Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Quatrième partie. Figures anciennes, pratiques nouvelles

Chapitre 11. Les marchands en voyage

Texte intégral

1L’enquête sur le voyage des marchands nous place sur le terrain d’une double altérité. L’homme qui pratique des activités commerciales ou qui manipule par métier de l’argent est confronté lorsqu’il se rend en Italie au passage de frontières héritées du traité d’Utrecht et à nouveau modifiées à l’époque révolutionnaire. Plus qu’à des différences géographiques, linguistiques ou culturelles, nous l’imaginons avant tout sensible au changement des monnaies entre la France, les États de Savoie et la République de Gênes, c’est-à-dire à une conséquence évidente du partage des souverainetés. À cette dimension politique de l’altérité s’en ajoute cependant aussitôt une seconde, qui concerne la spécificité du déplacement des marchands par rapport aux autres personnes qui se rendaient en Italie, nobles, prêtres, pèlerins, militaires, gens de science et hommes de lettres. Peu étudiée du point de vue de l’ampleur quantitative des flux, et guère davantage au niveau des modes de perception qu’elle engendre, la nature de ce contact entre la France et la péninsule italienne mérite d’être considérée avec attention. À la lumière des évolutions du tourisme au siècle suivant et compte tenu de leur degré de culture parfois élevé, les marchands ne peuvent en effet être réduits à la figure anodine que suggèrent quelques traités et arts de voyager du xviiie siècle. L’étude des bibliothèques de certains d’entre eux, ainsi que celle des lettres, récits imprimés et journaux manuscrits du dernier tiers du xviiie siècle permettent de définir les caractéristiques d’une certaine façon de sillonner la péninsule italienne. Mais des valeurs étaient-elles communes aux marchands en voyage en dépit de leur situation aussi variée sur le plan matériel que sur celui de l’éducation et des goûts ? Une approche de l’Italie distinguant cette catégorie et appelée à se diffuser auprès d’une majorité de voyageurs dans les premières décennies du xixe siècle se discerne-t-elle à travers leurs attentes du territoire et de ses habitants ? Pour dégager, à côté des conditionnements nationaux, les réflexes culturels d’un milieu attiré par les pratiques du Grand Tour sans pour autant s’identifier avec elles, il nous faut donc nous demander comment le marchand mobilisait les composantes professionnelles de sa vision du monde lorsqu’il arpentait les divers États qui formaient l’Italie.

Une catégorie de voyageurs longtemps dévalorisée

  • 1 A. Furetière, article « Voyage », dans Dictionnaire universel…, La Haye et Rotterdam, Arnout & Rei (...)

2Le voyage des marchands fut un objet de réflexion à l’époque des Lumières et occupa dans la conscience des philosophes, gens de lettres et lecteurs cultivés une place non négligeable si l’on en croit les instructions, traités sur le voyage et articles de dictionnaire. La dimension commerciale est présente dans la définition que Furetière donne du voyage en 1690, mais, tout comme dans le Dictionnaire de l’Académie, l’accent est mis sur les voyages lointains. Après avoir posé que le voyage est un « transport qu’on fait de sa personne en des lieux esloignez », Furetière cite pour l’Europe les seuls voyages à Paris et dans les lieux de pèlerinage, tandis qu’il accumule les exemples de voyages vers les autres continents. Il énumère ainsi ceux de Christophe Colomb, de François Drac, de Thevenot, de Herbert, les dix voyages aux Indes de Tavernier « pour faire commerce », les voyages du Levant et du Nord, les voyages de long cours « qu’on fait sur mer dans des navires qui doivent estre longtemps à revenir, comme ceux des Indes, de l’Amerique, &c »1. Certains traités font du négoce un facteur de l’extension des voyages. Béat de Murait explique qu’à l’origine, les législateurs et les philosophes voyageaient, puis que

le désir de se faire honorer de même, la curiosité, l’inquiétude & d’autres pareils motifs, auront dans la suite poussé plusieurs personnes à voiager. Le Negoce s’est joint à cela (c’est moi qui souligne), & à mesure qu’il s’est etendu, les Voiages sont devenus plus frequens & plus aisés à faire. Peu à peu, & par imitation sur tout, le nombre des Voïageurs s’est accru

  • 2 B.-L. de Murait, « Lettre sur les voiages », dans Lettres sur les Anglois et les François et sur l (...)

3et les voyages sont devenus cette Coutume que Murait juge mauvaise2. Chez les apologistes du voyage, le statut du marchand en Europe n’en reste pas moins marginal car il coïncide mal avec un objectif de connaissance. Dans l’Encyclopédie, le voyage culturel domine sous la plume de Jaucourt – d’où son premier exemple : « On fait le voyage d’Italie » – et l’accent est porté sur les voyages comme « école de la vie », « partie des plus importantes de l’éducation dans la jeunesse et de l’expérience dans les vieillards », étendant les connaissances, guérissant des préjugés nationaux. Sauf à devenir celles d’un voyageur cultivé, les déambulations du marchand ne sont pas dignes que le philosophe s’y attarde parce qu’elles sont limitées à la sphère matérielle. Jaucourt se fait l’écho d’une telle insignifiance lorsqu’il ajoute à la suite de Furetière que le voyage signifie, en tant que terme de commerce, « les allées & venues d’un mercenaire qui transporte des meubles, du blé, & autres choses ».

  • 3 « Instructions necessaires aux Voyageurs pour faire leurs observations ; avec une adresse aux Marc (...)

4L’insertion du voyage des marchands dans un projet d’utilité publique fut certes prônée dès 1721 par un article du Nouveau Mercure. Ce dernier déplorait de manière implicite que les marchands s’en tiennent à leur activité ordinaire. Il souhaitait en effet qu’ils se mettent au service de la géographie en faisant des observations avec montre et boussole afin de fournir une exacte description des routes : « Il seroit à souhaiter que les jeunes Marchands, les Facteurs & autres qui vont voyager se pourvussent d’un peu de cette science, cela rendrait leur voyage plus agreable & utile au public à leur retour »3. Mais le constat dressé à trente ans de distance par Rousseau dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité… (1755) devait être encore plus amer. Si le Négociant voyage, il est comme le Marin ou le Soldat dépourvu de tout regard philosophique sur les peuples :

  • 4 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755, dans Œuvres complè (...)

il n’y a guéres que quatre sortes d’hommes qui fassent des voyages de long cours ; les Marins, les Marchands, les Soldats, et les Missionnaires ; Or on ne doit guéres s’attendre que les trois premiéres Classes fournissent de bons Observateurs, et quant à ceux de la quatriéme […] on doit croire qu’ils ne se livreroient pas volontiers à des recherches qui paroissent de pure curiosité, et qui les détourneraient des travaux plus importans auxquels ils se destinent4.

5Nous voyons mal comment le marchand, disqualifié en tant qu’observateur en terre lointaine parce qu’il ne participe pas du désir de savoir qui amène à « connoître les hommes par leurs conformités et par leurs différences », trouverait grâce aux yeux de Rousseau sur le continent européen.

  • 5 Sur l’histoire des rapports entre les négociants et le monde de la culture au cours du xviiie sièc (...)

6Parallèlement aux évolutions du discours pédagogique, le statut accordé au voyage des marchands paraît s’infléchir à partir des années 17605. Aux yeux de l’abbé Gros de Besplas, le voyageur le plus apte à observer l’humanité n’est ni le noble, placé trop haut dans la hiérarchie sociale, ni l’homme du peuple, placé trop bas :

  • 6 J.-M. Gros de Besplas, De l’Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Paris, Be (...)

L’objet des voyages est d’observer toute l’humanité. C’est donc par l’homme du rang intermédiaire qu’ils doivent être entrepris. Les Grands ou le Peuple sont trop à distance pour se bien voir. D’ailleurs ici le regard est timide, là il est fier. Le Sage dont je parle est au centre, son regard se porte sans effort aux deux extrémités6.

  • 7 Sur le rapport entre Goldoni, les marchands et la dimension du voyage, cf. G. Luciani, « Goldoni, (...)

7Le sage, le philosophe ici décrits sont proches du marchand tel que Goldoni le représentait à Venise7. L’éloge du caractère concret attribué au voyage des marchands se retrouve dans les années 1780, alors que croît la revendication pour un savoir plus technicien. Candidat malheureux au concours de l’Académie de Lyon en 1787 portant sur la question « Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l’éducation ? », le docteur Amoreux passe en revue les diverses catégories de jeunes gens appelés à voyager et célèbre à cette occasion le voyage des marchands :

  • 8 Bib. Munic, de Montpellier, Ms 90, p. 17. Les catégories qu’Amoreux passe en revue sont les nobles (...)

Si nous passons à l’état moyen, nous verrons le négociant être l’homme de tous les pays. Le commerce plus étendu que jamais a rendu les voyages plus fréquents et plus nécessaires. Les négociants français sont partout répandus par tout le monde ; ils mettent une espèce d’ostentation à faire faire des voyages à leurs agents. Un commis, en chaise de poste, se regarde comme l’ambassadeur de sa compagnie ; la dépense tourne autant à sa gloire qu’au profit des associés ; leur crédit et la correspondance s’accroissent à raison de la multiplicité des voyages ; le plaisir est tout pour le voyageur. Le voyageur commerçant apprend aussi à mettre un prix aux choses, selon leur valeur réelle et de convention ; selon qu’elles sont plus ou moins nécessaires ou de mode, rares ou communes. La maniere de priser les objets de commerce dépend de tant de circonstances, qu’il faut avoir vû par soi-même, et s’être transporté sur les lieux où se traitent les affaires, les foires, les banques, les villes maritimes, etc. Voilà la véritable école ou se forme la jeunesse commerçante8.

8Amoreux vante ensuite la valeur d’expérience immédiate et d’apprentissage de son futur métier que revêtent pour le jeune commerçant ses déambulations à l’étranger :

  • 9 Ibid., p. 54.

[…] Un jeune homme, qui qu’il soit, ne doit point regarder au-dessous de lui les détails économiques ; ils lui apprendront à conduire un jour ses propres affaires et à savoir en attendant d’où proviennent les revenus. Il aura souvent occasion dans ses voyages de connoître la différence des poids et des mesures, la valeur et le cours des monnaies, sur lesquels l’usage seul ne doit pas l’instruire9.

  • 10 Ibid., p. 54, 55-56, 57. Les indications données dans l’avis d’un prix de l’Académie de Marseille (...)

9Les connaissances indispensables au voyageur qu’évoque le médecin de Montpellier rappellent enfin celles que la classe marchande réclamait pour les collèges à ce moment-là. Nous y reconnaissons la langue étrangère, nécessaire au commerçant comme au militaire : « il faut savoir la langue du pays que l’on va parcourir. L’ignorer ce serait voyager comme un automate ». Viennent ensuite les connaissances géographiques (« seulement une géographie pratique ») qui permettent d’évaluer la distance et la position des lieux, de savoir les noms, les monuments ; puis l’histoire du pays visité, celle de son propre pays étant « toujours la plus necessaire », mais non pas suffisante. Amoreux estime également qu’il faut pendant le voyage faire usage de talents agréables : musique, danse, poésie, narration, dessin, peinture. Il juge que « le dessein, par exemple, est d’un secours infini à celui qui voyage […] il prend copie de tout. Et si à un plan bien exact il joint la description topographique, rien ne lui échappe »10. Objet d’une attention distraite de la part des élites cultivées pendant la majeure partie du siècle, le voyage du marchand est finalement célébré dans ce discret essai en tant qu’il procède tout à la fois d’une culture ayant le sens du concret et d’une approche du monde liée à la société de cour.

  • 11 Nous reprenons ici le titre d’un opuscule anonyme du xvie siècle, publié à Bologne chez Pellegrino (...)
  • 12 Il Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia Con la descrizione delle quattro Parti (...)

10Par-delà l’apparent surgissement d’un intérêt pour ce type de voyage à la fin du xviiie siècle, la continuité de l’attention que les éditeurs lui portent depuis la Renaissance est cependant attestée par la longue tradition des guides et instruments pratiques. Le guide anonyme édité à Venise en 1775 par Francesco Locatelli sous le titre paradoxal de Il Viaggiatore moderno se place ainsi dans la suite logique des listes de Poste necessarie a corrieri & viandanti11. Dédié à trois marchands véronais, Paolo, Antonio et Giuseppe Franchini, l’ouvrage est présenté par le libraire comme adapté à la profession mercantile, c’est-à-dire à des personnes qui ont des correspondances étendues à l’étranger. Il fait voir les routes possibles et donne « en même temps les informations les plus importantes sur les villes et les lieux les plus remarquables qui se rencontrent par ces routes »12. Dans l’adresse au lecteur sont aussi indiqués les buts que le négociant doit se proposer à la différence des princes, des hommes de lettres et des jeunes nobles. Il ne doit chercher sur place, nous dit Locatelli, ni la diversité des lois politiques ou relevant de la justice dans les tribunaux, ni la façon dont s’organise l’armée, ni les raisons des princes. En revanche,

  • 13 Ibid., p. 10 (texte originai : « Ma dopo aver presa una notizia generale della qualità de’ luoghi, (...)

après s’être informé de façon générale sur la qualité des lieux, et le génie dominant des personnes, il devra s’enquérir avec empressement des Ports, et des Places où le commerce est le plus important et le plus avantageux : quels sont les Produits de la terre, les Minéraux, les Arts, ou Manufactures, les Monnaies, les Poids, les Mesures, les Frets, et finalement tout ce qui peut avoir une relation avec la Marchandise13.

11À travers cette orientation particulière du regard, une sorte de voyageur marchand idéal est défini, mi-touriste, mi-enquêteur spécialisé, ayant besoin de connaissances génériques minimales sur les lieux et les peuples qu’il est susceptible de rencontrer, mais privilégiant sur tout autre savoir celui qui concerne les diverses branches de l’économie et les techniques utiles au bon exercice de sa profession.

  • 14 Dans les autres cas sont mentionnés les « voyageurs » et dans le passage d’une langue à l’autre se (...)
  • 15 J.-P. Giegler (attribué à), Manuel du voyageur en Italie, ou nouvelle description de tout ce que c (...)
  • 16 Cf. G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borghese », dans R (...)

12Bien que sa figure ne soit pas nouvelle, c’est un tel voyageur qui est promu comme sujet principal des guides au tournant du xviiie et du xixe siècle. Les signes avant-coureurs de ce phénomène sont perceptibles au cours des années 1770 lorsque, rompant avec les exigences de l’esprit encyclopédique, une floraison de guides pour l’Italie renouent avec le souci d’un voyage plus rapide et plus économe. Le voyageur modèle que décrit Berchtold dans son Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs de 1789 possède lui-même les traits du négociant, instruit, cherchant l’utilité de sa patrie, maîtrisant les langues étrangères, l’arithmétique, le dessin, l’histoire et la géographie. Pourtant la cible privilégiée des guides demeure à la veille de la Révolution le noble du Grand Tour, le gentleman : des titres en témoignent, tels que Le Portefeuille necessaire à tous les seigneurs qui font le tour d’Italie (1774), A brief account of the roads of Italy, for the use of gentlemen who travel with the Post (1775), The Gentleman’s Guide in his tour through Italy (1787)14. Quelques décennies plus tard, c’est inversement à l’homme d’État, au négociant et au militaire que s’adresse le Manuel du voyageur édité par Giegler pour la première fois en 181815. Les guides Richard qui paraissent à partir de 1826 se disent « indispensables aux Artistes, Négocians et Voyageurs », les guides Artaria à partir de 1829 sont faits pour « les savants, les artistes, les commerçants, les curieux »16. Au terme de l’évolution amorcée dans le courant des années 1770, ce n’est plus l’accélération des rythmes à l’intérieur du système traditionnel, érudit et mondain, qui prime et est signe de modernité, mais la centralité du commerçant en tant qu’il incarne, selon les expressions chères à Giegler, « le commun des voyageurs » et « l’opinion dominante ».

  • 17 M. Pieri, « Dei Viaggi », dans Operette varie in prosa di Mario Pieri, Corcirese, Milano, G. Silve (...)
  • 18 Tous les passages cités proviennent du Manuel édité par J.-P. Giegler, op. cit., introduction, p. (...)

13Ayant conquis son autonomie par rapport à la culture docte du voyageur lettré, ce voyageur suscite les foudres de certains gens de lettres. Mario Pieri affirme ainsi en 1812 qu’« à la recherche de nouvelles richesses, et l’esprit tout barbouillé par l’appât du gain, il passe, sans daigner y jeter un regard, à travers les principales villes d’Europe, et met Trieste avant Rome et Ancône avant Florence »17. Vision ironique, bien sûr, mais symptomatique d’une métamorphose. Comme le proclame Giegler dans la préface du Manuel du voyageur, le nouveau bénéficiaire du guide de voyage n’est plus en priorité le philosophe ou l’artiste qui s’arrête longuement sur chaque objet. Esprit curieux et désireux de s’instruire, il est devenu quelqu’un qui ne se rend en Italie que « pour prendre une idée de ses spectacles, pour y admirer les plus belles productions des arts, et pour y jouir du moins pendant quelque temps de la douceur du climat » (c’est moi qui souligne). C’est un artiste, un négociant ou un militaire qui n’a « ni le temps, ni l’envie de parcourir des productions scientifiques qui exigent l’attention la plus réfléchie ». Son livre de chevet ne peut donc plus être le Voyage en Italie de Lalande, à la fois trop volumineux et trop coûteux. À l’exact opposé des hommes de science, qui visent un savoir spécialisé, les voyageurs qu’entendent satisfaire les éditeurs au début du xixe siècle ont besoin, pour visiter le pays, d’un ouvrage qui ne soit « ni trop prolixe, ni trop concis » et qui leur épargne la fatigue d’avoir à analyser et à comparer les jugements des observateurs qui les ont précédés. En réunissant « comme en un faisceau, ce que les différens auteurs ont dit de plus intéressant et de plus instructif sur l’Italie », cet instrument se limite désormais à être un « résumé […] approprié au commun des voyageurs ». La figure du bourgeois animé par le sens de l’utilité générale succède à celle du noble du Grand Tour. N’ayant que faire des « détails scientifiques qui ne sauraient intéresser que ceux qui ont passé leur vie à cultiver les beaux arts », êtres « privilégiés » dans lesquels il ne se reconnaît plus, cet homme incarne le goût moyen de ceux qui s’occupent « des divers besoins de la société » tout en daignant, à la faveur de leurs déambulations, « donner quelques instans à la contemplation des principaux résultats de la civilisation générale »18.

14Dans les discours qui s’attachent à décrire les voyageurs entre 1760 et 1820, le commerçant n’occupe certes pas à lui seul l’attention. D’autres figures le concurrencent, celles de l’homme de science, du lettré, du militaire, de l’artiste, de l’homme politique, du philosophe, de l’homme du monde ou de la femme cultivée. Un historien comme G. Ricci n’en a pas moins montré le rôle central et pour ainsi dire stratégique de la vision des marchands. Dégageant dans les pages consacrées à Sienne d’une série de guides une véritable solution de continuité entre le goût des élites cultivées de la seconde moitié du xviiie siècle et l’opinion bourgeoise dominante jusqu’aux années 1850-1860, il a mis en valeur les caractéristiques d’une approche devenue au cours du xixe siècle celle des marchands lorsqu’ils font du tourisme. Celle-ci se traduit d’abord par une confiance dans les modèles hérités de la génération précédente et la lenteur à intégrer les réévaluations qu’effectuent les contemporains, qu’il s’agisse du goût pour le gothique ou de la valorisation d’une attitude sentimentale. Elle repose ensuite sur un appauvrissement progressif de la somme des connaissances estimées nécessaires en matière artistique ou scientifique, sur un primat grandissant du passé sur le présent, sur une réduction des habitants à un petit lot de phrases stéréotypées. À notre tour, et en nous limitant au début de cette longue période, il nous faut interroger la relation que les protagonistes de la culture marchande entretinrent avec le voyage en Italie. Pour ce faire, il nous revient de confronter des pratiques et d’examiner aussi à travers leurs écrits le cas de voyageurs qui ne servirent pas de guides. À côté de ceux qui voyagèrent pour le plaisir, une place doit être faite aux marchands qui dans le dernier tiers du xviiie siècle se rendirent dans la péninsule pour traiter leurs affaires. Il ne faut pas non plus négliger, à un niveau plus général, l’esprit marchand qui aurait peu à peu modelé la façon de voyager d’un nombre croissant de voyageurs, même s’il est délicat, nous reviendrons sur ce point, d’attribuer tel ou tel trait de comportement à une hypothétique culture marchande.

Des flux multiformes entre la France et l’Italie

  • 19 La distinction entre marchand et négociant était en tout cas nettement perçue dans la période qui (...)

15La difficulté de reconstituer la perception que les marchands avaient d’eux-mêmes comme voyageurs et de l’Italie comme pays sillonné à la fin du xviiie siècle vient de ce qu’ils ne sont pas une catégorie aussi homogène que par exemple les naturalistes. En dépit des liens de proximité entre eux, le terme de marchand recouvre du simple colporteur au négociant, voire au banquier ou au financier, une réalité composite19. Les marchands voyageaient en outre en Italie selon des modalités et avec des objectifs très divers. Certains y allaient en dehors de toute visée professionnelle, tandis que d’autres parcouraient les foires sans éprouver le moindre sentiment de particularité par rapport à celles des autres pays d’Europe. Avant d’esquisser une typologie de ces voyageurs, un bref aperçu sur les liaisons commerciales entre la France et l’Italie à la fin du xviiie siècle s’impose néanmoins d’emblée en guise de toile de fond pour notre enquête.

  • 20 Sur les relations commerciales franco-italiennes à la fin du xviiie siècle (et l’incertitude des i (...)
  • 21 S’il reste à vérifier du point de vue des chiffres, ce tassement relatif peut correspondre à un af (...)
  • 22 N’oublions pas non plus les liens entre Marseille et le sud de l’Italie, soulignés par B. Salvemin (...)
  • 23 C. Poni, « Mode et innovation : les stratégies des marchands en soie de Lyon au xviiie siècle », d (...)
  • 24 Cf. M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970. Entre autres exemples, on peut (...)
  • 25 C. Poni cite le cas des lourdes représailles infligées en 1755 par la chambre de commerce de Lyon (...)
  • 26 P. Léon conclut qu’en dépit de liaisons commerciales résiduelles dans le domaine de la draperie ju (...)
  • 27 C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 752.

