Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Première partie. La dignité de collegiatus : l’acquisition de la respectabilité et du prestige

Chapitre 2. Un moyen détourné d’atteindre la respectabilité et le prestige

Texte intégral

COLLEGIUM ET STATUT DE TRAVAIL : MÉTIER ET DIGNITÉ CIVIQUE

  • 1 CIL, V, 5930 (CLE, 1589) : « Dans son métier, ce qu’il faisait mal, qui le faisait mieux ? Ce qu’il (...)

Qui in arte sua quod fecit male, quis melius ? quod bene, non alius !
Qui apud Superos honestus uixit, plus fama quam fortuna.
Qui post annos tandem aeterna sede receptus, silet1.

  • 2 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris 1997, p. 19.

1Un Milanais a choisi ces vers pour témoigner de son passage sur Terre. L’éternité silencieuse y côtoie des réalités plus matérielles, celles du métier, qui constituent la toile de fond d’une identité à dominante professionnelle. Fier d’avoir si bien maîtrisé son art, ce personnage donne à son épitaphe la forme d’une ultime fanfaronnade ; mais, faisant suite à un exergue presque rieur, percent des sentiments plus profonds. Dans ce monde du prestige que constitue la société italienne du Haut-Empire, l’honneur et le renom priment sur les richesses que les personnes bénies du sort ont accumulées. Aussi le deuxième vers présente-t-il, à rebours, un processus que le profil de nombreux collegiati laisse percevoir. Telle la « fortuna » de Primitivus, la réussite économique correspond au socle d’une réputation, de la « fama », qui donne accès à la qualité d’homme « honestus », dans un univers civique distinct de la sphère professionnelle. Lieu de convivialité professionnelle et structure civique à la fois, le collège offre un cadre approprié à ce processus d’élaboration de la respectabilité. Bien que le défunt milanais n’ait sans doute pas adhéré à une association de métier, il partage avec les membres des collèges professionnels un même rapport au travail. Pour lui comme pour les collegiati, le travail est la source d’un droit à la fierté dont la reconnaissance s’apparente à l’honneur2.

  • 3 J. Andreau, Vie, p. 25-27 ; voir aussi R. Descat, La cité grecque et la vie professionnelle : socia (...)

2Pour l’essentiel, les collegiati peuvent apparaître comme des hommes de métier, dans le sens défini par J. Andreau de « spécialistes, non salariés, travaillant habituellement dans les centres urbains, pour les besoins du public, tirant en général de ce métier la totalité ou la plus grande partie de leurs revenus, travaillant dans une boutique en suivant des horaires fixes, ayant été en apprentissage, devant respecter les règlements propres à leur métier »3. Par leur rapport à l’économie, ces hommes de métier se distinguent à la fois des notables, dont les activités économiques ne ressortissent pas au travail proprement dit, et des esclaves exécutant les ordres du maître. Certes, les milieux romains du commerce, de la manufacture et de la boutique sont hétérogènes et hiérarchisés. Ainsi, les inégalités de condition sociale entre collegiati s’apparentent, en partie, à des différences de nature professionnelle et patrimoniale. Néanmoins, les membres d’un même collège professionnel, et les collegiati en général, ont en commun d’afficher un métier de manière à la fois explicite et indirecte.

  • 4 J. Andreau, Vie, p. 25-33 ; Id., Affranchi, p. 232 : « Le statut de travail, c’est le rapport au tr (...)

3L’appartenance d’un individu à une association de métier est un des éléments de son rapport général au travail, l’une des composantes de son statut de travail. Par cette expression, J. Andreau désigne « la manière dont est conçu le travail par rapport à l’ensemble de la vie »4. La notion invite à porter au jour non seulement des conditions matérielles d’activité, mais aussi des systèmes de représentations. Quelle était la place du collège dans le statut de travail des hommes de métier ? Quel rapport, au sens le plus large, les collegiati entretenaient-ils avec le travail, conçu non seulement comme une activité économique et un moyen d’entrer en relation sociale, mais encore comme une valeur morale et une source d’honorabilité ? Les sources proprement collégiales paraissent souvent bien pauvres. Il faut donc faire appel à des documents où les collegiati n’apparaissent pas expressément pour comprendre toutes leurs motivations. Qu’ils aient appartenu ou non à un collège, les hommes de métier laissent observer des gestes et des dispositions d’esprit similaires. L’appartenance à un collège semble liée à une fierté professionnelle intensément ressentie et à un désir d’honorabilité, qui découlent de positions spécifiques dans les structures de la vie économique.

Les collegiati : des professionnels respectables

  • 5 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 76-83.
  • 6 Cic., Off., I, 42, 150 : « Iam de artificiis et quaestibus, qui liberales habendi, qui sordidi sint (...)
  • 7 Sen., Ep., 88, 21.
  • 8 Voir par exemple J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous (...)
  • 9 A. Giardina, Marchand, p. 303-334 ; A. Giardina, A. I. Gourevitch, Il mercante dall’Antichità al Me (...)
  • 10 M. I. Finley, Économie, p. 67-68 ; C. Nicolet, Rendre à César. Économie et société dans la Rome ant (...)

4Les artisans, boutiquiers ou marchands, qu’ils appartiennent ou non à un collège, passent pour victimes d’une dépréciation, que F. M. De Robertis associe à une conception « aulique » du travail5. F. M. De Robertis désigne par cette expression le dédain des élites romaines à l’égard des métiers. Ce type d’activité est sordidus, uilis, martèle à l’envi un célèbre passage cicéronien6. Sénèque malmène les professions manuelles en ne reconnaissant aux « artes quae manu constant », aux travaux manuels, « nulla decoris, nulla honesti simulatio », aucune honorabilité7. La littérature antique, et les études modernes suscitées par elle, tendent à présenter les catégories sociales présentes au sein des collèges comme des groupes dépourvus de considération, dans une société où seuls la propriété et le travail de la terre seraient honorables8. Il est impossible d’ouvrir ici l’ensemble de ce dossier. Notons seulement que le salariat a pu être stigmatisé comme une forme de dépendance indigne ; et le négoce comme une forme de prédation exercée par des déracinés9. Néanmoins, la violence dans la condamnation littéraire du travail vise en priorité, non pas les hommes de métier eux-mêmes, mais les individus qui ont, ou prétendent avoir, un statut honorable tout en se trouvant mêlés à de viles activités10.

  • 11 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 21-49.

5Comment le désir d’honorabilité qui anime les collegiati est-il conciliable avec le mépris du travail qui apparaît dans certaines de nos sources ? Ce mépris est étranger au milieu dans lequel évolue les collegiati et les hommes de métier. Les dispositions mentales de ces individus procèdent en effet d’une conception du travail que De Robertis qualifie de « volgare », dans le sens de « populaire », pour l’opposer à la conception « aulique » précédemment évoquée11. La première s’exprime à travers des sources épigraphiques et papyrologiques ; la seconde, à travers la littérature. Bien loin d’assimiler leur pratique professionnelle à l’indignité, le système de représentations des hommes de métier met en valeur la compétence et l’habileté professionnelles. La réussite économique et le travail inspirent l’éloge moral. Seuls ces traits psychologiques peuvent expliquer que les collegiati construisent une image positive et valorisante d’eux-mêmes par le biais de structures associatives qui affichent, de façon explicite, une raison d’être professionnelle.

  • 12 R. Meiggs, Ostia, pl. 24 a.
  • 13 CIL, XIV, 456.
  • 14 CIL, VI, 188 (D., 3721) : « L(ucius) Dunnius Apella, / C(aius) Annius Tyran-nus, / mag(istri) prim( (...)
  • 15 CIL, VI, 1002 (D., 7269) : « [Imp(eratori) Caesari, / diui Hadriani f(ilio)], diu(i) / Traiani part (...)
  • 16 CIL, VI, 868 : « Dedic(atum) idib(us) Nou(embris) Maximo et Glabrione co(n)s(ulibus) ; / cura(m) ag (...)

6L’affichage épigraphique de l’appartenance collégiale, et a fortiori de titres collégiaux, est un médium par lequel des individus mettent leur pratique professionnelle en avant, comme l’une des composantes essentielles de leur identité sociale. Or, les différents modes d’expression de cette identité à dominante professionnelle s’ajoutent parfois les uns aux autres. Un bas-relief découvert à Portus représente un navire sur les flots12. Au-dessus de la voile et du mât, se trouve une courte inscription : « qq f(abrum) nau(alium) »13. Le ou les commanditaires, un q(uin)q(uennalis) ou des q(uin)q(uennales), présentent à la postérité le fruit de leur travail, et la dignité collégiale atteinte grâce à celui-ci. Le bas-relief ne représente pas une scène de métier au sens strict du terme, et la profession de charpentier de marine est évoquée de manière indirecte, par le biais d’un titre collégial. À Rome, des dignitaires de collèges liés à l’annone sont nommés sur des monuments qui portent une décoration renvoyant à leur profession. L. Dunnius Apella et C. Annius Tyrannus ont dédié un cippe de marbre opisthographe à Fortuna horreorum14. Un gouvernail, un globe, deux cornes d’abondance remplies d’épis et un soc de charrue évoquent le métier annonaire d’horrearii, dont Apella et Tyrannus étaient les magistri. De même, une meule et un boisseau rempli d’épis ont été sculptés sur les faces latérales d’une base gravée par un corpus pistorum, en l’honneur d’Antonin le Pieux15. Les dignitaires du collège sont nommés sous la meule, la mola uersatilis. Enfin, en 256, la dédicace d’un collège dont le nom n’a pas été conservé fait apparaître une composition semblable. La représentation d’un Génie brandissant une corne d’abondance et d’un boisseau rempli d’épis précède l’énumération des dignitaires responsables de la dédicace16.

  • 17 G. Zimmer, Römische Handwerker, ANRW, II, 12.3, 1985, p. 205-228.
  • 18 Ibid., pl. VII.
  • 19 CIL, XI, 132 (D., 7235).

7Les individus qui ont fait sculpter ces motifs iconographiques révèlent que les mêmes sentiments animaient les collegiati et les artisans qui se mettent en scène au travail17. De nombreux bas-reliefs funéraires d’Italie et des provinces montrent en plein travail des bouchers, des tailleurs de pierre, des cordonniers, des forgerons, des foulons, des boulangers, des charpentiers de marine et d’autres spécialistes encore. Sur les tombes, la représentation des outils traduit parfois un attachement aux gestes et aux savoir-faire professionnels. Ces défunts et les collegiati sont unis par une véritable communauté d’esprit. Le bas-relief du faber naualis d’Ostie rappelle ainsi la célèbre stèle funéraire d’un Ravennate, P. Longidienus. Dans la patrie inférieure du monument, le défunt est représenté au travail, s’affairant devant un navire en construction18. Entre l’épitaphe proprement dite et la scène de métier, se trouve un cartouche. L’affirmation suivante y a été inscrite : « P. Longidienus ad onus properat »19. Il s’est attelé à sa lourde tâche. Il n’y a pas de gène dans l’esprit des hommes de métiers à se dépeindre comme tels, ce qui dénote, en réalité, un sentiment de fierté professionnelle.

  • 20 CIL, IX, 3938 (D., 7470) ; sur les deux côtés de la base : « coco optimo » ; sur la face principale (...)
  • 21 CIL, XII, 722 (CLE, 483 ; D., 7715) :
  • 22 S. R. Joshel, Work, p. 76-91 ; ainsi, cf. CIL, VI, 9222 (D., 7695), 6182 (D., 7589) et 9437 (D., 77 (...)
  • 23 Les sources pompéiennes et les poèmes funéraire s’en font l’écho ; voir, par exemple, CIL, IV, 813  (...)
  • 24 Plut., M., p.98 E (De la fortune, 4).

8Les hommes de métier tirent de leurs compétences un sentiment de fierté. Le dendrophore Marcius Faustus, d’Alba Fucens, se dit cocus optimus, le meilleur des cuisiniers20. L’épitaphe versifiée de Q. Candidius Benignus, faber tignuarius à Arles, insiste sur les talents de constructeur d’appareils hydrauliques du défunt21. La mention explicite de l’appartenance de Benignus à un corpus précède son éloge. « Quem magni artifices semper dixsere magistrum » avancent sa femme et sa fille. Dans l’Occident romain, un artisan peut ainsi accéder à une forme de grandeur. Son honorabilité repose sur sa réputation de compétence. Les mots employés sont révélateurs. Le verbe « dixsere » renvoie au souci d’une réputation professionnelle lue dans l’estime de ses pairs. « Magistrum », qui reprend « magni », n’est pas sans évoquer les titres de magister ou de magister quinquennalis si prisés dans les collèges. Le collège offre un cadre où le collegiatus peut obtenir la reconnaissance qu’il recherche dans son environnement social, dans un environnement social constitué d’hommes de métier. L’éloge épigraphique du savoir-faire artisanal, délié de tout contexte collégial, n’est pas très rare22. La fierté professionnelle conduit à un attachement au travail en tant que valeur morale, et au rejet de l’oisiveté23. Examinées de près, les sources littéraires laissent parfois entrevoir de telles dispositions d’esprit. Ainsi, Plutarque met en relation le talent et la réussite d’artisans dont il semble presque se faire le porte-parole24.

  • 25 AE, 1987, 196 : « [D(is) M(anibus)], / M(arcus) Quintilius [– – – seuir Au]gust(alis) / idem q(uin) (...)
  • 26 CIL, IX, 4796 (CLE, 437 ; D., 7542).
  • 27 A. Giardina, Marchand, p. 332 ; R. Descat, La représentation du travail dans la société grecque, in (...)

9Si le savoir-faire artisanal peut servir d’appui à un discours sur la dignité personnelle, des commerçants romains clament leur honnêteté professionnelle. « Semper sine fraude » lit-on à la fin d’une épitaphe fragmentaire d’Ostie, datée de la seconde moitié du iie siècle ; l’expression se rapporte sans doute à des [b]ona25. Le défunt, M. Quintilius [– – –], était semble-t-il le quinquennalis perpetuus des calfats d’Ostie et d’un collège de bateliers. Son titre de quinquennalis des seuiri Augustales de la colonie indique son appartenance à la frange supérieure du monde des métiers ostien. M. Quintilius [– – –] se dit « simplex ». L’adjectif et l’expression « semper sine fraude » semblent renvoyer à une même droiture professionnelle. Reposant à Forum Novum, un marchand – dont nous reparlerons – se présente comme « in cunctis simplex contractibus, omnibus aequus »26. Gagnant leur vie en faisant des affaires, les deux personnages semblent chercher à se départir de la mauvaise réputation qui, dans les mentalités romaines, s’attachait à l’échange commercial. Les extraits littéraires qui assimilent le commerce à la ruse ne manquent pas. Ils reflètent souvent un préjugé selon lequel le gain ne peut résulter que de la perte infligée à autrui27. Les inscriptions rédigées par des collegiati réfléchissent une autre image du profit et de l’aisance issue des affaires.

  • 28 AE, 1974, 123 bis : « – – –] / orna[mentis – – – seuir Aug(ustalis) et] / q(uin)q(uennalis), item [ (...)
  • 29 J. Andreau, Vie, p. 209-210.
  • 30 CIL, VI, 33887 (D., 7481) : « D(is) M(anibus), / M(arco) Antonio M(arci) filio / Claudia (tribu) Te (...)
  • 31 A. Giardina, Marchand, p. 332, évoque, à propos des mentalités marchandes, « un gain vécu avec joie (...)
  • 32 Petr., 77, 6 : « Tu as un as ; tu vaux un as ».

10L’aisance matérielle est une condition indispensable de l’honorabilité, pour les hommes de métier comme pour tout Romain. Or, cette aisance est une nécessité pour les collegiati qui aspirent à gagner en prestige dans le cadre de leur communauté. Ainsi, un affranchi anonyme d’Ostie met sur le même plan les honneurs reçus de deux collèges et sa qualité de nummularius celeberrimus28. Ses titres collégiaux correspondent à des charges coûteuses. « Celeberrimus », le dignitaire du corpus negotiatorum fori uinari et du collegium fabrum tignuariorum se présente comme un changeur dont l’établissement est fréquenté par une clientèle abondante29. Le même adjectif est gravé sur la stèle funéraire d’un marchand de bestiaux originaire de Misène, M. Antonius Terens30. Les munera dont il s’est acquitté dans sa patrie paraissent indissociables de sa réussite en affaire. Les deux personnages affichent une réussite professionnelle, qui leur a beaucoup apporté financièrement31. Cependant, la richesse n’apparaît pas, dans leur esprit, comme une fin en soi. « Assem habeas, assem ualeas », affirme Trimalcion ; les dispositions mentales des collegiati sont à l’opposé de ce précepte32. Pour l’homme de métier qui se veut respectable et respecté, le collège correspond à l’élément civique qui manque à la reconnaissance sociale du simple priuatus.

Le collège professionnel et la construction de la respectabilité

11L’exercice d’un métier, la respectabilité et le prestige social ne sont pas antinomiques. Le fait que des associations recrutées sur un critère professionnel soient associées à la réussite de certains individus, voire à leur mobilité dans la hiérarchie sociale, en donne la preuve. Cependant, pour l’homme de métier, l’acquisition du prestige suppose une capacité à s’extraire des réalités matérielles, liées à l’activité économique. Le collège professionnel permet la résolution d’un paradoxe apparent. Le métier permet d’atteindre une condition honorable, en ménageant un accès à une vie en société qui dépasse son exercice. Comme nous l’avons vu, F. M. De Robertis distingue le mépris des élites pour les métiers de la fierté ressentie par les commerçants et les artisans. Néanmoins, le système de représentations des élites ne paraît pas sans influence sur celui des catégories intermédiaires et inférieures de la société. À l’image des notables, les collegiati, aussi, recherchent l’honorabilité à travers un mode de vie fondé sur l’agrément et la participation à la vie civique, et non sur le seul exercice d’une activité économique.

  • 33 CIL, VI, 236 (D., 3668) : « Num(ini) dom(us) Aug(ustae) / sacrum, / Genio conseruato/ri horreorum G (...)
  • 34 CIL, VI, 868.

12L’iconographie des monuments érigés par les collèges n’évoque pas seulement le métier des collegiati. Elle laisse aussi percevoir une volonté d’accéder à des activités distinctes du métier, et à une condition qui dépasse celle de simples professionnels. Le magister M. Lorinus Fortunatus est l’auteur d’une dédicace au numen de la Domus Augusta, au Génie des horrea Galbiana et à la Fortune33. Les côtés de l’autel portent deux bas-reliefs. Sur l’une des faces, apparaît la Fortune, coiffée d’un diadème et tenant une corne d’abondance. Sur l’autre, se tient un prêtre voilé, versant un liquide sur un trépied. Il y a tout lieu d’identifier ce personnage à Fortunatus, au magister dans l’accomplissement de rites liés à sa fonction. Se disant magister et se faisant représenter dans un geste sacerdotal, Fortunatus se réfère aux horrea par le biais de leur Génie. En revanche, toute référence directe au métier d’horrearius est absente d’un document qui s’inscrit dans un contexte collégial, bien distinct de la vie professionnelle. Une scène de sacrifice est aussi représentée sur le monument dédié, en 256, par le collège annonaire romain précédemment évoqué34.

  • 35 CIL, VI, 1872 (D., 7266) :

13En 206, la base inscrite et sculptée par le corpus piscatorum et urinatorum en l’honneur de Ti. Claudius Severus illustre, avec précision, la personnalité sociale de ce quinquennalis III35. La même scène est répétée trois fois. Au-dessus du champ épigraphique, ainsi que sur deux autres faces du monument, deux personnages sont représentés dans une barque. En outre, sur l’un des côtés est figuré un personnage, vêtu d’une toge, qui tient une palme de la main droite, et des faisceaux de la main gauche. Il s’agit assurément de Severus. L’image des barques renvoie aux pratiques professionnelles des piscatores et des urinatores. Ceux-ci remercient leur président pour son intervention efficace auprès de l’administration : grâce à lui, le droit d’emprunter le Tibre sur des scaphae leur a été garanti. Symbole de victoire, la palme fait sans doute allusion à la décision rendue en faveur des membres du corpus. Il est plus probable que les esclaves de Severus, et non Severus lui-même, se livraient à une telle navigation. Toutefois, en qualité de quinquennalis corporis, Severus n’hésite pas à se présenter comme un piscator et urinator, et à associer son image à celle de travailleurs du Tibre. Quant aux faisceaux, ceux-ci indiquent une dignité civique. Severus appartient en effet à une dé-curie de licteurs : sa personnalité n’est pas réductible au monde économique ancré sur les rives du Tibre. Le corpus, sur lequel Severus exerce son autorité, apparaît comme une passerelle entre deux univers distincts, fréquentés par un personnage dont l’identité est faite de multiples facettes.

