Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Première partie. La dignité de collegiatus : l’acquisition de la respectabilité et du prestige

Chapitre 1. Une dignité partagée par des individus très différents

Texte intégral

LES ESCLAVES DANS LES COLLÈGES DE L’OCCIDENT ROMAIN

  • 1 Dig., 47, 22, 3, 2 (Marcien) : « Aux esclaves aussi, il est permis d’être reçus dans un collegium (...)

Seruos quoque licet in collegio tenuiorum recipi uolentibus dominis : ut curatores horum corporum sciant, ne inuito aut ignorante domino in collegium tenuiorum reciperent, et in futurum pœna teneantur in singulos ho-mines aureorum centum1.

1« Aux esclaves, aussi, il est permis d’être reçus dans un collegium tenuiorum si leurs maîtres y consentent », déclare Marcien. Les propos du juriste sévérien soulignent l’ambiguïté potentielle de la condition servile dans l’Empire romain. Pour un petit nombre, la servitude ne se réduit pas à un univers de confinement dans une familia excluant toute autre forme d’appartenance sociale. L’esclave collegiatus se voit offrir l’accès à une vie collective autonome qui représente une partie à la fois importante et bien limitée de son existence sociale. Cette autonomie, toute relative, procède du bon vouloir d’un maître que le droit s’attache à défendre. Aussi une lourde amende est-elle prévue à l’encontre de toute association agissant sans le consentement du propriétaire de l’esclave. Mais n’est-il pas significatif qu’une adhésion à un collège «  inuito aut ignorante domino » soit seulement envisageable ? Le passage laisse entendre que certains esclaves, au quotidien, entretiennent avec leur maître des relations assez lâches pour en profiter indûment.

2À ce titre, le collège semble appartenir à un ensemble de pratiques et d’institutions qu’il renforce. C’est à travers elles qu’un maître peut concéder à l’un de ses esclaves une marge d’autonomie. Celle-ci résulte toujours d’un choix prononcé par le maître, révocable le cas échéant. Or, quelle que soit l’importance de l’affect dans la communauté qui unit un maître à ses esclaves, ce type de concession au bénéfice de dépendants résulte bien moins d’une démarche philanthropique que de la défense d’intérêts bien compris. Les maîtres d’une part, les esclaves concernés d’autre part, l’ensemble ordonné que constitue la société du Haut-Empire enfin, tirent avantages d’un tel système. La possibilité d’adhérer à un collège procède d’une gestion sociale de l’esclavage qui, apaisant une part des tensions inhérentes à un système très inégalitaire, contribue à garantir un équilibre favorable aux maîtres. Le fait collégial contribue à une régulation sociale de l’esclavage. Or, ce mécanisme régulateur est intimement lié à la construction par certains esclaves d’une image positive de leur place dans la société, à la construction de leur identité sociale.

3De quel type de discours sur le rang social procèdent les appartenances collégiales affichées par des esclaves ? L’appartenance à un collège est l’apanage d’un petit nombre qui se distingue du commun des esclaves. Elle est un attribut, parmi d’autres, d’une supériorité dans la hiérarchie de conditions serviles fort variables dans leur dureté. Elle tend à être présentée comme un élément de prestige social, acquis dans le cadre d’une progression dans la hiérarchie servile.

Un phénomène minoritaire

  • 2 Sur la place de la plebs media dans les collèges, voir O. Van Nijf, Civic, p. 22 et 243, notamment

4Dans le fragment placé en exergue, Marcien signale une donnée bien attestée par l’épigraphie : la présence d’esclaves dans les associations de l’Occident romain. Rapporté à l’ensemble des collegiati connus, le fait est certes très minoritaire, mais sa portée est grande. L’opinion commune en matière de recrutement social des collèges appelle sans doute quelques nuances. Ne faire des collegiati que les représentants emblématiques d’une plebs media, antichambre de l’élite, peut paraître un peu réducteur2. Répondant à une légitime impression d’ensemble, un tel point de vue n’est pas dénué de fondement, mais il aboutit à occulter une partie d’une réalité plus complexe. Or, seule la prise en compte de cette complexité est susceptible de rendre intelligible le phénomène collégial dans son ensemble, dans toutes ses formes et la totalité de ses fonctions. C’est parce que le phénomène est minoritaire, que l’appartenance à un collège peut constituer, pour les esclaves et pour les hommes libres qui les côtoient, un élément distinctif et socialement valorisant.

  • 3 CIL, V, 4501 (D., 7290a) = Inscr. Brixiae, 294 ; CIL, XIV, 2156 (D., 3255), Aricia ; CIL, XI, 1355 (...)
  • 4 Habitant de la ville de Rome, un certain Felix appartenait à deux collèges ; son épitaphe n’indiqu (...)
  • 5 Hor., Sat., I, 8, 8-14.
  • 6 CIL, XIV, 2112 (D., 7212) ; deux clauses attestent la présence d’esclaves dans le collège (II. 3-5 (...)

5Parmi l’ensemble des collegiati du Haut-Empire romain, les esclaves semblent n’avoir représenté qu’une minorité restreinte. La riche documentation du port de Rome en donne une illustration très nette. Les grandes listes nominatives ostiennes, qui recensent plus d’une centaine, voire plusieurs centaines de collegiati à la fois, ne mentionnent pas d’esclaves. Cette situation semble résulter d’un choix délibéré. Quelques rares esclaves, en effet, ont été admis dans des collèges professionnels d’autres cités italiennes3. Et rien n’indique que la réglementation évoquée par Marcien ne s’appliquait pas à tous les collèges. Néanmoins, la participation servile au phénomène associatif paraît en grande partie circonscrite à des confréries avant tout funéraires et cultuelles. Une quinzaine d’épitaphes sont dédiées à des esclaves par de telles communautés, et des noms d’esclaves figurent sur plusieurs listes de confrères4. En outre, bien qu’elle ne cite aucun esclave nommément, la loi du collège funéraire de Lanuvium apporte de précieuses informations sur ce que pouvait représenter la vie confraternelle dans les existences serviles. En premier lieu, l’association permet d’échapper à la fosse commune. Horace décrit ce triste sort comme celui des esclaves et de la misera plebs5. Adhérant à un collège funéraire, l’esclave se distingue de la masse des indigents, pour atteindre un mode de vie qui le valorise. Le culte funéraire ne représente, en effet, qu’une des activités pratiquées par les collèges dits « funéraires ». La lex collegii de Lanuvium, pour ne citer qu’elle, révèle indirectement la participation d’esclaves au culte de Diane, au culte des membres divinisés de la Domus Augusta, et à des banquets donnés notamment en l’honneur des protecteurs du collège6.

  • 7 CIL, VI, 10350 : «  Nominaque adscripserunt decur(ionum) / ea quae i(nfra) s(cripta) s(unt) : T(it (...)
  • 8 Un dénommé Anteros, horrearius c(o)hortis III, se présente aussi comme un «  Caes(aris seruus) », (...)
  • 9 CIL, XI, 1355 (D., 7227).
  • 10 CIL, XI, 1358.
  • 11 Il n’est pas impossible, néanmoins, que les lettres «  Eup[– – –] », inscrite à la 11e ligne de la (...)

6Seule une minorité privilégiée d’esclaves semble avoir eu accès à la vie collégiale. Aussi plusieurs collegiati laissent-ils percevoir une position de supériorité au sein de la hiérarchie des esclaves. À l’époque flavienne, le nom d’Asiaticus, seruus Caesaris, figure dans une liste rédigée par une confrérie funéraire romaine7. Les hommes et les femmes libres présents dans l’association, étrangers à la Maison Impériale, ne le regardaient probablement pas comme un esclave comme les autres8. De même, un esclave de l’empereur, Fortunatus Aug(usti), est recensé dans l’ album des fabri tignuarii de Luna9. Sa présence dans la cité peut s’expliquer par la proximité des grandes carrières de marbre exploitées par l’État ou bien par l’existence de domaines agricoles impériaux sur le territoire même de Luna. Une épitaphe rédigée par un Abascantus, imperatorum horrearius, en provient10. Quant au nom de Fortunatus, celui-ci figure sur un fragment de liste répertoriant une quarantaine d’individus. À part Fortunatus, tous portent un gentilice et un cognomen. De fait, le collège des fabri tignuarii apparaît comme une communauté d’hommes libres, qui a fait une exception en acceptant l’adhésion de Fortunatus11. Le serviteur du prince n’est pas un esclave comme les autres. Les fabri tignuarii lui reconnaissent cette qualité indiscutable. Collegiatus, Fortunatus voit le caractère exceptionnel de son statut servile transcrit dans la hiérarchie civique de Luna.

  • 12 CIL, XIV, 2156 (D., 3255) : «  Dianae Aug(ustae) / colleg(ii) lotor(um) / sacr(um), / Primigenius, (...)
  • 13 CIL, IX, 4129 (D., 7300 b) : «  D(is) M(anibus), / Ianuario, L(ucii) Iuli Frontonis ; / Helius, ac (...)
  • 14 A. Stein, RE, s.v. « Iulius Fronto », identifie le maître de Ianuarius à un tribun des uigiles évo (...)

7Il arrive que la supériorité des collegiati de rang servile soit moins nette, plus relative, mais bien réelle toutefois. Deux personnages, dont nous reparlerons plus en détail, peuvent être évoqués brièvement. Primigenius, dirigeant d’un collège de lotores d’Aricia, se présente comme un r(ei) p(ublicae) Aricinorum ser(uus) arc(arius). Responsable du Trésor municipal, l’homme occupe une fonction importante dans la familia publica et dans l’administration d’Aricia12. Par ailleurs, Ianuarius, un défunt inhumé par un collegius agellanus de l’ ager Aequiculorum, est le fils d’un actor de condition servile, nommé Helius13. Actor, Helius était un homme de confiance de L. Iulius Fronto : l’épitaphe de Ianuarius précise le nom de ce dominus. Helius et son fils n’appartenaient pas au commun de la familia de Fronto, ni au commun des esclaves en général14.

  • 15 CIL, VI, 34004.
  • 16 AE, 1929, 161.
  • 17 CIL, XI, 5737 (D., 4215).

8Lorsqu’ils étaient admis dans un collège, les esclaves pouvaient être minoritaires, voire très minoritaires, parmi leurs confrères. Les collèges apparaissent comme des espaces sociaux où certains esclaves pouvaient côtoyer des hommes libres. Une impression de proximité de vie sociale entre des individus de statuts différents, ignorant au moins en partie des clivages juridiques fort marqués, se dégage de cette cohabitation. Cependant, le phénomène était d’assez faible ampleur et il ne concernait que des catégories spécifiques d’esclaves et d’hommes libres. Comme Fortunatus parmi les charpentiers de Luna, Tiberius semble avoir été le seul esclave de son collège15. Il figure sur une liste qui recense 25 socii monumenti et leurs deux curateurs. Tiberius est le seul à ne porter ni prénom, ni gentilice. De même, sur l’ album que la familia Siluani de Trebula Mutuesca rédige vers 60, Mopsus est le seul des 78 dévots à ne pas porter les tria nomina16. Il est vraisemblable que beaucoup d’affranchis étaient présents dans la confrérie. Ceux-ci jugeaient sans doute faible la distance sociale qui les séparait de Mopsus. Deux siècles plus tard, Ianuarius, esclave public de Sentinum, est le seul esclave enregistré sur un album de cultores de Mithra17. Du document, il subsiste une liste de trente-six noms.

  • 18 EE, VIII, 124-125.
  • 19 CIL, IX, 3578 (D., 7306).

9Élaborées dans le deuxième tiers du ier siècle, probablement, deux listes de socii monumenti de Teate Marrucinorum portent au jour des effectifs collégiaux, dominés par la présence d’hommes libres, mais où les esclaves sont un peu moins minoritaires. Dans chacune des deux societates, regroupant 32 et 24 membres au total, on ne dénombre néanmoins que six esclaves18. Autant que l’état de la pierre permet d’en juger, le fragment d’un album de cultores d’Hercule de Pagus Fificulanus semble contenir les noms de six esclaves, sur un total de 24 individus dont le nom est – au moins en partie – conservé19.

  • 20 AE, 1912, 92 ( AE, 1991, 382) : «  Diis Manib(us) / L(ucio) Antonio Ionico, / sodali iuuenum / Mar (...)
  • 21 CIL, VI, 9384 (D., 7664) : «  D(is) M(anibus) / Sex(to) Cornelio Vitali/oni, exoneratori ca/lcaria (...)
  • 22 AE, 1975, 21 (Rome) : «  P(ublio) Herenio Pollione, M(arco) Annio Herenio / Pollione f(ilio) co(n) (...)
  • 23 S. Modugno, S. Panciera, F. Zevi, Osservazioni sui consoli dell’85 d.C., Rivista storica dell’Anti (...)

10Primigenius d’Aricia apparaît lui aussi comme un esclave admis dans une communauté qui comptait des hommes libres. Son fils, qui portent les tria nomina, a aussi siégé parmi les lotores. En outre, ceux-ci se sont donnés un certain L. Antonius Ionicus pour quinquennalis20. Ionicus était peut-être un affranchi ou un fils d’affranchi : il porte, comme son épouse, un nom grec. Il n’empêche que Primigenius n’a pas été entravé par son statut d’esclave, pour entrer dans le collège et y briguer des honneurs. À Rome, Iconius s’est occupé des funérailles de Sex. Cornelius Vitalio, au nom de leur collège21. Le nom unique du premier tranche avec les tria nomina du second. Il est donc vraisemblable qu’Iconius soit un esclave admis dans une collectivité qui accueillait aussi des hommes libres. Le statut juridique de quatre Fontani, cités par une inscription datée de 85, semble plus sûr encore22. Les ministri Himer, Nymphicus, Nicostratus et Alexander apparaissent comme les subordonnés de quatre magistri qui affichent, pour leur part, les attributs onomastiques de la citoyenneté. Ces huit personnages ont administré une collectivité identifiée par S. Panciera comme le collège des foulons rendus célèbres, bien plus tard, par le procès qui les opposa à un représentant de l’État romain23.

11En recevant de leur maître le droit de devenir collegiati, des esclaves paraissent accéder à un univers social d’hommes libres. Ce n’est sans doute qu’une apparence. De manière fugitive, les sources ne laissent entrevoir qu’un seul aspect, valorisant, d’existences serviles que l’on peut imaginer complexes, paradoxales. Néanmoins, l’appartenance collégiale se trouve associée à d’autres éléments qui contribuent, eux aussi, à atténuer le caractère absolu de la dépendance servile.

Le collège, l’autonomie relative et l’intégration des esclaves

  • 24 CIL, XIV, 2112, II, 3-5 (D., 7212) : «  Item placuit : q[ui]squis ex hoc collegio seruus defunctus (...)
  • 25 K. R. Bradley, Slaves, p. 80, notamment.

12En donnant son consentement à l’entrée dans un collège, un maître acceptait de faire une entorse au principe selon lequel un esclave appartenait de manière exclusive à une familia. Certes, la mansuétude du paterfamilias pouvait être très limitée. Le collège funéraire de Lanuvium organisait des funérailles fictives, lorsqu’un confrère de rang servile était privé de sépulture, par la faute de son maître ou de sa maîtresse24. Une telle situation devait survenir quand le maître se débarrassait du corps de son esclave, au mépris des préoccupations personnelles face à la mort et l’au-delà de celui-ci. La disposition de la lex collegii invite donc à regarder avec circonspection l’image d’autonomie renvoyée par nos sources. Tout avantage concédé est révocable, si bien que toute concession « bienveillante » crée, pour le maître, un moyen de pression supplémentaire sur l’esclave25. Il n’empêche que les collegiati semblent cumuler différents avantages, qui constituent autant de signes d’autonomie relative.

  • 26 CIL, XIV, 2112, I, 24-25 (D., 7212) : « Il a été décidé à l’unanimité que celui qui voudra entrer (...)

13Les esclaves collegiati, tout d’abord, devaient disposer d’une relative autonomie financière. La vie des collèges suppose en effet que ces hommes et ces femmes se sont acquittés de paiements. «  [Plac]uit uniuersis ut, quisquis in hoc collegium intrare uoluerit, da-bit kapitulari nomine (sestertios) C n(ummos) et ui[ni] boni amphoram, item menses sing(ulos) a(sses) V », stipule la première clause de loi collégiale de Lanuvium26. Comme les autres confrères, les esclaves versaient au collège un droit d’entrée et différentes cotisations.

  • 27 CIL, XII, 286 = ILN, I, 50 : «  D(is) M(anibus), / conlig(ium) Piet(atis), / Festina, Iu/liaes Res (...)
  • 28 Pour l’emploi de «  funus », au sens de « prime funéraire » versée à une association : J.-P. Waltz (...)

14L’épitaphe d’une ancilla de Fréjus semble faire allusion aux écots versés à une association funéraire qui porte le nom de conlig(ium) Piet(atis)27. Le texte fait allusion à une somme d’argent «  qu(a)e funere su[per] f(uit) »28. Voici comment les éditeurs des ILN commentent le document. « Il est vraisemblable que le conligium Pietatis est un collège funéraire qui a pris soin d’organiser les funérailles de la défunte et en a assuré les frais. Son nom est mentionné, à ce titre, juste au-dessous de la formule DM, avant le nom de la défunte Iulia Restituta. Mais c’est la servante de cette dernière, Festina, qui, avec la partie de l’argent destinée aux funérailles qui n’avait pas été dépensée, a fait exécuter l’inscription ». Sans doute une interprétation alternative peut-elle être proposée. La mention « Iuliaes Restitutae », au génitif, semble être un complément « d’ ancilla », et non de «  D(is) M(anibus) ». De fait, n’est-il pas improbable que le nom de la véritable défunte, s’il s’agissait de Iulia Restituta, puisse être à ce point en retrait ? Il nous paraît plus probable que Festina soit la défunte, et que le collège ait contribué à ses funérailles. Si cette hypothèse était exacte, l’argent évoqué par l’inscription ne pourrait provenir que du peculium concédé à la servante par sa maîtresse.

