Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Troisième partie. Catalogue des thermes romains d’Afrique du nord

Maroc

Texte intégral

BANASA : THERMES NORD (pl. CXVIII)

I) Bibliographie

1R. Thouvenot, A. Luquet, Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 33-40 ; Lenoir, Thermes Nord, p. 247-250.

II) Datation

2Inconnue. Pour une hypothèse de datation haute (seconde moitié du ier siècle), cf. Lenoir, Thermes Nord, p. 250 et 253. Comme le soulignent R. Thouvenot et A. Luquet, ce qui est conservé du décor mosaïqué ne saurait guère être antérieur à la seconde moitié du iie siècle (p. 39).

III) Typologie

3Il s’agit de petits thermes qui, dans l’état actuel des dégagements, couvrent moins de 350 m2, le frigidarium, proportionnellement très ample, occupant environ 100 m2.

4Trois salles chauffées, disposées à l’Ouest en fonction d’un plan circulaire incomplet, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

5À partir d’une rue longeant la façade Ouest du monument, une porte permet d’accéder directement au frigidarium. Néanmoins, l’entrée principale doit sans doute être cherchée au Nord, où la façade est percée d’une baie dont on pouvait contrôler la fréquentation à partir de la pièce occupant l’angle des thermes. Logiquement, le baigneur rencontre alors une salle munie de banquettes, sans doute un vestiaire, puis une pièce au sol pavé d’une mosaïque géométrique qui pourrait être un salon.

6Il débouche ensuite dans l’angle Nord du frigidarium, pourvu de deux piscines accolées. Le mur Sud-Est est équipé de bancs : l’ampleur de la salle permettait sans doute à une partie des baigneurs de s’y livrer à des exercices après s’y être déshabillée (sous les bancs, des logements voûtés, bouchés lors d’un remaniement, pouvaient abriter les vêtements ; cette analyse a déjà été proposée dans Rebuffat, Thamusida, II, p. 193).

V) Salles chauffées

7I-V : à partir du praefurnium Nord, un passage donne dans l’hypocauste I-V ; il a été interprété comme « une petite chatière qui permettait de racler le sol de l’hypocauste... » (PSAM, p. 37). Bien que cette installation soit aujourd’hui fort détruite, ses dimensions très restreintes indiquent effectivement un orifice de nettoyage et non un petit foyer. D’ailleurs, un chauffage indirect était possible grâce à un passage de chaleur vers II-III. Des cheminées attestent l’inexistence de paroi chauffante. Le dessin mixtilinéaire des murs, avec des niches rectangulaires et, dans les angles, semi-circulaires, attire l’attention, tout comme la présence d’une mosaïque de voûte.

8II-III : le même problème se pose quant au chauffage de cette pièce. Deux passages de chaleur font communiquer l’hypocauste avec IV, permettant donc un mode indirect. Cependant, le mur Sud-Ouest était percé d’un orifice dont on a pensé qu’il était, lui aussi, destiné au nettoyage (PSAM, p. 37). L’état actuel des lieux ne permet pas de trancher, la paroi étant ruinée à cet endroit. Il nous paraît cependant probable qu’il s’agit en fait d’un four. Sa desserte était assurée par un couloir de service logé contre la façade grâce à un décrochement du mur dessinant la limite Sud-Ouest du frigidarium et des salles chauffées.

9Dans les angles, des cheminées (PSAM, p. 36) attestent l’absence de paroi chauffante.

10IV : deux foyers, placés chacun sous une piscine (le plus septentrional, muni de longs bras externes aujourd’hui arasés, pourrait avoir été équipé d’une chaudière). Double-cloison signalée dans PSAM, p. 38, et dont l’existence est effectivement confirmée par l’examen des lieux.

BANASA : PETITS THERMES OUEST (pl. CXVIII)

I) Bibliographie

11R. Thouvenot, A. Luquet, Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 40-49 ; Lenoir, Thermes Nord, p. 245-247.

II) Datation

12Inconnue (pour une hypothèse de datation haute, au ier siècle, cf. Lenoir, p. 247). Si, comme le proposent R. Thouvenot et A. Luquet, le motif central de la mosaïque du frigidarium était un Dionysos volontairement détruit par les chrétiens, cela signifierait non pas une notable présence chrétienne à Banasa au iiie siècle, mais la longue exploitation de ces thermes au-delà de cette époque.

III) Typologie

13Il s’agit de petits thermes, imparfaitement dégagés et dont la partie visible n’occupe guère que 150 m2, le frigidarium (5,75 × 4,50 m) couvrant environ 26 m2.

14Le secteur chauffé, disposé au Sud-Ouest, se compose, suivant la lecture adoptée, de deux ou trois locaux disposés en fonction d’un plan orthogonal et parcourus selon un itinéraire rétrograde, avec virage dans la première salle.

IV) Salles froides

15Le frigidarium est directement accessible à partir de la rue qui borde le bâtiment au Nord-Est. Il l’est aussi par l’intermédiaire d’un long couloir, parallèle à cette dernière et provenant d’un secteur qui a visiblement fait partie du bâtiment mais qui n’a pas été fouillé. Il semble que l’on pouvait également gagner ce vaste espace situé à l’Ouest des bains par un second couloir l’unissant au local jouxtant la piscine circulaire du frigidarium : les rares vestiges qui y sont visibles laissent la place nécessaire à une hypothétique annexe destinée à la pratique sportive.

16Sur un des côtés, une piscine froide est flanquée d’un petit local (2,40 x 1,40 m environ : salon ?). En face, un second bassin est construit sur un plan circulaire (1,75 m de diamètre). Profonde de 1,20 m, cette piscine possède une arrivée d’eau située à environ 1,70 m de hauteur : il est donc usuel de la considérer comme une « salle de douches » (Thouvenot et Luquet, p. 43 ; Rebuffat, Thamusida, II, p. 194 ; Lenoir, p. 246-247). On remarquera cependant que ce système permettait de toute façon l’immersion du baigneur. Bien plus, il est tout à fait courant qu’une arrivée d’eau desservant une piscine soit située à une telle hauteur. Ce qui évoque donc une douche est uniquement l’étroitesse du bassin : en fait, dans la plupart des piscines, on pouvait combiner le bain par immersion et l’affusion que procuraient les jets d’eau alimentant le bassin. L’identification d’une douche véritable nous semble donc une hypothèse fragile.

17À notre avis, nous sommes simplement en présence d’un frigidarium à deux piscines, et tout paraît indiquer qu’il s’agit là du plan primitif. De fait, les affirmations selon lesquelles la « douche » serait une adjonction ne sont qu’une conséquence de l’interprétation de ce local. Malgré l’utilisation conjointe de blocs de grand appareil et de blocage, qui rend l’interprétation des vestiges parfois délicate, les maçonneries qui dessinent la « douche » et la salle des bains froids semblent liées. On notera aussi que l’évacuation d’eau passait sous le pavement du frigidarium et gagnait un égout signalé par une bouche placée dans l’angle Nord de la pièce et couverte d’une pierre percée en forme de rosace (fig. 4). Cette couverture semble parfaitement liée à la mosaïque (PSAM, p. 43). Tout cet ensemble paraît donc cohérent et intègre la piscine circulaire au projet primitif.

V) Salles chauffées

181 : chauffage indirect à partir de 2 ; des cheminées (signalées dans PSAM, p. 42) attestent l’absence de double-cloison.

192 : chauffage indirect à partir de 3. La limite Ouest de cette salle n’est pas nette, et les inventeurs de ces thermes considèrent que 2 et 3 ne font qu’un seul local. Il nous semble cependant que la disposition de l’hypocauste permet de distinguer deux pièces (cf. déjà Rebuffat, Thamusida, II, p. 212 ; Lenoir, p. 245).

203 : un foyer chauffant directement un alveus rectangulaire ; un second bassin, semi-circulaire, est disposé orthogonalement. Le four est aujourd’hui en très mauvais état, mais le plan Luquet signale de longs bras externes. Ils soutenaient probablement une chaudière mais peut-être aussi, entre celle-ci et le bassin, une testudo. Un exemplaire en a été retrouvé à quelque distance, hors de tout contexte balnéaire, mais ses dimensions pourraient convenir au foyer des petits thermes Ouest (PSAM 1951, p. 57-58).

21S’il faut bien distinguer trois pièces, nous avons 1 = I-V, 2 = II-III et 3 = IV.

BANASA : GRANDS THERMES OUEST (pl. CXIX)

I) Bibliographie

22R. Thouvenot, A. Luquet, Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 10-21 ; Lenoir, Thermes Nord, p. 242-245.

II) Datation

23Inconnue. R. Thouvenot et A. Luquet, en se fondant sur le fait qu’aucune des monnaies trouvées au cours de la fouille n’est antérieure aux Sévères, proposent avec prudence le début du iiie siècle. Ils signalent aussi l’existence de réparations qui démontreraient une longue utilisation du monument. En revanche, il n’y a pas de raison de penser que les deux salles d’entrée sont une adjonction (contra PSAM, p. 21) : la cohérence des maçonneries semble au contraire indiquer que le plan actuel est originel, même s’il implique l’interruption d’une rue.

III) Typologie

24Il s’agit de petits thermes, d’une superficie atteignant à peine 800 m2, le frigidarium occupant environ 100 m2. Trois salles chauffées sont disposées à l’Ouest selon un plan orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde avec virage au sein du secteur chauffé. Un quatrième local est isolé du reste du circuit.

IV) Salles froides

25Le vestibule d’entrée est partiellement occupé par un escalier spacieux qui permet de descendre au niveau des thermes. Dans le prolongement de ce vestibule, une vaste salle (environ 13 × 8 m d’après le plan, soit à peu près 100 m2), est également accessible à partir de l’impasse qui vient buter sur sa paroi septentrionale. Sa position et les banquettes qui l’équipent la désignent comme un vestiaire, mais son ampleur permet de se demander si, tout comme le non moins vaste frigidarium voisin, elle n’était pas aussi susceptible d’abriter des activités physiques (cf. déjà Rebuffat, Thamusida, II, p. 193).

26La salle des bains froids, au sol dallé, est également pourvue de bancs. Elle possède une unique piscine. À proximité de cette dernière, une baie livre accès à une enfilade de trois pièces occupant l’aile Nord du monument. Dans la dernière de celles-ci, on a voulu reconnaître des latrines (PSAM, p. 15) : le plan de ce local ne s’y prête guère (cf. aussi Rebuffat, Thamusida, II, p. 195 et note 5).

V) Salles chauffées

271 : chauffage indirect à partir de I-V (un passage de chaleur) ; cheminées d’après PSAM, p. 18. Cette pièce ne communique qu’avec le frigidarium. On a proposé d’y voir une cella unctuaria (Thouvenot-Luquet ; Rebuffat, Thamusida, II, p. 188, note 1), ou, ce qui paraît plus satisfaisant, un destrictarium destiné aux sportifs qui se dispensaient des autres locaux chauffés (Rebuffat, ibid., p. 191, note 1 ; Thébert, Circulation, p. 148).

28I-V : chauffage indirect à partir de II-III par cinq amples passages de chaleur ; cheminées (d’après PSAM, p. 18).

29II-III : un foyer ; double-cloison (d’après PSAM, p. 18) ; quatre passages de chaleur vers IV.

30IV : un foyer équipé d’une chaudière attestée par deux grands massifs pourvus chacun d’un escalier. Un bassin rectangulaire au contact du foyer, un semi-circulaire disposé orthogonalement. Double-cloison bien attestée, mais qui ne faisait pas le tour de ces derniers.

BANASA : THERMES AUX FRESQUES (pl. CXX)

I) Bibliographie

31R. Thouvenot, A. Luquet, Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 21-32 ; Lenoir, Thermes Nord, p. 250-254.

II) Datation

32Inconnue. Après avoir envisagé une datation haute (fin ier siècle av. n.è. ou début du ier siècle de n.è. : Thermes Nord, p. 252), É. Lenoir, en se fondant sur des recherches actuellement en cours, avance désormais, de façon provisoire, le milieu du iie siècle (Thermes romains de Maurétanie Tingitane, dans Thermes romains, p. 152, note 8 et p. 158). Il est donc nécessaire d’attendre la publication de ces travaux mais, d’ores et déjà, il apparaît qu’une datation trop haute serait infondée. É. Lenoir, que nous remercions vivement, nous a fait connaître les premiers résultats de la fouille en cours. Sur les points qui nous intéressent, nous les avons intégrés dans cette notice, ce qui nous a épargné un certain nombre d’erreurs et d’approximations.

33Des remaniements sont bien perceptibles, en particulier l’adjonction d’une salle chauffée aux dépens du frigidarium.

III) Typologie

34Il s’agit de petits thermes couvrant environ 360 m2, y compris tous les locaux annexes : le secteur proprement balnéaire n’atteint que 160 m2, le frigidarium, dans son premier état, 40 m2.

35Les salles chauffées, disposées au Sud-Ouest, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde. Le plan, originellement linéaire, devient orthogonal dans le second état, avec virage dans la première salle chauffée.

IV) Salles froides

36Un vestibule livre accès au vestiaire équipé de bancs soutenus par des voûtains de briques ménageant des espaces susceptibles d’accueillir les affaires des baigneurs.

37Le frigidarium possède une piscine et, sur son côté Nord, un second bassin, de plan recherché : un hexagone est cantonné de niches, sauf du côté de l’accès. Malgré R. Thouvenot et A. Luquet, on restituera une petite coupole en maçonnerie, installée sur un haut tambour (l’ensemble est encore conservé sur 2,85 m de hauteur, sans que soit visible le départ du couvrement). La marche-margelle permet d’obtenir 1,20 m de profondeur, c’est-à-dire autant que la piscine principale. L’arrivée d’eau est bien visible, à la partie inférieure de la niche axiale. Il paraît donc clair que nous sommes en présence d’un petit bassin d’immersion (1,35 m de diamètre). Dans l’état actuel des lieux, on ne peut repérer aucune arrivée d’eau en hauteur, bouchée lors d’un remaniement ou non : il semble donc utile de faire l’économie de l’hypothèse d’une salle de douche (contra Rebuffat, Thamusida, II, p. 194).

38Cette seconde piscine pose la question d’éventuels remaniements. On a affirmé que le seuil avait été surélevé afin d’accroître sa profondeur (PSAM, p. 24). L’examen des lieux ne paraît pas confirmer une telle analyse qui est sans doute due au fait qu’un bandeau de stuc, en relief, encadre la baie d’accès et se prolonge sous le niveau de la marche-margelle : il ne s’agit probablement que d’un parti décoratif, non du témoin d’un état antérieur. D’ailleurs, la maçonnerie semble cohérente ; de plus, la dalle de marbre qui couvre la marche-margelle s’intègre à ce bandeau et se trouve à un niveau correspondant à celui du sol des niches.

39Nous pensons donc être en présence de l’état originel de ce bassin. En revanche, reste à savoir si ce dernier constitue un ajout. Toute la maçonnerie est, en effet, collée contre le mur du frigidarium, parti qui peut, à la rigueur, passer pour un procédé de construction en ce qui concerne l’étage des niches, construit en briques, mais qui paraît moins compréhensible pour les autres niveaux de la construction. L’explication réside, en réalité, dans le fait que le mur septentrional du bloc balnéaire est une paroi antérieure réutilisée lors de l’érection des thermes, comme à l’Est et au Sud. Il n’y a pas donc de raison de considérer que cette seconde piscine, plus restreinte que la première, est une adjonction.

40À côté de ce bassin, une porte permet de gagner un espace découvert. Ce lien privilégié avec le frigidarium permet de se demander si cette cour ne servait pas de lieu d’exercices (cf. aussi Lenoir, Thermes Nord, p. 251).

41Le frigidarium était pavé d’une mosaïque à scène marine dont l’extrémité méridionale fut détruite lors de la création d’une salle chauffée supplémentaire. De fait, il faut distinguer au moins deux états principaux. Dans le premier, le frigidarium, de plan rectangulaire, comporte non seulement, sur son flanc oriental, deux niches au sol qu’il conservera par la suite, mais encore, au Sud, une autre niche qui, en revanche, sera détruite dans le deuxième état, lors de l’extension du secteur chauffé.

V) Salles chauffées

42Dans le premier état, la salle des bains froids commande une enfilade de deux salles chauffées :

431 : chauffage indirect à partir de 2 ; paroi chauffante.

442 : une piscine chauffée directement par un foyer, trois passages sous la marche-margelle assurant la diffusion de la chaleur. Au Sud, un second petit bain est logé dans une abside. Le four, dont les bras atteignent 2 m de longueur, est flanqué d’un escalier situé au Sud : il supportait une chaudière.

45Dans le deuxième état, le secteur chauffé est remanié, une pièce étant ajoutée en début de circuit, aux dépens du frigidarium.

463 : 2,90 × 2,25 m ; chauffage indirect à partir de 1. Paroi chauffante seulement à l’Est et au Sud. Deux cheminées dans le mur Nord. L’abside méridionale de l’état antérieur est condamnée, mais la nouvelle salle chauffée est pourvue d’une autre abside, décalée vers l’Ouest : installée sur hypocauste, elle est dotée d’une double-cloison.

