Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Troisième partie. Catalogue des thermes romains d’Afrique du nord

Algérie

Texte intégral

AD SAVA MUNICIPIUM (planche LXXI)

I) Bibliographie

1L. Leschi, Une excursion archéologique dans le Guergour (été 1938), dans BSHGS, 1941, p. 157 (= Études africaines, p. 341). R. Guéry, Les thermes d’Ad Sava municipium (Hammam-Guergour), dans BAA, 2, 1966-1967, p. 95-106.

II) Datation

2Inconnue. La couche de destruction contient de la céramique dont les fragments « les plus fréquents sont des ive ou ve siècles » (Guéry, p. 95).

III) Typologie

3Il s’agit du cas particulier de thermes exploitant une source chaude curative (Guides bleus, Algérie, 1986, p. 319-320), mais qui comprennent, malgré quelques particularités, les locaux usuels des bâtiments balnéaires.

4L’espace dégagé semble correspondre à la totalité de la construction, par conséquent dépourvue de palestre. Elle occupe quelque 650 m2. Le frigidarium mesure environ 6,80 × 6,50 m. Il s’agit donc de petits thermes. Quatre salles chaudes, disposées au Nord, étaient parcourues selon un itinéraire sinistrogyre correspondant à un plan circulaire particulier.

IV) Salles froides

5On pouvait accéder aux bains à partir de la rue Sud, sur laquelle donne un porche hors-œuvre à deux colonnes. Un vestiaire pouvait être installé à l’Est du frigidarium et/ou dans la longue galerie méridionale. La salle des bains froids, dallée et équipée de bancs, comporte deux piscines, l’une flanquée classiquement de deux passages permettant de communiquer avec le local oriental, l’autre, proportionnellement très vaste (environ 9,50 × 6 m), occupant toute l’extrémité occidentale du frigidarium. Une porte à deux vantaux conduit au secteur chauffé.

V) Salles chauffées

6I-IV : le tepidarium, dallé, présente deux particularités, celle de n’être pas chauffé et celle d’être équipé de deux très vastes piscines. Ces deux traits s’expliquent par l’utilisation de la source chaude (43°) qui alimentait directement ces bassins. Il a été jugé que l’ampleur de ces derniers suffisait à tiédir le local. Elle permettait aussi aux utilisateurs, après s’être nettoyés et baignés dans les autres salles, de bénéficier, dans une ambiance modérée, des vertus curatives de la source. Les piscines du frigidarium étaient alimentées différemment, en eau froide : cela est démontré par l’absence des importantes concrétions qui caractérisent les bassins du tepidarium.

7Ce dernier, contrairement aux dispositions habituelles, est donc une des pièces balnéaires essentielles, et l’ampleur de ses piscines explique que le baigneur, dont le cheminement est ainsi bloqué, soit contraint de traverser deux fois le destrictarium II, afin de se retrouver dans l’axe de l’espace tiède réservé à la circulation.

8II : le destrictarium est équipé d’un bassin également alimenté par la source et chauffé par un foyer. Double-cloison. Des traces d’aménagement semblent indiquer que des bancs y étaient installés. De façon exceptionnelle, le circuit sinistrogyre passe deux fois par II : ce choix a permis de développer sans gêne les piscines du tepidarium (cf. ci-dessus).

9III : le laconicum possède des doubles-parois, mais aucun foyer n’a été repéré. Cependant, R. Guéry souligne que la fouille est incomplète dans le sec-et un foyer. Il faut, selon toute probabilité, en restiteur Est, et il faut, sans aucun doute, restituer au tuer au moins un ou deux autres, ainsi que des pis-moins un four. cines, dont il ne semble rester nulle trace, probable-

10IV : le caldarium possède des doubles-cloisons ment alimentées par la source.

AQUAE FLAVIANAE (pl. LXXI)

I) Bibliographie

11A. Poulle, Inscriptions diverses de la Numidie et de la Maurétanie sitifienne, dans RSC, 24, 1886-1887, p. 190-196 ; S. Gsell, H. Graillot, Explorations archéologiques dans le département de Constantine (Algérie). Ruines romaines du nord de l’Aurès, dans MÉFR, 13, 1893, p. 507-517 ; Gsell, Monuments antiques, I, p. 236-239 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 233-235 ; E. Albertini, BAC, 1928-1929, p. 93-94 ; L. Leschi, BAC, 1936-1937, p. 110-111 ; M. Leglay, BAC, 1955-1956, p. 49-50 ; J. Birebent, Aquae romanae, recherches d’hydraulique dans l’est algérien, Alger, 1964, p. 237-243.

II) Datation

12Ainsi que son nom l’indique, cette installation thermale remonte probablement aux empereurs flaviens, ce que paraît confirmer une dédicace de 76 à Vespasien et Titus (n° 84). Plusieurs inscriptions attestent sa fréquentation au cours du iie siècle et à l’époque sévérienne. Elle est restaurée en 208 par un corps de soldats (n° 89) et c’est sans doute sous Élagabal qu’est construit un temple aux Nymphes (Albertini). Une dédicace au numen des nymphes et au dieu Draco paraît dater de la seconde moitié du iiie siècle au plus tôt (n° 81). Différentes traces de remaniements sont visibles sur le site. L’établissement a été remis en eau après son dégagement (Fontaine-Chaude) et est devenu, de nos jours, un centre animé (Aïn El Hammam).

III) Typologie

13Il s’agit d’un établissement balnéaire lié à l’exploitation de sources thermales, captées pour desservir le bâtiment : dans l’état actuel du dégagement, il occupe plus de 1 200 m2.

IV) Installations

14Un captage se trouve à 300 m des thermes. Une chambre voûtée rassemble des eaux à 70° provenant les unes d’une source jaillissant à cet endroit, les autres, ferrugineuses, de l’Est, d’un endroit non identifié. De l’eau froide, arrivant d’une autre source, ou, plutôt, prise directement dans l’oued voisin (Birebent), était également acheminée vers les bains. D’après la description de S. Gsell et H. Graillot, les différentes piscines étaient ainsi alimentées en une eau soit chaude, soit froide, soit encore tiède, cette dernière solution étant obtenue par la convergence des deux types de captage.

15L’essentiel des installations balnéaires est constitué par des piscines, principalement deux vastes bassins. Le premier, rectangulaire (1 : 13,80 × 10,05 m, pour une profondeur d’1,45 m), était très probablement découvert (D. Krencker envisage sa couverture sans argument précis). En revanche, ses deux longs côtés étaient flanqués de portiques dont le couvrement, coffré sur tubes, retombait sur cinq piliers. Le mur Nord présente trois renfoncements : la niche centrale contenait les statues d’Hygie et d’Esculape, dédiées en 193-196 (n° 88). Le second bassin, circulaire (2 : environ 8 m de diamètre ; 1,45 m de profondeur) était couvert d’une coupole, également coffrée sur tubes. Il est complété par quatre piscines annexes, logées dans l’épaisseur du mur.

16Outre le secteur des entrées, ces grandes salles étaient pourvues de locaux annexes. Au Nord, une pièce commande une petite piscine, 3, dont le mode d’alimentation reste inconnu. À cet ensemble sont juxtaposées trois pièces disposées en enfilade : la plus occidentale, 4, présente la particularité d’être dotée d’un hypocauste et d’une double-cloison au Nord et au Sud. Le chauffage de ce local, de dimensions modestes, aurait été obtenu grâce à la chaleur produite au débouché d’une conduite d’eau chaude. Le bassin qui le flanque au Nord paraît avoir été un réservoir et non un alveus (Gsell, Monuments antiques, I, p. 238, note 3).

17À l’Est, tout un ensemble de locaux semble avoir été rajouté lors d’une extension de l’établissement. Trois salles y commandent quatre piscines. Nous ne connaissons le mode d’alimentation que de l’une d’entre elles, 5, qui était fournie en eau chaude, alors qu’un petit bassin latéral, 6, recevait quant à lui de l’eau froide.

18L’essentiel des opérations consistait donc en bains, mais il est peut-être possible de différencier la nature de ceux-ci. On remarquera d’abord que si les salles annexes devaient abriter des vestiaires, on peut aussi tenter d’y rechercher des lieux où les baigneurs pouvaient se nettoyer avant de se plonger dans les piscines collectives. Telle était sans doute la fonction du local 4, le seul qui soit sur hypocauste. On peut également se demander si l’ensemble 5-6, composé d’une piscine chaude et d’un petit bassin froid ne constituait pas aussi un lieu où les baigneurs se décrassaient. Les quatre autres bassins de taille moyenne, alimentés d’une manière inconnue, paraissent en revanche avoir essentiellement permis de démultiplier les capacités des grandes piscines.

19Ces dernières semblent elles-mêmes avoir assumé des fonctions différentes. Elles sont toutes deux alimentées par des conduites qui permettent de mélanger eaux chaude et froide : nous ignorons donc la température qui était choisie pour le liquide déversé dans chacun de ces deux bassins. On peut cependant supposer que cette dernière était moindre en 1, à ciel ouvert, qu’en 2, couvert par une coupole. Sans aller jusqu’à parler, comme J. Birebent, d’un véritable tepidarium juxtaposé à un caldarium, on peut donc penser que ces thermes, caractérisés avant tout par des immersions dans des eaux thermales, comportaient cependant un mode d’utilisation impliquant une progression dans le degré de chaleur évoquant celle des thermes classiques.

CAESAREA : GRANDS THERMES OUEST (pl. LXXII et LXXIII)

I) Bibliographie

20Les rapports de fouille de l’inventeur du monument, V. Waille, malheureusement peu intéressé par les données architecturales, ont été publiés dans CRAI, 1886, p. 301-305 ; 1887, p. 53-56 et 232-236 ; 1888, p. 35-41 et 241-250 ; 1889, p. 360-368. P. Gauckler, Musée de Cherchel, Paris, 1895, p. 55-63 et 160161 ; Gsell, Monuments antiques, I, p. 212-216 ; Id., Cherchel, antique Iol-Caesarea, Alger, 1952, p. 110116 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 190-196 ; Lézine, Architecture romaine, p. 24.

II) Datation

21La construction de ces thermes est usuellement placée à la fin du iie-début du iiie siècle : cette datation, qui n’a rien d’invraisemblable, ne repose cependant sur aucun argument précis. On notera seulement que des chapiteaux ioniques, qui pourraient provenir d’un portique précédant l’édifice et donc appartenir à la décoration originelle du bâtiment, sont datables des dernières décennies du iie siècle (P. Pensabene, Les chapiteaux de Cherchel, 3e sup. au BAA, 1982, p. 9 et 19, chapiteaux nos 15 et 16).

22À une date inconnue, on procède à un certain nombre de transformations, que D. Krencker lie au remplacement de charpentes par des voûtes en maçonnerie (p. 192) : c’est de cette manière qu’il interprète le renforcement des angles du frigidarium, ainsi peut-être que le rétrécissement de la natatio à l’aide de deux épaisses parois (pl. LXXII). Le choix d’une charpente nous paraît tout à fait invraisemblable pour un bâtiment thermal aussi ambitieux, et qui ne saurait être antérieur au iie siècle. Ces renforts sont, en fait, une solution de secours destinée à sauver les immenses couvrements dont les poussées avaient dû être mal calculées. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si on a recouru à la même solution dans le caldarium. S. Gsell signale un « gros massif de blocage » installé contre l’angle Nord-Ouest de la salle, aux dépens du couloir de service, massif qu’il interprète correctement comme un contrefort : étant donné sa position, on voit effectivement mal à quoi aurait pu servir cet aménagement, dont D. Krencker ne parle pas (pl. LXXIII-1). En revanche, ce dernier signale (p. 196) que le praefurnium de l’angle Sud-Ouest a été condamné et entièrement rempli de maçonnerie : il est clair qu’il s’agissait, là encore, de contrebuter la voûte du caldarium (pl. LXXII).

23Le bâtiment a livré un grand nombre de statues. S. Gsell suppose même qu’il aurait pu servir à abriter des œuvres proscrites de leur emplacement originel par le « triomphe du christianisme » (p. 216 : de fait, quatre bases de statues de divinités portent la mention translata de sordentibus locis). C. Lepelley (Le musée des statues divines. La volonté de sauvegarder le patrimoine artistique païen à l’époque théodosienne, dans Cahiers archéologiques, 42, 1994, p. 5-15) a repris la question de ces transferts de statues, bien attestés à Caesarea et ailleurs, transfert que, dans la lignée de S. Gsell, il relie plus précisément à l’application des mesures impériales prises à l’extrême fin du ive ou au cours du ve siècle et destinées à préserver des statues de divinités désacralisées et désormais considérées comme des œuvres d’art. Cette restitution impliquerait que les thermes fonctionnaient encore à une date très tardive, ce qui ne serait, au demeurant, nullement surprenant. Nous ne sommes cependant pas entièrement convaincu que de tels transferts doivent automatiquement être liés au contexte des luttes religieuses provoquées par le christianisme : à Thibursicu Bure (n° 56), on enlève d’un lieu menaçant ruine quatre statues qui sont placées dans les thermes de la ville. Or, dans ce cas, l’inscription est datée et doit être attribuée à la seconde moitié du iiie siècle : cette mesure ne saurait donc être la conséquence de l’affirmation du christianisme.

III) Typologie

24Il s’agit de grands thermes conçus selon un plan symétrique de type impérial. La partie balnéaire couvre une superficie difficile à évaluer avec précision, étant donné notre méconnaissance d’une partie du bâtiment. Ce qui est actuellement visible du corps central occupe environ 5 500 m2. À lui seul, le frigidarium atteint près de 350 m2 sans les piscines.

25Les salles principales sont disposées selon deux axes. Le petit axe, celui de symétrie, comprend classiquement le caldarium, le tepidarium de sortie et le frigidarium, cette séquence étant complétée par une natatio couverte intégrée à la salle des bains froids. Le grand axe est emphatiquement matérialisé par trois alignements de locaux. D’abord, celui des pièces de la façade orientale. Ensuite, à l’Ouest, celui des salles chauffées autres que le caldarium, précédées de vestiaires et strictement disposées sur une même ligne. Enfin et surtout, s’articulant avec le petit axe par le biais du frigidarium, celui des grandes salles froides qui comprend ce dernier intégré dans sa plus grande dimension, ainsi que ses deux piscines froides classiquement flanquées de passages qui assurent la liaison avec les deux vastes gymnases couverts s’étendant chacun sur près de 450 m2. Étant donné l’ouverture du mur de fond des piscines, qui serait due à un remaniement d’après

26D. Krencker (p. 192 et fig. 252 = ici pl. LXXIII-2), c’est ainsi une perspective architecturale de plus de 100 m de longueur qui est offerte au baigneur.

IV) Salles froides

27Toute une partie du bâtiment reste mal connue. D. Krencker propose de restituer, à l’Est, une grande palestre dont aurait fait partie le « beau portique formé de colonnes de granit de plus de 8 mètres de hauteur, à chapiteaux ioniques » signalé par S. Gsell. Il décrit également les vestiges de longues salles limitant le bâtiment au Nord et au Sud. En arrière de celles-ci, des locaux sont préservés dans l’angle Nord-Ouest : D. Krencker y reconnaît un vestibule coudé livrant accès au vestiaire septentrional, tandis que, dans le même secteur, un profond égout lui paraît signaler des latrines (p. 196).

28Les salles dégagées sont d’interprétation relativement aisée. En tête des salles chaudes, on reconnaîtra, selon toute probabilité, deux grands vestiaires communiquant également, ainsi qu’il est logique, avec les gymnases. Le frigidarium, équipé de deux piscines, est complété par une grande natatio, mesurant originellement 23,10 m de longueur (Krencker, p. 192) et dont les murs étaient ornés d’un complexe jeu de niches reprenant, en les développant, des motifs déjà présents dans les deux autres piscines. Les fragments de quatre colonnes de granit d’un mètre de diamètre ont été retrouvés dans la salle des bains froids : elles ne sauraient avoir été placées dans la pièce même, en position folklorique, comme le proposent V. Waille et S. Gsell, mais sur la marche-margelle de la natatio (Krencker, p. 192) ou contre les parois de la salle.

29Les escaliers d’accès aux terrasses, situés à l’Ouest des deux piscines du frigidarium, paraissent contemporains du renforcement des angles de ce dernier.

V) Salles chauffées

30I : un foyer. Double-cloison (Gsell, p. 215 ; Krencker, p. 196. Ce dernier, à la p. 193, signale des cheminées, ce qui est contradictoire : peut-être ne s’agit-il que de descentes d’eau, comme celles qui apparaîtraient également sur le plan Krencker, pl. LXXII, en V et dans les vestiaires). À l’origine, ces tepidaria d’entrée étaient accessibles non seulement à partir des vestiaires, mais aussi à partir des gymnases. Comme d’autres baies de circulation, ce dernier accès fut ensuite muré, à une date inconnue. Étant donné la multiplicité de ces bouchages, il paraît probable que ces opérations dépendent d’une phase tardive d’occupation des lieux, alors que les thermes n’étaient plus fonctionnels.

31D. Krencker propose de restituer à l’Ouest un bassin occupant les deux tiers de la superficie de la pièce. Cette hypothèse se fonde sur des vestiges d’enduit hydraulique, sur la présence de deux petits pilastres qui pourraient correspondre au rebord de la piscine, et, au droit de ces saillies, sur l’existence d’un muret subdivisant l’hypocauste I-Nord (p. 193 et fig. 256a). La construction d’un bassin dans un tepidarium n’aurait rien d’exceptionnel, mais son ampleur surprend. De plus, dans cette hypothèse, l’ouverture d’une porte entre ce bassin et II est peu compréhensible

32II : un foyer ; double-cloison. Deux portes assuraient primitivement les communications avec I. En II-Sud est conservé un grand bassin (Krencker, p. 193 : 9,32 × 1,75 m) qui, selon certains auteurs, serait dû à un remaniement (Gsell, p. 215 : « aménagement de basse époque »). Aucun argument ne va dans ce sens : il paraît préférable de le considérer comme originel et, ainsi que le propose D. Krencker, d’en restituer un semblable en II-Nord (p. 193 et fig. 258-259).

33III : un foyer ; double-paroi.

34IV : double-cloison. Malgré le mauvais état de conservation de la salle, il faut restituer trois bassins disposés selon un plan cruciforme, un semicirculaire à l’Ouest (dont l’existence est démontrée par une évacuation d’eau), deux rectangulaires au Nord et au Sud.

35Le mode de chauffage est également très dégradé. Sont bien attestés un foyer pour la piscine Sud, trois foyers pour le bassin Ouest, et, à partir de chacun des praefurnia des angles Nord-Ouest et Sud-Ouest, un foyer chauffant la salle en avant de cet alveus occidental ainsi qu’un foyer desservant latéralement les piscines Nord et Sud : ce dernier doit cependant être restitué car, étant donné la ruine des lieux, il n’en subsiste aucune trace. De même, on supposera un foyer desservant le bassin Nord par son milieu, comme cela est bien attesté au Sud.

36V : apparemment dépourvue de double-paroi, cette salle ne bénéficiait à l’origine que d’un chauffage indirect en provenance de IV et III. La création, au Nord et au Sud, de deux salles de chauffe restreignit la superficie de la salle mais permit d’établir un chauffage direct grâce à deux foyers. Le mode d’accès à la salle septentrionale est encore visible : il s’agit d’un passage souterrain s’ouvrant dans le couloir de service occidental et passant sous la pièce III.

CAESAREA : PETITS THERMES EST (pl. LXXIV)

I) Bibliographie

37H. de Villefosse, dans AMS, 3e sér., 2, Paris, 1875, p. 393 ; V. Waille, Note sur les fouilles de Cherchel, dans BAC, 1890, p. 393-398. Gsell, Monuments antiques, I, p. 216. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 196-197. Christofle, Rapport 1930-1932, 1930, p. 15-17 ; 1932, p. 18-19. P. Leveau, Caesarea de Maurétanie, collection de l’ÉFR, 70, Rome, 1984, p. 53-54.

II) Datation

38Inconnue. L’appareil des murs, où les parements de moellons sont interrompus par des assises de briques, peut cependant laisser penser que le monument n’est pas antérieur à l’époque sévérienne.

III) Typologie

39Hormis le frigidarium, l’ensemble de la construction était très ruiné dès l’époque de son dégagement. Ce qui est visible du bâtiment principal couvre cependant un peu plus de 1 000 m2 et l’ensemble paraît avoir occupé entièrement un îlot d’environ 60 × 40 m2. Il faut donc classer cette construction parmi les thermes de taille moyenne. Les dimensions du frigidarium varient selon les auteurs, mais cette salle couvre environ 250 m2.

40Autant qu’il est possible de reconnaître la disposition du secteur chauffé, placé au Nord, il apparaît que nous sommes en présence d’un plan linéaire avec trois salles chauffées parcourues selon un itinéraire rétrograde. C’est la lecture proposée par D. Krencker.

IV) Salles froides

41On ne connaît que le frigidarium. Deux portes, percées dans son mur occidental, signalent la présence de salles dans cette direction.

42La salle des bains froids, couverte par deux voûtes d’arête, est remarquable par l’utilisation de formes courbes qui la caractérise : niche occidentale entre les deux portes d’accès ; absides méridionales qui ne paraissent pas avoir abrité des bassins mais avoir eu essentiellement un rôle de soutènement contre la poussée des terres ; piscine orientale polylobée.

V) Salles chauffées

43L’état des lieux ne permet que des hypothèses. D. Krencker propose une lecture des vestiges qui paraît cohérente. Elle consiste à identifier une enfilade de trois pièces de dimensions comparables, ainsi qu’un couloir de service à l’Est.

44I-IV : chauffage indirect ?

45II-III : un foyer et un bassin à l’Est ?

46IV : un foyer et un bassin à l’Est ? Au Nord, un alveus semi-circulaire est bien attesté. Il était peut-être complété par un autre bassin, situé à l’Ouest.

COLUMNATA (pl. LXXIV)

I) Bibliographie

47P. Gavault, Note sur les ruines antiques de Toukria, dans Rev. afric., 27, 1883, p. 233-234.

II) Datation

48Inconnue.

III) Typologie

49Les données disponibles sont rarissimes. On ne connaît ni le contexte de ce bâtiment, ni même ses dimensions. Il est cependant probable que nous sommes en présence de petits thermes de quartier. Le plan, linéaire, implique que les trois salles chauffées étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde. Il faut distinguer ce bâtiment de celui auquel appartient une piscine froide dégagée ultérieurement (P. Cadenat, Fouilles à Columnata, dans Libyca, 6, 1958, p. 90-93).

IV) Salles froides

50Nous ne connaissons que le frigidarium. Le plan permet la restitution d’une piscine dans l’abside, où P. Gavault signale d’ailleurs des dépôts calcaires.

V) Salles chauffées

51I-IV : probablement chauffage indirect.

52II-III : un bassin ; probablement chauffage indirect. Le point B du plan Gavault marque cependant « l’entrée du sous-sol ». Si cette expression désigne l’accès au couloir de service, il n’est pas exclu que ce dernier ait desservi un foyer destiné à II-III.

53IV : le plan permet de restituer un foyer chauffant directement un alveus.

CUICUL : GRANDS THERMES SUD (pl. LXXV)

I) Bibliographie

54Ballu, Rapport 1917, p. 87-98, Rapport 1918, p. 164-166, Rapport 1919, p. 319-323, Rapport 1920, p. 37-41 ; Id., Ruines de Djemila (antique Cuicul), dans Rev. afr., 62, 1921, p. 255-261. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 197-198 ; Christofle, Rapport 19271929, p. 44-47. L. Leschi, BAC, 1934-1935, p. 355357 ; Id., Djemila Cuicul de Numidie, Alger, 1938, p. 28-29 ; Id., Djemila, antique Cuicul, Alger, 3e éd., 1953, p. 41-45. Y. Allais, Djemila, Paris, 1938, p. 5456 ; P.-A. Février, Djemila, Alger, 1968, p. 67-71 ; Romanelli, Topografia, p. 180-182 ; Thébert, Circulation, p. 144-145.

II) Datation

55Deux inscriptions (nos 102 et 103) permettent de placer avec précision la dédicace de ces thermes, construits a solo par la Respublica Cuiculitanorum, en 183-début 184. À une date inconnue, un grand remaniement amputa le bâtiment de toute sa partie méridionale, c’est-à-dire, selon toute probabilité, d’une de ses palestres. Désormais, les thermes sont longés, au Sud, par une ruelle qui les sépare des constructions nouvellement implantées à cet endroit. Une fontaine a été érigée en 295 à l’angle Sud-Est de l’édifice balnéaire, obturant le débouché de cette ruelle. Il se pourrait que celle-ci n’ait jamais été qu’une impasse et que la réduction des bains doive être placée à la fin du iiie siècle. Des pavements sont restaurés au ive siècle (Blanchard-Lemée, Quartier central, p. 171 et 233-234).

III) Typologie

56Construits selon un plan symétrique, ces thermes couvrant environ 3 000 m2 peuvent être placés à l’articulation des bains de moyennes et grandes dimensions. Le frigidarium occupe environ 160 m2 (Ballu : 13 × 12,20 m ; Allais : 13 × 12,80 m). La parfaite symétrie n’a été altérée qu’à la suite de remaniements qui ont provoqué la destruction de l’aile Sud du monument.

57La circulation des baigneurs est caractérisée par les variantes offertes au sein de l’itinéraire principal, ainsi que par la juxtaposition d’un bain secondaire. Ces deux traits nous paraissent destinés à répondre aux besoins des usagers adeptes des exercices physiques. L’édifice est d’ailleurs remarquable par l’ampleur des espaces mis à la disposition des sportifs : palestres, vaste gymnase couvert, natatio.

58L’architecte a choisi, selon l’usage, de placer les salles chauffées à l’Ouest. Il a également opté pour deux palestres, disposées de part et d’autre du bâtiment. Ces choix ont impliqué que le secteur balnéaire devait s’inscrire dans un rectangle de forme allongée. L’espace ainsi disponible imposait une disposition en profondeur des salles chauffées, et donc un tepidarium de sortie étiré en longueur, malgré l’extension du caldarium vers l’Est grâce à l’hémicycle qui en constitue le côté oriental.

59Le bâtiment manifeste une originalité certaine dans l’emploi systématique de lignes courbes et de niches de plan semi-circulaire ou rectangulaire.

IV) Salles froides

60Les dimensions des locaux sont empruntées à A. Ballu.

61Le flot des utilisateurs est divisé en deux dès le vestibule d’entrée. Juste en arrière des pièces de façade, et sur l’axe principal du monument, est située une vaste pièce (31,20 × 12,83 m) dans laquelle, à la suite de la plupart des auteurs, il nous paraît nécessaire de reconnaitre une salle d’exercices couverte. De même, l’identification usuelle des deux vastes vestiaires (10,10 × 8,60 m) paraît satisfaisante.

62Le frigidarium, dont les axes sont quasiment égaux, est doté de deux bassins et d’une piscine plus vaste (12,66 × 5,22 m), véritable natatio couverte intégrée à la salle des bains froids dont elle est séparée par deux colonnes ioniques.

63Au Nord, et, dans le premier état, au Sud, une cour dallée ceinte d’un portique sur trois côtés doit être identifiée à une palestre, comme le proposent D. Krencker et L. Leschi, et non à un simple lieu de promenade (A. Ballu). Logiquement, elle communique avec le bâtiment balnéaire par l’intermédiaire du gymnase et du vestiaire. Les rebords Nord et Est de cette véritable terrasse, qui domine les constructions environnantes, sont soutenus par une batterie de pièces et citernes.

V) Salles chauffées

64I : ces tepidaria d’entrée sont remarquables tant par leurs petites dimensions que par l’absence de tout hypocauste. Pourtant, nous pensons, comme D. Krencker, qu’il faut considérer ces locaux bel et bien comme des tepidaria simplement attiédis par l’arrivée d’air chaud provenant de la salle II. Ils fonctionnaient donc surtout comme des sas évitant une excessive déperdition de chaleur aux dépens des destrictaria.

65Il n’en reste pas moins que les caractéristiques de ces petits locaux dépourvus d’hypocauste correspondent à une quasi-suppression de ces salles de transition. Ce choix contribue encore à accentuer fortement la dimension sportive de l’établissement. L’ampleur du tepidarium de sortie, qui contraste avec ce parti, s’explique essentiellement par les contraintes du plan qui, en éloignant le caldarium du frigidarium, nécessitent un grand espace de liaison.

66II : 10,66 × 9,30 m. Double-cloison ; un foyer.

67III : 7,70 × 6 m. Un foyer.

68IV : 10,87 × 10,53 m hors bassins mais y compris l’abside orientale, soit près de 110 m2. Trois piscines sont disposées selon un plan cruciforme ; trois foyers dont deux équipés d’une chaudière.

69V : 10 × 5,34 m. Chauffage indirect. Ce tepidarium de sortie est muni de deux bassins en arrière desquels sont placés deux petits espaces, sans doute des puits de lumière servant aussi à la collecte d’une partie des eaux de pluie.

701 : 3,62 × 3,22 m. Ces locaux non chauffés permettent aux baigneurs de regagner immédiatement le frigidarium après s’être nettoyés dans le destrictarium, offrant ainsi un raccourci destiné aux sportifs ne désirant pas utiliser les salles chaudes.

712-3-4 : bain annexe interposé entre la palestre et le bâtiment balnéaire. Il se compose d’un vestibule desservant une pièce sur hypocauste (3 : 6,17 × 4,70 m ; un foyer ; apparemment pas de double-cloison) et une salle plus vaste (4 : 9,25 × 7,15 m). D. Krencker propose de voir dans cet ensemble des vestiaires pour privilégiés ou des bains pour malades. Cette hypothèse paraît peu satisfaisante et nous pensons qu’il faut y reconnaître un bain annexe, destiné aux utilisateurs de la palestre qui pouvaient se nettoyer dans la pièce 3, la salle 4 servant peut-être de vestiaire d’où ceux des sportifs qui préféraient un bain plus complet pouvaient aisément gagner le local I.

72Un dispositif identique se trouvait au Sud, lié à la palestre méridionale. En subsistent la baie I-4, obturée, la niche de 4 et le foyer de 3, visible sous la ruelle qui longe désormais l’édifice.

CUICUL : THERMES DU CAPITOLE (pl. LXXVI)

I) Bibliographie

73Ballu, Rapport 1915, p. 214-216 ; Id., Rapport 1924, p. CXLI-CXLIII ; Id., Ruines de Djemila (antique Cuicul), Alger, 1926, p. 68-71 ; Y. Allais, Djemila, Paris, 1938, p. 42-43 ; P.-A. Février, Djemila, Alger, 1968, p. 49.

II) Datation

74Dans l’état actuel de la documentation, le seul critère de datation est la façon dont ces thermes s’articulent avec le capitole voisin. Un premier problème est donc de savoir si le temple a empiété sur le bâtiment thermal ou si, au contraire, celui-ci est venu se plaquer contre le premier. En faveur de cette dernière hypothèse, proposée par A. Ballu, on notera que les trois baies ouvertes dans le mur Nord du podium du capitole ont été murées, comme pour isoler le monument de bains qui auraient été implantés à proximité. En sens inverse, il apparait que ces derniers ont été conçus selon un plan symétrique altéré dans sa partie méridionale d’une façon qui ne semble guère pouvoir s’expliquer que par l’érection postérieure du temple (Février) : si l’on récuse ce schéma, il devient extrêmement difficile de rendre compte du plan d’ensemble de l’édifice balnéaire. Selon toute vraisemblance, nous avons donc des thermes amputés par la construction du capitole, puis annexant à leur profit l’espace (une ruelle ?) qui séparait les deux monuments, provoquant ainsi la fermeture des baies du podium (Allais).

75Même si l’on accepte cette chronologie relative, il est difficile de passer à une chronologie absolue. En effet, la date du capitole reste l’objet de débats. Une étude récente (P. Gros, Les forums de Cuicul et de Thamugadi : ordonnance et fonctionnement des espaces publics en milieu provincial au iie siècle apr. J.-C., dans BAC, B, 23, 1990-1992, p. 61-80, en particulier p. 74-76) prend parti pour une datation haute, à savoir la première moitié du iie siècle : le temple appartiendrait aux premiers aménagements. P.-A. Février avait développé une argumentation contraire, concluant que le capitole était postérieur à la construction, aux alentours de 150, de la place, de la basilique et du marché des Cosinii (Notes sur le développement urbain en Afrique du Nord, les exemples comparés de Djémila et de Sétif, dans Cahiers archéologiques, 14, 1964, p. 4-47, en particulier p. 8-9).

76Il est certain que seul un examen très attentif des architectures permettrait de se faire une idée de la chronologie relative qui préside à la mise en place du forum et des monuments qui l’entourent. Dans l’état actuel de la documentation, il est frappant de constater que P.-A. Février (p. 8, n. 13) et P. Gros (p. 75 et n. 48) tirent des conclusions chronologiques absolument contraires de l’étude des rapports architecturaux existant entre le capitole et le marché des Cosinii. Nous ajouterons que les plans disponibles, tout à fait insuffisants, permettent même de se demander si ces deux monuments ne sont pas contemporains ! Construits selon la même orientation, remarquable car biaise par rapport au forum, ils se partagent le côté Nord de la place d’une façon rationnelle, si l’on tient compte des données topographiques qui permettent aisément de placer au même niveau les sous-sols du temple et le marché, mais qui ne manquerait pas de surprendre si le capitole avait été conçu initialement, sans le marché voisin : comment rendre compte, alors, de son décentrement caricatural par rapport à l’axe du forum ?

77Nous sommes donc contraint de rester dans le domaine des hypothèses, mais deux d’entre elles, qui interdisent toutes deux de considérer le capitole comme l’édifice le plus ancien du forum, paraissent devoir être privilégiées. La première consiste à penser que le temple et le marché sont contemporains. Un des Cosinii ayant suppléé Antonin le Pieux comme duumvir de la cité, il faudrait donc attribuer tout le côté Nord de la place à la grande tranche de travaux des alentours de l’année 150 mise en avant par P.-A. Février. La seconde consiste à suivre entièrement cet auteur et à placer le capitole à une date inconnue mais postérieure. Un indice va dans ce sens. En effet, les chapiteaux attribuables au monument, chapitaux corinthiens relevant d’un schéma occidental intégrant des influences orientales, ne semblent pas antérieurs au début du iiie siècle (Pensabene, Decorazione archittetonica, p. 376-377). Ainsi, et quelle que soit l’hypothèse que l’on retienne, le temple de Cuicul s’insèrerait parfaitement dans la chronologie de la majorité des capitoles africains, dont on a souvent souligné la date tardive.

78Nous pouvons, dès lors, revenir à nos thermes. L’orientation de ceux-ci est identique à celle des bâtiments septentrionaux du forum, parti qui crée une distorsion entre ces derniers et la place. Pour chercher à atténuer cette distorsion, on a disposé l’escalier monumental du capitole en biais par rapport à la cella, ce qui prouve bien que le forum est déjà strictement dessiné lorque celle-ci est érigée : si le capitole avait été construit de bonne heure, comment rendre compte d’une telle rupture entre ses composantes ? De même, la composition de cet escalier a parfois été expliquée par l’empiètement de constructions postérieures. Il nous semble que, bien au contraire, elle doit être lue comme un moyen d’insérer le nouveau capitole dans des édifices antérieurs, essentiellement la curie : sans doute n’est-ce pas le porche de cette dernière qui mord sur l’emmarchement, mais celui-ci qui s’étend vers l’Est afin d’articuler les deux monuments. Une donnée archéologique négligée confirme cette chronologie relative. A. Ballu (Rapport 1924, p. 36) signale que le perron du capitole est postérieur au forum : ses premières marches masquent les deux degrés qui limitent les côtés de la place. L’attribution du capitole aux premiers aménagements du forum est par conséquent exclue.

79Ce changement d’orientation suscite donc des difficultés et il est notable que l’on n’ait pas reporté ce décalage plus au Nord, afin de rendre aisée l’insertion du capitole sur le forum. Ce fait pourrait s’expliquer par l’alignement du temple sur le marché des Cosinii si celui-ci est antérieur. Bien plus explicatif apparaît le fait que la cella a dû surtout s’orienter comme les thermes sur lesquels elle mordait, au risque, sinon, de provoquer une destruction excessive des ces derniers.

80Tout un faisceau d’arguments paraît donc confirmer l’antériorité des thermes par rapport au capitole, d’abord parce que l’organisation et l’insertion de ce dernier se comprend bien mieux s’il s’agit d’une construction tardive, ensuite parce que cette conclusion découle aussi de la nature même du plan de l’édifice balnéaire. Dès lors il faut placer ces thermes au iie siècle. Si le capitole fait partie de la tranche de travaux réalisée dans les décennies centrales de ce siècle, il faut même penser à une date haute, de peu postérieure à la fondation de la colonie (Allais : début iie siècle ; Février : sans doute première moitié du iie siècle). S’il est postérieur, on ne peut exclure une date un peu plus avancée, mais il est clair que la datation proposée par P.-A. Février paraît suffisamment prudente pour être acceptée, cela d’autant plus que nous ne cacherons pas notre préférence pour l’hypothèse d’un lien étroit entre les érections du capitole et du marché, même si cette opinion ne correspond à aucune des analyses jusqu’alors présentées.