  • 29 Ainsi en est-il, par exemple, de deux textes de Bénévent. CIL, IX, 1746 : «  D(is) M(anibus) s(acr (...)
  • 30 SI, III, 7 ( AE, 1965, 154) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / uixit anis (sic) LX, / collegius (sic (...)
  • 31 CIL, V, 4501 (D., 7290a) : «  Accepto Chiae / seruo, / lanari(i) pectinar(ii) / sodales posuere ».
  • 32 CIL, VI, 6699 (D., 7262) : «  D(is) M(anibus), / Suro, / numulario, / amici subaediani / f(e)c(e)r (...)

15Les formulaires très laconiques des épitaphes d’esclaves rédigées par des collèges supposent probablement une utilisation du pécule que les textes de Lanuvium et de Fréjus laissent entrevoir29. Le profil social de Tauriana, inhumée par les soins d’un collecius (sic) Serapis et Iunonis de Locres, paraît très proche de celui de Festina30. Deux artisans de statut servile figurent parmi la liste des défunts. Acceptus de Brescia a reçu un dernier hommage de lanari(i) pectinar(ii) qui se définissent comme des sodales31. Esclave d’une certaine Chia, Acceptus appartenait à un collège de cardeurs de laine. À Antium, de son côté, Surus exerçait le métier de changeur. Les amici subaediani, qui font graver son épitaphe, évoquent sa qualité de numularius32. L’octroi d’un pécule à des esclaves dotés de spécialités artisanales et commerciales était une pratique des plus courantes, lorsque l’esclave était préposé à une boutique notamment. La concession du pécule pouvait alors s’apparenter à une forme d’intéressement de l’esclave à l’activité qui lui était confiée.

  • 33 Dig. 15, 1, 5, 4 : «  Peculium autem Tubero quidem sic definit, ut Celsus libro sexto digestorum r (...)
  • 34 J.-C. Dumont, Seruus, p. 110.

16Le pécule tient une place primordiale parmi les mécanismes qui assurent à l’esclavage romain sa relative stabilité. Il résulte d’une certaine souplesse juridique puisqu’il constitue une concession faite au principe de l’incompatibilité entre l’esclavage et la propriété. Selon Tubéron, le pécule est «  quod seruus domini permissu separatum a rationibus dominicis habet ». Il s’agit pour l’esclave d’un «  quasi patrimonium », c’est-à-dire de biens qui, s’ils avaient été détenus par un homme libre, l’auraient été en pleine propriété33. Par un artifice comptable, dans le premier cas, ou une fiction juridique, dans le second, une forme d’autonomie économique, relative et partielle, est reconnue à l’esclave qui dispose de biens propres. Tubéron envisage même que celui-ci s’endette auprès de son maître, gommant le fait que, dans ce cas précis, le créancier appartienne au débiteur34. Or, le pécule semble servir plus directement l’intérêt de l’esclave que celui du maître. Le système ne paraît garantir aux maîtres aucune rémunération, si ce n’est à la mort ou lors de l’affranchissement, à prix d’argent, de leurs esclaves. Certes, le maître ne sort en rien lésé de l’octroi d’un pécule, mais son profit est indirect. Le bénéfice escompté réside surtout dans la fidélité de l’esclave et dans l’acceptation par celui-ci de son statut. Le gain découle des sentiments que l’octroi d’un pécule pouvait engendrer. Vis-à-vis de ce pécule, l’esclave jouit d’une réelle liberté de gestion. Qu’en fait-il ? Grâce au collège et à la vie collective à laquelle celui-ci donne accès, les esclaves peuvent accroître encore l’autonomie fournie par le pécule. La jouissance du pécule et l’appartenance au collège sont deux signes complémentaires de la bienveillance intéressée des maîtres. Et ces signes représentent, pour les esclaves concernés, des éléments distinctifs au sein de la masse servile.

  • 35 CIL, XIV, 2156 (D., 3255).
  • 36 TSulp., 56.
  • 37 J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, Rome, 1974, p. 281-294.

17Plus encore qu’une relative autonomie, c’est une certaine aisance que Primigenius d’Aricia laisse transparaître35. «  D(edit) d(edicauitque) » lit-on à la fin de sa dédicace à Diana Augusta collegii lotorum. Primigenius se comporte en donateur, en mettant en avant une dignité attachée à l’exercice de responsabilités. À son échelle personnelle, certes, l’esclave public fait acte d’évergétisme. Rei publicae Aricinorum seruus arcarius, c’est-à-dire trésorier de la cité d’Aricia, Primigenius est un homme d’argent. C’est sans doute son habitude du numéraire qui l’a mené à financer grâce à son pécule une activité artisanale qu’il semble a priori exercer en dehors de tout lien d’esclavage. Les lotores étaient probablement des spécialistes du lavage des vêtements et des étoffes. La mention du fils de Primigenius, homme libre et curator du collegium lotorum lui aussi, peut suggérer l’existence d’une entreprise familiale sans rapport avec la cité d’Aricia. Le dossier des tablettes de Murecine offre le parallèle d’un esclave public dont les affaires personnelles paraissent sans lien direct avec la colonie de Pouzzoles36. Mais, par ailleurs, l’association d’un seruus arcarius à des lotores rappelle aussi les éléments d’un second dossier documentaire. La comptabilité de L. Caecilius Iucundus révèle en effet que la municipalité de Pompéi possédait et affermait des fouleries37. Les lotores paraissent avoir pratiqué une activité assez proche du métier de foulons. Ne pourraient-ils pas avoir été en contact avec le caissier d’Aricia dans le cadre de tels affermages ? Primigenius n’aurait-il pas pu, à un moment de son existence d’esclave, s’être occupé d’un établissement artisanal appartenant à la cité, ce qui expliquerait son adhésion au collège ? À défaut d’être vérifiable, l’hypothèse ne paraît pas tout à fait irrecevable.

  • 38 Sur le culte de Diane à Aricia et la portée civique du geste de Primigenius, cf. infra p. 179-180.
  • 39 Dig., 47, 22, 1, 1 (Marcien) : « (...) Sed permittitur tenuioribus stipem menstruam conferre, dum (...)
  • 40 CIL, IX, 2481 (D., 7331), Saepinum : «  D(is) M(anibus) s(acrum) / Gauolenae / Cypridi ex / colleg (...)
  • 41 Cic., Leg., II, 29 : «  Cum est feriarum festorumque dierum ratio, in liberis requietem habet liti (...)

18Par le collège, notamment, les esclaves accédaient aussi à une pratique religieuse distincte du culte domestique, par-là même révélatrice d’une certaine autonomie de vie sociale. Primigenius manifeste sa dévotion envers Diane38. La lex collegii Dianae et Antinoi de Lanuvium évoque un sénatus-consulte qui autorisait, sans restrictions quantitatives, les réunions de tenuiores religionis causa39. Comme nous l’avons vu, les collèges de Mopsus, de Festina, de Tauriana, et de Ianuarius Sent(inatium) sont placés sous l’invocation de Silvain, de la Pietas, de Serapis et Junon, ainsi que de Mithra. Il faut leur adjoindre plusieurs autres esclaves ayant appartenu à des collèges qui se définissent aussi comme des communautés de cultores40. Tous les collèges étaient soudés autour de cultes communs. Et de manière plus générale encore, les esclaves étaient amenés à participer à des cérémonies religieuses qui les intégraient à des communautés cultuelles plus larges que la familia servile. Or, dans un court et célèbre passage du De Legibus, Cicéron présente les jours de fêtes religieuses comme des jours chômés par l’esclave41. Prenant part aux fêtes, l’esclave est intégré à une communauté humaine en contact avec ses dieux. Le collège, en tant que communauté cultuelle, et le maître, par son approbation, contribuent à cette intégration de l’esclave.

  • 42 CIL, VI, 9558 : «  D(is) M(anibus), / Felicissimus, / Procaleni, con/iuci cum qua / uixi a(nnis) X (...)
  • 43 M. I. Finley, Esclavage, p. 98.
  • 44 B. Rawson, Family life among the lower classes at Rome in the first two centuries of the Empire, C (...)

19Par ailleurs, le droit de former une famille juridiquement reconnue est un attribut de la liberté et de la citoyenneté, telles qu’elles sont déniées aux esclaves. Ceux-ci sont censés ne pas conclure de liens personnels, en dehors de celui qui les attache à leur maître. Néanmoins, dans la pratique, ce principe absolu était parfois ignoré. La documentation des esclaves collegiati fait ainsi apparaître des relations filiales et conjugales. Primigenius présente M. Arrecinius Gellianus comme son fils. La dédicace de Helius et de Legas aux Mânes de Ianuarius, provenant de l’ ager Aequiculorum, est le fait de parents saluant leur filius pientissimus. Enfin, une épitaphe romaine a été rédigée par un Felicissimus, pour sa coniux Procale42. L’emploi du mot «  coniux » tranche avec l’onomastique vraisemblablement servile des deux personnages. La pierre fait référence à une collectivité de subaediani à laquelle le mari, si ce n’est sa compagne ou les deux contubernales, semble avoir appartenu. Des esclaves revendiquent ici une parenté que le droit leur niait43. Les maîtres autorisaient, voire encourageaient, les esclaves à s’unir. Les enfants issus de ces couples contribuaient en effet au renouvellement de la population servile. La vie familiale des esclaves laisse donc observer un décalage entre le droit et les pratiques sociales44. Le peculium était pour les esclaves l’équivalent du patrimonium pour les hommes libres. Le contubernium était pour les esclaves la transposition du conubium unissant les hommes et les femmes libres. Le collège apparaît comme le prolongement de cellules familiales : en perpétuant le souvenir des morts, il assume l’une des tâches essentielles incombant aux familles. Le collège s’ajoute au contubernium, de la même manière que les autorisations données par les maîtres, permettant d’adhérer à un collège et de constituer une cellule familiale, s’ajoutent l’une à l’autre.

  • 45 M. I. Finley, Esclavage, p. 155.

20La dureté des règles de l’esclavage est parfois atténuée. « La grande majorité des esclaves de l’Antiquité s’accommodèrent tant bien que mal de leur condition, que ce soit passivement et à contre-cœur ou positivement, ou, peut-être le plus souvent, par un mélange de ces deux attitudes », affirme M. I. Finley45. Le collège est l’un des éléments qui favorisent l’acceptation de la condition d’esclave en la rendant plus supportable. De fait, l’appartenance à un collège participe d’une servitude que, dans certains cas précis, les maîtres choisissent d’adoucir un peu. Or, les esclaves profitant de telles dispositions affichent des traits personnels qu’ils considèrent, semble-t-il, comme des éléments de prestige social.

Le collège, l’aspiration au prestige et à une forme de mobilité sociale

  • 46 CIL, VI, 10310.
  • 47 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 294-298.
  • 48 CIL, VI, 10350.
  • 49 CIL, VI, 10369.
  • 50 CIL, VI, 10383 ; J.-P. Waltzing, Étude, III, 295, développe ainsi l’épitaphe : «  Scirtus, Pini Ti (...)

21L’organisation hiérarchique des collèges offre à des esclaves l’occasion de recevoir des titres de dignitaires collégiaux. Ainsi, Primigenius a été deux fois curateur du collège des lotores d’Aricia. Cette curatèle est un honos, à la fois une responsabilité administrative et un élément de prestige social. Curator bis, l’esclave Primigenius est un homme de statut inférieur, occupant une position collégiale de supériorité. Son titre définit, avec plus de précision encore, la place qu’il occupe dans la hiérarchie très fragmentée de la société romaine, et du monde servile en particulier. De même, un dénommé Alchides arbore le titre de mag(ister) qu’il semble avoir reçu d’une association funéraire romaine46. Le titre de décurion, porté par des collegiati de la ville de Rome, est plus problématique. Il est difficile déterminer si de tels décurionats désignent des honneurs collégiaux ou seulement l’appartenance à un groupe qui porte le nom de décurie47. Évoqué plus haut, Asiaticus apparaît dans une liste de dix individus qui s’ouvre par ces mots : «  nominaque adscripserunt decur(ionum) ea quae i(nfra) s(cripta) s(unt) »48. Le Caesaris seruus appartient à une décurie. À l’inverse, un certain Hymnus Iuli[anus] est qualifié de «  decurio, idem socius » : son profil répond à la première situation envisagée49. On reste perplexe devant l’épitaphe du décurion Scirtus50.

  • 51 CIL, VI, 10333 (D., 7351) : «  Lixus Lucil(ianus), cur(ator) iter(um), / q(uaestor), solus sine su (...)

22Comme Primigenius, Lixus Lucil(ianus) a été plusieurs fois curateur, dans une confrérie de la ville de Rome51. Il a aussi été questeur. Soumis à l’autorité absolue d’un maître, l’esclave pouvait exercer une forme de pouvoir au sein des communautés collégiales. «  So-lus sine suffragis ex omnium sententia eodem anno decur(ionum) ordine adscitus », précise la titulature d’un Lixus, unanimement admis parmi des décurions, sans même qu’il fût besoin de procéder à un vote officiel. L’allusion à des suffrages exprimés par des confrères, dont certains étaient de condition servile, est importante. Les articles de la lex de Lanuvium s’ouvrent par les expressions «  placuit » ou «  placuit uniuersis ». La loi émane de la volonté des collegiati. Aussi les esclaves présents dans le collegium salutare Dianae et Antinoi ont-ils voté les statuts régissant la vie communautaire. Soumis au ius domesticum, l’esclave collegiatus se plie, en dehors de la familia, à des règles indépendantes de l’arbitraire du maître. Sur la pierre évoquant Lixus, «  omnium sententia » renvoie à la tenue d’assemblées délibératives. De manière générale, la présence d’esclaves dans les collèges suppose que des non-citoyens ont participé à une vie collective organisée sur le modèle civique.

  • 52 AE, 1975, 21 (Rome).
  • 53 CIL, VI, 10330 : «  Cur(atores) col[leg(ii)] a c[ura s]oluti / don[um] dant ; // L(ucius) Fabriciu (...)

23Or, ce modèle civique est fondé sur un principe hiérarchique qui conduit à l’échelonnement des individus les uns par rapport aux autres, en fonction de leur dignité personnelle. Des esclaves portent le titre de minister. Par ce biais, deux collèges semblent avoir transcrit les clivages de la société dans leur propre hiérarchie. Cependant, même subordonnés à des dirigeants jouissant de la liberté, ces ministri considéraient sans doute leur fonction comme un honneur collégial. Appartenant au groupe de Fontani identifié au collège des foulons de l’Esquilin, Nicostratus est décrit comme un minister bis, à la différence de ses trois collègues, ministri semel52. Abinnaeus, esclave de Perpenna et minister d’un collegium incertum romain, est associé au don effectué par cinq hommes libres portant le titre de «  cur(atores) col[l(egii)] »53. Néanmoins, Abinnaeus lui-même ne s’est probablement pas comporté en donateur, mais en agent du collège, chargé de faire rédiger le cippe évoquant le bienfait des curateurs. En effet, les noms des curatores ont été gravés dans un espace délimité par une couronne, tandis que la mention d’Abinnaeus apparaît en marge. En revanche, Lucrio, esclave d’Alfenus Varus, donne un triclinium expolitum à un collège indéterminé, en compagnie de l’affranchi C. Fabius Agathopus. Le titre «  mag. ter » s’applique sans doute aux deux personnages. Enfin, sur la pierre célébrant Lixus Lu-cil(ianus), l’étalage des titres collégiaux précède cette indication : «  maceriem altitudine p(edes) V adiecit ». Cumulant probablement les qualités de dirigeant et de bienfaiteur, Lixus semble avoir fait construire le mur d’enceinte d’un monument sépulcral.

24Dans l’espace certes bien délimité d’un collège, des esclaves apparaissent comme des dignitaires, des donateurs, et des individus s’exprimant par leurs suffrages. Ainsi, l’organisation de la vie collégiale mène à des situations qui paraissent tout à fait paradoxales. Socialement intégrés par et dans les collèges, les esclaves se livrent en fait à des pratiques d’inversion des rôles sociaux. Or, cette inversion revêt une fonction régulatrice. Se plier, de son gré et à son propre avantage, aux règles et à la hiérarchie du collège favorise l’acceptation, par l’esclave, de son infériorité et de sa subordination. En jouant les rôles que la vie collégiale leur proposait, les esclaves reconnaissaient par-là même la légitimité du principe hiérarchique régissant l’ordre social. En acceptant des normes de type civique, les esclaves intériorisaient une norme civique qui leur imposait de sévères formes d’exclusion.

  • 54 AE, 1929, 161 ; EE, VIII, 124, 125.
  • 55 CIL, XIV, 2112, II, 7-8 (D., 7212).

25L’appartenance à un collège semble associée non seulement à la construction d’une identité sociale positive, mais aussi à l’espoir d’une forme de mobilité sociale acquise par le changement de statut juridique. La mise en page de trois listes collégiales d’époque julioclaudienne transcrit la spes libertatis qui pouvait animer les collegiati de condition servile. Sur les listes où ils sont gravés, les noms uniques de Mopsus, dévot de Silvain de Trebula Mutuesca, et de douze socii de Teate Marrucinorum sont alignés « à droite », sous les cognomina des hommes libres54. En prévision de l’éventuel affranchissement de ces confrères, les lapicides ont laissé libres des espaces où inscrire ultérieurement un prénom et un gentilice. Encore une fois, la loi de Lanuvium illustre de manière très vivante l’information ténue fournie par les autres documents. «  Item placuit, ut quisquis seruus ex hoc collegio liber factus fuerit, is dare debebit uini [bo]ni amphoram » : pour fêter sa libération, l’affranchi conviait ses confrères à un « pot »55. Au même titre que le consentement donné à l’appartenance collégiale, l’affranchissement participe d’une gestion sociale de l’esclavage visant à donner aux maîtres les moyens d’un contrôle à la fois étroit et serein. Entretenant l’espoir d’une libération future, les maîtres s’assuraient la loyauté et l’obéissance de leurs dépendants. Et ils pouvaient se parer des vertus de l’humanité.

