Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Quatrième partie. Figures anciennes, pratiques nouvelles

Chapitre 10. L’affirmation des hommes de science

Texte intégral

  • 1 Rompant avec une tradition bibliographique sur le voyage en Italie qui n’individualisait guère les (...)
  • 2 À ne pas confondre avec son descendant du même nom, auteur d’un journal manuscrit issu de son voya (...)
  • 3 L’expression est de Duclos : comme on l’a déjà dit (supra, chap. 1, note 1), les « savans qui s’oc (...)
  • 4 S’il était connu depuis le xvie siècle, c’est en 1738 que le site d’Herculanum fut ouvert par le r (...)
  • 5 Dans la Lettre XXXIV adressée à son ami Buffon – lui-même venu en Italie quelques années plus tôt, (...)

1Le filon de l’enquête savante a longtemps été négligé dans les études sur le voyage en Italie, à la fois parce que les récits suscités n’étaient pas aussi homogènes que ceux des parlementaires ou des précepteurs et en raison de leur lien privilégié avec l’histoire des sciences, qui seule leur accordait de l’importance1. La richesse des notes et relations que les gens de science ont laissées de leurs voyages en Italie entre 1750 et 1815 justifie pourtant de se pencher sur l’écart qui tend à se creuser entre le voyage traditionnel des élites du Grand Tour, mêlant une curiosité encyclopédique aux plaisirs de la vie en société, et des pratiques d’enquête de plus en plus spécifiques. L’intérêt des voyageurs français pour les objets de science est assurément antérieur à l’époque que nous considérons. Dès le milieu du xviie siècle, Balthasar de Monconys (1611-1665) s’occupait lors de ses séjours en Italie de machines de mathématiques et d’expériences physiques, de sciences naturelles et de chimie, fût-ce avec une prédilection pour l’occultisme, et il rencontra des savants comme Torricelli, Dal Pozzo ou Jean-Dominique Cassini2. Parallèlement au statut des gens de lettres, le voyage effectué en s’occupant « de sciences exactes »3 a cependant connu de grandes évolutions au cours du xviiie siècle, en particulier après 1750. Issue du réveil inattendu du Vésuve en 1631 et renforcée par l’attrait pour les fouilles d’Herculanum et de Pompéi à partir des années 17404, l’attention croissante portée aux phénomènes volcaniques a d’ailleurs suscité des commentaires de nature scientifique jusque dans des récits aux préoccupations variées, comme les Lettres d’Italie du président de Brosses5. Elle a aussi provoqué une intensification du rythme des voyages plus spécialisés parmi les gens de lettres, dont témoignent les mémoires présentés devant les académies des sciences de Paris, de Toulouse ou d’ailleurs.

De l’homme du monde à l’homme de science

  • 6 Sur cette question des mesures antiques, voir G. Montègre, « Vers la mesure du monde ? Le voyage s (...)
  • 7 On note cependant qu’Hinckman, le précepteur de Lord Kingston en compagnie duquel Buffon voyageait (...)
  • 8 Ces dernières sont relatées autant par d’Orbessan (« Voyage d’Italie », dans Mélanges historiques, (...)
  • 9 Cf. J. Ehrard, J. Roger, « Deux périodiques français du xviiie siècle : ‘le Journal des savants’ e (...)

2C’est à la catégorie des auteurs de ces mémoires qu’appartient déjà une première série de voyageurs visitant l’Italie entre 1749 et 1766. On y trouve l’abbé Nollet en 1749, le marquis d’Orbessan en 1749-1750, Charles-Marie de La Condamine en 1755-1756 et Nicolas Desmarest, qui accompagne le duc de La Rochefoucauld en 1765-1766. Parfois munis d’instruments de mesure et tous désireux d’effectuer des expérimentations, ces hommes observent les phénomènes météorologiques, dissertent sur les mesures exactes des Romains6 ou espèrent tirer profit de la visibilité des sommets depuis les côtes de l’Adriatique et de la mer Tyrrhénienne pour étudier la longitude (La Condamine). Ils méditent sur des objets d’agronomie et de botanique, décrivent les mouches luisantes de Vénétie (Nollet) ou s’occupent de physique avec les arcs-en-ciel concentriques de la cascade de Terni (d’Orbessan). Ils se passionnent pour les vapeurs du Vésuve et examinent les qualités de la lave. Si l’on excepte Nollet, envoyé en mission par le roi de France pendant quelques semaines en 1749 afin de recueillir des notions exactes sur l’état des sciences en Italie, de vérifier les potentialités thérapeutiques de l’électricité et de s’informer sur l’industrie de la soie, ces voyageurs demeurent toutefois avant tout des mondains, acteurs du Grand Tour. Buffon lui-même, dont il ne nous reste du voyage accompli depuis Dijon en Italie de 1730 à 1732 qu’une lettre écrite de Rome, ne s’était alors pas beaucoup distingué du modèle dominant7. À l’instar de Charles de Brosses et de Madame du Boccage, de Pierre-Jean Grosley et de l’abbé Jérôme Richard, nos hommes passent en général leur année entière en Italie, visitant les monuments et les bibliothèques, participant aux spectacles et aux cérémonies de cour, séjournant à Venise en mai pour assister aux fêtes de l’Ascension8. Fidèles à l’éclectisme des sujets abordés dans le Journal des savants des premières décennies du siècle9, ils proposent de leur voyage un compte rendu qui n’a rien d’exclusivement scientifique.

  • 10 Ce récit occupe tout le t. 2 des Mélanges déjà cités. Les mémoires sur la cascade de Terni, sur la (...)
  • 11 Op. cit., p. 336.
  • 12 « Tous ces beaux restes d’antiquités, dit-il de Nîmes, n’entrent point, je l’ai déjà dit, dans le (...)

3C’est ainsi que le parlementaire d’Orbessan (1709-1801) voyage le Misson à la main et fait précéder ses observations de physique et d’histoire naturelle d’un très classique récit de voyage en Italie10, où il liquide d’un mot les laves d’Herculanum et s’attarde davantage sur les édifices, leurs pièces et leurs peintures. De son côté, La Condamine (1701-1774) révèle dans son mémoire de 1757 à l’Académie Royale des Sciences la dualité de sa propre entreprise. Il a beau s’interdire « comme étranger à mon objet, tout détail concernant les beaux arts & les monumens antiques, à moins que la physique ou les mathématiques ne s’y trouvent particulièrement intéressées »11, il n’en évoque pas moins le pont du Gard, une fête à Pise et des courses de chevaux à Rome12. Esprit curieux de tout, il s’attache aux objets extraordinaires : vase d’émeraude à Gênes, fontaine d’eau douce au large de La Spezia, fragments de machoire d’éléphant pétrifié en agathe ou taupes dites « de Carthage ». Combinant son érudition avec un sens authentique de l’observation, La Condamine exerce son jugement critique sur des objets divers. Il compare à un cristal noirâtre rapporté du Pérou les différentes sortes de laves du Vésuve et tente de démonter les préjugés de ses contemporains à l’aide de déductions qui lui servent par exemple à expliquer les causes du dépeuplement de la région de Rome.

  • 13 La fameuse expérience de Nollet sur la vapeur de la grotte du chien, d’ailleurs reprise par La Con (...)
  • 14 « Mémoire sur le basalte. Troisième partie, où l’on traite du Basalte des Anciens ; & où l’on expo (...)
  • 15 C’est dans les Mémoires sur la minéralogie du Dauphiné (Paris, impr. de Clousier, 1779) que Guetta (...)

4Les cas de Nollet et de Desmarest, tous deux issus de milieux sociaux moins élevés, introduisent plus directement à l’étude des trois manuscrits de voyageurs que nous allons ensuite étudier de près. Avant tout physicien (1700-1770), l’abbé Nollet rédige un journal assez complet de Paris à Naples par Turin et Gênes, s’attache à analyser l’effet des vapeurs du Vésuve et se montre davantage attiré par le volcan en activité, avec sa fumée et ses flammes, que par la structure des roches13. D’une génération postérieure (1725-1815), Nicolas Desmarest manifeste l’unité de ses intérêts dans un mémoire publié en 1773 et consacré au basalte14. Commentant un voyage effectué dans l’ensemble de la péninsule, il y présente un itinéraire qui, du Vicentin au Vésuve en passant par les environs d’Acquapendente puis par ceux de Rome, a pour seule raison d’être l’observation des matières volcanisées. L’Italie des monuments, des villes d’art et de la sociabilité n’est pas évoquée. Or, nous nous trouvons ici sur le terrain même du premier de nos témoins privilégiés, Jean-Étienne Guettard (1715-1786). Découvreur en 1751 de l’origine volcanique du relief de la plus grande partie de l’Auvergne, ce dernier entreprend en 1773 un voyage dans le Midi de la France et en Italie qui devait l’aider, par le jeu des confrontations entre l’Auvergne et l’Italie, à reconnaître un peu plus tard le caractère volcanique du basalte15.

  • 16 Ce n’est pas sans raison qu’Amédée de Foras, dans l’Armorial et Nobiliaire de Savoie, qualifie Vic (...)
  • 17 Guettard peut raisonner sur le Vésuve dès 1752 grâce aux morceaux de lave rapportés par Montigny e (...)
  • 18 Bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 227.
  • 19 Archives Départementales de la Savoie (A. D. Savoie), 1 J 28.
  • 20 A. D. Isère, J 546.

5Au cours du dernier tiers du xviiie siècle, l’intérêt pour l’histoire naturelle se précise et la botanique perd sa position privilégiée au profit de la minéralogie. Ce qui unit alors Guettard, médecin né à Étampes, dans la Beauce, et ses cadets le Dauphinois Barthélemy Faujas de Saint-Fond (pl. V) (1741-1818) et le Savoyard Jacques-Alexis Vichard de Saint-Réal (1746-1832) est que ces trois voyageurs – dont deux sont d’authentiques minéralogistes, et le troisième plutôt un technicien16 – circulent en Italie avec une même passion des roches et de leur histoire. Tout en partageant avec leurs prédécesseurs du milieu du siècle la soif de connaître et de faire savoir, ils s’en démarquent assez nettement. Leurs écrits intéressent une réflexion sur l’espace italien dans la mesure où ils s’attachent aux matières et aux formes dont les chemins qui traversent cet espace sont faits, parfois aussi aux façons d’améliorer le passage des hommes. Complétant un savoir constitué avant leur départ grâce à l’examen des minéraux et fossiles reçus en France17, leurs expéditions sur le terrain les conduisent à définir de nouveaux parcours de connaissance, notamment en Italie du Nord. Pour en juger, nous avons choisi un ensemble de documents inédits. Ceux-ci comprennent des notes prises par Guettard lors d’un voyage du Nord au Sud de l’Italie en 177318, les quatre carnets de route de Vichard de Saint-Réal relatant son enquête de 1778 entre la Savoie, le Val d’Aoste et les abords du lac Majeur, ainsi que ses voyages au Mont-Cenis en 1787 et 178819, enfin le journal tenu par Faujas de Saint-Fond lors de sa mission géologique de Nice à Gênes, puis vers la Vénétie à l’automne 180520. Tout en posant le problème de leur teneur scientifique, qui ne sera ici qu’effleuré, ces textes invitent à se demander comment une vision particulière du territoire italien se constitue à travers le goût pour les relevés, la description ponctuelle et méthodique de certains sites ou le repérage d’échantillons à rapporter. Or, il s’agit là d’une démarche qui se distingue autant de l’approche érudite et antiquaire des voyageurs du Grand Tour que de celle que Dupaty élabore au même moment dans ses lettres, annonciatrices de la veine égotiste du voyage romantique.

  • 21 Parmi les manuscrits se distinguent les carnets que Dolomieu a laissés de ses nombreux voyages à t (...)
  • 22 La traduction française de l’ouvrage de Lettsom (voir note suivante) figure au catalogue du librai (...)

6Nous mentionnerons chemin faisant et reviendrons plus loin sur l’existence d’autres carnets et comptes rendus de naturalistes du dernier tiers du siècle21. L’intérêt des manuscrits que nous avons sélectionnés est toutefois de nous montrer d’une part le travail scientifique en train de se faire, d’autre part la différence qui tend à s’approfondir entre les journaux de voyage du savant de sciences exactes et ceux à visée littéraire ou mondaine, plus aisés à publier dans leur forme première en dépit des réécritures auxquels eux-mêmes ont été fréquemment soumis. Nous nous demanderons si les notes de voyage de Guettard, de Vichard et de Faujas, écrites entre 1773 et 1805, constituent le matériau préparatoire à des ouvrages, la première esquisse d’un produit achevé et fini, ou si, au contraire, elles ne sont qu’un simple « réservoir » pour des réflexions ultérieures, permettant d’appuyer les hypothèses formulées dans les mémoires académiques. À cet égard, nous ne saurions oublier que l’utilisation du journal de voyage est un fondement de la pratique scientifique telle que l’entendent les instructions de voyageurs parues à cette époque, à commencer par celles de Lettsom, assez largement diffusées en France22 :

  • 23 J. C. Lettsom, Le Voyageur naturaliste, ou instructions sur les moyens de ramasser les objets d’Hi (...)

Il seroit aussi bien important, lit-on dans la préface du Voyageur naturaliste traduit de l’anglais en 1775, que le Naturaliste tînt un journal, dans lequel il feroit mention, jour par jour, des événements, observations, lieux, distances, récits, instructions & remarques relatives à ses vues, qu’il auroit la précaution d’y placer pendant qu’elles seroient encore fraîches dans sa mémoire23.

7Les manuscrits nous aident ainsi à interroger de façon intime et concrète le fonctionnement du voyage du savant alors qu’il se dégage à peine de celui de l’homme de lettres et de l’amateur cultivé caractéristique du xviiie siècle.