  • 36 Petr., 30, 1-2 : « Non licebat <tam multa otiose> considerare. Nos iam ad triclinium perueneramus, (...)
  • 37 Petr., 71, 9 : « Te rogo, ut naues etiam <in fronte> monumenti mei facias plenis uelis euntes, et m (...)

14À bien des décennies d’intervalle, certes, l’hommage rendu à Severus rappelle deux très célèbres passages du Satiricon. Trimalcion a reçu de son dispensator un curieux présent : deux haches, entourées de faisceaux, dont la partie inférieure avait la forme d’éperons de navire36. Ces faisceaux sont ceux que portaient les licteurs précédant le seuir imaginé par Pétrone. Plus loin dans le roman, Trimalcion passe commande de son monument funéraire37. Le seuir se met en scène en évergète. Il fait aussi représenter les navires qui lui ont apporté la fortune, bien qu’il ait fait le choix de se retirer du commerce pour vivre en propriétaire terrien. Ainsi, Pétrone dresse le portait acerbe d’un ancien esclave qui cherche à s’extraire de sa condition initiale, vainement et avec la plus grande maladresse. Dans un tout autre contexte documentaire, Severus apparaît comme un individu qui entend ne pas être réduit à son métier ; il n’évolue pas seulement dans un milieu professionnel. Chez lui comme chez Trimalcion, perce la volonté de se départir, au moins partiellement, d’une condition et d’une activité premières. À la différence du héros de Pétrone, Severus est un ingénu. Toutefois, tel un affranchi, il a dû reporter sur son fils, devenu chevalier, le désir de promotion sociale que l’on devine en lui. Le collège peut apporter l’honorabilité car, distinct de l’univers professionnel proprement dit, il permet de s’en extraire en partie.

  • 38 AE, 1987, 196 (Ostie).

15La vie collégiale répond aux attentes sociales des hommes de métiers. Celles-ci ne sont pas très perceptibles dans les titulatures des collegiati et, de manière générale, sur les inscriptions laconiques gravées à l’instigation des collegiati. En revanche, sur certains points, la poésie funéraire fournit un éclairage très précieux. De fait, l’épitaphe de M. Quintilius [– – –] correspond à un document exceptionnel38. Après la mention des titres civiques et collégiaux du défunt, suivent six lignes lacunaires. Y sont évoqués trois thèmes courants dans les carmina epigraphica des hommes de métier. L’honnê-teté, la simplicitas, revendiquées par le collegiatus ont déjà été soulignées. M. Quintilius [– – –] affirme aussi son attachement à l’amitié et le souci de sa réputation, de sa fama. Or, la vie collégiale permet de cultiver l’amitié et sa réputation.

  • 39 CIL, IX, 4796 (CLE, 437 ; D., 7542) de Forum Novum ; D. Porte, Tombeaux, p. 138 : «... Je me trouve (...)

16L’épitaphe du marchand L. Nerusius Mithres permet de mieux comprendre ce qu’apportent les collèges aux hommes de métier qu’ils accueillent. Elle est assez caractéristique des poèmes funéraires des marchands et des artisans. Voici les vers que Mithres a transmis à la postérité39.

Liber nunc curis fuerim ; qui respice lector
Notus in urbe sacra uendenda pelle caprina.
Exhibui merces popularibus usibus aptas ;
Rara fides cuius laudata est semper ubique ;
Vita ueata fuit ; struxi mihi marmora (t)ec(t)i,
Secure, solui semper fiscalia manceps ;
In cunctis simplex contractibus, omnibus aequus,
Ut potui, nec non subueni saepe petenti ;
Semper honorificus, semper communis amicis ;
Maior ad(huc) hic laudis honor, potior quoque cunctis,
Ipse meis quod constitui tutamina membris,
Taliaque(e) feci, non tam mihi prouidus uni,
Heredum quoque cura fuit ; tenet omnia secum
Re propra quicumque iacet ; me fama loquetur ;
Exemplum laudis uixi dum uita manebat ;
Sollicitus multis, requiem feci quoque multis

  • 40 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, 1997, p. 19.
  • 41 Voir par exemple, CIL, VI, 9663 (D., 7518).

17La pierre indique la profession du défunt, tout en révélant le souci de l’honorabilité qui anime celui-ci. « Semper honorificus », dit Mithres, en soulignant par ailleurs l’estime et les louanges qu’il suscitait chez autrui. Or, le collège est le cadre où « l’honneur ressenti devient l’honneur qu’on brigue » et où « cet honneur brigué vous revient sous forme d’honneur rendu »40. Les titres de quinquennalis de M. Quintilius [– – –] sont des honores au sens romain du terme et, plus largement, les attributs de son honorabilité. Ils lui ont été décernés dans le cadre à la fois hiérarchique et convivial que constituaient les collèges romains. « Semper communis amicis » ajoute Mithres, tandis que M. Quintilius [– – –] semble se targuer de sa mens bona à l’égard de ses amis. Enfin, le souci de la fama est commun, non seulement aux deux personnages, mais aussi à un nombre assez important de commerçants et des boutiquiers. Comme dans le poème de Mithres, la fama s’ajoute parfois à la fides41. Or, fama et fides jouent un rôle structurant dans la vie des affaires.

  • 42 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728 ; Id., Plèbe, p. 1187-1194.
  • 43 S. Panciera, Miscellanea storico-epigrafica III, Epigraphica, 29, 1967, p. 46-48 (AE, 1968, 119) : (...)
  • 44 Voir par exemple, CIL, VI, 2489 (D., 2028).

18P. Veyne interprète ces références à la fama et la fides dans un sens professionnel, en les jugeant très révélatrices des mentalités plébéiennes42. Il affirme ainsi : « les artisans et les commerçants se prêtaient de l’argent les uns aux autres et leur morale sapientale leur ordonnait de le faire ; en d’autres termes, l’amicitia jouait, pour la plèbe moyenne, le rôle que jouait la clientèle dans l’aristocratie... ou le cousinage dans maintes sociétés méditerranéennes actuelles. C’est une amitié de ‘convivialité’, je veux dire de festins, et une amitié d’affaires ». La célébration plébéienne des vertus morales refléterait ainsi des structures caractéristiques de l’économie romaine, l’organisation du crédit en particulier. Au-delà de la question très précise du prêt, à Rome comme ailleurs, la vie des affaires repose sur la confiance, et s’appuie sur des solidarités dont la nature propre est étrangère à l’économie. Or, le collège est une structure conviviale qui enrichit la vie de relations d’individus qui se côtoient dans la vie professionnelle. La vie au sein du collège transpose dans un cadre amical, et par-là enrichit, des solidarités professionnelles. Cette existence communautaire offre aussi des occasions d’éprouver la confiance que mérite un confrère. Par exemple, un fragment épigraphique daté du iie siècle conserve le souvenir d’une donation faite au collegium fabrum tignuariorum de Cereate Marianae43. Un negotians uinarius qui s’est comporté « [sine] fraude », en est l’auteur : peut-être a-t-il respecté une promesse de don, une pollicitatio. Quoi qu’il en soit, l’affirmation de l’honnêteté, de l’absence de « fraus », rappelle les épitaphes d’un M. Quintilius [– – –] et de plusieurs hommes de métier44.

19Ainsi, autant qu’un désir, l’honorabilité apparaît comme un atout utile et nécessaire dans l’exercice du métier. Le collège peut en constituer le vecteur, en marge des pratiques professionnelles. Néanmoins, les collegiati semblent atteindre une respectabilité, et parfois un prestige social, qui sont liés à la place précise qu’ils occupent dans leurs secteurs d’activité.

Les statuts de travail des collegiati

  • 45 Dig., 4, 9, 1, 2 : « (...) quamuis « nautae » appellantur omnes qui nauis nauigandae causa in naue (...)
  • 46 Voir, notamment, R. Meiggs, Ostia, p.313 : « employers formed the backbone of the guilds ».

20Les membres des collèges professionnels peuvent certes être décrits comme des commerçants ou des artisans. Toutefois, dans le monde romain, de tels qualificatifs sont susceptibles de recouvrir des réalités très différentes. Par exemple, l’analyse d’un édit prétorien amène Ulpien à souligner la polysémie du mot « nauta », qui pouvait désigner le responsable d’une embarcation aussi bien que l’ensemble des individus présents sur le navire45. Or, les nautes appartenant à des collèges semblent fort éloignés d’individus « qui nauis nauigandae causa in naue sint ». À n’en pas douter, des armateurs en batellerie pouvaient être désignés par le même nom de métier qu’un patron de barque ou l’un de ses subordonnés. Une même diversité de conditions et de rapports à l’activité existe dans les autres secteurs économiques. En conséquence, lorsqu’un album collégial cite plusieurs dizaines, voire de plusieurs centaines de collegiati, quel sens professionnel précis faut-il donner au nom de métier mis en avant ? Les commentateurs modernes admettent d’ordinaire que les collèges regroupaient les « employeurs », et non les « employés »46. Ce postulat mérite d’être précisé, dans la mesure du possible. Tous les membres d’une même association de métier avaient-ils le même statut de travail ? La notion définie par J. Andreau semble permettre d’expliquer l’hétérogénéité aussi bien que la relative cohérence des effectifs collégiaux.

  • 47 CIL, XIII, 2023 (D., 7034) : « [D(is) M(anibus) / et memoriae / aeternae, / Poppilli, natio[ne] / s (...)
  • 48 CIL, XIII, 2033 : « [ ? M – ou Tur]ranio V[ero, / ciui] treuero, n[ego/tiat]ori uina[rio / et art]i (...)
  • 49 CIL, XIII, 1966 (D., 7028) : « D(is) M(anibus) / et memoriae aeternae / M(arci) Primi Secundiani, ( (...)
  • 50 CIL, XIII, 1996 (D., 7031) : « D(is) M(anibus) L(ucii) Hilariani Cinna/mi, ciuis Lug(udunensis), na (...)
  • 51 CIL, XIII, 1972 : « D(is) M(anibus) et quieti aeternae / [– – – T]outi(i) Incitati, (se)uir(i) / Au (...)
  • 52 AE, 1982, 702 : « D(is) M(anibus) / et m[emoriae a]eter/na[e – – –] At/tal[i, (se)uir(i) Aug(ustali (...)
  • 53 Sur le commerce du vin provenant de la côte Adriatique, voir notamment A. Tchernia, Le vin de l’Ita (...)
  • 54 CIL, VI, 9682 (D., 7277) : « L(ucio) Scribonio Ianuario, / negotianti uinario, / item nauiculario, (...)
  • 55 CIL, XIV, 409.

21Les collegiati les plus éminents semblent disposer d’un statut de travail particulier, qui les distingue de la masse de leurs confrères. Ainsi, le rapport à l’activité de certains membres de collège est défini par le cumul de plusieurs noms de métiers. Les sources lyonnaises en fournissent une illustration bien connue. L’utriculaire Popilius se dit negotiator artis prossariae (sic), de produits issus du travail de la laine47. Un Trévire établi à Lyon semble avoir fait commerce de vin et de poterie à la fois48. De même, les nautes M. Primius Secundianus49, L. Hilarianius Cinnamus50et Toutius Incitatus51, ainsi qu’un Attalus dont le gentilice n’est pas conservé, se présentent comme des negotiatores spécialisés de saumure, d’huile, de blé et de parfum52. M. Inthatius Vitalis et C. Apronius Raptor sont les dignitaires de collèges regroupant des nautes, d’une part, et des negotiatores uinarii établis à Lyon, d’autre part. Visiblement, ces hommes de négoce appartenant à des collèges de nautes sont bien moins des bateliers que des armateurs fluviaux, contrôlant de manière étroite la commercialisation des denrées qu’ils faisaient transporter. Provenant de Rome et d’Ostie, les inscriptions funéraires de L. Scribonius Ianuarius et de Cn. Sentius Felix révèlent aussi des liens étroits entre armement et négoce, entre le corpus nauiculariorum maris Hadriatici et le commerce du vin53. Le premier se dit curator du collège et negotians uinarius54. Cn. Sentius Felix a été reçu à la fois parmi les naviculaires de l’Adriatique et dans un collège lié au forum uinarium d’Ostie55. Il semble vraisemblable que ces références à deux métiers différents traduisent la variété et l’étendue des affaires brassées par Felix et Ianuarius.

  • 56 CIL, XIV, 4234 (D., 3417) : « M(arcus) Caerellius / Iazemis, q(uin)q(ennalis) / pistorum III / et p (...)
  • 57 AE, 1974, 123 bis (Ostie).
  • 58 AE, 1988, 204 : « D(is) M(anibus), / Egriliae Clusinae, item / libertis libertabusque, qui / quaeue (...)
  • 59 CIL, XIV, 374 (D., 6165) : « Marco Licinio / Priuato, / decurionatus orna-mentis honorato et / bise (...)

22M. Caerellius Iazemis, dignitaire du collège des pistores d’Ostie et de Portus, se dit en outre mercator frumentarius, sans faire référence au corpus mercatorum frumentariorum attesté à Ostie56. Les titres collégiaux décernés par les boulangers et le métier de mercator frumentarius peuvent-il être mis sur le même plan ? Est-il possible que Iazemis ait été reçu et distingué par le corpus pistorum à titre honoraire, en qualité de mercator frumentarius ? Avant de devenir quinquennalis perpetuus, Iazemis a présidé le collège des boulangers pendant trois mandats. Selon nous, cet investissement personnel dans la vie collégiale fragilise l’hypothèse d’une position purement honoraire. De surcroît, Iazemis se dit non seulement pistor et mercator, mais aussi codicarius, batelier. De la même manière, il est certain qu’un autre collegiatus d’Ostie, le nummularius celeberrimus précédemment évoqué, a exercé plusieurs activités économiques distinctes durant son existence57. Ce membre éminent du collegium fabrum tignuariorum et du corpus negotiatorum fori uinari se présente encore comme un uetus negotia(n)s et un nauicularius lyntrarius. Son épitaphe se réfère ainsi aux secteurs de la banque, de la construction, du négoce et de la batellerie. L’espace d’une seule vie peut sembler trop court pour exercer toutes ces activités l’une après l’autre, tandis que l’on peut s’étonner qu’un homme seul ait pu les mener de front simultanément. Deux autres magistri quinquennales du collegium fabrum tignuariorum Ostiensium ont inséré un autre nom de métier dans le texte de leur épitaphe. À la fin du iie siècle et au début du iiie, A. Egrilius Hilarus58et M. Licinius Privatus59sont qualifiés de coactor argentarius, pour le premier, et de quaestor et quinquennalis corporis pistorum, pour le second.

  • 60 On pense à un affranchi décrié par Juvénal, à la tête d’une fortune de 400 000 sesterces issue des (...)

23Quelles structures économiques et quelles trajectoires individuelles ont conduit à de tels cumuls de qualificatifs professionnels ? La base érigée en l’honneur de M. Licinius Privatus laisse entrevoir une chronologie, alors que les autres documents ne contiennent que des énumérations figées. À la septième ligne de l’inscription dédiée à Privatus, les mots « quaestori et q(uin)q(uennali) corporis pistorum Ostiens(ium) et Port(ensium) » correspondent en effet à un ajout postérieur à la dédicace du monument. Plus bas sur le titulus, il est en de même pour les indications « patri equitum romanorum » et « patri et auo decurionum ». Ainsi, Privatus était déjà un riche collegiatus parmi les fabri tignuarii, et un personnage bien en vue à Ostie, quand le corpus pistorum Ostiensium et Portensium en a fait son dignitaire. Privatus était assez fortuné pour donner 50 000 sesterces à la cité d’Ostie, avant de devenir pistor corporatus, sans doute, puis quaestor et quinquennalis des boulangers. De fait, il paraît probable que ces deux titres résultent de l’engagement tardif de Privatus dans une activité nouvelle. Si tel était le cas, Privatus devrait être considéré non pas comme un véritable boulanger, mais comme l’acquéreur d’une ou plusieurs boulangeries60. Il est aussi possible que le profil affiché par les autres éminents collegiati soit l’aboutissement d’un parcours constitué de plusieurs étapes. Néanmoins, à la différence des métiers de faber tignuarius et de pistor, les activités de negotiator et de naviculaire, ou de naute, paraissent complémentaires. Il paraît donc possible que leur cumul signifie que des collegiati, par l’étendue des affaires qu’ils concluaient, ne pouvaient être définis par un seul nom de métier. De fait, l’emploi de deux qualificatifs professionnels était sans doute nécessaire, pour désigner une activité conçue comme unitaire par ceux qui la pratiquaient. Et, en conséquence, un même homme d’affaire pouvait sans doute être considéré comme un très éminent confrère par les membres de deux collèges distincts.

  • 61 Apul., M., IX, 10-12.

24Dans le monde romain, le recours à des dépendants permet de s’engager dans plusieurs activités économiques distinctes. Le quinquennalis pistorum et mercator frumentarius M. Caerellius Iazemis peut faire penser au boulanger des Métamorphoses d’Apulée, s’occupant personnellement de l’achat de matières premières avant de confier leur transformation à ses esclaves61. Ainsi, la complémentarité des métiers de pistor et de mercator frumentarius laisse présumer qu’à l’image de Privatus, Iazemis a sans doute diversifié ses activités et la structure de son patrimoine, à un moment de son existence professionnelle. À l’évidence, bien qu’il se définisse comme un codicarius, Iazemis n’était pas un batelier rompu au maniement des rames.

  • 62 Dig., 4, 9, 1, 4-5 (Ulpien) : « De exercitoribus ratium, item lintrariis nihil cauetur, sed idem co (...)
  • 63 A. Kirschenbaum, Sons, p. 89-121 ; J.-J. Aubert, Business managers in ancient Rome. A social and ec (...)

25Le nummularius anonyme d’Ostie n’était pas non plus un batelier de métier, ce qui ne l’a pas empêché de s’afficher comme un nauicularius lyntrarius. L’association de ces deux mots peut surprendre. Une linter n’est qu’un frêle esquif, alors que le métier de naviculaire évoque, au moins dans l’esprit des modernes, une navigation hauturière. Or, les titres civiques et collégiaux du nummularius, sans doute seuir Augustalis portant les ornements du décurionat, reflètent une aisance certaine. Il paraît donc vraisemblable que leur détenteur ait préféré se dire nauicularius lyntrarius, et non lyntrarius, pour mettre en lumière la distance qui le séparait de l’exercice concret du métier de batelier. Ce personnage faisait travailler des lintrarii. Or, il n’est pas indifférent qu’Ulpien, et Labéon avant lui, aient analysé la situation juridique de lintrarii définis comme des exercitores ratium62. Tel un institor en dehors du monde maritime et portuaire, un exercitor est un agent, préposé à une activité par un donneur d’ordre. Il s’agit le plus souvent d’un esclave préposé par son maître63. La mission de l’esclave et les limites de la responsabilité du maître étaient précisées par une lex, un règlement dont les tiers pouvaient s’informer. Ce système était semble-t-il très répandu. Il est donc plausible que les collegiati de haut rang, ceux qui sont définis par plusieurs noms de métier notamment, y ont eu recours. Enfin, sur l’épitaphe du nauicularius lyntrarius, les expressions « nummularius celeberrimus » et « uetus negotia(n)s » permettent peut-être de présumer que le défunt était à la fois changeur et négociant, au moment de son décès. L’allusion à la fréquentation et à la clientèle d’une banque se comprendrait sans doute plus difficilement, si le défunt avait cessé d’être nummularius depuis longtemps. Et celui-ci est sans doute décrit comme un « uetus negotia(n)s », parce qu’il l’était à sa mort.

