Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Première partie. Un pôle régional du Maghreb. La construction contestée d’une domination territoriale

Chapitre 3. Échanges et espaces économiques intérieurs

Texte intégral

  • 1 Du moins nous n’avons pas trace d’initiative d’ordre économique dans les campagnes ou les villes d (...)

1Si le territoire sur lequel Bougie exerce sa domination politique pose des problèmes en raison de son caractère fluctuant, il nous est tout de même relativement bien connu par les chroniques. L’espace économique est en revanche beaucoup plus délicat à définir. Entendons par là les régions touchées par le rayonnement commercial de la ville et qui comprennent non seulement l’arrière-pays immédiat du port, mais aussi les zones auxquelles ce dernier est relié par des itinéraires terrestres. Il est moins le résultat de décisions politiques que de courants d’échanges à plus ou moins grand rayon, qui peuvent se modifier, se rétracter, voire disparaître. Le pouvoir agit pourtant sur l’espace économique, par le contrôle des routes, des débouchés commerciaux ou encore par le prélèvement fiscal, même s’il est très difficile de déceler une « politique économique » à proprement parler dans l’arrière-pays. Si elle existe, elle se limite à assurer la sécurité sur les routes et d’une manière générale à réprimer le brigandage1. Enfin il faut préciser que l’aire commerciale de Bougie vers l’intérieur s’étend plus ou moins selon les produits. Certains se déplacent sur de faibles distances (denrées périssables, ou de faible prix) alors que d’autres font l’objet d’un commerce plus lointain, dépassant l’aire d’influence politique de Bougie (c’est en particulier le cas du commerce saharien).

2Pour définir cet espace économique et commercial le mieux est de partir des routes, qui irriguent cet espace et délimitent les zones mises en contact avec le port, susceptibles par conséquent de constituer son hinterland. Ce « pays de Bougie » offre des conditions naturelles et humaines relativement favorables et variées. Le port apparaît dès lors comme un débouché potentiel pour des productions très diverses, auxquelles il faut ajouter les ressources provenant de la zone sub-saharienne.

I – BOUGIE, DÉBOUCHÉ D’UN RÉSEAU DE ROUTES TERRESTRES

  • 2 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. (modifiée), p. 166.
  • 3 Même si les contraintes du relief (mais aussi du climat avec un enneigement de certaines régions) (...)
  • 4 Voir sur ces routes l’étude fouillée de M. Forstner, Das Wegenetz des Zentralen Maghreb in islamis (...)

3« De nos jours, Bougie est la ville du Maghreb central. C’est la capitale du pays des Banū Ḥammād. Les vaisseaux y abordent, les caravanes s’y rendent, les marchandises y sont acheminées par terre et par mer. [...] Les marchands de cette ville sont en relation avec ceux du Maghreb occidental, ainsi qu’avec ceux du Sahara et de l’Orient2 ». C’est ainsi qu’al-Idrīsī, au milieu du xiie siècle, souligne la place de Bougie dans les réseaux routiers et commerciaux. Il dresse un tableau détaillé des itinéraires qui peuvent mener au port à la fin de l’époque hammadide et, d’une manière générale, des réseaux routiers maghrébins. Pour les époques plus tardives nous ne disposons malheureusement plus de description aussi précise et les renseignements deviennent très partiels. Il serait naïf de penser que les itinéraires ne se sont pas modifiés avec le temps3, mais ce dispositif présenté par al-Idrīsī peut au moins être considéré comme un point de départ4.

  • 5 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.
  • 6 Id., texte p. 98, trad. p. 153.
  • 7 Id., texte p. 145, trad. p. 186.
  • 8 Īğān dans l’édition de Hadj Sadok. Le lieu est aujourd’hui occupé par un cimetière connu sous le n (...)
  • 9 Mohamed Talbi parle cependant, à propos d’une bataille entre Aghlabides et Fatimides en 296/908, d (...)
  • 10 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.
  • 11 Soit en décrivant la route qui les relie soit, plus simplement, en indiquant la distance entre les (...)
  • 12 Al-Idrīsī, p. 165.
  • 13 Ibid., p. 167.
  • 14 Ibid., p. 172.
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 178.
  • 17 Ibid., p. 194.
  • 18 Ibid., p. 195.
  • 19 Ibid., texte p. 116, trad. p. 165. Quand al-Idrīsī donne la liste des localités du Maghreb central (...)

4Avant de dresser cette carte des routes, il n’est pas inintéressant de regarder, dans le texte d’al-Idrīsī, quelles sont les villes que cet auteur met explicitement en relation avec Bougie. Il nous dit que « la ville de Bougie est un pôle [quṭb] pour de nombreuses localités5 ». Il utilise également ce mot à propos de Fès (pour le Maghreb occidental)6 et de Mahdia (pour l’Ifrīqiya)7. Dans le partage en trois régions du Maghreb, il assigne donc à Bougie une aire d’influence, qu’il définit ainsi par une série de localités gravitant autour de ce pôle : It.kğān8 (Kharbat al-Kilāb, El Kherba), Balazma (Bélezma), Sétif, Bāġāya (Baġhaï), Qal’a Bišr (au sud de Tolga), Tīfāš (Tiffech), Guelma, Tébessa, Dūr Madyan (site non localisé9), Kasserine, Tobna10. Cette liste est un peu disparate et ne manque pas de surprendre. Al-Idrīsī y place aussi bien des villes importantes et éloignées comme Baghaï que des bourgades proches mais mineures, comme It.kğān ou Bélezma. Mais cet en semble n’en définit pas moins un espace de rayonnement de la ville. Cette liste doit être complétée avec les localités qu’al-Idrīsī met directement en relation avec Bougie11. Ces villes plus importantes, que l’on pourrait qualifier de pôles secondaires, structurent véritablement l’espace : à celles déjà citées il faut ajouter Dellys12, la Qal’a des Banū Hammād13, Constantine14, Jijel15, Bône16, Lorbeus17 et Mağğāna18. La carte obtenue montre deux faisceaux, de part et d’autre du massif de l’Aurès : le premier en direction de l’est, le second en direction du sud. On est surpris en revanche par l’absence de liens directs avec les villes de l’Ouest. Seule Dellys est mentionnée, mais surtout parce qu’elle est la première étape importante de la route littorale vers l’ouest. Cela ne signifie pas bien sûr que Bougie n’entretient pas également des relations dans cette direction. Al-Idrīsī lui-même dit qu’elle est la ville du Maghreb central (« madīnat al-Maġrib al-awsaṭ »), ce qui suppose un rayonnement également vers Alger19. Mais il n’en montre pas moins une double orientation très nette, d’une part vers les régions orientales et d’autre part vers le sud.

  • 20 La route commence par remonter le cours de la Soummam par al-Maḍīq (Le Défilé), Sūq al-Aḥad, Wādī (...)
  • 21 Les localités situées sur l’itinéraire Constantine-Bougie sont souvent difficiles à situer : la ro (...)
  • 22 Ibid., p. 177-178.
  • 23 Certains axes naturels (vallées, cols) sont privilégiés. Ce sont d’ailleurs souvent les axes empru (...)
  • 24 Al-Idrīsī, trad. p. 167-168.
  • 25 Il est également signalé par Ibn Khaldūn, Berbères, III, p. 405, qui situe cette bourgade dans la (...)
  • 26 Yaḥyā b. Khaldūn parle d’un lieu nommé al-Arb’ā’ dans la vallée de la Soummam, où se déroule en 72 (...)

5Les routes connues avec la plus grande précision sont celles que nous pourrions qualifier de locales et qui relient Bougie à son arrière-pays immédiat. L’identification de tous les toponymes n’est pas toujours facile, comme souvent quand al-Idrīsī cite des villages qui ont parfois depuis disparu ou changé de nom. Malgré tout, les itinéraires sont assez clairs. Al-Idrīsī décrit avec précision deux routes intérieures qui, de Bougie, mènent à la Qal’a20 et à Constantine21. Il donne également les étapes de la route littorale, pour les voyages par terre ou par mer22. D’autres itinéraires existaient, mais sont mal connus. Al-Idrīsī signale simplement la distance qui sépare Bougie de certaines villes ou bourgades comme Sétif ou Bélezma, suggérant l’existence de relations, mais sans donner avec précision les itinéraires23. Enfin près de Bougie plusieurs marchés hebdomadaires ou permanents, souvent mal localisés, pouvaient drainer les produits des campagnes, sans doute grâce à un réseau secondaire24 : Sūq al-Hamīs (marché du jeudi)25, Sūq al-Ahad (marché du dimanche), Tiklat (où se tient un marché permanent), Ḥiṣn Bakr et un peu plus loin, sur la route de la Qal’a, Sū q al-Hamīs (El Khemis, dans les Bibans), Sūq al-Iṯnayn (marché du lundi)26.

Carte 7 – Bougie pole du Maghreb central (villes reliées a Bougie par Idrīsī.).

  • 27 St. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger, 1911, rééd., Alger, 1997, feuille 6, signale s (...)

6Globalement le réseau routier est surtout dense en Petite Kabylie. À l’ouest en revanche, les itinéraires ne pénètrent pas à l’intérieur de la Grande Kabylie, mais passent au contraire soit au nord (par la côte), soit au sud, en suivant le piémont du Tell. Al-Idrīsī ne signale pas en particulier la route qui, partant de Tiklat, traverse les montagnes vers l’ouest, qui a pourtant été un axe important à certaines époques27. De même on pourrait s’attendre à trouver un axe de circulation dans la dépression qui va de Bougie à Médéa, par la Soummam et Bouira. Là encore les montagnes à l’ouest de Bougie, celles de Grande Kabylie, ne semblent guère touchées par le rayonnement de la ville.

7Passé cet arrière-pays immédiat, Bougie est reliée à des régions plus lointaines, au Maghreb et au-delà.

Carte 8 – Itinéraires terrestres d’après al-Idrīsī

  • 28 Al-Idrīsī, trad. p. 161-162.
  • 29 Sur les réseaux routiers avant la fondation de Bougie, voir Cl. Vanacker, « Géographie économique (...)
  • 30 Al-Idrīsī écrit que Tlemcen est le verrou du Maghreb occidental et le passage obligé pour qui veut (...)
  • 31 Ibid., p. 159-160.
  • 32 Ibid., p. 164-165.

8Vers l’ouest deux routes relient Bougie au Maghreb central et occidental. La première, ancienne, passe par le sud28. C’est celle des vieilles capitales29, qui relie la Qal’a, M’sila, Ashīr, Tahert, pour ensuite rejoindre par Tlemcen30 le Maroc et éventuellement, au-delà du détroit de Gibraltar, al-Andalus. De cet axe part, au niveau d’Ashīr, une bretelle qui remonte au nord vers Miliana et la vallée du Chélif31. Cet itinéraire méridional nécessite donc de rejoindre d’abord la région de la Qal’a. La seconde route relie par la côte les différents ports, jusqu’à Ceuta32.

  • 33 Ibid., p. 177-178, 206-208, 210.

9En direction de l’est, le voyageur a également la possibilité de suivre la côte ou de prendre par l’intérieur. La route littorale est le prolongement de celle qui mène de Ceuta à Bougie et conduit jusqu’à Tunis, les ports du Sahel et au-delà jusqu’à Tripoli et l’Égypte33. Par l’intérieur, le réseau routier est beaucoup plus dense qu’à l’ouest. Il facilite les relations avec les plaines d’Ifrīqiya et toutes les villes actives de cette région : les ports, bien sûr (Mahdia, Tunis, Sousse...), mais aussi les centres de l’intérieur comme Kairouan, Kasserine, Lorbeus (al-Urbus) et du sud (Tozeur, Gafsa).

  • 34 Ibid., p. 198.
  • 35 Ibid., p. 167, 169-170.
  • 36 É. Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes. XI, L’Afrique septentrionale, (...)
  • 37 Cf. infra p. 228-237 sur le commerce saharien.

10Vers le sud enfin s’ouvrent les routes qui donnent accès au Sahara et à l’Afrique noire. Al-Idrīsī dit que M’sila est distante de Ouargla de 12 jours, mais sans préciser l’itinéraire34. Celui-ci cependant est assez simple à définir, dans la mesure où les contraintes naturelles (relief, eau) ne laissent guère de choix : il faut passer par le Zāb et Biskra, pour ensuite rejoindre Ouargla35. En effet l’accès au Sahara est bloqué par les hautes montagnes de l’Atlas saharien (monts du Zāb et Aurès) et le passage le plus facile se fait par Biskra. La route passe donc par le piémont du Hodna, (M’sila, Magra/Maqqara, Tobna), puis dans le couloir de Biskra. Après cette ville, le problème n’est plus le relief mais l’eau. Les caravanes sont alors obligées d’emprunter au sud la route qui mène à Ouargla, par Touggourt. Cette voie en effet est jalonnée par une série d’oasis alimentées en eau par des puits artésiens et surtout par le cours souterrain de l’oued Righ36. Au-delà de Ouargla, des routes mènent à travers le Sahara vers le pays des Noirs37.

11Ces routes d’al-Idrīsī placent donc Bougie au débouché d’un réseau s’étendant dans plusieurs directions. Mais que de telles routes existent ne signifie pas qu’elles ont toutes la même importance, en particulier économique. Surtout, il faut chercher à comprendre comment elles ont évolué après le xiie siècle. Les itinéraires ne sont jamais figés et leur vie dépend des échanges effectifs (d’hommes, de biens et d’idées), donc du plus ou moins grand dynamisme des pôles structurant ces réseaux. Le trafic dépend également de la possibilité réelle de circuler et donc de la sécurité qui pouvait être garantie au voyageur.

  • 38 Cf. S. M’ghirbi, Les Voyageurs de l’Occident musulman du xiie au xive siècle, Tunis, 1996, p. 37-4 (...)
  • 39 Ces deux quêtes ne sont cependant pas contradictoires.
  • 40 Ce nom n’est pas connu des géographes arabes. Cf. W. Hoenerbach, Das nordafrikanische Itinerar des (...)
  • 41 Al-’Abdarī, Riḥla al-Maġribiyya, trad. A. Cherbonneau, « Notice et extrait du voyage d’el-Abdery » (...)
  • 42 Ibn Battūta, p. 377-383.
  • 43 M’ghirbi, op. cit., p. 39.
  • 44 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Rawd al-bāsim fī ḥawādit al-’umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deu (...)

12Pour cela on peut avoir recours aux descriptions géographiques plus tardives, telles celles du Kitāb al-Istibṣār, d’al-Zuhrī, d’al-Ḥimyarī ou de Yaqūt. Mais ces auteurs ont tendance à se recopier et leurs informations sont par conséquent difficiles à dater. Il est donc plus intéressant de suivre les itinéraires des voyageurs qui parcourent le Maghreb38. La perspective est sans doute un peu faussée dans la mesure où ces textes – les Riḥla-s – montrent des hommes en quête de savoir plus que de profit commercial39, mais ces itinéraires sont tout de même une bonne indication des grands axes de circulation. Al-’Abdarī, qui part en 688/1289-90, passe par Tlemcen, Bougie, Banū Ourar40, Mila, Constantine, Bône, Béja, Tunis, Kairouan, Gabès et Tripoli, puis gagne Alexandrie ; au retour il longe la côte de Sfax à Tunis, puis rejoint Bougie par Béja et Constantine et poursuit par Miliana, Oran, Fès et Meknes41. Au siècle suivant, Ibn Battūta part en 725/1324-5 de Tanger, passe par Tlemcen, Miliana, Alger, Mitidja, Bougie, Constantine, Bône, Tunis, puis il suit la côte jusqu’à Alexandrie42. À la même époque, al-Balawī part d’Almeria en 736/ 1335-6, passe par Tlemcen, Alger, Bougie, Constantine, Bône, avant d’arriver à Tunis et de s’embarquer à Mahdia pour Alexandrie ; au retour il prend la mer à Tunis pour Almeria43. ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl enfin, parti en 868/1464 de Tunis avec une caravane qui se dirige vers l’ouest, passe par Béja, Bône, Constantine, puis de Bougie va à Alger et de là rejoint Tlemcen par la vallée du Chélif44.

  • 45 Cf. supra sur le Zāb p. 137-141.

13De ces textes, qui renseignent surtout sur les routes est-ouest, on peut retenir l’abandon de l’axe qui longe le piémont du Tell. Les itinéraires se déplacent vers le nord, pour relier les villes désormais importantes de la région. Pour autant ce n’est pas une route purement côtière qui domine. La plupart de ces voyageurs (avec des nuances de l’un à l’autre) suivent un itinéraire qui à l’ouest passe par Alger, Miliana et Tlemcen, et à l’est par Constantine et Bône. Cela peut s’expliquer d’une part par l’importance (notamment intellectuelle) de villes de l’intérieur comme Tlemcen ou Constantine, mais aussi par le risque que présentait la côte en raison des pirates chrétiens, dont les razzias n’étant pas rares. La nature de ces textes ne permet pas de voir en revanche ce que sont devenues les routes qui reliaient, dans la description d’al-Idrīsī, Bougie à la Petite Kabylie et aux débouchés sahariens. Pourtant il ne fait pas de doute que l’axe du Zāb restait de première importance, comme le montrent les efforts constants de Bougie pour garder le contrôle de cette zone45.

14La question qui se pose cependant est de savoir si ce réseau de routes intérieures était praticable et sûr. Autrement dit si Bougie pouvait, dans de bonnes conditions, drainer les richesses de l’arrière-pays et des régions plus lointaines. Les textes, avec une grande unanimité, dénoncent les méfaits des Arabes nomades sur les routes et l’insécurité qui y régnait. Le problème de l’interprétation des données concernant les bédouins nomades se pose donc à nouveau.

  • 46 Fatwa d’Al-Suyūrī (Kairouan, mort en 460/1067). Analyse dans V. Lagardère, Histoire et société en (...)
  • 47 Fatwa d’Al-Lahmī (Kairouan, mort en 478/1085). Analyse ibid., p. 29.
  • 48 Berbères, I, p. 37.
  • 49 Ibid., II, p. 330-331.
  • 50 M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècle), Paris, 1986, p (...)
  • 51 Ibn Baṭṭūṭa, p. 378. Jean Poncet affirme (pour le xie siècle) que les Arabes ne furent pas pour gr (...)
  • 52 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 38.

15Les dénonciations sont nombreuses et concordantes pour souligner que l’arrivée des Hilaliens a provoqué un accroissement de l’insécurité sur les routes. Dès les débuts de leur présence en Ifrīqiya, les fatwa-s qui évoquent ce problème se multiplient. Plusieurs d’entre elles en particulier concernent l’obligation du pèlerinage à La Mecque. Certaines autorisent les pèlerins à prendre la mer, même sur des bateaux d’infidèles, car la voie de terre est impraticable46, lorsque d’autres vont jusqu’à affirmer que dans ce contexte l’obligation du pèlerinage ne peut être maintenue47. Chronologiquement ces fatwa-s apparaissent clairement après l’arrivée des Arabes hilaliens en Ifrīqiya. Ibn Khaldūn, plusieurs siècles après, établit encore un lien entre l’arrivée de ces nouvelles migrations et l’accroissement de l’insécurité des routes : « Tous ces événements ébranlèrent profondément la prospérité de l’Ifrīqiya ; la dévastation s’étendit partout, et une foule de brigands interceptaient les routes et dépouillaient les voyageurs48 ». La protection des voyageurs devient une des priorités du pouvoir, comme le montrent les conseils donnés par le sultan Abū Zakariyā’ à son fils et héritier le gouverneur de Bougie Abū Yahyā Zakariyā’ : il lui recommande, dans une sorte de traité du bon gouvernement, de combattre pour la défense des musulmans et de veiller à la sécurité des routes49. Cet état d’insécurité ne cessa pas pour autant. Les fatwa-s plus tardives, comme les récits de voyages, formulent les mêmes plaintes contre les pillards de caravanes. Ainsi al-Balawī décrit-il la route entre Hunayn et Tunis comme très peu sûre, et sa caravane est entièrement dépouillée entre Bône et la capitale hafside50. De même Ibn Battūta raconte qu’avant de prendre à Bougie la route de Constantine quelqu’un lui conseilla de se défaire de ses bagages encombrants : « peu chargé, je pourrais les accompagner et nous forcerions le train, craignant en route une attaque perfide des bédouins51 ». Une fatwa tunisoise de ‘Umrānī, postérieure à l’époque d’Abū ‘Inān (mi-xive siècle), affirme que « la plupart de nos maîtres, de leurs maîtres et des maîtres de ces derniers, beaucoup de savants et de dévots n’ont pas accompli le pèlerinage » et il ajoute que « seuls s’en acquittent aujourd’hui ceux qui ne possèdent rien et mendient sur la route52 ».

Carte 9 – Les itinéraires des riḥla-s (xiiie-xve siècle).

  • 53 Cf. supra p. 43-44, sur la fondation de la ville.
  • 54 Al-Idrīsī le constate pour le milieu du xiie siècle : sur la route entre Gabès et Tripoli « toutes (...)

16Sans doute faut-il nuancer selon les régions. Près de Bougie les Arabes ne s’approchent pas, en raison d’un relief difficile53, mais aussi certainement de la proximité du pouvoir et de l’armée. En revanche dans les régions plus éloignées l’insécurité est grande, comme dans le sud, mais aussi dans le désert libyen54. Dans ce dernier cas, les conséquences sont importantes, car il devient difficile, par terre, de relier l’Ifrīqiya à l’Orient, et notamment à l’Égypte, ce qui oblige à se tourner vers le transport maritime.

  • 55 M. Brett, « Ifrīqiya as a Market for Saharan Trade from the Tenth to the Twelfth Century A.D. », J (...)
  • 56 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 38.
  • 57 Analyse ibid., p. 145.

17Les textes sont donc unanimes pour dénoncer les méfaits des Arabes nomades sur les routes. Pourtant il serait erroné d’imaginer des bandes de pillards désordonnées annihilant toute possibilité de commerce55. Tel n’était d’ailleurs pas l’intérêt des nomades. Au contraire ces derniers avaient besoin de ce trafic pour exercer un prélèvement. Les marchands continuent donc à circuler, se groupant en caravanes puissantes, protégées par des hommes armés. La fatwa de ‘Umrānī citée plus haut parle de caravanes de pèlerins de plus de 20 000 hommes et cavaliers et ajoute que la sécurité était assurée par un homme nommé ġafīr (garde), payé par le sultan, les pèlerins ou d’autres56. Mais le plus souvent la sécurité des caravanes était assurée par les tribus locales elles-mêmes, contre rétribution. L’objectif était donc davantage d’opérer un prélèvement pour prix de leur protection (ou de leur non-agression). Une fatwa de Qāsim al-’Uqbānī de Tlemcen (mort en 830/1427) dit ainsi que l’escorteur d’une caravane peut se faire rembourser par les marchands des sommes qu’il a versées aux pillards pour qu’ils laissent passer la caravane57. Les tribus arabes ne constituaient donc pas un frein absolu au déplacement des hommes et des richesses. Tout au plus occasionnent-elles un surcoût pour le transport. Mais était-il plus lourd que les droits divers imposés par l’État ou les villes sur le commerce intérieur ? Il est par ailleurs probable, bien que les textes n’en parlent guère, que les Arabes nomades ont eux-mêmes pratiqué le grand commerce, au moins dans les régions méridionales, et bien sûr dans le désert.

18En définitive il est incontestable que l’arrivée des nomades arabes a entraîné des changements et des perturbations sur les routes. Passé cependant le premier choc dans la seconde moitié du xie siècle un nouvel équilibre dut se mettre en place. Certaines routes ont souffert durablement, comme celle reliant l’Ifrīqiya à l’Égypte. Ailleurs, et en particulier dans la province de Bougie, l’interprétation doit être plus prudente. L’arrière-pays immédiat de Bougie n’a pas été touché par ce problème. Dans les régions plus périphériques, la présence des Arabes nomades a eu pour conséquence un surcoût des transports terrestres. En revanche il n’est pas évident qu’elle a provoqué une diminution significative de ce commerce et un cloisonnement économique accru.

19En dépit des contraintes que font peser sur les échanges intérieurs les conditions naturelles (relief et climat) ou humaines (insécurité), ces itinéraires dessinent bien un espace de rayonnement économique et commercial de Bougie et permettent surtout de situer le port par rapport aux réseaux routiers de l’intérieur. Bougie regarde assez nettement vers l’est, la Petite Kabylie, et les régions plus méridionales du Zāb qui donnent accès à une des routes du Sahara. À l’ouest en revanche seul l’itinéraire côtier semble avoir gardé une réelle importance à partir du xiie siècle, alors que les régions intérieures ne regardent pas vers Bougie.

II – MILIEU NATUREL ET OCCUPATION HUMAINE

  • 58 Les géographes coloniaux ont illustré parfaitement, parfois jusqu’à la caricature, l’équation « mi (...)

20Grâce à ce réseau de routes, Bougie peut drainer une partie des productions de son arrière-pays. Certes, il ne faut pas exagérer l’impact de ce commerce intérieur sur l’activité portuaire. Seule une petite partie des productions arrive dans le port. Et une partie encore plus infime fait l’objet d’un commerce maritime. Néanmoins pour apprécier les atouts de la ville, il faut avoir une idée de ce que le « pays de Bougie » pouvait produire et quel marché de consommation il pouvait constituer. Pour cela une présentation du pays et des hommes est nécessaire, non pour rechercher un quelconque déterminisme géographique58, mais simplement pour apprécier les potentialités économiques – en particulier agricoles – de la région. Celle-ci ne présente pas d’originalité particulière à l’échelle de la Méditerranée et offre donc des caractères assez répandus, sans doute assez proches de ce que le pays nous montre aujourd’hui : importance des montagnes et passage progressif d’un climat méditerranéen à un climat semi-désertique, puis désertique. La question du potentiel démographique pose en revanche davantage de problèmes à l’historien.

1) Un pays de montagnes

  • 59 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, 1re édition, Par (...)
  • 60 J. R. Mc Neill, The Mountains of the Mediterranean World, Cambridge, 1992, p. 86. Plus généralemen (...)

21La zone d’influence de Bougie couvre essentiellement la Petite Kabylie, où la montagne s’étend profondément vers le sud, sur environ 200 km. Une telle situation n’est pas rare dans le monde méditerranéen, où les régions les plus dynamiques et peuplées sont souvent montagneuses59. Il est même possible qu’au Moyen Âge elles aient connu un essor particulier60.

  • 61 Cf. supra carte p. 36. Bernard, op. cit., p. 33 ; É.-F. Gautier, « Le cadre géographique de l’hist (...)

22Le pays est traditionnellement divisé par les géographes en trois bandes parallèles, du nord au sud : l’Atlas tellien, les Hauts Plateaux, et l’Atlas saharien61.

