Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Première partie. La dignité de collegiatus : l’acquisition de la respectabilité et du prestige

Chapitre 3. Un espace collectif de construction du prestige individuel

Texte intégral

HONNEURS COLLÉGIAUX ET RANG SOCIAL

  • 1 Apul., M., XI, 30, 4 : « Enfin, ne voulant plus me voir mêlé au commun dans l’exercice de son culte (...)

Ac ne sacris suis gregi cetero permixtus deseruirem, in collegium me pastophorum suorum immo inter ipsos decurionum quinquennales adlegit1.

1L’Âne d’Or ou les Métamorphoses d’Apulée se conclut par un heureux dénouement. Grâce à la bienveillance d’Isis, Lucius retrouve forme humaine ; et, après mille péripéties, le héros est délivré de ses maux. L’adlectio dans un collegium pastophorum parachève alors le don de lui-même que Lucius fait à Isis et à Osiris. Ici dans un cadre cultuel fondé sur un système complexe d’initiations, le collège apporte à ses membres le moyen de se distinguer non seulement des individus qui n’y sont pas admis, mais encore entre eux, par l’obtention de dignités hiérarchisées. C’est sur un plan non pas religieux, mais social, que la plupart des collèges du Haut-Empire romain semblent jouer ce rôle.

  • 2 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 339. L’organisation interne des collèges est fixée par la lex collegii(...)

2Les inscriptions mentionnant des collegiati apportent beaucoup d’informations sur les titres portés par ces individus, et sur l’administration des collèges. Celle-ci se caractérise par une grande diversité qui résulte de la liberté des collèges en matière d’organisation interne2. L’image d’ensemble donnée à voir est celle de structures hiérarchisées. Par le biais du collège, des hommes entreprennent le plus souvent de construire et d’organiser un espace social dans lequel ils s’échelonnent et se démarquent les uns par rapport aux autres. De fait, le profil des collegiati est défini par la position hiérarchique occupée dans le collège. Aussi, au-delà de l’étude du fonctionnement quotidien des associations, se pose le problème de l’articulation du rang collégial et du rang social, dans l’existence et l’identité des individus.

  • 3 Mart., 3, 16 :

3Si la recension des titres collégiaux est utile à la compréhension du phénomène associatif romain, déterminer la portée sociale de l’obtention de tels titres est un enjeu crucial. Le débat qu’une telle entreprise peut susciter se situe entre deux pôles opposés. La première attitude possible consiste, en fait, à porter sur les collegiati un regard semblable à celui d’un Martial, stigmatisant la vanité dérisoire d’un roitelet parmi les cordonniers, d’un « sutorum regulus »3. Dans les vers du poète, le désir de prestige qui anime des personnages qui n’appartiennent pas à l’élite fait l’objet d’un jugement moral et, d’une manière détournée, sociologique. Les satisfactions de ces vaniteux sont dérisoires, car leur quête de la gloire ne peut être que vaine. Si l’idée du prestige peut germer dans leurs esprits, leur rang social les exclut du prestige véritable, réel. Tel est le discours de Martial. De fait, l’image de dignité renvoyée par les inscriptions des collegiati peut être perçue comme un mirage, et la promotion personnelle par l’obtention de titres collégiaux comme irréelle. Une toute autre approche consiste à dissocier l’idée que les collegiati devaient se faire de leurs destinées, du jugement qui pouvait, et peut encore, être porté sur celles-ci de l’extérieur. Honneurs et titres, dans l’esprit de ceux qui les reçoivent, constituent sans nul doute un capital symbolique, qui souligne une supériorité sur ceux qui en sont dépourvus. Dans quelle mesure, et selon quelles modalités, les titres décernés par les associations influent-ils sur la perception que les collegiati ont de leur rang social, et sur la réalité de celui-ci ? Les collegiati les plus éminents se conçoivent comme des détenteurs d’honores, progressant en dignité, mais ils atteignent toutefois des positions sociales plus inégales que la formulation stéréotypée des titres collégiaux pourrait le laisser paraître.

Les titres collégiaux : honores et distinctions

4Le caractère hiérarchique des collèges découle de la nécessité d’administrer ces groupes, mais il paraît accentué à dessein, afin que les premiers des collegiati puissent souligner plus encore leur indiscutable supériorité. Ainsi, outre les dignités attachées à l’exercice d’un pouvoir exécutif ou délibératif réel, les collegiati reçoivent des titres qui semblent relever de positions purement honorifiques ou de privilèges. Toutefois, ces deux logiques se révèlent bien souvent très imbriquées.

  • 4 La notion d’honor apparaît aussi à travers les rares évocations de sommes honoraires. Cf. infra p. (...)
  • 5 Dig., 50, 4, 14 ; F. Jacques, Privilège, p. 352, propose la traduction suivante : « l’honneur munic (...)
  • 6 CIL, XIII, 1978 : « D(is) M(anibus) / et memoriae aeter/nae Apricli Prisci/ani, consistentis / Lugu (...)
  • 7 CIL, XII, 1898.
  • 8 L’expression « honor seuiratus » apparaît sur deux inscriptions espagnoles : CIL, II, 1934 (Casares (...)
  • 9 CIL, XIII, 2023 (D., 7034).

5Les collegiati conçoivent la plupart des responsabilités qu’ils remplissent pour le compte de leurs communautés comme des honores. Des cursus collégiaux, évoqués sur des inscriptions qui seront examinées par la suite, sont présentés comme la somme des « omnes honores », de tous les honneurs, délivrés par tel ou tel collège4. En définissant l’administration des collèges à l’aune de la notion « d’honor », les collegiati procèdent par mimétisme. « Honor municipalis est administratio rei publicae cum dignitatis gradu » affirme Callistrate5. Les collegiati s’approprient un langage stéréotypé, élaboré dans le contexte institutionnel où l’élite sociale puise sa supériorité. Par le service rendu à une collectivité, les collegiati recherchent un prestige personnel qui leur assigne une place particulière au sein d’une hiérarchie. Une épitaphe lyonnaise, rédigée entre la seconde moitié du iie et la première moitié du iiie siècle, exprime une telle disposition d’esprit. La questure assumée par Apriclius Priscianus au sein du collegium fabrorum local est définie comme un honos quaestorius6. Résidant aussi à Lyon, C. Rusonius Muro tend à mettre sur le même plan ses titres de « (se)uir A[ug(ustalis)] Lug(uduni) honoratus » et de « centonarius ho[no]ratus », alors même que ces dignités paraissent de nature juridique différente7. Son rang parmi les centonarii fait pendant à son statut au sein des sagarii lyonnais. Il n’est, en effet, qu’un simple sagarius corporatus. Il est difficile, d’autre part, de déterminer si l’expression « (se)uir A[ug(ustalis)] honoratus » désigne ici l’honos seuiratus en lui-même, un sacerdoce municipal, ou bien une position acquise dans le corpus des seuiri Augustales, un regroupement organisé en marge de l’exercice du sacerdoce municipal8. Peut-être Muro joue-t-il sur le mot « honoratus », de manière consciente ou inconsciente, en exploitant la diversité des réalités que celui-ci peut recouvrir. À Lyon encore, le dénommé Popilius a été honoratus co[rpor(is)] utriclari[orum]9.

  • 10 CIL, XIV, 370 (D., 6166) : « C(aio) Iulio / Tyranno, / mag(istro) q(uin)q(uennali) colleg(ii) / [f] (...)
  • 11 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 379-383 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 28, 130.

6Ainsi, les collèges usent parfois du terme « honoratus » pour désigner leurs dignitaires. Le mot recouvre néanmoins plusieurs réalités différentes. Dans quelques communautés, les honorati forment, semble-t-il, une entité particulière, constituée des anciens présidents et pourvue de véritables prérogatives décisionnelles. Les honorati du collegium fabrum tignuariorum Ostiensium agissent comme tels. Entre 165 et 169, ils élèvent un monument à la gloire du magister quinquennalis C. Iulius Tyrannus, après en avoir pris la résolution par décret10. Une autre inscription des charpentiers distingue parmi les confrères les honorati, les decuriones, et le numerus, si bien que les modernes considèrent qu’honorati et decuriones formaient un conseil délibératif comparable, à une autre échelle, à l’ordo decurionum de la cité11. Cependant, il est surprenant que l’épigraphie d’Ostie ne cite nommément aucun honoratus des charpentiers. Et Tyrannus est non seulement le premier faber tignuarius honoré par les uniuersi honorati, mais aussi le seul connu. Il est donc possible de s’interroger sur le caractère formel et stable d’un tel organe de gouvernement, dans le collège ostien.

  • 12 C. Pietrangeli, Frammento dei fasti del collegio romano dei fabri tignuarii, BCAR, 67, 1939, p. 106 (...)
  • 13 Les fragments publiés par S. Panciera en 1981 se rapportent à la période allant de 199 à 233, mais (...)
  • 14 CIL, VI, 33856 (D., 8935) : la liste lacunaire, datée de 154, recense 37 décurions classés dans l’o (...)
  • 15 CIL, VI, 33857 = 10300 : il s’agit d’une liste fragmentaire de 25 « decuriones a cos. », cette expr (...)
  • 16 CIL, VI, 33858 (D., 7225) est la liste la plus récente. À la différence de la liste 33856, sur laqu (...)
  • 17 De savantes restitutions sont présentées par J. L. D. Pearse, Three alba of the collegium fabrum ti (...)
  • 18 CIL, VI, 9405. Quelques épitaphes signalent en outre des fabri tignuarii, à titre individuel, en de (...)

7Les réalités propres au collegium fabrum tignuariorum de la ville de Rome apparaissent avec un peu plus de clarté. Les listes rédigées par les charpentiers romains recensent des magistri quinquennales, des honorati, des decuriones et des scribae. Le collège dressait en fait deux types de listes. D’une part, le souvenir était gardé, lustre par lustre, des six magistri quinquennales nommés tous les cinq ans. Les fragments de fastes portés au jour en 1941, dans l’église Sainte-Praxède, répertorient les équipes qui se sont succédées depuis la naissance ou la réorganisation du collège en 7 av. J.-C., probablement, jusqu’au 19e lustre du collège, soit jusqu’à l’an 88 de notre ère12. Ce registre a été tenu au fur et à mesure, sur une très longue période. Plusieurs fragments très lacunaires couvrent les 27e et 28e lustres puis la période allant du 41e au 48e lustres, c’est-à-dire les années allant de 124 à 133, puis de 199 à 23313. Parallèlement, le collège faisait graver des documents qui, à la différence des fastes, donnent une photographie de l’organisation collégiale à un moment précis. Les magistri quinquennales alors en fonction, les honorati, les décurions, et enfin les scribes du collège y étaient répertoriés. Une seule base de marbre gravée au début du principat de Caracalla, probablement entre 199 et 203, donne une image d’ensemble de la structure de ces documents. Les textes portés sur deux autres bases sont plus lacunaires encore, mais il est très vraisemblable que leur composition était identique. L’un est daté de 15414, tandis que le second15semble avoir été gravé très peu de temps avant la liste de 199-20316, peut-être lors du lustre précédent17. L’ensemble de ces listes nominatives fait connaître les titres de douze magistri quinquennales, dix-sept honorati, cent quatre décurions, et douze scribes. En revanche, les simples collegiati, qui étaient très nombreux, sont bien peu représentés dans les sources dont disposent les modernes. Seuls les membres de la dixième décurie sont connus par le biais d’une liste gravée à une date difficile à déterminer ; mais ils n’ont pas été recensés par les instances du collège, dans un contexte institutionnel. La décurie a reçu la jouissance d’un monument funéraire, et c’est en tant que bénéficiaires d’une libéralité individuelle que ses membres sont énumérés18. Ainsi, au sein du collegium fabrum tignuariorum, l’acquisition de responsabilités administratives donne accès à des formes particulières de publicité épigraphique du nom, cette publicité constituant un élément distinctif en elle-même.

  • 19 CIL, VI, 148 (D., 3776) ; CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) : les mérites de M. Valerius Felix sont (...)
  • 20 CIL, XI, 3936 (D., 6588) : Pacatius Tyrannus est honoré en 162 par la cité de Capène.
  • 21 AE, 1941, 69.

8Outre les listes nominatives, des documents de nature différente montrent que les décurions du collège, auxquels s’adjoignaient les honorati, formaient un ordo qui devait avoir la haute main sur les destinées communautaires. Honorati et decuriones adoptaient des décrets, et l’ordo semble avoir eu un pouvoir de nomination à certaines fonctions19. Trois fabri tignuarii romains arborent le titre d’honoratus sur des inscriptions où ils apparaissent seuls20. Parmi eux, L. Valerius Iunianus manifeste sa générosité, de telle manière que la structure hiérarchique et administrative du collège se trouve mise en valeur21. Honoratus sous le principat de Marc Aurèle et de Lucius Verus, probablement, offrant un monument dédié à Esculape à son collège, il fait distribuer des sportules aux « q(uin)q(uennales) et honorati », aux décurions et aux scribes. Iunianus, agissant en donateur, se livre à une action indépendante de l’administration de la communauté. Pourtant son comportement aboutit à souligner le clivage qui, dans le collège, sépare l’équipe administrative des membres ordinaires.

  • 22 CIL, VI, 85 (D., 3399) : « M(arcus) Ael(ius) M(arci) f(ilius) Rusticus, rect(or), / imm(unis) II, h (...)
  • 23 CIL, VI, 33883 (D., 7268) : « Q(uinto) Iulio Q(uinti) f(ilio) Pal(atina) / Herculanio Tauro, / hono (...)
  • 24 CIL, XIV, 44 (D., 3129) : « Numini / euidentissimo / Mineruae Aug(ustae) / sacrum, / conseruatrici (...)
  • 25 AE, 1987, 196.
  • 26 CIL, XIV, 257. Au début du document, la restitution proposée est la suivante : « corp(us) st[uppato (...)
  • 27 CIL, XIV, 33, 67 et 281 ; AE, 1987, 198.

9Dans d’autres cas, le participe « honoratus » ne semble pas renvoyer à des réalités institutionnelles comparables à celles qui viennent d’être abordées. En 198, un collège de mesureurs de blé de la ville de Rome reçoit un don de M. Aelius Rusticus, qui porte les titres de rector et d’hon(oratus) (tertium)22. Deux autres membres du même collège, un père et son fils, apparaissent sur une autre inscription. Le fils est qualifié d’honoratus immunis, le père de quinquennalis perpetuus23. La quinquennalitas perpétuelle étant la distinction accordée aux anciens présidents de nombreuses associations, il paraît bien établi que le statut d’honoratus recouvre une réalité différente chez les mensores machinarii frumenti publici. Il arrivait donc que le participe « honoratus » ne désigne, de manière générique, qu’un collegiatus « honoré ». À Ostie, un monument cultuel a été offert au collège des calfats par quatre personnages : deux Marci Iulii Carpi, et deux Amatii Rufinianus et Firmus24. Ces derniers sont qualifiés d’hon(orati), ce qui les distingue d’un des Carpi, simple corp(oratus). Or, l’existence d’une quinquennalitas perpétuelle, susceptible d’avoir été attribuée aux anciens présidents des stuppatores, est envisageable, si l’on se fie aux restitutions proposées d’une épitaphe25et d’un album fragmentaires26. L’organisation des dendrophores d’Ostie, enfin, n’apparaît pas de façon claire. Les inscriptions des dévots de Cybèle citent à la fois des honorati et des quinquennales perpetui. Il n’est pas impossible que les deux titres aient été l’un et l’autre donnés aux anciens présidents, mais à des époques différentes. Sex. Annius Merops et T. Annius Lucullus arborent le titre d’honoratus en 142 et en 143. En 256, C. Iulius Cocilius Hermes est quinquennalis perpetuus, à l’image d’un C. Cipius Cerinthianus cité sur une liste qui semble avoir été gravée au début du iiie siècle27.

  • 28 CIL, VI, 10332 (D., 7889) : « L(ucius) Licinius L(ucii et Caiae) l(ibertus) Alexa(nder), curator so (...)
  • 29 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 153-162.
  • 30 Id., Ibid., p. 314-320.

10Parce qu’il relève d’une administratio, l’honos collégial permet à ses détenteurs de manifester des vertus reconnues d’ordinaire à ceux qui agissent au nom de la puissance publique. De fait, la référence à des valeurs liées à la détention du pouvoir par l’élite sociale sert la construction et l’exaltation de la supériorité de certains collegiati, au sein de leur propre milieu. L’hommage rendu à l’affranchi L. Licinius Alexander par ses socii et amici, et les vertus qui lui sont prêtées, sont tout à fait exemplaires28. Alexander a été le second curateur d’une confrérie funéraire romaine. Il joue un rôle essentiel en supervisant la construction et l’aménagement du monumentum des socii. Aux actions réalisées « arbitratu suo », directement liées à l’exercice de sa charge, s’ajoute une initiative évergétique. Si le monumentum est édifié et paré de stuc grâce à l’argent réuni par les associés, l’espace réservé aux banquets est offert par Alexander à ses frais. Les bénéficiaires, ses amici, l’en remercient en faisant réaliser et afficher un portrait à son effigie. À la fin du texte, l’action et les mérites du curator sont dépeints par le biais d’une exaltation de l’officium et de la maiestas. Ces mots sont très forts. Ils tranchent avec le statut de « L(ucii) et (Caiae) l(ibertus) » de l’homme à qui ils sont associés. Dans des contextes documentaires très différents, la maiestas est évoquée comme un attribut du prince, du peuple romain, du sénat, des magistrats et des dieux. La notion d’officium, quant à elle, tient une place fondamentale dans la conception que les Latins avaient de la vie politique et des relations sociales29. Il n’est pas indifférent qu’à travers l’hommage rendu par les socii, l’officium d’Alexander renvoie à la fois à l’exercice du pouvoir et aux amitiés propres au cadre collégial. Dans le vocabulaire latin, le mot « officium » désigne les obligations réciproques qui existent entre amis, et l’état d’esprit qui préside au respect de celles-ci. L’officium procède de l’expression concrète de l’amicitia qui scelle l’union entre un homme politique, se conduisant en tant que patron, et ses obligés. L’inégalité entre les deux parties est aussi nette que la réciprocité qui les lie. Or, exprimant le fait d’être « maior », la maiestas « possède une valeur comparative et traduit la supériorité relative de celui qui en est pourvu »30. Dans les textes littéraires, la notion, proche de l’auctoritas à certains égards, traduit une supériorité qui s’étend au-delà de la fonction exercée. Ainsi la maiestas d’Alexander complète son officium. La référence à l’officium et à la maiestas transcrit, en des termes choisis dans le vocabulaire politique, les gestes concrets d’Alexander et de son collège à l’égard l’un de l’autre.

  • 31 CIL, VI, 10294 (D., 7341) : « Cn(aeo) Cinna Magno, // co(n)s(ulibus), / L(ucio) Valerio Voleso, / a (...)
  • 32 CIL, XIV, 2299 (D., 5206) ; V, 5304 (D., 7231).

11De même, en 5 ap. J.-C., une autre société funéraire romaine honore un curateur pour son officium et son industria31. Le zèle, le dynamisme, manifesté par C. Petronius Varia dans l’accomplissement de sa curatèle, est mis en exergue par une vertu couramment reconnue aux administrateurs, à l’homme public en général. De leur côté, deux associations de métier italiennes exaltent la fides de leurs administrateurs32. Ces communautés saluent d’abord la probité financière d’un magister « rem publicam gerens », et d’un questeur à qui le même rôle devait incomber. Mais, en plus de cette dimension concrète, un second niveau d’interprétation est peut-être à envisager. La référence à la fides représente un autre emprunt au vocabulaire des relations politiques et sociales. La fides est au cœur de la relation d’amicitia, à la fois inégale et réciproque, qui unit l’homme public à ses administrés, comme un patron à ses obligés. Évoquer la fides d’un administrateur collégial souligne que de telles relations émergent de l’organisation hiérarchique des collèges.

  • 33 CIL, XIV, 128 (D., 615), 160 (D., 1428), 5344 et 5345 ; AE, 1971, 64 (CIL, XIV, 4365+4382) ; AE, 19 (...)
  • 34 CIL, XIV, 161 (D., 1427). « Par le biais de Marcus Aemilius Saturus et de Publius Aufidius Faustian (...)

12Au-delà de la célébration des vertus individuelles, des formulations épigraphiques, dont certaines pourraient paraître anodines et stéréotypées, de prime abord, révèlent pourtant une construction du prestige social par l’exercice d’un pouvoir de type exécutif. Ainsi, l’action des dirigeants de collèges est définie comme la mise en œuvre de leur cura, comme l’application scrupuleuse de leur devoir d’administrateur. Surtout, les inscriptions « curam agere » ou « curare » transcrivent un mode d’action inscrit dans des procédures collégiales précises et codifiées. Le dirigeant assure l’exécution des décisions prises par le collège. La mention de la collectivité dédicante au nominatif et celle des dirigeants à l’ablatif absolu en sont le reflet. À Ostie, « curam agentibus » ou « curantibus » apparaissent ainsi sur des inscriptions rédigées par les fabri tignuarii, les fabri nauales, les saburrarii et les uinarii importatores et negotiantes33. De même, rendant hommage à un procurateur de l’annone, le corpus mercatorum frumentariorum d’Ostie agit « per M(arcum) Aemilium Saturum et P(ublium) Aufidium Faustian(um), q(uin)q(uennales), ex decreto corporat(orum), q(uaestoribus) M(arco) Licinio Victore et P(ublio) Aufidio Epicteto »34.

  • 35 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) : « Numini Fortunae col(legii) fa[brum], / M(arcus) Valerius Feli[ (...)

13Par ailleurs, en évoquant l’auctoritas des magistri du collège des fabri tignuarii romains, M. Valerius Felix use d’un mot très fort, qui tenait, en particulier, une place fondamentale dans le discours de légitimation du principat. La notion ne s’applique pas directement à lui, mais aux présidents collégiaux qui ont agi en sa faveur. Felix offre au collège un monument cultuel, en remerciement d’un privilège qui lui a été accordé35. Néanmoins, Felix n’apparaît pas tout à fait étranger à cette auctoritas, puisqu’il se présente comme un honoratus collegi, c’est-à-dire comme un magister quinquennalis sorti de charge. De manière concrète, l’expression « auctoritate magistror(um), decret(o) honorat(orum) et decurionum » reflète sans doute un mode de prise de décision. Après avoir été saisi, « l’ordo » du collège s’est sans doute empressé d’accepter la proposition dont les dirigeants avaient pris l’initiative. Cependant, au regard du contenu de la notion, la référence à l’auctoritas semble d’une portée qui va bien au-delà de cet aspect procédural. Elle souligne la prééminence des magistri quinquennales dans la vie du collège et leur très nette supériorité vis-à-vis de leurs confrères, dans ce que celles-ci ont de plus incontestables.

  • 36 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 387 et 402 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 15 et 227.
  • 37 CIL, XIV, 168 : « C(aio) Iulio / Philippo, / equiti Romano, / corpus fabrum / naualium Ostiens(ium) (...)
  • 38 CIL, XIV, 169 = ILMN, 562 (D., 6172) : « P(ublio) Martio Quir(ina) / Philippo, / curatori uiae Prae (...)
  • 39 AE, 1987, 192 : « Genio / corporis / nauiculariorum / [maris] Had[r]iatici, / [– – –]s T(iti) f(ili (...)
  • 40 Cf. infra p. 321-326. CIL, VI, 266 et 267.

