Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bougie, port maghrébin, 1067-1510

 | 
Dominique Valérian

Présentation des sources

Texte intégral

I – LES SOURCES ARABES

  • 1 B. Rosenberger, « L’histoire économique du Maghreb », Handbuch der Orientalistik, sechster Band – (...)
  • 2 Il faut attendre les Ottomans pour avoir une véritable littérature de la mer. A. Miquel, « La géog (...)

1Les ressources documentaires arabes sont dans leur immense majorité de nature littéraire. Abondantes et variées, elles ne s’intéressent pourtant guère à l’activité du port, et encore moins au commerce maritime1. La mer, d’une manière générale, est le plus souvent absente2. Ces sources sont pourtant capitales, car elles seules peuvent éclairer le contexte proprement maghrébin du développement de la ville.

1) Géographies, récits de voyages

  • 3 Cf. Cl. Vanacker, « Géographie économique de l’Afrique du Nord selon les auteurs arabes, du milieu (...)

2Les ouvrages de géographie et les récits de voyages ont souvent été utilisés pour appréhender les réalités économiques du monde arabe médiéval3. Ils sont effectivement précieux, mais doivent être maniés avec précaution. Ils renvoient à une réalité parfois plus ancienne, car l’auteur, n’ayant pas toujours une connaissance directe des lieux qu’il évoque, compile les écrits de ses prédécesseurs. Par ailleurs, les grands tableaux géographiques se font rares après le xiie siècle, et n’apportent plus rien de neuf. Les récits de voyages des xiiie-xve siècles sont beaucoup moins riches en données de nature économique. Le voyageur (le plus souvent un pèlerin) peut à l’occasion faire des remarques sur le pays ou sur les difficultés de la route, mais son intérêt porte essentiellement sur les savants et les hommes pieux qu’il rencontre.

  • 4 J.-Cl. Garcin, « Ibn Hawqal, l’Orient et l’Occident », ROMM, 35, 1983, p. 77-91.

3Bien qu’antérieurs à la fondation de Bougie, et au cadre chronologique de cette étude, deux géographes importants doivent être mentionnés : al-Is tahrī (mort vers 340/951-2) et Ibn Hawqal (mort après 367/977-8). Le second, en particulier, a parcouru le Maghreb avant les transformations du xie siècle, ce qui en fait un témoin capital4. La plus ancienne « géographie » qui évoque Bougie est celle d’al-Bakrī. Cet Andalou, qui n’a jamais quitté la Péninsule, écrit en 461/1068-9, à partir d’informations orales mais surtout d’ouvrages de ses prédécesseurs. Ses informations sur Bougie sont cependant antérieures à la fondation de la capitale hammadide.

  • 5 A. Amara, A. Nef, « Al-Idrīsī et les Hammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’ (...)
  • 6 Il serait mort en 726/1325-6.

4Le texte le plus riche est celui d’al-Idrīsī. Originaire peut-être de Sicile5, il rédige au milieu du xiie siècle, pour le compte du roi normand Roger II, une vaste géographie qui comprend une description très précise du Maghreb. Si sa documentation est en partie livresque, il dispose cependant de données actualisées sur la situation du pays un peu moins d’un siècle après l’arrivée des tribus arabes hilaliennes et la fondation de Bougie. Il est particulièrement attentif aux routes, y compris maritimes, et s’intéresse également aux productions agricoles. Légèrement postérieur, l’auteur anonyme du Kitāb al-Istibṣār a laissé une description de Bougie datée de 587/1191-2. Cette notice, neuve par rapport à celle de son prédécesseur, montre la ville à l’époque almohade. Un troisième géographe du xiie siècle, al-Zuhrī, apporte quelques compléments, bien qu’il ne se démarque guère d’alBakrī et d’al-Idrīsī. Ibn Sa’īd al-Maġribī, mort en 674/1275-6, donne des informations nouvelles, souvent tirées de récits de voyages. Le texte d’al-Himyarī, d’époque hafside6, n’est en revanche guère utile car il se contente de reprendre en grande partie (parfois de manière fautive) les données antérieures. Sa notice sur Bougie en particulier suit celles d’al-Idrīsī et du Kitāb al-Istibṣār. Les géographes orientaux sont le plus souvent peu curieux du Maghreb, et n’apportent guère de neuf. Deux d’entre eux font cependant exception : Yāqūt, mort en 627/1229-30, qui est l’auteur d’un dictionnaire géographique comportant plusieurs notices sur l’Occident, et al-’Umarī, qui écrit en 738/ 1337-8 à partir de sources livresques et orales.

  • 7 Sur cette littérature de la Riḥla, voir principalement le travail de Salah M’ghirbi, Les Voyageurs (...)

5À partir du xiiie siècle ce sont surtout les relations de voyages qui renseignent sur la ville, ainsi que sur l’évolution des routes et des conditions de déplacement7. Nombreux sont ceux qui partent d’al-

  • 8 Il commence son périple en 578/1183 et rentre en 581/1185.
  • 9 Cf. W. Hoenerbach, Das nordafrikanische Itinerar des Abdarī vom Jahre 688/1289, Leipzig, 1940.
  • 10 Les textes postérieurs peuvent être utilisés, mais avec prudence. C’est le cas par exemple de la R (...)