  • 62 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 46.
  • 63 Bernard, op. cit., p. 56.
  • 64 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 73-74.
  • 65 Ibid., p. 80. On peut supposer qu’une partie des pentes était aménagée en terrasses propres à accu (...)
  • 66 La rivière ne prend ce nom qu’à partir d’Akbou, quand elle reçoit les eaux de son affluent l’oued (...)
  • 67 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 49. Passé la région de Médéa, on retrouve à l’ouest un gr (...)
  • 68 Cf. J. Fontaine, Villages kabyles et nouveau réseau urbain en Algérie. Le cas de la région de Beja (...)
  • 69 Environ 1,5 km de large peu avant Bougie.

23L’Atlas tellien correspond à la Petite et à la Grande Kabylie et est composé de plusieurs chaînes montagneuses parallèles ou obliques comme le Djurdjura à l’ouest ou le djebel Babor à l’est62. Les sols du Tell sont en général assez pauvres63 en sorte que, si l’on peut trouver des terres à blé ou des pâturages sur les pentes protégés de l’érosion ou sur les petits plateaux, ailleurs le sol devient caillouteux et peu cultivable64. C’est donc un milieu fragile, qui nécessite un entretien régulier du tissu végétal (en particulier forestier)65. Les seules plaines importantes sont éloignées de Bougie, avec la Mitidja à l’ouest et la plaine de Bône à l’est. Bougie est cependant le débouché de la vallée la plus importante de la région, celle de la Soummam66, qui coule d’ouest en est et sépare la Petite et la Grande Kabylie. Cette vallée se prolonge à l’ouest par un grand sillon synclinal qui se creuse jusqu’à Berrouaghia (au sud d’Alger)67. C’est le principal axe de communication facile dans une région globalement très cloisonnée68. C’est aussi une vallée relativement large69 et riche en alluvions, grâce aux nombreuses rivières et ruisseaux venant des montagnes voisines dont elle reçoit les eaux.

  • 70 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 65.
  • 71 J. Despois, « La bordure saharienne de l’Algérie orientale », RA, 86, 1942, p. 199. Élisée Reclus (...)
  • 72 Bernard, op. cit., p. 54.
  • 73 Despois, « La bordure saharienne », art. cité, p. 197-219.

24Au sud du Tell s’étendent les Hauts Plateaux, occupés par des bassins fermés. Le plus important, le Chott al-Hodna (à 400 m d’altitude), reçoit une partie des eaux venant du nord de la chaîne des Bibans et des hautes plaines constantinoises70. Ces rivières permettent des îlots de culture intensive comme à M’sila, N’Gaous ou Magra71, mais elles ont surtout tendance à se perdre dans ce bassin fermé et salé72. En dépit de ces îlots cultivés, le Hodna marque donc le début du domaine steppique73.

25Enfin, plus au sud, le Zāb et surtout l’Aurès constituent une barrière montagneuse parfois élevée, que traverse la trouée de Biskra.

2) De la mer au désert : des climats contrastés

  • 74 Jacques Fontaine parle de « bioclimat méditerranéen à dominante humide ». Fontaine, Villages kabyl (...)

26La Kabylie est marquée par un climat méditerranéen de montagne, avec de fortes précipitations, et en hiver par l’importance de la neige dans les parties les plus élevées74.

  • 75 Les variations vont parfois du simple au triple. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 18.
  • 76 Al-Gubrīnī, p. 151. Cf. É. Dermenghem, « Al-Hirrālī. Un çoufi du xiiie siècle, érudit, métaphysici (...)
  • 77 F. Kasdi, H. Nait Benali, Diagnostic de la culture de l’olivier dans la partie occidentale (périph (...)
  • 78 Bernard, op. cit., p. 51-52.
  • 79 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p.22
  • 80 Y a-t-il eu des barrages pour conserver cette eau pour les périodes d’été ? Ce n’est pas impossibl (...)
  • 81 Laurent-Charles Féraud signale des restes de rigoles et de canaux construits pour assainir et assé (...)

27Les caractéristiques principales sont celles que l’on connaît dans le reste du bassin méditerranéen : des étés chauds et secs, et des pluies réparties le reste de l’année. La présence de montagnes permet cependant aux précipitations d’être exceptionnellement abondantes, ce qui en fait une des régions les plus arrosées du Maghreb, bénéficiant donc de ressources en eau importantes. Mais ce qui est le plus caractéristique, au-delà des chiffres globaux de précipitations, est l’extrême irrégularité des pluies dans l’année et surtout d’une année à l’autre75. Comme dans tous les pays méditerranéens, en particulier sur la rive africaine, il n’est pas exceptionnel de devoir affronter des années de sécheresse, dont on trouve parfois trace dans les textes. Parmi les miracles (karāmāt) de Hirrālī (mort en 638/1240) rapportés par al-Gubrīnī, il est ainsi question d’une période de grave sécheresse à Bougie. L’eau atteint alors des prix excessifs et le saint homme en distribue aux pauvres, ce qui provoque la colère de sa femme, connue pour son caractère difficile. Finalement il annonce la venue de la pluie, qui ne tarde pas à tomber sur la ville76. Ces périodes de sécheresse peuvent être aggravées par le siroco, qui souffle dans la région de 20 à 27 jours par an en moyenne77 et qui, s’il arrive trop tôt, dessèche les épis sur pied. À l’inverse, des pluies violentes pouvaient causer de graves dommages par l’inondation des vallées et le ravinement des pentes patiemment mises en culture78. Surtout, la terre n’a pas le temps de boire toute cette eau, qui se perd par évaporation. Le résultat est que l’étiage des rivières est très bas en été, alors qu’on assiste parfois à des crues spectaculaires en hiver et au printemps79. Dès lors l’irrigation est difficile dans la mesure où le niveau des cours d’eau est au plus bas quand il faut irriguer les terres80. De même se pose le problème de l’inondation des basses terres, en particulier à proximité du littoral. Les descriptions faites au début de la période coloniale font état de marais au débouché de la Soummam. Mais il semble qu’à l’époque médiévale des canaux permettaient de drainer cette plaine81.

  • 82 D’après P. Seltzer, Le Climat de l’Algérie, Alger, 1945, p. 24, 32. Ces données résultent de relev (...)

Tableau 1. DONNÉES MÉTÉOROLOGIQUES À BOUGIE ET CONSTANTINE82

Tableau 1. DONNÉES MÉTÉOROLOGIQUES À BOUGIE ET CONSTANTINE82
  • 83 Jijel reçoit 1204 mm, et Collo 1002 mm. Seltzer, op. cit., p. 132.
  • 84 Dans la vallée de la Soummam : Sidi Aïch, 669 mm, Akbou, 498 mm. Ibid., p. 137.
  • 85 Fontaine, Villages kabyles, op. cit., p. 10.
  • 86 La neige persiste deux ou trois semaines par an sur les principaux massifs d’Algérie. Despois, L’A (...)
  • 87 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 10-11.

28Ces deux tableaux montrent un climat méditerranéen classique, mais avec des nuances assez fortes entre les deux villes : Bougie, comme les autres sites de la côte, reçoit des précipitations abondantes (972 mm, contre 552,5 pour Constantine)83. D’une manière plus générale les précipitations diminuent sensiblement vers l’intérieur, au moins pour les stations de faible altitude84. Les régions élevées reçoivent plus de pluie, alimentant ainsi les cours d’eau et les réserves aquifères85, mais sont également exposées aux chutes de neige, qui peuvent occasionnellement gêner les communications en hiver86. Quant aux températures, elles sont aussi caractéristiques de la zone méditerranéenne, avec de plus fortes amplitudes dans l’intérieur87.

  • 88 Ibid., p. 16, 98.
  • 89 Ibid., p. 17.
  • 90 Le climat y est plus nettement continental, avec des hivers rigoureux et des étés très chauds. Ibi (...)
  • 91 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 20, Bernard, op. cit., p. 54.

29La situation change à proximité des régions steppiques du Sud. Les Hautes Plaines sont beaucoup plus sèches, ne recevant qu’entre 150 et 350 mm d’eau par an, avec une irrégularité encore plus grande88, et moins de 200 mm dans la cuvette du Hodna89. Surtout, l’évaporation y est plus forte, compte tenu des températures souvent élevées90, et une grande partie des eaux se perd dans le sol91. Les oueds, dès lors, sont le plus souvent à sec et seules quelques oasis peuvent avoir une production agricole grâce à l’irrigation.

30Les conditions naturelles sont donc celles de la plupart des pays du pourtour méditerranéen, et n’ont rien de défavorable. Elles se dégradent cependant au fur et à mesure que l’on s’approche, vers le sud, des zones steppiques et désertiques.

3) Des régions faiblement peuplées

  • 92 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 47-51. L’équivalen (...)

31Si le port est actif, c’est en grande partie parce qu’il réussit à drainer les productions de l’intérieur, et inversement à redistribuer vers les marchés de l’hinterland les marchandises portées à Bougie. Mais au-delà des conditions naturelles, il faut déterminer le poids des hommes, dont on connaît l’importance dans les économies traditionnelles. Le développement des activités commerciales des grands ports du sud de l’Europe chrétienne s’est ainsi fait en s’appuyant sur des campagnes peuplées et dynamiques qui réussissaient à dégager des surplus commercialisables92. Nos connaissances, sur cette question essentielle, restent malheureusement très fragmentaires, faute de données chiffrées fiables.

  • 93 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du xie au xve siècle », CT, 97-98, 1977, p. 51, (...)
  • 94 J.-N. Biraben, « Essai sur l’évolution du nombre des hommes », Population, 34/1, 1979, p. 16.
  • 95 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, 1979, I, L (...)
  • 96 Al-’Abdarī, op. cit., p. 160-161. Il est vrai qu’il le traverse après une période de guerres.
  • 97 « Autrefois, déplore-t-il après avoir décrit les méfaits des bédouins, toute la région entre la Mé (...)
  • 98 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 56-58.

32Pour les campagnes encore plus que pour les villes, une enquête démographique s’avère difficile, tant nous manquent les documents qui, en Occident, ont permis de mieux connaître la population rurale. Une tentative a été faite par Mohamed Talbi, qui montre à partir des textes disponibles un tracé général inverse par rapport à celui de l’Europe, cette inversion se produisant au ive/xe siècle93. Les historiens de la démographie ont cherché à donner des chiffres de population, tel Jean-Noël Biraben qui propose pour l’Afrique du Nord (Égypte comprise) une population oscillant entre 8 et 9 millions94. Mais cet auteur s’appuie sur des bases documentaires peu solides. De même, on a pu estimer la population du seul Maghreb au xvie siècle à environ 3,5 millions95. Mais tout cela reste imprécis et surtout très incertain. Nous n’avons aucune indication véritablement quantitative et peu de moyens pour établir une périodisation. En revanche les textes permettent une approche plus qualitative, qui indique une tendance assez nette à la dépression démographique. Al-’Abdarī, à la fin du xiiie siècle, décrit ainsi un Maghreb ravagé96, image que confirme Ibn Khaldūn un siècle plus tard97. Tous donnent l’impression d’une période durable de crise et de dépression démographique98.

  • 99 Cf. J.-Cl. Garcin, « Histoire, démographie, histoire comparée, périodisation », États, sociétés et (...)
  • 100 Jean-Noël Biraben donne les chiffres suivants pour l’Europe occidentale et centrale : 30 millions (...)
  • 101 Fernand Braudel, prenant en considération une Europe large, et incluant les régions orientales, do (...)
  • 102 G. Pinto, E. Sonnino, « L’Italie », Histoire des populations de l’Europe, dir. J. Dupâquier et J.- (...)

33Cette évolution doit être comparée avec celle de l’Europe à la même époque99. Jusqu’au milieu du xive siècle celle-ci connaît une croissance forte et continue des populations rurales et urbaines100. La peste noire, arrivant dans un contexte de surpeuplement, provoque une grave crise démographique qui aboutit à une diminution forte (de l’ordre d’un tiers) de la population. Puis, à partir environ de 1450, l’Europe redevient une zone de fort peuplement101. On peut également prendre le cas, plus précis, de la péninsule italienne. Sa population aurait été de 5 millions en l’an Mil, pour atteindre 8 millions en 1200, et dépasser les 12 millions à la veille de la Grande Peste. Cette dernière fait chuter la population à 7 millions, avant une reprise rapide102.

  • 103 Cf. supra p. 41-78.
  • 104 Au xie siècle le Maghreb voit arriver deux migrations de nomades : celle des Hilaliens, venant de (...)
  • 105 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 55.
  • 106 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Pari (...)
  • 107 Berbères, III, p. 447, parlant de la mort du vizir du sultan abdelwadide Abū Hammū II dans la régi (...)
  • 108 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 58. Sans doute ne frappa-t-elle pas également (...)

34Les explications avancées par les auteurs médiévaux pour expliquer cette crise démographique reposent principalement sur trois types de catastrophes : les guerres, les déprédations des nomades, les épidémies enfin. Il est incontestable que le Maghreb est affecté par de nombreux conflits, qui touchent tout particulièrement Bougie103. Mais ces conflits furent-ils plus meurtriers que ceux que connaît l’Europe occidentale à la même époque ? Il est permis d’en douter. L’arrivée de populations nomades nombreuses peut être interprétée aussi bien comme une cause que comme une conséquence de la dépression démographique104. Les épidémies ont bien sûr joué un rôle important. Mohamed Talbi signale que le xie siècle commence par une famine et une peste en 395/1004-5, d’une ampleur sans précédent105. Mais surtout le Maghreb est touché, comme le reste du bassin méditerranéen, par la peste noire qui arrive au milieu du xive siècle, et connaît des reprises tout au long du xve siècle106. Elle est signalée par les chroniqueurs de l’époque, en particulier Ibn Khaldūn qui en fut le témoin direct107, et Mohamed Talbi estime qu’elle aurait emporté la moitié de la population108.

  • 109 Ibid., p. 59. Garcin, « Histoire, démographie », art. cité, p. 44, qui souligne une diminution des (...)
  • 110 R. Fossier, Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, II, Paris, 1982, p. 1073.
  • 111 M. Rouvillois-Brignol, « Quelques remarques sur les variations de l’occupation du sol dans le Sud- (...)

35Enfin l’hypothèse d’un réchauffement du climat peut être avancée109, bien que les éléments manquent pour la confirmer. En Europe, un réchauffement se produit à partir du xe siècle et jusqu’à la fin du xiiie siècle et il est un des moteurs de l’expansion agricole110. Il a forcément touché également le Maghreb, ce que confirment les rares études menées sur la question111. Or un tel phénomène, favorable en Europe tempérée, est porteur de graves conséquences négatives en milieu subdésertique. Il entraîne un recul des cultures et une remontée des populations vers le nord et les zones plus tempérées, donc une compétition accrue pour les terres.

36Tout cela reste cependant très fragile. Ce qui semble acquis en revanche est la forte différence entre les situations de part et d’autre de la Méditerranée, entre une Europe très peuplée et longtemps en forte expansion, et le Maghreb qui connaît une dépression démographique importante et durable.

  • 112 Cf. supra p. 150-153 sur les tribus et leurs déplacements.
  • 113 Cf. supra p. 153. « Les tribus que protègent d’inaccessibles montagnes sont à l’abri de la malfais (...)
  • 114 Ibid., p. 295, 298.

37Autant que le chiffre de population lui-même, la répartition des hommes par rapport à la surface agricole utilisable a des conséquences importantes sur l’économie. Ibn Khaldūn insiste sur le fait que les populations berbères ont été repoussées dans les montagnes alors que les nomades arabes prenaient possession des plaines112. Il précise en particulier que les montagnes de l’arrière-pays immédiat de Bougie sont restées inaccessibles aux incursions nomades, car elles n’étaient pas praticables pour leurs chameaux113. Au contraire les plaines sont devenues selon lui des terrains de parcours pour leurs troupeaux114. Mais il ne faut pas en déduire qu’elles ont été totalement laissées à l’abandon, ou que les populations sédentaires y ont totalement disparu. Il y a sans doute eu une modification d’équilibre, mais il serait imprudent de trop schématiser à partir de la présentation d’Ibn Khaldūn.

III – LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES DE BOUGIE ET DE SON HINTERLAND

38En dépit d’un relief accidenté et de conditions climatiques marquées par le problème de l’eau au sud, la région n’est donc pas particulièrement dépourvue d’atouts naturels. Pour la mettre en valeur les hommes sont sans doute peu nombreux, ce qui constitue un handicap certain, mais les montagnes ne sont pas désertées. Le potentiel, donc, est important. La question reste cependant de savoir quelle était la situation réelle et le dynamisme de cette économie.

  • 115 Voir, pour le début de la période, Vanacker, « Géographie économique », art. cité, p. 659-680.
  • 116 « On pourrait donc s’attarder, à propos de l’agriculture et de l’industrie, à reporter purement et (...)

39Les données sur l’économie du Maghreb médiéval sont maigres115. Nous ne pouvons disposer de ces innombrables documents d’archives qui nous ont rendu les campagnes de l’Occident médiéval un peu plus familières. Les géographes et les voyageurs nous offrent certes des indications, parfois précieuses. Mais il ne faut pas oublier qu’ils ne notent que ce qui les intéresse ou ce qui les frappe. Surtout, les textes précis sont relativement peu nombreux pour la région aux époques tardives. Après al-Idrīsī et le Kitāb alIstibṣār, nous ne disposons guère que de riḥla-s, qui nous informent plus sur la vie intellectuelle que sur l’économie. Il faut attendre Léon l’Africain pour retrouver des données fournies. Entre les deux, près de quatre siècles, au cours desquels les changements sont justement considérables dans l’économie méditerranéenne. Les documents commerciaux peuvent apporter ici ou là quelques lueurs, mais doivent être maniés avec précaution, car ils ne témoignent que des produits exportés vers l’Europe et donc d’une partie très réduite de l’économie locale. On peut enfin recourir aux descriptions récentes des géographes ou des ethnographes, qui ont étudié les sociétés considérées comme « traditionnelles » – entendant souvent par là « immuables » – et dont on pourrait transposer les conclusions pour les périodes plus anciennes116. Il ne faut pas s’interdire totalement cette approche. Mais la situation actuelle (ou plutôt celle qui fut décrite il y a quelques décennies, avant que la région ne se transforme radicalement) ne peut servir que comme point de référence, ou de comparaison, et non comme une reproduction fidèle de ce qu’était la Kabylie à l’époque médiévale.

1) Crise de l’agriculture sédentaire, essor de l’élevage ?

40Chercher à évaluer l’état de l’économie mène très vite à revenir sur l’épineux problème du « déclin » économique du Maghreb à la fin du Moyen Âge. Question récurrente, centrée souvent sur le problème du rôle attribué aux tribus hilaliennes dans le recul supposé de l’agriculture sédentaire. Il convient, encore une fois, d’être prudent dans l’interprétation des sources et l’utilisation de l’historiographie.

41Ce thème a suscité bien des polémiques et des passions, dans le champ de l’histoire économique comme dans celui de l’histoire politique. Pendant longtemps un débat a opposé les historiens « coloniaux » et les adversaires de la colonisation. Pour résumer, la question a été de savoir si l’arrivée au Maghreb des populations nomades arabes au xie siècle a été ou non un tournant – une « catastrophe » – qui expliquerait à elle seule le déclin supposé de la région à partir de cette époque.

  • 117 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Recueil des notices et mémoires de la so (...)
  • 118 Lorsqu’il dresse le bilan des destructions des Arabes au milieu du xiie siècle, Georges Marçais éc (...)
  • 119 On pourrait en ajouter une quatrième, sous-jacente, qui est que le Maghreb ne possède pas le moteu (...)
  • 120 É.-F. Gautier (« Le cadre géographique », art. cité, p. 30) exprime cela avec l’absence de nuances (...)
  • 121 L’arrivée des Hilaliens serait très différente de la première conquête arabe qui, étant numériquem (...)

42La position de l’historiographie coloniale, représentée par Georges Marçais et théorisée par Émile-Félix Gautier117, est que la prospérité de l’Ifrīqiya jusqu’à l’époque ziride, héritée de l’époque romaine118, a été anéantie par l’arrivée – on parlait alors d’invasion – des nomades arabes hilaliens. Ce schéma explicatif prend appui sur l’autorité des auteurs arabes eux-mêmes, comme al-Idrīsī et surtout Ibn Khaldūn. Mais la lecture qui en est faite est imprégnée des théories de l’époque. L’arrière-plan idéologique de cette explication se compose de trois idées principales119 : la première explique toute l’histoire du Maghreb par une opposition entre le sédentaire et le nomade, qui auraient deux modes de vie incompatibles, seul le premier étant un moteur de civilisation et de progrès120. La deuxième idée, reposant sur les préjugés raciaux de l’époque, est que l’élément arabe (la « race arabe » disait-on alors) est par essence destructeur121. La troisième idée enfin est que ces destructions, catastrophiques et durables, ont considérablement fait reculer la civilisation au Maghreb, et que seule l’œuvre coloniale de la France est venue mettre un terme à cette longue décadence. L’Histoire vient alors à point nommé justifier l’entreprise coloniale.

  • 122 Un premier article est publié en 1954 – la date n’est pas sans intérêt – dans les Cahiers de Tunis (...)
  • 123 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 235 : « Aux yeux des contemporains, le monde n’était ni boul (...)
  • 124 En particulier des fatwa-s de juristes de Kairouan de la seconde moitié du xie siècle montrent san (...)
  • 125 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 235.
  • 126 Il s’appuie en particulier sur les travaux de Goitein, alors nouvellement publiés, qui montrent dè (...)
  • 127 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 232.
  • 128 Poncet, « Géographie et histoire », art. cité, p. 107-108 ; Id., « Prospérité », art. cité, p. 232 (...)
  • 129 Poncet, « Géographie et histoire », art. cité, p. 104. Et il ajoute (p. 105) : « En fait, les trib (...)

43Le parti pris implicitement (ou parfois ouvertement) raciste de cette thèse et ses liens avec l’entreprise coloniale ont provoqué des réactions, visant à minimiser, voire à ignorer les destructions dues aux tribus hilaliennes. Un des premiers à s’attaquer à la thèse coloniale, et un des plus virulents, fut Jean Poncet, dans une série d’articles publiés entre 1954 et 1967122. Géographe de formation (comme Émile-Félix Gautier avant lui), il se demande à quel moment les zones sub-désertiques ont été abandonnées. Si on peut lui reconnaître le mérite d’avoir rendu public un débat nécessaire, les arguments qu’il avance doivent être examinés avec prudence. Il affirme tout d’abord que les textes utilisés pour dénoncer la catastrophe hilalienne sont tardifs (il pense en premier lieu à Ibn Khaldūn) et très postérieurs à l’événement123. Mais c’est faire bien peu de cas des textes réellement contemporains, qui existent et parlent de l’arrivée des Hilaliens comme d’un événement majeur, entraînant de réelles perturbations et destructions124. Le deuxième argument avancé est que l’affaiblissement de l’Ifrīqiya ziride provient en grande partie d’autres causes, antérieures à l’arrivée des Hilaliens, qui aurait été « tout au plus le “choc” qui fait tomber le vase déjà brisé »125. Rejetant les textes qui font l’éloge de la prospérité ziride comme étant l’œuvre peu fiable de courtisans, il fait remarquer que les signes de crise sont plus anciens126. Il explique cette crise tout d’abord par la concurrence de nouvelles puissances à l’est (Fatimides d’Égypte) et à l’ouest (Hammadides, Almoravides)127. Cette explication n’est pas à rejeter, mais elle limite le phénomène hilalien à la seule Ifrīqiya ziride, alors qu’il concerne très vite l’ensemble du Maghreb, en particulier l’État hammadide lui-même. Jean Poncet explique par ailleurs cette crise par la priorité, donnée par les gouvernants fatimides puis zirides, à des dépenses non productives (dépenses fastueuses, conquêtes, défense contre les attaques, en particulier chrétiennes, répression des révoltes, etc.), qui auraient entraîné l’affaiblissement de l’État et l’abandon des travaux nécessaires, notamment en matière d’irrigation128. Il ajoute que le pouvoir d’État fut lui-même responsable, bien plus que les nomades arabes, de destructions massives du potentiel agricole, en particulier arboricole129.

  • 130 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 236-239.
  • 131 Cela lui permet de conclure que la crise que connaît aujourd’hui le Maghreb ne s’explique pas par (...)

44Enfin son troisième argument est que la crise n’a touché que les régions naturelles les plus fragiles, puisque l’on constate que le reste de l’Ifrīqiya se porte très bien à l’époque hafside130. On aurait par conséquent trop exagéré les effets de la crise du milieu du xie siècle131. On le voit, à vouloir rejeter à tout prix une thèse jugée coloniale et raciste, Jean Poncet finit par réduire l’arrivée des Hilaliens à un phénomène sans conséquence réelle sur le pays et qui, tout au plus localement dans les régions les plus fragiles, a joué un rôle d’accélérateur d’une crise plus ancienne.

  • 132 A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 14 (...)

45Pour les auteurs contemporains de la migration hilalienne pourtant, l’événement est perçu comme un point de rupture dans leur histoire, comme une réelle catastrophe132. De même les textes plus tardifs montrent que le problème n’est toujours pas résolu au cours des siècles qui suivent. Il ne peut donc être contesté que l’arrivée des nomades arabes au XIe siècle, et leur dispersion dans l’ensemble du Maghreb aux siècles suivants, ont contribué à perturber la vie de la région. Mais entre le catastrophisme des uns et les sous-estimations des autres il y a moyen de regarder le phénomène de manière plus sereine, sans chercher dans l’histoire médiévale des arguments pour un débat sur la colonisation des xixe et xxe siècles.

46Dans la version catastrophiste du phénomène hilalien, l’arrivée des Arabes nomades aurait eu deux conséquences principales, qu’il nous faut examiner : elle aurait d’une part provoqué de graves destructions, et d’autre part durablement orienté l’économie rurale maghrébine vers les activités d’élevage.

47Le thème le plus récurent concernant les Arabes hilaliens est incontestablement celui des destructions, supposées irrémédiables, qui leur seraient imputables.

48Que la situation économique de l’Ifrīqiya à la veille de l’arrivée des Hilaliens ne soit guère florissante, personne aujourd’hui ne cherche à le contester. Les raisons apportées à cette crise sont multiples, mais ne nous intéressent pas directement ici. L’important est de souligner que ce contexte de faiblesse amplifie les effets de l’arrivée de populations nomades.

  • 133 Cf. l’analyse de J. Berque, « Ibn Khaldoun et les Bédouins », Maghreb, histoire et sociétés, Alger (...)
  • 134 Al-Idrīsī, trad. p. 168-169.
  • 135 Ibid., p. 168.
  • 136 Voir également les analyses de Jacques Berque à partir du corpus des Na-wāzil Māzūna. J. Berque, L (...)
  • 137 Par exemple fatwa-s d’al-Suyūrī (mort en 460/1067). Analyses dans Lagardère, Histoire et société, (...)
  • 138 Cf. Laroui, op. cit., p. 143, qui écrit que ces conquérants n’introduisent ni plus d’injustice, ni (...)
  • 139 Berbères, I, 46. Plusieurs fatwa-s concernent des murs élevés autour des jardins et des tours de g (...)
  • 140 Berbères, III, p. 404.
  • 141 Analyses dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 31, 129 : les Arabes « se sont emparés (...)