III) Typologie

81Les relevés existants rendent difficile l’évaluation de la superficie couverte par le bâtiment, mais il s’agit de thermes dénués de palestre et de dimensions moyennes : leur superficie actuelle excède de peu les 1 000 m2 et devait atteindre environ 1 200-1 300 m2 dans leur état primitif. Le choix d’un plan symétrique sur un terrain aussi restreint, dont les dimensions sont proches de celles de petits thermes, doit donc être souligné. Ce parti limite évidemment l’ampleur des salles. Le frigidarium ne couvre que 90 m2 environ. Ce sont sans doute aussi ces contraintes qui ont imposé l’implantation du secteur chauffé à l’Est.

IV) Salles froides

82Le bâtiment donne sur la rue par un portique sous lequel ouvrent deux portes livrant directement accès aux gymnases couverts (10 × 9,10 m au Sud d’après A. Ballu ; plus de 15 m de longueur au Nord). Le gymnase septentrional est équipé d’une piscine froide uniquement accessible à partir de ce dernier. L’emplacement des vestiaires n’est pas repérable. Les latrines de l’angle Nord-Ouest n’entretiennent aucun rapport direct avec les thermes, qui possèdent une installation de ce genre au Sud-Est.

83Le frigidarium, de plan presque carré, possède deux bassins curieusement situés sur l’axe du monument qui correspond à l’alignement frigidarium-V-IV. Il en résulte que le bassin oriental est flanqué de deux petites pièces, selon un dispositif usuel, mais ces dernières, au lieu de donner sur les gymnases comme c’est généralement le cas, permettent ici de relier la salle des bains froids au tepidarium de sortie. Ce parti exceptionnel permet de dégager l’espace nécessaire aux salles d’exercices.

84La piscine froide occidentale, plus vaste, est soigneusement subdivisée en trois bassins, sans qu’il soit possible de dire si ce dispositif est originel. Les deux bassins latéraux paraissent avoir été remblayés à une date inconnue (Ballu, Rapport 1915). Deux colonnes séparent les accès aux bassins occidentaux, auxquelles répondent, à l’Est, deux autres colonnes ornant la tête des murs latéraux de la piscine.

V) Salles chauffées

85La partie terminale du circuit chaud, située sur un des axes du monument, est claire :

86V : 7,20 × 3 m (Ballu, Rapport 1924) ; chauffage indirect. Contrairement au plan et au texte d’A. Bal-lu, deux portes, et non une seule, permettent logiquement aux baigneurs de passer de ce tepidarium de sortie dans le frigidarium par les deux locaux qui flanquent le bassin froid oriental.

87IV : environ 13 × 6,65 m sans les piscines ; deux foyers installés sous les deux bassins rectangulaires disposés aux deux extrémités de la salle et de largeur inégale (2 et 2,80 m : Ballu, Rapport 1924).

88Au Sud, l’aile chauffée, amputée, ne comprend plus que trois pièces, une quatrième ayant été transformée en latrines d’après Y. Allais. Quoi qu’il en soit, dans l’état actuellement visible, la présence de trois locaux semble permettre de reconnaître aisément :

89I : tepidarium d’entrée avec chauffage indirect.

90II : destrictarium équipé d’un bassin et d’un foyer.

91III : laconicum chauffé par un foyer accessible grâce à une galerie souterraine passant sous le gymnase.

92Ce schéma présente cependant une originalité et une énigme. L’originalité consiste en l’existence d’une baie faisant communiquer le laconicum et le tepidarium de sortie. On pourrait y voir un raccourci évitant le caldarium. L’énigme consiste en l’absence, sur les plans, de toute circulation visible entre le destrictarium et le laconicum. Si tel était bien le cas, il faudrait admettre que les deux pièces chauffées méridionales constituaient, du moins dans le dernier état visible, un bain accolé destiné aux sportifs désireux uniquement de se nettoyer avant de prendre un bain froid. Mais, dès lors, on ne comprendrait plus la fonction de III. Selon toute probabilité, il faut donc restituer une baie II/III, selon un parti attesté dans l’aile Nord.

93Au Nord, l’aile chauffée comprend quatre pièces, de lecture tout aussi délicate. Du Nord au Sud s’alignent trois salles où il paraît logique de reconnaître un tepidarium d’entrée (un foyer), un destrictarium (un foyer ; un bassin) et un laconicum (chauffage indirect). De ce dernier local, on pouvait soit passer dans le caldarium, soit, comme au Sud, éviter celui-là en passant directement dans le tepidarium de sortie.

94Cette restitution se heurte cependant au fait que, dans l’état actuel des lieux, on ne comprend pas comment on accédait au tepidarium d’entrée sans passer par les autres salles chauffées. De plus, l’absence de chauffage direct pour le laconicum est fort peu satisfaisante.

95On est ainsi conduit à proposer d’inverser l’identification des pièces I et III. Une telle solution reste étonnante : elle correspondrait mieux aux modes de chauffage mais contredirait les principes d’une circulation rationnelle en séparant le laconicum du caldarium. C’est pourtant la seule lecture possible si I n’est effectivement pas accessible directement à partir du secteur froid : l’introduction d’un tel cheminement rétrograde dans un plan symétrique pourrait s’expliquer par la difficulté, étant donné le terrain disponible, de chauffer le local Sud, que son emplacement désigne comme un laconicum mais dont les caractéristiques techniques font un tepidarium.

96En fait, l’étude de ce secteur est à reprendre entièrement. La zone qui se trouve au Nord reste quasiment inconnue. On ne peut donc exclure la lecture qui serait la plus rationnelle, à savoir une enfilade Nord-Sud des pièces I-II-III avec une entrée septentrionale complétée par une seconde entrée à l’Est, à partir du gymnase. En effet, entre ces trois salles et le gymnase Nord s’interposent deux autres locaux accessibles à partir de ce dernier et dont le niveau implique qu’ils sont liés au secteur chauffé. Nous proposons d’y reconnaître un praefurnium au Nord et une salle chauffée (un foyer) d’où l’on pouvait gagner le laconicum et la suite du circuit balnéaire. Ce quatrième local chauffé, visiblement destiné aux sportifs, plus qu’un simple tepidarium pourrait être un destrictarium.

CUICUL : THERMES EST (pl. LXXVII)

I) Bibliographie

97Y. Allais, Djemila. Le quartier à l’Est du forum des Sévères, dans Rev. afric., 97, 1953, p. 60-65 (résumé dans BAC, 1951-1952, p. 133-138).

II) Datation

98D’après le style des éléments d’architecture et de la mosaïque du frigidarium, Y. Allais suppose que ces thermes ont été créés dans la seconde moitié du iiie siècle et profondément transformés durant la seconde moitié du ive siècle lorsque, une habitation étant créée à l’étage, ils ne constituent plus qu’une annexe de cette dernière. En fait, la mosaïque de la salle des bains froids doit sans doute être attribuée au ive siècle, et il est probable qu’elle est contemporaine de l’édification des bains (Blanchard-Lemée, Quartier central, p. 171 et 233-234).

III) Typologie

99Il s’agit de petits thermes de quartier auxquels Y. Allais attribue environ 620 m2. Le frigidarium, proportionnellement vaste, mesure 14 × 9 m, soit 126 m2. Les salles chauffées, au nombre de trois et disposées au Nord-Ouest, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde correspondant à un plan linéaire.

IV) Salles froides

100À partir de la rue occidentale, un couloir, long de plus de 10 m, permet d’accéder au frigidarium, qui occupe tout l’angle Sud-Est du bâtiment. La salle des bains froids est équipée d’une unique mais vaste piscine (6,40 × 5,30 m) dont l’accès est subdivisé en trois baies dessinées par deux colonnes et deux pilastres corinthiens. À l’Est, deux portes livrent accès à une longue pièce (14 × 3,40 m) qui devait être le vestiaire. Il y avait peut-être des latrines en K du plan Allais.

V) Salles chauffées

101Directement accessibles à partir du frigidarium, elles sont disposées au Nord-Ouest.

102I-V : un foyer probablement équipé d’une chaudière dont l’empreinte dans la maçonnerie semble portée sur le plan Allais. Un bassin.

103II-III : un foyer, un bassin.

104IV :9 × 3,20 m ; un foyer ; le ou les bassins n’ont pas laissé de traces.

105Lorsque ces thermes devinrent des bains privés, on supprima les latrines, le vestiaire fut sans doute transformé en écurie, le caldarium IV converti en cave, et on abolit le chauffage de I-V. De plus, I-IV et II-III furent chacun subdivisé en deux locaux.

106Y. Allais s’étonne que le propriétaire ait alors conservé le vaste frigidarium, mais on peut se demander si telle était encore sa fonction, et si la salle des bains froids de ces petits bains ne doit pas, dorénavant, être localisée dans la partie du tepidarium primitif équipée d’une piscine mais désormais privée de chauffage.

107Nous aurions alors un plan circulaire avec itinéraire sinistrogyre, le caldarium ouvrant directement sur le frigidarium et étant précédé d’un local chauffé indirectement, ou de deux si la partie Nord-Est de l’ancien tepidarium restait chauffée. Il se pourrait aussi qu’il ne s’agisse plus que d’un vestiaire.

CUICUL : THERMES DE LA MAISON DE CASTORIUS (pl. LXXVIII)

I) Bibliographie

108Ballu, Rapport 1911, p. 483-484 ; Blanchard-Lemée, Quartier central, p. 161-166.

II) Datation

109Ces bains privés appartiennent à une grande do-mus à péristyle construite à une date inconnue : nous savons seulement qu’elle est nettement postérieure à la destruction du rempart entreprise à partir du début du iiie siècle. À une époque encore plus tardive, la demeure fut dotée d’un second établissement balnéaire, plus restreint que le précédent, et désormais appelé ici « petits bains ». Leur postériorité est attestée par le fait qu’ils sont installés sur le dallage du trottoir ou portique qui fonctionnait avec l’escalier d’accès aux premiers thermes. Au Nord, ils mordent également sur le pavement du cardo maximus.

III) Typologie

110L’état des vestiges, dont il ne reste guère que les fondations, nous réduit aux hypothèses. On peut cependant proposer trois salles chauffées sur plan circulaire avec circuit sinistrogyre. L’ensemble couvre environ 180 m2, la demeure atteignant environ 1 500 m2 sans prendre en compte le portique de façade. Quant aux petits bains, ils ne sont dotés que d’un unique local chauffé et n’occupent guère qu’une cinquantaine de m2. Y. Allais (Djemila, Paris, 1938, p. 49) pense qu’ils étaient destinés à la domesticité.

IV) Salles froides

111Il ne subsiste plus qu’un bassin absidal ouvrant sur un espace actuellement informe car construit sur un remblai qui a glissé, mais où il faut, de toute évidence, placer le frigidarium : les hésitations de M. Blanchard-Lemée (p. 161) ou encore plus son affirmation qu’il n’y avait pas de salle des bains froids (p. 209) ne paraissent pas admissibles. À proximité immédiate du frigidarium, A. Ballu signale des latrines aujourd’hui disparues.

V) Salles chauffées

112Elles sont installées à l’Ouest. Leurs murs sont entièrement arasés, et les circulations ne peuvent donc être restituées que de façon hypothétique.

113Le local de plan triangulaire (XXVI de la fig. 1) nous paraît devoir être exclu du raisonnement : son intégration dans le circuit des baigneurs serait contraire à la logique de ce dernier. Comme A. Ballu, il faut sans doute y voir une sorte de cour. On peut ajouter qu’aucune trace de chauffage n’y est actuellement visible, mais, étant donné l’état des vestiges, ce fait ne constitue pas un argument décisif.

114Deux salles (XXIII et XXV de la fig. 1) sont indubitablement chauffées. Comme M. Blanchard-Lemée, nous pensons que XXIV bénéficiait également d’un chauffage indirect à partir de XXIII et/ou XXV : on ne voit aucun passage permettant l’arrivée de la chaleur, mais les restaurations ont pu en faire disparaître toute trace. Il nous paraît ainsi possible de proposer la restitution suivante :

115I-V : chauffage indirect II-III : un foyer

116IV : un foyer avec chaudière dont la présence est démontrée par l’évasement du canal du four. Le plan de la salle et la position du four imposent la restitution du bassin dans le renfoncement méridional.

IV) Petits bains

117Un petit frigidarium, équipé de deux bassins, est accessible à partir de la rue et de la demeure. M. Blanchard-Lemée réduit le secteur chauffé à une unique piscine. Cette lecture nous semble erronée : l’escalier de trois marches qu’il faut monter pour accéder au local XXX de son plan ne conduit pas à un bassin mais à une pièce sise sur un hypocauste que les dallages sous-jacents, qui règlent aussi le niveau du foyer, avaient empêché d’installer en contrebas. La piscine se trouve, en réalité, au Sud de ce local, directement chauffée par le foyer sur lequel il faut sans doute restituer une chaudière dont il ne reste cependant nulle trace.

118Dans ces bains très simples ne subsistent donc que la salle des bains froids et celle des bains chauds.

CUICUL : THERMES DE LA MAISON DE L’ÂNE (pl. LXXIX)

I) Bibliographie

119Ballu, Rapport 1909, p. 105-107 ; Id., Ruines de Djemila, dans Rev. afric., 62, 1921, p. 234-235. Blanchard-Lemée, Quartier central, p. 29-32, 58-59 et 85-100.

II) Datation

120Les principaux pavements des thermes ne paraissent pas antérieurs au ive siècle. L’état actuel de la domus doit beaucoup à des travaux de cette époque : nombreux matériaux de remploi dans le péristyle ; installation de mosaïques, et sans doute du grand pavement représentant Vénus, au plus tôt durant la seconde moitié du ive siècle (Blanchard-Lemée, p. 60 et 228-229). Tout semble donc indiquer que ces bains, qui doivent faire partie du dernier état de la demeure, lorsque celle-ci s’étend en venant enserrer la cella d’un temple, ne sont pas antérieurs à une date avancée dans le ive siècle, si ce n’est au ve siècle (cf. aussi Dunbabin, Mosaics, p. 256, qui propose, pour la mosaïque de Vénus et certains pavements des thermes, la période fin ivedébut ve siècle, et même plus tard).

III) Typologie

121La restitution proposée par M. Blanchard-Lemée n’est pas convaincante : nous n’aurions qu’une seule salle chauffée, alors que ces thermes ne manquent pas d’une certaine ampleur (environ 110 m2 pour une maison couvrant au total moins de 800 m2 sans les portiques externes). Malgré les difficultés, il paraît préférable de prendre en compte les informations fournies par A. Ballu et de reconnaître trois salles chaudes parcourues selon un itinéraire rétrograde dans le cadre d’un plan orthogonal.

122Les dimensions des locaux sont empruntées à M. Blanchard-Lemée : elles diffèrent parfois quelque peu de celles données par A. Ballu.

IV) Salles froides

123Le frigidarium est accessible à partir du vestibule d’entrée de la demeure par au moins une porte. En revanche, on ne peut déduire de Rapport 1909 (p. 105) l’existence d’une liaison entre le couloir de service et la salle des bains froids (contra Blanchard-Lemée, p. 92) : le « vestibule formant avant-corps » d’A. Ballu n’est pas le local de desserte des foyers mais le portique de façade. En fait, cet auteur signale un accès direct au frigidarium à partir de l’extérieur, accès qu’il place au Nord de la piscine (cf. son plan dans Rapport 1910 = ici fig. 1). Cette affirmation est d’autant moins vraisemblable que l’espace disponible serait fort étroit : elle repose sans doute sur l’arasement d’un court tronçon du mur à cet endroit.

124Le frigidarium est équipé de deux bassins, celui de l’Ouest empiétant sur le portique qui précède la demeure du côté du cardo. Il mesure 10,50 × 4m : son amplitude lui permettait donc d’abriter diverses activités, et, en particulier, de servir de vestiaire si, comme nous le pensons, il y avait bien trois et non deux pièces chauffées.

V) Salles chauffées

125I-V : 3,45 × 1,90 m ; pas de double-cloison. Actuellement, on y accède par une porte F/I-V qui doit beaucoup aux restaurations (Blanchard-Lemée, p. 30). La porte originelle ne pouvait cependant que se trouver à cet endroit. A. Ballu mentionne un « hypocauste intact... recouvert d’un pavage en mosaïque ». M. Blanchard-Lemée, qui a réalisé un sondage dans ce local, considère au contraire qu’il n’y eut jamais d’hypocauste et qu’il s’agit d’une pièce froide.

126Son raisonnement repose sur plusieurs arguments :

  • Alors que le chauffage de I-V ne pouvait être qu’indirect, il n’existe, sous le niveau des sols, aucune communication entre cette salle et II-III. Cependant, comme le souligne M. Blanchard-Lemée elle-même, il est possible que le mur ait été refait lors des restaurations modernes.

  • La mosaïque est montée sur un lourd radier de pierres incompatible avec un hypocauste.

  • Le sondage n’a, apparemment, pas permis de retrouver trace du fond de l’hypocauste.

127Aucun de ces arguments n’apparaît suffisamment décisif pour permettre d’affirmer qu’A. Ballu s’est trompé. En particulier, il est clair que les lieux ont été profondément bouleversés après la dépose de la mosaïque : en atteste le fait que le remblai consécutif à cet enlèvement contenait, en particulier, de gros blocs de pierre et un fragment de pilastre provenant de la façade du temple voisin. Cependant, ils constituent ensemble un faisceau de présomptions quelque peu troublant. Dans ce cas, il faudrait admettre que ce local ne constituait qu’une sorte de tepidarium médiocrement attiédi par le voisinage d’une pièce chauffée, sinon même un simple vestiaire.

128Il paraît cependant étonnant que des bains privés aussi amples n’aient comporté que deux salles chauffées, et même une seule si l’on suit M. Blan-chard-Lemée dans le reste de son raisonnement. Nous privilégierons donc la lecture proposée par A. Ballu, tout en gardant à l’esprit le fait que celle-ci, dans l’état actuel de la documentation, n’est plus qu’une hypothèse.

129II-III : 3,45 × 2,20 m environ ; un foyer avec chaudière ; pas de double-cloison. L’actuelle porte IV/II-III n’est qu’une restauration, le mur étant arasé, mais un passage en ce secteur était indispensable.

130La forme du foyer ne laisse pas de doute sur l’existence d’une chaudière qui le surmontait. Il n’est donc pas impossible qu’un bassin ait été installé dans la partie méridionale du local. Cependant, l’eau chaude ainsi fournie servait peut-être seulement à alimenter la piscine du caldarium, dont le foyer est lui, dépourvu de chaudière : peut-être, par manque de place, a-t-on préféré installer celle-ci sur le foyer desservant II-III.

131IV : 3,30 × 1,80 m d’après M. Blanchard-Lemée, qui pense qu’il s’agit d’une piscine chaude. Le passage II-III/IV, qui, lui, ne paraît pas dû à une restauration (le piédroit Nord s’encastre dans le mur) ne correspond cependant en rien à une ouverture de piscine. Selon toute probabilité, il faut donc restituer une pièce munie d’une piscine logée dans l’abside et directement chauffée par un foyer. C’est ce que propose A. Ballu, qui distingue « une petite salle carrée de 2 m 50 de côté, flanquée d’un bassin chaud garni d’un foyer » avec « son extrémité orientale arrondie ». La surépaisseur du mur Nord doit correspondre au logement de la piscine.

132On notera que le système de chauffage est parfaitement dépeint dans Rapport 1909, qui signale le foyer desservant II-III et celui lié au bassin IV. On ne comprend pas pourquoi A. Ballu a modifié son analyse, portant sur son relevé deux foyers disposés de part et d’autre du caldarium et chauffant uniquement II-III, ce qui correspond à son dernier texte (Rev. afric.). Il n’y a pas à tenir compte de cette nouvelle version, qui décrit une solution technique irrationnelle et, de plus, en contradiction avec les vestiges visibles.

CUICUL : THERMES DE LA MAISON D’EUROPE (pl. LXXX)

I) Bibliographie

133Ballu, Rapport 1916, p. 282-283 ; Y. Allais, La « maison d’Europe » à Djemila, dans Rev. afric., 83, 1939, p. 35-44 ; Blanchard-Lemée, Quartier central, p. 140-151.

II) Datation

134Ces bains privés sont liés à la constitution d’une vaste domus. Y. Allais place cette opération à la fin du iie ou au début du iiie siècle, mais ce jugement repose uniquement sur l’analyse stylistique des débris d’une mosaïque et sur l’affirmation infondée d’une contemporanéité entre cette dernière et les thermes.

135C’est également en se fondant sur l’étude des mosaïques que M. Blanchard-Lemée parvient à des hypothèses fort différentes (p. 151). La grande demeure, avec ses thermes, serait une création du début du ive siècle. Même si cette chronologie paraît plus probable, seuls des sondages permettraient de l’étayer plus solidement et de la préciser.

III) Typologie

136La demeure couvre environ 1 300 m2 sans prendre en compte le portique. Les bains en occupent une surface importante, que l’on peut évaluer à 280 m2. Ils sont doubles : les plus vastes nous paraissent conçus selon un plan circulaire avec déambulation dextrogyre, tandis que les plus petits sont disposés selon un plan orthogonal d’ampleur très restreinte, avec circuit rétrograde. On peut se demander s’ils étaient destinés à la domesticité (Allais, p. 40 ; Blanchard-Lemée, p. 142) ou aux femmes.

137Nous empruntons les dimensions des salles à M. Blanchard-Lemée, et utilisons la numérotation des pièces portées sur le plan de cette publication.

IV) Salles froides

138Les thermes sont accessibles à partir de l’Ouest, par l’intermédiaire d’une salle, 29, où sont installées de petites latrines. Ils sont également accessibles à partir du cardo qui passe à l’Est, par l’entremise du vestibule 31. Ces deux accès débouchent aux deux extrémités d’une vaste pièce (30 : 9 × 5,30 m). Comme Y. Allais, nous pensons qu’il faut y voir une salle d’exercices et un vestiaire, des bancs et placards étant placés dans les renfoncements du mur méridional que dessinent quatre harpes. De fait, l’hypothèse, émise par A. Ballu et reprise par M. Blanchard-Lemée (p. 140), d’un mur double dont la maçonnerie entre lesdites harpes aurait disparu, paraît peu crédible. L’idée qu’il pourrait s’agir d’« éviter les déperditions de la chaleur des pièces chaudes voisines » n’a guère de sens. Celle selon laquelle il s’agirait de consolider une construction menacée par la forte pente du terrain apparaît peu satisfaisante, dans la mesure où cette opération est strictement confinée au gymnase 30. On notera d’ailleurs le lien existant entre ces harpes et la création de cette salle : si trois d’entre elles sont simplement plaquées contre le mur mitoyen méridional, celle de l’angle Sud-Est est prise dans la maçonnerie du mur qui sépare le gymnase du vestibule 31.

139Cette vaste salle 30 communique avec un grand frigidarium (6 × 6 m) par trois baies. Le couvrement de ce dernier s’appuyait sur une colonne logée dans chacun des angles. À l’Ouest, s’ouvre un bassin froid absidal. Il est peu probable que, dans un premier état, il ait été complété par une seconde piscine située au Nord et ensuite transformée en réservoir (Allais, p. 36 et 39, hypothèse qui n’est pas reprise par les autres auteurs). Dans l’angle Nord-Ouest, une baie autorise une communication indirecte avec le grand vestibule d’entrée 1. Dans l’angle Nord-Est, un autre passage semble avoir permis de gagner les chaufferies et le secteur des petits bains, à l’aide de quelques marches descendant vers le Nord. Il nous semble probable que cet escalier desservait aussi la chaudière du foyer proche, la présence d’un palier dans l’axe de la porte 36 permettant en outre la liaison 36/37, sans doute technique et destinée aux desservants des thermes.

V) Salles chauffées Au nombre de trois, elles sont disposées à l’Est.

140A. Ballu et M. Blanchard-Lemée signalent tous deux que trois portes sont conservées, F/33, 33/34 et 34/35. Il est cependant à noter que le mur 33/35 est arasé à un niveau qui ne permettrait pas d’y repérer une baie de communication. Or, une telle baie paraît s’imposer : dans la lecture jusqu’alors proposée, nous avons en effet un itinéraire rétrograde avec un caldarium 35 plus petit que la salle qui le précède. En revanche, en rétablissant une baie 33/35, nous obtenons un circuit dextrogyre beaucoup plus rationnel et une superficie réciproque des salles beaucoup plus cohérente.

141Nous proposons donc : I-V (33) : 5,70 × 2,80 m ; chauffage indirect, apparemment à partir de IV (Blanchard-Lemée, p. 142). Les études anciennes précisent qu’il n’y avait pas de baignoire.

142II-III (35) : 3,30 × 1,90 m ; un foyer avec chaudière, ce qui implique très probablement la présence d’un bassin d’ailleurs signalé par Y. Allais (p. 39).

143IV (34) : 5 × 3,20 m, un foyer (qui, malgré Blan-chard-Lemée, p. 142, n’est pas moins gros que le précédent), supportant une chaudière qui implique, elle aussi, la présence d’une piscine.

144VI) Petits bains La pièce 39 a pu servir de vestiaires. Les salles de bains proprement dites, de superficie très restreinte, comportent un frigidarium (sans doute 1,60 × 1m) équipé d’un bassin, un local (1 : sans doute 1,50 × 1 m) chauffé indirectement, et un caldarium mesurant au total 2,40 × 1,20 m. Contraiement à M. Blanchard-Lemée, il faut considérer que la baignoire de ce dernier n’occupait pas tout cet espace, mais seulement l’abside méridionale, au contact d’un foyer qui paraît avoir été équipé d’une chaudière : au Nord, des blocs de grand appareil semblent constituer les marches d’un escalier de desserte.

CUICUL : THERMES DU BAPTISTÈRE (pl. LXXXI)

I) Bibliographie

145Y. Allais, Djemila, Paris, 1938, p. 59. Gui, Duval, Caillet, Basiliques chrétiennes, I, p. 92-99. P. Monceaux, Découverte d’un groupe d’édifices chrétiens à Djemila, dans CRAI, 1922, p. 380-407.

II) Datation

146Dès l’origine, les thermes ont été considérés comme une annexe du baptistère. Or ce dernier semble bien dépendre, architecturalement, de la basilique Nord, laquelle pourrait dater de la fin du ive siècle ou d’une date imprécise dans le ve siècle.

147L’ensemble du groupe épiscopal nécessiterait cependant une fouille et une étude précise qui n’ont pas suivi le dégagement. De plus, les restaurations, parfois abusives, rendent difficiles la restitution de l’état des lieux et, en particulier, des circulations. Or les thermes sont si intimement liés au baptistère que l’entrée principale de ce dernier, située à l’Ouest, est précédée d’un vestibule qui n’est autre que le frigidarium. C’est sans doute la raison pour laquelle P.-A. Février a mis en doute que les bains aient été encore en usage à l’époque où fut édifié le baptistère (Djemila, Sétif, p. 14 ; cf. aussi N. Duval soulignant les incertitudes pesant sur les liens existant réellement entre ces deux constructions : Fouilles d’Apamée de Syrie, Colloque de Bruxelles, 1972, p. 243).

III) Typologie

148Nous sommes donc en présence de deux hypothèses. La plus couramment retenue associe les thermes au baptistère jusque dans leur fonctionnement : il ne s’agissait pas seulement de bains dépendant du groupe épiscopal mais, plus précisément, d’un établissement qui aurait aussi permis aux catéchumènes de se laver avant de recevoir le baptême. La seconde interprétation considère qu’il s’agit d’un établissement antérieur (petits bains de quartier ou thermes privés) qui aurait été récupéré par le groupe épiscopal ou même désaffecté lors de l’érection de ce dernier. Seule une reprise des recherches permettrait de trancher, mais il faut reconnaître que l’on comprendrait difficilement l’organisation des lieux s’il fallait admettre que les bains n’étaient plus en usage lors de la construction du baptistère.

149Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une petite construction dont la partie proprement balnéaire excède à peine les 200 m2. Elle n’a été l’objet que de remarques succinctes et de relevés sommaires. Ces derniers permettent cependant de proposer l’hypothèse de quatre salles chauffées, disposées au Nord en fonction d’un plan circulaire avec itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

150Outre des latrines, la seule salle clairement identifiable est celle des bains froids, subdivisée en trois nefs par quatre colonnes. Elle possède une piscine absidale qui semble avoir été complétée par un second bassin, d’ampleur bien moindre.

V) Salles chauffées

151L’état des vestiges, qui a provoqué la disparition de certaines baies de circulation, rend la lecture de ce secteur délicate. On peut cependant proposer la restitution suivante (le plan Christern, fig. 3, est celui qui fournit le plus d’informations) :

152I-V : un bassin ; sans doute chauffage indirect (à partir de IV ?).

153II : chauffage indirect à partir de III. L’emplacement de ce passage de chaleur indique probablement celui de la porte II/III.

154III : un foyer et, sans doute, un bassin.

155IV : un foyer pourvu d’une chaudière chauffant un bassin. Il faut restituer des portes vers III et I-V.

156Monceaux (Cuicul chrétien (Numidie), dans Atti della pontificia Accademia romana di archeologia, ser. III, memorie, vol. 1, parte 1, 1923, p. 94, fig. 2 et p. 105) décrit un « récipient de bronze, trouvé... dans le couloir des cryptes », au droit du baptistère. Il le considère comme un bénitier, mais il s’agit, en réalité, d’une testudo incomplète, peut-être réutilisée ou, plus simplement, ayant échoué là après l’abandon des lieux. Les circonstances de sa découverte semble indiquer qu’elle provient des thermes du baptistère. Ses dimensions (84 cm de longueur) permettent de la replacer, à titre d’hypothèse, sur le canal du foyer du caldarium IV, entre la chaudière et l’alveus. L’objet est actuellement au musée de Djémila.

GEMELLAE : THERMES LÉGIONNAIRES (pl. LXXXII)

I) Bibliographie

157J. Baradez, Les thermes légionnaires de Gemellae, dans Mélanges Swoboda, Graz-Cologne, 1966, p. 14-22.

II) Datation

158Les techniques de construction laissent penser, construction comme le veut J. Baradez, que ces thermes sont contemporains du grand camp qu’ils jouxtent, c’est-à-dire de la période 126-132, 126-127 correspondant à la première attestation des troupes en ce secteur, et 131-132 à la dédicace du camp. En réalité, ces bains situés à proximité immédiate mais à l’extérieur du camp, pourraient fort bien avoir été érigés quelque peu postérieurement. Ils paraissent cependant constituer un exemple ancien de thermale romaine en Afrique. On notera que la présence de tubes de coffrage, employés ici comme éléments du blocage dans lequel ils sont noyés, atteste la précocité relative de ce mode de coffrage.

III) Typologie

159Il s’agit de petits bains : le bâtiment proprement thermal n’occupe qu’une superficie de 9,30 × 7,50 m, soit moins de 70 m2.

160Ces thermes légionnaires appartiennent à un contexte très particulier, puisqu’ils dépendent d’un camp militaire, et présentent des spécificités. Ils se composent de deux parties semblables juxtaposées. Dans notre contexte, ce parti ne peut guère s’expliquer par le désir de séparer les sexes mais par le souci d’accroître le nombre des utilisateurs tout en conservant de petites salles faciles à chauffer.

161Le plus étrange est l’absence de frigidarium : on ne suivra pas J. Baradez (p. 21) lorsqu’il envoie les légionnaires prendre leur bain froid dans l’oued situé « à moins d’un kilomètre de distance » ! On supposera plutôt que des installations adéquates se trouvaient dans le secteur environnant les salles chaudes et quasiment pas dégagé.

162Les pièces chauffées, au nombre de deux, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

163Étant donné l’état des recherches, on n’en connaît quasiment rien, hormis les deux vestibules d’accès au secteur chauffé. Dans les espaces flanquant ce dernier, on supposera donc l’existence de bains froids, peut-être liés à des lieux d’exercices.

V) Salles chauffées

1641 : double-paroi ; chauffage indirect. Cette salle, servant de tepidarium d’entrée et de sortie, devait également assumer les fonctions d’un destrictariumlaconicum. Dans cette optique, l’absence de foyer, partiellement compensée par la double-paroi, s’expliquerait par les petites dimensions du bâtiment et par la simplicité de sa conception.

165IV : double-paroi ; un foyer ; une piscine. L’alveus du secteur oriental est subdivisé par une légère cloison de briques qui isole un bain individuel. La publication ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un remaniement et si le parti était identique dans le secteur occidental. J. Baradez (p. 20) envisage, de façon fort peu claire, plusieurs raisons rendant compte d’un tel dispositif et touchant toutes au réglage de la chaleur de l’eau. De fait, cette annexe pouvait être directement alimentée à partir d’un réservoir situé entre les deux foyers, donc par une eau n’étant pas passée par les chaudières que nous proposerons de restituer sur chacun de ces derniers. Dans l’état actuel de la documentation, il paraît difficile de comprendre dans le détail le mode de circulation de l’eau.

HAMMAM DES BENI GUECHA (pl. LXXXII)

I) Bibliographie

166E. Vallet, Découverte d’un établissement thermal à Fedj M’zala, dans RSC, 55, 1923-1924, p. 197-208 ; E. Albertini, Le hammam des Beni Guecha, dans RSC, 56, 1925, p. 1-7.

II) Datation

167Inconnue.

III) Typologie

168Cet établissement est lié à l’exploitation de sources thermales qui surgissent dans ce secteur. L’eau analysée, jaillissant à une température comprise entre 40 et 58° est « chlorosulfatée, calcique et sodique, fortement minéralisée et hyperthermale » (Vallet, p. 199).

169Dans l’état actuel du dégagement, incomplet, les installations couvrent plus de 1 100 m2. L’essentiel du complexe proprement balnéaire se compose de piscines thermales, mais il paraît possible de distinguer un secteur dont le fonctionnement s’inspire directement de celui des thermes classiques.

IV) Installations

170Au Sud, une vaste cour (22 × 16 m), ceinte sur trois côtés d’un portique soutenu par des piliers, évoque un gymnase avec ses annexes : fontaine de plan demi-circulaire dans la cour et salles, dont des latrines, ouvrant sous les portiques. Cependant, le nombre important de locaux de taille restreinte fait également penser à des chambres qui auraient pu héberger les curistes : aucun vestige de quelque importance n’a été repéré dans les environs de l’établissement, qui paraît isolé (cf. Albertini). Ces deux fonctions ne sont d’ailleurs peut-être pas incompatibles.

171L’essentiel du dispositif proprement balnéaire comprend, outre le bassin 10, à moitié détruit, une batterie de salles installées au Nord. Une première rangée de trois pièces jouxte immédiatement la cour avec laquelle elle semble ne communiquer que par une seule porte donnant sur 9, mais il est tentant de restituer également une baie conduisant en 7. La pièce 9 (13 × 3 m) est pourvue de bancs sur son pourtour : il s’agit probablement d’un vestiaire, tout comme 7, moins bien préservé mais qui conserve les traces d’un équipement semblable.

172En revanche, on peut s’interroger sur la nature exacte de la pièce 8 (9,80 × 2,80 m), également pourvue d’un banc en maçonnerie le long du mur septentrional mais dotée aussi d’un bassin de 2 × 1,60 m. Nous ignorons le mode d’alimentation de ce dernier, mais le dispositif fait penser à un frigidarium. E. Vallet estime que le bassin 10, qui était évacué par un tuyau de plomb de petit diamètre, ne pouvait être rempli que d’eau douce, et non d’un liquide très chargé en sel qui aurait rapidement obstrué ce conduit. Il pourrait donc s’agir d’une natatio froide, alimentée par la même source que le bassin du supposé frigidarium, source distincte des eaux minéralisées et chaudes utilisées dans les autres piscines.

173En effet, à ces trois locaux 7, 8 et 9, sont juxtaposées, au Nord, trois autres salles abritant de vastes bassins où les baigneurs pouvaient se plonger dans les eaux thermales.

174La salle 1 enserre une piscine de 10,80 × 3,20 m et 1 m de profondeur, accessible par deux escaliers situés à l’Est et au Sud (ce dernier n’est pas porté sur le plan). Au Nord, s’ouvre le local 2 de destination inconnue, tandis qu’une autre porte donne sur la salle 3.

175Cette dernière abrite une piscine de 6 × 4,70 m, profonde de 1 m, accessible par un escalier situé au Sud. À l’Ouest, elle est flanquée de deux petits bassins (1,13 x 0,95 m, avec 0,60 m de profondeur) qui pouvaient être des pédiluves. Nous ignorons si 1 et 6 étaient des espaces couverts : c’était, en revanche, très probablement le cas de 3, dont le dégagement a fourni des tubes de coffrage. Cette salle évoque donc une sorte de caldarium, chauffé uniquement par la masse d’eau de la piscine, et fonctionnant parallèlement au supposé frigidarium 8, avec lequel elle communique par une baie close d’une porte se refermant automatiquement par son propre poids : ce détail confirme le souci de préserver la chaleur s’accumulant en 3.

