Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Première partie. Un pôle régional du Maghreb. La construction contestée d’une domination territoriale

Chapitre 1. Bougie, un pôle majeur de l’espace politique maghrébin

Texte intégral

  • 1 ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Ğilālī parle de « frontières de l’Algérie hafside [ḥudūd al-Ğazā’ir (...)

1Situer Bougie dans l’espace politique maghrébin du Moyen Âge ne va pas sans poser problème. Si on a l’habitude, depuis l’époque ottomane, de rattacher la ville et sa région à l’autorité d’Alger, il n’en allait pas de même avant le xvie siècle. Par ailleurs il est toujours difficile de procéder à un découpage territorial du Maghreb médiéval. Les frontières actuelles n’ont aucun sens à cette époque, même si certains ont cherché à y voir les prémices des limites des États-nations d’aujourd’hui1.

  • 2 L’unité politique du monde musulman n’est plus depuis déjà longtemps qu’une utopie ou un rêve. A. (...)
  • 3 Mohamed Kably fait remarquer que, chez Ibn Khaldūn, le Maghreb est constitué par les régions « qui (...)
  • 4 M. Kably, « Mulāhaẓāt ḥawla l-tağārib al-wah dawiyya al-waṣītiyya bi-bilād al-Maġrib al-Kabīr », M (...)
  • 5 G. Martinez-Gros, « La division du monde selon Idrîsî », Le Partage du monde. Échanges et colonisa (...)
  • 6Ibar, VI, p. 200-201 ; Berbères, I, p. 193-194. Mohamed Kably distingue trois plans de perception (...)

2Si le Dār al-Islām a depuis longtemps perdu son unité politique dans les faits2, le Maghreb en revanche reste une réalité perçue par les contemporains3, et son unification un projet politique vivace tant à l’est qu’à l’ouest4. La géographie d’al-Idrīsī en témoigne, en séparant nettement le Maghreb et l’Égypte de part et d’autre du désert de Libye, soulignant le faible degré de civilisation et la sauvagerie des mœurs des Arabes hilaliens qui y vivent5. Ibn Khaldūn note également la différence entre le Maghreb théorique des géographes, qui se termine à la mer Rouge et inclut l’Égypte, et le Maghreb tel qu’il est pensé par ses populations, qui s’arrête à la province de Tripoli incluse : « Quant à l’opinion courante à cette époque parmi les habitants de cette région [iqlīm], elle n’y inclut pas la région de Misr ni celle de Barca [...] Et cela correspond à ce qui était autrefois le pays [diyār] des Berbères et leur territoire [mawāṭin]6 ».

Carte 1 – Carte générale du Maghreb.

  • 7 Abdallah Laroui fait débuter l’époque du « Maghreb impérial » au ixe siècle, soulignant que le dom (...)
  • 8 Ce Maghreb est inséparable de l’autre versant de l’Islam occidental, al-Andalus, dont la soumissio (...)

3Surtout, l’expérience politique de l’Empire almohade7 reste la référence pour tout souverain prétendant à une domination de l’ensemble de la Ğazīrat al-Maġrib8. Cette construction politique n’eut pourtant qu’une vie assez brève : entre la prise de Tunis par ‘Abd al-Mu’min en 554/1159, qui achève cette conquête, et le début de la sécession hafside en 627/1229-30, il ne s’écoule guère que 72 ans. Mais le modèle reste présent à l’esprit des grands souverains conquérants du Maghreb post-almohade : le Hafside Abū Zakariyā’, dont l’autorité fut reconnue jusqu’au Maghreb central et occidental ainsi que par les petits États andalous, et plus tard le Mérinide Abūl-Ḥasan et son fils Abū‘Inān.

  • 9 La Moulouya est une manière commode de séparer le Maroc du Maghreb central, et c’est cette limite (...)

4De fait cette unité du Maghreb repose sur un héritage historique, celui de l’Empire almohade, dont aussi bien les Hafsides que les Mérinides se prétendent les héritiers, mais aussi sur une géographie commune. Vaste bloc entre la mer Méditerranée et le Sahara, structuré selon des lignes essentiellement est-ouest, il n’est guère découpé que par quelques grands fleuves comme la Moulouya ou la Soummam qui ne définissent pas pour autant des régions naturelles ni des espaces politiques stables et reconnus9. Les divisions politiques sont donc plus un état de fait, le résultat de l’impossibilité de gouverner un ensemble aussi vaste, qu’une réalité clairement acceptée par les contemporains.

5Il existe pourtant chez les auteurs de l’époque des divisions de ce vaste espace, correspondant à des réalités politiques. Déjà al-Idrīsī distingue le Maghreb central de l’Ifrīqiya. C’est aussi le cas chez Ibn Khaldūn, qui différencie le Maghreb extrême, le Maghreb central et l’Ifrīqiya. Il semble que cette séparation corresponde à une division globale à peu près établie dans les esprits, du moins parmi l’élite lettrée à partir du xiie siècle.

  • 10 « Ifrīḳiya », EI2, III, p. 1073-1076 (M. Talbi) ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 122-126.
  • 11 La domination politique des États du Maghreb oriental ne dépasse jamais les steppes. Al-Marrākušī (...)
  • 12 Talbi, « Ifrīḳiya », art. cité, p. 1075. C’est le cas notamment d’al-Bakrī, trad. p. 49.
  • 13 Ce ğuz’ va à l’ouest jusqu’à Bône non comprise. Cette dernière ville, placée par al-Idrīsī dans le (...)
  • 14 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 165-166. Lorsque al-Idrīsī décrit l’Ifrīqiya (sans en définir le (...)
  • 15 Yāqūt al-Hamawī, Mu’ğam al-buldān, éd. F. Wüstenfeld, Leipzig, 1866-1867, I, p. 495. Il dit d’aill (...)
  • 16 Ibid., I, p. 324, qui cite al-Bakrī pour le corriger.
  • 17 Al-’Umarī, texte p. 227, trad. p. 99.
  • 18 Lisān al-Dīn Ibn al-Hatīb, Kitāb A’māl al-a’lām, éd. A. Muhṭār ‘Abbādīet M. I. al-Kattānī, Ta’rīẖa (...)

6La région qui nous intéresse ici est l’Ifrīqiya. Sa délimitation géographique a connu des variations10. L’origine de ce mot ne fait guère de doute : il s’agit de l’antique province romaine d’Afrique proconsulaire. Mais si le cœur de l’Ifrīqiya correspond bien à cette province antique, il n’en est pas de même de son extension géographique, beaucoup plus large. Les limites septentrionale (la mer Méditerranée) et méridionale (le Sahara) sont bien définies11. À l’est les limites, sans être nettement fixées, se situent de l’avis de tous à l’ouest de l’Égypte, c’est-à-dire en Tripolitaine, qui marque l’extrémité orientale du Maghreb. À l’ouest en revanche l’extension de l’Ifrīqiya est plus difficile à cerner et les textes sont parfois imprécis. Les auteurs les plus anciens la font aller jusqu’à l’océan Atlantique12. Mais très vite le champ se restreint à la partie orientale. Or Bougie occupe une place assez mouvante dans cet espace, faisant partie tantôt de l’Ifrīqiya, tantôt du Maghreb central. Ainsi al-Idrīsī, au milieu du xiie siècle, la situe dans le premier juz’ (section) du 3e climat13 et dit qu’elle est à son époque « la ville [principale] du Maġrib central [madīnat al-Maġrib al-awsat] et la capitale [‘ayn] du territoire des BanūḤammād14 ». Yaqūt écrit dans sa notice sur Bougie que c’est « une ville au bord de la mer, entre l’Ifrīqiya et al-Maġrib15 ». Mais le même auteur, lorsqu’il définit les limites occidentales de l’Ifrīqiya, dit d’abord qu’elles se trouvent à Bougie, ajoutant ensuite que certains les repoussent jusqu’à Miliana et qu’al-Bakrī va même jusqu’à Tanger, soit jusqu’à l’Océan16. Au xive siècle al-’Umarī fait aller l’Ifrīqiya de Barca à Dellys qui est la « dernière de ses villes lorsque l’on se dirige vers le Maghreb central17 ». Enfin Ibn al-Hatīb, auteur andalou bon connaisseur de la situation politique maghrébine, définit le domaine hammadide, dont Bougie est la capitale à partir de la fin du xie siècle, comme la « partie occidentale de l’Ifrīqiya18 ».

  • 19 H. Djaït, « La wilâya d’Ifrîqiya au iie/viiie siècle : étude institutionnelle », Studia islamica, (...)
  • 20 Pour Paul-Louis Cambuzat, le Zāb s’étend jusqu’à la mer. P.-L. Cambuzat, L’Évolution des cités du (...)
  • 21 Ibid., I, p. 167. On rencontre déjà cette expression d’ » Ifrīqiya proprement dite » chez Hady-Rog (...)
  • 22 Talbi (« Ifrīḳiya », art. cité, p. 1075) distingue l’Ifrīqiya « géographique », et l’Ifrīqiya « ad (...)

7L’« Ifrīqiya », on le voit, admet une définition assez mouvante. Le mot est en fait d’un usage malaisé : il ne correspond pas vraiment à une région naturelle, ni à une réalité humaine ou tribale, au demeurant changeante. Il s’agit donc essentiellement d’une construction politique et administrative, dont l’extension dépend de la conjoncture. Hichem Djaït a montré le développement de la province (wilāya) d’Ifrīqiya, distincte de celle d’Égypte, après la conquête arabe, et ce à partir des circonscriptions byzantines19. Paul-Louis Cambuzat a bien cherché à distinguer, assez curieusement, la « province » d’Ifrīqiya de la « région » d’Ifrīqiya, pour cadrer avec des délimitations plus anciennes (romaines et byzantines) et des découpages géographiques : « Au sein de cet ensemble géopolitique que constitue le Tell Ifrikiyen, deux grandes régions (nāhiya) correspondant aussi à des limites héritées du passé, se distinguent nettement : l’Ifrīkya proprement dite, c’est-à-dire les anciennes Proconsulaire (ou Zeugitane) et Byzacène, séparées depuis Dioclétien. C’est approximativement, l’actuelle Tunisie – le Zāb20, ou ancienne Numidie21 ». Mais si ce découpage peut être commode, il est anachronique et ne correspond pas à la représentation de l’espace qu’avaient les contemporains22.

  • 23 Les historiens autrefois parlaient de « Berbérie orientale », dénomination qui n’appartient pas au (...)

8Il faut en définitive, et en dépit du flou des textes, conserver le sens politique et administratif que ce terme avait aux premiers temps de l’Islam maghrébin, et qu’il conserve par la suite dans de nombreux textes. Dans cette perspective on peut affirmer que Bougie appartient bien à l’Ifrīqiya, laquelle conserve une unité politique réelle, au moins pour l’époque hafside23. Mais elle occupe, dans cet espace, une position excentrée, ce qui a une double conséquence. À l’échelle maghrébine, elle est l’objet de convoitises et l’enjeu des puissances régionales, aussi bien de l’est que de l’ouest. Cette caractéristique permet de comprendre les grandes lignes de son histoire politique, depuis sa fondation par les Hammadides jusqu’à sa conquête par les Espagnols. À l’échelle de l’Ifrīqiya – et nous nous limiterons alors principalement à la seule période hafside – elle apparaît comme la capitale d’une province frontière. Elle entretient à cet égard avec la capitale Tunis des liens oscillant entre dépendance et autonomie, dont l’analyse permettra d’entrer plus avant dans le détail de l’histoire de la ville.

I – UN PÔLE MAGHRÉBIN DISPUTÉ PAR LES PUISSANCES RÉGIONALES

9C’est à partir de sa fondation par l’émir hammadide al-Nāṣir que Bougie devient une ville importante du Maghreb et l’enjeu des puissances régionales. Sa situation de frontière, mais aussi le contrôle qu’elle peut exercer sur un vaste arrière-pays, en font un des éléments essentiels de toute domination politique à partir de la fin du xie siècle.

  • 24 Colonia Julia Augusta Saldensium Septimana Immunis.
  • 25 Des stèles avec inscriptions puniques y ont été retrouvées. Cl. Lepelley, Les Cités de l’Afrique r (...)
  • 26 Voir notamment Gsell, op. cit. ; Lepelley, op. cit., I, p. 53, qui montre la ville isolée au milie (...)
  • 27 Fr. Decret, M. Fantar, L’Afrique du Nord dans l’Antiquité. Des origines au ve siècle, Paris, 1981, (...)
  • 28 Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 327.

10Le site choisi par al-Nāṣir a connu depuis longtemps une occupation humaine, dont les traces remontent à la préhistoire. Une colonie romaine, Saldae24, y fut fondée par Octave à l’emplacement d’un établissement punique25 et quelques vestiges archéologiques, soigneusement recueillis à l’époque coloniale, attestent le développement de la ville et son maintien jusqu’au Bas-Empire26. Elle n’eut cependant jamais l’importance de sa voisine Hippone et son trafic maritime se limita le plus souvent à du cabotage d’intérêt local ou régional27. À l’époque vandale et byzantine enfin, elle semble avoir perdu toute importance et elle ne figure plus dans une liste épiscopale établie au début du viie siècle28.

  • 29 Ibn al-Athīr parle d’une fondation sur un lieu « habité par des paysans berbères ». Ibn al-Athīr, (...)
  • 30 Il effectue deux voyages dans l’Occident musulman, entre 336/947-8 et 341/ 953, puis en 360/971. C (...)
  • 31 Ibn Ḥawqal, Kitāb Ṣūrat al-ard, trad. G. Wiet et J. H. Kramers, La Configuration de la terre, Pari (...)
  • 32 Al-Bakrī, texte p. 757, trad. p. 166-167.
  • 33 Qu’al-Bakrī nomme Qal’a ibn Abī Tawīl. Cf. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 140.
  • 34 Encore qu’il y ait parfois confusion entre Bougie/Biğāya ((...)
  • 35 Biographies aghlabides extraites des Madārik du Cadi Iyād, éd. M. Talbi, Tunis, 1968, p. 102.
  • 36 Amara, Pouvoir, op. cit., p. 139.
  • 37 Ibid.
  • 38 Cf. Infra p. 519.

11L’histoire du site dans les premiers siècles de l’Islam reste relativement obscure, mais il est évident que lorsque al-Nāṣir fonde sa nouvelle capitale il ne reste plus grand chose de la colonie romaine. Quelques indices montrent cependant que le lieu n’était pas totalement inhabité29. Les géographes, d’abord, signalent l’existence d’un établissement humain avant 460/1067-8. C’est le cas d’Ibn Ḥawqal, qui offre une première grande description du Maghreb dans la seconde moitié du xe siècle30. Il cite Bougie comme port à l’ouest d’Alger, mais ne donne pas plus de détails, alors qu’il consacre une description assez étoffée à Bône31. Al-Bakrī, un siècle plus tard, est plus précis et nous montre le port à la veille de la fondation de la ville hammadide : « Au-delà de Marsā al-Dağāğon trouve le port de Bougie, ville [madīna] très ancienne, qui a pour habitants des Andalous ; à l’Orient est un grand fleuve qui admet des navires chargés. Ce port est sûr et offre un bon hivernage. Ici la côte cesse d’avoir en face d’elle aucune partie de la péninsule espagnole. Au-delà de Bougie, on rencontre un bon mouillage, qui est celui de Bône. Bougie est le port de la Qal’a Abī Tawīl. Dans les montagnes qui dominent ce mouillage se trouvent des tribus Kutāma qui professent la doctrine des Chiites. Elles respectent les gens qui ont du penchant pour leurs croyances et traitent généreusement tous ceux qui font profession de leur religion32 ». Mais Bougie n’est encore que l’avant-port de la Qal’a des BanūḤammād, capitale des Hammadides33. D’autres indices nous montrent une certaine activité, notamment à l’époque fa-timide, voire dès l’époque aghlabide. On rencontre à l’occasion, dans les recueils de biographies, des savants ayant fréquenté Bougie à une date reculée34. Mais ils restent exceptionnels. Ainsi le Qādī ‘Iyād rapporte que Sulaymān b. ‘Imrān fut chargé d’exercer la justice à Bougie, Béja et al-Urbus (Lorbeus)35 – mais rien n’indique qu’il s’agit alors d’une ville notable. À la fin du Xe et dans la première moitié du xie siècle l’importance de Bougie semble grandir, ce qui concorde avec la description qu’en fait al-Bakrī. Plusieurs savants y résident36 et c’est dans ce port qu’est exilé Abū‘Abd Allāh b. ‘Ubayd Allāh b. al-Walīd al-Ma’īṭī al-Madanī, lorsqu’il est expulsé par le prince de Dénia Muğāhid al-’Amirī en 405/1014-537. Il y a donc, entre la fin du xe et le milieu du xie siècle, une certaine animation de Bougie, qui semble devoir être mise en relation avec les contacts noués avec les ports d’al-Andalus38, mais aussi sans doute avec la fondation de la Qal’a.

  • 39 Il est assez significatif que Bougie n’apparaisse pas dans les sources sur les Hammadides pour la (...)

12La ville ne joue cependant jusque là aucun rôle politique ou militaire et reste très marginale dans la région, dépendante de la capitale située à la Qal’a des BanūḤammād39. De même, sur le plan économique, elle est largement éclipsée par des ports comme Bône.

1) La fondation de la seconde capitale hammadide

  • 40 Sur les Hammadides avant la fondation de Bougie, voir Amara, Pouvoir, op. cit., p. 58-136, et R. B (...)
  • 41 Les Badīsides, qui régnèrent sur Kairouan, doivent être distingués des autres branches de la famil (...)
  • 42 Les Hammadides, d’abord lieutenants de leurs cousins zirides dans les territoires de l’ouest, ne t (...)

13C’est en 460/1067-8 que le pouvoir hammadide s’installe à Bougie, sur décision de l’émir al-Nāṣir, ce qui apparaît comme une nouvelle fondation40. Le Maghreb oriental est à cette époque divisé entre deux dynasties parentes qui se sont partagé l’ancien domaine des Fatimides après le départ de ces derniers vers l’Égypte : les Zirides (ou Badīsides41) à l’est, avec Kairouan pour capitale, et les Hammadides à l’ouest42. Au milieu du xie siècle les tribus arabes hilaliennes, qui nomadisaient jusqu’alors dans la région du Nil, migrent vers le Maghreb. Elles battent les Zirides, qui sont contraints de se réfugier dans la ville de Mahdia, moins exposée que Kairouan. Elles ne tardent pas cependant à pousser plus loin vers l’ouest et arrivent dans le territoire hammadide. L’émir al-Nāṣir est alors battu par les Arabes hilaliens à Sabība, en 457/1064-5, et se réfugie dans la Qal’a. La fondation de Bougie s’inscrit dans ce contexte troublé et fait l’objet de deux récits, qui mettent en avant des causes sensiblement différentes.

  • 43 Istibṣār, texte p. 129, trad. p. 34-35.
  • 44 Al-Manṣūr dans le texte, mais là c’est une erreur évidente, que reproduit al-Ḥimyarī, lequel ajout (...)
  • 45 Berbères, I, p. 46. Cf. également ibid., II, p. 51-52.
  • 46 En ce sens le parallèle avec Kairouan et Mahdia montre que la situation est moins grave dans le do (...)
  • 47 R. Bourouiba, La Qal’a des Banî Hammâd, Alger, 1975, p. 66. Cf. aussi Id., Les H’ammadites, op. ci (...)

14Un premier récit explique la fondation de Bougie par la nécessité pour al-Nāṣir de se mettre à l’abri de ces tribus hilaliennes. Le Kitāb al-Istibṣār est l’un des textes les plus anciens à évoquer cette raison43 : ne réussissant pas à acheter ces tribus, et impuissant à leur résister, al-Nāṣir44 projette de déplacer sa capitale dans une ville « qui ne fût pas en contact immédiat avec les Arabes » et fonde alors Bougie. Cette tradition est reprise par Ibn Khaldūn, qui donne la date de 460/1067-8 et écrit que, sous la pression des Arabes et après sa défaite, al-Nāṣir se transporte « avec ses trésors, à Bougie, ville située sur le bord de la mer » pour y établir sa résidence. Al-Manṣūr, son fils et successeur, s’y installe définitivement en 483/1090-1 : il « fit aussi sa demeure à Bougie afin de se soustraire à l’oppression et aux brigandages que la race arabe exerçait dans les plaines : les montagnes de Bougie, étant d’un accès fort difficile, et les chemins, étant presque impraticables pour les chameaux, mettaient son territoire à l’abri de toute insulte45 ». Il ne dit pas explicitement que la ville a été fondée dans le but de fuir la Qal’a, mais que l’installation définitive de la capitale à Bougie répondait à ce besoin. Au reste, ce transfert ne fut pas immédiat et total46. Les fouilles archéologiques menées à la Qal’a ont d’ailleurs confirmé que la ville reste active après la fondation de Bougie, au moins jusqu’à l’arrivée des Almohades47. Cependant, si on peut mettre en doute que la fondation, en soi, ait été provoquée par l’arrivée des Hilaliens, le déplacement du pouvoir vers Bougie est bien accéléré par cette menace.

  • 48 La source principale est Ibn al-Athīr, op. cit., texte X, p. 47, trad. p. 476, que l’on peut compl (...)
  • 49 Ibn al-Athīr, op. cit., texte X, p. 47, trad. p. 476.
  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid., texte, X, p. 47-48, trad. p. 476. Al-Nuwayrī est plus précis, même s’il reprend en grande p (...)
  • 52 Ce nom ne fut en réalité jamais vraiment utilisé, et tomba vite dans l’oubli au profit du nom anci (...)

15L’autre récit de fondation de la ville donne une explication liée à la rivalité entre Zirides et Hammadides48. Chacune des deux dynasties rivales tente depuis longtemps de reconstituer à son profit l’unité perdue de l’Ifrīqiya fatimide. Mais, commençant à sentir la nécessité de la solidarité familiale face au nouveau péril hilalien, elles cherchent à faire taire leurs querelles et à s’unir. À la suite de la défaite de Sabība, l’émir ziride Tamīm b. al-Mu’izz envoie une ambassade à son cousin al-Nāṣir. L’ambassadeur, Muḥammad b. al-Ba’ba’, passe avant d’arriver à la Qal’a par le site de Bougie, qui n’est alors « qu’une simple localité habitée par des paysans berbères49 ». Parvenu devant al-Nāṣir, il lui apprend que son vizir le trahit au profit du Ziride et, trahissant à son tour son propre maître, conseille à al-Nāṣir d’abandonner ses rêves de concorde, de prendre l’initiative et de profiter de la faiblesse des Zirides pour s’emparer de Mahdia. Voici ses propos, tels qu’ils sont rapportés par Ibn al-Athīr : « Si tu avançais à la tête de ton armée tu serais aussitôt maître du pays grâce à la désaffection de l’armée et du peuple pour Tamīm. Je veux t’indiquer le moyen de t’emparer de Mahdia et de cette région50 ». Ce moyen est la fondation d’une nouvelle ville, sur le site de Bougie. Le souverain hammadide suit alors ce nouveau conseiller, qui lui montre l’endroit et « lui fit voir l’emplacement du port, la ville et le palais [futurs]51 ». Cela suffit à emporter la conviction d’al-Nāṣir, qui décide de faire construire au plus vite une ville à laquelle il donne son nom (al-Nāṣiriyya52).

  • 53 Sur la question des tribus et du contrôle du territoire, voir infra p. 142-172.

16Ces deux traditions ne sont pas absolument opposées. Elles mettent l’accent sur deux éléments du contexte régional à la suite des défaites subies par les deux dynasties Ṣanhāğa face aux tribus hilaliennes : les perturbations politiques entraînées par l’arrivée de ces tribus, mais aussi les difficultés à répondre à ce nouveau danger en raison des divisions politiques préexistantes. Elles montrent donc surtout que la fondation de Bougie est étroitement liée au contexte politique général du Maghreb central et oriental au xie siècle. Elles mettent par ailleurs en avant deux des principaux éléments d’explication de l’histoire de la ville, jusqu’à la fin de notre période : les problèmes de contrôle du territoire, et plus particulièrement des tribus – ici les tribus arabes hilaliennes – et les conflits entre puissances à l’échelle maghrébine. C’est ce dernier principe explicatif qui nous intéresse ici53.

17Pour comprendre le rôle que va jouer désormais Bougie il faut d’une part rappeler quelle a été la place du Maghreb central dans la politique régionale au cours des années qui précèdent la fondation de Bougie, et d’autre part souligner la nouveauté que représente la fondation d’une capitale située sur le littoral.

18Au moment du départ des Fatimides pour l’Orient, leurs lieutenants zirides doivent rapidement nommer à leur tour leurs parents hammadides comme lieutenants dans le Maghreb central, afin de faire face aux menaces qui pèsent sur ces régions théoriquement sous domination fatimide. Il leur faut en particulier se défendre contre les tribus Zanāta, alliées aux Omeyyades de Cordoue. Pour cela ils réorganisent leurs domaines occidentaux et doivent déléguer leurs pouvoirs. En 387/997 Bādis confie le gouvernement d’Ashīr à Ḥammād, qui ne tarde pas à affirmer sa puissance. En 395/1004-5 il s’engage à ne jamais le relever de son commandement et à lui laisser toutes les possessions occidentales des Zirides et toutes les conquêtes qu’il pourrait effectuer. Avec la fondation de la Qal’a en 398/1007-8, la nouvelle dynastie est solidement installée dans le Maghreb central. L’importance stratégique de cette région intermédiaire apparaît alors pleinement, entre une Ifrīqiya centrée sur Kairouan et Mahdia et un Maghreb extrême, toujours potentiellement menaçant.

  • 54 Cf. D. Valérian, « Contribution à l’étude de la guerre dans le Maghreb médiéval : Bougie et la mer (...)
  • 55 Pour les détails de l’histoire politique et militaire des Hammadides après la fondation de Bougie, (...)
  • 56 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 67-68. Idris, La Berbérie, op. cit., p. 277-282. En 473/1 (...)
  • 57 Dès 496/1102-3 l’émir hammadide al-Manṣūr reprend Tlemcen, et en 497/1103-4 la paix est conclue av (...)
  • 58 Berbères, II, p. 177.
  • 59 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 81-84.

19La nouveauté, avec la fondation de Bougie, réside dans le déplacement du pouvoir vers la mer. Le récit de fondation d’Ibn al-Athīr, ainsi que les événements qui suivent jusqu’à la conquête almohade et au-delà, montrent bien l’intérêt d’une telle position. Il s’agit de disposer d’une capitale qui permette des opérations militaires contre l’Ifrīqiya orientale aussi bien par terre que par mer54. Cette période est sans conteste celle du plus grand rayonnement politique de Bougie. Capitale d’un pouvoir indépendant, elle devient alors une puissance régionale de premier plan, qui se déploie dans deux directions55. Vers l’ouest, l’attitude des Hammadides est essentiellement défensive. Il leur faut d’abord lutter contre les tribus Zanāta, essentiellement dans le sud, dans la région du Zāb. Puis ils doivent affronter les Almoravides qui, à partir de 473/1080-1, cherchent à étendre leur domination vers l’est. Ces derniers poussent jusqu’à Alger, avant de se replier partiellement56. Assez vite cependant un statu-quo s’instaure entre les deux puissances57 et l’on voit notamment les Hammadides envoyer des secours à leurs voisins au moment de la conquête almohade58. Les relations avec les Zirides sont plus tumultueuses et le conflit durable, en dépit de tentatives d’alliances répétées. Les Hammadides cherchent à plusieurs reprises à s’emparer de l’Ifrīqiya orientale, lançant plusieurs expéditions à la fois terrestres et maritimes. C’est notamment le cas sous le règne de l’émir Yahyā b. al-’Azīz, qui mène deux campagnes contre Mahdia en 522/1128 puis en 529/1134-5 ou 530/1135-659.

  • 60 La date précise du séjour d’Ibn Tūmart à Bougie n’est pas sûre, et varie selon les auteurs entre 5 (...)
  • 61 Al-Baydaq, texte p. 52-54, trad. p. 78-80. Cf. aussi A. Ben Hammadi, « La rencontre entre le “faqi (...)

20La période hammadide montre donc l’importance stratégique de Bougie dans l’espace maghrébin, à un moment de puissance et d’indépendance politique. Les luttes menées, aussi bien contre les tribus de l’intérieur que contre les rivaux zirides ou almoravides, soulignent l’intérêt de cette position pour tenir l’arrière-pays et lancer des opérations militaires à l’échelle régionale. Davantage que la Qal’a, Bougie a donné aux Hammadides une base efficace pour soutenir et déployer leur puissance régionale, en profitant de l’ouverture maritime. Cette importance acquise par la ville apparaît pleinement dans l’épisode du passage d’Ibn Tūmart à Bougie et de sa rencontre avec ‘Abd al-Mu’min dans les dernières années du règne d’al-’Azīz bi-llāh60. Le récit nous a été rapporté par un des proches compagnons du Mahdi, al-Baydaq. Celui-ci dépeint une ville riche et prospère, dans laquelle Ibn Tūmart prêche la réforme des mœurs avant d’en être expulsé vers le village voisin de Mallāla, où il fait la rencontre du futur calife ‘Abd al-Mu’min61. Ce texte est doublement intéressant. D’une part il nous montre la capitale hammadide au faîte de sa puissance, ville idéale pour le déploiement de la prédication d’un réformateur tel qu’Ibn Tūmart. D’autre part le rôle joué par Bougie dans la geste almohade – c’est là que le Mahdi annonce le destin futur de ‘Abd al-Mu’min – souligne l’importance prise par la ville à cette époque, importance qui explique la place qu’elle occupa par la suite, dans la conquête almohade du Maghreb ainsi que dans toutes les autres grandes entreprises impériales ultérieures.

2) Une ville essentielle du dispositif almohade au Maghreb

21La conquête almohade, puis le rôle joué par Bougie dans l’organisation de l’empire, confirment l’importance de la ville dans l’espace politique maghrébin. Si elle perd, définitivement ou presque, son statut de capitale d’un État indépendant, elle conserve en effet son rôle de point d’appui de toute domination dans la région.

  • 62 R. Le Tourneau, The Almohad Movement in North-Africa in the Twelfth & Thirteenth c., Princeton, 19 (...)

22L’expédition almohade contre Bougie fut longuement et minutieusement préparée, signe à la fois de l’enjeu stratégique de la place, de la difficulté à s’en emparer et de son importance politique. C’est la première conquête almohade après la soumission d’al-Andalus et des domaines almoravides et elle marque en ce sens le début de l’expansion du mouvement à l’ensemble du Maghreb62.

