Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Troisième partie. À la rencontre de l'événement

Chapitre 8. L’impossible capitale milanaise

Texte intégral

  • 1 Sur la mutation de l’équilibre des pouvoirs entre le patriciat milanais et le pouvoir impérial à l (...)
  • 2 Les ambiguïtés du prestige de Milan au xviie siècle ont été analysées dans A. De Maddalena (dir.), (...)

1Revenant à la période qui forme le cœur de notre étude, nous notons que si Milan ne devint jamais, à l’époque moderne, le lieu à partir duquel un prince ou un roi dirigèrent un État de façon autonome, des souverains étrangers n’en projetèrent pas moins dans la seconde moitié du xviiie siècle un réseau de résidences qui traduisait le souci d’accroître le prestige de leur couronne et de donner à la ville un statut de capitale. La question qui se pose alors à nous est de savoir comment les voyageurs, observateurs des réalités de leur temps, perçurent les changements apportés dans l’organisation urbanistique et dans le système de représentation du pouvoir. Pour y répondre, nous étudierons le cas milanais en ne nous limitant pas à la période révolutionnaire et impériale mais en l’examinant à partir de l’époque de l’impératrice Marie-Thérèse. Dans les années 1760-1770, le pouvoir autrichien procéda en effet à une série de modifications qui préparèrent l’attribution à Milan d’un rôle plus central que par le passé dans la géographie politique italienne. Estimant que sa position stratégique était propre à donner au pouvoir de la maison d’Autriche en Italie une meilleure assise, Marie-Thérèse voulut à partir des années 1760 mettre Milan au service de l’hégémonie impériale des Habsbourg dans la péninsule italienne. Jusqu’alors dominée par un patriciat aux fortes velléités autonomistes1 et surtout célébrée depuis le milieu du xvie siècle pour une vaste enceinte qui lui valut le surnom de « Milan la Grande »2, la ville cessa d’être considérée comme une lointaine conquête. Par-delà le règne de Joseph II, qui lui accorda moins d’importance, le désir de Marie-Thérèse fut en outre relayé en 1796 par celui de Bonaparte et des Français.

  • 3 C’est de cette période que traite précisément l’essai d’A. Scotti « Formazione e diffusione dell’i (...)
  • 4 La distinction opérée par M. Berengo entre la ville capitale, centre d’une monarchie qui y place l (...)
  • 5 Si l’empereur Maximien s’y établit sous Dioclétien, à la fin du IIIe de notre ère, et si à partir (...)
  • 6 On semble ainsi se rapprocher du modèle de la capitale décrit par Alexandre Le Maître dans La Métr (...)

2En y renforçant entre 1771 et 18143 les signes d’une administration chargée de contrôler un vaste territoire et jouant un rôle de commandement sur divers plans, les projets viennois et français marquaient une rupture par rapport à la tradition des cités du Nord et du centre de l’Italie, qui à l’instar de Venise ou de Florence n’avaient acquis de position dominante que grâce à la conquête ou à l’acquisition qu’elles faisaient d’autres villes4. Il est vrai que les circonstances de son soudain regain d’importance empêchèrent Milan de rivaliser avec les anciennes capitales d’Europe, telles Naples, Londres, Vienne ou Paris. Nous ne trouvons pas non plus trace, dans les comptes rendus de cérémonies officielles, d’une revendication des élites locales comparable à celle qu’a décelée J. Loach à Lyon au xviie siècle en vue de légitimer une suprématie politique5. Des lieux furent pourtant chargés de rendre visible au sein de l’espace urbain l’autorité de souverains absents mais soucieux de disposer d’une tête de pont en Italie. Ces derniers choisirent de se faire représenter sur place par un membre de leur famille. Afin de donner à la ville l’aspect d’une capitale, ils encouragèrent la création ou la rénovation de palais avec la préoccupation d’en faire non seulement le centre d’un système administratif, mais aussi celui d’une cour princière, suscitant l’admiration et manifestant la puissance6. Dans le même temps, une géographie urbaine nouvelle était imaginée, avec ses places, ses perspectives, ses monuments parfois grandioses.

  • 7 « Milan a été quatorze ans la capitale d’un vaste royaume ; on y a vu les grandes affaires de près (...)
  • 8 G. Gorani, Storia di Milano (1700-1796), éd. A. Tarchetti, Milan-Rome-Bari, 1989, p. 290 (l’histoi (...)
  • 9 Archivio di Stato di Milano, Dispacci Reali, cart. 237. C’est le 19 mars 1764 que Marie-Thérèse in (...)
  • 10 « Capitals do not merely exist, écrit Lawrence J. Vales ; they are the various products of human w (...)

3Annexée par Charles Quint lors de l’extinction des Sforza en 1535 et passée des Espagnols aux Autrichiens en 1706, la ville parut aux yeux de nombreux contemporains, notamment français, atteindre pour la première fois une situation de prééminence en Italie avec Napoléon, lorsqu’elle obtint le titre de capitale de la République cisalpine en 1797, de la République italienne en 1802, enfin du royaume d’Italie en 1805. Si Stendhal fut le propagateur zélé de cette idée7, un Milanais de l’époque, Giuseppe Gorani (1740-1819), estime lui aussi que « les faits qui se sont passés à Milan après l’entrée des Français » appartiennent à l’histoire « du grand état dont elle est devenue la capitale »8. Il faut cependant remonter quelques décennies plus tôt, lorsque Marie-Thérèse, soucieuse de souligner la suprématie des Habsbourg sur l’ordre patricien local, décida de créer à Milan une cour en envoyant comme gouverneur sur place son troisième fils, Ferdinand, frère de Joseph II et du futur Léopold II. La volonté de Marie-Thérèse, annoncée dès 1753 par le projet de mariage entre Léopold et l’unique héritière du duché de Modène, fut confirmée en 1764 par l’acte impérial qui à la place de Léopold faisait de l’archiduc Ferdinand, alors âgé de dix ans, le futur gouverneur général de la Lombardie autrichienne9. Avec l’arrivée de Ferdinand à Milan en 1771, la volonté de créer une capitale se concrétisait, sans qu’en existent sur place les fondements idéologiques10. Cela indique bien en tout cas que les Français ne furent pas les premiers à tenter d’ériger Milan en capitale.

4Il reste à évaluer la force de ce désir et la capacité qu’il eut à s’inscrire dans la durée. Une enquête sur les usages et sur la réception des édifices construits ou restaurés à l’époque de Ferdinand (1771-1796), puis réutilisés au temps de Napoléon par les représentants du pouvoir impérial – Eugène de Beauharnais succédant d’une certaine manière à Ferdinand –, fournit d’utiles éléments de réflexion sur la façon dont le projet de Milan capitale fut perçu à l’époque. L’ampleur des transformations opérées est-elle passée inaperçue des voyageurs ? Ces derniers saisirent-ils la portée du projet politique qui orienta les interventions du pouvoir sur l’urbanisme et l’architecture de la ville ? Leurs écrits révèlent-ils qu’ils crurent aux possibilités de succès d’un tel projet, mis en place par des puissances étrangères ? Le cas de Milan sous les dominations autrichienne puis française les amena-t-il à célébrer un nouveau modèle de ville capitale, dont la légitimité ne tenait plus seulement à des principes d’ordre politique mais aussi à des considérations de type économique et fonctionnel ? Pour évaluer leur approche des transformations de Milan, il faut, après avoir décrit les changements intervenus concrètement à partir de 1770, s’interroger sur la manière dont d’autres acteurs contemporains, vivant et agissant à Milan, les ont eux aussi vécus. Placée dans ce contexte, l’enquête sur les textes de voyageurs permettra de mieux comprendre comment la tentative d’invention d’une centralité politique à Milan ne pouvait que se solder par un échec.

Une volonté politique autrichienne puis française

  • 11 Ces aspects ont été largement étudiés tant par les historiens des institutions et de la noblesse m (...)

5Trois édifices témoignent de l’effort des pouvoirs autrichien puis français pour relier le souverain et son représentant au tissu urbain et symbolique de Milan : ce sont le Palais Royal, près du Dôme, ancien Palais Ducal reconstruit entre 1771 et 1778 (pl. XVIII), la Villa Royale de Monza, créée dans la campagne au nord-est de la ville entre 1777 et 1780 (pl. XIX), enfin, complétant sous le Consulat ce qu’il faut désormais appeler un réseau de résidences, la Villa Royale de Belgioioso. Cette dernière avait été construite à partir de 1790 pour le général comte de Belgioioso dans le quartier intermédiaire et verdoyant de la Porta Orientale, mais offerte en 1802-1803 à Napoléon par la République cisalpine qui l’avait achetée aux héritiers de Belgioioso (pl. XX). Sans entrer dans le détail de leurs architectures, ni dans celui de la réorganisation urbanistique accomplie à la même époque11, on peut se demander si ces palais et maisons de plaisance favorisèrent le développement d’une idée de capitale ordonnée, selon le schéma classique, autour de la présence du prince. Quelle place occupèrent-ils dans l’imaginaire des contemporains ? De quelle façon s’imprégnèrent-ils dans la conscience de ceux qui les avaient voulus, l’impératrice Marie-Thérèse, l’archiduc Ferdinand, à sa façon la noblesse milanaise, plus tard Napoléon et la Commission dite d’Ornato ? Comment furent-ils reçus, utilisés ou racontés par les nobles et fonctionnaires gravitant autour de la cour milanaise, par les voyageurs de passage ? Furent-ils, comme Versailles ou les résidences princières allemandes, intégrés aux parcours obligés de tout visiteur de marque dans l’Italie de la fin du Grand Tour ? Le fait que certains en parlèrent si peu signifie-t-il qu’on les considéra comme des corps étrangers, inadéquats à la vie milanaise ?

