Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Quatrième partie. Architectures thermales africaines

Chapitre II. Thermes de plan semi-symétrique

Texte intégral

1Au sein de l’architecture thermale maghrébine, un deuxième groupe d’édifices se distingue clairement. Il dérive du premier, les bains de type impérial, dont il adopte des principes essentiels. Dans la plupart des cas, il rassemble d’ailleurs des constructions d’une ampleur certaine. Si ce groupe a été repéré depuis longtemps, il est cependant indispensable, afin de tenter d’en analyser toute la signification, de donner une définition stricte du modèle et des variantes qu’il tolère.

2Un premier flottement se situe au niveau même du vocabulaire. Le mot « semi-symétrique » nous semble être le meilleur dans la mesure où il explicite précisément la nature de ces édifices, composés d’une partie symétrique et d’une autre qui, au contraire, ne l’est pas. Dans la mesure aussi où il fait écho au plan symétrique de type impérial : à notre avis, il n’en est qu’une copie partielle, limitée au secteur froid, le secteur chauffé s’inspirant des recherches « impériales » sans les reproduire sous leur forme originelle.

  • 1 C’est l’expression utilisée, entre autres, par R. Thouvenot et A. Luquet (Les thermes de Banasa, da (...)

3En revanche, l’expression de plan semi-axial, souvent utilisée, se justifie si l’on fait référence à l’axe de symétrie du type impérial, que l’on retrouve dans la partie froide mais qui ne se prolonge pas dans les salles chauffées. Elle présente cependant l’inconvénient majeur de se trouver faussement en parallèle avec l’appellation de plan axial (ou linéaire) qui recouvre un parti architectural complètement différent puisqu’elle sert à désigner la disposition sur un même axe du frigidarium et des salles chauffées. L’expression est donc source d’imprécision et de confusion1.

4Un des meilleurs moyens de lever ces ambiguïtés, outre le choix d’un vocabulaire simple et précis, est de définir strictement la nature des bâtiments qui sont susceptibles d’être classés dans la catégorie des thermes semi-symétriques. En effet, le flou du vocabulaire a des conséquences directes sur la façon dont les différents auteurs ont élaboré la liste des bâtiments relevant de ce type. Or, dresser cette liste de façon cohérente est la seule méthode qui permette de saisir la nature et la signification de la catégorie de monuments ainsi délimitée.

5Si nous voulons éviter de regrouper des constructions excessivement disparates, ce qui rendrait leur lecture impossible, il nous faut préciser les critères retenus. Nous considérons que le secteur froid est le lieu où doit s’élaborer une discrimination précise. C’est en effet là que s’opère l’imitation des thermes de type impérial qui définit fondamentalement la spécificité de la catégorie semi-symétrique. Il apparaît donc impossible de se contenter d’un frigidarium rigoureusement construit et aligné sur un autre élément, salle ou palestre, lui-même en position axiale. Il faut, au contraire, retrouver, de part et d’autre d’un axe matérialisé en particulier par la salle des bains froids, un véritable dédoublement des pièces qui constituent cette partie des thermes.

  • 2 Nielsen, Thermae, C.55, fig. 84.

6À ce niveau, la distinction que nous avons proposée entre semi-symétrique et semi-axial prend toute sa signification. L’exemple des petits thermes de la villa d’Hadrien, à Tivoli (pl. XXVI), illustre parfaitement cette démarche. Le bâtiment est classé, par I. Nielsen, parmi les édifices semi-symétriques2. Or, hormis un frigidarium composé symétriquement et aligné sur un vaste espace qui peut avoir fait fonction de palestre, rien ne justifie une telle opinion. En particulier, on ne constate aucun dédoublement d’un quelconque local. Ce secteur froid se caractérise par un principe axial, non par une composition symétrique qui ne concerne, au mieux, que la structure d’une salle qui n’organise rien autour d’elle. À notre avis, il faut exclure ce bâtiment de la catégorie considérée.

  • 3 Cf. aussi Nielsen, Thermae, p. 47.

7Le secteur chauffé pose une question de nature différente. C’est, en effet, sa distribution qui fait que le plan n’est que semi-symétrique. Dans la plupart des cas, il est disposé en fonction d’un plan circulaire qui permet au baigneur de le parcourir en suivant un itinéraire continu qui lui évite d’avoir à revenir sur ses pas. D’une certaine manière, une telle disposition rationnelle est aussi un emprunt au type impérial : de fait, elle ne semble pas être connue avant les grands thermes de Néron3. Ces derniers ne constituent donc pas seulement la tête de série des bains de type impérial, mais sont aussi à l’origine d’une mutation de toute l’architecture thermale qui, à côté des édifices à itinéraire rétrograde, s’enrichit désormais de monuments où la disposition en anneau des pièces chauffées permet une circulation continue, à l’image partielle des grandes réalisations de l’Urbs.

  • 4 Par exemple Nielsen C.72 (Drevant) ou C.95 (Verdes). I. Nielsen utilise aussi la catégorie d’axial (...)

8Peut-on envisager que le secteur chauffé de thermes semi-symétriques soit disposé en fonction d’un plan linéaire ou orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde ? I. Nielsen l’exclut, comme le démontre le vocabulaire qu’elle utilise : half-axial ring type. Cette position a l’avantage de permettre une distinction claire avec l’axial symmetrical row type où la stricte disposition en ligne de salles chauffées, elles-mêmes symétriquement composées et s’articulant avec un secteur froid souvent construit de façon équilibrée, peut faire penser à l’utilisation du grand modèle impérial simplifié dans sa partie chaude4.

  • 5 Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 401.

9Nous croyons cependant qu’il n’est pas nécessaire d’exiger la présence de salles chaudes disposées selon un plan circulaire. L’opposition entre un secteur froid, véritablement symétrique et un secteur chaud qui ne l’est pas nous paraît un critère à la fois nécessaire et suffisant5. Cela dit, il est évident que l’analyse doit prendre en considération la façon dont est conçu l’ensemble de l’édifice. Au demeurant, dans ces problèmes toujours délicats de classification, il faut souligner que cette question de l’organisation du secteur chauffé ne concerne qu’un très petit nombre de constructions, l’immense majorité étant dotée d’un itinéraire chauffé continu.

I–THERMES SEMI-SYMÉTRIQUES AFRICAINS

10Sur la base de cette première approche, nous pouvons tenter de dresser la liste des monuments africains qui relèvent de cette catégorie. Notre démarche revient à réviser cet inventaire par rapport aux études antérieures, et d’abord à exclure certains édifices où le choix d’un parti axial plus ou moins affirmé ne saurait être confondu avec une composition symétrique impliquant des dédoublements de locaux de part et d’autre de cet axe :

    • 6 Classés dans les thermes semi-symétriques par I. Nielsen, C.232, et F. Yegül, Baths and bathing, p. (...)

    Hippo Regius, grands thermes Nord (pl. LXXXIV)6. La stricte composition du frigidarium, l’existence d’un axe passant par ce dernier et sur lequel s’alignent une grande palestre et le caldarium, signalent un souci affirmé d’organiser la composition d’ensemble. Ces caractéristiques sont insuffisantes pour que l’on retrouve un écho précis des bâtiments de type impérial : la symétrie reste interne à la composition de quelques salles, elle n’organise pas la disposition générale de l’édifice.

    • 7 Classés dans les thermes semi-symétriques par P. Romanelli, Topografia, p. 184, et F. Yegül, ibid., (...)

    Madauros, grands thermes (pl. XC-XCI)7. L’alignement, sensiblement sur le même axe, de trois salles froides ne constitue pas un choix architectural suffisant, d’autant plus que le frigidarium présente une organisation interne asymétrique.

    • 8 Classés dans les thermes semi-symétriques par F. Yegül, ibid., p. 222-230.

    Thuburbo Maius, thermes d’été (pl. LVIII-LIX)8. Hormis, dans le premier état, la composition symétrique du frigidarium, rien n’évoque un plan semi-symétrique.

    • 9 Classés dans les thermes semi-symétriques par S. Stucchi, ibid., p. 183, I. Nielsen, C.239, et F. Y (...)

    Thamugadi, grands thermes Sud (pl. CVICVII)9. Aucun argument ne permet d’envisager le classement de cet édifice dans la catégorie qui nous intéresse.

11En revanche, on peut retenir un certain nombre des monuments habituellement cités et même compléter la liste (la superficie mentionnée est celle du bloc balnéaire : pl. CLIX) :

    • 10 Picard, Maison d’or, p. 64-67. L’architecture est très mal conservée. Le bloc balnéaire occupe un r (...)

    Peut-être Acholla, thermes du Nord10. Hadrien. Environ 1 500 m2. Les murs ont été presque tous détruits et le plan n’est plus guère lisible qu’à l’aide du décor mosaïqué. Le secteur froid paraît cependant assez rigoureusement construit, avec un dédoublement de locaux de part et d’autre d’un axe passant par le frigidarium, de plan symétrique, et la natatio. Ce que nous connaissons du secteur chauffé est relégué dans un angle de l’édifice : l’itinéraire du baigneur y est inconnu.

  • Bulla Regia, thermes memmiens. 220-240. Environ 2 800 m2 (pl. XXXIV). Stricte symétrie du secteur froid et disposition circulaire des salles chauffées.

  • Gigthis, thermes à la palestre. Datation inconnue. Environ 2 500 m2 (pl. XXXVIII). Le frigidarium, rigoureusement composé, sert de point de référence à la distribution symétrique de plusieurs locaux. Le secteur chauffé est de plan circulaire.

  • Thaenae, grands thermes. Datation inconnue. Environ 1 100 m2 (pl. LI). Autour du frigidarium, strictement composé et placé en position centrale, des locaux sont organisés en fonction d’un parti symétrique que les irrégularités du plan ne parviennent pas à masquer. Le secteur chauffé est de plan circulaire.

  • Thignica, thermes Sud-Est. Datation inconnue. Environ 2 200-2 500 m2 (pl. LVI). Tout ce que nous connaissons du secteur froid est rigoureusement dédoublé et disposé symétriquement de part et d’autre d’un axe marqué par le frigidarium. Le secteur chauffé est de plan circulaire.

  • Thysdrus, grands thermes. Date inconnue. Environ 2 300 m2 (pl. LXVI-LXVII). Dédoublement et disposition symétrique des salles de part et d’autre du frigidarium caractérisent le secteur froid. Dans le secteur chauffé, les deux itinéraires sont continus.

  • Madauros, petits thermes. Époque sévérienne ? Environ 900 m2 (pl. XCII). L’aile occidentale se développe incomplètement, mais le frigidarium, parfaitement équilibré, guide la ventilation de plusieurs salles. Le secteur chauffé est de plan circulaire.

  • Thubursicu Numidarum, thermes du forum. Date inconnue. Environ 2 000 m2 (pl. XCVI). Il s’agit d’un cas limite car, si l’axe est fortement marqué par les deux plus vastes salles, frigidarium et gymnase, les locaux qui sont placés de part et d’autre sont fort réduits. L’ensemble démontre cependant une nette volonté d’organisation symétrique. Le secteur chauffé est sur plan circulaire.

    • 11 I. Nielsen, C.124, classe le bâtiment dans la catégorie axial half-symmetric row type. Cela ne rend (...)

    Zilil. Époque flavienne. Environ 1 000 m2 (pl. CXXVI). La date du bâtiment et ses dimensions restreintes rendent compte de certaines particularités : nombre limité des salles répondant au principe de symétrie ; secteur chauffé de plan orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde. Cependant, il nous semble nécessaire de prendre cet édifice en considération. Le principe qui anime la composition du frigidarium et les deux grandes salles qui flanquent ce dernier montrent l’existence de choix qui relèvent, même sous une forme réduite, de l’esprit qui se développera par la suite dans le cadre de l’épanouissement des plans semi-symétriques11.

    • 12 I. Nielsen, C.227, classe cette construction dans la catégorie axial half-symmetric row type. Mêmes (...)

    Oued Athmenia, bains de Pompeianus. Bas-Empire (fin ive-début ve siècle ?). Environ 750 m2 (pl. XCIII). Ces bains doivent être placés à part, d’abord parce qu’ils relèvent de la sphère privée, ensuite parce que, si le principe d’une composition de type symétrique organise largement le secteur froid, la partie chauffée est, quant à elle, disposée en fonction d’un plan orthogonal à itinéraire rétrograde12.

12Cette liste permet déjà de dégager quelques conclusions, d’ordre chronologique et géographique.

  • 13 I. Nielsen (C.135) classe les thermes du centre de Porto Torres, en Sardaigne (Turris Libisonis), d (...)
  • 14 Contra Stucchi, ibid., p. 185 qui souligne, au contraire, le décalage chronologique existant entre (...)

