Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Première partie. Un pôle régional du Maghreb. La construction contestée d’une domination territoriale

Chapitre 2. La difficile maîtrise du territoire

Texte intégral

1Si Bougie fait l’objet de convoitises aussi fortes de la part de ses voisins, c’est parce qu’elle représente un intérêt stratégique à l’échelle maghrébine, mais aussi parce qu’elle est une des villes les plus importantes de la région et commande un vaste territoire. Le contrôle de cet espace pose cependant problème et a sensiblement varié selon les époques.

  • 1 M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècle), Paris, 1986, p (...)
  • 2 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Pari (...)
  • 3 Surtout si on compare la situation maghrébine à ce que constate Jean-Claude Garcin pour l’Égypte. (...)
  • 4 Voir par exemple L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orienta (...)
  • 5 Par exemple ‘Ibar, VI, p. 204, Berbères, I, p. 197, où il dit que ce pays était autrefois celui de (...)
  • 6Ibar, VI, p. 87, Berbères, I, p. 88. Le Ḥamza, donné en iqtā’ aux Zugba, fait partie du territoir (...)
  • 7 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, II, p. 828.
  • 8 Pluriel de nāḥiya, district, canton, mais aussi environs. ‘Ibar, VI, p. 262, Berbères, I, p. 256 ( (...)
  • 9 A. Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, Paris, 1860, II, p. 370. Par exemple ‘Ibar, VI, p. 812 (...)
  • 10 Léon l’Africain, p. 407.

2Délimiter l’espace de rayonnement politique de Bougie revient à définir le « territoire » de la ville. Ce terme, comme celui de frontière auquel il est étroitement lié, pose problème pour l’époque médiévale. Faut-il considérer, comme Mohamed Kably, que notre notion de territoire est anachronique1 ? Sans doute, si on l’entend au sens de territoire national enfermé dans des frontières clairement tracées. Il n’existe pas non plus un « espace approprié avec sentiment ou conscience de son appropriation2 ». L’analyse des nisba-s est révélatrice de cette absence3. Si l’on trouve de nombreuses nisba-s tribales, qui affirment un type d’appartenance lignager, les nisba-s géographiques renvoient le plus souvent à des villes et non à des territoires plus larges et politiquement définis. Seule la nisba al-Maġribī est fréquente, mais assez logiquement elle est portée surtout en Orient4. En revanche on ne rencontre pas de nisba renvoyant à la région de Bougie, qui n’a d’ailleurs pas de nom et n’est donc pas clairement identifiée comme ensemble cohérent et durable par les hommes de l’époque. Pour autant les auteurs médiévaux, souvent liés au pouvoir ou à l’administration, définissent bien une « région de Bougie » en tant qu’espace de domination de la ville. Ibn Khaldūn emploie plusieurs mots pour la désigner. Souvent il parle, de manière très générale, de bilād (pays) de Bougie5. Mais il peut aussi utiliser watan (parfois au pluriel awṭān)6 dans le sens de contrée ou province7, nawāḥī8 ou encore a’māl, que l’on peut traduire par pays, province ou circonscription administrative9. Ibn Khaldūn évoque cette « région de Bougie » lorsqu’il parle de tournées d’inspection et d’impôts, ou encore pour situer une ville ou une tribu par rapport à l’espace politique maghrébin. Les mots changent sous sa plume, avec des nuances de sens, mais montrent bien qu’il existe réellement, dans l’esprit des gouvernants, un territoire rattaché à Bougie. De même, au début du xvie siècle, Léon l’Africain dit de l’ » État » de Bougie qu’il s’étend le long de la Méditerranée sur environ 150 milles et sur une profondeur d’une quarantaine de milles10.

  • 11 Al-Himyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi’ṭār fī ẖabar al-aqṭār, éd. I. ‘Abbās, Beyrouth, 1980, p. 80, qui p (...)
  • 12 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166. Al-Idrīsī utilise également le terme de ‘ayn (œil, mais aus (...)
  • 13 Cf., sur la notion de métropole régionale, Fr. Micheau (avec la collaboration de P. Guichard), « L (...)

3Bougie est le chef-lieu de cette région. Les géographes la qualifient parfois de capitale (qā’ida)11 ou de pôle (quṭb)12. Elle est donc dans leur esprit au centre d’une aire d’influence (domination ou simplement rayonnement)13, dont la délimitation, changeante, ne va pas sans poser de problèmes, en raison de la difficulté à imposer l’autorité politique à des espaces et des populations parfois éloignées et difficiles d’accès. Cette capacité de Bougie à jouer ce rôle de pôle régional tient d’abord aux avantages de son site et de sa situation, mais aussi à la volonté des souverains d’en faire, dès sa fondation, une des grandes villes du Maghreb. Cette domination se heurte cependant à des oppositions locales et à des forces centrifuges qui en limitent, à certaines époques, l’étendue.

I – UNE MÉTROPOLE DE DIMENSION MOYENNE

  • 14 Trad. R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ī Baḥriye de Pīrī Reis », (...)

4« Le repère de Bedjaya, depuis le large, est constitué par de grandes montagnes ; face à l’est, elles se terminent par un cap escarpé. Ce cap, prolongement de la montagne qui s’avance dans la mer est le cap Kötük. On avance droit sur ce cap ; l’ayant dépassé, on en fait le tour vers le sud-ouest ; à l’ouest il y a un récif troué. Ayant contourné ce récif par le sud-ouest, on aperçoit la ville de Bedjaya à deux milles. Quand on arrive devant la ville, on peut amarrer et jeter l’ancre au sud-sud-est où l’on a une profondeur de dix brasses ». C’est ainsi que Pīrī Reis décrit l’arrivée par mer à Bougie, en venant de l’ouest (d’Alger)14, et que beaucoup de voyageurs durent découvrir la ville, apercevant d’abord la haute silhouette du djebel Gouraya, puis contournant le Cap Carbon (le cap Kötük de Pīrī Reis) qui ferme à l’ouest le golfe de Bougie.

Carte 2 – Plan général du site de Bougie.

  • 15 Pīrī Reis, trad. angl. (à partir d’une version plus détaillée), S. Soucek, « Tunisia in “Kitab-i B (...)

5Nombreux sont ceux qui, comme Pīrī Reis, durent s’émerveiller devant cette ville agrippée à la montagne et ouverte vers la mer : « Je n’ai pas vu parmi toutes les villes du Maghreb une seule qui puisse offrir un spectacle comparable à celui qu’offre Bougie. On y voit, dit-on, jusqu’à dix-huit mille maisons, et chaque simple maison ressemble à un château élevé, avec des fenêtres ; à ces fenêtres un si grand nombre de chandelles brûlent chaque nuit qu’elles donnent l’impression que les étoiles du ciel se sont répandues sur la terre15 ».

  • 16 A. M. Turki, « La physionomie monumentale de Ceuta : un hommage nostalgique à la ville par un de s (...)
  • 17 Cf. N. D. MacKenzie, Ayyubid Cairo. A Topographical Study, Le Caire, 1992.
  • 18 Avec, par exemple, ‘Abd al-Bāsiṭ ou Adorne, ou plus tard la description précise de Léon l’Africain
  • 19 Les descriptions d’Alexandrie abondent, par des voyageurs musulmans ou des pèlerins chrétiens.
  • 20 Vue de Bougie par Jan Vermeyen (1551). Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024). Une autre v (...)
  • 21 L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie », Recueil des notices (...)
  • 22 On ignore cependant si les monuments qu’il signale sont d’époque turque ou médiévale (et dans ce d (...)

6Les éléments manquent pour une connaissance précise de la ville médiévale. Il n’y a pas de textes consacrés à la Bougie comme ceux d’al-Anṣārī pour Ceuta16, ou ’al-Maqrizī pour Le Caire17. Pas non plus de description détaillée de voyageurs, comme il en existe pour Tunis18 ou Alexandrie19. Quant aux vestiges archéologiques, ils sont ténus. Ne survivent de cette époque que des pans de la muraille, qui donnent des indices sur l’extension de la ville et sur son système de défense. Restent les informations éparses contenues dans les textes, et quelques représentations, malheureusement tardives, de la ville20. L’étude de Laurent-Charles Féraud, datée de 1869, donne des indications sur le paysage urbain21. Il ne cite jamais ses sources, mais son récit semble cependant s’appuyer le plus souvent sur ses propres observations, ou sur des témoignages directs, concernant la ville avant les transformations apportées par les Français22.

  • 23 Le site a fait l’objet, à l’époque coloniale, d’importants travaux d’aménagements qui en ont large (...)

7La topographie de Bougie permet de comprendre les principaux caractères du développement de l’espace urbain à l’époque médiévale23. Ce site, excellent sur le plan stratégique, est en revanche contraignant pour l’habitat et son extension. La ville est en grande partie entourée de montagnes, qui constituent des défenses naturelles. Au nord, elle s’appuie sur le djebel Gouraya, qui culmine à 672 m. Celui-ci descend progressivement d’ouest en est vers la mer, se terminant par trois caps, qui ferment au nord la baie de Bougie : le cap Carbon (ou Rā’s al-Maṯqūb), la Pointe Noire (ou Rā’s Būḥāy), enfin au sud le cap Bouac (aussi nommé Rā’s Sīdī al-Mlīḥ).

  • 24 Dj. Chalal, A. Roubache, Bougie. Une modification pour atteindre l’habiter, Mémoire de fin d’étude (...)
  • 25 Il s’agit du djebel Gouraya.
  • 26 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

8Le flanc sud du Gouraya, descendant vers la plaine, se termine dans la mer par deux petites avancées, les contreforts de Moussa et de Bridja, dont l’altitude faiblit progressivement vers le sud, et entre lesquels passait l’oued Abzaz24. Moins élevés, ils enferment cependant Bougie entre des hauteurs qu’il suffit alors de fortifier. Ce site exceptionnel n’a pas échappé aux auteurs qui ont décrit la ville. Ainsi l’Anonyme du Kitāb al-Istibṣār écrit que « la montagne d’Amsiyūn25, au flanc de laquelle est bâtie Bougie, est considérable et ses sommets élevés se dressent vers le ciel, en même temps qu’elle est en saillie sur la mer26 ».

1) L’extension de la ville

  • 27 Ph. Gourdin, « Les fortifications du Maghreb d’après les sources écrites ; la vision d’Ibn Khaldūn (...)

9Les remparts définissent l’espace urbain en même temps qu’ils en assurent la défense27. Le premier dessin de la ville, celui de l’enceinte hammadide, épouse globalement les grandes lignes du relief. Par la suite la ville a pu s’étendre vers la plaine, mais l’espace réellement défendu par les murailles n’a pas été sensiblement été modifié.

  • 28 Trad. E. Es in, « La description des côtes algériennes de Pīrī Re’īs », Studies on Turkish-Arab Re (...)
  • 29 Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024).

10Pīrī Reis, qui visite la ville à la veille de sa prise par les Espagnols, la définit comme « une grande enceinte fortifiée comprenant dix-huit mille maisons, entourées d’une triple muraille28 ». Ces remparts apparaissent sur les rares représentations de Bougie, comme la gravure exécutée en 1551 par Vermeyen et qui évoque la prise de la ville par les Espagnols en 915/151029. Relativement fidèle pour ce qui est de la topographie, elle montre une ligne de murailles qui englobe non seulement la ville, mais traverse au nord l’ensemble du Gouraya, pour se terminer de l’autre côté de la montagne, dans la mer, ce que ne confirme aucune autre source, et ne semble pas correspondre en tout cas à des fortifications d’époque médiévale. Les vestiges archéologiques permettent d’avoir une idée plus précise des fortifications médiévales.

  • 30 Le mur d’enceinte est en effet d’une facture comparable à celui de la Qal’a des Banū Ḥammād. L. Go (...)
  • 31 L.-M.-E. de Beylié, La Kalaa des Béni-Hammad. Une capitale berbère de l’Afrique du Nord au xie siè (...)
  • 32 Al-Ġubrīnī rapporte que, montés sur le djebel Halīfa, Les Banū Ġāniya entrèrent par Bāb al-Lawz, a (...)
  • 33 Trad. Mantran, art. cité, p. 164
  • 34 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 39.
  • 35 BNF, Cartes et Plans, Ge D27868.
  • 36 Le tracé de cette enceinte reste cependant largement hypothétique. Cf. également A. Amara, Pouvoir (...)

11La muraille entourait presque la ville, y compris le long de la mer, épousant et complétant les lignes de crête (cf. plan). Elle date des débuts de l’époque hammadide, comme le montrent les rares études archéologiques30, et enveloppait un périmètre plus large que celui de la ville elle-même. Les ruines actuelles escaladent la pente vers le sommet du djebel Gouraya, s’interrompant cependant rapidement. Le général de Beylié pense que la muraille n’a jamais été poursuivie jusqu’en haut, la pente étant une défense suffisante, ou qu’elle a été achevée avec des matériaux plus rudimentaires qui n’ont pas laissé de trace31. Par ailleurs le récit de la prise de la ville par les Banū Ġāniya montre que la muraille n’était pas continue à la fin du xiie siècle32, ce qui est confirmé par Pīrī Reis qui rapporte qu’à son époque il n’y avait point de défense dans la partie supérieure de la ville car la montagne y est très escarpée33. Ces murailles apparaissent aujourd’hui nettement sur le « plateau des ruines » et dans le Bois des Oliviers et, d’après Laurent-Charles Féraud, on voyait encore à son époque l’enceinte ancienne (qu’il date de l’époque romaine), longue selon lui de 3 000 m au maximum34. Les représentations tardives, celle de Vermeyen, mais aussi un plan réalisé au début de la présence française35, montrent que l’enceinte se prolongeait le long de la mer sur environ 500 m à l’est de la casbah, avant de remonter vers le nord, ce qui suppose qu’une partie de l’anse de Sīdī Yaḥyā était protégée par les remparts. Il est douteux que l’ensemble de l’espace inclus dans ces murailles ait été réellement habité, en particulier la partie qui escalade la montagne. Il semble au contraire que l’extension urbaine plus tardive se soit faite par des faubourgs installés du côté de la plaine. Il faut donc supposer qu’un tracé plus réduit a été adopté à l’époque hafside, délimité au nord par Bāb al-Barr36.

  • 37 R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, 1984, p. 175 ; Golvin, op. cit., p. 192.

12Ce mur d’enceinte, tel qu’il existe encore aujourd’hui par endroits, a entre 1,7 et 2,5 m d’épaisseur, et 4 à 6 m de haut. Construit en moellons avec des arases de pierres plates ou de briques, il était recouvert d’un enduit de chaux à ciment. Il était surmonté par un chemin de ronde couronné de créneaux carrés d’environ 1 m de côté. Tous les 25 m il était renforcé par des bastions rectangulaires, en saillie de 2,5 m, de 4 m sur 3, et 6 m de hauteur, dans le style de la muraille de la Qal’a des Banū Ḥammād37.

  • 38 Al-Ġubrīnī, p. 182. C’était, selon Brunschvig, la plus importante de la ville, ce qui n’est pas im (...)
  • 39 Ils venaient du djebel Halīfa, qui est bien localisé, et le contrôle de cette porte leur permit de (...)
  • 40 Éd. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab motiu del canvi d’esclaus cristians y moros, pactat desp (...)
  • 41 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Il s’agit peut-être d’une porte percée plus tardiveme (...)
  • 42 Ibid. Cela signifierait que la casbah disposait de deux portes donnant à l’extérieur de la ville. (...)
  • 43 Berbères, III, p. 39, à propos d’une attaque de la ville au milieu du xive siècle. Laurent-Charles (...)
  • 44 Al-Baydaq, texte p. 53, trad. p. 80 (à propos du passage d’Ibn Tūmart) ; Al-Ġubrīnī, p. 80, 165. E (...)
  • 45 Laurent-Charles Féraud affirme qu’on en voyait encore l’emplacement à son époque, sur le chemin qu (...)
  • 46 Al-Ġubrīnī, p. 69, 101, 245, 254. Il signale à l’extérieur de cette porte le ribāt (ici un oratoir (...)
  • 47 Al-Numayrī l’évoque à propos du tour de la ville par le sultan mérinide Abū ‘Inān, la situant en c (...)
  • 48 Al-Marīnī, p. 253.
  • 49 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Peut-être s’agit-il en fait de Bāb al-Marsā.
  • 50 Ibid., p. 26. Il ne les localise pas et ne les reprend d’ailleurs pas dans la liste des portes qu’ (...)
  • 51 Mu’ğib, texte p. 231, trad. p. 197 ; il précise qu’elle se trouve à côté d’un petit souk (suwayqa) (...)
  • 52 Al-Ġubrīnī, p. 170.
  • 53 Ibid., p. 122. Elle est placée par Mohamed Salah Baïzig dans la muraille occidentale. M. S. Baïzig (...)
  • 54 Al-Ġubrīnī, p. 82. Le nom de Dabbāġīn suggère une localisation près d’une rivière, donc plutôt du (...)
  • 55 Al-Numayrī, op. cit., p. 267.
  • 56 Cette abondance de noms laisse d’ailleurs perplexe, car le périmètre des remparts n’est pas consid (...)

13Il était percé de plusieurs portes. Deux existent encore, certaines sont localisées de manière assez sûre, d’autres enfin restent impossibles à situer. Elles sont mentionnées dans les textes, en particulier chez al-Ġubrīnī, lorsqu’un saint homme y a été enterré ou s’y est signalé par une action particulière. La seule qui subsiste à l’ouest est Bāb al-Bunūd (Porte des étendards), ou Bāb Fūqa, qui ouvrait sur la plaine occidentale38. Sur ce même côté se trouvaient également plusieurs ouvertures : Bāb al-Lawz est la porte par laquelle passèrent les Banū Ġāniya lors de l’attaque de la ville39. Bāb Dār al-Ṣinā’a, évoquée dans un document majorquin, donnait sans doute accès à l’arsenal, au sud-ouest de la ville40. Laurent-Charles Féraud parle également, mais sans indiquer ses sources, d’une porte de Barral, qui se situerait donc à proximité de ce fort, près de Bāb al-Bunūd41, et d’une porte de la casbah, sans doute à proximité de Bāb Dār al Ṣinā’a42. Plus au nord, Bāb al-Barr (Porte de la Terre)43 complétait le dispositif. C’est donc incontestablement cette partie occidentale qui dispose des accès les plus nombreux, ce qui n’a rien de surprenant puisque c’est de ce côté que la ville s’ouvre sur la plaine agricole et la route de la Soummam. Du côté sud, une seule porte est signalée, qui existe encore aujourd’hui : il s’agit de Bāb al-Baḥr (Porte de la Mer)44. C’était la seule ouverture sur la mer, qui constituait un front particulièrement important à défendre. Sur le côté oriental de la ville plusieurs portes permettaient d’entrer dans la ville : Bāb Amsiyūn45 ouvrait sur un quartier portant son nom et un cimetière46. En contrebas Bāb al-Marsā (Porte du Port) menait, comme son nom l’indique, à un port, sans doute celui de l’Anse de Sīdī Yaḥyā47. La chronique d’al-Marīnī cite également pour cette partie-là de la muraille Bāb Sādāt48, qui serait située selon Laurent-Charles Féraud un peu au-delà du fort Abd el-Kader, sur la route menant à l’anse de Sīdī Yaḥyā49. Enfin signalons des portes dont la localisation reste inconnue : deux données par Laurent-Charles Féraud (Porte d’Abd el-Kader et Porte des Vieillards, qui existaient à son époque)50, Bāb Tātunt, dont parle ‘Abd al-Wāḥid al-Marrākušī51, Bāb Bāṭina52, Bāb al Ğadīd53 ou Bāb Īlān, Bāb al-Dabbāgīn (des Tanneurs)54. Il n’existe guère plus d’indications sur les portes que cite al-Numayrī : la Porte de Rā’s al-Sūr, Bāb al-Hawha et Bāb ‘Azzūn55. En définitive seules quelques-unes de ces portes ont une localisation connue pour notre période56 : Bāb al-Bunūd, Bāb al-Lawz, Bāb al-Barr pour le côté occidental, Bāb Amsiyūn, Bāb al-Marsā pour le côté oriental, et Bāb al-Baḥr face à la mer.

Carte 3 – Plan de Bougie.

  • 57 Al-Ġubrīnī, p. 80.
  • 58 Ibid., p. 101 notamment.
  • 59 Ibid., p. 170. Mais la localisation de cette porte pose problème.
  • 60 Ibid., p. 69.
  • 61 Ibid., p. 165.
  • 62 Al-Zarkašī, texte p. 102, trad. p. 70.

14À l’intérieur de ces murailles la ville se divisait en plusieurs quartiers, dont les noms nous sont donnés par al-Ġubrīnī, mais dont la localisation n’est pas toujours aisée. Plusieurs sont désignés du nom de la porte ou d’un monument qui en sont proches : Ḥawma Bāb al-Baḥr57, Ḥawma Bāb Amsiyun58, Ḥawma Bāb Bāṭina59, qui est sans doute le même que la Hārat al-Muqaddasī (ou al-Maqdisī), situé en hauteur60, Ḥawmat al-Lu’lu’a61. Enfin à une époque plus tardive al-Zarkašī parle du quartier de Sābāṭ al-Umawī, mais sans préciser sa localisation62.

  • 63 En comparaison, la médina de Tunis sans les faubourgs hafsides mesure environ 1900 par 1000 m. A. (...)

15Très vite la ville a débordé de ses murailles. Il a fallu construire des quartiers nouveaux, en particulier dans la plaine. L’espace urbain compris à l’intérieur de l’enceinte est en effet assez réduit. D’est en ouest, au niveau du port, la distance entre les murs ne dépasse guère 1000 m, et du nord au sud on compte également environ 1 km63. Par ailleurs le terrain est très accidenté à l’intérieur de l’enceinte.

  • 64 Cf. plan général du site supra p. 106.

16L’habitat pouvait s’étendre surtout vers le sud-ouest, en direction de la plaine de la Soummam, large et plus facile d’accès à partir de l’intérieur des terres. C’est de ce côté que se sont développés les faubourgs et les jardins64.

  • 65 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

17D’après l’Anonyme du Kitāb al-Istibṣār la banlieue de la ville, enserrée entre les montagnes, a un circuit d’environ dix milles65. Si l’on considère que cela correspond, approximativement, à 16 km de circonférence, nous aurions un carré de 4 km de côté. La banlieue (maisons d’habitation et jardins) couvrirait alors tout le sud-ouest de la ville, c’est-à-dire le débouché de l’oued al-Ṣaġīr et au moins une partie de la basse plaine de la Soummam. C’est bien sûr considérable comparé à l’espace occupé par la ville intra muros. Cette évaluation peut être mise sur le compte de l’exagération, mais il vaut mieux penser que l’auteur évoque ainsi la vaste ceinture de jardins dont beaucoup d’autres textes nous parlent.

  • 66 Il y a cependant dans la vallée de la Soummam une série de petites bourgades, comme Mallāla (où se (...)
  • 67 Léon l’Africain, p. 360.
  • 68 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112.
  • 69 Gravure de Vermeyen, datant de 1551, Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024). Cf. reproduct (...)
  • 70 Al-Ġubrīnī, p. 76. Ce quartier a disparu aujourd’hui, remplacé par des installations industrielles (...)
  • 71 Al-Ġubrīnī, p. 72. C’est sans doute le même cimetière dont il est question à propos d’un savant en (...)
  • 72 Ibid., p. 88.
  • 73 Ibid., p. 101. Il existe encore aujourd’hui un cimetière à cet emplacement.
  • 74 Ibid., p. 122.
  • 75 Ibid., p.101, à propos du cimetière de Bāb Amsiyūn.Al-Ġubrīnīle situe dans le quartier du même nom (...)
  • 76 Ibid., p. 176.
  • 77 Ce qui montre qu’à cette époque la population de la ville est encore très importante, suffisamment (...)
  • 78 Al-Marīnī, p. 250.
  • 79 Le texte, qui dit que les Espagnols y débarquèrent leurs forces et s’installèrent sur la crête d’o (...)
  • 80 Bien que l’espace soit réduit, cette anse présente l’avantage de disposer d’une source d’eau potab (...)
  • 81 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 224.

18La plaine était une zone inondable, en raison de l’embouchure de la Soummam et des petits fleuves côtiers, de telle sorte que l’espace constructible restait sans doute limité aux abords immédiats de la ville66. Léon l’Africain rapporte que la ville s’étendait « en largeur sur le flanc de la montagne67 », c’est-à-dire du djebel Gouraya, sur la rive gauche de l’oued al-Ṣaġīr. Al-’Umarī nous dit qu’un faubourg (rabaḍ), dans la plaine, est annexé à la ville et entouré d’un mur d’enceinte (sūr)68. La gravure de Vermeyen, au milieu du milieu du xvie siècle, confirme cette disposition : on y voit un faubourg sur le flanc sud-ouest de la ville, entouré d’une enceinte69. Al-Ġubrīnī signale également plusieurs quartiers à l’extérieur des portes de la ville, mais sans que l’on puisse savoir quelle était leur importance. Ainsi le quartier de l’abattoir (al-Maḏbah), situé dans le faubourg de la ville, occupait la plaine70. À l’extérieur des portes se trouvaient plusieurs cimetières. L’un d’eux est situé sur le djebel Halīfa71. Les autres sont signalés à l’extérieur des portes du côté oriental, comme Bāb al-Marsā72, Bāb Amsiyūn73, ou Bāb al-Ğadīd74. La présence de cimetières, dont le nombre suggère qu’ils ne devaient pas être de grandes dimensions, n’exclut pas la présence d’un habitat et de quartiers extra-muros75. Al-Ġubrīnī cite également le quartier (Ḥawma) de la rābit a d’al-Mutammanī à l’extérieur de la ville, où est enterré un savant, mais qui n’est pas localisé76. Enfin, toujours à l’est de la ville, un nouveau quartier plus éloigné se crée tardivement. Il en est question dans le récit de la conquête espagnole par al-Marīnī, qui rapporte que les exilés andalous (venus au moment de la chute du sultanat de Grenade) arrivèrent en si grand nombre qu’on ne put les installer dans la ville77. On leur construisit alors un quartier situé dans l’ancien port, au-dessus duquel se trouve le tombeau de Sīdī ‘Īsā al-Sabūkī78. La localisation de ce quartier n’est cependant pas claire. De toute évidence il se trouve à l’est de la ville79. Deux hypothèses sont possibles : d’après le texte d’al-Marīnī ce quartier devait se trouver dans l’anse des Aiguades, effectivement en contrebas du mausolée de Sīdī ‘Īsā80. Mais ce quartier serait alors distant d’environ 1,5 km de la ville. Une seconde hypothèse consisterait à le localiser plus près de la ville, dans l’anse de Sīdī Yaḥyā81.

  • 82 Cf. Micheau, Guichard, « Les sources des mégapoles orientales », art. cité, p. 691 : 170 ha pour D (...)

19Il est difficile de proposer un chiffre de superficie de l’espace bâti, faute de données suffisamment sûres. Si l’on considère l’ensemble de la muraille, on obtient une superficie approximative de 100 ha, ce qui rapprocherait Bougie d’autres villes musulmanes de l’époque82. Mais la partie haute de la ville n’a pas été nécessairement construite et habitée, et à l’inverse nous ignorons tout de l’importance des faubourgs. On peut donc la considérer comme une métropole de niveau régional, limitée cependant dans son développement par les contraintes du site.

2) Le paysage urbain

20Il est difficile d’avoir une vision précise des monuments marquants de la ville. Les textes s’intéressent essentiellement aux aspects défensifs et aux édifices religieux, dont la localisation n’est d’ailleurs pas sans poser des problèmes. Quant aux autres monuments et à l’habitat commun, ils nous demeurent totalement inconnus.

a) Une ville solidement défendue

  • 83 Al-’Abdarī, Riḥla al-maġribiyya, trad. A. Cherbonneau, « Notice et extrait du voyage d’el-Abdery » (...)

21Siège d’un pouvoir indépendant, puis du gouverneur d’une région frontière, la ville devait d’abord être facilement défendable. Nombreux sont les auteurs qui insistent sur les aspects militaires de la ville, comme al-’Abdarī qui la décrit ainsi : « C’est un grand port de mer et une ville forte, dont le nom figure avec éclat dans l’histoire. Bâtie sur des hauteurs escarpées et au fond d’un ravin, elle prolonge ses murailles jusqu’au bord du golfe. La solidité de ses édifices égale l’élégance de leurs formes. Elle est dominée par des avant-postes, qui veillent à sa sûreté. C’est en vain que l’ennemi oserait l’attaquer ; la fureur des hordes guerrières viendrait échouer contre ses remparts83 ».

  • 84 Cf. supra p. 43-44.
  • 85 La route côtière actuelle au nord-est de la ville, creusée à l’époque française, n’était pas prati (...)
  • 86 Al-Idrīsī, trad. p. 167-168. Leur localisation précise n’est pas toujours possible. Le premier est (...)
  • 87 C’est ainsi que la décrit un poème de Ḥammād b. ‘Alī, cité par Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit (...)
  • 88 Un système d’alerte a peut-être existé, mais les preuves restent insuffisantes. Féraud, Histoire d (...)

22L’accès à Bougie est défendu, côté terre, par un relief particulièrement difficile. Mis à part celle passant par la vallée de la Soummam, les routes sont rares et malcommodes, forcées de traverser des reliefs très accidentés. De nombreux auteurs soulignent cette particularité – et cette qualité – de la situation de la ville, parfaitement protégée des agressions extérieures par terre. Lorsque ibn Khaldūn rapporte le récit de la fondation de la ville, il insiste sur l’inaccessibilité de la montagne de Bougie84. Au sud, la vallée de la Soummam85 est relativement étroite et protégée par plusieurs points forts cités par al-Idrīsī86. Une fois passés ces premiers barrages, il fallait encore s’emparer de Bougie, « garde-frontière, à la démarche fière87 ». La ville tire en effet parti d’excellentes défenses naturelles. Le flanc nord du Gouraya est très abrupt et rend une attaque difficile de ce côté. De son sommet il était possible de surveiller la mer et de prévenir une attaque surprise88.

  • 89 Voir en particulier Léon l’Africain, p. 360, et surtout le poème d’Ibn Hamdīs sur un des palais de (...)
  • 90 Berbères, II, p. 52. Ibn Khaldūn, se contredisant avec ce qu’il écrit un peu plus haut (ibid., II, (...)