16L’ampleur des flux de marchandises et leurs axes majeurs se donnent en principe à lire dans les livres de compte et les registres de correspondance des maisons de commerce. En l’absence d’une étude globale sur les relations entre les maisons de commerce françaises et l’Italie tout au long du xviiie siècle, il est vrai que nous devons nous contenter d’informations partielles, relevant de trois ordres de grandeur géographiques. Le plus grand cercle, que nous laisserons de côté, concerne la France entière et reste mal connu20. Nous n’envisagerons qu’un peu plus loin le troisième cercle, celui des migrations alpines. Entre ces deux cercles, un cercle intermédiaire prend place, où s’organisent des liens entre les villes de la France du Sud-Est, en particulier Marseille et Lyon, et la péninsule italienne. Ce réseau de relations est important et nous permet d’imaginer ce qu’était le voyage d’un grand nombre de marchands. Grâce aux études de C. Carrière sur les négociants marseillais, de M. Garden sur Lyon ou de C. Poni sur les marchands lyonnais, de P. Léon sur la naissance de la grande industrie en Dauphiné, nous disposons de données susceptibles d’éclairer le volume des liaisons commerciales avec l’Italie et de suggérer, entre autres, un possible tassement par rapport aux siècles précédents21. Le négoce marseillais passe au xviiie siècle d’une dimension méditerranéenne à une dimension mondiale, et même si le petit cabotage vers la Toscane ou vers la Ligurie demeure aussi vivace que celui à destination de la Catalogne22, c’est du côté de l’Atlantique qu’est la croissance. Lyon se concentre sur elle-même, solidifie ses structures et organise son marché en imposant en premier lieu dans le domaine de la soie ses modes et ses usages à l’ensemble de l’Europe, Italie, Hollande et Angleterre comprises23. La force centripète de l’économie lyonnaise se mesure à l’importance de l’immigration qu’elle suscite en attirant les commerçants venus de l’étranger ou des provinces voisines autant que les artisans qui servent de main d’œuvre pour ses industries24. Elle a pour pendant un souci de se protéger en évitant que des tisserands ou des entrepreneurs lyonnais n’aillent exporter au loin, notamment en Italie, les techniques, dessins et façons de faire qui faisaient la renommée des fabriques de la ville25. Les conséquences du traité d’Utrecht se sont enfin fait sentir jusqu’à la fin du siècle sur les relations avec le Piémont : P. Léon a montré combien le marché des laines et plus généralement de la draperie du Dauphiné avait souffert durablement de la guerre économique entre le royaume de France et les États de Sardaigne dans le premier tiers du xviiie siècle26. Les indices dont nous disposons de façon dispersée ne permettent cependant « à aucun moment, comme le souligne C. Carrière à propos des voyages de négociants marseillais, une approche statistique sûre »27. Ils interdisent des comparaisons entre les secteurs de l’économie. Tout en suggérant une redistribution de certains partenariats et en marquant quelques tendances, ils n’autorisent pas à affirmer qu’il y a eu une réduction de l’ensemble des échanges avec l’Italie au cours du xviiie siècle.

  • 28 Ibid., vol. 1, p. 275 (carte). Les Italiens constituent le second groupe national après les Genevo (...)
  • 29 Ibid., vol. 1, p. 72, 65 et 113.

17À défaut de nous fournir des indicateurs sûrs d’évolution, les données recueillies témoignent du moins d’une continuité des liaisons commerciales entre les villes du Sud-Est de la France et l’Italie. Le poids numérique de la colonie des négociants italiens qui se sont installés à Marseille au cours du xviiie siècle, soit 123 sur un total de 489 négociants étrangers, laisse supposer des liens fréquents avec les villes dont ils étaient originaires28. Une estimation du mouvement global des affaires dans le port de Marseille en 1789 place l’Italie au second rang du total des importations et des exportations (55 millions de livres), à égalité avec les îles françaises d’Amérique et assez peu derrière le Levant (63 millions de livres). Encore ce chiffre ne tient-il pas compte du commerce à « court rayon » pratiqué avec l’Italie occidentale, la Méditerranée française et l’Espagne orientale. Tout laisse supposer que le commerce avec la Toscane et la Riviera de Gênes resta une valeur sûre d’un bout à l’autre du siècle. Son rôle de compensation lorsque d’autres destinations étaient en crise est attesté par la subite croissance du nombre de navires entrés dans le port de Marseille en provenance de la Ligurie et de la Toscane entre 1794 et 1799, alors que diminuaient brutalement les entrées de navires provenant de l’Atlantique, du Levant et de la Barbarie (l’actuelle Afrique du Nord)29.

  • 30 Sur l’installation définitive à Lyon au xvie siècle de marchands venus de Gênes, de Lucques, de Fl (...)
  • 31 A. D. Rhône, 3 E 9471, notaire Dugueyt, 25 déc. 1788 et 24 janv. 1789, Bilan et traité de Travi et (...)
  • 32 Cette information m’a été transmise par P. Cayez.
  • 33 A. D. Isère, II E 181-245.
  • 34 Il convient assurément de traiter avec prudence les données reprises ici, du moins au niveau de le (...)
  • 35 Le marchand lyonnais Jean-François Fayet (1676-1756) avait lui-même effectué un voyage en Italie e (...)

18Dans le cas de Lyon, l’intégration des familles italiennes depuis l’afflux des Lucquois et Génois au xvie siècle a sans doute trop bien réussi pour que subsiste au xviiie siècle une colonie étrangère proprement dite, gardant des liens constants avec le pays de provenance30. La fonction de la capitale des Gaules comme centre dé redistribution de produits italiens en France et comme intermédiaire obligé entre des ports tels que Rouen et le marché italien est pourtant loin d’avoir disparu. Elle continue de s’appuyer sur des solidarités familiales entre Lyonnais, Génois, Turinois ou Florentins. Des marchands d’origine italienne s’installent encore à Lyon, comme les Travi dont un bilan illustre à la fin des années 1780 les relations avec Milan et Bologne31, ou les Bonafoux qui quittent Turin sous le premier Empire pour s’occuper de roulage à Lyon et à Gênes32. À l’instar des Bruny à Marseille33, diverses maisons de commerce lyonnaises trafiquent au cours du siècle avec les principales places commerciales de la péninsule. L’examen des papiers d’industriels et de commerçants conservés aux Archives du Tribunal de la Conservation des Privilèges des Foires de Lyon est riche d’exemples allant des épiciers ou des marchands fabricants en soieries aux marchands drapiers, bonnetiers ou toiliers, voire aux marchands en produits plus variés. Les fonds les plus riches en lettres reçues d’Italie sont de la première moitié du xviiie siècle – ainsi les maisons Cabanes, Carcenac et Corbières, Chalut-Lamure, Cuentz, Specht et Gonzebat34. Dans la seconde moitié du siècle, la maison Ducré (épiciers) reçoit malgré tout entre 1774 et 1788 des lettres de Gênes, Florence, Savone, Palerme et Venise. Les marchands fabricants en soieries restent les mieux positionnés sur le marché italien. Certes les registres de Bonaventure Carret nous le montrent de 1760 à 1778 tourné davantage vers la France et surtout les Provinces-Unies que vers l’Italie. Mais la maison Fayet complète entre 1715 et 1758 son réseau français par quelques liens avec Livourne, Lucques, Milan, Naples, Rome et Venise35. La maison Fiard achète entre 1757 et 1785 des organsins du Piémont, de la trame de Parme ou de Naples, ou encore du Florence rayé, et sa correspondance provient d’Alexandrie, de Cagliari, de Casale Monferrato, de Mantoue, de Milan, de Parme, de Malte et surtout de Turin. Marchands en produits divers, orientés surtout vers le trafic international, les Rey-Magneval réservent entre l’Espagne, les Amériques, la France et l’Europe orientale une petite place à Gênes, Livourne, Mantoue, Naples, Turin ou Venise.

  • 36 A. D. Isère, II C 98 n° 8 (Charvet) et II C 90 n° 4 (Treillard) ; Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 74 (...)
  • 37 Ces quelques cas sont repris de C. Poni, art. cité, p. 595, 604 et 607.
  • 38 T. Aynard, Voyages au temps jadis en France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en (...)
  • 39 Si assez peu de maisons napolitaines rayonnaient à l’étranger, 11 maisons françaises auraient été (...)

19Zone d’approvisionnement en matières premières, l’Italie d’après 1750 est aussi un marché pour écouler des produits ou des savoirs faire français. Les Dauphinois ne sont pas en reste dans la stratégie de reconquête de certains marchés. La manufacture Charvet de Vienne écoule autour de 1765 ses ferrandines dans toute la péninsule, la bonneterie Treillard de Valence a des correspondants à Nice et Gênes, des gantiers grenoblois tels que Bovier vendent leurs produits à Naples. La Société Bernon et Dumoulin de Romans confirme entre 1759 et 1772 ses liens pour le commerce des étoffes avec Turin, Casai, Pignerol et Gênes, les draps de Roybon, Crest et Dieulefit continuent de s’expédier en Savoie et Piémont, fût-ce à titre résiduel, et Pierre-Daniel Pinet, receveur des tailles de l’élection de Gap, parvient à exporter à Pignerol les laines du Haut-Dauphiné, cependant que les laines de Naples ou de Romagne alimentent l’industrie textile en Dauphiné36. Nous verrons bientôt le rôle joué par les migrants briançonnais dans la dynamique du commerce des livres et des tissus entre la France et l’Italie. Dans la mouvance d’une stratégie plus ou moins pilotée par la Grande Fabrique lyonnaise, mais qui lui échappe quelquefois, nous rencontrons des marchands de cette ville en divers points de la péninsule. Tandis que Boucharlat et Parisien, déjà cités, tentent de créer en 1755 une manufacture de soie à Naples, le dessinateur Jean Renard, lui aussi de Lyon, s’engage à enseigner dans la même ville, à une date non précisée, la « composition et la lecture des desseins », ainsi qu’à divulguer des procédés « pour le blanc, cremoisi et ponceau de Lyon ». À Naples encore, au début des années 1760, un commissionnaire lyonnais donne à copier un assortiment complet d’échantillons au directeur de la Manufacture Royale. Bologne est devenue au même moment, selon l’économiste et marchand vénitien Zanon, un « entrepôt français » où les « aventuriers français » réunissent « les tissus démodés ou près de le devenir, et les envoient de là à Venise ». Plus tard, en 1777, Roland de la Platière rencontre à Rome un Lyonnais qui cherche à lancer une entreprise en tissus « de soie brochés et en dorure »37. Nous savons également que le fils du banquier et marchand de soie lyonnais Jordan (pl. TV) fréquente en 1787-1788, de Turin à Palerme, les correspondants de la maison paternelle38. Or ce ne sont là, très certainement, que les pointes d’un iceberg, où Naples ne joue pas un rôle moindre que Livourne, Gênes ou Venise39.

  • 40 C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 734-753.
  • 41 Fonds Carret, A. D. Rhône, commenté dans P. Léon (dir.), Papiers d’industriels…, cit., p. 85-87 et (...)

20Souhaitant observer la façon dont les marchands voyageaient, nous ne pouvons que constater un écart entre la géographie des réseaux commerciaux et les déplacements effectifs de personnes. L’existence d’une relation d’affaires et une abondante correspondance ne signifient nullement qu’il y ait eu de fréquents voyages auprès des partenaires : ainsi que C. Carrière l’a relevé à Marseille, les déplacements de négociants ne sont pas nécessaires à la bonne marche des opérations de commerce et le trait dominant du négociant « arrivé, responsable d’une maison au large rayonnement », est au contraire la stabilité, la résidence auprès de son comptoir40. Dans le cas de Gênes, de Livourne et de Venise, la correspondance très suivie de la maison Roux tout au long du xviiie siècle suffisait à maintenir des liaisons régulières avec Marseille. En Italie du Sud, les commandites marseillaises remplaçaient les contacts directs. En dehors de raisons personnelles ou familiales, la pratique du voyage semble avoir plutôt été le fait de marchands de moindre envergure que les grands négociants. Elle obéit également aux aléas de la conjoncture. Le Lyonnais Bonaventure Carret accorde ainsi dans les premières années de sa carrière une importance décisive aux voyages à travers la France : débutant en 1762 comme commissionnaire et marchand itinérant en rubans, passementeries et soieries de toutes sortes, il se déplace pour se « faire aimer et gagner la confiance de tous ceux que je vois ». Devenu trois ans plus tard fabriquant de rubans en s’associant à Empaire Ferlat, il jouit d’un bon niveau d’affaires entre 1766 et 1772 mais affronte bientôt une période difficile, marquée par une concurrence acharnée. Les voyages s’avèrent alors trop coûteux par rapport aux profits qui en sont retirés. Les créances ne rentrant pas, Carret entreprend un voyage de deux ans à la recherche des fonds qui lui sont dus, mais ne peut éviter la liquidation de sa société en 177541.

  • 42 Pour Marseille, cf. C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 741. En ce qui concerne Bordeaux, P. Butel a (...)
  • 43 D’autres exemples de papiers conservés aux Arch. Départ, du Rhône le montrent, depuis les carnets (...)
  • 44 Le registre indique que « le S. Jordan négociant à Lyon » se rend le 14 mai 1765 à Turin « pour y (...)
  • 45 Pour cette maison qui n’eut certes pas de contact avec l’Italie, il s’agissait soit de s’approvisi (...)
  • 46 Ces négociants grenoblois chargés de l’approvisionnement militaire suivaient en l’occurrence les o (...)
  • 47 H.-M. Borel du Bez, Souvenirs. Voyages. Fragments d’essais littéraires, A. D. Hautes-Alpes, Ms F 3 (...)
  • 48 Cf. chap. 2, tableau 11, comparant les motifs de voyage en Italie.
  • 49 On relève 14 négociants sur 134 voyageurs entre le 19 juillet 1812 et le 18 juillet 1813, 12 négoc (...)
  • 50 Entre autres exemples, on peut citer le fabricant en soie que rencontre Roland de la Platière à Ro (...)
  • 51 Lettre de l’armateur bordelais Pierre Desclaux à son futur gendre Jean-Jacques de Bethmann, alors (...)

21Le recours au voyage de l’un des associés pendant que l’autre restait dans la boutique n’était pas rare à Lyon. Barthélemy Seilhade, fils d’un marchand de boutons lui-même spécialisé dans les taffetas, dorures et bas de soie, sillonna quinze ans durant la France avec sa fille Rose mais également d’autres pays européens, dont l’Italie, y prospectant de nouveaux marchés à partir des années 1730 tandis que son autre fille, Louise, gérait dans la capitale des Gaules les affaires de son père et tenait la correspondance. Le voyage revêtait parfois un caractère exceptionnel et c’est ainsi qu’Antoine-Henri I Jordan envoya son fils à Turin en août 1787 pour recouvrir des créances impayées de la maison Cajoli, à laquelle une solide avance avait été consentie. Il se rattachait par là à une tradition en usage dans la plupart des grandes places commerciales, à Lyon mais aussi à Marseille ou à Bordeaux. Celle-ci consistait à envoyer le jeune négociant à l’étranger afin qu’il se forme à son futur métier en renforçant les relations déjà nouées, en faisant connaissance avec les correspondants de la maison et en visitant les villes avec lesquelles des rapports existaient42. Le déplacement fut néanmoins systématique et régulier dans de nombreux cas, y compris pour des maisons de commerce relativement importantes43. Il est probable qu’Antoine-Henri Jordan le père ne se contenta pas entre Lyon et Turin du voyage mentionné dans un registre de passeports grenoblois en 176544. La maison Carny de Grenoble envoya quant à elle l’un de ses responsables en voyage au moins quatre fois par an pendant près de trente ans45. Une importante communauté de marchands voyageurs se déployait sur les routes d’Italie. Les papiers conservés à Grenoble offrent des traces de fournisseurs aux armées pendant la guerre de Succession d’Autriche46. Parmi les marchands obligés de courir de foire en foire figure le Briançonnais Marcellin Borel, qui quitte à la fin de mars 1785 la foire de Francfort en se disant « tres presse pour arriver à temps en foire d’Alexandrie »47. Dans chacun des trois registres de passeports grenoblois que nous avons examinés à vingt-cinq ou trente ans de distance, respectivement en 1740-1743, 1764-1765 et 1797-1799, un bon septième des demandeurs sont des marchands ou des colporteurs, cette proportion augmentant si nous incluons parmi les marchands certains de ceux qui déclaraient se mettre en route pour « vacquer à leurs affaires »48. Un dixième des passants qui consignent leur nom dans le registre de l’hospice du Grand Saint-Bernard sont à la fin de l’Empire des « négociants »49. Tandis que Grosley fait le voyage d’Italie en compagnie de M. Belly, « négociant à Troyes », des marchands de Lyon, de Bordeaux et d’ailleurs sont souvent rencontrés en cours de route par les auteurs de comptes rendus dans la péninsule, de Roland de la Platière à Émeric David et jusqu’à Arthur Young50. Leur déplacement est motivé par le besoin de conquérir des marchés, d’acquérir à bon prix des marchandises, de récupérer des créances impayées ou tout simplement de rendre visite aux correspondants de la maison de commerce familiale pour « cimenter leur amitié, estudier leur caractère et pour tâcher de connoître leurs facultés, afin d’établir [la] confiance avec connoissance pour n’être pas dupé par quelque mauvaise pratique »51.

  • 52 Selon Pierre Coste, conservateur du Musée de la Vallée à Barcelonnette, la vallée de l’Ubaye est r (...)
  • 53 Des manufactures furent créées au retour d’Italie autant dans le Briançonnais – Antoine Caire-Mora (...)
  • 54 Sur l’endogamie et l’interdépendance du réseau que constituaient en Italie les libraires originair (...)
  • 55 Lettre de Cesar Guayete accompagnant sa demande de passeport pour se retirer dans sa patrie, où il (...)
  • 56 Arch. di Stato de Turin, Registre de commerce des marchands en étoffes de laine, vol. n° 45, 1730- (...)

22Certains voyages de marchands relèvent de la logique des relations de proximité intra-alpine. Il en va ainsi des migrants installés dans la péninsule, qui circulent périodiquement entre la ville où ils avaient établi leur comptoir et le village alpin d’origine. Une telle mobilité possède des traits qui lui sont propres et qui rappellent les migrations d’artisans ou d’ouvriers agricoles, demeurées fréquentes malgré le traité d’Utrecht tout au long du xviiie siècle entre les vallées du Briançonnais ou de l’Ubaye, d’une part, et le Piémont, la Ligurie ou la Savoie, d’autre part52. Le retour régulier vers la patrie avait une forte charge affective, mais il comportait également une composante économique en raison de la fonction de relais que jouaient les localités de départ pour la redistribution de certains produits ou l’implantation d’une manufacture53. Dispersés à travers l’Italie, ces migrants constituaient à Gênes ou à Turin mais aussi jusqu’à Naples ou à Païenne d’importantes colonies entre lesquelles des réseaux aux solidarités étroites se tissaient54. Leurs voyages étaient plus ou moins répétés. Ils avaient quelquefois un rythme annuel, comme ceux des maçons piémontais de Veynes qui, ayant contracté mariage au Piémont, dans leur Val Sesia natale, s’y retiraient chaque année « dans les temps où la rigueur de la saison ne leur permettoit pas de travailler […] pour s’occuper de leurs affaires domestiques »55. Il arrivait que les allers et retours des marchands natifs du Briançonnais ou de l’Ubaye soient plus nombreux. Peut-être était-ce le cas des vingt-cinq « marchands en étoffes de laine », en fait des colporteurs originaires de la vallée de Barcelonnette, que C. Robert-Serignac a repérés dans les années 1730 à travers le Piémont, de Cuneo à Alba, de Carignano à Rivoli, de Chivasso à S. Damiano d’Asti, de Bra à Villafranca, où depuis plusieurs dizaines d’années ils avaient élu domicile56. Un exemple sûr de ce type de mouvement nous est donné par la correspondance de Hyacinthe-Marcellin Borel, né au Bez, près de Briançon, en 1756, et parti en 1771 à Turin pour se former au commerce de banque.

  • 57 Les courriers que nous avons examinés se trouvent dans la correspondance Charlotte Borel 1774-1800 (...)

23Pendant dix-huit ans, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il mette sur pied en 1788 une manufacture de chapeaux de feutre au Bez, nous suivons ses continuelles allées et venues entre Turin, où se concentre son activité dans le commerce des toiles et draps en gros, et le hameau du Bez où vivent sa mère et son épouse et cousine Charlotte, née Gravier. Cette dernière, qu’il a connue à Turin, s’est en effet installée au Bez après leur mariage en 1778, ce qui renforce la nécessité pour Marcellin d’y retourner chaque été et chaque hiver57. Il lui arrive néanmoins d’être retenu plus longtemps à Turin ou de multiplier ses expéditions. Entre mai et septembre 1776, il fait à deux reprises la navette entre Turin et le Bez ; il en va de même entre décembre 1781 et mars 1782, où il se rend deux fois à Briançon et trois fois à Turin, puis à l’été suivant où deux allers et retours Turin-Le Bez-Turin-Le Bez précèdent le séjour à Turin durant l’automne. À chaque fois qu’il s’apprête à monter de Turin vers le Mont-Genèvre, Marcellin Borel demande à sa femme de faire « mander la jument » qu’il retrouvera avec le fidèle Joseph le lendemain à Suse. En dehors de ce parcours rituel, d’autres déplacements sont effectués. Il y a ceux de la foire d’Alexandrie deux fois par an, en avril et en octobre, puis ceux plus exceptionnels, comme à Francavilla, en Vénétie, en février 1777, à Marseille et Toulon pendant l’hiver 1778-1779, à Milan et à Gênes en septembre 1783, à Genève et à Francfort en mars 1785, peut-être encore à Gênes à l’automne 1786. Bien qu’il achète dès juin 1785 une charge de capitaine-châtelain, qui lui permet de participer à l’administration du Briançonnais, ce n’est qu’en 1788 que ce système de voyage se désorganise, les derniers séjours à Turin ayant lieu au printemps 1788 et en janvier 1789.

  • 58 Sur un plan général, on estime qu’à la fin du xviiie siècle, un sixième environ des émigrants part (...)
  • 59 Lettre de Joseph Borel à son neveu Hyacinthe Marcellin, 29 sept. 1775, A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301 (...)
  • 60 Une lettre en italien lui est adressée le 8 février 1776 à Lecce par un débiteur de Gallipoli (A. (...)
  • 61 L’emploi du terme tend lui-même à confirmer la différence qui était faite entre d’une part le Piém (...)
  • 62 Tel est le cas de Hyacinthe-Marcellin Borel, probablement au début de l’année 1787 : « Gusberti n’ (...)