6Des documents que nous avons consultés, textes officiels du pouvoir autrichien, mémoires de nobles milanais, récits de voyageurs, ressort une impression fort contrastée. Les velléités de la cour de Vienne puis du gouvernement français ne sont en effet pas sans ambiguïtés dans la mesure où Milan reste une capitale qui doit représenter dignement l’autre capitale – Vienne, puis Paris. Ces lieux du pouvoir étranger débouchent en outre sur des usages décevants. Tout se passe comme si la ville et ses palais demeuraient prisonniers des réseaux de pouvoir ecclésiastiques et nobiliaires qui en déterminent encore la topographie, autant que d’une réalité de conquête. Le pouvoir qui s’y montre parvient difficilement à briller, au moins à l’époque autrichienne, à cause du mode mineur sur lequel il est obligé de se décliner par rapport au souverain qui en est la source.

  • 12 De ce plan nous possédons une image graphique du xive siècle, à l’époque des Visconti, qui permett (...)
  • 13 C. Gavinelli, « ’Il éclairait Milan’. Il ruolo dell’architettura di Piermarini nella configurazion (...)
  • 14 L. Patetta, « Architettura e spazio urbano in epoca napoleonica », ibid., p. 21-25.

7Les contraintes de départ sont il est vrai de taille. Comment inventer une capitale, avec ses lieux de pouvoir, sans réorganiser de fond en comble un urbanisme marqué par le réseau serré du centre médiéval, un plan concentrique parfait12 et des murailles encore omniprésentes ? Si les Autrichiens n’eurent guère, à la différence des Français, l’intention de procéder à des éventrements majeurs, les réalisations de l’architecte et fonctionnaire d’État Piermarini n’en ont pas moins suscité des opinions contradictoires. Fidèle exécuteur des choix institutionnels et politiques de l’époque de Marie-Thérèse et de Joseph II, pivot d’une structure d’autorité qui faisait passer tout projet dans les mains de l’archiduc, Piermarini n’aurait, selon une première catégorie d’historiens, pas conçu de plan donnant un sens spatial nouveau aux édifices qu’il projetait. En dépit de sa critique rationaliste contre le désordre antihygiénique de la ville et malgré la mission très ample qui lui était confiée, puisqu’il fut Imperial Regio Architetto en 1769, Professore di Architettura à l’Académie de Brera en 1776, Sovraintendente all’Edilizia e all’Ornato della città en 1784, il ne se serait pas soucié de modifier les caractères de la structure urbaine. Ainsi Corrado Gavinelli relève-t-il une contradiction entre la remise en cause des fonctions médiévales et baroques de la ville par les édifices de Piermarini, et le fait que chacun d’entre eux, à commencer par le Palais Archiducal, demeure une fin en soi-même, sans lien avec les autres au sein de l’espace urbain13. De son côté, Luciano Patetta conclut à un rationalisme « passif » par rapport à l’organisation urbaine antérieure14. Cela expliquerait que les espaces assurant un rapport entre le citoyen et le pouvoir soient réduits à des places rares et modestes : celles devant le Dôme et devant la Cour du palais Archiducal, celles de l’Archevêché et du Capitaine de Justice – place du tribunal –, celle des Corporations des Marchands. L’ensemble de la ville continuerait de ce fait à présenter un aspect inorganique, avec ses rues étroites et ses places irrégulières appartenant encore pour la plupart à des propriétaires privés.

  • 15 De la prédominance d’une représentation religieuse et contre-réformiste de Milan au xviie et au xv (...)
  • 16 Lo Stato e la città…, cit., p. 77.

8Les projets et les réalisations de Piermarini ont pourtant suscité une autre lecture. Pour un second groupe d’historiens, cette œuvre dépasse le stade du décor et de l’embellissement de certains lieux et ses enjeux se placent précisément au niveau de la représentation du pouvoir. Loin de constituer un lieu isolé, le Palais Royal aurait été le centre d’une restructuration urbaine, visant à la mise en scène d’un pouvoir laïc jusqu’alors écrasé par un pouvoir ecclésiastique qui devait beaucoup au prestige de saint Charles Borromée et qui se traduisait, outre le Dôme, par un impressionnant réseau d’églises et de lieux d’assistance15. Le premier projet de Piermarini, en 1770, confirme cette intention grandiose puisqu’il suggère de construire un Palais Archiducal ex novo au nord-est de la ville, sur le terrain de la Cavalchina, près du Corso de Porta Orientale, au milieu de jardins à la française (pl. XXI), et de transformer l’ancien Palais Ducal, situé à côté du Dôme, en siège des administrations centrales. « Milan aurait eu de la sorte, écrit Aurora Scotti, un palais de type européen et le siège du pouvoir exécutif serait devenu un ‘pôle d’attraction alternatif par rapport à la vieille ville’ »16. L’aristocratie milanaise y aurait elle-même trouvé son compte en voyant reconnue son aspiration à disposer d’une capitale prestigieuse sur le plan européen. Mais Vienne l’entendit d’une autre manière et l’architecte de cour de Marie-Thérèse, Pacassi, imposa une réduction des dépenses. Il fallut se contenter d’une simple restauration de l’ancien Palais Ducal, siège traditionnel des gouverneurs de Milan. L’opération était conforme aux vœux exprimés par Joseph II, empereur et co-régent depuis 1765, lors de son séjour en Lombardie à l’été 1769. Abordant la question des résidences du futur gouverneur, à deux ans de l’arrivée de ce dernier, l’Empereur avait manifesté une grande prudence vis-à-vis des projets de Vanvitelli, pressenti avant Piermarini pour le « Regio Ducal Palazzo ». Le comte Firmian, ministre plénipotentiaire à Milan de 1758 à 1782, rapporte que

  • 17 Rapport de Firmian à Marie-Thérèse, cité par F. Valsecchi, L’assolutismo illuminato in Austria e i (...)

l’Empereur déclara dans cette occasion, et dans plusieurs autres, qu’on devoit dans tous les arrangemens penser, et reflechir, que l’Archiduc Ferdinand viendrait en Lombardie en qualité de gouverneur, et que sa Cour ne devoit être qu’un detachement de la Cour de Votre Majesté, et ne pas former un Corps separé17.

  • 18 Pour G. Ricci c’est grâce à l’installation de l’archiduc à Milan qu’a été rendue possible une conc (...)
  • 19 Fondamental est, à cet égard, l’essai de C. Mozzarelli intitulé « La Storia. La Villa, la Corte e (...)

9Si Vienne voulut éviter que ne s’édifie à Milan une résidence trop digne d’un souverain, laquelle risquait de réveiller auprès du patriciat local des tendances autonomistes toujours vives, l’entreprise de Piermarini pour le Palais Ducal – projetée en 1771-1773 et menée entre 1771 et 1778 – n’en modifia pas moins les équilibres précédents au cœur de la cité. Cette thèse, suggérée par Giuliana Ricci18 et reprise par Cesare Mozzarelli19, est corroborée par la récente réévaluation du sens et de la volonté politique de Ferdinand, ainsi que par l’observation de résultats concrets dans la topographie urbaine. Sur ce dernier point, Piermarini paraît avoir relevé un défi complexe. En abattant l’aile du Palais située le plus près du Dôme, il transforma la cour intérieure en une place ouverte, bien délimitée mais exposée au regard des passants et par là en mesure de concurrencer la place du Dôme, alors plus petite et beaucoup plus exiguë qu’aujourd’hui (pl. XXII). Le pouvoir ecclésiastique se trouvait subitement redimensionné, cependant que l’espace relevant de la cour archiducale, de secret qu’il était, devenait espace public. Les appartements de l’archiduc, au premier étage du corps central, donnaient eux-mêmes sur cette cour principale. Par le jeu des agrandissements du bâtiment, le Sénat, organe du patriciat local, était relégué dans une position adjacente. Enfin, le Palais constituait le point de départ d’un remodelage des perspectives urbaines servant trop bien les aspirations du gouvernement autrichien pour avoir été dû au seul hasard. Tandis que s’élevait non loin de là le petit théâtre de la Cannobiana, l’ouverture de la Piazza Fontana et de la via Santa Radegonda permettait de relier le Palais au nouveau Théâtre de la Scala, à son tour construit par Piermarini après l’incendie de l’ancien théâtre ducal en 1776. Du côté des jardins publics et du Corso de Porta Orientale, un nouvel axe pour la promenade des piétons et des carrosses s’imposait par ailleurs au détriment de celui du Corso de Porta Romana. Déplaçant le théâtre des cérémonials princiers vers le Nord-Est, dans la direction de la capitale viennoise, il était prolongé par une route qui conduisait idéalement à Vienne en passant par le lieu retenu pour la maison de plaisance de l’archiduc : Monza. Toutes réfrénées qu’aient été les intentions de Ferdinand pour le Palais Ducal, elles trouvaient dans la Villa Royale de Monza une forme de couronnement.

