Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Deuxième partie. L'Italie réinventée

Chapitre 4. L’approche de l’autre italien

Texte intégral

  • 1 Ainsi Charles d’Herculais, membre de l’aristocratie grenobloise, juge-t-il en 1782 que malgré leur (...)

1Dans la plupart des récits de voyageurs français de la seconde moitié du xviiie siècle et du début du xixe siècle, l’Italie est nommée avec une telle force d’évidence qu’elle se laisse sans trop grands risques appréhender comme une totalité. En dépit de particularités régionales et locales qui n’échappent à personne, et sur lesquelles nous reviendrons dans le chapitre suivant, la péninsule s’impose à la conscience des voyageurs à travers une série de traits qui correspondent aux intérêts dominants des élites. Ces dernières sont rompues à une forme d’enquête où se rejoignent d’une part les préoccupations traditionnelles des érudits, des antiquaires et des amateurs d’art, d’autre part celles, plus actuelles, des philosophes ou des « économistes », passés maîtres dans l’art d’inventorier les modes de gouvernement et leur influence sur le degré d’avancement des peuples. Or l’individualisation de ces traits met en cause la manière dont les étrangers perçoivent la singularité italienne. Enclins à privilégier les éléments qui se rattachent à leur monde, les nobles, les ecclésiastiques, les hommes de loi, les financiers et autres représentants des hautes classes jugent les lieux qu’ils visitent en fonction de leur capacité à satisfaire des besoins familiers, depuis les plaisirs de la mondanité jusqu’aux pratiques d’une curiosité plus souvent sélective que vraiment encyclopédique1.

  • 2 Sur le triple sens, à la fois politique, sociologique et culturel, qu’il faut donner au terme de p (...)

2Mais restent-ils rivés à leurs objets de prédilection, se condamnant à la répétition de lieux communs lorsqu’ils observent le comportement des Italiens en général et des habitants de chaque ville ou de chaque État en particulier ? Refusent-ils de prendre en compte des pans entiers de connaissance que l’expérience directe aurait pu leur rendre accessibles ? Parviennent-ils à laisser une place dans leurs écrits à d’autres éléments qui eux aussi font partie de l’Italie, et notamment de sa réalité humaine ? Sont-ils en mesure de profiter de l’effet d’Étrangeté que procure le voyage pour se mettre à observer non seulement les caractéristiques d’une nation, mais aussi celles des individus qu’ils côtoient, dans leur diversité du haut en bas de l’échelle sociale2 ? Au fil des textes pointe ça et là une approche critique sur le peuple italien, parfois augmentée d’une réelle volonté de pénétrer à l’intérieur de ce que furent la vie et les attentes des personnes rencontrées. Bien que le bas peuple soit pour la majorité des voyageurs aussi méprisable qu’en France, il vaut la peine de se demander si le contact, même épisodique, avec cette partie de la population n’a pas été pour quelques-uns l’occasion d’un renouvellement du regard, ayant entraîné par ricochet une révision des façons de se rapporter à la culture et au territoire italiens.

Quelle capacité d’ouverture à l’autre chez les voyageurs cultivés ?

  • 3 Un semblable rapport de proximité, à fortes connotations passionnelles, se manifeste dans le regar (...)
  • 4 Pierre Blanc a montré comment l’accumulation des stéréotypes de la part des Français à l’encontre (...)

3Pour qui s’interroge sur la vision de l’autre chez les protagonistes les moins connus de l’époque des Lumières, c’est-à-dire ceux que n’immortalisa pas leur plume, les récits de voyage en Italie constituent une précieuse source de réflexion. Écrits comme les livres de raison pour léguer une mémoire qui était rarement destinée à sortir du cercle familial, les textes manuscrits et même ceux qui furent imprimés relèvent avant tout d’une pédagogie. Ils sont comme le voyage lui-même espace d’apprentissage, où le sujet consigne son expérience sans généralement s’inquiéter du fait de répéter ce qui fut dit ailleurs, ni se préoccuper de la circularité qui en résulte, l’auteur désirant avant tout se prouver à lui-même et montrer à ses proches que son voyage a bien eu lieu. Mais tout comme un enfant découvrant pour la première fois une langue sait déjà beaucoup de choses, de façon plus ou moins consciente, sur la culture qui lui est liée, le voyageur est loin d’arriver vierge de toute connaissance lorsque de France il pénètre en terre italienne. La relation qu’il entretient avec cette culture voisine de la sienne est même de celles où le savoir collectif sur l’autre se manifeste avec le plus de netteté, au point qu’il lui est plus difficile d’éviter le discours passionnel et les jugements de valeur rapides qu’avec une culture lointaine, dont l’histoire lui serait en quelque sorte extérieure3. Ainsi dans le cas de l’Italie suffit-il d’une expérience décevante pour que resurgisse sous l’effet de frustrations accumulées, souvent enfouies profondément, un flot d’images préconstituées4. Faut-il s’en étonner et même, dans un premier temps, le déplorer ? En mobilisant des stéréotypes où quelques mots suffisent à résumer les caractéristiques physiques et morales d’un peuple, il est vrai que les voyageurs n’atteignent qu’une vérité tronquée et déformée. Cette dernière les aide cependant à combler un vide et à surmonter l’expérience déstabilisante de la rencontre hors du milieu auquel ils sont habitués. Façonnés par plusieurs siècles de conflits entre peuples voisins, ceux-ci s’éprouvent de plus en plus au fil du siècle comme membres d’une nation et opposent leur fragile identité au déroutant spectacle qui s’offre à eux une fois franchie la frontière de leur État d’origine.

4En dépit de sa forme cavalière et parfois agressive, le stéréotype est un point de passage obligé pour partir à la recherche de l’autre. Il correspond à l’affirmation minimale de soi, au besoin de manifester une identité. Claude Lévi-Strauss prenait lui-même le risque de heurter son auditoire de l’Unesco en évoquant dans une conférence de 1971 intitulée « Race et culture » la nécessité de préserver un seuil d’incommunicabilité relative entre cultures,

  • 5 La diversité entre les sociétés humaines, poursuit Lévi-Strauss dans cette préface, « résulte pour (...)

prix à payer – avertit-il dans sa préface au Regard éloigné – pour que les systèmes de valeurs de chaque famille spirituelle ou de chaque communauté se conservent, et trouvent dans leur propre fonds les ressources nécessaires à leur renouvellement5.

5Cette mise au point ne contredit toutefois pas l’idée que le voyage est un moment propice pour procéder à une relativisation de sa propre culture. Un souci trop jaloux de soi étouffe la capacité de l’esprit à découvrir ce qui est différent de lui et les auteurs de traités sur le voyage ne se lassent pas de répéter au xviiie siècle que ce dernier n’acquiert sa force d’apprentissage que s’il permet de dépasser le stade des préjugés. Pour se mettre en situation de disponibilité sans pour autant renier ses propres modèles et convictions, le voyageur doit évaluer à partir de quand et de quelle façon il peut sans trop de danger ouvrir les portes de son espace intérieur et écouter la nouveauté déconcertante. En sorte que l’expérience du contact avec l’autre, au lieu d’accroître un enfermement de chacun sur soi-même comme cela arrive plus souvent qu’on ne le croit au cours des échanges humains et intellectuels, devient une occasion d’enrichissement. Pour nous, l’exercice consiste à examiner si les voyageurs français du siècle des Lumières ont su dépasser le stade des stéréotypes, effectuer un saut dans l’inconnu et engager avec l’Italie et ses habitants un processus de connaissance susceptible de remettre en cause les idées qu’ils avaient au départ.

  • 6 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans (...)
  • 7 Sur l’histoire du rapport entre les deux cultures à partir du xive siècle, voir F. Waquet, op. cit (...)
  • 8 La perduration d’une représentation dévalorisante de la culture italienne de la part des Français (...)

6Les récits de voyage dans la péninsule sont un précieux terrain d’observation des mécanismes psychologiques que la confrontation entre les cultures met en mouvement. Certes une telle littérature n’est que rarement le lieu où saisir l’origine des décalages entre la culture italienne et la culture française. Françoise Waquet a montré dans Le Modèle français et l’Italie savante que le rôle de créateur d’images joué par le discours de voyage avait été exagéré par rapport à celui d’autres foyers de diffusion de la culture savante. Les voyageurs entre le xviie et le xixe siècle auraient moins été les promoteurs que les relais d’une vision de l’autre véhiculant des stéréotypes formés antérieurement à eux6. Pour cette raison même, l’interminable chaîne des relations et guides de voyages écrits par les Français sur l’Italie constitue cependant un chantier d’enquête fécond sur la manière dont les Français ont tour à tour rêvé ou dénigré la culture d’outre-monts et ses protagonistes. L’Italie n’a cessé, non sans paradoxe, d’être considérée depuis le xvie siècle par les élites venues de France tantôt comme un fragment du grand patrimoine collectif issu de la romanité et du monde chrétien dont la France partageait l’héritage, tantôt comme un ensemble culturel autonome, voué à la déchéance et irrémédiablement séparé de la France, sa rivale depuis les premiers temps de la polémique anti-italienne7. Dans le discours que développent les auteurs de récits de voyage, l’autre, l’étranger, l’Italien est souvent désigné. Loin d’être absent, il est décrit, observé, parfois célébré. Est-il cependant défini comme un égal, susceptible d’apporter autant au Français que de recevoir de lui ? Nous revenons ainsi à la question de départ. Les voyageurs formés dans le moule de la France de Louis XIV, puis de celle des Lumières, se sont-ils contentés de reconstruire l’Italie selon des paramètres génériques, transmis d’une relation de voyage à l’autre et circulant jusque dans les textes éclairés du temps8 ? Ont-ils au contraire su profiter de leur contact concret et quotidien avec la péninsule pour apprendre autre chose que ce que leur disaient les images transmises de livre en livre ? L’effort d’empathie a-t-il été, au moins chez certains d’entre eux, réel, constant et partagé ?

  • 9 « Si je demandais à la plupart en quoi faites-vous consister la civilisation, écrit Mirabeau dans (...)
  • 10 Dans d’autres textes que ceux qui viennent d’être cités, Mirabeau évoque la « fausse civilisation  (...)

7Cette interrogation sur la capacité des voyageurs français à s’ouvrir à une connaissance profonde et personnelle de leur voisin nous renvoie à la relation « inégale » entre les Italiens et les Français. Elle nous place en outre au cœur du débat sur la civilisation à l’époque des Lumières. Le xviiie siècle s’est posé la question de l’autre et la figure de l’Italien gagne de ce point de vue à être comparée à celle des Étrangers-symboles dont parlait Paul Hazard au début de La Crise de la conscience européenne. Le Bon Sauvage de La Hontan, le Sage Égyptien de l’abbé Terrasson, l’Arabe mahométan de Boulainvilliers ou le Persan de Montesquieu n’étaient assurément pas des Européens. Mieux ils n’étaient, malgré leur rapport avec des êtres de chair, que des personnages de fiction, destinés à catalyser un ensemble d’idées que l’Europe peu à peu se forgeait sur elle-même. Mais en disant les insuffisances et les manies des Européens, de telles fictions ont permis de soumettre la civilisation occidentale à la critique et de la relativiser au moment même où se forgeait le concept de « civilisation », apparu dans L’Ami des Hommes de Mirabeau en 1756 et explicité par le même auteur vers 1768 dans le manuscrit intitulé L’Ami des femmes, ou Traité de la civilisation9. Ce concept en effet ne fixe pas seulement le sentiment d’une supériorité de l’Europe face au reste du monde. Il exprime dès son origine, ainsi que l’a montré Jean Starobinski, une capacité à relativiser le réel, la valeur « civilisation » devenant un critère de jugement applicable à toute civilisation, y compris à celles d’Europe dont Mirabeau évoque, en les mettant au pluriel, la possible « barbarie »10.

  • 11 Anticipant par sa largeur d’esprit sur l’approche des Idéologues, Forsskâl, défenseur de la libert (...)
  • 12 D. Brahimi, « Mungo Park en Afrique, ou l’explorateur exploré », dans Dix-Huitième siècle, dossier (...)
  • 13 À partir d’exemples pris en 1725 et après 1780, Denise Brahimi a montré que le jugement tour à tou (...)
  • 14 J.-P. Le Goff, « Les fleurs d’Akiaki : un épisode du voyage de Bougainville », dans Dix-Huitième s (...)
  • 15 Sur le relativisme comme produit de la pensée du xixe siècle, étranger au siècle précédent et bien (...)

8La vision des voyageurs de l’époque des Lumières sur les cultures extra-européennes n’est certes pas aussi relativiste qu’on l’a dit. Pour un Forskâl qui, en 1761, recommande à l’étranger de respecter l’originalité politique et sociale de l’Arabie, fût-elle déroutante11, ou un Mungo Park envoyé dans l’Afrique intérieure en 1795-1797 et qui, ayant été fait prisonnier par les Maures, entreprend courageusement de pénétrer dans l’intimité de l’exploré en dépassant le clivage entre celui qui regarde et celui qui est regardé12, bien des Européens ne recherchent au cours de leurs voyages qu’une autre image d’eux-mêmes, capable de renforcer leurs certitudes ou leurs convictions du moment. Qu’il se soit agi d’observer le système politique en vigueur au Maghreb du début à la fin du siècle13 ou de formuler des hypothèses sur l’origine des habitants de l’île d’Akiaki, dont la présence inattendue affole Bougainville lors de son expédition dans le Pacifique en 1766-176914, l’européocentrisme paraît l’emporter largement sur une approche relativisée des cultures15. Il reste que le siècle a donné les moyens de penser cette dernière, et qu’il est intéressant d’en étudier le fonctionnement au sein de l’espace européen. Le problème du voyage en Italie, qui implique en toute logique d’examiner aussi le discours des Italiens sur la France, est une modalité particulière de ce questionnement sur l’ouverture de l’esprit des Lumières et ses incompréhensions persistantes, appliqué au contexte des regards réciproques entre des nations qui se pensent de plus en plus comme distinctes au sein de l’Europe.

