Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Quatrième partie. Figures anciennes, pratiques nouvelles

Chapitre 12. La naissance du touriste

Texte intégral

1Pour mieux saisir le mode de fonctionnement du regard d une majorité de voyageurs français dans la seconde moitié du xviiie siècle, nous nous arrêtons dans ce dernier chapitre sur une zone à haute teneur culturelle et attirant depuis longtemps les curieux venus de toute l’Europe, en l’occurrence la région de Naples. Nous la considérons à un moment où les fouilles récemment entreprises à Herculanum et à Pompéi infléchissent de façon notable le sens du voyage qui y mène. Laissant de côté les textes des spécialistes de l’étude des antiquités ou des phénomènes naturels, nous nous attarderons sur les notes et journaux de voyage de personnes qui ne cherchaient pas à faire date et qui n’entendirent pas a priori écrire à l’usage de leurs successeurs. En confrontant ces documents avec les guides et ouvrages imprimés, nous verrons comment la déambulation était vécue au quotidien, quelles étaient les marges de liberté du visiteur par rapport à ses guides et ce qui se passait dans sa tête lorsqu’il tentait de rassembler à chaud ses impressions et de les fixer sur le papier. En comparant les notes entre elles, nous tenterons de dégager des manières d’être et des pratiques communes aux voyageurs venus de France dans les dernières décennies du siècle.

Aux origines du travail de mémoire

  • 1 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article « Musée », pa (...)
  • 2 Sur l’histoire de l’usage du mot « musée » par les voyageurs de l’époque des Lumières, cf. K. Pomi (...)
  • 3 Richard, Description historique et critique…, Dijon, François des Ventes, 1766, t. 4, p. 244.
  • 4 Tel est le cas de G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borg (...)
  • 5 Cf. P. Bourdieu, A. Darbel, L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Mi (...)

2Compte tenu de la richesse en œuvres d’art de la région de Naples, les guides, récits de voyage et autres ouvrages utilisés pour arpenter cette zone ont constitué les supports d’un véritable espace muséal, « endroit où sont renfermées », selon la définition timide que donne Jaucourt en ayant à l’esprit les cabinets, « des choses qui ont un rapport immédiat aux arts & aux muses »1. Nous ne sommes bien sûr pas en présence d’un musée en tant qu’édifice clos ou espace circonscrit et il convient de ne pas abuser de ce vocable puisque les contemporains se mettaient tout juste, dans les années 1760, à utiliser les termes de « Museum » ou de « musée » pour désigner un lieu offert au public et distinct d’une collection particulière2. Les descriptions dont disposaient les voyageurs n’en orientaient pas moins le regard vers des objets dûment sélectionnés et expliqués, aptes à susciter, selon les mots de Richard, des écrits « curieux & intéressans »3. Certains auteurs estiment d’ailleurs que la relative diminution du nombre des relations de voyage à l’extrême fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle par rapport aux décennies précédentes justifie de se concentrer sur les guides imprimés, c’est-à-dire sur ce que les voyageurs lisaient, pour reconstituer l’histoire de leur goût4. Sommes-nous pour autant assurés que les contemporains suivaient à la lettre la vulgate proposée dans les textes imprimés ? Par-delà les parcours et suggestions de visites que ces ouvrages proposent, il faut se pencher sur les itinéraires réellement effectués. Ne pouvant recourir aux méthodes d’enquête orale ou écrite adoptées par les sociologues pour déterminer les attentes, conditionnements et motivations du public des musées contemporains5, nous devons nous contenter des traces aléatoires que les morts ont laissées sur ce qu’ils ont lu, vu et apprécié in situ voici plus de deux siècles. En examinant leur attitude personnelle vis-à-vis des lieux inventoriés par les guides, il nous revient de guetter les écarts, les nouveautés ou les ruptures qu’expriment les sujets qui voyagent par rapport aux indications reçues. Les notes et journaux manuscrits écrits sur le vif nous aident ainsi à envisager la manière dont le voyage dans un haut lieu culturel a été vécu au quotidien à l’époque des Lumières.

  • 6 Jaucourt, art. cité.

3Une telle interrogation renvoie au travail de mémoire et à ses « déperditions ». Les récits et journaux de voyage mobilisent une mémoire des sites, des monuments, des œuvres, des impressions éprouvées par celui qui écrit. Ayant pour but d’en restituer une part, ces textes ne sont pas nécessairement proches de ce que nous savons par ailleurs des localités évoquées. Ils mettent en scène les éléments constitutifs d’un musée imaginaire individuel, dont rien n’assure qu’il vise, à l’instar de celui d’Oxford, « le progrès et la perfection des sciences »6. Les récits que les utilisateurs de guides produisent sur la région de Naples jusqu’à la fin du siècle ne parlent en effet pas seulement des églises et de leurs tableaux, des cabinets de curiosité, des ruines, des champs de fouilles et des musées de Portici ou de Capo di Monte. Ils suggèrent un usage diversifié et parfois inattendu des lieux, annonçant les divagations trop souvent méconnues du touriste d’aujourd’hui.

  • 7 Encyclopédie, article « Mémoire, souvenir, ressouvenir, réminiscence, (Synonymes.) », par Jacques- (...)
  • 8 Encyclopédie, article « Mémoire (Métaphysique.) », par Daubenton.

4C’est en cela que l’examen des récits de voyage peut enrichir le débat sur les musées « perdus » et oubliés – mais aussi potentiels, en devenir et « retrouvés ». Ces récits nous permettent d’observer ce qui se passe dans la conscience du visiteur lorsqu’il se remémore ses impressions et tente de les fixer sur le papier. Que fait-il de ses perceptions premières ? Quelle sélection ses notes opèrent-elles face au spectacle offert ou vis-à-vis des informations que lui fournissent les guides et les récits de ses prédécesseurs ? Le sens du terme mémoire peut être précisé en s’appuyant sur la définition de l’Encyclopédie. Celle-ci nous dit que la mémoire exprime, à l’instar du souvenir, « une attention libre de l’esprit à des idées qu’il n’a point oubliées, quoiqu’il ait discontinué de s’en occuper ». Mais, à la différence du souvenir qui consiste à recevoir au cœur une impression et à échauffer la sensibilité (« recordari, se recorder, ou plutôt être recordé »), la mémoire est l’effet d’une volonté : elle a un sens actif (« meminisse, se rappeler la mémoire, ce qui est en effet une action de l’esprit ») et constitue l’acte d’une faculté subordonnée à l’intelligence, ayant pour fonction d’éclairer cette dernière7. Tandis que l’imagination désigne la capacité de réveiller les perceptions, la mémoire rappelle, selon les termes d’un autre article de l’Encyclopédie, « les signes et les circonstances » de ces perceptions8. Dans le journal de voyage sont à l’œuvre tout à la fois le souvenir et la mémoire. Des impressions immédiates s’y manifestent, relevant du pathos, mais dans la distance que l’écrit introduit par rapport au moment de la perception, un effort conscient est opéré, fruit d’un travail de l’intelligence lié au pouvoir de liaison entre les idées. Ce faisant, l’expérience individuelle croise une expérience collective, transmise et héritée.

  • 9 C’est ainsi sur eux et sur des récits de voyage imprimés – la différence n’était pas évidente au x (...)
  • 10 De nombreux voyageurs français ont eu le souci de publier de leur vivant une relation intégrant le (...)
  • 11 « Voyage d’Italie partant de Paris et y revenant par la Suisse et Strasbourg », dans Stendhal, Voy (...)
  • 12 Lettre de l’abbé de Vauxcelles à d’Alembert contenant une petite note pour son voyage en Italie (p (...)
  • 13 Le voyage de Lalande a donné lieu à des prises de notes très variées : tel lecteur en a tiré un gr (...)

5Si le détour par les guides est indispensable pour mener une enquête sur le goût de l’art au xviiie siècle9, une palette plus large de matériaux aide à cerner la psychologie des voyageurs et l’histoire de leurs façons de percevoir un lieu. Les récits imprimés ont souvent été utilisés à cette fin, en l’occurrence moins ceux des antiquaires et des savants que ceux de visiteurs plus ordinaires appartenant eux aussi aux élites10. Il existe néanmoins d’autres moyens pour saisir la présence intime et personnelle de celui qui circule. Nous verrons plus loin comment les soulignages et annotations en marge des guides permettent de se représenter l’attitude et les préoccupations de leurs utilisateurs dans les lieux visités. Presque aussi précieux sont les résumés que se transmettaient les voyageurs ou leurs amis à partir de guides imprimés ou de leur propre expérience dans le pays. Bien avant que Romain Colomb ne se serve en 1828 pour son voyage en Italie et en Suisse des « cinquante pages d’itinéraire » que Stendhal lui avait dictées11, certains lecteurs rédigèrent un vade-mecum contenant une version abrégée ou les passages jugés les plus significatifs au sein d’un ouvrage en plusieurs volumes, préférant s’en munir dans le cas d’un départ effectif plutôt que de porter le livre lui-même. Il peut s’agir d’une simple feuille, comme celle que l’abbé de Vauxcelles remit en 1770 à d’Alembert, son voisin à Paris, énumérant les villes qu’il lui conseillait de visiter en allant de Gênes à Paestum par Florence et Rome, puis en remontant de Naples à Turin par Lorette et Venise12. Mais les résumés sont souvent plus substantiels. Si des motifs économiques ou de commodité expliquent une telle pratique, le travail de réduction traduit surtout une activité autonome de l’individu en partance. Il rend visibles ses choix d’itinéraires, dit sa conception du voyage, entre désir d’érudition et souci de brièveté débouchant sur de rapides aperçus, enfin signale ses centres d’intérêt depuis la multiplication des références aux sources classiques ou à des événements récents jusqu’à la valorisation d’une dimension morale, politique ou au contraire scientifique13.

6Les notes écrites au cours du déplacement dans des carnets ou dans des feuilles éparses restent néanmoins la source la mieux à même de nous dire ce que les voyageurs vécurent au jour le jour et comment ils sélectionnèrent et interprétèrent sur le vif les objets qui se présentaient à eux. Elles revêtent des aspects diversifiés : journal linéaire suivant au jour le jour les étapes du voyage (Raby d’Amérique, d’Herculais, Billerey, Jordan, de Villette, d’Espinchal), journal tenu de façon plus irrégulière et où se perd le fil de la quotidienneté (disparition de l’indication des journées dans le manuscrit d’Avignon de 1785, « trous » du journal de Faujas de Saint-Fond), notations non datées et éparses où il nous faut reconstituer un ordre chronologique qui ne correspond pas à celui de la numérotation des feuillets (Émeric David, Guettard), traces se réduisant à un commentaire sur les œuvres d’art (Franquières). Dans tous les cas, nous sommes conduits à interroger la singularité du voyageur et à évaluer ses silences, à détecter ses oublis volontaires ou non, ses négligences, la part des conditionnements et des recopiages ou au contraire ses découvertes et ses centres d’intérêt plus personnels. Écrits pour soi et ne visant aucun public clairement identifié, soustraits au travail de polissage et de remodelage de l’imprimé, ils donnent à voir ce qui se perd par rapport à un horizon d’attente des guides fortement concentré pour la région de Naples sur l’observation des antiquités et des phénomènes volcaniques. Ces textes suggèrent aussi les « gains » issus de cette volonté d’écriture et du travail sélectif de la mémoire. Tel est le cas quand un individu évite de décrire les lieux trop connus et préfère s’attarder sur une anecdote ou parler des paysages, de la pluie et du froid, des aspects matériels de son voyage. Dans les replis de manuscrits qui n’étaient pas destinés à la publication, d’autres objets que ceux présents dans les guides pointent, moins conformes aux canons de l’érudition.

  • 14 Ainsi le retour de Cochin à Paris et celui de Soufflot à Lyon suscitèrent-ils en 1752 d’importante (...)
  • 15 Dans le cas de Lyon ont par exemple été conservés les mémoires académiques de M. de Ruolz « Sur du (...)
  • 16 Par exemple dans l’esprit des travaux effectués sur la vie culturelle à Lyon par O. Zeller (« L’in (...)

7Cette sorte d’inversion du musée – ou musée réinventé, mais secret – invite à découvrir le voyageur là où, en marge des valorisations des guides, il construit plus ou moins consciemment son propre espace de vie. Sauf dans le cas extrême d’Amiel, un journal ne colle toutefois pas absolument à l’expérience de celui qui le rédige. Il laisse une place à l’insondable et nous maintient dans l’ignorance de ce qui a été vu et retenu lorsque rien n’en a été consigné. Les notes de voyage ne peuvent contenir l’ensemble des signes transmis oralement à des proches ou gardés en mémoire par le voyageur. Pour nous faire une idée plus complète des effets d’un séjour à Naples ou ailleurs, d’autres formes de restitution seraient à considérer, depuis les romans et les œuvres d’art réalisés par certains voyageurs jusqu’aux lettres, traités et discussions sur la peinture ou sur l’architecture14. Il nous faudrait passer en revue les mémoires relatifs aux antiquités d’Herculanum et aux éruptions du Vésuve15, ainsi qu’étudier, dans leur ville d’origine, l’évolution des pratiques de ceux qui rentrent d’Italie en matière de lecture, de collectionnisme ou de fréquentation des théâtres16.

  • 17 Parmi les récits non publiés du vivant de leurs auteurs, il faut distinguer entre ceux qui paruren (...)
  • 18 Le fait qu’un descendant de l’auteur, H. Pluyette, ait retrouvé le manuscrit de Foucher du Vivier (...)
  • 19 J. Black, The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, 1992. Signalons qu’à l’inverse de J. B (...)
  • 20 Sur l’utilité de ces « textes anodins », cf. G. Martinet « Quand les Français découvraient l’Itali (...)

8À défaut d’être en mesure de procéder à une analyse de matériaux aussi vastes et dispersés, l’arrêt sur des manuscrits racontant de façon détaillée le séjour à Naples des voyageurs français possède déjà une valeur exemplaire. Certaines relations non publiées circulèrent du vivant de leur auteur sous le manteau et servirent comme les lettres du président de Brosses au divertissement de la bonne société. D’autres ne furent connues que plus tard et présentent les garanties de spontanéité qui nous intéressent, mais elles ont à leur tour fini par être imprimées en raison de la notoriété de leur auteur : ainsi en alla-t-il des récits de Caylus ou de Montesquieu produits dans la première moitié du siècle, puis de ceux de Bergeret de Grancourt ou de Sade écrits dans la seconde moitié17. Un troisième groupe de relations a en revanche plongé dans un oubli durable. Parfois miraculeusement parvenus jusqu’aux archives publiques et œuvres d’individus qui ne sont pas toujours obscurs, ces textes tirent leur richesse précisément du fait qu’ils n’ont pas accroché l’attention d’une postérité et que leurs auteurs, leurs descendants, les éditeurs ou les chercheurs n’aient pas tenté de les utiliser pour séduire un public18. À côté des récits de voyage de philosophes, d’érudits et de gens de lettres, ainsi que des écrits sur le volcanisme ou les antiquités, il existe en France de multiples notes et journaux qui ressemblent à ceux qu’a exploités J. Black dans les archives privées anglaises19. Leur caractère anodin les a situés aux yeux de la critique trop loin, au bout de la chaîne des savoirs. C’est pour cette raison même que nous en avons examinés quelques-uns plus en détail, parce qu’ils permettent de cueillir ce « bout de la chaîne », c’est-à-dire ce qui se passe dans la tête d’un voyageur qui n’a pas le souci de faire date, de devenir mémorable aux yeux de ses lecteurs potentiels. Nous considérerons que la vision que véhicule ce type de document est apte à nous informer sur les comportements des voyageurs anonymes, à tout le moins de ceux qui parmi eux possédaient un niveau de fortune et de culture assez élevé20.

  • 21 Le choix de l’échantillon est à nos yeux d’autant plus justifié qu’il correspond à la période dont (...)
  • 22 Sur les 42 auteurs de manuscrits français que nous avons relevés entre le début du siècle et la pu (...)

9Le corpus des manuscrits de voyage en Italie présents dans les bibliothèques et archives de France ne peut être dénombré de façon exhaustive. Parmi les 123 auteurs de manuscrits français que nous avons repérés pour la période de 1700 à 1815, le plus souvent non publiés (le nombre des récits manuscrits est légèrement supérieur), 91 concernent les années 1750-1815, dont 67 la seule période 1750-1790. Nous nous concentrerons cependant sur une dizaine de textes, rédigés entre 1778 et 1790 par des membres d’élites surtout provinciales21. Ces derniers offrent des caractéristiques communes. Ils ne proviennent ni de religieux ou de pèlerins, groupe qui avait été longtemps majoritaire parmi les rédacteurs de journaux de voyage en Italie22, ni d’antiquaires, d’artistes, de gens de lettres ou d’hommes de science, auteurs classiques de récits imprimés qui gardent leur prééminence après 1750 tout en rédigeant également des notes manuscrites leur servant d’outils de travail.

  • 23 Ayant étudié ailleurs le cas du voyageur marchand en Italie (cf. supra, chap. 11), nous ne considé (...)

10Les personnages réunis ici appartiennent d’abord au groupe des nobles, militaires ou parlementaires et en tous les cas gens du monde. L’obscur M. de Saint-Quentin est en Italie en 1778-1779, le marquis de Dauvet, aide maréchal général des logis, s’y trouve au printemps 1781, le capitaine de dragons Charles-André d’Herculais descend à Naples au début de l’année suivante. Nous nous serions attardés sur l’ami de ce dernier, Aymé de Franquières, conseiller au Parlement de Grenoble, s’il y avait eu dans ses papiers quelque trace de la partie napolitaine de son itinéraire italien. Aux notes du chargé des affaires de France Billerey, qui accompagne le duc de Chartres, futur Philippe-Égalité, à l’automne 1782, s’ajoutent deux Voyages en Italie d’hommes du monde restés anonymes, l’un de 1783-1784 et l’autre de 1785, qui ne parle que de Naples. L’avocat au Parlement M. de Villette visite la péninsule dans les premiers mois de 1789, et le comte d’Espinchal, qui émigre dès juillet 1789, est à Naples l’hiver suivant. En contrepoint de ces voyageurs occupant traditionnellement le devant de la scène, un second groupe se compose de marchands et d’individus plus proches du peuple, aussi présents que les précédents en Italie mais ayant moins laissé d’écrits. Le futur imprimeur aixois Émeric David visite ainsi la Campanie un an plus tôt que d’Herculais et Franquières, au début de 1781, le jeune marchand lyonnais Antoine-Henri II Jordan y séjourne dans les premiers mois de 1788, sans oublier un auteur anonyme du printemps et de l’été 178923. D’autres personnages interviendront pour éclairer la réflexion, comme le naturaliste Guettard, en mission à travers l’Italie en 1773. Mais c’est sur les premiers que se fixera de façon continue notre attention.

Se laisser guider dans Naples ?

  • 24 Ce n’est pas un hasard si le nombre des voyageurs de toutes nationalités que cite G. Doria s’accro (...)
  • 25 Sur le séjour à Naples de N. Audebert en mars 1577, cf. L. Perule, « Un umanista francese in Itali (...)
  • 26 Les gravures « pacifiques » insérées par le géographe Nicolas de Fer dans son Atlas militaire du d (...)
  • 27 R. Shackleton, art. cité supra à la note 19.

11L’intérêt des documents examinés, guides inclus, vient de ce qu’ils sont rédigés entre 1758 et 1800, à un moment où la région de Naples fonctionne à plein régime comme pôle d’attraction pour le voyage européen24. Incarnant aux yeux des étrangers, après Rome, la partie de la péninsule la plus marquée par la culture classique, cette zone constitue depuis plus de deux siècles une étape ultime mais incontournable du Grand Tour, inscrite dès l’époque de Nicolas Audebert dans la logique d’une attente érudite, nourrie de souvenirs classiques25. La ville de Naples est perçue comme une grande capitale, magnifiquement située et aux églises regorgeant de richesses (pl. XXIV à XXVI). En dépit de l’inadéquation déjà signalée du terme, la région tout entière est devenue une sorte de musée intégrant plusieurs types de patrimoines : historique et artistique – les antiquités, la peinture, les ornements d’autels –, urbain – les églises, les palais et l’urbanisme de Naples –, ethnologique – les nobles et leur conversation, les théâtres, la musique, le peuple et ses croyances – et naturel – le Vésuve et l’observation des laves (pl. XXVIII et XXIX)26. Elle est un lieu où le passé est prégnant et où la vie contemporaine, intellectuelle, politique et économique, se trouve minorée par rapport aux curiosités érudites ou naturelles et à l’observation de certaines pratiques religieuses. R. Shackleton a montré que, sur 56 récits de voyage anglais et français écrits entre 1700 et 1789, seuls 8 d’entre eux évoquaient, parfois très brièvement, quelque représentant de la pensée napolitaine du temps, pourtant fort riche de Giannone et Vico à Antonio Genovesi, à l’abbé Galiani et à Gaetano Filangieri. Deux auteurs, Montesquieu et Lalande, ont pu par leurs écrits transmettre à des lecteurs l’écho, direct ou non, des Lumières napolitaines27.

  • 28 Sur l’état d’inachèvement du château de Capodimonte en 1762, les tableaux rangés « sans ordre » et (...)
  • 29 B. O. Ranzani, « Du ‘malsain’ géologique au ‘malsain’ anthropologique », dans V. Ramacciotti (dir. (...)
  • 30 Cf. É. Chevallier, « La diffusion de l’information par la littérature de voyage au xviiie siècle : (...)
  • 31 M. Venuti, Descrizione delle prime scoperte dell’antica città d’Ercolano, ritrovata vicino a Porti (...)
  • 32 Cf. P. Brussel : « Il n’y a que deux ou trois ans que toutes ces beautés sont mises en ordre, & ti (...)
  • 33 Certes des voyageurs s’étaient rendus en Sicile aux siècles précédents. Mais la tradition du Grand (...)