  • 20 La double utilisation de Monza comme centre de la vie administrative de l’État et lieu voué aux fê (...)

10Élaborée non sans malentendus entre Milan et Vienne, ainsi qu’entre Ferdinand et son entourage milanais, cette villa participe bien d’un réseau de résidences de nature monarchique. Le palais principal urbain, centre de la vie de cour, est complété par une maison de campagne monumentale, fréquemment occupée par le souverain et source d’un investissement symbolique. La Villa Royale de Monza exprime l’ambition de Ferdinand de donner naissance à une reggia, lieu de travail du prince autant que demeure vouée aux plaisirs de la villégiature20. Certes, à l’origine de ce projet, Joseph II manifeste les mêmes préventions qu’à l’égard du Palais Ducal. Aux yeux de Vienne, la modestie prime sur le faste. D’après le rapport du comte Firmian à Marie-Thérèse, l’Empereur a visité pendant son séjour de l’été 1769 la maison de plaisance du comte Arconati à Castellazzo. Et il a alors jugé qu’il suffirait d’acquérir une propriété déjà existante :

  • 21 Ce rapport, conservé au Haus-Hof und Staatsarchiv de Vienne, est encore une fois transcrit dans F. (...)

il gouta beaucoup cette Maison, et il la croit très propre, pour être destinée par Votre Majesté pour maison de Plaisance à SAR l’Archiduc Ferdinand ; la Maison est grande, commode, pas trop éloignée de la Ville, les jardins sont très-spacieux, il n’[y] auroit [que] fort peu à y ajouter, [et] je me persuade, que, si Votre Majesté l’ordonne, l’achat n’en serait pas difficile […]21.

  • 22 Les jardins ont à Monza une grande importance. Contrastant avec les régularités du palais, le jard (...)

11Mais le Palais Ducal s’achevant, Ferdinand vainquit les résistances et obtint de sa mère, qui avait toujours eu un faible pour lui, les subsides nécessaires. Avant que Joseph II, devenu seul maître de l’empire, ne bloque la poursuite des travaux, la villa progressa rapidement entre 1777 et 1780. Comme à Milan, mais à l’inverse de la plupart des villas des environs, qui réservaient la plus belle façade au côté jardin, le rapport entre l’édifice et l’extérieur fut assuré par une cour d’honneur exposant au regard public l’espace du prince. Un premier axe relie la villa au bourg de Monza, un autre au Corso de Porta Orientale à Milan, tandis que vers le parc une vaste zone d’intimité se développe22.

12Bien que l’idée d’un projet cohérent soit convaincante, les réalisations doivent toutefois être confrontées à leur réception de la part des contemporains. Or, les descriptions sur la vie milanaise dans le dernier tiers du xviiie siècle révèlent que le système créé par Ferdinand et par Piermarini ne fonctionna pas selon les intentions que nous décelons chez ses promoteurs. En dépit de leurs efforts, les conditions n’étaient probablement pas réunies pour permettre que l’usage privilégié des deux édifices évoqués s’ancre durablement dans les esprits et les transforme en un signe à la fois quotidien et tangible de la présence à Milan du pouvoir des Habsbourg.

Des lieux qui « fonctionnent » mal

  • 23 Billerey, Voyage d’Italie, commencé le 29 octobre 1782, Bib. Munic, de Reims, Ms 1326, f. 22v.
  • 24 J. Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H. J. Jansen, an IX (1801), p. 13 et (...)
  • 25 Journal de voyage du général Desaix. Suisse et Italie (1797), publié avec introduction et notes pa (...)
  • 26 Ibid., p. 86.
  • 27 Ainsi Cambry évoque-t-il le cours et ses rituels : « c’est aux yeux d’un homme froid un assez tris (...)
  • 28 C’est le cas de José Garcia de la Huerta au début des années 1770, de José Viera y Clavijo en octo (...)
  • 29 Elisabeth et Jörg Garms parviennent à la même conclusion dans leur étude sur les voyageurs étrange (...)

13Tandis que Vienne manifeste ses réticences vis-à-vis d’une trop grande autonomie de la cour de Milan, les témoignages des voyageurs confirment la faible efficacité symbolique des lieux de pouvoir de la maison d’Autriche. Même rénové, le palais archiducal rebute ceux-ci tant par son aspect extérieur que pour sa décoration intérieure. Accompagnant le duc de Chartres à l’automne 1782, Billerey va le voir en sortant de la cathédrale et juge qu’il « n’a rien de bien curieux ». Les appartements « en sont vastes, bien meublés et bien tenus », mais le grand salon y est la seule pièce « remarquable » et les lustres de Venise qui l’éclairent « sont de mauvaise forme » et d’un « effet désagréable »23. Le palais est présent dans la liste des monuments milanais que dresse en mai 1788 le jeune marchand lyonnais Jordan, sans autre commentaire. Jacques Cambry ne voit la même année rien de remarquable dans sa façade semblable à celle d’un « vaste monastère »24, et le général Desaix déclare en 1797 : « J’ai vu aussi le palais archiducal, à présent palais du Directoire cisalpin ; il est près du dôme ; les apparences ne le feraient pas prendre pour un palais »25. Pour qui n’en franchit pas le seuil, il reste un lieu vide, ne suscitant qu’indifférence. Ceux qui le visitent peuvent assurément découvrir, comme Desaix, des appartements « magnifiques », des salles « immenses » et surtout « la grande salle d’audience, du plus grand luxe et du plus grand éclat »26. Pourtant, comparé au Dôme, à la Bibliothèque Ambrosienne, au Collège Helvétique, à l’Observatoire de Brera et à des institutions d’assistance, comme l’Ospedale Maggiore et le Lazzaretto, le siège du gouverneur déçoit ou ne retient guère l’attention de la majorité des voyageurs. En dépit de la restauration de Piermarini, ces derniers se montrent plus sensibles au luxe du « corso » et à la promenade des Bastions, où se voient jusqu’à 300 carrosses à la fois27. Impressionnés par la splendeur de la vie de Milan, les Espagnols l’attribuent aux nobles et évoquent surtout les maisons patriciennes28. Nombreuses sont les descriptions de spectacles dans l’ancienne salle du théâtre, incendiée en 1776, puis dans le nouveau théâtre de la Scala. Si Milan fait figure pour les étrangers de cité vivace et prospère, engagée dans une politique d’assistance remarquable, développée sur le plan économique, social et intellectuel, elle le doit à l’absence bien plutôt qu’à la présence d’un prince qui contrôlerait les actes de la noblesse29.

  • 30 J. de Lalande, Voyage en Italie, Genève, s. é., 3e éd., 1790, t. 1, p. 276 (1ère édition, 1769). U (...)
  • 31 Ainsi Jean-Baptiste-Marie Guidi : « Tous les arts se sont réunis pour l’embellissement de cette ch (...)
  • 32 Si Lalande conseille dès 1769 de monter en haut du Dôme (« On doit monter sur la couverture de l’é (...)
  • 33 L’intérêt pour les lieux du prince est certes sensible en mai 1788 chez le Lyonnais Antoine-Henri (...)
  • 34 La présente observation se fonde sur la lecture directe des souvenirs de Johann Wilhelm von Archen (...)

14L’image du Dôme demeure ainsi le centre géométrique de la ville. En le plaçant au point d’intersection des quatre carrés qui ordonnent sa lecture de Milan, Lalande ne fait que renforcer une tradition qui ne s’arrête pas avec lui : « Pour voir cette grande ville avec méthode, écrit-il, je tire une méridienne par le dôme ou la cathédrale, et une perpendiculaire à cette méridienne ; je partage ainsi la ville en quatre carrés d’environ 500 toises de long et de large »30. Après avoir longtemps frappé les imaginations par sa grandeur, ses nombreuses statues et la chapelle souterraine contenant les restes de saint Charles Borromée, centre de la mémoire citadine qui éblouit par sa richesse31, le Dôme garde sa prééminence lorsque les visiteurs qui suivent Lalande et Roland de la Platière commencent dans les années 1780 à vanter le point de vue depuis son sommet32. En dépit d’une tendance naturelle de divers voyageurs à rechercher les lieux du prince, les palais qui retiennent l’attention sont d’abord ceux de la noblesse milanaise, prouvant qu’à l’opposé de la centralité propre à une capitale monarchique persiste un imaginaire topographique éclaté, marqué par le souci d’autonomie des élites aristocratiques vis-à-vis du gouvernement de Vienne33. Il est à ce titre significatif que les résidences de Ferdinand soient apparemment peu mentionnées dans les années 1780 par les visiteurs de culture germanique, les plus sensibles a priori au prestige de sa cour34.

  • 35 Sur le séjour de Joseph II à l’été 1769, et notamment sur ses rapports avec le duc de Modène, voir (...)