13D’un point de vue chronologique, force est de constater que ce type de bâtiment est particulièrement mal daté. Dans la moitié des cas, aucun argument sérieux ne saurait fonder ne serait-ce qu’une hypothèse. Nous pouvons cependant noter la longue utilisation de ce modèle. On y recourt à Zilil dès l’époque flavienne. C’est, à notre connaissance, l’exemple le plus ancien du monde romain. Même si le parti semi-symétrique n’organise qu’une partie de la construction, au demeurant de dimensions modestes, et se combine avec un secteur chauffé dont le plan n’est pas circulaire, nous ne connaissons pas d’autre monument qui, au ier siècle, présente une telle volonté d’organiser ses principales salles froides en fonction du principe de symétrie13. Le cas d’Acholla, s’il doit être accepté, montrerait un parallélisme chronologique entre la diffusion de ce modèle et celle du type impérial, ce que confirme la place de l’époque sévérienne dans les rares cas où nous disposons d’une datation ferme ou relevant d’une hypothèse raisonnable14.

  • 15 Gigthis est en Tripolitaine, mais à proximité immédiate de la Byzacène.

14Ce parallélisme se retrouve d’ailleurs au niveau géographique. Moins nombreux que les thermes de type impérial, les bains semi-symétriques connaissent une distribution semblable à celle de ces derniers, mais qui en accentue encore les caractéristiques. Si nous laissons de côté les cas spécifiques de Zilil et Oued Athmenia, toutes les constructions semisymétriques connues sont en Proconsulaire ou Byzacène15. Il existe un lien spatial très étroit entre le strict cœur politique et économique du Maghreb et ce type d’édifices.

II–ANALYSE DES MONUMENTS

A) Secteur froid : emprunts au modèle impérial et innovations

15Le secteur froid de ces bâtiments démontre qu’ils dérivent du modèle impérial non seulement par le recours au principe général du dédoublement de certaines salles de part et d’autre d’un axe de symétrie, mais encore par l’utilisation de formules ponctuelles qui découlent d’une réflexion sur les réalisations de type impérial.

1) Frigidarium

16Comme dans les thermes impériaux, la salle des bains froids occupe une position centrale au sein non seulement du secteur froid, mais aussi de l’ensemble de la construction.

17L’organisation interne de cette pièce s’inspire aussi directement des réalisations africaines symétriques. Le plus souvent, elle est de plan rectangulaire et couverte par une voûte d’arête centrale flanquée de deux berceaux. Cette solution est attestée de façon certaine à Acholla et Bulla Regia, comme elle l’est dans les thermes impériaux de Maktar, Thelepte ou encore Caesarea. Surtout, on constate la reprise systématique d’une invention de l’architecture thermale africaine de type impérial, à savoir les deux piscines froides disposées sur les petits côtés et flanquées de locaux assurant les communications avec les autres parties du bâtiment : Bulla Regia, Gigthis, Thysdrus, Madauros, et même Thignica et Thubursicu Numidarum qui présentent des variantes de ce choix architectural.

18Dans la plupart des cas, le nombre de bassins du frigidarium se limite à ces deux piscines, ce qui est en revanche une option rarissime dans les thermes africains symétriques où un des autres côtés est occupé par un troisième lieu d’immersion, le plus souvent une véritable natatio. L’adjonction d’un troisième élément n’est cependant pas inconnue dans les monuments semi-symétriques, sous la forme d’un simple bassin (Thaenae) ou même d’une véritable natatio (Thysdrus).

  • 16 Ces types de plans, octogonaux ou circulaires, sont fréquemment retenus pour dessiner une pièce, ma (...)

19Il est donc clair que l’architecture semi-symétrique puise directement dans les réalisations symétriques. Elle n’en constitue cependant pas un simple décalque. Preuve en sont les thermes de Zilil. Par leur date, ils démontrent que le premier écho des recherches conduites dans l’Urbs se produit très tôt en Afrique, et cela de façon très innovatrice : jeux de locaux polygonaux, groupement selon un schéma original de deux piscines et d’une natatio. Preuve en sont aussi les bains de Thaenae, où un frigidarium de plan circulaire, forme qui se répercute de diverses façons sur les locaux voisins, est complété par trois bassins disposés selon un schéma cruciforme. Le choix de tels plans pour une salle des bains froids est rarissime16. Il atteste le dynamisme des concepteurs de ce genre d’édifices : loin de se contenter d’adapter des recherches conduites dans d’autres catégories de monuments, ils n’hésitent pas à innover.

2) Espaces sportifs et plan des monuments

20Dans les thermes tant semi-symétriques que symétriques, le frigidarium est situé au cœur de l’édifice et joue un rôle fondamental dans l’organisation d’ensemble de ce dernier. Dans les deux cas aussi, les gymnases couverts constituent des pièces essentielles dans la mise en place d’un schéma d’ensemble.

21Il faut cependant nuancer cette affirmation. À Gigthis, aucune pièce ne semble venir équilibrer la masse du frigidarium. L’environnement de ce dernier est néanmoins mal connu et, surtout, l’édifice dispose d’une palestre si somptueuse que l’on peut comprendre, surtout en cette région, qu’elle ait concentré les activités sportives qui, au demeurant, pouvaient peut-être trouver aussi un accueil dans certaines des salles couvertes qui paraissent ne pas avoir été dénuées d’ampleur.

22Les constructions les moins vastes présentent aussi une version restreinte des espaces sportifs, à tel point que l’on peut parfois se demander s’il s’agit bien de gymnases. Dans ce cadre, on recourt volontiers à une unique salle de superficie restreinte : Madaure, Thaenae.

23Il est toutefois remarquable de constater que, dans d’autres cas, dès que la superficie du monument devient suffisante, ce dernier est structuré par une articulation du frigidarium et du ou des gymnases selon des formules qui transposent directement les solutions élaborées pour les thermes symétriques africains.

24À Thubursicu Numidarum, le gymnase est unique et aligné sur le frigidarium : c’est la solution qui caractérise aussi les thermes symétriques de Cuicul ou Lambèse. À Zilil, deux grandes salles sans doute destinées aux exercices flanquent le frigidarium. Plus tard, un parti plus spécifiquement africain est adopté à Thysdrus, où la liaison entre ce dernier et les gymnases est assurée par les locaux qui flanquent les bassins froids, l’ensemble étant strictement aligné : c’est le dispositif que l’on retrouve dans les thermes de plan symétrique de Cherchel. Enfin, à Bulla Regia, le cœur du secteur froid est disposé selon un schéma en H, les deux salles d’exercices étant reliées par le frigidarium mais les grands axes de ces deux ensembles étant perpendiculaires : c’est le choix architectural utilisé dans les thermes symétriques de Timgad.

25Au delà des contraintes imposées par la superficie souvent moindre des édifices semi-symétriques, le trait frappant est donc la façon dont ces derniers, pour construire leur secteur froid, puisent dans les solutions élaborées pour les monuments symétriques. Cette analyse est confirmée par le difficile problème des palestres. Dans ces deux catégories de monuments, on est souvent très mal informé sur ces installations, au point même de parfois ignorer si elles existent ou doivent être exclues. Les données disponibles permettent cependant quelques réflexions.

26À Bulla Regia, si l’hypothèse d’une palestre occidentale est juste, et nous le pensons, on retrouve une localisation le long du bloc balnéaire qui est semblable à celle de Cuicul. On peut se montrer encore plus clair dans les cas de Gigthis et Thysdrus où le bloc balnéaire est précédé d’une vaste palestre : c’est la solution à laquelle on recourt le plus fréquemment dans les bâtiments symétriques, africains ou asiatiques.

27Un problème plus incertain, mais particulièrement intéressant, est posé par les bains de Thignica. Le secteur froid de cette construction est particulièrement digne d’attention. En effet, y est affirmé un clair principe de symétrie développé grâce à une pratique systématique du dédoublement des locaux. De plus, le schéma africain classique des deux bassins du frigidarium est ici repensé dans le cadre d’une solution qui a pour but d’articuler non différentes parties du secteur froid, mais ce dernier et les pièces chauffées. Enfin, et c’est ici ce qui nous intéresse le plus, le frigidarium est flanqué de deux locaux d’environ 150 m2 dotés d’une colonnade interne. On peut s’interroger sur la fonction de ces derniers. Il nous semble cependant difficile de ne pas penser à deux petites palestres intégrées au bloc balnéaire. Si cette hypothèse est exacte, nous retrouverions un parti rarissime dans des monuments de dimensions aussi restreintes, parti qui renvoie directement à celui retenu dans les thermes symétriques de Maktar. Cette hypothèse ne fait que confirmer la filiation directe existant entre les deux grandes versions des édifices balnéaires africains.

B) Organisation du secteur chauffé

1) Articulation des secteurs froid et chauffé

28Cette articulation pose un problème spécifique car il s’agit d’organiser les relations entre d’une part la portion du bâtiment construite symétriquement, et qui implique donc une division des usagers en deux groupes majeurs, et d’autre part les salles chauffées où, inversement, les baigneurs sont réunis en un unique circuit. Dans ces conditions, le parti le plus usuel consiste à rassembler ces derniers dans le frigidarium afin de leur permettre d’aborder ensemble les salles chauffées.

29On peut alors avoir un unique tepidarium, d’entrée et de sortie, qu’il est aisé de placer sur un des axes du frigidarium : Thaenae, Thubursicu Numidarum, Zilil.

30Le tepidarium peut aussi être dédoublé. Les deux pièces, liées à la salle des bains froids, sont alors disposées symétriquement : Gigthis, Madaure et même Thignica qui offre une variante.

  • 17 A. Lézine (Architecture romaine, p. 22) a souligné cette « servitude inévitable », à savoir l’oblig (...)

31Cette solution, sous ces deux formes, s’impose le plus souvent. Elle exploite la position centrale du frigidarium afin de procéder à l’indispensable regroupement des baigneurs. Elle présente cependant un inconvénient, celui de transformer la salle des bains froids en plaque tournante des circulations, au risque de perturber le bon déroulement de sa fonction essentielle, à la fois balnéaire et sociale puisqu’elle constitue, par excellence, le lieu de rencontre de l’édifice, celui où l’on se réunit et s’attarde17.

  • 18 Yegül, Baths and bathing, p. 279-282 : « U-shaped halls ». Cf. ici pl. CLII-2 (Alexandria Troas), o (...)

32C’est sans doute la raison pour laquelle on a tenté d’élaborer d’autres partis, fondés sur un tepidarium de sortie en position axiale, permettant une distribution aisée des baigneurs entre les piscines froides, mais sur un accès au secteur chauffé distinct du frigidarium. À Thysdrus, les entrées des deux itinéraires sont placées dans un angle du monument, à l’écart des principales salles froides : on y accédait grâce à un long couloir encerclant sur trois côtés le bloc froid ainsi préservé des circulations intempestives. Cette conception n’est pas sans évoquer, sur un mode mineur, un type de plan micrasiatique caractérisé par un corridor monumental articulé en trois branches18.

  • 19 Les utilisateurs de l’hypothétique mais probable palestre pouvaient gagner le début du circuit chau (...)

33À Bulla Regia, le parti diffère. Le problème essentiel est de permettre aux utilisateurs des deux gymnases couverts 17 et 18 de gagner le tepidarium d’entrée 20 (pl. XXXIV-1). Celui-ci est donc rendu accessible à partir du local qui flanque la piscine Ouest du frigidarium, ce qui règle la question des personnes utilisant la salle d’exercices voisine, 17. En revanche, les baigneurs situés dans l’aile orientale 18 auraient dû traverser le frigidarium pour gagner le circuit chauffé. Cet inconvénient a été évité grâce à la création d’un raccourci qui part de la pièce jouxtant la piscine froide orientale, traverse le tepidarium de sortie et débouche dans celui d’entrée par une porte percée dans son mur oriental. En ne perturbant qu’au minimum le sens giratoire des utilisateurs, on préservait ainsi le frigidarium grâce au report dans la dernière salle chauffée du croisement inévitable des baigneurs. Solution originale, dont nous ne connaissons pas d’équivalent dans les thermes africains et qui témoigne des recherches continuelles qui sous-tendent la politique de construction19.