24Pour les Briançonnais partis au sud de la péninsule, loin du triangle Briançon-Turin-Gênes qui demeura jusqu’à la fin du siècle une sorte d’espace d’interactions privilégié, la moyenne des déplacements ne pouvait être aussi serrée, du moins vers leur terre d’origine58. À défaut de circuler entre la France et l’Italie, ils voyageaient dans la seule Italie ainsi que l’illustre en septembre 1775 une lettre de Joseph Borei à son neveu Hyacinthe-Marcellin, de cinq ans son cadet mais qui officiellement est son tuteur. Joseph écrit de Tarente, fait allusion à son passage à Naples où il a trouvé la lettre de son neveu, évoque la foire de Senigallia et celle de Salerne où son frère Antoine « actuellement se retrouve » avec un commis. Il annonce ensuite que « à mon passage que j’ai fait à Rome je me suis marié aveq (sic) une très aimable demoiselle de l’âge de 18 ans » (il est lui-même né en 1751), fille d’un lieutenant avignonnais au service du pape59. Quelques mois plus tard, Antoine Borei semble s’être fixé dans le commerce des draps à Brindisi ou à Lecce60. Les marchands établis dans les villes du Nord, et notamment en Piémont, ont quant à eux coutume de partir en tournée pour le rituel « voyage d’Italie »61. Celui-ci n’avait rien à voir avec le Grand Tour, mais il consistait en un voyage d’affaires d’une durée de deux à trois mois, accompli par l’un des associés en fonction des foires à divers moments de l’année cependant que quelqu’un d’autre, tout comme à Lyon, restait au comptoir62. Ce panorama révèle donc une absorption dans un univers italien et des séjours qui parfois duraient une vie entière, comme pour l’une des filles de Hyacinthe-Marcellin, Marie-Joseph Charlotte, et son époux Balthazar Borel, libraire à Naples.

  • 63 Extrait des minutes de la chancellerie du Consulat Général à Naples pour l’an 1813, A. D. Hautes-A (...)
  • 64 Ce cas (comme celui de Prat devenu sous l’Empire gros négociant à Gênes) est rapporté, d’après Lad (...)
  • 65 Dans ce moment de crise où sans doute son épouse vient de lui reprocher de rester trop longtemps à (...)

25Les membres du réseau n’en gardent pas moins toujours la conscience de leur origine, celle d’appartenir à un clan qui les protège contre d’éventuelles infortunes. Charlotte et Balthazar Borel donnent pouvoir en 1813 à un fabricant de bas de La Salle, leur commune d’origine, de « gérer et administrer leurs biens & affaires communs »63. Même si certains d’entre eux ne se déplacent plus qu’à l’intérieur de la péninsule italienne, voire figurent sous l’Empire parmi les premiers négociants de leur ville, à l’instar d’un certain Prat, originaire de Val des Prés, à Gênes, les individus que nous étudions restent des Français et c’est en cela qu’ils présentent dans le cadre de notre enquête un intérêt. Parce qu’ils sont le plus souvent désireux de rejoindre un jour leur « patrie », fût-ce de manière symbolique, ils conservent en eux quelque chose du voyageur, c’est-à-dire de celui qui s’en va en espérant revenir à son point de départ, qui part sans abandonner cet ancrage à l’aune duquel il juge tout ce qu’il voit et vit. Instructives sont à cet égard les garanties que Joseph Borel présente en 1775 à son neveu Hyacinthe-Marcellin en indiquant d’une part que le père de sa nouvelle épouse, outre sa fonction de lieutenant, tient un commerce à Rome, et d’autre part que le mariage a eu pour témoins des compatriotes du Briançonnais. Le cas d’un certain Gurlie, revenu se faire construire une maison au Monêtier après s’être enrichi à Palerme, était, on le sait, des plus courants64. La qualité de « ville étrangère » que Hyacinthe-Marcellin continue d’attribuer à Turin dans une lettre à son épouse datable de 1787, où il manifeste la souffrance de l’exil, n’a dans ce contexte rien de surprenant65.

Existe-t-il une spécificité de la culture marchande du voyage ?

26Une telle absence de fusion avec le pays d’accueil serait-elle commune aux marchands en activité jusqu’ici évoqués – qu’ils soient de Lyon, de Marseille, de Bordeaux ou des vallées alpines – et à leurs compatriotes exerçant la même profession mais venus en Italie simplement pour se divertir, parcourir les villes d’art et former leur esprit, sans avoir de produits à vendre ni de marché à conquérir ? Les passerelles existaient assurément d’un type de voyageur à l’autre, car le marchand déambulant pour ses affaires est quelquefois amené à réfléchir sur son activité de voyageur et à prendre en note ce qu’il perçoit et ressent. De son côté, celui qui voyage pour son plaisir n’abolit pas d’un coup ses modèles de pensée et ses façons de raisonner. La diversité des expériences et des manières d’appréhender le déplacement de la part d’individus ayant chacun à leur façon une pratique de la marchandise n’exclut pas la recherche de valeurs communes, signes d’un univers qui a sa cohérence.

  • 66 La même prudence s’impose, concernant les expériences de voyage, que celle affichée par D. Julia f (...)

27L’interrogation sur une hypothétique spécificité du regard marchand par rapport à celui des autres voyageurs pose pourtant de nombreux problèmes. Elle implique d’identifier des sources où les marchands se racontent. Or, celles-ci sont souvent noyées au milieu de la correspondance commerciale et de papiers de nature technique. Lorsque nous découvrons des correspondances familiales ou des journaux de voyage, ces documents renvoient en outre à des expériences singulières, dont il serait hasardeux de déduire une idée précise et fiable sur les façons de voyager de l’ensemble des hommes de profit66. Par rapport aux récits des nobles du Grand Tour, ceux des marchands découragent en raison de leur disparité toute tentative d’imaginer un horizon d’attente commun. Divers types de marchands français ont tout d’abord circulé en Italie dans le dernier tiers du siècle et laissé des témoignages de leur expérience. Un déséquilibre oppose ensuite dans les écrits que nous avons retrouvés les auteurs de récits fortement articulés, identifiables à ceux qu’écrivaient les élites de toutes sortes, nobles, prêtres ou gens de lettres, et les marchands dont il ne reste de leurs déplacements que des traces sporadiques et fragmentaires – carnets de route à but comptable ou lettres rédigées plus pour maintenir un lien d’ordre affectif ou commercial que pour vraiment parler d’une expérience dans un pays « visité ».

  • 67 L. Fontaine, op. cit., p. 83-84.
  • 68 Les lettres de F. Sarasin ont été étudiées par E.-G. Fazio, « Il tempo della rivoluzione tra confl (...)

28Parmi les cinq types de marchands français présents en Italie, les plus nombreux furent ceux dont la déambulation était permanente, colporteurs ou plus gros marchands se déplaçant de foire en foire ou d’une ville à l’autre comme ils le faisaient en France ou en tout autre pays d’Europe. Ils sont suivis par les individus qui avaient rejoint un parent à Gênes, Rome, Naples, Livourne, Turin ou dans quelque autre localité du Piémont, et qui s’étaient fixés dans un comptoir. Les uns ne cherchaient en l’occurrence plus à rentrer, mais beaucoup d’autres n’avaient que ce projet en tête, à l’instar de Hyacinthe-Marcellin Borel (couramment appelé Borel du Bez, du nom de son village natal en Briançonnais) ou des Arnaud de Jausiers (dans la vallée de l’Ubaye). Si des épistoliers prolixes figurent dans ces deux catégories, peu s’attardaient toutefois à consigner leurs impressions sur l’Italie. On trouve en troisième lieu les jeunes gens que leur famille envoyait se former en Italie, de préférence à Turin, à Gênes ou à Livourne. Cet apprentissage était, nous l’avons dit, couramment pratiqué, et c’est ainsi que les quatre fils de Thomas Gravier furent envoyés par leur père chez des libraires et des merciers du réseau familial à Rome, à Turin, à Marseille et à Bardonecchia67. Comme dans cette première phase de leur carrière ils avaient l’esprit assez libre, étant en outre souvent amenés à doubler leur voyage d’affaires d’un voyage culturel, ces jeunes commerçants ont souvent laissé des commentaires nourris sur leur découverte de l’Italie. Outre le Journal de voyage en Italie et en Sicile écrit par Antoine-Henri II Jordan (1762-1835) en 1787-1788, et la correspondance de Hyacinthe-Marcellin Borel (1756-1796), au départ lui aussi envoyé à Turin pour s’initier aux affaires, quelques lettres sont intéressantes, qu’adressent de Gênes ou de Livourne à leurs parents au cours de la Révolution le jeune Suisse Félix Sarasin et le Français Frédéric Tansard68.

  • 69 Les seules informations que nous possédions sur lui proviennent de l’article d’A. Brolles, « Le vo (...)
  • 70 Cf. P. Léon, Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du xviiie siècle, les Do (...)
  • 71 Cf. A. Tornézy, étude introductive, dans [Bergeret de Grancourt], Bergeret et Fragonard. Journal i (...)
  • 72 Dès le début de son récit Roland estime avoir « autrement vu les sites, les gouvernements, leur in (...)
  • 73 Si la tentation d’oublier cette contrainte du négoce issue du milieu familial le guette – il n’abo (...)
  • 74 C’est du moins ce que laisse entendre une allusion du 19 sept. 1780 (Notes d’un voyage en Italie, (...)
  • 75 A. D. Hautes-Alpes, F 3484-4, f. 104. Cf. B. Oury, « De la Corse à Briançon. L’odyssée de Jean-Jac (...)

29Un quatrième groupe se compose de personnes ayant effectué dans la péninsule un voyage d’agrément et d’apprentissage culturel. C’est chez eux que le matériau est le plus riche du point de vue littéraire. Ils ne pratiquent pas tous à proprement parler le commerce, mais ont tous entretenu une forme de relation avec la marchandise. Jean-François Foucher du Vivier, parti d’Orléans avec deux compagnons en janvier 1762, à l’âge de 29 ans, avait hérité de son père la charge de trésorier de France et se disait commerçant69. Du négociant grenoblois et planteur à Saint-Domingue Joseph Raby d’Amérique (pl. III) (30 août 1719-16 septembre 1779), qui se met en route avec deux compagnons et un domestique en mars 1764, on connaît depuis les travaux de P. Léon la vie fastueuse et le goût pour la culture des Lumières70. Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grancourt (1715-1785) est financier, trésorier général de la généralité de Montauban. Il s’ébranle en octobre 1773 à l’âge de 58 ans, en compagnie des époux Fragonard, de son fils, d’une gouvernante, d’un cuisinier, de deux grands cochers, d’un valet de chambre et du domestique de son fils. Ce n’est pas un marchand, mais cet insatiable amateur d’art conçut son tour de près d’un an en Italie comme une sorte de marché dont il devait tirer un profit substantiel en s’aidant des observations de Fragonard et en récupérant au retour, contre la volonté de ce dernier, les croquis effectués tout au long du parcours71. Roland de la Platière (1732-1793), ancien employé de commerce, est devenu inspecteur des manufactures à Amiens et il relève en tant que tel de l’administration du commerce. Il manifeste du reste tout au long des Lettres issues du voyage de 1776-1777 un intérêt marqué pour les objets économiques et commerciaux72. Juriste de formation, déjà sensible aux arts et notamment à la sculpture, l’Aixois Toussaint-Bernard Émeric (1755-1839) est fils de négociant et futur imprimeur, même s’il n’en exerce pas encore la profession lorsqu’il s’embarque pour l’Italie en septembre 178073. Ne voyageant qu’avec un domestique74, il rencontre beaucoup de monde et scrute avec une attention de spécialiste les techniques de la vigne. Il resterait enfin à prendre en compte un cinquième groupe, fait de marchands qui passent par accident en quelque point de la péninsule. Tel fut le cas de Jean-Jacques Prat, marchand de peaux installé en Corse. Ayant décidé de rentrer avec sa famille dans son Briançonnais natal en 1793, il fut attaqué en mer, dépouillé de tous ses biens, emprisonné à Carthagène et au bout de quelques mois rapatrié chez un parent à Gênes avant de reprendre par voie de terre le chemin de Briançon75.

  • 76 Un gros travail reste à fournir dans les archives italiennes pour obtenir des indications fiables (...)

30Des protagonistes les plus indirects de la culture marchande aux commerçants en activité dans la péninsule, notre corpus d’une quinzaine de personnes pour la seconde moitié du siècle nous éclaire par son hétérogénéité même sur ce qu’étaient le regard, ou plutôt les regards portés par les marchands sur l’Italie. Sans prétendre à la moindre représentativité statistique par rapport à la masse totale des voyageurs76, nous remarquons que les âges sont contrastés et que le profil du voyageur marchand ne se réduit aucunement à celui du jeune homme en train de se former. La manière de se déplacer oscille entre le déplacement solitaire dans les voitures de poste, parfois en compagnie d’un domestique ou d’un commis, le voyage entre amis et le grand équipage avec une ou deux berlines personnelles. Le degré de culture et la nature des intérêts de leur côté varient, mais, au risque d’en retirer une impression faussée puisque nous exploitons dans le cadre de cette recherche des textes d’individus ayant eu un penchant pour l’écriture intime, les exemples rassemblés suggèrent que les marchands qui voyagèrent en Italie eurent de nombreux points de contact avec cette culture des Lumières qui pourtant mit du temps à les accepter dans ce qu’ils avaient de spécifique.

  • 77 Il eut été intéressant d’adjoindre à ce groupe Jean et Étienne Bonnaffé, les deux fils d’un riche (...)
  • 78 Tout comme avec Foucher du Vivier, nos efforts pour retrouver le manuscrit original de Jordan dont (...)

31Il est assurément malaisé de dire la part qui revient à une éducation marchande lorsque le protagoniste consacre la majeure partie de son temps aux arts ou que son statut le place dans les hautes sphères de l’administration royale. Plus que ceux de Bergeret de Grancourt, de Roland de la Platière ou même du futur Émeric David, chez lesquels le rapport avec l’esprit encyclopédique ne renvoie pas strictement à une formation de marchand, les cas de Raby d’Amérique, Borel du Bez et Antoine-Henri II Jordan révèlent une culture authentiquement commerçante77. Nous avons la chance de les connaître non seulement par leurs récits de voyage mais aussi par d’autres documents. Chacun de ces trois personnages représente à une douzaine d’années d’intervalle un type distinct de voyageur marchand en Italie. Raby suit la tradition du Grand Tour, même si son séjour italien ne dure que deux mois et qu’il ne descend pas au-dessous de Florence. Borel ne cesse d’aller et de venir entre son comptoir, les foires et sa famille. Jordan incarne le jeune négociant qui profite d’un voyage d’affaires pour visiter la péninsule du Nord au Sud et compléter son éducation. Le fossé qui sépare leurs trois façons d’écrire est dû autant à leur âge, aux conditions dans lesquelles ils effectuaient leur périple ou au type de valeur accordé à leurs notes, qu’à un changement d’époque entre le début des années 1760 et la fin des années 1780. Le journal de Raby suit, à l’instar de ceux de Foucher du Vivier (pour autant que nous puissions en juger puisque le texte complet de ce dernier nous manque) et de Bergeret de Grancourt, le modèle des descriptions encyclopédiques du Grand Tour, avec leur accumulation de détails agrémentée de commentaires personnels. La correspondance de Borel et les papiers d’Émeric font assez largement place aux épanchements du moi. Le journal de Jordan est en revanche lapidaire, soucieux comme les lettres de son homologue bâlois Sarasin d’aller à l’essentiel, marqué par une concision qui confine quelquefois au style télégraphique (« vu », « pas vu »…)78. Même s’il est dangereux d’induire des règles générales à partir de cas isolés, une comparaison entre ces expériences mérite d’être menée pour y repérer des constantes.

  • 79 Un témoignage de la résistance des autorités académiques face à une promotion du voyage des marcha (...)
  • 80 Ni dans la classification de voyageurs proposée par A. Tursi, ni dans celle de P. Guiton le voyage (...)

32Le présupposé d’une culture spécifique, grâce à laquelle les marchands ne se confondraient pas avec les personnes issues d’autres sphères professionnelles même lorsqu’ils pratiquent le Grand Tour et observent des monuments, ne va pas sans quelque risque. Peut-on prétendre que l’éducation reçue et la manière dont leur travail les amène à se positionner par rapport au monde en cultivant par exemple le réalisme, la prudence, le goût du pouvoir ou le sens de l’effort, entraînent les marchands à vivre leurs voyages, voire à les consigner dans leurs carnets, d’une façon qui serait propre à leur milieu ? Le commerçant, fût-il en retrait de son activité, garde-t-il les traces d’un comportement appris dans la longue habitude du maniement des marchandises, des hommes et de l’argent ? Cette position déterministe se heurte au constat selon lequel les pratiques et modèles culturels circulent entre les groupes sociaux. Des interactions se manifestent entre des individus issus de milieux professionnels ou de niveaux de fortune différents, dès lors qu’ils ont été éduqués dans le même collège ou ont partagé certaines tranches de vie. L’hypothèse d’une « altérité » des marchands en voyage mérite pourtant d’être formulée pour des raisons à la fois objectives et stratégiques. D’abord parce que se précise en France dans la seconde moitié du xviiie siècle une mentalité qui, sans les affronter de plein fouet, entre en concurrence avec les valeurs de la société de cour, et que le voyage en Italie avec sa lourde tradition érudite est un terrain privilégié pour ce subtil combat. Ensuite parce que l’idée d’une autonomie intellectuelle du voyage des marchands fut non seulement acceptée avec difficulté par le discours dominant des Lumières79, mais qu’elle est depuis lors restée peu reconnue par la critique, qui a préféré annexer les écrits de négociants à ceux des gens de lettres ou des amateurs d’art lorsqu’ils acquéraient une certaine dignité littéraire, et les ignorer dans les autres cas80. C’est pourtant dans le dédoublement entre les contraintes du voyage d’affaires et la pratique, simultanée ou non, du voyage d’agrément que se manifeste chez les détenteurs d’une culture marchande une façon originale de dire le voyage, d’en ressentir et narrer les étapes, les moments forts, les surprises, les émotions et les désagréments. Il vaut la peine, en ce sens, d’interroger la place occupée par le voyage dans l’existence de nos marchands et de la mettre en relation avec ce que nous savons de leurs goûts dominants, de leur éducation, de leur attitude face à la vie et au travail.

  • 81 A. D. Hautes-Alpes, F 3484-18, f. 32v.
  • 82 Ces deux listes sont des inventaires comportant la valeur des ouvrages. La première, de 75 titres, (...)

33L’examen de leurs livres offre de premières indications sur le bagage culturel et les attentes des marchands qui se rendaient en Italie. Plusieurs d’entre eux étaient en effet de grands lecteurs. Borel du Bez fait explicitement allusion à cette passion lorsqu’il évoque dans une lettre à son épouse du 9 décembre 1786 certaines de ses soirées passées « à lire, parce que tu sais bien qu’il me faut toujours un peu de lecture, c’est mon gout favori »81. Cela ne nous étonne guère, sachant le rôle du livre et l’importance du nombre des libraires parmi les familles issues du Briançonnais. Grâce à deux listes d’ouvrages conservées aux archives de Gap, dont l’une semble évoquer le fonds de livres dans lequel Borel puisait lorsqu’il voyageait entre Turin et le Bez, tandis que l’autre fait état de ses lectures parisiennes, nous voyons se dégager des tendances qui opposent les lectures du commerçant en déplacement perpétuel à celles du commerçant devenu député à la Convention en 179282. La seconde liste, celle de Paris, offre le portrait d’un homme politique se nourrissant d’Homère, des orateurs athéniens, de Sénèque et des grands historiens latins (Tite-Live, Tacite), détenant quelque ouvrage de Machiavel et de Montaigne, et surtout les œuvres complètes des principaux philosophes du xviiie siècle français (Voltaire, Rousseau, Helvétius, Condillac, Mably), soucieux aussi de s’informer sur les crimes des souverains, la crise américaine et les causes célèbres. Elle nous révèle un usage des livres avant tout professionnel, où les 42 volumes de romans choisis, les recueils de fables d’Ésope et de La Fontaine et les Soirées amusantes ou mélancoliques (les premières sont un recueil de contes moraux paru en 1785) servaient sans doute au délassement de l’homme d’action. À côté du Voyage autour du monde de Bougainville figurent un bon nombre de récits de voyage en Europe (provinces françaises, Espagne, Écosse, Italie, Grèce) ou dans les pays limitrophes (Russie, Syrie et Égypte, Barbarie), que complètent des histoires de l’Angleterre et des Provinces-Unies ainsi qu’un recueil d’anecdotes arabes. Bien que la plupart de ces ouvrages soient de parution récente, il n’est pas à exclure que certains d’entre eux aient été achetés par Borel avant qu’il ne se rende à Paris.

  • 83 Cf. R. Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au xviiie siècle, Pari (...)

34La différence avec les livres restés dans le Briançonnais est instructive. Si les ouvrages de droit et de science sont dans les deux bibliothèques limités au strict minimum (une juridiction des châtelains et l’Essai sur l’électricité des corps de Nollet à Briançon, deux Constitutions et les quatre volumes des Récréations mathématiques et physiques de 1778 à Paris), le relatif équilibre entre la religion (ouvrages d’apologétique, livres de dévotion…), la philosophie (Buffon, Marmontel, Raynal), la morale (Conversations sur plusieurs sujets de morale, Essai sur le caractère et les mœurs des femmes…), l’histoire de France (depuis celle de Louis XIV et du Masque de fer jusqu’au Journal historique de Maupeou) et les voyages traduit chez le marchand du Sud-Est une diversité de ses intérêts, chacune des rubriques comportant de six à dix titres. Le registre, strictement moderne et riche en parutions des toutes dernières années, révèle le caractère récent de la bibliothèque, l’empreinte de la formation de son propriétaire auprès du collège des jésuites d’Embrun, son ouverture sur les modes contemporaines. Le Négociant patriote de Bedos y incarne la sûreté de soi du marchand83. Avec un tiers des titres, le secteur des belles-lettres se détache sur l’ensemble et manifeste d’une part un goût pour les romans (Marivaux, Lesage) et les œuvres de théâtre françaises (de Molière à Racine et de Nivelle de La Chaussée à la Folle journée de Beaumarchais), d’autre part une attention aux comédies italiennes. Alors qu’aucun roman anglais n’est signalé, la spécificité du marchand en contact fréquent avec l’Italie se note par la présence d’une dizaine d’ouvrages en italien, concernant tout autant la religion que les belles-lettres ou les voyages. Enfin les livres liés aux voyages privilégient très nettement les aspects pratiques. Trois ou quatre titres parlent du Bengale, de la Chine et des Turcs, mais les autres obéissent à ce qu’étaient les besoins d’un marchand parcourant les routes d’Europe : connaissances géographiques minimales (le Géographe manuel de l’abbé d’Expilly), itinéraires (le livre des Postes de France, le Viaggio in pratica qui ne peut être que celui de Vidari paru en 1718 pour les routes et les postes d’Europe), recettes pour soigner les maladies des chevaux ou les siennes propres (L’art de se traiter soi-même dans les maladies vénériennes), outils linguistiques (une Grammaire italienne et française), descriptions de villes ou de monuments (Mercurio errante di Roma con stampe, Description de la cathédrale de Strasbourg).