26La prise d’autonomie que représentait l’entrée dans un collège pouvait être le préalable d’une autonomie plus grande mais encore bien relative, à l’égard non plus d’un maître mais d’un patron. Il paraît donc assez vraisemblable qu’une proportion significative des collegiati connus comme affranchis aient été reçus dans leur collège avant leur manumission. En revanche, les esclaves attestés au sein des associations romaines n’ont pas emprunté ce chemin jusqu’à son terme. L’autonomie acquise par l’entrée dans le collège apparaît, certes, comme une progression dans la hiérarchie propre au monde servile. Et un esclave devait ressentir son adhésion à un collège comme un changement important dans son existence. Cependant, à l’échelle de l’ensemble du corps social, le mouvement parcouru paraît microscopique et ne ressortir qu’à une forme embryonnaire de mobilité sociale.

27Au reste, l’autonomie et la position valorisante atteinte grâce au collège paraissent parfois compenser le maintien dans la servitude, et donc une forme de fixité sociale. Primigenius a dû reporter sur son fils des espoirs personnels déçus. Par l’association de son fils à sa dédicace, Primigenius met en évidence un destin lignager, une trajectoire intergénérationnelle de mobilité sociale. Portant les tria nomina, M. Arrecinius Gellianus a obtenu la liberté que la cité d’Aricia n’a pas accordée à son caissier. Les serui arcarii étaient rarement affranchis. Au contraire, l’histoire des élites montre combien il était courant que des fils reçoivent ce que l’on avait refusé aux pères. Dans la société romaine, la mobilité et la fixité des rangs ne s’opposent pas. Elles cœxistent et se mêlent parfois. De même, dans les esprits, le sentiment de dignité pouvait se trouver mêlé à bien des frustrations.

  • 56 Dig., 7, 1, 15, 2 : «  sufficienter autem alere et uestire debet, secundum ordinem et dignitatem m (...)

28En somme, les esclaves collegiati, semblent occuper dans la société une place paradoxale, puisque celle-ci est définie par leur participation à des groupes dissociés de l’esclavage lui-même et de la relation au maître. La dépendance personnelle s’avère ne pas être l’unique facette des existences serviles. L’exclusion de la communauté civique subie par l’esclave ne constitue pas une donnée intangible et inéluctable, mais une donnée parfois relative. Le collège s’apparente, non seulement à un lieu de convivialité, mais aussi à un espace d’intégration pour des individus dont le statut juridique évoque a priori la mise à l’écart et le confinement dans la sphère privée. Le profil des collegiati de statut servile se comprend mieux à la lumière d’un fragment d’Ulpien concernant les devoirs de l’usufruitier à l’égard des esclaves qui lui sont confiés. Ces derniers, affirme le juriste, doivent être traités selon leur rang et leur dignité56. Le collège permet de gagner en rang et en dignité. En effet, les esclaves ne forment pas une masse indistincte d’êtres inférieurs. Chacun d’entre eux se voit assigner une place personnelle dans la hiérarchie du monde servile. L’adhésion à un collège, l’appartenance à une entité collective distincte de la familia, est un élément de positionnement dans cette hiérarchie. Pour les esclaves, l’admission dans un collège correspond à une forme, particulière et limitée, de mobilité dans une hiérarchie sociale.

DES COLLEGIATI ACCÉDANT AU RANG DE NOTABLES

  • 57 Cic., Off., I, 42, 151 : « Le commerce, s’il est réduit, est à considérer comme vil, mais s’il est (...)

Mercatura autem, si tenuis est, sordida putanda est ; sin magna et copiosa, multa undique apportans multisque sine uanitate impertiens, non est admodum uituperanda, atque etiam, si satiata quaestu uel contenta potius, ut saepe ex alto in portum, ex ipso portu se in agros possessionesque contulit, uidetur iure optimo posse laudari57.

  • 58 M. Cébeillac-Gervasoni, Classes, p. 1-4.
  • 59 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, Paris, 1982, II, (...)

29Les considérations ici en exergue ont acquis une très grande renommée. Les propos de Cicéron sont d’autant plus précieux que les informations économiques et sociales contenues dans les textes anciens sont rares, ténues, souvent indirectes, et au total difficiles à exploiter. La curiosité des modernes a été attisée par ces quelques lignes qui posent, en fait, autant sinon plus de problèmes d’interprétation qu’elles n’en résolvent. La place de la mercatura, et des activités professionnelles en général, dans les processus de mobilité dans la société romaine a fait l’objet de vifs débats58. Puisqu’une partie non négligeable des aristocraties municipales serait née d’une classe commerçante enrichie, ne faudrait-il pas croire que les notables des cités du Haut-Empire avaient, au-delà des apparences, la haute main sur les activités de négoce ? Bien au contraire, le métier re-présentait-il une « préhistoire » dont les candidats à l’ascension sociale tâchaient de se départir au plus vite ? Cette thèse, défendue par J. Andreau notamment, rappelle la « trahison de la bourgeoisie » mise en évidence dans l’Europe moderne par F. Braudel59. Nous y reviendrons dans la troisième partie de l’étude.

  • 60 Voir, notamment, A. H. M. Jones, The Roman economy. Studies in ancient economic and administrative (...)
  • 61 S. Demougin, Élites, p. 354-355 et 359.

30Activité commerciale, mobilité sociale, accès aux élites locales. La destinée de quelques collegiati réunit les trois composantes fondamentales du débat évoqué, jetant sur celui-ci un éclairage très utile. Les associations professionnelles des grands centres de commerce accueillent des individus placés aux trois degrés de l’échelle économique et sociale définie par Cicéron. Ils évoluent dans les trois lieux envisagés par ce dernier : sur mer, au port, et enfin au cœur de propriétés foncières dont l’acquisition commande très probablement l’accès aux gouvernements municipaux. Les notables amenés à assumer des fonctions publiques devaient fournir des garanties qui supposent qu’ils soient propriétaires de biens fonciers60. À n’en pas douter, à Rome comme dans toutes les économies préindustrielles, l’essentiel des richesses provenait de la terre. Aussi l’assise foncière des patrimoines aristocratiques paraît-elle indéniable. Que les intérêts économiques des aristocrates et des notables aient pu s’étendre, à titre complémentaire et selon des modalités particulières, à des secteurs économiques étrangers à la propriété foncière, constitue un autre problème. Que la fraction supérieure du monde du négoce et de la manufacture puisse être regardée comme une composante inférieure, mais une composante à part entière des élites locales, est un troisième problème à dissocier des deux premiers. Dans les sociétés municipales, les magistrats, les décurions et leurs familles forment le cœur de l’élite, sans se confondre totalement avec celle-ci. Ainsi, les chevaliers et les vétérans qui ne mettent en avant aucune responsabilité administrative appartiennent tout de même à l’élite de leur cité61. L’accès d’une petite minorité de collegiati aux gouvernements municipaux pose le problème de la position de toute la frange supérieure des effectifs collégiaux, par rapport aux élites municipales au sens large.

  • 62 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 353-357 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 75.

31Certes, pour l’essentiel, les effectifs collégiaux semblent ancrés dans des catégories intermédiaires des sociétés de l’Occident romain. Néanmoins, la diversité sociale du phénomène associatif romain semble plus grande qu’il n’y paraît. Une image élargie du recrutement des collèges se dessine, quand l’étude aborde, après des esclaves, des notables. En dépit des réserves avancées par les modernes, les doutes concernant l’appartenance réelle de ces individus à des collèges ne nous paraissent pas fondés. La place de ces hommes dans les structures collégiales a été décrite comme purement honorifique. Cependant, le clivage entre membres effectifs et membres honoraires semble dépourvu de base solide. J.-P. Waltzing finit par le reconnaître aux dépens de sa démonstration. « Ceux-ci [les membres honoraires] étaient compris parmi les corporati, ou collegiati, car nous ne trouvons pas de terme particulier pour les désigner » affirme-t-il. Dans ses notes prosopographiques, H. L. Royden avance à plusieurs reprises l’hypothèse « d’ honorary appointments as magistrate »62. D’une certaine manière, tout ce qui a trait au collège paraît honorifique et honoraire. Les imprécisions de l’historiographie sont significatives, car elles soulignent que la présence de notables dans des associations de métier, trop souvent confondues avec l’exercice des métiers eux-mêmes, perturbe des schémas préconçus.

32En quoi les collegiati ayant atteint le rang de notable laissent-il percevoir la cohérence de l’échantillon hétérogène qu’ils forment avec l’ensemble de leurs confrères ? Ces personnages ont mené des cursus municipaux plus ou moins étoffés et prestigieux : la frange supérieure des effectifs collégiaux occupe un assez large espace dans la hiérarchie sociale propre aux élites locales. Au sein des gouvernements civiques, ces collegiati apparaissent comme des hommes nouveaux qui ont profité des possibilités de mobilité sociale qui s’offraient à eux. De très rares collegiati ont été promus par leur intégration à l’ordre équestre.

Des carrières municipales très inégales

  • 63 M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, in Les élites municipa (...)
  • 64 F. Wilson, Ostia I, p. 41-69 ; Id., Ostia II, p. 152-162 ; R. Meiggs, Ostia, p. 196-208.

33Dans l’Occident romain, les grandes villes de commerce forment des îlots qui se distinguent nettement par leurs singularités économiques et sociales. Dans la société ostienne du iie siècle, la présence de personnages issus du négoce dans le gouvernement civique, et le foisonnement des collèges professionnels figurent au rang de ces spécificités. L’aristocratie d’Ostie du ier siècle fait preuve d’une grande stabilité, et même d’une tendance à la fermeture. Les notables d’Ostie donnent alors l’image d’une élite terrienne traditionnelle, dans une cité où le commerce et les milieux commerciaux ne tiennent pas encore une place fondamentale63. La politique des empereurs, de Trajan au premier chef, induit un tournant radical au début du iie siècle. Le port d’Ostie devient véritablement l’interface commerciale entre Rome, capitale millionnaire, et son Empire. La classe dirigeante de la colonie semble bouleversée par cette évolution économique. R. Meiggs n’a pas hésité à qualifier de « social revolution » l’intrusion du négoce dans le monde clos des vieilles familles de notables64. La pertinence d’une telle formulation a été discutée ; en réalité, beaucoup plus que l’idée générale d’un renouvellement, progressif et régulé, de l’ ordo d’Ostie. Or, plusieurs collegiati sont impliqués dans ce processus. Deux d’entre eux, au surplus, ont reçu le cheval public. Ils seront évoqués par la suite. Dans les autres cités d’Italie et des Gaules, la documentation révèle en filigrane des structures sociales et civiques que les sources d’Ostie, au-delà des spécificités du port, permettent de porter au jour.

  • 65 H. Mouritsen, Mobility, p. 59-82.

34Des collegiati apparaissent comme des hommes nouveaux parmi les notables d’Ostie. Plusieurs inscriptions, rédigées en l’honneur de trois d’entre eux, soulignent que leur position résulte d’ adlectiones prononcées par décrets des décurions. Ainsi, Cn. Sentius Felix, C. Granius Maturus et P. Aufidius Fortis sont tous les trois décrits comme des «  decreto decurionum decuriones adlecti ». L’indication est importante. Le processus que R. Meiggs désigne sous le nom de « social revolution » ne semble pas s’être fondé sur un conflit entre deux groupes antagonistes, ni même sur une compétition pour le pouvoir. Les adlecti se targuent d’avoir été reconnus dignes du décurionat, par les hommes et les familles qui les ont précédés dans cette dignité. La cooptation a été pour l’élite un moyen d’encadrer elle-même ses propres mutations65. Les titulatures civiques des collegiati laissent entrevoir, en filigrane, les motivations des décurions.

  • 66 CIL, XIV, 409 (D., 6146) : «  Cn(aeo) Sentio Cn(aei) fil(io) / Cn(aei) n(epoti) Ter(etina tribu) F (...)
  • 67 F. Coarelli, Il forum uinarium di Ostia : un’ipotesi di localizzazione, in A. G. Zevi, A. Claridge (...)
  • 68 CIL, XIV, 5374.

35Cn. Sentius Felix a-t-il véritablement « fait carrière » au sein du gouvernement de la colonie ? La question peut paraître provocatrice. Le texte rédigé en son honneur entre bien dans la catégorie des cursus municipaux66. Il a été gravé sur un autel funéraire qui peut être daté du tout début du iie siècle, au plus tard. Son contenu indique qu’il est probablement antérieur à 10267. Identifié comme l’auteur du document, Cn. Sentius Clodianus a été duouir cette année-là. Or, au moment de célébrer la gloire de Felix, Clodianus ne fait pas référence à cette magistrature. En outre, le même personnage, semble-t-il, apparaît en qualité de patron de collège sur une liste fragmentaire datée des environs de l’année 13568. Cet élément incite à ne pas placer le cursus municipal de Felix à une date très antérieure à la mort de Domitien. Quant aux titres municipaux de Felix, leur étalage vise à donner l’image d’un très grand prestige. Néanmoins, leur obtention paraît trop fulgurante pour que l’on puisse regarder Felix comme un notable qui aurait partagé son existence tout entière entre le service désintéressé de la cité et le loisir de profiter de revenus patrimoniaux. «  Hic primus omnium, quo anno dec(urio) adl(ectus) est, et q(uaestor) a(erari) fact(us) est, et in proxim(um) annum IIuir designat(us) est » ; « le premier de tous, l’année où il a été versé parmi les décurions, il a été nommé questeur du Trésor, et il a été désigné duovir pour l’année suivante ». De surcroît, Felix n’a pas brigué l’édilité : les décurions l’ont directement versé au nombre des anciens édiles. Magistrat, Felix n’a détenu un pouvoir de type exécutif dans la colonie que l’espace de deux années consécutives. Certes, après son duovirat, Felix a dû assister aux assemblées de l’ ordo. Mais il n’était plus, alors, qu’un décurion parmi les autres. Ayant peut-être distingué un homme d’âge mûr, ce qui paraît bien possible, les décurions n’escomptaient sans doute pas fréquenter Felix pendant très longtemps.

  • 69 M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Pouvoir, p. 12-15 et 20 ; F. Zevi, P. Lucilio Gamala senior e i q (...)

36Pourquoi tant d’honneurs, si vite décernés ? De manière paradoxale, certes, ce parcours accéléré semble révéler le caractère, non seulement tardif, mais aussi très superficiel de l’intégration de Felix au milieu aristocratique. Les Grands n’étaient probablement pas subjugué par les richesses du naviculaire. Ils les convoitaient. Par des honneurs assortis de passe-droits, l’élite d’Ostie semble capter cette fortune d’une manière qui lui a apporté un grand bénéfice, comparé au coût moral et à l’entorse faite aux convenances que représentait l’hommage rendu à un homme du port et des collèges. Sous couvert de privilèges exceptionnels, l’affaire – si l’on peut dire – est réglée au plus vite. Les honneurs décernés à Felix impliquaient que le Trésor de la colonie s’enrichisse des sommes honoraires versées par celui-ci. Mais une des grandes familles d’Ostie apparaît comme le véritable bénéficiaire de l’admission de Felix dans l’ ordo. Le nom complet du dédicant de l’inscription honorifique est Cn. Sentius Lucilius Gamala Clodianus. L’homme est lié aux Lucilii Gamalae qui, dès les époques tardo-républicaine et augustéenne, occupent une position de supériorité dans les institutions ostiennes69. Un P. Lucilius Gamala est ainsi duouir et censeur entre 69 et 71. Quant à Clodianus, celui-ci est considéré comme le fils adoptif de Felix. Très riche, sans doute âgé et dépourvu d’héritier naturel de sexe masculin, Felix pouvait susciter une certaine forme d’intérêt. En choisissant de s’allier à un Cn. Sentius Felix, les Lucilii Gamalae attiraient vers eux des richesses qui leur permettaient de tenir leur rang. Celles-ci, doit-on en conclure, ne permettaient pas à un très éminent collegiatus de la fin du ier siècle d’atteindre l’élite sans soutien.

  • 70 CIL, XIV, 4620 : «  P(ublio) Aufidio P(ublii) f(ilio) Quirina / Forti, / [d(ecreto) d(ecurionum) d (...)
  • 71 AE, 1913, 191 : «  [P(ublio) Aufi]dio P(ubli) f(ilio) Quirina / Forti, / [decu]rioni adlecto, IIui (...)

37C’est environ un demi-siècle plus tard, après le tournant décisif provoqué par la mise en service du Port de Trajan, que P. Aufidius Fortis est parvenu au terme d’une carrière municipale étoffée. Après avoir été admis parmi les décurions, Fortis a été duouir et cinq fois quaestor aerarii Ostiensium70. Il a aussi assumé une préfecture dont nous parlerons plus tard71. Avant 146, la colonie d’Ostie en a fait son patron. Reconduit cinq fois à la charge de trésorier, préfet des charpentiers, Fortis semble s’investir dans l’administration de la cité d’une manière inconnue de Felix. Fortis ne se contente pas d’atteindre un rang supérieur à celui de Felix. Ce dernier paraît assez étranger au « métier de magistrat », alors que Fortis semble décrit comme un véritable administrateur. Fortis est connu par trois inscriptions qui reflètent une certaine progression dans la hiérarchie civique. C’est à l’issue de son cursus municipal que Fortis devient patron d’Ostie, après avoir été choisi comme quinquennalis perpetuus par le corpus mercatorum frumentariorum, et comme patron par les mensores frumentarii et les urinatores. Le document le plus ancien est le seul à évoquer les attaches de Fortis avec le monde portuaire et annonaire. L’identité de ses auteurs en est l’explication : le titulus est dédié par le corpus mercatorum frumentariorum à son dignitaire. Les autres inscriptions taisent cette dimension de la personnalité de Fortis, pour ne retenir que la dignité atteinte par le magistrat municipal. Célébrée par ses affranchis, citée au moment où ceux-ci rendent hommage à son fils, la destinée glorieuse de Fortis peut sembler dissociée de ses racines frumentaires. Le rang de collegiatus, un temps occupé par Fortis, peut sembler appartenir au passé lorsque celui-ci est élevé à la dignité de patron de la colonie.

