Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen

 | 
Yvon Thébert

Deuxième partie. Genèse et ordonnance de l’architecture thermale méditerranéenne

Chapitre II. La révolution de l’hypocauste et l’invention d’un nouvel édifice balnéaire

Texte intégral

I–LA CRÉATION DE L’HYPOCAUSTE MODERNE : SIGNIFICATION ET CONSÉQUENCES

1Dans le chapitre précédent, nous avons eu l’occasion de mentionner des systèmes de chauffage « par en dessous » pour lesquels les auteurs emploient parfois le terme d’hypocauste. Il est clair que le principe fondamental qui consiste à créer une circulation d’air chaud sous un local ou un bassin est archéologiquement bien attesté dès la haute époque hellénistique. Nous sommes indubitablement en présence d’une solution technique qui fonde les recherches ultérieures. Cependant, il est tout aussi important de souligner que cette dernière reste sommaire. Chaque fois, il s’agit d’un ou de canaux qui ne permettent de chauffer directement qu’une partie relativement restreinte du sol de la pièce ou de la baignoire.

2La révolution du mode de chauffage comporte deux étapes. La première consiste en l’établissement d’une circulation de la chaleur sous la quasi-totalité de la superficie du local concerné : c’est l’invention de l’hypocauste proprement dit. La seconde correspond à l’extension de la capacité de chauffe aux parois. Chacune de ces deux étapes permet un bond en avant dans la capacité non seulement à accroître considérablement le degré de chaleur qu’il est possible d’obtenir, mais aussi à le contrôler précisément.

1) Techniques de chauffage

  • 1 Cf. les analyses, et les bibliographies, fournies par Nielsen, Thermae, p. 14-22 et 161-162, ainsi (...)

3Il n’est pas nécessaire de traiter ici longuement des aspects techniques de la question, dans la mesure où nombre d’auteurs ont déjà assumé cette charge1. Il nous suffit de rappeler les principes directeurs de ce mode de chauffage, en précisant le vocabulaire que nous utiliserons, question toujours délicate étant donné les approximations, et même les contradictions, qui peuvent exister chez les auteurs tant antiques que modernes.

  • 2 Cette assimilation apparaît dans Pline, Ep., 2, 17, où il emploie indifféremment suspensura (9) et (...)

4Le principe fondamental de l’hypocauste (nous considérerons ici les termes hypocaustum et suspensura comme des synonymes2) consiste à faire circuler de l’air chaud sous la plus grande partie possible d’un sol suspendu au-dessus de la chambre où pénètrent les gaz. Pour ce faire, le niveau d’utilisation de la pièce repose sur des pilettes, le plus souvent en briques rondes ou carrées, parfois en pierre (de préférence en lave volcanique, mais aussi en d’autres matériaux tel que le calcaire), parfois encore prenant la forme de tubes creux d’argile. Dans le cas le plus simple, et aussi le plus fréquent, les pilettes sont constituées de briques carrées d’une vingtaine de centimètres de côté, lesquelles supportent des bipedales, quatre de ces éléments venant s’appuyer par leur angle sur chacune des pilettes : ce sont alors 90 % de la superficie totale du sol qui sont directement chauffés au contact de l’air chaud.

5Ce calcul théorique ne vaut, en fait, que pour certains secteurs de la salle. En d’autres endroits, la solidité de l’ensemble exige des pi-lettes doubles ou triples, quand ce ne sont pas de véritables murets, utilisés par exemple pour soutenir une piscine et aussi conduire l’air chaud d’un foyer vers le centre de la pièce. Il n’en reste pas moins que ce système permet de chauffer la majeure partie de la superficie de locaux qui peuvent atteindre de vastes dimensions.

6La chaleur est procurée par un ou plusieurs fours, ou foyers, termes équivalents, situés hors de la pièce proprement dite : la chauffe s’effectue dans le canal qui traverse le mur de cette dernière et, dans certains cas, pour l’essentiel à l’extérieur même de la paroi, des bras prolongeant le canal dans cette direction. Ce dernier parti peut être choisi, en particulier, lorsque des instruments de chauffage de l’eau sont installés directement sur le foyer.

  • 3 Un exemple d’un tel aménagement, avec des recharges successives de chaux reliant la gueule du four (...)

7À l’extérieur, le canal du four est accessible à partir d’un espace de service couvert qui peut prendre diverses formes : local de dimensions très variables ou couloir courant le long du mur externe des salles chauffées afin de desservir plusieurs fours. Au sein de cet espace de service, le secteur situé à l’embouchure du foyer constitue l’aire de desserte de ce dernier. La surface de travail est parfois originalisée par des recharges de chaux qui créent un niveau permettant de traiter plus aisément les résidus de combustion dont l’élimination pouvait se faire par l’intermédiaire d’un canal servant en particulier à l’évacuation des eaux des piscines3.

  • 4 Nous nous en tenons ainsi à l’étymologie du mot, comme plusieurs auteurs anciens. Le passage de Vit (...)

8Contrairement à un usage très répandu chez les auteurs modernes, qui utilisent le mot praefurnium au sens de foyer, nous réserverons ce terme pour désigner l’aire de desserte de ce dernier4.

  • 5 A. Lézine souligne que c’est l’utilisation de la paroi chauffante qui permet enfin la suppression d (...)

9L’obtention d’une température encore plus élevée, et sa précise régulation, deviennent possibles avec l’invention et la généralisation des parois chauffantes, que nous appelons aussi doubles-cloisons. Le principe est, en soi, très simple : il consiste à prolonger la circulation de l’air chaud le long des murs, si ce n’est même dans la voûte, afin d’isoler complètement le local de l’ambiance externe et, en le chauffant par toutes ses faces, d’obtenir une forte température5.

10Divers moyens techniques permettent de construire ces parois creuses dans lesquelles peut circuler l’air chaud : tubi ou tubuli, tubes de terre cuite, le plus souvent de section quadrangulaire, juxtaposés contre la maçonnerie ; tegulae mammatae que des excroissances placées aux angles maintiennent à distance du mur ; écarteurs en terre cuite, pierre ou brique, permettant de soutenir, à distance de la paroi, un rideau de plaques de terre cuite souvent échancrées aux angles afin qu’elles viennent s’encastrer dans ces derniers. Lorsque l’écarteur est un tube de terre cuite, il est fréquemment fixé dans la maçonnerie par un clou de fer qui le traverse dans le sens de sa longueur. Les fragments de ces clous, pris dans le mur des salles chauffées et bien reconnaissables à la rouille qui les attaque, est le sûr indice de l’existence d’une double-cloison, même lorsque celle-ci est complètement détruite. De fait, on les distingue aisément des crochets servant à fixer un plaquis de marbre, toujours en bronze.

11Le fonctionnement de ce système de chauffage exige des cheminées assurant le tirage nécessaire à la circulation de l’air chaud. Lorsque la pièce est dotée d’une double-cloison, il suffit d’assurer le débouché de celle-ci sur l’extérieur par quelques cheminées traversant la voûte ou le haut du mur, ces deux solutions étant archéologiquement attestées. En revanche, lorsque le local est simplement doté d’un hypocauste, le tirage ne peut être assuré que par des cheminées plaquées contre les murs, solution médiocre et qui paraît avoir été peu utilisée, ou par des conduits encastrés dans la maçonnerie. La trace de ces derniers est ineffaçable tant que les parois ne sont pas complètement arasées, et leur présence démontre l’absence de double-cloison.

  • 6 Sur ces questions, cf. Broise, Scheid, Balneum des frères arvales, p. 84-103.

12Un dernier aspect technique essentiel concerne le chauffage de l’eau. L’eau chaude est fournie par des chaudières métalliques placées directement sur les foyers6. Il est exceptionnel de retrouver des vestiges de ces engins de métal, qui ont été systématiquement récupérés après la désaffectation des thermes. En revanche, il subsiste fréquemment des traces maçonnées (pl. XIV-1, 2 et 3). En effet, lorsque la chaudière atteint une hauteur supérieure à celle d’un homme, elle est enchâssée dans un massif supportant une plate-forme accessible par un escalier. Cette dernière est destinée à permettre la desserte de la chaudière, en particulier le maniement des valves réglant la circulation de l’eau. L’existence de degrés à proximité de la bouche d’un four constitue donc un indice probant de la présence d’une installation de chauffage de l’eau. Cette maçonnerie a aussi pour but de contenir les parois de l’engin, afin qu’elles n’explosent pas sous l’effet de la pression, et de favoriser leur isolation thermique. C’est pourquoi elle se poursuit souvent au-dessus de la plate-forme, constituant un anneau enserrant la chaudière, anneau détruit lors de l’extraction de cette dernière.

13Lorsque la chaudière est placée totalement hors du mur, deux bras destinés à la soutenir prolongent les parois du canal du four. Souvent, ils dessinent un espace ovale destiné à accroître la superficie du fond de la chaudière qui se trouve au contact des flammes. Parfois, la chaudière est partiellement engagée dans le mur. Son emplacement est alors bien reconnaissable à l’arc-de-cercle qui échancre la maçonnerie afin de la recevoir. Parfois enfin, la chaudière est complètement engagée dans le mur. Ce dernier est alors percé d’une haute ouverture, généralement en forme d’arcade, destinée à son logement. Même lorsque toute installation de chauffage de l’eau a disparu, et même lorsque l’arcade est étêtée, un tel parti est bien reconnaissable aux hauts piédroits qui cernent le canal du four et qui imposent la restitution du couvrement à une hauteur qui excède celle nécessaire au passage d’un conduit de foyer.

  • 7 Ce terme nous est donné par Vitruve (V, 10, 1) qui mentionne les testudines alveolorum.

14L’eau peut aussi être chauffée, et surtout maintenue à haute température, grâce à une testudo (« tortue »)7. Il s’agit d’une longue cuve métallique semi-cylindrique qui s’appuie, par sa face plate, sur le canal du four, en avant de l’éventuelle chaudière. Cette cuve, qui n’est fermée qu’à son extrémité externe, ouvre sur la piscine, au niveau de son fond. Il se produit ainsi un courant, l’eau moins chaude glissant vers le fond du bassin, pénétrant dans la testudo où elle se réchauffe au contact direct du foyer, ressortant enfin dans la piscine où elle remonte à la surface (pl. XIV-4).

  • 8 Un exemple intact de ce dispositif, inédit, est visible dans la piscine chauffée des thermes suburb (...)

15Il faut signaler un dernier procédé destiné à chauffer l’eau ou plutôt, là aussi, à la maintenir à bonne température. À notre connaissance, il n’est pas mentionné dans les textes antiques, mais il est, en revanche, bien attesté archéologiquement, même s’il reste un choix technique exceptionnel. Il s’agit d’une sorte de bassin métallique cylindrique qui est encastré dans le sol de la piscine chauffée et bloqué par un massif de maçonnerie. Le fond est tourné vers le haut et se trouve donc, ainsi qu’une partie de la paroi, au contact direct de l’eau. L’ouverture est tournée vers le bas et est alimentée en chaleur par un canal à l’extrémité duquel se trouve un foyer8.

2) Questions chronologiques

16Reste à dégager les grandes lignes de la chronologie en fonction de laquelle apparaissent ces innovations techniques aptes à modifier profondément les conditions du bain.

a) Invention et diffusion de l’hypocauste moderne

  • 9 Dans cette optique, nous n’exploitons pas l’installation delphique étudiée par R. Ginouvès, Une sal (...)

17Le chapitre précédent a mis en évidence l’ancienneté du principe consistant à chauffer un bassin ou une pièce « par en dessous ». Il est cependant essentiel de distinguer le véritable hypocauste moderne de ces formes primitives, l’existence de canaux, uniques ou multiples, alimentés en chaleur par un foyer ne pouvant se comparer, quant à leur efficacité, au système sur pilettes9. La forte augmentation de la surface directement chauffée aboutit à modifier la nature du dispositif.

  • 10 Sur ces thermes, cf. A. Maiuri, Pompei : scoperta di un edificio termale nella regio VIII, 5, 36, d (...)

18Ce souci d’améliorer l’efficacité du chauffage se manifeste clairement à travers diverses tentatives, toutes destinées à accroître la superficie en contact avec l’air chaud. Les thermes républicains de Pompéi possèdent une salle dont l’hypocauste est constitué de canaux juxtaposés, traversés et unifiés par deux autres canaux obliques partant du débouché de deux fours et se dirigeant vers deux cheminées. Un autre local est doté d’équipements semblables, moins bien conservés (pl. XV-1). Il est certain qu’une telle solution augmente la part du sol qui se trouve au contact de l’air chaud ; on reste cependant loin, tant quant à une efficace circulation des gaz qu’en ce qui concerne la superficie chauffée, des résultats obtenus par un hypocauste moderne10. Il ne s’agit que du perfectionnement du vieux système, perfectionnement au demeurant notable puisque la multiplication et la disposition systématique des canaux permet désormais d’appliquer ce dernier non plus seulement à des piscines ou de petits locaux, mais aussi à d’amples salles.

  • 11 Nous ne connaissons que trois exemples d’un tel dispositif, tous pompéiens. Dans la maison du Ménan (...)

19Un autre procédé a été utilisé, toujours dans le but d’accroître la surface chauffée. Il s’agit de foyers, semblables à des fours à pain, et sans doute utilisés comme tels, couverts par une coupole et situés sous la pièce qui doit être chauffée. Une telle technique présente des inconvénients : épaisseur de la maçonnerie ne permettant qu’une efficacité limitée, surtout à la périphérie ; limitation de la superficie de l’ensemble. Ceci explique sans doute que les exemples, peu nombreux, ne concernent que l’architecture domestique. De plus, la chronologie de telles installations ne permet pas de les situer dans le cadre de recherches antérieures à la diffusion de l’hypocauste moderne : il s’agit plutôt d’une alternative médiocre et peu usitée11.

20Il faut donc bien distinguer l’hypocauste moderne des formes archaïques évoluées dont l’efficacité croissante ne peut cependant masquer l’importance du saut technologique qui se produit lorsque le premier est inventé. De fait, il s’agit bel et bien d’une invention dont le principe n’est pas sans antécédent, mais dont l’avènement constitue une étape décisive dans l’histoire des thermes.

21De même, on distinguera ces formes archaïques évoluées des cas où des salles thermales sont, jusqu’à une date fort avancée, chauffées à l’aide de simples canaux. Dans ce cas, il ne s’agit pas de la permanence de procédés anciens, mais d’un choix technique réalisé dans un contexte totalement différent. Dans des locaux qui ne devaient être qu’attiédis, les constructeurs ont opté pour ce système qui offre une bien plus grande résistance que les suspensurae.

22Avant d’examiner les témoignages archéologiques concernant les premiers exemples d’hypocauste moderne, il faut se pencher sur les textes, puisqu’il s’agit d’une des rares questions techniques sur lesquelles ces derniers ne sont pas avares d’informations. En effet, plusieurs auteurs attribuent à un citoyen romain,

  • 12 Les principaux textes sont les suivants :
    – Cicéron, Hortensius, fgt 76 (Nonnius) : primus balneola (...)

23C. Sergius Orata, l’invention des « bains suspendus », pensilia balinea ou pensiles balinae, expressions qui désignent sans ambiguïté l’hypocauste moderne12. Curieusement, ces textes ont été l’objet d’interprétations approximatives, ce qui nécessite de les reprendre systématiquement.

  • 13 R. Rebuffat se montre quelque peu approximatif lorsque, dans Vocabulaire, p. 12, il attribue ce dou (...)

24Les informations que l’on peut en tirer sont les suivantes. D’abord, les divers auteurs attribuent clairement l’invention à Orata, invention que l’on peut placer avec vraisemblance en la période fin iie-début ier siècle, date correspondant à l’activité de ce personnage mais que l’on ne saurait, à strictement parler, déduire du texte le plus précis, à savoir celui de Pline. En effet, ce dernier parle du temps de l’orateur L. Crassus (mort en 91), avant la guerre des Marses (la guerre sociale de 91-88), mais à propos de l’invention, toujours par Orata, des parcs à huîtres, non de celle des bains suspendus, laquelle ne peut cependant être chronologiquement très éloignée de la première13.

  • 14 Contra Nielsen, Considerazioni, p. 98. Une telle dérive par rapport au contenu des textes antiques (...)

25Ensuite, Valère Maxime et Pline, suivis par Macrobe, associent cette innovation à l’élevage des produits de la mer. Chez le premier, dont le but est de condamner le luxe, il s’agit de viviers renfermant diverses espèces de poissons, véritables « mers particulières » mettant leur propriétaire à l’abri de l’arbitraire de Neptune, et de parcs à huîtres aménagés à l’entrée du lac Lucrin. Chez le second, l’invention des viviers est attribuée à Licinius Murena, seule celle des parcs à huîtres étant prêtée à Orata, dans sa propriété de Baies. Le lien entre ces deux inventions est cette fois d’ordre spéculatif : Orata tirait de gros revenus de telles inventions, vendant les fruits de la mer ou équipant des villas de bains modernes, villas qu’il revendait aussitôt. Nous ne voyons rien, dans ces écrits, qui permette d’affirmer qu’Orata imagina d’abord de réchauffer les vasques contenant les huîtres en faisant passer sous leur fond la chaleur produite par les sources d’eau chaude, puis en ayant recours, là où manquaient de telles sources, à un four, procédé qui aurait ensuite été transposé sous les piscines et salles des édifices thermaux. Dans les deux cas, il s’agit d’inventions, mais de nature radicalement différente14.

  • 15 Cette convergence des textes pourrait être le fruit d’une même source, contemporaine de l’activité (...)

26Nous disposons donc de textes à la fois nombreux et convergents15. Reste cependant à préciser la façon dont il faut les interpréter : Orata a-t-il véritablement inventé l’hypocauste, ou l’a-t-il seulement perfectionné, ou a-t-il même simplement contribué à sa diffusion ? Les arguments des opposants à la validité des textes ont pris deux formes.

  • 16 Cf. par exemple Ginouvès, Balaneutiké, p. 206, note 4, ou Brödner, Frühen Hypokaustenanlagen, p. 24 (...)
  • 17 Ginouvès, Balaneutiké, p. 205. I. Nielsen (Thermae, p. 22) méconnaît ces sources grecques : il est (...)
  • 18 Nielsen, Considerazioni, p. 98-99.

27La première consiste à considérer l’hypocauste comme une invention grecque. C’est dans cette optique que l’on a souligné l’origine du terme16. Cependant, dans les sources grecques, le mot n’apparaît pas avant la première moitié du ier siècle av. n.è., sans que l’on sache précisément la nature de l’installation ainsi désignée17. Surtout, la transcription du mot dans les textes latins, sous les formes hypocauston, hypocaustum, n’existe pas avant le ier siècle : auparavant, on parle de suspensura ou de balnea pensilia18. L’adoption tardive, et sous une forme altérée, d’un terme grec, lui même tardif et ambigu, ne permet donc nullement d’étayer l’idée d’une invention orientale.

28Le second aspect de cette démarche consiste à chercher, en Orient, des vestiges d’hypocauste pleinement développé qui seraient antérieurs à l’activité d’Orata. À vrai dire, un seul cas est l’objet de tous les débats. Il s’agit du dernier état des bains d’Olympie (période IV). Cette construction, dont nous avons déjà évoqué les états antérieurs, fait partie d’un ensemble d’installations situées au Sud du gymnase et destinées à offrir aux athlètes des facilités balnéaires : grande piscine à ciel ouvert, étuve et bains. Durant la phase finale, seuls subsistent ces derniers. La salle des bains chauds comporte une abside abritant un labrum, un bassin d’immersion situé à l’opposé, au débouché d’un foyer qui chauffe une suspensura comportant 90 piliers de briques. Nous sommes donc en présence d’un local qui correspond à la définition vitruvienne du caldarium, doté en particulier d’un véritable hypocauste (pl. XV-3 et 4).

  • 19 Cf. le résumé des conclusions chronologiques dans IV. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia 1940 (...)
  • 20 Pour une critique de ces restitutions, cf. Yegül, Baths and bathing, p. 374 et note 49 pour la test (...)

29Le problème essentiel est la datation de ce caldarium. Les fouilleurs ont proposé une construction vers l’an 100 av. n.è.19. Dans leur désir d’anticiper sur les réalisations connues à Pompéi, ils ont même, sans aucun argument décisif, restitué une testudo sur le canal du four et un voûtement maçonné en berceau20, restitutions qui, si elles étaient exactes, pourraient d’ailleurs se retourner contre le but des auteurs et constituer des arguments en faveur d’une datation bien plus basse.

  • 21 Nielsen, Considerazioni, p. 101-105.

30Surtout, la question a été reprise de façon convaincante par I. Nielsen21. L’auteur souligne que le matériel dateur est rare, et ne peut donc, plus que jamais, constituer qu’un terminus ante quem non. Bien plus, certains tessons paraissent appartenir à une période englobant le ier siècle av. n.è. et le ier siècle de n.è., excluant donc toute attribution à une époque antérieure à 100 et impliquant même une date probablement nettement plus tardive. De même, I. Nielsen démontre que les arguments pour une datation haute fondée sur l’étude des vestiges architecturaux ne sont en rien décisifs. Comme l’écrit l’auteur, nous sommes, en fait, en présence d’un édifice qui emprunte ses principes aux recherches développées en Italie.

31La seconde démarche consiste à rechercher, en Italie même, des exemples d’hypocaustes antérieurs au ier siècle av. n.è. Les thermes de Stabies en leur période IV, appartenant au iie siècle av. n.è., constitue une pièce essentielle dans un dossier fort maigre. Selon H. Eschebach, ces thermes auraient été dotés d’hypocaustes pleinement développés. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent (p. 58), I. Nielsen nous paraît avoir proposé une lecture plus convaincante des vestiges, restituant un grand balanéion de type grec équipé de cuves plates et dépourvu de suspensurae.

  • 22 A. Bruckner, Rei cretariae romanae fautorum, 7, 1965, p. 9-11 ; Brödner, Frühen Hypokaustenanlagen, (...)

32Dans ce dossier, il n’existe donc aucun argument qui soit suffisamment décisif pour remettre en cause la tradition littéraire sur l’invention de l’hypocauste moderne par Sergius Orata. Cependant, nous avons laissé de côté une pièce mise en avant par E. Brödner pour défendre l’idée d’une apparition précoce de la suspensura. Il s’agit d’une pièce balnéaire très partiellement mise au jour sous le sol d’une salle de la maison du faune, à Pompéi. Elle est installée sur un hypocauste aux pilettes d’argile et dotée d’une double-cloison constituée de tubes cylindriques accolés. Sa position, en contrebas du niveau des bains actuellement visibles, paraît indiquer que cette installation est antérieure à l’activité d’Orata. Cette découverte reste cependant quasiment inédite et sa datation exacte inconnue. Les données disponibles sont donc trop incomplètes pour que l’on puisse encore tirer toutes les conséquences qui pourraient découler de ce sondage22.

  • 23 Nous remercions vivement F. Coarelli, responsable de la fouille de Frégelles, qui s’est empressé de (...)

33En revanche, on doit d’ores et déjà prendre en compte ce qu’impliquent les résultats obtenus tout récemment à Frégelles, lors de la campagne de fouille de l’été 199623. Cette dernière a en effet permis la découverte d’un bain public qui ne peut être qu’antérieur à 125 av. n.è., date de la destruction définitive de la cité. Sans doute faut-il même faire remonter cet édifice à la première moitié du iie siècle, période qui correspond à une phase édilitaire particulièrement active en cette ville : le système de couvrement, constitué de tuiles courbes posées sur des arceaux d’argile, paraît exclure une époque où les voûtes de blocage auraient déjà été d’usage courant. Actuellement, seule une partie restreinte du bâtiment a été mise au jour. Cependant, à côté d’une salle équipée d’un labrum et d’un siège, se trouve une petite pièce d’environ 6 m2 qui présente un équipement tout à fait remarquable. De fait, on reconnaît un foyer, doté d’une chaudière, qui chauffait un hypocauste composé de pilettes régulièrement distribuées, construites semble-t-il à l’aide de fragments de tuile, tout comme la maçonnerie qui enserre le four.

34La partie supérieure de la suspensura est détruite. Étant donné les dimensions des pi-lettes et leur entraxe, il semble que la surface directement chauffée ait été légèrement moindre qu’elle ne le sera le plus souvent par la suite. Il n’en reste pas moins que nous sommes en présence d’un véritable hypocauste, même si celui-ci reste de dimensions restreintes.

35Les conséquences de cette découverte sont évidemment essentielles. D’abord, elles sont d’ordre chronologique. Il devient impossible de prendre les textes au pied de la lettre et de faire d’Orata le véritable inventeur de ce système de chauffage, dont les principes essentiels sont mis au point au cours du iie siècle et, selon toute probabilité, dès la première moitié de ce siècle. Dès lors, il faut sans doute penser qu’Orata a seulement perfectionné les techniques mises en œuvre, en particulier en standardisant les matériaux utilisés, et activement contribué à leur diffusion. En tout cas, si les textes laissaient penser que celles-ci furent d’abord employées dans les édifices privés, la découverte de Frégelles prouve qu’il n’en est rien.

36Ensuite, il faut souligner que cette dernière intervient dans un cadre bien particulier, à savoir celui d’une colonie latine du Latium méridional. Il en résulte deux conséquences. La première est que, malgré son importance relative, il serait peu compréhensible que la cité ait joué un rôle particulier dans l’évolution de l’architecture thermale. I1 est clair que l’édifice de Frégelles démontre que bien d’autres centres, à commencer bien évidemment par Rome, possédaient des constructions semblables, non encore retrouvées ou radicalement réaménagées si ce n’est irrémédiablement détruites par la suite, mais préservées ici par la fin de toute activité notable sur ce site après 125.

37La seconde série de conséquences concerne la Campanie. Nombre d’auteurs attribuent une place essentielle à cette région dans l’invention des thermes modernes. Une première raison tiendrait à la géographie. En réalité, nous pensons que la nature volcanique de ce pays ne joue aucun rôle dans l’invention de l’hypocauste. Celle-ci n’a rien à voir avec une exploitation de sources de chaleur naturelle, puis avec son remplacement par une source artificielle. Il y a bien longtemps que l’on sait construire un four dans des thermes : si l’idée de chauffer l’eau d’un bain, ou l’une de ses salles, dérive du plaisir procuré par les sources chaudes, plaisir que l’on désire reproduire facticement, il y a des siècles que le pas a été franchi. La question de l’hypocauste n’est nullement de cette nature. Il s’agit de la solution d’un problème purement technique, non de l’émergence d’une idée neuve qu’auraient pu favoriser les données naturelles.

  • 24 Sur cette question, nous renvoyons à SRPS, ensemble de recherches qui constitue la naissance d’une (...)
  • 25 Pour en finir une fois pour toutes avec le mythe campanien exaltant la Campanie comme région autono (...)

38Une seconde raison tiendrait au passé de la Campanie, région de contacts privilégiés entre les mondes grec et italique. En fait, le contexte historique est tout autre : il impose de prendre en considération non le passé mais le présent, non la Campanie seule mais une région plus vaste. Il faut, en effet, constamment garder à l’esprit la nouvelle nature de la péninsule italique, dont la façade centro-tyrrhénienne constitue le cœur24. Le triptyque Étrurie-Latium-Campanie est alors le lieu du pouvoir et de la puissance économique, le noyau du système romain. Dans ce contexte, tout ce qui se passe en Campanie apparaît fondamentalement comme un phénomène romain, et les initiatives d’un Orata, quelle que soit leur nature exacte, ne sont en rien spécifiquement campaniennes. Ce n’est pas la Campanie qu’il faut mettre en avant, et surtout pas une vieille Campanie riche de son passé et de ses conditions naturelles, c’est le système romain dont fait intensivement partie une nouvelle Campanie25.

39C’est cette réalité fondamentale que rappelle opportunément la découverte de Frégelles. Les hasards des recherches ont fait qu’elle survient dans le Latium, dans une cité très liée à Rome. Elle illustre ainsi la nécessité de prendre en compte l’ensemble de la région centro-tyrrhénienne et souligne que, si l’on veut découper celle-ci, il faut réserver une place privilégiée à Rome, pôle majeur autour duquel s’articulent les composantes du cœur de l’Empire.

  • 26 On trouvera de multiples et fines analyses de ces questions dans les écrits d’A. Carandini, par exe (...)