12Le regard habituel des voyageurs n’en a pas moins été marqué par une série d’innovations à partir des années 1730-1740. A côté de l’éloge de la musique et de la vie festive, ainsi que des commentaires tantôt amusés, tantôt indignés sur les lazzaroni et la liquéfaction du sang de saint Janvier, l’attrait prédominant pour les lieux d’art et les phénomènes volcaniques n’implique aucunement une vision fixiste et immobile. Tout au contraire, le voyageur entre en contact avec une réalité évolutive dont on se souvient que c’était pour la prendre en compte que Richard publia son guide en 1766. La capitale parthénopéenne connaît une forte pression démographique et se présente aux yeux des contemporains comme un chantier. Sous l’impulsion de Charles III, les palais de Caserte et de Capodimonte ont vu le jour, sans oublier celui de Portici28. Les éruptions fréquentes du Vésuve depuis le réveil inattendu de 1631 ont modifié le rituel de l’ascension et donné un sens différent à l’expérience de la grotte du Chien (pl. XXX) : la région de Naples est peu à peu devenue, comme toute l’Italie, une « école vivante des sciences naturelles » marquée au sceau de l’instabilité du sol29. Parallèlement aux progrès dans la connaissance des laves et du volcanisme, source d’un intérêt croissant des voyageurs pour le Vésuve après 175030, les fouilles d’Herculanum entre 1738 et 1765, puis celles de Pompéi à partir de 1748 ont, en dépit de leurs lenteurs et de leurs timidités, entraîné un intense mouvement de vulgarisation qui débuta avec l’ouvrage de Venuti en 1748 et se poursuivit par une série de publications sur les antiquités, en particulier celles d’Herculanum. Le voyageur des années 1780 bénéficie ainsi d’une littérature non seulement abondante mais qui vient d’être renouvelée (pl. XXXI)31. Des musées dans le sens moderne voient aussi le jour en 1758, lorsqu’en même temps que le musée « de site » d’Herculanum douze salles du palais de Capodimonte sont ouvertes après vingt ans de travaux32. Les cabinets de curiosité commencent à faire place au musée ouvert à tous, et l’on discute sur l’exigence de publicité des fouilles d’Herculanum et de Pompéi et le maintien in situ ou non des objets découverts. Au cours de la même période, c’est-à-dire à partir des années 1750, la région de Naples cesse enfin de constituer la pointe la plus méridionale du voyage en Italie, un nombre de plus en plus grand de voyageurs allant, sinon jusqu’à la mer Ionienne et en Sicile, à tout le moins jusqu’aux temples de Paestum (pl. XXXIII)33. Ces bouleversements eurent des effets sur les guides et récits de voyage en Campanie. La vulgate des choses à voir s’en trouva profondément transformée.

  • 34 M.-F. Pérez et M. Pinault, « Le voyage en Italie de Fougeroux de Bondaroy », dans Dix-Huitième siè (...)
  • 35 Au début des années 1760 Cochin emporte la palme (Brussel en 1763, Raby en 1764) mais il demeure u (...)

13Afin d’interroger efficacement les textes manuscrits, examinons l’état de cette vulgate dans les années 1770. Celle-ci s’ordonne autour de textes canoniques dont la plupart des Français qui visitent la région se munissent. L’exemple de Fougeroux de Bondaroy montre que d’anciens guides continuaient d’être utilisés en 1763. Fougeroux découpe des gravures de l’édition de Misson de 1691 et les insère dans ses notes de voyage, surtout sur Rome et Naples ; la Descrittione d’Italia d’Alberti (1550) et les Voyages historiques de l’Europe de Jordan (1693) figurent eux aussi dans la bibliothèque de Duhamel du Monceau, oncle de Fougeroux avec lequel ce dernier collaborait34. Ce sont toutefois les guides ou récits de Cochin (1758), de Grosley (1764), de Richard (1766), de Lalande (1769) et de Dutens (1775), bientôt aussi les Lettres de Roland de la Platière (1780) et le Voyage pittoresque de Saint-Non (1781-1786) qui paraissent avoir été les plus fréquentés. Parfois complétés par des guides italiens (tels ceux de Sarnelli, de Celano et de Parino, tous trois conseillés par Lalande dans sa seconde édition) et par des ouvrages plus spécifiques sur le Vésuve, les antiquités de Pouzzoles ou celles d’Herculanum (ainsi les Observations de Bellicard et Cochin), ils sont régulièrement cités dans les récits de l’époque, tant imprimés que manuscrits35. Or, leur contenu n’est pas conforme à celui des récits-guides du début du siècle, de Misson à Deseine et Rogissart.

  • 36 A. Blunt, art. cité. Cf. Cochin : « Le goût moderne de l’architecture, à Naples, est fort mauvais  (...)
  • 37 V. Ruffo, Saggio sull’abbellimento di cui è capace la città di Napoli, Naples, Michele Morelli, 17 (...)
  • 38 La notoriété de Lanfranco dans les années 1780 est attestée par la sélection qu’opère à cette date (...)
  • 39 Cf. Lalande sur le château de Capo di Monte : « il n’est pas même achevé, mais il est devenu l’end (...)

14Le cadre naturel exceptionnel de Naples continue d’être vanté, en particulier la beauté de la situation (Lalande) et des vues que l’on a depuis la ville (Dutens). Plusieurs pôles traditionnels de la visite subsistent : ils concernent tout d’abord le centre urbain, avec ses châteaux et palais, ses lieux de rencontre de la noblesse, sa chartreuse, ses églises et ses peintures, ensuite les Champs Phlégréens, buts d’un pèlerinage classique par-delà la grotte du Pausilippe jusqu’à Pouzzoles et Baïes, enfin le Vésuve, jadis plus raconté que visité en raison de la terreur qu’il inspirait (le Jordan des Voyages historiques de l’Europe, Deseine). Mais les appréciations portées sur les monuments de Naples ne suscitent plus un enthousiasme aussi général qu’au temps de Misson : A. Blunt a montré comment à partir des récits de Caylus, de Delamonce, de Montesquieu et de Charles de Brosses s’était dégradée l’image positive de la richesse décorative des églises ou palais au profit d’une dénonciation de la surcharge ornementale choquant le « bon goût » célébré par Cochin36. Relayée par les regrets de Sade déplorant le chaos de la via Toledo et le faible nombre de places régulières, cette vision dépréciative du centre de Naples a du reste eu pour pendant les attaques de Napolitains eux-mêmes contre le désordre et la confusion urbanistiques, nécessitant selon Vincenzo Ruffo un nouveau plan régulateur37. Des glissements se font également sentir dans la valorisation des peintres, les plus célébrés de Cochin à Dupaty étant désormais moins Ribera ou Solimena que Luca Giordano, l’Espagnolet et Lanfranco38. Les nouveaux palais de Caserte et de Capodimonte fournissent une occasion de louer les mérites de leurs architectes, de l’aqueduc (Caserte) ou des collections de tableaux, médailles, camées, pierres gravées et antiques (Capodimonte)39.

  • 40 Si Misson y voyait un « prodigieux fourneau », il n’en signalait pas moins le caractère « épouvant (...)
  • 41 « Pompeïa étoit une ville de Campanie célèbre, ruinée quelque temps avant Herculée […] ; on a fait (...)
  • 42 Cf. C. Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle, Naples (...)
  • 43 Ces expressions sont de G. Vallet, art. cité.
  • 44 Cf. éd. de 1790, t. 6, p. 164-177.

15Les voyageurs sont surtout de plus en plus attirés par les curiosités situées à l’est de la ville, là où jusqu’aux années 1730 ils se limitaient à commenter le Vésuve, source d’effroi plus que d’admiration (pl. XXVII)40. Cochin réserve quelques pages à Portici, Richard ne dit encore presque rien de Pompéi41 mais il consacre huit chapitres à Herculanum, soit le même nombre que pour le Vésuve : au total seize chapitres contre quatorze pour les Champs Phlégréens. Dans les années soixante, le musée de Portici est devenu l’un des hauts lieux du voyage en Italie42. Lalande consacre seulement cinq pages à Pompéi en 1769, mais il confirme le prestige de « l’aventure archéologique d’Herculanum et de Pompéi » par rapport à la « traditionnelle promenade aux Champs Phlégréens »43 en accordant à ces aspects jusque-là inconnus du monde romain une place nettement supérieure à celle des lieux classiques. Le Pausilippe et les environs de Pouzzoles et Baïes n’occupent que 76 pages contre les 143 pages expliquant le château et le cabinet de Portici, les découvertes faites à Herculanum, le Mont Vésuve, les ruines de Pompéi, Stabia et Paestum. En outre, la seconde édition du Voyage de Lalande en 1786 ne se contente pas d’intégrer les résultats d’expériences récemment accomplies sur la grotte du Chien ou à la Solfatare. Très marqué par la lecture du Voyage pittoresque de Saint-Non, Lalande multiplie par trois la place attribuée aux découvertes de Pompéi (pl. XXXII)44.

16Face à cette opération de guidage et à ses plus récents infléchissements, comment se comportent les voyageurs ordinaires, simples utilisateurs de guides ? Sans tout nous dire des goûts et de la façon dont a été occupé le temps à Naples, les notes manuscrites révèlent une intéressante diversité d’attitudes. Le comportement le plus évident consiste à se conformer à la vulgate et à suivre pas à pas les itinéraires proposés. Cette solution fut adoptée tout au long du xviiie siècle, si l’on en juge par la répétitivité des parcours décrits à travers l’Italie. Difficile à repérer dans des journaux de voyage dont les auteurs n’avaient ni le temps ni le désir de procéder chaque jour à un recopiage intégral des guides, elle pointe chez d’Herculais lorsque ce dernier évoque sa façon d’utiliser à Florence et à Rome la Description de Richard :

  • 45 Ch. d’Herculais, Journal de mon voyage d’Italie, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8840, pièce 1, fasc (...)

pour le reste [c’est-à-dire en dehors de la galerie] je renvoie à l’abbé Richard dans le livre duquel je mets en marge des croix simples, doubles ou triples selon le degré de merite que j’ai trouvé aux choses. je ne ferai ici qu’une simple énumération des objets qu’il faut voir à Florence […].
Je ne ferai ici aucun détail sur Rome, m’étant contenté de mettre des corrections et des additions en marge de mon exemplaire de l’abbé Richard45.

  • 46 C’est ce qu’il écrit à propos de Gênes, Ms cité, fasc. 9 [p. 7 non numérotée].
  • 47 Pernes, alias Dupont, évoque successivement Herculanum, le Muséum de Portici et l’éruption du Vésu (...)
  • 48 Divers passages sur Naples montrent qu’Émeric fut un lecteur attentif de Lalande : sur les « téton (...)
  • 49 Marquis d’Orbessan, Voyage d’Italie, dans Mélanges historiques, critiques, de physique, de littéra (...)
  • 50 Ibid., p. 324 et 323.

17D’Herculais voit ce qui est dans le guide, puis quand il a « tout vu » d’une ville, il « desire d’en partir »46. Sans faire allusion à des guides, la brève description des visites effectuées par le frère capucin Joseph de Pernes en novembre 1782 traduit la conformité aux modèles en vigueur47. Malgré sa plus grande indépendance d’esprit, Toussaint-Bernard Émeric – le futur Émeric David – témoigne en plusieurs endroits de son journal d’une fidélité pointilleuse à la lettre de Lalande et s’avère pénétré par le même esprit de géomètre48. Les traces d’une semblable attitude sont cependant plus visibles dans certains récits imprimés, où il y a obligation d’évoquer tous les lieux connus afin de ne pas décevoir les lecteurs potentiels. Ainsi la relation que d’Orbessan publia dix-huit ans après son voyage de 1750 nous offre-t-elle, par contraste avec les notes de Montesquieu ou même avec celles du président de Brosses, un excellent exemple de la fidélité au guide, en l’occurrence celui de Misson. L’auteur en nuance quelques affirmations (Spolète « n’est pas aussi mal construite que le dit Misson »), mais tout en signalant l’intérêt des récits de Grosley, Richard et Smollett, parus depuis son propre voyage, il garde pour le voyageur huguenot une admiration sans limites. Parfois il s’excuse de parler de quelque chose dont Misson a déjà parlé – ainsi sur le campo Sancto (sic) de Pise –, le plus souvent il en confirme les observations au nom de l’exactitude : « ce voyageur est exact & vous pouvez l’en croire », « Misson détaille tout cela très exactement », « Misson a parlé exactement de l’hôtel de ville, de la tour, de son escalier sans marches, de ses salles… »49. S’il se défend de tout dire et rappelle que son récit imprimé n’est qu’un abrégé des notes prises dans « un journal fait pour moi », d’Orbessan se targue d’être allé « sur les lieux même » et juge à l’aune de cette expérience les qualités du guide qu’il utilise50.

  • 51 Sur l’importance décisive de la théorie de la connaissance élaborée par F. Bacon dans la valorisat (...)
  • 52 Ces indications à la plume figurent au début du premier volume (Nouveau Voyage d’Italie…, Lyon, Je (...)
  • 53 Ces tables comportent les noms propres de lieux et de personnes. La « Table pour naples » est plac (...)

18Le critère de l’observation directe, issu de la démarche empiriste du xviie siècle et en particulier de Francis Bacon, fonde d’ailleurs les remarques qu’adressent l’ensemble des voyageurs aux guides dont ils se servent51. C’est au nom du rapport immédiat et intime avec les choses qu’ils applaudissent à ce qui a été écrit ou au contraire manifestent leur dissentiment. Grâce à un exemplaire annoté du Nouveau Voyage d’Italie de Deseine conservé à Grenoble, nous sommes en mesure de reconstituer les mécanismes d’évaluation et les façons de se servir d’un guide chez un voyageur français presque anonyme du milieu du xviiie siècle. Il s’agit en l’occurrence d’un certain Taillebosq, second acquéreur d’un jeu de deux volumes de Deseine paru en 1699 à Lyon, chez Crozier, et qui avait précédemment été « achepté à Rome en 1725 quarante sols » par un autre inconnu, « Ph. Delan »52. Les annotations portées dans les marges du texte, qui semblent pour la plupart être de la main de Taillebosq, sont irrégulières mais parfois assez nombreuses. Elles suggèrent que des villes ont été visitées avec plus de soin que d’autres, ou en tout cas la plume à la main, Milan, Padoue, Venise et Naples, cette dernière ayant en outre droit, comme Florence, à une table alphabétique des matières ajoutée à la plume sur les pages de garde du second tome53.

  • 54 Nous pouvons citer ici le sépulcre d’Innocent XII, ajouté à ceux de deux archevêques de Naples dan (...)
  • 55 Misson parle de « l’endroit où est présentement bastie l’Église dédiée à S. Janvier » (Nouveau Voy (...)

19À travers les commentaires sur Naples et sur ses environs, quatre principaux motifs d’intervention se discernent chez le voyageur attentif, voire sourcilleux, qu’est Taillebosq. Le premier résulte du souci de rectifier un certain nombre d’erreurs factuelles en barrant ou en soulignant des mots ou des bouts de phrase afin de rétablir en marge la vérité de ce qu’il a vu : le chœur du Dôme de Naples n’est pas « fermé comme [dans] nos Cathédrales, & Paroisses de France », mais seulement « aux 2x cotés » (t. 2, p. 494), on ne descend pas aux fonts baptismaux mais « on y monte » (p. 495), les statues de la chapelle du trésor face à l’église de Sainte-Restituë sont « de marbre blanc » et non pas « noir » (p. 496), le crucifix miraculeux de l’église de Sainte-Marie du Mont Carmel est « sur la travée avant le chœur » et non pas « dans le chœur » (p. 425), le tableau du Crucifix de Lanfranco n’est pas « au » maître-autel de l’église de Saint-Martin mais « derrière » (p. 435), les arcades de l’ancien môle de Pouzzoles ne font pas « un demi cercle » mais « sont en lignes droites » (p. 554), ce n’est pas « à l’orient » du lac Averne mais « au couchant » qu’est la grotte de la Sybille de Cumes (p. 555). Dans le même esprit, les impatiences du lecteur vis-à-vis des exagérations de Deseine se devinent : là où ce dernier annonce « plus de cent tableaux [de l’Espagnolet] dans les cloîtres, & autres appartemens » de la chartreuse, l’annotateur corrige, « c’est a dire plusieurs tableaux » (p. 535). Son expérience directe l’amène, en second lieu et de façon moins péremptoire, à s’interroger sur les décalages entre ce qu’il a observé et ce qui est écrit dans le guide : il n’a « pas vu » le carton pilé censé recouvrir les murs d’une église des Carmes déchaux (p. 545) et constate qu’au niveau de la soufrière devenue, selon Deseine, « presentement une valée », « la montagne subsiste encore quoyq. diminuée » (p. 551). Le troisième motif d’intervention vise à ajouter un objet de curiosité ou à rendre compte d’une expérience physique du voyageur, permettant de préciser les remarques de Deseine54. En mentionnant que dans l’amphithéâtre de Pouzzoles « on a fait une chapelle a St. Janvier » (p. 553), l’annotateur réinsère un détail qui manque chez Deseine mais qu’en revanche évoquent autant Misson que Richard et Lalande55. Il met enfin à jour certaines informations, à plusieurs dizaines d’années de distance. Du maître-autel de l’église de Saint-Martin, dont le guide dit qu’« on travaille maintenant à [le] faire », il note en bas de page : « il est fait » (p. 536).

  • 56 « Il n’y a que deux ou trois ans que toutes ces beautés sont mises en ordre […] c’est ce qui fait (...)
  • 57 Nous reviendrons plus loin sur les « silences » des journaux manuscrits. Au niveau des récits impr (...)
  • 58 Au fil des allusions qu’il fait au Voyage d’Italie de Cochin, Guys développe dans sa relation de v (...)

20Plusieurs de ces procédés sont courants dans les récits de voyage imprimés. Entre la fin des années 1720 et les années 1760, période où se situent sans doute ces notes, le désir d’actualisation se faisait vivement ressentir en raison à la fois de l’usage persistant de guides anciens et de l’évolution des sites qui s’offraient à la vue. P. Brussel constate en 1763 que Cochin, dans un ouvrage pourtant récent puisque datant de 1758, était par la force des choses resté muet sur la mise en ordre des collections de Capodimonte56. D’autres procédés sont propres aux récits et journaux et absents des annotations : ainsi la revendication d’un droit au silence et le renvoi aux descriptions existantes, fréquents dans tous les types de textes57. L’ensemble de la démarche que nous venons de décrire n’en révèle pas moins un primat du guide dans la mesure où les annotations ont pour seul but de le compléter et de le rendre plus exact. Esprit méticuleux, soucieux de précision dans les détails, Tailleboscq ne se comporte nullement en amateur capable d’opposer au discours reçu un jugement personnel, à la différence de Guys qui remet en cause les évaluations de Cochin quand il visite en 1772 l’Italie, et en particulier Florence58.

De l’usage buissonnier des guides

  • 59 Ces informations sont tirées de M.-F. Pérez et M. Pinault, art. cité, p. 95-97.
  • 60 D. Roche, « Préface. Appel à témoins », dans A. de Maurepas, F. Brayard, Les Français vus par eux- (...)

21La seconde attitude possible des voyageurs consiste à se mouvoir avec une relative indépendance, tout en respectant l’esprit et les critères des guides. Des traces de cette liberté sous surveillance se décèlent chez certains annotateurs eux-mêmes. On peut penser à Fougeroux de Bondaroy lorsque, quelques années après son retour d’Italie, il annota les marges de son exemplaire du Voyage de Lalande. Il y renvoie plusieurs fois à son manuscrit sur le Nord de l’Italie et va jusqu’à faire relier au sein de cet ouvrage un texte manuscrit où il affirme vouloir publier à son tour les seize volumes de son journal afin « d’effacer les limites de [son] compatriote »59. Ce récit imprimé ne parut pas, mais son comportement d’homme de lettres, d’artiste et de savant situe naturellement Fougeroux aux antipodes de Taillebosq. L’ensemble des journaux de voyage des années 1780 que nous avons examinés témoigne en définitive de la capacité de leurs auteurs à procéder à une lecture critique des instruments à leur disposition et au moins de celle à se mouvoir par soi-même. La plupart d’entre eux suggèrent l’utilité du recours au guide, mais le fait même de prendre la plume suffit à révéler une velléité d’indépendance et l’existence d’une sphère d’autonomie. Même si les notes prises pendant le voyage ne sont pas remises en forme après coup, elles reposent sur un double procédé d’écriture, mis en lumière par A. de Maurepas à propos de la littérature de témoignage : d’une part l’enregistrement du parcours lui-même, d’autre part une réflexion rétrospective qui, à quelques heures ou quelques jours de l’événement, introduit de discrètes confrontations et un jeu d’interrelations60. Il convient donc de mesurer l’usage qui est fait de cette autonomie.

  • 61 Ainsi sur les catacombes de Naples, que Richard fait remonter aux chrétiens tandis que qu’il s’agi (...)
  • 62 [Roland de la Platière], Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe, Amsterdam, 1 (...)

22Nous savons que les guides et récits de voyage imprimés ont eu beau jeu de dénoncer tout au long du siècle les insuffisances de leurs prédécesseurs et que, de Misson à Richard et Lalande, ils ont assis leur légitimité sur la nécessité de corriger ces défauts. Lalande part fréquemment en guerre contre Richard61 et Roland de la Platière se convainc, une fois sur place en Italie, des « préjugés » et des « erreurs » des Voyages qui l’ont précédé, y compris ceux de Brydone et Riedesel dans le Sud de l’Italie62. À l’auteur de la Description de Richard, qu’il utilise, il reproche d’avoir mal mesuré le lac Majeur et oppose une triple garantie en fondant sa mesure du pourtour de ce lac à la fois sur l’observation, sur « ce qu’avouent les gens du pays » et sur le tracé du « savant d’Anville ». Mais qu’en est-il des voyageurs qui ne s’exposaient pas au regard de lecteurs potentiels et qui, sans prétendre se hisser par leur récit au rang de gens de lettres, n’en exprimaient pas moins eux aussi des humeurs et des sentiments au fil de leur écriture journalière ? Comment jugeaient-ils leurs guides, et de quelle façon distribuaient-ils leur savoir, leur expérience des lieux visités ? Placés dans la situation de relative intimité que permet leur journal, construisaient-ils les mêmes hiérarchies et procédaient-ils aux mêmes dénonciations que les auteurs de textes publiés ?

  • 63 Grosley parle longuement des habitants avant d’aborder le domaine des arts. En commentant la ville (...)
  • 64 Journal de mes voyages…, Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 324-326 ; Voyage d’Italie, Bib. Munic (...)