14La grande majorité des collèges se dotent d’échelles de dignités. Cette tendance s’affirme avec une intensité inégale. Les hiérarchies collégiales sont plus ou moins étoffées. Or, certains collegiati ont tendance à accentuer le caractère fragmenté des hiérarchies mises en place en multipliant, si l’on ose dire, les barreaux de ces échelles. Le titre de quinquennalis perpetuus en donne l’illustration. Il apparaît comme l’apogée des carrières. Sur les listes collégiales, les quinquennales perpetui sont enregistrés juste après les patrons. Par analogie avec les structures municipales, avec le flaminat perpétuel en particulier, les modernes regardent la quinquennalitas perpétuelle comme une position honorifique attribuée aux présidents sortis de charge36. Une quinquennalitas ne relève-t-elle cependant que de la sinécure, à partir du moment où l’idée de perpétuité lui est attachée ? Les sources ne permettent pas d’établir cela avec certitude. Pourtant, la question posée n’est pas sans importance. La distinction entre ce qui relève du rang honorifique, d’une part, et de l’exercice effectif de responsabilités administratives, d’autre part, est difficile à établir, sans doute parce que l’idée d’un tel distinguo était étrangère aux collegiati. Le corpus fabrum naualium Ostiensium ayant décidé de rendre hommage à C. Iulius Philippus37et P. Martius Philippus38, deux quinquennales perpetui se chargent de l’exécution matérielle de l’acte collégial. L’expression « poni iussit », utilisée pour caractériser l’action d’un [quinq(uennalis)] perpetuus du corpus nauiculariorum maris Hadriatici, installé à Ostie, rend pour le moins difficile l’assimilation systématique de la quinquennalitas perpétuelle à une position honoraire, déliée de toutes prérogatives39. Dans le dossier du procès des foulons, P. Clodius Fortunatus apparaît sur deux dédicaces, en 226 en tant que quinquennalis ordinaire, et en 244 en tant que quinquennalis perpetuus40. Dans les deux cas, Fortunatus agit probablement au nom du collège et en tant que président effectif, en 244 notamment, lorsqu’il fait graver les décisions judiciaires prises par les préfets des vigiles.

  • 41 CIL, XIV, 246.
  • 42 AE, 1989, 128 : « L(ucio) Aelio Commo[do Vero], / imp(eratoris) Antonini Aug(usti)[Pii p(atris) p(a (...)
  • 43 CIL, XIV, 5374 : l’album fait référence, non pas en exergue mais au cœur du texte, à une date consu (...)
  • 44 H. L. Royden, Magistrates, p. 97.

15Dans quelques communautés, l’existence d’un titre spécifique de quinquennalicius, porté par d’anciens quinquennales n’ayant pas encore reçu la perpetuitas, témoigne encore de la fragmentation hiérarchique voulue et mise en œuvre avec application par les collegiati. À Ostie, parmi les corporati qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt, identifiés aux lenuncularii traiectus Luculli, le mot « quinquennalicius » apparaît comme un véritable grade, qui dessine les contours d’une catégorie spécifique. Sur l’album que ces corporati commencent à rédiger à partir de 140, P. Sulpicius Hera et L. Naevius Saecularis sont enregistrés comme quinquennalic(ii), après les mentions du quinq(uennalis) perpet(uus) C. Sossius Benedictus et du quinquenn(alis) A. Egrilius Faustus41. Dans une inscription rédigée après l’avènement d’Antonin le Pieux, P. Sulpicius Hera arborait déjà cette qualité de quinquennalicius42. Deux fragments d’un album plus ancien laissent entrevoir une même organisation des honneurs collégiaux. L’évocation de deux quinquennalic(ii) suit celle d’un quinquen[nalis] perpetu[us], tandis que le second fragment semble contenir les noms de [P. Sulpicius] Hera et de [L. Naevius S]aecularis, alors [quinquen]nales ordinaires43. De l’avis d’H. Dessau, suivi par H.L. Royden, il n’est pas impossible que les anciens présidents des lenuncularii tabularii auxiliarii Ostienses aient également reçu le titre de quinquennalicius. Sur l’album que ce collège rédige à partir de 192, l’abréviation « quinquennal. p.p. » est relativement étonnante. Il est rarissime que des quinquennales perpetui ou ordinaires soient désignés ainsi, si bien que H. Dessau en est venu à conjecturer que le lapicide avait peut-être gravé « quinquennalic(ius) », avant d’effacer les lettres « ic » et de les remplacer par « pp »44.

16La reconduction des mandats apparaît comme un autre moyen d’affiner les hiérarchies collégiales. Au regard des pratiques propres à chaque communauté, l’honneur d’être réélu paraît d’une inégale importance. Parmi les onze présidents des lenuncularii tabularii auxiliarii Ostienses attestés entre 152 et 192, M. Cornelius Valerianus est le seul à avoir rempli la fonction de q(uin)q(uennalis) II, avant de devenir patron du collège. À Rome en revanche, un collège de foulons dès le premier siècle, et les piscatores et urinatores bien plus tard, semblent avoir réélu leurs présidents de manière beaucoup plus courante.

LA RECONDUCTION DES DIGNITAIRES DE COLLÈGES

LA RECONDUCTION DES DIGNITAIRES DE COLLÈGES
  • 45 À propos des sacerdoces collégiaux, voir par exemple CIL, V, 5738 et 5612 (fabri et centonarii de M (...)
  • 46 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 490. Pourvu de bien d’autres titres que celui d’immunis, Cn. Sentius F (...)

17En marge des nécessités de leur gestion45, les collèges distinguaient certains de leurs membres par le biais de privilèges ou par des titres qui paraissent avant tout honoraires. Ces privilèges sont de nature matérielle et le plus souvent financière. Ainsi l’immunitas doit correspondre à une exemption de cotisations, de paiement en général46. De nombreux collèges disent agir « aere collato », après avoir réuni l’argent nécessaire, lorsqu’ils érigent des monuments en particulier. Et les activités funéraires requéraient le versement de cotisations. Les modalités de l’immunitas variaient néanmoins d’une communauté à une autre. L’exempté bénéficiait ainsi d’un privilège qui pouvait être soit temporaire, soit perpétuel. Dans des collèges de la ville de Rome, les titres d’immunis iterum et d’immunis perpetuus sont attestés.

  • 47 Cette dimension apparaît nettement dans les clauses des lois collégiales relatives aux banquets et (...)
  • 48 CIL, VI, 10231 (D., 7313) : « Locus siue is ager / est, qui est uia Appia inter / miliarium secundu (...)
  • 49 CIL, XI, 1355 (D., 7227).
  • 50 CIL, XIV, 256 (l. 159).

18Les documents, qui révèlent l’existence du statut d’immunis, montrent aussi comment pouvait se combiner la propension des collèges à se doter de structures hiérarchiques, d’une part, et à octroyer des privilèges, d’autre part47. Toutefois, les immunités contribuent de manière inégale au caractère hiérarchique du collège. Dans l’acte de donation d’un ager à un sodalicium Siluani de la Via Appia, les immunes et le curator de la confrérie sont distingués de la pleps uniuersa collegii48. Sur un album gravé à Luna, les noms des immunes Herennius Demetrius iunior et Flavius Iustus ont été insérés avant ceux des matres collegii, comme si l’immunité créait une catégorie particulière au sein de l’association49. À Portus, en revanche, le faber naualis exempté, Sergius Bictor, n’a pas eu droit au même honneur50. Son nom apparaît au milieu des autres plebei.

  • 51 CIL, XIV, 107 : « [L(ucio)] Aur(elio) Vero Aug(usto), / [Q(uintus)] Fabius Q(uinti) f(ilius) Honora (...)
  • 52 CIL, VI, 10332 (D., 7889).
  • 53 Les titres de M. Aelius Rusticus et de L. Licinius Alexander ont déjà été évoqués. En 102 ap. J.-C. (...)

19Dendrophore d’Ostie, Q. Fabius Honoratus s’acquitte, pour sa part, d’une libéralité « ob onorim immunitatatis (sic) »51. Ici, un privilège est présenté à la manière d’une fonction liée à l’exercice du pouvoir, et donne lieu à un geste induit d’ordinaire par l’obtention des honores au sens strict du terme. La référence du dendrophore à la notion d’honos peut donc paraître surprenante, aussi surprenante qu’une démarche consistant à remercier ses confrères d’une dispense de paiement, par un don. La statue impériale offerte par Honoratus souligne, en fait, que les collegiati poursuivaient la quête d’un même prestige, en briguant des fonctions administratives et en cherchant à obtenir des privilèges. Ces deux dimensions se mêlent dans les louanges adressées à L. Licinius Alexander. « Ob officium et maiestatem eius, in perpetuum immunitas data est » affirment ses socii : « l’immunité [lui] a été donnée à titre perpétuel, en raison de l’accomplissement de son devoir et de sa majesté »52. Dans plusieurs autres cas, le statut d’immunis complète une supériorité issue du pouvoir exercé sur le collège53.

  • 54 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232).
  • 55 CIL, XIV, 256, l. 141.
  • 56 CIL, VI, 10294 (D., 7341) ; CIL, VI, 10302 (D., 7352) ; CIL, VI, 10332 (D., 7889).
  • 57 CIL, VI, 10295 ; CIL, VI, 10302 (D., 7352) ; CIL, XIII, 2026 ; CIL, XIV, 256.
  • 58 CIL, XIV, 2112 (D., 7212).
  • 59 CIL, XIII, 2026 ; VI, 10302 (D., 7352).
  • 60 Y. Le Bohec, armée romaine, Paris, 1989, p. 224 ; la tendance des collegiati à prendre modèle sur l (...)

20Certains collegiati, de leur côté, sont favorisés lors des distributions organisées au bénéfice des collèges. Il est probable que le faber tignuarius M. Valerius Felix a obtenu un tel avantage54. Celui-ci affirme faire un don « quod meritis meis auctorita[te] magistror(um), decret(o) honorat(orum) et decurionum, commodis dup[licatis] », ce qui semble signifier qu’il recevait une double part lors des distributions, en raison de ses bienfaits. Au sein de la plèbe des fabri nauales de Portus, figure le dénommé Iulius Car[p]us, « ses[q]uiplic(arius) ». La part qui lui était attribuée, était une fois et demie supérieure à celle de ses confrères55. Recevoir, le cas échéant plus que les autres, est un honneur distinctif. Dans des collèges funéraires, des dignitaires, dont un quinquennalis immunis triplicarius, se voient offrir un accès privilégié aux concessions funéraires. Or, les inscriptions présentent les avantages reçus comme des dons effectués par les collectivités56. La confrérie de L. Licinius Alexander, par exemple, attribue à celui-ci un emplacement funéraire, non pas par tirage au sort, mais en lui donnant la possibilité d’exprimer sa préférence. De fait, le bénéfice d’avantages matériels revient le plus souvent à des individus qui se démarquent de leurs confrères par l’accomplissement de charges administratives. Le cas de Iulius Car[p]us excepté, « triplicarius », « duplicarius », et « sesquiplicarius » sont employés comme des adjectifs qualificatifs, accolés aux titres de « magister », de « quinquennalis » ou de « quaestor »57. De même, la loi du collège funéraire de Lanuvium prévoit que les quinquennales, pendant leur mandat et après leur sortie de charge, ainsi que les scribes, reçoivent plus que le commun des confrères58. Les allusions aux procédures d’octroi de ces privilèges tendent à dessiner l’image d’individus distingués d’une masse, par la masse elle-même. Les avantages personnels sont concédés « ex consensu uniuersorum »59. En décernant de tels titres, comme en décernant celui d’immunis, les collèges prennent modèle sur l’institution publique qui pouvait leur apparaître comme la plus hiérarchisée de toutes. Parmi les soldats de l’armée romaine, les immunes, les sesquiplicarii et les duplicarii, se distinguaient des autres, par leurs dispenses de corvées et par le montant de leurs soldes60.

  • 61 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 305-306.
  • 62 CIL, XIV, 307 : « – – –] et Portens(ium) q(uin)q(uennalis) itemque bisellia ri[us / fecit s]ibi et (...)
  • 63 H. L. Royden, Magistrates, p. 111. Sur l’une des deux seules inscriptions qui le font connaître, un (...)
  • 64 A. Licordari, Un’iscrizione inedita di Ostia, RAL, 29, 1974, p. 313-323 (AE, 1974, 123 bis).
  • 65 CIL, XI, 1355 (D., 7227).
  • 66 J.-P. Waltzing, Étude, III, p. 483.

21Enfin, au-delà de ces avantages matériels, des dignitaires de collèges ont reçu un titre honorifique et un privilège à la fois, à travers l’octroi du bisellium. Les biselliarii assistaient aux assemblées confraternelles à une place d’honneur, sur un siège d’apparat. Les réunions des collèges se déroulaient de telle manière que la supériorité de quelques-uns et le caractère hiérarchique de l’association en général étaient soulignés61. Le plus souvent, la dignité de « biselliarius » complète l’évocation d’une charge prestigieuse et, dans un cas, celle d’un patronat. Une épitaphe conserve la mémoire d’un « q(uin)q (uennalis) itemque biselliari[us] »62. De cette pierre, ne reste plus qu’un fragment, si bien que le nom du défunt et celui de son association ne sont pas conservés. Toutefois, il paraît assez plausible que ces titres aient été portés par un membre du corpus pistorum Ostiensium et Portensium. Proposer la restitution « Ostiensium » dans la lacune « [– – –] et Portensium » ne semble pas poser de difficultés : le corpus des boulangers est l’une des rares collectivités qui affiche systématiquement ses attaches à la fois avec Ostie et Portus63. Si l’on se fie à la restitution proposée par A. Licordari, un autre anonyme lié au port de Rome a sans doute été élevé au rang de « q(uin)q(uennalis) et [biselli]arius in corpore neg(otiatorum) fo[ri] uinari »64. Enfin, le titre de biselliarius apparaît à deux reprises sur un album fragmentaire de Luna, qui semble avoir été rédigé par des fabri tignuarii65. Herennius Demetrius, qui offre la table gravée au collège, est certes qualifié de « bisell(iarus) dendrophor(um) ». Toutefois, si le second fragment avait répertorié des dendrophores et non des fabri tignuarii, les premiers auraient été nommés au sommet de l’inscription et, rédacteurs du document, ils n’auraient pas pris le soin de mentionner quelle communauté avait honoré Demetrius. Numisius Tacitus, quant à lui, est enregistré à la fin de la liste des patrons de l’association. Parmi ces individus, il est le seul à arborer le titre de pater collegii qui recouvre sans doute une fonction de président. À la ligne suivante, le mot « biselliarius » a été inscrit en lettres plus grandes, juste au bord inférieur du fragment conservé. De fait, si J.-P. Waltzing considère que le titre était détenu par Demetrius, on peut aussi envisager que « biselliarius » annonçait la mention – disparue – d’un autre individu66.

22En somme, la vie collégiale, et les usages épigraphiques qui lui sont liés, donnent une publicité aux noms des collegiati en accolant à ceux-ci des titres qui ont une valeur distinctive. Presque tous les collèges tendent à instituer leur propre « dignitatis gradus », sous-tendu en partie par des fonctions d’administration et de pouvoir. La dignité individuelle des collegiati est précisée, souvent de manière fine, par le biais d’une hiérarchie dont les degrés étaient gravis progressivement.

Cursus collégiaux et accumulation du prestige

  • 67 H. L. Royden, Magistrates, p. 224.

23L’influence des titres collégiaux sur la perception que les collegiati ont de leur rang social apparaît avec plus de clarté, si l’on prête attention aux formulations précises des inscriptions qui mettent ces personnages en scène. Les inscriptions sur lesquelles les titres des collegiati sont cités se présentent comme des cursus67. La recherche d’effets d’accumulation est très nette. De fait, les collegiati conçoivent l’obtention de chacun de leurs titres comme une promotion personnelle, dans la hiérarchie construite par le collège. Beaucoup se présentent ou se font représenter comme des personnes qui, durant leur existence, ont gagné en dignité.

24Les individus, qui ont assumé des responsabilités dans leur collège, sont assez nombreux à prendre le soin de se présenter d’abord comme des corporati, comme des membres ordinaires de leur communauté. De fait, la vision consciemment et volontairement offerte par les tituli est celle d’une progression dans la hiérarchie du collège, d’une promotion. D’autres documents témoignent de telles trajectoires, sans que l’on puisse déceler en eux une vocation à exalter des parcours individuels. Ainsi, le caractère progressif de la rédaction des listes collégiales explique que des noms ont été gravés deux fois, tout d’abord parmi les membres ordinaires, puis parmi les présidents. En revanche, rien n’explique pourquoi les dédicants des épitaphes ne se contentent pas d’indiquer la plus haute fonction atteinte par les défunts, si ce n’est la volonté de souligner l’ascension réalisée par ces individus. Une telle façon de faire est bien attestée, dans l’espace gaulois en particulier. Dans l’épigraphie des collèges arlésiens, six corporati forment la série suivante.

- L. Avent. Avitianus, faber tignua[r(ius)] C(oloniae) I(uliae) P(aternae) Arel(atensis), mag(ister) eiusdem corp(oris) : CIL, XII, 719.

- C. Iul. Pomp[– – –], collega fab[rum] naualium c[orp(oratorum) Arel(atensium)], curator eius[dem] corporis : CIL, XII, 730.

- M. Iunius Messianus, utricl(arius) corp(oratus) Arelat(ensis), eiusd(em) corp(oris) mag(ister) IIII f(actus) : CIL, XII, 733.

- C. Publ. Bellicus, corp(oratus) col(oniae) Iul(iae) Patern(a)e Arel (atensium) fabror(um) tignuarior(um), item magister : CIL, XII, 738.

- M. Frontonius Euporus, nauicular(ius) mar(inus) Arel(atensis), curat(or) eiusd(em) corp(oris) : CIL, XII, 982.

- nun anonyme, naut(a) Atr(icae ?) et Ou(idis), curator eiusdem corporis ; item utriclar(ius) corp(oratus) Arelat(ensis), eiusdemq(ue) corp(oris) curat(or) : CIL, XII, 4107.

25Une autre série se dégage de la documentation lyonnaise, ou en relation avec la capitale gauloise.

- M. Inthatius Vitalis, negotiat(or) uinarius Lugud(uni) in kanabis consistens, curatura eiusdem corpor(is) bis funct(us), item q(uin)q(uennalis) : CIL, XIII, 1954.

- C. Primius Secundus, n(auta) [Rh]od(anicus), [eius]d(em) cor(poris) praef(ectus) : CIL, XIII, 1967.

- L. Hilarianius Cinnamus, naut(a) Rhodanicus Rhodano nauigans, curator eiusdem corporis : CIL, XIII, 1996.

- C. Novellius Ianuarius, nauta Araricus, curator et patronus eiusde[m c]orp(oris) : CIL, XIII, 2020.

- Popillius, ad pertinen[s et] honoratus co[rpor(is)] utriclari[orum] : CIL, XIII, 2023.

- Munatius Felix, dendrophorus Aug(ustalis) Lug(uduni) eiusdemq(ue) corporis curat(or) : CIL, XIII, 1961.

- L. Sabinius Cassianus : dendrophorus August(alis), q(uaestor) corporis : CIL, XIII, 2026.

- M. Sennius Metelus : negotiator corporis splendidissimi Cisalpinorum et Transalpinorum, eiusdem corporis praef(ectus), CIL, XIII, 2029.

- C. Sentius Regulianus, diffus(or) olearius ex Baetica, curator eiusdem corporis, negot(iator) uinarius Lugudun(i) in canabis consistens, curator et patronus eiusdem corporis (CIL, VI, 29722).

  • 68 R. Duthoy, Augustales, p. 1274 et 1686.
  • 69 CIL, XIII, 1966 (D., 7028).
  • 70 CIL, XII, 1005.
  • 71 AE, 1974, 123 bis.

26La manière dont est décrite la position de ces individus dans leur collège est, en fait, analogue à celle en usage dans les inscriptions des Augustales68. À Lyon, C. Primius Secundus lui-même, et son fils M. Primius Secundianus, se disent « (se)uiri Aug(ustales) C(olonia) C(opia) C(laudia) Aug(usta) Lug(uduni), curator(es) eiusd(em) corp(oris) »69. Aebutius Agatho, naute de la Saône inhumé à Glanum, est décrit comme un « [(se)]uiro Aug(ustalis) corp(oratus), curat(or) eius[de]m corp(oris) »70. De même, dans la présentation qui est faite d’un riche affranchi d’Ostie, la qualité de « cor[por(atus)] et q(uin)q(uennalis) et [biselli]arius in corpore neg(otiatorum) fo[ri] / uinari » semble faire écho à la formule restituée « [seuir Aug(ustalis) et] / q(uin)q(uennalis) »71. Le statut d’Augustalis est une dignité, renforcée par les responsabilités remplies au sein de l’ordo Augustalium. De fait, les formulaires épigraphiques semblent procéder de l’affirmation suivante. La condition de corporatus est une dignité en elle-même, accrue par les honneurs obtenus au sein du corpus. Les trajectoires de réussite personnelle que les collegiati souhaitent mettre en évidence reposent sur l’accumulation progressive des honneurs et des charges. Or, les honneurs et les charges collégiales donnent corps à de véritables carrières.

  • 72 CIL, VI, 29700.
  • 73 À une exception, tout de même : CIL, XIII, 5154 (D., 7687).
  • 74 CIL, XI, 2643 : « – – – Vi]ctori, seuiro / [August]ali, idem q(uin)q(uennali), / [corporat]o in cor (...)
  • 75 CIL, XIV, 352 (D., 6149) : « D(ecimo) Fabio D(ecimi) filio Pal(atina) / Floro Veratio, / sacerdot(i (...)
  • 76 CIL, XIII, 1967 : « [D(is) M(anibus)] / [C(ai) Primi] / [Secu]nd(i), (se)/[uir(i)] Aug(ustalis) c(o (...)
  • 77 CIL, XIII, 2026.
  • 78 CIL, XIII, 1961 : « [D(is) M(anibus)] / [Mu]nati Lucensis, / [Mu]natius Venustus, / [Mu]natius Feli (...)
  • 79 Un fragment d’épitaphe ostienne (CIL, XIV, 289) est restitué ainsi : « –––] omnibus honorib]us func (...)

27Sept inscriptions laissent percevoir, dans l’esprit de collegiati, l’idée claire que l’ensemble des honneurs pourvus par un collège forme un véritable cursus honorum. Les profils évoqués par ces documents sont définis par le biais de formules couramment employées pour décrire les carrières des administrateurs municipaux. Le parcours de ces personnages dans la hiérarchie des collèges est résumé par des expressions telles que « omnibus honoribus apud eos functus » ou « honoribus ac muneribus omnibus functus ». L’une des titulatures, celle du piscator et urinator romain Flavius Annius Annaeus Fortunatus, précise que ces responsabilités ont été remplies « per gradum »72. Dans presque tous les cas, la référence aux honneurs s’ajoute à une condition affichée de membre ordinaire73. Un certain [– – –] Fructuosus, originaire d’Ostie mais inhumé dans l’Insula Igilium, est qualifié de « cor[poratus i]n corpore codicar(iorum), [omnibu]s honorib(us) functus »74. Issu du monde portuaire ostien lui aussi, D. Fabius Florus Veratius est un « nauicularius quinque corporum lenunculariorum Ostiensium, honoribus ac muneribus functus »75. De même, le Lyonnais C. Primius Secundus est un « fab(er) [tign(uarius)] Lug(uduni) cons(istens), [om]nib(us) ho-no[rib(us)] apud eos fu[nc]t(us) »76. Le parcours d’un second Lyonnais, L. Sabinius Cassianus, est présenté en trois temps. Entre la qualité de dendrophorus Augustalis et l’expression « omnibus honoribus apud eosd(em) functo », est évoqué l’exercice d’une questure. Celle-ci a été assortie d’un privilège voté par les dendrophores, ce qui explique sa mention : « q(uaestor) corporis eiusd(em) duplicarius ex consensu uniuersorum », Sabinus recevait le double de ses confrères, lors des distributions77. Dendrophore lyonnais lui aussi, un dénommé Munatius Felix a aussi été le patron de centonarii dont il a reçu tous les honneurs78. L’image donnée par l’épigraphie est celle d’élévations progressives dans des hiérarchies collégiales, fragmentées et strictement définies. Les textes présentent des trajectoires de réussite qui ont mené des membres ordinaires jusqu’au sommet de la hiérarchie collégiale79.

  • 80 CIL, VI, 1002 (D., 7269).
  • 81 CIL, VI, 868 : cf. n. 286. Le monument représente un Génie tenant en main une corne d’abondance, ta (...)
  • 82 CIL, VI, 1872 (D., 7266) ; voir aussi CIL, XIV, 161 (D., 1427).
  • 83 AE, 1987, 464 : « [Q(uinto) Seruilio Pudente, / L(ucio) Fufidio] Pollione co(n)s(ulibus), / [– – – (...)
  • 84 CIL, XI, 5749 (D., 7221).
  • 85 CIL, VI, 29700 et 29701.