6Andalus pour se rendre en Orient, en passant par le Maghreb. Ibn Ğubayr, qui voyage à la fin du xiie siècle8, n’a pas connu Bougie, même s’il projette un moment de s’y rendre depuis Acre. En revanche al-’Abdarī, un Valencien établi au Maroc, passe dans la ville en allant en Orient par voie de terre en 688/12899. Al-Tiğānī (mort après 717/13178) ne traverse pas la région, mais mentionne la ville au cours de son récit. Au xive siècle la Riḥla d’al-Balawī (qui part en 736/1336) est d’un intérêt très limité. En revanche le récit du long périple effectué à la même époque (il voyage entre 725/1325 et 750/ 1349) par Ibn Battūta est d’une exceptionnelle richesse pour le Maghreb, mais aussi pour l’Afrique noire et les routes sahariennes. Enfin au xve siècle le récit de ‘Abd al-Bāsit b. Halīl, un Oriental venu au Maghreb de 866/1462 à 871/1467, est une des rares sources pour cette période10.

2) Chroniques

7Les chroniques arabes, nombreuses, sont souvent riches pour l’histoire politique. Elles sont en particulier indispensables pour établir une chronologie des événements. Ce sont le plus souvent des chroniques dynastiques écrites soit pour les souverains de Tunis, soit pour ceux du Maroc ou plus rarement de Tlemcen et d’al-Andalus. Elles ne s’intéressent donc que de manière assez marginale à Bougie et sa région. De surcroît, leur répartition dans le temps est très inégale.

  • 11 Le général de Beylié cite un texte qu’il prétend être de cet auteur, qu’il aurait recopié à partir (...)

8Le récit le plus ancien est la chronique d’Ibn Hammād, écrite par un prince de la dynastie qui fonda Bougie et y régna jusqu’à l’arrivée des Almohades. Elle n’a pas été retrouvée11, même si elle est en partie connue par les emprunts qu’y fait Ibn Khaldūn. Les premiers textes disponibles sont les chroniques almohades. Leur intérêt pour Bougie et sa région se limite cependant le plus souvent au récit de la venue du Mahdī à Bougie, de la conquête almohade et de la crise almoravide de la fin du xiie siècle. Le récit capital d’al-Baydaq, proche compagnon du Mahdī Ibn Tūmart puis du calife ‘Abd al-Mu’min, est l’œuvre d’un panégyriste zélé de la dynastie mu’minide. Plus tardif (il meurt vers 620/1223-4), ‘Abd al-Wāhid al-Marrākušī est l’auteur d’une chronique qui complète pour la fin de la période almohade le texte d’al-Baydaq. Il en va de même de son contemporain Ibn al Qattān (mort en 1230).

9D’autres textes, plus tardifs, éclairent cette période pré-hafside. Ibn ‘Idārī al-Marrākušī (mort après 712/1312-3), qui écrit sous les Mérinides, complète utilement les auteurs antérieurs sur la période almohade. De même, deux textes orientaux, le Kāmil d’Ibn al-Athīr (mort en 630/1233) et l’ouvrage encyclopédique d’al-Nuwayrī (mort en 732/1332) offrent un éclairage particulier sur la fondation de Bougie, à partir de sources maghrébines disparues.

  • 12 Voir en particulier son autobiographie, trad. A. Cheddadi, Le Voyage d’Occident et d’Orient, Paris (...)
  • 13 Berbères, III, p. 90.
  • 14 Ibid., p. 124.
  • 15 Cf. M. Ben Cheneb, « La Farisiyya ou les débuts de la dynastie hafside par Ibn Qunfudh de Constant (...)
  • 16 Proche du sultan Abūl-Ḥasan, il est très utile pour comprendre l’échec de la première tentative mé (...)
  • 17 Il connaissait bien Bougie pour y avoir séjourné un mois au cours de son pèlerinage en 1336. Il a (...)

10Après la période almohade les chroniques se font plus nombreuses. La plus importante est de loin celle d’Ibn Khaldūn, qu’il faut cependant compléter avec un autre auteur hafside, Ibn Qunfud, et par des ouvrages écrits soit dans d’autres régions du Maghreb, soit en Orient. Ibn Khaldūn, par l’ampleur de son travail et de sa réflexion, a souvent éclipsé ses contemporains. Sa longue carrière au service des différents souverains maghrébins12 en fait un témoin essentiel. Sa monumentale chronique universelle (Kitāb al-’Ibar) est précédée d’une longue réflexion théorique, la Muqaddima, sur l’évolution des sociétés humaines, qui s’appuie en grande partie sur son expérience d’homme d’État. La partie de son récit consacrée au Maghreb est terminée, pour l’essentiel, en 783/1381-213. Il ajoute ensuite des informations recueillies alors qu’il se trouve déjà en Orient, mais qui ne dépassent pas la mort du sultan hafside Abūl-’Abbās et l’avènement d’AbūFāris en 796/139414. Pour le règne de ce dernier, il est complété par le panégyrique d’Ibn Qunfud, la Fārisiyya. Cette chronique, à la gloire d’AbūFāris, mais aussi de sa ville Constantine, n’a cependant pas le même intérêt pour Bougie15. Des auteurs étrangers au domaine hafside ont apporté également des informations partielles, mais parfois utiles. C’est ainsi le cas de Yahyā b. Haldūn, frère de l’auteur du Kitāb al-’Ibar et historien officiel des Abdelwadides. De nombreux chroniqueurs mérinides ont également parlé de Bougie, principalement à propos des offensives d’Abūl-Ḥasan et de son fils Abū‘Inān contre l’Ifrīqiya, comme Ibn Marzūq16 et Ibn Abī Zar’. Al-Numayrī enfin, panégyriste d’Abū‘Inān, écrit une Riḥla qui est en réalité en grande partie le récit des conquêtes de son maître; son récit de la prise de Bougie est particulièrement précieux pour l’étude de la topographie de la ville17. Les chroniques nasrides sont en revanche de peu d’utilité : on trouve quelques informations chez Ibn al-Abbār (mort en 658/1260) ou Ibn al-Haṭīb, contemporain d’Ibn Khaldūn, mais en général l’apport est assez maigre.