40C’est pourquoi aussi, tout à fait logiquement, l’invention de l’hypocauste s’insère dans un faisceau d’innovations issues du même milieu et caractérisées par leur rationalité technique et économique. Ce n’est pas un hasard si Pline précise qu’Orata est soucieux non seulement de l’efficacité de ses inventions, mais aussi de la rentabilité de leur diffusion, rentabilité qu’il contrôle en tant qu’entrepreneur, tel un Crassus, le triumvir. On mettra donc l’hypocauste en parallèle avec des nouveautés comme la rationalisation des techniques de construction grâce à l’opus incertum puis reticulatum, ou l’invention du pressoir à vis26.

  • 27 Sommairement, on passe du Ier au IIe style au cœur du ier siècle av. n.è., du IIe au IIIe dans les (...)

41Nous sommes ainsi conduit à remonter de plusieurs décennies l’apparition du nouveau mode de chauffage. Nous importent tout autant les modalités chronologiques de la diffusion de la suspensura. Les données archéologiques dont nous disposons font apparaître qu’elle se produit progressivement mais clairement au moins à partir du ier siècle av. n.è. Il est difficile de se repérer chronologiquement dans le catalogue d’E. Fabbricotti, mais on peut penser que les nombreux cas de demeures où elle signale un caldarium sur suspensura proche de la cuisine mais dépourvu de paroi chauffante appartiennent, au moins pour la plupart, à cette première phase de diffusion. Surtout, un des exemples précoces d’hypocaustes construits sur une échelle importante concerne les thermes de Stabies, à Pompéi (pl. XVI-2). Que l’on suive H. Eschebach en attribuant au iie siècle av. n.è. la création de l’aile orientale (bains des hommes et des femmes) et l’installation de trois de ces salles sur hypocauste, ou que l’on adopte l’analyse d’I. Nielsen plaçant la construction des suspensurae lors d’un remaniement qui se serait produit vers 90-80 av. n.è., nous avons la preuve que d’amples hypocaustes E. Fabbricotti, inventaire peu commode pour notre propos puisque le classement adopté est d’ordre typologique, on peut cependant faire quelques remarques touchant à la chronologie fondées essentiellement sur le décor peint27 :

  • bains sans hypocauste et sans double-cloison

  • Villa di Centopiedi ; Ier-IIe style (p. 35).

  • Pompéi, villa dei misteri ; peintures antérieures au IIe style, refaites en IIe style ; abandon à l’époque augustéenne (p. 37).

  • Herculanum, casa dell’albergo, 1er état ; IIe style (p. 38).

  • On peut ajouter la villa des environs de Stabies (località Belvedere : p. 36) et la villa dei papiri (Herculanum, p. 39) possédant des bains de datation inconnue mais qui, au moment de leur destruction, n’étaient chauffés que par des braseros.

  • bains avec hypocauste et sans double-cloison

  • Villa di Grottarossa (environs de Rome) ; Ier style ; époque syllanienne ou avant (p. 82).

  • Pompéi, casa del criptoportico ; IIe style (p. 89).

  • Pompéi, casa del criptoportico, bains le long de la rue de la maison du Ménandre ; IIe style (p. 92).
    Il faut ajouter à cette série un ensemble de bains dont nous ignorons la date de construction mais qui, lors de l’éruption de 79, subsistent sans avoir été pourvus de parois chauffantes :

  • Villa Matrone in contrada Spinelli (p. 44).

  • Villa in contrada Crapolla (p. 45).

  • Villa Messigna-Gramagno : caldarium avec traces de suspensura mais pas de paroi chauffante ; sol en opus signinum (p. 46).

  • Villa Ogliara a Gragnano (Stabies) (p. 47 : pas de mention de paroi chauffante).

  • Pompéi, casa di Obellius Firmus (p. 49).

  • Villa sul colle di Varano a Stabia (p. 63).

  • Stabies, « valetudinario » sul colle di Varano ; pas de mention de parois chauffantes (p. 64).

  • Pompéi, casa di Fusco (p. 76).

  • bains avec hypocauste et doubles-cloisons

  • Villa in contrada Civita Giuliana ; restaurations après 62 (p. 41).

  • Pompéi, casa di Trebius Valens ; IIe style ; restaurations après 62 ? (p. 51).

  • Pompéi, casa di M. Caesius Blandus ; IIIe style (p. 52).

  • Pompéi, casa del marinaio (p. 55, sans indication chronologique, mais cf. J. Franklin, The « casa del marinaio », Soprintendenza archeologica di Pompei, Monografie, 3, 1990, 29-30 et 60 : décor du IIIe style, mais on notera la présence de peintures du IIe style dans le caldarium).

  • Villa Aselli ; installations de chauffage en cours de réfection totale en 79 (p. 59).

  • Villa di Popidio Floro in contrada Pisanella ; entre 62 et 79 ? (p. 60).

  • Pompéi, casa di Evelcius Januarius ; parois chauffantes dues à un remaniement et ornées en IIIe style (p. 71).

  • Pompéi, villa di Diomede ; bains d’époque augustéenne refaits après 62 (p. 78).

  • Pompéi, casa delle nozze d’argento ; bains d’époque augustéenne refaits après 62 (p. 80).

  • Villa d’Oplontis (p. 81) ; peintures de IIIe style.

  • Pompéi, casa di F. Rufo ; début ier siècle ? (p. 86).

  • Pompéi, villa di Julia Felix ; entre 62 et 79 (p. 92).

  • Herculanum, casa dell’albergo, 2e état ; en cours de construction en 79 (p. 95).

  • Capri, villa Jovis ; Tibère (p. 100).

  • Francolise, villa San Rocco, 3e quart du ier siècle de n.è. (p. 101 : pour les doubles-cloisons, cf. la publication de la fouille).

42Si, au sein du catalogue d’E. Fabbricotti, nous voulons avoir quelque idée du nombre de bains équipés de doubles-cloisons, nous devons aussi prendre en considération les installations dont la construction n’est pas datée mais est antérieure à 79 :

  • Pompéi, casa del fauno (p. 47).

  • Pompéi, casa di L. Pont. Successus (p. 53).

  • Stabies, villa in contrada Casa dei Miri (p. 56).

  • Stabies, nuova villa sul colle di Varano (p. 65).

  • Villa in contrada La Pisanella a Boscoreale (p. 66).

  • Pompéi, casa di Popidius Secundus Augustinianus (p. 74).

43Ce dossier permet d’avancer quelques conclusions d’ordre chronologique concernant l’architecture domestique. On remarquera d’abord que les évolutions sont relativement lentes, ce qui est largement dû à l’inertie provoquée par les bâtiments déjà existant que l’on hésite à transformer radicalement hors du contexte d’événements exceptionnels comme le tremblement de terre de 62. On constate ainsi que les bains chauffés uniquement à l’aide de braseros ne disparaissent que progressivement, au cours du dernier siècle de la République et du premier de l’Empire. À Herculanum, dans la maison de l’auberge, et l’exemple n’est pas unique, on construit encore un bain sans chauffage moderne dans la seconde moitié du ier siècle av. n.è., et l’introduction d’un hypocauste et de doubles-cloisons dans une des pièces est postérieure à 62 de n.è.

  • 28 La situation paraît comparable en Étrurie. Cf. Broise, Jolivet, Le bain en Érurie : à Scansano, une (...)

44On peut noter ensuite que la diffusion de l’hypocauste commence plus rapidement que celle des doubles-parois. Cependant, le mouvement paraît prendre de l’ampleur surtout au cours de la seconde moitié du ier siècle av. n.è.28.

  • 29 Les fouilles récentes confirment cette conclusion : cf., par exemple, la redécouverte de la villa d (...)

45On peut enfin souligner que, malgré les affirmations répétées d’E. Fabbricotti (p. 91 ou 104), son propre dossier démontre que les premiers exemples de doubles-cloisons sont associées au IIe style, c’est-à-dire à la première partie de la seconde moitié du ier siècle av. n.è. Ce mouvement s’amplifie ensuite, au point que, en 79, une nette majorité d’installations est dotée de ces perfectionnements29. Cependant, dans la région vésuvienne, on remarquera qu’il n’est pas rare de trouver, en 79, des bains dépourvus de parois chauffantes ou équipés de façon fort récente, dans le cadre de la vague de travaux consécutive au tremblement de terre de 62.

  • 30 J. DeLaine (Recent research, p. 15-16) minimise l’importance des nouveautés techniques qui se diffu (...)

46Les grandes lignes de ce cadre chronologique étant mises en place, il importe désormais de considérer les mutations architecturales contemporaines de l’introduction de ces innovations techniques. Les deux phénomènes nous paraissent indéniablement liés, même si le lien n’est pas mécanique. L’art du bain semble en pleine évolution avant même la diffusion de l’hypocauste moderne : l’établissement de Musarna paraît bien révéler les mutations que connaît alors le bain de propreté, avec l’abandon des cuves plates pour un nettoyage dans une ambiance chauffée. Mais cette tendance se trouve considérablement accélérée par l’introduction des nouvelles techniques qui modifient radicalement les conditions de la pratique du bain et qui contribuent donc, dans une large mesure, à la naissance d’un nouvel espace balnéaire30. Il nous faut donc reprendre, cette fois sous l’angle de l’organisation des bâtiments, les thermes de la période charnière que constituent les deux siècles du tournant de notre ère.

II – CELSE, VITRUVE ET LE DOSSIER CAMPANIEN

  • 31 Dion Cassius (49, 43, 3) affirme que durant l’année de son édilité, Agrippa rend gratuits les balin (...)

47Pour saisir les aspects de l’architecture thermale du ier siècle av. n.è., il faut essentiellement se tourner vers la Campanie. De fait, il s’agit alors d’une région particulièrement dynamique, où l’on peut donc s’attendre à trouver des bâtiments exploitant les nouveautés techniques. Surtout, l’épisode de 79 a évidemment contribué à nous livrer des vestiges dans un état exceptionnel de conservation. Une fois de plus, nous attirons l’attention sur le fait qu’il ne s’agit pas de tomber sous le charme du « mythe campanien ». À Rome, du temps de l’édilité d’Agrippa, il existe 170 bains publics : nous ne connaissons rien de cet énorme capital balnéaire accumulé depuis des siècles31. C’est pourtant, par excellence, en ce lieu, centre de gravité de toute la Méditerranée, que nous pouvons nous attendre à trouver les réalisations les plus spectaculaires tant par leur ambition que par leur capacité d’innovation.

48Le fil directeur des plans, tout comme à l’époque hellénistique ancienne, reste la juxtaposition d’un bain de propreté et d’un bain de délassement. Cependant, on constate plusieurs faits essentiels. D’abord, une articulation différente des deux types de bains : dans la lignée des dernières réalisations de l’époque antérieure (établissement public de Musarna, installations privées de la villa Prato), on passe de deux secteurs distincts à un enchaînement de ceux-ci. Ensuite, la technique du bain de propreté change, avec l’abandon définitif de l’affusion dans des cuves plates. Enfin, le nombre des pièces thermales, chauffées à des degrés divers, s’accroît, même si cette évolution n’est pas continue.

1) Thermes de la première moitié du ier siècle av. n.è.

  • 32 A. Maiuri, Pompei : scoperta di un edificio termale nella regio VIII, 5, 36, dans NSc, 4, 1950, p.  (...)

49C’est dans les thermes publics que l’on peut logiquement s’attendre à lire de la façon la plus complète, et la plus parlante, les changements qui interviennent. Un prototype des nouveaux établissements peut être recherché dans les thermes républicains de Pompéi, selon toute probabilité antérieurs aux états des bains de Stabies et du forum que nous prendrons ensuite en considération. De fait, ce bâtiment nous offre déjà les principes qui vont guider les transformations successives de ces derniers32 (pl. XVI-1).

50Il s’agit de thermes doubles, avec un bain de délassement comprenant une pièce de transition dénuée d’hypocauste et une salle des bains chauds installée sur un hypocauste à murets dont nous avons eu l’occasion de parler. Dans ce cas, l’établissement étant détruit avant l’époque augustéenne, nous pouvons observer des aménagements primitifs qui ont disparu dans les bâtiments dont la vie fut plus longue. Ils montrent que la deuxième salle du secteur de délassement doit être considérée comme un caldarium-salle des bains chauds : tant dans les thermes féminins que masculins, elle est en effet équipée d’une grande baignoire collective sur suspensura, baignoire dotée de son propre foyer avec chaudière.

51Le bain de propreté est clairement distinct de ce premier secteur, mais également accessible à partir du vestiaire. Il paraît s’être résumé à une rotonde où il faut, selon toute probabilité, reconnaître un laconicum qui était chauffé à l’aide de braseros.

  • 33 Après la période IV, I. Nielsen décale toute la numérotation d’H. Eschebach, en introduisant une no (...)

52Les thermes de Stabies à Pompéi permettent de suivre le développement de cette histoire. Ils combinent l’avantage de nous fournir une inscription qui éclaire l’architecture du monument et d’avoir été l’objet d’études poussées. Nous avions laissé l’examen de ces derniers durant la période IV-IV bis, correspondant (nous suivons ici I. Nielsen) à l’installation, au iie siècle, d’un grand balanéion doté de cuves plates puis au début du ier siècle, d’un système d’hypocauste33 (pl. XVI-2).

53Nous disposons ensuite d’une inscription, attribuée aux années 80-50. Ce texte mentionne, entre autres, la construction dans ces bains d’un laconicum et d’un destrictarium que l’on retrouve archéologiquement, plaqués contre ou empiétant sur les salles du bain des hommes antérieurement équipées de cuves plates (pl. XVI-3).

54Durant cette période, ce dernier se compose désormais de quatre pièces appartenant au secteur chauffé. Deux salles sur hypocaustes communiquant entre elles mais dont l’aménagement interne reste inconnu ; un laconicum de plan circulaire couvert par une coupole ; un destrictarium dont on connaît peu de choses, si ce n’est l’emplacement. Les circulations mêmes restent incertaines.

55Le laconicum est accessible à partir du vestibule, le destrictarium à partir de la palestre. Il est également possible que ces deux pièces aient communiqué entre elles, et que le laconicum ait ouvert sur la salle à hypocauste qui la jouxte.

  • 34 Lézine, Architecture romaine, p. 12. R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 202, note 1 ; cf. aussi Ginouv (...)

56Ce que nous devons donc retenir est l’existence, désormais, de quatre salles chauffées dont au moins deux sur hypocauste, le laconicum étant, quant à lui, encore chauffé par des braseros. Nous avons ainsi la confirmation que le simple hypocauste ne suffit pas à obtenir une chaleur suffisante pour une étuve34. De fait, la fonction de ces salles est claire : la description de Vitruve permet d’identifier l’étuve couverte d’une coupole ; quant au destrictarium, son nom même suffit à démontrer qu’il s’agit de la salle où l’on se nettoie en se frottant à l’aide d’un strigile, ce que confirme sa liaison directe avec la palestre : en tout premier lieu, avant de pénétrer dans le bain, l’athlète doit se débarrasser de la couche d’huile, sable et poussière qui lui couvre la peau. Toutefois, l’ensemble destrictarium-laconicum constituant le bain de propreté, il faut donc penser qu’il était accessible à tous, y compris à ceux qui se dispensaient des exercices physiques.

  • 35 Le bain des femmes ne comporte que deux salles de dimensions plus restreintes, un caldarium chauffé (...)

57En revanche, la destination des deux pièces sur hypocauste reste indécise dans la mesure où nous ignorons leur aménagement. On peut cependant remarquer que celle située au Nord est chauffée par deux foyers, celle située au Sud ne jouissant, quant à elle, que d’un chauffage indirect : par comparaison avec les thermes républicains, on identifiera donc un caldarium et un tepidarium35.

58Les bains du forum paraissent, nous l’avons vu, de peu postérieurs à la fondation de la colonie de Pompéi, en 80. Nous connaissons imparfaitement leur premier état, qui comportait essentiellement deux pièces, un tepidarium chauffé par braseros, et un caldarium sur hypocauste. Cependant, très rapidement, ces deux salles chauffées sont complétées, tout comme dans les thermes de Stabies, par un laconicum en rotonde, accessible à partir du vestiaire, et un destrictarium.

  • 36 Dans les thermes de Stabies, les premiers indices de l’existence d’une colonnade remontent à la pér (...)

59Durant la première moitié du ier siècle av.n.è., nous voyons donc se mettre en place un type de thermes doubles dont la section masculine comporte quatre salles chauffées. Deux d’entre elles, l’une commandant l’autre, forment un ensemble cohérent, accessible à partir du vestiaire et installé partiellement ou complètement sur hypocauste. Ce dispositif architectural est rapidement complété par une ou deux autres pièces dont les rapports de circulation entretenus avec les premières restent parfois mal connus. Il semble cependant qu’il s’agisse toujours de deux itinéraires distincts s’articulant à partir du vestiaire, et correspondant à un bain de propreté (laconicum-destrictarium) parfois aussi aisément accessible à partir de la palestre, et à un bain de délassement, où un caldarium-salle des bains chauds est précédé par un tepidarium-pièce de transition. Même si les nouveautés se manifestent à travers une multiplication des pièces chauffées, l’introduction de l’hypocauste qui ne restreint plus l’action des fours au chauffage de l’eau ou de pièces étroites, ou encore l’abandon des cuves plates, les rapports avec les balanéia antérieurs se lisent encore bien. On ne manquera pas non plus de noter la présence systématique d’une palestre : sur ce point aussi, nous doutons fort qu’il s’agisse d’une nouveauté radicale par rapport aux balanéia (ci-dessus, p. 72), mais ce choix est désormais bien affirmé par la présence de portiques ainsi que plus tard, dans les thermes de Stabies, d’une natatio36.

2) Thermes de la seconde moitié du ier siècle av. n.è.

a) Évolution des bains

60Les travaux qui affectent les thermes de Stabies et du forum durant cette période nous permettent de suivre l’évolution de l’architecture thermale.

61Dans le premier de ces édifices, durant sa période VI, tout un ensemble de modifications architecturales sont introduites en liaison avec un changement du mode de chauffage. D’abord, extension des suspensurae : c’est, semble-t-il, à ce moment que le tepidarium des femmes est doté d’un hypocauste avec chauffage indirect. Ensuite, intensification de la chaleur grâce à des doubles-cloisons installées dans les quatre tepidaria et caldaria (pl. XVII-2).

62Si nous prenons en considération les thermes des hommes, on constate une profonde redistribution des bains antérieurs (pl. XVII-1). Grâce à la construction d’une piscine centrale, le laconicum est transformé en frigidarium, ou salle des bains froids. Le destrictarium est détruit : il ne reste donc que deux salles chauffées. Le tepidarium, désormais mieux attiédi, sert à l’entrée et à la sortie des baigneurs. Il est équipé d’une baignoire collective. Il est impensable que cette dernière ait été utilisée par des usagers encore sales : il faut donc penser qu’elle n’était pratiquée qu’à la sortie, par des baigneurs désireux d’assurer une transition entre les eaux chaudes du caldarium et celles, froides, du frigidarium, ou même comptant se dispenser du contraste procuré par ces dernières et jugé excessif à leur goût.

  • 37 Lézine, Architecture romaine, p. 31.

63Toutes les autres fonctions du bain se concentrent donc désormais dans le caldarium. Il s’est agrandi aux dépens de l’ancien destrictarium, à l’emplacement duquel a été érigée une abside abritant un labrum : le lieu hérite clairement des fonctions de l’ancienne salle de nettoyage. La création de doubles-cloisons permettant un chauffage intensif, on peut penser que la partie centrale de la pièce, plus proche du foyer, faisait fonction d’étuve, de lieu où l’on pouvait obtenir une forte transpiration permettant d’achever le nettoyage de la peau37. Enfin, une grande baignoire collective, située au-dessus même du foyer, permettait d’assurer la permanence de la fonction primitive de la salle, le bain chaud de délassement.

64Une évolution tout à fait comparable affecte les thermes du forum (pl. XVII-3). Si le tepidarium des hommes reste doté de braseros, celui des femmes ainsi que les caldaria reçoivent des doubles-cloisons, tandis que les deux foyers chauffant les baignoires de ces derniers sont agrandis. Dans le secteur masculin, le destrictarium, détruit, laisse place à une abside de la salle des bains chauds, abside abritant un labrum ; le laconicum est transformé en frigidarium alors que, parallèlement, un bassin froid est installé dans le vestiaire féminin.

65Si l’on en croit ces exemples, la phase d’évolution que constitue la seconde moitié du ier siècle av. n.è. se caractérise donc, en ce qui concerne les salles balnéaires et parallèlement à un grand perfectionnement du mode de chauffage, par deux traits majeurs : d’abord la réduction du nombre des pièces chauffées, le caldarium recevant une ampleur sans précédent et assumant désormais l’essentiel des fonctions ; ensuite, innovation majeure, l’apparition d’un frigidarium. C’est ce type de plan qui, à Herculanum, organise aussi les thermes du forum, qui pourraient dater de l’époque augustéenne (pl. XVIII-1).

b) Celse et le secteur des salles chauffées

  • 38 Vocabulaire, p. 11.

66Les textes de Celse, datant sans doute du règne de Tibère, paraissent encore fournir l’exemple de thermes où la salle des bains chauds concentre aussi diverses autres opérations. C’est, en particulier, la lecture qu’en donne R. Rebuffat38. L’interprétation de ces documents reste cependant délicate.

  • 39 Traduction G. Serbat, CUF, Paris, 1995.
    ... ante omnia in tepidario sedere, deinde ubi paululum conq (...)

67– I, 3, 4-5 : bain pour des personnes fatiguées : « ... s’asseoir d’abord dans le tepidarium (in tepidario sedere), ensuite, après s’être un peu reposé, entrer et descendre dans le bassin (intrare et descendere in solium) ; pour finir, baigner le visage d’eau chaude, puis d’eau froide. À ces personnes, un bain brûlant ne convient pas... »39.

68L’interprétation de ce texte, et des suivants, exige de se souvenir que Celse ne décrit pas un bain ordinaire, mais adresse des recommandations à des personnes qui se trouvent dans un état physique particulier. Dans un tel contexte, rien ne permet de penser que l’absence de mention de la sudation implique le défaut d’une salle particulière destinée à la provoquer. C’est le principe même de la transpiration qui est interdit au sujet affaibli.

  • 40 I. Nielsen (Thermae, p. 157) prétend que l’utilisation de solium comme synonyme d’alveus pour désig (...)

69Une confirmation de ce fait nous paraît découler de la signification d’ensemble du texte. Certes, il est possible que Celse ne mentionne pas avec précision tous les déplacements que doit effectuer le sujet, forcément assez familiarisé avec les bains pour savoir que l’opération décrite par le médecin implique de se rendre dans telle ou telle salle. Néanmoins, il n’est pas certain que Celse procède de cette manière elliptique et, dans le cas présent, il nous semble que la personne fatiguée ne fréquente que le tepidarium : le solium dans lequel elle descend à deux reprises est celui de cette salle de transition, non celui du caldarium40. Cette lecture nous paraît confirmée par l’interdiction du bain brûlant : où le baigneur aurait-il pu se procurer ce balneum feruens, si ce n’est dans la salle des bains chauds ? Il n’y a donc rien à tirer de ce texte en ce qui concerne l’organisation d’ensemble d’un bâtiment thermal.

  • 41 Traduction G. Serbat, ibid.
    Si in balneum venit, sub veste primum paulum in tepidario insudare, ibi (...)

70– 1, 4, 2-3 : bain pour celui qui a la tête fragile (cui caput infirmum est) : « Si l’on va aux bains, commencer d’abord à suer un peu ; en gardant son vêtement dans le tepidarium, s’y oindre ; passer ensuite dans le caldarium (tum transire in caldarium) ; lorsqu’on a sué, ne pas descendre dans le bassin (in solium), mais s’arroser complètement la tête avec beaucoup d’eau chaude, puis tiède, puis froide, et arroser d’eau froide la tête plus longtemps que les autres parties (du corps) ; ensuite, la frictionner un certain temps, pour finir essuyer et oindre »41.

  • 42 II, 17, 1 ; III, 27, 3.

71Cette fois, le baigneur se déplace dans les thermes, et Celse le précise : d’abord, il transpire dans le tepidarium où, pour ce faire, il reste habillé. Puis, il se rend dans le caldarium où il se livre à un certain nombre d’opérations qui méritent d’être détaillées. D’abord, il n’exploite pas la fonction principale de cette salle, le bain chaud dans le solium. En revanche, il y subit une sudation, sans aucun doute plus forte que dans le tepidarium étant donné la différence de température qui caractérise les deux salles. Que l’on puisse pratiquer une sudation dans le caldarium paraît une évidence, et le texte de Celse est clair sur ce point. Cependant, tout comme dans le texte précédent, cela ne signifie pas que l’établissement soit dépourvu d’une véritable étuve. Celse connaît ce genre d’installation42. S’il ne la mentionne pas, cela peut simplement signifier que sa fréquentation est exclue pour un malade. Rien ne permet donc de conclure de ce texte que la sudation soit pratiquée uniquement dans le caldarium.

  • 43 Par exemple dans la maison du cryptoportique, à Vulci, où le labrum situé dans le caldarium est pou (...)

72Ensuite, le malade procède à une abondante perfusio, utilisant un labrum comme le précise justement R. Rebuffat. De fait, il pourrait à la rigueur puiser dans le solium l’eau chaude nécessaire pour s’asperger, mais l’eau tiède ne peut lui être fournie que par une source différente. Reste à savoir si, pour trouver de l’eau froide, le baigneur doit gagner le frigidarium, ainsi que le propose R. Rebuffat. Celse ne mentionne rien de ce genre, et on remarque que le malade pourrait fort bien trouver les trois qualités d’eau dont il a besoin à divers labra, ou même à un labrum unique. De fait, nous connaissons des installations où la vasque était alimentée par deux conduits, l’un d’eau chaude, l’autre d’eau froide, le mélange dans le récipient procurant le liquide tiède43.

73Il nous paraît donc que ce texte confirme la multiplicité de fonctions du caldarium. En revanche, il ne nous semble pas que la façon dont le malade de Celse l’utilise soit la règle pour tout baigneur, et en particulier que celui-ci ne puisse pratiquer l’exsudation que dans la salle des bains chauds, faute d’une étuve autonome.

  • 44 Traduction G. Serbat, ibid.
    Imbecillus homo iturus in balneum uitare debet ne ante frigus aliquod ex (...)

74– II, 17, 6-7 : bain pour un sujet faible (imbecillus homo) : « Un sujet faible qui a l’intention de se baigner doit éviter de s’exposer auparavant à quelque refroidissement ; arrivé au bain, il doit rester tranquille quelque temps pour vérifier s’il sent un resserrement aux tempes et s’il se forme de la sueur ; si le premier effet se produit sans que l’autre suive, il est ce jour-là préjudiciable de se baigner ; il se fera oindre doucement et emmener, il lui faut éviter à tout prix de se refroidir, et observer la diète. Si en revanche, sans resserrement aux tempes, la sueur apparaît, d’abord à cet endroit puis ailleurs, on fomentera la bouche à l’eau chaude, puis on descendra dans la baignoire (tum in solio descendum est) et là encore on observera si le premier contact de l’eau chaude provoque des frissons de l’épiderme ; cela ne peut guère arriver si les choses se sont convenablement passées jusque là, mais c’est une indication assurée de la nocivité du bain. Chacun doit tenir compte de son propre état de santé pour décider s’il doit pratiquer les onctions avant de se plonger dans l’eau chaude, ou après »44.

75La mention d’un solium rempli d’eau chaude désigne la salle des bains chauds où toutes les opérations (sudation puis immersion) semblent bien se dérouler. Cependant, comme dans le cas des deux textes précédents, le protocole imposé au malade qui, ici, ne fréquente que le caldarium, ne signifie pas que les autres baigneurs en font autant.

  • 45 Frigus inimicum seni, tenui... (I, 9, 3). Cf. aussi le texte sur l’imbecillus homo analysé ci-dessu (...)