176Cette hypothèse d’un secteur central 3-8 fonctionnant d’une manière évoquant celle des thermes classiques, nous paraît confirmée par la nature du local 4, accessible uniquement à partir de 3. Il s’agit d’une chambre de 2,45 × 2,10 m, complétée par le bassin 5. L’intérêt de cette installation, alimentée en eau chaude, réside dans le fait que 4 et 5 paraissent bien avoir été installés sur un hypocauste, haut seulement d’une trentaine de centimètres et chauffé par la vapeur. Nous avons donc là le pendant d’un laconicum-destrictarium permettant aux baigneurs de se nettoyer.

177Enfin, la pièce 6, apparemment accessible uniquement à partir de 9, enserre, tout comme 1, une vaste piscine de 13 × 3 m, complétée par un petit bassin (pédiluve ?). Vers l’Est, l’amorce de murs montre que l’établissement se prolonge dans cette direction.

HENCHIR SAFIA (pl. LXXXIII)

I) Bibliographie

178J. Lassus, L’archéologie algérienne en 1958, dans Libyca, 7, 1959, p. 325-343.

II) Datation

179Malgré la dépose des mosaïques, on ne dispose d’aucun critère archéologique de datation. Le style des pavements paraît indiquer le ive siècle (Lassus,

180p. 341).

III) Typologie

181Ce sont de petits thermes dont la partie proprement balnéaire couvre environ 150 m2. Il pourrait donc s’agir, comme le veut J. Lassus, de bains privés dépendant d’une villa rurale. Cependant, nous ignorons tout du contexte de ce bâtiment, et l’AAAlg signale à cet endroit les ruines d’un bourg couvrant 2,5 ha, ruines qui avaient quasiment disparu au moment du dégagement des thermes, à la fin des années cinquante. On ne peut donc totalement exclure que nous soyons en présence de petits thermes publics.

182Le circuit chauffé semble avoir été sinistrogyre. Il est accolé à un secteur froid dont la construction manifeste un grand souci d’équilibre. La conception du bâtiment dérive directement des plans semi-symétriques, même si elle ne peut se manifester avec ampleur étant donné la taille modeste de ces bains.

IV) Salles froides

183Un vestibule d’entrée commande de petites latrines (2 × 1 m) et une enfilade de deux pièces dans la dernière desquelles il faut sans doute reconnaître un vestiaire.

184Le frigidarium (4 × 4 m) occupe une position presque centrale dans l’ensemble du bâtiment. À l’Ouest, une niche, située en face de la porte, souligne l’axe de composition du secteur froid (il n’y a aucune raison d’y restituer une fontaine chaude : contra Lassus, p. 327). Au Nord, une piscine froide s’achève en demi-cercle (2,10 × 1,50 m). Au Sud, une porte conduit à une annexe qui constitue un véritable frigidarium secondaire, plus petit (3 × 2m) et équipé d’un bassin semi-circulaire, lui aussi plus restreint (1,15 × 1 m). Ce dédoublement de la salle des bains froids pourrait correspondre au développement du goût pour les bains plus intimes. Dans ce cas, le schéma classique du frigidarium pourvu de deux piscines est remplacé par la juxtaposition de deux salles de dimensions inégales, dotées chacune d’une piscine également d’ampleur différente.

185Du petit frigidarium, on accède au secteur chauffé, situé dans la partie occidentale du monument.

V) Salles chauffées

186La publication rend difficile la lecture de ce secteur, au demeurant mal conservé. Cependant, en tenant compte des informations fournies par plans, coupes et photographies, il semble possible de restituer le schéma suivant :

187I-V : une longue salle tiède (5,20 × 2 m) fait fonction de tepidarium d’entrée et de sortie. Cet espace ne paraît pas avoir été subdivisé : le muret Nord-Sud ne coupe que partiellement l’hypocauste en deux et il supporte une rangée de pilettes. Chauffage indirect à partir des deux salles chauffées septentrionales ; pas de double-cloison.

188II-III : 2 × 2 m ; un foyer ; double-paroi.

189IV : 4 × 2 m ; deux foyers ; double-cloison. Bien que la chaudière ait été, apparemment, installée sur le foyer occidental, il faut restituer le bassin au Nord, afin de ne pas entraver les circulations.

190De fait, comme le suggère J. Lassus, il faut placer, au-dessus des passages de chaleur, deux portes unissant I-V à II-III d’une part, à IV d’autre part. Il faut ajouter une communication entre ces deux dernières pièces : il en subsiste le départ du piédroit monolithique Sud, brisé (cf. Lassus, p. 330, fig. 88).

HIPPO REGIUS : GRANDS THERMES NORD (pl. LXXXIV)

I) Bibliographie

191E. Marec, Bull. Acad. Hipp., 35, 1922-1924, p. 3139 et 186 ; Id., Les thermes de Septime Sévère, dans ibid., 36, 1925-1927, p. 11-23 et 30-34 ; Christofle, Rapport 1927-1929, p. 98-99. Leglay, Rapports 19501953, p. 187-190, 1953, p. 280, et 1954, p. 200 ; E. Marec, Hippone la Royale, Alger, 2e éd., 1954, p. 89-98 ; Id., Inscriptions recueillies à Hippone dans les thermes du Nord et du Sud, dans Libyca, 4, 1956, p. 291-305 ; Id., Note sur l’Aphrodite des grands thermes d’Hippone et la tête d’Aphrodite trouvée à Duzerville, dans Libyca, 7, 1959, p. 15-25 ; Lassus, Rapports 1955, p. 184-185, 1957, p. 228-232, 1958, p. 307310, 1959, p. 98-101 ; S. Dahmani, Hippo Regius, Alger, 1973, p. 61-67 ; Thébert, Circulation, p. 146-147.

II) Datation

192Une inscription (n° 111) nous apprend que ces thermes ont été édifiés aux frais de la cité et dédiés à Septime Sévère, divus, sous Caracalla, donc entre 211 et 217. De plus, des briques soutenant le sol des hypocaustes portent la marque de Félix, de Salerne, marque que l’on retrouve dans les thermes de Caracalla, à Rome. Il est d’ailleurs quelque peu surprenant que ces hypocaustes n’aient pas été entièrement refaits à un moment ou à un autre. Ce fait laisse penser que de telles réfections n’étaient pas aussi fréquentes qu’on le croit généralement, ou, du moins, que l’on réutilisait alors une partie des matériaux antérieurs.

193Les sols de marbre des salles chauffées ont été restaurés. On notera aussi une réfection des piliers constituant le mur oriental du frigidarium : le remploi, dans le grand appareil, de blocs inscrits qui avaient déjà connu une première réutilisation suggère que cette opération fut réalisée à une date tardive, mais qui reste fort imprécise et qui, de toute façon, pourrait être postérieure à l’époque de fonctionnement des thermes (Marec, 1956). Dans le caldarium, une occupation postérieure à cette époque est attestée par des murets subdivisant la salle (Marec, 1925-1927).

III) Typologie

194Il s’agit de thermes de dimensions moyennes. Le bloc balnéaire couvre environ 2 000 m2, auxquels il faut ajouter d’importantes annexes, en particulier une et peut-être même deux palestres. Le frigidarium, sans les piscines, dépasse les 400 m2.

195Les salles chaudes, disposées selon un plan circulaire avec circuit dextrogyre, offrent plusieurs possibilités d’itinéraires. On notera la présence d’une calida piscina.

IV) Salles froides

196Malgré de grands dégagements réalisés à la fin des années cinquante, la partie périphérique de ces thermes reste mal connue et, surtout, insuffisamment publiée.

197Au Sud, le bâtiment jouxte une place ceinte de portiques. Au Nord, une rue le sépare de constructions qui paraissent avoir été des demeures. Toute la partie occidentale des bains est entourée par un portique auquel on accède par deux marches en contrebas desquelles court un caniveau. L’espace ainsi délimité par ce portique et par le couloir de service est dallé de marbre. Dans l’angle Sud-Ouest, cet espace, quoique de plan irrégulier, est assez vaste pour que ce dispositif architectural évoque avec précision une palestre : c’est ce qu’avait déjà souligné E. Marec.

198Le bras Nord du portique aboutit à une sorte de galerie servant de vestibule au vaste frigidarium doté de trois bassins semi-circulaires disposés selon un schéma cruciforme. Son bras Sud se prolonge par un long couloir qui se dirige vers le grand espace situé à l’Est où il faut, selon toute probabilité, reconnaître une palestre équipée de portiques, d’un cryptoportique ( ?), d’une natatio (14 × 8 m) et même de salles chauffées indépendantes du bâtiment balnéaire proprement dit.

V) Salles chauffées

199Le circuit comprend quatre salles principales auxquelles s’ajoutent la piscine chauffée 1 et la pièce 2 appartenant à un autre itinéraire. Les dimensions des différents locaux sont empruntées à E. Marec.

2001 : 10 × 6,50 m. Ce bassin, aux parois plaquées de marbre, est installé sur un hypocauste chauffé indirectement grâce à quatre communications établies avec l’hypocauste I. Il est directement accessible à partir du frigidarium, les marches disposées sur son côté septentrional confirmant le lien existant avec cette dernière salle. En revanche, si l’état du mur 1/I ne permet pas d’exclure l’existence d’une communication entre cette piscine et le tepidarium d’entrée, aucun indice n’autorise à la restituer. Il semble donc s’agir d’un exemple de bassin chauffé dépendant d’un frigidarium : étant donné ses dimensions, il peut être considéré comme une piscine chaude de natation, parti qui n’est pas inconnu par ailleurs (Lézine, Architecture romaine, p. 24).

201I : 17 × 12 m. Paroi simple ; chauffage indirect, solution qui implique que la piscine 1 n’était qu’attiédie par un air déjà bien éloigné des sources de chaleur.

202II-III : environ 15 × 10 m. Double-cloison ; deux foyers.

203IV : 10,35 × 10 m hors bassins. Double-cloison ; six foyers dont deux aux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest équipés d’une chaudière. Deux bassins rectangulaires, disposés au Sud et au Nord, doivent, de toute évidence, être complétés par une piscine semicirculaire qu’il faut restituer dans l’abside occidentale (contra E. Marec, qui propose de placer dans cette abside un laconicum équipé d’un labrum : une telle schola labri intégrée au caldarium serait un archaïsme dénué de signification à l’époque sévérienne. D’ailleurs, les vestiges actuellement visibles ne confortent en rien cette hypothèse, tandis que les relevés contemporains du dégagement montrent un hypocauste dont le dispositif correspond parfaitement à la présence d’un grand bassin occupant toute l’abside : Bull. Acad. Hipp., 1925-1927, entre 32 et 33).

204La fin du circuit chauffé présente deux cheminements possibles. Pour rejoindre le frigidarium, le baigneur sortant du caldarium peut emprunter soit le local V, soit la pièce 2. Nous sommes donc en présence de deux itinéraires juxtaposés qui posent un problème d’interprétation. A. Lézine (Architecture romaine, p. 22) considère la pièce 2 comme le tepidarium de sortie, équipé d’un bassin selon un dispositif relativement courant. Dans cette hypothèse, l’étroit local V (3,60 × 2,23 m) ne serait qu’un raccourci permettant d’éviter le tepidarium de sortie.

205Cette lecture se heurte cependant à plusieurs obstacles. D’abord, le « raccourci » V est dépourvu de double-cloison et de chauffage direct, mais il est sur hypocauste, parti surprenant pour un local dont le but serait uniquement de permettre à certains baigneurs de faire succéder rapidement bains chaud et froid (il est vrai qu’un tel dispositif pourrait avoir été destiné à préserver la chaleur du caldarium). Ensuite, cet itinéraire pour sportifs n’épargnerait à ces derniers que le passage par le tepidarium de sortie, ce qui apparaît un gain quelque peu dérisoire, dont on se soucie en général fort peu dans le cas des thermes présentant plusieurs itinéraires. Enfin et surtout, la pièce 2 correspond mal à la conception usuelle des tepidaria de sortie, salles tièdes par définition : dotée d’un foyer placé sous le bassin et d’une double-paroi, elle bénéficie d’un chauffage important.

206Nous proposons donc une autre lecture de la partie terminale du circuit chauffé, prenant mieux en compte ces données. Le véritable tepidarium de sortie est le local V, simplement attiédi. Ses dimensions restreintes ne permettaient guère d’y séjourner aisément, mais les baigneurs soucieux de transition pouvaient compléter son action en utilisant ter son action en utilisant les bains chauds du caldala piscine tiède 1. En revanche, la pièce 2 rium. Cet itinéraire F-2-F ou F-2-IV-V-F, propre aux (7,60 × 8,50 m, y compris le bassin) est un véritable adeptes des exercices physiques, évitait ainsi les destrictarium ou un destrictarium-laconicum réservé salles I et II-III. aux sportifs qui pouvaient éventuellement complé-

HIPPO REGIUS : GRANDS THERMES SUD (pl. LXXXIII)

I) Bibliographie

207E. Marec, Hippone la Royale, Alger, 1954, p. 98100 (repris par S. Dahmani, Hippo Regius, Alger, 1973, p. 71 sq.) ; Leglay, Rapport 1953, p. 280 ; E. Marec, Inscriptions recueillies à Hippone dans les thermes du Nord et du Sud, dans Libyca, 4, 1956, p. 305-317. Lassus, Rapport 1956, p. 149-150 ; 1957, p. 232-238 ; 1958, p. 318-320.

II) Datation

208Une inscription gravée sur une base (n° 109) nous apprend que la colonie d’Hippone a restauré un bâtiment qui n’est pas précisé. L’emplacement de la découverte laisse cependant penser qu’il doit s’agir des thermes. Le titre de colonie ne nous apporte rien d’un point de vue chronologique, Hippone recevant peut-être ce statut dès les Flaviens, et non sous les Antonins comme l’écrit E. Marec. La paléographie désignerait cependant la dynastie sévérienne (E. Marec : « La forme des G est celle de l’époque des Sévères »).

209Une autre inscription (provenant de la façade orientale ?), gravée sur une ou des plaques de marbre, date de 198 (n° 110). L’état incomplet du texte ne permet pas de connaître la nature des travaux ainsi célébrés, construction ou restauration du monument. E. Marec et J. Lassus ont cependant mis en relation ces deux textes, concluant que tous deux devaient être rattachés à un même épisode, à savoir la restauration des grands thermes Sud en 198. L’érection de ces derniers devrait dès lors être placée au cours du iie siècle, le plan du bâtiment rendant peu probable une date antérieure.

210Bien que ce raisonnement soit généralement admis, il faut souligner qu’il reste hypothétique. On pourrait tout aussi bien penser que les thermes furent érigés en 198 et restaurés par la suite. La réfection des sols de marbre des salles chauffées à l’aide de fragments d’inscriptions, dont l’une datant du règne de Caracalla, indique que ces bains furent exploités pendant une certaine durée, au demeurant impossible à préciser.

III) Typologie

211Il s’agit de thermes de dimensions moyennes, dont la superficie reste cependant difficile à évaluer dans l’état actuel des dégagements. Les façades Est et Ouest sont distantes de 39 m, mais l’organisation du secteur septentrional demeure très imprécise. Dans l’état actuel des recherches, on peut hypothétiquement avancer le chiffre de 1 500-2 000 m2.

212Le plan est symétrique.

IV) Salles froides

213Cette partie du bâtiment est encore très mal dégagée. On ne reconnaît guère que le frigidarium, équipé de deux piscines, et dont la longueur atteint une vingtaine de mètres. On ignore tout de l’aménagement des lieux au Nord de ce dernier. Contrairement à ce qu’écrit J. Lassus, l’existence d’une canalisation, apparemment un égout allant dans cette direction, ne suffit nullement à restituer un troisième bassin.

V) Salles chauffées

214Les dimensions sont empruntées à J. Lassus.

215I : environ 6 × 9 m. Ces locaux sont mal conservés et les rapports ne mentionnent aucun hypocauste : il doit pourtant s’agir des tepidaria d’entrée, chauffés indirectement.

216II : environ 7 × 8 m ; un foyer.

217III : un foyer.

218IV : caldarium équipé de 3 piscines rectangulaires disposées selon un plan cruciforme et chauffées chacune par un foyer. Il est très tentant de restituer des fours supplémentaires, avec chaudière, à l’articulation des bassins.

219V : ce vaste tepidarium de sortie, sans doute chauffé indirectement, comporte deux importantes piscines (5 × 2,50 m).

LAMBAESIS : THERMES DU CAMP (pl. LXXXVI et LXXXVII)

I) Bibliographie

220A. Cherbonneau, Inscriptions découvertes dans la province de Constantine depuis le mois de septembre 1861, dans RSC, 6, 1862, p. 140-142 ; Barnéond, Les recherches exécutées à Lambèse en 1865, dans RSC, 10, 1866, p. 244-248 ; Gsell, Monuments antiques, I, p. 84-86 ; Ballu, Rapport 1902-bis, p. CLXXII-CLXXIII ; Id., Rapport 1908, p. 86 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 206-214. F. Rakob et S. Storz, Die Principia des römischen Legionslagers in Lambaesis, dans RMDAI, 81, 1974, p. 253-280.

II) Datation

221Une tradition tenace (par exemple S. Gsell ou Le Bohec, IIIe Légion, p. 416 et note 374) attribue ces bains à l’époque sévérienne. Elle ne repose sur rien. De fait, le dossier épigraphique concernant l’ensemble des thermes de Lambèse est le suivant :

  • Inscription n° 121 : ce document provient du camp, dont il mentionne peut-être les thermes (thermae), bien qu’il ait été trouvé assez loin de ce monument. Le texte, très mutilé, nous laisse tout ignorer de la nature des travaux réalisés, construction ou restauration. Sa date elle-même ne peut être fixée au sein du iie-iiie siècle. On ne peut donc que se rallier à la conclusion de J. Carcopino : «... l’histoire du camp de Lambèse n’a rien à tirer de cette inscription mutilée ». En particulier, il serait plus qu’hasardeux de penser qu’il s’agit de la dédicace des bains du camp.

  • Inscription n° 118 : ce texte, très incomplet, trouvé près de l’amphithéâtre, mentionne des thermes (balin[eum]) qui sont l’objet de travaux (construction ou restauration ?) à l’époque d’Hadrien, avec intervention du légat, chef de la légion. Les incertitudes touchant tant à la nature de l’opération qu’à l’identité exacte du bâtiment concerné interdisent toute conclusion.

  • Inscription n° 119 : cette base, dédiée à Septime Sévère, Caracalla, Géta (martelé) et Iulia Domna, avait été réutilisée dans un bâtiment moderne de Lambèse : le lieu de sa découverte est inconnu. Elle nous apprend que la légion balineum uetustate conlapsum restituit. Même si l’on admet qu’elle concerne les « thermes du camp », ce qui, contrairement à nombre de commentaires, n’est absolument pas établi, il ne s’agirait donc que d’une restauration.

  • Inscription n° 120 : ce document, découvert en 1956 en un lieu inconnu, fut aussitôt perdu. Il est daté de 260-268 et signale que, sous Gallien, la légion thermas uetustate conlabsas... restituit. Cette fois encore, nous ignorons le bâtiment concerné par cette opération qui, de toute façon, ne fut qu’une restauration.

222Dans ce dossier, il n’y a donc strictement rien qui permette d’attribuer la création des thermes à l’époque sévérienne. Bien plus, une dédicace à Esculape, œuvre d’un préfet du camp, date du règne de Commode, plus précisément de 181. Or, elle a été trouvée dans le camp, à proximité des thermes comme il convient (Cherbonneau). C’est un indice en faveur de l’hypothèse selon laquelle les bains existaient déjà à cette époque. Dès lors, il apparaît parfaitement logique de considérer que cette installation fait partie du projet initial du camp de la Legio III Augusta, construit sous Hadrien. C’est la démarche de D. Krencker, et il est regrettable que l’inscription n° 118, qui pourrait fort bien être la dédicace de ces bains, soit aussi mutilée : on notera que l’utilisation du mot balineum correspondrait bien à des bains militaires pour lesquels une telle expression paraît avoir été systématiquement préférée à celle de thermae.

223Cependant, il faut prendre en considération un épisode essentiel, à savoir l’abandon du cantonnement durant quinze ans, entre la dissolution de la légion en 238 et son rétablissement en 253, abandon qui provoqua une ruine des bâtiments dont l’importance est bien attestée par l’ampleur du programme de reconstruction. Si les thermes n’ont pas été, dans cette optique, l’objet d’une étude semblable à celle qui a porté sur d’autres monuments (Rakob et Storz), il est peu douteux qu’ils nécessitèrent, eux aussi, des travaux considérables. Un certain nombre de remaniements, perceptibles dans le plan, pourraient dater de cette époque : comme le souligne D. Krencker, le bâtiment nous offre une image liée à son fonctionnement à une date avancée dans le iiie siècle.

224Des briques portent des marques de la troisième légion susceptibles de fournir des précisions chronologiques. Ainsi celles où l’unité est qualifiée de Pia Vindex (entre 194-195 et 238) ou encore de Pia Fidelis (à partir de Dioclétien). Ces données attestent donc des réfections des hypocaustes jusqu’à une date avancée, au moins jusqu’à la fin du iiie siècle (R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris, 1892, p. 432-433, désormais à compléter et corriger par Y. Le Bohec, Les marques sur briques et les surnoms de la IIIe Légion Auguste, dans Epigraphica, 43, 1981, p. 127-160).

225Il n’en reste pas moins que ces thermes ont probablement conservé nombre de traits remontant à l’époque de leur érection. De fait, le grès mollassique, caractéristique ici de l’époque d’Hadrien, apparaît largement dans les vestiges du caldarium : contrairement aux Principia, la reconstruction de ce dernier ne semble donc pas avoir été totale. L’extension de cette conclusion à l’ensemble du monument pourrait d’ailleurs rendre compte d’un plan dont les particularités s’expliqueraient ainsi par la date relativement ancienne de sa conception.

III) Typologie

226Il s’agit de thermes militaires de dimensions moyennes, couvrant approximativement 2 700 m2. À cette superficie importante, il faut ajouter de vastes annexes. Les frigidaria mesurent chacun environ 13 × 8,90 m, soit, au total, quelque 230 m2. Le secteur chauffé est au Sud.

227Les salles sont disposées selon un plan symétrique présentant cependant des particularités remarquables. L’axe central n’est pas formé par l’alignement des caldarium, tepidarium de sortie et frigidarium, mais par le caldarium et le laconicum. Il en résulte un dédoublement inhabituel du frigidarium et du tepidarium de sortie, tandis que, inversement, le laconicum est unique.

228Il semble bien que l’itinéraire des baigneurs ait compris un raccourci, et que ces derniers aient même disposé d’un bain restreint juxtaposé au circuit principal.

IV) Salles froides

229Toute la partie Nord de l’insula est occupée par des constructions très arasées où il faut certainement placer, comme le propose D. Krencker, une palestre. Entre cette dernière et le bloc balnéaire proprement dit, s’interpose une très longue pièce : plutôt que de salle d’exercices (Ballu), elle pourrait avoir servi de vestiaire (Krencker), surtout si des gymnases couverts peuvent être placés de part et d’autre de la palestre, à l’Est et à l’Ouest de cette dernière.

230De cette longue salle, deux pièces permettent de gagner les deux frigidaria équipés d’une piscine flanquée, selon un parti très usuel, de deux locaux. Ces derniers servent d’intermédiaire avec le secteur chauffé et avec la vaste cour méridionale, trop vaste pour n’avoir été qu’une cour de service : D. Krencker y place diverses installations, dont une des entrées, et s’est même demandé si la batterie de seize pièces qui constitue la façade Sud de l’ensemble thermal n’avait pas une destination balnéaire.

231Celui de ces locaux qui relie le frigidarium Est aux salles chaudes fut, selon D. Krencker, remanié et alors doté d’une piscine chauffée par un foyer. Cet auteur considère ce bassin comme une annexe de la salle des bains froids et non du tepidarium, établissant un parallèle avec les thermes de Trèves où il est possible de tiédir l’eau du frigidarium lorsque la température est rigoureuse. Cependant, la position très marginale de cette installation rend son interprétation d’autant plus délicate qu’elle est sans équivalent précis dans l’aile occidentale. D. Krencker a également noté qu’un des angles Nord des frigidaria avait été remanié par la création d’une petite salle intermédiaire (Ia) qui provoqua la fermeture d’une des baies unissant ces derniers aux salles T-T’ de son plan. Il suppose que, en compensation, une porte fut ouverte au Sud afin de maintenir un passage indispensable : toute trace en aurait disparu avec l’arasement des murs en ces endroits. Nous préférons supposer qu’il existe, dès l’origine, deux portes mettant en communication chacun des frigidaria et la grande pièce chauffée qui les flanque, la porte Nord étant empruntée pour gagner le circuit chauffé, celle du Sud pour en sortir.

V) Salles chauffées

232D. Krencker a proposé une lecture cohérente du circuit chaud de ces bains. L’absence de qualification des responsables des dégagements, directeurs de la maison centrale, ainsi que l’état des vestiges rendent d’autant plus difficile la connaissance de certains détails que le plan Barnéond (pl. LXXXVII-1) n’est qu’un relevé provisoire. Comme nous venons de le voir, on peut donc admettre la façon dont D. Krencker a rétabli des communications entre les grands tepidaria et les frigidaria. Dans la partie occidentale du monument, la porte Nord est encore parfaitement visible, avec son bouchage consécutif à un remaniement. Les portes Sud sont complètement détruites mais, selon toute probabilité, doivent être restituées, et cela dès l’état initial du bâtiment.

233En revanche, D. Krencker propose d’autres corrections qui ne s’imposent peut-être pas. D’abord, il doute de l’existence d’une porte entre les locaux qu’il appelle T-T’ et I-I’, les murs étant arasés à cet endroit. Pourtant, le plan Barnéond les mentionne avec une précision de détails qui laisse penser qu’elles étaient alors bien visibles. Ensuite, il subdivise les locaux I-I’ en I-II et I’-II’, alors que le relevé Barnéond ne comporte qu’une seule et unique pièce. Malgré les arguments développés par D. Krencker, arguments que l’état des lieux ne permet pas de vérifier, une telle restitution pose des problèmes.

234En effet, si l’on accepte cette dernière, on est conduit à recomposer un circuit comprenant deux tepidaria distincts, un d’entrée (I) et un de sortie (T) et donc quatre salles tièdes au total, étant donné le dédoublement du début et de la fin du circuit. Ce schéma présente cependant plusieurs inconvénients : une très grande superficie consacrée aux tepidaria, et en particulier aux tepidaria de sortie ; inversement, des destrictaria (II et II’) fort restreints.

235Il est possible de présenter une autre lecture qui pallie ces défauts. Pour cela, il suffit de conserver les informations fournies par les dégagements originels sur une communication entre T et I et sur l’unité du local I-II. Nous obtenons dès lors (cf. notre schéma, pl. LXXXVII-2) :

236I-V : tepidarium d’entrée et de sortie, cette double fonction justifiant ses vastes dimensions (13,80 × 9,20 m), ainsi que la double communication avec le frigidarium. Ces salles sont équipées d’un bassin chauffé par un foyer. À la suite d’un remaniement, le bassin du tepidarium occidental fut sans doute avancé dans la pièce, son emplacement primitif étant alors occupé par un foyer équipé d’une chaudière dont les traces sont encore bien visibles (Krencker). Étant donné l’ampleur de la salle, un complément de chauffage était assuré à partir du Nord par deux passages de chaleur entre les hypocaustes I-V et II. Il est probable qu’une communication existait également avec l’hypocauste IV.

237II : 17,30 × 5,10 m ; deux foyers. Il faut noter la communication directe avec le frigidarium destinée soit à permettre d’éviter le tepidarium d’entrée, soit à abréger le bain après l’utilisation du destrictarium.

238III : un cercle de 7,80 m de diamètre est cantonné de huit absidioles. Un foyer ; deux passages de chaleur vers les locaux II.

239IV : caldarium de plan cruciforme. Quatre foyers, tous équipés d’une chaudière, sont situés au Sud. Le bon état de conservation de ces chaufferies a permis à D. Krencker d’en proposer une restitution (ici pl. XIV-1). Elles desservaient trois bassins de plan rectangulaire.

2401 et 2 : deux salles chauffées par un foyer ne sont accessibles qu’à partir du frigidarium, d’après le plan Krencker (pl. LXXXVI-1 : pièces d et d’). Un tel dispositif nous paraît correspondre aux besoins des sportifs se contentant d’un nettoyage et d’un bain froid : il s’agit sans doute d’un destrictarium-laconicum.

LAMBAESIS : GRANDS THERMES (THERMES DU « PALAIS DU LÉGAT ») (pl. LXXXVIII et LXXXIX)

I) Bibliographie

241Gsell, Monuments antiques, I, p. 220 (avec la bibliographie sur les premières recherches) ; Touze, Notes sur les fouilles pratiquées aux nouveaux thermes, dans RSC, 45, 1911, p. 297-304. Ballu, Rapports 1910, p. 97-100 ; 1911, p. 476-479 ; 1912, p. 158159 ; 1920, p. 33-34. N.-E. Weydert, Inscriptions des thermes de Lambèse, dans BAC, 1912, p. 345-355 ; Bayet, Statues d’Hercule. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 213-215.

II) Datation

242Selon S. Gsell, ce monument, de construction assez négligée et recourant à des matériaux remployés, date de « basse époque ». Cette opinion, émise à un moment où l’édifice est encore très mal connu, ne peut être retenue : la mention des remplois concerne sans doute les piles d’angle du frigidarium, dues à un remaniement.

243On notera la découverte, en place, de sept bases (nos 122-128), toutes dédiées à Hercule Invictus, auxquelles se rattache tout un ensemble de statues fragmentaires du héros. Or quatre de ces bases sont datées de l’année 197-198, les trois autres pouvant être de peu postérieures (198-201). Nous sommes certainement en présence d’un cycle statuaire conçu à l’extrême fin du iie siècle pour orner les thermes, qui ne sauraient donc être postérieurs à cette époque. Il est même probable que le bâtiment venait alors d’être construit. Correspondent bien à une telle datation tant les choix architecturaux qui le caractérisent que l’utilisation, dans sa maçonnerie, de briques marquées du nom de la IIIe Légion qualifiée de Pia Vindex, marques utilisées à partir des dernières années du iie siècle (Y. Le Bohec, Les marques sur briques et les surnoms de la IIIe Légion Auguste, dans Epigraphica, 43, 1981, n° 48 et, sans doute, 49 ; la marque serait caractéristique de la période 194-195/238 : p. 159).

III) Typologie

244Il s’agit de grands thermes de plan symétrique. La partie balnéaire couvre sans doute un peu plus de 3 000 m2, et cette superficie est presque doublée par une ample palestre. Le frigidarium mesure 16 × 13,75 m, soit 220 m2. Les baigneurs utilisaient cinq pièces chauffées, disposées au Sud-Est.

IV) Salles froides

245Près de la moitié de la surface autrefois dégagée est occupée par une palestre. Actuellement, il n’en reste quasiment rien de visible, mais l’ensemble a été relevé par D. Krencker. Parmi les annexes ouvrant sous les portiques, seules des latrines sont bien reconnaissables.

246Le frigidarium, pourvu de deux piscines, est entouré, sur trois côtés, de locaux non chauffés, dont trois vastes salles sont susceptibles d’avoir servi aux exercices physiques. Peut-être faut-il placer le gymnase dans la plus spacieuse d’entre elles, et des vestiaires dans les deux autres locaux disposés de part et d’autre des bains froids : leur position devant les tepidaria I et au débouché de la seule entrée repérée pourrait confirmer cette hypothèse.

247Comme le souligne D. Krencker, l’état de conservation du frigidarium permet de restituer avec précision la hauteur de la salle, ce qui est exceptionnel en Afrique. Dans les quatre angles, des piles de grand appareil furent mises en place pour pallier une faiblesse du couvrement, ce qui provoqua la fermeture des niches flanquant les accès aux piscines. Ces piles sont percées chacune d’un passage maintenant les circulations Nord-Sud et agrémentées de trois niches placées l’une au-dessus de la porte, les deux autres, superposées, sur la face libre restante.

V) Salles chauffées

248Cette partie du bâtiment est actuellement en mauvais état, une partie des vestiges étant détruite ou de nouveau ensevelie. Cependant, tout ce qui reste visible correspond au relevé de D. Krencker.

249Le circuit comprend classiquement cinq locaux, les trois premiers étant dédoublés. Les dimensions sont données par A. Ballu.

250I : 4,72 × 4,30 m. Un foyer.

251II : environ 8 × 6,80 m. Un bassin, situé à l’Ouest, est directement chauffé par un foyer.

252La présence d’une baie mettant les destrictaria en communication avec les « vestiaires » est une particularité qui introduit une variante dans le circuit des baigneurs. Elle pouvait permettre à ces derniers d’éviter le tepidarium d’entrée I. Toutefois la comparaison avec d’autres bâtiments pourvus de dispositifs semblables laisse penser que cette porte était surtout destinée à écourter le circuit chauffé, certains utilisateurs se contentant des salles I et II avant de gagner immédiatement les bains froids. Le fait que ces piscines soient justement accessibles non seulement à partir du frigidarium, mais aussi à partir des « vestiaires » confirme cette restitution : à leur sortie du destrictarium, ceux qui le désiraient pouvaient ainsi gagner rapidement les bassins d’eau froide.

253III : 6,60 × 7 m environ. Un bassin situé à l’Ouest est directement chauffé par un foyer.

254IV : 13,80 x13,25 m, y compris les trois bassins disposés selon un plan cruciforme et chauffés chacun par un foyer, deux étant équipés d’une chaudière.

255V : environ 11,50 × 5 m. Chauffage indirect à partir du caldarium. Ce tepidarium de sortie communique avec le frigidarium par deux portes, orientant les baigneurs vers l’une ou l’autre des piscines froides.

LAMBAESIS : THERMES DES CHASSEURS (pl. LXXXV)

I) Bibliographie

256Gsell, Monuments antiques, I, p. 218-219 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 215-217 ; L. Leschi, Découvertes effectuées à Lambèse, dans BAC, 19381940, p. 265-266.

II) Datation

257Aucune donnée épigraphique ou archéologique. On peut simplement remarquer que le plan des salles II-III et IV relève d’un répertoire en faveur au Bas-Empire. De nombreuses briques portent la marque de la troisième légion. Il est d’usage d’affirmer que cela signifie une participation active des soldats à la construction, avec leurs propres matériaux. Peut-on vraiment exclure la vente de briques par les officines légionnaires ? Même si la première assertion est juste, la contradiction ne paraît pas insurmontable entre une date tardive des bains des chasseurs (le ive siècle ?) et l’histoire de la IIIe Légion. D’abord, si celle-ci n’est plus attestée à Lambèse après les années 289293, nous savons qu’elle reste en Afrique : or, aucune inscription n’y mentionne ce corps au ive siècle. L’argument a silentio n’est donc pas décisif, et rien ne prouve le départ effectif des soldats (R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique..., Paris, 1892, p. 172 et 728). Ensuite, même si ces derniers ont effectivement évacué Lambèse, leur participation à des travaux en des lieux éloignés de leur camp principal est une pratique bien attestée : rien n’interdirait donc de penser qu’un détachement ait construit les bains des chasseurs à une date tardive. Reste, enfin, une dernière hypothèse : l’utilisation de briques de remploi. Seule une étude précise du matériel permettrait de trancher et de confirmer, ou infirmer, une datation tardive.

III) Typologie

258Il s’agit de thermes de dimensions moyennes. Les vestiges dégagés couvrent environ 1 400 m2, et le bâtiment s’étendait sans doute vers l’Est, où se trouvait peut-être une palestre, ainsi que le suppose D. Krencker. Le frigidarium, avec ses annexes Nord et Ouest, mesure environ, dans ses plus grandes dimensions, 14 x 12,50 m hors piscine, soit un peu plus de 150 m2.

259Les pièces chauffées, au nombre de quatre, sont disposées au Nord-Ouest, selon un plan circulaire avec circuit dextrogyre.

IV) Salles froides

260La reprise des fouilles exécutées initialement en 1880-1881 a permis de préciser certains points d’architecture et de publier un plan qui complète et corrige les relevés antérieurs (Leschi).

261Deux entrées sont visibles, celle du Nord communiquant avec une longue salle, que nous supposons être un vestiaire, celle du Sud en liaison avec des latrines. Toutes deux ouvrent indirectement vers un espace oriental d’une manière telle qu’elle laisse supposer que le bâtiment s’étendait dans cette direction, peut-être vers une palestre.

262Au Sud, un vaste espace (env. 13 × 10 m) ne doit pas être considéré comme une cour ouvrant vers le Sud et équipée d’une fontaine centrale (S. Gsell), mais comme une salle close vers le Sud et dotée d’une bouche d’égout : les vestiges prouvent qu’il faut suivre L. Leschi sur ces points. Peut-être s’agit-il d’un gymnase entouré de locaux parmi lesquels le plus petit, logé dans l’angle Nord-Est, pourrait être un dépôt.

