Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Première partie. Des buts et des attentes diversifiés

Chapitre 1. Les raisons du voyage

Texte intégral

  • 1 C. Pinot Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, Paris, Prault fils, 1751, chap. 10, «  (...)

1Si les motifs pour lesquels les voyageurs se mirent en route vers l’Italie entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle sont extrêmement divers, et si des contingences matérielles, indépendantes de toute aspiration morale, ont souvent joué un rôle décisif, les voyages dont nous possédons une trace écrite de la part de ceux qui les accomplirent mettent presque tous en jeu des représentations d’ordre intellectuel et donnent autant d’informations sur ce que leur auteur attendait du voyage que sur le pays visité. Les voyageurs ayant consigné leurs souvenirs ne sont pas tous des « érudits », des « savans qui s’occupent des sciences exactes » ou de « beaux esprits », pour reprendre la nomenclature à travers laquelle Duclos définit en 1751, dans les Considérations sur les mœurs de ce siècle, les trois classes qui composent la République des lettres1. Bien que beaucoup préparèrent leur voyage en lisant des récits de voyageurs, ils ne recoururent pas de façon systématique aux traités et aux arts de voyager publiés en grand nombre depuis le dernier tiers du xvie siècle, et encore moins s’occupèrent à leur tour d’en rédiger. Ils se servaient cependant de guides, de cartes ou de livres de postes destinés à accompagner leur déplacement et à prévenir ses aléas, conversaient, rencontraient d’autres voyageurs, échangeaient des idées sur leurs propres pratiques. Qu’ils s’en expliquent ou non dans leurs textes, qu’ils aient été conscients ou non de participer à des débats philosophiques, ils effectuaient des choix en décidant tout d’abord de partir, ensuite en se rendant en Italie plutôt qu’en Angleterre ou en Hollande, enfin en commençant la série de leurs voyages par l’Italie ou au contraire en ne se rendant dans la péninsule, à l’instar de Franquières, conseiller au parlement de Grenoble, que plusieurs années après avoir visité le reste de l’Europe. Leurs déambulations entraient ainsi en rapport avec une vaste mobilisation des esprits, qui depuis plusieurs décennies visait à dresser l’inventaire des raisons de voyager et faisait de l’Italie l’un des principaux buts du déplacement de tout honnête homme. Le fait même d’aller d’une ville à l’autre, de passer d’un salon à un cabinet de curiosités, d’une bibliothèque à une basilique, suggère le fort degré de motivation de ces membres de l’élite européenne.

De l’« utilité » à la « nécessité »

  • 2 Cf. F. Waquet : « les Français qui visitèrent ou séjournèrent en Italie n’en tirèrent pas une visi (...)
  • 3 P. Hazard fait ainsi du voyage une source du relativisme à l’aube des Lumières dans son premier ch (...)

2Dans l’histoire de la formation des images réciproques entre l’Italie et les nations voisines à l’époque des Lumières, le rôle que jouèrent les voyages et leurs comptes rendus imprimés ou oraux n’est certes pas aisé à déterminer. Plusieurs historiens des idées estiment que les protagonistes du Grand Tour ont en dépit de variations de détail véhiculé une vision stable de l’Italie, sur laquelle ils sont demeurés sans prise. Les Européens cultivés se seraient transmis des préjugés fixés dès la seconde moitié du xviie siècle et qui ensuite n’évoluèrent pas de façon sensible. Le déplacement physique de quelques milliers d’hommes et de femmes aurait constitué un phénomène marginal en regard de l’activité des grands foyers de diffusion de la culture et les récits de voyage ne seraient que le réceptacle d’idées forgées ailleurs, dans les cabinets, les salons, les académies ou les correspondances érudites2. Selon d’autres observateurs, le voyage à l’échelle du continent européen fut en revanche une expérience vécue avec intensité par des élites de plus en plus nombreuses et contribua à modifier les cadres et les modalités de la connaissance3. Afin d’éclaircir le débat, nous examinerons les justifications qui à l’époque furent données au voyage et évaluerons non seulement ce qu’elles doivent à la pensée dominante du temps, mais aussi l’influence que les apologistes et les détracteurs du voyage exercèrent sur celle-ci. En proposant de réfléchir sur les raisons du déplacement d’un pays à l’autre telles qu’elles sont évoquées au sein des écrits théoriques qui en font leur objet, nous rejoignons une interrogation qui est au fondement même de l’art de voyager. Les buts assignés au séjour en Italie, étape privilégiée pour les Européens effectuant leur Grand Tour et objectif souvent unique pour qui venait de France, ne se comprennent qu’en relation avec ceux qui étaient attribués au fait de voyager en général.