76Il nous paraît donc que ces textes de Celse ne fournissent qu’une vue partielle d’un établissement balnéaire de son époque. On n’y parle que de tepidarium et de caldarium parce que l’étuve est considérée comme trop dure pour ces personnes affaiblies. Cela nous paraît confirmé par une autre absence notoire, celle du frigidarium dont nous venons pourtant de voir qu’il se généralise dès la seconde moitié du ier siècle av. n.è. Là encore, cette donnée s’explique par le fait qu’un violent contraste entre eaux chaude et froide est exclu pour des malades dont Celse se préoccupe constamment qu’ils ne prennent froid45. Cet auteur nous confirme donc la gamme des activités qui caractérisent le caldarium. En revanche, il ne nous apporte nullement la preuve que, comme dans certains bains de la seconde moitié du ier siècle av. n.è., les pièces chauffées se résumaient encore à deux à son époque. Cette conclusion est confortée par l’étude des thermes du ier siècle de n.è. à laquelle nous nous livrons ci-dessous.

c) L’invention du frigidarium

77Durant les siècles antérieurs, il a existé des bains froids dépourvus de toute source de chaleur. Il a même existé de grandes piscines en plein air permettant l’immersion (pl. XIII-1). En revanche, dans les établissements utilisant l’eau chaude, il n’avait jamais été prévu de bain froid.

  • 46 Par exemple Ginouvès, Balaneutiké, p. 217, note 6, ou Nielsen, Thermae, p. 32 : l’augmentation cons (...)
  • 47 Sur cette ordonnance du médecin Antonius Musa, cf. Suétone (Aug., 81 : après les guerres contre les (...)

78Cette nouveauté notoire a parfois été mise, mécaniquement, en relation avec la plus grande puissance de chauffage désormais acquise46. L’argument n’est pas entièrement convaincant. Déjà, avec les braseros, on pouvait obtenir, dans les étuves conçues dans ce but, une chaleur importante, même si les doubles-cloisons permirent encore de l’augmenter. Déjà aussi, on s’immergeait dans des baignoires chaudes. Les auteurs anciens ont, quant à eux, mis en avant l’imitation d’Auguste auquel le corps médical avait recommandé des bains froids pour des raisons de santé47. Si l’on peut admettre que le modèle impérial contribue à la diffusion de cette pratique, il est beaucoup plus difficile de croire qu’un cas particulier, fût-il celui de l’Empereur, soit à l’origine de la création d’un moment essentiel de l’art du bain destiné à perdurer pendant des siècles.

  • 48 Sur ces questions d’ordre général, cf. par exemple L. Angeletti, La medicina, dans Civiltà dei Roma (...)

79En fait, il nous semble que cette introduction du bain froid a effectivement à voir avec une conception médicale du corps, mais une conception beaucoup plus vaste qu’un cas particulier ou qu’une maladie précise. Dès Hippocrate, l’organisme humain est conçu comme enfermant des « qualités » dont l’équilibre conditionne la santé. D’où cette thérapie à base de régimes et de normes de vie destinés à rétablir, en cas de maladie, l’équilibre perdu. L’admiration pour Hippocrate se double pourtant, à Rome, d’une réticence reportée sur ses successeurs. La raison profonde en est la façon dont tout ce courant médical est imprégné de philosophie. De fait, le diagnostic du déséquilibre et les remèdes qu’il nécessite impliquent, dans une des sectes médicales essentielles de l’époque hellénistique, celle des dogmatiques, des rationales, la prise en considération des « causes cachées » de la maladie, par exemple éléments primordiaux (eau, air, terre, feu), dont le déséquilibre est la vraie cause du déséquilibre maladif (on reconnaîtra là les principes de la cosmologie présocratique), ou encore inadéquation des canaux du corps à la circulation des atomes (on reconnaîtra là les leçons de l’atomisme de Démocrite ou d’Épicure)48.

  • 49 Pline, NH, XXIX, 14.
  • 50 Pline, NH, XXIX, 15-28.

80Dans ces conditions, l’opposition des traditionalistes à la médecine grecque n’est que le reflet d’une hostilité générale à certaines formes d’hellénisme intensif qui menacent l’isonomie de la classe dirigeante. Il faut cependant se souvenir que la position d’un Caton déclamant contre les médecins grecs, agents d’un vaste complot destiné à exterminer les barbares, y compris les Romains49, ou d’un Pline rappelant le bon vieux temps où les Romains ignoraient les médecins et ne s’en portaient que mieux50, ne concerne qu’une fraction de la classe dirigeante et ne saurait empêcher une évolution souhaitée par les autres couches de la société.

  • 51 Celse, II, 17, 3. Sur l’importance de la théorie atomique et d’Asclépiade qui la transpose en médec (...)

81Surtout, un basculement paraît se produire, à Rome, avec l’arrivée d’Asclépiade, dont l’activité doit être placée au début du ier siècle av. n.è. Il s’agit d’un des pères fondateurs de la secte médicale méthodiste, mais ce qui nous intéresse ici est que ce novateur a un point commun avec certains dogmatiques, à savoir un atomisme qui intéresse directement la pratique thermale. En effet, pour lui aussi, le corps est constitué d’atomes qui circulent dans les canaux du corps. La dilatation ou le resserrement de ces derniers devient donc un des procédés majeurs pour maintenir ou retrouver la santé, et un des moyens d’action les plus efficaces pour ce faire est la pratique de bains à diverses températures, bains dont, comme le souligne Celse, il fut le premier à faire un usage audacieux dans ses prescriptions51. Désormais, on cherche à guérir en agissant sur la matière, sur le corps conçu selon la théorie des atomes. L’excès, l’entassement d’atomes, source de maladie, peuvent être combattus par une dilatation des pores et l’état inverse par leur resserrement. Le passage rapide d’un bain chaud à un bain froid est, avec les exercices, les massages et les onctions, un des moyens essentiels de veiller à un bon équilibre.

  • 52 Celse, I, 3, 13.

82La renommée d’Asclépiade, qu’illustre l’œuvre de Lucrèce, ne fut sans doute pas sans conséquence sur la prise de conscience de la nécessité d’offrir au baigneur des possibilités d’immersion dans des eaux de températures diverses. Cela est d’autant plus vrai que nombre de ses collègues, quoique non méthodistes, conservèrent des théories sur le corps qui, en fait, aboutissaient, dans la pratique du bain, à une conception semblable. Celse lui-même, qui élabore une « voie moyenne » indépendante des dogmatiques et des empiriques mais plongeant ses racines dans ces deux écoles, combat résolument le méthodisme dans la mesure où celui-ci ignore les facteurs circonstanciels et l’individualité de chaque malade, que lui, au contraire, prend soigneusement en compte. Cela ne l’empêche pas de se référer fréquemment à Asclépiade, le plus cité après Hippocrate, et de porter des jugements équilibrés sur ses diagnostics et prescriptions. Bien plus, sa propre théorie de la nature physique implique, elle aussi, la possibilité d’une gamme de bains dans des eaux diverses. En effet, Celse conserve les oppositions traditionnelles de froid/chaud et de sec/ humide, et en ajoute deux autres, maigreur/ obésité, constipation/diarrhée52. Il ne s’encombre pas de « cause cachée », de théorie générale qui se veut explicative, mais, comme chez Asclépiade, l’essentiel est de maintenir ou retrouver un équilibre, et le bain, sous ses diverses formes, a une place importante dans l’organisation d’un mode de vie sain ou dans les thérapies.

  • 53 Pour une commode vue d’ensemble de la médecine de Galien, cf. l’introduction d’A. Pichot à Galien. (...)
  • 54 F. Bourdy, Du bon usage des bains d’après Oribase, dans Les eaux thermales et les cultes des eaux. (...)

83Dès lors, au-delà des différences d’écoles, ces idées ne quitteront plus la pensée médicale antique. Galien revient à la théorie hippocratique des humeurs. Humorisme ou atomisme, qu’importe la conception théorique du corps : le rôle des bains, de températures différentes, reste identique. Même si Galien critique Asclépiade, en particulier sa théorie du relâchement et du resserrement qui constitue une sorte de « mécanisme » atomiste, même s’il lie la maladie à un déséquilibre des humeurs classées en fonction de la grille chaud/froid, sec/humide, les conséquences thérapeutiques de ces deux approches sont comparables. En ce qui concerne notre propos, le bain garde en effet une place essentielle, et c’est la nature de l’eau, mais aussi sa température, qui lui procureront une action réfrigérante ou échauffante, humectante ou desséchante53. Ce rôle du bain, tout comme chez Asclépiade, est lié à la fonction essentielle qu’assument les pores de la peau. Si on ne parle plus d’atomes, mais d’humeurs, le raisonnement reste fondamentalement semblable. L’air chaud liquéfie les humeurs et ouvre les pores, permettant l’évacuation des premières. L’eau chaude autorise l’entrée, par les pores toujours ouverts, de « vapeurs profitables ». L’eau froide resserre les pores, enfermant ces vapeurs dans le corps, reléguant les humeurs viciées à l’extérieur54.

  • 55 Il est possible que ce mouvement s’amorce antérieurement, mais nous n’en connaissons quasiment rien (...)
  • 56 La date d’apparition des frigidaria privés est souvent difficile à fixer avec précision. Cette fois (...)

84Dans ce cadre, une salle des bains froids devient indispensable à tout bâtiment balnéaire : il nous paraît que ces réflexions d’ordre médical ont joué un rôle essentiel dans l’apparition et la diffusion du frigidarium. Les exemples des thermes de Stabies et du Forum montrent que cette nécessité est déjà parfaitement ressentie à la fin du ier siècle av. n.è.55. L’ampleur du mouvement est attestée par l’architecture domestique où le bain froid tend rapidement à devenir une composante incontournable des thermes privés56.

d) À propos des bains africains du ier siècle av. n.è.

85Nous ne connaissons pratiquement rien des installations balnéaires africaines de la fin de la période hellénistique. On peut pourtant penser que les nouveautés italiques n’étaient pas inconnues en ces contrées. Il est difficile de croire que la grande Carthage augustéenne les ait ignorées. Il est tout aussi difficile de penser que les villes d’époque hellénistique, dont l’essor est un des traits les plus caractéristiques de cette période, les aient également méconnues. Un indice nous en est fourni par un passage de Pline (NH, XXV, 77). Il nous apprend que le médecin du roi Juba II, Euphorbe, était le frère d’Antonius Musa et que lui aussi prescrivait des bains froids. Nul doute que les évolutions dans le domaine balnéaire développées en Italie n’aient participé d’un mouvement bien plus large, concernant en particulier l’Afrique.

  • 57 A. Berthier, Une mosaïque solaire trouvée à Constantine, dans Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p (...)

86Cette approche est confortée par une autre donnée, cette fois d’ordre archéologique. Il s’agit d’une mosaïque trouvée à Cirta, comportant un grand disque chargé de triangles curvilignes et flanqué de deux panneaux représentant d’une part quatre navires, d’autre part deux nageurs noirs affrontés57. La datation dans la première moitié du ier siècle av. n.è. paraît bien établie par les parallèles précis que l’on peut établir avec des pavements pompéiens et par le type des navires tout comme des armes qu’ils transportent. C’est pourquoi G. Picard considère ce document comme une conséquence de la conquête de Cirta par les Sittii, en 47 av. n.è. et l’œuvre de mosaïstes venus de Campanie.

87Ce qui nous intéresse directement est le fait que l’association de ces thèmes, et en particulier la présence des nageurs noirs, renvoie aux bains de trois maisons pompéiennes, celles de M. Caesius Blandus, du cryptoportique et du Ménandre. Or la partie de l’édifice d’où provient cette mosaïque possède des hypocaustes, dont l’un situé justement sous le pavement des nageurs : il semble impossible de suivre A. Berthier qui considère cet aménagement comme destiné à exhausser le sol. L’ensemble de la construction reste très mal connu, mais elle paraît avoir comporté un grand péristyle dans un des angles duquel sont logées les pièces balnéaires. Comme le souligne G. Picard, ces données évoquent une riche résidence, celle d’un compagnon de Sittius ou de Sittius lui-même. Cette demeure pourrait être due au réaménagement d’un palais numide dans la mesure où A. Berthier signale, à plusieurs reprises, une construction monumentale antérieure à la présence romaine.

88Quoi qu’il en soit, les seuls bains que nous connaissons quelque peu, et qui paraissent fort semblables à ceux, contemporains, de Campanie, s’inscrivent dans un contexte tout à fait particulier, celui de l’installation dans la région de Cirta d’un condottiere et de sa troupe, composée essentiellement de personnes étrangères à l’Afrique. L’origine campanienne de Sittius et d’une partie de ses compagnons suffit à rendre compte de la similitude existant entre le bâtiment de Constantine et ceux de Pompéi. Il est cependant fort probable qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé et que le reste de l’Afrique n’était pas à l’écart de ces innovations dans l’art du bain. Nous n’en avons cependant nul témoignage concret, si ce n’est sans doute l’inscription de Carpis (ci-dessous, note 92 et inscription n° 15).

3) Thermes du ier siècle de n.è.

89On a souvent souligné qu’un certain conservatisme caractérise alors l’architecture thermale de l’aire vésuvienne. Il s’y produit cependant d’importantes évolutions, d’autant plus intéressantes qu’elles s’achèvent avec le précieux terminus ante quem de 79.

  • 58 L. Jacobelli, Lo scavo delle terme suburbane. Notizie preliminari, dans Rivista di studi pompeiani, (...)

90Le point de départ de l’analyse est constitué par le premier état des thermes suburbains de Pompéi, attribuable à la première décennie du ier siècle58 (pl. XVIII-2). Le bâtiment est précédé d’une grande terrasse flanquée de portiques sur deux côtés : nous ne voyons pas quel argument s’oppose à ce qu’elle ait pu servir de lieu d’exercices. Le secteur froid comprend un vestiaire et un frigidarium qui se compose d’une salle de plan rectangulaire, aux murs et au sol revêtus de marbre, salle communiquant par une large ouverture couverte d’un arc avec un espace en L abritant la piscine froide et un nymphée attribuable, du moins dans sa forme actuelle, au second état de l’édifice. Cette fois encore, il nous paraît douteux que cet espace ait été hypèthre.

91Le secteur chaud comprend trois locaux, tous installés sur hypocauste et dotés de parois chauffantes. Un tepidarium, dénué de bassin, commande un laconicum, de plan circulaire complété par quatre niches, et un caldarium, locaux qui ne communiquent pas entre eux. La salle des bains chauds, aux murs ornés de niches, comporte un solium et, dans l’abside opposée à ce dernier, un labrum, dont ne subsiste qu’une partie du support.

92Cette disposition d’ensemble impose quelques remarques. On notera d’abord la présence d’un frigidarium, cette fois prévu dès l’origine. Ensuite, le caldarium appartient au type à solium et schola labri que nous avons vu se mettre au point dans la période précédente. Enfin, caldarium et laconicum, tous deux chauffés par un foyer, sont reliés entre eux par l’intermédiaire du tepidarium : l’étuve, marginale dans la première moitié du ier siècle av. n.è., sacrifiée dans la seconde moitié de ce siècle, est cette fois réintroduite et intégrée au circuit chauffé. Cependant, elle constitue toujours un itinéraire à part.

  • 59 Sur cette question, cf. Nielsen, Thermae, p. 48 et 156.
  • 60 Jacobelli, Suburbanen Thermen (art. cité à la note 62), p. 333.

93Ce type de plan, avec quelques variantes, caractérise les bains vésuviens du ier siècle. À Herculanum, dans les thermes suburbains, un caldarium, pourvu d’un alveus et d’un labrum logé dans une abside située à l’opposé, est précédé d’un tepidarium qui commande aussi l’accès à un laconicum (pl. XVIII-3). L’identification de ce dernier est bien assurée par son plan circulaire à niches et, surtout, par le fait que, avec le caldarium, c’est le seul local à être chauffé directement par un foyer. Cet édifice comporte cependant une nouveauté : entre le tepidarium et l’étuve s’interpose une salle abritant une vaste piscine chaude (cf. note 8). Cette innovation n’est pas sans suite59. Dans les thermes suburbains de Pompéi, lors de la seconde phase de construction postérieure à 62, on ajoute trois pièces à l’édifice antérieur. La principale est une piscina calida (9,55 x 5,50 m : pl. XVIII-2, n° 3). Elle est précédée de deux locaux. Le premier, 1, articule l’ensemble avec l’extérieur, avec cette esplanade où nous persistons à placer un lieu d’exercices. Le second, 2, chauffé, articule ce dernier et le caldarium avec la natatio chauffée. On a voulu y voir aussi un destrictarium60, hypothèse intéressante qui tendrait à confirmer que des baigneurs s’exerçant à l’extérieur pouvaient effectivement se plonger dans la piscine chauffée à condition de s’être nettoyés auparavant.

  • 61 P. Bargellini, Le terme centrali di Pompei, dans Thermes romains, p. 115-128, avec la bibliographie (...)

94Enfin, à Pompéi, les thermes du centre présentent le grand intérêt d’être précisément datés61. De fait, il s’agit du plus grand complexe balnéaire de Pompéi, occupant toute une insu-la libérée de ses constructions antérieures par le tremblement de terre de 62. En 79, les travaux étaient encore en cours (pl. XIX-1).

95Le bâtiment, doté d’une palestre avec vaste natatio, est à section unique, comme les deux édifices précédents. Un frigidarium précède un tepidarium dénué de bassin qui, lui-même, commande deux pièces toutes deux chauffées directement par un four mais ne communiquant pas entre elles, un laconicum de plan circulaire à niches et un caldarium doté de deux alvei, la schola labri ayant disparu. Dans le mur Sud de ce dernier, la niche centrale enferme une petite vasque servant de substitut au labrum. Les trois salles chauffées sont sur hypocauste et équipées de doubles-parois. Il était prévu que l’étuve soit alimentée par un foyer, le caldarium par deux.

  • 62 L’architecture domestique reflète les réalités des bâtiments publics. L’inventaire d’E. Fabbricotti (...)

96Les thermes suburbains de Pompéi et d’Herculanum d’une part, les thermes du centre d’autre part entretiennent donc des rapports étroits : section unique, frigidarium, étuve accessible à partir du tepidarium. Une seule différence essentielle les caractérise : l’apparition, dans les derniers, d’un nouveau type de caldarium où le bain de propreté disparaît (ou se trouve très marginalisé : la petite vasque au milieu d’un des longs murs), et où les capacités offertes pour l’immersion dans l’eau chaude sont doublées62.

4) Vitruve et les thermes vésuviens

  • 63 Description qui, au demeurant, est loin d’être systématique. Vitruve ne dit rien des lieux où se pr (...)

97Ce dossier implique que l’on se tourne vers le texte de Vitruve sur les balnea (V, 10) car il s’agit d’un des très rares textes antiques qui visent à décrire un établissement thermal63, et cela justement à une époque qui concerne les deux dernières des phases que nous avons distinguées dans l’architecture balnéaire vésuvienne. On peut donc attendre de Vitruve qu’il nous apporte un irremplaçable commentaire des vestiges, et qu’il nous précise aussi le vocabulaire qu’il convient d’utiliser. L’interprétation de ce texte n’est cependant pas toujours aisée.

a) Thermes doubles

98Si nous prenons le texte dans l’ordre qui est le sien, nous pouvons soulever un certain nombre de questions. D’abord, les bains vitruviens sont doubles, juxtaposant deux bâtiments destinés respectivement aux hommes et aux femmes. Nous avons pu constater que les vestiges confirment fréquemment cette disposition. Elle paraît cependant être abandonnée au début de l’Empire : au premier siècle de notre ère, on ne la trouve ni à Pompéi, ni à Herculanum. Ces thermes doubles permettent une chaufferie commune, choix effectivement confirmé, lui aussi, par les vestiges.

b) Le caldarium

99Ensuite, le caldarium comporte un alveus et, dans l’abside opposée, un labrum. C’est effectivement le type de salle des bains chauds qui caractérise tous les thermes d’Herculanum et Pompéi appartenant au siècle à cheval sur le début de notre ère. Un tel parti n’est abandonné que dans les thermes du centre, les derniers de la série, d’où disparaissent non seulement la vasque sur pied mais aussi l’abside l’abritant, ce dispositif laissant place à un second alveus.

c) La question des laconicum sudationesque

100Le texte de Vitruve tel qu’il nous est parvenu (V, 10, 5) est le suivant :

Laconicum sudationesque sunt coniungendae tepidario ; eaeque quam latae fuerint, tantam altitudinem habeant ad imam curvaturam hemisphaerii. Mediumque lumen in hemisphaerio relinquatur, ex eoque clypeom aeneum catenis pendeat, per cuis reductiones et dimissiones perficietur sudationis temperatura. Ipsumque ad circinum fieri oportere videtur, ut aequaliter a medio flammae vaporisque vis per curvaturae rutundationes pervagetur.

  • 64 C’est le point de vue adopté par la majorité des traducteurs, et aussi des analystes : cf. par exem (...)

101On admet le plus souvent que ce texte décrit le laconicum, pièce de plan circulaire couverte d’une coupole percée d’un oculus, disposition destinée à favoriser la distribution et régler l’intensité de la chaleur qui, dans ce contexte, ne peut être produite que par un brasero placé au centre du local64.

102Une telle lecture doit cependant être confortée, car elle se heurte à la logique du texte. De fait, Vitruve mentionne non un local unique, mais des laconicum sudationesque. Le pluriel de sudatio intrigue, et cela d’autant plus que le mot est accolé à laconicum, deux termes qui paraissent renvoyer à des étuves et que l’on ne peut comprendre dans la mesure où aucun vestige ne nous montre la présence, dans un même bâtiment, de deux salles de ce type.

  • 65 A. Lézine (Architecture romaine, p. 18, note 61) considère ce passage comme manifestement altéré.

103Bien plus, la suite de la description est introduite par eaeque, ce qui ne paraît pouvoir renvoyer qu’aux sudationes auxquelles il faudrait donc attribuer toute une partie des caractères mentionnés par Vitruve, à elles et non au laconicum comme on le fait souvent, sans trop se soucier de l’articulation du texte. Ces contradictions invitent à reprendre les interprétations qui ont pu en être données. De fait, soit on admet qu’il est profondément corrompu65, et force nous est de laisser la parole aux spécialistes susceptibles de restituer la version originale. Soit on admet que, intact ou non, il reste intelligible, et il nous faut dès lors tenter d’en rendre compte.

  • 66 R. Hartmann, Das Laconicum der römischen Thermen dans RM, 25, 1920, p. 152-169.

104Une première solution consiste à adopter la traduction proposée par R. Hartmann, pour qui les sudationes sont les niches du laconicum66. Nous avons dès lors une seule salle, dont la description nous est donnée d’une façon qui respecte la grammaire. Eaeque désigne les niches dont la hauteur jusqu’au départ de leur voûte doit être égale à leur largeur ; puis on passe à la description de la voûte en coupole du laconicum avec son lumen central ; on achève par le plan de ce laconicum, qui doit être circulaire (ipsumque désignant le laconicum).

105Il faut laisser de côté une des idées directrices de R. Hartmann selon laquelle le laconicum, étuve sèche, impliquait la présence en son sein d’une piscine froide où les baigneurs se plongeaient immédiatement après la sudation. Cette mauvaise interprétation du bain à la mode laconienne, impliquant évidemment deux lieux distincts, découle de la présence d’un bain froid au centre de certains laconica pompéiens, fruit de la transformation de ces derniers en frigidaria. Bien entendu, Vitruve n’a pas un mot sur l’existence de tels bassins dans les étuves. Cette erreur de R. Hartmann n’entache cependant pas tout son raisonnement qui s’efforce de suivre le texte vitruvien.

106Cette analyse se heurte toutefois à plusieurs obstacles. Aucun autre écrit ne laisse soupçonner l’utilisation de sudationes pour nommer les niches du laconicum. À très peu de distance, le même terme, hemisphaerium, désigne successivement les voûtes en cul-defour des niches et la coupole du laconicum. Ajoutons que, malgré les affirmations de

107R. Hartmann, les proportions de niches aussi larges que hautes hors couvrement seraient fort inhabituelles.

  • 67 Rebuffat, Vocabulaire, p. 10. Sur la fonction d’étuve jouée par le caldarium, cf. déjà Lézine, Arch (...)

108Une deuxième solution consiste à distinguer le laconicum des sudationes en reconnaissant dans le premier une étuve sèche et dans les secondes un lieu de transpiration différent, plus humide, à savoir la salle des bains chauds. C’est l’interprétation proposée par R. Rebuffat67. Au premier abord, cette lecture est séduisante, même si le pluriel de sudatio intrigue toujours : on aurait pu identifier un premier lieu de sudation, distinct du caldarium, dans le tepidarium, mais la suite de la phrase n’aurait plus de sens. Peut-être faut-il simplement comprendre que, dans le caldarium, on peut transpirer près du labrum, au milieu de la salle et à proximité même de l’alveus dégageant de la vapeur, d’où un pluriel qui ne désigne qu’une seule salle. Lecture séduisante donc : les édifices que nous venons d’étudier nous révèlent des cas où, effectivement, le tepidarium commande l’étuve et le caldarium. Il se présente cependant une difficulté majeure. Dans cette optique, toute la première partie de la description qui suit, introduite par eaeque, ne peut concerner que les sudationes, c’est-à-dire le caldarium. Or Vitruve vient justement de décrire longuement ce dernier : il est peu compréhensible qu’il revienne sur ce point et, encore plus, qu’il mentionne alors l’hemisphaerium couvrant la salle, terme qu’il paraît bien difficile de traduire par l’arcde-cercle de la voûte en berceau du caldarium ou même par la voûte en cul-de-four de la schola labri.

  • 68 C’est le choix opéré par F. Granger dans sa traduction, coll. Loeb, Londres, 1983. De fait, il trad (...)

109Une troisième solution consiste à assimiler laconicum et sudationes68 et à comprendre laconicum vel sudationes, l’accord coniungendae s’expliquant par une altération du texte ou, plutôt, par un phénomène d’attraction des genres. On notera que ce lien entre laconicum et tepidarium n’existait pas dans la première moitié du ier siècle av. n.è., durant laquelle l’accès à l’étuve se faisait à partir du vestiaire (Pompéi : thermes du forum et, sans doute, de Stabies ; encore à Herculanum, dans les thermes du forum). En revanche, l’articulation des deux pièces devient la règle dès le début du ier siècle de n.è. (Pompéi : thermes suburbains puis du centre ; Herculanum : thermes suburbains). Sans doute Vitruve a-t-il eu l’occasion de voir, en d’autres lieux et dès avant cette date, un tel dispositif appliqué à des laconica encore primitifs, chauffés par des braseros.

  • 69 Traduction proposée par Delorme, Vitruve, p. 411, note 5 ; cf. déjà C. Perrault.

110Nous pouvons dès lors attribuer l’ensemble de la description introduite par eaeque à l’étuve, salle unique en tant que local spécifiquement destiné à provoquer la sudation. On comprendra ainsi que la hauteur des parois, jusqu’à la naissance de la coupole (hemisphaerium) sera égale aux dimensions de la salle. Au milieu de cette coupole (le sens du mot hemisphaerium restant identique), une ouverture est close par un disque de bronze suspendu par des chaines. Sa manœuvre permet de régler la température de la sudatio, c’est-à-dire de l’étuve ou mieux, ce qui expliquerait le passage du pluriel au singulier, permet de régler la température nécessaire à la sudation69.

111Reste la dernière phrase, introduite par ipsumque. F. Granger estime que ce pronom renvoie à clypeom, ce qui affaiblit considérablement la portée du texte, et le rend même incompréhensible : en quoi la forme circulaire du bouchon de l’oculus pourrait-elle influencer la bonne circulation de la chaleur ? R. Hartmann pense qu’il désigne le laconicum : le terme est bien éloigné. On peut penser qu’il renvoie tout simplement à hemisphaerium. Vitruve explique que la voûte doit être circulaire afin de permettre la meilleure diffusion possible de la chaleur produite par le brasero situé au centre de la pièce. Dans ce cas, il ne dirait rien du plan même de la pièce, à moins d’estimer que, dans son esprit, la présence de la coupole implique un schéma circulaire, ce qui est loin d’être une conséquence obligatoire. Le texte de Vitruve nous offre ainsi la description plus ou moins complète du secteur chauffé de thermes dont on peut trouver des parallèles dans des édifices du ier siècle av. n.è. ou un peu plus tardifs.

d) Le nom et la fonction des salles chauffées

  • 70 Une telle pratique, incontournable, est à nouveau décrite, au début du ier siècle av. n.è., dans Rh (...)

112Trois salles paraissent constituer l’essentiel de ce secteur chauffé : le tepidarium, le caldarium et le laconicum. Pour précieux qu’il soit, ce texte comporte cependant une grosse lacune : il ne précise pas la destination des pièces, les gestes du baigneur dans chacun de ces locaux ce qui, pour les contemporains, eût sans doute été bien inutile. Comme pour les périodes précédentes, le fil directeur de l’analyse doit rester l’articulation d’un bain de propreté et d’un bain de délassement : il est impensable que le baigneur s’immerge dans une baignoire collective sans s’être nettoyé auparavant70.