49On peut certes contester l’objectivité de nos textes et souligner qu’ils sont l’œuvre de citadins, par culture et par intérêt hostiles aux bédouins. Mais il y a trop d’indices concordants pour nier l’ampleur des perturbations économiques introduites par ces bédouins. Laissons pour une fois de côté Ibn Khaldūn et sa condamnation véhémente des déprédations des Hilaliens133. Les géographes témoignent également de cette crise durable. Le changement est frappant entre le tableau du Maghreb d’al-Bakrī et celui, postérieur d’un siècle, d’al-Idrīsī. Ce dernier signale dans l’arrière-pays de Bougie la présence des Arabes et le danger qu’ils représentent134. Leur poussée cependant – tous les textes s’accordent sur ce point – s’arrête à distance respectueuse de la ville. Les localités protégées par des murailles ou perchées sur des hauteurs peuvent se défendre, mais leurs terres de cultures sont souvent touchées. Al-Idrīsī le souligne pour le lieu nommé sū q al-Hamīs (aujourd’hui El Khemis, dans les Bibans), écrivant que cette ville, qui est une halte et un marché, est en sûreté mais que « son territoire est parcouru par les nomades qui nuisent à la population » et qu’on y trouve « peu de champs cultivés et de ressources »135. Cette insécurité des campagnes est confirmée par les récits de voyageurs qui montrent que la situation perdure tout au long de notre période. Les effets de cette crise sur l’agriculture peuvent également être évalués à travers les fatwa-s du recueil d’al-Wanšarīsī136. Il ne fait guère de doute que ce qu’écrivent les muftis de l’Ifrīqiya orientale, ou encore de Tlemcen, de la situation des régions agricoles, peut s’appliquer aussi à la province de Bougie. Les premières fatwa-s faisant apparaître les déprédations des tribus arabes datent de la seconde moitié du xie siècle, pour la région de Kairouan. Les problèmes posés aux muftis sont principalement de deux ordres. Le premier est le prélèvement excessif effectué par les nomades sur les paysans, plusieurs fatwa-s portant notamment sur la question de savoir si ces taxes pouvaient être déduites des sommes soumises à la zakāt137. Rien ne dit cependant que ce prélèvement était plus lourd que celui de l’État138. Mais le problème le plus grave était l’insécurité latente et persistante. Certains textes soulignent les destructions de récoltes et surtout de vergers ou de palmeraies par les Arabes139. Cependant, comme le fait justement remarquer Jean Poncet, cette pratique ne leur est pas propre et les armées, abdelwadides par exemple, ne se privent pas de ravager les campagnes de Bougie lors des sièges de la ville140. Plus largement, l’insécurité rendait difficile la pratique de l’activité agricole. Plusieurs fatwa-s d’alMāzarī de Mahdia (mort en 536/1141) montrent les difficultés des agriculteurs, qui doivent par exemple abandonner des terres trop éloignées, car il est impératif pour eux d’être de retour à l’intérieur des murailles de la ville ou du village avant la nuit141.

  • 142 Cf. I. Achouri, Les Banu Hilal. Analyse structurale d’un nomadisme séculaire (du viie au xviie siè (...)
  • 143 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 31.
  • 144 Ibid., p. 41 ; trad. dans Berque, L’intérieur du Maghreb, op. cit., p. 42-43.
  • 145 Al-Idrīsī, texte p. 119, trad. p. 168-189.

50Il ne faut pas pour autant exagérer l’ampleur de ces destructions142. Il n’était pas dans l’intérêt des Arabes de réduire à néant la production agricole. Au contraire, il y avait beaucoup à gagner à laisser les paysans cultiver leurs terres, au besoin au profit des nomades. C’est ce qui ressort d’une fatwa d’al-Māzarī qui montre que les Arabes se sont partagé des terres, que viennent cultiver les paysans en tant que tâcherons à gages143. Des accords sont donc conclus entre nomades et sédentaires. On en a un exemple dans une fatwa d’Abū l-Fadl Qāsim al-’Uqbānī (cadi de Tlemcen, mort en 830/1427), qui parle d’une attaque d’une bourgade par des Arabes supérieurs en nombre et qui obligent le chef de la localité à acheter la paix pour 100 dinars d’or144. Al-Idrīsī confirme ce modus vivendi qui s’est installé entre nomades et sédentaires. Il rapporte que les habitants des bourgs fortifiés au sud de Bougie vivent en état de trêve (muhādana) avec les Arabes, reconnaissant cependant que ces derniers restaient dans une position de force dont ils abusaient parfois145.

  • 146 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 319.

51L’équilibre qui s’établit de facto entre nomades et sédentaires est à la fois politique et économique. Il est politique tout d’abord parce que les nomades assurent aux sédentaires une sécurité que ne garantit plus l’État contre des agressions (qui viennent le plus souvent des nomades eux-mêmes). Une fatwa kairouanaise non datée nous apprend ainsi que les Riyāh venaient garder des jardins des environs de la ville, du printemps à la fin de la moisson, pour deux dinars par jardin146. Nul doute que les accords dont parle al-Idrīsī comportaient des clauses de protection des sédentaires. Mais ce modus vivendi est aussi économique.

  • 147 Cf. la mise au point récente de P. Guichard, « Nomadisme et tribalisme », États, sociétés et cultu (...)
  • 148 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. XIV, qui affirme qu’il n’y eut jamais d’association d (...)

52Nous nous heurtons là au problème épineux du rapport entre économie sédentaire et économie nomade147. La thèse traditionnelle veut que l’installation des tribus arabes ait produit un recul des activités sédentaires au profit du nomadisme et par conséquent des cultures au profit de l’élevage, signe incontestable de déclin de l’économie rurale, pour les tenants de cette thèse. Ces derniers s’appuient cependant sur plusieurs présupposés contestables. Le premier est qu’une économie pastorale est nécessairement un recul de civilisation par rapport aux cultures, considérées comme plus nobles. Le deuxième est l’identification de l’élevage au nomadisme. Le troisième, enfin, est l’incompatibilité profonde entre le nomade et le sédentaire148.

  • 149 Ibn Ḥawqal, Kitāb Ṣūrat al-arḍ, trad. G. Wiet et J. H. Kramers, La Configuration de la terre, Pari (...)
  • 150 Cf. infra p. 355-362.
  • 151 Cf. infra p. 378-399.

53L’évaluation de ce changement, pour la région de Bougie, se heurte à l’absence de données sur l’agriculture de cette zone avant l’arrivée des Hilaliens. Ibn Hawqal au milieu du xe siècle décrit les alentours de Bône (à l’époque celle de Bougie ne l’intéresse pas) comme une bonne région agricole, mais où l’élevage est également important et fait l’objet d’un commerce149. Deux siècles plus tard al-Idrīsī, qui fait état de la présence des tribus arabes au sud de la ville, parle encore de cultures nombreuses dans toutes les localités de la province. Il ne constate donc pas de recul notable des activités agricoles. Par ailleurs en année normale Bougie n’a jamais été une grande importatrice de produits alimentaires150, et les chroniques ne signalent guère de famines particulièrement graves et durables. En revanche on constate que les principales exportations vers l’Europe chrétienne, à partir du milieu du xiie siècle, sont des produits de l’élevage151. C’est le signe au moins d’un élevage important et prospère, capable de dégager des surplus exportables.

  • 152 Cf. Mc Neill, op. cit., p. 92. En ce sens, le problème se pose très différemment pour les plaines (...)
  • 153 C’est l’analyse que fait Abdallah Laroui, op. cit., p. 143, affirmant que les nomades hilaliens n’ (...)

54Cette place des produits de l’élevage est la seule chose certaine. Que les migrations hilaliennes en soient les uniques responsables est plus contestable. Il est vraisemblable que l’orientation pastorale de cette économie est ancienne, en raison des conditions naturelles de ce pays de montagne152. La baisse démographique a sans doute entraîné un recul des espaces cultivés et, en se combinant avec l’arrivée à partir du milieu du xie siècle de populations nomades et pastorales, elle a pu aboutir à un essor de l’élevage153. Enfin il n’est pas impossible que la Peste du milieu du xive siècle ait touché dans des proportions moindres les populations nomades, contribuant à accélérer ces transformations.

55Mais ce sont là beaucoup d’hypothèses, que n’étayent guère les sources. Il n’est pas possible, faute de documents, de mesurer la part des cultures et de l’élevage dans la production rurale.

  • 154 Cl. Cahen, « Quelques mots sur les hilaliens et le nomadisme », JESHO, 11, 1968, p. 131.
  • 155 G. Chiauzzi, « Le substrat autochtone au Maghreb », Maghreb Médiéval. L’apogée de la civilisation (...)
  • 156 Guichard, « Nomadisme », art. cité, p. 119.
  • 157 Al-Idrīsī, trad. p. 170. Les nomades laissent aux sédentaires la garde des récoltes, en particulie (...)
  • 158 On risquerait alors de leur acheter le produit de leurs rapines. Cf. fatwa d’al-Māzarī (analyse da (...)
  • 159 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 218-221.

56Si on peut admettre que l’arrivée de tribus nomades nombreuses a provoqué une extension des activités pastorales, cette transformation ne signifie pas nécessairement une crise grave de l’agriculture sédentaire, qui n’aurait profité à personne. Claude Cahen fait remarquer justement que le nomadisme n’est pas nécessairement antiagricole, citant des cas où les deux modes de vie et de production sont complémentaires et tirent parti des qualités variables des terrains154. Surtout, il ne faut pas parler indistinctement de « nomadisme », car il existe une large gamme de nuances entre le grand nomade chamelier et le sédentaire155. Ce qui se met en place est plutôt une nouvelle division du travail, avec sans doute une part plus importante de l’élevage dans la production totale156. Dans sa description de Constantine, al-Idrīsī précise que les habitants de la ville « font affaire avec les nomades et s’associent avec eux pour la culture des terres et la conservation des récoltes157 ». Les transactions ne sont d’ailleurs pas rares entre nomades et sédentaires, même si les fatwa-s condamnent le commerce avec des gens si peu recommandables158. Les études des géographes, en particulier à une époque où le nomadisme était encore important, montrent bien cette complémentarité entre les deux types d’économies159.

57En définitive les conséquences sur la production rurale de l’arrivée des Hilaliens sont délicates à évaluer. On parle certes de destructions, mais surtout de rapines, de taxes et de redistribution des propriétés. Si, dans les plaines d’Ifrīqiya orientale, la surface agricole a visiblement diminué au profit des terrains de parcours, il n’est aucunement évident que le phénomène eut la même ampleur dans les montagnes kabyles.

2) Les productions agricoles

58Le tableau que l’on peut dresser des productions agricoles montre, sans surprise, une économie méditerranéenne traditionnelle fondée sur l’agriculture et l’élevage, avec cependant quelques spécificités liées en particulier à l’importance du milieu montagnard.

a) les produits de la terre

  • 160 Ibid., p. 98
  • 161 Les marchands chrétiens devaient cependant le plus souvent amener leur vin, ce qui montre que ce n (...)

59L’agriculture traditionnelle en Méditerranée est dominée par la trilogie céréales – oliviers – vigne, que l’on retrouve à Bougie et dans sa région160. Sans doute la vigne y a-t-elle moins d’importance que dans les pays chrétiens où elle sert en grande partie à la production de vin, mais elle devait tout de même exister pour le raisin de table et à l’occasion également pour le vin161. En revanche les céréales et les olives répondaient à des besoins alimentaires plus vitaux. On trouvait également des produits des jardins, soit de la zone méditerranéenne, soit des oasis du Sud. Enfin la forêt occupait une part importante des terres.

Les céréales

  • 162 Léon l’Africain nous dit que les Bougiotes avaient pour principal aliment le pain d’orge. Léon l’A (...)
  • 163 Cf. H. Jaïdi, L’Afrique et le blé de Rome aux ive et ve siècles, Tunis, 1990.
  • 164 Sur la production de céréales au Maghreb, voir R. Vernet, « Recherches sur la production et la cir (...)
  • 165 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 27.

60Les céréales étaient la base de l’alimentation, comme dans le reste du bassin méditerranéen162. L’Afrique du Nord fut à l’époque antique le grenier à blé de Rome, qui y avait organisé la production pour satisfaire les besoins de la capitale de l’Empire163. La Kabylie n’est certes pas la région la plus favorisée pour les céréales, si on la compare aux plaines d’Ifrīqiya ou aux régions plus occidentales (Mitidja, plaine d’Oran)164. Elle n’est pas pour autant un milieu totalement hostile à cette culture. Le climat et les sols s’y prêtent dans la zone du Tell, mais les conditions deviennent plus difficiles sans irrigation dans le sud165. Il est vraisemblable cependant, compte tenu de l’importance des céréales dans l’alimentation, que de nombreuses terres, même peu adaptées, étaient emblavées.

  • 166 Al-Idrīsī, trad. p. 166.
  • 167 Ibid., p. 161, 167 : les terres y sont fertiles pour les céréales, le blé à bas prix, et les stock (...)
  • 168 Ibid., p. 170 : la ville domine de vastes champs de blé et d’orge, et les silos sont pleins.
  • 169 Ibid., p. 193.
  • 170 Léon l’Africain, p. 361.
  • 171 M. S. Baïzig, Biğāya fīl-’ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtiṣādiyya wa iğtimā’iyya, thèse de l’Université (...)
  • 172 Léon l’Africain, p. 352. Les grandes terres à blé se trouvaient cependant plus à l’ouest, vers Ora (...)
  • 173 Léon l’Africain, p. 362. Les céréales pauvres comme l’orge devaient être répandues sur les terres (...)
  • 174 Ibid., p. 364, 369. Il montre en cela une situation semblable à celle décrite au milieu du xe sièc (...)
  • 175 Léon l’Africain, p. 367, 369. Les terres de Constantine donnent, nous dit-il, un rendement de tren (...)
  • 176 Léon l’Africain, p. 363.
  • 177 Ibid., p. 439. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 98. La limite de la culture sèche des céré (...)
  • 178 Les textes ne parlent pas, à ma connaissance, d’invasions de sauterelles pour la Kabylie, dont on (...)

61Al-Idrīsī, au milieu du xiie siècle, présente en tout cas une région riche en céréales. Dans les campagnes de Bougie, écrit-il, le froment et l’orge sont cultivés en quantités suffisantes pour la consommation de plusieurs pays166. Il signale également l’importance de la production de blé à la Qal’a des Banū Hammād 167, Constantine168 et Bône169. Le tableau change sensiblement avec Léon l’Africain qui, tout en soulignant la richesse des jardins de la plaine, rapporte que les gens de Bougie vivent pauvrement car les terrains de culture sont trop maigres pour produire des céréales170. La ville devait donc se fournir en céréales un peu plus loin et avait peut-être réservé ses terres les plus riches à d’autres cultures plus rémunératrices171. En revanche, Léon l’Africain signale des cultures de céréales dans la région, avec plusieurs zones d’approvisionnement possibles. À l’ouest il parle pour Dellys de nombreux terrains de culture fertiles en blé172. À l’est, dans les régions côtières, Jijel ne possède selon lui que de mauvais terrains où l’on ne peut cultiver comme céréales que de l’orge173. Plus à l’est la région de Skikda et de Bône est en revanche excédentaire en blé174, de même que celles de Constantine et de Mila175. Plus au sud les conditions naturelles sont moins favorables et, si Léon l’Africain signale de bonnes plaines à blé près de N’Gaous176, toute la zone du Zāb est pauvre en terres céréalières et surtout en eau, les cultures non irriguées étant déficitaires177. De ces deux descriptions, on peut déduire sans doute que les montagnes proches de Bougie ont vu leur production céréalière diminuer entre le xiie et le xvie siècle, mais que cette évolution n’a pas marqué le reste de la région, en particulier le Constantinois et la plaine de Bône. Enfin il faut rappeler que cette culture reste fragile et que la production est très variable d’une année à l’autre. Que surviennent des excès météorologiques (sécheresse, siroco trop précoce, etc.) ou humains (guerres)178, et la récolte est menacée.

Jardins et vergers

62À côté des champs de céréales, Bougie et sa région possédaient également de nombreux jardins et vergers. Les arbres fruitiers se trouvaient dans les jardins, mais aussi dans les campagnes, les plus importants étant le figuier, le noyer et l’olivier.

  • 179 Bernard, op. cit., p. 256.
  • 180 Bernard, op. cit., p. 210 ; Despois, L’Afrique du Nord, p. 91.
  • 181 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 292.
  • 182 Léon l’Africain, p. 366, 408.
  • 183 Al-Ḥimyarī parle bien d’huile (zīt) venant de la région de Bougie, mais c’est une erreur de copie (...)

63L’olivier n’est qu’exceptionnellement cité par les auteurs médiévaux pour la Kabylie. Il est pourtant aujourd’hui, comme déjà au xixe siècle, une des principales productions après les céréales. La région est au début du xxe siècle la principale zone de production de l’olivier en Algérie179 et la vallée inférieure de la Soummam, en particulier, en est couverte180. C’est un arbre adapté au climat et à la médiocrité des sols, qui peut monter jusqu’à 850 m sur l’adret et au-delà de 1000 m sur l’ubac181. Les mentions d’oliviers (ou d’huile) sont pourtant rares dans les textes. Léon l’Africain rapporte que la région de Constantine exportait de l’huile vers la « Numidie » et que l’olivier était cultivé dans les plaines182. Il est cependant curieux de ne pas voir davantage de mentions de cet arbre ou de production d’huile. En particulier personne n’en parle à propos de Bougie183. Il est donc vraisemblable que l’olivier ne constituait pas une culture notable dans la région.

  • 184 Despois, Afrique du Nord, op. cit., p. 292, qui ajoute que c’est un aliment de base des Kabyles.
  • 185 Al-Idrīsī, trad. p. 166.
  • 186 Ibn Sa’īd al-Maġribī, Kitāb al-Guġrāfiyya, éd. I. al-’Arbī, Beyrouth, 1970, rééd. Alger, 1982, p. (...)
  • 187 Léon l’Africain, p. 406.
  • 188 Ibid., p. 408.
  • 189 Ibid., p. 362.
  • 190 Ibid., p. 363 ; les figues de N’Gaous sont réputées pour être les meilleures du royaume de Tunis, (...)
  • 191 Al-Idrīsī, trad. p. 165 : « Avec la figue spécialement on fabrique une pâte qui a la forme d’une b (...)

64En revanche la présence importante de figuiers, autre arbre caractéristique de la région aujourd’hui, est bien attestée. Lui aussi est un arbre adapté au milieu et on le trouve sur les pentes exposées au sud jusqu’à 1200 ou 1300 m184, soit plus haut que pour l’olivier. Les géographes arabes le signalent un peu partout. À Bougie même, ou sans doute dans ses montagnes, al-Idrīsī évoque une production importante de figues185, ce qui est confirmé un peu plus tard par Ibn Sa’īd al-Maġribī186 et Léon l’Africain, qui en parle pour les monts Zwawa près de Bougie187. Cette culture est également signalée à Constantine188, Jijel189, N’Gaous190 et à Marsāl-Dağāğ, dont la production de figues sèches était exportée191.

  • 192 Léon l’Africain, p. 406.
  • 193 Ibid., p. 362.
  • 194 Ibid., p. 363, Al-Idrīsī, trad. p. 169-170, qui dit qu’on l’exporte vers les contrés voisines.
  • 195 Al-Idrīsī, trad. p. 174 : elles sont d’excellente qualité et bon marché et on les exporte dans tou (...)
  • 196 À Collo et Jijel (Istibṣār, trad. p. 31), à Mila (Léon l’Africain, p. 369, qui en fait l’origine d (...)
  • 197 À Mila. Léon l’Africain, p. 369.
  • 198 À l’époque de Léon l’Africain des marchands de Constantine expédiaient de la soie en Numidie, ce q (...)

65Les noyers enfin sont abondants dans la région. Ils sont signalés à Bougie192, Jijel193, N’Gaous194, Sétif195, de même que les pommiers196, les poiriers197, peut-être les mûriers198. Sans doute y avait-il d’autres cultures arbustives, mais que les textes n’indiquent pas explicitement.

  • 199 Cette agriculture de jardin bénéficie, aux alentours de Bougie, d’un climat particulièrement favor (...)
  • 200 Cf. supra p. 126.
  • 201 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112-113 ; Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142 ; Léon l’Africa (...)
  • 202 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.
  • 203 Ibid.

66En dehors des vergers dans la campagne, il existait une agriculture de jardins, nécessitant un entretien particulier et une irrigation attentive, que l’on rencontrait dans les vallées et bien sûr près des villes199. La beauté des jardins de Bougie a été vantée par bien des auteurs, qui s’émerveillent devant les charmes d’al-Rafī’ (le Sublime) et d’al-Badī’ (le Splendide)200. Mais outre ces deux jardins princiers, la plaine ainsi qu’une partie de la basse vallée de la Soummam étaient, au moins en grande partie, occupées par des cultures délicates que nous appellerions aujourd’hui périurbaines201. La meilleure description de ces jardins est celle du Kitāb al-Istibṣār : « Bougie abonde en fruits, en végétaux et en vivres de toutes sortes. Elle est agréablement située sur la hauteur de manière à dominer la mer et une banlieue qui, enserrée entre les montagnes, a un circuit d’environ dix milles, est arrosée par des sources et des cours d’eau et renferme la plupart des jardins appartenant aux habitants. À deux milles ou même moins, se trouve une grande rivière, le long de laquelle il y a de nombreux jardins arrosés à l’aide de roues [nawā’īr] qui tirent l’eau de cette rivière202 ». À ces jardins de la plaine s’ajoutent ceux que les habitants avaient aménagés sur les flancs du djebel Gouraya203. Tous les centres urbains de la région étaient sans doute également entourés de tels jardins, qui produisaient une partie de l’alimentation des habitants.

  • 204 Laurent-Charles Féraud parle cependant de restes de canaux dans la plaine de la Soummam, mais sa d (...)
  • 205 Cf. V. Lagardère, Campagnes et paysans d’al-Andalus (viiie-xve siècle), Paris, 1993, p. 243-357.
  • 206 D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes, (...)

67Ces cultures nécessitaient des investissements importants, dans la mesure où la vallée de la Soummam était à la fois inondable et exposée à des périodes de sécheresse. Il fallait donc drainer et irriguer. On est peu renseigné sur ces aménagements, dont on n’a pas trouvé de traces archéologiques204. La seule indication est celle des roues ou norias dont parle l’anonyme du Kitāb al-Istibṣār, information qui n’a rien de surprenant, tant la civilisation islamique a développé ces techniques. En al-Andalus en particulier elles étaient bien connues205 et il n’est pas exclu que les immigrés andalous, présents très tôt à Bougie, aient joué un rôle important dans le développement des jardins à Bougie206.

  • 207 Léon l’Africain, p. 407 (lin et chanvre), Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142 (coton) ; on cult (...)
  • 208 Al-Idrīsī, trad. p. 165. On y trouve notamment du bois de huḍaḍ (suc dulycium), du scolopendre, du (...)

68Comme toute agriculture périurbaine, elle était destinée à satisfaire les besoins de la population en fruits et légumes frais. Mais les géographes se sont surtout attardés sur les cultures industrielles, en particulier le lin, le chanvre et le coton207. Enfin citons, bien que l’impact économique soit sans doute assez faible, les nombreuses plantes médicinales dont parle al-Idrīsī pour la montagne de Bougie (le Gouraya)208.

69Bougie pouvait enfin drainer les produits des oasis du Sud, qui bénéficiaient d’un climat nettement plus chaud, propice en particulier à la culture du palmier dattier.

  • 209 Al-Idrīsī, trad. p. 169. Une production de coton est également signalée pour des périodes plus anc (...)
  • 210 Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 126.

70La région la plus proche, et la plus liée à Bougie, était le Zāb. AlIdrīsī parle pour Tobna de plantations de coton, de froment et d’orge, ainsi que d’une abondance de dattes et d’autres fruits209. Ibn Sa’īd al-Maġribī, plus tardif, insiste sur Biskra, la capitale du Zāb, pays du palmier, avec également des céréales et toutes sortes de fruits que l’on vend dans les deux villes de Tunis et de Bougie210.

  • 211 Reclus, op. cit., p. 561.
  • 212 Léon l’Africain, p. 438-439. À son époque cependant la région du Righ et de Ouargla semble se tour (...)
  • 213 Berbères, I, p. 192 ; Léon l’Africain, p. 439.

71Plus au sud, les oasis de l’oued Righ et Ouargla sont également de grandes productrices de dattes, qu’elles vendent au nord. Des puits artésiens permettent de puiser les eaux souterraines de l’oued Righ et d’alimenter ainsi les oasis211. La plus importante est Touggourt, qui a une riche production de dattes, qu’elle exporte à l’époque de Léon l’Africain vers Constantine212. Plus au sud, Ouargla a surtout une fonction commerciale, mais Ibn Khaldūn, comme plus tard Léon l’Africain, note l’abondance de sa production de dattes213.

La forêt

  • 214 Al-Idrīsī, trad. p. 166.
  • 215 Léon l’Africain, p. 361, 406.
  • 216 Comme au Maroc par exemple. Cf. Mc Neill, op. cit., p. 100 : dans le Rif des études de pollens ont (...)
  • 217 Décrivant le territoire des Zawāwa, dans la « province de Bougie », Ibn Khaldūn rapporte qu’ils «  (...)

72La forêt représente une ressource importante et rare dans les pays musulmans de la Méditerranée et, contrairement à beaucoup d’autres régions, la Kabylie en possède de très riches. Al-Idrīsī souligne que dans les vallées et les montagnes de Bougie il y a du bois à profusion214 et Léon l’Africain parle aussi d’ » âpres montagnes couvertes de forêts215 ». Il ne semble donc pas qu’il y ait eu, comme dans d’autres régions du Maghreb216, de grave déforestation au Moyen Âge217.

  • 218 Bernard, op. cit., p. 59, 211. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 87. On le trouve dans les (...)
  • 219 Il pousse dans les régions qui ne reçoivent pas plus de 300 mm de pluies par an, même sur des terr (...)
  • 220 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 87 ; Bernard, op. cit., p. 59. La montagne habitée par le (...)
  • 221 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., 88, Bernard, op. cit., 59, 211. Il est particulièrement abon (...)
  • 222 Bernard, op. cit., p. 62, 209 ; Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 93.