  • 18 Il s’intéresse surtout à Tunis, et recopie largement des textes plus anciens. R. Brunschvig, « Ibn (...)

11Le xve siècle est plus mal connu, et les sources arabes sont rares. Deux auteurs vivant sous le règne du sultan ‘Utmān ont laissé des chroniques : al-Zarkašī et Ibn al-Šammā’. D’une grande sécheresse, ils ne dépassent pas les années 1460 et ne s’intéressent que de manière très marginale aux provinces occidentales du sultanat hafside. Le second, en particulier, n’apporte rien de neuf18. Il reste un texte du début du xvie siècle, qui ne nous est parvenu qu’à travers la traduction qu’en fit Laurent-Charles Féraud en 1868. Il s’agit de la chronique d’Abū‘Alī Ibrāhīm al-Marīnī, intitulée ‘Unwān al-aḥbārfī-mā marra alā Biğāya, qui relate en particulier la prise de la ville par les Espagnols. Elle est l’œuvre d’un témoin direct de la chute des Hafsides de Bougie. L’apport des chroniqueurs tardifs comme Ibn AbīDīnār (qui écrit à l’extrême fin du xviie siècle) est en revanche insignifiant pour cette période.

3) Dictionnaires biographiques (Tabaqāt)

  • 19 Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et (...)
  • 20 Cf. « Fadīla », EI2, II, p. 747-748 (R. Sellheim).
  • 21 Voir en particulier leur utilisation par Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 357-459.

12Les ouvrages biographiques sont surtout consacrés aux élites religieuses. Ils ont été largement utilisés, dans le cadre d’enquêtes sociales ou intellectuelles, ou pour mesurer le rayonnement d’une ville. Leur apport pour l’histoire économique est plus limité. Christophe Picard a pu reconstituer grâce à ces textes des carrières de marchands andalous qui étaient également des savants19. Dans le cas de Bougie, les résultats sont cependant très maigres, malgré l’existence d’un ouvrage consacré exclusivement à la ville. Le ‘Unwān al-dirāya du cadi al-Gubrīnī est en effet pratiquement le seul texte conservé écrit par un auteur bougiote. Originaire de la tribu des BanūG˙ u-brīn, l’auteur occupe des fonctions de premier plan à la fin du xiiie et au début du xive siècle, jusqu’à sa disgrâce et sa mise à mort à la suite d’une mission diplomatique à Tunis en 704/1304. Il a laissé un recueil de biographies de savants ayant eu un lien avec Bougie, principalement au viie/xiiie siècle. Son ouvrage s’apparente à bien des égards aux éloges de villes (faḍā’il)20, et est particulièrement utile pour connaître certains aspects de la société bougiote de son époque. Il permet également de préciser quelques points de la topographie urbaine. Les autres recueils de biographies se sont révélés, à travers un dépouillement il est vrai partiel, beaucoup plus pauvres. Bougie y apparaît de manière marginale, et les informations ne dépassent guère les louanges d’un savant ou d’un saint homme. Leur étude peut éclairer l’histoire intellectuelle et religieuse, voire sociale21 ou politique, mais bien peu les aspects économiques.

4) Autres types de sources arabes

  • 22 Cl. Cahen, « Considérations sur l’utilisation des ouvrages de droit musulman par l’historien », At (...)
  • 23 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », JESHO, 7, (...)
  • 24 Fr. Vidal Castro, « Economía y sociedad en al-Andalus y el Magreb a través del Mi٬yār de al-Wanšar (...)

13Les textes juridiques ont longtemps été considérés comme purement normatifs et peu adaptés à l’étude de la réalité. Cette réserve n’est aujourd’hui plus de mise, même si leur interprétation reste difficile22. Rares sont cependant les textes qui s’intéressent au grand commerce maritime23. Les manuels de ḥisba, qui se limitent à la réglementation des échanges dans le souk, n’en parlent pas. Les recueils de fatwas, ou consultations juridiques, contiennent davantage de données, à condition toutefois que les questions puissent être replacées dans un contexte historique précis. Le Mi’yār d’al-Wanšarīsī, compilé à la fin du xve siècle, rassemble de nombreux textes de muftis antérieurs24. Mais leur apport reste malgré tout limité. Les échanges avec les chrétiens en particulier ne sont guère abordés, sauf à travers la question du séjour des musulmans en terre infidèle.

  • 25 Cl. Cahen, « L’histoire économique de l’Orient musulman médiéval », Studia islamica, 3, 1955, p. 9 (...)
  • 26 P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la reconquête (xie-xiiie siècle), I, Damas, 1990, p. 40, (...)
  • 27 Ibid., p. 40-41.