23Il est certain que, libérés du souci du regard de l’autre, les journaux de voyage disposent d’une marge d’autonomie plus grande que les textes imprimés, en particulier que ceux qui se présentent comme des guides. Nous avons déjà suggéré que les auteurs de ce type de récit commentent les lieux convenus et ne prennent pas le risque de décevoir leurs utilisateurs. Tout en proclamant leur nouveauté, ils tiennent à ne rien oublier de ce qui est important aux yeux d’un large public et c’est seulement dans des cas exceptionnels qu’à l’instar de Grosley ou de Roland de la Platière ils quittent la voie du guidage traditionnel et valorisent d’autres objets63. Dans les journaux écrits pour soi, le public n’est plus le point de référence. L’expérience particulière du voyageur et l’engrangement d’une mémoire personnelle deviennent la seule fin du discours. La soumission à la logique des guides n’étant plus alors une nécessité, le voyageur construit dans son journal des parcours spécifiques à la fois en s’aidant des instruments qui l’accompagnent et en tirant parti de son expérience personnelle. Le cas du double manuscrit du comte d’Espinchal est à cet égard passionnant. Non content d’avoir relaté les événements de chacune de ses journées dans le volumineux Journal de voyages en Allemagne, en Suisse et en Italie pendant les années 1789, 1790 et 1791, Joseph-Thomas d’Espinchal aurait également rédigé, de la même écriture régulière, un plus bref manuscrit composé de cinq cahiers et qu’il a intitulé Voyage d’Italie64. Ce vade-mecum fait le point sur les visites à accomplir dans les différents lieux et donne surtout le maximum d’indications pratiques sur les distances entre les villes, les meilleures routes à prendre, les guides dont il faut se munir, les bonnes et les mauvaises adresses. Dans le cas de Naples, il ne néglige rien de ce qui peut faciliter la vie quotidienne d’un voyageur cultivé et menant une vie mondaine : temps nécessaire pour chacune des visites, noms des meilleurs conducteurs et des ciceroni les plus compétents pour les courses, degré de fatigue que chacune d’elle implique, valeurs des monnaies, auberges de différentes catégories, coût des valets de place et des carrosses de remise, fonctionnement et coûts des loges au théâtre, jours des postes aux lettres selon les destinations, meilleurs banquiers, libraires français, messageries, casins, indications d’un bon tailleur français, d’un maître d’italien, d’un fournisseur de vin de Bordeaux et même de savon de Naples, marchands de vues de la ville. Tirant apparemment parti de l’expérience relatée dans le journal, ce document fait la somme des choix du voyageur et offre le modèle idéal de la synthèse que tous les auteurs de manuscrits sont amenés à effectuer au terme de leur aventure, sans pour autant lui donner une forme aussi achevée.

  • 65 « quand il y aura sur notre route des remarques plus importantes nous les mettrons a la place des (...)
  • 66 Tel est le cas de la situation, des forces, de l’étendue de l’État et de la population de Gênes, q (...)

24Une semblable affirmation de liberté du voyageur n’empêche pas que son discours soit régi par des modèles contraignants d’évaluation du réel, c’est-à-dire de ce qui vaut la peine, ou non, d’être décrit. Dans son Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie, rédigé en 1764, le Grenoblois Raby d’Amérique distinguait déjà entre les « bagatelles » et les « remarques plus importantes ». Les premières désignaient les parties de son récit consacrées à l’état du terrain, aux arrêts imprévus, aux commentaires sur les moments du voyage qui ne comportaient pas de « choses curieuses »65. Les secondes avaient trait aux villes et à leurs monuments. S’agissant d’un utilisateur du Voyage d’Italie de Cochin, l’on ne s’étonnera pas qu’elles définissent un champ des centres d’intérêt de nature architecturale et artistique. Par rapport à de tels « détails », les autres notations, à commencer par celles qui concernent le cadre géo-politique des villes visitées, sont consignées par Raby « pour [sa] seule réminiscence »66. Or, une telle prégnance des objets de culture et d’art se retrouve dans la plupart des journaux de voyage des années 1780, depuis ceux d’Émeric David et de Franquières jusqu’à ceux de Jordan et du comte d’Espinchal. Par-delà la fidélité à l’esprit des guides, elle traduit la permanence et la continuité d’une conception érudite du voyage d’Italie. Si le voyageur recompose ses itinéraires avec une certaine fantaisie, il n’en subit pas moins le poids de ses conditionnements culturels.

  • 67 Anonyme, Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms 5359.
  • 68 Une allusion dans le manuscrit nous indique que ce voyageur s’est aussi rendu en Sicile (ibid., f. (...)
  • 69 « j’ai remarqué qu’excepté les boutiques […] toutes les maisons sont sans jour au dehors […] » (f. (...)
  • 70 Les commentaires sur les tableaux de Capodimonte sont très réduits : si parfois le sujet est décri (...)

25Parmi les quelques exemples que nous possédons, le manuscrit anonyme de novembre 1785 conservé en Avignon est celui qui rend le mieux compte d’une concentration exclusive sur un parcours monumental valorisant les œuvres d’art et les souvenirs archéologiques67. Nous ne sommes pas en mesure de dire quel guide l’auteur de ce récit limité au séjour à Naples et à ses environs68 utilisait, mais la priorité accordée à la visite de la ville – dont il ne sort que le sixième jour avant de l’arpenter à nouveau les jours suivants – et l’enthousiasme que suscite en lui la richesse décorative des églises nous le montrent plus proche de Misson et de Deseine que de Cochin, de Grosley ou de Lalande. La vision traditionnelle de Naples transparaît dans son apologie de la magnificence et du « bon goût » de l’église Sainte-Claire, du couvent des Olivétains Bernardins et surtout des Chartreux. Nous la reconnaissons dans l’éloge des rues et palais – « superbe rue », « rue tirée au cordeau qu’on appelle taille napoli », rue de Tolède définie comme « la plus belle de Naples » avec ses « superbes palais » et ses « belles maisons » – et dans la litanie des qualités attribuées à la ville : « En general la ville est la mieux située la mieux batie la plus reguliere la mieux percée la plus commode la mieux pavée et la plus ramassée que j’aye vu » (f. 7v). Elle explique le penchant pour les maisons de campagne et le terrain fertile au pied du Vésuve, producteur de « cet excellent vin qu’on appelle lacrima » (f. 14r). Les fouilles de Pompéi suscitent certes l’enthousiasme et les deux expéditions menées à Pouzzoles ne font que s’ajouter à celles qui mènent aux endroits devenus à la mode : le château de « Capo de monte » avec ses tableaux et camées, la chapelle du prince de San Severo, le château de Caserte, le théâtre d’Herculanum, le musée de Portici et le collège des Jésuites près de la porte de Tolède où l’on prévoit ouvrir « une bibliotheque publique et un museon qui renfermera toutes les richesses de Portichi » (f. 24r). L’intérêt porté aux lieux et aux objets nouveaux ne doit cependant pas nous aveugler. Dans les commentaires sur les villes ensevelies prédomine une logique déambulatoire et accumulative, qui ne laisse guère de place aux observations personnelles. À Pompéi, celles-ci ont pour fin de désigner le passage d’un lieu à l’autre du site – « la première chose que nous avons vu a decouvert est… », « plus loin on trouve », « plus loin on voit », etc. –, et les marques énonciatives du narrateur servent surtout à ponctuer une analyse visuelle, que l’on suppose enrichie de quelques remarques d’un cicerone mais qui ne procède qu’à très peu de déductions69. Tandis que le visiteur se contente de comparer à Herculanum les dimensions du théâtre avec celles du théâtre Saint-Charles, il ne tire du musée de Portici qu’une sèche énumération des objets salle après salle. De la liste des peintres présents à Capodimonte à celle des sites vus dans les Champs Phlégréens, les notes révèlent la priorité accordée à la fonction de pure mémorisation au détriment d’une approche valorisant le jugement esthétique ou même le souvenir des auteurs classiques70.

  • 71 Les petits poèmes, textes d’épitaphes et anecdotes placés à la fin du manuscrit confirment cette h (...)
  • 72 A. D. Drôme, Ms 1 E 74.
  • 73 Vingt pages y sont consacrées à Florence contre 17 à Rome et aux villas des environs, à peine troi (...)
  • 74 Sur les récits de voyage de Franquières à travers l’Europe et la conformité de ses jugements sur l (...)

26L’insertion d’une diatribe contre les anciens qui « n’ont d’autre mérite sur les modernes que d’avoir existé les premiers » (f. 4v) ne contredit nullement ce parti pris descriptif chez notre voyageur. Participant aux plaisirs de la vie napolitaine et recourant aux services d’un officier favori du souverain pour réussir à se faire placer au terme de sa visite à Caserte « dans l’endroit du palais le plus favorable pour voir de loin et de près le roy en face » (f. 28v), ce courtisan71 n’est pas le seul à concevoir son voyage comme une enquête permettant de glaner le plus grand nombre d’informations possible dans les domaines de l’art et des souvenirs antiques. Le Grenoblois Franquières nous a laissé de son voyage en Italie accompli en 1781-1782 un cahier autographe de 24 feuillets non reliés où il ne parle pas de Naples – sinon pour en nommer une maison de campagne en dernière page –, mais où les notes traitant des autres villes suggèrent une attitude très similaire dans la cueillette des données72. De Florence à Rome puis tout au long du parcours qui mène de Rome à Venise par Lorette et Ancône, seules les œuvres d’art et parfois les bibliothèques sont évoquées ; les descriptions d’architectures et de décorations intérieures ne le cèdent ici qu’à la liste des sculptures et surtout des peintures que les églises et les palais renferment. La démarche est énumérative, visuelle, les verbes sont souvent absents comme il sied à des notes fragmentaires, et à chaque lieu cité, ville, cathédrale, palais, chambre d’une galerie, sont assignés des objets remarquables, parfois qualifiés de « superbes », mais sans que le jugement se personnalise davantage. Les phrases complètes ont quant à elles pour but de rappeler un déplacement du visiteur dans l’espace – « après avoir monté 126 marches, on entre dans… », « on entre ensuite » – ou de mettre en scène des objets, en prenant parfois un ton injonctif – « je les ai visités », « j’y ai vu », « il y a », « il faut y voir », « il faut aussi remarquer ». Possible aide-mémoire ou pense-bêtes pour d’autres visiteurs, ce cahier à usage intime opère surtout dans l’océan des choses à voir une sélection qui le met à distance des récits-guides classiques, exception faite de Cochin. Accordant à Florence la première place73, il ne dit pas combien de temps Franquières a passé dans chaque ville ni la diversité probable de ses intérêts, du moins si l’on en juge par les carnets du même auteur sur d’autres voyages en Europe. Le cahier italien nous livre toutefois une certaine vision de l’Italie en tant que terre des beaux-arts et espace visité le guide de l’abbé Richard à la main74.

  • 75 A.-H. Jordan, « Notes de voyage en Italie et en Sicile », partiellement publiées dans T. Aynard, V (...)
  • 76 Ainsi sur le musée de Capodimonte, qui renferme selon Jordan « une des plus belles collections de (...)

27Sans épuiser toute la trame du récit, la même application à se conformer aux exigences d’un itinéraire culturel et artistique caractérise les journaux du marquis de Dauvet, de Billerey qui accompagne le duc de Chartres et de l’auteur anonyme du manuscrit de 1783-1784 conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris. Elle se retrouve à la fin des années 1780 dans le journal d’Antoine-Henri Jordan. Séjournant pendant plus d’un mois à Naples au début de l’année 1788 (du 6 janvier au 13 février, puis à nouveau du 14 au 18 mars), le fils du marchand lyonnais homonyme entend pleinement profiter de cette étape avant de prendre le bateau pour Païenne. À l’instar du voyageur anonyme d’Avignon, il ne se lance à la découverte des environs de Naples qu’au bout de plusieurs jours, mais c’est plus tard, seulement à partir du 20 janvier, qu’il se met vraiment à consigner ses impressions sur les églises de la ville, l’avenue de Tolède, le théâtre Saint-Charles, le musée de Capodimonte et la fabrique royale de porcelaine75. En dehors de la beauté des vues qui s’offrent à lui, les premiers commentaires de son journal sont pour les lieux alors les plus en vogue – lieux où souvent il se rend ou tente de se rendre à deux reprises : Portici (11, 13 et 18 janvier), Herculanum (11 janvier), Pompéi (18 janvier), Caserte (15 et 23 janvier) et le Vésuve (11 et 19 janvier). Jordan manifeste ainsi son intérêt pour les laves et dit les difficultés de l’ascension du volcan. Il se réjouit au musée de Portici de retrouver les usages, les meubles et les balances des anciens Romains. Il retient de Pompéi autant les ruines du temple d’Isis et des théâtres que la distribution des appartements et les fenêtres tournées vers les seules cours intérieures. Mais si ces expériences semblent le marquer, le jeune marchand n’en consacre pas moins diverses journées à explorer la côte occidentale du golfe et à se remémorer tous les lieux classiques, les tombeaux de Virgile et Sannazar (12 janvier), la grotte du Pausilippe (24 janvier), le lac d’Agnano et la grotte du Chien (29 janvier), les environs de Pouzzoles (2 février). Ne négligeant ni les peintures des Chartreux, ni celles de Capodimonte, attentif aux sculptures de la chapelle de la maison de Sangro, c’est-à-dire de San Severo, enthousiasmé par l’animation de la rue de Tolède et notant comme Grosley les aléas de la justice napolitaine, il se rapproche des suggestions d’itinéraire que formule Dutens76 et offre le portrait d’un voyageur moderne, curieux de tout à petite dose, sans être un connaisseur. Il donne d’ailleurs lui-même une bonne définition de ce type de voyageur lorsqu’il juge que les objets exposés au musée de Portici sont « instructifs » et « bien faits pour intéresser les connaisseurs et même ceux qui ne le sont pas » (18 janvier).

  • 77 J.-T. d’Espinchal, Journal de voyages…, cit., Tome II contenant depuis le 29 novembre 1789 jusques (...)
  • 78 Voyage d’Italie, op. cit., Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 327, f. 3v. Cf. supra, chap. 3, not (...)
  • 79 Cf. Grosley : « Pour éviter les répétitions, je ne dirai rien de Cumes, de Pouzzoles, ni même d’He (...)
  • 80 Journal…, cit., Ms 325, 13 février 1790, p. 132. D’Espinchal cite à nouveau le 18 février cet abbé (...)

28Les pages du journal du comte d’Espinchal sur son séjour à Naples entre le 23 janvier et le 15 mars 1790 fournissent un autre modèle d’utilisateur à la fois fidèle et relativement autonome du guide77. Tout en organisant la visite de Naples selon son rythme, d’Espinchal accentue par rapport à ses prédécesseurs les références explicites aux ouvrages imprimés, notamment à celui de Lalande. Il se rebelle parfois contre ce dernier, estimant qu’à Itri il « fait à tort une mauvaise description » (p. 78). Mais dans le premier cahier de son Voyage d’Italie, il indique que le Voyage de Lalande est des six livres qu’il conseille « le meilleur »78 et tout au long de son Journal il le cite à côté d’autres textes. S’agissant des Champs Phlégréens il dit la nécessité d’avoir « pour suivre toutes ces superbes ruines […] le Livre des Antiquités de Pouzzols, de Baies &c » et aussi « le Voyage de M. De La Lande » (p. 95). Pour Herculanum, il renvoie « à M. De La Lande et à toutes les descriptions des Antiquités d’Herculanum, dont il y a des volumes in folio avec de superbes gravures et où l’on retrouve dans le plus grand détail et dans la plus exacte vérité tout ce que j’ai vu à Portici » (p. 113). À Pompéi, l’auteur du journal revendique même le droit au silence en annonçant que « les descriptions en sont si multipliées que je me dispenserai de la faire » (p. 125)79. Nous ne saurions dans ces conditions nous étonner que les trajets du comte d’Espinchal dans les environs de Naples soient canoniques. D’un côté, il tente l’ascension du Vésuve et s’arrête à mi-chemin parce que l’odeur du souffre l’incommode, puis relate chez ses compagnons arrivés au sommet une déception comparable à celle de Jordan avant de se replier sur la satisfaction de voir « la lave produite par la derniere eruption » (p. 142). De l’autre côté, il découvre par morceaux la côte occidentale du golfe, n’effectuant pas moins de six courses en direction ou autour de Pouzzoles entre le 25 janvier et le 13 mars ; il n’hésite pas non plus à répéter le 19 février en compagnie d’une amie, Madame de La Guiche, les visites déjà effectuées les 3 et 8 février à Herculanum et Pompéi. De telles expéditions relèvent d’un rituel assimilable à la promenade mondaine. L’empreinte de la culture classique « scolaire » y est déterminante et d’Espinchal vante pour la course de Pouzzoles les qualités de cicerone de l’abbé Roberto, qui « possède à merveille son histoire ancienne, et son Virgile » et rend « les lieux que l’on visite […] alors plus interessans »80. Il est sensible dès le trajet de Rome à Naples au paysage des ruines de monuments antiques, et il s’écrie en reprenant presque mot pour mot Lalande : « il faudrait avoir son Horace à la main » (p. 76). Ce caractère indispensable des références classiques est rappelé pour les Champs Phlégréens : « il est très interessant en visitant ces lieux d’avoir le poëme [l’Enéide de Virgile] a la main, on retrouve a chaque pas les memes situations, dont il fait les descriptions » (p. 138).

  • 81 Dans la synthèse que constitue son Voyage d’Italie, d’Espinchal confirme après avoir renvoyé aux o (...)
  • 82 G. Luciani, art. cité.
  • 83 Herculanum intéresse d’Espinchal pour sa « collection la plus complette de tous les ustensiles de (...)
  • 84 Le ton du comte d’Espinchal devient ici très vif : « il n’y a qu’une seule personne employée à ce (...)
  • 85 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, f. 108r.
  • 86 Plus approximatif que les savants et antiquaires, d’Espinchal ne critique guère les guides dont il (...)

29Frappé par la position de Naples et parlant moins des églises et palais que des spectacles musicaux et de la vie mondaine insatiable qu’il mène, le comte d’Espinchal se met aussi à distance des aspects les plus traditionnels de la vulgate des guides. Esprit indépendant, il rompt avec le discours sur les monuments de la ville ou sur les peintres des siècles précédents puisqu’il estime que celle-ci « fournit peu de choses très curieuses dans son enceinte » (p. 90) et que « l’intérieur de Naples [peut] se voir dans un jour » (p. 144) : du point de vue artistique ou archéologique émergent seulement « quelques » églises, les catacombes, un petit nombre d’artistes vivants au premier rang desquels figurent les frères Hackert et le « Batiment destiné au Musaeum que le roi va établir pour y recevoir tout ce qui est à Portici » (p. 147)81. Plus attiré par les environs, il élabore à propos d’Herculanum et de Pompéi un discours qui n’est pas en soi original mais qui participe de l’élan de curiosité le plus actuel et où l’on retrouve bon nombre des caractères relevés par G. Luciani dans les textes imprimés contemporains, de Barthélemy à Saint-Non, de Cochin et Lalande à Roland de la Platière82 : fascination pour les ruines et le grand nombre d’objets proposés à l’admiration, intérêt pour la dimension concrète et quotidienne des matériaux83, lamentation sur la faible mobilisation en personnel pour traiter les manuscrits retrouvés ou poursuivre les fouilles de Pompéi84, désir de voir bientôt s’ouvrir à Naples un Museum qui sera « plus convenable, et digne des richesses qu’on a tirés (sic) d’Herculanum » (p. 112). Le ton inhabituellement virulent du comte d’Espinchal rappelle celui d’Émeric David s’élevant en 1781 contre l’interruption des fouilles et le réenfouissement des deux sites pour cause d’insuffisance de moyens ou d’absence totale de goût pour l’Antiquité chez le souverain85. Dans son jugement sur les statues d’Herculanum « inférieures en beauté à celles que l’on voit à Rome » (p. 114) autant que dans son impatience vis-à-vis de la manière dont les autorités traitent les riches découvertes accomplies, d’Espinchal témoigne certes de goûts classiques, de sa fidélité aux guides et de son acceptation tacite des approximations dont ils souffrent86. Mais il n’hésite pas à prendre position en faveur de la mise au musée contre l’idée qui allait bientôt pointer du maintien des œuvres in situ.

  • 87 Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, ff. 93v-94r et 96v. Il est à remarquer qu’Émeric ne ra (...)
  • 88 Roland, op. cit., t. 4, p. 40 ; M. de Saint-Quentin, Voyage d’Italie, par Lyon, Turin, Milan, Bolo (...)
  • 89 Lalande, op. cit., 1769, t. 7, p. 82.
  • 90 J.-É. Guettard, Notes et manuscrits, Paris, Bib. du Museum d’Histoire Naturelle, Ms 227, f. 44. L’ (...)
  • 91 Guettard insiste d’abord sur l’état d’abandon des objets qu’il souhaiterait sélectionner : « et qu (...)

30La conformité aux logiques et attentes d’un voyage culturel n’exclut pas, on le voit, l’exercice d’une fonction critique. Émeric en fournit un exemple convaincant lorsqu’il dit ne pas se fier aux informations des paysans sur un édifice de la voie Appia ou proclame la supériorité des visites en solitaire : « Je me convainc toujours mieux qu’il faut aller seul partout où l’on veut voir quelque chose ; je voudrois bien prendre enfin sur moi d’agir en consequence »87. Le degré d’autonomie des voyageurs se mesure aussi à travers leur réflexion sur les monuments et les sites à un moment où les textes théoriques et les premières réalisations muséales marquent dans toute l’Europe l’éveil d’une conscience patrimoniale. Le désir de rapporter chez soi des traces matérielles du voyage accompli dans des sites prestigieux n’est pas en soi nouveau, qui amène Roland de la Platière ou Saint-Quentin à vanter l’achat de vues sur le Vésuve88 : des vedute de Venise sont depuis longtemps commandées à Canaletto ou Guardi, et depuis plus longtemps encore les détenteurs de cabinets de curiosité rassemblent des fossiles et des objets rares. Un écart se dessine pourtant entre les souvenirs issus de l’expérience personnelle du voyageur et les objets inscrits au sein d’un processus de patrimonialisation. De l’abbé Nollet à Faujas de Saint-Fond, une ligne continue et forte allant dans le sens d’un geste d’appropriation muséale se décèle du côté des savants en mission. Lalande possède cet esprit lorsqu’il demande que le Roi des Deux-Siciles autorise de mouler les statues découvertes à Herculanum pour qu’elles servent de modèles aux sculpteurs chargés d’« exécuter les statues équestres que [les villes de France] consacrent à la gloire de nos Rois »89. Dans les papiers qu’il a laissés de son voyage accompli en Italie en 1773, le minéralogiste Guettard ne s’occupe pas seulement de reconnaître la nature volcanique du basalte et de commenter pour la région de Naples six planches de roches volcaniques produites par le Vésuve. Médecin du duc d’Orléans depuis 1747, en charge de son cabinet d’histoire naturelle, il dresse une liste intitulée « Catalogue de ce qu’on desireroit avoir des fouilles de Pompeïa pour le Cabinet de Monseigneur le Duc d’Orléans »90, où il justifie de deux façons le déplacement de certains objets vers un cabinet éloigné, en l’occurrence en France : d’abord par l’état d’abandon dans lequel le voyageur « a vu » qu’ils se trouvaient, ensuite par un souci pédagogique et scientifique reposant sur la diversité des intérêts que représentent ces objets et sur le choix de ne prélever que des échantillons91. Un cabinet est chez Guettard en train de s’enrichir en relation avec une expérience physique et visuelle, impliquant un désir de savoir encyclopédique mais également une volonté de respecter le fragile équilibre du site. Le musée reconstitué ailleurs ne doit pas abolir le musée qui est en train de se former sur place ou dans les abords immédiats.

