Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Troisième partie. Réseaux de relations interpersonnelles et rang social : l’enchevêtrement des appartenances collégiales et familiales

Chapitre 8. Collèges, réseaux et ascension sociale

Texte intégral

LES M. CORNELII DU CORPUS LENUNCULARIORUM TABULARIORUM AUXILIARIORUM OSTIENSIUM

  • 1 CIL, XIV, 8 (D., 6154) : « Au Génie de la colonie d’Ostie, Marcus Cornelius Epagathus, curateur des (...)
  • 2 CIL, XIV, 341 (D., 6144).

Genio coloniae / Ostiensium, / M(arcus) Cornelius / Epagathus, curat(or) / Augustal(ium), argen(ti) p(ondo) X d(onum) d(edit) ; / ob dedicatione(m) eius, / uiritim dedit (denarium) I n(ummum), / id(ibus) Dec(embribus) Stloga et Seuero co(n)s(ulibus) »1 a. 141.
Memoriae / M(arci) Corneli M(arci) f(ilii) Pal(atina) Valeriani Epagathiani, eq(uitis) [R(omani)], / decurioni splendissimae coloniae Os[tiensis], / flamini, praetori II sacra Volkani [fac(ienda), / ei]demque sodale Arulen[si], / decurioni Laurentium uici Aug(usti), eius[dem loci IIIIuiro( ?)], / patrono corporis lenunculariorum [tabulariorum] / auxiliariorum Ostiensium, qui uix(it) annos XII me[nses – – –], / M(arcus) Cornelius M(arci) f(ilius) Palat(ina) Valerianus, decurio, f(ecit) »
2.

  • 3 J. Le Gall, Tibre, p. 222-223 ; L. De Salvo, Battellieri, p. 206-210.

1M. Cornelius Epagathus, le donateur de la première inscription, semble avoir fondé une lignée qui constitue l’exemple le plus éclatant de la mobilité sociale intergénérationnelle offerte à quelques collegiati. Le destin des Marci Cornelii, sur trois ou quatre générations, est intimement associé au corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum Ostiensium. Le terme « auxiliarius » laisse entendre que ces bateliers utilisaient des lenunculi comme navires d’allège ou de remorquage3. Les lenuncularii auxiliarii tabularii devaient être spécialisés dans des tâches distinctes, et complémentaires, de celles des lenuncularii pleromarii auxiliarii Ostienses, réunis dans un autre corpus. Or, « pleromarius » dérive du mot grec « plh¥ roma » qui désigne l’armement complet d’un navire. Les barques des lenuncularii tabularii étaient sans doute plus modestes que celles de leurs confrères pleromarii. Peut-être leurs embarcations étaient-elles mues par la seule force des rameurs.

  • 4 CIL, XIV, 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175) ; des fragments d’autres listes sont conservés : CIL, XI (...)
  • 5 H. L. Royden, Magistrates, p. 38-48, pour démontrer que les listes ont été inscrites progressivemen (...)

2L’effectif du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum Ostiensium, et son évolution au cours de la deuxième moitié du iie siècle, sont bien connus grâce à deux listes gravés sur des tables de marbre. L’une est datée de 152, l’autre de 1924. Les noms des collegiati, au nombre de 127 sur le premier document, de 258 sur le second, ont été inscrits au fil des années, au fil des adhésions et des nominations à la quinquennalitas5. La croissance numérique d’un effectif collégial déjà abondant en 152 reflète le dynamisme économique d’Ostie au iie siècle, dans la seconde moitié de celui-ci en particulier. L’onomastique des corporati semble conserver la trace de relations familiales et d’affranchissements, révéler l’existence de réseaux. Néanmoins, le détail de ces liens interpersonnels, et l’interprétation sociale et économique que l’on doit en faire, ne se laissent pas enfermer dans des schémas simples. L’étude des Cornelii présents parmi les lenuncularii, ne reposant pas seulement sur l’information difficile à exploiter des alba, permet de construire un modèle explicatif, au-delà du simple constat de l’identité de gentilice, et des interprétations aléatoires qui peuvent en découler.

3En quoi une dynamique d’ascension sociale permet-elle de mieux comprendre la spécificité de l’univers collégial, dans ses rapports avec le monde économique, les relations sociales interpersonnelles et les structures civiques ? L’étude d’un cas de mobilité sociale intergénérationnelle et d’ancrage lignager dans un collège semble montrer qu’au-delà du rapport à l’économie des nouveaux notables et des probables bouleversements de celui-ci, se tisse dans l’association de métier un réseau de clientèle dont les mailles proviennent notamment de liens d’ordre familial.

L’ascension d’une lignée de collegiati

  • 6 L’idée selon laquelle l’inscription dans la tribu Palatina est l’indicateur d’une possible origine (...)

4Le dossier des Cornelii, au premier chef la dédicace et l’épitaphe citées en exergue, donnent à observer la réussite sociale d’une famille. M. Cornelius Epagathus, curator Augustalium portant un cognomen grec, doit être l’ancien esclave d’un maître dont on ignore tout. L’homme se met en scène comme un évergète assez riche pour donner, et non comme un affranchi dépendant d’un patron. Ses probables petit-fils et arrière-petit-fils appartiennent à la tribu Palatina ce qui, à Ostie, trahit souvent, semble-t-il, une origine servile6. Le 13 décembre 141, Epagathus dédie un petit autel au Genius coloniae Ostiensium et, à cette occasion, distribue des sportules d’un denier à chaque homme assistant à la cérémonie. L’inscription commémorative précise que la représentation du Génie a nécessité l’emploi de dix livres d’argent. Issu de l’esclavage, Epagathus apparaît, par ses titres et son évergétisme, en quête d’une intégration civique qui passe par l’expression de son patriotisme municipal. Il est fort vraisemblable que ce curator Augustalium soit le quinq(uennalis) perp(etuus) des lenuncularii répondant au nom de M. Cornelius Epagathus. Ce dernier figure sur l’album de 152 dans une position qui semble transcrire une supériorité vis-à-vis de ses confrères. Il est le seul corporatus à porter le titre de quinq(uennalis) perp(etuus), ce qui lui vaut d’être répertorié juste après les patrons du collège, et d’être ainsi distingué de la « plebs ». Ni dans le collège, ni à l’extérieur, Epagathus n’est un plébéien ordinaire. L’absence de son nom parmi les simples corporati s’accorderait bien avec l’idée selon laquelle, en 152, Epagathus est un homme d’âge mûr ayant déjà réalisé une ascension significative.

  • 7 L. Iulius Memor fils a sans doute pour père et homonyme l’un des patrons du collège.

5Dans ce même album, la nomenclature du q(uin)q(uennalis), M. Cornelius Secundus, est mise en valeur. Des 127 bateliers, Secundus est le seul dont la filiation – « M(arci) f(ilius) » – est insérée entre le gentilice et le cognomen. Dans le document, cet usage est réservé aux premiers patrons recensés, des sénateurs notamment, tandis que la lettre « f(ilius) » suit le cognomen de quatre corporati. Ces derniers personnages – L. Iulius Memor, M’. Lollius Marinus, P. Fuficius Felix et M’. Lollius Crispinus – sont ainsi distingués d’homonymes qui, les précédant dans la liste, sont sans doute leurs pères7. De fait, il est fort possible que les lettres « M(arci) f(ilius) » signalent la filiation unissant Secundus à Epagathus. Les nomina du premier figurent à la fois en tête de l’album, ce qui sied à un quinquennalis, et dans la plebs corporis. Secundus devait être un simple corporatus en 152 ; sa présidence collégiale, et la mention de celle-ci sur la pierre, seraient postérieures à cette date, à un moment où Secundus ne semble pas avoir atteint la maturité d’Epagathus. L’indication de la filiation de Secundus, dans une forme traditionnelle, et sans la mention socialement connotée de la tribu Palatina, s’accorde bien avec le possible état d’esprit d’un riche affranchi, Epagathus, attaché à faire apparaître sa réussite sociale à travers l’un des attributs les plus visibles de la citoyenneté romaine, acquise avec la liberté, et transmise à sa descendance. En outre, l’album de 192 recense trois autres Marci Cornelii dont les cognomina rendent fort plausible la construction de deux possibles stemmata.

  • 8 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411, ne semble pas convaincant, lorsqu’il refuse, rapidement, de con (...)
  • 9 Ibid., p. 99.

6Pour la lignée, la véritable mobilité sociale intergénérationnelle n’a lieu qu’à la seconde génération, voire à la troisième. M. Cornelius Valerianus mentionne son rang de décurion, lorsqu’il rédige l’épitaphe de M. Cornelius Valerianus Epagathianus, mort à douze ans. La « memoria » de l’enfant défunt est invoquée par un dédicant qui se confond sûrement avec le q(uin)q(uennalis) II répertorié dans l’album de 192. L’itération inhabituelle de la présidence collégiale est un signe de l’estime et du prestige dont il bénéficie auprès de ses confrères. Le respect des lenuncularii à son égard est si grand qu’ils ont décerné à Valerianus le titre de patron, ce qui vaut à celui-ci d’apparaître deux fois dans l’album. Valerianus a-t-il été admis dans l’ordre équestre ? Juste après la date consulaire, le texte de 192 s’ouvre par le nom du collège suivi, comme il est d’usage, par la liste de ses patrons. Ceux-ci apparaissent dans un ordre dicté par le rang social ; aussi les premiers mentionnés sont-ils deux « patroni senat(orii) ». Quelques centimètres plus bas, les lettres « equit(es) Rom(ani) », précédant les noms de six individus, ont été inscrites. C’est sans la moindre hésitation que ces personnages seraient regardés comme les patrons de rang équestre du collège, s’ils n’étaient pas connus par ailleurs. Comme le montre H. L. Royden, il est improbable que Valerianus père ait reçu le cheval public8. Sur l’épitaphe de son fils, Valerianus se présente comme un décurion de la colonie d’Ostie, et affiche l’appartenance de son enfant à l’ordre équestre ; on ne peut comprendre pourquoi Valerianus aurait omis de se dire chevalier s’il l’avait été à ce moment. Le décurionat devait représenter alors son plus grand titre de gloire, le seul qu’il lui importait de citer dans le contexte solennel de l’accomplissement de ses devoirs paternels. Or, l’épitaphe est probablement postérieure à l’album de 192. Dans la liste collégiale, malgré la précocité de son décès, Valerianus Epagathianus est répertorié parmi les derniers membres ordinaires, et non parmi les patrons. En revanche, son inscription funéraire est dédiée au patronus corporis lenunculariorum [tabulariorum] auxiliariorum qu’il était devenu. Si l’on se fiait aux apparences de l’album, il faudrait en outre considérer le dénommé L. Valerius Daphnus comme un patron équestre du collège. Or, cet homme semble avoir attendu plusieurs décennies avant de passer du rang de corporatus à celui de q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus). Dans la plebs corporis de 192, Daphnus est classé, juste après les plus anciens, juste après les corporati dont les noms figurent sur les deux alba9. Un parcours collégial si laborieux contrasterait de manière bien étrange avec une ascension jusqu’aux sommets de la hiérarchie sociale. Les deux derniers patronats évoqués après celui de Valerianus père ont été, eux aussi, endossés par des corporati : considérer ces deux hommes, les Sex. Sextilii Iuniani père et fils, comme des chevaliers impliquerait qu’ils aient bénéficié tous les deux d’une promotion sociale rarissime pour des collegiati. À la lumière de ces données, certes inégales dans leur portée argumentative, il ne semble pas impossible de croire que seuls les deux premiers patrons répertoriés après les protecteurs sénatoriaux du collège, les L.L. Furii Publicii Marcell(us) pa(ter) et Marcellin(us), et non les six, étaient chevaliers. Valerianus apparaît en troisième position. Il n’est pas impossible que, faute de place, ses nomina aient été gravés dans l’espace auparavant laissé libre afin de distinguer les patrons de rang équestre des plus modestes. À travers un rejeton chevalier ou en passe de le devenir, les M. Cornelii continuaient leur progression sociale, dépassant le niveau des notables municipaux ordinaires. La confusion qu’aurait engendré l’inscription du patronat de Valerianus pouvait paraître d’autant moins choquante que la liste des protecteurs collégiaux demeurait hiérarchique.

  • 10 S. Demougin, Élites, p. 373.
  • 11 CIL, XIV, 4455 : à propos d’un « curato[r et pa]tronus splendidissim(a)e col(oniae) » ; CIL, XIV, 4 (...)
  • 12 S. Demougin, Splendidus eques Romanus, Epigraphica, 37, 1975, p. 174-187.
  • 13 R. Meiggs, Ostia, p. 340.
  • 14 Cf. supra p. 268-269 ; R. Meiggs, Ostia, p. 69-70 ; Pline le Jeune décrit en détail sa villa située (...)
  • 15 F. Jacques, Privilège, p. 464-637 ; Dig., 50, 6, 3 et 50, 5, 2 pr.
  • 16 S. Demougin, Élites, p. 372-373 ; H. Mouritsen, Mobility, p. 77.

7Quoique décédé à douze ans, M. Cornelius Valerianus Epagathianus, eq(ues) [R(omanus)], porte plusieurs titres municipaux, outre celui de patronus corporis lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum Ostiensium. L’accès à la dignité équestre suppose que les Marci Cornelii bénéficiaient d’appuis auprès des autorités romaines10. Les cognomina de M. Cornelius Valerianus Epagathianus, hérités de son père et de son grand-père ou arrière-grand-père, révèlent chez les Marci Cornelii un sentiment et une volonté d’affirmation dynastiques. Valerianus présente son fils défunt comme un decurio splendissimae (sic) coloniae Os[tiensis]. L’épithète laudative accolée à la colonie est somme toute peu fréquente dans les sources ostiennes11. Le choix d’user d’un tel adjectif, moins stéréotypé qu’on pourrait le croire, procède de la volonté des M. M. Cornelii d’afficher un patriotisme municipal, étroitement lié à leur élévation sociale, dès 141 et la dédicace d’Epagathus au genius coloniae, semblable aux dispositions d’esprit de l’ensemble des corporati12. Flamine, praetor II sacris Volkani faciundis, sodalis Arulensis, Epagathianus a été investi de trois sacerdoces municipaux. Le deuxième, réservé à de jeunes notables, et le troisième, institué à la fin du iie siècle, sont souvent associés dans les titulatures ostiennes13. Le flaminat de Rome et d’Auguste se situe, quant à lui, au deuxième rang de la hiérarchie sacerdotale d’Ostie, après le pontificat de Vulcain. Decurio Laurentium uici Aug(usti), eius[dem loci IIIIuir( ?)], Epagathianus a été honoré par une petite communauté incluse dans le territoire d’Ostie, située au sud-est de celui-ci14. Les honneurs municipaux obtenus par Epagathianus contrastent avec sa jeunesse. Un rescrit de Septime Sévère proscrivait les nominations d’impubères, mais les sources juridiques montrent néanmoins que, localement, certaines entorses étaient faites à ce principe15. Les honneurs revêtus par Epagathianus sont des sinécures attribuées pour rendre hommage à ses ascendants, à une lignée qui, de l’esclavage à l’ordre équestre, du collège à la municipalité, et probablement de la batellerie à la propriété foncière, a atteint l’élite coloniale ostienne. M. Cornelius Valerianus, toutefois, n’a été que décurion : il ne semble pas avoir exercé de magistrature. Les titres accordés au fils semblent compenser une limite fixée à l’ascension sociale du père. Ainsi, le caractère hiérarchique du gouvernement municipal permet à la fois l’intégration d’hommes nouveaux, indispensable au bon fonctionnement des institutions civiques, et la conservation par les familles anciennes de leur supériorité16.

8Or, pendant la période d’ascension sociale de la famille d’Epagathus, la forte représentation des Cornelii dans les deux albums des lenuncularii est manifeste. Sur la pierre datée de 152, ils ne sont pas moins de 28, dont 12 Marci, sur les 127 bateliers recensés. Le document daté de 192 en regroupe 31, dont 24 Marci, sur 258 collegiati. Le gentilice « Cornelius » est certes des plus courants, et il serait fort imprudent d’envisager, d’emblée, tous ces individus comme les membres d’une seule et même « famille élargie », structurée selon un mode étranger aux réalités avérées du Haut-Empire romain. Toutefois, l’examen le plus rapide des autres listes épigraphiques os-tiennes montre que l’abondance de Cornelii est une indubitable spécificité du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum. De prime abord, il paraît improbable que ces Cornelii, vivant dans la même ville, à la même époque, exerçant le même métier et appartenant au même collège, soient absolument dénués de tout lien entre eux, et de toute conscience de celui-ci.

  • 17 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p. 378-389.
  • 18 Ces mentions « lib. » demeurent inexpliquées. L’idée selon laquelle tous les autres collegiati sera (...)

9Les choses ne sont pourtant pas simples. Tous les Cornelii lenuncularii n’étaient pas les affranchis d’Epagathus ou de ses descendants directs. En 152, on dénombre dans le corpus onze Titi, trois Caii, et deux Publii Cornelii ; en 192, deux Lucii, un Titus et un Publius. Voilà autant d’individus dont il faut exclure qu’ils aient pu être « M(arci) l(iberti) », donc de possibles affranchis d’Epagathus ou de l’un de ses descendants directs. Les documents envisagés datent d’une époque où les prénoms romains, au terme d’une évolution progressive, sont devenus héréditaires17. Il est donc difficile d’imaginer que des M. M. Cornelii, des T. T. Cornelii, des L. L. Cornelii et des C. C. Cornelii, ayant vécu dans la deuxième moitié du iie siècle, aient appartenu à un même ensemble familial. L’étude est moins hasardeuse, en proposant de ne rapprocher que des individus de prénom et de gentilice identiques. De plus, la présence de parfaits homonymes parmi les Cornelii du collège pose problème. Ainsi, quatre T. Cornelii Felices sont inscrits dans la plebs du premier album. Les deux derniers répertoriés le sont l’un après l’autre, et les lettres « lib(ertus) » suivent leurs nomina. Est-il très vraisemblable que deux esclaves d’une même familia aient reçu d’un maître unique un no-men identique ? Est-il très vraisemblable qu’un des deux autres Titi Cornelii Felices ait donné pour nomen, à deux de ses esclaves, son propre cognomen ? Les mêmes interrogations valent pour deux Caii Cornelii Felices, dont l’un est désigné comme lib(ertus). La prudence inclinerait sans doute à y répondre par la négative, et donc à croire que ces homonymes n’étaient pas liés entre eux par l’affranchissement et le patronat18.