Du regard antiquaire à la recherche d’une Italie moderne

  • 16 Dans le présent chapitre ont été utilisées les éditions de guides suivantes : M. Misson, Voyage d’ (...)
  • 17 Historisch-kritische Nachrichten von Italien, Leipzig, C. Fritsch, 3 vol., 1770-1771 (2e éd. 1777- (...)
  • 18 Nouveaux Mémoires ou Observations sur l’Italie et sur les Italiens, par deux gentilhommes suédois, (...)
  • 19 Ch.-L. de Secondat, baron de Montesquieu, Voyage de Gratz à La Haye, dans Œuvres complètes, Paris, (...)

9Dans l’immensité du corpus existant pour le seul xviiie siècle, le discours du voyage doit être envisagé à trois niveaux. Le premier niveau est celui des guides, ouvrages longtemps volumineux, qui forment le goût, véhiculent des idées et diffusent des stéréotypes durables. On y trouve le Misson de 1691, les Délices de Rogissart et Havard en 1706, le Voyage de Cochin en 1758, la Description de l’abbé Richard en 1766, le Lalande en 1769, auxquels succédèrent comme on l’a vu dans le chapitre 3 les manuels portatifs et infiniment plus légers de Dutens ou de Tiroli en 1775 et de Cassini en 177816. Ce sont là autant de repères que des auteurs ou des compilateurs s’empressent de recopier dans d’autres langues, ainsi que le fit Volkmann en 1771 à partir des sommes de Richard et de Lalande17. Le second niveau concerne les relations de voyage proprement dites. Publiées ou non, prenant la forme de journaux ou de lettres, elles permettent de suivre l’évolution des perceptions d’une décennie à l’autre et offrent l’écho combiné de la lecture des guides et de l’expérience individuelle du voyageur. Ces écrits se répètent encore plus souvent que les guides, au point de donner longtemps l’impression de n’entretenir qu’un rapport distrait avec la réalité italienne. Le voyage réel tend à y devenir un intermède, à s’effacer derrière des lectures qui ont une plus grande valeur de vérité, ainsi que le souligne une observation de Grosley à Venise en 1764 : « Sans prétendre à de nouvelles découvertes, notre séjour en cette ville ne fut employé qu’à suivre et à vérifier les observations des Relateurs et des voyageurs »18. Des regards originaux s’y expriment toutefois et certains textes manifestent une expérience fondatrice. Ce fut le cas du journal de Montesquieu venu en Italie en 1728-1729 et des lettres du président de Brosses qui parcourut la péninsule en 1739-1740, tous deux parus longtemps après la mort de leurs auteurs. À leur façon les Lettres de Madame du Boccage en 1757-1758, les Observations de Grosley lui-même et les Lettres de Dupaty écrites en 1785 ont par leur succès même joué un rôle dans la promotion de certaines images19. Le troisième niveau est enfin celui des propos qui sur ces ensembles de discours ont été tenus jusqu’à aujourd’hui. Débouchant sur des anthologies, ils forment eux aussi un corpus à analyser, marqué par la fascination et la fièvre descriptive, la tentation de la paraphrase ou le plaisir de la citation.

  • 20 Le motif de l’aveuglement est récurrent dans l’analyse des guides de voyages plus récents. Ainsi l (...)
  • 21 Malgré sa composante d’artifice, le choix de la forme épistolaire à la première personne, fréquent (...)
  • 22 Sur cette découverte de Montesquieu, voir P. Barrière, « L’expérience italienne de Montesquieu », (...)

10Dans cet ensemble de textes aux parcours obligés, qui paraissent se poursuivre et se chercher les uns les autres en un mouvement perpétuel, le problème de l’autre est rarement abordé en tant que tel. Mais les Italies évoquées ne sont pas seulement une source de jouissance ou une occasion de diatribe. Elles sont posées comme des objets d’enquête, de découverte et de connaissance. Elles témoignent, fût-ce au prix d’une lassante répétition, d’une forme de curiosité encyclopédique où il serait hâtif de ne lire qu’un aveuglement et une ignorance20. Les hommes du xviiie siècle n’ont pas partout nié la différence. L’Italie est pour eux une terre d’apprentissage, d’où ils peuvent revenir transformés21. L’entrée en Italie ou l’arrivée dans certaines villes provoque, comme on le verra plus loin, un choc qui indique la réalité d’un dépaysement. Avant que le spectacle des lacs alpins ne suscite à la fin du siècle des textes émus sur l’arrivée en Italie, Venise frappe par sa singularité et Rome demeure au centre des enthousiasmes. L’Italie, même dévaluée par rapport au prestige dont elle jouissait entre le xive et le xvie siècle aux yeux des Français cultivés et de leurs souverains, reste un lieu où l’inattendu peut survenir et le voyageur s’enrichir. L’expérience de Montesquieu le prouve. Parti pour un voyage de six mois dont il attendait qu’il l’aide à entrer dans la carrière diplomatique et au cours duquel il notait scrupuleusement ce qui pouvait servir à améliorer la gestion de son domaine de la Brède, le baron prit contact avec de nombreux gens de lettres italiens et étendit son séjour à douze mois, tant les découvertes exigeaient d’attention de sa part. On sait que l’Italie lui révéla, entre autres, le sentiment esthétique22.

  • 23 Le carnet écrit par le parlementaire grenoblois Franquières sur son voyage en Italie de 1781-1782 (...)
  • 24 Sur cette vision traditionnelle des paysages italiens, voir B. Conconi (« Il paesaggio italiano ne (...)

11Le voyage érudit ou antiquaire, qui fut prépondérant jusqu’au milieu du xviiie siècle, a laissé des traces profondes au cours des décennies suivantes. Il a continué d’orienter de nombreux voyageurs vers une Italie dominée par le passé, objet de longues et sèches annotations sur les peintures, sculptures, monnaies, médailles, curiosités de cabinets et monuments considérés d’abord pour leur intérêt historique23. Les villes sont encore au centre de l’attention : l’histoire en est retracée et les architectures en sont décrites. Les campagnes suscitent en revanche une lecture partielle, car à côté des éléments qui expliquent les difficultés de leur déambulation la grande majorité des voyageurs ne retiennent que les sites habités par le souvenir de quelque auteur classique, certaines curiosités naturelles et les contrées fertiles. À travers les jardins des environs de Padoue ou de la Campanie sont privilégiés les sites où la nature, loin d’être livrée à l’exubérance et à la fantaisie, reste réglée par une « noble ordonnance »24. Quant aux hommes et aux femmes, ils disparaissent le plus souvent derrière les livres et manuscrits des bibliothèques, du moins ceux que le voyageur parvient à consulter. Les Italiens avec lesquels ce dernier entre en contact sont souvent des interlocuteurs érudits et des nobles, prêts à le renseigner dans ses recherches.

  • 25 La situation est évidemment différente si nous considérons les artistes séjournant à Rome ou aille (...)
  • 26 Fondamental est sur cette transformation du regard l’article d’Élisabeth Chevallier, « Les guides (...)
  • 27 Ce qui nous mène au début du xixe siècle, où le tableau de l’agriculture toscane que dresse Sismon (...)

12En dépit de leur sensibilité à la musique et au théâtre du temps, ainsi que d’une évolution au cours du siècle dans la façon de décrire les œuvres d’art, les auteurs de récits de voyage ne perdent pas de vue l’idée que l’Italie est avant tout le foyer de l’Antiquité et de la Renaissance. Pour parfaire un idéal d’homme cultivé et se construire soi-même, chacun tend à « s’ajouter » un patrimoine artistique dont les canons demeurent ceux fixés au xviie siècle, privilégiant les œuvres du xvie siècle et excluant autant celles du Moyen Âge que les réalisations contemporaines, surtout quand elles sont situées au bas de la hiérarchie des arts. Les peintres italiens du xviiie siècle sont ainsi le plus souvent absents des relations de voyages25. On note seulement qu’à la suite du Voyage d’Italie de Cochin s’instaure une attitude plus personnelle vis-à-vis des tableaux bolonais, romains ou vénitiens du xvie siècle, refusant le dogmatisme et faisant place à l’émotion, traduisant le souci d’utiliser les termes adaptés et attentive aux qualités techniques du pinceau26. Cette position, qu’avait timidement anticipée Misson puis que vulgarisent Richard, Lalande et Cassini, va de pair avec la promotion d’une nature variée dans la seconde moitié du xviiie siècle, où les montagnes et les lacs deviennent des spectacles esthétiques et où les campagnes se mettent à vivre entre les villes, suscitant l’apparition d’analyses de type économique27. Certains stéréotypes sont abandonnés, en attendant que s’en forment, il est vrai, de nouveaux. Deux voies s’ouvrent alors, qui s’inscrivent dans la genèse du tourisme moderne. La première est celle de l’encyclopédisme à la Lalande : l’émotion y reste contenue et l’activité du voyageur consiste à engranger des connaissances. Dans la seconde s’engage Dupaty. Son enthousiasme gonfle les objets de l’admiration et, sans remettre en cause l’attention aux monuments de la culture classique et aux phénomènes naturels extraordinaires, conduit à valoriser le registre du sentiment. Une vision nouvelle de l’Italie se dessine. Elle privilégie une approche euphorique du peuple considéré dans sa globalité, tout en cherchant à indiquer comment du point de vue juridique ou économique la péninsule a participé du grand élan réformateur du siècle.

  • 28 Cf. F. Wolfzettel, Le Discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en Fra (...)
  • 29 Ces traces de modernité chez Misson ont été relevées par B. Conconi (art. cité, en particulier p. (...)
  • 30 La vision antiutopique et désabusée du président de Brosses, reflet de l’Italie endormie des année (...)

13C’est que par-delà l’enquête sur une Italie « terre des arts », les voyageurs héritiers de l’esprit des Lumières se tournent aussi vers l’Italie présente et lui appliquent leur attention critique28. S’appuyant sur l’idée que le voyage correspond à un plan de formation, le noble ou le philosophe du Grand Tour n’effectuent plus seulement un pèlerinage aux sources de la culture classique : ils tentent de s’instruire dans des domaines relevant de l’actualité, depuis la connaissance des institutions et des réalités socio-économiques jusqu’aux innovations scientifiques et techniques. On a pu dire qu’une telle attitude ne se développa que dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’exemple du Voyage de Montesquieu et même celui de Charles de Brosses prouvent cependant que dès la première moitié du siècle une lecture plus moderne de l’Italie s’élabora en marge du regard érudit. Elle avait été annoncée par le Nouveau Voyage d’Italie de Misson paru en 169129. Lors d’un colloque à Lille en 1973, on fit la somme de ces curiosités d’avant 1750 : enquête sur la démographie, sur la productivité agricole, sur la politique économique des princes, sur la situation morale et financière de la noblesse, sur le caractère dangereux ou soumis du peuple. Le tableau qui en résulta était certes sévère pour l’Italie, mise à distance de la France et dont on faisait un objet d’analyse quelquefois amusé, comme chez de Brosses, mais au fond toujours sérieux : sans être pour autant réduite à une quantité négligeable, la péninsule continuait de présenter l’image générale de la décadence30.

  • 31 R. Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au xviiie siècle » (...)
  • 32 Le Modèle italien, Paris, Arthaud, 1989, texte repris du vol. 2 de la Storia d’Italia, Turin, Eina (...)
  • 33 Sur l’utilisation que firent le parti réformateur et en particulier les physio-crates du modèle to (...)
  • 34 Ch. Pinot, dit Duclos, Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie, Paris, Buisson, 1791, p. (...)

14Observé avec davantage de complaisance dans la seconde moitié du siècle, l’espace politique et économique italien devint, selon l’expression de Roland Mortier à propos de l’abbé Coyer, un « laboratoire expérimental »31. Il est vrai qu’à côté d’économistes comme Morellet ou l’abbé de Sauvages, l’Italie fut visitée à partir des années 1760 par des opposants à l’absolutisme en France, hommes de loi ou parlementaires en rupture de ban tels que Duclos et Dupaty. De Coyer à Dupaty, la prise en considération de l’autre transalpin permet surtout de dessiner en filigrane le portrait d’une France progressiste. Une sorte de contre-modèle italien, opposé à l’absolutisme français et assez modeste succédané de celui de la Renaissance jadis décrit par F. Braudel32, est inventé de toutes pièces afin de montrer qu’en Italie ont été mises en place les réformes dont la France a besoin. Certes pas partout en Italie, pas à Naples, ni à Gênes, mais dans la Parme où interviennent des Français éclairés, Keralio, Condillac, du Tillot, Deleyre, et dans la Toscane du grand duc Léopold, qui constitue le champ d’expérimentation par excellence pour des réformes à appliquer en France33. Le gouvernement pontifical offre lui-même l’image de la modération à Charles Duclos qui de Rome écrit, le regard tourné vers la France : « Les voyages, en faisant connaître d’autres gouvernements que le despotisme, ne lui sont pas favorables »34. Cette Italie éclairée descend en droite ligne du bon sauvage de La Hontan et du Persan de Montesquieu. Constamment référée à la situation française, elle a pour fonction d’en critiquer indirectement le système politique et économique.