263Le frigidarium n’est équipé que d’une seule piscine, ce qui dénonce l’ampleur relativement limitée du projet architectural. La salle elle-même ne couvre d’ailleurs une surface appréciable que dans la mesure où on lui adjoint les deux annexes situées au Nord et à l’Ouest (comme le souligne D. Krencker, le passage oblique qui relie ces deux dernières est dû à un remaniement).

V) Salles chauffées

264Leur nombre limité atteste également le manque relatif d’ambition du programme. Selon toute probabilité, il faut conclure que le destrictarium et le laconicum ont été fusionnés en un seul local, ce que semblent confirmer les dimensions relativement importantes de la pièce.

265I : env. 7,50 × 6 m ; un foyer. D. Krencker est le seul à signaler la présence possible d’un bassin, cependant non porté sur son plan.

266II-III : local, dont les axes mesurent environ 7,50 m, pourvu d’un foyer. Plan octogonal dissymétrique, avec seulement deux niches dans les angles. D. Krencker est le seul à signaler la présence possible d’un bassin, au demeurant non représenté sur son plan.

267IV : caldarium de plan polylobé : aux deux piscines hémisphériques, disposées sur l’axe majeur (plus de 15 m), répondent deux absides de dimensions inégales et plus restreintes, disposées sur l’axe mineur (environ 8 m). Aucune trace claire ne permet de restituer un troisième bassin dans l’hémicycle Nord-Ouest. Un foyer sous chacun des deux bassins ; à proximité de la piscine Sud-Ouest, un autre foyer équipé d’une chaudière qui a laissé son empreinte dans la maçonnerie ; l’examen des vestiges impose la restitution d’un quatrième four, sous l’abside Nord-Ouest. Double-cloison.

268V : petit tepidarium de sortie, peut-être doté d’un bassin logé dans l’abside (D. Krencker), mais, dans ce cas également, l’état des vestiges ne permet pas de confirmer cette hypothèse.

LAMBAESIS : ASCLEPIEIUM (pl. LXXXV)

I) Bibliographie

269Ballu, Rapports 1913, p. 286-287 ; 1914, p. 112113 ; 1916, p. 271-272 ; 1917, p. 81-82 ; 1918, p. 160164 ; 1919, p. 317-319. R. Cagnat, l’Asclepieium de Lambèse (Numidie), dans Atti della pontificia Accademia romana di archeologia, ser. 3, memorie, vol. 1, parte 1, 1923, p. 81-88.

II) Datation

270Le sanctuaire, dont dépendent diverses installations thermales, fonctionne pendant plusieurs siècles. Pour s’en tenir à l’époque romaine, des inscriptions sont connues du premier quart du iie siècle au premier quart du ive siècle. Le temple lui-même, dans son état actuel, est dédié sous Marc Aurèle et L. Verus.

III) Typologie

271Ces différentes installations thermales relèvent d’une typologie tout à fait particulière, dans la mesure où il s’agit d’établissements dépendant d’un sanctuaire. Seule une partie de ce vaste ensemble a été dégagée. Une zone sacrée comprend un temple flanqué de deux chapelles latérales, dans lesquelles sont attestés les cultes d’Esculape, Hygie, Jupiter Valens, Salus et Silvain Pegasianus, donc des divinités liées à la santé, mais aussi à la légion IIIe Auguste (Pégase).

272En avant de ce sanctuaire, vers l’Est, s’étend une large voie flanquée, essentiellement au Nord, de chapelles où sont attestés les cultes des Aquae Sinuessanae, les fameuses eaux thermales de Sinuessa (S. de Caro, A. Greco, Campania, guide archeologiche Laterza, Rome-Bari, 1981, p. 227-228), et de divinités dont la présence semble liée à leur fonction guérisseuse : Medaurus, Apollon Salutifer, sans doute aussi Sérapis. Des autels ont été dédiés à Hercule, Mithra, Sol Invictus, etc.

273Au Sud de cette avenue sacrée, tout un ensemble complexe de constructions est lié au sanctuaire. Les rapports d’A. Ballu, le plus souvent dépourvus de plan et caractérisés par de multiples approximations et erreurs d’orientation, sont quasiment incompréhensibles. On peut cependant, comme l’a fait R. Cagnat, dégager quelques traits majeurs. On distingue ainsi, le long de l’avenue, une longue galerie prolongée vers l’Est par un portique. Au Sud-Est, une cour est dotée de portiques sous lesquels s’ouvrent des niches où étaient disposées, en particulier, des statues d’Hygie et Esculape. Au Sud-Ouest, un péristyle triangulaire est orné d’un bassin. Entre ces points clés, l’espace est occupé par de multiples pièces et diverses installations thermales quasiment inédites. Comme le souligne R. Cagnat, tout cet ensemble constitue un grand Asclepieium avec ses lieux de culte, ses logements pour les malades et pèlerins, ses portiques et couloirs, dont certains devaient servir à la pratique de l’incubation, ses installations thermales destinées à la purification rituelle des dévots et aux cures.

IV) Thermes au Sud du temple

274Dans l’état actuel de la documentation, on ne peut réfléchir que sur un petit établissement thermal situé immédiatement au Sud du temple. À l’Est, il est flanqué par le mur de fond des locaux donnant sur le péristyle triangulaire ; à l’Ouest, par un espace découvert, longé, en face des thermes, par des constructions semblables aux chapelles de l’avenue sacrée.

275Il s’agit de petits bains couvrant moins de 400 m2 et conçus selon un itinéraire rétrograde. L’ensemble du plan est de type linéaire, mais le début du circuit chauffé correspond à un schéma orthogonal.

276Le secteur des entrées est au Nord. Le local le plus vaste en est une pièce mosaïquée de 7,40 × 6,75 m qui ouvre largement, par une baie de 4,95 m, sur le frigidarium, espace sensiblement carré, équipé de deux piscines semi-circulaires (l’absence de tout chauffage interdit d’y voir un « caldarium », comme le veut A. Ballu).

277Les salles chaudes s’étendent au Sud. On rencontre d’abord, sur une même ligne, des locaux que nous proposons d’interpréter comme un tepidarium (I-V) et un destrictarium (II). D’après A. Ballu, le premier communiquait avec le frigidarium par deux baies. Une partie du mur est aujourd’hui arasée et la seconde porte n’est plus visible, mais un tel dispositif aurait pu faciliter la circulation : on serait entré par l’Est et sorti par l’Ouest. Ce tepidarium est équipé d’un bassin et, sans doute, d’un foyer ; le destrictarium possède un foyer et, peut-être, un bassin.

278S’échelonnent ensuite en profondeur, du Nord au Sud, le laconicum III (avec un bassin et un foyer à l’Est) et le caldarium IV, de plan trilobé déformé, avec deux piscines que desservent deux foyers équipés d’une chaudière.

279Le dégagement, en l’absence d’inscription, n’a évidemment fourni aucun indice chronologique. On notera, cependant, le recours systématique à des formes absidales dont la combinaison suggère fortement une date tardive, peut-être le ive siècle.

MADAUROS : GRANDS THERMES (pl. XC et XCI)

I) Bibliographie

280Ballu, Rapports 1906, p. 245-251 ; 1907, p. 231-232. Sur les abords du monument, Id., Rapports 1912, p. 151-154 ; 1913, p. 284-286 ; 1915, p. 179-180 ; 1916, p. 264-266. Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 93-114 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 220-222 ; Lézine, Architecture romaine, p. 21-22.

II) Datation

281Le dégagement n’a livré aucune dédicace antérieure à Septime Sévère. De ce règne datent, en revanche, plusieurs monuments (inscriptions nos 139141), dont un ensemble de sculptures représentant des divinités qui, selon toute probabilité, faisait partie du décor des thermes. Faute d’autres données, il paraît donc possible, à titre d’hypothèse, de proposer le début du iiie siècle pour la construction du monument (Gsell, p. 107-108).

282Trois inscriptions mentionnent des restaurations qui pourraient concerner cet édifice (cf. Gsell, p. 108-110 ; Lepelley, Cités, II, p. 129-131). La première, retrouvée dans le secteur du forum et du théâtre, date de 364 ou d’une année proche. Elle mentionne de grands travaux, financés par la cité, dans les thermes d’été, généralement identifiés à ce bâtiment depuis les recherches de S. Gsell (n° 146). Les deux suivantes ne peuvent être rattachées à ces thermes que parce qu’elles y ont été partiellement ou totalement retrouvées. L’une, remployée sous forme de moellons dans un mur tardif, date de 366-367 : très peu de temps après l’intervention précédente, il aurait été de nouveau nécessaire de restaurer des hypocaustes (n° 147). L’autre, dont des fragments ont été retrouvés non seulement dans ces bains mais aussi dans le théâtre, date de 407-408 : un curateur de la cité prit à sa charge la reconstruction totale d’une salle (n° 148) et, par la même occasion, assuma sans doute aussi d’autres travaux de nature inconnue (nos 149 et 150, inscriptions trouvées l’une dans le bâtiment, l’autre à proximité).

283Rien ne permet d’affirmer absolument que tous ces textes concernent cet édifice. Cependant, tant la mention des thermes d’été, qui implique une vaste construction dont on ne voit pas où elle pourrait se trouver ailleurs à Madaure, que le lieu de découverte de la plupart de ces fragments contribuent à donner quelque consistance à cette hypothèse.

284Après qu’ils eurent cessé de fonctionner, ces bains continuèrent à être occupés. S. Gsell signale un remodelage complet des espaces qu’il attribue à de « misérables habitations » (p. 111). Cette affirmation ne remplace pas le dossier qu’il aurait été nécessaire d’établir sur cette occupation tardive et sur sa chronologie. Nous ne savons donc que fort peu de choses sur l’utilisation des thermes après leur désaffectation. On peut cependant noter la présence, dans le secteur de la « palestre », d’une porte dont le linteau était orné de croix monogrammatiques (p. 95 et 111 : seconde moitié du ve siècle ou Vie siècle).

III) Typologie

285Il s’agit de thermes de dimensions moyennes, couvrant approximativement 1 700 m2. Le frigidarium mesure 12,50 × 10m, soit 125m2 (Rapport 1906 : 12,40 x 10,30 m).

286Ce bâtiment est parfois placé dans la série des thermes semi-symétriques. La disposition des salles froides, caractérisée uniquement par l’alignement, sensiblement sur le même axe, de trois vastes locaux, suffit d’autant moins à justifier une telle affirmation que le frigidarium lui-même possède des piscines qui ne se distribuent pas en fonction de cet axe. Au Sud-Ouest, les pièces chauffées, au nombre de cinq, sont disposées selon un plan circulaire impliquant un circuit sinistrogyre.

287Une inscription de Madaure (n° 146) signale l’existence de thermae aestiuae, dont nous venons de voir qu’elles doivent sans doute être reconnues dans ce bâtiment.

288Les dimensions des salles sont empruntées à S. Gsell.

IV) Salles froides

289L’entrée principale, située à 24 m de la rue, est reliée à cette dernière par divers locaux dont, peut-être, une cour qui la précédait. Un petit sanctuaire de Mercure (6,90 × 6,05 m), logé entre l’artère sur laquelle il ouvre et une des citernes des thermes, est également accessible à partir de ces locaux. En face de ce sanctuaire, tout l’espace qui sépare le secteur chauffé de la rue est très mal connu : il y avait probablement une aire découverte longée par un portique dont il n’était plus possible de savoir s’il appartenait à la rue ou aux thermes. Cependant, comme le proposait déjà S. Gsell, il paraît logique d’y reconnaître une palestre.

290L’état des dégagements ne permet pas de comprendre la façon dont étaient aménagés les terrains qui flanquent le bâtiment au Nord-Est et au Nord-Ouest. Ils devaient entretenir quelques rapports avec ce dernier, dans la mesure où de nombreuses fenêtres y ouvrent, dont certaines percées dans la partie inférieure des murs, et, surtout, dans la mesure où ils desservent une seconde entrée livrant directement accès au frigidarium (A. Lézine propose de considérer ce vestibule comme un dépôt de produits nécessaires aux sportifs : sa position au sein du bâtiment ne parait cependant pas conforter cette hypothèse. Peut-être cet accès permettait-il aux usagers de la supposée palestre de rejoindre plus facilement le début du circuit chauffé ?).

291L’entrée principale commande un ensemble de locaux qui comprend des latrines, une longue pièce servant probablement de vestiaire, et une vaste salle (la plus grande de l’édifice : 16 × 11,30 m) où nous pensons, à la suite d’autres auteurs, qu’il faut reconnaître un gymnase. Le frigidarium est équipé de deux piscines disposées perpendiculairement.

V) Salles chauffées

292I :7 × 5m (Rapport 1906) ; chauffage indirect par II. II :7,10 × 6,70 m ; un foyer.

293III : un foyer ; peut-être une double-cloison, ce qui serait logique (Gsell, p. 100 et note 3). L’hypothèse d’une piscine dans l’abside (Krencker) reste très incertaine (cf. ci-dessous).

294IV : caldarium équipé de trois bassins rectangulaires disposés selon un schéma cruciforme. En ce qui concerne les foyers, les données fournies par Gsell et par D. Krencker ne correspondent pas parfaitement. Dans chacun des angles où s’articulent deux piscines, deux arcades en grand appareil sont encore bien conservées (fig. 4). Aucun des auteurs antérieurs ne paraît avoir compris que des chaudières étaient logées dans ces arcades : D. Krencker mure ces dernières et place les récipients en retrait, dans les petites pièces d’angle (p. 221). En réalité, il faut restituer quatre foyers, chacun équipé d’une chaudière. Le plan Krencker porte un autre four, dans l’axe de l’alveus Sud-Est, mais son relevé de détail (pl. XC-4) ne confirme pas cette assertion, que l’étude des vestiges permet d’exclure. V : petit tepidarium de sortie, chauffé indirectement par III et muni d’un bassin. Entre V et I, un espace restreint, enclos de murs, était une cour qui servait à l’éclairage (fenêtres vers I et V) et sans doute aussi à la collecte d’une partie des eaux recueillies sur les couvertures (S. Gsell signale un égout se dirigeant vers le frigidarium : p. 99, note 9).

VI) Bains tardifs

295À une date inconnue (époque vandalo-byzantine ?), le secteur chauffé fut radicalement transformé. Alors que le frigidarium paraît avoir continué à fonctionner, au moins partiellement, la majorité des salles chauffées fut désaffectée. C’est peut-être à ce moment que l’ancien tepidarium d’entrée reçut un nouveau couvrement supporté par trois piliers, tandis que l’ancien caldarium était subdivisé par des parois. Désormais, ne subsistèrent que deux salles chauffées, III et V, reliées par l’ouverture d’une baie permettant un itinéraire rétrograde (le plan Lézine, qui prétend restituer l’état primitif des thermes, est donc erroné sur ce point : pl. XCI-1. On ne sait pas non plus sur quel argument se fonde cet auteur pour attribuer l’abside III aux remaniements tardifs).

296L’ancien tepidarium de sortie fut ainsi transformé en tepidarium d’entrée et de sortie, et sans doute en lieu de décrassage. Il semble que, dans ce but, sa superficie ait été accrue par la suppression du bassin, remblayé et masqué par une mosaïque (Krencker).

297L’ancien laconicum, quant à lui, fut complètement remodelé afin de jouer le rôle d’un caldarium. Les portes vers II et IV furent obstruées par l’adjonction de murs latéraux qui restreignirent la largeur de la pièce de plus de 6 m à 4,50 m et qui supportèrent une nouvelle voûte. Dans l’abside, on installa un bain aujourd’hui complètement détruit. D’après S. Gsell, l’espace était subdivisé par une murette de briques donnant naissance à deux baignoires en quart-de-cercle, chauffées par deux foyers substitués au fourneau unique (p. 100).

298Sans justifier son point de vue, D. Krencker lie ces transformations à l’installation d’une église. La chose n’aurait, en soi, rien d’invraisemblable, mais elle paraît en contradiction avec les données de la fouille. En revanche, son relevé des piscines logées dans l’abside correspond à ces dernières (pl. XC-5).

MADAUROS : PETITS THERMES (pl. XCI et XCII)

I) Bibliographie

299Ballu, Rapports 1905, p. 183-184 ; 1907, p. 230-231. Gsell, Joly, Mdaourouch, p. 102-114 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 223 ; N. Duval, Églises et thermes en Afrique du Nord, dans BAC, 1971, p. 297-305.

II) Datation

300Le mode de construction de ce bâtiment est tout à fait comparable à celui des grands thermes dont il est très proche. De plus, ici aussi, les premières inscriptions impériales apparaissent sous le règne de Septime Sévère, d’ailleurs sans que leur emplacement originel soit certain (inscriptions nos 138 et 142). Il est donc tentant de dater les petits thermes, comme leurs voisins, de l’époque sévérienne (Gsell, p. 106-108). Si ce raisonnement paraît acceptable, il faut pourtant se rappeler qu’il repose sur une double hypothèse : la datation sévérienne des grands thermes et la quasi-contemporanéité des deux édifices.

301On attribue généralement à ces petits thermes une inscription trouvée dans les grands bains, mais sous la forme de moellons utilisés pour la construction d’un mur tardif, ce qui pourrait expliquer son déplacement. Ce texte, daté du règne de Julien (361363) mentionne de grands travaux, concernant tant l’ensemble des salles et des baignoires que les hypocaustes ou le décor, travaux financés par la cité (n° 145). Cette fois encore, il faut se rappeler que l’attribution de ce texte aux petits thermes reste hypothétique : si l’inscription de 364, décrivant d’importantes restaurations dans les thermes d’été, concerne bien le grand édifice voisin, il est peu vraisemblable que deux importantes tranches de travaux, dont la nature est semblable, aient concerné le même monument à très peu de temps de distance ; dès lors, on peut penser que le texte de l’époque de Julien provient des petits thermes tout proches, et non d’un autre édifice balnéaire.

302À époque tardive, le monument aurait offert moins de traces d’occupation que son voisin. Ces fragiles vestiges, souvent peu épargnés par les dégagements anciens, ont cependant permis de démontrer que le frigidarium avait été transformé en église à une date inconnue.

III) Typologie

303Il s’agit de thermes de dimensions moyennes. Les vestiges mis au jour couvrent moins de 1 000 m2, mais le bâtiment s’étendait probablement jusqu’à la rue orientale, à partir de laquelle on devait accéder aux bains.

304Le plan est semi-symétrique. Les salles froides, malgré quelques irrégularités dues à la largeur inégale des deux ailes, se répondent de part et d’autre du frigidarium conçu de façon rigoureusement symétrique (10,20 × 9,30 m, 14 m environ avec l’abside méridionale).

305Les pièces chauffées, placées au Sud, sont disposées selon un circuit sinistrogyre.

306On a proposé de considérer ce bâtiment comme des thermae hiemales, qui auraient ainsi été associées de façon complémentaire au grand édifice balnéaire voisin qui, quant à lui, serait les thermae aestiuae mentionnées dans une inscription (Gsell, p. 106-107).

IV) Salles froides

307La conception symétrique du secteur froid se reflète dans l’existence de deux vestibules d’entrée. L’identification des salles principales a été l’objet d’appréciations diverses. Nous proposerons de placer des vestiaires dans les longues galeries latérales desservies par les entrées, un gymnase dans la grande salle qui constitue le cœur de l’aile orientale (Rapport 1907 : 9,50 × 5,50 m), et des salons dans les trois locaux situés au Nord du frigidarium dont ils constituent des annexes.

308La salle des bains froids, de plan très classique, comprend deux piscines disposées sur un des axes de la pièce et encadrées de petits locaux assurant la liaison avec les autres parties du bâtiment.

V) Salles chauffées

309On distingue clairement cinq salles reliées entre elles par un itinéraire qui part de l’abside du frigidarium et y revient, cette solution très équilibrée accentuant la symétrie d’ensemble du bâtiment. Le plan paraît donc très usuel, mais la pièce I pose un problème. De fait, si A. Ballu la désigne comme « la première chambre chauffée, le tepidarium... » (Rapport 1907), D. Krencker déclare qu’elle est dépourvue d’hypocauste. S. Gsell, plus prudent, souligne que l’état des vestiges ne permet plus aucune observation, mais remarque (p. 104) que C.-A. Joly n’a pas porté de système de chauffage sur son relevé (pl. XCI-3).

310Nous sommes donc en présence de trois hypothèses. D’abord, I serait un tepidarium d’entrée dépourvu de suspensura et bien faiblement attiédi par le voisinage de la pièce II avec laquelle il communique. Un tel parti, s’il n’est pas absolument sans parallèle, reste rarissime. Ensuite, on pourrait envisager une fusion du laconicum et du destrictarium et déplacer le tepidarium d’entrée en

311II. Le local I ne serait, dans cette hypothèse, que le vestibule du circuit chauffé, interposé entre ce dernier d’une part, le frigidarium et le vestiaire occidental d’autre part. Ce choix serait d’autant plus médiocre que la petite pièce située juste au Nord, contre la piscine froide, aurait pu remplir cette fonction de vestibule, au demeurant bien inutile. Enfin, et c’est la solution qui a notre préférence, on peut penser que I était chauffé indirectement par II, mais que son hypocauste a été entièrement détruit. On notera, d’ailleurs, que cette salle était à proximité immédiate de la partie du bâtiment transformée en église (pl. XCII-1). Dans ce cadre, il est probable qu’elle fut profondément transformée : peut-être même l’enfilade de locaux flanquant le frigidarium au Nord constitua-t-elle une sorte de nef latérale qui aurait eu son pendant au Sud (cf. ci-dessous).

312Si nous adoptons cette grille de lecture, nous avons :

313I : tepidarium d’entrée chauffé indirectement et accessible tant par le Nord que par l’Est.

314II : un foyer, primitivement situé au Sud de l’abside, qui faisait partie du destrictarium, ensuite placé dans cette dernière, transformée en praefurnium. Ce remaniement n’est pas antérieur à une date avancée dans le iiie siècle, un fragment de dédicace à Septime Sévère ayant été remployé dans le mur barrant désormais l’abside.

315Reste à savoir si, dans le premier état, l’abside contenait un bassin. A. Ballu l’affirme ; S. Gsell et D. Krencker en émettent l’hypothèse ; il est impossible de conclure dans l’état actuel des vestiges.

316III : un foyer. D. Krencker est le seul à supposer l’existence d’un alveus logé dans l’abside.

317IV : deux bassins disposés perpendiculairement, chacun chauffé par un foyer équipé d’une chaudière logée dans une arcade, comme dans les grands thermes. A. Ballu, si l’on comprend bien son décompte, ainsi que D. Krencker, d’après son plan, placent, sous la piscine méridionale, un troisième foyer que S. Gsell ne mentionne pas.

318V : S. Gsell n’exclut pas l’existence d’un hypocauste, détruit par la suite (p. 104, note 3). Cela est hautement probable, car il s’agit du tepidarium de sortie, qui devait être chauffé indirectement. Cette destruction conforte notre hypothèse d’installation de chauffage en I : les deux tepidaria, situés de part et d’autre de l’abside du frigidarium, furent profondément transformés dans le cadre de l’installation de l’église. Ces aménagements nous paraissent d’ailleurs également lisibles dans les petits locaux situés à l’Est de V. D. Krencker a certainement raison d’y reconnaître une cour assurant, par deux fenêtres, l’éclairage des deux petites pièces qui la flanquent, dont V. Mais S. Gsell y a vu une enfilade de trois petites chambres : sans doute est-ce là, effectivement, le résultat des remaniements de l’époque chrétienne, remaniements attestés par un seuil couvert d’une mosaique blanche entre V et l’ancienne cour, ainsi que par les vestiges d’une voûte en berceau couvrant cette dernière (p. 104). L’ensemble de ces données confirme notre hypothèse de la transformation de tous ces locaux en une sorte de bas-côté de l’église.

OUED ATHMENIA : BAINS DE POMPEIANUS (pl. XCII et XCIII)

I) Bibliographie

319A. Poulle, Les bains de Pompeianus, dans RSC, 19, 1878, p. 431-454 ; Gsell, Monuments antiques, II, p. 23-28 ; Inv. mos., III, nos 260-274. J. et P. Alquier, Les thermes romains du Val d’or, près l’Oued-Athménia, dans RSC, 57, 1926, p. 81-118 ; Id., même titre, dans RSC, 59, 1929, p. 289-318 (résumé de ces recherches dans Christofle, Rapport 1927-1929, p. 102-110). Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 224. A. Berthier, Établissements agricoles antiques à Oued-Athménia, dans BAA, 1, 1962-1965, p. 7-20. Thébert, Circulation, p. 145-146.

II) Datation

320Aucune donnée archéologique. Cependant, le riche répertoire figuré sur les mosaïques paraît bien avoir été conçu en même temps que le bâtiment. Or, certains thèmes (vues de domaines, scènes de chasse, chevaux de course) évoquent d’autant plus le Bas-Empire qu’ils sont regroupés dans un même édifice (cf. Dunbabin, Mosaïcs, p. 267 : probablement fin IVe ou ve siècle ; p. 62 : fin ive ou même début ve siècle).

III) Typologie

321Les dimensions relativement modestes des pièces, ainsi que l’absence de toute trace d’agglomération aux environs, font que cette construction a toujours été considérée comme des thermes dépendant d’une villa. J. et P. Alquier pensèrent que cette dernière pouvait se trouver immédiatement au Sud (RSC 1926, p. 116-117), puisqu’il fallait l’identifier aux pièces dégagées dans la partie orientale de la fouille (RSC 1929, p. 290-291). Il est vrai que ces salles ne sont pas strictement indispensables au fonctionnement des thermes, mais elles s’apparentent à ces salons que l’on trouve habituellement dans les édifices balnéaires. De toute facon, elles ne sauraient, à elles seules, constituer le corps principal de la villa (l’identification d’un tablinum, d’un oecus et d’un triclinium proposée par J. et P. Alquier est insoutenable. Déjà A. Poulle avait identifié le frigidarium à un atrium et reconnu, lui aussi, en d’autres lieux que ses successeurs, tablinum et salle à manger). C’est pourquoi le corps principal de la demeure est généralement considéré comme situé à l’écart des thermes, en un lieu qui n’a pas été précisément repéré. Une autre composante de la villa paraît avoir été localisée : il s’agit des écuries (Berthier).

322Le thème des mosaïques confirme l’hypothèse de bains de villa : en particulier, dans le frigidarium et le caldarium, sont représentés les bâtiments d’un domaine associés à l’inscription Pompeianus qui nous livre, probablement, le nom du propriétaire.

323Même si les salles froides ne sont pas distribuées avec une rigueur parfaite, il s’y manifeste cependant un souci de composition axiale qui permet de parler de plan semi-symétrique. Les locaux chauffés sont disposés selon un plan orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde, une pièce isolée constituant, à notre avis, une variante offerte aux baigneurs.

324Les dimensions des salles sont données par A. Poulle.

IV) Salles froides

325À titre d’hypothèse, on peut considérer comme des gymnases les espaces flanquant le frigidarium à l’Est et à l’Ouest, et, surtout, la relativement vaste salle (6,80 × 5,10 m) sur laquelle donne l’entrée méridionale (il ne saurait s’agir, comme le suggère A. Poulle, du frigidarium). Un vestiaire pourrait alors être localisé dans la pièce qui ouvre sur cette dernière, à l’Ouest. Des latrines à quatre places sont bien reconnaissables à l’Est du bâtiment.

326Le frigidarium mesure 9,50 × 5,65 m, cet espace étant subdivisé en trois parties par des colonnes. A. Poulle est le seul à signaler que les angles de la pièce étaient sur hypocauste, de façon à tiédir les lieux. Tout le secteur flanquant cette salle au Nord est occupé par un emboîtement de constructions quasiment semi-circulaires, à savoir, du centre vers la périphérie, la piscine froide (4 × 3,40 m), une natatio, large de 3,50 m, et une galerie mosaïquée, large de 1,85 m.

327En se fondant sur la présence d’une couche de cendres qu’il attribue à la combustion d’une charpente, A. Poulle pense que les bassins étaient couverts, et ne dit rien de la galerie. J. et P. Alquier, quant à eux, ont recueilli des témoignages affirmant que les murs de la piscine étaient autrefois conservés sur une grande hauteur et dépourvus de toute ouverture. Ils considèrent donc, eux aussi, que cette dernière possédait un couvrement mais, en revanche, que la natatio était à l’air libre. De plus, ils suggèrent que le « banc » de pierre qui, avant sa destruction, séparait celle-ci de la galerie, était en fait un stylobate.

328On aboutit ainsi à une restitution originale mais satisfaisante : un portique (pavé d’une mosaïque à motif d’écailles : Inv. mos., III, 270), dont le mur de fond isole le complexe de l’extérieur, domine un grand bassin en fer à cheval et à ciel ouvert, enserrant la piscine couverte du frigidarium (cf. aussi Krencker).

329Les fouilles effectuées par J. et P. Alquier sur les espaces situés au Nord ont permis de modifier les plans antérieurs et de repérer une vaste cour, de plus de 17 m de côté, qui n’aurait jamais été pavée. L’épaisseur des murs de clôture leur a fait émettre l’hypothèse de portiques (RSC 1929, p. 292-293). Si cette restitution est valable, nous serions alors en présence non pas de la cour-péristyle de la villa, mais d’une véritable palestre.

V) Salles chauffées

330Quatre salles chauffées étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde. Il paraît donc logique d’y reconnaître la succession I-V/II/III/IV (Thébert). Cependant, le premier local, de dimensions restreintes, ouvre sur les quatre salles qui l’environnent. Il est, dès lors, difficile d’imaginer que les baigneurs pouvaient y stationner, dans le cadre d’un tepidarium d’entrée et de sortie. Il nous paraît donc préférable de considérer cette première salle chauffée comme un parti architectural qui permet d’articuler deux salles froides et deux salles chauffées. Dès lors, nous proposons la lecture suivante, avec fusion du destrictarium et du laconicum :

3311 : 2,30 × 2,30 m. Chauffage indirect par I-V et 2 (apparemment facilité par des cheminées disposées dans les angles : Poulle, p. 443).

332I-V : 5,70 × 3,20 m ; un foyer. Aucun auteur ne signale de bassin mais l’hypocauste était complètement ruiné (Alquier, RSC 1929, p. 301). Ces derniers sont les seuls à mentionner un second foyer, placé à l’Est et ensuite obturé (RSC 1929, p. 304). Les plans antérieurs semblent cependant porter les traces d’une telle installation, située à l’extrémité du couloir de service septentrional. Il paraît donc nécessaire de retenir cette donnée, même si la présence de deux foyers paraît excessive pour une salle tiède : peut-être s’agissait-il aussi de faciliter le chauffage du local 1.

333II-III : 5 × 3,20 m, dimensions auxquelles il faut ajouter un bassin au Sud, chauffé directement par un foyer (Poulle, p. 440 ; Alquier, RSC 1929, p. 301302). Probablement une double-cloison (Id., ibid., p. 309).

334IV : de dimensions semblables, ce caldarium possède une double-cloison et deux foyers, celui disposé à l’Est étant doté d’une chaudière. Dans un passage fort confus, J. et P. Alquier paraissent vouloir dire que, dans un premier état, la pièce était dépourvue d’abside et le second foyer se trouvait au Nord (RSC 1929, p. 304). Nous en retiendrons seulement l’hypothèse d’un troisième foyer qui aurait été supprimé à la suite d’un remaniement.

335Les piscines de cette salle ont été mal reconnues. D. Krencker place un bassin dans l’abside, alors que J. et P. Alquier y voient l’emplacement d’un labrum, tandis qu’A. Poulle y restitue le laconicum. Il faut, évidemment, préférer D. Krencker : l’eau de vidange était évacuée vers les latrines par une canalisation qui aurait aussi servi à l’alveus de II-III (RSC 1929, p. 307).

336De plus, J. et P. Alquier décrivent curieusement, en avant de la chaudière orientale, à l’Ouest de celle-ci, un second récipient installé sur hypocauste, qui aurait fourni une eau moins chaude (RSC 1929, p. 308). Une telle lecture nous paraît totalement impossible. La vue axonométrique élaborée par ces auteurs (pl. XCIII-3) montre un espace semi-circulaire faisant suite à la maçonnerie en ovale qui soutenait la chaudière : c’est sans doute cet enchaînement de formes qui est source de l’erreur. En fait, il faut restituer non un second récipient, mais une piscine absidale.

3372 : accessible uniquement à partir de 1, cette pièce circulaire, ornée de quatre niches plates, semble avoir été pourvue d’une double-cloison entre ces dernières (Poulle, p. 443, mais la suite du texte concerne probablement la découverte d’éléments provenant non de ces doubles-cloisons, mais du coffrage de tubes de la voûte). Un foyer. Il paraît s’agir d’un itinéraire secondaire, plus court que le précédent : nous proposons de voir, en ce local, un destrictarium laconicum destiné aux sportifs. La présence d’un conduit d’évacuation d’eau provenant de cette salle permet de se demander si elle ne comportait pas un -bassin (Poulle, p. 453 et ici pl. XCII-3, mais on ne trouve pas mention d’une telle installation dans l’étude sur la circulation de l’eau, RSC 1929, p. 304 sq., où le tracé des égouts diffère notablement).

RAPIDUM : THERMES DU CAMP (pl. XCIV)

I) Bibliographie

338W. Seston, Le secteur de Rapidum sur le limes de Maurétanie césarienne après les fouilles de 1927, dans MEFR, 45, 1928, p. 150-183, en particulier p. 161-169 ; M. Christofle, Rapport 1927-1929, p. 3436 ; J.-P. Laporte, Rapidum, pubblicazioni del dipartimento di storia dell’ Università di Sassari, 12, 1989, p. 83-89 et 221-225.

II) Datation

339Ce bâtiment se compose, en fait, de deux édifices thermaux juxtaposés. Selon W. Seston, celui du Nord serait contemporain du camp, construit en 122 sur l’ordre d’Hadrien (CIL, VIII, 20833). De fait, dès le règne de Commode, entre 184 et 190, il nécessite une restauration (inscription n° 155).

340Cette inscription fut remployée comme seuil dans les latrines, mais elle provient indubitablement de ce bâtiment. En effet, le procurator Augusti qui effectua cette restauration non seulement prit soin de préciser la nature de l’édifice concerné, mais encore dédia également une stèle à Fortuna, stèle qui, elle, fut retrouvée en place, prise dans le sol du frigidarium (n° 156).

341En se fondant sur la titulature de Commode, J.-P. Laporte pense que cette dédicace de la restauration doit être attribuée précisément à l’année 184 (p. 221). Une telle datation pose cependant quelques problèmes en ce qui concerne la carrière du procurator Augusti (et donc gouverneur de la Maurétanie césarienne) qui surveilla les travaux : peut-être est-il préférable de continuer à attribuer ces derniers à la période de quelques années qui débute en 184 (A. Magioncalda, dans Studi sui procuratori delle due Mauretaniae, pubblicazioni del dipartimento di storia dell’ Università di Sassari, 13, 1989, p. 84 et notes 354 et 355). L’étude des maçonneries (Seston, p. 165) paraît bien indiquer que les thermes Sud sont postérieurs à ceux du Nord. Comme le souligne cet auteur, la façon dont la stèle à Fortuna ainsi qu’une dédicace à un deus patrius salutaris (n° 157) sont implantées dans le frigidarium des bains Nord implique que, à cette époque et donc sous Commode, cette salle des bains froids possédait déjà son plan actuel. Or, celui-ci est, entre autres, conditionné par la mise en place du mur méridional dont tout laisse penser qu’il fut érigé lors de la création des thermes Sud. Dès lors, il faut sans doute penser que cette dernière est contemporaine de la restauration des bains Nord, sous Commode.

III) Typologie

342Ces bains militaires sont situés à l’intérieur du camp, dans un angle de l’enceinte. Il s’agit de petits thermes, l’ensemble couvrant environ 600 m2. Le frigidarium Nord (11,70 × 5,60 m) occupe 65 m2, celui du Sud (12 ou 11,90 × 6,60 m) près de 80 m2. Malgré l’absence de fouilles vers le Sud, il semble bien que ce groupe balnéaire ait été dépourvu de palestre.

343Les thermes Nord sont conçus selon un plan orthogonal impliquant un itinéraire rétrograde, ceux du Sud, de plan circulaire, paraissent offrir un circuit sinistrogyre. Ce dédoublement des bains est-il dû à une augmentation des effectifs de la garnison (Seston, p. 167) ou à la recherche d’un plus grand confort (Laporte, p. 88) ? De fait, comme le souligne ce dernier, le bâtiment Nord aurait pu être réservé aux officiers après la construction de l’édifice Sud pour la troupe.

IV) Salles froides

344Outre des latrines (qui pourraient être une adjonction tardive : Seston, p. 163-164), on ne connaît que les deux frigidaria, le premier équipé de deux piscines, le second d’une seule. Il ne semble pas y avoir eu d’autres locaux : de l’extérieur, on accédait directement aux salles des bains froids. Des bancs sont installés tout autour du frigidarium Nord, sur trois de ses côtés. De même, des bancs occupent le côté méridional du frigidarium Sud. Sans doute ces deux salles servaient-elles aussi de vestiaires.