  • 64 Id., ibid., p. 101-106 ; Id., Modernité, p. 378 et p. 406 ; comme y invite J. Andreau, on peut comp (...)

26Seule une certaine distance vis-à-vis des tâches commerciales ou artisanales les plus quotidiennes peut rendre intelligible le statut de travail des collegiati dont les sources indiquent qu’ils exerçaient plusieurs activités. Et il paraît vraisemblable que ce statut était celui de la frange la plus honorable et la plus fortunée des effectifs collégiaux, dans son ensemble. Entre l’univers des métiers urbains et les élites possédantes, J. Andreau individualise une troisième catégorie socio-économique, correspondant à un « milieu intermédiaire de grands hommes d’affaires »64. Son analyse porte en priorité sur les grands negotiatores de la période tardo-républicaine, mais de tels groupes intermédiaires, remarque-t-il, sont attestés dans presque toutes les sociétés historiques préindustrielles. Selon les époques et les sociétés, cependant, cette catégorie est soumise aux plus grandes variations. L’importance numérique, l’envergure économique et le prestige social de ses membres sont très fluctuants. Assurément, les collegiati qui viennent d’être évoqués et les plus grands negotiatores de la fin de la République ne brillent pas du même éclat. Un Cn. Sentius Felix, par exemple, et un P. Sittius de Nucérie, qui incarne le modèle de « l’affairiste » tardo-républicain aux yeux de J. Andreau, présentent des personnalités différentes l’une de l’autre. Néanmoins, les riches collegiati du iie siècle ap. J.-C. et les negotiatores romains des iie et ier av. J.-C. semblent avoir en commun une position relative, leur position intermédiaire, dans la hiérarchie économique propre à chacune de leurs sociétés. Or, ce rang intermédiaire est occupé par une étroite minorité de collegiati qui côtoient dans leur collège des individus placés à un échelon inférieur de la hiérarchie des statuts de travail.

  • 65 CIL, XIV, 4569, III, 8-9.

27L’hétérogénéité sociale des milieux collégiaux découle en partie de différences de statuts de travail. Ainsi, en 198, M. Licinius Priva-tus a été inscrit sur une liste collégiale qui recense 328 fabri tignuarii. En lui-même, ce nombre suppose que le rang de la grande masse des charpentiers soit assez modeste. Parmi les membres de la septième décurie, Fufius Felix et de Fufius Felicianus ont été enregistrés l’un après l’autre65. Il s’agit très probablement d’un père et de son fils. L’humilité d’un univers artisanal, construit autour de la transmission héréditaire du métier, semble presque palpable. Et l’on est tenté de deviner, dans l’esprit des Fufii et de leurs égaux, le respect et sans doute l’envie que devaient inspirer des confrères dotés d’un réel prestige social. Cependant, les collegiati les plus modestes et les collegiati les plus éminents ne partageaient-ils aucun point commun, si ce n’est l’appartenance à une association ? L’album où sont inscrits Privatus et les Fufii révèle que, dans le collège des fabri tignuarii de 198, ne se trouvaient que des individus jouissant de la liberté, parfois après avoir connu l’esclavage. M. Licinius Privatus, honoré des ornements décurionaux, est un affranchi très probable.

  • 66 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 722.
  • 67 J. Andreau, Enrichissement, p. 529-540.

28De fait, il est raisonnable de penser que tous les fabri tignuarii recensés, ou presque, disposaient de quelques esclaves, sur qui reposaient une part importante de l’activité. Nous verrons que des collegiati se présentent comme des patrons d’affranchis, ce qui suppose qu’ils aient possédé des esclaves. Or, les esclaves étaient le plus souvent tenus à l’écart de l’univers collégial : les grandes listes de collèges professionnels d’Ostie ne recensent que des hommes libres. « être boulanger, forgeron ou boucher, c’était appartenir à la plèbe moyenne ; car il ne fallait pas vivre au jour le jour, mais disposer de capitaux, pour acquérir trois esclaves, une meule, un four, ou pour pouvoir acheter un bœuf sur pieds ou du vin par tonneaux entiers », affirme P. Veyne66. Parce que l’esclavage était très répandu, notamment, le statut de travail des hommes de métier était assez respectable pour que ceux-ci accèdent à un rang civique valorisant, par le biais des collèges. Dans le cas contraire, il serait incompréhensible que des individus, d’un statut de travail supérieur et d’un indéniable prestige social, s’affichent comme des dignitaires de collèges regroupant des hommes de métier. Aucun collegiatus n’occupe dans aucune profession le plus bas niveau hiérarchique, car celui-ci était réservé à des individus qui n’étaient pas jugés dignes d’appartenir à un collège. En somme, les différents statuts de travail des collegiati ont pour point commun d’être conciliables avec la respectabilité, voire avec le prestige. L’acquisition du prestige, participant de réussites sociales qui menaient une minorité d’individus aux portes de l’élite, voire au-delà, prenait appui sur la respectabilité du plus grand nombre. Et la respectabilité des collegiati, dans leur ensemble, était d’autant plus tangible que le métier et le collège permettaient à certains de s’élever67.

29En dépit de l’hétérogénéité portée au jour, les milieux collégiaux reflètent, au total, l’unité relative du monde des métiers commerciaux et artisanaux. La cohésion des effectifs collégiaux est liée à la représentation que les collegiati se font d’eux-mêmes. En effet, le statut de travail des plus prestigieux collegiati ne se confond pas avec celui de la masse de leurs confrères, mais ce rapport particulier à l’économie reste défini par des noms de métiers, par des noms d’hommes de métier. Alors que beaucoup détiennent des titres civiques, les plus éminents collegiati affichent ainsi l’image prestigieuse qu’ils se font d’eux-mêmes, en se vantant parfois d’avoir cumulé plusieurs activités professionnelles, et non en gardant le silence sur l’origine de leurs richesses. Leur identité sociale semble encore dominée par des traits professionnels, alors même qu’ils ne sont plus de simples hommes de métier. Or, les collèges semblent grandement contribuer à la relative stabilité de cette identité. Les titres collégiaux sont des dignités distinctes des pratiques professionnelles, mais, en en faisant étalage, les collegiati les plus prestigieux persistent à se définir par le rapport qu’ils entretiennent avec des structures enracinées dans un milieu professionnel. Par leurs statuts de travail, les collegiati demeurent, malgré tout, assez proches les uns des autres pour évoluer au sein d’un même cadre de vie collective, pour laisser transparaître une communauté d’esprit et de valeurs face au travail.

  • 68 R. Descat, La cité grecque et la vie professionnelle : sociabilité et conflits, in F. Thélamon (éd. (...)

30Il est courant, et justifié, de remarquer que les collèges romains ne sont pas des structures économiques au sens strict du terme, malgré les critères professionnels de leur recrutement. Toutefois, on aurait tort d’en conclure que le métier, et le statut de travail, sont étrangers à la formation des collèges professionnels. Les collegiati sont des hommes de métier dont le sentiment de fierté professionnelle s’exprime par, et dans, la vie collégiale. Ce sont des spécialistes évoluant dans un secteur économique particulier. Or, l’association offre un cadre valorisant où vivre non pas en « spécialiste, mais comme quelqu’un animé par la philia »68. La vie économique offre à quelques-uns la possibilité de réussir socialement, de quitter leur condition originelle ; et le collège favorise de telles dynamiques.

LES AFFRANCHIS ET LES COLLÈGES DE L’OCCIDENT ROMAIN

  • 69 Petr., 57, 11 : « voilà de vrais mérites, car pour naître libre ce n’est pas plus difficile que de (...)

« Haec sunt uera athla, nam in ingenuum nasci tam facile est quam ‘Accede istoc’ »69

  • 70 P. Veyne, Droit romain et société : les hommes libres qui passent pour esclaves et l’esclavage volo (...)

31La fierté de l’affranchi, qui l’a emporté sur le sort de haute lutte, transparaît dans le plaidoyer pour lui-même que Pétrone prête à Hermeros, un ancien compagnon d’esclavage de Trimalcion70. Le convive susceptible n’entend pas essuyer les rires d’ingénus qui ne se sont donnés que la peine de naître. Bien que Pétrone se livre à une caricature, fondée par nature sur l’exagération, le portrait qu’il peint de ce personnage fictionnel mérite l’attention. Hermeros n’est pas devenu un homme d’argent une fois l’affranchissement obtenu ; il devait l’être avant même sa libération. « Mille denarios pro capite solui », « j’ai payé mille deniers pour ma propre tête », affirme-t-il. Habitué à traiter sur le forum, il a ensuite accumulé des richesses non seulement financières, mais aussi foncières. Paterfamilias, il règne sur une maisonnée. « Glebulas emi, lamellulas paraui, uiginti uentres pasco et canem » ; « j’ai acheté quelques lopins de terre, j’ai économisé quelques sous, j’ai vingt bouches à nourrir sans compter mon chien ». La cité a su reconnaître son mérite et sa respectabilité, en lui offrant le titre de seuir Augustalis.

  • 71 Id., Trimalcion, p. 35.
  • 72 Hor., Sat., I, 6, 20-24 : « censorque moueret Appius, ingenuo si non essem patre natus ; uel merito (...)
  • 73 Sen., Ep., 47, 9 et Tac., Ann., 13, 26-27, cités par J. Andreau, Affranchi, p. 242-243.
  • 74 Mart., 6, 17 : « Cinnam, Cinname, te iubes uocari : non est hic, rogo, Cinna, barbarismus ? Tu si F (...)
  • 75 Mart., 2, 29 : « Rufe, uides illum subsellia prima terentem, cuius et hinc lu-cet sardonychata manu (...)

32Le conlibertus pétronien a des points communs avec de nombreux collegiati. Dans leurs parcours respectifs, l’activité économique, menant quelques-uns à la fortune ou à l’aisance, tient un rôle crucial, souligné par l’appartenance à une association de métier. Le collège peut contribuer à une intégration dans la société des hommes libres. Et cette intégration s’apparente à un véritable tour de force, à un « uerum athlon », pour un individu longtemps confiné dans l’univers privé de la familia, avant de changer de catégorie juridique. Le changement de condition caractérise le statut ambigu de l’affranchi, au point que P. Veyne parle de transformisme pour saisir la réalité mouvante vécue par les liberti71. Or, le caractère mécanique du changement d’état que constitue l’affranchissement tranche avec la condamnation littéraire d’anciens esclaves cherchant, pour reprendre une métaphore d’Horace et de Martial, à « sortir de leur peau »72. Aux yeux des historiens, l’hostilité des écrivains témoigne de la piètre considération dans laquelle les affranchis pouvaient être tenus73. Toutefois, la condition d’affranchi est moins réprouvée en elle-même, que l’attitude du mauvais affranchi, ingrat envers son patron et feignant d’être ce qu’il n’est pas. Martial brocarde ainsi un Cinnamus74, qui masque son surnom connoté en se faisant appeler Cinna, ou encore ce riche affranchi qui dissimule les marques des fers qu’il portait jadis75. Tout affranchi a obtenu la plus grande des faveurs qu’un esclave pouvait espérer, tout en étant maintenu dans un état d’infériorité lié à la dépendance. Ici réside le caractère éminemment contradictoire de sa condition.

33Le changement de condition est encadré par des normes que le droit et les convenances exigent de respecter. Or, dans le cadre ainsi délimité, les esclaves libérés peuvent atteindre une situation plus favorable, non seulement sur le plan statutaire, mais encore dans leur vie sociale, en général. Les collèges dans lesquels les affranchis sont admis peuvent constituer l’élément fondamental d’un nouveau mode d’existence, auquel s’attache une respectabilité nouvelle. En quoi les collèges accompagnent-ils, sur le plan de la vie sociale, le changement d’état juridique vécu par l’affranchi ? Les collèges admettent en leur sein un grand nombre d’affranchis, qui, mêlés aux ingénus sur un pied d’égalité, trouvent dans ces collectivités un moyen de gagner en respectabilité et parfois en prestige.

La présence des affranchis dans les collèges

  • 76 N. P. Huttunen, The social strata in the imperial city of Rome, Oulu, 1974, p. 178.
  • 77 L. R. Taylor, Epitaphs, p. 129-132.

34Beaucoup d’affranchis étaient présents dans les collèges de l’Occident romain, mais la proportion qu’ils atteignaient dans les effectifs collégiaux se révèle très difficile à estimer. En dépit de cette incertitude quantitative, il est indiscutable que de nombreux affranchis pouvaient considérer leur collège comme un élément essentiel de la nouvelle existence sociale qui s’ouvrait à eux. L’étude des statuts juridiques des collegiati se heurte en fait aux obstacles inhérents à toute étude quantitative de la société romaine. Ainsi, dans les épitaphes de la ville de Rome analysées par P. Huttunen, seuls 8,3 % des défunts et 8,1 % des auteurs de dédicaces fournissent des indications précises sur leur statut juridique76. Or, c’est à l’époque où les collegiati deviennent plus nombreux dans nos sources que les nomenclatures se font moins explicites : les références au patron, par la mention du prénom de celui-ci, se raréfient. L’omission du statut est rare sous la République ; elle croît au début de l’Empire, tandis qu’au deuxième siècle, l’indication du statut d’affranchi devient exceptionnelle en dehors de la maison impériale77.

  • 78 AE, 1971, 41 ; l’inscription CIL, VI, 10299, correspond très probablement à un fragment des mêmes f (...)

35Les fastes du collegium fabrum tignuariorum romains, malheureusement très mutilés, reflètent cette évolution78. Le document permet de comparer les nomenclatures des magistri quinquennales des premier, neuvième, dixième et onzième lustres, à celles de leurs homologues du dix-huitième lustre. Les premiers ont dirigé le collège entre 7 et 3 av. J.-C., et entre 34 et 48 ; les seconds entre 79 et 83. La filiation d’un président du premier lustre est conservée. Les six dirigeants du neuvième lustre, quant à eux, sont expressément désignés comme des affranchis. Leurs successeurs comptent deux affranchis, un homme de naissance illégitime, et trois personnages dont le statut n’est pas précisé. Ces derniers doivent être des ingénus, mais leur filiation n’est pas indiquée. Au onzième lustre, l’équipe de six magistri comporte quatre affranchis, dont un affranchi impérial. Entre 79 et 83, le collège a décerné le titre de magister quinquennalis, non pas à six, mais à dix fabri tignuarii : plusieurs dirigeants ont été excusés ou sont morts pendant leur mandat. Seul le statut de T. Flavius Aug(usti) l[ib(ertus)] Penn[– – –] est connu, en raison du prestige dont disposaient les affranchis de l’empereur. Les nomenclatures des neuf autres magistri semblent indiquer que, dans le dernier quart du ier siècle, le collegium fabrum tignuariorum avait cessé de mentionner le statut d’affranchis privés de certains de ses dignitaires.

  • 79 CIL, XIV, 299 : « L(ucius) Aquillius (Caiae) l(ibertus) / Modestus, magister / quinquennalis colleg (...)
  • 80 CIL, XIV, 407 : « Dis / Manibus / L(uci) Renni L(ucii) Lib(erti) / Philodoxi, / mag(istri) quinq(ue (...)

36Sous le principat, la mention explicite du statut de libertus des collegiati, ainsi que les informations indirectes qui permettent d’attester celui-ci, sont fort rares. Parmi plus de 350 fabri tignuarii Ostienses connus, par exemple, seuls L. Aquillius Modestus79et L. Rennius Philodoxus80, font état de leurs statuts respectifs de « (Caiae) l(ibertus) » et de « L(ucii) lib(ertus) ». Le premier a pour patronne Aquillia Apta, inhumée dans la concession funéraire qu’il a acquise. Son épouse, Decimia Sp(urii) f(ilia) Prisca, apparaît aussi dans l’épitaphe. Son ingénuité tranche avec le statut juridique du collegiatus. Augustalis et magister quinquennalis des charpentiers entre 65 et 69, Modestus appartient à la fraction supérieure du monde servile. L. Rennius Philodoxus arbore les mêmes titres, à une date proche de la présidence de Modestus, semble-t-il. Le cumul de l’augustalité et du port d’un surnom grec aurait suffi à le considérer, sans grand risque, comme un ancien esclave.

  • 81 R. Duthoy, Fonction, p. 134-154 ; des nuances sont avancées par A. Abramenko, Mittelschicht, p. 44- (...)
  • 82 AE, 1988, 200 : « D(is) M(anibus) / L(uci) Uttedi Eleutheri, / seuiri Augustal(is) / quinq(uennalis (...)
  • 83 CIL, XIV, 418 = ILMN, 565 : « D(is) M(anibus) / C(aius) Similius Philocyrius, / seuir Aug(ustalis) (...)
  • 84 AE, 1989, 124 : « [A(ulus) Li]uius Anteros, / [magiste]r quinquennal(is) col-leg(i) fabr(um) / [tig (...)
  • 85 CIL, XIV, 296 (D., 1916) : « L(ucio) Antonio / Epitynchano, / lictori de-c(uriae) curia/tae quae sa (...)
  • 86 CIL, XIV, 4569.

37R. Duthoy montre que, parmi les seuiri Augustales et les Augustales, au moins neuf individus portant un cognomen grec sur dix sont des affranchis81. Outre L. Rennius Philodoxus, quatre autres fabri tignuarii d’Ostie répondent à ce critère : L. Uttedius Eleuther82, C. Similius Philocyrius83, A. Livius Anteros84et L. Antonius Epitynchanus85. Les collegiati portant un cognomen grec et un titre d’Augustalis dépassent la trentaine ; mais serait-il opportun de rapporter leur nombre au total des collegiati, ou même de calculer ce type de proportion à l’échelle d’une cité ? L’exemple des charpentiers invite à s’en garder. Un seul document, un album contenant quelques 330 noms, suffit à faire chuter de manière considérable le taux d’affranchis avérés, présents dans le collège86. Les Augustales ne forment qu’une minorité étroite, surreprésentée dans notre documentation, d’affranchis et de collegiati qui affichent des honneurs civiques par la rédaction de tituli.

  • 87 CIL, XIII, 1939 : « [Dis Manibus / et memo]riae aetern[ae] / Caesoni Niconis, / [se]uiri Aug(ustali (...)
  • 88 CIL, XIII, 2026 : « D(is) M(anibus) / et quieti aeternae / L(ucii) Sabini Cassiani, / dendrophoro ( (...)
  • 89 CIL, XII, 1898 : « D(is) M(anibus) / et quieti per[pe]/tuae C(ai) Ruson[i] / Secundi, (se)uir(i) [A (...)

38Les données épigraphiques sont souvent trop minces et trop éparses pour aller au-delà de l’étude de cas individuels. Ainsi, seuls quelques collegiati apparaissent dans des textes qui citent un de leurs co-affranchis. Pour trois Lyonnais, cette mention est d’autant plus précieuse qu’elle pallie l’absence d’indication fournie par la nomenclature. Caesonius Menas dédie ainsi l’épitaphe de Caesonius Nico, un corporatus inter fabros tignuarios Luguduni consistentes87. De même, le dendrophorus Augustalis L. Sabinius Cassianus reçoit un dernier hommage de sa femme et d’un Priscius Eustochus qui salue en lui son collibertus sanctissimus88. Enfin, C. Rusonius Secundus et C. Rusonius Muro sont deux co-affranchis dont le destin semble lié à Lyon et à Vienne89. Le premier est qualifié de sagarius et le second de centonarius honoratus et sagarius corporatus. En ne se fondant que sur les affranchis avérés, l’étude quantitative se révèle, en somme, non seulement difficile, mais surtout guère souhaitable tant ses résultats éventuels sont susceptibles de déformer la perception de réalités insaisissables.

  • 90 H. Solin, Beiträge zur Kenntnis der griechischen Personnennamen in Rom, Helsinki, 1971, p. 121-138  (...)
  • 91 I. Kajanto, LC, p. 131-135.