113Le texte de Vitruve nous confirme que la première salle chauffée, au contact du secteur froid, est une pièce de transition dénommée tepidarium. Pièce tiède donc, ce que confirme son mode de chauffage, parfois munie d’un bassin permettant une immersion à la sortie des salles chaudes. En revanche, aucun indice ne nous permet d’imaginer ce que le baigneur pouvait y faire à l’entrée, sinon, pour les plus fragiles, s’habituer progressivement à la chaleur et connaître une première transpiration.

114Le bain de propreté paraît s’être déroulé entièrement ailleurs, dans deux locaux, l’étuve ou laconicum, et la schola labri sise dans le caldarium, faisant fonction de destrictarium dont l’efficacité était accrue par la sudation que provoquait la chaleur de la salle.

  • 71 Sur les produits utilisés pour se nettoyer, cf. Ginouvès, Balaneutiké, p. 141-143.
  • 72 Cf. Lézine, Architecture romaine, p. 20, qui souligne que la forte exsudation produite par le passa (...)

115Nous sommes dès lors confrontés à plusieurs difficultés. La première est la façon dont le bain de propreté est irrationnellement explosé en deux locaux ne communiquant pas entre eux. Logiquement, le baigneur doit procéder à un premier décrassage au strigile dans le destrictarium ou la schola labri, où il dispose aisément d’eau pour cette opération réalisée à l’aide de divers détergents71. Ensuite, le laconicum lui permet une forte transpiration qui a, entre autres, pour effet d’éliminer les dernières saletés de la peau. Il peut ensuite gagner le bain de délassement. Nous pourrions donc nous attendre à l’existence d’une communication entre le laconicum et le destrictarium-caldarium, deux pièces chauffées qu’il n’y avait pas d’inconvénient à mettre en relation. Au contraire, le texte de Vitruve ne signale aucune circulation de ce genre et paraît impliquer, à chaque fois, un passage par le tepidarium. La différence de technique de chauffage entre les deux salles chaudes est la première explication qui vienne à l’esprit : on aurait voulu préserver la sécheresse de l’étuve du contact avec l’air plus humide du caldarium. L’argument paraît médiocre. Faut-il alors imaginer une inversion de l’ordre d’utilisation du laconicum et de la schola labri : du tepidarium, on passerait d’abord dans le premier, puis dans cette véritable salle à tout faire qu’est le caldarium. L’absence de communication entre la salle des bains chauds et l’étuve interdirait de créer un itinéraire circulaire mais éviterait de multiplier les portes dans cette dernière. Pour surprenante qu’elle puisse paraître, cette inversion ne serait pas dénuée de toute logique72.

116On peut remarquer que l’architecture thermale domestique de cette période confirme que le passage par le laconicum constitue un itinéraire à part. Dans la maison du Ménandre, l’étuve est isolée des autres salles balnéaires avec lesquelles elle ne s’articule que par l’intermédiaire d’un atriolum (pl. XX-4). À Stabies, dans la villa sul colle di Varano, le laconicum n’est accessible qu’à partir du vestiaire (pl. XX-3). À Pompéi, dans la maison de Fusco (pl. XX-2), le vestiaire-tepidarium commande d’un côté le caldarium, de l’autre l’étuve, et le plan est comparable dans la casa di Iulia Felix (pl. XX-5). Chaque fois qu’un laconicum est reconnaissable, il est l’objet d’un itinéraire particulier, en cul-de-sac.

  • 73 I. Nielsen (Thermae, p. 158-160) a voulu introduire une autre distinction, d’ordre technique et chr (...)
  • 74 Celse, II, 17, 1 : Siccus calor est, et arenae calidae, et laconici... et quarundam naturalium suda (...)

117Une seconde difficulté, elle aussi objet de longs débats, concerne la nature exacte des lieux de sudation. On a voulu opposer laconicum et sudatio-sudatorium, le premier sec, le second humide. Il est beaucoup plus convaincant de considérer que les deux mots désignent la même réalité, le second tendant sans doute à l’emporter sur le premier dans l’usage73. Des textes attestent la chaleur sèche qui règne dans ce local, quel que soit le nom utilisé pour le désigner74. Il est donc clair que le laconicum-sudatorium est fondamentalement une étuve sèche. Reste à savoir s’il existe un autre type de salle qui ferait fonction d’étuve humide.

  • 75 Sur cette question, cf. l’analyse, à notre avis décisive, d’A. Lézine, Architecture romaine, p. 29- (...)

118À ce niveau, on se heurte aux ambiguïtés du vocabulaire utilisé. En effet, divers auteurs parlent indifféremment d’étuve humide et de bain de vapeur. En réalité, la nature de ce dernier est tout à fait spécifique : la transpiration y est provoquée par l’introduction dans un local de vapeur d’eau provenant de récipients contenant de l’eau bouillante. C’est le principe de base du hammam, où la chaleur est produite par la vapeur, chaleur telle qu’elle permet, lorsque le procédé est bien au point, de se dispenser de toute autre forme de chauffage, hypocauste, double-cloison ou brasero. En revanche, les autres types de salles, où la transpiration est provoquée par des moyens de chauffage externes, n’ont rien à voir avec des bains de vapeur. Ces derniers, d’après les sources tant écrites qu’archéologiques, n’existent pas dans les thermes antiques75.

  • 76 De fait, le taux d’humidité d’une étuve peut être très variable : cf. C. Hawkins, The sauna : kille (...)

119Une seconde ambiguïté concerne le sens de l’expression « étuve humide ». Il serait nécessaire de préciser le degré d’humidité à partir duquel on passe de l’étuve sèche à l’étuve humide. De fait, un air totalement sec est rapidement insupportable : l’étuve admet donc une variation de son degré d’humidité, jamais égal à zéro. Nous aurons l’occasion de constater que de nombreux laconica d’époque impériale contiennent des bassins, ce qui n’a pas manqué d’intriguer. Pourtant, cela n’enlève rien à leur nature d’étuve sèche, au sein de laquelle il est normal de pouvoir s’asperger, et même d’atténuer, par exemple en jetant de l’eau sur le sol, une siccité jugée excessive76.

  • 77 Celse, II, 17, 1 : Sudor etiam duobus modis elicitur : aut sicco calore, aut balneo. Dans ce contex (...)

120Il est cependant, dans les thermes romains, des situations où la transpiration s’effectue dans un milieu où le taux d’humidité est tel que le baigneur ne se trouve plus dans une ambiance que l’on peut qualifier de sèche. Cette différence a été soulignée par Celse77 : la salle des bains chauds, dont la chaleur est accrue par la vapeur qui s’exhale des alvei, permet une transpiration dans un milieu humide. Cependant, il ne s’agit pas d’un bain de vapeur, et cette humidité caractérise un local qui n’est pas une étuve : comme l’a souligné A. Lézine, celle-ci, dans le contexte des thermes romains, apparaît toujours comme un local où le baigneur bénéficie d’une chaleur essentiellement sèche.

  • 78 Lézine, Architecture romaine, p. 17, note 57 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.

121Le texte de Vitruve est également l’occasion de soulever un dernier problème, celui du vocabulaire concernant la salle des bains chauds. Il a été souvent souligné que le terme de caldarium ne saurait convenir, puisqu’il désigne en fait toute espèce de salle chauffée78. Cela est sans doute partiellement vrai lorsque tout un faisceau de termes est inventé pour désigner la salle des bains chauds. En revanche, nous ne sommes pas du tout convaincu de cette affirmation pour la période qui nous concerne : dans la majorité des cas, sinon tous, le terme de caldarium désigne la pièce chauffée par excellence, à savoir bel et bien la salle des bains chauds. Sur ce point, la pratique générale des archéologues est loin d’être erronée, et nous ne manquerons d’autant moins de la suivre qu’elle est bien plus commode que des expressions ultérieures telles que cella soliaris ou aquarum cella coctilium.

  • 79 Par exemple I, 3, 5 (balneum feruens), I, 3, 9 (calida aqua in balneo), I, 3, 10 (solium bene calid (...)

122De fait, reprenons dans cette optique les deux textes déjà pris en considération, ceux de Celse et de Vitruve. Celse désigne peu souvent la salle des bains chauds en tant que telle. Il se contente fréquemment de signaler la nécessité d’utiliser un bassin d’eau chaude, ce qui suffit à préciser la nature du local où doit se dérouler cet acte79. Il nomme cependant parfois la salle et utilise alors clairement le terme de caldarium. Cela nous paraît évident en I, 4, 2 : celui qui a la tête faible doit d’abord s’attarder dans le tepidarium, puis passer dans le caldarium où il doit éviter le solium. L’opposition tepidarium-caldarium est significative : la seconde salle dotée d’un solium ne peut être que la salle des bains chauds, et le mot qui sert à la désigner n’a nulle valeur générale.

123Vitruve n’est pas moins clair. Dans son chapitre sur les bains, chaque fois que caldarium est utilisé comme substantif, il peut ou il ne peut que s’agir de la salle des bains chauds :

  • Caldaria tepidariaque lumen habeant ab occidente : les thermes vitruviens ne comportant que trois salles chaudes, tepidarium, caldarium et laconicum, il est évident que les caldaria, opposés aux tepidaria, ne peuvent être que les salles des bains chauds.

  • Caldaria muliebra et virilia : ces salles doivent être conjointes afin de bénéficier d’un chauffage commun ; là encore, il ne peut s’agir que des bains chauds.

  • Suspensurae caldariorum : le laconicum vitruvien est chauffé par des braseros ; le tepidarium des thermes vésuviens contemporains de Vitruve est le plus souvent dénué d’hypocauste : même conclusion.

    • 80 Contra Rebuffat, Vocabulaire, p. 10. Cela, selon toute probabilité, vaut sans doute aussi pour VIII (...)

    Eaeque camarae in caldariis si duplices factae fuerint, meliorem habebunt usum : on peut hésiter entre salle des bains chauds et salles chaudes en général, mais la suite du texte permet de pencher pour la première solution, qui s’impose avec la mention de l’ambiance humide : non enim a vapore umor corrumpere poterit materiem contignationis, sed inter duas camaras vagabitur. Dans tous ces cas, caldarium désigne bel et bien une salle thermale précise80.

  • 81 Inimica habet balnea assasque sudationes. On ne peut interdire au patient et les établissements bal (...)
  • 82 C’est la traduction de F. Granger.

124Celse et Vitruve utilisent également un autre terme pour nommer cette pièce essentielle, celui de balneum. Comme nous l’avons vu ci-dessus (cf. note 81), dans Celse II, 17, 1, le mot ne peut avoir que ce sens. Il en va de même en III, 27, 381. On retrouve ce même usage chez Vitruve : en V, 10, 4, on pourrait penser que la phrase Magnitudines autem balneorum videntur fieri pro copia hominum concerne l’ensemble du bâtiment balnéaire82, mais la suite du texte, qui donne les proportions d’une salle hors schola labri et alveus, prouve qu’il s’agit du caldarium.

III – L’ARCHITECTURE THERMALE À PARTIR DU iie SIÈCLE

A) Nombre, identification et agencement des salles

125Les derniers bains de l’aire vésuvienne restent des thermes simples, fondés essentiellement sur la présence de trois salles chauffées, un tepidarium commandant d’une part un laconicum, d’autre part un caldarium. L’apparition éventuelle d’annexes, en particulier d’une calida piscina, ne modifie pas en profondeur la relative simplicité de ce schéma.

126La période impériale mûre permet de constater une augmentation du nombre des locaux chauffés et une nouvelle articulation de ces derniers qui désormais, du moins dans la plupart des cas, sont unifiés par un itinéraire unique. Ainsi s’affirme la tendance dont nous avons pu voir les premières manifestations, sous une forme simplifiée et à une échelle mineure, dans des bains tels que ceux de Musarna (pl. IX-1) ou de la villa Prato (pl. XII-1). Cette évolution marque la fin du type de bâtiment mis au point à l’époque hellénistique et fondé sur la distinction de deux secteurs, celui du bain de propreté et celui du bain de délassement.

1) Thermes de Caracalla et de Dioclétien

127Pour saisir la nature de cette architecture polymorphe, la méthode la plus efficace est sans doute de se tourner vers les réalisations les plus achevées, dont le plein développement doit permettre d’éclairer la nature de réalisations moins ambitieuses.

128Dans cette optique, nous pouvons prendre en compte deux des grandes réalisations de la Ville, les thermes de Caracalla et ceux de Dioclétien (pl. XXI). Comme toute cette série de thermes dits impériaux, ils se caractérisent par un dédoublement des pièces de part et d’autre d’un axe principal. Sur ce dernier s’alignent des locaux dont l’identification ne pose pas de problème : une vaste piscine découverte, la natatio ; le frigidarium et un caldarium bien reconnaissables à leurs amples bassins respectivement froids et chauds ; une salle située entre les deux précédentes et que son emplacement, à l’articulation des secteurs chaud et froid, désigne comme un tepidarium.

  • 83 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 184-185. On a parfois supposé que, dans les thermes de Caracall (...)

129Le début du circuit chauffé est dédoublé, ce plan symétrique permettant de diviser les baigneurs en deux flots convergeant vers l’axe principal. Ces salles précédant le caldarium sont au nombre de trois : ce sont les locaux que D. Krencker désigne en utilisant les chiffres I, II et III83. L’interprétation de la première d’entre elles ne pose guère de problème : elle ouvre le circuit chauffé et sa position montre qu’il s’agit d’un tepidarium d’entrée. L’identification des deux autres est plus délicate. D. Krencker considère la deuxième comme un caldarium étant donné la très fréquente présence d’un bassin, la troisième comme une étuve.

  • 84 Sur l’identification de l’étuve, cf. en particulier Lézine, Architecture romaine, p. 20.

130Cette dernière identification est parfaitement logique. La présence systématique de l’étuve dans tout bâtiment de quelque ampleur est abondamment attestée. Or, la placer en III, au cœur du système chauffé, correspond à deux nécessités : d’abord, faciliter l’obtention du degré de température nécessaire par sa mitoyenneté avec d’autres pièces dotées de foyers ; ensuite respecter un principe qu’impose le fonctionnement des thermes, à savoir la progressivité du degré de chaleur. L’étude des vestiges confirme cette analyse : elle révèle, à cet emplacement, un local d’autant plus fortement chauffé qu’il est fréquemment pourvu de dimensions moindres que la salle qui le précède84.

131En revanche, l’assimilation de la pièce II à un caldarium crée un espace dont on comprend difficilement la fonction exacte. En fait, nous sommes en présence d’un ensemble de traits (présence fréquente d’un bassin dans un lieu souvent vaste et équipé d’un seul foyer) qui laisse soupçonner une pièce de température encore modérée dans laquelle on a besoin d’eau. Cette description correspond parfaitement à celle d’un local de nettoyage où le baigneur peut procéder à un bain de propreté indispensable avant l’immersion dans les cuves collectives. Ce nettoyage, parachevé dans le sudatorium, est une des fonctions essentielles des bâtiments thermaux : il s’effectue désormais dans des locaux spécifiques et intégrés dans un circuit d’ensemble, à leur juste place, à savoir avant le bain de délassement. Il est bien évident que, dans des thermes d’ampleur restreinte, les lieux de nettoyage peuvent être organisés de façon différente, avec, en particulier, une fusion du destrictarium et du laconicum en une seule pièce. Il n’en reste pas moins que le fil directeur de l’analyse doit être fondé sur les modèles les plus développés, dont il faut rendre compte et qui sont les plus susceptibles d’éclairer la nature exacte des autres bâtiments.

  • 85 Sur ce point, l’analyse de R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 4) nous paraît lier trop étroitement activi (...)
  • 86 Par exemple Nielsen, Thermae, p. 165, ou encore J. DeLaine (cf. ici, p. 10, note 6).
  • 87 Sur le dédoublement de l’étuve, cf. par exemple Nielsen, Thermae, fig. 58 et 59. Un tel dédoublemen (...)

132Les questions laissées en suspens par cette analyse paraissent pouvoir être aisément réglées. Il nous semble en effet nécessaire de souligner que si le destrictarium est, par excellence, indispensable au sportif enduit de la sueur et de la poussière de la palestre, il l’est également pour le baigneur qui se dispense de ces exercices mais qui n’en doit pas moins se débarrasser de la saleté de la vie quotidienne : outre le plaisir du bain, la nécessité du bain vaut pour tous. Dans des thermes conçus pour une clientèle fort diverse, il n’y a donc pas de raison d’attendre que le destrictarium entretienne obligatoirement des rapports architecturaux privilégiés avec la palestre85, ni de s’étonner que, dans le cas des deux thermes impériaux pris ici plus particulièrement en considération, ceux-ci ne soient pas en relation directe avec les lieux d’exercices. Il n’y a donc pas d’argument qui contraigne à suivre certains auteurs qui ont refusé l’identification d’un destrictarium spécifique au sein du circuit balnéaire sous prétexte que cette salle était uniquement destinée aux athlètes et faisait donc partie de l’ensemble de la palestre86. Une telle position aboutit d’ailleurs à des aberrations, par exemple à assimiler les salles II et III des thermes de Caracalla et de Dioclétien à des sudatoria, dédoublement qui serait fort peu explicable87.

133Toutes les incertitudes reposent donc actuellement sur l’identification de ce local II qui fait systématiquement partie des thermes de quelque ampleur de l’époque impériale mûre. Soit on lui dénie toute véritable spécificité, et on aboutit à une prolifération des tepidaria ou des sudatoria, à moins d’y reconnaître un caldarium bien curieusement placé. Soit on se rallie à la grille de lecture mise au point pour la première fois par A. Lézine, et on l’identifie à un lieu de décrassage indispensable, après la transition du tepidarium, pour poursuivre plus avant dans le circuit balnéaire. Dans l’état actuel de nos connaissances, c’est la seule interprétation qui puisse rendre compte des nombreux bâtiments où apparait la trilogie I-II-III. Elle n’interdit aucune variation du nombre de ces salles, dans le sens d’une contraction ou d’une dilatation, mais elle nous semble la seule capable de permettre une compréhension des vestiges.

  • 88 L’inscription africaine provient de Carpis, l’actuelle Korbous, dans le Cap Bon : A. Merlin, CRAI, (...)

134Il est vrai que le terme de destrictarium est peu attesté. Nous ne connaissons que deux inscriptions qui le mentionnent, celle de Pompéi célébrant des travaux dans les thermes de Stabies (CIL, X, 829), et un texte africain retrouvé en Tunisie88. L’argument est insuffisant pour en conclure qu’il ne s’agit que d’un local marginal. En réalité, il abrite une action tellement usuelle et évidente dans le circuit balnéaire que les textes se préoccupent peu de la mentionner en décrivant le contexte précis de sa réalisation. En revanche, le verbe destringere, qui désigne l’action de se gratter à l’aide du strigile, est fréquemment utilisé, tout comme abondent, en particulier sur les pavements de thermes, les exemples de représentation de l’instrument. Cela ne suffit pas à attester l’existence d’une pièce spécifique abritant cette activité, qui d’ailleurs se déroule également dans l’étuve. Il est cependant au moins un texte qui démontre que l’action décrite ne se passe pas dans cette dernière. Il s’agit de la lettre de Pline dans laquelle il raconte la vie studieuse de son oncle : ... in secessu solum balinei tempus studiis eximebatur ; cum dico balinei, de interioribus loquor, nam, dum destringitur tergiturque, audiebat aliquid aut dictabat.

  • 89 Pline le Jeune, Ep., III, 5, 14 ; traduction A.-M. Guillemin, CUF, Paris, 1969.

135La traduction d’A.-M. Guillemin est la suivante89 : « À la campagne, le moment du bain seul était ravi à l’étude, et par le moment du bain, j’entends le temps qu’il passait dans l’eau, car pendant la friction et le séchage, il écoutait une lecture ou dictait ».

136L’expression de interioribus loquor a été l’objet de discussions que rappelle le traducteur. Certains ont voulu rapporter interioribus à studiis et comprendre que Pline, durant le bain, n’interrompait que les études les plus difficiles, exigeant de l’application. La structure de la phrase ne nous paraît pas permettre une telle interprétation, et nous comprenons de interioribus balinei. A.-M. Guillemin s’étonne du pluriel de l’adjectif : le problème disparaît si l’on considère qu’il s’agit en réalité d’un substantif : les interiora balinei désignent alors la partie la plus interne du circuit balnéaire, à savoir l’étuve et le caldarium : la traduction « dans l’eau » pèche par excès de précision et est trop limitative.

  • 90 Rebuffat, Vocabulaire, p. 43 ; cf. aussi p. 13 la citation de Martial (Épigramme 14, 51) : curvo de (...)
  • 91 Notre analyse est largement semblable à celle de Rebuffat, Vocabulaire, p. 14. Cependant, nous ne p (...)

137... dum destringitur tergiturque : l’action se passe avant que Pline ne pénètre dans le sudatorium, en un local dont la température est encore assez modérée pour lui permettre de continuer à travailler. Destringere, plus précisément que la friction, désigne l’acte de se gratter à l’aide d’un strigile90, tergere est le fait de s’essuyer. Pline est entouré d’esclaves qui l’assistent non seulement dans son travail intellectuel mais aussi pour les actes du bain : ce sont eux qui le raclent au strigile et l’essuient à l’aide de linges, ce qui le rend encore plus disponible pour écouter ou dicter. Si deux salles chauffées précèdent l’étuve, toute cette activité se déroule dans un local spécifique, le destrictarium. S’il n’en existe qu’une, nous sommes dans un tepidarium-destrictarium, dans une pièce assurant à la fois la transition avec le secteur froid et la première opération du bain, le nettoyage91.

  • 92 Sur le vocabulaire utilisé par les auteurs latins, cf. Lézine, Architecture romaine, et Rebuffat, V (...)

138Nous sommes donc conduit à considérer comme valable la conception des thermes élaborée par D. Krencker et précisée par A. Lézine. Dans le cas de bains pleinement développés, si nous nous préoccupons uniquement des salles proprement balnéaires, nous pouvons dresser la liste suivante, d’après leur ordre d’utilisation et avec les termes latins correspondants qui nous semblent le plus fermement attestés92 :

    • 93 Nous reprenons la distinction établie par A. Lézine entre tepidaria d’entrée et de sortie, termes p (...)

    I : tepidarium d’entrée93 : tepidarium, cella tepidaria.

  • II : destrictarium.

  • III : étuve sèche : laconicum, assa, assa cella, assa sudatio, sudatorium.

    • 94 Pour l’utilisation de caldarium afin de désigner la salle des bains chauds, cf. ci-dessus, p. 102. (...)
    • 95 Sur le sens de cette expression, cf. l’article décisif de F.-G. de Pachtère, Sur la cella soliaris (...)

    IV : salle des bains chauds : caldarium94, cella caldaria, cella soliaris95.

  • V : tepidarium de sortie.

  • Salle des bains froids : frigidarium, cella frigida ou frigidaria, cella frigidarii.

  • 96 L’examen rapide de quelques textes parmi les plus connus confirme qu’il est très difficile de les u (...)
  • 97 Un exemple caractéristique en est la description des bains d’Etruscus par Martial (Épigrammes, VI, (...)

139Nous pouvons confronter ce schéma aux textes. Ces derniers sont, en fait, décevants. Ils se préoccupent peu de nous donner une idée complète d’un établissement et ne s’encombrent guère de précisions techniques. Il s’agit, avant tout, d’exalter la beauté de l’édifice, ou du moins son charme, et l’insistance est donc mise sur les lieux les plus spectaculaires, en particulier ceux où les eaux bouillonnent dans de grands bassins. En revanche, les salles intermédiaires, si importantes pour notre compréhension de la totalité du circuit balnéaire, sont négligées. Cela est vrai des tableaux concernant des bains privés, bains dont on peut en plus s’attendre à ce qu’ils présentent certaines spécificités96. Cela l’est encore plus des textes parlant des bains publics, textes qui constituent plus l’exaltation d’un monde merveilleux que de véritables descriptions97.

2) Lucien, Le bain d’Hippias

140En fait, un unique document échappe partiellement à ces remarques. Il s’agit de la célèbre déambulation de Lucien dans les bains d’Hippias. Elle remonte au iie siècle, à moins qu’il ne faille l’attribuer à un autre auteur, peut-être plus tardif. Quoi qu’il en soit on peut ainsi, par un biais littéraire, se faire une idée d’un bâtiment balnéaire d’époque impériale déjà avancée. On notera cependant que les salles sont très rarement désignées par un terme précis : en règle générale, on ne peut les identifier qu’indirectement, par la mention des actes qui y sont effectués, par des précisions portant sur leur chauffage ou les aménagements qui les caractérisent. Ces données, les plus précieuses pour nous, sont d’ailleurs noyées dans des notations sur l’agrément du local, sa beauté architecturale, la lumière qui y pénètre, les jeux de couleurs introduits par les marbres.

141Il n’en reste pas moins que ce texte de Lucien est le seul qui nous offre une description d’ensemble d’un établissement thermal public. Contrairement aux autres écrits, dont on ne sait jamais s’ils sélectionnent les salles dignes d’attention ou ne décrivent que des thermes de petite ampleur, quand il n’est pas évident qu’ils ne s’intéressent qu’aux aspects esthétiques du monument, nous disposons, avec Lucien, d’un document qui offre une vision globale d’un bâtiment de quelque importance.

  • 98 Nous développons ici l’analyse que nous avons déjà proposée dans Thébert, Circulation, p. 139, note (...)
  • 99 F. Yegül, The small city bath in classical Antiquity and a reconstruction study of Lucian’s « Baths (...)

142Ce qui nous importe ici est l’analyse du secteur proprement balnéaire. Plusieurs interprétations ont déjà été proposées. Il nous paraît utile de mettre à nouveau nos pas dans ceux de Lucien, en confrontant l’itinéraire qu’il suit au schéma directeur de l’organisation des thermes tel qu’il a été dégagé ci-dessus, à la suite d’A. Lézine98. Comme l’a tenté F. Yegül, il nous semble également indispensable de proposer, parallèlement à l’identification des lieux, un plan du bâtiment tel que nous pouvons nous le représenter99. Dans l’ordre du texte, nous rencontrons :

  • Deux vestiaires spacieux qui encadrent la salle des bains froids et dont il est précisé par la suite qu’ils communiquent aisément avec cette dernière.

  • Le frigidarium, facilement reconnaissable à ses trois bassins froids.

    • 100 Cf. aussi Wachtler, ibid., p. 325, note 1. Inversement, R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 4) estime qu’i (...)

    Jouxtant ce dernier, une salle légèrement chauffée et munie d’une abside à chacune de ses extrémités. Sa position et son mode de chauffage démontrent qu’il s’agit du tepidarium d’entrée I100.

    • 101 Tout comme est chauffé l’unctorium de la villa des Laurentes de Pline : unctorium hypocauston. Les (...)

    Sur la droite, un local, commodément aménagé pour les onctions, qui est aussi accessible à partir de la palestre. Le texte ne le précise pas, mais il est probable que cette pièce, sise au sein du circuit chauffé, l’est également101. L’existence d’un unctorium dans un bâtiment public apparaît exceptionnelle : elle pourrait s’expliquer par les dimensions restreintes de l’édifice, à moins qu’il ne faille songer à une fantaisie de l’auteur introduisant dans un lieu public une pièce attestée essentiellement dans des bains privés. On peut aussi penser que cette cella unctuaria servait surtout à emmagasiner les fioles d’huile, ainsi attiédie, et à une première onction, le baigneur poursuivant ensuite son chemin en emportant avec lui le produit.

    • 102 F. Yegül (ibid., p. 123-124) propose d’y voir un de ces nombreux espaces thermaux luxueusement amén (...)

    Puis une salle, la plus belle de toutes, où l’on peut s’attarder sans danger. La position de cette pièce et son chauffage encore modéré nous paraissent désigner le lieu où s’effectue l’essentiel du nettoyage, le destrictarium II102.

    • 103 Sur ces qualités du marbre de Numidie et son emploi privilégié dans les salles balnéaires les plus (...)