  • 63 La date précise de la prise de Bougie est incertaine. Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 189) donne pou (...)
  • 64 Al-Tiğānī explique cette conquête de Bougie par la vengeance du dernier prince ziride al-Ḥasan qui (...)
  • 65 Huici Miranda, op. cit., p. 158-163.
  • 66 Ibn ‘Idārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-Mugrib fīah bār al-Andalus wa l-Maġrib, partie almohade, éd. (...)
  • 67 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 572 ; al-Baydaq, texte p. 113, trad. p. 186 ; Ibn Abī Zar’, op. c (...)

23Les Almohades s’emparent de Bougie en 547/115263. Officiellement motivée par la nécessité de porter secours aux musulmans d’Ifrīqiya occupée par les Normands de Sicile64, la conquête fut soigneusement préparée65. Depuis leurs expéditions en al-Andalus, les Almohades ont développé une flotte puissante, capable de transporter rapidement des troupes importantes par voie maritime. Cet effort est poursuivi dans la perspective de la conquête du reste du Maghreb, grâce aux arsenaux, dont certains construits par les Almohades. Maîtres des grands ports du Maroc, ces derniers rassemblent leurs troupes à Salé et leur flotte à la Ma’mūra et à Ceuta66. Ces préparatifs sont réalisés dans le plus grand secret, afin de bénéficier de l’effet de surprise : ‘Abd al-Mu’min avait fait couper toutes les communications tant par terre que par mer, et fait courir le bruit qu’il préparait une expédition en Espagne. Ce n’est que lorsque la flotte arriva à Alger que les Hammadides en furent avertis67.

  • 68 Seul al-Tiğānī parle d’un rôle de la flotte almohade, qui aurait poussé le dernier Hammadide à fui (...)
  • 69 Les versions diffèrent assez sensiblement sur les circonstances exactes de la prise de Bougie. Sel (...)
  • 70 Berbères, II, p. 189-190. Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 91-92.
  • 71 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574 ; Berbères, II, p. 190. I. Achouri, Les Banu Hilal. Analyse s (...)
  • 72 Après la conquête de Bougie le calife rentre à Marrakech et laisse assez vite comme gouverneur son (...)

24La flotte almohade ne joua cependant pas un rôle direct dans la conquête de la ville68, prise par la seule armée de terre, après une marche forcée et, semble-t-il, sans grandes difficultés69. Une fois prise, la ville sert cependant de base pour l’arrivée par mer de nouvelles troupes depuis le Maroc. Le calife s’y installe pendant deux mois et utilise Bougie, facilement approvisionnée en troupes et ressources, pour soumettre le reste du territoire hammadide. Les autres villes (la Qal’a, Constantine) tombent ainsi sans grande difficulté70. Par ailleurs ‘Abd al-Mu’min n’a pas de mal à défaire les tribus qui se soulèvent contre cette nouvelle domination, à la bataille dite de Sétif71. Bougie n’est alors pour les Almohades qu’une première étape dans la conquête du Maghreb oriental72, qui les mène, après un premier échec en 552/1157-8, à la prise de Tunis et de ce qui reste du domaine ziride en 554-5/1159-60.

  • 73 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 5 ; Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 50 ; Berbères, II, p. (...)
  • 74 Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 50-51.
  • 75 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 12, 18 ; Huici Miranda, op. cit., p. 613-630.

25Bougie devient alors, au même titre que Tunis, le siège d’un gouverneur. Les Almohades conservent donc la division de l’Ifrīqiya entre les deux anciens domaines hammadide et ziride et confirment ainsi l’importance politique et militaire de Bougie. Le calife place en effet à la tête de la ville des membres éminents de sa famille. Si le premier à occuper ce poste est sans doute le šaykhalmohade Abū Muḥammad b. Abī Hafs, le calife confie rapidement ce gouvernement à son quatrième fils, Abū Muḥammad ‘Abd Allāh, aidé par un šaykhalmohade, selon un schéma appliqué dans toutes les provinces de l’empire73. C’est également à ce moment que se met en place un système proprement dynastique qui mène rapidement à l’élimination des membres de la famille du Mahdī74. Il semble bien que la prise de Bougie ait fortement consolidé l’autorité personnelle de ‘Abd al-Mu’min, lui ouvrant la voie d’un pouvoir dynastique rompant avec l’héritage d’Ibn Tūmart. Par la suite, Bougie est toujours confiée à des membres éminents de la famille du calife75, signe de l’importance accordée à cette place dans le dispositif almohade.

  • 76 Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et (...)
  • 77 Cf. l’appréciation de Marrākušī : « Ce fut le premier coup porté à l’Empire masmūda, et dont l’eff (...)

26Plus largement, cette conquête de l’ensemble du Maghreb offre au calife des bases solides pour sa politique andalouse. L’arsenal de Bougie est ainsi mis à contribution, comme ceux de Tunis ou de Ceuta76. Mais cette politique d’expansion territoriale à la fois à l’ouest (al-Andalus) et à l’est (Ifrīqiya) montre très vite ses limites, et c’est de Bougie que prend naissance la première fissure majeure qui finit par lézarder, puis provoquer l’écroulement de l’ensemble de l’édifice impérial : l’aventure des Banū Gāniya77.

  • 78 Cette aventure des Banū Gāniya, qui a beaucoup marqué l’histoire de la région, est rapportée, avec (...)
  • 79 Mu’ğib, trad. p. 234.
  • 80 Ibn al-Athīr rapporte que les Banū Gāniya ont été rejoints par les survivants des BanūḤammād. Ibn (...)
  • 81 Parmi les savants andalous dont parle al-Ġubrīnī, certains quittent sans explication la ville ou m (...)
  • 82 Selon Ibn al-Athīr, les Almoravides arrivèrent avec vingt bateaux transportant 200 cavaliers et 4  (...)
  • 83 Les raisons militaires de cette facilité divergent selon les auteurs : selon Ibn Khaldūn (Berbères(...)
  • 84 Berbères, II, p. 90, 209. Huici Miranda, op. cit., p. 325.
  • 85 Analyse Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles almohades », art. cité, lettre 29, p. (...)
  • 86 L’île est conquise par les Almohades en 600/1203-4. Ibn ‘Idārī, texte, partie almohade, p. 239-243 (...)
  • 87 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 22.

27Quelques années plus tard, en ša’bān 580/novembre 1184, c’est en effet Bougie qui est choisie pour servir de base africaine à la conquête de l’Almoravide majorquin ‘Alī b. Ish āq b. Gāniya78. Ce choix n’est pas un hasard : au centre du domaine maghrébin des Almohades, la ville permet de rayonner dans le reste de la région. Le port rendait par ailleurs possible un ravitaillement rapide par mer, à partir de Majorque. Enfin il n’est pas impossible que les Banū Gāniya aient pu disposer de complicités, ou au moins de sympathies, à l’intérieur de la ville. Marrākušī affirme en effet que c’est à la suite « d’un message de quelques-uns des principaux habitants qui le sollicitaient de s’emparer de cette place » qu’il en entreprit la conquête79. Almoravides et Hammadides avaient en effet en commun, en plus d’avoir été privés du pouvoir par les Almohades, d’être des dynasties Ṣanhāğa80. Mais on peut également penser qu’une partie des élites savantes, en particulier l’élément andalou (déjà bien représenté à Bougie), a joué un rôle sinon dans cette entreprise du moins dans sa réussite81. Partis de Majorque avec une petite flotte82, les Almoravides prennent la ville sans difficulté majeure83. Les troupes almohades battues, et les tribus de la région facilement ralliées, de grandes chevauchées permettent aux Banū Gāniya de soumettre rapidement Alger, Miliana, puis la Qal’a des BanūḤammād, avant de se heurter à la résistance de Constantine. Très vite cependant le nouveau calife Ya’qūb al-Mans ūr, à peine revenu d’Espagne, envoie une expédition, toujours appuyée par la flotte. L’escadre, arrivée la première, provoque la fuite immédiate des Almoravides84. Le mode d’utilisation de la flotte, tel qu’il apparaît dans une lettre du calife relatant les événements, est caractéristique85 : la flotte prend d’abord Alger, puis se dirige vers Bougie. Les troupes sont alors débarquées, dans un lieu non spécifié, battent les Almoravides, puis entrent dans la ville, dont la population s’est entre-temps à nouveau soumise aux Almohades. Alors seulement la flotte ennemie est capturée dans le port, avec tout son armement et son équipement. Les vainqueurs envoient ensuite à l’armée de terre un message pour l’informer de la nouvelle situation. Cette occupation almoravide n’a duré que quelques mois. Par la suite, et en dépit d’une brève réoccupation de la ville, les Banū Gāniya, vite coupés de leurs bases majorquines86, doivent se contenter d’un harcèlement contre les forces almohades de l’est. Il faut pourtant de longues années pour venir à bout de cette menace et ce n’est que le premier émir hafside Abū Zakariyā’ qui met un terme à l’aventure des Banū Gāniya, en 631/1233-487.

  • 88 Sur le rôle des tribus, voir infra p. 153-172.

28Cet épisode, qui a fortement perturbé Bougie et sa région à la fin du xiie siècle et au début du XIIIe, est révélateur de la place de Bougie dans l’espace politique et militaire maghrébin. Il montre l’importance stratégique de ce port et la nécessité de le tenir fermement pour qui veut contrôler la région. Il confirme également l’effet déstabilisant des tribus qui ont fortement contribué aux succès des Banū Gāniya88. Mais il a surtout mis en évidence la difficulté à tenir l’ensemble du Maghreb depuis Marrakech. C’est la raison pour laquelle les Almohades nomment alors à Tunis un gouverneur doté de très larges pouvoirs, mais dont l’autorité ne s’étend cependant pas jusqu’à Bougie.

3) Une capitale régionale hafside disputée par les Abdelwadides et les Mérinides

  • 89 M. Kably, « Potere universale e poteri provinciali nel Maghreb », Federico II e il mondo mediterra (...)

29L’effondrement de l’Empire almohade au début du xiiie siècle entraîne sa partition en trois États, dont deux au moins en revendiquent l’héritage à la fois idéologique et territorial : à l’ouest les Mérinides et à l’est les Hafsides. Entre les deux, les Abdelwadides tentent, avec plus ou moins de succès, d’établir leur domination sur une partie du Maghreb central. Malgré tout, l’idée d’une unité du Maghreb reste présente et la référence à la splendeur almohade demeure le moteur des ambitions des grands souverains maghrébins de la fin du Moyen Âge89. De nombreux conflits régionaux en découlent, dans lesquels Bougie est très souvent impliquée.

a) La capitale des marches occidentales du sultanat hafside

  • 90 La plupart des chroniqueurs, et al-Baydaq en premier lieu, insistent sur le choix par le Mahdī Ibn (...)
  • 91 Berbères, II, p. 299.
  • 92 Ibid., II, p. 300 ; Fārisiyya, p. 108.
  • 93 Berbères, II, p. 300-302. Al-Zarkašī (trad. p. 37) donne la date de 636/ 1238-9 pour la conquête d (...)
  • 94 En 639/1241-2 il marche sur Tlemcen, car il « aspire à la domination du Maroc et au trône almohade (...)
  • 95 Les Hafsides, avec Abū Zakariyā’, reprennent également à leur compte le rôle, tenu jusque-là par l (...)
  • 96 Fārisiyya, p. 109. À la mort de ce fils en 646/1248-9, il le remplace par le futur al-Mustanṣir (i (...)
  • 97 Déjà la mort d’Abū Zakariyā’ en 647/1249-50 avait montré la faiblesse de cette domination : « de n (...)

30Les Hafsides sont les premiers à se poser en héritiers de l’empire, forts de l’autorité morale que leur conférait leur aïeul AbūHafs, proche compagnon du Mahdī. Ce šayẖhintatien avait accepté, dans des conditions qui restent obscures, la mise en place de la dynastie mu’minide90. Mais lorsqu’en 625/1227-8 le calife al-Ma’mūn rejette la doctrine d’Ibn Tūmart, le gouverneur de Tunis Abū Zakariyā’ Yahyā, descendant d’AbūHafs, proclame sa fidélité aux idées du Mahdī et rejette le pouvoir mu’minide, prononçant la hutba au nom « du Mahdi et des califes orthodoxes91 ». Il entreprend alors la reconstitution de l’empire à son profit. En l’espace de quelques années il conquiert l’ancien territoire hammadide : il prend Constantine et Bougie, sans doute en 626/1228-992, puis Alger en 634/ 1236-793. Il impose ensuite sa souveraineté au reste du Maghreb94 et à une partie d’al-Andalus95, allant même jusqu’à être reconnu un moment par le Hidjāz et l’Égypte. En 633/1235-6 l’émir installe comme gouverneur de Bougie et de sa région son fils Abū Yah yā Zakariyā’, qu’il déclare héritier en 638/1240-196. Cette période d’hégémonie politique dure jusqu’à la mort d’al-Mustanṣir en 675/1276-797. Les Abdelwadides et les Mérinides sont alors assez forts pour rejeter cette autorité, et ne tardent pas à manifester leurs ambitions territoriales à l’est. La période qui s’étend des années 1280 aux années 1350 est donc caractérisée par des tentatives constantes de la part des puissances occidentales de s’emparer de Bougie, avec parfois des projets à l’échelle du Maghreb dans son ensemble. Bougie confirme alors, tout au long de ses années, sa place de pôle politique et militaire de premier plan et de ville charnière au Maghreb.

31Cette histoire, souvent mouvementée et compliquée, des relations entre Bougie et les puissances occidentales du Maghreb, s’explique pour l’essentiel par la place qu’occupe la ville comme gardienne des marches occidentales du sultanat hafside.

  • 98 Sur cette question, voir Valérian, « Frontières », art. cité, p. 3-8.
  • 99 A. Bazzana, P. Guichard, Ph. Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale », Frontière et peuple (...)
  • 100 L. Febvre, « Frontières : le mot et la notion », Bulletin du Centre International de Synthèse, 45, (...)
  • 101 Ces notions sont étroitement liées à la construction de l’État moderne et de la nation, deux réali (...)

32Il est toujours délicat de parler de la « frontière » pour le Moyen Âge, tant ce mot pose problème98. En théorie il ne peut y avoir de frontière d’État à l’intérieur du Dār al-Islām et il y a une « illégitimité profonde, de principe, de toute séparation territoriale qui serait la base d’une éventuelle et redoutée scission de l’Umma99 ». Mais la réalité politique est bien sûr tout autre. La question demeure de savoir comment se délimite l’espace d’exercice d’un pouvoir. Une conception purement territoriale, bornée par des frontières fixes et bien reconnues, est d’emblée à rejeter. Au Moyen Âge, dans l’Occident chrétien comme dans le monde musulman, la notion de souveraineté territoriale, définie par des frontières, « contour extérieur d’une nation pleinement consciente d’elle-même100 », n’est pas encore élaborée101.

  • 102 É.-F. Gautier est, comme souvent, le représentant le plus net – ou le plus caricatural – de cette (...)

33On a pu dire également, non sans quelque raison, que l’autorité d’un État au Maghreb s’exerce sur les tribus et que par conséquent les limites de cet État enferment celles, mouvantes, des terrains de parcours de ces tribus. Mais cette vision est réductrice, car l’autorité politique ne se résume pas à la subordination des tribus. Surtout, elle repose implicitement sur une conception raciale ou biologique, héritée de l’historiographie coloniale, qui veut que les Maghrébins seraient inaptes – contrairement aux Européens – à concevoir leur espace de manière « moderne », entendons par-là un espace borné par des frontières identifiées102. Si on ne peut nier que le pouvoir s’exerce en partie sur des groupes tribaux parfois nomades, on constate aussi qu’il existe un vocabulaire pour exprimer les limites d’un État, avec un sens essentiellement militaire et politique.

  • 103 Un territoire suppose en principe un « espace approprié, avec sentiment ou conscience de son appro (...)
  • 104Ibar, VI, p. 170, Berbères, I, p. 161 (trad. modifiée).
  • 105Ibar, VI, p. 152 ; Berbères, I, p. 146 (où De Slane traduit « qui gouvernait la partie occidental (...)
  • 106 « ‘aqada li-ibni-hi ‘alāṯagr Biğāya qā’idat mulk BanīḤammād, wa ğa’ala ilay-hi al-nazar fīsā’ir a’ (...)
  • 107Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 400.
  • 108Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 401 : « al-nāhiyat al-garbiyya ».
  • 109 « Haddata nafsa-hu bi-gazw al-nāhiyat al-garbiyya wa irtiğā’ ṯugūri-ha min yad al-amīr Abī Zakariy (...)
  • 110Ibar, VI, p. 596 ; Berbères, II, p. 301. Abū Zakariyā’ I installe ses armées sur les frontières ( (...)
  • 111 Mais il parle alors des limites du territoire d’une tribu, les Zugba (« tuẖūm bilādi-him »), et no (...)

34Incontestablement, il existe déjà une représentation mentale de l’espace politique, du territoire103, dont les géographes et les cartographes arabes sont les témoins. La notion de limites n’est pas absente des textes de l’époque, en particulier chez Ibn Khaldūn, qui assigne clairement à Bougie le rôle de place-frontière dans l’espace hafside. Chez cet historien, qui est aussi un homme de pouvoir, la frontière a le sens politique de limite du territoire d’un État. Lors-qu’il parle d’Abū Zakariyā’, qui s’est rendu indépendant à Bougie en 684/1285-6, il écrit ainsi qu’il gouvernait alors « la ville de Bougie et la marche occidentale de l’Ifrīqiya [Biğāya wa al-ṯagr al-garbī min Ifrīqiya]104 ». Plus tard, à propos de son fils et successeur l’émir Abūl-Baqā’ Hālid, il dit qu’il « était maître de la marche occidentale de l’Ifrīqiya [sāhib al-ṯagr al-garbī min Ifrīqiya] » depuis les derniers jours du sultan Abū‘Asīda105. Ces marches occidentales sont clairement identifiées à l’ancien territoire des BanūḤammād : lorsque le sultan Abū Zakariyā’ confie à son fils et héritier Abū Zakariyā’ Yahyā le gouvernement de Bougie, il étend la domination de ce dernier à l’ensemble des anciens territoires hammadides, avec des villes comme Alger, Constantine, Bône, et le territoire du Zāb : « Il donna à son fils le gouvernement de la marche de Bougie, capitale du royaume des BanūḤammād et lui confia l’administration de l’ensemble de sa région106 ». Le mot le plus souvent utilisé par Ibn Khaldūn est tagr, plus rarement employé dans sa forme plurielle de tugūr107. Il lui arrive exceptionnellement de choisir le mot plus neutre de nāhiya (région) pour désigner cette zone occidentale du domaine hafside108, mais associé à la notion de frontière : lorsqu’il parle des projets de reconquêtes occidentales du sultan Abū‘Asīda, il écrit qu’il « conçut l’espoir d’une expédition dans la région occidentale et de la restitution de ses marches par l’émir Abū Zakariya109 ». On peut trouver çà et là d’autres expressions désignant la frontière comme atraf110 ou ẖuhūm111. Mais le terme le plus utilisé reste celui de ṯagr.

  • 112 Ibn Manẕūr, Lisān al-’Arab, Beyrouth, 1955, s.v.
  • 113 Th. Bianquis, « Les frontières de la Syrie au xie siècle », Frontière et peuplement, op. cit., p. (...)
  • 114 Cf. J. Bosch Vila, « Algunas consideraciones sobre ‘tagr en al-Andalus’ y la división político-adm (...)
  • 115 Le mot ṯagr conserve cependant une certaine ambiguïté, car il peut désigner aussi la frontière mar (...)

35La signification de ce mot est clairement stratégique. On le retrouve dans d’autres contextes, même si c’est le plus souvent pour désigner la frontière qui sépare l’Islam de la Chrétienté112. En Orient le mot, utilisé en général au pluriel, désigne les places fortes qui défendent l’Islam contre Byzance113. En al-Andalus il est utilisé au singulier, avec le même sens de marche-frontière face aux royaumes chrétiens du Nord114. Au Maghreb cependant le mot perd en grande partie sa connotation de guerre sainte, puisqu’il concerne des pays qui sont tous musulmans115. Mais il garde son sens essentiellement stratégique, celui de marches occidentales du domaine hafside, face aux rivaux, Abdelwadides ou Mérinides.

  • 116 « Trahissant un début d’existence propre et partant une certaine conscience de communauté territor (...)
  • 117 Cf. P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », Frontière et peuplement, op. ci (...)
  • 118 En ce sens, cette frontière occidentale diffère radicalement de la frontière méridionale (le Sahar (...)

36Il s’agit donc d’une frontière essentiellement politique, limitant à l’ouest le domaine ifrīqiyen, zirido-hammadide puis hafside. Une telle conception traduit le début d’une conscience de territoire d’État, encore mouvante mais réelle, et qui se substitue lentement à une souveraineté portant seulement sur des tribus ou des confédérations de tribus116. On y chercherait en vain d’autres caractères habituels de la frontière117. Il ne s’agit pas d’une frontière naturelle, ni religieuse. Elle n’est pas non plus économique ou commerciale. Elle ne définit pas deux espaces de peuplements distincts, et n’arrête pas les migrations de tribus. En définitive la frontière n’existe que comme délimitation politique, pour les souverains et les auteurs qui en épousent les vues118. C’est donc peu de dire qu’elle n’est pas intangible. Ce qui la définirait le mieux est qu’elle est une zone de compétition et de conflits, et c’est sans doute cela qui importe le plus pour Bougie.

  • 119 « Fa istawlā ‘alāhādihi l-tugūr al-garbiyya ». ‘Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 400.

37Enfin il ne faut pas chercher une ligne frontière, ni même une bande qui délimiterait plus ou moins les domaines hafsides à l’ouest. Il s’agit plus précisément d’une « province frontière » de l’État hafside, de marches dont Bougie est la capitale. C’est ainsi qu’il faut comprendre le mot ṯagr tel qu’il est employé par Ibn Khaldūn. On le voit bien lorsqu’il parle de la constitution par Abū Zakariyā’ d’un émirat indépendant : après avoir pris Bougie en 684/1285-6, il soumet Alger et Dellys et donc « se rendit maître de ces marches occidentales119 ».

  • 120 On est étonné en effet par la rapidité des déplacements des armées dans les régions à l’ouest de B (...)
  • 121 Ainsi lors de la conquête almohade : une fois Alger prise, les Almohades rencontrent l’armée hamma (...)
  • 122 C’est le cas par exemple pour Ashīr, dont les habitants ont servi à peupler la Qal’a des BanūḤammā (...)
  • 123 Al-Idrīsī, trad. p. 162, qui en parle comme d’une ville à la splendeur passée.
  • 124 Ibid., p. 160.
  • 125 Ibid.
  • 126 Ibid. p. 161.
  • 127 Amara, « La Qal’a des Banī Ḥammād », art. cité, p. 91-110.
  • 128 Al-Idrīsī, trad. p. 159.
  • 129 Ibid., p. 160 ; entre les deux on trouve également Māma, petite ville entourée d’une muraille et d (...)
  • 130 Ibid., p. 158-159.
  • 131 Ibid., p. 164.
  • 132 Ibid., p. 158.
  • 133 Ibid., p. 163.
  • 134 Ibid., p. 164-165.
  • 135 C’est la seule ville mentionnée lors de la conquête almohade, mais elle ne semble pas avoir opposé (...)
  • 136 R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis », ROMM, (...)
  • 137 H. S. Khalilieh, « The Ribât System and its Role in Costal Navigation », JESHO, 42, 2, 1999, p. 21 (...)

38Au sein de cette province frontière, Bougie est la première ville importante pour qui veut entrer en Ifrīqiya depuis l’ouest. Elle joue, à ce titre, un rôle stratégique essentiel, dû à sa situation, à la fois littorale et sur la route principale qui mène d’ouest en est, où elle est la première ville forte. On est en effet frappé par la rareté des mentions de villes fortifiées dans le Maghreb central, comme on pourrait s’y attendre dans une zone de marches. Les chroniques parlent surtout de grandes chevauchées, qui ne semblent arrêtées par aucune citadelle particulière120. Au contraire les rares batailles signalées prennent place plutôt en dehors des villes, en rase campagne121. Les géographes mentionnent certes des sites fortifiés, mais sans que l’on puisse y voir une réelle organisation défensive d’un territoire. À l’ouest, en particulier, le pays semble très dégarni. Les grandes villes de l’intérieur, qui furent parfois des capitales politiques au cours des siècles précédents, ont le plus souvent perdu leur importance stratégique, quand leur population n’a pas été déplacée pour occuper une nouvelle ville122. Au sud, au contact entre le Tell et les Hauts Plateaux, al-Idrīsī signale encore au xiie siècle les anciennes capitales du Maghreb central : Tahert123, Ashīr, qui fut délaissée après la fondation de la Qal’a124, M’sila, pour laquelle al-Idrīsī ne parle pas de fortifications125, et bien sûr la Qal’a elle-même126, qui est abandonnée au profit de Bougie sinon totalement à la fin de l’époque hammadide, au moins avec les Almohades127. Toutes ces anciennes places fortes n’ont plus de réelle valeur stratégique à partir du xiie siècle. Les armées, qui auparavant empruntaient le plus souvent cette route méridionale, se sont déportées vers le nord, suivant en cela l’évolution géographique générale des centres de pouvoir. Plus au nord, on trouve bien al-Hadrā’, « petite ville fortifiée » près de Miliana128, ou Kaznāya129. Mais les principales agglomérations sont désormais sur la côte. C’est d’abord un ensemble défensif à proximité de Tlemcen comprenant Oran, avec sa muraille en terre130, et à peu de distance Marsā l-Dağāğ(Port aux Poules), entourée de fortifications, mais dont la population est peu nombreuse131, enfin Mostaganem, sur une colline entourée d’un rempart. Ensuite le réseau est plus faible avec Ténès, en partie entourée de remparts132, puis Brechk (Gurâya), avec un rempart de terre, sur une colline133, Alger et enfin Dellys, promontoire entouré de solides remparts134. Parmi ces ports, seul Alger semble représenter une véritable difficulté, d’autant qu’il se développe beaucoup à partir du xive siècle135. À la fin du xve siècle, la description de Pīrī Reis donne une image du système de défense côtier assez proche de celle d’al-Idrīsī. Il parle de forteresses (certaines ruinées à son époque) à Mers el-Kebir, Arzew et Mostaganem, dans la région d’Oran, puis à Ténès, Brechk, Cherchell, Alger, et Dellys136. Mais ces places fortes côtières ne peuvent constituer une ligne de défense apte à stopper une armée de terre, et rien n’indique qu’elles ont abrité des garnisons importantes. On a pu écrire par ailleurs que l’ensemble de la côte du Maghreb était parsemée de ribāt-s et de tours de guet capables d’avertir d’une attaque par un système de signaux lumineux137. Peut-être ce dispositif a-t-il existé à une époque plus ancienne – encore qu’on n’en ait pas de trace archéologique et que les témoignages concernent surtout l’Ifrīqiya – mais il n’est pas évident qu’il ait continué à fonctionner au bas Moyen Âge. La surprise des habitants de Bougie lors de l’attaque almohade ou de celle des Banū Gāniya montre au contraire une circulation de l’information assez déficiente sur les côtes occidentales.

  • 138 Al-Idrīsī, texte p. 118-120, trad. p. 167-168. Cf. infra sur les routes, p. 175-182. Le Kitāb al-I (...)
  • 139 Cf. infra, p. 117-120.

39En revanche à l’approche de Bougie le système défensif devient plus dense et efficace. Al-Idrīsī cite dans ses environs de nombreuses places fortes138, s’appuyant sur un relief particulièrement difficile, et la ville elle-même est difficile à prendre139.

  • 140 Lors de la croisade de Louis IX, le sultan de Tunis songe à un moment à s’y réfugier. Brunschvig, (...)
  • 141 En revanche ne pas tenir Constantine revient à laisser en arrière une place forte et une garnison (...)
  • 142 C’est ce que Abdallah Laroui nomme le « Maghreb moyen », par opposition au « Maghreb conquis », ce (...)
  • 143 Ibn Marzūq, El Musnad : hechos memorables de Abūl-Ḥasan sultán de los Benimerines, trad. esp. M. J (...)

40Certes Constantine est une autre grande ville, qui partage avec Bougie ce rôle de gardienne des marches occidentales de l’Empire hafside. On la voit souvent résister alors que Bougie est déjà tombée aux mains des ennemis140. Mais son importance stratégique a beaucoup diminué, car elle est à l’intérieur des terres, éloignée de la route littorale, et ne bloque pas vraiment les armées en marche141. En ce sens le changement est radical par rapport aux premiers siècles de la domination musulmane au Maghreb, où les armées parcourent plutôt l’intérieur des terres, et s’appuient sur des cités comme Ashīr, Tahert ou la Qal’a des Banū Ḥammād qui sont, jusqu’au xie siècle, les capitales successives dans la région142. Un passage du Musnad d’Ibn Marzūq, à propos de la conquête de l’Ifrīqiya par le Mérinide Abūl-Ḥasan en 1347, est significatif à cet égard. Après avoir pris des contacts plutôt amicaux avec l’émir de Bougie, le sultan réunit son conseil. Certains lui suggèrent de se diriger directement vers Tunis car, en tenant la capitale, il ferait tomber toutes les autres places fortes et les territoires qu’elles commandent. D’autres au contraire sont favorables à la prise de Bougie, par la force s’il le faut, car laisser cette ville en arrière serait interprété comme un signe de faiblesse qui pousserait les autres cités à résister. La seconde solution est finalement choisie par le sultan, qui installe dans la ville des hommes sûrs143. Bougie est donc la capitale de cette zone frontière, mais aussi le premier verrou important à faire sauter pour un conquérant.

41La place de Bougie dans les conflits régionaux à l’époque hafside s’explique en grande partie par cette fonction de gardienne des marches occidentales du sultanat. Entre la fin du xiiie et le milieu du xive siècle, les Abdelwadides, puis les Mérinides cherchent avec obstination à s’emparer de la ville, sans jamais cependant réussir à y établir une domination durable.

b) La longue crise abdelwadide (711/1311-732/1332)

  • 144 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 49.
  • 145 Sur la politique d’expansion abdelwadide, voir principalement A. Dhina, Le royaume abdelouadite à (...)

42Si, vers le milieu du xiiie siècle, les Hafsides ont pu étendre leur influence vers l’ouest du Maghreb, à la veille de la croisade de Louis IX la domination de Tunis sur Tlemcen est de plus en plus théorique144. Au début du xive siècle l’affaiblissement du pouvoir hafside est en tout cas patent et attise les convoitises. Déjà les Mérinides lancent quelques courtes expéditions contre Bougie. Mais c’est surtout Tlemcen qui devient, pour plusieurs décennies, une menace permanente pour la ville145.

  • 146 Berbères, III, p. 369.
  • 147 L’authenticité de ce « Testament » a été remise en cause, notamment par Georges Marçais (« ‘Abd al (...)
  • 148 Sur le conflit entre Mérinides et ‘Abdelwadides à cette époque, voir A. Khaneboubi, Les premiers s (...)
  • 149 Berbères, III, p. 392.
  • 150 Même si par la suite les Abdelwadides cherchent à plusieurs reprises à présenter un prétendant haf (...)