73Les géographes ne précisent guère de quels types d’arbres il s’agit. Aujourd’hui le couvert végétal est composé pour l’essentiel de chênes, de pins d’Alep et de cèdres. Il doit, au moins en partie, être proche de ce que virent les voyageurs de la fin du Moyen Âge. Le chêne-liège est l’essence dominante près de Bougie et on le trouve jusqu’à 1 200-1 300 m d’altitude218. Il peut être associé au pin d’Alep dans les régions les plus sèches et les plus chaudes219 et au chêne zéen sur les versants plus exposés aux pluies220. À l’étage montagnard se développe le chêne vert, qui commence vers 400 m, mais surtout peut monter jusqu’à 1 700 m, et même 1900 dans l’Atlas présaharien221. Enfin au-dessus le cèdre peut se développer à partir de 1300 m, jusqu’à une hauteur de 2 300 m, et on le trouve en particulier dans le Djurdjura, le Hodna, les Babors et les Aurès222.

  • 223 M. Lombard, « Arsenaux et bois de marine dans la Méditerranée musulmane du viie au xie siècle », L (...)
  • 224 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 165
  • 225 Al-Idrısı., texte p. 116, trad. p. 166
  • 226 Léon l’Africain explique comment on fabrique dans l’Atlas la poix à partir de bois de genévrier ou (...)
  • 227 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 165.
  • 228 Une écorce de Bougie était exportée en Europe. Cf. infra p. 402. Récemment encore l’écorce du pin (...)

74Cette richesse est un atout considérable pour Bougie, tant le manque de bois a pénalisé nombre de régions méditerranéennes, en particulier au Proche-Orient, marquées par un long déboisement223. Le bois peut être utilisé de diverses manières : comme source d’énergie, et donc pour l’industrie (métallurgie, verrerie, poterie), comme bois d’œuvre, par exemple pour la construction navale, ou encore pour les propriétés de ses écorces ou de ses résines. Certains des arbres sont connus pour la qualité et la dureté de leur bois, comme par exemple le chêne zéen ou le cèdre. Pīrī Reis, en bon marin, signale que dans les montagnes de Jijel les Bougiotes venaient autrefois chercher du bois pour leurs mâts de navires224. Les arbres fournissaient également de la résine (zift) et du goudron de pin (qiṭran)225 pouvant servir notamment au calfatage des navires226. Pīrī Reis mentionne également dans les montagnes de Jijel du mastic (gomme à lentisque) en abondance, qui y est récolté227. Enfin les écorces de certains arbres étaient utilisées pour tanner les peaux228.

b) Élevage et pêche

  • 229 Vanacker, « Géographie économique », art. cité, p. 674.

75L’élevage est une des activités adaptées aux régions montagneuses. Sa pratique est ancienne et était déjà importante dans la région, comme dans tout le Maghreb, avant le xie siècle229. Elle s’est développée encore avec l’arrivée de populations nomades et souvent pastorales, mais sans doute inégalement selon les régions.

  • 230 Al-Idrīsī, trad. p. 167 : le territoire de la Qal’a est favorable au pacage des troupeaux et des b (...)
  • 231 Léon l’Africain, p. 406, qui signale un grand nombre de chèvres, de bœufs et de chevaux. Il parle (...)
  • 232 Berbères, I, p. 167
  • 233 Cf. infra p. 378-399.

76Si les géographes attachent moins d’importance à cette activité qu’aux cultures, ils la signalent tout de même dans les montagnes, sans en indiquer l’ampleur. Al-Idrīsī en parle pour la Qal’a230, et Léon l’Africain pour Bougie231. Les textes ne précisent guère les espèces élevées. Ibn Khaldūn, à propos des Berbères, dit qu’ils font l’élevage des moutons, des bœufs et parfois des chameaux, occupation qui cependant, précise-t-il, est plutôt celle des Arabes232. Mais les documents de commerce montrent d’abondantes exportations de cuir et de laine233, preuve d’un élevage important, de moutons et de chèvres principalement, mais aussi de bovins.

  • 234 Berbères, I, 294
  • 235 Les tribus nomades abandonnent souvent les combats et l’armée du sultan en hiver pour rejoindre le (...)
  • 236 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 218-221, et sa carte des tribus du désert estivant da (...)
  • 237 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 227, 239. Une fois les récoltes faites, les chaumes sont (...)
  • 238 Ibid., p. 226, à propos des nomades de Touggourt : ils partent pour le Tell en général la première (...)

77Cet élevage était sans doute transhumant, comme souvent dans les montagnes. Ibn Khaldūn décrit les tribus de la région de Bougie et de Constantine élevant des troupeaux et vivant sous la tente, signe d’une existence au moins en partie nomade234. Ces déplacements sont de deux types, d’ampleur différente : d’une part entre la plaine et la montagne, et d’autre part entre les pâturages du Nord et ceux du Sud. Les premiers sont mal connus, alors que les seconds, en revanche, sont bien signalés235. Il s’agit d’un véritable nomadisme, qui implique un déplacement à grand rayon d’action de l’ensemble de la tribu, et non des seuls bergers. Les conséquences sur la vie du Tell sont importantes durant l’été, car il faut y installer et nourrir des populations importantes. L’organisation de ces transhumances au Moyen Âge est mal connue, mais on peut observer comment elles fonctionnent aujourd’hui – ou fonctionnaient encore récemment236. Ces pasteurs se font à l’occasion agriculteurs et peuvent participer aux travaux des champs en été237, avant de retourner à l’automne dans les oasis du Sud pour la récolte des dattes238. C’est aussi à ce moment de l’année que se font les échanges entre nomades éleveurs du Sud et agriculteurs sédentaires du Tell, et qu’une partie au moins des troupeaux peut être vendue et dirigée vers les ports du Nord. Plus généralement ces déplacements de populations favorisent le commerce intérieur, entre la mer et les oasis du Sahara, voire au-delà.

  • 239 Ibid., p. 98, 103.
  • 240 C’est également dans cette région que l’on élève les chameaux qui servent au commerce saharien. J. (...)

78Ce nomadisme donne une grande importance à la zone de steppe, intermédiaire entre le Tell et le Sahara, en particulier toute la région du Hodna et du Zāb239. C’est là, entre les isohyètes 50 et 100 mm, une région essentielle pour l’élevage transhumant240. C’est une raison supplémentaire qui explique le soin de Bougie à contrôler cette région, pour des raisons à la fois politiques (lieu de refuge des rebelles) et économiques (lieu d’élevage des troupeaux et de passage des produits de l’Afrique noire).

  • 241 Léon l’Africain, p. 364. Al-Idrīsī, trad. p. 170 (région de Constantine).
  • 242 Cf. infra p. 407-409.
  • 243 Léon l’Africain nous dit en tout cas que les marchands de la ville en exportaient vers la Numidie. (...)
  • 244 Les eaux de Bougie sont poissonneuses, et c’est encore aujourd’hui un port de pêche actif. Sur cet (...)
  • 245 Léon l’Africain, p. 548.
  • 246 Al-Idrīsī, trad. p. 173 ; Istibṣār, trad. p. 30 ; Léon l’Africain, p. 352 ; Al-Ġubrīnī, p. 162.

79Pour finir, il faut citer l’apiculture, attestée par exemple à Collo où l’on fabrique de la cire241, un des produits exportés par Bougie242, ou encore le ver à soie qui était peut-être élevé à Constantine243. Enfin la pêche était pratiquée à Bougie244, comme le montre Léon l’Africain qui rapporte que les Bougiotes ne pêchaient pas dans la Soummam, car ils avaient la mer à proximité245. Al-Idrīsī signale également cette activité à Jijel, le Kitāb al-Istibṣār à Bône, et Léon l’Africain et al-Ġubrīnī à Dellys246. L’économie rurale de la région de Bougie présente donc des productions variées, grâce notamment à la diversité des climats. On y trouve des cultures caractéristiques du milieu méditerranéen, bénéficiant autour des villes des avancées en matière d’irrigation, mais aussi des cultures plus spécialisées en milieu oasien. L’élevage a connu un essor, dont les effets sur l’agriculture sédentaire sont cependant difficiles à évaluer. Le principal problème, que nos sources ne permettent pas de résoudre, est celui des quantités produites. S’il n’y a pas, sauf années exceptionnelles, de famines durables, on ne trouve pas trace non plus d’excédents notables à l’exception de quelques productions spécialisées.

3) Mines et artisanat

a) Les ressources du sous-sol

  • 247 Al-Idrīsī, trad. p. 166 (qui le qualifie de bon [ṭayyib]) ; Léon l’Africain, p. 407 (qui dit qu’on (...)
  • 248 Murḍāb. ‘Alī b. Murḍā al-Ṭarsūsī, « Explications des maîtres de l’esprit sur les manières de se m (...)
  • 249 Bernard, op. cit., p. 211, 266-267 ; Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 424. Il existe en pa (...)
  • 250 M. Debruge, « Les pieds d’Hercule. Abris sous roche à Bougie », Recueil de la société archéologiqu (...)
  • 251 Cf. Algérie, notice minéralogique par le service des Mines, Alger, 1900, p. 7984. Ibn Ḥawqal en si (...)

80La Kabylie est une région riche en minerais, dont certains étaient déjà exploités au Moyen Âge. C’est le cas tout d’abord du fer, indispensable dans de nombreux domaines. Les mines des montagnes de Bougie sont signalées par al-Idrīsī et Léon l’Africain247. La renommée de ce fer s’étendait jusqu’en Orient puisqu’un traité d’armurerie composé pour le sultan Saladin cite les mines de fer de Bougie, précisant toutefois qu’il était d’une qualité médiocre248. Il existe des gisements au sud de Bougie, dans les Babors249, et la montagne du Gouraya est également riche en fer250, comme d’une manière générale l’ensemble de la région.251

  • 252 Al-Bakrī (trad. p. 166) en parle pour les montagnes Kutāma près de Bougie et nous apprend qu’on l’ (...)
  • 253 Al-Bakrī, trad. p. 166. Il existe en effet des mines de lapis-lazuli dans les Babors. Bernard, op. (...)
  • 254 Al-Idrīsī., trad. p. 173, qui en parle pour le village de Mattusa, entre Jijel et Bougie, d’où on (...)
  • 255 Cf. infra p. 399-401.
  • 256 Cf. infra, p. 227.

81On extrayait d’autres richesses du sous-sol tels que le cuivre252, le lapis-lazuli253 ou le gypse, près de la ville254. Les documents commerciaux parlent également d’alun de Bougie255, mais il s’agit plutôt d’importations du pays de Kawār, dans le Sahara256.

b) Industries de transformation

  • 257 Al-Idrīsī, trad. p. 348-354.

82Les données fournies par les textes arabes sur le secteur secondaire à Bougie et dans sa région sont extrêmement clairsemées. Al-Idrīsī et Léon l’Africain signalent la présence d’activités artisanales dans les villes, mais sans jamais en évaluer l’importance. Le premier écrit que l’artisanat de Bougie « produit toutes sortes d’articles originaux, finement ouvragés257 » et le second signale ces activités dans presque toutes les villes de la région. Il n’est cependant pas exclu que les campagnes aient aussi connu une production artisanale, en particulier pour le textile.

Textile et cuirs

  • 258 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval. Emploi, production, commerce », Produzione comme (...)
  • 259 Cf. infra p. 348-354 les produits apportés par les marchands génois au xiiie siècle.
  • 260 Al-Ġubrīnī, p. 161, 177. Cf. supra p. 122-123.
  • 261 Léon l’Africain, p. 407.
  • 262 Ibid., p. 365-366. Le texte laisse penser à un artisanat rural dont les productions seraient vendu (...)
  • 263 Ibid., p. 369.
  • 264 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis, éd. E. Da Silva Dias, Lisbonne, 1905, p. 111, cit (...)
  • 265 Al-Baydaq, trad. p. 79. ¯

83Le secteur le plus important est sans doute le textile. C’est une tradition ancienne en Ifrīqiya. Les géographes Ibn Hawqal ou al-Bakrī témoignent de cette production de qualité et qui était exportée vers l’Orient, en particulier l’Égypte258. En Kabylie cette activité pouvait s’appuyer sur les productions des campagnes (laine, lin, chanvre, peut-être coton et soie). Les nombreuses importations, au xiiie siècle, de lin et de coton (dans une moindre mesure de chanvre)259 devaient également correspondre à une industrie de transformation sur place. Déjà, à la fin du xiiie et au début du xive siècle, al-Ġubrīnī évoque un souk de la laine260. Mais c’est surtout Léon l’Africain qui est le plus utile pour se faire une idée, même très incomplète, de cet artisanat. Il parle pour Bougie de toiles, toutes grossières, fabriquées à partir du lin et du chanvre cultivés dans les environs261. Il évoque également des productions textiles à propos des régions de Constantine (tissus de laine fabriqués dans le pays)262, Mila (couvertures de laine) et Bône (toiles)263. A peu près à la même époque le Portugais Duarte Pacheco Pereira, dans sa description des côtes de l’Afrique occidentale (vers 15061508), évoque les « lambens, à savoir une étoffe faite comme les couvertures d’Alentejo, qui ont une bande rouge et une autre verte et une autre bleue et une autre blanche, lesquelles bandes sont de la largeur de deux et trois doigts, et cette étoffe se fabrique dans la ville d’Oran et à Ténès au royaume de Tlemcen et à Bône et à Stora au royaume de Bougie et aussi à Tunis et dans d’autres régions de la Berbérie264 ». Y avait-il, à côté de ces produits plutôt communs, des textiles de luxe ? Lors de son passage dans la ville, le Mahdī Ibn Tū mart condamna violemment l’accoutrement des hommes de Bougie, jugé scandaleusement luxueux et féminin265. Mais outre que nous avons affaire là à un topos littéraire, rien n’indique qu’il s’agissait de productions locales.

  • 266 H. Ferhat, « Un maître de la mystique maghrébine au xiie siècle : Abu Madyan de Tlemcen », Le Magh (...)
  • 267 Lorsque Ibn Khaldūn veut faire une présentation défavorable de l’usurpateur Ibn Abī ‘Umara, il rap (...)
  • 268 Ainsi un secrétaire du gouverneur de Bougie renonce à sa fortune acquise par ses fonctions et devi (...)

84Cette activité de petits artisans nous est un peu connue à travers la vie d’Abū Madyān, qui passe une grande partie de sa vie à Bougie. Les disciples qui se regroupent autour de lui se recrutent parmi les artisans qui travaillent la laine, le coton, la soie, ou exercent comme couturiers ou brodeurs. Certains ont quitté une vie de pouvoir ou de plaisirs pour devenir tailleurs ou couturiers266. Ce sont donc des métiers qui apparaissent, dans ces hagiographies, comme humbles267. Il faut en particulier noter que nous ne voyons pas dans nos textes se constituer de grandes fortunes grâce à l’industrie textile. L’argent vient plutôt soit de l’exercice du pouvoir, soit du commerce268.

  • 269 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 233.
  • 270 Cf. infra p. 385, 397.
  • 271 Al-Ġubrīnī, p. 82.

85Une autre activité de transformation est celle du cuir. Robert Brunschvig montre qu’elle était très répandue dans l’Ifrīqiya hafside269 et on pourrait s’attendre à ce qu’il en soit ainsi à Bougie, dans une région d’élevage. Les indices sont cependant maigres. Les textes arabes n’en parlent pas. Les documents d’archives font bien apparaître des exportations de cuirs et de peaux de Bougie, mais le plus souvent non travaillés270. Le seul indice est en fait d’ordre toponymique : l’existence à Bougie d’une porte des tanneurs (Bāb al-Dabbāġīn), citée par al-Ġubrīnī au xiiie siècle271, et qui suggère la présence de cette activité hors des murailles, sans doute dans la plaine sur les bords d’un cours d’eau (l’oued al-Ṣaġīr ?). On ne peut néanmoins conclure avec certitude à l’existence dans la ville ou la région d’une importante activité de transformation du cuir.

Céramiques

  • 272 H. Amouric, « Les importations de céramiques dites de Bejaia (Bougie) en Provence et Ligurie (xiii(...)
  • 273 Cette activité existe encore aujourd’hui.
  • 274 L. M. E. de Beylié, La Kalaa des Beni-Hammad. Une capitale berbère de l’Afrique du Nord au XIe siè (...)
  • 275 G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contribution à l’étude de la (...)
  • 276 Jenkins, Medieval Maghribî Ceramics, op. cit., p. 136, 172. Kairouan elle-même aurait suivi les mo (...)
  • 277 A. Mohamedi, « Information sur les découvertes récentes en céramique médiévale effectuées à Sétif (...)
  • 278 Comme cela a pu se faire pour les céramiques d’Ifrīqiya orientale. Cf. infra, p. 402-405, sur le c (...)

86L’industrie des céramiques est totalement absente des textes arabes. Pourtant on rencontre de nombreuses mentions de « poteries de Bougie » dans les documents d’archives provençaux272. Il existe, en particulier dans la plaine au sud de Bougie, à l’embouchure de la Soummam, des terrains argileux qui rendent possible une telle industrie273. Des études menées à la Qal’a ont montré une abondante production de céramiques de qualité274 et Georges Marçais a également souligné l’existence de céramiques bougiotes, d’usage commun et de luxe, à partir de poteries recueillies sur divers points de l’enceinte et dans les abords de la vieille ville275. Mais ces travaux, relativement anciens, sont surtout fondés sur des remarques stylistiques. Ils se sont attachés à montrer le transfert de techniques et de styles depuis Kairouan au moment de l’arrivée des Hilaliens, qui auraient poussé les artisans à se réfugier à la Qal’a276. Georges Marçais distingue ainsi plusieurs périodes et styles et montre une production qui se prolonge jusqu’à l’époque hafside. Des céramiques médiévales ont été également trouvées dans d’autres sites de la région comme à Sétif277. Cependant l’absence de référence stratigraphique pour ces objets rend difficile leur datation autrement que par l’étude stylistique. Par ailleurs aucune analyse géochimique des argiles n’a été entreprise, ce qui limite les possibilités d’interprétation du matériel, et surtout rend impossibles des comparaisons avec les céramiques retrouvées ailleurs en Méditerranée, notamment en Europe278.

87Ces indices, trop rares, suggèrent l’existence d’une activité de transformation à Bougie et dans sa région. Pourtant – et cela est particulièrement net pour le textile – il ne semble pas que le développement de l’artisanat ait donné naissance à une bourgeoisie urbaine tirant richesse et prestige de son activité. Au contraire, tout indique des structures relativement modestes.

88De ce tableau, très incomplet, de l’activité économique de Bougie et de son hinterland, il ressort qu’il n’y a pas lieu de parler de crise particulièrement grave. Il faut donc nuancer le pessimisme des textes, en particulier celui d’Ibn Khaldūn. On est plutôt en présence d’une économie méditerranéenne traditionnelle et assez diversifiée.

  • 279 Maya Shatzmiller considère que le travail était organisé en fonction non d’une demande internation (...)

89Il est difficile en revanche de savoir dans quelle mesure cette production permettait de dégager des surplus commercialisables et exportables279. Il faudrait pour cela disposer de données quantitatives, qui nous font défaut. Par ailleurs l’ampleur des prélèvements effectués par l’État, ou par les bédouins, reste inconnue. Enfin nous ignorons si les richesses tirées de ces taxes ont été investies dans les activités productives ou le commerce, ou si au contraire elles sont restées purement parasitaires.

IV – UN DÉBOUCHÉ POUR LES PRODUITS SAHARIENS ?

  • 280 M. Lombard, « L’or musulman du viie au xie siècle. Les bases monétaires d’une suprématie économiqu (...)
  • 281 J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afriqu (...)
  • 282 Y. K. Fall, L’Afrique à la naissance de la cartographie moderne (14e/ 15e siècles : les cartes maj (...)

90On a beaucoup écrit sur ces relations entre le Maghreb et le pays de l’or, dans lesquelles certains ont voulu voir une des clés de l’histoire de l’Afrique du Nord280. Pourtant les sources sont maigres et le plus souvent d’interprétation difficile. Jean Devisse, qui en fut un des plus grands spécialistes, rappelait que l’image que nous avons de ce commerce saharien est peu réaliste, les découvertes archéologiques ayant montré que tout était plus complexe que ce que dévoilaient les textes281. Or les fouilles restent encore aujourd’hui peu nombreuses, tout particulièrement sur les axes qui concernent Bougie. Les textes des géographes témoignent surtout de l’idée que pouvaient avoir les Maghrébins de ce trafic, alors que les Européens, à travers les représentations cartographiques en particulier, nous renvoient une image encore plus déformée282. Il convient donc de marquer la plus grande prudence à l’égard des informations disponibles.

91La production d’or au sud du Sahara est bien attestée, de même que l’existence de routes à travers le désert. La difficulté reste cependant de déterminer quel fut l’usage réel de ces itinéraires aboutissant à Bougie entre le xie et le xve siècle et comment s’organisait ce trafic.

Carte 10 – Carte générale du Maghreb et du Sahara

1) Les productions au sud du Sahara

92Les régions subdésertiques sont surtout réputées pour être le pays de l’or et, dans une moindre mesure, des esclaves.

  • 283 R. Mauny, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tr (...)

93L’or est présent dans l’Ouest africain, soit dans des mines soit sous forme de paillettes dans les alluvions des rivières283. Pour tenter une géographie de cette production au Moyen Âge il faut confronter ce que disent nos sources avec nos connaissances sur les mines actuelles.

  • 284 Al-Bakrī, trad. p. 317 ; Al-Idrīsī, trad. p. 74-76 ; Mauny, op. cit., p. 302.
  • 285 Al-’Umarī, trad. p. 52-84 ; Mauny, op. cit., p. 303.
  • 286 Antonio Malfante est allé jusqu’au Touat. Une légende de la carte de Giovanni da Carignano (début (...)

94Les géographes parlent des régions de l’or, mais il semble bien que les marchands arabes qui venaient dans les empires d’Afrique Noire n’ont jamais pu pénétrer jusqu’aux régions aurifères. Les informations dont ils disposaient étaient donc déjà de seconde main. Al-Bakrī et al-Idrīsī soulignent ainsi la richesse du roi du Ghana284. Plus tardif, al-’Umarī évoque au milieu du xive siècle celle du roi du Mali, qui a sous sa domination le pays de l’or285. Les cartes européennes, quant à elles, montrent une zone de production de l’or située, très approximativement, en Afrique tropicale. Mais elles s’appuient sur les témoignages de marchands qui au mieux, pour certains d’entre eux, ont pénétré le continent jusqu’aux marges du Sahara sans aller au-delà286.

  • 287 A. Šukrī, Mamlaka Ġāna wa alāqatu-hābi-l-ḥarakat al-murābiṭiyya, Rabat, 1997. Voir également le t (...)
  • 288 Cette présentation est bien sûr très schématique. Sur ce contexte politique, voir Mauny, op. cit., (...)
  • 289 J. Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 359-360.

95Les seules régions connues sont celles qui servent d’intermédiaires et qui contrôlent, au sud du Sahara, les exportations d’or vers le nord. Plusieurs grands empires se succèdent en Afrique occidentale. Le premier est le Ghana, qui contrôle une série de petits États comme Awdāg˙ust ou les Mandingues du Bambouk, et joue au xie siècle un rôle d’intermédiaire obligé pour ce commerce africain. Mais l’expansion almoravide vers le sud le fragilise, laissant la place à l’Empire du Mali au milieu du xiiie siècle287. Celui-ci atteint son apogée au xive siècle et est remplacé, dans la seconde moitié du xve siècle, par l’Empire Songhaï288. Ces États servent de relais pour le commerce de l’or, en organisant la collecte dans les régions productrices et la vente aux marchands du Nord289.

  • 290 Mauny, op. cit., p. 295.
  • 291 Mauny, op. cit., p. 294-298.
  • 292 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 453 (cf. carte infra p. 225).
  • 293 Mauny, op. cit., p. 298.
  • 294 M. Malowist, « Sur l’or du Soudan. Quelques observations sur le commerce de l’or dans le Soudan oc (...)

96La région de production de l’or se trouve donc au-delà, dans la zone dite des Forêts. S’appuyant sur les travaux des géologues, Raymond Mauny a pu dessiner une carte des gisements aurifères en Afrique occidentale290. Les principales régions sont le Galam-Bambouk, le Bouré, le Lobi, la Côte d’Or occidentale, et la basse Côte d’Ivoire orientale291. À partir de ces données géologiques, Jean Devisse a repris les textes des géographes arabes (al-Bakrī et al-Idrīsī) et tenté, en croisant les informations, une localisation approximative des sources de l’or à leur époque. Il montre l’importance des deux zones les plus septentrionales de Galam-Bambouk et de Bouré292. Plus au sud, l’exploitation des gisements de la Côte d’Or et de la Côte d’Ivoire est attestée au moment de l’arrivée des Portugais en 1470293. Enfin Marian Malowist signale pour les xive et xve siècles l’essor de l’extraction d’or dans la région de la Haute-Volta et dans les forêts d’Ashanti (gisements de Lobi)294.

  • 295 Mauny, op. cit., p. 299
  • 296 Il faudrait y ajouter également l’or qui part vers l’Europe chrétienne, que ce soit par le verseme (...)
  • 297 J. Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives : valeurs variables de l’étude des trave (...)

97La quantité d’or expédiée vers les marchés du Nord est en revanche plus incertaine. Raymond Mauny a donné une estimation globale de 9 tonnes par an, mais à partir des gisements encore exploités dans les années 1950295. Contestant la méthode et les résultats, Jean Devisse préfère s’appuyer sur les besoins du monnayage ou de l’orfèvrerie au Maghreb et en Espagne musulmane, donc sur l’or qui a réellement traversé le Sahara. Il arrive à des chiffres nettement inférieurs, ne dépassant pas les 3 tonnes annuelles. En y ajoutant l’or consommé sur place296, il conclut que la production ne dépassait pas les 4 à 5 tonnes297. Ce ne sont là, quoi qu’il en soit, que des hypothèses.

  • 298 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 70-71.

98Le problème reste de savoir si cet or parvenait dans des proportions significatives à Bougie. Jean Devisse en doute pour les périodes les plus anciennes (jusqu’à 1200 environ) et nuance les affirmations d’al-Idrīsī298. Il fait remarquer qu’aucun monnayage d’or n’y est connu jusqu’au milieu du xiie siècle, les quelques dinars almohades frappés à Bougie et retrouvés ne pouvant rivaliser avec la production des ateliers marocains. Il avance également, à l’appui de cette idée, la faible place de Bougie dans le commerce européen aux xiiie et xive siècles, comparée à Ceuta, Oran, Hunayn ou Tunis. Il admet cependant que le choix de Bougie par les Banū Gāniya a pu être dicté par le souci de contrôler un des débouchés de l’or saharien.

Carte 11 – Gisements d’or africain (source : J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale del’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 453).

