Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les membres des associations romaines

 | 
Nicolas Tran

Première partie. La dignité de collegiatus : l’acquisition de la respectabilité et du prestige

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 Dig., 50, 6, 5, 12 : « Mais il a été décidé de plusieurs manières que ceux, qui ont augmenté leurs (...)

Sed ne quidem eos, qui augeant facultates et munera ciuitatum sustinere possunt, priuilegiis, quae tenuioribus per collegia distributis concessa sunt, uti posse plurifariam constitutum est1.

1Un fragment de Callistrate, évoquant une disposition légale promulguée par Antonin le Pieux, laisse percevoir des inégalités de richesse, qui pouvaient distinguer entre eux les membres d’un même collège. « Tenuiores », certains collegiati sont ici dépeints comme plus modestes que les hommes riches qu’ils côtoyaient dans la vie confraternelle. Aussi convient-il d’être d’autant plus attentif aux disparités de conditions entre les collegiati de l’Occident romain, qu’un même collège, au même moment et au même endroit, pouvait accueillir des individus qui n’occupaient pas des positions identiques dans les hiérarchies sociales. Au reste, à travers la jouissance de facultates, Callistrate n’aborde qu’un seul des multiples critères qui définissaient la place des individus dans les sociétés du Haut-Empire romain.

  • 2 O. Van Nijf, Civic, p. 22 : « The members of collegia, in short, came from a level of society inter (...)
  • 3 Plin., NH, XXVI, 3, à propos d’une épidémie pendant le principat de Claude : « Nec sensere id malum (...)
  • 4 CIL, VI, 10097 (CLE, 1111) : cf. « Roma mihi patria est, media de plebe parentes » ; « Rome est ma (...)
  • 5 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728 ; Id., Plèbe, p. 1169-1199.

2La multiplicité des critères romains de positionnement social rend très complexe l’appréciation de la personnalité sociale de chaque collegiatus. Pour rendre compte synthétiquement de la place des collegiati dans leurs sociétés, O. Van Nijf décrit ces personnages comme des figures emblématiques de la « plebs media »2. L’expression, employée par Pline l’Ancien3et par un défunt de la ville de Rome4, a conduit P. Veyne à individualiser une catégorie sociale homogène, consciente d’elle-même, et manifestant son « autonomie spirituelle » par le biais d’une morale propre5. Certains aspects des analyses de P. Veyne mériteraient sans nul doute d’être discutés. Toutefois, O. Van Nijf recourt à la notion de « plebs media », sans enfermer les collegiati dans le cadre sociologique étroit et dans le système de représentations définis par P. Veyne. De fait, on peut reconnaître d’emblée, avec O. Van Nijf, que le recrutement des collèges est ancré, pour l’essentiel, dans des catégories sociales intermédiaires. Toutefois, au-delà de ce constat général, valide tout en méritant parfois d’être nuancé, reste à définir précisément ces catégories et la personnalité sociale des individus qui appartenaient à celles-ci.

  • 6 K. Christ, Grundfragen der römischen Sozialstruktur, in W. Eck, H. Gal-sterer, H. Wolff (éd.), Stud (...)
  • 7 G. Alföldy, Histoire sociale de Rome, Paris, 1991, p. 133-134.

3Or, dans la société romaine, les catégories intermédiaires, inférieures à l’élite et excluant les indigents, sont très hétérogènes6. Au surplus, ces catégories nombreuses et enchevêtrées sont de nature si diverse qu’elles ne peuvent pas être classées selon un ordre hiérarchique simple. Pline l’Ancien et le défunt issu de la plebs media ont conscience qu’il existe un entre-deux entre les Grands et les plus humbles. De fait, nul ne songerait à nier que vivaient à Rome des individus qui n’étaient ni très pauvres, ni aristocrates. Cependant, les deux attestations de « plebs media » n’effacent pas l’image de très grande fragmentation du corps social, qui se dessine à l’examen des sources. Se refuser à concevoir la société romaine de manière ternaire, ne relève d’aucun simplisme, quand il s’agit de constater l’absence de stratification horizontale simple des groupes sociaux inférieurs à l’élite7. Comme le fragment de Callistrate y invite, il faut rechercher des différences de richesse dans les profils que les collegiati donnent à regarder. À ce critère économique de positionnement social s’ajoutent des critères juridiques. Les différences statutaires, celles fondées sur la jouissance de la liberté notamment, sont un facteur d’hétérogénéité des catégories inférieures aux élites. Or, le statut juridique détermine en partie la place que les individus, et les collegiati en particulier, occupent dans leur cité. Les critères économiques, juridiques, civiques, collégiaux également, se combinent pour donner à chaque individu une identité sociale complexe.

  • 8 R. Mac Mullen, Roman social Relations, New Haven-Londres, 1974, p. 9899 ; P. Garnsey, R. Saller, L’ (...)