43Les Abdelwadides, se posant en maîtres du Maghreb central, cherchent rapidement à conquérir Bougie, qu’ils considèrent comme faisant partie de leurs domaines. Cet irrédentisme oriental est clairement exprimé par le « Testament » de Yagmurasān. À la veille de sa mort, le sultan de Tlemcen aurait confié à son successeur ‘Uṯmān, à propos des Mérinides : « Garde-toi bien d’aller à leur rencontre ; tiens-toi derrière tes remparts, s’ils viennent t’attaquer, et dirige tes efforts à la conquête des provinces hafsides qui touchent aux nôtres. Par les troupes qu’elles te fourniront, tu pourras résister à celles de tes adversaires ; peut-être même, l’une des forteresses orientales tombera en ton pouvoir et deviendra le dépôt de tes trésors146 ». Le texte, quelle que soit son authenticité147, est intéressant. S’il n’évoque pas de droit, à proprement parler, de Tlemcen sur la partie occidentale du domaine hafside, il souligne néanmoins l’intérêt de la région de Bougie pour le sultanat : elle peut constituer un réservoir de troupes et un refuge solide à l’abri de la menace mérinide148. On peut ajouter qu’elle sert de base de repli pour des tribus de la région de Tlemcen, notamment les Magrāwa qui cherchent à reconstituer une principauté dans les régions du Chélif et de l’Ouarsenis149. Occuper Bougie pouvait par conséquent permettre de réduire cette menace. Le « Testament » affirme donc la nécessité de l’expansion à l’est pour des raisons avant tout défensives. Cette revendication s’appuie d’ailleurs dans un premier temps sur l’affirmation d’une légitimité hafside. Mais les Abdelwadides n’ont guère de mal, le moment venu, à se passer de cette justification pour entreprendre la conquête de Bougie pour leur propre compte150.

  • 151 Sur les relations entre les émirs de Bougie et les sultans de Tunis, voir infra, p. 81-83.
  • 152 Berbères, II, p. 399-400 ; III, p. 366-367, 373.
  • 153 Ibid., II, p. 401-402 ; III, p. 373 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 159.
  • 154 Berbères, III, p. 370-372. Le sultan doit en particulier mettre au pas les tribus Tuğīn et Magrāwa (...)
  • 155 Cette opération se solde par une défaite des Bougiotes. Berbères, II, p. 414 ; Ibid., III, p. 367- (...)

44En 684/1285-6 le prince hafside Abū Zakariyā’ prend le pouvoir à Bougie, et commence alors une période de séparation de Bougie vis-à-vis de Tunis, où règne le sultan AbūHafs151. La première manifestation de Tlemcen date des débuts du règne de cet émir indépendant. Ibn Khaldūn raconte que le sultan ‘Uṯmān b. Yagmurasān avait été offensé par Abū Zakariyā’. Celui-ci, alors qu’il était son hôte, avait quitté Tlemcen à l’aide d’un subterfuge pour se rebeller contre le sultan de Tunis AbūHafs, que Tlemcen reconnaissait152. ’Uṯmān part donc en 686/1287 pour attaquer Bougie, au nom de la légitimité hafside. Mais la résistance qu’il rencontre près de la ville l’oblige à renoncer, non sans avoir ravagé les jardins de la banlieue et incendié les villages voisins153. Par la suite, l’alliance entre Tlemcen et Tunis contre Bougie continue, mais sans résultat concret, car les Abdelwadides sont trop occupés par la menace mérinide et par la remise en ordre de leur propre territoire154. Il se produit même un retournement d’alliances puisque Abū Zakariyā’ de Bougie se rapproche de Tlemcen, marie sa sœur à ‘Uṯmān b. Yagmurasān et envoie en 698/1298-9 un corps d’Almohades contre le Mérinide Yūsuf b. Ya’qūb, qui assiège alors Tlemcen155.

  • 156 En 710/1310-1 le gouverneur hafside de Constantine se révolte contre Abūl-Baqā’, sultan de Tunis, (...)
  • 157 Malgré une expédition ratée des Mérinides contre Tlemcen en 714/1314-5. D’une manière générale, du (...)
  • 158 Berbères, III, p. 383-384, qui évoque pour expliquer ce rejet la nouvelle alliance entre Tunis et (...)
  • 159 Ibid., III, p. 384.

45Les véritables menaces ne commencent cependant qu’au début du xive siècle, alors que les Hafsides connaissent des difficultés grandissantes. Après un bref intermède durant lequel l’Ifrīqiya est à nouveau unifiée sous Abūl-Baqā’, la rébellion d’Abū Bakr à Constantine scinde l’État en deux156. Au contraire, la pression diminue à l’ouest, après un long siège de Tlemcen par les Mérinides de 1299 à 1307157. Le nouveau sultan, Abū Zayyān (sur le trône depuis 703/1303-4), peut même se permettre de refuser de reconnaître les Hafsides de Tunis158. Son successeur Abū Hammū (707/1308 – 718/1318) consolide sa situation sur ses frontières occidentales. Il signe une paix avec les Mérinides159, bat les Zanāta du Maghreb central, soumet le pays des Magrāwa et des Tuğīn et s’empare d’Alger et de Dellys (qui dépendaient toutes deux de Bougie).

  • 160 Ibid., III, p. 393.
  • 161 Ibid., II, p. 442. Les Dawāwida auraient été vexés de ce crime perpétré en violation d’un sauf-con (...)
  • 162 Ibid., III, p. 393. Une vieille rivalité opposait Ibn Abī Ğabbī et Ibn G amr, chambellan d’Abū Bak (...)
  • 163 Ibid., II, p. 433-441.

46Une première tentative abdelwadide est menée en 711/1311-2. Abū Hammūest en effet poussé à entreprendre la conquête de Bougie, alors fragilisée par les visées d’Abū Yahyā Abū Bakr qui tenait déjà Constantine. Dans un premier temps Abū Bakr cherche à pousser le sultan Abū Hammūà s’emparer de Bougie, jouant alors l’alliance de Tlemcen contre Tunis160. Les visées d’Abū Bakr sur Bougie contrarient cependant rapidement ce projet. Ibn Hulūf, chef Ṣanhāğa, qui sert à ce moment de lieutenant du sultan hafside à Bougie, fait alors appel à Tlemcen contre Abū Bakr. Son assassinat par ce dernier pousse les Ṣanhāğa, mais aussi les Dawāwida, alliés traditionnels de Bougie, à rallier les Abdelwadides161. Abū Hammūest également incité à intervenir par l’ancien chambellan de Bougie, Ibn Abī Ğabbī, alors réfugié à Tlemcen162. Mais une attaque mérinide dans le Maghreb central fait échouer le projet. Abū Bakr ne tarde d’ailleurs pas à s’emparer Bougie, qu’il confie à son puissant chambellan Ibn G amr, en 712/1312-3163. C’est ce dernier qui, jusqu’à sa mort en 719/1319, fait face avec ténacité à la menace abdelwadide.

  • 164 Abū Hammū doit alors abandonner, en raison d’une rébellion à mater. Berbères, II, p. 443 ; III, p. (...)
  • 165 Ibid., II, p. 443.
  • 166 Ibid., II, p. 443-444.
  • 167 Cette aide fournie à Bougie donne lieu à de très longues contestations par la suite. Ch.-E. Dufour (...)

47La première vraie campagne abdelwadide contre Bougie date de 713/1313-4. Bougie est alors assiégée, mais en vain, alors que les armées de Tlemcen ravagent le pays et construisent une forteresse à Azeffoun, sur la côte entre Dellys et Bougie164. L’année suivante, Abū Bakr, grâce à sa flotte, prend et détruit cette place forte165. Mais en 715/1315-6 une nouvelle offensive abdelwadide est lancée, qui échoue encore en raison d’une révolte à Tlemcen et d’une brève alliance entre Abū Bakr et les Mérinides166. Surtout, durant l’été 1315, une flotte de Barcelone et de Valence détruit l’escadre abdelwadide à la demande du Hafside167.

  • 168 Berbères, II, p. 454. Plus loin (ibid., III, p. 403), Ibn Khaldūn écrit cependant que cette forter (...)
  • 169 Ibn Khaldūn rapporte que le chambellan Ibn G amr aurait lancé Abū Bakr à la conquête de la capital (...)
  • 170 Berbères, II, p. 454 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 181.
  • 171 Ainsi le prince hafside Ibrāhīm, fils d’Abū Bakr al-Šāhid (Berbères, III, p. 405), puis Muḥammad b (...)
  • 172 Ibid., III, p. 403-407 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I p. 181-186.
  • 173 Berbères, II, p. 460-464.
  • 174 Ibid., II, p. 464-465. Ce fort se trouve près du village de Tiklat, à 23 km de Bougie. Plus loin I (...)
  • 175 Berbères, III, p. 406 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 185.
  • 176 Berbères, III, p. 407 ; Yahyā b. Khaldūn, texte p. 138, trad., I, p. 186, qui parle de la construc (...)

48Abū Hammūne se décourage pas pour autant et reprend ses attaques, faisant construire une forteresse à deux journées de la ville, à Hisn Bakr168. Mais son assassinat en 718/1318-9 donne quelque répit à Bougie et permet à Abū Bakr de s’emparer de Tunis169. Son successeur AbūTašfīn n’abandonne pas l’entreprise de son père et reprend l’offensive dès 719/1319-20, mais sans plus de succès170. S’appuyant sur les divisions au sein de la famille hafside (qu’il alimente en suscitant des compétiteurs fantoches171), favorisant les révoltes des tribus arabes, il reprend rapidement ses expéditions annuelles172. Il va jusqu’à s’emparer un moment de Tunis en 725/1324-5, mais sans venir à bout de la résistance bougiote173. Le moment le plus dur de ce blocus terrestre est sans aucun doute la construction en 726/1325-6 de la forteresse de Tāmzīzdikt, dans la vallée de la Soummam à une journée de marche de Bougie, « au débouché du chemin qui mène de l’Occident en Orient174 ». En bloquant ainsi toutes les communications terrestres, les Abdelwadides provoquent une disette à Bougie175, mais des renforts venus notamment de Constantine et de Tunis, et surtout l’opiniâtreté des défenseurs, mènent à un nouvel échec, en 727/1326-7. Enfin deux ans plus tard Abū Tašfīn construit, face à Bougie, la forteresse d’al-Yāqūta, juste à l’embouchure de la Soummam176.

  • 177 Berbères, III, p. 407.
  • 178 Ibid., III, p. 408-409.
  • 179 Ibid., III, p. 74-76, 449-455 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., II, p. 226-228. Sur la politique de ce so (...)

49C’est finalement une entente entre le sultan hafside et les Mérinides qui met fin à cette menace récurrente. Dès 729/1328-9 le sultan envoie son fils Abū Zakariyā’ Yahyā avec le šayẖ almohade Ibn Tāfrāğīn demander une alliance au Mérinide Abūl-Ḥasan177. Au printemps 732/1331-2 ce dernier attaque Tlemcen et envoie des renforts par mer à Bougie, alors que le Hafside Abū Bakr détruit les forts de la Soummam178. Par la suite la menace disparaît presque totalement. Avec la restauration du sultan Abū Hammū II (760/1358-9 – 791/1388-9) Tlemcen renoue un temps avec une politique offensive, mais la situation du Maghreb a changé et, à part un court et inefficace siège de Bougie en 767/1365-6, les attaques abdelwadides se limitent à disputer la partie occidentale de la région de Bougie (Dellys, la plaine de Bouira, Alger)179.

  • 180 Pour l’attitude des tribus vis-à-vis des Abdelwadides, voir Kurio, op. cit., passim, qui souligne (...)

50Cette longue guerre contre Tlemcen confirme l’importance stratégique de Bougie dans la région. Dès que les Abdelwadides en ont les moyens politiques et militaires, ils cherchent à s’emparer de la ville, ne renonçant jamais à la considérer comme faisant partie de leurs domaines. Cette crise montre également la complexité des conflits régionaux autour de Bougie, qui font intervenir les différents États du Maghreb, mais aussi les tribus qui s’allient avec celui qui peut leur apporter le plus d’avantages et de libertés180.

51Cette complexité explique en partie que, malgré des efforts insistants et des moyens exceptionnels, jamais les Abdelwadides ne parviennent à s’emparer de Bougie. Mais les raisons de cet échec sont aussi stratégiques et montrent la grande solidité des défenses de la ville. L’incapacité des Abdelwadides à parvenir à leurs fins peut s’expliquer par les difficultés à tenir l’arrière-pays montagneux, à empêcher l’arrivée de secours de Tunis ou de Constantine, à gérer l’apport désordonné des tribus, ou encore les problèmes internes de l’État abdelwadide (usurpations, tribus insoumises).

  • 181 Ibn Khaldūn précise qu’au cours des expéditions abdelwadides, Abū Bakr réussit toujours à faire pa (...)
  • 182 ACA, C., Rg. 252, f. 17 (juin 1295 ?), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les re (...)
  • 183 ACA, C., Rg. 240/2, f. 209v-210r (16/5/1313), éd. A. Masia de Ros, La Corona de Aragón y los estad (...)
  • 184 ARM, Reales cedulas, vol. VI, f. 91 (1/4/1321), cité par Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p (...)
  • 185 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 482-486, à propos de tentatives en 1327, puis 1329. Le pr (...)
  • 186 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1309, art. 4.
  • 187 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1314. Ce traité prévoit le paiement d’un tribut par Bougie, mai (...)
  • 188 Traité Majorque – Bougie, 1312.
  • 189 ACA, C., Rg. 243, f. 17r, 31v (20/11/1315), éd. Masia de Ros, La Corona de Aragón, op. cit., n°140 (...)
  • 190 ACA, CRD, Jaime II, caja 27, n°5115 (13/9/1315), éd. Masia de Ros, La Corona de Aragón, op. cit., (...)
  • 191 ACA, C., Rg. 338, f. 141v-144v, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 319-324 ; Masia de Ros, La C (...)
  • 192 Traité Majorque – Tunis, 1329.
  • 193 Cf. D. Valérian, « Le facteur économique dans la politique catalane à Bougie (xiiie-xve siècle) », (...)

52Mais la raison principale est l’insuffisance de la flotte abdelwadide. Les conquêtes précédentes s’étaient toutes appuyées sur une flotte, qui permettait de prendre la ville en tenaille, de mener des campagnes rapides, et surtout d’en empêcher l’approvisionnement par bateau181. Or les offensives abdelwadides se font toujours par voie de terre. Tlemcen a bien essayé d’obtenir l’aide navale de puissances chrétiennes, mais en vain. Dès 1295 le sultan envoie un ambassadeur à la cour de Jacques II d’Aragon pour demander deux galères afin d’encercler Bougie182, mais cette tentative échoue en raison des prétentions catalanes. Il en va de même d’une demande présentée en 1313 par l’ambassadeur du sultan183. Tlemcen se tourne alors en 1320 vers Majorque, mais là encore sans succès184. Les Abdelwadides cherchent ainsi à jouer de la rivalité entre ce royaume et la Couronne d’Aragon, s’adressant tantôt à Barcelone, tantôt à Majorque. Mais à chaque fois le prêt de bateaux est conditionné à de telles exigences que Tlemcen refuse l’accord185. Au contraire Bougie parvient de son côté à bénéficier de l’aide navale chrétienne. En 1309 un traité est signé entre la Couronne d’Aragon et Bougie, valable 5 ans, lequel prévoit la location au sultan de Tunis de dix galées et quatre ginys (machines de guerre) qui vont avec. Ils pourront être utilisés contre Alger ou autres moros, à condition qu’ils ne soient pas en paix avec le roi d’Aragon186. Cette trêve est renouvelée le 7 janvier 1314 pour cinq ans187, alors qu’entre temps Bougie a signé un traité similaire avec Sanche de Majorque188. Elle parvient ainsi en 1315 à obtenir l’aide des flottes de Barcelone et de Majorque, qui font le blocus des côtes abdelwadides et surtout écrasent et détruisent la flotte de Tlemcen189 pendant que les Valenciens ravitaillent Bougie190. Un nouvel accord est préparé avec la Couronne d’Aragon en 1323191 et la paix avec Majorque est renouvelée en 1329192. Ainsi ce conflit régional introduit les puissances chrétiennes dans la politique maghrébine et bougiote à un moment de faiblesse militaire des Hafsides193.

53Durant toutes ces années, Bougie se trouve donc au cœur d’un jeu complexe d’alliances impliquant tour à tour, ou simultanément, Tunis, les Abdelwadides, les Mérinides, les tribus du territoire de Bougie ou de celui de Tlemcen, divers usurpateurs ici ou là, auxquels s’ajoutent les puissances chrétiennes ibériques. On peut supposer que ces campagnes incessantes, en transformant l’arrière-pays de Bougie en vaste lieu de parcours pour les armées, ont profondément nui à la prospérité de la ville. La période qui suit, dominée par l’aventure maghrébine des deux sultans mérinides Abūl-Ḥasan et Abū‘Inān, est moins complexe, mais tout aussi difficile pour le pays.

c) Les deux tentatives mérinides (748/1347-8 – 761/1359-60)

  • 194 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 279-282.
  • 195 Berbères, II, p. 413-415, 419, 435. Cf. supra p. 64. Ces offensives furent également poussées par (...)

54À peine le danger abdelwadide écarté, l’Ifrīqiya doit faire face à une nouvelle menace, celle des Mérinides. Ces derniers ont déjà eu auparavant des ambitions à l’est, mais sans lendemain. En 1286-7 le roi d’Aragon prévoit ainsi avec les Mérinides une aide militaire pour prendre Tunis, mais ce projet n’aboutit pas194. À partir de 1300, et jusqu’à la fin du règne de Yūsuf b. Ya’qūb (685/1286 – 706/1307), plusieurs expéditions sont menées contre l’émir de Bougie Abū Zakariyā’, qui soutenait alors les Abdelwadides assiégés par les Mérinides195. Mais ces entreprises ne donnent pas plus de résultat. Durant les années qui suivent, cependant, les Mérinides se renforcent et manifestent des ambitions impériales, en particulier avec les deux derniers grands sultans, Abūl-Ḥasan et son fils Abū‘Inān.

Motifs et justifications des conquêtes mérinides

  • 196 Kably, Société et religion, op. cit., p. 127. Sur les Mérinides, voir « Marīnides », EI2, VI, p. 5 (...)

55Durant les années de la crise abdelwadide les voisins mérinides se sont grandement renforcés, sur le plan tant militaire qu’économique. Ils contrôlent désormais les routes sahariennes, et ont mis de l’ordre dans leurs États196.

56La justification officielle de cette conquête de l’Ifrīqiya est d’abord la défense de la légitimité hafside, comme cela avait été le cas pour les Abdelwadides. Les Mérinides en effet, comme les autres souverains de la région, avaient d’abord reconnu les souverains de Tunis, le temps du moins de faire disparaître totalement la menace mu’minide à l’ouest.

  • 197 Cf. Kably, « Mulāhazāt », art. cité, p. 7-20.
  • 198 Kably, Société et religion, op. cit., p. 128.
  • 199 Sur cette politique andalouse et les relations avec la Couronne d’Aragon, cf. M. D. López Pérez, L (...)
  • 200 Berbères, IV, p. 246.
  • 201 Kably, « Espace et pouvoir », art. cité, p. 33-34.
  • 202 Kably, Société et religion, op. cit., p. 96, 339.

57Mais la raison plus profonde est ce vieux rêve d’unité du Maghreb et de reconstitution de l’Empire almohade en partant, comme leurs prestigieux devanciers, d’une base marocaine197. L’entreprise d’Abūl-Ḥasan est d’ailleurs précédée par un développement d’écrits qui légitiment par l’histoire les prétentions maghrébines de la dynastie198. Les sultans mérinides se parent alors du titre de calife et, comme pour leurs devanciers, leur horizon est à la fois maghrébin et andalou. Dans un premier temps, en effet, les Mérinides cherchent à se poser en défenseurs de l’Islam andalou et n’interviennent dans les affaires maghrébines que de manière marginale. Mais la situation des royaumes chrétiens s’est considérablement renforcée depuis l’aventure almohade. La tentative mérinide se solde, en dépit de succès notables, par un échec dans la « bataille du détroit »199. Abūl-Ḥasan se tourne alors plus résolument vers le Maghreb. Ses ambitions sont clairement montrées par Ibn Khaldūn : « Depuis longtemps, le sultan Abūl-Ḥasan avait des vues sur l’Ifrīqiya, et, sans les égards qu’il devait à son beau-père, le sultan Abū Yah yā Abū Bakr, il aurait déjà tenté la conquête de ce pays. Il attendit, en conséquence, la mort de ce souverain avant de mettre son projet à exécution200 ». Pour Mohamed Kably cette réorientation, loin de signifier un renoncement définitif à al-Andalus, correspond à une volonté de disposer de bases plus solides, en particulier par le contrôle des débouchés sahariens201. Cet auteur explique par ailleurs toutes les tentatives d’unification politique par le « désir de monopolisation commerciale », à cause des richesses, du prestige et de la légitimation qu’apporte le contrôle des réseaux sahariens202. Si cette hypothèse est exacte, la prise de Bougie, l’un des débouchés des routes de l’or, était essentielle.

  • 203 Al-’Umarī, trad. p. 169. Dans une lettre, non datée, d’Abūl-Ḥasan au sultan mamelouk al-Nāṣir Muḥa (...)
  • 204 Berbères, IV, p. 220. En mars 1337 le roi Pierre d’Aragon se plaint auprès du sultan de Fès de la (...)
  • 205 Berbères, IV, p. 230-231 ; Zurita, Anales, op. cit., vol. 3, livre VII, chap. 53, p. 488. Déjà en (...)

58Les souverains hafsides, de Tunis comme de Bougie, avaient pris soin, dans un premier temps, de s’assurer de la neutralité de ce puissant voisin, faisant état non de leur « suzeraineté », mais de leur traditionnelle amitié. Cette amitié reste d’ailleurs prudente, comme le montre cette remarque d’al-’Umarī : « Le souverain de l’Ifrīqiya, malgré sa docilité envers le Mérinide et son hostilité envers le sultan ‘abdelwādide, et bien que le Mérinide fût en lutte contre son ennemi pour lui être utile, ne souhaitait point, dans son for intérieur, que le Mérinide soumît le sultan de Tlemcen, son ennemi, afin qu’il eût une occupation qui le détournât de s’en prendre à lui et qui l’écartât de l’Ifrīqiya ; il savait bien en effet que Tlemcen était, entre eux, comme un rideau protecteur ; qu’il ne pouvait rien contre le Mérinide, qu’il n’avait aucune force contre lui203 ». Pourtant, très vite, les Mérinides poussent leur avantage. Après avoir pris Tlemcen à la demande des Hafsides, ils s’emparent en 736/1335-6 de villes qui relèvent de l’autorité de Bougie, comme Alger ou Dellys204. Les relations restent cependant encore assez bonnes par la suite, suffisamment en tout cas pour que le Hafside aide le sultan mérinide dans la guerre du Détroit, en lui envoyant quelques bateaux205.

La conquête de Bougie par Abūl-Ḥasan

  • 206 Le roi Pierre craint au contraire que ces navires soient destinés à une attaque contre Carthagène (...)
  • 207 Kably, Société et religion, op. cit., p. 133-135. La constitution de cette flotte avait déjà été c (...)
  • 208 Lors de la bataille de Tarifa, pour le contrôle du détroit, l’aide navale hafside, venue de Tunis (...)
  • 209 ACA, C., Rg. 555, f. 103v (26/1/1347), éd. J. Mutgé i Vives, « Algunas noticias sobre las relacion (...)
  • 210 ACA, C., Rg. 555, f. 109v-110r (30/4/1347).

59Contrairement à celle des Abdelwadides, la conquête mérinide de l’Ifrīqiya s’effectue avec le soutien de la flotte, qui en assure le succès. En janvier 1347 une rumeur circule à Barcelone sur les préparatifs militaires de 80 galères par le Maroc, et le sultan doit répondre que ces navires sont destinés à l’attaque prévue contre Bougie et Tunis206. Abūl-Ḥasan avait en effet très tôt manifesté une attention particulière à la constitution d’une flotte207. Celle-ci fut certes mise à mal par la guerre du Détroit, mais elle fut en partie reconstituée, et restait très supérieure à ce que les Hafsides pouvaient présenter208. Comme précédemment avec les attaques de Tlemcen, la Couronne d’Aragon se propose de louer des navires pour affronter la menace nouvelle. Pierre le Cérémonieux envoie un ambassadeur à Tunis en janvier 1347 pour informer le sultan que, s’il le désire, il peut bénéficier d’autant de galères qu’il veut, au prix de 2000 doubles d’or pour un mois209. Mais quelque temps après il signe une paix avec le Maroc et demande à son ambassadeur à Tunis de renoncer à cette proposition210.

  • 211 Berbères, II, p. 473.
  • 212 Ibid., IV, p. 246-247.

60Les Hafsides, sans cette aide navale, deviennent alors très vulnérables, d’autant que les divisions internes à leur famille facilitent l’entreprise mérinide et lui offrent une justification. En effet en 721/ 1321-2 Abūl-Ḥasan, qui n’était alors qu’héritier, a épousé une princesse hafside211, ce qui lui permet de s’immiscer dans les querelles de succession et d’intervenir pour soutenir un prince évincé qu’il avait reconnu, Abūl-’Abbās Ahmad.212

  • 213 Ibid., III, p. 26-28. Ibn Marzūq, historiographe d’Abūl-Ḥasan, écrit qu’il fut envoyé en ambassade (...)
  • 214 Ibn Muznī, seigneur du Zāb, rallie Abūl-Ḥasan qui lui confirme son commandement. Berbères, III, p. (...)
  • 215 Ibid., III, p. 29.
  • 216 « Sachant que les habitants de Bougie regrettaient leur ancien gouvernement, il se mit en marche p (...)
  • 217 Ibid., III, p. 40-41.

61La conquête a lieu en safar 748/mai-juin 1347. Ni Bougie, ni Constantine n’offrent de véritable résistance213. Abūl-Ḥasan soumet en même temps les Dawāwida et surtout les provinces du Sud, en particulier du Zāb214, contrôlant ainsi dès le début les axes sahariens et les zones de refuge des tribus. Peu de temps après, Tunis, attaquée par terre et par mer, tombe sans résistance215. Très vite cependant les difficultés s’accumulent. En 1348 les tribus arabes en révolte battent l’armée mérinide près de Kairouan. L’apprenant, Abū‘Inān, fils d’Abūl-Ḥasan, se proclame sultan. Dans le même temps Bougie, comme Constantine, se donnent à l’émir hafside de Bône al-Fadl216 qui, en 1350, est reconnu à Tunis. Abūl-Ḥasan, abandonné de tous, cherche à rentrer au Maroc et meurt à Alger en 752/1351-2217. Sa magnifique chevauchée aura duré à peine deux ans.

Abū‘Inān

  • 218 Ibid., IV, p. 280.
  • 219 Ibid., IV, p. 280, 285.
  • 220 Ainsi l’émir de Bougie n’autorise pas Abūl-Ḥasan à s’approvisionner en eau alors que celui-ci tent (...)
  • 221 Kably, Société et religion, op. cit., p. 155.
  • 222 Berbères, III, p. 47. L’émir de Bougie Abū‘Abd Allāh, opposé à Constantine qu’il cherche en vain à (...)

62Le projet d’Abūl-Ḥasan est repris immédiatement par son fils et successeur Abū‘Inān. Dans un premier temps le souci principal du nouveau sultan est cependant avant tout d’empêcher son père de revenir au Maroc. Pour cela il impose son autorité à l’est, parfois de manière indirecte. En juillet 1348 il prend Tlemcen, ce qui lui permet de s’emparer des bateaux se trouvant dans le port d’Oran218. Il réinstalle les anciens gouverneurs de Bougie et de Constantine dans leurs villes respectives, mais dans une position de fidèles219. Il s’agit donc dans un premier temps de dresser des obstacles contre son père220, mais aussi de contrôler ce port important ainsi que sa population qui avait marqué une hostilité franche envers les Mérinides. Le morcellement du Maghreb qu’il favorise n’est donc qu’apparent : en plaçant des hommes dont il peut espérer la fidélité, Abū‘Inān prépare son offensive impériale. En 753/1352-3 il se pare du titre califien d’amīr al-mu’minīn221 et son autorité et sa puissance sont telles que, très vite, il se fait remettre le gouvernement de Bougie222.

  • 223 Ibid., III, p. 48-51.
  • 224 Ibid., III, p. 49-51.
  • 225 Ibid., III, p. 58-59. Sur cette campagne voir le récit qu’en fit al-Numayrī, secrétaire et panégyr (...)
  • 226 En 754/1353-4 une révolte éclate dans le Sud marocain, alors qu’Abū‘Inān est à Bougie, et empêche (...)
  • 227 Ibid., p. 154.
  • 228 Berbères, III, p. 62.

63Rapidement, cependant, les Bougiotes se révoltent contre cette nouvelle autorité et l’ordre doit être rétabli par la force223. Pourtant la résistance, en particulier de Constantine224, pousse le sultan mérinide à entreprendre une grande expédition, de fin 757/1356 à fin 758/1356-7225. La conjoncture lui est désormais plus favorable, car jusqu’alors des problèmes à l’ouest (insoumission des tribus et menace chrétienne) l’avaient retenu au Maroc226. Cette expédition le mène jusqu’à Tunis, en passant par Bougie. Mais il s’agit, selon les mots de Mohamed Kably, d’une « suprématie déjà utopique », et non d’une « emprise véritable, ce qui eût nécessité une domination effective sur le terrain. Tout se passa donc comme si l’on devait se contenter du minimum, mais sous des dehors grandioses227 ». À son retour d’Ifrīqiya en 1358 il est assassiné et très vite, en 761/1359-60, le sultan hafside Abū Ishāq reprend Bougie228.

  • 229 Kably, Société et religion, op. cit., p. 156-165.
  • 230 Al-Zarkašī, trad. p. 200.

64Par la suite les sultans marocains (mérinides, puis wattâsides) ne cherchèrent plus d’expansion à l’est, trop occupés à défendre ce qui restait de leur pouvoir au Maroc229. Seule une brève tentative en 810/1407-8 a pour ambition d’installer un prétendant hafside, mais elle tourne court230.

Les raisons de l’échec mérinide

65Les explications de cet échec sont multiples. Pour une part on retrouve des facteurs déjà présents dans les tentatives abdelwadides. Mais il en est d’autres qui n’apparaissaient pas auparavant, ou étaient moins marqués.