  • 299 Son second argument, en particulier, est contestable, Bougie étant bien un des grands ports du com (...)
  • 300 Il n’y a bien sûr pas d’équivalence mécanique à établir entre frappes de dinars et arrivée d’or. D (...)
  • 301 Berbères, II, p. 57.
  • 302 Lors de la restauration de la mosquée de Sayyidī Abī Marwān. R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, (...)
  • 303 Kh. Ben Romdhane, Les Monnaies almohades. Aspects idéologiques et économiques, Doctorat de 3e cycl (...)
  • 304 Al-Idrīsī, trad. p. 198.
  • 305 J. Farrugia de Candia, « Monnaies hafsides du musée du Bardo », RT, n. s., 9, 1938, p. 231-88 ; La (...)
  • 306 R. Ben Hsain Masmoudi, Approche quantitative de l’or monnayé en Occident musulman (450/1058-9 – 83 (...)
  • 307 Cf. infra, p. 320-321.

99L’arrivée de quantités importantes d’or dans la ville est en effet difficile à établir avec certitude, mais le jugement de Jean Devisse doit être au moins nuancé299. Le monnayage d’or est certes assez faible à Bougie, les frappes étant peu nombreuses et guère abondantes300. L’existence de dinars émis par les Hammadides est certes attestée par Ibn Khaldūn qui, citant Ibn Hammād, rapporte que Yahyā, fils d’al’Azīz, en frappa en 543/1148-9, soit à la fin de la dynastie301. Mais aucune de ces pièces n’a été retrouvée lors de fouilles, alors que de nombreux dinars almoravides ont été exhumés jusqu’à Bône302, ce qui laisse penser que pendant longtemps au moins les monnaies hammadides n’ont pas dominé dans la région. À l’époque almohade il y eut des émissions de dinars à Bougie, mais elles restent peu nombreuses. Selon les comptages de Khaled Ben Romdhane, sur un total de 262 dinars almohades portant une indication de lieu de frappe, seuls 26 sont de Bougie, et 7 de Tunis, l’essentiel des dinars provenant du Maroc ou d’al-Andalus. Ces monnaies bougiotes correspondent aux deux premiers califes, avec en particulier une émission en 547/1152-3 au moment de la conquête de la ville (pour glorifier la victoire ou pour payer les troupes ?)303. Par ailleurs, à la même époque, al-Idrīsī signale des émissions de dinars à Ouargla qu’il met en relation avec les arrivées d’or du Soudan304. Les frappes hafsides à Bougie sont également relativement peu nombreuses. Mis à part quelques cas sous les règnes d’al-Mustanṣir et d’Abū Fāris, les découvertes monétaires ne montrent guère que des émissions par les émirs indépendants de Bougie305. Enfin lors de leurs passages à Bougie, les sultans mérinides Abū l-Ḥasan et Abū ‘Inān ont frappé des dinars306. On constate donc que, dès que le pouvoir souverain s’établit, ou simplement passe par la ville (conquêtes almohade et mérinides, périodes d’indépendance), des dinars y sont émis. Par ailleurs l’existence d’un Hôtel de la Monnaie est attestée par les traités signés avec les puissances chrétiennes307. Cela montre que les ressources en or existaient et permettaient, au besoin, de frapper des pièces.

100On a vu enfin que le pouvoir hafside mettait beaucoup d’énergie à contrôler, même indirectement, Biskra et le Zāb, alors qu’il s’accommode plus facilement d’un pouvoir théorique sur d’autres régions. Les productions propres de ces oasis n’expliquent pas à elles seules cet attachement et la raison principale de cet intérêt est de toute évidence que Biskra commande la principale route d’accès au Sahara, et de là à l’Afrique noire. C’est là sans doute l’indice le plus sûr de l’importance pour Bougie du commerce saharien.

  • 308 « C’est là qu’on tire l’alun de qualité inégalable, célèbre sous le nom de kawārī ». Al-Idrīsī, tr (...)
  • 309 Al-Idrīsī, trad. p. 111. Voir aussi Mauny, op. cit., p. 322 (carte des sels minéraux en Afrique) e (...)
  • 310 Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 126 ; cf. J. Lethielleux, Ouargla, cité saharienne, des origine (...)
  • 311 Al-Ġubrīnī met en scène une esclave noire dans le souk de Bāb al-Baḥr. Al-Ġubrīnī, p. 165 ; Cf. Ba (...)
  • 312 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 171172.
  • 313 Cf. infra. p. 412-413.
  • 314 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 56, 61, 369.
  • 315 Lethielleux, Ouargla, op. cit., p. 166 – qui ne donne cependant pas de référence.

101L’or est le produit africain le plus important sur le plan économique et politique. Il n’est cependant pas le seul à faire l’objet d’un commerce vers le Maghreb. L’alun est produit, selon al-Idrīsī, dans le pays de Kawār308. De là il est exporté en grandes quantités vers le nord et notamment vers Ouargla309, d’où il pouvait rejoindre Bougie. Les hommes ont été également l’objet d’un trafic en direction du nord. Ibn Sa’īd al-Maġribī nous dit que par Ouargla arrivent les esclaves (‘abīd) vers le Maghreb central et l’Ifrīqiya310. Des esclaves noirs sont signalés à Bougie311, mais sans qu’il soit possible d’en évaluer l’importance. Jean Devisse estime cette ponction en hommes à quelques milliers, au plus quelques dizaines de milliers par an312. Par ailleurs les trafics d’esclaves noirs par les commerçants chrétiens montrent plutôt un marché d’approvisionnement privilégié dans les monts de Barca, en Tripolitaine, et non à Bougie313. Enfin l’Afrique noire pouvait également fournir au nord des bois précieux (ébène), de l’ivoire, de la gomme314 ou des objets exotiques comme des plumes d’autruche315.

2) Les itinéraires sahariens

102Les itinéraires du commerce saharien ont donné lieu à de nombreuses études qui ont montré le développement, principalement à partir du ixe siècle, d’un réseau de pistes à travers le désert reliant les villes du Sahel à celles du Maghreb. Ces recherches ont pris en compte d’une part les contraintes du milieu et d’autre part l’apport des textes arabes, tout particulièrement les géographes et les voyageurs. Ces textes doivent cependant être utilisés avec précaution, car les routes ne sont pas immuables et se modifient en fonction du contexte aussi bien au nord qu’au sud du Sahara.

a) Itinéraires possibles

103Les routes sahariennes dépendent avant tout des conditions naturelles, principalement du problème de l’eau (le relief ne posant pas de problème majeur). La carte des isohyètes permet de mieux comprendre les grands axes de ce commerce si particulier, mais il faut la compléter avec l’étude des richesses souterraines en eau qui permettent le forage de puits.

Carte 12 – Carte des précipitations (d’après J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale del’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 400).

  • 316 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 399.
  • 317 Ibid., p. 402.
  • 318 T. Lewicki, « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans les relations entre le Nord et le Sud », His (...)
  • 319 Au milieu du ixe siècle une route relie Ouargla à Tahert et Siğilmāsa. Lewicki, « Le rôle du Sahar (...)

104La route la plus favorable passe par l’ouest, où se rapprochent les isohyètes 50 mm nord et sud, permettant ainsi de bons pâturages sur la plus grande partie du trajet316. Plus à l’est cependant, sur le méridien de Ouargla et de Bougie, les isohyètes 20 mm nord et sud se rejoignent, offrant sur une grande partie du trajet des pâturages certes médiocres, mais suffisants pour les caravanes. Au sud de Ouargla la route prend une direction NE-SW en passant entre les Grands Ergs oriental et occidental et rejoint la vallée du Niger par le Touat, puis en direction du sud vers l’Adrār des Ifoghas et la vallée du Tilemsi (au nord du coude du Niger)317. Le long de cet axe oriental des sources d’eau permettent de s’alimenter en cours de route et, au moins sur le tronçon le plus septentrional, des puits avaient été creusés par les populations ibadites qui s’y étaient installées318. Ces axes méridiens n’excluent pas des transversales les reliant entre eux, au moins au sud et au nord du désert. On a vu que le piémont du Tell est traversé par une route très ancienne qui mettait en contact les différentes régions du Maghreb319. On ne peut cependant se limiter aux itinéraires plus ou moins imposés par la géographie et les données climatiques, car les routes réelles dépendent avant tout du contexte politique et économique aux débouchés de ces axes.

b) Évolution

  • 320 Sur les débuts des traversés sahariennes médiévales, voir Devisse, « Routes de commerce et échange (...)
  • 321 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 434.

105Au moment de la fondation de Bougie des routes sahariennes existent et sont empruntées, au moins pour certaines d’entre elles, depuis longtemps320. On peut considérer le tableau d’al-Bakrī comme témoignant de la situation à la veille de la fondation de Bougie, mais sa description des itinéraires sahariens doit être maniée avec précaution, comme l’a bien souligné Jean Devisse. Chacun, ou presque, de ces itinéraires, correspond à un informateur différent du géographe, avec des variations chronologiques importantes, d’où une grande hétérogénéité de ces données321.

  • 322 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 51-52 ; Lewicki, « Le rôle du Sahara », (...)
  • 323 Al-Bakrī, trad. p. 340 ; Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 436 ; Amara, Pou (...)
  • 324 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 54.

106Les témoignages d’al-Bakrī et des auteurs ibadites étudiés par Tadeusz Lewicki montrent l’importance d’un axe ancien (fin viiie début ixe siècle) qui passe par Ouargla, Tādmakka, et qui arrive à Gao ou au Ghana322. De Ouargla des routes menaient soit à Kairouan, soit à la Qal’a des Banū Ḥammād 323. Elles permettaient de s’approvisionner notamment en or provenant de Bambouk ou de Bouré, stocké à Gao et surtout au Ghana324.

  • 325 Ibid., p. 53.
  • 326 Sur cette lutte entre les deux califats, omeyyade et fatimide, et le rôle du contrôle des routes d (...)

107Une autre route, plus récente, passait par Siğilmāsa. Création fatimide, elle visait à contourner les réseaux ibadites du Maghreb central et oriental325. Cependant, en dépit des efforts des Fatimides pour conserver le contrôle de cet axe stratégique, il leur faut abandonner les régions les plus occidentales du Maghreb aux Omeyyades d’Espagne qui reprennent Siğilmāsa326.

  • 327 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 55. Il existait cependant, semble-t-il, (...)
  • 328 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 428.
  • 329 Al-Bakrī, trad. p. 340 ; T. Lewicki, « Les liaisons maghrébines sahariennes et soudanaises de la v (...)
  • 330 Cf. supra, p. 139-140.
  • 331 Michael Brett pense que Ouargla a bénéficié de la migration de populations ibadites djerbiennes ch (...)
  • 332 Al-Idrīsī, trad. p. 198.

108Au moment de la fondation de Bougie, deux axes principaux se partagent donc le trafic saharien, avec une nette prédominance de la route de Siğilmāsa327. Jean Devisse estime que, d’une manière générale, l’or ne parvient plus en Ifrīqiya à la fin du xe et au cours du xie siècle, en raison de la prise de contrôle de Siğilmāsa par les Omeyyades, et que ce serait là une explication de la crise que connaît le pays à la veille de l’arrivée des Hilaliens328. Ce tarissement des arrivées d’or dans la partie orientale du Maghreb n’est cependant pas certain. La route de Ouargla continue de servir et de concurrencer les circuits omeyyades, comme le montrent al-Bakrīet les textes ibadites329. Surtout, l’intérêt des Hammadides pour Ouargla est évident, comme en témoignent les expéditions menées par al-Nāsir et al-Mansūr dans le Zāb et la région de l’oued Righ330. Tout porte donc à croire que la perte de Siğilmāsa par les Fatimides a entraîné au contraire un regain de la vieille route ibadite par Ouargla331, qui désormais alimente non plus la Qal’a mais Bougie332.

  • 333 Le prestige des « marabotins » s’étend en particulier en Europe, ce qui montre une diffusion impor (...)
  • 334 Cf. supra p. 226.
  • 335 Messier, « Sijilmâsa », art. cité, p. 184.
  • 336 Mauny, op. cit., p. 429.

109L’entrée en scène des Almoravides entraîne des changements importants dans le commerce de l’or soudanais. Ces derniers s’emparent en effet de Siğilmāsa et poussent leur domination assez loin vers le sud. Ce contrôle des routes occidentales de l’or rend possible une frappe de dinars d’or dont le prestige dépasse très largement le domaine almoravide333. De telles pièces ont été retrouvées jusqu’à Bône, à l’est du territoire hammadide334, et même jusqu’en Orient335. À l’inverse, le monnayage diminue fortement en Ifrīqiya à cette époque336.

  • 337 Al-Idrīsī, trad. p. 72, 198 : « Cette ville est peuplée de tribus riches et de négociants aisés qu (...)
  • 338 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 69.
  • 339 C’est la thèse que soutient Maurice Lombard, qui cependant pense à un déplacement encore plus occi (...)

110Mais au milieu du xiie siècle al-Idrīsī montre encore la richesse des marchands de Ouargla, ville qui est en relation avec Ghana et où l’on frappe des monnaies d’or337. Cet axe semble donc constituer une exception au monopole almoravide sur les approvisionnements en or338 et il n’est pas exclu que les troubles que connaît l’Ifrīqiya orientale à la fin de la dynastie ziride aient entraîné un essor de cet axe Ouargla-Bougie339. La carte des itinéraires sahariens, d’après al-Idrīsī, montre donc bien deux grands axes, l’un à l’ouest qui irrigue abondamment le monde almoravide et l’autre à l’est qui aboutit au domaine hammadide. Ces deux systèmes ne sont cependant pas égaux et les Almoravides, qui ont un moment contrôlé jusqu’aux terminus soudanais des routes sahariennes, ont selon toute vraisemblance drainé une part importante des ressources en or de l’Afrique occidentale, ne laissant aux Hammadides qu’une part beaucoup plus réduite.

  • 340 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 72.

111Cette concurrence entre États occidentaux et orientaux cesse provisoirement avec la conquête du Maghreb par les Almohades. Siğilmāsa est prise en 540/1145-6, soit quelques années à peine avant Bougie, et l’entente qui se noue avec le jeune Empire du Mali dynamise le commerce de l’or340. Par ailleurs la constitution de l’Empire almohade permet sans doute un certain rééquilibrage et une nouvelle prospérité des ports ifrīqiyens, même si l’axe occidental reste le plus important. La chute des Almohades et la division du Maghreb en trois États rivaux relance cependant la compétition pour le contrôle des routes sahariennes.

  • 341 Siğilmāsa est encore importante à l’époque d’Ibn Baṭṭūṭa, qui y passe à l’aller comme au retour. M (...)
  • 342 Jean Devisse, qui doute de l’importance de cette route au xiie siècle, pense que c’est seulement a (...)
  • 343 Ce serait l’actuelle Tiguida, près d’Agadès dans l’Aïr, ou Azelik, à 25 km de Tiguida. P. Charles- (...)
  • 344 Berbères, II, p. 116. Plus loin le même Ibn Khaldūn la situe à 20 journées au sud de Ouargla, ce q (...)
  • 345 Ibid., III, p. 288. Sur les relations entre Ouargla et le royaume du Mali, cf. Lethielleux, Ouargl (...)
  • 346 Berbères, III, p. 287.
  • 347 Ibid., III, p. 288.
  • 348 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045 : tous les habitants de cette ville sont commerçants. Ibn Baṭṭūṭa indique en (...)
  • 349 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1047-1048.
  • 350 J. Oliel, Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 83-84 (citant la carte de Ab (...)
  • 351 S. Bakchine-Dumont, « Les Juifs du Touat », Cahiers du CRA [Centre de Recherche Africaine], Histoi (...)
  • 352 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1047-1049.
  • 353 Oliel, op. cit., p. 72-77.
  • 354 Cf. supra, p. 140-141.
  • 355 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 366, 380-382.
  • 356 Ibid., p. 382.

112Les informations fournies par Ibn Khaldūn et Ibn Baṭṭūṭa permettent de se faire une idée des itinéraires sahariens au milieu du xive siècle. Les axes occidentaux sont toujours actifs, au profit des Mérinides et des Abdelwadides, mais ils commencent à rencontrer des difficultés341. La route de Ouargla quant à elle reste fréquentée342, comme le souligne Ibn Khaldūn qui insiste sur l’importance de cette ville, en relation avec Takaddā à 70 « stations » au sud343. Cette dernière, écrit-il, est située sur la route suivie par les pèlerins africains et est un lieu de halte pour les caravanes qui viennent du Maghreb et d’Ifrīqiya344. Son chef, qui porte le titre de sultan, reconnaît la souveraineté du roi du Mali345 et est en correspondance avec l’émir du Zāb (Ibn Muznī, qui gouverne pour le compte des Hafsides), auquel il envoie et dont il reçoit des lettres et des cadeaux346. Ibn Khaldūn raconte que, lorsqu’il se rendit à Biskra, il y rencontra un ambassadeur de ce sultan, qui lui raconta que cette année-là une caravane venue d’Orient était passée à Takaddā pour se rendre au Mali, avec douze mille chameaux chargés, et une autre personne informa notre chroniqueur que cela se produisait tous les ans347. Ibn Battūta mentionne également de nombreux convois passant par Takaddā et venant du Nord, mais ne parle pas spécifiquement de liaisons avec Ouargla348. À cette époque se développe par ailleurs par le Touat un nouvel axe, qui tend progressivement à supplanter celui de Siğilmāsa déclinant. Il est signalé par Ibn Baṭṭūta, qui y passe à son retour349, et les cartes majorquines font également apparaître cette région350. Au nord, le Touat est en relation principalement avec Oran ou Tlemcen et son avant-port Hunayn351. Mais cela n’exclut pas des relations est-ouest. Ibn Battūta passe ainsi par le Touat pour relier Takaddā à Siğilmāsa et Fès352. Des relations vers l’est sont également attestées, à une époque plus ancienne, par une lettre de la Geniza de 1235 montrant un commerce avec Le Caire353. Depuis cette route menant en Égypte il était sans doute possible de bifurquer vers le Zāb et Bougie. Là encore, l’intérêt des Hafsides pour le Zāb354, laisse penser que la région était importante à leurs yeux en raison des routes de l’or. À la même époque enfin se produit un changement important en Afrique sahélienne : la reprise des relations directes avec l’Égypte. Le témoignage le plus spectaculaire est le pèlerinage du roi du Mali, Massa Moussa, et son passage au Caire, où il fit étalage de ses richesses et surtout de son or355. Il n’est pas impossible que Bougie et Tunis aient profité indirectement de cette réactivation de la route égyptienne356.

Carte 13 – Les itinéraires sahariens d’après al-Idrīsī. (d’après J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 440).

  • 357 Ibid., p. 384-386.
  • 358 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 395, à partir des analyses de V. M. God (...)
  • 359 Ibid., p. 388.
  • 360 Relation des voyages à la Côte occidentale d’Afrique, éd. 1895, p. 63, cité par M. Abitbol, « Juif (...)

113À la fin du xve siècle plusieurs évolutions doivent être notées. Au sud tout d’abord l’installation de l’Empire Songhaï se traduit par un nouvel essor des relations avec l’Égypte et l’Ifrīqiya, alors que la route occidentale, au contraire, continue de décliner. L’arrivée des Portugais sur la côte orientale de l’Afrique déroute par ailleurs une partie de l’or qui part directement par mer vers les marchés européens. En installant des comptoirs au sud de la zone d’influence des marchands maghrébins, les marchands portugais peuvent vendre directement des tissus européens, des chevaux et de l’argent, contre de l’or et des esclaves, et bénéficier ainsi de routes maritimes moins coûteuses que celles du Sahara357. Il ne faut cependant pas exagérer les effets de ce détournement par les Portugais358. La route occidentale est toujours utilisée, de même que l’axe du Touat, comme le montre le voyage du Génois Antonio Malfante en 1447359. La route orientale continue également d’être très fréquentée, comme en témoigne le Vénitien Alvise Ca da Mosto, qui parle de l’arrivée à Tunis de produits africains venant de Tombouctou par le Touat360.

  • 361 Cf. supra p. 141.
  • 362 Léon l’Africain, p. 438.
  • 363 Ibid., p. 439.
  • 364 Éd. A. Giuffrida, « Frammenti di corrispondenza commerciale del genovese Giovanni Gregorio Stella (...)
  • 365 Léon l’Africain, p. 440.
  • 366 Ibid., p. 437.
  • 367 Du Touat, vers le nord, partent deux routes qui contournent le grand Erg Oriental. La première se (...)

114Pour Bougie, en revanche, les choses sont moins claires, en raison des modifications de l’espace politique hafside au xve siècle. On a vu que désormais le Zāb, et ses prolongements méridionaux, regardent davantage vers l’est, vers Constantine, et plus largement vers la capitale hafside361. Le souci du sultan de Tunis de contrôler directement cette région si orientale, ou au moins d’en retirer la souveraineté à Bougie, peut s’expliquer par la volonté d’éviter à Bougie de bénéficier du surcroît de puissance qu’apporte l’or soudanais. Le témoignage de Léon l’Africain confirme d’ailleurs que du Zāb et de Ouargla on se dirige désormais non plus au nord vers Bougie, mais vers Constantine et Tunis : à Touggourt on échange le blé de Constantine contre des dattes et on verse (en théorie) un tribut de 50 000 ducats par an à Tunis362. Quant à Ouargla, dont Léon l’Africain souligne la richesse et les relations avec le sud (le royaume d’Agadès), « on y trouve beaucoup de marchands étrangers au pays, surtout venus de Constantine et de Tunis. Ils [y] apportent des produits de Berbérie pour les échanger avec ceux apportés par les commerçants de la Terre des Noirs363 ». Cette information trouve une confirmation dans une lettre envoyée de Tunis par le marchand génois Giovanni Gregorio Stella en 1480, dans laquelle il écrit que son fils est allé à Ouargla364. Enfin Biskra s’est une fois encore rebellée à la mort de ‘Uṯmān, et Tunis n’est pas parvenue à la reprendre365. La route qui reliait traditionnellement Bougie au Sahara est donc coupée, soit par des révoltes, soit par la mainmise de Tunis sur la région. Pour autant Bougie n’est pas complètement isolée des axes sahariens. Léon l’Africain écrit en effet que le Mzab est « une tête de ligne commerciale où les marchands d’Alger et de Bougie se rencontrent avec ceux de la terre des Noirs366 » et les produits d’Afrique noire pouvaient parvenir à Ghardaïa par l’intermédiaire du Touat367. Les routes sahariennes ont donc suivi le déplacement vers l’ouest de l’espace politique de Bougie, qui a perdu Constantine mais raffermi son contrôle sur Alger. Ce changement n’est cependant pas à somme nulle, car désormais Bougie se trouve au débouché d’une route dont une branche mène également à un autre grand port concurrent, celui d’Alger, d’accès plus facile depuis le Mzab.

3) Organisation du commerce

  • 368 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 46.

115Le fonctionnement du commerce saharien est très mal connu. En 1972 Jean Devisse déplorait l’absence d’enquêtes géographiques, ethnographiques et archéologiques368 et si, depuis, nos connaissances ont un peu progressé, le domaine reste encore largement à exploiter.

116Les produits transportés du nord vers le sud correspondent aux besoins des populations subsahariennes. On a pendant longtemps privilégié la thèse d’un échange de sel contre l’or, en se fondant sur le témoignage d’Ibn Ḥawqal ou celui, plus tardif, de Ca’ da Mosto.

  • 369 Ibid., p. 53. La dépendance des régions sahéliennes en sel n’est cependant pas certaine. Il existe (...)

117Les mines de sel du Maroc ont en effet été exploitées en partie pour les marchés du Sud et ce produit a constitué une source de dynamisme pour la route de Siğilmāsa369. Il n’existe pas de témoignage d’exportation de sel sur les axes orientaux, mais il n’est pas exclu que celui des chotts, en particulier du Hodna, ait été expédié vers le sud.

  • 370 Al-Idrīsī parle d’exportations de cuivre par les marchands d’Aghmat (AlIdrīsī, trad. p. 140), mais (...)
  • 371 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 412. Il affirme que si demande il y avait (...)
  • 372 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 180. Peut-être des dattes (...)
  • 373 Cf. Al-Idrīsī, trad. p. 140, à propos des exportations d’Aghmat.
  • 374 Dans les fouilles de Tegdaoust 10 à 12 % des céramiques viennent d’Ifrīqiya, 50 % au moins de Siği (...)
  • 375 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045 ; Léon l’Africain, p. 465, 467, 471 ; Devisse, « Routes de commerce et échan (...)

118Quoi qu’il en soit, les marchands du Nord devaient trouver d’autres produits à échanger contre l’or. On a pensé à un moment à une dépendance du Sud en cuivre370, mais cette idée est aujourd’hui abandonnée371. Les produits alimentaires ne semblent pas être nombreux à avoir traversé le Sahara, en raison surtout de traditions alimentaires différentes372, mais aussi pour des questions de conservation dans un milieu hostile et de coût du transport. En revanche on pouvait trouver des objets manufacturés373. Les fouilles menées à Tegdaoust (Awdāġust) ont fait apparaître des céramiques, des objets de verre, de fer, de cuivre ou d’argent et des bijoux de cuivre, qui étaient peut-être destinés à une clientèle d’expatriés nord-africains, mais pas uniquement374. Mais surtout les textes montrent un commerce de tissus qui provenaient de productions maghrébines ou européennes375. Par ce commerce, les régions subsahariennes sont donc intégrées dans des circuits plus larges.

  • 376 En ce sens les rythmes de la navigation en Méditerranée (qui évite plutôt l’hiver) sont complément (...)
  • 377 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 173, qui minimise cependan (...)

119Les voyages se faisaient en hiver et les caravanes ne pouvaient faire plus d’un aller-retour dans l’année, la période des grosses chaleurs interdisant tout déplacement dans le désert376. Elles pouvaient cependant réunir dans un même convoi plusieurs centaines de dromadaires377.

  • 378 Mauny, op. cit., p. 392, 400. Voir aussi J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par (...)
  • 379 H. Pérès, « Relations entre le Tafilalet et le Soudan à travers le Sahara du xiie au xive siècle » (...)
  • 380 On les trouvait à Ouargla et dans le Mzab, mais aussi plus à l’est dans le Djérid ou le djebel Nef (...)
  • 381 Jean Lethielleux (Ouargla, op. cit., p. 142) cite le cas d’un marchand de Ouargla, Abū Muḥammad, q (...)
  • 382 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 229-251.
  • 383 Levtzion, art. cité, p. 257.
  • 384 H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, I, From the Antiquity to the Sixteenth Ce (...)
  • 385 Levtzion, art. cité, p. 253.
  • 386 Oliel, op. cit., p. 101-126.