  • 72 CIL, XIV, 4142 (D., 6140) : «  M(arco) Iunio M(arci) f(ilio) Pal(atina) / Fausto, / decurioni adle (...)

38À la génération suivante, le profil de M. Iunius Faustus, honoré par le biais d’un monument placé dans l’espace public en 173, est très proche de celui de P. Aufidius Fortis72. Si le décurion et duouir Faustus n’a pas été reconduit à la questure, ses sacerdoces municipaux viennent étoffer sa titulature. Le flamen se présente comme un mercator frumentarius sans faire référence au corpus mercatorum frumentariorum attesté par le dossier précédent. Cela peut étonner. Et l’on ne peut pas exclure que Faustus ait pu exercer la mercatura sans se lier, de quelque manière, au corpus issu de cette activité économique. Le métier de mercator frumentarius semble porteur de dignité en lui-même, sans la médiation du collège. C’est l’indice qu’il occupe une place à part dans une échelle hiérarchique des métiers portuaires. Fortis et Faustus s’affichent comme des mercatores qui ont réalisé des carrières municipales. De tels parcours sont tout à fait rarissimes à l’échelle de l’Occident romain. Les deux personnages ne sont pas des mercatores comme les autres. Ce sont des mercatores frumentarii du iie siècle, engagés dans un trafic annonaire essentiel pour l’équilibre économique romain, reliant le port de Rome aux terroirs agricoles de la province d’Afrique.

39La supériorité de Fortis et Faustus sur les autres collegiati admis dans l’élite civique résulte semble-t-il de deux facteurs, chronologique et économique, qui se recoupent en partie. L’évolution d’Ostie au iie siècle explique le contraste décelé dans la comparaison des deux personnages et de Felix. Il est incontestable que la société os-tienne, profondément bouleversée en l’espace de quelques décennies, offrait des possibilités d’ascension plus grande aux négociants de l’époque de Fortis et de Faustus. En outre, les richesses de Felix provenaient d’activités commerciales différentes de celles pratiquées par les deux mercatores frumentarii. Felix est décrit comme un gratis adlect(us) inter nauicular(ios) maris Hadriatici et ad quadrigam fori uinari. Il est décrit comme un homme lié au commerce du vin et à des trafics italiens. Le rang de Fortis et de Faustus est lié au blé et à l’outre-mer africain. Or, contemporains de Fortis et de Faustus, les autres collegiati intégrés à l’élite d’Ostie ne sont pas des mercatores. Présidents et patrons de mesureurs ou de bateliers, ces personnages sont issus d’un monde portuaire qui vit des trafics annonaires, en marge des activités négociantes proprement dites. En somme, P. Aufidius Fortis et M. Iunius Faustus apparaissent comme des personnages exceptionnels, non seulement dans le milieu des collegiati d’Ostie, mais aussi dans la catégorie très restreinte des collegiati qui ont atteint le rang de notable.

  • 73 CIL, XIV, 362 (D., 6135) : «  C(aio) Granio / C(aii) fil(io) Quir(ina) / Maturo, / d(ecurionum) d( (...)
  • 74 AE, 1988, 212 : «  – – –]/ [dec(urionum) decr(eto)] decurion[i g]ratis adl(ecto), [cor]pus me(n)so (...)
  • 75 H. Bloch, Ostia, p. 297, no 62 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 108.
  • 76 CIL, XIV, 375 (D., 6147).

40Les trois derniers collegiati admis dans l’ordo d’Ostie ont pris part au gouvernement municipal à un niveau inférieur à celui de Fortis et de Faustus. C. Granius Maturus semble avoir appartenu à deux corpora liés aux activités portuaires. Il a été décurion et probablement duouir73. Les relations entre le corpus mensorum frumentariorum d’Ostie et un décurion admis gratuitement dans l’ ordo apparaissent de manière explicite sur une pierre, dont la partie supérieure est malheureusement mutilée74. Le collège salue son patron et quinquennalis perpetuus. Il a paru vraisemblable que le nom de C. Granius Maturus était gravé au début du titulus75. À Ostie, en effet, le statut de «  decurionum decreto decurio gratis adlectus » n’est attesté qu’à travers la personnalité de deux individus : Maturus et un P. Lucilius Gamala76. Or, identifier le dédicataire de l’inscription mutilée à Maturus s’accorde bien avec l’hypothèse de restitution «  corpor[ato] c[urator(um)] / nau(ium) marin(arum) et [mensor(um)] / frument(ariorum) Ostiensiu(m) », suggérée par l’une des inscriptions dédiées à celui-ci. En outre, le corpus mensorum frumentariorum rend hommage à des «  beneficia in rem public(am) suam conlata », alors que la « gratuité » du décurionat a été concédée à Maturus «  ob mu[n]ificentiam eius ».

  • 77 CIL, XIV, 4458 : «  [M(arco) P]etro[nio M(arci) f(ilio)] / [Q]uir(ina) Hon[orato], / praef(ecto) A (...)
  • 78 H.-G. Pflaum, CP, n° 117.
  • 79 S. Demougin, Élites, p. 359 et 372.

41Comme dans le cas de Felix, l’accès de Maturus à la curie s’éclaire en partie à la lumière des motivations intéressées des membres de l’ ordo. Les hommes enrichis par l’activité du port pouvaient s’acquitter de dépenses qui incombaient, ès qualité, aux notables municipaux. D’autre part, Maturus ne brillait pas seulement de l’éclat de ses richesses. En 147, il fait ériger un monument à la gloire de M. Petronius Honoratus dont il se dit l’ amicus, c’est-à-dire, dans un tel contexte, le client77. La base inscrite a été installée dans l’espace public par décret des décurions. Maturus au premier chef, mais aussi la cité d’Ostie, en accompagnant son geste, rendent hommage à un très grand administrateur équestre, nommé à la préfecture d’Égypte, après avoir été préfet de l’annone78. Comme dans le cas de Felix, la richesse et le rang de corporatus ne semblent pas suffire à assurer la promotion dans l’élite. Le candidat à l’ ordo doit pouvoir mettre en avant un patronage. Et, malgré ces atouts, Maturus ne fait pas une très brillante carrière municipale. L’homme devient certes duouir, mais, de manière générale, les hommes nouveaux d’Ostie semblent avoir obtenu cette magistrature sans grand mal79. Le duovirat d’Ostie, à la différence de la fonction de quinquennalis, n’est pas l’attribut exclusif du noyau aristocratique de l’élite civique.

  • 80 CIL, XIV, 4554 (166) :
    A. «  – – – Fel]ix et / [– – –] Martinus / [im]ag(ines ?) ex arg(ento) p(ond (...)
  • 81 AE, 1989, 125 : «  [M(arcus) Mariu]s M(arci) f(ilius) Pal(atina) Prim[itiuus, decur(ionum) dec(ret (...)
  • 82 CIL, XIV, 341 (D., 6144) : «  Memoriae / M(arci) Corneli M(arci) f(ilii) Pal(atina) Valeriani Epag (...)
  • 83 R. Duncan-Jones, The economy of the Roman Empire. Quantitative studies, Cambridge, 1974, p. 176 et (...)
  • 84 R. Meiggs, Ostia, p. 178.

42De même, tout en siégeant à la curie, M. Marius Primitivus et M. Cornelius Valerianus semblent à l’écart du premier cercle des notables d’Ostie. Dans la ville, leurs noms n’évoquaient pas les richesses du très grand commerce et de l’armement des plus imposants navires, mais la poussière navale qui prenait part au fourmillement de la vie portuaire. Les deux personnages appartiennent en effet à des collèges de bateliers. Le premier est, en 166, un dirigeant et bienfaiteur du corpus scaphariorum traiectus Rusticeli80. Ses titres municipaux apparaissent sur deux inscriptions81. Le second a été dirigeant et patron du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum. Il mentionne son statut de décurion sur l’épitaphe de son fils82. Simple décurion, Valerianus faisait partie d’un ordo municipal qui comptait une centaine d’individus83. En ajoutant à ces hommes leurs femmes et leurs enfants, se dessine un groupe assez important, dans lequel la position d’un simple décurion issu de la batelerie pouvait être relativement marginale. Certes, Primitivus met aussi en avant son édilité des sacra Volkani. Cependant, il ne s’agit pas d’une charge sacerdotale du plus grand prestige. À la différence du pontificat de Vulcain, réservé aux plus grands notables, la préture et l’édilité des sacra sont briguées au début des cursus municipaux ostiens84.

  • 85 CIL, IX, 3923 (D., 6536) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / L(ucio) Marculeio Saturnino, / ueterano (...)
  • 86 F. Jacques, Privilège, p. 618-635.

43En dehors d’Ostie, alors qu’ils ne forment qu’un petit échantillon, les collegiati qui ont atteint le rang de notable laissent percevoir une même hétérogénéité. Les personnages qui ne semblent pas cantonnés dans la frange inférieure des élites municipales, au rang de décurion, sont l’exception. Deux vétérans cumulent les dignités de notables et de collegiati. Or, la place du collège dans la définition de leurs personnalités sociales respectives n’est pas univoque. À Alba Fucens, L. Marculeius Saturninus a été quinquennalis du collegium fabrum tignuariorum local et il a assumé plusieurs responsabilités municipales85. Quaestor puis quattuoruir iure dicundo, il a en outre exercé quatre curatèles. L’honneur collégial est cité en dernier, mais sa place exacte dans le parcours de Saturninus est inconnue. Il est remarquable que, durant son existence, un même homme ait pu diriger un collège de charpentiers et remplir la fonction de curateur des travaux publics. Hélas, on ne peut connaître tout ce que l’association de ces deux titres paraît receler. Quoi qu’il en soit, dédiant l’épitaphe et arborant lui aussi les titres de quattuoruir et de curator annonae, L. Marculeius Faustus commence par présenter son père comme un vétéran. Attiré par la gloire municipale, ce dernier a choisi de ne pas faire jouer l’immunité des charges que son statut lui assurait86. Retiré à Alba Fucens, l’ancien de la septième cohorte prétorienne n’était pas un citoyen comme les autres. Saturninus avait vocation à être regardé comme un notable. Et, dans la reconnaissance de cette supériorité sociale, la dignité de quinquennalis collegii semble accessoire. Aussi serait-il contestable d’affirmer que Saturninus incarne pleinement les possibilités de promotion offertes aux collegiati.

  • 87 AE, 1940, 64 : «  L(ucius) Caecilius / Aemilianus, / ueteranus ex coh(orte) / pr(ima) praetoria, d (...)

44De son côté, L. Caecilius Aemilianus est mort à Ostie, où il a été corporatus in templo fori uinari importatorum negotiantium87. Toutefois, c’est la cité africaine d’Aelia Uluzzibira qui l’a élevé au rang de décurion puis de duouir. Auparavant, Aemilius avait servi dans une cohorte de prétoriens. Sans doute, les décurions et les citoyens d’Uluzzibira ont-ils pris ce statut de vétéran en considération, au moment d’honorer Aemilianus. Cependant, il est tout aussi probable que le négoce est à l’origine même des contacts entretenus par le corporatus et la cité africaine. Comparée à la situation que laisse entrevoir l’épitaphe de Saturninus, la relation entre les titres municipaux d’Aemilianus et l’appartenance de celui-ci à un collège issu d’une pratique professionnelle semble beaucoup plus directe. Corporatus à Ostie et choisissant d’y reposer, Aemilianus n’a sans doute passé que peu de temps sur les bancs de la curie d’Ulizzibira. Son profil, comparé à celui de Saturninus, laisse présumer un tout autre rapport à la vie publique. Saturninus est un administrateur. Aemilianus porte des titres.

  • 88 CIL, XIII, 1918 : : «  L(ucio) Heluio L(ucii) filio / Voltin(ia) Frugi, / curatori nau/tarum bis, (...)
  • 89 CIL, XIII, 11179 : «  [Dis Ma]nibus / [C(ai) Aproni Ra]ptoris, Tre/[ueri, dec(urionis) ci]uitat(is (...)
  • 90 AE, 1981, 387 : «  C(aius) Petronius / Mantes, aurifex, / decurio Mut(inae), / aurificibus et coni (...)
  • 91 CIL, XIV, 2408 (D., 5196) : «  L(ucio) Acilio L(uci) f(ilio) Pompt(ina) Eutyche(ti), / nobili arch (...)
  • 92 CIL, XIV, 2809 (D., 6219) : «  M(arco) Iulio Zotico, / decurioni, / patri decurionum, / et seuiro (...)

45Sur les inscriptions, l’indication du rang de notable est souvent très rapide, si bien qu’il est difficile de déterminer quelle place l’administration civique tenait dans l’existence des collegiati concernés. À l’image de M. Cornelius Valerianus à Ostie, quatre d’entre eux ont été promus dans l’élite, sans dépasser le rang de décurion. Parmi les membres d’associations de métier gauloises, le naute L. Helvius Frugi s’illustre par une position plus prestigieuse. La cité de Vienne en a fait son duouir dans le cours du iie siècle88. En revanche, dans le premier quart de ce siècle, le Trévire C. Apronius Raptor, qui fréquentait lui aussi l’ emporium lyonnais en tant que naute, n’a été que décurion89. L’orfèvre C. Petronius Mantes90, l’artiste scénique L. Acilius Eutyches91, vers 169, et le dendrophore M. Iulius Zoticus92, vers 220, ont été admis, respectivement, dans les ordines de Bovillae, de Mutina et de Gabii. Comparés à un P. Aufidius Fortis, par exemple, ces simples décurions ne suggèrent ici qu’une très brève présentation. Cependant, par la modestie de leur rang parmi les notables, ils incarnent sans doute beaucoup mieux que le patron d’Ostie la réussite sociale dont les collegiati pouvaient rêver.

  • 93 F. Jacques, Privilège, p. 507-570 et 586-596.
  • 94 A. Abramenko, Mittelschicht, p. 102 ; H. Mouritsen, Order and disorder in Late Pompeian politics, (...)

46Au total, l’étude des collegiati confirme l’ouverture relative des ordres municipaux à des hommes nouveaux. Le monde du commerce et des activités manufacturières constituait un vivier dont provenait sans doute une part significative de ces nouveaux venus. Cette ouverture devient plus visible au iie siècle, si ce n’est plus grande. Les derniers exemples évoqués tendent à montrer que ce mouvement, certes variable en intensité, ne se limite pas à Ostie et aux très grands centres commerciaux. Toutefois, comme semble en témoigner l’exemple de Cn. Sentius Felix, l’ouverture des ordines à des hommes nouveaux n’est pas incompatible avec une relative stabilité aristocratique. Le caractère hiérarchique, et par-là hétérogène, des élites municipales permet aux plus grands notables de contrôler le renouvellement des ordines, et de conserver leur prééminence93. Ce renouvellement n’était pas seulement désiré par les candidats à la promotion sociale, et consenti par les notables. Il s’imposait comme une incontournable nécessité. L’accès à l’élite est possible, parce que des places sont vacantes. Si les sources conservent le souvenir de réussites sociales, il n’y a pas de doute que l’ascension des uns avait pour corollaire la déchéance des autres. Le renouvellement de l’élite avait aussi pour cause la ruine économique ou l’extinction démographique94. Le collège facilitait un mouvement qui s’imposait aux sociétés du monde romain.

Supériorité collégiale et intégration à l’élite

47Si la position de supériorité sociale des collegiati admis dans un ordre de décurions doit parfois être nuancée par la prise en compte de l’hétérogénéité des élites municipales, la supériorité de ces mêmes individus au sein des milieux collégiaux est indiscutable. Cette prééminence apparaît comme un élément fondamental de l’intégration civique de ces collegiati. À ce titre, le collège sert de point d’appui à des trajectoires d’ascension dans la hiérarchie sociale.

  • 95 CIL, XIV, 4620.
  • 96 CIL, XIV, 364.

48Le cumul des présidences et du patronat de collège est l’un des signes forts qui expriment la supériorité des collegiati accédant au rang de notable. Sur ce point encore, les sources d’Ostie laissent observer des structures qui, sans être tout à fait originales, sont plus marquées dans la société du port de Rome que dans les autres cités. À l’exception de L. Caecilius Aemilianus, de C. Petronius Mantes et de M. Iunius Faustus, les autres collegiati recensés ont exercé des responsabilités administratives dans leur collège. Le grand nombre de patronats assumés par Cn. Sentius Felix est à l’origine de sa célébrité auprès des historiens. Par le patronat de si nombreuses collectivités, Felix paraît tenter de s’approcher d’une dignité qu’à la différence de P. Aufidius Fortis, il ne parvient pas à atteindre : le patronat de la colonie. Or, pour le mercator frumentarius, les patronats des mensores frumentarii et des urinatores ont pu constituer une étape précédant l’acquisition d’un titre qui faisait de lui le protecteur de tous les citoyens d’Ostie95. Tel un Cn. Sentius Felix, C. Granius Maturus semble avoir cherché à multiplier les patronats. Le fragment de son épitaphe cite cinq collectivités96. L’attestation du patronat du corp(us) [curatorum n]auium marinarum [et nauium a]mnalium Ostiens(ium) est conservée. Les dendrophores et deux autres communautés indéterminées entretenaient probablement des relations de clientèle avec Maturus. Ces patronats de collège tendent à confirmer que tous les collegiati admis dans un ordo municipal n’ont pas occupé des positions identiques dans la hiérarchie très fragmentée de la société romaine. Ainsi, un M. Iunius Zoticus présente moins d’éclat que les personnages précédents. Simple décurion de Gabii, il n’a été le patron, et le quinquennalis perpetuus, que de son propre collège. Il en va de même pour M. Cornelius Valerianus. À la fois naute de la Saône et curateur des negotiatores uinarii établis à Lyon, C. Apronius Raptor a été le patron de ses deux collèges.