28Au-delà des carrières individuelles, les formulaires épigraphiques offrent parfois une image complète de l’équipe administrative d’un collège, et de la hiérarchie dans laquelle les collegiati étaient susceptibles d’évoluer. Sur les bases de statues érigées par eux, des collèges ont fait préciser les noms des dignitaires alors en place, et présidant à ce titre aux dédicaces. Ainsi en est-il pour trois collèges de la ville de Rome : le corpus pistorum romain en 14480, un autre collège de la Ville lié à l’Annone en 25681, et le corpus piscatorum et urinatorum en 20682. Une partie de l’équipe dirigeante des centonarii de Laus Pompeia, composée de curatores et de quaestores arcae apparaît, quant à elle, sur un fragment de table de patronat datée de 16683. Et, en 261, Casidius Severus et Heldius Peregrinus, dont les discours sont mentionnés sur une table de patronat des centonarii de Sentinum, portent les titres de pater n(umeri), pour le premier, et de parens pour le second84. Cette terminologie reflète sans doute la hiérarchie du collège. Enfin, les modalités des distributions de sportules chez les piscatores et urinatores romains laissent percevoir l’organisation des honneurs propre à ce collège85.

  • 86 Il s’agit de T. Flavius Hilario, de L. Pacatius Tyrannus, de T. Flavius Faustinus, de C. Iulius Sat (...)
  • 87 CIL, VI, 33858 = 1060 (D., 7225). Dans la même liste, les décurions ne sont pas classés selon le nu (...)
  • 88 S. Panciera, Fasti, p. 278 ; face à la liste des 16 honorati, il faut avoir en tête les décès évent (...)

29D’autres documents, moins explicites mais plus nombreux, dessinent aussi les contours de carrières collégiales en plusieurs étapes. Dans les grands collèges divisés en décuries, par exemple, l’accès à un poste de président requiert l’exercice préalable du décurionat. Les fabri tignuarii romains suivent cette règle, tout comme leurs homologues d’Ostie. La progression d’une douzaine de charpentiers romains, du décurionat à la présidence collégiale, est avérée ou déductible avec une certaine sûreté, grâce à la comparaison et parfois à la restitution de plusieurs grandes listes nominatives86. La nomenclature T. Minisius Primitivus apparaît, par exemple, sur deux documents rédigés à un demi-siècle d’intervalle. S’ils étaient bien ceux d’un seul homme et non de deux homonymes, Primitivus était un vieillard, à la charnière des iie et iiie siècles. Il est le premier répertorié dans une liste de 16 honorati, très probablement établie selon un principe d’ancienneté de présidence87, tandis que son nom figure parmi ceux des six scribae en poste en 154. En invitant certes à une certaine prudence, S. Panciera propose de considérer les six derniers honorati de la liste comme les possibles magistri quinquennales du 41elustre du collège, en poste entre 194 et 19888. De fait, si l’on devait suivre cette logique, il apparaîtrait que Primitivus a été magister quinquennalis au plus tard entre 184 et 188.

  • 89 CIL, XIV, 374 (D., 6165).
  • 90 CIL, XIV, 128 (D., 615).
  • 91 CIL, XIV, 5344 : « – – –]io A(uli ?) [fil(io) Fa]b(ia ?) / Lolliano, e(gregio) u(iro), / proc(urato (...)
  • 92 Cependant, la conjonction « item » laisse ouverte la possibilité que Philocyrius ait été président (...)
  • 93 CIL, XIV, 347 (D., 6150) : « [D(is)] M(anibus), / A(ulo) Egrilio A(uli) f(ilio) Secundo Trheptiano (...)
  • 94 CIL, V, 2850 ; CIL, VI, 10340, 10341, 10343, 10344 et 33194.

30À Ostie, le décurionat du collegium fabrum tignuariorum apparaît dans une seule titulature individuelle : celle de M. Licinius Privatus89. En outre, les honorati et decuriones du collège sont les dédicants d’une inscription rédigée, entre 200 et 204, par les soins des magistri quinquennales Cn. Sergius Mercurius, Ti. Claudius Sosipolis et ce même M. Licinius Privatus90. Dans l’album que les charpentiers ostiens dressent en 198, ces présidents sont enregistrés à la tête des décuries 6, 15 et 16. Même si le document ne le mentionne pas, les trois fabri tignuarii devaient alors assumer le décurionat, qui leur a permis d’atteindre la quinquennalitas au lustre suivant. L. Iulius Doryphorianus, recensé à la tête de la quatorzième décurie, semble avoir dû patienter jusqu’en 205. Il semble être magister quinquennalis lors du trentième lustre collégial, avec Claudius Epagathus comme collègue91. Ce dernier apparaît en 198 au sein de la sixième décurie, et non à sa tête, si bien qu’il paraît vraisemblable que les années 200 à 204 furent, pour lui, celles du décurionat. L’épitaphe de C. Similius Philocyrius, président du collège entre 235 et 239, ne cite pas le titre de décurion, mais présente le défunt comme « magister quoquae (sic) collegi(i) fabrum tignuarior(um) Ost(iensium) lustri XXXVI item scrib(ae) eiusd(em) numeri »92. Sans doute le décurionat correspondait-il à une étape trop obligée et évidente vers la présidence, pour que le défunt ait ressenti le besoin d’y faire allusion. La fonction de scribe collégial semble avoir pu jouer un rôle efficace de tremplin, dans le parcours de Philocyrius. En tout cas, il ne s’agit pas d’un poste subalterne sans prestige. A. Egrilius Secundus Threptianus en fait mention, tout en évoquant ses dignités de décurion du uicus des Laurentes et d’appariteur de la municipalité d’Ostie93. Enfin, comme T. Aurelius Florentinus, « dec(urio) et quaestor coll(egii) fab(rum) » à Padoue, plusieurs défunts de la ville de Rome définissent leur position dans des collèges funéraires par l’addition du décurionat et de la questure94.

  • 95 J.-P. Waltzing, Étude, p. 412.
  • 96 CIL, XIII, 1954 (D., 7030) : « M(arco) Inthatio M(arci) fi[l(io)] / Vitali, negotiat(ori) uinari[o] (...)
  • 97 AE, 1982, 357 : « – – –]m q(uin)q(uennali), c[ura]tor(i) / [– – – nego]tiantium uina/[riorum, – – – (...)
  • 98 AE, 1987, 191 : « A(ulus) Caedicius Successus, / seuir Aug(ustalis) idem quinquenn(alis), / curator (...)
  • 99 CIL, XIV, 430 (D., 6168) : « L(ucius) Valerius Threp[t]us / fecit, mag(ister) q(uin)q(uennalis) / c (...)
  • 100 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

31La curatèle apparaît parfois comme une étape nécessaire en vue de l’obtention des présidences de collèges. Ce n’est pas le cas dans toutes les communautés, certaines ayant donné à leurs présidents le titre même de curateurs95. Le monument lyonnais érigé en l’honneur de M. Inthatius Vitalis, en revanche, signale explicitement l’existence de trois niveaux hiérarchiques, au sein du collège des negotiatores uinarii des kanabae. Vitalis se présente comme un negotiator uinarius, qui a assumé la curatura du corpus à deux reprises, avant de devenir quinquennalis96. Une épitaphe de Pise conserve peut-être la mémoire d’un autre homme ayant exercé successivement une curatèle et une quinquennalitas d’un collège de negotiantes uinarii. Le document, très lacunaire, est cependant difficile à interpréter97. La position d’A. Caedicius Successus, un habitant d’Ostie qualifié de « curator nauicularior(um) maris Hadriat(ici) idem quinquennalis », apparaît avec plus de clarté98. Négociant en vin lui aussi, L. Valerius Threptus a été curat(or) negotiantium fori uinari(i) avant de devenir q(uin)q(uennalis) colleg(ii) Geni fori uinari(i), les deux postes se rapportant en fait à une seule et même collectivité ostienne99. L. Calpurnius Chius a été deux fois curateur des mensores frumentarii Ostienses avant de devenir leur quinquennalis100.

  • 101 CIL, XIV, 281.
  • 102 CIL, VI, 10324, 10334, 10335 et 10336 ; dans le second cas, il n’est pas tout à fait impossible, ce (...)

32Dans la cité d’Ostie encore, le titre de curateur est utilisé par les dendrophores, mais d’une manière à la fois originale et difficile à cerner. Sur un album du collège, trois individus répertoriés parmi un total de 26 dignitaires sont qualifiés de q(uin)q(uennales) et cura-tores perpetui101. Cette perpétuité ne se confond pas avec celle qui semble avoir été décernée aux anciens quinquennales des collèges. Dans la même liste, sont recensés deux q(uin)q(uennales) p(er)p(etui). Chez les dendrophores ostiens, la curatèle a pu, sans doute, constituer une étape nécessaire en vue de l’accès à la présidence, mais ses anciens titulaires n’auraient ressenti le besoin de l’évoquer, que dans le cas où une perpétuité honorifique leur aurait été délivrée en sortie de charge. Enfin, deux collegia incerta romains semblent avoir exigé de leurs présidents, du magister M. Arruntius Stabilio et du quinquennalis L. Lucanius Alypus, l’exercice préalable d’une curatèle102.

  • 103 CIL, IX, 5450 (D., 7248) : « D(is) M(anibus), / T(ito) Silio T(iti) lib(erto) / Prisco, / mag(istro (...)
  • 104 CIL, VI, 10302 (D., 7352).
  • 105 CIL, VI, 10313.

33Dans d’autres collectivités, la questure représente la marche que les aspirants à la présidence doivent gravir. L. Sabinius Cassianus a déjà été cité. Loin de Lyon, à Falerio, un autre titulus jette quelques lueurs sur les structures de deux collèges : un collegium fabrum et un sodalicium fullonum103. Dans les deux collectivités, l’élévation à la dignité de magister semble conditionnée à l’exercice préalable de la questure. L’inscription mentionne un père et ses deux fils qui ont suivi des parcours similaires, dans les deux associations pour le premier, dans le collegium fabrum en ce qui concerne les deux autres. Enfin, Ti. Claudius Felix Scapulanus104et Sex. Lartidius Largus105ont été questeurs avant de devenir quinquennalis et magister, dans leur confrérie funéraire respective.

34Certes, il est parfois difficile d’exclure que les collegiati ont exercé les fonctions qu’ils évoquent de manière simultanée. Toutefois, dans la plupart des cas, il semble que l’étalage des titres collégiaux vise à décrire des cursus composés de plusieurs étapes successives, et donc à définir ceux-ci comme des trajectoires individuelles d’accumulation progressive d’une forme de prestige. De fait, par l’épigraphie, les collegiati ou leurs proches tiennent un discours fondé sur l’exaltation de la réussite personnelle, sur le sentiment d’avoir été promu. La relation entre ce sentiment de promotion forgé dans le microcosme de l’association et le rang social des collegiati est pour le moins complexe.

Rang collégial et rang social : une relation complexe

  • 106 CIL, XIV, 256.

35L’accumulation progressive de titres collégiaux mérite-t-elle d’être regardée comme un élément influant sur le rang social des collegiati ? La réponse à cette question doit être nuancée, en tenant compte de plusieurs éléments distincts. Pour tempérer le propos tenu jusqu’à présent, remarquons tout d’abord qu’il est difficile d’imaginer que toutes les fonctions pourvues par les associations, sans exception, présentaient un caractère honorifique très marqué. L’aeditimus recensé dans la plèbe des fabri nauales de Portus106, par exemple, était préposé au lieu de réunion communautaire. Si cette charge en avait fait un simple gardien, il serait pour le moins difficile de la considérer comme un honos, de moindre dignité mais de même nature que la présidence du collège. En outre, l’impact sur le rang social des dignités obtenues au sein des collèges paraît soumis à de fortes variations. Les formes d’articulation entre rang collégial et rang social semblent aussi hétérogènes que les milieux collégiaux eux-mêmes.

  • 107 CIL, XIV, 250 (D., 6174), 251 (D., 6175) et 252 (D., 6176) ; R. Meiggs, Ostia, p. 314-315.
  • 108 En 152, M. Cornelius Epagathus, q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus), et Antitius Helius, q(uin)q(uennal (...)
  • 109 H. L. Royden, Magistrates, p. 48-50 ; l’hypothèse paraît toutefois très conjecturale.
  • 110 CIL, XIV, 256.

36Tout d’abord, la portée sociale des titres et des cursus collégiaux varie d’un collège à l’autre. À l’aube du iiie siècle, le collège des fabri tignuarii d’Ostie regroupait, par exemple, plus de trois cents individus, répartis en seize décuries et placés sous la direction de trois magistri quinquennales nommés tous les cinq ans. En conséquence, le passage du rang de collegiatus, à ceux de décurion, de scribe puis de magister quinquennalis correspond à une voie qui n’a pu être empruntée que par un petit nombre. Dans ce cas précis, l’administration collégiale apparaît véritablement comme le creuset d’une élite assez restreinte et hiérarchisée. Dans les collectivités aux effectifs abondants, les individus qui gravissaient les échelons de la hiérarchie collégiale pouvaient avoir le sentiment légitime, et non pas illusoire semble-t-il, de s’élever socialement. En tout cas, le prestige qu’ils acquéraient au fil des années paraît plus grand que celui obtenu au sein d’organisations de taille plus réduite. À Ostie, par exemple, les présidences des lenuncularii tabularii auxiliarii et des lenuncularii pleromarii auxiliarii se valent-elles107 ? Les premiers forment une collectivité de 127 corporati en 152, et de 258 corporati en 192. En 200, les seconds ne sont que 19. En 152, les premiers ne mentionnent qu’un quinquennalis perpetuus et deux quinquennales qui semblent avoir présidé seuls, et successivement, aux destinées du collège. L’album daté de 192 répertorie cinq quinquennales perpetui, deux simples quinquennales, et un quinquennalis II108. Dans leur album, les seconds ne recensent pas moins de six quinquennales, qui ont peut-être formé deux équipes successives de trois présidents109. Rédigée à la même époque, la liste des fabri nauales donne les noms de six quinquennales et de plus de 350 « plébéiens »110. Toutes les présidences de collèges ne se valent pas. De fait, si l’exercice des charges collégiales devait être considéré comme une prise de rôle symbolique, irréel, la légitimité d’un tel regard pourrait paraître inversement proportionnelle à la taille des collectivités administrées. Ce postulat semble des plus évidents, mais il est tout de même nécessaire de le nuancer.

  • 111 Cf. infra, p. 339, et supra, p. 142-144.

37Les fabri tignuarii de la ville de Rome forment le collège où le nombre semble avoir le plus pesé sur la hiérarchisation de la communauté111. Mais le poids du nombre ne semble pas s’être exercé de manière univoque. En 154, les charpentiers étaient répartis en 60 décuries. À cette date, sur une base de marbre déjà évoquée, les noms des décurions du collège sont énumérés dans un ordre qui suit la numérotation des décuries. La liste se ferme sur la mention « LX Terentius Terentianus ». La liste gravée entre 199 et 203, la plus tardive laissée par le collège, conserve la mémoire de 55 décurions, dont un Hoenius Xenofon, « in d(ecuria) LIX ». Or, nous l’avons vu aussi, à une date difficile à préciser, l’inscription d’un monument funéraire énumère les noms des vingt-deux collegiati de la dixième dé-curie. En admettant que l’effectif de chaque décurie était du même ordre de grandeur, le nombre total de fabri tignuarii romains est estimé à quelques 1300 individus.

  • 112 J. L. D. Pearse, A forgotten altar of the collegium fabrum tignuariorum, Epigraphica, 37, 1975, p. (...)
  • 113 Les fastes du collège mentionnent le remplacement de présidents décédés, évincés ou excusés (defunc (...)

38Compte tenu de l’abondance de cet effectif et de l’organisation administrative du collège, les carrières des fabri tignuarii étaient longues et n’étaient accessibles qu’à un petit nombre. Réservé à une élite, le décurionat était un honneur dont beaucoup devaient se satisfaire. J. L. D. Pearse112a identifié deux petits fragments jointifs, découverts sur le Palatin, comme une des parties manquantes de la seconde des trois listes établies par le collège, gravée juste avant celle de 199-203. Ces fragments livrent neuf noms, dont deux ne figurent pas sur la troisième liste. Il est patent qu’un grand nombre de décurions mouraient à ce poste, ou quittaient leur fonction, sans atteindre la présidence du collège. Les magistri quinquennales n’étaient que six par lustre. Sauf décès ou remplacement exceptionnel de l’un d’eux113, leur mandat durait cinq ans. Aussi la longévité et la patience des décurions aspirant à la présidence étaient-elles mises à l’épreuve.

  • 114 CIL, XIV, 2630 (D., 7237) : « T(ito) Flauio T(iti) lib(erto) Hilarioni, / decur(ioni) coll(egii) fa (...)

39En conséquence, la prise en compte de la durée conduit à relativiser l’impression de mobilité du rang donnée par les carrières collégiales. Chez les fabri tignuarii, il ne s’agit que d’une mobilité lente. L’épitaphe de T. Flavius Hilario114, par exemple, porte à la connaissance de son lecteur un cursus collégial très étoffé. Le discours d’accumulation des dignitaires collégiaux apparaît encore. Toutefois, l’effet tend à s’estomper, si l’on tient compte du fait que le parcours de cet affranchi parmi les charpentiers s’est étalé sur quatre décennies. L’homme a été décurion pendant dix ans, entre 64 et 74, avant de devenir magister quinquennalis ; et il ne prend donc le titre d’honoratus que quinze ans après avoir été promu pour la première fois.

  • 115 H. L. Royden, Magistrates, p. 180 ; l’argumentation s’appuie sur la restitution « [Ti. Iulius Fau]s (...)
  • 116 Analysant le travail de restitution de J. L. D. Pearse, H. L. Royden remarque qu’entre la rédaction (...)

40L’état de conservation du matériel épigraphique oblige à des reconstructions aussi savantes qu’hypothétiques, mais il paraît probable, tout de même, que le décurionat de dix ans au moins était un préalable coutumier à la présidence collégiale. Servilius Zethus, C. Iulius Saturninus, Monnienus Priscus, Ti. Iulius Faustinus et T. Flavius Faustinus semblent s’être conformés à cette norme. Les trois premiers font partie de l’équipe de magistri quinquennales du 41e lustre, qui apparaît sur la troisième liste. En s’appuyant sur la reconstruction proposée par S. Panciera, H.L. Royden propose de restituer le nom du quatrième sur les fastes. Ceux-ci, pour le 41e lustre, indiquent le décès et le remplacement d’un président qui pourrait s’être appelé [Fau]stinus115. Or sur la seconde liste de décurions, Ti. Iulius Faustinus apparaît à la sixième place. Au 40e lustre probablement, au plus tard en tout cas, Faustinus était l’un des plus anciens décurions du collège. Si Faustinus est bien le magister quinquennalis mort en exercice pendant le 41e lustre, il est fort probable qu’il n’est pas mort jeune. Sur les fastes, pour ce 41e lustre, les commentateurs modernes préfèrent restituer « [Ti. Iulius Fau]stinus » plutôt que « [T. Flauius Fau]stinus ». Cette solution ouvre la possibilité de restituer « T. Fla[uius Faustinus ?] » sur un autre fragment des fastes, recensant les magistri du 43e lustre. Un T. Flavius Faustinus figure en effet à la fin de la seconde liste, au 43e rang d’ancienneté. Décurion récemment nommé en 194 ou avant, il aurait attendu 209 pour devenir magister. Enfin, dans la restitution qu’il propose de la seconde liste, J. L. D. Pearse place Servilius Zethus, C. Iulius Saturninus et Monnienus Priscus aux 29e, 30e, et 41e rangs d’ancienneté. Se fondant sur le rythme de renouvellement des décurions, perceptible grâce à la comparaison des seconde et troisième listes, H.L. Royden juge les trois personnages assez haut placés dans l’échelle d’ancienneté du collège, pour que la durée de leur décurionat soit estimée à deux lustres au moins116.

41L’attachement des collegiati au principe d’ancienneté fragilise l’idée d’une correspondance absolue entre le rang collégial et le rang social. Outre les trois grands niveaux hiérarchiques auxquels correspondent les titres de décurions, de magister quinquennalis et d’honoratus, l’épitaphe de T. Flavius Hilario évoque trois autres charges remplies auprès des fabri tignuarii. Au cours du 16e lustre, en 68-69 probablement, le décurion Hilario a été « nungentus ad subfrag(ia) », c’est-à-dire assesseur électoral. En attribuant ce titre, le collège fait preuve d’un mimétisme si résolu vis-à-vis de l’Etat romain, vis-à-vis du système comitial en l’occurrence, que la valeur numérique du mot « nongentus » semble ignorée. Il est difficile d’imaginer que, lors des élections collégiales, les assesseurs étaient 900 sur un total d’environ 1300 votants. Après avoir atteint la dignité d’honoratus, Hilario exerce, à deux reprises, une fonction électorale bien plus importante. « Censor bis ad mag(istros) creando<s> lust(ris) XIX et XX », il semble avoir été investi d’un pouvoir de contrôle et de surveillance lors des élections de 84 et de 89. Il avait probablement sous ses ordres des « nongenti », qui voyaient en lui leur devancier. Enfin, entre 94 et 103, Hilario est « iudexs inter elect(os) XII ab ordine », juge de paix du collège.

  • 117 Toutefois, pour accéder à la présidence, la très grande ancienneté ne semble pas avoir été suffisan (...)

42Au total, l’épitaphe du faber tignuarius semble vouloir donner l’image d’une accumulation impressionnante, et une image de prestige. Cependant, comparées à cette façade donnée à admirer, les réalités du parcours collégial de T. Flavius Hilario apparaissent bien plus laborieuses. Dans la deuxième partie du cursus de celui-ci, les fabri tignuarii semblent recourir aux bons services d’un sage, du plus ancien confrère encore en vie peut-être, et non asseoir la supériorité sociale de ce « T(iti) l(ibertus) ». Près d’un siècle plus tard, sur la liste gravée par le collège, les noms de T. Minisius Primitivus sont inscrits dans une position qui fait de cet homme, le premier des honorati, une sorte de princeps collegi. Toutefois, c’est le très grand âge de ce personnage déjà évoqué, plus que le prestige social qui semble distinguer Primitivus de ses confrères117.

43Par ailleurs, si l’abondance de l’effectif du collegium fabrum tignuariorum influe sur la hiérarchie et sur les cursus collégiaux des fabri tignuarii, l’effet du nombre doit être replacé dans le contexte social très spécifique d’une ville gigantesque. Et dans la Ville, se concentraient non seulement une masse humaine sans égale, mais aussi un grand nombre de familles aristocratiques. L’échelle des dignités et des fortunes n’est pas la même à Rome et dans les cités du Latium, pour s’en tenir à ce cadre géographique restreint. Certes, les magistri quinquennales et les honorati romains exerçaient une autorité sur une communauté de métier bien plus large que celles dirigées par leurs homologues des sociétés municipales. Cependant, la visibilité et la reconnaissance sociales de leur collège, n’étaient-elles pas inférieures à celles d’associations inscrites dans de petites communautés civiques ?

  • 118 CIL, XI, 3936 (D., 6588) : « L(ucio) Pacatio Tyranno, / honorato collegi / fabrum tignuariorum / Ro (...)