  • 24 Manuscrit cité. Les planches d’histoire naturelle occupent les ff. 1 à 43, le « Catalogue de ce qu (...)
  • 25 L’expression « des plus agréables » revient quatre fois dans la brève description que fait Guettar (...)
  • 26 Le cas est loin d’être isolé. Un autre homme de science, le médecin et botaniste D. Villars, enquê (...)

8Si la spécificité des trois voyages retenus est, par rapport au Grand Tour, d’autant plus évidente qu’ils impliquent une lecture fragmentaire, aucun de ces récits n’étant complet, plusieurs fils les relient à la tradition du voyage des élites cultivées en Italie à l’époque des Lumières. Dans les papiers de Guettard, nous décelons les traces d’une fascination vis-à-vis de la péninsule non moins qu’une diversité d’intérêts qui rappelle le Voyage d’un François en Italie de Lalande paru en 1769. À côté de planches montrant les fossiles du Piémont, les produits volcaniques du Vésuve et les plantes des environs de Rome, nous découvrons pêle-mêle un catalogue d’œuvres et d’objets à rapporter de Pompéi, des notes prises dans la basilique de Saint-Pierre de Rome, un carnet de dépenses d’hôtel de Florence à Turin via Venise et une liste de livres italiens où un cinquième des titres concerne la poésie, la langue toscane et les visites de villes (guides de Cento, de Ferrare, de Venise)24. Nos trois auteurs n’ignorent pas non plus les lieux-phares du Grand Tour : Rome, les alentours de Naples, Gênes et Plaisance, Venise, le lac Majeur sur lequel Guettard et Vichard, à cinq ans de distance, manifestent les mêmes enthousiasmes25. En hommes du monde, provenant des élites provinciales, Vichard de Saint-Réal et Faujas de Saint-Fond demeurent enfin sensibles aux charmes de la vie en société, apprécient les rencontres prévues ou imprévues, conversent ou font volontiers un bout de voyage avec d’autres amateurs de curiosités ou des officiers se rendant à leur garnison. Bien que voyageant en 1805, à une époque où le refus de la haute montagne a désormais largement fait place au goût pour les « sublimes horreurs », le géologue Faujas préfère à l’ingrate montagne qui sépare Nice de Gênes les villes ornées de palais, d’églises et de peintures, ou encore les collines parsemées de vignes et de villas26. Cet homme qui se plaint fréquemment des mauvaises auberges ou du prix élevé de celles qui sont acceptables, en un leitmotiv qui rappelle de nombreux autres voyages du siècle, est aussi celui auquel Dolomieu devait à la fin de sa vie, depuis sa prison de Messine, reprocher de s’être dissipé dans la mondanité :

  • 27 Dolomieu, Le livre de la captivité, cité par A. Lacroix, Déodat Dolomieu, Membre de l’Institut Nat (...)

Ses manières et ses formes ont toujours été extrêmement aimables. Si son esprit, sa facilité et son temps eussent constamment été employés à la culture des sciences, il aurait pu figurer parmi les plus célèbres du siècle. Mais toutes les dissipations du monde s’allient mal avec des occupations très sérieuses. D’ailleurs, le plaisir d’obliger et l’espèce de considération attachée à une banalité de services à rendre, lui ont fait trop rechercher la faveur et le crédit des gens en place.
C’est lui qui m’a introduit dans l’étude des volcans, et il m’a pardonné d’avoir été plus loin que lui27.

  • 28 « Mes plus longs séjours [en Italie], se lamente Nollet en 1749, excepté deux mois et demi pendant (...)
  • 29 Après avoir débuté comme juge des frontières entre la France et la Savoie en 1771, Vichard est de (...)
  • 30 Sur les excursions botaniques de Jean-François Séguier dans la région de Vérone, voir K. Pomian, C (...)
  • 31 Il n’est pas aisé de reconstituer parmi les manuscrits conservés aux Archives de l’Académie des sc (...)
  • 32 Il est vrai que si Vichard emprunte le col du Petit Saint-Bernard entre la Savoie et le Val d’Aost (...)
  • 33 Saussure, Voyage dans les Alpes, Neuchâtel, S. Fauche, 4 vol., 1779-1796, t. 3, chap. 17, « De Gên (...)
  • 34 Ce passage est tiré d’un mémoire imprimé où Faujas de Saint-Fond reprend, outre le manuscrit déjà (...)

9À lire de près les textes, nous mesurons pourtant que le voyage mené à la façon du marquis d’Orbessan ou de La Condamine est déjà loin. Médecin du duc d’Orléans, Guettard jouit, il est vrai, d’une certaine indépendance matérielle et de la possibilité d’un séjour prolongé. Les voyages de Vichard et de Faujas sont en revanche de courte durée, à l’instar de ceux de Nollet28, et ils constituent de véritables missions autant au service de l’État piémontais, dont Vichard de Saint-Réal est fontionnaire, que du Muséum d’histoire naturelle à Paris où Faujas est depuis sa création, en 1793, professeur de géologie29. La géographie de l’Italie qui transparaît dans les notes de nos trois voyageurs se distingue radicalement de celle du Grand Tour, fondée sur une constance d’itinéraires de Milan ou Venise à Naples et de Rome à Bologne. Seuls de rares hommes de science, comme J.-F. Séguier (1703-1784)30 ou N. Desmarest, s’étaient avant Faujas écartés de l’axe Venise-Padoue-Vicence-Vérone-Brescia-Milan pour sillonner le Véronais et le Vicentin. Encore plus étrangers à l’esprit du Grand Tour, les voyages de Dolomieu (1752-1801) à partir de ses « camps de base » de Malte ou de Rome ont quant à eux inauguré au cours des années 1780 une forme de vagabondage géologique d’un genre nouveau, destiné à recueillir année après année des échantillons de roches et de minéraux dans les diverses régions de la péninsule31. Les voies d’accès à l’Italie qu’empruntent nos trois naturalistes ne sont pas non plus les plus usitées. L’entrée par le Val d’Aoste, où nous suivons Vichard en 1778, est moins habituelle au xviiie siècle que celles par le Mont-Cenis, par le col du Brenner ou par bateau de Marseille à Livourne32. En quelque sorte « ouvert » par Saussure et Pictet en 178033, l’inconfortable chemin par voie de terre entre Nice et Gênes, où Faujas engage chevaux et mulets avant de traverser les Apennins et de rejoindre la plaine du Pô, résulte quant à lui d’un choix de géologue. Il est difficile d’imaginer que des voyageurs d’un autre type se seraient alors risqués sur une route que, selon les mots de Faujas lui-même, « peu de voyageurs, amis de la minéralogie, ont faite jusqu’à présent, par les défilés étroits et difficiles qui règnent sur les escarpemens de cette partie des Alpes de la Ligurie, contre lesquels la mer vient se briser avec fracas »34.

Les formes d’un regard plus spécialisé

  • 35 Op. cit., p. 340. La Condamine revient d’ailleurs un peu plus loin sur les marbres de la chapelle (...)
  • 36 On raconte que la passion de Desmarest pour les roches était si exclusive que les gardiens de musé (...)
  • 37 Manuscrit cité, ff. 45 à 48.
  • 38 Ibid., f. 50r.
  • 39 Ainsi dans le récit du voyage de Guettard de Milan à Lyon à propos de la route, des maisons et des (...)
  • 40 Manuscrit cité, f. 12v. De même Dominique Villars, lui aussi Dauphinois, décrit-il en 1811 Alexand (...)
  • 41 « De toutes les preuves d’une vérité, la plus sure, est celle des yeux. […] Cependant on ne marche (...)

10Même quand les voies suivies restent celles, classiques, du Grand Tour – ainsi celle de Milan à Lyon par le Mont-Cenis parcourue par Guettard, ou la route de Gênes à Vérone par Plaisance et Mantoue qu’emprunte Faujas –, le regard des voyageurs savants n’est plus dans le dernier tiers du siècle celui de l’amateur considérant les objets qui s’offrent à sa vue avec un mélange de curiosité, d’esprit de justesse et de naïveté. Soucieux d’approfondir la connaissance dans le domaine relevant de sa compétence – nous pourrions presque dire de son métier –, le naturaliste passionné de minéralogie présente de l’Italie une image quasiment obsessionnelle ou qui à tout le moins renverse les modèles du Grand Tour. Voyant partout des pierres, il décrit à la lumière de cette préoccupation non seulement la nature, mais aussi les œuvres des hommes, les routes, les places, les monuments et les maisons. Emboîtant le pas à La Condamine, que frappait déjà en Toscane « la grande quantité de marbres employés dans les édifices »35, et plus encore à Desmarest, qui fonde en partie sa classification des différentes sortes de basaltes sur une observation de monuments vus à Rome36, Guettard visite Saint-Pierre de Rome en notant fébrilement sur un petit carnet de fortune, comme s’il était dans une carrière aux veines éblouissantes, les variétés de marbres de chacune des chapelles de la basilique37. À Arona, sur le lac Majeur, ce n’est pas la statue de Saint-Charles qui retient le minéralogiste : ce dernier remarque seulement que « la montagne ou (sic) est la figure colossale de St Charle est calcaire. Il ma paru qu’elle avoit aussi des quartz roussatre a grains noirs »38. Un lien est établi entre les roches et l’usage que les hommes en font, mais l’aspect des chemins ou des maisons compte moins que le fait de constater que l’on s’est servi des cailloux du voisinage pour les construire39. Tandis que Vichard décrit le paysage en présentant sans cesse des solutions pour améliorer la pente et la solidité des routes, Faujas trouve Plaisance « grande et agreable », voit « de grandes beautés » dans les statues des deux Farnèses, et vante surtout la place en face du palais, « remarquable en ce quelle est parée en grandes dales, bien propres bien ajustées, d’un granit qui peut se tailler avec des marteaux a pointes, étant composé de feld-spath blanc, de feld-spath rose, qui forment le fond de la pate et de linéaments d’hornblende noire »40. Sans négliger la botanique et tout en formulant des jugements d’ordre esthétique sur les monuments ou le paysage, le géologue assujettit le pays réel aux exigences de sa spécialité naissante. L’Italie qu’il décrit n’a plus rien d’un musée pour érudit ou dilettante. Elle s’offre à la preuve par les yeux et devient un de ces lieux où l’homme attendant la révélation de l’Apocalypse ne peut, selon les mots de l’abbé Gros de Besplas, atteindre la vérité et dévoiler les secrets de la terre qu’en se munissant d’un marteau et en prenant appui sur les objets mêmes dans lesquels [il] fouille41.

  • 42 La formule de Condorcet estimant que Fougeroux de Bondaroy n’avait au cours de son voyage en Itali (...)
  • 43 Le titre de Baudelot de Dairval est éloquent : De l’utilité des voyages, et de l’avantage que la r (...)
  • 44 Op. cit., p. 21. Cf. supra, chap. 1, note 88.

11Par-delà la diversité de leurs objectifs, les voyages de Guettard, Vichard de Saint-Réal et Faujas de Saint-Fond révèlent leur composante scientifique à plusieurs signes. Ils manifestent d’abord une même volonté de diffuser le savoir. Certes le leitmotiv de l’utilité du voyage traverse le siècle, depuis les instructions à l’usage des voyageurs – de Jean-Frédéric Bernard à Berchtold – jusqu’aux définitions de dictionnaires et comptes rendus d’expéditions42. Il n’est pas propre aux hommes de science et trouve sa source au siècle précédent, par exemple chez Francis Bacon, James Howell, Robert Boyle ou Baudelot de Dairval43. Il n’en acquiert pas moins pour les naturalistes une signification ambiguë dans la seconde moitié du xviiie siècle. D’un côté, on voit se préciser les recommandations pour qu’à la faveur des voyages les connaissances s’élargissent. En digne émule de l’abbé Pluche, Gros de Besplas s’est ainsi lancé en 1763 dans une apologie du terrain où la nature créée par Dieu conduit le minéralogiste chargé de la déchiffrer. En 1775, Lettsom a justifié l’effort du naturaliste par la recherche du bonheur et le devoir d’être « utile à la société ». Pour éviter toute perte de temps dans les recherches, ce dernier a prodigué de très précises « instructions sur les moyens de ramasser les objets d’Histoire Naturelle, & de les bien conserver ». Avec le même souci d’efficacité, Berchtold multipliait vingt-cinq ans plus tard les conseils à l’adresse des voyageurs « qui se proposent l’utilité de leur patrie ». Mais le terme de patrie signale d’un autre côté, on l’a vu, des infléchissements propres à éclairer sous un jour opposé les comportements de nos hommes de science en Italie. La générosité peut être calculée et le patriotisme l’emporter sur l’intérêt de l’humanité : « les Voyageurs, écrivait Gros de Besplas, sont comme des aigles audacieux, qui s’envolent dans les régions les plus reculées, où ils enlèvent un ample butin qu’ils apportent sous le ciel d’où ils s’étaient élancés »44. Butin, captage, vol, espionnage : cette conception du voyage se retrouve chez le philanthrope Berchtold lorsqu’il suggère comment recueillir auprès des étrangers le plus grand nombre possible d’informations, et va jusqu’à recommander l’usage d’un langage codé pour éviter qu’en cas de perte du journal, le pot aux roses ne soit découvert.

  • 45 Non sans habileté, Faujas tente de dissimuler l’apparence de pillage de la collection de fossiles (...)
  • 46 Si le travail lui est facilité par la bonne grâce de ses interlocuteurs, il tient aussi aux straté (...)
  • 47 Sur les quinze alinéas de la liste, trois portent cette mention : « des petits tableaux a fresques (...)