  • 231 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 94, 98 ; Mutgé i Vives, « Algunas noticias », art. (...)
  • 232 Kably, « Espace et pouvoir », art. cité, p. 33. Dans le cas des Mérinides, comme pour les Almohade (...)
  • 233 Kably, Société et religion, op. cit., p. 140.
  • 234 Berbères, III, p. 49-50.

66Le contexte politique régional est a priori favorable aux Mérinides. La situation s’est simplifiée au Maghreb, avec le retrait momentané de la puissance de Tlemcen. Par ailleurs les Mérinides ont pris soin de nouer de bonnes relations avec les Chrétiens, bloquant toute possibilité d’aide navale catalane aux Hafsides231. Ils peuvent par ailleurs compter sur les divisions de la famille hafside, parfois savamment entretenues. Mais ils doivent également affronter plusieurs difficultés. Comme pour les conquêtes précédentes se pose le problème de l’immensité du territoire à contrôler, qui nécessite de longues campagnes militaires, coûteuses et parfois impopulaires232. Les Mérinides sont confrontés également à la difficile gestion de l’apport des tribus et de leur fidélité aléatoire. Selon un schéma éprouvé, la conquête facile fédère par l’appât du gain, tandis que les contraintes du gouvernement entraînent rapidement la défection des alliés d’hier. L’échec d’Abūl-Ḥasan est ainsi attribué à l’hostilité des tribus arabes qui l’avaient dans un premier temps soutenu. Le sultan commet en effet la maladresse de leur retirer un certain nombre de privilèges fiscaux, provoquant leur soulèvement233. Par la suite les gouverneurs installés par Abū‘Inān à Bougie cherchent à s’appuyer sur une partie des Sadwīkiš et des Dawāwida, mais doivent affronter, pour la conquête du territoire, d’autres fractions des deux mêmes tribus234. Ces conquêtes se situent par ailleurs au moment où la peste frappe le Maghreb. Il est difficile d’en évaluer les effets, mais il est vraisemblable que cette épidémie a perturbé les plans de conquête, en particulier pour Abūl-Ḥasan.

  • 235 Ibn Marzūq, op. cit., p. 306.
  • 236 Ibn Maryam al-Tilimsānī, Kitāb al-Bustān fī dikr al-awlīyāwa l-’Ulamā’bi-Tilimsān, trad. it. F. (...)
  • 237 Ibid., p. 260. Ce personnage avait cependant des racines ifrīqiyennes, puisque son père était né à (...)
  • 238 Ibn Marzūq, op. cit., p. 86.

67Enfin les Mérinides soulèvent le mécontentement de la population en remplaçant les Bougiotes aux postes importants. Ainsi le šayẖ Abū‘Atiyya al-’Abbās b. ‘Umar b. ‘Uṯmān al-’Askarī, membre du conseil d’Abūl-Ḥasan, est nommé qā’id de Bougie235. De même Sa’īd b. Muḥammad al-’Uqbānī, originaire d’al-Andalus mais installé à Tlemcen, est nommé qādī al-ğamā’a à Bougie sous le règne d’Abu’Inān236. Les gouverneurs mérinides, d’une manière générale, sont souvent étrangers à la ville et aux élites hafsides. Ainsi Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Umar al-Tamimī, chambellan du sultan Abū‘Inān, est nommé gouverneur de Bougie, où il meurt en 756/1355-6237. À l’époque d’Abūl-Ḥasan certains fuqahā’ de Bougie promulguent ainsi une fatwa qui déclare Abūl-Ḥasan (alors à Kairouan) incompétent, le déposant ainsi du pouvoir (hilāfa)238. Il est probable que ces ‘ulamā’ bougiotes se sont sentis menacés dans leur position par l’arrivée de savants occidentaux nommés à des postes qui leur revenaient auparavant.

  • 239 Sur cette révolte, Berbères, III, p. 48-49.
  • 240 Ibid., III, p. 62.

68De même, sous Abū‘Inān, une grande révolte se produit en 1353 à Bougie239 et Ibn Khaldūn souligne qu’elle a été motivée par l’installation des fonctionnaires mérinides. Un autre soulèvement, qui aboutit à la reprise de la ville par le sultan hafside AbūIsh āq, aurait été également causé par la haine des Bougiotes envers le gouverneur mérinide Yahyā b. Maymūn, violent et tyrannique240.

  • 241 Kably, Société et religion, op. cit., p. 150.

69La population, dans ses différentes composantes, affiche donc dans l’ensemble un légitimisme pro-hafside assez net. Cela est clair pour les élites religieuses, le corps des affranchis, les chefs Ṣanhāğa et la masse de la population. Il n’est pas impossible par ailleurs que les élites marchandes aient également été gênées par la politique mérinide qui avait réussi à détourner une partie du commerce au profit du Maroc241.

***

  • 242 J. M. Doussinague, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, 1944, p. 214-216.
  • 243 Cf. M. D.-C. Moreles Muñiz, « Aportación a la política africana de Fernando el Católico : Bugia », (...)

70Le 5 janvier 1510 Pedro Navarro s’empare de Bougie pour le compte de Ferdinand le Catholique. La ville est mise à sac et les survivants qui n’ont pas fui la ville en sont expulsés sur ordre des Espagnols242. Commence alors une longue occupation, qui dure jusqu’en 1555 et s’avère particulièrement désastreuse, tant pour la couronne d’Espagne que pour Bougie. Les motivations de la conquête des présides d’Afrique du Nord ont été discutées par les historiens de l’Espagne243, mais ce que met en lumière pour nous la prise de Bougie est la place qu’occupe encore cette dernière au début du xvie siècle dans l’espace politique et militaire maghrébin. Avec le choix d’Alger comme capitale du pouvoir turc et de Constantine comme centre régional, Bougie se tourne définitivement vers l’ouest et se détache de Tunis. Elle n’est plus alors qu’une cité secondaire, sans rôle politique régional.

71Ces évolutions du début du xvie siècle, qui s’inscrivent dans un contexte largement nouveau, témoignent également de deux caractéristiques fondamentales de la ville durant tout le Moyen Âge : sa place sur le plan stratégique dans le centre du Maghreb, et l’intérêt que lui portent les puissances régionales. Cette importance naît de sa situation exceptionnelle, mais aussi d’une politique volontariste des Hammadides, qui en font leur seconde capitale en 1067. Lorsque les Almohades s’en emparent, elle est déjà une des villes les plus puissantes et les plus prospères du Maghreb, et devient un enjeu de premier plan dans toutes les grandes entreprises de conquête.

72Par la suite, la nostalgie de la grande aventure impériale almohade, ainsi que l’ambition de quelques souverains, expliquent en grande partie l’histoire compliquée des relations diplomatiques au Maghreb entre le milieu du xiiie siècle et la fin du xive. Tour à tour les Hafsides, les Abdelwadides et les Mérinides se sont lancés (et épuisés) dans des entreprises de conquêtes, qui toutes se sont soldées par des échecs rapides. L’immensité du territoire à contrôler, les difficultés de communication, surtout en l’absence de flotte, y ont contribué. Il faut enfin souligner la complexité des jeux d’alliances entre puissances, mais aussi avec les différents groupes tribaux, les prétendants écartés du pouvoir et, au-delà du Maghreb, les souverains chrétiens.

73Dans ces conflits, Bougie s’est toujours trouvée en première ligne, en raison de sa situation de marche et la contestation de son rattachement à l’Ifrīqiya. Il en est résulté une période de troubles très graves, en particulier entre 715/1315-6 et 761/1359-60. Durant ces années la ville est régulièrement l’objet d’attaques et son arrière-pays souvent mis à mal par le passage des armées, quand ce n’est pas par des destructions volontaires des récoltes.

74Mais au-delà des difficultés, qui ne sont pas nouvelles, pour réaliser l’unité politique du Maghreb, les tentatives de conquête de Bougie se sont systématiquement heurtées à l’hostilité de la population de la ville. Les Bougiotes affirment en effet toujours un sentiment pro-hafside, qui montre une conscience d’appartenir à un espace politique clairement identifié avec l’Ifrīqiya.

II – BOUGIE DANS L’ESPACE POLITIQUE HAFSIDE : ENTRE DÉPENDANCE ET AUTONOMIE

75À l’échelle du Maghreb, Bougie doit à sa centralité la place importante qu’elle a occupée dans les conflits entre puissances. Au contraire, si l’on se situe à l’échelle de la seule Ifrīqiya, l’histoire de la ville trouve sa cohérence et sa logique dans sa position marginale dans un espace dont le centre se situe à l’Est. C’est déjà en partie vrai dans les premiers siècles de son histoire, à travers la relation entre les Hammadides et les Zirides, mais c’est surtout à l’époque hafside que Bougie s’affirme comme la capitale des marches occidentales de l’Ifrīqiya. En effet les conquêtes ou les tentatives de conquêtes venues de l’ouest ne parviennent pas – sauf à l’époque almohade – à détacher totalement Bougie du Maghreb oriental. Celle-ci reste, tout au long de l’époque hafside et jusqu’à la conquête espagnole, une ville ifrīqiyenne, entretenant avec Tunis une relation complexe, oscillant entre dépendance et autonomie plus ou moins large.

76L’importance stratégique de Bougie a conduit les souverains hafsides à installer comme gouverneurs des hommes de premier plan, le plus souvent choisis dans la famille régnante, en particulier l’héritier du trône de Tunis. C’était ainsi assurer la présence du pouvoir dans cette marche lointaine, mais aussi ouvrir la voie à des tentatives de rébellion contre le pouvoir central. Entre la fin du xiiie et le deuxième tiers du xive siècle, Bougie est en effet souvent détachée de la capitale. Mais si les Bougiotes affirment leur identité face à Tunis, ils conservent une grande fidélité à l’égard de la famille hafside. Plus généralement, l’unité politique de l’Ifrīqiya autour de Tunis est toujours recherchée. En revanche l’éloignement par rapport à la capitale et les aspirations de la population ont incité les sultans à accorder progressivement aux gouverneurs de la ville une autonomie relative.

1) Bougie indépendante : une base de départ pour la conquête du pouvoir à Tunis

77À part une brève période sous les Almohades, l’unité de l’espace ifrīqiyen a toujours été revendiquée, même par ceux qui se rebellaient contre le pouvoir de Tunis. Parce que Bougie est loin de la capitale, elle favorise l’émergence de compétiteurs hostiles au souverain. Mais à aucun moment un prince ne se lève à Bougie pour créer un État séparé. Au contraire, ceux qui prennent le pouvoir à Bougie n’ont de cesse de chercher à reconstituer l’unité hafside à leur profit, et pour cela prendre la capitale Tunis. Des scissions de fait ont pu se produire entre les parties orientale et occidentale de l’Ifrīqiya, mais il n’y eut jamais de reconnaissance de cette division, ni par Tunis, ni par Bougie.

  • 244 Cf. supra p. 43-45.
  • 245 Leur défaite à Sabība face aux Hilaliens peut déjà s’interpréter dans le cadre de la lutte entre H (...)
  • 246 Berbères, II, p. 29-32 ; pour le détail de ces relations, voir Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit (...)

78Cette relation conflictuelle entre les deux villes n’est pas une nouveauté hafside. On se souvient qu’une des raisons évoquées pour la fondation de Bougie a été de permettre la conquête par les Hammadides de l’Ifrīqiya ziride et la reconstitution de l’unité politique de l’ancien État fatimide244. À partir du milieu du xie siècle en effet, et grâce aux grandes difficultés rencontrées par les Zirides, les Hammadides étendent leur domination sur l’Ifrīqiya orientale245. Ils soumettent en particulier Tunis, qui s’était donné un prince indépendant, et une grande partie des villes de la région246. Ils s’appuient pour cela sur une certaine bienveillance des populations ifrīqiyennes, qui n’ont plus beaucoup à attendre d’un pouvoir ziride affaibli, et sur des contingents tribaux comprenant des Ṣanhāğa (la tribu des deux dynasties rivales) mais aussi des Arabes hilaliens. Pourtant cette domination hammadide reste fragile et nécessite de toujours revenir pour réduire les dissidences, en particulier à Tunis. Surtout, les Hammadides ne parviennent pas à prendre Mahdia, malgré plusieurs tentatives.

  • 247 Berbères, II, p. 366.

79Après la période almohade, qui voit se créer deux provinces séparées et rattachées directement à Marrakech, l’établissement de la dynastie hafside permet de reconstituer l’unité de l’Ifrīqiya par la conquête des régions occidentales. Dès les premières années du règne indépendant du sultan Abū Zakariyā’ (625/1228-647/1249), Bougie devient la capitale d’une province du domaine hafside. Jusqu’à la croisade de Louis IX la puissance de Tunis est telle que l’unité du territoire est maintenue solidement. Au moment de l’offensive chrétienne, le sultan peut ainsi demander et obtenir des contingents venus des provinces occidentales, amenés par le gouverneur de Bougie247. Mais très vite par la suite l’affaiblissement du pouvoir à Tunis est patent, et commence alors une période troublée, durant laquelle Bougie à plusieurs reprises joue le rôle de base de départ pour un compétiteur du pouvoir.

a) Les premières usurpations à Bougie : Abū Ishāq (678/1279) et Abū Fāris (681/1283)

80La mort du calife al-Mustanṣir en 675/1277 provoque les premiers remous à Bougie. Le nouveau sultan, al-Wātiq, laisse les affaires de l’État à son chancelier Ibn al-Habbabar, un Andalou qui heurte de front les Almohades. Le chancelier envoie à Bougie son frère Abū l-’Alā’ Idrīs pour s’occuper des finances de la ville, aux côtés du gouverneur, l’Almohade Muḥammad b. Abī Hilāl al-Hintātī.

  • 248 Ibid., II, p. 376-377.

81Le nouveau venu, par son despotisme, indispose la population et en particulier le corps des Almohades. C’est pourquoi en 677/1278-9 il est assassiné par les hommes du gouverneur, obligeant ce dernier à se tourner vers un prétendant possible pour remplacer le sultan de Tunis. Il fait pour cela appel à l’oncle du sultan, AbūIsh āq, qui s’était déjà révolté contre al-Mustanṣir et avait fui en al-Andalus puis à Tlemcen et se tenait prêt, depuis l’annonce de la mort d’al-Mustanṣir, à reprendre le chemin de l’Ifrīqiya. Invité par Ibn Abī Hilāl et les notables de Bougie, il prend la ville en avril 1279 et dès août de la même année entre dans Tunis où il est reconnu sultan248.

  • 249 Ibn Khaldūn précise qu’Abūl-’Alā’ tenta d’imposer ses volontés aux šayẖ-s. « wa taHakkama fī l-maš (...)
  • 250 Ibid.
  • 251 Au moment de l’accession au trône d’al-Wātiq, les Bougiotes avaient d’ailleurs envoyé leur bay’a s (...)

82Dans cette première révolte apparaissent plusieurs protagonistes. Tout d’abord les šayẖ-s almohades, en particulier le gouverneur, dont l’autorité est contestée par un Andalou249. Une fois l’assassinat d’Abūl-’Alā’ perpétré par ces šayẖ-s, on donne la tête du malheureux à la foule (ġawġā’) mais, craignant la colère d’al-Wātiq, les Bougiotes font alors appel à Abū Ishāq. Lorsque ce dernier fait son entrée dans la ville, il reçoit le serment de fidélité des Almohades et des notables de Bougie (« mala’ min ahl Biğāya250 »). Les motifs de cette révolte ne semblent donc guère dépasser l’exaspération face à un chef des finances détesté et la peur des représailles du sultan après l’assassinat. Mais on peut aussi y voir le rejet, par les élites de Bougie, d’un personnage imposé depuis Tunis et qui contestait leur autorité. Cependant la séparation de Bougie d’avec Tunis ne dure guère et on ne peut donc parler de la volonté des Bougiotes d’une quelconque indépendance251.

  • 252 Ibid., II, p. 390-391.
  • 253 Ibid., II, p. 391.
  • 254 « Wa ašhada l-mala’ min al-muwahhidīn wa mašyaha Biğāya », puis « wa da’ā al-nās ilā bay’ati-hi ». (...)
  • 255 Ibid., II, p. 393. Très vite AbūIsh āq est rattrapé par les Bougiotes et mis à mort, alors qu’Abū (...)
  • 256 Ce personnage se faisait passer pour le fils du sultan al-Wātiq, qu’un ancien serviteur de ce dern (...)

83Peu de temps après, un autre épisode montre la tentation des gouverneurs de Bougie de prétendre au pouvoir suprême. AbūIsh āq avait nommé en 679/1280-1 son fils Abū Fāris gouverneur de la ville. Lorsque le sultan doit fuir Tunis devant la rébellion d’Ibn Abī ‘Umāra en 681/1283252, il se dirige vers Bougie, dont il espère profiter comme base pour une reconquête du pouvoir253. Mais, parvenu dans cette ville, il est repoussé du palais par son propre fils, et doit abdiquer au profit de ce dernier, qui reçoit alors l’allégeance des notables puis de la population de la ville254. Cette usurpation cependant ne profite pas longtemps à Abū Fāris, qui est rapidement tué au cours des combats qu’il livre à Ibn Abī ‘Umāra. S’ensuit une émeute et, après diverses péripéties, la population décide de donner la ville à l’usurpateur, ce qui provoque la fuite d’AbūIshā q et de son deuxième fils Abū Zakariyā’255. Dans cet épisode les motivations des uns et des autres ne sont pas claires. Mais il est manifeste que la population, après avoir reconnu Abū Fāris, refuse l’aventure d’une sécession et reconnaît le souverain de Tunis, fût-il de légitimité douteuse256.

b) Les émirs indépendants de Bougie : Abū Zakariyā’ (684/1285-700/1301), Abūl-Baqā’ (700/1301-709/1309) et Abū Bakr (712/1312-718/1318)

84C’est pourtant peu de temps après cette crise que Bougie devient pour la première fois une principauté hafside indépendante, avec Abū Zakariyā’ et son fils Abūl-Baqā’.

  • 257 Ibid., II, p. 394.
  • 258 Entre temps Ibn Abī ‘Umāra a dû laisser la place à AbūHafs en 683/1284-5.
  • 259 Ibid., II, p. 399-400.

85Abū Zakariyā’ est un des fils d’Abū Ishāq, qu’on a vu fuir de Bougie avec son père après la victoire de l’usurpateur. Il réussit à rejoindre Tlemcen qui, une fois encore, sert de base de repli pour les princes hafsides257. Mais le souverain de Tlemcen Yagmurasān ayant reconnu le nouveau pouvoir de Tunis258, Abū Zakariyā’ préfère fuir à nouveau et se réfugie chez les tribus Zugba et Dawāwida des environs. Celles-ci aident alors le prince hafside à se rendre maître de Bougie en 684/1285-6259.

  • 260 Ibid., II, p. 400. Mais on ignore quels sont les motifs de ces luttes.
  • 261 Ibid., II, p. 399.
  • 262 Ibid., II, p. 399-400.

86Dans cette prise du pouvoir par Abū Zakariyā’ interviennent plusieurs acteurs, qui favorisent son projet. On a peu de précisions cette fois sur l’attitude de la population de la ville. Ibn Khaldūn dit qu’elle attendait Abū Zakariyā’, car elle était en proie à des luttes internes260. On apprend par ailleurs qu’à Tlemcen Abū Zakariyā’ a bénéficié de l’aide de marchands bougiotes qui se trouvaient dans cette ville et lui prêtèrent une somme d’argent suffisamment importante pour former et entretenir son armée261. Il aurait par ailleurs été poussé dans cette entreprise par Abūl-Husayn b. Sayyid al-Nās, d’une grande famille andalouse installée à Tunis. Surtout, il bénéficie de l’aide précieuse des tribus vivant entre Tlemcen et Bougie, les Zugba, les Dawāwida et les Sadwīkis.262

  • 263 Ibid., II, p. 400, 406-407.
  • 264 H. Lavoix, Catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque Nationale, II, Espagne et Afrique, (...)
  • 265 Il serait trop long et de peu d’intérêt de raconter par le détail ces règnes. Notons simplement le (...)
  • 266 Ibid., II, p. 426, 430.

87Dès le début Abū Zakariyā’ montre que son ambition ne se limite pas à Bougie et qu’il prétend à la domination de tout le domaine hafside. Il s’empare dans un premier temps de l’ensemble du territoire dépendant traditionnellement de Bougie : Constantine, puis à l’ouest Dellys et Alger, et au sud le Zāb263. Il prend le titre d’émir et le surnom d’allure califienne d’amīr al-muntaHab li-ihyādīn Allāh264, affichant ainsi clairement ses ambitions. Cette situation perdure cependant, car les difficultés des Hafsides, à Tunis comme à Bougie, empêchent toute tentative de réunification d’envergure265. Le fils et successeur d’Abū Zakariyā’, Abūl-Baqā’, réussit tout de même à reconstituer l’unité hafside en 709/1309-10. Il était parvenu en 706/1306-7 à un accord avec le sultan de Tunis Abū‘Asīda, stipulant que celui des deux qui survivrait à l’autre deviendrait souverain de toute l’Ifrīqiya hafside. À la mort d’Abū‘Asīda en 1309, et en dépit de l’émergence d’un autre prétendant, Abūl-Baqā’ s’empare donc de Tunis266.

  • 267 Ibid., II, p. 435.
  • 268 Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 438) écrit que la ville fut prise avant la chute d’Abūl-Baqā’, ce qu (...)
  • 269 Berbères, II, p. 437 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 130. Abū Bakr, comme Abū Zakariyā’ (...)
  • 270 Il y est poussé par Ibn G amr qui espère ainsi l’éloigner. Berbères, II, p. 445.

88Cette réunification dure peu cependant. En 710/1310-11 Ibn G amr, chambellan d’Abūl-Baqā’, proclame sultan le frère de ce dernier, Abū Yahyā Abū Bakr, jusqu’alors gouverneur de Constantine. Abū Bakr cherche immédiatement à s’emparer de Bougie, bien défendue par le chef de la milice Ṣanhāğa, ‘Abd al-Raḥmān b. Ya’qūb b. al-Hulūf, qui sert alors de lieutenant du sultan Abūl-Baqā’267. Ce n’est qu’en 712/1312-3, alors qu’à Tunis Abūl-Baqā’ a été renversé par Ibn al-Lihyānī, qu’Abū Bakr peut prendre Bougie268. Dans un premier temps une entente se fait entre Bougie et Tunis, avec une délimitation des confins des deux États269. Elle permet notamment à Abū Bakr de se défendre efficacement contre les attaques abdelwadides. Mais assez vite, profitant des difficultés du sultan Abū Hammūà Tlemcen, Abū Bakr s’empare en 718/1318-9 de Tunis270. Cette fois encore, la séparation n’est que provisoire et le souverain de Bougie ne tarde pas à reconstituer, à partir de cette ville, l’unité hafside perdue.

c) La crise mérinide et ses séquelles : Abū‘Abd Allāh et Abūl-’Abbās (765/1364-772/1370)

  • 271 Ibid., III, p. 28.

89Les deux occupations mérinides bouleversent profondément l’Ifrīqiya et la dynastie hafside. Le gouverneur de Bougie Abū‘Abd Allāh est envoyé en résidence au Maroc par Abūl-Ḥasan271. Il est par la suite renvoyé à deux reprises dans sa ville, mais pour servir les intérêts du maître du Maroc : en 749/1348-9 Abū‘Inān le remet à son poste afin qu’il bloque le retour d’Abūl-Ḥasan de Tunis, mais l’en démet dès 753/1352-3, une fois son pouvoir assuré. En 761/1359-60, AbūIsh āq ayant réinstallé la dynastie hafside à Tunis, Abū‘Abd Allāh est à nouveau envoyé par le sultan mérinide pour reprendre Bougie et mettre en difficulté Abū Ishāq qui s’y trouve alors.

  • 272 La mort annoncée de son chambellan Ibn Tāfrāğīn avait poussé le sultan à rejoindre Tunis.
  • 273 Sur ces événements, Ibid., III, p. 39-40, 47, 62, 67.
  • 274 Ibid., III, p. 72-73. Règne malheureux que celui de cet homme qui, nommé gouverneur de Bougie en 7 (...)

90Abū‘Abd Allāh s’efforce donc de reprendre sa ville à partir de 761/1359-60. Il lui faut cependant quatre campagnes pour conquérir Bougie, en 765/1363-4, avec l’aide des tribus Dawāwida et Sadwīkiš. Dans la prise finale de la ville, la population semble avoir joué un certain rôle. Ibn Khaldūn rapporte que les habitants, apprenant que le sultan Abū Ishāq s’apprête à les quitter pour rejoindre sa capitale272, rejettent son autorité pour reconnaître Abū‘Abd Allah273. Très vite cependant ce dernier s’attire la haine de la population par son comportement. Poussés peut-être aussi par les défaites successives de leur maître face à son cousin de Constantine Abūl-’Abbās, les Bougiotes font alors appel à ce dernier. Abandonné par la population de sa ville et par les tribus, Abū‘Abd Allāh est finalement battu et meurt en 767/ 1365-6274.

  • 275 D’après al-Zarkašī, il ne s’installe pas à Bougie, mais alterne avec Constantine jusqu’à la prise (...)
  • 276 En 1371 on apprend que deux galères du roi de Bougie bloquent le port de Tunis. Archivio di Stato (...)

91Abūl-’Abbās reforme alors cet ensemble politique comprenant toutes les régions occidentales de l’Ifrīqiya275. Mais aussitôt après la mort du sultan Abū Ishāq en 770/1369, il s’empare de Tunis et reconstitue en 772/1370-1 l’unité hafside276. S’ouvre alors une longue période de calme pour l’Ifrīqiya.

d) La reprise en main sous Abū Fāris et ‘Uṯmān (796/1394-893/1488)

92Ces deux règnes sont souvent considérés comme un nouvel âge d’or de la dynastie hafside. Celui d’Abū Fāris, fils et successeur d’Abūl-’Abbās, a été chanté comme tel par Ibn Qunfuddans la Fārisiyya, écrite à la gloire de ce sultan né à Constantine. Le règne de ‘Uṯmān, bien connu seulement pour sa première moitié grâce à al-Zarkašīet Ibn al-Šammā’, est également marqué par une réelle stabilité.

  • 277 La première est faite par l’émir de Bougie, Abūl-’Abbās Ah mad, petit-fils du sultan Abūl-’Abbās, (...)
  • 278 Ibid., p. 211.

93Ainsi deux tentatives d’usurpation par des princes hafsides, en 796/1393-4 et 810/1407-8, tournent court277. Celle du gouverneur de Bougie Abūl-Ḥasan, plus sérieuse, ne connaît cependant guère plus de succès : nommé gouverneur de Bougie par son neveu, petit-fils et successeur d’Abū Fāris, Abū‘Abd Allāh Muḥammad IV al-Mustanṣir, qui régna brièvement entre 837/1433-4 et 839/1435-6278, Abūl-Ḥasan se révolte, à la mort de ce dernier, contre le nouveau maître de Tunis’Uṯmān.

  • 279 Ibid., p. 222.
  • 280 Ibid., p. 225-227.
  • 281 R. Brunschvig, « Un dinar hafside inédit », Bulletin de la société historique et géographique de S (...)

94Après d’autres, il est aidé dans son entreprise par certaines tribus, qui le poussent à conquérir Tunis279. Mais dès 843/1439-40 il est chassé de Bougie par ‘Uṯmān, aidé en cela par d’autres tribus de la région280. Durant cette courte période de séparation, Abūl-Ḥasan, comme ses prédécesseurs souverains de Bougie, se pose en maître de l’ensemble de l’Ifrīqiya, faisant frapper des monnaies dont les légendes portent le titre d’amīr al-mu’minīn et le laqab califien d’al-Mutawakkil alā Allāh281, affirmant ainsi sa prétention à ne pas s’en tenir à Bougie.

  • 282 Cf. infra p. 153-172 sur les relations entre le pouvoir et les tribus au xve siècle.
  • 283 Constantine a sans doute été favorisée par Abū Fāris, qui en était originaire, et a conservé par l (...)

95Les tentatives d’usurpation du pouvoir à Bougie sous ces deux grands souverains se déroulent donc dans un contexte nettement moins favorable que les précédentes. Leur échec peut s’expliquer par plusieurs facteurs, indépendamment des qualités personnelles d’Abū Fāris et de ‘Uṯmān. Tout d’abord les Abdelwadides et les Mérinides, moins puissants, ne peuvent plus intervenir comme ils l’avaient fait au cours des crises du xive siècle. D’autre part les tribus semblent avoir joué un rôle moins déstabilisant pour le pouvoir282. Enfin la puissance de Bougie dans l’espace hafside a diminué, concurrencée par Constantine et Bône qui jouent désormais un rôle plus grand dans les événements politiques283.

e) Autonomie à la fin du xve siècle

  • 284 Léon l’Africain, p. 6.
  • 285 L’identité de cet émir Abū Muḥammad ‘Abd Allāh n’est pas claire. Mohamed Salah Baïzig (Biğāya, op. (...)

96La fin de la période hafside est mal connue. Robert Brunschvig arrête son étude à la fin du sultanat de ‘Uṯmān, considérant la suite comme une longue agonie sans grand intérêt. Les sources, d’ailleurs, se font rares. Léon L’Africain rapporte qu’au moment de la conquête espagnole la région de Bougie était un royaume indépendant284. Le texte d’al-Marīnī, plus précis, confirme qu’au début du xvie siècle le prince de Bougie est bien séparé de Tunis, comme du reste ceux de Constantine et de Bône, ce qui montre un morcellement de l’espace politique hafside. Bougie est alors gouvernée par un sultan, Abūl-’Abbās ‘Abd al-’Azīz, fils de l’émir Abū Muḥammad ‘Abd Allah285

  • 286 Al-Marīnī, p. 248.
  • 287 Ibid., p. 248.
  • 288 Ibid., p. 249.

97Entre cet Abūl-Abbās et son frère Abū Bakr, qui commande Constantine286, les luttes sont constantes pour l’hégémonie dans la région. Bougie est plusieurs fois assiégée et ses campagnes dévastées. En 912/1507 en particulier, Abū Bakr bloque la ville pendant plus d’un mois et fait couper les arbres des jardins alentour287. Peu après c’est Abūl-’Abbās qui s’attaque à Constantine, qu’il prend peu avant le débarquement de Pedro Navarro288. L’échec de la résistance musulmane face aux Espagnols et l’absence de réaction de Tunis prouvent assez qu’à cette époque la capitale hafside n’avait plus les moyens d’imposer son pouvoir dans les provinces occidentales.