44Il n’est pas indifférent que les inscriptions qui mentionnent des fabri tignuarii de la ville de Rome paraissent ancrées dans un univers collégial clos et tourné sur lui-même ; à une exception près, qui semble confirmer cette règle. En 162, une statue de L. Pacatius Tyrannus, honoratus collegi fabrum tignuariorum Romanensium, est érigée à Capène118. L’hommage est rendu par décret de l’ordo municipi et financé par une souscription à laquelle les décurions, les Augustales, les uicani et les affranchis de Tyrannus ont participé. D’un seul et même personnage, l’épigraphie donne en fait deux images très contrastées. Sur la liste gravée par les fabri tignuarii en 154, le nom de L. Pacatius Tyrannus était mêlé à ceux de 59 autres décurions. L’homme se fond dans un groupe assez large, lui-même immergé dans le tissu artisanal fourmillant de la Ville. À l’inverse, le titulus de 162 donne à Tyrannus des allures de notable, en soulignant les aspects les plus valorisants de sa personnalité sociale. Le patron d’affranchis est assez riche pour manifester sa munificence à l’égard d’une cité. De fait, le faber tignuarius Romanensis parvient au niveau de dignité et de reconnaissance civique que les fabri tignuarii Ostienses les plus éminents, par exemple, atteignent dans leur propre cité. L’immersion dans une société municipale de taille restreinte semble permettre à Tyrannus d’obtenir une forme de reconnaissance sociale que le cadre romain ne pouvait pas lui fournir. Ce n’est pas la même chose que d’être magister collegii fabrum à Rome, à Ostie ou dans une cité plus modeste, que de présider un millier, plusieurs centaines ou quelques dizaines de collegiati. La proposition paraît évidente, mais cette évidence masque des interactions complexes que l’analyse laisse entrevoir.

  • 119 CIL, XIV, 161 (D., 1427) ; CIL, XIV, 4620.

45Au-delà de la diversité des collèges, les dignités et les responsabilités délivrées par une association semblent parfois endossées par des individus de condition sociale inégale. Quelques rares documents convainquent de la nécessité d’une étude fine, mais les indications fournies par les sources sont ténues et difficiles d’interprétation. L’hétérogénéité des effectifs collégiaux semble retentir sur la composition sociale des équipes dirigeantes. Et un même titre collégial, ou des dignités assez comparables, semblent pouvoir participer de trajectoires individuelles différenciées. Deux quinquennales du corpus mercatorum frumentariorum d’Ostie en fournissent une illustration manifeste. Le notable P. Aufidius Fortis – nous l’avons vu – a été quinquennalis perpetuus et patron du collège, tandis que son affranchi Faustianus en a été le quinquennalis ordinaire119. Certes, la position du second s’explique par celle du premier. Mais, au-delà de cet aspect des choses, il paraît évident que les deux personnages ne pouvaient regarder leurs titres collégiaux respectifs que d’un œil très différent. Bien que ces titres semblent assez proches l’un de l’autre, dans l’absolu, Fortis et Faustianus n’y attachaient certainement pas la même valeur. Le fossé qui séparait la condition sociale des deux hommes était beaucoup plus large que la nuance entre quinquennalitas perpétuelle et quinquennalitas ordinaire le laisse paraître.

  • 120 CIL, XIV, 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175). Se reporter à la troisième partie.
  • 121 Et, de l’avis de H. L. Royden, Magistrates, p. 43-45, il est possible que, malgré leur nom, les qui (...)
  • 122 Si, en suivant la reconstruction de H. L. Royden, l’on envisage que Vettianus a pu présider le coll (...)

46Dans des chapitres ultérieurs, le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum fera l’objet de développements étoffés120. Une première analyse des deux listes que le collège a rédigées à partir de 152, puis de 192, semble révéler que l’accès à la quinquennalitas pouvait s’inscrire dans deux types de parcours individuels, au moins. Les deux listes, composées suivant un ordre d’ancienneté, apportent un éclairage précieux. Certains collegiati, tout d’abord, semblent avoir été promus à l’ancienneté. Un dénommé A. Herennuleius Vettianus est inscrit dans la plèbe du collège, sur les deux albums. Les documents de ce type étaient certes complétés au fur et à mesure des adhésions, après un recensement initial. Il est vraisemblable, toutefois, que les compléments apportés au recensement de 152 n’aient couvert qu’une courte période. Seuls les noms de trois présidents, un quinquennalis perpetuus et deux quinquennales ordinaires, sont mentionnés. Les deux premiers étaient en poste en 152, à l’inverse du troisième qui apparaît à la fois comme quinquennalis et comme membre ordinaire. De fait, l’album semble avoir servi de liste de référence pendant une durée égale ou inférieure à deux mandats de quinquennalis121. Or, répertorié dans le dernier tiers de la première liste, A. Herennuleius Vettianus figure au quatrième rang de la plèbe de 192, parmi les huit collegiati qui ont vécu assez vieux pour être cités sur les deux albums. Sur ce second registre, sa nomenclature apparaît aussi parmi les dignitaires collégiaux. Il est le dernier quinquennalis recensé, après cinq quinquennales perpetui et deux quinquennales ordinaires. Vettianus semble avoir attendu plus de trente ans avant d’être distingué par son collège, eu égard à sa vénérable ancienneté, et non en reconnaissance d’un prestige qu’il aurait pu acquérir parallèlement à la vie associative, dans la vie économique ou civique notamment122. Le parcours de L. Valerius Daphnus répond peut-être à un schéma comparable. Daphnus est inscrit à la dixième place de la plèbe de 192. Il semble avoir été admis dans le collège juste après l’abandon de l’album de 152 pour un autre document de référence aujourd’hui perdu, au début des années 160 probablement. En 192, Daphnus est donc un vieux quinquennalis perpetuus et patron du collège.

  • 123 Il est possible, toutefois, que la mention « II » ait été ajoutée après 192.

47Or, à la même date, M. Cornelius Valerianus arbore les mêmes titres collégiaux, mais son profil semble fort différent de ceux de Daphnus et de Vettianus. Nous avons déjà relevé que Valerianus a atteint le rang de décurion de la colonie d’Ostie. Son fils a reçu la dignité équestre. Son père ou son grand-père semble avoir été curator Augustalium. L’étude détaillée de cette lignée et du poids de celle-ci dans le corpus lenunculariorum sera proposée par la suite, mais certains éléments méritent d’être évoqués dès à présent. L’homme qui semble être le père ou le grand-père de Valerianus était un adulte en 141. Celui qui semble être le frère ou le père de Valerianus a été nommé quinquennalis du collège peu de temps après 152. Et le fils de Valerianus est mort à 12 ans, après 192. Trois ou quatre générations de M. Cornelii paraissent se succéder assez rapidement. De fait, sans spéculer de façon hasardeuse sur l’âge de Valerianus en 192, celui-ci était alors plus jeune, assurément et sans doute de beaucoup, qu’un A. Herennuleius Vettianus. Surtout, comparé à ce dernier, Valerianus a accompli un cursus collégial plus étoffé, de manière beaucoup plus rapide. Son nom apparaît deux fois sur l’album de 192, parmi les patrons du collège, puis parmi les quinquennales. Il ne figure pas parmi les noms des plébéiens. En 192, Valerianus avait déjà atteint la quinquennalitas. Et de surcroît, il n’est pas impossible qu’il assumait alors, ou avait déjà assumé, une seconde présidence collégiale123. Valerianus paraît avoir très vite atteint le sommet de la hiérarchie collégiale, grâce à l’influence acquise par sa famille, auprès des lenuncularii. La dignité de curator Augustalium atteinte par le père ou le grand-père reflète une richesse et une reconnaissance dans la colonie qui ont préparé l’accès de Valerianus au décurionat. Le cursus collégial de Valerianus semble s’inscrire dans une trajectoire individuelle et familiale d’ascension fort éloignée de l’existence sociale de lenuncularii ayant porté les titres même qui ont donné corps à ce cursus. L’articulation entre le rang collégial et le rang social n’est pas la même dans le cas du premier et dans celui des seconds.

  • 124 F. Zevi, Miscellanea, p. 472-478.
  • 125 CIL, XIV, 299.
  • 126 CIL, XIV, 297 = ILMN, 564 : « D(is) M(anibus), / L(ucius) Antonius Peculiaris, / seu(ir) Aug(ustali (...)

48Certains collèges, enfin, ont une longue histoire. La valeur sociale des titres collégiaux a pu, en conséquence, évoluer au fil des décennies. Le titre de magister quinquennalis du collegium fabrum Ostiensium, par exemple, avait-il la même signification sociale à la fin de l’époque julio-claudienne et au début de l’époque sévérienne ? L’ère du collège des charpentiers d’Ostie débute en l’an 60124. L. Aquillius Modestus, affranchi d’Aquillia Apta, a présidé cette association durant le second lustre de celle-ci, entre 65 et 69 ; et la colonie d’Ostie l’a élevé au rang d’Augustalis125. Vingt-trois lustres plus tard, L. Antonius Peculiaris porte les mêmes titres. Magister quinquennalis des fabri tignuarii entre 180 et 184, l’homme se présente comme un seu(ir) Aug(ustalis)126. Cette dernière dignité, ajoutée au fait que l’épouse de Peculiaris porte le même gentilice que lui et un cognomen grec, conduit à voir en lui un probable affranchi. En apparence, Modestus et Peculiaris présente un profil social tout à fait identique. Pourtant, c’est entre leurs deux présidences collégiales que se produit le tournant majeur de l’histoire d’Ostie. La construction du Port de Trajan entraîne une véritable fièvre de construction sous le principat d’Hadrien. Le collège s’installe alors dans une vaste schola, à proximité du centre politique de la colonie.

49Il paraît impossible que l’essor économique et urbanistique d’Ostie n’ait pas profondément marqué la communauté de métier des fabri tignuarii, en influant à la fois sur l’importance numérique de celle-ci, donc sur l’étendue du pouvoir des magistri, et sur le niveau des patrimoines des plus riches charpentiers. Communauté naissante à l’époque de Modestus, le collegium fabrum tignuariorum est, 120 ans plus tard, une institution traditionnelle d’une vie publique ostienne où les milieux commerciaux et artisanaux sont plus visibles. Les documents associant, de la manière la plus claire, une image de prestige et de réussite sociale, d’une part, et la dignité de magister quinquennalis du collège, d’autre part, sont postérieurs aux années 140. Même si les sources sont très ténues et inégalement réparties dans le temps, il paraît très vraisemblable que la présidence des fabri tignuarii n’avait pas la même valeur sociale avant et après la césure fondamentale que représentent la mise en service et le développement du port de Trajan. On peut douter du fait que le rang d’un Modes-tus et celui d’un Peculiaris soient strictement équivalents, et aient été perçus comme tels.

50Au total, le commentateur moderne qui analyserait l’octroi de dignités collégiales en terme de mobilité sociale ascendante pourrait donner l’impression de manquer de mesure. Tous les phénomènes romains de mobilité des conditions et des statuts ne peuvent pas être mis sur un même plan. Il faut en avoir pleine conscience. Les mouvements possibles dans les hiérarchies de la société romaine sont d’ampleur et de nature très différentes. Il n’empêche que ces mouvements peuvent parfois se conjuguer, et donc se révéler complémentaires. Certes, les inscriptions qui mettent en scène des dignitaires collégiaux paraissent trompeuses. Elles constituent le médium d’un discours sur la réussite personnelle, plus ou moins étoffé, qui n’a pas vocation à révéler les limites de celle-ci. Cependant, un tel discours n’est pas que faux-semblant. La promotion personnelle par le collège est une réalité ressentie par les collegiati eux-mêmes, par ceux qui peuvent se targuer de leurs titres, et par les simples collegiati. Les collèges sont des espaces de vie collective où des individus construisent et affirment leur supériorité de prestige et de rang. Il ne s’agit cependant que d’une supériorité relative, plus ou moins modeste et laborieusement acquise. Regardée d’un point de vue étranger au milieu collégial, si l’on adopte un point de vue qui devait être celui des aristocraties, cette supériorité affichée paraît dérisoire et donc irréelle. Elle ne l’est pas aux yeux des principaux intéressés qui ne se considèrent pas comme des gens de peu, voués à le rester. Le caractère relatif des supériorités ainsi créées est aussi question d’échelle.

51Les hiérarchies sociales du Haut-Empire romain sont structurées par l’existence de clivages majeurs qui instaurent entre les groupes sociaux des barrières difficiles à franchir. Cependant, au-delà de ces clivages nets et fondamentaux, de multiples critères d’une différenciation fine entre les individus apparaissent comme autant de facteurs de fragmentation des hiérarchies sociales. Le rang collégial, et la progression dans les hiérarchies collégiales, créent de la distance sociale entre des individus proches. L’accumulation de titres collégiaux influe bel et bien sur le rang social des collegiati, mais dans des limites qu’il convient de circonscrire précisément. L’acquisition de titres collégiaux est présentée et ressentie comme une promotion personnelle, par des acteurs qui, pour une écrasante majorité, n’accèdent pas à la seule véritable promotion sociale, stricto sensu : l’entrée dans l’élite qui, dans les sociétés municipales, tend à se confondre avec l’accès au gouvernement civique. La société romaine laisse ainsi percevoir beaucoup de mobilité et de fixité, relatives, parfois à travers les mêmes cas individuels.

LES COLLEGIATI ET LES CONDUITES DE DON

  • 127 Mart., 3, 59 : « le savetier Cerdo t’a offert, élégante Bologne, un combat de gladiateurs ; un foul (...)

Sutor Cerdo dedit tibi, culta Bononia, munus, fullo dedit Mutinae : nunc ubi copo dabit ?127.

52Dans cette épigramme, avec la verve dédaigneuse qu’il savait déployer, Martial s’emporte contre des hommes issus du monde des métiers qui ont donné des combats de gladiateurs, alors que leur rang social correspondait bien plus à celui de simples spectateurs. La véhémence du poète s’explique par le constat condamné d’une inversion des rôles. Or, les sources collégiales fournissent bien des exemples de tels retournements.

53Les bienfaits des notables jouent un rôle fondamental dans la vie des associations de l’Occident romain. Se regrouper offre l’occasion de se placer sous la protection des puissants. De fait, les collegiati se voient attribuer une position sociale de subordination dont ils tirent avantage. Ils attirent vers eux la générosité de grands personnages, en se plaçant sous leur patronat officiel ou tacite. La pérennité de leurs organisations doit beaucoup aux largesses des notables et aux liens de clientèle qu’ils nouent avec ces individus. Recevoir est une dimension de l’intégration sociale et de l’honorabilité des collegiati. En effet, les donations donnent lieu à des manifestations publiques qui intègrent les collectivités bénéficiaires à la vie municipale, et qui contribuent à l’intensité de cette dernière. La convivialité liée à ces manifestations aboutit à l’affirmation de collèges qui, dans la vie civique, se démarquent au sein des plèbes urbaines. Or, les associations ne permettent pas seulement à une fraction du corps civique de s’illustrer par rapport à la cité tout entière. Elles donnent aux individus la possibilité de se distinguer, par les titres et les honneurs qu’elles attribuent, mais aussi en ménageant l’accès à des conduites de don. Les corporati les plus éminents conçoivent la vie collégiale comme un moyen de passer du rang de bénéficiaires à celui de bienfaiteurs. Comment cette pratique du don assure-t-elle la promotion personnelle des collegiati ? Les dons concourent à la formation d’un univers collégial valorisant. Leur caractère évergétique, plus ou moins affirmé, permet à leurs auteurs d’atteindre un prestige défini à l’aune de celui des plus grands notables des cités. Par les richesses données, les détenteurs du pouvoir collégial nouent avec leurs confrères des liens comparables à ceux qui unissent patrons et clients.

Le don dans la formation de la sphère collégiale

54Les dons faits aux collèges peuvent être définis et classés, en fonction des différents aspects de la vie communautaire qu’ils favorisent. Grâce aux présents reçus, les collèges possèdent en effet un grand nombre de biens mobiliers qui reflètent la nature de leurs activités. L’étude portera notamment, dans de prochains chapitres, sur les donations liées aux lieux de réunion des collegiati ou à l’expression d’une déférence à l’égard de la puissance publique. Ajoutées à celles-ci, les libéralités liées aux cultes représentent une troisième catégorie, particulièrement importante dans la vie des communautés. Elles serviront d’appui aux analyses développées à présent.

ÉVERGÉTISME ET MONUMENTS CULTUELS

ÉVERGÉTISME ET MONUMENTS CULTUELS
  • 128 CIL, XIV, 44 (D., 3129) ; CIL, VI, 268 : « Mineruae Aug(ustae) / sacrum ; Nerone Claudio II, / L(uc (...)
  • 129 CIL, VI, 22 (D., 3816) : « Annonae Sanctae, Aelius Vitalio, mensor perpetuus, / dignissimo / corpor (...)
  • 130 CIL, XIV, 2 (D., 3339).
  • 131 AE, 1945, 118 : « Deo Sancto Apollini, / M(arcus) Plaetorius M(arci) f(ilius) Nicon, / parasitus Ap (...)
  • 132 CIL, VI, 188 (D., 3721) ; CIL, VI, 235 : « Pro salute / dominorum, / Genio horreorum, / Saturninus (...)

55Quelle que soit la nature des biens offerts et l’activité confraternelle concernée, les donations contribuent à la formation d’une sphère collégiale spécifique, dans des existences sociales formées de plusieurs composantes à la fois distinctes et liées. Ainsi, des collegiati célèbrent des divinités liées à leurs activités professionnelles. Minerve, patronne des travailleurs manuels, est honorée par des calfats et des foulons, en la personne des six présidents de fontani romains128. Mensor perpetuus, Aelius Vitalio129donne un autel dédié à Sancta Annona aux pistores siliginarii romains. Il était probablement l’un des membres éminents de la confrérie formée par ces boulangers qui participaient à l’annone de Rome. Des mesureurs de blé d’Ostie se montrent à l’écoute de Cérès et des Nymphes, en faisant bâtir un puteus130. L’invocation de ces divinités s’explique par la nature du métier de mensor, et par la nature de la construction. De son côté, M. Plaetorius Nicon, adhérent d’une association de cantores, fait un don à Apollon, le patron divin des Arts131. Enfin, plusieurs dédicaces faites par des horrearii relèvent d’une sacralisation du lieu de travail, d’entrepôts dont les confrères honorent le Genius ou une autre divinité tutélaire132. Ces Genii loci s’attachent à des espaces économiques inspirant un sentiment de cohésion qui en vient à dépasser l’horizon strictement professionnel.

  • 133 CIL, XIV, 2156 (D., 3255).
  • 134 T. F. C. Blagg, The cult and sanctuary of Diana Nemorensis, in M. Heinig, A. King (éd.), Pagan Gods (...)

56Par ailleurs, des dédicaces montrent que le culte collégial peut être un facteur d’intégration à la cité. Esclave public d’Aricia, Primigenius offre, avec son fils, une statue de Diane au collège de blanchisseurs dont il était le curateur133. L’expression « collegii lotorum », un génitif d’appartenance, sert d’épiclèse à la déesse. Le groupe s’approprie une divinité tutélaire qui n’existe pas indépendamment de lui. D’une certaine manière, à travers sa divinité, le groupe sacralise et célèbre sa propre cohésion, le lien qui unit chacun de ses membres. Or, Diane était la principale divinité de la cité d’Aricia. Sur le territoire de celle-ci, sur les rives du lac de Nemi plus précisément, un sanctuaire de Diana Nemorensis était probablement en activité depuis l’Époque archaïque, les premières traces de bâtiments étant attestées au ive siècle av. J.-C.134. Sous l’empire, la Diane de Ne-mi fait beaucoup pour la renommée d’Aricia. Des personnages issus de toutes les couches de la société locale lui adressent de nombreuses dédicaces, tandis que le sanctuaire reçoit les libéralités d’empereurs et de grands aristocrates romains. De fait, la dédicace de Primigenius encourage une activité religieuse qui était commune à tous les habitants d’Aricia, qui était au cœur de l’identité de chacun de ces habitants. Par le culte de « leur » Diane, les lotores s’affirment à la fois en tant que collège et en tant que citoyens, comme un groupe constitutif de la res publica d’Aricia. L’expression d’une piété personnelle sert la cohésion du groupe et l’intégration de celui-ci dans son environnement civique.

  • 135 CIL, V, 2794, Patavium ; VI, 240, Roma ; XII, 1815 (D., 7264), Vienna ; XIII, 2839, Augustodunum ; (...)
  • 136 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232).
  • 137 CIL, VI, 641 (D., 3540) : « Siluano dendrophoro sacrum, / M(anius) Poblicius Hilarus, margar(itariu (...)
  • 138 CIL, VI, 339 (D., 7315) : « Herculi sacrum, / Sextus Aufidius Threp[t]us, / M(arcus) Octauius Carpu (...)

57Comme à Aricia, des collegiati se livrent à des donations qui font apparaître des déités comme les émanations divines du lien collégial. Plusieurs objets cultuels offerts sont dédiés à un Genius collegii, c’est-à-dire à la parcelle de divin que le groupe collégial recèle en lui135. Au début du iie siècle, comme nous l’avons vu, M. Valerius Felix offre aux charpentiers romains un monument dédié « numini Fortunae col(legii) fa[brum] ». Le donateur agit pour la bonne fortune du collège, en œuvrant à l’appropriation par celui-ci de la puissance surnaturelle de la déesse Fortuna136. Par son épiclèse, Siluanus dendrophorus est le protecteur naturel de l’association de M’. Poblicius Hilarus, q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus) du collège des dendrophores romains137. L’identification d’un collège à la communauté cultuelle d’un dieu particulier apparaît avec encore plus de netteté dans le cas du collegium Herculis salutaris cohortis primae sagariorum. Le monument consacré à Hercule, offert par deux curateurs, devait être le principal objet cultuel détenu par cette collectivité138. Les dons à caractère religieux participent au total du financement autonome des activités collégiales ; ils s’ajoutent aux écots et autres droits versés par tout collegiatus. Or, ce mode de financement particulier retentit sur l’identité sociale des collegiati.

  • 139 CIL, XII, 1815 (D., 7264) : « Genio et / Honori / utriclarior(um), / Aurel(ius) / Eutyche(s) / et A (...)
  • 140 On peut rapprocher la dédicace viennoise d’une inscription de Côme dédiée par un collegium nautarum (...)

58Des individus contribuent comme donateurs à une dynamique de construction d’un univers collectif. Promus par leur geste de don, au moins dans l’estime de leurs pairs, ils apportent leur concours au bon fonctionnement d’une entité qui donne, à l’ensemble d’un groupe, un accès à l’honorabilité. Une table de marbre mise au jour dans la cité de Vienne est révélatrice de cette convergence entre les intérêts individuels et collectifs des collegiati, d’une recherche à la fois individuelle et collective de l’honorabilité139. En effet, le titulus commémore un don qui a pris la forme d’une dédicace au Genius et à l’Honos des utriculaires. Aurelius Eutyches et Antonius Pelagius, qui se définissent comme immunes, en sont les auteurs. Le nom d’Aurelius Marinus, peut-être le fils d’Eutyches, a été ajouté sur la pierre. Sans doute le monument a-t-il été installé dans le local des bateliers après le vote d’un décret, ce qui traduirait l’encadrement par les instances collégiales du geste de don effectué à titre individuel. À travers l’invocation de l’Honos, Eutyches et Pelagius exaltent la dignité du groupe, tout en mettant en avant leur capacité à dépenser au profit de leurs confrères, et le statut privilégié dont ils disposaient parmi ceux-ci140.

  • 141 L’expression « de suo » apparaît sur les documents suivants : CIL, VI, 294 (D., 3463), 339 (D., 731 (...)
  • 142 AE, 1941, 70 : « Fortunae / sacrum, / L(ucius) Petronius / Charito, / m(agister) q(uin)q(uennalis) (...)
  • 143 AE, 1987, 198 et 199.
  • 144 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) ; CIL, VI, 996 (D., 7224).
  • 145 Voir par exemple CIL, X, 6071 (D., 3884) : « aram posuit » a été préféré à « aram dedit ».