10Néanmoins, ces réserves ne suffisent pas à se convaincre que la présence dans le collège de tant d’individus de même gentilice ne résulte que du hasard. Dans chacune des deux listes, la place des Cornelii de même prénom, les uns par rapport aux autres, attire l’attention. Fréquemment, plusieurs d’entre eux sont inscrits à la suite les uns des autres. Le phénomène apparaît avec d’autant plus de netteté qu’il s’étend aux corporati de même nomen appartenant à d’autres gentes que la Cornelia. Comme beaucoup d’entre eux, Cornelii ou non, portent des cognomina à résonance servile, il est tentant d’imaginer qu’une part significative de ces individus était issue de mêmes cellules familiales au sens rigoureux du terme, de mêmes familiae d’esclaves. Le travail du lapicide, en effet, semble transcrire un mode collectif d’adhésion au collège, et donc l’existence d’un lien réel entre des individus inscrits au même moment sur l’album. Entre les M. Cornelii du collège, devaient sans doute exister, non pas une seule relation simple et unitaire, mais des liens parfois indirects, dont il convient d’envisager la nature éventuelle pour en saisir la complexité.

  • 19 L. De Salvo, Batellieri, p. 202.
  • 20 CIL, XIV, 246 ; H.L. Royden, Magistrates, p. 33-36.
  • 21 C. Cornelius Secundus (col. IV, 25), C. Cornelius Nicephor (col. VI, 32), C. Cornelius Eutychus (co (...)
  • 22 CIL, XIV, 5374 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 34, refuse de suivre L. Wickert dans l’attribution a (...)
  • 23 CIL, XIV, 252 (D., 6176).
  • 24 CIL, XIV, 247 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 37 : pour l’hypothèse d’attribution de la pierre au c (...)

11Tous ces M. M. Cornelii sont ancrés dans un secteur économique précis, la batellerie ostienne dont les nombreux acteurs exercent des spécialités professionnelles fort diverses. Ils sont des lenuncularii, et non des scapharii, lintrarii ou autres codicarii ; auxiliarii tabularii, et non des pleromarii ou des lenuncularii affectés à un traiectus particulier. Ils s’inscrivent dans un environnement qui donne l’image d’un véritable éclatement des métiers19. L’ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt, qui a rédigé l’un de ses alba à partir de 140, recrutait lui aussi dans le monde des bateliers d’Ostie. H. L. Royden le considère comme une émanation du corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli20. Or, l’onomastique de ces corporati se distingue clairement de celle des lenuncularii tabularii. Sur 178 inscrits dans la plebs corporis, ne figurent que cinq Cornelii, prénommés Caius ou Lucius21. Quelques années auparavant, à partir de 135, le même ordo avait rédigé un autre album, conservé à l’état de fragment. Le gentilice Cornelius est absent des onze nomina encore visibles sur la pierre22. De même, sur l’album daté de 200 du corpus lenunculariorum pleromariorum auxiliariorum Ostiensium, qui compte vingt-deux membres, ne figure aucun Cornelius23. Ni la liste fragmentaire datée de 145 que H. L. Royden attribue au corpus traiectus Rusticeli, ni les trois inscriptions honorifiques dédiées à des présidents des corpora traiectus togatensium, traiectus marmorariorum et codicariorum, ne font apparaître le moindre Cornelius24. Lié à une activité portuaire qui n’est somme toute pas très éloignée de la batellerie, la charpenterie de marine, le corpus fabrum naualium Portensium n’a recensé, au début du iiie siècle, qu’un seul Cornelius Maximus parmi plus de 300 membres. De fait, alors qu’ils constituaient probablement une nébuleuse issue de liens de type familial, dans des formes restant à préciser au-delà de tout simplisme, les M. M. Cornelii du collège des lenuncularii tabularii semblent s’être spécialisés dans un domaine très précis de l’activité portuaire. Leur environnement professionnel semble si étroitement circonscrit, que l’on est enclin à imaginer que les liens qui unissaient au moins une partie de ces individus influaient sur l’exercice de leur métier. Mais, une telle supposition est à la fois trop cruciale pour la compréhension du tissu économique ostien, et bien trop vague, pour que l’on n’approfondisse pas l’analyse. Cela implique de s’interroger sur le rapport de la lignée d’Epagathus à la batellerie, et à l’activité économique en général.

LES CORNELII INSCRITS À LA SUITE LES UNS DES AUTRES DANS LES ALBA LENUNCULARIORUM

LES CORNELII INSCRITS À LA SUITE LES UNS DES AUTRES DANS LES ALBA LENUNCULARIORUM

Mobilité sociale et structures patrimoniales

  • 25 W. Langhammer, Die rechtliche und soziale Stellung der « Magistratus municipales » und der « Decuri (...)
  • 26 Dig., 50, 6, 5, 12 : « Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius cœundi lege permissum est, imm (...)
  • 27 Dig., 50, 6, 5, 6 : « Licet in corpore nauiculariorum quis sit, nauem tamen uel naues non habeat, n (...)
  • 28 Dig., 27, 1, 46 : « Ceux qui appartiennent à un collège de boulangers sont excusés des tutelles, si (...)

12Au sein d’un corpus très lacunaire, les sources juridiques relatives aux immunités réservées aux collegiati dessinent un cadre social et économique, dans lequel les M. Cornelii ont pu s’inscrire au cours de leur ascension25. La confrontation de différents types de documents autorise à poser l’hypothèse selon laquelle les collegiati accédant à l’élite tendaient à s’éloigner de leur métier d’origine. Dans deux fragments conservés au Digeste, Callistrate souligne que l’exemption des charges municipales doit revenir aux seuls corporati exerçant, réellement, la profession qui donne sa raison d’être à leur association. Ce principe vaut pour les collèges liés au ravitaillement de Rome, mais encore pour les associations d’artisans, tels les corpora fabrorum26. L’individu qui fait partie d’un corpus nauiculariorum sans posséder de naues, sans répondre à des critères précis qui définissent la condition de naviculaires aux yeux de l’administration, ne peut disposer du priuilegium de l’immunité27. De la même manière, « qui in collegio pistorum sunt, a tutelis excusantur, si modo per semet pistrinum exerceant » affirme le juriste Paul, à propos des boulangers romains28.

  • 29 W. Liebenam, Zur Geschichte und Organisation des römischen Vereinswesen, Leipzig, 1890, p. 183 ; J. (...)
  • 30 H. L. Royden, Magistrates, p. 35, par exemple ; cf. supra p. 148-149.

13C’est sur la base de tels documents que des modernes ont pu établir un clivage entre les membres effectifs et les membres honoraires des collèges29. Or, au vu des sources épigraphiques, cette opposition ne paraît pas justifiée. Tout ce qui touche au collège semble « honoraire », de nature honorifique, à commencer par l’admission dans ce type de communauté. Les simples quinquennales ne devaient pas être investis de tâches administratives lourdes et absorbantes, au point que leur statut tranchait avec « l’honorary position », pour reprendre les mots de H. L. Royden, des quinquennales perpetui30. L’insistance sur le clivage entre collegiati effectifs et honoraires revient au total à méconnaître, ou à ne pas poser avec assez de clarté, ce qui distingue le métier et le cadre de la vie économique, d’une part, l’univers particulier que représente le collège, d’autre part.

  • 31 Un autre cas de figure fait, sous la plume des Prudents, l’objet de bien moindres développements. L (...)
  • 32 Dig., 50, 6, 5 pr. et 12 ; voir aussi Dig., 50, 6, 8.

14La lettre même des fragments juridiques permet de saisir qui sont les collegiati que les modernes ont qualifiés « d’honoraires ». Pour l’essentiel, il s’agit de personnages en passe de s’extraire du négoce, « par le haut »31. Les collèges comptent à la fois des « tenuiores » et des hommes à la tête d’importantes « facultates », des « locupletes ». Le Digeste confirme ainsi l’hétérogénéité sociale des collèges professionnels que l’épigraphie laisse observer. Or, sous la plume des juristes, la présence de riches et de petites gens au sein des mêmes structures collégiales apparaît comme le résultat de processus d’enrichissement à l’œuvre au iie siècle, dans les sociétés portuaires de la seconde moitié du siècle en particulier. Callistrate évoque « qui augeant facultates, et munera ciuitatum sustinere possunt », « qui in senectute locuples factus est » : « ceux qui se sont enrichis et peuvent supporter les charges des cités », « ceux qui, dans la vieillesse, sont devenus riches »32. Le juriste du début du iiie siècle se réfère à des dispositions légales prises par Hadrien, Antonin le Pieux, les diui fratres Marc-Aurèle et Lucius Verus, ainsi que Pertinax. Le cadre chronologique et social ainsi dessiné est celui dans lequel ont évolué les M. M. Cornelii. Il renvoie à l’image de prospérité bouillonnante d’Ostie, après la mise en service du port de Trajan.

  • 33 Dig., 50, 6, 5, 13 : « Je comprends que ceux qui sont adlectés dans les corps qui fournissent l’imm (...)
  • 34 Dig., 50, 6, 5, 12.

15De manière générale, les propos de Callistrate s’accordent très bien avec l’idée selon laquelle les élites négociantes du iie siècle ont pu atteindre un rang et une reconnaissance sociale supérieurs à ceux de leurs devanciers. Or, les individus que le commerce a enrichis ont vocation à servir la cité, par le biais du gouvernement civique, et en s’acquittant des munera. Le décurionat de Valerianus, petit-fils d’un esclave ayant atteint la liberté et la richesse, vient à l’esprit à la lecture d’une mesure énoncée par le diuus Pius, réitérée par Pertinax et citée par Callistrate : « eos qui in corporibus allecti sunt, quae immunitatem praebent nauiculariorum, si honorem decurionatus adgnouerint, compellendos subire publica munera, accepi ; idque etiam confirmatum uidetur rescripto diui Pertinacis »33. La mobilité sociale perturbe un équilibre juridique construit autour d’une distribution des rangs et conditions théorique et figée, dénuée de réalité factuelle. Nul ne doit échapper aux devoirs que la richesse nouvelle impose. Le prince, Antonin en l’occurrence, a statué « ne quidem eos qui augeant facultates, et munera ciuitatum sustinere possunt, priuilegiis quae tenuioribus per collegia distributis concessa sunt »34.

  • 35 Dig., 50, 6, 5, 6. Les membres des corpora nauiculariorum (« in corpore nauiculariorum quis sit ») (...)
  • 36 Dig., 50, 4, 5 : « Nauicularii et mercatores olearii, qui magnam partem patrimonii ei rei contuleru (...)
  • 37 Dig., 50, 6, 5, 6.
  • 38 Dig., 50, 6, 5, 8 : « Les affaires doivent être exercées en proportion de l’accroissement des riche (...)
  • 39 H. Mouritsen, Mobility, p. 63 et P. Veyne, Autarcie, p. 265-266 insistent aussi sur la mixité des p (...)
  • 40 A. Los, Les intérêts des affranchis dans l’agriculture italienne, MEFRA, 104, 1992, p. 709-753. Pli (...)

16Le droit des immunités permet de saisir quelles pouvaient être la structure et l’évolution des patrimoines des collegiati accédant à l’élite. Les textes relatifs aux corpora nauiculariorum sont à rapprocher des textes concernant des naviculaires dont l’appartenance collégiale n’est pas mentionnée : la citation, par Callistrate, d’un rescrit de Lucius Verus et de Marc-Aurèle assure la légitimité d’une telle démarche35. Le juriste Scaevola précise que la uacatio muneris publici est concédée à ceux des nauicularii et des mercatores olearii qui engagent la magna pars de leur patrimonium dans ces activités commerciales36. Pour Callistrate, la dispense des charges ne doit pas être détenue par ceux qui ne naviguent pas et ne consacrent pas la plus grande partie de leur patrimoine au commerce maritime37. Afin de demeurer un naviculaire véritable au regard du droit, comptent non seulement la valeur absolue des affaires brassées, mais aussi l’importance relative de celles-ci dans des patrimoines grandissants : « negotiatio pro incremento facultatium exercenda est ; alioquin si quis maiore pecuniae suae parte negotiationem exercebit, rursus locuples factus in eadem quantitate negotiationis perseuerauerit, tenebitur muneribus »38. Dans le monde économique que constitue le Haut-Empire romain, l’acquisition de la richesse semble induire une diversification des patrimoines. Ceux-ci ont dû se diriger vers la propriété foncière, notamment, ce qui, dans l’esprit des Romains, constituait le seul placement sûr39. Au-delà de l’examen des sources juridiques et du cas des M. M. Cornelii, ce processus semble avoir concerné les collegiati dont le rapport à l’économie est défini par un cumul d’activités professionnelles. Et quelques documents attestent, ou laissent présumer avec plus ou moins de vraisemblance, l’attirance des affranchis – qui en avaient les moyens – pour la propriété foncière40. À la lumière de sources éparses et de nature diverse, l’affranchi Epagathus et sa lignée suggèrent la reconstruction d’une possible, mais hypothétique, trajectoire familiale et patrimoniale.

  • 41 Cic., Off., I, 42, 151.
  • 42 Petr., 76, 8-9 : « En un voyage, je m’arrondis de dix bons millions. Aussitôt je rachète toutes les (...)
  • 43 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, Paris, 1982, II, (...)
  • 44 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1987, p. 83-96.
  • 45 Les données sur les patrimoines fonciers de l’élite municipale d’Ostie sont des plus ténues. F. H. (...)

17Le processus qui pourrait transparaître n’est autre que celui décrit par Cicéron dans un très célèbre passage du De officiis41. Il correspond sans doute à cette construction de l’honorabilité par l’activité économique que l’on finit par quitter, à ce parcours qui mène de la mer au port, puis du port à la terre. Moins éloigné dans le temps des corporati étudiés, Pétrone met ces propos tout aussi fameux dans la bouche de Trimalcion : « uno cursu centies sestertium corrotundaui ; statim redemi fundos omnes, qui patroni mei fuerant (...) ; sustuli me de negotiatione »42. Sous la plume de Cicéron, la mercatura tenuis opposée au quaestus satiatus des grands négociants fait écho au clivage, au sein des collèges, entre les tenuiores exemptés et les locupletes soumis aux munera. La structure qui se fait jour est comparable à la « trahison de la bourgeoisie » mise en exergue par F. Braudel, pour les sociétés méditerranéennes de l’Époque moderne43. L’élite sociale du Haut-Empire romain est une élite foncière avant tout, et les activités commerciales n’ont pas vocation à être conservées par ceux qui accèdent au monde des notables grâce à celles-ci. L’entrée des M. M. Cornelii dans l’élite d’Ostie, a fortiori dans l’ordre équestre44, suppose un incrementum facultatum qui a dû s’accompagner d’une mutation, au moins partielle, de la nature du patrimoine familial, les revenus de la batellerie n’alimentant plus, au mieux, qu’une pars patrimonii45.

  • 46 Dig., 50, 2, 12.
  • 47 F. Jacques, Privilège, p. 330.
  • 48 De fait, le collège permet de mieux comprendre comment les aristocraties municipales pouvaient reno (...)

18Si l’édification du prestige social par l’accès au gouvernement civique avait conduit les promus à prendre de la distance vis-à-vis des activités portuaires, ceux-ci seraient restés en relation avec le monde des métiers par le biais de la structure civique que représente le collège. Celui-ci constitue le socle de l’honorabilité, et son effectif un premier cercle d’obligés soumis au pouvoir administratif inhérent aux responsabilités collégiales, puis enserré dans les relations de clientèle du patrocinium collegii. En outre, le collège favorise l’acceptation, par les notables, d’individus souhaitant devenir leurs semblables. Le droit des immunités permet aussi de lire en creux les réticences de l’élite face à l’accueil des hommes issus du commerce, dans les ordres de décurions et les magistratures municipales. Un rescrit de Septime Sévère prend le soin de préciser que la minorité de négociants disposant des richesses requises, à l’exception des repris de justice, méritent d’accéder à la dignité municipale46. Il est utile de rappeler à propos de négociants : « nec enim infames sunt ». La dénégation est révélatrice de l’ambiguïté et des contradictions des regards portés, par l’élite, sur le monde économique. Ceci a inspiré à F. Jacques la réflexion suivante : « on constate donc sous Septime Sévère, une véritable répugnance à ouvrir les portes des curies à des personnes que leur seule richesse qualifierait pour le décurionat »47. Or, l’essence civique de l’association de métier confère à ses dignitaires une respectabilité qui s’étend bien au-delà de la fortune matérielle. Le collège professionnel résorbe ainsi une partie des tensions générées par l’enrichissement et l’aspiration à l’ascension sociale. Il semble favoriser un passage du statut de simple priuatus à celui de détenteur du pouvoir, et sans doute, aussi, le passage du négoce à la terre48. Au total, les fragments de la jurisprudence éclairent le collège comme une structure atténuant une contradiction fondamentale propre à la mobilité dans la société romaine. Le métier permet de s’élever, à condition que l’on finisse par l’abandonner. Or, vis-à-vis du métier, le collège semble permettre de concilier une distanciation économique, patrimoniale, et la perpétuation d’un lien social servant d’assise au prestige.