39La connaissance des statuts juridiques des collegiati étant entravée par les silences des sources épigraphiques, l’enquête onomastique se révèle utile, malgré ses faiblesses intrinsèques. Les informations glanées exigent un maniement très prudent. Attribuer un statut juridique à un individu sur le critère d’un cognomen socialement connoté n’est jamais qu’une hypothèse à la solidité très relative ; d’où la nécessité, lorsque cela est possible, de recouper différents indicateurs. La démarche est sans doute moins insatisfaisante, lorsqu’elle s’applique non pas à des individus isolés, mais à un échantillon assez large, soumis à une « pesée globale ». Néanmoins, une analyse trop générale risque de gommer les disparités spatiales, temporelles, et sociales qui font des collegiati un ensemble hétérogène. Au reste, les surnoms jugés serviles ne sont pas portés par les seuls esclaves et affranchis. Ils indiquent au mieux l’appartenance à un milieu familial issu du monde servile. Ainsi, il est courant que les affranchis portant un cognomen grec transmettent à leurs enfants cette caractéristique onomastique. Ce n’est qu’à la troisième génération qu’une tendance à la latinisation des cognomina apparaît, sans que cela constitue une règle absolue. L’onomastique servile fait l’objet de débats qui dépassent le cadre de cette étude. Les principes établis par H. Solin et I. Kajanto ont été retenus pour les besoins de l’analyse. Ont donc été considérés comme de probables affranchis ou descendants d’affranchis les collegiati portant un des cognomina grecs répertoriés par H. Solin90, et comme d’assez probables affranchis ou descendants d’affranchis ceux arborant un cognomen latin que I. Kajanto91juge fréquent dans la population servile.

  • 92 CIL, XIV, 4569 : sur un total de 328, 95 collegiati portent un cognomen grec et 50 un cognomen lati (...)
  • 93 CIL, XIV, 250 (D., 6174) : t 125, 39 cg, 21 cl. ; CIL, XIV, 251 (D., 6175) : t 201, 56 cg, 34 cl.
  • 94 CIL, XIV, 246 : t 177, 58 cg, 30 cl. Nous suivons H. L. Royden, Magistrates, p. 33-36 qui propose d (...)
  • 95 CIL, XIV, 256 : t 316, 79 cg, 46 cl.
  • 96 CIL, XIV, 4573 : t 36, 13 cg, 4 cl.
  • 97 CIL, XIV, 281 : t 22, 8 cg, 3 cl.
  • 98 CIL, XIV, 5357.

40Fournissant une photographie des effectifs de collèges à un moment donné, les listes collégiales montrent que ces collectivités étaient ouvertes aux affranchis et à leurs proches descendants. Toutefois, l’enquête onomastique ne permet pas de conclure que la part des affranchis était écrasante. C’est à Ostie que la documentation se prête le mieux à ce type d’analyse. L’album des fabri tignuarii, dédié en 198 à l’empereur Septime Sévère recense ainsi 328 individus dont près de 30 % portent un cognomen grec. Les détenteurs d’un surnom latin fréquent dans le monde servile atteignent 15 % de l’effectif92. Le décompte des lenuncularii tabularii auxiliarii, dans des listes datées de 152 et 192, fait apparaître des proportions très voisines. Les cognomina grecs s’approchent de 30 % en 152, pour les dépasser quelque peu en 192, tandis que les cognomina latins à connotation servile avoisinent 17 %93. De même, pour l’ordo corporatorum qui pecuniam ad ampliamdum templum contulerunt, identifié au corps des lenuncularii traiectus Luculli, les proportions obtenues sont proches du tiers et du sixième94. Les fabri nauales du Portus ne se distinguent que très légèrement de l’ensemble, les surnoms de grecs ne représentant que 25 % du total fourni par un album daté du début du troisième siècle. En revanche, la part de surnoms latins fréquents dans le monde servile est dans la norme, autour de 15 % du total95. Les autres listes d’Ostie sont malheureusement trop fragmentaires ou trop courtes pour que de tels pourcentages soient véritablement significatifs. Des listes de fontani96, sans doute des foulons apparaissant sur une pierre de 232, et des dendrophores97, tendent néanmoins à confirmer la tendance générale. Enfin, une liste datée de 262, émanant d’un collège indéterminé, livre les cognomina de 30 personnages. Dix sont grecs et cinq sont des surnoms latins répandus dans la population servile98.

  • 99 CIL, XIV, 4562 : t 112, 67 cg.

41La régularité statistique ainsi dégagée est assez étonnante. L’onomastique paraît traduire la cohérence et l’homogénéité d’un milieu social dans la colonie d’Ostie, entre la seconde moitié du deuxième siècle et la première moitié du troisième. L’échantillon observé présente, en effet, des caractéristiques particulières qui le distinguent d’autres milieux dont émanent d’autres listes épigraphiques. Ainsi, des fragments d’albums des Augustales d’Ostie99, gravés entre la fin du deuxième siècle et la fin du troisième siècle, semblent transcrire un plus grand enracinement de ces individus dans le monde servile. Près de 60 % des cognomina des Augustales recensés sont grecs. À Ostie, à travers le prisme de l’onomastique, semblent se dessiner les contours originaux d’un monde d’hommes de métiers où les affranchis et leurs proches descendants auraient sans doute constitué près de la moitié des effectifs. Certes, cette hypothèse, fondée sur l’onomastique, est fragile. En revanche, une conclusion à la fois sûre et minimale s’impose. L’examen des surnoms des collegiati ne permet pas d’établir que le milieu artisanal et commercial d’Ostie est constitué d’une très grande majorité d’affranchis.

  • 100 CIL, VI, 33856 (D., 8935).
  • 101 CIL, VI, 33858 = 1060 (D., 7225).

42En dehors d’Ostie, la documentation ne permet pas une analyse aussi large. À Rome même, les inscriptions du collegium fabrum tignuariorum citent un grand nombre de noms. 264 fabri tignuarii sont attestés, mais seuls les cognomina de 229 personnages sont conservés. On dénombre près de 40  % de surnoms grecs, pour 10 % de surnoms latins connotés. Ce calcul prend en compte des individus qui ont vécu à des époques très distantes les unes des autres. Il semble préférable de se concentrer sur des personnages cités par une même inscription. Sur une liste de décurions datée de 154, on recense 41 surnoms, dont 13 grecs et 4 latins fréquents dans la population servile100. Un document similaire, mais rédigé entre 199 et 203, mentionne 78 cognomina, dont 32 sont grecs et 8 sont à la fois latins et souvent portés par des esclaves et des affranchis101. En proportion, les résultats obtenus sont donc très proches des caractères onomastiques observés à Ostie.

  • 102 AE, 1977, 265 : t 44, 9 cg, 3 cl.
  • 103 CIL, XI, 1355 (D., 7227) : t 37, 10 cg, 2 cl.
  • 104 CIL, X, 3699 (D., 4174) et 3700 : t 107, 21 cg, 16 cl.
  • 105 CIL, XIV, 2408 (D., 5196).

43Ailleurs en Italie, la documentation est trop restreinte pour offrir des points de comparaison assez nombreux et assez fiables. Les rares alba qui répertorient plus d’une trentaine de collegiati font apparaître des taux un peu moins élevés qu’à Ostie. Les pourcentages de cognomina connotés avoisinent 20 et 7 % parmi des fabri de Ravenne102, à la fin du deuxième ou au début du troisième siècle, 27 et 5 % parmi les fabri tignuarii de Luna103. Les dendrophores de Cumes cités par deux listes, dont l’une est datée de 251, dépassent la centaine, ce qui donne plus de sens à un calcul de pourcentage. Ils sont un peu moins de 20  % à se distinguer par un surnom grec, et près de 15 % par un surnom latin à connotation servile104. Enfin, l’album d’un collège d’artistes scéniques de Bovilles recense 15 personnages portant un cognomen grec, et 3 portant un cognomen latin connoté, sur un total de 61 adlecti105. La documentation étant peu abondante et livrant peu de noms, l’idée d’une plus grande pénétration, à Ostie, des populations issues de l’esclavage dans les collèges est une hypothèse sans doute plausible, mais conjecturale.

  • 106 CIL, XIII, 1939 : Caesonius Nico, cf. n. 357 ; CIL, XIII, 1996 (D., 7031) : L. Hilarianus Cinnamus  (...)
  • 107 CIL, XIII, 2020.

44À Lyon, les membres de collèges professionnels et les dendrophores semblent beaucoup moins marqués par les traits onomastiques du monde servile. La tentation est grande de rapprocher cette observation de l’idée d’une plus faible diffusion de l’esclavage dans les provinces, en comparaison de la situation italienne. L’échantillon est cependant trop étroit pour être très affirmatif. Sur 23 membres de collèges professionnels attestés, ils ne sont que trois à porter un surnom grec106. Seul le surnom latin de C. Novellius Ianuarius, un naute de la Saône, est fréquent chez les affranchis et leurs descendants107. En définitive, seuls de rares documents, soumis à des méthodes qui ne font naître que des probabilités très relatives, permettent une approche quantitative que l’on sait très imprécise. Il faut se résoudre à rapprocher celle-ci de données individuelles pour aboutir, non pas à des certitudes absolues, mais à une impression d’ensemble, peu satisfaisante.

45Les relations familiales de nombreux collegiati mettent en lumière leur ancrage fréquent dans la population servile. Les deux tableaux suivants recensent ainsi des femmes dont l’onomastique est un indice de la condition de leur conjoint. Dans la première liste, figurent des épouses dont le cognomen grec semble révéler qu’une proportion significative d’entre elles étaient sans doute des affranchies. L’information est précieuse pour sept collegiati aux cognomina latins : L. Antonius Peculiaris, A. Caedicius Sucessus, Ti. Claudius Quietus, Q. Numisius Maritimus, Sex. Rullius Princeps et C. Veratius Fortunatus. En effet, les documents où sont cités ces personnages ne fournissent pas d’indications explicites sur leur statut juridique personnel. L’onomastique des épouses de collegiati portant un surnom grec conforte l’hypothèse de l’appartenance de ces individus à une population issue du monde servile.

  • 108 Le phénomène concernerait environ 40 % des unions considérées par L. R. Taylor, Epitaphs, p. 123-12 (...)
  • 109 Petr., 57, 6 : « j’ai racheté ma compagne, pour que personne n’ai plus le droit de prendre son giro (...)
  • 110 CIL, XIV, 314.
  • 111 CIL, V, 3439 : « V(iuus) f(ecit) ; / M(arcus) Veronius / Epaphroditus, / (se)uir Aug(ustalis), / ma (...)

46Quant au second tableau, celui-ci répertorie des collegiati qui partagent avec leur femme un même gentilice108. Cette situation peut avoir deux origines différentes. Soit l’un des conjoints est le patron du second, soit les deux conjoints sont les co-affranchis d’un même patron. Les deux explications se recoupent lorsqu’un affranchi rachète à son patron sa compagne d’esclavage, en vue de la libérer. « Contubernalem meam redemi, ne qui in illius capillis manus tergeret » déclare l’affranchi du Satiricon cité en introduction109. Le premier cas de figure concerne Sex. Carminius Parthenopeus, quinquennalis des fabri tignuarii d’Ostie, dont la qualité de chevalier romain requiert l’ingénuité110. En revanche, il est fort probable que M. Veronius Epaphroditus et Veronia Calliste sont des affranchis de la municipalité de Vérone111. Sans doute, bon nombre des collegiati répertoriés dans le second tableau étaient-ils des affranchis privés.

LES ÉPOUSES DE COLLEGIATI PORTANT DES COGNOMINA GRECS

LES ÉPOUSES DE COLLEGIATI PORTANT DES COGNOMINA GRECS

LES COLLEGIATI PORTANT LE MÊME GENTILICE QUE LEUR ÉPOUSE

LES COLLEGIATI PORTANT LE MÊME GENTILICE QUE LEUR ÉPOUSE
  • 112 CIL, VI, 9408 : « Iulia Arescusa fecit sibi et / Q(uinto) Haterio Euagogo, coniugi suo benemer(enti (...)

47Au-delà des épouses, d’autres proches de collegiati témoignent de l’appartenance de certains de ces personnages au monde servile. Par exemple, Iulia Euraesis, la fille du décurion des fabri tignuarii romains Q. Haterius Evagogus, ne porte pas le gentilice de son père, mais celui de sa mère, Iulia Arescusa112. Il faut en déduire qu’Evagogus et sa femme n’étaient pas liés par un lien matrimonial légitime lorsque leur fille a vu le jour. À cette date, Evagogus était peut-être esclave. De manière générale, l’onomastique des parents ou des enfants de collegiati paraît trahir l’origine servile d’au moins certains d’entre eux.

CARACTÉRISTIQUES ONOMASTIQUES DE PARENTS OU D’ENFANTS DE COLLEGIATI

CARACTÉRISTIQUES ONOMASTIQUES DE PARENTS OU D’ENFANTS DE COLLEGIATI
  • 113 CIL, VI, p. 1365-1387.

48Au-delà des difficultés à estimer la proportion de collegiati issus de l’esclavage, il apparaît que des affranchis sont accueillis en grand nombre dans des types divers d’associations. Les collèges funéraires de la ville de Rome, par la place qu’ils accordent aux affranchis, témoignent d’un recrutement très ouvert aux affranchis. La section du CIL VI consacrée à ces collectivités fait mention de quelques 150 individus, si l’on exclut du calcul les membres de collèges de la famille impériale et de collèges domestiques. Or, sur ce total, ils sont près du tiers à insérer dans leur nomenclature l’indication de leur statut de libertus113. Pour l’essentiel, le dossier des collegia funeraticia romains s’inscrit dans un contexte chronologique antérieur à l’essor des collèges des cités italiennes, ou du moins à l’époque où ceux-ci sont attestés en plus grand nombre. Ce décalage explique que le recrutement des collegia funeraticia romains est moins obscur, mais il serait hasardeux d’en tirer des conclusions sur les collèges italiens du Haut-Empire, en général.

  • 114 CIL, IX, 3961 : « T(ito) Camerio T(iti) l(iberto) / Apto, / cult(ores) Hercul(is) / Sala (sic) ».
  • 115 AE, 1980, 368.
  • 116 AE, 1929, 161.

49En dehors de Rome, la documentation est trop pauvre pour confirmer avec grande sûreté l’emprise des affranchis sur les collèges à dominante funéraire. Par exemple, l’inscription dédiée par des cultores Herculis d’Alba Fucens à T. Camerius T(iti) l(ibertus) Aptus paraît bien isolée114. Une liste de Teate Marrucinorum datée de l’époque de Claude, quant à elle, n’apporte pas d’informations explicites sur le statut des 33 socii monumenti qu’elle recense. Néanmoins, les dix titres de seuir Augustalis et les sept cognomina grecs mentionnés laissent présumer qu’une bonne partie de ces personnages étaient des affranchis115. Rédigé vers 60, l’album de la familia Siluani de Trebula Mutuesca semble indiquer la filiation, légitime ou illégitime, de 21 confrères116. Toutefois, comme nous le verrons par la suite, il ne paraît pas certain que tous les autres confrères soient d’anciens esclaves. Sur 78 personnages, 19 portent un surnom grec et 5 un surnom répandu dans le monde servile.

50La participation des affranchis aux collèges se révèle au total une réalité difficile à saisir. Elle n’est pas quantifiable et variait probablement en proportion, selon les collèges. La logique de l’adhésion à un collège et la cohérence relative de cette catégorie de collegiati étudiée résident dans la volonté profonde, propre à tout affranchi, de vivre en homme libre, parmi les hommes libres et respectables.

Mobilité dans la hiérarchie servile, intégration à la société des hommes libres

  • 117 J.-C. Dumont, Seruus, p. 428-429.

51La perspective d’une existence sociale nouvelle s’ouvre à l’esclave libéré. Certes, la frontière entre la servitude et la liberté se révèle parfois bien floue, et les conditions d’existence et de dépendance du libertus semblent parfois bien peu éloignées de celles du seruus117. Les problèmes liés aux liens de dépendance dans lesquels des collegiati ont pu être enserrés seront abordés par la suite. Toutefois, remarquons dès maintenant que les affranchis accédaient, par les collèges, à une vie sociale plus autonome. Cette autonomie n’était parfois que très relative, car elle pouvait compenser, en partie seulement, le maintien d’une dépendance très étroite. De fait, les inscriptions rédigées par des collèges ou des collegiati donnent à regarder une image partielle des réalités vécues. Il s’agit parfois d’une image de prestige et de réussite sociale, brandie par des affranchis. Dans quelle mesure, néanmoins, un affranchi romain pouvait-il « réussir » ?

  • 118 J. Andreau, Affranchi, p. 237.
  • 119 P. Veyne, Trimalcion, p. 213 et 246.

52Dans son très célèbre article consacré à Trimalcion, P. Veyne insiste sur le caractère illusoire de l’ascension du héros de Pétrone. Aspirant à s’élever, l’ancien esclave est voué à l’échec, car la macule servile est indélébile. Si riche qu’il fût, ce qui était rare, un affranchi ne pouvait accéder à un ordre municipal, et encore moins aux ordres équestre et sénatorial. S’il s’élevait, ce n’était que dans une hiérarchie des conditions serviles, parallèle à la hiérarchie des ingénus. Ainsi, les commentateurs modernes du Satiricon s’accordent pour regarder cette fiction comme le témoin des limites de l’intégration sociale des affranchis, fussent-ils devenus riches118. La cena est considérée comme le reflet d’un « monde de parodie », où les affranchis se feraient les mauvais imitateurs d’une bonne société à laquelle ils demeuraient totalement étrangers119. Dans quelle mesure la personnalité sociale des collegiati confirme-t-elle, ou infirme-t-elle, cette marginalité dépeinte ? Cette question appelle, semble-t-il, une réponse nuancée.

53Dans la société du Haut-Empire romain, les affranchis forment une catégorie sociale hétérogène et hiérarchisée. Le statut juridique des esclaves libérés n’est pas unitaire et leur condition sociale l’est encore moins. Or, les effectifs collégiaux reflètent l’image de cette grande diversité de conditions, et par-là de positions dans une hiérarchie propre au monde servile. L’entrée dans un collège et l’obtention d’honneurs collégiaux participent, au même titre que l’affranchissement lui-même, de trajectoires de mobilité dans cette hiérarchie particulière. Les anciens esclaves publics présents dans les collèges forment un échantillon révélateur de dynamiques à l’œuvre dans la société romaine.

  • 120 AE, 1941, 71.
  • 121 CIL, VI, 10344 : « [Dis)] Manibu[s] / [Ti(beri) Cla]udi Aug(usti) lib(erti) / [– – –]rati, Claudia (...)
  • 122 CIL, VI, 10234 (D., 7213).
  • 123 CIL, VI, 10302 (D., 7352), 10344, 10399 et 33194.

54Quelques affranchis impériaux, reçus dans des collèges, ont exercé des responsabilités au sein de ces communautés. Les collèges tiennent compte de l’organisation de la hiérarchie servile et du prestige inhérent au service du prince. Ils semblent ainsi conforter la supériorité sociale relative de certains de leurs membres. À Rome, entre 44 et 83, le collegium fabrum tignuariorum a décerné le titre de magister quinquennalis à quatre affranchis de l’empereur120. On dénombre trois Ti. Claudii dont les mandats de magistri quinquennales correspondent aux années 44 à 48, 74 à 78 et 79 à 83. De son côté, T. Flavius Penn[– – –] a dirigé le collège en même temps que Ti. Claudius Onesimus, entre 79 et 83. Un autre Ti. Claudius, Aug(usti) lib(ertus) résidant à Rome, appartenait au conlegium scabillariorum121, tandis que plus tard, un P. Aelius Onesimus est cité par la lex collegi Aesculapi et Hygiae de 153, en qualité de curateur122. Enfin, quelques personnages posent problème, car il est difficile de déterminer si les titres qu’ils portent sont liés à l’organisation interne de la domus impériale, ou s’ils ont été décernés par des associations entrant dans le cadre étudié123.

  • 124 CIL, VI, 9034 : « [Ti(berius) Clau]dius Aug(usti) l(ibertus) Onesimus, / [re-de]mptor operum Caesar (...)
  • 125 CIL, XIV, 3530 : « Bonae deae sanctissimae / caelesti, L(ucius) Paquedius Festus, / redemptor operu (...)
  • 126 G. Boulvert, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et (...)