59À l’instar des deux immunes viennois, bon nombre des donateurs collégiaux affichent explicitement leur inclination à la dépense. Les formules « de suo » ou « (de) sua pecunia » sont gravées pour en témoigner141. Les textes épigraphiques décrivent les dons reçus par les collèges avec une précision variable. L. Petronius Charito signale que la partie supérieure de l’autel offert par lui aux fabri tignuarii romain est en bronze142. C. Iulius Cocilius Hermes, dont nous reparlerons, précise le poids d’argent utilisé pour la statue de Cybèle qu’il offre aux dendrophores d’Ostie143. L’indication de ces détails matériels souligne bien que les motivations de ces donateurs ne sont pas seulement spirituelles. Evoqué plus haut pour sa dédicace au « numen Fortunae col(legii) fa[brum] », M. Valerius Felix précise les raisons de son geste144. Ancien magister quinquennalis, devenu honoratus, Felix a bien mérité de son collège. En conséquence, la direction du dit collège semble lui avoir accordé le privilège de recevoir une double part lors des distributions. La dédicace au numen Fortunae s’inscrit dans une relation d’échange suivie, entre un dignitaire, donateur et détenteur d’un certain pouvoir, et une collectivité organisée suivant un mode hiérarchique. De fait, les dédicaces ont des raisons d’être non-religieuses, plus ou moins affirmées par les donateurs. À l’inverse des derniers personnages évoqués, certains collegiati apparaissent néanmoins dans une relation de don peu explicite. La dédicace aux dieux semble parfois l’emporter sur la donation au collège, quand le verbe « ponere » est préféré à « donum dare » notamment145. L’ambiguïté même des donations religieuses réside dans la dualité des bénéficiaires qui s’identifient à la fois aux dieux et aux communautés humaines. Offrandes et libéralités, faites aux divinités et aux collèges à la fois, correspondent à des actes religieux et, en même temps, trahissent un certain type de relations sociales qu’il convient de définir.

Donner au collège : un évergétisme « plébéien » ?

  • 146 P. Veyne, Pain, p. 16-17, p. 110-118 et p. 201-203, notamment.

60Les donations dont l’épigraphie des collèges conserve la trace sont-elles évergétiques au sens strict du terme ? Le don est universel, mais l’évergétisme participe de structures historiques et sociologiques particulières. Le phénomène est propre au gouvernement des notables qui caractérise la cité hellénistique et romaine, et à la catégorie sociale formée par ces notables146. La dimension évergétique des comportements des collegiati est donc susceptible d’apparaître non seulement par la recension des donations, mais aussi et surtout par l’examen de la manière d’afficher des conduites et des profils identifiables à celles et ceux des notables. Ni la documentation collégiale, ni les attitudes des collegiati ne sont monolithiques et univoques. Des inscriptions et des dons de nature différenciée laissent percevoir le gradient d’une assimilation plus ou moins accomplie du collegiatus donateur à l’évergète issu de l’élite sociale et civique. Les dédicaces religieuses, comme nous venons de le voir, donnent l’image de cette diversité structurelle. Elles se placent en fait dans une typologie des conduites collégiales de don.

  • 147 CIL, IX, 3065 (D., 7299a) : « L(ucius) Spedius / Rhodinus, / sodalibus suis / Martialibus ».
  • 148 AE, 1981, 387 (IIe ap. J.-C.).
  • 149 AE, 1927, 129 : « V(iuus) f(ecit) ; / C(aius) Arrius C(ai) f(ilius) / Optatus, / sibi et suis, / et (...)
  • 150 P. Veyne, Pain, p. 28, 110-112, 265.

61L’épigraphie funéraire des cités, les donations à caractère sépulcral, font ainsi observer des situations fort éloignées de l’évergétisme stricto sensu. L. Spedius Rhodinus147, C. Petronius Mantes148et C. Arrius Optatus149sont trois Italiens – d’Interpromium, de Modène et de Padoue – qui ont offert une dernière demeure à des sodales Martiales, à des aurifices et à des sodales carpentarii. Les enclos funéraires acquis par Mantes et Optatus mesurent respectivement 26 pieds sur 16, et 51 sur 40. Les inscriptions liées aux trois concessions sont très peu ostentatoires. Les dons de Rhodinus et d’Optatus ne sont exprimés que par la seule mention des confrères au datif, tandis que Mantes fait preuve d’une certaine sobriété en n’usant que de la formule « de suo dedit ». Les trois donateurs semblent mus, bien moins par la recherche du prestige social et civique, que par la volonté d’être utiles à des défunts dont ils ont été proches. Alors même que Mantes se dit « decurio Mutinae », les gestes des trois personnages, gestes ancrés dans une sphère privée de l’existence, semblent bien loin du « devoir d’état »150qui obligeait les notables à faire preuve de munificence à l’égard de leurs concitoyens. Les groupes bénéficiaires, de leur côté, sont d’apparence assez informelle. Ils sont désignés par un pluriel, et non comme une entité propre, tel un collegium ou un corpus. Leurs contours n’apparaissent pas de la manière la plus stricte. Aux orfèvres de Mantoue sont adjointes leurs épouses et d’indéfinissables « qui inter nos sunt », tandis que les sodales de Padoue se mêlent aux amici d’Optatus. Les documents ne livrent aucune information sur les structures, hiérarchiques notamment, des communautés associatives.

  • 151 CIL, X, 5968 (D., 6272) : « T(ito) Iulio Euticheti, paton(o) / et rectori colle-g(ii) / dend(rophor (...)
  • 152 P. Veyne, Pain, p. 261.

62Les inscriptions honorifiques rédigées à l’adresse de collegiati donnent une toute autre image des donateurs, des donations et des bénéficiaires. Dans la classification des donations collégiales, ces documents et les attitudes de collegiati qu’ils éclairent s’opposent diamétralement au type précédent, perçu par le biais de l’épigraphie funéraire. La base de statue sur laquelle apparaissent les titres de gloire de T. Iulius Eutiches de Segni est très révélatrice du possible accès, grâce aux collèges, à la qualité d’évergète151. À la différence des trois précédents donateurs, Eutiches entretient avec ses confrères une relation hiérarchique, fondée sur l’exercice d’une responsabilité de nature administrative. L’homme a présidé « son » collège en tant que rector quinquennalis, tandis que le patronat dont les dendrophores l’ont gratifié révèle un dépassement de la qualité de collegiatus. L’évergétisme est affaire non seulement de don, mais aussi d’exercice d’une forme de pouvoir. Or, le collège d’Eutiches est un lieu de pouvoir, partie prenante de la sphère publique. Dans les cités italiennes, les dendrophores, avec les fabri et les centonarii, forment des communautés proches des municipalités, très visibles et reconnues au sein des structures civiques. Les dendrophores de Segni se présentent comme les membres d’un collegium, lié de manière organique à une cité, dont la mention au génitif fait partie d’une désignation officielle. Le collegium semble très différent des groupes d’apparence informelle de Mantoue ou de Padoue. Et la relation de don entre Eutiches et les dendrophores se distingue de celle dans laquelle s’investissent Mantes et Optatus. Le monument de Segni, bien plus que les stèles provenant des trois premières cités envisagées, vise à affirmer et à asseoir le prestige social d’Eutiches. Sur la pierre de Segni, la dignitas du collegiatus est associée au verbe « exhibere » qui, signifiant « apporter des preuves », « produire au jour », s’accorde bien avec la construction d’un prestige conçu comme ostentatoire. La dignitas d’Eutiches se nourrit de l’accomplissement des devoirs qu’elle fait naître. De fait, l’évergétisme repose sur des formes suivies de réciprocité, d’échanges de présents et d’honneurs152. La dédicace de la statue élevée « ob plura sepius beneficia », en récompense de bienfaits fréquents, fournit l’occasion de nouvelles libéralités, alors que les écots des collegiati ont valeur de dons individuels adressés à un bienfaiteur. En somme, Eutiches est un évergète même s’il est resté étranger au gouvernement municipal de Segni. Cette absence de carrière municipale, conjuguée avec la richesse et le port d’un surnom grec, autorise à regarder notre homme comme un probable affranchi, exerçant sur les dendrophores un pouvoir auquel il ne pouvait prétendre sur l’ensemble de la cité.

  • 153 J. Andreau, Fondations, p. 157-209.
  • 154 Ibid., p. 180.
  • 155 Ibid., p. 161.
  • 156 Ibid., p. 187-189.

63Des situations intermédiaires confèrent à la typologie des donations collégiales l’apparence d’un dégradé. Ainsi, la distinction, établie par J. Andreau, entre fondations « réflexes » et « non-réflexes » permet d’envisager certaines donations dans leur inégale dimension évergétique153. « Affectations perpétuelles d’un fonds à un but déterminé », les fondations confiées aux collectivités de taille inférieure aux cités relèvent de plusieurs types et, dans la classification ici esquissée, font ainsi figure de pivot. Les motivations et les prestations différenciées des donateurs sont à l’origine de cette diversité. Sous la plume de J. Andreau, une fondation est dite « réflexe » lorsque les prestations qu’elle instaure profitent directement au donateur, lorsque le « fondateur » se confond avec le bénéficiaire. Il en est ainsi, par exemple, lorsqu’un individu confie une somme d’argent pour qu’un sacrifice soit effectué sur sa propre tombe. À l’inverse, une fondation est « non-réflexe », quand le « fondateur » ne se confond pas avec le bénéficiaire, par exemple quand les intérêts de la somme donnée financent un banquet public154. Or, comparé au premier, le second type de fondation revêt un caractère évergétique beaucoup plus affirmé. Il est rare que les membres des élites sénatoriale, équestre ou municipale attirent à eux des prestations réflexes. Les fondations « non-réflexes » instituées par des « plébéiens » sont financièrement supérieures aux fondations « réflexes ». La fondation funéraire, a contrario, apparaît comme une institution très « plébéienne »155. Néanmoins, le type même de la fondation « réflexe » connaît des variations. Les fondations constituées pour l’entretien d’une statue sont souvent le fait de la fraction supérieure de la plèbe urbaine, cherchant à se distancier du reste du monde plébéien156.

  • 157 CIL, XI, 5047 : « C(aius) Attius (Caiae) l(ibertus) / Ianuarius, / (se)uir s(acris) f(aciundius), ( (...)
  • 158 P. Schmitt-Pantel, Evergétisme et mémoire du mort. À propos des fondations de banquets publics dans (...)

64L’épigraphie de Mevania, en Ombrie, fournit un exemple de fondation funéraire instituée par un collegiatus157. Portant les titres civiques de (se)uir s(acris) f(aciundis) et d’(octo)uir, C. Attius Ianuarius a offert mille sesterces afin que son collège, l’association locale des centonarii, sacrifie chaque année sur l’emplacement de son bûcher funéraire, lors des grandes fêtes des morts de février. Un devoir qui incombait d’ordinaire aux proches parents des défunts échoit donc aux centonarii. Or, Ianuarius est un ancien esclave, un homme qui a été privé du droit de construire une famille, dans la première partie de son existence. De fait, par la constitution d’une fondation, les collèges peuvent compenser l’absence de descendants. Ils sont à même de prodiguer des services nécessaires au bien-être des défunts dans l’au-delà. Ianuarius utilise probablement son collège à cette fin. Son comportement tend à le distinguer de notables qui n’avaient pas à redouter l’oubli, parce qu’ils ne manquaient pas d’enfants et d’affranchis pour célébrer leur mémoire. Toute préoccupation de type évergétique est-elle, pour autant, absente de l’esprit de Ianuarius ? La réponse à cette question doit être nuancée. Certes, la donation de Ianuarius revêt un caractère utilitaire indéniable, qui sied mal au désintéressement supposé du véritable évergète. Néanmoins, la mention du legs de mille sesterces apparaît à la suite de titres civiques, à l’image d’un élément de titulature, en quelque sorte. Honorant un ancien seuir, octouir et centonarius, le collegium tend à entretenir la mémoire civique, à entretenir le souvenir d’un homme public en qualité de structure publique158. Le legs de 1 000 sesterces témoigne de l’aisance et de la liberté acquises par Ianuarius. Les droits de disposer d’un patrimoine et de tester résultent en effet de la sortie de l’esclavage. L’adhésion au collegium centonariorum a marqué l’entrée de Ianuarius dans un environnement civique indépendant de la maison servile. La fondation tend à s’inscrire, au moins implicitement, dans un discours sur la réussite sociale et sur l’acquisition du prestige civique. De fait, le legs de Ianuarius tend vers l’évergétisme, même s’il n’en procède pas de manière totale et exclusive.

  • 159 AE, 1987, 198 : « C(aius) Iul(ius) C(ai) f(ilius) Cocil(ius) Hermes, / patr(onus) et q(uin)q(uennal (...)
  • 160 A. Pellegrino, Note su alcune iscrizioni del campo della Magna Mater ad Ostia, MGR, 12, 1987, p. 18 (...)
  • 161 L’imprécision s’explique par le fait que les pierres ont dû être installées dans un lieu détenu par (...)

65De son côté, C. Iulius Cocilius Hermes se conduit en véritable évergète à l’égard du collège des dendrophores ostiens159. Ses libéralités sont connues par deux documents mis au jour sur le « Campo della Magna Mater », où se situait le siège des dendrophores160. La première inscription a été gravée en 256 sur une base de marbre de 59 × 35 × 28 cm ; la seconde sur une plaque de marbre d’une soixante de centimètres, conservée dans un état très fragmentaire. Les deux pierres servent de support à deux textes très proches l’un de l’autre. Ceux-ci mettent en scène Hermes, paré de ses titres de patron et de quinquennalis perpetuus, offrant une statue cultuelle en argent de la Grande Mère. Ce dernier monument devait être disposé sur la base de marbre. En outre, à l’occasion du don de la statue, Hermes crée une fondation de 6 000 sesterces visant à la célébration de son anniversaire par un banquet et une distribution de sportules. Lors de la dédicace de la statue, l’évergète a sans doute fait distribuer deux deniers à chaque décurion. Néanmoins, le développement « ob cuius d(edicationem) d(ecurionibus) », proposé par A. Pellegrino, n’est pas d’une sûreté absolue. Le caractère hiérarchique et civique du collège paraît encore déterminant dans la construction de l’identité évergétique d’un collegiatus. Hermes affirme en effet sa supériorité sur une plebs qui répond à la stipulatio du « fondateur » par une sponsio : la plèbe du collège promet d’accomplir les devoirs prévus par la fondation. Le texte épigraphique cultive une certaine ambiguïté. Il est très probablement fait référence à la plebs collegii dendrophorum, mais le texte ne le précise pas161. Les sportules peut-être offertes aux décurions de la colonie d’Ostie renforceraient cette ambiguïté, en révélant la proximité et même l’interpénétration des sphères collégiales d’une part, et du gouvernement civique, d’autre part. En somme, Hermes peut se présenter comme un véritable évergète non seulement parce qu’il est l’auteur d’un don, mais surtout parce qu’il donne à une fraction du populus qui l’a désigné à une fonction dirigeante.

66Une approche de détail éclaire ainsi les donations collégiales dans leur caractère plus ou moins évergétique. L’évergétisme stricto sensu que pratiquent les collegiati les plus éminents, par leur rang social et collégial, s’inscrit dans la dynamique qui préside à la construction d’une sphère collégiale, civique dans son essence, hiérarchisée dans sa morphologie. Le collège permet aux plus honorables de construire, grâce à la richesse, un prestige fondé sur des honores et sur des relations de clientèle.

La richesse, l’honneur, la clientèle

  • 162 F. Dupont, Le citoyen romain sous la République. 509-27 av. J.-C., Paris, 1994, p. 46.
  • 163 P. Veyne, Pain, p. 246.
  • 164 Ibid., p. 271.

67Les conduites de dons représentent pour la fraction supérieure des collegiati un moyen de dépense et d’affichage de la richesse dans l’espace civique. Les donations collégiales sont révélatrices d’un certain rapport anthropologique à la richesse et à l’argent162. La richesse est honorable et donc à montrer. La pauvreté est vile. C’est une grave faute sociale, toutefois, que de regarder l’argent comme un bien à thésauriser. En effet, les richesses n’ont de sens et de valeur qu’au service des siens et de la collectivité, dépensées pour rapprocher les hommes et cultiver une dignitas lue dans le regard d’autrui. De fait, si l’avarice est méprisable, la consommation ostentatoire est, pour l’acquisition du prestige, d’une bien moindre efficacité que le don ostentatoire163. Profiter et faire profiter de son patrimoine, sans se priver ni priver les autres, est un devoir social. Une caractéristique essentielle de cette générosité est d’être mise en pratique par un individu supérieur, au profit d’un groupe. Le prestige des bienfaiteurs collégiaux procède d’une volonté individuelle de se distinguer de la masse, de s’extraire du commun. L’évergétisme stricto sensu correspond en effet à un « devoir d’état » qui s’impose aux détenteurs du pouvoir, aux titulaires d’honores. Comme dans la cité tout entière, il distingue deux camps : le camp de ceux qui dirigent et donnent, et le camp de ceux qui reçoivent et sont gouvernés164. Aussi les donations collégiales apparaissent-elles souvent comme la résultante d’obligations sociales imposées par la richesse et le pouvoir.

  • 165 CIL, XIV, 2 (D., 3339) : « Monitu sanctissimae Cereris et Nympharum hic puteus factus omni sumptu / (...)
  • 166 C. Turius Lollianus est le seul « fondateur » qui ne donne pas le montant chiffré de sa donation : (...)
  • 167 P. Veyne, Pain, p. 246.

68Donner témoigne d’une capacité à dépenser, constitue un moyen d’afficher une aisance financière, si ce n’est sa richesse. Les noms de trois quinquennales ostiens figurent au génitif sur la face d’un puits dédicacé en 197, « monitu sanctissimae Cereris et Nympharum »165. Sans doute la construction du puteal résulte-t-elle d’une donation effectuée par les trois dignitaires. La mention des trois personnages au génitif peut se comprendre comme un complément du mot « sumptus », ces derniers ayant pris la totalité des dépenses à leur charge. Serait exprimée ici l’idée rencontrée sur les nombreuses inscriptions où les mots « sua pecunia » ou « de suo » ont été gravés. En outre, treize donateurs, instituant des fondations, indiquent le montant de dépenses comprises entre 200 et 5 000 deniers166. Par cette précision chiffrée, les donateurs donnent une publicité aux dispositifs de fondations dont ils souhaitent le respect scrupuleux, tout en s’affichant comme assez riches et généreux pour se séparer d’une partie de leur argent. À ce titre, les fondations, même funéraires, naissent semble-t-il d’un « désir de luxe ». Donner des sesterces par milliers peut être considéré comme un luxe, même s’il s’agit d’acquérir par ce biais la prestation d’un service à la fois matériel et posthume167.

LE MONTANT DES FONDATIONS

LE MONTANT DES FONDATIONS
  • 168 AE, 1924, 115a : « [M(arci) Au]re[l]i Antonini [– – – / Aug]usti / [– – –] Rufus, curat(or) / [corp (...)
  • 169 CIL, XIV, 71 : « – – – q(uin)q(uennalis)] / II et patronus / corporis dendr/ ophorum Ost(iensium), (...)
  • 170 H. L. Royden, Magistrates, p. 243, no 5 (le même personnage figurant sur l’album CIL, XIV, 281) : « (...)
  • 171 AE, 1987, 198-199.
  • 172 CIL, XIV, 119 : « Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Au/[r]elio Anton(ino) / Pio Fel(ici) Seueri / fil( (...)
  • 173 CIL, VI, 29700.
  • 174 CIL, XIV, 44 (D., 3129).

69Sur plusieurs inscriptions d’Ostie, l’étalage de la richesse et du luxe passe par la référence au métal précieux dont sont faits les objets offerts. Un curateur des bateliers ostiens du traiectus Rusticeli signale ainsi le don d’une imago qui a nécessité l’emploi de deux livres et demi d’argent168. À la charnière des iie et iiie siècles, les dendrophores d’Ostie reçoivent d’un possible quinquennalis II et patronus169, ainsi que d’un quinquennalis perpetuus170, des statues en argent de trois et de deux livres. Un demi-siècle plus tard, la statue de la Magna Mater qui leur est donnée par C. Iulius Cocilius Hermes a demandé six livres du même métal171. Sous Caracalla, grâce à C. Caesius Eutychion, les kanophori font l’acquisition d’une représentation en argent de l’empereur172. Par ailleurs, les piscatores et urinatores romains reçoivent un sigillum argenteum d’un patron et président. Et, en 206, Ti. Claudius Chresimus verse dix livres d’argent au collège des dendrophores romains173. Enfin, en usant de l’expression « ornatam cum omni cultu », des dignitaires du collège des calfats d’Ostie insistent sur le caractère luxueux de l’autel qu’ils dédient au numen de Minerve174.

  • 175 P. Veyne, Pain, p. 258-261, souligne que l’évergétisme, par l’affectation à la collectivité d’une p (...)

70Pour des individus issus du monde des métiers artisanaux et commerciaux, afficher son aisance financière par un don à une collectivité est d’autant plus valorisant, que la démarche permet de s’extraire d’un univers mercantile, où les richesses matérielles issues du travail sont comptabilisées. Les collèges professionnels correspondent aux lieux où les surplus provenant de l’activité économique changent de nature, pour devenir des biens d’agrément. Par le don conféré ou reçu, le collegiatus échappe à la condition d’homo economicus, pour vivre en homme de loisir et en citoyen. Dans la société ostienne du iie siècle, dans une société locale dont le développement économique donne à quelques-uns la possibilité d’un enrichissement spectaculaire, le don fait au collège assure la cohésion des communautés de métier par une forme plus ou moins symbolique de redistribution, tout en soulignant la supériorité de quelques individus175. Cette supériorité se nourrit du caractère hiérarchique des collèges.

  • 176 Pais, 669 : « Herculi Aug(usto) ; / L(ucius) Sentius Bantiu[s], / M(arcus) Baeb[ius R]usticus, / M( (...)
  • 177 CIL, XIII, 1978
  • 178 P. Veyne, Pain, p. 20-22.

71Le devoir de donner découle des honneurs délivrés par les collèges. Aussi, des inscriptions présentent-elles quelques dons comme des libéralités « ob honorem », issues de l’obtention d’un titre. Trois dignitaires des nautes de Mantoue s’acquittent du versement de 2 200 sesterces dans la caisse du collège, au titre des sommes honoraires dues à celui-ci176. L’emploi du verbe « debere » met l’accent sur un caractère d’obligation qui semble a priori fort éloigné de la générosité pure que le discours évergétique met parfois en avant. De même, l’épitaphe du faber tignuarius lyonnais Apriclius Priscianus se fait l’écho des pratiques collégiales, d’une manière qui peut sembler fort prosaïque177. L’expression « redempto sibi honore quaestorio » semble assimiler la questure collégiale à une charge vénale. À l’inverse de bien des collèges et des collegiati, le défunt ne prend pas le soin de donner l’apparence du don gratuit à un versement obligatoire. Par la nature même de leurs donations « ob honorem », les dignitaires des collèges semblent se refuser à donner à leur geste l’image d’un paiement imposé, dont le caractère obligatoire leur enlèverait tout mérite. Les nautes d’Arilicia donnent non seulement 2 200 sesterces, mais aussi un monument cultuel dédié à Hercule. Les autres libéralités recensées correspondent non pas à des versements, mais à des objets qui, placés dans les scholae des confrères, visent à conserver le souvenir du bienfait et de la grandeur de celui qui a donné. À ce titre, les libéralités « ob honorem » semblent s’inscrire dans des démarches codifiées mais évergétiques malgré tout, même si celles-ci ne procèdent pas de l’évergétisme « libre ». Au reste, il paraît sûr que l’épigraphie garde le silence sur le caractère honoraire de bien des évergésies. Et, dans la vie collégiale comme en dehors, la distinction entre évergétismes « libre » et « ob honorem » peut paraître assez artificielle178.

LES LIBÉRALITÉS OB HONOREM

LES LIBÉRALITÉS OB HONOREM
  • 179 CIL, VI, 10332 (D., 7889).
  • 180 CIL, XIV, 246.

72Les conduites de dons sont le plus souvent liées à la position de supériorité et aux responsabilités administratives détenues par la fraction supérieure des collegiati. L’exemple romain de L. Licinius Alexander, examiné dans le chapitre précédent, est très révélateur179. Par ailleurs, la libéralité d’A. Egrilius Faustus à l’égard des corporati qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt, un legs de 4 000 sesterces en vue d’une célébration de son dies natalis, est signalée sur l’album de cet ordo ostien. Sa mention a été gravée au bas de la deuxième colonne du document, la colonne sur laquelle les quinquennales du collège, ordinaires ou perpétuels, sont recensés180. Faustus lui-même est enregistré en tant que quinquennalis, en poste à partir de 156. Du formulaire épigraphique peut naître l’impression que les présidences collégiales et la qualité de donateur qui s’attachent à Faustus ont été mises sur un même plan. Le bienfaiteur se voit reconnaître, ès qualité, une supériorité collégiale et sociale sur la plebs du collège. De manière générale, on ne dénombre parmi les bienfaiteurs collégiaux qu’une quinzaine de membres ordinaires, contre près d’une centaine de magistri ou de quinquennales, une cinquantaine de curateurs et cinq questeurs. En outre, une quinzaine de donateurs portent un titre honorifique, d’immunis notamment, qui ne semble pas ressortir directement à une fonction administrative.