  • 84 A. D. Isère, II E 704. Sur cet inventaire de la succession de Raby d’Amérique, qui date de novembr (...)
  • 85 Deux des manuscrits de Raby possédés par la Bib. Munic, de Grenoble sont datés : l’Essai historiqu (...)
  • 86 E.-G. Fazio, art. cité, p. 345-347.
  • 87 Il est possible de reconnaître ici le rôle joué les réseaux de libraires briançonnais dans la diff (...)
  • 88 Émeric David, Extraits de lectures et notes sur toutes sortes de sujets, v. 1780, Paris, Bib. de l (...)
  • 89 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 46v et 76v.
  • 90 Dans les catalogues de la librairie David à Aix figurent des listes thématiques, comme celle des v (...)

35Les informations dont nous disposons pour les autres marchands ayant laissé un journal ou des lettres sur l’Italie confirment, toutes proportions gardées, les tendances aperçues dans la bibliothèque de Borel du Bez. Tout en traduisant une sphère de curiosité plus étoffée et en étant complétés par une collection de monnaies, d’instruments géographiques et astronomiques, de coquillages, de poissons, d’oiseaux, de cristaux et de minéraux, les 850 volumes et manuscrits de l’inventaire successoral de Raby d’Amérique suggèrent des comportements analogues à ceux de Borel. On y retrouve le faible attrait pour les œuvres classiques, un goût prononcé pour les belles-lettres, en l’occurrence plutôt pour les romans, une forte prédilection pour les ouvrages philosophiques et un vif intérêt pour les livres d’histoire et de géographie, tant sur l’Europe, dont l’Italie, que sur le reste du monde. Il s’y ajoute une attention aux travaux juridiques et politiques ainsi qu’aux dictionnaires en tous genres, sans oublier divers lexiques italiens et anglais auxquels le marchand eut sans doute recours dans l’exercice de son métier84. Possédant divers titres que l’on retrouve chez Borel du Bez, le cas de la bibliothèque de Raby est plus propice à la comparaison que celui des quelques ouvrages de Voltaire et surtout de Rousseau lus au cours de son séjour italien par le jeune négociant de Bâle Félix Sarasin grâce à un abonnement auprès d’un libraire de Livourne. Tandis que Raby était en Italie un homme d’âge mûr, dont le voyage de deux mois fut un simple épisode dans une vie déjà riche en expériences et dont le goût pour la philosophie ou l’économie politique devait bientôt déboucher sur la production de textes marqués au sceau de l’anticléricalisme85, nous saisissons le Suisse alors qu’il se dégage à peine de son éducation piétiste et s’enthousiasme pour la dimension utopique et sentimentale de Rousseau, découvert dans la péninsule86. De Raby à Borel et Sarasin se reconnaissent toutefois un semblable désir du contact avec les œuvres récentes et, surtout chez les deux premiers d’entre eux, une vive préoccupation pour la philosophie, l’histoire du monde dans lequel ils vivent et les voyages87. Plus classique dans ses références ainsi que l’on peut en juger par les cinq cahiers de notes rédigés autour de 1780, donc peu avant de partir pour l’Italie88, le jeune Émeric ne dépare pas dans ce tableau. Lecteur éclairé, qui salue à Florence Boccace et Machiavel puis remarque qu’à Milan Beccaria avait 27 ans, soit deux ans de plus que lui, lorsqu’il donna en 1765 « son ouvrage »89, il utilise pour s’orienter dans son itinéraire, comme l’avait fait Raby avec Cochin, les plus récents guides de voyage qui sont à sa disposition, en l’occurrence ceux de Richard et surtout de Lalande. L’on imagine aussi sans peine que la librairie de ses oncles David, imprimeurs du roi et du parlement à Aix, formait un inépuisable réservoir pour ses lectures en matière de voyage comme dans de nombreux autres domaines90.

  • 91 M. Garden, Lyon et les Lyonnais…, cit., p. 460-462.
  • 92 J. Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Lille, 1977, (...)
  • 93 Significative est à cet égard la présence des Lettres sur l’Italie de Dupaty, des Ruines de Volney (...)
  • 94 P. Jeannin, « La diffusion des manuels de marchands : fonctions et stratégies éditoriales », dans (...)
  • 95 Raby d’Amérique possède en revanche, outre un Traité du commerce, le Dictionnaire universel de com (...)
  • 96 On notera à l’inverse la part réduite de véritables récits de voyage sur l’Italie dans les bibliot (...)

36Mis en relation avec ce que nous savons d’autres bibliothèques de marchands en France, ces quelques exemples sont instructifs. Les enquêtes de J. Quéniart nous ont appris que les marchands des villes de l’Ouest de la France accordaient eux aussi à la connaissance des pays étrangers une place plus large que les lecteurs d’autres milieux. Privilégiant les faits sur les idées et moins enclins que les avocats, les médecins ou les architectes à recourir aux livres professionnels, lents à se constituer de véritables bibliothèques ainsi qu’on l’observe également à Lyon91, les marchands rejoindraient au fil du siècle, au moins dans l’ouest, le combat des membres de la bourgeoisie des talents contre la culture classique et érudite. Ils le feraient en prônant une culture fondée à la fois sur le divertissement romanesque ou théâtral et sur une volonté d’information susceptible de les aider à accomplir les actions à venir92. Pour les marchands qui se rendaient en Italie, le souci de se tenir au courant des publications récentes, de s’ouvrir à la pensée éclairée des philosophes et d’accueillir les élans sentimentaux de la seconde moitié du siècle93 constituent sans doute un aspect que les lectures de Raby, de Borel du Bez et d’Émeric David mettent à juste titre en relief. Mais la perception de l’Italie fut d’un autre côté, chez la majorité des marchands, tributaire de continuités qui ressortent mal des inventaires envisagés, exception faite de la persistance des livres de dévotion laissés par Hyacinthe-Marcellin Borel dans le Briançonnais et des dictionnaires de commerce, ouvrages techniques et lexiques découverts chez Raby d’Amérique. Ennemi des ruptures radicales, soucieux de réalisme davantage que de dogmatisme et sans cesse préoccupé par la dimension pratique de l’existence, le marchand cultivait des habitudes transmises dans la boutique ou sur les routes d’Europe, fruit d’une mémoire fiable où se transmettaient des usages et savoirs qui constituaient « l’art de la marchandise » et qui étaient entretenus « par la reproduction répétitive plus que par des jaillissements créateurs »94. S’il n’y a guère trace du Parfait négociant dans notre échantillon95, le marchand qui sillonnait les routes d’Italie n’en était pas moins familier d’une série de manuels anciens ou mis à jour délivrant un savoir pratique. Ainsi en allait-il des brochures du type de celles détenues par Borei sur la manière de cultiver les mûriers ou de soigner les maladies, des traités sur la vertu des herbes, des pierres précieuses et autres merveilles (Albert le Grand), des livres de postes avec leurs indications de distances et leurs listes de foires, des cartes, des lexiques ou dictionnaires pratiques plurilingues, des recueils de monnaies et de poids et mesures, des manuels de calcul ou des conseils pour la rédaction des lettres d’affaires96.

  • 97 D. Julia, « L’éducation des négociants… », cit.

37Il serait utile d’enquêter sur l’éducation reçue par ces voyageurs pour voir si, en contrepoint d’un déclin des humanités classiques qu’annonçait dès 1675 le Parfait négociant de Savary, le double registre mis en valeur par D. Julia fut bien promu dans les collèges fréquentés par les jeunes marchands qui s’apprêtaient à franchir les Alpes : d’une part celui des disciplines utiles à leur métier (histoire, géographie, lecture, écriture et orthographe, langues française et étrangères, arithmétique), d’autre part celui des exercices propres à une formation nobiliaire (musique, dessin, danse, escrime, équitation)97. Nous savons que Borei fut élève au collège des jésuites d’Embrun et Émeric à celui que tenaient les Pères de la doctrine chrétienne à Aix, mais l’analyse nous entraînerait trop loin et à défaut de pouvoir la mener de façon systématique, c’est à travers les journaux et les lettres écrites en Italie que nous tenterons de discerner certains traits résultant de l’éducation. Le fait de voyager pour s’instruire et l’usage de tenir un journal de voyage précis et détaillé sont déjà, de Foucher du Vivier à Raby d’Amérique et de Bergeret de Grancourt à Émeric David, les signes d’un comportement marqué par les règles de la société de cour.

  • 98 Il y aurait entre autre beaucoup à dire sur les préoccupations d’économie dont témoignent certains (...)
  • 99 Note manuscrite de la duchesse d’Harcourt insérée à la fin du Journal d’un voyage en Italie fait e (...)

38Cette combinaison entre la dimension curiale et des pratiques que l’on suppose propres à ceux qui s’occupent du trafic des marchandises rend assurément difficile la mise en évidence de traits ne concernant que le voyage des commerçants. Le souci comptable, l’habitude d’écrire le compte rendu des sommes dépensées pour le transport, la nourriture, l’hébergement ou l’achat de certains objets, le relevé scrupuleux des faits marquants de chaque journée, à commencer par celui des heures de départ et d’arrivée aux différentes étapes, peuvent nous frapper dans les journaux de Raby d’Amérique, d’Émeric David ou de Jordan. Mais il reste que tel ou tel de ces aspects se retrouve à l’identique dans les journaux de M. de Saint-Quentin en 1778-1779, d’un militaire comme d’Herculais en 1781-1782, d’un parlementaire comme M. de Villette en 1789, d’un émigré comme le comte d’Espinchal en 1790-1791 ou d’un naturaliste comme Faujas de Saint-Fond en 180598. Les lamentations sur l’état des routes ou sur les aléas de la météorologie caractérisent l’ensemble des voyageurs. De même, la brièveté de leur séjour nous frappe chez Foucher du Vivier (sept semaines) et Raby d’Amérique (cinq semaines), par contraste avec les voyages d’une durée d’un an ou plus auxquels nous ont habitué la plupart des protagonistes du Grand Tour en Italie, à commencer par les auteurs des guides destinés aux élites, Cochin, Richard ou Lalande. Les marchands ne sont cependant pas les seuls à effectuer de courtes expéditions : le comte de Vienne et son petit-neveu font « le tour entier de l’Italie en trois mois et vingt jours »99, des naturalistes comme Vichard ou Faujas séjournent encore plus brièvement dans certaines de ses parties. Surtout de nombreux autres représentants de la culture marchande demeurent en Italie de six mois et demi (Émeric) à deux ans (Sarasin), et c’est en définitive plutôt cette variété qui constitue la spécificité du voyage des marchands (tableau 14). Nous en saisissons alors un trait distinctif, qui est précisément de ne s’aligner ni sur la temporalité, ni sur la géographie que vulgarisent les récits-guides de Misson à Lalande (chap. 2, fig. 2 à 7), et à leur suite les itinéraires diffusés à partir des années 1770. Certes la classique descente vers Rome et Naples est effectuée par Bergeret, Roland, Émeric et Jordan tandis qu’en réalisant le « voyage à Rome » et en passant par le sanctuaire de Lorette, Foucher se coule dans le moule des itinéraires de pèlerins. Les exemples retenus dans nos cartes (fig. 9 à 11) illustrent cependant à la fois la diversité des objectifs des marchands qui se rendent en Italie et l’empreinte de modèles alternatifs à ceux du Grand Tour des élites cultivées.

Tableau 14. LES VOYAGES DE MARCHANDS ET D’HOMMES DE PROFIT FRANÇAIS EN ITALIE

Tableau 14. LES VOYAGES DE MARCHANDS ET D’HOMMES DE PROFIT FRANÇAIS EN ITALIE

Fig. 9 – (a, b) Itinéraires italiens de Foucher du Vivier et Raby d’Amérique.

Fig. 10 – (a, b) Itinéraires italiens de Bergeret de Grancourt et Émeric David.

Fig. 11 – (a, b) Itinéraires italiens de Jordan et Sarasin

Une géographie propre à l’expérience marchande

  • 100 Le trajet de retour entre Rome et Gênes par Venise laisse à Émeric à peine le temps de respirer. I (...)

39Bien qu’ils ne soient pas représentatifs de toutes les situations vécues par les marchands, trois jeux d’oppositions définissent ici les itinéraires en Italie. Aux voyages courts, limités à Rome ou à la Toscane, s’opposent ceux qui de Suisse ou du Piémont mènent en Sicile et à Malte. Le manque de temps, la volonté de se concentrer sur des villes relativement proches, l’absence de curiosité érudite sont autant de raisons qui justifient un itinéraire réduit (Foucher, Raby, Sarasin). À l’inverse, un esprit d’aventure, la sensibilité aux modes qui poussent à connaître les montagnes ou le Sud de l’Italie, la présence de maisons de commerce à visiter ou le souhait de mener une enquête systématique à travers le territoire expliquent des voyages étendus (Roland, Jordan). Le voyage auquel les plus soucieux d’expérience esthétique pensaient au départ donner la forme coutumière du tour d’Italie peut ensuite être interrompu et perdre certaines de ses étapes. À contre-courant de l’Italie de Misson et de Lalande, les villes du Nord sont sacrifiées par Émeric, que la maladie de sa mère oblige à rentrer au plus vite à Aix-en-Provence100. Elles l’ont surtout été sept ans plus tôt par Bergeret au nom d’un désir de rentabilité. Échaudé à Venise par la difficulté de voir des toiles en bon état, ce dernier prit soudainement conscience de l’inutilité de prolonger le périple vers « Modène, Plaisance, Mantoue, Turin, etc », et décida de « couper » le voyage en gagnant directement Vienne, Dresde et les autres villes d’Allemagne remplies de tableaux et de dessins plus dignes d’être vus. L’argument invoqué pour justifier le changement de route retient l’attention par sa connotation économique :

  • 101 Bergeret de Grancourt, Journal, Venise, 30 juillet 1774, dans Bergeret et Fragonard…, cit., p. 394

Après avoir parcourû la plus grande partie d’Italie et m’être fait rendre compte par gens qui n’ignorent aucune ville de ce que j’aurois à y voir, j’en ai conclu qu’il y avoit beaucoup de murailles et que les villes se ressemblent presque toutes ; que les curiosités y sont rares et que pour un tableau souvent en mauvais ordre, on a fait beaucoup de chemin cher et inutile101.

40Toute conforme que soit la géographie des villes d’art célébrée par Bergeret aux canons du voyage érudit, puisqu’elle comprend Gênes, Rome, Naples, Florence et Venise, la mise en cause d’une partie du parcours traditionnel au nom de l’« utilité » est suggestive. Le troisième jeu d’oppositions nous place quant à lui sur le terrain des déplacements à finalité commerciale. Au séjour dans une ville marchande, Turin, Gênes, Naples, Florence ou surtout Livourne – ville où ne s’arrêtent pas nécessairement les élites du Grand Tour, mais où passent et parfois séjournent longuement Raby, Roland, Émeric, Jordan et Sarasin –, fait pendant la déambulation de foire en foire familière à Borel, à ses oncles, à ses beaux-frères ou à ses associés. Centré sur Alexandrie, Bergame, Brescia, Padoue, Reggio Emilia, Bologne, Senigallia ou Salerne, ce type de mobilité implique une hiérarchie des villes qui n’a plus rien de commun avec celle du Grand Tour.

  • 102 J. Savary, Le Parfait Négociant ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des Marcha (...)
  • 103 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 118r-167v. Ces quelques dizaines de pages (...)
  • 104 Lettre de David (sans doute son oncle) écrite d’Aix-en-Provence le 24 fév. 1781 et adressée à Tous (...)
  • 105 Émeric David, Voyages en 1787. Notes sur l’imprimerie, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5947.

41Par le biais de cette géographie italienne se décèle bien une possible spécificité du regard des marchands. Ceux-ci élaborent des repères urbains en adéquation avec leurs activités dominantes. À côté de celle des foires, les voyageurs marchands peuvent avoir présente à l’esprit la carte de l’Italie que dessine le Parfait négociant de Savary en fonction de « toutes les villes où il y a des Manufactures, & [dont les Français] tirent plus de marchandises qu’il ne s’y en transporte de France » : les neuf villes retenues sont Milan, Gênes, Bologne, Modène, Reggio, Lucques, Florence, Parme et Venise, places qui se distinguent par leurs soies de diverses qualités, leurs velours, damas ou satins, leurs huiles, leurs olives, leurs fromages ou leurs confitures sèches et glacées102. À la suite de Coyer ou de Lalande, les observations de Roland de la Platière contribuent à actualiser l’ancienne géographie productive et commerciale de l’Italie. À sa façon, Émeric témoigne de ce que peut être une lecture de la péninsule en fonction d’un centre d’intérêt lié à une activité économique autre que celle des villes d’art. Les nombreuses pages consacrées dans ses notes aux divers types de vignes à travers l’Italie lui offrent l’occasion de définir depuis la Riviera de Gênes jusqu’aux coteaux de Salerne un ensemble de micro-régions, ayant chacune des caractéristiques climatiques, une qualité de vin, des usages qui lui sont propres en ce qui concerne le temps de la taille, la hauteur et grandeur des arbres, la manière de diviser les ceps en plusieurs bras, les intervalles entre les pieds. Textes latins à l’appui, Émeric donne à ses réflexions la dignité et l’épaisseur d’une mise en perspective historique103. Son oncle David le charge en outre de certaines commissions, notamment à Venise auprès du libraire Sébastien Coleti104. Quelques années plus tard, en 1787, le jeune avocat devenu imprimeur accomplit dans le sud-est de la France, en Suisse et dans le sud de l’Allemagne, essentiellement entre Avignon, Lyon, Bâle et Strasbourg, un voyage qui lui sert à prendre contact avec les imprimeurs correspondants de l’entreprise familiale et à repérer leurs techniques de fabrication. À côté des dates inscrites en marge de son cahier de travail pour ponctuer le voyage, les noms de villes figurent moins souvent que ceux des imprimeurs ou libraires visités. Nous avons là une preuve que la géographie européenne d’Émeric se construisait aussi en fonction d’un réseau professionnel105.

42Les cahiers ou les lettres de négociants visitant l’Italie avec un esprit d’enquête ne présentent certes pas le même point de vue que les lettres envoyées par ceux qui se rendent dans les foires ou travaillent dans la péninsule depuis longtemps. Sans jamais remettre en cause l’utilité des déplacements, les missives de Borel du Bez envoyées de Francfort, de Turin ou d’Alexandrie insistent sur les difficultés de la vie quotidienne du marchand en voyage. Elles disent les joies mais aussi la dureté du travail, mené jusque tard dans la nuit :

Je pars demain pour Milan, juge si j’ai le temps de t’écrire bien au long, il y a deux ou trois jours que je suis assommé d’affaires (de Turin, à sa femme, le 11 sept. 1783).

je n’y faisais pas encore attention [à mon rhume], n’ayant pas de temps à perdre pour faire mes affaires qui me devenoient plus pénibles qu’a un autre par la raison que c’etoit la premiere fois que je frequentois cette foire (de Francfort, peut-être à sa femme en mars 1785).

mes affaires s’avancent, j’ai trouvé d’asses bonne marchandise et qui n’est pas chere, aussi je me suis chargé comme un Bidé, sans ce que j’achepterai encore (de Francfort, à son épouse, le 24 mars 1785).

j’etois tres presse pour arriver à temps en foire d’Alexandrie (de Francfort, peut-être à sa femme en mars 1785).

je travaille tout autant que les autres foires et depuis que nous sommes ici jamais le lit ne nous a vu avant minuit souvent bien longtemps après (d’Alexandrie, à sa femme, le 8 oct. 1786).

me voila par consequent cloué au comptoir (de Turin, à son épouse, le 9 déc. 1786).

  • 106 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, A. D. Hautes-Alpes, Ms F 3484-16, ff. 11v-12v ; Correspondance (...)

il faut tout enregistrer, expedier les comptes dans les differentes villes ou nous en mandons, et tout cela c’est moi qui dois le faire […] Juge a present s’il m’etoit possible de quitter, et vois si je t’en imposois quand je te disois que les affaires me retiennent ici (de Turin, à sa femme, non daté mais sans doute de 1787)106.

  • 107 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 11v-12r.

43Nous sommes loin de la vie festive et mondaine menée par les nobles étrangers à Rome ou Naples au cours de leurs séjours d’un ou de plusieurs mois et les contraintes évoquées par Borel définissent une façon de voyager située aux antipodes des spectacles et des divertissements de salon. Sauf dans le cas, encore une fois, où l’apprenti négociant mène comme Jordan une double vie commerçante et mondaine, le voyage du marchand ne tolère pas la perte de temps. Il est marqué par le continuel mouvement des opérations d’achat et de vente, les exigences d’une comptabilité à remettre sans cesse à jour, le poids physique des marchandises, le souci de ne pas rater le début d’une foire ou l’obligation d’ajourner un retour au pays en raison de la surcharge de travail. Une faible place y est accordée aux éléments du décor urbain ou à la vie des habitants, à moins qu’ils n’entrent en rapport avec l’activité du commerçant. Borel juge ainsi que ce que Francfort a « de plus remarquable » est « son heureuse situation sur le mein riviere navigable et qui la rend vivante », tandis que l’étonne à une demi-lieue de là le village de Boznen, où quatre-vingt pour cent des maisons sont composées d’auberges, de cabarets, de tavernes et de gargotes dans lesquels affluent « de malheureuses prostituées »107.

  • 108 A. Young, op. cit., p. 948.
  • 109 E.-G. Fazio, art. cité.