  • 35 On pose donc ici pour les récits de voyages en Italie la même question que Denise Brahimi à propos (...)
  • 36 De Brosses va voir Muratori à Modène en mars 1740 et Duclos se rend en mai 1767 chez Beccaria à Mi (...)

15Une telle lecture de l’Italie moderne pose évidemment le problème de savoir si « l’autre » que construisent les voyageurs a quelque chose à voir avec ce que nous savons par ailleurs des réalités de l’époque35. Elle laisse comme suspendue, toujours en attente de réponse, notre interrogation de départ sur la rencontre à égalité, procédant d’une logique de confrontation entre les Italiens et les Français. Alors qu’un dynamisme de la pensée se manifeste incontestablement dans l’Italie des années 1720 (Vico, Giannone), puis à partir de la grande phase réformatrice des années 1760 (à Milan, à Naples, en Toscane), des discussions eurent lieu et les voyageurs conversèrent avec des représentants de la culture italienne. Mais à quelques exceptions près, leurs visites à Muratori, à Beccaria ou à Spallanzani correspondirent plus à des rituels mondains qu’à des expériences intellectuelles majeures, au point qu’elles tendirent à assimiler le grand homme, érudit ou savant, à un objet de curiosité comparable aux églises ou aux cabinets d’histoire naturelle36. Les voyageurs accumulèrent à l’instar de Lalande des connaissances et décrivirent l’Italie à partir de multiples témoignages. Nous restons cependant sur notre faim quant à la rencontre des hommes. Les jugements que porte l’abbé Richard sur Venise sont paradoxaux. Il est l’un des rares voyageurs à admirer encore dans la seconde moitié du siècle le système politique de la République des doges, marqué selon lui par une forme d’équilibre entre les lois et l’agrément des relations individuelles :

  • 37 Description historique et critique de l’Italie, ou Nouveaux Mémoires sur l’état actuel de son Gouv (...)

Venise est, je crois, le seul état du monde où le gouvernement public jouisse d’un respect extérieur, universel, au point que l’on n’entend jamais le moindre murmure contre ceux qui en tiennent les rênes37.

16Mais cette vision singulière, qui précède de trente ans la chute de la République, traduit surtout la persistance du mythe glorieux de la Sérénissime, par contraste avec les images ressassées d’une Venise croulante. Les idées sur l’Italie présente, qu’il s’agisse de désigner des États en train de s’éveiller ou qu’elles renvoient à sa décadence, ont davantage été le résultat de lectures enfermant l’Italie dans son passé que le fruit d’un patient travail de découverte personnelle.

Intérêt pour les mœurs ou recherche de soi-même ?

  • 38 Misson, op. cit., 1722, t. 3, p. 195.
  • 39 « ... il faut voir [les hommes] par soi-même dans tous les états, indique l’abbé Richard, les ente (...)
  • 40 Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe... en 1776, 1777 et 1778, Amsterdam, s (...)
  • 41 Abbé de Binos, Voyage par l’Italie en Égypte, au Mont-Liban et en Palestine ou Terre-Sainte, Paris (...)

17Notre impression est confirmée lorsque nous nous déplaçons sur le terrain des mœurs et de la vie concrète des Italiens. La volonté de connaître les coutumes relève assurément de l’esprit encyclopédique et témoigne du cadre que ce dernier assigne à sa curiosité. Dès 1691, la liste des sujets que Misson recommande d’observer commence par le climat et le gouvernement, puis continue, plus loin, par les « Bourgs et Villages, Coutumes, Modes d’habit, Privilèges, Aventures, Fêtes, Cérémonies... »38. La nomenclature, clairement analytique, de ces « principales choses dont on peut souhaiter destre instruit » souligne l’ambition de décrire le plus grand nombre possible d’aspects de la vie sociale. Or, cette nomenclature fut reprise telle que par de nombreux successeurs de Misson. Richard déclare de son côté en 1766 qu’il veut connaître l’Italie par le contact avec ses habitants39 et Duclos affirme quelques mois plus tard que ce qui compte pour lui ce sont avant tout « les hommes et les mœurs » -qu’ils soient d’hier ou d’aujourd’hui. Ainsi manifeste-t-il à Herculanum davantage de curiosité pratique que de souci esthétique en se demandant par exemple pourquoi les Romains n’ont pas inventé le verre à vitre. Les coutumes, les mœurs, les comportements, la vie religieuse et quotidienne sont analysés, et pour que le contact s’établisse avec les Italiens, pour que la connaissance augmente, se renforce enfin l’idée qu’il faut parler leur langue : « On est en vérité bien sot, bien dupe de voyager dans un pays, sans en savoir la langue », s’exclame Roland de la Platière40. Déjà suggérée par Labat en 1730, la nécessité de pratiquer les langues nationales est proclamée par Cassini en 1778 et l’abbé de Binos renchérit en 1787 : « La connaissance de la langue du pays où l’on va est si essentielle, que rien ne la peut suppléer, ni l’expression des signes, ni même le secours des interprètes »41. L’apprentissage linguistique est justifié par l’exigence d’une ouverture mentale. Il permet d’entrer en contact direct avec l’autre culture et aide à relativiser sa propre condition. Pour l’abbé de Binos, on peut ainsi comprendre qu’existent des peuples « soumis à des travaux plus pénibles encore », Par-delà un souci de conservation sociale s’ébauche une timide défense et illustration de la communication entre les cultures.

  • 42 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, t. 10, Livourne, 1773
  • 43 Op. cit., t. 2, p. 449.
  • 44 Lalande, op. cit., t. 7, p. 343 (« Le peuple de Milan passe pour avoir de bonnes mœurs mais peu d’ (...)
  • 45 Richard, op. cit., t. 2, p. 458. Mais Lalande émet le même jugement : « ni remuant, ni féroce, mai (...)

18Le concept de mœurs que les guides utilisent est toutefois plus spécifique que celui de nos dictionnaires actuels. Malgré les découvertes d’Herculanum et de Pompéi, il ne désigne pas encore, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les « habitudes de vie » et les « coutumes d’un peuple, d’une société » (Petit Robert), mais il renvoie aux « actions libres des hommes, naturelles ou acquises, bonnes ou mauvaises, susceptibles de regle et de direction » (article de Jaucourt dans l’Encyclopédie). La variété des mœurs est donc avant tout référée à l’ordonnancement politique des États : « en jettant seulement les yeux sur les différentes formes de gouvernement de nos climats tempérés, poursuit Jaucourt, on devineroit assez juste par cette unique considération, les mœurs des citoyens »42. Les Italiens, qu’ils soient nobles ou issus du peuple, ne sont perçus qu’à travers la constitution, le mode de gouvernement, l’histoire. Aussi un peuple comme celui de Venise (entendons les non nobles) n’a-t-il, selon Richard, pas la moindre existence sur le plan des mœurs : c’est la noblesse qui compose l’état, « tout le reste de la nation n’étant qu’un instrument entre ses mains, qui n’a, à proprement parler, ni mœurs, ni sentiments à elle »43. N’apparaissant à l’instar des voituriers qu’au cours de la description des péripéties du voyage, le bas peuple est laissé sur le bord des routes et nous en avons des portraits génériques, eux aussi continuellement repris d’un texte à l’autre : les Milanais sont « simples, bonaces »44, le peuple de Venise est « soumis, bon, fort doux, naturellement gai, ne songeant point au lendemain »45. Une sorte d’impossibilité à penser le contact autrement se manifeste.

  • 46 Voir à ce propos I. Herrero et L. Vasquez, « Types nationaux européens dans des œuvres de fiction (...)
  • 47 A. Tenenti, « Venezia e il Veneto nelle pagine dei viaggiatori stranieri (1650-1790) », dans G. Ar (...)
  • 48 Sur cet exemple se reporter à l’article d’É. Chevallier, « Crèches napolitaines vues par les voyag (...)

19La place est libre pour les stéréotypes nationaux, dont les œuvres de fiction sont friandes en France dans la seconde moitié du xviiie siècle46. Tout se passe comme si le danger de s’écarter des critères de jugement traditionnels était pressenti. Alberto Tenenti a montré, pour Venise, comment face à un univers difficile à comprendre de l’intérieur les voyageurs s’accrochent à ce qui est déjà du domaine des connaissances et de l’opinion publique, instaurant « un dialogue avec les images et les versions qui en ont été déjà données plutôt qu’un échange authentique avec le contexte lagunaire »47. Devant les crèches napolitaines, qui révèlent l’esprit local et dont Vivant Denon est en 1777 l’un des premiers à souligner l’intérêt artistique, les voyageurs s’inquiètent parce qu’elles ne correspondent pas aux canons esthétiques qui dominent à l’époque. Dès lors ils évacuent le problème en dénonçant le temps et l’argent gaspillés par les riches Napolitains qui les fabriquent. Les crèches deviennent de simples signes du goût supposé de la ville pour l’outrance et la boursouflure48.

20À ce prix, le regard ethnologique a du mal à décoller dans les guides canoniques et récits imprimés du siècle des Lumières. On en trouve une ébauche dans le Voyage pittoresque dirigé par l’abbé de Saint-Non, lorsque Dominique-Vivant Denon, chef de l’expédition d’artistes et de dessinateurs chargés de repérer les monuments et paysages de la Grande Grèce, observe qu’à Molfetta les habitants ont à leur tour regardé, curieux, cette joyeuse bande d’étrangers venus du Nord :

  • 49 Vivant Denon, dans Abbé de Saint-Non, Voyage pittoresque ou description des royaumes de Naples et (...)

Nous y fûmes suivis et entourés, de même que dans les autres villes que nous avions traversées depuis Naples. On voulait nous voir manger, nous voir marcher ; on regardait tout ce que nous observions ; nous demandâmes la cause de cette badauderie, et on nous répondit franchement que le passage d’un étranger était chose si rare dans le pays qu’il devenait un objet de curiosité pour les habitants, qui s’en occupaient plusieurs jours comme d’un événement extraordinaire49.

  • 50 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques, accompag (...)

21Comme dans l’expérience de Mungo Park au bord du fleuve Niger, le regardant devient le regardé et un échange peut s’instaurer, chacun de ses termes, le visiteur et le visité, se posant l’un par rapport à l’autre dans un rapport d’équivalence. La vogue des essais de statistique à partir des années 1780 traduit à son tour le désir, largement inspiré de Rousseau, de voyager en philosophes « plutôt [qu’]en artistes & en amateurs ». C’est ainsi que Maurice Levesque, auteur oublié d’un Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques... publié en 1791, se justifie d’avoir séjourné quatre ans dans la capitale des papes. Cela lui a donné « tout le loisir d’étudier le gouvernement & les mœurs de cette ville & des pays dont elle est la capitale », par opposition aux auteurs coupables de parcourir « à la hâte les nombreux États qui partagent l’Italie », de songer « à peine » aux habitants ou de s’en remettre pour parler d’eux à la « foi d’autrui »50. Levesque n’en est pas moins motivé par un anticléricalisme virulent, qui l’aide à classer et cataloguer ce qu’il voit. De façon plus générale, les hommes du xviiie siècle acceptent difficilement ce vide où il faudrait laisser à l’autre le soin de se définir lui-même. Ils ne peuvent pas percevoir celui qui diffère d’eux sans tenter de l’identifier à leur propre univers.

  • 51 Y. Hersant leur a fait un sort dans son anthologie des voyageurs français en Italie en leur dédian (...)
  • 52 Voyage en Italie et en Sicile, fait en 1801 et 1802, Paris, Didot l’aîné, 1806.
  • 53 « Je n’ai encore guère de détails à te donner, je ne suis encore que dans l’Italie moderne, et cel (...)

22Si on veut bien considérer que le processus de la confrontation entre cultures passe en chacun de nous par trois étapes – le stéréotype, la comparaison, enfin l’empathie, ou tentative d’entrer dans l’esprit et le corps de l’autre pour créer avec lui une relation d’échange –, les voyageurs du siècle des Lumières manifestent une tension ambiguë vers l’empathie. Une première ligne conduit à la volonté d’aveuglement délibéré sur laquelle on ne manque pas de témoignages au xviiie comme au xixe siècle51, et dont Creuzé de Lesser se fait le chantre lorsqu’il place en épigraphe de son récit de voyage publié en 1806, avec une intention ouvertement chauvine, ce vers de Du Bellay : « Plus je vis l’étranger, plus j’aime ma patrie »52. Davantage intéressés par la connaissance d’eux-mêmes que par celle du peuple italien, les voyageurs relevant d’un second groupe attendent surtout du parcours à travers la péninsule qu’il leur apporte ce qu’ils ont envie d’y trouver. Des écrivains de l’ère romantique ont accentué cette tendance sous-jacente à de nombreux discours de l’époque des Lumières. Le jeune Alphonse de Lamartine en est un bon représentant lorsque dans une lettre de 1811 à son ami Aymon de Virieu il dit son souhait d’accomplir un voyage « plutôt littéraire et poétique qu’instructif » et ne se cache nullement du refus de l’Italie moderne qui en résulte53.