    À côté, un local chaud, thermos démontrant que la chaleur y est beaucoup plus forte que dans les pièces précédentes. Un problème est posé par le mot diadromos utilisé par Lucien pour désigner ce local, mot qui ne correspond guère qu’à un passage. Pourtant, le considérer comme un simple couloir paraît peu admissible : le plan aurait été fort maladroit et il eût été bien inutile d’attirer l’attention sur cet espace de liaison dépourvu de toute fonction balnéaire. En fait, son mode de chauffage et son emplacement, immédiatement avant le caldarium comme nous allons le voir, désignent le laconicum III. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si les murs y sont couverts de marbre de Chemtou, susceptible d’être taillé en plaques minces laissant bien passer la chaleur circulant dans les doubles-cloisons, alors que le destrictarium est orné de marbre de Phrygie103. À notre avis, diadromos fait donc allusion aux dimensions restreintes de la pièce, comme il sied à une étuve.

  • Puis une salle splendide, inondée de lumière faisant briller ses marbres. Étant donné qu’elle contient trois bassins chauds, il ne peut s’agir que du caldarium IV.

  • Enfin, le tepidarium de sortie V reliant la salle précédente au frigidarium.

  • 104 Wachtler, ibid., p. 326, note 1.

143La description de Lucien nous semble donc correspondre avec précision à la grille de lecture proposée ci-dessus et en confirme ainsi la validité. Les précisions qui nous sont fournies sont suffisantes pour que nous puissions, souvent avec certitude, parfois avec vraisemblance, identifier les divers locaux. Elles sont même suffisantes pour que l’on puisse comprendre le plan d’ensemble du secteur balnéaire. Après le tepidarium d’entrée, on serre à droite afin de gagner l’unctorium. On doit donc tourner ensuite à gauche pour gagner les salles II, III et IV, puis, grâce à un nouveau changement de direction, regagner le frigidarium à travers V. Lucien prenant soin de préciser que, ainsi, le baigneur n’est pas obligé de revenir sur ses pas, il est clair que le secteur chauffé est organisé en fonction d’un circuit sinistrogyre104.

144Nous pouvons donc proposer un plan schématique de l’édifice. F. Yegül s’est déjà livré à cet exercice (pl. XXII-1a et b). Il est possible d’envisager autrement l’articulation des vestiaires et du frigidarium. Surtout, il paraît nécessaire, pour le secteur chauffé, d’imaginer un parti plus équilibré. F. Yegül, en effet, place le tepidarium d’entrée en une position centrale qui bloque toute issue correcte pour les baigneurs sortant du caldarium et les contraint de gagner le frigidarium par un cheminement trop complexe. En fait, les bâtiments existants proposent de meilleures solutions planimétriques, correspondant bien au texte de Lucien, ce qui ne fait que confirmer le relatif réalisme de cette description. Nous proposons donc ici (pl. XXII-2) un schéma qui, dans une large mesure, est directement inspiré des thermes memmiens de Bulla Regia.

3) Sabratha, thermes de la regio VII

  • 105 L. Brecciaroli Taborelli, Le terme della « Regio VII » a Sabratha, dans Libya antica, 11-12, 1974-1 (...)

145La grille de lecture élaborée par A. Lézine nous semble également parfaitement apte à guider l’étude d’édifices concrets. Un exemple en est les thermes de la regio VII, à Sabratha, en Libye, dont la publication se réfère ouvertement à cette grille105.

146Ces bains datent de la seconde moitié du iie siècle. Longtemps considérés comme des bains privés de villa, il apparaît aujourd’hui qu’il s’agit de petits thermes de quartier occupant la moitié d’une insula urbaine. Le secteur qui nous intéresse comprend un frigidarium, équipé de deux bassins, et cinq salles chauffées parcourues selon un itinéraire sinistrogyre (pl. XXIII-1).

147Les caractéristiques de ces dernières correspondent bien aux fonctions que leur affecte A. Lézine. Le tepidarium d’entrée est pourvu d’un hypocauste peut-être chauffé par un foyer. Ce dernier reste cependant hypothétique et l’absence de doubles-cloisons correspond aux besoins de ce local de transition, où le baigneur pouvait s’asseoir en attendant que se produise une première sudation.

148Le destrictarium possède deux foyers, de dimensions réduites, dispositif qui permet une meilleure répartition de la chaleur dans une salle relativement ample, mais qui reste modérément chauffée comme le montre, dans ce cas aussi, l’absence de double-paroi. Dans l’abside, en mauvais état de conservation, quelques indices (interruption des bancs, existence d’un solin), suggèrent la présence d’une source d’eau nécessaire au nettoyage, peut-être un bassin ou un labrum.

149Le laconicum est désigné par sa position au cœur du circuit chauffé, ses dimensions plus restreintes, son puissant foyer et ses parois chauffantes, caractéristiques qui, toutes, permettaient l’obtention d’une forte chaleur.

150Le caldarium, doté de doubles-parois, est bien reconnaissable à ses deux solia chauffés chacun par un foyer et une testudo dont subsistent les traces des aménagements nécessaires à sa mise en place. De là, on regagne le frigidarium en traversant le tepidarium de sortie chauffé indirectement. La présence d’une banquette dans ce dernier montre que certains baigneurs pouvaient s’attarder dans ce local afin d’atténuer le fort contraste de chaleur existant entre les salles des bains chauds et froids.

151L’organisation de ce petit bâtiment balnéaire apparaît ainsi clairement. Le cœur du secteur chauffé, relié au frigidarium par deux pièces tièdes, comprend trois salles spécifiques, correspondant à l’enchaînement d’un bain de propreté (destrictarium) et d’un bain de délassement (caldarium) articulés par une étuve où se parfait la première opération et s’amorce la seconde. De fait, le sudatorium permet une exsudation intense qui achève le nettoyage du corps en éliminant les dernières impuretés et qui procure à l’organisme un bien-être préparant celui procuré par l’immersion dans l’eau chaude.

  • 106 C’est la solution adoptée, pour cet édifice de Sabratha, par I. Nielsen (Thermae, fig. 187).

152Dans l’état actuel de nos connaissances, cette grille de lecture paraît donc être la seule qui nous permette d’appréhender un édifice balnéaire en dégageant la logique de son organisation. À vrai dire, la question qui divise le plus les chercheurs est celle de la nature de la deuxième salle chauffée. Si l’on refuse de l’identifier à un destrictarium, on se trouve devant des hypothèses qui nous semblent inadmissibles. Y voir un second tepidarium n’introduit qu’irrationalité dans la cohérence du plan. La considérer comme une autre étuve aboutit au même résultat, à moins de l’interpréter comme une étuve humide, ce que tant l’organisation des lieux que nos connaissances générales rendent tout à fait improbable. Reste la solution, fondée sur l’approche de D. Krencker, de l’identifier à un premier caldarium106 : c’est attribuer le même nom à deux salles de nature évidemment différente et briser la logique qui ordonne l’agencement du nettoyage et du délassement.

153Les multiples édifices que nous aurons à étudier seront autant d’occasions de confronter le schéma d’A. Lézine aux réalités, éventuellement de l’enrichir ou de l’infléchir.

B) Le dossier de Tivoli et la question des calidae piscinae

154La villa d’Hadrien, à Tivoli, présente pour notre propos l’avantage d’offrir un ensemble de quatre bâtiments thermaux d’autant mieux datés qu’ils paraissent tous appartenir pour l’essentiel à la première grande phase de construction (118-125).

155Le cas des bains du théâtre maritime est spécifique : ils font partie de cette véritable villa en miniature, lieu de retraite réservé à l’Empereur et à ses intimes du moment, isolé de l’extérieur par un haut mur circulaire et symboliquement coupé du monde par un canal annulaire qui transforme le site de la villa en îlot. Pour le moment, on notera simplement qu’il parut indispensable d’équiper ce lieu autarcique d’une installation balnéaire.

  • 107 M. de Franceschini, Villa Hadriana, Rome, 1991, p. 530. Cf. déjà H. D. Mirick, The large baths at H (...)

156Les trois autres établissements posent un problème de lecture plus complexe. Grands et petits thermes sont étroitement liés : construits les uns près des autres, en fonction de la même orientation, ils sont dotés d’infrastructures communes concernant la circulation des eaux et du personnel. Nombre d’auteurs ont mis ce dédoublement en parallèle avec la décision bien connue d’Hadrien de séparer les sexes dans les bains : les grands thermes auraient été réservés aux hommes, les petits aux femmes. L’étude du décor permet cependant d’avancer une autre explication, sans doute plus satisfaisante, fondée sur une différence non de sexe mais de rang107. De fait, les grands thermes se caractérisent par de modestes mosaïques en noir et blanc, tandis que les parties hautes sont couvertes de fresques ou de stucs. En revanche, les petits thermes sont dotés de pavements en opus sectile et leurs murs sont couverts de plaquis de marbre. On peut donc penser que ces derniers étaient réservés au cercle de l’Empereur, alors que le monument voisin était destiné au personnel de la villa.

157Une telle hiérarchie se lit également dans l’organisation de l’espace. Alors que les grands thermes, hormis une salle de plan circulaire, se composent de volumes simples, essentiellement carrés ou rectangulaires, couverts de voûtes d’arête ou de berceaux, les petits bains concentrent en revanche, sur un espace restreint, une remarquable variété de dispositions fondées sur les lignes courbes, la diversité des plans qui s’articulent de façon fluide et la multiplicité des solutions imaginées pour les couvrements.

  • 108 Franceschini, ibid., p. 426..

158S’il paraît donc logique de penser que les petits thermes étaient réservés au cercle de l’Empereur, et les grands à ses subalternes, la fonction des bains à l’heliocaminus reste plus difficile à cerner. On a pu penser qu’ils furent construits les premiers, dans l’attente de l’achèvement du programme balnéaire majeur. Ils auraient ensuite été réservés au personnel de rang élevé108.

159Quoi qu’il en soit, nous sommes en présence de quatre édifices balnéaires bien datés, même s’ils connurent quelques remaniements. Leur statut est certes ambigu. Sans aucun doute de nature privée si on les compare aux thermes publics ouverts sans distinction à tous, ils relèvent cependant de la sphère impériale : tant l’importance des moyens disponibles pour leur construction que la qualité et le nombre de leurs usagers en font donc des témoins importants de la réalité des monuments thermaux dans la troisième décennie du iie siècle.

1) Thermes à l’heliocaminus (pl. XXIII-2 et 3)

  • 109 R. Paribeni, Tivoli (Villa Adriana). Lavori di esplorazione e di riassetto, dans NSc, 19, 1922, p.  (...)

160L’essentiel des débats concernant le monument a porté sur l’identification de la salle de plan circulaire. L’hypothèse qui a donné son nom au bâtiment a été élaborée par R. Paribeni109. Il décrit avec exactitude cette pièce comme étant entièrement occupée par une grande vasque circulaire, tapissée de marbre, à laquelle on accédait par trois gradins courant sur la moitié de sa circonférence. Il souligne également que le lieu était fortement chauffé, ce qui pourrait paraître en contradiction avec l’existence de cinq grandes fenêtres occupant la moitié de la circonférence opposée à l’emplacement des marches : on recherchait donc l’action bénéfique du soleil combinée à celle des fours.

  • 110 Pline, Ep., II, 17, 20.

161En fait, c’est à partir de cette constatation banale (les salles fortement chauffées munies de vastes fenêtres n’ont rien d’exceptionnel à cette époque) que le raisonnement dérape. Obnubilé par ces ouvertures et arguant faussement que la grande vasque est dépourvue de toute arrivée ou évacuation d’eau, R. Paribeni rapproche cette salle de l’heliocaminus que Pline le Jeune signale dans sa villa laurentine110. Répétons-le, ce rapprochement repose uniquement sur l’étonnement injustifié de l’auteur devant les vastes fenêtres : Pline ne décrit pas cet heliocaminus et tout laisse penser que ce local, situé loin des bains, n’était pas chauffé. Dès lors, pour R. Paribeni, la vasque et ses gradins ne deviennent que le moyen de s’approcher plus ou moins de la chaleur provenant du sol et, peut-être aussi, un réceptacle de sable dont l’action thérapeutique, combinée à celle du soleil, était soulignée par les Anciens.

  • 111 P. Verducchi, Le terme con cosidetto « heliocaminus », dans Quaderni dell’Istituto di topografia an (...)
  • 112 F. Coarelli, Lazio, guide archeologiche Laterza, 1982, p. 63 ; Franceschini, ibid., p. 426 ; Nielse (...)

162Cette lecture a été contredite par plusieurs chercheurs, en particulier P. Verducchi et P. Cicerchia111. Ces derniers, se fondant essentiellement sur le plan de la salle et sur l’intensité de son chauffage, l’identifient à une étuve. C’est, depuis, l’interprétation la plus couramment admise112. Elle présente cependant l’énorme inconvénient de ne pas rendre compte de la « vasque » : quelle que soit la fonction de cette dernière, elle n’a pas de sens si nous sommes en présence d’une étuve.

  • 113 P. Verducchi (ibid., p. 71-72 et 91-92) signale ces logements qu’elle attribue à deux petits tubes (...)

163En fait, l’examen des lieux nous semble confirmer la lecture la plus simple et la plus évidente : cette vasque ne peut être qu’une piscine, et ses gradins, tous étroits et l’inférieur très haut, ne se comprennent guère que dans un milieu aquatique où le corps, soutenu par l’élément liquide, peut aisément utiliser un tel emmarchement qui serait, sinon, fort incommode. La preuve en est l’empreinte de deux tuyaux encore parfaitement visible dans l’appui des deux fenêtres qui ne surmontent pas un foyer. Il s’agit là, selon toute probabilité, des arrivées d’eau que R. Paribeni a recherchées en vain113. Quant à l’évacuation, elle se faisait sans aucun doute par l’intermédiaire du couloir de service : au contact des foyers, l’hypocauste est détruit, et la où les conduites ont disparu. On notera d’ailleurs que cette vasque est revêtue de marbre blanc, décor qui, dans tous les thermes de la villa, est réservé aux piscines.

164Il nous paraît donc tout à fait clair que nous sommes en présence d’une calida piscina dont l’ampleur nécessitait quatre foyers. Le maintien de la chaleur du local était également assuré par une paroi chauffante installée sur la moitié de la pièce opposée à sa partie vitrée et épousant le dessin des deux niches.

  • 114 Nous ignorons pour quelle raison M. de Franceschini considère que ces trois pièces sont chauffées ( (...)

165Ce point étant acquis, reste à comprendre la fonction des autres salles. Le secteur froid comprend un frigidarium muni d’un bassin et ouvrant largement sur une natatio ceinte d’un portique. Il faut aussi lui rattacher les trois salles qui constituent la moitié méridionale de la façade orientale et où l’on reconnaît habituellement, et logiquement, des vestiaires114.

166Nous sommes donc en présence de sept salles chauffées qui étaient parcourues selon un itinéraire dextrogyre. Comme on l’a reconnu depuis longtemps, la partie finale de ce circuit est marquée par l’enfilade du caldarium, du tepidarium de sortie et du frigidarium :

    • 6 = IV : trois foyers, dont deux chauffent directement les deux baignoires, l’une semicirculaire, l’autre rectangulaire. Ce dernier four était muni d’une chaudière dont subsiste l’escalier de desserte.

      • 115 I. Nielsen (Thermae, p. 51 et fig. 85) considère ce tepidarium comme un caldarium, ce qui n’a pas d (...)

      7 = V : un alveus chauffé par un foyer équipé d’une chaudière ; passage de chaleur vers 4115.

167En plus de la piscine chauffée, il reste donc quatre locaux sur hypocauste. L’étuve doit être recherchée à proximité immédiate du caldarium :

168– 5 = III : un foyer ; un passage de chaleur vers 4.

169La compréhension des trois dernières pièces est liée à leur mode de chauffage. Le couloir de service qui court tout le long de la façade Sud-Ouest du monument, bordant l’étuve et la piscine chaude, se poursuit sous les salles 1 et 2. Ce parti permet la desserte de plusieurs foyers : un pour les locaux 1 et 4 ainsi que pour la calida piscina, quatre pour la pièce 2, ce parti étant nécessité par le fait que le couloir de service divise son hypocauste en trois secteurs de superficie inégale.

  • 116 Franceschini, ibid., p. 182-184.
  • 117 Cf. C. Giuliani, Volte e cupole a doppia calotta in età adrianea, dans RMDAI, 82, 1975, p. 329-342. (...)

170Outre son chauffage modéré, sa position désigne 1 comme un tepidarium ( = I) : il articule non seulement vestiaires et secteur chauffé mais encore ce dernier et des salles froides situées au Sud et qui ne sont encore que partiellement dégagées116. Le problème le plus délicat concerne 2 et 4. On pourrait penser que 2 est un destrictarium et que 4 n’est qu’un espace intermédiaire nécessité par le besoin d’articuler les différentes parties du bâtiment. Ce parti serait cependant quelque peu maladroit. Aussi nous semble-t-il préférable d’opter pour une autre interprétation. En effet, les quatre foyers chauffant 2 sont de dimensions très restreintes. En outre, la salle n’est que très partiellement munie d’une double-cloison qui semble essentiellement avoir été destinée, en faisant fonction de cheminées, à assurer la circulation de l’air chaud dans les deux petits secteurs occidentaux de l’hypocauste. Rien ne s’oppose donc à ce qu’il s’agisse d’un second tepidarium. La pièce 4, dotée d’un foyer et dont l’hypocauste communique avec ceux qui le jouxtent (passage de chaleur vers 5 et 7), paraît en revanche avoir bénéficié d’un chauffage un peu plus important correspondant aux besoins d’un destrictarium. Cette analyse est confortée tant par le mode de construction de la voûte117 que par la position et les dimensions réciproques de ce local et de l’étuve.

  • 118 Cicerchia, ibid., p. 49.
  • 119 La restitution des circulations proposée par P. Cicerchia (ibid., p. 50-54) n’est pas convaincante (...)

171Ces thermes présentent ainsi quelques traits remarquables. L’alignement de la séquence finale IV-V-F-natatio est une retombée, dans de petits bains, des recherches conduites pour l’élaboration des bâtiments de plan symétrique118. La panoplie complète des salles chauffées est bien en place et comprend même une calida piscina accolée au circuit mais intimement liée à lui. Logiquement, on ne pouvait se plonger dans cette vaste piscine qu’après s’être nettoyé, donc après être passé en II et même en III. Le baigneur pouvait ensuite gagner le caldarium, passer directement dans le frigidarium, ou encore regagner les vestiaires : la multiplicité des baies de circulation, particulièrement remarquable en 1, 2, 3 et 4, toutes salles pourvues de quatre et même cinq portes, démontre la liberté qui était laissée à l’utilisateur dans l’organisation de son itinéraire119.

2) Petits thermes (pl. XXVI)

172Ils dépassent les 1 000 m2 sans prendre en considération l’espace oriental avec lequel ils communiquent et qui pourrait avoir servi de lieu d’exercices. Dans l’angle Nord-Est du bâtiment, trois pièces sur hypocauste sont également liées à cet espace : elles sont isolées du reste du circuit chauffé. Le frigidarium est muni de deux vastes bassins.

173L’itinéraire principal comporte sept locaux chauffés qui étaient parcourus selon un circuit sinistrogyre.

174– I : le tepidarium d’entrée est situé dans l’axe du frigidarium avec lequel il communique. Malgré ses doubles-cloisons, il ne devait être que légèrement attiédi sous l’action d’un passage de chaleur vers 1. Ce mode de chauffage dut paraître insuffisant : l’hypocauste fut alors ouvert vers III et V par deux passages supplémentaires dont le mode de construction semble bien montrer qu’ils sont des ajouts au plan primitif.

175On pouvait également gagner I à partir du local situé à l’Ouest d’une des piscines du frigidarium, itinéraire convenant aux usagers provenant de la « palestre » ou ayant emprunté la porte d’entrée septentrionale.

    • 1 : ce local, lui-même chauffé indirectement à partir de II, ne nous paraît avoir qu’une fonction de circulation. De fait, ce couloir est rendu indispensable par la nécessité de relier le tepidarium d’entrée, que sa position axiale isole, à la suite du circuit chauffé. La porte qui perce sa paroi orientale fut très probablement ouverte à la suite d’un remaniement, alors que, sans doute au même moment était close la baie 1/I.

      • 120 Nous ignorons sur quel argument se fonde M. de Franceschini pour affirmer que la salle octogonale é (...)

      II : un foyer. Cette salle est remarquable par son plan circulaire enrichi de quatre niches semi-circulaires. Elle l’est aussi par le rôle qu’elle joue dans les circulations, permettant visiblement d’épargner au baigneur le début de l’itinéraire par I-1. En effet, elle est directement accessible à partir d’une pièce située au Nord (vestiaire ?) et de la salle située à l’Est qui se distingue par son architecture (plan octogonal à côtés alternativement rectilignes et curvilignes). Ces deux locaux n’étaient pas sur hypocauste, et leurs baies de communication vers II constituent donc de véritables accès au circuit chauffé120.

    • 2 : une vaste piscine, entourée de gradins sur tous ses côtés, occupe l’essentiel de l’espace, ne laissant à sa périphérie qu’un étroit espace de circulation. L’eau était chauffée par deux foyers. Ce local communique avec toutes les pièces dont il est contigu : II, 1 (bouchage à la suite d’un remaniement), I et III.

    • III : un foyer.

    • IV : deux bassins directement chauffés chacun par un four.

    • V : un bassin directement chauffé par un foyer. La porte I/V semble due à un remaniement contemporain de la création du passage de chaleur situé sous cette baie.

  • 121 Ouverture d’une porte dans le mur 1/Est, très probablement à la suite d’un remaniement ; bouchage d (...)

176Comme dans les bains précédents, nous retrouvons ici l’impact des recherches conduites pour l’élaboration des grands thermes de plan symétrique. Le plan, caractérisé par l’alignement sur le même axe de la « palestre », du frigidarium et du tepidarium d’entrée, évoque en effet un plan semi-symétrique, les irrégularités l’emportant cependant sur ce souci. C’est néanmoins à cette volonté d’organisation rigoureuse du secteur froid et de l’accès au circuit chauffé qu’est sans doute dû ce véritable défaut de conception que constitue le couloir 1 dont la fonction, sauf erreur de notre part, n’est en rien balnéaire. Les remaniements de ce secteur, isolant I de 1 et créant un accès autonome à ce dernier local121, visent probablement à corriger ce défaut : 1 devient le véritable tepidarium d’entrée, dont on peut d’ailleurs aisément se dispenser.

177On notera également la position centrale occupée par la piscine chauffée 2, donnée qui, elle aussi, renvoie clairement à une conception déjà affirmée dans les thermes à l’heliocaminus. La présence de cette installation peut rendre compte des dimensions relativement réduites du caldarium. Nous retrouvons donc ici les cinq locaux chauffés essentiels complétés, en faisant abstraction de l’espace de circulation 1, par une calida piscina. De même, on retrouve aussi une multiplicité de baies qui permet au baigneur de choisir entre divers itinéraires.

3) Grands thermes (pl. XXIV et XXV)

  • 122 Mirick, ibid. (cf. ici note 111), p. 120, qui pense en particulier à des bains respectivement desti (...)

178Couvrant approximativement 2 500 m2 sans prendre en considération la palestre, cet édifice comprend, en fait, de grands thermes auxquels sont accolés de petits bains, bipartition qui reflète sans doute une hiérarchie sociale, le bâtiment le plus intime étant réservé aux membres les plus éminents du personnel122.

  • 123 La localisation d’une latrine au Sud-Est (pl. XXIV-2) est une hypothèse infondée, le local n’étant (...)

179Le secteur froid est commun aux deux installations. Sur un même axe s’alignent une vaste palestre bordée de portiques sur tous ses côtés, une grande salle évoquant précisément un gymnase couvert et flanquée de locaux où on placera, entre autres, des vestiaires, une natatio, que l’on pourrait restituer aussi bien découverte que couverte, le frigidarium et une salle du circuit chauffé principal. Des latrines semblent pouvoir être repérées au Nord123.

  • 124 H. Mirick affirme que la salle est dépourvue d’hypocauste (p. 124), n’y voit qu’une pièce pour bain (...)
  • 125 D. Krencker ne la compte pas au nombre des locaux chauffés (cf. ici pl. XXIV-1). H. Mirick (p. 123- (...)

180Nous sommes en présence de cinq salles chauffées. De fait, malgré les hésitations de certains auteurs, font partie de ce secteur chauffé tant la tholos située à l’Ouest du frigidarium124 que la grande salle jouxtant ce dernier au Sud125. On peut hésiter sur la position réciproque des tepidaria d’entrée et de sortie. L’emplacement de la salle circulaire, en particulier par rapport aux piscines froides, nous paraît la désigner comme le tepidarium de sortie.

181Nous proposons donc de lire (pl. XXV-2) :

  • I : un foyer, salle communiquant avec le frigidarium et avec une pièce située à l’Est (vestiaire ?).

  • II : ample salle dotée d’un foyer.

  • III : deux foyers. La position de ce local, ses dimensions relativement restreintes et son fort chauffage la désignent comme une étuve.

  • IV : quatre foyers, dont deux au moins sont pourvus d’une chaudière ; trois alvei.

  • V : un foyer.

182On retrouve, comme dans les petits thermes, la séquence axiale qui organise les salles froides et leur articulation avec le secteur chauffé. On notera aussi les deux petits locaux qui flanquent la natatio et relient le frigidarium au reste du bâtiment, solution qui sera souvent reprise, tout comme celle de la voûte d’arête entre deux berceaux qui couvre le frigidarium. Les possibilités de circulation offertes au baigneur sont moins riches que dans les petits thermes, mais la liaison directe F/II permet cependant d’éviter les tepidaria d’entrée et de sortie. Contrairement aux deux édifices précédents, il n’y a pas ici de natatio chauffée. On peut en conclure qu’une telle installation constitue un luxe réservé aux bâtiments destinés à des personnages de haut rang. Inversement, le dossier des thermes de la villa d’Hadrien permet aussi de retenir que ce type d’aménagement, dont les premiers exemples archéologiques remontent au siècle précédent, continue à caractériser un certain nombre d’édifices et fait donc partie du répertoire des salles balnéaires que l’on peut s’attendre à trouver dans des thermes de quelque ampleur.

183En ce qui concerne l’organisation d’ensemble du secteur chauffé, la disposition de celui-ci non pas de part et d’autre de l’axe principal du bâtiment, mais d’un seul côté évite le recours à un couloir, comme cela fut nécessaire dans les petits thermes. Le parti adopté n’est cependant pas sans défaut : en II-III-IV, il impose un itinéraire rétrograde qui contrarie le schéma circulaire esquissé par les autres salles.

  • 126 H. Mirick ne signale pas d’hypocauste, contrairement à M. de Franceschini, mais ce dernier auteur m (...)

184C’est également selon un circuit rétrograde que sont organisés les petits bains de l’angle Nord-Ouest. Les salles proprement balnéaires paraissent avoir été au nombre de trois, ce qui implique, selon toute probabilité, une fusion du destrictarium et du laconicum. La salle à abside, située au débouché du couloir qui contourne le bassin septentrional du frigidarium, semble bien avoir été dotée d’un foyer, mais ce dernier est dû à un remaniement : peut-être s’agit-il d’un vestiaire dont on a ensuite accru le confort126. De ce local, le baigneur pénétrait en I-V (un passage de chaleur vers II-III), puis en II-III (un foyer ; un passage de chaleur vers IV) et en IV (deux bassins chauffés directement chacun par un foyer, avec, au moins au Nord, une chaudière). Revenant sur ses pas, le baigneur empruntait le passage I-V/F, le frigidarium étant commun aux deux bains. Dans ce système à trois salles, la réduction du nombre de locaux chauffés est obtenue par la fusion des deux tepidaria ainsi que par celle du destrictarium et du laconicum.

4) Thermes du théâtre maritime (pl. XXVII)

  • 127 Les informations réunies par M. de Franceschini (ibid., p. 189-192) ne peuvent être utilisées qu’av (...)

185Dans cette optique, les thermes du théâtre maritime présentent un intérêt particulier, dans la mesure où ils offrent une version extrêmement réduite destinée à épargner un espace qui est compté127.

186Au Sud, près de petites latrines, une salle communique avec le frigidarium : elle pouvait faire fonction de vestiaire. Les pièces proprement balnéaires sont réduites au nombre de deux. D’abord une salle des bains froids, largement ouverte sur le péristyle central par une double colonnade et munie d’un bassin d’où un escalier permettait de passer dans le canal circulaire entourant l’îlot, canal qui pouvait donc servir de natatio. Ensuite, un caldarium équipé au Nord d’une piscine dont il ne reste aucune trace mais dont subsiste, dans le praefurnium, l’évacuation d’eau : un foyer la chauffait directement.