44Si ceux qui se déplacent pour affaires s’attardent peu sur les monuments des villes qu’ils traversent ou n’en retiennent qu’une image fugace, ils sont en revanche sensibles aux événements qui menacent de bouleverser l’équilibre des échanges. Dans l’Italie de la période révolutionnaire, les marchands qui ne profitent pas directement de la fourniture de vivres aux armées expriment leur grand désir de paix. Dès septembre 1789, un marchand bordelais de retour d’Italie que rencontre Arthur Young à Nice se plaint de la réputation que la Révolution faisait à la France en Italie : « ’Malheureuse France !’ telle était sa fréquente exclamation. […] Il se plaignait amèrement de la conduite de certains meneurs de l’Assemblée nationale, qui semblaient déterminés à la banqueroute et peut-être à la guerre civile. »108. Tout au long des années suivantes, les lettres de Félix Sarasin ou de Frédéric Tansard lui font écho. Le premier rend compte à son père des bouleversements que les événements français provoquent dans le monde de la finance génoise et au sein des maisons de commerce de Livourne entre 1789 et 1791109. Le second témoigne de l’esprit de modération qui caractérise les marchands, désireux de s’accrocher aux chances de paix à chaque fois que celle-ci se profile à l’horizon. C’est le cas en novembre 1794 : « L’on nous fait espérer une paix prochaine […] cet evenement seroit on ne peut pas plus heureux, & l’on verroit reprendre les affaires avec fureur ». C’est encore le cas deux ans plus tard, en mai 1796 :

  • 110 Lettres de Frédéric Tansard à son père Pierre Tansard, 18 nov. 1794 (de Livourne à Gênes) et 11 ma (...)

[…] l’espérance d’une paix prochaine soutient les esprits, Dieu fasse qu’elle soit générale, car il y a bien long tems que souffre l’humanité. Le commerce s’en ressent, & la maniere de travailler devient tous les jours plus épineuse, la confiance manque de plus en plus vu les derangemens qui se succèdent, & si une main puissante ne vient pas mettre fin à tant de maux je ne sai en vérité comment l’on fera pour aller en avant.110

  • 111 Sept lettres de M. Regny, de Gênes, ou de son fils « Regny fils aîné », adressées à M. Tansard, à (...)

45La place que les vicissitudes de l’actualité politique et militaire occupent dans la correspondance entre un certain M. Regny et Pierre Tansard, le père de Frédéric, au cours de l’année 1796, ou encore dans celle entre Pierre Gravier et sa sœur Charlotte, épouse de Hyacinthe-Marcellin Borei, montre qu’elles sont un sujet de vive préoccupation pour tous les commerçants français ou d’origine française qui demeurent à cette époque en Italie111. Ce n’est pas ici, bien sûr, une particularité des Français résidant dans la péninsule au cours des années 1792-1800, mais les effets dévastateurs de la Révolution sur les relations commerciales entre le Dauphiné et l’Italie ont été suffisamment soulignés par P. Léon pour que nous frappe le cri d’alarme de ces marchands.

  • 112 Lettre de Marcellin Borel à son épouse, de Francfort, 24 mars 1785, dans Correspondance reçue par (...)
  • 113 Un exemple entre mille : « J’ai trouvé les routtes dans un état si affreux, j’ai eu du temps si ab (...)
  • 114 Lettre de Marcellin Borel à son épouse, d’Alexandrie, 8 oct. 1786, dans Correspondance reçue par C (...)
  • 115 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 8v-10r (où se trouve notamment l’expression de « t (...)

46Dans les écrits du marchand qui voyage pour acheter et pour vendre, le primat des affaires constitue un filtre si puissant que l’Italie finit par ne guère se distinguer des pays voisins. Cette tendance à l’appréhender comme un no man’s land, comme une sorte de fond anonyme du décor, se vérifie dans le registre de la logistique. Les difficultés de langue, qui gênent tellement Borei à Francfort, disparaissent de toute évidence pour lui en Italie. Une anecdote qu’il rapporte au sujet d’un marchand allemand ayant coupé toutes les pièces de tissu en quatre alors que Borel lui demandait « un échantillon de chaque pièce » suffit du reste à faire comprendre l’importance que l’usage de la langue du pays revêtait pour le commerçant, s’il voulait obtenir ce qu’il désirait112. Quant aux autres obstacles matériels, pluie, froid, mauvais état de la route, difficulté à trouver des chevaux, mauvaises auberges, le marchand les rencontre sans doute au même degré que les autres types de voyageurs113. Il s’expose toutefois davantage à accomplir un « très pénible voyage » lorsqu’il sort de son espace de circulation familier. L’horizon est calme pour Borel quand il se fait envoyer la jument de Briançon à Suse lors de ses retours de Turin au Bez. Aucune déconvenue ne le menace en se rendant à Alexandrie par une route dont il connaît tous les recoins, puis dans l’auberge où il passe son dimanche à écrire parce que « depuis qu’on a lessé toutes les fettes dans ce Païs, on est plus rigoureux sur l’observation du dimanche, on ne nous permet que d’ecrire, aussi ecrivons tout le jour »114. En revanche, à l’occasion de son périple en Suisse et en Allemagne, il dit sa crainte des aléas du chemin et des voitures fournies par les maîtres de postes, se soucie de l’hygiène dans l’auberge de Soleure ou se souvient avec une vague fierté de l’épisode où son cheval manqua jeter sa voiture dans le Rhin en traversant le pont de Mayence115. De là à en déduire que les marchands redoutent l’aventure et préfèrent les lieux connus à ceux qu’ils ne connaissent pas, le pas est vraisemblablement trop vite franchi. Du moins le sens du confort, le goût de l’habitude et la crainte des situations imprévues pouvaient-ils caractériser certains d’entre eux aux yeux de ceux qui les croisaient, comme le suggère le portrait caricatural et sans concession que se plaît à tracer Émeric David d’un négociant lyonnais rencontré à Voltaggio, près de Gênes :

  • 116 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 90v-91r.

Je me trouve ici en compagnie d’un homme qui dit que notre auberge est mauvaise : il faut que cela soit pour qu’il le dise. Pour moi je ne m’en étois pas apperçu.
Ce mien compagnon est un négotiant de Lyon, si je ne me trompe natif du Dauphiné, agé de 50 ans, gras et trapu, qui voyage en course [bourse ?], et en bas de soye [une ligne est ajoutée au-dessus de la ligne normale : lave ses mains et ses pieds, se fait la barbe avec de l’eau chaude, craignant le froid, le chaud, la bise, les mauvais lits et la mauvaise chere, inquiet, grondeur, [rageant ?] sans cesse contre le temps, les voituriers, la voiture, les chemins, les cameriers et les auberges… que diable fait un homme comme celui-là hors de son pays ?
Il s’est fort irrité de ce qu’on lui a proposé de souper avec son voiturier, et m’a oté de la compagnie du mien pour m’admettre à sa table : mais en vérité qui montre tant de mépris pour la [91r] compagnie d’un voiturier, ne me flatte pas beaucoup en me préférant, je vois bien que c’est le galon de mon manteau et ma culotte de velours qui me procurent le sublime honneur de souper avec ce monsieur-là116.

  • 117 Cf. sur ce thème V. Feschet, « S’écrire en famille, des sentiments déclinés. La correspondance rur (...)
  • 118 Lettres de Giuseppe à Carlotta Borel, d’Alexandrie, 20 avril 1784, et de Turin, 18 oct. 1784, dans (...)
  • 119 L’état de santé est l’un des sujets favoris de la correspondance des voyageurs marchands, et le «  (...)
  • 120 Frédéric Tansard dit ainsi à son père « toute la joie qu’éprouverait ma sœur si elle avoit le plai (...)
  • 121 Émeric David, Voyages en 1787…, Ms cité, ff. 29v-30r.
  • 122 M. Garden, Lyon et les Lyonnais…, cit., p. 461.

47La place très secondaire qu’occupent les réalités de la péninsule dans l’esprit d’un certain nombre de marchands, en dehors bien sûr du domaine commercial, se retrouve lorsqu’on aborde le registre affectif et familial. Cet aspect est de ceux qui rendent le mieux compte de la façon dont les individus allant en Italie pour leurs affaires vivaient leur quotidienneté. Le grand nombre de lettres échangées de part et d’autre des Alpes atteste l’importance du lien épistolaire dans la vie des familles séparées par le voyage et la migration117. C’est que par-delà sa fonction économique le réseau des êtres proches, père, mère, épouse, frère ou beau-frère, cousin, constitue le plus efficace des remparts contre la nostalgie ou le sentiment de solitude qui étreint le voyageur. Même s’ils parlent les deux langues et que Charlotte Borel est félicitée par le serviteur Giuseppe pour la qualité de son italien118, les marchands privilégient nettement l’ici sur l’ailleurs, la famille ou la patrie d’origine sur le monde extérieur, c’est-à-dire sur les habitants du pays étranger où ils se trouvent. Ils s’écrivent pour donner un signe de vie, remercier des informations reçues, parler des morts, des naissances et mariages, évoquer une santé souvent chancelante119, faire état des projets de départ, du rythme des affaires, du bon déroulement d’une expédition, parfois aussi pour charger le destinataire d’une commission de nature commerciale. Les lettres de Sarasin disent la vénération qu’il porte à son père et celles des fils Tansard ou de Bruny dénotent presque autant que chez Borel, quoique sans rhétorique, le goût pour les réunions familiales120. Raby lui-même, marchand cosmopolite, semble être content de retrouver le Dauphiné au retour d’Italie. Valorisant l’attachement aux siens, Émeric s’enthousiasme pour les montagnes de Provence et cite à diverses reprises dans ses notes les femmes qu’il a laissées à Aix-en-Provence, Zéphine et Eucharis. Si la vision d’un ancien champ de bataille comme celui de Marignan suscite les classiques élans de patriotisme, ce sont surtout les émotions familiales qui saisissent Émeric quelques années plus tard à Kehl, « dans cette ancienne forteresse où Estienne David, notre grand oncle, est mort commendant, et auprès de laquelle peut-être ses deux fils furent tués dans la meme bataille […] [on avait dû ne] confier le commandement [d’une telle place] qu’à un homme d’un merite reconnu ». La mémoire familiale se nourrit sur les bords du Rhin du renom des imprimeries qui y prospèrent, car ces dernières assurent un pont avec l’activité de la famille aixoise : « Une des plus belles imprimeries de l’Europe est dans les lieux où commanda le fils et le frere d’un imprimeur »121. Une telle glorification de ses ancêtres par un représentant du monde du négoce rappelle la façon dont certains marchands lyonnais cultivaient dans les almanachs et les livres d’histoires de leur ville la mémoire de la lignée dont ils étaient issus ou leur propre prestige personnel122.

  • 123 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 8v-10r et 11v.
  • 124 Le repas était pour le négociant vital et la compagnie l’aidait à manger davantage. Les aubergiste (...)

48Éloigné des siens, le marchand est au cours de ses périples un habitué des auberges. Bien davantage que l’homme du monde, il s’accroche à la sociabilité de ces dernières pour se délasser des fatigues de la route. Ici se tissent pour le meilleur et pour le pire les solidarités entre gens du même métier. Dans une auberge de Soleure, en Suisse, Borel essuie les plaisanteries de ses compagnons et plus tard, à Francfort, il relate ce que lui ont dit d’autres négociants sur une foire « qu’ils connaissent depuis longtemps »123. À la faveur des repas, qui sont pour lui un moment important124, le marchand entre en contact avec des inconnus de sa condition ou un peu au-dessus, et il les mentionne parfois dans son journal. Foucher du Vivier évoque sa rencontre « à la dinée de Montmelian » avec « un père de famille venant de Constantinople par mer et par terre ». Émeric David dit le plaisir de se trouver à table au milieu d’une compagnie cosmopolite dans les Marais Pontins :

  • 125 Foucher du Vivier, extrait du journal repris dans A. Brolles, art. cité, p. 85 ; Émeric David, Not (...)

Nous sommes cinq qui mangions ensemble ; un flammand (sic), un Parisien, un Provençal, un Lombard et un Napolitain. Cela fait une bien curieuse société, je voudrois y joindre un Anglais et un Turc asiatique, un lapon et un aethiopien. La progression des caractères est admirable entre nous. il n’y a que moi qui depare un peu la compagnie, parce que je suis un peu moins Provençal que chacun de mes compagnons n’est de son pays125.

  • 126 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, f. 4r ; Panet-Trémolière, Fragmens de mon Voyage à Nap (...)

49Chez le marchand pointe aussi, en marge des auberges, le stéréotype de la femme facile, vouée au caprice, à l’ambition et à la passion immédiate. Les écrits de collégien de Borel en offrent un exemple modeste. Plus tard, le journal lyrico-libertin du Champenois Panet-Trémolière montre vers quels émois sentimentaux peut conduire cette vision du « beau sexe », qu’il soit italien ou non, de Livourne ou de la campagne siennoise126. La solitude affective et l’ennui de voyager seul n’en demeurent pas moins le vrai drame du marchand lorsqu’il ne jouit pas, comme Foucher, Raby ou Bergeret, de la présence de compagnons, ou reste étranger aux plaisirs du théâtre, des bals et des rencontres mondaines qui en revanche sont familiers à Jordan et même à Félix Sarasin. Le meilleur témoignage de cette souffrance qui peut se transformer en mélancolie est encore une fois donné par Borel, lequel supporte fort mal la solitude. Il s’en plaint au retour d’Allemagne, se trouvant « beaucoup mieux » qu’avec la poste dans la voiture que lui a prêté un négociant de Nîmes, mais ajoutant qu’« aussi avois-je tout lieu de m’ennuyer car j’etois seul ». Occupant ses soirées piémontaises à faire les comptes, à lire ou parfois à écrire, il finit par véritablement exploser dans un courrier de plusieurs pages à son épouse, désormais lasse de ne pas le voir revenir dans le Briançonnais :

  • 127 Borel du Bez, lettre non datée à son épouse, sans doute de 1787, dans Correspondance reçue par Cha (...)

crois-tu que ce soit par plaisir que je fasse des absences si longues, j’en souffre peut-être plus que toi, mais je devore en rugissant l’ennuy qu’elles me causent, si tu crois ma vie plus belle que la tienne tu te trompes, je te l’ai dejà dit, et je le repete, tu a (sic) au moins un moïen de consolation dans nos enfants que tu peux presser contre ton sein chaque fois que ton cœur le desire, pleurer meme en les embrassant, mais moi qu’un cruel destin tient toujours malgré moi – éloigné de ce que j’ai de plus cher, dans une ville etrangere [36v] seul au milieu d’un grand monde, perclus chez moi comme un hermite, n’en sortant que pour aller prendre mes repas, dis-moi quelle est la satisfaction que je puis avoir, conçois-tu que cela soit un bonheur127.

L’ouverture à la connaissance de l’Italie

50Doit-on, de tout ce qui précède, déduire que les marchands vivaient repliés sur leur univers et que l’Italie comme territoire à découvrir restait résolument absente de leurs écrits ? Le souci professionnel l’emportait-il à ce point sur celui du pays qu’ils sillonnaient ? En passant de l’étude du sujet voyageur à la lecture de la péninsule qu’effectuaient les marchands en voyage, la distinction doit à nouveau être opérée avec netteté entre le voyageur qui relate ses activités commerçantes, ne rencontrant qu’au hasard de la route une ville dont il évoque parfois les monuments, et celui qui tout en provenant d’un milieu négociant a choisi d’effectuer un périple destiné à son éducation et à son amusement. Le mélange des genres, répétons-le, caractérise de nombreux voyageurs marchands. Marcellin Borel examina sans doute au retour de Francfort la cathédrale de Strasbourg, si l’on en juge par la présence d’une Description de cette cathédrale qui était plus qu’une simple feuille puisqu’elle est évaluée à la somme de 2 livres dans l’inventaire briançonnais. À Gênes, où plus tard il travaillera, Pierre Gravier narre en 1785 dans une lettre à son beau-frère Marcellin Borel le plaisir de la découverte des monuments :

  • 128 Lettre du 10 mai 1785, de Gênes, A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, f. 438r.

aujourd’hui j’ai déjà vu en outre qques beaux palais, en dehors, et demain j’irai voir le dedans des plus magnifiques j’ai aussi été au-dessus de la coupole de l’église de Carignan, de meme qu’au sommet de la lanterne ou il y a 350 degrés […] à monter ainsi jugez si de dessus cet hauteur j’ai vû loin en mer128.

  • 129 Émeric David, Voyages en 1787…, Ms cité, ff. 23v-26r.

51Émeric mêle ses activités de libraire aux jouissances vénitiennes et les finalités très techniciennes de son voyage de 1787 en Suisse ne l’empêchent pas de visiter à Berne la cathédrale, d’évoquer la figure de Guillaume Tell et de commenter les mœurs ou le système de gouvernement en vigueur à Zurich129. Jordan ajoute à son voyage d’affaires un voyage d’agrément. C’est toutefois dans les journaux où le voyageur réfléchit et présente de façon explicite le récit de sa déambulation que l’on saisit le mieux l’articulation entre le regard typique des nobles et gens de lettres, marqué par une culture classique et érudite, privilégiant les villes, et un regard plus analytique et concret, modelé par l’horizon de la pratique marchande. Pour cela, il nous faut délaisser l’horizon des livres de compte et problèmes familiaux et examiner de plus près les textes écrits par Foucher du Vivier, Raby d’Amérique, Bergeret de Grancourt, Roland de la Platière, Émeric David et Antoine-Henri Jordan.

  • 130 Cf. supra, chap. 5.

52Considérant tout à la fois le moment de l’impact avec l’Italie et les sensations égrenées au cours de la pérégrination, nous pouvons nous demander si les mêmes facteurs d’empêchement du regard sur l’Italie que nous avons relevés dans les guides et récits des élites du Grand Tour sont à l’œuvre chez les voyageurs marqués par la culture marchande. Leur géographie de la péninsule est-elle aussi éclatée, valorise-t-elle les réalités et les caractères locaux, ou bien une vision globale de l’Italie se manifeste-t-elle chez eux plus précocement que chez les autres voyageurs, fût-ce en entraînant de nouveaux stéréotypes ? Ces voyageurs prennent-ils tout aussi faiblement en compte les paysages situés entre les villes, sont-ils tout aussi méfiants que leurs contemporains, voire hostiles, à l’égard des zones incultes ou médiocrement cultivées, des montagnes ou de la mer ? Ressentent-ils avec netteté l’entrée dans l’espace italien ou ce passage demeure-t-il brouillé par l’existence d’une zone tampon entre la Savoie, le Dauphiné, le Piémont et la Ligurie, espace où ceux qui pratiquent le commerce se sont eux-mêmes sentis pendant longtemps chez eux ? À ces questions, il a déjà été en partie répondu lorsque nous avons évoqué la part obscure prise par Raby d’Amérique, Roland de la Platière et Émeric David dans la genèse d’un « émoi italien »130. Outre que le regard érudit est dans le cas de nos marchands ou financiers légèrement moins prégnant que pour la majorité des voyageurs cultivés (y compris chez Bergeret et même chez Émeric), les motifs d’empêchement d’une vision actualisée du territoire italien paraissent bien s’atténuer au profit d’une tendance à s’ouvrir largement sur les dimensions du présent.

53Cette disponibilité tient tout d’abord au primat accordé à l’observation concrète. Il en résulte une propension à approcher l’Italie en fonction de critères économiques et non pas uniquement à travers le filtre de l’histoire et de la richesse en œuvres d’art. Les écrits marchands décrivent les villes en recourant à des paramètres familiers où l’on reconnaît ceux qui jadis avaient été mis en valeur dans le Parfait commerçant. À côté de Cadix, Lisbonne, Amsterdam, Marseille, Londres, Bordeaux ou Nantes, divers centres italiens prennent place, qu’il s’agisse ou non de ports maritimes. Tout comme celle de Gênes ou de Milan, l’économie de la capitale toscane est présentée dans le Journal de Raby par un marchand qui (à l’instar de Roland quinze ans plus tard) connaît son fait :

  • 131 Raby d’Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie, parti [de Grenoble] le 7 mars 17 (...)

Florence est une ville de grand commerce, il y a de riches et bonnes maisons dans le commerce, outre le commerce de commission, étant l’entrepôt d’une partie de l’Italie. Il s’y fabrique une quantité de soie considerable, fort belle, le souverain en deffend l’exportation en ecru, ce qui fait qu’on y œuvre en étoffe de soie unie, comme taffetas, gros de Naples &c, leur couleur noire est supérieure à celles de France131.

  • 132 Ibid., f. 20r.
  • 133 Raby, Journal…, Ms cité, f. 5v ; Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 3v.
  • 134 Raby, Journal…, Ms cité, ff. 12r-13v.

54Dans ce contexte sont prises en compte de récentes évolutions, d’où le tableau mitigé que le même Raby offre de l’économie génoise132. Les paysages intercalaires sont de leur côté loin d’être délaissés et Raby comme Émeric manifestent à l’égard des campagnes, qu’elles soient cultivées ou non, une attention digne des enquêteurs et statisticiens de l’Empire. Dès les rives de l’Isère le premier relève l’existence de « terres de raport » sur 24 lieues près de Vinay, tandis qu’Émeric juge entre Brignoles et Fréjus que « voilà des troncs d’arbres abatus qui se vendraient très bien, s’ils étoient près d’une ville ; ils en sont loin, ils pouriront… »133. Les considérations sur le climat et sur la qualité des sols, sur la diversité des cultures et sur les efforts nécessités par l’édification des terrasses, sur la capacité des paysans à travailler le velours tout en entretenant les oliviers et la vigne, qui exigent moins de soins constants que le blé, le chanvre ou les prés, se conjuguent chez Raby avec une tentative d’explication de la fermeté du velours de Gênes par rapport à celui de Lyon, de la cherté des prix en Ligurie et du grand nombre d’habitants en dépit de l’ingratitude du sol, notamment d’enfants et de mendiants134. Fondées sur une observation de ce que le voyageur a vu de ses propres yeux entre Nice et Gênes, de telles remarques visent à expliquer les équilibres humains et à comparer la région décrite avec les autres pays que le voyageur connaît.

  • 135 Par leur habitude de noter précisément les dépenses effectuées dans des carnets de route, les marc (...)