471 : tel quel.

482 : le petit bassin méridional est comblé, sa fenêtre étant complètement ou partiellement bouchée. Le solium occidental est rechargé, les marches étant parallèlement rehaussées.

49D’autres remaniements ultérieurs sont repérables. En particulier, l’abside 3 fut supprimée, occultée par une paroi percée d’une fenêtre. À ce moment, les thermes fonctionnent encore : ce bouchage est doublé d’une paroi chauffante.

BANASA : THERMES DE LA MAISON À L’EST DU FORUM (pl. CXX)

I) Bibliographie

50R. Thouvenot, Une colonie romaine de Maurétanie tingitane : Valentia Banasa, Paris, 1941, p. 20-21 ; Rebuffat, Thamusida, II, p. 208.

II) Datation

51Inconnue.

III) Typologie

52« Petits thermes privés dans une maison particulière » (R. Thouvenot, Les thermes de Banasa, dans PSAM, 9, 1951, p. 9, note 1). Les vestiges sont en très mauvais état : ils couvriraient moins de 40 m2. Le secteur chauffé, qui comprend deux salles disposées au Sud, était parcouru selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

53On ne connaît qu’une partie du frigidarium, dont le sol est dallé. Il comporte une piscine circulaire de 1,75 m de diamètre.

V) Salles chauffées

54Il ne reste que les départs d’une paroi qui permet de distinguer deux pièces, la seconde étant équipée d’une piscine de 3,10 × 1,10 m. L’emplacement du foyer n’est pas reconnaissable dans l’état actuel des lieux.

COTTA : THERMES DE L’USINE DE SALAISON (pl. CXXI)

I) Bibliographie

55Euzennat, dans BAM, 4, 1960, p. 530-532. M. Ponsich, M. Tarradell, Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occidentale, Paris, 1965, p. 55-68. M. Ponsich, Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris, 1970, p. 300-306.

II) Datation

56Inconnue. L’ensemble serait construit à la fin du ier siècle av. n.è. et abandonné à la fin du iiie siècle (absence de sigillée claire D), mais les thermes n’appartiendraient pas au premier état (Garum, p. 68). M. Ponsich a cependant corrigé cette analyse (Tanger, p. 301-302). Il a reconnu un premier état thermal qu’il attribue « à l’époque punico-maurétanienne » (fig. 2b, pièces 2 et 3). À la période romaine, les bains sont agrandis et l’emplacement du foyer inversé.

57L’examen de l’architecture montre qu’une telle chronologie relative est très improbable. Les maçonneries de l’ensemble du bâtiment forment un tout parfaitement cohérent, hormis le local 3 qui a visiblement été surajouté : il ne saurait donc appartenir à l’état le plus ancien. À titre d’hypothèse, nous proposerons trois états successifs du bâtiment, appartenant tous à l’époque romaine.

III) Typologie

58Dans l’état actuellement visible, l’ensemble comprend une fabrique de garum à laquelle est accolée une domus à péristyle pourvue de bains. Que ceux-ci aient été, ou non, ouverts au personnel de la fabrique, il faut donc les considérer comme des bains privés.

59Au Nord, directement lié aux thermes, un espace découvert longé par un portique sous lequel ouvrent des pièces pourrait avoir servi de palestre, mais l’état des vestiges ne permet pas de confirmer cette hypothèse. Les locaux proprement balnéaires occupent, dans leur extension maximale, environ 150 m2.

IV) Salles froides

60Un point essentiel est l’existence, à l’Est, d’une piscine froide que les publications ne prennent pas en compte. Il s’agit du frigidarium primitif. Au Nord, un vaste espace (9,50 × 6 m en moyenne), pavé de briquettes, possède un bassin central trop restreint pour constituer une véritable natatio. On peut cependant se demander si ce local n’était pas hypèthre, du moins dans les premiers états. La baie unissant ce dernier et le secteur chauffé paraît originelle.

V) Secteur chauffé

61Il est probable que la salle chauffée longue de près de 10 m était, en fait, subdivisée en deux locaux. La disposition de l’hypocauste permet, au moins dans le dernier état, de placer la paroi disparue à l’aplomb des larges pilettes qui séparent deux systèmes différents de suspensura. M. Ponsich signale d’ailleurs à cet endroit, sous l’actuel fond de l’hypocauste, un mur en fondation (Tanger, p. 302) : l’information n’est pas aisée à exploiter, mais elle paraît confirmer l’existence d’une coupure à cet emplacement.

62Dans l’état actuel de la documentation, il paraît possible de proposer l’évolution suivante :

– Premier état (fig. 2a)

63Le frigidarium est alors à l’Est. Il faut donc restituer le foyer à l’opposé, là où la paroi est percée d’une ouverture qui subsistera. Nous avons alors deux locaux chauffés, 1 et 2. Dans le dernier état, ils étaient pourvus d’une double-cloison : son support de briques prises dans la maçonnerie des murs ne semble pas être dû à un remaniement. De fait, les quatre « cheminées » signalées par M. Ponsich (Tanger, p. 302) sont bouchées à environ 1,70 m de hauteur au-dessus du fond de l’hypocauste et ne paraissent pas avoir été de véritables cheminées, incompatibles avec une double-cloison. Sans doute faut-il donc considérer que les pièces 1 et 2 furent toujours munies d’une paroi chauffante. Dans ce cadre, 2 était le caldarium, 1 assumant les autres fonctions balnéaires.

– Deuxième état (fig. 2b)

64La source de chaleur est déplacée vers l’Ouest, chauffant directement une nouvelle salle, 3, possédant deux piscines et une double-paroi : il s’agit évidemment du nouveau caldarium IV dont la création permet désormais d’établir l’équivalence 2 = II-III, avec chauffage indirect à partir de IV par un passage de chaleur ; 1 = I-V.

– Troisième état (fig. 2c)

65Le caldarium 3 est désaffecté. Son foyer est soigneusement obstrué et il ne semble pas que cette ancienne salle des bains chauds ait été conservée dans le circuit balnéaire : les vestiges de ses piscines montrent que le lieu est purement et simplement abandonné, le passage de chaleur vers 2 étant vraisemblablement obturé, bien qu’il ne reste pas trace de ce bouchage.

66Parallèlement, le frigidarium est, lui aussi, désaffecté pour laisser place au nouveau foyer, reporté à l’Est : le niveau des portes de l’ancien frigidarium montre que l’endroit a été surcreusé afin d’installer le four. Les bains froids ne peuvent plus se prendre que dans la salle Nord.

67Le caldarium est alors placé en 1. On restituera une piscine au-dessus du foyer, de larges pilettes devant correspondre au support de la marche-margelle, tandis que les longs bras externes du four, complétés par un massif de blocs, trahissent probablement la présence d’une chaudière. Le local chauffé 2 doit donc assumer les autres fonctions balnéaires : on est revenu de trois à deux pièces chauffées.

JORF EL-HAMRA : THERMES DE L’EXPLOITATION AGRICOLE (pl. CXXI)

I) Bibliographie

68M. Ponsich, Exploitations agricoles romaines de la région de Tanger, dans BAM, 5, 1964, p. 243-252 ; Id., Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, 243-252 ; Id., Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris, 1970, p. 311.

II) Datation

69D’après M. Ponsich, la ferme aurait été reconstruite dans la deuxième moitié du ier siècle, mais les thermes seraient un aménagement postérieur. L’installation agricole aurait été abandonnée à la fin du iiie siècle.

III) Typologie

70L’édifice est une grande ferme dotée d’une cour dallée sur laquelle donnent les thermes. Ils se composent uniquement de deux pièces disposées selon un plan que l’on pourrait qualifier d’orthogonal dans la mesure où le grand axe de chacune est parallèle. Elles occupent une vingtaine de m2. Nous n’avons pu retrouver ces ruines.

IV) Salle froide

71De la cour, on descend deux degrés pour accéder au sol bétonné d’une pièce, 1, dont deux des côtés sont occupés par une banquette maçonnée qui constitue aussi la marche supérieure.

72L’angle Sud-Est comprend un bassin profond de 60 cm qui fait penser que ce local servait non seulement de vestiaire mais aussi de frigidarium (BAM). Par la suite, M. Ponsich a estimé qu’il s’agissait en fait d’une grande cuve antérieure que l’on aurait comblée pour créer une pièce qui ne serait donc qu’un vestiaire. Ces thermes n’auraient alors offert qu’un bain chaud : c’est l’interprétation la plus plausible.

V) Salle chauffée

73Un passage conduit à l’unique pièce chauffée, 2, disposant d’un foyer situé au Sud-Est. La baignoire, 3, est à l’opposé. Ses dimensions (135 × 72 × 60 cm de profondeur) étaient suffisantes pour permettre une immersion. Son accès était facilité par une marche percée d’un tuyau de plomb permettant l’évacuation des eaux usées, qui se répandaient donc sur le sol de ce petit caldarium. Une marche haute de 5 cm sépare ce dernier du vestiaire : elle implique que l’expulsion de l’eau vers l’extérieur devait se faire par le secteur du foyer.

LIXUS : THERMES DU THÉÂTRE-AMPHITHÉÂTRE (pl. CXXII)

I) Bibliographie

74M. Ponsich, Lixus 1963, dans BAC, 1963-1964, p. 189-197 ; Id., Lixus : informations archéologiques, dans ANRW, II, 10, 2, p. 840-843 ; Id., Une mosaïque du dieu Océan à Lixus, dans BAM, 6, 1966, p. 323-328. Lenoir, Thermes Nord, p. 257-259 ; Ead., Enceintes urbaines et thermes de Lixus, dans Lixus, p. 292-295.

II) Datation

75Inconnue. Ces thermes ont été installés en un lieu occupé par des constructions antérieures et ont dû eux-mêmes connaître plusieurs phases que l’état actuel des recherches ne permet pas d’étudier (N. Khatib-Boujibar, dans BAM, 6, 1966, p. 540, à propos de « thermes primitifs » repérés sous le frigidarium).

76Ce qui nous intéresse ici, c’est donc le dernier état du bâtiment, le seul pour lequel on puisse proposer une tentative de lecture. Un sondage réalisé dans la salle des bains froids avait d’abord permis de dater la mosaïque qui la pave de la fin du iie ou du début du iiie siècle (Ponsich, BAM 1966). En réalité, les fragments de céramique sur lesquels on se fondait sont désormais attribués à une date antérieure et plus rien ne démontre que cet état des bains soit postérieur au début du iie siècle (Lenoir, Thermes Nord, p. 258). De même, les arguments tendant à prouver que l’édifice serait abandonné vers 300 (Ponsich, BAC 1963-1964, p. 196) ne peuvent encore être considérés comme décisifs.

III) Typologie

77Il s’agit très certainement de thermes publics. Étant donné l’inachèvement de la fouille, leur superficie est difficile à évaluer : les vestiges actuellement visibles occupent moins de 900 m2, et nous pouvons sans doute ranger ce bâtiment dans la catégorie des petits thermes (d’après le plan, le frigidarium couvrirait environ 70 m2). Trois salles chauffées sont disposées au Sud-Ouest, en fonction d’un plan difficile à interpréter.

78Nous ne connaissons rien de l’environnement de l’édifice, si ce n’est qu’il est accolé à une vaste construction consistant en un espace circulaire de plus de 30 m de diamètre, ceint d’un haut podium et de gradins installés sur la moitié de sa circonférence. La destination de ce monument est l’objet d’une controverse : théâtre-amphithéâtre (Ponsich, BAC 1963-1964, p. 189-197, ainsi que Un théâtre grec au Maroc ? dans BAM, 6, 1966, p. 323-328) ou théâtre de type grec (M. Euzennat, Héritage punique et influences gréco-romaines au Maroc à la veille de la conquête romaine, dans Le rayonnement des civilisations grecque et romaine sur les cultures périphériques. Actes du VIIIe congrès international d’archéologie classique (Paris, 1963), Paris, 1965, p. 278) ?

79Les données connues, en particulier la présence d’un haut podium dessinant une arène circulaire, paraissent bien désigner non un simple théâtre, mais un édifice mixte (sur les théâtres-amphithéâtres d’Occident, cf. J.-C. Golvin, L’amphithéâtre romain, Bordeaux, 1988, p. 230-236).

80La question des rapports entre ce monument et les thermes voisins est particulièrement embrouillée. Ces derniers sont en effet construits à l’endroit où l’on attendrait les bâtiments de scène du théâtre-amphithéâtre. C’est pourquoi M. Ponsich a pensé que les bains étaient installés dans les sous-sols de la scène, partiellement remblayés. Les vestiges visibles permettent d’exclure cette hypothèse, au demeurant peu vraisemblable.

81Ce même auteur a également envisagé l’hypothèse selon laquelle les thermes occuperaient l’emplacement de la scène, alors détruite. Mais on se heurte à des difficultés chronologiques insurmontables. D’après M. Ponsich, les thermes existeraient vers 200 tandis que l’édifice de spectacle, construit au début du ier siècle, serait abandonné au cours du iiie siècle. Ce dernier serait donc privé de sa scène dans sa dernière période de fonctionnement.

82Cette séquence, déjà surprenante, est rendue encore plus invraisemblable par les données réellement disponibles qui incitent à décaler nettement la vie du théâtre-amphithéâtre, lequel pourrait fort bien n’avoir été construit qu’à la fin du ier siècle ou au début du iie siècle (M. Lenoir, Lixus à l’époque romaine, dans Lixus, p. 277-278) et avoir fonctionné jusqu’à une date tardive (Id., ibid., p. 272-273 et note 13). Si l’on ajoute le fait que le dernier grand état des thermes pourrait être antérieur à l’époque sévérienne et ne constituer qu’un remaniement d’un établissement thermal antérieur, il apparaît que les deux bâtiments ont longuement coexisté. Si le théâtre-amphithéâtre possédait une scène, elle ne se trouvait pas à l’emplacement des bains.

83Il semble donc que les deux édifices soient simplement juxtaposés, en un secteur de la ville qui n’était pas vierge : on repère encore des murs antérieurs qui ont été partiellement détruits, partiellement réutilisés lors de la construction de ces derniers (cf. aussi É. Lenoir, Lixus, p. 295). Le mur dessinant l’arène est aujourd’hui entièrement dégagé : il ne semble comporter aucune communication directe vers le secteur des bains. Sans doute, à l’Ouest, les entrées des deux édifices étaient-elles proches l’une de l’autre, mais il n’y avait pas de véritable lien architectural entre eux. Leur proximité paraît donc dénuée de signification, et même l’hypothèse séduisante d’une utilisation de l’arène comme palestre semble fragile (cf. le parallèle entre ces constructions et les thermes de Gigthis établi par G. Picard dans BAC, 1963-1964, p. 198).

IV) Salles froides

84L’accès au bâtiment était probablement à l’Ouest. Une vaste pièce couverte, incomplètement dégagée, est équipée de bancs : il pourrait s’agir d’une salle d’exercices. De là, on passe directement dans le frigidarium muni de deux piscines et dont la mosaïque comporte des motifs géométriques et végétaux enserrant une tête d’Océan. Il ne saurait, évidemment, s’agir d’un tepidarium (contra Ponsich), ce qui est démontré, si besoin était, par le fait que le sondage réalisé sous le pavement n’a révélé aucun hypocauste.

85À l’Est, la salle des bains froids est reliée, par un large couloir, à une pièce de plan circulaire. La présence de bancs ne suffit pas à déterminer sa fonction, mais, plutôt qu’un salon, il semble plus logique d’y voir un vestiaire. L’examen des maçonneries ne paraît pas confirmer l’hypothèse d’une antériorité de cette rotonde par rapport au frigidarium et à sa piscine orientale (contra É. Lenoir, Lixus, p. 294).

V) Salles chauffées

86Nous sommes en présence de trois pièces chauffées, probablement toutes directement accessibles à partir du frigidarium. Un tel parti, exceptionnel, rend d’autant plus difficile l’interprétation de ce secteur que la fouille reste inachevée.

871 : cette salle sur hypocauste est dépourvue de foyer et il ne subsiste pas de trace explicite d’une paroi chauffante. Une importante brèche dans le mur 1/2 doit correspondre à un passage de chaleur, peut-être double, permettant un chauffage indirect. Il est impossible de savoir si elle correspond aussi à une porte. En tout cas, la pièce était, selon toute probabilité, accessible à partir du frigidarium.

882 : ce local n’est que très partiellement dégagé. Un foyer est bien attesté au Sud, dans la partie mise au jour. Il y en avait probablement au moins un autre : dans le mur Ouest, un arc en grand appareil dont seule est visible la partie supérieure pourrait signaler un four (cf. déjà É. Lenoir, Lixus, p. 294). Une porte F/2 a été bouchée à la suite d’un remaniement.

893 : cette pièce se caractérise par un hypocauste à canaux et un chauffage indirect à partir de 2 (un passage de chaleur). Un foyer paraît exclu à l’Est, où la salle est longée par un passage trop étroit pour avoir fait fonction de praefurnium. En revanche, l’état du dégagement ne permet pas d’exclure un four au Sud : la disposition de l’hypocauste ne paraît cependant pas conforter cette hypothèse. Pas de paroi chauffante. Portes 3/F et 3/2. Banc faisant le tour de la pièce.