187Dans ces thermes réduits à leur plus simple expression, il ne subsiste donc que deux salles, indispensables : celles qui permettent les immersions dans l’eau chaude et froide. Il faut penser que le nettoyage des baigneurs s’effectuait dans la salle chauffée, préalablement à l’utilisation du bassin.

C) Typologie des plans d’édifices balnéaires

188L’augmentation du nombre des salles chauffées provoque l’apparition de nouveaux types de plans. La très grande majorité des bâtiments se caractérise par un enchaînement des bains de propreté et de délassement, mais cette articulation s’insère dans un dessin d’ensemble dont la nature peut différer profondément.

189On a pu affirmer qu’aucun édifice thermal n’était identique à un autre : si la formule a l’avantage de souligner la diversité des solutions de détail, il ne faudrait cependant pas qu’elle masque l’existence de quelques grands types de plans qui constituent autant d’options fondamentales entre lesquelles doivent choisir architectes et commanditaires. On a pu aussi mettre en avant les différences géographiques : il nous semble que celles-ci doivent être démontrées et non affirmées comme un a priori, et que le meilleur moyen de les analyser est justement de disposer d’une typologie générale qui aide à les appréhender.

  • 128 Rebuffat, Thamusida, II, p. 179 : l’auteur propose de construire une classification « en dissociant (...)

190Il y a deux manières essentielles d’aborder les grandes lignes qui guident l’organisation d’un bâtiment balnéaire, prendre en considération la disposition réciproque des salles ou privilégier l’itinéraire suivi par le baigneur. R. Rebuffat a attiré l’attention sur la nécessité de distinguer ces deux approches128. De fait, à deux bâtiments qui présentent une articulation comparable de leurs volumes architecturaux, peuvent correspondre des modes différents de circulation des baigneurs.

191Il n’en reste pas moins que ces deux données sont si étroitement liées que les distinguer strictement serait illogique. Les baigneurs ne pourront être divisés en deux flots symétriques que dans des édifices de plan également symétrique. Si les salles chauffées sont alignées le long d’un même axe, l’utilisateur, parvenu dans la dernière pièce, se voit imposé de revenir sur ses pas pour regagner le secteur froid. Ce lien étroit se manifeste au niveau du vocabulaire : chez R. Rebuffat lui-même, les mots « circulaire » ou « symétrique » s’appliquent tant à l’articulation des pièces qu’au circuit des baigneurs.

192Il est une raison bien plus profonde qui interdit de séparer itinéraire et plan : le choix de l’emplacement des portes, qui détermine le premier, fait partie du second. La description des circulations contribue à la définition du plan. Ce dernier concept englobant celui d’itinéraire, il n’est pas possible de distinguer ces deux réalités en leur attribuant la même autonomie : l’une n’est qu’un aspect de l’autre et doit permettre d’en préciser la nature. On ne peut donc dissocier entièrement ces deux approches, ni même les juxtaposer comme deux données de même nature : il nous semble préférable de les articuler, l’une soumise à l’autre, afin d’obtenir une définition précise des édifices.

  • 129 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 177-181.

193Une des premières tentatives de typologie des édifices balnéaires est celle de D. Krencker, qui reste le point de départ des diverses réflexions129. À ce point de notre analyse, il nous suffit de distinguer quelques types susceptibles de permettre une première classification des divers bâtiments tout en rendant compte de la façon dont le baigneur devait les utiliser.

194Le mode de déplacement de l’utilisateur relève de deux catégories essentielles. La première est l’itinéraire rétrograde : une fois parvenu dans le caldarium, il lui faut revenir sur ses pas et parcourir en sens inverse les salles chauffées afin de gagner le secteur froid. La seconde est l’itinéraire continu : le baigneur peut être conduit à passer deux fois par la même pièce, en particulier par un tepidarium servant tant à l’entrée qu’à la sortie, mais il n’est jamais obligé de faire marche arrière. Cet itinéraire continu peut être essentiellement de deux types : symétrique, lorsqu’un dédoublement de certaines salles permet de diviser le flot des baigneurs, du moins pendant une partie de l’itinéraire ; circulaire lorsque tous les baigneurs suivent le même cheminement : ils parcourent alors les salles chauffées en suivant une boucle selon un circuit qui peut être dextrogyre ou sinistrogyre. Nous obtenons ainsi le schéma suivant :

195Il est bien évident qu’il ne s’agit que d’une première typologie, qu’il faudra éventuellement affiner au contact des réalités. Par exemple, on peut d’ores et déjà noter que les thermes du centre, à Pompéi (pl. XIX-1), nous montrent un cas d’itinéraire rétrograde compliqué par l’existence d’une pièce adjacente qui crée, le long de l’axe principal de circulation, un cheminement annexe lui-même rétrograde. Il n’en reste pas moins qu’il ne s’agit là que d’une variante au sein d’une catégorie qui, au stade où nous en sommes, suffit à nos besoins.

196De même, une première classification des plans peut être fondée essentiellement sur quelques types qui se répartissent en deux grandes catégories : les thermes qui relèvent de principes de symétrie et ceux, souplement organisés, qui ne participent pas de cette rigueur.

  • 130 Rebuffat, Thamusida, II, p. 180.

197Les plans non symétriques concernent de loin la majorité des édifices. Dans le cas des édifices de petites dimensions, ils sont même quasiment exclusifs : ces bâtiments sont, en effet, caractérisés par une grande souplesse dans la distribution des salles, souplesse qui n’est souvent qu’une réponse aux contraintes imposées par la nature du terrain disponible. Cela ne signifie pas que tout principe d’organisation soit absent. On peut, au contraire, mettre en évidence certains choix perceptibles en particulier dans l’organisation des salles chaudes et dans la manière dont ce secteur chauffé s’articule avec les pièces froides130 :

  • Plan linéaire : le frigidarium et les salles chauffées sont alignés sensiblement sur un même axe. Cette disposition en enfilade correspond au Reihentyp de D. Krencker.

    • 131 R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 180) ne retient que la première disposition. C’est pourquoi il place (...)

    Plan orthogonal : les salles chauffées dessinent un angle droit, soit à leur articulation avec le frigidarium (le baigneur doit tourner à gauche ou à droite pour prendre l’enfilade des salles chauffées dont l’axe est disposé perpendiculairement à la salle des bains froids), soit en leur propre sein131.

198Ces deux types de plan imposent un itinéraire rétrograde.

199– Plan circulaire : les salles sont disposées de manière à dessiner sensiblement un anneau. Lorsque celui-ci est incomplet, l’itinéraire est rétrograde. Le plus souvent le plan circulaire permet également un itinéraire de même nature, dextrogyre ou sinistrogyre (Ringtyp de D. Krencker). Il est donc nécessaire de distinguer deux sous-types, le plan circulaire pouvant être complet ou incomplet.

200Ces trois types ne rendent pas compte de la totalité des édifices. Ils nous suffisent cependant pour effectuer une première mise en ordre des vestiges.

201La seconde catégorie de bâtiments est étroitement liée à la notion de symétrie et elle comprend deux types de plans :

      • 132 Nous assimilons le plan symétrique à celui des thermes dits impériaux, qui implique un itinéraire é (...)

      Plan symétrique : dans le type idéal, les divers locaux sont dédoublés de part et d’autre d’un axe le long duquel s’alignent quelques pièces essentielles, souvent une natatio, toujours les salles des bains chauds et des bains froids unies par le tepidarium de sortie (pl. XXI). Il est clair qu’un tel plan n’a de sens que si le terrain disponible est suffisamment ample. Un de ses avantages est d’organiser de façon très rationnelle la circulation des baigneurs, répartis en deux flots qui convergent mais ne fusionnent que dans des salles de grande ampleur qui correspondent au bain de délassement132.

      • 133 Sur cette définition du plan semi-symétrique, cf. Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 401.

      Plan semi-symétrique : ce type ne peut se comprendre qu’à partir du précédent, dont il reprend partiellement les principes. Il implique l’existence d’un secteur froid où certaines salles sont disposées symétriquement de part et d’autre d’un axe matérialisé, en particulier, par le frigidarium. À l’organisation de ce secteur froid, empreinte du principe de symétrie dérivant de celui qui régit les thermes impériaux, s’oppose en revanche celle du secteur chauffé dont les pièces, qui ne sont pas dédoublées, sont plus librement disposées et peuvent être parcourues en fonction d’un itinéraire soit circulaire, cas de loin le plus fréquent, soit rétrograde133.

202Avant de pouvoir prendre en considération les réalisations africaines, nous aboutissons ainsi au schéma provisoire suivant :

203La première catégorie, celle des plans dépourvus de souci de symétrie, dérive du type d’établissement que nous avons vu se mettre en place durant l’époque hellénistique et le début de l’Empire. Le plan circulaire n’en est qu’un perfectionnement dans les circulations rendu possible par l’accroissement du nombre des salles chauffées.

204En revanche, le plan symétrique correspond à une mutation profonde de l’organisation du bâtiment. La multiplication du nombre des salles aboutit à un bouleversement des masses de l’édifice. Nous n’avons plus une juxtaposition de lieux d’exercices et de locaux balnéaires, mais une intégration des premiers aux seconds, sous la forme de palestres incorporées dans le monument. Des installations peuvent rester externes, dispersées à la périphérie du vaste enclos dans lequel s’inscrit le bâtiment balnéaire, mais la masse de ce dernier est telle qu’il devient le cœur de l’ensemble au sein duquel il occupe une position centrale. Dans le gymnase classique, c’est l’espace hypèthre qui commande la distribution des pièces ; dans les balanéia et petits thermes, deux masses s’équilibrent et se juxtaposent, le bain et la palestre, du moins lorsque celle-ci subsiste ; dans les thermes impériaux, l’évolution aboutit à une totale inversion architecturale de l’organisation gymnasiale : les espaces sportifs sont ordonnés en fonction de l’architecture balnéaire.

205On peut saisir, en divers lieux, la gestation progressive de cette grande architecture thermale fondée sur une ample scénographie que contribue techniquement à favoriser le dédoublement des pièces qui facilite le contrebutement des salles majeures. De ce point de vue, les thermes de Capito, à Milet, occupent une place privilégiée, par leur date (une inscription permet de les attribuer au règne de Claude) et par leur conception (pl. XXVIII-1). L’innovation qu’ils représentent, avec l’affirmation d’un axe majeur parcourant toute la construction et l’unifiant, ne constitue cependant qu’un pas en avant. De fait, palestre et bloc balnéaire restent encore essentiellement juxtaposés. Bien plus, lasymétrie des locaux de part et d’autre de l’axe reste fort imparfaite, l’itinéraire du baigneur lui-même, avec une unique étuve décentrée, soulignant ce parti. En ce sens, les thermes d’Hume-i Tepe, toujours à Milet et quelque peu postérieurs (seconde moitié du ier siècle ?), offrent des solutions plus décisives (pl. XXVIII-2) : intégration de la palestre, stricte symétrie des pièces balnéaires, y compris du frigidarium dédoublé, salle que l’on ne repère pas dans les thermes de Capito.

206Ce n’est cependant pas par hasard si les solutions qui donnent naissance à une nouvelle architecture s’élaborent véritablement à Rome même. L’appréhension des détails de cette histoire apporterait beaucoup à notre connaissance des bains, ne serait-ce que d’un point de vue chronologique.

207Il est généralement admis que les thermes construits à Rome par Néron marquent l’avènement du nouveau type de bâtiment. Effectivement, l’importance du monument est soulignée par le fait que plusieurs auteurs antiques le célèbrent mais, comme d’habitude, ils ne nous disent rien de précis sur son organisation. Nos informations sont donc essentiellement issues d’un relevé de Palladio qui nous montre un édifice strictement symétrique englobant deux palestres qui encadrent elles-mêmes une natatio (pl. XXIX-1 et 2). Les divers locaux sont parfaitement dédoublés de part et d’autre d’un axe majeur le long duquel s’alignent, outre la natatio, de grandes salles où l’on reconnaît, unis par le tepidarium de sortie, le frigidarium et le caldarium, en avancée par rapport à l’alignement de la façade méridionale le long de laquelle s’ordonnent les locaux dédoublés du début du circuit chauffé.

208Si les recherches destinées à perfectionner ce plan et améliorer les circulations se poursuivront durant tout l’Empire, il n’en reste pas moins que les principes fondamentaux des thermes de type impérial sont déjà parfaitement en place.

  • 134 Même si l’Histoire Auguste est toujours d’utilisation difficile, ce passage paraît cependant impliq (...)
  • 135 G. Ghini, Terme Neroniano-Alessandrine, dans LSA, 6-2, 1985, p. 395-399.

209L’Histoire Auguste nous apprend cependant qu’Alexandre Sévère se livra en ces lieux à d’importants travaux, si bien que les thermes prirent son nom134. D’autre part, les recherches conduites sur le terrain, si elles confirment la validité d’ensemble du plan de Palladio (pl. XXIX-3), ont montré que les vestiges qui ont pu être étudiés paraissent tous dater du règne d’Alexandre Sévère135.

  • 136 Sur ces palestres et leur similitude avec celles des gymnases grecs, cf. Krencker, Trierer Kaiserth (...)

210On peut donc se demander dans quelle mesure ce que nous connaissons de ce bâtiment, et en particulier sa conception d’ensemble, ne doit pas être attribué essentiellement à l’époque sévérienne. Une position hypercritique paraîtrait cependant excessive, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, nous n’avons encore repéré que fort peu de murs ayant appartenu à cette construction et il serait hasardeux de tirer des conclusions extrêmes des éléments qui ont pu être identifiés : de fait, il serait fort étonnant qu’une transformation, même importante, du bâtiment ait abouti à un changement radical de son organisation. Ensuite, le plan carré des palestres, qui complique leur insertion dans le bâtiment, constitue un choix que l’on ne retrouve plus dans les thermes impériaux dès le iie siècle136.

  • 137 F. Coarelli, Roma, 1, p. 203 (pl. XXX-3). Inversement, il est clair que la Domus Aurea se compose d (...)

211Enfin, et surtout, les thermes de Titus sont de peu postérieurs à ceux de Néron, ceux-ci étant dédiés vers 62, ceux-là en 80. Étant donné l’identité parfaite d’orientation qui caractérise ces derniers et l’ensemble de la Domus aurea, les dimensions restreintes de l’édifice ainsi que l’extrême rapidité des travaux, tout laisse même penser qu’il ne s’agit, en fait, que de la transformation des bains privés de la résidence impériale, rendus au public selon une politique systématique des Flaviens vis-à-vis des propriétés néroniennes137. Or, cette construction est caractérisée par le même principe de symétrie que celui qui régit les Thermae Neronianae (pl. XXX). Quoi qu’il en soit de la date exacte des thermes de Titus, il est donc clair que, dès la seconde moitié du ier siècle, les choix architecturaux fondamentaux propres aux bains de plan symétrique sont parfaitement élaborés : les thermes de Trajan ne font que s’inscrire dans cette lignée, en marquant une nouvelle étape dans la réflexion sur ce type de bâtiment.

  • 138 Nielsen, Thermae, p. 47-48.

212L’organisation de ce dernier édifice, déjà fort achevé, tout comme la diffusion, dès la fin du ier siècle, en Italie et dans les provinces, de plans inspirés du principe de symétrie138 démontrent l’antériorité des premières recherches. Bien que les Thermae Neronianae aient été, sans aucun doute, profondément remaniées, bien que, des thermes « de Titus », nous n’ayons guère que le plan de Palladio, l’ensemble des données disponibles laissent penser avec insistance que les architectes du règne de Néron sont à l’origine d’une nouvelle conception des édifices balnéaires qui devient rapidement un des points de référence des constructeurs dans tout l’Empire.

Notes

1 Cf. les analyses, et les bibliographies, fournies par Nielsen, Thermae, p. 14-22 et 161-162, ainsi que par Yegül, Baths and bathing, p. 356-389.

2 Cette assimilation apparaît dans Pline, Ep., 2, 17, où il emploie indifféremment suspensura (9) et hypocauston (11 et 23). Lorsque Vitruve écrit Suspensurae caldariorum ita sunt faciendae (V, 10, 2) il passe ensuite en revue toutes les parties de l’hypocauste, du sol inférieur au supérieur en passant par les pilettes. Il n’y a donc aucune raison d’accepter l’interprétation de F. Granger (coll. Loeb, Londres, 1983, p. 303) qui traduit: « The hanging floors of the hot baths are to made as follows. ». à moins de comprendre par « hanging floors » l’ensemble du système permettant d’obtenir des pavements suspendus. Nous ne suivrons donc pas nombre d’auteurs modernes qui restreignent le sens du mot suspensura à celui de « sol suspendu » (Yegül, Baths and bathing, p. 357 (mais cf. le glossaire p. 493) ; Adam, Construction, p. 291 et p. 293, fig. 633, etc.). Ni non plus I. Nielsen qui, inversement (Thermae, fig. 14, 15 ou encore 21), paraît distinguer le sol supérieur de la suspensura, système supportant ce dernier.

3 Un exemple d’un tel aménagement, avec des recharges successives de chaux reliant la gueule du four au canal d’évacuation, a été fouillé à Bulla Regia : cf. Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 127-132.

4 Nous nous en tenons ainsi à l’étymologie du mot, comme plusieurs auteurs anciens. Le passage de Vitruve (V, 10, 1) où il utilise clairement hypocausis pour désigner le four, ne suffit pas à démontrer que, lorsqu’il emploie praefurnium, ces deux mots soient pour lui synonymes (malgré Nielsen, Thermae, p. 16). Quand Sidoine Apollinaire veut précisément désigner la bouche du four, il sait trouver un vocabulaire précis : ora fornacis (Ep., II, 2, 4).

5 A. Lézine souligne que c’est l’utilisation de la paroi chauffante qui permet enfin la suppression de toute source de chauffage annexe du type brasero (Architecture romaine, p. 12). Nous ne voyons pas l’intérêt du débat créé par F. Kretzschmer sur la question de savoir si la double-paroi sert avant tout à isoler la pièce ou à la chauffer, lui-même concluant en faveur de la première hypothèse. Il est évident que les deux fonctions se combinent et que la première n’a pour but que d’accroître l’efficacité de la seconde. C’est bien ainsi que le comprenait Sénèque qui décrit ce procédé comme destiné à diffuser la chaleur dans tout le volume de la pièce (Ep., XIV, 90, 25). Un résumé des débats est donné dans Nielsen, Thermae, p. 17-18.

6 Sur ces questions, cf. Broise, Scheid, Balneum des frères arvales, p. 84-103.

7 Ce terme nous est donné par Vitruve (V, 10, 1) qui mentionne les testudines alveolorum.

8 Un exemple intact de ce dispositif, inédit, est visible dans la piscine chauffée des thermes suburbains d’Herculanum. La salle est pourvue de doubles-cloisons et la piscine elle-même est sur un hypocauste desservi par un foyer qui alimente aussi l’installation métallique. Le plus souvent, il ne subsiste que la maçonnerie qui encerclait l’ouvrage. C’est le cas dans la natatio des thermes suburbains de Pompéi. Cette piscina calida (9,55 x 5,50 m) est installée dans une salle non chauffée mais est alimentée en une eau provenant des chaudières (H. Manderscheid, Bemerkungen zur Wasserbewirtschaftung der suburbanen Thermen in Pompei, dans Archäologisches Korrespondenzblatt, 23, 1993, p. 342). Ce secteur des bains a été érigé lors d’une phase d’agrandissement de l’édifice qu’il faut vraisemblablement placer après le tremblement de terre de 62 de n.è. C’est aussi le cas de la piscine chauffée de la villa S. Marco, à Stabies (Fabbricotti, Bagni, p. 97-99, avec bibliographie : l’auteur n’a pas compris le mode de fonctionnement de ce dispositif) (pl. XIV-5).
De telles découvertes ne concernent pas que la Campanie. À Rome même, sur le Palatin, une structure semblable a été récemment découverte dans le cadre d’une demeure julio-claudienne : F. Villedieu, dans MEFRA, 107, 1995, p. 464-466. Cela n’a rien qui puisse surprendre : des objets de ce genre ont déjà été trouvés à Rome, l’un de forme circulaire (environs de S. Cecilia), l’autre de forme rectangulaire (thermes de la via Ariosto). Ils sont actuellement exposés dans le nouvel Antiquarium comunale (casina del Salvi).

9 Dans cette optique, nous n’exploitons pas l’installation delphique étudiée par R. Ginouvès, Une salle de bains hellénistique à Delphes, dans BCH, 76, 1952, p. 541-561. Cette petite installation domestique, dotée d’une cuve plate, possède un foyer accessible à partir de la pièce et évidemment destiné à chauffer l’eau qui devait être versée sur le baigneur. Il est erroné d’extrapoler (comme le fait R. Ginouvès p. 557) à partir du fait que ce foyer est ouvert sur la salle, au lieu d’être relié à la baignoire par une canalisation. Un tel lien serait dénué de sens dans le cadre d’un bain par affusion, et totalement en contradiction avec le principe d’un bain de propreté de ce type. Au contraire, la proximité du réservoir d’eau chaude et des cuves relève du bon sens et est attestée tant archéologiquement (par exemple à Gortys) que par les textes (cf. l’épisode du jeune et vertueux Démoclès qui, pour échapper aux avances de Démétrios le poursuivant dans la salle de bain d’un balanéion, enlève le couvercle de la chaudière et plonge dans l’eau bouillante : Plutarque, Démétrios, 24, 4-5).
De même, il n’y a aucune raison de placer le « chauffeeau » au Nord de ce foyer, dans la salle de bain : sa place logique est sur le foyer même (contra Ginouvès, p. 558).
Dès lors, que cette ouverture, large de 67 cm et destinée à permettre de puiser l’eau, ait également laissé passer de la chaleur, le foyer faisant aussi, en quelque sorte, fonction de brasero, est une chose. Imaginer en revanche une circulation des flammes et des gaz chauds longeant une partie de la cuve jusqu’à une cheminée restituée de manière hypothétique est très aléatoire et ne repose que sur une localisation, à notre avis erronée, de la chaudière. Faire enfin de ce dispositif ainsi reconstitué « l’origine des « murs chauffants » des thermes romains » (p. 559) paraît tout à fait abusif.

10 Sur ces thermes, cf. A. Maiuri, Pompei : scoperta di un edificio termale nella regio VIII, 5, 36, dans NSc, 4, 1950, p. 116-136. L’auteur place cet édifice dans les premières décennies du ier siècle av. n.è. Depuis, un débat s’est instauré sur cette datation. E. Brödner propose le iiie siècle pour la première phase de construction (Frühen Hypokaustenanlagen, p. 255). I. Nielsen (Considerazioni, p. 101) conteste ses arguments et reste favorable à la chronologie avancée par A. Maiuri. J. DeLaine, étant donné le mode de construction et de décoration, ne voit pas d’obstacle à une datation au milieu du iie siècle av. n.è. (Observations, p. 120). Il est vrai qu’il s’agit pour elle de confirmer sa théorie de l’évolution continue entre les bains grecs d’Occident et les thermes romains : dans son optique, l’hypocauste des « thermes républicains » est une transition vers l’hypocauste romain moderne ; or il ne dérive pas d’antécédents du type Gortys, mais de réalisations comme celle de Géla (cf. aussi Recent research, p. 15). Si une datation au iie siècle n’est pas exclue, le genre de raisonnement qu’elle sous-tend est vicié : tout le monde méditerranéen hellénistique développe des formes d’hypocaustes primitifs, et ceux-ci se perfectionnent de plus en plus. Il n’en reste pas moins que l’invention de l’hypocauste moderne correspond à un saut technologique : s’il ne sort pas du néant, il constitue cependant une radicale nouveauté.

11 Nous ne connaissons que trois exemples d’un tel dispositif, tous pompéiens. Dans la maison du Ménandre, un four couvert d’une coupole est situé sous le caldarium (pl. XV-2). Il est impossible de savoir si ce four chauffait un hypocauste ou si ce dernier ne fut introduit que tardivement, lors de travaux interrompus par l’éruption de 79, parallèlement à la désaffectation du four en faveur d’un foyer classique situé à un niveau supérieur. En tout cas, le four à coupole existait vers 40-30 av. n.è. (Ling, Menandro, p. 51-53).
Dans la maison du centenaire, les bains furent refaits durant la dernière période de vie de la cité, et nous ne connaissons quasiment rien de leur état originel. Du moins, en 79, un grand four est situé sous le caldarium, assurant le chauffage de ce dernier (Fabbricotti, Bagni, p. 73-74, qui pense que ce dispositif est postérieur au tremblement de terre de 62, ce qui n’est cependant pas prouvé). Dans la maison du cryptoportique, le petit bain comporte une unique salle des bains chauds dotée d’une suspensura alimentée en air chaud non par un foyer classique mais par un four circulaire à coupole en briques (Fabbricotti, Bagni, p. 92). Là encore (à commencer par la décoration de IIe style de la pièce) rien ne permet de penser à une réfection postérieure à 62 (contra Ead., ibid., p. 74). Toutes ces installations paraissent, au contraire, appartenir à la seconde moitié du ier siècle av. n.è.
Dans le cas des maisons du Ménandre et du cryptoportique, si la suspensura est contemporaine du four à coupole, ce dernier ne constitue qu’un type de foyer parmi d’autres, alimentant classiquement un hypocauste. Seule la maison du centenaire offrirait alors un exemple rare de « foyer-hypocauste ».

12 Les principaux textes sont les suivants :
– Cicéron, Hortensius, fgt 76 (Nonnius) : primus balneola suspendit...
– Valère Maxime, IX, 1, 1 : C. Sergius Orata pensilia balinea primus facere instituit ; quae impensa, levibus initiis coepta, ad suspensa calidae aquae tantum non aequora penetravit.
« C. Sergius Orata fut le premier qui bâtit des bains suspendus : dépense d’abord assez modique, mais qui s’éleva ensuite jusqu’à établir comme des mers d’eau chaude suspendues dans les airs ». (Trad. J. Pierrot, Paris, 1827).
– Pline, NH, IX, 168 : Ostrearum vivaria primus ommnium Sergius Orata invenit in Baiano aetate L. Crassi oratoris ante Marsicum bellum, nec gulae causa, sed avaritiae, magna vectigalia tali ex ingenio suo percipiens, ut qui primus pensiles invenerit balineas, ita mangonicatas villas subinde vendendo.
« Ce fut Sergius Orata qui, le tout premier, créa des parcs à huîtres dans sa propriété de Baies, au temps de l’orateur L. Crassus, avant la guerre des Marses ; la gourmandise n’y fut pour rien, mais la cupidité : il tirait de gros revenus de ces sortes d’inventions ; par exemple, après avoir imaginé le premier les bains suspendus, il en équipait des villas pour les revendre aussitôt ». (Trad. E. de Saint-Denis, CUF, 1955).
– Macrobe, Saturnales, II, 11 : Hic est Sergius Orata, qui primus balneas pensiles habuit, primus ostrearia in Bajano locavit, primus optimum saporem ostreis Lucrinis adjuvicavit. Fuit autem aetate L. Crassi illius diserti...
« C’est ce Sergius Orata qui le premier fit construire des baignoires suspendues en l’air, qui le premier fit parquer des huitres aux environs de Baies, et qui le premier fit la réputation de celles du Lac Lucrin. Il fut le contemporain de l’éloquent L. Crassus... ». (Trad. Nisard, Paris, 1850).

13 R. Rebuffat se montre quelque peu approximatif lorsque, dans Vocabulaire, p. 12, il attribue ce double repère chronologique donné par Pline à l’invention des bains suspendus. Macrobe confirme la contemporanéité de Crassus et d’Orata, laquelle découle aussi de procès, le premier plaidant une fois contre le second (Valère Maxime, IX, 1, 1), le défendant une autre fois (Ciceron, De officiis, III, 67). Ö. Wikander (Senators and equites VI. Caius Sergius Orata and the invention of the hypocaust, dans Opuscula romana, 20, 1996, p. 177-182) place l’invention de l’hypocauste par Sergius Orata dans les toutes dernières décennies du iie siècle.

