun sous un des alvei. Selon toute probabilité, le second four restitué sous le bassin absidal, décentré vers l’Est, n’est qu’une chatière.

32 Sur ces thermes, cf. C. Panella, M. Medri, Le terme del Nuotatore ad Ostia Antica, dans Quaderni de « La ricerca scientifica », 112, 1985, p. 303-316. L’identification des pièces chauffées prête cependant à discussion.

33 I. Nielsen (respectivement C.23, 26 et 16), considère ces trois édifices comme relevant de l’« angular row type ». Ce jugement ne repose sur rien.

34 Les trois plus grands édifices balnéaires d’Ostie Pieux ; thermes de Porta marina probablement dus à l’iniportent la marque de l’intervention impériale directe tiative de Trajan) ou indirecte (thermes du forum dus à la (thermes de Neptune pour lesquels Hadrien verse deux munificence de Gavius Maximus, préfet du prétoire penmillions de sesterces, somme complétée par Antonin le dant presque toute la durée du règne d’Antonin).

35 Sur cette villa, cf. F. Coarelli, M. Torelli, Sicilia, Guide archeologiche Laterza, 1984, p. 172-188, et, en dernier lieu parmi les études importantes, A. Carandini, A. Ricci, M. de Vos, Filosofiana. La villa di Piazza Armerina, Palerme, 1982, avec bibliographie. Sur l’usage fréquent de tubes de coffrage dans la construction, cf. en particulier p. 107-108. La publication fournit une description précise des thermes. Toutefois, il nous semble totalement exclu d’interpréter la pièce II comme un caldarium doublant l’autre salle des bains chauds, dispositif servant à séparer les hommes des femmes (p. 367). La totalité du bâtiment balnéaire forme clairement un ensemble unitaire.

36 À Bulla Regia, vingt-trois maisons ont été concernées par des dégagements (Y. Thébert, Architecture domestique de Bulla Regia, DÉS, Paris, 1966 ; Ruines de Bulla Regia). Certaines sont trop modestes pour qu’elles puissent avoir été dotées de bains (n°s 12 et 13). Beaucoup sont trop incomplètement fouillées pour que l’on puisse savoir si elles possédaient ou non des thermes. C’est le cas de treize demeures : n°s 1, 2, 3, 4, 5, 7, 9, 10, 11, 14, 15, maisons du trésor et du paon.
Le cas le plus intéressant est donc celui de l’insula de la chasse, qui a été entièrement fouillée. Dans son ultime grand état, du ive-ve siècle, elle est occupée par deux do-mus, la plus vaste, celle de la chasse, étant équipée de bains, l’autre, celle de la nouvelle chasse, en étant dépourvue : hormis les petites habitations 12 et 13, c’est la seule demeure dont on puisse affirmer qu’elle ne possédait pas de bain.
Surtout, on est frappé par le nombre de maisons dont la fouille partielle a cependant démontré la présence, certaine ou probable, d’installations balnéaires :
– Maison de Diane : malgré les hésitations de Ruines de Bulla Regia (p. 32-33), il s’agit d’une demeure dont les thermes privés, mal connus, doivent certainement leur installation à un remaniement tardif (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 372).
– Maison de la pêche (Ruines de Bulla Regia, p. 71 et fig. 59, p. 67).
– Maison d’Amphitrite : des bains ont été mis en évidence lors de recherches inédites entreprises dans les années 1970. Ils correspondent à un état tardif de la demeure.
– Maison n° 8 (Ruines de Bulla Regia, p. 80 et fig. 76).
– Maison n° 5 (Thébert, DÉS, p. 133). À la limite du secteur fouillé, deux pièces sur hypocaustes paraissent avoir fait partie de thermes incomplètement dégagés.
– Maison n° 6 = « Thermes à l’Est du théâtre » dans Ruines de Bulla Regia, p. 100. Cette fois encore, ce dernier ouvrage s’est montré frileux quant à l’identification d’une demeure avec bains privés, ce que les dimensions du frigidarium imposaient pourtant (Thébert, DÉS, p. 174). Des fouilles, inédites, entreprises dans les années 1970, ont démontré que la vaste pièce munie d’une abside n’était nullement un caldarium, qui eût été disproportionné, mais simplement une salle de la maison. Les installations balnéaires repérées n’appartiennent donc pas à un édifice thermal autonome, mais à une domus.
– Thermes des Venantiorum : bien que le contexte de cette installation soit totalement inconnu, on peut penser qu’il s’agit, étant donné ses dimensions, d’un aménagement privé (Ruines de Bulla Regia, p. 77 et fig. 74, p. 78). Cette ambiance est confirmée par l’inscription mosaïquée (ici n° 14). Le fait que les propriétaires soient désignés par un cognomen utilisé comme signum impose une datation tardive.