90Ce que nous connaissons du mode de chauffage paraît imposer la localisation du caldarium en 2. Le reste de l’interprétation repose sur l’existence ou non d’une communication entre 1 et 2. Si cette communication n’existe pas, nous aurions une pièce isolée du reste du circuit chauffé, selon un parti bien attesté, en particulier au Maroc et il faudrait sans doute considérer 1 comme un destrictarium destiné aux adeptes des exercices physiques. Le bain complet ne comporterait, dès lors, que deux pièces, 3 et 2, avec une possibilité pour les baigneurs de passer directement du caldarium au frigidarium, jusqu’à ce que le bouchage de la baie 3/F n’impose un itinéraire rétrograde, du moins si cette opération appartient bien à la phase de fonctionnement des thermes.

91En revanche, s’il existait une porte 1/2, il faudrait restituer un itinéraire circulaire passant par trois locaux, itinéraire peut-être sinistrogyre fondé sur le schéma 1 = I-II-III, 2 = IV, 3 = V. Un tel parti serait cependant quelque peu surprenant et dénué de parallèle en Afrique. En tout cas, il paraît exclu de localiser la salle des bains chauds en 1 ou 3.

LIXUS : THERMES J (pl. CXXIII)

I) Bibliographie

92M. Ponsich, Lixus. Le quartier des temples, ÉTAM, 9, 1981, p. 109-111 ; R. Rebuffat, dans RA, 1985, p. 124. Lenoir, Thermes Nord, p. 259-263 ; Ead., Enceintes urbaines et thermes de Lixus, dans Lixus, p. 295-298.

II) Datation

93Inconnue. M. Ponsich, mettant en avant le voisinage des thermes et du temple F ainsi que la similitude de leur mode de construction, propose une date identique pour ces deux édifices à savoir le début du ier siècle (Ponsich, p. 65). En réalité, et quoi qu’il en soit des rapports entre ces deux monuments, le temple F ne peut pas être antérieur au règne de Néron, si ce n’est à celui de Trajan (M. Lenoir, Lixus à l’époque romaine, dans Lixus, p. 280282). Dans ces conditions, les raisonnements fondés sur une typologie architecturale qui serait « caractéristique de la fin de la République ou du début de l’Empire » (É. Lenoir, Lixus, p. 296) apparaissent très fragiles.

94Ce présupposé infondé quant à une datation haute des thermes impose la reconstitution d’une histoire excessivement complexe. Dans sa conclusion, M. Ponsich retrace l’évolution du quartier à travers les siècles, en s’aidant de plans correspondant aux diverses étapes (ici fig. 1). Si ce texte synthétique ne mentionne pas les thermes, les figures permettent cependant de voir ceux-ci se mettre progressivement en place, à partir de l’époque de Juba II, selon un processus qui, d’ailleurs, est parfois en contradiction avec l’étude consacrée aux bains : ainsi l’ordre d’apparition des piscines du frigidarium est-il inversé (ici fig. 1 et 3). Un épisode important se produirait au ive siècle, les bains connaissant alors une « extension disproportionnée » : autrefois privés, ils deviendraient publics, affirmation peu vraisemblable étant donné la nature du quartier dans lequel ils sont implantés. Ils seraient ensuite exploités jusqu’au vie siècle, hypothèse qui apparaît également insuffisamment fondée.

95En réalité, l’examen des vestiges montre que, au-delà des remaniements, ces derniers appartiennent à un état principal qui se présente de façon cohérente et qui rend inutile la reconstitution d’une longue gestation architecturale durant laquelle les composantes du monument apparaîtraient progressivement. Par exemple, l’hypothèse d’une mise en place successive des deux piscines du frigidarium semble infondée.

96Cet état essentiel est attribué par M. Ponsich au ive-ve siècle sous prétexte qu’une des piscines du frigidarium empiète sur la maçonnerie de l’enceinte tardive (p. 110). En fait, il n’en est rien : la muraille, bien au contraire, contourne les thermes (Lenoir, Lixus, p. 298). L’état majeur de la construction ne peut donc appartenir à une époque tardive : il est antérieur au ive siècle

III) Typologie

97Il s’agit de petits thermes publics dont le secteur proprement balnéaire ne doit pas atteindre 500 m2, le frigidarium occupant environ 50 m2. Le secteur chauffé, placé au Sud, comprend deux puis, à la suite d’un remaniement subdivisant le premier local, trois salles. Dans le premier état, nous avons un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde ; dans le second, un plan circulaire qui correspondait peut-être à un circuit dextrogyre mais qui pourrait aussi avoir impliqué deux itinéraires rétrogrades.

IV) Salles froides

98L’accès au bâtiment paraît avoir été à l’Ouest. Trois locaux, précédés d’une pièce de plan circulaire qui pourrait appartenir à un état antérieur, forment actuellement la façade occidentale, le plus vaste, muni de bancs, ayant sans doute servi de vestiaire. De ce dernier, on passe dans le frigidarium équipé de deux piscines disposées orthogonalement.

99Au Sud, un grand espace aménagé en péristyle évoque une palestre, mais il ne semble pas qu’il ait été relié aux thermes. Au demeurant, une installation d’une telle nature pourrait tout aussi bien se trouver à l’Ouest, où un vaste secteur est très incomplètement dégagé.

V) Salles chauffées

100Dans le dernier état, nous avons trois pièces (fig. 4) :

  1.  :chauffage indirect à partir de 3 (un passage de chaleur) et peut-être à partir de 2. Ce tepidarium joue un grand rôle dans les circulations : outre les portes 1/2 et 1/3, aujourd’hui détruites mais qu’il faut restituer, il ouvre vers les salles froides par trois autres baies.

  2.  :un foyer. À l’origine, 1 et 2 ne constituaient qu’un unique local : bien qu’elle soit très arasée, la paroi 1/2 paraît bien être une adjonction. Il est possible que le foyer ait été créé seulement lors de la subdivision de la pièce.

  3.  :un foyer dont le canal est entouré de massifs de maçonnerie qui rendent probable l’existence d’une chaudière. De fait, ce four chauffe directement un bassin. La pièce elle-même est construite selon un plan circulaire complété par quatre niches semi-circulaires.

101Il semble donc que l’on passe de deux salles chauffées à trois salles, avec sans doute adjonction d’un foyer. L’interprétation de ces trois locaux s’impose alors : un tepidarium commande, vers l’Ouest, un destrictarium-laconicum et, vers le Sud, un caldarium (cf. Rebuffat, RA). Reste à comprendre les circulations. Soit le tepidarium commandait exclusivement les deux autres pièces, imposant deux trajets rétrogrades, soit il existait une communication directe 2/3, établissant une circulation dextrogyre. Cette hypothèse n’est pas évoquée dans les publications antérieures : pourtant, le niveau d’arasement du mur entre 2 et la niche Nord-Est du caldarium ne permet pas d’exclure l’hypothèse d’une baie de communication à cet endroit.

TAMUDA : THERMES DU CAMP (pl. CXXIII)

I) Bibliographie

102M. Tarradell, Guía arqueológica del Marruecos español, Tetuan, 1953, p. 31 = Rebuffat, Thamusida, II, p. 211.

II) Datation

103Inconnue. L’essentiel sinon la totalité des constructions visibles dans le camp ne paraît pas appartenir au premier état de ce dernier, mais être le fruit d’une occupation tardive (conversation avec M. Lenoir). De fait, les thermes eux-mêmes sont curieusement placés, obstruant presque la porte Sud dont ils ne sont séparés que par une rue large d’environ 2 m (cf. M. Tarradell, BAM, 6, 1966, p. 441, pl. III : photographie aérienne du site avec la porte Sud en haut, à gauche).

III) Typologie

104Dans l’état actuel des vestiges, il semble s’agir d’un petit édifice se composant uniquement de deux salles chauffées couvrant à peine plus d’une vingtaine de m2. Elles étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles thermales

105Aucune salle froide n’est repérable et il semble bien ne pas y en avoir eu : l’unique accès se trouve au Sud, sur une rue dont la présence exclut l’existence d’un frigidarium dans cette direction. Sur les autres côtés aucun arrachement de mur ne signale la destruction d’un autre local, hormis au Nord où une paroi semble avoir séparé les deux foyers qui se trouvent de ce côté.

106La porte d’accès donne sur la pièce occidentale : un foyer ; double-cloison sauf au Nord. On accède à la pièce orientale par une porte étroite. Un foyer ; double-paroi contre les murs Ouest et Sud. Trois passages de chaleur unissent les deux locaux.

107Il semble donc que ces bains se résumaient à deux petites pièces, couvrant environ 6,5 m2 chacune et toutes deux bien chauffées.

THAMUSIDA : THERMES DU FLEUVE (pl. CXXIV et CXXV)

I) Bibliographie

108Rebuffat, Thamusida, II, p. 21-213 Ces thermes constituent un cas spécifique. D’abord parce qu’ils ont subi un grand nombre de transformations : nous sommes en présence d’un monument « qui pendant deux siècles a été remanié tous les vingt ans » (p. 169). Même si les bains sont fréquemment l’objet de travaux divers, ce rythme apparaît d’autant plus exceptionnel que certaines phases de construction modifient de façon notable la conception du monument. Ensuite parce que le soin apporté aux recherches conduites sur le terrain et à leur publication nous fournit un dossier d’une richesse pratiquement sans équivalent pour les autres édifices balnéaires maghrébins.

II) Datation

109Nous nous contenterons de signaler l’existence d’un premier édifice balnéaire, probablement érigé dans le dernier quart du premier siècle. Ces « thermes primitifs » sont trop partiellement connus pour intéresser notre propos, et n’influent pas sur la suite de l’histoire architecturale de ce secteur.

110R. Rebuffat distingue trois moments essentiels. D’abord, les « thermes anciens » qui connaissent trois phases occupant la première moitié du iie siècle. Ensuite, les « thermes modernes », englobant eux-mêmes trois phases étalées du milieu du iie siècle à la fin de l’époque sévérienne. Enfin les « thermes récents », expression qui regroupe divers remaniements correspondant à l’évolution du monument de 230 environ à l’abandon du site, en 274-280.

111Au fur et à mesure des besoins, nous nous référerons éventuellement aux datations plus fines des diverses phases telles qu’elles ont été élaborées par R. Rebuffat.

III) Typologie

112Dès la phase Ancien II (vers 120-130), le bâtiment que l’on peut appeler les grands thermes est flanqué de petits thermes. L’édifice forme alors un tout cohérent, mais ces deux bains restent toujours strictement séparés, avec leur entrée propre ; avec aussi, ce qui est plus remarquable, des chaufferies totalement distinctes. Autant que l’état des vestiges permette de l’affirmer, il n’existe jamais de communication entre ces deux constructions. Même un passage technique, destiné au personnel, paraît devoir être exclu (p. 171). Nous sommes sans doute en présence de bains réservés respectivement à une clientèle masculine et féminine.

113Au-delà des multiples remaniements, les grands thermes comportent toujours trois salles chauffées qui sont parcourues selon un itinéraire rétrograde découlant d’un plan linéaire puis orthogonal. Les petits thermes conservent à toutes les époques un plan linéaire impliquant un circuit rétrograde, mais le nombre de salles chauffées passe de deux à trois, puis quatre. On notera que ces dernières sont, selon les bâtiments, disposés en sens inverse, respectivement à l’Ouest et à l’Est.

114D’après nos critères, les chiffres de 60 sur 50 m environ donnés par R. Rebuffat (p. 177) apparaissent illusoires. En effet, ils reposent sur des dimensions extrêmes, ne correspondant pas à la superficie réellement occupée. De plus, ils englobent des annexes que nous ne prenons pas en considération dans nos calculs. Enfin, ils additionnent deux établissements qui font, certes, partie d’un même ensemble, mais qui n’en constituent pas moins deux entités clairement distinctes. Il en résulte que, loin de nous trouver en présence de grands thermes atteignant quelque 3 000 m2, nous devons prendre en considération deux petits bains. Dans leur plus grande extension, aucun des deux ne paraît outrepasser la limite des 1 000 m2 (à peine plus de 700 m2 pour les petits thermes, moins de 900 m2 pour les grands).

GRANDS THERMES

IV) Salles froides

115Dans les thermes « anciens I et II », nous ne connaissons guère que l’emplacement de la piscine du frigidarium. En revanche, la phase Ancien III correspond à un changement important. Le frigidarium, équipé d’une unique piscine, est déplacé afin de dégager un grand espace caractérisé par une double colonnade. Il faut très probablement y voir une palestre (p. 161 : « vaste aire bordée de deux portiques » ; p. 74 : « vaste salle à ciel ouvert »). Dans l’état « moderne », elle subit des transformations. Les colonnades sont bouchées et les portiques morcelés en divers locaux (sans doute un vestiaire ; des latrines) disposés autour de l’espace central, « grande salle d’exercices » (p. 171) désormais couverte.

116On mettra ces remaniements en relation avec la construction, au Sud du secteur chauffé, d’un vaste hémicycle d’une trentaine de mètres de diamètre, où l’on proposera de reconnaître une palestre (cf. déjà le compte rendu de P. Romanelli, dans Archeologia classica, 24, 1972, p. 193). La première palestre serait ainsi créée vers 140-150, transformée en gymnase couvert vers 170-180, et remplacée par une nouvelle palestre vers 200 (p. 122).

117Nous ne connaissons bien le frigidarium qu’à partir de la période « moderne ». L’essentiel de l’espace (environ 60 m2) est occupé par une grande piscine que complète, sans doute à partir de l’époque sévérienne, un bassin circulaire. Malgré R. Rebuffat, ni la forme de ce dernier, ni ses dimensions (son diamètre varie de 2 à 2,60 m) ne permettent de l’identifier indubitablement à une salle de douche (p. 71). Quant à sa profondeur, l’état des vestiges n’autorise pas à affirmer qu’elle ne pouvait excéder 50 cm : la marche-margelle, arasée, devait être relativement haute et, avec l’aide de la marche par laquelle on descend au niveau du sol du bassin, assurer une dénivellation suffisante pour autoriser une immersion. La reconnaissance d’une douche reste donc une hypothèse.

118Le frigidarium commande l’accès aux salles chauffées (dans la phase Ancien III, cette liaison directe est moins certaine : cf. p. 79-80 ; elle paraît cependant probable). À partir de la période « moderne », il communique aussi avec une pièce également accessible à partir du secteur des entrées. L’interprétation de cette dernière découle de ses aménagements successifs. Il s’agit d’abord d’un espace chauffé, transformé en local froid au début de la période « moderne » : salle de réunion (p. 162) ? La présence de bancs tout autour de la pièce est héritée de l’époque où elle faisait fonction de tepidarium. Leur conservation nous paraît cependant signaler bien plus un vestiaire qu’un lieu de réunion : son emplacement serait parfaitement logique.

119L’adjonction de l’abside, à époque « récente », correspond à la création d’un bain froid supplémentaire doublant le frigidarium. Cela n’empêche pas que la salle ait pu continuer à assumer sa fonction de vestiaire. Cette hypothèse est confortée par la suite de l’évolution, qui correspond au comblement du bain froid et au prolongement des bancs tout autour de l’abside (p. 77-82).

V) Salles chauffées

120Durant la période « ancienne », les trois salles chauffées correspondent aux pièces 23, 28 et 33 de la publication. Nous avons alors :

121I-V (= 23) : 7,50 × 4,40 m. Chauffage indirect à partir de II-III (un passage de chaleur : p. 79). Un banc faisait originellement tout le tour de la pièce (p. 78).

122II-III (= 28) : 7,75 × 5,60 m. Pas de chauffage mural (p. 86). Un foyer, d’abord au Nord (Ancien I et II), ensuite au Sud (Ancien III). Trois passages de chaleur vers IV, ensuite réduits à deux à une date inconnue.

123IV (= 33) : 7,70 × 5,50 m. Double-cloison (p. 92). Un foyer, d’abord au Nord (Ancien I et II), une abside occupant alors le côté Sud, ensuite au Sud, l’abside étant arasée (Ancien III). Dans ces deux états, il faut rétablir une piscine au-dessus des foyers, mais il n’en reste nulle trace si ce ne sont les bras qui prolongent les fours dans la salle et les massifs du foyer Nord qui pourraient signaler une chaudière.

124Durant la période « moderne », nous avons toujours trois salles chauffées, mais tout le système est décalé à la suite de l’adjonction d’une nouvelle pièce à l’Ouest et de la désaffectation du premier local chauffé à l’Est. Nous avons dès lors :

125I-V (= 28) : chauffage indirect à partir de II-III ; pas de chauffage mural.

126II-III (= 33) : chauffage indirect à partir de IV par trois passages de chaleur (p. 94) ; double-cloison.

127IV (= 38) : 7,80 × 6,30 m en moyenne, soit près de 50 m2 ; double-cloison partielle : attestée au Sud (p. 100), elle ne paraît pas avoir existé à l’Est (p. 101). La piscine principale, directement chauffée par un foyer, se trouve originellement au Nord, où des massifs de maçonnerie externes signalent, selon toute probabilité, la présence d’une chaudière (p. 103).