98Ces épisodes, complexes dans le détail des événements, mettent en lumière un certain nombre de caractéristiques des relations entre les deux villes. Ils montrent tout d’abord que la situation de Bougie en fait une base idéale pour un compétiteur au sultan de Tunis. La ville est éloignée, séparée de la capitale par des montagnes difficiles d’accès. Elle est par ailleurs prospère, au moins à certaines époques, ce qui permet à un prétendant de se renforcer et de préparer une attaque contre la partie orientale de l’Ifrīqiya. Les usurpations y sont nombreuses, parfois longues, et ont provoqué des crises impliquant le plus souvent les tribus environnantes et les puissances extérieures. Il ne faut cependant pas exagérer les effets de ces crises à répétition sur la ville. Les documents européens, nombreux au moins à l’époque des premières séparations, ne parlent pas de remous en ville, et ces querelles n’ont donc pas dû perturber considérablement les activités du port ni la tranquillité de la ville.

99Il faut surtout souligner que ces souverains indépendants de Bougie ont tous prétendu à la domination sur l’ensemble du domaine hafside, avec Tunis pour capitale, sauf peut-être au début du xvie siècle. On ne peut donc pas parler de véritable velléité d’indépendance. Ce légitimisme et cette reconnaissance de l’unité politique de l’Ifriqiya n’excluent pas pour autant l’affirmation d’une identité bougiote, qui s’exprime à travers des révoltes, mais aussi l’action des élites urbaines. Ce sentiment, ajouté aux contraintes d’une province périphérique, mène progressivement à une autonomie réelle de Bougie, concédée par Tunis.

2) Une autonomie à la périphérie de l’Ifrīqiya

100S’il n’y a pas de remise en cause de l’unité hafside, il existe en effet dans la ville un sentiment d’identité qui pousse les habitants à demander un maître qui leur soit plus proche que le sultan de Tunis, mais sans pour autant revendiquer une séparation totale. À cela s’ajoutent les contraintes à la fois stratégiques et politiques de l’éloignement de Bougie par rapport à Tunis, qui invitent les sultans à accorder à la ville une plus grande autonomie, laissant des pouvoirs importants au gouverneur, voire à certaines catégories de la population urbaine.

a) Un sentiment d’identité bougiote dans le cadre hafside

  • 289 M. Chapoutot-Remadi, « Tunis », Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, dir. J (...)
  • 290 Al-Ġubrīnī naît en 644/1246-7 et meurt en 704/1304-5. Ses dernières années se sont donc passées so (...)
  • 291 C’est là une des fonctions de ces recueils de biographies.

101Les indices d’un sentiment d’identité bougiote sont rares. Mis à part al-Ġubrīnī et al-Marīnī, aucun texte d’auteur bougiote n’a été conservé. Il n’existe pas (ou plus) de chronique comme celle d’Ibn Qunfudpour Constantine, ni d’éloge de la ville (faḍā’il) comme on en trouve plusieurs pour Tunis289. Les textes disponibles montrent néanmoins cette identité bougiote, et suggèrent qu’elle s’exprime sur le plan politique, même si c’est de manière somme toute assez limitée et désordonnée. L’entreprise d’al-Ġubrīnī, bien sûr, est l’expression de cette identité urbaine et il est révélateur que le ‘Unwān aldirāya ait été rédigé à une époque d’autonomie de Bougie290. L’éloge des hommes de savoir qu’on y trouve exprime la fierté de ces élites savantes auxquelles appartient l’auteur291.

  • 292 Bougie est à plusieurs reprises gouvernée par des personnes extérieures à la famille hafside, liée (...)

102Ce sentiment s’exprime d’abord sur le plan politique à travers la préférence, plusieurs fois affichée par la population, pour des gouverneurs hafsides en qui la ville se reconnaît. Le système le plus souvent adopté par les sultans de Tunis est de placer comme gouverneur un fils du souverain, en général l’aîné et héritier du trône292. Il en résulte très naturellement que plusieurs gouverneurs de Bougie succèdent à leur père à Tunis. Mais on voit aussi se dessiner des ébauches de dynasties locales, auxquelles les Bougiotes ne furent pas insensibles, au point parfois de rejeter un gouverneur parce qu’il était considéré comme étranger.

  • 293 Il est le fils du sultan Abū Yah yā Abū Bakr et gouverne la ville depuis 720/1320-1. Il a mené la (...)
  • 294 Ibid., III, p. 22.
  • 295 Ibid., III, p. 22-23. Il ne profita cependant pas longtemps de ce gouvernement, pris dans la tourm (...)
  • 296 Ibid., II, p. 72-74.
  • 297 Il reçoit pour cela l’aide du sultan de Tlemcen, qui lui concède notamment les impôts de Dellys ju (...)

103Un premier épisode est à ce titre révélateur. Lorsque le gouverneur de Bougie Abū Zakariyā’ Yahyā meurt en 747/1346-7293, le sultan envoie pour le remplacer un de ses propres fils, AbūHafs ‘Umar, qui se comporte de manière injuste. Le peuple de Bougie se soulève alors, escaladant les murs de la citadelle aux cris de « Vive l’émir, fils de notre ancien maître294 ! » Il chasse le gouverneur et installe à sa place Abū‘Abd Allāh Muḥammad fils d’Abū Zakariyā’ Yaḥyā, ce qui est finalement avalisé par le sultan295. Pourtant, lorsque ce même Abū‘Abd Allāh se comporte de manière tyrannique, la population de la ville n’hésite pas à faire appel à son rival l’émir de Constantine Abūl-’Abbās296. Par la suite Ibrāhīm, frère d’Abū‘Abd Allāh, cherche à reprendre la ville de Bougie, mais en vain297.

  • 298 Berbères, III, p. 110.
  • 299 Al-Zarkašī, trad. p. 194.
  • 300 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 211. En 810/1407-8, devant la menace représentée par un é (...)
  • 301 Al-Zarkašī, trad. p. 200-201 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 214.
  • 302 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 238-245, Al-Zarkašī, trad. p. 202-226 et supra p. 85 (...)
  • 303 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 246 ; al-Zarkašī, trad. p. 227.
  • 304 Al-Zarkašī, trad. p. 229, le donne comme son fils, mais plus loin (trad. p. 242) se contredit et a (...)
  • 305 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 246.
  • 306 Al-Zarkašī, trad. p. 239.
  • 307 Ibid., p. 242.

104Aussitôt après, une autre dynastie locale se met en place et se maintient (de manière il est vrai discontinue) de 772/1370-1 à 856/ 1452-3. Abū‘Abd Allāh Muḥammad, fils du sultan Abūl-’Abbās, est nommé à Bougie en 772/1370-1. À sa mort en 785/1383-4 il est remplacé par son propre fils, Abūl-’Abbās Ahmad298. En 798/ 1395-6, après la mort du sultan Abūl-’Abbās, ce gouverneur tente une usurpation, mais sans lendemain299. Le nouveau sultan Abū Fāris place alors à la tête de la province des hommes fidèles, en général des officiers affranchis300. Pourtant en 810/1407-8 le sultan rend le gouvernement de Bougie à son ancien maître, l’émir Abūl’Abbās Ahmad, à qui succède son frère Muḥammad301. Il semble, là encore, que le souverain ait préféré confier la ville à une personnalité de la famille hafside liée à Bougie. Après divers changements de gouverneurs302, ‘Uṯmān nomme en 843/1439-40 Abū Muḥammad ‘Abd al-Mu’min b. Abīl-’Abbās, que Brunschvig identifie comme le fils de cet Abūl-’Abbās Ahmad qui avait déjà gouverné la ville à l’époque d’Abū Fāris303. À sa mort en 846/1442-3, Abū Muḥammad est remplacé par son frère Abū Muḥammad ‘Abd al-Malik304. « Sans doute, écrit Robert Brunschvig, le sultan visait-il à se concilier l’esprit particulariste des Bougiotes, heureux d’avoir à leur tête des princes dont le père et l’aïeul avaient été déjà gouverneurs305 ». Abū Muḥammad ‘Abd al-Malik finit cependant par être arrêté, ayant refusé de rendre hommage au sultan, et il est remplacé peu après 856/1452-3 au profit du qā’id Manṣūr306. Après quoi, en 858/1454, le sultan fait arrêter son fils Abū Bakr, que les Bougiotes, nous apprend al-Zarkašī, avaient réclamé comme gouverneur « en s’appuyant sur le fait que son père et son oncle avaient antérieurement occupé la même situation307 ». Malgré de nombreuses vicissitudes, il y a bien là une dynastie locale d’émirs, qui compte cinq représentants, sur trois générations. Lorsque les sultans de Tunis cherchaient à imposer à Bougie un homme sûr (souvent un affranchi, ou au moins quelqu’un d’extérieur à la famille), l’autorité de ces étrangers n’était que modérément supportée par la population, qui leur préférait un prince de sang identifié à la ville.

Arbre généalogique des gouverneurs de Bougie issus de la lignée de Abū‘Abd Allāh Muḥammad (1370-1452)

b) Une autonomie peu à peu accordée à une région périphérique

105Ce sentiment d’identité urbaine ne va cependant pas jusqu’à une volonté d’indépendance. Mais les nécessités du gouvernement d’une province éloignée et souvent menacée ont contraint assez vite les souverains à concéder à l’émir de Bougie une large autonomie.

  • 308 « Harağa min Tūnis ilāğihāt Qustantīna li-l-išrāf ‘alāah wālihā ». ‘Ibar, VI, p. 624, Berbères, II (...)
  • 309 Cf. supra, p. 54.
  • 310 Berbères, II, p. 372.

106Durant les premières années du pouvoir hafside, l’autorité du sultan de Tunis est telle qu’il peut encore se permettre d’exercer une tutelle étroite sur la province de Bougie. Cela est très net avec les deux premiers Hafsides Abū Zakariyā’ et al-Mustanṣir. Ainsi le premier trouve la mort en 647/1249-50 alors qu’il est en train d’examiner l’état de la région de Constantine308, qui fait pourtant partie de l’apanage confié à son fils Abū Yah yā Zakariyā’ gouverneur de Bougie309. Plus tard, lorsque Alger (qui relève également de Bougie) se soulève contre les Hafsides, le sultan al-Mustanṣir envoie d’abord lui-même une armée et c’est seulement après l’échec de cette première intervention qu’il ordonne au gouverneur de Bougie Abū Hilāl de marcher contre la ville rebelle à la tête des troupes almohades. Celui-ci ayant également échoué, c’est une armée doublée d’une flotte envoyée directement par le sultan de Tunis qui vient à bout de la résistance d’Alger, en 673/1274-5310. Là encore, le souverain entend exercer un contrôle direct sur les provinces occidentales.

  • 311 « Wa ‘aqada la-hu ‘alā Biğāya wa a’māli-hā, wa anfada-hu ilayhā amīran mustaqillan » ‘Ibar, VI, p. (...)
  • 312 Il s’agit, selon lui, de consoler le jeune prince parce que le sultan avait emprisonné et mis à mo (...)
  • 313 Cf. supra, p. 81-83.

107La situation est bien différente avec la désignation en 679/ 1280-1 d’Abū Fāris au poste de gouverneur de Bougie. Ibn Khaldūn écrit que le sultan le nomma émir « autonome » de la ville et de la province de Bougie311. Certes les prérogatives d’Abū Fāris sont limitées, mais il y a là une évolution importante et une reconnaissance de la nécessité de donner à ce gouverneur un pouvoir fort. L’explication que donne Ibn Khaldūn est sans doute assez secondaire312. L’objectif est bien de renforcer les frontières occidentales face à la menace croissante des Abdelwadides. Après 1318 et les premières périodes d’indépendance313, le gouverneur garde une réelle autonomie par rapport au pouvoir central. Le sultan parvient parfois à imposer des hommes de confiance comme chambellans ou directeurs des finances à Bougie, mais l’émir-gouverneur cherche de son côté à s’entourer de personnes qui lui sont totalement dévouées et ne risquent pas de le surveiller pour le compte du sultan.

  • 314 Berbères, III, p. 5, 20.
  • 315 Ibid., III, p. 20. Ce personnage avait fait sa carrière au service du gouvernement de Bougie et Ib (...)
  • 316 Ibid., III, p. 21-22.
  • 317 Ibid
  • 318 Cf. supra p. 88.

108Cela est particulièrement visible à l’époque de l’émir Abū Zakariyā’, entre 719/1319-20 et 747/1346-7. Le sultan Abū Yah yā Abū Bakr nomme en effet son fils Abū Zakariyā’ à la tête de la province, mais le flanque d’un chambellan qu’il choisit lui-même : d’abord Ibn al-Qālūn, puis Ibn Sayyīd al-Nās. Celui-ci, rappelé à Tunis, se fait remplacer à Bougie par un de ses lieutenants, Abū‘Abd Allāh Muḥammad b. Farhūn, qui est cependant arrêté au moment de la chute de son protecteur en 733/1332-3314. Le sultan envoie alors le chef de l’armée et un nouveau chambellan, Abū Ishāq b. ‘Allān. Peu de temps après l’émir remplace ce dernier par un homme qui lui doit tout, l’Andalou Abūl-’Abbās Ahmad b. Abī Zakariyā’ al-Rundī. Cette rebuffade provoque le mécontentement du sultan315 qui, à la mort de l’Andalou, procède à nouveau lui-même à la nomination du chambellan de son fils, envoyant un Almohade de premier plan, Abū Muḥammad b. Tāfrāğīn. En butte à l’hostilité des šayḥ-s bougiotes, ce dernier doit cependant rapidement retourner à Tunis et l’émir peut rappeler son ancien chambellan Ibn Farhūn, avec cette fois l’accord du sultan316. À la mort d’Ibn Farhūn, c’est à nouveau un homme venu de Tunis qui le remplace – mais il est rapidement destitué par l’émir. Celui-ci nomme alors successivement deux fidèles, qui avaient fait leur carrière dans les bureaux de l’administration, et la situation reste inchangée jusqu’à la mort de l’émir en 747/1346-7317. Cette valse des chambellans montre cet équilibre toujours précaire entre autonomie et dépendance de Bougie par rapport à Tunis. L’émir cherche à installer des hommes connaissant déjà la province, et lui devant leur promotion. Il affirme ainsi peu à peu son autonomie par rapport à la capitale. La suite logique de cette évolution est le remplacement de l’émir par son propre fils, à la demande des Bougiotes qui rejettent le fils du sultan318.

  • 319Ibar, VI, p. 874, Berbères, III, p. 88.
  • 320 « wa aṭlaqa yada-hu fīmāl al-ğibāya wa dīwān al-ğund » (‘Ibar, VI, p. 88, Berbères, III, p. 88). L (...)
  • 321Ibar, VI, p. 876 ; Berbères, III, p. 90. Ces attributs et emblèmes du pouvoir délégués aux gouver (...)
  • 322 Berbères, III, p. 484-485.
  • 323 Al-Zarkašī, trad. p. 207, 239.

109Cette tendance se confirme une fois passée la crise mérinide. Vers 772/1370-1 le fils aîné du sultan Abūl-’Abbās, l’émir Abū‘Abd Allāh Muḥammad, reçoit le commandement de Bougie, avec une large autonomie (istiqlāl), alors que son frère Abū Isḥāq est envoyé à Constantine319. Ibn Khaldūn ajoute que le sultan céda à ses deux fils son autorité sur les impôts et sur l’armée320 et qu’il « leur délégua le commandement [imāra], les autorisant à prendre l’apparat [āla], le cérémonial royal [rusūm al-mulūkiyya] et les emblèmes [šārā] du pouvoir321 ». Cette situation, nous dit encore Ibn Khaldūn, perdure jusqu’à son époque, c’est-à-dire 783/1381-2. Sans doute l’état encore fragile des provinces occidentales justifiait-il une telle mesure. Le gouverneur de Bougie, exposé aux attaques extérieures et éloigné de Tunis, devait disposer de pouvoirs suffisants pour faire face avec promptitude à une crise. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une indépendance totale. Ainsi, quelques années plus tard, en 789/1387-8, le sultan de Tunis intervient auprès de l’émir de Bougie pour lui recommander de bien traiter le sultan déchu de Tlemcen Abū Hammū, et de lui fournir des troupes pour se rendre jusqu’à la frontière des États abdelwadides322. Par la suite le souverain n’hésite pas à remplacer à sa guise les gouverneurs de Bougie, surtout lorsque ceux-ci montrent trop d’indocilité ou d’ambition323.

  • 324 Par exemple en 1403 une lettre est envoyée de Majorque au roi de Bougie Muḥammad, à propos d’un pr (...)
  • 325 Le sultan de Tunis a souvent les mêmes titres dans la correspondance diplomatique.
  • 326 Adorno, qui souligne pourtant l’étendue du pouvoir de ce sultan, écrit que Bougie est la « cité ro (...)
  • 327 Archivo histórico de la ciudad de Barcelona, Lletres closes, a. 1471-1473, f. 169v-170 (6/2/1473), (...)
  • 328 Cf. tableau généalogique des Hafsides par Brunschvig, La Berbérie, op. cit., tableau n°II.
  • 329 ADBR, B 2485 (mai 1479), éd. G. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi René, Paris, 1908-1910, I, p. 347 ; (...)
  • 330 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482).
  • 331 ACA, C., Rg. 3569, f. 99v (21/11/1491), éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacio (...)
  • 332 Al-Marīnī, p. 249. Le texte cependant n’est pas très clair : le sultan « ordonne » de porter secou (...)

110Les textes arabes sont peu précis pour suivre cette évolution au xve siècle. Les documents européens les complètent, mais sont d’une interprétation délicate. Ils parlent en effet de « roi de Bougie », avec lequel les puissances chrétiennes traitent directement324. Ce titre, ainsi que les épithètes élogieuses qui l’accompagnent dans les lettres officielles, ne signifient pas nécessairement que le prince est indépendant. Il souligne néanmoins une réelle autonomie par rapport au souverain de Tunis325, et cela dès les dernières années du sultanat de ‘Uṯmān326. En 1473 la ville de Barcelone écrit pour se plaindre de marchandises séquestrées en douane. La lettre est adressée « Al molt alt è molt magnifich, lo rey de Bogia », sans donner de nom327, mais l’on a une précision dans un minutier du notaire des galées vénitiennes qui évoque en 1475 l’Illustrissimo et excellentissimo domino mule Abde Laxis Dei gracia regi Buzie, qui doit être Abū Fāris ‘Abd al-’Azīz, fils de ‘Uṯmān328. De même en 1479 le roi René de Provence envoie des présents aux « rois » de Bougie et de Bône329. Dans les années 1480 plusieurs lettres de réclamations sont également adressées au « roi » de Bougie. Ainsi une affaire survenue à Alger, où le mušrif a détenu un marchand de Castel d’Ampurias, provoque un boycott du seul sultanat de Bougie et une ambassade à son « roi ». Cette réaction montre que le sultan de Tunis n’est pas rendu responsable de cet incident et suggère une vraie autonomie de Bougie330. Le sultan garde tout de même un certain contrôle, comme le montrent plusieurs lettres envoyées par des souverains chrétiens pour le prier de faire pression sur Bougie. Dans l’une d’elles, datée de 1491, le roi d’Aragon demande ainsi au Hafside Abū Yah yā Zakariyā’ d’intervenir auprès de l’émir de Bougie pour la libération d’un de ses sujets331. Enfin al-Marīnī nous apprend que c’est à la demande de Tunis que le sultan de Bougie a porté secours aux Andalous et aux Oranais attaqués par les Espagnols332.

111Bougie bénéficie donc d’une autonomie croissante par rapport à Tunis, rendue nécessaire par sa situation périphérique. Celle-ci se traduit essentiellement par des délégations de pouvoir importantes accordées aux gouverneurs et d’une manière générale aux acteurs locaux.

c) Le rôle des acteurs locaux

112La gestion d’une province aussi vaste que stratégique impose en effet au pouvoir central de laisser une large autonomie au gouverneur et à ses agents, mais aussi éventuellement à certaines catégories de la population urbaine.

Une délégation variable de souveraineté aux gouverneurs

113L’autonomie du gouverneur peut s’exercer dans plusieurs domaines. En théorie, ses pouvoirs sont assez limités, car le contrôle du sultan est très étendu. Dans la réalité certaines prérogatives lui sont reconnues, à des degrés variables selon les périodes.

  • 333 Berbères, III, p. 88.
  • 334 Dans le contexte andalou le chef militaire de la frontière est doté d’attributions plus larges que (...)

114La fonction première du gouverneur de Bougie est de défendre le territoire face aux agressions extérieures. C’est à lui également que revient la charge de maintenir l’ordre dans sa région. Pour cela il doit disposer d’une force armée. Pourtant cette autorité du gouverneur sur les troupes n’a rien d’évident : Ibn Khaldūn présente comme un fait notable, et un signe d’autonomie particulièrement large, que l’émir Abū‘Abd Allāh Muḥammad, vers 772/1370-1, puisse disposer des troupes333. Le sultan n’hésite d’ailleurs pas à envoyer des commandants qui lui sont directement rattachés. Les nombreux hommes de guerre stationnés dans la région sont en effet tout à la fois une garantie de sécurité pour l’État et une menace pour le pouvoir central. Mais d’un autre côté la nécessité de réagir vite à un danger oblige à laisser une autonomie de commandement en matière militaire au gouverneur des marches occidentales334. Par ailleurs, la très grande complexité de la composition des armées nécessite un pouvoir fort et présent sur place pour gérer cet ensemble hétéroclite et fragile. Il faut en effet réussir à donner une cohérence et une efficacité à des troupes composées des contingents almohades, soucieux de maintenir leur supériorité historique, des milices chrétiennes toujours en partie liées aux princes espagnols, des tribus Ṣanhāğa ou d’autres Berbères, des tribus arabes enfin. Difficile, dans ces conditions, d’assurer une défense efficace à plusieurs centaines de kilomètres de distance.

  • 335 Cf. Fārisiyya, p. 194, sur la levée des impôts effectuée par le qā’id Nabīl, gouverneur de Bougie (...)
  • 336 Berbères, II, p. 302. Il place également à côté de son fils un vizir et un conseiller.
  • 337 Ibid., II, p. 313.
  • 338 Ibid., II, p. 314.

115Pour entretenir ces armées, il est nécessaire de disposer de ressources suffisantes et notamment de rentrées fiscales. Le sultan conservait en principe le contrôle de la fiscalité, comme le montre là encore le caractère exceptionnel de la délégation de pouvoir donnée à l’émir Abū‘Abd Allāh Muḥammad, autorisé à disposer des recettes fiscales. Il est probable cependant que le gouverneur avait une certaine autonomie pour la levée des impôts et les dépenses, la centralisation à Tunis, trop éloignée, étant difficile335. En revanche rien n’empêchait un contrôle du pouvoir central sur les finances locales, par l’intermédiaire de fonctionnaires de confiance. Un indice nous en est donné pour l’époque d’Abū Zakariyā’. Celui-ci nomme son fils, l’émir Abū Yah yā Zakariyā’, comme gouverneur de Bougie, mais lui adjoint plusieurs personnes, dont un Hintāta, ‘Abd al-Haqq b. Yā-sīn, comme receveur des impôts336. Un autre épisode met en évidence ce contrôle de Tunis sur la levée des impôts. Sous le règne du sultan Abū Zakariyā’ encore, un certain al-Ğuwahirī est chargé de percevoir pour Tunis les impôts versés par les tribus berbères. Ibn Khaldūn raconte que, soupçonnant les gouverneurs de province de détourner une partie de ces impôts à leur profit, al-Ğuwahirī remet de l’ordre dans ces affaires, et fait rentrer ces impôts pour une valeur considérable, ce qui lui vaut d’être nommé directeur des impôts de Tunis337. Que ce fonctionnaire des bureaux de Tunis se préoccupe d’un éventuel détournement par les gouverneurs de province montre bien un contrôle du pouvoir central dans ce domaine. Mais une remarque d’Ibn Khaldūn, toujours à propos de ce personnage, montre les difficultés à fixer des limites de compétence nettes : lorsque ‘Abd al-Haqq b. Yāsīn est nommé à la tête des impôts de Bougie, al-Ğuwahirī lui écrit pour lui demander un total dévouement, « ce qu’Abū Zakariyā’ n’apprécia guère car cela relève de son droit de commandement338 ». On retrouve là, sur la question des impôts, cette compétition permanente entre le gouverneur et le pouvoir central.

  • 339 Cf. Muqaddima, trad. p. 534.
  • 340 Kh. Ben Romdhane, Les Monnaies almohades. Aspects idéologiques et économiques, Doctorat de 3e cycl (...)
  • 341 Lavoix, op. cit., n°724, p. 300. C’est peut-être également le cas des deux dinars frappés à Bougie (...)
  • 342 Lavoix, op. cit., passim ; Kh. Ben Romdhane, « Supplément au catalogue des monnaies musulmanes de (...)
  • 343 Cf. infra sur les monnaies et les changes, p. 318-321.
  • 344 Idem. Au moment de la conquête espagnole, al-Marīnī parle de « ceux qui avaient exercé un emploi d (...)

116La frappe monétaire est un troisième domaine sensible où peut se manifester cette autonomie de Bougie. Le droit de battre monnaie est un droit régalien, qui revient exclusivement au sultan339. Ce dernier a pu cependant l’accorder exceptionnellement au gouverneur de Bougie, et ce dès l’époque almohade. Il existe déjà quelques dinars almohades frappés sur place, notamment en 547/1152-3. Mais la date, qui est celle de la prise de la ville par le calife ‘Abd al-Mu’min, montre qu’il ne s’agit pas d’une délégation du droit de frappe mais plutôt d’émissions destinées à payer les troupes ou à glorifier le calife après sa victoire340. Le dinar frappé à Bougie au nom du calife AbūYa’qūb341 montre en revanche davantage un droit de frappe accordé à un gouverneur de province. Pour l’époque hafside, si l’on exclut les pièces au nom des sultans indépendants de Bougie, les cas sont rares, même s’ils ne sont pas totalement inexistants342. Pourtant les traités de commerce signés avec les puissances chrétiennes parlent de la « zecca de Bougie », c’est-à-dire l’Hôtel de la Monnaie (sikka), où les marchands peuvent porter leur or et leur argent pour qu’il y soit frappé343, et certains documents commerciaux parlent de doubles « de la zecca de Bougie »344.

  • 345 Il refuse d’ailleurs également ce poste et demande à en être dispensé. Al-Ġubrīnī, p. 88.
  • 346 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 119.

117Que ce soit pour le commandement de l’armée, les finances ou la frappe monétaire, le contrôle réel du pouvoir central ne peut en fait s’exercer que par la nomination directe, depuis Tunis, des fonctionnaires les plus importants et d’une manière générale de toutes les personnes d’autorité. Le gouverneur est souvent accompagné de personnes chargées de le conseiller, mais aussi de le surveiller, ce qui est le rôle en particulier des chambellans. Cette désignation par Tunis concerne également le cadi, personnage central de la vie urbaine. Ainsi le faqī HAbū Muḥammad ‘Abd al-Haqq b. Rabī’b. Ahmad b. ‘Umar al-Ansārī se voit proposer le poste de cadi de Bougie, sa ville natale, par le calife al-Mustanṣir qui, suite à son refus, le nomme finalement cadi de Constantine345. Cette désignation se fait en principe sur proposition ou après consultation du grand cadi de la capitale et des plus hautes autorités religieuses de Tunis346. Il est difficile cependant de mesurer la réalité et l’étendue de ces nominations par Tunis après le xive siècle.

  • 347 Cf. infra sur la politique douanière, p. 260.
  • 348 AMV, LLM, g3-8, f. 35r, 16/10/1403, éd. A. Ivars Cardona, Dos creuades valenciano-mallorquines a l (...)
  • 349 ACA, C., Rg. 149, f. 185v, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n°958 (1312/05/ 03). Ce gouverneur, sa (...)
  • 350 ACA, C., Rg. 246, f. 132v-133, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n°1412 (29/ 11/1320). La période d (...)

118Enfin un dernier domaine où l’autonomie du gouverneur pouvait s’exercer est celui des relations avec les puissances étrangères. La documentation d’archive européenne permet de mesurer l’étendue de cette délégation. Elle montre que la signature des traités relève toujours de l’autorité du sultan. La négociation et la ratification sont du ressort de Tunis et les traités signés avec le sultan valent également pour Bougie347. Ainsi en 1403, à la suite du traité entre la Couronne d’Aragon et Tunis, les jurats de Valence écrivent au « roi de Bougie » pour demander la libération d’un captif, en application du traité signé « entre nostre senyor le Rey Darago, duna part, e lalt Rey de Tuniç, de la altra » ; le texte de la lettre précise qu’il concerne aussi le territoire de Bougie (« on vos e tots los de uostra senyoria son compresos348 »). Ce document montre que, dans le cadre d’une politique étrangère dirigée par le sultan de Tunis, le gouverneur de Bougie peut néanmoins entretenir des relations diplomatiques directes avec les puissances étrangères (ici les jurats de Valence, sujets du roi d’Aragon) pour la résolution de conflits mineurs comme des réclamations commerciales ou des affaires de piraterie et de captifs. Ainsi en 1312 Jacques II d’Aragon réclame au gouverneur de Bougie la libération d’un captif349. Plus tard, en 1320, le même adresse une lettre au chambellan Ibn Sayyid al-Nās, le remerciant de solliciter une paix au nom du sultan de Tunis et de Bougie350.

119Tels sont les domaines où pouvait se manifester l’autonomie du gouverneur. Mais tout dépendait de la délégation réelle que le sultan voulait ou était en mesure d’accorder, et donc du rapport de force du moment.

Une participation de la population aux affaires ?

  • 351 A.-M. Eddé, H. Bresc, P. Guichard, « Les autonomismes urbains des cités islamiques », Les Origines (...)
  • 352 E. Ashtor, « Républiques urbaines à l’époque des Croisades », CCM, 18, 1975, p. 117-131.
  • 353 « Les autonomismes urbains », art. cité, p. 102-103.
  • 354 Brett, « The City-state », art. cité, p. 86-90.
  • 355 Cl. Cahen, « Mouvements populaires et autonomisme urbain dans l’Asie du Moyen Âge », Arabica, 5, 1 (...)

120La question de la participation de la population locale aux affaires est autrement plus délicate à régler avec la documentation disponible. Les chroniques montrent cette population s’exprimant le plus souvent par des révoltes, parfois soutenues par les élites urbaines. Mais existait-il, hors des périodes de crise, des structures politiques permettant aux Bougiotes de défendre leurs intérêts ? Ces questions ont soulevé de longues discussions, surtout chez les historiens de l’Orient, visant à savoir si on pouvait parler, pour le monde musulman, d’« autonomies urbaines »351. Eliyahu Ashtor a parlé de « Républiques urbaines », menées par la haute bourgeoisie marchande, à partir des exemples de Tyr et de Tripoli de Syrie au moment des croisades352. Mais outre que l’identification d’élites marchandes différenciées n’est pas claire, on constate qu’il y a plutôt naissance de dynasties locales, sans réelle volonté de partage du pouvoir353. Un mécanisme similaire se retrouve dans le cas de Tunis, au temps des Banū Hurasān, et à Tripoli de Libye354. Pour l’Orient, Claude Cahen a montré l’action, à Alep et Damas au xie et au début du xiie siècle, de milices de jeunes gens (aḥdāt), dirigées par un rā’is, le plus souvent un notable, et qui exercèrent une réelle influence sur la vie politique en cas de faiblesse du pouvoir355.