  • 92 « Le sejour de naples ofre moins de curiosités que Rome, mais la nature a tout fait pour ce pays c (...)
  • 93 Ainsi chez Jordan (op. cit., 18 janvier 1788) et d’Espinchal (Ms 325, déjà cité, p. 114 sur Hercul (...)
  • 94 Sur ce second point Émeric est le plus net, qui aurait « abattu Portici » et ne conçoit pas « comm (...)

31Dans notre échantillon des années 1780 les voyageurs ne vont pas aussi loin que Guettard parce qu’ils n’ont pas l’arrière-pensée d’un cabinet à compléter. Rares sont ceux qui expriment ouvertement, à la façon de Roland ou d’Émeric, une critique personnelle qui les ferait aller au-delà de leurs guides. Plus rares encore sont ceux qui privilégient dans leur visite des environs de Naples un aspect particulier, tel que celui de laboratoire pour naturalistes qui retient du Vésuve à Pouzzoles l’attention de Billerey et donc du duc de Chartres92. Au risque de produire encore des stéréotypes, leur lecture des villes ensevelies en amène pourtant quelques-uns à rompre avec ce que recherchaient les voyageurs des décennies précédentes. Cette nouveauté du regard est sensible dans l’intérêt porté aux témoignages de la vie quotidienne des anciens Romains93. Elle se manifeste surtout dans la révolte suscitée par le comportement négligent du pouvoir napolitain vis-à-vis des fouilles et dans le souhait de voir se réaliser le muséum destiné à remplacer à Naples celui de Portici94.

32De la relation que les voyageurs français des années 1780 entretiennent avec le mode de visite culturel impliqué par les guides diffusés depuis la fin des années 1750 trois caractères ressortent avec netteté. Les journaux de voyage traduisent en premier lieu des jugements de goût variables mais peu originaux. Qu’ils fassent l’apologie des ornements baroques ou les dénoncent, qu’ils évoquent les peintres du siècle précédent ou qu’au contraire ils n’en disent rien, ils ne s’aventurent guère à exprimer des avis personnels : avides d’objets « intéressants », ils cherchent à s’en souvenir selon une logique accumulative qui suit fréquemment l’ordre de leurs journées. Les livres de Misson, Rogissart ou Deseine ont été mis au rancart, mais au profit d’autres guides qui sont quelquefois celui de Lalande, les guides locaux ou les ouvrages sur les antiquités, plus souvent Cochin et Richard. Le second trait saillant dans leur approche de Naples et de ses environs tient au souci de se tenir informés sur les lieux à la mode et les récentes découvertes. Nous évaluons ainsi l’impact de certaines transformations dans la hiérarchie des curiosités. Si l’attachement aux objets les plus traditionnels subsiste et conduit fréquemment vers les Champs Phlégréens et le golfe de Pouzzoles, les voyageurs se rendent tous à Pompéi et pour la plupart à Caserte et au Musée de Portici. Même s’ils sont encore visités les restes de l’amphithéâtre d’Herculanum ont perdu de leur prestige depuis le début des années 1760 par rapport au champ de fouilles de Pompéi. Le palais de Capodimonte ou le futur Muséum destiné à remplacer Portici sont plus diversement fréquentés. L’ascension au Vésuve demeure un classique, mais que certains négligent – comme Dauvet et le voyageur anonyme de 1785 – et que d’autres jugent décevante. Le site de Paestum est quant à lui trop éloigné et difficile d’accès pour attirer des voyageurs qui se trouvent le plus souvent à Naples à la fin de l’automne ou pendant l’hiver : Dauvet, d’Herculais et le duc de Chartres s’y risquent entre avril 1781 et décembre 1782, toutefois le second regrette son expédition et le troisième y renonce à mi-chemin (tableau 15).

  • 95 Tandis que Grosley passe par le Mont-Cassin pour se rendre à Naples et que Coyer ou Roland de la P (...)

33Grâce au calendrier précis que déroulent les journaux, nous sommes enfin en mesure de saisir le rythme des activités de visite. Un système fragmentaire se profile, fait non de journées tout entières consacrées à explorer une zone, mais d’une déambulation partielle inscrite dans un ensemble d’autres activités, en général mondaines et de divertissement. Tandis que les guides imprimés présentent autant chez Misson que chez Cochin ou Saint-Non un découpage rationnel, qui commence par l’histoire et les monuments de la ville et ne procède qu’ensuite à la déambulation dans les environs (tableau 17), les journaux disent des visites lentes que l’on effectuait par morceaux de trois ou quatre heures, en les reprenant et continuant les jours suivants, parfois pour le simple plaisir d’y accompagner une personne connue. Certaines évolutions de la vulgate se retrouvent dans les textes manuscrits : ainsi les deux tiers de nos voyageurs (7 sur 10) se conforment-ils au modèle de Cochin, de Dutens et de Saint-Non lorsqu’ils visitent l’ensemble des sites de la côte orientale, autour du Vésuve, avant de se tourner vers Pouzzoles. Ils s’écartent néanmoins sensiblement de guides qui ont du mal à suivre les mutations rapides des centres d’intérêt à propos de Pompéi, site à peine évoqué chez Richard et dans la première édition de Lalande alors que les voyageurs des années 1780 en font leur principal objet de visite. Les parcours restitués dans les journaux de voyage témoignent surtout d’une diversité d’approches par rapport aux guides, puisque plusieurs commencent en évoquant la position de la ville (4 cas sur 10), d’autres le logement (3 sur 10), tel autre Caserte, un autre le « remuement » et le « fracas » de Naples, tel autre encore la visite des Champs Phlégréens. N’oublions pas que Billerey est muet sur Naples et que quatre voyageurs sur dix ne la commentent qu’après les environs (tableau 16). La suggestion de Lalande selon laquelle « il est assez ordinaire aux voyageurs de vouloir faire aussi la route du Mont Cassin » (1769, t. 6, p. 1) est de son côté contredite dans les faits, puisque sur nos dix voyageurs seul d’Herculais déclare s’y être aventuré95.

Pour une anthropologie du voyageur

  • 96 Sur la date du voyage de Richard et du président de Bourbonne, cf. plus haut, chap. 2, note 19.

34Le contraste évident entre les hiérarchies ou l’ordre de présentation qui s’expriment dans les guides et ce que les voyageurs décident de mettre en valeur dans leurs notes constitue à la fois un indice du primat accordé par ces derniers à leur expérience personnelle et la preuve tangible que celle-ci s’écartait en partie de la voie canonique et livresque. Tout en recoupant la précédente, la posture par laquelle s’affirme l’autonomie du voyageur permet d’esquisser avec un relatif degré de précision son anthropologie au quotidien. De l’éloignement vis-à-vis du guide et de la volonté de construire un espace propre témoigne tout d’abord l’écriture des journaux de voyage. Cette écriture est faite, nous l’avons dit, de trous, de multiples silences. Certains sont explicites, et le voyageur affiche alors son parti pris de silence par rapport aux œuvres ou aux monuments qui ont ailleurs été souvent décrits. Telle est la position du président de Bourbonne, le parlementaire dijonnais qu’accompagne Richard en 176296. Dans ses considérations manuscrites sur Rome, il souligne l’inutilité de répéter ce qui a été dit par d’autres :

  • 97 Bourbonne, « Considérations Générales sur Rome… », dans Recueil [de pièces diverses concernant la (...)

Touts (sic) les batiments dont je viens de parler ont été si souvent dessinés et on en a fait la description si souvent qu’il n’est pas besoin de rien ajouter à tout ce qu’on à dit sans tomber dans la repetition et sans faire comme presque tous les voyageurs qui se sont copiés les uns les autres97.

Tableau 15. LIEUX VISITÉS OU COMMENTÉS À NAPLES ET DANS SES ENVIRONS PAR LES VOYAGEURS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780

Tableau 15. LIEUX VISITÉS OU COMMENTÉS À NAPLES ET DANS SES ENVIRONS PAR LES VOYAGEURS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780

N.B. Par Pouzzoles l’on entend ici les courses qui commencent aux tombeaux de Virgile et Sannazar, et par-delà le Pausilippe incluent toute la côte occidentale (Champs Phlégréens, restes antiques de Pouzzoles, de Cumes, de Baies, de Misène et de Bauli).

Tableau 16. ORDRE SUIVI PAR LES MANUSCRITS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780 DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS

Tableau 16. ORDRE SUIVI PAR LES MANUSCRITS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780 DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS

N.B. N’ont été retenus ici que les objets par lesquels débute la description, sans préjuger de l’ensemble des sujets abordés. La position est celle de la ville de Naples, et la ville visitée est bien sûr Naples. La côte occidentale est celle de Pouzzoles et des Champs Phlégréens, la côte orientale est celle que domine le Vésuve et où se trouvent Portici, Herculanum et Pompéi.

Tableau 17. ORDRE SUIVI DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS PAR LES GUIDES ET RÉCITS FRANÇAIS UTILISÉS AU XVIIIe SIÈCLE

Tableau 17. ORDRE SUIVI DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS PAR LES GUIDES ET RÉCITS FRANÇAIS UTILISÉS AU XVIIIe SIÈCLE

N.B. La relative continuité de la vulgate jusqu’aux années 1780 est illustrée par la priorité accordée à la description de Naples. Les guides du début du siècle décrivent ensuite le Vésuve, sur la côte orientale, ce que l’on retrouve chez Dutens, Roland et Saint-Non. Mais tandis que jusqu’à Lalande et même Dutens la côte occidentale (Pouzzoles) est commentée avant Portici, Herculanum et Pompéi, la situation s’inverse avec Roland et Saint-Non (Dupaty, lui, fragmente ses commentaires).

  • 98 D’Herculais, Ms cité, fasc. 11 [p. 17 non numérotée ; ma numérotation part du début du fasc. 9, là (...)
  • 99 Les cas de manuscrits où une série de pages blanches sont laissées libres dans l’attente de complé (...)
  • 100 Bourbonne, à propos de Rome, en offre plusieurs exemples : pour le prénom de tel cardinal, pour l’ (...)

35De façon non moins transparente, d’Herculais renvoie à chaque étape de son récit au guide Richard sans quasiment jamais manifester, à l’inverse d’Émeric David, de distance critique par rapport à lui. Partout où Richard a parlé, d’Herculais choisit de se taire : « Je renvoie à l’abbé Richard pour les détails de Naples »98. Là où Richard s’est tu, d’Herculais se lance en revanche dans un commentaire détaillé qui traduit son souci de privilégier des lieux de visite récemment mis à la mode : c’est le cas sur Paestum et le Mont-Cassin, le travail d’écriture consistant ici à combler les manques d’un guide qui fait par ailleurs l’objet d’une utilisation fidèle mais silencieuse. Mais la liberté du voyageur est aussi celle de ne pas écrire, indépendamment de toute référence à l’instrument de guidage. Dès lors que les récits ne prétendent pas à l’exhaustivité, un silence implicite complète le silence explicite. Même si certains rédacteurs ne peuvent s’empêcher d’énumérer l’ensemble des monuments célèbres (Saint-Quentin) ou de raconter au jour le jour leurs activités mondaines (d’Espinchal), la plupart se taisent sur des activités qu’ils ont pourtant menées. Chez Émeric, seule une liste de dépenses suggère qu’il est allé à Pouzzoles, et en renvoyant globalement à Richard d’Herculais laisse planer le doute sur les endroits effectivement visités. Cette liberté par rapport au besoin de tout dire et notamment de commenter les sites fléchés par le tourisme naissant entrave bien sûr la reconstitution de l’emploi du temps quotidien de nos voyageurs. Elle n’est cependant pas toujours volontaire et résulte parfois d’un simple état d’épuisement du voyageur, de son manque de temps, des aléas du voyage99. Une troisième sorte de silence, plus ponctuel, révèle les défaillances de la mémoire. Ainsi le scripteur laisse-t-il cette fois-ci des blancs dans l’attente éventuelle de se remémorer100. Évitant les déformations qui dans le manuscrit de 1785 transforment Sannazar en « Jacques St Lazare » (f. 18r), ces silences manifestent autant que les ratures dont Émeric donne de nombreux exemples une volonté d’exactitude ou un désir de fidélité à soi, voire un souci de construire – certes à usage intime – un texte ayant une épaisseur, une vie en quelque sorte littéraire.

  • 101 Ainsi dans sa description des Marais Pontins (Ms cité, f. 95v). En divers endroits de ce manuscrit (...)
  • 102 Ms cité, fasc. 9 [p. 6 et 16 non numérotés]. Ce silence affiché rappelle celui de P. Brussel lors (...)
  • 103 Ms 325, déjà cité, p. 81-82.
  • 104 Un véritable parcours des Christs mourants est effectué par Émeric, depuis la « très belle figure (...)
  • 105 « Quel voisinage ! Le Vésuve, Herculanum & la mer ! », s’exclame-t-il à Portici ([Voyage… en 1789] (...)

36À l’opposé du silence, l’expérience d’écriture qui accompagne l’acte de voyager oscille entre l’attitude de la pose un peu bavarde, sensible chez Émeric101, et l’affichage d’une impossibilité de dire, qui est la forme la plus achevée du silence. La seconde de ces voies se rapproche de l’expérience stendhalienne. Elle procède d’un syndrome du trop-plein des œuvres d’art, amenant le voyageur à exprimer son impuissance face à l’entreprise de la prise de notes : « il serait trop long de faire le détail de tout ce qu’on voit dans les églises ainsi que dans les palais des nobles génois », avoue d’Herculais avant d’indiquer qu’« il y a tant de choses curieuses à voir [à Rome] qu’il aurait fallu faire un volume pour les noter »102. Elle se constitue aussi comme une épreuve de la totalité que l’écriture ne saurait décomposer et fragmenter. Anticipant le silence de la Chartreuse de Parme, d’Espinchal juge depuis la fenêtre de son hôtel que « la position de Naples est unique, et telle que je ne me sens pas les moyens d’en faire la description. Mes yeux ont été fatigués d’admirer, et ma tête étourdie du bruyant d’une ville qui ne le cede pas à Paris […] »103. Ailleurs est adopté le ton de l’exclamation, qu’appuient parfois d’éloquents points de suspension. Dès le début des années 1780, les notes d’Émeric révèlent une forte implication émotionnelle, contemporaine des émois de Roland face au spectacle du Vésuve : élans et pensées pour les femmes laissées à Aix-en-Provence – en particulier Eucharis –, enthousiasmes à l’égard des paysages – « Ô le beau pays ! », s’écrie-t-il aux approches de Capoue –, insistant relevé des christs mourants104. L’auteur du manuscrit anonyme de 1789 multiplie à son tour les marques d’enthousiasme face au climat « si doux » de Naples, à la « beauté rare » des fontaines, aux « choses rares, et curieuses » de la chartreuse de Saint-Martin, à la vue qui s’offre depuis le palais de Portici105, et l’on ne s’étonne pas de découvrir qu’il a visité Rome muni des Lettres de Dupaty.

  • 106 Ce texte énumère tour à tour la résidence de l’évêque d’Ostie à Velletri, l’abbaye de Fossanuova, (...)
  • 107 Dauvet, Ms cité, f. 30r ; d’Espinchal, Ms 326, déjà cité, p. 76, 132 et 138.
  • 108 [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 253.
  • 109 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 99r.

37L’impossibilité de rester silencieux en un certain nombre d’endroits est une des caractéristiques du voyage des années 1780. Si celui qui écrit ne se sent pas en devoir de tout dire, l’émotion atteint parfois un tel degré que le voyageur ne peut éviter de l’extérioriser. Parmi les passages obligés figurent la plupart des topoi d’un discours convenu et traditionnel, que réactivent les journaux de voyage : mauvais air des Marais Pontins, nature charmante et pittoresque des environs de Naples opposée à l’horrible Vésuve, position « délicieuse » de la ville (d’Herculais), rues droites et bien pavées, souvenirs classiques surtout que la vue de restes antiques ne cesse de réveiller sur la route de Rome à Naples puis aux alentours de la cité parthénopéenne (pl. XXIII). La symbolisation religieuse des parcours n’est pas totalement absente, ainsi qu’on le voit dans le manuscrit anonyme de 1789106. Elle reste néanmoins exceptionnelle alors que nul n’oublie d’évoquer le mont Circello, la via Appia, l’ancienne maison de Cicéron à Formies et les restes de l’ancienne Capoue. Le détour par Gaète, la ville qu’aurait fondée Énée, est de rigueur, et personne ne s’aventure dans la région de Naples sans rêver d’être, comme Dauvet et ses compagnons, « munis d’un Horace et d’un Virgile ». Voyageur ordinaire mais qui se souvient sans doute du conseil de Lalande, d’Espinchal juge, nous l’avons dit, que « pour doubler les jouissances dans le voyage, il faudrait avoir son Horace à la main, suivre le Poëte dans sa course de Rome à Blindes ». Il ne semble pas avoir mis l’Énéide dans ses bagages, mais se réjouit de pouvoir bénéficier aux environs de Pouzzoles des services d’un érudit rompu à cette visite, l’abbé Roberto107. « Horace l’a dit », tranche à Pompéi un voyageur qui l’a précédé de quelques mois108. Dans de rares cas, l’attention aux souvenirs de l’Antiquité débouche sur un regard de nature archéologique : Émeric David décèle ainsi des statues antiques sur une façade de maison et dans l’auberge de Capoue où il est descendu109. Issus de milieux certes nobles et cultivés, la plupart des voyageurs s’en tiennent cependant à un discours livresque sur les auteurs classiques, chargé de donner à leur déambulation l’épaisseur culturelle minimale requise pour le voyage d’Italie.

  • 110 On se souviendra à cet égard que quatre voyageurs des années 1780 sur dix commencent leur récit su (...)
  • 111 Ce genre de documentation abonde dans les papiers de voyageurs, depuis le journal de Raby d’Amériq (...)
  • 112 Saint-Quentin, Ms cité, p. 36 (« Voyage de Caserte ») et 41-42.
  • 113 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 117v (compte rendu des dépenses à Naples), 94v (un repas (...)

38C’est ailleurs, dans le récit d’une expérience unique et irremplaçable, que se situe l’apport le plus original des journaux que nous avons examinés. Au rebours du désir de tout dire et même de tout voir, la sélection que certains d’entre eux pratiquent amène à relativiser le parcours culturel et à souligner le caractère ponctuel, vivant et singulier du voyage. En consignant ce qui les a le plus frappés, les auteurs se démarquent des textes imprimés : les « bagatelles » dont parle Raby ne sont pas évacuées, les anecdotes relatées n’ont pas comme chez Grosley pour fin de séduire des lecteurs potentiels et nul ne polémique sur les erreurs des récits précédents. Trois éléments de l’expérience personnelle se dégagent en revanche des journaux manuscrits. En premier lieu abondent les remarques sur les aspects logistiques du voyage. Les unes ont trait à l’état des routes (d’Herculais, Jordan), aux circonstances climatiques (notées au jour le jour par d’Espinchal), à la plus grande sûreté et commodité des voiturins par rapport aux « embarras des postes » (Saint-Quentin). D’autres concernent la qualité de l’accueil reçu dans les auberges. Celui-ci est unanimement jugé détestable entre Rome et Naples, sauf à Terracine, tandis qu’à Naples Jordan se félicite des attentions de Madame Gaze en dépit de ses « mauvais logements » et que d’Espinchal conseille de « louer un appartement au mois »110. Les voyageurs notent la présence ou non de cheminées dans les chambres (Saint-Quentin s’en félicite à Naples, Billerey et le duc de Chartres en sont privés à Salerne), parfois rapportent un litige avec un « perfide hôte » (le voyageur anonyme de 1785 à Torre Annunziata). La mention des dépenses et distances parcourues permet ensuite d’affiner les informations que donnent sur ces deux points les guides et les livres de postes111. À côté des coûts supplémentaires que tout crochet entraîne par rapport à la route principale – ainsi l’embarquement à Mola pour Gaète, chiffré par Émeric –, nous découvrons que la visite du château et de l’aqueduc de Caserte n’implique pas moins de cinq endroits où Saint-Quentin a dû payer, cependant que les bonnes adresses que propose ce dernier pour acheter des souvenirs définissent le portrait d’un voyageur proche du touriste contemporain, fréquentant les sculpteurs sur bois, les maîtres de mandoline et les peintres du Vésuve « dont un qui en vend 15 onces ainsi que la sol fattare »112. Émeric s’est livré à Naples à l’achat de laves et d’huile pour la mer, de partitions musicales pour un ami, de cordes de mandoline, de bottes, de « Lettres de Reddi » qui confirment le prestige de cet auteur auprès des étrangers, déjà sensible dans la liste d’ouvrages italiens qu’a rédigée Guettard pendant le voyage de 1773. En évoquant ses compagnons de repas occasionnels ou le changement de ses partenaires pour les courses ou « parties », le jeune aixois offre également l’image d’une quotidienneté grouillante et cosmopolite, faite de multiples rencontres113.

  • 114 Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, f. 14v ; d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 148 ; (...)
  • 115 Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 83 et 86 ; Jordan (...)
  • 116 Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, f. 14r.