55Un second trait caractérise le regard du marchand sur l’Italie : la précision. Même si, nous l’avons dit, ce trait de comportement ne lui appartient pas en propre, il existe un modèle comptable dans lequel le marchand est particulièrement à son aise. Cette précision opère à de multiples niveaux. Elle consiste à enregistrer les temps de parcours, heures de départ et d’arrivée, distances entre les lieux, noms des auberges et adresses de négociants, modes de transport utilisés et prix des courses, éventuellement à indiquer les tarifs sur lesquels le voyageur s’est accordé après une discussion plus ou moins longue avec le voiturier ou le patron d’une felouque135. Tandis qu’Émeric rédige régulièrement des listes récapitulatives de dépenses, correspondant à chaque portion de son voyage, et que Jordan consigne jour après jour les noms des personnes qu’il a contactées, les usages en matière de logement, ses propres dépenses et les évolutions du change, les conditions pour le passage de la douane et surtout la liste de chacun des lieux visités, y compris le magasin de porcelaine de Naples ou les fabriques de couvertures de Tropea, Raby se livre en quelques lignes à la fin de son journal à des opérations de calcul qui ne sont pas sans évoquer les livres de compte :

  • 136 Ibid., f. 47r.

En tout 321 lieues. Pour £ 581"2. Pour 2 maîtres et un domestique ./. il en aurait autant couté pour un seul. Résumé. Nous sommes partis M. Bernon & moi le 7 mars 1764. Nous sommes arrivés le 13 may. Ce qui fait 67 jours d’absence ; il y a £ 581. de fraix de voiture. Pour environ 30 jours de marche, il nous en a couté en nourriture ou autres fraix seuls relatifs au voïage, sans aucuns achat, environ £ 1200. pour nous deux, ce qui fait environ £ 1800 ./. et par conséquent environ £ 27. par jour pour 2 maitres & un domestique, il est même prudent de compter sur 30 £ par jour ./. On peut se pourvoir pour le voïage d’italie de celui par Cochin et avoir soin de ne prendre que des sequins de Florence et de Pauls, monoie generalle-ment, courante partout ; Faire son prix en arrivant à chaque auberge./.136

  • 137 Écrit à Naples, 18 avril 1774, dans Bergeret et Fragonard…, cit., p. 296. Cf. aussi à Venise ; « J (...)
  • 138 Sur le rapport entre Bergeret et ses lectures, cf. L. Norci Cagiano de Azevedo, « Originalité et l (...)
  • 139 Bergeret définit ainsi son esthétique de la clarté : « Le coup d’œil, les tableaux bien tenus, et (...)
  • 140 Raby, Journal…, Ms cité, ff. 18v-20r. Cf. : « La carte géographique indique la grandeur de cet Éta (...)

56Bergeret de Grancourt, à l’inverse, n’évoque jamais aucun prix. En grand seigneur, le financier cultive une précision d’un autre genre et dicte à son secrétaire un compte rendu de chaque journée en indiquant à côté de certains horaires ou distances parcourues les personnes rencontrées et celles qu’il a invitées à dîner, les objets qui lui ont fait plaisir et ceux qui l’ont frappé « plus particulièrement »137. Soucieux de ne pas répéter les descriptions des guides et se sachant impuissant à tout dire, il trace clairement les limites de son discours en renvoyant aux ouvrages de Cochin et de Lalande : « Pour la plupart des tableaux je renverray au détail fort bien fait par M. Cochin et par M. de la Lande, sans quoy cela demanderoit des volumes de ma part que je ne peux entreprendre » (écrit à Gênes, p. 112)138. Il n’en témoigne pas moins d’une vigilance critique, s’étonne de ce que Cochin n’ait rien dit du palais Doria à Gênes, doute que La Condamine et Lalande aient eu « assés d’usage de cavalerie » pour estimer le meilleur temps que pourraient employer les chevaux engagés dans la course du carnaval romain (p. 230), met en cause le jugement favorable de Lalande sur le palais Spada à Rome (p. 260-261) et s’en prend aux exagérations commises au sujet de la « fameuse galerie de Florence » où, en dépit des « belles choses » qu’elle contient, « le coup d’œil et le détail rte répondent pas à l’idée que je m’en étois fait » (p. 368). Ayant besoin de voir les œuvres en pleine lumière, Bergeret ne supporte pas les églises sombres et se lamente à Venise de ce que les tableaux « presque tous ont poussé au noir ou bien se sont tellement gâtés par l’humidité que l’on ne peut les voir » (p. 385). Dans son désir d’approcher les objets, l’amateur d’art se bat contre l’obscurité et prône une visibilité maximale qui correspond à son sens du concret et au besoin de toucher les objets pour s’en faire une idée correcte. Proche des idéaux de l’homme de science, cette méticulosité débouche sur une apologie de la mise au musée139. Habitués à l’approche comptable, les négociants empruntent par ailleurs volontiers à Lalande son goût pour la mesure exacte des marches d’un monument ou du temps de parcours d’un cheval, lequel dérive d’une très ancienne pratique des voyageurs. De la quantité de tableaux qu’elles détiennent au montant des droits perçus pour les marchandises, ils souhaitent enfin quantifier la richesse des villes traversées, sans toujours y parvenir. Le revenu de la République de Gênes, les sommes dont dispose la Banque de Saint-Georges, le nombre de ses actionnaires ainsi que celui des sujets de cette même République demeurent pour Raby un « mystère », sans doute source de fascination, la réticence vis-à-vis des enquêtes approfondies tenant en partie au caractère marchand de l’État génois140.

  • 141 Cette remarque est tirée du Journal de mon voyage d’Italie du chevalier d’Herculais (Bib. Munic, d (...)

57L’idée d’utilité est le troisième trait susceptible d’orienter la perception que les marchands ont de l’Italie. Moins que dans les commentaires génériques sur le « plus grand concours de négocians de différentes nations » qu’offre une ville comme Livourne141, l’œil du marchand se décèle dans le partage qu’il établit entre les choses qui se voient et celles qui au contraire lui semblent inutiles parce qu’elles ne sont guère visibles. En dépit de son penchant pour les lettres et la réflexion philosophique, Raby oppose à Florence d’un côté la galerie des Offices avec ses sculptures, émaux, tableaux et bronzes, de l’autre la bibliothèque publique qui n’est « pas aussi magnifique a beaucoup près que le reste » avec ses « 40 mille volumes en tout genre, mal reliés » et « cinq mille Manuscrits plus inutiles que Necessaires » (ff. 27v-28r). Un tel jugement ne doit pas surprendre chez l’un des futurs donateurs de la bibliothèque publique de Grenoble et les pages sur Milan l’éclairent, où Raby révèle le caractère à ses yeux indispensable de toute mise en valeur du travail accompli. Les 60.000 volumes et 10.000 manuscrits de la bibliothèque publique de Milan le déçoivent, car n’étant « presque tous couverts qu’en parchemin, cette épargne ote tout l’éclat d’une biblioteque » (f. 37r ; c’est moi qui souligne). De même blâme-t-il ceux qui ont engagé la construction du Dôme en premier lieu parce que « l’ouvrage une fois fini […] le plus beau, le plus recherché, le mieux travaillé de cette montagne de marbre ne paroitra de nulle part, il faudra toujours gravir dans les nues pour le voir », en second lieu parce qu’il aura à la fin coûté trop cher : « il étoit fort inutile de donner un dessein si chargé, pour l’exécution duquel il faut les revenus de plusieurs royaumes et le temps de plusieurs siècles » (f. 36v ; c’est toujours moi qui souligne).

58Un semblable souci de clarté et de rationalité guide la manière dont Bergeret parcourt les « quelques points principaux » de la ville de Naples (p. 293) ou le « coup d’œil général de la situation » qu’il s’offre à Venise avant de « parcourir avec détail » la ville le lendemain (p. 381). Plus encore que chez Lalande domine chez Bergeret une volonté de rentabilité du temps que le financier amateur d’art consacre à ses visites. Si les tableaux de Capodimonte lui apparaissent « avec peu d’ordre et sans bordures », il reconnaît que « cependant il y a de quoi occuper un amateur et connoisseur en tableaux » (p. 297 ; c’est moi qui souligne). Partout le tiraille le souci « de ne pas perdre de tems » (à Florence, p. 371). Il regrette qu’on ne l’ait pas averti du peu d’intérêt que présente Caserta, où l’on ne voit « qu’une masse énorme et embarassée de pierres comme est d’ordinaire un bâtiment », car « je me serois bien gardé d’y aller, et j’aurais mieux employé ma journée » (p. 298 ; c’est moi qui souligne). À Venise, la visite de l’arsenal « est fort longue et demande du temps » (p. 384) ; Bergeret voudrait également se mettre en course « dès le matin, mais dans tous ces pays cy, on […] se lève très tard, ce qui rend inutile de s’y prendre de si bonne heure ; on ne trouverait personne » (p. 388 ; c’est moi qui souligne). S’il quitte peu après l’Italie « pour mieux employer [son] tems et [son] argent » (p. 393), il n’en déplore pas moins à Vienne et dans les villes d’Allemagne la fermeture des galeries le dimanche, car « cela fait pour les étrangers un jour vuide et sans ressource » (p. 408-409 ; c’est moi qui souligne). Ces diverses allusions trahissent une préoccupation d’efficacité maximale dans la gestion du programme de visites et elles ne sont pas sans évoquer le combat que menaient les autorités civiles et même ecclésiastiques contre l’abondance des jours chômés. Le même esprit préside au choix de guides conçus comme garde-fous contre les risques d’un temps mal employé. Tout en se servant avec une attention scrupuleuse des ouvrages de Cochin et de Lalande, Bergeret cherche à découvrir à son arrivée à Naples des gens d’art « pour nous aider à reconnoitre les choses curieuses » (p. 293). La présence à ses côtés de Fragonard est en outre « nécessaire » et « très utile » (p. 67), car ces « yeux très connaisseurs » et « meilleurs que les [siens] » (p. 260 et 382) lui permettent de ne pas se tromper dans les appréciations qu’il porte sur les tableaux ou les architectures. Les dessins de cet artiste sont aussi une mémoire du périple effectué autant qu’une production à haute valeur commerciale. Lorsque de retour à Paris le peintre veut les reprendre, le financier regrette de lui avoir fait don ainsi qu’à son épouse d’une année de voyage, comme s’il s’agissait d’un investissement n’ayant pas rapporté les fruits qui en étaient au départ escomptés : « je ne nome pas ces compagnons de voyage, car ils en étoient indignes et ne m’ont été d’aucune ressource » (p. 67 ; c’est moi qui souligne).

59S’il est vrai que depuis longtemps les voyageurs marchands utilisaient les livres de postes avec leurs indications de distances et quelquefois de coûts, les ouvrages condensés du type de ceux de Dutens ou de Cassini n’en fleurissent pas moins, nous l’avons dit, au cours des années qui suivent le voyage de Bergeret. Ces derniers ont pour but d’éliminer les obstacles susceptibles de se dresser sur la route des voyageurs. Ils visent à satisfaire un besoin de commodité dont Bergeret lui-même témoigne de façon paradoxale, puisqu’il ne se plaint presque jamais de l’état de la route, des lits ou surtout des repas dans les auberges : soucieux d’autonomie, désireux de n’être retardé au cours de son voyage par aucun désagrément, il s’est doté d’une berline confortable et avec l’aide de son cuisinier il dispose toujours de ce qu’il faut pour manger. Cela lui permet de rester insensible à l’état des auberges, même à l’absence de nourriture dans celle de Radicofani, sur la route entre Sienne et Rome : « Nous sommes dans la seule auberge qu’il y ait, qui est très vaste, très commode ; lits passables, rien à manger, mais au moyen de nos provisions nous ne manquons de rien » (p. 132).

  • 142 Dans ce cadre s’inscrit l’épisode de la fuite de M. Bromerel, parti en laissant de grosses dettes (...)

60Par-delà ce mode de voyage idéal, marqué au sceau de l’utilité et de la volonté d’indifférence vis-à-vis des aléas de la déambulation que dessine en filigrane le journal de Bergeret, la manière de regarder propre au marchand se définit enfin par référence au métier qu’il exerce. L’attention à la fonction commerçante des villes a déjà été signalée : de Raby d’Amérique à Félix Sarasin, l’économie génoise est soumise à l’observation critique. Esprit éclairé, auteur des Lettres politiques et critiques sur des principes économiques pour la France…, le premier la perçoit comme bloquée et paralysée en raison d’un glissement « de l’économie vers l’avarice » (f. 19v), qui empêche par exemple Doria de dépenser ne serait-ce que le sixième de son revenu : « que d’argent en tout, que de tort au commerce ! » (f. 21v). Pour le second, plongé dans l’expérience des affaires au début de la Révolution, le monde de la finance génoise révèle à la faveur des événements son vrai visage, c’est-à-dire ses fragilités et ses pratiques pas toujours honorables142. L’inspecteur des manufactures Roland de la Platière passe de son côté en revue les différentes villes d’Italie et analyse la situation de leur commerce en énumérant les marchandises qui y sont produites et celles qui s’échangent dans leurs foires. Parfois émerveillé, comme à Milan, à Vérone ou à Livourne, il est fort attentif aux signes de déclin ou aux redistributions qui s’opèrent entre les lieux de provenance de certains produits étrangers, notant par exemple le prestige croissant et le coût moindre de la « marchandise d’Angleterre ».

  • 143 Émeric avait d’abord écrit : « comme du plomb » (Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 11v).
  • 144 « Il y a quelques églises assez riches, quelques tableaux épars ça et là bons et de grands maîtres (...)
  • 145 Ce n’est qu’après avoir rempli son programme de visites qu’il peut éventuellement se livrer à une (...)

61C’est aussi dans la façon de juger plus précisément les lieux et les objets que se reconnaît le métier de marchand. Ayant peut-être à l’esprit sa vaste demeure de la rue Neuve à Grenoble, Raby apprécie dans les palais de Gênes la « solidité de structure », les « superbes galeries et colonades » et les « plafonds de différentes formes […] magnifiquement peints » (f. 14v). L’amateur d’art Bergeret trouve qu’à Venise il y a « beaucoup de librairies et assés d’autres espèces de marchands » (p. 387). Pour Émeric, qui évolue dans le milieu de l’imprimerie, les bourgs ligures « batis en long sur le bord de la mer […] semblent s’etre allongés comme un metal ductile entre les deux grands corps qui les pressent »143. Le marchand qui parcourt l’Italie s’intéresse enfin à tout ce qu’il peut acquérir. Les peintures et décorations des palais de Gênes, les sculptures, émaux et pierres précieuses de Florence sont autant de sources d’inspiration pour parfaire sa propre maison ou enrichir à l’instar de Raby ses collections. Affirmant ses goûts propres, ce dernier trouve à Gênes la magnificence qui lui correspond : c’est à l’aune de cette dernière qu’il évalue l’élégance, le goût et la délicatesse des ornements présents, en moindre quantité, dans les palais milanais144. Soucieux de la valeur marchande des objets d’art, Bergeret complète ses visites par une bouillonnante activité d’achat. Nous le voyons déambuler un matin « à pied dans la ville [de Venise] pendant 4 heures chez tous les marchands de toute espèce, estampes, tableaux », déplorant au passage qu’il y ait « peu de chose, cependant, en gravure » (p. 383). Pour le négociant, y compris pour Jordan qui ne veut omettre de visiter aucun des lieux remarquables de chaque ville, il ne saurait jamais être question de s’arrêter et la définition que donne Bergeret du métier de voyageur, qui est « d’être toujours en mouvement » (p. 385), semble particulièrement bien s’appliquer145.

  • 146 Cf. Raby : « Florence est dans une position des plus riantes, dans un beau bassin, entouré […] d’u (...)
  • 147 Cf. Raby en Ligurie : « depuis Nice, ou commence la cote, qui n’est qu’une chaine de petites monta (...)
  • 148 Foucher du Vivier, dans A. Brolles, art. cité, p. 86.
  • 149 Trémolière, Ms cité, p. 106 (les mots soulignés sont en gras dans le manuscrit).
  • 150 Bergeret de Grancourt, op. cit., p. 88 et 300.

62En dépit de la prégnance des traits de comportement qui viennent d’être relevés – sens de l’observation concrète, goût pour la précision, souci utilitaire et forte empreinte du métier –, l’approche que les marchands ont de l’Italie n’échappe pas aux conventions qui étaient familières à la plupart des voyageurs. L’attrait pour les espaces bien cultivés et les pays fertiles autour des villes146, ainsi que la répulsion durable ou l’intérêt timide à l’égard des montagnes ou des terroirs incultes147 s’allient chez la plupart d’entre eux avec un goût persistant pour les monuments d’architecture et de sculpture, pour les peintures et autres richesses que recèlent églises et palais, pour les maisons de campagne proches de grandes villes telles que Gênes ou Milan, pour des curiosités naturelles comme le Vésuve. Dès qu’il quitte ses lettres commerciales ou familiales, Jordan se concentre sur les lieux du pouvoir ecclésiastique ou civil. De l’attention portée à la musique au constat de l’abondance des moines et gens d’Église en Italie (ainsi chez Raby), sans oublier les nombreux commentaires sur les femmes, une série de motifs sont déclinés dans les divers journaux de voyage, dénotant des continuités dans les objets d’attention en même temps qu’une faible spécificité marchande. Se partageant entre la description des monuments et son intérêt pour les femmes, Foucher du Vivier fait le portrait de ces dernières dans chaque ville qu’il traverse en 1762 et oppose à toutes celles qu’il voit celles qui restent invisibles. Annonçant un topos de l’époque romantique, il manifeste une prédilection pour les paysannes, notamment celles de la campagne siennoise : « Toute la campagne de Sienne enchante et encore plus les paysannes qui sont richement habillées. En un mot, elles sont ragoutantes »148. Le motif est déjà celui de la « jeune et fraîche contadine », chère à Henri Panet-Trémolière en 1807 : « Je ne connais [dans les vallées du Siennois] rien de plus gracieux que les contadines (paysannes) ; des traits fins et réguliers, un teint qui se sauve du hâle »149. Sans nier la continuité entre les modèles véhiculés par les voyageurs du Grand Tour et ceux dont se nourrit la bourgeoisie montante à l’aube du xixe siècle, un glissement s’opère entre les thèmes traditionnels et une série d’évolutions intervenues au cours des dernières décennies. L’attention aux embellissements des villes et à l’activité de commerce, le goût pour les rues larges et régulières, l’intérêt croissant pour l’architecture gothique à Sienne ou même pour les glaciers des Alpes constituent autant de tendances perceptibles dès les journaux de Foucher du Vivier ou de Raby et que l’on retrouve chez Émeric et Jordan. Quelques années avant que Roland ne dise sa fascination pour le spectacle du Vésuve, Bergeret était déjà saisi par les scénarios grandioses de la nature et s’extasiait devant les « effets superbes » de la mer en fureur à Antibes avec ses « fusées d’eau qui s’élèvent très haut, et varient une quantité de tableaux plus admirables les uns que les autres ». Il s’émerveillait en face de « ce tableau magnifique des effets de la nature » qu’était sur le point de lui offrir la toute dernière éruption du Vésuve150.

  • 151 Nombreux sont les voyageurs en Italie issus de milieux marchands (voir supra, chap. 2, note 12). O (...)

63De nombreux aspects de la culture classique transmise dans les collèges persistent assurément dans les récits de marchands, se combinant avec une ouverture aux émois individuels, et nous y découvrons des tendances analogues à celles à l’œuvre chez les nobles et érudits de la seconde moitié du siècle, connaisseurs de la littérature latine et munis de leur Cochin. Un certain nombre de traits caractéristiques d’une culture marchande se glissent néanmoins à leur tour dans les interstices du discours de multiples voyageurs de la fin du xviiie siècle, eux-mêmes assez souvent fils de marchands même s’ils ne pratiquent pas le commerce151. Ils sont le fruit d’une éducation plus réaliste, d’un sens de la précision et d’un besoin de l’utilité en toutes choses. Tout en s’alliant parfois à de vieux codes tels que celui de la mesure des monuments et du calcul le plus exact possible des distances parcourues, le regard analytique et soucieux du concret creuse son sillon et dépasse la seule sphère des marchands partis dans la péninsule pour acheter ou vendre des produits, et même celle de ceux qui n’y vont que pour se divertir et se former. On ne peut donc se contenter d’observer une appropriation des formes du voyage des élites par certains représentants du monde du commerce, désireux à leur tour d’érudition, de jouissances artistiques et théâtrales, de rencontres mondaines. L’étude que nous avons menée invite à envisager un phénomène inverse, à savoir que la culture nobiliaire se transforme, se laisse imprégner par des normes de comportements issues de milieux marchands, marquées par une relation plus immédiate avec le monde réel et par un souci de rentabilité dans le calendrier des visites. L’appropriation opère autant dans ce sens : tout en gardant pour horizon de leurs pérégrinations les objets d’art et les curiosités érudites conformes à la tradition du Grand Tour, et en s’ouvrant le cas échéant à une dimension sentimentale, les nobles et gens de lettres sont à leur tour atteints, voire submergés, par des comportements issus d’une culture comptable, de laquelle ils sont largement redevables aux marchands.

Notes

1 A. Furetière, article « Voyage », dans Dictionnaire universel…, La Haye et Rotterdam, Arnout & Reinier Leers, 1690, t. 3.

2 B.-L. de Murait, « Lettre sur les voiages », dans Lettres sur les Anglois et les François et sur les Voiages, Genève, Fabri et Barillot, 1725, p. 465.

3 « Instructions necessaires aux Voyageurs pour faire leurs observations ; avec une adresse aux Marchands & aux Missionnaires qui se trouvent dans les païs Etrangers, & qui peuvent rendre des services considérables à la Geographie », dans Le Nouveau Mercure, sept. 1721, p. 7-8.

4 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755, dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (Pléiade, 3), p. 212 (l’on a conservé ici, conformément au texte de l’édition de la Pléiade, l’orthographe originale).

5 Sur l’histoire des rapports entre les négociants et le monde de la culture au cours du xviiie siècle, cf. D. Roche, « Négoce et culture dans la France du xviiie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-sept. 1978, p. 375-395.

6 J.-M. Gros de Besplas, De l’Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs, Paris, Berthier, 1763, p. 57.

7 Sur le rapport entre Goldoni, les marchands et la dimension du voyage, cf. G. Luciani, « Goldoni, le voyage et les voyageurs », dans Filigrana, actes du colloque Goldoni et l’Europe, Grenoble, 1995, p. 85-101.

8 Bib. Munic, de Montpellier, Ms 90, p. 17. Les catégories qu’Amoreux passe en revue sont les nobles, les négociants et le peuple « composé d’artisans, de soldats, de matelots & de laboureurs, gents faits à la fatigue » et qui « voyagent sans dépenses ».