2) Composition du secteur chauffé

a) Nombre de salles

34L’analyse des composantes du secteur chauffé repose d’abord sur l’inventaire des salles, forcément moins nombreuses que dans les thermes symétriques où tout le début de l’itinéraire est dédoublé. Nous sommes en présence de trois solutions. Premièrement, les thermes sont dotés, dans leur circuit unique ou principal, des cinq salles canoniques : Bulla Regia, Gigthis, Thignica, Thysdrus, Madaure. Deuxièmement, les bains sont équipés, dans leur circuit unique ou principal, de quatre pièces, le tepidarium étant unifié : Thaenae, Thubursicu Numidarum. Zilil s’inscrit dans ce groupe mais, sans doute pour des raisons chronologiques, présente aussi une fusion du destrictarium et du laconicum, et ne comporte donc que trois salles. Troisièmement, le secteur chauffé se compose d’un circuit principal et d’un circuit spécialisé, que nous pensons plus précisément destiné aux sportifs. Ce groupe n’entretient pas de rapports exclusifs avec l’un des deux premiers : on trouve un circuit spécialisé tant à Thaenae qu’à Thysdrus. Thubursicu Numidarum présente d’ailleurs une solution originale : avec quatre salles, son circuit chauffé offre cependant deux itinéraires grâce à une liaison destrictarium-frigidarium créant un raccourci. Nous aurons à revenir sur cette question.

b) Caldaria

35Un second point concerne l’importance relative des salles. Conformément à la logique balnéaire, le caldarium constitue en général non seulement le point d’aboutissement du bain chaud, mais aussi la pièce la plus ample. Les choses ne sont cependant pas si simples. Dans les bains symétriques, l’unicité de la salle des bains chauds, vers laquelle convergent les deux flots de baigneurs, lui donne une position éminente indiscutable qui se traduit par sa position, sur l’axe de l’édifice, et par ses dimensions. Dans les thermes semi-symétriques, elle n’est plus qu’une composante d’un circuit unique : si ses fonctions n’en sont pas altérées, l’expression architecturale de celles-ci revêt des formes moins triomphales. Cela apparaît bien si nous comparons ces caldaria à ceux des bains symétriques africains. Il est clair que les premiers n’ignorent pas les recherches qui ont conduit à la création des seconds : salle équipée de trois bassins rectangulaires (Gigthis), ou même de deux bassins rectangulaires encadrant un alveus caractérisé par des lignes courbes (Bulla Regia, Thubursicu Numidarum). Néanmoins, il est fréquent que l’on se contente de deux bassins rectangulaires, surtout dans les bâtiments les plus restreints (Thina, Madaure), mais aussi dans un édifice plus ample, comme Thysdrus. Surtout, nous ne retrouvons pas les plans complexes qui caractérisent souvent les caldaria des thermes symétriques : toutes les pièces sont ici de plan carré ou rectangulaire, seules celles de Thignica et Thubursicu Numidarum recourant à la courbe.

36Il apparaît donc que les thermes semi-symétriques, quoique n’ignorant pas les leçons de la grande architecture thermale, ne peuvent en donner qu’une version appauvrie. Les dimensions respectives des salles chauffées sont d’ailleurs explicites. Dans les thermes de type impérial, nous avons une séquence ascendante qui culmine dans le caldarium, salle la plus ample et offrant le volume le plus complexe. Dans les bains semi-symétriques, cette gradation s’atténue quand elle ne se dilue pas. Le caldarium n’est plus que le point d’orgue de la pratique balnéaire, étape privilégiée mais simple étape ; il n’est plus le point de convergence des deux processions de baigneurs. Sa supériorité, en ce qui concerne sa superficie, ne se lit plus que si l’on prend en compte les bassins qui l’équipent. Pour pousser plus loin l’analyse, il faut se pencher sur le plan d’ensemble du secteur chauffé.

3) Ordonnance du secteur chauffé

37Un premier point fondamental concerne la nature du circuit chauffé offert au baigneur. Si nous exceptons Oued Athmenia, qui relève de la sphère privée et que nous analyserons par la suite, ainsi que Zilil, que sa date précoce place à part, on constate que tous les bâtiments permettent un itinéraire continu évitant à l’usager de revenir sur ses pas. Ces bâtiments exploitent donc, à leur manière, un des apports majeurs des modèles de type impérial.

38Dans la très grande majorité des cas, l’itinéraire est sinistrogyre : Bulla Regia, Gigthis, Thignica, Madaure, et même Thysdrus où l’accès très décalé au circuit ne permet pas de parler de véritable itinéraire circulaire mais implique néanmoins un déplacement contraire à celui des aiguilles d’une montre. La seule exception est Thubursicu Numidarum, qui présente un itinéraire dextrogyre.

39Dans une large mesure, ce type de circulation conditionne la nature du plan. Il faut encore mettre à part Thysdrus, où l’alignement des salles chauffées, du tepidarium d’entrée au caldarium, évoque des thermes de type impérial amputés de leur aile gauche. En revanche, tous les autres édifices possèdent un secteur chauffé de plan circulaire, les pièces dessinant sensiblement un anneau dont les éléments sont disposés sur deux alignements superposés. Lorsque l’édifice dispose de cinq salles chauffées, la première ligne comprend les deux tepidaria, la seconde le destrictarium et le laconicum, le caldarium s’intégrant à cette dernière en la débordant afin d’assurer la liaison avec la première (Bulla Regia, Gigthis, Madaure et aussi, plus souplement Thignica). Lorsqu’il n’y a que quatre pièces, elles se partagent les quatre quarts d’un carré (Thaenae). Seuls les thermes de Thubursicu Numidarum présentent une organisation moins structurée. Il est clair que toutes ces solutions visent à exploiter au mieux un terrain disponible d’ampleur limitée.

40Cette structure d’ensemble ne rend cependant pas compte de la totalité des données. Dans ce cadre, il subsiste une gamme de choix qui permet de jouer sur l’importance relative des divers locaux. Dans la majorité des cas les salles, quant à leur superficie, ne sont pas clairement hiérarchisées. En particulier, le caldarium peine à affirmer sa prééminence. Dans cette optique, les thermes de Bulla Regia tranchent par leur stricte composition. Le secteur chauffé s’inscrit dans l’exact prolongement du secteur froid. Surtout, l’axe de ce dernier se poursuit dans le premier par l’alignement du tepidarium de sortie et du laconicum, celui-ci étant légèrement décentré vers l’Ouest. Tout l’angle Sud-Est est ainsi disponible pour un vaste caldarium susceptible de se comparer aux salles des bains chauds de bien des thermes de type impérial (84 m2, 130 avec les bassins).

41Un tel axe frigidarium-tepidarium de sortie-étuve, substitut de la composition frigidarium-tepidarium de sortie-caldarium des thermes impériaux, est une solution rarement choisie. On ne la retrouve qu’à Thysdrus où les possibilités ainsi offertes pour construire une vaste salle des bains chauds n’est pas exploitée.

III–SIGNIFICATION DES THERMES SEMI-SYMÉTRIQUES

A) Données géographiques

1) Distribution géographique

  • 20 Stucchi, Piante, p. 185 : « Il tipo semiassiale non appare infatti in Italia... nè appare nel resto (...)

42Le choix de ce type de plan n’est pas très courant. Dans ce cadre, les exemples africains constituent un noyau, au demeurant numériquement limité, qui a retenu l’attention au point que l’on a parfois considéré ce parti comme une caractéristique de l’architecture thermale africaine20.

  • 21 D’une manière générale, il paraît peu répandu en Orient, mais sans doute pas inconnu : cf. Nielsen, (...)

43Un tel jugement ne peut être accepté. Il est exact que le recours au plan semi-symétrique est exceptionnel. Par exemple, il est inconnu ou rarissime en Asie mineure21. Il n’en reste pas moins qu’il est bien attesté en Occident. Nous ne prendrons en considération, et de façon partielle, que deux dossiers, celui des Gaules et celui de l’Italie.

  • 22 Dans la classification d’I. Nielsen, ces bâtiments relèvent du groupe « axial symmetric row type », (...)

44En Gaule, nous pouvons nous poser des questions sur la façon dont il convient de classer certains édifices. Si l’on accepte notre définition du type semi-symétrique, qui n’implique pas un plan circulaire du secteur chauffé mais insiste en revanche non seulement sur l’axialité mais aussi sur le dédoublement du secteur froid, quelques bâtiments posent des problèmes d’interprétation : par exemple Drevant ou verdes22. Mais, même sans entrer dans ces débats, le cas de Paris suffit à démontrer clairement le recours à la solution semi-symétrique dans le monde gaulois.

  • 23 P.-M. Duval, Paris antique des origines au troisième siècle, Paris, 1961, p. 168-171, qui n’a cepen (...)

45En effet, à Lutèce, dans les bains de la rue Gay-Lussac, trois salles chauffées disposées en anneau sont accolées à un secteur froid où un frigidarium strictement composé est flanqué de locaux symétriquement dédoublés. L’ampleur du programme reste modeste, l’esprit d’ensemble de la composition apparaît cependant clair23.

  • 24 Duval, ibid., p. 141-161 ; Nielsen, Thermae, C.91, fig. 104. Une lecture de cet édifice a été propo (...)

46Surtout, les thermes de Cluny présentent un exemple parfaitement développé de bains semi-symétriques24(pl. CLX-1). Si les études anciennes laissent en suspens nombre de problèmes, il est cependant aisé de reconnaître un secteur chauffé organisé de manière dextrogyre et se composant classiquement de cinq pièces. Quant au secteur froid, il se caractérise par un frigidarium strictement conçu, placé en position axiale, et par deux vastes salles, évidemment des gymnases, se répondant de part et d’autre de cet axe.

  • 25 Rome, « bains du baptistère » : Nielsen, Thermae, C.7, fig. 50. Rome, « bains du Latran » : Nielsen (...)

47La situation italienne est semblable. Même si le principe, à nos yeux fondamental, de dédoublement des locaux y est traité sans grande ampleur, on ne peut que ranger dans la classe des bâtiments semi-symétriques deux monuments romains, les « bains du baptistère » et ceux du Latran, tout comme ceux de La Magliana (pl. CLX-2, 3 et 4)25. Mais le dossier le plus explicite est celui d’Ostie.

2) Thermes semi-symétriques d’Ostie

48Les édifices thermaux de cette ville, qui offrent une vision d’ensemble des problèmes rarement possible sur d’autres sites, n’ont pas encore été l’objet de l’étude générale qu’ils méritent. Les données disponibles, ou d’autant plus accessibles sur le terrain que la Surintendance n’hésite pas à faciliter le travail des chercheurs, permettent cependant quelques remarques que nous aurons l’occasion de développer. En ce qui concerne les thermes semisymétriques, seuls deux bâtiments peuvent être pris en considération. Tous deux font partie, avec les thermes de Neptune, des plus grands établissements publics d’Ostie.

a) Thermes de Porta marina (pl. CLX-5)

  • 26 Nielsen, Thermae, C.25 et fig. 67.
  • 27 Pavolini, Ostia, p. 172-173.
  • 28 Les plans publiés tant par C. Pavolini que par I. Nielsen ne permettent pas de comprendre la circul (...)

49Il s’agit d’abord des thermes de Porta marina, parfois classés dans le groupe semi-symétrique26. L’analyse du monument est rendue délicate par la complexité de son histoire. À la suite des dernières recherches, on repère une phase de construction trajano-hadrianéenne et des restaurations ou transformations qui s’étalent du iiie au début du vie siècle27. Malgré ces remaniements, il nous paraît possible de restituer un état qui correspond sans doute à sa conception originelle ou, du moins, à une étape essentielle de son existence28.

50Le secteur chauffé est composé de quatre salles, avec fusion des deux tepidaria. Elles sont disposées en fonction d’un plan circulaire permettant un itinéraire continu dextrogyre.

51Le problème qui nous intéresse ici est celui de l’organisation du secteur froid. Son ampleur, avec une vaste palestre et un grand frigidarium, est manifeste. L’ensemble, au-delà de quelques irrégularités, s’organise aussi en fonction d’un axe majeur qui passe par la palestre, la grande piscine du frigidarium et le tepidarium.

52Nous ne sommes cependant pas convaincu que ces éléments suffisent à intégrer les thermes de Porta marina dans la catégorie des édifices semi-symétriques. De fait, le principe fondamental de dédoublement du secteur froid est fort pauvrement représenté. Ni les piscines annexes du frigidarium, ni les salles qui flanquent ce dernier n’incarnent une véritable symétrie.

53Si la nature de cette réalisation reste donc ambiguë, il n’en va pas de même d’un autre grand établissement d’Ostie, les thermes du forum.

b) Thermes du forum (pl. CLXI)

  • 29 Pavolini, Ostia, p. 105-108 ; Nielsen, Thermae, C.27, fig. 69 ; mais il faut désormais se référer à (...)
  • 30 P. Cicerchia et A. Marinucci distinguent trois phases essentielles. La deuxième tranche de travaux, (...)

54Inscriptions et marques sur briques permettent de retracer l’histoire du bâtiment, rendue complexe par une longue utilisation29. Ce qui nous intéresse ici est l’état originel, que l’on peut placer à la fin du règne d’Antonin le Pieux, vers 160, et qui est dû à l’évergétisme de M. Gavius Maximus, chevalier qui occupa longtemps le poste de préfet du prétoire30.

  • 31 L’étude de P. Cicerchia et A. Marinucci fournit beaucoup de données intéressantes, qui ne sont cepe (...)

55Les questions les plus délicates concernent l’interprétation des salles chauffées. Avant toute chose, il est nécessaire de reprendre systématiquement l’étude de l’équipement de chacune d’entre elles et des conséquences qui en résultent pour l’identification de la pièce31. Pour plus de facilité, nous avons partiellement reporté sur notre schéma interprétatif (pl. CLXI-2) la numérotation des pièces utilisée dans l’étude la plus récente et la plus complète, celle de P. Cicerchia et A. Marinucci, et donnons également la reproduction de la figure sur laquelle I. Nielsen a porté son analyse (pl. CLXI-1).