39L’évocation des circonstances accompagnant les visites de nature culturelle offre un second moyen de reconstituer l’expérience du voyageur. En lisant ses écrits, nous pénétrons dans l’univers de ses sensations, dans l’histoire de ses plaisirs et de ses frustrations. Nous apercevons ce qui a rendu agréable ou au contraire ce qui a entravé l’attente d’une œuvre d’art ou d’un spectacle. La pluie a des effets variables : si elle retient à l’auberge le voyageur de 1785 le jour de la Saint-Martin, elle ne remet pas en cause pour d’Espinchal « la partie arrangée pour aller à Caserte ». Jordan doit en revanche renoncer à monter sur le Vésuve une première fois à cause d’un vent violent, puis la seconde fois il ne voit rien dans le cratère en raison du brouillard114. Bien que les courses dans les environs de Naples dépassent rarement trois ou quatre heures, les comptes rendus laissent transparaître le poids des contraintes d’ordre physique. Le voyageur anonyme de 1784 dit la fatigue du voyage à Pouzzoles lorsqu’on le fait par terre plutôt que par mer, ainsi que celle de la dernière heure et demie à pied pour monter au Vésuve. Jordan dans un souterrain près du lac Lucrin indique qu’« il y fait si chaud, qu’on est obligé de se déshabiller » et le voyageur anonyme de 1789 révèle que sur le Vésuve les semelles de ses souliers s’échauffent et l’obligent à se tenir « tantôt sur un pied tantot sur l’autre ». Incommodé par l’odeur du soufre, d’Espinchal s’arrête à mi-chemin avec M. de la Guiche tandis que ses autres compagnons poursuivent leur ascension115. Certains épisodes traduisent davantage d’intrépidité et le voyageur anonyme de 1785 a été si ravi à Pompéi par la beauté des lieux « que nous les avons tous parcourus avec la grosse pluye sur le corps pendant plus de quatre heures sans nous en apercevoir »116.

  • 117 Saint-Quentin, Ms cité, p. 35 ; Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, ff. 14r-v.
  • 118 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 99r. Un bel exemple de ce jeu de l’attente et de la frust (...)

40L’inconfort est en tout état de cause pour ces messieurs de la bonne société une donnée subie du voyage, avec laquelle il leur faut composer. On le constate au niveau des repas : le prudent M. de Saint-Quentin avertit qu’à Pompéi il faut porter son dîner et « manger dans les champs auprès de Pompeia », son successeur de 1785 conclut après l’épisode malheureux d’une auberge de Torre Annunziata que « ceux qui viendront après moi feront bien de retourner diner a Portichi (sic) ou de porter avec eux dans la voiture leurs provisions »117. Le sentiment de privation est quelquefois plus culturel : en déplorant de n’avoir pu dans la cathédrale de Capoue s’approcher « pour mieux la voir » d’une mère de piété du Bernin « parce qu’on disoit la messe », Émeric suggère un type de frustration ignoré par les guides mais qui dut être fréquent118. Tout codifié que soit le voyage d’Italie, son déroulement est en effet soumis à de multiples aléas. Outre les lamentations sur les auberges, les temps d’attente pour raison administrative ou la duperie des muletiers et ciceroni, présents dans les textes imprimés autant que dans les notes manuscrites, nous avons déjà dit que l’excursion à Paestum demeure au sein du voyage de Naples le symbole même de l’entreprise vouée à l’échec. Seul parmi tous nos voyageurs Dauvet y parvient sans encombres, sans doute parce qu’il s’y rend à la fin du mois d’avril et non pendant l’hiver comme d’Herculais ou le duc de Chartres. À l’instar de Lalande, Billerey commente en dernière page de son journal les temples qu’il n’a pas vus :

  • 119 Billerey, Ms cité, f. 106v.

L’histoire de cette journée, prévient-il, ne sera pas longue car il faut convenir, qu’a peine à une lieüe d’evoli, nous nous embourbames au point qu’il fut impossible d’aller plus loin. Mr. le d. de Ch. considerant que nous avions 30 milles a faire avec les mêmes chevaux […] abandona le voiage de Pestum. […] Puisque nous n’avons point été à Pestum, il faut au moins parler de ce que nous allions y voir119.

  • 120 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 188v et 168r.

41Les voyageurs nous disent encore le poids de circonstances plus extérieures, telles que le vol commis à Rome dans la chambre d’Émeric David ou le rappel précipité de ce dernier à Aix-en-Provence en raison de la dégradation de l’état de santé de sa mère120. Le jeune homme écourte l’itinéraire préparé avec soin pour l’Italie du Nord et son retour hâtif n’est pas sans évoquer le départ de Buffon pour Dijon cinquante ans plus tôt, au début de 1732, après avoir appris à Rome la mort de sa mère.

  • 121 Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Ms cité, p. 122. Cf. aussi d’Espinchal, Ms 325 déjà (...)
  • 122 D’Herculais, Ms cité, fasc. 9 [p. 18-19 non numérotées] ; Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, (...)

42Les notes de voyage nous restituent aussi des tranches de la vie quotidienne pendant le séjour. À côté des contraintes logistiques et des visites culturelles, ces sources sont fertiles en informations sur les rencontres, festivités et rendez-vous mondains auxquels chacun ne manque pas de participer dans une ville telle que Naples. Le manuscrit de 1784 donne les noms de personnes rencontrées – les « Napolitains ceux que je vis le plus ». On y retrouve ceux évoqués par d’Espinchal sept ans plus tard et une même prédilection pour les femmes de la bourgeoisie « chez qui on s’amuse plus que chez toutes les princesses »121. Des voyageurs anonymes de 1784 et de 1785 aux nobles d’Herculais et d’Espinchal en passant par le marchand Jordan, nous retirons l’impression que le séjour à Naples était largement occupé à converser et à souper dans les loges du théâtre Saint-Charles, à assister aux spectacles de polichinelles et aux concerts dans les églises et les académies de nobles, à jouer au pharaon dans les palais napolitains de la rue de Tolède. Certains événements interrompent cette sociabilité régulière. Le désir de voir le souverain ou ses hôtes de marque aboutit à conférer au moment où s’exauce ce vœu une place au moins aussi grande dans les récits que les courses à Pompéi ou à Pouzzoles. D’Herculais signale les présences ou absences des comtes du Nord aux fêtes données en leur honneur, le voyageur anonyme de 1785 évoque le retour du roi après la chasse au château de Caserte et d’Espinchal indique qu’à une chasse aux sangliers se rendent « beaucoup d’étrangers et surtout de Français », car « c’est la seule occasion d’etre présentés au Roy »122. Cela n’empêche pas que les peintres ou les étrangers soient selon Émeric ou d’Espinchal lui-même d’un commerce plus aisé et plus agréable que la haute société napolitaine. En tout état de cause, plus leur tenue est régulière, comme avec Jordan et d’Espinchal, et mieux les journaux évoquent la quotidienneté d’un voyage qui n’ignorait ni la contrariété, ni l’ennui.

  • 123 Op. cit., t. 2, p. 224.

43Il faut certes rappeler que le primat accordé dans la relation de voyage aux épisodes plus personnels n’exclut nullement des attitudes convenues sur le plan artistique et intellectuel. Lorsque le voyageur anonyme de 1785 écorche les noms propres, abandonne au bout de quelques jours tout repérage temporel au profit d’une liste de lieux alignés en guise d’aide-mémoire et rarement commentés, quand il disserte sur la supériorité des Latins par rapport aux Grecs, se réjouit d’avoir été salué par le roi et s’enthousiasme autant pour les rues de Naples que pour le gardien qui lui a fait visiter les fouilles de Pompéi, nous en déduisons qu’il s’agit peut-être d’un courtisan curieux, sensible aux nouveautés des villes ensevelies, mais aucunement d’un esprit original. Les traces d’une attitude personnelle sont plus nombreuses dans le journal de Jordan. Mais ce dernier ne renvoie pas aux guides et glisse rapidement sur le voyage de Rome à Naples, tandis que la faible empreinte des souvenirs classiques y rappelle la diatribe de Roland de la Platière contre les récits réduits à des compilations de « Tite-Live ou Denys d’Halicarnasse, Pline ou Strabon, Horace ou Virgile, Ovide ou Martial »123. Une place importante y est occupée par les aspects pratiques du voyage – temps de parcours, état de la route, logement, loyers, taux de change, duperie des muletiers –, par la sociabilité et l’extrême attention aux sensations de jouissance ou de désagrément durant le séjour, par le compte rendu exhaustif du calendrier des visites. Certains de ces traits caractérisent le voyage des marchands. Dans trois autres cas, les notes donnent toutefois à lire avec netteté l’individualité du rédacteur. En considérant ces dernières non pas comme le récit fidèle de ce qui a été vu, fait ou visité, mais comme le lieu d’une mémoire intime qui suit sa propre logique, nous pouvons mieux cerner le rapport personnel du voyageur avec ce que les guides lui proposaient de regarder.

Trois figures emblématiques

  • 124 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 100v, 96r, 106v, 93r, 107r.
  • 125 Voyage à Constantinople…, cit., p. 312.
  • 126 Dauvet, Ms cité, f. 30r ; [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 245.
  • 127 Émeric, Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 104r-106v ; [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Natio (...)
  • 128 Op. cit., t. 1, p. 229.

44Les papiers du futur député et académicien Émeric David font ressortir les contradictions et ambiguïtés d’une attitude sentimentale, où les objets sont perçus à travers le prisme des obsessions du voyageur. Le moi y occupe une place centrale et, en rupture avec les discours attendus, sont introduits des personnages ou des références propres au voyageur, à ses amours ou à ses amitiés, à ses lieux de vie habituels. Nous avons déjà évoqué les femmes laissées en France. Il faut y ajouter les références à Paris – la rue de Tolède lui rappelle celle de Saint-Honoré – et surtout à Aix-en-Provence – « On peut dire aussi [de l’Italie] que Rome en est en grand la ville d’Aix » –, l’intérêt constant pour les vignobles et le plaisir de retrouver oliviers et orangers au sud de Rome, à partir de Fondi, l’impatience face aux valets obligés de servir un maître et aux paysans au teint pâle, « exténués par les fièvres », le contraste entre le fourmillement du port de Marseille et le faible trafic de celui de Naples, compte tenu des potentialités de son site124. De la forme d’attention qu’il prête aux œuvres d’art jusqu’aux descriptions de paysages et aux tableaux ethnographiques – les paysannes, les Napolitains… –, sans oublier les portraits esquissés sur quelques personnes rencontrées, Émeric adopte la liberté de ton qu’évoque un voyageur anonyme de 1791 passant par Naples au retour de Constantinople : « tout le monde voyage à-peu-près de même ; on ne diffère que par la manière de sentir et de voir »125. Cette liberté n’est toutefois pas aussi entière qu’il y paraît et, en dépit d’une vision ouverte sur les habitants, les idées préconçues véhiculées depuis longtemps à l’encontre des Napolitains laissent quelques marques visibles autant chez Émeric que dans d’autres manuscrits contemporains. Nous ne reconnaissons certes pas ici les stéréotypes de Silhouette sur la superstition et l’oisiveté du peuple. À l’instar de Milan dans d’autres récits contemporains, Naples devient sous la plume d’Émeric « le Paris de l’Italie », de même que pour Dauvet « le château de Caserte ressemble en petit au château de Versailles » et que pour le voyageur anonyme de 1789 Portici est, en dépit de son architecture peu convaincante, « le chateau de Versailles du Roi de Naples »126 : autant de références au modèle français sont une forme de compliment dans l’esprit de nos voyageurs. Il reste qu’au nom du pittoresque Émeric décrit volontiers le costume crasseux, la réputation de lâcheté et l’oisiveté d’un peuple qu’il appréhende dans sa globalité. Non moins sceptique sera l’auteur inconnu de 1789 vis-à-vis de la dévotion locale et lorsqu’il opposera aux lenteurs des fouilles d’Herculanum l’efficacité dont le roi de France aurait fait montre en pareille occasion. Tout en évoquant la bonne « police » du peuple de Naples pendant le carnaval, d’Espinchal ne peut lui aussi s’empêcher de mentionner la paresse des valets127. À la décharge d’Émeric, notons que ses remarques naissent cependant d’une observation directe : un peu à la façon de Grosley, il entend les Napolitains jurer et les « rencontre par douzaine à chaque pas ». Ses jugements ne reproduisent pas tout à fait ceux qui se répètent de guide en guide et que certains accentuent par amusement, comme Brussel dans La promenade utile et récréative de 1768128.

45La distance par rapport au stéréotype se précise avec le chevalier d’Herculais, de dix ans plus âgé qu’Émeric et resté plus longtemps à Naples puisqu’au lieu d’une semaine il y séjourne pendant un mois et demi (tableau 15). L’intérêt de cette figure est de nous montrer un noble de province, en l’occurrence natif de Grenoble, dont les choix s’avèrent tout à la fois traditionnels et modernes. Nous l’avons déjà vu fidèle au guide Richard, ne manquant pas de citer Horace entre Rome et Naples, vantant les températures douces et la vue depuis le tombeau de Sannazar, attentif aux laves du Vésuve. Le schéma de son voyage en Italie est classique, dans sa durée de dix mois comme dans l’itinéraire qui à l’aller le mène du Mont-Cenis à Naples par Turin, Gênes, Florence et Rome, au retour de Naples au Mont-Cenis par Lorette et Venise, où la fête de l’Ascension est « trop célèbre pour s’en aller sans la voir ». Partout il lui faut épuiser ce qu’il y a justement « à voir » et même à Paestum il procède en dépit du froid à un décompte méticuleux des dimensions et du nombre de colonnes des temples. Ayant besoin en même temps d’une vie mondaine, il ne cesse de déplorer de Turin à Gênes ou à Florence la tristesse qui résulte du manque de société et de mouvement. Grâce au corpus de citations et d’anecdotes recueillies dans des papiers épars et dans les 3 699 pages manuscrites de dix volumes tenus avec constance à partir de 1770, nous pouvons évaluer le degré de culture de cet aristocrate et la vision de l’Italie qu’il a glanée dans les livres contemporains. Nous regrettons bien sûr de ne pas disposer de l’inventaire des ouvrages qu’il possédait. Mieux que les titres d’un catalogue de bibliothèque, ces notes écrites d’une plume régulière à partir de ses lectures aident néanmoins à cerner la curiosité encyclopédique de cet ancien élève des jésuites, lecteur de Voltaire, de Montesquieu, d’Helvétius, de Rousseau et de l’abbé Raynal, des Œuvres complètes de Germain de Saint-Foix et de l’éloge de l’abbé Terrasson par d’Alembert, sans oublier le Mercure de France.

  • 129 D’Herculais, Recueil d’anecdotes, de plaisanteries, de bons mots, de pensées, de portraits, de cou (...)
  • 130 La bibliothèque virtuelle que l’on peut reconstituer à partir des notes de lecture de Charles d’he (...)

46Se régalant d’anecdotes sur les mœurs en divers pays du monde autant que de tout ce qui permet de définir un homme d’esprit, soucieux d’exercer sa verve critique et mêlant sans complexe les anecdotes grivoises aux sentences morales, s’intéressant tour à tour à la bible, aux auteurs anciens et modernes, aux rois, à Mazarin, aux Perses, à la noblesse, aux gens d’Église et à l’Angleterre, d’Herculais ne réserve pas à l’Italie la première place. Plutôt peu nombreux, les passages sur la péninsule proposent de celle-ci une image conventionnelle. La statue de Cupidon attribuée à Praxitèle dans le cabinet du Grand Duc de Toscane y côtoie l’éloge de l’Arioste et du Tasse, les coutumes des anciens Romains et les effets de la politique festive des papes sur le petit peuple de Rome, les particularités de la noblesse d’Italie et l’avance des Italiens pour la tragédie moderne129. Mais nous imaginons aisément que ces références ont malgré tout modelé les attentes du voyageur. Ses notes de lecture confirment que d’Herculais a voyagé en Italie avec l’optique d’un homme du monde cultivé qui était familière à de nombreux nobles de son époque130.

  • 131 Journal de mon voyage en Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 20 non numérotée].

47Le voyageur éclairé laisse ainsi transparaître au fil de son journal ce que pouvait être la façon d’apprécier les œuvres d’art chez un non spécialiste après le passage de Cochin et la Description de Richard. Tout au long de son voyage, d’Herculais valorise les tableaux et certains morceaux de sculpture. La peinture retenant prioritairement son attention, il relève la composition et le coloris de diverses toiles, signale la caractérisation des figures et l’effet qu’elles produisent sur lui. De Gênes à Florence et de Sienne au Mont-Cassin il multiplie les références à de « bons », « très bons » ou « excellents » tableaux qui nous font supposer qu’il ne sera pas resté insensible à Naples aux toiles de Solimena ou de l’Espagnolet. Il s’offre à Sienne le luxe d’un commentaire plus personnel sur la technique de la perspective, se souvient à Paestum que Poussin aurait pris « dans ce charmant pays […] les modeles qu’il a si bien su rendre dans ses tableaux de paysage »131 et évoque au Mont-Cassin les contours « moelleux » des œuvres du chevalier d’Arpino. Plaçant au sommet de sa hiérarchie à Gênes des tableaux de Rubens ou du Guide, à Sienne une fresque de Sébastien Conca, au Mont-Cassin une Vierge de Raphaël, il décrit cette dernière en se référant au critère de fidélité à la nature : il note par exemple que Jésus y

  • 132 Ibid., fasc. 10 [p. 25-26 non numérotées].

est délicieux, dans l’attitude la plus naturelle, ce sont les contours les mieux arrondis et les carnations les plus vraies, la Vierge est brune et a l’air fort noble, elle regarde Jesus avec toute la complaisance maternelle. Le Joseph est bien caracterisé, et dans le petit St. Jean on voit la curiosité et le respect en meme tems : le haut de la poitrine de la Vierge et ses mains m’ont paru trop maigres ainsi que le bras droit de Jesus132.

  • 133 Ibid., fasc. 9 [p. 5 non numérotée].
  • 134 Ibid., fasc. 9 [p. 5, 4 non numérotées], fasc. 10 [p. 24 non numérotée].
  • 135 Le même sens de la nuance se révèle dans les jugements esthétiques du voyageur anonyme de 1784, qu (...)

48Le second centre d’intérêt de Charles d’Herculais en matière artistique concerne les architectures – palais, chapelles, églises – et certains décors intérieurs – boiseries de stalles, retables sculptés, lustres dorés. Il relève les formes géométriques de la ville de Turin et la richesse des appartements de Gênes. Sa perception de la magnificence décorative est toutefois mitigée : si la richesse des marbres et des pavements le frappe, il entend aussi ne pas se laisser abuser par une charge décorative résultant de la volonté de rassembler « tout ce qui pouvait émouvoir les sens afin de suspendre l’esprit et de toucher le cœur »133. L’esprit fort resurgit avec son acuité critique. D’Herculais échangerait volontiers contre les dorures des églises turinoises « de beaux vaisseaux, de grandes et belles voutes ». L’ancienneté des objets ne lui suffit pas si dans ces « raretés antiques […] les desseins sont très grossiers ». Il déplore enfin les formes mesquines et attache du prix à tout ce qui traduit un travail de l’artiste, y compris dans les stalles du Mont-Cassin, « chef d’œuvre de menuiserie »134. Loin de signaler une ignorance et révélant plutôt une sorte de sagesse face à l’inutilité de certains commentaires, le journal dit un goût pour des formes esthétiques achevées135.

  • 136 Né le 19 novembre 1746, second fils de François André d’Allois d’Herculais et de Claire Charlotte (...)
  • 137 Ainsi avoue-t-il à Livourne à propos de la musique d’un opéra : « la musique ne m’a pas ravi : c’e (...)
  • 138 Ainsi à Florence : « j’ai noté dans un essai à part tout ce qui m’a le plus frappé dans la galleri (...)
  • 139 D’Herculais voit et décrit les montagnes de Savoie, les plaines fertiles et cultivées de Lombardie (...)

49Préférant résumer son séjour à Naples plutôt que rédiger un journal quotidien, le voyageur d’Herculais privilégie dans son récit les lieux de visite les plus difficiles à atteindre : il est muet sur les édifices napolitains, les Champs Phlégréens et même sur Herculanum et Portici, mentionne à peine Pompéi et s’attarde en revanche sur Paestum et le Mont-Cassin, dont il ne dédaigne aucunement les aspects artistiques. C’est qu’à ce point de son voyage, le capitaine de dragons rattaché au régiment de la reine de 1775 à 1781136, cadet de famille sans doute plus familier des livres que des champs de bataille, si l’on en croit ses nombreuses notes de lecture, paraît trouver dans les chemins boueux de la campagne napolitaine une occasion de s’affirmer et de mettre en relief la dimension de risque et d’aventure de son voyage. Désireux de transcrire avec franchise ses sensations137, et peut-être aussi parce qu’il tient moins régulièrement son journal, d’Herculais accentue au fil des pages le souci d’être bref en commentant les hauts lieux culturels, ce qui contraste avec sa facilité de plume lorsqu’il est à Grenoble. Après s’être attardé sur la description de Gênes, il décroche à partir de Florence, craint de se perdre dans les détails et organise une sorte de stratégie du silence par le renvoi au guide Richard ou à d’autres cahiers dont nous avons perdu la trace138. Depuis le début du journal, son regard de militaire s’est montré tout comme chez Caylus en 1714 attentif à la beauté ou à l’état de dégradation des routes : ainsi quand il aborde Naples préfère-t-il dire comment ses chevaux se sont tirés d’un mauvais trou au lieu de répéter les commentaires des guides sur les sites les plus connus. C’est d’ailleurs dans le même esprit qu’à son retour, après en être resté entre Rome, Venise et Modane à l’ossature logistique du voyage – le manger et le dormir, l’état des routes, les coûts, les aléas climatiques –, il éprouve à nouveau le besoin de narrer en détail son expérience, en l’occurrence ses marches vers les glaciers de Chamonix et la vallée d’Aoste. L’attention de Charles d’Herculais aux paysages qui s’offrent à lui à travers l’Italie, aux arbres fruitiers autant qu’au « spectacle singulier et pittoresque » de la nature qu’en certains cas « on ne peut se lasser de voir », rejoint l’esprit des notes d’Émeric et traduit une distance par rapport à l’approche urbaine et érudite qui avait longtemps dominé le discours des voyageurs139. Du compte rendu de son expérience physique à la description de la nature, nous avons bien affaire à une sensibilité moderne, contemporaine des observations de Dutens sur les montées et descentes du chemin, en même temps que des émois des premiers voyages pittoresques.

50De la relative indépendance de vues de Charles d’Herculais vis-à-vis de ses lectures, une autre preuve nous est donnée précisément au sujet de Naples. Si ses lectures encyclopédiques ont aiguisé l’attente et préparé le voyageur à la découverte de l’Italie, n’oublions pas qu’elles véhiculaient des stéréotypes dont d’Herculais était « consommateur ». Il en va ainsi de l’image des Napolitains paresseux et souvent moines que celui-ci a lue et recopiée dans le Longueruana, ou recueil de pensées, de discours et de conversations de l’abbé de Longuerue :

  • 140 D’Herculais utilise du Longueruana une édition de 1773. Ce passage se trouve p. 41 dans l’éd. de B (...)