14 Contra Nielsen, Considerazioni, p. 98. Une telle dérive par rapport au contenu des textes antiques s’explique par le « mythe campanien » développé par cet auteur. De fait, cette « analyse » vient à la suite d’un exposé sur les installations thermales des Champs Phlégréens où la chaleur d’origine volcanique est utilisée pour chauffer des salles. C’est oublier que soit cette chaleur naturelle circule dans des canaux, et nous n’avons qu’un hypocauste de type archaïque, soit elle circule dans une suspensura, et un tel dispositif ne peut être que postérieur à l’invention de l’hypocauste moderne. Aucune donnée archéologique ne permet de repérer, dans la région de Baies, un hypocauste développé chauffé naturellement et dont la date autoriserait à démontrer que ce lieu était à l’avant-garde des recherches. Le problème de la source de chaleur, naturelle ou artificielle, est totalement secondaire, et les caractéristiques géologiques de cette région ne la prédisposent nullement à être un lieu d’innovations privilégié.
Déjà, E. Fabbricotti avait renvoyé à Pline et Valère Maxime pour parler d’Orata utilisant les vapeurs chaudes des sources naturelles afin de chauffer des locaux (Bagni, p. 39). Quant à F. Yegül (Baths and bathing, p. 379) et J. DeLaine (Recent research, p. 15), ils rejoignent I. Nielsen pour affirmer qu’Orata utilisa l’hypocauste pour chauffer ses parcs à huîtres. La source de ce point de vue étonnant pourrait être RE, s.v. Sergius Orata, 1714. Signalons encore G. G. Fagan, Sergius Orata: inventor of the hypocaust ?, dans Phoenix, 50, 1996, p. 56-66, qui pense que les pensiles balineae d’Orata concernent l’élevage des poissons (peut-être des bassins étagés, l’eau passant en cascade de l’un à l’autre) et n’ont rien à voir avec les bains en général et le chauffage de l’eau en particulier.

15 Cette convergence des textes pourrait être le fruit d’une même source, contemporaine de l’activité d’Orata et donc bien informée : cf. Nielsen, Considerazioni, p. 98 et note 70.

16 Cf. par exemple Ginouvès, Balaneutiké, p. 206, note 4, ou Brödner, Frühen Hypokaustenanlagen, p. 249 ou encore Adam, Construction, p. 288.

17 Ginouvès, Balaneutiké, p. 205. I. Nielsen (Thermae, p. 22) méconnaît ces sources grecques : il est vrai que l’utilisation du terme ne se généralise que plus tard, dans des versions qui varient mais qui diffèrent toutes de la forme qui correspond au latin hypocaustum ; de plus, la nature précise de l’installation ainsi désignée reste floue.

18 Nielsen, Considerazioni, p. 98-99.

19 Cf. le résumé des conclusions chronologiques dans IV. Bericht über die Ausgrabungen in Olympia 1940 und 1941, Berlin, 1944, p. 96 : vers 100 av. n.è. À titre de curiosité, signalons la position d’E. Brödner qui propose de faire remonter ces bains à 180 (Frühen Hypokaustenanlagen, p. 251 et p. 261-262 : entre 180 et 146) : à ce propos, cf. Nielsen, Considerazioni, note 88.

20 Pour une critique de ces restitutions, cf. Yegül, Baths and bathing, p. 374 et note 49 pour la testudo, p. 379 en ce qui concerne le couvrement, option complétée par un jeu de fenêtres dites thermales.

21 Nielsen, Considerazioni, p. 101-105.

22 A. Bruckner, Rei cretariae romanae fautorum, 7, 1965, p. 9-11 ; Brödner, Frühen Hypokaustenanlagen, p. 263-264.

23 Nous remercions vivement F. Coarelli, responsable de la fouille de Frégelles, qui s’est empressé de nous transmettre généreusement un dossier sur cette découverte inédite.

24 Sur cette question, nous renvoyons à SRPS, ensemble de recherches qui constitue la naissance d’une nouvelle histoire romaine.

25 Pour en finir une fois pour toutes avec le mythe campanien exaltant la Campanie comme région autonome, on se permettra d’insister sur le fait que, depuis bien longtemps, la place de cette région dans le monde méditerranéen ne peut se comprendre hors de son appartenance au monde romain. Depuis le iiie-iie siècle, plus que jamais, isoler la Campanie de ce dernier serait une absurdité. Nous ne pouvons donc suivre, par exemple, I. Nielsen (Thermae, p. 32) lorsque, à propos des thermes républicains de Pompéi, elle prétend soutenir que ceux-ci n’ont rien à voir avec une influence romaine, sous prétexte qu’ils sont antérieurs à la colonie syllanienne. Quant à penser que cette période correspond beaucoup plus à une hellénisation des Romains qu’à une romanisation des Pompéiens, c’est tomber dans le piège d’un langage totalement coupé des réalités historiques. Il n’y a pas opposition entre romanisation et hellénisation, qui ne sont que deux aspects complémentaires d’une même réalité profonde qui se développe à l’échelle de la Méditerranée.
La Campanie des deux derniers siècles de la République est romaine par excellence, et donc fort hellénisée. Et l’intégration de la Campanie dans le cœur même du système romain outrepasse très profondément des événements comme la fondation de colonies. C’est pourquoi on ne suivra pas plus l’enchaînement du raisonnement d’I. Nielsen (ibid., p. 34) lorsqu’elle conclut que des thermes de type pompéien n’existaient pas à Rome ou dans le reste de l’Italie avant ceux d’Agrippa. Ou encore lorsqu’elle considère que l’affirmation de Vitruve selon laquelle la palestre était non italicae consuetudinis décrit une réalité : à notre avis, il s’agit d’un jugement de valeur, en rien d’une prise en compte du réel. Une fois de plus, il ne faut pas tirer de la richesse archéologique de la Campanie l’idée d’une originalité profonde de cette région qui serait capable d’innover de façon autonome.

26 On trouvera de multiples et fines analyses de ces questions dans les écrits d’A. Carandini, par exemple l’introduction qu’il a rédigée pour l’ouvrage de J. Kolendo, L’agricoltura nell’Italia romana, Rome, 1980, p. ix-lv. On notera que le pressoir à vis sans fin et contrepoids, invention si efficace qu’elle sera utilisée en Méditerranée et en Europe jusqu’au xixe siècle, est le fait d’un Grec (Pline, NH, 18, 317) mais selon toute probabilité d’un Grec vivant en Italie (Carandini, p. xxi) : l’origine « ethnique » est sans importance, ce qui compte est le lieu dans lequel on travaille. Ce type de pressoir est une invention italique qui s’insère dans l’extrême rationalisation du travail agricole caractérisant les « manufactures rurales » qui se multiplient dans l’Italie centro-tyrrhénienne.
On notera aussi que les nouvelles techniques de construction reposent sur des principes qui se retrouvent dans le montage des hypocaustes. Dans les deux cas, le travail de la main-d’œuvre est strictement conditionné par la nature des matériaux. Entre l’ouvrier qui monte des parements de petits blocs de tuf régulièrement taillés et interchangeables, parements destinés à contenir une maçonnerie informe, et celui qui construit une suspensura à l’aide de briques standardisées, bessales constituant les pi-lettes, bipedales s’appuyant sur ces derniers et supportant le sol, il n’y a pas de différence. Les contraintes imposées par les dimensions des matériaux de construction entraînent, dans les deux cas, un travail répétitif, gage d’efficacité dans la cohérence et la rapidité de la construction. L’invention de l’hypocauste ne peut pas se comprendre hors de ce cadre, radicalement nouveau, de rationalisation du travail et des objets produits.

27 Sommairement, on passe du Ier au IIe style au cœur du ier siècle av. n.è., du IIe au IIIe dans les années 30-20,du IIIe au IVe dans les années 40 de n.è.

28 La situation paraît comparable en Étrurie. Cf. Broise, Jolivet, Le bain en Érurie : à Scansano, une villa possède de vastes bains se composant d’au moins quatre pièces, dont deux sur hypocauste ; faut-il les attribuer à la première phase de la villa, ornée de peintures du Ier style, ou à un remaniement successif (p. 82-85 = M. del Chiaro, JRA, 2, 1989, p. 111-116 et JRA, 3, 1990, p. 155-158) ? À Vulci, dans la maison du cryptoportique, des hypocaustes sont introduits au plus tard lors de la transformation des thermes (p. 86-88 : deuxième moitié du ier siècle av. n.è. ?) ou peut-être même lors d’une phase intermédiaire antérieure (cf. la notice d’H. Broise dans A. Carandini dir., La romanizzazione dell’Etruria : il territorio di Vulci, Milan, 1985, p. 70). Près de Civitavecchia, les « Thermes Taurins » restent mal étudiés. Il apparaît cependant qu’ils sont dotés d’hypocaustes dès leur premier état, attribuable au deuxième quart du ier siècle av. n.è. (p. 92 et 95).

29 Les fouilles récentes confirment cette conclusion : cf., par exemple, la redécouverte de la villa de via della Resistenza, à Scafati (M. Conticello De Spagnolis, Rivista di studi pompeiani, 5, 1991-1992, p. 76-81).

30 J. DeLaine (Recent research, p. 15-16) minimise l’importance des nouveautés techniques qui se diffusent au ier siècle av. n.è. et leurs conséquences sur l’art du bain. La possibilité de chauffer de façon externe, intensive et maîtrisable, de vastes locaux ne brise certes pas tout lien avec l’histoire antérieure, elle en modifie cependant radicalement les conditions. Bains de propreté et de délassement continuent à constituer l’ossature immuable de la pratique balnéaire, mais leurs modalités sont bouleversées par les nouvelles possibilités techniques. Sans doute les besoins ont-ils suscité les innovations, mais celles-ci, à leur tour, ont considérablement influencé les premiers.
On notera que ce serait tout confondre que de traduire ces changements par le passage d’un bain individuel dans des cuves plates à une immersion collective (contra De-Laine, ibid., p. 16 ; Nielsen, Thermae, p. 35). L’immersion collective est pratiquée depuis longtemps ; c’est la nature du bain de propreté qui est en cause.

31 Dion Cassius (49, 43, 3) affirme que durant l’année de son édilité, Agrippa rend gratuits les balinéia. Pline (NH, XXXVI, 121) diffère quelque peu en déclarant que, en commémoration de son édilité, il donne des jeux et ouvre gratuitement 170 bains, établissements dont le nombre est aujourd’hui accru jusqu’à l’infini. Cette dernière expression peut laisser penser que le chiffre de 170 correspond au nombre total des thermes de Rome, du moins publics, du temps d’Agrippa (Adicit ipse aedilitatis suae conmemoratione et ludos diebus undesexaginta factos et gratuita praebita balinea CLXX, quae nunc Romae ad infinitum auxere numerum).

32 A. Maiuri, Pompei : scoperta di un edificio termale nella regio VIII, 5, 36, dans NSc, 4, 1950, p. 116-136. Cf. aussi la notice d’I. Nielsen, Thermae, p. 32.

33 Après la période IV, I. Nielsen décale toute la numérotation d’H. Eschebach, en introduisant une nouvelle phase V correspondant à la construction des hypocaustes. Il nous paraît plus simple de conserver la numérotation antérieure, en ajoutant simplement une phase IV-bis.

34 Lézine, Architecture romaine, p. 12. R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 202, note 1 ; cf. aussi Ginouvès, Balaneutiké, p. 202, note 5) considère que cette salle circulaire ne fit jamais partie du circuit chauffé, et propose d’identifier le laconicum de l’inscription à la première salle sur hypocauste. La démonstration emporte d’autant moins la conviction que cette dernière n’est chauffée qu’indirectement.

35 Le bain des femmes ne comporte que deux salles de dimensions plus restreintes, un caldarium chauffé par un foyer et un tepidarium dépourvu d’hypocauste.

36 Dans les thermes de Stabies, les premiers indices de l’existence d’une colonnade remontent à la période III (seconde moitié du iiie siècle). Durant la période IV, de nouvelles colonnes de tuf sont érigées. La colonnade est encore restaurée durant la période V et remaniée durant la période VI (seconde moitié du ier siècle) qui correspond à l’agrandissement de la palestre et, dans ce cadre, à la création de la natatio (pl. XVII-1).

37 Lézine, Architecture romaine, p. 31.

38 Vocabulaire, p. 11.

39 Traduction G. Serbat, CUF, Paris, 1995.
... ante omnia in tepidario sedere, deinde ubi paululum conquierunt, intrare et descendere in solium ; tum multo oleo ungui leniterque perfricari, iterum in solium descendere, post haec os aqua calida, deinde frigida fouere. Balneum his feruens idoneum non est... 

40 I. Nielsen (Thermae, p. 157) prétend que l’utilisation de solium comme synonyme d’alveus pour désigner la piscine du caldarium ne paraît pas antérieure à la fin du ier siècle de n.è., et que le premier terme ne triomphe aux dépens du second qu’au Bas-Empire. En fait, la baignoire du caldarium peut être désignée par le mot solium bien avant. Par exemple Celse : in solium bene calidum (I, 10, 10) où encore in solio... aquae calidae (II, 17, 7). Il n’en reste pas moins que le terme possède, à l’origine, un sens large (cf. Caton, De agricultura, 12 et 13).

41 Traduction G. Serbat, ibid.
Si in balneum venit, sub veste primum paulum in tepidario insudare, ibi ungui ; tum transire in caldarium ; ubi sudavit, in solium non descendere sed multa calida aqua per caput se totum perfundere, tum tepida, deinde frigida, diutiusque ea caput quam ceteras partes perfundere ; deinde id aliquamdiu perfricare, novissime detergere et unguere.

42 II, 17, 1 ; III, 27, 3.

43 Par exemple dans la maison du cryptoportique, à Vulci, où le labrum situé dans le caldarium est pourvu d’une double arrivée d’eau (Broise, Jolivet, Le bain en Étrurie, p. 86 et p. 88, fig. 13).

44 Traduction G. Serbat, ibid.
Imbecillus homo iturus in balneum uitare debet ne ante frigus aliquod experiatur ; ubi in balneum uenit, paulisper resistere experirique num tempora adstringantur et an sudor aliqui oriatur : si illud incidit, hoc non secutum est, inutile est eo die balneum ; perunguendusque is leniter et auferendus est, uitandumque omni modo frigus, et abstinentia utendum. At si temporibus integris primum ibi, deinde alibi sudor incipit, fouendum os aqua calida ; tum in solio descendendum est, atque ibi quoque uidendum est num subprimo contactu aquae calidae summa cutis inhorrescat, quod uix fieri potest si priora recte cesserunt, certum autem signum inutilis balnei est. Ante uero an postea quam in aquam calidam se demittat aliquis perungui debeat, ex ratione ualetudinis suae cognoscat.

45 Frigus inimicum seni, tenui... (I, 9, 3). Cf. aussi le texte sur l’imbecillus homo analysé ci-dessus, caractérisé par la crainte du refroidissement, et qui se poursuit par cette recommandation : « ...l’emmener promptement, l’envelopper avec soin de vêtements de façon qu’aucun froid ne l’atteigne... » (... ut neque ad eum frigus adspiret ; trad. G. Serbat, II, 17, 8).

46 Par exemple Ginouvès, Balaneutiké, p. 217, note 6, ou Nielsen, Thermae, p. 32 : l’augmentation considérable de la chaleur aurait provoqué le besoin d’un passage par l’eau froide.

47 Sur cette ordonnance du médecin Antonius Musa, cf. Suétone (Aug., 81 : après les guerres contre les Cantabres de 25 av. n.è.), Dion Cassius (LIII, 30, 3 : avec la date de 23 av. n.è.), Pline (NH, XXXIX, 6). Sur la diffusion de l’hydrothérapie froide, nous avons le témoignage d’Horace, lui-même patient de Musa (Ep., XV).

48 Sur ces questions d’ordre général, cf. par exemple L. Angeletti, La medicina, dans Civiltà dei Romani, ou G. Serbat, introduction à Celse, dans t. I, Paris, 1995, en particulier p. xl-lvii (nous nous inspirons aussi largement de cet auteur pour les analyses qui suivent).

49 Pline, NH, XXIX, 14.

50 Pline, NH, XXIX, 15-28.

51 Celse, II, 17, 3. Sur l’importance de la théorie atomique et d’Asclépiade qui la transpose en médecine, cf. A. Pazzini, Origine e evoluzione delle terme italiane, dans Io congresso italiano di studi storici termali, Salsomaggiore Terme, 5-6 ott. 1963, Fidenza, s.d., p. 22-31.

52 Celse, I, 3, 13.

53 Pour une commode vue d’ensemble de la médecine de Galien, cf. l’introduction d’A. Pichot à Galien. Oeuvres médicales choisies, (trad. C. Daremberg), Paris, 1994.

54 F. Bourdy, Du bon usage des bains d’après Oribase, dans Les eaux thermales et les cultes des eaux. Actes du colloque d’Aix-les-Bains, sept. 1990, R. Chevallier éd., Caesarodunum, 26, 1992, p. 31-38.

55 Il est possible que ce mouvement s’amorce antérieurement, mais nous n’en connaissons quasiment rien, qu’il s’agisse de la piscine froide restituée, sur des bases très fragiles, dans le secteur féminin des thermes de Stabies dès la période IV (pl. XVI-2), ou de celle du secteur des hommes durant la période V, tout aussi hypothétique (pl. XVI-3).

56 La date d’apparition des frigidaria privés est souvent difficile à fixer avec précision. Cette fois encore, on peut cependant utiliser le répertoire d’E. Fabbricotti pour se faire une idée de la situation en 79. Les demeures suivantes sont alors dotées d’une salle des bains froids :
– Casa del marinaio (p. 55) : le frigidarium n’a pas été repéré par E. Fabbricotti, mais cf. J. Franklin, Soprintendenza di Pompei, Monografie, 3, p. 29 et note 14.
– Villa Aselli (p. 59).
– Villa di Popidio Floro in contrada Pisanella ; entre 62 et 79 ? (p. 60).
– Pompéi, casa del centenario ; probablement entre 62 et 79 (p. 73).
– Pompéi, casa di Popidius Secundus Augustianus ; frigidarium supprimé lors des derniers travaux (p. 74).
– Pompéi, villa di Diomede (p. 78).
– Pompéi, casa delle nozze d’argento ; entre 62 et 79 (p. 80).
– Villa d’Oplontis (p. 81) ; peinture de IIIe style.
– Pompéi, villa de Julia Felix ; entre 62 et 79 (p. 92).
– Stabies, villa di S. Marco (p. 96).
– Capri, villa Jovis (Tibère).
– Villa Posto nell’ agro Falerno ; peu avant l’époque flavienne (p. 102).
La construction d’un frigidarium ne devient cependant systématique qu’à une date avancée. Dans la villa S. Rocco, à Francolise, il faut attendre le 3e quart du ier siècle, lors d’une réfection des bains. À Settefinestre en Étrurie, il faut attendre une restructuration des bains au cours de la première moitié du iie siècle.

57 A. Berthier, Une mosaïque solaire trouvée à Constantine, dans Mélanges J. Carcopino, Paris, 1966, p. 113-124 ; Id., La mosaïque de Sidi M’Cid (Constantine), dans Actes du 104e congrès nat. des Soc. sav., 1979, 1982, p. 87-97. L’auteur se livre à une exégèse purement religieuse. Nous suivons ici G. Picard, Une mosaïque pompéienne à Constantine et l’installation des Sittii à Cirta, dans RA, 1980, p. 184-187 ; Le palais de Sittius à Cirta, dans BAC, 18, 1982, p. 191-192. I1 rapproche le pavement de Constantine de trois décors mosaïqués de Pompéi. Sur l’appartenance probable de ces derniers à un même atelier, cf. J. Clarke, Mosaïcs workshops at Pompei and Ostia antica, dans CMGR, 5, p. 91-96.

58 L. Jacobelli, Lo scavo delle terme suburbane. Notizie preliminari, dans Rivista di studi pompeiani, 1, 1987, p. 151-154 ; Ead., Terme suburbane : stato attuale delle conoscienze, ibid., 2, 1988, p. 202-208 ; Ead., Die suburbanen Thermen in Pompei : Architektur, Raumfunktion und Ausstattung, dans Archäologisches Korrespondenzblatt, 23, 1993, p. 327-335.

59 Sur cette question, cf. Nielsen, Thermae, p. 48 et 156.

60 Jacobelli, Suburbanen Thermen (art. cité à la note 62), p. 333.

61 P. Bargellini, Le terme centrali di Pompei, dans Thermes romains, p. 115-128, avec la bibliographie antérieure.

62 L’architecture domestique reflète les réalités des bâtiments publics. L’inventaire d’E. Fabbricotti permet de remarquer quelques cas caractéristiques. Les bains de la villa di Popidio Floro in contrada Pisanella (p. 60) sont fondés sur une enfilade frigidarium-tepidarium-caldarium avec alveus et schola labri (pl. XIX-2). Un schéma semblable apparaît à Pompéi, dans la maison du centenaire (p. 73 ; pl. XIX-3). On le retrouve, mais cette fois sans labrum dans l’abside du caldarium, dans la villa de Diomède (p. 78), ainsi que dans la maison des noces d’argent (p. 80 ; pl. XX-1). Le laconicum n’est pas non plus inconnu. On en trouve un dans la maison de Fusco (p. 76 ; pl. XX-2), commandé, tout comme le caldarium, par le tepidarium. Un des exemples les plus intéressants est celui de la villa sul colle di Varano, à Stabies, (p. 63 ; pl. XX-3), où, cette fois, c’est le vestiaire qui commande l’accès à l’étuve et à l’enfilade tepidarium (avec grand bassin ?)-caldarium. On notera aussi que la nouvelle lecture des bains de la maison du Ménandre proposée par R. Ling (Menandro) permet d’identifier une étuve de plan circulaire à niches, isolée du reste du circuit chauffé (pl. XX-4).
Les thermes de Iulia Felix (p. 92 ; pl. XX-5), bains privés mais destinés à un usage public, constituent une pièce intermédiaire dans ce dossier. On y reconnaît un frigidarium d’où l’on passe dans un tepidarium commandant un laconicum de plan circulaire à niche et un caldarium dénué de labrum dans l’abside mais pourvu d’un petit bassin proche de l’alveus.

63 Description qui, au demeurant, est loin d’être systématique. Vitruve ne dit rien des lieux où se pratiquent les exercices physiques, ni du vestiaire ou du frigidarium. Pour rendre compte de ce dernier fait, deux solutions sont possibles. Soit, cette salle ne faisant que commencer à s’imposer à son époque, l’auteur n’a pas pris en considération cette innovation. Soit il s’attache uniquement aux parties des bains qui posent le plus de problèmes techniques, à savoir le seul secteur chauffé, au détriment de tous les espaces froids.

64 C’est le point de vue adopté par la majorité des traducteurs, et aussi des analystes : cf. par exemple Lézine, Architecture romaine, p. 30-31, qui insiste en particulier sur le rapport, quant à la forme de la pièce et son mode de chauffage, avec des réalisations grecques antérieures.

65 A. Lézine (Architecture romaine, p. 18, note 61) considère ce passage comme manifestement altéré.

66 R. Hartmann, Das Laconicum der römischen Thermen dans RM, 25, 1920, p. 152-169.

67 Rebuffat, Vocabulaire, p. 10. Sur la fonction d’étuve jouée par le caldarium, cf. déjà Lézine, Architecture romaine, p. 30-31.

68 C’est le choix opéré par F. Granger dans sa traduction, coll. Loeb, Londres, 1983. De fait, il traduit simple ment laconicum sudationesque par « the domed sweating chamber ». C. Perrault (« le laconicum, ou étuve à faire suer ») avait déjà fait ce choix.

69 Traduction proposée par Delorme, Vitruve, p. 411, note 5 ; cf. déjà C. Perrault.

70 Une telle pratique, incontournable, est à nouveau décrite, au début du ier siècle av. n.è., dans Rhétorique à Herennius, IV, 10 : cf. Rebuffat, Vocabulaire, p. 8. 

71 Sur les produits utilisés pour se nettoyer, cf. Ginouvès, Balaneutiké, p. 141-143.

72 Cf. Lézine, Architecture romaine, p. 20, qui souligne que la forte exsudation produite par le passage dans l’étuve était susceptible de faire sortir des pores quelques particules d’impureté et qu’il est donc plus logique de pratiquer le nettoyage dans le destrictarium après le passage dans le laconicum. C’est peut-être l’option qui était choisie dans les bains de la première période hellénistique : cf. ci-dessus, p. 51.

73 I. Nielsen (Thermae, p. 158-160) a voulu introduire une autre distinction, d’ordre technique et chronologique. Le laconicum serait chauffé par un foyer interne, le sudatorium par un foyer externe alimentant hypocauste et doubles-cloisons. L’hypothèse n’est pas inadmissible, mais sans doute trop systématique. Le manque d’attestation du mot laconicum après le ier siècle de n.è. ne suffit pas à prouver qu’il ait brutalement disparu de l’usage (Rebuffat, Thamusida, II, p. 202, note 1) : il est bien plus probable qu’il s’est trouvé en concurrence avec les termes assa ou sudatorium, et sans doute progressivement supplanté par eux.

74 Celse, II, 17, 1 : Siccus calor est, et arenae calidae, et laconici... et quarundam naturalium sudationum...
Sénèque, Ep., 51, 6 : Quid cum sudatoriis, in quae siccus vapor corpora exhausurus includitur ? Dans ce cas, l’épithète adjointe à vapor atteste clairement que le sens du mot ne peut être « vapeur d’eau » mais correspond à calor, ce qui est fort fréquent (Lézine, Architecture romaine, p. 10).

75 Sur cette question, cf. l’analyse, à notre avis décisive, d’A. Lézine, Architecture romaine, p. 29-35. Il nous semble même que, hors du contexte thermal, l’Antiquité ne nous fournit pas d’exemples convaincants de la pratique du bain de vapeur au sens strict. Pourtant, certains auteurs, même parmi ceux qui soulignent la siccité du laconicum, admettent cette pratique (Lézine, ibid., p. 29 ; Delorme, Vitruve, p. 412-413 ; Ginouvès, Balaneutiké, p. 136-137).
Les exemples cités sont à peu près toujours les mêmes. Il faut laisser de côté Hippocrate, qui ne traite que de fumigations, problème complètement différent. Un texte d’Hérodote nous décrit les Scythes faisant chauffer des pierres et jetant dessus des graines de chanvre (IV, 73-75) : il ne s’agit en rien d’un bain de vapeur mais, au contraire, d’une étuve sèche. Dans l’étuve de la palestre du lac, à Délos, on a voulu restituer l’utilisation de pierres chauffées que l’on aurait aspergées d’eau (Delorme, Gymnasion, p. 158-159). Même si cette description est exacte, elle correspond à une pratique caractéristique du sauna, qui ne saurait être considéré comme un bain de vapeur, ni même une étuve humide : l’aspersion d’eau ne sert qu’à réguler le degré de siccité d’une étuve qui n’en reste pas moins sèche.
On a aussi eu recours au texte de Strabon (III, 3, 6) nous décrivant les mœurs spartiates des Lusitaniens se servant, entre autres, d’étuves chauffées au moyen de pierres portées au rouge. La réflexion sur la nature de tels locaux ne peut que rester identique à celle qui porte sur les exemples précédents. Le cas de Baies, au demeurant tout à fait spécifique, ne permet pas plus de détecter la pratique du bain de vapeur, en particulier en se servant de Celse (II, 17, 1) : ubi terra profusus calidus vapor aedificio includitur, sicut super Baias in murtetis habemus (contra Delorme, Vitruve, p. 412, qui parle de captage de « vapeurs naturelles », et contra la traduction de G. Serbat : « (on excite la sueur par certaines étuves naturelles) où la vapeur chaude exhalée du sol est retenue dans un édifice comme nous en avons au-dessus de Baies dans les bosquets de myrtes »). Il faut rappeler que vapor signifie non seulement vapeur, mais encore air chaud, et que ce second sens est clairement celui utilisé dans le texte de Celse puisque ce dernier classe la technique de Baies dans la rubrique « siccus calor ».
Enfin, le bien connu passage de Sidoine Apollinaire (Ep., II, 9, 8-9) où ce dernier nous décrit des contemporains palliant, leur villa étant en construction, l’absence d’établissement balnéaire par une installation sommaire, ne permet nullement de conclure que ceux-ci prennent « un véritable bain de vapeur » (contra Delorme, Vitruve, p. 412). De fait, on construit une étuve rustique chauffée, comme dans les cas précédents, par des cailloux rougis au feu, étuve dont le degré de siccité est, toujours comme dans les cas précédents, réglé par des jets d’eau sur les pierres brûlantes. Cela n’en fait pas même une étuve humide (contra Rebuffat, Vocabulaire, p. 19) : cf. ci-dessous, note 80.