120Parmi les acteurs de ce commerce on trouve bien sûr des marchands musulmans maghrébins. Le meilleur exemple, qui concerne Tlemcen, est la compagnie des Maqqarī au xiiie et au début du xive siècle, dont l’organisation est décrite par leur descendant l’écrivain al-Maqqarī al-Tilimsānī au xvie siècle, en partie à partir des archives et des lettres de ses ancêtres378. Cette compagnie avait des correspondants dans les villes marchandes de Siğilmāsa et, de l’autre côté du Sahara, à Oualata, ce qui supposait une organisation très poussée de ce trafic, avec une bonne connaissance des marchés379. Pour Bougie un tel témoignage manque, mais des organisations similaires ne sont pas impossibles. Les Bougiotes devaient également utiliser l’intermédiaire des commerçants ibadites de Ouargla et plus tard du Mzab. Aux périodes plus reculées, les communautés ibadites contrôlaient en effet toute la zone de contact avec le Sahara et organisaient ainsi le commerce saharien380. Leur rôle par la suite est mal connu, mais l’importance toujours grande des centres ibadites comme étapes du commerce saharien montre que leur activité ne s’est pas interrompue381. Autre communauté minoritaire, les juifs ont également servi d’intermédiaires dans ce commerce saharien382. Ils sont présents depuis longtemps dans la même zone des rivages du désert, sous domination ibadite383. La conquête almohade entraîna des persécutions, mais très vite les communautés se reconstituent et les responsa des rabbins d’Alger les montrent à Biskra, Touggourt, Ouargla, dans le Mzab et le Touat384. Cependant il ne semble pas que des juifs se soient trouvés également au sud du Sahara385. Surtout, ces communautés durent affronter à la fin du xve siècle de graves persécutions dans le Touat ou à Siğilmāsa, qui ont dû réduire encore leur rôle commercial386.

  • 387 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 197 ; Id., « Commerce et r (...)
  • 388 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 177.
  • 389 Al-Idrīsī, trad. p. 198.
  • 390 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045.

121Dans la zone sahélienne et plus au sud le Mali et le Songhaï ont cherché à réglementer le commerce. La zone de production de l’or en particulier n’était pas accessible aux marchands venus du Nord387. On a trop souvent souligné la naïveté supposée des Africains dans ces échanges, à partir des descriptions faites par les auteurs du Nord388, mais c’est oublier que les marchands noirs effectuaient eux aussi des traversées sahariennes. Al-Idrīsī rapporte ainsi que les Wangara, dépendant du Ghana, exportaient de l’or depuis la zone du delta intérieur du Niger vers le Maghreb et Ouargla389. Plus tard, Ibn Baṭṭūta décrit les habitants de Takaddā comme des commerçants aisés, qui partent chaque année pour l’Égypte390.

122Bougie avait donc l’avantage d’une situation plutôt favorable dans l’espace maghrébin, au débouché de la route de Ouargla et du Zāb, à un endroit où la zone de montagnes est moins large. Elle a, incontestablement, reçu des importations d’or du Soudan et a toujours veillé à ne pas se couper de cet approvisionnement, même lorsque, au xve siècle, Tunis cherche à détourner les produits arrivant à Ouargla. Il n’est cependant pas possible d’évaluer les quantités transportées réellement jusqu’au port, et plus encore celles disponibles pour une réexportation.

***

123Ce tableau économique de Bougie et de sa région reste très incomplet. Si inégalité il y a entre les rives nord et sud de la Méditerranée, elle est d’abord documentaire, ce qui invite à la prudence dans nos comparaisons. Les données principales nous viennent en grande partie de deux textes importants, la Géographie d’al-Idrīsī, au début de notre période, et la description de Léon l’Africain à la fin. Entre les deux, les informations sont rares.

124Il faut en tout cas revenir sur l’image d’un Maghreb ruiné par la « catastrophe hilalienne ». L’impact de ces migrations, qu’on ne saurait sous-estimer, ne fut pas si négatif qu’on a longtemps voulu le croire. Certes l’équilibre entre les activités pastorales et les cultures a sans doute été modifié, mais pas de manière catastrophique. De même il ne faut pas exagérer les contraintes du climat ou du milieu montagnard. Compte tenu des techniques agricoles de l’époque, la Kabylie est sans conteste un des milieux les plus favorisés de l’aire méditerranéenne. Certes vers le sud le climat devient aride, mais il permet alors d’autres cultures ou un élevage extensif. Les activités agricoles sont variées et rien n’indique une insuffisance chronique des productions. Il en va de même des activités artisanales, bien que nous soyons moins renseignés sur ce secteur. Le réseau routier, même s’il a pu être en partie perturbé par les tribus, permet l’acheminement des produits entre les campagnes intérieures et la mer. Enfin Bougie est bien reliée aux routes sahariennes qui font arriver l’or du Soudan. Reste la question du poids des hommes, fondamentale dans une économie traditionnelle où la croissance démographique reste le plus sûr moteur de l’expansion. Il semble bien qu’il y ait eu au moins une stagnation démographique, qui a touché l’ensemble du Maghreb.

125Il n’y a donc pas lieu de parler de crise économique profonde et chronique dans la région, même si on ne relève pas de signe probant de dynamisme particulier, susceptible de stimuler et de soutenir par ses excédents une expansion commerciale importante. L’impact des migrations de tribus, des guerres et des épidémies ne doit certes pas être sous-estimé, mais doit être évalué avec prudence. On constate plutôt un rééquilibrage et une adaptation aux données nouvelles du peuplement, qui favorise les activités d’élevage.

***

126Bougie dispose d’atouts incontestables pour devenir un grand port méditerranéen. C’est une ville peuplée, recevant régulièrement l’apport de migrations venues de l’intérieur et, surtout à partir du xiiie siècle, d’al-Andalus. Elle est le débouché naturel d’une région vaste et riche. La vallée de la Soummam et un réseau dense de routes lui ouvrent les montagnes de Petite Kabylie. Au-delà, par la trouée de Biskra, elle entre en contact avec le monde saharien, et les axes caravaniers reliant les pays de l’or au Maghreb. Une partie des ressources des campagnes et des villes de cet arrière-pays parvient jusqu’à Bougie et est susceptible de faire l’objet d’un commerce maritime.

127Mais cet espace économique n’est pas toujours bien contrôlé et Bougie doit faire face à des difficultés, parfois chroniques, parfois plus conjoncturelles. Elle doit compter tout d’abord avec la rivalité de plusieurs autres villes, comme Constantine et plus tard Alger. Des régions entières échappent ainsi périodiquement à son aire d’influence. Les souverains ou les gouverneurs doivent également contenir la turbulence des tribus nomades, en particulier celles issues de la récente migration hilalienne. Si, entre le milieu du xiie et la fin du xiiie siècle, ils parviennent à imposer leur ordre, il n’en est plus de même à partir du début du xive siècle.

128Cette période de crise correspond aussi à des conflits politiques incessants, où s’enchevêtrent les ambitions territoriales des Abdelwadides, puis des Mérinides, les luttes internes au pouvoir hafside, et le jeu compliqué des tribus. Il en résulte une perturbation des routes, sans doute également de la production rurale, et des pertes humaines. Celles-ci sont aggravées par l’arrivée, au milieu du xive siècle, de la grande peste, qui contribue à accentuer une situation démographique déjà déprimée.

129L’arrivée sur le trône de Tunis de sultans énergiques et les difficultés propres des sultanats occidentaux permettent un retour au calme à la fin du xive siècle, mais dans une région fortement touchée par la crise qu’elle vient de traverser.

130Les difficultés de l’intérieur confirment et amplifient le déplacement du centre de gravité politique et économique de la région vers le littoral. Pour le pouvoir, cette évolution est une garantie de plus de sécurité et offre la possibilité de ressources fiscales moins aléatoires tirées du commerce maritime. Sur le plan économique elle permet à la ville de moins dépendre de l’intérieur et surtout de profiter du dynamisme croissant des échanges méditerranéens à partir du xiie siècle. La ville s’intègre alors dans des réseaux commerciaux élargis, qui stimulent ses échanges.

Notes

1 Du moins nous n’avons pas trace d’initiative d’ordre économique dans les campagnes ou les villes de l’arrière-pays.

2 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. (modifiée), p. 166.

3 Même si les contraintes du relief (mais aussi du climat avec un enneigement de certaines régions) entraînent une certaine constance dans les itinéraires.

4 Voir sur ces routes l’étude fouillée de M. Forstner, Das Wegenetz des Zentralen Maghreb in islamischer Zeit. Ein Vergleich mit dem antiken Wegenetz, Wiesbaden, 1979, qui s’appuie en grande partie sur les itinéraires d’al-Idrīsī.

5 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.

6 Id., texte p. 98, trad. p. 153.

7 Id., texte p. 145, trad. p. 186.

8 Īğān dans l’édition de Hadj Sadok. Le lieu est aujourd’hui occupé par un cimetière connu sous le nom de Sīdī ‘Alī al-Bas rī. A. Amara, Pouvoir, économie et société dans le Maghreb hammadide (395/1004-547/1152), thèse de l’Université Paris 1, sous la direction de Fr. Micheau, Paris, 2002, p. 424.

9 Mohamed Talbi parle cependant, à propos d’une bataille entre Aghlabides et Fatimides en 296/908, d’un lieu nommé Dār Madyan, qui pourrait se situer entre Sbeitla et Kasserine. M. Talbi, L’Émirat aghlabide, 184-296/800-909, Paris, 1966, p. 674.

10 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166.

11 Soit en décrivant la route qui les relie soit, plus simplement, en indiquant la distance entre les deux villes.

12 Al-Idrīsī, p. 165.

13 Ibid., p. 167.

14 Ibid., p. 172.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 178.

17 Ibid., p. 194.

18 Ibid., p. 195.

19 Ibid., texte p. 116, trad. p. 165. Quand al-Idrīsī donne la liste des localités du Maghreb central, il cite notamment Alger, mais aussi plus à l’ouest Ténès et à l’intérieur Miliana, qui appartenaient au domaine hammadide jusqu’à la conquête almoravide.

20 La route commence par remonter le cours de la Soummam par al-Maḍīq (Le Défilé), Sūq al-Aḥad, Wādī al-R.h.t (ou Waht d’après l’édition de Hadj Sadok, mais pouvant aussi se lire Wahb selon Forstner), Tiklat, Tādr.f.t (Tādr.q.t selon Hadj Sadok, non localisé), Sūq al-Hāmis, Ḥiṣn Bakr, Wārafū (ou Wāfū), al-Qaṣr (Beni Mansour). À partir de là on abandonne la vallée de la « rivière de Bougie » pour se diriger vers le sud-est. On passe par Ḥiṣn al-Ḥadīd, puis Šar’ā, Qaṣr Banī Tarākuš, Tāwart (Tourist ou Abla selon Nef), les montagnes d’al-Bāb (Portes de Fer selon Nef), Ḥiṣn al-Saqā’if, al-Nāzūr, Sūq al-Hamīs, Tamāṭa (Ṭammāma selon Hadj Sadok), Sūq al-Iṯnayn, Tāfalkānat, Tāzzakā (Tāzakkā selon Hadj Sadok), Qaṣr ‘Aṯiyya. Al-Idrīsī, texte p. 118-120, trad. p. 167-168. Voir Forstner, Das Wegenetz des Zentralen Maghreb, op. cit., p. 220-221 et la carte p. 309.

21 Les localités situées sur l’itinéraire Constantine-Bougie sont souvent difficiles à situer : la route part de Constantine vers le nord-ouest, en direction de Jijel, et de là suit la côte jusqu’à Bougie. Al-Idrīsī, trad. p. 172-173. Sur cette route voir Forstner, Das Wegenetz des Zentralen Maghreb, op. cit., p. 148-153. Une autre route passe par Sétif, et de là rejoint Constantine. Al-Idrīsī, trad. p. 174.

22 Ibid., p. 177-178.

23 Certains axes naturels (vallées, cols) sont privilégiés. Ce sont d’ailleurs souvent les axes empruntés par les routes actuelles.

24 Al-Idrīsī, trad. p. 167-168.

25 Il est également signalé par Ibn Khaldūn, Berbères, III, p. 405, qui situe cette bourgade dans la vallée de la Soummam, près de Bougie.

26 Yaḥyā b. Khaldūn parle d’un lieu nommé al-Arb’ā’ dans la vallée de la Soummam, où se déroule en 727/1326-7 une bataille entre Hafsides et Abdelwadides. Peut-être s’agit-il d’un marché du mercredi. Yaḥyā b. Khaldūn, trad., I, p. 185.

27 St. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger, 1911, rééd., Alger, 1997, feuille 6, signale sur cette route une série de fortins qu’il qualifie de romains, mais dont on peut aussi penser qu’ils ont été utilisés plus tardivement. C’est le tracé de la route actuelle qui mène à Tizi Ouzou et, de là, à Alger.

28 Al-Idrīsī, trad. p. 161-162.

29 Sur les réseaux routiers avant la fondation de Bougie, voir Cl. Vanacker, « Géographie économique de l’Afrique du Nord selon les auteurs arabes, du milieu du ixe siècle au milieu du xiie siècle », Annales ESC, 1973, 28/3, p. 659-680 ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 410-420 ; M. Lombard, L’Islam dans sa première grandeur (viiie-xie siècle), Paris, 1971, p. 83-88 (qui parle de la « route des hauts plateaux »).

30 Al-Idrīsī écrit que Tlemcen est le verrou du Maghreb occidental et le passage obligé pour qui veut aller vers l’ouest. Al-Idrīsī, trad. p. 157.

31 Ibid., p. 159-160.

32 Ibid., p. 164-165.

33 Ibid., p. 177-178, 206-208, 210.

34 Ibid., p. 198.

35 Ibid., p. 167, 169-170.

36 É. Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes. XI, L’Afrique septentrionale, deuxième partie, Tripolitaine, Tunisie, Algérie, Maroc, Sahara, Paris, 1886, p. 561-562 (carte des oasis) et p. 351 (carte des puits artésiens des Zibans et de l’oued Righ).

37 Cf. infra p. 228-237 sur le commerce saharien.

38 Cf. S. M’ghirbi, Les Voyageurs de l’Occident musulman du xiie au xive siècle, Tunis, 1996, p. 37-44.

39 Ces deux quêtes ne sont cependant pas contradictoires.

40 Ce nom n’est pas connu des géographes arabes. Cf. W. Hoenerbach, Das nordafrikanische Itinerar des Abdarī vom Jahre 688/1289, Leipzig, 1940, p. 188.

41 Al-’Abdarī, Riḥla al-Maġribiyya, trad. A. Cherbonneau, « Notice et extrait du voyage d’el-Abdery », Journal asiatique, 1854, 5e série, IV, p. 150-175.

42 Ibn Battūta, p. 377-383.

43 M’ghirbi, op. cit., p. 39.

44 ‘Abd al-Bāsiṭ b. Halīl, Al-Rawd al-bāsim fī ḥawādit al-’umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, Abd al-Bāsiṭ b. Halīl et Adorne, Paris, 1936, rééd. 2001, p. 49-50. ¯

45 Cf. supra sur le Zāb p. 137-141.

46 Fatwa d’Al-Suyūrī (Kairouan, mort en 460/1067). Analyse dans V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi’yār d’al-Wanšarīsī, Madrid, 1995, p. 27.

47 Fatwa d’Al-Lahmī (Kairouan, mort en 478/1085). Analyse ibid., p. 29.

48 Berbères, I, p. 37.

49 Ibid., II, p. 330-331.

50 M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècle), Paris, 1986, p. 138.

51 Ibn Baṭṭūṭa, p. 378. Jean Poncet affirme (pour le xie siècle) que les Arabes ne furent pas pour grand chose dans l’aggravation de l’insécurité et que les troubles furent dus pour l’essentiel aux armées en guerre, ou à des vagabonds jetés sur les routes par la crise. J. Poncet, « Le mythe de la catastrophe hilalienne », Annales, ESC, 22/5, 1967, p. 1114, 1117. On ne peut nier que les armées en guerre qui parcourent le territoire de Bougie, en particulier dans la première moitié du xive siècle, ont contribué à l’insécurité. En revanche il paraît peu probable que des éléments marginaux aient pu, dans des territoires contrôlés par les tribus arabes, se livrer à de telles exactions.

52 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 38.

53 Cf. supra p. 43-44, sur la fondation de la ville.

54 Al-Idrīsī le constate pour le milieu du xiie siècle : sur la route entre Gabès et Tripoli « toutes ces étapes que nous venons de décrire sur cette route traversent des lieux déserts et vides, car les Arabes ont détruit leur prospérité, fait disparaître leurs traces, réduit à néant leurs vestiges et ruiné leurs ressources. On n’y trouve plus ni ami, ni allié. Le pays est devenu la propriété des tribus arabes de Mirdās et Riyāḥ ». Al-Idrīsī, trad. p. 198. À la fin de notre période, Léon l’Africain affirme que les Arabes du désert de Libye sont très pauvres, donc très voleurs, et que tout étranger qui tombe entre leurs mains est d’abord dépouillé, puis vendu aux Siciliens, ajoutant : « Il y a cent ans qu’aucune caravane n’est passée par la côte qui borde le désert où vivent ces gens. Quand une caravane doit traverser le pays, elle passe par l’intérieur, à 500 milles environ de la mer ». Léon l’Africain, p. 43.

55 M. Brett, « Ifrīqiya as a Market for Saharan Trade from the Tenth to the Twelfth Century A.D. », Journal of African History, 10/3, 1969, p. 351.

56 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 38.

57 Analyse ibid., p. 145.

58 Les géographes coloniaux ont illustré parfaitement, parfois jusqu’à la caricature, l’équation « milieu naturel = mode de vie = degré de civilisation ». Cf. A. Bernard, Géographie universelle, dir. P. Vidal de la Blache et L. Gallois, XI, Afrique septentrionale et occidentale, 1re partie, Généralités et Afrique du Nord, 1937, p. 17 : « à côté des influences raciales, qui sont obscures, il faut placer les conditions géographiques, qui sont très claires ; elles déterminent le genre de vie des Africains et, dans une très large mesure, leur degré de civilisation ».

59 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, 1re édition, Paris, 1949, 4e éd. corrigée, Paris, 1979, p. 27. J. Despois, L’Afrique du Nord, Paris, 1958, p. 256 : « Il ne faut pas oublier que bien des montagnes sont, en Afrique du Nord, des milieux biogéographiques favorisés ».

60 J. R. Mc Neill, The Mountains of the Mediterranean World, Cambridge, 1992, p. 86. Plus généralement les montagnes du Maghreb ont longtemps connu des densités très fortes, bien supérieures à celles qu’on pouvait trouver en plaine, pour des raisons de sécurité, mais aussi parce que d’un point de vue agricole, ces terres n’étaient pas forcément mauvaises compte tenu des techniques employées alors.

61 Cf. supra carte p. 36. Bernard, op. cit., p. 33 ; É.-F. Gautier, « Le cadre géographique de l’histoire en Algérie », Histoire et historiens de l’Algérie, Alger, 1930, p. 19. Élisée Reclus compare le relief de l’Algérie à « des vagues qui se succèdent au bord d’une plage ». Reclus, op. cit., p. 303.

62 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 46.

63 Bernard, op. cit., p. 56.

64 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 73-74.

65 Ibid., p. 80. On peut supposer qu’une partie des pentes était aménagée en terrasses propres à accueillir des cultures.

66 La rivière ne prend ce nom qu’à partir d’Akbou, quand elle reçoit les eaux de son affluent l’oued Bousselam. En amont elle porte le nom d’oued Sahel. Dans les textes du Moyen Âge elle est le plus souvent appelée oued Kabīr, ou parfois oued Biğāya.

67 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 49. Passé la région de Médéa, on retrouve à l’ouest un grand axe de circulation avec la vallée du Chélif, qui coule en direction opposée et débouche dans la Méditerranée au niveau de Mostaganem.

68 Cf. J. Fontaine, Villages kabyles et nouveau réseau urbain en Algérie. Le cas de la région de Bejaïa, Tours, 1983, p. 9-10.

69 Environ 1,5 km de large peu avant Bougie.

70 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 65.

71 J. Despois, « La bordure saharienne de l’Algérie orientale », RA, 86, 1942, p. 199. Élisée Reclus signale qu’à son époque (sa géographie de l’Afrique du Nord date de 1886) on voyait encore dans le Hodna les traces des canaux et des barrages qui permettaient l’irrigation. Reclus, op. cit., p. 550.

72 Bernard, op. cit., p. 54.

73 Despois, « La bordure saharienne », art. cité, p. 197-219.

74 Jacques Fontaine parle de « bioclimat méditerranéen à dominante humide ». Fontaine, Villages kabyles, op. cit., p. 10.

75 Les variations vont parfois du simple au triple. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 18.

76 Al-Gubrīnī, p. 151. Cf. É. Dermenghem, « Al-Hirrālī. Un çoufi du xiiie siècle, érudit, métaphysicien, philosophe et poète », AIEO, 7, 1948, p. 39-53.

77 F. Kasdi, H. Nait Benali, Diagnostic de la culture de l’olivier dans la partie occidentale (périphérique) du Parc National de Gouraya et possibilités de réhabilitation, Projet de fin de cycle, Université de Bejaia, Institut des sciences de la nature, Bougie, 1998, p. 31.

78 Bernard, op. cit., p. 51-52.

79 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p.22

80 Y a-t-il eu des barrages pour conserver cette eau pour les périodes d’été ? Ce n’est pas impossible, au moins pour les rivières secondaires. Jean Despois parle de « rustiques barrages de dérivation aménagés par les indigènes sur les cônes de déjection ». Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 26.

81 Laurent-Charles Féraud signale des restes de rigoles et de canaux construits pour assainir et assécher les marais qui se trouvaient à l’embouchure de la Soummam, mais ajoute que ces installations avaient été abandonnées à son époque. L.-Ch. Féraud, Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie, Recueil des notices et mémoires de la société archéologique de la province de Constantine, 13, 1869, rééd., Histoire de Bougie, avec une présentation de N. Abdelfettah Lalmi, Paris, 2001, p. 28-29.

82 D’après P. Seltzer, Le Climat de l’Algérie, Alger, 1945, p. 24, 32. Ces données résultent de relevés effectués entre les deux guerres mondiales. Les données plus récentes montrent une diminution sensible des précipitations (837 mm. en moyenne entre 1988 et 1997) cf. Kasdi et Nait Benali, op. cit. Il est évident qu’on ne saurait considérer ces mesures comme des indications absolues pour notre période. En gras ont été indiquées les périodes de sécheresse.

83 Jijel reçoit 1204 mm, et Collo 1002 mm. Seltzer, op. cit., p. 132.

84 Dans la vallée de la Soummam : Sidi Aïch, 669 mm, Akbou, 498 mm. Ibid., p. 137.

85 Fontaine, Villages kabyles, op. cit., p. 10.

86 La neige persiste deux ou trois semaines par an sur les principaux massifs d’Algérie. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 14. Voir aussi Bernard, op. cit., p. 48-49.

87 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 10-11.

88 Ibid., p. 16, 98.

89 Ibid., p. 17.

90 Le climat y est plus nettement continental, avec des hivers rigoureux et des étés très chauds. Ibid., p. 98.

91 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 20, Bernard, op. cit., p. 54.

92 R. S. Lopez, La Révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 47-51. L’équivalence « forte population = prospérité » n’est bien sûr pas absolue. Une trop forte population par rapport aux possibilités du milieu et des techniques peut aussi entraîner disette et crise. Mais dans les économies pré-industrielles le poids des hommes est une donnée déterminante.

93 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du xie au xve siècle », CT, 97-98, 1977, p. 51, 55.

94 J.-N. Biraben, « Essai sur l’évolution du nombre des hommes », Population, 34/1, 1979, p. 16.

95 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, 1979, I, Les structures du quotidien, p. 27, s’appuyant sur les chiffres de J. C. Russell, Late Ancient and Medieval Population, 1958, p. 148.

96 Al-’Abdarī, op. cit., p. 160-161. Il est vrai qu’il le traverse après une période de guerres.

97 « Autrefois, déplore-t-il après avoir décrit les méfaits des bédouins, toute la région entre la Méditerranée et le Soudan était peuplée, comme le montrent les vestiges de civilisation, tels que monuments, sculptures monumentales, ruines de villages et d’agglomérations ». Muqaddima, trad. p. 298.

98 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 56-58.

99 Cf. J.-Cl. Garcin, « Histoire, démographie, histoire comparée, périodisation », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, III, Paris, 2000, p. 45-46.

100 Jean-Noël Biraben donne les chiffres suivants pour l’Europe occidentale et centrale : 30 millions en 1000, 35 en 1100, 49 en 1200, 57 en 1250, 70 en 1300, et 74 en 1340. Biraben, « Essai », art. cité, p. 16. Voir aussi N. Bulst, « l’essor (xe-xive siècle) », Histoire des populations de l’Europe, dir. J. Dupâquier et J.-P. Bardet, Paris, 1997, I, p. 168-184.

101 Fernand Braudel, prenant en considération une Europe large, et incluant les régions orientales, donne pour raisonnable un chiffre de 55 millions (Braudel, Civilisation matérielle..., op. cit., p. 30). Ce chiffre n’est pas éloigné de ceux avancés (sans prendre en compte l’Europe orientale) par Jean-Noël Biraben (« Essai », art. cité, p. 16) : 52 millions en 1400, 67 en 1500.

102 G. Pinto, E. Sonnino, « L’Italie », Histoire des populations de l’Europe, dir. J. Dupâquier et J.-P. Bardet, Paris, 1997, I, p. 485.

103 Cf. supra p. 41-78.

104 Au xie siècle le Maghreb voit arriver deux migrations de nomades : celle des Hilaliens, venant de l’est, et celle des Almoravides, venant du sud-ouest. Ce synchronisme invite à penser que le Maghreb connaissait bien à cette époque un déficit humain qui facilitait, et peut-être provoquait, ces mouvements migratoires.

105 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 55.

106 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, 1975, I, p. 53-54, 109, 129 ; A. Saadaoui, « al-Maġrib al-islāmī fī mūwāğahat al-ṭā’ū n : al-ṭā’ū n al-a’zām wa l-ṭawā’īn al-latī talat-hu al qarnayn 14 wa 15 », IBLA, 175, 1995, p. 119-141.

107 Berbères, III, p. 447, parlant de la mort du vizir du sultan abdelwadide Abū Hammū II dans la région du Hodna en 747/1346-7, Ibn Khaldūn signale que cette maladie « venait de reparaître en Afrique après y avoir enlevé beaucoup de monde ». Dans la Muqaddima il montre davantage à quel point cette épidémie fut une catastrophe : « la terrible peste vint attaquer la civilisation en Orient comme en Occident, et ravager les nations en emportant une partie de notre génération. Ce fléau détruisit de nombreux bienfaits de la civilisation. [...] la civilisation décrut avec la population. Les villes et les maisons se vidèrent, les chemins s’effacèrent, les villages se dépeuplèrent, les dynasties et les tribus s’affaiblirent. La face du monde habité changea ». Muqaddima, trad. p. 61-62.

108 Talbi, « Effondrement démographique », art. cité, p. 58. Sans doute ne frappa-t-elle pas également toutes les populations. Les habitants des campagnes, et plus encore peut-être les nomades, ont pu être davantage protégés de la contamination.