  • 356Ibar, VI, p. 678-679, Berbères, II, p. 377, à propos de la conduite despotique d’Abūl-’Alā’ Idris (...)
  • 357 Dans l’organisation almohade primitive un conseil des šayẖ-s conseillait le souverain ou le gouver (...)
  • 358 « Wa ašhada l-malā’ min al-muwaḥḥidīn wa mašyaẖa Biğāya », à propos de l’allégeance des Bougiotes (...)
  • 359 R. Dozy (Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, p. 810) donne aussi ce sens. Un peu plu (...)
  • 360Ibar, VI, p. 719, Berbères, II, p. 419.
  • 361Ibar, VI, p. 657, Berbères, II, p. 352 : le fils du rā’is de la šūrā de la ville se révolte contr (...)
  • 362 À Ceuta la šūrā exerce une véritable souveraineté à l’époque d’al-’Azafī, même si la définition in (...)
  • 363 Brett, « The City-state », art. cité, p. 87.
  • 364 C’est ce mot qui est utilisé dans les sources arabes de l’époque pour désigner les sénats des vill (...)
  • 365 Dozy, Supplément, op. cit., p. 799.
  • 366 Un des sens de cette racine du mot (Š WR) est d’ailleurs ‘conseiller’. Ibid.
  • 367 M. Kisaichi, « The Maghrib », Islamic Urban Studies, Historical Review and Perspectives, dir. M. H (...)

121Qu’en est-il à Bougie ? Il n’y a jamais eu de « république urbaine » dans la mesure où il y a toujours un gouverneur ou un souverain, mais les soubresauts politiques des xiiie et xive siècles font apparaître des institutions, dont le mode de fonctionnement reste cependant obscur. Le mot mašyaẖa, qui apparaît chez Ibn Khaldūn356, est d’une interprétation difficile : est-ce le conseil des šayẖ-s almohades357 ? Cependant dans un autre passage Ibn Khaldūn le distingue des Almohades358. Faut-il alors, comme nous y invite le traducteur, l’identifier avec un « conseil municipal »359 ? Mais cela ne nous avance guère plus, car nous ignorons tout de sa composition et de son fonctionnement. Ailleurs le cadi al-Ġubrīnī est qualifié de « kabīr Biğāya wa sāhib šūrā-hā », ce que le baron De Slane traduit par « premier notable de la ville et grand conseiller du corps municipal360 ». Ce mot šūrā est moins obscur. On le retrouve pour d’autres villes du Maghreb, comme Miliana361, Ceuta362 ou Tripoli363. Reinhart Dozy, à partir des écrits d’Ibn Khaldūn, le traduit par « Conseil administratif dans une ville »364 : « Ces conseils se composaient de fakîhs ou jurisconsultes qui appartenaient aux maisons les plus considérées. Ils remplissaient les fonctions d’ambassadeurs auprès des souverains, recevaient les agents qui venaient de la part du calife, et s’occupaient de tout ce qui concernait l’utilité publique ». Il ajoute que, dans certains cas, « ces conseillers se déclaraient indépendants et formaient une république dont ils étaient les chefs365 ». Mais cette évolution, visible à Tripoli de Libye ou Ceuta, ne se retrouve pas à Bougie, où ce conseil est semble-t-il seulement consultatif366. Il est difficile d’en savoir plus. En particulier nous ignorons quelle était son influence réelle, comment il était composé, ou quels intérêts il représentait. S’appuyant sur le recueil d’al-Ġubrīnī, Masatoshi Kisaichi a montré la place des oulémas comme groupe intermédiaire entre le pouvoir et le peuple367, mais la nature de cette source ne permet pas d’affirmer que d’autres élites (notamment économiques) n’ont pas joué également un rôle politique local.

  • 368Ibar, VI, p. 847 ; Berbères, III, p. 62.
  • 369 La chronique d’Ibn Khaldūn n’est bien sûr pas le meilleur guide, car il n’a que mépris pour cette (...)

122Les milices urbaines, étudiées par Claude Cahen, existent à Bougie, mais seulement dans des périodes de crise, et elles sont mal connues. Au moment de la prise de Bougie par Abū Ishāq en 761/1359-60, Ibn Khaldūn rapporte que le souverain exerça peu son pouvoir car il subissait l’autorité d’un certain ‘Alīb. Ṣālih, qui commandait à la populace (ġawġā’) de la ville368. Mais il s’agit d’une période particulière, après une crise qui a bouleversé le système politique et a parfois laissé le pouvoir vacant. Il ne semble pas que ces groupes aient survécu par la suite – ni qu’ils aient existé auparavant. Plus généralement lorsque la population se soulève, elle le fait toujours en réaction à la tyrannie de son maître et les chroniques insistent sur le caractère émotif de ces révoltes, sans qu’il soit possible de déceler une quelconque idéologie ou la défense d’intérêts particuliers369.

123L’importance stratégique de Bougie et son éloignement par rapport à la capitale hafside ont donc mené progressivement à une autonomie assez large. Celle-ci répond également à l’expression par la population urbaine d’un sentiment d’identité, qui ne va pas cependant jusqu’à une volonté d’indépendance par rapport à Tunis. Il y a donc reconnaissance de l’identité de la ville mais sans remise en question de la cohérence de la domination territoriale hafside. Pour autant il est difficile de discerner une politique propre à Bougie, en particulier en matière diplomatique ou commerciale. La puissance des gouverneurs de la province a poussé certains d’entre eux à s’affranchir de la tutelle de la capitale, mais toujours dans le but d’y conquérir le pouvoir et de reconstituer l’unité hafside. Cela s’est produit plusieurs fois entre la fin du xiiie siècle et le deuxième tiers du xive siècle. Dans tous les cas ces usurpations sont le signe d’un affaiblissement du pouvoir à Tunis. Elles sont aussi la manifestation de la richesse de Bougie, capable de soutenir les ambitions régionales d’un gouverneur.

124Bougie occupe une place essentielle dans le paysage politique et stratégique maghrébin, en raison de sa situation mais aussi de sa puissance, développée dès sa fondation par les Hammadides et entretenue par la suite. Cela contribue à forger une identité urbaine qui ne mène cependant jamais jusqu’à une véritable volonté d’indépendance de la part de sa population, dont la participation aux affaires de la cité reste limitée.

125Cette place la met au centre de conflits, à l’échelle à la fois maghrébine et ifrīqiyenne, qui entraînent des périodes de crise plus ou moins dures. Jusqu’au début du xive siècle les conquêtes diverses (Almohades, Banū Gāniya, Hafsides) et les prises de pouvoir de prétendants hafsides au départ de Bougie ne nuisent jamais durablement à la puissance et à la prospérité de la ville. Les années 1310 ouvrent en revanche une longue période de crise, marquée par des invasions ou des tentatives d’invasions en provenance de l’ouest, qui perturbent grandement le jeu politique et l’activité de la région. Il faut attendre le début des années 1370 pour que les dangers soient écartés et l’unité hafside retrouvée. Ces difficultés, liées à la situation de Bougie et à son éloignement par rapport à Tunis, expliquent l’octroi progressif et contrôlé d’une certaine autonomie aux gouverneurs, qui peuvent ainsi faire face à des menaces extérieures mais aussi gérer un territoire provincial vaste et parfois difficile à tenir et à gouverner.

Notes

1 ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Ğilālī parle de « frontières de l’Algérie hafside [ḥudūd al-Ğazā’ir al-Hafs iyya] » et de « royaume d’Algérie hafside [mamlakat al-Ğazā’ir al-Ḥafṣiyya] ». ‘A. Al-Ğilālī, Ta’rīẖal-Ğazā’ir al-’āmm, II, Alger, 1954-1955, rééd. Beyrouth, 1983, p. 46. Quant à l’émirat indépendant de Bougie à l’époque d’Abū Zakariyā’, il devient chez cet auteur le « royaume d’Algérie [mamlakat al-Ğazā’ir] » (ibid., p. 55). Rachid Bourouiba, sans procéder à cette identification anachronique, écrit que le « Moyen Maghrib » est le « nom de l’Algérie islamique jusqu’à 1518, date à laquelle elle prit le nom de : “El-Djazaïr” et l’État : “État des Algériens” ». R. Bourouiba, « La vie économique et les arts à Bidjaia la Hammadide », Actes intégraux (conférences et débats) du 8e séminaire sur la pensée islamique, Bidjaia, du 25 mars au 5 avril 1974, II, s. l., s. d., p. 7. L’identité des deux espaces est cependant très contestable.

2 L’unité politique du monde musulman n’est plus depuis déjà longtemps qu’une utopie ou un rêve. A. Miquel, La Géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, I, Paris-La Haye, 1967, p. 1, 268-275.

3 Mohamed Kably fait remarquer que, chez Ibn Khaldūn, le Maghreb est constitué par les régions « qui formaient dans les temps anciens le domaine des Berbères ». Il est alors un espace non plus défini de l’extérieur, mais vécu collectivement comme solidaire. M. Kably, « Espace et pouvoir au “Maroc” à la fin du “Moyen Âge” », ROMM, 48-49, 1988, p. 28. Cf. D. Valérian, « Frontières et territoire dans le Maghreb de la fin du Moyen Âge : les marches occidentales du sultanat hafside », Correspondances, 73, 2002-2003, p. 3-4.

4 M. Kably, « Mulāhaẓāt ḥawla l-tağārib al-wah dawiyya al-waṣītiyya bi-bilād al-Maġrib al-Kabīr », Murāğa’āt ḥawla l-muğtamawa l-taqāfa bi-l-Maġrib al-wasīṭ, Casablanca, 1987, p. 7-20.

5 G. Martinez-Gros, « La division du monde selon Idrîsî », Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 332-333.

6Ibar, VI, p. 200-201 ; Berbères, I, p. 193-194. Mohamed Kably distingue trois plans de perception des frontières par les Maghrébins du Moyen Âge : religieux (opposition Dār al-Islām / Dār al-Ḥasan), géographico-civilisationnel (un grand Maghreb qui inclut al-Andalus et va jusqu’aux limites méridionales du Sahara) et lignager. Kably, « Mulāhaz āt », art. cité, p. 10.

7 Abdallah Laroui fait débuter l’époque du « Maghreb impérial » au ixe siècle, soulignant que le domaine concédé à Ibn Aglab s’étendait en théorie à l’ensemble du Maghreb. A. Laroui, L’Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, 1970, rééd. Casablanca, 1995, p. 111. Mais les Aghlabides n’allèrent jamais très à l’ouest. Les Fatimides au xe siècle vont bien jusqu’à étendre leur domination à un espace plus vaste, annonçant l’entreprise almohade, mais sans jamais vraiment contrôler le Maghreb en entier (ibid., p. 127).

8 Ce Maghreb est inséparable de l’autre versant de l’Islam occidental, al-Andalus, dont la soumission fut également recherchée par ces souverains.

9 La Moulouya est une manière commode de séparer le Maroc du Maghreb central, et c’est cette limite qui est choisie lors du traité de Monteagudo en 1291 par les Catalans et les Castillans. Elle est également souvent utilisée par Ibn Khaldūn pour séparer ces deux espaces politiques (Berbères, I, p. 194). Ph. Gourdin, « Le “partage” du Maghreb entre l’Aragon et la Castille au traité de Monteagudo (1291) », Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 399-409. La Soummam, qui sépare aujourd’hui la Petite et la Grande Kabylie, n’est en revanche pas présentée comme une séparation pertinente par les auteurs médiévaux.

10 « Ifrīḳiya », EI2, III, p. 1073-1076 (M. Talbi) ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 122-126.

11 La domination politique des États du Maghreb oriental ne dépasse jamais les steppes. Al-Marrākušī dit ainsi que « l’Ifrīqiya a pour limite orientale Antābulus [Barca], pour limite occidentale Constantine l’aérienne, ainsi nommée tant elle est haute et située dans une forte position ; de l’une à l’autre de ces villes, il y a près de 55 étapes. Quant aux limites en largeur, elles varient d’après les empiètements plus ou moins prononcés du désert sur la région cultivée ». Mu’ğib, texte p. 349, trad. p. 300. Cf. infra p. 137-141 sur le Zāb.

12 Talbi, « Ifrīḳiya », art. cité, p. 1075. C’est le cas notamment d’al-Bakrī, trad. p. 49.

13 Ce ğuz’ va à l’ouest jusqu’à Bône non comprise. Cette dernière ville, placée par al-Idrīsī dans le 2e ğuz’, relève de Tunis et non de Bougie à l’époque hafside (cf. infra p. 135).

14 Al-Idrīsī, texte p. 116, trad. p. 165-166. Lorsque al-Idrīsī décrit l’Ifrīqiya (sans en définir les limites) il semble désigner des régions plus orientales, puis-qu’il va jusqu’à Tripoli (trad. p. 131) ou Mahdia (qui en est la capitale ; trad. p. 186).

15 Yāqūt al-Hamawī, Mu’ğam al-buldān, éd. F. Wüstenfeld, Leipzig, 1866-1867, I, p. 495. Il dit d’ailleurs la même chose à propos d’Alger, ce qui montre l’imprécision de ses délimitations. Ibid., II, p. 69.

16 Ibid., I, p. 324, qui cite al-Bakrī pour le corriger.

17 Al-’Umarī, texte p. 227, trad. p. 99.

18 Lisān al-Dīn Ibn al-Hatīb, Kitāb A’māl al-a’lām, éd. A. Muhṭār ‘Abbādīet M. I. al-Kattānī, Ta’rīẖal-Maġrib al-’arabīfīl-’Asr al-wasīṭ, Casablanca, 1964, 3e partie, p. 85, trad. esp. R. Castrillo, Historia medieval islámica del Norte de África y Sicilia, Madrid, 1983, p. 65. Mais il se réfère sans doute aux divisions de son temps, c’est-à-dire de l’époque hafside.

19 H. Djaït, « La wilâya d’Ifrîqiya au iie/viiie siècle : étude institutionnelle », Studia islamica, 27, 1967, p. 77-121 ; 28, 1968, p. 79-108.

20 Pour Paul-Louis Cambuzat, le Zāb s’étend jusqu’à la mer. P.-L. Cambuzat, L’Évolution des cités du Tell en Ifrîqiya du viie au xie siècle, Alger, 1986, I, p. 195-207.

21 Ibid., I, p. 167. On rencontre déjà cette expression d’ » Ifrīqiya proprement dite » chez Hady-Roger Idris qui écrit « À l’Ifrīqiya proprement dite, ensemble de plaines où les communications sont faciles, rares les passages obligés et les massifs fermés, pays fortement organisé autour de Kairouan, s’oppose le Maġrib central, complexe de massifs montagneux, plus ou moins anarchiquement isolés les uns des autres ». H.-R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, xe-xiie siècle, Paris, 1962, p. 409. Il retrouve là une distinction strictement géographique, voire topographique, qui rejoint implicitement des considérations plus politiques (opposition entre l’ » organisation » autour de Kairouan et l’ » anarchie » à l’ouest).

22 Talbi (« Ifrīḳiya », art. cité, p. 1075) distingue l’Ifrīqiya « géographique », et l’Ifrīqiya « administrative » qui se confond avec les territoires des États gouvernés depuis Kairouan, Mahdia ou Tunis. Voir aussi Djaït, art. cité, p. 88-89, qui fait également la distinction, mais réserve l’Ifrīqiya « géographique » à « l’ancienne Proconsulaire et l’ancienne Byzacène avec l’addition subsidiaire de la Numidie et de la Tripolitaine ».

23 Les historiens autrefois parlaient de « Berbérie orientale », dénomination qui n’appartient pas au vocabulaire des auteurs arabes de cette époque, mais qui avait le mérite de définir une zone relativement homogène sur le plan politique et dynastique. Cf. les titres des deux thèses majeures sur cette période : R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines au xve siècle, Paris, 1940 et 1947 (titre traduit significativement en arabe par « Histoire de l’Ifrīqiya »), Idris, La Berbérie, op. cit.

24 Colonia Julia Augusta Saldensium Septimana Immunis.

25 Des stèles avec inscriptions puniques y ont été retrouvées. Cl. Lepelley, Les Cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1981, II, p. 505. De même, on y a retrouvé des monnaies carthaginoises. St. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger, 1911, rééd. Alger, 1997, feuille 7 (Bougie).

26 Voir notamment Gsell, op. cit. ; Lepelley, op. cit., I, p. 53, qui montre la ville isolée au milieu d’une population hostile et insoumise. Cet isolement perdure à l’époque byzantine. Ch. Diehl, L’Afrique byzantine. Histoire de la domination byzantine en Afrique (533-709), Paris, 1896, p. 108.

27 Fr. Decret, M. Fantar, L’Afrique du Nord dans l’Antiquité. Des origines au ve siècle, Paris, 1981, p. 221.

28 Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 327.

29 Ibn al-Athīr parle d’une fondation sur un lieu « habité par des paysans berbères ». Ibn al-Athīr, Kitāb al-Kāmil fī ta’rīẖ, éd. Alger, 1967, X, p. 47, trad. E. Fagnan, Annales du Maghreb et de l’Espagne, Alger, 1901, p. 476.

30 Il effectue deux voyages dans l’Occident musulman, entre 336/947-8 et 341/ 953, puis en 360/971. Cf. J.-Cl. Garcin, « Ibn Ḥawqal, l’Orient et l’Occident », ROMM, 35, 1983, p. 77-91.

31 Ibn Ḥawqal, Kitāb Ṣūrat al-ard, trad. G. Wiet et J. H. Kramers, La Configuration de la terre, Paris, 1964, p. 72.

32 Al-Bakrī, texte p. 757, trad. p. 166-167.

33 Qu’al-Bakrī nomme Qal’a ibn Abī Tawīl. Cf. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 140.

34 Encore qu’il y ait parfois confusion entre Bougie/Biğāya (Image img02.jpg) et la ville andalouse de Pechina/Bağğāna (Image img03.jpg), et il n’est pas exclu que certains textes, de rédaction tardive (ou des copies tardives), aient commis des confusions, donnant a-posteriori à Bougie une importance qu’elle n’avait pas alors.

35 Biographies aghlabides extraites des Madārik du Cadi Iyād, éd. M. Talbi, Tunis, 1968, p. 102.

36 Amara, Pouvoir, op. cit., p. 139.

37 Ibid.

38 Cf. Infra p. 519.

39 Il est assez significatif que Bougie n’apparaisse pas dans les sources sur les Hammadides pour la période qui précède la fondation d’al-Nāṣir. Voir Amara, Pouvoir, op. cit., p. 58-136.

40 Sur les Hammadides avant la fondation de Bougie, voir Amara, Pouvoir, op. cit., p. 58-136, et R. Bourouiba, Les H’ammadites, Alger, 1984, p. 13-60.

41 Les Badīsides, qui régnèrent sur Kairouan, doivent être distingués des autres branches de la famille ziride, les Hammadides mais aussi les Zirides de Grenade. Sur cette distinction, voir Amara, Pouvoir, op. cit., p. 90.

42 Les Hammadides, d’abord lieutenants de leurs cousins zirides dans les territoires de l’ouest, ne tardent pas à prendre leur indépendance à partir de 405/ 1014-5. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 82, Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 25.

43 Istibṣār, texte p. 129, trad. p. 34-35.

44 Al-Manṣūr dans le texte, mais là c’est une erreur évidente, que reproduit al-Ḥimyarī, lequel ajoute cependant à la fin de son récit qu’il a entendu une autre tradition parler d’al-Nāṣir. Al-Ḥimyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi’ṭār fī ẖabar al-aqṭār, éd. I. ‘Abbās, Beyrouth, 1980, p. 81.

45 Berbères, I, p. 46. Cf. également ibid., II, p. 51-52.

46 En ce sens le parallèle avec Kairouan et Mahdia montre que la situation est moins grave dans le domaine hammadide que dans l’Ifrīqiya ziride. Alors que les Zirides doivent fuir précipitamment, les Hammadides gardent pendant quelque temps le contrôle, même partiel, du territoire de la Qal’a.

47 R. Bourouiba, La Qal’a des Banî Hammâd, Alger, 1975, p. 66. Cf. aussi Id., Les H’ammadites, op. cit., p. 62-63, pour qui la fondation de Bougie, loin d’être une fuite, marque au contraire une période d’apogée de la dynastie. A. Amara, « La Qal’a des Banī Ḥammād : l’histoire d’un déclin », Archéologie Islamique, 11, 2001, p. 91-110.

48 La source principale est Ibn al-Athīr, op. cit., texte X, p. 47, trad. p. 476, que l’on peut compléter par al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, XXIV, éd. H . Naṣṣār et ‘A. al-Ahwānī, Le Caire, 1983, p. 225. Cette tradition se trouve surtout chez les auteurs orientaux, qui reprennent, selon Allaoua Amara, le texte d’Ibn Šaddād al-Ṣanhāğī, favorable aux Zirides. Amara, Pouvoir, op. cit., p. 153.

49 Ibn al-Athīr, op. cit., texte X, p. 47, trad. p. 476.

50 Ibid.

51 Ibid., texte, X, p. 47-48, trad. p. 476. Al-Nuwayrī est plus précis, même s’il reprend en grande partie le récit d’Ibn al-Athīr : une fois les deux hommes arrivés à Bougie, « Ibn al-Ba’ba’ dessina les contours de la ville, l’arsenal [sinā’a] et le port [mīnā’] ». Al-Nuwayrī, op. cit., XXIV, p. 225. La version de Yāqūt est assez proche de celle d’al-Nuwayrī : « Il lui conseilla de construire Bougie, lui fit visiter les lieux et lui en montra les avantages et le bénéfice qu’il pourrait tirer de l’arsenal [sinā’a] pour piéger l’ennemi ». Yāqūt, op. cit., I, p. 495-496.

52 Ce nom ne fut en réalité jamais vraiment utilisé, et tomba vite dans l’oubli au profit du nom ancien du lieu, venant du nom de la tribu qui y habitait. Cf. Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 57-58.

53 Sur la question des tribus et du contrôle du territoire, voir infra p. 142-172.

54 Cf. D. Valérian, « Contribution à l’étude de la guerre dans le Maghreb médiéval : Bougie et la mer de la fin du xie au début du xvie siècle », Mésogeios, 7, 2000, p. 126-128.

55 Pour les détails de l’histoire politique et militaire des Hammadides après la fondation de Bougie, voir Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 63-87, et Amara, Pouvoir, op. cit., p. 137-184.

56 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 67-68. Idris, La Berbérie, op. cit., p. 277-282. En 473/1080-1 (ou 475/1082-3) les Almoravides prennent Tlemcen, Ténès, l’Ouarsenis, la région du Chélif, Alger enfin. Cf. V. Lagardère, Les Almoravides, jusqu’au règne de Yūsuf b. Tašfīn (1039-1106), Paris, 1989, p. 99.

57 Dès 496/1102-3 l’émir hammadide al-Manṣūr reprend Tlemcen, et en 497/1103-4 la paix est conclue avec les Almoravides. Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 69-70 ; Amara, Pouvoir, op. cit., p. 135.

58 Berbères, II, p. 177.

59 Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 81-84.

60 La date précise du séjour d’Ibn Tūmart à Bougie n’est pas sûre, et varie selon les auteurs entre 505/1111-2, date de son arrivée à Mahdia selon Ibn al-Qattān al-Marrākušī (Ibn al-Qattān, Nazm al-Ğumān, éd. M. ‘A. Makkī, Beyrouth, 1990, p. 76-77), et 512/1118-9, date de son séjour à Bougie selon Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 56). Voir Amara, Pouvoir, op. cit., p. 176-177 ; A. Huici Miranda, Historia política del imperio almohade, Tétouan, 1956-57, rééd. anast. Grenade, 2000, p. 40.

61 Al-Baydaq, texte p. 52-54, trad. p. 78-80. Cf. aussi A. Ben Hammadi, « La rencontre entre le “faqih du Sûs” et le “Flambeau des Almohades” : notes à propos de la relation d’al-Baydhaq », IBLA, 1991, p. 3-11, qui souligne le caractère panégyrique du récit ; Huici Miranda, op. cit., p. 45-46.

62 R. Le Tourneau, The Almohad Movement in North-Africa in the Twelfth & Thirteenth c., Princeton, 1969, p. 55.

63 La date précise de la prise de Bougie est incertaine. Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 189) donne pour le départ de l’expédition almohade la fin de l’année 546, soit le printemps 1152. Ibn Abī Zar’ (Kitāb al-Anīs al-mutrib bi-Rawḍ al-qirtās, éd. Rabat 1972, p. 192-193, trad. A. Beaumier, Rawḍ al-K’irtās. Histoire des souverains du Maghreb et annales de la ville de Fès, Paris, 1860, rééd. Rabat, 1999, p. 164) parle d’un départ à la même date et d’une prise de Bougie en dūl-qa’da 547 (janvier-février 1153) ; al-Baydaq en revanche, qui en fut le témoin, donne 546/1151-2 comme date de prise de la ville (trad. p. 191). Une lettre du calife adressée depuis Bougie aux habitants de Constantine et les invitant à se soumettre parle, le 24 ğumādā I 547 / 27 août 1152, de la prise de Bougie, qui s’est donc produite peu avant cette date. Analyse É. Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles almohades », Hespéris, 28, 1941, lettre 7, p. 27.

64 Al-Tiğānī explique cette conquête de Bougie par la vengeance du dernier prince ziride al-Ḥasan qui, ayant fui les Normands, fut envoyé en résidence surveillée à Alger par son cousin hammadide. Il aurait alors poussé l’Almohade à conquérir le royaume de Bougie. Al-Tiğānī, Rihla, éd. Tunis, 1958 (avec index et préf. H. H. Abdulwahab), rééd. Tunis 1981, p. 343 ; trad. A. Rousseau, « Voyage du scheikh Et-Tidjani dans la régence de Tunis pendant les années 706, 707 et 708 de l’hégire (1306-1309) », Journal Asiatique, 1852-1853, p. 390-391. Il est évident cependant que l’ambition califale de ‘Abd al-Mu’min suffit à expliquer cette conquête du Maghreb.

65 Huici Miranda, op. cit., p. 158-163.

66 Ibn ‘Idārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-Mugrib fīah bār al-Andalus wa l-Maġrib, partie almohade, éd. M. I. al-Kattānī, M. Zanībar, M. b. Tāwīt, ‘A. Zamāma, Beyrouth, 1985, p. 45-46 ; Chr. Picard, La mer et les musulmans d’Occident. viiie-xiiie siècle, Paris, 1997, p. 77

67 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 572 ; al-Baydaq, texte p. 113, trad. p. 186 ; Ibn Abī Zar’, op. cit., trad. p. 163-164 ; Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 46.

68 Seul al-Tiğānī parle d’un rôle de la flotte almohade, qui aurait poussé le dernier Hammadide à fuir à Bône. Al-Tiğānī, op. cit., texte p. 344, trad. p. 391.

69 Les versions diffèrent assez sensiblement sur les circonstances exactes de la prise de Bougie. Selon le récit d’Ibn al-Athīr la seule vue de l’avant-garde de l’armée almohade aurait suffi à faire se débander l’armée hammadide, qui se rend sans combattre (Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 572-573). Ibn Khaldūn parle au contraire d’une bataille (Berbères, II, p. 189). Ibn Abī Zar’ et Ibn ‘Idārī évoquent la trahison du général hammadide Ibn Maymūn, qui aurait ouvert les portes de la ville aux Almohades (Ibn Abī Zar’, op. cit., texte p. 193, trad. p. 164 ; Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 17-18, 46, trad. esp. A. Huici Miranda, al-Bayan al-Mugrib, Nuevos fragmentos amoravides y almohades, Valence, 1963, p. 237). Quant à al-Baydaq et ‘Abd al-Wāhid al-Marrākušī, ils évoquent un siège de la ville (al-Baydaq, trad. p. 187 ; Mu’ğib, texte p. 206, trad. p. 177), le premier rappelant cependant la trahison d’Ibn Maymūn (trad. p. 158). On aurait tendance à suivre ces deux derniers auteurs, plus proches des événements, à moins qu’il n’y ait chez eux une volonté de glorifier l’œuvre de conquérant de ‘Abd al-Mu’min. La population s’est en tout cas soumise assez facilement, comme l’indique la lettre qu’envoie le calife à Constantine : il y invite en effet ses habitants à suivre l’exemple de Bougie et du qā’id Abū Muḥammad Maymūn b. ‘Alīb. Hamdūn, qui a fait sa soumission. Analyse Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles », art. cité, lettre 7, p. 27.

70 Berbères, II, p. 189-190. Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 91-92.

71 Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 574 ; Berbères, II, p. 190. I. Achouri, Les Banu Hilal. Analyse structurale d’un nomadisme séculaire (du viie au xviie siècle), thèse de l’Université de Toulouse-Le-Mirail, 1998, sous la direction d’A. Ducellier et Chr. Picard, p. 134-136.

72 Après la conquête de Bougie le calife rentre à Marrakech et laisse assez vite comme gouverneur son fils ‘Abd Allāh à qui il demande de poursuivre la conquête jusqu’à Tunis, lui recommandant « de mettre Tunis dans l’embarras en empêchant les vivres d’y pénétrer ». Mu’ğib, trad. p. 195.

73 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 5 ; Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 50 ; Berbères, II, p. 191.

74 Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 50-51.

75 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 12, 18 ; Huici Miranda, op. cit., p. 613-630.

76 Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 169.

77 Cf. l’appréciation de Marrākušī : « Ce fut le premier coup porté à l’Empire masmūda, et dont l’effet se fait encore sentir en la présente année 621 ». Mu’ğib, trad. p. 230. Voir également Ğ. šayẖa, « Tawrat al-Mayūrqiyyīn bi-Ifrīqiya wa ataruhāfī tawāzun al-quwā bayn al-Islām wa l-Nas rāniyya fī l-Maġrib wa l-Andalus », CT, 117-118, 1981, p. 91-122, qui montre les conséquences de cette événement dans l’échec de l’Empire almohade.

78 Cette aventure des Banū Gāniya, qui a beaucoup marqué l’histoire de la région, est rapportée, avec des variantes quant à la chronologie des événements, par de très nombreux textes, dont presque toutes les grandes chroniques. Voir A. Bel, Les Benou Ghânya, derniers représentants de l’Empire almoravide et leur lutte contre l’Empire almohade, Paris, 1903, à corriger en partie avec Huici Miranda, op. cit., p. 320 s. ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 7-12.