9 Ibid., p. 54.

10 Ibid., p. 54, 55-56, 57. Les indications données dans l’avis d’un prix de l’Académie de Marseille en 1783 vont dans une direction légèrement différente, quoique l’esprit général soit le même. À côté des connaissances pratiques (langues vivantes, géographie, navigation, architecture navale, mécaniques, histoire naturelle, chimie, droit, règles d’administration publique…), une culture plus générale est recommandée au négociant afin de lui permettre d’assumer un rôle social : il « ne doit pas se restreindre aux seules connoissances qui sont propres à cette profession, il doit se placer, pour ainsi dire, dans un lieu plus éminent pour étendre davantage ses idées & embrasser un plus vaste champ » (« Quel est le meilleur plan d’éducation propre à la ville de Marseille, considérée comme maritime & comme commerçante », prix n° 684, dans A. F. Delandine, Couronnes académiques ou Recueil des prix proposés par les sociétés savantes, Paris, Cuchet, 1787, t. 2, p. 13-16).

11 Nous reprenons ici le titre d’un opuscule anonyme du xvie siècle, publié à Bologne chez Pellegrino Bonardo et conservé à la Bib. Ambrosiana de Milan.

12 Il Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia Con la descrizione delle quattro Parti del Mondo…, Venise, F. Locatelli, 1775, p. 2.

13 Ibid., p. 10 (texte originai : « Ma dopo aver presa una notizia generale della qualità de’ luoghi, e del genio predominante delle persone, dovrà egli diligentemente informarsi de’ Porti, e delle Piazze di maggior e più vantaggioso commercio : quali siano i Prodotti della terra, quali i Minerali, le Arti, o Manifatture, le Monete, i Pesi, le Misure, i Noli de’ trasporti, e tutto ciò finalmente che può aver relazione con la Mercatura »).

14 Dans les autres cas sont mentionnés les « voyageurs » et dans le passage d’une langue à l’autre se perd parfois la désignation sociale : ainsi les seigneurs du Portefeuille édité à Londres deviennent-ils dans la traduction italienne que donne la même version tutti quelli che fanno il giro d’Italia.

15 J.-P. Giegler (attribué à), Manuel du voyageur en Italie, ou nouvelle description de tout ce que ce pays offre de plus intéressant, de plus curieux et de plus instructif, sous le rapport des monuments antiques et modernes, sciences et arts, productions territoriales, climat, agriculture, commerce, industrie, population, mœurs et usages des habitants, etc. Suivi de L’état des postes, de la valeur des monnoies ayant cours, et d’une grande carte routière, Milan, Jean-Pierre Giegler, 1818 (nous avons utilisé l’édition de 1826).

16 Cf. G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borghese », dans Ricerche storiche, VII, 2, juillet-déc. 1977, p. 345-381.

17 M. Pieri, « Dei Viaggi », dans Operette varie in prosa di Mario Pieri, Corcirese, Milano, G. Silvestri, 1821 [le texte serait de 1812], p. 208 (texte original : « a caccia di nuove ricchezze, e tutta imbrattata l’anima dall’avidità del guadagno, passa, senza degnarle di uno sguardo, per le città principali dell’Europa, ed antepone a Roma Trieste, Ancona a Firenze »).

18 Tous les passages cités proviennent du Manuel édité par J.-P. Giegler, op. cit., introduction, p. i-xxii.

19 La distinction entre marchand et négociant était en tout cas nettement perçue dans la période qui nous intéresse, le second étant revêtu d’un prestige plus grand. Roland de la Platière exprime cet écart lorsqu’il écrit : « Le mot de négociant, et la chose même, rapprochent du négociateur, l’homme à qui il peut être appliqué : comme lui, il a des relations, des vues, de grands intérêts ; comme lui, il faut qu’il connaisse l’esprit des nations, leurs lois, leurs mœurs […]. Tout homme dont l’état et les fonctions n’offrent que la faculté et l’occupation d’acheter et de vendre, que ce soit au comptant ou à terme, pour de l’argent ou en échange d’autres marchandises, à commission ou à forfait, en gros et en détail, n’est qu’un marchand. » (Encyclopédie méthodique, t. 2, p. 1-2, cité par C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, 1973, vol. 1, p. 243-244).

20 Sur les relations commerciales franco-italiennes à la fin du xviiie siècle (et l’incertitude des informations dont nous disposons), cf. J. Georgelin, L’Italie à la fin du xviiie siècle, Paris, 1989, en particulier p. 59-61.

21 S’il reste à vérifier du point de vue des chiffres, ce tassement relatif peut correspondre à un affaiblissement sensible au xviiie siècle du rôle des financiers et des marchands italiens installés en France par rapport aux banquiers protestants genevois ou aux « marranes » du Portugal (J.-P. Poussou, « À l’école des autres », dans Y. Lequin, sous la dir. de, La Mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration en France, Paris, 1988, p. 237-254, en part. p. 251-254).

22 N’oublions pas non plus les liens entre Marseille et le sud de l’Italie, soulignés par B. Salvemini et M. A. Visceglia, « Marsiglia e il Mezzogiorno d’Italia (1710-1846). Flussi commerciali o complementarità economiche », dans Mélanges de l’École Française de Rome. Italie, Méditerranée, 103, 1, 1991, p. 103-163 (article paru en français dans Provence historique, 1994, n° 177, p. 321-365).

23 C. Poni, « Mode et innovation : les stratégies des marchands en soie de Lyon au xviiie siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-3, juill.-sept. 1998, p. 589-625.

24 Cf. M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970. Entre autres exemples, on peut citer les peigneurs de chanvre étudiés par Abel Chatelain à partir de rapports de 1808 et 1813 (« Les migrations temporaires anciennes à Lyon et dans les pays environnants », dans Études rhodaniennes, 1949, p. 37-50).

25 C. Poni cite le cas des lourdes représailles infligées en 1755 par la chambre de commerce de Lyon à deux marchands lyonnais, Boucharlat et Parisien, qu’elle accusait d’avoir voulu implanter à Naples une manufacture de soierie. Ces derniers furent contraints de vendre à bas prix les plus belles étoffes et de rembourser simultanément à tous leurs créanciers leur découvert (C. Poni, art. cité, p. 607).

26 P. Léon conclut qu’en dépit de liaisons commerciales résiduelles dans le domaine de la draperie jusqu’à la veille de la Révolution, « la grande époque des relations delphino-piémontaises est passée » (Naissance de la grande industrie en Dauphiné (fin xviie-1869), Paris, 1954, p. 175-188). Sur les effets de cette « guerre économique » jusqu’aux années 1760 dans le Briançonnais, et la chute des exportations vers le Piémont qu’elle entraîna, cf. J. Routier, Briançon à travers l’histoire, Gap, 1997, p. 253 et suiv.

27 C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 752.

28 Ibid., vol. 1, p. 275 (carte). Les Italiens constituent le second groupe national après les Genevois et Suisses (171 négociants), très loin devant les Allemands (39) et les Anglais (31).

29 Ibid., vol. 1, p. 72, 65 et 113.

30 Sur l’installation définitive à Lyon au xvie siècle de marchands venus de Gênes, de Lucques, de Florence ou de Turin, cf. R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520-environs de 1580), Paris-La Haye, 1971, vol. 1, p. 357-369.

31 A. D. Rhône, 3 E 9471, notaire Dugueyt, 25 déc. 1788 et 24 janv. 1789, Bilan et traité de Travi et Cie, négociants à Lyon (cité par M. Garden, op. cit., p. 366).

32 Cette information m’a été transmise par P. Cayez.

33 A. D. Isère, II E 181-245.

34 Il convient assurément de traiter avec prudence les données reprises ici, du moins au niveau de leur valeur statistique. Les exemples qui suivent sont tirés des fonds de la série B des Arch. Départ. du Rhône sélectionnés et publiés sous la dir. de P. Léon (Papiers d’industriels et de commerçants lyonnais au xviiie siècle. Lyon et le grand commerce au xviiie siècle, Lyon, 1976). Ils ne concernent que les papiers de négociants et de commerçants ayant fait faillite, et sont choisis parmi une masse beaucoup plus grande de documents qui restent largement à exploiter.

35 Le marchand lyonnais Jean-François Fayet (1676-1756) avait lui-même effectué un voyage en Italie en 1702, en se rendant par la vallée de la Maurienne à Gênes, Livourne, Bologne, Milan et le lac de Garde avant de revenir à Lyon par Gênes, la côte ligure et Toulon. Les étapes de ce second voyage en Europe sont énumérées au dos d’un manuscrit intitulé « Mémoire de ce que jay veût dans mon voyage de Flandre avec la description des villes : 1699-1700, en peu de mots pour mon premier voyage », 34 p., A. D. Rhône, 8B 871, liasse 29. Cf. Stéphanie Gelin, Jean-François Fayet. Itinéraires d’un marchand lyonnais du xviiie siècle, mémoire de maîtrise d’histoire de l’Université Lyon 3, sous la dir. d’Y. Krumenacker, 2002.

36 A. D. Isère, II C 98 n° 8 (Charvet) et II C 90 n° 4 (Treillard) ; Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 7451 (registre de Gaspard Bovier, maître gantier à Grenoble, 1782-1795) ; A. D. Isère, II E 76-79 et II E 242 (Bernon et Dumoulin), 14 J 506 (Pinet). Informations complémentaires dans P. Léon, Naissance de la grande industrie…, cit., p. 175-188.

37 Ces quelques cas sont repris de C. Poni, art. cité, p. 595, 604 et 607.

38 T. Aynard, Voyages au temps jadis en France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Sicile…, Lyon, Impr. Mougin-Rusand, 1888, p. 29.

39 Si assez peu de maisons napolitaines rayonnaient à l’étranger, 11 maisons françaises auraient été installées à Naples en 1794, contre 4 génoises, 3 britanniques, 1 allemande et 1 toscane (G. Galanti, Della descrizione geografica e politica delle Sicilie. 1794, cité par J. Georgelin, op. cit., p. 60).

40 C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 734-753.

41 Fonds Carret, A. D. Rhône, commenté dans P. Léon (dir.), Papiers d’industriels…, cit., p. 85-87 et 112-113.

42 Pour Marseille, cf. C. Carrière, op. cit., vol. 2, p. 741. En ce qui concerne Bordeaux, P. Butel a montré la continuité de cette pratique tout au long du xviiie siècle en s’appuyant sur les registres de passagers embarqués, en l’occurrence surtout à destination de l’Irlande, de la Hollande et de l’Allemagne hanséate. Il évoque le contrat de mariage de Jean Boyer Fonfrède, qui stipule en 1785 qu’avant de prendre place dans le comptoir familial le jeune homme, alors âgé de dix-neuf ans, devra « se transporter dans les pays étrangers pour acquérir des connaissances et se faire des relations avec les négociants des principales villes de commerce » (« Espaces européens et antillais du négociant. L’apprentissage par les voyages : le cas bordelais », dans F. Angiolini, D. Roche, dir., Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, 1995, p. 349-360, en particulier p. 350-353).

43 D’autres exemples de papiers conservés aux Arch. Départ, du Rhône le montrent, depuis les carnets de voyage de Félix Borei, dit Lamure, l’un des trois associés de la maison de draps Chalut-Lamure, très liée à l’Italie du Nord, au début du xviiie siècle, jusqu’aux itinéraires de voyages et notes rédigés entre 1760 et 1766 par Dominique Ranguis, gros commerçant en épicerie dont le rayonnement demeura toutefois français. S’il reconnaît que la correspondance suffit souvent à cueillir les renseignements indispensables, P. Butel penche néanmoins dans le cas de Bordeaux pour un rôle central du voyage, qui donne toujours au négociant l’occasion « d’étudier ses relations, de mieux connaître leurs moyens, d’aller au-delà des lignes toujours incertaines de la seule correspondance » (art. cité, p. 358).

44 Le registre indique que « le S. Jordan négociant à Lyon » se rend le 14 mai 1765 à Turin « pour y vaquer (sic) aux affaires de son commerce » (Journal du commandement de la province de Dauphiné, AD Isère B 2315).

45 Pour cette maison qui n’eut certes pas de contact avec l’Italie, il s’agissait soit de s’approvisionner en toiles, étoffes et draps à Genève ou Bâle (avril ou mai) et à Lorient (septembre), soit d’aller vendre dans les foires de Beaucaire (fin juin-juillet) ou de Villeneuve-lès-Avignon (décembre). Au passage étaient vendus des produits à Chambéry. Quelques carnets de voyage, comportant les indications de dépenses, permettent de reconstituer les routes suivies (Y. Eveno, « Une maison de commerce à Grenoble au milieu du xviiie siècle, la maison Carny (1739-1768) », dans Histoire des entreprises, n° 11, mai 1963, p. 36-51.

46 Ces négociants grenoblois chargés de l’approvisionnement militaire suivaient en l’occurrence les opérations de l’armée d’Espagne en Italie : cf. A. D. Isère, Hôpital de Grenoble, H 787 et 791 (Joseph Jomaron), A. D. Isère II E 84 (Joseph Blanchet), 1 J 63-64 (Gaspard de Gervason), 1 J 6769 (Castret).

47 H.-M. Borel du Bez, Souvenirs. Voyages. Fragments d’essais littéraires, A. D. Hautes-Alpes, Ms F 3484-16, f. 12r.

48 Cf. chap. 2, tableau 11, comparant les motifs de voyage en Italie.

49 On relève 14 négociants sur 134 voyageurs entre le 19 juillet 1812 et le 18 juillet 1813, 12 négociants sur 148 voyageurs de juillet 1813 à juillet 1814, 15 négociants sur 201 voyageurs de juillet 1814 à juillet 1815 (Grand-Saint-Bernard, Ms 2866/1).

50 Entre autres exemples, on peut citer le fabricant en soie que rencontre Roland de la Platière à Rome (Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe… en 1776, 1777 et 1778, Amsterdam, 1780, vol. 5, p. 99-100), le négociant de Lyon qui partage la table d’Émeric David à Voltaggio (Notes d’un voyage en Italie. 1781, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5946, ff. 90v-91r), le marchand de Bordeaux revenant d’Italie avec lequel soupe A. Young à Nice (Voyages en Italie et en Espagne pendant les années 1787 et 1789, de Nice, 15 sept. 1789, passage cité dans J.-M. Goulemot, D. Masseau, P. Lidsky (dir.), Le Voyage en France : anthologie des voyageurs européens en France, t. 1, Paris, 1995 (Bouquins), p. 948.

51 Lettre de l’armateur bordelais Pierre Desclaux à son futur gendre Jean-Jacques de Bethmann, alors en voyage en Allemagne, 1745 (P. Butel, art. cité, p. 359).

52 Selon Pierre Coste, conservateur du Musée de la Vallée à Barcelonnette, la vallée de l’Ubaye est restée tournée vers le Piémont jusqu’à la fin du xviiie siècle, avant de s’orienter ensuite vers Lyon ou le Mexique (témoignage oral). La même remarque a été faite pour le Briançonnais par M. Crubellier, selon lequel les hommes ont continué pendant longtemps de circuler entre le Briançonnais, le Queyras et le Piémont malgré le déclin du trafic commercial accentué depuis les cessions de 1713 (« Le Briançonnais à la fin de l’Ancien Régime », dans Revue de géographie alpine, XXXVI, 1, 1948, p. 259-299 et 335-371).

53 Des manufactures furent créées au retour d’Italie autant dans le Briançonnais – Antoine Caire-Morand créa celle de cristal de roche en 1778 et Hyacinthe-Marcellin Borei celle de chapeaux de feutre en 1788 – que dans la vallée de l’Ubaye : les Arnaud, tout en étant installés à Turin, géraient dans le village natal de Jausiers, en amont de Barcelonnette, une importante filature de soie.

54 Sur l’endogamie et l’interdépendance du réseau que constituaient en Italie les libraires originaires du Monêtier, dans le Briançonnais, cf. L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xviiie siècle, Paris, 1993, p. 69-94. Ces familles liées les unes aux autres ne prospéraient pas seulement à Gênes (Jean et Yves Gravier, les Bompart), à Turin (les Reycends, les Guibert) et à Florence (Joseph Bouchard), où étaient les plus grosses maisons, mais aussi à Parme (Faure), à Milan (Reycends, Collomb), à Bologne (Thomas Gravier, Bouchard), à Livourne (cousins de Thomas Gravier), à Rome (Bouchard) et à Naples (Joseph-Antoine Gravier, Hermil, Bompart).

55 Lettre de Cesar Guayete accompagnant sa demande de passeport pour se retirer dans sa patrie, où il a femme et enfants, commune de Veynes, 17 brumaire an 3, A. D. Hautes-Alpes, F 1962.

56 Arch. di Stato de Turin, Registre de commerce des marchands en étoffes de laine, vol. n° 45, 1730-1737, comportant les noms de ces colporteurs avec leur village de provenance, le lieu de leur installation en Piémont et le temps depuis lequel ils s’y trouvent (cette liste m’a été aimablement transmise par Mme C. Robert-Sérignac).

57 Les courriers que nous avons examinés se trouvent dans la correspondance Charlotte Borel 1774-1800 (A. D. Hautes-Alpes F 3484-18), dans les dossiers Famille Borel du Bez 1702-1779 et 1780-1789 (A. D. Hautes-Alpes F 3484-20 et 21) et dans le second fonds Borel (A. D. Hautes-Alpes 1 J 301). Nous sommes très reconnaissants à M. Bernard Oury, qui travaille sur ces fonds, de nous avoir communiqué un tableau des déplacements de Borel qui a permis de compléter notre dépouillement resté partiel.

58 Sur un plan général, on estime qu’à la fin du xviiie siècle, un sixième environ des émigrants partis chaque automne du Briançonnais ne remontaient pas au printemps chez eux (R. Müller et Ch.-P. Péguy, « Contribution à l’étude humaine des Alpes briançonnaises », dans Revue de géographie alpine, XXXII, 1944, p. 77).

59 Lettre de Joseph Borel à son neveu Hyacinthe Marcellin, 29 sept. 1775, A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, ff. 337-338.

60 Une lettre en italien lui est adressée le 8 février 1776 à Lecce par un débiteur de Gallipoli (A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, f. 345).

61 L’emploi du terme tend lui-même à confirmer la différence qui était faite entre d’une part le Piémont, la Savoie et éventuellement la Ligurie, qui relevaient d’un espace géographique et humain familier aux Dauphinois, et d’autre part « l’Italie ».

62 Tel est le cas de Hyacinthe-Marcellin Borel, probablement au début de l’année 1787 : « Gusberti n’a passé ici que le mois de janvier et il est parti a la fin pour le voyage ordinaire vers l’Italie d’où il ne sera de retour qu’a Pacques […] Juge a present s’il m’etoit possible de quitter [Turin] » (lettre de H.-M. Borel à sa femme, non datée, A. D. Hautes-Alpes, F 3484-18, f. 36r). En juin 1793 Pierre Gravier signale à Charlotte Borel, sa sœur, qu’il s’apprête à partir de Turin « pour la tournée d’Italie, et la foire de Sinigaglia, ainsi je ne serai de retour que vers 7bre » puis le 10 germinal an 3 il lui écrit de Gênes que « Gusberti part lundi prochain pour la tournée d’Italie » et qu’il attendra son retour pour venir la voir à Briançon (lettres de Pierre Gravier à sa sœur, 8 juin 1793 et 10 germinal an 3, A. D. Hautes-Alpes, F 3484-18, ff. 80 et 188).

63 Extrait des minutes de la chancellerie du Consulat Général à Naples pour l’an 1813, A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, f. 203.

64 Ce cas (comme celui de Prat devenu sous l’Empire gros négociant à Gênes) est rapporté, d’après Ladoucette, dans R. Müller et Ch.-P. Péguy, art. cité, p. 77.

65 Dans ce moment de crise où sans doute son épouse vient de lui reprocher de rester trop longtemps à Turin, Hyacinthe-Marcellin écrit : « […] mais moi qu’un cruel destin tient toujours malgré moi – éloigné de ce que j’ai de plus cher, dans une ville étrangère seul au milieu d’un grand monde, perclus chez moi comme un hermite […] » (lettre non datée à son épouse, A. D. Hautes-Alpes, F 3484-18, ff. 36r-v).

66 La même prudence s’impose, concernant les expériences de voyage, que celle affichée par D. Julia face au désir « de reconstituer de manière sûre la configuration exacte des éducations négociantes » (« L’éducation des négociants français au xviiie siècle », dans F. Angiolini, D. Roche (dir.), Cultures et formations négociantes…, cit, p. 220).

67 L. Fontaine, op. cit., p. 83-84.

68 Les lettres de F. Sarasin ont été étudiées par E.-G. Fazio, « Il tempo della rivoluzione tra conflitti personali e coscienza politicia. Testimonianze nella letteratura odeporica di alcuni viaggiatori tedeschi in Italia », dans E. Kanceff (dir.), Voyage et Révolution, II, Genève-Moncalieri, 1993, p. 333-348. Celles de F. Tansard sont dans le fonds de la maison de commerce Tansard, A. D. Isère, 1 J 401.

69 Les seules informations que nous possédions sur lui proviennent de l’article d’A. Brolles, « Le voyage en Italie de Jean-François Foucher du Vivier en 1762 », dans Connaissance du monde, n° 102, mai 1967, p. 78-87. Nos recherches pour retrouver le manuscrit découvert par Henri Pluyette « dans un grenier de la vieille demeure familiale en Bretagne » sont restées vaines.

70 Cf. P. Léon, Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du xviiie siècle, les Dolle et les Raby, Paris, 1963. Et plus récemment l’introduction de F. Weil à J. Raby, Bréviaire philosophique (1760-1770), Journal pour son voyage de Provence et d’Italie (1764), Journal d’un voyage à Bordeaux, à Londres et en Hollande (1775), Paris, 2004, p. 9-45.

71 Cf. A. Tornézy, étude introductive, dans [Bergeret de Grancourt], Bergeret et Fragonard. Journal inédit d’un voyage en Italie, 1773-1774, Paris, May et Motteroz, 1895, en particulier p. 35. Bergeret eut des prédécesseurs, comme le financier Crozat, qui voyagea en Italie en 1714-1715 pour acheter des tableaux.