15Pour mieux comprendre l’indifférence des voyageurs vis-à-vis du Palais Archiducal et de la Villa de Monza, on peut aussi se demander comment ils percevaient la cour, à une époque où la vie intellectuelle et théâtrale de Milan était devenue une référence en Europe centrale. Or, le regard est ici déterminé par le pouvoir viennois. Lorsque Joseph II vint à Milan en 1769, il descendit chez le comte Firmian et faussa souvent compagnie au gouverneur en titre de l’époque, le duc de Modène, qui résidait au Palais Ducal35. Cela signifiait que le représentant symbolique de l’autorité comptait peu aux yeux de l’empereur : avant que n’arrive Ferdinand, son prédécesseur était considéré comme une potiche à traiter sans excès de ménagements. Certes la situation évolua avec l’archiduc et certains récits d’étrangers témoignent d’une vie de cour brillante. Von Hartig, Chambellan de Sa Majesté Impériale et Royale, écrit lors d’un séjour en 1776 :

  • 36 Franz de Paula von Hartig, Lettres sur la France, l’Angleterre et l’Italie, Genève, s. é., 1785, p (...)

L’Archiduc Ferdinand, Gouverneur du Milanois, & l’Archiduchesse Beatrix, son Épouse, offrent l’accueil le plus gracieux et les fêtes les plus agréables à tout Étranger qui jouit de l’honneur de leur être présenté. Je fus de trois Bals masqués à la Cour ; l’élégance et la variété des Masques, et la beauté des Danses dont M. Novaire étoit le Directeur, rendoient ces bals délicieux36.

  • 37 Charles Pinot, dit Duclos, Voyage en Italie ou Considérations sur l’Italie, Paris, Buisson, 1791, (...)

16Les étrangers sont pourtant moins étonnés par les fastes du gouverneur que par l’accueil que leur réserve Firmian, bras droit du pouvoir mais non son centre, Firmian n’étant qu’un fonctionnaire au service de l’empereur. Duclos parle dès 1767 de la « cour aussi brillante que nombreuse » de Firmian et si Guidi cite en 1773 le duc de Modène et le comte de Firmian « qui exerce réellement l’autorité au nom de sa souveraine », il ne dit rien de l’archiduc Ferdinand, pourtant présent à Milan depuis deux ans37. Une telle absence révèle un retard d’information et la faiblesse de l’image du prince, dont le nom reste longtemps mal connu. D’ailleurs, les voyageurs allemands ou autrichiens confirment le primat du ministre :

Quant au comte de Firmian, notre Ministre, ou Vice-Gouverneur du Milanais, auquel j’etois particulièrement recommandé, ma plume, poursuit Von Hartig, ne tariroit point sur ses éloges, si elle pouvoit dignement exprimer la juste admiration qu’il m’inspire. Son nom est connu dans toute l’Europe, est cher aux Gens de Lettres, et à l’humanité ; la Vaste étendue de son Génie ne peut être comparée qu’avec la bonté de son cœur.

  • 38 Von Hartig, op. cit., p. 163-164 ; J. W. von Archenholtz, Tableau de l’Italie…, traduit de l’allem (...)
  • 39 « La Maison du Marquis de Litta se distingue surtout par la magnificence et le ton d’aisance qui y (...)
  • 40 Roland de la Platière, en 1776 : « J’ai vu au spectacle, l’Archiduc & toute sa Maison, qu’à Milan (...)

17Trois ans plus tard, le Capitaine au service du roi de Prusse von Archenholtz n’évoque lui aussi que Firmian : « La sage administration du respectable comte de Firmian a fait un bien infini à ce pays […] Sa conduite plut même à la noblesse qui, toute haute qu’elle est, l’estimoit infiniment »38. En-dehors du ministre la noblesse milanaise est volontiers décrite, que l’Autrichien Von Hartig juge très prévenante envers l’étranger39. À huit ans de distance, le Français Roland de la Platière et l’Anglaise Hester Lynch Piozzi font des observations d’une surprenante analogie sur l’impuissance de l’archiduc à modifier les habitudes des nobles milanais40.

18Bien sûr on pourra objecter que les récits des étrangers sont par rapport au problème de la perception des lieux de pouvoir une source suspecte. Ils ressassent des stéréotypes rarement critiqués dans le temps du voyage ou sont influencés, comme ici les Allemands, par les flatteries et les mises en condition de leurs hôtes. Il reste que si le système de représentation induit par Vienne et pris en charge par Ferdinand avait été efficace, quelque signe aurait dû en être perçu par les contemporains, surtout par les nobles, censés participer à la vie de cour. Or, même les textes qui évoquent des fêtes et réceptions décrivent peu le Palais Royal dans les années 1770 et ne s’étendent pas davantage sur la Villa Royale de Monza dans les années 1780. Un hiatus se manifeste entre de tels silences et la fièvre de construction de Piermarini, effet de l’apparente et peut-être fugace fébrilité de Ferdinand.

  • 41 G. Ricuperati, « I Lumi, gli intellettuali e la corte », dans C. Mozzarelli, G. Olmi (dir.), La Co (...)
  • 42 G. Gorani, op. cit., chap. VIII, p. 122, 124 et 126. « Une garde hongroise à cheval richement vêtu (...)
  • 43 « io m’immagino che sia già mutato assai il tono del paese colla presenza della Corte. Da città di (...)
  • 44 « Questa villa, che fu tanto illustre in addietro per il soggiorno, e la coronaziane de’ Re Longob (...)

19Le témoignage des Italiens montre que la création d’une cour à Milan avait correspondu au début des années 1770 à une grande attente. Tandis que Parmi, poète issu du peuple, est séduit par les rituels de la nouvelle cour41, le noble milanais Gorani ne décrit pas moins volontiers l’enthousiasme de la ville à l’arrivée de son nouveau souverain en 1771 : « ainsi voyait-on dans les maisons son portrait à la place d’honneur, entouré de fleurs et de bougies, comme l’image du saint patron de la famille », et plus loin : « Jamais on n’avait vu une entrée aussi magnifique […]. Son entrée dans la ville de Milan était plus imposante que le triomphe d’un vainqueur. Le prince […] entra dans son gouvernement comme un très-grand monarque »42. Par-delà la rhétorique des descriptions d’entrée princière se discerne un désir de la noblesse milanaise, et peut-être aussi du peuple, de voir Milan intégrer l’honorable famille des villes dotées d’un souverain. Alessandro Verri s’exclame en 1772 : « je m’imagine que le ton du pays s’est déjà suffisamment transformé avec la présence de la Cour. De ville de province, nous sommes devenus capitale […] Toutes les adorations oligarchiques seront concentrées dans la seule monarchie »43. De son côté, G. De Necchi Aquila fait dans ses lettres à G. B. Corniani le récit au quotidien des bals et des banquets dans les salles du Palais Archiducal entre 1779 et 1782. En le lisant, nous participons à la vie de la cour à Monza, avec son Théâtre, ses danses, ses feux d’artifice : « Ce lieu de plaisance, écrit De Necchi, qui fut jadis si illustre pour le séjour et le couronnement des Rois lombards, est aujourd’hui aussi revenu à la mode »44. Lieu à la mode, légitimé par l’histoire et où la vie brillante cède parfois le pas, notamment dans les mois de deuil qui suivent la mort de l’impératrice Marie-Thérèse, au souci du buen retiro, de la retraite et de la paix avec soi-même.

  • 45 « molto grande, ma bensì lontana dall’esser bella […] Il palazzo degli arciduchi è nuovo, molto gr (...)
  • 46 Sur Monza : « Le terrain était spacieux sur lequel est bâtie la maison de Monza et dans la situati (...)
  • 47 E. G. Fazio, article cité.

20Et pourtant, si nous délaissons la description des fêtes et des cérémonials pour examiner le rapport qui s’instaure entre les lieux et ceux qui les fréquentent, le désintérêt des Italiens à l’égard des palais où évolue la cour de l’archiduc apparaît évident. Quelle trace d’émerveillement trouve-t-on dans les commentaires de la marquise Boccapadule, venue de Rome passer l’hiver 1794-1795 à Milan ? La Villa de Monza est pour elle « très grande mais loin d’être belle », et « le palais des archiducs est neuf, très grand, mais de mauvaise architecture »45. Les diatribes de Gorani lui font écho. Présent à Milan entre 1774 et 1786, il dénonce tout autant Piermarini, « dessinateur d’arabesques » et « ignorant présomptueux », que la Villa de Monza et le Palais Archiducal46. Si elles étaient demeurées isolées, de telles critiques relèveraient du discours « national » opposé à un architecte venu d’ailleurs : en l’occurrence Piermarini est né à Foligno et Gorani se fait en partie l’interprète des architectes milanais écartés par le pouvoir impérial. Mais s’ajoutant au silence des étrangers ou à la mauvaise impression que leur fait de l’extérieur le Palais Archiducal, indice d’une architecture urbaine qui dans son ensemble déçoit de plus en plus les voyageurs allemands47, elles nous confirment l’exclusion que subissent dans l’imaginaire de Milan les lieux du pouvoir autrichien.