12L’expédition savante s’inscrit en Italie aussi dans une perspective militante et à certains égards agressive. Nous ne sommes donc pas surpris de l’attention avec laquelle Faujas de Saint-Fond, précédemment commissaire de la Convention avec Thouin en Belgique et dans les pays rhénans, puis envoyé par le Directoire en Allemagne, décrit les opérations militaires de la troisième coalition qui opposent autour de Vérone à l’automne 1805 les troupes françaises et celles de l’archiduc Charles. Sa pratique de la collecte d’objets rappelle celle de Monge et de la Commission des objets de science et d’art en Italie en 1796-179745. Quelques décennies plus tôt, Vichard en enquêtant pour le roi de Sardaigne savait habilement soutirer dans chaque ville – il est vrai que son voyage n’était pas celui d’un étranger – les informations qui pouvaient aider à modifier l’état des routes et à réformer le commerce46. Les notes de Guettard, plus sobrement, nous laissent néanmoins elles aussi deviner qu’une ambiguïté se loge dans le geste qui consiste à prendre possession des témoignages du passé, issu de la volonté d’instruire. Lorsqu’en 1773 le minéralogiste rédige une liste d’objets à rapporter de Pompéi pour le cabinet du duc d’Orléans, il éprouve le besoin de s’abriter derrière le rappel scrupuleux qu’une partie de ces objets était en état d’abandon47.

  • 48 En dehors des planches qui peuvent laisser supposer la compagnie d’un dessinateur (Guettard dessin (...)
  • 49 C’est ainsi que Faujas complète certains aspects du voyage géologique de Saussure entre Gênes et N (...)
  • 50 Dolomieu échangea une volumineuse correspondance avec ses contemporains, notamment dans les années (...)
  • 51 Saussure, op. cit., t. 3, p. 27-28, 29, 34-35 et 129.
  • 52 Vichard mène son enquête de la Savoie au lac Majeur avec le chevalier Lovera, qui se charge de lev (...)
  • 53 Manuscrit cité, ff. 13r à 14r. Ce type de contact fait partie de la pratique normale des savants e (...)
  • 54 Le prestige de Séguier est toujours vivace en 1805, si l’on en croit ce bref récit de Faujas : « O (...)
  • 55 K. Pomian, op. cit., p. 263.

13De la lecture des manuscrits ressort un second aspect du travail scientifique, à savoir l’insertion des voyageurs naturalistes dans des réseaux de sociabilité savante. Si cette dimension transparaît peu dans les notes de Guettard sur l’Italie, où domine l’image vraisemblablement fausse d’un solitaire48, elle s’impose dans le cas de Vichard et surtout dans celui de Faujas. Loin de se fonder sur une critique frontale ou sur le recopiage de textes antérieurs, à la différence de ce qui arrive souvent dans les récits de voyage du Grand Tour, le discours scientifique prend en compte les expéditions précédentes pour y combler des vides ou ajouter de nouvelles observations49. Des réseaux se constituent en outre avec d’autres savants, comme le montre à son tour le cas de Dolomieu50. Vichard transmet des roches à H.-B. de Saussure, dont un échantillon de variolite ; ce dernier connaît le journal écrit sur le Mont-Cenis en 1787 et vante dans le Voyage dans les Alpes « le courage, l’activité & les talens » de Vichard51. Le voyageur est ensuite homme de compagnie. Il mène ses explorations à deux ou à plusieurs et n’hésite pas à partir pour un jour avec un amateur de curiosités naturelles rencontré sur la route52. Enfin le voyage est ponctué de rencontres prévues ou recherchées. De passage à Plaisance, Faujas n’hésite pas à aller récupérer dans la montagne un certain M. Cortesi pour que celui-ci lui montre dès le matin suivant son cabinet d’histoire naturelle53. Dans la droite ligne de la tradition académique qu’avait par exemple illustrée Séguier, venu plusieurs fois herboriser aux alentours de Vérone un demi-siècle plus tôt54, le professeur de géologie du Muséum d’histoire naturelle de Paris est reçu à Vérone par Giovanni Battista Gazola, ami de Fortis et détenteur de la plus riche collection d’histoire naturelle de la ville au début du xixe siècle. À Vérone comme à Vicence, dont il sillonne les environs riches en traces de volcanisme, il se trouve bien au cœur, pour reprendre les mots de K. Pomian, de « toute une culture organisée autour de la collecte et de l’étude des productions naturelles »55, propre à satisfaire sa curiosité au moment où se constitue la discipline qu’il a en charge d’enseigner.

  • 56 Pour nous donner à voir la montagne d’Albano, Guettard procède selon le même système et présente à (...)
  • 57 « Notre projet étoit de faire cette route [de la corniche] à pied ; mais comme nous avions des val (...)
  • 58 La Condamine justifie cette absence d’instruments par le fait que le but initial de son voyage en (...)
  • 59 Du 23 au 30 octobre 1805 Faujas travaille chaque jour du matin au soir pour inventorier les poisso (...)
  • 60 Guettard compare ainsi la plaine du Pô aux plaines de Pologne étudiées une dizaine d’années plus t (...)
  • 61 Ainsi Faujas attaque-t-il le calcaire de Gênes « plusieurs fois avec l’acide nitrique » pour en dé (...)
  • 62 Dans ses notes du voyage entre Milan et Lyon Guettard multiplie les expressions du doute et de l’h (...)

14La spécificité du voyage des hommes de science se reconnaît enfin aux marques matérielles de l’écriture et à la démarche suivie pour construire le savoir. Les notes prises pendant le voyage témoignent du soin et parfois de la minutie extrême avec lesquelles les connaissances sont recueillies. Il ne suffit plus de rechercher comme de Brosses une adéquation entre les informations provenant des auteurs anciens et quelques observations effectuées sur place. Il faut décrire le pays réel en usant d’un lexique approprié. Les lieux sont nommés avec une précision de cartographe et Guettard n’oublie pas une ville, pas un village, pas un franchissement de rivière entre Milan et Lyon56. Chaque roche ou chaque accident de terrain est désigné avec exactitude et à l’Italie des Carrache et de Guido Reni succède une Italie des terres sableuses, des granites et des quartz de diverses couleurs, des poudingues et des brèches, des bancs, des veines et des fissures. La passion de la mesure s’applique aux blocs de pierre, aux montagnes et aux monticules, aux temps de voyage et aux distances entre les étapes, au prix des vivres et des auberges, aux déclinaisons de terrain chères à Vichard de Saint-Réal. Approximative chez Guettard, plus rigoureuse chez Vichard et Faujas, cette démarche exige le secours de cartes, de livres et surtout d’instruments permettant de mesurer et de mémoriser57. À côté de ceux que tout voyageur contemporain transporte, la montre, le baromètre, le thermomètre et le matériel pour écrire, nous rencontrons des variantes de ces mêmes instruments, le marteau et des outils plus lourds, impliquant de disposer d’une caisse. Tandis que La Condamine, en dépit de son goût pour les mesures, annonçait au début de son voyage n’avoir porté « aucun instrumens avec lui », sinon un baromètre qui se brisa lors de l’ascension au Vésuve58, Vichard installe deux étés de suite un véritable campement au Mont-Cenis pour procéder à ses repérages d’altitudes grâce aux différences de hauteur du mercure. Tout comme chez les membres des Commissions chargées de la recherche des objets de science et d’art sous la Convention et le Directoire, une attention jalouse est apportée à l’étiquetage et à la mise en caisse des spécimens recueillis, en particulier des fossiles59. C’est aussi dès le stade de son journal que le savant façonne un discours scientifique. Il relève les analogies entre terrains proches ou éloignés60, rend compte d’expériences pour déterminer la nature d’une roche61, formule des hypothèses. Par les doutes et les prudences62 qu’elles expriment, les notes de l’homme de science sont ainsi en profond contraste avec le discours assuré et définitif dont témoignent de nombreux récits du Grand Tour.

  • 63 Les caractéristiques qui viennent d’être énoncées ne se retrouvent pas moins chez d’autres voyageu (...)
  • 64 Court traité du paysage, Paris, 1997, p. 187 et 17. Cette définition est reprise du traité de René (...)
  • 65 Sur La Novalese : « Cet endroit est pittoresque, quoiqu’il soit horrible » (manuscrit cité, f. 51v (...)
  • 66 Cf. Saussure, op. cit., « Discours préliminaire », t. 1, p. 3. Ces divers plans de la description (...)
  • 67 Guettard compare ainsi les granits d’Égypte et de France, le soufre du cap de Bonne-Espérance et c (...)

15Au moment de dresser un bilan des trois voyages considérés et sans vouloir les juger représentatifs de l’ensemble des voyages de naturalistes accomplis dans le dernier tiers du siècle63, deux types de remarques s’imposent. La première concerne la description des paysages. Si, comme l’écrit A. Roger, « tout paysage est un produit de l’art », une situation choisie ou créée par le goût et le sentiment64, devons-nous croire que les géologues et les naturalistes se sont contentés de décrire des « pays » et soient restés cantonnés dans une sorte de degré zéro du paysage ? Même si leurs journaux laissent poindre peu d’émotions, et que l’on doit attendre le Mont-Cenis et la caverne des Échelles pour qu’à son retour d’Italie Guettard se sente tressaillir65, il va de soi que les savants et techniciens fabriquent à leur façon des paysages. Contrairement à ce qui se passait dans les récits surtout urbains des voyageurs précédents, les éléments de la nature sont devenus premiers. Ils suscitent une écriture située au ras du sol et des cailloux, attentive au détail des pierres et plus largement des terrains, mais qui, selon le vœu de Saussure, fait également apprécier les modelés d’ensemble66. Nous entrons par là dans l’histoire même de la terre et le paysage en mouvement est pris dans un destin qui dépasse le sol italien. Une sorte de géographie universelle, certes très éclatée, se constitue dans les mémoires de Guettard et de Faujas par le jeu des analogies et des comparaisons67. Aussi sommes-nous amenés à nous poser la question de l’intérêt porté à l’italianité. Est-ce vraiment l’Italie qui intéresse les hommes de science qui visitent l’Italie ? La péninsule avec ses lits de roches n’est-elle pas simplement, comme la Pologne, l’Auvergne ou l’Écosse, une école vivante des sciences naturelles, et en particulier ce laboratoire des volcans que décrit J. J. Ferber dans ses Lettres sur la minéralogie parues en 1776 ?

  • 68 De même dans son secteur, qui est celui de la botanique, Villars a-t-il le souci de comparer les v (...)
  • 69 Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H. J. Jansen, an IX (1801), p. 317. Ce passage a (...)
  • 70 Manuscrit cité, f. 13v.

16Dans le domaine des roches autant que dans celui des plantes68, la vision transfrontalière et européenne en effet prédomine. Une preuve en est donnée par l’absence de référence à l’Italie – provînt-elle d’auteurs classiques – lorsque nos minéralogistes franchissent les cols alpins. Ce silence s’oppose à la description enthousiaste de Cambry lors de sa descente depuis le Saint-Gothard vers le lac Majeur en 1788, porteuse d’un émoi appelé à se répéter tout au long de l’époque romantique : « On n’imagine pas les saisissements, les battements de cœur que j’éprouvai, quand je me vis aux portes de ce pays sacré, à deux jours de Milan, près des îles Borromées »69. Si ce n’est pas « l’Italie » que le voyageur naturaliste attend, il n’en est pourtant pas moins confronté à ses réalités et dans les interstices du monde minéral se glisse sur elle un regard qui n’est pas tout à fait indifférent. La péninsule s’entrevoit dans l’évocation des plaines fertiles chères à la tradition du Grand Tour, dans certaines descriptions de villes et d’églises, dans la manière de dépeindre les habitants. Faujas manifeste une légère condescendance vis-à-vis des Italiens lorsqu’il dénonce leur attitude irrespectueuse au cours d’une fête juive ou attribue à une éducation efféminée la peur du noir qu’éprouve le naturaliste Cortesi70. Son Italie est aussi un pays du présent, avec ses maisons percées de balles, ses forteresses et le constat des destructions qu’entraîne la guerre. Une frontière resurgit alors, une vision conflictuelle de l’Italie s’insinue dans le voyage du géologue.

Savoirs et écritures en recomposition

  • 71 Manuscrit cité, ff. 61r et v.

17La juxtaposition entre des formes de récits disparates, depuis les notes écrites à la hâte jusqu’aux journaux copiés avec soin, conduit à s’interroger sur le statut de l’écriture du voyage que proposent les savants et techniciens. Par-delà ses vides et lacunes, le corpus qui vient de nous occuper témoigne d’un moment à la fois enthousiaste et pionnier, où au commentaire scientifique s’ajoutent des observations relevant d’autres registres, où le discours philosophique cohabite avec la démarche d’observation (chez Faujas surtout, émule de Buffon) et où l’écriture elle-même oscille entre l’exigence littéraire et la nécessité d’une collecte patiente et laborieuse. Le méticuleux Guettard n’a pas la plume facile, mais il nous fournit le meilleur exemple des contradictions dans lesquelles se débat l’écriture savante face à la question du voyage en Italie. À ses yeux, en effet, l’histoire naturelle souffre de ne pas avoir encore son vade-mecum pour l’Italie. Dans la foulée des récits-guides de Richard et de Lalande, qui traitent de tous les domaines, il songe à combler ce manque et griffonne au cours de son voyage de 1773 un projet de préface pour ce guide d’un genre nouveau qui se réfère explicitement au Voyage d’Italie de Cochin. Paru comme on sait en 1758, ce dernier constitue, selon Guettard, un modèle où « il faut puiser les lumières suffisantes pour connoître les beautés des chefs d’œuvre de peinture dont l’Italie est enrichie ». Le savant formule aussitôt après le programme de son propre ouvrage : « J’ai borné mes observations sur l’Italie a ce que la nature pouvait me presenter. Le champ etoit vaste et si vaste que j’ai encore ete obligé de me borner a un seul objet, je veux dire a ce qui regarde la minéralogie. »71 Le guide de l’Italie minéralogique dont rêva Guettard ne vit malheureusement pas le jour et dans le projet avorté nous pouvons déceler une forme d’impossibilité. Plus qu’aux insuffisances d’écriture de l’auteur potentiel, l’interruption du projet est vraisemblablement due à la nature mouvante du sujet.