V) Salles chauffées

345Les thermes Nord comportent trois salles, un tepidarium chauffé indirectement (5,45 × 4 m), un destrictarium-laconicum possédant un foyer (5,45 × 5,30 m), et un caldarium, également pourvu d’un four (5,45 × 5,20 m) : il faut restituer au moins un bassin, sans doute au droit de ce dernier.

346Les thermes Sud comportent quatre salles. Un tepidarium, I-V, directement accessible à partir du frigidarium, sert à la fois à l’entrée et à la sortie. W. Seston précise qu’il n’y a qu’un seul foyer, à l’Ouest. Nous sommes donc conduit à placer le caldarium à cet endroit, en restituant un bassin. De fait, c’est le seul local chauffé directement, et le plus vaste. Destrictarium et laconicum auraient alors occupé les deux pièces orientales : plus précisément le premier, avec un bassin et loin du four, aurait été à l’Est, le second, plus près du foyer, à l’Ouest. Les textes et les relevés ne permettent pas de comprendre la totalité des circulations. Surtout, le secteur oriental, celui du destrictarium, est en mauvais état de conservation : d’après les plans, la porte II/III paraît détruite et ces derniers ne semblent porter que le passage de chaleur qui était situé sous cette baie. C’est pourquoi nous proposons de restituer un passage I-V/II dont l’absence rendrait l’itinéraire offert aux baigneurs peu rationnel. En revanche, la porte I-V/III est parfaitement attestée, suggérant la possibilité d’éviter le caldarium.

RUSGUNIAE : THERMES SUD-EST (pl. XCIV)

I) Bibliographie

347R. Guéry, Les thermes du sud-est de Rusguniae (Tametfoust). Rapport provisoire : fouilles 1964, dans BAA, 1, 1962-1965, p. 21-40 ; P.-A. Février, Recherches archéologiques en Algérie, dans CRAI, 1967, p. 100.

II) Datation

348Inconnue. La scansion de l’appareil de moellons par des assises de briques est un parti attesté en Afrique dès l’époque sévérienne : peut-être ce bâtiment n’est-il pas antérieur à cette période. Une utilisation au moins jusqu’à une date avancée dans le ive siècle est démontrée par la présence d’une monnaie de Constance II dans une pilette d’hypocauste (Février) et de tessons appartenant à ce siècle dans le béton de pose d’une mosaïque (Germain, Mosaïques, p. 117).

349Après leur désaffectation, non datée, le bâtiment continue d’être occupé par un habitat et des installations artisanales. Dans ce cadre, les pièces sont compartimentées et, souvent, isolées les unes des autres (bouchages des portes F/I, I/II et F/V).

III) Typologie

350La fouille de 1964 est incomplète. Depuis, elle a été poursuivie par P. Salama sans que, à notre connaissance, les résultats en aient été publiés (cf. l’allusion à ces travaux dans BSNAF, 1996, p. 134136). La plupart des salles chaudes occidentales, dont les murs émergent, n’ont pas été dégagées et l’environnement des thermes n’est connu qu’au Nord (rue) : il n’est pas impossible qu’ils se soient étendus, en particulier, vers l’Ouest.

351Dans l’état actuel des publications, le bloc balnéaire occupe près de 1 000 m2 ; le frigidarium mesure approximativement 22 × 7,5 m, couvrant environ 165 m2. Il faut donc classer ce bâtiment parmi les thermes de dimensions moyennes, même s’ils n’excédaient sans doute que de peu le critère chiffré que nous avons retenu. Il se pourrait que cela soit le résultat d’un agrandissement ayant provoqué l’ajout de la partie orientale du bâtiment (Février).

352Les salles chauffées, au nombre de cinq, sont disposées selon un plan circulaire avec itinéraire sinistrogyre qui comporte, peut-être, l’existence d’un raccourci.

IV) Salles froides

353Bien que l’espace occidental du frigidarium soit couvert d’une mosaïque située légèrement en contrebas du reste du pavement, il n’y a pas de raison majeure de considérer que la salle des bains froids primitive n’occupait pas tout ce long espace. Des réaménagements tardifs ont, de plus, transformé l’extrémité occidentale du frigidarium, mais aucune trace de piscine n’y est décelable. Ce dernier semble donc n’avoir jamais possédé qu’un seul bassin.

354Au Nord, il ouvre largement, par trois baies, sur une vaste exèdre constituant une sorte de salon, plutôt qu’un vestiaire que l’état actuel des lieux ne permet pas plus de localiser que le secteur des entrées.

V) Salles chauffées

355I : tepidarium d’entrée dont le dégagement n’est pas achevé. L’hypocauste communique avec V et, sans doute, II. On ignore si ce local était chauffé seulement de manière indirecte ou s’il possédait un foyer.

356II : destrictarium non fouillé. Il faut sans doute restituer un foyer à l’Ouest. Si l’arcade en claveaux, visible dans le mur oriental, correspond bien à une baie II-IV (Guéry, p. 28-30), il faudrait alors songer à un raccourci qui permettrait à certains baigneurs de regagner le frigidarium dès après avoir utilisé le destrictarium, et cela sans perturber la circulation giratoire des autres utilisateurs.

357III : laconicum non fouillé, avec double-cloison. Il faut restituer au moins un foyer, à l’Ouest ou au Sud.

358IV : caldarium non fouillé. Un foyer est attesté au Sud : les bras saillant fortement à l’extérieur font supposer la présence d’une chaudière. Ce four est abrité par un mur semi-circulaire. R. Guéry (p. 31) attribue à un remaniement la canalisation qui court le long de cette paroi, mais il s’agit sans doute de la vidange originelle des piscines du caldarium, dont on peut légitimement supposer l’existence dans les renfoncements Sud et Est, avec d’autres fours que le seul actuellement visible.

359V : tepidarium de sortie (R. Guéry propose d’y voir un unctorium). Un foyer à l’Est, où R. Guéry signale également une arrivée d’eau (p. 28) qu’il suppose desservir une fontaine. En fait, elle alimentait sans doute un bassin dont la limite devait correspondre à la rangée de pilettes quadruples portées sur le plan.

SIDI-BOU-CHAÏB (TIMICI ?) (pl. XCIV)

I) Bibliographie

360J. Marion, Recherches archéologiques à Sidibou-Chaïb (Haut Dahra-région de Paul-Robert), dans Libyca, 1, 1953, p. 128-143.

II) Datation

361Inconnue.

III) Typologie

362Il s’agit de petits thermes (13,80 × 10 m) dont le contexte reste inconnu. Leurs dimensions restreintes laissent supposer qu’il s’agit de bains privés, ne comprenant que deux salles chauffées. Plan linéaire à itinéraire rétrograde mais comportant deux virages.

IV) Salles froides

363L’entrée donne sur un local dont la moitié occidentale, pourvue de banquettes, devait servir de vestiaire et de salle de repos, tandis que la moitié orientale, pourvue d’une piscine alimentée et vidée à l’aide de seaux, constituait le frigidarium proprement dit.

V) Salles chauffées

364Elles sont disposées au Sud. On y accède par l’intermédiaire d’un petit vestibule dont l’entrée est barrée par un cordon de maçonnerie en arc de cercle destiné à empêcher la pénétration d’eau à partir du frigidarium. Lorsque l’on vidait la piscine de ce dernier, l’eau devait être jetée sur le sol pour servir au nettoyage de la salle : elle était ensuite évacuée par l’angle Sud-Est de la pièce, où se trouve un espace découvert bétonné (E du plan Marion) vers lequel convergent les pentes des sols.

3651 : 3,02 × 1,56 m ; double-cloison ; chauffage indirect. L’hypocauste de ce petit local ne communique avec la salle suivante que par un étroit passage de 22 × 10 cm : malgré la double-paroi, sa température devait donc être modeste.

366IV : il faut certainement restituer au Sud un foyer équipé d’une chaudière (qui devait être logée entre « les deux gros contreforts » signalés par J. Marion), chaudière alimentant une piscine dont il ne subsiste aucune trace.

SITIFIS : THERMES DU TRIOMPHE DE VÉNUS (pl. XCV)

I) Bibliographie

367J. Lassus, Fouilles à Sétif (1958-1962), dans BAC, 1961-1962, p. 104-105 ; P.-A. Février, A. Gaspary, R. Guéry, Fouilles de Sétif (1959-1966), BAA, 1er supp., 1970, p. 50-59.

II) Datation

368Les critères stylistiques de la mosaïque du frigidarium, confirmés par une fouille stratigraphique (Février et alii p. 58) permettent de placer la construction de ces thermes à la fin du ive siècle ou au début du ve siècle.

III) Typologie

369Il s’agit de petits thermes dont les quatre pièces, y compris le praefurnium, occupent un espace d’environ 12 × 9 m. Les environs sont très ruinés, mais il faut peut-être rattacher cet établissement balnéaire aux vestiges qui s’étendent à l’Est et qui paraissent avoir constitué une domus (fig. 1). Nous ignorons sur quels arguments se fonde C. Lepelley pour estimer que ces bains « durent très probablement leur construction à la respublica » (Cités, II, p. 501).

370Plan linéaire : les deux salles chauffées étaient utilisées selon un itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

371Nous n’en connaissons qu’une, le frigidarium, mesurant 5,46 × 5,28 m. Cette salle, équipée d’un seul bassin froid, devait être accessible par l’Est, si l’on se fie au sens dans lequel doit être regardé le tableau du triomphe de Vénus qui la pave.

V) Salles chauffées

372Elles sont disposées au Sud, chacune chauffée par un foyer placé à l’Est. La première, 1, de plan rectangulaire, paraît avoir assumé diverses fonctions. La seconde, de plan trilobé, était le caldarium : on peut proposer la restitution d’un bassin dans l’abside orientale, au contact direct du foyer, ainsi, sans doute, que dans l’une des deux autres absides.

SITIFIS : THERMES DU ve SIÈCLE (pl. XCV)

I) Bibliographie

373A. Mohamedi et E. Fentress, Fouilles de Sétif 1978-1982 : la construction de la ville islamique, dans BAC, 19B, 1983, p. 469-478 ; E. Fentress, Sétif, les thermes du ve siècle, dans Africa romana, VI, p. 321-337 ; E. Fentress (dir.), Fouilles de Sétif, 19771984, dans BAA, 5e supp., 1991.

II) Datation

374Les propositions de datation reposent sur des bases archéologiques fermes. L’insula est d’abord entièrement occupée par des thermes construits au début du iiie siècle et détruits durant le premier quart du ve siècle. La reconstruction des bains se fit sur une échelle moins ambitieuse : la moitié Nord de l’insula ne fut pas comprise dans le nouveau projet. Ce chantier fut ouvert après 410, très probablement autour de 425 ou un peu après. Le bâtiment paraît avoir été occupé jusque dans le premier quart du Viie siècle, sans que l’on puisse savoir si, à cette date, il était encore utilisé comme bains.

III) Typologie

375Il s’agit de petits thermes couvrant moins de 350 m2, et peut-être pourvus d’une palestre. Ils ne comportent qu’une seule pièce chauffée, disposée à l’Ouest. Le contexte reste mal connu : il s’agit sans doute de bains de quartier.

IV) Salles froides

376Un vestibule, proportionnellement ample, commande une pièce où il faut sans doute reconnaître un vestiaire. De ce dernier, il est possible qu’un escalier, spolié par la suite, ait permis de descendre vers l’espace oriental que la présence d’une mince couche de sable semble désigner comme une palestre.

377L’hypothèse d’E. Fentress (Africa romana, VI, p. 333-334) qui envisage de faire glisser le vestiaire dans le vestibule d’entrée afin de faire de la pièce septentrionale un destrictarium pour les sportifs utilisant la palestre, impliquerait qu’il s’agisse d’un lieu de nettoyage fort primitif, dépourvu de tout chauffage, si ce n’est des braseros. Cette restitution apparaît donc peu satisfaisante.

378Du vestibule, une baie flanquée de deux paires de colonnes conduit également à la principale pièce balnéaire occupant une position centrale. Il s’agit du frigidarium, équipé de deux piscines absidales.

379Dans les angles, quatre colonnes recevaient probablement la voûte d’arête.

V) Salle chauffée

380Une unique salle chauffée (à peine plus de 21 m2) est accessible à partir du frigidarium. La fouille incomplète du couloir de service n’a permis de repérer qu’un seul foyer, situé au Sud. Il n’est pas totalement exclu qu’un second four se soit trouvé à l’Ouest. Aucun indice n’étaye la restitution d’une chaudière sur le foyer connu et d’un bassin dans la salle chauffée, mais l’état des lieux n’autorise pas à exclure cette hypothèse, qui semble au demeurant probable : on imagine mal des thermes dépourvus de tout bassin d’eau chaude.

THABUDEOS : THERMES (pl. XCV)

I) Bibliographie

381Touchard, Notes sur les fouilles faites à Tehouda (Cercle de Biskra), dans RSC, 35, 1901, p. 151-155 ; J. Birebent, Aquae romanae, recherches d’hydraulique romaine dans l’est algérien, Alger, 1964, p. 295-297. Sur l’inscription de la mosaïque du frigidarium,

382S. Gsell, MEFR, 24, 1904, p. 364 ; P. Wuillemier, Musée d’Alger. Supplément, Paris, 1928, p. 82 ; Id., BAC, 1928-1929, p. 278-281.

II) Datation

383Inconnue.

III) Typologie

384Il s’agit de petits thermes dont les salles balnéaires occupent à peine une centaine de m2, le frigidarium (7,60 × 4,45 m) couvrant 34 m2. Leur contexte est inconnu, et il est difficile de savoir s’ils étaient privés, ce que pourraient laisser penser leurs petites dimensions, ou publics, ce que paraît en revanche indiquer l’inscription de la mosaïque du frigidarium (n° 165).

385Ce texte comprend deux lignes disposées à angle droit. Devant la porte d’accès au secteur chauffé, on lit quot petu[nt] et, en avant de la piscine froide, sur toute la longueur de la salle, Gen(io) Thac(aratensi ?) fel(iciter) C. (ou P.) Iulius Faustus fecit. P. Wuillemier sépare ces deux textes et pense que le premier pourrait signifier « entre qui veut ». S. Gsell les lie et propose de lire Iulius Faustus fecit quot (= quod) petunt : nous comprenons alors que Faustus, agissant en évergète, a satisfait, en construisant ces thermes, les sollicitations des citoyens. La dimension publique du monument serait de plus confirmée par sa dédicace à un genius qui semble avoir été celui de la ville. Toutes ces lectures restent cependant incertaines.

386Les données disponibles permettent de reconnaitre deux salles chauffées, avec itinéraire rétrograde, disposées selon une sorte de plan circulaire incomplet.

IV) Salles froides

387Seul le frigidarium a été mis au jour. Les longs côtés comportent l’un la porte d’accès, l’autre « une petite salle » où il faut sans doute reconnaître l’emplacement de la piscine froide. Un vestibule, d’ampleur restreinte, articule le frigidarium et le secteur chauffé.

V) Salles chauffées

3881 :5 × 2,30 m. Le relevé permet de reconnaître l’emplacement d’un foyer.

389IV :4 × 2,40 m. Le relevé permet de restituer un alveus et un foyer, placé non sous ce dernier mais sur un des longs côtés, sans doute afin de dégager l’accès au frigidarium. Touchard et J. Biribent signalent et décrivent une double-paroi qui appartient probablement à ce local. Il faut restituer une porte IV/1.

THUBURSICU NUMIDARUM : THERMES DU FORUM (pl. XCVI)

I) Bibliographie

390Ballu, Rapport sur les fouilles exécutées en 1902 à Khamissa (Thubursicum Numidarum), dans BAC, 1903, p. 569-570 ; Id., Rapports, 1915, p. 204 ; 1916, p. 232-234 ; 1917, p. 57-63. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 202-205 (qui n’a pas vu le monument, encore enseveli au moment de son passage sur le site) ; Thébert, Circulation, p. 143-144.

II) Datation

391La date de construction de ces thermes est inconnue. La réfection de la mosaïque des latrines (Rapport 1917, p. 57) ne fournit guère d’indication sur leur durée d’exploitation. Lorsqu’un fort byzantin réutilise une partie des murs, il est construit à un niveau surélevé d’environ 2,50 m : un tel exhaussement laisse supposer que les bains étaient alors abandonnés depuis un laps de temps assez long.

III) Typologie

392Il s’agit de thermes de dimensions moyennes couvrant environ 2 000 m2, le frigidarium occupant quelque 160 m2 (Rapport 1917, p. 58 : 16 × 10 m). Ils semblent avoir été dépourvus de palestres, mais l’exploration sommaire des abords ne fournit aucune certitude sur ce point.

393Les salles sont disposées selon un plan semisymétrique. De façon quelque peu originale, le frigidarium, le gymnase et les latrines s’alignent sur l’axe du secteur froid, de part et d’autre duquel ne se développent que des locaux restreints. Les salles chauffées sont à l’Ouest, disposées selon un plan circulaire impliquant un itinéraire dextrogyre. Le circuit comporte un raccourci.

IV) Salles froides

394Une entrée est située au Nord-Est : elle donne sur un local allongé communiquant avec le gymnase et le frigidarium. Nous proposons de placer des vestiaires dans ce local ainsi que dans la pièce située symétriquement au Sud et qui, contrairement aux plans disponibles, paraît avoir été également accessible de l’extérieur (Ballu, Rapport 1916, p. 232). Le local Nord-Ouest, commandé uniquement par le tepidarium I-V, pourrait aussi être un apodyterium destiné à ceux qui ne se déshabillent qu’après s’être déjà réchauffés dans la pièce tiède (sur cette manière de se baigner, cf. Lézine, Architecture romaine, p. 17). En revanche, la façon dont A. Ballu localise le vestiaire dans la petite salle (4,76 × 3,20 m) qui jouxte à l’Ouest la piscine froide septentrionale apparaît fort peu convaincante étant donné les dimensions bien trop restreintes de cet espace.

395L’ampleur des latrines s’explique par le fait qu’elles sont également accessibles à partir du forum voisin : elles étaient donc utilisées par une clientèle plus vaste que celle des baigneurs.

396Le vaste gymnase (plus de 200 m2) communique largement, par trois baies, avec le frigidarium équipé de deux piscines de dimensions inégales, situées sur le même axe.

V) Salles chauffées

397La lecture proposée par D. Krencker nous paraît la seule possible.

398I-V : un foyer. Cette longue salle (apparemment plus de 13 m) constitue presque la plus vaste des pièces chauffées, de peu inférieure à la totalité du caldarium, y compris ses bassins. Même le fait qu’elle joue à la fois le rôle de tepidarium d’entrée et de sortie rend mal compte de cette donnée.

399II : un foyer ; un bassin. Inversement, cette pièce apparaît proportionnellement très petite. Logiquement accessible à partir de I, elle possède aussi une liaison avec le frigidarium qui introduit une variante dans le circuit des salles chauffées. Cette porte permet soit d’éviter le tepidarium à l’entrée, soit d’interrompre le tour des salles chaudes dès après l’utilisation du destrictarium.

400III : un foyer ; double-cloison. Cette pièce, circulaire, mesure un peu plus de 8 m de diamètre.

401IV : cinq foyers, dont deux équipés d’une chaudière ; trois bassins disposés selon un plan cruciforme, deux rectangulaires et un absidal, situé en position axiale.

4021 : local circulaire de 4,30 m de diamètre où A Ballu a vu, successivement, une étuve (Rapport 1915), puis une étuve ou un praefurnium (Rapport 1916) et enfin seulement un praefurnium (Rapport 1917, légende de la fig. 1 (ici également fig. 1) : fornax). D’après les données disponibles, aucune solution n’apparaît pleinement satisfaisante. Un laconicum constituant un bain parallèle ne serait pas sans exemple, et D. Krencker envisage cette hypothèse. Cependant, dans ce cas, sa position, son rapport avec le circuit des baigneurs et son mode de chauffage n’apparaissent pas satisfaisants. Inversement, d’une chaudière) ni les raisons de son isolement par on ne voit pas mieux la fonction de ce praefurnium rapport au couloir de service. (son diamètre exclut qu’il s’agisse du logement

TIPASA : THERMES DE LA MAISON DES FRESQUES (pl. XCVII)

I) Bibliographie

403J. Baradez, Nouvelles fouilles à Tipasa. La maison des fresques et les voies la limitant, dans Libyca, 9, 1961, p. 49-199, en particulier p. 88-90.

II) Datation

404Inconnue. J. Baradez attribue les bains à une réfection de la demeure sous les Sévères. Il est certain que ces thermes n’appartiennent pas à l’état primitif de la domus et ont été érigés à la suite de travaux qui modifièrent au moins l’aile orientale de la maison. En revanche, la publication ne permet pas de connaître les arguments en faveur d’une datation sévérienne. De fait, la description des coupes ne mentionne pas le matériel recueilli, ce dernier étant étudié à part, sans mention d’origine.

405Un trésor monétaire a été dissimulé dans le coude de la canalisation évacuant l’eau de la piscine froide (p. 153). Sa position paraît démontrer que, au moment de son enfouissement, les thermes étaient désaffectés (deuxième quart du ve siècle : les monnaies appartiennent à une période s’étalant de Claude II, 268-270, à Valentinien III, 425-455).

III) Typologie

406Il s’agit de bains privés dépendant d’une demeure à péristyle. Ils ne se composent que de deux salles proprement balnéaires, couvrant environ 43 m2, l’ensemble, avec le praefurnium, atteignant moins de 70 m2.

IV) Salle froide

407On ignore quels rapports pouvaient entretenir avec les thermes les salles situées immédiatement à l’Ouest et au Sud du frigidarium. Ce dernier est doté d’une unique piscine froide le long de laquelle se développe le passage conduisant au secteur chauffé. Ce passage comporte deux marches rattrapant la dénivellation existant avec la salle chauffée, située en contre-haut afin de limiter l’ampleur de la taille du rocher nécessaire au logement de l’hypocauste.

V) Salle chauffée

408Elle est dotée d’un bassin situé au Nord, sur l’unique foyer installé dans la pièce voisine transformée en praefurnium.

TIPASA : THERMES DE LA CATHÉDRALE (pl. XCVII)

I) Bibliographie

409P. Gavault, Tipasa, dans Rev. afric, 27, 1885, p. 400-404. S. Gsell, Tipasa, ville de la Maurétanie césarienne, dans MEFR, 14, 1894, p. 365-371 ; Id., Monuments antiques, II, p. 318-323. J. Lassus, Autour des basiliques chrétiennes de Tipasa, dans MEFR, 42, 1930, p. 231-233.

II) Datation

410Les bains font partie d’annexes de la cathédrale qui ont connu de nombreux remaniements. L’église elle-même n’est pas datable avec précision. On a supposé que cette énorme cathédrale avait été érigée dès le courant du ive siècle. À notre avis, il serait surprenant que cela ait été possible avant une date avancée dans ce siècle, si ce n’est même bien plus tard. On a aussi supposé que le monument aurait été endommagé par une révolte de la fin du ive siècle ou par les Vandales, avant d’être sans doute réoccupé à l’époque byzantine. On aurait alors procédé à des travaux, dont peut-être la tripartition de la nef centrale (Gui, Duval, Caillet, Basiliques chrétiennes, I, p. 24).

III) Typologie

411Il s’agit d’une petite installation thermale située à proximité immédiate d’un baptistère. L’état des vestiges, de plus rongés par l’avancée de la mer, tout comme l’aspect superficiel des recherches qui les ont concernés, font que, dans l’état actuel de la documentation, nous en sommes réduit à des hypothèses. Il nous semble cependant possible de proposer la restitution de trois salles chauffées disposées à l’Ouest du frigidarium selon un plan circulaire permettant un itinéraire dextrogyre.

IV) Salles froides

412Il faut sans doute placer le frigidarium à l’Est, dans la pièce de plan allongé considérée comme un baptistère par P. Gavault (p. 403, mais les fouilles n’en étaient qu’à leurs débuts), comme « une sorte de couloir » par S. Gsell (p. 369), comme une salle peut-être chauffée par J. Lassus (p. 232). En fait, selon toute probabilité, un bassin froid était placé dans l’abside Nord, alimenté par une conduite signalée par P. Gavault.

413Face à ce bassin absidal, J. Lassus signale une autre abside située au Sud. Il est curieux qu’elle n’ait pas été mentionnée auparavant. Quoi qu’il en soit, la façon dont elle s’articule avec le long mur du frigidarium paraît bien trahir un remaniement. Selon toute probabilité, une salle des bains froids étendue en longueur sert auparavant de vestiaire et commande tant le baptistère que le secteur chauffé. Dans un second état, il est subdivisé, sa partie méridionale, réduite à une pièce de plan coudé, étant originalisée afin de mieux assumer ses fonctions de vestiaire et de vestibule.

414La « sorte de terrasse cimentée » (structure O sur la fig. 4 : 5,75 × 1,95 m) décrite par J. Lassus (p. 233) est probablement le fond d’une citerne, et non une piscine froide.

V) Salles chauffées

415Il faut réfléchir à partir du système de circulation représenté sur le plan publié par S. Gsell, les portes paraissant avoir correspondu à des passages de chaleur (MEFR 1894, p. 369, ici fig. 3). Nous pouvons alors proposer :

416I-V : chauffage indirect

417II-III : un foyer

418IV : un bassin directement chauffé par un four.

TUBUSUPTU : GRANDS THERMES (pl. XCVIII)

I) Bibliographie

419J.-P. Laporte, Tiklat : les grands thermes de Tubusuptu, dans BAC, 18B, 1988, p. 109-130 (avec bibliographie sur les visites antérieures et les quelques dégagements effectués autrefois).

II) Datation

420En l’absence de toute inscription ou donnée de fouilles, J.-P. Laporte privilégie une date avancée dans le iiie siècle, étant donné la nature de la maçonnerie où il est fait un large usage de la brique. De fait, on notera en particulier que le parement de moellons est scandé par des assises de briques, et que des pans entiers de murs peuvent être revêtus de ce matériau. La situation est cependant la même dans les grands thermes de Lambèse, sans que cela implique une date postérieure à l’époque sévérienne. De même, les chapiteaux des piliers du frigidarium (p. 119, fig. 13) semblent relever de la tradition des chapiteaux corinthiens élaborés en Afrique à partir du iie siècle dans la lignée des modèles de la capitale, avec une simplification des thèmes caractéristiques des productions des centres africains (sur ce type de chapiteaux, cf. Pensabene, Decorazione architettonica, p. 364 sq.). Eux non plus ne paraissent donc pas imposer une date postérieure à l’époque sévérienne.

III) Typologie

421Le dégagement très incomplet du bâtiment laisse en suspens beaucoup de questions. La partie plus proprement balnéaire doit couvrir une superficie proche de 3 000 m2. Par suite, il faut ranger cette construction dans la catégorie des thermes de dimensions moyennes particulièrement vastes, ou même dans celle des grands thermes. Le frigidarium paraît couvrir plus de 210 m2.

422J.-P. Laporte propose de restituer un plan symétrique. Si l’organisation d’ensemble des salles froides n’est pas douteuse, le secteur chauffé n’est que très incomplètement connu. Le seul argument en faveur d’une disposition également symétrique de ce dernier est l’existence, au Sud, de quelques vestiges d’un mur dont la position correspond à celle de la paroi qui, au Nord, sépare II de III. Il n’est donc pas possible d’exclure complètement un plan semi-symétrique. Nous proposons cependant de suivre J.-P. Laporte, dans la mesure où le seul tepidarium d’entrée connu est très déporté vers le Nord : un tel parti n’aurait sans doute pas été nécessaire dans le cas d’un plan semi-symétrique.

423On peut donc penser que les salles chaudes s’alignent à l’Ouest d’un mur rectiligne qui les sépare du secteur froid. L’axe Ouest-Est du monument serait classiquement marqué par le caldarium, le tepidarium de sortie et le frigidarium.

424Dans la plupart des salles, plusieurs mètres de remblai masquent encore les sols, ce qui rend incertaines plusieurs dispositions. Les dimensions citées sont celles données dans l’étude de J.-P. Laporte.

IV) Salles froides

425Tout le secteur oriental, où doit se trouver l’entrée, est encore enfoui. À la restitution proposée par J.-P. Laporte dans ses plans, nous en préférons une autre, que ce dernier n’exclut d’ailleurs pas (p. 128, note 23) : il s’agit d’identifier la salle située à l’Est du frigidarium à un vestiaire et de placer le vestibule d’entrée encore plus à l’Est. Parallèlement, il faut probablement prolonger les gymnases couverts dans cette direction : larges de 9,70 m, leur longueur est actuellement attestée sur 18,50 m. Cette forme allongée écarte quasiment l’hypothèse de palestres, avancée par J.-P. Laporte.

426Le frigidarium (19,30 × 11m), que couvraient deux voûtes d’arête retombant sur six piliers couronnés de chapiteaux, semble n’avoir possédé qu’un seul grand bassin, véritable natatio de 11,50 × 7 m environ.

427Le secteur froid présente ainsi des traits usuels : deux grands gymnases sont séparés par le frigidarium et par le vestiaire aux extrémités duquel il faut sans doute restituer deux portes. Mais les locaux qui flanquent habituellement les piscines du frigidarium placées sur le grand axe de ce dernier et assurent la liaison entre la salle des bains froids et les gymnases, sont ici disposés de part et d’autre de la natatio et débouchent sur le vestiaire. Frigidarium et gymnases, par conséquent mitoyens, communiquent par une porte.

428Ces salles froides s’articulent avec le secteur chauffé par l’intermédiaire de deux locaux symétriques (15,40 × 4,20 m) sur lesquels ouvrent les gymnases et, sans aucun doute, le frigidarium bien que ces dernières portes ne soient pas visibles dans l’état actuel des lieux (Laporte, p. 115 : la note 8 est en contradiction avec le texte ; de même, le plan restitué de la figure 3 (ici fig. 2) ne correspond pas, sur ce point, à la figure 2 (ici fig. 1) qui donne l’état des lieux. Il semble donc bien que les communications entre ces locaux et le frigidarium ne soient pas, actuellement, attestées sur le terrain). Ces pièces intermédiaires servaient peut-être de vestiaires pour ceux qui ne fréquentaient pas les gymnases.

V) Salles chauffées

429I : au moins 10,50 × 5,60 m. L’identification à des tepidaria d’entrée découle de la logique du plan, mais on ignore quasiment tout de ces pièces, pour lesquelles manque même la preuve de leur chauffage. Il faut restituer une porte à l’Est.

430II : 14,65 × 6,90 m. Hypocauste ; un foyer visible. J.-P. Laporte, remarquant que les portes qui s’ouvrent dans la paroi Nord des gymnases sont légèrement décalées par rapport à l’axe de ces pièces, et se trouvent ainsi parfaitement sur l’axe des destrictaria, en déduit la volonté de créer une vision en enfilade et propose donc de restituer une porte en II/Est (p. 115). Il s’agirait donc d’un raccourci. En attendant des fouilles, une telle hypothèse nous semble cependant devoir être écartée. De fait, ce dispositif en enfilade unissant des locaux froids et chauffés aurait peu de sens, des vantaux de porte faisant forcément obstacle à la vue et privant cette perspective de toute réalité concrète. Dès qu’il s’agit de pièces chauffées, la règle dominante est, au contraire, d’éviter l’alignement des baies.

431III : 8,90 × 7,50 m. Hypocauste ; double-cloison ; très probablement les vestiges d’un foyer à l’Ouest. La communication avec II semble avoir été assurée par deux baies, une à l’Est bien conservée en III/ Nord, et une à l’Ouest, visible en III/Sud.

432IV : on ne connaît quasiment rien du caldarium. La restitution d’un plan cruciforme paraît rendre compte des rares vestiges conservés.

433V : 7 × 4,20 m. On ne connaît presque rien de ce tepidarium de sortie, si ce n’est qu’il ouvrait sur le caldarium par une porte, et sur le frigidarium par deux.

THAMUGADI

434Les thermes de cette cité forment un ensemble numériquement considérable, si bien que nous avons décidé de les traiter à part afin de ne pas perturber le classement de constructions qui s’égrènent à travers le territoire algérien. Surtout, cette légère entorse à un ordre alphabétique strict permet d’isoler un dossier dont la nature est unique au Maghreb.

435De fait, nous disposons pour ce site d’une grille chronologique qui borne les hésitations. Rien n’y est antérieur à 100 de n.è., date de la fondation de la colonie. De plus, l’installation de certaines constructions aux dépens des remparts fournit un autre terminus ante quem non, puisque la désaffectation des murailles doit être attribuée à l’époque sévérienne, ou peu avant. Enfin, la position d’un monument à l’intérieur ou à l’extérieur des murailles primitives est un repère chronologique supplémentaire. Elle permet aussi de l’insérer dans le cadre d’une dynamique urbaine pour laquelle nous disposons d’éléments de réflexion rarement disponibles dans le cas d’autres cités antiques africaines.

436Il faut aussi prendre en compte une autre donnée. L’ampleur des dégagements réalisés sur un site vierge de toute importante occupation postérieure à l’époque byzantine permet d’appréhender une partie notable de la ville romaine. De telles conditions sont tout à fait exceptionnelles et ne peuvent se comparer qu’à celles qui caractérisent un lieu comme Cuicul ou, en ce qui concerne la préservation des vestiges et l’ampleur de leur dégagement, quelques rares cas privilégiés comme Thugga ou Volubilis. Encore faut-il préciser que le nombre de bâtiments thermaux mis au jour à Thamugadi est sans parallèle, même à Volubilis.

437Les obstacles à une analyse de la cité ne manquent cependant pas. Aussi amples soient-ils, les dégagements ne nous font cependant pas connaître la totalité de l’agglomération. Les véritables fouilles sont inexistantes et jamais, ou presque, l’étude d’un monument ne peut s’enrichir de données stratigraphiques. Si l’époque des travaux explique largement ce fait, il est encore plus regrettable que nombre de publications soient insuffisantes. L’architecte A. Bal-lu a beaucoup investi sur ce site. S. Gsell n’a pas manqué de le lui reprocher âprement (cf. par exemple MEFR, 22, 1902, p. 333-337 où ce dernier mélange allègrement les arguments fondés et infondés). Il est dommageable que ses rapports de fouille ne nous fournissent pas toutes les données que l’on est en droit d’attendre. Le texte est souvent incomplet, omettant fréquemment des informations décisives pour la compréhension du monument. Les plans sont parfois en contradiction avec le texte, et les compléments précieux qu’ils apportent sont souvent difficiles à interpréter : une baie peut être une fenêtre, une porte, un foyer, un passage de chaleur, sans que le rendu du dessin permette de trancher. Les plans publiés dans l’ouvrage de S. Germain ne compensent guère ces défauts : ils sont surtout destinés à localiser les mosaïques et les circulations y sont particulièrement maltraitées. Néanmoins, les rapports d’A. Ballu ont le grand mérite d’exister, ce qui est loin d’être toujours le cas ailleurs : ils fournissent une base de réflexion que nous espérons avoir pu améliorer sur certains points.

438Nous présentons d’abord les thermes publics, puis ceux relevant du domaine privé. Au sein de ces deux catégories, nous commençons par les bâtiments situés dans l’enceinte urbaine, en suivant l’ordre de numérotation des insulae adopté par les fouilleurs. Puis nous passons à ceux qui impliquent la désaffectation ou l’arasement du rempart. Enfin, nous présentons les installations thermales sises dans les faubourgs, en procédant une nouvelle fois du Nord au Sud.

439Si Thamugadi est une des rares cités antiques maghrébines dont on puisse se faire quelque idée d’ensemble, il faut cependant se préserver de trop d’illusions. Nous l’avons dit, le dégagement des faubourgs reste incomplet et tant l’état des vestiges que la qualité des publications pose souvent des problèmes. Nous avons même parfois été conduit à souligner les difficultés d’interprétation auxquelles on se heurte dans le cas de certaines demeures : sommes-nous en présence de bains privés ou, plus simplement, d’un appartement chauffé ? Cependant, de façon à rendre compte au mieux de la nature exceptionnelle du dossier de Thamugadi, nous avons tenu à rédiger une notice sur tous les édifices thermaux qui sont repérables, même s’il en résulte que certaines sont de qualité médiocre.

440Toutefois, il est un cas où une telle démarche est apparue impossible. Afin de préserver l’image d’ensemble du site, nous signalons rapidement ici un édifice balnéaire bien attesté mais que nous n’analysons pas. Il s’agit des thermes du faubourg Nord-Est (Ballu, Rapport 1907, p. 243). Des ruines, en mauvais état dès l’époque de leur découverte et que nous n’avons pu retrouver, appartiennent à des bains.

441A. Ballu signale un foyer, deux salles de dimensions moyennes, et un bassin de plus de 100 m2. L’extension des vestiges vers le Nord était complètement détruite. Il semble s’agir de thermes publics.

442Le dossier des notices concernant les installations de Thamugadi s’achève sur un plan d’ensemble du site sur lequel ont été localisées les constructions décrites (pl. CXVII : les thermes du faubourg Nord-Est, signalés ci-dessus, portent le n° 12 qui montre leur emplacement approximatif).

