Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Note sur la translittération de l’arabe et les noms propres

Texte intégral

1Le système de translittération utilisé est celui de la revue Arabica :

Voyelles : a, i, u – ā, ī, ū. Diphtongues aw, ay

2Pour les noms les plus courants cependant (Ibn Haldūn) une forme simplifiée a été adoptée (Ibn Khaldūn). Lorsqu’un nom commun ou un nom propre est employé en français sous une forme différente (Bougie pour Biğāya, casbah pour qasaba), cette dernière a été préférée. Pour les autres noms propres, les leçons de Hady-Roger Idris et de Robert Brunschvig ont été suivies. Enfin dans les citations de traductions, les translittérations du traducteur ont été le plus souvent conservées.

3Les noms de personnes des documents en latin ont été rendus dans la langue vernaculaire de la région, à l’exception des noms arabes qui ont été laissés dans leur graphie originale. Pour les lieux, le nom français a été retenu lorsqu’il existe. Dans le cas contraire c’est le nom actuel qui a été utilisé.

Table des illustrations

Légende Voyelles : a, i, u – ā, ī, ū. Diphtongues aw, ay
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540