56– Pièces chauffées flanquant les piscines froides du frigidarium. Au Sud, au contact du secteur chauffé, les locaux 9 et 10, d’ampleur restreinte (env. 34 m2), avec chauffage indirect et double-cloison partielle, assurent simplement la transition entre les salles froides et chauffées, sans assumer de fonctions spécifiques. Au Nord, les locaux 7-8 sont absolument semblables, mais leur rôle ne saurait évidemment être le même. Étant donné l’absence de foyer, on a pensé que l’hypocauste ne servait qu’à isoler le lieu de la piscine contiguë (Foro, p. 30). Une telle interprétation est impossible. De toute évidence, il faut restituer un chauffage indirect à partir de 9-10 et considérer ces locaux attiédis comme des salons ou, plutôt, des vestiaires chauffés (Nielsen).

  • 32 E. D. Thatcher, The open rooms of the terme del foro at Ostia, dans MAAR, 24, 1956, p. 169-264. Cet (...)

57Les principaux problèmes concernent les salles proprement balnéaires qui, toutes, présentent de vastes baies sur leur façade méridionale, tournée vers la palestre. Pour comprendre le fonctionnement de ces pièces, il faut définitivement renoncer à la théorie selon laquelle ces ouvertures auraient été laissées béantes32.

58– 15. Pas de double-cloison, mais un hypocauste directement chauffé par un foyer. Ce four est signalé par E. Thatcher (p. 195) et I. Nielsen, mais curieusement nié par Foro, p. 109. Sa présence, dès le premier état, est cependant évidente.

  • 33 Nielsen : solarium ; Foro, p. 35 et 107 et P. Cicerchia, sul carattere distributivo delle « terme c (...)
  • 34 Pour le texte essentiel de Pline, cf. ci-dessus, p. 112. Sur l’ensemble du dossier, où les rares pi (...)

59Destination : ce local est considéré comme un solarium ou heliocaminus par la plupart des auteurs33. À notre avis, c’est vouloir indûment mettre en rapport des textes, au demeurant rarissimes, et les réalités archéologiques34. En fait, tant la nature de l’équipement de cette salle que sa position, en début de circuit chauffé, nous paraissent clairement correspondre à la définition d’un tepidarium d’entrée.

  • 35 Dans la phase III, les trois foyers sont obturés à l’aide d’une maçonnerie de briques et remplacés (...)

60– 16. Dans le premier état, trois foyers sont aménagés au travers des fondations, à un niveau nettement inférieur à celui des fours voisins. Double-cloison35.

  • 36 Ce lien architectural entre la calida piscina et le début du circuit chauffé est manifeste à Tivoli (...)

61Destination : sudatorium/laconicum (Thatcher, Cicerchia, Nielsen, Foro). En réalité, les récentes recherches nous paraissent avoir fourni la solution en supposant que les trois foyers situés en contrebas, et correspondant à un niveau d’hypocauste lui-même très inférieur à celui des pièces voisines, impliquent la présence d’une grande piscine occupant le centre de la pièce (Foro, p. 112). De fait, cette hypothèse rend compte tant du nombre des foyers que de leur emplacement. Nous sommes donc, selon toute probabilité, en présence d’une calida piscina. Cette restitution nous paraît confirmée par la comparaison avec d’autres installations de ce genre dont on constate qu’elles sont, le plus fréquemment, reliées aux premières salles du circuit chauffé36.

62– 17. Deux foyers ; double-cloison sauf au Sud.

63Destination : tepidarium (Thatcher, Cicerchia, Nielsen, Foro). L’identification d’un tepidarium en cet emplacement signifierait que les deux salles précédentes ne sont pas intégrées au circuit principal. Cette solution nous paraît inacceptable et, en toute logique, tant par ses dimensions relatives que par sa position, il faut reconnaître en 17 la pièce II de l’itinéraire classique, à savoir le destrictarium.

  • 37 Ce point, important pour les circulations, est particulièrement maltraité dans Foro. De fait, d’apr (...)

64– 18. On a restitué trois foyers (Nielsen ; Foro, p. 121). En fait, il n’y en a que deux : une des bouches, dépourvue d’arc de décharge, ne peut qu’appartenir à un remaniement. Double-cloison. La porte 18/20 n’est ouverte que très tardivement37.

65Destination : tepidarium (Cicerchia, Foro), tepidarium humide (Thatcher), sudatorium (Nielsen). La position de cette salle la désigne comme une étuve, identification qui n’est pas en contradiction avec son aménagement.

66– 19. Les moyens de chauffage ne nous paraissent pas avoir été exactement décrits (Nielsen ; Foro, p. 125). L’examen des lieux permet de proposer la restitution suivante. Bassin Sud : l’alveus en abside est dû à un remaniement qui a détruit le mode de chauffage originel, hormis la chaudière située à l’Est et un foyer placé à l’Ouest ; dans le dernier état, il y a, au Sud, un foyer flanqué de deux chatières destinées au nettoyage de l’hypocauste. Bassin Est : une chaudière se trouve au Nord. À l’Est, dans l’axe de l’alveus, un foyer. Au Sud, une arcade correspond à un foyer prévu ou réalisé : dans son état actuel, elle est bouchée par un parement de briques percé d’une chatière. Bassin Nord : une chaudière se trouve au Nord ; en revanche, à l’Est, l’orifice ne correspond qu’à une chatière.

67Destination : l’interprétation de cette salle, équipée d’une double-paroi sur tout son périmètre, est la seule qui fasse l’unanimité. Il s’agit du caldarium.

  • 38 Cette disposition de la double-paroi correspond du moins au dernier état et est, au Sud, le fruit d (...)

68– 20. Habituellement, on attribue à ce local deux foyers situés à l’Est (Nielsen ; Foro, p. 131). En fait, l’examen des lieux montre qu’il n’en faut restituer qu’un seul. Le four primitif se trouve au Sud, celui placé au Nord étant un aménagement postérieur. Double-cloison sauf à l’Est et seulement sous une forme ponctuelle au Sud38.

69Destination : tepidarium (Nielsen), sudatio (Thatcher), « disimpegno distributivo » (Foro). Son emplacement, en fin de circuit, en fait évidemment un tepidarium de sortie.

70Il nous semble donc possible de proposer une lecture cohérente des thermes du forum, fondée sur la restitution classique des cinq salles chauffées. La circulation du baigneur s’effectuait selon un itinéraire continu sinistrogyre. Ce plan circulaire présente cependant une particularité dans la mesure où il s’allonge de façon quasiment linéaire, seul le tepidarium V créant une disposition en profondeur. Le tepidarium I se trouve donc à l’écart. Cet inconvénient relatif est pallié par l’introduction d’une variante dans l’itinéraire, le local 9 permettant un accès direct au destrictarium. Ainsi est organisée, de part et d’autre d’un des bassins du frigidarium, une circulation des baigneurs selon des modalités qui ne sont pas sans évoquer celles adoptées à Thignica. Il faut aussi souligner que cet étirement en longueur du circuit balnéaire est accentué par l’insertion d’une calida piscina, choix luxueux auquel nous ne connaissons pas de parallèle dans les autres édifices semi-symétriques.

3) Conclusion

71Il apparaît clairement que le régionalisme ne saurait constituer une clé de lecture. Le plan semi-symétrique n’est en rien propre à l’Afrique. Bien au contraire, il est le produit de recherches qui se déroulent à l’échelle de la Méditerranée et qui dérivent d’une réflexion sur le plan symétrique.

  • 39 Outre Drevant et Verdes, déjà cités (note 4), cf. aussi Wroxeter (Nielsen, C.147, fig. 141) ou enco (...)

72Les résultats architecturaux de ces recherches se manifestent très tôt à l’Ouest, sous des formes inachevées qui se caractérisent par une nette affirmation de la symétrie du secteur froid, mais aussi par un dédoublement de ce dernier qui manque d’ampleur ; qui se caractérisent surtout par un secteur chaud archaïque-ment organisé en fonction d’un itinéraire rétrograde, comme si seule l’axialité pouvait procurer majesté à ces locaux. La plupart de ces réalisations paraissent relativement anciennes : elles illustrent le dynamisme précoce de ces régions et leur capacité, au ier siècle, à exploiter à leur manière les nouveautés qui éclosent dans l’Urbs39.

73Ces recherches n’arrivent cependant à maturité que plus tard, en particulier à Paris ou Ostie. À ce moment, l’Afrique, qui n’était pas à l’écart des premières réflexions comme le prouve l’établissement de Zilil, est devenu le lieu où l’on exploite le plus ce type de solution. Que ce phénomène s’épanouisse dans des régions où fleurit également le plan symétrique est parfaitement logique dans la mesure où le premier dérive du second. Reste à comprendre comment s’opère le choix entre ces deux solutions.

B) Données dimensionnelles (pl. CLIX)

74Tous les édifices africains semi-symétriques appartiennent à la catégorie des thermes de dimensions moyennes, que nous avons définie comme regroupant les constructions couvrant de 1 000 à 3 000 m2. Plus précisément, on peut distinguer deux groupes. Le premier comprend des bâtiments relativement modestes, dont la superficie est comprise entre 1 000 et 1 500 m: Acholla, Thaenae, Madaure (qui, avec ses 900 m2, constitue la version la plus réduite d’un programme semi-symétrique) et Zilil. Le second se compose de monuments couvrant entre 2 000 et moins de 3 000 m: Bulla Regia, Gigthis, Thignica, Thysdrus, Thubursicu Numidarum.

75Dans l’état actuel de la documentation, le chiffre de 3 000 m2 constitue un seuil : lorsque l’espace disponible est supérieur, on adopte systématiquement un parti entièrement symétrique. Sur ce point, la comparaison avec la Gaule ou l’Italie est significative. Les thermes de Cluny à Paris atteignent 4 500 m2, ceux du forum, à Ostie, environ 3 500 m2. En Afrique, des constructions de cet ordre n’existent pas : on aurait érigé des thermes de type impérial.

  • 40 Les versions les plus modestes du programme impérial sont sans doute celles des thermes du capitole (...)

76Bien plus, ce chiffre de 3 000 m2 ne constitue pas, au Maghreb, une barrière séparant bains symétriques et semi-symétriques. Si les seconds n’excèdent jamais cette dimension, à l’inverse les premiers peuvent occuper un espace qui reste très proche de la superficie des réalisations semi-symétriques les plus ambitieuses et qui peut même être bien moindre40.

77Si l’on tente de chiffrer la composition interne des édifices, et en particulier le rapport existant entre secteur froid et chauffé, quelques points apparaissent. Il semble en effet possible de distinguer deux groupes essentiels. Le premier rassemble des constructions dont la partie chauffée occupe environ un tiers de la superficie totale (par exemple Madaure ou Thubursicu Numidarum) ; le second des bains où la place faite à ce secteur est encore plus importante et atteint environ 40 % (par exemple Bulla Regia et Gigthis).

78Il est intéressant de comparer ces données à celles qui caractérisent les thermes de type impérial. Au premier abord, elles semblent se recouper. Ainsi, les bains d’El Knissia sont dotés de salles chauffées qui occupent 40 % de l’espace disponible. Ce cas est cependant exceptionnel, dans la mesure où ces bains disposent d’un espace très restreint, ce qui a conduit les constructeurs à créer une vaste mais unique grande salle froide qui devait être polyvalente. Il est cependant éclairant : on ne renonce pas aisément à déployer le secteur chauffé selon des normes qui assurent une aisance certaine aux baigneurs.

79En réalité, le recoupement existe bien, mais sous une autre forme, à savoir dans le groupe de bâtiments où environ le tiers de la superficie est affecté au secteur chauffé : par exemple Cherchel, Timgad, ou encore les grands thermes de Lambèse. Mais il ne s’agit que du recoupement de deux séries décalées. Alors que ce groupe constitue le point de départ d’un ensemble de bâtiments semi-symétriques où la part des salles chauffées est, dans certains cas, encore plus importante, il constitue au contraire le point d’aboutissement d’un ensemble de bâtiments symétriques où la part du secteur chauffé est souvent moindre, comme le montrent parfaitement les thermes de Maktar où seul le quart de la superficie de l’édifice est chauffé, de telle sorte que l’option retenue est très proche de celle adoptée à Rome dans les prestigieuses réalisations de Caracalla et Dioclétien.

80Il est certain qu’une explication de ces variations réside dans les dimensions d’ensemble du monument. Lorsque le terrain disponible est vaste, il est possible de multiplier des locaux qui ne sont pas absolument indispensables au processus strictement balnéaire. Ce-lui-ci étant précisément défini dans la partie chauffée du bâtiment, c’est essentiellement sa partie froide qui bénéficie de ces facilités et qui accapare ainsi une place proportionnellement accrue.

  • 41 Le dossier de ces débats est donné par Lézine, Carthage. Utique, p. 73-75.