THAMUGADI : PETITS THERMES NORD (pl. XCIX)

I) Bibliographie

443Insula 6. Ballu, Rapport 1902-bis, p. CLXXV-CLXXVI ; Id., Timgad II, p. 35-37 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 286-287 ; Germain, Mosaïques, p. 11-12.

II) Datation

444Inconnue. Ce qui subsiste des pavements mosaïqués paraît dater du ive siècle (Germain, p. 12), la mosaïque blanche n° 5, aux cubes disposés en écailles, renvoyant même à des réalisations du ve-vie siècle (Germain, p. 136, n° 212).

III) Typologie

445Il s’agit de petits thermes de quartier dépourvus de palestre. Ils occupent entièrement une insula couvrant 500 m2 environ. L’essentiel du secteur oriental, construit sur des sous-sols, s’est effondré. Le plan des deux niveaux ne devait pas correspondre totalement, et il faut très probablement restituer un frigidarium presque carré d’environ 8,50 m de côté.

446En revanche, les salles chauffées ont été préservées. Au nombre de trois, elles sont disposées à l’Ouest selon un plan circulaire impliquant un itinéraire sinistrogyre. De fait, A. Ballu précise que le tepidarium communique avec les deux autres pièces chaudes, ce qui n’apparaît pas sur son relevé mais est parfaitement visible sur le terrain (le plan Germain est erroné sur ce point).

IV) Salles froides

447La seule entrée actuellement visible est au Sud. Curieusement, le vestibule, qui dessert au passage des latrines (une autre installation de même type se trouve à l’Ouest) débouche dans le couloir de service, face à un des foyers du caldarium. En fait, il semble que l’extrémité orientale de ce couloir faisait partie des locaux utilisés par les usagers : A. Ballu précise qu’elle était mosaïquée. Sans doute servait-elle uniquement à relier les salles froides aux latrines, et il faut probablement chercher l’entrée principale à l’Est.

448Le frigidarium semble n’avoir comporté qu’une seule piscine.

V) Salles chauffées

449L’accès aux salles chauffées, dont A. Ballu donne les dimensions, devait se faire par les pièces 3-4 de son plan, toutes deux mosaïquées.

450I-V : 6,25 × 4,35 m. Un foyer ; un passage de chaleur vers II-III, pas vers IV (malgré le plan Bal-lu).

451II-III : 6,25 × 4,70 m. Un foyer ; un passage de chaleur vers IV.

452IV : 6,77 × 4,13 m. Deux alvei. Deux foyers passent sous la piscine méridionale ; un troisième, muni d’une chaudière, sous le bassin occidental.

THAMUGADI : GRANDS THERMES EST (pl. C)

I) Bibliographie

453Insulae 65-66. Ballu, Rapport 1902-bis, p. CLXXIV-CLXXV ; Id., Timgad II, p. 54-59 ; Id., Rapport 1904, p. 86 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 288-293. Inv. mos., III, p. 35-36, nos 142-145 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 227-228 ; Germain, Mosaïques, p. 33-36 ; Thébert, Circulation, p. 142-143.

II) Datation

454Une inscription (n° 169) nous apprend que ces thermes ont été agrandis en 167 : leur construction devrait donc remonter à la première moitié du iie siècle. Ces travaux de 167 paraissent avoir modifié assez profondément le plan primitif, au prix, comme le souligne D. Krencker, de solutions de compromis, telles la fermeture de la colonnade entre le frigidarium et le destrictarium et la juxtaposition fâcheuse du grand bassin froid et d’une des piscines chaudes du caldarium. Ce qui subsiste des pavements mosaïqués semble plus récent. En particulier, le Neptune du frigidarium ne serait pas antérieur à la seconde moitié du iiie siècle (Germain, p. 35).

III) Typologie

455Avec leur frigidarium de 13,30 × 6,80 m, soit 90 m2, nous pouvons considérer qu’il s’agit de thermes de dimensions moyennes. L’appréciation est cependant délicate. D’après nos critères, si l’espace oriental est réellement une palestre (cf. ci-dessous), l’essentiel sinon la totalité de cette aile du bâtiment doit être exclu du calcul. Nous serions alors en présence d’un monument d’une superficie légèrement inférieure à 1 000 m2, et donc relégable dans la catégorie des petits thermes. Cependant, les incertitudes qui planent sur l’organisation des locaux orientaux, ainsi que sur l’éventuelle présence de sous-sols (tout l’angle Nord-Est du bâtiment est effondré : il était construit sur des salles situées en contrebas et dont A. Ballu suggère qu’elles faisaient partie des bains : Rapport 1904), de même que l’ampleur relative des pièces proprement balnéaires, permettent de ranger ces thermes dans la catégorie moyenne.

456Les cinq salles chauffées sont disposées à l’Ouest selon un plan circulaire impliquant un circuit sinistrogyre. Une particularité concerne les deux itinéraires offerts aux baigneurs.

IV) Salles froides

457(Les dimensions des salles froides et chauffées sont empruntées à A. Ballu).

458La lecture de toute la partie orientale du bâtiment est rendue difficile tant par l’effondrement de sa partie Nord que par le mauvais état des vestiges subsistant.

459Deux entrées sont au Sud. Elles livrent accès à un secteur dont l’interprétation dépend de la nature du vaste espace central (environ 110 m2) autour duquel se distribuent des annexes. Cet espace, qui était mosaïqué (mais on ne dispose d’aucune information plus précise sur la nature de ce pavement, aujourd’hui disparu) est considéré par les auteurs antérieurs comme couvert (Krencker) et destiné aux exercices physiques (Ballu, Timgad II). Le plan d’ensemble suggère qu’il pourrait plutôt s’agir d’une palestre entourée de portiques (bancs à l’Ouest) et d’annexes, dont de spacieuses latrines. Quoi qu’il en soit, cet ensemble vaste et cohérent doit certainement avoir abrité des activités sportives. Cette hypothèse est renforcée par la façon dont la grande piscine froide était directement reliée à ce dernier, avant que la baie ne soit close à la suite d’un remaniement.

460Le frigidarium n’était accessible que par le Nord-Est. Son plan, un rectangle s’achevant en abside, est original. Sa grande piscine (7,10 × 5,90 m) est décentrée vers l’Est.

461Une seconde piscine froide complète le système : tant sa position, à proximité immédiate de la première, que ses dimensions très restreintes (sa largeur n’atteint que 2 m) ne manquent pas de surprendre.

V) Salles chauffées

462I : ce tepidarium d’entrée n’a été dégagé que dans la dernière phase des fouilles. Le plan Ballu, paru antérieurement, est donc périmé sur ce point : il faut suivre D. Krencker en rétablissant, évidemment, une baie vers le frigidarium ; de plus, les limites Nord et Ouest de ce local sont désormais bien définies.

463Dans un premier état, le chauffage est indirect, à partir de II, grâce à un passage de chaleur porté sur les plans disponibles. Dans un second état, ce dernier est obstrué et un foyer est installé à l’Ouest : il est équipé d’une chaudière qui suggère fortement l’existence d’un bassin.

464II : 12,85 × 6,27 m. Il ne reste, actuellement, aucune trace du bassin signalé par A. Ballu et D. Krencker. Cependant, on peut d’autant plus faire confiance aux sources anciennes que le foyer chauffant ce destrictarium est équipé d’une chaudière. L’hypocauste communique avec III par deux passages de chaleur.

465Le mur II/F comporte quatre colonnes dessinant trois entrecolonnements. Les deux latéraux sont encore fermés par une maçonnerie, mais il ne subsiste rien du dispositif central et il est impossible de savoir si les plans anciens sont, sur ce point, une restitution. Quoi qu’il en soit, ces passages entre une pièce chauffée et une salle froide étaient forcément clos, d’une manière ou d’une autre. Dans ces conditions, pour rendre compte de l’existence, quelque peu illogique, de ces colonnes, il faut peut-être penser que nous sommes en présence des vestiges du premier état des thermes, durant lequel cette colonnade articulait deux salles froides.

466III : 8,50 × 6,25 m. Un foyer ; double-cloison.

467IV : 16,03 × 6,32 m ; double-cloison. Trois piscines sont disposées selon un plan cruciforme, chacune étant chauffée par un foyer muni d’une chaudière. Le four occidental n’est signalé que par D. Krencker, qui propose sa restitution : étant donné les vestiges actuellement visibles, cette hypothèse est certaine. Un remaniement provoqua la destruction de la piscine méridionale à l’emplacement de laquelle fut installé un nouveau foyer, cette fois dépourvu de chaudière. V : 5,90 × 4,90 m ; pas de double-paroi ; chauffage indirect par deux passages de chaleur établissant une communication avec l’hypocauste III et un autre passage donnant sur l’hypocauste IV. Un fait remarquable est l’existence d’une porte entre II et V, baie qui permettait au baigneur d’interrompre son itinéraire après avoir utilisé le destrictarium.

THAMUGADI : PETITS THERMES EST (pl. XCIX) I)

I) Bibliographie

468Insula 79. Gsell, Rapport 1901, p. 311-312 ; Ballu, Timgad II, p. 49-53 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 294-296 ; C. Vars, Inscriptions découvertes à Timgad pendant l’année 1901, dans RSC, 35, 1901, p. 234-237 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 226-227 ; Courtois, Timgad, p. 42 ; Germain, Mosaïques, p. 45-46 ; Romanelli, Topografia, p. 187-188 ; Thébert, Circulation, p. 145.

II) Datation

469D. Krencker attribue ces thermes à la période 130-200 et signale des inscriptions s’étalant d’Hadrien au ive siècle. Toutefois, selon S. Germain, elles proviendraient de monuments voisins. Cette assertion reproduit de façon inexacte un commentaire d’A. Ballu qui signale quatre textes : une dédicace impériale visible avant le dégagement du monument, et dont l’origine est inconnue (CIL, VIII, 2360) ; une dédicace à la Victoire, attribuable au iiie-ive siècle et dont rien ne prouve, en revanche, qu’elle n’était pas in situ ; deux inscriptions, sans doute du iiie siècle, qui proviennent d’un édifice voisin mais qui ont été remployées dans l’escalier occidental du couloir de service et qui sont donc liées à l’histoire des thermes.

470Sans plus de justification que D. Krencker, P. Romanelli place ces bains au iie siècle. En revanche, C. Courtois et S. Germain pensent qu’ils sont tardifs (S. Germain signale des remaniements importants, sans apporter aucune précision : sans doute une allusion à la création des latrines). C’était déjà l’opinion de Boeswillwald et alii qui attribuaient ce bâtiment à « une époque assez basse », étant donné la « construction négligée ».

471Aucune de ces opinions n’apparaît suffisamment étayée. On notera cependant que le monument déborde sur les rues voisines : cela pourrait être l’indice d’une réalisation postérieure à la conception primitive du quartier.

III) Typologie

472Il s’agit de petits thermes de quartier : bien qu’empiétant sur les rues, le bâtiment n’occupe qu’une insula de 545 m2, le frigidarium mesurant environ 5,70 × 4 m. À partir de cette salle, on accède directement au secteur chauffé organisé selon un plan linéaire avec itinéraire rétrograde. Une particularité réside dans la juxtaposition, aux trois pièces chauffées, d’un bain destiné aux sportifs. Contrairement à l’usage dominant, le secteur chaud est disposé le long de la façade Nord. Ce parti est cependant dénué de conséquences : étant donné le plan d’ensemble, les salles chauffées bénéficient également d’une exposition au Sud-Ouest.

IV) Salles froides

473De la rue Sud, deux escaliers permettent de descendre jusqu’à un couloir sur lequel s’ouvrent trois portes. Un problème essentiel est posé par l’interprétation des trois locaux en L, séparés par des colonnes, qui occupent l’angle Sud-Est. Tout cet espace est généralement considéré comme couvert et servant de vestibule, vestiaire et lieu de rencontre (Krencker, Courtois, Romanelli, Germain).

474Il est peu crédible qu’une telle surface ait été consacrée à cet usage et, comme S. Gsell et A. Bal-lu, nous proposons d’y placer aussi des lieux d’exercices. Plus précisément, il nous paraît plausible que l’espace 1 (9 × 5,50 m), dont le contexte architectural se prête malaisément à l’installation d’une couverture, ait été hypèthre, constituant une sorte de palestre prolongée par une annexe couverte en 2 (Ballu : 6,10 × 5,10 m ; Germain : 6,60 × 5m) : la présence d’un autel ne contredit nullement cette hypothèse. L’espace 4, où A. Ballu et S. Gsell placent un vestiaire, nous paraît bien étroit pour cette fonction (Ballu : 3 × 1,80 m) : peut-être n’était-ce qu’un dépôt. Le vestiaire pourrait, en revanche, avoir été installé en 3 (Ballu et Germain : 6,70 × 3,90 m), à l’articulation du frigidarium et des espaces sportifs.

475Un point de détail concerne la présence de bancs. Les descriptions anciennes en mentionnent dans le frigidarium et en 2, mais leur origine exacte est difficile à établir. S. Gsell déclare qu’ils ont été trouvés dans la grande salle en L (C. Vars précise en 2 et 3, ce qui ne serait pas contradictoire avec nos hypothèses d’un vestiaire et d’une annexe du lieu d’exercices) et replacés à cet endroit et dans le frigidarium (p. 311, note 3). Il faudrait donc les exclure de la restitution de la salle des bains froids. Inversement, A. Ballu écrit que le banc du frigidarium a été trouvé devant la piscine froide (p. 51) et il paraît laisser entendre que l’autre siège, en 2, est en place (p. 50), ce qui devient une affirmation dans Boeswillwald et alii. Nous ne pouvons donc rien conclure de précis de ces informations contradictoires.

476Le frigidarium est simplement dallé et muni d’une seule piscine proportionnellement assez vaste (4 × 3,60 m).

V) Salles chauffées

477Les dimensions sont données par A. Ballu.

478I-V : 5,45 × 3,40 m, avec chauffage indirect (un passage de chaleur vers II-III). Cependant, d’après des traces de remaniements dans la maçonnerie, A. Ballu suppose que ce tepidarium bénéficiait, dans un premier état, d’un chauffage direct : il n’en subsite pas de trace claire. Absence de double-paroi.

479II-III : 6,15 × 4,75 m ; un foyer ; un passage de chaleur vers IV. D. Krencker restitue un bassin dans l’abside Sud, sans préciser les arguments sur lesquels il se fonde. Or, son emplacement, à l’opposé du foyer, ainsi que l’organisation de l’hypocauste, rendent cette hypothèse très incertaine. A. Ballu signale « des conduits verticaux pour l’air chaud », c’est-à-dire, très probablement, non pas des cheminées mais une double-cloison chauffante.

480IV : 6,20 × 4,35 m ; deux bassins sont chauffés par deux foyers, celui du Nord étant équipé d’une chaudière qui devait desservir les deux alvei.

481Un problème particulier est posé par l’existence d’une salle chauffée supplémentaire, 6, de petites dimensions (2,65 × 2,35 m). Elle possède un bassin et un foyer avec chaudière (cette dernière paraît attestée par la présence d’une forte maçonnerie et d’un escalier qui devait servir à la desserte de l’installation). Elle est accessible à partir de IV et de 5.

482Ce bain annexe aurait été l’objet de remaniements. Selon A. Ballu, dans le premier état, 4 et 5 communiquaient par une baie dont les traces ne sont cependant guère visibles aujourd’hui. La fermeture de cette porte serait liée à la transformation de 5 en latrines à trois places. À notre avis, ce bain restreint, directement lié à ce que nous pensons être un lieu d’exercices, était destiné plus particulièrement aux sportifs : il s’agirait d’un destrictarium-laconicum, relié au caldarium IV par une porte à un vantail. Les sportifs qui le désiraient pouvaient ainsi, dès après s’être nettoyés, gagner directement les bains chauds et, de là, -le frigidarium.

THAMUGADI : PETITS THERMES DU CENTRE (pl. CI)

I) Bibliographie

483Insula 91. Gsell, Monuments antiques, I, p. 224 ; Ballu, Timgad II, p. 60-67 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 252-268 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 225-226 ; Romanelli, Topografia, p. 187 ; Courtois, Timgad, p. 50 ; Germain, Mosaïques, p. 54-58.

II) Datation

484En l’absence d’inscriptions, D. Krencker attribue hypothétiquement ces thermes au iie siècle. L’insertion, dans la façade occidentale, de panneaux d’opus reticulatum renforce cette hypothèse : il s’agirait, déjà au iie siècle, d’un cas particulièrement tardif d’utilisation d’un mode de construction qui, dans le Maghreb, n’excède généralement pas l’époque flavienne. À Timgad, ces panneaux insérés dans un parement de briques montrent qu’il s’agit d’une fantaisie, et non plus d’un mode de construction rationnel : elle peut se comprendre au iie siècle, mais guère plus tard (F. Rakob, Römische Architektur in Nordafrika. Bautechnik und Bautradition, dans 150-Jahr-Feier DAI Rom, p. 111 et pl. 20 ; cf. aussi F. Rakob, Opus caementicium und die Folgen, dans RMDAI, 90, 1983, p. 366).

485La mosaïque des Saisons, qui orne le frigidarium, ne serait pas antérieure à la fin du iiie siècle (Germain, n° 61). Le « gymnase » semble bien avoir été créé à la suite d’un remaniement qui a étendu le bâtiment aux dépens de la rue (Ballu, p. 61 ; Boeswillwald et alii, p. 258-259 ; Gsell ; Krencker). Ce remaniement est confirmé par l’étude des pavements, une mosaïque correspondant à l’état primitif (Germain, n° 59), alors que l’extension a reçu un dallage, superposé à celui de la voie.

III) Typologie

486Il s’agit de petits thermes de quartier dépourvus de palestre. Ils occupent entièrement une insula d’environ 24 × 20 m, soit 484 m2 (Ballu). Le frigidarium, sans prendre en compte l’espace précédant la piscine, couvre plus de 80 m2 (Ballu : 9x9m ; Germain : 9,50 × 9,10 m).

487Les quatre salles chauffées sont directement accessibles à partir du frigidarium. L’itinéraire des baigneurs, rétrograde, comporte deux virages.

IV) Salles froides

488Les deux entrées sont disposées aux extrémités d’une vaste salle allongée dont l’implantation a impliqué un spectaculaire rétrécissement de la rue qui la longe. Un tel parti, qui permit d’obtenir une salle large de 5,50 m, nous paraît indiquer qu’il ne s’agit pas d’un simple couloir (Gsell), vestiaire (Krencker) ou vestibule (Ballu, Courtois, Germain) : nous proposons d’y voir un gymnase, bien que cet espace soit obligatoirement traversé par les entrants. Peut-être faudrait-il alors situer le vestiaire au Sud du frigidarium (9,10 × 2,65 m d’après S. Germain). Dans ces deux derniers locaux, à savoir les hypothétiques gymnase et vestiaire, D. Krencker et P. Romanelli signalent la présence de sièges en pierre qui attesteraient leur fonction de vestiaire ou de pièces de séjour. Il s’agit probablement d’une erreur, ces bancs n’étant mentionnés par aucun autre auteur et aucune trace n’en étant visible aujourd’hui.

489Le frigidarium n’est pourvu que d’une seule piscine, mais il occupe une superficie proportionnellement vaste, grâce à la réduction du nombre de locaux non chauffés. De fait, il ne faut pas le restreindre uniquement à l’espace (3,50 × 2,60 m d’après S. Germain) précédant le bassin (contra

490S. Gsell, C. Courtois ou S. Germain) mais l’identifier à la grande salle centrale, elle-même largement ouverte au Sud et à l’Est, ainsi que sur une annexe située dans l’angle Nord-Est, qui pourrait avoir été un salon (3 × 2,40 m d’après S. Germain ; A. Ballu y place le vestiaire, mais l’espace paraît trop restreint pour un tel usage).

V) Salles chauffées

491Leurs dimensions sont données par A. Ballu. I-V : 5,75 ×3 m ; chauffage indirect, un petit passage de chaleur donnant sur l’hypocauste II.

492II : 5,80 × 3,07 m ; deux passages de chaleur vers III. Sur son plan, D. Krencker n’a porté qu’un foyer, mais A. Ballu en signale deux, ce que confirme l’état actuel des vestiges. L’abside contenait un bassin, dont il ne reste aucune trace mais qui est mentionné par ces deux auteurs.

493III : 6,95 × 4,25 m. Le foyer n’est pas porté sur le plan Ballu (contrairement au plan Krencker), mais il est décrit dans le texte. De plus, il est représenté avec deux longs bras conduisant la chaleur au centre de la pièce, sur le plan des hypocaustes reproduit dans Boeswillwald et alii (fig. 2).

494IV : 4,05 × 3,75 m. Deux piscines sont chauffées, chacune, par un foyer. D. Krencker précise que ceux-ci étaient équipés d’une chaudière. L’examen des vestiges permet de constater qu’il n’y avait, en fait, qu’une seule chaudière.

THAMUGADI : PETITS THERMES NORD-EST (pl. CII)

I) Bibliographie

495Insula 11. Ballu, Rapport 1907, p. 244-245 ; Id. Timgad III, p. 109-111.

II) Datation

496La position de ces thermes, qui obstruent deux des voies de la cité, indique, comme le souligne A. Ballu, une date déjà avancée. Elle implique une désaffection des murailles qui ne paraît pas antérieure à l’époque sévérienne. La découverte, dans le bâtiment, de trois chapiteaux dont la sculpture, selon le même auteur, « est toute imprégnée de... caractère gréco-byzantin... », pourrait confirmer une datation tardive ou, du moins, attester une longue utilisation.

III) Typologie

497Il s’agit de petits thermes de quartier dépourvus de palestre. Ils couvrent au total une superficie d’environ 650 m2, le frigidarium mesurant 13,15 × 6,65 m et occupant donc un peu plus de 87 m2.

498Cette construction juxtapose deux bains différents. Le premier, de plan linéaire, comprend quatre salles chauffées. Le second, apparemment dépourvu de frigidarium et situé en contrebas du précédent, ne comporte que trois salles chauffées. Le dispositif n’est pas sans évoquer directement la juxtaposition, dans un même bâtiment, de thermes destinés aux femmes, à l’Est, et aux hommes, à l’Ouest.

499Ces derniers présentent un plan particulier, fondé sur un itinéraire rétrograde comportant deux virages. De plus, un raccourci relie le destrictarium au frigidarium par l’intermédiaire d’un local d’où l’on peut directement gagner la grande piscine froide.

500Le texte et le plan d’A. Ballu rendent particulièrement mal compte des circulations.

IV) Salles froides

501Les thermes sont logés dans l’angle de la muraille primitive qui les délimite au Nord et à l’Est. Du cardo le plus oriental, transformé en impasse, un escalier permet de gagner le niveau des bains principaux. Il conduit à deux couloirs, l’un, Est-Ouest, aboutissant au couloir de service, l’autre, Nord-Sud, au frigidarium en desservant au passage un local qui pourrait être un vestiaire.

502La salle des bains froids, dallée, est équipée de deux piscines de dimensions inégales. Contre la plus petite, un passage, qu’il faut très probablement restituer à l’emplacement d’un tronçon de mur arasé, conduit à des latrines.

503Les bains orientaux possèdent une longue salle qui pourrait avoir servi de vestiaire. Elle est accessible directement par l’Est, grâce à une porte percée dans l’enceinte, mais aussi à partir du Sud. Elle commande une grande pièce située au Sud du secteur chauffé. Cette dernière est très ruinée, mais aucune installation ne permet d’y reconnaître un frigidarium.

504Les deux bains communiquent entre eux par un espace dallé logé dans l’angle arrondi de l’enceinte. Ce dispositif ne permet donc pas d’exclure que certaines installations aient été communes (latrines, frigidarium ?).

V) Salles chauffées

505Le bain occidental comprend quatre salles chauffées. Malgré le plan Ballu, il faut rétablir une communication entre les deux locaux orientaux. On peut donc, en se fondant également sur le mode de chauffage, proposer un itinéraire rétrograde.

506I-V : chauffage indirect à partir de II et peut-être de III.

507II : un foyer. Lien avec le frigidarium par l’intermédiaire du local flanquant la grande piscine à l’Ouest.

508III : un foyer. Passage de chaleur vers l’hypocauste IV.

509IV : deux foyers dont l’un chauffe un bassin semi-circulaire. Aucune trace repérable de chaudière.

510Le bain oriental comprend trois pièces où, comme le propose A. Ballu, on peut reconnaître, du Sud au Nord, un tepidarium (5,60 × 4,15 m), un destrictarium-laconicum (3,20 × 2 m ; double-cloison) et un caldarium (5,60 × 4,15 m), locaux chauffés chacun par un foyer. De fait, bien que ni le plan, ni le texte d’A. Ballu ne mentionnent de bassin dans la salle des bains chauds, le relevé suggère un foyer plus important qui devrait désigner cette salle. Le système de circulation n’est pas plus clairement décrit, mais ces trois pièces communiquaient forcément entre elles. A. Ballu semble dire que l’on pouvait accéder à chacune à partir du vestiaire ( ?) oriental. Cela est peu probable : l’état des lieux ne permet pas de confirmer l’existence d’une baie en II-III/Est ; en IV/Est, un passage muni d’un seuil est probablement un aménagement tardif. Il faut donc restituer un accès unique par le tepidarium, encore bien visible, et un itinéraire rétrograde.

THAMUGADI : GRANDS THERMES NORD (pl. CII et CIII)

I) Bibliographie

511Gsell, Monuments antiques, I, p. 224-227 ; Ballu, Timgad II, p. 38-48 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 269-285 ; Inv. mos., III, p. 18-19, nos 67-70 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 231-233 ; Courtois, Timgad, p. 87-90 ; Romanelli, Topografia, p. 178-179 ; Germain, Mosaïques, p. 71-73.

II) Datation

512D. Krencker propose, à titre indicatif, la fin du iie siècle. Sans plus d’argument, A. Lézine (repris par S. Germain) affirme que ces thermes sont du iie siècle (Architecture romaine, p. 24, note 92), tandis que P. Romanelli estime qu’ils ont probablement été construits à la fin du iie ou au début du iiie siècle, suivant en cela Boeswillwald et alii. Le plan, qui dérive directement des recherches architecturales effectuées à Rome, rend improbable une date très haute dans le iie siècle, et nous ne voyons pas ce qui interdirait une datation au iiie siècle, en particulier à l’époque sévérienne (c’est, pour des raisons typologiques, l’avis de G. Picard, CRAI 1974, p. 15, note 1).

III) Typologie

513Il n’est pas certain que la totalité du bâtiment soit dégagée. Comme le suggère D. Krencker, une natatio et, surtout, une palestre pourraient se situer au Nord, complétant logiquement cet ensemble.

514Quoi qu’il en soit, la partie mise au jour couvre environ 4 400 m2 et le frigidarium quelque 400 m2, sans compter son annexe méridionale (Ballu : 28,50 × 13,50 m ; Courtois et Germain : 30 × 14 m ; Romanelli : 29 × 13,80). Il s’agit donc de grands thermes dont les salles sont disposées en fonction d’un plan symétrique.

IV) Salles froides

515On accède au monument par l’Est et par l’Ouest, chaque secteur étant conçu de façon quasiment identique. Hormis le vestibule qui commande l’accès et où les entrants se subdivisent en deux courants, les nombreux locaux qui composent cette partie du bâtiment sont d’interprétation difficile. La plus vaste des salles (23 × 13 m, soit 300 m2), complétée au Nord par une exèdre, nous paraît devoir être un gymnase couvert (contra S. Gsell, qui y voit un lieu de conversation et de promenade ou P. Romanelli pour qui il s’agit d’un lieu de séjour et de ventilation des baigneurs). Dès lors, il faudrait peut-être interpréter les pièces environnantes comme des dépôts liés au gymnase (locaux flanquant la natatio : Ballu, p. 42) et des vestiaires, ceux du Nord étant destinés aux sportifs et ceux du Sud aux baigneurs gagnant directement les salles chauffées.

516Dans les angles Sud-Est et Sud-Ouest, deux belles pièces à abside (14,80 × 9,85 m) pourraient avoir été des salons, ou d’autres vestiaires. D’après A. Ballu, ce n’est qu’à la suite d’un remaniement que la seconde fut équipée d’une latrine placée dans l’abside.

517Le frigidarium est équipé de trois bassins froids. Celui placé au Nord mesure 15,60 x 6,55 m et peut-être considéré comme une natatio couverte.

518Des gymnases, un étroit couloir, desservant au passage un escalier d’accès aux terrasses, conduit à un local qu’A. Ballu considère comme couvert et où il reconnaît un vestiaire. En fait, comme le souligne D. Krencker, il s’agit de cours destinées à faciliter l’évacuation des eaux de pluie, à procurer une source de lumière et, surtout, à permettre la desserte des foyers des tepidaria d’entrée.

V) Salles chauffées

519(Les dimensions sont données par A. Ballu).

520I : 11,60 × 6 m ; un passage de chaleur vers II. Malgré les silences du plan et du texte d’A. Ballu, il faut suivre D. Krencker en ce qui concerne la présence d’un foyer desservi à partir des cours situées entre ces tepidaria d’entrée et le tepidarium de sortie.

521II : 10,85 × 8 m ; un foyer ; un passage de chaleur (un passage de chaleur) vers III.

522III : 8,40 × 7 m ; un foyer ; pas de passage de chaleur vers IV.

523IV : 12,20 × 10 m sans les piscines, au nombre de trois et disposées selon un schéma cruciforme. La salle est chauffée par trois foyers, dont deux, placés à l’articulation des alvei, sont pourvus de chaudières. V : 8,30 × 6 m. Chauffage indirect à partir de IV

THAMUGADI : THERMES DES FILADELFES (pl. CIV)

I) Bibliographie

524Ballu, Rapport 1904, p. 91-95 ; Id., Rapport 1905, p. 197 ; Id., Timgad III, p. 101-109 ; A. Schulten, AA, 1906, col. 162 ; Inv. mos., III, p. 19-21, nos 71-78 ; Bal-lu, Rapport 1920, p. 51-53 ; Id., RSC, 54, 1922-1923, p. 51-53 ; Germain, Mosaïques, p. 74-80.

II) Datation

525Situé dans les faubourgs, ce bâtiment n’appartient pas au projet urbain primitif : à titre d’hypothèse, on peut penser à la fin du iie et au début du iiie siècle (Germain, p. 80). L’ensemble des pavements conservés, souvent traités en noir et blanc, peut être attribué avec vraisemblance à l’époque sévérienne, la scène figurée de la dernière salle chauffée étant, peut-être, un des plus tardifs (vers 220-230 : Germain n° 96 ; G. Picard, Les mosaïques d’Acholla, dans Études d’archéologie classique, 2, Paris, 1959, p. 84, note 1).

III) Typologie

526Il semble que nous ayons les limites du bâtiment (Rapport 1905) qui occupe un rectangle d’environ 2 300 m2. Il s’agit donc de thermes de dimensions moyennes, installés sur quelque 1 600 m2 en faisant abstraction de toute la façade Sud centrée sur ce qui doit être une palestre. Le frigidarium mesure environ 14,50 × 8 m, et couvre donc sensiblement 115 m2.

527La mosaïque qui orne la dernière des salles chauffées porte l’inscription Filadelfis vita (vivent les Filadelfes, vie à ceux qui aiment leurs frères). A. Schulten considère qu’il s’agit d’un gentilice. La majorité des auteurs s’accordent à y reconnaître le nom d’un groupement sur la nature duquel les avis divergent. Le tableau central représente une jeune femme tombée à genoux, poursuivie par un jeune homme tout à fait semblable à un Satyre. On a voulu y voir Lycurgue et Ambrosia, ce qui est peu probable, ou Jupiter et Antiope, identification qui ne repose sur aucun argument décisif même s’il est vrai que, dans cet épisode, le dieu prit la forme d’un Satyre. Il apparaît plus satisfaisant, comme l’ont proposé plusieurs auteurs, d’y reconnaître une variante d’une scène érotique dionysiaque bien connue représentant la poursuite d’une Bacchante par un Satyre, sujet dont la diffusion pourrait être en relation avec les activités de groupements bachiques (G. Picard, De la maison d’or de Néron aux thermes d’Acholla, dans Mts Piot, 63, 1980, p. 89-90). Le nom même de la société peut aussi faire penser que ses membres étaient des évergètes faisant partie de l’aristocratie locale (E. Fentress, Frontier culture and politics at Timgad, dans Colloque AFN, I, p. 399407). Quoi qu’il en soit, le lien existant entre les bains et les Filadelfes n’implique pas que les premiers étaient exclusivement réservés aux seconds.

528Les quatre salles chauffées, placées au Nord, sont disposées selon un plan linéaire impliquant un itinéraire rétrograde. Les dimensions des différents locaux sont empruntées à A. Ballu.

IV) Salles froides

529Toute la partie Sud du bâtiment, longée par une rue à colonnade, est occupée par une vaste cour ceinte de portiques. À notre avis, il ne peut s’agir que d’une palestre équipée d’un bassin suffisant pour permettre de nager (10 × 6 m selon A. Ballu ; en réalité environ 14 × 3,75 m). À l’Est, une grande salle (13 × 4,20 m) pourrait être un gymnase. Au Nord, une longue pièce, située à l’articulation de la palestre et du frigidarium, a pu servir de vestiaire (15,30 × 3,18 m). Deux latrines sont situées à l’opposé de la palestre, dans les angles Nord-Est et Nord-Ouest.

530Le frigidarium, subdivisé par deux colonnes, ne possède qu’une seule piscine. Dans l’angle Nord-Ouest, un local est accessible à partir de la salle des bains froids et du tepidarium (l’ouverture vers la piscine n’est qu’un aménagement tardif). Il pourrait s’agir d’un vestiaire (Ballu, Timgad III, p. 103) : il aurait été destiné à ceux qui ne se déshabillent qu’après s’être rechauffés dans le tepidarium. À l’Est du frigidarium, deux pièces évoquent des salons.

V) Salles chauffées

531I-V : un foyer ; deux passages de chaleur vers II

532III. Ce tepidarium est accessible à partir du frigidarium par deux portes : la colonnade subdivisant ce dernier contribuait à séparer ceux qui entraient et passaient par l’Est de ceux qui sortaient et gagnaient la piscine froide.

533II-III : ce local semble correspondre à la fusion du destrictarium et du laconicum : la salle est équipée de deux bassins (il ne reste plus de traces de celui situé à l’Est), chauffés chacun par un foyer, celui de l’Ouest supportant une chaudière. En revanche, le four oriental voisine avec un escalier qui ne paraît pas avoir desservi une installation de ce genre, mais qui semble avoir permis de gagner les couvertures.

534IV : trois foyers sans chaudière repérable ; deux passages de chaleur vers 1. Les dimensions de la salle semblent désigner le caldarium. Il faut très probablement restituer une piscine dans l’hémicycle Nord-Ouest. La description d’A. Ballu, qui mentionne une porte orientale, est inexacte sur ce point : il s’agit en fait du passage d’un foyer.

5351 : on ne comprend pas bien la présence de ce local de 6,50 × 3,70 m. Accessible uniquement à partir de IV, il occupe donc, en fin de circuit, la place logiquement dévolue au caldarium. Une telle lecture apparaît cependant impossible, d’abord parce que ce local, malgré ses doubles-cloisons, est relativement peu chauffé (un unique foyer et deux passages de chaleur unissant les hypocaustes 1 et IV), ensuite parce que les piscines chaudes sont de dimensions dérisoires (un petit bassin chaud au Nord-Ouest, auquel il faut probablement ajouter une petite cuve, placée au-dessus du foyer).

536On peut se demander si la raison d’être de cette annexe inhabituelle ne tient pas aux besoins du groupement qui aurait possédé ces locaux. L’importance du lieu est en effet signalée par l’inscription du seuil Saluu(m) lotu[m], souhaitant un bon bain aux utilisateurs, et par la mosaïque de la pièce où le panneau central figuré, inscrit dans un riche cadre végétal, est surmonté de la mention des Filadelfes (inscriptions n° 170). On imagine cependant mal la façon dont les activités d’un tel groupement pourraient rendre compte de la spécificité de cette pièce. Peut-être faut-il y voir simplement un dédoublement du caldarium, destiné en particulier à satisfaire un goût pour des bains individuels.

THAMUGADI : THERMES NORD-OUEST (thermes de la porte de Lambèse) (pl. CIV)

I) Bibliographie

537Ballu, Rapport 1905, p. 204-209 ; Id., Timgad III, p. 120-126 ; Id., Rapport 1912, p. 175-176 ; Inv. mos., III, p. 21-22 ; Germain, Mosaïques, p. 93-95.

II) Datation

538Le mode de dégagement n’a permis aucune remarque d’ordre archéologique. Le plan semi-circulaire des bassins ne permet guère de conclusion chronologique, dans la mesure où ces derniers ne sont jamais groupés de façon à donner naissance à des partis caractéristiques de type tréflé. Le faubourg dans lequel est installé ce bâtiment paraît s’être développé rapidement : la porte de Lambèse, toute proche, est datée de 167. A. Ballu signale de nombreux remaniements.