55Parmi ces affranchis impériaux attestés à Rome même, le faber tignuarius Ti. Claudius Onesimus est moins mal connu que les autres, grâce à son épitaphe124. Celle-ci évoque non seulement la présidence collégiale d’Onesimus, mais aussi sa qualité de « [rede]mptor operum Caesaris ». La relation entre le statut juridique d’Onesimus et l’activité économique qu’il met en avant est moins claire, moins directe sans doute, qu’il n’y paraît. Un « redemptor operum » est un individu qui conclut des contrats d’affermage avec la puissance publique : le terme ne semble pas désigner une fonction propre à la familia Caesaris. Ainsi, une inscription de Tibur, gravée en 88, mentionne un L. Paquedius Festus, « redemptor operum Caesaris et puplicorum (sic) »125. Aussi G. Boulvert considère-t-il Onesimus comme un « entrepreneur exécutant à forfait des travaux du prince », de manière « indépendante »126. Certes, l’épitaphe ne précise pas à quelle date Onesimus est devenu adjudicataire. Et elle n’exclut pas qu’Onesimus se soit occupé d’adjudication de travaux publics, en marge et en complément de fonctions de serviteur du prince. Toutefois, par le contenu donné à son épitaphe, Onesimus semble afficher deux traits complémentaires d’une autonomie relative acquise vis-àvis de la familia Caesaris. Redemptor et magister quinquennalis fabrum tignuariorum, Ti. Claudius Onesimus appartient non seulement à la familia Caesaris, mais aussi à une vaste communauté de métier étrangère à celle-ci. Ainsi, dans ce cas particulier au moins, l’affranchissement ne paraît pas réductible à un changement de statut juridique ni à une promotion interne, restreinte à l’univers clos de la familia Caesaris.

  • 127 CIL, X, 6645 : « [– – –]des Aug(usti) l(ibertus) [– – –], / quinquennalis / cultorum Spei Augustae, (...)
  • 128 G. Boulvert, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et (...)

56En dehors de Rome, deux dirigeants de collège s’illustrent par leur statut d’affranchi impérial. En choisissant un libertus Augusti pour quinquennalis, les cultores Spei Augustae d’Antium manifestent un attachement au pouvoir impérial, qui constitue la raison d’être de leur groupe127. Dans les cités italiennes, les affranchis impériaux font figure de notables. Ils sont traités comme tels par des collèges qui en font parfois leurs patrons128. Le libertus Augusti d’Antium n’a pas atteint ce rang, mais en lui décernant le titre de quinquennalis, les cultores saluent l’honorabilité qui s’attache au statut de ce personnage. En outre, le quinquennalis s’acquitte d’un don qui matérialise sa prééminence parmi les cultores. Il offre un monument, qui correspondait sans doute à la statue autour de laquelle s’organisait le culte collégial.

  • 129 CIL, XIV, 2299 (D., 5206) : « [M(arco)] Aurelio Augg(ustorum duorum) l(iberto) / Plebeio, / electo (...)
  • 130 H. Chantraine, Freigelassene und Sklaven im Dienst der römischen Kaiser. Studien zu ihrer Nomenklat (...)
  • 131 P. R. C. Weaver, Familia Caesaris. A social study of the Emperor’s freedmen and slaves, Cambridge, (...)
  • 132 G. Boulvert, Les esclaves et les affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain, Aix-en-Provence, (...)
  • 133 Id., Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’es (...)
  • 134 CIL, VI, 5819 : « Q(uintus) Gauius Armonius, / loc(ator) scaenicorum, / uixit annis XXIIII, m(ensib (...)
  • 135 E. J. Jory, Associations of actors in Rome, Hermes, 98, 1970, p. 224-263 ; E. Forbis, Virtues, p. 6 (...)

57Le cas de M. Aurelius Augg(ustorum duorum) l(ibertus) Plebeius pose problème. Affranchi au plus tôt par Marc Aurèle, ce personnage est connu par une inscription découverte dans l’Ager Albanus129. Sa fonction de locator diurnus désigne-t-elle le service qu’il accomplissait au sein de la maison impériale ? Par leurs recensions, H. Dessau, dans les indices du CIL, H. Chantraine130et P. R. C. Weaver131semblent d’un avis négatif. Quant à G. Boulvert, celui-ci signale dans un premier temps que Plebeius avait « pour activité de mettre en location la troupe des acteurs latins à des mancipes, entrepreneurs de spectacles »132. Puis, dans son deuxième ouvrage, il classe le locator diurnus, considéré comme « l’homme d’affaire perpétuel » des scaenici, parmi les rares affranchis du prince ayant exercé une « profession indépendante » de l’administration impériale133. À l’appui d’un tel point de vue, on peut remarquer que le métier privé de locator scaenicorum est attesté à Rome134. Toutefois, suivant l’analyse d’E. J. Jory, E. Forbis avance une interprétation diamétralement opposée, considérant que « the duties of a locator were to represent the actors of the Imperial household in contracting their services to outside entrepreneurs (mancipes) »135. Les scaenici Latini se confondent-ils avec les greges do[minorum] Augg(ustorum duorum) ? Est-il vraisemblable que des esclaves et affranchis impériaux louent leurs services à des particuliers ? C’est ce que suppose la théorie d’E. J. Jory et de E. Forbis. Nous nous garderons de trancher faute d’avoir pu mener une enquête plus approfondie.

  • 136 CIL, XI, 2710 : « – – –] Volsinio / [V]ictorino, / [q(uin)]q(uennali) coll(egii) fabr(um), / August (...)
  • 137 CIL, V, 3439.
  • 138 CIL, XII, 523 = ILN, III, 36 : « Sex(tus) Punic(ius) < = Pu[bl]ic(ius) ?> colon(iae) Aq[uens(is)] / (...)

58Pour d’autres collegiati, anciens esclaves de cités, la liberté correspond à une progression dans une familia publica, accompagnée et consolidée par l’obtention du rang de collegiatus. Ces affranchis étaient les agents subalternes d’administrations municipales, tel Volsinius Victorinus, tabularius rei publicae Volsiniensium et Ferentiensium et quinquennalis d’un collegium fabrum136. Comme nous l’avons indiqué, le seuir Augustalis M. Veronius Epahroditus, époux de Veronia Calliste et magister collegii centonariorum, est très probablement un affranchi de la cité de Vérone137. Or, les trois affranchis municipaux recensés parmi les collegiati sont des Augustales. Sex. Publicius Atenor, affranchi de la colonie d’Aquae Sextiae, est ainsi dépeint comme un seuir corporatus item corporatus centonarius138. Ces personnages sont, ou ont été, au service de cités qui les ont reconnus dignes d’être distingués de la masse servile, par le biais d’un sacerdoce du culte impérial pourvu par décret des décurions. Aussi la relation qu’ils entretiennent avec leur cité apparaît-elle dédoublée. L’état de dépendance et d’infériorité, au moins relative, que suppose la condition d’affranchi est compensé par des éléments de prestige civique.

  • 139 P. Herz, Abascantus, p. 167-174.
  • 140 Id., ibid., p. 169, rapproche, d’abord, le nomen de P. Claudius Abascantus de la fondation de l’aut (...)

59Il faut ajouter à ces personnages un affranchi public au statut juridique particulier. Quinquennalis II des dendrophores d’Ostie, P. Claudius Abascantus est très probablement l’affranchi du conseil des Gaules que citent deux épitaphes. Une liste de donateurs, émanant très probablement du collège des dendrophores et une inscription lacunaire mentionnant un fils d’Abascantus complètent le dossier épigraphique. À travers celui-ci, il est possible de suivre, dans leurs grandes lignes, trois décennies de l’existence d’Abascantus139. Certains aspects de la personnalité sociale d’Abascantus demeurent néanmoins très obscurs. Pourquoi ce « trium Galliar(um) lib(ertus) » en est-il venu à s’appeler P. Claudius140 ? Surtout, quelles circonstances ont conduit un esclave gaulois à s’installer à Ostie et à y faire souche ? La documentation ne permet pas de percer cette énigme. Elle ne laisse entrevoir que l’image qu’Abascantus a souhaité laisser de lui-même. Or, il s’agit d’une image de réussite sociale.

  • 141 CIL, XIV, 328 (D., 7022) : « D(is) M(anibus), // Modestiae Epigone, / animae dulcissimae, / Abascan (...)
  • 142 CIL, XIV, 327 (D., 7023) : « (Ante diem) V Idus Dec(embres), / D(is) M(anibus) / C(ai) Modesti Thes (...)

60En 177, notre personnage est encore esclave lorsqu’il doit regretter la perte d’une certaine Modestia Epigone141. Le cippe funéraire qu’il dédie à celle-ci, en puisant dans son pécule, est modeste, en comparaison du sarcophage de marbre qu’il fait construire quelques années plus tard. Au milieu des années 180, Abascantus jouit de la liberté et vit déjà, semble-t-il, dans une certaine aisance. Il désigne alors C. Modestius Theseus, mort à huit ans et fils très probable de Modestia Epigone, comme son alumnus dulcissimus142. Lui-même se présente explicitement comme un homme devenu libre, en insérant dans sa nomenclature l’indication « trium galliar(um) lib(ertus) ». Theseus pourrait bien être le fils naturel de l’esclave gaulois, installé à demeure dans la ville d’Ostie dès les années 170. À partir des années 190, l’existence sociale de P. Claudius Abascantus, telle que la documentation permet de la saisir, prend la forme d’une quête du prestige, menée parmi les dendrophores d’Ostie. Les proches d’Abascantus sont associés à celle-ci. P. Herz reconstruit ainsi le stemma familial.

  • 143 CIL, XIV, 326 : « Nomina eorum qui pecuni[am – – –] / et quibus dieb(us) natalis e[orum – – –] ; / (...)
  • 144 CIL, XIV, 325 : « – – –] X[– – –] (ante diem) III Kal(endas) [– – –], / [L(ucio) Se]ptimio Seuero P (...)
  • 145 CIL, XIV, 324 (D., 4176) : « P(ublio) Cl(audio) Horat(ia tribu) / Abascantiano, / fil(io) dulcissi/ (...)

61Les dendrophores célébraient les anniversaires des deux fils, de la belle-fille et du petit-fils d’Abascantus. Le collège s’acquittait par-là de prestations découlant de fondations créées par Abascantus143. En 194, Abascantus a donné 6 000 sesterces, et fait graver un cippe de marbre, pour que l’anniversaire de P. Claudius Veratius Abascantianus soit fêté144. Le montant des trois autres fondations est inconnu, mais il devait être sensiblement équivalent. Et l’on peut présumer que tous les fonds engagés provenaient de la fortune personnelle d’Abascantus. À n’en pas douter, cette fortune était importante, à la charnière des iie et iiie siècle. En 203, arborant désormais le titre de q(uin)q(uennalis) II, et non plus le statut de trium Galliarum lib(ertus), P. Claudius Abascantus fait élever une statue à son fils sur le campus Matris deum d’Ostie145. L’expression « filius dulcissimus » semble indiquer que l’hommage s’adresse à un défunt. Le modeste cippe de 177, le sarcophage des années 180 et la statue de 203, installée avec la permission de l’autorité publique, ont l’apparence de jalons d’une évolution à la fois longue et radicale. Abascantus est devenu un autre homme, sans se départir d’un statut juridique acquis quelques vingt ans plus tôt. Cette prise en compte de la durée est importante. Ti. Claudius Onesimus, le redemptor operum Caesaris évoqué, a attendu au moins dix ans avant de devenir le magister quinquennalis du collegium fabrum tignuariorum romain. Son gentilice indique en effet qu’un empereur julio-claudien l’a affranchi, tandis que son mandat dans le collège date des années 79 à 83. Avant 79, Onesimus a dû être décurion du collège. Pour ces individus, la progression dans l’existence ne se réduit pas à l’acte même d’affranchissement.

  • 146 M. Finley, Esclavage, p. 128-129.

62Certes maintenu dans un état de dépendance, l’esclave libéré progresse dans la hiérarchie d’une population servile qu’il ne quitte pas. Cependant, les conséquences sociales de l’affranchissement dépassent cette forme particulière, parallèle, de mobilité. Les collèges servent en effet l’intégration des affranchis à la société des hommes libres146. Aussi les affranchis appartiennent-ils à la fois au monde servile et à celui des hommes libres : par nature, leur condition est tout à fait contradictoire. Les collèges offrent un espace de vie communautaire où des individus nés dans la servitude fréquentent des ingénus, sur un pied d’égalité. Le roman de Pétrone décrit une petite société d’affranchis, évoluant en marge, dans le huis-clos d’une maison privée. Les réalités collégiales sont très différentes : affranchis et ingénus se mêlent dans la vie collégiale. Et la naissance n’est pas un critère fondamental de différenciation entre les collegiati : elle semble demeurer, le plus souvent au moins, étrangère aux hiérarchies et aux préséances propres aux collèges. Le lien communautaire paraît ainsi transcender les clivages juridiques, au point que les collegiati n’accordent pas à l’ingénuité l’importance qui lui est réservée dans d’autres contextes.

  • 147 Ce constat était déjà celui de J. Marquardt, La vie privée des Romains, Paris, 1892-1893, p. 371.
  • 148 CIL, IX, 3578 (D., 7306) ; M. Jaczynowska, Jeunesse, p. 30-31.
  • 149 CIL, V, 2590 : « – – –]i Macr[– – –], / L(uci) Cassi Q(uinti) f(ilii) / Cambari, / Cassiae P(ubli) (...)
  • 150 CIL, XIV, 347 (D., 6150), 4642, 407 et 299.
  • 151 CIL, XIV, 161 (D., 1427), 4621 et 4622.
  • 152 CIL, XIV, 250 (D., 6174).

63Les inscriptions des collèges témoignent ainsi d’une proximité de vie sociale entre ingénus et affranchis147. Le constat s’applique à des collèges de types divers, implantés dans nombre de cités. Par exemple, dans la liste des iuuenes Fificulani Herculis cultores, figurent à la fois un affranchi avéré, [Pr]imigenius Phoebi l(ibertus), et un ingénu, [– – –]ectus Leiti f(ilius)148. Le titulus d’un locus sepulturae appartenant à des socii d’Ateste cite à la fois L. Cassius Q(uinti) f(ilius) Cambarus, Cassia P(ublii) f(ilia) Iucunda et Cottia Q(uinta) l(iberta) Calla149. Dans la liste des scabillarii de Corfinium, les nomenclatures de Q. Cornelius P(ublii) f(ilius) Niger Secundus et de L. Aufidius L(ucii) l(ibertus) Utilis se démarquent de celles de leurs dix-huit confrères. À Ostie, on peut mettre en regard les filiations indiquées par les fabri tignuarii A. Egrilius A(uli) f(ilius) Threptianus et L. Fabius Sp(urii) f(ilius) Eutychus et le statut juridique de L. Rennius L(ucii) l(ibertus) Philodoxus et L. Aquilius (Caiae) l(ibertus) Modestus150. Le corps des mercatores frumentarii Ostienses comptait dans ses rangs à la fois P. Aufidius Fortis et ses affranchis151. Enfin, l’album de 152 des lenuncularii tabularii auxiliarii cite M. Cornelius M(arci) f(ilius) Secundus, tandis que, pour des raisons obscures, les lettres « lib(ertus) » suivent les mentions de trois Corne-lii Felices152.

  • 153 M. Austin, P. Vidal-Naquet, Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, 1972, p. 123-125 ; M. I (...)
  • 154 H. Gummerus, RE, s.v. « Industrie und Handel » ; S. R. Joshel, Work, p. 23-24 et 46-49.
  • 155 J. Andreau, Affranchi, p. 234-235 ; A. Los, La condition sociale des affranchis privés au ier siècl (...)
  • 156 CIL, IX, 5450 (D., 7248), Falerio ; CIL, XIV, 4656, Ostia : « A(ulo) Liuio Anteroti, magi[stro q(ui (...)
  • 157 CIL, VI, 9405, Rome ; CIL, X, 3699 (D., 4174), Cumes ; CIL, XI, 1355 (D., 7227), Luna ; CIL, XIV, 2 (...)

64La coexistence d’ingénus et d’affranchis dans les mêmes collèges témoigne d’une proximité observable dans d’autres contextes sociaux. Ingénus et affranchis se côtoient, par exemple, dans l’exercice de leurs métiers, sans qu’existent de très strictes correspondances entre le statut juridique et l’activité professionnelle. Cet aspect de la vie économique est souvent attesté dans les sociétés grecques et romaines, à des époques éloignées les unes des autres153. Les estimations statistiques avancées par les modernes sont, par nature, très fragiles154. En revanche, il est avéré que tous les métiers romains, ou presque, ont été exercés à la fois par des ingénus et des affranchis155. Les collèges révèlent en fait toute l’ambiguïté du clivage entre ingénus et affranchis. Aussi explicites et tranchés que soient les clivages juridiques, toute image de netteté tend à s’estomper, en partie, quand le regard se porte sur le terrain des pratiques sociales. De surcroît, le clivage entre les collegiati ingénus et affranchis paraît d’autant moins marqué, que bon nombre des premiers sont les fils et les petits-fils d’affranchis. Il est courant qu’une collectivité accueille un père affranchi et son fils ingénu. Plusieurs épitaphes de collegiati en donnent l’illustration156, tandis que les mots « sen(ior) » ou « iun(ior) », « f(ilius) » ou « pat(er) » sont associés à la mention d’une quarantaine collegiati, sur des listes collégiales157.

  • 158 CIL, XIV, 281.
  • 159 CIL, XIV, 8 (D., 6154) et 250 (D., 6174).
  • 160 CIL, XIV, 309 (D., 6163) : « Dis Manibus, / L(ucius) Calpurnius Chius, seuir Aug(ustalis) /et quinq (...)
  • 161 CIL, XIV, 4140 (D., 6155) : « Q(uinto) Aeronio / Antiocho, / seuir(o) August(ali) / et q(uin)q(uenn (...)

65Dans leurs collèges, par le biais de titres et de responsabilités de direction, les affranchis recherchent et obtiennent souvent une position valorisante. De fait, le prestige reconnu dans le cadre du collège place des affranchis dans une position de supériorité, et dans des relations de pouvoir qui s’exercent notamment vis-à-vis d’ingénus. P. Claudius Abascantus figure ainsi sur un album des dendrophores d’Ostie qui recense six dignitaires dont la naissance ingénue est attestée158. Quinquennalis perpetuus des lenuncularii tabularii auxiliarii, M. Cornelius Epagathus est un très probable affranchi, dont l’autorité s’exerce notamment sur les corporati ordinaires L. Iulius Memor f(ilius), P. Fuficius Felix f(ilius), M. Cipius Natalis iun(ior) et M’. Lollius Crispinus f(ilius), qui sont des ingénus avérés159. Seuir Augustalis portant un cognomen grec, L. Calpurnius Chius est un affranchi d’autant plus probable que sa nomenclature n’indique pas de filiation, à la différence des nomenclatures de ses enfants160. À Ostie, cinq associations différentes l’ont reçu et couvert d’honneurs. Quinquennalis des mensores frumentarii, Chius a atteint une dignité que l’on saisit mieux, en évoquant les autres titulaires connus de cette charge. Selon toute vraisemblance, Q. Aeronius Antiochus appartient lui aussi à la frange supérieure du monde servile161. En revanche, comme nous l’avons vu, C. Granius Maturus est un ingénu, quinquennalis perpetuus et patron des mensores, promu au rang de décurion et de duouir d’Ostie.

  • 162 G. Alföldy, Histoire sociale de Rome, Paris, 1991, p. 133-134.