  • 54 Du voyage, l’éditeur de ce guide attend qu’il permette de recueillir les « notizie senza fine arte (...)
  • 55 C’est bien en ce sens qu’il est difficile de parler d’un relativisme des Lumières (cf. I. Berlin, (...)

23La plupart des élites cultivées espèrent néanmoins dans les dernières décennies du siècle que le voyage, pour reprendre les mots de l’auteur d’un guide des années 1770, leur éclaircisse l’esprit et les purge de leurs préjugés54. La déambulation est posée comme une entreprise de rafraîchissement du regard. De Montesquieu jusqu’aux Idéologues à l’extrême fin du siècle – dont Stendhal, comme on sait, sera l’héritier –, se multiplient les marques d’une ouverture intellectuelle sur une Italie non stéréotypée, tendant vers la reconnaissance d’une pluralité des expériences. Certes peu de voyageurs réussissent vraiment à mettre entre parenthèses leurs références de départ pour tenter de percer le caractère profond d’Italiens qui seraient radicalement différents d’eux55. Par un réflexe de défense qui se perpétue jusque dans le tourisme moderne, ils préservent soigneusement leurs certitudes. Les deux traditions dont ils héritent, celles de la France gallicane et de l’antipapisme huguenot, les font d’ailleurs subir le poids d’une image de l’Italie sans cesse référée à sa gloire passée. Tout en regardant la péninsule avec les moyens et les instruments de leur temps, et en n’entrant pas forcément dans une logique de réciprocité, ils témoignent cependant d’un désir de connaissance sincère. Celui-ci suggère de ne pas donner raison à la définition qu’Alberto Savinio donne de la civilisation lorsqu’il écrit deux siècles plus tard, dans un ouvrage il est vrai paru en 1943, Ascolto il tuo cuore, città, que celle-ci

  • 56 Milan, Bompiani, 1988, p. 24 (voici le texte original que j’ai traduit : « Civiltà sottintende app (...)

sous-entend l’application rigoureuse d’un groupe déterminé de connaissances. Elle sous-entend exclusion, ignorance, volonté d’ignorance de tout ce qui ne relève pas de ce groupe. N’est civilisation que celle qui se renferme sur soi, et n’a ni fenêtres, ni trous, ni fissures à travers lesquels des idées étranges et différentes pourraient entrer dans la civilisation et la polluer, la corrompre56.

La perception du peuple par les élites

  • 57 Cf. B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, 1990, en par (...)

24Il reste à vérifier ce que fut l’acuité du regard des élites qui voyageaient dans l’Italie des Lumières en nous interrogeant sur la façon dont elles rendirent compte d’une autre forme d’altérité, cette fois-ci de nature sociale. Il est vrai que les membres de la noblesse ou des milieux aisés ne prêtaient dans leur propre société qu’une attention condescendante, inquiète, voire franchement hostile aux personnes situées en bas de l’échelle sociale57. Fondée sur l’idée d’un ordre naturel nécessaire et foncièrement inégal, cette vision dépréciative ne les empêcha pourtant pas de se détourner à l’occasion de leurs semblables et de s’éloigner de leurs occupations mondaines, de l’attention qu’ils portaient à l’histoire des villes et aux formes de gouvernement, aux bibliothèques et aux œuvres d’art. Bien que le thème ne soit pas central dans leurs discours, une certaine image des humbles, des gens du peuple n’en transparaît pas moins, qui mérite d’être mise en rapport avec l’attitude manifestée à l’égard de ces mêmes personnes dans le pays de provenance. L’enquête amène à entrevoir, chemin faisant, de nombreuses fluctuations dans l’usage du vocable peuple.

  • 58 Une synthèse récente a été proposée dans cette direction par M. Cuaz, « Italiani ? La rappresentaz (...)
  • 59 Au sein des études consacrées à la vision que les voyageurs avaient du peuple en Italie dominent n (...)

25Sources d’information accessibles et fréquemment utilisées sur la vision que leurs auteurs avaient du monde et de l’organisation sociale, les relations de voyage ont intéressé la critique pour ce qu’elles disaient de l’italianité ou des traits permettant de reconnaître les habitants de chaque ville ou État de la péninsule58. On s’est ainsi davantage concentré sur les stéréotypes des Italiens que sur des aspects de nature sociologique59. Or, il nous faut comprendre la place réservée dans les textes des voyageurs au statut social du peuple et de ses diverses strates. Quelle attention les gens de culture venus de France ont-ils prêtée aux couches populaires à travers l’Italie et à quelles représentations renvoient tant leurs silences que les mentions précises qu’ils font du peuple dans leurs écrits ? Pour reconstituer l’imaginaire des humbles chez les personnages riches et cultivés qui visitèrent la péninsule dans la seconde moitié du xviiie siècle et mieux remonter à l’origine de certaines représentations, nous privilégierons les récits que les élites rangeaient dans leurs bibliothèques, ceux que leurs auteurs invitaient à transporter avec soi pendant le voyage et les ouvrages que des voyageurs moins connus signalent dans leurs notes restées manuscrites.

  • 60 D’après les 18 inventaires de bibliothèques de parlementaires dauphinois réalisés entre 1756 et 18 (...)
  • 61 Dans la bibliothèque de Lacoste figure un Voyage d’Italie relié en 4 vol., sans autre précision (A (...)
  • 62 Ces livres se trouvent chez les trois parlementaires les plus attirés par les récits de voyage en (...)
  • 63 J. Raby d’Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie, parti le 7 mars 1764, arrivé (...)
  • 64 J.-E. Guettard, Notes et manuscrits, Paris, Bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle, Ms 227, f (...)
  • 65 Quelques-uns des récits de voyage que les contemporains utilisaient de préférence constituent de c (...)

26Dans les trois cas, les mêmes titres reviennent au long du siècle. En dépit de leur faible nombre, les textes sur l’Italie qui figurent par exemple dans les bibliothèques de parlementaires dauphinois offrent des caractéristiques intéressantes60. La Descrittione di tutta l’Italia d’Alberti (dans l’édition de 1581) et le Journal du Voyage d’Italie de Montaigne côtoient plusieurs relations du xviie siècle, comme celles du duc de Rohan, publiée en 1646, et de Jacob Spon et George Wheler, datant de 1678, le Voyage d’Italie curieux et nouveau de 1681 (de Huguetan et Spon) et l’incontournable Voyage d’Italie de Misson, peut-être encore présent dans une bibliothèque inventoriée au cours de la période révolutionnaire61. À côté de ces persistances, certaines nouveautés de la seconde moitié du xviiie siècle prennent place. Deux des quatre bibliothèques grenobloises les moins pauvres en récits sur l’Italie possèdent un exemplaire du Voyage en Italie de Lalande, dans une autre on repère le Voyage à Lipari de Dolomieu62. Si nous changeons de milieu nous constatons que le Voyage d’Italie de Cochin (1758) est utilisé par le marchand grenoblois Raby d’Amérique dans son tour du printemps 1764 à Gênes, en Toscane et en Lombardie, tandis qu’en 1781-1782 le militaire dauphinois Charles-André d’Herculais visite la péninsule muni de la Description de Richard63. Le même Cochin fournit en 1772 au naturaliste Guettard l’idée d’un guide de l’Italie minéralogique inspiré de sa façon de faire connaître les œuvres d’art64. Outre Misson et Richard, Roland de la Platière cite en 1780 les ouvrages de Grosley et de Lalande. Lalande lui-même, édité trois fois entre 1769 et 1790, n’oublie ni le Misson, auquel il entend se substituer, ni de nombreux autres titres parmi lesquels figurent tous ceux que nous venons d’évoquer. Comme il y a lieu de penser que les voyageurs retrouvaient dans ces ouvrages les façons de voir le monde qui leur étaient familières, les manières dont le peuple y est décrit constituent des indices fiables de leur horizon d’attente65.

  • 66 Op. cit., Avis au lecteur. Misson déclare ainsi qu’il a « peu de chose » à dire à Venise sur « les (...)
  • 67 Il y a bien sûr des exceptions, comme le montre le goût de Bergeret de Grancourt pour Giambattista (...)
  • 68 La liste des livres italiens que se constitua Guettard lors de son séjour en Vénétie montre une ce (...)
  • 69 Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages, et de l’avantage que la recherche des Antiquitez pr (...)
  • 70 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité (1754), dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (...)
  • 71 M. Levesque, op. cit., p. vi.

27Au vu des récits les plus appréciés au cours du siècle, il est tentant d’avancer que la connaissance du peuple ne faisait pas partie des objectifs du voyageur en Italie. Misson estime n’avoir pas eu assez de commerce avec les Italiens pour parler de leurs coutumes66 et les érudits et amateurs d’art qui voyageaient munis de leur Cochin se concentrent sur les antiquités et les peintures des siècles précédents67. Les naturalistes, comme Guettard, Dolomieu ou Faujas de Saint-Fond, recherchent surtout des traces de volcanisme68. Le voyageur soucieux d’une vision encyclopédique était certes censé s’intéresser aux « mœurs » et une certaine façon de considérer le peuple traverse le siècle. C’est ce qu’expriment tout autant l’invitation de Baudelot de Dairval en 1686 à observer « le génie, & l’humeur de la nation [...], ses penchants au bien ou au mal » et « le genre de religion qu’elle professe », que la fierté avec laquelle un Itinéraire d’Italie du début du xixe siècle traite du caractère des différentes populations de l’Italie69. Rousseau reconnaissait lui-même qu’il n’est « pas un livre de voyages où l’on ne trouve des descriptions de caractères et de mœurs ». Il déplorait toutefois aussitôt qu’en dépit de ce projet personne ne s’avisait à son époque de « vouloir connoître les habitans »70. Trente ans plus tard, un auteur comme Levesque reprend, on l’a vu, ce motif rousseauiste des voyageurs qui négligent le peuple : « à peine ont-ils songé aux habitants : s’ils en ont parlé, c’est sur la foi d’autrui, aussi ce qu’ils en ont dit est-il aussi vague que frivole ou rebattu »71.

  • 72 Manuel de l’étranger qui voyage en Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1778, p. vi. Le jeune marchand l (...)

28Le voyageur des Lumières semble s’attacher davantage aux mœurs primitives des sauvages qu’au peuple qui est à ses portes. Certains considèrent même, avec l’astronome Cassini, que « le voyageur éclairé ne doit s’arrêter qu’aux belles choses et passer rapidement sur tout le reste »72. D’autres évoquent les coutumes, mais ils n’en font pas moins peu de cas de la distinction entre groupes sociaux :

  • 73 Gros de Besplas, De l’utilité des voyages, relativement aux sciences et aux mœurs, Paris, Berthier (...)

Un voyageur ne peut pas voir tout l’ensemble d’un Peuple, explique Gros de Besplas en 1763 ; il saisira seulement certaines mœurs principales, que j’appellerois volontiers l’Enseigne de chaque Nation. Il faut donc faire usage du calcul d’approximation73.

  • 74 Richard, op. cit., t. 1, p. 260 ; J.-B.-M. Guidi, Lettres contenant le journal d’un voyage fait à (...)
  • 75 Tandis que Grosley décrit la lutte du peuple de Gênes « pour le recouvrement de sa liberté » (op. (...)
  • 76 « Je crois que pour trouver quelque chose de nouveau, il faudrait maintenant aller chez les Turcs (...)
  • 77 Nous avons dans ces pages privilégié le Nord de l’Italie, moins étudié. Pour le dernier tiers du s (...)

29En Italie du Nord, le peuple est plus souvent saisi de façon globale qu’à travers l’énoncé d’une diversité des conditions. Riches ou pauvres, les Milanais sont les héritiers des anciens Lombards, « traitans durs et impitoyables au reste de l’Europe », ayant pour caractère « d’aimer l’argent » et de ne penser « qu’aux moyens d’en amasser », « bons mais un peu défians, sages mais d’une économie portée à l’excès »74. Distinct de la noblesse, mais incluant souvent la bourgeoisie, le peuple forme donc une entité politique dont la sphère d’autonomie est faible. Si la distance est parfois rappelée par rapport à l’oligarchie, comme dans le cas de la révolte contre les Autrichiens à Gênes en 1746, son comportement se confond fréquemment avec celui des nobles et une telle indifférenciation renvoie bien au primat de l’étude des caractères propres à chaque ville ou chaque pays sur une approche sociologique75. Les personnes du peuple en Italie du Nord suscitent d’autant moins de commentaires que l’identité des mœurs qui caractérise la haute société européenne se retrouve, selon le constat de Young, jusque dans les basses classes76. Ainsi s’expliquerait le fait que les voyageurs du dernier tiers du xviiie siècle soient plus prolixes sur les populations du Sud de l’Italie, dont l’exotisme les frappait davantage que dans la plaine du Pô77.

  • 78 De Brosses, Lettres d’Italie, Paris, Mercure de France, 1986, t. 1, lettre XIV, p. 185 (1ère éd. 1 (...)
  • 79 « Cette emplette donna le temps au charron, au sellier, au maréchal, au diable d’accourir en crian (...)
  • 80 Cf. à ce propos la définition que Furetière donne du peuple, et son commentaire dans J. Schlobach, (...)
  • 81 Op. cit., lettre XVI, t. 1, p. 215.
  • 82 À côté du mot « peuple », qui désigne parfois l’ensemble de ceux qui ne sont pas nobles et d’autre (...)