  • 4 Ces flux sont malheureusement difficiles à quantifier de façon précise. En ce qui concerne les voy (...)
  • 5 Cette vision était elle-même largement héritée du siècle précédent. F. Brizay a souligné la place (...)
  • 6 Cf. R. Foulché-Delbosq, Bibliographie des voyages en Espagne et au Portugal, Paris, Welter, 1896 ; (...)
  • 7 Le premier exemple donné par Jaucourt dans la section Éducation de son article « Voyage » est : «  (...)

3En apparence, les formes de l’attrait pour l’Italie n’ont guère subi de changement radical de perspective au cours du siècle des Lumières. Si les voyageurs voient plutôt leur nombre augmenter, tant du côté des plus humbles que dans les classes aisées4, la péninsule demeure jusqu’à la période révolutionnaire et même au-delà (surtout pour le second et le troisième aspect) le centre de la chrétienté, la terre des arts et le lieu idéal des souvenirs de l’Antiquité romaine5. Elle perd de son pouvoir de fascination en tant que pays du présent et espace politique offrant une palette variée de gouvernements, mais son attrait tend à se renforcer du point de vue artistique, dans la mesure où l’intérêt pour les paysages pittoresques s’ajoute à celui que suscitent depuis longtemps les oeuvres du passé et où la découverte des villes ensevelies près du Vésuve renouvelle le regard sur l’Antiquité. Les voyageurs qui laissent une trace de leur passage appartiennent dans les dernières décennies du siècle aux mêmes groupes sociaux que leurs prédécesseurs : à côté des pèlerins et des marchands continuent de se rencontrer sur les routes d’Italie des personnages fortunés accompagnés de leur suite ou des gens de savoir et de culture. Cette permanence vient de ce que le voyage en Europe garde d’un bout à l’autre du siècle sa fonction d’éducation des hautes classes. En valorisant l’expérience concrète contre le seul usage des livres, la pensée des Lumières renforce la tradition au lieu de l’altérer. Les destinations ont beau se diversifier et des flux plus réguliers de voyageurs se mettre en place vers l’Espagne ou le monde Scandinave à partir des années 17706, à côté des îles britanniques, de la France, de la Hollande et du monde germanique, l’Italie continue d’occuper dans le processus d’éducation promu par le Grand Tour une place privilégiée, dont témoigne en 1765 l’importance que lui accorde l’article « Voyage » de Jaucourt paru dans l’Encyclopédie7.

  • 8 De ce que le voyage doive être réglé, Rousseau nous donne un exemple éloquent : « Voyager pour voy (...)

4Il faut cependant se demander si le voyageur cultivé alla jusqu’au bout du siècle chercher en Italie ce qu’il savait déjà, ou si le contact concret avec la péninsule n’est pas à un certain moment devenu une occasion de renouveler le regard et d’acquérir des connaissances non transmises par les livres. Une évolution des attitudes d’enquête se décèle en effet au lendemain des années 1760 dans toute l’Europe. Par-delà la définition de Jaucourt, qui se concentre sur la finalité éducative, les objectifs des voyageurs aisés se mettent à présenter eux-mêmes une diversité que laisse mal deviner le schéma canonique de l’histoire littéraire, attentif à saisir la métamorphose du Grand Tour en voyage romantique. La promotion de la montagne et la découverte de la Grande Grèce, au Sud de la péninsule, constituent certes pour le voyage en Italie deux manifestations d’un changement majeur des attentes dans le dernier tiers du xviiie siècle. Mais il n’est pas indifférent que le nombre des traités et des discours d’académies savantes, des guides pratiques ou des instructions pour les hommes de science croisse de façon notable au cours de cette même période. À travers eux prend forme un argumentaire sur l’utilité des voyages, qui s’enrichit de certaines leçons oubliées de l’humanisme et fait la somme des arts de voyager du xvie et du xviie siècle. Affinant le propos esquissé depuis le début du siècle et multipliant les conseils sur la manière de tirer profit du déplacement, ces textes mettent en place à partir des années 1760 un dispositif ordonné8, où les désirs des moralistes rejoignent les préoccupations des voyageurs naturalistes et des administrateurs passionnés de statistiques. Au même moment se répandent des guides synthétiques et d’utilisation commode. Ces derniers dessinent un nouveau public, moins lent à découvrir et à déambuler que les gentilshommes du Grand Tour, plus proche du touriste moderne et de sa hâte à engranger les curiosités les plus remarquables de chaque nation européenne.

  • 9 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Genève, 1755, (...)
  • 10 Si la multiplicité des motifs concrets du voyage sera évoquée à la fin de ce chapitre à partir de (...)