14Les documents d’archives sont très rares pour l’époque médiévale dans le monde arabe, à l’exception de l’Égypte25. Les raisons de cette différence avec la situation de l’Europe à la même époque sont liées en partie à un usage de l’écrit différent26, mais surtout à l’absence de continuité étatique dans la conservation des archives27. Quelques documents ont cependant survécu, soit conservés en tant que tels, notamment dans les archives des chancelleries européennes, soit recopiés dans des ouvrages littéraires (chroniques, manuels de chancellerie...). Évariste Lévi-Provençal en a édité ou analysé quelques-uns de l’époque almohade, et son travail a été poursuivi récemment par Ahmad al-’Azzāwī. Les documents arabes des archives de Barcelone, Gênes et Pise ont été publiés et traduits par Maximiliano Alarcón y Santón et Ramón García de Linares, et par Michele Amari.

II–SOURCES EN LANGUES LATINES28

1) Textes

  • 29 R. S. Lopez, « Stars and Spices : the Earliest Italian Manual of Commercial Practice », Economy, S (...)
  • 30 R. S. Lopez, « Un texte inédit : le plus ancien manuel italien de technique commerciale », RH, 243 (...)

15Les textes en langues latines utiles pour l’histoire de Bougie sont peu nombreux. Les chroniques, le plus souvent liées à une ville, un souverain ou une dynastie, dont elles chantent la grandeur, sont d’un apport limité pour l’histoire du Maghreb. Elles relatent à l’occasion la signature d’un accord de paix, ou plus souvent des actes de piraterie et de guerre. Mais d’une manière générale elles s’intéressent peu au Maghreb. Plus utiles, les manuels de marchands sont des textes destinés à aider la pratique commerciale en fournissant des informations sur les marchés, les produits, les monnaies, les unités de mesures, etc. Le plus ancien conservé est l’œuvre d’un Pisan et date de 127829. Il a été suivi par d’autres, notamment celui du Florentin Pegolotti entre 1310 et 1340. Ces ouvrages livrent des informations très précises sur l’état du commerce. Leurs auteurs ont cependant tendance à se recopier30, ce qui pose des problèmes de chronologie semblables à ceux rencontrés pour les géographes arabes. Ces ouvrages se sont peu à peu enrichis de règles de comptabilité hérités du Liber Abaci de Leonardo Fibonacci. Rédigé dans les premières années du xiiie siècle par un Pisan ayant passé une partie de sa jeunesse à Bougie, ce traité d’abaque prend souvent comme exemples des problèmes concrets de marchands, et l’expérience bougiote de son auteur y est souvent visible.

  • 31 Les descriptions de la situation des marchands chrétiens dans les pays musulmans d’Orient peuvent (...)
  • 32 Malgré les problèmes posés par les éditions et traductions actuellement disponibles. Cf. les trava (...)

16Enfin il existe, comme dans la littérature arabe, des récits de voyages et des géographies, mais qui concernent cependant essentiellement l’Orient31. Le texte d’Adorno donne quelques indications sur la situation politique dans les provinces hafsides occidentales à l’époque du sultan ‘Utmān, bien que ce voyageur ne soit passé que par Tunis. Les voyageurs de l’époque moderne se contentent, lorsqu’ils évoquent Bougie, d’en rappeler la splendeur passée et de souligner son état de ruine, s’attachant surtout à décrire Alger ou Tunis. Dans la tradition des géographes arabes, la description de Léon l’Africain est en revanche d’un apport considérable. Né à Grenade, au plus tard en 899-901/1493-1494, cet auteur (de son vrai nom Ḥasan b. Muhammad al-Wazzān al-Zayyātī ou al-Fāsī) effectue plusieurs grands voyages qui le mènent en Orient et en Afrique noire, et passe par Bougie vers 1515. Capturé en mer par des corsaires, il est offert à Léon X et se convertit au christianisme. En 1526 il rédige pour ce pape une description de l’Afrique d’une grande richesse32. D’autres descriptions plus tardives, comme celle de Marmol publiée en 1573, s’inspirent largement du texte de Léon l’Africain.

2) Les documents d’archives

  • 33 D. Herlihy, Pisa in the Early Renaissance. A study of Urban Growth, New Haven, 1958, trad. italien (...)
  • 34 Gr. Ferrari Alfonso, « Rapporti commerciali tra Savonesi e Catalani nel secolo xiv », Atti del I c (...)

17Les documents d’archives sont extrêmement variés. Leur répartition dans le temps et l’espace est cependant très inégale. Globalement la masse documentaire augmente en même temps que l’activité des chancelleries et les échanges commerciaux. Mais dans certains cas au contraire le volume des affaires est tel que l’on prend l’habitude de ne plus passer par l’intermédiaire du notaire, ce qui réduit les possibilités de conserver une trace de la transaction. C’est le cas en particulier à Gênes ou à Pise à partir du xive siècle33. Il existe par ailleurs des traditions de conservation des documents écrits plus ou moins anciennes selon les villes. Enfin les vicissitudes du temps (en particulier les incendies) ont causé la perte d’une partie importante de certaines archives. C’est le cas par exemple à Savone en 136234, et plus récemment à Naples. Ce déséquilibre de la documentation oblige à une grande prudence dans les interprétations que l’on pourrait tirer à partir d’un fonds particulier.