128Sans doute dès la phase Moderne II (190-210 ?), cette piscine principale est transférée à l’Ouest, ainsi que le foyer dont la chaudière est attestée par les massifs de maçonnerie et l’escalier qui permettait de la desservir. Cette vaste piscine a connu deux rétrécissements successifs qui aboutirent à lui donner la forme d’un bassin en fer à cheval (2,40 × 1,80 m). Nous sommes alors à l’époque « récente » et, au même moment, cette perte de surface permettant le bain par immersion était compensée par l’adjonction d’un nouveau bassin au Sud (2,95 × 2,05 m environ : malgré R. Rebuffat, p. 101, il n’y a aucune raison de considérer ce dernier uniquement comme une cuve d’aspersion).

PETITS THERMES

IV) Salles froides

129Ce secteur est situé à l’Ouest. Durant la période « ancienne » on ne peut guère reconnaître que le frigidarium : l’emplacement de cette salle des bains froids ne changera jamais. Dans les derniers états, il s’agit d’un rectangle d’un peu plus de 45 m2 (pièce 25 de la publication) équipé de bancs et complété par une annexe d’environ 12 m2 (25’). Au Nord, un bassin de 4 × 2,85 m appartient à l’état originel. Ce frigidarium a toujours commandé, selon des modalités diverses, l’accès au secteur chauffé.

130De l’extérieur, on accède aux thermes par une porte située à l’articulation de la salle des bains froids et du secteur chauffé, porte condamnée lors d’une extension de ce dernier. De plus, un vestibule situé à l’Ouest (41) conduit au secteur occidental des bains. Dans un premier temps, on peut gagner directement le frigidarium. Par la suite, un itinéraire plus complexe impose de parcourir l’essentiel des annexes occidentales, parmi lesquelles on notera, en position de vestibule du frigidarium, un important local en forme d’abside (30). Doté de banquettes, il a dû servir de vestiaire (p. 146). On remarquera aussi que l’abandon du passage direct vers la salle des bains froids permet de créer des latrines (36).

V) Salles chauffées

131Lors de la période « ancienne », nous avons seulement deux salles chauffées (1 = 15), dont nous ne connaissons pas avec précision la limite occidentale, et 2 = 11), desservies par un unique foyer situé d’abord au Sud de la pièce 2, puis reporté sur son flanc Nord. Il paraît possible d’attribuer une double-cloison à ce dernier local (p. 129).

132Lors de la période « moderne », d’importants changements surviennent. Une pièce chaude est adjointe à l’Est, avec un foyer désormais situé dans l’axe de l’enfilade des pièces. Nous avons dès lors (phase Moderne I) trois locaux chauffés, auxquels on ajoute ensuite, mais cette fois en début de circuit, une quatrième pièce. L’histoire de cette dernière est complexe (p. 73-75) et le texte ne correspond pas parfaitement au plan synthétique nous donnant la phase Moderne II (fig. 27, où, en particulier, est représenté en 21 un état avec hypocauste mais sans piscine que nous n’avons pas retrouvé dans le texte ; où les rapports entre les pièces 21 et 15 sont également peu compréhensibles, le vestibule articulant ces deux locaux, restitué p. 75, n’apparaissant pas sur la figure).

133Malgré ces incertitudes liées à la complexité de vestiges constamment remaniés, il est possible de souligner quelques données et de proposer une lecture d’ensemble.

134Dans la phase Moderne I, nous avons trois salles :

135I-V (= 15) : sa limite occidentale n’est pas connue mais devait peu différer de ce qu’elle sera par la suite. On repère encore une cheminée (p. 135) qui signifie l’absence de paroi chauffante. Chauffage indirect à partir de II-III (p. 131).

136II-III (= 11) : 4,25 × 3,55 m ; chauffage indirect à partir de IV par deux larges passages de chaleur (p. 127) ; double-cloison (p. 129).

137IV (= 6) : paroi chauffante ; un foyer à l’Est équipé d’une chaudière dont subsistent les massifs et l’escalier de desserte (p. 128). Le texte de la publication, étant donné l’état de destruction des vestiges, est moins affirmatif que les plans synthétiques en ce qui concerne les piscines, mais il faut restituer un bassin au contact du four, soutenu par les bras de ce dernier, et un second dans l’abside septentrionale.

138Dans les phases suivantes, on ajoute en 21 une salle équipée d’une piscine et bénéficiant d’un chauffage indirect à partir de 15 (p. 73). À l’époque « moderne », cette salle commande l’accès au secteur chauffé d’une manière telle qu’il devient difficile de ne pas y voir un tepidarium permettant de redistribuer les fonctions des salles antérieures, à savoir de distinguer le destrictarium et le laconicum autrefois confondus. Lorsque, à l’époque « récente », cette nouvelle salle chauffée se trouve marginalisée, coupée du reste du circuit chauffé et accessible uniquement à partir du frigidarium, il faut penser que sa fonction n’est pas radicalement changée. De fait, il reste facile de passer de cette dernière aux autres salles chauffées. Force est cependant de reconnaître que les raisons de cette ultime modification nous échappent.

ZILIL : THERMES (pl. CXXVI)

I) Bibliographie

139Pour les recherches anciennes, cf. Rebuffat, Thamusida, II, p. 209, et BAM, 14, 1981-1982, p. 170-172. Sur les fouilles récentes, É. Lenoir, A. Akerraz, Fouilles de Dchar Jdid, 1977-1980, dans BAM, 14, 1981-1982, p. 182-191. Lenoir, Thermes Nord, p. 265-269. Une publication complète de l’édifice est en cours de préparation.

140On a longtemps hésité sur le nom antique de Dchar Jdid. On sait maintenant qu’il s’agit de la colonia Iulia Constantia Zilil, hypothèse (M. Euzennat, BAM, 4, 1960, p. 534-536) devenue une certitude (M. Lenoir, Africa romana, IV, p. 433-444).

II) Datation

141Les fouilles récentes ont permis de proposer des datations fondées sur des données stratigraphiques. Nous pouvons ainsi distinguer plusieurs états. Les thermes sont construits à l’époque flavienne (premier état) : cette datation semble bien assurée dans la mesure où la pente du terrain et la présence d’une construction antérieure, arasée, nécessita la mise en place d’un remblai, quoique ce type de couche, plus que tout autre, ne fournisse par définition qu’un terminus ante quem non. Le monument s’agrandit ensuite (deuxième état : milieu du iie siècle, avec création des locaux 20 et 22), puis connaît, inversement, une phase de réduction et de remaniements qu’il faut probablement placer à la fin du iie ou au début du iiie siècle (troisième état). D’autres interventions ne sont pas précisément datables : on peut les regrouper sous l’expression de quatrième état, lequel correspond à un ensemble de travaux de restauration et de rétractation de l’espace occupé qui s’étalent entre la fin du iie et la fin du iiie siècle : ils permettent d’assurer le fonctionnement des thermes qui ne sont abandonnés qu’à la fin du ive siècle.

III) Typologie

142Dans son extension la plus grande, le bâtiment paraît avoir couvert une superficie excédant de très peu les 1 000 m2. D’après notre typologie, nous sommes donc juste à la limite des thermes de dimensions petites et moyennes. Le frigidarium occupe un peu moins de 70 m2.

143Les salles chaudes, disposées à l’Ouest, ont varié selon les états, ces variations imposant des itinéraires différents, mais tous de type rétrograde et inscrits dans des plans orthogonaux avec virage dans la deuxième pièce. Le secteur froid relève d’un esprit de symétrie assez affirmé pour que l’on puisse classer le bâtiment parmi les édifices de plan semi-symétrique.

IV) Salles froides

144Le long vestibule d’entrée est équipé d’un banc qui pourrait le désigner comme une salle d’attente, mais aussi comme un vestiaire lié à la cour située immédiatement au Nord et où nous proposerions volontiers de voir une petite palestre (environ 8x5m d’après le plan).

145Ce vestibule débouche sur une vaste pièce qui devait être le vestiaire principal, pourvu de banquettes sur tous ses côtés. L’ampleur de la salle permet de se demander, du moins avant qu’elle ne soit subdivisée ou équipée de nouveaux bancs installés dans l’espace central, si elle ne servait pas aussi de gymnase.

146Ce vestiaire commande des latrines et l’accès au frigidarium, remarquable par son plan octogonal. Cette dernière salle est pourvue de trois piscines groupées à l’Est : deux petites, de plan hexagonal, et une, plus vaste, s’achevant en abside, mais dont la superficie est réduite de moitié lors d’un remaniement.

147Au Sud de la salle des bains froids, une salle, symétrique du vestiaire principal, paraît avoir été destinée à des activités sportives.

V) Salles chauffées

148Les données disponibles laissent en suspens certaines questions, mais, grâce à la fouille, il est possible de dégager les grandes lignes de l’organisation du secteur chauffé et de ses transformations.

149I-V (= pièce 11 du plan Monthel) : la fonction de ce tepidarium n’a jamais changé durant toute la vie du bâtiment. Dans le premier état, les murs Nord et Sud sont légèrement incurvés. À la suite d’un remaniement (troisième état ?), la salle reçoit un plan carré et est dotée d’une banquette disposée le long de son mur occidental.

150Le chauffage, indirect, provenait de 7. Il était certainement très modéré. L’hypocauste semble avoir consisté uniquement en un canal prolongeant l’unique passage de chaleur et borné à la partie occidentale de la pièce. De fait, sensiblement dans l’axe Nord-Sud de celle-ci, un couloir souterrain unit les locaux de service 13 et 10, permettant de désenclaver ce dernier sans perturber la circulation des baigneurs (fig. 2). Or, ce couloir, dont le plafond est constitué par l’épaisse dalle de mortier supportant le sol du tepidarium, interdit l’extension de l’hypocauste vers l’Est. Lorsqu’il sera désaffecté et remblayé, tout comme l’espace de service 13 (troisième état), il ne sera pas détruit : la seule amélioration apportée au chauffage sera, à la même époque, l’installation d’une cloison chauffante doublant le mur occidental, aménagement dont la pièce était, jusqu’alors, complètement dépourvue.

151Pièce 7 du plan Monthel : dans le premier état (fig. 2), il s’agit d’un local muni de doubles-parois et chauffé indirectement à partir de 8 (deux passages de chaleur). Il doit s’agir alors de la pièce II-III. Un passage donnant sur l’hypocauste à partir du local de service 6 reste énigmatique. Il ne semble pas s’agir d’un foyer, ni même d’une ouverture destinée au nettoyage, dans la mesure où un dispositif identique se retrouve symétriquement dans un autre angle de 6, cette fois vers la salle froide 2.

152Dans le troisième état (fig. 3), la salle est dotée d’une piscine et est, désormais, chauffée directement par un foyer placé en 9 (des massifs signalent probablement une chaudière). Il s’agit alors du caldarium IV.

153Pièce 8 du plan Monthel : dans le premier état, il s’agit du caldarium IV, muni d’une piscine directement chauffée par un foyer (la présence de massifs est probablement liée à l’existence d’une chaudière). Dans le troisième état, le caldarium étant reporté en 7, on aménage, dans l’espace ainsi libéré, le praefurnium 9.

154Pièce 5 du plan Monthel : c’est celle qui, dans l’état actuel de la documentation, pose le plus de problèmes. Malgré les ambiguïtés des études provisoires (BAM, p. 190, où cette salle est placée dans le secteur chauffé de « la première époque », ce que confirme Thermes Nord, p. 265 : « Dans son premier état, l’établissement comporte quatre salles chauffées... »), il paraît clair que ce local n’est, originellement, pas chauffé. Un passage sous le mur oriental l’unissait à l’espace de service 6 : s’agit-il du prolongement du passage situé sous le tepidarium ? Mais s’il ne conduisait qu’en 5, on ne comprend pas la fonction de ce dernier, et s’il se prolongeait au-delà, on ignore vers où et quel intérêt un tel cheminement pouvait présenter.

155Quoi qu’il en soit, c’est uniquement dans le troisième état (BAM, p. 186 et 189) que le niveau tant de 5 que de 6 est exhaussé, leur communication occultée, un hypocauste installé en 5 et relié à 7 par trois passages de chaleur. Cette nouvelle salle chauffée est dépourvue de double-cloison, ainsi que l’atteste la présence de cheminées (la paroi chauffante mentionnée dans Thermes Nord, p. 268, n’est signalée nulle part ailleurs et serait en contradiction avec les vestiges visibles). Le niveau d’arasement de la construction ne permet plus de reconnaître les circulations, mais il faut alors restituer une porte 5/7.

156Étant entendu que 11 doit toujours être identifié à I-V, nous pouvons dès lors proposer la lecture suivante :

  • Premier état : 7 = II-III ; 8 = IV.

  • Troisième état : 7 = IV ; 5 = II-III.

157Toutes les autres hypothèses concernant 5 (proposées dans Thermes Nord, p. 268) apparaissent peu satisfaisantes, qu’il s’agisse d’un destrictarium réservé aux sportifs, d’un « solarium » ou d’un tepidarium de sortie. En effet, de telles hypothèses supposent une porte 5/Est et un cheminement passant au-dessus des locaux de service 6-13, ce qui n’est pas exclu mais n’aurait aucun sens dans le cas d’un tepidarium de sortie. Surtout, elles supposent que 5 était chauffé dans le premier état : seul ce dernier, comportant déjà trois salles balnéaires bien attestées, permettrait l’adjonction d’une pièce qui n’était pas essentielle. Or, comme nous l’avons vu, les données disponibles semblent exclure un chauffage de 5 à cette époque.

VOLUBILIS

158Pour des raisons comparables à celles qui caractérisent le site de Thamugadi, nous regroupons à la fin du catalogue des thermes marocains les installations mises au jour à Volubilis.

159La présentation est également semblable. Les notices concernent d’abord les thermes publics, puis les bains privés, les édifices étant, au sein de ces deux rubriques, classés du Nord au Sud et d’Ouest en Est. Le catalogue se conclut sur un plan général du site (pl. CXLIII) où est précisé l’emplacement des édifices étudiés. Afin de donner la meilleure idée possible de l’ensemble de ce dossier, nous signalons ici quatre bâtiments qui ne sont pas l’objet d’une notice :

  • Bains de la maison à l’Est de la « caserne » (rive Nord du decumanus maximus). Ces thermes, selon toute apparence dépendant d’une domus, sont en cours de fouille (1996). Il faut donc attendre leur publication par les chercheurs qui assument cette tâche. Nous nous contenterons donc de noter un frigidarium, doté d’une piscine, commandant trois pièces chauffées disposées selon un plan comportant deux virages (itinéraire rétrograde). La première salle est chauffée indirectement, la deuxième dispose d’un foyer, la troisième possède un bassin chauffé directement par un four qui était très probablement doté d’une chaudière.

  • Maison à l’ouest du palais du gouverneur (R. Étienne, Maisons et hydrauliques dans le quartier Nord-Est à Volubilis, dans PSAM, 10, 1954, p. 136-141 ; Id., Quartier Nord-Est, p. 47-49). À partir d’une cour secondaire ornée d’un bassin, on accède à un local, qui paraît avoir été des latrines, et à une pièce sur hypocauste (chauffage indirect, double-cloison) commandant une seconde pièce sur hypocauste (un foyer ; double-paroi). R. Étienne a interprété ces vestiges comme un appartement chauffé. P. Grimal (RÉA, 67, 1955, p. 425-426) pense au contraire qu’il s’agit de thermes, le bassin froid étant celui de la cour. De fait, on notera que ce dernier est facilement accessible par un de ses côtés, où la murette est plus basse que les autres ; qu’une banquette court le long de deux autres côtés ; que les dimensions de la pièce d’eau (2,20 × 2,10 × 0,80 m de profondeur) pouvaient permettre aisément l’immersion d’une ou plusieurs personnes. Le parti resterait cependant surprenant, d’autant plus que, sur ce péristyle secondaire, ouvrent d’autres pièces dont certaines paraissent avoir été soigneusement ornées. R. Rebuffat considère d’ailleurs qu’il s’agit d’une installation chauffée non thermale (Thamusida, II, p. 207).

  • Maison à l’éphèbe (R. Thouvenot, La maison à l’éphèbe, dans PSAM, 7, 1945, p. 120). Une pièce ouvre sous le portique oriental du péristyle. Elle commande, au Nord, un local chauffé par un hypocauste qui n’occupe qu’une partie de la superficie de la salle et qui était desservi par un foyer. Selon toute probabilité, il ne s’agit pas d’un bain, mais d’un appartement chauffé (Rebufffat, Thamusida, II, p. 207).

  • Thermes extra muros (A. El Khayari, Les thermes extra muros à Volubilis, dans Africa romana, X, p. 301-312). La publication de ces bains démontrent qu’ils doivent être dates de l’époque idrisside. Nous les prendrons donc en considération lorsque nous devrons réfléchir sur l’évolution de l’art balnéaire a époque tardive.