23La muraille entourant la ville était complétée par un ensemble de forts, dont la localisation pose problème. Les auteurs médiévaux parlent de plusieurs monuments, insistant surtout sur leur splendeur89. Mais les noms changent d’un texte à l’autre et ces édifices sont rarement situés dans la ville. Dès la fondation de la ville en 460/ 1067-8 al-Nāṣir fait édifier plusieurs palais, dont la construction a été poursuivie par son successeur al-Manṣūr lorsqu’il installe définitivement la cour à Bougie en 483/1090-190. On considère en général que la ville était défendue par quatre forts, situés au cœur de la ville : la casbah, Qasr al-Kawkab (de l’Étoile), Qasr al-Lu’lu’a (de la Perle), et un fort fermant le port à l’est (actuel fort Abd el-Kader). Il faut cependant revenir sur ce dispositif.

  • 91 Al-Ġubrīnī, p. 140, 241, qui parle de la hutba prononcée dans cette mosquée. Cf. également Ibn Kha (...)
  • 92 Berbères, II, p. 392.
  • 93 C’est le cas par exemple à Tunis, Sousse, Ceuta ou à Alger ; voir aussi le rôle des citadelles en (...)

24La casbah est le centre politique par excellence. Elle a sa propre mosquée (ğāmi’)91. Elle est le siège du pouvoir, le lieu des cérémonies importantes, en particulier de la prestation de serment au nouveau souverain (bay’a). On a coutume de penser que cette casbah se situait au Moyen Âge dans le coin sud-ouest de la ville, où se dresse encore aujourd’hui celle construite par les Espagnols et reprise ensuite par les Turcs et les Français. Pourtant aucun texte médiéval ne la situe au bord de la mer. Au contraire al-Ġubrīnī, lorsqu’il rapporte la conquête d’Ibn Ġāniya, raconte que celui-ci entra dans la ville par Bāb al-Lawz, et de là prit la casbah. Or Bāb al-Lawz, bien localisée, se situe au-dessus de l’actuel Bordj Moussa, identifié avec le Château de l’Étoile. Ce dernier serait donc la citadelle. Cela concorde avec un passage d’Ibn Khaldūn qui rapporte que c’est dans le Château de l’Étoile qu’en 681/1282-3 Abū Fāris, ayant poussé son père à abdiquer, reçut la bay’a des notables de la ville92. On peut également noter que les citadelles de cette époque sont plutôt construites en hauteur par rapport à la ville, qu’elles défendent autant qu’elles la contrôlent93. Dans cette hypothèse la Citadelle, en tant que centre du pouvoir, ne serait descendue à son emplacement actuel qu’à l’époque espagnole.

  • 94 Berbères, II, p. 52.
  • 95 Beylié, op. cit., p. 101.
  • 96 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 210.
  • 97 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 379. Il pense par ailleurs que la casbah fut édifiée par (...)

25L’image des fortifications occidentales de la ville se complique encore si on prend en considération l’information d’Ibn Khaldūn, qui parle du fort Amīmūn construit par al-Manṣūr94. Sur la foi de ce témoignage, Beylié imagine un système de trois forts face à la plaine : la casbah, l’Étoile, et Amīmūn qu’il identifie à l’actuel Bordj Moussa95. Mais cette reconstitution est peu vraisemblable, compte tenu de la distance réduite (environ un kilomètre). Rachid Bourouiba quant à lui identifie bien le Palais de l’Étoile avec la casbah, mais le situe à l’emplacement actuel de cette citadelle, au bord de la mer, le palais Amīmūn étant alors à l’emplacement de l’actuel fort Moussa96. Robert Brunschvig, enfin, place le château d’Amīmūn plus au nord, et l’Étoile sur le site de Bordj Moussa97. Considérant pour ma part que la Citadelle se trouve en position haute, j’aurais tendance à voir sous ces trois noms un même fort, sur le site de l’actuel Bordj Moussa, qui constituait la clé de la défense de la ville.

  • 98 Berbères, II, p. 51.
  • 99 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.
  • 100 Al-Numayrī, op. cit., p. 267.
  • 101 Laurent-Charles Féraud signale qu’on en voyait encore des vestiges à son époque. L.-Ch. Féraud, «  (...)
  • 102 Amara, Pouvoir, op. cit., p. 146.

26Il existait un deuxième palais, celui de la Perle (al-Lu’lu’a). Il est construit (ou commencé) par al-Nāṣir au moment de la fondation de la ville98. Là encore, les textes ne sont pas tous concordants sur sa localisation. L’anonyme du Kitāb al-Istibṣār semble le situer au bord de la mer, à l’emplacement de l’actuel fort Abd el-Kader : « Il y a à Bougie un endroit connu sous le nom de Perle (Lu’lu’a), situé sur une pointe de la montagne, en saillie sur la mer et attenant à la ville99 ». Mais c’est sans doute une erreur, car al-Numayrī, qui avait visité Bougie, fait bien la différence entre le Palais de la Perle, qu’il qualifie de phare, et le Burğ du bord de mer100. On peut donc considérer que ce palais se trouvait à l’emplacement de l’actuel Lycée des Oliviers101, et qu’il était le centre d’un quartier princier102.

  • 103 Léon l’Africain, p. 361.
  • 104 Cf. infra p. 250 sur le port.

27Fermant ce quadrilatère du côté de la mer, on admet en général que deux forts défendaient directement le port et la partie basse de la ville, particulièrement vulnérable : celui situé à l’emplacement actuel de la casbah, et le Burğ dont parle al-Numayrī, situé à l’est et surveillant également la baie de Sīdī Yaḥyā, par laquelle une attaque est toujours possible. D’après Léon l’Africain, Pedro Navarro a fait bâtir « une forteresse près de la mer, à un endroit où il existe une bonne plage », et a « fortifié une vieille citadelle, également voisine de la mer à côté de l’arsenal103 ». L’arsenal était dans la plaine au sud-ouest de la ville104 et cette description confirmerait donc que cet angle de la muraille était renforcé par un fort.

  • 105 Les Espagnols avaient très fortement réduit l’espace défendu, et avaient donc détruit ce fort qui (...)
  • 106 Al-Numayrī, op. cit., p. 268, parle d’une Qubbat al-Hāris sur le sommet de la montagne. Il existe (...)

28Au-dessus de la zone habitée, d’autres éléments venaient peut-être compléter le dispositif. Laurent-Charles Féraud les évoque, repris par Rachid Bourouiba, mais on ignore sur quels textes ils s’appuient. Le Bordj al-Ahmar aurait été construit par al-Nāṣir, et détruit par les Espagnols, pour être reconstruit ensuite par les Turcs sous le nom de Bordj Bou Lila105. Par ailleurs, le sommet du djebel Gouraya était peut-être également défendu par un fort106.

29Bougie apparaît donc bien avant tout, dans les chroniques comme dans les descriptions des géographes ou des voyageurs, comme le siège d’un pouvoir et une place forte à défendre contre des agressions extérieures. Cet aspect nous apparaît d’autant plus clairement que les maîtres successifs de Bougie ont, jusqu’à l’époque contemporaine, veillé à entretenir les ouvrages de défense qui sont aujourd’hui les seuls vestiges de la ville médiévale parvenus, encore que fort altérés, jusqu’à nous.

b) Les édifices et institutions religieux et civils

  • 107 Celle-ci, ğāmial-a’zam, est citée de nombreuses fois par al-Ġubrīnī, comme la mosquée où était p (...)
  • 108 Elle a pris la place de l’ancienne église.
  • 109 Al-’Abdarī, op. cit., p. 158.

30À l’intérieur de ces remparts, et sous la protection des forts, le reste du paysage urbain est bien mal connu. La source la plus riche pour la topographie de la ville est al-Ġubrīnī et il n’est dès lors pas étonnant que les lieux les mieux signalés soient les mosquées et les cimetières. Encore les localisations restent-elles le plus souvent très hypothétiques. Le seul élément que l’on peut considérer comme sûr est le site de la grande mosquée de Bougie107. L’actuelle mosquée al-Mouhoub108 marque sans aucun doute l’emplacement de l’ancien ğāmial-a’zam de Bougie. Cela correspond bien à la description qu’en fait al-’Abdarī : « Il existe à Bougie une mosquée supérieure en magnificence à tous les temples connus, et dont le minaret peut être aperçu de la pleine mer aussi bien que du continent. Posé en quelque sorte au centre de la ville, ce charmant monument égaye la vue en même temps qu’il remplit l’âme d’un sentiment de bonheur ineffable. Les habitants ne manquent jamais d’y faire les cinq prières obligatoires, et ils l’entretiennent avec le plus grand soin109 ». On ignore en revanche dans quelle mesure elle pouvait structurer le tissu urbain autour d’elle, faute d’informations sur le reste des bâtiments de la ville.

  • 110 Par exemple al-Ġubrīnī, p. 140, 241.
  • 111 Ibid., p. 215.
  • 112 Al-Marīnī écrit qu’avant la conquête espagnole la ville comptait 72 mosquées ou oratoires, et n’en (...)
  • 113 Al-Baydaq, texte p. 52, trad. p. 78. Elle prit par la suite le nom de mosquée de l’imām al-Mahdī. (...)
  • 114 Al-Ġubrīnī, p. 165.
  • 115 Ibid., p. 161.
  • 116 Ibid., p. 59, 142 ; Al-Numayrī, op. cit., p. 267 (qui situe cette tombe à l’extérieur de Bāb al-Ma (...)
  • 117 Al-Ġubrīnī en signale plusieurs dans le quartier de Bāb Amsiyūn. Al-Ġubrīnī, p. 143, 188.
  • 118 Cf. la liste, tardive, donnée par al-Wartilānī (M. Hadj Sadok, « À travers la Berbérie orientale d (...)
  • 119 Léon l’Africain, p. 360.
  • 120 Cf. D. Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie au viie/xiiie siècle », Studia Islam (...)
  • 121 Al-’Umarī, trad. p. 113. Mais cette observation, un peu condescendante, vient d’un oriental qui n’ (...)

31Les autres ğāmi’ mentionnés dans les textes sont ceux de la casbah (ğāmial-Qaṣaba)110 et des Almohades111. Il faut y ajouter des lieux de prière de moindre importance, dans les quartiers112. Ainsi la mosquée du Myrte (Raiḥāna), qui accueillit le Mahdī Ibn Tūmart113, ou encore la mosquée al-Murğānī114, celle d’al-Naṭṭā’īn115 et celle du faqīh Abū Zakariyā’ al-Zawāwī, qu’al-Ġubrīnī situe dans le quartier de la Perle ou à l’extérieur de Bāb Amsiyūn116. On a également la trace de nombreuses zawiyas ou rābiṭa-s117, certaines existant encore aujourd’hui, mais dont la datation est le plus souvent incertaine118. Léon l’Africain, qui décrit la ville à la fin de la période hafside, parle de « monastères pour les religieux mahométants » (des zawiyas) et de « collèges où les étudiants sont nombreux ainsi que les professeurs de droit et de sciences119 », ce qui laisse penser qu’il y eut, mais peut-être tardivement, des fondations de madrasas comme dans le reste du Maghreb. Bougie offrait en effet un enseignement qui touchait une large population, vivant dans la province et au-delà. Tel est le cas à l’époque d’al-Ġubrīnī120, qui ne parle cependant pas de telles institutions. Au xive siècle, al-’Umarī déplore d’ailleurs que dans les villes du Maghreb on ne trouve qu’exceptionnellement des madrasas, sauf à Fès ou Marrakech, ce qui laisse penser à un développement tardif121.

  • 122 Léon l’Africain, p. 360.
  • 123 Ibn al-Zayyāt al-Tādilī, Al-Tašawwuf ilā riğāl al-taṣawwuf, éd. A. Faure, Rabat, 1958, p. 448-449. (...)
  • 124 Léon l’Africain, p. 360.
  • 125 Mu’ğib, texte p. 231, trad. p. 197.
  • 126 Al-Ġubrīnī, p. 161 (sūq al-ṣūf), 165 (sūq de Bāb al-Baḥr), 177 (sūq al-ṣaw-wāfīn), 218 (sūq al-qay (...)
  • 127 Analyse dans V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi’yā (...)
  • 128 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 147. Selon Brunschvig la qaysāriyya étai (...)
  • 129 Al-Ġubrīnī, p. 76.

32Les autres éléments du paysage urbain sont encore moins bien connus. Léon l’Africain parle d’étuves (hammams), d’hospices, « tous beaux édifices bien construits »122. Il évoque également les d’hôtelleries (funduq-s), qui sont signalées par d’autres sources. Au xiie siècle un certain Abū Zakariyā’ Yaḥyāb. ‘Alī al-Zawāwī loue ainsi pour 300 dinars un funduq au gouverneur, pour héberger des pauvres dans une période de famine123. Léon L’Africain cite également les marchés « beaux et bien ordonnés »124. On a peu d’indications sur la localisation de ces souks de Bougie. Al-Marrākušī nous parle d’un petit souk (suwayqa) près de Bāb Tātunt125. Al-Ġubrīnī évoque d’autres marchés : sūq al-ṣūf (de la laine), sūq al-ṣawwāfīn (qui est peut-être le même que le précédent), sūq de Bāb al-Baḥr et un sūq al-qaysāriyya qui comportait des boutiques126. Le même al-Ġubrīnī a par ailleurs rendu une fatwa dans laquelle il est question d’un sūq al-bazzāzīn (des étoffes) à Bougie127. Enfin une fatwa de la fin du xve siècle parle d’une qaysāriyya, où se trouve la boutique d’un marchand, mais sans plus de précision128. À ces marchés localisés vraisemblablement intra muros il faut ajouter le quartier de l’abattoir (al-Maḏbaḥ), où se vendaient notamment les esclaves129.

  • 130 Cf. infra, p. 275-276.
  • 131 Cf. infra, p. 256 sur le port.

33Malgré les grandes incertitudes de localisation, il semble évident que la zone économique la plus active était près du port. C’est là en particulier que se trouvent les fondouks des chrétiens, qui apparaissent à partir du xiiie siècle130. C’est là également que se trouvent vraisemblablement les bâtiments de la douane, près des quais de déchargement des marchandises131.

  • 132 Cette tradition orale, largement reprise par la suite dans les ouvrages de vulgarisation sur Bougi (...)

34Les rares données sur le paysage urbain font donc apparaître une ville aux fonctions complètes. Ville du pouvoir, elle est aussi, comme le montre bien le recueil d’al-Ġubrīnī, une ville de savoir et de religion, au point de recevoir dans la mémoire collective le qualificatif flatteur de « Petite Mecque »132. Elle est enfin un pôle économique, comme en témoignent les édifices, sans doute concentrés autour du port, liés au commerce maritime.

3) Une importante population urbaine

  • 133 D. Ayalon, « Regarding Population Estimates in the Countries of Medieval Islam », JESHO, 28/1, 198 (...)

35Que Bougie fût une des villes les plus importantes et les plus peuplées du Maghreb pendant une partie du Moyen Âge ne fait guère de doute. Mais dépasser ces généralités pour avancer une estimation de la population est délicat. Tout d’abord parce que les données disponibles sont rares et sujettes à caution133, ensuite parce que la population a de toute évidence varié au cours de la longue période qui nous intéresse.

  • 134 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 163.
  • 135 Léon l’Africain, p. 360.
  • 136 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 383.
  • 137 Marmol, p. 415.
  • 138 Ibid., p. 416. Mais là encore ne s’agit-il pas d’une lecture déformée de Léon l’Africain, qui parl (...)
  • 139 M. S. Baïzig, « Muhāwala li-taqdīr ‘adad sukkān Biğāya fī al-‘ahd al-ḥafṣī », Actes du Ve symposiu (...)
  • 140 R. Arié, « Une métropole hispano-musulmane au bas Moyen-Âge : Grenade nasride », CT, 137-138, 1986 (...)
  • 141 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 356-357.
  • 142 Voir également les chiffres proposés pour plusieurs villes musulmanes médiévales dans Grandes vill (...)

36Les données chiffrées sont maigres et tardives. Pīrī Reis compte, pour la fin du xve siècle, 18 000 maisons à l’intérieur de l’enceinte134. Léon l’Africain, au début du xvie siècle parle de 8000 feux, mais dit que la ville en comptait 24 000 du temps de sa splendeur135, ce qui permet à Brunschvig d’avancer un chiffre de population de 40 000 habitants136. Un peu plus tard Marmol signale plus de 20 000 maisons, mais il est vraisemblable qu’il reprend, en les déformant, les chiffres de son prédécesseur137, ajoutant que lors de la conquête espagnole il y avait plus de 8 000 habitants pour la défendre138. Mohamed Salah Baïzig, s’appuyant sur les données de Léon l’Africain et de Marmol, ainsi que sur des considérations relatives à la superficie de l’espace urbain bâti, aboutit au chiffre de 50 à 60 000 habitants à l’époque hafside139. On peut comparer ce chiffre avec la population estimée de Grenade nasride (entre 50 et 100 000, selon les historiens, à la veille de la conquête chrétienne)140 ou Tunis à l’époque hafside (100 000 aux moments de plus grande prospérité)141. Mais les méthodes de calcul sont variables d’un historien à l’autre142. On peut aussi, considérant que les estimations de Léon l’Africain sont fausses dans l’absolu mais correspondent à l’appréciation relative de leur auteur, prendre ses chiffres de populations urbaines et les comparer. En considérant alors comme unité le « feu léonien », nous avons les chiffres suivants :

Oran 6 000 feux
Tlemcen 16 000 feux à l’époque de sa splendeur
Alger 4 000 Bougie 8 000 (mais pouvant aller jusqu’à 24 000)
Constantine une enceinte pouvant contenir jusqu’à 8 000
Jijel 500
Bône 300
Tunis 10 000

  • 143 Sur l’apport de populations venues de l’intérieur du pays, voir Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 359-3 (...)

37Bougie est donc, encore à la fin de la période hafside, une des villes les plus peuplées du Maghreb, guère moins importante que Tunis. Elle a connu très vite une expansion démographique importante, due en partie à un accroissement naturel, mais surtout à une immigration venue de l’intérieur des terres et de plus loin143, qui a entraîné une extension au-delà des murailles initiales de l’époque hammadide.

38Pour satisfaire les besoins alimentaires de cette population, Bougie pouvait avoir recours à des importations par mer ou par terre, mais surtout aux ressources de l’arrière-pays immédiat.

  • 144 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112. L’une d’elles fournissait la population en eau. Le Kitāb al (...)
  • 145 Pourtant une étude récente du Massif du Gouraya montre que ce dernier ne saurait constituer un rés (...)

39Un des atouts naturels de Bougie était la facilité de l’approvisionnement en eau, que lui fournissaient des sources locales et surtout un aqueduc. Al-’Umarī parle de sources nombreuses144 et on sait qu’il existe des nappes d’eau dans les roches du djebel Gouraya145.

  • 146 Cf. infra sur le milieu naturel, p. 189-192.
  • 147 Beylié, op. cit., p. 101, qui signale plusieurs citernes « romaines », mais qui ont de toute évide (...)
  • 148 St. Gsell, Atlas archéologique, Alger, 1911, feuille 7. Il en reste des vestiges, au col d’al-Hama (...)
  • 149 E. Dewulf, « Notice sur l’aqueduc de Bougie », Recueil de la Société archéologique de Constantine, (...)

40Par rapport à d’autres régions méditerranéennes, Bougie et les montagnes de l’arrière-pays étaient par ailleurs plutôt favorisées par le régime des précipitations146. La récupération des eaux de pluie était assurée par plusieurs citernes, dont certaines sont conservées aujourd’hui147. Mais l’eau arrivait surtout de plus loin, par un aqueduc datant de l’époque romaine et restauré au Moyen Âge. On en trouve encore aujourd’hui des vestiges dans la montagne. Il partait de la source de Aïn Seur dans la montagne de Toudja, à une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau à l’ouest de Bougie, et suivait, sur 21 km, la route moderne dite des Crêtes, sur le piémont du djebel Gouraya148. Avec un débit potentiel de 3600 litres par minute, il pouvait alimenter une population nombreuse149.

  • 150 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.
  • 151 Berbères, II, p. 223, qui dit que les Almohades restaurèrent ces jardins qui éraient tombés en rui (...)
  • 152 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112-113. Voir également al-Ġubrīnī, p. 162, qui évoque des jardi (...)
  • 153 C’est dans le jardin d’al-Rafī’ que le sultan détrôné Abū Ish āq est maintenu en résidence par son (...)
  • 154 Manāzir, littéralement belvédères. Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112. Ibn al-Šammā’ parle d’un (...)
  • 155 Al-Numayrī, op. cit., p. 268-269.

41La ville était entourée d’une ceinture de jardins150 dont ceux d’al-Rafī’ (le Sublime) et d’al-Badī’ (le Splendide), créés par les Hammadides, qui suscitèrent l’admiration de nombreux auteurs151. Al-’Umarī les situe le long de la Soummam152, mais ils étaient peut-être plus près de la ville, au moins pour l’un d’entre eux153. On y trouvait des pavillons de plaisance154 et c’est sans doute là que le sultan mérinide Abū ‘Inān s’installa pour recevoir les élites de la ville et écouter des joutes de prose et de poésie155.

  • 156 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.
  • 157 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112.
  • 158 Léon l’Africain, p. 361.

42La Soummam, et dans une bien moindre mesure l’Oued al-Ṣaġīr, permettaient surtout d’irriguer des jardins servant à l’alimentation de la population de Bougie. Le Kitāb al-Istibṣār signale des norias (nawā’īr) amenant l’eau de la Soummam aux jardins156 et al’Umarī parle de jardins s’étendant de manière continue sur les deux rives de la rivière sur 12 milles environ157. Léon l’Africain enfin rapporte qu’il y a autour de la ville « une infinité de vergers remplis d’arbres fruitiers », en particulier du côté de la porte qui donne vers l’est, c’est-à-dire du côté de la plaine158.

43Nous sommes donc très mal renseignés sur l’aspect que pouvait avoir la ville au Moyen Âge, car les hasards de la documentation nous laissent plus démunis que pour d’autres villes du Maghreb ou d’Orient. Elle est, à l’échelle du Maghreb et même du monde méditerranéen de l’époque, une ville très peuplée et a développé des fonctions urbaines complètes. C’est avant tout une forteresse bien défendue, tant par les éléments du relief que par les constructions de murailles ou de forts. Mais c’est aussi une ville ouverte à la fois vers la terre (la vallée de la Soummam) et la mer, avec une large façade maritime, ce qui en fait un lieu de passage et d’échanges tant sur le plan culturel et religieux que sur le plan économique. Il ne faudrait cependant pas exagérer les atouts naturels du site et de la situation de Bougie. Ils sont indéniables, mais c’est avant tout une décision politique qui en a fait la capitale d’un État, puis d’une province-clé de l’Empire almohade et enfin des domaines hafsides. C’est cette volonté politique, autant que les avantages de sa situation, qui ont permis à Bougie, tout au long de son histoire, de commander à une partie importante du Maghreb dont elle est également le débouché maritime principal.

II – UN ESPACE POLITIQUE SOUMIS À DES FORCES CENTRIFUGES

  • 159 Il ne sera ici question que de l’espace politique. Il ne correspond pas nécessairement à l’aire de (...)
  • 160 Cf. supra p. 104.
  • 161 Cf. ‘Ibar, VI, p. 204, Berbères, I, p. 197 : « quant au pays (bilād) de Bougie et de Constantine, (...)

44La place acquise par Bougie dans l’espace politique maghrébin lui donne vocation à être le centre d’une région importante, mais difficile à gérer en raison de son étendue et de sa complexité. Les souverains et les gouverneurs ont sans doute une idée relativement précise de l’étendue de l’aire d’influence théorique de la ville159. Mais le plus important pour eux est la reconnaissance effective de leur pouvoir par les populations vivant sous leur domination. Pour les sédentaires (ruraux ou urbains) la situation est assez simple. Il n’en est pas de même pour les tribus nomades, qui se déplacent dans un espace vaste, relevant parfois de souverains différents, ou qui du moins sortent, au moment de l’hivernage dans le désert, de l’aire réellement contrôlée par Bougie. Pourtant les tribus, même mobiles, se positionnent par rapport au pouvoir que l’État exerce sur un territoire – qu’elles le rejettent ou qu’elles l’acceptent. Il n’est pas rare qu’une chronique, parlant d’une tribu, dise qu’elle est « dans la région de Bougie »160. À l’inverse, ces tribus imposent leur domination sur un territoire qu’elles s’approprient161 et qui est à la fois un espace de pacage et de prélèvement sur les sédentaires. Il serait donc erroné de détacher les tribus nomades de toute considération territoriale.

  • 162 Ce phénomène, qui n’est bien sûr pas propre au Maghreb, est bien noté par Ibn Khaldūn, Muqaddima, (...)
  • 163 P.-R. Baduel, « Le front de l’État. Éléments pour une approche comparative autour de la Méditerran (...)

45La nature et le degré de la soumission au pouvoir peuvent varier. Il est évident en particulier que plus on s’éloigne de Bougie, plus l’autorité de l’État s’amenuise162. Vers le sud, où les populations sont pour la plupart nomades, les limites de juridiction deviennent particulièrement floues et le pouvoir s’exerce moins sur un espace que sur les hommes qui l’occupent et le parcourent. Le contrôle ne devient alors réellement efficace que par des liens d’allégeance personnels de chefs de tribus à l’égard du pouvoir central163.

46L’autorité de Bougie s’exerce donc sur des villes et des tribus, qui en sont les relais dans l’arrière-pays. Ce pouvoir urbain s’exprime cependant selon des modalités très variables, à travers l’action des gouverneurs locaux, la fiscalité, la justice, ou encore la lutte contre le brigandage, qui sont autant d’indices de l’efficience de cette domination.

1) L’affirmation des régions périphériques

47Bougie s’appuie d’abord sur un réseau de villes, qui commandent elles-mêmes une portion de territoire. Ces cités sont à la fois la manifestation de cette souveraineté (à travers le personnel politique et administratif qui y est nommé) et des points d’appui pour le contrôle du reste du territoire, villes secondaires ou campagnes.

Carte 4 – Région de Bougie.

  • 164 Ibn al-Athīr, Kitāb al-Kāmil fīta’rīẖ, trad. E. Fagnan, Annales du Maghreb et de l’Espagne, Alger, (...)
  • 165 Cette étude, que Jean-Claude Garcin a pu faire à partir notamment du cursus des hommes d’administr (...)

48Le découpage administratif et politique ne subit pas de changement notable entre la période hammadide et les débuts de la dynastie hafside. Lors de la conquête almohade, ‘Abd al-Mu’min forme deux provinces, qui correspondent aux anciens États hammadide et ziride, avec Bougie et Tunis pour capitales, confiant chacune d’elles à un de ses fils164. Par la suite la création de l’État hafside et la confirmation de Tunis comme capitale permettent de conserver à l’ouest une vaste province centrée sur Bougie. Cet ensemble se structure autour de centres urbains secondaires, sans qu’il soit toujours possible de voir quelle hiérarchie s’établit entre eux165. Il faut de plus compter avec des forces centrifuges et la concurrence d’autres pôles politiques, qui mènent parfois certaines villes ou régions à se séparer de Bougie. Cela explique que la province a été amputée à certaines époques d’une partie de son territoire, que ce soit à l’ouest (Alger), à l’est (Constantine) ou encore au sud (Biskra et le Zāb).

a) La base territoriale hammadide

  • 166 Berbères, II, p. 6. Ibn Khaldūn définit de manière intéressante ce nouveau pôle urbain, en soulign (...)
  • 167 Ibid., II, p. 6. Idris, La Berbérie, op. cit., p. 488.
  • 168 Cf. supra p. 43.
  • 169 Berbères, II, p. 18.
  • 170 La domination hammadide s’étendit même jusqu’à Tunis, où la dynastie des Banū Hurasān reconnut un (...)
  • 171 Berbères, II, p. 46.
  • 172 Lisān al-Dīn Ibn al-H atīb, Kitāb A’māl al-a’lām, trad. esp. R. Castrillo, Historia medieval islám (...)
  • 173 Berbères, II, p. 28, 58. Al-Idrīsī nous dit que la ville a été prise en 548/ 1153-4 par Roger de S (...)

49Pour mieux comprendre la constitution de cette province de Bougie il faut remonter à l’époque de la formation du domaine ziride, avant le départ des Fatimides d’Ifrīqiya. Zīrī, chargé par ces derniers de défendre la partie orientale du territoire, fonde la ville d’Ashīr, sur le piémont méridional du Tell. Avec l’autorisation du calife al-Manṣūr, il en fait rapidement une capitale régionale166. De là, il rayonne à l’ouest jusqu’à Tahert et sa région ; il fonde ou restaure Alger, Miliana et Médéa167. Lorsque les Zirides sont appelés à devenir les lieutenants des Fatimides en Ifrīqiya, ils doivent garantir le contrôle de ces régions occidentales qu’ils confient alors à leurs cousins les Hammadides168. Un conflit ne tarde pas à se déclarer entre les deux branches de la famille, à l’issue duquel le Ziride Bādīs reconnaît à Ḥammād la possession des villes de M’sila, Tobna, Ashīr, Tahert, du Zāb, et de toutes les parties du Maghreb dont il ferait la conquête169. Notons qu’il s’agit encore exclusivement de villes situées sur le piémont du Tell. Les Hammadides recentrent alors leur territoire vers l’est, avec la fondation d’une capitale, la Qal’a des Banū Ḥammād, en 398/1007-8. De là, ils étendent leur domination au nord (avec, bien sûr, la fondation de Bougie en 460/1067-8) mais aussi à l’est, dans une lutte quasi permanente avec leurs cousins zirides170. Au début de son règne, al-Nāṣir (454/1062-3 – 481/1088-9) nomme une série de gouverneurs qui nous permettent de voir l’étendue de la domination effective des Hammadides à son époque : Miliana, Ḥamza, N’Gaous, Constantine, Ashīr, Alger et Marsā l-Dağāğ171. Lorsque le prince d’Almeria al-Mu’izz al-Dawla fuit devant la conquête almoravide, il se réfugie à Bougie et al-Manṣūr lui confie alors Dellys172. Il faudrait ajouter à cette liste Bône, qui au moment de la conquête almohade est gouvernée par un prince hammadide173.