III) Typologie

539Malgré l’insuffisance des publications, il paraît possible d’avancer quelques hypothèses. Il semble en effet que nous ayons affaire à deux établissements juxtaposés, unifiés simplement en ce qui concerne l’organisation des espaces de service.

540À l’Est, un bâtiment, doté seulement de deux pièces chauffées, paraît avoir été destiné aux femmes ou, plutôt, aux adeptes des exercices physiques (présence d’une natatio). À l’Ouest, des bains plus vastes répondent à un schéma plus classique (plan circulaire), quoique les circulations, dans l’état actuel de notre documentation, apparaissent fort complexes. Dans les deux cas, il s’agit de petits thermes de quartier. Les dimensions sont empruntées à A. Ballu.

IV) Bain des sportifs ( ?) A) Salles froides

541À partir de la façade Nord de l’insula, un long corridor, desservant au passage le couloir de service commun aux deux établissements, permet d’accéder directement au frigidarium mesurant 13 × 5,20 m, soit plus de 65 m2. Sur le flanc occidental de ce dernier, une piscine froide est flanquée d’une petite exèdre ornée d’une mosaïque figurée représentant une femme nue (Germain n° 127 : baigneuse ?).

542Une porte située dans l’angle Nord-Ouest du frigidarium donne indirectement sur les espaces situés au Sud. Nous n’en connaissons qu’une natatio de 6 × 4,12 m. Les dégagements réalisés plus au Sud n’ont pas permis de reconnaître la palestre que l’on pouvait logiquement attendre à cet endroit : la mention de constructions diverses, dont des installations artisanales du type huilerie, laisse penser que la fouille s’est interrompue au niveau d’aménagements tardifs.

B) Salles chauffées

543Au nombre seulement de deux, elles communiquent entre elles (seuil mosaïqué avec la représentation d’un nègre portant un instrument qui semble être une pelle à feu : Germain n° 129). On peut proposer d’y reconnaître un tepidarium (1) et un destrictarium ou un destrictarium-laconicum (2).

5441 : 4,55 × 2,60 m ; chauffage indirect.

5452 : 5,53 × 3,40 m. Originellement, ce local devait être chauffé par un foyer placé dans le couloir de service situé immédiatement à l’Ouest. Ce dispositif fut ensuite profondément remanié (fig. 4). Toute la partie septentrionale de ce couloir de service, isolée de sa partie méridionale par un mur, fut transformée en un nouveau local, 4, chauffé par un foyer aménagé sous le mur Nord et accessible par une porte étroite percée dans ce même mur. Dès lors, 2 fut chauffé indirectement par deux passages de chaleur provenant du nouveau local, mais aucune porte ne fut créée entre ces deux pièces : 2 continua seulement à communiquer avec ce qui restait du local de service par une baie sans doute destinée aux desservants des bains.

546Le but de ce remaniement n’apparaît pas clairement. Il provoqua la disparition d’un des foyers des thermes voisins au bénéfice de la création d’un local chauffé accessible seulement à partir du couloir de service septentrional. On peut se demander s’il ne s’agit pas d’un bain tardif, très restreint, sommairement installé dans des locaux alors désaffectés.

V) Bain complet

A) Salles froides

547On y accède à partir de la façade Nord, par l’intermédiaire de plusieurs locaux où il faut sans doute placer des vestiaires. On parvient ainsi, par un cheminement en baïonnette, à un grand frigidarium (11 × 7,50 m, soit plus de 80 m2) équipé d’une piscine froide placée au Sud. Une particularité est constituée par l’annexe située à côté de cette dernière, véritable second petit frigidarium de moins de 15 m2, également pourvu d’un bassin froid et, au centre, d’un second bassin circulaire de plus d’un mètre de diamètre qui paraît trop profond pour n’être qu’un pédiluve.

B) Salles chauffées

548Nous sommes en présence de six pièces chauffées dont quatre sont équipées d’un bassin. Le local 3, de plan octogonal, occupe une position centrale. Il paraît jouer uniquement un rôle de distribution : la théorie d’A. Ballu, qui l’identifie à un laconicum, est peu plausible, étant donné son mode de chauffage indirect à partir de IV. Le relevé du même auteur comporte un point particulièrement étonnant, l’absence de communication entre III et IV, ce qui impliquerait deux itinéraires distincts. En réalité, malgré l’arasement du mur, l’examen des vestiges montre qu’il était percé d’une porte. Nous pouvons donc proposer la restitution d’un circuit dextrogyre, caractérisé par un dédoublement des tepidaria.

549I : 6,20 × 3 m ; bassin ; double-cloison ; chauffage indirect (la ruine du bassin ne permet pas d’exclure totalement la présence d’un foyer de ce côté, mais cette présence serait peu compatible avec un accès aisé au frigidarium). Vu sa position entre le grand frigidarium et l’ensemble chauffé, il ne peut s’agir que d’un tepidarium, certainement celui d’entrée étant donné ses dimensions beaucoup plus vastes que celles de la salle V qu’il faut identifier à un autre tepidarium.

550II : local de plan demi-circulaire (3,25 m de largeur ; 2,60 m de profondeur), où il faut, dans le cadre de notre lecture, voir un destrictarium. Il est chauffé directement par un foyer.

551III : 3,40 × 2,20 m ; double-cloison. Un foyer au Nord ; un bassin à l’Est, directement chauffé par un second foyer équipé d’une chaudière. Ce dernier fut détruit lors de l’aménagement d’un nouveau local chauffé dans cette partie du couloir de service (cf. ci-dessus). Nous proposons d’identifier cette pièce au laconicum.

552IV : caldarium mesurant 4,10 × 2,30 m ; un foyer à l’Est, avec chaudière desservant un bassin. Au Sud, le local demi-circulaire avec double-paroi n’est pas un local chauffé, comme le propose A. Ballu, mais une piscine elle-même chauffée par un foyer apparemment dépourvu de chaudière.

553V : 4,10 × 2,10 m ; bassin ; chauffage indirect. Dans ce cas également, la position de ce local le désigne comme un tepidarium, de dimensions plus restreintes que le précédent : il s’agit du tepidarium de sortie.

THAMUGADI : THERMES DU MARCHÉ DE SERTIUS (pl. CV)

I) Bibliographie

554Ballu, Rapport 1905, p. 197-199 ; Id., Rapport 1912, p. 173-174 et 176-177 ; Id., Timgad III, p. 127130 ; Germain, Mosaïques, p. 97-98.

II) Datation

555Inconnue. S. Germain souligne que ces thermes font partie du même ensemble que le marché de Sertius, dont ils auraient pu constituer une annexe. On imagine mal les rapports fonctionnels pouvant exister entre deux constructions de ce genre, mais il est exact qu’une porte relie directement le marché et la palestre (cf. Boeswillwald et alii, Timgad, pl. XXIII). Il faudrait donc dater ces bains de l’époque sévérienne.

III) Typologie

556Il est peu aisé d’apprécier la catégorie dans laquelle il convient de ranger ces bains. Nous les considérons comme appartenant au groupe des thermes de dimensions moyennes : de fait, en incluant le grand espace septentrional, ils dépassent de peu les 1 000 m2. Les dimensions même du frigidarium sont difficiles à évaluer. D’après A. Ballu, il mesure 12,90 × 8,80 m, couvrant donc un peu plus de 113 m2, mais ces chiffres peuvent varier (Inv. mos., III, p. 26, n° 99 : 10,70 × 9 m). Le plan Ballu (fig. 1) semble approximatif, et ne permet pas de trancher dans la mesure où il ne correspond à aucune de ces données chiffrées.

557Les quatre salles chaudes sont disposées à l’Ouest en fonction d’un plan à itinéraire rétrograde comportant deux virages et un raccourci. Un cinquième local chauffé, situé à l’écart des autres, pose un problème d’interprétation.

IV) Salles froides

558Il est usuel de considérer que les entrées sont à l’Est, où la palestre est accessible à partir du marché voisin. Depuis la rue occidentale, une vaste porte donne sur un espace considéré comme une cour : elle permet de gagner non seulement le couloir de service, mais aussi la salle des bains froids.

559Le frigidarium possède une seule piscine. A. Bal-lu lui en attribue une seconde, à son angle Sud-Est. L’examen de son plan montre, en fait, que cette dernière est extérieure à la salle et s’intègre dans un complexe de constructions tout à fait semblable à une palestre avec natatio et portique oriental. Cet ensemble communique avec un groupe de locaux qui occupe toute la partie méridionale des thermes. Outre des latrines (des installations du même type se trouvent déjà au Nord, à l’autre extrémité du bâtiment), il s’agit d’une demeure dotée d’un vaste péristyle et, au Nord, d’un péristyle secondaire sur lequel donne une exèdre flanquée d’une salle sur hypocauste, 1, comprenant probablement un bassin chauffé directement par un foyer. Les rapports entre cette demeure et les thermes, qui paraissent communiquer entre eux de différentes manières, ne sont pas clairs et mériteraient une étude. La demeure a-t-elle profité de la proximité des bains voisins pour s’équiper d’un caldarium, chauffé à partir du couloir de service des thermes, le bassin du péristyle secondaire servant de bain froid ? Le propriétaire de la domus était-il même possesseur de ces bains de quartier ?

V) Salles chauffées

560Hormis la salle isolée dont nous venons de parler, le secteur chauffé comprend quatre locaux. Nous pouvons donc être en présence soit d’un itinéraire rétrograde avec un seul tepidarium, soit d’une fusion du destrictarium et du laconicum.

561Le fait que les deux pièces occidentales communiquent directement avec le frigidarium va dans le sens de leur identification à des tepidaria, l’un d’entrée, l’autre de sortie. Cependant, il n’y a pas de communication entre la salle Nord et le troisième local chauffé, ce qui, dans le cadre de cette hypothèse, serait incompréhensible : les deux tepidaria auraient dû communiquer avec la suite du circuit chauffé.

562Nous pouvons donc proposer le schéma suivant :

563I-V : tepidarium d’entrée et de sortie ; un foyer.

564II : destrictarium équipé d’un bassin ; un foyer ; un passage de chaleur vers III. On notera l’existence d’une porte II/frigidarium qui pouvait permettre aux baigneurs soit d’éviter le tepidarium, soit d’interrompre leur itinéraire en regagnant la salle des bains froids dès après avoir utilisé le destrictarium.

565III : un foyer ; un passage de chaleur vers IV.

566IV : caldarium (9,20 × 4,50 m) avec trois bassins disposés selon un plan cruciforme ; trois foyers, dont deux, disposés à l’Ouest, sont équipés d’une chaudière.

THAMUGADI : THERMES DU CAPITOLE (pl. CV)

I) Bibliographie

567Ballu, Rapport 1910, p. 128-130 ; Id., Timgad III, p. 115-117 ; Germain, Mosaïques, p. 120.

II) Datation

568Inconnue.

III) Typologie

569Il s’agit de petits thermes de quartier. Bien que les abords du bâtiment n’aient pas été dégagés, il ne paraît pas s’être étendu très loin au-delà du secteur fouillé et semble, en particulier, avoir été dépourvu de palestre. Dans son état actuel, le bloc balnéaire occupe une surface d’environ 500 m2. Le frigidarium, proportionnellement très vaste, mesure 10,55 × 8,90 m, soit près de 94 m2.

570Les salles chauffées, au nombre de trois et disposées à l’Ouest, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde correspondant à un plan orthogonal avec virage entre frigidarium et secteur chauffé.

IV) Salles froides

571L’entrée de l’établissement se trouve dans l’angle Nord-Est, où une assez vaste pièce est encore équipée d’un banc qui la désigne sans doute comme vestiaire.

572Au Nord et à l’Est de la salle des bains froids, sont disposés des locaux, dont trois accessibles par une vaste baie qui en fait de véritables exèdres, peut-être des salons.

573Le frigidarium possède deux piscines, de taille inégale et curieusement disposées sur le même petit côté de la salle. Elles sont flanquées d’un local faisant fonction de vestibule du circuit chauffé.

V) Salles chauffées

574I-V :5,10 × 3,65 m ; un foyer.

575II-III : 4,40 × 3,70 m ; un foyer ; deux passages de chaleur vers I-V, un vers IV. Il ne subsiste pas de trace de bassin, mais l’hypocauste est très ruiné.

576IV : 5,65 × 4,50 m. Au Nord, dans une abside, un bassin chauffé par un foyer qui supportait une chaudière. À l’Ouest, le renfoncement abritait probablement une seconde piscine, éclairée par deux fenêtres et chauffée directement par un foyer, peut-être lui aussi équipé d’une chaudière.

577A. Ballu (Rapport 1910) signale un autre foyer au Sud, dont il n’est plus question par la suite. De fait, dans l’angle Sud-Est de la pièce, on note un arc de décharge ; mais rien n’est visible sur la face externe du mur, et aucun canal ne traverse ce dernier. Il est donc très probable que le caldarium ne possédait que deux foyers.

THAMUGADI : GRANDS THERMES SUD (pl. CVI et CVII)

I) Bibliographie

578Ballu, Timgad I, p. 170-188 ; Gsell, Monuments antiques, I, p. 221-224 ; Ballu, Rapport 1904, p. 8889 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 222-257 ; Inv. mos., III, p. 29-30 ; Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 228-231 ; Courtois, Timgad, p. 55-60 ; Romanelli, Topografia, p. 186 ; Germain, Mosaïques, p. 132-136 ; Thébert, Circulation, p. 143 ; Id., Sodalités, p. 202.

II) Datation

579Construits au iie siècle, ces thermes sont agrandis en 198, ainsi que l’atteste l’inscription n° 171 trouvée dans le bâtiment, dans l’hypothétique vestiaire (Ballu, Timgad I, p. 180-181 : contrairement à ce que suppose cet auteur, il apparaît peu probable qu’il faille attribuer ce monument, érigé en dehors des murailles, au « commencement du iie siècle » ; il n’y a pas plus de raison de le placer à la fin de ce siècle : contra D. Krencker, p. 228). Le sens de ce texte est clair (thermas ampliatas). En revanche, la nature exacte des travaux ainsi célébrés reste incertaine. Peut-être s’agit-il de l’adjonction du grand hémicycle situé au Nord : c’est ce que pensent A. Ballu (Timgad I, p. 176, note 4) et D. Krencker (p. 228).

580Plusieurs remaniements suggèrent une longue utilisation du monument, ce que confirment les inscriptions qui y ont été trouvées. Outre une dédicace à Crispine l’épouse de Commode (n° 181), des statues de la famille impériale sont érigées au début de la seconde moitié du iiie siècle en l’honneur de Valérien, de Gallien, de la femme et des deux fils de ce dernier (nos 176 et 178-180). De part et d’autre de la porte qui articule le grand hémicycle Nord et le reste du bâtiment, deux bases remployées portent un texte unique qui court sur ces deux supports : il témoigne d’une restauration du bâtiment grâce à la convergence de l’argent des décurions et des bras du populus (n° 172). Le style de cette inscription permet de la dater du Bas-Empire (Lepelley, Cités, II, p. 447-448). Il est impossible de savoir s’il faut mettre cette restauration en relation avec les remaniements importants repérables dans l’organisation des salles chauffées du bâtiment. C’est également au Bas-Empire qu’il faut placer le piédestal d’une statue érigée en l’honneur du Génie de la cité par un évergète resté volontairement anonyme (n° 175). Cette base était placée dans la niche occidentale du frigidarium. Dans un remaniement des latrines, on utilisa comme matériau de construction deux fragments d’une dédicace à Claude II (268-270 : cf. Boeswillwald et alii, p. 250-251). Enfin, selon S. Germain (n° 212), une mosaïque de cubes blancs disposés en écailles n’offrirait de parallèles qu’avec des réalisations du ve-Vie siècle.

III) Typologie

581Il s’agit de thermes de dimensions moyennes, occupant environ 1 800 m2 si l’on exclut l’hémicycle septentrional. Le frigidarium couvre 60 m2 (Ballu, Timgad I : 8,30 x 7,10 m), ce qui apparaît relativement peu, mais il faut prendre également en considération le local situé à l’Ouest, qui n’en constitue qu’une annexe (8 × 2,88 m, soit 23 m2).

582Les salles chauffées, disposées à l’Ouest selon un plan circulaire, étaient parcourues en fonction d’un circuit sinistrogyre. Dans le premier état, un raccourci permettait d’interrompre ce dernier après l’utilisation du destrictarium.

583La présence de sodalités est attestée par des panneaux de mosaïque et un grand vase de pierre sculpté. Les dimensions des différentes pièces sont données par A. Ballu.

IV) Salles froides

584Ce secteur se caractérise par l’existence de grandes salles, beaucoup plus vastes que le frigidarium. Il nous semble exclu de n’y voir que des lieux de rencontre, de conversation et de promenade (contra C. Courtois).

585L’hémicycle Nord, avec sa cour de 8,15 m de rayon et ses portiques, était probablement beaucoup moins une promenade abritée (Boeswillwald et alii, p. 224) qu’une véritable palestre (D. Krencker, P. Romanelli).

586Le mode de couvrement fait question pour un certain nombre de locaux. On ne suivra pas S. Gsell lorsqu’il considère le long couloir Nord-Sud en baïonnette comme hypèthre (p. 222). De même, il paraît très aventuré d’affirmer, ainsi que le fait A. Ballu, que toute une partie des pièces froides n’étaient pas voûtées (Timgad I, p. 181) : la minceur des murs n’est pas telle qu’elle autorise cette assertion.

587Ce problème de couvrement concerne surtout le vaste espace de 24 × 9 m situé immédiatement au Sud de l’hémicycle septentrional. Tous les auteurs le déclarent couvert mais, étant donné l’épaisseur relativement faible des parois, restituent une couverture en charpente. Une telle solution apparaît pourtant bien médiocre pour un bâtiment de cette date et de cette importance. Il nous semble donc nécessaire d’envisager une autre hypothèse, celle d’une palestre. De fait, ce qui serait alors une cour est ceint sur deux côtés par l’équivalent de portiques avec lesquels elle communique largement et sous lesquels s’ouvrent des annexes. En revanche, dans cette hypothèse, il n’est pas exclu que l’espace fût couvert et transformé ainsi en gymnase lorsque fut construite une nouvelle palestre, au Nord du bâtiment.

588Quoi qu’il en soit, il nous paraît tout à fait probable que ce vaste local, palestre ou gymnase, ou l’une puis l’autre, était destiné aux exercices physiques, en conformité avec l’opinion d’A. Ballu, S. Gsell ou P. Romanelli.

589Le frigidarium est muni de deux piscines. Le bassin septentrional, initialement accessible uniquement à partir de la salle des bains froids, fut ensuite ouvert sur ses trois autres côtés, son flanc occidental étant seul dépourvu de marches. Vers l’Ouest, la salle des bains froids est en liaison, par deux baies, avec un local que D. Krencker considère comme le tepidarium de sortie. En réalité, comme il apparaît sur les plans Ballu et même sur celui de Krencker, ce local n’est pas chauffé, et ne l’a jamais été : le véritable tepidarium se situe plus à l’Ouest. Il s’agit donc, en fait, d’une annexe du frigidarium. Cette lecture est confirmée par le fait que la mosaïque qui pave ce local est identique à celle ornant la niche occidentale du frigidarium, si bien que S. Germain a pu se demander si cette paroi n’était pas due à un remaniement qui aurait subdivisé la salle des bains froids (n° 211).

590La plupart des auteurs s’accordent pour placer le vestiaire dans les locaux de l’angle Nord. Leur position, à l’articulation du « gymnase » et du début du circuit chauffé, convient bien à une telle fonction.

V) Salles chauffées

591Des remaniements importants contraignent à distinguer deux états, qui ne correspondent, peut-être, qu’à une simplification d’une évolution plus complexe. Originellement, il nous paraît possible de restituer l’organisation suivante (pl. CVII-2) :

592I : 7 × 7 m ; un foyer ; pas de double-paroi (Ballu, Timgad I, p 184). Le tepidarium d’entrée nous semble devoir être localisé dans cette pièce, directement accessible à partir des supposés vestiaires et du frigidarium. La porte l’unissant au couloir de service n’est qu’une communication technique réservée aux desservants des bains. Actuellement, cette pièce ouvre largement sur la piscine Nord du frigidarium. L’explication d’A. Ballu, qui met en avant le souci de n’obtenir qu’une chaleur mesurée (Timgad I, p. 184) ne vaut évidemment rien. Dans le premier état, il faut en fait restituer une séparation : le bassin n’était alors accessible qu’à partir du Sud (L’hypothèse de D. Krencker de la création de la piscine Nord du frigidarium lors d’un remaniement n’est pas étayée par des arguments précis).

593Toujours dans le premier état, l’existence de la porte I/V apparaît inutile pour les baigneurs. Il faut penser qu’elle était réservée aux desservants des thermes ou, plutôt, qu’elle appartient seulement au second état (des traces de remaniement pourraient correspondre uniquement à un rétrécissement de la baie, mais plutôt à sa création).

594II : 9,65 × 6,45 m ; double-cloison ; deux foyers, dont l’un possède un massif de maçonnerie qui a pu supporter une chaudière, chauffent un bassin logé dans l’abside occidentale. Un troisième foyer se trouve au Nord. À noter l’existence d’une communication entre II et V.

595III : 9,65 × 6,68 m ; double-cloison ; un foyer qui, dans un premier état, pourrait avoir été équipé d’une chaudière. Deux portes permettent de gagner le caldarium.

596IV : 13,30 × 6,37 m ; double-paroi ; trois bassins, se touchant aux angles, sont disposés selon un schéma cruciforme. Cinq foyers chauffaient cet ensemble, les deux situés à l’articulation des piscines étant équipés de chaudières.

597V : environ 6,80 × 2,80 m, subdivisé par une paroi percée d’une large baie. Malgré les différents plans et les affirmations de certains textes (par exemple Boeswillwald et alii, p. 243), ce tepidarium de sortie possédait un hypocauste chauffé de façon indirecte (l’état des vestiges ne permet pas de voir les relations entre cet hypocauste et ses voisins, hormis II vers lequel il faut probablement restituer un passage de chaleur, bouché ultérieurement).

598Cette restitution du circuit des baigneurs présente cependant une anomalie : le laconicum y est moins chauffé que le destrictarium. La présence de trois foyers pour ce dernier apparaît tout à fait exceptionnelle. C’est pourquoi certains auteurs (Boeswillwald et alii p. 244 et 246) avaient voulu y voir un second caldarium. La position réciproque des différentes salles nous paraît cependant imposer leur identification.

599Dans le second état, la piscine Nord du frigidarium est ouverte sur les locaux environnants, vers le Nord, vers l’Est, et vers l’Ouest sur le tepidarium I du premier état qui est ainsi transformé en exèdre et, selon toute probabilité, désaffecté en tant que salle chauffée. La baie I/F, devenue inutile, est alors bouchée (cf. Boeswillvald et alii, p 242 et fig. 103, p. 233 ; plan Krencker : ce bouchage a aujourd’hui disparu). Il en va de même de la porte I/II, condamnée par la création d’une seconde piscine dans le destrictarium. Inversement, c’est sans doute à ce moment qu’est ouverte la porte I-V. Nous sommes donc conduit à penser que ce dernier local sert désormais, à la fois, de tepidarium d’entrée et de sortie (I-V).

600Aucun remaniement n’est, en revanche, repérable dans les salles III et IV, si ce n’est, peut-être, la suppression de la chaudière qui semble avoir équipé le foyer du laconicum : on peut supposer que ce dernier perdit parallèlement le bassin dont il devait être muni, à moins que l’hypothétique chaudière primitive n’ait été destinée à alimenter le caldarium en eau chaude.

601Il est donc certain que la circulation des baigneurs a été modifiée. Si nos hypothèses sont exactes, le premier état comportait les cinq salles chauffées usuelles, avec une baie II/V qui offrait un raccourci aux usagers soucieux de gagner rapidement le frigidarium après s’être nettoyés. Sans doute la subdivision de V était-elle justement destinée à maintenir à l’écart de l’agitation provoquée par l’existence de ce raccourci une partie du tepidarium de sortie.

602Dans le second état (pl. CVII-3), il n’y a plus que quatre salles chauffées, la subdivision du frigidarium étant peut-être destinée à mieux organiser la circulation compliquée par la double fonction désormais assumée par l’unique tepidarium. Si l’on peut accéder à ce dernier à partir du frigidarium et du Nord, les baigneurs doivent désormais suivre un unique circuit sinistrogyre.

THAMUGADI : PETITS THERMES SUD (pl. CVIII)

I) Bibliographie

603Ballu, Rapport 1904, p. 89-91 ; Id., Timgad III, p. 112-114 ; Germain, Mosaïques, p. 137-138.

II) Datation

604Inconnue. Plusieurs sols mosaïqués ont été réparés à l’aide de dalles de terre cuite semblables àcelles utilisées dans la construction des hypocaustes. Ces restaurations pourraient être très tardives : comme le signale S. Germain, nous sommes dans la partie de la ville la plus proche du fort byzantin.

III) Typologie

605Il s’agit de petits thermes de quartier, apparemment sans palestre, mais nous ne connaissons rien des abords de ce monument qui n’a peut-être pas été complètement dégagé (d’après le plan Ballu, quatre baies de communication donnent sur un espace non fouillé situé à l’Est). Les constructions mises au jour couvrent environ 350 m2. Le frigidarium mesure 9,30 × 6,50 m (Ballu, Germain), soit près de 60 m2. Les pièces chauffées, réduites à trois et directement accessibles à partir de la salle des bains froids, sont disposées selon un plan orthogonal imposant un itinéraire rétrograde, avec virage entre frigidarium et secteur chauffé.

IV) Salles froides

606Le cœur du bâtiment est occupé par le frigidarium, équipé d’une seule piscine. À sa périphérie, outre les entrées, sont disposés trois locaux où A. Ballu place, avec vraisemblance, un vestiaire et des salons. La pièce ouvrant vers l’Est pourrait avoir abrité des latrines : un égout court le long du mur occidental.

V) Salles chauffées

607Les dimensions sont données par A. Ballu.

608I-V : 5,03 × 3,82 m. Contrairement au texte d’A. Ballu, il faut restituer un foyer et deux passages de chaleur vers II-III.

609II-III : 6,25 × 4,45 m ; un bassin chauffé directement par un foyer.

610IV : 6,38 × 3,88 m. Deux bassins chauffés chacun par un foyer. Celui du Nord est équipé d’une chaudière ; celui du Sud n’a conservé aucune trace d’une telle installation.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE L’INSULA 17 (pl. CVIII)

I) Bibliographie

611Ballu, Rapport 1904, p. 87-88.

II) Datation

612Inconnue. Tout le secteur septentrional des bains (II-III, partie de I-V et du frigidarium) empiète sur le decumanus qui délimitait primitivement l’insula vers le Nord : ce fait implique donc que les thermes sont une adjonction au schéma primitif de la demeure. Tardivement, une basilique chrétienne a exploité les lieux : le frigidarium, pourvu d’un dallage surélevé, a été équipé, au Sud, d’une abside précédée de deux colonnes, tandis que la piscine était, selon A. Ballu, transformée en baptistère.

III) Typologie

613Ces bains privés comportent un grand frigidarium (environ 40 m2) muni d’une seule piscine, et trois salles chauffées disposées à l’Ouest en fonction d’un plan circulaire incomplet impliquant un itinéraire rétrograde. Ils sont installés à proximité immédiate du petit péristyle de la demeure, à l’Est et au Nord de ce dernier.

IV) Salles froides

614Le frigidarium, de plan rectangulaire allongé, est accessible à partir du péristyle. Il comprend, sur son long côté occidental, une piscine et un local qui permet d’accéder au circuit chauffé.

V) Salles chauffées

615I-V : chauffage indirect à partir de II-III (un passage de chaleur).

616II-III : double-cloison ; un foyer, desservi à partir de la rue, paraît avoir été équipé d’une chaudière, ce qui invite à restituer un bassin dont il ne reste pas de trace dans l’état actuel des lieux.

617IV : un foyer, probablement doté d’une chaudière qui devait desservir une piscine semi-circulaire. Un passage de chaleur a pu exister entre les hypocaustes II-III et IV : il aurait été bouché à la suite d’un remaniement.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE L’INSULA 22 (pl. CVIII)

I) Bibliographie

618Ballu, Rapport 1911, p. 492.

II) Datation

619Inconnue.

III) Typologie

620Thermes privés faisant partie d’une demeure : trois salles chauffées sont disposées d’une manière qui suggère un plan circulaire avec itinéraire sinistrogyre.

IV) Salles froides

621L’insula était très ruinée dès l’époque de son dégagement. Elle paraît avoir été occupée par une seule demeure dont les pièces sont disposées autour d’un péristyle central. Les bains se trouvent à l’Est, certains locaux s’alignant le long du cardo. Le secteur froid, et en particulier le frigidarium, n’est plus reconnaissable.

V) Salles chauffées

622Elles sont petites. La plus grande mesure environ 3,50 m de longueur, et paraît avoir disposé d’un foyer. Il faut, sans doute, y reconnaître le caldarium : il ne reste nulle trace du bassin qui devrait se trouver à l’Ouest. Les autres pièces, disposées au Nord de la première, occupent, à elles deux, une superficie sensiblement équivalente. L’une, à l’Ouest, semble avoir été chauffée directement par un foyer, ce qui paraît désigner un destrictarium-laconicum. L’autre, à l’Est, n’est chauffée qu’indirectement à partir de IV (un passage de chaleur).

623Seules deux portes, unissant I-V à II-III et à IV, sont encore reconnaissables. Il faut, selon toute probabilité, restituer une baie II-III/IV permettant un itinéraire circulaire. On ne pouvait accéder au tepidarium qu’à partir du Nord, où il faudrait donc placer le frigidarium.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE L. IULIUS IANUARIUS (INSULA 37) (pl. CVIII)

I) Bibliographie

624C. Vars, Inscriptions découvertes à Timgad pendant l’année 1901, dans RSC, 35, 1901, p. 247-249 ; Gsell, Rapport 1901, p. 315 ; Ballu, Timgad II, p. 26 et 30-32 ; Inv. mos., III, p. 129-130.

II) Datation

625Ces bains existent lorsque L. Acilius Granianus offre à son beau-père, L. Iulius Ianuarius, une statue d’Esculape et une d’Hygie (inscriptions 184a et b) : peut-être même ce dernier en est-il le constructeur ? Cette donnée ne nous fournit, cependant, aucune précision chronologique. C. Vars attribue ces textes à la seconde moitié du iiie siècle en se fondant uniquement sur la gravure : de même, il estime que le bâtiment est de « très bonne époque » (ce qui, dans son esprit, renvoie probablement au iie siècle) à cause du soin apporté à sa construction. On notera cependant que cette maison est précédée, à l’Est, par un portique qui mord sur la rue et dont une partie, à une époque encore ultérieure, fut transformée en locaux complètement annexés à l’espace habité. Une de ces pièces abrite des latrines : rien n’interdit de penser que la création des thermes, qui empiètent également sur une rue, est elle-même tardive, sinon contemporaine de ces latrines. Le décor peint de la piscine du frigidarium, imitant des plaques de marbre, ne s’oppose pas à une telle hypothèse, mais rien ne prouve qu’il soit originel. En revanche, on notera que les salles chauffées empiètent d’1,40 m sur le cardo qui les longe.

626Une basilique chrétienne fut installée sur les ruines de l’angle Sud-Ouest de la maison et sur une partie de l’insula voisine à l’Ouest, au détriment de la rue qui les séparait primitivement. Si l’état actuellement visible est généralement attribué à l’époque byzantine, il aurait été précédé par un premier édifice religieux (Germain, p. 16).

III) Typologie

627Il s’agit de bains privés dépendant d’une demeure. Trois salles chaudes, disposées à l’Ouest selon un plan circulaire incomplet, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde. La superficie totale est d’environ 100 m2 (Vars).

IV) Salles froides

628Un relativement vaste frigidarium de plan rectangulaire, orienté Nord-Sud, est équipé d’un unique bassin désaxé afin de laisser place au tepidarium qui le jouxte.

V) Salles chauffées

629I-V : petit local chauffé indirectement par un passage de chaleur provenant de l’hypocauste II-III.

630II-III : chauffage indirect par deux passages de chaleur provenant de l’hypocauste IV. À l’Ouest, une abside semi-circulaire paraît avoir abrité un bassin : cette hypothèse est confortée par la disposition de l’hypocauste, dont un muret de briques percé uniquement d’un passage de chaleur semble avoir été destiné à soutenir l’emmarchement d’une piscine.

631IV :un alveus, doté d’une double-cloison, est bien attesté à l’Ouest, chauffé directement par un foyer. Un second foyer, pourvu d’une chaudière, se trouve plus à l’Est, dans l’axe d’un renfoncement rectangulaire qui pourrait avoir abrité un bassin dont aucun vestige n’est, cependant, actuellement visible.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DU TRIOMPHE DE VÉNUS (INSULA 61) (pl. CIX)

I) Bibliographie

632Ballu, BAC, 1902, p. CCXV ; Rapport 1903, p. 167 ; Timgad III, p. 83-85.

II) Datation

633Inconnue. Nous ne disposons d’aucune étude sur l’histoire de la demeure. Aucun empiétement aux dépens des rues n’atteste un remaniement de la superficie initiale de l’insula destiné à installer les thermes. Nous pouvons simplement noter que l’étude des mosaïques paraît montrer que la demeure est l’objet de soins attentifs du iie siècle jusqu’à une date avancée, le ive siècle au moins (Germain, p. 25-29).

III) Typologie

634Il s’agit de bains privés dépendant d’une domus. Trois salles chauffées sont disposées au Nord-Ouest de la demeure, selon un plan circulaire avec itinéraire sinistrogyre.

IV) Salles froides

635Le secteur froid, en particulier le frigidarium, n’est plus reconnaissable. Il faut probablement le localiser dans les deux locaux qui s’interposent entre le péristyle et le cardo, au Sud du secteur chauffé. Celui qui ouvre sur le péristyle pourrait avoir servi de vestiaire, celui qui donne sur le cardo de frigidarium (la remarque d’A. Ballu, reprise par S. Germain, selon laquelle ces bains ne communiquent pas avec l’extérieur repose sur le fait que l’auteur considère ce local comme une boutique).

V) Salles chaudes

636I-V : chauffage indirect à partir des hypocaustes II-III et IV. L’accès au circuit chauffé a disparu, mais l’état des vestiges laisse possible un accès à partir du « frigidarium », accès qui s’impose au demeurant.

637II-III : un foyer.

638IV : un foyer muni d’une chaudière ; un bassin de plan rectangulaire.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE LA PISCINA (INSULAE 67 et 75) (pl. CIX)

I) Bibliographie

639Boeswillwald et alii, Timgad, p. 333-334 ; Germain, Mosaïques, p. 42-44.

II) Datation

640L’organisation des lieux pourrait témoigner de la transformation de locaux initialement dépourvus de fonctions balnéaires.

III) Typologie

641Il s’agit de bains dépendant d’une grande domus résultant de la fusion de deux insulae. Ils sont situés à l’angle Nord-Est de l’îlot Sud. Les publications anciennes ne font que signaler ces thermes et l’état actuel des lieux ne permet pas de bien comprendre leur organisation : ils semblent avoir comporté deux locaux chauffés. En l’absence de la claire attestation d’une salle des bains froids, on peut même se demander s’il ne s’agit pas, en réalité, d’un appartement chauffé.

IV) Salles froides

642Aucun vestige visible ne permet d’identifier un frigidarium. Le plan suggère qu’il faut le placer au Sud, où une salle ouvre sur le péristyle et sur l’extérieur. On pourrait aussi envisager l’hypothèse de l’utilisation du grand bassin de la cour toute proche, bassin qui a donné son nom à la demeure.

V) Salles chauffées

643À partir du « frigidarium », on accède à une pièce, 1, aujourd’hui pavée d’un grossier dallage sous lequel la publication ancienne suggère la présence d’un hypocauste. De fait, ce dernier paraît bien avoir été chauffé indirectement, par un passage de chaleur, à partir de la salle située au Nord, 2, dont l’hypocauste est visible. Curieusement, cette dernière pièce ouvre sur l’extérieur par une vaste baie : sans doute celle-ci témoigne-t-elle d’un état antérieur et fut-elle close lors de la création des bains. L’hypocauste ne paraît pas s’être étendu jusqu’au mur Ouest : l’extrémité occidentale de la pièce abritait sans doute le foyer.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE L’INSULA 69 (pl. CIX)

I) Bibliographie

644Boeswillwald et alii, Timgad, p. 334-335.

II) Datation

645Inconnue. Cette demeure est restée dans le cadre de l’îlot primitif. La façon difficile dont les bains s’insèrent dans le plan d’ensemble semble trahir un remaniement.

III) Typologie

646Ces bains dépendent de la demeure qui occupe toute l’insula. Ils se composent de deux salles chauffées parcourues selon un itinéraire rétrograde. En l’absence d’une claire attestation de la salle des bains froids, on peut même se demander s’il ne s’agit pas, en réalité, d’un appartement chauffé.