  • 48 D’où dérive la récente réhabilitation de Ferdinand par les historiens, à laquelle nous faisions al (...)
  • 49 « L’arciduca aveva qualche curiosità nel maneggio della elettricità e molta facilità nell’aritmeti (...)

21Il convient de s’interroger sur ce difficile « fonctionnement ». La première raison tient de toute évidence à la volonté des autorités de Vienne de maintenir Milan dans une position marginale par rapport à la capitale de l’Empire. Le pouvoir de l’archiduc est suspendu au bon vouloir de l’empereur et tandis qu’au temps de Marie-Thérèse Ferdinand agit à peu près comme il l’entend, il n’en va plus de même sous Joseph II, qui exerce un contrôle sévère. En second lieu, Ferdinand imprime à sa cour et à son système de gouvernement un ton qui n’est pas celui d’une cour rayonnante. En dépit de sa bonté et de sa capacité de travail48, l’archiduc est aux yeux de nombreux contemporains plus préoccupé de spéculations financières personnelles que de manifester une autorité centrée sur sa personne. Bien qu’ils l’aient parfois dépeinte sous des traits positifs, les nobles Pietro Verri et Gorani dressent en fin de compte le bilan d’une cour grossière, dépourvue de l’esprit de raffinement et de la grâce propre à toute cour « polie », rétive à la pensée et aux arts49. À l’instar des étrangers, ils observent que les gens de culture et de goût se retrouvaient plutôt autour du comte Firmian. Enfin, la conception même des architectures de Piermarini semble avoir été peu propice à accrocher le regard. Le caractère compact et fonctionnel du Palais Ducal, puis l’impression de monotonie et de sévérité qui se dégage de la façade régulière de la Villa de Monza contribuèrent à empêcher que de ces monuments émane un rayonnement propre à accroître le prestige d’une ville capitale.

22De multiples contradictions sous-tendent la tentative de faire de Milan, cité périphérique dans l’empire des Habsbourg, une ville de cour disant le faste et la magnificence. En dépit d’une première phase de curiosité, la cour de l’archiduc Ferdinand ne devient pas un modèle et face aux résidences de l’archiduc les demeures des grandes familles continuent de constituer, comme depuis deux siècles, la principale référence des élites dans le paysage urbain milanais. L’esquisse d’un recentrage politique, manifesté par des lieux prestigieux, est vite ensevelie sous des habitudes de sociabilité qui traduisent, théâtre de la Scala en tête, la défense des autonomies locales face à la cour réformatrice de Vienne.

Des lieux de pouvoir aux lieux fonctionnels

23Lorsqu’une volonté d’approfondissement de la centralité politique à Milan se manifeste à partir de 1796 avec l’arrivée des armées françaises, qu’advient-il de ce réseau de résidences et de la perception qu’en avaient les contemporains ? En fait, à l’époque de Napoléon, il fallut satisfaire à des exigences « révolutionnaires ». Dès les années du triennio (1796-1799) s’affirma la vision municipaliste de la bourgeoisie milanaise et d’une partie du patriciat, reconverti en « libéral ». En rupture avec les embellissements de Piermarini, un souhait d’appropriation collective de la ville se développa. Les projets, ambitieux, tendirent à instaurer un usage populaire des espaces citadins. L’accent fut mis sur de nouvelles places, dont témoignent les programmes de la place du Dôme et surtout le projet d’Antolini pour le Foro Bonaparte en 1800-1803, avec ses administrations, son panthéon, ses magasins, ses bains publics disposés en un immense arc de cercle autour de l’ancien château des Sforza. Le premier plan régulateur de la ville, en 1807, combine de nouvelles perspectives orthogonales avec le schéma radio-concentrique préexistant. Les monuments et architectures éphémères, dressés à l’occasion des fêtes, confèrent enfin à cette phase urbanistique une dimension célébrative. Les architectes « jacobins », Antolini et Pistocchi, y sont particulièrement impliqués. Quant aux architectes « académiques », Cagnola, Canonica ou Amati, ils ont, à côté du souci d’approfondir des données proprement architecturales, plus le désir de valoriser un usage public des espaces que de s’occuper des lieux de résidence des souverains.

  • 50 O. Faron, A. Pillepich, « Rue, ilôt, quartier. Sur l’identification des espaces citadins à Milan a (...)
  • 51 Des concours annuels sont institués à partir de 1805 pour encourager les projets relatifs aux serv (...)

24Certes, à l’instar du Foro Bonaparte, de nombreux projets de l’époque ne sont pas exécutés et les réalisations effectives de la Milan napoléonienne, même si elles frappent les voyageurs, restent limitées du point de vue architectural : Porta Ticinese entre 1801 et 1815, Porta Nuova en 1810, Arco della Pace commencé en 1806 par Cagnola et qui ne fut terminé qu’en 1838, Arena de Canonica entre 1805 et 1824. Mais la notion de lieu de pouvoir glisse vers celle de lieux fonctionnels. Le pouvoir se donne à voir en des points qui tendent à s’éparpiller, à se diluer dans un espace qui ne dit la présence d’une centralité politique que par l’efficacité des services que les agents de l’État rendent aux citoyens. Un tournant essentiel s’opère par rapport au temps des Habsbourg : on ne s’attache plus à des monuments isolés, la ville entière est conçue comme un organisme vivant, capable d’assumer différentes fonctions, de répondre à la multiplicité des besoins. Des réformes décidées à la fin du xviiie siècle ont abouti au redécoupage de la ville en rioni (quartiers) et au numérotage des maisons, mettant en évidence une nouvelle cohérence territoriale50. Contre le bon vouloir de propriétaires, qui jusque-là régnaient en maîtres, l’aspect des maisons relève depuis 1807 du « droit public » et est soumis au contrôle d’une Commission d’Ornato, qui impose aux rues un modèle uniforme. L’Académie de Brera est elle-même remodelée pour préparer de nouvelles générations d’architectes, capables de faire face à des exigences sociales51.

  • 52 Dès 1797 le général Desaix en évoque l’île et le temple de l’Amour, le tombeau, la cascade (op. ci (...)

25Dans ce contexte, les lieux de pouvoir traditionnels ne sont pas l’objet de constructions ou de reconstructions notables. En marge de projets urbanistiques comme celui du Foro Bonaparte, le réseau préexistant des résidences princières est simplement réutilisé, moyennant quelques aménagements. Un troisième lieu est tout d’abord ajouté au binôme Palais Royal-Villa Royale de Monza, à savoir la Villa Royale de Belgioioso (pl. XX), construite par le Viennois Pollack et offerte à Napoléon par la République cisalpine. Fort appréciée des contemporains, celle-ci donne son sens à la grande zone des jardins de Porta Orientale et concrétise le système du palais-jardin que Piermarini n’avait pu faire accepter avec son projet de 1770 (pl. XXI). L’axe « élaboré » par les Habsbourg et menant du Palais Royal à la Porte Orientale et à Monza est ensuite déplacé en relation avec les intérêts français. Un axe « français » s’y substitue, orientant idéalement la ville à l’ouest, vers le Simplon, par-delà la Piazza. d’Armi et l’Arco della Pace. Enfin se dessine une nouvelle hiérarchisation des lieux de pouvoir. Le Palais Royal est confirmé dans sa fonction de siège officiel de la cour, doté entre autres d’une salle d’apparat, le Salon des Cariatides jadis réalisé par Piermarini, où le nouveau pouvoir s’autoreprésente en faisant peindre par Appiani les Fastes napoléoniens que Stendhal admirait. La Villa de Belgioioso, dernière venue sur le parcours entre Milan et Monza, devient à partir de 1808 le lieu de séjour préféré d’Eugène de Beauharnais et Amélie de Bavière. Elle bénéficie de son double caractère d’édifice imposant, servant à manifester le pouvoir, et de résidence où les espaces intimes permettent de s’isoler, comme dans le jardin anglais qui très vite fait figure de lieu parmi les plus romantiques de Milan52. Plus difficile est la survie de la Villa Royale de Monza, bradée en 1796, arrachée de justesse à la destruction, transformée en caserne avant de devenir résidence officielle des représentants du pouvoir de Napoléon, c’est-à-dire de Melzi d’Eril, l’été, puis d’Eugène de Beauharnais qui s’intéresse à ses jardins. Indice de sa faible réputation, elle n’est pas davantage évoquée par les voyageurs de l’époque de Napoléon que par ceux du temps de Ferdinand.

  • 53 Déjà, sous l’Empire, la désaffection est évidente. Du Palazzo Reale Stendhal évoque « la mauvaise (...)

26Les lieux du prince que les Habsbourg avaient voulu créer ou revitaliser sont donc occupés par Napoléon et par son beau-fils Eugène de Beauharnais. Mais s’agit-il encore de rendre visible l’autorité du prince dans un palais ? Si on le mesure à l’aune du prestige de ses lieux de résidence princiers, le destin de Milan capitale à la fin du xviiie et au début du xixe siècle fait assez pâle figure. Parce qu’ils ne recèlent aucun emblème de la royauté et parce que de celui qui les occupe n’émane qu’une puissance diffractée, les palais discrets de la capitale du Royaume d’Italie sont aux antipodes des résidences des souverains de l’Europe d’Ancien Régime53. Est-ce d’ailleurs un hasard si après s’être « servi » de la couronne de fer des rois lombards, Napoléon se détourne progressivement de Milan pour faire en 1810 de Rome le nouveau centre de sa géographie italienne et même une capitale promise à un plus grand avenir, si l’Empire avait duré ?