  • 174 ‘Abd al-Wāḥid al-Marrākušī rapporte qu’au moment de la conquête de Bougie par ‘Abd al-Mu’min la ré (...)
  • 175 Berbères, II, p. 203, qui dit que le Zāb fut rattaché non à Bougie, mais à Tunis.
  • 176 Berbères, II, p. 302.
  • 177Ibar, VI, p. 619 ; Berbères, II, p.329 : « ’aqada li-ibni-hi...’alā ṯagr Biğāyaqā’idat mulk Banī (...)

50Quand ‘Abd al-Mu’min prend Bougie174, il y nomme un gouverneur indépendant de celui de Tunis, mais dont les attributions territoriales sont mal connues175. Le Hafside Abū Zakariyā’ garde cette configuration et confie cette province à son fils et héritier Abū Yaḥyā Zakariyā’176. Ibn Khaldūn précise de manière très significative que le sultan « nomma son fils à la tête de la Marche de Bougie, capitale des Banū Ḥammād, et lui confia la surveillance de toutes les régions qui en relevaient177 ».

51Bougie domine donc une partie importante du littoral maghrébin, c’est-à-dire toute la façade maritime de la Kabylie. Le contrôle effectif de ces ports est primordial pour l’activité maritime de Bougie et son rayonnement commercial.

b) Contrôle des villes littorales à l’ouest : Alger et Dellys

  • 178 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 32-33, 44-45. Cf. supra p. 54.
  • 179 Berbères, II, p. 352-353, III, p. 316.
  • 180 Ibid., III, p. 317.

52À l’ouest l’autorité de Bougie a toujours été contestée. Par rapport au territoire hammadide l’espace contrôlé effectivement par Bougie se rétrécit très vite à l’époque hafside, pour se concentrer sur la partie « utile », c’est-à-dire le littoral. En effet l’intérieur du pays ne semble pas être particulièrement revendiqué par les Hafsides. À l’époque d’Abū Zakariyā’ l’autorité théorique de Tunis s’étend très loin, jusqu’à Tlemcen et même au Maroc et à al-Andalus178. Mais la montée en puissance des Abdelwadides et des Mérinides, ainsi que l’échec des interventions hafsides en Péninsule ibérique, montrent l’incapacité de Tunis à exercer une véritable hégémonie dans les régions trop occidentales du Maghreb. Cela se traduit rapidement par la perte des territoires situés à l’ouest d’Alger, en particulier Miliana. Une première rébellion en 659/1260-1 d’un notable de la ville, Abū ‘Abd Allāh al-Miliyānī, est rapidement matée par le sultan al-Mustansir179. Mais quelques années plus tard, en 688/1269-70, le sultan abdelwadide Yagmurasān prend définitivement Miliana aux Hafsides180.

  • 181 Al-Iṣṭaẖrī, dans le premier tiers du xe siècle, la décrit comme « une ville animée, qu’entourent d (...)

53Pour Alger en revanche la lutte fut plus longue et âpre, signe de l’intérêt que portait Bougie au contrôle de ce port important et prospère depuis le xe siècle181. Bien que reléguée au second plan par la fondation de la capitale hammadide, Alger représente toujours un pôle dynamique pour la région et une concurrence sérieuse pour le commerce bougiote. Son contrôle est donc une nécessité pour Bougie, tant sur le plan politique et militaire que sur le plan économique et commercial.

  • 182 Berbères, II, p. 76. P. Guichard, « Les Almoravides », États, sociétés et cultures du monde musulm (...)
  • 183 Fuyant Mahdia en 543/1148-9, le Ziride al-Ḥasan cherche à rejoindre les Almohades pour leur demand (...)

54La chronologie de l’histoire politique d’Alger est parfois un peu confuse et reste incertaine pour la fin de la période. La ville fut prise en 475/1082-3 par les Almoravides aux Hammadides182, qui la reprennent183 avant de la perdre à nouveau au profit des Almohades. Assez vite après la conquête hafside du Maghreb central Alger se révolte, et l’éloignement de la ville par rapport à Bougie en rend le contrôle plus difficile, encourageant les velléités d’autonomie.

  • 184 Berbères, III, p. 388.
  • 185 Ibid., II, p. 372 ; III, p. 388. Pour prix de cette longue insubordination, la population est mass (...)
  • 186 La date de cette nouvelle rébellion est incertaine. Ibn Khaldūn la situe soit au moment de l’expéd (...)
  • 187 En 1309, le traité signé entre Bougie et la Couronne d’Aragon prévoit la fourniture par les Catala (...)
  • 188 C’est à cette époque-là que le géographe oriental al-’Umarī fixe les limites occidentales de l’Ifr (...)
  • 189 Al-Zarkašī, trad. p. 202. Dans un document valencien de 1409 Alger est encore considérée comme fai (...)

55Dès 664/1265-6 en effet les habitants d’Alger cessent de reconnaître les Hafsides184. Les difficultés rencontrées à l’est (notamment la croisade de 1270) empêchent de réduire immédiatement cette rébellion. Il faut attendre, après plusieurs vaines tentatives, l’année 674/1275-6 pour qu’Alger soit reprise, à la suite d’une attaque combinée par terre et par mer185. La partition de l’État hafside et les difficultés des émirs indépendants de Bougie permettent vers 707/ 1307-8186 une deuxième rébellion, dirigée par un des šayh-s de la ville, Ibn ‘Allān. Malgré plusieurs expéditions187, Bougie ne parvient pas à reprendre la ville, qui obéit alors soit aux Abdelwadides soit aux Mérinides188. Ce n’est semble-t-il qu’en 813/1410-1 qu’Alger redevient hafside189.

  • 190 Léon l’Africain, p. 348. La référence à la création d’un nouveau royaume de Bougie n’est pas clair (...)
  • 191 ACA, C., Rg. 2415, f. 68r-v (23/4/1415).
  • 192 ARM, AH 103, f. 169 (11/3/1426), éd. P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, thèse de tr (...)
  • 193 ASV, Senato, Incanti, Rg. 1, f. 52v-53v (24/1/1478), et dans les incanti de Berbérie des années su (...)
  • 194 ACA, C., Rg. 3658, f. 229v-230v (20/2/1510).

56Elle le reste par la suite jusqu’à la fin du xve siècle. Léon l’Africain rapporte que la ville a longtemps été sous l’autorité de Tlemcen mais que, lorsque fut créé un nouveau royaume à Bougie, elle se donna à lui, « parce qu’elle était plus proche du royaume de Bougie190 ». Les documents européens du xve siècle confirment cette dépendance : vers 1415 une galiote d’Alger « dans le royaume de Bougie » est arraisonnée par la galée de Bernat de Furtia191. En 1426 des Majorquins sont attaqués à Alger alors qu’ils sont porteurs d’un sauf-conduit et certains sont transportés comme captifs à Bougie. On demande alors au gouverneur de Majorque de protester en mettant fin aux relations avec le royaume de Tunis192. De même, dans les années 1470, à la suite de malhonnêtetés commises à Alger, des mesures de rétorsion vénitiennes touchent également Bougie, dont les autorités sont considérées comme responsables193. Après 915/1510 enfin, des conflits de juridiction éclatent entre les Espagnols installés dans les présides d’Afrique du Nord et l’un d’eux fait valoir qu’Alger fait partie du royaume de Bougie194.

c) Une perte de contrôle progressive à l’est : Bône, Constantine et Collo

  • 195 Cf. infra p. 175-177 et carte p. 178.

57À l’est également le territoire de Bougie a été réduit par rapport à l’époque hammadide. Mais à la différence de la partie occidentale, où seul le littoral est véritablement contrôlé, la domination de la ville s’étend beaucoup plus profondément vers l’intérieur. Le dense réseau de routes menant vers les villes de Petite Kabylie en est une bonne illustration195.

  • 196 Ibn Sa’īd al-Maġribī, Kitāb al-Ğuġrāfiyya, éd. I. al-’Arbī, Beyrouth, 1970, rééd. Alger, 1982, p. (...)
  • 197Ibar, VI, 724, Berbères, II, 421 : « wa kāna yataraddadu ilā al-hadra bi˙Biğāya fīšū ‘ū ni-hi ».
  • 198 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 1. À l’inverse les traités de 1313 signés par Tunis avec Pise (...)

58Sur le littoral, les Hammadides possédaient toute la côte jusqu’à Bône et sa région. Par la suite cette ville sort cependant de l’aire d’influence politique de Bougie. Ibn Sa’īd al-Maġribī (mort en 674/ 1275-6) écrit ainsi que, venant de l’ouest, la première ville côtière du sultanat d’Ifrīqiya (c’est-à-dire ici de Tunis) est Bône196. Les ports dépendants de Bougie sont donc essentiellement Jijel et Collo. On sait par exemple qu’Abū Bakr b. Gamr, qui avait obtenu la direction de la douane de Collo, allait souvent à Bougie pour ses affaires197. Cette dépendance est confirmée par les documents catalans, comme le traité de paix entre Sanche de Majorque et le sultan Abū Bakr en 1312, qui stipule que le roi de Bougie devra donner à celui de Majorque un tribut de 15 000 doubles d’or à prélever sur les revenus des douanes de Bougie, Collo, Jijel et Constantine198.

  • 199 Cf. par exemple l’anecdote qu’il rapporte à propos d’une confrontation, vers 683/1284-5, devant l’ (...)

59Constantine, comme Alger, est une ville plus ancienne que Bougie. Elle est prospère, et aspire à jouer un rôle de premier plan. La rivalité entre les deux villes est bien visible à travers le texte de la Fārisiyya du Constantinois ibn Qunfud, véritable hymne à la gloire de sa cité199.

  • 200 « ’Alāāẖir salṭanat Biğāya ». Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142.
  • 201 Le domaine laissé par Abū Zakariyā’ à son fils gouverneur de Bougie comprend Constantine. Cf. supr (...)
  • 202 Notons qu’à cette époque il existe une hiérarchie nette entre Bougie et Constantine, la première é (...)
  • 203 Berbères, II, p. 384-385 ; Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. A. Canellas López, (...)
  • 204 Farisiyya, p. 139 ; Berbères, II, p. 385 ; Zurita, op. cit., chap. 20, p. 74-77.
  • 205 Farisiyya p. 140.
  • 206 ACA, C., Rg. 19, f. 43v-44r (20/8/1273).

60Pour Ibn Sa’īd al-Maġribī, Constantine marque la limite orientale du sultanat de Bougie200. Dans un premier temps, en effet, elle est placée sous l’autorité de sa voisine201, comme le montre l’épisode de l’attaque catalane de 1282 : le gouverneur Ibn al-Wazīr, un Almohade202, « sachant que Constantine était la place la plus forte de la province », se révolte et fait appel à l’aide du roi d’Aragon, lui promettant de lui remettre le pays et même, selon les sources catalanes, de se faire chrétien203. Le sultan Abū Isḥāq se trouvant à Tunis, c’est son fils Abū Fāris, gouverneur de Bougie, qui se charge de soumettre le rebelle204. Ayant pris possession de la ville et envoyé la tête d’Ibn Wazīr à Tunis, Abū Fāris rentre à Bougie et nomme lui-même un šayẖ almohade comme gouverneur de Constantine, signe là encore que son autorité s’exerce bien sur cette ville, par délégation du sultan son père205. De même il est révélateur que le consul catalan de Bougie avait également autorité sur Constantine206.

  • 207 Le sultan se trouve certes à Constantine, mais le pouvoir réel est à Bougie, où règne en maître le (...)
  • 208 Berbères, III, p. 5. Bougie reste cependant encore plus importante que Constantine : outre le fait (...)
  • 209 À propos de la rivalité entre Abū‘Abd Allāh de Bougie et son cousin Abūl‘Abbās de Constantine, dan (...)
  • 210 Berbères, III, p. 88-90.
  • 211 Éd. E. de K. Aguilô, « Rubrica dels llibres de pregons de la antiga curia de la governacio, llibre (...)
  • 212 Al-Marīnī, en particulier p. 343.

61Cette situation de dépendance de Constantine dure jusqu’à la crise du début du xive siècle. À l’époque du chambellan Ibn Gamr, Bougie garde encore une position dominante par rapport à Constantine207. Les choses commencent à changer lorsque, en 720/1320-1, Abū Bakr nomme dans les deux villes deux gouverneurs indépendants l’un par rapport à l’autre, et d’importance presque égale puisqu’il s’agit de deux de ses fils, Abū Zakariyā’ à Bougie et Abū ‘Abd Allāh à Constantine208. C’est le début de rivalités constantes entre les deux villes : rivalités de frontières209, mais aussi compétition pour la suprématie dans la région. Cette division de la province de Bougie redonne donc à Constantine l’importance régionale qu’elle avait perdue avec la formation de l’État hammadide. Surtout, elle est la reconnaissance, par le pouvoir hafside, de l’impossibilité de gouverner une région aussi vaste, notamment en période de crise et d’agressions extérieures venues de l’ouest. Au moment de la reprise en main des provinces occidentales après les crises abdelwadide et mérinide, dans les années 1360, cette rivalité entre les deux villes – et entre les princes qui les gouvernent – est particulièrement vive. Si Constantine est désormais indépendante de Bougie, elle reste cependant de moins grande importance, comme le montrent les nominations de gouverneurs, d’un rang souvent plus élevé à Bougie. Ainsi quand Abūl-’Abbās prend le pouvoir à Tunis en 772/1370-1, il laisse le gouvernement de Bougie à son fils aîné (et préféré) Abū ‘Abd Allāh, alors que Constantine revient à un autre fils, Abū Isḥāq210. Pour les puissances chrétiennes d’ailleurs, il s’agit bien de deux entités politiques distinctes. En 1390 les autorités de Majorque interdisent ainsi de porter des marchandises dans les seules terres du roi de Constantine et de Collo car ce dernier a capturé un patron de navire et ses marins211. L’histoire du xve siècle est moins bien connue, mais Bougie ne retrouve plus jamais son autorité sur Constantine. Au début du xvie siècle, au moment de la conquête espagnole, ce sont encore deux princes rivaux qui gouvernent les deux villes, visiblement avec une grande autonomie vis-à-vis de Tunis. Ces rivalités entre ces deux émirs ont d’ailleurs joué un rôle important dans la réussite des Espagnols à Bougie. Le récit qu’en fait al-Marīnī, qui en fut le témoin, est à ce sujet particulièrement éclairant212.

d) Le Sud rebelle et le difficile contrôle des débouchés sahariens : Biskra et le Hodna

  • 213 Cf. infra p. 181-182.
  • 214 C’est un lieu commun de considérer le Sahara comme une mer de sable. En ce sens les « ports » comm (...)

62Contestée à l’ouest et à l’est, l’autorité de Bougie l’est également au sud, tant par les pouvoirs locaux que par les autres souverains de la région. La zone de Biskra occupe une place particulièrement importante dans les chroniques et dans l’histoire politique de Bougie, qui montre l’intensité de cette compétition. Elle représente un enjeu économique majeur, moins pour ses productions agricoles propres que pour l’accès qu’elle ouvre aux routes du désert213. Il s’agit d’une zone frontière, non plus politique (au sud s’étend le Sahara, qu’aucun pouvoir ne revendique vraiment) mais commerciale, avec ses ports caravaniers214. C’est donc toute la région du Hodna, au sud du Tell, qu’il est important de contrôler, et tout particulièrement la trouée de Biskra. Au-delà, il est également nécessaire de garder une certaine domination sur les oasis de l’oued Righ qui mènent, par Touggourt et Ouargla, vers le sud.

  • 215 Comme souvent les premières villes musulmanes, ces cités se trouvent dans une zone de steppe, au c (...)
  • 216 Plus à l’ouest on trouve également les villes d’Ashīr, première capitale des Zirides, et Tahert.
  • 217 Par exemple Abū ‘Alī al-Masīlī qui vécut dans le seconde moitié du xiie siècle (al-Ġubrīnī, p. 66- (...)
  • 218 Cambuzat, op. cit., I, p. 73. Sous les Omeyyades elle est la capitale d’une vaste région qui domin (...)
  • 219 P. Massiera, « M’sila du xe au xve siècle », CT, 85-86, 1974, p. 179.
  • 220 Al-Idrīsī, trad. p. 160-161.
  • 221 Elle reste cependant un poste stratégique important face au territoire abdelwadide et certaines co (...)
  • 222 Al-Idrīsī dit que c’est une petite ville, avec cependant un marché permanent. Al-Idrīsī, trad. p. (...)
  • 223 Cette ville a connu un déclin certain : al-Bakri en parle comme d’une ville importante (trad. p. 1 (...)
  • 224 Al-Idrīsī, trad. p. 166, 170.
  • 225 Berbères, I, p. 192.

63Cette zone de contact était aux premiers siècles de l’Islam une des régions les plus dynamiques215, avec les grandes cités du Maghreb central : N’Gaous, Tobna, M’sila, et bien sûr la Qal’a des Banū Ḥammād, qui dominait la plaine du Hodna216. Certaines de ces cités ont fortement décliné après le xie siècle, mais al-Idrīsī continue à les mentionner et à indiquer les routes qui les relient entre elles et aux cités du nord ou de l’est. Aux xiie et xiiie siècles on rencontre à Bougie quelques savants qui en sont originaires (peu nombreux il est vrai) et sont attirés par ce qui fait alors figure de pôle intellectuel et religieux217. La plus ancienne capitale de la région est Tobna218. Elle est cependant supplantée par M’sila, fondée par les Fatimides un peu plus à l’ouest en 315/927-8219, et dont al-Idrīsī parle encore comme d’une grande ville au milieu du xiie siècle220. M’sila a cependant perdu de son importance avec la fondation de la Qal’a, qui n’en est éloignée que de quelques kilomètres221. On peut noter également N’Gaous222 et Magra (ou Maqqara)223, que cite al-Idrīsī comme des lieux de passage d’axes commerciaux. Mais la ville qui domine la région à l’époque hafside est incontestablement Biskra. Al-Idrīsīne s’appesantit pas sur elle, et au contraire relie directement Bougie à la forteresse de Bišr, à quelques kilomètres au sud-ouest de Biskra224. En revanche Ibn Khaldūn la donne comme la capitale du Zāb et une des grandes villes du Maghreb225.

  • 226 Ibid., III, p. 286.

64Au-delà de la trouée de Biskra la route qui longe l’oued Righ est une succession d’oasis, jusqu’à Touggourt et plus au sud Ouargla, « porte du désert par laquelle les voyageurs qui viennent du Zāb doivent passer quand ils veulent se rendre au Soudan avec leurs marchandises226 ».

  • 227 Ibid., III, p. 130.
  • 228 La domination sur Ouargla en particulier n’est jamais vraiment acquise. Du temps d’Ibn Khaldūn le (...)

65La province de Biskra, telle qu’elle est définie à l’époque du sultan de Bougie Abū Zakariyā’, s’étend sur les monts et la plaine du Hodna (avec les villes de N’Gaous, M’sila, Maqqara), mais aussi au nord sur l’Aurès et au sud sur le Zāb et la vallée de l’oued Righ, jusqu’à la ville de Ouargla227. Elle a pu connaître par la suite des modifications, mais l’essentiel était toujours le contrôle du passage de Biskra228.

  • 229 Cf. A. Bouzid, Catalogue des tribus berbères « Butr » au Maghreb d’après les sources arabes médiév (...)
  • 230 Voir en particulier T. Lewicki, « Les liaisons maghrébines sahariennes et soudanaises de la ville (...)
  • 231 Berbères, II, p. 48-50.
  • 232 Ibid., II, p. 212.
  • 233 Déjà en 589/1193 le gouverneur almohade de Bougie Abū Zakariyā’ doit mater une révolte dans le Zāb (...)

66Ces régions étaient initialement dominées par des tribus berbères ibadites229, qui y fondèrent des royaumes indépendants. Elles contrôlaient le grand axe est-ouest, qui longe le versant méridional du Tell, et surtout les débouchés des routes sahariennes230. La conquête fatimide et l’échec des révoltes kharidjites suppriment l’écran qu’avaient constitué jusqu’alors ces principautés pour le commerce saharien. Mais cette soumission des régions méridionales ne signifie pas pour autant un retour à l’obéissance totale au pouvoir central. Dès le début de l’histoire de Bougie le contrôle de ce verrou fait l’objet de rivalités et de luttes incessantes. Déjà le Hammadide al-Nāṣir doit lutter contre les Zanāta, qui contestent son pouvoir dans le Sud, et l’arrivée des tribus arabes complique encore un peu le jeu231. L’intérêt stratégique de cette région apparaît encore de manière nette au moment de l’aventure des Banū Ġāniya, qui s’emparent de la région et en font une de leurs bases de repli232. Chaque fois, le pouvoir montre qu’il attache une grande importance au contrôle de cette zone méridionale233.

  • 234 Berbères, I, p. 73-75 ; III, p. 129. À la suite de combats contre les Hafsides (et en particulier (...)
  • 235 « Elle formait originairement une petite fraction d’une tribu arabe nomade qui, dans le cinquième (...)
  • 236 Ibid., III, p. 127.
  • 237 Ibid., II, p. 406.
  • 238 Ibid., II, p. 406-407.
  • 239 Ibid., III, p. 129-130. Le chambellan Ibn Ġamr confie à Manṣur b. Faḍl « l’administration de l’Aur (...)

67Il en est de même à l’époque hafside. Dans cette région, plus que dans d’autres, les effets des migrations hilaliennes sont importants. Les Arabes Riyāh, chassés des plaines d’Ifrīqiya par les Sulaym, s’installent en partie dans ce pays234. La domination de Biskra et de sa région passe alors à la famille arabe des Banūmuznī235. Cette fraction de tribu, assez vite sédentarisée, s’installe d’abord dans les campagnes près de Biskra, puis dans la ville elle-même. Les chefs de la famille entrent alors dans le jeu politique local, s’opposant à la famille berbère des Banū Rummān, qui formait « la famille la plus ancienne de la ville »236. La rivalité entre les deux clans se traduit, comme souvent, par des alliances contradictoires avec les différents prétendants hafsides au cours du xiiie siècle. Ayant pris le parti d’Abū Ishāq contre al-Mustanṣir, Faḍl b. Muznī suit le sort du premier et part en exil en al-Andalus, puis revient avec son maître qui, devenu sultan, le nomme gouverneur de Biskra237. Au moment de la prise du pouvoir à Bougie par Abū Zakariyā’, Manṣūr b. Faḍl, le nouveau chef de la famille, choisit de soutenir ce prince. Il en est récompensé et sa famille se voit confier en 692/1292-3 le gouvernement de la ville238. Bien que reconnaissant l’autorité de Bougie, il fait bâtir l’année suivante une citadelle, signe manifeste de son pouvoir local239.

  • 240 Cf. infra, p. 62 s.
  • 241 Comme du reste ils surent toujours jouer des rivalités entre Tunis et Bougie.
  • 242 Berbères, III, p. 131-141.
  • 243 Al-Zarkašī, trad. p. 183.
  • 244 En 859/1454-5 le sultan confie les villes de Biskra et de Touggourt au gouverneur de Constantine. (...)
  • 245 Ibid., p. 233, 260. Cf. J. Lethielleux, Ouargla, cité saharienne, des origines au début du xxe siè (...)

68De trahisons en ralliements, l’histoire des relations entre les Banūmuznī et les Hafsides est compliquée à suivre au xive siècle, lorsque Bougie fait l’objet de tentatives de conquêtes par l’ouest240. L’impression qui se dégage est que les seigneurs de Biskra offrent leur soumission au plus puissant du moment241 et passent donc alternativement aux Abdelwadides ou aux Mérinides, tout en revenant si nécessaire à l’allégeance hafside242. Aucun pouvoir ne pouvait se passer d’un tel allié et du contrôle d’une région aussi importante, ce qui explique que le sultan de Tunis a finalement préféré retirer au gouverneur de Bougie le contrôle de cette zone. En 795/1392-3 le sultan, une fois son pouvoir solidement établi, « avait laissé aux diverses parties du pays la liberté de s’administrer par elles-mêmes : seules Tripoli et Biskra dépendaient [directement] de lui et il les gouvernait par l’intermédiaire du šayẖ de chacune de ces localités243 ». La fin de cette dynastie locale se situe au début du xve siècle : en 804/1401-2 le sultan de Tunis Abū Fāris marche contre Biskra, soumet la ville et remplace Ahmad b. Yūsuf b. Muznī par un de ses officiers. On connaît mal l’histoire de la région au cours du xve siècle, mais la chronique d’al-Zarkašī confirme que la région est reprise en main directement par le sultan de Tunis, ou par le gouverneur de Constantine244. Deux expéditions sont menées contre Touggourt et Ouargla, en 853/1449-50 et 869/1464-5, où l’on voit le sultan mater des révoltes et installer des fidèles245. Au xve siècle Bougie a en tout cas perdu le contrôle politique de Biskra et du Zāb, qui est passé soit à Constantine, soit directement à Tunis.

***

69Bougie déploie donc de grands efforts pour conserver le contrôle des principales villes stratégiques de sa province. Les prétentions, parfois affirmées, de reconstituer le territoire tel qu’il se présentait à l’époque hammadide, se heurtent cependant aux réalités d’un espace très vaste et faisant l’objet de rivalités incessantes, tant au niveau local qu’à l’échelle régionale. Pendant une grande partie du xiiie siècle Bougie parvient à conserver le contrôle d’un espace correspondant globalement à celui des Hammadides, mais amputé de Bône et de son arrière-pays. Au xive siècle elle perd totalement les provinces occidentales, en particulier Alger, et assez vite le gouvernement de Constantine est rattaché directement à Tunis. Au xve siècle enfin, dans le prolongement de l’évolution déjà amorcée au siècle précédent, Bougie perd définitivement les régions orientales de Constantine et de Collo, mais aussi la zone, commercialement stratégique, de Biskra et du Zāb. En revanche elle récupère les ports occidentaux jusqu’à Alger. L’aire d’influence de la ville se déplace donc à la fin de notre période vers l’ouest et le littoral.

2) Les tribus, entre allégeance et résistance

  • 246 P. Guichard, « Nomadisme et tribalisme », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, (...)

70Dans ce territoire ainsi défini par un réseau de villes, la difficulté majeure est cependant de contrôler efficacement les populations. C’est une nécessité politique, mais aussi économique, car il est indispensable d’assurer la sécurité des routes qui permettent d’acheminer les produits de l’arrière-pays jusqu’au port de Bougie. L’enjeu est enfin fiscal, car le souverain doit être en mesure de lever les impôts sur les populations rurales. Si le pouvoir dispose dans les villes de relais de son autorité, la situation est plus complexe dans les campagnes, qui constituent l’essentiel du pays. La structure d’encadrement des hommes est encore essentiellement tribale et la reconnaissance d’une communauté plus large – sauf, peut-être, une communauté de religion – reste inexistante ou au moins embryonnaire. Le contrôle des hommes passe donc par celui des tribus. Ce n’est pas un fait nouveau et le phénomène tribal est une des données récurrentes de l’histoire des pays d’Islam246. Mais il prend une dimension particulière, à partir du milieu du XIe siècle, avec l’arrivée de nouveaux groupes tribaux arabes, les Banū Hilāl et Banū Sulaym.

  • 247 Cf. supra p. 43-44.
  • 248 Elles jouent également un rôle important dans l’évolution économique de la région. Cf. infra, p. 1 (...)

71Les tribus arabes bédouines jouent dès le début un rôle considérable dans l’histoire de la ville, plusieurs textes justifiant en effet la fondation de Bougie par l’arrivée des Hilaliens247. L’installation de la capitale sur le littoral signifie-t-elle pour autant que l’intérieur des terres est abandonné aux nomades arabes ? C’est ce que pourraient laisser penser les appréciations d’Ibn Khaldūn et c’est, d’une manière générale, la première impression que donnent tous nos textes. Pourtant le pouvoir n’a jamais perdu espoir de garder le contrôle de l’intérieur. Il est certain que les tribus constituent un élément fondamental de l’histoire politique de Bougie et de son arrière-pays. Le sens qu’il faut donner à ce rôle est cependant moins clair248.

Carte 5 – Les aires de domination de Bougie.

  • 249 À la même époque en Orient, les migrations de nomades n’ont pas les mêmes conséquences. Cf. Cl. Ca (...)

72La première difficulté est de mesurer l’ampleur des perturbations éventuelles causées par ces tribus dans le jeu politique, évaluation rendue délicate par la position de nos sources, très hostiles aux nomades. La deuxième est de comprendre pourquoi le contexte politique du Maghreb à partir du xie siècle a permis à ce qui n’est, somme toute, qu’une migration de populations comme l’histoire en a connu beaucoup, de provoquer des perturbations durables249.

73Les tribus jouent en effet dans l’histoire de Bougie et de sa région un rôle politique souvent difficile à cerner parce qu’éminemment mouvant. Elles ont tendance à soutenir en général le plus offrant, comme on a pu le constater déjà à travers l’histoire des relations de Bougie avec Tunis ou les puissances du Maghreb central et occidental. Elles s’accommodent en tout cas très souvent d’un pouvoir faible, susceptible de leur faire de larges concessions. Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples. Faisant appel à un psychologisme parfois excessif, Ibn Khaldūn rapporte, dans bien des cas, que c’est la susceptibilité de tel ou tel chef de tribu qui a provoqué son ralliement ou au contraire sa rébellion. Il fait alors intervenir les rapports personnels entre les souverains et les chefs de clans, bouleversés parfois par des incidents en apparence mineurs, mais touchant à l’honneur. S’ajoutent à cela les conflits entre les tribus, voire entre fractions de tribus, qui sont souvent particulièrement confus. Disons, pour simplifier, que l’élément tribal peut jouer un rôle dissolvant sur le plan politique, en contribuant à envenimer des conflits régionaux dont il n’est pas nécessairement responsable. À l’inverse il est également un élément sur lequel s’appuie le pouvoir pour exercer son autorité dans l’arrière-pays.

  • 250 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », Éventail de l’histoire vivante. Mélanges e (...)
  • 251 Ibid., p. 29.