30Faut-il pour autant parler d’un aveuglement et d’un refus de considérer le peuple en Italie du Nord ? À y regarder de près, celui-ci affleure dans de nombreux récits. S’il n’est pas désiré, il est rencontré le long des chemins, dans les relais de poste et dans les villes. Or le compte rendu de cette expérience quotidienne révèle un rapport conflictuel, fait d’impatience et de mépris. Du Président de Brosses à l’avocat et homme de lettres Grosley, de l’astronome et académicien Lalande au futur préfet sous le Consulat Jacques Cambry, les mêmes plaintes et protestations se répètent. Elles visent les voiturins, traités d’« abominables canailles », les postillons dont le plus grand plaisir serait « d’impatienter & de lutiner les Etrangers » ou les aubergistes qui n’offrent aux Français qu’un vin doucereux, les couchent sans rideaux et à l’instar de tous les gens du peuple « regardent les étrangers comme leurs dupes »78. Les demandes continuelles de pourboire portent cette colère à son comble. Cambry est émerveillé par les paysages du lac Majeur lorsqu’il entre en Italie, mais il ferait volontiers l’économie des hommes, surtout de ceux qui l’assaillent à Sesto Calende79. Derrière l’irritation ou franchement le dégoût vis-à-vis de la saleté des auberges ou de la « mal-propreté » des villages, ce qui resurgit est à la fois le sentiment de persécution de l’étranger éloigné de sa terre natale, et une représentation culturelle du peuple ancrée dans les esprits depuis l’époque classique, qui à l’homme éclairé oppose des individus au comportement animal, stupide, crédule et même le cas échéant séditieux80. Cette approche d’un peuple jugé menaçant est assurément peu nette dans les propos tenus sur l’Italie du Nord. On la devine à peine dans l’évocation que de Brosses fait du petit arsenal du palais Saint-Marc, dont les armes sont « toutes prêtes à la défense en cas d’émeute populaire »81. Plutôt étranger aux violences, le bas peuple de la plaine padane ou de la lagune de Venise n’échappe toutefois jamais à un regard condescendant. Entravant le plaisir du voyageur parce qu’il l’oblige sans cesse à ajouter une manda au prix « réel » des choses, il est surtout mis à distance à travers des procédés rhétoriques qui en désignent l’infériorité. On ne saurait oublier que les auteurs qui nous occupent ici sont des nobles ou des riches, conscients de l’écart abyssal qui les sépare du « peuple »82.

  • 83 Duclos, op. cit., p. 382. La plupart des voyageurs vantent cependant, à l’opposé de Duclos, la fid (...)
  • 84 « Il y a à proportion plus de noblesse et de carosses que du tiers état » (Journal de mon voïage.. (...)
  • 85 Abbé G. F. Coyer, Voyage d’Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1776, t. 1, p. 64 (voyage fait en 1763-1 (...)
  • 86 Sur la sobriété du peuple italien, en particulier vénitien, cf. Grosley, op. cit., t. 2, p. 29, et (...)
  • 87 Sur les pratiques de dévotion dans la campagne de Varèse et surtout à Milan, cf. Roland, op. cit., (...)
  • 88 Lalande, op. cit., t. 1, p. 344 ; Richard, op. cit., t. 1, p. 259 ; Roland, op. cit., p. 428.
  • 89 Richard, op. cit., t. 4, p. 449. Sur la satisfaction supposée du peuple vénitien vis-à-vis de ceux (...)
  • 90 Lalande, op. cit., t. 7, p. 37.
  • 91 De Brosses, op. cit., t. 1, lettres XIV à XVIII, p. 194-195, 214, 243, 245 et 247.
  • 92 « Ce travail qui s’offre toujours, et l’aisance générale, empêchent la fraude, le vol et le meurtr (...)
  • 93 Duclos, op. cit., p. 297-298 ; Lalande, op. cit., t. 7, p. 37-38.

31S’il y a éventuellement lieu de craindre les gondoliers, espions potentiels auprès du gouvernement de Venise83, ce n’est jamais l’inquiétude que le peuple et ses misères suscitent auprès des voyageurs. Tout se passe au contraire comme si cette composante était repoussée au loin, perdue dans la brume du spectacle qui s’offre depuis le haut du Dôme de Milan. Pour Raby d’Amérique, marchand grenoblois, le peuple milanais entendu comme nation ne se distingue pas au milieu des carrosses de la noblesse84. Lorsque le regard se rapproche des réalités de la populace, c’est pour s’apitoyer sur les maladies des paysans dans les rizières ou célébrer les qualités de l’administration autrichienne qui, avec l’aide de la noblesse, a su soulager à Milan les pauvres85. Mais le peuple demeure circonscrit, cantonné dans son rôle, répondant à la douceur avec laquelle on le traite par un comportement de grande passivité. Sa sobriété fait contraste avec les lamentations sur l’ivresse dans les campagnes françaises tout au long du xviiie siècle86. Doux et tranquille, bon et docile, parfois décrit comme dévot, bien que sans insistance par rapport à l’image donnée dans le Sud87, le peuple lombard ou vénitien semble accepter paisiblement l’état dans lequel il se trouve. Il est à Milan économe et « appliqué à son état », travaillant « plus que dans le reste de l’Italie », pacifique et indifférent à la politique88. À Venise, il sert avec gaieté les intérêts de ceux qui le dominent. Si les gondoliers sont les intermédiaires sûrs et fidèles des nobles, y compris pour leurs plaisirs, le reste de la nation « n’agit que comme on la fait agir »89. Ne connaissant ni le vol, ni l’assassinat, cette masse « facile à contenir »90 trouve dans les Lettres du président de Brosses, publiées seulement en 1799 mais circulant depuis plusieurs décennies sous le manteau, la plus parfaite illustration de ce qu’était le peuple idéal aux yeux des élites européennes de la seconde moitié du xviiie siècle : utile aux amusements publics par ses prouesses dans le jeu des forces d’Hercule, insouciant, s’amusant « presque tout le jour sans travailler » mais capable si on double sa paye de faire merveille et de valoriser son corps robuste, qui est sa seule richesse91. Tour à tour enfantins et utiles à l’économie, de tels comportements s’expliquent, aux yeux de Coyer, par l’aisance générale du commerce autant que par l’équité dont font preuve les magistrats de la Sérénissime République92. Duclos juge que le peuple de Venise « fait tout ce qu’il désire », mais la carotte n’allant pas sans le bâton, Lalande prend soin de préciser qu’à cette docilité naturelle contribue l’autorité redoutable du Conseil des Dix93.

  • 94 Richard, op. cit., t. 1, Discours préliminaire, p. lij-liij.
  • 95 Sur le primat de la réflexion économique et politique dans la façon dont Coyer et Duclos rendent c (...)
  • 96 Richard, op. cit., t. 2, p. 182 ; Cassini, op. cit., p. 16.
  • 97 L. Berchtold, Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilit (...)
  • 98 Cf. par exemple op. cit., t. 2, p. 8-9, 10, 28-29 et 157.

32La vision du bonheur des peuples chez Duclos, autant que l’apologie du commerce chez Coyer, n’opèrent toutefois qu’un déplacement ténu par rapport à l’optique traditionnelle, selon laquelle le peuple « par définition [...] seconde les soins et les travaux du noble et du citadin »94. Les métiers du peuple vénitien évoqués par Coyer sont, comme chez Lalande ou Roland de la Platière, d’abord ceux des charlatans, saltimbanques, diseurs de bonne aventure, polichinelles, prédicateurs, joueurs d’instruments et raconteurs de la place Saint-Marc : ils sont les éléments d’un décor de la fête. Les arsenaux, manufactures et autres activités de l’industrie et du commerce, souvent décrits dans la seconde moitié du xviiie siècle, laissent certes imaginer, à Milan et ailleurs, une multitude de métiers, parmi lesquels celui du marchand occupe la première place. Pour Coyer ce qui prime est cependant la mise en évidence d’un modèle politique, où le peuple s’inscrit dans un circuit économique qu’il aide à faire fonctionner95. Les existences concrètes sont peu données à voir et l’apprentissage de la langue du pays n’a pas lui-même pour but d’aider à mieux connaître le peuple. Richard s’en sert « pour bien entendre tout ce qu’il était nécessaire que j’apprisse » et Cassini pense que « le Voyageur [...] s’instruit plus encore en interrogeant qu’en regardant »96. Mais les basses classes ne sont ici nullement visées. Grosley utilise surtout la langue comme un moyen d’ancrer le visiteur dans la réalité humaine des villes qu’il visite. De tous les voyageurs, il est le plus sensible aux expressions et anecdotes populaires, qu’il rapporte en grand nombre. À sa manière, il préfigure Berchtold, pour lequel la connaissance de la langue permet à l’enquêteur d’entrer en rapport avec la « classe inférieure du peuple »97. Sans que l’on sache de quelle façon Grosley s’exprimait avec eux, il reste que grâce à lui un peu de l’intimité des gondoliers, des cordonniers et des postillons parvient jusqu’à nous, et avec elle l’écho des solidarités qui à travers les mots ou les chansons les constituaient comme groupes98.

  • 99 Ainsi par exemple du peuple de Milan, dont Lalande nous informe qu’il « passe pour avoir de bonnes (...)
  • 100 M.-N. Bourguet se réfère ici à J.-M. de Gérando et au programme de la Société des observateurs de (...)
  • 101 Un fil rouge relie les « façons lascives et attrayantes » des Vénitiennes (Silhouette, op. cit., t (...)

33Bien que Roland disait des gentilshommes suédois sous lesquels se masquait Grosley qu’ils « s’amusent et content des sornettes en prose », le succès dont jouit son ouvrage de 1764 – il est réédité en 1770 et 1774 – atteste de la pénétration d’un modèle empathique de connaissance du peuple. Plus généralement, les relations de voyage de la seconde moitié du xviiie siècle nous procurent des informations sur les échanges économiques et les modes de culture, sur les façons de se vêtir, sur la physionomie des femmes et sur certaines qualités propres au peuple des villes traversées. Elles renvoient à un état social spécifique et non plus seulement à l’ensemble des habitants d’une ville ou d’une région99. Nous entrevoyons ainsi une différence entre les milieux populaires du Nord de l’Italie et ceux, plus souvent décrits, de Naples et de la Sicile. Il reste que l’observation de la vie des peuples n’est pas encore devenue, selon l’expression de M.-N. Bourguet, « une forme essentielle du voyage de découverte »100. En dépit du programme d’étude complète et détaillée des sociétés que s’apprêtent à définir les Idéologues et entre 1799 et 1805 la Société des Observateurs de l’Homme, l’analyse du peuple italien chez la plupart des voyageurs demeure, quand elle existe, anecdotique et superficielle. Avant que n’interviennent Garat, Ginguené, Stendhal, Mme de Staël et quelques autres, des stéréotypes éculés, qu’ils soient positifs ou négatifs, se perpétuent sans grande transformation de Silhouette à Roland de la Platière et à Cambry101. Les visiteurs aisés restent silencieux sur l’habitat et sur les habitudes qui ne les concernent pas directement. À plus forte raison ne nous disent-ils rien de leurs congénères de condition modeste. À côté de quelques marchands, seuls les pèlerins sont parfois mentionnés lors de la description de Rome ou de Lorette. Les voyageurs du Grand Tour ne pouvaient pourtant pas ne pas croiser des colporteurs, soldats ou artisans venus comme eux de contrées lointaines.

  • 102 Cf. É. Chevallier, « Le lazzarone napolitain... », art. cité.

34Nous mesurons à cet exemple combien les textes écrits par les élites au cours et après leur voyage rendent imparfaitement compte des réalités populaires dans l’Italie de l’époque des Lumières. Moins encore que les gens du peuple sédentaires, les voyageurs les plus aisés ne semblent apercevoir les étrangers souvent analphabètes issus de milieux modestes qu’ils croisaient pourtant en cours de route ou le soir dans les auberges et dont seuls les auteurs de relations auraient pu nous laisser le portrait. Même si les descriptions de lazzaroni napolitains ou certaines formes de pitié sensibles dans les récits des années 1780 et 1790 en constituent les signes avant-coureurs, il faut attendre l’âge romantique pour que s’impose un discours sur le peuple, entendu non seulement comme nation mais aussi comme une somme d’individus aux conditions variées et parfois misérables. On sait toutefois comment cette approche fut à son tour modelée par le sentimentalisme et le goût pour l’anecdote, comment elle n’amena pas nécessairement à rendre plus aigu et compréhensif le regard porté sur le peuple et contribua à produire de nouveaux stéréotypes102.

35Notre constat de la difficulté qu’eurent la plupart des voyageurs à penser tant la spécificité des gens du peuple que celle des Italiens en général nous conduit certes à nous demander si les mouvements d’empathie que nous décelons tout au long du xviiie siècle n’ont pas été seulement des accidents. La volonté de comprendre l’autre italien ferait ainsi retour sur elle-même, l’Italie servant de prétexte pour revenir toujours plus vers soi. Nous aurions cependant tort de ne lire ici qu’un blocage ou un refus de l’échange. Par-delà les violences de la guerre, qui justifient de traiter à part la période qui commence en 1796, le contact physique avec les richesses monumentales et artistiques de la péninsule fut pour de nombreux voyageurs l’occasion de prendre conscience des richesses que recelait leur propre patrimoine. Le sentiment de mauvaise humeur qu’un obscur noble angevin, Félix de Romain, manifeste dans ses souvenirs publiés longtemps après le voyage accompli entre septembre 1788 et avril 1789 est symptomatique d’un double mouvement d’ouverture et de repli sur soi. Racontant ses disputes quotidiennes avec les Toscans « polis et pressans pour faire admirer tout ce qu’ils possèdent de beau », Romain précise :

  • 103 [F.] de R[omain], Souvenirs d’un officier royaliste contenant son entrée au service, ses voyages e (...)