27Avec la fin de la présence française et le retour des Autrichiens en 1814, les édifices qui ont retenu notre attention subsistent, mais Milan étant redevenue un chef-lieu de région au sein de l’Empire austro-hongrois, ils se vident rapidement de ce qu’il leur restait de charge symbolique. Faute d’une légitimité construite sur le long terme, l’idée de la capitale politique aura largement été une fiction. Aujourd’hui oubliés des Milanais comme de la plupart des étrangers de passage, ces lieux qui furent davantage des lieux du pouvoir que des lieux de pouvoir portent la marque d’un projet qui, par ses contradictions même, ressembla presque à un caprice.

28Sans renoncer à l’usage des lieux de pouvoir créés à la fin du règne de l’impératrice Marie-Thérèse – le réseau tendant plutôt à se renforcer au temps du Royaume d’Italie, avec l’ajout de la Villa de Belgioioso devenue Villa Royale –, la période napoléonienne apparaît donc comme ayant modifié les données du rapport entre la ville et le pouvoir. Le prince n’a plus besoin d’organiser une centralité autour de ses lieux de résidence, il ne cherche plus à exprimer sa force à travers la symbolique d’un palais. Parce que le pouvoir s’est diffusé, éparpillé, devenant celui de la Loi avant d’être celui du souverain, il fait de la ville entière, avec ses portes, ses places, ses architectures éphémères mais aussi ses bâtiments à usage social, un espace politique, perçu comme tel par tous les voyageurs français de l’époque. Si d’un côté elle révèle le rôle subalterne de Milan, la négligence persistante du regard des voyageurs sur les palais et villas princiers traduit aussi ce déplacement dans la nature même du pouvoir.

  • 54 Capitale des autres, capitale dont la légitimité tient à la position au carrefour de nombreuses ro (...)
  • 55 Ainsi la Piazza Fontana voulue par Vienne en 1775 avait-elle été ornée, selon le désir de Kaunitz, (...)

29Le détour par les dernières décennies du xviiie siècle, avant l’arrivée des Français, nous montre d’ailleurs que sous les Autrichiens déjà une conception de la fonctionnalité des bâtiments publics se faisait jour à Milan. Tandis que les désirs de l’archiduc Ferdinand incarnent la perduration du rêve d’un ancien régime des lieux de pouvoir, la promotion d’un réseau dense de lieux utiles -théâtres, collèges, bibliothèques, banques comme le Mont de Sainte-Thérèse, musées, jardins – importe plus à Vienne que l’usage du Palais Ducal ou de la Villa de Monza. Une vie de cour a animé les résidences de l’archiduc à la fin du xviiie siècle, mais le sévère Joseph II lui préférait les bâtiments où pouvait se réaliser le « bien public ». D’un régime à l’autre, de Marie-Thérèse et de Joseph II à Napoléon, l’échec de la capitale politique est assurément lié aux ambiguïtés de la domination étrangère, au primat de la fonction marchande et à un refus en profondeur des Milanais eux-mêmes vis-à-vis de tout engagement politique marqué54. L’évolution du regard que portèrent les étrangers sur les lieux de résidence princiers montre cependant aussi comment le discours des voyageurs participa autant que celui des autorités politiques et des Milanais eux-mêmes à l’avènement d’une conception de l’État moins centrée sur la personne du prince55 et, partant, à la fois plus abstraite et plus moderne.

Notes

1 Sur la mutation de l’équilibre des pouvoirs entre le patriciat milanais et le pouvoir impérial à l’époque de Marie-Thérèse, voir C. Capra, « Il Settecento », dans G. Galasso (dir.), Storia d’Italia, vol. 11, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Turin, 1984, p. 153-684 ; C. Mozzarelli, « Mito del buon governo e metamorfosi sociale », dans L’Europa riconosciuta. Anche Milano accende i suoi lumi (1706-1796), Milan, 1987, p. 229-255 ; C. Mozzarelli, « Impero e città. La Riforma della nobiltà nella Lombardia del Settecento », dans C. Mozzarelli, G. Venturi (dir.), L’Europa delle corti alla fine dell’antico Regime, Rome, 1991, p. 495-538.

2 Les ambiguïtés du prestige de Milan au xviie siècle ont été analysées dans A. De Maddalena (dir.), « Millain the great ». Milano nelle brume del Seicento, Milan, 1989.

3 C’est de cette période que traite précisément l’essai d’A. Scotti « Formazione e diffusione dell’immagine di Milano capitale tra 1770 e 1815 », repris dans Id., Lo Stato e la città. Architetture, istituzioni e funzionari nella Lombardia illuministica, Milan, 1984, p. 52-70.

4 La distinction opérée par M. Berengo entre la ville capitale, centre d’une monarchie qui y place les organes du pouvoir central, et la ville dominante, désignant une cité ayant conquis ou acquis d’autres villes, a été évoquée supra, chap. 7, note 7.

5 Si l’empereur Maximien s’y établit sous Dioclétien, à la fin du IIIe de notre ère, et si à partir d’Othon Ier, en 962, de nombreux empereurs germaniques vinrent ceindre la couronne de fer des rois lombards qu’en 1805 Napoléon fit transférer pour son sacre comme roi d’Italie de la cathédrale de Monza, où elle est aujourd’hui conservée, jusqu’au Dôme de Milan, ces épisodes demeurent les fragments d’une histoire faite par d’autres, en quelque sorte extérieure à la ville. Sur Lyon capitale, voir J. Loach, « Lyon versus Paris : claiming the status of Capital in the middle of the 17th century », dans G. Sabatier, R. Costa Gomes (dir.), Lieux de pouvoir. Europe, xve-xxe siècles, Lisbonne, 1998, p. 260-285.

6 On semble ainsi se rapprocher du modèle de la capitale décrit par Alexandre Le Maître dans La Métropolitée, parue à Amsterdam en 1682 : « résidence ordinaire du prince, siège du Parlement, de l’Académie, étape du commerce » (cité par D. Roche, La France des Lumières, Paris, 1993, p. 582).

7 « Milan a été quatorze ans la capitale d’un vaste royaume ; on y a vu les grandes affaires de près et le jeu des passions. Pendant ce temps-là, Bologne était jalouse ». (Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto Paris, 1973 [Pléiade], p. 148).

8 G. Gorani, Storia di Milano (1700-1796), éd. A. Tarchetti, Milan-Rome-Bari, 1989, p. 290 (l’histoire de Gorani remonte à la fondation de Milan mais seule la dernière partie, rédigée entre 1796 et 1819, a été à ce jour publiée).

9 Archivio di Stato di Milano, Dispacci Reali, cart. 237. C’est le 19 mars 1764 que Marie-Thérèse informe le minitre plénipotentiaire Firmian de la nomination de son fils Ferdinand comme gouverneur de la Lombardie, le poste d’administrateur et de capitaine général de la Lombardie continuant d’être occupé par le duc François III de Modène jusqu’à la majorité de Ferdinand.

10 « Capitals do not merely exist, écrit Lawrence J. Vales ; they are the various products of human will and historical circumstance » (Architecture, power and national identity, Newhaven-Londres, 1992 (1ère éd. 1959), p. 13). Dans le cas du choix de Milan, la situation géographique a sans nul doute été déterminante. En-dehors d’elle, aucune tradition locale ne légitime l’instauration d’une capitale politique (cf. supra, note 5).

11 Ces aspects ont été largement étudiés tant par les historiens des institutions et de la noblesse milanaise (C. Capra, C. Mozzarelli) que par les historiens de l’art, en particulier par les spécialistes de Piermarini (P. et G. Mezzanotte, L. Patetta, A. Scotti).

12 De ce plan nous possédons une image graphique du xive siècle, à l’époque des Visconti, qui permettait d’associer la ville réelle et la ville idéale. Celle-ci se trouve dans le manuscrit A 275 inf. de la Biblioteca Ambrosiana, avec les œuvres historiques de Galvano Fiamma, et est reproduite dans L. Gambi, M. C. Gozzoli, Milano, Rome-Bari, 1982, p. 6.

13 C. Gavinelli, « ’Il éclairait Milan’. Il ruolo dell’architettura di Piermarini nella configurazione dell’urbanistica milanese settecentesca », dans L’Idea della magnificenza civile. Architettura a Milano, 1770-1848, catalogue de l’exposition de la Rotonda di via Besana, Milan, 1978, p. 9-11.

14 L. Patetta, « Architettura e spazio urbano in epoca napoleonica », ibid., p. 21-25.

15 De la prédominance d’une représentation religieuse et contre-réformiste de Milan au xviie et au xviiie siècle témoignent autant les descriptions des guides que les gravures insérées dans le Ritratto di Milano du chanoine Carlo Torre en 1674 ou accompagnant le plan monumental de Riccardi en 1734 (L. Gambi, M. C. Gozzoli, op. cit., chap. 6, p. 151-158).