74Mais il faut d’abord définir ce que recouvre la notion de tribu, souvent confondue avec le nomadisme ou limitée aux seuls Arabes. La lecture trop hâtive de la construction Khaldūnienne (le « mythe explicatif » pour reprendre l’expression de Jacques Berque250) n’est pas étrangère à cette confusion, qui présente l’histoire du Maghreb comme une « course au flambeau où la race décadente passe la flamme à la race montante251 ». Au sein de chacun des groupes, définis globalement, et de manière souvent mythique (Zanāta, Ṣanhāğa, Arabes), les différences sont grandes et il y a risque à vouloir opposer schématiquement ces groupes les uns aux autres. Certaines tribus sont puissantes, capables de participer au jeu politique régional, alors que d’autres ont un poids insignifiant ou purement local. Des fractions d’un même groupe sont dispersées sur des territoires très distants les uns des autres et, à l’inverse, un même territoire peut accueillir plusieurs tribus différentes. Enfin, il faut rejeter une opposition trop nette entre tribus arabes et berbères. Cette distinction ethnique a été instrumentalisée à l’époque coloniale, appuyée sur des textes qui pourtant raisonnaient en termes de lignages et non de races. Il serait faux d’imaginer que les tribus hilaliennes ont balayé les populations berbères vivant jusqu’alors dans la région. Si elles apparaissent désormais au premier plan dans les chroniques, c’est qu’elles ont très souvent imposé leur domination aux tribus berbères moins puissantes et que ce sont elles désormais qui sont les acteurs de l’histoire politique. Mais c’est encore là une simplification, car certaines des tribus berbères de la région de Bougie continuent à jouer un rôle notable. Le problème ne se résume donc pas à celui des Arabes hilaliens, même si l’arrivée de ces populations nouvelles a contribué à modifier l’équilibre politique dans les campagnes kabyles et les relations du pouvoir avec l’arrière-pays.

a) Tableau des tribus

  • 252 Voir la présentation très fouillée de ce peuplement, par régions géographiques, dans Brunschvig, L (...)

75Il n’est pas aisé de localiser les tribus du pays de Bougie, d’une part parce que certaines d’entre elles sont nomades, ou au moins se déplacent au cours de la période qui nous intéresse, d’autre part parce que leur répartition spatiale n’est pas nécessairement simple252. Ceci ne signifie pas pour autant qu’il n’existait pas de territoires tribaux dont les limites étaient connues, au moins approximativement, par les contemporains. Que ces tribus soient nomades n’empêche pas qu’un territoire de parcours leur soit reconnu dans les faits. Bien sûr il peut y avoir des migrations. Elles sont même nombreuses au moment de l’arrivée des Banū Hilāl et Sulaym, et jusqu’à la conquête almohade et la crise des Banū Ġāniya. Par la suite, en revanche, la répartition des territoires tribaux se stabilise globalement, jusqu’à la fin de la période hafside.

Tribus berbères

  • 253 Par exemple Berbères, I, p. 168.
  • 254 Cf. Y. Modéran, « Botr et Branès : sur les origines du dualisme berbère médiéval », Mutations d’id (...)

76Traditionnellement les auteurs arabes répartissent les tribus berbères en deux branches, les Butr et les Barānis253. Les raisons de cette division ne sont pas claires, et les explications données jusque-là, souvent largement mythiques, ne sont guère satisfaisantes254. C’est, faute de mieux, un classement commode, même s’il faut reconnaître qu’il n’a guère de pertinence historique pour notre propos.

Barānis

  • 255 Sur cette branche, voir « Barānis », EI2, I, p. 1068 (G. S. Colin) : leur habitat primitif était l (...)
  • 256Ibar, VI, p. 204 ; Berbères, I, p. 197.

77Les tribus Barānis sont celles qui concernent le plus directement la région de Bougie255. Dans son tableau des tribus berbères du Maghreb, Ibn Khaldūn écrit que le pays de Bougie et de Constantine (bilād Biğāya wa Qusṭanṭina) appartenait autrefois aux tribus Zawāwa, Kutāma, ‘Ağīsa et Hawwāra, mais qu’il est à son époque (c’est-à-dire à la fin du xive siècle) habité par les Arabes, qui en occupent toutes les parties, à l’exception de quelques montagnes d’accès difficile où l’on trouve encore quelques fractions de ces tribus256. Cette impression de disparition des tribus Barānis doit cependant être corrigée. S’il est évident que les Banū Hilāl se sont installés dans la région, les populations préexistantes ne peuvent avoir disparu totalement. Par ailleurs le même auteur montre le rôle que continuent à jouer certaines de ces tribus à l’époque hafside.

  • 257 Après la première conquête arabe, ils se sont établis entre Constantine et Bougie, ainsi qu’au sud (...)
  • 258 Berbères, I, p. 293-294. Une partie est déplacée, après 710/1310-1, dans la région de M’sila. Ibid (...)
  • 259 Il existe un certain flottement quant à leur classement : Ibn Khaldūn en parle dans un premier tem (...)
  • 260 Berbères, I, p. 298. Au xvie siècle al-Marīnī parle encore des « habitants des montagnes des Zaoua (...)
  • 261 « Mawāṭin Zawāwa bi-nawāḥī Biğāya mā bayna mawāṭin Kutāma wa Ṣanhāğa », ‘Ibar, VI, p. 262, Berbère (...)
  • 262 Berbères, I, p. 257

78Les Kutāma sont le groupe le plus important. La tribu vivait dans la région de Bougie257, mais certains membres de la tribu ont accompagné les Fatimides vers Mahdia puis l’Égypte. Cette migration a contribué à vider la région d’une partie de sa population, dans une proportion impossible à évaluer. Deux branches importantes des Kutāma continuent cependant à vivre sur le territoire de Bougie à l’époque hafside et jouent un rôle dans son histoire politique. La première est celle des Sadwīkiš, des nomades qui habitent les plaines entre Constantine et Bougie258. La seconde fraction est celle des Zawāwa259, installée dans « les montagnes et les collines escarpées qui s’étendent depuis les alentours de Bougie jusqu’à Dellys260 ». Leurs territoires, écrit encore Ibn Khaldūn, sont situés dans la région de Bougie, dans la portion comprise entre ceux des Kutāma et ceux des Ṣanhāğa261. C’est donc dans leur pays que fut fondée la ville262.

Carte 6 – Carte des tribus de la région de Bougie.

  • 263 Ibid., II, p. 1.
  • 264 « wa mā yalīhā ilā Biğāya », ‘Ibar, VI, p. 203, Berbères, I, p. 196.
  • 265 Les Almoravides sont des Ṣanhāğa, mais aussi les Zirides de Mahdia ou de Grenade, et surtout les H (...)
  • 266 Berbères, II, p. 5.
  • 267Ibar, VI, p. 364, Berbères, II, p. 59.
  • 268 Cf. infra p. 157.
  • 269 Berbères, II, p. 51. Ibn Khaldūn ajoute qu’on trouve encore à son époque des débris de cette tribu (...)

79L’autre grande tribu Barānis de la région est celle des Ṣanhāğa. Ibn Khaldūn, qui en fait une des plus nombreuses du Maghreb263, les situe à l’ouest de Bougie et à l’est de la région de Tlemcen tenue par les Zanāta. On les trouve à Alger, Mitidja, Médéa et dans les régions voisines jusqu’à Bougie264. Les Ṣanhāğa connurent, comme les Kutāma, le destin des grandes tribus fondatrices d’État265. Avec la dynastie hammadide ils dominent politiquement Bougie, depuis sa fondation jusqu’à la conquête almohade. Ibn Khaldūn rapporte qu’on rencontre à son époque quelques descendants de cette tribu dans la région de Bougie266, mais il ajoute qu’il n’en reste rien, « sauf quelques peuplades qui s’en réclament et habitent les bords de la rivière de Bougie, et font aujourd’hui partie de la milice [ğund] et ont la jouissance de quelques terres aux environs de la ville [wa la-hum iqṭābi-nawāḥī al-bilād], sous la condition de marcher avec les troupes du sultan à chaque campagne »267. À plusieurs reprises en effet la milice Ṣanhāğa joue un rôle de premier plan268 et cette population n’est visiblement pas aussi résiduelle que le dit Ibn Khaldūn. Il existe d’autres tribus Ṣanhāğa dans la région, comme celle des Biğāya, qui vivait dans la montagne de Bougie, et qui aurait donné son nom à la ville269.

  • 270 Berbères, I, p. 169

80Enfin les Maṣmūda sont également une tribu Barānis, installée dans le Maghreb occidental270, où ils ont formé une des assises principales du mouvement almohade. Mais s’ils jouent un rôle à Bougie, en particulier à travers les šayẖ-s almohades, ils n’interviennent pas dans la vie politique en tant que tribu constituée et ne représentent pas un apport démographique notable.

Butr

  • 271 Sur les Butr, voir Chiauzzi, art. cité, p. 25 ; « Butr », EI2, I, p. 1389-1390 (G. S. Colin) ; Bou (...)

81Les tribus Butr sont plutôt installées à l’ouest de Bougie, ou plus au sud, et apparaissent donc de manière périphérique dans l’histoire de la ville et de sa région271.

  • 272 Berbères, I, 196. De même lorsque le Mérinide Abū l-Ḥasan prend Tlemcen et avance jusqu’à Dellys, (...)
  • 273 Ibid., II, p. 49-51.
  • 274 On en trouve la liste complète dans le travail de Bouzid, Catalogue, op. cit., passim.

82Le Maghreb central, en particulier, est le domaine des Zanāta. Ibn Khaldūn les identifie clairement avec le territoire abdelwadide272. Ils n’interviennent donc dans l’histoire de Bougie que comme une tribu étrangère et le plus souvent hostile. Mais on les trouve aussi dans le Sud, en particulier dans le Zāb. À l’époque hammadide, des Zanāta, installés dans ces régions méridionales, s’opposent régulièrement aux souverains de Bougie et leur contestent la souveraineté dans la région. Sous le règne d’al-Nāṣir ils prennent la région de M’sila et Ashīr, mais sont rapidement battus et rejetés dans le Zāb et le long de l’oued Righ. Sous le Hammadide al-Manṣūr plusieurs expéditions dans le Sud mettent fin aux brigandages de ces tribus, parfois alliées à des groupes hilaliens273. Plus généralement il existe une multitude de fractions Zanāta ibadites installées dans le Sud, en particulier dans le Hodna et dans le sillon qui, par la vallée de l’oued Righ, mène à Ouargla274.

  • 275Ibar, VI, p. 238 ; Berbères, I, p. 236. De Slane pense que l’on peut identifier ce lieu avec l’ac (...)
  • 276 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574.
  • 277 Bouzid, Catalogue, op. cit. p. 85-92.

83La seule tribu Butr installée sur un territoire proche de Bougie est celle des Lawāta. Ibn Khaldūn indique qu’ils vivent près de Bougie, dans la plaine de Takrārt, d’activités à la fois agricoles et pastorales275. On les voit en particulier participer, aux côtés des Ṣanhāğa et des Kutāma, à la résistance contre les Almohades276. Mais ce n’est qu’une fraction très réduite de cette grande tribu277.

84Les Berbères forment donc le peuplement principal de la région. Deux tribus Kutāma se partagent le territoire avant la fondation de Bougie, les Sadwīkiš à l’est et les Zawāwa à l’ouest. Les Ṣanhāğa, arrivés de l’ouest sans doute à l’époque fatimido-ziride, imposent leur domination partielle sur ces tribus. Tous, cependant, doivent accepter la suprématie des Arabes à partir du milieu du xie siècle.

Tribus arabes

  • 278 Certains ont cherché à quantifier cet apport, à partir des sources textuelles, dont on sait le peu (...)

85Les tribus arabes présentes dans la région sont issues des migrations du xie siècle, principalement celle des Banū Hilāl. Il y avait auparavant un peuplement arabe, en particulier dans les villes, mais il devait être faible numériquement. Au contraire les effets de la seconde migration arabe furent importants sur le peuplement de la région. Ce sont en effet des tribus nombreuses278, qui très vite s’installent sur les territoires jusque-là tenus par des Berbères et imposent leur domination politique.

  • 279 Sur ces événements, voir Idris, La Berbérie, op. cit., p. 205 s., qui en retrace la chronologie, e (...)
  • 280 Berbères, I, p. 47-49.

86Dans un premier temps ce sont des nomades de la tribu des Banū Hilāl qui entrent en Tripolitaine, puis sur le territoire de l’actuelle Tunisie. Très vite cependant ils poussent vers l’ouest279. Sans doute le mouvement migratoire n’est-il ni brutal, ni uniforme. Les chroniques, qui insistent volontiers sur l’aspect catastrophique de ces mouvements de populations, doivent à cet égard être utilisées avec précaution. Il y a plusieurs vagues, qui s’expliquent par les mouvements propres de ces tribus, et en particulier leur départ échelonné d’Égypte, mais aussi par la politique des souverains maghrébins, qui les poussent à se déplacer au gré de leurs besoins. C’est ainsi que les Zirides cherchent à envoyer les Hilaliens contre les Hammadides de la Qal’a et que les Almohades les poussent encore plus à l’ouest vers le Maghreb extrême et en al-Andalus. Le dernier mouvement de grande ampleur date de l’époque des Banū Ġāniya. Ces derniers ayant reçu le soutien des Hilaliens (à l’exception des Zuġba), les Almohades font appel aux tribus arabes Sulaym, occupant jusqu’alors la Tripolitaine. Ces derniers rejettent une grande partie des Banū Hilāl vers l’ouest et prennent leur place dans les plaines de l’Ifrīqiya orientale280.

  • 281 À l’époque hammadide les Aṯbāğ jouent un rôle important, surtout dans les régions occidentales, ma (...)

87Les tribus hilaliennes présentes sur le territoire de Bougie sont principalement les Zuġba et les Riyāḥ281.

Zuġba

  • 282 Berbères, I, p. 49.
  • 283 Ibid., I, p. 47.
  • 284Ibar, VI, p. 87, Berbères, I, p. 88. Il s’agit de la région de l’actuelle Bouira, petite plaine i (...)
  • 285 Ibid., I, p. 88.
  • 286 Ibid., I, p. 91.
  • 287 Ibid., p. 88 : « par la suite les Zanāta prirent ce territoire aux Hafsides et le détachèrent de l (...)
  • 288 Berbères, I, p. 88-89.

88Les Zuġba sont venus dans le Maghreb central après l’aventure almoravide282 durant laquelle, contrairement aux Riyāḥ, ils sont restés fidèles aux Almohades283. Leur territoire est à cheval sur les domaines abdelwadide et hafside. Les Hafsides, qui les utilisent dans leur lutte contre les Zanāta, leur concèdent en iqṭā’ le Ḥamza, « pays faisant partie du territoire de Bougie [min awṭān Biğāya] et touchant aux régions occupées par les Riyāḥ [à l’est] et les Aṯbāğ [à l’ouest]284 ». Plusieurs branches composent cette tribu. La plus importante est celle des Yazīd, qui domine les autres285 et dont une grande partie est installée dans les campagnes fertiles à l’est d’Alger286. Les Zuġba occupent donc une zone revendiquée aussi bien par les Hafsides que par les Abdelwadides. Cette position explique qu’au début du xive siècle ils furent incorporés au domaine de Tlemcen287 et que, par la suite, la puissance abdelwadide ayant décliné, ils s’emparèrent de toute cette région du Ḥamza pour eux-mêmes288.

  • 289 Ils ont été appelés par Yagmurasān pour lutter contre les Arabes Ma’qil (dans le Maghreb extrême), (...)
  • 290 Ibid., I, p. 90.
  • 291 Ibid., I, p. 104 ; II, p. 399-400.

89Une autre branche des Zuġba est celle des Banū ‘Ā mir, qui intéresse Bougie de manière assez périphérique et ponctuelle. En effet ils sont installés sur un territoire clairement considéré comme abdelwadide289, mais ils peuvent intervenir également plus à l’est, sur le territoire de Bougie. En tant qu’alliés des Banū Yazīd ils luttent contre les Riyāḥ pour le contrôle du Ḥamza290. Ils facilitent également la prise du pouvoir d’Abū Zakariyā’ à Bougie en 684/1285-6, en récompense de quoi ce dernier leur concède un territoire situé dans le Ḥamza, où ils restent au moins jusqu’à la conquête mérinide291.

  • 292 Ibid., I, p. 100.

90Les Banū Ḥusayn constituent la dernière branche des Zuġba présente dans cette région. Ils sont installés dans la plaine de Médéa, au sud d’Alger, et dépendent en principe des Hafsides de Bougie. Dans les faits cependant ils sont davantage tournés vers Tlemcen292.

Riyāḥ

  • 293 Ibid., I, p. 70.
  • 294 Ibid., I, p. 72-73. Voir aussi ‘Ibar, VI, p. 146, Berbères, I, p. 139 : les Sulaym repoussent leur (...)

91Les Riyāḥ sont la plus puissante des tribus hilaliennes et parmi eux la branche dominante est celle des Dawāwida293. Ils s’installent dans un premier temps en Ifrīqiya ziride et, au moment de l’aventure des Banū Ġāniya, prennent parti pour ces derniers. Les gouverneurs almohades, puis le Hafside Abū Zakariyā’, utilisent alors contre eux les Banū Sulaym, jusqu’alors installés en Tripolitaine. L’échec final des Banū Ġāniya oblige les Dawāwida à se soumettre et à laisser la place aux Sulaym : « les Ku’ūb et les Mirdās prirent alors possession de toutes les plaines de l’Ifrīqiya orientale, depuis Gabès et Nefta jusqu’à Bône, pendant que les Dawāwida s’en éloignèrent afin d’occuper les plaines de Constantine et de Bougie, les plateaux du Tell et les pâturages du Zāb, du Righ, de Ouargla et du Désert qui s’étend de là vers le midi294 ». C’est le dernier vaste mouvement de population bédouine, mais il est d’importance capitale pour l’histoire de Bougie, car il voit une population sans doute nombreuse, en tout cas représentant une vraie puissance militaire, s’installer sur une grande partie du territoire de la province, jusqu’aux portes du Sahara.

  • 295 Berbères, I, p. 76.
  • 296 Ibid.
  • 297 Ibid.
  • 298 Ibid., I, p. 43, 295. Ibn Khaldūn précise cependant que ces ‘Iyāḍ sont sous la domination des grou (...)
  • 299 Berbères, I, p. 75. Au moment de la conquête espagnole le souverain de Bougie doit faire face à un (...)

92À l’époque d’al-Mustansir les territoires tribaux se précisent. La tribu se scinde en deux groupes qui se partagent la province de Bougie et Constantine, situation qui perdure jusqu’à l’époque d’Ibn Khaldūn295. Dans ces régions ce peuple « traite en maître les Sadwīkiš, les ‘Iyād et les autres tribus qui habitent ces contrées ». Les Awlād Muḥammad « occupent à eux seuls les territoires qui forment la province de Constantine, ayant obtenu en iqṭā’ du gouvernement hafside une grande partie de la région296 ». L’autre branche est celle des Awlād Sibā’, qui possèdent les alentours de Bougie, mais sans exercer un pouvoir important, « la ville et les campagnes environnantes étant parfaitement garanties contre l’envahissement et les vexations des Arabes, tant par les montagnes dont elles sont entourées que par des chemins tellement difficiles que les chameaux des nomades ne sauraient y passer297 ». Les régions plus méridionales sont également dominées par les Arabes. Les montagnes de la Qal’a et de M’sila sont le domaine des ‘Iyād, une fraction hilalienne, qui reconnaissent cependant la domination des Dawāwida298. Quant au Zāb, il a été reconnu à ces derniers par les Hafsides299.

b) Le rôle des tribus dans l’histoire politique de Bougie

93Les tribus hilaliennes ne sont pas les seules à intervenir dans l’histoire de Bougie. Elles sont cependant les plus présentes, car elles dominent politiquement, au moins dans les zones éloignées. Le débat historiographique s’est donc focalisé sur ces tribus, même si le comportement politique des Berbères ne se distingue en rien de celui des Arabes.

  • 300 C’est la thèse largement développée par Georges Marçais et systématisée par Émile-Félix Gautier. M (...)
  • 301 « Ce Maghreb établi, qu’ils contribuent à rompre, est pour eux ce qu’avait été la Syrie byzantine (...)
  • 302 J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par Ibn Khaldūn et les deux Maqqari », Annale (...)

94La question principale que pose la migration des tribus hilaliennes est celle de l’ampleur des modifications entraînées par l’installation de ces nouvelles populations. La thèse traditionnelle, largement développée par les historiens de l’époque coloniale à partir de la lecture d’Ibn Khaldūn, veut que les tribus arabes hilaliennes, par nature destructrices, aient déséquilibré et miné le pouvoir d’État, rendant impossibles des constructions politiques stables et durables300. En ce sens les Arabes hilaliens, ces mal aimés de l’histoire maghrébine, sont entachés d’un vice rédhibitoire aux yeux d’un homme d’État comme Ibn Khaldūn, ou d’historiens des xixe et xxe siècles : jamais ils n’ont fondé d’État, à la différence des grandes confédérations berbères du Maghreb ou des nomades en Orient. Le jugement d’Ibn Khaldūn est cependant ambigu : certes ces populations constituent une force vive capable de redonner un nouvel élan au Maghreb301, mais elles se montrent incapables de lancer un nouveau cycle de civilisation302. La théorie du ‘Umrān ne fonctionne pas avec eux, et ce dérèglement du cours cyclique de l’Histoire éveille chez l’auteur de la Muqaddima désillusion et sentiment profond d’un déclin irrémédiable. Mais cet échec – ou ce qui est considéré comme tel – ne peut être expliqué simplement par des considérations générales et intemporelles sur le nomadisme ou, pire encore, la race. Il faut donc comprendre pourquoi le contexte politique ne permet pas une stabilisation, et provoque au contraire ces désordres.

95La raison principale de l’importance des tribus dans l’histoire politique du Maghreb réside dans le soutien qu’elles apportent au pouvoir. Mais ce dernier, ne réussissant jamais à installer un rapport de force en sa faveur, laisse ces tribus jouer un rôle déstabilisant, qui entraîne à la fois une aggravation des conflits régionaux et une perte de l’autorité de l’État dans l’intérieur.

Un soutien nécessaire au pouvoir

  • 303 Les Zirides et les Hammadides eurent à soutenir des conflits nombreux, entre eux tout d’abord, mai (...)
  • 304 Laroui, op. cit., p. 140, compare très justement cette situation à celle de l’Empire romain avec l (...)

96Les tribus constituent incontestablement une force politique et militaire, et en ce sens il faut traiter de leur rapport au pouvoir d’État comme d’un rapport de forces, qui nécessairement évolue au cours du temps. Si les tribus hilaliennes ont pu, avec tant de facilité, bousculer les Zirides, puis les Hammadides, c’est parce que ces deux États sont alors affaiblis, en particulier par des guerres incessantes303. Mais dès le début les Zirides, comme du reste les Hammadides, cherchent aussi à gagner ces nouveaux venus, pour renforcer leur propre puissance. Cette politique est cependant un échec, parce que les tribus arabes préfèrent profiter des divisions des pouvoirs en place pour établir leur propre autorité304. Cela n’empêche pas par la suite tous les souverains de continuer à s’attacher la collaboration de tribus, soit par la soumission, soit, le plus souvent, par la conscience partagée d’intérêts communs.

  • 305 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 70, 76 ; Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., (...)
  • 306 Berbères, II, p. 73. Ibn Khaldūn note comme un fait exceptionnel leur ralliement en 767/1365-6 à A (...)
  • 307 Ibid., I, p. 46.
  • 308 Ibid., I, p. 74. Cf. pour la période almohade Achouri, op. cit., p. 141 s.
  • 309 C’est ce qui se produit notamment lorsque les Hafsides jouent les Sulaym contre les Hilaliens Riyā (...)
  • 310 Berbères, III, p. 49.
  • 311 Ibid., III, p. 499.

97Les Awlād Sibā’ donnent un bon exemple de ces tribus fidèles, que l’on a coutume d’appeler au Maroc les tribus « makhzen »305 : cette branche des Dawāwida, « par ancienne habitude et par esprit de voisinage, avait toujours soutenu le gouvernement de Bougie306 ». Quand il le peut, le pouvoir cherche en effet à contrôler étroitement les tribus. Ainsi au moment de la conquête almohade les Hilaliens, écrasés à la bataille de Sétif, reconnaissent-ils l’autorité des califes307. Jusqu’au règne du Hafside al-Mustansir, le pouvoir garde une réelle suprématie308, ayant encore la supériorité des armes et jouant des rivalités entre les différents groupes tribaux309. Lorsqu’il est suffisamment fort, il peut aller jusqu’à nommer lui-même le chef de la tribu, voire imposer quelqu’un d’extérieur. Ainsi en 754/1353-4, après avoir repris Bougie, le Mérinide Abū ‘Inān nomme au commandement des Sadwīkiš son vizir Mūsā b. Ibrāhīm al-Irniyānī310. Cet acte demeure cependant sans lendemain, en raison de l’échec du sultan mérinide, et le cas le plus fréquent devait être la nomination ou la confirmation à la tête des tribus fidèles de personnes qui en étaient issues et y exerçaient déjà une autorité. Enfin un dernier moyen de garder un contrôle est de prendre des otages dans les familles dirigeantes. C’est par exemple ce qui se produit lorsque le Mérinide Abū ‘Inān soumet les populations de la région de Bougie. Après les avoir battues, « il convoqua une assemblée de chefs arabes, de chefs de cantons, et de notables chargés d’administrer les provinces de Bougie et de Constantine. Les chefs des Dawāwida et Yūsuf b. Muznī, seigneur du Zāb, vinrent aussi le trouver. Tous ces personnages l’accompagnèrent à la cour du Maghreb [Maroc], après avoir remis leurs fils entre ses mains, comme gages d’obéissance. [...] Quand la députation fut arrivée à sa destination, le sultan tint une séance solennelle pour la recevoir [...] S’étant fait donner des otages et d’autres sûretés, afin d’être toujours certain de leur obéissance, il les renvoya dans leurs pays respectifs311 ».

98Ce soutien des tribus est recherché pour renforcer le pouvoir des souverains et s’explique par les faiblesses de l’appareil administratif et militaire de l’État. À l’intérieur du système politique, les tribus constituent un contrepoids efficace à d’autres forces, en particulier les Almohades, donnant ainsi au souverain une plus grande liberté de manœuvre. Par ailleurs, elles peuvent servir de relais du pouvoir dans l’intérieur du pays, pour tenir les populations et prélever les impôts. Enfin, elles sont utilisées comme force militaire d’appoint.

Équilibre au sein du système politique

  • 312 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574 ; Berbères, II, p. 190.
  • 313 V. Aguilar Sebastián, « Política de ‘Abd al-Mu’min con los Árabes de Ifrīqiya », Actas del II colo (...)
  • 314 L’accession au pouvoir de ‘Abd al-Mu’min ne s’était pas faite sans mal. En effet la structure poli (...)

99Les souverains ont toujours cherché à maintenir un équilibre au sein du système politique, afin qu’aucun groupe ne prenne une place prépondérante qui risquerait de limiter leur autorité. Ce souci est clair dans la politique du calife almohade ‘Abd al-Mu’min, qui doit faire face, après la prise de Bougie, à une vaste coalition regroupant les Hilaliens et des Ṣanhāğa. Ces derniers engagent une bataille décisive en 548/1153-4, emportant avec eux femmes, enfants et troupeaux, et sont battus par des Almohades peut-être moins nombreux, mais mieux organisés militairement. Cette défaite eut un retentissement considérable, car pour la première fois les Arabes hilaliens étaient écrasés par un pouvoir fort. Mais le calife ne cherche pas à en profiter pour anéantir la puissance militaire de ces tribus. Au contraire, il les intègre dans le système du pouvoir. Il reçoit une délégation des principaux chefs arabes à Marrakech, leur distribue des biens et garde femmes et enfants pourvus de pensions312. Cette politique lui permet d’élargir la base du mouvement, jusque-là purement berbère et surtout Maṣmūda313, et de créer un nouvel équilibre qui le rendait moins dépendant des šayẖ-s almohades314. Elle représente aussi un changement radical par rapport à celle du Mahdī Ibn Tūmart, pour qui l’adhésion à la doctrine unitariste conditionnait l’intégration au pouvoir.

  • 315Ibar, VI, p. 717-718, Berbères, II, p. 418.

100Cette utilisation des tribus comme soutien du pouvoir ne se limite pas aux Hilaliens. Ainsi les Ṣanhāğa restent, à Bougie, une tribu fidèle aux Hafsides, comme le montre l’accession au trône du sultan de Bougie Abū l-Baqā’ : au moment de la mort d’Abū Zakariyā’ en 700/1300-1, son fils et successeur désigné, Abū l-Baqā’, revient de Constantine dont il était gouverneur. Il reçoit alors l’hommage des šayẖ-s almohades et des différents corps de l’armée et donne pour chef aux tribus Ṣanhāğa un de leurs parents, nommé Abū ‘Abd al Raḥmān Ya’qūb b. al-Hulūf et surnommé al-Mizwār315. La reconnaissance de l’autorité du souverain se marque donc ici par un acte d’allégeance (il ne parle cependant pas de bay’a pour les tribus) et par la nomination du chef de la tribu par le sultan.

  • 316 Il ne semble pas que les Hilaliens aient accédé à ces postes. D’une manière générale, les élites c (...)
  • 317 L’auteur du ‘Unwān, originaire de la tribu berbère des Banū Gubrīn, fut grand cadi de Bougie et me (...)

101Cette collaboration passe, dans une certaine mesure, par l’intégration de membres de ces tribus dans les élites urbaines. Des postes de cadis sont en effet occupés par des savants issus des tribus de la région, au moins des tribus berbères316. À ce titre, ils peuvent jouer un rôle politique, comme le montre l’exemple du cadi al-Ġubrīnīà la fin du xiiie siècle317. Ils ne parviennent cependant pas jusqu’aux grandes fonctions politiques (chambellan, directeur des finances, responsable de la douane). Mis à part le rôle joué par al-Mizwār comme chef des Ṣanhāğa (qui ne fut important qu’en raison de la carence du pouvoir sultanien), les commandes du pouvoir en ville sont tenues soit par des membres de la famille hafside, soit par des Almohades, soit encore par des Andalous.

102En revanche les tribus jouent un rôle majeur dans l’arrière-pays, où elles sont utilisées comme relais d’un souverain trop lointain.

Relais du pouvoir dans l’intérieur

103L’armature administrative des provinces est mal connue, mais paraît particulièrement faible. Le sultan nomme dans les principales villes des gouverneurs, mais loin des centres urbains l’autorité politique faiblit rapidement. En principe, le sultan (ou le gouverneur) fait régulièrement des tournées dans les provinces pour affirmer son pouvoir, résoudre les conflits et surtout (c’est aussi un signe de reconnaissance de sa souveraineté) percevoir les impôts. Mais le plus souvent, dans les régions éloignées, les tribus alliées au pouvoir sont chargées de l’autorité de l’État. Elles ont pour rôle en particulier de lever les impôts au profit du sultan, mais aussi de réprimer les mouvements de rébellion.