66De fait, le collège offre à l’affranchi le moyen non seulement de s’intégrer à la société des hommes libres, mais aussi d’acquérir parfois une position valorisante dans cette même société. Etant admis dans cinq associations et recevant des titres prestigieux, L. Calpurnius Chius peut sembler atteindre un rang que les plébéiens ordinaires, et ingénus, n’atteignaient pas. Certes, Chius ne pouvait espérer atteindre le rang d’un C. Granius Maturus, parce que son statut d’affranchi l’empêchait d’entrer dans l’ordo decurionum. Néanmoins, la plupart des ingénus présents dans la « plèbe » des collèges ne pouvaient-ils pas considérer le cens décurional comme un seuil tout aussi infranchissable ? Comme le souligne G. Alföldy, dans la société romaine, la multiplicité des facteurs de différenciation interdit à l’historien de proposer un schéma simple de stratification horizontale des groupes sociaux inférieurs à l’élite162. Comparer la position sociale de deux collegiati de statut juridique différent est une entreprise très délicate. Comparé à un ingénu modeste, le riche L. Calpurnius Chius présente des signes de supériorité et d’infériorité à la fois. Par ailleurs, si l’affranchissement, l’entrée dans une association et les titres décernés par celle-ci participaient d’une acquisition progressive de la dignité, ne pourrait-on pas estimer que le parcours des collegiati affranchis s’apparentait à un processus de mobilité sociale ?

  • 163 CJ, 9, 21.
  • 164 Cela est bien attesté en Afrique, notamment : cf. M. Le Glay, La place des affranchis dans la vie m (...)
  • 165 Petr., 65, 3-5 : « Inter haec triclinii ualuas lictor percussit, amicusque ueste alba cum ingenti f (...)

67Parce que le droit leur interdit d’accéder aux gouvernements municipaux et aux ordres supérieurs de la société romaine, les affranchis ne peuvent bénéficier d’une véritable promotion sociale, au sens le plus strict du terme. En vertu de la lex Visellia de 24 ap. J.-C.163, ou sans doute d’une disposition légale datant du principat d’Auguste, les affranchis du Haut-Empire sont tenus à l’écart des administrations municipales, et donc des groupes sociaux constituant le cœur des élites locales. Avant que cette mise à l’écart soit édictée, des affranchis ont pu faire des carrières municipales, parfois brillantes, dans des cités d’Occident164. De fait, les honneurs collégiaux peuvent être regardés comme le reflet d’une respectabilité acquise par défaut. De même, le sévirat ou les ornements décurionaux apparaissent comme des marques de prestige qui compensent l’incapacité légale à être promu au rang de décurion. C’est pourquoi l’image d’ascension, donnée de leur parcours social par des affranchis enrichis, peut être perçue comme un artifice, sans rapport avec la réalité de leur mise à l’écart. Sous la plume de Pétrone, le sévirat d’un Trimalcion et d’un Habinnas ne mérite donc que les sarcasmes165.

68L’idée selon laquelle les affranchis s’échelonnent dans une hiérarchie sociale parallèle, propre au monde servile, peut apparaître comme la transcription historiographique et conceptuelle d’un tel point de vue. Les fondements de cette idée de parallélisme sont incontestables. Toutefois, la position des affranchis dans une hiérarchie sociale parallèle est une chose ; les réalités de l’existence sociale en sont une autre. Le parallélisme mis en évidence, et l’incapacité des affranchis à accéder au gouvernement civique, ne signifient pas que les affranchis vivent dans un état de marginalité. Ni les collèges, ni les institutions liées à l’augustalité, ne se situent en marge de la cité. Il s’agit au contraire d’institutions civiques. La hiérarchie du monde servile n’est pas totalement étrangère à la cité.

  • 166 Mart., 11, 37 : « Zoïle, quid tota gemmam praecingere libra te iuuat et miserum perdere sardonycha  (...)
  • 167 H. Lemmonier, Étude historique sur la condition privée des affranchis aux trois premiers siècles de (...)

69La dimension civique de la vie en société des collegiati affranchis semble nuancer l’idée d’un cloisonnement étanche entre l’univers des affranchis et celui des ingénus. Le Satiricon reflète-t-il, non pas le point de vue des ingénus en général, mais celui d’un grand sénateur qui regardait le monde municipal avec distance, et le milieu des riches affranchis, distingués par l’augustalité, avec mépris et ironie ? Sans doute, mais Martial et Juvénal, qui expriment les vues d’un milieu social plus modeste que celui attribué à Pétrone, témoignent d’un même rejet des affranchis enrichis166. Par nature, le genre littéraire de la satire ne livre qu’une vision tronquée, déformée par le redoublement de lieux communs, des réalités et des mentalités. La dignité reconnue aux collegiati affranchis ne semble pas inconciliable avec l’hostilité prêtée aux contemporains ingénus d’un Martial ou d’un Juvénal. L’ancien esclave admis dans la communauté des citoyens, cherchant à gagner en dignité mais voué à une immuable infériorité juridique, peut sûrement être honoré et moqué, en même temps et par les mêmes individus. Il n’y pas de raisons pour que le regard porté sur les affranchis soit moins contradictoire et ambigu que le statut même d’affranchi167.

70De fait, la vie collégiale correspond à l’une des dimensions de l’existence qui transpose, sur le plan de la vie sociale, le changement d’état juridique que constitue l’affranchissement. Les populations concernées ne sont pas quantifiables. La part des affranchis dans les collèges ne peut pas être estimée avec plus de sûreté que la proportion d’affranchis dans l’ensemble du corps social. Néanmoins, l’étude du recrutement des collèges laisse entrevoir un processus de longue durée qui, selon toute vraisemblance, a concerné une grande masse d’individus. Dans la société romaine, les collèges favorisent l’intégration des affranchis à des milieux d’hommes libres, composés à la fois d’ingénus et d’anciens esclaves. Il s’agit pour l’essentiel de milieux plébéiens, ancrés dans les catégories intermédiaires et inférieures de la société romaine. Cependant, les collèges regroupent une minorité réduite, mais dont la visibilité est grande, composée de riches affranchis qui semblent avoir atteint les portes des élites locales, au sens le plus large du terme.

71Au total, par l’entrée dans un collège, les affranchis accèdent à un cadre de vie valorisant, et indépendant de la familia servile. Pour ces individus, le changement d’état que représente l’affranchissement ne paraît pas réductible à un changement de statut juridique. L’adhésion à un collège apporte à l’ancien esclave non seulement des satisfactions matérielles et sociales, mais aussi une plus grande respectabilité, voire un réel prestige social. Toutefois, il demeure difficile de définir ces changements comme une mobilité sociale, si l’on entend par ce terme une mobilité dans une hiérarchie sociale conçue de manière unitaire. En réalité, face aux destinées de ces affranchis, il semble beaucoup moins contestable d’identifier des évolutions à la fois encadrées et significatives de conditions sociales, que de considérer l’organisation de la société romaine à l’image d’une échelle hiérarchique simple sur laquelle les individus occuperaient une place précise et perçue par tous avec la plus grande clarté.

Notes

1 CIL, V, 5930 (CLE, 1589) : « Dans son métier, ce qu’il faisait mal, qui le faisait mieux ? Ce qu’il faisait bien, nul autre ne le faisait. Chez les gens d’En haut, il a vécu, honnête, fort de sa réputation plus que de sa fortune. Accueilli enfin dans l’éternité, après bien des années, il reste en silence ». La partie supérieure de l’inscription est mutilée ; avant le poème, on lit : « – – –] / coiugi et Petronio / Primitiuo, lib(erto) ».

2 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris 1997, p. 19.

3 J. Andreau, Vie, p. 25-27 ; voir aussi R. Descat, La cité grecque et la vie professionnelle : sociabilité et conflits, in F. Thélamon (éd.), Sociabilité, pouvoirs et société. Actes du colloque de Rouen (24-26 novembre 1983), Rouen, 1987, p. 289-292.

4 J. Andreau, Vie, p. 25-33 ; Id., Affranchi, p. 232 : « Le statut de travail, c’est le rapport au travail au sens le plus large du mot, à la fois au plan des institutions et à celui des représentations. C’est l’organisation matérielle de la vie de travail ; le mode de rémunération et l’influence qu’il exerce sur la mentalité de l’agent ; la manière dont est conçu le travail par rapport à l’ensemble de la vie : soit comme activité principale qui conditionne la survie, soit comme une activité parmi d’autres, et qui ne cesse pas d’être facultative » ; Id., Banque, p. 128-130.

5 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 76-83.

6 Cic., Off., I, 42, 150 : « Iam de artificiis et quaestibus, qui liberales habendi, qui sordidi sint, haec fere accepimus. Primum improbantur ii quaestus, qui in odia hominum incurrunt, ut portitorum, ut feneratorum. Illiberales autem et sordidi quaestus mercennariorum omnium, quorum operae, non quorum artes emuntur ; est enim in illis ipsa merces auctoramentum seruitutis. Sordidi etiam putandi, qui mercantur a mercatoribus, quod statim uendant ; nihil enim proficiant, nisi admodum mentiantur ; nec uero est quicquam turpius uanitate. Opificesque omnes in sordida arte uersantur ; nec enim quicquam ingenuum habere potest officina. Minimeque artes eae probandae, quae ministrae sunt uoluptatum : cetarii, lanii, coqui, fartores, piscatores, ut ait Terentius ; adde huc, si placet, unguentarios, saltatores, totumque ludum talarium » [« Au sujet, maintenant, des métiers et des gains, sur la question de savoir ceux qu’il faut tenir pour dignes d’un homme libre et ceux qu’il faut tenir pour vils, voici l’opinion généralement reçue. Tout d’abord on réprouve les gains qui font encourir la haine des hommes, comme ceux des percepteurs et des usuriers. Indignes d’un homme libre et vils sont en outre les gains de tous les salariés dont c’est la peine et non l’habileté que l’on paie : dans ces gains en effet le salaire est lui-même le gage de la servitude. Vils sont encore à considérer ceux qui achètent aux marchands pour vendre aussitôt : ils ne gagneraient rien, en effet, s’ils ne trompaient beaucoup, et en vérité, rien n’est plus honteux que la fraude. Tous les artisans s’adonnent à un vil métier, l’atelier ne peut rien comporter de bien né et les moins acceptables sont les métiers qui sont au service des plaisirs : mareyeurs, bouchers, cuisiniers, charcutiers, pêcheurs, comme dit Térence ; ajoutes-y, si tu veux, les parfumeurs, les danseurs et tous les jeux de hasard » (trad. M. Testard, CUF, 1965)].

7 Sen., Ep., 88, 21.

8 Voir par exemple J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain, Paris, 1966, p. 11-22 ; J. H. D’Arms, Commerce, p. 2-8 et 16-19 ; F. Meijer, O. Van Nijf, Trade, transport and society : a source book, Londres, 1992, p. 3-20.

9 A. Giardina, Marchand, p. 303-334 ; A. Giardina, A. I. Gourevitch, Il mercante dall’Antichità al Medioevo, Bari, 1994, p. 5-61 ; R. Descat, La représentation du travail dans la société grecque, in Le travail. Recherches historiques. Actes de la table ronde de Besançon (14-15 novembre 1997), Paris, 1999, p. 9-22.

10 M. I. Finley, Économie, p. 67-68 ; C. Nicolet, Rendre à César. Économie et société dans la Rome antique, Paris, 1988, p. 169.

11 F. M. De Robertis, Lavoro, p. 21-49.

12 R. Meiggs, Ostia, pl. 24 a.

13 CIL, XIV, 456.

14 CIL, VI, 188 (D., 3721) : « L(ucius) Dunnius Apella, / C(aius) Annius Tyran-nus, / mag(istri) prim(i), / Fort(unae) horr(eorum) d(onum) d(ant). // C(aius) Annius Tyraanus (sic) / et L(ucius) Dunius Apella, / mag(istri) primi, / Fort(unae) hor(r)e(orum) d(onum) d(ant) ».

15 CIL, VI, 1002 (D., 7269) : « [Imp(eratori) Caesari, / diui Hadriani f(ilio)], diu(i) / Traiani parthici n[e]p(oti), / diui Neruae pronep(oti), / T(ito) Aelio Hadriano / Antonino Aug(usto) Pio, / Pont(ifici) Max(imo), trib(unicia) pot(estate) VII, / imp(eratori) II, co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae), / corpus pistorum, / curantibus / M(arco) Caerellio Zmaragdo, / L(ucio) Saluio Epicteto quinq(uennale) II, / quaestoribus / C(aio) Pupio Firmino II, / L(ucio) Calpurnio Secundo, / praef(ectura) / L(ucii) Valeri Proculi ».

16 CIL, VI, 868 : « Dedic(atum) idib(us) Nou(embris) Maximo et Glabrione co(n)s(ulibus) ; / cura(m) agentibus Aelio Achilla eq(uite), Val(erio) / Euporo et Au-r(elio) Nominato, patron(is), et / Aur(elio) Nominato, Valerio Hilarino, / Calp(urnio) Iusto, q(uin)q(uennalibus), et Aur(elio) Eutychio, Octau(io) / Pudentiano, Cl(audio) Socrateno, qu(a)est(oribus), et / Ant(onio) Capitolino, scriba corporat(orum) ».

17 G. Zimmer, Römische Handwerker, ANRW, II, 12.3, 1985, p. 205-228.

18 Ibid., pl. VII.

19 CIL, XI, 132 (D., 7235).

20 CIL, IX, 3938 (D., 7470) ; sur les deux côtés de la base : « coco optimo » ; sur la face principale : « Halicius, Marcio Fausto, / liberto, / seuir(o) Aug(usto), / dendrophoro / Albensi, et / Trophime matri ».

21 CIL, XII, 722 (CLE, 483 ; D., 7715) :

« D(is) M(anibus), //

Q(uinti) Candi[di] Benigni, fab(ri) tig(nuarii) c/orp(orati) Ar(elate),
ars cui summa fuit / fabricae, studium, doctrin(a), / pudorque,
quem magni / artifices semper dixsere / magistrum ;
doctior hoc ne/mo fuit, potuit quem uinc/ere nemo,
organa qui nosse/t facere, aquarum aut duce/re cursum ;
hic co[n]uiua fui/t dulcis, nosset qui pasce/re amicos,
ingenio studio / docilis animoque benig/nus ;
Candidia Quintina, / patri dulcissimo et Val(eria) / Maxsimina, coniugi kar(issimo)
 ».

[« Aux dieux Mânes de Quintus Candidius Benignus, membre du corps des charpentiers d’Arles. Le plus grand savoir-faire artisanal, l’intense application, le savoir et la pudeur le caractérisait, lui que les grands artisans ont toujours qualifié de maître. Personne ne fut plus savant, personne ne pouvait le surpasser, lui qui savait construire des machines hydrauliques ou diriger le flux des eaux. C’était un doux convive qui savait nourrir ses amis, doté d’un caractère docile et d’une âme bienveillante. Candidia Quintina, au plus doux des pères, et Valeria Maximina, au plus cher des époux »].

22 S. R. Joshel, Work, p. 76-91 ; ainsi, cf. CIL, VI, 9222 (D., 7695), 6182 (D., 7589) et 9437 (D., 7710).

23 Les sources pompéiennes et les poèmes funéraire s’en font l’écho ; voir, par exemple, CIL, IV, 813 : « Otiosis hic locus non est, / discede morator », « ici, ce n’est pas un endroit pour les désœuvrés, va-t-en traînard » ; ou encore CIL, VI, 6049 (CLE, 1851) : « Heic situs sum Lemiso, quem numquam nisi mors feiniuit labore » [« ci-gît Lemiso, que rien si ce n’est la mort n’arrêta jamais dans le labeur »].

24 Plut., M., p.98 E (De la fortune, 4).

25 AE, 1987, 196 : « [D(is) M(anibus)], / M(arcus) Quintilius [– – – seuir Au]gust(alis) / idem q(uin)q(uennalis), fecit s[ibi, corp(orum) lenunc(ulariorum) t]raiect(us) / Luculli et stu[ppatorum q(uin)q(uennalis)] perpetu(u)s, / [i]s talia passus uita[m trah]ens, qui semper / [a]micos mente bona, [– – – sple]ndida fama, per mare, / [pe]r fluuium, qua ping[uis – – –]ret bis compilatus, / [– – –] gladium fugi, simplex / [– – – b]ona semper sine fraude ».

26 CIL, IX, 4796 (CLE, 437 ; D., 7542).

27 A. Giardina, Marchand, p. 332 ; R. Descat, La représentation du travail dans la société grecque, in Le travail. Recherches historiques. Actes de la table ronde de Besançon (14-15 novembre 1997), Paris, 1999, p. 19.

28 AE, 1974, 123 bis : « – – –] / orna[mentis – – – seuir Aug(ustalis) et] / q(uin)q(uennalis), item [q(uin)q(uennalis) f]abr(um) tign(uariorum) Ost(iensium), [i]tem cor[por(atus)] / et q(uin)q(uennalis) et [biselli]arius in corpore neg(otiatorum) fo[ri] / uinari r[ei publ(icae) O]st(iensium), uetus negotia(n)s, nauic[ul(arius)] lyntra[rius, ite]m num(m)ularius celeber[rim(us)], / in hoc PR[– – –]VL memoriale M[– – –] / [– – –]CON[– – –] //AI[...] / merit[– – –]INE[– – –] paganus [– – –] / aedicul[– – –], liberti eius et li[berti] / mei, ex nomine [meo, – – –]uorum fidem PRO[– – –] / obseruabunt et ne HS X m(ilia) n(ummum) rei public(ae) [Ost(iensium) pro] / poena inferant curae habe[bunt] ».

29 J. Andreau, Vie, p. 209-210.

30 CIL, VI, 33887 (D., 7481) : « D(is) M(anibus), / M(arco) Antonio M(arci) filio / Claudia (tribu) Terenti, / oriundo ciuitate / Miseni, omnibus / muneribus et / honoribus patriae / sua perfuncto, / negotiatori / celeberrimo suariae / et pecuariae, / MM(arci) Antonii / Teres et Proculus, / fili(i) et heredes, / secundum uoluntatem / ipsius ».

31 A. Giardina, Marchand, p. 332, évoque, à propos des mentalités marchandes, « un gain vécu avec joie et sans sentiment de culpabilité, sur lequel certains documents jettent des lueurs brèves mais intenses ».

32 Petr., 77, 6 : « Tu as un as ; tu vaux un as ».

33 CIL, VI, 236 (D., 3668) : « Num(ini) dom(us) Aug(ustae) / sacrum, / Genio conseruato/ri horreorum Gal/bianorum, // M(arcus) Lorinus / Fortunatus, / magister, / s(ua) p(ecunia) d(onum) d(edit) ; // Num(ini) dom(us) Aug(ustae) / sacrum, / Fortunae conser/uatrici horreor(um) / Galbianorum, M(arcus) Lorinus Fortuna/ tus, magister, / s(ua) p(ecunia) d(onum) d(edit) ».

34 CIL, VI, 868.

35 CIL, VI, 1872 (D., 7266) :

A. « Ti(berio) Claudio Esquil(ina tribu) Seuero, / decuriali lictori, patrono / corporis piscatorum et / urinator(um), q(uin)q(uennali) III eiusdem corporis, / ob merita eius, / quod hic primus statuas duas, una(m) / Antonini Aug(usti) domini n(ostri), aliam Iul(iae) / Augustae dominae nostr(ae), s(ua) p(ecunia) p(osuerit), / una cum Claudio Pontiano, filio / suo, eq(uiti) R(omano), et hoc amplius eidem / corpori donauerit (sestertium) X mil(lia) n(ummum), / ut ex usuris eorum quodannis, / natali suo (ante diem) XVII k(alendas) Febr(uarias), / sportulae uiritim diuidantur / praesertim ; cum nauigatio sca/pharum diligentia eius adquisita / et confirmata sit, ex decreto / ordinis corporis piscatorum / et urinatorum totius alu(ei) Tiber(is) / quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, s(ua) p(ecunia) p(osuerunt) ».

B. « dedic(ata) (ante diem) XVI K(alendas) Sept(embres), Nummio Albino et Fuluio Aemiliano co(n)s(ulibus), / praesentibus / Iuuentio Corneliano et / Iulio Felicissimo, / patronis, / quinquennalib(us) / Claudio Quintiano et / Plutio Aquilino, / curatorib(us) / Aelio Augustale et Antonio Vitale et / Claudio Crispo ».