Ils ont tant d’orgueil de leurs richesses, dans toute cette Italie, qu’ils feroient croire que nous n’avons rien en France. / Je me dispute tous les jours avec eux, leur soutenant que nous avons beaucoup de fort belles villes [...] ; Que nous possédons aussi des antiquités et des ruines romaines, et en somme, notre patrie offre tant de variétés, que le voyage de France serait très-intéressant à faire pour un Italien, et aussi curieux que celui d’Italie, si on excepte les monumens de l’ancienne Rome, les phénomènes de Naples, et la singularité de Venise103.

36Bien que ces lignes traduisent dans leur ton polémique et suffisant avant tout un provincialisme étroit, nous ne saurions oublier le flot des artistes, des gens de lettres et des érudits qui passèrent par le voyage en Italie et tirèrent profit de cette expérience avant de valoriser au cours de la première moitié du xixe siècle, tels Wlgrin de Taillefer en Dordogne ou Labbey de Billy et un peu plus tard Désiré Monnier à Besançon, le patrimoine historique et archéologique de la région où ils vivaient en France.

Notes

1 Ainsi Charles d’Herculais, membre de l’aristocratie grenobloise, juge-t-il en 1782 que malgré leur propreté, leur beauté ou leurs richesses Turin et Gênes sont des villes tristes parce qu’on n’y voit « pas un grand mouvement », qu’il y a « peu de société » et que les habitants « paraissent tristes » (Journal de mon voyage d’Italie, Bib. Munic, de Grenoble, Ms 8840, fasc. 9 [p. 4 et 7 non numérotées].

2 Sur le triple sens, à la fois politique, sociologique et culturel, qu’il faut donner au terme de peuple, cf. J. Schlobach, « Peuple », dans M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, 1997). Nous considérons successivement dans ce chapitre le peuple comme ensemble des sujets ayant délégué leur souveraineté aux princes régnant sur l’Italie, puis comme classe inférieure, s’opposant aux nobles et aux plus aisés.

3 Un semblable rapport de proximité, à fortes connotations passionnelles, se manifeste dans le regard négatif que les Français, voyageurs ou non, portent sur les Espagnols tout au long du xviiie siècle. Celui-ci est le fruit d’une rivalité et de rancœurs accumulées au moins depuis le début du xvie siècle (cf. B. et L. Bennassar, Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du xvie au xixe siècle, Paris, Laffont, coll. Bouquins, préface, 1998, p. i-xix).

4 Pierre Blanc a montré comment l’accumulation des stéréotypes de la part des Français à l’encontre des Italiens résultait aujourd’hui encore d’une relation paradoxale entre les deux peuples. Selon P. Blanc, l’Italien ne parvient pas à jouir en France d’une image nette du fait qu’il soit « démuni historiquement tout autant d’un satut clairement antagoniste que d’un brevet de véritable alignement » (« L’inconscient italien de la France. Nature, effets », dans P. Blanc (dir.), L’image de l’Italie en France au xxe siècle, revue Franco-Italica. Série contemporaine, n° 2, 1992, p. 3 ; l’on se reportera aussi, dans le même numéro, aux articles introductifs de J. Burgos et P. Guichonnet).

5 La diversité entre les sociétés humaines, poursuit Lévi-Strauss dans cette préface, « résulte pour une grande part du désir de chaque culture de s’opposer à celles qui l’environnent, de se distinguer d’elles, en un mot d’être soi ; elles ne s’ignorent pas, s’empruntent à l’occasion, mais, pour ne pas périr, il faut que, sous d’autres rapports, persiste entre elles une certaine imperméabilité » (Le Regard éloigné, Paris, 1983, p. 15).

6 F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans la République des lettres (1660-1750), Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 117), p. 5.

7 Sur l’histoire du rapport entre les deux cultures à partir du xive siècle, voir F. Waquet, op. cit., chap. 4, « ’L’Italie c’est rien’ : la genèse d’une attitude intellectuelle », p. 253-297, ainsi que L. Sozzi, « La polémique anti-italienne en France au xvie siècle », dans Atti della Accademia di Scienze di Torino. Classe di scienze morali, storiche e filologiche, CVI, 1972, p. 99-190.

8 La perduration d’une représentation dévalorisante de la culture italienne de la part des Français tout au long du xviiie siècle a été illustrée par S. Léoni, « ’L’Italie c’est rien’ : la culture italienne et les hommes de lettres français au siècle des Lumières » (intervention au colloque ADLI/SIES de septembre 1995, Stéréotypes et représentation française de l’altérité italienne), dans revue Franco-Italica. Série contemporaine, n° 8, 1995, p. 45-54. À travers une série d’articles de l’Encyclopédie (« Italie », « Langue », « Pensée ») et du Dictionnaire philosophique de Voltaire (« Superstition », « Âne », « Langue »), ainsi que quelques passages de la Gazette littéraire de l’Europe, de la Correspondance littéraire de Grimm et du Journal encyclopédique dans les années 1765-1766, S. Léoni a montré comment les « régularités énonciatives » négatives à propos de l’Italie résultent moins d’effets conjoncturels que de raisons profondes, liées à des manières différentes de construire le discours et d’appréhender la pensée.

9 « Si je demandais à la plupart en quoi faites-vous consister la civilisation, écrit Mirabeau dans L’Ami des femmes, on me répondrait, la civilisation d’un peuple est l’adoucissement de ses mœurs, l’urbanité, la politesse et les connaissances répandues de manière que les bienséances y soient observées et tiennent lieu de lois de détail [...] [toutefois] la civilisation ne fait rien pour la société si elle ne lui donne le fond et la forme de la vertu » (cité par J. Starobinski, Le Remède dans le mal, Paris, Gallimard, 1989, p. 19-20).

10 Dans d’autres textes que ceux qui viennent d’être cités, Mirabeau évoque la « fausse civilisation » et dénonce « la barbarie de nos civilisations » (J. Starobinski, op. cit., p. 20).

11 Anticipant par sa largeur d’esprit sur l’approche des Idéologues, Forsskâl, défenseur de la liberté en Europe, n’est pas choqué en Arabie par l’esclavage ou le système des pots de vin (G. Ueberschlag, « Les disciples de Linné : voyageurs, savants et penseurs », dans Ouvr. coll., Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiie siècle, section « Récits de voyages et découvertes du monde », actes du colloque de 1973, Villeneuve d’Ascq, t. 1, 1977, p. 137-151).

12 D. Brahimi, « Mungo Park en Afrique, ou l’explorateur exploré », dans Dix-Huitième siècle, dossier « Voyager, explorer », n° 22, 1990, p. 149-158.

13 À partir d’exemples pris en 1725 et après 1780, Denise Brahimi a montré que le jugement tour à tour positif ou négatif de quelques auteurs français sur les régences d’Alger et de Tunis varia bien plus au gré des évolutions de la pensée des Lumières qu’en rapport avec les transformations réelles des pays décrits (« Du bon usage des régences turques », dans Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiie siècle, t. 1, 1977, p. 65-80).

14 J.-P. Le Goff, « Les fleurs d’Akiaki : un épisode du voyage de Bougainville », dans Dix-Huitième siècle, n° 22, 1990, p. 171-184.

15 Sur le relativisme comme produit de la pensée du xixe siècle, étranger au siècle précédent et bien distinct du pluralisme qu’aurait en revanche connu le xviiie siècle avec les écrits de Montesquieu, Hume, Vico, Möser et Herder, cf. I. Berlin, « A note on alleged relativism in eighteenth-century European thought », dans Studies on Voltaire and the eighteenth Century, n° 191, 1990, p. 561-564.

16 Dans le présent chapitre ont été utilisées les éditions de guides suivantes : M. Misson, Voyage d’Italie, Amsterdam, Clousier, 1743, 4 vol. ; Ch.-N. Cochin, Voyage d’Italie, ou recueil de notes sur les ouvrages de peinture et de sculpture, qu’on voit dans les principales villes d’Italie, Paris, C. A. Jombert, 1758, 3 vol. ; J. Richard, Description historique et critique de l’Italie ou Nouveaux Mémoires..., Dijon, François des Ventes, 1766, 6 vol. ; J. Lalande, Voyage en Italie, Genève, s. é., 1790, 7 vol. ; L. Dutens, Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal d’un voyage aux villes principales de l’Europe..., Paris, Pissot, 1775 ; [F. Tiroli ?], Le véritable guide des voyageurs en Italie..., Rome, Stamperia P. Giunchi, 1775 ; J.-D. Cassini, Manuel de l’étranger qui voyage en Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1778.

17 Historisch-kritische Nachrichten von Italien, Leipzig, C. Fritsch, 3 vol., 1770-1771 (2e éd. 1777-1778).

18 Nouveaux Mémoires ou Observations sur l’Italie et sur les Italiens, par deux gentilhommes suédois, Londres, J. Nourse, 1764, vol. 1, p. 2.

19 Ch.-L. de Secondat, baron de Montesquieu, Voyage de Gratz à La Haye, dans Œuvres complètes, Paris, 1949 (Pléiade, 1) (1ère éd. 1894-1896) ; Ch. de Brosses, Lettres d’Italie, Paris, Mercure de France, 1986, 2 t. (1ère éd. en 1799, mais des copies manuscrites circulaient depuis longtemps) ; Madame du Boccage, Lettres... contenant ses voyages en France, en Angleterre, en Hollande et en Italie, faits pendant les années 1750, 1757 et 1758, Dresde, Walther, 1771 ; Ch. Mercier Dupaty, Lettres sur l’Italie écrites en 1785, Rome, s. é., 1789, 2 vol.

20 Le motif de l’aveuglement est récurrent dans l’analyse des guides de voyages plus récents. Ainsi l’article que Leonardo Di Mauro consacre à « L’Italia e le guide turistiche dall’Unità ad oggi » s’ouvre-t-il sur la question : « Guide o mezzi di accecamento ? » (dans C. De Seta (dir.), Storia d’Italia. Annali 5. Il paesaggio, Turin, 1982, p. 369).

21 Malgré sa composante d’artifice, le choix de la forme épistolaire à la première personne, fréquent tout au long du siècle, témoigne chez les auteurs de relations de voyage d’un souci de manifester qu’ils ont vécu une « aventure » (voir à ce propos M. Gille, « La ’Lettre d’Italie’ au dix-huitième siècle : forme et signification », dans Studies on Voltaire and the eighteenth century, n° 219, 1983, p. 269-270).

22 Sur cette découverte de Montesquieu, voir P. Barrière, « L’expérience italienne de Montesquieu », dans Rivista di letterature moderne, 1952, p. 15-28, ainsi que J. Ehrard, Montesquieu critique d’art, Paris, 1965.

23 Le carnet écrit par le parlementaire grenoblois Franquières sur son voyage en Italie de 1781-1782 constitue un bel exemple du maintien de la tradition des listes et des sèches annotations jusque dans les années 1780 (cf. infra, chap. 12).

24 Sur cette vision traditionnelle des paysages italiens, voir B. Conconi (« Il paesaggio italiano nel Nouveau Voyage d’Italie di Maximilien Misson : tradizione e modernità », dans G. Botta (dir.), Cultura del viaggio. Ricostruzione storico-geografica del territorio, Milan, 1989, p. 275-299) et É. Chevallier (« La découverte des paysages de l’Italie du Sud dans la seconde moitié du xviiie siècle : le Voyage pittoresque de l’abbé de Saint-Non », dans É. et R. Chevallier, Iter Italicum : les voyageurs français à la découverte de l’Italie ancienne, Genève, 1984 (Biblioteca del Viaggio in Italia, 17), p. 72-90). Cf. aussi supra, chap. 3.

25 La situation est évidemment différente si nous considérons les artistes séjournant à Rome ou ailleurs en Italie. Ces derniers côtoyaient les artistes italiens contemporains, en étaient quelquefois les élèves, comme Hubert Robert avec Pannini, et copiaient certaines de leurs œuvres (ainsi Fragonard reproduisit-il Ricci et Tiepolo à Venise).

26 Fondamental est sur cette transformation du regard l’article d’Élisabeth Chevallier, « Les guides d’Italie et la vulgarisation de la critique d’art au xviiie siècle. Cochin. L’abbé Richard. Lalande. Cassini », dans Revue de littérature comparée, n° 179, juillet-septembre 1971, p. 366-391. Cf. aussi C. Michel, Le Voyage d’Italie de Charles-Nicolas Cochin (1758), Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 145).

27 Ce qui nous mène au début du xixe siècle, où le tableau de l’agriculture toscane que dresse Sismondi en 1801 précède les descriptions agronomiques de Lullin de Châteauvieux publiées en 1820.

28 Cf. F. Wolfzettel, Le Discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, 1996 (Perspectives littéraires), en particulier p. 232-242, 260-266 et surtout 266-276.