  • 72 J.-D. Cassini, Journal d’un voyage fait en Italie, en mil Sept cent Soixante Quinze, Bib. Munic, d (...)
  • 73 Sur le quadrillage de l’espace en régions naturelles dans la première moitié du xixe siècle, consi (...)
  • 74 Il l’était plus encore que l’entreprise similaire tentée sur la France au cours des années 1780. S (...)

18De nombreux autres guides paraissent au cours des années 1770 et révèlent qu’un désir était alors fortement ressenti par le public de disposer d’instruments tantôt spécialisés, tantôt plus brefs et génériques. Ce besoin se devine en 1775 chez l’astronome Cassini. Narrant sa rencontre avec P.-A. Guys à Marseille, il ajoute en effet dans son journal qu’il a beaucoup regretté que ce dernier n’ait pas encore publié son voyage en Italie : « il y a quelques années [M. Guys] parcourut l’Italie, il doit incessamment publier ses notes sur ce dernier voyage ; je regrettai beaucoup que cet ouvrage ne fut pas encore au jour, il m’eut certainement servi de guide plus que celui que j’avais »72. Nous savons que l’année suivante Guys faisait paraître son Voyage littéraire de la Grèce auquel il joignit un Voyage d’Italie, puis que Cassini lui-même allait trois ans plus tard publier son propre Manuel du voyageur. Mais tandis que Cochin, Guys ou même Cassini portaient leur regard neuf et personnel sur des objets de musée, le conservateur des collections du duc d’Orléans travaillait dans un domaine en cours d’exploration et sur lequel les connaissances évoluaient rapidement. La géologie n’avait pas encore quadrillé l’espace en régions naturelles, pas encore acquis sa primauté sur d’autres lectures du paysage telles que celles de la statistique, de la cartographie ou de l’agronomie73. La diffusion d’un savoir stabilisé s’adressant à un public élargi était sans doute prématurée74.

  • 75 Ces mémoires et notices relatifs au Véronais (Bolca, Vestenanova), au Vicentin (Monteviale, Montec (...)
  • 76 Outre le « Voyage géologique sur le monte Ramazzo dans les Apennins de la Ligurie » (Annales du Mu (...)
  • 77 Lorsque le baron Trouvé publia le Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie d’André Thouin (...)

19Si la plume alerte et précise de Vichard de Saint-Réal se concentre sur un espace réduit au Mont-Cenis ou traduit une préoccupation d’administrateur en vue de l’amélioration des routes dans les États de Piémont-Sardaigne, Faujas résout à sa manière le problème qui se posait à Guettard et ramène à des ambitions plus mesurées l’écriture de voyage du savant. Loin du style embarrassé, chargé de fautes et de répétitions de Guettard, son journal cultive le pittoresque et l’exactitude, mais il ne constitue que le premier état et en quelque sorte la matrice d’une enquête destinée à se déployer en une série d’articles spécialisés. Précédé par un mémoire en 1804 sur les fossiles de Vestenanova, dans le Véronais, le voyage de 1805 a été suivi d’une dizaine d’autres mémoires au contenu strictement « scientifique », parus entre 1806 et 180875. Même si elles sont reprises de façon linéaire dans ceux qui, parmi ces mémoires, obéissent au genre du « voyage géologique » dont Faujas fut l’un des promoteurs76, les notes du journal auront avant tout fonctionné comme un réservoir où l’homme de science puise la matière de ses réflexions. Dans ces conditions, les manuscrits de journaux de voyage des savants ne se prêtent que difficilement à la publication in extenso. Leur destinée obscure montre plutôt comment la science s’oriente dans une voie distincte de la littérature. C’est ce que prouvent également les carnets où Dolomieu a consigné de manière désordonnée et souvent à la limite de la lisibilité, tantôt à l’encre et tantôt au crayon à papier, des informations hétérogènes qui en confirment le statut d’instrument de travail à usage personnel : description de routes et de paysages, listes de livres, noms de roches recueillies, dates, indications de lieux et de compagnons de voyage… Quand le manuscrit est publié, ainsi qu’il advint pour les voyages de Thouin en Belgique et en Italie entre 1794 et 1797, l’éditeur est tenté de l’amputer de sa substance scientifique pour le transformer en un récit agréable à lire, semblable à ceux des voyageurs mondains77.

  • 78 Ce journal a été partiellement publié par T. Aynard, Voyages au temps jadis. En France, en Anglete (...)

20Face à des matériaux qui, dans deux des trois cas examinés de plus près ci-dessus, n’ont débouché sur aucune publication, il reste à nous demander si les traits relevés sont spécifiques des voyageurs naturalistes et si, dans l’interruption de leur geste (signalée chez Guettard) ou dans la répétitivité de leurs notes, des caractéristiques propres à la phase que traverse alors le travail scientifique se laissent saisir. Certes de nombreux autres papiers de voyage, émanant de gens de lettres ou de personnes dépourvues de toute ambition littéraire, se présentent eux aussi sous la forme du fragment ou de l’accumulation de chiffres et de données d’intérêt uniquement anecdotique, rappelant certaines pages de Vichard de Saint-Réal au Mont-Cenis en 1787 et 1788. Des relations de voyage du xvie et du xviie siècle avaient déjà eu cette sécheresse, et par-delà certains carnets de négociants, où les colonnes de chiffres s’alignent comme dans les livres de compte, le journal du marchand lyonnais Antoine-Henri Jordan apporte lui-même en 1788 relativement peu d’informations sur ce que furent les impressions réelles du voyageur. De son itinéraire en Italie et en Sicile, nous ne conservons qu’une liste squelettique de villes étapes et des indications sommaires sur les temps et les coûts du voyage78. La situation de Guettard, Vichard de Saint-Réal et Faujas de Saint-Fond est toutefois différente, car il s’agit dans les trois cas de scripteurs prolixes. Ayant affirmé leur curiosité de savants bien avant de voyager en Italie, au moins en ce qui concerne le premier et le dernier, ils restent des hommes de lettres imprégnés des idéaux de leur époque. Ils ont le souci de participer à l’élaboration de nouvelles connaissances en transmettant leur expérience, que ce soit sous la forme d’un guide, d’une carte, d’un voyage géologique ou d’un mémoire académique.

Les usages multiples du « laboratoire » italien

  • 79 Voir G. Bertrand, « Construire un discours sur la montagne : nobles et savants vers les Alpes occi (...)
  • 80 Ainsi en va-t-il du Cahier de dépense du voyage des Alpes (6 avril-27 octobre 1795) de Brongniart (...)
  • 81 P. Cordier, Souvenirs d’un voyage que j’ai fait dans les Alpes avec M. Dolomieu en 1797 (2 cahiers (...)
  • 82 J.-J. Ferber, Lettres sur la minéralogie et divers autres objets d’histoire naturelle de l’Italie… (...)
  • 83 Outre l’ouvrage fondateur du Genevois H. B. de Saussure (Voyage dans les Alpes, op. cit.), les réf (...)
  • 84 Sur la Corse, cf. P. Barrai, Mémoire sur l’histoire naturelle de l’île de Corse, avec un catalogue (...)
  • 85 Sur les Apennins, la production, essentiellement italienne mais elle aussi rapidement traduite, es (...)
  • 86 Rapidement accessibles en raison de traductions presque immédiates en français furent les ouvrages (...)
  • 87 Lalande rendit compte dans le Journal des savants des Œuvres complettes de Hamilton commentées par (...)
  • 88 On peut penser aux vues du Vésuve des peintres Volaire (arrivé en Italie en 1763, puis installé à (...)
  • 89 Magnifiquement évocatrices des questions que l’on se posait alors sur l’histoire de la terre sont (...)

21Le centrage de l’analyse que nous venons de proposer sur la composante minéralogique du « laboratoire de la nature » qu’est devenue l’Italie des dernières décennies du xviiie siècle est justifié par le nombre important d’écrits que nous ont laissés les minéralogistes et géologues. La découverte des volcans par Guettard en 1751 puis le voyage de La Rochefoucauld et Desmarest en 1765-1766 ont encouragé toute une vague de recherches autour du Vésuve et des laves. Les Alpes suscitent elles aussi l’attention des gens de science à partir des années 177079. De cet attrait, les journaux et carnets manuscrits sont comme nous l’ont montré les exemples étudiés la première manifestation. À côté de ceux, relativement pauvres, qui se limitent à un inventaire de dépenses80, nous disposons de descriptions d’itinéraires. Remplis au cours de ses voyages à travers l’Italie et dans les Alpes, les carnets de Dolomieu rassemblent sur un arc d’une vingtaine d’années les données utiles à une réflexion qui, comme chez Guettard en 1773, se constitue à la faveur de la multiplicité des trajets. Un petit carnet broché de Pierre Cordier (1777-1861) raconte un voyage à pied à l’été 1797 en compagnie de son maître Dolomieu depuis Chamonix jusqu’aux îles Borromées par la vallée d’Aoste81. Mais ce sont bien sûr les textes imprimés, rapidement traduits en français lorsqu’ils sont d’auteurs étrangers, qui diffusent ce nouveau mode d’approche de l’Italie. La minéralogie de l’ensemble de la péninsule est parfois embrassée82. Les principaux centres d’intérêt sont néanmoins les Alpes83, la Corse84, les Apennins85, enfin le Sud de la péninsule. À l’époque où sont publiés les voyages en Sicile de Riedesel et de Brydone (1773), puis celui de Swinburne (1785), l’engouement pour l’Italie volcanique se concentre sur le Sud, du Vésuve à l’Etna en passant par les îles Éoliennes. Grâce aux ouvrages du Père Della Torre, d’Hamilton et du comte de Borch, puis au Voyage aux îles de Lipari de Dolomieu (1783)86, l’exploration des volcans de l’Italie méridionale a acquis un statut privilégié à travers toute l’Europe aux yeux de la communauté savante et du grand public cultivé. L’effort de vulgarisation accompli par Lalande dans les deux éditions de son Voyage en Italie (en 1769 et 1786) et dans ses comptes rendus du Journal des savants n’a pas peu contribué à la promotion, au cours des années 1780, du royaume des deux Siciles comme terrain d’expérimentation de la connaissance du globe a contribué87. L’intérêt scientifique est en outre relayé par une dimension spectaculaire et pittoresque qu’ont rapidement reconnue les artistes, journalistes et auteurs de guides et de récits de voyage88, au point de donner naissance à une véritable mode, apte à modifier les comportements de voyageurs jusque-là habitués à visiter surtout des villes et leurs monuments. Les pages du journal de Denon en Vénétie à l’été 1788 prouvent cependant que dans le Nord également les fossiles et autres témoignages géologiques retiennent l’attention des non spécialistes, bien avant l’expédition de Faujas en 180589.

  • 90 Maire et Boscovich, Voyage astronomique et géographique dans l’État de l’Église… pour mesurer deux (...)
  • 91 A.-D. Fougeroux de Bondaroy, Recherches sur les ruines d’Herculanum et sur les lumières qui peuven (...)
  • 92 On peut ici penser au rôle de médiateur entre Français et Romains joué par des voyageurs comme le (...)
  • 93 Sur la naissance de l’archéologie, cf. A. Schnapp, La conquête du passé : aux origines de l’archéo (...)

22D’autres usages du territoire italien ne se vérifient pas moins dans ces mêmes années en vue de le faire servir au progrès des savoirs. Le voyage astronomique contribue à l’amélioration des représentations cartographiques, sur la lancée de la mission de repérage effectuée dans les États du pape par les pères jésuites Maire et Boscovich en 1751-1752, dont Lalande s’inspira pour son Voyage en Italie90. Certaines entreprises restent liées à l’univers de la montagne, comme le voyage botanique de Villars publié en 1812 (fig. 8). La communauté savante participe aussi à partir des années 1760 au développement de l’archéologie. Précédant la prise de conscience des mouvements dont le sous-sol de l’Italie est le siège et qu’actualise cruellement, vingt-huit ans après celui de Lisbonne, le tremblement de terre de Calabre en 1783, la découverte des villes ensevelies a brutalement mis fin depuis le milieu du siècle à l’illusion de la longévité des grandes civilisations. S’inscrivant dans la lignée d’un goût pour l’Antiquité que des artistes comme Piranèse ou Clérisseau incarnèrent dès la fin des années 1740, elle invite à essayer de percer le secret de la quotidienneté de la vie des Romains, des Grecs et des peuples italiques autant qu’elle met en cause l’idée de la pérennité du présent. Les papiers de Fougeroux de Bondaroy (qui a voyagé en 1763) illustrent le lien entre l’archéologie et l’intérêt pour les techniques91. Le Voyage pittoresque de Saint-Non prend en compte la seconde dimension lorsqu’il évoque la transformation de la ville de Messine depuis le passage de la joyeuse équipée des artistes en 1778-1779 et prévient le lecteur qu’à la suite du tremblement de terre, celle-ci n’offre plus guère dans la réalité, lors de la publication du quatrième tome en 1785-1786, consacré à la Sicile, un visage comparable à celui que présentent les gravures. De manière plus générale, les échanges au sein de la communauté savante92 et le travail d’observation précis auquel se livrent les artistes sur les sites antiques des environs de Naples, de la Grande-Grèce, de l’Étrurie, de la Dalmatie, voire de Rome elle-même, stimulent un nouveau regard. Les archéologues auront beau reprocher aux peintres et aux dessinateurs leur propension à la fantaisie, une science nouvelle n’en est pas moins en train de naître au croisement de cette passion commune aux artistes, aux antiquaires et aux archéologues dont Barthélemy et Millin peuvent être considérés, dans le sillage de Caylus, comme les pionniers93. La péninsule italienne est l’un des avant-postes de ce travail de découverte, que prolonge bientôt le Levant avec les voyages de Choiseul-Gouffier en Grèce en 1776-1780, de Volney en Syrie et Égypte en 1783-1785 et de Cassas en Syrie, Phénicie, Palestine et Basse-Égypte en 1784-1785, puis l’expédition de Bonaparte en Égypte en 1798.