VOLUBILIS : URBANISME ET CHRONOLOGIE DU QUARTIER NORD-EST (pl. CXXVII)

160Malgré les diverses études de R. Thouvenot et la publication d’ensemble de R. Étienne, nous ne disposons pas de la totalité des informations nécessaires à l’étude architecturale des thermes de ce secteur, et encore moins de données chronologiques réellement fiables. Pendant longtemps, on a pensé que l’essentiel des demeures de ce quartier avaient progressivement été érigées au cours du iiie siècle, sans qu’aucun argument décisif ne soit apporté.

161Désormais, un cadre chronologique beaucoup plus cohérent a été proposé par R. Rebuffat (Le développement urbain de Volubilis au second siècle de notre ère, dans BAC, 1965-1966, p. 231-240 ; Enceintes urbaines et insécurité en Maurétanie tingitane, dans MEFRA, 86, 1974, p. 510-512). En effet, l’orientation des vestiges lui a permis de distinguer plusieurs épisodes dans l’occupation de ce secteur, occupation qui se met en place progressivement et aboutit à une extension systématique de la ville dans un cadre spéculatif, le terrain étant valorisé par la construction de l’enceinte qui l’entoure. Par la suite, les recherches d’É. Lenoir sur les thermes Nord l’ont conduite, tout en adoptant ce schéma de développement urbain, à en modifier partiellement la chronologie, en remontant dans le temps les deux premières phases (Thermes Nord, p. 284-289). Ce cadre ne nous fournit que la date de la mise en place des différentes constructions, et, bien évidemment, ne nous procure donc à chaque fois qu’un terminus ante quem non : en particulier, dans le cas de bains privés dépendant d’une demeure, ceux-ci peuvent avoir été créés bien après la construction de la maison.

162– Première phase : thermes sous la maison à la citerne, maisons à l’éphèbe, aux colonnes, au cavalier, au bassin tréflé, cet axe étant lié à celui de l’aqueduc à son entrée dans la ville.

163Fin ier siècle (Rebuffat) ; milieu du ier siècle (Lenoir). Cette datation repose uniquement sur la façon dont on interprète les résultats de la fouille des bains sous la maison à la citerne, et n’apporte donc rien à l’histoire de ces derniers (cf. la notice les concernant). Certes, si l’on accepte la chronologie relative des différentes phases, et si l’on accepte aussi la datation des thermes du Nord telle qu’elle résulte des fouilles d’É. Lenoir, il est clair que cette première phase doit se situer vers le milieu du premier siècle. Mais quelle preuve avons-nous qu’il ne faudrait pas intervertir les phases 1 et 2 ?

  • Deuxième phase : thermes Nord, maison de Vénus, cet axe étant lié à la branche d’aqueduc desservant la fontaine publique située au Sud des thermes. Date indéterminée, peut-être Trajan-Hadrien (Rebuffat) ; époque flavienne (Lenoir).

  • Troisième phase : elle concerne l’essentiel du quartier Nord-Est dans son état actuel, et c’est donc celle qui nous intéresse le plus pour l’étude des thermes puisqu’elle date la création de lots comme ceux de la maison des néréides, du « palais de Gordien », de la maison à l’Ouest du palais du gouverneur ainsi que de celles aux travaux d’Hercule et du cadran solaire.

164L’implantation de toutes ces constructions est intimement liée au tracé de l’enceinte. À la rigueur, on pourrait admettre que l’urbanisme du quartier précède l’érection de la muraille (BAC 1965-1966, p. 232). Il est beaucoup plus satisfaisant de penser qu’il s’agit d’une seule et unique réalisation (ibid., p. 240 ; MEFR 1974, p. 510). Or, cette grande opération, qui ne fait que consacrer l’occupation d’un secteur déjà en cours d’urbanisation, est précisément datée par des inscriptions qui placent l’édification des murs en 168-169. Nous disposons ainsi, pour tous les monuments dont l’implantation est liée à cette troisième phase, d’un terminus ante quem non, que, dans notre rubrique « datation », nous rappellerons en utilisant l’expression « après 170 ».

165Dans cette analyse, nous n’avons pas tenu compte de l’étude d’A. Akerraz (Nouvelles observations sur l’urbanisme du quartier nord-est de Volubilis, dans Africa romana, IV, p. 445-457). De fait, aucun des arguments avancés ne permet d’affirmer que « l’orientation générale du quartier était fixée avant la construction de l’aqueduc » et d’en conclure que, ce dernier étant attribuable à l’époque flavienne, la trame urbaine est en place dès le début de l’Empire. L’analyse des rapports spatiaux existant entre l’aqueduc et les maisons qui le flanquent ne permet nullement de démontrer que la majorité de ces dernières est antérieure. De même, rien n’autorise à assurer que la privatisation de certains cardines est la conséquence directe de la mise en place de l’adduction d’eau qui les auraient rendus inutiles. Enfin, l’existence de couches d’occupation anciennes dans le quartier ne permet nullement « de conclure de façon catégorique que le schéma d’extension de la ville vers le nord-est est fixé dès la fin du ier siècle... » (A. Akerraz, Le développement urbain de Volubilis, dans L’Afrique dans l’Occident romain, Actes du colloque de Rome, 3-5 déc. 1987, Rome, collection de l’EFR, 134, 1990, p. 214-219).

166Ce dernier point a été repris par M. Makdoun qui a réalisé plusieurs sondages (Encore sur la chronologie du quartier Nord-Est de Volubilis, dans Africa romana, X, p. 265-281). La datation de l’aqueduc dans la seconde moitié du ier siècle ne fait que renforcer les analyses antérieures. De même, la mise en évidence, en de nombreux points du quartier, de couches appartenant à cette même époque (et caractérisées par l’absence de sigillée claire) apporte une confirmation de l’occupation des lieux dès le ier siècle et une précision intéressante sur sa densité. En revanche, ces nouvelles données ne permettent nullement de se faire une idée précise des modes de cette occupation, et certainement pas de conclure que la trame urbanistique, avec en particulier son magnifique decumanus qui la conditionne dans une large mesure, est d’ores et déjà en place.

167Dans l’état actuel de la documentation, il nous semble qu’il ne faut pas s’égarer dans des données ponctuelles d’interprétation délicate et perdre ainsi de vue une évidence mise en avant par R. Rebuffat : l’urbanisme du quartier d’une part, et le tracé de l’enceinte d’autre part sont deux réalités intimement liées. Il serait fort étonnant que la première précède la seconde d’un siècle et plus. Vers 170, on procède à une grande réorganisation de l’espace, centrée sur un decumanus maximus flanqué de colonnades. C’est la donnée qui conditionne un épisode fondamental de l’histoire de ce quartier et qui nous intéresse pour l’étude des thermes de ce secteur.

VOLUBILIS : THERMES SOUS LA MAISON À LA CITERNE (pl. CXXVIII)

I) Bibliographie

168H. Zehnacker et G. Hallier, Les premiers thermes de Volubilis et la maison à la citerne, dans MEFR, 77, 1965, p. 87-90, 118-136 et 150-152. Lenoir, Thermes Nord, p. 240-241.

II) Datation

169Depuis la fouille de ce secteur de Volubilis, ces thermes sont traditionnellement attribués, ainsi que le proposaient les éditeurs, au dernier tiers du ier siècle. Ils auraient été exploités pendant plus d’un siècle, avant d’être masqués par un épais remblai du premier quart du iiie siècle, afin de faire place à la maison à la citerne.

170Les difficultés de lecture de la stratigraphie (Zehnacker, Hallier, p. 150 sq.) imposent cependant une certaine prudence, dont les fouilleurs se font d’ailleurs l’écho : «... il paraît raisonnable de dater les thermes du dernier quart du ier siècle de notre ère ». Ajoutons que plusieurs arguments tirés des techniques de construction ne valent rien : il en va ainsi de l’utilisation de briques crues (p. 119) ou de dalles de pierre dans l’hypocauste (p. 135), pratiques que l’on pourrait retrouver à des dates fort tardives.

171S’il apparaît donc hautement probable que nous sommes en présence de bains anciens, il semble dangereux d’avancer une date aussi précise que la fin du ier siècle. Dans l’état actuel de la documentation, il est impossible d’exclure une date légèrement postérieure ou, inversement, antérieure (Lenoir, p. 284-285 : « plutôt vers le milieu du ier siècle »).

III) Typologie

172Il s’agit de petits thermes : la partie proprement balnéaire mise au jour couvre à peine 150 m2 et le frigidarium un peu plus de 10 m2 y compris la piscine.

173Le contexte du bâtiment reste très mal connu (Zehnacker, Hallier, p. 136 sq). Il semble avoir été situé à l’angle de deux rues, et c’est seulement à partir de l’une d’elles qu’on y pénétrait. On peut donc penser qu’il s’agit de petits bains publics, qui n’entretenaient pas de relations particulières avec d’éventuelles constructions voisines.

174Trois salles chauffées étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde inscrit dans un plan orthogonal avec virage dans la deuxième salle.

IV) Salles froides

175De la rue, on parvient dans une salle allongée équipée d’un banc sur un de ses longs côtés : le vestibule faisait office de vestiaire. Le frigidarium, muni d’une unique piscine, n’est qu’un étroit local en L disposé autour de cette dernière. Une banquette permettait cependant aux usagers d’y stationner.

176H. Zehnacker et G. Hallier décrivent (p. 126) un curieux dispositif : sous le seuil, en saillie de 25 cm, qui permet d’accéder au tepidarium, passe un conduit qui se dirige en sinuant vers le vestiaire (fig. 1). Pour ces auteurs, « il s’agit probablement d’un émissaire de l’hypocauste destiné à assurer un bon tirage ». Une telle interprétation paraît peu vraisemblable : une cheminée verticale aurait bien mieux fait l’affaire. De fait, d’autres informations dispersées dans la publication permettent de penser qu’il s’agit, en réalité, d’une évacuation des eaux de lavage du secteur chauffé. D’abord, le plan et la description (p. 129) suggèrent fortement que la canalisation évacuant les eaux de la piscine du frigidarium rejoignait ce conduit. Ensuite, il est évident que les salles sur hypocauste étaient équipées de façon à permettre leur nettoyage à grande eau (p. 129) : dans le tepidarium, la pente est vers le Nord-Est, c’est-à-dire justement vers la porte mettant en communication tepidarium et frigidarium (p. 130). Or, à cet endroit, le seuil s’élève de 25 cm au-dessus du niveau du sol de la pièce tiède : l’eau ne pouvait donc s’évacuer qu’en passant sous le pas de la porte. Les seuils permettant d’accéder aux deux autres salles chauffées sont entaillés par une rainure qui permettait l’écoulement de toutes les eaux de lavage du secteur chaud vers ce conduit (p. 130 : il paraît peu probable qu’une prise d’eau ait existé au travers du seuil I-V/II-III, débouchant sur une conduite traversant l’hypocauste ; la totalité des eaux devait être évacuée par la seule canalisation issue du tepidarium).

V) Salles chauffées

177Toutes ces pièces sont dépourvues de double-cloison.

178I-V : 3,82 × 3,34 m ; chauffage indirect.

179II-III : 3,51 × 3,50 m environ ; chauffage indirect. H. Zehnacker et G. Hallier appellent ce local caldarium et le suivant sudatio. Sur ce point, il faut suivre É. Lenoir et intervertir ces appellations.

180IV : 3,60 × 3,10 m environ ; un foyer dont les longs bras ont dû soutenir une chaudière ; une piscine ; cheminées. Au Sud, une abside mesure environ 1,60 m de diamètre. Elle ne comportait pas de bassin (Rebuffat, Thamusida, II, p. 201 et note 1, ce qui est d’ailleurs en contradiction avec la figure 24, no 4 (= ici fig. 2), mais l’état des vestiges ne laisse aucun doute sur ce point) : peut-être faut-il y restituer un labrum, quoiqu’aucune trace n’en soit visible.

VOLUBILIS : THERMES DE L’ÎLOT OUEST (maison des néréïdes) (pl. CXXVIII)

I) Bibliographie

181R. Thouvenot, Le quartier Nord-Est. La rive droite du decumanus maximus, dans PSAM, 8, p. 129-132 ; Étienne, Quartier Nord-Est, p. 102-103.

II) Datation

182Après 170. Une date tardive, sans plus de précision, est même impliquée par le fait que ces thermes ont été insérés dans l’espace allongé mais étroit situé entre l’aqueduc qui dessert la ville et le mur de façade méridional de la maison des néréïdes, sans aucun doute postérieurement à la constitution de cette dernière. Cette chronologie relative est démontrée par la façon dont les parois des thermes viennent se coller contre l’ancien mur de façade.

III) Typologie

183A priori, l’ampleur relativement restreinte de ces thermes et leur juxtaposition à la maison des néréïdes nous inclineraient à penser que, tout comme pour la demeure au cadran solaire étudiée par ailleurs, nous sommes en présence de bains privés. Toutefois, un faisceau d’arguments contraires semble plutôt désigner de petits bains publics de quartier. D’abord, leur accès indépendant à partir de l’extérieur, qui devient surprenant dans la mesure où il est exclusif de toute liaison avec la demeure. Ensuite, la façon dont ces thermes occupent un lieu public sans tenir compte de la division de l’espace voisin au profit de différents propriétaires privés : si l’essentiel de la construction est collé contre le mur de façade de la maison des néréïdes, la salle de service déborde sur la maison aux demicolonnes. Enfin, en face de la porte d’entrée de ces bains, de l’autre côté de la rue, se trouvent des latrines qui, elles non plus, n’entretiennent aucun rapport avec la demeure aux deux pressoirs contre laquelle elles sont plaquées.

184Nous pouvons donc légitimement nous demander si une partie de l’espace public situé entre la façade méridionale de ces demeures et l’aqueduc n’a pas été récupéré pour implanter un complexe public latrines-petits thermes de quartier, le reste étant laissé aux appétits du privé. Même s’ils n’établissent pas de lien entre ces latrines et les bains, c’est l’opinion de R. Étienne et de R. Rebuffat, qui classent ces bains parmi les édifices thermaux indépendants (Thamusida, II, p. 206). Devrait-on aussi rattacher à la création de ce bâtiment balnéaire l’aménagement du cardo qui y conduit et dont le débouché sur le decumanus maximus fut équipé d’une porte ?

185La nature du terrain disponible fait que toutes les pièces sont disposées en enfilade. Ce plan linéaire implique que les trois salles chauffées étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

186Deux pièces munies de banquettes courant le long des murs devaient servir de vestiaire. En les traversant, on accède à un petit frigidarium dont l’entrée est soulignée par des colonnes engagées. Il est équipé d’une unique piscine froide (Thouvenot : 3,40 × 1,40 m en son fond).

V) Salles chauffées

187R. Thouvenot et R. Étienne ne signalent que deux locaux chauffés. Malgré le mauvais état de conservation des lieux, il faut suivre le plan publié par R. Rebuffat et reconnaître trois pièces chauffées, ce que suggérait d’ailleurs le relevé antérieur du SAM, et ce que confirme l’arrachement des parois nettement visible dans les murs principaux.

188I-V : chauffage indirect ; double-cloison d’après R. Thouvenot et R. Étienne.

189II-III : chauffage indirect ; paroi chauffante d’après les études antérieures.

190IV : double-paroi d’après les études antérieures. Un foyer dont les longs bras, renforcés par un massif, sont encore conservés sur une élévation importante, dispositif destiné à loger une chaudière. L’abside abritait un bassin dont subsistent les arrachements de la marche-margelle. On restituera une seconde piscine rectangulaire au débouché du foyer : on voit encore les piédroits qui en délimitaient l’accès.

VOLUBILIS : THERMES NORD (pl. CXXX à CXXXIII)

I) Bibliographie

191R. Thouvenot, Les thermes du Nord, dans PSAM, 7, 1945, p. 156-165. Lenoir, Thermes Nord ; Ead., Thermes romains de Maurétanie tingitane, dans Thermes romains, p. 151-160.

II) Datation

192R. Thouvenot concluait simplement que l’édifice n’était pas postérieur à la fin du iie siècle. Le travail d’É. Lenoir a considérablement amélioré notre connaissance du monument, et c’est à lui qu’il faut désormais se référer. Il repose, en particulier, sur des fouilles qui permettent à l’auteur de dater le premier état du bâtiment, essentiel pour la compréhension de celui-ci, de la période 60-80 de n.è., plus précisément sous le règne de Vespasien plutôt que sous celui de Néron. Cette construction flavienne connaît ensuite une série de remaniements qui ne sont pas tous datables mais dont certains paraissent faire partie d’un programme cohérent qui pourrait avoir été mis en œuvre entre la fin du iie et le milieu du iiie siècle. Que ces transformations soient successives ou simultanées, elles aboutissent à donner aux thermes leur extension maximale. Nous les désignerons sous l’expression « deuxième état ». Le bâtiment continue à fonctionner sans doute jusque vers la fin du iiie siècle : il est alors le siège d’une occupation (habitat, sépultures) attestée jusqu’à l’époque idrissite.