29 Ces traces de modernité chez Misson ont été relevées par B. Conconi (art. cité, en particulier p. 289).

30 La vision antiutopique et désabusée du président de Brosses, reflet de l’Italie endormie des années 1730, est comme l’a rappelé F. Venturi celle qui influença le plus durablement le xixe siècle (« L’Italia fuori d’Italia », dans R. Romano et C. Vivanti (dir.), Storia d’Italia, t. 3, Dal primo Settecento all’Unità, Turin, 1973, p. 1030-1032).

31 R. Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au xviiie siècle », dans Ouvr. coll., Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiie siècle, t. 1, 1977, p. 121.

32 Le Modèle italien, Paris, Arthaud, 1989, texte repris du vol. 2 de la Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1974.

33 Sur l’utilisation que firent le parti réformateur et en particulier les physio-crates du modèle toscan en matière d’innovations économiques et pénales dans les années 1770 et au début des années 1780, cf. M. Mirri, « Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e Rivoluzione », dans actes du congrès 1989 in Toscana. La Rivoluzione francese nel Granducato, dans Annuario dell’Accademia Etnisca di Cortona, XXIV (1990), p. 117-233.

34 Ch. Pinot, dit Duclos, Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie, Paris, Buisson, 1791, p. 46.

35 On pose donc ici pour les récits de voyages en Italie la même question que Denise Brahimi à propos des textes évoquant les régences du Maghreb (voir supra, note 13).

36 De Brosses va voir Muratori à Modène en mars 1740 et Duclos se rend en mai 1767 chez Beccaria à Milan. Mais comme au siècle suivant dans la maison de Manzoni à Milan, ces expériences de conversation relèvent d’un itinéraire obligé et n’impliquent que rarement la reconnaissance d’une spécificité intellectuelle italienne. Lorsque Duclos manifeste son désaccord avec les idées de Beccaria ou que Lalande évoque les réformateurs de Turin, de Milan, de Parme, de Naples ou de la Toscane, les deux hommes recherchent surtout les traces de l’esprit français des Lumières en Italie.

37 Description historique et critique de l’Italie, ou Nouveaux Mémoires sur l’état actuel de son Gouvernement, des Sciences, des Arts, du Commerce, de la Population et de l’Histoire Naturelle, Dijon, François des Ventes, 1766, t. 2, p. 218.

38 Misson, op. cit., 1722, t. 3, p. 195.

39 « ... il faut voir [les hommes] par soi-même dans tous les états, indique l’abbé Richard, les entendre, les examiner sans prévention [...], passer du cabinet du ministre d’état dans le comptoir du négociant et même dans la boutique de l’artisan, parler au cultivateur et au berger, assurer nos connoissances sur leurs réponses comparées avec l’état des choses et le spectacle de la nature. C’est ainsi que l’on parvient à connoître un pays. » (op. cit., t. 1, Avertissement, non paginé).

40 Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe... en 1776, 1777 et 1778, Amsterdam, s. é., 1780, t. 2, p. 185.

41 Abbé de Binos, Voyage par l’Italie en Égypte, au Mont-Liban et en Palestine ou Terre-Sainte, Paris, Boudet, 1787, p. 66-67. Rappelons à cet égard que dès la première moitié du xviie siècle furent diffusés des manuels de conversation courante (A. Maczak, Viaggi e viaggiatori nell’Europa moderna, Rome-Bari, 1994, p. 54), que Bouchard était en 1631 sensible à l’usage de mots locaux à Naples et que des lexiques destinés à comprendre les mots étrangers sont présents dans les ouvrages de Jouvin en 1672 et Miselli en 1684, donc longtemps avant le Viaggiatore moderno de 1775 et le Manuel du voyageur de Mme de Genlis en 1799. Ce n’est cependant qu’en 1772 que Francesco Alberti di Villanova composa son Grande dizionario italiano-francese. D’une finalité différente sont les Dialogues en françois et en latin, pour servir de guide aux militaires et aux personnes qui voyagent de P.-A. Alletz (1760).

42 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, t. 10, Livourne, 1773.

43 Op. cit., t. 2, p. 449.

44 Lalande, op. cit., t. 7, p. 343 (« Le peuple de Milan passe pour avoir de bonnes mœurs mais peu d’esprit ; il passe aussi en Italie pour être bon ; on appelle même les Milanais Bonacci, simples, bonaces »).

45 Richard, op. cit., t. 2, p. 458. Mais Lalande émet le même jugement : « ni remuant, ni féroce, mais gai, doux, tranquille et facile à contenir » (op. cit., t. 7, p. 37).

46 Voir à ce propos I. Herrero et L. Vasquez, « Types nationaux européens dans des œuvres de fiction françaises (1750-1789) », dans Dix-Huitième Siècle, n° 25, 1993, p. 115-127.

47 A. Tenenti, « Venezia e il Veneto nelle pagine dei viaggiatori stranieri (1650-1790) », dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi (dir.), Storia della cultura veneta. Il Settecento, Vicence, 1985, p. 567.

48 Sur cet exemple se reporter à l’article d’É. Chevallier, « Crèches napolitaines vues par les voyageurs du xviiie siècle », dans É. et R. Chevallier, Iter italicum..., cit., p. 91-99.

49 Vivant Denon, dans Abbé de Saint-Non, Voyage pittoresque ou description des royaumes de Naples et de Sicile, Paris, 1781-1785, t. 3, p. 39-40.

50 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques, accompagné de notes analogues au sujet, & à la nouvelle Constitution de la France, Paris, Desenne, 1791, p. v-vi. Sur la veine des tableaux statistiques, cf. infra, chap. 10.

51 Y. Hersant leur a fait un sort dans son anthologie des voyageurs français en Italie en leur dédiant plusieurs rubriques, intitulées « Chauvinisme », « Inepties » et « Xénophobies » (Italies. Anthologie des voyageurs français aux xviiie et xixe siècles, Paris, 1988, p. 742-744, 843-847 et 1009-1016).

52 Voyage en Italie et en Sicile, fait en 1801 et 1802, Paris, Didot l’aîné, 1806.

53 « Je n’ai encore guère de détails à te donner, je ne suis encore que dans l’Italie moderne, et celle-là ne me touche guère » (lettre non datée de Lamartine écrite de Bologne à l’été 1811, dans Correspondance, publiée par Mme Valentine de Lamartine, Paris, Hachette, s. d. [1881], p. 174).

54 Du voyage, l’éditeur de ce guide attend qu’il permette de recueillir les « notizie senza fine arte a rischiarire la mente, e purgarla da un numero ben grande di pregiudizi » (c’est moi qui souligne) (Il Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia..., Venise, F. Locatelli, 1775, p. 8).

55 C’est bien en ce sens qu’il est difficile de parler d’un relativisme des Lumières (cf. I. Berlin, art. cité).

56 Milan, Bompiani, 1988, p. 24 (voici le texte original que j’ai traduit : « Civiltà sottintende applicazione rigorosa di un determinato gruppo di conoscenze. Sottintende esclusione, ignoranza, volontà d’ignoranza di tutto quanto non partecipa di esso gruppo. Quella sola è civiltà che si conchiude in sé, è priva di finestre, buchi, fessure attraverso le quali idee strane e diverse possono entrare nella civiltà e inquinarla, corromperla. »).

57 Cf. B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, 1990, en particulier le chap. 4, « Les élites et le peuple », p. 79-106.

58 Une synthèse récente a été proposée dans cette direction par M. Cuaz, « Italiani ? La rappresentazione dei « caratteri nazionali » nella letteratura di viaggio del Settecento », dans G. Bertrand, M. T. Pichetto (dir.), Le vie delle Alpi : il reale e l’imaginario/Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Aoste, 2001, p. 140-159. Cf. aussi infra, chap. 5.

59 Au sein des études consacrées à la vision que les voyageurs avaient du peuple en Italie dominent nettement celles relatives au peuple de Naples, en particulier aux lazzaroni (cf. É. Chevallier, « Le lazzarone napolitain vu par les voyageurs étrangers du xviiie siècle : est-il bon, est-il méchant ? », dans Bulletin de l’Association amicale des anciennes élèves de l’ENS de Fontenay-aux-Roses, n° 90, nov. 1970, p. 18-29).

60 D’après les 18 inventaires de bibliothèques de parlementaires dauphinois réalisés entre 1756 et 1828 qu’a examinés C. Coulomb (Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, thèse sous la dir. de D. Poulot, Univ. de Paris 1, 2001, p. 361-396), seules 5 d’entre elles ont au moins un récit de voyage en Italie. La plus riche, celle de Jean-Baptiste de Reynaud, n’en possède, vérification faite, que cinq (Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 6183). 117 récits de voyage au total sont présents dans treize de ces inventaires, mais onze titres seulement concernent l’Italie (soit 10 %), ce qui peut révéler chez les parlementaires dauphinois une faible attraction vis-à-vis de la péninsule. Voir aussi chap. 1, note 155.

61 Dans la bibliothèque de Lacoste figure un Voyage d’Italie relié en 4 vol., sans autre précision (A. D. Isère, 1 Q 392). Les diverses éditions du Voyage d’Italie de Cochin n’ayant eu que trois volumes, il peut s’agir ici de l’édition du Nouveau Voyage d’Italie de Misson parue en 1722 en 4 vol. sous le titre abrégé de Voyage d’Italie.

62 Ces livres se trouvent chez les trois parlementaires les plus attirés par les récits de voyage en Italie : Claude-Ignace de Trivio (éd. de Lalande de 1769, complétée par un « petit atlas pour un voyage en Italie »), Joseph-Gabriel de Quinsonnas (le Voyage aux îles de Lipari, fait en 1781..., paru en 1783) et Jean-Baptiste de Reynaud (éd. de Lalande de 1790, s’ajoutant au journal de voyage de Montaigne et à trois récits du xviie siècle). Ce sont aussi ceux qui détenaient le plus grand nombre de relations de voyage des différentes parties du monde.

63 J. Raby d’Amérique, Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie, parti le 7 mars 1764, arrivé à Grenoble le 13 mai suivant, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 5600 (publié par F. Weil en 2004) ; C. d’Herculais (attribué à), Journal de mon voyage en Italie, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8840.

64 J.-E. Guettard, Notes et manuscrits, Paris, Bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle, Ms 227, ff. 60-61.

65 Quelques-uns des récits de voyage que les contemporains utilisaient de préférence constituent de ce fait la trame de la brève étude qui suit : le Voyage d’Italie de M. Misson (5e éd., augmentée d’un 4e vol.... contenant les remarques que M. Addison a faites dans son Voyage d’Italie, Utrecht, van de Water & van Poolsum, 1722, 4 vol. ; la 1êre éd. est de 1691 ; voyage fait en 1687-1688) ; les Nouveaux Mémoires ou Observations sur l’Italie et sur les Italiens, par deux gentilshommes suédois, de P.-J. Grosley (Londres, J. Nourse, 1764, 3 vol. ; voyage fait en 1758), la Description historique et critique de l’Italie... de l’abbé Richard (Dijon, François des Ventes, 1766, 6 vol. ; voyage fait en 1762) et le Voyage en Italie... de Lalande (3e éd., Genève, s. é., 1790, 7 vol. ; la 1ère éd. est de 1769 ; voyage fait en 1765-1766). Le Voyage d’Italie de Cochin (Paris, C. A. Jombert, 1758, 3 vol.) est absent de cette liste car le peuple n’y est guère évoqué. Diverses autres relations que le plus souvent cite Lalande ont été prises en compte, ne serait-ce que parce qu’elles illustrent la « réception » des ouvrages précités et signalent par rapport à eux certains écarts.

66 Op. cit., Avis au lecteur. Misson déclare ainsi qu’il a « peu de chose » à dire à Venise sur « les coutumes et les manières de vivre domestiques » en raison du « peu de commerce » que les Étrangers ont « avec les gens du païs » (ibid., t. 1, p. 235).

67 Il y a bien sûr des exceptions, comme le montre le goût de Bergeret de Grancourt pour Giambattista Tiepolo ou Corrado Giaquinto (P. Rosenberg, « Les Bergeret en Italie 1773-1774 », dans Fragonard et le voyage d’Italie 1773-1774. Les Bergeret, une famille de mécènes, catalogue d’exposition, Paris, 2001, p. 38). Il en va en outre différemment, on l’a dit, des artistes, notamment des pensionnaires de l’Académie de France à Rome, qui eurent de nombreux contacts avec leurs homologues italiens (voir supra, note 25).

68 La liste des livres italiens que se constitua Guettard lors de son séjour en Vénétie montre une certaine continuité entre ces deux types de voyageurs. La plupart des 47 œuvres citées concernent l’agriculture, la médecine et les sciences naturelles, mais deux d’entre elles traduisent un intérêt pour la langue toscane (il s’agit des œuvres de Francesco Redi) et trois sont de récents guides de villes centrés sur les œuvres d’art, en l’occurrence de Ferrare (Pitture e scolture che si trovano nelle chiese, luoghi pubblici e sobborghi..., 1770), de Cento (Le pitture di Cento..., 1768) et de Venise (Il Forestiero illuminato intorno le cose più rare e curiose..., 1765).

69 Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages, et de l’avantage que la recherche des Antiquitez procure aux Sçavans, Paris, Auboûin & Pierre Emery, 1686, t. 2, p. 702-703 ; Itinerario italiano che contiene la descrizione dei viaggi per le strade più frequentate alle principali città d’Italia, Rome, Bernardino Olivieri, 1809, 7e éd., p. 3 (1ère éd. 1800 ; trad. franç. 1801).