Fig. 8 – Itinéraires de voyageurs savants en Italie du Nord (Guettard, Vichard de Saint-Réal, Faujas de Saint-Fond, Villars).

  • 94 E. Esmonin, Études sur la France des xviie et xviiie siècles, Paris, 1964, p. 118-120.
  • 95 D. Villars, op. cit., p. 3.

23L’accumulation de nouveaux savoirs dans le domaine de l’histoire de la terre et des civilisations disparues peut se rattacher à la recherche d’un savoir universel, dépassant le cadre de la seule péninsule afin d’en comparer les échantillons avec ceux recueillis dans d’autres espaces. Mais les gens de science et les techniciens se tournent aussi vers des aspects qui renvoient plus spécifiquement au territoire italien, dont ils visent l’exploitation immédiate, passant par le dénombrement des richesses et l’évaluation du potentiel économique, naturel et humain de chacune des régions. Avant comme après le voyage de Young en 1789, les agronomes et les économistes se pressent sur les routes d’Italie pour décrire le pays. C’est le cas de l’abbé Morellet en 1758, de l’abbé de Sauvages en 1763-1764, de François-Jean de Chastellux en 1773, de François-Marie Chalumeau en 1776, du Savoyard Beaumont dans les années 1780, des Genevois Sismondi en 1795-1800 et Lullin de Châteauvieux en 1812-1813. On ne peut pas non plus oublier l’impact de la Commission des objets de science et d’art de 1796-1797, à laquelle participèrent Monge et Thouin. Ample et variée dans ses domaines d’enquête, la statistique prolonge cette volonté de connaissance du territoire. On sait que l’idée en remonte au xviie siècle, où elle était devenue le « procédé normal d’information de l’administration », utilisé par le surintendant d’Effiat dès 1630 puis affiné par Colbert et Vauban94. Les Mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne avaient répondu peu avant 1700 à ce besoin d’une enquête générale portant sur la description géographique, l’organisation administrative, l’état social, politique et religieux des provinces. Or, les Lumières aidant, la statistique entra dans les priorités de la démarche scientifique. La définition que Dominique Villars donne en 1812 de ce que doit être le voyage de l’homme de science l’atteste. Après avoir évoqué la nécessité, pour les naturalistes, d’être instruits « dans les sciences naturelles, dans la géologie, dans les sciences agronomiques, la géographie, la politique et le commerce », le médecin et botaniste dauphinois suggère en effet qu’au premier rang des intérêts de l’homme de science en voyage figurent « l’histoire des peuples, celle de leurs gouvernemens, les monumens, les antiquités, les fossiles, la chimie, les arts, et surtout la statistique (c’est moi qui souligne) »95.

  • 96 La formule est celle qu’A. Dupront applique au texte de Lavoisier De la richesse territoriale du R (...)
  • 97 Et recueillir des données en tous genres, comme le montre par exemple le « Tableau des Naissances (...)
  • 98 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Pari (...)
  • 99 J.-M. Gaudin, Voyage en Corse et vues politiques sur l’amélioration de cette île, suivi de quelque (...)
  • 100 Dont le sous-titre est : ou Histoire naturelle, agraire, civile et médicale du Comté de Nice et de (...)
  • 101 Ces titres, sauf celui de Pietry, ont été signalés supra, chap. 6, tableau 13.

24L’Italie devint ainsi un champ d’application de l’enquête statistique. Placée dans le sillage de l’esprit encyclopédique incarné par Lalande, cette passion du dénombrement en tant que « prise de conscience chiffrée de la richesse de la nation »96 justifia une nouvelle forme de voyage. Dès 1791, dans son Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques, Levesque avait opposé au voyage trop rapide des artistes et des amateurs un modèle du voyageur lent et attentif, disposant de tout son temps pour observer les habitants97. Peu après lui, Sismondi devait séjourner cinq ans à Pescia avant de publier son Tableau de l’agriculture toscane (1801). Tandis que la statistique accompagnait dans la France consulaire la réorganisation du territoire98, elle fut considérée pour l’Italie comme un corollaire de la conquête française. Symptomatique avait déjà été l’ouvrage de l’abbé Gaudin sur la Corse, contenant à la fois une présentation d’économie politique dans la ligne de Lalande, un voyage littéraire, une carte physique de l’île en 1783 et un mémoire sur son histoire naturelle99 : à certains égards, en effet, l’intégration de la Corse à la France en 1768 prélude à la conquête de la péninsule. C’est donc dans cet esprit que fleurissent les ouvrages de statistique contemporains de la domination napoléonienne en Italie. Si l’on exclut celui du préfet Pietry en l’an X sur le département du Golo (haute Corse), ceux du préfet Saussay (an X) et du baron de Verneilh-Puyraseau (1807) sur le département du Mont-Blanc (c’est-à-dire la Savoie), puis le Mémoire statistique du département des Alpes maritimes du secrétaire général de préfecture Capelle (1805) et le Voyage aux Alpes maritimes de Fodéré (1821)100, une partie importante du territoire italien a été couverte par les statistiques. Breton, Chanlaire et Herbin, Laboulinière et enfin Maranda ont décrit le Piémont (tous en 1803), Denina et Gary un espace plus large du royaume d’Italie (en 1805)101. Plusieurs voyages ou tableaux de la Dalmatie sont proposés lors de l’intégration des provinces Illyriennes à l’Empire. On ne négligera pas les deux carnets manuscrits que nous a laissés l’ingénieur Cordier de sa mission dans les départements de Gênes et des Apennins en 1809-1810. Deux textes publiés sous la Restauration par d’anciens fonctionnaires impériaux en Italie complètent enfin ce panorama, à savoir la Statistique des provinces de Savone, d’Oneille, d’Acqui, et de partie de la province de Mondovi, formant l’ancien département de Montenotte, de Chabrol de Volvic (1824) et les Études statistiques sur Rome et la partie occidentale des États romains…, de C. de Tournon (1831). Ces tableaux ne constituent certes pas des récits de voyage, mais la confrontation avec les guides et récits des décennies précédentes – autant qu’avec les voyages pittoresques contemporains – illustre la voie vers laquelle tout un pan de la production écrite des Français sur l’Italie s’est orientée en accordant droit de cité à un esprit systématique mêlé aux exigences de l’administration.

  • 102 William Hamilton (1730-1803) s’intéressa autant aux découvertes de Pompéi et aux Champs Phlégréens (...)
  • 103 Gay-Lussac fit un voyage scientifique en Italie avec Humboldt de mars à octobre 1805.

25S’inscrivant dans la recherche d’un savoir sur l’histoire de la terre qui est en train de se spécialiser et auquel participent, comme dans le cas de l’ambassadeur à Naples Hamilton, des gens de lettres qui peuvent être à la fois archéologues et minéralogistes102, les trois témoins que nous avons privilégiés n’épuisent assurément pas les ressources du discours scientifique issu du voyage d’Italie. Bien que les roches aient alors suscité l’intérêt le plus vif – de Ferber à Dolomieu et de Desmarest à Borch ou à Saussure – le « laboratoire » italien attira également des botanistes comme Latapie et Villars, des agronomes comme Beaumont ou Lullin de Châteauvieux, des chimistes comme Gay-Lussac103, des économistes, des mathématiciens, des administrateurs. En dépit de certains inachèvements d’écriture et tout en se concentrant dans leur domaine propre, l’ambition et la qualité des textes de Guettard ou de Faujas de Saint-Fond ne déparent toutefois pas dans cet ensemble. Leurs écrits attestent avec force du tribut que la science, dans sa relation au réel, continue de payer à la littérature dans la seconde moitié du xviiie siècle et au début du siècle suivant. Ils témoignent aussi d’une saison particulière du voyage en Italie, où les guides n’avaient pas encore enfermé le voyageur dans un bagage réduit et minimal de connaissances et où ils invitaient au contraire chacun – même les non-spécialistes – à participer au grand travail de déchiffrement des secrets de la nature et de l’œuvre des hommes.

Notes

1 Rompant avec une tradition bibliographique sur le voyage en Italie qui n’individualisait guère les hommes de science en tant que tels (de Boucher de la Richarderie à D’Ancona ou à von Klenze), l’italianiste grenoblois P. Guiton a eu en 1937 le mérite de prévoir pour eux une section dans son projet de bibliographie des voyageurs français en Italie au xviiie siècle (Bibliothèque Municipale de Grenoble, Ms R 9705). Dans le même esprit, la septième classe de la bibliographie sur les voyages en Italie d’A. Tursi porte sur les « Savants » (A. Tursi, « Di una bibliografia dei viaggiatori stranieri in Italia », dans C. Pellegrini (dir.), Venezia nelle letterature moderne, Venise-Rome, 1961, p. 354-368). Il faut toutefois relever que le premier liquide aussitôt cette catégorie en écrivant : « La question est en soi fort importante, mais elle appartient plutôt à l’histoire des sciences » (cité dans G. Bertrand, Paul Guiton et l’Italie des voyageurs au xviiie siècle. Son projet de bibliographie critique des voyageurs français en Italie, Moncalieri, 1999, p. 129-130).

2 À ne pas confondre avec son descendant du même nom, auteur d’un journal manuscrit issu de son voyage en Italie en 1775 et surtout du Manuel du voyageur publié en 1778.

3 L’expression est de Duclos : comme on l’a déjà dit (supra, chap. 1, note 1), les « savans qui s’occupent des sciences exactes » formaient au milieu du xviiie siècle l’une des trois classes composant, selon Duclos, la république des lettres. Sur l’évolution du statut des gens de lettres au xviiie siècle et la spécialisation croissante de l’homme de science, cf. R. Chartier, « L’homme de lettres », et V. Ferrone, « L’homme de science », tous deux dans M. Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Paris, 1996, p. 159-209 et 211-252 ; D. Masseau, L’Invention de l’intellectuel dans l’Europe du xviiie siècle, Paris, 1994.

4 S’il était connu depuis le xvie siècle, c’est en 1738 que le site d’Herculanum fut ouvert par le roi de Naples Charles VII. Interrompues en 1765, les fouilles furent poursuivies par phases successives en 1806-1814, 1869-1876 et à partir de 1927. Celles de Pompéi furent entreprises de 1748 à 1763, relancées en 1798 puis menées systématiquement à partir de 1860.

5 Dans la Lettre XXXIV adressée à son ami Buffon – lui-même venu en Italie quelques années plus tôt, mais seulement jusqu’à Rome, voir infra, note 7 – de Brosses propose un Mémoire sur le mont Vésuve, qu’à juste titre relevait déjà P. Guiton en 1937 (voir supra, note 1). Il s’y appuie à la fois sur des preuves « tirées de l’examen du local » et sur ce qu’il se « rappelle avoir lu » pour avancer qu’avant l’éruption de 79 après J.-C, le Vésuve avait un seul sommet et non pas deux. Sur le mouvement de curiosité inspiré par le Vésuve à partir du début des années 1740, voir É. Chevalier, « Deux émules d’Empédocle à Naples au xviiie siècle, le père della Torre et le chevalier Hamilton. En marge d’une étude sur la littérature de voyage », dans Mélanges à la mémoire de Franco Simone. France et Italie dans la culture européenne. 2. xviie et xviiie siècle, Genève, 1981, p. 495-516.

6 Sur cette question des mesures antiques, voir G. Montègre, « Vers la mesure du monde ? Le voyage scientifique français à Rome et la quête de l’antique dans la seconde moitié du xviiie siècle », dans La culture scientifique romaine à l’époque moderne, Rome, à paraître dans la Collection de l’École française de Rome.

7 On note cependant qu’Hinckman, le précepteur de Lord Kingston en compagnie duquel Buffon voyageait, s’intéressait à l’étude des insectes et amassa dans les contrées traversées de nombreux matériaux pour l’histoire naturelle. La lettre, assez banale, que Buffon écrivit de Rome le 20 janvier 1732 figure dans la Correspondance inédite de Buffon, à laquelle ont été réunies les lettres publiées jusqu’à ce jour, recueillie et annotée par H. Nadault de Buffon, Paris, Hachette, 1860, t. 1, p. 11-13.

8 Ces dernières sont relatées autant par d’Orbessan (« Voyage d’Italie », dans Mélanges historiques, critiques, de physique, de littérature et de poésie, Paris, Merlin, 1768, t. 2 correspondant au vol. 1, 2e p.) que par La Condamine (« Extrait d’un journal de voyage en Italie », dans Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1757, Paris, Imprimerie Royale, 1762, p. 336-410).

9 Cf. J. Ehrard, J. Roger, « Deux périodiques français du xviiie siècle : ‘le Journal des savants’ et ‘les Mémoires de Trévoux’. Essai d’une étude quantitative », dans Ouvr. coll., Livre et société dans la France du xviiie siècle, Paris-La Haye, 1965, p. 33-59.

10 Ce récit occupe tout le t. 2 des Mélanges déjà cités. Les mémoires sur la cascade de Terni, sur la Solfatara et sur le Vésuve se trouvent dans le t. 3 des mêmes Mélanges, à côté d’articles traitant de l’Italie antique ou de divers objets de science observés en France.