  • 97 Petr., 74, 15 : «  Et ego, homo dipundiarius, sestertium centies accipere potui. Scis tu me non me (...)
  • 98 Tac., Ann., 13, 27, 1-2 : «  Disserebatur contra paucorum culpam ipsis exitiosam esse debere, nihi (...)
  • 99 CIL, XIV, 8 (D., 6154), 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175).
  • 100 CIL, XIV, 5328 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 98, identifie un collegiatus mentionné sur un fragm (...)
  • 101 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).

49La supériorité acquise dans l’univers collégial semble avoir favorisé l’accès de proches descendants d’affranchis à des ordres de décurions. « Je te conseille de ne pas laisser périr ta race » lance un parfumeur à Trimalcion97, tandis que Tacite constate que les grands ordres de l’État romain seraient bien vides si l’on en excluait les fils d’affranchis98. Comme nous le verrons, M. Cornelius Valerianus est très probablement le fils ou le petit-fils d’un dénommé M. Cornelius Epagathus99. Curator Augustalium en 141 et portant un cognomen grec, ce dernier peut être considéré, sans grand risque, comme un affranchi. Quant à M. Marius Primitivus, celui-ci porte un cognomen latin assez couramment porté par des esclaves, des affranchis ou leurs descendants. Dans les années 150 et 160, son père a dû côtoyer Epagathus au sein de l’ ordo Augustalium d’Ostie100. Le père s’unit au fils à l’occasion d’une donation faite au corpus scaphariorum traiectus Rusticeli, en affichant son rang de seuir Augustalis. En dehors d’Ostie, les surnoms des décurions L. Acilius Eutyches, C. Petronius Mantes et M. Iulius Zoticus retiennent l’attention. Au surplus, le troisième se présente comme le quinquennalis de l’ ordo Augustalium de Gabii101. Cette dignité pourrait refléter les liens conservés par un ingénu avec un milieu d’affranchis, dont il serait issu par le biais de son père. Les dendrophores n’évoquent pas le père de Zoticus. En revanche, ces laudateurs décrivent leur quinquennalis perpetuus et patron comme un pater decurionum. Zoticus a des préoccupations lignagères.

  • 102 M. Gordon, The Freedman’ Son in municipal life, JRS, 21, 1931, p. 65-77 ;
    P. Garnsey, Descendants o (...)
  • 103 S. Demougin, Élites, p. 373.

50Les preuves irréfutables, qui permettraient d’établir que Primitivus, Eutyches, Mantes et Zoticus sont de père affranchi, font défaut. Néanmoins, cette probabilité sort renforcée de l’examen de la documentation étrangère au milieu collégial102. Nos personnages semblent s’inscrire dans le modèle de mobilité sociale intergénérationnelle présenté par S. Demougin103. Des lignées se sont élevées, du monde servile jusqu’au cœur des élites municipales, en l’espace de trois générations. Des pères sont parvenus au plus haut degré de dignité que des affranchis pouvaient atteindre. Leurs fils sont entrés dans un ordre de décurions, et ils ont parfois assumé les magistratures ou les sacerdoces publics les moins prestigieux. Enfin, les petits-fils ont pu recevoir des titres que le noyau aristocratique des élites municipales considérait comme ses attributs exclusifs. Les collèges accueillaient les pères, aussi bien que leurs fils. Par le prestige et le capital de relations sociales apportés à leurs membres, les collèges ont contribué à des dynamiques d’ascension sociale, au cours des phases initiales et intermédiaires de celles-ci.

  • 104 R. Meiggs, Ostia, p. 200.
  • 105 CIL, VI, 2722.
  • 106 W. Kubitschek, Tributim, p. 272 ; en Italie, la tribu Teretina est celle de six cités de la Regio (...)
  • 107 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986, p. 166-174.

51Facteur d’intégration civique, l’appartenance à un collège peut en partie compenser des handicaps sociaux susceptibles de gêner l’accès à l’élite. Beaucoup de candidats à l’élite se heurtaient aux réticences des notables établis. Les collegiati évoluent en effet dans un système où, de manière incontestée, les fils de décurions sont les plus qualifiés pour succéder à leurs pères. Être le fils d’un affranchi est un handicap que des collegiati ont réussi à surmonter. De même, les décurions de certaines cités ont pu admettre parmi eux des hommes nouveaux venus d’ailleurs. Cn. Sentius Felix était inscrit dans la tribu Teretina. Or, la tribu d’Ostie était la Voturia. R. Meiggs propose d’en déduire que Felix n’était pas un habitant d’Ostie de vieille souche. Selon lui, Felix venait « almost certainly » d’Atina104. Cette hypothèse s’appuie sur une démarche onomastique. Felix est rapproché du soldat prétorien Cn. Sentius Saturninus, inscrit dans la tribu Teretina et originaire d’Atina, ainsi que d’aristocrates de l’époque julio-claudienne, les Cn. Sentii Saturni105. Ces éléments sont minces, mais ils peuvent prendre appui sur la faible diffusion de la tribu Teretina106. L’implication de Felix dans des trafics maritimes et dans le commerce du vin ne pourrait-elle pas fournir une piste plus satisfaisante que le recours exclusif à l’onomastique ? L’essor des vignobles de l’Adriatique méridionale, ainsi que de la Vénétie et de l’Émilie, est bien attesté au ier siècle107. Il paraît donc plausible, a priori, que Felix, nauicularius maris Hariatici et reçu dans un collège lié au forum uinarium d’Ostie, soit originaire de l’une de ces régions. Cependant, la tribu Teretina n’y est pas attestée.

  • 108 M. Cébeillac-Gervasoni, Ostie et le blé au IIe siècle ap. J.-C., in Le ravitaillement en blé de Ro (...)

52Les relations entre P. Aufidius Fortis et l’Afrique apparaissent de manière beaucoup plus explicite. Il incarne un phénomène dont M. Cébeillac-Gervasoni souligne l’intensité, en ces termes108. Au début du iie siècle, l’aristocratie traditionnelle d’Ostie reste à l’écart des bouleversements qui secouent la vie économique de la cité. En saisissant les possibilités offertes par l’essor commercial du port, des hommes venus de la province d’Afrique se sont engouffrés dans une brèche qui leur a ouvert les portes de la richesse et du gouvernement municipal. Il est assez probable que Fortis était originaire d’Afrique. Il était en effet décurion de la cité d’Hippo Regius. Il appartenait à la tribu Quirina qui était la tribu de la majorité des cités de la province d’Afrique, celle d’Hippo Regius notamment. De même, M. Cébeillac-Gervasonni considère C. Granius Maturus comme un probable « Romain d’Afrique », en raison de son appartenance à la tribu Quirina.

53En somme l’intégration à l’élite sanctionne un ancrage dans la vie civique réalisé par le biais des structures collégiales, notamment. Le rang de collegiatus est une dignité en soi, et la vie du collège permet d’atteindre un plus haut niveau de prestige personnel. D’où l’accès de certains collegiati à une véritable promotion sociale.

L’accès rarissime à l’ordre équestre

  • 109 S. Demougin, Élites, p. 375.
  • 110 Ead., Ibid., p. 355.

54Quelques collegiati ont reçu le cheval public. Ils ont vécu dans la deuxième moitié du iie siècle et au iiie siècle, à une époque où la dignité équestre est accordée plus largement qu’auparavant109. Des fils d’officiers subalternes ou d’affranchis ont bénéficié de cette plus grande ouverture. Ils accédaient alors à un rang prestigieux, mais aussi à un ordre hétérogène dont le recrutement s’étendait en fait à des milieux très divers110. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner outre mesure de la dignité équestre de quelques collegiati d’Ostie. Néanmoins, plusieurs personnages inspirent le doute : suivant les cas, leurs qualités de collegiatus ou de chevalier ne paraissent pas tout à fait sûres.

  • 111 CIL, XIV, 4144 (D., 6173) : «  C(aio) Veturio C(ai) f(ilio) Testio / Amando, / eq(uiti) R(omano), (...)
  • 112 H. L. Royden, Magistrates, p. 104.
  • 113 CIL, XIV, p. 484 ; NSA, 1886, p. 56.

55Au milieu du iie siècle, C. Veturius Testius Amandus est décrit comme un eq(ues) R(omanus) qui a joué le rôle de patronus et defensor, c’est-à-dire d’avocat, auprès des cinq corps des lenuncularii d’Ostie111. Or, à l’avant-dernière ligne de la base gravée en son honneur, la restitution «  [quin]q(uennali) corporis splendissimi codicar(iorum) » n’est pas indiscutable. H. L. Royden considère le personnage comme un dignitaire de collège, en se fondant sur cette restitution112. Pourtant, la lettre « Q » n’est pas parfaitement lisible. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse en fait d’un « O », comme l’indique H. Dessau113. De fait, l’éditeur du CIL XIV rappelle que R. Lanciani proposait de restituer «  [ord]o », avant d’ajouter que l’espace placé avant ce possible « O » a pu accueillir jusqu’à sept autres lettres.

56Il n’est donc pas impossible de restituer «  [patron]o », plutôt que «  [quin]q(ennali) ». Une telle dignité s’accorderait mieux avec le rang social d’un chevalier, patron des V corpora de lenuncularii d’Ostie. La référence à une quinquennalitas à l’avant-dernière ligne d’une inscription honorifique, entre «  ob merita eius » et «  LDDDP », serait étonnante. Elle serait plus conforme à l’usage juste après la mention du patronat des lenuncularii. H. Dessau avance cette explication : le titre à restituer a pu être gravé dans un second temps, après la dédicace de la base. Si l’on suit H. Dessau, il faut donc admettre que les codicarii ont décerné un titre à C. Veturius Testius Amandus alors qu’il était déjà chevalier et patron des lenuncularii. Il semble vraisemblable que ce titre soit équivalent, et non inférieur, à celui que les lenuncularii avaient attribué à leur patronus et defensor. En outre, s’il fallait bien lire la lettre « Q » à l’avant-dernière ligne du texte, il serait possible de proposer les restitutions «  [q(uin)]q(uennales) » ou «  [quin]q(uennales) », en faisant donc des dignitaires du corpus codicariorum les co-dédicants de l’inscription. En tout cas, il paraît bien improbable que C. Veturius Testius Amandus soit un collegiatus.

  • 114 A. Licordari, I lenuncularii traiectus Luculli ad Ostia, MGR, 12, 1987, p. 154 ( AE, 1987, 195) : (...)
  • 115 Restituer «  [pat. cor] » est délicat, car l’abréviation usuelle pour désigner les patrons et le p (...)
  • 116 CIL, III, 1212, «  ob honorem patronat »., collegium fabrum d’Apulum ; CIL, XI, 1159 (D., 7321), « (...)

57Par ailleurs, A. Licordari propose une lecture d’un petit fragment qui fait d’un chevalier le président d’un collège de bateliers d’Ostie114. Il souligne que ses propositions coïncident parfaitement avec les dimensions de la pierre. Toutefois, la partie gauche du champ épigraphique n’est pas conservée. La taille exacte des lignes ne peut donc pas être estimée avec la plus grande précision. À la troisième ligne, la restitution «  [qq cor] » est-elle la seule possible, sachant qu’A. Licordari restitue «  [manus ob] » à la ligne supérieure ? La restitution «  [patr cor] » est-elle tout à fait exclue115 ? A. Licordari fait l’observation suivante : « nei collegi ostiensi non è frequente il caso che i quinquennali di un collegio siano di rango equestre ». Qu’un quinquennalis de collège d’Ostie devienne chevalier n’est pas invraisemblable, même si de telles promotions sont rarement attestées. Qu’un chevalier romain devienne quinquennalis du corpus lenunculariorum traiectus Luculli est beaucoup plus étonnant. C’est pourtant ce que laisse supposer l’hypothèse d’une donation «  [ob] honorem [q(uin)q(uennalitatis)] » effectuée par un eq(ues) Romanus. L’hypothèse d’une libéralité «  [ob] honorem [patr(ocinii)] » n’est-elle pas plausible ? Le fait qu’un chevalier reçoive de bateliers le titre de patron est banal. Et plusieurs documents livrent des parallèles qui peuvent servir d’appui à cette hypothèse alternative116.

  • 117 CIL, XIV, 251 (D., 6175).
  • 118 CIL, XIV, 341 (D., 6144).
  • 119 Cf. infra, p. 414-415.

58Par ailleurs, il nous paraît improbable que M. Cornelius Valerianus, le décurion d’Ostie précédemment évoqué, ait atteint le rang équestre. Certes, un album des lenuncularii tabularii auxiliarii, daté de 192, laisse entendre le contraire117. Cependant, M. Cornelius Valerianus ne se dit pas chevalier sur une inscription postérieure, l’épitaphe de son fils qui, lui, a reçu le cheval public118. Nous suivons ici la démonstration d’H. L. Royden ; le détail en sera présenté au cours de l’étude des M. Cornelii présents parmi les lenuncularii tabularii auxiliarii119. Celle-ci nous conduit, à présent, à ne considérer comme chevaliers ni M. Cornelius Valerianus, ni L. Valerius Daphnus, ni les Sex. Sextilii Iuliani père et fils. En revanche, il paraît incontestable que L. Furius Publicius Marcellus et L. Furius Publicius Marcellinus ont appartenu au corpus lenunculariorum, avant d’en devenir les patrons équestres.

  • 120 CIL, XIV, 314 : «  D(is) M(anibus), / Sex(to) Carminio Parthenopeo, / eq(uiti) R(omano), dec(urion (...)
  • 121 R. Meiggs, Ostia, p. 211.
  • 122 S. Demougin, Élites, p. 370-371.
  • 123 CIL, XIV, 294 ; un autre exemple est fourni par CIL, XIV, 354.
  • 124 Voir ainsi CIL, XIV, 353 (D., 6148).

59L’épitaphe de Sex. Carminius Parthenopeus ne laisse pas de plus doute sur l’appartenance de ce q(uin)q(uennalis) colleg(ii) fabr(um) tign(uariorum) à l’ordre équestre120. Le texte a été gravé sur une tombe monumentale dont la structure architecturale semble assez caractéristique du début du iiie siècle121. Chevalier, collegiatus, Parthenopeus a aussi siégé parmi les décurions d’Ostie. Il fait donc partie d’un ensemble d’une soixantaine d’individus qualifiés par S. Demougin d’ equites municipales, pour les distinguer des administrateurs équestres en fonction à Ostie122. Les trois-quarts de ces personnages affichent des titres d’administrateurs de la colonie. Parthenopeus n’a été que simple décurion, à la différence de chevaliers « municipaux » qui se distinguent par de belles carrières. «  Omnibus honoribus functus in colonia Ostiense », affirme par exemple T. Antistius Agathangelus à propos de son fils T. Antistius Favor123. La progression de L. Licinius Herodes dans la hiérarchie civique est connue. Le chevalier s’est élevé de la préture de Vulcain jusqu’à la dignité suprême de quinquennalis. Toutefois, Parthenopeus n’est pas le seul chevalier d’Ostie à s’être contenté du décurionat124. Son épouse et lui portent des noms grecs. Il n’est donc pas à exclure que Parthenopeus soit le fils d’un affranchi, ce qui pourrait expliquer qu’il n’a rempli aucune magistrature municipale. De fait, les «  equites municipales » forment, eux aussi, une catégorie hétérogène. À Ostie, le rang équestre et les honneurs municipaux se complètent pour définir la condition sociale de certains individus ; mais ils ne se situent pas dans un rapport strictement hiérarchique. On aurait tort de conclure que, chevalier, Parthenopeus était d’une dignité supérieure à celle de tous les notables n’ayant pas reçu le cheval public. Le titre de chevalier porté par Parthenopeus reflète sans doute plus l’efficacité de ses soutiens auprès des bureaux impériaux, que sa place exacte dans la hiérarchie de la cité d’Ostie.

  • 125 H. Bloch, Ostia, p. 291-292 ( AE, 1982, 132 ; AE, 1991, 333) : «  – – –] Hermiae, eq(uiti) Rom(ano (...)

60Un autre chevalier d’Ostie, à la charnière des iie et iiie siècles, semble-t-il, a réalisé une carrière municipale plus brillante que celle de Sex. Carminius Parthenopeus. Il était pourtant issu, lui aussi, du milieu collégial. De sa nomenclature, seul son cognomen est conservé. Le texte très lacunaire qui le cite fait référence à la questure du Trésor d’Ostie ainsi qu’à trois sacerdoces publics125. À la dernière ligne du fragment, la lecture «  [pa]tr(ono) et q(uin)q(uennali) V » est sûre, si bien qu’il ne paraît pas contestable que cet eq(ues) Rom(anus) ait exercé une présidence de collège, à un moment de son existence. La collectivité qui l’a élevé au rang de patron et de quinquennalis perpetuus est inconnue. Seule la première lettre du nom des collegiati, un « V », est encore bien lisible. Selon H. Bloch, la seconde pourrait être un « R » ou un « I ». Les auteurs de l’ Année épigraphique écartent la seconde solution. En conséquence, ils rejettent l’hypothèse de restitution «  ui[nari] » que H. Bloch se refuse à exclure. De fait, les restitutions «  u[rinatorum] » ou «  u[rinatores] » sont considérées comme les plus satisfaisantes. D’autres incertitudes pèsent sur la titulature équestre d’Hermias. À la deuxième ligne, H. Bloch propose de lire «  [– – – praef(ecto) diui] Pert(inacis) ». L’ Année épigraphique préfère «  [adlecto in ampl(issimum) ord(inem) a diuo] Pert(inace) ».