109 Ibid., p. 59. Garcin, « Histoire, démographie », art. cité, p. 44, qui souligne une diminution des pluies aux xie et xiie siècles.

110 R. Fossier, Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, II, Paris, 1982, p. 1073.

111 M. Rouvillois-Brignol, « Quelques remarques sur les variations de l’occupation du sol dans le Sud-Est algérien », Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord. Actes du IIIe colloque international, réunis dans le cadre du 110e Congrès national des sociétés savantes (Montpellier, 1-5 avril 1985), Paris, 1986, p. 41. Travaillant sur le versant saharien et le piémont des Aurès à partir de photographies aériennes et de prospections au sol, elle constate qu’ » on peut tenir pour très probable l’existence d’une phase d’aridification progressive et lente qui culminerait aux alentours du xiiie siècle, suivie d’une période plus humide du xvie au milieu du xixe siècle ».

112 Cf. supra p. 150-153 sur les tribus et leurs déplacements.

113 Cf. supra p. 153. « Les tribus que protègent d’inaccessibles montagnes sont à l’abri de la malfaisance et des déprédations de Arabes. Ceux-ci ne franchiront pas de colline ou ne prendront pas de risque pour aller chercher les montagnards ». Muqaddima, trad. p. 294.

114 Ibid., p. 295, 298.

115 Voir, pour le début de la période, Vanacker, « Géographie économique », art. cité, p. 659-680.

116 « On pourrait donc s’attarder, à propos de l’agriculture et de l’industrie, à reporter purement et simplement dans le passé la description détaillée de faits actuels, corroborés d’ailleurs souvent par des témoignages antiques. Mais il paraît suffire à l’objet de la présente étude de souligner certains traits essentiels de ces techniques archaïsantes, et de mettre seulement en relief les quelques données que nos textes datent avec précision de l’époque hafside ou de ses alentours immédiats ». R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, Paris, 1940-1947, II, p. 205-206.

117 G. Marçais, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Recueil des notices et mémoires de la société archéologique du département de Constantine, 47, 1913 ; É.-F. Gautier, Les Siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927. Sur un mode moins ouvertement idéologique, cette thèse a été reprise par Hady-Roger Idris (H.R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962), et dans les articles publiés par lui en réponse aux attaques de Jean Poncet : H. R. Idris, « Problématique de l’épopée sanhâdjienne en Berbérie orientale (xe-xiie siècle) », AIEO, 1959, p. 243-255 ; Id., « L’Invasion hilalienne et ses conséquences », CCM, 1968, p. 353-369.

118 Lorsqu’il dresse le bilan des destructions des Arabes au milieu du xiie siècle, Georges Marçais écrit que « tout ce qui restait de l’œuvre économique romaine » n’était plus que ruine. Marçais, Arabes en Berbérie, op. cit., p. 150.

119 On pourrait en ajouter une quatrième, sous-jacente, qui est que le Maghreb ne possède pas le moteur de son histoire, laquelle ne peut dès lors s’expliquer que par des influences et surtout des conquêtes extérieures. Une idée persistante de cette historiographie veut que la population maghrébine soit incapable de progrès par elle-même et que son destin ne peut être que lié à des interventions extérieures. Cf. Marçais, Arabes en Berbérie, op. cit., p. 1 : « La Berbérie ne paraît pas capable de progresser par ses propres moyens ; elle doit se mettre à la remorque d’autrui. Une sorte de fatalité semble l’empêcher d’être autre chose qu’une terre vassale. Réservoir de forces sans cohésion, elle a besoin de recevoir ses influences directrices du dehors, de Phénicie ou de Rome, de l’Orient musulman ou de l’Espagne ».

120 É.-F. Gautier (« Le cadre géographique », art. cité, p. 30) exprime cela avec l’absence de nuances qui le caractérise, affirmant que toute l’histoire du Maghreb médiéval s’éclaire par le duel entre les Zanāta (grands nomades, qu’il qualifie à la fois de communistes, d’anarchistes, de nihilistes, affichant une préférence profonde pour le désordre, bref, « le destructeur, le négateur ») et les Sanhāğa (Kabyles sédentaires, soutiens de l’autorité régulière, parés de toutes les qualités). La victoire des nomades aurait laissé un pays agonisant, proie facile pour les Turcs (ibid., p. 31).

121 L’arrivée des Hilaliens serait très différente de la première conquête arabe qui, étant numériquement faible, ne modifiait pas le « sang ». Gautier, « Le cadre géographique », art. cité, p. 32. On retrouve la terminologie des théories raciales appliquées à l’histoire des civilisations. Cet article fut publié dans le cadre des festivités célébrant sur un mode triomphant le centenaire de la conquête de l’Algérie.

122 Un premier article est publié en 1954 – la date n’est pas sans intérêt – dans les Cahiers de Tunisie, et est complété par deux autres, plus importants, en 1961, dans les Annales et les Cahiers de Tunisie, enfin un dernier en 1967, encore dans les Annales, et dans lequel il puise dans la thèse nouvellement publiée d’Idris des arguments pour combattre les positions traditionnelles. J. Poncet, « L’évolution des “genres de vie” en Tunisie. Autour d’une phrase d’Ibn Khaldoun », CT, 7-8, 1954, p. 315-323 ; Id., « Géographie et histoire : pays subdésertique et exemple tunisien », Annales ESC, 16/1, 1961, p. 99-109 ; Id., « Prospérité et décadence ifrîqiyennes », CT, 33-35, 1961, p. 221-243 ; Id., « Le mythe de la catastrophe hilalienne », art. cité, p. 1099-1120.

123 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 235 : « Aux yeux des contemporains, le monde n’était ni bouleversé, ni même changé ».

124 En particulier des fatwa-s de juristes de Kairouan de la seconde moitié du xie siècle montrent sans conteste les perturbations introduites par les tribus hilaliennes. Cf. infra. p. 201-202.

125 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 235.

126 Il s’appuie en particulier sur les travaux de Goitein, alors nouvellement publiés, qui montrent dès la première moitié du xie siècle une crise du commerce entre l’Égypte et l’Ifrīqiya. S. D. Goitein, « La Tunisie du xie siècle à la lumière des documents de la Géniza du Caire », Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, II, Paris, 1962, p. 559-579. Celui-ci montre en effet que le recul du commerce avec l’Ifrīqiya est antérieur à la crise hilalienne, et progressif.

127 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 232.

128 Poncet, « Géographie et histoire », art. cité, p. 107-108 ; Id., « Prospérité », art. cité, p. 232 ; Id., « Le mythe de la catastrophe hilalienne », art. cité, p. 11021106.

129 Poncet, « Géographie et histoire », art. cité, p. 104. Et il ajoute (p. 105) : « En fait, les tribus nouvellement apparues [Hilaliens] à partir du xie siècle n’ont pas commis plus de dégâts que d’autres conquérants ou chefs de guerre ». Dans l’article des Cahiers de Tunisie de 1961 (« Prospérité », art. cité, p. 233), il affirme même qu’aucun texte ne nous montre les Hilaliens prendre une forteresse d’assaut, ni mettre le feu à une ville ou raser des plantations, ce qui est pousser un peu loin leur défense. Dans l’article de 1967 (« Le mythe de la catastrophe hilalienne », art. cité, p. 1115-1117), il va encore plus loin en affirmant que les destructions n’ont été le fait que du pouvoir d’État ou de brigands locaux profitant de l’affaiblissement des émirs zirides, alors que les Arabes de la tribu des Riyāh auraient toujours été les soutiens les plus sûrs de la dynastie.

130 Poncet, « Prospérité », art. cité, p. 236-239.

131 Cela lui permet de conclure que la crise que connaît aujourd’hui le Maghreb ne s’explique pas par les Hilaliens mais par les Grandes Découvertes et la colonisation européenne. « Prospérité », art. cité, p. 240. Ici, les démarches des historiens coloniaux et post-coloniaux se rejoignent sur un point, la recherche des origines et des causes du déclin du Maghreb contemporain. Jean Poncet inverse la construction des premiers, remplaçant un présupposé idéologique (la responsabilité des Arabes) par un autre (la responsabilité des Européens), guère plus valable pour l’histoire du Moyen Âge.

132 A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 141.

133 Cf. l’analyse de J. Berque, « Ibn Khaldoun et les Bédouins », Maghreb, histoire et sociétés, Alger, 1974, p. 22-34 (titre original « Problèmes de la connaissance au temps d’Ibn Khaldoun », Contribution à la sociologie de la connaissance, 1967).

134 Al-Idrīsī, trad. p. 168-169.

135 Ibid., p. 168.

136 Voir également les analyses de Jacques Berque à partir du corpus des Na-wāzil Māzūna. J. Berque, L’intérieur du Maghreb, xve-xixe siècle, Paris, 1978, p. 42-48.

137 Par exemple fatwa-s d’al-Suyūrī (mort en 460/1067). Analyses dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 26.

138 Cf. Laroui, op. cit., p. 143, qui écrit que ces conquérants n’introduisent ni plus d’injustice, ni plus de destructions parce que l’État exploitant, en décourageant la production par sa lourde fiscalité, les monopoles ou le pillage de ses fonctionnaires, détruisait déjà l’économie.

139 Berbères, I, 46. Plusieurs fatwa-s concernent des murs élevés autour des jardins et des tours de guet, construits au moment de l’arrivée des Hilaliens. Cf. fatwa d’al-Laẖmī, (mort en 487/1085). Analyse dans Lagardère, Histoire et société,op. cit., p. 121.

140 Berbères, III, p. 404.

141 Analyses dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 31, 129 : les Arabes « se sont emparés de leurs terres, leurs immeubles, leurs demeures, se les sont partagés par force et leur en ont interdit l’accès. Les gens vont labourer, moissonner et ramasser les olives sur le qui-vive et s’empressent de rentrer en ville, chacun évitant de rester seul en arrière par crainte pour sa personne et ses biens. Au moment des labours, ils délaissent souvent leurs propres champs et en labourent d’autres en fonction des pluies et du partage des Arabes. Lors de la cueillette ils abandonnent une grande quantité d’olives faute de pouvoir aller les ramasser tranquillement. Ils se voient contraints de les ramasser avant maturité en embauchant des gens auxquels ils en abandonnent le tiers et parfois la moitié alors que s’ils jouissaient de la paix, eux-mêmes et leurs esclaves en feraient la cueillette à loisir et au moment de la maturité des fruits ».

142 Cf. I. Achouri, Les Banu Hilal. Analyse structurale d’un nomadisme séculaire (du viie au xviie siècle), thèse de l’Université de Toulouse-Le-Mirail, 1998, sous la direction d’A. Ducellier et Chr. Picard, p. 121-122.

143 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 31.

144 Ibid., p. 41 ; trad. dans Berque, L’intérieur du Maghreb, op. cit., p. 42-43.

145 Al-Idrīsī, texte p. 119, trad. p. 168-189.

146 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 319.

147 Cf. la mise au point récente de P. Guichard, « Nomadisme et tribalisme », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, II, Paris, 2000, p. 111-128.

148 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. XIV, qui affirme qu’il n’y eut jamais d’association durable entre les nomades et les sédentaires, ni entre citadins et ruraux.

149 Ibn Ḥawqal, Kitāb Ṣūrat al-arḍ, trad. G. Wiet et J. H. Kramers, La Configuration de la terre, Paris, 1964, p. 72. Plus loin il décrit les pays que traverse la route méridionale, d’est en ouest, et signale également plusieurs villes entourées de riches terroirs agricoles. Ibid., p. 80 s.

150 Cf. infra p. 355-362.

151 Cf. infra p. 378-399.

152 Cf. Mc Neill, op. cit., p. 92. En ce sens, le problème se pose très différemment pour les plaines d’Ifrīqiya.

153 C’est l’analyse que fait Abdallah Laroui, op. cit., p. 143, affirmant que les nomades hilaliens n’ont pas pris la place des sédentaires agriculteurs mais profité d’un vide démographique.

154 Cl. Cahen, « Quelques mots sur les hilaliens et le nomadisme », JESHO, 11, 1968, p. 131.

155 G. Chiauzzi, « Le substrat autochtone au Maghreb », Maghreb Médiéval. L’apogée de la civilisation islamique dans l’Occident arabe, Aix-en-Provence, 1991, p. 49-50, qui invite à ne pas théoriser à notre tour à partir de la vision déjà théorique d’Ibn Khaldūn, lequel laisse la place à beaucoup de nuances dans les différents modes de vie en distinguant plusieurs niveaux de nomadisme.

156 Guichard, « Nomadisme », art. cité, p. 119.

157 Al-Idrīsī, trad. p. 170. Les nomades laissent aux sédentaires la garde des récoltes, en particulier lors de leurs migrations vers le sud. Cette pratique s’est perpétuée longtemps après. Étudiant le recueil de nawāzil d’al-Māzūnī (mort en 1478/9), Jacques Berque fait ce constat : « On pressent une société en marche vers la division du travail et la stratification socio-économique, processus qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la sédentarisation des bédouins ». J. Berque, « Les Hilaliens repentis, ou l’Algérie rurale au xve siècle », Annales ESC, 25/5, 1970, p. 1339.

158 On risquerait alors de leur acheter le produit de leurs rapines. Cf. fatwa d’al-Māzarī (analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 127). Voir aussi ibid., p. 130, 133 (fatwa-s de Tunis des xiiie et xive siècles), p. 142 (fatwa d’al-Wāġlīsī de Bougie, mort en 786/1384, qui interdit l’achat de chameaux aux Arabes connus pour être des pillards). Mais al-Māzarī envisage tout de même des ventes de blé aux bédouins en période de disette (ibid., p. 129-130).

159 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 218-221.

160 Ibid., p. 98

161 Les marchands chrétiens devaient cependant le plus souvent amener leur vin, ce qui montre que ce n’était pas un produit local très répandu. Cf. infra p. 364-366.

162 Léon l’Africain nous dit que les Bougiotes avaient pour principal aliment le pain d’orge. Léon l’Africain, p. 406. Voir B. Rosenberger, Société, pouvoir et alimentation. Nourriture et précarité au Maroc précolonial, Rabat, 2001, notamment p. 157-189 (« consommer les céréales »).

163 Cf. H. Jaïdi, L’Afrique et le blé de Rome aux ive et ve siècles, Tunis, 1990.

164 Sur la production de céréales au Maghreb, voir R. Vernet, « Recherches sur la production et la circulation des céréales dans le Maghreb médiéval », RHCM, 13, 1976, p. 31-62, et Id., « La production céréalière dans le Maghreb du xiiie siècle », Jaime I y su época, X congreso de historia de la Corona de Aragón, Saragosse, 1978, III, p. 253-268.

165 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 27.

166 Al-Idrīsī, trad. p. 166.

167 Ibid., p. 161, 167 : les terres y sont fertiles pour les céréales, le blé à bas prix, et les stocks biens fournis.

168 Ibid., p. 170 : la ville domine de vastes champs de blé et d’orge, et les silos sont pleins.

169 Ibid., p. 193.

170 Léon l’Africain, p. 361.

171 M. S. Baïzig, Biğāya fīl-’ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtiṣādiyya wa iğtimā’iyya, thèse de l’Université de Tunis 1, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, 1995, p. 137. On constate d’une manière plus générale que la région proche de Bougie n’apparaît pas dans la description de Léon l’Africain comme étant riche en céréales. Une enquête manuscrite non signée de 1888 signale que la culture du blé est moins développée près de Bougie que dans la région de Sétif ou des Hauts-Plateaux, et qu’on y trouve surtout de l’orge et du sorgho (Enquête sur l’arrondissement de Bougie, 1888, manuscrit dont une photocopie se trouve à la bibliothèque de l’association GEHIMAB de Bougie).

172 Léon l’Africain, p. 352. Les grandes terres à blé se trouvaient cependant plus à l’ouest, vers Oran et Ténès, et au-delà au Maroc, mais on ignore si un commerce régulier de céréales existait entre cette région et Bougie. Robert Vernet parle de relations intra-maghrébines médiocres, ce qui reste une hypothèse. R. Vernet, « Les relations céréalières entre le Maghreb et la Péninsule ibérique du xiie au xve siècle », AEM, 10, 1980, p. 323.

173 Léon l’Africain, p. 362. Les céréales pauvres comme l’orge devaient être répandues sur les terres les plus défavorisées, en particulier les montagnes.

174 Ibid., p. 364, 369. Il montre en cela une situation semblable à celle décrite au milieu du xe siècle par Ibn Hawqal, qui s’émerveille devant les ressources en blé de Bône. Ibn Hawqal, op. cit., p. 72.

175 Léon l’Africain, p. 367, 369. Les terres de Constantine donnent, nous dit-il, un rendement de trente pour un. C’est là un chiffre étonnant et de toute évidence très exagéré, même si Robert Brunschvig qualifie curieusement ce rendement de « modeste » comparé aux cent pour un de la plaine de Kairouan... (La Berbérie, op. cit., II, p. 208). Mais peut-être s’agit-il d’une erreur dans l’établissement du texte ou la traduction. On comprend mieux en tout cas la volonté de Bougie de contrôler la région de Constantine, qui est vitale pour des raisons stratégiques, mais aussi alimentaires.

176 Léon l’Africain, p. 363.

177 Ibid., p. 439. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 98. La limite de la culture sèche des céréales se situe à l’isohyète de 400 mm. environ.

178 Les textes ne parlent pas, à ma connaissance, d’invasions de sauterelles pour la Kabylie, dont on connaît les effets terriblement destructeurs sur les récoltes en Afrique du Nord. Brunschvig (La Berbérie, op. cit, II, p. 208), en mentionne cependant pour la région de Tunis.

179 Bernard, op. cit., p. 256.

180 Bernard, op. cit., p. 210 ; Despois, L’Afrique du Nord, p. 91.

181 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 292.

182 Léon l’Africain, p. 366, 408.

183 Al-Ḥimyarī parle bien d’huile (zīt) venant de la région de Bougie, mais c’est une erreur de copie d’al-Idrīsī, qu’il suit textuellement dans ce passage, et qui écrit zift (résine). Al-Ḥimyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi’ṭār fī ẖabar al-aqṭār, ¯ éd. I. ‘Abbās, Beyrouth, 1980, p. 81. Al-Idrīsī, texte p. 116.

184 Despois, Afrique du Nord, op. cit., p. 292, qui ajoute que c’est un aliment de base des Kabyles.

185 Al-Idrīsī, trad. p. 166.

186 Ibn Sa’īd al-Maġribī, Kitāb al-Guġrāfiyya, éd. I. al-’Arbī, Beyrouth, 1970, rééd. Alger, 1982, p. 142.

187 Léon l’Africain, p. 406.

188 Ibid., p. 408.

189 Ibid., p. 362.

190 Ibid., p. 363 ; les figues de N’Gaous sont réputées pour être les meilleures du royaume de Tunis, et on les porte à Constantine.

191 Al-Idrīsī, trad. p. 165 : « Avec la figue spécialement on fabrique une pâte qui a la forme d’une brique et qui s’exporte vers les autres régions, les villes les plus éloignées et les métropoles. La ville est réputée pour cela ».

192 Léon l’Africain, p. 406.

193 Ibid., p. 362.

194 Ibid., p. 363, Al-Idrīsī, trad. p. 169-170, qui dit qu’on l’exporte vers les contrés voisines.

195 Al-Idrīsī, trad. p. 174 : elles sont d’excellente qualité et bon marché et on les exporte dans toutes les régions.

196 À Collo et Jijel (Istibṣār, trad. p. 31), à Mila (Léon l’Africain, p. 369, qui en fait l’origine du mot italien mela).

197 À Mila. Léon l’Africain, p. 369.

198 À l’époque de Léon l’Africain des marchands de Constantine expédiaient de la soie en Numidie, ce qui cependant ne constitue pas une preuve de l’élevage de vers à soie dans la région. Léon l’Africain, p. 366.

199 Cette agriculture de jardin bénéficie, aux alentours de Bougie, d’un climat particulièrement favorable. Cf. Fontaine, Villages kabyles, op. cit., p. 14.

200 Cf. supra p. 126.

201 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112-113 ; Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142 ; Léon l’Africain, p. 361 : les habitants de Bougie « sont comblés de fruits : il existe autour de la ville une infinité de vergers remplis d’arbres fruitiers ; ces jardins sont surtout nombreux du côté de la porte qui donne vers l’est ».

202 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

203 Ibid.

204 Laurent-Charles Féraud parle cependant de restes de canaux dans la plaine de la Soummam, mais sa description ne permet pas de les dater. Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 28-29. Ils sont également signalés dans la légende d’une carte réalisée au lendemain de la conquête française. BNF, Cartes et plan, Ge D 27868.

205 Cf. V. Lagardère, Campagnes et paysans d’al-Andalus (viiie-xve siècle), Paris, 1993, p. 243-357.

206 D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes, xie-xvie siècles, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 2002, p. 325-326.

207 Léon l’Africain, p. 407 (lin et chanvre), Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142 (coton) ; on cultivait aussi du lin à Jijel à l’époque de Léon l’Africain. Léon l’Africain, p. 362.

208 Al-Idrīsī, trad. p. 165. On y trouve notamment du bois de huḍaḍ (suc dulycium), du scolopendre, du berbéris, de la grande centaurée, de l’aristoloche, du costus et de l’absinthe. Sur ces plantes et leur usage au Moyen Âge, voir Ibn al-Bayṭār, Traité des Simples, trad. L. Leclerc, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, 23, 1877, p. 11, 100-105, 442 ; 25, 1881, p. 203-204, 260 ; 27, 1883, p. 85-86.

209 Al-Idrīsī, trad. p. 169. Une production de coton est également signalée pour des périodes plus anciennes dans ces oasis de la bordure nord du Sahara. M. Lombard, Les Textiles dans le monde musulman, viie-xiie siècle, Paris, 1978, p. 71.

210 Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 126.

211 Reclus, op. cit., p. 561.

212 Léon l’Africain, p. 438-439. À son époque cependant la région du Righ et de Ouargla semble se tourner davantage vers l’est (Constantine et Tunis). Cf. supra p. 141.

213 Berbères, I, p. 192 ; Léon l’Africain, p. 439.

214 Al-Idrīsī, trad. p. 166.

215 Léon l’Africain, p. 361, 406.

216 Comme au Maroc par exemple. Cf. Mc Neill, op. cit., p. 100 : dans le Rif des études de pollens ont montré une déforestation considérable entre les xe et xiie siècles, qui s’arrête cependant au xiiie siècle.

217 Décrivant le territoire des Zawāwa, dans la « province de Bougie », Ibn Khaldūn rapporte qu’ils « habitent au milieu des précipices formés par des montagnes tellement élevées que la vue en est éblouie, et tellement boisées qu’un voyageur ne saurait y trouver son chemin ». Berbères, I, p. 256.

218 Bernard, op. cit., p. 59, 211. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 87. On le trouve dans les régions bien arrosées (il a besoin d’au moins 600 mm de pluies par an) et de températures douces.

219 Il pousse dans les régions qui ne reçoivent pas plus de 300 mm de pluies par an, même sur des terrains ingrats. On le trouve dans les Bibans, mais aussi plus au sud, jusqu’à la lisière du Sahara, dans le Hodna, les Aurès et l’Atlas pré-saharien. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 89 ; Bernard, op. cit., p. 60.

220 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 87 ; Bernard, op. cit., p. 59. La montagne habitée par les Banū Ġubrīn est ainsi appelée Ğabal al-Zān, « à cause de la grande quantité de chênes-zan dont elle est couverte ». Berbères, I, p. 256. Cf. également Fārisiyya, p. 186.

221 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., 88, Bernard, op. cit., 59, 211. Il est particulièrement abondant sur le versant méridional de l’Atlas tellien oriental.

222 Bernard, op. cit., p. 62, 209 ; Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 93.

223 M. Lombard, « Arsenaux et bois de marine dans la Méditerranée musulmane du viie au xie siècle », Le Navire et l’économie maritime du Moyen Âge au xviiie siècle, principalement en Méditerranée, Actes du IIe colloque international d’histoire maritime, Paris, 1958, p. 53-106, et Id., « Le bois dans la Méditerranée musulmane viie-xie siècle ; un problème cartographié », Annales ESC, 1959, 14/2, p. 234-254.

224 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 165

225 Al-Idrısı., texte p. 116, trad. p. 166

226 Léon l’Africain explique comment on fabrique dans l’Atlas la poix à partir de bois de genévrier ou de pin : on fait « un four rond, profond avec, à sa partie inférieure, un trou correspondant à une cavité en forme de vase. On prend des branches vertes de genévrier ou de pin, on les coupe en petits morceaux et on les met dans le four dont on obture l’orifice et que l’on chauffe à feu doux. Le bois distille à la chaleur et le produit coule dans la cavité par le trou aménagé à cet effet, au fond du four ». Léon l’Africain, p. 575.

227 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 165.

228 Une écorce de Bougie était exportée en Europe. Cf. infra p. 402. Récemment encore l’écorce du pin d’Alep était utilisée pour tanner les peaux dans la région. Pour toutes ces informations sur la forêt de Bougie, je tiens à remercier Monsieur A. Mahmoudi, directeur du Parc National du Gouraya, qui m’a fait profiter de sa parfaite connaissance de la flore de la région.

229 Vanacker, « Géographie économique », art. cité, p. 674.

230 Al-Idrīsī, trad. p. 167 : le territoire de la Qal’a est favorable au pacage des troupeaux et des bêtes de somme.

231 Léon l’Africain, p. 406, qui signale un grand nombre de chèvres, de bœufs et de chevaux. Il parle aussi d’élevages de moutons et de bœufs à Bône (ibid., p. 369). À Bône cet élevage n’est pas nouveau et Ibn Hawqal parle déjà decommerce de moutons et de laines. Ibn Hawqal, op. cit., p. 72.

232 Berbères, I, p. 167

233 Cf. infra p. 378-399.

234 Berbères, I, 294

235 Les tribus nomades abandonnent souvent les combats et l’armée du sultan en hiver pour rejoindre leurs pâturages du Sud. Par exemple Berbères, III, 6768 : les Dawāwida aident Abū ‘Abd Allāh à reprendre possession de Bougie, et pendant cinq ans reviennent l’hiver dans leurs terrains de parcours du Sud, installant l’émir à M’sila.

236 Cf. Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 218-221, et sa carte des tribus du désert estivant dans le Tell (p. 222).

237 Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 227, 239. Une fois les récoltes faites, les chaumes sont mis en pâtures.

238 Ibid., p. 226, à propos des nomades de Touggourt : ils partent pour le Tell en général la première quinzaine de juin, parfois avant s’il fait trop sec, et vont dans les Aurès et les plaines du Constantinois.

239 Ibid., p. 98, 103.

240 C’est également dans cette région que l’on élève les chameaux qui servent au commerce saharien. J. Devisse, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée. Un essai sur le commerce africain médiéval du xie au xvie siècle », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 50, 1972, p. 371.