La Campanie est un bon pays, et Naples une belle situation. Comme on n’y travaille point et que le monde est extremement fainéant, il faut que les enfans se fassent moines. Aussi y en a-t-il tant et plus. Scaramouche etoit de Naples ; et de telles gens se trouvent là plus qu’ailleurs. C’en est le pays, comme la Suisse de soldats et le Limousin de maçons, ibid [c’est-à-dire tome 1], pag. 53140.

  • 141 Recueil d’anecdotes…, Ms cité, t. 1, p. 154.
  • 142 Journal de mon voyage d’Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 18 non numérotée].
  • 143 Le sentiment d’avoir vécu une aventure, avec son exotisme et ses hauts faits – tel le passage des (...)

51Dans les Œuvres de Saint-Foix, le futur voyageur a également puisé le constat d’une religiosité si présente partout en Italie que les théâtres ont des noms de saints, tel le théâtre Saint-Charles, là où en France les comédiens sont excommuniés141. Or, de ces lieux communs sur la paresse, la superstition et le poids de l’Église les pages du journal que d’Herculais a consacrées à Naples ne portent aucun écho. En dehors d’une allusion au « peu d’éducation de plusieurs gentilshommes qui remplissaient leurs poches de biscuits, macarons &c avec une avidité indécente »142, le noble grenoblois se tait sur les habitants et ne mentionne aucun décalage entre les mœurs napolitaines ou italiennes et celles de France. Tout se passe au contraire comme si le voyage avait été pour lui d’abord une occasion de voir et d’éprouver par soi-même, au détriment de ce qui a été appris par avance. Même si les goûts de d’Herculais sont convenus, qu’il a une confiance aveugle dans le guidage et s’inquiète lorsqu’il quitte les sentiers battus, nous percevons dans son discours – loin du caractère impersonnel dont témoigne le pro-memoria de son compagnon Franquières – une volonté de prise en charge individuelle du voyage, ancrée sur une dimension d’exploration aventureuse143.

  • 144 D’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 90 (25 janvier 1790). Cf. aussi à la date du 28 février : « L’in (...)

52C’est toutefois une troisième figure, celle du comte d’Espinchal, qui offre la forme la plus exacte et la plus élaborée de ce que nous semble avoir été le comportement du voyageur mondain et cultivé typique du siècle. D’Espinchal voit ce que les guides lui demandent de voir et suit notamment Lalande, le contestant sur quelques points de détail. Il jouit à fond de son séjour et n’oublie pas les aspects matériels, tels que la diversité des monnaies, les questions de logement à Naples, le coût des carrosses et d’un valet de place. Il prête une attention méticuleuse aux variations de la météorologie et commence le récit de chacune de ses journées par une indication sur le temps qu’il fait. Il avoue également, nous l’avons vu, ses propres limites descriptives. Aussi n’apparaît-il pas comme un utilisateur passif du guide : il construit tout au contraire une temporalité propre, rythmée par le style ample et libre du journal. Sa visite de Naples se détache sur l’horizon d’une vie mondaine intense et les courses vers les hauts lieux culturels ne sont que l’une des modalités de l’existence sociale d’un noble de l’Ancien Régime. Séjournant près de deux mois à Naples à l’âge de 41 ans, tandis qu’en France la Révolution bat son plein, d’Espinchal retient surtout que la situation enchanteresse de la ville offre un cadre idéal aux soupers, aux bals, aux parties de chasse et aux promenades. Les plaisirs destinés à satisfaire son infatigable mondanité le situent aux antipodes des pratiques du tourisme de masse moderne. Certes il se conduit à Naples d’abord comme un Français, parlant le plus souvent sa langue, accompagnant à Pouzzoles, à Pompéi ou sur le Vésuve des amis tels que Monsieur et Madame de la Guiche, préférant « la Romance de la Nina française » à la Nina de Paesiello, souffrant des danses monotones de la bonne société napolitaine et des limites qu’à l’instar du deuil de l’empereur le Carême impose à la vie festive. Mais son univers reste aussi celui d’un cosmopolite, à l’aise dans les salons et les loges du théâtre Saint-Charles, immergé dans les habitudes locales telles que le dîner du vendredi chez le duc de Coscia et laissant pointer son regret lorsqu’il constate qu’il y a dans les réceptions plus de Françaises ou d’étrangères que de Napolitaines. Fait singulier, ce voyageur qui se coule dans la vie urbaine exclut dans le même temps la ville de Naples du champ de ses intérêts culturels. S’il évoque des cérémonies et cite un peintre vivant, Hackert, il est quasiment muet sur la peinture, les décors des églises et l’architecture des palais : « La ville de Naples fournit peu de choses très curieuses dans son enceinte »144. Ce qui lui paraît « extremement interessans », ce sont seulement les environs. Il révèle dans son regard sur les cités ensevelies, nous l’avons dit, une sensibilité patrimoniale en même temps qu’une moderne attention aux paysages du bord de mer, qu’il s’agisse de la route de Rome à Naples ou de celle qui mène de Naples à Portici. D’Espinchal tire enfin parti de sa propre expérience en proposant dans le vade-mecum qui complète son journal – à supposer qu’il en soit l’auteur – un itinéraire destiné à faciliter le voyage pour ses successeurs et qui comporte une série d’indications techniques sur la façon de se loger, les coûts à prévoir ou la durée de visite des sites.

53Au terme de ce panorama sur le voyage des années 1780, une connivence se dégage entre le noble du Grand Tour avec ses aspirations mondaines et courtisanes, sans doute le plus enclin, parmi ceux qui se déplacent, à coucher ses souvenirs sur le papier, et le marchand dont Émeric ou Jordan ne donnent qu’une image imparfaite mais qui est plus en prise avec la diversité humaine et sociale du monde. Si les manières d’en faire le récit et de se positionner face à la vie diffèrent, dans tous les cas se manifestent d’une part l’érudition et un désir de découvrir sur place les antiquités et les œuvres d’art, d’autre part une préoccupation constante à l’égard de la dimension pratique du voyage. Il est vrai que nous n’avons considéré qu’un échantillon limité par souci de nous appuyer sur des sources riches et significatives, et que tout semble opposer le médiocre M. de Saint-Quentin, noyé dans ses angoisses d’ordre logistique et que l’on imagine muni de nombreux livres de poste, l’inconnu d’Herculais, lecteur n’ayant pas publié une ligne, et Émeric David, futur historien de la sculpture et académicien. En observant l’exemple napolitain dans le détail, nous avons néanmoins pu effectuer certaines comparaisons et mesurer les marges de liberté qu’expriment les journaux manuscrits des voyageurs par rapport aux canons des guides. Entre les lignes s’aperçoivent une conformité à des itinéraires obligés et une adéquation de fond aux parcours des guides et récits imprimés. Des rythmes personnels se laissent aussi saisir, une diversité dans la façon d’organiser le voyage au quotidien. Le rôle important des mondanités ou des divertissements dans un séjour de plusieurs semaines révèle que le déplacement d’une ville à l’autre ne l’a pas encore emporté à la fin du xviiie siècle sur les stations prolongées dans une ville. En dépit des évolutions perceptibles dans un guide comme celui de Dutens, le parcours dans la campagne demeure enfin avant tout une source de souffrances et de désagréments, dont témoigne la route de Naples à Paestum. L’attrait pour des paysages plus sauvages que les plaines cultivées proches des zones habitées reste le fait d’individus isolés, qui se lancent comme Saussure dans l’aventure des Alpes ou comme les membres de l’expédition voulue par l’abbé de Saint-Non dans celle du Sud de l’Italie. La variété dans la tenue des journaux de voyage traduit en outre la difficulté de se plier aux contraintes qu’impliquait l’écriture quotidienne, selon le conseil inlassablement répété de Bacon à Berchtold.

54Les journaux manuscrits nous apprennent aussi que la perte d’intérêt pour la côte de Pouzzoles au profit de la région du Vésuve, jadis relevée par G. Vallet, ne s’accompagne pas d’une réelle prise d’autonomie dans la manière de concevoir le déplacement et les objets d’enquête. Le regard scientifique ne s’impose pas avec autant de force que la lecture de Lalande pourrait donner à le croire et les curiosités surtout naturalistes du duc de Chartres tranchent avec celles de la plupart des voyageurs. Ces derniers privilégient toujours l’exceptionnel, le rare et le singulier, même s’il s’agit d’une ville ensevelie qui permet d’imaginer la vie des anciens. L’écho des discussions sur le volcanisme ou sur l’esthétique des peintures d’Herculanum demeure très faible dans ces journaux. Le recours tant au guide écrit qu’au cicerone en chair et en os suggère d’ailleurs une grande continuité dans les pratiques du voyage. Certes il arrive qu’un voyageur cueille dans son parcours des stimulants pour une réflexion plus personnelle, annonciatrice comme chez Émeric de certaines de ses œuvres futures. L’intérêt pour la vie des anciens lors de la visite d’Herculanum et de Pompéi tranche également avec les curiosités érudites du visiteur traditionnel sur les Champs Phlégréens. Le cas de la région de Naples, zone à haute teneur culturelle, illustre cependant avant tout l’exigence de conformité à un modèle de déambulation ancien. Le touriste que nous voyons naître à cette époque n’est pas encore pressé et les impatiences d’un Jordan continuent de se détacher sur un arrière-plan d’inerties. Les voyageurs suivent des voies presque toujours tracées d’avance. L’affaiblissement du Grand Tour comme voyage pour l’éducation du jeune noble débouche sur un type de voyage dans lequel les centres d’intérêts et la façon de les appréhender n’ont le plus souvent subi que d’infimes métamorphoses.

Notes

1 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article « Musée », par Jaucourt, t. X, 1765.

2 Sur l’histoire de l’usage du mot « musée » par les voyageurs de l’époque des Lumières, cf. K. Pomian, « Leçons italiennes : les musées vus par les voyageurs français au xviiie siècle », dans Ouvr. coll., Les musées en Europe à la veille de l’ouverture du Louvre, Paris, 1995, p. 335-361. Nous employons ici le terme dans le même sens que L. Norci Cagiano de Azevedo, Napoli. Capitale, giardino, museo nell’Europa del primo Settecento, Florence, 1997 (Collana di Museologia e Museografia).

3 Richard, Description historique et critique…, Dijon, François des Ventes, 1766, t. 4, p. 244.

4 Tel est le cas de G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borghese », dans Ricerche storiche, VII, 2, juillet-décembre 1977, p. 345-381, en particulier p. 346. En ce qui concerne les périodes précédentes également, B. Marin estime qu’en raison de sa masse de lieux communs « le récit ou le guide de voyage imprimé est une bonne source pour mesurer les changements de ton et de sensibilité dans le traitement [d’une] ville [comme Naples] » (« Des délices et merveilles de la capitale espagnole à la critique économique et sociale de la métropole des Lumières », dans E. Kanceff, R. Rampone (dir.), Viaggio nel Sud, II, Verso la Calabria, Genève-Moncalieri, 1992, p. 47-62, en particulier p. 48).

5 Cf. P. Bourdieu, A. Darbel, L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Minuit, 1969. Certes quelques pages blanches sont ménagées à la fin des guides de la première moitié du xixe siècle pour que le voyageur y note ses impressions de voyage. Mais il est à remarquer que dans la centaine de copies de guides qu’il a consultées – de M. Starke aux guides Richard et Artaria –, G. Ricci n’a trouvé aucune observation manuscrite significative, ce qui l’oblige à se contenter de supposer une adéquation entre les guides et les attentes du public (op. cit., p. 380).

6 Jaucourt, art. cité.

7 Encyclopédie, article « Mémoire, souvenir, ressouvenir, réminiscence, (Synonymes.) », par Jacques-Philippe-Augustin Douchet et Nicolas Beauzée (qui signent B. E. R. M.). L’article réunit ces quatre mots en ce qu’ils expriment « l’attention renouvellée de l’esprit à des idées qu’il a déjà apperçues ».

8 Encyclopédie, article « Mémoire (Métaphysique.) », par Daubenton.

9 C’est ainsi sur eux et sur des récits de voyage imprimés – la différence n’était pas évidente au xviiie siècle – que s’appuient les éclairantes études d’A. Blunt (« Naples as seen by French Travellers, 1630-1780 », dans The Artist and the writer in France. Essays in honour of Jean Seznec, Oxford, 1974, p. 1-14), de G. Vallet (« Les ‘Antiquités’ des Champs phlégréens dans les récits des voyageurs du xviiie siècle », dans P. Amalfitano, dir., Il destino della Sibilla : mito, scienza e storia dei Campi Flegrei, Naples, 1986, p. 43-57) et de G. Luciani (« Les voyageurs français et les musées italiens », dans Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, p. 83-94).

10 De nombreux voyageurs français ont eu le souci de publier de leur vivant une relation intégrant leur séjour à Naples et dans ses environs au cours de la seconde moitié du siècle, sans que celle-ci prît comme chez Cochin, Richard, Lalande, Dutens ou Cassini les allures d’un guide, et sans qu’elle eût non plus un caractère spécialisé comme chez Barthélemy ou Saint-Non. Parmi ces voyageurs plus « ordinaires », nous trouvons Mme du Boccage, Grosley, Pierre Brussel, l’abbé Coyer, Roland de la Platière, Dupaty et Creuzé de Lesser.

11 « Voyage d’Italie partant de Paris et y revenant par la Suisse et Strasbourg », dans Stendhal, Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, Paris, 1973 (Pléiade), p. 1263-1275.

12 Lettre de l’abbé de Vauxcelles à d’Alembert contenant une petite note pour son voyage en Italie (prévu en 1770), Paris, Bib. de l’Institut, fonds Bertrand, Ms 2031, pièces 10-10 bis. Même si l’alternative joue sur un nombre réduit de possibilités, que l’ouvrage de Lalande en prolongeant Misson contribue à fixer (éd. de 1769, t. 1, p. 420), l’hésitation manifestée par d’Alembert quant à l’itinéraire à suivre pour se rendre en Italie par la Provence ou par les Alpes montre que nous ne sommes pas en présence d’un modèle de parcours aussi rigide qu’il y paraît.

13 Le voyage de Lalande a donné lieu à des prises de notes très variées : tel lecteur en a tiré un gros manuscrit de 395 pages relié en maroquin (Notes extraites du voyage en Italie de de Lalande, 1780, Bib. Munic, de Dijon, Ms 1275), tel autre de brefs feuillets comme la quinzaine de pages commentant quelques villes entre la Savoie et Rome que l’on trouve dans les papiers de Gabriel Brizard (fin xviiie siècle, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 6084), tel autre encore des notes de lecture fragmentaires, griffonnées à la hâte comme celles d’Émeric David sur les aspects marquants de sites italiens où il prévoyait de se rendre (Notes d’un voyage en Italie. 1781, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5946, ff. 55r-83r). Fougeroux de Bondaroy recopia avant son voyage des passages entiers du récit de La Condamine paru dans les Mémoires de l’Académie Royale des Sciences et la bibliothèque de Bordeaux détient de brèves Observations morales et politiques, extraites d’un journal de voyage en Italie sans doute écrites dans les années 1770 ou 1780 (Bib. Munic, de Bordeaux, Ms 829-X). À l’Arsenal est conservée sur papier bleu de l’époque révolutionnaire une copie intégrale des deux volumes des « Lettres sur l’Italie, par M. Dupati, traduites en français par Mme Dobilly, née Cailleau, sur la traduction anglaise » (Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 6762). Dans la collection Fossati Bellani de Milan se trouve une jolie copie à la plume avec cartes aquarellées de 15 des 24 itinéraires de la Direzione pe’viaggiatori de Barbieri, datable de la fin du xviiie ou du début du xixe siècle et où n’ont été retenues, entre autres libertés par rapport à l’original, que les axes les plus fréquentés par les voyageurs (Viaggi d’Italia i più frequentati, e particolarmente da chi viaggia per le Poste, le quali si distinguono dalla presente Figura P, Bib. Ambrosiana, Ms S.P. XII. 169).

14 Ainsi le retour de Cochin à Paris et celui de Soufflot à Lyon suscitèrent-ils en 1752 d’importantes discussions dans les Académies.

15 Dans le cas de Lyon ont par exemple été conservés les mémoires académiques de M. de Ruolz « Sur du bled trouvé à Herculanum » (1748, Bib. du Palais des Arts, Ms 157, ff. 14-19) et de M. Genève sur les « Antiquités d’Herculanum » (1770, Bib. Munic, de Lyon, Ms 818), les « Remarques sur l’Italie » de Soufflot dressant un « État du Vésuve en juin et novembre 1750 » (Bib. du Palais des Arts, Ms 136, ff. 2-20) ou encore un texte anonyme, intitulé « De l’éruption du Vésuve, en août 1779 » (Bib. du palais des Arts, Ms 158 bis, ff. 169-178). De même que l’Académie de Bordeaux garde les mémoires de d’Arthenay sur une éruption du Vésuve ou de Latapie sur Naples, sur Pompéi et sur Capri (Bib. Munic, de Bordeaux, Ms 1696 (XXXI et XXXII)), l’on trouve à Lyon ceux de l’architecte F. Delamonce à son retour de Rome et de Naples (cf. L. Mascoli, Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce, Naples, 1984) ou encore le « Discours du graveur J.-J. de Boissieu pour sa réception à l’Académie de Lyon, contenant des réflexions sur les grands maîtres italiens » (1780, Bib. du Palais des Arts, Ms 185, ff. 51 et suiv.).

16 Par exemple dans l’esprit des travaux effectués sur la vie culturelle à Lyon par O. Zeller (« L’intensification de la vie théâtrale à Lyon (1761-1788) », dans Cahiers d’histoire, t. XLII, 1997, n° 2, p. 193-216) et G. Fontaines (La culture du voyage à Lyon de 1820 à 1930, Lyon, 2003).

17 Parmi les récits non publiés du vivant de leurs auteurs, il faut distinguer entre ceux qui parurent dès le xviiie siècle (le voyage de Silhouette eut lieu en 1729-1730 et parut en 1770, trois ans après sa mort, celui de Duclos date de 1766-1767 et fut publié en 1791, vingt ans après sa mort) et les éditions plus tardives. Une grande vague de publications eut lieu à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle : Caylus (voyage 1714-1715, pub. 1915), Montesquieu (voyage 1728-1729 ; pub. 1894-1896), le capucin L. de Martilly (voyage 1739-1740, pub. 1902), le sulpicien Visse (voyage 1749, pub. 1904), Bergeret de Grancourt (voyage 1773-1774, pub. 1895), Antoine-Henri Jordan (voyage 1787-1788, pub. partielle 1888), d’Espinchal (voyage 1789-1791, pub. partielle 1912), sans parler des journaux de militaires du Directoire. D’autres textes furent publiés autour de 1930 : l’abbé Renaudot (voyage 1700-1701, pub. 1928), l’abbé Guénée (voyage 1761, pub. 1933). Le journal de Sade ne parut qu’en 1967. Plus récemment ont été édités certains carnets, mémoires ou lettres de peintres, d’architectes, de savants et d’antiquaires, comme ceux de F. Delamonce (L. Mascoli, op. cit.), de Soufflot (voyage 1750, pub. 1982), de P.-L. Moreau (voyage 1754-1757, pub. 2004) et de J.-J. de Boissieu (voyage 1765-1766, pub. 1984).

18 Le fait qu’un descendant de l’auteur, H. Pluyette, ait retrouvé le manuscrit de Foucher du Vivier dans la demeure familiale en Bretagne, n’indique pas pour autant qu’il y ait décelé un intérêt autre qu’anecdotique. Des notes du voyage d’A.-H. Jordan partiellement publiées par son petit-fils, T. Aynard, en 1888, un autre descendant estimait assez récemment qu’elles « n’ont, à vrai dire, pas grand intérêt. Elles font surtout apparaître la lenteur et les difficultés des voyages à l’époque » (A. Jordan, Une lignée de huguenots dauphinois et ses avatars. Les Jordan de Lesches-en-Diois du xvie au xxe siècle. Étude généalogique et historique, s.l., 1983, p. 110).

19 J. Black, The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, 1992. Signalons qu’à l’inverse de J. Black, R. Shackleton n’utilise que 2 manuscrits parmi les 56 récits anglais et français qu’il analyse entre 1700 et 1789, l’un de 1721-1724 et l’autre de 1741 (« Travel and the Enlightenment : Naples as a specimen », dans Essays on Montesquieu and on the Enlightenment, Oxford, 1988, p. 437-446).

20 Sur l’utilité de ces « textes anodins », cf. G. Martinet « Quand les Français découvraient l’Italie », dans L. Mascoli, op. cit., p. vii-x (avec le renvoi au chapitre des Archives du Nord que M. Yourcenar consacre au voyage en Italie de son grand-père).

21 Le choix de l’échantillon est à nos yeux d’autant plus justifié qu’il correspond à la période dont il nous reste le plus grand nombre de manuscrits (28 auteurs recensés entre 1778 et 1790). Cf. notre liste des sources manuscrites en fin de volume.

22 Sur les 42 auteurs de manuscrits français que nous avons relevés entre le début du siècle et la publication du voyage de Cochin (1700-1758) dans les fonds anciens des bibliothèques de France (dont seulement 5 publiés), 15 sont des ecclésiastiques (dans l’ordre chronologique : A. Lorain, E. Renaudot, le P. Girard, P. Meunier, E. Guillemeau, A. de Rohan, abbé de Vougny, R. P. Bernardin, un anonyme de 1735, L. de Martilly, M. Visse, C. Robin, L. Gougenot, A. Cresp, P. d’Albert de Luynes) et 4 des pèlerins ayant voyagé entre 1700 et 1725 (dont M. Fromentin et G. Caillotin), soit près de la moitié de l’ensemble. Quatre ou cinq autres peuvent éventuellement s’ajouter à ce groupe (il s’agit d’anonymes non consultés). La quinzaine d’auteurs restants se répartit entre des diplomates (deux de l’entourage du duc de Saint-Aignan en 1731 et 1741, d’Arthenay autour de 1750), des nobles souvent militaires ou parlementaires (marquis de Lenoncourt, chevalier de Vincelles, Montesquieu, un chevalier anonyme en 1738, de Brosses, Legouz de Gerland, marquis de Paulmy, deux autres anonymes de 1747 et 1751-1753, Cortois de Quincey, F. de Thorenc), deux notables ou marchands (J.-F. Fayet, P. Deville), des artistes ou architectes (Delamonce, Hazon et Voiriot, Cochin, Soufflot, Moreau) et un homme de science (Nollet).