193Un épisode spécifique est caractérisé par la construction de petits bains aux dépens du portique Nord de la palestre, alors arasé. É. Lenoir avance l’hypothèse que ces derniers auraient été établis dans la première moitié du iie siècle (p. 208), mais les données stratigraphiques sont rares et peu significatives. Un remblai correspondant à la destruction de l’hypocauste contient un matériel, très peu abondant, qui renverrait à la fin du iie siècle (p. 88), début iiie siècle au plus tard (p. 210). En ce qui concerne le foyer, les niveaux de construction ou de fondation n’ont pu être repérés. Les couches liées au four appartiendraient au iie siècle (p. 91). Ces petits bains sont ensuite transformés : la surface chauffée est restreinte et un nouveau foyer est créé. La fouille de ce dernier permettrait de penser que son installation date du iiie siècle (p. 98), et même de la seconde moitié de ce siècle (p. 210). Nous aurions donc une phase d’abandon des petits thermes avant leur transformation.

194La faiblesse de la documentation disponible contraint cependant à rester prudent, ce que souligne l’auteur lui-même. De fait, il nous paraît que nous ne disposons, pour les différents épisodes, que d’un terminus ante quem non qui, chaque fois, repose sur une documentation très fragmentaire. Il semble donc difficile de ne pas envisager une datation plus basse pour l’ensemble de cette histoire. Or, cette question de chronologie conditionne la lecture de ces vestiges.

III) Typologie

195Il s’agit de petits thermes dotés d’une palestre : la partie proprement thermale couvre environ 800 m2, l’ensemble moins de 2 000 m2, le frigidarium environ 75 m2.

196Quatre salles chaudes posent des problèmes d’interprétation dus à l’état de conservation des vestiges. Il est cependant clair qu’elles étaient essentiellement organisées en fonction d’un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde.

197Le sens de la création des petits bains dans le portique Nord de la palestre dépend largement de leur datation. É. Lenoir, qui propose de les placer dans la première moitié du iie siècle, c’est-à-dire à un moment où les thermes principaux fonctionnent, est donc conduite à les considérer soit comme une extension de ces derniers, soit comme la création de bains réservés aux femmes (p. 228). La première hypothèse apparaît bien improbable : elle impliquerait des solutions particulièrement médiocres pour un des principaux bains de la ville. La seconde est à peine moins surprenante, dans la mesure où cette construction altère profondément, pour le moins, le fonctionnement de la palestre. C’est pourquoi nous penserions volontiers à une installation tardive liée à la décrépitude de l’installation principale, installation tardive ne comportant qu’un secteur chauffé d’ampleur limitée qui connaît même, dans une ultime phase, une importante réduction.

IV) Salles froides

198Les dimensions des divers locaux sont données par É. Lenoir. De la rue, on entre dans un vaste vestibule (19,20 × 7,35 m) qui a pu servir de gymnase, les vestiaires étant plutôt à placer dans les deux pièces, très ruinées, qui flanquent ce dernier à l’Ouest (la mention, par R. Thouvenot, d’un possible hypocauste dans le local 2 de son plan (pl. CXXX-1) semble due à une confusion avec les pièces 4-5).

199De la salle d’entrée, on pouvait gagner la palestre (28,50 × 25,40 m, soit 724 m2). La cour (320 m2) est ceinte de portiques sur trois côtés, le quatrième étant occupé par une natatio (dimensions internes : 12,50 × 5 m). À l’Ouest, le bâtiment est précédé par des boutiques qui s’ouvraient sans doute sous un portique. Le local le plus méridional contient des latrines qui sont peut-être dues à un remaniement ayant transformé une des boutiques. Une autre transformation a permis d’installer, aux dépens du portique Ouest de la palestre, un édicule que R. Thouvenot interprète comme un sanctuaire.

200Du vestibule, on passait dans le frigidarium, muni d’une grande piscine rectangulaire, agrandie et dotée d’une abside dans le deuxième état. Un second bain froid, plus restreint et en saillie sur la façade, fait partie du plan primitif.

201Au Sud de la grande piscine, une pièce, ouvrant sur le frigidarium par une porte dont l’emplacement fut ensuite modifié, permet de gagner l’espace s’étendant à l’Est des thermes. Dans le deuxième état, de nouveaux locaux y furent créés : leur destination est inconnue.

V) Salles chauffées

202Le niveau d’arasement des vestiges ne permet plus de restituer complètement le ou les itinéraires proposés aux baigneurs. Il en résulte d’importantes difficultés quant à l’identification des salles, hormis le caldarium bien reconnaissable à sa position et à son équipement en bains chauds (pl. CXXXII-1).

2031 : 4,80 × 4,60 m ; chauffage indirect à partir de 2 et de 3 (un passage de chaleur dans les deux cas), facilité par des conduits verticaux qui nous paraissent devoir être assimilés à des cheminées. Une porte permet une communication avec le frigidarium, mais rien n’est conservé d’un éventuel passage vers 2 et/ou 3.

2042 : 5,90 × 4,70 m ; un bassin ; chauffage indirect à partir de 1 et de 3 (un passage de chaleur dans les deux cas) facilité là aussi par des conduits verticaux évoquant des cheminées. Une porte F/2, bouchée dans le deuxième état. Rien n’est conservé d’une éventuelle communication avec 1 et/ou 3.

205Dans le deuxième état, outre le bouchage de la porte conduisant au frigidarium, ce local connaît une transformation importante : le bassin est supprimé et l’hypocauste est étendu à l’ensemble de la nouvelle salle ainsi créée. Les recherches d’É. Lenoir permettent ainsi d’abandonner les hypothèses de R. Thouvenot qui restituait l’évolution des locaux 1 et 2 de la manière suivante (pl. CXXX-1) : d’abord une grande salle unique chauffée indirectement et dotée d’une piscine ; puis subdivision de cette salle en deux locaux, 1 chauffé par un foyer installé à l’Est, donc en 2, et 2 dont l’hypocauste est étendu à l’emplacement de la piscine, redessiné selon un plan rectangulaire. Cette évolution aboutit à un plan aberrant, un foyer se trouvant dans un hypocauste et le local 2 étant chauffé d’une manière incompréhensible, puisque R. Thouvenot lie la création de ce nouveau foyer à la désaffectation de la pièce 3, d’où provenait primitivement la chaleur. Ce schéma, fort peu satisfaisant, doit donc désormais être abandonné : il y eut toujours deux locaux tièdes, chauffés à partir de 3. La structure de gros blocs, interprétée par R. Thouvenot comme un foyer, n’est qu’un aménagement tardif, postérieur à la période de fonctionnement des thermes, et dont l’installation provoqua la destruction complète de l’hypocauste 2.

2063 : 11,70 × 6,25 m ; un foyer ; quatre passages de chaleur vers IV. Il ne subsiste aucune trace de porte mais, entre autres, il faut évidemment restituer une communication avec le caldarium.

207É. Lenoir souligne que cette salle ne comporte pas de bassin et qu’il s’agit donc d’une étuve sèche (p. 130). Le raisonnement ne nous paraît pas acceptable. D’abord parce que la ruine de l’hypocauste est telle qu’il est difficile d’exclure la présence d’un bassin, cela d’autant plus que le foyer, tout à fait semblable à celui du caldarium, est flanqué d’un escalier (p. 143) probablement destiné à la desserte d’une chaudière. Ensuite parce qu’une étuve ne se caractérise pas automatiquement par l’absence de bassin. Quel que soit le mode d’aménagement de la pièce, il est, en réalité, impossible de savoir s’il s’agit d’un laconicum ou d’un destrictarium-laconicum.

208IV : 9,20 × 6,65 m ; un foyer équipé d’une chaudière ; deux piscines, la plus petite étant chauffée directement par un second foyer ajouté dans le deuxième état.

209L’identification des pièces 1, 2 et 3 pose donc des problèmes difficiles dans l’état actuel des vestiges. Ils concernent les deux salles tièdes (Lenoir, Thermes romains, p. 158), mais aussi le troisième local, ces deux questions étant étroitement liées. À notre avis, trois hypothèses peuvent rendre compte des données disponibles.

  • Première hypothèse (pl. CXXXII-2a) : il existe des portes 1/3 et 2/3. Nous avons alors 1 = tepidarium d’entrée (I), 2 = tepidarium de sortie avec piscine (V), 3 = destrictarium-laconicum (II-III).

  • Deuxième hypothèse (pl. CXXXII-2b) : il existe des portes 1/3 (probablement), 1/2 et 2/3. Nous avons alors 1 = tepidarium d’entrée et de sortie (I-V), 2 = destrictarium (II), la porte 2/F permettant des itinéraires multiples (soit regagner le frigidarium dès après s’être nettoyé dans le destrictarium, soit éviter le tepidarium en ressortant des salles chaudes), 3 = laconicum (III).

  • Troisième hypothèse (pl. CXXXII-2c) : il existe seulement une porte 1/3 (ou une porte 2/3). Dans ce cas, 2 (ou 1) est un local isolé qu’il faudrait, selon toute probabilité, identifier à un destrictarium destiné aux sportifs n’utilisant que le frigidarium après s’être nettoyés.

210Il est difficile de choisir entre ces différentes lectures. Cependant, les remaniements apportés à l’édifice pourraient laisser penser que le plan originel correspond à la première hypothèse, avec deux tepidaria et, en 3, un destrictarium-laconicum équipé d’un bassin. Dans le deuxième état (pl. CXXXIII-1), le tepidarium de sortie serait transformé en destrictarium (d’où la fermeture de la porte F/2 et la destruction de la piscine, sans doute remplacée par un bassin d’ablution plus restreint) et la pièce 3 ne servirait plus que de laconicum.

VI) Les petits thermes (pl. CXXXIII-2)

211L’extrémité orientale du portique Nord de la palestre est transformée en frigidarium, la natatio servant de bain froid.

212Les vestiges d’hypocauste permettent de restituer un long espace logé dans le portique et chauffé par un foyer situé à l’Ouest. Peut-être, au niveau des utilisateurs, cet espace était-il subdivisé ? On aurait alors un bain chaud à proximité du foyer et une salle tiède, chauffée indirectement, assurant une transition avec le frigidarium. Dans ce secteur oriental, on note les traces probables de tubes de terre cuite qui devaient faire office de cheminées, beaucoup plus que de véritable paroi chauffante.

213À la suite d’un remaniement, les trois-quarts du secteur chauffé sont abandonnés : une pièce restreinte est créée à l’Est, désormais desservie par un foyer installé aux dépens de la grande salle d’entrée.

214La modicité de cette installation, même dans son premier état, ainsi que la façon dont son implantation désarticule la palestre, qui cessa peut-être alors de fonctionner en tant que telle, nous paraissent beaucoup mieux correspondre aux critères d’un aménagement tardif, destiné à pallier la ruine des thermes principaux, qu’à un désir d’améliorer ces derniers en accroissant la superficie du secteur balnéaire, peut-être au profit d’une clientèle féminine.

VOLUBILIS : THERMES DU CAPITOLE (pl. CXXXIV et CXXXV)

I) Bibliographie

215R. Thouvenot, L’area et les thermes du capitole de Volubilis, dans BAM, 8, 1968-1972, p. 179-195. A. Akerraz, Les thermes du capitole de Volubilis, mémoire de maîtrise, Paris IV, 1980 (exemplaires dactylographiés) = résumé très remanié dans Id., Les thermes du capitole (Volubilis), dans BAM, 16, 19851986, p. 101-120.

II) Datation

216Les dernières recherches ont considérablement modifié notre connaissance d’un monument dont l’évolution, complexe, est difficile à restituer. En tout cas, il n’y a plus lieu de penser que ce dernier est contemporain du capitole, dédié en 217 (IAM, 2, 355 ; contra M. Euzennat, L’archéologie marocaine de 1955 à 1957, dans BAM, 2, 1957, p. 207), ni encore moins qu’il pourrait être postérieur à ce complexe capitolin (Thouvenot, p. 194).

217L’étude d’A. Akerraz permet de distinguer deux états essentiels du bâtiment thermal. Le premier, correspondant à la création des bains, se situerait entre la fin du ier et le début du iie siècle (Mémoire, p. 50), de façon préférentielle dans le dernier quart du ier siècle (BAM, p. 112). Le second état, qui correspond à un agrandissement de l’édifice, serait attribuable à la fin iie – début iiie siècle (Mémoire, p. 50) ou, plutôt, à l’époque pré-sévérienne (BAM, p. 112). De fait, la prise en considération des rapports existant entre les différentes constructions de ce secteur permet même de proposer les environs du milieu du iie siècle (cf. M. Lenoir, A. Akerraz, É. Lenoir, Le forum de Volubilis. Éléments du dossier archéologique, dans Los foros romanos de las provincias occidentales, Actes de la table ronde de Valence, 27-31 janv. 1986, Madrid, 1987, p. 215. Cette étude discute, en particulier, le schéma d’évolution du quartier proposé par M. Euzennat et G. Hallier, Les forums de Tingitane. Observations sur l’influence de l’architecture militaire sur les constructions civiles de l’Occident romain, dans Ant. afric., 22, 1986, p. 73-103 : comme le montre la figure 7-d, p. 86, la création des thermes du capitole est placée dans la période fin iie-début iiie siècle).

218Prises avec la prudence relative qui s’impose (dans Los foros romanos, à la même page 215, le premier état des bains est attribué à la fin du ier siècle, puis à la période 80-120), les grandes lignes de cette séquence chronologique paraissent solides. En particulier, l’attribution du second état aux environs de la moitié du iie siècle repose, malgré l’absence de données stratigraphiques, sur une étude des vestiges qui permet de dégager une chronologie relative cohérente :

  • Second état : agrandissement des thermes.

  • L’extrémité Nord de leur façade occidentale est rectifiée afin de loger un escalier monumental. Qu’il s’agisse d’un remaniement est fortement suggéré par le fait que ce nouveau mur de façade vient se coller contre le piédroit d’un des foyers.

  • Les rostres, eux-mêmes plaqués contre le mur Nord des thermes, sont agrandis en 196 (IAM, 2, 387). Or cette extension mord sur l’escalier, et lui est donc postérieure.

219Entre le second état des thermes et 196, il faut donc placer deux épisodes, ce qui donne quelque probabilité à la date proposée pour le second état des bains, à savoir le milieu du iie siècle.

220Dans le BAM, A. Akerraz livre trois plans (pl. I à III) qui illustrent de façon précieuse l’évolution du bâtiment. La façon dont ils se raccordent avec le texte est cependant délicate, dans la mesure où celui-ci ne se réfère qu’à deux états principaux. En fait, la planche II nous offre un état intermédiaire qui n’est pas décrit en tant que tel, mais que l’on peut rétablir à partir du plan synthétique et des diverses informations fournies par la publication de manière éparse, et qui doit donc être placé au cours de la première moitié du iie siècle. Dans notre texte, plutôt que de distinguer trois phases, ce qui pourrait sembler plus logique, nous lui conserverons cette appellation d’état intermédiaire, afin de faciliter l’articulation avec les publications.

III) Typologie

221Il s’agit de petits thermes publics, couvrant moins de 600 m2 dans leur plus grande extension, le frigidarium occupant alors une trentaine de m2.

222Les salles chauffées, au nombre de deux puis de trois et quatre, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde, dans le cadre d’un plan orthogonal avec virage dans le premier local (premier état), puis d’un plan circulaire incomplet.

IV) Salles froides

A) Premier état

223La partie Nord du monument est alors mal connue, mais il existe, au Sud, un frigidarium (environ 4,50 × 4 m) muni d’un bassin (environ 4,50 × 2,10 m).

224Les circulations ne sont plus reconnaissables, mais il faut restituer une porte entre la salle des bains froids et le premier des locaux chauffés qui s’étendent le long du côté occidental de cette dernière.

B) État intermédiaire

225L’ancien frigidarium est partiellement transformé en local chauffé, une nouvelle salle des bains froids étant alors créée, dotée d’une piscine cette fois placée à l’Est (6,40 × 3,60 m environ), tandis qu’il faut restituer, au Sud, une porte conduisant au secteur chauffé. Au Sud de ce bassin et des salles primitives est construit un vaste local en L, muni de bancs : il constituait le vestibule d’entrée, le vestiaire et, sans doute, une salle d’exercices commandant le frigidarium. La partie Nord du bâtiment reste très mal connue.

C) Second état

226La grande salle en L est alors divisée et ainsi séparée d’un vestibule d’entrée par un mur doublé d’un banc et percé d’une porte. Ce vestibule est lui-même subdivisé par un massif délimitant, vers la porte d’accès aux thermes, un espace dépourvu de banquettes, le secteur de l’entrée étant ainsi mieux distingué du vestiaire.

227Le frigidarium, qui conserve l’essentiel de son plan antérieur, reçoit un dallage. L’occupation de la partie Nord de l’îlot est alors mieux connue, avec une extension du secteur chauffé, la construction de salles que l’on peut gagner à partir du bain froid, et la création de latrines, accessibles de l’extérieur et, sans doute aussi, de l’intérieur des bains, quoique ce passage soit perdu.

V) Salles chauffées

A) Premier état

228Afin qu’une pièce chauffée soit toujours désignée de la même manière, la numérotation de la dernière phase, correspondant au plus grand développement du bâtiment, est utilisée pour les états antérieurs.