  • 318Ibar, VI, p. 88, Berbères, I, p. 88 (trad. modifiée).
  • 319 Berbères, I, p. 89.

104Ainsi dans les régions occidentales de la province de Bougie les Banū Yazīd, principale branche des Zuġba, « prêtaient leur service à l’État quand il fallait faire payer les impôts à leurs sujets [ra’āyā] parmi les Ṣanhāğa et Zawāwa. Et chaque fois que les armées de Bougie se trouvaient trop faibles pour entreprendre le recouvrement des impôts dans ce pays, les Banū Yazīd s’en chargeaient et très bien318 ». Cette délégation d’autorité sur les impôts n’est pas sans risque, et Ibn Khaldūn ajoute qu’après la crise abdelwadide la même tribu y préleva les impôts pour elle-même319.

  • 320 Ibid., I, p. 81-82.

105En cas de révoltes, le pouvoir peut également trouver dans les chefs de tribus des auxiliaires précieux, comme on le voit au début du xive siècle, lorsqu’un mouvement de contestation se développe dans la région du Zāb. Un réformateur issu de la tribu des Riyāḥ, Sa’āda, rassemble de nombreux partisans en faisant châtier les actes de brigandage des nomades et en demandant au gouverneur, Ibn Muznī, de supprimer les impôts non coraniques et de cesser d’opprimer les agriculteurs. Dans ce conflit les chefs des Arabes Dawāwida, soutenant le gouverneur hafside, répriment le mouvement, y compris, nous dit Ibn Khaldūn, contre les gens de leurs tribus respectives320.

Force militaire au service du pouvoir

  • 321 Voir en particulier Achouri, op. cit., p. 202 s., qui parle d’un « mercenariat indocile » (Ibid., (...)
  • 322 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 75-82.
  • 323 C’est le cas au moment de la croisade de 1270. Berbères, II, p. 365.
  • 324 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 78, 82. Al-Marīnī parle à propos de la résistance à l’at (...)
  • 325 C’est ce que pense Abdallah Laroui, op. cit., p. 196, qui affirme que le corps almohade ne fut plu (...)
  • 326 Ainsi les Lawāta installés dans la campagne de Bougie, doivent fournir un contingent (ba’ṯ) à l’ar (...)

106Les tribus apparaissent surtout dans les chroniques comme auxiliaires du pouvoir dans les guerres321. L’organisation de l’armée est assez mal connue dans le détail322. Elle est composée des Almohades, auxquels s’ajoutent divers corps, parmi lesquels des miliciens chrétiens, parfois un ğund andalou323 et surtout des contingents fournis par les tribus ralliées au pouvoir. Le noyau dur et permanent des forces militaires est donc assez réduit324. Surtout, l’élément almohade, puissant au début, perd progressivement de son importance, au moins numérique325. Le problème de l’armée est en partie financier, et l’entretien d’une force mercenaire importante est impossible, d’où la nécessité d’avoir recours aux éléments tribaux : dans les accords passés entre le pouvoir et les tribus il est en effet souvent précisé que celles-ci doivent un service militaire326.

  • 327 Pour un récit détaillé de ces luttes, cf. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., en particulie (...)
  • 328 Berbères, II, p. 366.

107Ces contingents tribaux sont systématiquement employés pour défendre le territoire ou à l’inverse entreprendre des conquêtes327. Ils servent d’abord, de manière défensive, comme gardiens des marches. C’est le cas par exemple des Arabes Zugba, qui campent entre les territoires de Bougie et de Tlemcen. De même, au moment de la croisade de 1270, le gouverneur de Bougie, Abū Hilāl, arrive au secours de Tunis avec une armée importante composée d’Arabes nomades et de Berbères des tribus Sadwīkiš, Walhāṣa et Hawwāra328.

  • 329 Ibid., II, p. 315.
  • 330Ibar, VI, p. 608 ; Berbères, II, p. 316.
  • 331 Berbères, II, p. 392.

108Mais les tribus sont surtout utilisées dans toutes les grandes offensives militaires. Ainsi lorsque Abū Zakariyā’ entreprend la conquête du Maghreb, il cherche dans un premier temps à se ménager des intelligences avec les Zanāta, installés dans le Maghreb central, et dont l’appui lui était nécessaire329, puis marche sur Tlemcen avec les tribus Riyāḥ qui reconnaissaient son autorité, mais aussi des Arabes Zugba qui se postent sur la frontière de leur pays (« fī tuẖūm bilādihim ») pour attendre son arrivée330. Les ambitions du souverain hafside sont cependant contrariées car les Arabes, venus avec femmes, enfants et troupeaux, hésitent à pousser trop loin l’expédition. Les tribus sont enfin utilisées dans les luttes internes au pouvoir hafside, soutenant parfois le souverain de Bougie contre celui de Tunis. Ainsi en 681/1282-3 l’émir Abū Fāris retire le pouvoir à son père Abū Ishāq et entreprend de marcher contre l’usurpateur Ibn Abī ‘Umāra, faisant pour cela appel à ses alliés Riyāḥ et Sadwīkis331.

  • 332 Dès le début du règne de ‘Abd al-Mu’min le choix par ce dernier d’une succession dynastique au dét (...)
  • 333 L’historiographie officielle hafside – et Ibn Khaldūn en est d’une certaine manière un représentan (...)
  • 334 Laroui, op. cit., 205 : « C’est dans le cadre d’une légitimité évanouie que la ‘asabiya prend tout (...)

109Les tribus sont donc un élément essentiel dans le fonctionnement du pouvoir. Mais le phénomène n’est pas nouveau, et n’implique pas nécessairement de leur part un rôle déstabilisant, bien au contraire. Le contexte général du Maghreb ne contribue pas cependant à la stabilité. L’échec de l’expérience almohade laisse des pouvoirs sans réelle idéologie capable de les légitimer et d’asseoir solidement leur domination332. Les Hafsides ne parviennent jamais, malgré leurs efforts, à utiliser la doctrine unitariste comme ciment et source de légitimité333. Cette absence de véritable projet politique laisse le champ libre à des compétitions désordonnées334, d’autant qu’il n’existe pas de règle de succession clairement reconnue. Dès lors nombreux sont ceux qui peuvent prétendre au pouvoir et les conflits sont incessants, chacun trouvant dans les tribus des auxiliaires prêts à soutenir ses ambitions et à proposer leur aide contre une juste rétribution. Les jeux entre prétendants hafsides, ou entre puissances maghrébines, viennent alors se mêler aux conflits internes aux tribus. C’est dans ce système politique éminemment instable que les tribus trouvent matière à se rendre indispensables aux souverains et à jouer un rôle qui finalement perturbe et affaiblit le pouvoir d’État. Dans une région disputée comme l’est celle de Bougie, ce facteur de trouble est particulièrement important.

Jeu déstabilisateur des tribus

  • 335 Berbères, I, p. 34.
  • 336 Ibid., II, p. 23.

110Dès les débuts de l’installation des tribus arabes au Maghreb, il apparaît évident que leur contrôle et leur utilisation par les pouvoirs en place ne sont pas sans risques. Les Zirides cherchent à en faire des auxiliaires dans leur lutte contre leurs cousins hammadides335. Mais ces tribus commencent dans un premier temps par dévaster le territoire ziride et, très vite, profitent de la rivalité entre les deux dynasties Ṣanhāğa. Elles poussent en particulier le Hammadide al-Nāṣir à faire des incursions sur le territoire ziride336, entretenant ainsi une rivalité déjà existante.

Bougie, Tunis et les tribus

  • 337 Sur la chronologie de ces événements, voir supra, p. 78-86.

111Par la suite, dès que les tribus peuvent jouer de la rivalité entre les princes hafsides de Bougie et de Tunis, elles ne manquent pas de le faire, proposant leur aide et invitant les uns à envahir le territoire des autres337. En intervenant dans ce conflit, les tribus espèrent en retirer soit des gains territoriaux, soit l’affaiblissement d’un souverain trop puissant.

  • 338 Sa famille, dans la personne d’Abū l-Layl, avait remplacé celle des Šiha à la tête des Ku’ū b. Mai (...)
  • 339 Berbères, I, p. 146.
  • 340 Une fois devenu sultan à Tunis, Abū Bakr doit faire face à l’opposition de Ḥamza, qui pendant de l (...)

112C’est ainsi que les tribus Sulaym, installées dans les plaines d’Ifrīqiya depuis le début du xiiie siècle, font plusieurs fois appel à Bougie pour renverser le souverain de Tunis, en particulier au moment de la première période d’autonomie de Bougie. Sous le règne d’Abū Zakariyā’, notamment, des chefs de tribus arabes viennent à deux reprises le pousser à entreprendre la conquête de Tunis. De même, en 708/1308-9, Ḥamza b. ‘Umar, des Ku’ū b, se réfugie avec deux autres chefs de tribus Sulaym auprès du sultan de Bougie Abū l-Baqā’338 et le pousse à la conquête de Tunis, ce qui aboutit à la réunification de l’État hafside en 710/1310-1339. Dès lors Ḥamza s’attache au service du nouveau sultan de Tunis, qui lui donne la préséance sur les autres chefs arabes. Cette faveur provoque alors la jalousie du frère de Ḥamza, qui va se réfugier auprès d’Abū Bakr à Bougie340.

113On voit donc que, durant ces années difficiles de séparation de Bougie, des fractions des Banū Sulaym jouent un rôle déstabilisateur important.

  • 341 Ibid., II, p. 356-357 : « ils se plaisaient dans la révolte, et quand un prince quelconque de la f (...)
  • 342 Ibid., I, p. 74 ; II, p. 341-342.
  • 343 Ibid., II, p. 400.

114Les tribus installées sur le territoire même de Bougie participent également à ce jeu, ne serait-ce que par le soutien qu’elles apportent aux souverains autonomes de la ville. Dès le début les Dawāwida, qui avaient été chassés des plaines d’Ifrīqiya par le sultan de Tunis, s’allient aux princes hafsides révoltés341. En 666/1267-8 ils aident ainsi Abū Ishāq Ibrāhīm contre son frère le calife al-Mustansir, mais ils sont battus par ce dernier342. Plus tard, en revanche, le soutien de ces mêmes Dawāwida, mais aussi des Arabes Zugba du Maghreb central et des Berbères Sadwīkiš, permet à Abū Zakariyā’ de s’emparer de Bougie et de s’y proclamer sultan en 683/1284-5343.

  • 344 Cf. supra, p. 83-84.
  • 345 Ils l’installent à M’sila, et « lui abandonnent toutes les sommes qu’ils recevaient à titre de tri (...)
  • 346 Ibid., III, p. 67-69.

115Le même mécanisme fonctionne après la crise mérinide. Bougie est alors reprise par le sultan hafside Abū Ishāq, qui y établit sa demeure tandis que son chambellan Ibn Tāfrāğīn gouverne seul à Tunis. Le Mérinide Abū Sālim libère alors l’ancien gouverneur de Bougie Abū ‘Abd Allāh344, qui trouve le soutien des Awlād Yaḥyāb. ‘Alī b. Sibā’, une fraction des Dawāwida. Il reçoit également le secours d’une tribu Sadwīkiš, celle des Awlād Muḥammad b. Yūsuf, qui cependant ne tarde pas à rallier le camp adverse. Pendant cinq ans Abū ‘Abd Allāh est accueilli et entretenu avec les siens par ces Dawāwida345 qui, chaque été, revenant de leurs pâturages d’hiver, attaquent Bougie. Abū ‘Abd Allāh reçoit finalement l’aide des Sadwīkiš nomades, ce qui lui permet de s’emparer enfin de la ville, avec le soutien de sa population346.

116Sans surestimer le rôle de ces tribus dans la lutte entre Tunis et Bougie, il est incontestable que leur soutien rendait possibles les usurpations, comme il facilitait les campagnes abdelwadides et mérinides contre Bougie et l’Ifrīqiya.

Les tribus, agent aggravant des conflits régionaux

  • 347 Ibid., I, p. 47-48 ; II, p. 89-95. Cf. supra, p. 50-53.
  • 348 Sur la chronologie de ces événements, voir supra, p. 62-76.

117Déjà au cours de l’aventure des Banū Ġāniya les tribus arabes et certaines tribus berbères avaient massivement rejoint le camp des adversaires du pouvoir almohade, à l’exception des Zuġba qui étaient restés fidèles347. Mais c’est surtout dans la première moitié du xive siècle, lors des attaques abdelwadides et mérinides contre Bougie348, que leur influence se fit sentir.

  • 349 Berbères, III, p. 394.
  • 350 Ibid., III, p. 404-405. Abū Hammū leur donne des troupes et, la seconde fois, les fait accompagner (...)
  • 351 Ibid., III, 406-407.
  • 352 Cf. supra p. 62-69 les conflits entre Bougie et Tlemcen.
  • 353 Berbères, III, p. 455.

118Lorsque le sultan de Tlemcen Abū Ḥammū entreprend ses premières expéditions contre Bougie, il répond à plusieurs sollicitations, dont celles de l’émir Dawāwida ‘Utmān b. Sibā’ b. Šibl, et il est aidé également par les Zugba349. En 723/1323-4, puis à nouveau en 725/1324-5, il est appelé par Ḥamza b. ‘Umar, commandant des troupes nomades Sulaym d’Ifrīqiya, qui invite l’Abdelwadide à marcher contre les Hafsides350. En 729/1328-9, selon un scénario identique, Ḥamza b. ‘Umar vient demander du secours à Abū Tašfīn, qui lui donne des troupes et un nouveau prétendant hafside351. Cette aide ne fut cependant pas suffisante pour prendre Bougie352. Plus tard Abū Ḥammū II est aidé dans ses conquêtes par les émirs Dawā wida qui « à cette époque, reconnaissaient son autorité car ils étaient mal disposés pour Abūl-’Abbās seigneur de Bougie353 ».

  • 354 Ibid., III, p. 27-28.
  • 355 Ibid., III, p. 31.
  • 356 Ibid., III, p. 48-49.
  • 357 Ibid., III, p. 50. Dans chacune des tribus Sadwīkiš et Dawāwida on trouve une fraction ralliée à A (...)

119Dans les expéditions mérinides les tribus jouent le même rôle. En 748/1347-8 les fils de Ḥamza b. ‘Umar demandent au sultan Abūl-Ḥasan son appui « pour venger leur frère » nous dit Ibn Khaldūn et, la réponse étant positive, toutes les tribus d’Ifrīqiya se soulèvent contre les Hafsides. Ils sont imités par Ibn Muznī, dans le Zāb et par les principaux chefs Dawāwida de la région de Bougie354. Cependant, une fois Tunis conquise, Abū l-Ḥasan adoptant une politique de contrôle strict des tribus arabes, celles-ci se soulèvent contre lui et battent ses armées, anéantissant ses rêves impériaux355. Lorsque son fils Abū ‘Inān reprend à son compte ces projets, il doit lui aussi faire face à l’opposition des tribus de la région de Bougie, en particulier les Ṣanhāğa, mais réussit dans un premier temps à les soumettre356. Les combats qui suivent, et aboutissent à l’expulsion des Mérinides, se résument à une lutte entre fractions des mêmes tribus, ralliées soit aux Hafsides, soit aux Mérinides357.

120Élément de renforcement du pouvoir d’État, les tribus sont donc également un facteur de déstabilisation. Dans un contexte de luttes régionales incessantes, et en l’absence d’idéologie fédératrice et de légitimité solidement assise, les tribus soutiennent le souverain le plus fort ou, à défaut, le plus offrant. Elles contribuent alors à amplifier les conflits déjà existants.

Perte progressive d’autorité sur une partie du territoire et affaiblissement de l’État

121Le rapport de force entre l’État et les tribus est variable. Il dépend de l’autorité du premier, qui connaît des fluctuations, et de la puissance des secondes, elle-même changeante. Les tribus ne doivent donc pas être prises comme un bloc uniforme et immuable. Quelques-unes unes d’entres elles sont de vraies puissances militaires à certains moments de leur histoire, d’autres sont des fractions de moindre envergure. Cependant les plus importantes parviennent progressivement à se rendre tellement indispensables au souverain qu’elles obtiennent de lui des concessions toujours plus grandes, en dépit de reprises en mains à certaines époques.

  • 358 De Slane traduit soit par fief, soit par apanage, mais ni l’une ni l’autre de ces traductions n’es (...)
  • 359 Cf. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 238, où il parle de « vassal » et de « suzerain  (...)
  • 360 « Une traduction empruntée à d’autres systèmes d’institutions et de conceptions n’a que trop indui (...)
  • 361 Il est « calculé comme un équivalent de solde sur la base de sa valeur fiscale cadastrale ». Ibid.
  • 362 Cl. Cahen, « L’évolution de l’iqtā’ du ixe au xiiie siècle. Contribution à une histoire comparée d (...)

122Le système le plus fréquent pour, sinon soumettre, du moins fidéliser les tribus, fut de les récompenser par l’attribution d’iqtā’. Ce mot, difficilement traduisible358, a donné lieu à des interprétations diverses. Il a d’abord été assimilé à un fief, dans le sens européen359, ce que Claude Cahen a critiqué pour l’Orient musulman360, soulignant en particulier que si l’iqṭā’ a connu une évolution entre le ixe et le xiiie siècle, il est resté le plus souvent une concession fiscale destinée à rétribuer le service, en général militaire, dû au pouvoir361. L’iqṭā’ est donc la concession des revenus fiscaux d’une terre, c’est-à-dire du ẖarağ, diminués parfois de la dîme362. Dans l’Égypte ayyūbide en particulier le pouvoir exerce un contrôle étroit sur ces concessions, calculées à partir d’un cadastre remis à jour périodiquement, et sur les services rendus par le concessionnaire (muqṭa’).

  • 363 Ibid., p. 260 ; Cahen, « Iḳṭā’ », art. cité, p. 1117.
  • 364 Cahen, « L’évolution », art. cité, p. 253-254.
  • 365 Ibid., p. 256.
  • 366 Ibid., p. 255-257.
  • 367 L’expression est de Cahen, « Iḳṭā’ », art. cité, p. 1117.
  • 368 Ibid.

123Surtout, ces iqṭā’-s ne sont ni héréditaires, ni même viagers, et le muqta’ ne jouit d’aucune indépendance sur son iqṭā’, où il ne réside d’ailleurs pas363. Un système sensiblement différent se rencontre en revanche avec les Turcs seldjoukides, qui introduisent un élément tribal important. Selon une pratique connue en Islam, un territoire pouvait être concédé au chef ou à la famille dirigeante d’une tribu installée dans une région périphérique. Les Seldjoukides, reprenant ce système ancien, donnent à ces concessions le nom d’iqṭā364 et à la fin de la période l’affaiblissement de l’État entraîne le développement de petites principautés, légalisées sous le nom d’iqṭā’. Dès lors il ne s’agit plus seulement d’une concession d’impôts, mais bien d’un « domaine foncier héréditaire sur lequel le muqṭa’ militaire jouit, en échange de son service, de prérogatives gouvernementales365 ». Ce dernier peut à son tour distribuer des iqṭā ‘-s à ses hommes, construisant une hiérarchie comparable à celle que l’on trouve en Occident chrétien366. Mais globalement en Orient ce « plein régime367 » de l’iqṭā’ reste exceptionnel. Les vagues périodiques d’invasions anéantissent les aristocraties en formation et, surtout, « les ressources que les princes tiraient de l’essor relatif de l’économie marchande et de la conservation d’un important domaine leur donnaient pratiquement presque toujours la possibilité d’acheter des esclaves nouveaux pour mettre à la raison les anciens devenus indisciplinés368 ». Mais ce qui vaut pour l’Orient est-il applicable au Maghreb et à la région de Bougie ?

  • 369 À propos des Ku’ū b, tribu Sulaym installée dans les plaines d’Ifrīqiya, Ibn Khaldūn écrit qu’ils (...)
  • 370 Par exemple Berbères, III, p. 31.

124Le but de l’iqṭā’ est de fixer les tribus sur un territoire, mais aussi et surtout de rétribuer les services qu’elles avaient rendus ou pouvaient rendre au pouvoir, et de les inciter à se comporter de manière loyale369. Il peut s’agir de villes370, ou plus largement de régions entières.

  • 371 Ibn Khaldūn en parle souvent dans sa présentation générale des tribus, où les repères chronologies (...)
  • 372 Mu’ğib, texte p. 294, trad. p. 191-192.
  • 373 De Slane traduit Almohades par Hafsides, comme il le fait dans le reste du livre avec raison. Le p (...)
  • 374Ibar, VI, p. 87 ; Berbères, I, p. 88.
  • 375 Ibn Khaldūn écrit simplement « iqtata’a-hum al-Muwāhhidūn fīard al-Ḥamza min watan Biğāya ». Ibid.

125La chronologie de ces concessions d’iqṭā’ n’est pas facile à établir371. Une des mentions les plus anciennes se trouve chez ‘Abd al-Wāḥid Marrākušī, à propos de ‘Abd al-Mu’min. Les Arabes hilaliens, écrit-il, avaient imposé au Hammadide Manṣūr b. al-Nāṣir et à ses successeurs un tribut insupportable (la moitié de la récolte en dattes, blé, etc.) pour prix de la paix. Le calife almohade aurait mis fin à cette pratique ruineuse et « répartit à titre de fiefs [aqṭa’a] une partie du pays372 ». De même Ibn Khaldūn parle de l’octroi par les Almohades373 d’iqṭā’ aux Banū Yazīd, une branche des Zugba, qu’ils auraient ainsi installés dans le Ḥamza, « pays faisant partie du pays de Bougie, et touchant aux régions occupées par les Riyāh et les Atbāğ374 ». Il est cependant difficile de savoir avec précision quelle était la réalité de ces concessions almohades375.

  • 376 C’est aussi à cette époque que la répartition géographique des groupes tribaux se stabilise pour l (...)
  • 377 Berbères, I, p. 74-75.
  • 378 C’est ainsi que de De Slane traduit le mot dawāhī, qui signifie littéralement pays ouvert (Kazimir (...)
  • 379Ibar, VI, p. 75 ; Berbères, I, p. 76. Il précise cependant que, ces régions étant inaccessibles a (...)
  • 380 Al-Zarkašī, texte p. 91, trad. p. 60, écrit qu’il fut le premier à avoir concédé des villes aux tr (...)
  • 381Ibar, VI, p. 696 ; Berbères, II, p. 396 : « wa iqṭa’a al-bilād wa l-maġārim li˙l-’arab [...] wa l (...)
  • 382 Le seul à le tenter est le Mérinide Abū l-Ḥasan, et ce fut une des raisons de son échec.
  • 383 Berbères, I, p. 150.
  • 384 Berbères, I, p. 150 : il « déploya une grande sévérité contre les Arabes, et les ayant forcés à se (...)
  • 385 Cf. supra, p. 41 s.

126Avec les Hafsides la politique d’octroi d’iqṭā’ est un moment abandonnée, puis reprise après le règne d’al-Mustanṣir376. Ce dernier a encore assez d’autorité et de force pour mener une campagne contre les Arabes et pousser les Dawāwida à se réfugier vers l’ouest. Par la suite cependant ces derniers reviennent vers le domaine hafside et s’installent notamment dans le Zāb. Cette région, qui relève du gouverneur de Bougie, leur est finalement reconnue par les Hafsides377. C’est aussi à cette époque, selon Ibn Khaldūn, que les diverses tribus Dawāwida se voient reconnaître les plaines378 de Bougie et de Constantine. Les Awlād Sibā’ obtiennent en particulier les environs de Bougie (« nawāhī Biğāya ») en iqṭā379. C’est donc dans le dernier quart du xiiie siècle que le pouvoir concède les premiers iqṭā’-s significatifs. Al-Zarkašī attribue ce rôle à Abū Isḥāq (678/1279-80 – 681/1282-3)380 et Ibn Khaldūn à Abū Ḥafṣ (683/1284-5 – 694/1294-5)381. Il est peu probable que dans la période troublée qui suit le pouvoir ait eu la possibilité de revenir sur cette politique382. Ibn Khaldūn rapporte au contraire qu’Abū Isḥāq II (751/1350-1 – 770/1368-9) étendit cette politique de concessions faites aux Arabes383. C’est seulement avec Abūl-’Abbās (772/1370-1– 796/1393-4) que l’autorité de l’État est réaffirmée face aux Arabes384. Dans la période qui suit les renseignements se font plus rares, mais il semble que les tribus n’aient plus retrouvé la liberté et le pouvoir dont elles avaient joui auparavant. La période d’extension maximale des iqṭā’-s correspond donc à la crise que traverse la région de Bougie durant le dernier quart du xiiie et la première moitié du xive siècle385.

127Il est tout aussi difficile de déterminer la nature de ces concessions. Nous sommes là encore dépendants principalement d’Ibn Khaldūn, qui utilise vraisemblablement le mot selon l’acception de son époque. Mais il n’est pas évident que ce sens soit également valable pour les périodes plus anciennes, en particulier almohade. Faute de mieux, il nous faut chercher à cerner le sens du mot dans la seconde moitié du xive siècle.

  • 386 Berbères, III, p. 367.
  • 387Ibar, VI, p. 156 ; Berbères, I, p. 150. Voir également ‘Ibar, VI, 694 ; Berbères, II, p. 396 (où (...)
  • 388 Analyse de la fatwa dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 323.
  • 389Ibar, VI, p. 156 ; Berbères, I, p. 150.
  • 390Ibar, VI, p. 74 ; Berbères, I, p. 75.
  • 391 « ils eurent la domination par conquête (taġallub) des plaines de Bougie et de Constantine, et des (...)
  • 392 Berbères, I, p. 77
  • 393 Dans le passage où il évoque les concessions faites aux Dawāwida, Ibn Khaldūn montre bien que la v (...)
  • 394 M’sila « constitue encore l’apanage (qasm) des ses [Sibā’b. Šibl] descendants ». Berbères, I, p. 7 (...)
  • 395 Berbères, I, p. 77. Une tribu Riyāḥ, tombée dans le besoin, doit vendre à une autre tribu l’iqṭā(...)
  • 396 Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 253.
  • 397 Robert Brunschvig considère cependant que la reconnaissance des tribus était au moins recherchée. (...)

128Le caractère de concession fiscale de l’iqṭā’ est incontestable. Les taxes légales levées par l’État pour le Trésor sont abandonnées aux nomades. Ainsi, lorsque Abū Zakariyā’ prend le pouvoir à Bougie avec l’aide d’une tribu des Zuġba en 684/1285-6, il concède à leur chef les impôts d’un territoire considérable situé auprès d’al-Hamīs, sur la rivière de Bougie386. De même, à propos des concessions faites par Abū Isḥāq II, Ibn Khaldūn écrit qu’il concéda aux tribus les diverses branches des impôts (« alqāb al-ğibāya »)387. En théorie donc il ne s’agit pas d’aliénation de territoire. Une fatwa d’Ibn ‘Arafa, à peu près contemporaine du texte d’Ibn Khaldūn, confirme cette limite. À la question de savoir si les terres concédées en iqṭā’ aux Arabes (« al-arḍ allatī tuqṭa’u l-’arab ») deviennent leur pleine propriété (« hal tumlaku milkan tāmman »), la réponse est négative, insistant sur la simple jouissance qui leur est concédée388. Pourtant, dans les faits, en dépit de ces limites fixées par la loi, la concession est le plus souvent beaucoup plus large et s’étend à la domination d’un territoire ou de villes. Dans le passage où il rapporte les concessions faites par Abū Isḥāq aux Arabes, Ibn Khaldūn précise qu’outre les impôts, l’État leur donna (« aqṭa’at-hum al-dawla ») les villes (amṣār) et les domaines de l’État (« muẖtaṣṣ al-mulk »)389. De même quand il parle de la situation des Dawāwida dans le sud de la province de Bougie, il dit que les Hafsides leur concédèrent en iqṭā’ « la jouissance de toutes leurs conquêtes dans le Zāb et le mont Aurès, mais aussi la possession de N’gaous, de Maqqara et de M’sila », et il ajoute que « la ville de M’sila devint le domaine particulier de Sibā’b. Šibl »390. Dans ce cas la concession ne se limite pas aux ressources fiscales et l’État abandonne aussi une part de son autorité politique. De même le pouvoir des Dawāwida dans les territoires de Constantine et de Bougie s’exerce sur les populations qui y habitent391. Ailleurs ibn Khaldūn précise que toutes les branches des Riyāḥ reconnaissent l’autorité des Dawāwida, et ajoute que « c’est d’eux qu’ils tiennent leurs terres, et c’est à eux qu’elles s’adressent quand il s’agit d’en obtenir davantage »392. Cette remarque suggère que les Dawāwida peuvent à leur tour concéder des terres et montre donc une structure pyramidale qui retire au pouvoir central tout contrôle sur les terres concédées. Ce pouvoir politique échoît au chef de la tribu, qui reçoit alors autorité sur les autres groupes de la région393. La redistribution au sein de la tribu des bénéfices de l’iqṭā’ dépend ensuite de son chef. Enfin l’iqṭā’ est, au moins de fait, héréditaire394 et il peut se vendre395. Existe-t-il une forme de reconnaissance du souverain quand l’iqṭā’ est transmis à un héritier, ou quand il y a changement à la tête de l’État ? Georges Marçais l’affirme, sans pour autant en apporter la preuve396, mais lorsqu’un nouveau souverain reçoit l’hommage de ses sujets (la bay’a), on ne voit que rarement les chefs de tribus se joindre à la cérémonie397.

129Sans doute faudrait-il nuancer selon les époques et les régions. Les souverains sont plus ou moins puissants et font des concessions d’ampleur variable. De même l’éloignement par rapport à Bougie provoque des renoncements plus amples de la part du pouvoir. Mais le tableau dressé par Ibn Khaldūn pour son époque montre que l’iqtā’ ne se limite pas à une simple concession fiscale contrôlée par le pouvoir, comme dans l’Égypte ayyūbide. La situation est plus proche de celle que connaissait le Proche-Orient sous les derniers Seldjoukides, avec une réelle délégation d’autorité.