23 Ayant étudié ailleurs le cas du voyageur marchand en Italie (cf. supra, chap. 11), nous ne considérons ici Émeric et Jordan que pour ce qu’ils disent de Naples et de ses environs. Il nous a par ailleurs fallu renoncer à savoir quelque chose du voyage accompli à Rome par l’ouvrier charpentier Letellier en 1786 : le joli carnet avec rabat et ficelle qu’a laissé ce dernier se limite à des commentaires sur Bordeaux et Toulouse (Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 7935).

24 Ce n’est pas un hasard si le nombre des voyageurs de toutes nationalités que cite G. Doria s’accroît sensiblement à partir des années 1760 (Viaggiatori stranieri a Napoli, Naples, 1984).

25 Sur le séjour à Naples de N. Audebert en mars 1577, cf. L. Perule, « Un umanista francese in Italia. Il ‘Voyage d’Italie’ (1574-1578) di Nicolas Audebert », dans Studi mediolatini e volgari, XXI, 1973, p. 87-214, en part. p. 157-168.

26 Les gravures « pacifiques » insérées par le géographe Nicolas de Fer dans son Atlas militaire du début du siècle pour Naples et sa région donnent par contraste avec les vues de forteresses et cartes quadrillant l’espace à des fins guerrières en Italie du Nord une bonne image de l’approche érudite et « muséographique » avant la lettre qui était réservée à cette partie de la péninsule (« Les merveilles de Pozzoli ou Pouzzol, Cume et Baia ou Bayes… », « Le Mont Vésuve ou Montagne de Somma près de Naples », dans N. de Fer, Cartes nouvelles et particulières pour la guerre d’Italie, Paris, 1702, Bib. Munic, de Grenoble).

27 R. Shackleton, art. cité supra à la note 19.

28 Sur l’état d’inachèvement du château de Capodimonte en 1762, les tableaux rangés « sans ordre » et les livres disposés « en tas » parce que les menuisiers sont « occupés à boiser l’appartement où ils doivent être placés », voir la très suggestive description de Richard, op. cit., t. 4, p. 190. L’on sait que ce palais, commencé par Medrano en 1738, ne fut achevé qu’en 1838, mais que douze grandes salles furent ouvertes pour la peinture en 1758.

29 B. O. Ranzani, « Du ‘malsain’ géologique au ‘malsain’ anthropologique », dans V. Ramacciotti (dir.), Francia e Italia nel xviii secolo : immagini e pregiudizi reciproci, revue Franco-Italica, n° 7, 1995, p. 33-53, en part. p. 36.

30 Cf. É. Chevallier, « La diffusion de l’information par la littérature de voyage au xviiie siècle : le Vésuve et les phénomènes volcaniques », dans Revue de littérature comparée, janv.-mars 1981, n° 1, p. 39-53.

31 M. Venuti, Descrizione delle prime scoperte dell’antica città d’Ercolano, ritrovata vicino a Portici, 1748. Parmi ces ouvrages et par-delà les premières lettres du président de Brosses (1750) et de Cochin (1751), il faut citer à côté des huit volumes des Antichità d’Ercolano (1757-1792) ceux de Bellicard et Cochin (Observations sur les antiquités de la ville d’Herculanum…, 1754), de Winckelmann (son Histoire de l’Art chez les Anciens de 1764, puis le Recueil de lettres sur les découvertes faites à Herculanum, à Pompéi, à Stabia, Caserte et Rome traduites de l’allemand en 1784), de Caylus (Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, 1752-1767), de d’Hancarville (Antiquités étrusques, grecques et romaines, tirées du cabinet de M. Hamilton…, 1766-1767), de Fougeroux de Bondaroy (Recherches sur les ruines d’Herculanum et sur les connaissances qui peuvent résulter de l’état présent des sciences et des arts…, 1770), de S. Maréchal et F. A. David (Les Antiquités d’Herculanum ou les plus belles peintures antiques et les marbres, bronzes, meubles… trouvés dans les excavations d’Herculanum, Stabies et Pompéia, 1780), de l’abbé de Saint-Non (Voyage pittoresque, ou description du royaume de Naples et de Sicile…, 1781-1786).

32 Cf. P. Brussel : « Il n’y a que deux ou trois ans que toutes ces beautés sont mises en ordre, & tirées hors des caisses qui contenoient les effets recueillis par le Roi dans la succession d’Alexandre Farneze Duc de Parme » (La promenade utile et récréative de deux Parisiens en cent soixante cinq jours, voyage en 1763, Avignon & Paris, Vente, 1768, t. 1, p. 286).

33 Certes des voyageurs s’étaient rendus en Sicile aux siècles précédents. Mais la tradition du Grand Tour avait tendu à se figer au cours du xviiie siècle en excluant le sud de Naples.

34 M.-F. Pérez et M. Pinault, « Le voyage en Italie de Fougeroux de Bondaroy », dans Dix-Huitième siècle, n° 22, 1990, p. 95-105, en part. p. 96-97.

35 Au début des années 1760 Cochin emporte la palme (Brussel en 1763, Raby en 1764) mais il demeure une référence dans les années 1770 et 1780 (Guys et son fils en 1772, Bergeret de Grancourt en 1773-1774, Billerey en 1782) et même sous la Révolution (d’Espinchal en 1790, Salaberry en 1791, Wlgrin de Taillefer en 1792). En dépit du succès durable de Lalande à partir de 1769 (Fougeroux l’achète à sa parution, Bergeret en est imprégné, Émeric le cite abondamment en 1780, Desgenettes en est muni en 1785-1789, d’Espinchal et Wlgrin de Taillefer jugent en 1790 et 1792 que c’est le meilleur guide, Lamartine prépare encore avec lui son périple de 1811-1812), la Description de l’abbé Richard n’est que lentement détrônée : au début des années 1780 Émeric y fait plusieurs fois allusion, le premier des huit carnets de voyage de l’architecte Delannoy comporte 26 pages de « notes sur l’Italie par l’abbé Richard » (Voyage en Italie. Mars et avril 1780, Paris, Bib. Mazarine, Ms 1919, p. 235-261) et d’Herculais ne connaît qu’elle en 1781-1782. Cela n’empêche pas certains voyageurs de choisir d’autres textes, comme le prouve la liste des ouvrages dont se sert Desgenettes : outre le Lalande de 1769 et l’Itinéraire de Dutens de 1783, le médecin a emporté avec lui en 1785 Grosley (dans l’éd. de 1774), Coyer (1775) et les Lettres sur la minéralogie et sur divers autres objets de l’histoire naturelle de l’Italie de Ferber (1776).

36 A. Blunt, art. cité. Cf. Cochin : « Le goût moderne de l’architecture, à Naples, est fort mauvais ; les ornemens de la plûpart des chambranles extérieurs des fenêtres, sont tout-à-fait ridicules. On bâtit dans cette ville, avec beaucoup de dépense, des aiguilles ou pyramides, toutes revêtues de marbre, mais de la plus mauvaise forme, du plus méchant goût, & assommées de mauvaise sculpture. [] » (Voyage d’Italie…, Paris, C. A. Jombert, 1758, t. 1, p. 195-196).

37 V. Ruffo, Saggio sull’abbellimento di cui è capace la città di Napoli, Naples, Michele Morelli, 1789. Inspiré par les idées de Milizia et de Laugier, le projet de plan régulateur rationnel par V. Ruffo (1749-1794) n’eut certes guère de succès sur le moment. Celui d’Ange Goudar, qui l’avait également influencé, fut du reste brûlé à Naples malgré son succès en Europe (Naples ; ce qu’il faut faire pour rendre le royaume florissant, Amsterdam [en fait Naples], 1769, rééd. 1771).

38 La notoriété de Lanfranco dans les années 1780 est attestée par la sélection qu’opère à cette date un abrégé du Voyage de Saint-Non où l’on trouve à côté de sept gravures consacrées au Vésuve et à Herculanum et d’une qui montre la grotte du Chien deux « compositions de Lanfranc qui se trouvent à Naples dans la coupole des Sts Apotres » (nous nous référons ici à la quatrième livraison d’un Voyage pittoresque de l’Italie, Paris, Bib. Nationale, Ms 22048, ff. 211-218).

39 Cf. Lalande sur le château de Capo di Monte : « il n’est pas même achevé, mais il est devenu l’endroit le plus remarquable de la ville par une riche collection de livres, de tableaux & d’histoire naturelle […] » (Voyage en Italie…, Paris, Desaint, 1769, t. 6, p. 166). Malgré la brièveté d’ensemble de ses commentaires, Dutens lui aussi accorde au « musée de Capo di Monte » une importance toute particulière.

40 Si Misson y voyait un « prodigieux fourneau », il n’en signalait pas moins le caractère « épouvantable » que l’on retrouve dans les « horribles tremblements » décrits par Deseine et la « fureur » d’une montagne « affreuse & terrible » qu’évoque Rogissart.

41 « Pompeïa étoit une ville de Campanie célèbre, ruinée quelque temps avant Herculée […] ; on a fait quelques fouilles dans ses ruines, & on y a trouvé beaucoup de choses précieuses & qui annoncent que cette ville étoit d’une grande richesse… » (Description historique…, 1766, t. 4, p. 500).

42 Cf. C. Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle, Naples, Centre J. Bérard, 1982, p. 123-167.

43 Ces expressions sont de G. Vallet, art. cité.

44 Cf. éd. de 1790, t. 6, p. 164-177.

45 Ch. d’Herculais, Journal de mon voyage d’Italie, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8840, pièce 1, fasc. 9 [p. 13 et 16, non numérotées]. Le système des astérisques fut, on le sait, lancé dès le siècle précédent par Malvasia dans les Pitture di Bologna (1686). Cochin avait salué cette initiative, mais il fallut attendre le xixe siècle pour que la pratique s’en généralise dans quelques éditions des Travels on the continent de M. Starke, dans les Handbooks de Murray à partir de 1842 et surtout dans les Baedeker.

46 C’est ce qu’il écrit à propos de Gênes, Ms cité, fasc. 9 [p. 7 non numérotée].

47 Pernes, alias Dupont, évoque successivement Herculanum, le Muséum de Portici et l’éruption du Vésuve, puis se réjouit de ce qu’à Pompéi on ait trouvé maisons, peintures, meubles, ossements et objets recouverts par la lave (carnet manuscrit cité dans P. Raoul de Sceaux, « L’Italie vue par un Capucin français du xviiie siècle », dans Les Amis de Saint-François, Paris, juillet-septembre 1964, p. 102). Fidèle au tourisme monumental, Rotrou expliquait de son côté vingt ans plus tôt que « Malgré notre fatigue excessive, nous n’avons pu quitter Portici sans y voir les choses curieuses » (Voyage d’Italie. 1763, Châtenay Malabry, Alteredit, 2001, p. 255).

48 Divers passages sur Naples montrent qu’Émeric fut un lecteur attentif de Lalande : sur les « tétons fort grands » des paysannes des Marais pontins (Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, f. 93r), sur une inscription près de la voie Appia (f. 93v), sur la chapelle de la Trinité à Gaète (f. 96v). Émeric a aussi hérité de Lalande son souci de précision astronomique, dont témoigne une note marginale portant les coordonnées de la ville de Naples en latitude et en longitude (f. 100r).

49 Marquis d’Orbessan, Voyage d’Italie, dans Mélanges historiques, critiques, de physique, de littérature et de poésie, Paris, Merlin, 1768, t. 2, p. 413, 587, 582, 651 et 686 (cette relation occupe en fait tout le t. 2 des Mélanges, paginé 323-692).

50 Ibid., p. 324 et 323.

51 Sur l’importance décisive de la théorie de la connaissance élaborée par F. Bacon dans la valorisation d’une démarche expérimentale des voyageurs, cf. E. J. Leed, The Mind of the Traveler. From Gilgamesh to Global Tourism, New York, 1991, trad. ital. Bologne, 1992, p. 213-216.

52 Ces indications à la plume figurent au début du premier volume (Nouveau Voyage d’Italie…, Lyon, Jean Thioly et Jean Crozier, 1699, 2 vol., Bib. Munic, de Grenoble, exemplaire coté 27852).

53 Ces tables comportent les noms propres de lieux et de personnes. La « Table pour naples » est placée au début du t. 2 (cinq pages) et la « Table pour florence » à la fin du même tome (trois pages). Dans le texte, les quatre villes annotées se distinguent très nettement des autres, qui ne font à Bologne près (deux annotations) l’objet que d’une annotation (un village entre Bologne et Florence, Faenza, Lorette, Tolentino, Florence elle-même).

54 Nous pouvons citer ici le sépulcre d’Innocent XII, ajouté à ceux de deux archevêques de Naples dans le chœur du Dôme (p. 494), un manuscrit de Saint-Thomas d’Aquin mentionné à la sacristie de l’église de Saint-Dominique Majeur (p. 514), « un horloge d’un travail immense » complétant la description du vieux trésor de l’église de Saint-Martin (p. 538), des phénomènes de chaleur près de Baïes qui sont « la même chose » que les étuves de Tritoli (p. 555), la configuration de la grotte qui mène aux « bains d’eau fraîche de la Sybille » et la nécessité de s’y baisser (p. 555), l’indication des « treize arcades de long sur cinq de large » pour définir les pilastres sourtenant un ancien réservoir d’eau près de Misène (p. 556), d’autres précisions dont le nom donné par « les gens du pays » pour l’édifice appelé par Deseine « le Cento Camerelle » (p. 556).

55 Misson parle de « l’endroit où est présentement bastie l’Église dédiée à S. Janvier » (Nouveau Voyage d’Italie, La Haye, H. van Bulderen, 1698, t. 2, p. 68). « On a bâti dans cet amphithéâtre une chapelle dans l’endroit même où S. Janvier & ses compagnons furent exposés aux bêtes. » (Richard, op. cit., t. 4, p. 291). « L’on a fait une chapelle à l’honneur de ces Saints Martyrs, & l’on y a mis en 1734, une inscription qui dit que S. Janvier ayant été exposé à des ours affamés, ces animaux se mirent à genoux devant lui, ensorte que le tyran fut obligé de lui faire couper la tête. » (Lalande, op. cit., t. 7, p. 42).

56 « Il n’y a que deux ou trois ans que toutes ces beautés sont mises en ordre […] c’est ce qui fait que Cochin n’en a point parlé dans son voyage pittoresque d’Italie » (P. Brussel, op. cit., t. 1, p. 286).

57 Nous reviendrons plus loin sur les « silences » des journaux manuscrits. Au niveau des récits imprimés, le souci de ne pas répéter ce qui a déjà été écrit est surtout affiché par les auteurs qui entendent s’écarter de la voie du simple guide. L’on en a des exemples chez Grosley et Roland de la Platière, ou encore dans le récit anonyme imprimé d’un voyage de l’époque révolutionnaire : « Je ne referai pas la description très connue des édifices de Naples, de ses églises et des tableaux qu’elles renferment. Je les ai parcourus Cochin à la main. […] Depuis Dutens jusqu’à Roland, qui n’étoit pas encore homme d’état, assez de voyageurs ont donné des détails économiques et topographiques sur les environs de Naples, et la manière de les parcourir. Un itinéraire de plus seroit inutile […]. » (Voyage à Constantinople…, cit., p. 307 et 312 ; le séjour eut lieu à Naples pendant l’été 1791).

58 Au fil des allusions qu’il fait au Voyage d’Italie de Cochin, Guys développe dans sa relation de voyage une véritable structure d’opposition au guide. Il s’appuie sur lui et se contente parfois de le citer (ainsi en va-t-il d’un groupe de sculpture « que M. Cochin trouve assez bon », Journal d’un voyage en Italie, dans Voyage littéraire de la Grèce ou Lettres sur les Grecs, anciens et modernes…, Paris, Vve Duchesne, 1776, t. 2, p. 330), mais le plus souvent il en inverse les propos. D’une figure de femme que Cochin trouve « mauvaise », il dit que « nous ne l’avons pas jugée avec tant de rigueur » (ibid., t. 2, p. 329). D’un buste d’Antinous dont « M. Cochin dit que les épaules & les mamelles sont antiques », il estime que « Ce n’est pas dire assez : car le nez seul est moderne » (p. 331). D’une statue d’homme tenant un flambeau dont « M. Cochin dit qu’il n’y a que le corps qui soit antique », il juge que « cependant la tête l’est aussi » (p. 331).

59 Ces informations sont tirées de M.-F. Pérez et M. Pinault, art. cité, p. 95-97.

60 D. Roche, « Préface. Appel à témoins », dans A. de Maurepas, F. Brayard, Les Français vus par eux-mêmes. Le xviiie siècle. Anthologie des mémorialistes du xviiie siècle, Paris, 1996, p. IV-V.

61 Ainsi sur les catacombes de Naples, que Richard fait remonter aux chrétiens tandis que qu’il s’agit selon Lalande de carrières utilisées depuis fort longtemps pour les constructions, puis transformées en sépultures du peuple sous les Romains (Lalande, op. cit., 1769, t. 6, p. 192-193).

62 [Roland de la Platière], Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe, Amsterdam, 1780, t. 1, préface. Les critiques de Roland ne s’exercent toutefois pas uniquement contre les voyageurs qui disent qu’il n’y a pas de cheminée à Naples ou vantent abusivement, comme Richard, le climat napolitain. Les guides « timides & laches » qui conduisent au Vésuve sont tout aussi visés, et Roland suggère d’aller, d’« observer, sans égard à leur avis, sans écouter leurs propos » (op. cit., t. 4, p. 107-108 et 31).

63 Grosley parle longuement des habitants avant d’aborder le domaine des arts. En commentant la ville de Naples après ses environs, Roland de la Platière rompt avec l’ordre suivi par tous les récits-guides français du siècle (voir infra, tableau 17).

64 Journal de mes voyages…, Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 324-326 ; Voyage d’Italie, Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 327. Sur la similitude de ce second manuscrit avec celui de Wlgrin de Taillefer, et la difficulté d’en identifier l’auteur véritable, cf. supra, chap. 1, note 118 et 119.

65 « quand il y aura sur notre route des remarques plus importantes nous les mettrons a la place des bagatelles », écrit-il le 8 mars du Bourg St. Andéol, peu après son départ (Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 5600, f. 5v). Dès Avignon, Raby fait ses « remarques » sur les « choses curieuses », en l’occurrence le palais du nonce, les églises et le théâtre (f. 5v-6r). Les commentaires détaillés sur Gênes, Florence ou Milan confirment dans la suite du voyage l’importance que Raby accorde aux édifices « remarquables ».

66 Tel est le cas de la situation, des forces, de l’étendue de l’État et de la population de Gênes, qui ne sont pas plus au cœur des préoccupations de Raby que l’histoire de la ville (Ms cité, f. 13v).

67 Anonyme, Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms 5359.

68 Une allusion dans le manuscrit nous indique que ce voyageur s’est aussi rendu en Sicile (ibid., f. 9v).

69 « j’ai remarqué qu’excepté les boutiques […] toutes les maisons sont sans jour au dehors […] » (f. 11r), « on prétend que c’etoit le bordel de la ville » (f. 11v), « j’ai remarqué que pour se garantir de l’humidité il y avoit partout deux contre-murs […] » (f. 12r), « j’ai encore remarqué que cette ville etoit fondée et batie en la plus grande partie de la lave du Vesul (sic) » (f. 12r), « j’ai encore observé dans l’interieur de la ville le sepulchre d’un pretre (… » (f. 13r), « j’ai encore remarqué qu’au bas de cette colline ou se trouve cette ville commence une superbe plaine bien cultivée » (f. 13v).

70 Les commentaires sur les tableaux de Capodimonte sont très réduits : si parfois le sujet est décrit en quelques mots, le rédacteur cherche surtout à retenir les noms des artistes et le nombre de leurs œuvres – « une chambre pleine des chef d’œuvres des trois caraches », « plusieurs tableaux de… » (ff. 21r-v).

71 Les petits poèmes, textes d’épitaphes et anecdotes placés à la fin du manuscrit confirment cette hypothèse d’un auteur homme du monde (ibid., ff. 29r-35r).

72 A. D. Drôme, Ms 1 E 74.

73 Vingt pages y sont consacrées à Florence contre 17 à Rome et aux villas des environs, à peine trois à Venise, deux à Ferrare, cinq lignes à Gênes, deux lignes seulement à Turin.

74 Sur les récits de voyage de Franquières à travers l’Europe et la conformité de ses jugements sur les tableaux et les statues en Italie avec ceux de Richard, cf. C. Coulomb, « Le Grand Tour d’un magistrat dauphinois dans la seconde moitié du xviiie siècle », dans G. Bertrand, M. T. Pichetto (dir.), Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario/Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Aoste, 2001, p. 203-220.

75 A.-H. Jordan, « Notes de voyage en Italie et en Sicile », partiellement publiées dans T. Aynard, Voyages au temps jadis. En France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Sicile. En poste, en diligence, en voiturin, en traineau, en esperonade, à cheval et en patache. De 1787 à 1844, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 31-98 (les pages sur Naples sont transcrites p. 55-66 et 79-80).

76 Ainsi sur le musée de Capodimonte, qui renferme selon Jordan « une des plus belles collections de tableaux que j’aie vue […] » (5 février). L’éditeur du manuscrit de Jordan ayant supprimé ici un passage, rien n’interdit de penser que Jordan ait été plus proche encore de Dutens : « Au Capo di monte est une superbe collection de tableaux, une collection très-nombreuse & très-belle de toutes les suites des médailles en or, en argent & en bronze, & un nombre prodigieux de camées & de pierres gravées, antiques, de la plus grande beauté […] » (Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal de plusieurs voyages aux villes principales de l’Europe…, Paris, Pissot, 1775).

77 J.-T. d’Espinchal, Journal de voyages…, cit., Tome II contenant depuis le 29 novembre 1789 jusques au 19 juin 1790, Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 325, p. 81-151. Cette partie consacrée à « Naples, et ses environs » est précédée par la « Route de Rome à Naples » (p. 71-80) et suivie du « Retour de Naples à Rome » (p. 152-153).

78 Voyage d’Italie, op. cit., Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 327, f. 3v. Cf. supra, chap. 3, note 1.

79 Cf. Grosley : « Pour éviter les répétitions, je ne dirai rien de Cumes, de Pouzzoles, ni même d’Herculanum » (Nouveaux Mémoires ou Observations sur l’Italie…, Londres, J. Nourse, 1764, t. 3, p. 83).