11 Op. cit., p. 336.

12 « Tous ces beaux restes d’antiquités, dit-il de Nîmes, n’entrent point, je l’ai déjà dit, dans le plan de ce Mémoire ; mais un voyageur qui prend la plume, peut-il, à moins d’être aveugle ou misanthrope, passer sous silence la beauté, la commodité de nos grands chemins, devenus des promenades continuelles ? » (ibid., p. 337). Plus loin, à propos d’Herculanum, La Condamine repousse assurément la tentation d’énumérer les restes retrouvés : « ces détails ont déjà donné matière à beaucoup d’écrits ; & les antiquités ne sont pas ici mon objet. Je me bornerai donc à quelques réflexions sur l’état de certains arts méchaniques chez les anciens, et sur leur progrès parmi nous. » (ibid., p. 367).

13 La fameuse expérience de Nollet sur la vapeur de la grotte du chien, d’ailleurs reprise par La Condamine, témoigne tout comme ses commentaires sur le cratère du Vésuve et la pénétration de la mer dans le feu du volcan de l’importance qu’avait pour certains théoriciens du milieu du siècle l’image du feu souterrain (cf. sur ce point B. O. Ranzani, « Du ‘malsain’ géologique au ‘malsain’ anthropologique », dans V. Ramacciotti (dir.), Francia e Italia nel xviii secolo : immagini e pregiudizi reciproci, Alessandria-Paris, 1995, n° 7, p. 51). Les autres curiosités qu’exprime Nollet au cours de sa mission en Italie relèvent d’un même souci d’observation des phénomènes naturels (Journal de voyage au Piémont et en Italie, manuscrit autographe, 1749, Bib. Munic, de Soissons, Ms 150, transcrit et commenté par B. Kalfoun, Le voyage en Italie de l’abbé Jean-Antoine Nollet (27 avril-18 nov. 1749). Journal d’un physicien à la mode, mémoire de maîtrise sous la dir. de G. Bertrand, Grenoble, Univ. Pierre Mendès France, 2000, 2 vol. ; « Expériences et Observations faites en differens endroits de l’Italie par Mr. l’abbé Nollet », Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1749, Amsterdam, Schreuder et Mortier, 1757, p. 643-708 ; « Sur plusieurs faits d’Histoire Naturelle observés en Italie », Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1750, Amsterdam, Schreuder et Mortier, 1758, p. 10-37).

14 « Mémoire sur le basalte. Troisième partie, où l’on traite du Basalte des Anciens ; & où l’on expose l’Histoire Naturelle des différentes espèces de pierres auxquelles on a donné, en différens temps, le nom de Basalte », Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1773, Paris, Imprimerie Royale, 1777, p. 599-670. L’itinéraire italien figure dans l’une des annexes du mémoire, intitulée « Précis des Observations faites en Italie, dans les années 1765 & 1766 », ibid., p. 658-669.

15 C’est dans les Mémoires sur la minéralogie du Dauphiné (Paris, impr. de Clousier, 1779) que Guettard procède à cette dernière analyse. Nous savons par ailleurs que la primauté de sa « découverte » des volcans d’Auvergne en 1751, dont il rend compte dans le « Mémoire sur quelques montagnes de la France qui ont été des volcans » (Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, dans Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1752, Paris, Imprimerie Royale, 1756, p. 27-59), lui fut précisément contestée par Desmarest et Faujas de Saint-Fond. La Condamine, en revanche, s’appuie en 1757 sur le constat fait par Guettard de la similitude entre les roches d’Auvergne et du Vésuve pour justifier la nature volcanique des Apennins (op. cit., p. 380).

16 Ce n’est pas sans raison qu’Amédée de Foras, dans l’Armorial et Nobiliaire de Savoie, qualifie Vichard de Saint-Réal de « Physicien, géologue, hydrographe ». Nous tenterons de démêler plus loin la part de l’esprit spéculatif et celle du réalisateur d’applications pratiques chez cet administrateur du royaume sarde, entré à l’Académie des sciences de Turin en 1789 et dans lequel Saussure voyait un amateur « distingué » et « très-zélé » (infra, note 41).

17 Guettard peut raisonner sur le Vésuve dès 1752 grâce aux morceaux de lave rapportés par Montigny et l’abbé Nollet et déposés dans le cabinet d’histoire naturelle du duc d’Orléans, dont il est conservateur (« Mémoire sur quelques montagnes de la France… », op. cit., p. 48). Faujas de Saint-Fond connaît avant de se rendre dans le Véronais les fossiles de Vestena Nova, puisque M. de Gazola, qui l’accueille à Vérone en 1805, avait dès l’an II de la République fait don d’une partie de ses collections au Muséum d’histoire naturelle de Paris, puis été contraint de compléter ce don en 1797.

18 Bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 227.

19 Archives Départementales de la Savoie (A. D. Savoie), 1 J 28.

20 A. D. Isère, J 546.

21 Parmi les manuscrits se distinguent les carnets que Dolomieu a laissés de ses nombreux voyages à travers l’Italie entre 1779 et 1801. Quant aux imprimés, A. D’Ancona citait déjà en 1889, à côté de celles de La Condamine et du marquis d’Orbessan, diverses relations de voyages en Italie publiées en français à partir de 1770 et ayant une forte connotation scientifique : Maire et Boscovich, Ferber, Saussure, Björnstaehl, Dolomieu (voir infra, notes 33, 82, 83, 87 et 90).

22 La traduction française de l’ouvrage de Lettsom (voir note suivante) figure au catalogue du libraire grenoblois Giroud en 1775 (Affiches, Annonces et Avis divers du Dauphiné, « Livres nouveaux », 8 déc. 1775, Bib. Munic, de Grenoble, 5 Mi 9).

23 J. C. Lettsom, Le Voyageur naturaliste, ou instructions sur les moyens de ramasser les objets d’Histoire Naturelle, & de les bien conserver…, Amsterdam, Lacombe, 1775, p. XXII (1ère éd. angl. 1774). De la même façon Berchtold recommande à tout voyageur instruit et soucieux du bien public de prendre des notes d’une « écriture lisible et rapide », en ayant soin de recopier le soir « sur son journal les observations de sa journée » (Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie, Paris, Du Pont, 1797, 1ère éd. angl. 1789, p. 12 et 48).

24 Manuscrit cité. Les planches d’histoire naturelle occupent les ff. 1 à 43, le « Catalogue de ce qu’on desireroit avoir des fouilles de Pompeia pour le Cabinet de Monseigneur le Duc d’Orleans » le f. 44, les notes prises à Saint-Pierre de Rome les ff. 45 à 48, la liste de quarante-sept livres italiens parus entre le début du xvie siècle et 1772 les ff. 66 à 69.

25 L’expression « des plus agréables » revient quatre fois dans la brève description que fait Guettard de l’isola Bella et de « l’espèce de golfe » où se trouvent les trois îles Borromées (manuscrit cité, f. 50r). Plus minutieux, Vichard de Saint-Réal après avoir indiqué que la vue « s’arrête avec plaisir sur tous ces endroits » (manuscrit cité, f. 33v) accumule lui aussi sur l’isola Bella les superlatifs valorisants : « deux appartements très riches », « plusieurs copies des originaux des meilleurs maîtres », « une Madelaine de la plus grande beauté », un lieu « de la plus grande fraicheur », des jardins « d’un gout si bizarre qu’ils méritent l’attention », un bassin inférieur « superbement orné », des jardins du « plus bel effet », dont la beauté « est encor relevée par la beauté de leur situation » (ibid., ff. 36v à 37v).

26 Le cas est loin d’être isolé. Un autre homme de science, le médecin et botaniste D. Villars, enquêtant sur les plantes en Suisse et Italie du Nord à l’été 1811, se dit enchanté à l’arrivée à Côme « à cause de ses palais, de ses maisons de plaisance, de ses riches propriétaires. Ici commence à briller, ajoute-t-il, la belle architecture italienne et grecque, qui frappe le voyageur, le botaniste même (c’est moi qui souligne) » (Précis d’un voyage botanique, fait en Suisse… dans le département du Tessin, le Milanais et le Piémont…, Paris-Strasbourg, Lenormant-Levrault, 1812, p. 33).

27 Dolomieu, Le livre de la captivité, cité par A. Lacroix, Déodat Dolomieu, Membre de l’Institut National (1750-1801). Sa vie aventureuse. Sa captivité. Ses œuvres. Sa correspondance, Paris, 1921, t. 1, p. 48-49.

28 « Mes plus longs séjours [en Italie], se lamente Nollet en 1749, excepté deux mois et demi pendant lesquels j’ai demeuré dans le Piémont, n’ont point passé trois semaines, & plusieurs ont été bornés à huit ou dix jours » (« Expériences et Observations… », op. cit., p. 643).

29 Après avoir débuté comme juge des frontières entre la France et la Savoie en 1771, Vichard est de 1777 à 1779 intendant au Ministère des Finances, puis de 1779 à 1789 intendant de la province de Maurienne. Il ne cessa jusqu’à sa mort de remplir d’importantes fonctions dans l’administration du roi de Sardaigne. Faujas de Saint-Fond obtint quant à lui en 1777 le titre d’adjoint-naturaliste au Jardin du roi, espéra mais échoua à succéder à Buffon en 1788, et occupa de 1793 à sa mort au Muséum d’histoire naturelle la première chaire de géologie créée en France.

30 Sur les excursions botaniques de Jean-François Séguier dans la région de Vérone, voir K. Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise : xvie-xviiie siècle, Paris, 1987, p. 248-249. Sur l’itinéraire italien de Desmarest, voirs supra, note 14.

31 Il n’est pas aisé de reconstituer parmi les manuscrits conservés aux Archives de l’Académie des sciences à Paris – et malgré l’ancienne biographie d’A. Lacroix (1921) – la succession des voyages que le commandeur de l’Ordre de Malte Dolomieu effectue à travers la péninsule en revenant périodiquement à Malte à partir de 1779. Au long voyage géologique en Sicile en 1781 ont succédé entre 1784 et 1791 de nombreux séjours à Rome et des déambulations dans diverses parties d’Italie, dont il nous reste quelques carnets manuscrits : Rome, Naples, île d’Elbe, Padoue, Vicence et Pavie en 1784 ; Carrare, Monte Albano, Rome, Lorette, Ancône, Bologne, Ravenne, Venise et, entre autres, Padoue une année suivante, peut-être en 1785 ; Rome, Florence et la Corse en 1786 ; Rome et Livourne sur le chemin de Paris au printemps 1787 ; Rome, île d’Elbe, Corse, Tyrol et Sicile entre l’automne 1787 et le début de 1789 ; Rome, Vicence, Florence, Vérone, Pistoia et, entre autres, Modène en 1789 ; Rome en 1790 et 1791.

32 Il est vrai que si Vichard emprunte le col du Petit Saint-Bernard entre la Savoie et le Val d’Aoste, ce n’est pas en tant qu’étranger venant visiter l’Italie, puisqu’il circule surtout dans les Etats du roi de Sardaigne, dont il est sujet. Sur le Grand Saint-Bernard et Aoste comme étapes de la via francigena qu’empruntaient les pèlerins venus de France ou d’Angleterre au Moyen Âge, voir E. Kanceff (dir.), Les Voyageurs étrangers et le Val d’Aoste, Genève-Moncalieri, 1983.

33 Saussure, Voyage dans les Alpes, Neuchâtel, S. Fauche, 4 vol., 1779-1796, t. 3, chap. 17, « De Gênes à Nice », p. 156-195.

34 Ce passage est tiré d’un mémoire imprimé où Faujas de Saint-Fond reprend, outre le manuscrit déjà cité, des notes sans doute perdues, et où il ajoute qu’avant lui seuls Saussure et Pictet en 1780, puis Amoretti en 1796 se sont engagés sur ce chemin de corniche (« Voyage géologique de Nice à Menton, à Vintimille, Port-Maurice, Noli, Savonne, Voltri et Gênes, par la route de la Corniche », dans Annales du Muséum d’histoire naturelle, t. 11, 1808, p. 189-190).

35 Op. cit., p. 340. La Condamine revient d’ailleurs un peu plus loin sur les marbres de la chapelle Médicis à Florence (ibid., p. 349-350).

36 On raconte que la passion de Desmarest pour les roches était si exclusive que les gardiens de musée à Rome hésitaient à le faire entrer, le naturaliste ayant la réputation de prélever à l’aide de son marteau des morceaux des plus belles statues antiques pour savoir dans quelle roche elles étaient sculptées.

37 Manuscrit cité, ff. 45 à 48.

38 Ibid., f. 50r.

39 Ainsi dans le récit du voyage de Guettard de Milan à Lyon à propos de la route, des maisons et des murs de Castellanza (ibid., f. 49r), des chemins et des maisons entre Sesto Calende et Novare (f. 50r), des routes autour de Livorno, près de Turin (f. 50 bis r), puis à nouveau entre Turin et Rivoli (f. 51v).

40 Manuscrit cité, f. 12v. De même Dominique Villars, lui aussi Dauphinois, décrit-il en 1811 Alexandrie à travers les seules plantes dites amaranthus, « communes dans les allées et parmi les fortifications de la ville » (op. cit., p. 45).

41 « De toutes les preuves d’une vérité, la plus sure, est celle des yeux. […] Cependant on ne marche jamais d’un pas plus ferme dans cette science [les sciences naturelles], que lorsqu’on a pour appui les objets mêmes dans lesquels on fouille, & où les yeux commencent la démonstration. Aussi un Philosophe moderne voudroit que les voyageurs dans leur route portassent toujours le marteau. […] Ainsi la plus sûre manière de s’instruire, c’est de voir sur les lieux. » (J.-M. Gros de Besplas, De l’utilité des voyages, relativement aux sciences et aux mœurs, Paris, Berthier, 1763, p. 17). Sur la démarche d’inventaire induite par le spectacle d’une nature créée par Dieu à son image, cf. J. Ehrard, L’Idée de Nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, 1963, t. 1, p. 186 et suiv.