  • 398 Ibid., II, p. 69.
  • 399 Ibid., II, p. 69-70.
  • 400 Ibn Abī Zar’, trad. A. Beaumier, Rawḍ al-K’irtās. Histoire des souverains du Maghreb et annales de (...)
  • 401 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 6.

130Il y a donc incontestablement un affaiblissement de l’autorité de l’État sur les régions éloignées de Bougie, en particulier dans le Sud. Mais surtout ces concessions provoquent une diminution importante des recettes de l’État. Celles-ci, à l’époque hafside, provenaient tout d’abord des domaines de l’État – ou du sultan à titre privé398 – que les usurpations des tribus durent réduire de manière sensible. Mais le Trésor était surtout alimenté par les taxes. Ces impôts étaient levés sur les communautés rurales ou les tribus soumises, sans doute en bloc, à charge ensuite au chef de ces communautés de les répartir399. Normalement ces impôts ruraux sont enregistrés dans les bureaux. On ignore quelle fut la portée réelle du cadastrage effectué par les Almohades et dont parle le Rawḍ al-Qirtas400, mais sans doute est-il excessif d’y voir un recensement de toutes les terres du Maghreb dominé alors par les Almohades401. Ibn Khaldūn rapporte qu’à l’époque du premier sultan hafside la perception des impôts des

  • 402Ibar, VI, p. 606 ; Berbères, II, p. 313. Littéralement le ‘umūd est le bâton qui sert à soutenir (...)
  • 403 C’est le système de la mahalla, bien connu pour l’époque moderne. Cf. J. Dakhlia, « Dans la mouvan (...)
  • 404 Berbères, II, p. 10.
  • 405Ibar, VI, p. 900-901, Berbères, III, p. 114 (trad. modifiée). Lorsqu’il rapporte la soumission de (...)

131Berbères avait été rationalisée, avec la création d’un bureau spécial où étaient enregistrées ces tribus, le bureau des nomades (‘aml al’umūd)402. Le problème pour le souverain restait sa capacité à recouvrer réellement ces taxes et, à cet égard, le rôle des tribus alliées était aussi de faire payer les tribus plus faibles, pour le compte du pouvoir. Par ailleurs quand le souverain était suffisamment fort, il allait en personne lever les impôts dans l’arrière-pays, affirmant par là même sa souveraineté403. Mais les revenus fiscaux des terres concédées en iqṭā’, par définition, ne revenaient pas au pouvoir. On comprend mieux la consigne donnée par le calife fatimide al-Mu’īzz à son lieutenant Buluggīn, lui recommandant de ne jamais affranchir les nomades du poids de l’impôt404. À l’issue de la longue crise mérinide, Ibn Khaldūn dresse ce constat désabusé pour les provinces occidentales Hafsides : « Or à cette époque, les limites du territoire [niṭāq al-dawla] s’étaient réduites et les impôts avaient diminué et comme on ne demandait pas aux Arabes qui cultivaient les terres situées dans le Tell de payer l’impôt, il en était résulté une diminution des recettes [du gouvernement]405 ».

132Le pouvoir se trouve donc dans une situation difficile : tant qu’il ne peut résoudre le problème du financement d’une armée, il dépend des nomades arabes, et pour cela leur fait des concessions toujours plus grandes, lesquelles réduisent toujours plus le Trésor de l’État. Cercle vicieux, que ne réussissent à briser que des souverains énergiques comme Abūl-’Abbās ou ses successeurs, une fois écartés les dangers abdelwadide et mérinide. Cette extrême dépendance vis-à-vis des régions de l’intérieur oblige l’État à se tourner vers d’autres sources de revenus possibles, moins dépendantes de l’intérieur.

133Que penser en définitive des effets politiques de l’arrivée des Hilaliens sur Bougie et sa région ? En l’absence de documents précis, et en particulier de données chiffrées, il est difficile d’évaluer leur impact réel. Le contexte politique a rendu plus vifs les effets déstabilisateurs de cette migration, même si un équilibre finit par s’instaurer. Pourtant si la thèse d’une crise durable de l’État ne peut être retenue sans discussion, il ne fait pas de doute que les tribus sont un élément d’affaiblissement du pouvoir et de troubles dans le pays.

  • 406 Cf. supra p. 164.
  • 407 Fatwa analysée par Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 35, 137.

134En ce sens l’évolution observée est très différente de celle que connaît à la même époque l’Europe chrétienne. La comparaison est toujours un exercice dangereux et Claude Cahen a souligné, à propos de l’iqṭā’, l’impossibilité d’établir des équivalences strictes, en particulier s’agissant d’institutions406. Pourtant, certains points communs avec la situation de l’Europe féodale sont frappants. Tout d’abord les concessions faites par le pouvoir aux tribus arabes sont d’une ampleur beaucoup plus grande que ce que Claude Cahen a pu décrire dans le cas de l’Égypte ayyūbide. Le contrôle de l’État, réel dans le cas égyptien, est ici quasiment nul, sauf pour quelques périodes de pouvoir fort. Globalement, alors qu’en Europe à partir du xie-xiie siècle le pouvoir princier réorganise le système féodal en se mettant à sa tête et en cherchant à le contrôler et l’utiliser, en Ifrīqiya le pouvoir d’État ne parvient que très difficilement à prendre le dessus sur les tribus. Ce n’est qu’à la fin du xive siècle que les sultans hafsides réussissent à imposer leur ordre aux tribus, sans que l’on sache très bien dans quelle mesure cette reprise en main fut durable. Dans sa réorganisation du système féodal, le pouvoir princier a bénéficié du soutien de l’Église qui, en instituant la « paix de Dieu » et en condamnant les seigneurs pillards (par l’excommunication en particulier), a lutté contre les violences seigneuriales. Mutatis mu-tandis, les autorités religieuses interviennent également en Ifrīqiya pour mettre fin aux violences des nomades. Une fatwa d’Ibn ‘Arafa (mort en 803/1401) est à ce sujet éclairante. En réponse à une question posée sur les déprédations des Arabes dans le Maghreb central, en particulier celles des Riyāḥ et des Banū ‘Ā mir, il déplore que ces bédouins sévissent impunément, pillant, tuant, violant, sans que les gouverneurs soient capables de les empêcher. Il observe par ailleurs que le sultan les ménage, leur fait des dons, leur accorde des concessions fiscales et leur abandonne des territoires sur lesquels cependant les caravanes ne jouissent d’aucune sécurité. Devant cette carence il a décrété la guerre sainte (ğihād) contre les pillards, allant jusqu’à autoriser à achever les blessés407. Alors qu’en Europe les efforts conjugués de l’Église et des pouvoirs princiers aboutissent à une remise en ordre du système féodal aux xie et xiie siècles, l’Ifrīqiya de la fin du xive siècle doit encore résoudre le problème de l’insubordination des tribus et de leurs déprédations, sans d’ailleurs y parvenir totalement.

135Sans exagérer les désordres en Ifrīqiya, ni d’ailleurs la remise en ordre en Europe, on ne peut qu’être frappé par ces évolutions divergentes. Ce difficile contrôle des tribus eut des répercussions sur la puissance du port de Bougie, dépendante en partie du dynamisme de son arrière-pays, et sur ses relations avec des ports européens s’appuyant sur un hinterland plus dynamique et stable. Il a deux conséquences particulièrement importantes pour la ville et le port : il entraîne d’une part des désordres accrus dans l’intérieur et d’autre part la nécessité pour l’État de se procurer de nouvelles ressources fiscales.

136Le rôle des tribus dans l’histoire politique de Bougie n’est pas uniforme au cours de notre période et varie également selon la force des différents groupes tribaux et leur éloignement par rapport aux centres du pouvoir. Il faut donc tenter une périodisation des relations entre ces tribus et le pouvoir. Leur jeu est très déstabilisant à l’époque hammadide, malgré les tentatives des émirs pour les utiliser contre les Zirides. Les Almohades imposent leur ordre après la victoire de Sétif, même si à l’occasion on voit certaines tribus entrer en dissidence (notamment à l’époque de l’aventure des Banū Ġāniya), et procèdent à des déplacements forcés de tribus entières. Ce contrôle du pouvoir reste ferme au début de la dynastie hafside. À la fin du xiiie siècle, cependant, l’affaiblissement du sultan de Tunis permet à certaines confédérations tribales d’alimenter et d’aggraver les conflits régionaux ou dynastiques, ce qui se traduit par des droits croissants concédés, sous la forme notamment d’iqṭā’, aux chefs de tribus. Cette situation perdure jusqu’au raffermissement de l’autorité des sultans de Tunis à la fin du xive siècle, qui semble s’être accompagnée d’un retour des tribus périphériques à l’obéissance.

***

137Bougie est devenue très rapidement une grande ville du littoral maghrébin. Sa physionomie est celle d’une place forte, destinée à défendre le territoire hafside sur ses marches occidentales. Mais c’est également une cité peuplée et active, qui s’étend au-delà de ses murailles, principalement dans la vallée de la Soummam.

138Elle est surtout, grâce à sa position dans l’espace hafside et à son rayonnement, la capitale d’une vaste province. Sa zone d’influence politique s’étend au début de l’époque hafside d’Alger à Constantine, et de Ouargla à la mer. Au xive siècle cependant, Bougie perd le contrôle de la province de Constantine. Au siècle suivant la province se réduit encore, et se décale vers l’ouest, alors que les régions méridionales se détournent pour regarder désormais vers l’est.

139Les princes hafsides de Bougie ont en effet rencontré des difficultés pour maîtriser parfaitement cet ensemble et ont dû affronter des forces centrifuges importantes. La contestation de l’autorité de Bougie par des villes ou des régions éloignées, aidée souvent par l’insubordination des tribus nomades, a causé des troubles fréquents et durables dans l’arrière-pays, ayant des conséquences sur les productions et les échanges intérieurs. Cette insuffisante maîtrise du territoire s’est traduite par des difficultés financières, en raison des insuffisances des prélèvements fiscaux dans les zones éloignées.

140Tous ces facteurs se conjuguent pour donner une importance particulière à la zone littorale, mieux protégée et contrôlée. Sans jamais se couper de l’arrière-pays qui lui procure ses richesses, Bougie est donc poussée à s’ouvrir davantage vers la mer. Mais cette ouverture n’est rendue possible que par l’activité des régions intérieures dont elle est devenue le principal débouché maritime.

Notes

1 M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècle), Paris, 1986, p. 93 : « Pour le Maghrébin de cette époque la notion de frontière est d’ordre psychologique ; en ce sens qu’elle renvoie d’abord à un domaine affectif, tribal ou dynastique, confessionnel ou sectaire, que ce domaine n’est pas nécessairement continu, que les indices géographiques n’interviennent que comme témoins à la fois éphémères et vulnérables, susceptibles par nature de changer de main et par la suite d’appartenance ». Cf. D. Valérian, « Frontières et territoire dans le Maghreb de la fin du Moyen Âge : les marches occidentales du sultanat hafside », Correspondances, 73, 2002-3, p. 3-4.

2 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Paris, 1992, p. 480.

3 Surtout si on compare la situation maghrébine à ce que constate Jean-Claude Garcin pour l’Égypte. J.-Cl. Garcin, « Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu dans l’étude de l’Égypte arabe », Annales ESC, 35/3-4, 1980, p. 436-451.

4 Voir par exemple L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », Bulletin d’études orientales, 28, 1975, p. 167-199.

5 Par exemple ‘Ibar, VI, p. 204, Berbères, I, p. 197, où il dit que ce pays était autrefois celui des tribus Zawāwa, Kutāma, ‘Ağīsa et Hawwāra. Un peu plus haut il utilise ce mot pour désigner l’espace (à l’ouest de Bougie) occupé par les tribus Ṣanhāğa. ‘Ibar, VI, p. 203, Berbères, I, p. 196. Est-ce un mot utilisé chez cet auteur plutôt en liaison avec les territoires tribaux ? Cf. également ‘Ibar, VI, p. 87, Berbères, I, p. 88.

6Ibar, VI, p. 87, Berbères, I, p. 88. Le Ḥamza, donné en iqtā’ aux Zugba, fait partie du territoire de Bougie (« min awṭān Biğāya »). Cf. ‘Ibar, VI, p. 743, Berbères, II, p. 441, à propos du prélèvement des impôts dans la province (« kharağa li-ğibāyat al-watan »).

7 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, II, p. 828.

8 Pluriel de nāḥiya, district, canton, mais aussi environs. ‘Ibar, VI, p. 262, Berbères, I, p. 256 (à propos des territoires – mawāṭin – des Zawāwa situés dans la région de Bougie), ‘Ibar, VI, p. 312, Berbères, II, p. 5 (à propos là encore d’un territoire de tribu).

9 A. Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, Paris, 1860, II, p. 370. Par exemple ‘Ibar, VI, p. 812, Berbères, III, p. 20 (« bi-Banī Ḥasan min a’māl Biğāya ») ; ‘Ibar, VI, p. 685, Berbères, II, p. 383 (Abū Fāris nommé gouverneur de Bougie et de sa région). On retrouve cet emploi chez Ibn Qunfud (Fārisiyya, p. 109), à propos de la nomination de Abū Yaḥyā Zakariyā’ comme gouverneur de Bougie et de sa région. Voir également Mu’ğib, texte p. 215, à propos de la conquête par ‘Abd al-Mu’min de la région de Bougie. Son sens est donc ici plutôt administratif. Robert Brunschvig y voit la division fondamentale, à la fois militaire et financière. R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, I, Paris, 1940 ; II, Paris, 1947 p. 112.

10 Léon l’Africain, p. 407.

11 Al-Himyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi’ṭār fī ẖabar al-aqṭār, éd. I. ‘Abbās, Beyrouth, 1980, p. 80, qui parle de l’époque où elle est capitale du territoire des Banū Ḥammād. Il recopie, en le modifiant, le texte d’al-Idrīsī qui écrit que Bougie est « madīnat al-Maġrib al-awsaṭ ». Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 165.

12 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 166. Al-Idrīsī utilise également le terme de ‘ayn (œil, mais aussi source), traduit justement par capitale et qui renvoie également à cette idée de centralité. Texte p. 116, trad. p. 165.

13 Cf., sur la notion de métropole régionale, Fr. Micheau (avec la collaboration de P. Guichard), « Les sources des mégapoles orientales », Mégapoles méditerranéennes, dir. Cl. Nicolet, Paris-Rome, 2000, p. 693-699.

14 Trad. R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ī Baḥriye de Pīrī Reis », ROMM, 15-16, 1973, p. 164.

15 Pīrī Reis, trad. angl. (à partir d’une version plus détaillée), S. Soucek, « Tunisia in “Kitab-i Baḥriye” by Piri Reis », Archivum Ottomanicum, 5, 1973, p. 149.

16 A. M. Turki, « La physionomie monumentale de Ceuta : un hommage nostalgique à la ville par un de ses fils, Muḥammad b. al-Qāsim al-Anārī (traduction annotée de son Ikhtiṣār al-akhbār) », Hespéris, 20-21, 1982-3, p. 113-162 ; cf. H. Ferhat, Sabta des origines au xive siècle, Rabat, 1993 ; M. Chérif, Ceuta à l’époque almohade et mérinide, Paris, 1996.

17 Cf. N. D. MacKenzie, Ayyubid Cairo. A Topographical Study, Le Caire, 1992.

18 Avec, par exemple, ‘Abd al-Bāsiṭ ou Adorne, ou plus tard la description précise de Léon l’Africain.

19 Les descriptions d’Alexandrie abondent, par des voyageurs musulmans ou des pèlerins chrétiens.

20 Vue de Bougie par Jan Vermeyen (1551). Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024). Une autre vue, plus tardive (1603), est due à Gaspar Ruiz de Cortázar. Archivo General de Simancas, Mapas, planos y dibujos, XVIII-52. Cf. P. Even, Les Villes du Maghreb dans les plans européens de la Renaissance, mémoire de maîtrise sous la direction de Fr. Micheau, Université Paris I (Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche Orient médiéval), 2002-2003, Annexes, p. 70-73. Cf. pl. I et II.

21 L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie », Recueil des notices et mémoires de la société archéologique de la province de Constantine, 1869, p. 85-407, rééd., Histoire de Bougie, avec une présentation de N. Abdelfettah Lalmi, Paris, 2001.

22 On ignore cependant si les monuments qu’il signale sont d’époque turque ou médiévale (et dans ce dernier cas, de quelle période ils datent).

23 Le site a fait l’objet, à l’époque coloniale, d’importants travaux d’aménagements qui en ont largement altéré l’aspect initial. Cf. H. Boukhzer, Le grand projet de transformation de la ville algérienne, 1830-1870 : le cas de la ville de Bejaia, ex-Bougie, thèse de l’EHESS, sous la direction de Marcel Roncayolo, 1998, qui a utlisé notamment des plans dressés immédiatement après la conquête.

24 Dj. Chalal, A. Roubache, Bougie. Une modification pour atteindre l’habiter, Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du diplôme d’architecte d’État, École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, Alger, 1998-1999, p. 9. Aujourd’hui remblayé, le vallon est occupé par le boulevard des Frères Bouaouina.

25 Il s’agit du djebel Gouraya.

26 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

27 Ph. Gourdin, « Les fortifications du Maghreb d’après les sources écrites ; la vision d’Ibn Khaldūn », Sites et monuments disparus d’après les témoignages des voyageurs, Bures-sur-Yvette, 1996 (Res Orientales, 8), p. 27-31. Pour Ibn Khaldūn, la muraille remplace, en ville, la ‘asabiyya bédouine : « À la guerre, un puissant esprit de corps n’est nécessaire que pour renforcer les liens d’affection mutuels. Dans la ville, ce rôle est joué par les remparts ». Muqaddima, trad., II, p. 712.

28 Trad. E. Es in, « La description des côtes algériennes de Pīrī Re’īs », Studies on Turkish-Arab Relations, Istanbul, 1986, p. 55. Le sens de ce passage varie cependant selon les traducteurs. Robert Mantran traduit par « avec un fort à trois étages ». Mantran, art. cité, p. 163. Une autre traduction, en anglais, donne « triple bastions and ramparts ». Kitab-ı Baḥriye Pīrī Reis, III, Istanbul, 1988, p. 1333-1339. Enfin Svatopluk Soucek traduit par « three-storey towers and battlements », Soucek, « Tunisia in the “Kitab-i Baḥriye” », art. cité, p. 149.

29 Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024).

30 Le mur d’enceinte est en effet d’une facture comparable à celui de la Qal’a des Banū Ḥammād. L. Golvin, Le Maghreb central à l’époque des Zirides. Recherches d’archéologie et d’histoire, Paris, 1957, p. 192. Ceci n’exclut pas bien sûr des modifications ou des restaurations plus tardives.

31 L.-M.-E. de Beylié, La Kalaa des Béni-Hammad. Une capitale berbère de l’Afrique du Nord au xie siècle, Paris, 1909, p. 105.

32 Al-Ġubrīnī rapporte que, montés sur le djebel Halīfa, Les Banū Ġāniya entrèrent par Bāb al-Lawz, au-dessus de laquelle il n’y avait pas à l’époque de muraille (sūr), et de là investissent la casbah. Al-Ġubrīnī, p. 77.

33 Trad. Mantran, art. cité, p. 164

34 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 39.

35 BNF, Cartes et Plans, Ge D27868.

36 Le tracé de cette enceinte reste cependant largement hypothétique. Cf. également A. Amara, Pouvoir, économie et société dans le Maghreb hammadide (395/1004-547/1152), thèse de l’Université Paris 1, sous la direction de Fr. Micheau, Paris, 2002, p. 142.

37 R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, 1984, p. 175 ; Golvin, op. cit., p. 192.

38 Al-Ġubrīnī, p. 182. C’était, selon Brunschvig, la plus importante de la ville, ce qui n’est pas impossible car elle ouvrait sur la plaine de la Soummam. Son nom laisse penser que les cortèges des souverains l’empruntaient. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 379.

39 Ils venaient du djebel Halīfa, qui est bien localisé, et le contrôle de cette porte leur permit de prendre possession de la casbah. Al-Ġubrīnī, p. 77. Il existe encore un quartier de Bāb al-Lawz (ou Bab Elouze), situé au-dessus de Bāb al-Bunūd.

40 Éd. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab motiu del canvi d’esclaus cristians y moros, pactat despres de la pau », BSAL, 15, 1915, p. 227. Une galère d’un ambassadeur est stationnée devant la porte de la Darassana.

41 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Il s’agit peut-être d’une porte percée plus tardivement. Son nom, d’époque coloniale, ne permet pas de l’identifier à partir de nos textes.

42 Ibid. Cela signifierait que la casbah disposait de deux portes donnant à l’extérieur de la ville. À moins, ce qui est plus probable, que la porte de la casbah de Féraud et Bāb Dār al-Ṣinā’a ne fassent qu’une.

43 Berbères, III, p. 39, à propos d’une attaque de la ville au milieu du xive siècle. Laurent-Charles Féraud l’identifie à Bāb Mergoum et la situe « à la hauteur de la Koubba de Sidi Amokran à la tête du chemin de Rouman, qui mène au fort Clauzel [Barral] ». Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Il signale également un quartier de Bāb al-Mergoum, face au djebel Halīfa. Ibid., p. 85. On peut l’identifier avec la porte dite aujourd’hui Bāb Gouraya, située dans cette zone, et qui est presque symétrique de Bāb al-Baḥr, ce qui signifierait que la muraille a été prolongée entre l’attaque des Banū Ġāniya et le milieu du xive siècle, peut-être en raison des menaces nouvelles pesant sur la ville. Ces deux portes marquent donc les limites de la ville, ce qui confirme que la partie haute de la muraille hammadide ne protégeait pas de zone d’habitation.

44 Al-Baydaq, texte p. 53, trad. p. 80 (à propos du passage d’Ibn Tūmart) ; Al-Ġubrīnī, p. 80, 165. Elle est encore aujourd’hui appelée parfois Porte Sarrasine, du nom que lui avaient donné les Français.

45 Laurent-Charles Féraud affirme qu’on en voyait encore l’emplacement à son époque, sur le chemin qui allait des casernes de Bridja (actuel Lycée des Oliviers) aux phares et à la vallée des singes. Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Lucien Golvin signale également quelques vestiges de cette porte. Golvin, op. cit., p. 192. Al-Ġubrīnī (p. 188) la situe sur les hauteurs de Bougie (« min a’lā sanad Biğāya »).

46 Al-Ġubrīnī, p. 69, 101, 245, 254. Il signale à l’extérieur de cette porte le ribāt (ici un oratoire fondé sur la tombe d’un saint homme) d’Abū Zakariyā’ al-Zawāwī (ibid., p. 143) et parle d’un autre oratoire à l’intérieur des murailles, celui d’Ibn Yabkī(ibid., p. 188).

47 Al-Numayrī l’évoque à propos du tour de la ville par le sultan mérinide Abū ‘Inān, la situant en contrebas de Bāb Amsiyūn. Ibn al-Hağa Ğal-Numayrī, Relation de voyage (Faydal-’Ubāb), (Riḥla) effectuée par le Souverain Mérinide Abu Inân (xive siècle) à travers les pays du Maghrib, éd. M. Benchekroun, Beyrouth, 1990, p. 267. Elle est également signalée par al-Ġubrīnī (p. 75, 82, 88), qui parle d’un cimetière à l’extérieur de cette porte, avec notamment la tombe et la mosquée du faqīh Abū Zakariyā’ al-Zawāwī. Ce cimetière devait donc s’étendre entre Bāb al-Marsā et Bāb Amsiyūn.

48 Al-Marīnī, p. 253.

49 Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 86. Peut-être s’agit-il en fait de Bāb al-Marsā.

50 Ibid., p. 26. Il ne les localise pas et ne les reprend d’ailleurs pas dans la liste des portes qu’il donne plus loin (ibid., p. 86). La Porte Abd el-Kader était-elle celle du fort du même nom ? Mais rien n’indique qu’elle existait à l’époque médiévale.

51 Mu’ğib, texte p. 231, trad. p. 197 ; il précise qu’elle se trouve à côté d’un petit souk (suwayqa), dans lequel le calife ‘Abd al-Mu’min se serait arrêté en revenant victorieux de Tunis, pour remercier un marchand qui lui avait donné à manger lors de son premier séjour, comme étudiant, à Bougie. Elle pourrait donc être située du côté occidental. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 145.

52 Al-Ġubrīnī, p. 170.

53 Ibid., p. 122. Elle est placée par Mohamed Salah Baïzig dans la muraille occidentale. M. S. Baïzig, Biğāya fī al-’ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtiṣādiyya wa iğtimā’iyya, thèse de l’Université de Tunis I, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, 1995, p. 119.

54 Al-Ġubrīnī, p. 82. Le nom de Dabbāġīn suggère une localisation près d’une rivière, donc plutôt du côté de la plaine.

55 Al-Numayrī, op. cit., p. 267.

56 Cette abondance de noms laisse d’ailleurs perplexe, car le périmètre des remparts n’est pas considérable. On peut considérer par conséquent qu’une même porte a pu être désignée par des noms différents selon les auteurs ou les époques.

57 Al-Ġubrīnī, p. 80.

58 Ibid., p. 101 notamment.

59 Ibid., p. 170. Mais la localisation de cette porte pose problème.

60 Ibid., p. 69.

61 Ibid., p. 165.

62 Al-Zarkašī, texte p. 102, trad. p. 70.

63 En comparaison, la médina de Tunis sans les faubourgs hafsides mesure environ 1900 par 1000 m. A. Lézine, Deux villes d’Ifriqiya. Sousse, Tunis, Paris, 1971, plan p. 144. M. Chapoutot-Remadi, « Tunis », Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, dir. J.-Cl. Garcin, Rome, 2000, p. 238 ; voir également les plans de villes reproduits dans Grandes villes méditerranéennes, op. cit., atlas h. t.

64 Cf. plan général du site supra p. 106.

65 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

66 Il y a cependant dans la vallée de la Soummam une série de petites bourgades, comme Mallāla (où se réfugie le Mahdī Ibn Tūmart), ou celles que nous énumère al-Idrīsī, telle Tiklat qui apparaît comme une banlieue rurale de Bougie, avec des palais appartenant au souverain Yaḥyā b. al-’Azīz. Ce sont souvent des marchés, soit permanents (Tiklat), soit hebdomadaires (Sū q al-Aḥad, al-Hamīs, Ḥiṣn Bakr). Al-Idrīsī, trad. p. 167.

67 Léon l’Africain, p. 360.

68 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112.

69 Gravure de Vermeyen, datant de 1551, Paris, BNF, Cartes et Plans, Ge.DD.2987 (8024). Cf. reproduction pl. II.

70 Al-Ġubrīnī, p. 76. Ce quartier a disparu aujourd’hui, remplacé par des installations industrielles et portuaires autour de la gare, mais plusieurs personnes à Bougie m’ont confirmé qu’il se trouvait bien à cet emplacement (il existe d’ailleurs toujours des abattoirs, dont l’éloignement par rapport à la ville n’a rien de surprenant). Sa localisation invite à l’identifier au faubourg signalé par al-’Umarī.

71 Al-Ġubrīnī, p. 72. C’est sans doute le même cimetière dont il est question à propos d’un savant enterré à l’extérieur de Bāb al-Bunūd dans le quartier (Ḥawma) de Bi’r Masfara, et que al-Ġubrīnī nomme cimetière d’Abū ‘Alī Rasmiya. Ibid., p. 182. Il était peut-être à l’emplacement de l’actuel cimetière de Sidi Mohamed Amokrane.

72 Ibid., p. 88.

73 Ibid., p. 101. Il existe encore aujourd’hui un cimetière à cet emplacement.

74 Ibid., p. 122.

75 Ibid., p.101, à propos du cimetière de Bāb Amsiyūn.Al-Ġubrīnīle situe dans le quartier du même nom, qui est donc à l’extérieur des remparts. On parle également de quelqu’un habitant à l’extérieur de cette porte, ce qui confirme que cette zone était habitée. Ibid., p. 254.

76 Ibid., p. 176.

77 Ce qui montre qu’à cette époque la population de la ville est encore très importante, suffisamment en tout cas pour occuper une grande partie de l’espace urbain.

78 Al-Marīnī, p. 250.

79 Le texte, qui dit que les Espagnols y débarquèrent leurs forces et s’installèrent sur la crête d’où ils tirèrent au canon sur la ville, parle d’une sortie des Bougiotes par Bāb Amsiyūn, donc à l’est.

80 Bien que l’espace soit réduit, cette anse présente l’avantage de disposer d’une source d’eau potable abondante. Par ailleurs les fonds dans l’anse sont importants, suffisants pour y faire arriver des bateaux (on a très vite des fonds de 6-7 m, et rapidement des fonds de 20 m). Il n’est donc pas interdit d’y voir l’emplacement de l’ancien port. Le débarquement espagnol aurait pu s’y faire à l’abri des tirs venus de l’actuel fort Abd el-Kader. Les attaquants pouvaient ensuite, comme le raconte la chronique, monter sur la crête, s’y fortifier et y installer des batteries.

81 Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 224.

82 Cf. Micheau, Guichard, « Les sources des mégapoles orientales », art. cité, p. 691 : 170 ha pour Damas au xiiie siècle (avec ses faubourgs – 115 ha au viiie siècle sans les faubourgs), 112 ha pour Alep à la même époque (avec faubourgs), 250 ha pour Tunis au xvie siècle (avec ses faubourgs).

83 Al-’Abdarī, Riḥla al-maġribiyya, trad. A. Cherbonneau, « Notice et extrait du voyage d’el-Abdery », Journal asiatique, 1854, 5e série, IV, p. 158.

84 Cf. supra p. 43-44.

85 La route côtière actuelle au nord-est de la ville, creusée à l’époque française, n’était pas praticable par une expédition militaire au Moyen Âge.

86 Al-Idrīsī, trad. p. 167-168. Leur localisation précise n’est pas toujours possible. Le premier est Ḥiṣn Tākalāt (Tiklat), « site inexpugnable, sur un pic qui domine la vallée », dont les ruines ont été localisées à 23 km de Bougie, près du village d’El Kseur. Puis, après un village-marché (Sūq al-Hamīs), on trouve Ḥiṣn Bakr, « fort solide » sur la rive gauche de la Soummam, Ḥiṣn Wārafū ou Wāfū, enfin un lieu nommé simplement al-Qasr, qui commande le carrefour avec la route menant à la Qal’a des Banū Ḥammād au sud. Sur cette route on trouve des sites aux noms évocateurs comme Ḥiṣn al-Hadīd (fort de fer), Qasr Banī Tarākuš, al-Bāb (la Porte), Ḥiṣn al-Saqā’if (des couloirs), Ḥiṣn al-Nāẓūr (du mirador).