  • 126 H. Devijver, Eques romanus, a militiis ( AE, 1982, 132), Sacris Erudiri, 31, 1989-1990, p. 125-130 (...)
  • 127 S. Demougin, Élites, p. 370.

61L’enjeu de la restitution proposée par H. Devijver est sans doute plus grand, dans le cadre d’une étude sociale sur les collegiati126. H. Devijver avance qu’à la première ligne, l’indication du rang d’ eq(ues) Rom(anus) était peut-être suivie de la formule «  [a mil(itiis)] ». Le spécialiste de la chose militaire se fonde sur plusieurs parallèles, en présentant la recension d’une vingtaine de cas où l’abréviation «  eq. Rom. », ou une formule équivalente, précède l’expression «  a militiis ». Celle-ci signifie que « one belonged to the category of the uiri militares ». H. Devijver raisonne en historien de l’ordre équestre, dans le cadre restreint d’un court article. Cela explique qu’il n’évoque ni l’élite municipale, ni les collèges d’Ostie. Or, dans la colonie, les chevaliers « municipaux » qui ont effectué une milice sont l’exception. S. Demougin n’en dénombre que 4 sur un total de 67 personnages127. Ces chiffres donnent du crédit à H. Bloch lorsque celui-ci doute que des «  dona militaria » aient pu être inclus dans la titulature d’Hermias. Le fait qu’un dirigeant et patron de collège accomplisse une carrière municipale et devienne chevalier est rare. Pour bien des notables locaux, être versé par l’empereur au nombre des chevaliers est un honneur qui se suffit à lui-même. Or, il paraît assez vraisemblable que les titres collégiaux et municipaux portés par Hermias se rattachent les uns et les autres à deux moments distincts de l’existence. Il semble probable que Hermias n’est pas né notable, mais qu’il l’est devenu. Si, comme le suggère H. Devijver, l’on regardait Hermias comme un uir militaris, sans doute pourrait-on présumer que celui-ci a connu, non pas un, mais deux tournants radicaux dans son existence. Sans juger irrecevable l’hypothèse proposée, l’on peut donc être surpris par le parcours individuel que celle-ci peut impliquer.

  • 128 CIL, VI, 29722 (D., 7490) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / C(aio) Sen[ti]o Reguliano, eq(uiti) R(o (...)
  • 129 AE, 1980, 98 : «  D(ecimo) Caecilio / Onesimo, / uiatori, / apparitori / Augustoru[m], / diffusori (...)

62Enfin, C. Sentius Regulianus a appartenu à une association de métier, non pas d’Ostie, mais de Rome128. Au milieu du iie siècle, il a été le curateur du corpus des diffusores olearii ex Baetica. Nous étudierons par la suite le parcours qui l’a mené des canabae lyonnaises jusqu’à la capitale de l’Empire. Il est vraisemblable que c’est à Rome même, après avoir été un négociant important en Gaule, que Regulianus a reçu la dignité équestre. Or, ses activités de diffusor n’y sont sans doute pas étrangères. La nature exacte de ce métier, lié à la commercialisation de l’huile de Bétique, est incertaine et discutée ; nous y reviendrons aussi. Il est remarquable que le très petit nombre de diffusores olearii attestés à Rome comprenne non seulement un chevalier, mais aussi deux apparitores de magistrats du Peuple Romain129. Il s’agit de contemporains de Regulianus ; leurs nomina figurent sur des tessons du Testaccio datés des années 140 et 150. Or, les titres de chevaliers et d’ apparitores correspondent à des dignités de niveau inégal, dont l’obtention requiert l’appui d’un ou plusieurs protecteurs haut placés. Il est assez probable que les deux apparitores étaient d’anciens esclaves. Et, à la différence de Regulianus, ces personnages se présentent comme de simples diffusores, en ne faisant référence ni à des dignités collégiales, ni à d’autres activités économiques. Attribuant des titres distinctifs à ces trois collegiati, la puissance publique paraît tenir compte de leurs différences de dignité.

  • 130 CIL, VI, 1625 b (D., 1340) : «  M(arco) Petroni[o M(arci) f(ilio)] / Quir(ina) Honorat[o], / praef (...)
  • 131 Dig., 50, 4, 5 (Scaevola) : «  Nauicularii et mercatores olearii, qui magnam partem patrimonii ei (...)

63N’est-il pas séduisant d’imaginer qu’ils aient pu bénéficier de l’intervention d’un même protecteur, en contact avec les diffusores ? L’analyse ne peut aboutir qu’à des conjectures, d’autant que plus que le dossier des diffusores est mince. Un autre collège lié au commerce de l’huile espagnole avait pour patron M. Petronius Honoratus, le préfet de l’annone que C. Granius Maturus présente comme son amicus130. La cause de Regulianus et de ses confrères a dû être plaidée par un protecteur comparable à celui-ci. Un fragment extrait des travaux du juriste Scaevola, indique que les mercatores olearii bénéficiaient de la uacatio des charges publiques131. L’obtention d’un tel privilège montre que l’autorité politique était à l’écoute du milieu professionnel lié à l’huile de Bétique. Il est tentant de se représenter M. Petronius Honoratus, préfet de l’annone entre 144 et 147, en grand protecteur des corporati. Néanmoins, identifier le soutien des diffusores à ce préfet, plutôt qu’à un autre personnage, constitue une hypothèse aléatoire et invérifiable.

  • 132 Les thèses de M. Gordon ont ainsi fait l’objet de vifs débats qui révèlent la difficulté à approch (...)

64En définitive, les notables qui affichent leur appartenance à des collèges mettent en lumière la mobilité de certains individus dans la hiérarchie de la société romaine. Il faut saisir les réalités de cette mobilité sans les exagérer132. Aux pesanteurs et aux permanences familiales qui caractérisent parfois les élites locales de l’Occident romain répond une certaine tendance au mouvement, aussi indéniable qu’inéluctable. De fait, les collèges semblent jouer un rôle important dans des trajectoires d’ascension sociale. Si les collèges semblent jeter des ponts entre des milieux sociaux différents, il faut cependant s’interroger sur les ruptures constitutives de ces trajectoires. Un même homme pouvait-il être collegiatus et notable, ou bien était-il collegiatus puis notable ? Dans la plupart des cas, les tituli évoquent conjointement les rangs de notable et de collegiatus. La rupture avec le monde collégial ne paraît donc pas totale. La qualité de collegiatus, souvent de dirigeant et de patron de collège, demeure l’une des facettes assumées de l’identité sociale des nouveaux notables. Comme nous le verrons par la suite, cela ne signifie en rien que le rapport de ces individus à l’économie reste inchangé.

65Le caractère très minoritaire des collegiati devenus notables, et la position de beaucoup d’entre eux dans les élites civiques, montrent que le rang de collegiatus, en général, était fort éloigné du rang de notable municipal, au sens étroit du terme. Cependant, l’analyse doit dépasser ce niveau de généralité. La distance sociale était très grande entre le collegiatus ordinaire et le notable qui appartenait à une famille aristocratique ancienne. Cependant, l’intervalle ainsi individualisé dans la hiérarchie des sociétés de l’Occident romain n’était pas inoccupé. Les individus qui formaient la fraction supérieure des effectifs collégiaux, notamment, s’y échelonnaient. Certains parvenaient à franchir les portes de la curie. D’autres individus demeuraient à l’écart du gouvernement civique ; mais l’on peut sans doute juger qu’une partie de ces hommes, au moins, appartenait à des élites municipales, conçues de la manière la plus large, et organisées en cercles concentriques. Ainsi, l’étude confirme la grande fragmentation de la hiérarchie des sociétés du monde romain. L’hétérogénéité de l’ensemble humain formé par les collegiati en procède. Le collège apparaît bel et bien comme un instrument d’intégration et d’acquisition du prestige, à l’usage d’individus placés à des niveaux distincts de la hiérarchie sociale.

Notes

1 Dig., 47, 22, 3, 2 (Marcien) : « Aux esclaves aussi, il est permis d’être reçus dans un collegium tenuiorum, si leurs maîtres y consentent. Pour que les curateurs de ces corps sachent qu’ils ne doivent pas recevoir un esclave dans le collegium tenuiorum contre la volonté du maître ou à l’insu de celui-ci, qu’ils soient tenus, à l’avenir, à une peine de cent pièces d’or pour chaque homme ».

2 Sur la place de la plebs media dans les collèges, voir O. Van Nijf, Civic, p. 22 et 243, notamment.

3 CIL, V, 4501 (D., 7290a) = Inscr. Brixiae, 294 ; CIL, XIV, 2156 (D., 3255), Aricia ; CIL, XI, 1355 (D., 7227), Luna. En revanche, nous nous demandons si l’esclave présenté par J. Gascou et P. Leveau comme un membre de collegium fabrum n’est pas l’esclave de ces fabri, et non un collegiatus : après le nom unique du dédicant, suit simplement le génitif d’appartenance «  fabrorum », sans référence à une entité collective ; J. Gascou, P. Leveau, Un témoignage sur l’économie domaniale près d’Arles au début de l’Empire ? Un membre d’un collège de fabri à Barbegal (Fontvieille, Bouches-du-Rhône), Ktèma, 21, 1996, p. 237-250 ( AE, 1996, 1007 : «  No[..]er(– – – ?) / fabro/rum / qui de / s(uo) [f(ecit)] Vet/[i]ac(o) fil(io) ».)

4 Habitant de la ville de Rome, un certain Felix appartenait à deux collèges ; son épitaphe n’indique pas si l’un des deux corpora a organisé ses funérailles : cf. CIL, VI, 33875 (D., 7261) : «  D(is) M(anibus), / Felici, ex / corporae subaedia/ norum, / item ex cor/porae Per/seueran[tium] ».

5 Hor., Sat., I, 8, 8-14.

6 CIL, XIV, 2112 (D., 7212) ; deux clauses attestent la présence d’esclaves dans le collège (II. 3-5 ; II. 7-8) ; se reporter, en outre, à la lex familiae Siluani de Trebula Mutuesca ( AE, 1929, 161).

7 CIL, VI, 10350 : «  Nominaque adscripserunt decur(ionum) / ea quae i(nfra) s(cripta) s(unt) : T(iti) Satelli Eutychi, T(iti) Satelli Lasciui, / fr(atrum), / Asiatici Caesaris, / Besiae Iucundae, P(ublii) l(ibertae), / Suauettiae Lacesis, / Hermae Fontei, / Appulei Ampliati, / Cesti Calpeni, / Fontei Euuaristi, / Iuni Maximi, / Suauettia Amaryll(is), Suauettius Alexan[der], / cur(atores) loc(um) coll(egio) et Nym(phis) d(e)d(icauerunt), / [Im]p(eratore) Caesare Vespasiano Au[g(usto), / T(ito) C]aesare Aug(usto) < f(ilio> Vespa[siano, co(n)s(ulibus)] ».

8 Un dénommé Anteros, horrearius c(o)hortis III, se présente aussi comme un «  Caes(aris seruus) », en donnant un monument dédié à Silvain : cf. CIL, VI, 588 (D., 1624). Or, un sodalicium horr(eorum) Galban(orum) cohort(ium), dirigé en 159 par le quinquennal(is) A. Cornelius Aphrodisius, est attesté : cf. CIL, VI, 338 (D., 3445). Les dédicaces d’Anteros et d’Aphrodisius ont été découvertes au pied de l’Aventin, dans la zone où se trouvaient les greniers. En outre, un magister, M. Lorinus Fortunatus, apparaît aussi dans un geste de dévotion et de don : il offre un autel dédié à la fois au numen de la Domus Augusta, au Genius conseruator horreorum Galbanorum et à Fortuna conseruatrix horreorum Galbanorum : cf. CIL, VI, 236 (D., 3668). On peut remarquer que Fortunatus et Aphrodisius n’appartiennent pas à la familia Caesaris. Il n’est donc pas totalement impossible qu’Anteros soit un esclave faisant partie d’un collège de droit privé lié aux horrea Galbanorum ; il n’est pas impossible que sa dédicace s’inscrive dans un contexte collégial. Mais les preuves manquent à l’appui de ces conjectures.

9 CIL, XI, 1355 (D., 7227).

10 CIL, XI, 1358.

11 Il n’est pas impossible, néanmoins, que les lettres «  Eup[– – –] », inscrite à la 11e ligne de la troisième colonne du fragment CIL, XI, 1355a (D., 7227), correspondent au début d’un nomen servile. À l’exception de cette 11e ligne, il ne subsiste des nomina de cette troisième colonne que des abréviations de prénoms et les deux premières lettres de gentilices : les lettres «  Eup[– – –] » peuvent donc désigner un homme qui n’avait ni prénom, ni gentilice. Quoi qu’il en soit, le caractère très minoritaire de la présence servile parmi les fabri tignuarii de Luna demeure indubitable.

12 CIL, XIV, 2156 (D., 3255) : «  Dianae Aug(ustae) / colleg(ii) lotor(um) / sacr(um), / Primigenius, r(ei) p(ublicae) / Aricinorum ser(uus) arc(arius), / curator II, cum / M(arco) Arrecino Gelliano, / filio, curatore I, / d(edit) d(edicauitque) ».

13 CIL, IX, 4129 (D., 7300 b) : «  D(is) M(anibus), / Ianuario, L(ucii) Iuli Frontonis ; / Helius, actor, et Legas, ser(ua), / filio pientissimo, fecerunt / itemque collegius agellanus ; / bene merenti ». Le nom du collège dérive « d’ agellus », le « petit champ » ou le « petit terrain » : il semble possible « qu’ agellanus » renvoie en fait à l’espace, funéraire notamment, détenu par le collège

14 A. Stein, RE, s.v. « Iulius Fronto », identifie le maître de Ianuarius à un tribun des uigiles évoqué par Tacite ( Hist., I, 26 ; PIR2, I, 325) ; mais le nom de cet homme est si courant que ce rapprochement paraît hasardeux : cf. S. Demougin, Prosopographie des chevaliers julio-claudiens, Rome, 1992, p. 555-556.

15 CIL, VI, 34004.

16 AE, 1929, 161.

17 CIL, XI, 5737 (D., 4215).

18 EE, VIII, 124-125.

19 CIL, IX, 3578 (D., 7306).

20 AE, 1912, 92 ( AE, 1991, 382) : «  Diis Manib(us) / L(ucio) Antonio Ionico, / sodali iuuenum / Mart(is) Salut(aris) / et quinq(uennali) quinq(uies ?), colleg(ii) lot(orum) / Nemorensium quinq(uennali), / Cornelia Thallusa / coniug(i) suo ben(e) mer(enti) f(ecit) / et sibi, cum quo uix(it) a(nnos) XXX ».

21 CIL, VI, 9384 (D., 7664) : «  D(is) M(anibus) / Sex(to) Cornelio Vitali/oni, exoneratori ca/lcariario, homini dul/cissimo, college sui pr/o sua pietate bene mere/ nti fecerunt ; cura/m egit Iconius ».

22 AE, 1975, 21 (Rome) : «  P(ublio) Herenio Pollione, M(arco) Annio Herenio / Pollione f(ilio) co(n)s(ulibus), magistri Fontani : / C(aius) Mac[i]lius Surus I, / M(arcus) Cosi[us] Epaphrditus (sic) I, / M(arcus) Trollius Lo[n]gus [– – –], / M(arcus) Antonius Tyra[nnus – – –] ; // Ministri : / Himer I, / Nymphycus I, / Nicostratus II, / Alexander I ».

23 S. Modugno, S. Panciera, F. Zevi, Osservazioni sui consoli dell’85 d.C., Rivista storica dell’Antichità, 3, 1973, p. 87-108. Sur le « procès des foulons », cf. infra p. 321-326. Cette cohabitation entre esclaves et hommes libres apparaît aussi sur les inscriptions CIL, VI, 10330 et 10350, à travers les esclaves Abinnaeus et Asiaticus.

24 CIL, XIV, 2112, II, 3-5 (D., 7212) : «  Item placuit : q[ui]squis ex hoc collegio seruus defunctus fuerit, et corpus eius a domino dominau[e]/ iniquitatae sepulturae datum non fuerit, neque tabellas fecerit, funus imag[ina]/rium fiet ». « de même, il a été décidé : que tout esclave membre de ce collège venant à décéder, sans sépulture pour son corps du fait d’une décision inique de son maître ou de sa maîtresse, sans avoir rédigé de testament, bénéficie de funérailles fictives ». Voir la traduction (ici légèrement modifiée) de J.-M. Flambard, Mort, p. 228-229.

25 K. R. Bradley, Slaves, p. 80, notamment.

26 CIL, XIV, 2112, I, 24-25 (D., 7212) : « Il a été décidé à l’unanimité que celui qui voudra entrer dans ce collège devra verser un droit d’entrée de 100 sesterces, accompagné d’une amphore de bon vin, et qu’il cotisera de 5 as mensuellement ». cf. J.-M. Flambard, Mort, p. 228-229.

27 CIL, XII, 286 = ILN, I, 50 : «  D(is) M(anibus), / conlig(ium) Piet(atis), / Festina, Iu/liaes Res/titutae a/ncilla, ex / pecuni(a) qu(a)e / funere su[per] f(uit) ». Postérieure à l’époque julio-claudienne, selon les ILN.