79 Mu’ğib, trad. p. 234.

80 Ibn al-Athīr rapporte que les Banū Gāniya ont été rejoints par les survivants des BanūḤammād. Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 603. Le réviseur du Kitāb al-Istibṣār évoque clairement cette solidarité Ṣanhāğa : « Les descendants des Ṣanhāğa qui s’y trouvaient par droit héréditaire entrèrent en relations avec leurs pareils, des gens odieux en ce monde comme ils le seront dans l’autre, tels que les Majorquins ». Istibṣār, texte p. 131, trad. p. 37. Les émirs hammadides avaient d’ailleurs cherché un moment à aider les Almoravides contre les Almohades, mais leurs troupes avaient été battues. Berbères, II, p. 177.

81 Parmi les savants andalous dont parle al-Ġubrīnī, certains quittent sans explication la ville ou meurent au moment de la reconquête almohade. Ainsi ‘Abd al-Haqq al-Išbīlī, qui fut cadi de Bougie sous les Banū Gāniya, meurt en 581, à un âge il est vrai avancé, et Marrākušī dit que le calife fut tellement mécontent de son attitude qu’il voulut le faire mourir. Al-Ġubrīnī, p. 73 ; Mu’ğib, trad. p. 235. De même le rappel à Marrakech du grand soufi Abū Madyān correspondrait également à cet événement. H. Ferhat, « Un maître de la mystique maghrébine au xiie siècle : Abu Madyan de Tlemcen », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles : les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 64 – qui considère cependant que globalement les élites savantes n’ont pas apporté leur soutien aux Banū Gāniya (ibid., p. 69). Il n’est pas impossible, d’une manière plus générale, que ces savants, quelle que soit leur origine, aient craint d’être marginalisés par la diffusion de la doctrine almohade. Cf. Laroui, L’Histoire du Maghreb, op. cit., p. 176. Ce soutien des élites bougiotes à l’entreprise almoravide est confirmé par Ibn Khaldūn qui rapporte que la famille de Hamdūn, qui tenait une place de premier plan sous le dernier Hammadide et avait, semble-t-il, aidé la conquête almohade de la ville, fut déportée par les Almohades à Salé en raison de l’aide qu’elle avait apportée aux Almoravides. Berbères, II, p. 210.

82 Selon Ibn al-Athīr, les Almoravides arrivèrent avec vingt bateaux transportant 200 cavaliers et 4 000 fantassins. Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 604. Ibn Khaldūn parle quant à lui de 32 navires. Berbères, II, p. 89.

83 Les raisons militaires de cette facilité divergent selon les auteurs : selon Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 89) la ville n’était pas défendue en raison de l’absence des troupes et du gouverneur almohades. Selon Ibn Abī Zar’ cette absence de résistance s’explique par le fait qu’on était un vendredi et que toute la population, ignorante du danger, se trouvait à la mosquée (Ibn Abī Zar’, op. cit., texte p. 269, trad. p. 222-223). Al-Ġubrīnī rapporte que les Almoravides tirèrent simplement parti d’une insuffisance de la muraille (Al-Ġubrīnī, p. 77). Il est plus probable que cette attaque profita d’un moment de faiblesse de l’empire consécutif à la mort du calife Yūsuf I AbūYa’qūb en 580/1184-5. Tous les gouverneurs des villes orientales, proches parents du calife, se rendirent alors à Marrakech pour participer à la succession, contribuant à dégarnir les garnisons et donc à affaiblir la défense de la région. Berbères, II, p. 89.

84 Berbères, II, p. 90, 209. Huici Miranda, op. cit., p. 325.

85 Analyse Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles almohades », art. cité, lettre 29, p. 57-59, du calife Ya’qūb à Séville, envoyée de Marrakech, le 5 rabī’ II 581 (6/7/1185). Sur cet événement voir également Ibn ‘Idārī, op. cit., texte p. 178-179. La flotte sert davantage pour le débarquement de troupes que pour de réels affrontements navals. Cf. Valérian, « Contribution à l’étude de la guerre », art. cité, p. 131-132.

86 L’île est conquise par les Almohades en 600/1203-4. Ibn ‘Idārī, texte, partie almohade, p. 239-243 ; Bel, op. cit., p. 117 s.

87 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 22.

88 Sur le rôle des tribus, voir infra p. 153-172.

89 M. Kably, « Potere universale e poteri provinciali nel Maghreb », Federico II e il mondo mediterraneo, dir. P. Toubert et A. Paravicini Bagliani, Palerme, 1994, p. 270-285.

90 La plupart des chroniqueurs, et al-Baydaq en premier lieu, insistent sur le choix par le Mahdī Ibn Tūmart de ‘Abd al-Mu’min pour lui succéder, alors qu’AbūHafs aurait pu également prétendre à ce rôle. Mais l’intervalle de trois ans qui sépare la mort du Mahdī de son annonce publique et de la proclamation de ‘Abd al-Mu’min invite au contraire à penser à des luttes internes difficiles entre proches compagnons d’Ibn Tūmart. Par la suite AbūHafs tarde d’ailleurs à reconnaître l’héritier mu’minide et il fait figure, tout au long de la période, de second personnage de l’État. C’est un membre de cette famille qui est choisi par le calife pour le représenter comme gouverneur de Tunis au moment de la crise almoravide et, malgré une tentative pour le remplacer après sa mort par un prince mu’minide, c’est très vite à nouveau un descendant d’AbūHafs qui est installé à Tunis, créant ainsi les conditions de formation d’une véritable dynastie. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 13-20.

91 Berbères, II, p. 299.

92 Ibid., II, p. 300 ; Fārisiyya, p. 108.

93 Berbères, II, p. 300-302. Al-Zarkašī (trad. p. 37) donne la date de 636/ 1238-9 pour la conquête de Bougie et d’Alger. Mais dans le traité de juin 1236 avec Gênes le territoire d’Abū Zakariyā’ est défini comme allant « de Tripoli de Berbérie jusqu’aux limites du royaume de Bougie [fines regni Buzee] » et en envisage l’extension prochaine. Traité Gênes – Tunis, 1236, art. 1.

94 En 639/1241-2 il marche sur Tlemcen, car il « aspire à la domination du Maroc et au trône almohade » nous dit Ibn Khaldūn. Berbères, II, p. 315-316. Par la suite les autres souverains occidentaux le reconnaissent. Ibid., p. 316 s.

95 Les Hafsides, avec Abū Zakariyā’, reprennent également à leur compte le rôle, tenu jusque-là par les Almohades, de défenseurs de l’Islam andalou, en envoyant une flotte chargée de vivres, d’armes et d’argent, pour aider les combattants musulmans. Mais cela reste sans lendemain et ne s’accompagne pas d’une tentative de mainmise territoriale sur al-Andalus (Berbères, II, p. 311). Sur ce rôle de champion de la guerre sainte, voir également H. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles, op. cit., p. 143-158.

96 Fārisiyya, p. 109. À la mort de ce fils en 646/1248-9, il le remplace par le futur al-Mustanṣir (ibid., p. 110), qui succède à son père sur le trône de Tunis en 647/1249-50.

97 Déjà la mort d’Abū Zakariyā’ en 647/1249-50 avait montré la faiblesse de cette domination : « de nombreuses populations éloignées cessèrent de reconnaître le pouvoir hafside [fa-intaqada katīr min ahl al-qasiyya] » ‘Ibar, VI, p. 624 ; Berbères, II, p. 333. Le prestige des Hafsides avait souffert en particulier de la prise de Séville en 1248 par Ferdinand de Castille, que le sultan n’avait pu empêcher. Cf. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse », art. cité, p. 157.

98 Sur cette question, voir Valérian, « Frontières », art. cité, p. 3-8.

99 A. Bazzana, P. Guichard, Ph. Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale », Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge. Actes du colloque d’Erice-Trapani, 18-25 septembre 1988, dir. Jean-Michel Poisson, Rome et Madrid, 1992 (Castrum, 4), p. 39. Il est significatif que la Péninsule ibérique a constitué, pour l’étude de la frontière, un terrain particulièrement fécond. Cf. Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos xi-xiv), dir. C. de Ayala Martínez, P. Buresi, Ph. Josserand, Madrid, 2002.

100 L. Febvre, « Frontières : le mot et la notion », Bulletin du Centre International de Synthèse, 45, 1928, repris dans Pour une histoire à part entière, Paris, 1962, p. 17-18.

101 Ces notions sont étroitement liées à la construction de l’État moderne et de la nation, deux réalités qui n’apparaissent que progressivement et tardivement. Voir en particulier les travaux réunis par A. Henia, Villes et territoires au Maghreb. Itinéraire d’une recherche. Cahiers de l’IRMC, 1, Tunis, 2000.

102 É.-F. Gautier est, comme souvent, le représentant le plus net – ou le plus caricatural – de cette idéologie : « Ce qu’il y a de plus particulier peut-être dans la façon dont un cerveau oriental conçoit l’histoire, c’est que sa conception de l’humanité est biologique et non pas du tout géographique. Pour l’Oriental la cellule humaine est la tribu, le clan, autrement dit l’espèce biologique, parfaitement dégagée de tout substratum de pays ou de province : c’est qu’il est un nomade essentiel, et que d’ailleurs dans son évolution il n’a pas dépassé le stade du clan ». Et plus loin : « Pour nous au contraire, la cellule historique de l’humanité est le pays, la patrie territoriale, la nation inséparable de ses frontières, c’est que nous sommes héritiers de la cité antique ». É.-F. Gautier, « Le cadre géographique de l’histoire en Algérie », Histoire et historiens de l’Algérie, Alger, 1930, p. 19-20.

103 Un territoire suppose en principe un « espace approprié, avec sentiment ou conscience de son appropriation », concept proche de ceux de patrie ou de nation. R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Paris, 1992, p. 480 ; Valérian, « Frontières », art. cité, p. 4.

104Ibar, VI, p. 170, Berbères, I, p. 161 (trad. modifiée).

105Ibar, VI, p. 152 ; Berbères, I, p. 146 (où De Slane traduit « qui gouvernait la partie occidentale de l’Ifrīqiya »). Un peu plus loin il écrit que son successeur Abū Bakr, qui se rend maître de Tunis et reconstitue l’unité hafside, régna alors sur « l’ensemble du pays d’Ifrīqiya [sā’ir bilād Ifrīqiya] » (ibid.), ce qui montre une fois encore que pour cet auteur Bougie est bien partie intégrante de l’Ifrīqiya, définie comme l’espace politique hafside.

106 « ‘aqada li-ibni-hi ‘alāṯagr Biğāya qā’idat mulk BanīḤammād, wa ğa’ala ilay-hi al-nazar fīsā’ir a’māli-hā ». ‘Ibar, VI, p. 619, Berbères, II, p. 329 (trad. modifiée).

107Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 400.

108Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 401 : « al-nāhiyat al-garbiyya ».

109 « Haddata nafsa-hu bi-gazw al-nāhiyat al-garbiyya wa irtiğā’ ṯugūri-ha min yad al-amīr Abī Zakariyā’ ». ‘Ibar, VI, p. 713 ; Berbères, II, p. 413 (trad. modifiée).

110Ibar, VI, p. 596 ; Berbères, II, p. 301. Abū Zakariyā’ I installe ses armées sur les frontières (« anzala bi-l-atrāf ‘asākira-hu »). Il ne parle d’ailleurs pas là spécifiquement des régions occidentales. Ce mot a le sens très général de bord, extrémité.

111 Mais il parle alors des limites du territoire d’une tribu, les Zugba (« tuẖūm bilādi-him »), et non de l’État hafside. (‘Ibar, VI, p. 608 ; Berbères, II, p. 316) ; tuẖūm (sing. taẖūm ou tuẖm) a le sens de borne pour un champ ou un territoire (A. Kazi mirski, Dictionnaire arabe-français, Paris, 1860, s. v.), ou un sens général et imprécis de marges, de confins. A. Miquel, « La perception de la frontière chez les géographies arabes d’avant l’an Mil », Frontière et peuplement, op. cit., p. 130.

112 Ibn Manẕūr, Lisān al-’Arab, Beyrouth, 1955, s.v.

113 Th. Bianquis, « Les frontières de la Syrie au xie siècle », Frontière et peuplement, op. cit., p. 139. Une ville portuaire comme Alexandrie est également fréquemment qualifiée de tagr. Cf. Chr. Décobert, « Alexandrie au xiiie siècle. Une nouvelle topographie », Alexandrie médiévale, 1, dir. Chr. Décobert et J.-Y. Empereur, Le Caire, 1998, p. 72-73.

114 Cf. J. Bosch Vila, « Algunas consideraciones sobre ‘tagr en al-Andalus’ y la división político-administrativa de la España musulmana », Études d’Orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, 1962, I, p. 23-33 ; E. Manzano Moreno, « The Creation of a Medieval Frontier : Islam and Christianity in the Iberian Peninsula, Eighth to Eleventh Centuries », Frontiers in Question. Eurasian Borderlands, 700-1700, dir. D. Power et N. Standen, Londres-New York, 1999, p. 38-40, 45-46 ; P. Buresi, « Nommer, penser les frontières en Espagne aux xie-xiiie siècles », Identidad y representación de la frontera, op. cit., p. 57-59.

115 Le mot ṯagr conserve cependant une certaine ambiguïté, car il peut désigner aussi la frontière maritime, comme pour Alexandrie par exemple. Mais il est très souvent associé, dans le récit, à des développements sur la défense de la frontière face aux voisins de l’ouest.

116 « Trahissant un début d’existence propre et partant une certaine conscience de communauté territoriale associée d’évidence au développement phagocytaire de l’État, la nouvelle nomenclature, s’appliquant à des domaines malgré tout encore mouvants, serait apparue, selon toute vraisemblance, à l’époque zîrîdo-hammâdido-almoravide », Kably, « Espace et pouvoir », art. cité, p. 29. Cet auteur affirme néanmoins que le ressort de l’État, comme la distribution de l’espace, restent ethniques (ibid., p. 29-30). Pourtant si l’on peut, dans une certaine mesure, définir des territoires tribaux au niveau local ou régional, il est hasardeux d’affirmer qu’ils conditionnent pour notre période la délimitation du territoire de l’État. Tout d’abord parce que l’enchevêtrement complexe des tribus dans l’espace rend peu opérantes des classifications trop générales. Ensuite et surtout parce que les migrations de tribus, saisonnières ou définitives, ne modifient pas les limites territoriales de l’exercice du pouvoir ifrīqiyen. Certes nous n’en sommes pas encore à la conscience moderne d’un État territorial, mais nous sommes loin d’une conception purement ethnique de l’espace d’autorité de l’État.

117 Cf. P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », Frontière et peuplement, op. cit., p. 9-17.

118 En ce sens, cette frontière occidentale diffère radicalement de la frontière méridionale (le Sahara) et septentrionale (la mer Méditerranée), qui sont des frontières économiques, religieuses, de peuplement, partant des zones d’échanges mais aussi de conflits.

119 « Fa istawlā ‘alāhādihi l-tugūr al-garbiyya ». ‘Ibar, VI, p. 700 ; Berbères, II, p. 400.

120 On est étonné en effet par la rapidité des déplacements des armées dans les régions à l’ouest de Bougie. C’est le cas par exemple pour la conquête almohade, mais aussi pour les offensives abdelwadides et mérinides qui suivent.

121 Ainsi lors de la conquête almohade : une fois Alger prise, les Almohades rencontrent l’armée hammadide dans un lieu non identifié, à une journée de Bougie, la battent, et entrent le lendemain dans Bougie. Berbères, II, p. 189. Cf. aussi Ibn al-Athīr, op. cit., trad. p. 573.

122 C’est le cas par exemple pour Ashīr, dont les habitants ont servi à peupler la Qal’a des BanūḤammād.

123 Al-Idrīsī, trad. p. 162, qui en parle comme d’une ville à la splendeur passée.

124 Ibid., p. 160.

125 Ibid.

126 Ibid. p. 161.

127 Amara, « La Qal’a des Banī Ḥammād », art. cité, p. 91-110.

128 Al-Idrīsī, trad. p. 159.

129 Ibid., p. 160 ; entre les deux on trouve également Māma, petite ville entourée d’une muraille et d’un fossé artificiel, à quatre étapes de Tahert, à deux étapes d’Ashīr. Ibid., p. 162.

130 Ibid., p. 158-159.

131 Ibid., p. 164.

132 Ibid., p. 158.

133 Ibid., p. 163.

134 Ibid., p. 164-165.

135 C’est la seule ville mentionnée lors de la conquête almohade, mais elle ne semble pas avoir opposé beaucoup de résistance, pas plus qu’au cours des siècles suivants, lorsqu’elle fut alternativement conquise par les Hafsides, les Abdelwadides et les Mérinides.

136 R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis », ROMM, 15-16, 1973, p. 161-163.

137 H. S. Khalilieh, « The Ribât System and its Role in Costal Navigation », JESHO, 42, 2, 1999, p. 212-225, qui écrit, en citant al-Qalqašandī et al-Maqrīzī, qu’un message envoyé de Ceuta pouvait atteindre Alexandrie en une nuit (p. 214) ; les Aghlabides en particulier auraient parsemé la côte de ces ribāt-s. Voir aussi G. Marçais, « Note sur les ribats en Berbérie », Mélanges d’histoire et d’archéologie de l’Occident musulman, I, Alger, 1957, p. 23-36. Cette question a depuis été assez largement retravaillée, sans pour autant apporter d’information fiable sur l’existence de telles fortifications pour les périodes tardives. Voir principalement M. Hassen, « Les Ribât du Sahel d’Ifrîqiya. Peuplement et évolution du territoire au Moyen Âge », Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome et la Casa de Velázquez, Rome, 23-26 octobre 1996, dir. Jean-Marie Martin, Rome-Madrid, 2001 (Castrum, 7), p. 147-162 ; N. Djelloul, Al-Ribātāt al-bah riyya bi-Ifrīqiya fīl-’asr al-wasīṭ, Tunis, 1999 ; Chr. Picard, A. Borrut, « Râbata, ribât, râbita : une institution à reconsidérer », Chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale (viiie-xiiie siècle). Échanges et contacts, dir. N. Prouteau, Ph. Sénac, Poitiers, 2003, p. 33-65.

138 Al-Idrīsī, texte p. 118-120, trad. p. 167-168. Cf. infra sur les routes, p. 175-182. Le Kitāb al-Isitbsār, qui fait de cette situation le motif de la fondation de la ville, souligne également cette difficulté à approcher Bougie : « Elle est à quatre journées de marche de la Qal’a des BanūḤammād et est entourée de hautes montagnes ; la mer l’entoure de trois côtés, à l’est, à l’ouest et au nord. La route qui mène à l’ouest est appelée le Défilé (al-Madīq) et suit la rivière appelée al-Wādī al-Kabīr ; la route qui, se dirigeant au sud, mène à la Qal’a des BanūḤammād, franchit des montées et des passages difficiles, de même que celle qui mène à l’est. Il n’y a d’autre chemin en plaine que celui de l’ouest ». Istibṣār, texte p. 129-130, trad. p. 34-35. Al-Idrīsī évoque également un lieu nommé al-Madīq, mais en fait une localité.

139 Cf. infra, p. 117-120.

140 Lors de la croisade de Louis IX, le sultan de Tunis songe à un moment à s’y réfugier. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 61.

141 En revanche ne pas tenir Constantine revient à laisser en arrière une place forte et une garnison susceptibles de causer de graves dommages à l’armée de conquête.

142 C’est ce que Abdallah Laroui nomme le « Maghreb moyen », par opposition au « Maghreb conquis », celui proche du littoral méditerranéen. Cf., à propos des premières conquêtes arabes, Laroui, L’Histoire du Maghreb, op. cit., p. 78. Voir aussi Paul-Louis Cambuzat, qui retrace brièvement les luttes armées dans la région du Tell jusqu’au xie siècle Cambuzat, L’Évolution des cités du Tell, op. cit., en particulier le vol. I.

143 Ibn Marzūq, El Musnad : hechos memorables de Abūl-Ḥasan sultán de los Benimerines, trad. esp. M. J. Viguera, Madrid, 1977, p. 293. Cf. infra p. 72-73.

144 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 49.

145 Sur la politique d’expansion abdelwadide, voir principalement A. Dhina, Le royaume abdelouadite à l’époque d’Abou Moussa Ier, Alger, 1985, p. 127-145. Sur les Abdelwadides en général, « Abd al-Wadides », EI2, p. 95-97 (G. Marçais).

146 Berbères, III, p. 369.

147 L’authenticité de ce « Testament » a été remise en cause, notamment par Georges Marçais (« ‘Abd al-Wadides », EI2, I, p. 95). Atallah Dhina en revanche le considère comme crédible (« Note sur l’authenticité et la portée du “Testament” de Yaghmurasan », RHCM, 6-7, 1969, p. 22-23). Ce texte montre en tout cas qu’à l’époque d’Ibn Khaldūn, soit peu de temps après les grandes offensives abdelwadides, on a donné à cette politique offensive de Tlemcen la caution du grand sultan Yagmurasān, fondateur de la dynastie.

148 Sur le conflit entre Mérinides et ‘Abdelwadides à cette époque, voir A. Khaneboubi, Les premiers sultans mérinides (1269-1331) : histoire politique et sociale, Paris, 1987, p. 77-83.

149 Berbères, III, p. 392.

150 Même si par la suite les Abdelwadides cherchent à plusieurs reprises à présenter un prétendant hafside.

151 Sur les relations entre les émirs de Bougie et les sultans de Tunis, voir infra, p. 81-83.

152 Berbères, II, p. 399-400 ; III, p. 366-367, 373.

153 Ibid., II, p. 401-402 ; III, p. 373 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 159.

154 Berbères, III, p. 370-372. Le sultan doit en particulier mettre au pas les tribus Tuğīn et Magrāwa, qui soutiennent par moments les Mérinides et se réfugient au besoin dans le territoire de Bougie.

155 Cette opération se solde par une défaite des Bougiotes. Berbères, II, p. 414 ; Ibid., III, p. 367-368, 383-384.

156 En 710/1310-1 le gouverneur hafside de Constantine se révolte contre Abūl-Baqā’, sultan de Tunis, et s’empare de Bougie en 712/1312-3. Cette période d’indépendance dure jusqu’en 718/1318-9, date à laquelle Abū Bakr s’empare de Tunis et refait l’unité hafside. Cf. infra p. 83.

157 Malgré une expédition ratée des Mérinides contre Tlemcen en 714/1314-5. D’une manière générale, durant ces années les sultans mérinides sont occupés à la fois par des luttes internes au pouvoir et par des interventions en al-Andalus. M. Kably, Société et religion au Maroc à la fin du « Moyen Âge » (xive-xve siècles), Paris, 1986, p. 113.

158 Berbères, III, p. 383-384, qui évoque pour expliquer ce rejet la nouvelle alliance entre Tunis et les Mérinides.

159 Ibid., III, p. 384.

160 Ibid., III, p. 393.

161 Ibid., II, p. 442. Les Dawāwida auraient été vexés de ce crime perpétré en violation d’un sauf-conduit qu’ils avaient accordé à Ibn Hulūf. Plus loin Ibn Khaldūn nous dit que les Dawāwida auraient poussé Abū Hammūà conquérir Bougie (ibid., III, p. 394). Sans doute ces vengeances ne sont pas les seuls motifs de ces tribus, qui souffraient surtout d’avoir été écartées par Abū Bakr.

162 Ibid., III, p. 393. Une vieille rivalité opposait Ibn Abī Ğabbī et Ibn G amr, chambellan d’Abū Bakr et homme fort de l’État. Ibid., II, p. 420-421.

163 Ibid., II, p. 433-441.

164 Abū Hammū doit alors abandonner, en raison d’une rébellion à mater. Berbères, II, p. 443 ; III, p. 394-395.

165 Ibid., II, p. 443.

166 Ibid., II, p. 443-444.

167 Cette aide fournie à Bougie donne lieu à de très longues contestations par la suite. Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles : de la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Ḥasan (1331), Paris, 1966, p. 503-507.

168 Berbères, II, p. 454. Plus loin (ibid., III, p. 403), Ibn Khaldūn écrit cependant que cette forteresse a été bâtie en 721/1321-2, sous AbūTašfīn, ce qui est également la version de son frère Yahyā b. Khaldūn (I, trad. p. 181). La construction d’un fort devait permettre d’installer une garnison présente toute l’année et de ne plus dépendre des campagnes saisonnières, éternel recommencement où l’on voit, l’hiver venu, les tribus repartir vers leurs pâturages du Sud.

169 Ibn Khaldūn rapporte que le chambellan Ibn G amr aurait lancé Abū Bakr à la conquête de la capitale pour l’éloigner et garder le pouvoir total. Berbères, II, p. 445.

170 Berbères, II, p. 454 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 181.

171 Ainsi le prince hafside Ibrāhīm, fils d’Abū Bakr al-Šāhid (Berbères, III, p. 405), puis Muḥammad b. Abī Bakr b. Abī Amran. Ibid., III, p. 407.

172 Ibid., III, p. 403-407 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I p. 181-186.

173 Berbères, II, p. 460-464.

174 Ibid., II, p. 464-465. Ce fort se trouve près du village de Tiklat, à 23 km de Bougie. Plus loin Ibn Khaldūn le situe à Sūq al-Hamīs, dans la vallée de Bougie. Ibid., III, p. 405. Voir également Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 184.

175 Berbères, III, p. 406 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 185.

176 Berbères, III, p. 407 ; Yahyā b. Khaldūn, texte p. 138, trad., I, p. 186, qui parle de la construction d’une forteresse à l’extérieur de Bougie (« min hāriğ Biğāya »).

177 Berbères, III, p. 407.

178 Ibid., III, p. 408-409.

179 Ibid., III, p. 74-76, 449-455 ; Yahyā b. Khaldūn, trad., II, p. 226-228. Sur la politique de ce souverain, voir A. Hadjiat, Le Maghrib central sous le règne du sultan abdelwadide Abou Hamu Musa II (1359-89), thèse d’État, sous la direction R. Mantran, Université d’Aix-Marseille I, 1991, en particulier p. 189-227 ; Id., « Alsultān Abū Hammū Mūsā al-ṯānī », RHCM, 5, 1968, p. 21-22 ; H. Kurio, Geschichte und Geschichtsschreiber der Abd al-Wâdiden (Algerien im 13.-15. Jahrhundert). Mit einer Teiledition des Nazm ad-Durr des Muḥammad b. Abd al-Ğalīl at-Tanasī, Fribourg, 1973, p. 123-126.

180 Pour l’attitude des tribus vis-à-vis des Abdelwadides, voir Kurio, op. cit., passim, qui souligne pour chaque expédition leur rôle, favorable ou hostile aux Abdelwadides, et y attache une attention particulière. Cf. infra sur les tribus p. 161-164.

181 Ibn Khaldūn précise qu’au cours des expéditions abdelwadides, Abū Bakr réussit toujours à faire passer argent, armes et troupes, et à envoyer ses meilleurs officiers et ses ministres les plus habiles. Berbères, II, p. 464.

182 ACA, C., Rg. 252, f. 17 (juin 1295 ?), éd. Ch.-E. Dufourcq, Recueil de documents concernant les relations des pays de la Couronne d’Aragon avec le Maghreb de 1212 à 1323, thèse complémentaire, Université de Paris, 1965, n°424.

183 ACA, C., Rg. 240/2, f. 209v-210r (16/5/1313), éd. A. Masia de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de Africa, Barcelone, 1951, n°153, p. 445-447. Le sultan demande à louer six galées et un linh pour les diriger contre Bougie. La requête est acceptée, mais les discussions traînent et finalement l’accord ne se fait pas. Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 481.

184 ARM, Reales cedulas, vol. VI, f. 91 (1/4/1321), cité par Dufourcq, L’Espagne catalane, op. cit., p. 482.

185 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 482-486, à propos de tentatives en 1327, puis 1329. Le projet de traité de 1327 avec la Couronne d’Aragon prévoit explicitement la location de 20 galées et coques pour quatre mois, à utiliser contre Bougie. ACA, C., Rg. 410, f. 208r-210r, (23/09/1327). Les Annales de Zurita rapportent par ailleurs qu’en 1328 on vit arriver à la cour des ambassadeurs des deux puissances ennemies, Tunis et Tlemcen. Jerónimo Zurita, Anales de la Corona de Aragón, éd. A. Canella López, Saragosse, 1967-1973, vol. 3, livre VII, chap. 4 (1328), p. 314.

186 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1309, art. 4.

187 Traité Couronne d’Aragon – Bougie, 1314. Ce traité prévoit le paiement d’un tribut par Bougie, mais n’envisage pas le prêt de bateaux. La suite des événements montre cependant que cette clause était bien contenue dans l’accord. Peut-être n’a-t-elle pas été consignée par écrit pour ne pas froisser la papauté, qui aurait pu s’inquiéter de ces prêts de bateaux à des musulmans. Est-ce la raison pour laquelle le sultan refuse par la suite toute indemnisation ? Il prétexte en effet qu’il n’y avait pas d’accord avec la Couronne d’Aragon pour un prêt de navires (contrairement à ce qui était dans le traité signé avec Majorque) et que les bateaux barcelonais et valenciens n’ont été prêtés que par amitié et pour lutter contre leur ennemi commun Tlemcen. ACA, Cartas arabes, caja 3, n°98bis (février 1316), éd. M. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Madrid-Grenade, 1940, n° 131, p. 290-294 ; trad. contemporaine ACA, CRD, Jaime II, caja 27, n° 5125, éd. A. Giménez Soler, « El comercio en tierra de infieles durante la Edad Media », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 5, 1910, p. 175-176.

188 Traité Majorque – Bougie, 1312.

189 ACA, C., Rg. 243, f. 17r, 31v (20/11/1315), éd. Masia de Ros, La Corona de Aragón, op. cit., n°140-141, p. 428-429. Le roi Jacques II d’Aragon demande à son ambassadeur de réclamer au sultan de Bougie l’argent qu’il lui doit pour le prêt de galères par Barcelone et Valence contre Tlemcen « lo qual rey de Tirimçe trametia la dita armada sua e entenia de trametre les sues gens per terra sobrel dit rey de Bugia e sobre la sua ciutat de Bugia ».

190 ACA, CRD, Jaime II, caja 27, n°5115 (13/9/1315), éd. Masia de Ros, La Corona de Aragón, op. cit., n°144, p. 432-433. Dans cette lettre sept marchands sujets de la Couronne se plaignent des autorités bougiotes et demandent à Jacques II de faire pression sur le sultan, qui est alors en situation de faiblesse. Leur analyse est éclairante : ils soulignent que Bougie ne vit que par la mer, que sans le ravitaillement apporté par les Valenciens, la ville aurait succombé aux attaques de Tlemcen et concluent que seule la victoire navale catalane sur la flotte abdelwadide a pu écarter la menace.