Notaires

18Les fonds les plus utiles pour l’histoire du commerce avec le Maghreb sont les registres des notaires. Ces derniers intervenaient pour enregistrer les contrats de commandes, de societas maris, de nolis, d’assurances, de changes, de ventes, ainsi que les testaments. Tous ces types de documents livrent, à des degrés divers, des informations sur les échanges de Bougie avec les ports européens. Le fonds le plus important est celui de l’Archivio di Stato de Gênes, mais surtout pour les xiie et xiiie siècles. Ailleurs, les notaires de Marseille (essentiellement pour le xiiie siècle), Majorque, Valence et Barcelone (pour le xve siècle) sont assez riches. En revanche à Pise, Venise, ou Barcelone pour le xiiie siècle, seuls quelques documents isolés ont été conservés. Enfin les actes des notaires ayant instrumenté à Bougie n’ont pas été conservés, à de rares exceptions près.

Documents à caractère fiscal

19Le mouvement des personnes et des biens a souvent été l’occasion pour l’État d’un prélèvement fiscal. Les produits maghrébins figurent dans les tarifs douaniers des ports, et parfois même des villes intérieures. Mais le Trésor tirait également des revenus de taxes très diverses liées à la navigation et aux échanges avec le Maghreb, et certains de ces registres de recettes ont été conservés. Ils offrent des données qui peuvent faire l’objet, dans une certaine mesure, d’un traitement quantitatif. Il faut cependant pour cela définir avec précision sur quoi porte le prélèvement. Parfois les registres conservés correspondent à des impôts exceptionnels, ne pesant que sur une partie seulement des mouvements du port (certaines destinations, les marchands de villes particulières ou un type de produit), et peuvent donner une image déformée des échanges. Enfin il faut prendre en compte l’existence de la fraude dont l’ampleur, par nature, est inconnue. Les rares registres douaniers conservés ne sont cependant guère utiles pour Bougie. Plus intéressantes sont les licences concédées pour exporter vers les pays d’Islam certains produits normalement interdits. De même, dans les terres anciennement musulmanes de la Couronne d’Aragon (Valence, Barcelone, Majorque) des taxes étaient payées par les musulmans et les juifs maghrébins. Enfin l’affermage des fondouks européens à Bougie apparaît parfois dans les registres de comptes publics, par exemple à Marseille. Inversement, certains registres de dépenses peuvent montrer des frais d’ambassade, qui complètent à l’occasion la documentation politique.

La documentation politique

20Les documents de nature politique sont également très nombreux et variés. Le fonds le plus important est celui de la chancellerie de la Couronne d’Aragon, à partir du xiiie siècle. Ailleurs cette documentation est conservée pour des périodes plus tardives. C’est le cas à Venise, avec les registres du Grand Conseil et surtout ceux des délibérations du Sénat, et à Gênes avec le fonds de l’Archivio Segreto. Il faut y ajouter une documentation purement municipale, comme à Marseille, Barcelone ou Valence.

21Les sources normatives ont très tôt fait l’objet d’éditions. Les divers Statuts des villes portuaires organisent les activités économiques, en particulier le commerce maritime. De tels textes ont été rédigés pour Pise, Marseille, Barcelone, Gênes. Ils définissent d’une part les règles de la navigation et du commerce, et d’autre part le fonctionnement des communautés marchandes outre-mer. Comme tous les textes normatifs ils posent des problèmes liés à leur datation (il existe souvent plusieurs strates, et les textes les plus anciens font référence à des coutumes antérieures), et à leur application réelle, surtout longtemps après leur rédaction.

  • 35 Cf. en annexe les références aux traités de paix signés avec les puissances occidentales.

22La documentation de chancellerie est surtout utile pour étudier les relations politiques avec les États du Maghreb. Les traités de paix connus ont tous été publiés35. Ils sont souvent le résultat de longues négociations en amont, et leur application donne lieu à de nombreuses réclamations. Cette correspondance diplomatique est particulièrement utile pour connaître les difficultés des relations entre puissances. Elle met cependant plus particulièrement en lumière les aspects conflictuels, et leur analyse ne doit pas mener à brosser un tableau trop sombre de la situation. Par ailleurs l’absence de correspondance peut être interprétée aussi bien comme le signe d’une rupture des relations que comme l’absence de tensions particulières. Ces lettres échangées entre souverains doivent être complétées par les comptes rendus des délibérations, ou les décisions concernant la politique maghrébine des États européens. Ces documents montrent une connaissance souvent précise de la situation au Maghreb, et surtout permettent de comprendre les objectifs politiques ou économiques des décisions prises, et les intérêts en jeu. Très souvent, à partir de la seconde moitié du xive siècle en particulier, cette documentation est liée au développement de la piraterie (informations sur la présence de pirates, les représailles, le rachat des captifs). Mais elle peut aussi concerner l’organisation des communautés marchandes à Bougie, la nomination des consuls, ou le règlement des conflits internes.

III–AUTRES SOURCES

  • 36 Selon certains de ses biographes il serait né vers 1465 à Gallipoli, et aurait fait sa première ex (...)

23Le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis est un témoignage très précieux sur l’état de Bougie à la fin de la période hafside. Ce Turc, qui voyage avec son oncle le corsaire ottoman Kāmel Reis, parcourt les côtes maghrébines à la fin du xve siècle36 et dresse, au début du xvie siècle, une carte accompagnée d’une description des côtes. Il est donc un témoin direct, particulièrement intéressé aux questions de défense, et qui a longuement séjourné à Bougie.