IV) Salles froides

647Le secteur chauffé, très arasé, occupe l’angle Sud-Est de l’insula. Il est flanqué, au Nord et à l’Ouest, par deux pièces accessibles de l’extérieur et à partir de la cour centrale. Celle du Nord étant un praefurnium, il faudrait donc placer le frigidarium à l’Ouest, mais il ne subsiste aucune installation susceptible d’étayer cette identification.

V) Salles chauffées

648D’après le plan ancien, une porte, qui n’est plus visible, livre accès à la salle chauffée méridionale à partir du « frigidarium ». Cette salle (1 : environ 11 m2) était chauffée indirectement (un passage de chaleur). La seconde pièce chauffée, 2, plus vaste (environ 15 m2) possède un foyer installé dans le vestibule Nord qui faisait donc office de couloir de service. Il ne subsiste aucun indice signalant la présence d’une chaudière ou d’un bassin.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE SERTIUS (pl. CX)

I) Bibliographie

649C. Vars, Inscriptions découvertes à Timgad pendant l’année 1901, dans RSC, 35, 1901, p. 218-221 ; Gsell, BAC, 1901, p. CCX et 311 ; Ballu, Timgad II, p. 81-84 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 326-330 et pl. XLI ; Inv. mos., III, p. 141, n° 170 ; Germain, Mosaïques, p. 59-60.

II) Datation

650La partie inférieure de deux piédestaux a été trouvée en place dans le frigidarium. On a pu y replacer deux dés de pierre, remployés dans des aménagements tardifs de la demeure (Boeswillwald et alii, p. 328). Ils s’adaptent parfaitement à ces soubassements, et la restauration s’impose. En effet, ils portent respectivement une dédicace à Hygie et Esculape où il est précisé que leurs statues sont destinées à l’ornement des bains (nos 185-186).

651Or, l’offrande à Hygie est faite par Faustus et Valentina, que l’on a aussitôt assimilés à M. Plotius Faustus Sertius et Cornelia Valentina Tucciana Sertia, évergètes vivant sous les Sévères et célèbres pour avoir financé la construction du marché situé près de l’arc marquant l’extrémité occidentale du decumanus principal. Il n’y a pas de raison de remettre en cause cette identification. Dès lors, les conséquences s’enchaînent :

  • La mise en place de ces statues, qui constituent un ensemble cohérent, doit être datée de l’époque sévérienne : à ce moment, les thermes existent.

  • La maison de Sertius est une vaste domus couvrant près de 2 300 m2. Elle a été construite sur l’emplacement libéré par la destruction du rempart, épisode que l’on a toute raison de placer également sous les Sévères. Si les thermes ne sont pas postérieurs à cette date, ils ne lui sont pas non plus antérieurs.

  • Cette conclusion est confirmée par le mode de construction des bains : rien n’indique qu’ils ne font pas partie du projet initial.

652Tout repose donc sur l’assimilation de Faustus et Valentina aux Sertii. Nous l’avons dit, il n’y a pas de raison de la remettre en cause. Dans l’état actuel de la documentation, il faut donc conclure qu’il s’agit, en Afrique, d’un des tout premiers exemples datés de bains privés urbains d’époque impériale.

III) Typologie

653S. Germain signale que tous les plans publiés comportent des erreurs. Celui qu’elle utilise, d’ailleurs largement inspiré des travaux antérieurs, n’en est pas exempt non plus. Le secteur thermal a souffert d’une particulière inattention qui en rend la lecture incompréhensible. En réalité, seul le relevé de J.-P. Bonnal (fig. 3) restitue des données bien visibles sur le terrain et curieusement maltraitées de façon systématique. On peut ainsi restituer, sans problème majeur, quatre salles chauffées disposées selon un plan circulaire avec circuit dextrogyre accessible à partir du frigidarium.

654Les salles proprement balnéaires et le couloir de service occupent environ 150 m2, le frigidarium 35 m2 (fig. 4).

IV) Salles froides

655L’angle Nord-Est est occupé par deux salles communiquant entre elles et ouvrant sur l’extérieur par six portes dont l’une est placée sous le portique de façade. Il faut peut-être y reconnaître le vestiaire et une éventuelle salle d’exercices, si ces locaux font bien partie de l’ensemble balnéaire.

656Le plus méridional de ces derniers donne directement sur le frigidarium, également accessible à partir de l’Ouest par un local qui ouvre lui-même sur le premier péristyle. La salle des bains froids, de plan très allongé, s’achève au Nord sur une piscine froide près de laquelle est percée la baie donnant accès au circuit chauffé.

V) Salles chauffées

657I-V : chauffage indirect, sans doute à partir de IV (un muret, ensuite plaqué contre IV/Est, paraît avoir occulté ce passage).

658II : chauffage indirect, sans doute à partir de III (comme ci-dessus, un muret plaqué contre III/Est paraît avoir ultérieurement bouché ce passage). Dès l’origine, les hypocaustes I-V et II étaient moins profonds que IV et III : les deux premières salles du circuit étaient donc modérément chauffées. Il semble qu’il ait existé une porte II/F, murée par la suite. Nous aurions alors un exemple d’itinéraires multiples dans des thermes de domus. Cette ouverture pourrait aussi appartenir à un état antérieur à la création des bains, mais, comme nous l’avons vu, rien ne permet de mettre en doute la contemporanéité de ces bains et de l’ensemble de la demeure.

659III : laconicum, curieusement important puis-qu’il constitue la plus vaste des salles chauffées (faudrait-il supposer une inversion du caldarium et de l’étuve ?). Un foyer. Le plan de la pièce suggère un bassin dont il ne reste aucun vestige. Cette hypothèse est cependant confirmée par la forme du passage du canal du four sous le mur. Il est, en effet, couvert par une arcade étroite mais haute de près de 2 m : un tel dispositif ne peut s’expliquer que par le souci de loger une chaudière.

660IV : caldarium, avec vestiges d’un bassin directement chauffé par un foyer passant sous le mur occidental grâce à une haute arcade identique à celle du laconicum. Il faut donc, ici aussi, restituer une chaudière, parfaitement logique en cet endroit, et dont la présence confirme la reconstitution proposée pour le laconicum.

VI) Installations chauffées annexes

661De l’autre côté du premier péristyle, donc au Sud de ce dernier, se trouve un autre secteur chauffé d’interprétation difficile. Il n’y avait, probablement, qu’un seul hypocauste, encore bien visible, qui pourrait avoir été desservi par un foyer placé à l’Ouest. Malgré Boeswillwald et alii (p. 330), la pièce située au Sud, et qui ne communique pas avec la première, ne semble pas avoir été chauffée (fig. 5).

662S’agit-il de bains destinés à la domesticité (Bal-lu, p. 83-84), ou d’installations « de basse époque » remplaçant les thermes de l’angle Nord-Est (Boeswillwald et alii, p. 330) ? Aucun bain froid n’est repérable et on ne peut exclure qu’il s’agisse seulement d’une pièce d’habitation chauffée.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON DE L’HERMAPHRODITE (pl. CXI)

I) Bibliographie

663Ballu, Timgad II, p. 91 ; Boeswillwald et alii, Timgad, p. 322.

II) Datation

664Comme la maison de Sertius, il s’agit d’une vaste domus construite sur le terrain récupéré à la suite de la destruction des remparts, sans doute à l’époque sévérienne. Le secteur chauffé est probablement plus tardif : en témoigne la façon maladroite dont il s’articule avec le reste de la demeure.

III) Typologie

665Deux salles chauffées étaient parcourues selon un itinéraire soit rétrograde, soit, peut-être, sinistrogyre. Toute trace d’aménagement d’un frigidarium, s’il y en eut jamais, a disparu. Il nous paraît donc qu’il faut se demander s’il s’agit réellement de bains privés dépendant d’une maison ou, plutôt, d’un appartement chauffé.

IV) Salles froides

666Au Sud, deux pièces froides flanquent les locaux chauffés. Si nous sommes en présence de thermes, on peut y voir soit un vestibule et un vestiaire, soit, plutôt, un vestiaire et un frigidarium. Il ne reste aucun indice permettant d’identifier une salle des bains froids, mais l’hypothèse de petits bains qui en seraient dépourvus paraît peu recevable.

V) Salles chauffées

667La première, 1, semble avoir uniquement bénéficié d’un chauffage indirect : un passage de chaleur, bouché par la suite, paraît bien avoir uni les deux hypocaustes. Il devait être placé sous une porte qui n’est plus visible mais que signalent Boeswillwald et alii (remarque qui est d’ailleurs en contradiction avec le plan).

668La seconde, 2, plus vaste, possède un foyer, installé aux dépens du vaste local sur lequel débouche le vestibule d’entrée de la demeure. Bien qu’aucun vestige de bassin ne soit repérable, il faut probablement y voir un caldarium, du moins s’il s’agit bien de thermes. Il ne subsiste aucune trace de la baie aménagée dans le mur méridional d’après le plan accompagnant le texte de Timgad (fig. 2). Cette baie n’apparaît d’ailleurs pas sur le plan publié dans Timgad II (fig. 1), mais la limite méridionale des hypocaustes y est représentée de façon fort schématique (la porte Sud de l’hypocauste 1 n’y figure pas non plus, alors qu’elle est encore clairement indiquée par son seuil). De plus un lien direct caldarium-frigidarium apparaît surprenant. L’hypothèse ne peut cependant être complètement exclue : il faudrait alors restituer un itinéraire sinistrogyre.

669Les difficultés auxquelles on se heurte pour rendre compte de l’organisation de ces bains confirment qu’il est impossible d’exclure que nous soyons en présence d’un appartement chauffé composé de deux pièces précédées d’un vestibule. L’absence de toute trace de bassin, froid ou chaud, ne fait que conforter cette hypothèse.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON À L’OUEST DES THERMES DES FILADELFES (pl. CXII)

I) Bibliographie

670Ballu, Rapport 1922, p. 47-53 (bref résumé de ce rapport par R. Cagnat dans BAC 1924, en particulier p. LXXXI) ; Id., Rapport 1923. Germain, Mosaïques, p. 81-85.

II) Datation

671Cette grande demeure (environ 2 500 m2) ne pouvait être érigée qu’en dehors de l’enceinte primitive, dont elle est cependant proche. Le frigidarium des thermes orientaux est orné d’une superbe mosaïque à motifs végétaux qui serait attribuable à l’époque sévérienne (Germain, n° 107 et p. 85) : elle s’insère dans un ensemble de pavements provenant de la même maison et relevant du même esprit.

672Cette datation relativement haute pourrait être confirmée par l’histoire architecturale du bâtiment. De fait, un vaste îlot est occupé par une domus dotée de deux grands péristyles : elle semble être le produit de la fusion de deux maisons, ce qui rendrait également compte de la présence éventuelle de deux bains privés.

III) Typologie

673Les bains orientaux sont logés dans l’angle Nord-Est de la demeure. Un frigidarium commande deux salles chauffées, placées au Nord-Est et parcourues selon un itinéraire rétrograde, l’ensemble correspondant à un plan linéaire.

674Les hypothétiques bains occidentaux sont logés dans l’angle Nord-Ouest de la demeure. Les vestiges, très arasés, ne permettent de reconnaître que trois locaux chauffés disposés selon un plan orthogonal avec itinéraire rétrograde.

IV) Salles froides

A) Bains orientaux

675Une salle ouvre largement sur le reste de la demeure par trois baies. Celles-ci permettent un accès à partir du péristyle et à partir de l’extérieur, par l’intermédiaire d’un long couloir qui longe tout le côté oriental de la demeure jusqu’à la rue méridionale.

676Cette salle précède le frigidarium dont elle est séparée par un mur arasé où il faut restituer une baie. La salle des bains froids possède une exèdre au Nord et une piscine à l’Ouest. À l’Est, une porte conduit au secteur chauffé.

B) Bains occidentaux

677Il ne subsiste aucune trace d’un frigidarium qui pourrait cependant aisément trouver place dans les pièces arasées qui flanquent, au Sud, le secteur chauffé, du moins si nous sommes bien en présence de thermes.

V) Salles chauffées

A) Bains orientaux

678La salle 1 possède un bassin directement chauffé par un foyer. La seconde est un caldarium doté d’un alveus chauffé par un four qui semble avoir été équipé d’une chaudière.

B) Bains occidentaux

679Le plan n’est plus guère reconnaissable qu’au niveau des hypocaustes. Les portes ont disparu, mais l’emplacement des passages de chaleur permet de les restituer de façon probable. Le nombre et les caractéristiques des salles permet de proposer une lecture :

680I-V : chauffage indirect (un passage de chaleur vers II-III).

681II-III : sans doute un foyer au Nord, un passage de chaleur vers IV.

682IV : aucun foyer n’est repérable, mais il est très probable que cette salle, la plus vaste (plus de 20 m2) et selon toute probabilité abritant les bains chauds, bénéficiait d’un chauffage direct.

683Cependant, s’agit-il bien de thermes ? Si les circulations portées sur le plan Germain (fig. 1) correspondent effectivement à des données aujourd’hui perdues, il faudrait plutôt songer à un appartement chauffé.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON AU SUD DE LA PORTE DE LAMBÈSE (pl. CXII)

I) Bibliographie

684Il n’y a rien dans les rapports d’A. Ballu, les bains n’étant pas encore dégagés (cf. le plan dans Timgad III, p. 51). Il faut donc se référer à M. Christofle, Rapport sur les travaux de fouilles et consolidations effectués en 1927, 1928 et 1929 par le Service des monuments historiques de l’Algérie, Alger, 1930, p. 58-62, en particulier p. 60. Ces bains sont simplement mentionnés dans J. Lassus, Timgad, Alger, 1969, p. 102-103, ou Germain, Mosaïques, p. 88-90.

II) Datation

685Inconnue. Le faubourg auquel appartient cette grande domus paraît s’être développé rapidement : la porte de Lambèse, toute proche, est datée de 167. Les bains paraissent s’articuler difficilement avec le reste de la demeure, ce qui pourrait signifier que leur installation est liée à des remaniements.

III) Typologie

686Il s’agit de bains privés dépendant d’une maison. M. Christofle signale quatre pièces sur hypocauste. Actuellement, on ne repère avec sûreté que deux salles chauffées et une piscine. Le plan est orthogonal, l’itinéraire rétrograde comprenant un virage dans la première pièce.

IV) Salles froides

687Les bains sont logés entre une exèdre qui prolonge le portique occidental du péristyle (Germain, n° 119) et une grande salle située sur l’axe de ce dernier, face à une fontaine (Germain, n° 118 et 117). La pièce qui précède le secteur chauffé, très probablement une salle froide, doit être considérée comme faisant partie des thermes. Aucun aménagement n’atteste son rôle de frigidarium, et on se demande où on aurait bien pu loger un bassin. De plus, ce local communique avec la salle 118 (6 × 5,55 m) qui pourrait avoir joué un rôle dans les thermes.

V) Salles chauffées

688Ce secteur est très arasé. Le local 1 était chauffé indirectement par l’Ouest (un passage de chaleur ; l’existence d’un foyer à l’Est semble improbable). La seconde salle possède un four. Elle se prolonge, vers le Nord, par un petit local, en fait, selon toute probabilité, un bassin qui paraît bien avoir été lui-même chauffé directement par un foyer : on reconnaîtra un caldarium.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON PRÈS DU MARCHÉ AUX VÊTEMENTS (pl. CXIII)

I) Bibliographie

689Ballu, Rapport 1909, p. 114-116 ; Id., Timgad III, p. 97-98 ; Id., Rapport 1915, p. 238-239. Inv. mos., III, p. 26, nos 100-101 ; Germain, Mosaïques, p. 96. Pas de plan.

II) Datation

690Inconnue. Le motif de la mosaïque du frigidarium (Germain, pl. XLIII, n° 132) nous paraît exclure une date antérieure à l’époque sévérienne.

III) Typologie

691Nous n’avons pu voir ces bains sur le terrain. Leur emplacement apparaît d’ailleurs incertain. S. Germain les place « dans l’îlot contigu au marché aux vêtements », immédiatement au Nord des thermes du marché de Sertius (cf. fig. 22 de sa publication, en M-17). L’inventaire des mosaïques (plan p. 24-25) les situe, en revanche, à l’Ouest de ce dernier, au delà d’une rue, ce qui correspond mieux au Rapport 1915 auquel S. Germain ne se réfère pas.

692L’insula est incomplètement dégagée. A. Ballu, dans ce dernier rapport, y décrit un espace vide (cour ?) autour duquel sont disposées des demeures. On peut se demander s’il ne s’agit pas, plutôt, d’une vaste domus à péristyle central. Quoi qu’il en soit, nous sommes en présence de bains privés qui sont disposés dans l’angle Nord-Est de l’îlot, à la rencontre de deux rues, le secteur froid étant au Nord, le secteur chauffé au Sud et comportant trois pièces parcourues selon un itinéraire difficile à restituer d’après les données dont nous disposons. Plutôt qu’un cheminement rétrograde, il nous paraît préférable de proposer, d’après le Rapport 1909, un plan circulaire avec circulation sinistrogyre.

IV) Salles froides

693Tout ce que nous connaissons de ces thermes provient des rapports d’A Ballu, d’après lesquels on peut proposer, non sans hypothèses, l’organisation suivante (un plan schématique permet de suivre la description : fig. 1).

694Un vestibule dallé (2,60 × 2,50 m) commande l’accès aux pièces d’habitation, au couloir de service et au frigidarium. Ce dernier (2,20 × 2,20 m) est équipé d’une piscine demi-circulaire. Les données fournies par S. Germain incitent à modifier légèrement les dimensions de la pièce, dans la mesure où la mosaïque du frigidarium, déposée au musée, mesure 2,40 m de côté (inscription musive n° 187).

V) Salles chauffées

695Les baies de circulation ne sont pas décrites par A. Ballu, hormis la liaison directe frigidarium-tepidarium.

696I-V :2 × 1,60 m, le petit côté étant sur la rue ; chauffage indirect.

697II-III : 2 × 2 m ; un foyer. Contrairement aux deux autres salles chauffées, A. Ballu ne signale pas que cette pièce jouxte la rue. En revanche, il précise qu’elle est située entre le couloir de service, qu’il faut placer au Sud-Ouest, et le tepidarium. Ce sont ces données qui nous incitent à éliminer un alignement des salles chauffées et à restituer un destrictarium-laconicum en une position qui suggère un circuit sinistrogyre.

698IV : 3,30 × 1,85 m, le petit côté jouxtant la rue ; un foyer. Pas de détail sur l’équipement de ce local.

THAMUGADI : THERMES DE LA MAISON AU NORD DU CAPITOLE (pl. CXIII)

I) Bibliographie

699Ballu, Rapport 1915, p. 239-242 ; Germain, Mosaïques, p. 115-118. Sur le vaste édifice auquel sont rattachés ces thermes, cf. Ballu, Rapport 1916, p. 293-300, et Germain, Mosaïques, p. 106-114.

II) Datation

700Hormis le fait que nous sommes à l’extérieur de l’enceinte primitive de la ville, nous ne disposons d’aucun indice précis. On notera le plan caractéristique du frigidarium, qui renvoie à un répertoire particulièrement prisé au Bas-Empire : nous pouvons penser que ces bains ne sont pas antérieurs au ive siècle. Le style des pavements ne s’oppose pas à une telle hypothèse (cependant, K. Dunbabin date le seuil F/I-V du iiie siècle, peut-être du milieu ou de la fin de ce siècle, mais sans donner d’arguments : Mosaics, p. 275).

III) Typologie

701Ces bains paraissent parfaitement liés au grand bâtiment qui s’étend au Sud, où l’on a voulu voir une hôtellerie (J. Lassus, Visite à Timgad, Alger, 1969, p. 62, d’où l’appellation de « thermes de l’auberge » parfois utilisée pour désigner cette construction balnéaire), ou du moins « un édifice à caractère collectif », plutôt qu’une habitation particulière (Germain, p. 106). Aucun argument décisif ne contraint à adopter une telle analyse, et, pour le moment, il semble plus prudent de considérer cet ensemble, ainsi que le faisait A. Ballu, comme une vaste domus.

702Nous serions alors en présence de thermes privés, dont l’ampleur relative (quelque 350 m2 pour le secteur proprement balnéaire) serait à l’échelle de cette demeure. Le secteur chauffé présente des difficultés de lecture. On peut cependant proposer que ce plan circulaire corresponde à un itinéraire dextrogyre. Les dimensions sont empruntées à A. Ballu.

IV) Salles froides

703À l’Est, le long d’une rue à partir de laquelle il était peut-être directement accessible, un vaste local (14,65 × 7,20 m) devait servir de salle d’exercices (avec dépôt pour les produits nécessaires aux athlètes dans l’angle Nord-Ouest ?). Il est pavé d’une mosaïque en gros cubes de terre cuite (Germain, n° 170). De là, on passe, par une porte large de 2,10 m, dans un frigidarium octogonal (côtés longs de 2,95 m ; largeur de la pièce : 7,20 m). Deux piscines froides, de plan curviligne, sont disposées au Nord et au Sud. Quatre des côtés de l’octogone sont ornés de niches semi-circulaires : au fond de celle disposée au Sud-Ouest s’ouvre la porte d’un local qui donne sur le vaste espace situé au Sud des thermes. Ce dernier est également accessible à partir de la salle d’exercices.

704Ce secteur, caractérisé par la présence de colonnades, est généralement considéré comme une des cours de la domus. On peut se demander s’il ne pouvait pas faire office de palestre. Un profond bassin, mesurant environ 6 × 3 m, évoque d’ailleurs une natatio.

V) Salles chauffées

705Du frigidarium, on accède au secteur chauffé par une porte dont le seuil est orné de deux paires de sandales accompagnées des formules de souhait usuelles (inscription n° 188). Les vestiges sont bien lisibles.

706I-V : chauffage indirect, non à partir de III, mais, selon toute probabilité, à partir de II (l’état de conservation des pavements ne permet pas de vérifier l’existence d’un passage de chaleur).

707II : un bassin, directement chauffé par un foyer très probablement dépourvu de chaudière ; double-cloison.

708III : 3,20 × 3,20 m ; un foyer, sans trace de chaudière ; double-cloison ; passage de chaleur vers IV.

709IV : deux bassins, chacun chauffé directement par un foyer qui pourrait avoir supporté une chaudière.

710L’identification de chaque pièce paraît bien assurée par la façon dont elle est aménagée. Or, il en résulte que l’emplacement du caldarium, situé entre le destrictarium et le laconicum, est fort curieux. Pourtant, il ne semble pas satisfaisant de regrouper ces deux derniers en III, dans le cadre d’un itinéraire sinistrogyre, et de voir en II un second caldarium. De fait, III paraît bien dépourvu de tout bassin, et, de plus, son fort chauffage (dimensions restreintes, double-cloison, un foyer, absence de passage de chaleur vers I-IV) correspond parfaitement à un laconicum pur et simple. Une dernière hypothèse consisterait néanmoins à fusionner II et III, et à faire de la pièce II le tepidarium de sortie. Cependant, dans ce cas, si la présence d’un bassin n’apparaît pas anormale, l’importance relative de cette pièce et son mode de chauffage correspondent bien mieux à une salle de nettoyage, ce que confirme l’absence de liaison directe avec le frigidarium.

711On est donc conduit à proposer un itinéraire dextrogyre avec une étuve placée après le caldarium, solution qui n’est pas absolument sans parallèle mais qui paraît exceptionnelle dans le cadre d’un itinéraire continu.

THAMUGADI : THERMES OUEST (pl. CXVI)

I) Bibliographie

712Ballu, Rapport 1909, p. 116-118; Id., Rapport 1912, p. 172-173; Id., Timgad III, p. 118-120.

II) Datation

713Inconnue.

III) Typologie

714La publication de ce bâtiment est particulièrement médiocre : elle ne permet de comprendre ni les limites exactes de ces thermes, ni leur nature (A. Ballu penche pour des bains publics). En réalité, il s’agit d’une construction privée dont les contours sont parfaitement repérables. En effet, un simple examen des lieux permet de constater que ces bains dépendent d’une demeure à péristyle et que l’espace thermal est clairement individualisé par le fait qu’il se trouve en contre-haut de la maison à laquelle des escaliers le relient.

715Quatre salles chauffées, disposées en fonction d’un plan circulaire, étaient parcourues selon un itinéraire dextrogyre. Le frigidarium, selon A. Ballu, mesure 6 × 5,20 m ; en réalité, comme le suggère le plan du même auteur, il atteint environ 7 × 3,50 m, hors piscine et sans tenir compte des espaces annexes situés à l’Est.

IV) Salles froides

716Le frigidarium, dallé, est muni d’une seule piscine. Il ouvre largement, vers l’Est, sur des locaux où il faut, selon toute probabilité, placer un vestiaire, près du débouché de l’escalier qui descend au cœur de la demeure. De cette salle des bains froids, on passe directement dans le tepidarium.

V) Salles chauffées

717I-V : chauffage indirect par un passage de chaleur à partir de IV.

718II : double-paroi.

719III : un foyer avec chaudière (mais aucune trace de bassin n’est repérable) ; double-cloison. Le plan Ballu mentionne, au Sud, une ouverture qui n’est qu’une brèche tardive. Inversement, il omet de signaler une porte, indubitable, qui relie III et IV.

720IV :3,10 × 2,40 m. Double-paroi. Le bassin est chauffé par un foyer équipé d’une chaudière.

THAMUGADI : « BAINS DE L’USINE DE CÉRAMIQUE » (pl. CXVI)

I) Bibliographie

721Ballu, Rapport 1906, p. 270-271 ; Id., Timgad III, p. 21-26.

II) Datation

722Inconnue

III) Typologie

723À l’Est de la colline qui domine au Sud le capitole, se trouve une demeure à péristyle dont des annexes abritaient des ateliers de céramique. A. Ballu pense que ces bains sont ceux du personnel travaillant dans cette « usine ». En fait, ils sont situés à l’articulation des ateliers et de la demeure, et, malgré les affirmations de l’auteur, sont accessibles à partir de cette dernière. Il paraît donc logique de penser que nous sommes simplement en présence de bains dépendant d’une domus.

724Trois locaux chauffés étaient parcourus selon un itinéraire rétrograde lié à un plan orthogonal avec virage au sein du secteur chauffé.

IV) Salles froides

725À l’Est, le secteur chauffé est séparé d’une grande salle d’apparat de la demeure par un long couloir qui, provenant du péristyle, aboutit à un puits. Le côté méridional est occupé par le couloir de service, également accessible à partir du péristyle. Les salles froides devraient être situées vers le Nord, aux environs du tepidarium, mais aucun local de ce secteur (partiellement occupé par une vaste salle, comportant des rangées de piliers, qu’A. Ballu attribue à « l’usine de céramique ») ne conserve les traces d’installations froides.

V) Salles chauffées

726I-V : chauffage indirect ; double-cloison.

727II-III : un foyer chauffant directement un bassin ; double-paroi.

728IV : un foyer (sans trace de chaudière) ; double-cloison. Selon toute probabilité, un massif de maçonnerie tardif masque un alveus situé au débouché du four.

THAMUGADI : THERMES DE LA « CATHÉDRALE DONATISTE » (pl. CXIV)

I) Bibliographie

729Ballu, Rapport 1908, p. 101-105.

II) Datation

730Ces bains font partie d’un grand ensemble religieux comprenant une vaste basilique à atrium. Ce dernier est flanqué, à l’Ouest, d’un baptistère et d’un groupe thermal. L’ensemble est généralement attribué à la période fin ive-début ve siècle. On a ainsi attribué au ive siècle les chapiteaux corinthiens de l’atrium (mais il pourrait s’agir de remplois), les mosaïques du baptistère et les chrismes. Sans doute les lieux connaissent-ils aussi des aménagements à l’époque byzantine (Gui, Duval, Caillet, Basiliques chrétiennes, I, p. 278).

III) Typologie

731Il s’agit de petits thermes dont l’étude est rendue très délicate par le manque de données disponibles. L’ensemble est intimement lié au baptistère mais il nous paraît, en fait, comporter deux édifices balnéaires distincts.

IV) Thermes Sud

732Le secteur chauffé comporte deux pièces plaquées contre le mur occidental du baptistère. La plus grande (4,70 × 2,70 m d’après A. Ballu), placée au Nord, possède un foyer avec chaudière sur lequel il faut restituer un bassin. Elle est commandée par la seconde, chauffée indirectement, qui ouvre sur le baptistère et sur une vaste salle (9,60 × 8,90 m) qu’A. Ballu considère comme une annexe de la salle des baptêmes dont, de fait, elle constitue le vestibule. Elle devait aussi servir de frigidarium, lequel ne peut se trouver qu’à cet endroit. Cette fonction nous paraît attestée par la piscine semi-circulaire qui l’équipe. Dans le pavement de mosaïque subsistent les traces de deux cuves hexagonales qu’A. Ballu rattache au fonctionnement du baptistère mais qui pourraient aussi avoir fait partie des installations propres à la salle des bains froids.

V) Thermes Nord

733Le frigidarium, au sol couvert de dalles, est subdivisé en deux par un mur percé d’une large porte. Sa partie méridionale communique avec le baptistère qui, au Nord comme au Sud, n’est donc accessible qu’en traversant les bains. Cette partie comporte deux piscines logées dans des hémicycles. Celle située au Nord comprend un bassin rectangulaire.

734Du secteur chauffé, on ne reconnaît plus qu’une pièce à double abside, tout à fait semblable à un caldarium : un foyer, situé au Nord, et deux alvei logés dans les absides.

THAMUGADI : THERMES DE LA FORTERESSE BYZANTINE (pl. CXIV et CXV)

I) Bibliographie

735J. Lassus, La forteresse byzantine de Thamugadi. Fouilles à Timgad 1938-1956, Paris, 1981, p. 123-146.

II) Datation

736L’inauguration de la forteresse est précisément datée par une inscription d’entre les premiers avril des années 539 et 540. L’étude des maçonneries de l’édifice balnéaire révèle des remaniements. Il paraît possible de proposer deux phases, la seconde étant caractérisée par un agrandissement de l’établissement avec adjonction de toute l’aile méridionale (pl. CXV-2 et 3).

III) Typologie

737Il s’agit de bains militaires construits dans une grande forteresse d’environ 120 × 80 m. Toute la partie occidentale du bâtiment est installée sur un grand sanctuaire de source d’époque sévérienne. Alors que les casernements des soldats occupent la partie orientale du site, c’est en ce secteur que sont concentrées les installations vitales, en particulier la piscine héritée du sanctuaire antérieur et transformée en réserve d’eau, le siège de l’état-major, la chapelle et les bains. Toutefois, comme le souligne J. Lassus, ces derniers ouvrent vers l’Est, vers la place située au cœur de la forteresse, et sont donc aisément accessibles à partir des logements des soldats. Selon toute probabilité, ces bains étaient ceux de l’ensemble de la garnison, un éventuel clivage hiérarchique ne se traduisant qu’au niveau des horaires. D’ailleurs, le calcul auquel se livre J. Lassus (p. 146) en estimant à huit le nombre de personnes susceptibles de se baigner ensemble, repose, à notre avis, sur des bases erronées : malgré ses dimensions restreintes, un tel établissement pouvait, sans aucun doute, accueillir simultanément beaucoup plus d’individus.

738Dans leur dernier état, ces bains couvrent un peu plus de 200 m2. Ils comprennent trois salles chauffées disposées selon un plan circulaire incomplet imposant un itinéraire rétrograde. Une quatrième salle chauffée, due à une adjonction, offre un bain restreint.

IV) Salles froides

739Dans le dernier état, la porte d’accès donne sur un vestibule transversal dont l’extrémité septentrionale constitue une pièce spécifique où J. Lassus propose de placer un gardien. On passe ensuite dans la salle la plus vaste de l’édifice, équipée d’un banc. Ce vestiaire commande le début des salles proprement balnéaires, dont la première est un petit frigidarium doté de deux piscines.

740À l’Est du vestibule se trouve un local que J. Lassus considère comme postérieur (p. 142) : le plan Lenne paraît au contraire indiquer qu’il fait partie du projet primitif. Un escalier est logé dans l’angle Sud-Est. La publication restitue une porte au Sud, mais il paraît étrange qu’il n’en reste nulle trace dans un mur dont l’élévation reste notable. Elle estime aussi que l’escalier servait à monter à un étage, ce dernier s’étendant même probablement à l’ensemble des bains.

741Cette restitution n’est pas satisfaisante. Les lieux paraissent avoir été très remaniés (disparition presque totale du dallage ; présence d’une colonne et de supports (d’auges ?) dont rien ne prouve qu’ils appartiennent à l’état primitif). On peut donc se demander si ce local n’est pas originel et s’il ne s’agit pas d’un bassin en plein air, d’une natatio dépendant des bains : dans cette hypothèse, l’escalier ne signalerait nullement la présence d’un étage.

V) Salles chauffées

742I-V : une porte sépare la salle des bains froids du début du secteur chauffé. Ce premier local, installé sur hypocauste, était chauffé indirectement à partir de II-III. Un banc au Sud, quatre sièges installés dans des niches au Nord, dont le plus oriental isolé dans une sorte de cabine individuelle, permettaient aux baigneurs d’attendre confortablement une première sudation.

743II-III : un foyer. Les longs murs sont dotés d’une double-cloison d’un type particulier. Au Nord, des briques maintiennent à distance de longues dalles, épaisses de 27 cm. Au Sud ont été utilisées des pierres de dimensions beaucoup plus restreintes.

744IV : ce caldarium, équipé de deux bassins, paraît avoir été muni d’une double-paroi, mais nous ne comprenons pas la description qui en est donnée (p. 132). Nous ne comprenons pas plus l’évolution chronologique du mode de chauffage telle qu’elle est décrite (p. 145...). Les données disponibles permettent de restituer un état initial où le caldarium est chauffé par deux fours disposés à l’Ouest et au Sud. Lors de la création de la nouvelle salle chauffée 1, ce dernier fut supprimé, sans doute transformé en passage de chaleur. Un nouveau foyer fut créé à l’Ouest, afin de chauffer ce nouveau local. Il n’y a aucune raison de penser que le foyer occidental du caldarium fut alors également supprimé, la chaleur procurée par les sources de chaleur désormais situées de part et d’autre de cette salle étant considérés comme suffisantes. Un tel schéma, qui nous ferait passer d’un caldarium possédant deux foyers à une salle chauffée seulement indirectement, n’est pas vraisemblable.

745On ne peut pas plus admettre la restitution qui propose de transformer l’emplacement du four Ouest du caldarium en une grande cheminée dont le conduit serait dessiné par le mur qui ne peut, en réalité, que délimiter le praefurnium (le parallèle établi, p. 145, note 9, avec les grands thermes Nord d’Hippone ne vaut rien puisque, dans ce dernier cas, la pseudocheminée n’est que le logement d’une chaudière).

746L’étude des maçonneries et des collages, telle qu’on peut la faire grâce au plan Lenne (pl. CXV-1), permet en fait de distinguer toute la partie septentrionale du bâtiment de l’aile méridionale qui a été plaquée contre cette dernière.

747Dans le premier état, le caldarium IV possède donc deux foyers, le praefurnium occidental étant délimité par un mur qui, au Nord, vient se coller contre la façade Ouest des bains mais qui, au Sud, paraît lié à la paroi IV/1 (p. 139). Quoi qu’il en soit des modalités de la construction, il ne s’agit pas d’« une sorte de tour en briques » qui aurait été inaccessible. Ce mur délimite simplement un espace de service, surélevé, tout comme le canal du four, par rapport au niveau environnant donné par un sol romain antérieur. Dès lors, il est tout à fait probable que l’on entrait dans le praefurnium par l’Ouest, par une baie aujourd’hui transformée en brèche. Sans doute cette construction était-elle destinée à abriter une chaudière.

748Dans le second état, l’adjonction de l’aile méridionale permet de créer un vestiaire plus ample servant aussi d’antichambre au frigidarium qui, ainsi, n’ouvre plus directement sur l’extérieur. Surtout, elle autorise la création d’une nouvelle salle chauffée, 1, dotée de son propre foyer placé sous un bassin. La concomitance de la construction de cette pièce et du nouveau vestiaire est démontrée par le mur qui les sépare, clairement lié à l’installation chauffée mais également indispensable à la délimitation du local oriental : il est impossible d’attribuer ces locaux à deux états distincts. Ils fonctionnent ensemble et démontrent que toute l’aile méridionale est une adjonction (contra Lassus, p. 145, qui considère que le grand vestiaire et la pièce 1, alors sous forme de chaufferie, font partie du projet initial).

749Reste à définir la fonction de la salle 1. En l’absence de toute communication IV/1, il s’agit d’un bain distinct. Nous voyons deux interprétations possibles. Soit il s’agit d’un bain dont toutes les fonctions sont concentrées en un seul local : on s’y nettoierait et on s’y baignerait (II-III-IV). Le but serait simplement d’accroître, à moindres frais, les capacités d’accueil du complexe. Soit il s’agit de la création d’un bain spécifique, réservé à ceux qui ne recherchent que décrassage et action de l’étuve (II-III).

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540