81Ces données permettent d’ores et déjà de repousser toute explication d’ordre régional ou d’ordre climatique pour rendre compte des variations de proportions internes aux édifices. En Afrique même, il n’existe aucune règle. On a prétendu que le caractère « africain » des thermes maghrébins s’affirmait à travers la faible superficie du secteur chauffé. On a aussi soutenu l’inverse41. Il suffit de prendre en considération les réalités pour constater que ces conclusions contradictoires sont également erronées : les thermes africains présentent des proportions internes qui se caractérisent par une grande capacité de variation, tout comme dans les autres parties de l’Empire.

82Ces données permettent, de plus, de nuancer profondément toute approche trop systématique qui, par exemple, lierait mécaniquement proportions internes de l’édifice et superficie d’ensemble de ce dernier. Si la place des salles chauffées est comparable dans les thermes de Dioclétien et de Carthage d’une manière que l’on peut mettre en relation avec leur énormité, elle est semblable à Maktar, dans un édifice respectivement neuf et au moins quatre fois plus petit. Il faut rechercher une autre logique que celle de règles architecturales qui s’appliqueraient de façon automatique et autonome. Il nous semble clair que, dans le processus de construction, interviennent des décisions rendues possibles par une gamme de choix, de possibilités. Ces décisions relèvent certainement de l’architecte. Elles relèvent sans aucun doute encore plus du commanditaire qui entretient avec le premier des rapports où il occupe une position dominante. C’est la fonction de l’un de présenter le champ du possible, c’est le rôle du second de trancher, et même d’infléchir.

C) Plan semi-symétrique et évergétisme

  • 42 Sur cette question et ses conséquences pratiques pour l’analyse de monuments, cf. par exemple Coare (...)

83L’appréhension du rôle déterminant du commanditaire est essentielle pour conduire l’analyse d’un monument42. Contrairement à l’époque contemporaine, où l’artiste bénéficie souvent d’une large autonomie, toutes les périodes antérieures ont affirmé une autre conception de la production artistique, et cela est particulièrement vrai de l’Antiquité. L’artiste est alors fondamentalement soumis au commanditaire, que ce dernier soit un organisme public ou une personne privée. Son rôle est avant tout de répondre à une demande, souvent déjà précisément formulée. Il peut aussi susciter des solutions et même les inventer, mais la décision ultime relève de celui qui finance et qui dispose de références culturelles beaucoup plus précises et cohérentes qu’un évergète contemporain souvent submergé par les fausses compétences techniques et par l’éclatement des choix esthétiques.

  • 43 Pour une étude des « conditions concrètes de la création architecturale » à l’époque augustéenne, c (...)
  • 44 Gros, Aurea templa, p. 55-56.

84Cette situation est encore plus claire dans le domaine de l’architecture, où le poids des problèmes financiers interdit le plus souvent à l’architecte d’envisager une construction de quelque ampleur dont il serait le maître d’œuvre essentiel. Quelques rares indications nous permettent d’imaginer la façon dont le commanditaire intervient43. Son rôle est décisif au moment même de la conception du monument. Dans les projets de quelque ampleur, il est alors en relation avec l’architectus. L’inégalité des rapports s’ancre dans la position sociale des deux interlocuteurs. Même si Vitruve revendique pour l’architecte un rôle de premier plan dans la cité, même si Cicéron reconnaît sa compétence qui le distingue du travailleur qui vit de sa sueur, le statut réel de ce spécialiste ne lui assure, en réalité, qu’une originalité restreinte, constamment menacée de se dissoudre dans la condition générale de tous les corps de métiers travaillant dans la construction44.

  • 45 Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 347-352, inscriptions nos 1à 3.
  • 46 Gros, Aurea templa, p. 58-59. Aux deux derniers siècles de la République, ces rapports de clientèle (...)

85Pour les thermes romains semi-symétriques d’Afrique du Nord, nous ne connaissons le commanditaire que dans un seul cas, celui des thermes de Bulla Regia. Les inscriptions chantent la gloire de la gens Memmia et célèbrent la générosité de la donatrice en étalant la dimension financière de l’acte45. En revanche, comme c’est la règle qui ne connaît que de rares exceptions, nous ne savons rien de ceux qui ont conçu et construit le bâtiment. Il est assez aisé d’imaginer la nature des rapports entre cette clarissima et sanctissima femina et son architecte. Il s’agit de relations fondamentalement personnelles au sein desquelles l’essentiel, pour ne pas dire tout, dépend des décisions de la clarissime. Rapports inégaux, de clientèle, où la faveur, qu’un des deux termes de la relation accorde ou retire à l’autre, fonde la conception et la réalisation de l’œuvre46.

  • 47 Gros, Aurea templa, p. 59-61. Sur l’usage des maquettes, servant en particulier à l’explicitation d (...)
  • 48 P. Gros se sert de la lettre Q. fr., II, 5 (et non 6), 3 pour démontrer que « l’entrepreneur garde, (...)

86Or, cette faveur n’est pas aveugle. Le commanditaire dispose des moyens de juger la nature exacte des propositions qui lui sont faites, en réponse à sa demande. L’élaboration de maquettes ainsi que de croquis en plan, en élévation et en perspective, permettent à l’évergète de choisir et d’influer sur les projets47. Bien plus, le commanditaire peut intervenir durant l’érection même du bâtiment. Les rapports entre l’architecte et le responsable des travaux sont difficiles à cerner, en particulier parce qu’ils sont susceptibles de grandes variations au point que, dans certains cas, il est même possible que ce soit une seule et même personne. Ce qui nous importe ici est que le commanditaire reste susceptible d’agir sur le chantier : jusqu’au bout, c’est lui qui détient le pouvoir de décision. Il n’en est pas meilleure illustration que l’attitude de Cicéron surveillant les travaux de ses demeures ou de celles de son frère et y ordonnant destructions et modifications48.

87Dès lors, l’analyse d’un monument nécessite non seulement de prendre en considération, mais encore de privilégier le rôle du commanditaire. Ce n’est évidemment pas le seul paramètre. Il faut aussi tenir compte de facteurs aussi fondamentaux que la qualité de l’architecte, la nature du terrain disponible ou les moyens susceptibles d’être mis en œuvre. Mais même ces éléments, en dernière instance, renvoient à la personne du commanditaire.

88Si nous revenons à la typologie des plans thermaux, la situation africaine apparaît tout à fait spécifique. Comme nous l’avons vu, le plan symétrique est quantitativement utilisé à une échelle sans parallèle avec les autres régions de l’Empire, et parfois appliqué à des constructions remarquablement restreintes en superficie. On peut dire exactement la même chose du parti semi-symétrique. Les deux phénomènes, de toute évidence, sont étroitement liés. Une des principales clés de lecture de cette situation nous paraît devoir être recherchée dans le rôle assumé par l’évergète.

89Quant aux textes, le dossier proprement africain n’apporte pas d’élément nouveau en ce qui concerne les débats et les prises de décision entourant l’érection d’un monument. Il faut donc tenter de tirer de l’analyse des bâtiments eux-mêmes quelque éclairage sur ce processus. Dans ce but, nous pouvons prendre comme fil directeur une des réalisations les plus ambitieuses et les plus achevées de plan semi-symétrique, à savoir les thermes de Bulla Regia. De plus, étant donné leurs dimensions, ils présentent l’intérêt d’être, par excellence, un monument où l’architecte pouvait opter pour un parti symétrique.

90Pour tenter de saisir quelques aspects de la réflexion qui a guidé la conception des thermes memmiens, il faut d’abord prendre en considération les contraintes qui résultent du terrain. Si nous laissons de côté le problème de la palestre, il apparaît que l’espace accordé aux constructeurs épouse la forme d’un rectangle très sensiblement régulier et relativement peu allongé, puisqu’il mesure environ 60 m de longueur sur 46-47 m de largeur. Pour faire le tour des servitudes, il faut encore prendre en compte l’orientation Nord-Sud du grand axe du terrain et l’importante dénivellation existant entre ses deux extrémités.

  • 49 Pour conduire cette comparaison, nous nous référons à trois catégories de thermes impériaux. La pre (...)

91La comparaison avec des bâtiments africains de plan symétrique démontre que ces contraintes n’impliquaient nullement le renoncement à un tel parti49. L’architecte pouvait aligner les salles chauffées le long d’un des grands côtés, de préférence à l’Ouest afin de bénéficier d’une bonne exposition. Les 60 mètres disponibles étaient suffisants pour loger les divers locaux : cette dimension est semblable à celle du secteur chauffé non seulement de Lambèse mais aussi de Timgad ou Maktar. Même la pente du terrain n’aurait pu constituer un obstacle insurmontable. On pouvait placer la partie septentrionale de l’aile chauffée nettement en contrebas de la rue et, inversement, surélever les locaux méridionaux à l’aide d’un important remblai ou de substructions voûtées, comme cela fut fait à Maktar. Nul doute que la combinaison de ces deux solutions eût permis de résoudre le problème posé par les données naturelles.

92Surtout, les constructeurs pouvaient également opter pour un plan symétrique en conservant l’orientation actuelle de l’édifice, c’est-à-dire en plaçant les salles chaudes au Sud. La dimension du petit côté du rectangle reste légèrement supérieure à celle utilisée à El Knissia et Thugga pour loger ces locaux : les deux tepidaria d’entrée sont alors disposés en avant du reste du circuit, selon une solution que l’on retrouve dans des thermes plus vastes, tels ceux de Timgad ou même de Carthage. Bien plus, il était possible de développer ce parti et de disposer l’ensemble des pièces chauffées en profondeur, comme cela fut fait à Cuicul afin d’exploiter un terrain dont les dimensions sont proches de celui de Bulla Regia.

  • 50 Les deux principaux bains d’Hippone illustrent parfaitement la réelle disparité des choix dans des (...)

93Le choix du plan adopté n’était donc pas dicté par la nature de l’espace disponible. Il faut aussi souligner que l’abandon du parti impérial ne s’accompagna pas de celui de tout principe de symétrie. En effet, on se refusa à disposer souplement les différentes composantes du monument, comme cela fut fait pour les thermes d’été de Thuburbo Maius sur une superficie tout à fait semblable. Il faut donc constater que si un lien existe entre les dimensions de l’édifice et le choix de son plan, ce rapport n’est pas déterminant : il y a de nombreuses situations où des options différentes sont possibles et débouchent effectivement sur des partis divers50.

94Pour comprendre, au moins partiellement, les raisons qui ont guidé les choix de l’architecte et de l’évergète, il faut en analyser les conséquences sur la façon dont se présente l’édifice de Bulla Regia. La première d’entre elles, et sans aucun doute l’essentielle, est de permettre le développement du secteur froid selon un schéma ambitieux. Par ce biais, comme par celui des thermes symétriques, les réalisations les plus prestigieuses de l’Urbs trouvent leur écho et leur prolongement dans les provinces africaines. Cette analyse ne repose pas seulement sur la composition d’ensemble où, comme nous l’avons déjà souligné, toutes les solutions élaborées dans les thermes symétriques pour articuler les composantes essentielles, en particulier le frigidarium et les gymnases, sont directement transposées dans les bains semi-symétriques. Elle s’appuie aussi sur les résultats spatiaux obtenus au sein de chacun des éléments.

95Le frigidarium des thermes memmiens, avec ses quelque 170 m2 d’espace central, égale et même outrepasse Cuicul (160 m2) et n’est pas sans commune mesure avec des bâtiments un peu plus amples (Lambèse : 220 m2) ou même nettement plus vastes (Maktar : 240 m2). La comparaison entre espaces sportifs est encore plus significative. Les gymnases de Bulla Regia représentent, à eux deux, environ 420 m2. L’unique et vaste salle de Cuicul n’atteint que 400 m2, celle de Lambèse un peu plus de 300. Il faut se tourner vers Timgad pour trouver une plus vaste surface couverte, proche de 570-580 m2. Nous saisissons ainsi la remarquable aptitude du plan adopté à dégager de vastes espaces. De ce point de vue, la réalisation de Bulla Regia ne se compare qu’à des bains plus amples.

96Ces données chiffrées permettent donc une lecture claire. Non seulement l’ambitieuse version semi-symétrique des thermes memmiens autorise la création d’espaces froids dont l’articulation est semblable à celle des modèles symétriques, mais encore, prise individuellement, chacune des composantes s’insère dans une série qui appartient aux bâtiments de type impérial. Le vaste vestibule d’entrée qui, au-delà d’un ample portique de façade, accueille et oriente les baigneurs, version encore plus majestueuse d’un parti architectural déjà mis au point à Cuicul, ne fait que confirmer cette cohérence d’ensemble. Dans leur partie froide, les constructions semi-symétriques participent des mêmes recherches que les édifices impériaux. Architecturalement et idéologiquement, ils sont semblables.