76 De fait, le taux d’humidité d’une étuve peut être très variable : cf. C. Hawkins, The sauna : killer or healer ?, dans British medical journal, 295, 1987, p. 1015-1016. Le problème auquel on se heurte est de définir le sauna où le jet d’eau sur les pierres chauffées régule la siccité, sans évidemment cesser d’en faire une étuve sèche. La Sauna society of Finland recommande une température, au niveau du visage, de 80-90o C et une humidité de 50-60 g de vapeur d’eau par m3. Cependant, l’enquête montre que, dans la pratique, ces deux paramètres sont susceptibles de varier considérablement. En ce qui concerne le taux d’humidité, celui-ci peut aller de 3 à 50 %.

77 Celse, II, 17, 1 : Sudor etiam duobus modis elicitur : aut sicco calore, aut balneo. Dans ce contexte, balneum ne saurait guère signifier « le bain » (contra la traduction de G. Serbat, CUF, p. 97), mais la salle des bains chauds (cf. Lézine, Architecture romaine, p. 30-31 ; sur ce problème du vocabulaire désignant la salle des bains chauds, cf. ci-dessous) : il y a longtemps que l’on avait souligné que l’immersion bloquait la transpiration (Aristote, Problèmes, II, 2).

78 Lézine, Architecture romaine, p. 17, note 57 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 2.

79 Par exemple I, 3, 5 (balneum feruens), I, 3, 9 (calida aqua in balneo), I, 3, 10 (solium bene calidum) ou encore, II, 17, 7-8.

80 Contra Rebuffat, Vocabulaire, p. 10. Cela, selon toute probabilité, vaut sans doute aussi pour VIII, 2, 4, ce que reconnaît d’ailleurs R. Rebuffat, de façon quelque peu contradictoire, en affirmant d’abord qu’il s’agit des salles chauffées en général, puis de la salle du bain chaud.
A. Lézine (Architecture romaine, p. 17, note 57) passe rapidement sur cette question, se contentant d’affirmer que « le terme de caldarium... désignait chez les Romains toute espèce de salle chauffée dans les thermes ». R. Rebuffat, en revanche, développe une argumentation (Vocabulaire, p. 2). Elle n’emporte pas forcément la conviction. Au moins pour la période qui nous intéresse ici, les textes de Celse et de Vitruve nous paraissent clairs. Contrairement à ce qu’écrit R. Rebuffat, cela n’indique peut-être pas que la pièce abritant le bain chaud prendra un jour le nom de caldarium (nous dirions plutôt le conservera), mais cela indique qu’elle porte ce nom au début de l’Empire. Que la pièce ne soit pas aussi spécialisée qu’elle le sera par la suite est un autre problème. Il n’en reste pas moins que le caldarium est alors, clairement et avant tout, la salle contenant la baignoire chaude. Il faut d’ailleurs se rappeler que la salle des bains chauds continuera à être un lieu de sudation et pourra fort bien, comme déjà à l’époque hellénistique avant la création de la schola labri, continuer à être équipée de labra et autres formes de vasques d’aspersion.
Contrairement à l’affirmation de R. Rebuffat sur l’origine de l’utilisation du terme caldarium par les archéologues, celle-ci n’est donc nullement fondée sur une confusion avec la description des récipients liés à la chaufferie.
On notera d’ailleurs Pline, Ep., V, 6, 26, où caldaria cella a clairement le sens de salle des bains chauds. Il est étrange d’admettre (Lézine, Architecture romaine, p. 17, note 59 et Rebuffat, Thamusida, II, p. 191, note 2) que cella tepidaria équivaut à tepidarium et d’affirmer que caldaria cella diffère de caldarium. Le problème est le même avec frigidaria cella.

81 Inimica habet balnea assasque sudationes. On ne peut interdire au patient et les établissements balnéaires et les étuves, celles-ci se trouvant dans ceux-là. Balneum a donc un sens plus restreint.

82 C’est la traduction de F. Granger.

83 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 184-185. On a parfois supposé que, dans les thermes de Caracalla, les deux pièces situées symétriquement dans les angles du secteur balnéaire du bâtiment étaient chauffées. Cela semble peu probable. À l’époque de la publication de l’ouvrage d’A. Blouet (Restauration des thermes d’Antonin Caracalla à Rome, Paris, 1828), ces locaux ne sont pas encore réellement dégagés (pl. IV) : l’auteur les qualifie de « bains froids » (pl. III et commentaire de ce plan général p. 18). Ces pièces d’angle sont aussi étudiées par D. Krencker, qui conclut dans le même sens (ibid., p. 185 et p. 271, fig. 401). En dernier lieu, on peut aussi se référer à L. Lombardi et A. Corezza, Le terme di Caracalla, Rome, 1995.
D’autre part, toujours en ce qui concerne les thermes de Caracalla, nous ne prenons pas ici en considération le bain annexe logé entre la palestre et le tepidarium d’entrée (Krencker, ibid., p. 270, fig. 400, pièces a et b : cf. aussi p. 277, fig. 410 et l’analyse p. 279).

84 Sur l’identification de l’étuve, cf. en particulier Lézine, Architecture romaine, p. 20.

85 Sur ce point, l’analyse de R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 4) nous paraît lier trop étroitement activités sportives et destrictarium.

86 Par exemple Nielsen, Thermae, p. 165, ou encore J. DeLaine (cf. ici, p. 10, note 6).

87 Sur le dédoublement de l’étuve, cf. par exemple Nielsen, Thermae, fig. 58 et 59. Un tel dédoublement ne pourrait guère s’expliquer que dans le cas de la coexistence d’étuves sèches et humides, ce qui est exclu (cf. ci-dessus, en particulier notes 78 et 79, ainsi que la critique de la théorie des deux sudatoria dans Lézine, Architecture romaine, p. 18).

88 L’inscription africaine provient de Carpis, l’actuelle Korbous, dans le Cap Bon : A. Merlin, CRAI, 1920, p. 120125 = CIL, VIII, 24106. Elle mentionne la construction de divers locaux : assa, destrictarium solariumque. Il est impossible de suivre B. Lugari, Il « laconicum » e la « sudatio » nell’antico bagno romano, dans Dissertazione della Pontificia accademia romana di archeologia, serie II, X, 1, 1910, p. 123-145. Pour cet auteur, qui veut faire du laconicum un simple brasero, les trois termes de cette inscription ne désigneraient que des parties du mobilier : en l’occurrence, le destrictarium ne serait que le candélabre auquel on accroche les strigiles. Une question bien plus importante est posée par la date de ce texte. A. Merlin l’attribue au milieu du ier siècle av. n.è. Ses arguments ont été remis en cause (Lézine, Architecture romaine, p. 12, note 20). Ils paraissent cependant convaincants : cf. ici inscription no 15.

89 Pline le Jeune, Ep., III, 5, 14 ; traduction A.-M. Guillemin, CUF, Paris, 1969.

90 Rebuffat, Vocabulaire, p. 43 ; cf. aussi p. 13 la citation de Martial (Épigramme 14, 51) : curvo destringere ferro.

91 Notre analyse est largement semblable à celle de Rebuffat, Vocabulaire, p. 14. Cependant, nous ne pensons pas que le verbe tergere implique que l’on ait changé de local et que l’on se trouve désormais à la fin du bain. En fait, certains actes se reproduisent tout au long du circuit balnéaire. Ainsi, on s’enduit d’huile à de multiples moments, avant les exercices physiques, dès le tepidarium, après l’usage du strigile, après les immersions dans les bains chauds ou froids. On peut même verser de l’huile directement dans l’eau du bain (Épictète, Entretiens, II, 20, 29). De même, on s’essuie à de multiples reprises, évidemment à la fin du bain mais aussi au cours des diverses opérations, en particulier après l’usage du strigile (Lézine, Architecture romaine, p. 20). Cette pratique explique le passage de Martial où il recommande un bon usage du strigile permettant de moins salir les serviettes (Épigramme 14, 51 = Rebuffat, Vocabulaire, p. 13).

92 Sur le vocabulaire utilisé par les auteurs latins, cf. Lézine, Architecture romaine, et Rebuffat, Vocabulaire.

93 Nous reprenons la distinction établie par A. Lézine entre tepidaria d’entrée et de sortie, termes parfaitement clairs et qui nous semblent préférables à ceux de tepidaria de séjour et de passage, dans la mesure où certains baigneurs séjournent dans les deux salles tièdes (Architecture romaine, p. 17). Bien évidemment, en fonction de l’ampleur des édifices, ces deux locaux peuvent être fusionnés en un seul. 

94 Pour l’utilisation de caldarium afin de désigner la salle des bains chauds, cf. ci-dessus, p. 102. Même si l’expression paraît sortir de l’usage par la suite, nous persisterons à l’utiliser pour sa commodité. En revanche, étant donné son ambiguïté, nous ne recourrons pas au terme de balneum (cf. ci-dessus, p. 103) qui paraît, lui aussi, être progressivement abandonné.

95 Sur le sens de cette expression, cf. l’article décisif de F.-G. de Pachtère, Sur la cella soliaris des thermes de Caracalla, dans MEFR, 29, 1909, p. 401- 406. J. DeLaine (The « cella solearis » of the baths of Caracalla : a reappraisal, dans PBSR, 55, 1987, p. 147-156) aboutit à la même conclusion.

96 L’examen rapide de quelques textes parmi les plus connus confirme qu’il est très difficile de les utiliser pour se faire une idée cohérente d’un édifice thermal.
Pline le Jeune nous décrit les bains de sa villa des Laurentes (Ep., II, 17, 11-12). Ils comprennent :
– Une cella frigidaria avec deux baptisteria, deux piscines.
– Un unctorium, pièce réservée aux onctions. L’onction se pratiquant à de multiples moments (cf. ci-dessus, note 9), la plupart des thermes de quelque importance sont dénués d’unctorium (Lézine, Architecture romaine, p. 20-21) et ce dernier apparaît essentiellement dans les petits thermes privés.
– Un propnigeon : s’agit-il de la chaufferie (Delorme, Vitruve, p. 402-407 ; Nielsen, Thermae, p. 162) ou du tepidarium (PW, s.v. Tepidarium ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 3, 13 et 20) ?
– Deux cellae magis elegantes quam sumptuosae. La mention manque pour le moins de précision, même si nous pouvons imaginer qu’elle désigne l’étuve, ou plutôt un laconicum-destrictarium, et le caldarium.
– Une calida piscina. S’agit-il du solium du caldarium (Delorme, Vitruve, p. 403 ; Rebuffat, Vocabulaire, p. 13) ? Cela n’est pas évident. La structure de la phrase, scandée par des verbes (Adjacet unctorium... adjacet propnigeon... mox duae cellae... cohaeret calida piscina), paraît plutôt indiquer qu’elle égrène les composantes distinctes de l’ensemble balnéaire (cf. Ep., V, 6, 25, où le même verbe cohaerere ne peut signifier que jouxter, être attenant à, et non faire partie de). De plus, le terme piscina convient mal pour la baignoire d’un caldarium, normalement désignée par solium ou alveus. Il s’adresse au contraire, de façon préférentielle, aux bassins froids du frigidarium, ou à de véritables piscines destinées à la natation. Bien plus, l’expression calida piscina est bien attestée au sens de piscine de natation chauffée. C’est donc à une installation de ce genre que Pline fait allusion, puisqu’il précise que l’on peut y nager, ce qui ne correspond pas à la fonction d’un bassin de caldarium (cf. aussi Lézine, ibid., p. 24, note 91 ou Nielsen, Thermae, p. 156). R. Rebuffat a attiré notre attention sur le fait que le verbe natare (ex qua (piscina) na-tantes mare adspiciunt) signifie non seulement nager mais encore flotter. Par conséquent, il n’impliquerait pas que nous soyons en présence d’une vaste piscine de natation plutôt que d’un solium. Le contexte nous paraît impliquer le premier sens, au demeurant le plus usuel. Quel intérêt y aurait-il à signaler que l’on peut flotter, ce qui vaut pour tout bassin d’immersion collective ? En revanche, indiquer que l’on peut y nager est une manière de souligner les dimensions de la construction, calida piscina mirifica.
Au total, ce texte, trop allusif, nous apprend peu de choses sur l’organisation d’un bâtiment thermal.
Le second texte de Pline concerne les bains de sa villa de Toscane (Ep., V, 6, 25-26). Ils comprennent, après un vestiaire (apodyterium balinei) :
– Un frigidarium (cella frigidaria) doté d’un ample baptisterium.
– À l’écart, une piscina froide destinée à la natation.
– Une cella media jouxtant le frigidarium. S’agit-il de l’étuve (Rebuffat, Vocabulaire, p. 14 = Thamusida, II, p. 192, note 2, où l’auteur est moins affirmatif) ? Ou du tepidarium (Lézine, ibid., p. 10) ?
– Une cella caldaria possédant trois descensiones, c’està-dire trois baignoires.
Cette fois encore, ce texte ne nous apprend pas grand-chose. On notera en particulier que, une fois de plus, nous ne connaissons rien des salles intermédiaires précédant le caldarium. Si cela veut dire qu’il n’y en avait pas, il faudrait restituer un bain très simple ne possédant que deux salles chauffées, un caldarium et une cella media, qui devrait alors correspondre à un destrictarium-laconicum.
Nous pouvons enfin prendre en considération un dernier texte, celui dans lequel Sidoine Apollinaire décrit sa villa d’Avitacus (Ep. II, 2, 4-9). Les bains comprennent :
– L’aquarum cella coctilium munie d’un solium, expression qui ne peut désigner que le caldarium.
– Une cella unguentaria, façon de désigner l’unctorium (Rebuffat, Vocabulaire, p. 19) ou « salles des parfums » (A. Loyen, CUF, Paris, 1970) : de fait, plus que d’une salle d’onction, il pourrait s’agir du magasin abritant les produits nécessaires au bain.
– Une salle des bains froids, cella frigidaria.
– Une piscine hypèthre, piscina forinsecus ou baptisterion, que l’on doit assimiler à une natatio.
Cette description paraît fort partielle : il est difficile d’admettre que ces bains ne se composent essentiellement que d’un caldarium et d’un frigidarium. Soit Sidoine Apollinaire nous fournit encore moins d’informations que Pline, soit il décrit en réalité des bains fort rudimentaires.

97 Un exemple caractéristique en est la description des bains d’Etruscus par Martial (Épigrammes, VI, 42) et Stace (Silves, I, 5). On n’y trouve qu’éloges de la qualité de l’eau, de la lumière qui y règne, des jeux de couleurs des marbres, thèmes au demeurant traités sans grand souci de réalisme. Ainsi, l’onyx et l’ophite qui, chez Martial, contribuent à la somptuosité du décor, sont, chez Stace, bannis pour médiocrité.

98 Nous développons ici l’analyse que nous avons déjà proposée dans Thébert, Circulation, p. 139, note 3. Nous avons utilisé essentiellement la traduction anglaise d’A. M. Harmon, collection Loeb, 1913 et celle, allemande, de H. Wachtler, Trierer Kaiserthermen, p. 325-326.

99 F. Yegül, The small city bath in classical Antiquity and a reconstruction study of Lucian’s « Baths of Hippias », dans Archeologia classica, 31, 1979, p. 108-131. Le plan auquel nous aboutissons diffère sensiblement de ceux proposés dans cet article, tout comme divergent parfois nos identifications des salles chauffées.

100 Cf. aussi Wachtler, ibid., p. 325, note 1. Inversement, R. Rebuffat (Vocabulaire, p. 4) estime qu’il faut négliger ce local, le « véritable tepidarium » se trouvant plus loin (notre local II). Il ne nous paraît pas possible de le suivre sur ce point.

101 Tout comme est chauffé l’unctorium de la villa des Laurentes de Pline : unctorium hypocauston. Les frictions à l’huile chaude sont attestées depuis longtemps : cf. Aristote, Problèmes, I, 39 ; V, 38 ; XXIV, 1.

102 F. Yegül (ibid., p. 123-124) propose d’y voir un de ces nombreux espaces thermaux luxueusement aménagés mais sans destination précise, un ambulacrum qui est avant tout un lieu de sociabilité. Sa position au sein du circuit balnéaire chauffé rend cette interprétation fort improbable. R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 190, note 1) semble y voir une étuve. Le fait que l’on puisse y séjourner longuement ne correspond pas à cette lecture. Tenant sans doute compte de cette donnée, le même auteur a ensuite voulu y voir « le véritable tepidarium », la première salle tiède étant seulement destinée à permettre « aux non sportifs d’éviter les sportifs qui débouchent dans la salle des onctions » (Vocabulaire, p. 4). Une telle analyse nous semble impossible : l’unctorium n’est pas réservé aux sportifs ; la première salle tiède, sans autre destination que de faciliter les circulations, serait un luxe bien inutile ; de par sa fonction, un tepidarium ne peut se trouver au cœur du secteur chauffé, sans contact avec le frigidarium.

103 Sur ces qualités du marbre de Numidie et son emploi privilégié dans les salles balnéaires les plus chaudes, cf. Lézine, Carthage-Utique, p. 25.
L’identification de ce diadromos a longtemps fait question. F. Yegül (ibid., p. 124) le considère comme un simple corridor et établit, en plus, de curieux parallèles avec une pièce qui, dans d’autres thermes, a une fonction bien précise, celle de tepidarium de sortie, ce qui ne saurait être le cas ici. Initialement, R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 190, note 1) ne compte pas ce lieu parmi les salles chaudes. Depuis, cet auteur a abouti à la même conclusion que nous et y reconnaît l’assa sudatio (Vocabulaire, p. 15).

104 Wachtler, ibid., p. 326, note 1.

105 L. Brecciaroli Taborelli, Le terme della « Regio VII » a Sabratha, dans Libya antica, 11-12, 1974-1975, p. 113-146.

106 C’est la solution adoptée, pour cet édifice de Sabratha, par I. Nielsen (Thermae, fig. 187).

107 M. de Franceschini, Villa Hadriana, Rome, 1991, p. 530. Cf. déjà H. D. Mirick, The large baths at Hadrian’s villa, dans MAAR, 11, 1933, p. 120.

108 Franceschini, ibid., p. 426..

109 R. Paribeni, Tivoli (Villa Adriana). Lavori di esplorazione e di riassetto, dans NSc, 19, 1922, p. 241-245. L’hypothèse est encore reprise par F. Yegül, Baths and bathing, p. 382.

110 Pline, Ep., II, 17, 20.

111 P. Verducchi, Le terme con cosidetto « heliocaminus », dans Quaderni dell’Istituto di topografia antica dell’Università di Roma, 8, 1975, p. 69-72 et 91-92 ; P. Cicerchia, Sul carattere distributivo delle « terme con heliocaminus » di Villa Adriana, dans Xenia, 9, 1985, p. 50-52.

112 F. Coarelli, Lazio, guide archeologiche Laterza, 1982, p. 63 ; Franceschini, ibid., p. 426 ; Nielsen, Thermae, fig. 85 (sudatorium-solarium).

113 P. Verducchi (ibid., p. 71-72 et 91-92) signale ces logements qu’elle attribue à deux petits tubes qui auraient permis d’inonder le sol de la vasque et de créer ainsi un bain de vapeur. La nature des empreintes révèle, au contraire, l’existence de tuyaux d’un diamètre tel qu’ils ne pouvaient guère servir qu’au remplissage de la piscine.

114 Nous ignorons pour quelle raison M. de Franceschini considère que ces trois pièces sont chauffées (p. 175177). On ne voit trace ni de foyers ni de passages de chaleur entre ces locaux et le secteur chauffé. De plus, dans le vestiaire le plus septentrional, la présence de gros fragments de voûte écroulés ne paraissent pas compatibles avec la capacité de résistance d’un hypocauste.

115 I. Nielsen (Thermae, p. 51 et fig. 85) considère ce tepidarium comme un caldarium, ce qui n’a pas de sens : la présence d’un bassin dans un tepidarium de sortie est classique. De plus, sur son plan, le foyer est mal placé. De même, l’auteur méconnaît le mode de chauffage des pièces 1, 2 et 4. Mieux vaut négliger cette étude qui ne tient compte ni des réalités du terrain, ni des principes régissant l’organisation des thermes.

116 Franceschini, ibid., p. 182-184.

117 Cf. C. Giuliani, Volte e cupole a doppia calotta in età adrianea, dans RMDAI, 82, 1975, p. 329-342. Ce système de la double calotte est caractéristique de certaines salles thermales, toutes équipées de parois chauffantes (p. 332), ce qui implique que le local 4, doté d’une telle voûte (p. 334), en était pourvu. Cette caractéristique distingue 4 des tepidaria 1-2 et l’intègre au reste du circuit chauffé (p. 333, fig. 4).

118 Cicerchia, ibid., p. 49.

119 La restitution des circulations proposée par P. Cicerchia (ibid., p. 50-54) n’est pas convaincante car elle repose sur une série d’approximations : identification de la calida piscina à une étuve ; mauvaise appréhension de la nature exacte de la pièce 4, considérée comme dénuée de chauffage direct ; lecture très improbable du local 1, hypothétiquement présenté comme un heliocaminus.

120 Nous ignorons sur quel argument se fonde M. de Franceschini pour affirmer que la salle octogonale était chauffée (p. 250). Les deux canalisations visibles dans les parois sont certainement des descentes d’eau, et non des cheminées. L’ensemble de son interprétation, au demeurant peu détaillée, est d’ailleurs invraisemblable, II devenant une étuve sans doute uniquement à cause de son plan (p. 250) et le caldarium étant entouré de trois tepidaria, dont un placé dans le praefurnium méridional (p. 526 : à moins qu’il ne s’agisse d’une erreur de renvoi, phénomène fort fréquent dans ce texte).

121 Ouverture d’une porte dans le mur 1/Est, très probablement à la suite d’un remaniement ; bouchage de la baie 1/I ainsi que du passage de chaleur situé sous le seuil : c’est sans doute au même moment que sont ouverts les passages de chaleur I/III et I/V.

122 Mirick, ibid. (cf. ici note 111), p. 120, qui pense en particulier à des bains respectivement destinés aux soldats et à leurs officiers. L’idée est reprise par M. de Franceschini qui suggère aussi que les petits thermes auraient pu n’être utilisés que provisoirement, dans l’attente de l’achèvement des travaux (p. 553). À notre connaissance, rien ne vient confirmer cette hypothèse. C’est complètement à tort que cet auteur attribue à H. Mirick l’opinion selon laquelle ces deux bains étaient destinés respectivement à chacun des deux sexes.

123 La localisation d’une latrine au Sud-Est (pl. XXIV-2) est une hypothèse infondée, le local n’étant toujours pas fouillé. En revanche, le couloir qui double à l’extérieur la piscine Nord du frigidarium en en épousant la forme (et qui ne dessert pas les foyers : contra Franceschini, p. 266), possède, le long de son mur septentrional, un égout dont la disposition paraît bien trahir la présence de toilettes.

124 H. Mirick affirme que la salle est dépourvue d’hypocauste (p. 124), n’y voit qu’une pièce pour bain de soleil et de sable (p. 126) et y restitue une grande dépression centrale entourée de gradins (pl. 4, 5 et 8). Tout ce raisonnement n’est très certainement qu’une extrapolation à partir d’une mauvaise interprétation de la salle de plan semblable située dans les thermes à l’heliocaminus. M. de Franceschini (p. 279) ou I. Nielsen (Thermae, fig. 83) y placent au contraire une sudatio dont tant la liaison directe avec le frigidarium que le mode de chauffage restreint seraient pour le moins surprenants : sans doute cette analyse repose-t-elle sur une importance excessive accordée au plan de la pièce.

125 D. Krencker ne la compte pas au nombre des locaux chauffés (cf. ici pl. XXIV-1). H. Mirick (p. 123-124) y signale un hypocauste mais souligne l’absence de foyer, ce qui parait inexact au vu de l’ouverture qui perce le mur méridional et dont on voit mal de quoi il pourrait s’agir, si ce n’est du passage d’un four. Sur ce point, il paraît donc préférable de suivre M. de Franceschini, qui identifie la salle à un tepidarium chauffé par un foyer (p. 274). I. Nielsen (Thermae, fig. 83), la considère comme un vestiaire chauffé : il faudrait alors faire équivaloir la tholos à I-V.

126 H. Mirick ne signale pas d’hypocauste, contrairement à M. de Franceschini, mais ce dernier auteur mentionne aussi une paroi chauffante qui n’existe pas (p. 277278). De même, c’est à tort qu’elle pense que le secteur chauffé s’étendait vers l’Ouest (p. 279 : pseudo-caldarium 32, qui n’est en fait qu’une partie du couloir de service).

127 Les informations réunies par M. de Franceschini (ibid., p. 189-192) ne peuvent être utilisées qu’avec précaution. Ainsi, la pièce 10-11 n’a pas conservé, dans la maçonnerie de ses murs, des crochets destinés à fixer un revêtement de marbre : ces éléments sont en fer et signalent une paroi chauffante ; les locaux 12 et 15 n’existent pas, et ne sauraient donc avoir été installés sur hypocauste ; 14 n’est pas une pièce chauffée ; 9 n’est pas une petite pièce dont la suspensura se serait écroulée, mais un praefurnium dont le sol est au même niveau que le fond de l’hypocauste.

128 Rebuffat, Thamusida, II, p. 179 : l’auteur propose de construire une classification « en dissociant entièrement les deux concepts de plan des salles, et d’itinéraire du baigneur... »

129 Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 177-181.

130 Rebuffat, Thamusida, II, p. 180.

131 R. Rebuffat (Thamusida, II, p. 180) ne retient que la première disposition. C’est pourquoi il place les thermes sous la maison à la citerne de Volubilis et les grands thermes de l’Ouest à Banasa, bâtiments où le virage s’effectue au sein même du secteur chauffé, dans la catégorie des plans circulaires. L’existence d’un angle unique ne nous paraît pas suffisante pour justifier un tel classement. Il nous semble que nous sommes toujours dans le cadre des plans orthogonaux.

132 Nous assimilons le plan symétrique à celui des thermes dits impériaux, qui implique un itinéraire également symétrique. Nous laissons donc de côté, du moins pour le moment, les cas exceptionnels où la symétrie du plan repose sur le dédoublement d’une partie différente du bâtiment, concernant par exemple le caldarium ou le frigidarium, ce qui aboutit à une disparition, ou du moins un affaiblissement de l’axe majeur (Thermen mit Verdoppe lung einzelner Abschnitte et Thermen mit einer inneren Gabelung des Weges de D. Krencker).

133 Sur cette définition du plan semi-symétrique, cf. Broise, Thébert, Thermes memmiens, p. 401.

134 Même si l’Histoire Auguste est toujours d’utilisation difficile, ce passage paraît cependant impliquer d’importants travaux : Opera veterum principum instauravit, ipse nova constituit, in his thermas nominis sui iuxta eas quae Neronianae fuerunt (SHA, 25, 3-4). Les thermae Alexandrianae sont donc placées dans les nouvelles constructions de l’Empereur, reconstruction mais aussi extension des thermae Neronianae dont même le nom est effacé.
Sur cette politique édilitaire d’Alexandre Sévère, cf. F. Coarelli, La situazione edilizia di Roma sotto Severo Alessandro, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire, Actes du colloque de Rome, 8-12 mai 1985, collection de l’EFR, 96, 1987, p. 429-456, en particulier p. 430-433 sur le contexte politique et la place des thermes dans cette activité de construction, ou p. 439 sq. sur la fiabilité de l’Histoire Auguste en ce qui concerne cette question.

135 G. Ghini, Terme Neroniano-Alessandrine, dans LSA, 6-2, 1985, p. 395-399.

136 Sur ces palestres et leur similitude avec celles des gymnases grecs, cf. Krencker, Trierer Kaiserthermen, p. 264-265.

137 F. Coarelli, Roma, 1, p. 203 (pl. XXX-3). Inversement, il est clair que la Domus Aurea se compose de deux parties distinctes, et que son secteur occidental, proche des thermes, pourrait être la Domus Titi (Id., ibid., p. 203) : les thermes en feraient alors partie (cf. un résumé de la question dans Nielsen, Thermae, p. 46-47). Une autre solution apparaît cependant bien plus satisfaisante. Le contraste indubitable entre les parties orientale et occidentale de la Domus Aurea pourrait s’expliquer par le fait que cette dernière serait une aile de la Domus Transitoria, transformée en Domus Titi à la suite de travaux ultérieurs. Dès lors, les bains appartiendraient effectivement au règne de Néron (F. Coarelli, Roma, 2, p. 201).

138 Nielsen, Thermae, p. 47-48.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540