87 C’est ainsi que la décrit un poème de Ḥammād b. ‘Alī, cité par Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 160.

88 Un système d’alerte a peut-être existé, mais les preuves restent insuffisantes. Féraud, Histoire de Bougie, op. cit., p. 54-55, qui s’appuie sur « une notice arabe, rédigée probablement d’après d’anciennes chroniques locales, et que [lui] a communiqué un Bougiote », d’origine donc assez incertaine : « Du côté de la ville qui fait face au couchant et au midi, ces ouvriers [à l’époque d’al-Manṣūr] élevèrent d’abord une tour majestueuse que l’on nomma Chouf-er-Riad, l’observatoire des jardins ; cette tour protégeait trois portes, dont la principale, dite Bab el-Benoud (la porte des Armées), était monumentale, garnie de grandes lames de fer, et se trouvait encadrée par deux bastions ; elle ouvrait du côté des jardins et de l’Oued el-Kebir. Au sommet de cette tour existait un appareil à miroirs, correspondant à d’autres semblables, établis sur différentes directions, à l’aide desquels on pouvait correspondre rapidement d’un bout à l’autre de l’empire avec toutes les villes, telles que Constantine, Tunis, El-Kalâa. Pendant la nuit, les signaux se faisaient avec des feux disposés d’une manière convenue ; c’est pour cela que la tour du Chouf er-Riad fut également nommée el-Menara, la Tour des feux » ; cf. également Beylié, op. cit., p. 39, qui ne s’appuie pas sur des preuves plus convaincantes.

89 Voir en particulier Léon l’Africain, p. 360, et surtout le poème d’Ibn Hamdīs sur un des palais de Bougie. L. Bercher, « Le Palais d’al Mansur à Bougie », RT, 29, 1922, p. 50-54 ; Fr. Gabrieli, « Il palazzo Ḥammādita di Biğāya descritto da Ibn Hamdīs », Aus der Welt der islamischer Kunst. Festschrift für Ernst Kühnel zum 75. Geburtstag, Berlin, 1959, p. 54-58 (qui juge la traduction de Bercher « assez libre et non dépourvue d’erreurs »). Il en existe également une traduction italienne plus ancienne, Ibn Hamdîs, trad. C. Schiaparelli [1897-1909], nouv. éd. S. E. Carnemolla, Il Canzoniere, Palerme, 1998, p. 425-427.

90 Berbères, II, p. 52. Ibn Khaldūn, se contredisant avec ce qu’il écrit un peu plus haut (ibid., II, p. 51), en fait le fondateur des palais de la Perle et d’Amīmū n. Il lui attribue surtout un embellissement de la ville rendu nécessaire par l’arrivée de la cour : « doué d’un esprit créateur et ordonnateur, il se plaisait à fonder des édifices d’utilité publique, à bâtir des palais, à distribuer les eaux dans les parcs et les jardins ».

91 Al-Ġubrīnī, p. 140, 241, qui parle de la hutba prononcée dans cette mosquée. Cf. également Ibn Khaldūn, Le Voyage d’Occident et d’Orient, trad. A. Cheddadi, Paris, 1980, p. 98.

92 Berbères, II, p. 392.

93 C’est le cas par exemple à Tunis, Sousse, Ceuta ou à Alger ; voir aussi le rôle des citadelles en Orient (Damas, Le Caire), ainsi que dans certaines villes de l’Europe chrétienne.

94 Berbères, II, p. 52.

95 Beylié, op. cit., p. 101.

96 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 210.

97 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 379. Il pense par ailleurs que la casbah fut édifiée par les Almohades au bord de la mer. Ibid., p. 380.

98 Berbères, II, p. 51.

99 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

100 Al-Numayrī, op. cit., p. 267.

101 Laurent-Charles Féraud signale qu’on en voyait encore des vestiges à son époque. L.-Ch. Féraud, « Notes sur Bougie. Légendes – traditions », RA, 2, 1857, p. 462.

102 Amara, Pouvoir, op. cit., p. 146.

103 Léon l’Africain, p. 361.

104 Cf. infra p. 250 sur le port.

105 Les Espagnols avaient très fortement réduit l’espace défendu, et avaient donc détruit ce fort qui constituait une menace. De fait, c’est sur ce fort que Salah Rais s’appuya pour installer ses batteries contre les Espagnols. Féraud, « Notes sur Bougie », art. cité, RA, 3, 1858, p. 48.

106 Al-Numayrī, op. cit., p. 268, parle d’une Qubbat al-Hāris sur le sommet de la montagne. Il existe aujourd’hui un fort, mais d’époque moderne, construit sur le tombeau d’une sainte.

107 Celle-ci, ğāmial-a’zam, est citée de nombreuses fois par al-Ġubrīnī, comme la mosquée où était prononcée la hutba (par exemple p. 106).

108 Elle a pris la place de l’ancienne église.

109 Al-’Abdarī, op. cit., p. 158.

110 Par exemple al-Ġubrīnī, p. 140, 241.

111 Ibid., p. 215.

112 Al-Marīnī écrit qu’avant la conquête espagnole la ville comptait 72 mosquées ou oratoires, et n’en eut plus après que 53. Al-Marīnī, p. 348.

113 Al-Baydaq, texte p. 52, trad. p. 78. Elle prit par la suite le nom de mosquée de l’imām al-Mahdī. Al-Ġubrīnī, p. 151.

114 Al-Ġubrīnī, p. 165.

115 Ibid., p. 161.

116 Ibid., p. 59, 142 ; Al-Numayrī, op. cit., p. 267 (qui situe cette tombe à l’extérieur de Bāb al-Marsā).

117 Al-Ġubrīnī en signale plusieurs dans le quartier de Bāb Amsiyūn. Al-Ġubrīnī, p. 143, 188.

118 Cf. la liste, tardive, donnée par al-Wartilānī (M. Hadj Sadok, « À travers la Berbérie orientale du xviiie siècle avec le voyageur al-Warthīlānī », RA, 95, 1951, p. 327), ou celle de Laurent-Charles Féraud (Histoire de Bougie, op. cit., p. 85-86). Robert Brunschvig souligne l’importance de la vénération de Sīdī Yaḥyā et de Sīdī Touati (dont les dates cependant ne sont pas sûres, Brunschvig le considérant comme un contemporain des Hammadides). Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 381.

119 Léon l’Africain, p. 360.

120 Cf. D. Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie au viie/xiiie siècle », Studia Islamica, 43, 1976, p. 87-107.

121 Al-’Umarī, trad. p. 113. Mais cette observation, un peu condescendante, vient d’un oriental qui n’a pas visité la région et son appréciation n’est peut-être pas très fiable. À Tunis la première madrasa date du règne du premier sultan hafside Abū Zakariyā’. R. Brunschvig, « Quelques remarques sur les médersas de Tunisie », RT, n. s., 6, 1931, p. 264.

122 Léon l’Africain, p. 360.

123 Ibn al-Zayyāt al-Tādilī, Al-Tašawwuf ilā riğāl al-taṣawwuf, éd. A. Faure, Rabat, 1958, p. 448-449. M. Fenoyl traduit funduq par « grande boutique », mais le mot peut aussi être entendu dans un sens moins restrictif. M. Fenoyl, Regard sur le temps des soufis ; vie des saints du Sud Marocain des v, vi, viie siècles de l’hégire, Paris, 1995, p. 307. Sur les funduq-s musulmans, et leurs différences avec les fondouks chrétiens, voir O. R. Constable, « Funduq, Fondaco, and Khan in the Wake of Christian Commerce and Crusade », The Crusades from the Perspective of Byzantium and the Muslim World, dir. A. E. Laiou et R. P. Mottahedeh, Washington, 2001, p. 145-156 ; Ead., Housing the Stranger in the Mediterranean World. Lodging, Trade, and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, 2003.

124 Léon l’Africain, p. 360.

125 Mu’ğib, texte p. 231, trad. p. 197.

126 Al-Ġubrīnī, p. 161 (sūq al-ṣūf), 165 (sūq de Bāb al-Baḥr), 177 (sūq al-ṣaw-wāfīn), 218 (sūq al-qaysāriyya).

127 Analyse dans V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Mi’yār d’al-Wanšarīsī, Madrid, 1995, p. 330.

128 Analyse dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 147. Selon Brunschvig la qaysāriyya était réservée au magasinage et à l’écoulement des étoffes importées. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 235. Cf. « ḳaysariyya », EI2, IV, p. 873-874 (M. Streck), qui parle de vente de textiles et articles de luxe pour al-Andalus et le Maroc. Reinhart Dozy la décrit comme « bazar, halle, place publique qui sert à tenir le marché, ou bien : un bâtiment carré fait en forme de cloître, qui renferme des chambres, des magasins et des boutiques pour les marchands », soit une construction proche des funduq-s. Dozy, Supplément, op. cit., s.v.

129 Al-Ġubrīnī, p. 76.

130 Cf. infra, p. 275-276.

131 Cf. infra, p. 256 sur le port.

132 Cette tradition orale, largement reprise par la suite dans les ouvrages de vulgarisation sur Bougie, est rapportée par Féraud, à partir d’un récit mettant en scène al-Nāir que lui avait raconté un « vieillard centenaire, Hussen b. Ouaret ». Féraud, « Notes sur Bougie », art. cité, RA, 2, 1857, p. 461. Il est difficile cependant de la dater.

133 D. Ayalon, « Regarding Population Estimates in the Countries of Medieval Islam », JESHO, 28/1, 1985, p. 18, à partir des cas égyptien et syrien. Les données chiffrées concernant les populations n’ont aucune fiabilité dans l’absolu, mais cela n’interdit pas pour autant de chercher à approcher cette réalité. Cf. Micheau, Guichard, « Les sources des mégapoles orientales », art. cité, p. 685-691.

134 Pīrī Reis, trad. Mantran, art. cité, p. 163.

135 Léon l’Africain, p. 360.

136 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 383.

137 Marmol, p. 415.

138 Ibid., p. 416. Mais là encore ne s’agit-il pas d’une lecture déformée de Léon l’Africain, qui parle de 8 000 feux à son époque ?

139 M. S. Baïzig, « Muhāwala li-taqdīr ‘adad sukkān Biğāya fī al-‘ahd al-ḥafṣī », Actes du Ve symposium international d’études ottomanes : Les villes arabes, la démographie historique et la mer Rouge à l’époque ottomane. Arab Historical Review for Ottoman studies, 9-10, 1994, p. 73-82. Il revoit cependant ce chiffre à la hausse dans sa thèse, avec un chiffre de 80 000 à la fin du xve siècle (Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 123), soulignant qu’il ne peut s’agir que d’hypothèses.

140 R. Arié, « Une métropole hispano-musulmane au bas Moyen-Âge : Grenade nasride », CT, 137-138, 1986, p. 67. Ces chiffres se fondent soit sur une étude de topographie urbaine, soit sur les documents chrétiens du début du xvie siècle (bien que la charte de peuplement de Grenade ait été perdue).

141 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 356-357.

142 Voir également les chiffres proposés pour plusieurs villes musulmanes médiévales dans Grandes villes méditerranéennes, op. cit., notamment le bilan dressé par P. Guichard, p. 266-272, et Micheau, Guichard, « Les sources des mégapoles orientales », art. cité, p. 691 : 70 000 à 90 000 habitants à Damas au xiiie siècle (selon Th. Bianquis), 50 000 à Alep à la même époque (A.-M. Eddé), 100 000 à Fès au xve siècle (R. Le Tourneau), mais entre 250 000 et 450 000 au Caire au xive siècle (A. Raymond et M. Dols).

143 Sur l’apport de populations venues de l’intérieur du pays, voir Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 359-364. Sur l’élément andalou, ibid., p. 365-380 et Id., « L’élite andalouse à Tunis et à Bougie et le pouvoir hafside », Communautés et pouvoirs en Italie et au Maghreb au Moyen Âge et à l’époque moderne, actes du séminaire de Rome, 26-27 octobre 2001, dir. A. Nef et D. Valérian, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 115/1, 2003, p. 523-542 ; D. Valérian, « Les Andalous à Bougie, xie-xve siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvie siècles). Actes du Colloque de Conques (octobre 1999), dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 2002, p. 313-330. La ville a sans doute également bénéficié, à ses débuts, de l’arrivée de populations fuyant le domaine ziride. H.-R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962, p. 231.

144 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112. L’une d’elles fournissait la population en eau. Le Kitāb al-Istibs ār, qui est sa source pour Bougie, n’est cependant pas aussi précis, et se contente de parler de sources pour alimenter les jardins de la banlieue de la ville. Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

145 Pourtant une étude récente du Massif du Gouraya montre que ce dernier ne saurait constituer un réservoir important. Il existe certes quelques impluvium-s, mais trop crevassés et fissurés, de sorte que l’eau s’enfonce et s’écoule immédiatement vers la mer lors des pluies. J. Birebent, « Explorations souterraines en Algérie », Annales de Spéléologie, 8, fasc. 1, 1953, p. 42.

146 Cf. infra sur le milieu naturel, p. 189-192.

147 Beylié, op. cit., p. 101, qui signale plusieurs citernes « romaines », mais qui ont de toute évidence été utilisées, voire construites au Moyen Âge. L’actuelle bibliothèque municipale, située sous la mairie, occupe une ancienne citerne.

148 St. Gsell, Atlas archéologique, Alger, 1911, feuille 7. Il en reste des vestiges, au col d’al-Hamaïaat ou au tunnel d’al-Abel (428 m) percé pour le passage de l’aqueduc. Ibid.

149 E. Dewulf, « Notice sur l’aqueduc de Bougie », Recueil de la Société archéologique de Constantine, 10, 1866, p. 316-319. Il calcule ce débit en examinant les dépôts calcaires des parois, et conclut qu’il pouvait alimenter une ville de 86 000 habitants. Gsell, qui a dû le calculer à partir de la section de la conduite, donne un débit maximum de 5 000 litres par minute. Gsell, Atlas archéologique, op. cit., feuille 7.

150 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

151 Berbères, II, p. 223, qui dit que les Almohades restaurèrent ces jardins qui éraient tombés en ruine ; cf. également Al-Balawī, Tā Ğal-Mafriq fī Taḥliya ula˙mā’ al-Mašriq, éd. H. al-Sā’iḥ, s.l., s.d., p. 153.

152 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112-113. Voir également al-Ġubrīnī, p. 162, qui évoque des jardins (ğannāt) près de la rivière de Bougie.

153 C’est dans le jardin d’al-Rafī’ que le sultan détrôné Abū Ish āq est maintenu en résidence par son fils. Berbères, II, p. 392.

154 Manāzir, littéralement belvédères. Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112. Ibn al-Šammā’ parle d’un Qasr al-Rafī’. Cité par Amara, Pouvoir, op. cit., p. 148.

155 Al-Numayrī, op. cit., p. 268-269.

156 Istibṣār, texte p. 130, trad. p. 36.

157 Al-’Umarī, texte p. 231, trad. p. 112.

158 Léon l’Africain, p. 361.

159 Il ne sera ici question que de l’espace politique. Il ne correspond pas nécessairement à l’aire de rayonnement économique (cf. infra p. 175-182) ou intellectuel de la ville.

160 Cf. supra p. 104.

161 Cf. ‘Ibar, VI, p. 204, Berbères, I, p. 197 : « quant au pays (bilād) de Bougie et de Constantine, il était le domaine (dār) des Zawāwa, des Kutāma, des ‘Ağīsa et des Hawwāra et est aujourd’hui le domaine des Arabes ».

162 Ce phénomène, qui n’est bien sûr pas propre au Maghreb, est bien noté par Ibn Khaldūn, Muqaddima, p. 594, 601.

163 P.-R. Baduel, « Le front de l’État. Éléments pour une approche comparative autour de la Méditerranée », ROMM, 48-49, 1988, p. 133. Sur ce rapport entre tribus et territoire, voir Valérian, « Frontières et territoire », art. cité, p. 6-7.

164 Ibn al-Athīr, Kitāb al-Kāmil fīta’rīẖ, trad. E. Fagnan, Annales du Maghreb et de l’Espagne, Alger, 1901, p. 581.

165 Cette étude, que Jean-Claude Garcin a pu faire à partir notamment du cursus des hommes d’administration dans l’Égypte mamlū ke autour de Qūs, est plus difficile à entreprendre dans le cas de Bougie, car les sources, en particulier biographiques, sont nettement moins riches. Les biographies d’al-Ġubrīnīne montrent pas vraiment de cursus net au sein de la province ou de l’État hafside et il n’existe pas de manuel de chancellerie comme en Égypte qui permettrait une autre approche de la question. Cf. J.-Cl. Garcin, Un centre musulman de Haute-Égypte médiévale : Qūs, Le Caire, 1976, en part. p. 190-202 ; Id., « Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu », art. cité, p. 442-443.

166 Berbères, II, p. 6. Ibn Khaldūn définit de manière intéressante ce nouveau pôle urbain, en soulignant que « les pays les plus éloignés y envoyèrent leurs savants et leurs négociants ».

167 Ibid., II, p. 6. Idris, La Berbérie, op. cit., p. 488.

168 Cf. supra p. 43.

169 Berbères, II, p. 18.

170 La domination hammadide s’étendit même jusqu’à Tunis, où la dynastie des Banū Hurasān reconnut un temps l’autorité de Bougie, et sur une partie importante de l’Ifrīqiya. Mais cette expansion orientale fut de courte durée, et resta assez théorique. Elle correspond à une période de faiblesse particulière des Zirides. De même les Hammadides poussent à l’occasion à l’ouest, jusqu’à Siğilmāsa ou Tlemcen, mais s’opposent alors aux Almoravides. Sur les variations du domaine hammadide, voir Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 101-107 ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 127-131.

171 Berbères, II, p. 46.

172 Lisān al-Dīn Ibn al-H atīb, Kitāb A’māl al-a’lām, trad. esp. R. Castrillo, Historia medieval islámica del Norte de África y Sicilia, Madrid, 1983, p. 72. Ibn al Abbār parle de Ténès, mais cela est peu probable compte tenu des conquêtes almoravides qui avaient été poussées jusqu’à Alger (à moins de considérer qu’il lui attribue un territoire à conquérir). Ibn al-Abbār, Kitāb al-Ḥullat al-sayarā’, éd. Ḥ .Mū ’nis, Le Caire, 1963, p. 90.

173 Berbères, II, p. 28, 58. Al-Idrīsī nous dit que la ville a été prise en 548/ 1153-4 par Roger de Sicile et qu’elle est depuis administrée par un membre de la famille hammadide, agent du roi de Sicile. Al-Idrīsī, trad. p. 193.

174 ‘Abd al-Wāḥid al-Marrākušī rapporte qu’au moment de la conquête de Bougie par ‘Abd al-Mu’min la région de Bougie allait jusqu’à une localité nommée Siyūsīrāt, frontière (ḥadd) entre les domaines des Hammadides et ceux des Lamtūna. Mu’ğib, texte p. 206, trad. p. 177. Selon Allaoua Amara il s’agit de Sig, dans l’Oranie. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 130.

175 Berbères, II, p. 203, qui dit que le Zāb fut rattaché non à Bougie, mais à Tunis.

176 Berbères, II, p. 302.

177Ibar, VI, p. 619 ; Berbères, II, p.329 : « ’aqada li-ibni-hi...’alā ṯagr Biğāyaqā’idat mulk Banī Ḥammād, wa ğa’ala ilay-hi al-nazar fīsā’ir a’māli-hā ». Les villes et régions incluses dans ce domaine sont Alger, Constantine, Bône et le Zāb.

178 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 32-33, 44-45. Cf. supra p. 54.

179 Berbères, II, p. 352-353, III, p. 316.

180 Ibid., III, p. 317.

181 Al-Iṣṭaẖrī, dans le premier tiers du xe siècle, la décrit comme « une ville animée, qu’entourent des populations berbères ; en fait de ville, elle est bien parmi les plus riches et les plus vastes ». Al-Iṣṭaẖrī, trad. A. Miquel, « La description du Maghreb dans la géographie d’al-Içt’akhrī », ROMM, 15-16, 1973, p. 233. AlBakrī la dépeint également comme une grande ville avec plusieurs marchés et un ğāmi’. Al-Bakrī, trad. p. 136.

182 Berbères, II, p. 76. P. Guichard, « Les Almoravides », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, I, Paris, 1995, p. 157.

183 Fuyant Mahdia en 543/1148-9, le Ziride al-Ḥasan cherche à rejoindre les Almohades pour leur demander de l’aide mais est arrêté en cours de route et placé en résidence à Alger par le Hammadide Yaḥyā b. al-’Azīz. Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 565. Idris, La Berbérie, op. cit., p. 361-362. Alger est donc redevenue hammadide à cette date.

184 Berbères, III, p. 388.

185 Ibid., II, p. 372 ; III, p. 388. Pour prix de cette longue insubordination, la population est massacrée. Notons que cette rébellion d’Alger n’empêche pas qu’en 1273 le fondouk et le consulat de Bougie soient confiés à Andreu Armengol, avec autorité sur tous les Catalans se trouvant « dans la région de Bougie depuis Constantine jusqu’à Alger » (in partibus Bogie de Costantina apud Alijaer). ACA, C., Rg. 19, f. 43v-44r. (20/8/1273). Sans doute le roi d’Aragon considère-t-il alors Alger comme relevant, au moins en théorie, de Bougie.

186 La date de cette nouvelle rébellion est incertaine. Ibn Khaldūn la situe soit au moment de l’expédition du sultan de Tunis Abū ‘Aṣīda contre Bougie (Berbères, II, p. 414), soit pendant la campagne mérinide contre Bougie (Berbères, II, p. 417). Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 114.

187 En 1309, le traité signé entre Bougie et la Couronne d’Aragon prévoit la fourniture par les Catalans de forces navales pour appuyer une expédition contre Alger. Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1309, art. 4. En juillet le sultan de Bougie Abū l-Baqā’ écrit au roi d’Aragon pour s’excuser de ne pas pouvoir lui apporter l’aide promise, en raison des dépenses qu’il doit faire pour lancer une expédition contre Alger. Éd. de la traduction contemporaine de la lettre A. Giménez Soler, « Documentos de Tùnez, originales o traducidos », Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 3, 1909-10, p. 227-228.

188 C’est à cette époque-là que le géographe oriental al-’Umarī fixe les limites occidentales de l’Ifrīqiya à Dellys (Al-’Umarī, texte p. 227-229), comme du reste un peu plus tard Ibn Khaldūn. ‘Ibar, VI, p. 99, Berbères, I, p. 98 (Dellys, « ville située aux confins [tuhūm] des États hafsides »). Voir aussi Berbères, III, p. 474.

189 Al-Zarkašī, trad. p. 202. Dans un document valencien de 1409 Alger est encore considérée comme faisant partie du royaume de Tlemcen. ARV, C., Rg. 626 (Confes iones y ventas de sarracenos), f. 12r-17r (11/10/1409), éd. J. Hinojosa Montalvo, « Confes iones y ventas de cautivos en Valencia de 1409 », Lugarzas, 3, 1971, p. 127.

190 Léon l’Africain, p. 348. La référence à la création d’un nouveau royaume de Bougie n’est pas claire, mais il fait sans doute référence à la situation de la fin du xve siècle (cf. supra p. 85-86).

191 ACA, C., Rg. 2415, f. 68r-v (23/4/1415).

192 ARM, AH 103, f. 169 (11/3/1426), éd. P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, thèse de troisième cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977, p. 574.

193 ASV, Senato, Incanti, Rg. 1, f. 52v-53v (24/1/1478), et dans les incanti de Berbérie des années suivantes.

194 ACA, C., Rg. 3658, f. 229v-230v (20/2/1510).

195 Cf. infra p. 175-177 et carte p. 178.

196 Ibn Sa’īd al-Maġribī, Kitāb al-Ğuġrāfiyya, éd. I. al-’Arbī, Beyrouth, 1970, rééd. Alger, 1982, p. 142.

197Ibar, VI, 724, Berbères, II, 421 : « wa kāna yataraddadu ilā al-hadra bi˙Biğāya fīšū ‘ū ni-hi ».

198 Traité Majorque – Bougie, 1312, art. 1. À l’inverse les traités de 1313 signés par Tunis avec Pise et Majorque concernent un territoire qui s’étend jusqu’à Bône.

199 Cf. par exemple l’anecdote qu’il rapporte à propos d’une confrontation, vers 683/1284-5, devant l’émir Abū Zakariyā’, entre le grand-père d’Ibn Qunfudet le cadi de Bougie al-Ġubrīnī, confrontation qui tourne bien sûr à l’avantage des Constantinois. Fārisiyya, p. 149.

200 « ’Alāāẖir salṭanat Biğāya ». Ibn Sa’īd al-Maġribī, op. cit., p. 142.

201 Le domaine laissé par Abū Zakariyā’ à son fils gouverneur de Bougie comprend Constantine. Cf. supra p. 131. Blanca Garí affirme à tort que Bougie est le port de Constantine, qui assure la fonction de capitale politique. B. Garí, « Genova e i porti islamici del Mediterraneo occidentale (secc. XI-XIII) », La Storia dei Genoves i. Atti del convegno sui ceti dirigenti nelle istituzioni della repubblica di Genova (Genova, 11-14 giugno 1991), Gênes, 1994, p. 350. Ce schéma, inspiré de la situation égyptienne (A. L. Udovitch, « A Tale of Two Cities. Commercial Relations between Cairo and Alexandria during the Second Half of the 11th Century », The Medieval City. Essay Sin Honor of Roberto Sabatino Lopez, New-Haven-Londres, 1977, p. 143-162) ne peut cependant s’appliquer ici. Bougie entretient certes des relations commerciales avec Constantine, mais le port de cette dernière est principalement Collo. Surtout, il n’y a pas de sujétion politique de Bougie vis-à-vis de Constantine.

202 Notons qu’à cette époque il existe une hiérarchie nette entre Bougie et Constantine, la première étant gouvernée par un fils du sultan et la seconde par un Almohade.

203 Berbères, II, p. 384-385 ; Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. A. Canellas López, Saragosse, 1967-73, vol. 2, livre IV, chap. 13, p. 50-51 (qui raconte une histoire sensiblement différente, affirmant d’une part que l’émir de Bougie s’était rendu indépendant et d’autre part que le gouverneur de Constantine était son frère cadet craignant l’ambition d’Abū Fāris).

204 Farisiyya, p. 139 ; Berbères, II, p. 385 ; Zurita, op. cit., chap. 20, p. 74-77.

205 Farisiyya p. 140.

206 ACA, C., Rg. 19, f. 43v-44r (20/8/1273).

207 Le sultan se trouve certes à Constantine, mais le pouvoir réel est à Bougie, où règne en maître le chambellan, qui éloigne son maître à Constantine, puis l’envoie conquérir Tunis. Berbères, II, p. 445-448.

208 Berbères, III, p. 5. Bougie reste cependant encore plus importante que Constantine : outre le fait qu’Abū Zakariyā’ est l’aîné d’Abū ‘Abd Allāh, il faut noter que le chambellan de Bougie, Ibn Sayyid al-Nās, a aussi autorité sur Constantine où il envoie comme lieutenant son affranchi Hilāl.

209 À propos de la rivalité entre Abū‘Abd Allāh de Bougie et son cousin Abūl‘Abbās de Constantine, dans les années 1360, Ibn Khaldūn rapporte qu’à l’origine du conflit il y avait des disputes au sujet des frontières (tuhūm) de leurs États respectifs qui remontaient à l’époque de leurs pères, c’est-à-dire avant les attaques abdelwadides. ‘Ibar, VI, p. 858, Berbères, III, p. 72.

210 Berbères, III, p. 88-90.

211 Éd. E. de K. Aguilô, « Rubrica dels llibres de pregons de la antiga curia de la governacio, llibre I, any 1385 », BSAL, 9, 1901-2, p. 30 (25/4/1390 et 29/4/1390).

212 Al-Marīnī, en particulier p. 343.

213 Cf. infra p. 181-182.

214 C’est un lieu commun de considérer le Sahara comme une mer de sable. En ce sens les « ports » comme Biskra ou Ouargla sont le pendant méridional de ceux de la Méditerranée.

215 Comme souvent les premières villes musulmanes, ces cités se trouvent dans une zone de steppe, au contact avec le désert. Cf. M. Chapoutot-Remadi, « Fronte saharino e fronte mediterraneo », Hinterland, année 3, n° 15-16, 1980, p. 12.

216 Plus à l’ouest on trouve également les villes d’Ashīr, première capitale des Zirides, et Tahert.

217 Par exemple Abū ‘Alī al-Masīlī qui vécut dans le seconde moitié du xiie siècle (al-Ġubrīnī, p. 66-72), Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-Ḥasan al-Qal’ī (ibid., p. 94-99). Cf. Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 362.

218 Cambuzat, op. cit., I, p. 73. Sous les Omeyyades elle est la capitale d’une vaste région qui domine Baġāya, N’Gaous, Maqqara, Bélezma et, plus au nord, Mila et Sétif. H. Djaït, « La wilāya d’Ifrīqiya au iie/viiie siècle : étude institutionnelle », Studia islamica, 27, 1967, p. 119. Elle est encore décrite comme une grande ville par al-Bakrī (trad. p. 108) et garde une certaine importance au milieu du xiie siècle. Al-Idrīsī, trad. p. 169.

219 P. Massiera, « M’sila du xe au xve siècle », CT, 85-86, 1974, p. 179.

220 Al-Idrīsī, trad. p. 160-161.

221 Elle reste cependant un poste stratégique important face au territoire abdelwadide et certaines conquêtes (ou tentatives de conquêtes) venues de l’ouest se sont faites en passant par le sud et M’sila.

222 Al-Idrīsī dit que c’est une petite ville, avec cependant un marché permanent. Al-Idrīsī, trad. p. 169-170. En revanche Léon l’Africain en fait une description élogieuse. Léon l’Africain, p. 363.

223 Cette ville a connu un déclin certain : al-Bakri en parle comme d’une ville importante (trad. p. 110-111), alors qu’al-Idrīsī la mentionne à peine comme une « petite ville » (trad. p. 169) et que Léon l’Africain ne la cite pas.