42 La formule de Condorcet estimant que Fougeroux de Bondaroy n’avait au cours de son voyage en Italie de 1763 « jamais cherché à voir que des choses utiles et qu’il avait su les observer » (cité par M.-F. Pérez et M. Pinault, « Le voyage en Italie de Fougeroux de Bondaroy », dans Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, p. 95) s’applique tout aussi bien aux voyageurs que nous considérons ici.

43 Le titre de Baudelot de Dairval est éloquent : De l’utilité des voyages, et de l’avantage que la recherche des Antiquitez procure aux Sçavans, Paris, P. Auboüin et P. Emery, 1686. Dans son « Essai d’instructions pour voyager utilement. Où l’on voit ce qu’on doit examiner dans les Voyages, par rapport à la Géographie, l’Histoire naturelle, le Commerce, &c », J.-F. Bernard estime par ailleurs à la suite de Robert Boyle (dont il plagie sans les citer les General heads for the natural history of a country, great or small, drawn out for the use of travellers and navigators, parus en 1666) « que la connaissance de l’Histoire naturelle & de la correspondance que les Peuples ont entre eux par le commerce, &c. est une chose absolument nécessaire à ceux qui voyagent […] » (dans Recueil de voyages au Nord, Amsterdam, J.-F. Bernard, 1716, t. 1, p. 185). Pour plus de détails, cf. supra, chap. 1.

44 Op. cit., p. 21. Cf. supra, chap. 1, note 88.

45 Non sans habileté, Faujas tente de dissimuler l’apparence de pillage de la collection de fossiles de Gazola sous les marques d’une estime réciproque entre les deux hommes et rejette sur Chaptal la responsabilité des méfaits de l’expédition de 1797, dus à un décret abusif ainsi qu’à de mauvais emballages, source de dégâts « sur quelques poissons d’un grand volume » pendant le voyage de Vérone à Paris (manuscrit cité, f. 18r).

46 Si le travail lui est facilité par la bonne grâce de ses interlocuteurs, il tient aussi aux stratégies de discours qu’il met en œuvre : « Il ne me fut pas bien difficile de porter la conversation sur le commerce qu’ils fesaient, écrit-il à Intra le 11 juillet 1778 à propos de sa conversation avec deux négociants, les frères Simonetta, car dans mon premier compliment leur ayant dit, qu’ils étaient les restaurateurs d’un commerce qui attirait dans leur pays l’argent de l’étranger, ils voulurent justifier ce que j’avais dit et entrèrent dans tous les détails que je pouvais désirer avec une complaisance secrete qui me fesait plaisir. » (manuscrit cité, f. 38r).

47 Sur les quinze alinéas de la liste, trois portent cette mention : « des petits tableaux a fresques […] qu’il a paru qu’on abbandonnoit », « une de chaqune des plantes peintes […] qui ont aussi paru être abbandonné », « un de chaque espece des vases […] qui paroissoient negligés et abbandonnés » (manuscrit cité, f. 44). La soif de faire connaître les fragments de la vie des anciens épargnés par le temps a bien sûr son correspondant en ce qui concerne les phénomènes de la nature.

48 En dehors des planches qui peuvent laisser supposer la compagnie d’un dessinateur (Guettard dessinait-il lui-même ?), aucun compagnon de voyage ne transparaît dans le relevé des comptes d’hôtel entre Florence et Turin (ff. 63-64). Les autres voyages de Guettard furent pourtant souvent effectués en compagnie, à commencer par la tournée de 1751 en Auvergne avec son ami Malesherbes. Quelques lettres conservées à l’Archiginnasio de Bologne prouvent en outre qu’à l’époque du voyage de Nollet en 1749 Guettard entretenait en tant que botaniste une relation avec le médecin bolonais Manetti (1723-1785) (lettres du 22 avril 1749 et du 5 juin 1750 à Xavier Manetti, Bologne, Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio, Ms n° B 156 Misc).

49 C’est ainsi que Faujas complète certains aspects du voyage géologique de Saussure entre Gênes et Nice (« Voyage géologique de Nice à Menton… », cit.), puis explore le mont Ramazzo, près de Gênes, où Saussure n’était pas allé (« Voyage géolologique sur le monte Ramazzo dans les Apennins de Ligurie… », dans Annales du Muséum d’histoire naturelle, t. 8, 1806, p. 313-333).

50 Dolomieu échangea une volumineuse correspondance avec ses contemporains, notamment dans les années de ses voyages en Italie. Parmi ses destinataires habituels figurèrent son protecteur le duc Alexandre de La Rochefoucauld de 1775 à 1782 (qui protégea aussi Desmarest), le naturaliste de Catane Gioeni tout au long des années 1780, le botaniste et géologue toulousain Picot de la Peyrouse de 1783 à 1801, l’archéologue Frédéric Münter rencontré à Velletri en 1785. Il entretint aussi des relations épistolaires avec Lalande, puis, dans les années 1790, avec Horace Bénédict de Saussure et son fils Nicolas, Marc-Auguste Pictet, Alexandre Brongniart et enfin avec son élève Louis Cordier (A. Lacroix, op. cit.).

51 Saussure, op. cit., t. 3, p. 27-28, 29, 34-35 et 129.

52 Vichard mène son enquête de la Savoie au lac Majeur avec le chevalier Lovera, qui se charge de lever le plan des routes, et à l’abbaye du petit Saint-Bernard le prieur qui a reconnu en lui en lui « un amateur d’histoire naturelle » le mène en excursion sur une montagne voisine (manuscrit cité, ff. 14v à 17v). Faujas voyage avec son ami de Vicence le minéralogiste M. Marzari, se laisse conduire dans le village d’Aiza par un ecclésiastique qui lui montre l’éboulement de la vallée de Saint-Laurent (manuscrit cité, f. 7r, et « Voyage géologique de Nice à Menton… », op. cit., p. 191-194), explore le mont Ramazzo sous la conduite de M. Ansaldo et en s’ajoutant, outre celle de M. Marzari, la compagnie de M. Spinola, de Gênes, « qui cultive différentes parties de l’histoire naturelle avec un grand succès », et de M. Viviani, « savant botaniste » (« Voyage géologique sur le monte Ramazzo… », op. cit.).

53 Manuscrit cité, ff. 13r à 14r. Ce type de contact fait partie de la pratique normale des savants en voyage. Villars rencontre ainsi à Pavie en 1811 le professeur de botanique Nocca, « excellent homme, bon confrère, digne successeur de Scopoli », et regrette à Novare l’absence de MM. Biroli et Carestia, « botanistes renommés » (op. cit., p. 39 et 46).

54 Le prestige de Séguier est toujours vivace en 1805, si l’on en croit ce bref récit de Faujas : « On entre dans les arenes [de Vérone] par la boutique d’un marchand d’estampe et d’histoire naturelle qui est placé la comme un espèce de concierge ; ce bon homme appelé Somma Campagna m’a accompagné dans ma visite des arènes, il avoit beaucoup connu Scipion Maffei et Seguier, et me parloit d’eux avec le plus grand respect. Il me dit que depuis la mort du premier et l’époque ou Seguier s’etoit retiré a Nismes, le gout de l’étude de l’Antiquité avoit beaucoup degéneré a Vérone » (manuscrit cité, f. 16v).

55 K. Pomian, op. cit., p. 263.

56 Pour nous donner à voir la montagne d’Albano, Guettard procède selon le même système et présente à côté des noms de sommets et de lacs une liste exhaustive des localités de la région (manuscrit cité, f. 54).

57 « Notre projet étoit de faire cette route [de la corniche] à pied ; mais comme nous avions des valises, des instrumens, des cartes et quelques livres à faire porter, nous fûmes obligés de louer ce qu’on appelle des mulets de poste. » (Faujas de Saint-Fond, « Voyage géologique de Nice à Menton… », op. cit., p. 190).

58 La Condamine justifie cette absence d’instruments par le fait que le but initial de son voyage en Italie était le rétablissement de sa santé. Le baromètre, évoqué seulement au moment où il se brise (op. cit., p. 373), n’en fait pas moins partie à ses yeux du bagage indispensable au voyageur.

59 Du 23 au 30 octobre 1805 Faujas travaille chaque jour du matin au soir pour inventorier les poissons fossiles de la collection Gazola destinés au Muséum d’histoire naturelle de Paris, et préparer les caisses avec deux hommes et un menuisier.

60 Guettard compare ainsi la plaine du Pô aux plaines de Pologne étudiées une dizaine d’années plus tôt (manuscrit cité, f. 49v) et dont il avait rapporté plusieurs mémoires publiés par l’Académie royale des sciences de Paris (Histoire de l’Académie Royale des Sciences. Année 1762, Paris, Imprimerie Royale, [1766 ?], p. 234-257, 293-336, 402-430, 493-516). Sur la montagne d’Albano, près de Rome, il observe que « Les monts Tusculans sont aux monts albains ce que la Somma est au Jura » (manuscrit cité, f. 54).

61 Ainsi Faujas attaque-t-il le calcaire de Gênes « plusieurs fois avec l’acide nitrique » pour en déterminer les composantes (manuscrit cité, f. 12r).

62 Dans ses notes du voyage entre Milan et Lyon Guettard multiplie les expressions du doute et de l’hypothèse : « me paroissent se continuer pendant quelque temps […] semblent prouver que la matiere calcaire a penetré » (manuscrit cité, f. 50r), « Si on vouloit donner une explication […] on pourrait dire que » (f. 51r), « paraissent être des pierres à chaux » (f. 51v), « qu’on prendrait pour » (f. 52r), « on pourrait regarder » (f. 52v), « j’ai appris » (ff. 52v et 53r). La prudence de l’observateur se décèle également dans l’emploi du verbe paraître (« paraissent », « il paroit »), qui sert à désigner les réalités observées en concurrence avec les formes verbales de la certitude (« on voit », « on en voit », « sont », « il y a », « il y en a », « on trouve », « on y trouve », « on en trouve », « on en rencontre », « on retrouve »).

63 Les caractéristiques qui viennent d’être énoncées ne se retrouvent pas moins chez d’autres voyageurs. Lorsque le Zurichois H. R. Schinz descend en 1770-1772 dans la Suisse italienne, dont il donna plus tard une description (Beyträge zur nähern Kenntniss des Schweizerland, trad. ital. Locarno, Dadò, 1985, 1ère éd. allem. 1783-1787), il est muni d’instruments scientifiques, bon connaisseur en botanique et en géologie et passionné d’agronomie. Poussé par un souci pédagogique, il donne des informations toujours précises et ponctuelles (B. Caizzi, « Clima e civiltà. Schinz e Bonstetten alla scoperta della Svizzera italiana », dans Archivio storico lombardo, serie XI, vol. 5, 1988, p. 427-438).

64 Court traité du paysage, Paris, 1997, p. 187 et 17. Cette définition est reprise du traité de René-Louis de Girardin, De la composition des paysages ou des Moyens d’embellir la nature autour des habitations, en joignant l’agréable à l’utile, Seyssel, Champ Vallon, 1992, 1ère éd. 1777.

65 Sur La Novalese : « Cet endroit est pittoresque, quoiqu’il soit horrible » (manuscrit cité, f. 51v). Aux Échelles : « il y a sur la droite une caverne […] qui donne un tressaillement aux sangs » (ibid., f. 53v). En dehors de ces deux occurrences, rien ne transparaît de la sublimité qui s’exprime au même moment chez Rousseau ou dans l’article « Glaciers » de l’Encyclopédie. Certes des glaciers se découvrent à Vichard non loin « de grands villages bien peuplés » et « de champs bien cultivés » (manuscrit cité, f. 9v), mais il n’ajoute pas un mot sur eux et la montagne semble ne guère l’émouvoir. Vichard note tout au plus « une montagne affreuse et stérile » à l’entrée dans le Val d’Aoste (ibid., f. 9r), Faujas « une montagne calcaire, nue et stérile » entre Nice et Menton (manuscrit cité, f. 7r).

66 Cf. Saussure, op. cit., « Discours préliminaire », t. 1, p. 3. Ces divers plans de la description sont très nets chez Guettard : les roches sont d’abord chez lui les cailloux roulés de granites différents, les quartz, les pierres talqueuses, le marbre du lac Majeur. Viennent ensuite telle montagne calcaire, telle zone formée de terrains sableux ou de masses de poudingues. Enfin se dessine une approche générale du modelé : monticules au pied des Alpes, montagnes qui « sont des vrayes Alpes » autour du lac Majeur (monts de Laveno et de Mergozzo) tandis que d’autres sont plus basses (la Rocca d’Angera et celle d’Arona), plaine du Piémont se continuant jusqu’à Venise et fermée « d’une part par les Alpes, de l’autre par les Appennins et d’un autre [côté] par les collines qui setendent depuis le Plaisantin jusques aux Appenins » (manuscrit cité, ff. 49r à 50 bis v).

67 Guettard compare ainsi les granits d’Égypte et de France, le soufre du cap de Bonne-Espérance et celui des environs de Pouzzol, du Vésuve, de l’Etna « & de plusieurs autres montagnes semblables » (« Mémoire sur plusieurs morceaux d’histoire naturelle, tirés du Cabinet de S. A. S. M. le duc d’Orléans », dans Mémoires de l’Académie royale des sciences de Paris, 1753, p. 395) ; Faujas met en rapport une défense fossile d’éléphant trouvée dans l’Ardèche avec les restes de trois éléphants ensevelis dans les tuffa volcaniques des environs de Rome (« Mémoire sur une défense fossile d’éléphant, trouvée à cinq pieds de profondeur dans un tuffa volcanique, dans la commune de Darbres, département de l’Ardèche », dans Annales du Muséum national d’histoire naturelle, t. II, Paris, Dufour, an XI [1803], p. 23-27).