36 Petr., 30, 1-2 : « Non licebat <tam multa otiose> considerare. Nos iam ad triclinium perueneramus, in cuius parte prima procurator rationes accipiebat. Et quod praecipue miratus sum, in postibus triclinii fasces erant cum securibus fixi, quorum imam partem quasi embolum nauis aeneum finiebat, in quo erat scriptum : C. POMPEIO TRIMALCHIONI SEVIRO AVGVSTALI CINNAMVS DISPENSATOR » [« Le temps me manquait pour contempler toutes ces richesses. Nous étions déjà parvenus jusqu’au triclinium. Là, dans l’antichambre, un intendant recevait des comptes. Mais ce qui m’étonna plus que tout le reste, c’étaient, fixés aux jambages de la porte, des faisceaux avec des haches, dont l’extrémité inférieure se terminait par une sorte d’éperon de navire en bronze, avec cette inscription : ‘à C. Pompeius Trimalcion, sévir augustal, Cinnamus son trésorier’ » (trad. A. Ernout, CUF, 1923)].

37 Petr., 71, 9 : « Te rogo, ut naues etiam <in fronte> monumenti mei facias plenis uelis euntes, et me in tribunali sedentem praetextatum cum anulis aureis quinque et nummos in publico de sacculo effundentem ; scis enim, quod epulum de-di binos denarios » [« Je te prie encore de sculpter sur mon monument des vaisseaux cinglant à pleines voiles, et moi-même siégeant sur un tribunal, en robe prétexte, avec cinq anneaux d’or, et distribuant au peuple un sac d’écus : tu sais en effet que j’ai donné un repas public et deux deniers par personne » (trad. A. Ernout, CUF, 1923)].

38 AE, 1987, 196 (Ostie).

39 CIL, IX, 4796 (CLE, 437 ; D., 7542) de Forum Novum ; D. Porte, Tombeaux, p. 138 : «... Je me trouve aujourd’hui libre de tous soucis. Considère à présent, lecteur, un homme connu dans la ville sainte pour y vendre des peaux de chèvres. J’exerçai ce métier pour les besoins de tous. J’y observai toujours une loyauté rare, avec l’assentiment de tous, et en tout lieu. Ma vie fut sans tracas. J’ai fait construire en marbre, ai dormi sur mes deux oreilles, et toujours acquitté les taxes de l’Etat quand je concluais des marchés. J’étais toujours rond en affaires et dans tous mes contrats ; équitable pour tous, autant que je pouvais, et même généreux à qui était en peine ; toujours honorable, et toujours affable avec mes amis. Mais mon plus beau titre d’estime, et plus puissant que tous les autres, est ce refuge que j’ai fait, pour y abriter mon corps, tel qu’ici tu le vois, et sans songer à moi tout seul, mais en ayant aussi au cœur le souci de mes héritiers. Chacun garde avec lui tout ce qui fut son bien, en nue-propriété. Mon renom parlera pour moi. Tourmenté par bien des soucis, à bien des gens aussi j’ai offert le repos ». L’inscription débute ainsi : « D(is) M(anibus), / is, cuius per capita uersorum no-men declaratur, / fecit se uiuus sibi et suis omnibus, / libertis libertabusque poste-risque eorum » ; « Aux dieux Mânes, celui dont le nom est indiqué par le début des vers, a fait (ce monument) de son vivant, pour lui, tous les siens, ses affranchis et affranchies et leur postérité ».

40 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, 1997, p. 19.

41 Voir par exemple, CIL, VI, 9663 (D., 7518).

42 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728 ; Id., Plèbe, p. 1187-1194.

43 S. Panciera, Miscellanea storico-epigrafica III, Epigraphica, 29, 1967, p. 46-48 (AE, 1968, 119) : « [– – – – / – – –] quem d[– – / collegio fa]brum tignu(ariorum) / [– – – de]d(it) (sestertium quinquaginta millia) n(ummum) / [– – –ne]gotians uina[r(ius)], / [sine] fraude cuiusquam ».

44 Voir par exemple, CIL, VI, 2489 (D., 2028).

45 Dig., 4, 9, 1, 2 : « (...) quamuis « nautae » appellantur omnes qui nauis nauigandae causa in naue sint, sed de exercitore solummodo praetor sentit » [« (...) bien que tous les individus présents sur le navire pour naviguer soient appelés ‘nautes’, le préteur pense seulement à l’exploitant »].

46 Voir, notamment, R. Meiggs, Ostia, p.313 : « employers formed the backbone of the guilds ».

47 CIL, XIII, 2023 (D., 7034) : « [D(is) M(anibus) / et memoriae / aeternae, / Poppilli, natio[ne] / sequano, ciu[i] / Lugudunens[i], / negotiatori [ar]/tis prossari[ae], / ad pertinen[tis et] / honorato co[rpor(is)] / utriclari[orum] / [et co]rp[oris – – – ».

48 CIL, XIII, 2033 : « [ ? M – ou Tur]ranio V[ero, / ciui] treuero, n[ego/tiat]ori uina[rio / et art]is creta[riae / Lug(uduni) consist[enti, / ? M – ou Tur]ran(ius) Con[stans, ? / fr]ater et h[eres, / ? Agat]ho, Apter[us ?, lib(erti) ?, / p(onendum) c(urauerunt)] et sub [asc(ia) ded(icauerunt)] ».

49 CIL, XIII, 1966 (D., 7028) : « D(is) M(anibus) / et memoriae aeternae / M(arci) Primi Secundiani, (se)uir(i) Aug(ustalis) / c(oloniae) C(opiae) C(laudiae) Aug(ustae) Lug(uduni), curator(is) eiusd(em) cor/por(is), nautae Rhodanic(i) Arare na/uigant(is), corporat(i) inter fabros / tign(arios) Lug(uduni) consist(entes), negot(iatoris) muriar(ii), / M(arcus) Primius Augustus, fil(ius) et heres, patri / karissim(o) ponend(um) cur(auit) et sub asc(ia) ded(icauit) ».

50 CIL, XIII, 1996 (D., 7031) : « D(is) M(anibus) L(ucii) Hilariani Cinna/mi, ciuis Lug(udunensis), naut(a)e / Rhodanico Rho/dano nauigantis, / curatori (sic) eiusdem / corporis, negotia[to]/ris [ole]ari, Q(uintus) Maspe/tius Seuerianus, s[o]/ cer eius, et Cl(audius) Seueri/nus, amicus, idemqu[e] / heredes, p(onendum) c(urauerunt) et sub / [as]cia dedicauerun[t] ».

51 CIL, XIII, 1972 : « D(is) M(anibus) et quieti aeternae / [– – – T]outi(i) Incitati, (se)uir(i) / Aug(ustalis) Lug(udunensis), et naut(ae) Arar(ici), item / centonario (sic) Lug(uduni) consis/tent(i) honorato, negotia/tori frumentario ; / [– – –] Toutius Marcellus, lib(ertus) / [p]atrono piissimo, et sibi, ui/[uus p]osuit et sub ascia dedicau(it) ; / [opt]o felix et hilaris uiuas qui / [leg]eris et Manibus meis be/ne optaueris ».

52 AE, 1982, 702 : « D(is) M(anibus) / et m[emoriae a]eter/na[e – – –] At/tal[i, (se)uir(i) Aug(ustalis)] Lug(uduni), / neg[otiator(is) s]epla/si(ari), n[autae Rhodan(ici ?)], cor/por[ati inter cen]to/na[rios Lugud(uni) c]on/s[istentes], / Cal[– – – ]nus, / Epic[– – –]mon, / lib(erti) [patrono opti]mo / inc[omparabiliq(ue)] po/ nen[dum curauer]unt / et s[ub ascia dedi]caue/[runt] ».

53 Sur le commerce du vin provenant de la côte Adriatique, voir notamment A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986, p. 166-174 ; L. De Salvo, Corpora, p. 429-433.

54 CIL, VI, 9682 (D., 7277) : « L(ucio) Scribonio Ianuario, / negotianti uinario, / item nauiculario, cur(atori) / corporis maris Hadriatici, / L(ucius) Scribonius Festiuus, / frater, et / M(arcus) Manlius Callicarpus, / socer, fecerunt / et lib(ertis) liber-tab(usque) Scriboni posterisque eorum ».

55 CIL, XIV, 409.

56 CIL, XIV, 4234 (D., 3417) : « M(arcus) Caerellius / Iazemis, q(uin)q(ennalis) / pistorum III / et perp(etuus), et / codicarius, item / mercator / frumentarius, / inuicto / Herculi, / ex uoto d(onum) d(edit) ».

57 AE, 1974, 123 bis (Ostie).

58 AE, 1988, 204 : « D(is) M(anibus), / Egriliae Clusinae, item / libertis libertabusque, qui / quaeue iam sunt, qui quaeue futuri ; / A(ulus) Egrilius Hilarus, coactor / argentarius, seuir Aug(ustalis), idem q(uin)q(uennalis), q(uin)q(uennalis) col(legii) / fabr(um) tign(uariorum) Ost(iensium) lustri XXVI, et / Egrilia Iustina, patroni, / fecerunt et posteris/q(ue) eorum earumue ; in f(ronte) p(edes) XIII ; in ag(ro) p(edes) XXV ».

59 CIL, XIV, 374 (D., 6165) : « Marco Licinio / Priuato, / decurionatus orna-mentis honorato et / biselliario in primis constituto / inlatis rei publicae sestertis / quinquaginta milibus n(ummum), / quaestori et q(uin)q(uennali) corporis pistorum Ostiens(ium) et Port(ensium), / magistro quinquennal(i) collegi / fabrum tignuariorum lustri / XXVIII et decurioni eiusdem / numeri decur(iae) XVI decuriali, scrib(ae), / patri et auo decurionum / librario, tribuli tribus Claudiae, / patri equitum Romanorum, / patrum et liberorum clientium, / uniuersus numerus / caligatorum / collegi fabrum tignuarior(um) Ostiens(ium) / magistro optimo, ob amorem et merita eius, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ».

60 On pense à un affranchi décrié par Juvénal, à la tête d’une fortune de 400 000 sesterces issue des revenus de plusieurs boutiques ; Juv., I, 102-109.

61 Apul., M., IX, 10-12.

62 Dig., 4, 9, 1, 4-5 (Ulpien) : « De exercitoribus ratium, item lintrariis nihil cauetur, sed idem constitui oportere Labeo scribit, et hoc iure utimur » [« Rien n’est prescrit à propos des exploitants des barques et des bateliers, mais Labéon écrit qu’il convient de se déterminer de la même manière, et nous suivons cette règle »].

63 A. Kirschenbaum, Sons, p. 89-121 ; J.-J. Aubert, Business managers in ancient Rome. A social and economic study of institores. 200 BC-AD 250, Leyde-New York-Cologne, 1994, p. 5-31 ; J. Andreau, Banque, p. 128-130.

64 Id., ibid., p. 101-106 ; Id., Modernité, p. 378 et p. 406 ; comme y invite J. Andreau, on peut comparer ces hommes d’affaires aux grands marchands de la fin du Moyen Age, mais aussi à ceux qui apparaissent dans la société athénienne du début du ive siècle av. J.-C. : cf. R. Descat, La cité grecque et la vie professionnelle : sociabilité et conflits, in F. Thélamon (éd.), Sociabilité, pouvoirs et société. Actes du colloque de Rouen (24-26 novembre 1983), Rouen, 1987, p. 298.

65 CIL, XIV, 4569, III, 8-9.

66 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 722.

67 J. Andreau, Enrichissement, p. 529-540.

68 R. Descat, La cité grecque et la vie professionnelle : sociabilité et conflits, in F. Thélamon (éd.), Sociabilité, pouvoirs et société. Actes du colloque de Rouen (24-26 novembre 1983), Rouen, 1987, p. 299.

69 Petr., 57, 11 : « voilà de vrais mérites, car pour naître libre ce n’est pas plus difficile que de dire : ‘approche ici’ » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

70 P. Veyne, Droit romain et société : les hommes libres qui passent pour esclaves et l’esclavage volontaire, Historia, 30, 1981, p. 472-497.

71 Id., Trimalcion, p. 35.

72 Hor., Sat., I, 6, 20-24 : « censorque moueret Appius, ingenuo si non essem patre natus ; uel merito, quoniam in propria non pelle quiessem » [« et le censeur Appius m’exclurait, du moment que je ne serais pas issu d’un père de naissance libre, avec raison peut-être, puisque je ne me serais pas tenu tranquille dans ma propre peau » (trad. F. Villeneuve, CUF, 1932)]. Mart., 3, 16 : « memento nunc in pellicula, Cerdo, tenere tua » [« tache de te renfermer, Cerdo, dans ta propre peau » (trad. H. J. Izaac, CUF, 1930-1934)].

73 Sen., Ep., 47, 9 et Tac., Ann., 13, 26-27, cités par J. Andreau, Affranchi, p. 242-243.

74 Mart., 6, 17 : « Cinnam, Cinname, te iubes uocari : non est hic, rogo, Cinna, barbarismus ? Tu si Furius ante dictus esses, Fur ista ratione dicereris » [« Tu te fais appeler Cinna, ô Cinnamus : n’est-ce pas là, je le demande, un barbarisme ? À ce compte, si tu avais antérieurement porté le nom de Furius, on t’appellerait de même Fur » (trad. H. J. Izaac, CUF, 1930-1934)].

75 Mart., 2, 29 : « Rufe, uides illum subsellia prima terentem, cuius et hinc lu-cet sardonychata manus quaeque Tyron totiens epotauere lacernae et toga non tac-tas uincere iussa niues, cuius olet toto pinguis coma Marcelliano et splendent uolso bracchia trita pilo, non hesterna sedet lunata lingula planta, coccina non laesum pingit aluta pedem, et numerosa linunt stellantem splenia frontem. Ignoras quid sit ? Splenia tolle, leges » [Tu vois, Rufus, cet individu qui se prélasse au premier rang des sièges : même à cette distance, on voit briller sa main parée des sardoines. Son manteau a bien des fois absorbé la pourpre de Tyr et sa toge est d’une étoffe faite pour surpasser la neige immaculée. Sa chevelure luisante emplit de son parfum tout le théâtre de Marcellus, et ses bras, épilés et glabres, offrent aux yeux une éclatante blancheur ; ses lacets de soulier, qui ne sont même pas vieux d’un jour, retombent sur sa chaussure à lunule ; un souple cuir revêt d’écarlate son pied sans le blesser, et nombre de mouches parsèment son front d’étoiles. En veux-tu savoir la raison ? Enlève ses mouches, et tu le liras » (trad. H. J. Izaac, CUF, 1930-1934)].

76 N. P. Huttunen, The social strata in the imperial city of Rome, Oulu, 1974, p. 178.

77 L. R. Taylor, Epitaphs, p. 129-132.

78 AE, 1971, 41 ; l’inscription CIL, VI, 10299, correspond très probablement à un fragment des mêmes fastes : les magistrats des années 129-133 sont cités sans indication de leur statut juridique.

79 CIL, XIV, 299 : « L(ucius) Aquillius (Caiae) l(ibertus) / Modestus, magister / quinquennalis collegi(i) fabroru(m) / tignuariorum Ostiensium lustri II, / isdem Augustalis fecit sibi et / Aquilliae L(uci) f(iliae) Aptae, patronae, et / Decimiae Sp(uri) f(iliae) Priscae, coniugi suae, et / suis libertis libertabus et Decimiaes Sp(uri) f(iliae) / Priscaes posteirisque eorum ; / in fr(onte) p(edes) XL, in ag(ro) p(edes) XXXI s(emissem) ».

80 CIL, XIV, 407 : « Dis / Manibus / L(uci) Renni L(ucii) Lib(erti) / Philodoxi, / mag(istri) quinq(uennalis) / coll(egii) fab(rum) tig(nuariorum) / Ost(iensium), idem Aug(ustalis), / L(ucius) Rennius Proculus / fecit patri suo / carissimo ». AE, 1989, 129 : « L(ucius) Rennius Aspri lib(ertus) / Platanus, seuir augustalis, / fecit sibi in parte dexteriore et / Egriliae A(uli) lib(ertae) Quartae, coniugi suae, / et Renniae Proculae, uernae, et / L(ucio) Rennio L(uci) lib(erto) Philodoxo, et / libertis libertabus suis posterisque eorum ; / in fr(onte) / p(edes) XXXX in agr(o) p(edes) XXXI s(emissem) ; / h(oc) m(onumentum) h(eredem) n(on) s(equetur) ».

81 R. Duthoy, Fonction, p. 134-154 ; des nuances sont avancées par A. Abramenko, Mittelschicht, p. 44-52.

82 AE, 1988, 200 : « D(is) M(anibus) / L(uci) Uttedi Eleutheri, / seuiri Augustal(is) / quinq(uennalis), et / quinquenn(alis) fabr(um) / tignuarior(um) Ostiensium ».

83 CIL, XIV, 418 = ILMN, 565 : « D(is) M(anibus) / C(aius) Similius Philocyrius, / seuir Aug(ustalis) idem q(uin)q(uennalis), magister / quoquae (sic) collegi fabrum tig/nuarior(um) Ost(iensium) lustri XXXVI, / item scrib(a) eiusd(em) numeri, fec(it) sibi / et Similiae Philete, / coiugi unibyriae, et / Similiae Romane, / filiae, et libertis liber/tabusque posterisque / eorum ; in f(ronte) p(edes) LXXX, in agr(o) p(edes) XXIIII ; / Gaudenti et Lampadi ».

84 AE, 1989, 124 : « [A(ulus) Li]uius Anteros, / [magiste]r quinquennal(is) col-leg(i) fabr(um) / [tignuari]orum Osti(en)s(ium) lustri XVII, VI(uir) / [Augusta]lis, corporatus inter / [fabros] nauales, fecit sibi [et] / [Liuiae Mar]cellinae, coniugi liberta[e], / [et libert]is libertabusque poster[is/qu]e, eorum ».

85 CIL, XIV, 296 (D., 1916) : « L(ucio) Antonio / Epitynchano, / lictori de-c(uriae) curia/tae quae sacris / publicis apparet, / q(uin)q(uennali) collegi fabrum / tignuariorum Ostis, / seuiro Aug(ustali) in prouinc(ia) / Narbonensi colonia / Aquis Sextis ».

86 CIL, XIV, 4569.

87 CIL, XIII, 1939 : « [Dis Manibus / et memo]riae aetern[ae] / Caesoni Niconis, / [se]uiri Aug(ustalis) Lug(dunensis), corpo/[ra]ti inter fabros tign(uarios) / Lug (uduni) consist(entes), / [Caes]onius Menas con/[li]berto optimo /ponend(um) cur (auit) et sub as/cia dedicauit ».

88 CIL, XIII, 2026 : « D(is) M(anibus) / et quieti aeternae / L(ucii) Sabini Cassiani, / dendrophoro (sic) Au/gustali, q(uaestori) corporis e/iusd(em) duplicario ex consensu uniuer/sorum, omnibus ho/noribus apud eosd(em) / functo, homini op/ timo et incompara/bili, Flauia Liuia, / coniugi rarissi/mi exempli, et / Priscius Eustochus, / colliberto sanc/tissimo, inscriben/dum curauerunt / et sub ascia dedi/ cauerunt » ; L. Sabinius Cassianus et Priscius Eustochus, qui portent des gentilices différents, sont probablement les affranchis de deux époux.

89 CIL, XII, 1898 : « D(is) M(anibus) / et quieti per[pe]/tuae C(ai) Ruson[i] / Secundi, (se)uir(i) [Aug(ustalis)] / c(oloniae) c(opiae) C(laudiae) Aug(ustae) Lug(udunensis), ite[m] / sagario, C(aius) Ruson[ius] / Muron, (se)uir A[ug(ustalis)] / Lug(uduni) honoratus, i[tem] / centonarius ho[no]/ratus, et sagarius [cor]/poratus, collibe[rto] / bonorum exemp[lorum] / erga me, heres, ex [ius]su eius, solus pos[ui] / et / sub ascia de[di]caui ».

90 H. Solin, Beiträge zur Kenntnis der griechischen Personnennamen in Rom, Helsinki, 1971, p. 121-138 ; Id., Namenbuch ; I. Kajanto, The significance of non-Latin cognomina, Latomus, 27, 1968, p. 517-534 ; H.-G. Pflaum, Sur les noms grecs portés par les Romains et leurs esclaves, REL, 51, 1973, p. 48-54 ; pour la bibliographie et les débats antérieurs aux années 1960, cf. L. R. Taylor, Epitaphs, p. 113-132.