224 Al-Idrīsī, trad. p. 166, 170.

225 Berbères, I, p. 192.

226 Ibid., III, p. 286.

227 Ibid., III, p. 130.

228 La domination sur Ouargla en particulier n’est jamais vraiment acquise. Du temps d’Ibn Khaldūn le seigneur qui y règne se pare du titre de sultan. Berbères, III, p. 287. De même lorsque cet auteur définit pour son époque le Zāb, dont Biskra est la capitale, il fixe ses limites occidentales à Doucen, et orientales à Badès, ce qui fait un espace somme toute assez réduit. Berbères, III, p. 124-125.

229 Cf. A. Bouzid, Catalogue des tribus berbères « Butr » au Maghreb d’après les sources arabes médiévales, Diplôme de recherches approfondies, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, Tunis, 1991-1992, notamment p. 177-187 et 316-320, qui utilise largement les sources ibadites. Ces tribus, principalement Zanāta, occupent en particulier les oasis de l’oued Righ (notamment Ouargla), mais aussi le Hodna et l’Aurès.

230 Voir en particulier T. Lewicki, « Les liaisons maghrébines sahariennes et soudanaises de la ville de Ouargla au Moyen Âge », Études maghrébines et soudanaises, Varsovie, 1976, p. 9-78.

231 Berbères, II, p. 48-50.

232 Ibid., II, p. 212.

233 Déjà en 589/1193 le gouverneur almohade de Bougie Abū Zakariyā’ doit mater une révolte dans le Zāb. Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-Muġrib fīahbār al-Andalus wa l-Maġrib, partie almohade, éd. M. I. al-Kattānī, M. Zanībar, M. b. Tāwīt, ‘A. Zamāma, Beyrouth, 1985, p. 215.

234 Berbères, I, p. 73-75 ; III, p. 129. À la suite de combats contre les Hafsides (et en particulier le gouverneur de Bougie) le Zāb est reconnu en entier aux Arabes Dawāwida ; cf. infra sur les tribus p. 152-153.

235 « Elle formait originairement une petite fraction d’une tribu arabe nomade qui, dans le cinquième siècle de l’hégire, pénétra en Ifrīqiya de compagnie avec l’avant-garde des Banū Hilāl b. ‘Ā mir, dont elle s’était faite l’alliée ». Ibid., III, p. 126.

236 Ibid., III, p. 127.

237 Ibid., II, p. 406.

238 Ibid., II, p. 406-407.

239 Ibid., III, p. 129-130. Le chambellan Ibn Ġamr confie à Manṣur b. Faḍl « l’administration de l’Aurès, du Hodna, du pays des Sadwīkiš, du pays des ‘Iyād et de toutes les autres provinces de l’empire, lui laissant ainsi l’administration générale de l’impôt et lui accordant en plus le contrôle des recettes et dépenses de tous les agents du fisc ». En échange de quoi le gouverneur de Biskra fournit au sultan Abū Bakr des sommes importantes provenant des impôts de la province. Ibid., II, p. 447.

240 Cf. infra, p. 62 s.

241 Comme du reste ils surent toujours jouer des rivalités entre Tunis et Bougie.

242 Berbères, III, p. 131-141.

243 Al-Zarkašī, trad. p. 183.

244 En 859/1454-5 le sultan confie les villes de Biskra et de Touggourt au gouverneur de Constantine. Al-Zarkašī, trad. p. 243.

245 Ibid., p. 233, 260. Cf. J. Lethielleux, Ouargla, cité saharienne, des origines au début du xxe siècle, Paris, 1983, p. 177-179.

246 P. Guichard, « Nomadisme et tribalisme », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècle, dir. J.-Cl. Garcin, II, Paris, 2000, p. 111-113.

247 Cf. supra p. 43-44.

248 Elles jouent également un rôle important dans l’évolution économique de la région. Cf. infra, p. 197 s.

249 À la même époque en Orient, les migrations de nomades n’ont pas les mêmes conséquences. Cf. Cl. Cahen, « Quelques mots sur les Hilaliens et le nomadisme », JESHO, 11, 1968, p. 130-133 ; Id., « Nomades et sédentaires dans le monde musulman du milieu du Moyen Âge », Islamic Civilization, dir. D. S. Richards, 1973, rééd. Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 423-437.

250 J. Berque, « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine ? », Éventail de l’histoire vivante. Mélanges en Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, rééd. Maghreb, histoire et sociétés, Alger, 1974, p. 28.

251 Ibid., p. 29.

252 Voir la présentation très fouillée de ce peuplement, par régions géographiques, dans Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 285-299, et plus synthétique, G. Chiauzzi, « Le substrat autochtone au Maghreb », Maghreb Médiéval. L’apogée de la civilisation islamique dans l’Occident arabe, Aix-en-Provence, 1991, p. 13-53.

253 Par exemple Berbères, I, p. 168.

254 Cf. Y. Modéran, « Botr et Branès : sur les origines du dualisme berbère médiéval », Mutations d’identités en Méditerranée. Moyen Âge et époque contemporaine, dir. H. Bresc, Chr. Veauvy, Paris, 2000, p. 53-65.

255 Sur cette branche, voir « Barānis », EI2, I, p. 1068 (G. S. Colin) : leur habitat primitif était l’Aurès, le Constantinois et les deux Kabylie.

256Ibar, VI, p. 204 ; Berbères, I, p. 197.

257 Après la première conquête arabe, ils se sont établis entre Constantine et Bougie, ainsi qu’au sud de Constantine jusqu’à l’Aurès, et possédaient en particulier le rivage entre Bône et Bougie. Berbères, I, p. 291. Al-Bakrī rapporte par ailleurs que les montagnes qui entourent Bougie sont peuplées par les Kutāma chiites, de même que celles qui sont à l’est de la ville. Al-Bakrī, trad. p. 167. Au xvie siècle al-Marīnī parle encore des « habitants de la montagne des Ketama ». Al-Marīnī, p. 253.

258 Berbères, I, p. 293-294. Une partie est déplacée, après 710/1310-1, dans la région de M’sila. Ibid., I, p. 294-296.

259 Il existe un certain flottement quant à leur classement : Ibn Khaldūn en parle dans un premier temps comme faisant partie du rameau Butr (Berbères, I, p. 255-257), puis comme étant des Kutāma (ibid., p. 298). Il y a eu sans doute de sa part une confusion avec la tribu Butr des Zwāġa. Bouzid, Catalogue, op. cit., p. 30.

260 Berbères, I, p. 298. Au xvie siècle al-Marīnī parle encore des « habitants des montagnes des Zaouaoua » qui aident l’émir de Bougie contre les Espagnols. Al-Marīnī, p. 337.

261 « Mawāṭin Zawāwa bi-nawāḥī Biğāya mā bayna mawāṭin Kutāma wa Ṣanhāğa », ‘Ibar, VI, p. 262, Berbères, I, p. 256. Les Ṣanhāğa sont donc localisés plus à l’ouest et leur venue dans la région de Bougie est récente. Elle est due à l’expansion fatimide qui provoque le départ d’une partie des Kutāma, ce qui rend nécessaire la surveillance du pays par des auxiliaires des Fatimides. Il y a donc un déplacement vers l’est, qui se fait au détriment des Zawāwa, lesquels doivent alors se soumettre aux Ṣanhāğa.

262 Berbères, I, p. 257

263 Ibid., II, p. 1.

264 « wa mā yalīhā ilā Biğāya », ‘Ibar, VI, p. 203, Berbères, I, p. 196.

265 Les Almoravides sont des Ṣanhāğa, mais aussi les Zirides de Mahdia ou de Grenade, et surtout les Hammadides.

266 Berbères, II, p. 5.

267Ibar, VI, p. 364, Berbères, II, p. 59.

268 Cf. infra p. 157.

269 Berbères, II, p. 51. Ibn Khaldūn ajoute qu’on trouve encore à son époque des débris de cette tribu Ṣanhāğa éparpillés parmi d’autres tribus berbères.

270 Berbères, I, p. 169

271 Sur les Butr, voir Chiauzzi, art. cité, p. 25 ; « Butr », EI2, I, p. 1389-1390 (G. S. Colin) ; Bouzid, Catalogue, op. cit., passim.

272 Berbères, I, 196. De même lorsque le Mérinide Abū l-Ḥasan prend Tlemcen et avance jusqu’à Dellys, « ville située à la frontière des États hafsides », il peut alors, nous dit Ibn Khaldūn, réunir sous un même drapeau toutes les populations Zanāta. Berbères, I, p. 98.

273 Ibid., II, p. 49-51.

274 On en trouve la liste complète dans le travail de Bouzid, Catalogue, op. cit., passim.

275Ibar, VI, p. 238 ; Berbères, I, p. 236. De Slane pense que l’on peut identifier ce lieu avec l’actuelle Taourirt, dans la haute vallée de la Soummam, là où le fleuve change de direction et où la vallée s’élargit sensiblement. Berbères, IV, p. 530.

276 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574.

277 Bouzid, Catalogue, op. cit. p. 85-92.

278 Certains ont cherché à quantifier cet apport, à partir des sources textuelles, dont on sait le peu de fiabilité quant aux données chiffrées. G. Marçais (Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Recueil des notices et mémoires de la société archéologique du département de Constantine, 47, 1913, p. 112) parle de plus d’un million de personnes. A. Laroui (L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 140) parle d’un maximum de 200 000 personnes. L’entreprise est vaine, et les interprétations trop dépendantes de considérations idéologiques. Ce qui compte, au-delà de l’ampleur démographique de la migration, est son impact sur la vie politique et économique.

279 Sur ces événements, voir Idris, La Berbérie, op. cit., p. 205 s., qui en retrace la chronologie, et Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 55 s.

280 Berbères, I, p. 47-49.

281 À l’époque hammadide les Aṯbāğ jouent un rôle important, surtout dans les régions occidentales, mais par la suite ils disparaissent de l’histoire de Bougie. Berbères, I, p. 46. Pour un tableau détaillé des tribus arabes du Maghreb, voir le catalogue de Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., en particulier p. 582-687 (Maghreb central et Ifrīqiya). Également I. Achouri, Les Banu Hilal. Analyse structurale d’un nomadisme séculaire (du viie au xviie siècle), thèse de l’Université de Toulouse-Le-Mirail, 1998, sous la direction d’A. Ducellier et Chr. Picard, p. 197-202.

282 Berbères, I, p. 49.

283 Ibid., I, p. 47.

284Ibar, VI, p. 87, Berbères, I, p. 88. Il s’agit de la région de l’actuelle Bouira, petite plaine intérieure qui commande la vallée de l’oued Eddous, c’est-à-dire l’entrée de la percée qui mène à la Soummam et à Bougie.

285 Ibid., I, p. 88.

286 Ibid., I, p. 91.

287 Ibid., p. 88 : « par la suite les Zanāta prirent ce territoire aux Hafsides et le détachèrent de la principauté de Bougie pour se l’approprier ».

288 Berbères, I, p. 88-89.

289 Ils ont été appelés par Yagmurasān pour lutter contre les Arabes Ma’qil (dans le Maghreb extrême), et pour cela installés dans la région de Tlemcen. Ibid., I, p. 91, 101.

290 Ibid., I, p. 90.

291 Ibid., I, p. 104 ; II, p. 399-400.

292 Ibid., I, p. 100.

293 Ibid., I, p. 70.

294 Ibid., I, p. 72-73. Voir aussi ‘Ibar, VI, p. 146, Berbères, I, p. 139 : les Sulaym repoussent leurs adversaires (Riyāḥ) dans le pays qu’ils habitent encore à la fin du xive siècle, et qui comprend les plateaux (tulūl) de Constantine, de Bougie et le Zāb.

295 Berbères, I, p. 76.

296 Ibid.

297 Ibid.

298 Ibid., I, p. 43, 295. Ibn Khaldūn précise cependant que ces ‘Iyāḍ sont sous la domination des groupes hilaliens du nord (ibid., I, p. 76). Brunschvig (La Berbérie, op. cit., I, p. 294) les définit comme une « fraction des Atbāğ mélangée d’autres éléments hilaliens ». Il existe un ğabal ‘Iyāḍ dans le territoire de Bougie. Yaḥyā b. Khaldūn, trad., II, p. 25.

299 Berbères, I, p. 75. Au moment de la conquête espagnole le souverain de Bougie doit faire face à un soulèvement des Dawāwida du Zāb. Al-Marīnī, p. 343.

300 C’est la thèse largement développée par Georges Marçais et systématisée par Émile-Félix Gautier. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit. ; É.-F. Gautier, Les Siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1927.

301 « Ce Maghreb établi, qu’ils contribuent à rompre, est pour eux ce qu’avait été la Syrie byzantine pour leurs ancêtres du viie siècle. Ils y rajeunissent l’histoire de six ou sept siècles. Cela fait beaucoup de ruines, mais cela ranime des énergies détendues. » J. Berque, « Ibn Khaldoun et les Bédouins », Maghreb, histoire et sociétés, Alger, 1974, p. 54 (titre original « Problèmes de la connaissance au temps d’Ibn Khaldoun », Contribution à la sociologie de la connaissance, 1967). C’est bien sûr un contresens de faire d’Ibn Khaldūn un adversaire des Arabes. Il se donne lui-même une ascendance arabe, et voit en eux une chance pour le Maghreb de retrouver une vitalité et une puissance.

302 J. Berque, « Les capitales de l’islam maghrébin vues par Ibn Khaldūn et les deux Maqqari », Annales islamologiques, 8, 1969, p. 79 : « les nomades combinent ce paradoxe d’être à la fois le recommencement et la destruction potentielle de l’histoire », mais leur mobilité guerrière, leur sens de l’honneur et de la solidarité, nécessaires à toute entreprise politique, ne débouchent sur rien.

303 Les Zirides et les Hammadides eurent à soutenir des conflits nombreux, entre eux tout d’abord, mais aussi contre des ennemis extérieurs (Almoravides, Normands) ou intérieurs (tribus, en particulier Zanāta dans le cas des Hammadides). Cf. Idris, La Berbérie, op. cit., p.127s.

304 Laroui, op. cit., p. 140, compare très justement cette situation à celle de l’Empire romain avec l’arrivée des Germains, le pouvoir cherchant à utiliser ces derniers, l’échec final de cette politique provoquant la dilution progressive de l’autorité de l’empire.

305 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 70, 76 ; Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 236 s. Ce terme normalement ne s’emploie pas pour l’Ifrīqiya. Cf. Chapoutot-Remadi, « Tunis », art. cité, p. 253-254.

306 Berbères, II, p. 73. Ibn Khaldūn note comme un fait exceptionnel leur ralliement en 767/1365-6 à Abūl-’Abbās de Constantine, contre Bougie.

307 Ibid., I, p. 46.

308 Ibid., I, p. 74. Cf. pour la période almohade Achouri, op. cit., p. 141 s.

309 C’est ce qui se produit notamment lorsque les Hafsides jouent les Sulaym contre les Hilaliens Riyāḥ.

310 Berbères, III, p. 49.

311 Ibid., III, p. 499.

312 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574 ; Berbères, II, p. 190.

313 V. Aguilar Sebastián, « Política de ‘Abd al-Mu’min con los Árabes de Ifrīqiya », Actas del II coloquio hispano-marroqui de ciencias históricas. « Historia, ciencia y sociedad », Granada, 6-10 noviembre de 1989, Madrid, 1992, p. 24.

314 L’accession au pouvoir de ‘Abd al-Mu’min ne s’était pas faite sans mal. En effet la structure politique almohade mise en place par le Mahdī Ibn Tūmart reposait sur un système de conseils de šayẖ-s, ce qui excluait, en principe, tout fonctionnement dynastique. Or le calife ‘Abd al-Mu’min, très tôt, installe ses fils aux principaux postes dans les provinces, et fait reconnaître par les šayẖ-s almohades son fils Muḥammad comme héritier. Cf. la lettre de ‘Abd al-Mu’min aux tālib-s, aux šayẖ-s, aux notables et à l’ensemble des habitants de Ceuta (12 rabī’ I 551 / 5 mai 1156), analyse de E. Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles almohades », Hespéris, 28, 1941, p. 37-38.

315Ibar, VI, p. 717-718, Berbères, II, p. 418.

316 Il ne semble pas que les Hilaliens aient accédé à ces postes. D’une manière générale, les élites citadines et notamment religieuses leur sont très hostiles.

317 L’auteur du ‘Unwān, originaire de la tribu berbère des Banū Gubrīn, fut grand cadi de Bougie et mena à ce titre une tentative de négociation avec le sultan de Tunis. L’échec de cette ambassade, et les calomnies à son encontre qui s’étaient développées en son absence, eurent pour effet de provoquer la colère du sultan de Bougie qui le fit mettre à mort. Berbères, II, p. 419. Parmi les savants dont al-Ġubrīnī donne la biographie on trouve plusieurs personnages qui portent une nisba renvoyant aux tribus berbères de la région (Zawāwī, Ṣanhāğī par exemple). Al-Ġubrīnī, p. 141, 182, 192, etc.

318Ibar, VI, p. 88, Berbères, I, p. 88 (trad. modifiée).

319 Berbères, I, p. 89.

320 Ibid., I, p. 81-82.

321 Voir en particulier Achouri, op. cit., p. 202 s., qui parle d’un « mercenariat indocile » (Ibid., p. 230).

322 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 75-82.

323 C’est le cas au moment de la croisade de 1270. Berbères, II, p. 365.

324 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 78, 82. Al-Marīnī parle à propos de la résistance à l’attaque espagnole de « troupes régulières » (mais il n’est pas possible de savoir quelle expression était employée en arabe). Al-Marīnī, p. 342.

325 C’est ce que pense Abdallah Laroui, op. cit., p. 196, qui affirme que le corps almohade ne fut plus renouvelé. Brunschvig (La Berbérie, op. cit., II, p. 75) pense au contraire qu’ils restèrent le noyau de l’armée jusqu’à la fin du xive siècle, ce qui ne signifie pas qu’ils étaient encore numériquement importants.

326 Ainsi les Lawāta installés dans la campagne de Bougie, doivent fournir un contingent (ba’ṯ) à l’armée du sultan. ‘Ibar, VI, p. 238, Berbères, I, p. 236.

327 Pour un récit détaillé de ces luttes, cf. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., en particulier p. 406-508. Il montre le rôle joué par les tribus arabes d’Ifrīqiya (celles de la région de Bougie, mais aussi celles des plaines tunisiennes) dans ces conflits. Voir aussi supra les relations entre Bougie et Tunis, et les attaques de l’ouest, p. 62-86.

328 Berbères, II, p. 366.

329 Ibid., II, p. 315.

330Ibar, VI, p. 608 ; Berbères, II, p. 316.

331 Berbères, II, p. 392.

332 Dès le début du règne de ‘Abd al-Mu’min le choix par ce dernier d’une succession dynastique au détriment du système almohade mis en place par Ibn Tūmart enlevait toute légitimité idéologique au pouvoir, en dépit des efforts des écrivains mu’minides (notamment al-Bayḏaq) pour faire du calife le successeur désigné par le Mahdī.

333 L’historiographie officielle hafside – et Ibn Khaldūn en est d’une certaine manière un représentant – insiste sur le rôle de l’ancêtre éponyme Abū Ḥafṣ auprès du Mahdī Ibn Tūmart, en le plaçant sur un pied d’égalité avec le calife ‘Abd al-Mu’min.

334 Laroui, op. cit., 205 : « C’est dans le cadre d’une légitimité évanouie que la ‘asabiya prend toute sa signification ; car si une légitimité était donnée, les différentes forces de groupe limiteraient leur ambition, feraient du sacrifice une valeur, ou se concurrenceraient dans des œuvres positives qui s’additionneraient ».

335 Berbères, I, p. 34.

336 Ibid., II, p. 23.

337 Sur la chronologie de ces événements, voir supra, p. 78-86.

338 Sa famille, dans la personne d’Abū l-Layl, avait remplacé celle des Šiha à la tête des Ku’ū b. Mais, à la suite d’une révolte, le sultan de Tunis fit emprisonner les principaux chefs de cette famille, en particulier Aḥmad, fils d’Abū l-Layl. Berbères, I, p. 145-146.

339 Berbères, I, p. 146.

340 Une fois devenu sultan à Tunis, Abū Bakr doit faire face à l’opposition de Ḥamza, qui pendant de longues années soutient des prétendants hafsides, se faisant aider par les Abdelwadides qui lui donnent un contingent armé. Berbères, I, p. 146-147.

341 Ibid., II, p. 356-357 : « ils se plaisaient dans la révolte, et quand un prince quelconque de la famille royale allait se réfugier chez eux, ils ne manquaient jamais de le proclamer chef de l’empire ».

342 Ibid., I, p. 74 ; II, p. 341-342.

343 Ibid., II, p. 400.

344 Cf. supra, p. 83-84.

345 Ils l’installent à M’sila, et « lui abandonnent toutes les sommes qu’ils recevaient à titre de tribut ». Ibid., III, p. 69.

346 Ibid., III, p. 67-69.

347 Ibid., I, p. 47-48 ; II, p. 89-95. Cf. supra, p. 50-53.

348 Sur la chronologie de ces événements, voir supra, p. 62-76.

349 Berbères, III, p. 394.

350 Ibid., III, p. 404-405. Abū Hammū leur donne des troupes et, la seconde fois, les fait accompagner par un prétendant hafside, Ibrāhīm, fils de Abū Bakr al-Šāhid.

351 Ibid., III, 406-407.

352 Cf. supra p. 62-69 les conflits entre Bougie et Tlemcen.

353 Berbères, III, p. 455.

354 Ibid., III, p. 27-28.

355 Ibid., III, p. 31.

356 Ibid., III, p. 48-49.

357 Ibid., III, p. 50. Dans chacune des tribus Sadwīkiš et Dawāwida on trouve une fraction ralliée à Abū ‘Inān et une autre aux Hafsides.

358 De Slane traduit soit par fief, soit par apanage, mais ni l’une ni l’autre de ces traductions n’est vraiment satisfaisante.

359 Cf. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 238, où il parle de « vassal » et de « suzerain ».

360 « Une traduction empruntée à d’autres systèmes d’institutions et de conceptions n’a que trop induit en erreur les historiens d’Occident et, à leur suite, d’Orient même. » Cl. Cahen, « Iktā’ », EI2, III, p. 1115.

361 Il est « calculé comme un équivalent de solde sur la base de sa valeur fiscale cadastrale ». Ibid.

362 Cl. Cahen, « L’évolution de l’iqtā’ du ixe au xiiie siècle. Contribution à une histoire comparée des sociétés médiévales », Annales ESC, 8/1, 1953, rééd. Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 238.

363 Ibid., p. 260 ; Cahen, « Iḳṭā’ », art. cité, p. 1117.

364 Cahen, « L’évolution », art. cité, p. 253-254.

365 Ibid., p. 256.

366 Ibid., p. 255-257.

367 L’expression est de Cahen, « Iḳṭā’ », art. cité, p. 1117.

368 Ibid.

369 À propos des Ku’ū b, tribu Sulaym installée dans les plaines d’Ifrīqiya, Ibn Khaldūn écrit qu’ils recevaient du gouvernement de Tunis une grande partie des impôts et qu’ils tenaient en leur pouvoir la majeure partie de l’Ifrīqiya, car il fallait les avoir avec soi dans la lutte contre Bougie et Constantine. Berbères, III, p. 83. Parfois il s’agissait d’entériner un fait établi, c’est-à-dire de légaliser une usurpation.

370 Par exemple Berbères, III, p. 31.

371 Ibn Khaldūn en parle souvent dans sa présentation générale des tribus, où les repères chronologies sont ténus. Par ailleurs il n’est pas impossible que le même verbe (iqtaṭa’a ou aqṭa’a) ait des significations différentes selon les époques, Ibn Khaldūn l’utilisant dans le sens courant au xive siècle.

372 Mu’ğib, texte p. 294, trad. p. 191-192.

373 De Slane traduit Almohades par Hafsides, comme il le fait dans le reste du livre avec raison. Le problème est que Ibn Khaldūn ne donne ici aucun repère chronologique, disant simplement que cette tribu fut la première à obtenir de l’État « la jouissance d’une certaine portion du territoire dans l’intérieur du Tell », ce qui suggère une date assez reculée. Georges Marçais opte pour la période almohade proprement dite. Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 247.

374Ibar, VI, p. 87 ; Berbères, I, p. 88.

375 Ibn Khaldūn écrit simplement « iqtata’a-hum al-Muwāhhidūn fīard al-Ḥamza min watan Biğāya ». Ibid.

376 C’est aussi à cette époque que la répartition géographique des groupes tribaux se stabilise pour longtemps.

377 Berbères, I, p. 74-75.

378 C’est ainsi que de De Slane traduit le mot dawāhī, qui signifie littéralement pays ouvert (Kazimirski, op. cit., s. v.). Il cherche à les distinguer des montagnes, dont il dit qu’elles restent inaccessibles aux tribus arabes, mais il ne s’agit sans doute pas véritablement de plaines, bien rares dans la région. La localisation de ce territoire reste donc très incertaine.

379Ibar, VI, p. 75 ; Berbères, I, p. 76. Il précise cependant que, ces régions étant inaccessibles aux Arabes, ces derniers n’en tirent pas grand bénéfice.

380 Al-Zarkašī, texte p. 91, trad. p. 60, écrit qu’il fut le premier à avoir concédé des villes aux tribus. Il ne parle cependant pas d’iqṭā’, même s’il évoque un acte écrit du sultan.

381Ibar, VI, p. 696 ; Berbères, II, p. 396 : « wa iqṭa’a al-bilād wa l-maġārim li˙l-’arab [...] wa lam yakun lahum qabla-hā iqṭā’ ».

382 Le seul à le tenter est le Mérinide Abū l-Ḥasan, et ce fut une des raisons de son échec.

383 Berbères, I, p. 150.

384 Berbères, I, p. 150 : il « déploya une grande sévérité contre les Arabes, et les ayant forcés à se courber devant ses armes, il mit enfin un terme à leurs débordements ».

385 Cf. supra, p. 41 s.

386 Berbères, III, p. 367.

387Ibar, VI, p. 156 ; Berbères, I, p. 150. Voir également ‘Ibar, VI, 694 ; Berbères, II, p. 396 (où il parle de maġārim).

388 Analyse de la fatwa dans Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 323.

389Ibar, VI, p. 156 ; Berbères, I, p. 150.

390Ibar, VI, p. 74 ; Berbères, I, p. 75.

391 « ils eurent la domination par conquête (taġallub) des plaines de Bougie et de Constantine, et des populations qui y vivaient parmi les Sadwīkiš, les ‘Iyād et autres ». ‘Ibar, VI, p. 74 ; Berbères, I, p. 76.

392 Berbères, I, p. 77

393 Dans le passage où il évoque les concessions faites aux Dawāwida, Ibn Khaldūn montre bien que la ville de M’sila est concédée à Sibā’ b. Šibl, et celle de Maggara à Aḥmad b. ‘Umar b. Muḥammad. Berbères, I, p. 75. Cf. également Berbères, III, p. 367 (concession d’un territoire au chef de la tribu Zuġba qui a aidé Abū Zakariyā’ à conquérir Bougie).

394 M’sila « constitue encore l’apanage (qasm) des ses [Sibā’b. Šibl] descendants ». Berbères, I, p. 75.

395 Berbères, I, p. 77. Une tribu Riyāḥ, tombée dans le besoin, doit vendre à une autre tribu l’iqṭā’ qu’elle possède dans le Zāb occidental, sans intervention semble-t-il du souverain.

396 Marçais, Les Arabes en Berbérie, op. cit., p. 253.

397 Robert Brunschvig considère cependant que la reconnaissance des tribus était au moins recherchée. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 19.

398 Ibid., II, p. 69.

399 Ibid., II, p. 69-70.

400 Ibn Abī Zar’, trad. A. Beaumier, Rawḍ al-K’irtās. Histoire des souverains du Maghreb et annales de la ville de Fès, 1860, rééd. Rabat, 1999, p. 167 ; H. Ferhat, « La fiscalité au Maghreb du xie au xiiie siècle : enjeux et conflits », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles : les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 140.

401 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 6.

402Ibar, VI, p. 606 ; Berbères, II, p. 313. Littéralement le ‘umūd est le bâton qui sert à soutenir la tente.

403 C’est le système de la mahalla, bien connu pour l’époque moderne. Cf. J. Dakhlia, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales ESC, 1988, 3, p. 735-760 ; A. Hénia, « Les notables locaux dans la Tunisie de l’intérieur aux xviiie et xixe siècles. Point d’ancrage de l’articulation des communautés tribales et villageoises avec le régime beylical », Villes et territoires au Maghreb. Itinéraire d’une recherche. Cahiers de l’IRMC, 1, Tunis, 2000, p. 89-92. On connaît mal le fonctionnement de cette mahalla pour les périodes plus anciennes, mais on sait qu’elle existait. Par ex. Berbères, II, p. 445. Alors qu’il est chambellan de Bougie, Ibn Khaldūn mène une telle expédition, poussé par l’épuisement du Trésor : « Je dus moi-même diriger une expédition chez les tribus berbères des régions montagneuses de Béjaïa, qui refusaient depuis plusieurs années de payer l’impôt. Après avoir pénétré dans leur pays et vaincu leur résistance, je pris des otages en gage d’obéissance et obtins le paiement de tout le montant de leurs contributions. » Ibn Khaldūn, Le Voyage d’Occident, op. cit., p. 98. Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 70.

404 Berbères, II, p. 10.

405Ibar, VI, p. 900-901, Berbères, III, p. 114 (trad. modifiée). Lorsqu’il rapporte la soumission de l’émir de Bougie Abū ‘Abd Allāh à Abū ‘Inān en 753/ 1352-3, Ibn Khaldūn écrit de manière significative : « se plaignant des attaques de l’armée et des tribus arabes, de la faiblesse des rentrées fiscales, Abū ‘Abd Allāh lui remit la ville. » Ibn Khaldūn, Le Voyage d’Occident, op. cit., p. 95.

406 Cf. supra p. 164.

407 Fatwa analysée par Lagardère, Histoire et société, op. cit., p. 35, 137.

Table des illustrations

Légende Carte 2 – Plan général du site de Bougie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Légende Carte 3 – Plan de Bougie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Carte 4 – Région de Bougie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Légende Carte 5 – Les aires de domination de Bougie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Carte 6 – Carte des tribus de la région de Bougie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 937k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540