2292 : 5,95 × 4,05 m environ ; chauffage indirect à partir de 3 par trois vastes passages de chaleur, larges de 1,12 m au centre et de 0,61 m sur les côtés (Thouvenot), qui devaient permettre une arrivée de chaleur importante.

2303= IV : 5,60 × 5,10 m ; un foyer, très probablement équipé d’une chaudière installée sur l’importante maçonnerie qui encadre le canal du four et desservie par un escalier dont il paraît subsister le départ à l’Est. On restituera un bassin au débouché de ce foyer.

231L’existence de quatre murets (pl. CXXXIV-2) a conduit à reconnaître un chauffage uniquement périphérique de la pièce ou, du moins, une curieuse compartimentation de l’hypocauste (Thouvenot, p. 192 ; Mémoire, p. 21-23 : A. Akerraz précise que les murets Nord-Sud s’interrompent en leur milieu, ce qui aurait permis le passage de l’air chaud), ou même à restituer une piscine au centre de la salle (Rebuffat, Thamusida, II, p. 185, d’après un croquis de G. Hallier, ce qui aboutit à un plan que l’auteur juge lui-même aberrant : cf. ici pl. CXXXIV-1). Ces difficultés sont surmontées si l’on suit la dernière interprétation d’A. Akerraz (BAM, p. 107) attribuant ces vestiges à un aménagement postérieur à la désaffectation des thermes. Une telle lecture rend compte du fait que ces structures s’appuient partiellement sur le sol du fond de l’hypocauste. Elle rend aussi compréhensible la présence de deux bouchages (Mémoire, p. 23) qui auraient, en fait, interdit toute circulation de l’air chaud, même simplement périphérique, dans une suspensura ainsi morcelée : celle-ci devait donc être bel et bien désaffectée au moment de la mise en place de ces structures.

B) État intermédiaire

2322 et 3 : les deux anciennes salles chauffées ne sont pas modifiées.

2331 : aux dépens de la piscine froide du premier frigidarium et de la partie méridionale de cette pièce, est aménagée une salle chauffée située en début de circuit, accessible à partir du nouveau frigidarium. Il subsiste une partie de l’hypocauste.

234A. Akerraz fait deux remarques à propos de la création de ce local. D’abord, il serait chauffé indirectement à partir de 2, mais, comme l’auteur le signale lui-même, il ne reste aucune trace de passage de chaleur (p. 106). Ensuite, son mur oriental resterait celui qui bornait la piscine froide vers l’Est, mais l’indice sur lequel se fonde cette affirmation est très fragile (p. 105).

235En fait, toute la question tourne autour de la date de l’extension du local vers l’Est et autour de l’interprétation d’un aménagement qui caractérise le nouveau mur oriental. Celui-ci est, en effet, percé d’une ouverture encadrée de briques. R. Thouvenot considère cette dernière comme une cheminée transformée en foyer (p. 192). A. Akerraz réfute cette interprétation mais n’en propose aucune autre (p. 105, note 3). Or, il existe bel et bien un aménagement tout à fait semblable à une bouche de four avec des briques qui, comme le souligne R. Thouvenot, paraissent avoir subi l’action du feu.

236Si on accepte cette hypothèse, reste à placer ce foyer dans la chronologie propre au monument. Pour A. Akerraz comme pour R. Thouvenot, cet aménagement est contemporain d’un réseau de murets appartenant au second état, selon toute probabilité un hypocauste à canaux malgré les hésitations du premier. Or, si les briques des piédroits sont parfaitement liées à la maçonnerie du mur ainsi percé, ce passage est, en revanche, négligemment coordonné avec le canal axial de l’hypocauste dont un des murets empiète sur l’ouverture.

237Nous proposons donc, à titre d’hypothèse, d’infléchir sur quelques points l’histoire de cette salle telle qu’elle a été élaborée par A. Akerraz. Dans l’état intermédiaire, la destruction de la piscine froide, à laquelle est substitué un hypocauste à pilettes, correspond aussi à une extension de la pièce vers l’Est, où est installé un foyer. Le niveau d’arasement de la paroi orientale de la piscine ne contredit pas cette hypothèse.

238Nous sommes cependant en présence de trois particularités surprenantes. D’abord, l’hypocauste 1 est nettement en contre-haut de 2 : donnée inattendue mais indubitable qui implique, étant donné que le niveau d’utilisation des pièces devait être proche, sinon identique, que le premier était moins profond que le second. Ensuite, il est contradictoire que 1 soit chauffé directement, alors que 2 ne l’est qu’indirectement. Peut-être la puissance du foyer situé en 3 et, inversement, la modestie de celui desservant 1 autorisaient-elles une progression du degré de chaleur malgré l’originalité de ce choix. Enfin, dans l’état intermédiaire, la desserte du four 1 ne peut se faire qu’aux dépens de la grande salle orientale. Elle suppose un aménagement mordant sur cette dernière et dont l’alignement nous est peut-être donné par la première marche de l’escalier conduisant au frigidarium, laquelle s’avance sans raison apparente dans cette grande salle. Dans le cadre de cette hypothèse, le banc plaqué contre l/ Est correspondrait à la désaffectation du foyer.

C) Second état

2391 : l’hypocauste à pilettes est remplacé par un hypocauste à canaux. Selon toute probabilité, le foyer 1 est désaffecté : le chauffage est alors assuré de manière indirecte à partir de 2 grâce à un passage de chaleur percé dans le mur occidental, dans le prolongement du canal médian, et dont la position haute ne fait que refléter la différence de niveau entre le fond des deux hypocaustes.

2402 : chauffage indirect à partir de 3.

2413 : chauffage indirect à partir de 4. Contrairement aux états antérieurs, cette pièce qui ne constitue plus le dernier local du circuit chauffé, est désormais privée de son foyer qui, arasé, ne sert plus que de passage de chaleur.

2424 = IV : une nouvelle salle chauffée est créée. Il s’agit indubitablement d’un caldarium, très probablement muni de deux piscines chauffées directement par deux foyers.

243Si les grandes lignes de l’évolution ainsi restituée sont exactes, nous serions ainsi en présence du cas très intéressant de thermes dont le nombre de salles chauffées s’accroît progressivement, passant de deux à trois, puis quatre. Nous pouvons alors, dans cet ultime état, proposer l’équivalence 1 = I-V, 2 = II, 3 = III, 4=IV.

VOLUBILIS : THERMES « DE GALLIEN » (pl. CXXIX)

I) Bibliographie

244R. Thouvenot, Les thermes dits de Gallien, dans PSAM, 1, 1935, p. 11-31. Rebuffat, Thamusida, II, p. 188, 191 et 193. Lenoir, Thermes Nord, p. 237-239 ; Thébert, Circulation, p. 148.

II) Datation

245Inconnue. Le bâtiment doit son nom à une inscription en l’honneur de Gallien datée de 255 et trouvée dans la pièce D du plan Dauriac (fig. 1). Le texte (IAM, 2, 406) ne mentionne nullement les thermes et, selon toute probabilité, ce document n’entretient aucune relation directe avec ces derniers (Thouvenot, contra L. Chatelain, BAC, 1927, p. 169).

246D’importants remaniements auraient modifié le plan primitif de la construction. En fait, la publication de R. Thouvenot nécessiterait une nouvelle étude détaillée de ce bâtiment, tant en ce qui concerne sa chronologie que les partis architecturaux qui le caractérisent.

III) Typologie

247Il s’agit de thermes publics dépourvus de palestre. Selon R. Thouvenot, ils occupent environ 900 m2, mais le plan permet de leur attribuer un peu plus de 1 200 m2. De fait, on constate des désaccords permanents entre le texte de R. Thouvenot et le relevé de R. Dauriac : selon ces sources, le frigidarium couvre respectivement 56 ou 77 m2. R. Thouvenot donnant des dimensions surprenantes pour les salles chauffées, il est préférable de suivre les leçons du plan et de classer ces bains dans la catégorie des bâtiments de dimensions moyennes.

248Un plan linéaire organise trois salles chaudes qui étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde, un quatrième local introduisant une variante.

IV) Salles froides

249Les côtés Ouest et Nord du bâtiment sont occupés par divers locaux froids où l’on reconnaît des latrines, où il faut placer des vestiaires (on note la présence d’un banc dans la pièce B du plan Dauriac), et où nous proposerons d’identifier un gymnase (salle A, 13x8m d’après R. Thouvenot), identification déjà avancée par R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 193).

250Le frigidarium, équipé d’une piscine, commande l’accès au secteur chauffé : deux portes permettent de gagner le tepidarium.

V) Salles chauffées

251I-V : chauffage indirect à partir de II-III, probablement par l’intermédiaire de trois passages de chaleur ; double-cloison.

252II-III : un foyer muni d’une chaudière, donnée qui incite à restituer un bassin dont il ne reste cependant nulle trace. Double-paroi. Deux passages de chaleur vers IV.

253IV : un foyer muni d’une chaudière. Il faut restituer une baignoire à son débouché. La présence d’un deuxième four au Sud est certaine. Le secteur occidental de ce caldarium pose des problèmes d’interprétation. R. Thouvenot a pensé que la salle primitive s’était étendue en cette direction, extension qui avait permis la création d’un second bassin dans l’angle Sud-Ouest du nouveau local (fig. 1 et 2). Une autre lecture nous semble préférable (fig. 3). Si le mur IV/Ouest est aujourd’hui détruit sur la plus grande partie de sa longueur, il a toujours borné le caldarium, le séparant du couloir de service qui faisait retour vers le Nord. Le dessin de ce dernier implique un troisième foyer à l’Ouest : sans doute chauffait-il un second bassin.

2541 : ce local est chauffé indirectement à partir de I-V (un passage de chaleur). Dans le mur oriental, des cheminées favorisaient la circulation de la chaleur. R. Thouvenot ne mentionne qu’un accès, par l’intermédiaire du couloir qui longe la piscine froide. En fait, l’examen des vestiges permet de repérer, entre I-V et 1, une porte bouchée par la suite : le piédroit septentrional est encore bien visible. On est donc conduit à restituer une pièce tiède, à laquelle on pouvait accéder à partir du tepidarium mais d’où on pouvait gagner rapidement le bain froid par le couloir. Il semble donc s’agir d’un autre itinéraire offert aux baigneurs, probablement un destrictarium destiné aux sportifs.

VOLUBILIS : THERMES DU « PALAIS DE GORDIEN » (pl. CXXXVI et CXXXVII)

I) Bibliographie

255R. Thouvenot, Le palais dit de Gordien, dans PSAM, 12, 1958, p. 9-47, en particulier p. 26-32.

II) Datation

256Après 170, et probablement 238-241. De fait, une inscription mentionne la restauration par M. Ulpius Victor, procurateur de Tingitane, pour le compte de Gordien III, d’une domus cum balineo (IAM, 2, 404). Ce document a été trouvé dans la partie occidentale (et probablement Sud-Ouest) de la demeure (L. Chatelain, CRAI, 1922, p. 28-30 ; dans ILM, 74, cet auteur précise, reprenant ainsi le commentaire des ILAfr, 614, « à l’entrée du palais de Gordien, sous le portique à chapiteaux ioniques », c’est-à-dire sous le portique de façade). Il est légitime de penser que ce texte concerne le « palais de Gordien ». De fait, il s’agit d’un vaste édifice (74 × 69 m), pourvu d’un bain occupant une superficie notable. On peut également estimer que l’état dans lequel ce bâtiment nous est parvenu est largement dû à cette phase de travaux, et, par conséquent, que les thermes datent de cette époque.

III) Typologie

257Quelle que soit la nature exacte de cette construction, que l’inscription désigne comme un bâtiment officiel, nous sommes en présence d’une résidence pourvue d’un bain, construction qui s’inscrit donc dans le cadre des demeures équipées de thermes privés.

258Dans ce cas, ces derniers sont particulièrement amples, à proportion de la domus, avec de nombreuses salles annexes et un frigidarium d’environ 50 m2 muni de deux bassins. Trois salles chauffées sont disposées selon un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

259Un bloc de sept pièces occupe plus de 150 m2. Deux d’entre elles articulent les thermes avec l’extérieur et la demeure. Sauf ce dernier vestibule, toutes sont équipées de bancs qui signalent des vestiaires mais, sans doute aussi, des salons et salles de soins. La plus grande, en position centrale, est longue d’une quinzaine de mètres et couvre près de 70 m2, sans tenir compte des deux exèdres qui la flanquent : nous y verrions volontiers une salle d’exercices (cf. aussi Rebuffat, Thamusida, II, p. 193). De telles activités nous paraissent également avoir dû se dérouler dans la véritable petite palestre qui flanque symétriquement le frigidarium à l’Est : un petit espace découvert, muni d’un bassin, est doublé, au Nord, d’un espace couvert d’ampleur notable.

260Le frigidarium, équipé de deux piscines, commande l’accès à la « palestre ». En revanche, le tepidarium peut également être atteint par l’intermédiaire d’un curieux dispositif, un petit local circulaire de 2,20 m de diamètre d’où l’on peut gagner, outre la salle tiède, le frigidarium et un « vestiaire ». Ce parti nous paraît destiné à faciliter la circulation des baigneurs qui devaient, de façon préférentielle, gagner le circuit chauffé par l’intermédiaire de cette petite salle circulaire et le quitter pour les bains froids par le biais de la porte I-IV/F.

V) Salles chauffées

261I-V : chauffage indirect à partir de II-III ; R. Thouvenot mentionne une cheminée, ce qui impliquerait l’absence de double-cloison. La salle se distingue par son plan octogonal : trois des côtés sont ornés d’une niche, l’emplacement de la quatrième étant occupé par les deux portes d’accès.

262II-III : un foyer ; double-paroi d’après R. Thouvenot. À l’extérieur de l’abside, les bras du four se prolongent et s’élèvent à une grande hauteur. Ce parti nous semble impliquer la présence d’une chaudière, dont la desserte aurait pu être facilitée par la présence, au Nord, d’un massif de maçonnerie qui n’est pas porté sur le plan du SAM. Cette hypothèse conduit à proposer la restitution d’un bassin dans l’abside dont la maçonnerie porte des traces d’arrachement qui pourraient correspondre à la destruction de la marche-margelle.

263IV : un foyer avec chaudière dont subsiste l’escalier de desserte. Au contact de ce four, il faut, comme le propose R. Rebuffat, placer une piscine. Double-cloison d’après R. Thouvenot. On peut se demander si le renfoncement oriental de la pièce n’abritait pas une seconde piscine, mais il n’en subsiste aucune trace.

VOLUBILIS : MAISON AUX TRAVAUX D’HERCULE (pl. CXXXVIII et CXXXIX)

I) Bibliographie

264R. Thouvenot, La maison aux travaux d’Hercule, dans PSAM, 8, 1948, p. 79-87 ; Étienne, Quartier Nord-Est, p. 33. Lenoir, Thermes Nord, p. 235-237.

II) Datation

265Après 170. Plusieurs arguments permettent de penser que la demeure ne fut dotée de cette installation thermale qu’à une époque tardive. D’abord, la piscine du frigidarium est construite sur une des grandes artères du quartier, le decumanus Nord I de R. Étienne. Ensuite, comme l’a noté R. Thouvenot, toute la partie septentrionale de la demeure paraît avoir été primitivement indépendante de sa partie méridionale, ce que souligne le changement d’orientation du mur de façade occidental. On a l’impression que la maison s’est étendue vers le Nord, s’annexant un espace dont le mode d’occupation antécédent reste inconnu. En effet, le premier aménagement du grand espace 26-27, antérieur à la création des thermes, pourrait appartenir à l’époque où ce lot était indépendant, mais, plus probablement, pourrait aussi constituer un état de la maison aux travaux d’Hercule précédant la construction des thermes. En tout cas, il paraît fort improbable, malgré l’hypothèse d’É. Lenoir, que nous soyons en présence de bains anciens qui auraient été annexés par la demeure. La séquence logique des événements implique, au contraire, la constitution progressive d’une vaste domus et, sans doute dans une phase encore ultérieure, la création de bains privés au sein de cette demeure : c’est la chronologie relative proposée par R. Étienne.

III) Typologie

266Il s’agit donc, dès l’origine, de thermes privés dont l’ampleur relative, soulignée par plusieurs auteurs, s’explique par le détournement de locaux préexistants, détournement qui rend compte, en particulier, de l’importance de la salle 26. Pour le reste, l’ensemble frigidarium-secteur chauffé, hors bassins, ne paraît outrepasser que légèrement les 100 m2. Sans être négligeable, cette superficie doit être rapportée à celle de la demeure, particulièrement ample.

267Une salle froide et trois pièces chauffées sont disposées selon un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

268Malgré R. Thouvenot, il n’existe pas de motif précis pour rattacher la pièce 35 au complexe thermal. Celui-ci s’ouvrait donc par une vaste salle accessible à partir de la demeure et de l’extérieur. Si, comme nous l’avons souligné, cette ampleur est due à la réutilisation d’un local antérieur, il n’en reste pas moins qu’un tel espace pouvait non seulement servir de vestibule (avec un vestiaire en 34 ?) mais encore de salle d’exercices.