28 Pour l’emploi de «  funus », au sens de « prime funéraire » versée à une association : J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 526.

29 Ainsi en est-il, par exemple, de deux textes de Bénévent. CIL, IX, 1746 : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / Apto / sodales, / uixit an(nis) C, / m(ensibus) X, d(iebus) III, / b(ene) m(erenti) f(ecerunt) » ; et CIL, IX, 1689 : «  D(is) M(anibus) s(acrum) / Successus, / q(ui) u(ixit) ann(is) L, / collegius / b(ene) m(erenti) f(ecit) » ; voir en outre CIL, IX, 1505 (Pagus Veianus) : «  D(is) M(anibus) / Vere[c]un/do c[o]llegi/us [–––]CEIA / [––– ».

30 SI, III, 7 ( AE, 1965, 154) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / uixit anis (sic) LX, / collegius (sic) Se/rapis et Iuno/nis fecerunt / Tauriane ». L’inscription est datée du iiie siècle sur un critère paléographique. G.-M. Fedele, Iscrizioni inedite del Bruzio, Epigraphica, 27, 1965, p. 68-80.

31 CIL, V, 4501 (D., 7290a) : «  Accepto Chiae / seruo, / lanari(i) pectinar(ii) / sodales posuere ».

32 CIL, VI, 6699 (D., 7262) : «  D(is) M(anibus), / Suro, / numulario, / amici subaediani / f(e)c(e)r(unt) ». Sur l’interprétation de «  subaedianus », cf. J. Andreau, Vie, p. 200-201. L’hypothèse selon laquelle «  subaedianus » renverrait au lieu de réunion de la confrérie, situé dans les dépendances d’une aedes, nous semble la plus probable.

33 Dig. 15, 1, 5, 4 : «  Peculium autem Tubero quidem sic definit, ut Celsus libro sexto digestorum refert, quod domini permissu separatum a rationibus dominicis habet, deducto inde si quid domino debetur ». « Comme le rapporte Celse au sixième livre de ses Digesta, Tubéron définit ainsi le pécule : le bien, distinct des comptes du maître, que l’esclave détient avec la permission du maître, déduction faite de ce qui est dû au maître ». La nécessité de la permission du maître semble s’être estompée avec le temps ; cf A. Kirschenbaum, Sons, p. 33-39.

34 J.-C. Dumont, Seruus, p. 110.

35 CIL, XIV, 2156 (D., 3255).

36 TSulp., 56.

37 J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, Rome, 1974, p. 281-294.

38 Sur le culte de Diane à Aricia et la portée civique du geste de Primigenius, cf. infra p. 179-180.

39 Dig., 47, 22, 1, 1 (Marcien) : « (...) Sed permittitur tenuioribus stipem menstruam conferre, dum tamen semel in mense cœant, ne sub praetextatu huiusmodi illicitum collegium cœat. Quod, non tantum in Urbe, sed et in Italia et in prouinciis, locum habere diuus quoque Seuerus rescripsit. Sed religionis causa coire non prohibentur, dum tamen per hoc non fiat contra senatusconsultum quo illicita collegia arcentur » [« Mais il est permis aux petites gens de verser une cotisation mensuelle, à condition qu’ils ne s’assemblent qu’une fois dans le mois, afin qu’aucun collège illicite ne s’assemble sous un prétexte de ce type. Le divin Sévère a décidé que cela s’appliquait non seulement à Rome, mais aussi en Italie et dans les provinces. Mais il ne leur est pas interdit de s’assembler pour raison religieuse, à condition de ne pas contrevenir par-là au sénatus-consulte interdisant les collèges illicites »].

40 CIL, IX, 2481 (D., 7331), Saepinum : «  D(is) M(anibus) s(acrum) / Gauolenae / Cypridi ex / colleg(io) Larum Marcellini » ; CIL, IX, 2483 ( ibid.) : «  Zosimo Saepin(um) / seru(o), cultores / Flaminiani ».

La liste des iuuenes Fificulani Herculis cultores recense semble-t-il six esclaves : cf. CIL, IX, 3578 (D., 7306). Voir aussi AE, 1975, 21 (Rome).

41 Cic., Leg., II, 29 : «  Cum est feriarum festorumque dierum ratio, in liberis requietem habet litium et iurgiorum, in seruis operum et laborum ». cf. K. R. Bradley, Slaves, p. 40-44 et J.-C. Dumont, Seruus, p. 159 et 754-758.

42 CIL, VI, 9558 : «  D(is) M(anibus), / Felicissimus, / Procaleni, con/iuci cum qua / uixi a(nnis) XVIII, b(ene) m(erenti), / et ex c[orpore] / subedianorum, / q(ui) u(ixit) a(nnis) p(lus) m(inus) L ».

43 M. I. Finley, Esclavage, p. 98.

44 B. Rawson, Family life among the lower classes at Rome in the first two centuries of the Empire, Classical Philology, 61, 1966, p. 71-83 ; M. B. Flory, Family in familia. Kinship and community in slavery, AJAH, 3, 1978, p. 78-95 ; K. R. Bradley, Slaves, p. 47-80 ; S. Dixon, The Roman Family, Baltimore, 1992, p. 45-55.

45 M. I. Finley, Esclavage, p. 155.

46 CIL, VI, 10310.

47 J.-P. Waltzing, Étude, IV, p. 294-298.

48 CIL, VI, 10350.

49 CIL, VI, 10369.

50 CIL, VI, 10383 ; J.-P. Waltzing, Étude, III, 295, développe ainsi l’épitaphe : «  Scirtus, Pini Ti(berius) / Caesaris l(ibertus) / seruo, decurioni (sic) ». Cependant, le nom « Pinitus » est attesté : cf. H. Solin, Namenbuch, p. 655.

51 CIL, VI, 10333 (D., 7351) : «  Lixus Lucil(ianus), cur(ator) iter(um), / q(uaestor), solus sine suffragis ex / omnium sententia eodem / anno decur(ionum) ordine adscitus, / et cur(ator) in k(alendas) Ian(uarias) design(atus), / maceriem alt(itudine) pedes V adiecit ».

52 AE, 1975, 21 (Rome).

53 CIL, VI, 10330 : «  Cur(atores) col[leg(ii)] a c[ura s]oluti / don[um] dant ; // L(ucius) Fabricius L(ucii) f(ilius) Silo, / C(aius) Iulius Theophilus, / L(ucius) Fabricius Silo, / P(ublius) Fuluius Mario, / M(arcus) Antonius Theophilus, // Q(uintus) Sosius Stabilio, // Abinnaeus Perpennae ser(uus) minist(er) ».

54 AE, 1929, 161 ; EE, VIII, 124, 125.

55 CIL, XIV, 2112, II, 7-8 (D., 7212).

56 Dig., 7, 1, 15, 2 : «  sufficienter autem alere et uestire debet, secundum ordinem et dignitatem mancipiorum » [« Il (l’usufruitier) doit nourrir et vêtir les esclaves de manière suffisante, suivant leur ordre et leur dignité »].

57 Cic., Off., I, 42, 151 : « Le commerce, s’il est réduit, est à considérer comme vil, mais s’il est étendu et abondant, important de partout beaucoup de choses, approvisionnant sans fraude beaucoup de gens, il n’est pas à blâmer absolument, et même si ce commerce, rassasié de gain ou plutôt satisfait, s’est transféré, comme souvent, de la haute mer au port, du port lui-même en possession en terres, il semble que l’on peut à très juste titre le louer » (trad. M. Testard, CUF, 1965).

58 M. Cébeillac-Gervasoni, Classes, p. 1-4.

59 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Phi-lippe II, Paris, 1982, II, p. 68 ; J. Andreau, Mobilité, p. 21-32.

60 Voir, notamment, A. H. M. Jones, The Roman economy. Studies in ancient economic and administrative history, 1974, p. 41.

61 S. Demougin, Élites, p. 354-355 et 359.

62 J.-P. Waltzing, Étude, I, p. 353-357 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 75.

63 M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, in Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 83-89.

64 F. Wilson, Ostia I, p. 41-69 ; Id., Ostia II, p. 152-162 ; R. Meiggs, Ostia, p. 196-208.

65 H. Mouritsen, Mobility, p. 59-82.

66 CIL, XIV, 409 (D., 6146) : «  Cn(aeo) Sentio Cn(aei) fil(io) / Cn(aei) n(epoti) Ter(etina tribu) Felici, / dec(urionum) decr(eto) aedilicio, adl(ecto) d(ecurionum) d(ecreto) d(ecurioni), adl(ecto) / q(uaestori) a(erari) Ostiens(ium), IIuir(o), q(uaestori) iuuenum ; / hic primus omnium quo anno dec(urio) adl(ectus) est, et / q(uaestor) a(erari) fact(us) est, et in proxim(um) annum IIuir designat(us) est, / quinq(uennali) curatorum nauium marinar(um), gratis adlect(o) / inter nauicular(ios) maris Hadriatici et ad quadrigam / fori uinari, patrono decuriae scribar(um) cerarior(um) / et librarior(um) et lictor(um) et uiator(um), item praeconum, et / argentarior(um), et negotiator(um) uinarior(um) ab Urbe, / item mensor(um) frumentarior(um) Cereris Aug(ustae), item corpor(atorum) / scapharior(um) et lenuncularior(um) traiect(us) Luculli, et / dendrophorum, et togator(um) a foro et de sacomar(is), / et libertor(um) et seruor(um) publicor(um), et olearior(um), et iuuen(um) / cisianor(um), et ueteranor(um) Aug(usti), item beneficiarior(um) pro-c(uratoris) / Aug(usti), et piscator(um) propolar(um), curatori lusus iuuenalis, Cn(aeus) Sentius Lucilius / Gamala Clodianus, f(ilius) / patri indulgentissimo ».

67 F. Coarelli, Il forum uinarium di Ostia : un’ipotesi di localizzazione, in A. G. Zevi, A. Claridge (éd.), Roman Ostia revisited. Archaelogical papers in memory of R. Meiggs, Londres, 1996, p. 105 ; M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Pouvoir local et pouvoir central à Ostie, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien. Classes dirigeantes et pouvoir central. Actes du colloque de Naples (6-8 février 1997), Rome, 2000, p. 11 et 24-25.

68 CIL, XIV, 5374.

69 M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Pouvoir, p. 12-15 et 20 ; F. Zevi, P. Lucilio Gamala senior e i quattro tempietti di Ostia, MEFR, 85, 1973, p. 555-581 ; R. Meiggs, Ostia, p. 493-502 ; M. Cébeillac-Gervasoni, L’élite politique d’Ostie de la République à Néron, in Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 83-89 ; Id., Quelques familles et personnages éminents, in Ostia. Port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition organisée au musée Rath (février-juillet 2001), Genève, 2001, p. 154-160.

70 CIL, XIV, 4620 : «  P(ublio) Aufidio P(ublii) f(ilio) Quirina / Forti, / [d(ecreto) d(ecurionum) decu]rioni adlecto, IIuiro, / [quaesto]ri aerari ostiensium IIII, / [praefe]cto fabrum / [tignuariorum] Ostis, patrono / corporum mensorum / frumentariorum / et urinatorum, decurioni adlecto / Africae Hippone Regio, / corpus mercatorum / frumentariorum / q(uin)q(uennali) perpetuo » ; CIL, XIV, 4621 : «  P(ublio) Aufidio / P(ubli) fil(io) Quir(ina tribu) / Forti, / [II]uir(o), q(uaestori) aer(arii) Ost(iensis) V, / p(atrono) c(oloniae), / [Fa]ustianus, Epictetus, /[Eu]frosynus, Ianuarius, / patrono / indulgentissimo » ; CIL, XIV, 4622 : «  P(ublio) Aufidio P(ublii) fil(io) Quir(ina tribu) / Forti, Aufidi Fortis, / p(atroni) c(oloniae), fil(io), IIuir(o), q(uaestori), aedil(i), / flam(ini) Romae et Aug(usti), / flam(ini) diui Titi, / Faustianus, Epictetus, / Euphrosynus, Ianuarius, / liberti ».

71 AE, 1913, 191 : «  [P(ublio) Aufi]dio P(ubli) f(ilio) Quirina / Forti, / [decu]rioni adlecto, IIuiro, / [quaesto]ri aerari Ostensium IIII, / [praefe]cto fabrum / [tign(uariorum) ?] Ostis, patrono / [– – – ».

72 CIL, XIV, 4142 (D., 6140) : «  M(arco) Iunio M(arci) f(ilio) Pal(atina) / Fausto, / decurioni adlecto, / flamini diui Titi, duumuiro, / mercatori frumentario, / q(uaestori) aerari(i), flamini Romae / et Aug(usti), patrono cor[p(orum)] / curatorum nauium marinar[um], domini nauium Afrarum / uniuersarum item / Sardorum, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ; // [dedic(ata)] (ante diem) XII Kal(endas) Octobres, / [Seuero II e]t Pompeiano II co(n)[s(ulibus)] ; / [cura a]gentibus P(ublio) Aufidio / [– – –]o, M(arco) Clodio Fortuna/[tiano P]udente, L(ucio) Tadio Fel(ice ?), / [[– – –XV]] ».

73 CIL, XIV, 362 (D., 6135) : «  C(aio) Granio / C(aii) fil(io) Quir(ina) / Maturo, / d(ecurionum) d(ecreto) decurioni adlec(to), / cui ordo gratuitum / decurionatum et statuam / ob mu[n]ificentiam eius / decreuit, / C(aius) Granius Rufus, / L(ucius) Granius Celsus » ; CIL, XIV, 363 : «  C(aio) Granio / C(ai) fil(io) Quir(ina) / Maturo, / decur(ionum) decr(eto) / decurioni gr[atis] / adlecto, / corpor[ato] c[urator(um)] / nau(ium) marin(arum) et [mensor(um)] / frument(ariorum) Ostiensiu(m), / M(arcus) Lollius M(arci) f(ilius) / Paulinus / amico » ; CIL, XIV, 364 : «  [D(is)] M(anibus), / [C(aio) Granio] C(ai) f(ilio) Quir(ina) Maturo, / [decurioni et II]uiro Ostiensium, / [– – – corp]oris mensorum Ost(iensium), / [– – –]rum, patrono corp(oris) / [curatorum n]auium marinarum / [et nauium a]mnalium Ostiens(ium), / [– – – dendr]ophorum Ostiens(ium) / [– – –]lium Ostiensium / [– – –]atinensium ».

74 AE, 1988, 212 : «  – – –]/ [dec(urionum) decr(eto)] decurion[i g]ratis adl(ecto), [cor]pus me(n)sorum / [fr]umentar(iorum) / patrono et q(uin)q(uennali) perpetuo, / ob plurima eius benefic(ia) / in rem public(am) suam conlata ».

75 H. Bloch, Ostia, p. 297, no 62 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 108.

76 CIL, XIV, 375 (D., 6147).

77 CIL, XIV, 4458 : «  [M(arco) P]etro[nio M(arci) f(ilio)] / [Q]uir(ina) Hon[orato], / praef(ecto) Aegyp[ti], pra[ef(ecto)] / annon(ae), pontif(ici) [min]or(i), pro[curatori)] / a rationib(us) Aug(usti), pr[oc(uratori) prou(inciae) Be]l[gicae] / et duarum Germ[aniarum, proc(uratori)] / XX hered(itatum), proc(uratori) m[onet(ae) – – –] / Thracum, pra[ef(ecto) alae( ?)] / Aug(ustae) II, trib(uno) m[il(itum) leg(ionis) I Mineruiae P(iae) F(idelis)], / praef(ecto) [coh(ortis) I Raetorum – – –], / C(aius) Gr[anius C(ai) f(ilius)] / Quir(ina) [Maturus], / am[ico – – – ».

78 H.-G. Pflaum, CP, n° 117.

79 S. Demougin, Élites, p. 359 et 372.

80 CIL, XIV, 4554 (166) :
A. «  – – – Fel]ix et / [– – –] Martinus / [im]ag(ines ?) ex arg(ento) p(ondo) (duobus et unicia) / [cum clipeo et Atl]lante aereu (sic) / [corp(ori) t]raiectus / [Rusti]celi d(ono) d(ederunt), / [et ob ded(icationem)] diuiserunt / [spor]tulas sing(ulis) (denarios) II ; / [ded(icatae) – – – ».
B. «  – – –] L(ucius) Faler[rius – – – et] / M(arcus) Mariu[s] M(arci) f(ilius) Prim[itiuus] / corpor[i tr]aiect[us Rusticeli] / imag[in]es s(upra) [s(criptas) d(ono) d(ederunt)], / et ob d[e]d(icationem) diuise[runt sport(ulas) sing(ulis) (denarios)] / II ; / ded(icatae) (ante diem) XVIII [k(alendas) I]an(uarias) Pude[nte / et Pollio]ne [co(n)s(ulibus)] ».
CIL, XIV, 5327 : «  – – – c]orpori / [scaph]ariorum / [traiectus] Rusticeli ob / [honorem] q(uin)q(uennalitatis) s(ua) p(ecunia) p(osuit) ».
CIL, XIV, 5328 : «  M(arco) Aur[elio Caesari], / Imp(eratoris) Ca[esaris T(iti) Aeli] / Hadria[ni Antonini Aug(usti) / Pii [p(atris) p(atriae) filio,] / M(arcus) Mar[ius – – –], / seuir A[ugustalis], / corpori s[caphariorum] / traiec[tus Rusticeli ] / M(arcus) Ma[rius – – –] / Prim[itiuus] ».