16 Lo Stato e la città…, cit., p. 77.

17 Rapport de Firmian à Marie-Thérèse, cité par F. Valsecchi, L’assolutismo illuminato in Austria e in Lombardia, Bologne, 1934, vol. 2, p. 317. Dans les lignes qui précèdent immédiatement, Firmian a indiqué qu’après un second examen des dessins de Vanvitelli l’Empereur « lui suggéra de grandes corrections » parce qu’il « voudroit, que le theatre […] restat, où il est à la Cour, de même […] que le tribunal du Senat ne fut pas changé de place, et qu’il restat à la Cour ».

18 Pour G. Ricci c’est grâce à l’installation de l’archiduc à Milan qu’a été rendue possible une conception globale du milieu urbain : « Soltanto l’insediamento stabile di un rappresentante del potere centrale consolidato e pacificato crea l’istanza di rappresentatività, premessa indispensabile nel periodo a una concezione globale dell’ambiente urbano » (« Milano : per il decoro della città. Appunti in materia di microurbanistica », dans Piermarini e il suo tempo, Milan, 1983, p. 45).

19 Fondamental est, à cet égard, l’essai de C. Mozzarelli intitulé « La Storia. La Villa, la Corte e Milano capitale », dans F. De Giacomi (dir.), La Villa Reale di Monza, Monza, 1984, p. 9-43.

20 La double utilisation de Monza comme centre de la vie administrative de l’État et lieu voué aux fêtes, aux spectacles théâtraux et à la déambulation dans les jardins, est attestée dans les lettres adressées en 1779-1782 à un noble de Brescia par G. De Necchi Aquila, fonctionnaire méticuleux dont la correspondance forme une chronique de la vie quotidienne à la cour de l’archiduc Ferdinand (Cronaca milanese in un epistolario del Settecento. Le lettere di Giuseppe De Necchi Aquila a Giovan Battista Comiani, éd. R. Candiani, Milan-Rome-Bari, 1988).

21 Ce rapport, conservé au Haus-Hof und Staatsarchiv de Vienne, est encore une fois transcrit dans F. Valsecchi, op. cit., p. 305.

22 Les jardins ont à Monza une grande importance. Contrastant avec les régularités du palais, le jardin anglais conçu par Piermarini entre 1777 et 1780 lança une mode reprise quelques années plus tard à Caserta pour Marie-Caroline, avec ses allées sinueuses, ses collines artificielles, son petit lac aux contours irréguliers.

23 Billerey, Voyage d’Italie, commencé le 29 octobre 1782, Bib. Munic, de Reims, Ms 1326, f. 22v.

24 J. Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H. J. Jansen, an IX (1801), p. 13 et 22.

25 Journal de voyage du général Desaix. Suisse et Italie (1797), publié avec introduction et notes par Arthur Chuquet, Paris, 1907, p. 86.

26 Ibid., p. 86.

27 Ainsi Cambry évoque-t-il le cours et ses rituels : « c’est aux yeux d’un homme froid un assez triste spectacle ; c’est un plaisir très vif pour le jeune homme qui voit et s’y fait voir ; c’est un lieu de délices pour une jolie femme qui y reçoit du public impartial l’hommage qu’obtient la beauté » (op. cit., p. 25-26).

28 C’est le cas de José Garcia de la Huerta au début des années 1770, de José Viera y Clavijo en octobre 1780, de Juan Andrés y Morell en 1791 (cf. F. Meregalli, « L’Italia del Risorgimento nella testimonianza di scrittori di lingua spagnola », dans Rassegna storica del Risorgimento, fasc. IV, oct.-déc. 1962, p. 625-644).

29 Elisabeth et Jörg Garms parviennent à la même conclusion dans leur étude sur les voyageurs étrangers à Milan au xviiie siècle (« Milan est une des plus grandes et des plus belles villes de l’Italie », dans L’Europa riconosciuta. Anche Milano accende i suoi lumi (1706-1796), Milan, 1987, p. 9-37).

30 J. de Lalande, Voyage en Italie, Genève, s. é., 3e éd., 1790, t. 1, p. 276 (1ère édition, 1769). Une des singularités de ce découpage est que les quelques lignes insérées par Lalande sur le nouveau Palais Archiducal dans son édition de 1790 se trouvent dans le dernier des quatre carrés qui composent pour l’auteur la ville : bien que voisin du Dôme, le bâtiment en est éloigné au maximum par le jeu de la description.

31 Ainsi Jean-Baptiste-Marie Guidi : « Tous les arts se sont réunis pour l’embellissement de cette chapelle » (Lettres contenant le Journal d’un voyage fait à Rome en 1773, Genève-Paris, Rue et Hôtel Serpente, 1783, t. 1, p. 43).

32 Si Lalande conseille dès 1769 de monter en haut du Dôme (« On doit monter sur la couverture de l’église de Milan, non seulement pour y voir l’immense travail dont elle est chargée, mais encore pour y jouir de la vue », op. cit., éd. de 1790, t. 1, p. 280), rares sont avant le milieu des années 1780 les voyageurs qui s’enthousiasment de la vue qui s’offre au-delà de l’église. Roland est l’un des seuls à indiquer avant Cambry que de la pyramide qui surmonte la grande coupole « on voit bien la Lombardie, cette plaine immense à vastes jardins […] » (Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe…, En 1776, 1777 & 1778, Amsterdam, s. é., 1780, t. 1, p. 406). Dans son récit publié en 1783, Guidi limite sur le toit du Dôme son regard aux statues et ne le porte pas vers le paysage plus lointain (op. cit., t. 1, p. 40 et suiv.).

33 L’intérêt pour les lieux du prince est certes sensible en mai 1788 chez le Lyonnais Antoine-Henri Jordan (journal de voyage cité dans T. Aynard, Voyages au temps jadis…, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 92) ou quelques mois plus tard chez Cambry, qui observe du haut du Dôme Monza « appartenant à l’archiduc », et, à ses pieds, le Palais Archiducal. Les avis sont en outre partagés sur l’importance des palais de la noblesse. Tandis que Lalande est en 1765 frappé par le palais Durini, la Casa Castelli, la Casa Clerici (« Le prince gouverneur du Milanez y a logé », op. cit., p. 308), le palais du marquis Litta (qui a « l’air d’une maison royale », ibid., p. 301) et la Casa Borromeo, Roland de la Platière écrit lors de son séjour en 1776 : « peu d’édifices remarquables après le Dôme ; les Palais sont épars ; point de grandes places, très-peu d’autres, aucune de régulière » (op. cit., t. 1, p. 404), ce que confirme une voyageuse venue de Marseille au printemps 1780 : « Milan, quoique grand et beau, n’a aucun de ces monumens imposans qui frappent dans les autres villes d’Italie. […] Les palais particuliers n’ont rien de remarquable, et sont en petit nombre. » (Élisabeth Rangoni, princesse de Gonzague, Lettres sur l’Italie, la France, l’Allemagne et les Beaux-Arts, Hambourg, P. F. Fauche, 1797, t. 1, p. 130). La très mondaine Mrs Piozzi, qui séjourne à Milan pendant l’hiver 1784-85, ne cite de son côté aucun palais, les seuls lieux retenus étant le Dôme, la Scala et le cours où se montrent les équipages (Observations and Reflections made in the course of a Journey through France, Italy and Germany, Londres, A. Straham-T. Cadell, 1789, t. 1, p. 77, 88-89 et 95).

34 La présente observation se fonde sur la lecture directe des souvenirs de Johann Wilhelm von Archenholz, à Milan entre 1779 et 1780, et sur les notes d’E. G. Fazio (« Milano : la sintesi dello scontro. Passaggi tedeschi », dans F. Paloscia, Milano dei grandi viaggiatori, Rome, 1992, p. 78-103). Il conviendrait d’en vérifier le bien-fondé à travers l’étude des récits ou des lettres écrites dans les années 1780 par J. G. C. Adler, W. Heinse, P. C. B. Schlegel, J. W. Goethe, J. G. Herder, F. Münter, K. Ph. Moritz.

35 Sur le séjour de Joseph II à l’été 1769, et notamment sur ses rapports avec le duc de Modène, voir le rapport de Firmian à Marie Thérèse, dans F. Valsecchi, op. cit., p. 315.

36 Franz de Paula von Hartig, Lettres sur la France, l’Angleterre et l’Italie, Genève, s. é., 1785, p. 163.

37 Charles Pinot, dit Duclos, Voyage en Italie ou Considérations sur l’Italie, Paris, Buisson, 1791, p. 319 ; Guidi, op. cit., t. 1, p. 39. L’édition des Lettres de Guidi conservée à la Bibliothèque Sormani de Milan porte dans la marge en bas de la p. 38 une note de la plume de son premier utilisateur : « c’est actuellement l’archiduc [suit un blanc, montrant qu’encore après 1783 le nom n’est pas connu] frère de l’Empereur qui a épousé l’héritière de Modène ».

38 Von Hartig, op. cit., p. 163-164 ; J. W. von Archenholtz, Tableau de l’Italie…, traduit de l’allemand, Bruxelles, Le Francq, 1788, t. 1, p. 57.