269Un escalier permet d’assurer une forte dénivellation avec le frigidarium : il s’ouvre dans un mur de soutènement orné de deux pilastres. Malgré l’analyse de R. Thouvenot, qui pensait que cette différence de niveau était le fait d’un état précédant les thermes et modifié lors de la création de ces derniers, il paraît nécessaire de revenir à une conception plus simple de l’évolution des lieux, exposée par R. Étienne : un vaste espace primitif, plan, est subdivisé et installé sur deux niveaux lors de la création des thermes, le niveau supérieur, devenu celui du frigidarium, correspondant à la surface de déambulation des salles sur hypocaustes, qu’il ne fut donc pas nécessaire de surcreuser, et permettant d’accéder à la piscine froide, elle-même construite en élévation, sur la rue, à l’aide d’un mur muni de contreforts. Un tel parti architectural, impliquant un niveau principal réglé grâce à un remblai, suffit à démontrer que cette installation thermale constitue le dernier état majeur de l’occupation des lieux.

IV) Salles chauffées

270I-V : chauffage indirect à partir de II-III (il ne subsiste qu’un seul passage de chaleur : il faut sans doute en restituer deux autres). Double-cloison d’après R. Thouvenot et R. Étienne. Au Nord, une abside correspond probablement à l’installation d’un bassin : il s’agit d’un remaniement comme l’atteste l’obturation d’un passage de chaleur.

271II-III : un foyer ; double-paroi d’après R. Thouvenot et R. Étienne. Les départs du mur II-III/IV sont encore visibles.

272IV : un foyer flanqué au Nord d’un important massif qui paraît signaler une chaudière. Double-cloison d’après R. Thouvenot et R. Étienne. Deux piscines, l’une rectangulaire, l’autre absidale.

VOLUBILIS : THERMES DE LA MAISON AU CADRAN SOLAIRE (THERMES DE L’ÎLOT EST ; THERMES DU CARDO) (pl. CXL)

I) Bibliographie

273Étienne, Quartier Nord-Est, p. 100-102 et p. 58 pour les rapports avec la maison au cadran solaire.

II) Datation

274Après 170. R. Étienne propose une date « vers le milieu du iiie siècle », mais sans argument précis. Ce dernier souligne également que les bains, qui s’allongent entre la maison au cadran solaire et celle au Bacchus de marbre, sont installés sur une rue, un ancien cardo. Ce fait implique une date tardive, sans plus de précision.

III) Typologie

275R. Étienne hésite sur la nature exacte de ces bains : « semi-publics ou privés » (p. 100) ou même « semi-publics, semi-privés » (p. 102) ? Il hésite même sur leur histoire : dominus (de la maison au cadran solaire ?) achetant un terrain public pour installer des bains ouverts à tous contre redevance (p. 100) ou thermes d’association dont le propriétaire de la maison au cadran solaire se serait ensuite « rendu maître, sans pour cela qu’on puisse croire à une transformation en thermes privés » (p. 102) ? R. Rebuffat, quant à lui, classe cette installation parmi les édifices thermaux indépendants (Thamusida, II, p. 206).

276En fait, tout un faisceau d’arguments conduit à considérer ces bains comme des thermes privés classiques appartenant à une domus. L’ampleur relative des premières salles froides n’est sans doute due qu’à la forme de l’espace annexé sur la voirie ; au moins deux portes relient ces bains à la demeure, l’une conduisant aux espaces de service, l’autre au frigidarium (malgré R. Étienne, p. 102, rien ne prouve que cette dernière soit postérieure à la création des thermes : il est au contraire tout à fait probable qu’elle fut percée lors de leur construction) ; l’ouverture des bains sur l’extérieur est un parti usuel ; l’étroitesse du secteur chauffé apparaît peu compatible avec une vocation publique. Ajoutons que l’on comprendrait mal la façon dont le caldarium et les espaces de service mordent largement sur l’espace affecté originellement à la maison au cadran solaire si, dès l’origine, ces bains n’avaient pas fait partie de cette dernière.

277Trois salles chauffées sont disposées selon un plan orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

278Une enfilade de trois pièces (vestibule et, sans doute, vestiaires) conduit du cardo maximus au frigidarium. Cette salle, également accessible à partir de la demeure, est longue de 13,70 m en avant de la piscine froide (4 × 2 m) que l’on doit longer pour accéder au secteur chauffé : elle pouvait donc éventuellement servir de lieu d’exercices (Rebuffat, Thamusida, II, p. 193).

V) Salles chauffées

279Ce secteur est en très mauvais état.

280I-V : chauffage indirect à partir de II-III. Cheminées.

281II-III : chauffage indirect à partir de IV. Double-cloison.

282IV : deux foyers, dont l’un chauffe directement une piscine (2,40 × 1,30 m) et supportait probablement une chaudière (longs bras externes et présence d’un massif).

VOLUBILIS : THERMES DE LA MAISON DE VÉNUS (pl. CXLI)

I) Bibliographie

283R. Thouvenot, La maison à la mosaïque de Vénus, dans PSAM, 12, 1958, p. 57-59 ; Étienne, Quartier Nord-Est, p. 79.

II) Datation

284Cette demeure étant implantée selon une orientation ancienne, nous ne bénéficions pas, dans son cas, du terminus ante quem non de 170. Les dates de l’architecture et du décor de la maison sont discutées. En fait, il est probable qu’une grande réfection est réalisée dans les dernières décennies du iie siècle, dans le cadre de la mise en place du quartier Nord-Est (cf. Rebuffat, BAC 1965-1966, p. 238). On retrouverait ainsi la date repère de 170 mais, comme d’habitude, celle-ci ne fixe qu’une limite. De fait, il est clair que les thermes sont postérieurs à cette grande réfection de la demeure.

285Primitivement, celle-ci était précédée, au Nord, par un portique qui fut ensuite annexé à l’espace domestique. Les bains, dont le vestiaire est installé dans la moitié occidentale de ce portique, sont donc, au plus tôt, contemporains de ce remaniement. De plus, le vestibule qui précède le vestiaire est installé aux dépens de la rue qui longe la façade orientale de la demeure. Il n’y a, par conséquent, aucune raison de placer la construction de ceux-ci sous Marc Aurèle ou Commode au plus tard (contra Rebuffat, Thamusida, II, p. 203, note 3).

III) Typologie

286Occupant environ 240 m2 en incluant la vaste cour de desserte des foyers, ces bains comprennent quatre pièces chauffées. L’état des vestiges ne permet pas toujours de reconnaître les baies, et les plans anciens maltraitent particulièrement cet aspect de la question. Il paraît cependant possible de proposer une restitution assurée de la circulation des baigneurs, fondée, dans le cadre d’un plan circulaire, sur un circuit sinistrogyre continu. R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 180-182) parle de plan circulaire sinistrogyre, mais à itinéraire rétrograde, son plan (ici fig. 3) ne correspondant d’ailleurs pas à cette analyse. L’examen direct du bâtiment permet, à notre avis, de redonner toute sa cohérence au projet du constructeur.

IV) Salles froides

287Un vestibule permet d’accéder aux thermes à partir de la rue septentrionale, et de gagner une longue pièce qu’une banquette en L, disposée le long des parois Nord et Est, désigne comme le vestiaire. L’existence d’un autre accès à ce vestiaire, à partir de l’angle N.-E. (fig. 2 et 4), est mentionnée par R. Thouvenot et R. Étienne. Dans l’état actuel des lieux, il ne subsiste qu’une brèche, mais cet endroit, outre des restaurations, a subi des remaniements lors de la création des thermes : le mur primitif fut arasé (et transformé en marche ?) et remplacé par une paroi décalée vers le Nord probablement percée d’une baie.

288Le frigidarium est équipé d’une piscine relativement vaste (Étienne : 3,40 × 2,80 m).

V) Salles chauffées

289I-V : 2,85 × 1,88 m (Thouvenot). Passage de chaleur vers II (vers IV, la destruction du mur dans sa partie centrale ne permet pas de savoir s’il existait un autre passage de chaleur, qui n’apparaît pas nécessaire). Contrairement aux plans disponibles, la porte unissant ce tepidarium d’entrée et de sortie au frigidarium est parfaitement visible : on reconnaît sans mal son piédroit méridional et son sol mosaïqué.

290II : malgré le relevé Ponsich qu’il utilise, R. Thouvenot ne distingue pas II et III, les considérant comme un seul et unique local. Par la suite, les auteurs identifient bien deux pièces mais, à notre avis, les plans disponibles ne rendent qu’imparfaitement compte de la nature de la salle

291II. D’abord parce que le mur II/III est déporté vers le Sud, dans le prolongement de la paroi I-V/IV, c’est-à-dire en une position où il n’existe, en fait, aucune construction. Deux départs de mur, nettement plus au Nord, ne peuvent que correspondre à l’emplacement réel de la limite méridionale de la pièce. Ensuite parce qu’il semble nécessaire de restituer à l’Ouest, en un secteur incomplètement dégagé, un foyer dont le passage est souligné par un encadrement en grand appareil, comme dans le reste de la construction.

292L’état du mur I-IV/II ne permet plus de reconnaître une porte. Sa présence est cependant certaine, à moins d’admettre un itinéraire rétrograde qui commencerait par le caldarium et se poursuivrait de manière totalement inversée, ce qui serait absurde.

293III : cet espace, plus vaste donc qu’il n’est représenté sur les plans disponibles, est subdivisé en deux parties inégales par une paroi laissant, au niveau du fond de l’hypocauste, une large ouverture dont les deux piédroits sont bien visibles. À notre avis, il ne peut s’agir que du support de la marche-margelle d’un bassin, support percé d’un ample passage de chaleur. Cette lecture est renforcée par l’examen du foyer qui chauffait directement cette piscine. Comme le four voisin, il est pourvu de longs bras externes qui attestent la présence d’installations destinées à chauffer l’eau. R. Thouvenot (p. 59, note 1) évoque aussi l’hypothèse, à proximité du foyer, d’une « vasque » : elle serait due à un remaniement, remarque que rien ne justifie.

294Sous la porte III/IV, dont le piédroit méridional est conservé, se trouve un passage de chaleur : il y en avait peut-être un second au Sud.

295IV : au Sud, un bassin est logé dans une abside et chauffé directement par un foyer équipé, selon toute probabilité, d’une chaudière. Dans la partie orientale de ce caldarium, R. Thouvenot signale simplement un massif de maçonnerie substitué à l’hypocauste ; R. Étienne paraît y placer une piscine rectangulaire, lecture reprise par R. Rebuffat (fig. 3).

296R. Thouvenot signale des cheminées dans toutes les pièces chauffées. Il n’y aurait donc pas eu de doubles-cloisons, dont l’auteur précise effectivement que, lors de la fouille, il n’en fut retrouvé aucun élément. L’état des lieux ne permet pas de confirmer cette assertion. On ne repère plus guère que la trace probable d’une cheminée dans l’angle Sud de la pièce II.

297Les pièces III et IV ont conservé, de façon tout à fait extraordinaire, une partie des appareillages de bronze qui servaient à chauffer l’eau. R. Thouvenot (p. 59) signale la découverte dans le praefurnium, près du foyer III, de deux testudines qu’il faut, selon toute probabilité, restituer sur les longs bras externes des deux fours, en avant des chaudières. Bien plus, dans le vestibule, a été retrouvé « un grand récipient... en forme de tambour plat. Il avait sa place dans l’étuve humide (c’est-à-dire, pour nous, le caldarium), il contenait de l’eau chaude dont les baigneurs pouvaient se faire des lotions et dont la vapeur emplissait la salle... ». En fait, nous pensons qu’il ne s’agit nullement d’un récipient, mais d’un appareil maçonné dans le fond de la baignoire et directement chauffé par l’air chaud provenant du foyer, de façon à entretenir la température de l’eau dans laquelle il est immergé (cf. ci-dessus, p. 77). L’objet est conservé au musée de Rabat. La façon dont le rebord est rabattu vers l’intérieur, afin de raidir l’ensemble, ne correspond nullement à la manière dont on peut attendre que soit ouvragée la lèvre d’un labrum.

VOLUBILIS : THERMES DE LA MAISON D’ORPHÉE (pl. CXLII)

I) Bibliographie

298R. Thouvenot, La maison d’Orphée à Volubilis, dans PSAM, 6, 1941, p. 52-61. Rebuffat, Thamusida, II, p. 188 et 193-194.

II) Datation

299Inconnue.

III) Typologie

300Il s’agit de thermes privés installés dans une vaste domus occupant un îlot de près de 1 700 m2. Les bains eux-mêmes, y compris la vaste salle correspondant à l’accès à partir de la rue, excèdent les 250 m2. À cette superficie importante pour des thermes privés s’ajoute le nombre des salles chauffées, qui s’élève à cinq, donnée non moins remarquable dans le cadre de l’architecture domestique. Il en résulte un important problème d’interprétation du monument. Il pourrait s’agir de thermes de plan circulaire avec parcours sinistrogyre. Il nous paraît cependant plus probable que nous sommes en présence de thermes doubles. Nous aurions alors deux bains juxtaposés, tous deux utilisés en fonction d’un itinéraire rétrograde correspondant, pour les plus grands, à un plan orthogonal avec virage dans la première salle chauffée, pour les plus petits à un plan linéaire.

IV) Salles froides

301De l’extérieur, deux portes livrent accès à un vaste espace subdivisé par une rangée de piliers : vestibule de dimensions telles qu’il pouvait aisément assurer les fonctions de vestiaire et, peut-être aussi, de lieu d’exercices (cf. Rebuffat, Thamusida, II, p. 193 et 194, où il envisage même l’hypothèse d’une sorte de palestre, les piliers supportant non un toit mais un portique). On peut également accéder aux bains à partir de la moitié occidentale de la demeure grâce à un escalier qui rattrape la dénivellation existant entre les deux secteurs.

302Ces deux accès débouchent chacun à une extrémité du frigidarium lequel comporte, au Sud, deux piscines accolées, une grande et une petite.

V) Salles chauffées

3031 : la pièce n’est sur hypocauste que dans sa partie septentrionale ; ce dernier était chauffé indirectement à partir de 2 (un passage de chaleur au-dessus duquel une brèche ne peut que correspondre à la destruction d’une porte). Des cheminées attestent l’absence de double-cloison.

3042 : chauffage indirect à partir de 3 et 4 par 2 × 2 passages de chaleur. Cheminées. Il est certain que 2 ne communique qu’avec 1 et 3 (dans ce cas encore, une brèche au-dessus d’un passage de chaleur ne peut correspondre qu’à une porte 2/3) : tout lien avec l’extérieur ou avec 4 est exclu.

3053 : un foyer doté de deux longs bras externes en maçonnerie et grand appareil qui rendent probable la présence d’une chaudière. Un bassin. Paroi chauffante sauf autour de ce dernier.

3064 : un foyer, sans doute avec chaudière, chauffant directement une piscine dépourvue de la double-cloison qui devait, au contraire, équiper le reste de la pièce. Malgré le plan et le texte de R. Thouvenot (p. 60-61), il existe, de façon certaine, deux portes 3/4 et 4/5 dont les piédroits sont encore parfaitement repérables.

3075 : hypocauste à canaux avec chauffage indirect à partir de 4.

308Les pièces 3 et 4 sont tout à fait semblables, la seconde étant seulement de dimensions plus restreintes que la première : on est contraint d’y reconnaître les salles des bains chauds (la piscine visible en chacune était bel et bien destinée aux baigneurs, malgré R. Thouvenot qui n’y voit que des réservoirs : p. 56). Nous sommes donc conduit à proposer la lecture 1= I, 2 = II-III, 3 et 4 = IV, 5 = V. Cependant, l’existence de deux tepidaria, l’un d’entrée l’autre de sortie, apparaît une solution particulièrement luxueuse dans le cadre de thermes privés. Surtout, le dédoublement du caldarium semble extraordinaire : même dans le cas de bains publics, il est exceptionnel et pose des problèmes d’interprétation.

309Dans ces conditions, l’analyse proposée par R. Rebuffat est particulièrement séduisante (p. 188). D’abord, il repère cinq et non quatre salles chauffées, ce qui nous semble indubitable. Ensuite, il propose d’identifier deux bains jumeaux : des grands thermes 1-2-3, et des petits thermes 5-4, ce qui rend compte des deux caldaria, de leurs dimensions réciproques, du nombre élevé des salles chauffées, et même des deux piscines du frigidarium, elles aussi de dimensions inégales. Nous avons dès lors, pour les grands thermes, 1 = I-V, 2 = II-III, 3 = IV, les petits thermes présentant une version réduite de ce programme.

310Qu’il s’agisse de thermes dont la hiérarchie reposerait sur des critères sexuels ou sociaux, on peut aisément comprendre cette juxtaposition. Cette lecture pose cependant deux problèmes majeurs. D’abord, ce parti est, à notre connaissance, particulièrement rare dans le cadre d’une domus. Ensuite, et peut-être surtout, l’existence de la porte 3/4, qui unit ces « deux » bains et que R. Rebuffat ne prend pas en compte, n’a alors pas de sens. Nous ne concevons cependant pas de meilleure interprétation des vestiges visibles : peut-être cette baie 3/4 n’était-elle destinée qu’à faciliter le service des thermes.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540