Au-delà du métier, la constitution d’un réseau social et civique

19Les M. M. Cornelii inspirent une reconstruction qui correspond à un contre-modèle, touchant à l’un des débats les plus disputés de l’histoire économique de Rome et de ses élites. L’occurrence, dans les listes collégiales, de gentilices portés par des notables a souvent conduit à conjecturer que le monde des métiers tendait à être encadré par l’élite sociale. Les historiens attachés aux théories « modernistes », ou influencés par elles sans le dire, imaginent que les effectifs collégiaux reflètent les structures patrimoniales de l’élite, et donc le contrôle exercé par les notables sur le monde économique. L’étude de la lignée d’Epagathus, éclairée notamment par des sources juridiques trop peu prises en compte, permet de proposer une autre hypothèse. Elle permet de mettre en scène des personnages qui, en accédant au gouvernement civique, se sont sans doute écartés – au moins partiellement – du métier qui les avaient enrichis. L’idée d’un contrôle, exercé de haut en bas de la hiérarchie sociale, s’oppose à celle d’une distanciation effectuée par ceux qui s’élèvent dans cette même hiérarchie. Certes, les deux schémas ne s’excluent pas nécessairement l’un l’autre. Néanmoins, le second invite, dans l’étude des patrimoines des élites, à ne pas tirer de conclusions trop hâtives des cas d’ascension sociale des gens de commerce. Et il soulignerait, s’il en était besoin, que, dans l’esprit des individus aspirant à entrer dans l’élite, le statut de notable et celui de propriétaire foncier allaient de pair. En outre, la première proposition, associant le collège à l’idée d’un contrôle économique, présuppose que les structures collégiales reflètent, fidèlement et directement, des formes d’organisation économique. Sur ce point encore, l’étude des M. M. Cornelii peut mener à un renversement des perspectives souvent admises. Ce faisant, la nature du collège, et le rôle qu’il joue auprès de ses membres, apparaissent avec plus de clarté.

  • 49 PIR, S, 231.
  • 50 PIR, S, 232.
  • 51 PIR2, P, 937.
  • 52 PIR2, A, 544.
  • 53 H.-G. Pflaum, CP, no 141.

20Le rapport de la lignée d’Epagathus au corpus lenunculariorum semble s’inscrire dans un mouvement à la fois parallèle à l’ascension sociale et procédant de celle-ci, dans une dynamique qui suppose l’appui d’un réseau de clientèle. Ainsi, les patronats décernés à Valerianus et à son fils marquent-ils un changement dans la nature des relations entre les descendants de M. Cornelius Epagathus et les lenuncularii. Alors que ces personnages prennent sans doute de la distance vis-à-vis de la batellerie, leur rapport au collège en vient à épouser la forme d’une relation de clientèle, au-delà des seules appartenances et présidences collégiales. Par le patronat, les M. M. Cornelii se distancient de la plebs collegii, dans laquelle leur nom demeure toutefois inscrit, pour rejoindre un groupe de protecteurs dont certains membres occupent le sommet de la hiérarchie sociale. L’album de 152 s’ouvre ainsi par la mention de quatre sénateurs et d’un chevalier de haut rang, bénéficiaire par la suite d’une adlectio dans l’ordre sénatorial. Le Picton M. Sedatius Severianus49, consul en 153, apparaît avec son fils M. Sedatius Severus Iulius Reginus50. T. Prifernius Paetus Rosianus Geminus51a été consul suffect en 154, avant de devenir proconsul d’Afrique. C. Allius Fuscianus52a atteint lui aussi le consulat suffect. De son côté, L. Volusius Maecianus53était préfet de l’annone en 152. Il devient ensuite préfet d’Égypte, en 160, puis consul, après 162. Les patronats collégiaux de Valerianus et de Valerianus Epagathianus mêlent donc continuité et rupture, ancrage ancien dans le milieu collégial et nouvel ancrage dans l’élite.

21Le collège donne une dimension civique à la clientèle de la lignée d’Epagathus. À travers les M. M. Cornelii, le collège devait compter à la fois des dépendants directs d’Epagathus et de ses descendants, et des hommes qui pouvaient avoir conscience d’être liés à eux de manière plus indirecte, sans qu’entrent en jeu les solides fondements juridiques – mais aussi les caractères sociaux et affectifs – de la relation personnelle entre un affranchi et son patron. Le temps avait vocation à diluer une possible solidarité initiale entre les M. M. Cornelii du collège. Les fils et les affranchis d’affranchis devaient ressentir moins nettement que les pères et les affranchis eux-mêmes la cohésion d’un tel ensemble humain. Au-delà de l’existence de tels liens, possibles et même probables quoique difficiles à individualiser, il ne fait pas de doute que le collège permet à la lignée d’Epagathus d’étendre son réseau de clientèle au-delà de sa clientèle privée, de s’afficher à la tête – puis au-dessus – d’un groupe qui, dans la colonie d’Ostie, tend à se présenter comme d’essence civique. Si, par son effectif, le collège porte l’empreinte des clientèles privées, les relations nouées en son sein se placent donc au-delà de celles-ci, sur un autre terrain. Par ailleurs, en admettant que les M. M. Cornelii formaient non pas une « famille », mais une nébuleuse reposant sur des liens plus ou moins lâches, le collège semble susceptible d’entretenir un sentiment unitaire qui risquait d’être faible, car issu d’une origine familiale mais potentiellement lointaine, nourri par une communauté de métier initiale, qui ne reposait pas nécessairement sur la subordination et la dépendance dans la pratique professionnelle.

  • 54 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 101-116.

22L’effectif collégial pourrait refléter, bien moins le strict contrôle exercé par des notables en devenir sur l’activité économique, que la volonté de la lignée d’Epagathus de fonder et de perpétuer son réseau de clientèle sur des liens anciens avec la batellerie. Pas plus que le collège lui-même, les M. M. Cornelii, recensés parmi les lenuncularii, ne doivent être regardés comme une entité semblable à celles que F. M. De Robertis appelle « complessi aziendali », afin de rendre compte du rapport à l’économie des familiae romaines54. Que l’ancrage initial d’Epagathus dans le secteur de la batellerie portuaire soit à l’origine de sa réussite sociale, est indubitable. Sa richesse laisse présumer qu’à un moment de son existence en tout cas, Epagathus disposait d’un nombre significatif d’esclaves engagés dans cette activité. Les affranchis continuaient souvent à exercer leur métier d’esclaves. La profession était souvent transmise aux fils et aux affranchis. Ainsi peut s’expliquer l’importance du nom « M. Cornelius », et non d’une seule hypothétique « famille », dans le collège professionnel des lenuncularii. Mais au-delà de ce constat, conforté au-delà de l’épigraphie collégiale par les sources économiques, rien ne prouve que l’effectif du collège reflète un contrôle sur l’activité, exercé de manière constante et poussée au point d’englober tous les M. M. Cornelii dans une structure économique unitaire. Comme nous venons de le voir, les documents juridiques permettent de proposer, sur la base de données tangible, un point de vue tout à fait opposé. En l’espace d’un demi-siècle, l’ascension de la lignée d’Epagathus dans la société et dans la hiérarchie collégiale, a pu se fonder sur un abandon progressif – peut-être partiel – des activités portuaires, et aboutir à un contrôle économique plus distendu sur le secteur. Les prétendants à l’élite ont intérêt à rompre, au moins en partie, avec des activités jugées indignes de notables, tout en puisant dans leur milieu d’origine un capital de solidarités nécessaire à leur rayonnement social, qu’ils transposent du terrain professionnel au champ civique.

  • 55 H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42.

23L’effectif du collège, pouvant porter la marque d’attaches familiales et professionnelles amenées à se distendre, se renouvelle en partie avec le temps. En l’espace de six décennies, la proportion de Cornelii semble diminuer, à mesure que le collège croît, que des hommes nouveaux y font leur entrée, et que d’autres réseaux que celui des M. M. Cornelii – d’origine familiale eux aussi semble-t-il – y prennent plus d’importance. Au-delà de l’augmentation absolue du nombre de Cornelii dans le collège, le gentilice de Cornelius est celui de quelque 22 % des corporati du premier album, et d’environ 12 % de ceux du second. En 213, le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum a entamé la rédaction d’un nouvel album. Il n’en reste qu’un fragment55. Sur celui-ci, le nomen Cornelius n’est lisible qu’une seule fois, alors que quarante-trois gentilices ou début de gentilices sont conservés. Est-ce à dire que le poids des M. M. Cornelii dans le corpus lenunculariorum n’a représenté qu’un moment dans l’histoire du collège et dans la stratégie d’ascension de la lignée d’Epagathus ? Les indices sont ténus, mais ils confirmeraient que l’accès à l’élite de la lignée d’Epagathus ne se fonde pas sur le renforcement de son emprise sur le milieu portuaire, mais plutôt par une distanciation à son égard, progressive puis sans doute totale. L’album de 213 révèle peut-être que le processus s’opère en deux mouvements décalés dans le temps, la prise de distance vis-à-vis du métier, compensée par la perpétuation de liens collégiaux, précédant l’abandon final de ces derniers. Toutefois, la documentation paraît trop pauvre, le troisième album trop lacunaire en particulier, pour que la réflexion puisse conduire à autre chose qu’à une hypothèse.

  • 56 M. Maffesoli, Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris, (...)

24Le collège professionnel, qui laisse le plus souvent les esclaves à sa porte, et compte parfois des membres dont la magna pars patrimonii est affectée à d’autres choses que le commerce ou l’artisanat pratiqués par les autres corporati, donne une image très déformée du monde économique. Les univers professionnels, associatifs et civiques ne se confondent pas et s’appuient sur des réalités qui ne sont pas superposables. Les collèges professionnels, pour reprendre l’expression de K. Polanyi, font apparaître un pan de « l’embeddedness » de l’économie antique dans des structures qui ne sont pas de nature économique. Il ne saurait être question de confirmer ou de nuancer ici la réalité de cet enchâssement : notons seulement que l’image fragmentaire que les structures civiques donnent de l’économie, n’est pas tout à fait conforme aux réalités propres à celle-ci. L’idée selon laquelle la permanence sur trois ou quatre générations de liens entre la lignée d’Epagathus, d’une part, et le collège professionnel des lenuncularii, d’autre part, accompagne et facilite une probable prise de distance vis-àvis des activités portuaires n’est pas contradictoire, en dépit des apparences. De manière analogue, les solidarités issues, les unes – plus ou moins directement – de structures familiales, et les autres du collège, semblent s’emboîter en partie. La présence dans le corpus lenunculariorum d’un grand nombre des M. M. Cornelii paraît en fournir l’illustration. Et pourtant, il n’est pas contradictoire d’avancer qu’un affranchi, accédant à une vie sociale plus riche par son entrée dans le collège professionnel de ses co-affranchis, de son patron, voire du patron de son patron ou du fils de celui-ci, gagne en autonomie à l’égard de la familia dans laquelle il a été esclave. L’univers social des collegiati finit par ressembler à une somme de communautés d’appartenance, diverses par leur nature, interférant certes les unes sur les autres, mais de façon complexe56. Ces appartenances ne sont pas concentriques, ou ne le sont pas pleinement. Intégrés à des milieux professionnels, à des ensembles issus de communautés familiales, à des cités et aux groupes civiques constitutifs de celles-ci, les collegiati trouvent place dans une multiplicité de réseaux, qui fonde la multiplicité des facettes de leur identité sociale. Les prétendants à l’ascension sociale semblent s’appuyer sur ces réseaux et sur le contrôle de ceux-ci, dans le cadre d’un jeu complexe qui doit leur apporter les attributs nécessaires à leur entrée dans l’élite.

VALIDITÉ ET LIMITES D’UN MODÈLE

  • 57 Hor., Sat., I, 6, 68-72 : « Si personne ne peut sans mentir me reprocher ni avarice, ni tenue sordi (...)

Si neque auaritiam neque sordes nec mala lustra obiciet uere quisquam mihi, purus et insons, ut me conlaudem, si et uiuo carus amicis, causa fuit pater his, qui macro pauper agello noluit in Flaui ludum me mittere...57.

25Libertinus, coactor argentarius ayant acquis un bien foncier, le père d’Horace semble projeter son désir de réussite sociale sur son fils, prévenant chez celui-ci l’apparition des tares morales que les bien-pensants pouvaient associer à un métier d’argent et à une basse origine. Les collèges professionnels, communautés issues du métier mais donnant accès à l’honneur et à de dignes activités, accueillaient ce type d’individus qui, tel l’affranchi M. Cornelius Epagathus semble-t-il, devaient être très attachés à la réussite de leur descendance.

26Les sources collégiales font apparaître, de façon parfois obscure, les différents éléments qui semblent avoir donné forme à la trajectoire sociale des M. Cornelii. Des collegiati du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum et d’autres collèges – d’Ostie avant tout – peuvent être rapprochés de ces personnages, sur un ou quelques points précis. Il est assez courant, tout d’abord, que le patronat des collèges se trouve associé à la mobilité sociale de collegiati et de leurs descendants. Ce point fera l’objet d’une étude systématique, dans le prochain chapitre. Par ailleurs, des liens de type familial structuraient en partie l’effectif des collèges. Ils semblent avoir joué un rôle important dans la vie de ces communautés hiérarchisées, et parfois dans la réussite sociale des individus qu’ils unissaient. En amont de ces généralités, la valeur explicative d’un schéma construit de manière inductive peut néanmoins paraître limitée, dans l’étude d’autres cas précis : l’analogie n’est le plus souvent ni satisfaisante, ni suffisante, lorsque l’on tente de déceler ce que les sources taisent. Dès lors est-il permis de croire que la trajectoire des M. M. Cornelii et leur assise dans leur collège procèdent d’un modèle qu’il serait possible de reconstruire ?

27Dans quelle mesure la documentation relative aux collèges confirme-t-elle les structures apparues lors de l’étude d’Epagathus et des M. Cornelii lenuncularii tabularii, et dans quelle mesure se laisse-t-elle expliquer à la lumière de celles-ci ? Un cas particulier tend à montrer le caractère reproductible du schéma élaboré, mais, de manière générale, les relations entre la présence d’agrégats familiaux dans les collèges, d’une part, et les trajectoires de mobilité sociale intergénérationnelle, d’autre part, sont difficiles à établir.

Un schéma reproductible ? Furii et Publicii du corpus lenunculariorum tabulariorum

28Le modèle suggéré par l’étude des M. M. Cornelii trouve des éléments de confirmation dans l’ensemble des deux alba du même corpus. L’examen des gentilices des lenuncularii tabularii auxiliarii paraît indiquer que plusieurs nébuleuses, fondées sur des liens de type familial, cohabitaient au sein du même collège. L’existence de tels réseaux peut être mise en corrélation avec une trajectoire d’ascension dans la société, dans un cas précis. Envisagés de manière conjointe, les Publicii et les Furii du collège offrent la possibilité de reconstruire un schéma, fondé sur une dynamique d’ascension sociale, proche de celui qui vient d’être échafaudé. Le modèle se trouve, non seulement consolidé, mais aussi complété sur un point important.

PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 152

PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 152

PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 192

PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 192

29Entre le milieu et la fin du iie siècle, l’augmentation du nombre de Publicii dans le collège est frappante. Six d’entre eux sont répertoriés dans la plebs du premier album, alors que la seconde liste en recense 30, dont 28 portent assurément le prénom « Marcus ». Les noms de M. Publicius Ostiensis et de M. Publicius Ianuarius ont été gravés sur les deux tables. Les Furii, les Lucii Furii en particulier, forment un groupe de plus petite taille. Deux sur le document de 152, ils sont douze, tout de même, sur celui de 192. Plusieurs éléments permettent de regarder ces personnages, non pas comme des individus isolés, mais comme les composantes de deux véritables ensembles.

  • 58 H. L. Royden, Magistrates, p. 96.

30Les indications fournies sont explicites dans le cas de plusieurs relations filiales. M. Publicius Ostiensis, simple corporatus au milieu du siècle et q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus) en 192, est qualifié de sen(ior), afin de le distinguer de son fils homonyme, inscrit dans la sixième colonne de la seconde liste. Il en va de même pour M. Publicius Fructus sen(ior) et son très probable fils. L’homonymie des deux M. M. Publicii Maximiani s’inscrit sans doute dans un même rapport de filiation. Parmi les trois Lucii Furii portant le surnom d’Eutyches, iun(ior) doit être le fils du corporatus inscrit avant lui dans la liste. En outre, deux cognomina, qui ne sont pas des plus courants, paraissent à rapprocher l’un de l’autre. Il est fort vraisemblable que C. Furius Herennius et C. Furius Herennianus soient liés ; et, plus grande encore serait la tentation de les considérer comme père et fils, si la mention d’Herennianus dans l’album ne précédait pas de beaucoup celle d’Herennius. Plusieurs Publicii ou Furii ont été enregistrés par paire, voire trois à la suite, ce qui signifie sans doute qu’ils ont été reçus dans le collège au même moment, peut-être en tant qu’individus liés les uns aux autres. Enfin, la proportion notable, dans l’échantillon retenu, de cognomina courants dans la population servile laisse présumer qu’une part non négligeable de ces Publicii et Furii étaient des affranchis. La grande masse d’entre eux porte le même prénom ; le contraire aurait conduit à minorer l’importance probable de liens d’affranchissement entre ces personnages. Le gentilice « Publicius » lui-même attire l’attention, associé au cognomen Ostiensis en particulier. Néanmoins, preuve n’est pas faite que M. Publicius Ostiensis père était un ancien esclave de la colonie d’Ostie. Il pourrait être le descendant d’un affranchi public. Dans cette famille, le même surnom, donné au fils, se transmettait sans doute de génération en génération58. Au total, les Publicii et les Furii semblent bien former deux groupes humains, assez large dans le cas des premiers, structurés par des « segments » familiaux plus réduits, issus de la filiation ou de l’affranchissement.

  • 59 CIL, XIV, 246 ; de manière générale, les Publicii et les Furii sont quasiment absents des autres as (...)

