Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Première partie. Un pôle régional du Maghreb. La construction contestée d’une domination territoriale

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Ouverte à la fois sur la mer et sur son arrière-pays, Bougie a toujours subi une double influence : sensible aux effets de la conjoncture méditerranéenne, elle est également profondément ancrée dans l’histoire maghrébine. Devant l’abondance de la documentation commerciale, la tentation est grande de privilégier le premier aspect, mais raisonner en se plaçant d’abord du point de vue de l’activité maritime serait se condamner à une vision trop partielle et européocentrée. Cela conduirait rapidement à hypertrophier le rôle de l’expansion européenne par rapport aux facteurs internes à l’histoire régionale. C’est donc du contexte maghrébin qu’il faut partir, car il permet de comprendre la place centrale qu’occupa la ville dans la région et qui en fit, pendant plusieurs siècles, un des grands ports de la Méditerranée occidentale.

  • 1 L’intégration de Bougie à un espace islamique, culturellement et religieusement, est également imp (...)

2Bougie, c’est une évidence, n’est pas isolée de son arrière-pays. Lorsque d’ailleurs elle le sera, sous la domination espagnole, elle perdra peu à peu toute vitalité jusqu’à laisser sa place à Constantine et Alger. Entre sa fondation par le Hammadide al-Nasir en 460/1067-8 et sa prise par les Espagnols en 915/1510 elle est au contraire profondément intégrée à l’espace maghrébin et africain, sur le plan tant politique qu’économique1. Elle est alors une puissance régionale au Maghreb, susceptible de jouer un rôle de premier plan en Méditerranée.

3Cette place occupée par Bougie au Maghreb entre la fin du xie et le début du xvie siècle s’explique autant par son importance politique que par la vitalité économique de l’espace qu’elle met en contact avec la Méditerranée et dont elle constitue le débouché maritime.

  • 2 Voir le travail pionnier de L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bo (...)
  • 3 Notre connaissance de la dynastie hammadide a cependant été largement renouvelée par le travail d’ (...)
  • 4 Cf. introduction sur les sources, p. 15-17.

4Il nous faut donc commencer par retracer l’histoire de Bougie pour souligner son rôle au Maghreb à partir de la fin du xie siècle. En apparence celle-ci est bien connue2, grâce aux diverses chroniques arabes. Les lacunes cependant ne manquent pas, que ce soit pour les débuts, sous les Hammadides3 et dans une certaine mesure sous les Almohades, ou pour le xve et le début du xvie siècle. Surtout, cette trame événementielle, lorsque l’on parvient à la restituer, ne rend pas forcément immédiatement lisible l’histoire de la ville et de sa région. Enfin, ces chroniques insèrent le plus souvent Bougie dans des espaces dont les centres de gravité sont ailleurs, et qui ne permettent pas toujours de saisir les logiques propres de l’évolution de la ville4.

5Rendre ces évolutions intelligibles passe donc par des analyses à différentes échelles. Le cadre maghrébin permettra de retracer les grandes étapes de l’histoire de la ville, disputée entre les puissances régionales, puis de comprendre, dans un espace réduit à l’Ifrīqiya, la relation complexe qui unit Bougie à Tunis. La position de la ville, centrale au Maghreb mais périphérique en L’Ifrīqiya, la rend sensible, plus encore que d’autres, aux grandes crises politiques de la région et à leurs implications militaires. Elle est en effet au cœur des rivalités entre puissances régionales, que ce soit à l’est (L’Ifrīqiya autour de Kairouan puis de Tunis) ou à l’ouest (Almohades, puis Mérinides et Abdelwadides). Elle est surtout, à l’époque hafside, la capitale d’une province frontière dont le gouverneur entre souvent en conflit avec la capitale Tunis. Situer Bougie dans cette chronologie politique du Maghreb permettra ainsi d’établir une première périodisation, qui soulignera en particulier les moments de crise.

6Que ce soit comme siège d’un pouvoir indépendant ou d’un gouvernorat de province, Bougie commande un territoire vaste, qu’elle ne contrôle pas toujours bien. Elle s’affirme rapidement comme l’une des grandes villes du Maghreb et comme une métropole régionale de premier plan, apte à structurer et encadrer de vastes espaces dans le Maghreb central et oriental. Mais sa position littorale rend plus difficile la maîtrise de régions parfois fort éloignées vers l’intérieur. Il lui faut donc compter avec des forces centrifuges qui contestent son autorité. Surtout, les maîtres de Bougie sont confrontés à l’insubordination fréquente des tribus, qui contribuent à déstabiliser leur pouvoir.

7Mais au-delà de ces aspects politiques, Bougie est surtout le débouché d’un vaste arrière-pays – qu’elle ne domine pas nécessairement politiquement – et la tête d’un réseau dense de routes s’étendant jusqu’aux marges sahariennes et à l’Afrique sahélienne. La prospérité de cet hinterland conditionne en partie celle du port. Il faudra donc s’interroger sur la nature des produits qui parviennent jusqu’à Bougie depuis son arrière-pays et sur les marchés potentiels auxquels peuvent s’adresser les marchands abordant le port.

Notes

1 L’intégration de Bougie à un espace islamique, culturellement et religieusement, est également importante, mais ne pose plus guère de problème à cette époque. En revanche les liens politiques avec le reste du Dār al-Islām en Orient ont presque totalement disparu après le rejet des Fatimides par les Hammadides. Les contacts ne sont pas coupés, mais concrètement on ne trouve plus guère de solidarité politique ou militaire entre le Mashreq et le Maghreb.

2 Voir le travail pionnier de L.-Ch. Féraud, « Histoire des villes de la province de Constantine. Bougie », Recueil des notices et mémoires de la société archéologique de la province de Constantine, 13, 1869, p. 85-407, rééd. Histoire de Bougie, avec une présentation de N. Abdelfettah Lalmi, Paris, 2001 ; M. Gaïd, Histoire de Bejaïa et de sa région depuis l’antiquité jusqu’à 1954, Alger, 1976 ; plus récemment, M. S. Baïzig, Biğāya fī al-‘ahd al- ḥafṣī : Dirāsat iqtiṣādiyya waÌ iğtimā‘iyya, thèse de l’Université de Tunis I, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, 1995, p. 28-91.

3 Notre connaissance de la dynastie hammadide a cependant été largement renouvelée par le travail d’Allaoua Amara, Pouvoir, économie et société dans le Maghreb hammadide (395/1004-547/1152), thèse de l’Université Paris I, sous la direction de Fr. Micheau, Paris, 2002.

4 Cf. introduction sur les sources, p. 15-17.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540