  • 37 Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in (...)

24Les sources en hébreu sont malheureusement rarement traduites. Elles sont pourtant souvent utiles. Les documents de la Geniza du Caire, largement exploités en particulier par Shelomo D. Goitein, montrent la place des marchands juifs dans le commerce ifrīqiyen. Elles concernent cependant surtout Tunis et la côte orientale, plus que Bougie, et ne dépassent que peu le xie siècle37. Les responsa rabbiniques, en particulier aux xive et xve siècles, traitent souvent de questions liées au commerce, et à la situation des juifs dans les ports du Maghreb. Ce sont, comme les fatwa-s, des textes normatifs, mais révélant des situations très concrètes.

  • 38 BNF, Estampes, AA3 rés., f. 33 (cf. reproduction en annexe). Relativement fidèle pour ce qui est d (...)
  • 39 Archivo General de Simancas, Mapas, planos y dibujos, XVIII-52. Cf. P. Even, Les Villes du Maghreb (...)

25Les documents iconographiques sont rares. À la différence de Tunis ou d’Alger, Bougie n’a pas inspiré les dessinateurs et les peintres, ce qui s’explique par le retrait de la ville à partir du xvie siècle. Il reste une gravure, exécutée en 1551 par Vermeyen, qui représente la prise de la ville par les Espagnols en 151038. Un dessin de Cortazár, daté de 1603, se trouve aux archives de Simancas, mais n’est guère fiable39.

  • 40 Nombreuses notices dans la revue Recueil de la Société archéologique de Constantine.
  • 41 Il s’intéresse au demeurant surtout à l’archéologie romaine, éventuellement byzantine, le reste ét (...)
  • 42 Les travaux entrepris après la conquête française ont modifié jusqu’à la topographie de la ville, (...)
  • 43 Des prospections ont été menées dans la casbah espagnole, sur le site présumé de la mosquée almoha (...)
  • 44 G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contribution à l’étude de la (...)

26Les informations archéologiques enfin sont très limitées. Les travaux de l’époque coloniale se sont surtout préoccupés de la préhistoire et de l’antiquité40. L’Atlas archéologique de Stéphane Gsell est de peu de secours, car ses datations sont souvent fragiles et imprécises41. Par ailleurs entre l’occupation espagnole, le long abandon de la ville à l’époque moderne, et la construction rapide d’une ville européenne42, il n’est plus resté beaucoup de la ville hammadide et hafside, et les rares fouilles sur le site même de Bougie n’ont pas donné de résultat notable43. La seule étude est celle de Georges Marçais sur les céramiques de Bougie, mais l’absence de toute indication stratigraphique rend son utilisation délicate44. Quant aux données numismatiques, elles sont rares. Aucune monnaie hammadide n’a été retrouvée, et les pièces almohades ou hafsides portant l’indication d’une frappe à Bougie correspondent à des périodes très réduites.

27Cette abondance de sources ne doit cependant pas dissimuler les problèmes réels posés par ce corpus. Beaucoup d’aspects de l’histoire de Bougie restent dans l’ombre. Les textes arabes, dont l’apport est considérable, ont des limites déjà souvent soulignées, notamment pour l’histoire économique. À cela s’ajoute la rareté des informations pour le xve siècle, qui rend cette période particulièrement obscure. Enfin à l’exception notable du ‘Unwān al-dirāya d’al-Gubrīnī et de la chronique d’al-Marīnī, aucun texte d’origine bougiote ne nous est parvenu directement. Quant aux documents des archives européennes, leur apport dépend de l’état de conservation des fonds. À côté de l’abondance de la Chancellerie de la Couronne d’Aragon, des notaires de Gênes du xiiie siècle ou des registres du Real Patrimonio majorquin, il faut compter ailleurs avec des traditions de conservation variables, et surtout avec les destructions du passé. Les données précises ne manquent donc pas, mais elles n’éclairent qu’une petite partie de la réalité, rendant une analyse générale souvent délicate.

  • 45 Léon l’Africain, p. XV.

28Ces sources surtout ne constituent pas un corpus homogène. Elles sont de natures très disparates, nécessitant à chaque fois une approche critique appropriée, pour en déterminer l’intérêt historique. Il a fallu régulièrement se familiariser, ici avec un nouveau type de documents, là avec un genre littéraire particulier. Enfin, à la difficulté d’affronter sans cesse des styles d’écriture différents, il a fallu s’adapter à des langues rapidement très diversifiées. Mais laissons le dernier mot à un lointain prédécesseur, Léon l’Africain, qui dans l’introduction de sa Description de l’Afrique s’excuse ainsi auprès de son lecteur : « Combien, dans ce travail, mon débile et petit esprit a-t-il enduré de peine, surtout à cause de la diversité des langues dans lesquelles ces auteurs ont écrit, je ne veux pas le dire maintenant, pour qu’il ne semble pas que j’exagère en paroles mes fatigues et mes veilles. Mais j’espère que mes bienveillants lecteurs, quand ils y penseront, s’en apercevront en quelques endroits. Si nous avons même fait un grand nombre de fautes (ce que je confesse être la vérité), cela n’est pas venu du peu de soin que nous avons pris, mais est plutôt dû à ce que la valeur de notre esprit n’a pu égaler l’ardeur de notre bonne volonté45 ».