31À mesure qu’augmente le nombre de Publicii, parallèlement au gonflement du collège induit par le dynamisme contemporain du port d’Ostie, certains de ces personnages acquièrent une place dominante dans la hiérarchie collégiale. Le développement portuaire a dû permettre aux fils et aux affranchis de s’engager dans le métier de batelier pratiqué par les pères et les patrons. La croissance ostienne a dû engendrer des gains suffisants pour que beaucoup, notamment des esclaves à même d’acheter leur liberté, puissent atteindre l’aisance et la respectabilité requises pour être admis dans le collège. Certes, le processus se nourrit aussi de l’entrée de véritables nouveaux venus dans le métier et dans le collège. L’augmentation du nombre de Publicii et de Furii s’explique, néanmoins, à la lumière du caractère habituel, dans la société romaine, de la transmission du métier aux fils et aux affranchis. Publicii et Furii sont presque totalement absents des autres collèges de bateliers. Un seul D. Publicius Martialis figure dans l’ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt, parmi les lenuncularii et scapharii traiectus Luculli59. Les personnages étudiés évoluent dans un cadre professionnel et collégial très étroit, ce qui a dû renforcer en eux la conscience des liens qui les unissaient. Or, dans les structures collégiales de la fin du iie siècle, les Publicii ne sont plus sur un pied d’égalité. À l’inverse de la situation du milieu du siècle, certains Publicii ont cessé de n’être que de simples corporati.

  • 60 H. L. Royden, Magistrates, p. 97, pense qu’en 192, au-dessus du nom d’Ostiensis, ont d’abord été gr (...)

32La quinquennalitas perpétuelle, reçue par M. Publicius Ostiensis et M. Publicius Ianuarius, vaut notamment reconnaissance de leur ancienneté dans l’association. Tous deux sont répertoriés comme membres ordinaires dans la première liste. Avant l’honneur de la perpétuité, Ianuarius et Ostiensis ont dû briguer la quinquennalitas simple60. Or, les charges collégiales sont onéreuses. Les deux personnages, inscrits dans un collège qui – par le nombre – semble déjà florissant en 152, évoluaient dans un secteur économique qui a dû se développer tout au long du iie siècle. Les premiers venus, à l’image d’un M. Cornelius Epagathus, n’ont sans doute pas été les derniers à tirer profit de la prospérité ambiante. Ianuarius et Ostiensis étaient des hommes aisés, sinon riches. Il est vraisemblable que beaucoup de M. M. Publicii inscrits dans le collège en 192 ou reçus peu après, un nombre malheureusement indéterminable, étaient les affranchis de l’un des deux présidents. De fait, dans ses structures, le corpus lenunculariorum pourrait transcrire la supériorité d’ordre à la fois privé et économique des premiers de ses membres. Le collège pourrait asseoir l’emprise de quelques-uns sur des réseaux qu’ils ont tissés et qu’ils contrôlent, au sein et en dehors du cadre associatif.

33L’album collégial de 192 recense non seulement 31 Marci Publicii et 12 Lucii Furii, mais encore des Lucii Furii Publicii. L’onomastique de ces quatre, peut-être cinq, individus semble éclairer le collège comme un espace social où se nouent des alliances familiales.

34LES FURII PUBLICII DANS L’ALBUM DE 192

L. Furius Public(ius) Marcellus pa(ter) (I, 6)

L. Furius Publicius Marcellinus (I, 7 / VIII, 1)

L. Furius Public(ius) Marcellus f(ilius) (VII, 11)

L. Furius Public(ius) Aristobulus (VIII, 2)

[– – –]s Pub(licius) Restutianus (VIII, 23)

  • 61 À propos de la liste des six patrons, dont la qualité de chevaliers a suscité des doutes, cf. supra (...)

35Les deux premiers individus sont classés en tête des equit(es) Rom(ani), des patrons de dignité équestre du collège61. Les autres occurrences de la nomenclature « L. Furius Publicius » sont placées dans la dernière partie de l’album, dans la septième et huitième colonne de la table. L’alliance entre Furii et Publicii, plus exactement entre des Furii et des Publicii, a dû être conclue à une date peu éloignée de 192. Le premier inscrit, en tête des patrons est qualifié de pa(ter). Il est le père très probable du Marcellus f(ilius), dont le nom est gravé sur la septième colonne. Le lien familial qui unissait ces deux hommes devait s’étendre, suivant d’autres modalités, aux autres Furii Publicii. Le nom de L. Furius Publicius Marcellinus, gravé au deuxième rang des patrons équestres et en tête de la huitième colonne, appartient sans doute à un seul et même homme. Aristobulus, remarquable par son cognomen grec, a été inscrit dans la plebs corporis, juste après ce Marcellinus. Or, pour une autre raison, les surnoms de Marcellus et de Marcellinus attirent encore plus l’attention.

  • 62 O. Salomies, Polyonymous, p. 12 et 26-30.

36Au milieu du iie siècle, déjà, un L. Furius Marcellus et un M. Publicius Marcellinus faisaient partie du corpus lenunculariorum. Ces deux collegiati, dont le classement dans la première partie de la liste de 152 traduit l’ancienneté dans l’association et dans le métier, pourraient être à l’origine du rapprochement entre Furii et Publicii. Plusieurs décennies après l’entrée des deux hommes dans le collège, les cognomina des trois premiers Furii Publicii donnent l’apparence d’un héritage croisé, vouée à conserver le souvenir de l’union de deux groupes familiaux précis. Il s’agit là de deux groupes étroits, moins larges qu’on pourrait l’imaginer. Ni les Furii, ni les Publicii ne devraient être regardés comme un tout unitaire, malgré les conjectures que la seule communauté de gentilice peut susciter. Cette union entre des Furii et des Publicii peut être le fruit d’un mariage ou d’une adoption62. L’effectif collégial apparaît bien comme la somme de nébuleuses complexes, dont les composantes individuelles s’agrègent en une multiplicité de segments distincts les uns des autres. De plus, le collège, espace de sociabilité au-delà de la sphère privée et familiale, ne laisse pas seulement percevoir les relations familiales qui unissent certains de ses membres. Par la proximité et la fréquentation sociales qu’il instaure ou renforce, le collège semble aussi favoriser la naissance de liens nouveaux, contribuant de cette manière au caractère mouvant, vivant, mais aussi enchevêtré, des réseaux dans lesquels les collegiati semblent insérés.

  • 63 On pense à Petr., 74, 14-15 : « Et ego, homo dipundiarius, sestertium centies accipere potui. Scis (...)
  • 64 P. Herz, Kollegien, p. 319, rapproche le cognomen de M. Cornelius Valerianus des nomina de L. Valer (...)

37Ce rapprochement, entre Furii et Publicii, s’inscrit dans une trajectoire d’élévation dans la société et dans le collège. De fait, l’alliance familiale a sans doute abouti à une mise en commun de ressources, non seulement financières, mais aussi de clientèles, et donc de rayonnement social en général. Est-ce à dire que, dans l’esprit de protagonistes en quête de réussite, elle revêtait un caractère stratégique ? Il est tentant de l’imaginer, en dépit de la pauvreté des sources63. Les Lucii Furii Publicii Marcellini et Marcellus atteignent en tout cas le sommet de la hiérarchie collégiale et dépassent largement le rang social des corporati ordinaires. Leurs patronats traduisent une supériorité acquise vis-à-vis des Furii et des Publicii du collège, vis-à-vis des quinquennales perpetui M. Publicius Ostiensis et M. Publicius Ianuarius en particulier. Ils renforcent encore l’impression qu’après 152, s’est enclenché un processus donnant aux réseaux formés par les Furii et les Publicii un caractère beaucoup plus hiérarchique. Les Lucii Furii Publicii Marcellini et Marcellus semblent avoir réalisé, en recourant à l’alliance familiale, le même parcours que la lignée de M. Cornelius Epagathus64. Cette alliance a-t-elle été déterminante, importante ou secondaire pour l’accès au patronat et – semble-t-il – à l’ordre équestre ? Nul ne peut le dire vraiment.

  • 65 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1987, p. 8396 ; G. Paci, I cavalieri (...)

38Quoi qu’il en soit, le profil atteint par les Lucii Furii Publicii Marcellini et Marcellus appelle les mêmes commentaires et hypothèses que ceux et celles inspirés par l’étude des M. M. Cornelii du corpus. Ces individus semblent parties prenantes d’une nébuleuse familiale complexe dont le destin est ancré dans le collège. Le patronat fait de ce collège un réseau de clientèle, institutionnalisé, contrôlé par des individus qui se trouvent mêlés, non plus à des hommes de métier, mais à des aristocrates. La dignité équestre implique que chacun des trois personnages est à la tête d’une fortune, estimée sur une base foncière, au moins égale au cens de 400 000 sesterces65. La probabilité d’une distanciation relative par rapport du métier, compensée par la perpétuation de liens collégiaux, est forte comme dans le cas de M. Cornelius Valerianus et de M. Cornelius Valerianus Epagathianus. Le fait que les mêmes hypothèses puissent être avancées à plusieurs reprises, dans des termes très proches, contribue à la solidité relative du modèle échafaudé. Il faut, cependant, en examiner aussi les limites.

Relativité du modèle : des agrégats issus de liens familiaux

  • 66 P. Herz, Kollegien, p. 313.

39La seule attestation d’un gentilice porté par plusieurs corporati est difficile à interpréter, tant le doute entoure les possibles conjectures. Dans l’effectif du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, le décalage entre le nombre de corporati et celui, plus faible, de gentilices est certes remarquable. Néanmoins, les exemples spectaculaires qui ont pu être abordés ne doivent pas occulter la complexité des réalités. Pour prétendre à quelque exactitude, le schéma élaboré se doit en effet d’être nuancé. Tous les lenuncularii, loin s’en faut, ne semblent pas insérés dans de vastes réseaux issus de liens familiaux et ancrés très solidement dans la batellerie ostienne. P. Herz synthétise son étude de la fréquence de chaque gentilice dans le collège, par le tableau que nous reproduisons ici66.

  • 67 D’autres noms sont difficiles à exploiter car trop courants, les gentilices impériaux en particulie (...)

40Le gonflement quantitatif du collège, reflet de la croissance que connaît l’activité de lenuncularius dans la deuxième moitié du iie siècle, a été en partie entretenu par l’entrée d’hommes nouveaux dans le métier et dans l’association. Le deuxième album, qui répertorie 132 individus de plus que le premier, enregistrant ainsi un doublement de l’effectif collégial, permet de comptabiliser 95 gentilices, contre 58 sur le premier document. 21 des nouveaux nomina ne sont portés que par un seul individu ; 14 par deux corporati seulement67. Par ailleurs, entre la rédaction du premier album et celle du second, 24 gentilices disparaissent de l’effectif collégial, sans qu’il soit permis d’imaginer un processus de sortie du métier par le haut. Les trajectoires d’ascension sociale par le biais du collège n’étaient pas très fréquentes. Elles devaient être réservées à la fraction supérieure des collegiati. La présence d’individus isolés dans le collège montre, que ce dernier constitue pour certains individus un réseau tout à fait indépendant des structures familiales. Grâce à lui, des individus accèdent à une vie sociale faite d’une certaine autonomie car placée au-delà de la sphère familiale, plus riche, sans être pour autant dépourvue de relations de pouvoir et de subordination.

41La relativité du modèle élaboré tient aussi au fait que certains collegiati, occupant pourtant une position favorable dans les structures collégiales de 152, ne semblent pas avoir vécu une réussite sociale comparable à celles de la lignée d’Epagathus et des Furii Publicii. M. Antistius Helius est l’un des deux quinquennales inscrits dans la première liste. Le corporatus M. Antistius Helianus devait être son fils. Peut-être Crescens, Eugramus et Lucrio – enregistrés les uns après les autres – ainsi que Seleucus et Maritimus étaient-ils liés entre eux et à Helius, par des liens issus de l’esclavage et de l’affranchissement. Or, la liste établie à partir de 192 ne compte plus qu’un seul M. Antistius, Euprepetianus. Tous les groupes éventuellement familiaux ou issus de liens familiaux n’ont pas profité du contexte ostien de prospérité, dans des modalités menant à une plus grande représentation des leurs dans le collège.

42Néanmoins, au sein de quelques collèges, plusieurs agrégats de collegiati laissent percevoir, à une échelle plus réduite, une structure comparable à celle dégagée de l’étude des M. M. Cornelii. Ces groupes sont constitués d’un individu de rang supérieur, d’individus dont la relation filiale est parfois explicite, et d’individus dont le cognomen laisse soupçonner l’origine servile.

  • 68 CIL, XIV, 252 (D., 6176) ; M. Cipius Vitalis est patron du collège ; M. Cipius Fortis, quinquennali (...)
  • 69 CIL, XIV, 322 : « – – –] Cipio [– – –] /[– – –], seuiro [Augustali, – – –] / [– – – qui]nquennali c (...)

43Aucun des quinquennales et des quinquennales perpetui de l’ordo corporatorum lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum ne peut être regardé, de manière sûre, comme un individu tout à fait isolé. Tous les présidents de l’association partagent leur nomen avec plusieurs corporati. De leur côté, M. Cipius Proclianus, et un L. Iulius Memor dont nous reparlerons, sont classés parmi les patrons du corpus. Inscrit parmi les premiers plébéiens, M. Cipius Natalis est le père de Natalis iun(ior), lui-même lié au Natalianus enregistré dans le collège juste après lui. Il n’est pas impossible que Felicio et Hermes aient été les esclaves des premiers, avant leur manumission et leur entrée dans le collège. Dans l’album daté de 192, le prénom et le patronyme de Marcus Cipius apparaissent quinze fois ; dans un cas, ils sont associés au surnom de Natalian(us). Un M. Cipius Victor, dont le fils est inscrit dans la plèbe, a atteint la quinquennalitas perpetua. L’augmentation du nombre de Cipii dans le collège pourrait être, dans le contexte du développement portuaire, une conséquence de l’implantation ancienne dans le collège d’un groupe issu de relations familiales. À la différence des M. Cornelii, des L. Furii et des M. Publicii, les M. Cipii sont représentés de manière significative dans un autre collège de bateliers du port d’Ostie, le corpus lenunculariorum pleromariorum auxiliariorum ; parmi les Cipii répertoriés dans cette collectivité, se trouvent aussi un patron et un quinquennalis68. S’écartant quelque peu du schéma proposé, les Marci Cipii pourraient nuancer l’impression de cloisonnement, dans un métier et un collège précis, donnée par les autres nébuleuses étudiées. Cependant, ils semblent solidement ancrés dans le secteur de la batellerie. Au-delà des patronats collégiaux, aucun élément ne signale, de façon décisive, l’éventuelle ascension sociale de corporati du nom de Cipius. Une inscription est d’exploitation délicate compte tenu de son caractère lacunaire. La pierre, dédiée à un Cipius, seuir [Augustalis] et [qui]nquennalis col[leg(ii)], rappelle le profil de M. Cornelius Epagathus, curator Augustalium et quinquennalis perpetuus, mais il serait imprudent d’aller au-delà de ce simple rapprochement, et d’établir un lien entre ce seuir et les M. Cipii inscrits dans des associations de bateliers69. L’exemple des M. Cipii ne recouvre donc qu’une partie des structures que les M. Cornelii, les Furii et les Publicii permettent d’envisager.

  • 70 CIL, XIV, 246.
  • 71 CIL, XIV, 252 (D., 6176).

44Les autres listes de bateliers découvertes à Ostie témoignent, de façon inégale, des liens possibles entre dignitaires collégiaux et simples corporati. Les Egrilii et les Naevii, corporati qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt, ont déjà été examinés ; les Sulpicii et les Helvii vont l’être par la suite70. Sur le même album, le gentilice « Fisevius » des présidents de 156 et de 163 apparaît treize fois, parfois associé à des cognomina – Crescens et Crescentin(us), Priscus et Priscianus – issus d’une même racine. En 151, C. Sossius Benedictus est le quinquennalis perpetuus d’un collège qui finit par compter cinq Sossii. En revanche, un seul M. Marius, surnommé Anicetus, est sans doute lié de quelque manière à M. Marius Marsus, quinquennalis à partir de 170. Autour des quinquennales du corpus lenunculariorum pleromariorum auxiliariorum, lequel ne compte que vingt-deux membres, s’articulent cinq agrégats, composés respectivement de six, quatre – pour les Cipii et les Atilii –, trois et deux membres71.

  • 72 CIL, XIV, 256 : le collège compte notamment 17 Flavii, 22 Aelii, 9 Aurelii. Au-delà des nomina impé (...)
  • 73 Il en va de même pour les Aelii Carpi père et fils, Didymus et Successus, ainsi que Polychronus et (...)
  • 74 CIL, XIV, 4569. La sur-représentation des Iulii, au nombre de 31, alors que deux Iulii sont préside (...)

45Les deux plus grands albums ostiens, qui recensent plus de 300 collegiati, illustrent malgré tout la grande difficulté inhérente à une réflexion fondée sur l’identité de gentilice. La démarche est d’autant plus délicate que, sur ces documents des fabri nauales et des fabri tignuarii, le prénom des collegiati a été omis. Certes, seuls deux des nomina des vingt-cinq quinquennales ou honorati répertoriés dans la liste des fabri nauales ne sont portés par aucun autre corporatus. Néanmoins, les nomina impériaux, et en particulier ceux d’empereurs bien antérieurs à la rédaction de l’album, apparaissent comme les plus fréquents. Cela n’étonne guère, hélas : ces gentilices n’étaient sans doute pas moins fréquents dans l’ensemble de la société ostienne que parmi les fabri nauales72. Le nomen Caecilius, des plus courants, est aussi de nature à faire naître le doute et la prudence. Pourtant, plusieurs indices laisseraient entendre que les quinze Caecilii du corpus, ou au moins certains d’entre eux, étaient liés. Naevus, Quirinus et Priscus, Socrates et Marcianus, Felix et Hyginus, sont inscrits les uns à la suite des autres dans les sixième et septième colonnes de la liste73. L’album dressé en 198 par les fabri tignuarii incite lui aussi à la prudence. La comparaison entre les gentilices des collegiati recensés et ceux des présidents connus entre les années 160 et 235 est peu concluante74. Les noms de trois de ces magistri quinquennales n’apparaissent pas en 198, ce qui tend à montrer qu’il n’était pas toujours nécessaire de compter dans le collège beaucoup d’appuis familiaux – de ceux repérables par l’onomastique – pour obtenir un poste prestigieux.