  • 181 P. Herz, Abascantus, p. 167-174 ; cf. supra p. 129-132 ; cf. CIL, XIV, 326.
  • 182 CIL, XIV, 281.

73Par l’affichage d’une liste de noms, un collège d’Ostie semble individualiser, lui aussi, une catégorie, un rang de bienfaiteurs. C’est probablement au collège des dendrophores, dont il a été deux fois quinquennalis, que P. Claudius Abascantus a donné une table de marbre portant des noms de donateurs181. Deux des fils d’Abascantus figurent dans l’énumération. Ils côtoient un certain Pomponius Quirinus et C. Iulius Istorius Octavianus, connus comme président et comme patron des dendrophores182. C. Iulius Cocilius Hermes est encore cité. La pierre conserve le souvenir de fondations créées pour la célébration de dies natales. Les anniversaires apparaissent dans l’ordre des mois de l’année. Après la mention des noms des donateurs, suit l’indication de deux sommes qui correspondent aux montants de la fondation et des prestations annuelles. Ces dernières s’élèvent à 6 %, et dans un cas à 12 %, de la somme initialement donnée. La liste a été inscrite progressivement. Aucun donateur n’était né en mars : sur la pierre, il y a donc un espace vide entre les mots « Mart(ius) » et « Apr(ilis) ». C. Iulius Cocilius Hermes, qui a vécu bien après P. Claudius Abascantus, est né un 27 mai. Or, la mention de son anniversaire a été insérée à la dernière ligne de la première colonne, après l’anniversaire de Claudia Arria, née un 29 mai. De même, les derniers anniversaires évoqués pour les mois de janvier et de février rompent l’ordre calendaire. La publicité donnée au nom est un honneur supplémentaire, qui s’ajoute aux célébrations d’anniversaires. Elle encourageait sans doute les riches dendrophores à imiter le comportement de leurs devanciers.

  • 183 CIL, X, 1647.
  • 184 CIL, X, 3699 (D., 4174).
  • 185 CIL, X, 6071 (D., 3884).

74Par ailleurs, quelques inscriptions révèlent des situations où le don et l’exercice d’un pouvoir de type exécutif sont indissociables. À Pouzzoles, en 161, C. Iulius Fortunatus fait graver le texte d’une inscription en l’honneur de Marc Aurèle, à la fois « sua pequnia » et « no-mine sociorum »183. En 251, au moment de la dédicace de l’album collégial, lorsque L. Ampius Stephanus offre des sportules aux dendrophores de Cumes, celui-ci agit en qualité de « sac(erdos) m(atris) [d(eum)] q(uin)q(uennalis) »184. Au regard du contexte épigraphique et collégial, il ne semble pas impossible que la quinquennalitas précisant la nature du sacerdoce de Cybèle soit ici liée, par imitation des structures municipales, au recensement ayant conduit à la rédaction de l’album. À Formies, la dédicace à Fons d’un autel, offert « de sua pecunia » par le magister quinquennalis L. Fufius Alexsander, est encadrée par la communauté collégiale : un décret a été voté par le collège bénéficiaire185.

  • 186 Cf. infra p. 450-459.
  • 187 E. Forbis, Virtues, 1996.
  • 188 R. P. Saller, Personal patronage under the early Empire, Cambridge, 1982, p. 7-39.

75Souvent liées à l’exercice du pouvoir, les conduites de dons font naître des relations que l’on peut assimiler à des rapports de clientèle. Cette dimension est tout à fait explicite, lorsque les donateurs portent le titre de patronus collegii186. Les collegiati qui répondent à cette caractéristique sont les bienfaiteurs qui présentent le profil le plus nettement évergétique. Mais, patrons ou non, les bienfaiteurs des collèges se voient reconnaître des qualités morales et sociales, propres au lien de clientèle. De fait, l’épigraphie collégiale laisse percevoir un mode de construction du prestige, calqué sur les valeurs et les relations sociales qui assurent à l’élite sa supériorité sur l’ensemble du corps social187. Le collège est le théâtre où des gestes et des postures symboliques, ancrés dans des traditions ancestrales, sont reproduits. Les collegiati jouent un rôle prédéfini, construit en dehors de leur milieu social188. Ainsi, le vocabulaire de l’amicitia, dont les collegiati font usage, recèle en lui les principaux caractères de la clientèle romaine.

LES TRAITS MORAUX ET SOCIAUX DE LA CLIENTÈLE

LES TRAITS MORAUX ET SOCIAUX DE LA CLIENTÈLE
  • 189 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 169 ; il s’agit de la vertu la plus couramment évoquée dans les i (...)
  • 190 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 219.
  • 191 Ibid., p. 218 et 496.
  • 192 Ibid., p. 215.
  • 193 CIL, XII, 1917 : « D(is) Manibus, Tib(erius) Iulius / Diadochus / dendropho/ rus / munificus ».

76La notion de meritum, la plus souvent évoquée sur les inscriptions honorifiques des collèges, désigne moins une action que le résultat de celle-ci, « la situation qui en résulte pour son auteur »189. Dans son sens premier, le verbe « mereo » signifie en effet « gagner quelque chose », « recevoir son dû ». Engagé dans une relation de réciprocité, l’évergète est en droit de recevoir. Le beneficium prodigué, les plura beneficia d’un T. Iulius Eutiches, par exemple, font naître le meritum et donnent le droit de recueillir des honneurs. Les largitiones du même Eutyches, dont les dendrophores de Segni ont été les bénéficiaires, renvoient à des gestes de dons concrets et fréquents, et aux dispositions d’esprit du bienfaiteur. Qui s’illustre par sa largitio, répand avec abondance190. La benignitas de M’. Poblicius Hilarus désigne, d’une autre manière encore, une propension à faire des dons et des cadeaux. Emanant du bien et de la bonté, à l’instar du beneficium, cette benignitas revêt une forte connotation morale, et fait de celui qui en fait preuve un bonus uir, un homme qui possède « les plus belles qualités »191. La générosité de l’individu animé de liberalitas est très liée, elle aussi, au beneficium. La liberalitas consiste à dispenser des beneficia, à faire acte de beneficentia, dans le but d’attirer à soi la gratia192. Par sa munificentia, sa qualité de dendrophorus munificus, Tib. Iulius Diadochus apparaît aussi comme un homme qui a recherché la gratia, la reconnaissance de ses confrères193.

  • 194 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 250.
  • 195 CIL, XIII, 1911 (D., 7033) ; CIL, XI, 6358 (D., 6654) ; CIL, X, 5968 (D., 6272).

77L’homme « libéral » cherche à susciter la reconnaissance affective et sociale de ses obligés. La liberalitas désigne en fait « l’attitude de celui qui se comporte à l’égard de ceux qu’il sollicite, comme quelqu’un qui a conscience de la supériorité de son rang, bref comme un patronus. Au total, toutes ces notions qui mêlent l’idée de générosité et de clientèle ont en commun de contenir en elles une idée de réciprocité entre deux parties inégales194. Les formulaires de l’épigraphie collégiale confirment cette dimension. Les valeurs recensées apparaissent dans des textes honorifiques, rédigés par les associations « ob merita », « ob beneficia », « ob liberalitatem ». Les présents offerts à l’occasion des dédicaces des monuments procèdent aussi d’une relation d’échange entre donateurs et bénéficiaires, reposant sur le retournement successif du rôle de chacun195.

  • 196 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 146-147.
  • 197 CIL, VI, 148 = XIV, 5 (D., 3776) : « P(ublius) Cornelius / Thallus, / P(ubli) Corneli Architecti fi (...)
  • 198 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 32-25 et 275 ; E. Forbis, Virtues, p. 62-64.
  • 199 CIL, XIV, 2299 (D., 5206).

78Les valeurs évoquées par les collegiati dépassent néanmoins le champ de la seule générosité. Les fabri tignuarii et les sacerdotes Solis Inuicti Mithrae d’Ostie louent l’amor que M. Licinius Privatus et Sex. Pompeius Maximus ont manifesté à leurs égards. Cet amor correspond à l’expression affective de l’amicitia196, nouée entre des individus reconnus comme supérieurs et les communautés qui leur rendent hommage. Implicitement, il est aussi question d’amicitia à travers la fides mise en exergue par trois associations de métier. P. Cornelius Thallus, magister quinquennalis des fabri tignuarii romains entre 124 et 128, offre à son collège une statue de la Fides personnifiée, pour le remercier de l’adlectio de son fils parmi les décurions collégiaux197. La célébration de la fides est aussi révélatrice d’un rapport de clientèle. Cette valeur définit en terme moral le lien de confiance qui unit un client à son patron. Pierre angulaire de l’amicitia, liée aux sentiments qui animent aussi bien le client que le patron, le subordonné comme le supérieur, la fides revêt des formes multiples198. Lorsqu’ils honorent P. Sextilius Primianus ob quaesturam fideliter ac liberaliter gestam, les fabri de Côme remercient leur administrateur de ne pas avoir trahi la confiance qu’ils avaient placée en lui. Primianus a pleinement rempli, avec iustitia, le rôle protecteur que sa fonction exigeait de lui. L’association de la fides à la liberalitas mêle protection et générosité, les deux devoirs essentiels qu’un patronus doit à son cliens. La fides que M. Aurelius Plebeius a manifestée à l’égard d’un corpus scaenicorum latinorum, célébrée sur une inscription honorifique de l’ager Albanus, revêt une dimension très administrative. Plebeius est honoré, en 161, pour son incomparabilis fides dans la gestion de la res publica corporis199. Les vertus reconnues aux collegiati résultent bien de l’association de l’exercice du pouvoir et de la pratique du don.

  • 200 S. Mrozek, Les distributions d’argent et de nourriture dans les villes italiennes du Haut-Empire, B (...)
  • 201 CIL, VI, 29700 ; voir aussi CIL, VI, 29691.

79En outre, par les sportules qu’ils distribuent à leurs confrères, des collegiati se livrent à un rituel social emblématique de la relation de clientèle et de patronat200. Les diuisiones sportularum révèlent des effectifs collégiaux structurés par la supériorité sociale de quelques-uns. Les modalités même de certaines libéralités visent à donner l’image de la hiérarchie. Ainsi en est-il lorsque les distributions sont faites « per gradum ». Dignitaire des piscatores et urinatores romains, Flavius Annius Annaeus Fortunatus répartit inégalement la somme qu’il distribue lors de la dédicace de la statue dressée à son effigie201. Les patrons et les quinquennales reçoivent plus que les magistri, lesquels sont favorisés par rapport aux curateurs, et à la plèbe du collège. Comme dans la relation de clientèle en général, la distribution de sportules à un collège correspond à un geste précis et matériel, qui symbolise une relation stable et pérenne. En effet, le plus souvent, ces diuisiones n’apparaissent pas comme des libéralités isolées, mais s’inscrivent dans une relation suivie de dons et de contre-dons. La nourriture distribuée souligne, sur un mode symbolique, le devoir d’assistance matérielle qui incombe à un patron vis-à-vis de son client. Les collegiati, qui offrent des banquets en même temps que des sportules, conjuguent deux types de bienfaits, qui contribuent à faire des collèges des communautés de partage.

LES DIVISIONES SPORTVLARVM

LES DIVISIONES SPORTVLARVM
  • 202 CIL, V, 5304 (D., 7231) : « Colleg(ium) fabr(um) / P(ublio) Sextilio P(ublii) f(ilio) / Primiano, / (...)
  • 203 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 6, 275.
  • 204 CIL, XIV, 5328.

80Des bienfaiteurs de collèges, enfin, associent parfois des membres de leur famille à leurs donations. D’autres voient des membres de leur famille associés à la reconnaissance de leur générosité. Le collège des fabri de Côme érige un monument dédié non seulement à son questeur P. Sextilius Primianus, mais aussi à son épouse et à leur fils. L’hommage rendu, et le lien tissé entre Primianus et les fabri, dépasse la simple relation unissant un administrateur et ses administrés202. Il en est de même lorsque des libéralités sont prodiguées cum filio ou encore en compagnie d’épouses ou de pères. Certaines fondations, enfin, n’ont pas pour bénéficiaires des individus, mais des couples. Légataires, les nauicularii d’Arilicia doivent sacrifier pour C. Petronius Marcellinus et son épouse, devant une tombe que la fille du couple défunt s’est chargée d’édifier. Ces situations de proximité entre un collège et la famille d’un bienfaiteur, qui se conduit tel un patron, s’inscrivent en fait dans un rapport de clientèle affirmée ou implicite. La clientèle s’appuie sur une intimité et sur une affinité émotionnelle, définies à la lumière de l’intimité entre parents et à l’aune des valeurs de la parenté. Elle se nourrit de l’absence de cloisonnement entre les sphères privées, familiales, et publiques203. De fait, la communication entre sphères privées et publiques génère des formes d’imbrication entre la famille stricto sensu et la clientèle204.

BIENFAITEURS ASSOCIANT DES PARENTS À LEURS DONATIONS

BIENFAITEURS ASSOCIANT DES PARENTS À LEURS DONATIONS
  • 205 M. Mauss, Essai sur le don, in Sociologie et anthropologie, Paris, 1999, p. 147.

81Le don, ici celui adressé au collège, apparaît bien comme un « fait social total »205, dans le sens où il révèle un ensemble de structures, dont le jeu définit dans son unité et sa complexité la relation des collegiati non seulement à leur collège, mais encore à leur environnement social tout entier. Le don du collegiatus est un geste communautaire, accompli par un individu au bénéfice d’un groupe dont la cohésion, découlant de sentiments identitaires et de pratiques communes, est renforcée. De fait, les collegiati évoluent dans des sociétés où la responsabilité de la vie collective repose sur le détenteur de la richesse. En outre, les conduites de don, comme les groupes bénéficiaires eux-mêmes, revêtent un caractère formel, institutionnel, plus ou moins affirmé. Les libéralités qui s’inscrivent dans les contextes collégiaux les plus intégrés aux structures civiques, et les plus marqués par celles-ci dans leur organisation, peuvent être définies comme des actes d’évergétisme au sens strict du terme. Les collegiati les plus éminents construisent leur prestige social en empruntant les pas des plus grands notables municipaux. « L’évergétisme est l’expression d’une supériorité politique : la cité est divisée entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent », écrit P. Veyne. L’épigraphie collégiale conduit en fait à nuancer l’idée de cette dualité entre bienfaiteurs et bénéficiaires. Le « camp » des donateurs n’est pas tout à fait réductible à celui des notables qui assurent le gouvernement des cités. L’existence d’un évergétisme collégial, fondé sur une supériorité politique dans une structure de taille inférieure à la cité, fragilise l’identification des membres de l’élite sociale aux seuls administrateurs municipaux. L’image réfléchie par l’épigraphie collégiale est celle d’une hiérarchie sociale très fragmentée, beaucoup plus que duale. Le don est un moyen parmi d’autres de trouver une place valorisante dans cette hiérarchie. Cette promotion personnelle résulte en effet de la manifestation de formes multiples de supériorités. Donner à une collectivité collégiale permet à la fois d’afficher une supériorité financière et de convertir la richesse matérielle en un capital de prestige civique et de relations sociales.

Notes

1 Apul., M., XI, 30, 4 : « Enfin, ne voulant plus me voir mêlé au commun dans l’exercice de son culte, il [Osiris] me fit entrer dans le collège de ses Pastophores, et m’éleva même au rang de décurion quinquennal » (trad. P. Vallette, CUF, 1945).

2 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 339. L’organisation interne des collèges est fixée par la lex collegii. Or, comme l’indique Gaius, les modalités de ces lois collégiales sont établies par les collegiati comme ils l’entendent, à condition de ne pas contrevenir aux lois publiques. Cf. Dig., 47, 22, 4 : « Sodales sunt, qui eiusdem collegii sunt, quam graeci έταιρίαν uocant. His autem potestatem facit lex, pactionem quam uelint sibi ferre, dum ne quid ex publica lege corrumpant » [« Sont compagnons, ceux qui appartiennent au même collège, que les Grecs appellent hétairie. Une loi leur donne le pouvoir d’établir pour eux-mêmes l’entente qu’ils souhaitent, pourvu qu’ils ne contreviennent pas à la loi publique »].

3 Mart., 3, 16 :

« Das gladiatores, sutorum regule, Cerdo,
quodque tibi tribuit subula, sica rapit.
Ebrius es : neque enim faceres hoc sobrius umquam,
ut uelles corio ludere, Cerdo, tuo.
Lusisti corio : sed te, mihi crede, memento nunc in pellicula, Cerdo, tenere tua ».

[« Tu donnes des combats de gladiateurs, Cerdo, roitelet des manieurs de tranchet, et ce que t’as rapporté ton alène, le glaive t’en dépouille. Tu es ivre : si tu ne l’étais, tu n’agirais jamais de la sorte, et tu n’aurais pas envie de t’amuser, Cerdo, aux dépens de ton propre cuir. Tu l’as fait, soit, mais tache désormais, crois-moi, de te renfermer, Cerdo, dans ta propre peau » (trad. H. J. Izaac, CUF, 19301934)].

4 La notion d’honor apparaît aussi à travers les rares évocations de sommes honoraires. Cf. infra p. 192-193.

5 Dig., 50, 4, 14 ; F. Jacques, Privilège, p. 352, propose la traduction suivante : « l’honneur municipal est la gestion de la communauté avec un certain degré de dignité ».

6 CIL, XIII, 1978 : « D(is) M(anibus) / et memoriae aeter/nae Apricli Prisci/ani, consistentis / Luguduni, perti/nentis ad collegi/um fabror(um), redem/pto s(ibi) ho-nor(e) quaes/tor(io), exserc(entis) art(em) cret(ariam), / fecit sibi uiuos et TI / [– – – A ?]piolae con/[iugi carissi]mae et / [– – – ».

7 CIL, XII, 1898.

8 L’expression « honor seuiratus » apparaît sur deux inscriptions espagnoles : CIL, II, 1934 (Casares) et AE, 1957, 34 (Barcelone). R. Duthoy, Augustales, p. 1266-1268.

9 CIL, XIII, 2023 (D., 7034).

10 CIL, XIV, 370 (D., 6166) : « C(aio) Iulio / Tyranno, / mag(istro) q(uin)q(uennali) colleg(ii) / [f]abr(um) tignuar(iorum) Osti(en)s(ium) / lustri XXII, huic / primum omnium uni/uersi honorati sta/tuam ponendam / decreuerunt / ob merita eius, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ».

11 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 379-383 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 28, 130.

12 C. Pietrangeli, Frammento dei fasti del collegio romano dei fabri tignuarii, BCAR, 67, 1939, p. 106-107 (AE, 1941, 71). La date de création ou de réorganisation du collegium fabrum tignuariorum a fait l’objet d’un débat, les très rares documents citant à la fois une date consulaire et un lustre collégial étant difficiles à interpréter. Les fragments CIL, VI, 10299 citent une équipe de six quinquennales d’un 28e lustre, en poste entre 129 et 133. Le premier lustre de leur communauté a commencé en 7 av. J.-C. Le même document semble avoir contenu les noms de [P. Cornelius Th]allus et de [L. Petronius Ch]arito, dont on sait par ailleurs qu’ils ont présidé le collège pendant le 27e lustre de celui-ci : cf. CIL, VI, 148 (D., 3776) et AE, 1941, 70. Cependant l’attribution de CIL, VI, 10299 aux fabri tignuarii a été contestée. Les magistrats du 23e lustre apparaissent en effet sur une inscription dédiée à Sabina Augusta : cf. CIL, VI, 996 (D., 7224). Or, l’épouse d’Hadrien ne prend le titre d’Augusta qu’en 128 : le nom de Sabina n’a pu être gravé qu’entre 128 et 140, ce qui placerait le premier lustre du collège entre 14 et 26 ap. J.-C. Les partisans de la date de 7 av. J.-C. font cependant remarquer que le nom de Sabina a été inscrit sur une surface préalablement martelée. Leur thèse a été confortée, lorsque S. Panciera, Fasti, p. 271-280, a publié deux fragments inédits, provenant visiblement de la même plaque que CIL, VI, 10299. Les fragments publiés par Panciera appartenaient à des fastes des fabri tignuarii, et ils révèlent la correspondance entre le 48e lustre collégial et le troisième consulat de Sévère Alexandre, en 229. Seul demeure inexpliqué le martelage apparent du nom d’une Augusta, entre 104 et 108. Les étapes de la controverse sont exposées par J. L. D. Pearse, A forgotten altar of the collegium fabrum tignuariorum, Epigraphica, 37, 1975, p. 100-123 ; et H. L. Royden, Magistrates, p. 135.

13 Les fragments publiés par S. Panciera en 1981 se rapportent à la période allant de 199 à 233, mais les noms des magistrats ne sont pas conservés après 209 ; pour les années suivantes, seuls des fragments de dates consulaires ont été conservés.

14 CIL, VI, 33856 (D., 8935) : la liste lacunaire, datée de 154, recense 37 décurions classés dans l’ordre des décuries, de la 24e à la 60e, ainsi que six scribes.

15 CIL, VI, 33857 = 10300 : il s’agit d’une liste fragmentaire de 25 « decuriones a cos. », cette expression faisant peut-être référence à la date consulaire inscrite sur une partie perdue du texte (J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 378).

16 CIL, VI, 33858 (D., 7225) est la liste la plus récente. À la différence de la liste 33856, sur laquelle les décurions sont mentionnés selon la numérotation des décuries, les listes 33857 et 33858 sont ordonnées selon un principe d’ancienneté dans le décurionat.

17 De savantes restitutions sont présentées par J. L. D. Pearse, Three alba of the collegium fabrum tignuariorum of Rome, BCAR, 85, 1976-1977, p. 163-176.

18 CIL, VI, 9405. Quelques épitaphes signalent en outre des fabri tignuarii, à titre individuel, en dehors du cadre collégial lui-même : CIL, VI, 9406, 9407, 9408, 9409, 9410, 9412-9415.

19 CIL, VI, 148 (D., 3776) ; CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) : les mérites de M. Valerius Felix sont reconnus « decret(o) honorat(orum) et decurionum » ; CIL, XIV, 2630 (D., 7237) : T. Flavius Hilario, sur lequel nous reviendrons, a été « iudexs inter elect(os) XII ab ordine lust(ro) XXII ».

20 CIL, XI, 3936 (D., 6588) : Pacatius Tyrannus est honoré en 162 par la cité de Capène.

21 AE, 1941, 69.

22 CIL, VI, 85 (D., 3399) : « M(arcus) Ael(ius) M(arci) f(ilius) Rusticus, rect(or), / imm(unis) II, hon(oratus) III, / in diem uitae suae, / me(n)sorib(us) mach(inariis) f(rumenti) p(ublici) / quib(us) ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, / Castores d(onum) d(edit), / et ob dedicatione(m) / dedit sing(ulis) (denarios) II, / L(ucio) Faenio Fidele / q(uin)q(uennale) II, / dedic(atum) (ante diem) XV kal(endas) Iun(ias), / Saturnino et Gallo co(n)s(ulibus) ».

23 CIL, VI, 33883 (D., 7268) : « Q(uinto) Iulio Q(uinti) f(ilio) Pal(atina) / Herculanio Tauro, / honorato, immuni, / me(n)sores machina/ri frumenti publi/ci, in solacium / Q(uinti) Iuli Tauri, patris / eius, q(uin)q(uennalis) / perpetui, ob merita / ipsius ».

24 CIL, XIV, 44 (D., 3129) : « Numini / euidentissimo / Mineruae Aug(ustae) / sacrum, / conseruatrici et / antistiti splendidis/simi corporis / stuppatorum, orna/ tam omni cultu, d(onum) d(ederunt) / Marcii Iulii Carpus, patr(o)n(us), / Carpus [f(ilius)], corp(oratus), Amat(i) Rufinian(us), / hon(oratus), Firmus hon(oratus) ».