91 I. Kajanto, LC, p. 131-135.

92 CIL, XIV, 4569 : sur un total de 328, 95 collegiati portent un cognomen grec et 50 un cognomen latin fréquent dans la population servile. Les données de ce type seront abrégées sous la forme : t 328, 95 cg, 50 cl.

93 CIL, XIV, 250 (D., 6174) : t 125, 39 cg, 21 cl. ; CIL, XIV, 251 (D., 6175) : t 201, 56 cg, 34 cl.

94 CIL, XIV, 246 : t 177, 58 cg, 30 cl. Nous suivons H. L. Royden, Magistrates, p. 33-36 qui propose d’identifier l’ordo corporatorum au corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli. Celui-ci se fonde, en premier lieu, sur l’identité des patrons de l’ordo. Surtout, il est remarquable que les collegiati Naevius Saecularis et Sulpicius Hera porte le titre peu courant de quinquennalicius, à la fois dans l’ordo corporatorum (sur l’album CIL, XIV, 246), et dans le corpus traiectus Luculli, comme l’indique une inscription dédiée à Lucius Verus, fils adoptif d’Antonin le Pieux (AE, 1989, 128).

95 CIL, XIV, 256 : t 316, 79 cg, 46 cl.

96 CIL, XIV, 4573 : t 36, 13 cg, 4 cl.

97 CIL, XIV, 281 : t 22, 8 cg, 3 cl.

98 CIL, XIV, 5357.

99 CIL, XIV, 4562 : t 112, 67 cg.

100 CIL, VI, 33856 (D., 8935).

101 CIL, VI, 33858 = 1060 (D., 7225).

102 AE, 1977, 265 : t 44, 9 cg, 3 cl.

103 CIL, XI, 1355 (D., 7227) : t 37, 10 cg, 2 cl.

104 CIL, X, 3699 (D., 4174) et 3700 : t 107, 21 cg, 16 cl.

105 CIL, XIV, 2408 (D., 5196).

106 CIL, XIII, 1939 : Caesonius Nico, cf. n. 357 ; CIL, XIII, 1996 (D., 7031) : L. Hilarianus Cinnamus ; AE, 1982, 702 : [– – –] Attalus.

107 CIL, XIII, 2020.

108 Le phénomène concernerait environ 40 % des unions considérées par L. R. Taylor, Epitaphs, p. 123-125.

109 Petr., 57, 6 : « j’ai racheté ma compagne, pour que personne n’ai plus le droit de prendre son giron comme essuie-mains » (trad. A. Ernout, CUF, 1923).

110 CIL, XIV, 314.

111 CIL, V, 3439 : « V(iuus) f(ecit) ; / M(arcus) Veronius / Epaphroditus, / (se)uir Aug(ustalis), / mag(ister) [c]ol[le]gi c[e]nt(onariorum), / Veroniae Calliste ».

112 CIL, VI, 9408 : « Iulia Arescusa fecit sibi et / Q(uinto) Haterio Euagogo, coniugi suo benemer(enti), / dec(urioni) coll(egi) fabrum tignariorum, / libertis libertabus posterisq(ue) eorum ; / Q(uinto) Haterio Valenti, itu(m), ambitu(m), e[t] / Iuliae Euraesini, filiae, itu(m), ambitu(m), excepto / Q(uinto) Haterio Felice ne introitu(m) habeat in / hoc monumentuo ; h(oc) m(onumento) h(eredem) n(on) s(equetur) » ; cf. S. R. Joshel, Work, p. 42.

113 CIL, VI, p. 1365-1387.

114 CIL, IX, 3961 : « T(ito) Camerio T(iti) l(iberto) / Apto, / cult(ores) Hercul(is) / Sala (sic) ».

115 AE, 1980, 368.

116 AE, 1929, 161.

117 J.-C. Dumont, Seruus, p. 428-429.

118 J. Andreau, Affranchi, p. 237.

119 P. Veyne, Trimalcion, p. 213 et 246.

120 AE, 1941, 71.

121 CIL, VI, 10344 : « [Dis)] Manibu[s] / [Ti(beri) Cla]udi Aug(usti) lib(erti) / [– – –]rati, Claudia / [– – –] conl(iberto) carissimo, / [– – –] conlegio scabillariorum / [– – –] decuria (sexta) ».

122 CIL, VI, 10234 (D., 7213).

123 CIL, VI, 10302 (D., 7352), 10344, 10399 et 33194.

124 CIL, VI, 9034 : « [Ti(berius) Clau]dius Aug(usti) l(ibertus) Onesimus, / [re-de]mptor operum Caesar(is), / quinq(uennalis) coll(egii) fabr(um) tignua(riorum) / lustri XIIX ».

125 CIL, XIV, 3530 : « Bonae deae sanctissimae / caelesti, L(ucius) Paquedius Festus, / redemptor operum Caesar(is) / et puplicorum (sic), aedem diritam / refecit, quod adiutorio eius / riuom aquae Claudiae August(ae) /sub monte Aeflano consumma/uit, Imp(eratore) Domit(iano) Caesar(e) Aug(usto) Germ(anico) XIIII co(n)s(ule), (ante diem) V Non(as) Iul(ias) ».

126 G. Boulvert, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du Prince, Paris, 1974, p. 200-201, rapproche le redemptor Ti. Claudius Onesimus de deux affranchis impériaux désignés comme des mancipes : cf. CIL, VI, 8893 (à propos d’un « manceps huius monumenti ») et CIL, XIV, 3642 (« à propos d’un « manceps aerariae monetae »).

127 CIL, X, 6645 : « [– – –]des Aug(usti) l(ibertus) [– – –], / quinquennalis / cultorum Spei Augustae, / [– – –] Augustalis / [Spe]i Augustae d(onum) d(edit) ». Certes, l’épiclèse « augustus » ne renvoie pas nécessairement, bien au contraire, à une dévotion liée au pouvoir impérial. Néanmoins, l’abstraction divinisée Spes Augusta ne peut être mise sur le même plan qu’un Mars Auguste, par exemple.

128 G. Boulvert, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du Prince, Paris, 1974, p. 200-209.

129 CIL, XIV, 2299 (D., 5206) : « [M(arco)] Aurelio Augg(ustorum duorum) l(iberto) / Plebeio, / electo locatori d[iu]/rno, scribae et ma[g]/istro perpetuo cor[po]/ ris scaenicorum L[a]/tinorum, inconp[arabi]/li fide rem publ[icam ger]/enti corpor[is supra] /scripti, manc[ipes] /gregum do[minorum] /Augg(ustorum) [– – –] /et [– – – ».

130 H. Chantraine, Freigelassene und Sklaven im Dienst der römischen Kaiser. Studien zu ihrer Nomenklatur, Wiesbaden, 1967.

131 P. R. C. Weaver, Familia Caesaris. A social study of the Emperor’s freedmen and slaves, Cambridge, 1972.

132 G. Boulvert, Les esclaves et les affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain, Aix-en-Provence, 1964, p. 175.

133 Id., Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du Prince, Paris, 1974, p. 201.

134 CIL, VI, 5819 : « Q(uintus) Gauius Armonius, / loc(ator) scaenicorum, / uixit annis XXIIII, m(ensibus) VI ».

135 E. J. Jory, Associations of actors in Rome, Hermes, 98, 1970, p. 224-263 ; E. Forbis, Virtues, p. 63.

136 CIL, XI, 2710 : « – – –] Volsinio / [V]ictorino, / [q(uin)]q(uennali) coll(egii) fabr(um), / Augustal[i], / [ta]bul(ario) rei publ(icae) / [V]olsiniens(ium) / [e]t Ferenti/ensium ».

137 CIL, V, 3439.

138 CIL, XII, 523 = ILN, III, 36 : « Sex(tus) Punic(ius) < = Pu[bl]ic(ius) ?> colon(iae) Aq[uens(is)] / libertus Anthen(or), (se)uir Aug(ustalis) corp(oratus), item [cor]porat(us) centonar(ius), sibi [et] / Mercatiae [– – –]tilla[e, uxo]/ri piissimae, in suo[s] ui[u(us) f(ecit)] ». Pour la lecture problématique de la première ligne, cf. ILN, III, p. 110-111.

139 P. Herz, Abascantus, p. 167-174.

140 Id., ibid., p. 169, rapproche, d’abord, le nomen de P. Claudius Abascantus de la fondation de l’autel du Confluent par Drusus Claudius. Il envisage ensuite la possibilité qu’Abascantus ait pris le nom d’un sacerdos.

141 CIL, XIV, 328 (D., 7022) : « D(is) M(anibus), // Modestiae Epigone, / animae dulcissimae, / Abascantus Galliarum /de se bene merenti fec(it), // (ante diem) VIIII Kal(endas) Iul(ias), / [L(ucio) Aurelio Commodo Caes(are)], / M(arco) Plautio Quintillo co(n)s(ulibus) ».

142 CIL, XIV, 327 (D., 7023) : « (Ante diem) V Idus Dec(embres), / D(is) M(anibus) / C(ai) Modesti Thesei, / P(ublius) Cl(audius) trium Galliar(um) / lib(ertus) Abascantus, / alumno dulcissimo, / qui uixit an(nis) VIII, / mens(ibus) V, dieb(us) XVIIII ».

143 CIL, XIV, 326 : « Nomina eorum qui pecuni[am – – –] / et quibus dieb(us) natalis e[orum – – –] ; / mens(is) Ian(uarius) ; / (ante diem) VIII Idus Ianuar(ias), / P(ubli) Cl(audi) Verati Abascantiani, HS VI(milia),(denarios) CLXXX ; / (ante diem) VIII Kal(endas) Febr(uarias), Gargili Felicis HS II(milia), (denarios) LX ; / (ante diem) III Kal(endas) Febr(uarias), Viui Successi HS II(milia), (denarios) LX ; / VI Kal(endas) Febr(uarias), Bellici Philocyri, HS II (milia), (denarios) LX ; / (ante diem) XIII Kal(endas) Feb(ruarias), C(ai) Iuli Istori Octauiani, HS II (milia), (denarios) LX ; / (ante diem) VI Id(us) Febr(uarias), Venni Fausti ; / (ante diem) IIII Id (us) Feb(ruarias), Atini Doryphoriani, (denarios) L ; / Kal(endas) Febr(uarias), Iul(i) Theomnesti, HS III (milia), (denarios) LXXXX ; / Mart(ius) ; / Apr(ilis) ; / [– – –] P(ubli) Claudi Arri Verati, HS VI (milia), (denarios) CLXXX [– – – / [– – – P]omponi Quirini, HS II (milia), (denarios) LX ; / Mai(us), / [– – – M]ai(as), Proculei Chresimiani, HS II (milia), (denarios) LX ; / (ante diem) III Id(us) Mai(as), Papini Carici, HS II (milia), (denarios) LX [– – –] ; / (ante diem) XVI K(alendas) Iun(ias), Aemili Primi, HS II (milia), (denarios) LV[– – –] ; / (ante diem) IIII K(alendas) Iun(ias), Claudiae Arriae matr(is) HS V[I (milia) – – –] ; / (ante diem) VI Kal(endas) Iun(ias), Iul(i) Cocili Hermetis HS [– – –] // P(ublius) Claudius III prouinc[i]ar[um libertus Abascantus], / tabulam marmore[am] ; // ]I[– – –] / P[– – –] / (ante diem) VI I[d(us) Iun(ias) – – –] / (ante diem) III Id(us) [Iun(ias) – – –] / (ante diem) VIIII K(alendas) [Iul(ias) – – –] / X [– – –] / (ante diem) VII Id(us) [Iul(ias) – – –] / (ante diem) XI K(alendas) A[ug(ustas) – – –] / (ante diem) X K(alendas) Au[g(ustas) – – –] / (ante diem) X K(alendas) [– – – ».

144 CIL, XIV, 325 : « – – –] X[– – –] (ante diem) III Kal(endas) [– – –], / [L(ucio) Se]ptimio Seuero Pertinace Aug(usto) II, / [D(ecimo) Clodio Septimio Albino Caes(are)] co(n)s(ulibus) ; // [– – – die]s III Kale[ndas – – – / – – –P(ubli)] Clau[d(i)] Vera[ti Abascantiani – – –] / [– – –]umm dies VIII [I]du[s I]anuar(ias) / [– – – dies supra s]criptos non obseruauerit / [– – –] summas s(upra) s(criptas) rei public(ae) / [– – –] refundi sic pactus est. // [– – – M(arcus) Antius Cresce]ns Calpurnianus, u(ir) c(larissimus), / [– – – pontif(ex) Volkani] et aedium sacrar(um), / [si fiat sine ue]xatione ullius statuae / [ante positae ut]ramque statuam in/[criptione ins]cribt (sic) constituere / [permitto, d(omino)] n(ostro) Imp(eratore) Septimio Aug(usto) II / co(n)s(ule) ».

145 CIL, XIV, 324 (D., 4176) : « P(ublio) Cl(audio) Horat(ia tribu) / Abascantiano, / fil(io) dulcissi/mo, P(ublius) Cl(audius) / Abascantus, / pater, / q(uin)q(uennalis) II corp(oris) dendro/phroum Ostiens(ium) ; // M(arcus) Antius Crescens Calpur/ nianus, pontif(ex) Volk(ani) / et aedium sacrar(um), statu/am poni in campo Ma-tris / deum infantilem permisi, (ante diem) VIIII Kal(endas) April(es), / [[Plautiano]] II et [[Geta]] II co(n)s(ulibus) » ; CIL, XIV, 281.

146 M. Finley, Esclavage, p. 128-129.

147 Ce constat était déjà celui de J. Marquardt, La vie privée des Romains, Paris, 1892-1893, p. 371.

148 CIL, IX, 3578 (D., 7306) ; M. Jaczynowska, Jeunesse, p. 30-31.

149 CIL, V, 2590 : « – – –]i Macr[– – –], / L(uci) Cassi Q(uinti) f(ilii) / Cambari, / Cassiae P(ubli) f(iliae) / Iucunda(e), / Cotiae Q(uinti) l(ibertae) / Callae, / loc(us) sep(ulturae) soc(iorum) ».

150 CIL, XIV, 347 (D., 6150), 4642, 407 et 299.

151 CIL, XIV, 161 (D., 1427), 4621 et 4622.

152 CIL, XIV, 250 (D., 6174).

153 M. Austin, P. Vidal-Naquet, Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, 1972, p. 123-125 ; M. I. Finley, Économie, p. 103-104.

154 H. Gummerus, RE, s.v. « Industrie und Handel » ; S. R. Joshel, Work, p. 23-24 et 46-49.

155 J. Andreau, Affranchi, p. 234-235 ; A. Los, La condition sociale des affranchis privés au ier siècle ap. J.-C., Annales HSS, 50, 1995, p. 1011-1043.

156 CIL, IX, 5450 (D., 7248), Falerio ; CIL, XIV, 4656, Ostia : « A(ulo) Liuio Anteroti, magi[stro q(uin)q(uennali) colleg]i fabrum / tignuariorum Osti[s, Aug]ustali, / A(ulo) Liuio A(uli) filio Palatina / [– – –, patro]no collegi / fabrum [tignuar(iorum) Os]tis, / Faus[– – ».

157 CIL, VI, 9405, Rome ; CIL, X, 3699 (D., 4174), Cumes ; CIL, XI, 1355 (D., 7227), Luna ; CIL, XIV, 2408, Bovilles ; à Ostie : CIL, XIV, 246, 250 (D., 6174), 251 (D., 6175), 252 (D., 6176), 256, 257, 5356 et 5357.

158 CIL, XIV, 281.

159 CIL, XIV, 8 (D., 6154) et 250 (D., 6174).

160 CIL, XIV, 309 (D., 6163) : « Dis Manibus, / L(ucius) Calpurnius Chius, seuir Aug(ustalis) /et quinquennalis, / idem quinq(uennalis) corporis mensor(um) / frumentarior(um) Ostiens(ium) et curat(or) / bis, / idem codicar(ium) curat(or) Osti(en)s(ium) et III honor(atus), / idem quinquennal(is) collegi(i) Siluani / Au-g(usti) maioris quod est hilarionis / iunctus sacomari, idem magistro ad Marte(m) / Ficanum Aug(ustum), idem in collegio dendrofor(um), / fecit sibi et / Coreneliae Ampliatae, coniugi suae / carissimae, cum qua uixit annis XXXI, / Calpurniae L(uci) lib(ertae) Pthengidi (sic), libertae / carissimae, L(ucio) Calpurnio Forti, uern(ae) lib(erto), / L(ucio) Calpurnio Felici, lib(erto), L(ucio) Calpurnio Adaucto, uern(ae) lib(erto), / Calpurniae L(uci) f(iliae) Chiae, uern(ae), Calpurniae L(uci) f(iliae) / Ampliatae, uern(ae), L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) Felici, uern(ae), / L(ucio) Calpurnio L(uci) f(ilio) Pal(atina) Chio Felicissimo, / libertis libertab(usque) posterisq(ue) eorum b(ene) m(erentibus) ».

161 CIL, XIV, 4140 (D., 6155) : « Q(uinto) Aeronio / Antiocho, / seuir(o) August(ali) / et q(uin)q(uennali) eiusdem / ordinis, idem / q(uin)q(uennali) corp(oris) mensor(um) / frum(entariorum) adiutorum / Ostiensium, / Aninia Anthis, / coniunx, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ».

162 G. Alföldy, Histoire sociale de Rome, Paris, 1991, p. 133-134.

163 CJ, 9, 21.

164 Cela est bien attesté en Afrique, notamment : cf. M. Le Glay, La place des affranchis dans la vie municipale et dans la vie religieuse, MEFRA, 102, 1990, p. 621-638.

165 Petr., 65, 3-5 : « Inter haec triclinii ualuas lictor percussit, amicusque ueste alba cum ingenti frequentia comissator intrauit. Ego maiestate conterritus praetorem putabam uenisse. Itaque temptaui assurgere et nudos pedes in terram deferre. Risit hanc trepidationem Agamemnon et : ‘Contine te, inquit, homo stultissime. Habinnas seuir est idemque lapidarius, qui uidetur monumenta optime facere’ » [« Cependant, un licteur frappa à la porte de la salle, et un nouveau bambocheur, tout vêtu de blanc, fit son entrée avec une nombreuse suite. Pour ma part, épouvanté de son air majestueux, je l’avais pris pour le préteur en personne. Aussi es-sayai-je de me lever, et de descendre à terre, malgré mes pieds nus. Mais Agamemnon se moqua de mon trouble : ‘Calme-toi, me dit-il, imbécile. C’est Habinnas le sévir, marbrier par-dessus le marché, et qui est réputé pour faire les plus beaux monuments funéraires’ » (trad. A. Ernout, CUF, 1923)].

166 Mart., 11, 37 : « Zoïle, quid tota gemmam praecingere libra te iuuat et miserum perdere sardonycha ? Anulus iste tuis fuerat modo cruribus aptus : non eadem digitis pondera conueniunt » [« Zoïlus, pourquoi te plaire à enchâsser un joyau dans une livre d’or tout entière, et à gâter ainsi une malheureuse sardoine ? Un tel anneau aurait naguère convenu à tes jambes : mais le même poids n’est pas proportionné à tes doigts » (trad. H. J. Izaac, CUF, 1930-1934)] ; J. Gérard, La richesse et le rang dans Juvénal, Index, 13, 1985, p. 273-288.

167 H. Lemmonier, Étude historique sur la condition privée des affranchis aux trois premiers siècles de l’Empire romain, Paris, 1887, p. 254-258.

Table des illustrations

Titre LES ÉPOUSES DE COLLEGIATI PORTANT DES COGNOMINA GRECS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre LES COLLEGIATI PORTANT LE MÊME GENTILICE QUE LEUR ÉPOUSE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre CARACTÉRISTIQUES ONOMASTIQUES DE PARENTS OU D’ENFANTS DE COLLEGIATI
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540