  • 75 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

46En dehors d’Ostie, à Luna, deux fragments d’une table d’un même marbre, sur lesquels ont été gravées des lettres d’un même type, comportent une énumération de collegiati. Celle-ci tend à révéler des liens d’ordre familial qui, transposés au sein d’un collège, ont sans doute influé sur la hiérarchie de celui-ci75. Cependant, le caractère fragmentaire du document a pu faire douter de son attribution à une seule communauté. Le premier fragment émane sans nul doute du collège des fabri tignuarii locaux, tandis que l’on pourrait penser que le second recense des dendrophores. La seconde liste s’achève en effet par la mention d’un « bisell(iarius) dendrophor(um) ». H. Dessau refusait toutefois d’attribuer le second fragment à un autre collège qu’à celui des charpentiers. Rien ne s’oppose à ce qu’un faber tignuarius siège aussi parmi les dendrophores. Surtout, la nécessité de préciser la collectivité qui a attribué le titre de biselliarius s’explique bien, si l’on admet que ce ne sont pas les dendrophores qui ont rédigé l’album. La présence de mêmes nomina dans les deux listes vient, dans une certaine mesure, à l’appui du point de vue de H. Dessau. Si ce dernier avait eu tort, il faudrait souligner alors la grande proximité entre les fabri tignuarii et les dendrophores de Luna, proximité tout à fait ordinaire, d’ailleurs, dans les cités italiennes. Les deux listes comportent les nomina de six Aquilii. Le premier, Eglectus, est classé parmi les patrons des charpentiers ; le second, Soterichus, parmi leurs décurions ; les quatre derniers parmi les collegiati du second fragment. Sont remarquables les cognomina grecs de ces personnages, Eglectus et Soterichus mais aussi Eucharistus et Patroclus, auxquels s’ajoutent les cognomina latins mais socialement connotés des deux Ianuarii. En outre, les autres personnages recensés laissent percevoir certains indices des liens familiaux qui les unissaient peut-être. Les noms du patron Numisius Cornelianus et du pater collegii Numisius Tacitus se suivent ; il en va de même pour les trois paires de collegiati inscrits à la fin du premier fragment, ainsi que pour une paire d’Octavii citée sur le second ; Herennius Demetrius était assurément le père d’Herennius Demetrius iun(ior). Aussi est-il de l’ordre du possible que les Aquilii du collège soient unis par des liens de nature familiale, de (co)-affranchissement notamment. Certaines connexions, fruits d’affranchissements multiples et de filiations, étaient sans doute indirectes. Il n’est donc pas impossible que le patronat et le décurionat d’Eglectus et de Soterichus correspondent à la transcription collégiale d’une certaine supériorité au sein d’une nébuleuse familiale.

47Au total, la fragilité indéniable d’une démarche fondée sur l’onomastique et la maigreur relative des résultats obtenus invitent à la prudence. Malgré sa nature lacunaire, toutefois, la documentation semble indiquer que, dans les sociétés municipales, l’existence de réseaux issus de liens familiaux a influé sur la composition et la hiérarchie des collèges. Les indices sont fragiles, mais des séries apparaissent de manière répétitive. Le phénomène, qui n’est pas observable de manière massive, n’avait sans doute rien de systématique. Cela tendrait à confirmer que les différentes appartenances des collegiati, relativement autonomes les unes vis-à-vis des autres, pouvaient le cas échéant n’interagir que de manière légère et indirecte, mais interagir tout de même.

  • 76 CIL, XIV, 246 (col. V, l. 12) : H. L. Royden, Magistrates, p. 92, avance, sans arguments, que L. He (...)
  • 77 AE, 1989, 128, Ostie.
  • 78 CIL, XIV, 246 : Felicio (col. IV, l. 10), Chresimus (col. V, l. 6), Felicissimus (col. V, l. 19), I (...)
  • 79 CIL, XIV, 246, col. VI, l. 36 et col. VII, l. 29.

48L’ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt d’Ostie compte un homme dont la polyonymie rappelle celle des Furii Publicii. La nomenclature de L. Helvius Sulpicius Restitutus évoque, en effet, celles de deux dignitaires du collège : P. Sulpicius Hera et L. Helvius Restitutus76. En 135, le premier est investi des fonctions de quinquennalis de l’ordo, et donc semble-t-il du corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli, en compagnie d’un L. Naevius Saecularis. Quelques années plus tard – Hera se présente alors comme quinquennalicius –, les deux personnages font preuve d’évergétisme par une dédicace au César Lucius Verus77. Le rapport entre ce geste et leur place dans le collège est obscur. Les deux anciens présidents agissent ensemble, mais Saecularis ne fait mention d’aucun titre. Si l’action commune de deux dignitaires fait penser à un acte collégial, il n’est pas impossible non plus que la donation exprime une volonté d’agir ensemble, et donc une proximité entre les deux hommes, au-delà des aspects les plus institutionnels de la vie associative. Sur la même pierre, Hera évoque son rang d’Augustalis qui, ajouté aux honneurs collégiaux, met en valeur un prestige acquis après un probable passé d’esclave. Dans l’ordo, apparaissent quatre autres Publii Sulpicii qui, comme Hera, portent un cognomen socialement connoté78. L. Helvius Restitutus a présidé le corpus à partir de 172, 37 ans après Hera ; deux « plébéiens », Castre(n)sis et Volussianus, ont le même gentilice que lui et sont enregistrés dans la dernière partie de l’album79. La polyonymie de L. Helvius Sulpicius Restitutus est sans doute le reflet d’une alliance familiale, fondée sur le mariage ou sur l’adoption. Le collège apparaîtrait, encore, comme le cadre possible de la création de liens, de réseaux de nature familiale.

49Quelles motivations ont-elles pu conduire à cette alliance éventuelle ? A-t-elle pu s’inscrire dans une stratégie de promotion dans le collège ? La réponse à ces questions ne peut se placer que sur le terrain de suppositions fragiles. Le temps assez long qui sépare les présidences de P. Sulpicius Hera et de L. Helvius Restitutus constitue l’élément le plus solide du dossier, grâce à la mention des dates consulaires. Dans sa première partie, l’album classe ses présidents dans un ordre chronologique. Les consuls des années 151, 156, 163, 170 et 172 sont cités. La plebs corporis doit être énumérée de la même manière, en fonction de la date d’entrée dans le collège. Aussi la position des Helvii sur la pierre, et la date de la quinquennalitas de Restitutus, permettent-elles de conjecturer que, dans son histoire, le collège a peut-être admis ces individus assez tardivement. L. Helvius Restitutus et l’ensemble du corpus pouvaient regarder P. Sulpicius Hera comme un personnage auréolé du prestige de l’ancienneté. S’allier à lui, par le biais d’un de ses proches, revenait sans nul doute à s’associer à une figure emblématique du collège. Il n’est pas tout à fait impossible que des nouveaux venus aient cherché, à travers lui, à parfaire leur ancrage dans le collège.

50En somme, à supposer que les M. M. Cornelii puissent s’inscrire dans un « modèle » dont ils permettent de saisir les contours, ce dernier ne semble pas exclusif. Il ne peut éclairer qu’une partie d’une réalité qui n’est pas univoque. Il est néanmoins indéniable que des liens de type familial, plus ou moins complexes, unissaient certains collegiati, même s’il est difficile d’apprécier l’ampleur générale du phénomène et son influence à la fois sur le collège et sur les destinées individuelles des collegiati. Comme le profil d’un M. Cornelius Valerianus Epagathianus en donne l’illustration, certaines de ces destinées ont mené des familles de collegiati très haut dans la hiérarchie sociale, dans quelques cas, jusque dans l’ordre équestre.

Mobilité sociale, réseau familial et contrôle économique : une relation difficile à établir

  • 80 S. Demougin, Élites, p. 353-376.

51Placée en dehors du secteur économique de la batellerie os-tienne, la trajectoire familiale de présidents du collegium fabrum tignuariorum Ostiensium confirme que des proches descendants d’un collegiatus pouvaient nourrir l’espoir d’accéder à l’ordre équestre80. Ces personnes mettent en valeur un type de relations entre les milieux artisanaux et négociants, les collèges professionnels et l’élite sociale. Ces relations entre les couches intermédiaires de la société et le sommet de la hiérarchie sociale semblent infirmer l’idée d’un contrôle économique, exercé sur le monde des métiers, par des dominants étrangers à celui-ci.

  • 81 CIL, XIV, 390 (D., 6139) : « P(ublio) Nonio P(ubli) f(ilio) / Pal(atina tribu) Liuio / Anterotiano, (...)
  • 82 AE, 1989, 124.
  • 83 CIL, XIV, 4656.
  • 84 Il serait utile à notre démonstration que la restitution proposée par L. Wickert soit la bonne. Ell (...)

52A. Livius Anteros est probablement le grand-père de P. Nonius Livius Anterotianus81. Au-delà du rapprochement que suggère l’onomastique, l’épouse du premier, [Mar]cellina, se confond probablement avec la Livia Marcellina, qui salue en Anterotianus son nepos dulcissimus82. Très probable affranchi, Augustalis, président de collège en activité dans les années 140, Anteros présente un profil très proche de celui de M. Cornelius Epagathus. Le profil des deux personnages se complète ainsi pour rendre plus intelligible le type social qu’ils incarnent. Ainsi, l’appartenance d’Anteros à deux associations de métier, les fabri tignuarii et les fabri nauales, montre sans doute que les affaires brassées par lui étaient assez importantes pour se déployer dans deux secteurs économiques assez voisins. Il est possible que l’enrichissement ait mené Anteros à une diversification de ses activités, ici à l’intérieur du monde artisanal. On ne dispose pas de la preuve formelle attestant qu’Anteros a investi dans la terre, mais la richesse de celui-ci, comparable aux patrimoines diversifiés des corporati locupletes mentionnés au Digeste, lui en donnait les moyens. Son fils, arborant sa filiation et son inscription dans la tribu Palatina, se distinguant ainsi d’un père issu de l’esclavage, semble avoir été patron de collège83. Le rang de [patro]nus collegii, atteint par le fils d’un corporatus et magister quinquennalis, traduit un changement, et une progression, dans le rapport que la famille entretenait avec les structures collégiales84.

53Sur les deux bases dédiées au petit-fils, ne figure aucune trace de relation avec le monde des métiers et des collèges. D’Anterotianus, seuls sont mentionnés la dignité équestre reçue de Marc-Aurèle, des titres municipaux et des sacerdoces qui attestent de son intégration à l’élite, à un rang qui le place au-dessus des notables ordinaires de la colonie d’Ostie. Or, comme les Furii Publicii, Anterotianus présente à la fois les attributs de la supériorité sociale et l’empreinte onomastique d’une alliance avec une autre famille. Anterotianus a pu être adopté par un P. Nonius, mais il existe une autre possibilité, plus probable sans doute. A. Livius Anteros a pu avoir une fille qui a épousé un P. Nonius. Le petit-fils issu de cette union, Anterotianus, aurait reçu en cognomina le nom de son grand-père et le diminutif du surnom de celui-ci. Les Livii se sont-ils liés de cette manière à une famille de notables déjà établis ? Rien ne permet de le dire, et les Furii Publicii fournissent une solution alternative : un rapprochement placé au même niveau social, si ce n’est dans le collège professionnel lui-même. Un Nonius, mais un seul, est inscrit dans l’album de 198, ce qui réduit cette dernière éventualité, sans l’exclure tout à fait.

  • 85 CIL, XIV, 4569.

54Dans l’optique d’une comparaison avec les M. Cornelii et les Furii Publicii du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, le petit nombre de Livii présents dans les effectifs connus du collegium fabrum tignuariorum est remarquable. Les sources sont pour le moins lacunaires. La composition précise du collège à l’époque de la présidence d’Anteros, du possible patronat de son fils, et du principat de Marc-Aurèle, est inconnue. L’analyse ne peut se fonder que sur un album de 19885. À cette date, le numerus caligatorum collegii compte trois Livii : Auxano, Galumedes et Herc(u)lanius. Les Livii étaient-ils plus nombreux cinq décennies plus tôt, avant que la descendance d’Anteros ne prenne place dans l’élite ? Rien n’autorise à se faire moins silencieux que la documentation antique. Néanmoins, la présence réduite des Livii dans le collège de 198 tend à contredire le postulat selon lequel les listes collégiales porteraient la marque d’une emprise de l’élite sur le monde des métiers. Rien ne permet d’établir la solidité, et encore moins la nature économique, des liens qui pouvaient unir les trois Livii à Anterotianus. Et quand bien même, ces trois simples collegiati, parmi les 328 recensés, sont bien trop peu nombreux pour être associés à l’idée d’un contrôle fort exercé depuis le sommet de la hiérarchie sociale. S’il n’apporte pas de confirmation très solide du modèle fondé sur l’exemple des M. Cornelii, le constat infirme donc les conjectures historiographiques qu’a fait naître l’occurrence de gentilices portés par des notables dans les listes collégiales. Que le petit-fils d’un magister quinquennalis ne laisse paraître aucun lien avec le collège de son aïeul, rend plus improbable encore l’idée d’un contrôle sur l’activité économique, exercé par des Egrilii ou leurs égaux, dont les effectifs collégiaux seraient le reflet. Sur ce point précis, la lignée d’Anteros ne corrobore pas l’étude de la lignée d’Epagathus et la structure suggérée par celle-ci. Tirer un argument a silentio du petit nombre de Livii dans le collegium fabrum tignuariorum, pour supposer le retrait de la descendance d’Anteros des activités artisanales, est une démarche insatisfaisante par nature. Néanmoins, le contre-modèle que constituent les M. Cornelii, l’idée selon laquelle la présence des descendants d’Epagathus dans le collège n’interdit en rien leur distanciation à l’égard des activités portuaires, trouve – par un jeu de miroir – un élément partiel et ténu de confirmation. En comparaison de M. Cornelius Valerianus, Anterotianus semble s’être encore plus distancié du milieu social dans lequel son grand-père s’était élevé.

  • 86 CIL, XIV, 353 (D., 6148), Ostie ; CIL, XIV, 4642.

55À la fin du iie siècle, le collège des fabri tignuarii d’Ostie offre à un autre de ses magistri quinquennales, L. Fabius Eutychus, un socle de prestige sur lequel s’appuie la réussite sociale de celui-ci. Son fils, décurion d’Ostie et chevalier romain, a manifesté tant d’amor civique que la colonie l’honore par des funérailles publiques et l’érection d’une statue équestre. Cette trajectoire familiale est connue par deux pierres dont les textes se recouvrent en grande partie. La première correspond à une table de marbre découverte sur le forum d’Ostie, la seconde à l’épitaphe d’une tombe sise dans la nécropole orientale attenante à l’espace urbain86. Le père du défunt est un « Sp. f(ilius) ». Portant un surnom qui tend à le rattacher à un milieu social proche de la population servile, Eutychus était un enfant illégitime. Le parcours familial présente l’apparence d’une réussite sociale assez spectaculaire. La tombe monumentale d’Hermogenes et le texte de l’épitaphe révèlent, dans l’esprit du père, la volonté d’afficher cette réussite de manière ostentatoire. Les largesses d’Eutychus et d’Hermogenes s’ajoutent à la condition équestre du second, pour témoigner de la richesse des deux personnages. La structure onomastique de l’album des fabri tignuarii n’apporte malheureusement pas plus d’éléments solides, pour les six Fabii répertoriés, que pour les trois Livii.

  • 87 O. Salomies, Polyonymous, p. 29.
  • 88 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411.

56La polyonymie de C. Domitius Fabius Hermogenes rappelle celles d’Anterotianus, des L. Furii Publicii et de L. Helvius Sulpicius Restitutus. Ces cas particuliers donnent ainsi quelque consistance à une petite série, qui semble se dessiner. Les profils d’Hermogenes et d’Anterotianus mettent en pleine lumière des processus de la mobilité sociale intergénérationnelle, que les Furii Publicii laissent entrevoir, à la différence de L. Helvius Sulpicius Restitutus. Ce dernier, en revanche, et les Furii Publicii, tendent à révéler que les collèges pouvaient être le théâtre probable d’alliances familiales. Dans le cas d’Hermogenes, l’alliance a-t-elle pris la forme de l’adoption ? La mention, insistante sur les deux pierres, de la filiation unissant Eutychus et Hermogenes est problématique. L’adoption d’Hermogenes par un C. Domitius demeure toutefois envisageable ; sans doute la mort du père adoptif a-t-elle précédé celle du fils adoptif. O. Salomies envisage l’éventualité d’une adoption testamentaire87. L’identité de ce C. Domitius est une énigme impossible à percer. Rapprocher cet inconnu des deux Domitii inscrits dans le collège, en 198, ne paraît guère probant, même en évoquant une possible analogie avec les Helvii, les Sulpicii et les Furii Publicii. Toutefois, la seconde hypothèse proposée par J.H. d’Arms semble encore moins solide : invoquer « the possibility of Ostian connections for C. Domitius Dexter (cos. II in 196), the only C. Domitius attested in PIR2 » semble s’inscrire dans une démarche encore plus hasardeuse88.

  • 89 CIL, XIV, 374 (D., 6165).
  • 90 Dig., 27, 1, 46 (Paul).