Notes

1 B. Rosenberger, « L’histoire économique du Maghreb », Handbuch der Orientalistik, sechster Band – Geschichte der islamischen Länder, sechster Abschnitt, Wirtschaftsgeschichte des vorderen Orients in islamischer Zeit, Teil 1, Leyde-Cologne, 1977, p. 205.

2 Il faut attendre les Ottomans pour avoir une véritable littérature de la mer. A. Miquel, « La géographie arabe après l’an Mil », Popoli e paesi nella cultura altomedievale, Spolète, 1983 (Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, XXIX), p. 170. Mais même à l’époque moderne l’intérêt pour la mer apparaît peu dans les textes. S. Boubaker, « La perception de la Méditerranée en Tunisie », La Méditerranée tunisienne, Paris, 2000, p. 23-25.

3 Cf. Cl. Vanacker, « Géographie économique de l’Afrique du Nord selon les auteurs arabes, du milieu du ixe siècle au milieu du xiie siècle », Annales ESC, 28/3, 1973, p. 659-680.

4 J.-Cl. Garcin, « Ibn Hawqal, l’Orient et l’Occident », ROMM, 35, 1983, p. 77-91.

5 A. Amara, A. Nef, « Al-Idrīsī et les Hammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », Arabica, 48, 2001, p. 121-127.

6 Il serait mort en 726/1325-6.

7 Sur cette littérature de la Riḥla, voir principalement le travail de Salah M’ghirbi, Les Voyageurs de l’Occident musulman du xiie au xive siècle, Tunis, 1996.

8 Il commence son périple en 578/1183 et rentre en 581/1185.

9 Cf. W. Hoenerbach, Das nordafrikanische Itinerar des Abdarī vom Jahre 688/1289, Leipzig, 1940.

10 Les textes postérieurs peuvent être utilisés, mais avec prudence. C’est le cas par exemple de la Riḥla d’al-Wartīlānī, écrite au xviiie siècle, et qui contient une description de Bougie. Cf. M. Hadj Sadok, « Avec un cheikh de Zemmorah à travers l’Ouest constantinois du xviiie siècle », Bulletin de la société historique et géographique de Sétif, 1, 1935, p. 42-59, et Id., « À travers la Berbérie orientale du xviiie siècle avec le voyageur al-Warthīlānī », RA, 95, 1951, p. 315-399.

11 Le général de Beylié cite un texte qu’il prétend être de cet auteur, qu’il aurait recopié à partir d’un manuscrit récent et disparu depuis. L. M. E. de Beylié, La Kalaa des Beni-Hammad. Une capitale berbère de l’Afrique du Nord au xie siècle, Paris, 1909, p. 98. Robert Brunschvig considère cependant ce texte comme très douteux. R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, I, Paris, 1940, p. 377. La recherche de ce manuscrit, dans un grand nombre de bibliothèques, a longtemps occupé le géomètre et orientaliste Eugène Dewulf, mais en vain. Dj. Aïssani, « Le Mathématicien Eugène Dewulf (1831-1896) et les manuscrits médiévaux du Maghreb », Historia Mathematica, 23, 1996, p. 257-268.

12 Voir en particulier son autobiographie, trad. A. Cheddadi, Le Voyage d’Occident et d’Orient, Paris, 1980. Il fut au service des émirs de Bougie au moment de la crise mérinide au milieu du xive siècle.

13 Berbères, III, p. 90.

14 Ibid., p. 124.

15 Cf. M. Ben Cheneb, « La Farisiyya ou les débuts de la dynastie hafside par Ibn Qunfudh de Constantine », Hespéris, 8, 1928, p. 37-41.

16 Proche du sultan Abūl-Ḥasan, il est très utile pour comprendre l’échec de la première tentative mérinide. É. Lévi-Provençal, « Un nouveau texte d’histoire mérinide, le Musnad d’Ibn Marzūq », Hespéris, 5, 1955, p. 7.

17 Il connaissait bien Bougie pour y avoir séjourné un mois au cours de son pèlerinage en 1336. Il a également été en 1340 secrétaire de l’émir hafside de Constantine. Il sert ensuite Abūl-Ḥasan, puis Abū’Inān, qui lui confie des fonctions élevées et qu’il accompagne comme secrétaire particulier. Pendant l’occupation mérinide il est, très brièvement, au service du gouverneur de la ville. A.-L. de Prémare, Maghreb et Andalousie au xive siècle Les notes de voyage d’un Andalou au Maroc (1344-1345), Lyon, 1981, p. 31, 38, 42, 57-58.

18 Il s’intéresse surtout à Tunis, et recopie largement des textes plus anciens. R. Brunschvig, « Ibn aš-Šammā’, historien hafside », AIEO, 1934-1935, p. 193-212.

19 Chr. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 15. Voir également H. J. Cohen, « The Economic Background and Secular Occupation of Muslim Jurisprudents and Traditionists in the Classical Period of Islam », JESHO, 13, 1970, p. 26-31, et O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula, 900-1500, Cambridge, 1994, p. 54-55 (qui reconnaît cependant que les données restent limitées).

20 Cf. « Fadīla », EI2, II, p. 747-748 (R. Sellheim).

21 Voir en particulier leur utilisation par Baïzig, Biğāya, op. cit., p. 357-459.

22 Cl. Cahen, « Considérations sur l’utilisation des ouvrages de droit musulman par l’historien », Atti del III congresso di studi arabi e islamici, Ravello, 1966, Naples, 1967, p. 239-247.