97Ils diffèrent pourtant radicalement dans leur partie chaude, et c’est là que s’opère la distinction entre les deux groupes. Le choix d’un plan semi-symétrique donne à ce secteur de l’édifice une configuration tout à fait spécifique. Le principe de base est simple et constitue la raison d’être de ce parti : en ne dédoublant pas les trois premières salles chauffées, on gagne une place suffisante pour ériger des locaux spacieux.

98La comparaison avec Timgad, où l’espace concédé au bloc balnéaire excède de 1 600 m2 celui de Bulla Regia, est révélatrice. Malgré cette disparité, le baigneur se voit proposer, en ce dernier lieu, un tepidarium d’entrée, un destrictarium et un laconicum plus vastes qu’à Timgad. Même les caldaria, pourtant uniques dans les deux cas, peuvent se comparer : Bulla Regia offre des bassins plus amples que Timgad et ne le cède qu’en ce qui concerne la superficie de l’espace central. La confrontation avec Maktar serait encore plus spectaculaire : tout est plus grand à Bulla Regia.

99Il nous semble donc possible de comprendre la logique qui présida à la conception des thermes memmiens. Elle est fondée sur l’exploitation la plus fastueuse possible de l’espace. Le secteur froid affirme sa filiation avec de prestigieux modèles et tout est fait pour imposer au baigneur la conscience de ce parti : grâce aux espaces unitaires du vestibule, du vestiaire et du frigidarium, grâce aux axes visuels qui relient les gymnases par l’intermédiaire de l’apodyterium et de la salle des bains froids où le percement du mur de fond des piscines par des baies facilite la circulation du regard d’une aile à l’autre, l’utilisateur perçoit qu’il s’inscrit dans une composition unitaire qui se déploie amplement et rationnellement. Dans le secteur chauffé des thermes impériaux, la conscience de la composition symétrique se dilue, faute d’axes visuels qui permettraient d’appréhender cette dernière. Le choix opéré à Bulla Regia est donc de peu de conséquence pour le baigneur, d’autant plus qu’il se voit ainsi offrir des salles d’une ampleur parfaitement comparable à celle d’édifices majeurs. Il n’est pas jusqu’au choix de la position du tepidarium de sortie, sur l’axe principal du bâtiment, qui ne lui restitue, au moment où elle redevient perceptible, l’illusion d’une parfaite symétrie. Autrement dit, pour un baigneur habitué à fréquenter les thermes impériaux, il n’y a guère que l’articulation angulaire du caldarium et du tepidarium de sortie qui puisse lui signaler que, en réalité, il n’est pas dans un bâtiment symétrique. Pour le reste, les sensations que la construction suscite en lui sont les mêmes.

100Il apparaît ainsi que le plan semi-symétrique constitue une des meilleures manières d’exploiter un terrain de dimensions moyennes. Entre 1 000 et 1 500 m2, il est le seul qui permette d’offrir aux baigneurs, au moins dans le secteur froid, des impressions qui renvoient à des modèles beaucoup plus ambitieux. Entre 1 500 et 3 000 m2, il permet même de rivaliser avec ces derniers.

101Ces deux options, symétrique et semi-symétrique, s’articulent étroitement. Cela apparaît bien au niveau chronologique et géographique : elles fleurissent, de façon préférentielle, simultanément et dans les mêmes lieux. Cela apparaît aussi au niveau de la recherche architecturale : il est clair qu’un des types de plan relève d’une réflexion sur l’autre et sur les possibilités qu’il recèle. C’est donc un choix qui, dans certaines conditions, se présente aux constructeurs. Il appartient à l’architecte d’exposer les conditions et les conséquences de ce choix. Il appartient à l’évergète de décider en dernière instance, de se laisser séduire par une version réduite mais immédiatement prestigieuse du modèle impérial ou, au contraire, d’opter pour une solution éminemment rationnelle où le décalage avec le modèle est habilement masqué et permet, en dernière analyse, une transposition plus fidèle qu’une imitation médiocre.

102Si nous pouvons ainsi jeter quelques lueurs sur la façon dont s’opère la décision, il reste cependant à tenter de rendre compte des différenciations régionales. Nous avons résolument repoussé toute approche régionaliste qui se contente d’affirmer que le plan semi-symétrique est une spécificité africaine. Les exemples de bâtiments de ce type situés hors du Maghreb suffisent à démontrer que, en ce sens, une telle spécificité n’existe pas. Reste cependant à expliquer les disparités géographiques qui caractérisent leur diffusion.

103On peut comprendre la situation italienne. Rome y concentre les réalisations les plus prestigieuses, conformement à son rôle de capitale méditerranéenne. Les monuments moins imposants ont disparu pour la plupart ou ne sont que fort indirectement connus. Il est cependant certain que les centaines d’établissements balnéaires de l’Urbs se répartissaient en fonction d’une pyramide où les bains semi-symétriques jouaient un rôle intermédiaire. Dans ce cadre, les réalisations d’Ostie apparaissent comme une retombée des réalités romaines. Il est cependant remarquable que n’y ait jamais été appliqué le parti symétrique alors que l’ampleur de certains édifices le permettait. Bien plus, le reste du territoire italien ne présente aucune réalisation susceptible de s’inscrire de façon dynamique dans le cadre des recherches en cours. À notre avis, on ne peut manquer de mettre ces données en relation avec la situation générale de la péninsule, caractérisée par une régression de sa puissance économique : parallèlement, il est clair que, hors de l’orbite impériale, l’architecture balnéaire italienne n’est plus, dès le iie siècle, un secteur innovateur.

104Les autres régions ne sont dotées de thermes semi-symétriques que de façon fort parcimonieuse : ces rares bâtiments ne compensent que de façon très imparfaite la difficulté à ériger en ces pays des thermes symétriques en dehors de l’intervention directe de l’Empereur.

105Si l’on compare cette situation aux réalités des rapports de force internes à l’Empire, ce tableau n’est, en fait, pas surprenant. Il montre simplement que l’érection de thermes tant se-mi-symétriques que symétriques n’est pas un phénomène simple, susceptible de se répéter hors d’un contexte précis. En ce sens, la multiplication de tels édifices dans le monde africain, et essentiellement sinon exclusivement dans sa partie orientale, est hautement significative et s’ancre clairement dans la puissance qui définit globalement ces provinces.

106En revanche, l’Asie mineure, et avant tout la province d’Asie, pose un problème tout à fait spécifique. Si ce pôle essentiel de l’Empire possède un nombre de thermes symétriques en rapport avec son importance, l’état actuel de la documentation ne permet pas de reconnaître des bains semi-symétriques. La raison de ce phénomène est difficile à appréhender, et la définir strictement nécessiterait une enquête qui déborde le cadre de ce travail. Il nous semble cependant possible de présenter, à titre d’hypothèse, une piste de recherche.

107Nous avons déjà souligné comment l’apparente similarité des provinces asiatiques et africaines quant à la diffusion du plan impérial masquait, en réalité, une différence fondamentale : les thermes asiatiques l’emportent considérablement en taille, les thermes africains en nombre. Cette fois encore, il nous semble qu’il faut se tourner vers l’entité, publique ou privée, qui finance.

108Hormis les cas d’intervention impériale, dont nous n’avons pas trace, du moins sous la forme d’un financement intégral, l’intervention publique est le fait de cités. Dans ce cas, les différences de structure urbaine entre l’Asie et l’Afrique peuvent rendre compte des écarts qui caractérisent l’architecture thermale des deux régions, par exemple quant à l’ampleur et au nombre des bâtiments symétriques, mais aussi quant à l’absence ou, au contraire, la pratique courante du plan semi-symétrique. À la fine structure urbaine africaine correspond, logiquement, un grand nombre de thermes de dimensions relativement restreintes, mais se référant aux modèles prestigieux et à leurs dérivés. Inversement, le réseau urbain asiatique, fondé essentiellement sur quelques grandes villes dominant le reste des cités, donne naissance à des bâtiments moins nombreux mais plus vastes, avec deux caractéristiques : une remarquable concentration à Éphèse et une absence des versions semi-symétriques.

  • 51 Un exemple caractéristique de cet évergétisme à grande échelle est fourni par Hérode Atticus, dont (...)
  • 52 Les prix connus en Afrique ont été rassemblés et analysés par R. Duncan-Jones (Quantitative studies(...)

109En ce qui concerne l’évergétisme privé, il semble que les constructions asiatiques soient le produit d’énormes fortunes concentrées en quelques mains51. En revanche, la nature des réalisations africaines pourrait correspondre à l’existence d’une classe de notables plus large, mais dont la majorité des membres ne dispose pas de moyens comparables à ceux de leurs collègues asiatiques. Le mode différent de concentration de la richesse dans ces deux régions conditionnerait la nature de leur architecture thermale. De fait, en Asie,entre les immenses thermes et les bains beaucoup plus modestes, il n’y a rien. En revanche, en Afrique, si l’on met à part le cas de Carthage, aucun évergète, ni public ni privé, n’est capable d’ériger des édifices comparables aux grands monuments d’Asie. Inversement, les réalisations africaines non seulement sont plus nombreuses, mais encore s’ancrent dans un riche registre, ne constituant que le couronnement d’une pyramide cohérente de bâtiments. En Afrique, il semble que dispersion géographique des élites dans le cadre d’une fine structure urbaine et composition interne de cette aristocratie se combinent pour donner naissance à un nombre remarquable d’édifices symétriques et semi-symétriques d’ampleur moyenne qui, dans la partie orientale du Maghreb, atténuent considérablement les forts contrastes qui caractérisent l’Asie et que l’on retrouve en Italie52.

D) Plan semi-symétrique et thermes privés

110Les édifices balnéaires intégrés dans des habitats privés ne peuvent guère entretenir de rapports avec un parti semi-symétrique. L’espace disponible est bien trop restreint pour permettre que l’on s’inspire d’un tel programme. Si, dans l’état actuel de la documentation, ce jugement ne souffre aucune exception en milieu urbain, le cas des villae rurales, qui disposent d’un espace moins compté, mérite cependant examen. Cela est d’autant plus vrai que les trois exemples que nous allons étudier peuvent paraître représenter un nombre dérisoire de constructions. En réalité, nous ne connaissons que très peu de thermes de villae : hormis ces trois cas, nous n’avons guère pu élaborer d’autres notices dans notre catalogue. Ces spécimens sont donc porteurs d’une forte signification.

111La première pièce du dossier est constituée par les bains d’Henchir Safia (pl. CLXII-1 et LXXXIII-1 et 2). Ces petits thermes, occupant environ 150 m2, posent un problème dans la mesure où nous ignorons leur contexte exact : comme nous l’avons vu, il pourrait cependant s’agir de bains privés dépendant d’une villa rurale. Malgré ses dimensions fort restreintes, cette construction présente des caractéristiques intéressantes. Le secteur chaud, de plan circulaire, offre un itinéraire continu. Le secteur froid est conçu de manière fort équilibrée, avec non seulement un axe qui organise clairement les volumes, mais encore une volonté de dédoublement des espaces qui, pour ne pouvoir s’exprimer avec ampleur, n’en est pas moins affirmée. Il nous semble que, malgré l’échelle fort restreinte de l’édifice, les constructeurs ont voulu l’ordonner avec précision en s’inspirant directement des principes qui régissaient les monuments semi-symétriques.

112La deuxième pièce est constituée par les bains de Pompeianus, à Oued Athmenia (pl. CLXII-2 et XCII-XCIII). Il s’agit très probablement des thermes d’une villa rurale. Le secteur chauffé, de plan orthogonal, impose un itinéraire rétrograde. Le secteur froid, grâce à la superficie d’environ 750 m2 occupée par la construction, peut se développer assez largement. Il se compose de deux parties essentielles, toutes deux régies par les principes d’axialité et de symétrie, même si le dédoublement des locaux n’est pas opéré avec une rigueur parfaite. L’application de ces principes est sensible dans l’organisation des pièces qui regardent vers la palestre : elles sont distribuées de part et d’autre de l’axe majeur qui unit ces locaux à la cour et qui est souligné par un jeu de baies tripartites. Elle est encore plus nette autour du frigidarium situé à la croisée de deux axes en fonction desquels l’espace environnant est disposé. Sur le premier axe, Est-Ouest, s’alignent des pièces qui flanquent symétriquement la salle des bains froids. Sur le second, Nord-Sud, qui assure aussi l’articulation avec le secteur chauffé, se développe un jeu de bassins que cerne un portique en fer à cheval. Le programme est ambitieux et, pour sa réalisation, on a emprunté aux recettes élaborées pour la grande architecture thermale, en particulier les programmes semi-symétriques.

113Enfin, il faut aussi prendre en considération les installations balnéaires de la villa de Sidi-Ghrib (pl. CLXII-3 et XLVIII). Comme dans le cas précédent, il s’agit d’une vaste construction, occupant environ 670 m2. Le secteur chauffé, de plan orthogonal, implique un itinéraire qui, d’après la restitution que nous avons proposée, était mi-sinistrogyre, mi-rétrograde. Le secteur froid se compose de locaux dédoublés de part et d’autre d’un axe majeur qui passe par le frigidarium, rigoureusement composé, et aboutit à une abside ornée d’une colonnade interne plaquée contre le mur. Tant la relative ampleur du projet que la rigueur de son exécution renvoient directement aux recherches conduites dans les thermes semi-symétriques.