39 « La Maison du Marquis de Litta se distingue surtout par la magnificence et le ton d’aisance qui y règne, et les Personnes les plus aimables qui s’y rassemblent […] On trouve aussi dans la maison de la Princesse Melci ce ton aisé et cette honnêteté qui forme la réunion du beau monde » (Von Hartig, op. cit., p. 163).

40 Roland de la Platière, en 1776 : « J’ai vu au spectacle, l’Archiduc & toute sa Maison, qu’à Milan on appelle LA COUR […] Cette simplicité ne plaît pas, m’a-t-on dit, au grand monde, qui n’a de moyens de se distinguer, que par la dépense […] » (op. cit., t. 1, p. 411) ; Mrs Piozzi, en 1784-85 : « I am told that the Arch-duke is very desirous […] to draw merchants and traders with their wives up into higher notice than they were wont to remain in. I do not think he will by that means conciliate the affection of any rank. The prejudices in favour of nobility are too strong to be shaken here […] » (op. cit., t. 1, p. 98).

41 G. Ricuperati, « I Lumi, gli intellettuali e la corte », dans C. Mozzarelli, G. Olmi (dir.), La Corte nella cultura e nella storiografia, Rome, 1983, p. 35-63.

42 G. Gorani, op. cit., chap. VIII, p. 122, 124 et 126. « Une garde hongroise à cheval richement vêtue, poursuit l’auteur, montée et armée, composée de jeunes gens de la plus grande beauté, tous nobles [de] Hongrie qui était un détachement de la superbe garde hongroise de l’empereur et de l’impératrice ; une autre garde à pied, pareillement bien habillée et bien armée, accompagnait leurs altesses royales, l’archiduc et l’archiduchesse son épouse. Elles étaient précédées et suivies par une foule de seigneurs et de dames de la plus haute naissance qui avaient à leur suite une valetaille innombrable, vêtus avec de riches livrées et qui étaient trainés en des voitures du plus grand luxe ». Il est d’ailleurs curieux de noter le contraste entre cette page et les observations de Gorani à la fin du même ouvrage, à propos de l’année 1796 : la première des fautes de François II, explique-t-il en effet, « c’est d’avoir continué [confirmé] dans le gouvernement de la Lombardie autrichienne et dans le commandement suprême des troupes destinées à sa défense, son oncle l’archiduc Ferdinand qui n’avait aucun talent militaire, ni aucune des qualités propres à lui concilier la considération et la confiance des gens de guerre, ni l’amour des peuples » (ibid., p. 284).

43 « io m’immagino che sia già mutato assai il tono del paese colla presenza della Corte. Da città di provincia siamo diventati capitale […] Tutte le adorazioni oligarchiche saranno concentrate nella sola monarchia » (A. Verri, Carteggio, vol. V, lettre du 1er fév. 1772 à son frère Pietro). C’est moi qui traduis.

44 « Questa villa, che fu tanto illustre in addietro per il soggiorno, e la coronaziane de’ Re Longobardi, è diventata anche a dì nostri di moda » (éd. R. Candiani, op. cit., lettre de G. De Necchi Aquila du 5 juillet 1780). C’est moi qui traduis.

45 « molto grande, ma bensì lontana dall’esser bella […] Il palazzo degli arciduchi è nuovo, molto grande, ma di cattiva architettura » (Margherita Boccapadule Sparapani Gentili, journal transcrit par A. Giulini, « Milano settecentesca nel diario d’una dama romana », dans Id., A Milano nel Settecento, Milan, 1926, p. 162 et 168). C’est encore moi qui traduis.

46 Sur Monza : « Le terrain était spacieux sur lequel est bâtie la maison de Monza et dans la situation la plus saine, […] l’argent était à discrétion. Cependant, malgré ces avantages inappréciables, Pierre Marino […] parvint à ne faire qu’une maison ordinaire de campagne, très-vaste il est vrai, mais à laquelle il donna la forme la moins noble et la moins imposante. » (Gorani, op. cit., chap. IX, p. 140). Sur le Palais Archiducal : « Il [Piermarini] ne réussit pas mieux dans la construction du nouveau palais dans la ville, à la place même où était celui des ducs de Milan. Le palais qui existait et qu’on rasa totalement, n’était pas régulier, / mais tous ses appartements étaient fort étendus et superbes. Il avait par sa hauteur toutes les commodités que permettai(en)t sa situation. […] Un grand monarque aurait pu loger très commodement avec une cour très nombreuse et fort brillante […] Pour justifier cette démolition […], il aurait fallu le remplacer par un autre palais pour le moins tout aussi magnifique et tout aussi spacieux, mais d’une architecture plus noble et plus régulière. Mais que fit notre fameux architecte ? […] il jugea à propos de creuser le sol d’où résulta qu’il est comme enterré, écrasé, et pour ainsi dire anéanti. […] Il est d’ailleurs si bas et si mal proportionné qu’il a plus l’apparence d’un séminaire fort médiocre que celle d’un palais d’un prince » (ibid., chap. IX, p. 140, 142).

47 E. G. Fazio, article cité.

48 D’où dérive la récente réhabilitation de Ferdinand par les historiens, à laquelle nous faisions allusion plus haut (S. Cuccia, La Lombardia alla fine dell’ancien régime, Florence, 1972, p. 20-23 ; C. Mozzarelli, « La Storia », dans op. cit., p. 16).

49 « L’arciduca aveva qualche curiosità nel maneggio della elettricità e molta facilità nell’aritmetica e nello immaginare anche ingeniosamente dei ripieghi per condurre delle speculazioni ; nel rimanente egli derideva sinceramente gli uomini dediti alle scienze, e i filosofi singolarmente [L’archiduc manifestait quelque curiosité dans le maniement de l’électricité et une grande facilité en arithmétique et pour imaginer parfois avec talent les moyens de mener ses spéculations ; pour le reste il se moquait sincèrement des hommes de science, et des philosophes en particulier] » (P. Verri, Storia dell’invasione de’ francesi repubblicani nel Milanese, dans Lettere e scritti inediti, vol. IV, p. 384, cité en note dans Gorani, op. cit., p. 351) ; « à la cour de l’archiduc Ferdinand et de Béatrice d’Este on n’avait besoin ni de talens, ni de science, ni de vertu, ni de goût, ni d’esprit, ni de grâce, pas même de ce qu’on appelle le ‘bon ton’, qui a toujours été essentiel pour jouer quelque rôle dans toute cour polie. » (Gorani, op. cit., p. 162).

50 O. Faron, A. Pillepich, « Rue, ilôt, quartier. Sur l’identification des espaces citadins à Milan au début du xixe siècle », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie, Méditerranée, 105, 1, 1993, p. 333-348.

51 Des concours annuels sont institués à partir de 1805 pour encourager les projets relatifs aux services publics : marchés, bains publics, galeries d’art, édifices pour l’instruction, prisons, cimetières.

52 Dès 1797 le général Desaix en évoque l’île et le temple de l’Amour, le tombeau, la cascade (op. cit., p. 48). A.-L. Millin lui fait écho en 1811 (Voyage dans le Milanais…, Paris, Wassermann, 1817, t. 1, p. 81-82).

53 Déjà, sous l’Empire, la désaffection est évidente. Du Palazzo Reale Stendhal évoque « la mauvaise place » et « la plate architecture pleine de prétention » qui « n’est faite que pour donner le dégoût de tous les arts » (L’Italie en 1818, dans Voyages en Italie, Paris, 1973, p. 274) ; Millin lui réserve dix lignes sur les 274 pages qu’il consacre à Milan : « Le palais ducal est près du palais archiépiscopal […] c’est vers la fin du dix-huitième siècle qu’il a reçu sous la direction de Giuseppe Piermarini, sa forme actuelle ; la façade n’est pas remarquable […]. On sent combien son intérieur a dû varier dans les divers changemens de maîtres. La salle du trône avoit été peinte à fresque par Appiani. » (op. cit., t. 1, p. 71). La Villa de Monza n’est pas mieux traitée : « Mauvaise architecture du palais, jardin insignifiant », note Stendhal (Rome, Naples et Florence en 1817, dans op. cit., p. 150). Quant à Millin, il avoue que « malgré la splendeur du palais, la cathédrale attira plutôt mon attention » (op. cit., p. 342) et, après 43 pages sur le Dôme, résume à nouveau en dix lignes le projet de Piermarini pour Ferdinand et l’agrandissement des jardins sous le prince Eugène (ibid., p. 385).

54 Capitale des autres, capitale dont la légitimité tient à la position au carrefour de nombreuses routes, Milan construisit au xixe siècle sa propre mythologie de capitale : mais ce fut celle de la capitale morale, fondée sur les valeurs du travail productif et refusant précisément les attributs de la puissance politique (cf. G. Rosa, Il mito della capitale morale. Letteratura e pubblicistica a Milano fra Otto e Novecento, Milan, 1982).

55 Ainsi la Piazza Fontana voulue par Vienne en 1775 avait-elle été ornée, selon le désir de Kaunitz, d’une fontaine inaugurée en août 1782 et non pas, à la différence de nombreuses places royales de l’Europe des Lumières, de la statue d’un monarque.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540