23 Cl. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale », JESHO, 7, 1964, p. 218.

24 Fr. Vidal Castro, « Economía y sociedad en al-Andalus y el Magreb a través del Mi٬yār de al-Wanšarīsī. Breve introducción a su contenido », Actas del II Coloquio hispano-marroquí de ciencias históricas. « Historia, ciencia y sociedad », Granada, 6-10 noviembre de 1989, Madrid, 1992, p. 339-356; M. Arcas Campoy, « Valoración actual de la literatura jurídica de al-Andalus », Actas II Coloquio Hispano-Marroquí de ciencias históricas, op. cit., 1992, p. 31-49.

25 Cl. Cahen, « L’histoire économique de l’Orient musulman médiéval », Studia islamica, 3, 1955, p. 93-115, rééd. Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 214.

26 P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la reconquête (xie-xiiie siècle), I, Damas, 1990, p. 40, pour qui le document est une « sorte d’accessoire ou de “lubrifiant” de la vie administrative et sociale plutôt que le fondement même des relations entre les individus et les institutions ».

27 Ibid., p. 40-41.

28 Pour une présentation détaillée des sources italiennes, cf. Valérian, Les sources italiennes, op. cit.

29 R. S. Lopez, « Stars and Spices : the Earliest Italian Manual of Commercial Practice », Economy, Society, Government in Medieval Italy. Essays in Memory of Robert L. Reynolds. Exploration in Economic History, 7, 1969-70, p. 35-42.

30 R. S. Lopez, « Un texte inédit : le plus ancien manuel italien de technique commerciale », RH, 243, 1970, p. 69.

31 Les descriptions de la situation des marchands chrétiens dans les pays musulmans d’Orient peuvent cependant servir d’utile point de comparaison. C’est le cas en particulier dans le récit très détaillé et vivant du passage en Égypte de Félix Fabri.

32 Malgré les problèmes posés par les éditions et traductions actuellement disponibles. Cf. les travaux du colloque international « Léon l’Africain  », organisé par François Pouillon et Oumelbanine Zhiri, Paris, 22-24 mai 2003, en particulier l’intervention de D. Rauchenberger, « Jean Léon l’Africain et son manuscrit de 1526 à travers sa description des cérémonies de mariage à Fez » (à paraître).

33 D. Herlihy, Pisa in the Early Renaissance. A study of Urban Growth, New Haven, 1958, trad. italienne Pisa nel Duecento, Pise, 1973, p. 40; J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 4.

34 Gr. Ferrari Alfonso, « Rapporti commerciali tra Savonesi e Catalani nel secolo xiv », Atti del I congresso storico Liguria-Catalogna, Bordighera, 1974, p. 235.

35 Cf. en annexe les références aux traités de paix signés avec les puissances occidentales.

36 Selon certains de ses biographes il serait né vers 1465 à Gallipoli, et aurait fait sa première expédition le long des côtes du Maghreb en 1487. Cf. Sv. Soucek, « À propos du livre des instructions nautiques de Pīrī Reis », Revue des Études islamiques, 41/2, 1973, p. 241-255. Robert Mantran, considérant ces dates comme peu plausibles, le fait naître à la fin du xve siècle, et naviguer avec son oncle entre 1490 et 1495. R. Mantran, « La description des côtes de l’Algérie dans le Kitab-ı Bahriye de Pīrī Reis », ROMM, 15-16, 1973, p. 159-160.

37 Sh. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, I, Economic Foundations, Berkeley – Los-Angeles – Londres, 1967, p. 28. La documentation couvre une période allant du milieu du xe au milieu du xiiie siècle, mais à partir de 1160 elle concerne surtout des affaires purement locales. Ibid., p. 148.

38 BNF, Estampes, AA3 rés., f. 33 (cf. reproduction en annexe). Relativement fidèle pour ce qui est de la topographie, elle montre cependant une ville sans maisons, ce qui pourrait indiquer qu’elle a été faite à partir de relevés militaires espagnols.

39 Archivo General de Simancas, Mapas, planos y dibujos, XVIII-52. Cf. P. Even, Les Villes du Maghreb dans les plans européens de la Renaissance, mémoire de maîtrise sous la direction de Fr. Micheau, Université Paris I (Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche-Orient médiéval), 2002-2003, Annexes, p. 72-73 (cf. reproduction en annexe).

40 Nombreuses notices dans la revue Recueil de la Société archéologique de Constantine.

41 Il s’intéresse au demeurant surtout à l’archéologie romaine, éventuellement byzantine, le reste étant laissé dans un grand flou chronologique. St. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger, 1911, rééd., Alger, 1997.

42 Les travaux entrepris après la conquête française ont modifié jusqu’à la topographie de la ville, remblayant des espaces entiers, comme la terrasse qui porte aujourd’hui la Place du 1er novembre (ancienne place Gueydon).

43 Des prospections ont été menées dans la casbah espagnole, sur le site présumé de la mosquée almohade, mais sans résultat.

44 G. Marçais, Les Poteries et faïences de Bougie (collection Debruge). Contribution à l’étude de la céramique musulmane, Constantine, 1916.

45 Léon l’Africain, p. XV.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540