241 Léon l’Africain, p. 364. Al-Idrīsī, trad. p. 170 (région de Constantine).

242 Cf. infra p. 407-409.

243 Léon l’Africain nous dit en tout cas que les marchands de la ville en exportaient vers la Numidie. Mais peut-être ne venait-elle pas de la région. Léon l’Africain, p. 366.

244 Les eaux de Bougie sont poissonneuses, et c’est encore aujourd’hui un port de pêche actif. Sur cette activité, voir M. Hammam, « La pêche et le commerce du poisson en Méditerranée occidentale (xe-début xvie). Tableau historico-géographique établi d’après les sources musulmanes », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1996, p. 151179, qui ne cite cependant pas Bougie parmi les ports de pêche.

245 Léon l’Africain, p. 548.

246 Al-Idrīsī, trad. p. 173 ; Istibṣār, trad. p. 30 ; Léon l’Africain, p. 352 ; Al-Ġubrīnī, p. 162.

247 Al-Idrīsī, trad. p. 166 (qui le qualifie de bon [ṭayyib]) ; Léon l’Africain, p. 407 (qui dit qu’on en fait « des petits lingots d’une demi-livre qu’on utilise en guise de monnaie »).

248 Murḍāb. ‘Alī b. Murḍā al-Ṭarsūsī, « Explications des maîtres de l’esprit sur les manières de se mettre pendant les combats à l’abri des dommages, et développement de l’instruction relative aux équipements et aux engins servant à affronter les ennemis », éd. et trad. Cl. Cahen, « Un traité d’armurerie composé pour Saladin », Bulletin d’études orientales, 19, 1942-1948, p. 106, 127. Les gisements de fer de meilleure qualité se trouvaient le plus souvent hors des pays d’Islam. Y. Rāġib, « La fabrication des lames damascées en Orient », JESHO, 40/1, 1997, p. 33.

249 Bernard, op. cit., p. 211, 266-267 ; Despois, L’Afrique du Nord, op. cit., p. 424. Il existe en particulier une mine à Timezrit, au sud d’El Kseur.

250 M. Debruge, « Les pieds d’Hercule. Abris sous roche à Bougie », Recueil de la société archéologique de Constantine, 37, 1903, p. 131 : « le fer domine à tel point que de loin les terres entraînées par les pluies semblent teintes, les Arabes ont même baptisé un endroit peu éloigné du nom de montagne rouge » ; ce minerai de fer est très abondant dans toute la montagne.

251 Cf. Algérie, notice minéralogique par le service des Mines, Alger, 1900, p. 7984. Ibn Ḥawqal en signale à Bône et dit que ce fer était exporté vers d’autres pays.Ibn Ḥawqal, op. cit., p. 72. Cf. St. Gsell, « Vieilles exploitations minières en Afrique du Nord », Hespéris, 8, 1928, p. 1-21, qui en signale dans la région de Collo, Jijel, Bône. M. Lombard, Les Métaux dans l’ancien monde, du ve au xie siècle, Paris-La Haye, 1974, p. 159-161.

252 Al-Bakrī (trad. p. 166) en parle pour les montagnes Kutāma près de Bougie et nous apprend qu’on l’exportait en Ifrīqiya et ailleurs. Cf. Lombard, Les Métaux, op. cit., p. 182.

253 Al-Bakrī, trad. p. 166. Il existe en effet des mines de lapis-lazuli dans les Babors. Bernard, op. cit., p. 211.

254 Al-Idrīsī., trad. p. 173, qui en parle pour le village de Mattusa, entre Jijel et Bougie, d’où on l’exportait a Bougie.

255 Cf. infra p. 399-401.

256 Cf. infra, p. 227.

257 Al-Idrīsī, trad. p. 348-354.

258 E. Ashtor, « Les lainages dans l’Orient médiéval. Emploi, production, commerce », Produzione commercio e consumo dei panni di lane (nei secoli xiix-viii), Atti della II Settimana di studio di storia economica, Florence, 1976, [p. 657-686], rééd. Studies in the Levantine Trade in the Middle Ages, p. 666-667. Lombard, Les Textiles, op. cit., p. 34, et les remarques de M. Chapoutot-Remadi, « Réflexions sur l’industrie textile dans le monde musulman au Moyen Âge. À propos d’un livre récent », Annales, ESC, 35/3-4, 1980, p. 504-511.

259 Cf. infra p. 348-354 les produits apportés par les marchands génois au xiiie siècle.

260 Al-Ġubrīnī, p. 161, 177. Cf. supra p. 122-123.

261 Léon l’Africain, p. 407.

262 Ibid., p. 365-366. Le texte laisse penser à un artisanat rural dont les productions seraient vendues à Constantine, avant d’être redistribuées plus loin.

263 Ibid., p. 369.

264 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis, éd. E. Da Silva Dias, Lisbonne, 1905, p. 111, cité par R. Ricard, « Le commerce de Berbérie et l’Empire portugais », AIEO, 2, 1936, p. 269.

265 Al-Baydaq, trad. p. 79. ¯

266 H. Ferhat, « Un maître de la mystique maghrébine au xiie siècle : Abu Madyan de Tlemcen », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles : les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 64, 71.

267 Lorsque Ibn Khaldūn veut faire une présentation défavorable de l’usurpateur Ibn Abī ‘Umara, il rappelle qu’il fut à Bougie un simple tailleur. Berbères, II, p. 388. Une tradition assigne au tisserand une place inférieure dans la société. R. Brunschvig, « Métiers vils en Islam », Studia islamica, 16, 1962, p. 50-56. Le tanneur figure également parmi ces « métiers vils ». Il faudrait cependant vérifier la validité de cette classification pour les périodes tardives du Moyen Âge.

268 Ainsi un secrétaire du gouverneur de Bougie renonce à sa fortune acquise par ses fonctions et devient couturier. Al-Gubrīnī, p. 58-59.

269 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 233.

270 Cf. infra p. 385, 397.

271 Al-Ġubrīnī, p. 82.

272 H. Amouric, « Les importations de céramiques dites de Bejaia (Bougie) en Provence et Ligurie (xiiie-xvie siècles). Le témoignage énigmatique des textes », A Cerâmica medieval no Mediterrâneo ocidental, Lisboa, 16-22 de novembro 1987, Mértola, 1991, p. 333-337.

273 Cette activité existe encore aujourd’hui.

274 L. M. E. de Beylié, La Kalaa des Beni-Hammad. Une capitale berbère de l’Afrique du Nord au XIe siècle, Paris, 1909, p. 86-87. R. Bourouiba, La Qal’a des Banî Hammâd, 1975, p. 57. Une mise au point plus récente, mais à partir de données remontant aux fouilles des années 1950, a été faite par L. Golvin, « Les céramiques émaillées de période hammâdide. Qal’a des Banû Hammâd (Algérie) », La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale. xe-xve siècle. Colloque international de Valbonne, 11-14 septembre 1978, Paris, 1980, p. 203-217.

275 G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contribution à l’étude de la céramique musulmane, Constantine, 1916, que l’on peut compléter par M. Jenkins, Medieval Maghribî Ceramics. A Reappraisal of the Pottery Production of the Western Regions of the Muslim World, Ph. D. Dissertation, New York University, 1979, p. 136, 152.

276 Jenkins, Medieval Maghribî Ceramics, op. cit., p. 136, 172. Kairouan elle-même aurait suivi les modèles de Bagdad. M. Jenkins, « Medieval Maghribi Luster-painted Pottery », La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 335-342.

277 A. Mohamedi, « Information sur les découvertes récentes en céramique médiévale effectuées à Sétif (Algérie) », La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 219-220.

278 Comme cela a pu se faire pour les céramiques d’Ifrīqiya orientale. Cf. infra, p. 402-405, sur le commerce des céramiques.

279 Maya Shatzmiller considère que le travail était organisé en fonction non d’une demande internationale, mais uniquement des marchés régionaux, sans recherche de surplus exportables. M. Shatzmiller, « L’organisation du travail urbain et les métiers », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, II, Paris, 2000, p. 214-215. Ces surplus existaient pourtant et on ne voit pas pour quelle raison ils n’auraient pas été recherchés, au moins par certains acteurs économiques.

280 M. Lombard, « L’or musulman du viie au xie siècle. Les bases monétaires d’une suprématie économique », Annales ESC, 1947, 2/2, p. 17 : « Pour la domination [des terminus des routes de l’or] dans le Maghreb, une lutte serrée s’engage entre les différents États de l’Occident musulman, et nous avons là un des fils conducteurs pour nous guider dans l’histoire confuse du Moyen Âge nord africain ».

281 J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 446.

282 Y. K. Fall, L’Afrique à la naissance de la cartographie moderne (14e/ 15e siècles : les cartes majorquines), Paris, 1982, p. 161-226.

283 R. Mauny, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Dakar, 1961, p. 293.

284 Al-Bakrī, trad. p. 317 ; Al-Idrīsī, trad. p. 74-76 ; Mauny, op. cit., p. 302.

285 Al-’Umarī, trad. p. 52-84 ; Mauny, op. cit., p. 303.

286 Antonio Malfante est allé jusqu’au Touat. Une légende de la carte de Giovanni da Carignano (début xive siècle) affirme se fonder sur le témoignage oculaire d’un commerçant génois qui aurait séjourné à Siğilmāsa et y aurait recueilli des informations sur le commerce de l’or. Fall, op. cit., p. 162-163.

287 A. Šukrī, Mamlaka Ġāna wa alāqatu-hābi-l-ḥarakat al-murābiṭiyya, Rabat, 1997. Voir également le témoignage d’Ibn Khaldūn, Berbères, II, p. 110. Entre la fin du xie et le milieu du xiiie siècle la région connaît des soubresauts politiques importants. Mauny, op. cit., p. 511.

288 Cette présentation est bien sûr très schématique. Sur ce contexte politique, voir Mauny, op. cit., p. 300, 510-513, et les mises au point plus récentes de L’Histoire générale de l’Afrique, IV, L’Afrique du xiie au xvie siècle, dir. D. T. Niane, Paris, 1985 : D. T. Niane, « Le Mali et la deuxième expansion manden », p. 141-196 ; M. Ly-Tall, « Le déclin de l’Empire du Mali », p. 197-212 ; S. M. Cissoko, « Les Songhay du xiie au xvie siècle », p. 213-235.

289 J. Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 359-360.

290 Mauny, op. cit., p. 295.

291 Mauny, op. cit., p. 294-298.

292 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 453 (cf. carte infra p. 225).

293 Mauny, op. cit., p. 298.

294 M. Malowist, « Sur l’or du Soudan. Quelques observations sur le commerce de l’or dans le Soudan occidental au Moyen Âge », Annales ESC, 25/6, 1970, p. 1631.

295 Mauny, op. cit., p. 299

296 Il faudrait y ajouter également l’or qui part vers l’Europe chrétienne, que ce soit par le versement de tributs ou par les échanges commerciaux. Les quantités sont elles aussi difficiles à évaluer, mais sont incontestablement importantes.

297 J. Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives : valeurs variables de l’étude des traversées sahariennes », Relaciones de la Península ibérica con el Magreb siglos XIII-XVI. Actas del coloquio, Madrid, 1987, dir. M. García-Arenal et M. J. Viguera, Madrid, 1988, p. 173 ; Id., « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 417.

298 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 70-71.

299 Son second argument, en particulier, est contestable, Bougie étant bien un des grands ports du commerce européen au Maghreb.

300 Il n’y a bien sûr pas d’équivalence mécanique à établir entre frappes de dinars et arrivée d’or. D’autres facteurs entrent en jeu et la carte des ateliers monétaires ne saurait tenir lieu de carte des routes de l’or : la frappe de dinars relève aussi d’un droit régalien qui n’est pas forcément concédé au gouverneur de Bougie, même si la ville reçoit de l’or du Sahara (cf. supra p. 96-97 sur les relations entre Tunis et Bougie). À l’inverse, cette frappe doit répondre à des besoins (économiques ou politiques), et ce indépendamment de l’arrivée directe d’or.

301 Berbères, II, p. 57.

302 Lors de la restauration de la mosquée de Sayyidī Abī Marwān. R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, 1984, p. 125.

303 Kh. Ben Romdhane, Les Monnaies almohades. Aspects idéologiques et économiques, Doctorat de 3e cycle, sous la direction de J. Devisse, Université Paris VII, 1979, p. 116-120. Voir aussi H. Lavoix, Catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque Nationale, II, Espagne et Afrique, Paris, 1891, no 724, p. 300 (dinar frappé sous Abū Ya’qūb Yūsuf I) ; R. Bourouiba, « Sur six dinars almohades trouvés à la Kalaa des Banu-Hammad », Bulletin d’archéologie algérienne, 2, 1966-7, p. 271-291.

304 Al-Idrīsī, trad. p. 198.

305 J. Farrugia de Candia, « Monnaies hafsides du musée du Bardo », RT, n. s., 9, 1938, p. 231-88 ; Lavoix, op. cit., no 941-942, 950, 952, 968 ; R. Dokali, « Monnaies almohades et hafsides découvertes à Ténès », Bulletin d’archéologie algérienne, 3, 1968, p. 369-391. Voir le tableau récapitulatif des monnaies frappées à Bougie à l’époque hafside, Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 262-264.

306 R. Ben Hsain Masmoudi, Approche quantitative de l’or monnayé en Occident musulman (450/1058-9 – 830/1426-7), thèse de l’université Paris 1, sous la direction de J. Devisse, 1994, p. 669, 695.

307 Cf. infra, p. 320-321.

308 « C’est là qu’on tire l’alun de qualité inégalable, célèbre sous le nom de kawārī ». Al-Idrīsī, trad. p. 110 ; voir aussi ibid., p. 81. Le pays de Kawār se trouve autour de l’actuelle oasis de Bilma, au nord du lac Tchad, où l’on trouve notamment des salines. D. Lange, « Royaumes et peuples du Tchad », Histoire générale de l’Afrique, IV. L’Afrique du xiie au xvie siècle, dir. D. T. Niane, Paris, 1985, p. 276277 et carte p. 286. Dierk Lange a découvert en 1977 un site à peu de distance de Bilma où on trouve de l’alun, de qualité médiocre il est vrai. D. Lange, « L’alun du Kawar, une exportation africaine vers l’Europe », Cahiers du CRA [Centre de recherche africaine], Histoire, 2, 1982, p. 22. Cette origine saharienne de l’alun est confirmée par des fabliaux des xiie et xiiie siècles, qui évoquent l’alun de Bougie et Tunis, venant de la « Mar delle Arene », de la mer de sable. R. S. Lopez, « I Genovesi in Africa Occidentale nel Medio Evo », Studi sull’economia genovese nel Medio Evo, I, Turin, 1936, p. 35.

309 Al-Idrīsī, trad. p. 111. Voir aussi Mauny, op. cit., p. 322 (carte des sels minéraux en Afrique) et p. 335. On trouvait également à la fin du xiie siècle sur le marché égyptien de l’alun « qu’on appelle kawârî, et qui vient du Wâhât », de moindre qualité que l’alun égyptien. Ibn Mammātī, cité par Cl. Cahen, « L’alun avant Phocée », Revue d’histoire économique et sociale, 41, 1963, p. 433-447, rééd. Turcobyzantina et Oriens Christianus, Londres, 1974, p. 435.

310 Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 126 ; cf. J. Lethielleux, Ouargla, cité saharienne, des origines au début du xxe siècle, Paris, 1983, p. 159, 167-168.

311 Al-Ġubrīnī met en scène une esclave noire dans le souk de Bāb al-Baḥr. Al-Ġubrīnī, p. 165 ; Cf. Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 455-456.

312 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 171172.

313 Cf. infra. p. 412-413.

314 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 56, 61, 369.

315 Lethielleux, Ouargla, op. cit., p. 166 – qui ne donne cependant pas de référence.

316 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 399.

317 Ibid., p. 402.

318 T. Lewicki, « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans les relations entre le Nord et le Sud », Histoire générale de l’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 305.

319 Au milieu du ixe siècle une route relie Ouargla à Tahert et Siğilmāsa. Lewicki, « Le rôle du Sahara », art. cit., p. 326-327.

320 Sur les débuts des traversés sahariennes médiévales, voir Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 42 s.

321 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 434.

322 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 51-52 ; Lewicki, « Le rôle du Sahara », art. cité, p. 327 ; Id., « Quelques extraits inédits relatifs aux voyages des commerçants et missionnaires ibādites nord-africains au pays duSoudan occidental et central au Moyen Âge », Folia orientalia, 2, 1960, p. 1-27. Al-Bakrī n’indique pas quel est son informateur pour cette route, mais les sources ibadites montrent qu’elle est effectivement utilisée à son époque (Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 437). Par ailleurs l’informateur principal d’al-Bakrī, Muḥammad b. Yūsuf al-Warrāq (292/904-5 – 363/973-4), originaire d’Espagne, était lié aux milieux ibadites connaissant ces itinéraires à partir de l’Ifrīqiya. Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 434.

323 Al-Bakrī, trad. p. 340 ; Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 436 ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 443-445.

324 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 54.

325 Ibid., p. 53.

326 Sur cette lutte entre les deux califats, omeyyade et fatimide, et le rôle du contrôle des routes de l’or, voir Laroui, op. cit., p. 127-130 ; P. Guichard, « Omeyyades et Fatimides au Maghreb. Problématique d’un conflit politico-idéologique (vers 929-vers 960) », L’Égypte fatimide. Son art et son histoire, dir. M. Barrucand, Paris, 1999, p. 67.

327 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 55. Il existait cependant, semble-t-il, des relations entre Siğilmāsa et la Qal’a des Banū Hammād, et donc peut-être également avec Bougie. R. A. Messier, « Sijilmâsa : l’intermédiaire entre la Méditerranée et l’Ouest de l’Afrique », L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. M. Hammam, Rabat, 1995, p. 185.

328 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 428.

329 Al-Bakrī, trad. p. 340 ; T. Lewicki, « Les liaisons maghrébines sahariennes et soudanaises de la ville de Ouargla au Moyen Âge », Études maghrébines et soudanaises, Varsovie, 1976, p. 9-78 ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 444-445.

330 Cf. supra, p. 139-140.

331 Michael Brett pense que Ouargla a bénéficié de la migration de populations ibadites djerbiennes chassées par la poussée hilalienne. Brett, « Ifrīqiya as a Market for Saharan Trade », art. cité, p. 361.

332 Al-Idrīsī, trad. p. 198.

333 Le prestige des « marabotins » s’étend en particulier en Europe, ce qui montre une diffusion importante vers le nord. R. A. Messier, « The Almoravids. West African Gold and Gold Currency of the Mediterranean Basin », JESHO, 17, 1974, p. 31-47. Cf. également Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 67.

334 Cf. supra p. 226.

335 Messier, « Sijilmâsa », art. cité, p. 184.

336 Mauny, op. cit., p. 429.

337 Al-Idrīsī, trad. p. 72, 198 : « Cette ville est peuplée de tribus riches et de négociants aisés qui font du commerce avec le pays des Noirs, jusqu’à Ghāna et au Wanqara, d’où ils ramènent de l’or brut qui est ensuite frappé à Ouargla, au coin de cette ville ».

338 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 69.

339 C’est la thèse que soutient Maurice Lombard, qui cependant pense à un déplacement encore plus occidental, vers le Mzab et Mers el-Kebir. Lombard, Les Métaux, op. cit., p. 218, 233-234. Mais aucun texte ne permet de parler pour cette époque d’une telle route, qui fut active plus tard.

340 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 72.

341 Siğilmāsa est encore importante à l’époque d’Ibn Baṭṭūṭa, qui y passe à l’aller comme au retour. Mais les difficultés des Mérinides et les troubles à l’intérieur rendent cette route de plus en plus difficile. N. Levtzion, « The Jews of Sijilmasa and the Saharan Trade », Les communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, dir. M. Abitbol, Jérusalem, 1982, p. 263.

342 Jean Devisse, qui doute de l’importance de cette route au xiie siècle, pense que c’est seulement au xive qu’elle redevient active. Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 374. Voir également Lethielleux, Ouargla, op. cit., p. 159-162.

343 Ce serait l’actuelle Tiguida, près d’Agadès dans l’Aïr, ou Azelik, à 25 km de Tiguida. P. Charles-Dominique, Voyageurs arabes, Paris, 1995, p. 1387.

344 Berbères, II, p. 116. Plus loin le même Ibn Khaldūn la situe à 20 journées au sud de Ouargla, ce qui est une erreur. Ibid., III, p. 287.

345 Ibid., III, p. 288. Sur les relations entre Ouargla et le royaume du Mali, cf. Lethielleux, Ouargla, op. cit., p. 153.

346 Berbères, III, p. 287.

347 Ibid., III, p. 288.

348 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045 : tous les habitants de cette ville sont commerçants. Ibn Baṭṭūṭa indique en revanche une route allant vers le Touat et une autre vers l’Égypte. Sans doute un embranchement permettait-il, à partir de là, de rejoindre Ouargla.

349 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1047-1048.

350 J. Oliel, Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 83-84 (citant la carte de Abraham Cresque de 1375).

351 S. Bakchine-Dumont, « Les Juifs du Touat », Cahiers du CRA [Centre de Recherche Africaine], Histoire, 1, 1980, p. 42-43.

352 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1047-1049.

353 Oliel, op. cit., p. 72-77.

354 Cf. supra, p. 140-141.

355 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 366, 380-382.

356 Ibid., p. 382.

357 Ibid., p. 384-386.

358 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 395, à partir des analyses de V. M. Godinho, O Mediterraneo saariano e os caravanas de oro, Geografia economica e social do Saara ocidental e central do XI as XVI secolo, São Paulo, 1956.

359 Ibid., p. 388.

360 Relation des voyages à la Côte occidentale d’Afrique, éd. 1895, p. 63, cité par M. Abitbol, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien au Moyen Âge », Les communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, dir. M. Abitbol, Jérusalem, 1982, p. 246.

361 Cf. supra p. 141.

362 Léon l’Africain, p. 438.

363 Ibid., p. 439.

364 Éd. A. Giuffrida, « Frammenti di corrispondenza commerciale del genovese Giovanni Gregorio Stella residente a Tunisi (1479-1480) », CT, 77-78, 1972, p. 36-37 (1/8/1480). Il parle dans cette lettre du « rey de Orgale » qui vit loin de Tunis.

365 Léon l’Africain, p. 440.

366 Ibid., p. 437.

367 Du Touat, vers le nord, partent deux routes qui contournent le grand Erg Oriental. La première se dirige à l’ouest vers le Tafilalet et le Maroc et la seconde, vers l’est, passe entre les Erg Occidental et Oriental pour rejoindre le Mzab.

368 Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 46.

369 Ibid., p. 53. La dépendance des régions sahéliennes en sel n’est cependant pas certaine. Il existe en particulier des exploitations de sel à Awlīl, que signalent al-Bakrī et al-Idrīsī. Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 411-412.

370 Al-Idrīsī parle d’exportations de cuivre par les marchands d’Aghmat (AlIdrīsī, trad. p. 140), mais la région de Bougie ne produisait pas de cuivre, même si elle pouvait éventuellement en réexporter.

371 Devisse, « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 412. Il affirme que si demande il y avait, elle venait plutôt du nord. Ibn Baṭṭūṭa nous donne témoignage de mines de cuivre importantes à Takaddā, où le métal est fondu et sert de monnaie d’échange (Ibn Baṭṭūṭa, p. 1046).

372 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 180. Peut-être des dattes ont-elles été transportées, ou des aliments destinés à une clientèle nord-africaine installée au sud du Sahara. Id., « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 367, 449.

373 Cf. Al-Idrīsī, trad. p. 140, à propos des exportations d’Aghmat.

374 Dans les fouilles de Tegdaoust 10 à 12 % des céramiques viennent d’Ifrīqiya, 50 % au moins de Siğilmāsa, le reste d’autres régions du Maroc ou d’Espagne. Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 173, 176.

375 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045 ; Léon l’Africain, p. 465, 467, 471 ; Devisse, « Routes de commerce et échanges », art. cité, p. 367 ; Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 168, qui cite Antonio Malfante parlant de draps côtelés de Lombardie au Touat au milieu du xive siècle.

376 En ce sens les rythmes de la navigation en Méditerranée (qui évite plutôt l’hiver) sont complémentaires de ceux des navigations sahariennes.

377 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 173, qui minimise cependant les estimations faites à partir des descriptions d’al-Idrīsī.

378 Mauny, op. cit., p. 392, 400. Voir aussi J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par Ibn Khaldoun et les deux Maqqari », Annales islamologiques, 8, 1969, p. 75.

379 H. Pérès, « Relations entre le Tafilalet et le Soudan à travers le Sahara du xiie au xive siècle », Mélanges de géographie et d’orientalisme offerts à É. F. Gautier, Tours, 1937, p. 412-414

380 On les trouvait à Ouargla et dans le Mzab, mais aussi plus à l’est dans le Djérid ou le djebel Nefousa. Lewicki, « Le rôle du Sahara », art. cité, p. 307-308, 322. Id., « Les liaisons maghrébines », art. cité, p. 9-78. Voir également, pour la période hammadide, Amara, Pouvoir, op. cit., p. 454-457.

381 Jean Lethielleux (Ouargla, op. cit., p. 142) cite le cas d’un marchand de Ouargla, Abū Muḥammad, qui va en 1300 à Beni Izguen, près de Ghardaïa dans le Mzab, puis se rend à Siğilmāsa.

382 Abitbol, « Juifs maghrébins », art. cité, p. 229-251.

383 Levtzion, art. cité, p. 257.

384 H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, I, From the Antiquity to the Sixteenth Century, Leyde, 1974, p. 369 ; Oliel, op. cit., p. 95-100.

385 Levtzion, art. cité, p. 253.

386 Oliel, op. cit., p. 101-126.

387 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 197 ; Id., « Commerce et routes du trafic », art. cité, p. 442.

388 Devisse, « Approximatives, quantitatives, qualitatives », art. cité, p. 177.

389 Al-Idrīsī, trad. p. 198.

390 Ibn Baṭṭūṭa, p. 1045.

Table des illustrations

Légende Carte 7 – Bougie pole du Maghreb central (villes reliées a Bougie par Idrīsī.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Carte 8 – Itinéraires terrestres d’après al-Idrīsī
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Carte 9 – Les itinéraires des riḥla-s (xiiie-xve siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 1. DONNÉES MÉTÉOROLOGIQUES À BOUGIE ET CONSTANTINE82
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Carte 10 – Carte générale du Maghreb et du Sahara
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Carte 11 – Gisements d’or africain (source : J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale del’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 453).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Carte 12 – Carte des précipitations (d’après J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale del’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 400).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Carte 13 – Les itinéraires sahariens d’après al-Idrīsī. (d’après J. Devisse, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », Histoire générale de l’Afrique, III, L’Afrique du viie au xie siècle, dir. M. el-Fasi, Paris, 1990, p. 440).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/213/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540