81 AE, 1989, 125 : «  [M(arcus) Mariu]s M(arci) f(ilius) Pal(atina) Prim[itiuus, decur(ionum) dec(reto) aed(ilis) II sa(cris) Volc(ani)] / [fa]c(iundis), corp(ori) traie(ctus) R[ustic(eli) s(ua) p(ecunia) d(ono) d(edit) ; ded(icata) (ante diem) XIII K(alendas) Oct(obres)] / [imp(eratore) Ca]esare Ant[onino – – –] / M(arco) Au]relio C[aesare II co(n)s(ulibus).] » ; CIL, XIV, 4553 : «  L(ucio) Aelio Aurelio Co[m]/modo, Imp(eratoris) Caes(aris) T(iti) Ae[li] /Hadriani Antonini Au[g(usti)] / Pii p(atris) p(atriae) filio, / M(arcus) Marius M(arci) f(ilius) Pal(atina) Primit[iuus], / decur(ionum) dec(reto) aed(ilis) II sac(ris) V[olk(ani)] / fac(iundis), corpori traiect(us) Ru[stic(eli)] / s(ua) p(ecunia) d(onum) d(edit) ; ded(icata) (ante diem) XIII K(alendas) Oc[t(obres)], / Imp(eratore) Caes(are) Antonino II[II], / M(arco) Aurelio Caes(are) II c[o(n)s(ulibus)] ».

82 CIL, XIV, 341 (D., 6144) : «  Memoriae / M(arci) Corneli M(arci) f(ilii) Pal(atina) Valeriani Epagathiani, eq(uitis) [R(omani)], / decurioni splendissimae coloniae Os[tiensis], / flamini, praetori II sacra Volkani [fac(ienda)], / [ei]demque sodale Arulen[si], / decurioni Laurentium uici Aug(usti), eius[dem loci IIIIuiro( ?)], / patrono corporis lenunculariorum [tabulariorum] / auxiliariorum Ostiensium, qui uix(it) annos XII me[nses – – –], / M(arcus) Cornelius M(arci) f(ilius) Palat(ina) Valerianus, decurio, f(ecit) ». L’étude de la lignée dans laquelle s’insèrent Valerianus et son fils fait l’objet d’une analyse approfondie dans la troisième partie de la thèse.

83 R. Duncan-Jones, The economy of the Roman Empire. Quantitative studies, Cambridge, 1974, p. 176 et 283, montre que le nombre de décurions d’Ostie s’élevait à 110 : il s’appuie sur les dispositions d’une fondation qui indique qu’une ditribution au bénéfice des décurions, d’un montant total de 2 200 HS, équivaut à une distribution de 20 HS par tête : cf. CIL, XIV, 353 (D., 6148) et 4642.

84 R. Meiggs, Ostia, p. 178.

85 CIL, IX, 3923 (D., 6536) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / L(ucio) Marculeio Saturnino, / ueterano Augusti c(o)ho(rtis) VII / pr(aetoriae), (quattuor)uiro i(ure) d(icundo), quaestori rei p/ublic(a)e, curatori pecunia/e alument[a]r(iae), curatori an/non(a)e plebis, curatori oper/um publicor(um), curatori apu/t Iouem Statorem, q(uin)q(uennali) cole/gi fabrum tignuariorum, L(ucius) M/arculeius Faustus iunior, / (quattuor)uir iure dic(undo), curatori ann/on(a)e, patri optimo et sibi fecit ».

86 F. Jacques, Privilège, p. 618-635.

87 AE, 1940, 64 : «  L(ucius) Caecilius / Aemilianus, / ueteranus ex coh(orte) / pr(ima) praetoria, decu/rio, duouir Aeliae / Uluzibbirae Africae, / corporatus in tem/plo fori uinari inpor/tatorum negotian/tium, fecit sibi ».

88 CIL, XIII, 1918 : : «  L(ucio) Heluio L(ucii) filio / Voltin(ia) Frugi, / curatori nau/tarum bis, / (duo)uir(o) Viennen/sium, / patrono Rho/danicorum / et Araricor(um), / n(autae) Rhod(anici) et Arar(ici), / [l(oco) d(ato) d(ecreto)] n(autarum) Rhod(anicorum). // L(ucio) Heluio L(ucii) filio / Voltin(ia) Frugi, / curatori nau/ tarum bis, / (duo)uir(o) Viennensium, / patrono Rho/danic(orum) / et Araricor(um) / n(autae) Rhod(anici) et Arar(ici) ». Il faut noter, toutefois, que le duovirat ne consituait pas à Vienne le sommet de la carrière municipale.

89 CIL, XIII, 11179 : «  [Dis Ma]nibus / [C(ai) Aproni Ra]ptoris, Tre/[ueri, dec(urionis) ci]uitat(is), negot/[iatoris uinar(arii)] in canab(is), nautae /[Arar(ici), patron(i)] utrorumq(ue) cor]/[poratorum], Aproniae Belli/[ca et – – –] curauerunt et / [sub ascia] dedicauerunt » ; CIL, XIII, 1911 (D., 7033) : «  C(aio) Apronio / Aproni / Blandi fil(io) / Raptori, Treuero, / dec(urioni) eiusd(em) ciuitatis, / n(autae) Ararico, patrono / eiusd(em) corporis, / negotiatores uinari / Lugud(uni) consistentes, / bene de se m[ere]nti, / patro[n]o, cuius statuae dedica/tione sportulas / ded(it) ne-got(iatoribus) sing(ulis) corp(oratis) (denarios) V ».

90 AE, 1981, 387 : «  C(aius) Petronius / Mantes, aurifex, / decurio Mut(inae), / aurificibus et coniugibus / eorum et qui inter nos sunt, locum / long(um) p(edes) XXVI, lat(um) p(edes) XVI, / cum titulo et solea de suo dedit ».

91 CIL, XIV, 2408 (D., 5196) : «  L(ucio) Acilio L(uci) f(ilio) Pompt(ina) Eutyche(ti), / nobili archimimo commun(i) mimor(um), / adlecto diurno, parasito Apoll(inis), / tragico, comico et omnibus corporib(us) / ad scaenam honor(ato), decurioni Bouillis, / quem primum omnium adlect(i) patre(m) / appellarunt, / adlecti scaenicorum ex aere collato / ob munera et pietatem ipsius erga se, / cuius ob dedication(em) sportulas dedit / adlectis sing(ulis) (denarios) XXV, decur(ionibus) Bouill(ensium) sing(ulis) (denarios) V, / Augustal(ibus) sing(ulis) (denarios) III, mulier(ibus) honor(atorum) et populo sing(ulis) (denarium) I ; / ded(icata) (ante diem) III Idus Aug(ustas), Sossio Prisco et Cœlio /Apollinare co(n)s(ulibus), curatore Q(uinto) Sosio Augustiano ».

92 CIL, XIV, 2809 (D., 6219) : «  M(arco) Iulio Zotico, / decurioni, / patri decurionum, / et seuiro Augustalium (sic), / q(uin)q(uennali) eiusdem ordinis, / dendrophori q(uin)q(uennali) suo / perpetuo et patrono / dignissimo ob me/rita eius, l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) ; / dedik(ata) (ante diem) VIII kal(endas) Iul(ias), Imp(eratore) M(arco) Aurelio A[n]to[ni/no] Pio Felic(e) Aug(usto) [III], / P(ublio) Valerio Comazonte / II, co(n)s(ulibus), / cur(antibus) Abudio Prisco, Cassidario Demetrio / et Celerino Statieno / Clementiano ».

93 F. Jacques, Privilège, p. 507-570 et 586-596.

94 A. Abramenko, Mittelschicht, p. 102 ; H. Mouritsen, Order and disorder in Late Pompeian politics, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 139-144.

95 CIL, XIV, 4620.

96 CIL, XIV, 364.

97 Petr., 74, 15 : «  Et ego, homo dipundiarius, sestertium centies accipere potui. Scis tu me non mentiri. Agatho unguentarius herae proximae seduxit me et : ‘Suadeo, inquit, non patiaris genus tuum interire’ » [« Et moi, pauvre sot, dire que j’ai pu épouser dix millions ! Tu sais bien, toi, que je ne mens pas. Agathon, le parfumeur de la dame d’à côté, m’a encore pris à part pour me dire : ‘Je te conseille de ne pas laisser périr ta race’ (trad. A. Ernout, CUF, 1923) »].

98 Tac., Ann., 13, 27, 1-2 : «  Disserebatur contra paucorum culpam ipsis exitiosam esse debere, nihil uniuersorum iuri derogandum ; quippe late fusum id corpus : hinc plerumque tribus decurias, ministeria magistratibus et sacerdotibus, cohortes etiam in urbe conscriptas ; et plurimis equitum, plerisque senatoribus non aliunde originem trahi : si separarentur libertini, manifestam fore penuriam ingenuorum. Non frustra maiores, cum dignitatem ordinum diuiderent, libertatem in communi posuisse » [« On faisait valoir d’un autre côté que si la faute de quelques-uns devait leur être personnellement fatale, il ne fallait pas pour cela déroger au droit de tous ; que la classe des affranchis avait pris beaucoup d’extension ; qu’on en tirait les tribus, les décuries, les agents des magistrats et des prêtres, les cohortes même levées dans la ville ; la majorité des chevaliers, beaucoup de sénateurs n’avaient pas d’autre origine. Si l’on mettait à part les fils d’affranchis, on rendrait manifeste la pénurie des hommes de naissance libre. Ce n’était pas sans raison que nos aïeux, en établissant des degrés dans la dignité des ordres, avaient fait de la liberté un bien indivis » (trad. P. Wuilleumier et J. Hellegouarc’h, CUF, 1923 et 1978)].

99 CIL, XIV, 8 (D., 6154), 250 (D., 6174) et 251 (D., 6175).

100 CIL, XIV, 5328 ; H. L. Royden, Magistrates, p. 98, identifie un collegiatus mentionné sur un fragment d’ album au père de Primitivus : cf. CIL, XIV, 247. On peut remarquer que ce dernier est inscrit dans la tribu Palatina, une des tribus urbaines où, de l’avis de certains historiens (cf. infra), les affranchis semblent avoir été inscrits prioritairement : cf. AE, 1989, 125 (Ostie).

101 CIL, XIV, 2809 (D., 6219).

102 M. Gordon, The Freedman’ Son in municipal life, JRS, 21, 1931, p. 65-77 ;
P. Garnsey, Descendants of freedmen in local politics : some criteria, in B. Levick, The ancient historian and his materials, Westmead, 1975, p. 167-181.

103 S. Demougin, Élites, p. 373.

104 R. Meiggs, Ostia, p. 200.

105 CIL, VI, 2722.

106 W. Kubitschek, Tributim, p. 272 ; en Italie, la tribu Teretina est celle de six cités de la Regio I : Allifae, Atina, Casinum, Interamna Lirinas, Minturnae et Venafrum.

107 A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986, p. 166-174.

108 M. Cébeillac-Gervasoni, Ostie et le blé au IIe siècle ap. J.-C., in Le ravitaillement en blé de Rome. Actes du colloque de Naples (14-16 février 1991), Rome, 1994, p. 47-59 ; Ead., Gli « Africani » ad Ostia ovvero « le mani sulla città », in L’incidenza dell’antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, Naples, 1996, p. 557-567.

109 S. Demougin, Élites, p. 375.

110 Ead., Ibid., p. 355.

111 CIL, XIV, 4144 (D., 6173) : «  C(aio) Veturio C(ai) f(ilio) Testio / Amando, / eq(uiti) R(omano), patrono et / defensori V corporum / lenuncularior(um) Ostiens(ium), / uniuersi nauigiarii corpor(um) / quinque, ob insignem eius / in d[efend]endis se et in tuendis / eximiam diligentiam, dignissimo /[a]tque abstinentissimo uiro, /ob merita eius, / [– – –]O < ou [– – –]Q > corporis splendissimi codicar(iorum), / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice) ».

112 H. L. Royden, Magistrates, p. 104.

113 CIL, XIV, p. 484 ; NSA, 1886, p. 56.

114 A. Licordari, I lenuncularii traiectus Luculli ad Ostia, MGR, 12, 1987, p. 154 ( AE, 1987, 195) : «  – – –]ius, eq(ues) Ro/[manus, ob] honorem / [q(uin)q(uennalitatis) corp]ori lenun/[culario]rum traiec(tus) / Lucul(l)i / [d(e)d(icauit)] ».

115 Restituer «  [pat. cor] » est délicat, car l’abréviation usuelle pour désigner les patrons et le patronat de collège est «  patr ».

116 CIL, III, 1212, «  ob honorem patronat »., collegium fabrum d’Apulum ; CIL, XI, 1159 (D., 7321), «  ob hon. patroc »., sodalicium cultorum Herculis de Veleia ; CIL, VI, 29700, «  [ob honorem] patrocini... donauerit », corpus piscatorum et urinatorum.

117 CIL, XIV, 251 (D., 6175).

118 CIL, XIV, 341 (D., 6144).

119 Cf. infra, p. 414-415.

120 CIL, XIV, 314 : «  D(is) M(anibus), / Sex(to) Carminio Parthenopeo, / eq(uiti) R(omano), dec(urioni) col(oniae) Ost(iae), q(uin)q(uennali) colleg(ii) / fabr(um) tignuarior(um) Ost(iensium), et / Carminiae Briseidi, coniug(i) eius, / Sex(tus) Carminius Plotinianus / fratri, b(ene) m(erenti) ; / in front(e) ped(es) XII, in agr(o) ped(es) XXXV ».

121 R. Meiggs, Ostia, p. 211.

122 S. Demougin, Élites, p. 370-371.

123 CIL, XIV, 294 ; un autre exemple est fourni par CIL, XIV, 354.

124 Voir ainsi CIL, XIV, 353 (D., 6148).

125 H. Bloch, Ostia, p. 291-292 ( AE, 1982, 132 ; AE, 1991, 333) : «  – – –] Hermiae, eq(uiti) Rom(ano), [– – – / – – –] Pert(inaci ?) q(uaestori) aerar(ii) [– – – / – – –]uae, sodali Herc[ulano, / flam(ini) Romae et A]ug(usti), flam(ini) diui [Marci ?, dec(urioni) / Laur(entium) uico Augusta]norum et IIII[uiro / eiusdem loci, pa]tr(ono) et q(uin)q(uennali) V[– – – ».

126 H. Devijver, Eques romanus, a militiis ( AE, 1982, 132), Sacris Erudiri, 31, 1989-1990, p. 125-130 : « The supplement EQ. ROM. [A MIL], i.e. eq(ues) Rom(anus) [a mil(itis)], therefore appears to be epigraphically perfectly possible. Furthermore, this restoration has the avantage of fitting the context of the inscriptions of this period in which the title eques Romanus is used in combination with the expression a militiis » ; et l’auteur d’ajouter qu’ a militis : « means that one belonged to the category of the viri militares. In the third century this would lead to a division of the ordo equester into a military and a civil class ».

127 S. Demougin, Élites, p. 370.

128 CIL, VI, 29722 (D., 7490) : «  D(is) M(anibus) s(acrum), / C(aio) Sen[ti]o Reguliano, eq(uiti) R(omano), / diffus(ori) oleario ex Baetica, / curator(i) eiusdem cor/poris, negot(iatori) uinario Lugu/dun(i) in canabis consisten(ti), / curatori et patrono ei/usdem corporis, nautae Arari/co, patrono eiusd(em) corporis, / patrono (se)uir(um) Luguduni / consistentium, L(ucius) Silenius / Reginus, Au[g(ustalis)], et Ulattia / Metrodora et fili eius/dem ponendum curauerunt ; / procurante Dionysio et / Belliciano et [– – – ».

129 AE, 1980, 98 : «  D(ecimo) Caecilio / Onesimo, / uiatori, / apparitori / Augustoru[m], / diffusori o[lear(io)] / ex Baet[ica], / here[d(es) fec(erunt)] ». AE, 1994, 193 : «  Memoriae / Caeciliae Helladis, / uxoris karissimae, / D(ecimus) Caecilius Abascantus, / lictor curiatus, / diffusor olearius ex / prouincia Baetica, / fecit sibi et libertis / [l]ibertabusque suis / posterisque eoru[m] ».

130 CIL, VI, 1625 b (D., 1340) : «  M(arco) Petroni[o M(arci) f(ilio)] / Quir(ina) Honorat[o], / praef(ecto) coh(ortis) I Raet[orum], / trib(uno) mil(itum) leg(ionis) I Miner[uiae] / P(iae) F(idelis), praef(ecto) alae Aug(ustae) P(iae) F(idelis) [Thrac(um)], / proc(uratori) monet(ae), proc(uratori) XX hered(itatium), / proc(uratori) prou(inciae) Belg(icae) et duar(um) / Germaniar(um), proc(uratori) a ra-tio[n(ibus)] / Aug(usti), praef(ecto) annon(ae), praef(ecto) / Aegypti, pontif(ici) minor[i], / negotiatores ole[ari(i)] / ex Baetica patron[o], / curatoribu[s] / Cassio Faus[to], / Caecilio Ho[spitale] ».

131 Dig., 50, 4, 5 (Scaevola) : «  Nauicularii et mercatores olearii, qui magnam partem patrimonii ei rei contulerunt, intra quinquennium muneris publici uacationem habent » [Les naviculaires et les marchands d’huile, qui ont consacré la grande partie de leur patrimoine à ces affaires, obtiennent une exemption temporaire des charges publiques, pour cinq ans].

132 Les thèses de M. Gordon ont ainsi fait l’objet de vifs débats qui révèlent la difficulté à approcher une position équilibrée (M. Gordon, The ordo of Pompeii, JRS, 17, 1927, p. 165-183 ; et Ead., The Freedman’ Son in municipal life, JRS, 21, 1931, p. 65-77). Cf. J. Andreau, Société, p. 213-254 ; Id., Enseignements, p. 285293 ; A. LOS, Les fils d’affranchis dans l’ ordo Pompeianus, in M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome, 1996, p. 145-153.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540