114Il est clair que des bains privés ne peuvent reproduire les grandes réalisations. On notera, en particulier, l’absence ou la forte réduction des vastes salles couvertes, ce qui a pour conséquence de restreindre considérablement les effets architecturaux qui naissent du principe de dédoublement. Il est cependant non moins clair que ces grands propriétaires attachent beaucoup d’importance à leurs installations balnéaires, comme en témoignent la richesse de leur décor et la superficie qui leur est consacrée. Comme en témoigne aussi la façon dont ils utilisent, pour ordonner leur bâtiment, des principes architecturaux élaborés pour les grands édifices publics. Toutes ces réalisations privées sont tardives et doivent être placées aux ive et ve siècles. En cette période, l’archéologie et l’épigraphie ne nous fournissent pas d’exemple de grande construction thermale publique. Les principes architecturaux qui avaient été élaborés précédemment ne sont cependant pas perdus : ils servent désormais à donner aux grands propriétaires un cadre digne d’eux.

Notes

1 C’est l’expression utilisée, entre autres, par R. Thouvenot et A. Luquet (Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 9-62) ou, sous sa forme italienne (semiassiale), par S. Stucchi, Piante, ou P. Romanelli, Topografia. D. Krencker, dans sa typologie des plans, parle des halbachsiale Mischtypen (Trierer Kaiserthermen, p. 180-181), F. Yegül du half-axial type et I. Nielsen du half-axial ring type.
Pour tenter de lever toute ambiguïté, nous préférons plan semi-symétrique (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 399). Reste cependant à préciser ce que l’on met derrière ces mots.

2 Nielsen, Thermae, C.55, fig. 84.

3 Cf. aussi Nielsen, Thermae, p. 47.

4 Par exemple Nielsen C.72 (Drevant) ou C.95 (Verdes). I. Nielsen utilise aussi la catégorie d’axial half-symmetrical row-type, qui pourrait faire penser qu’elle envisage l’existence de thermes semi-symétriques à itinéraire rétrograde. Elle y place d’ailleurs les bains d’Oued Athmenia (p. 92), bains que nous rangeons nous-même parmi les édifices semi-symétriques. En réalité, l’expression halfsymmetrical ne concerne que la symétrie imparfaite du secteur chauffé, comme le prouve l’expression « axial symmetrical or half-symmetrical row-type (p. 69) et le commentaire qui l’accompagne, données qui confirment que l’auteur lie étroitement la catégorie semi-symétrique à l’idée d’itinéraire circulaire.

5 Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 401.

6 Classés dans les thermes semi-symétriques par I. Nielsen, C.232, et F. Yegül, Baths and bathing, p. 230-232.

7 Classés dans les thermes semi-symétriques par P. Romanelli, Topografia, p. 184, et F. Yegül, ibid., p. 222.

8 Classés dans les thermes semi-symétriques par F. Yegül, ibid., p. 222-230.

9 Classés dans les thermes semi-symétriques par S. Stucchi, ibid., p. 183, I. Nielsen, C.239, et F. Yegül, ibid., p. 232-234.

10 Picard, Maison d’or, p. 64-67. L’architecture est très mal conservée. Le bloc balnéaire occupe un rectangle d’environ 50 × 30 m. G. Picard souligne les liens existant entre l’organisation du secteur froid et les thermes impériaux symétriques, et compare le plan d’ensemble aux thermes de Paris et de Bulla Regia.

11 I. Nielsen, C.124, classe le bâtiment dans la catégorie axial half-symmetric row type. Cela ne rend pas entièrement compte de la composition du secteur froid et est en contradiction avec l’organisation du secteur chauffé à l’époque flavienne.

12 I. Nielsen, C.227, classe cette construction dans la catégorie axial half-symmetric row type. Mêmes remarques qu’à la note 11. En particulier, dans ce cas, le plan du secteur chauffé ne correspond en rien à une disposition des pièces en fonction d’un axe unique.

13 I. Nielsen (C.135) classe les thermes du centre de Porto Torres, en Sardaigne (Turris Libisonis), dans la catégorie des édifices semi-symétriques et les date de la fin du ier siècle. Ce que nous connaissons du plan de l’édifice montre un parti symétrique fort peu développé, mais que l’on peut à la rigueur considérer comme une version mineure de ce parti. La question essentielle concerne cependant la datation de ce bâtiment. L’hypothèse d’un premier édifice remontant au ier siècle ne repose, dans l’état actuel de la fouille, sur aucun vestige précis : cf. A. Boninu, M. Le Glay, A. Mastino, Turris Libisonis colonia Iulia, Sas-sari, 1984, p. 18, note 22, p. 21 et pl. X.

14 Contra Stucchi, ibid., p. 185 qui souligne, au contraire, le décalage chronologique existant entre le type impérial, qui serait antérieur, et le type semi-symétrique.

15 Gigthis est en Tripolitaine, mais à proximité immédiate de la Byzacène.

16 Ces types de plans, octogonaux ou circulaires, sont fréquemment retenus pour dessiner une pièce, mais il en va autrement de leur choix pour une salle des bains froids.
Si nous cherchons d’autres exemples de frigidaria de plan circulaire, nous ne voyons guère de rapprochement possible qu’avec les thermes des sept sages, à Ostie (Romanelli, Topografia, p. 186), les thermes d’Agrippa, à Rome, si la grande rotonde jouait bien le rôle de salle des bains froids (Nielsen, C.1, fig. 49) ou encore les petits bains de Pergame (Nielsen, C.309, fig. 225), mais ce dernier bâtiment est fort restreint. De fait, l’originalité de Thina réside dans la façon dont le frigidarium organise tout le bâtiment, en constitue le centre où est exalté le jeu de courbes qui caractérise l’édifice mais où sont aussi affirmés les axes majeurs qui structurent le monument et le rendent compréhensible au baigneur (Yegül, Baths and bathing, p. 246-247).
Les frigidaria de plan octogonal sont un peu plus fréquents, même si la solution reste rarement choisie. L’exemple de Zilil se distingue cependant et par le jeu d’échos introduit par les deux piscines hexagonales, et par sa date (les thermes de Chieti, du milieu du ier siècle, possèdent un frigidarium qui ne paraît pas avoir assumé entièrement la forme octogonale : cf. F. Coarelli, A. La Regina, Abruzzo, Molise, Guide archeologiche Laterza, Rome-Bari, 1984, p. 150-151).

17 A. Lézine (Architecture romaine, p. 22) a souligné cette « servitude inévitable », à savoir l’obligation « de traverser le frigidarium pour se rendre aux salles chauffées ».

18 Yegül, Baths and bathing, p. 279-282 : « U-shaped halls ». Cf. ici pl. CLII-2 (Alexandria Troas), ou pl. CLIII-1 et 3 (Éphèse, thermes Est et du théâtre). Si ces grands corridors jouaient un rôle important dans les circulations, leur monumentalité laisse penser que, contrairement à Thysdrus, ils assumaient une pluralité de fonctions.

19 Les utilisateurs de l’hypothétique mais probable palestre pouvaient gagner le début du circuit chauffé par l’intermédiaire du gymnase occidental. Il est cependant possible qu’ait existé une liaison plus directe avec le destrictarium, par l’angle Sud-Ouest du bâtiment (Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 75).

20 Stucchi, Piante, p. 185 : « Il tipo semiassiale non appare infatti in Italia... nè appare nel resto dell’Europa... nè si incontra in Asia... Dunque, il tipo semiassiale sembra circoscritto all’Africa e di essa ne diventa una caratteristica ».

21 D’une manière générale, il paraît peu répandu en Orient, mais sans doute pas inconnu : cf. Nielsen, Kôm el-Dosheh (Égypte), C.284, fig. 213. Ce bâtiment est classé par l’auteur dans le « ring type » mais le secteur froid développe, modestement, une composition fondée sur les principes de symétrie et de dédoublement.

22 Dans la classification d’I. Nielsen, ces bâtiments relèvent du groupe « axial symmetric row type », jugement fondé sur leur stricte symétrie et lié au plan linéaire qui caractérise leur secteur chauffé. Cependant, si l’on refuse, comme nous le proposons, d’exclure du groupe semi-symétrique les constructions dotées d’un itinéraire rétrograde, un problème de classification se pose dans la mesure où le secteur froid de ces monuments est caractérisé par un net souci non seulement d’axialité mais aussi de dédoublement de certains locaux.

23 P.-M. Duval, Paris antique des origines au troisième siècle, Paris, 1961, p. 168-171, qui n’a cependant pas compris les principes régissant l’organisation de l’édifice, contrairement à I. Nielsen, Thermae, C.92, fig. 105.

24 Duval, ibid., p. 141-161 ; Nielsen, Thermae, C.91, fig. 104. Une lecture de cet édifice a été proposée dans Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 402, note 12.

25 Rome, « bains du baptistère » : Nielsen, Thermae, C.7, fig. 50. Rome, « bains du Latran » : Nielsen, ibid., C.10, fig. 55. La Magliana, balneum des frères arvales, Nielsen, ibid., C.9, fig. 54. Cet auteur classe ces trois établissements dans la catégorie « half-axial ring type », correspondant à notre plan semi-symétrique à itinéraire circulaire.

26 Nielsen, Thermae, C.25 et fig. 67.

27 Pavolini, Ostia, p. 172-173.

28 Les plans publiés tant par C. Pavolini que par I. Nielsen ne permettent pas de comprendre la circulation originelle des baigneurs. Si l’on fait abstraction des bouchages et, inversement, de l’ouverture tardive de baies, celle-ci semble pourtant parfaitement claire et nous en proposons la restitution dans la pl. CLX-5. On notera, en particulier, que, contrairement aux autres schémas, les liaisons II-III et IV/I-V sont certaines, ce qui permet de restituer un itinéraire sinon incompréhensible. Précisons aussi que l’alveus Sud du caldarium était primitivement chauffé par un foyer très probablement équipé d’une chaudière. Ce foyer est actuellement flanqué de deux autres fours, représentés en tireté, dont nous pensons qu’ils sont tardifs et destinés à suppléer le premier, alors désaffecté.

29 Pavolini, Ostia, p. 105-108 ; Nielsen, Thermae, C.27, fig. 69 ; mais il faut désormais se référer à P. Cicerchia, A. Marinucci, Scavi di Ostia, XI. Le terme del foro o di Gavio Massimo, Rome, 1992, désormais cité Foro.

30 P. Cicerchia et A. Marinucci distinguent trois phases essentielles. La deuxième tranche de travaux, attribuée à l’époque sévérienne, ne modifie pas profondément l’organisation des bains : elle vise surtout à régler des problèmes statiques survenus dans le secteur chauffé, avec peut-être un écroulement de la voûte du destrictarium II. En revanche, durant la phase III du ive siècle, la conception d’ensemble du circuit balnéaire est repensée et les installations techniques sont modifiées.

31 L’étude de P. Cicerchia et A. Marinucci fournit beaucoup de données intéressantes, qui ne sont cependant pas toujours classées et interprétées avec la rigueur nécessaire. Il en résulte nombre de contradictions internes qui laissent le lecteur indécis. Elles peuvent être secondaires : ainsi, à la p. 87, le local 10 est équipé d’une double-cloison sur ses parois Est et Ouest, mais sur ses parois Est, Ouest et Sud à la p. 89. À la p. 107, la salle 15, qui se caractérise par son plan octogonal, est décrite comme rectangulaire.
Ce laxisme est parfois plus gênant. Ainsi, p. 115, 131 et 133, il est précisé que la baie 17/20 est ouverte dans la phase II et refermée dans la phase III, ce qui correspond à la planche 35 (p. 119), mais est en contradiction parfaite avec les planches Ib et Ic qui sont censées synthétiser les principaux états. Il est donc indispensable de confronter cette utile publication avec les données visibles sur le terrain.

32 E. D. Thatcher, The open rooms of the terme del foro at Ostia, dans MAAR, 24, 1956, p. 169-264. Cette longue étude, qui se veut très technique, prétend prouver l’absence de châssis vitrés dans toutes les salles chaudes donnant sur la palestre. En réalité, il faut, en ce qui concerne l’équipement des fenêtres, se référer à H. Broise, Vitrages et volets des fenêtres thermales à l’époque impériale, dans Thermes romains, p. 61-78, en particulier, pour les thermes du forum, p. 62 et 76-78. Il faut même pousser plus loin le raisonnement : des châssis vitrés sont non seulement attestés archéologiquement pour les deux salles orientales 18 et 19, mais il faut aussi les restituer dans les trois premières situées à l’Ouest. Même si le niveau d’arasement des baies ne permet pas d’en avoir la preuve, ils sont absolument indispensables au fonctionnement de ces locaux, et cela vaut pour la pièce 15 dont l’identification à un heliocaminus ne nous paraît nullement prouvée (cf. ci-dessous, note 34).