4Le rang des individus dans les hiérarchies de la société romaine est d’autant plus difficile à apprécier, qu’il change parfois au cours des existences. Ainsi, les collegiati qui se mettent en scène en rédigeant des inscriptions décrivent souvent leurs destinées comme des parcours de réussite sociale. Cette rhétorique, qui émane des seuls groupes et individus ayant accès à l’expression épigraphique, oriente la perception moderne d’une société romaine souvent présentée comme une société « en mouvement ». Pourtant, la très grande majorité des populations du monde romain, les ruraux et les pauvres, vivaient dans un état « d’immobilité sociale »8. Sur le plan formel, les discours de réussite gravés sur la pierre se ressemblent souvent, alors même qu’ils sont tenus par des individus très différents. Abstraction faite de leur contenu, ce qui est tout de même l’essentiel, les titulatures des collegiati présentent parfois une apparence formelle proche des titulatures de notables. De fait, les groupes sociaux et les formes d’ascension sociale donnant l’image du plus grand prestige servent de modèles.

  • 9 Une première distinction consiste à isoler les cas de promotion dans les ordres supérieurs de la so (...)

5Cependant, toutes les formes de prestige, et toutes les formes d’acquisition progressive du prestige, ne peuvent être mises sur le même plan, et englobées dans un ensemble unitaire de mobilités sociales. C’est sans doute de façon trompeuse, que les modernes désignent des parcours individuels et des phénomènes sociaux très différents, sous la même appellation de mobilité sociale9. Les collegiati, dans leur ensemble, cherchent à atteindre la position la plus honorable possible, mais seuls quelques-uns semblent accéder à des formes plus grandes de prestige, au terme d’une véritable mobilité sociale. De fait, à travers la recherche de la respectabilité et du prestige, apparaissent encore l’hétérogénéité des effectifs collégiaux et la communauté d’aspirations sociales qui soude les collegiati.

6Dans quelle mesure, et selon quelles modalités, la recherche de l’honorabilité donne-t-elle sa cohérence relative à l’ensemble hétérogène que forment les collegiati ? L’existence de deux catégories minoritaires de collegiati, composées d’esclaves privilégiés et d’individus promus au rang de notable, souligne cette hétérogénéité sociale de la manière la plus nette. De conditions inégales, les collegiati cherchent à gagner en dignité : par le collège, des hommes de métier et des affranchis acquièrent une respectabilité qui pouvait leur faire défaut, et quelques-uns atteignent un réel prestige social. Enfin, l’organisation interne et la vie des collèges donnent l’occasion de se distinguer individuellement, ce qui conduit à s’interroger sur l’influence du rang collégial sur le rang social de chaque collegiatus.

Notes

1 Dig., 50, 6, 5, 12 : « Mais il a été décidé de plusieurs manières que ceux, qui ont augmenté leurs richesses et qui peuvent supporter les charges des cités, ne peuvent pas profiter des privilèges qui ont été accordés aux petites gens reçus dans les collèges ».

2 O. Van Nijf, Civic, p. 22 : « The members of collegia, in short, came from a level of society intermediate between the rich and the poor (plousioi and penetes) ; they constituted the group which Aristotle describes as the mesoi, and of which the Romans used the specific term plebs media ».

3 Plin., NH, XXVI, 3, à propos d’une épidémie pendant le principat de Claude : « Nec sensere id malum feminae aut seruitia plebesque humilis aut media, sed proceres ueloci transitu osculi maxime » [« Le mal ne toucha ni les femmes, ni les esclaves, ni les humbles, ni la plèbe moyenne, mais il atteignit les grands, qui transmirent vite la maladie, surtout par le contact du baiser » (trad. A. Ernout et R. Pépin, CUF, 1958)].

4 CIL, VI, 10097 (CLE, 1111) : cf. « Roma mihi patria est, media de plebe parentes » ; « Rome est ma patrie, mes parents sont issus de la plèbe moyenne ».

5 P. Veyne, Cours 1990-1991, p. 721-728 ; Id., Plèbe, p. 1169-1199.

6 K. Christ, Grundfragen der römischen Sozialstruktur, in W. Eck, H. Gal-sterer, H. Wolff (éd.), Studien zur antiken Sozialgeschichte. Festschrift Friedrich Vittinghoff, Cologne, 1980, p. 220.

7 G. Alföldy, Histoire sociale de Rome, Paris, 1991, p. 133-134.

8 R. Mac Mullen, Roman social Relations, New Haven-Londres, 1974, p. 9899 ; P. Garnsey, R. Saller, L’Empire romain. Economies, Sociétés. Culture, Paris, 1994, p. 201-204.

9 Une première distinction consiste à isoler les cas de promotion dans les ordres supérieurs de la société romaine, de promotion sociale stricto sensu, d’autres formes de progression personnelle. Cf. J. Andreau, Enrichissement, p. 530.

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540