57L’inscription honorifique dédiée à M. Licinius Privatus, magister quinquennalis des charpentiers de 200 à 204, fournit un dernier exemple de mobilité sociale intergénérationnelle89. Sur le titulus, les mentions « decurionatus ornamentis honorato », « quaestori et q(uin)q(uennali) corporis pistorum Ostiens(ium) et Port(ensium) », « patri et auo decurionum » et « patri equitum » ont été ajoutées. Elles ont été gravées en plus petit, dans les interlignes de la mise en page initiale. La même pierre conserve la trace d’une réussite sociale progressive, réalisée depuis l’esclavage, par le biais de richesses acquises et affectées de manière si différenciée, qu’elles ont permis le changement de statut des fils. Les titres reçus des boulangers d’Ostie et de Portus tendent à établir que Privatus a investi une partie de sa fortune au-delà de l’activité de faber tignuarius, son métier d’origine. Comme l’indiquent les sources juridiques, les pistores romains comptaient, dans leur corpus, des individus qui n’étaient pas en contact direct avec l’activité productive des pistrina, qui n’entretenaient peut-être avec cette activité que des relations de nature financière90. Les 50 000 sesterces offerts par Privatus à la res publica d’Ostie montrent que ce dernier ne manquait pas de fonds à investir. Le décurionat des fils et des petits-fils, la dignité équestre des fils, la somme évergétique dépensée en vue d’une intégration civique que traduit notamment l’octroi des ornements décurionaux, laissent présumer que la diversification observée de la structure du patrimoine familial s’est étendue non seulement au-delà de l’activité de faber tignarius, mais encore au-delà des activités artisanales. Il paraît fort vraisemblable que Privatus et ses proches aient acquis le rang de propriétaires fonciers, prenant ainsi de la distance par rapport au métier lié à leur ascension.

58Or, en 198, dans les seize décuries du collegium fabrum tignuariorum, ne se trouvent que deux Licinii, Hermer(os ?) et Marinus. Encore une fois, dans l’optique de la présente analyse, le document apporte plus par ce qu’il ne dit pas, que par ce qu’il dit véritablement. L’album montre que l’ascension sociale de Privatus et de ses fils n’a pas été associée à une présence importante de leurs dépendants dans le collège des charpentiers. Mais cela n’empêche pas que Privatus ait fait travailler, comme charpentiers des dépendants, esclaves ou affranchis, restés en dehors du collège. Sur ce point précis, les M. Licinii semblent s’écarter du modèle suggéré par les M. Cornelii ; mais leur profil contredit aussi le modèle historiographique opposé.

59Cette constatation permet-elle de mieux comprendre les structures du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum ? Si le regard se porte à nouveau sur ce corpus, on remarque qu’à la différence du nombre de Cornelii, le nombre de Iulii chute dans l’effectif du collège entre 152 et 192. Sur le premier album, sont inscrits onze de ces Iulii – dont sept Lucii, trois Caii et un Quintus – ainsi que L. Iulius Memor, patron du collège et très probablement père d’un corporatus. Cinq d’entre eux portent un cognomen grec et un autre s’appelle Felicianus. En revanche, seuls deux Iulii sont recensés dans la seconde liste. À supposer que les Iulii de 152 aient été liés les uns aux autres, et à Memor père en particulier, est-il possible que la chute du nombre de Iulii dans le collège, entre le milieu et la fin du iie siècle, traduise une distance prise par les descendants de Memor à l’égard des milieux portuaires ? Les précédentes analyses rendent l’hypothèse assez séduisante, l’inscrivent dans le cadre du possible, à défaut de lui conférer beaucoup de solidité. D’autres événements peuvent expliquer cette chute numérique : une mort trop précoce laissant la famille sans descendance masculine ou de mauvaises affaires, par exemple. L’absence d’augmentation numérique des Iulii signale seulement que, pour des raisons inconnues, la supériorité dans le collège détenue par un père de corporatus, en tant que patron, ne l’a pas conduit à développer ses activités négociantes de façon telle qu’un plus grand nombre de ses dépendants pénètrent dans le collège.

60Les réalités antiques ne sont perceptibles que par bribes qui, mises en relation, mènent à des reconstructions éventuellement cohérentes, mais toujours très aléatoires malgré tout. Les différents exemples permettent d’atteindre, sur certains points seulement, des conclusions solides. Deux pans d’une même réalité apparaissent. Les collèges accueillaient des personnes appartenant à des nébuleuses issues de liens familiaux, et ils favorisaient l’ascension sociale de quelques familles. Or, les exemples traités sont proches et s’inscrivent dans un même contexte chronologique, géographique, économique et social. Les données tangibles fournies par chaque exemple se complètent et se recouvrent en partie ; en partie seulement. Grande, par conséquent, est la tentation de reconstruire les éléments d’une continuité, qui fait défaut à une documentation très parcellaire. La construction intellectuelle qui en découle ne peut être que « idealtypisch », conforme non pas à ce qui s’est réellement et nécessairement passé, mais à la somme et à la synthèse des réalités possibles.

OBSERVATIONS SUR LE RECRUTEMENT INTERNE DES PATRONS DE COLLÈGES

  • 91 Hor., Sat., II, 3, 227 : « Voici un homme qui vient de recueillir un patrimoine de mille talents : (...)

Hic simul accepit patrimoni mille talenta,
edicit, piscator uti, pomarius, auceps,
unguentarius ac Tusci turba impia uici,
cum scurris fartor, cum Velabro omne macellum
mane domum ueniant91.

61Horace met en scène des clients adressant leur salutatio à leur patron. Les premiers appartiennent au monde de l’artisanat et de la boutique. Le second est un riche de fraîche date. À Rome, les humbles ont vocation à devenir les clients des puissants. Et l’enrichissement fait naître la volonté de disposer d’une clientèle. Or, au cours de leur ascension dans la hiérarchie sociale, plusieurs lignées de collegiati ont en commun d’avoir noué des relations de patronat avec leurs collèges.

  • 92 J.-F. Médard, Le rapport de clientèle, du phénomène social à l’analyse politique, Revue française d (...)
  • 93 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 205-214.

62Défini comme « un rapport de dépendance non lié à la parenté qui repose sur un échange réciproque de faveurs entre deux personnes », le lien entre patron et client a suscité des études historiques et sociologiques qui tendent à présenter les groupes sociaux inférieurs comme strictement encadrés par l’élite92. La dépendance personnelle est regardée comme la partie d’un tout. Elle procéderait d’un mode vertical d’intégration, destiné à maintenir la cohésion d’une société en dépit de ses inégalités les plus aiguës. Ainsi, le « patronage » a été décrit comme une instance de « médiation », garantissant aux acteurs placés aux degrés inférieurs de la hiérarchie un accès régulé aux « ressources » nécessaires à l’accomplissement de leurs objectifs93. Dans les sociétés fondées sur la clientèle, c’est sans autonomie, dans le cadre de relations interpersonnelles « asymétriques », que les couches inférieures seraient appelées à participer aux différents champs, politique, culturel ou économique. Ces analyses coïncident, ou peuvent coïncider, avec ce que l’épigraphie laisse percevoir du patronat que les notables assument à l’égard des collèges. L’appartenance à des clientèles apparaît comme l’un des éléments de définition du rang social des collegiati. Certes, ce rang se trouve alors défini par un état d’infériorité ; mais, bien souvent, l’appartenance à la clientèle d’un Grand est ressentie comme valorisante. Une partie du prestige des patrons rejaillit sur les collèges qui les ont choisis. Dans le cas des patronats assumés par des notables ou des aristocrates, l’institution semble bien créatrice de liens transversaux, dans des sociétés où les groupes sont agencés selon une stricte hiérarchie. Il serait néanmoins réducteur de s’en tenir à cette dimension des choses. Dans son recrutement et dans ses fonctions, le patronat des collèges se révèle d’une grande diversité.

  • 94 G. Clemente, Il patronato nei collegia dell’impero romano, SCO, 21, 1972, p. 142-229 ; pour les pat (...)
  • 95 T. Johnson, C. Dandeker, Patronage : relation and system, in A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in (...)

63Lorsqu’un collegiatus en est le titulaire, le patrocinium révèle la capacité d’une communauté érigée en réseau de clientèle, et d’un milieu social inscrit dans des institutions civiques, à organiser leur propre promotion. L’article important de G. Clemente94recense ces patronats et présente précisément le profil social des personnalités désignées par les communautés clientes. Aussi traiterons-nous rapidement de ce point. La conclusion de liens de clientèle, exprimée par l’octroi du titre officiel de patron, est dans la logique de l’organisation des collèges95. Des sociologues, attentifs aux travaux et aux débats des antiquisants, distinguent ainsi le « patronage as a social relation » et le « patronage as a social system ». Ils isolent les relations interpersonnelles elles-mêmes, et les formes d’organisation de la société en fonction du modèle que représentent ces relations. D’une certaine manière, la hiérarchie et les relations de pouvoir caractérisant l’organisation interne du collège procèdent du « patronage as a social system » et aboutissent au « patronage as a social relation », lorsque un collège concède le titre de patron à l’un de ses dignitaires.

64Le phénomène trouve dans les grands centres négociants de l’Occident romain son ancrage le plus solide. Les collèges professionnels d’Ostie se distinguent sur ce point des autres collectivités italiennes. Dans les cités de la péninsule, les patronats sont beaucoup plus souvent confiés à des notables municipaux, sans liens apparents avec le monde négociant et artisanal. À Ostie, les collèges professionnels ont recruté beaucoup de leurs patrons, soit parmi les administrateurs impériaux, dans l’aristocratie romaine, soit parmi des personnages enrichis par les activités portuaires. Cette spécificité collégiale, résultant de contextes économiques tout aussi spécifiques, apparaît à Pisaurum, à Lyon ou encore à Arles. Le recrutement interne des patrons découle non seulement d’une logique d’organisation fondée sur la hiérarchie, mais aussi de l’hétérogénéité d’effectifs collégiaux accueillant à la fois des tenuiores et des locupletes. Au iie siècle, le dynamisme de centres économiques importants a permis l’enrichissement de la fraction supérieure du monde des métiers. Dans ces sociétés particulières, l’obtention du titre de patron de collège correspond à l’une des formes de reconnaissance sociale et d’affichage de la réussite que ces locupletes choisissent alors de mettre en avant. En délivrant le titre de patron, les collegiati construisent et célèbrent le prestige de leurs plus éminents confrères. En retour, la réussite et le prestige individuel de ces patrons nourrissent la respectabilité du collège et de chacun de ses membres.

65Le recrutement interne des patrons de collège participe, semble-t-il, de l’autonomie dont les milieux commerçants et artisanaux paraissent profiter à Ostie et dans d’autres centres économiques importants. De fait, il paraît important de souligner deux données essentielles. La documentation permet tout d’abord d’observer des situations où l’association cliente se trouve associée, intégrée en fait, au réseau de parents ou de dépendants dominé par le collegiatus patron. Par ailleurs, l’obtention du patrocinium collegii s’inscrit dans des trajectoires de mobilité sociale à la fois individuelle et familiale.

Patrocinium collegii, parenté et clientèle

  • 96 R. P. Saller, Patronage and frienship in early imperial Rome : drawing the distinction, in A. Walla (...)
  • 97 R. P. Saller, Personal patronage under the early Empire, Cambridge, 1982, p. 195.

66Le recrutement interne de patrons s’explique en partie par l’attrait des collegiati pour les modes aristocratiques de construction du prestige96. Comme nous l’avons vu, les structures hiérarchiques des collèges se prêtent à l’émergence de rapports de clientèle, fondés sur l’amicitia – inégalitaire – entre dignitaires et membres ordinaires, fondés sur les valeurs romaines qui soudent traditionnellement les liens entre protecteurs et obligés. La proximité relative de rang social n’est pas un obstacle à la conclusion de tels liens entre collegiati. Si un chevalier romain peut s’incliner devant un gouverneur de province qu’il définit comme son patronus, un collegiatus peut saluer un confrère, à la fois membre et patron du collège97. Le collège, espace hiérarchisé de sociabilité et vecteur d’honorabilité, est institué en clientèle. Il devient, plus exactement, la composante d’un réseau issu de relations personnelles, et formé en fait de plusieurs entités distinctes. Ainsi, des patrons apparaissent parfois dans une même position de supériorité vis-à-vis de leur collège et vis-à-vis d’individus appartenant à leur sphère privée.

  • 98 CIL, XIII, 2020, Lyon.

67Collèges et groupes familiaux se trouvent parfois inclus dans une même clientèle. En 216, est installée dans la schola des nautes de la Saône, une statue à l’effigie de C. Novellius Ianuarius, curateur et patron du corpus98. Ce geste révérencieux est le fait de Faus[tus] et de [Sote]ricus, deux affranchis qui chantent les louanges de leur patronus indulgentissimus. Alors que rien ne signale l’appartenance des deux hommes aux collèges, le monument vient prendre place dans la schola des nautes, après le vote d’un décret. De fait, le texte de la base honorifique tend à confondre dans un même ensemble, dans une même clientèle, les liens entre Ianuarius et ses anciens esclaves, d’une part, et les liens unissant celui-ci à ses confrères, d’autre part. Il n’est pas indifférent que le mot « patronus » se trouve gravé à deux lignes d’intervalle, pour désigner deux types de relations distincts. Le rituel que constitue la distribution de sportules semble souligner encore l’unicité de la clientèle de Ianuarius. La dédicace des affranchis et le décret des nautes apparaissent comme les manifestations complémentaires d’un même obsequium. Et la nature de la libéralité que Ianuarius prodigue en guise de remerciement n’est pas anodine. La réciprocité des hommages et des largesses reçus, suivie dans le temps, tisse les liens qui unissent les différentes composantes d’un même réseau.

  • 99 T. Johnson, C. Dandeker, Patronage : relation and system, in A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in (...)

68Les inscriptions des collegiati portent au jour des situations où des relations de clientèle de nature différente semblent s’additionner et se recouper. Plusieurs de ces cas ont été abordés dans les deux précédents chapitres. Ils mettent en scène des dignitaires collégiaux et leurs probables dépendants probables ou attestés. Les cas avérés, comme celui de C. Novellius Ianuarius, mais aussi ceux des P. Aufidii d’Ostie et du Lyonnais Attalus, envisagés par ailleurs, renforcent la probabilité des hypothèses présentées jusqu’ici. En somme, le « patronage » ne se réduit pas seulement à des relations exclusives d’hommes à hommes, « particularistic » disent les historiens et les sociologues anglo-saxons. « A patronage system can be understood initially not as a type of relationship but as a complex and hierarchically organised series of chains of such relationships », lit-on sous la plume de deux d’entre eux99. De fait, l’étude des milieux collégiaux montre que ces chaînes unissent de manière diverse des individus dont la position dans les rapports sociaux est variable.

  • 100 CIL, XIV, 251 (D., 6175).
  • 101 CIL, XIV, 251, col. III, 19 ; col. IV, 8 ; col. VI, 2 ; col. VII, 1 ; col. VIII, 16 et 24.

69Les relations de patronat nouées par les collèges tendent à unir, non pas seulement un individu à une collectivité, mais une famille à une association. Il s’agit là d’une forme particulière d’enchevêtrement des réalités collégiales et familiales. Sur le second grand album du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, daté de 192, les Sex. Sextilii Iuliani f(ilius) et pater sont répertoriés parmi les patrons100. Le fils apparaît aussi en tant que corporatus. La nomenclature du père a été gravée trois fois, afin d’évoquer ses qualités de patronus, de q(uin)q(uennalis) perpet(uus) et de corporatus. Or, la plèbe du collège compte aussi des Sex. Sextilii, possédant les cognomina de Victorinus, Alexander, Verus Iulianus et Florus Iulianus. Les doubles cognomina des deux derniers personnages renforcent encore l’impression que ces Sex. Sextilii formaient un groupe familial, le ou les pères ayant souligné cette relation en choisissant le nom des fils. Aucun Sextilius n’est cité par l’album de 152. Les Sex. Sextilii ont donc fait leur entrée dans le collège à une date postérieure. Or, dans la liste, leurs noms apparaissent de manière très éparpillée. Iulianus père est enregistré dans la troisième colonne de l’album, son fils dans la quatrième, Victorinus dans la sixième, Alexander dans la septième, enfin Verus Iulianus et Florus Iulianus dans la huitième et dernière colonne101. Iulianus père apparaît, sans grande surprise, comme le plus ancien dans le collège. Les multiples occurrences de sa nomenclature reflètent sa progression dans la collectivité, du rang de corporatus aux rangs de quinquennalis ordinaire, de quinquennalis perpetuus et enfin de patron. Son fils semble atteindre cet état de supériorité sans passer par l’étape des charges de quinquennalis. Par un tel honneur, le collège semble reconnaître la supériorité, non pas d’un individu isolé, mais d’une lignée. Quelle était la position des quatre autres Sex. Sextilii par rapport à celle-ci ?

70Il n’est pas impossible que Verus Iulianus et Florus Iulianus soient les petits-fils de Iulianus père. Les M. M. Cornelii fournissent le parallèle d’une adhésion au collège à un âge très précoce, ce qui rend plus plausible la présence simultanée de trois générations dans la même communauté. Le port de deux cognomina, au-delà de la volonté de souligner un lien entre Sex. Sextilii par le surnom Iulianus, résulte sans doute d’une attirance pour les usages onomastiques de l’élite. Des individus, manifestant une réussite familiale par un titre de patronus collegii partagé avec des sénateurs et des chevaliers, ont sans doute choisi pour leurs enfants des noms conformes à l’idée assez haute qu’il se faisait d’eux-mêmes. Arborer le cognomen Alexander, imagine-t-on, ne produit pas le même effet. Il n’y a pas de preuve que Sex. Sextilius Alexander est l’affranchi de Iulianus père ou de Iulianus fils. Pour Victorinus, l’indice onomastique lui-même fait défaut. Tout juste peut-on avancer, à titre d’hypothèse mais avec à l’esprit toutes les séries onomastiques abordées dans ces chapitres, qu’il n’est pas impossible que les deux individus soient les affranchis de Iulianus père. L’album donne de celui-ci l’image d’un paterfamilias qui, compte tenu de son rang et de l’activité économique que suppose l’appartenance à une association de bateliers, a dû disposer d’esclaves. L’album paraît jeter un éclairage fugace sur une partie d’un groupe familial dominé par Iulianus père. Le patronat du collège semble transcrire cet état de supériorité dont Iulianus fils doit hériter.