68 De même dans son secteur, qui est celui de la botanique, Villars a-t-il le souci de comparer les végétations sur la route du Simplon avec celles au-dessus d’Uriage, en Piémont, à Barcelonnette, aux environs de Bâle et sur les ballons d’Alsace (op. cit., p. 49). Son précis se conclut d’ailleurs par des observations intégrant les plantes des Alpes méridionales et des Pyrénées « pour servir à faire mieux ressortir les espèces observées en Suisse et en Italie pendant mon voyage » (ibid., p. 56).

69 Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H. J. Jansen, an IX (1801), p. 317. Ce passage a déjà été cité supra, chap. 6 et 9.

70 Manuscrit cité, f. 13v.

71 Manuscrit cité, ff. 61r et v.

72 J.-D. Cassini, Journal d’un voyage fait en Italie, en mil Sept cent Soixante Quinze, Bib. Munic, de Clermont-en-Beauvaisis, Ms 38, p. 52. On peut douter que Cassini fasse ici allusion à Cochin ou Lalande, puisque dans le Manuel de 1778 il les recommande chaudement à ses lecteurs. Son journal manifeste surtout une grande circonspection à l’égard des ciceroni, ainsi qu’on le voit à Gênes : « Il est bon cependant de prévenir les curieux de ne point donner une confiance trop aveugle à ce qu’on leur dira de plusieurs de ces tableaux que l’on met un peu légèrement sous le nom de très grands maîtres qui n’y ont jamais travaillé » (ibid., p. 99).

73 Sur le quadrillage de l’espace en régions naturelles dans la première moitié du xixe siècle, considérant le paysage comme une manifestation des dispositions du sous-sol et de la qualité des roches, voir, s’agissant du cas français, M. Roncayolo, « Le paysage du savant », dans P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, II. La nation, vol. 1, Paris, 1986, p. 487-528.

74 Il l’était plus encore que l’entreprise similaire tentée sur la France au cours des années 1780. S’il a posé les bases de la cartographie géologique de la France, Guettard est mort avant que ne s’achève la publication de la Description générale et particulière de la France, entreprise en 1781 sous la direction de La Borde.

75 Ces mémoires et notices relatifs au Véronais (Bolca, Vestenanova), au Vicentin (Monteviale, Montecchio Maggiore, Castel), à Nice et à la Ligurie (mont Ramazzo, golfe de La Spezia, mer de Gênes, rocher de Nice, route de la corniche de Nice à Gênes) ainsi qu’au territoire de Naples ont, pour la plupart, paru dans les Annales du Muséum d’histoire naturelle (t. 3, p. 18 et suiv. ; t. 8, p. 313 et suiv. et 365 et suiv. ; t. 9, p. 224 et suiv. et 338 et suiv. ; t. 10, p. 409 et suiv. ; t. 11, p. 42 et suiv., 144 et suiv. et 189 et suiv.). On trouve aussi des traces de l’épisode vicentin dans des textes publiés ailleurs, comme le Memoria epistolare alla descrizione di un pesce petrificato scavato in altissimo nelle vicinanze di Bolea (in Padova nel Seminario, 1807) ou l’Histoire naturelle de diverses substances minérales siliceuses passées à l’état de pechsteins, ou pierres de poix, par l’action des feux souterrains (Paris, Belin, 1816). Ces multiples écrits ne sont jamais la reprise exacte des pages du journal, mais ils s’en inspirent de près.

76 Outre le « Voyage géologique sur le monte Ramazzo dans les Apennins de la Ligurie » (Annales du Muséum d’histoire naturelle, t. VIII, Paris, Tourneisen, 1806, p. 313 et suiv.) et le « Voyage géologique de Nice à Menton, à Vintimille, Port-Maurice, Noli, Savonne (sic), Voltri et Gênes, par la route de la Corniche » (Annales du Muséum d’histoire naturelle, t. XI, Paris, Tourneisen, 1808, p. 189-225), Faujas a aussi écrit un « Voyage géologique depuis Mayence jusqu’à Oberstein, par Creutznach, Marten-Stein et Kirn » (Annales du Muséum national d’histoire naturelle, t. V, Paris, Levrault, an XIII [1804], p. 293-315, et t. VI, Paris, Levrault, an XIII [1805], p. 53-80) et un « Voyage géologique au volcan éteint de Beaulieu, département des Bouches du Rhône, où l’on trouve de grandes quantités de laves poreuses au milieu des dépôts calcaires » (Annales du Muséum d’histoire naturelle, t. VIII, Paris, Tourneisen, 1806, p. 206-219).

77 Lorsque le baron Trouvé publia le Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie d’André Thouin (Paris, 40 rue de Laffitte, 1841), fruit des pérégrinations effectuées en tant que « commissaire chargé de la recherche des objets de science et d’art » sous la Convention et pendant le Directoire, il l’expurgea des passages « ennuyeux » pour en faire justement… un objet littéraire.

78 Ce journal a été partiellement publié par T. Aynard, Voyages au temps jadis. En France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Sicile. En poste, en diligence, en voiturin, en traineau, en esperonade, à cheval et en patache. De 1787 à 1844, Lyon, Impr. Mougin-Rusand, 1888, p. 27-98. Cf. infra, chap. 11.

79 Voir G. Bertrand, « Construire un discours sur la montagne : nobles et savants vers les Alpes occidentales au tournant des Lumières (v. 1760-v. 1820) », dans G. Bertrand, A. Guyot (dir.), Discours sur la montagne (xviiie-xixe siècles). Rhétorique, science, esthétique, revue Compara(i)son, Berne, I-II/2001 [en fait 2003], p. 93-130.

80 Ainsi en va-t-il du Cahier de dépense du voyage des Alpes (6 avril-27 octobre 1795) de Brongniart (Paris, Bib. du Muséum d’Histoire Naturelle, Ms 2339, n° 5, 15 ff).

81 P. Cordier, Souvenirs d’un voyage que j’ai fait dans les Alpes avec M. Dolomieu en 1797 (2 cahiers), Paris, Bib. de l’Institut, Ms 2722.

82 J.-J. Ferber, Lettres sur la minéralogie et divers autres objets d’histoire naturelle de l’Italie…, Strasbourg, Treuttel, 1776, 1ère éd. allem. 1773) ; Björnstaehl, Lettere ne’ suoi viaggi stranieri [sur la France, l’Italie, la Suisse… et qui comportent des notices sur la vie des savants], Poschiavo, G. Ambrosioni, 1782-1786, 1ère éd. suédoise, partielle elle aussi, 1770-1773, éd. all. complète 1777-1783).

83 Outre l’ouvrage fondateur du Genevois H. B. de Saussure (Voyage dans les Alpes, op. cit.), les références à divers récits d’expéditions dans les Alpes ont été données supra, chap. 6.

84 Sur la Corse, cf. P. Barrai, Mémoire sur l’histoire naturelle de l’île de Corse, avec un catalogue lythologique de cette île…, Londres-Paris, Molini, 1783 (où du reste l’auteur raconte aussi plusieurs voyages à travers l’Italie entre 1769 et 1782).

85 Sur les Apennins, la production, essentiellement italienne mais elle aussi rapidement traduite, est un peu plus tardive avec le Voyage dans les Deux Siciles et dans quelques parties des Appennins (sic) de Spallanzani (Berne, E. Haller, 1795-1797, avec des notes de Faujas de Saint-Fond, 1ère éd. ital. 1792-1797) et le Voyage au Montamiata et dans le Siennois contenant des observations nouvelles sur la formation des volcans… de Giorgio Santi (Lyon, Bruysek, 1802, 1ère éd. ital. 1795). Les voyageurs naturalistes en Toscane à la fin du xviiie siècle ont été étudiés par M. Bossi (« La decifrazione della natura. Viaggiatori naturalisti sull’Appennino toscano, 1740-1840 », dans C. Greppi, Paesaggi dell’Appennino, Venise, 1990, p. 57-76) et T. Arrigoni (voir notamment Uno scienziato nella Toscana del Settecento. Giovanni Targioni Tozzetti, Florence, 1987).

86 Rapidement accessibles en raison de traductions presque immédiates en français furent les ouvrages du Père Della Torre (Histoire et phénomènes du Vésuve, Paris, J.-T. Hérissant, 1760, 1ère éd. ital. 1755) et de W. Hamilton (Voyage au mont Etna, traduit de l’anglois…, Lausanne, F. Grasset, 1773 ; Relation des derniers tremblements de terre arrivés en Calabre et en Sicile…, traduite de l’anglois, enrichie de notes traduites de l’italien…, Genève-Paris, Mérigot, 1784). Le comte polonais de Borch publia en français une Lithologie sicilienne (Rome, 1778), une Minéralogie sicilienne (Turin, 1780) et les Lettres sur la Sicile et sur l’Ile de Malthe (Turin, Reycends, 1782, 2 vol.). Le terrain était donc préparé lorsque Dolomieu fit paraître son Voyage aux îles de Lipari, ou Notices sur les îles éoliennes pour servir à l’histoire des volcans…, Paris, rue et hôtel Serpente, 1783.

87 Lalande rendit compte dans le Journal des savants des Œuvres complettes de Hamilton commentées par l’abbé Giraud-Soulavie (1781), de trois ouvrages de Dolomieu – le Voyage aux isles de Lipari (1783), le Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre pendant l’année 1783 (1784) et le Mémoire sur les Isles Ponces (1788) –, d’une inédite Lettre sur le tremblement de terre de Calabre de Michele Torcia (1783), du Mémoire sur l’Histoire Naturelle de l’Isle de Corse de Barrai (1783). Sur cet aspect de l’activité de Lalande, nous nous permettons de renvoyer à G. Bertrand, « Le ‘laboratoire’ montagnard de l’astronome Lalande. Du Voyage en Italie à ses comptes rendus dans le Journal des savants (1769-1789) », dans S. Linon-Chipon, D. Vaj (dir.), Relations savantes, voyages et discours scientifiques, Paris, 2006 (Imago Mundi), p. 297-323.

88 On peut penser aux vues du Vésuve des peintres Volaire (arrivé en Italie en 1763, puis installé à Naples à partir de 1767) et Hackert, aux Lettres de Roland de la Platière (1780) et de Dupaty (1788), au Manuel du voyageur en Italie de 1785 attribué à Kalikoff. L’éruption du Vésuve d’août 1779 fut – entre autres exemples – commentée dans la Gazette de France.

89 Magnifiquement évocatrices des questions que l’on se posait alors sur l’histoire de la terre sont les pages du carnet où Denon relate son expédition à Vestenanova et Bolca (Pages d’un journal de voyage en Italie (1788), éd. présentée et annotée par E. Del Panta, Paris, Gallimard-Le Promeneur, 1998, p. 44-50).

90 Maire et Boscovich, Voyage astronomique et géographique dans l’État de l’Église… pour mesurer deux degrés du méridien et corriger la carte de l’État ecclésiastique, Paris, N.-M. Tilliard, 1770 (1ère éd. en latin 1755). On remarquera que l’exemplaire qui se trouve à la Bibliothèque de l’Institut de France à Paris (S in-4 141 a) a été annoté par Lalande.

91 A.-D. Fougeroux de Bondaroy, Recherches sur les ruines d’Herculanum et sur les lumières qui peuvent en résulter relativement à l’état présent des sciences et des arts, avec un traité sur la fabrique des mosaïques, Paris, Desaint, 1770. Cf. infra, chap. 12.

92 On peut ici penser au rôle de médiateur entre Français et Romains joué par des voyageurs comme le botaniste Latapie, dont Lalande utilisa divers mémoires pour la seconde édition de son Voyage en Italie (cf. G. Montègre, « François de Paule Latapie. Un savant voyageur français au cœur de la Rome des Lumières », Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 117,1, 2005, p. 371-422).

93 Sur la naissance de l’archéologie, cf. A. Schnapp, La conquête du passé : aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993 et É. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne : 1798-1945, Paris, 1998.

94 E. Esmonin, Études sur la France des xviie et xviiie siècles, Paris, 1964, p. 118-120.

95 D. Villars, op. cit., p. 3.

96 La formule est celle qu’A. Dupront applique au texte de Lavoisier De la richesse territoriale du Royaume de France (1784) dans Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, 1996, p. 251.

97 Et recueillir des données en tous genres, comme le montre par exemple le « Tableau des Naissances & des Morts de la Ville de Rome, pendant vingt-cinq ans » (Tableau…, Paris, Desenne, 1791, p. 64-66).

98 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, 1988.

99 J.-M. Gaudin, Voyage en Corse et vues politiques sur l’amélioration de cette île, suivi de quelques pièces relatives à la Corse et du Discours de réception de l’auteur à l’Académie de Lyon…, Paris, Lefèvre, 1787.

100 Dont le sous-titre est : ou Histoire naturelle, agraire, civile et médicale du Comté de Nice et des pays limitrophes, Paris, Levrault, 1821.

101 Ces titres, sauf celui de Pietry, ont été signalés supra, chap. 6, tableau 13.

102 William Hamilton (1730-1803) s’intéressa autant aux découvertes de Pompéi et aux Champs Phlégréens qu’aux éruptions du Vésuve, à l’Etna et aux tremblements de terre.

103 Gay-Lussac fit un voyage scientifique en Italie avec Humboldt de mars à octobre 1805.

Table des illustrations

Légende Fig. 8 – Itinéraires de voyageurs savants en Italie du Nord (Guettard, Vichard de Saint-Réal, Faujas de Saint-Fond, Villars).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540