25 AE, 1987, 196.

26 CIL, XIV, 257. Au début du document, la restitution proposée est la suivante : « corp(us) st[uppatorum ? – – – / – – – q(uin)q(uennales)] p(er)p(etui) ».

27 CIL, XIV, 33, 67 et 281 ; AE, 1987, 198.

28 CIL, VI, 10332 (D., 7889) : « L(ucius) Licinius L(ucii et Caiae) l(ibertus) Alexa(nder), curator socioru(m) secundus, is monumentum ex pecunia / collata sociorum aedificauit, arbitratu / suo, idemque tectoria perfecit ; et is trichiliniu(m) / sociorum ex sua pecunia opere tectorio / perpolit, et amicis donum dedit ; / et ex amicorum aere collato imago ei / facta est, et sine sorte primo ab socis / quas uellet ollae sexs datae sunt, / eique ob officium et maiestatem eius / in perpetuum immunitas data est ». L’inscription est très probablement du Ier siècle ap. J.-C., peut-être du début du Ier siècle. Elle se rapporte à une societas monumenti et non à un collegium ; les formes « in perpetuom » et « sexs » s’accordent avec une telle datation ; la pierre provient probablement d’un même monument qu’une épitaphe sans invocation des Mânes (CIL, VI, 10378).

29 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 153-162.

30 Id., Ibid., p. 314-320.

31 CIL, VI, 10294 (D., 7341) : « Cn(aeo) Cinna Magno, // co(n)s(ulibus), / L(ucio) Valerio Voleso, / a(nte) d(iem) XIII K(alendas) Apriles, / ad monumentum sociorum, / in conuentu habendo, curatore / C(aio) Petronio C(ai) f(ilio) Fal(erna) Varia, actum est / et ita decreuerunt locum L(uci) Semproni / (Caiae) l(iberti) Hilari et ollas V dari, adsignari, / C(aio) Petronio C(ai) f(ilio) Fal(erna) Variae, curatori, / ob eius officium industriam erga socios / eius monumenti, et sociumq(ue) eum adsciuer(unt) ».

32 CIL, XIV, 2299 (D., 5206) ; V, 5304 (D., 7231).

33 CIL, XIV, 128 (D., 615), 160 (D., 1428), 5344 et 5345 ; AE, 1971, 64 (CIL, XIV, 4365+4382) ; AE, 1974, 123 (CIL, XIV, 5383+5406) ; CIL, XIV, 168 ; CIL, XIV, 102 (D., 6177) ; AE, 1940, 66.

34 CIL, XIV, 161 (D., 1427). « Par le biais de Marcus Aemilius Saturus et de Publius Aufidius Faustianus, quinquénnaux, sur décret des membres du corps, sous la questure de Marcus Licinius Victor et de Publius Aufidius Epictetus ».

35 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) : « Numini Fortunae col(legii) fa[brum], / M(arcus) Valerius Feli[x], / honoratus collegi eius[dem], / quod meritis meis, auctorita[te] / magistror(um), decret(o) honorat[orum] / et decurionum, commodis dupl[icatis] / donum d(ederim) d(edicauerimque) ».

36 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 387 et 402 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 15 et 227.

37 CIL, XIV, 168 : « C(aio) Iulio / Philippo, / equiti Romano, / corpus fabrum / naualium Ostiens(ium) / quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire lic(et), / s(ua) p(ecunia) p(osuit), // dedicata (ante diem) III Idus April(es), / Tertullo et Clemente co(n)s(ulibus), / cur[a] agentibus / Calocaero lib(erto), / [et C(aio)] Vettio Optato, / M(arco) Clodio Minerual[e], / q(uin)q(uennalibus) per(petuis) ».

38 CIL, XIV, 169 = ILMN, 562 (D., 6172) : « P(ublio) Martio Quir(ina) / Philippo, / curatori uiae Praenestinae, / aedilicio curuli, u(iatori) q(uaestorio) ab aerario, / tribuno fabrum naualium Portens(ium), / corpus fabrum naualium / Ostiens(ium) quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, / patrono optimo, / s(ua) p(ecunia) p(osuit), // dedicata (ante diem) III Idus Apriles, / Scapula Tertullo et Tineio Clemente co(n)s(ulibus), / cura(m) agentibus Calocaero lib(erto), / et C(aio) Vettio Optato, M(arco) Clodio Mineruale, q(uin)q(uennalibus) per(petuis) » ; cf. infra, p. 313-316.

39 AE, 1987, 192 : « Genio / corporis / nauiculariorum / [maris] Had[r]iatici, / [– – –]s T(iti) f(ilius) Ser(gia) / [– – –]sus, / [quinq(uennalis)] perpetuus, / [– – –]i poni iussit ».

40 Cf. infra p. 321-326. CIL, VI, 266 et 267.

41 CIL, XIV, 246.

42 AE, 1989, 128 : « L(ucio) Aelio Commo[do Vero], / imp(eratoris) Antonini Aug(usti)[Pii p(atris) p(atriae)] fil(io), / Naeuius Saecula[ris e]t / [P(ublius) Sul]picius Hera, Augusta[lis, quin]/quennalicius corporis [lenunculariorum] / traiectu[s L]uculli, sua p(ecunia) p(osuit) ».

43 CIL, XIV, 5374 : l’album fait référence, non pas en exergue mais au cœur du texte, à une date consulaire qui correspond à l’année 135. Si l’on se fie à la manière dont l’album daté de 140 a été rédigé, il paraît probable que le document le plus ancien portait en exergue une date antérieure à 135.

44 H. L. Royden, Magistrates, p. 97.

45 À propos des sacerdoces collégiaux, voir par exemple CIL, V, 5738 et 5612 (fabri et centonarii de Milan).

46 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 490. Pourvu de bien d’autres titres que celui d’immunis, Cn. Sentius Felix obtient un privilège de gratuité au moment même de son adlectio inter nauicular(ios) maris Hadriatici : cf. CIL, XIV, 409 (D., 6146).

47 Cette dimension apparaît nettement dans les clauses des lois collégiales relatives aux banquets et sacrifices. Les magistrats sont très souvent privilégiés lors des distributions. Cf. J. Scheid, Sacrifice et banquet à Rome. Quelques problèmes, MEFRA, 97, 1985, 1, p. 193-206.

48 CIL, VI, 10231 (D., 7313) : « Locus siue is ager / est, qui est uia Appia inter / miliarium secundum et III, / euntibus ab Roma e parte dexteriori / in agro Curtiano Talarchiano in / praedi(i)s Iuliaes Monimes et sociorum, / locus, in quo aedificata est schola sub por(ticu) / consacrata Siluano et collegio eius sodalic(ii), / mancipio acceperunt immunes et curator / et pleps uniuersa collegi(i) eius de Iulia Monime / et soci(i)s eius sestertio nummo uno donationis / causa, tutore C(aio) Memio Orione Iuliaes Monimes, / et ad eum locum, itum, actum, aditum, ambitum, / sagrificia (sic) facere, uesci, epulari ita liceat / quandiu is collegius steterit ; quodsi aliter / factum fuerit, quod ad collegium pertinet / [Si]luani is locus sacratus restituetur / [– – –]i sine ulla controuersia ; haec / [– – –]ti sunt / [– – – ». Les immunes du collège romain d’Esculape et d’Hygie sont, comme les magistrats de la confrérie, privilégiés lors des distributions : cf. CIL, VI, 10234 (D., 7213). Voir aussi le dossier de la familia Siluani de Trebula Mutuesca : cf. infra p. 493-498, AE, 1929, 161.

49 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

50 CIL, XIV, 256 (l. 159).

51 CIL, XIV, 107 : « [L(ucio)] Aur(elio) Vero Aug(usto), / [Q(uintus)] Fabius Q(uinti) f(ilius) Honoratus, /[o]b onorim immunita{ta}tis / [d]{r}endrophoris Ostiensum / donum dedit ».

52 CIL, VI, 10332 (D., 7889).

53 Les titres de M. Aelius Rusticus et de L. Licinius Alexander ont déjà été évoqués. En 102 ap. J.-C., Ti. Iulius Tyrannus porte le titre d’immunis perpetuus des fidicines et tibicines romains : cf. CIL, VI, 2191 (D., 4965). Ti. Claudius Felix Scapulanus a été quinquennalis, quaestor et decurio d’un collège romain : CIL, VI, 10302 (D., 7352). À Rome, encore, Ti. Claudius Felix et P. Lollius Paris sont, en 97, à la fois des allectores et les immunes d’une association romaine de cultores Siluani : CIL, VI, 950 (D., 7317) ; ces allectores semblent avoir eu pour mission de présider aux admissions dans la confrérie (J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 356). La majorité des immunes, toutefois, ne fait pas mention d’autres titres.

54 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232).

55 CIL, XIV, 256, l. 141.

56 CIL, VI, 10294 (D., 7341) ; CIL, VI, 10302 (D., 7352) ; CIL, VI, 10332 (D., 7889).

57 CIL, VI, 10295 ; CIL, VI, 10302 (D., 7352) ; CIL, XIII, 2026 ; CIL, XIV, 256.

58 CIL, XIV, 2112 (D., 7212).

59 CIL, XIII, 2026 ; VI, 10302 (D., 7352).

60 Y. Le Bohec, armée romaine, Paris, 1989, p. 224 ; la tendance des collegiati à prendre modèle sur les structures militaires est courante.

61 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 305-306.

62 CIL, XIV, 307 : « – – –] et Portens(ium) q(uin)q(uennalis) itemque bisellia ri[us / fecit s]ibi et Aureliae Victori[nae, / con]iugi, et fili(i)s suis et lib[ertis / libert]ab(usque) posterisque eorum ; in hoc au[tem / monum]ento quisque exteru(s) corpus / [inferre uolue]rit, dauit (sic) rei public(a)e Ostiens(ium) HS L m(ilia) n(ummum) [– – –] ; / in fron(te) p(edes) L, in agro p(edes) LXXI s(emissem) ».

63 H. L. Royden, Magistrates, p. 111. Sur l’une des deux seules inscriptions qui le font connaître, un corpus pellionum se dit aussi d’Ostie et de Portus à la fois (CIL, XIV, 277, no 10).

64 A. Licordari, Un’iscrizione inedita di Ostia, RAL, 29, 1974, p. 313-323 (AE, 1974, 123 bis).

65 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

66 J.-P. Waltzing, Étude, III, p. 483.

67 H. L. Royden, Magistrates, p. 224.

68 R. Duthoy, Augustales, p. 1274 et 1686.

69 CIL, XIII, 1966 (D., 7028).

70 CIL, XII, 1005.

71 AE, 1974, 123 bis.

72 CIL, VI, 29700.

73 À une exception, tout de même : CIL, XIII, 5154 (D., 7687).

74 CIL, XI, 2643 : « – – – Vi]ctori, seuiro / [August]ali, idem q(uin)q(uennali), / [corporat]o in corpore cod(icariorum), / [pat]rono, / [– – – Fr]uctuosi, seuiri / [August]al(is), idem q(uin)q(uennalis), cor(porati) / [i]n corpore codicar(iorum), / [omnibu]s honorib(us) functo, / [– – – iu]s Callinicus, alumn(us) / [Fructu]osi s(upra) s(cripti), et Modia Par/[theno]pe, coniux, fecerunt, / et / ossa Victoris s(upra) s(cripti) treiec(erunt) / post annos XVIII ».

75 CIL, XIV, 352 (D., 6149) : « D(ecimo) Fabio D(ecimi) filio Pal(atina) / Floro Veratio, / sacerdot(i) sanct(ae) Reg[in(ae)], /iudicio maiestatis eius, / elect(o) Anubiaco prima, / [[dec(urioni) Laur(entium) uic(i) Aug(ustanii) quatterui(ro),]] / nauiculario V corpor(is) / lenunculariorum Ost(iensium), / honorib(us) ac munerib(us) / omnib(us) funct(us), sodali /corp(orum) V region(um) col(oniae) Ost(iensium) ; / huic statuam Flauius / Moschylus, u(ir) c(larissimus), Isiacus / huius loci, memor(iae) eius / sanctimoniae castitat(is), / testament(o) suo co(n)stitui(t), / ab heredib(us) suis iussit, / patrono munditiario / [b(ene) m(erenti)], / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ; // ob honore quo die sacerd(os) fa[ctus est ?], / dedicat(a) (ante diem) XVII Kal(endas) A[– – –] / ter et semel [– – –] / co(n)s(ulibus) ; / locus datus a Iulio / Faustino, pont(ifice) Vulk(ani), / aed(ile) sacrar(um) ; permisit, / act(ario) Fl(auio) Moscyli, / sub q(uin)q(uennalitate) c(ensoriae) p(otestatis) / Q(uinti) Veturi Firmi Felicis / Socratis et / L(uci) Flori Euprepetis ; / ob cuius dedicatione(m) / dedit decurionibus (denarios) III[– – –] cum officio basilices [– – – ». La date de 251 est avancée par H. Dessau, CIL, XIV, p. 66, ce qui suppose que le troisième consulat dont il est question dans l’inscription est celui de l’empereur Trajan Dèce ; on lit « ter et semel cos. », sans indication du nom des consuls, sur une inscription de Cumes que le CIL, X, 3699, date aussi de 251.

76 CIL, XIII, 1967 : « [D(is) M(anibus)] / [C(ai) Primi] / [Secu]nd(i), (se)/[uir(i)] Aug(ustalis) c(oloniae) C(opiae) C(laudiae) / [Au]g(ustae) Lug(uduni), cur(ato ris) / [eius]d(em) corp(oris), n(autae) / [Rh]od(anici), praef(ecti) / [eius]d(em) cor(poris), fab(ri) / [tign(uarii)] Lug(uduni) cons(istentis), / [om]nib(us) hono/[rib(us) a]pud eos fu/[nc]t(i), pat(roni) eiusd(em) / [co]rp(oris), Prim(ius) Se/[cu]ndianus, fil(ius) / [pat]ri incomp(arabili), / [mon(umentum)] quod sibi ui/[uus p]osuit insc/[ribe]nd(um) cur(auit) et s/[ub asci]a [dedic(auit)] ; // – – –]AE [– – –]/RIA[– – – quae cum( ?)] / con[iuge in] / co[ncordali ?] / [adfectu( ?) uixi]/t an[nos – – –] / m(enses) X di[es – – –] / sine u[lla eius] / animi [laesio]/ne, C(aius) Pr[imius] / Se-cund[us, con]/iugi o[pti]/mae, ite[m Ius]/to( ?), uni[co fil(io)], / Primi(o) [– – – po]/ nend[um cu]/r[auit et] / s[ub asc(ia) ded(icauit) ».

77 CIL, XIII, 2026.

78 CIL, XIII, 1961 : « [D(is) M(anibus)] / [Mu]nati Lucensis, / [Mu]natius Venustus, / [Mu]natius Felicissimus, / [Mu]natia Veneria, libert(o) / karissimo, / [iu]ueni innocentissim[o], / [et s]ibi uiui posuer(unt), curant[e] / [Mu]natio Felici, IIIIIIuir(o) / [A]ug(ustali) Lug(uduni), eiusdemque cor/[p]oris curator(i), dendro/ phoro Aug(ustali) Lug(uduni) eiusdemq(ue) / corporis curat(ori), patrono / centonarior(um) Lug(uduni) consist(entium), / omnib(us) honorib(us) apud eos f(uncto), / sub ascia dedicauit ».

79 Un fragment d’épitaphe ostienne (CIL, XIV, 289) est restitué ainsi : « –––] omnibus honorib]us functo, / [– – –] q(uin)q(uennali) corpor(is) mensor(um) / [frumenta]rior(um) nauticarior(um) Ost(iensium), / [– – – A]emilius Trophimas, / T(itus) Aemilius Felix, / L(ucius) Iulius Agathyrsus, / heredes ».

80 CIL, VI, 1002 (D., 7269).

81 CIL, VI, 868 : cf. n. 286. Le monument représente un Génie tenant en main une corne d’abondance, tandis que se trouvent à ses pieds un modius et des épis.

82 CIL, VI, 1872 (D., 7266) ; voir aussi CIL, XIV, 161 (D., 1427).

83 AE, 1987, 464 : « [Q(uinto) Seruilio Pudente, / L(ucio) Fufidio] Pollione co(n)s(ulibus), / [– – – in scho]la collegi(i) centonar(iorum) Laud(ensium), / [– – – Ru]fino et Q(uinto) Minicio Eua/[– – –]arino, quaestore arc(ae) colleg(ii), / [– – – U]lpio Nundino, curatoribus, / [– – – equi]tem Romanum praestantiae / [– – – ».

84 CIL, XI, 5749 (D., 7221).

85 CIL, VI, 29700 et 29701.

86 Il s’agit de T. Flavius Hilario, de L. Pacatius Tyrannus, de T. Flavius Faustinus, de C. Iulius Saturninus, de Q. Annaeus Philetus, de Iulius Chryses, de Q. Marcius Eutyches, de T. Marsennius Adiutor, de Monnienus Priscus, de Servilius Zethus, de T. Iulius Faustinus et de C. Apuleius Philumenus.

87 CIL, VI, 33858 = 1060 (D., 7225). Dans la même liste, les décurions ne sont pas classés selon le numéro de leur décurie, ni par ordre alphabétique – ce qui n’étonne guère –. L’énumération suit donc l’ancienneté dans le poste ou dans le collège.

88 S. Panciera, Fasti, p. 278 ; face à la liste des 16 honorati, il faut avoir en tête les décès éventuels parmi les équipes d’anciens magistri quinquennales.

89 CIL, XIV, 374 (D., 6165).

90 CIL, XIV, 128 (D., 615).

91 CIL, XIV, 5344 : « – – –]io A(uli ?) [fil(io) Fa]b(ia ?) / Lolliano, e(gregio) u(iro), / proc(uratori) ann(onae) Augg(ustorum duorum) nn(ostrorum) Ostis, / proc(uratori) X[X] libertatis, / proc(uratori) XX her[ed(itatium) tr]a(n)s P(adum) et per Aemil(iam), / proc(uratori) bonor(um) [damnat(orum), tr]ib(uno) coh(ortis) Germ(anorum), / praef(ecto) coh(ortis) II[– – – IIuir]o( ?) Bon[on(iae)] / et I[– – –], / honorati [coll(egii) f]abr(um) / tign(uariorum) Ost(is) ob insignem amor[em] ei[us] / in omnibus, cura(m) a[gent]ibus / [– – –] Cl(audio) Epagatho, L(ucio) Iu[lius Doryph]oriano( ?) / [– – – A]ur(elio ?) Den[– – – m]ag(istris) q(uin)q(uennalibus) lustri [XXX – – – ».

92 Cependant, la conjonction « item » laisse ouverte la possibilité que Philocyrius ait été président et scribe du collège en même temps ; CIL, XIV, 418 = ILMN, 565 ; CIL, XIV, 419 : « – – – Similiae] C(ai) f(iliae) Philete, uniui[riae, C(aius) Similius Philocyrius, / [seuir A]ug(ustalis) idem q(uin)q(uennalis), q(uin)q(uennalis) colle[gi(i) fabrum tignuarior(um) Ost(iensium)], / [item scrib(a) ei]usdem numeri mil[itum caligatorum – – – ».

93 CIL, XIV, 347 (D., 6150) : « [D(is)] M(anibus), / A(ulo) Egrilio A(uli) f(ilio) Secundo Trheptiano (sic), / [de]cur(ioni) Laur(entium) uico Augustan(orum), scrib(ae) colleg(ii) fabr(um) tign(uariorum) Ost(iensium), decuriali scriptus cerar(io), / [t]ribuli tribus Pupiniae, A(ulus) Egrilius Ision et Iulia Proba coniux fecerunt ».

94 CIL, V, 2850 ; CIL, VI, 10340, 10341, 10343, 10344 et 33194.

95 J.-P. Waltzing, Étude, p. 412.

96 CIL, XIII, 1954 (D., 7030) : « M(arco) Inthatio M(arci) fi[l(io)] / Vitali, negotiat(ori) uinari[o] / Lugud(uni) in kanabis con/sistenti, curatura eiusdem / corpor(is) bis funct(o), item q(uin)/q(uennali), nautae Arare nauig(anti), / patrono eiusd(em) corporis, / patrono eq(uitum) R(omanorum), (se)uir(orum), utr[i]clar(iorum), fabror(um) Lugud(uni) con/sist(entium), cui ordo splendidis/simus ciuitat(is) Albensium / consessum dedit, / negotiatores uinari / [Lug(udunenses)] in kanab(is) consist(entes), pat[rono] ; / ob cuius statuae ded[ica]/tione(m) sportul(as) denarios [– – – sing(ulis)] / dedit ».

97 AE, 1982, 357 : « – – –]m q(uin)q(uennali), c[ura]tor(i) / [– – – nego]tiantium uina/[riorum, – – –]ium concessum / [– – –]ae Felicita[t]i, coniug(i), / [– – – Rh]odine et Aemilio / [– – –]ccio Seuero, filio, / [– – – liber]tis libert[a]busque ». G. Ciampoltrini, Iscrizioni, p. 226-231, n’exclut pas qu’il s’agisse en fait d’une inscription d’Ostie ou de Rome, déplacée à la fin du Moyen Âge. Il ne paraît pas impossible que la curatelle soit la seule fonction liée au collège des négociants de vin : à la ligne 1, on peut sans doute restituer « [ide]m », la quinquennalitas du défunt désignant une dignité atteinte dans un ordo Augustalium. Le caractère lacunaire et obscur du document appelle sans doute un commentaire moins affirmatif que celui de G. Ciampoltrini : « l’intervento di un collegium di negotiantes uinarii, con la concessione del monumento sepolcrale, cui evidentemente si referisce il concessum di linea 3, fa supporre che il defunto abbia esercitato la carica di quinquennalis nel collegio », affirme-t-il.

98 AE, 1987, 191 : « A(ulus) Caedicius Successus, / seuir Aug(ustalis) idem quinquenn(alis), / curator nauicularior(um) maris Hadriat(ici) / idem quinquennalis, fecit sibi et / Caediciae Themidi, lib(ertae), et / A(ulo) Iulio Epagatho et Pontulenae Pyrallidi, / uxori eius, libertis libertab(us) / posterisq(ue) eorum, / in fronte p(edes) IX, in agro p(edes) XXXV ».

99 CIL, XIV, 430 (D., 6168) : « L(ucius) Valerius Threp[t]us / fecit, mag(ister) q(uin)q(uennalis) / colleg(ii) fabr(um) tignuari/orum Ost[e]nsium, curat(or) / negotiantium fori uinari, / q(uin)q(uennalis) colleg(ii) Geni fori / uinari, E[– – –] PE[– – –] patris / e[t] Valer[– – –]stae ».

100 CIL, XIV, 309 (D., 6163).

101 CIL, XIV, 281.

102 CIL, VI, 10324, 10334, 10335 et 10336 ; dans le second cas, il n’est pas tout à fait impossible, cependant, que l’expression « curator quinquennalis » ne désigne qu’un seul titre.

103 CIL, IX, 5450 (D., 7248) : « D(is) M(anibus), / T(ito) Silio T(iti) lib(erto) / Prisco, / mag(istro) colleg(ii) / fabr(um) II et q(uaestori) II, / mag(istro) et q(uaestori) sodal(icii) / fullonum, / Claudiae Ti(erii) lib(ertae), / uxori eius, matri / sodalic(ii) fullon(um), / T(itus) Silius Karus et / Ti(berius) Claudius Phi/lippus, mag(istri) et / q(uaestores) colleg(ii) fabr(um), / fili parentib(us) / piisimis ». À la ligne 8, la lecture, « Ti(erii) lib(ertae) » est proposée par S. Antolini, Su due iscrizioni dei Silii di Falerone, Picus, 19, 1999, p. 301-309, alors que Th. Mommsen, CIL, IX, s.n., proposait « Filib. ? ».

104 CIL, VI, 10302 (D., 7352).

105 CIL, VI, 10313.

106 CIL, XIV, 256.

107 CIL, XIV, 250 (D., 6174), 251 (D., 6175) et 252 (D., 6176) ; R. Meiggs, Ostia, p. 314-315.

108 En 152, M. Cornelius Epagathus, q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus), et Antitius Helius, q(uin)q(uennalis), ne sont pas inscrits dans la plèbe, à la différence de M. Cornelius Secundus.