  • 102 CIL, XI, 1355 (D., 7227).
  • 103 CIL, XIV, 44 (D., 3129).
  • 104 H. Dessau, CIL, XIV, s.n.

71Le patronat des collèges apparaît souvent comme un attribut héréditaire. Cette dimension apparaît nettement, lorsque les protecteurs sont choisis parmi les notables municipaux. L’honneur délivré par les lenuncularii tabularii auxiliarii Ostienses à Iulianus père et à son fils ne surprend guère. En dehors d’Ostie, les fabri tignuarii de Luna ont élevé Numisius Tacitus et Numisius Cornelianus à la dignité de patron : les deux personnages sont sans doute père et fils102. Le premier porte le titre de pater collegii qui souligne à quel point les associations prennent en considération, et les liens familiaux de leurs membres, et les valeurs familiales qui inspirent la définition du lien de clientèle. Cornelianus, pour sa part, n’appartenait sans doute pas au collège, mais le caractère lacunaire de l’album interdit néanmoins toute certitude. Par ailleurs, une dédicace au numen de Minerve, divinité tutélaire du corpus stuppatorum d’Ostie, conserve la mémoire de deux M. M. Iulii Carpi103. Le premier est un patron du collège, le second un simple corporatus. La restitution proposée par H. Dessau104conduit à considérer le corporatus comme le fils du patronus. Si l’on admet cette lecture, peut-être doit-on en déduire que le père était assez probablement un corporatus élevé au patronat. Et sans doute peut-on imaginer que le fils était promis à une même dignité.

Patronat et ascension sociale par le collège

72Décernée à des collegiati, la dignité de patron s’inscrit dans une dynamique de mobilité sociale, dont le caractère intergénérationnel est parfois attesté. Cette mobilité s’appuie alors sur le réseau de clientèle que le collège vient à former. Par le patronat, des collegiati accèdent à une catégorie qui semble conçue pour des membres de l’élite. Des personnages aspirant à s’élever dans la société prennent place dans un « sas » où ils côtoient des individus de rang supérieur. Le tableau suivant présente ainsi quatre collegiati qui, par le patronat, ont atteint une dignité décernée par leur propre collège à des notables.

  • 105 CIL, VI, 29722 (D., 7490).
  • 106 CIL, XI, 6378, Pisaurum.
  • 107 Voir le stemma présenté par la notice du CIL, XI, 6335.

73Les quatre simples collegiati répertoriés sont aux portes de l’élite bien que celles-ci, dans le cas de l’affranchi L. Apuleius Brasidas notamment, aient eu vocation à rester closes. Les patronats recensés ne sont certes pas tous contemporains. Mais les ensembles observés a posteriori donnent l’apparence, certes trompeuse quand affranchis et ingénus sont mêlés, d’un dégradé social. L’appartenance d’un M. Cornelius Valerianus à l’élite d’Ostie est récente. Les Sex. Sextilii Iuliani et L. Valerius Daphnus pouvaient se sentir proches d’un décurion municipal encore recensé dans la plèbe de leur collège. Et Valerianus devait se sentir plus proche d’eux que d’un consulaire. Avant de devenir chevalier romain, probablement après s’être installé à Rome pour y exercer l’activité de diffusor olearius, Cn. Sentius Regulianus présentait un profil semblable à ceux de C. Novellius Ianuarius et de M. Inthatius Vitalis105. Affranchi, L. Apuleius Brasidas n’a pu suivre dans la carrière municipale les pas d’autres patrons du collegium fabrum de Pisaurum. Les décurions de la colonie l’ont tout de même jugé digne de leurs ornamenta. Un patron du même collège, C. Varius Polycarpus, a reçu cet honneur non seulement à Pisaurum, mais aussi à Ariminum. Il était le patron des fabri, mais aussi des centonarii, des dendrophori, des nauicularii, et des uici magistri de Pisaurum, ainsi que des fabri, des centonarii et des dendrophori d’Ariminum106. Même si la loi maintenait Polycarpus et Brasidas à l’écart du gouvernement civique, le premier semble encore plus proche de l’élite que le second. Les deux affranchis portent un titre décerné, certes plusieurs décennies plus tard, à trois représentants d’une famille sénatoriale, issus d’une lignée de consulaires apparentés à Fronton107. Le collège construit en somme son propre prestige, en rapprochant des notables et des aristocrates d’éminents confrères dont certains parviennent à pénétrer dans l’élite. Ainsi, le patronat apparaît comme un attribut fréquent des collegiati qui parviennent à s’insérer dans l’élite sociale.

  • 108 CIL, VI, 1872 (D., 7266).

74Lorsque la promotion sociale des collegiati revêt un caractère intergénérationnel, le patronat peut permettre la perpétuation d’un lien entre un collège et une lignée familiale. Cela est apparu, en particulier, lors de l’étude du cas de M. Cornelius Epagathus et de ses descendants. Le patrocinium et les responsabilités d’un corpus ont pu être envisagés comme un moyen, pour des individus accédant au monde aristocratique, de perpétuer des liens non-économiques avec une communauté de métier. Au début du iiie siècle, les liens entre Ti. Claudius Severus et son fils Pontianus, d’une part, et le corpus piscatorum et urinatorum romain, d’autre part, semblent se distendre de manière plus rapide et plus achevée108. Ils ne sont pas tout à fait abandonnés pour autant. L’entrée de Pontianus dans l’ordre équestre est l’aboutissement de la réussite paternelle. Dans le collège, comme nous l’avons déjà évoqué, Severus est parvenu au patronat après trois présidences. Il a été admis, en outre, dans une dé-curie d’apparitores. Severus associe son fils Pontianus à la générosité qu’il manifeste envers son collège. Des deux statues impériales données à son collège, l’une est offerte « cum filio suo ». Présenté comme un chevalier, ce fils n’a pas reçu le titre officiel de patron bien qu’il se comporte comme tel, ou tout du moins comme un bienfaiteur. Dans le cas contraire, dans les circonstances solennelles d’une dédicace de statue à l’effigie du père, le corpus n’aurait pas omis de signaler le patronat du fils. La relation institutionnelle, entretenue par le quinquennalis III et patronus et le corpus, semble laisser place, à la génération suivante, à une relation bien établie mais beaucoup plus informelle.

L’HÉTÉROGÉNÉITÉ SOCIALE DES PATRONS DE COLLÈGES

L’HÉTÉROGÉNÉITÉ SOCIALE DES PATRONS DE COLLÈGES

75Le cas des deux Ti. Claudii romains vient s’ajouter au dossier de lignées ostiennes déjà abordées. Le patronat des pêcheurs et des plongeurs semble préparer la sortie progressive d’un milieu social, enraciné sur les rives du Tibre et dans les activités économiques que le fleuve faisait naître. La position de Pontianus vis-à-vis du collège paternel peut sans doute s’expliquer par une probable prise de distance des groupes familiaux accédant à l’élite sociale par rapport aux métiers qui les ont enrichis. Le profil de Pontianus peut être regardé comme le chaînon manquant d’autres trajectoires familiales. P. Nonius Livius Anterotianus, chevalier romain et petit-fils de faber tignuarius, qui ne laisse transparaître aucune relation avec le collegium fabrum tignuariorum d’Ostie, vient notamment à l’esprit. Des liens plus informels fondés sur la protection et la générosité, susceptibles de ne laisser que peu de traces épigraphiques car n’étant associés à aucun titre ou position officielle, ont sans doute pu perdurer au-delà de la promotion de descendants de collegiati dans l’élite. Cela ne permet pas, toutefois, de préjuger du rapport précis que ces personnages entretenaient avec l’activité économique.

76La rapidité avec laquelle Sex. Sextilius Iulianus fils semble accéder au patronat des lenuncularii tabularii auxiliarii d’Ostie, sans avoir assumé les charges paternelles, semble aussi pouvoir transcrire une prise de distance relative par rapport au collège. Iulianus fils parvient d’emblée à une position supérieure au rang de corporatus, sise à la fois au-dessus et en dehors de la communauté collégiale au sens strict. L’ordre dans lequel les patrons des lenuncularii sont énumérés peut même laisser imaginer que la cooptatio patronatus de Iulianus fils est antérieure à celle de Iulianus père. Iulianus père est le dernier patron inscrit sur l’album du corpus. Le nom de L. Valerius Daphnus, avant-dernier patron recensé, est intercalé entre ceux de Iulianus fils et de Iulianus père. Par le choix du fils comme patron, si ce choix a bien précédé la désignation du père à la même dignité, le collège des lenuncularii pourrait avoir reconnu au fils une supériorité de rang social, une vocation légitime à dépasser le rang paternel. De fait, les collèges semblent avoir pu participer activement à la mobilité sociale intergénérationnelle dont a profité la fraction supérieure de leurs effectifs.

77L’étude des patronats décernés à des collegiati confirme donc la possible interaction entre les appartenances collégiales et familiales. Ce type de patronat et cette interaction sont liés à l’affirmation, par certains collegiati, d’une supériorité de rang social. Dans le dessein d’organiser leur promotion par eux-mêmes, les collegiati s’approprient, à travers le patronat, un instrument de la supériorité d’une élite qui aspire parfois à les compter parmi ses obligés. Ils reproduisent, dans l’autonomie, un modèle qui tend à les enserrer dans des liens de clientèle. L’ambivalence du patronat est à l’image de l’ambiguïté générale de leur entrée en relation sociale : entre dépendance et autonomie.

Notes

1 CIL, XIV, 8 (D., 6154) : « Au Génie de la colonie d’Ostie, Marcus Cornelius Epagathus, curateur des Augustaux, a donné (une statue) de dix livres d’argent ; pour cette dédicace, il a donné un denier à chaque homme, aux ides de décembre, sous le consulat de Stloga et de Severus ».

2 CIL, XIV, 341 (D., 6144).

3 J. Le Gall, Tibre, p. 222-223 ; L. De Salvo, Battellieri, p. 206-210.

4 CIL, XIV, 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175) ; des fragments d’autres listes sont conservés : CIL, XIV, 4567 et 4568 (peu après 152) et H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42 (daté de 213) ; cf. P. Herz, Kollegien, 1994, p. 295-325.

5 H. L. Royden, Magistrates, p. 38-48, pour démontrer que les listes ont été inscrites progressivement, s’appuie sur le fait que la plupart des présidents du collège sont répertoriés à la fois en cette qualité et dans la plebs du collège. Les exceptions, confirmant cette règle, correspondent aux présidents qui devaient être poste en 152 et en 192.

6 L’idée selon laquelle l’inscription dans la tribu Palatina est l’indicateur d’une possible origine servile est présente dans l’historiographie d’Ostie : cf. R. Meiggs, Ostia, p. 190-191, et H. Mouritsen, Mobility, p. 71, notamment. Ces auteurs s’appuient sur le fait que la tribu d’Ostie est la Voturia : cf. W. Kubitschek, Tributim, p. 26. En outre, au iie et iiie siècle, un nombre significatif d’habitants d’Ostie appartenait à la tribu Quirina ; or, l’essor économique a fait affluer vers le port de Rome beaucoup d’éléments venus d’ailleurs, d’Afrique notamment où la tribu Quirina est très courante. Quant à la tribu Palatina, celle-ci correspond à l’une des quatre tribus urbaines, dans lesquelles – sous la République – les esclaves accédant à la liberté et à la citoyenneté étaient inscrits (cf. C. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976, p. 311314). C’est pour cette raison, avant tout semble-t-il, que les modernes soupçonnent les habitants d’Ostie inscrits dans la Palatina d’être des descendants d’affranchis. Sans grand élément de preuve, toutefois. La question de l’attribution, sous l’empire, d’une tribu aux affranchis n’est pas simple. C. Virlouvet, Tessera frumentaria. Les procédures de la distribution du blé public à Rome, Rome, 1995, p. 228-235, aborde ce problème en s’appuyant sur les travaux d’H. Pavis d’Escurac, Affranchis et citoyenneté : les effets juridiques de l’affranchissement sous le Haut-Empire, Ktèma, 6, 1981, p. 181-192. L’idée soutenue par Mommsen, et admise par beaucoup après lui, selon laquelle, à partir d’Auguste, les affranchis ne sont plus inscrits dans les tribus semble contestable : cf. Th. Mommsen, RS, p. 440-444 = DP, VI, 2, p. 25-30. Des affranchis de l’époque impériale, certes en petit nombre, mentionnent leur tribu. C. Virlouvet conclut : « il me paraît, dans ces conditions, plus raisonnable d’adopter les conclusions d’H. Pavis d’Escurac : l’affranchi, même sous l’empire, n’est pas rangé dans la tribu de son patron, mais inscrit, la plupart du temps, dans les anciennes tribus urbaines, les moins prestigieuses ; c’est sans doute tout simplement pour cette raison, parce qu’il appartient à une tribu peu digne, qu’il répugne à la faire figurer dans sa dénomination. » Cette position se heurte, toutefois, à une difficulté. Des quatre tribus urbaines, la Palatina et la Collina n’étaient pas les plus dépréciées, comparées à la Suburana et à l’Esquilina ; cf. L. R. Taylor, The voting districts of the Roman Republic, Rome, 1960, p. 69-78.

7 L. Iulius Memor fils a sans doute pour père et homonyme l’un des patrons du collège.

8 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411, ne semble pas convaincant, lorsqu’il refuse, rapidement, de considérer comme le même homme, le dédicant de l’épitaphe et le patron inscrit sur l’album. Il fait ici preuve d’une prudence qui ne lui est pas toujours coutumière ; H. L. Royden, Magistrates, p. 41-43.

9 Ibid., p. 99.

10 S. Demougin, Élites, p. 373.

11 CIL, XIV, 4455 : à propos d’un « curato[r et pa]tronus splendidissim(a)e col(oniae) » ; CIL, XIV, 4642 ; CIL, XIV, 474 (D., 5233) : à propos du « splendedissimus (sic) ordo decur(ionum) » ; CIL, XIV, 4144 (D., 6173) : dédicace à un protecteur du corpus splendissimum (sic) codicariorum ; CIL, XIV, 44 (D., 3129) : donation religieuse faite au splendidissimum corpus stuppatorum.

12 S. Demougin, Splendidus eques Romanus, Epigraphica, 37, 1975, p. 174-187.

13 R. Meiggs, Ostia, p. 340.

14 Cf. supra p. 268-269 ; R. Meiggs, Ostia, p. 69-70 ; Pline le Jeune décrit en détail sa villa située sur le territoire des Laurentes, donnant quelques informations sur leur uicus (Plin., Ep., II, 17 et 27) ; on connaît un autre décurion et IIIIuir, ainsi qu’un patron, du uicus : CIL, XIV, 301 (D., 6180) et 2045 (D., 1534).

15 F. Jacques, Privilège, p. 464-637 ; Dig., 50, 6, 3 et 50, 5, 2 pr.

16 S. Demougin, Élites, p. 372-373 ; H. Mouritsen, Mobility, p. 77.

17 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p. 378-389.

18 Ces mentions « lib. » demeurent inexpliquées. L’idée selon laquelle tous les autres collegiati seraient des ingénus ne paraît pas vraisemblable. Le cas de M. Cornelius M. f. Secundus tend à révéler l’utilisation par les collegiati d’indicateurs de statuts juridiques, dans le dessein de signifier autre chose que le seul statut.

19 L. De Salvo, Batellieri, p. 202.

20 CIL, XIV, 246 ; H.L. Royden, Magistrates, p. 33-36.

21 C. Cornelius Secundus (col. IV, 25), C. Cornelius Nicephor (col. VI, 32), C. Cornelius Eutychus (col. VII, 11), C. Cornelius Eutychianus (col., VII, 36), L. Cornelius Serapiacus (col., VII, 37). Il est tentant, au regard du cognomen de ces hommes, de présumer qu’Eutychus et Eutychianus étaient liés étroitement l’un à l’autre.

22 CIL, XIV, 5374 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 34, refuse de suivre L. Wickert dans l’attribution au même ordo d’un autre fragment de liste, daté de 179 (CIL, XIV, 5356). Il s’appuie sur le fait que les nomina qui figurent sur cet album sont très différents de ceux inscrits sur les deux autres. On y dénombre cinq Cornelii sur 58 corporati. La résolution de cette question n’est pas susceptible de modifier le contenu de notre analyse.

23 CIL, XIV, 252 (D., 6176).

24 CIL, XIV, 247 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 37 : pour l’hypothèse d’attribution de la pierre au corpus Rusticeli, H. L. Royden se fonde sur le fait que les trois patrons recensés sont des curatores aluei Tiberis, ce qui implique probablement que le corpus soit lié à la navigation fluviale. En outre, Royden propose d’identifier le M. Marius – dont le cognomen n’a pas été conservé sur l’album – à M. Marius Primitivus, connu comme q(uin)q(uennalis) du corpus traiectus Rusticeli : cf. CIL, XIV, 4553 ; 4554 ; 5327 et 5328.

25 W. Langhammer, Die rechtliche und soziale Stellung der « Magistratus municipales » und der « Decuriones » in der Übergangsphase der Städte von sich selbstverwaltenden Gemeinden zu Vollzugsorganen des spätantiken Zwangstaates (2.-4. Jahrhundert der römischen Kaiserzeit), Wiesbaden, 1973, p. 262-277 ; F. Jacques, Privilège, p. 635-661.

26 Dig., 50, 6, 5, 12 : « Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius cœundi lege permissum est, immunitas tribuitur ; scilicet eis collegiis uel corporibus, in qui-bus artificii sui causa unusquisque adsumitur, ut fabrorum corpus est et si qua eandem rationem originis habent, id est idcirco instituta sunt, ut necessariam ope-ram publicis utilitatibus exhiberent. Nec omnibus promiscue, qui adsumpti sunt in his collegiis, immunitas datur, sed artificibus duntaxat » [« L’immunité est attribuée à certains collèges ou corps à qui le droit de s’assembler est donné ; à savoir à ces collèges ou corps dans lesquels chacun est admis en raison de son métier, tel le corps des artisans et ceux qui ont la même raison d’être, c’est-à-dire ceux institués pour effectuer des tâches nécessaires à l’utilité publique. Et l’immunité ne peut être donnée indistinctement à tous ceux qui sont admis dans ces collèges, mais seulement aux hommes de métier »].