70 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité (1754), dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (Pléiade, 3), p. 212-213. Pour Rousseau, c’est on le sait à la campagne, loin des villes et des capitales, « qu’un peuple se caractérise et se montre tel qu’il est sans mélange ; c’est là que les bons et les mauvais effets du gouvernement se font mieux sentir [...] » (Émile ou de l’éducation, 1762, dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (Pléiade, 4), p. 850).

71 M. Levesque, op. cit., p. vi.

72 Manuel de l’étranger qui voyage en Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1778, p. vi. Le jeune marchand lyonnais Antoine-Henri Jordan, plus soucieux du présent que du passé, paraît avoir suivi ce conseil à la lettre au cours de son voyage en Italie. Du séjour en Lombardie en mai 1788 il ne retient que les bons effets de l’administration habsbourgeoise, les lieux de résidence du prince, les jardins des villas, la beauté des nouvelles rues et la richesse des églises (« Journal de voyage en Italie et en Sicile en 1787 et 1788 », partiellement repris in T. Aynard, Voyages au temps jadis en France, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Sicile..., Lyon, Impr. Mougin-Rusand, 1888).

73 Gros de Besplas, De l’utilité des voyages, relativement aux sciences et aux mœurs, Paris, Berthier, 1763, p. 56.

74 Richard, op. cit., t. 1, p. 260 ; J.-B.-M. Guidi, Lettres contenant le journal d’un voyage fait à Rome en 1773, Genève-Paris, Rue et Hôtel Serpente, 1783, t. 1, p. 48 ; Description historique de l’Italie en forme de dictionnaire, La Haye, Pierre Gossé, 1776, t. 2, p. 34. Cf. aussi Grosley, op. cit., t. 1, p. 152.

75 Tandis que Grosley décrit la lutte du peuple de Gênes « pour le recouvrement de sa liberté » (op. cit., t. 3, p. 263), la noblesse et le peuple sont dans le Milanais, selon Richard, « également contens, et font des vœux sincères pour la conservation de la puissance à laquelle ils sont soumis » (op. cit., t. 1, p. lj-lij). Jusque dans ses évolutions au cours du siècle, le caractère des Vénitiens est celui que la noblesse imprime au peuple tout entier : Silhouette les dit en 1729 « graves & prudens, toujours tranquilles au dehors [...], entêtés de l’excellence de leur gouvernement [...], très-dissimulés entre eux » (Voyage de France, d’Espagne, de Portugal et d’Italie, Paris, Merlin, t. 1, p. 155-156), Lalande pense en 1766 qu’ils sont tout comme les nobles « sans jalousie », « rusés », « défiants » et « polis » (op. cit., t. 7, p. 36-37), Roland décrit en 1777 un peuple « qui vit sans crainte & sans ambition ; qui a perdu le goût du grand, & à qui il ne reste aucun moyen de se distinguer », enfin où « tout le monde est doux, poli, aimable » (Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe, Amsterdam, s. é., 1780, t. 6, p. 46 et 72).

76 « Je crois que pour trouver quelque chose de nouveau, il faudrait maintenant aller chez les Turcs et les Tartares [...] Quant aux basses classes [Young narre ses impressions milanaises], les différences qu’on y remarque sont plus apparentes que réelles » (Voyages en Italie et en Espagne pendant les années 1787 et 1789, Paris, Guillaumin, 1860, p. 27).

77 Nous avons dans ces pages privilégié le Nord de l’Italie, moins étudié. Pour le dernier tiers du siècle l’image du peuple dans le Sud doit être examinée non seulement chez Coyer, Lalande, Duclos et Roland, mais aussi dans les récits de Français comme Vivant Denon (voyage en 1778) et Dupaty (voyage en 1785), d’Allemands comme Riedesel (voyage en 1767) et Goethe (voyage en 1787), du Polonais de Borch (voyage en 1777), d’Anglais comme Brydone (voyage en 1770) et Swinburne (voyage en 1776-1778). Cf. P. Merle, Le Royaume des Deux-Siciles et les voyageurs européens, 1763-1790, mémoire de maîtrise sous la dir. de G. Bertrand, Univ. Pierre Mendès France, 1997.

78 De Brosses, Lettres d’Italie, Paris, Mercure de France, 1986, t. 1, lettre XIV, p. 185 (1ère éd. 1799 ; voyage fait en 1739-1740) ; Grosley, op. cit., t. 2, p. 157 ; Lalande, op. cit., t. 1, p. 266.

79 « Cette emplette donna le temps au charron, au sellier, au maréchal, au diable d’accourir en criant bona mancia, bona manda. Cazzo, bona mancia, sont les seuls mots jusqu’à présent que j’aie entendu dans l’Italie », dans Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, Jansen, an IX-1801, t. 1, p. 339 (voyage fait en 1788). Le passage fait peut-être écho à celui de de Brosses sur le même thème, publié deux ans plus tôt (op. cit., t. 1, p. 185-186). Un véritable refus des hommes se manifeste cependant chez Cambry : « L’Ouest [de l’isola Bella] est déparé par un petit village où la misère et la mal-propreté semblent avoir élu domicile » (Cambry, op. cit., t. 1, p. 331) ; « Rien de plus grand, de plus beau que les environs de Bergame ; mais des hommes peuvent-ils subsister au sein de la mal-propreté des rues, des palais, des églises [...] Peuplades avilies de l’Italie ! Vous êtes parvenues à déshonorer le plus riche pays du monde » (ibid., t. 2, p. 111-112 ; c’est moi qui souligne).

80 Cf. à ce propos la définition que Furetière donne du peuple, et son commentaire dans J. Schlobach, « Peuple », dans M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, 1997, p. 847-851.

81 Op. cit., lettre XVI, t. 1, p. 215.

82 À côté du mot « peuple », qui désigne parfois l’ensemble de ceux qui ne sont pas nobles et d’autres fois seulement les milieux les plus humbles, les voyageurs des Lumières – Français ou non – utilisent un vocabulaire flottant pour rendre compte de la réalité sociologique des classes populaires : l’on y trouve pêle-mêle les expressions « menu peuple » (de Brosses, op. cit., t. 1, p. 198), « le dernier rang » (Grosley, op. cit., t. 1, p. 132), « lie du peuple » (Grosley, op. cit., t. 2, p. 10 et 29), « les gens du peuple » (Lalande, op. cit., t. 1, p. 266), « le peuple, proprement dit » (Duclos, Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie, Paris, Buisson, 1791, p. 297 ; voyage fait en 1766-1767), « gens de la campagne » et « bas-peuple des petites villes » (Roland, op. cit., t. 1, p. 284), « the common people » (Mrs H. L. Piozzi, Observations and Reflections made in the course of a Joumey through France, Italy and Germany, Londres, Straham & Cadell, 1789, t. 1, p. 109), « basses classes » (Young, op. cit., p. 27). Ces appellations s’opposent alors à « l’état moyen ou la bourgeoisie » (Grosley, op. cit., t. 1, p. 132), au « moyen ordre » (Lalande, op. cit., t. 1, p. 343) ou à la « bourgeoisie » (Roland, op. cit., t. 1, p. 436).

83 Duclos, op. cit., p. 382. La plupart des voyageurs vantent cependant, à l’opposé de Duclos, la fidélité à toute épreuve des gondoliers (de Brosses, op. cit., t. 1, p. 188 ; Lalande, op. cit., t. 7, p. 35-36).

84 « Il y a à proportion plus de noblesse et de carosses que du tiers état » (Journal de mon voïage..., 1764, cit., f. 35 v).

85 Abbé G. F. Coyer, Voyage d’Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1776, t. 1, p. 64 (voyage fait en 1763-1764) ; Lalande, op. cit., t. 1, p. 332. Très original apparaît en revanche par rapport au concert des regards éloignés la proximité de celui de Joseph II lors de sa visite à Milan en 1769. Dans le rapport que nous en a laissé Firmian, ministre plénipotentiaire, l’empereur manifeste une conscience précise des catégories qui ont le plus besoin d’être soutenues – les femmes abandonnées et les gens infectés de la maladie vénérienne –, de celles qui sont en trop grand nombre – les « Mendians, fainéants et Vagabonds » –, de celles qui ont jusqu’à présent bénéficié de trop de largesses – les condamnés aux travaux publics (ce rapport est reprod. dans F. Valsecchi, L’Assolutismo illuminato i Austria e in Lombardia, Bologne, 1934, p. 305-317).

86 Sur la sobriété du peuple italien, en particulier vénitien, cf. Grosley, op. cit., t. 2, p. 29, et Coyer, op. cit., t. 2, p. 109.

87 Sur les pratiques de dévotion dans la campagne de Varèse et surtout à Milan, cf. Roland, op. cit., t. 1, p. 397. L’Autrichien von Hartig écrit de son côté que le peuple s’imagine que l’incendie du grand théâtre de Milan en 1776 « étoit une punition du ciel » (Lettres sur la France, l’Angleterre et l’Italie, Genève, s.é., 1785, p. 167 ; voyage fait en 1776).

88 Lalande, op. cit., t. 1, p. 344 ; Richard, op. cit., t. 1, p. 259 ; Roland, op. cit., p. 428.

89 Richard, op. cit., t. 4, p. 449. Sur la satisfaction supposée du peuple vénitien vis-à-vis de ceux qui le gouvernent, voir aussi Richard, ibid., t. 4, p. 218 et 443-444, et Lalande, op. cit., t. 7, p. 13 et 37.

90 Lalande, op. cit., t. 7, p. 37.

91 De Brosses, op. cit., t. 1, lettres XIV à XVIII, p. 194-195, 214, 243, 245 et 247.

92 « Ce travail qui s’offre toujours, et l’aisance générale, empêchent la fraude, le vol et le meurtre » (op. cit., 1776, t. 2, p. 109).

93 Duclos, op. cit., p. 297-298 ; Lalande, op. cit., t. 7, p. 37-38.

94 Richard, op. cit., t. 1, Discours préliminaire, p. lij-liij.

95 Sur le primat de la réflexion économique et politique dans la façon dont Coyer et Duclos rendent compte des hommes et des mœurs italiens, cf. R. Mortier, « Les voyageurs français en Italie... », art. cité supra à la note 31, p. 117-136.

96 Richard, op. cit., t. 2, p. 182 ; Cassini, op. cit., p. 16.

97 L. Berchtold, Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie, Paris, Du Pont, 1797, t. 1, p. 8 (trad. de l’anglais, 1ère éd. 1789).

98 Cf. par exemple op. cit., t. 2, p. 8-9, 10, 28-29 et 157.

99 Ainsi par exemple du peuple de Milan, dont Lalande nous informe qu’il « passe pour avoir de bonnes mœurs mais peu d’esprit ; il passe aussi en Italie pour être bon ; on appelle même les Milanais Bonacci, simples, bonaces ; on les appelle aussi Boni Busecconi [de Busecca, tripes], parce qu’ils mangent beaucoup, du moins en comparaison des peuples de la basse Italie » (op. cit., t. 1, p. 343). Aux commentaires sur la beauté des femmes, la vigueur et le goût pour s’habiller des gens ordinaires à Milan qu’offrent un Cambry (cf. op. cit., t. 2, p. 29) ou une Mrs Piozzi (op. cit., t. 1, p. 109), il faudrait joindre les constats plus spontanés des jounaux de voyage manuscrits. Cf. Raby d’Amérique sur les Milanaises « grandes, bien faites, [ayant] en apparence beaucoup de gorge... » (Bib. Munic. Grenoble, Ms R 5600, f. 37 v) ; cf. les relations de clercs pèlerins d’un bout à l’autre du siècle, sensibles autant aux réalités économiques qu’aux costumes et pratiques dévotes des populations rencontrées (des passages en sont cités par D. Julia, « « Roumieux » et « jacquaires » au passage des Alpes : données quantitatives et récits de pèlerinage », dans G. Bertrand, M. T. Pichetto (dir.), Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario/Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Aoste, 2001, p. 180-202).

100 M.-N. Bourguet se réfère ici à J.-M. de Gérando et au programme de la Société des observateurs de l’homme, fondé sur une enquête ethnologique et la règle de l’observateur participant (« Voyage », dans M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, 1997, p. 1094).

101 Un fil rouge relie les « façons lascives et attrayantes » des Vénitiennes (Silhouette, op. cit., t. 1, p. 160) au tableau pittoresque des paysannes « sveltes et jolies » de Lombardie « filant sur le pas de leurs portes » (Cambry, op. cit., t. 2, p. 114 et t. 1, p. 340). Roland de la Platière parle à Milan du peuple « paresseux et lâche », qu’il voit continuellement « jouer aux cartes ou à la mourre », sans paraître l’avoir approché de près (op. cit., t. 1, p. 438). Pour lui, comme pour la plupart des élites voyageant au xviiie siècle, une ville est d’abord faite de palais, d’églises et de couvents (cf. Coyer, op. cit., t. 1, p. 65 : « On y admire [à Milan] sept à huit Palais, mais point de suite. Ce qui décore la Ville, ce sont les Églises et les Couvens. Presque pas une rue, quelque petite qu’elle soit, qui ne vous montre au moins une Chapelle »).

102 Cf. É. Chevallier, « Le lazzarone napolitain... », art. cité.

103 [F.] de R[omain], Souvenirs d’un officier royaliste contenant son entrée au service, ses voyages en Corse et en Italie, son émigration..., Paris, Egron, 1824-1829, t. 1, p. 336.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540