37 Nous avons abordé une analyse de cette question, essentielle pour saisir la nature de l’espace urbain, dans Vie privée, p. 325-332. L’histoire de l’insula de la chasse, à Bulla Regia, nous paraît exemplaire, car il s’agit d’un cas tout à fait exceptionnel où, grâce à des fouilles encore inédites, nous pouvons suivre l’histoire d’un îlot urbain à travers les siècles, de la première occupation des lieux à l’organisation d’un espace urbain strictement géométrique durant l’époque hellénistique et au démantèlement de ce dernier au cours de l’époque byzantine pour laisser place à des formes moins organisées. Ce qui nous intéresse ici est la période intermédiaire où la quête de l’espace se traduit par des fusions successives des lots hellénistiques, la construction d’étages souterrains, des empiétements coordonnés sur les rues, visiblement en accord avec les autorités, jusqu’à ce que le propriétaire de la maison de la chasse tente d’implanter un bassin de ses thermes aux dépens de la voie publique. La façon dont cette piscine est arasée et soigneusement comblée démontre et l’aspect sauvage de cette opération et la vigueur des autorités municipales, capables, à une date pour le moins fort avancée dans le ive siècle, d’une réaction énergique.

38 A. Lezine a attire l’attention sur cette question (Architecture romaine, p. 93-98), en analysant le cas de Thuburbo Maius. Dans cette même cite, cf. aussi la notice sur la maison aux communs.

39 Nous prenons en considération la totalité de l’espace affecte aux thermes, y compris les bassins, les espaces de service, les palestres et l’ensemble des pièces qui s’y rattachent de façon exclusive ou préférentielle. Ces chiffres peuvent donc être quelque peu décales par rapport a la notion de bloc balnéaire utilisée dans le catalogue.

40 Nous ne prenons pas en compte Utique ou la ruine du secteur chauffe est telle que l’on ne peut exclure que des locaux aient complètement disparu.

41 On notera le cas des thermes d’Althiburos ou une petite pièce partiellement chauffée est séparée des trois locaux du circuit chaud par le frigidarium : il faut peut-être y voir un unctorium (cf. la notice).

42 Cette conclusion est renforcée par la fouille, actuellement en cours, des bains d’une demeure de Volubilis, au Nord-Ouest du palais de Gordien, au-delà de la « caserne ». Ils comprennent trois salles chauffées (I-V, chauffage indirect; II-III : un foyer; IV : bassin sur un foyer avec chaudière) disposées selon un plan en baïonnette = plan a double virage, type 2.

43 Rebuffat, Thamusida, II, p. 180.

44 Maison de la pêche (Ruines de Bulla Regia, fig. 59, p. 67) et maison n° 6 (ibid., fig. 98, p. 101). L’irrégularité de ces réalisations, surtout de la seconde, n’enlève rien à leur signification, au contraire pourrait-on même dire : malgré les difficultés, le propriétaire s’attache à introduire dans sa demeure des thèmes architecturaux qui relèvent du domaine public.

45 On peut aussi citer la description d’un bain, sans doute privé, de Carthage : C. Saumagne, BAC 1925, p. XCVI-XCVIII. Le frigidarium (4,40 × 4,40 m) comporte deux absides sur un de ses côtés et, en face, une piscine quadrifoliée dont le dessin est encore compliqué par la présence de trois niches.

46 E. Marec, Hippone la Royale, Alger, 2e éd., 1954, p. 127, plan du « quartier des villas », bassins chauds n° 11.

47 L. Foucher, Découvertes archéologiques à Thysdrus en 1960, Institut d’archéologie, Notes et documents, n.s., 4, Tunis, s.d., p. 34 et plan V, p. 35. La pièce, dont les axes semblent mesurer un peu moins de 4 m, est équipée d’un foyer et de doubles-parois.

48 La maison aux communs, de Thuburbo Maius, constitue un cas tout à fait spécifique. Si l’installation septentrionale correspond bien à une frigida lavatio ou à un simple bain chaud par immersion, nous aurions une version sommaire de bain domestique de la première moitié du iiie siècle, c’est-à-dire du moment où, après la rupture postérieure à l’époque hellénistique, ce type d’installation s’introduit de nouveau dans la sphère privée.