27 Dig., 50, 6, 5, 6 : « Licet in corpore nauiculariorum quis sit, nauem tamen uel naues non habeat, nec omnia ei congruant, quae principalibus constitutionibus cauta sunt, non poterit priuilegio nauiculariis indulto uti » [« Même si quelqu’un appartient à un corps de naviculaires, s’il ne possède pas un ou plusieurs navires, et si toutes les prescriptions établies par les constitutions impériales ne s’accordent pas avec son cas, il ne pourra pas bénéficier du privilège concédé aux naviculaires »].

28 Dig., 27, 1, 46 : « Ceux qui appartiennent à un collège de boulangers sont excusés des tutelles, si du moins ils exercent eux-mêmes le métier de boulanger ».

29 W. Liebenam, Zur Geschichte und Organisation des römischen Vereinswesen, Leipzig, 1890, p. 183 ; J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 341.

30 H. L. Royden, Magistrates, p. 35, par exemple ; cf. supra p. 148-149.

31 Un autre cas de figure fait, sous la plume des Prudents, l’objet de bien moindres développements. Les hommes enrichis par le métier sont rapprochés des « locupletes qui, modica pecunia comparatis nauibus, muneribus se publicis subtrahere tentant », « des riches qui, ayant acheté des navires pour une somme modique, tentent de se soustraire aux charges publiques » (Dig., 50, 6, 5, 8). Ces riches sont-ils issus de l’élite des cités et cherchent-ils à échapper au statut d’administrateur municipal ? Étaient-ils nombreux ? Callistrate parlent de « locupletes » sans préciser le statut civique de ces individus qui n’étaient sans doute pas tous partie prenante de l’élite civique. En outre, les travaux de F. Jacques, Privilège., p. 267-276, conduisent à ne pas considérer comme de très grande ampleur la « fuite des curiales ».

32 Dig., 50, 6, 5 pr. et 12 ; voir aussi Dig., 50, 6, 8.

33 Dig., 50, 6, 5, 13 : « Je comprends que ceux qui sont adlectés dans les corps qui fournissent l’immunité réservée aux naviculaires doivent être contraints à supporter les charges publiques, s’ils ont accepté l’honneur du décurionat. Cela même semble confirmé par un rescrit du divin Pertinax ».

34 Dig., 50, 6, 5, 12.

35 Dig., 50, 6, 5, 6. Les membres des corpora nauiculariorum (« in corpore nauiculariorum quis sit ») apparaissent comme les hommes voués à profiter, ou non, du privilège accordé aux naviculaires (« priuilegium nauiculariis indultum »).

36 Dig., 50, 4, 5 : « Nauicularii et mercatores olearii, qui magnam partem patrimonii ei rei contulerunt, intra quinquennium muneris publici uacationem habent » [« Que les naviculaires et les marchands d’huile, qui consacrent la grande partie de leur patrimoine à ces affaires, obtiennent une exemption temporaire des charges publiques, pour cinq ans »].

37 Dig., 50, 6, 5, 6.

38 Dig., 50, 6, 5, 8 : « Les affaires doivent être exercées en proportion de l’accroissement des richesses ; mais au demeurant, si quelqu’un consacre à ses affaires la plus grande partie de son argent, si, devenu riche en retour, il continue à investir la même somme dans ses affaires, il sera astreint aux charges ».

39 H. Mouritsen, Mobility, p. 63 et P. Veyne, Autarcie, p. 265-266 insistent aussi sur la mixité des patrimoines romains : l’opposition entre propriétaires terriens et riches issus du monde négociant leur semble artificielle.

40 A. Los, Les intérêts des affranchis dans l’agriculture italienne, MEFRA, 104, 1992, p. 709-753. Pline l’Ancien (Plin., NH, XIV, 47-51) évoque les domaines viticoles détenus par trois affranchis, à Nomentum et à Liternum : le grammairien Remmius Palaemon, connu aussi par Suétone (Suet., Gramm., 23, 1-5), s’enrichit par la manufacture (il possède des officinae promercalium uestium) et l’investissement dans la terre. Horace, quant à lui, révèle l’attirance des affranchis pour la propriété foncière, lorsqu’il parle de son père (Hor., Sat., I, 6, 71) et sans doute en faisant référence – dans des termes moins élogieux – à un ancien esclave qui « laboure mille arpents du territoire de Falerne » (Hor., Epo., 4, 11-14). « Glebulas emi », « j’ai acheté quelques lopins de terre », lance l’affranchi Hermeros, un convive de la cena Trimalchionis (Petr., 57, 6). A. Los se réfère aussi à quelques passages tardo-républicains : Cicéron cite un libertinus dont la villa jouxtait celle du grand Lucullus (Cic., Leg., 3, 30).

41 Cic., Off., I, 42, 151.

42 Petr., 76, 8-9 : « En un voyage, je m’arrondis de dix bons millions. Aussitôt je rachète toutes les terres qui avaient appartenues à mon patron. (....) Je me retirai des affaires » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

43 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, Paris, 1982, II, p. 68.

44 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1987, p. 83-96.

45 Les données sur les patrimoines fonciers de l’élite municipale d’Ostie sont des plus ténues. F. H. Wilson, Ostia I, p. 16-18, remarque que l’épitaphe du duumvir C. Tuccius, d’époque républicaine, a été découverte en dehors d’Ostie, à mi-chemin de Rome. Il laisse entendre que les terres du magistrat devaient se trouver là. L’existence à Ostie de propriétés aristocratiques, sénatoriales, est attestée : cf. M. Cébeillac-Gervasoni, Pouvoir local et pouvoir central à Ostie, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien. Classes dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 72-74.

46 Dig., 50, 2, 12.

47 F. Jacques, Privilège, p. 330.

48 De fait, le collège permet de mieux comprendre comment les aristocraties municipales pouvaient renouveler progressivement leurs effectifs, tout en conservant leurs valeurs, sans changer d’essence. Aussi H. Mouritsen critique-t-il l’expression « social Revolution » employée par R. Meiggs. Celle-ci est sous-tendue par l’idée d’une rupture radicale dans l’histoire d’Ostie, induite par l’essor économique du port. Selon H. Mouritsen, les contrastes entre les première et seconde périodes de l’histoire de l’élite ostienne seraient moins nets que R. Meiggs le laisse entendre. H. Mouritsen ne nie pas l’importance des hommes nouveaux au sein du gouvernement municipal du iie siècle, mais il regarde leur ascension comme un processus « d’intégration consensuelle ». L’accès au décurionat par cooptation, le fait que l’extinction de certaines familles appelait un renouvellement naturel de l’élite, ne s’accordent pas avec les idées de révolution et d’antagonisme entre anciennes et nouvelles familles. De fait, l’honorabilité que des affranchis, des hommes étrangers à l’élite en général, peuvent acquérir par le biais du collège et transmettre à leurs descendants apparaît comme un ressort essentiel de cette « intégration consensuelle ». cf. H. Mouritsen, Ostie impériale : une révolution sociale, in Ostia. Port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition organisée au musée Rath (février-juillet 2001), Genève, 2001, p. 30-35 ; Id., Mobility, p. 59-82.

49 PIR, S, 231.

50 PIR, S, 232.

51 PIR2, P, 937.

52 PIR2, A, 544.

53 H.-G. Pflaum, CP, no 141.

54 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 101-116.

55 H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42.

56 M. Maffesoli, Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris, 1988, p. 179-180, décrit des formes d’organisations sociales en « nébuleuses polycentrées ».

57 Hor., Sat., I, 6, 68-72 : « Si personne ne peut sans mentir me reprocher ni avarice, ni tenue sordide, ni basse débauche, si, pour faire mon propre éloge, ma vie est nette et sans reproche, si je suis cher à mes amis, je le dois à mon père, qui, pauvre d’un maigre petit bien ne voulut pas m’envoyer à l’école de Flavius » (trad. F. Villeneuve, CUF, 1932).

58 H. L. Royden, Magistrates, p. 96.

59 CIL, XIV, 246 ; de manière générale, les Publicii et les Furii sont quasiment absents des autres associations ostiennes.

60 H. L. Royden, Magistrates, p. 97, pense qu’en 192, au-dessus du nom d’Ostiensis, ont d’abord été gravées les lettres « quinquennal. » ; les lettres « p.p. » auraient été ajoutées peu après. L’abréviation « quinquennal. p.p. » est en effet rarissime. « Quinquennal. » aussi. H. Dessau, CIL, XIV, 246, pensait que le lapicide avait peut-être gravé quinquennalic(ius), avant d’effacer les lettres « ic » et de les remplacer par « pp ».

61 À propos de la liste des six patrons, dont la qualité de chevaliers a suscité des doutes, cf. supra p. 414-415.

62 O. Salomies, Polyonymous, p. 12 et 26-30.

63 On pense à Petr., 74, 14-15 : « Et ego, homo dipundiarius, sestertium centies accipere potui. Scis tu me non mentiri. Agatho unguentarius here proxime seduxit me et : ’Suadeo, inquit, non patiaris genus tuum interire’ » [« Et moi, pauvre sot, dire que j’ai pu épouser dix millions ! Tu sais bien, toi, que je ne mens pas. Agathon, le parfumeur de la dame d’à côté m’a encore pris à part pour me dire : ‘Je te conseille de ne pas laisser périr ta race’ » (trad. A. Ernout, CUF, 1923)].

64 P. Herz, Kollegien, p. 319, rapproche le cognomen de M. Cornelius Valerianus des nomina de L. Valerius Daphnus, patron et quinquennalis perpetuus du collège. Il semble difficile d’en déduire quelques convictions véritablement solides.

65 S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1987, p. 8396 ; G. Paci, I cavalieri romani e la proprietà fondiaria dai Flavi ai Severi, in S. Demougin, H. Devijver, M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), L’ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (iie siècle av. J.-C. – iiie siècle ap. J.-C.), Rome, 1999, p. 291300 ; J. Andreau, Intérêts non agricoles des chevaliers romains (iie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C in S. Demougin, H. Devijver, M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), L’ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (iie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.). Actes du colloque international (Bruxelles-Leuven, 5-7 octobre 1995), Rome, 1999, p. 271-290.

66 P. Herz, Kollegien, p. 313.

67 D’autres noms sont difficiles à exploiter car trop courants, les gentilices impériaux en particulier.

68 CIL, XIV, 252 (D., 6176) ; M. Cipius Vitalis est patron du collège ; M. Cipius Fortis, quinquennalis ; dans la plebs corporis, se trouvent les M. Cipii Ostiensis, Felix, Fortunatus et un autre Felix.

69 CIL, XIV, 322 : « – – –] Cipio [– – –] /[– – –], seuiro [Augustali, – – –] / [– – – qui]nquennali col[legi(i) – – –] / [– – – V]etulena Pro[– – – » ; deux épitaphes (CIL, XIV, 576 et 808) font aussi apparaître des nomina portés par deux corporati, sans que l’on puisse écarter qu’ils aient appartenu à des homonymes, et sans que ces documents apportent d’informations en matière de rang social.

70 CIL, XIV, 246.

71 CIL, XIV, 252 (D., 6176).

72 CIL, XIV, 256 : le collège compte notamment 17 Flavii, 22 Aelii, 9 Aurelii. Au-delà des nomina impériaux, figurent sur l’album 15 Caecilii, 10 Iunii, 9 Calpurnii, 7 Caninii, 6 Valerii, 3 Plautii, 3 Magnii, 3 Clodii, 3 Afranii, 3 Manlii et 3 Orbii.

73 Il en va de même pour les Aelii Carpi père et fils, Didymus et Successus, ainsi que Polychronus et Successus ; les Aurelii Dionysius, Fortunatus, Zmaragdus et Adzemius ; les Calpurnii Valerius et Eutyches ; les Flavii Arrianus et Felix, ainsi qu’Eutyches et Verenianus ; les Iunii Concessus et Marcellinus.

74 CIL, XIV, 4569. La sur-représentation des Iulii, au nombre de 31, alors que deux Iulii sont présidents du collège entre 165 et 169, n’est guère exploitable, compte tenu de la nature très commune de ce nomen. On dénombre aussi 11 Claudii, 10 Valerii, 6 Egrilii, 6 Fabii, 4 Caecilii, 4, Iunii, 3 Tullii, 2 Antonii, 2 Licinii, 2 Plotii, et 2 Salinatores. Sur le gentilice Salinator cf. CIL, XIV, p. 523.

75 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

76 CIL, XIV, 246 (col. V, l. 12) : H. L. Royden, Magistrates, p. 92, avance, sans arguments, que L. Helvius Restitutus et L. Helvius Sulpicius Restitutus étaient sans doute la même personne. De telles abréviations ne sont certes pas sans exemples : cf. O. Salomies, Polyonymous, p. 90-148. Néanmoins, on ne saisit pas ce qui aurait pu justifier ici un tel procédé.

77 AE, 1989, 128, Ostie.

78 CIL, XIV, 246 : Felicio (col. IV, l. 10), Chresimus (col. V, l. 6), Felicissimus (col. V, l. 19), Isio (col. VI, l. 11).

79 CIL, XIV, 246, col. VI, l. 36 et col. VII, l. 29.

80 S. Demougin, Élites, p. 353-376.

81 CIL, XIV, 390 (D., 6139) : « P(ublio) Nonio P(ubli) f(ilio) / Pal(atina tribu) Liuio / Anterotiano, / equo publ(ico) exornato ab / Imperatore M(arco) Aurelio Antonino Aug(usto), / dec(reto) dec(urionum) decur(ioni) adlecto, / flamini diui Hadriani, / salio, Laurent(ium) Lauinatiu(m), / aedili, pr(aetori) sacr(is) Volk(ani) faci[u(ndis)], / Liuia / Marcellina, / nepoti dulcissimo, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ». CIL, XIV, 391 : « P(ublio) Nonio P(ubli) fil(io) / Pal(atina tribu) Liuio / Anterotiano, / equo publ(ico) exornato ab / Imp(eratore) M(arco) Aurelio Antonino Aug(usto), / dec(reto) dec(urionum) decur(ioni) adlecto, / fla-mini diui Hadriani, / salio, Laurent(ium) Lauinatium, / aedili, pr(aetori) sacr(is) Volk(ani) faciu(ndis), / T(itus) Tinucius / Sosiphanes, / carissimo, / pientissimo, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ».

82 AE, 1989, 124.

83 CIL, XIV, 4656.

84 Il serait utile à notre démonstration que la restitution proposée par L. Wickert soit la bonne. Elle n’est pas sûre toutefois : il est possible que le fils d’Anteros ait été le patron des fabri nauales et non celui des fabri tignuarii. R. Meiggs, observant qu’aucun patron des fabri tignuarii n’est attesté, penche pour cette solution.

85 CIL, XIV, 4569.

86 CIL, XIV, 353 (D., 6148), Ostie ; CIL, XIV, 4642.

87 O. Salomies, Polyonymous, p. 29.

88 J. H. D’Arms, Notables, p. 387-411.

89 CIL, XIV, 374 (D., 6165).

90 Dig., 27, 1, 46 (Paul).

91 Hor., Sat., II, 3, 227 : « Voici un homme qui vient de recueillir un patrimoine de mille talents : aussitôt, il édicte que pêcheur, fruitier, oiseleur, parfumeur, avec la tourbe impie de la rue des Toscans, que bouffons et artistes en plats farcis, que le Vélabre et tout le marché viennent chez lui de bon matin » (trad. F. Villeneuve, CUF, 1932).

92 J.-F. Médard, Le rapport de clientèle, du phénomène social à l’analyse politique, Revue française de science politique, 26, 1976, p. 103-131 ; R. P. Saller, Personal patronage under the early Empire, Cambridge, 1982, p. 1.

93 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 205-214.

94 G. Clemente, Il patronato nei collegia dell’impero romano, SCO, 21, 1972, p. 142-229 ; pour les patrons d’associations de métier en Orient, cf. O. M. Van Nijf, Les élites comme patrons des associations professionnelles dans l’Orient romain, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain. Actes du colloque international de Clermont-Ferrand (24-26 novembre 2000), Rome-Clermont-Ferrand, 2003, p. 307-321.

95 T. Johnson, C. Dandeker, Patronage : relation and system, in A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, Londres, 1989, p. 219-242.

96 R. P. Saller, Patronage and frienship in early imperial Rome : drawing the distinction, in A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, Londres, 1989, p. 49-62.

97 R. P. Saller, Personal patronage under the early Empire, Cambridge, 1982, p. 195.

98 CIL, XIII, 2020, Lyon.

99 T. Johnson, C. Dandeker, Patronage : relation and system, in A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, Londres, 1989, p. 223.

100 CIL, XIV, 251 (D., 6175).

101 CIL, XIV, 251, col. III, 19 ; col. IV, 8 ; col. VI, 2 ; col. VII, 1 ; col. VIII, 16 et 24.

102 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

103 CIL, XIV, 44 (D., 3129).

104 H. Dessau, CIL, XIV, s.n.

105 CIL, VI, 29722 (D., 7490).

106 CIL, XI, 6378, Pisaurum.

107 Voir le stemma présenté par la notice du CIL, XI, 6335.

108 CIL, VI, 1872 (D., 7266).

Table des illustrations

Titre 1ère hypothèse
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 2e hypothèse
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre LES CORNELII INSCRITS À LA SUITE LES UNS DES AUTRES DANS LES ALBA LENUNCULARIORUM
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 152
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre PUBLICII ET FURII DANS L’ALBUM DATÉ DE 192
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre L’HÉTÉROGÉNÉITÉ SOCIALE DES PATRONS DE COLLÈGES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540