191 ACA, C., Rg. 338, f. 141v-144v, éd. Mas-Latrie, Traités, op. cit., p. 319-324 ; Masia de Ros, La Corona de Aragón, op. cit., n°148, p. 437-442 (art. 25). Ce projet contenait la possibilité de louer des navires pour protéger Bougie contre Tlemcen. Rien n’indique cependant que ce traité fut ratifié. Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 505.

192 Traité Majorque – Tunis, 1329.

193 Cf. D. Valérian, « Le facteur économique dans la politique catalane à Bougie (xiiie-xve siècle) », L’Expansio catalana a la Mediterrània a la baixa edat mitjana, dir. M. T. Ferrer i Mallol et D. Coulon, Barcelone, 1999, p. 145-160.

194 Dufourcq, Espagne catalane, op. cit., p. 279-282.

195 Berbères, II, p. 413-415, 419, 435. Cf. supra p. 64. Ces offensives furent également poussées par le sultan de Tunis Abū‘Asīda, qui voyait là un moyen d’affaiblir son rival de Bougie.

196 Kably, Société et religion, op. cit., p. 127. Sur les Mérinides, voir « Marīnides », EI2, VI, p. 556-559 (M. Shatzmiller).

197 Cf. Kably, « Mulāhazāt », art. cité, p. 7-20.

198 Kably, Société et religion, op. cit., p. 128.

199 Sur cette politique andalouse et les relations avec la Couronne d’Aragon, cf. M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV (1331-1410), Barcelone, 1995, p. 55 s.

200 Berbères, IV, p. 246.

201 Kably, « Espace et pouvoir », art. cité, p. 33-34.

202 Kably, Société et religion, op. cit., p. 96, 339.

203 Al-’Umarī, trad. p. 169. Dans une lettre, non datée, d’Abūl-Ḥasan au sultan mamelouk al-Nāṣir Muḥammad, le Mérinide écrit que la paix faite par son prédécesseur avec Tlemcen lui ouvre les portes de l’Ifrīqiya hafside. Al-Qalqašandī, SubHal-A’šā, cité par M. Canard, « Les relations entre les Mérinides et les Mamelouks », AIEO, V, 1939-1941, p. 49.

204 Berbères, IV, p. 220. En mars 1337 le roi Pierre d’Aragon se plaint auprès du sultan de Fès de la capture en 1335 de certains de ses sujets, réfugiés dans le port de Dellys, qui venait d’être pris par les Mérinides. ACA, C., Rg. 590, f. 49v-50r (16/3/1337).

205 Berbères, IV, p. 230-231 ; Zurita, Anales, op. cit., vol. 3, livre VII, chap. 53, p. 488. Déjà en 1338 on apprend à Majorque que les Mérinides préparent une flotte pour attaquer les îles, avec l’aide des sultans de Grenade et de Bougie. ARM, LLC, 1, f. 204v-205r (12/11/1338), cité par López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 87.

206 Le roi Pierre craint au contraire que ces navires soient destinés à une attaque contre Carthagène et le royaume de Valence. ACA, C., Rg. 1378, f. 167r-169r (29/1/1347), éd. M. T. Ferrer i Mallol, La frontera amb l’islam en el segle xiv. Cristians i sarraïns al pais Valencia, Barcelone, 1988, appendice, n°72, p. 293-296.

207 Kably, Société et religion, op. cit., p. 133-135. La constitution de cette flotte avait déjà été commencée par son prédécesseur Abū Sa’īd.

208 Lors de la bataille de Tarifa, pour le contrôle du détroit, l’aide navale hafside, venue de Tunis et de Bougie, se serait élevée à seize navires, alors que les Mérinides en avaient alignés environ quatre-vingt. Berbères, IV, p. 230-231 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 163. Il n’est pas exclu par ailleurs que les maigres forces navales hafsides aient été décimées au cours de cette bataille.

209 ACA, C., Rg. 555, f. 103v (26/1/1347), éd. J. Mutgé i Vives, « Algunas noticias sobre las relaciones entre la Corona Catalano-Aragonesa y el Reino de Tùnez de 1345 a 1360 », Relaciones de la Península ibérica con el Magreb, siglos xiii-xvi, actas del coloquio, Madrid, 1987, dir. M. García-Arenal et M. J. Viguera, Madrid, 1988, n°5, p. 158-159.

210 ACA, C., Rg. 555, f. 109v-110r (30/4/1347).

211 Berbères, II, p. 473.

212 Ibid., IV, p. 246-247.

213 Ibid., III, p. 26-28. Ibn Marzūq, historiographe d’Abūl-Ḥasan, écrit qu’il fut envoyé en ambassade par le sultan auprès de l’émir de Bougie Abū Zakariyā’ Yahyā et que ce dernier aurait proposé de lui-même de se soumettre au Mérinide, l’invitant à venir recevoir cette reconnaissance à Bougie. Ibn Marzūq, op. cit., p. 292. Sur cette expédition, voir l’étude très détaillée de R. von Thoden, Abūl-Ḥasan Ali. Merinidenpolitik zwischen Nordafrika und Spanien in den Jahren 710-752 H./1310-1351, Fribourg, 1973, p. 270-289.

214 Ibn Muznī, seigneur du Zāb, rallie Abūl-Ḥasan qui lui confirme son commandement. Berbères, III, p. 27.

215 Ibid., III, p. 29.

216 « Sachant que les habitants de Bougie regrettaient leur ancien gouvernement, il se mit en marche pour cette ville ». Les fonctionnaires mérinides sont dépouillés « et presque assassinés » avant de pouvoir repartir. Ibid., III, p. 38 ; voir également ibid., IV, p. 269.

217 Ibid., III, p. 40-41.

218 Ibid., IV, p. 280.

219 Ibid., IV, p. 280, 285.

220 Ainsi l’émir de Bougie n’autorise pas Abūl-Ḥasan à s’approvisionner en eau alors que celui-ci tente de se rendre au Maroc pour recouvrer son trône. Ibid., III, p. 46.

221 Kably, Société et religion, op. cit., p. 155.

222 Berbères, III, p. 47. L’émir de Bougie Abū‘Abd Allāh, opposé à Constantine qu’il cherche en vain à prendre, s’était en effet rapproché des Mérinides. Il va en personne féliciter Abū‘Inān de son accession au trône et, contre des promesses, abdique et lui remet le gouvernement de sa ville. Le Mérinide envoie alors comme gouverneur ‘Umar b. ‘Alī b. al-Wazīr.

223 Ibid., III, p. 48-51.

224 Ibid., III, p. 49-51.

225 Ibid., III, p. 58-59. Sur cette campagne voir le récit qu’en fit al-Numayrī, secrétaire et panégyriste d’Abū‘Inān. Ibn al-Hağağal-Numayrī, Relation de voyage (Faydal-’Ubāb), (Rihla) effectuée par le Souverain Mérinide Abu Inân (xive siècle) à travers les pays du Maghrib, éd. M. Benchekroun, Beyrouth, 1990, p. 262-270.

226 En 754/1353-4 une révolte éclate dans le Sud marocain, alors qu’Abū‘Inān est à Bougie, et empêche le sultan de pousser plus loin. Il ne peut reprendre sa politique orientale qu’après avoir garanti sa sécurité du côté chrétien. Kably, Société et religion, op. cit., p. 162-164.

227 Ibid., p. 154.

228 Berbères, III, p. 62.

229 Kably, Société et religion, op. cit., p. 156-165.

230 Al-Zarkašī, trad. p. 200.

231 López Pérez, La Corona de Aragón, op. cit., p. 94, 98 ; Mutgé i Vives, « Algunas noticias », art. cité, p. 137-138.

232 Kably, « Espace et pouvoir », art. cité, p. 33. Dans le cas des Mérinides, comme pour les Almohades, ce territoire convoité s’étend jusqu’en al-Andalus.

233 Kably, Société et religion, op. cit., p. 140.

234 Berbères, III, p. 49-50.

235 Ibn Marzūq, op. cit., p. 306.

236 Ibn Maryam al-Tilimsānī, Kitāb al-Bustān fī dikr al-awlīyāwa l-’Ulamā’bi-Tilimsān, trad. it. F. Provenzali, Alger, 1910, p. 114.

237 Ibid., p. 260. Ce personnage avait cependant des racines ifrīqiyennes, puisque son père était né à Tunis et son arrière-grand-père avait été grand cadi de Tunis à l’époque d’al-Mustanṣir. Yahyā b. Khaldūn, trad., I, p. 93. Faut-il y voir la volonté d’Abū‘Inān, après les révoltes bougiotes du début de son règne, d’installer des hommes plus acceptables pour la population de Bougie ?

238 Ibn Marzūq, op. cit., p. 86.

239 Sur cette révolte, Berbères, III, p. 48-49.

240 Ibid., III, p. 62.

241 Kably, Société et religion, op. cit., p. 150.

242 J. M. Doussinague, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, 1944, p. 214-216.

243 Cf. M. D.-C. Moreles Muñiz, « Aportación a la política africana de Fernando el Católico : Bugia », Estudios de Historia medieval en homenaje a Luis Suarez Fernández, Valladolid, 1991, p. 361-373, qui la place dans la politique anti-turque de la monarchie espagnole.

244 Cf. supra p. 43-45.

245 Leur défaite à Sabība face aux Hilaliens peut déjà s’interpréter dans le cadre de la lutte entre Hammadides et Zirides. Cf. Achouri, op. cit., p. 85.

246 Berbères, II, p. 29-32 ; pour le détail de ces relations, voir Bourouiba, Les H’ammadites, op. cit., p. 63-85.

247 Berbères, II, p. 366.

248 Ibid., II, p. 376-377.

249 Ibn Khaldūn précise qu’Abūl-’Alā’ tenta d’imposer ses volontés aux šayẖ-s. « wa taHakkama fī l-mašyaha ». ‘Ibar, VI, p. 679, Berbères, II, p. 378.

250 Ibid.

251 Au moment de l’accession au trône d’al-Wātiq, les Bougiotes avaient d’ailleurs envoyé leur bay’a sans faire de difficultés. Berbères, II, p. 377.

252 Ibid., II, p. 390-391.

253 Ibid., II, p. 391.

254 « Wa ašhada l-mala’ min al-muwahhidīn wa mašyaha Biğāya », puis « wa da’ā al-nās ilā bay’ati-hi ». ‘Ibar, VI, p. 693, Berbères, II, p. 392.

255 Ibid., II, p. 393. Très vite AbūIsh āq est rattrapé par les Bougiotes et mis à mort, alors qu’Abū Zakariyā’ parvient à fuir.

256 Ce personnage se faisait passer pour le fils du sultan al-Wātiq, qu’un ancien serviteur de ce dernier aurait reconnu tardivement. Ibid., II, p. 388.

257 Ibid., II, p. 394.

258 Entre temps Ibn Abī ‘Umāra a dû laisser la place à AbūHafs en 683/1284-5.

259 Ibid., II, p. 399-400.

260 Ibid., II, p. 400. Mais on ignore quels sont les motifs de ces luttes.

261 Ibid., II, p. 399.

262 Ibid., II, p. 399-400.

263 Ibid., II, p. 400, 406-407.

264 H. Lavoix, Catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque Nationale, II, Espagne et Afrique, Paris, 1891, n°950, p. 418. J. Farrugia de Candia, « Monnaies hafsides du musée du Bardo », RT, 9, 1938, p. 246. Ibn Khaldūn dit cependant qu’il ne prit pas d’emblée le titre d’amīr al-mu’minīn pour ne pas heurter les dignitaires almohades de Tunis, « classe d’hommes qui était la seule à posséder encore quelque autorité dans la nation », Berbères, II, p. 400.

265 Il serait trop long et de peu d’intérêt de raconter par le détail ces règnes. Notons simplement les alliances à géométrie variable avec les Abdelwadides ou les Mérinides, le rôle complexe de Constantine, d’Alger et des tribus. Ibid., II, p. 401-431.

266 Ibid., II, p. 426, 430.

267 Ibid., II, p. 435.

268 Ibn Khaldūn (Berbères, II, p. 438) écrit que la ville fut prise avant la chute d’Abūl-Baqā’, ce que conteste Brunschvig (La Berbérie, op. cit., p. 127) sur la foi d’un document majorquin du 8 août 1312 où le gouverneur de Majorque félicite Abū Bakr de la prise de Bougie. E. de K. Aguilò, « Tractat de pau entre el Rey de Mallorca Don Sanxo y el de Bugia Boyhahia Abubechre, firmat a Mallorca pels seus representants Gregori Sallambé de una part y Mahomat Abdellá Ben Acet de l’altra, dia 23 de novembre de 1312 », BSAL, 15, 1915, p. 225.

269 Berbères, II, p. 437 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 130. Abū Bakr, comme Abū Zakariyā’ avant lui, frappe monnaie à son nom. H. W. Hazard, The Numismatic History of Late Medieval NortHafrica, New York, 1952 (Numismatic Studies, 8), n°581, p. 167. D’autres dinars, ne portant pas d’indication de date, ont été frappés à Bougie par ce souverain, mais avec le titre d’amīr al-mu’minīn. Il est difficile cependant de savoir s’ils ont été émis avant ou après son départ pour Tunis.

270 Il y est poussé par Ibn G amr qui espère ainsi l’éloigner. Berbères, II, p. 445.

271 Ibid., III, p. 28.

272 La mort annoncée de son chambellan Ibn Tāfrāğīn avait poussé le sultan à rejoindre Tunis.

273 Sur ces événements, Ibid., III, p. 39-40, 47, 62, 67.

274 Ibid., III, p. 72-73. Règne malheureux que celui de cet homme qui, nommé gouverneur de Bougie en 747/1346-7, chercha pendant vingt ans à se rendre maître de sa ville, et n’y établit sa domination effective que pendant deux ans...

275 D’après al-Zarkašī, il ne s’installe pas à Bougie, mais alterne avec Constantine jusqu’à la prise de Tunis. Al-Zarkašī, trad. p. 165.

276 En 1371 on apprend que deux galères du roi de Bougie bloquent le port de Tunis. Archivio di Stato di Palermo, Notai defunti 1a stanza, Bartolomeo de Bonania, 126, f. 154v, cité par H. Bresc, « Pantelleria entre l’Islam et la chrétienté », CT, 75-76, 1971, p. 105-127. Cela correspond sans doute à la prise de Tunis par Abūl’Abbās.

277 La première est faite par l’émir de Bougie, Abūl-’Abbās Ah mad, petit-fils du sultan Abūl-’Abbās, et la seconde par l’émir Abū‘Abd Allāh Muḥammad, ancien gouverneur de Bône. Al-Zarkašī, trad. p. 200-201.

278 Ibid., p. 211.

279 Ibid., p. 222.

280 Ibid., p. 225-227.

281 R. Brunschvig, « Un dinar hafside inédit », Bulletin de la société historique et géographique de Sétif, 2, 1941, p. 179-182. Ce dinar, frappé à Bougie, ne porte pas de date.

282 Cf. infra p. 153-172 sur les relations entre le pouvoir et les tribus au xve siècle.

283 Constantine a sans doute été favorisée par Abū Fāris, qui en était originaire, et a conservé par la suite une position de premier plan.

284 Léon l’Africain, p. 6.

285 L’identité de cet émir Abū Muḥammad ‘Abd Allāh n’est pas claire. Mohamed Salah Baïzig (Biğāya, op. cit., p. 89) l’identifie au sultan de Tunis Abū‘Abd Allāh Muḥammad (899/1494-932/1526) et la généalogie des Hafsides donnée par Brunschvig suggère qu’il s’agit de l’émir commandant Constantine (Brunschvig, La Berbérie, op. cit., tableau en annexe n°II). Le titre d’émir donné par le texte d’al-Marīnī laisserait pencher pour la seconde hypothèse, à condition cependant que la traduction de Laurent-Charles Féraud soit exacte. Cela indiquerait alors une autonomisation accrue des régions occidentales par rapport à Tunis. Mais pour cette période les zones d’ombre sont nombreuses, et la perte du texte original d’al-Marīnī rend l’utilisation de la traduction parfois délicate.

286 Al-Marīnī, p. 248.

287 Ibid., p. 248.

288 Ibid., p. 249.

289 M. Chapoutot-Remadi, « Tunis », Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, dir. J.-Cl. Garcin, Rome, 2000, p. 260.

290 Al-Ġubrīnī naît en 644/1246-7 et meurt en 704/1304-5. Ses dernières années se sont donc passées sous les règnes des émirs de Bougie Abū Zakariyā’ et Abūl-Baqā’ (684/1285-6 – 709/1309-10).

291 C’est là une des fonctions de ces recueils de biographies.

292 Bougie est à plusieurs reprises gouvernée par des personnes extérieures à la famille hafside, liées très étroitement au sultan de Tunis. Mais on revient toujours assez rapidement à un système d’apanage princier. Cf. le tableau des gouverneurs dans Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 98-99 et l’arbre généalogique ibid., p. 100.

293 Il est le fils du sultan Abū Yah yā Abū Bakr et gouverne la ville depuis 720/1320-1. Il a mené la lutte contre les Abdelwadides, le sultan Abū Bakr ayant nommé deux de ses fils dans les marches occidentales pour mieux les défendre. Berbères, II, 455.

294 Ibid., III, p. 22.

295 Ibid., III, p. 22-23. Il ne profita cependant pas longtemps de ce gouvernement, pris dans la tourmente mérinide. Cf. supra p. 72-74, 83-84.

296 Ibid., II, p. 72-74.

297 Il reçoit pour cela l’aide du sultan de Tlemcen, qui lui concède notamment les impôts de Dellys jusqu’à ce qu’il prenne Bougie. Yahyā b. Khaldūn, trad., II, p. 394 ; Berbères, III, p. 474.

298 Berbères, III, p. 110.

299 Al-Zarkašī, trad. p. 194.

300 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 211. En 810/1407-8, devant la menace représentée par un émir hafside rebelle, Abū‘Abd Allāh Muḥammad, le sultan Abū Fāris demande à son frère Zakariyā’, gouverneur de Bône, de prendre le commandement à Bougie en remplacement d’un certain qā’id Abūl-Naṣr Zāfir. La ville est tout de même prise par Abū‘Abd Allāh Muḥammad après que la population de Bougie eut chassé Zakariyā’. Rapidement cependant Abū Fāris reprend lui-même la ville. Al-Zarkašī, trad. p. 199-201.

301 Al-Zarkašī, trad. p. 200-201 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 214.

302 Cf. Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 238-245, Al-Zarkašī, trad. p. 202-226 et supra p. 85 sur la révolte d’Abūl-Ḥasan.

303 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 246 ; al-Zarkašī, trad. p. 227.

304 Al-Zarkašī, trad. p. 229, le donne comme son fils, mais plus loin (trad. p. 242) se contredit et affirme qu’il s’agit de son frère.

305 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., I, p. 246.

306 Al-Zarkašī, trad. p. 239.

307 Ibid., p. 242.

308 « Harağa min Tūnis ilāğihāt Qustantīna li-l-išrāf ‘alāah wālihā ». ‘Ibar, VI, p. 624, Berbères, II, p. 333.

309 Cf. supra, p. 54.

310 Berbères, II, p. 372.

311 « Wa ‘aqada la-hu ‘alā Biğāya wa a’māli-hā, wa anfada-hu ilayhā amīran mustaqillan » ‘Ibar, VI, p. 685, Berbères, II, p. 384.

312 Il s’agit, selon lui, de consoler le jeune prince parce que le sultan avait emprisonné et mis à mort deux frères qui étaient très proches d’Abū Fāris. Berbères, II, p. 383-384. Ibn al-Hatīb parle plutôt de l’éloigner après un complot. Lisān al-Dīn Ibn al-Hatīb, Al-Iḥāṭa fī aẖbār G arnāṭa, éd. M. ‘A. ‘Inān, Le Caire 1973-1977, I, p. 315.

313 Cf. supra, p. 81-83.

314 Berbères, III, p. 5, 20.

315 Ibid., III, p. 20. Ce personnage avait fait sa carrière au service du gouvernement de Bougie et Ibn Khaldūn explique que l’origine du mécontentement du sultan était le peu de naissance de cet homme. On peut cependant supposer que la cause en était plutôt sa nomination par l’émir de Bougie lui-même.

316 Ibid., III, p. 21-22.

317 Ibid

318 Cf. supra p. 88.

319Ibar, VI, p. 874, Berbères, III, p. 88.

320 « wa aṭlaqa yada-hu fīmāl al-ğibāya wa dīwān al-ğund » (‘Ibar, VI, p. 88, Berbères, III, p. 88). L’expression utilisée (atlaqa yada-hu : donner, mais aussi affranchir totalement de sa tutelle) montre bien qu’il s’agit d’une prérogative du sultan que ce dernier concède à ses fils.

321Ibar, VI, p. 876 ; Berbères, III, p. 90. Ces attributs et emblèmes du pouvoir délégués aux gouverneurs de Bougie et Constantine trouvent un écho dans la description du pouvoir faite dans la Muqaddima, trad. p. 527-532.

322 Berbères, III, p. 484-485.

323 Al-Zarkašī, trad. p. 207, 239.

324 Par exemple en 1403 une lettre est envoyée de Majorque au roi de Bougie Muḥammad, à propos d’un problème de captifs chrétiens. ARM, AH 82, f. 112, éd. P. Macaire, Majorque et le Maghreb au xve siècle, Doctorat de 3e cycle, sous la direction de Ch.-E. Dufourcq, Université Paris X, 1977, p. 514-517.

325 Le sultan de Tunis a souvent les mêmes titres dans la correspondance diplomatique.

326 Adorno, qui souligne pourtant l’étendue du pouvoir de ce sultan, écrit que Bougie est la « cité royale du royaume de ce nom [civitas regalis regni Bugee], que le roi de Tunis a donnée à son fils ». Mais il s’agit là encore d’un apanage princier. Éd et trad. J. Heers, G. de Groer, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte (1470-1471), Paris, 1978, p. 128-129.

327 Archivo histórico de la ciudad de Barcelona, Lletres closes, a. 1471-1473, f. 169v-170 (6/2/1473), éd. L. de Mas-Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des Chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen-Âge, Paris, 1866, p. 335. Voir aussi deux lettres des jurats de Majorque au « roi de Bougie », datées de 1471 : ARM, AH 680, f. 71v-72 (18/5/ 1471) ; ARM, AH 680, f. 88r-v (30/12/1471), citées par O. Vaquer, « Corsarisme a la segona meitat del segle xv a Mallorca », VIII Jornades d’Estudis Històrics Locals : El comerç alternatiu. Corsarisme i contraban (ss. xv-xviii), Palma de Mallorca, 1989, Palma de Majorque, 1990, p. 112. Le traité de 1477 entre le roi de Naples Ferdinand Ier et ‘Uṯmān évoque Tunis et les autres ports du sultanat, mais sans donner de précision. J. Ribera, « Tratado de paz ó tregua entre Fernando I el Bastardo, rey de Nápoles, y Abuámer Otmán, rey de Tùnez », Centenario della Nascita di Michele Amari, II, Palerme, 1910, p. 373-386.

328 Cf. tableau généalogique des Hafsides par Brunschvig, La Berbérie, op. cit., tableau n°II.

329 ADBR, B 2485 (mai 1479), éd. G. Arnaud d’Agnel, Comptes du roi René, Paris, 1908-1910, I, p. 347 ; II, p. 375.

330 ACA, C., Rg. 3827, f. 68r-v (7/8/1482).

331 ACA, C., Rg. 3569, f. 99v (21/11/1491), éd. A. de la Torre, Documentos sobre relaciones internacionales de los reyes católicos, Barcelone, 1949-1951, III, a. 1491, n°154, p. 455-456.

332 Al-Marīnī, p. 249. Le texte cependant n’est pas très clair : le sultan « ordonne » de porter secours aux Andalous, mais l’expédition pour dégager Oran se fait « en accord avec le souverain de Tunis ». Dans les deux cas il existe des liens entre Tunis et Bougie, mais ils ne sont pas tout à fait de même nature.

333 Berbères, III, p. 88.

334 Dans le contexte andalou le chef militaire de la frontière est doté d’attributions plus larges que les autres gouverneurs. M. C. Jiménez Mata, « Ordenación territorial del litoral », Al-Andalus y el Mediterráneo, Barcelone-Madrid, 1995, p. 50 ; Ph. Sénac, La Frontière et les hommes (viiie-xiie siècle). Le peuplement musulman et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000, p. 114-118.

335 Cf. Fārisiyya, p. 194, sur la levée des impôts effectuée par le qā’id Nabīl, gouverneur de Bougie au temps d’Abū Fāris. Cf. Cl. Cahen, « Les finances urbaines dans le Moyen Âge musulman », VIe Congrès international d’arabisants et islamisants, Bruxelles, 31 août – 6 septembre 1970, Correspondance d’Orient, 11, 1971, p. 146.

336 Berbères, II, p. 302. Il place également à côté de son fils un vizir et un conseiller.

337 Ibid., II, p. 313.

338 Ibid., II, p. 314.

339 Cf. Muqaddima, trad. p. 534.

340 Kh. Ben Romdhane, Les Monnaies almohades. Aspects idéologiques et économiques, Doctorat de 3e cycle, sous la direction de J. Devisse, Université Paris VII, 1979, p. 116-120.

341 Lavoix, op. cit., n°724, p. 300. C’est peut-être également le cas des deux dinars frappés à Bougie au nom de ‘Abd al-Mu’min et de son héritier Abū‘Abd Allāh entre 551/1156-7 et 558/1162-3. Hazard, The Numismatic History, op. cit., p. 146.

342 Lavoix, op. cit., passim ; Kh. Ben Romdhane, « Supplément au catalogue des monnaies musulmanes de la Bibliothèque nationale : les dīnārs Hafsīdes », Revue Numismatique, série VI, 26, 1984, p. 218-223. Farrugia de Candia, « Monnaies hafsides », art. cité, p. 231-288 ; Hazard, The Numismatic History, op. cit., p. 160-177.

343 Cf. infra sur les monnaies et les changes, p. 318-321.

344 Idem. Au moment de la conquête espagnole, al-Marīnī parle de « ceux qui avaient exercé un emploi dans la maison de la monnaie » de Bougie qui « s’étaient jadis déclarés contre [Abū Bakr, émir de Constantine] en refusant de frapper monnaie en son nom ». Al-Marīnī, p. 256.

345 Il refuse d’ailleurs également ce poste et demande à en être dispensé. Al-Ġubrīnī, p. 88.

346 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., II, p. 119.

347 Cf. infra sur la politique douanière, p. 260.

348 AMV, LLM, g3-8, f. 35r, 16/10/1403, éd. A. Ivars Cardona, Dos creuades valenciano-mallorquines a les còstes de Berberìa, 1397-1399. Estudi documental, Valence, 1921, p. 163-164.

349 ACA, C., Rg. 149, f. 185v, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n°958 (1312/05/ 03). Ce gouverneur, sans doute Ya’qūb b. Hulūf, est qualifié de « honra noble e amat Mazohar senage, regrador de Bugia ».

350 ACA, C., Rg. 246, f. 132v-133, éd. Dufourcq, Recueil, op. cit., n°1412 (29/ 11/1320). La période du chambellan Ibn Sayyid al-Nās est la seule durant laquelle le gouverneur de Bougie négocie la paix au nom d’Abū Bakr, sultan de Bougie, puis de Tunis. Mais ce chambellan fut particulièrement puissant et autonome par rapport à son maître. Encore s’agit-il de négocier un traité non pour Bougie mais pour l’ensemble de l’État hafside.

351 A.-M. Eddé, H. Bresc, P. Guichard, « Les autonomismes urbains des cités islamiques », Les Origines des libertés urbaines. Actes du XVIe Congrès des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Rouen, 7-8 juin 1985, Rouen, 1990, p. 97-119. À compléter par M. Brett, « The City-state in Mediaeval Ifrīqiya. The Case of Tripoli », CT, 137-138, 1986, p. 69-94 et H. Ferhat, Sabta des origines au xive siècle, Rabat, 1993, p. 213-259.

352 E. Ashtor, « Républiques urbaines à l’époque des Croisades », CCM, 18, 1975, p. 117-131.

353 « Les autonomismes urbains », art. cité, p. 102-103.

354 Brett, « The City-state », art. cité, p. 86-90.

355 Cl. Cahen, « Mouvements populaires et autonomisme urbain dans l’Asie du Moyen Âge », Arabica, 5, 1958, en particulier p. 235-250 ; voir également, sur la postérité scientifique de ce travail, J.-Cl. Garcin, « Milieux urbains et mouvements populaires », Arabica, 43, 1996, p. 146-151.

356Ibar, VI, p. 678-679, Berbères, II, p. 377, à propos de la conduite despotique d’Abūl-’Alā’ Idris, qui tente d’imposer son autorité à ce groupe, en 678/ 1279-80 (cf. supra, p. 80).

357 Dans l’organisation almohade primitive un conseil des šayẖ-s conseillait le souverain ou le gouverneur de province.

358 « Wa ašhada l-malā’ min al-muwaḥḥidīn wa mašyaẖa Biğāya », à propos de l’allégeance des Bougiotes à Abū Fāris en 785/1283. ‘Ibar, VI, p. 693, Berbères, II, p. 392.

359 R. Dozy (Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, p. 810) donne aussi ce sens. Un peu plus haut De Slane traduit le même terme par « les cheikhs almohades » (Berbères, II, p. 376).

360Ibar, VI, p. 719, Berbères, II, p. 419.

361Ibar, VI, p. 657, Berbères, II, p. 352 : le fils du rā’is de la šūrā de la ville se révolte contre le calife al-Mustanṣir.

362 À Ceuta la šūrā exerce une véritable souveraineté à l’époque d’al-’Azafī, même si la définition institutionnelle de cette assemblée reste floue. Ferhat, Sabta, op. cit., p. 236-239.

363 Brett, « The City-state », art. cité, p. 87.

364 C’est ce mot qui est utilisé dans les sources arabes de l’époque pour désigner les sénats des villes italiennes. Ferhat, Sabta, op. cit., p. 236.

365 Dozy, Supplément, op. cit., p. 799.

366 Un des sens de cette racine du mot (Š WR) est d’ailleurs ‘conseiller’. Ibid.

367 M. Kisaichi, « The Maghrib », Islamic Urban Studies, Historical Review and Perspectives, dir. M. Haneda, T. Miura, Londres-New York, 1994, p. 51, citant son ouvrage La Société médiévale musulmane et le rôle social des oulémas (publiée en japonais en 1982).

368Ibar, VI, p. 847 ; Berbères, III, p. 62.

369 La chronique d’Ibn Khaldūn n’est bien sûr pas le meilleur guide, car il n’a que mépris pour cette « populace ».

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Carte générale du Maghreb.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Arbre généalogique des gouverneurs de Bougie issus de la lignée de Abū‘Abd Allāh Muḥammad (1370-1452)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540