49 La liste proposée par H. Jouffroy (Les Aquae africaines, dans Les eaux thermales et les cultes des eaux, Actes du colloque d’Aix-les Bains, 28-30 sept. 1990, dans Caesarodunum, 26, 1992, p. 87-99) reste dérisoire : elle ne répertorie que 23 sites pour l’ensemble du Maghreb. Il aurait au moins fallu dépouiller systématiquement les publications et les notices des atlas archéologiques.
Par exemple, rien que dans les environs de Bulla Regia (cartes AAT Ghardimaou et Jendouba), les seules recherches de L. Carton permettent de montrer la fréquence avec laquelle la moindre source d’eau chaude était exploitée dans un but balnéaire :
– Ad Aquas (Hammam Ali Daoua ; AAT, f. Ghardimaou, n° 5). L. Carton, Étude sur les travaux hydrauliques des Romains en Tunisie, extrait de la RT, Tunis, 1897, p. 84. Sur la table de Peutinger, cette station, située immédiatement à l’Ouest de Thuburnica, est indiquée par la vignette des eaux thermales, c’est-à-dire par un espace quadrangulaire entouré de structures couvertes (sur ces vignettes et leur possible interprétation, cf. S. Annalina et M. Levi, Itineraria picta, Rome, 1967, p. 85-90).
– Hammam Oued Meliz (AAT, f. Ghardimaou, n° 103 ou un peu plus au Sud, dans la vallée du Meliz). Carton, Travaux hydrauliques, p. 84.
– Peut-être Aïn Sefra (AAT, f. Jendouba, à proximité du n° 31) où, près d’eaux fortement minéralisées, des ruines très effacées pourraient être les restes de bains antiques. Carton, Travaux hydrauliques, p. 76.
– Hammam Biada (AAT, f. Jendouba, n° 38). Carton, Travaux hydrauliques, p. 75. Un captage de source est encore parfaitement conservé. Il alimente une grande piscine, longue de près de 7 m, flanquée de deux bassins plus restreints (4,70 m), le tout, avec des locaux annexes, s’inscrivant dans un carré d’une quinzaine de mètres de côté. Une inscription mentionne l’offrande de deux statues d’Esculape. Elle nous donne le nom du site, Aquae Aptuccensium, les Eaux d’Aptucca (A. Beschaouch, BAC 1974-1975, p. 193).

50 Dans la vallée de l’oued Mellegue, à l’Ouest du Kef, à la même latitude que cette ville. Une piscine est encore en fonction : l’eau s’y écoule par deux têtes de lion en pierre soutenant une guirlande qui court sur toute la paroi du fond. Le bassin occupe toute la superficie de la pièce, voûtée en berceau : il s’agit, sans aucun doute, d’un des sites tunisiens où l’on ressent le mieux une ambiance balnéaire antique. Il est rapidement mentionné dans G. Picard, BAC 1946-1949, p. 123.

51 J. Marty, L. Rouyer, Notes archéologiques sur Hammam-Meskoutine et ses environs, dans RSC, 26, 1890-1891, p. 203-232 : « Le nombre des bassins que nous avons trouvés... est vraiment prodigieux » (p. 212). AAAlg, f. 9, Bône, n° 144. Bien évidemment, cette multiplication des piscines n’est pas propre à l’Afrique et se retrouve dans tous les complexes balnéaires liés à des sources : cf., par exemple, Y. Hirschfeld, The Roman baths of Hammat Gader, Jérusalem, 1997.

52 R. Rebuffat, Thamusida, II, p. 204 : bibliographie à laquelle on ajoutera M. Ponsich, Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris, 1970, p. 302-315. Une grande partie des vestiges autrefois mis au jour est, aujourd’hui, de nouveau ensevelie.

53 Youks-les-Bains, aujourd’hui Hammamet ; AAlg, f. 28, Aïn Beida, n° 253. Sur le dégagement des années 19311932, cf. M. Féraud, A. Truillot, Les bains de Seleucus, dans Rev. afric., 81, 1937, p. 455-473. Les deux auteurs n’ont pas compris grand-chose aux résultats de leur fouille, et n’ont pas conduit cette dernière de manière à éclaircir les problèmes auxquels ils se heurtaient. Cependant, leur rapport, relativement détaillé et accompagné de plusieurs documents graphiques, permet de proposer, de manière souvent hypothétique, une interprétation des vestiges.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540