80 Journal…, cit., Ms 325, 13 février 1790, p. 132. D’Espinchal cite à nouveau le 18 février cet abbé Roberto, « excellent commentateur, et que l’on prend ordinairement pour ces courses » (p. 138). Il conseille encore dans le Voyage d’Italie de recourir aux services de cet abbé qui sera en mesure d’expliquer Virgile et Cicéron : on lui « donne une once […] pour sa journée et vous etes assuré de tout voir. il vous est inutile pour la course du Vesuve, mais necessaire pour les autres. » (Ms 327, f. 59r).

81 Dans la synthèse que constitue son Voyage d’Italie, d’Espinchal confirme après avoir renvoyé aux ouvrages qui traitent de Naples : « je dirai seulement que pour les curiosités de l’intérieur de Naples deux ou trois matinées suffisent ; et que tout ce qu’il y a d’intéressant est aux environs. Il y a peu d’églises à voir à Naples, surtout après celles de Rome, il faut voir le Palais du Roy ; le palais de Capo-di-Monte en détail, et les substructions pour le soutenir [le palais de San Severo n’est pas cité]. Les catacombes. Le port. Le Chateau de St Elme. La Chartreuse. Le Chateau de l’Œuf. Les salles de spectacles, surtout St Charles &c &c. » (op. cit., Ms 327, f. 58r).

82 G. Luciani, art. cité.

83 Herculanum intéresse d’Espinchal pour sa « collection la plus complette de tous les ustensiles de menages, de meubles, outils, enfin de tout ce qui pouvait garnir les maisons des anciens » (Journal…, cit., p. 114). À Pompéi il se réjouit que « tout ce qu’on en a tiré [ait] servi à instruire sur la maniere de vivre des anciens, et à faire connaitre tout ce qui etait utile au menage et à l’ameublement. » (ibid., p. 127).

84 Le ton du comte d’Espinchal devient ici très vif : « il n’y a qu’une seule personne employée à ce travail [il s’agit du déroulement des manuscrits], quel dommage que des choses si precieuses appartiennent à des personnes qui en sentent si peu le prix ! » (ibid., p. 113) ; « On ne peut s’empecher d’un mouvement de colere en voyant avec quelle indifference on fait des fouilles dans des lieux aussi curieux. il n’y a en ce moment qu’une trentaine d’ouvriers. » (ibid., p. 125). Les mêmes chiffres avaient été relevés par Lalande en 1765 et par Émeric en 1780.

85 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, f. 108r.

86 Plus approximatif que les savants et antiquaires, d’Espinchal ne critique guère les guides dont il se sert pour visiter les environs de Naples. Il ne leur reproche pas leur manque d’exactitude comme Barthélemy à l’égard des Observations de Cochin et Bellicard.

87 Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, ff. 93v-94r et 96v. Il est à remarquer qu’Émeric ne rapporte pas toujours ce qu’on lui a dit pour le contester ou pour le suivre, mais parfois aussi pour se mettre à l’abri, voire introduire une distance ironique, comme dans le cas de la dévotion à saint Janvier (ibid., ff. 99v et 100v).

88 Roland, op. cit., t. 4, p. 40 ; M. de Saint-Quentin, Voyage d’Italie, par Lyon, Turin, Milan, Bologne, Florence, Rome et Naples (1778-1779), Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 3822, p. 42.

89 Lalande, op. cit., 1769, t. 7, p. 82.

90 J.-É. Guettard, Notes et manuscrits, Paris, Bib. du Museum d’Histoire Naturelle, Ms 227, f. 44. L’intérêt et les fonctions de Guettard pour ce cabinet l’avaient déjà amené, vingt ans plus tôt, à écrire un « Mémoire sur plusieurs morceaux d’histoire naturelle, tirés du Cabinet de S. A. S. M. le duc d’Orléans » (.Mémoires de l’Académie royale des sciences de Paris, 1753, p. 369-400).

91 Guettard insiste d’abord sur l’état d’abandon des objets qu’il souhaiterait sélectionner : « et qu’il a paru qu’on abandonnoit », « et qui ont aussi paru être abbandonné », « et dont on a vu plusieurs qui paroissoient negligés et abbandonnés ». Les objets de sa liste concernent ensuite tant les décors – mosaïques, tableaux à fresque, plantes, oiseaux et animaux peints, arabesques – que l’habitat -barres de fer des fenêtres, vases, marbres de différentes sortes –, la nourriture – blé, fruits de caroube, pois et fèves, pains – et les techniques – substances qui servaient à peindre, huile, recouvrements des murs. Le souci de sélectionner des échantillons est enfin explicite, puisqu’il s’agit toujours de prélever des fragments représentatifs de chaque catégorie d’objets – « un morceau », « une poignée », « un petit pot », « quelques », etc.

92 « Le sejour de naples ofre moins de curiosités que Rome, mais la nature a tout fait pour ce pays charmant, et lon ne peut faire un pas sans rencontrer un phenomene, le pays peut etre comparé à un grand laboratoire de chimie […] » (Billerey, Voyage d’Italie, commencé le 29 octobre 1782, Bib. Munic, de Reims, Ms 1326, f. 98v).

93 Ainsi chez Jordan (op. cit., 18 janvier 1788) et d’Espinchal (Ms 325, déjà cité, p. 114 sur Herculanum et 126-127 sur Pompéi).

94 Sur ce second point Émeric est le plus net, qui aurait « abattu Portici » et ne conçoit pas « comment on laisse tant de curiosités au chateau de Portici, bâti exactement sur herculanum et sous lequel on trouve les traces de sept inondations de lave, la huitième emportera tout. On parle de les transporter à celui de Capo di Monte, mais ce chateau n’est bâti qu’à moitié, et il ne paroit pas qu’on se dispose à le continuer » (Notes d’un voyage en Italie. 1781, Ms cité, ff. 108r-v). En ce qui concerne les fouilles le jugement de Lalande reste sans écho, qui estime en 1769 que les 50 travailleurs employés à Pompéi montrent que « cette découverte est bien digne des soins que le Ministère y a mis », puis encore en 1786 qu’« on travaille avec beaucoup de ménagement pour ne pas faire de tort aux possesseurs de fonds » (éd. de 1790, t. 6, p. 171). Par contraste avec cette attitude bienveillante, les voyageurs des années 1780 sont unanimes dans leur lamentation : « je n’ay vu que 8 a 10 ouvriers employés aux fouilles il est honteux qu’on ne les poursuive pas avec plus d’ardeur ; cela prouve la barbarie de la nation et combien peu elle est digne de posséder dans son sein des thrésors de l’antiquité ! » (Dauvet, Voyage d’Italie. Journal de Naples, Paris, Bib. Nationale, Ms fr. 7966, f. 38r) ; « […] à Pom-peia, on regrette, que l’on n’aye pas découvert cette ville avec precaution et intelligence, on aurait trouvé, les choses les plus precieuses, et on aurait le monument le plus grand de l’antiquité » (Billerey, Ms cité, f. 105v) ; « on travaille avec tant de lenteur et si peu d’ouvriers [à Herculanum] qu’il n’est pas probable qu’on fasse de grandes découvertes » (anonyme, Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Paris, Bib. Nationale, Ms fr. 13778, p. 89) ; « L’ouvrage marche lentement. Quelle difference si c’etoit entre les mains d’un Roi de France ! » ([Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms fr. n. a. 12035, p. 253) ; « la totalité de la ville que l’on découvrirait [à Pompéi] dedomagerait amplement du frais d’acquisition et de déblaiement » (d’Espinchal, Ms 325, déjà cité, p. 126).

95 Tandis que Grosley passe par le Mont-Cassin pour se rendre à Naples et que Coyer ou Roland de la Platière empruntent cette voie pour rentrer à Rome, les voyageurs de notre échantillon qui signalent leur itinéraire de retour sont en dehors de d’Herculais trop pressés pour s’exposer aux mauvaises auberges et à l’inconfort de la route entre Capoue et le Mont-Cassin.

96 Sur la date du voyage de Richard et du président de Bourbonne, cf. plus haut, chap. 2, note 19.

97 Bourbonne, « Considérations Générales sur Rome… », dans Recueil [de pièces diverses concernant la Bourgogne et d’autres sujets], Bib. Munic, de Reims, Ms 2203, f. 189v.

98 D’Herculais, Ms cité, fasc. 11 [p. 17 non numérotée ; ma numérotation part du début du fasc. 9, là où commence le Journal de mon voyage d’Italie]. Un même renvoi au guide Richard est effectué pour Turin, pour la route entre Turin et Gênes (avec ici une petite mise en cause de Richard), pour Florence et pour Rome.

99 Les cas de manuscrits où une série de pages blanches sont laissées libres dans l’attente de compléter le récit sont relativement nombreux. À côté des notes d’Émeric David ou plus tard de Faujas de Saint-Fond peut être cité le trou de sept pages et demi dans le compte rendu que Jean-Joseph Mounier fait de son séjour à Soleure, en Suisse, s’avertissant à lui-même du travail à finir : « continuer du vendredi 28 mars […] » (Voyage de 1794. Soleure. Suisse centrale. St Gall, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 6314 (2), ff. 3r-6v).

100 Bourbonne, à propos de Rome, en offre plusieurs exemples : pour le prénom de tel cardinal, pour l’un des deux sujets favoris des tableaux de Pannini, pour le nom de famille de « Pierre… maitre de Raphael », en l’occurrence sans doute le Pérugin (Ms cité, ff. 198r, 200r et 200v).

101 Ainsi dans sa description des Marais Pontins (Ms cité, f. 95v). En divers endroits de ce manuscrit nous sentons qu’Émeric accumule au cours du voyage les matériaux qui serviront à de futurs travaux, notamment sur la sculpture. Ses notes sont en cela plus proches de celles de savants comme Guettard ou Faujas de Saint-Fond que des souvenirs de voyageurs anonymes et obscurs.

102 Ms cité, fasc. 9 [p. 6 et 16 non numérotés]. Ce silence affiché rappelle celui de P. Brussel lors de sa visite du musée de Portici : « je ne pense pas, mon cher, que tu attendes de moi le détail de ces beautés pièce par pièce ; il m’auroit fallu des années d’examen, & maintenant des volumes d’impression pour te pouvoir satisfaire, je t’exhorte plus tôt à les aller admirer sur les lieux. » (op. cit., t. 1, p. 284).

103 Ms 325, déjà cité, p. 81-82.

104 Un véritable parcours des Christs mourants est effectué par Émeric, depuis la « très belle figure du Christ mourant du Bernin » à la cathédrale de Capoue au « beau christ mourant couché, et couvert d’un voile » de l’église de San Severo et au « tableau du christ mourant de la plus admirable beauté », en l’occurrence celui de l’Espagnolet, dans la sacristie des Chartreux (Ms cité, ff. 99r, 100v, 103v). Sur les Aixoises, Eucharis et Zéphine, ainsi que sur le paysage près de Capoue, cf. ibid., ff. 92v, 101r et 98v.

105 « Quel voisinage ! Le Vésuve, Herculanum & la mer ! », s’exclame-t-il à Portici ([Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 246 ; les références précédentes se trouvent p. 231, 236, 237).

106 Ce texte énumère tour à tour la résidence de l’évêque d’Ostie à Velletri, l’abbaye de Fossanuova, l’appartenance de Terracina au pape, les souvenirs de saint Thomas d’Aquin à Fondi et à l’instar du manuscrit anonyme d’Avignon de 1785 la « magnificence » des églises de Naples.

107 Dauvet, Ms cité, f. 30r ; d’Espinchal, Ms 326, déjà cité, p. 76, 132 et 138.

108 [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 253.

109 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 99r.

110 On se souviendra à cet égard que quatre voyageurs des années 1780 sur dix commencent leur récit sur Naples par l’évocation du logement.

111 Ce genre de documentation abonde dans les papiers de voyageurs, depuis le journal de Raby d’Amérique et les feuillets de dépenses d’Émeric David jusqu’à ceux des Récits manuscrits de voyage en France et en Italie de janvier 1789 à juillet 1789 par le parlementaire normand M. de Villette.

112 Saint-Quentin, Ms cité, p. 36 (« Voyage de Caserte ») et 41-42.

113 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 117v (compte rendu des dépenses à Naples), 94v (un repas entre Rome et Naples avec « un Flammand, un Parisien, un Provençal, un Lombard et un Napolitain ») et 108v (« J’ai fait aujourd’hui ma partie [à Portici] avec un castrati, un abbé Provençal et un Baron allemand »).

114 Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, f. 14v ; d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 148 ; Jordan, Ms cité, 11 et 19 janvier 1788.

115 Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 83 et 86 ; Jordan, Ms cité, 2 février 1788 ; [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 244 ; d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 141.

116 Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, f. 14r.

117 Saint-Quentin, Ms cité, p. 35 ; Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, ff. 14r-v.

118 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 99r. Un bel exemple de ce jeu de l’attente et de la frustration nous est donné dans le journal de Mounier en Suisse : « Nous n’avons pu savoir s’il [le guide] avoit eu plus de raison de placer un ouvrage de Le Sueur dans l’église des Capucins [de Soleure], parce que tous les tableaux de cette église étoient ce jour là tous recouverts d’un rideau. / Nous ne parvinmes pas non plus à voir la bibliothèque publique. On étoit occupé à ce jour de la mettre dans un meilleur ordre […] Pour nous consoler de cette privation, on nous conduisit dans les salles de l’hôtel de ville où s’assemble le conseil […] et l’on nous fit remarquer des peintures […] excellemment mauvaises […] » (Voyage de 1794. Soleure. Suisse centrale. St-Gall, Ms cité, ff. 1r-v).

119 Billerey, Ms cité, f. 106v.

120 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 188v et 168r.

121 Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Ms cité, p. 122. Cf. aussi d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 139.

122 D’Herculais, Ms cité, fasc. 9 [p. 18-19 non numérotées] ; Voyage en Italie, Bib. Munic. d’Avignon, Ms cité, ff. 28v-29r ; d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 129.

123 Op. cit., t. 2, p. 224.

124 Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 100v, 96r, 106v, 93r, 107r.

125 Voyage à Constantinople…, cit., p. 312.

126 Dauvet, Ms cité, f. 30r ; [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 245.

127 Émeric, Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, ff. 104r-106v ; [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms cité, p. 227, 233, 237 et 253 ; d’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 111 (« La paresse des valets est incroyable »).

128 Op. cit., t. 1, p. 229.

129 D’Herculais, Recueil d’anecdotes, de plaisanteries, de bons mots, de pensées, de portraits, de coutumes, &c. Le tout tiré de différens auteurs, Bib. Munic. de Grenoble, Ms R 8839, t. 1, p. 33-34 ; t. 7, p. 76-81 ; t. 1, p. 123 et 82 ; t. 3, p. 84-85 et 90 ; t. 4, p. 223. Si l’on en juge par les dates les plus tardives des ouvrages ou articles cités, les six premiers volumes étaient achevés avant 1781, le septième largement entamé et le huitième fut peut-être commencé pendant le voyage en Italie.

130 La bibliothèque virtuelle que l’on peut reconstituer à partir des notes de lecture de Charles d’herculais nous le montre moins marqué par un souci d’érudition que par une double volonté d’information (auprès des philosophes) et de divertissement. L’ironie, la critique et le goût pour l’anecdote prévalent chez lui sur tout projet constructif, à l’instar de ce que J. Quéniart a remarqué à propos des nobles de l’Ouest de la France (Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Lille, 1977, p. 708-713). Pour une première approche sur les lectures de C. d’Herculais, cf. Clémentine Petit, Les ‘Recueils d’anecdotes’ : étude de l’univers culturel d’un aristocrate grenoblois, 1770-1784, mémoire de master 2 sous la dir. de G. Bertrand, Grenoble, Univ. Pierre Mendès France, 2006.

131 Journal de mon voyage en Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 20 non numérotée].

132 Ibid., fasc. 10 [p. 25-26 non numérotées].

133 Ibid., fasc. 9 [p. 5 non numérotée].

134 Ibid., fasc. 9 [p. 5, 4 non numérotées], fasc. 10 [p. 24 non numérotée].

135 Le même sens de la nuance se révèle dans les jugements esthétiques du voyageur anonyme de 1784, qui d’un côté vante les marbres et les stucs dans les églises napolitaines, mais de l’autre déplore le « mauvais goût » des pyramides où s’amoncèlent trop d’ornements, par contraste avec les belles colonnes de Rome (Voyage en Italie. Commencé le 4 octobre 1783, Ms cité, p. 108).

136 Né le 19 novembre 1746, second fils de François André d’Allois d’Herculais et de Claire Charlotte de Vaulserre des Adrets, frère du comte Adrien Théodore d’Allois d’Herculais, lieutenant de la Compagnie d’hommes d’armes de Monsieur, Charles-André obtint de son père une charge de capitaine de dragons mais ne semble avoir laissé aucun souvenir comme militaire (A.D. Isère II E 6). Une note manuscrite plus récente au début de la première pièce du dossier R 8840 conservé à la Bib. Munic. de Grenoble porte même la mention (inexacte) « Disparu en 1782 ». Sur le voyage en Italie de d’Herculais, cf. V. Del Litto, « Un Dauphinois en Italie au xviiie siècle. Le carnet de route de M. d’Herculais », dans Bulletin de l’Académie delphinale, Grenoble, Allier, 1957, p. 179-184.

137 Ainsi avoue-t-il à Livourne à propos de la musique d’un opéra : « la musique ne m’a pas ravi : c’est peut-être ma faute, mais je rends compte avec franchise de mes sensations » (Journal de mon voyage d’Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 10 non numérotée]).

138 Ainsi à Florence : « j’ai noté dans un essai à part tout ce qui m’a le plus frappé dans la gallerie. le détail en est long : car il n’y a presque rien de médiocre, dans cette étonnante collection ». (Journal de mon voyage d’Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 13 non numérotée]). Nous n’avons pas retrouvé ce cahier, qui pourrait ressembler à celui de son ami Franquières (A. D. Drôme, Ms cité).

139 D’Herculais voit et décrit les montagnes de Savoie, les plaines fertiles et cultivées de Lombardie, les maisons de campagne près de Gênes, les vignes et oliviers entre Pise et Lucques, la mer entre Ancône et Pesaro (Journal de mon voyage d’Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 1-2 et 11 non numérotées] et 10 [p. 29 non numérotée]. Nous retrouvons un type d’attention analogue avec les potagers et les rives de la Loire dans les notes de son voyage de Paris à Orléans, Blois, Amboise et Tours en septembre 1783 (Bib. Munic. de Grenoble, R 8840, pièce 1, fasc. 19).

140 D’Herculais utilise du Longueruana une édition de 1773. Ce passage se trouve p. 41 dans l’éd. de Berlin de 1754. Il forme un paragraphe autonome, comme toutes les pensées de l’ouvrage, et est reproduit fidèlement par d’Herculais, à deux virgules près (Recueil d’anecdotes…, Ms cité, t. 1, p. 56). Par-delà quelques sentences sur Rome le Longueruana revient plus loin sur Naples : « La Noblesse du Royaume de Naples est la meilleure de l’Italie pour l’antiquité, y ayant un très-grand nombre de ces familles qui ont fait figure dans les guerres des Angevins : elle est en même temps la plus corrompue. » (op. cit., p. 136). « Il y a apparence que le Mont-Vésuve près de Naples, & le Mont-Etna en Sicile, ne sont que différentes portions d’une même chaîne de montagnes qui passe sous la mer, & sous l’Isle de Lipari ; car toutes les fois que l’une de ces montagnes jette beaucoup de feu, on voit l’autre, & le Volcan de l’Isle de Lipari en jetter plus qu’à l’ordinaire. » (ibid., p. 142). Longuerue parle aussi de l’acte d’investiture de ce Royaume donné par le Pape Clément IV au Comte d’Anjou (p. 279) et de Jeanne Ière qui n’avait pas le droit de le faire passer à des enfants adoptifs (p. 280). D’Herculais n’a cependant retenu de sa lecture que la citation relative à la fainéantise des Napolitains.

141 Recueil d’anecdotes…, Ms cité, t. 1, p. 154.

142 Journal de mon voyage d’Italie, Ms cité, fasc. 9 [p. 18 non numérotée].

143 Le sentiment d’avoir vécu une aventure, avec son exotisme et ses hauts faits – tel le passage des ponts en se faisant passer pour quelqu’un de la suite des comtes du Nord – est ce qui justifie le récit, en tant que l’épisode singularise l’expérience vécue par le voyageur.

144 D’Espinchal, Ms 325 déjà cité, p. 90 (25 janvier 1790). Cf. aussi à la date du 28 février : « L’intérieur de Naples pouvant se voir dans un jour, je profite de la societé pour voir les choses interessantes, quelques eglises mais en petit nombre. Les catacombes […] ». Dans le vade-mecum où il a résumé l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour effectuer le voyage d’Italie, d’Espinchal cite quelques lieux de Naples en confirmant qu’ils ne méritent pas de visite approfondie (Ms 327 déjà cité, p. 58 et suiv.).

Table des illustrations

Titre Tableau 15. LIEUX VISITÉS OU COMMENTÉS À NAPLES ET DANS SES ENVIRONS PAR LES VOYAGEURS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780
Légende N.B. Par Pouzzoles l’on entend ici les courses qui commencent aux tombeaux de Virgile et Sannazar, et par-delà le Pausilippe incluent toute la côte occidentale (Champs Phlégréens, restes antiques de Pouzzoles, de Cumes, de Baies, de Misène et de Bauli).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Tableau 16. ORDRE SUIVI PAR LES MANUSCRITS FRANÇAIS DES ANNÉES 1780 DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS
Légende N.B. N’ont été retenus ici que les objets par lesquels débute la description, sans préjuger de l’ensemble des sujets abordés. La position est celle de la ville de Naples, et la ville visitée est bien sûr Naples. La côte occidentale est celle de Pouzzoles et des Champs Phlégréens, la côte orientale est celle que domine le Vésuve et où se trouvent Portici, Herculanum et Pompéi.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau 17. ORDRE SUIVI DANS LA DESCRIPTION DE NAPLES ET DE SES ENVIRONS PAR LES GUIDES ET RÉCITS FRANÇAIS UTILISÉS AU XVIIIe SIÈCLE
Légende N.B. La relative continuité de la vulgate jusqu’aux années 1780 est illustrée par la priorité accordée à la description de Naples. Les guides du début du siècle décrivent ensuite le Vésuve, sur la côte orientale, ce que l’on retrouve chez Dutens, Roland et Saint-Non. Mais tandis que jusqu’à Lalande et même Dutens la côte occidentale (Pouzzoles) est commentée avant Portici, Herculanum et Pompéi, la situation s’inverse avec Roland et Saint-Non (Dupaty, lui, fragmente ses commentaires).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540