109 H. L. Royden, Magistrates, p. 48-50 ; l’hypothèse paraît toutefois très conjecturale.

110 CIL, XIV, 256.

111 Cf. infra, p. 339, et supra, p. 142-144.

112 J. L. D. Pearse, A forgotten altar of the collegium fabrum tignuariorum, Epigraphica, 37, 1975, p. 100-123.

113 Les fastes du collège mentionnent le remplacement de présidents décédés, évincés ou excusés (defuncti, summoti, excusati) ; cf. AE, 1941, 71.

114 CIL, XIV, 2630 (D., 7237) : « T(ito) Flauio T(iti) lib(erto) Hilarioni, / decur(ioni) coll(egii) fabr(um) ex lustro XV, / nungento ad subfrag(ia) lustro XVI, / mag(istro) quinq(ennali) coll(egii) fabr(um) tignarior(um) / lustro XVII, honorat(o) ex lustro XIIX, / censor(i) bis ad mag(istros) creando<s> lust(ris) XIX et XX, / iudexs inter elect(os) XII ab ordine lust(ro) XXII, / Claudia Ti(beri) f(ilia) Prisca uiro optimo, / et Flauia T(iti) f(ilia) Priscilla patri optimo ».

115 H. L. Royden, Magistrates, p. 180 ; l’argumentation s’appuie sur la restitution « [Ti. Iulius Fau]stinus / [in loc(o) Fausti]ni def(uncti), / [. Iulius C]hryses » ; H.L. Royden suit également une restitution des fastes proposée par S. Panciera pour le 43e lustre : « T. Fla[uius Faustinus ?] ».

116 Analysant le travail de restitution de J. L. D. Pearse, H. L. Royden remarque qu’entre la rédaction des inscriptions CIL, VI, 33857 et 33858 (D., 7226 et 7225), un tiers des décurions (le troisième tiers enregistré sur le second document) a été renouvelé. Et sur la liste CIL, VI, 33857, les trois hommes figurent dans le premier tiers des décurions recensés.

117 Toutefois, pour accéder à la présidence, la très grande ancienneté ne semble pas avoir été suffisante dans tous les cas. En 194, T. Manlius Ennianus est le décurion qui a le plus d’ancienneté ; sans doute exerçait-il déjà cette fonction en 154 (J. L. D. Pearse, Three alba of the collegium fabrum tignuariorum of Rome, BCAR, 85, 1976-1977, p. 169). Il semble mourir avant la rédaction de la liste de 198, sans avoir été récompensé d’un si long décurionat par un poste de président.

118 CIL, XI, 3936 (D., 6588) : « L(ucio) Pacatio Tyranno, / honorato collegi / fabrum tignuariorum / Romanensium, ex / decreto ordinis municipi / Capenatium foederatorum, / conlatione facta ordinis / eiusdem municipi et / Augustalium et uicanorum item libertorum ipsius, / ob merita eius, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ; / dedicata (ante diem) XIIII k(alendas) Oct(obres) / Iunio Rustico [II / Plautio ] Aquilino [co(n)s(ulibus)] ; / ludos [– – – / – – –]DE[– – – /– – –]ENTO [– – – ». Comme H. L. Royden le souligne, le fait que Tyrannus puisse être présenté comme décurion, en 154, et comme honoratus, dès 162, est problématique : les deux seuls lustres collégiaux pendant lesquels il a pu être magister quinquennalis sont le 33e (154-158) et le 34e (159-163). Il faut admettre que Tyrannus n’a pas été magister quinquennalis pendant un lustre entier. Deux solutions alternatives sont possibles. Soit Tyrannus a remplacé un magister quinquennalis du 33e lustre, après 154 et son enregistrement sur la liste collégial en tant que décurion, devenant honoratus après sa sortie de charge en 162. Soit, élu magister quinquennalis en 162, Tyrannus a bénéficié – comme d’autres présidents avant lui – d’une excusatio, devenant honoratus sans avoir exercé la présidence effective du collège.

119 CIL, XIV, 161 (D., 1427) ; CIL, XIV, 4620.

120 CIL, XIV, 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175). Se reporter à la troisième partie.

121 Et, de l’avis de H. L. Royden, Magistrates, p. 43-45, il est possible que, malgré leur nom, les quinquennales des lenuncularii tabularii auxiliarii Ostienses aient été en poste moins de cinq ans. En 213, le collège se dote d’une nouvelle liste de référence dont nous sont parvenus des fragments (H. Bloch, Ostia, p. 278-281, no 42). Entre 192 et 213, il semble possible d’envisager que six présidents, dont M. Cornelius Valerianus pour deux mandats, se sont succédés, exerçant leurs fonctions seuls, à l’instar semble-t-il des présidents de l’album de 152. M. Cornelius Valerianus est le troisième responsable collégial cité en 192 ; le fait qu’il n’apparaisse pas parmi la plèbe du collège laisse à penser qu’il était quinquennalis en 192. Les deux dignitaires cités avant lui, M. Publicius Ianuarius et M. Publicius Ostiensis senior, sont qualifiés de quinquennales perpetui : leurs quinquennalitates ordinaires doivent être antérieures à 192. Si, dans ce corpus lenunculariorum, la durée de 7 mandats était égale à 21 ans, il est beaucoup moins difficile, de l’opinion de H. L. Royden, d’envisager l’existence de mandats de trois ans et non de cinq.

122 Si, en suivant la reconstruction de H. L. Royden, l’on envisage que Vettianus a pu présider le collège entre 210 et 213, il faut imaginer qu’il est parvenu à cette charge à près de 80 ans, après être entré dans le collège avant ses 20 ans.

123 Il est possible, toutefois, que la mention « II » ait été ajoutée après 192.

124 F. Zevi, Miscellanea, p. 472-478.

125 CIL, XIV, 299.

126 CIL, XIV, 297 = ILMN, 564 : « D(is) M(anibus), / L(ucius) Antonius Peculiaris, / seu(ir) Aug(ustalis), q(uin)q(uennalis) col(legii) fab(rum) Ost(iensium) / lustri XXV, fecit sibi et / Antoniae Soteridi, / uxori rarissim(a)e, cum / qua uix(it) annis L ».

127 Mart., 3, 59 : « le savetier Cerdo t’a offert, élégante Bologne, un combat de gladiateurs ; un foulon en a donné un autre à Modène : à présent, où le cabaretier aura-t-il son tour ? » (trad. H. J. Izaac, CUF, 1930-1934).

128 CIL, XIV, 44 (D., 3129) ; CIL, VI, 268 : « Mineruae Aug(ustae) / sacrum ; Nerone Claudio II, / L(ucio) Caesio Martiale co(n)s(ulibus) ; / L(ucius) Sellius Gorgia, mag(ister) III, / Q(uintus) Nonius Amanus, mag(ister) III, / C(aius) [L]oll[iu]s Faustus, mag(ister) II, / M(arcus) Antistius Laetus, mag(ister) II, / Q(uintus) Horte(n)sius Quartus, mag(ister) I, C(aius) Iulius Agathopus, mag(ister) I, / mag(istri) fontani d(e) s(ua) p(ecunia) p(osuerunt) ; / dedic(atum) k(alendis) Dec(embribus) ».

129 CIL, VI, 22 (D., 3816) : « Annonae Sanctae, Aelius Vitalio, mensor perpetuus, / dignissimo / corporis (sic) / siliginiariorum / d(edit) d(edicauitque) ».

130 CIL, XIV, 2 (D., 3339).

131 AE, 1945, 118 : « Deo Sancto Apollini, / M(arcus) Plaetorius M(arci) f(ilius) Nicon, / parasitus Apollinis et / q(uin)q(uennalis) collegi(i) cantorum / d(onum) d(edit) ».

132 CIL, VI, 188 (D., 3721) ; CIL, VI, 235 : « Pro salute / dominorum, / Genio horreorum, / Saturninus et / Successus, / horreari, donum dederunt, / Caesare Vespasiano VI, / Tito Caesare imp(eratore) IIII / co(n)s(ulibus) » ; CIL, VI, 236 (D., 3668) ; AE, 1915, 97 : « – – –] Salut(i) Genium horreor(um) / [A]grippianorum, negotiantib (us), / L(ucius) Arrius Hermes, / C(aius) Varius Polycarpus, / C(aius) Paconius Chrysanthus, / immunes, s(ua) p(ecunia) d(onum) d(ederunt) ; // posit(um) dedic (atumque) (ante diem) V Idus Iun(ias), / Cn(aeo) Cossutio Eustropho, / L(ucio) Manlio Philadelpho // cur(atoribus) ann(i) III ».

133 CIL, XIV, 2156 (D., 3255).

134 T. F. C. Blagg, The cult and sanctuary of Diana Nemorensis, in M. Heinig, A. King (éd.), Pagan Gods and Shrines of the Roman Empire, Oxford, 1986, p. 211219 ; F. Coarelli, I santuari del Lazio in età repubblicana, Rome, 1987, p. 165-185.

135 CIL, V, 2794, Patavium ; VI, 240, Roma ; XII, 1815 (D., 7264), Vienna ; XIII, 2839, Augustodunum ; AE, 1987, 192, Ostia ; Inscr. Brixiae, 16.

136 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232).

137 CIL, VI, 641 (D., 3540) : « Siluano dendrophoro sacrum, / M(anius) Poblicius Hilarus, margar(itarius), q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus), cum liberis / Magno et Harmoniano, dendrophoris M(atris) d(eum) M(agnae), de suo fecit ».

138 CIL, VI, 339 (D., 7315) : « Herculi sacrum, / Sextus Aufidius Threp[t]us, / M(arcus) Octauius Carpus, / cur(atores) / collegi Herculis salutaris / c(o)hortis primae sagario/rum, d(onum) d(e) s(uo) d(ant) ».

139 CIL, XII, 1815 (D., 7264) : « Genio et / Honori / utriclarior(um), / Aurel(ius) / Eutyche(s) / et Ant(onius) / Pelagius, im/munes, d(e) s(uo) d(ederunt), et / [Au]rel(ius) Marinus, l(oco) d(ato) d(ecreto) u(triclariorum ou –icanorum) ».

140 On peut rapprocher la dédicace viennoise d’une inscription de Côme dédiée par un collegium nautarum au Genius et à l’Honos d’un individu (AE, 1932, 73 : « Gen(io) et hon(ori) / M(arci) Celsi Artemat(is), / VIuir(i) sen(ioris), coll(egiati) / ex coll(egio) nautar(um) / Com[ensium] »).

141 L’expression « de suo » apparaît sur les documents suivants : CIL, VI, 294 (D., 3463), 339 (D., 7315), 422 (D., 4292), 480, 641 (D., 3540) et 717 (D., 4217) ; AE, 1941, 70 ; CIL, XII, 1815 (D., 7264). « Sua pecunia » apparaît sur les documents suivants : CIL, VI, 236 (D., 3668), 240, 268, 471 (D., 238) et 543 (D., 3544) ; CIL, X, 6071 (D., 3884). On lit, en outre, « suo inpendio consacrauit » et « impendium huius arae remisit » sur deux autels tauroboliques lyonnais CIL, XIII, 1751 (D., 4131) et 1752 (D., 4132).

142 AE, 1941, 70 : « Fortunae / sacrum, / L(ucius) Petronius / Charito, / m(agister) q(uin)q(uennalis) c(ollegii) f(abrum) t(ignariorum), / aram cum / superficie / aerea, d(e) s(uo) d(onum) d(edit) ».

143 AE, 1987, 198 et 199.

144 CIL, VI, 3678 = 30872 (D., 7232) ; CIL, VI, 996 (D., 7224).

145 Voir par exemple CIL, X, 6071 (D., 3884) : « aram posuit » a été préféré à « aram dedit ».

146 P. Veyne, Pain, p. 16-17, p. 110-118 et p. 201-203, notamment.

147 CIL, IX, 3065 (D., 7299a) : « L(ucius) Spedius / Rhodinus, / sodalibus suis / Martialibus ».

148 AE, 1981, 387 (IIe ap. J.-C.).

149 AE, 1927, 129 : « V(iuus) f(ecit) ; / C(aius) Arrius C(ai) f(ilius) / Optatus, / sibi et suis, / et / C(aio) Arrio C(ai) f(ilio) / Clementi, / filio suo, et / T(ito) Saufeio M(arci) f(ilio), / et amicis, et / sodalibus / carpentaris, / u(ir) d(euotus) ; / in f(ronte) p(edes) XXXXI, / ret(ro) p(edes) XXXXX ».

150 P. Veyne, Pain, p. 28, 110-112, 265.

151 CIL, X, 5968 (D., 6272) : « T(ito) Iulio Euticheti, paton(o) / et rectori colle-g(ii) / dend(rophorum) Sign(inorum) q(uin)q(uennali), ob / plura sepius bene/ficia et munificent(iam) / largitionesque qu(a)e / circa collegium su/um exhibuerit, dignis/simo ; ex aere colla/to, statuam colle/gium dendrofor(um) / posuerunt ; cuius de/dic(atione) dedit sing(ulos) (sestertios) XXXII / et epulum ded(it) ».

152 P. Veyne, Pain, p. 261.

153 J. Andreau, Fondations, p. 157-209.

154 Ibid., p. 180.

155 Ibid., p. 161.

156 Ibid., p. 187-189.

157 CIL, XI, 5047 : « C(aius) Attius (Caiae) l(ibertus) / Ianuarius, / (se)uir s(acris) f(aciundius), (octo)uir VAL / ; hic collegio suo cento/nariorum legauit (sestertios) (mille), ex / cuius reditu quod annis / die parentaliorum ne minus / homines (duodecim) ad rogum suum / uescerentur, / cura coll(egii) cent(onariorum) ».

158 P. Schmitt-Pantel, Evergétisme et mémoire du mort. À propos des fondations de banquets publics dans les cités grecques à l’époque hellénistique et romaine, in G. Gnoli, J.-P. Vernant, La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Cambridge, 1990, p. 177-188 ; sur le sévirat et l’octovirat, cf. C. Delplace, « Culte impérial » et élites municipales du Picenum et de l’ager Gallicus, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre continuité et rupture. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 417-430.

159 AE, 1987, 198 : « C(aius) Iul(ius) C(ai) f(ilius) Cocil(ius) Hermes, / patr(onus) et q(uin)q(uennalis) / p(er)p(etuus) col(legii) / den(drophorum) Ost(iensium), / signum M(atris) M(agnae) ex argent(o) p(ondo) III et (sectans), et (sestertios) / VI m(ilia) n(ummum) d(onum) d(edit), ut (ante diem) VI / Kal(endas) Iun(ias), die natalis sui, de / (denariis) CLXXX usuras eorum epu/lentur et discumbentes, / sportulas partiantur / ; quot is obseruatum non / erit, tunc s(ummas) s(upra) s(criptas) honoratis / coll(egii) fabr(um) tig(nuariorum) Ost(iensium) dari / uolo, sub condicione s(upra) s(cripta) ; / stipulatus est Cocilius / Hermes ; spepond(it) plebs / ; dedicat(um) Idib(us) Ianuari(i)s / Maximo et Glabrione / co(n)s(ulibus) ; ob cuius d(edicationem) d(ecurionibus) dedit spor(tulas) (denarios) II ». AE, 1987, 199 : « C(aio) Iulio [C(ai) f(ilio) Pal(atina) Cocil(io) Hermeti ?], / [– – – / – – – de] (denariis) / [– – – spor]tul/[as partiantur ; quod si obseruatum n]on erit, / [tun]c s(ummam) s(upra) s(criptam) ho[no]ratis c[oll(egii) f]abr(um) t[ig(nuariorum) O]st(iensium) dari / uolo, suc (sic) condicione s(upra) s(cripta) ; st[ipul]atus est Co/ cilius Hermes ; spepond[it (sic) pl]ebs ; C(aius) Iulius C(ai) f(ilius) / Pal(atina) Corne[lianu]s( ?) [– – –]T[– – –] coi/[– – –] // ; dedic(atum) (ante diem) VIII Kal(endis) Iun(iis), / dd(ominis duobus) nn(ostris) Valeriano Aug(usto) / [– – –] et Gallieno [– – – co(n)s(ulibus)] ».

160 A. Pellegrino, Note su alcune iscrizioni del campo della Magna Mater ad Ostia, MGR, 12, 1987, p. 183-187.

161 L’imprécision s’explique par le fait que les pierres ont dû être installées dans un lieu détenu par le collège. Si la donation avait été faite à la cité ou à la plèbe urbaine, Hermes n’aurait sans doute pas manqué de s’en vanter. L’éventualité d’un transfert de la fondation au collegium fabrum tignuariorum, en cas de non-accomplissement des prestations, se comprend mieux dans le cadre d’une donation collégiale que dans le cadre d’un don à la cité.

162 F. Dupont, Le citoyen romain sous la République. 509-27 av. J.-C., Paris, 1994, p. 46.

163 P. Veyne, Pain, p. 246.

164 Ibid., p. 271.

165 CIL, XIV, 2 (D., 3339) : « Monitu sanctissimae Cereris et Nympharum hic puteus factus omni sumptu / C(aii) Caecili Onesimi, / patro(ni) et q(uin)q(uennalis) p(er)p(etui) c(orporis) m(ensorum) adiutor(um), / et L(ucii) Hortensi Galli, / q(uin)q(uennalis) nauticariorum, / et N(umerii) Treboni Eutychetis, / q(uin)q(uennalis) II acceptorum ; ded(icata) (ante diem) X k(alendas) Sept(embres), Laterano et Rufino / co(n)s(ulibus) ».

166 C. Turius Lollianus est le seul « fondateur » qui ne donne pas le montant chiffré de sa donation : il affirme céder le montant de son funeraticium : cf. CIL, VI, 9626 (D., 7267).

167 P. Veyne, Pain, p. 246.

168 AE, 1924, 115a : « [M(arci) Au]re[l]i Antonini [– – – / Aug]usti / [– – –] Rufus, curat(or) / [corporis tr]aiect(us) rustic[eli] co[– – – ?], / [imag(inem) e]x arg(enti) p(ondo) II s(emis), cum / [clipeo et] atlante aer(eo), d(onum) d(edit) I ; / [et ob dedic(ationem),] diuisit uirit(im) [sing(ulis) / – – –]DDX I[– – – ». AE, 1924, 115b : « A]ug[usti – – –] / [– – – V]aleriu[s – – –] / [– – – Qu]adratia[nus – – –], / [– – – co]rp(oris) traie[ctus rusticeli], / [im]ag(inem) ex ar[g(enti) p(ondo) II s(emis), cum / cli]peo et atl[ante / aere]o, d(onum) d(edit), et ob d[edicationem / diu]isit uirit(im) sin[g(ulis) – – – / – – –] (ante diem) VIII Id(us) Feb(ruarias) MA[– – – ».

169 CIL, XIV, 71 : « – – – q(uin)q(uennalis)] / II et patronus / corporis dendr/ ophorum Ost(iensium), ex / arg(enti) p(ondo) III, ded(icauit) (ante diem) VIII K(alendas) / Mai(as), Domitio De/xtro II et Thr/asia Prisco / co(n)s(ulibus) ».

170 H. L. Royden, Magistrates, p. 243, no 5 (le même personnage figurant sur l’album CIL, XIV, 281) : « Iuliae Aug(ustae), / matr(i) castro(rum), / C(aius) Cipius Cerin/thianus, q(uin)q(uennalis) p(er)p(etuus), / ex argenti p(ondo) II / d(onum) d(edit) ; Claudia / Secundina, / ob dedicatio/nem, dedit epu/lum et (denarium) I ».

171 AE, 1987, 198-199.

172 CIL, XIV, 119 : « Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Au/[r]elio Anton(ino) / Pio Fel(ici) Seueri / fil(io) Aug(usto), / C(aius) Caesius Eutychion, imm(unis), / k(annophoris) O(stiensibus) d(onum) d(edit) a(rgenti) p(ondo) I (scriptula) VIII ; / cuius ded(icatione) ded(it) /pan(em), uin(um) et (denarios) I ; / ded(icata) pr(idie) N(onas) Apr(iles), / Aspris II co(n)s(ulibus) ».

173 CIL, VI, 29700.

174 CIL, XIV, 44 (D., 3129).

175 P. Veyne, Pain, p. 258-261, souligne que l’évergétisme, par l’affectation à la collectivité d’une partie symbolique des biens des riches, joue le rôle de « contre-affect symbolique ».

176 Pais, 669 : « Herculi Aug(usto) ; / L(ucius) Sentius Bantiu[s], / M(arcus) Baeb[ius R]usticus, / M(arcus) Octauiu[s Ono]mastus, (se)ui[ri], / ex summis ho-n[ora]riis, quas colle[gio] / nautarum debuerant, adi(ectis) (sestertiis) / MMCC, posuerunt ».

177 CIL, XIII, 1978

178 P. Veyne, Pain, p. 20-22.

179 CIL, VI, 10332 (D., 7889).

180 CIL, XIV, 246.

181 P. Herz, Abascantus, p. 167-174 ; cf. supra p. 129-132 ; cf. CIL, XIV, 326.

182 CIL, XIV, 281.

183 CIL, X, 1647.

184 CIL, X, 3699 (D., 4174).

185 CIL, X, 6071 (D., 3884).

186 Cf. infra p. 450-459.

187 E. Forbis, Virtues, 1996.

188 R. P. Saller, Personal patronage under the early Empire, Cambridge, 1982, p. 7-39.

189 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 169 ; il s’agit de la vertu la plus couramment évoquée dans les inscriptions honorifiques des sociétés municipales, en général : cf. E. Forbis, Virtues, p. 12.

190 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 219.

191 Ibid., p. 218 et 496.

192 Ibid., p. 215.

193 CIL, XII, 1917 : « D(is) Manibus, Tib(erius) Iulius / Diadochus / dendropho/ rus / munificus ».

194 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 250.

195 CIL, XIII, 1911 (D., 7033) ; CIL, XI, 6358 (D., 6654) ; CIL, X, 5968 (D., 6272).

196 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 146-147.

197 CIL, VI, 148 = XIV, 5 (D., 3776) : « P(ublius) Cornelius / Thallus, / P(ubli) Corneli Architecti fil(ii), / mag(ister) quinq(uennalis) coll(egii) fabr(um) / tignar(iorum) lustri XXVII, / nomine / P(ubli) Corneli / Architectiani, fil(ii) sui, / allecti in ordinem decurion(um), / Fidei signum dono dedit ».

198 J. Hellegouarc’h, Vocabulaire, p. 32-25 et 275 ; E. Forbis, Virtues, p. 62-64.

199 CIL, XIV, 2299 (D., 5206).

200 S. Mrozek, Les distributions d’argent et de nourriture dans les villes italiennes du Haut-Empire, Bruxelles, 1987 ; et les articles du même auteur dans Epigraphica, 1968, 1972 et 1973.

201 CIL, VI, 29700 ; voir aussi CIL, VI, 29691.

202 CIL, V, 5304 (D., 7231) : « Colleg(ium) fabr(um) / P(ublio) Sextilio P(ublii) f(ilio) / Primiano, / ob quaesturam / fideliter ac / liberaliter / gestam, et / Lusiae L(ucii) f(iliae) / Quintulae eius / et P(ublio) Sextilio / Carpiano, fil(io) ».

203 S. N. Eisenstadt, L. Roniger, Patrons, p. 6, 275.

204 CIL, XIV, 5328.

205 M. Mauss, Essai sur le don, in Sociologie et anthropologie, Paris, 1999, p. 147.

Table des illustrations

Titre LA RECONDUCTION DES DIGNITAIRES DE COLLÈGES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre ÉVERGÉTISME ET MONUMENTS CULTUELS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre LE MONTANT DES FONDATIONS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre LES LIBÉRALITÉS OB HONOREM
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre LES TRAITS MORAUX ET SOCIAUX DE LA CLIENTÈLE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre LES DIVISIONES SPORTVLARVM
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre BIENFAITEURS ASSOCIANT DES PARENTS À LEURS DONATIONS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2071/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540