33 Nielsen : solarium ; Foro, p. 35 et 107 et P. Cicerchia, sul carattere distributivo delle « terme con heliocaminus » di Villa Adriana, dans Xenia, 9, 1985, p. 53 : heliocaminus ? Thatcher, p. 195-199, suivie par H. Broise : heliocaminus.

34 Pour le texte essentiel de Pline, cf. ci-dessus, p. 112. Sur l’ensemble du dossier, où les rares pièces ne permettent jamais d’affirmer qu’un tel local est artificiellement chauffé, et laisse même souvent penser l’inverse, cf. Nielsen, Thermae, p. 161.
Aucun des arguments avancés par les partisans de l’heliocaminus ne nous paraît convaincant. E. Thatcher (p. 178) souligne son ensoleillement (mais cette donnée caractérise aussi les autres pièces) et sa stricte similarité avec l’heliocaminus de la Villa Adriana (mais nous avons vu que l’identification de cette salle est erronée : ci-dessus, p. 112-113). P. Cicerchia se fonde, prudemment, sur la position de la salle, son faible chauffage et ses vastes fenêtres, arguments qui ne démontrent rien. Foro n’apporte aucune réflexion nouvelle. Les auteurs insistent cependant sur la position du local qui exclurait son identification à un tepidarium et impliquerait une fonction autonome (p. 35) : c’est, au contraire, la position logique du tepidarium d’entrée.

35 Dans la phase III, les trois foyers sont obturés à l’aide d’une maçonnerie de briques et remplacés par un four situé à un niveau supérieur. Parallèlement, la pièce 16 est équipée d’un banc et la porte 15/16 est bouchée (Foro, p. 111-113). Ces remaniements s’intègrent dans la transformation du circuit des baigneurs au ive siècle : à notre avis, la salle 15 est alors désaffectée, ou du moins isolée de l’itinéraire balnéaire, le tepidarium d’entrée étant reporté en 16.

36 Ce lien architectural entre la calida piscina et le début du circuit chauffé est manifeste à Tivoli, dans les thermes à l’heliocaminus (pl. XXIII-3) et dans les petits thermes (pl. XXVI-2), ou encore à Carthage (pl. XLIII-1) ou même Hippone (pl. LXXXIV).

37 Ce point, important pour les circulations, est particulièrement maltraité dans Foro. De fait, d’après les plans synthétiques (pl. Ia-c) et la p. 121, cette baie est ouverte dans la phase III ; mais elle est réduite à ce moment, et donc antérieure, p. 122 ; et elle se retrouve appartenir à la phase I p. 133 !
L’examen des lieux permet de proposer une solution. La césure verticale dans la maçonnerie du mur 18/20 est très probablement liée à l’installation, en 20/Sud, d’une double-cloison ponctuelle encastrée. Si toute la paroi a été refaite dans la phase III (Foro, p. 121 et 131-132), la création de la double-cloison est donc encore postérieure.
L’ouverture de la porte 18/20 est, sans doute, encore plus tardive, car les deux maçonneries, celle de la paroi et celle liée à l’installation de la double-cloison, ont été bûchées. L’existence d’une marche, qui permet de descendre du niveau de 18 à celui de 20, ne fait que confirmer l’existence d’un remaniement.

38 Cette disposition de la double-paroi correspond du moins au dernier état et est, au Sud, le fruit d’un ultime remaniement (cf. ci-dessus, note 37). Dans Foro, les plans synthétiques des phases I et II (tav. Ia et b) restituent des tubuli sur tous les murs, mais ce parti n’est pas justifié.

39 Outre Drevant et Verdes, déjà cités (note 4), cf. aussi Wroxeter (Nielsen, C.147, fig. 141) ou encore Xanten (C.153, fig. 144) et les bains légionnaires de Windish (Vindonissa : C.177, fig. 160).

40 Les versions les plus modestes du programme impérial sont sans doute celles des thermes du capitole de Cuicul (1200 m2) et d’El Knissia (1 600 m2). Outre les réalisations nettement inférieures à 3 000 m2, on notera qu’au moins quatre constructions tournent autour de ce chiffre : grands thermes Sud de Cuicul, thermes du camp et grands thermes de Lambèse, Tubusuptu.

41 Le dossier de ces débats est donné par Lézine, Carthage. Utique, p. 73-75.

42 Sur cette question et ses conséquences pratiques pour l’analyse de monuments, cf. par exemple Coarelli, Thébert, Architecture funéraire, en particulier p. 777-785.

43 Pour une étude des « conditions concrètes de la création architecturale » à l’époque augustéenne, cf. Gros, Aurea templa, p. 53-77, avec une bibliographie au sein de laquelle les recherches de W. D. Heilmeyer, Korintische Normalkapitelle, Heidelberg, 1970 et C. Leon, Die Bauornamentik des Trajansforums, Vienne, 1971, fournissent des éléments de réflexion particulièrement intéressants.

44 Gros, Aurea templa, p. 55-56.

45 Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 347-352, inscriptions nos 1à 3.

46 Gros, Aurea templa, p. 58-59. Aux deux derniers siècles de la République, ces rapports de clientèle pouvaient même fréquemment s’insérer dans le cadre de l’esclavage et de l’affranchissement. L’importance de ce phénomène décroît certainement au cours de l’époque impériale, mais sans que la nature fondamentalement inégalitaire des rapports en soit profondément modifiée.

47 Gros, Aurea templa, p. 59-61. Sur l’usage des maquettes, servant en particulier à l’explicitation d’un projet, cf. aussi E. Will, La maquette du temple A de Niha (Beqa), dans Dessin d’architecture, p. 277-281. Sur la question des maquettes comme modèles de construction ou comme dons votifs, cf. H. Manderscheid, Ein Gebäudemodell in Bonn, dans Bonner Jahrbücher, 183, 1983, p. 429-447, réflexion à propos d’une reproduction en calcaire de piscines balnéaires. Pour l’ichnographia, ou représentation de l’édifice en plan, son utilisation dans les relations entre architecte et commanditaire est bien attestée par les textes. César étudie le plan d’une caserne de gladiateurs (Suétone, 31, 1) ; Cornelius Fronto se fait présenter un recueil de plans de thermes afin d’opérer un premier choix (Aulu Gelle, NA, XIX, 10, 2. Sur ces textes, cf. Gros, Aurea templa, p. 59). Nous avons sans doute la représentation, plus ou moins transposée, d’un document de ce genre sur une mosaïque italienne qui porte, dans les deux écoinçons préservés, la représentation en plan d’un édifice balnéaire (M. Albertoni, Pianta di edificio di bagno in mosaici a colori, dans Boll. Mus. comm. di Roma, 1, 1987, p. 11-18). Sur la scaenographia, ou vue en perspective, cf. aussi P. Gros, Le rôle de la scaenographia dans les projets architecturaux du début de l’Empire romain, dans Dessin d’architecture, p. 231-253.

48 P. Gros se sert de la lettre Q. fr., II, 5 (et non 6), 3 pour démontrer que « l’entrepreneur garde, sur le terrain, les coudées relativement franches par rapport au projet de l’architecte » (Dessin d’architecture, p. 250, note 61). Le passage pris en considération est le suivant : Longilium redemptorem cohortatus sum. Fidem mihi faciebat se velle nobis placere (« J’ai pressé Longilius, l’entrepreneur. Il me donne l’impression de vouloir nous contenter ». Trad. L.-A. Constans, CUF, 1963). Nous ne sommes pas totalement persuadé par cette interprétation. Le redemptor pourrait satisfaire le commanditaire simplement en accélérant les travaux.
Si la marge de liberté accordée à l’entrepreneur par rapport au projet architectural nous paraît difficile à apprécier, il nous semble en revanche que le commanditaire reste constamment en position de décideur. Cela apparaît clairement dans Q. fr., III, 1,1-2, où l’on voit Cicéron intervenir à nouveau sur une propriété de son frère, faire modifier le couvrement de certaines pièces, décider d’abandonner un projet d’atriolum, corriger le plan des bains et ordonner d’abattre une colonnade dont les éléments n’étaient ni d’aplomb, ni bien alignés : Cameras quasdam non probaui mutarique iussi. Quo loco in porticu te scribere aiunt ut atriolum fiat, mihi ut est magis placebat... In balneariis assa in alterum apodyteri angulum promouit... Columnas neque rectas neque e regione Diphilus collocarat. Eas scilicet demolietur. Aliquando perpendiculo et linea dis-cet uti.
Le vocabulaire utilisé par Cicéron traduit crûment le fait que le pouvoir de décision n’appartient qu’à lui. Contrairement à l’avis de L.-A. Constans, il n’est pas certain que ce Diphilus soit l’architecte : il pourrait tout aussi bien s’agir du redemptor. Cela ne change rien à la réalité des rapports entre le commanditaire et tous ceux qui, en fait, dépendent totalement de lui. À propos d’une autre propriété de son frère, Cicéron écrit (Q. fr., III, 7, 7) : « Mais j’irai y voir moi-même, j’y enverrai, je donnerai des ordres ». (trad. Constans) : Sed et ipsi ea adibimus, et mittemus et mandabimus.

49 Pour conduire cette comparaison, nous nous référons à trois catégories de thermes impériaux. La première comprend des édifices où l’espace dévolu aux constructeurs est moindre que les 2 800 m2 de Bulla Regia : El Knissia (1 600 m2), thermes liciniens de Thugga (2 500 m2, mais quelque 2 000 m2 si l’on fait abstraction du vaste espace qui complète la zone de desserte des foyers, et même 1 600 m2 si l’on ne prend pas en considération la palestre). La seconde catégorie regroupe des constructions proches de Bulla Regia : Cuicul (3 000 m2), grands thermes de Lambèse (3 100 m2). La troisième comporte des bâtiments qui, pour rester de dimensions modérées, correspondent cependant à des programmes plus ambitieux : Maktar (4 500 m2), Timgad (4 400 m2).

50 Les deux principaux bains d’Hippone illustrent parfaitement la réelle disparité des choix dans des conditions comparables. Dans les deux cas, la superficie consacrée au bloc balnéaire correspond environ à 2 000 m2. Les locaux des thermes Nord sont pourtant disposés souplement, alors que ceux des thermes Sud le sont symétriquement.

51 Un exemple caractéristique de cet évergétisme à grande échelle est fourni par Hérode Atticus, dont l’implication dans le financement de multiples constructions est bien connue. En ce qui concerne les thermes, on a souligné que l’étroite similarité de plan existant entre les bains symétriques d’Alexandria Troas et ceux de l’Est, à Éphèse, trahissait un même architecte et bien plus probablement, un même commanditaire dont il a été supposé qu’il s’agissait d’Hérode Atticus (Yegül, Baths and bathing, p. 282).

52 Les prix connus en Afrique ont été rassemblés et analysés par R. Duncan-Jones (Quantitative studies). En ce qui concerne l’ensemble des constructions, ces données, qui reflètent essentiellement des initiatives privées, se répartissent de façon très sensiblement régulière au sein de tranches de prix comprises entre 3 000 et 600 000 sesterces, avec un coût moyen de 43 500 sesterces (p. 75). Cette ventilation nous paraît confirmer l’existence d’une pratique évergétique qui s’enracine dans des petits dons et qui ne prend jamais la forme de constructions d’un prix exorbitant. Il est certes évident que nous ne disposons pas de toutes les données. R. Duncan-Jones a souligné que les principales cités africaines n’avaient livré quasiment aucun exemple d’acte évergétique chiffré (p. 67). Le coût des grandes constructions de ces villes excédait de beaucoup les investissements dont nous connaissons le montant. Même dans une petite cité comme Bulla Regia, nous doutons fort que le montant des thermes érigés par Iulia Memmia n’ait pas largement dépassé les 400 000 sesterces utilisés pour l’érection des bains de Thagura (CIL, VIII, 28065 = ici inscription no 167), somme la plus élevée que nous connaissions pour une opération balnéaire. Il est clair que, d’une manière générale, les prix africains parvenus jusqu’à nous ne concernent pas les réalisations les plus prestigieuses.
Si l’échantillon dont nous disposons doit donc laisser prudent quant au montant absolu des fonds investis dans la construction africaine, sa composition nous semble cependant significative, ainsi que le confirme une comparaison avec la situation italienne (Duncan-Jones, p. 125). La part des petits dons y est bien moindre qu’en Afrique. Inversement, les sommes dépensées peuvent y être beaucoup plus importantes, et ce phénomène ne s’explique pas seulement par l’intervention impériale. On constate ainsi que les évergésies supérieures à 100 000 sesterces représentent 60,4 % du total en Italie contre 37,9 % en Afrique. De plus, dans la péninsule, les dons égaux ou supérieurs à 700 000 sesterces correspondent à 11,6 % du total : nous n’avons pas trace de tels gestes en Afrique, du moins dans la documentation écrite.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540