72 Dès le début de son récit Roland estime avoir « autrement vu les sites, les gouvernements, leur influence sur les mœurs, le commerce & les arts, parties essentielles & les plus négligées par ceux qui l’ont devancé. » (Lettres écrites…, cit., préface, t. 1, p. V). Avant d’entrer dans l’inspection des manufactures, ce dernier fils d’une famille de robins né à Villefranche-sur-Saône avait également tenté de s’embarquer pour les Indes après s’être placé dans ce but chez un armateur nantais.

73 Si la tentation d’oublier cette contrainte du négoce issue du milieu familial le guette – il n’aborde guère les questions d’imprimerie dans son journal de 1780-1781 à la différence de ce qui se passe dans le journal d’un voyage vers la Suisse et l’Allemagne du Sud en 1787 –, une lettre de son oncle envoyée à Venise le 24 février 1781 le rappelle opportunément à ses devoirs (Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 168r).

74 C’est du moins ce que laisse entendre une allusion du 19 sept. 1780 (Notes d’un voyage en Italie, Ms cité, f. 22r).

75 A. D. Hautes-Alpes, F 3484-4, f. 104. Cf. B. Oury, « De la Corse à Briançon. L’odyssée de Jean-Jacques Prat, marchand briançonnais (juin 1793-février 1794) », dans Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 1993, p. 107-113.

76 Un gros travail reste à fournir dans les archives italiennes pour obtenir des indications fiables sur les flux de voyageurs à partir de l’examen systématique des registres de passeports, de ceux d’auberges ou de certains hospices de cols alpins, de ceux des entrées et sorties de villes telles que Florence.

77 Il eut été intéressant d’adjoindre à ce groupe Jean et Étienne Bonnaffé, les deux fils d’un riche armateur bordelais qui après avoir été envoyés en Suisse pour être éduqués dans la religion réformée firent pendant deux ans, en 1783-1785, un tour d’Europe qui les conduisit des côtes françaises à l’Angleterre, puis en Flandre et Hollande, ensuite en Allemagne du Nord, à Vienne, à Trieste, en Italie et en Suisse. La dépense totale fut de 100.000 livres pour ce voyage mené aux dires de Jean Bonnaffé en grand seigneur. Malheureusement, le journal écrit par l’un des deux frères a été perdu (P. Butel, art. cité, p. 353).

78 Tout comme avec Foucher du Vivier, nos efforts pour retrouver le manuscrit original de Jordan dont des extraits avaient été publiés en 1888 sont restés vains (ont-ils brûlé dans l’incendie d’une propriété de famille ?). Il reste que nous semblons pouvoir suivre T. Aynard lorsqu’il évoque à propos de ce journal de voyage des « notes télégraphiques et photographiques » et une « précision véridique » (op. cit., p. 31).

79 Un témoignage de la résistance des autorités académiques face à une promotion du voyage des marchands et artisans nous est donné par les résultats du concours déjà cité de l’Académie de Lyon en 1787, au terme duquel l’essai du docteur Amoreux fut écarté tandis qu’étaient promus ceux de l’avocat Turlin et, en second prix, de M. de Mirampal. L’originalité de ces derniers n’était guère plus grande, mais ils se conformaient à un modèle de voyage qui restait davantage marqué par l’esprit érudit et le souci d’une formation personnelle (cf. Turlin, Extrait des discours qui ont concouru pour le prix que l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de la ville de Lyon a adjugé à M. Turlin…, Lyon, impr. A. de La Roche, 1788).

80 Ni dans la classification de voyageurs proposée par A. Tursi, ni dans celle de P. Guiton le voyage des marchands n’a trouvé place (cf. G. Bertrand, Paul Guiton et l’Italie des voyageurs au xviiie siècle, Moncalieri, 1999, notamment p. 18 et 152).

81 A. D. Hautes-Alpes, F 3484-18, f. 32v.

82 Ces deux listes sont des inventaires comportant la valeur des ouvrages. La première, de 75 titres, soit 181 volumes sans compter les livres de dévotion mais y compris quelques brochures, se trouve dans les Souvenirs…, déjà cité, A. D. Hautes-Alpes, F 3484-16, ff. 1v-2v (il s’agit probablement de livres qui ne furent pas emportés à Paris). La seconde est un « État des livres acheptés à Paris [par Hyacinthe-Marcellin Borel] », incluant 52 titres de livres et en tout 378 volumes, tous différents de ceux de la précédente liste (A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, f. 159). Le contenu des deux listes, surtout de la première, peut être recoupé avec celui des listes d’ouvrages laissés par Borel après sa mort dans la maison qu’il occupait à Briançon et dans celle du Bez, où il avait une bibliothèque de 300 livres. Quelques titres de cette dernière ont été donnés par le Commandant Borel du Bez, « Le conventionnel Borel du Bez (1756-1796) », dans Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 45e année, 5e série, n° 19 et 20, 1926, p. 214-216.

83 Cf. R. Mauzi, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au xviiie siècle, Paris, 1960 (rééd. A. Michel, 1994), p. 284-288. Cet ouvrage de Bedos, paru à Amsterdam en 1784 et écrit « par un négociant qui a voyagé », fait du commerce le moteur du corps social et réclame pour le négociant une digne reconnaissance dans l’État.

84 A. D. Isère, II E 704. Sur cet inventaire de la succession de Raby d’Amérique, qui date de novembre 1779, cf. P. Léon, Marchands et spéculateurs dauphinois…, cit., p. 109-111, ainsi que J. Rochas, Du cabinet de curiosités au Muséum. Les origines scientifiques du muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble (1773-1855), thèse soutenue sous la dir. de G. Bertrand, Univ. Pierre Mendès France-Grenoble 2, 2006, t. 1, p. 34-37.

85 Deux des manuscrits de Raby possédés par la Bib. Munic, de Grenoble sont datés : l’Essai historique et critique sur les trois plus fameux imposteurs : Moyse, Jésus, Mahomet, est de 1768, et les lettres politiques et critiques sur des principes économiques pour la France, d’un voyageur à un de ses amis porte la date de 1770.

86 E.-G. Fazio, art. cité, p. 345-347.

87 Il est possible de reconnaître ici le rôle joué les réseaux de libraires briançonnais dans la diffusion de la culture des Lumières en France, en Italie et dans la péninsule ibérique (L. Fontaine, Histoire du colportage…, cit., p. 85-88).

88 Émeric David, Extraits de lectures et notes sur toutes sortes de sujets, v. 1780, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5988. Les sujets abordés sont : l’esprit des lois romaines et des lois françaises ; la religion naturelle, le droit naturel et la morale ; la poésie, la philosophie et la métaphysique ; l’histoire ancienne, la critique et la philologie, les étymologies, les langues et l’histoire littéraire ; les sciences et les arts ; la Jurisprudence.

89 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 46v et 76v.

90 Dans les catalogues de la librairie David à Aix figurent des listes thématiques, comme celle des voyages à travers le monde avec ses 23 titres (Librairie David à Aix. Catalogues de livres et notes bibliographiques, 1765-1805, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5989, ff. 386r-v). Le catalogue de la vente Boyer est de son côté très riche en livres sur le voyage et notamment en œuvres du xviiie siècle sur l’Italie, depuis Baudelot de Dairval et Misson jusqu’aux volumes d’Hamilton ou d’autres auteurs sur les antiquités étrusques et celles de la région de Naples, sans oublier les voyages de Saussure dans les Alpes et de Swinburne dans les deux Siciles (ibid., ff. 470-493v).

91 M. Garden, Lyon et les Lyonnais…, cit., p. 460-462.

92 J. Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Lille, 1977, t. 2, p. 752-779.

93 Significative est à cet égard la présence des Lettres sur l’Italie de Dupaty, des Ruines de Volney et du Voyage du jeune Anarchasis en Grèce dans la bibliothèque de Borel à Paris.

94 P. Jeannin, « La diffusion des manuels de marchands : fonctions et stratégies éditoriales », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-3, juill.-sept. 1998, p. 515-557, ici p. 557. Cf. aussi J. Hoock et P. Jeannin, « Une enquête en cours : la bibliographie des manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820 », dans Histoire et mesure, 1986, vol. 1, n° 2, p. 85-97.

95 Raby d’Amérique possède en revanche, outre un Traité du commerce, le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons (art. 268 et 269 de son inventaire déjà cité).

96 On notera à l’inverse la part réduite de véritables récits de voyage sur l’Italie dans les bibliothèques de négociants : tandis que l’inventaire de celle de Raby ne mentionne en 1779 que le Voyage de Suisse, d’Italie et de quelques endroits d’Allemagne et de France, fait ès années 1685 et 1686 et publié en 1687 par Burnet (donc un texte vieux de près de cent ans) (art. 398 de l’inventaire), Borei paraît avoir attendu d’être à Paris pour acquérir à côté d’autres récits de voyage en Europe les Lettres de Dupaty.

97 D. Julia, « L’éducation des négociants… », cit.

98 Il y aurait entre autre beaucoup à dire sur les préoccupations d’économie dont témoignent certains nobles et l’absence totale de notation sur les frais de séjour et de transport dans le voyage du… financier Bergeret de Grancourt.

99 Note manuscrite de la duchesse d’Harcourt insérée à la fin du Journal d’un voyage en Italie fait en 1774, par Louis Henri, comte de Vienne…, Bib. Munic, de Dijon, Ms 319.

100 Le trajet de retour entre Rome et Gênes par Venise laisse à Émeric à peine le temps de respirer. Il n’écrit plus rien dans son journal, sinon ces quelques lignes à Voghera au soir du dimanche 18 mars 1781 : « Voici le premier moment de loisir dont je jouis depuis que je suis parti de Rome [le 3 mars]. Combien de pays j’ai parcouru dans peu de jours. Combien d’hommes j’ai vus que je ne reverrai jamais ! » (Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 88v).

101 Bergeret de Grancourt, Journal, Venise, 30 juillet 1774, dans Bergeret et Fragonard…, cit., p. 394.

102 J. Savary, Le Parfait Négociant ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des Marchandises de France, & des Pays Etrangers, dans Œuvres de J. Savary, Paris, C. Robustel, 1721 (1ère éd. 1675), seconde partie, livre 2, chap. 4, p. 125-129 (« Du commerce d’Italie, tant dans l’achat qu’en la vente des marchandises »).

103 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 118r-167v. Ces quelques dizaines de pages semblent constituer le matériau préparatoire d’un petit traité sur la vigne qu’avait alors en tête le jeune voyageur. Nous n’en avons cependant pas trouvé trace dans les œuvres d’Émeric David.

104 Lettre de David (sans doute son oncle) écrite d’Aix-en-Provence le 24 fév. 1781 et adressée à Toussaint-Bernard Émeric à Venise, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 168r.

105 Émeric David, Voyages en 1787. Notes sur l’imprimerie, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5947.

106 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, A. D. Hautes-Alpes, Ms F 3484-16, ff. 11v-12v ; Correspondance reçue par Charlotte Gravier, épouse Borel, 1774-1800, A. D. Hautes-Alpes, Ms F 3484-18, ff. 16r, 27r, 29r, 32v, 36r.

107 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 11v-12r.

108 A. Young, op. cit., p. 948.

109 E.-G. Fazio, art. cité.

110 Lettres de Frédéric Tansard à son père Pierre Tansard, 18 nov. 1794 (de Livourne à Gênes) et 11 mai 1796 (de Livourne à Turin), A. D. Isère, 1 J 401 (Maison de commerce Tansard, Italie, Gênes).

111 Sept lettres de M. Regny, de Gênes, ou de son fils « Regny fils aîné », adressées à M. Tansard, à Turin, entre le 14 mai et le 19 nov. 1796, A. D. Isère, 1 J 401 (Tansard) ; lettres de P. Gravier à sa sœur, notamment au cours de l’an 3, dans Correspondance reçue par Charlotte Gravier…, Ms cité, ff. 164 et suiv.

112 Lettre de Marcellin Borel à son épouse, de Francfort, 24 mars 1785, dans Correspondance reçue par Charlotte Gravier…, Ms cité, ff. 27r-v. Sur les quiproquos liés à la non connaissance de l’allemand, cf. aussi Borel, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 8v-9r.

113 Un exemple entre mille : « J’ai trouvé les routtes dans un état si affreux, j’ai eu du temps si abominable, j’avais été forcé à marcher si lentement pour arriver à Yvrée, que je craignais de causer de l’inquiétude à Gênes en m’exposant à de nouveaux retards » (lettre de Regny fils aîné à M. Tansard, écrite de Gênes à Turin, 8 nov. 1776, A. D. Isère, 1 J 401, Tansard).

114 Lettre de Marcellin Borel à son épouse, d’Alexandrie, 8 oct. 1786, dans Correspondance reçue par Charlotte Gravier…, Ms cité, f. 29r. Ses habitudes y sont probablement trop établies pour que Borel éprouve le besoin d’évoquer les aspects matériels du séjour périodique à Alexandrie.

115 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 8v-10r (où se trouve notamment l’expression de « tres penible voyage ») et llr-12v. En ce qui concerne l’hygiénisme, Borel n’a rien à envier aux pratiques des Anglais ou aux conseils un peu plus tard systématisés par Berchtold, lorsqu’il évoque « un lit sur lequel nous ne fimes que nous jetter enveloppés de nos pelisses evitant bien soigneusement qu’aucune partie de notre corps ne touchat les couvertures tant nous craignions d’y gagner plus que d’y perdre ».

116 Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, ff. 90v-91r.

117 Cf. sur ce thème V. Feschet, « S’écrire en famille, des sentiments déclinés. La correspondance rurale en Provence alpine au xixe siècle », dans P. Albert, sous la dir. de, Correspondre jadis et naguère, actes du 120e Congrès national de sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 23-29 oct. 1995, Paris, 1997, p. 481-498.

118 Lettres de Giuseppe à Carlotta Borel, d’Alexandrie, 20 avril 1784, et de Turin, 18 oct. 1784, dans Correspondance reçue par Charlotte gravier…, Ms cité, ff. 19-23.

119 L’état de santé est l’un des sujets favoris de la correspondance des voyageurs marchands, et le « mal de tête » dont ils se plaignent est certainement l’effet d’un métier qui n’était pas de tout repos. Borel est de santé fragile et Regny dit avoir été empêché de répondre à trois lettres de M. Tansard à cause d’un « mal de tête terrible » (lettre du 14 juin 1796, de Gênes à Turin, A. D. Isère, 1 J 401, Tansard).

120 Frédéric Tansard dit ainsi à son père « toute la joie qu’éprouverait ma sœur si elle avoit le plaisir d’aller passer quelque tems auprès de vous, mais le voyage me semble impossible dans les circonstances présentes ; mais si jamais cette réunion a lieu je vous avoue que je viendrois volontiers vous faire une visite pour quelques jours » (lettre du 11 mai 1796, de Livourne à Turin, A. D. Isère, 1 J 401, Tansard). Bruny fils aîné explique à M. Tansard que son jeune frère « eloigné de son pere depuis plus de quattre ans, etoit bien vivement impatient de le revoir, & me temoignoit une vive inquietude de voir se prolonger le voyage qui l’en tenoit encore separé. » (lettre du 8 nov. 1796, de Gênes à Turin, A. D. Isère, 1 J 401, Tansard).

121 Émeric David, Voyages en 1787…, Ms cité, ff. 29v-30r.

122 M. Garden, Lyon et les Lyonnais…, cit., p. 461.

123 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, ff. 8v-10r et 11v.

124 Le repas était pour le négociant vital et la compagnie l’aidait à manger davantage. Les aubergistes le savaient, qui aux dires du collégien Borel ne lui donnaient à manger à Embrun que les « restes des voyageurs qui logeaient a l’auberge ou j’etois en pension » (ibid., f. 8v). Et Borel lui-même, s’il suggère que le souper « est vitte fait quand on est seul », dit avoir bien conscience de la nécessité de se nourrir correctement : « oui je sais que vous me l’ordonnés, quand on a fait une aussi forte journée que celle d’aujourd’hui, montée en voiture, le reste a cheval sur des mulets et qu’on doit partir a quatre heures pour passer le Mont Cenis il convient de prendre des repas autant qu’on le peut. » (ibid., f. 10v).

125 Foucher du Vivier, extrait du journal repris dans A. Brolles, art. cité, p. 85 ; Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 94v (note marginale). Cf. aussi les cas, déjà cités, du marchand de Lyon et du négociant de Bordeaux rencontrés par Émeric et Young.

126 Borel du Bez, Souvenirs. Voyages…, Ms cité, f. 4r ; Panet-Trémolière, Fragmens de mon Voyage à Naples. Octobre 1807, Bib. Munic, de Reims, Ms 2357, p. 101-107.

127 Borel du Bez, lettre non datée à son épouse, sans doute de 1787, dans Correspondance reçue par Charlotte Gravier…, Ms cité, ff. 36r-v.

128 Lettre du 10 mai 1785, de Gênes, A. D. Hautes-Alpes, 1 J 301, f. 438r.

129 Émeric David, Voyages en 1787…, Ms cité, ff. 23v-26r.

130 Cf. supra, chap. 5.

131 Raby d’Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie, parti [de Grenoble] le 7 mars 1764, arrivé à Grenoble le 13 mai suivant, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 5600, f. 29v.

132 Ibid., f. 20r.

133 Raby, Journal…, Ms cité, f. 5v ; Émeric David, Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 3v.

134 Raby, Journal…, Ms cité, ff. 12r-13v.

135 Par leur habitude de noter précisément les dépenses effectuées dans des carnets de route, les marchands ont pu favoriser le passage d’une protestation générique sur les traquenards des aubergistes et voituriers à une prise en compte plus rationnelle des moyens de gérer son voyage sans risques, attestée par divers guides et journaux manuscrits au cours des années 1770. Cette attitude n’était cependant pas nouvelle, et l’intervention de savants tels que Lalande ou Cassini fut peut-être plus déterminante.

136 Ibid., f. 47r.

137 Écrit à Naples, 18 avril 1774, dans Bergeret et Fragonard…, cit., p. 296. Cf. aussi à Venise ; « Je n’ai écrit que les choses principales qui ont pu me toucher particulièrement » (écrit le 27 juillet 1774, ibid., p. 390-391). Les indications de pages données entre parenthèses dans les lignes qui suivent renvoient à cette même édition.

138 Sur le rapport entre Bergeret et ses lectures, cf. L. Norci Cagiano de Azevedo, « Originalité et lieux communs dans le journal d’un mécène à la veille de la Révolution : les carnets de voyage en Italie de Bergeret », dans D. Rabreau, B. Tollon, dir., Le Progrès des Arts Réunis, 1763-1815, Bordeaux-Toulouse, 1992, p. 395-404, repris dans L. Norci Cagiano, Lo Specchio del viaggiatore. Scenari italiani tra Barocco e Romanticismo, Rome, 1992.

139 Bergeret définit ainsi son esthétique de la clarté : « Le coup d’œil, les tableaux bien tenus, et où on voit clair sont les premiers souhaits que tout amateur doit avoir, lorsqu’il se transporte pour voir ce qu’il croit n’être pas dans son pays. » (p. 368). Il part aussi en guerre contre l’ignorance des princes romains qui tiennent leurs tableaux « enfermés en mauvais état, les laissant dépérir sans être de la moindre utilité aux arts » (p. 409).

140 Raby, Journal…, Ms cité, ff. 18v-20r. Cf. : « La carte géographique indique la grandeur de cet État ; je n’ai pas pu mieux savoir le nombre de sujets de la république, que celui de ses revenus » (f. 20r).

141 Cette remarque est tirée du Journal de mon voyage d’Italie du chevalier d’Herculais (Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8840, pièce 1, fasc. 9 [p. 10, non numérotée]).

142 Dans ce cadre s’inscrit l’épisode de la fuite de M. Bromerel, parti en laissant de grosses dettes pour la société dans laquelle travaille le jeune homme (cf. E.-G. Fazio, art. cité, p. 340).

143 Émeric avait d’abord écrit : « comme du plomb » (Notes d’un voyage en Italie…, Ms cité, f. 11v).

144 « Il y a quelques églises assez riches, quelques tableaux épars ça et là bons et de grands maîtres, mais tout cela est peu en comparaison de Genes, et bien moins encore relativement a la grandeur de l’une et l’autre de ces 2 villes » (Raby, Journal…, Ms cité, ff. 36v-37r).

145 Ce n’est qu’après avoir rempli son programme de visites qu’il peut éventuellement se livrer à une promenade plus libre. Ainsi à Venise : « Nous n’avons rien fait que de nous promener chacun à notre fantaisie, ayant presque tout vû » (Bergeret, écrit à Venise, 27 juillet 1774, dans Bergeret et Fragonard…, cit., p. 390).

146 Cf. Raby : « Florence est dans une position des plus riantes, dans un beau bassin, entouré […] d’une chaine de petis coteaux, tous bien cultivés, ou couverts d’arbres […] » (Journal…, ff. 25v-26r).

147 Cf. Raby en Ligurie : « depuis Nice, ou commence la cote, qui n’est qu’une chaine de petites montagnes pourries, jusqu’a Genes ce Païs seroit, sans les oliviers […] le plus affreux de l’Europe et le plus désert » (Journal…, f. 12r). Ou Bergeret entre Sienne et Rome : « Voilà nos 15 lieues faites par le plus beau tems, mais toujours dans les montagnes fort arides et de très beaux chemins […] Il n’y a dans cette route aucune observation à faire, sinon la fameuse montagne de Rede Cofani, par laquelle nous avons fini notre journée » (op. cit., p. 132 ; c’est moi qui souligne).

148 Foucher du Vivier, dans A. Brolles, art. cité, p. 86.

149 Trémolière, Ms cité, p. 106 (les mots soulignés sont en gras dans le manuscrit).

150 Bergeret de Grancourt, op. cit., p. 88 et 300.

151 Nombreux sont les voyageurs en Italie issus de milieux marchands (voir supra, chap. 2, note 12). On remarquera aussi que l’amateur d’art ou d’antiquités – comme Pierre Guys, Saint-Non, Bergeret ou Watelet – est souvent un marchand, un négociant ou un financier insatisfait ou que n’intéresse pas au premier chef son métier, sinon pour encaisser l’argent qui sert à assouvir son goût pour les œuvres d’art.

Table des illustrations

Titre Tableau 14. LES VOYAGES DE MARCHANDS ET D’HOMMES DE PROFIT FRANÇAIS EN ITALIE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 9 – (a, b) Itinéraires italiens de Foucher du Vivier et Raby d’Amérique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 10 – (a, b) Itinéraires italiens de Bergeret de Grancourt et Émeric David.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 11 – (a, b) Itinéraires italiens de Jordan et Sarasin
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540