5Les voyageurs dont ces écrits offrent le portrait en filigrane ne correspondent il est vrai qu’en partie à ceux qui quittèrent leur patrie. D’autres personnes continuèrent à aller à l’étranger sans se soucier du sens de leur voyage et sans y chercher autre chose que les objets propres à leur profession. Tel était le cas de la plupart des Marins, des Marchands, des Soldats et des Missionnaires, dont Rousseau évoque en 1755 les « voyages de long cours » afin de les opposer à ceux qui ont pour but l’étude des hommes et de leurs mœurs9. Les raisons qui poussèrent de tels hommes à se déplacer ne se confondent pas avec celles des lettrés et des rentiers. Pour rendre compte de la diversité des motivations du voyage en Italie dans le dernier tiers du xviiie siècle, l’historien ne saurait s’en tenir à l’étude d’instructions et de récits où le plus souvent se donnent à voir des élites qui reproduisent ou inventent des modèles de nature littéraire, appelés à se répéter en formant les figures du voyageur mondain ou du voyageur romantique. Il convient de considérer également des sources moins « construites », comme les livres de poste et les avertissements des guides où s’esquisse un voyageur moins exigeant, les demandes de passeports, les registres de passants, les cahiers de régents d’école ou les correspondances tant privées que professionnelles. Il est certes difficile de procéder à une étude systématique de l’intentionnalité de voyage, fût-ce sur un espace restreint comme celui qui s’étend du Dauphiné à la Lombardie en passant par la Suisse et le Piémont. En nous disant le métier d’hommes et de femmes issus de tous les groupes sociaux et les raisons pour lesquelles ils circulaient entre les Alpes françaises ou suisses et la plaine du Pô du début de la guerre de Succession d’Autriche à la fin du Premier Empire, les archives de police et celles des hospices frontaliers permettent pourtant de se demander si dans les motifs que l’administration enregistrait se retrouvent ceux que proclamaient les gens de lettres. Elles mettent à nu des nécessités du voyage que les textes théoriques marqués par les Lumières laissent volontiers dans l’ombre. En dépit de leur caractère fragmentaire, elles suggèrent un tableau du voyage en Italie à la fois plus varié et plus conforme à la réalité que celui offert par les seuls récits de lettrés. Une diversité de pratiques s’y découvre, depuis celles de pure jouissance ou de formation personnelle jusqu’aux missions destinées à servir la collectivité tout entière, sans parler des déplacements qu’engendrent d’antiques contraintes économiques ou les ruptures et les violences de l’événement révolutionnaire10.

Le débat sur le voyage comme « école de la vie »

  • 11 Tandis que Montaigne vivait au-delà des Alpes une expérience majeure, des contemporains comme Henr (...)

6Les écrits des gens de culture et de science n’en restent pas moins la voie royale pour tenter de repérer les infléchissements que subit autour des années 1760 une culture du Grand Tour dont l’Italie était le centre et où le voyage constituait le couronnement d’un vaste plan d’éducation. Compte tenu de la richesse des traditions qui sont propres au voyage dans la péninsule, il serait tentant de se limiter aux conseils prodigués en vue de ce seul périple. Les raisons du voyage en Italie s’éclaireront toutefois beaucoup mieux si nous nous plaçons au niveau plus général des attentes de l’homme des Lumières. Aussi considérerons-nous l’arsenal d’instructions et de traités où, des Essais de Montaigne souvent cités comme référence par les auteurs de la seconde moitié du xviiie siècle à l’Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie, publié par Berchtold en 1789, se développe dans la sphère intellectuelle ce qu’à bon droit nous pouvons appeler une science du voyage. Depuis longtemps ces textes variés, qui voient se côtoyer de brèves suggestions à l’usage des jeunes nobles, des définitions de dictionnaires, des dissertations académiques ou des préfaces de guides se distinguant encore à peine des récits de voyages, traduisent une tension entre la défense et illustration des voyages et l’évocation attentive de leurs dangers. Ils sont loin de s’appliquer toujours en propre à l’Italie, mais les voyageurs qui se rendent à Rome, à Naples ou à Venise étaient d’autant plus informés de cette tension que la péninsule fut fréquemment prise à témoin : elle faisait figure depuis le xvie siècle tantôt de lieu d’apprentissage et de formation, tantôt de terre où les jeunes gens risquaient de perdre leur âme11.

  • 12 Voir N. Doiron, op. cit., où l’auteur s’attache à reconstituer l’histoire de la réflexion théoriqu (...)
  • 13 Voici les titres de ces articles, présentés comme le début du compte rendu d’un ouvrage anonyme an (...)
  • 14 Charles César Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des (...)

7Après s’être manifestée autant au cours du siècle des grandes explorations qu’à l’aube de l’âge classique12, l’opposition entre un savoir appris dans les livres ou en restant chez soi et celui acquis par le déplacement physique avait précisément connu sa phase la plus critique au milieu des années 1720. À un moment où de multiples écrits attestaient l’engouement pour la lecture des relations de voyage, une série d’articles du Nouveau Mercure parus de mars à septembre 1721 mettait en garde contre les voyages « défectueux », coupables de ne pas permettre une connaissance plus exacte des pays éloignés que fréquentaient les Européens13. Appliquée tantôt aux récits de voyage, tantôt au voyageur lui-même, cette méfiance culmina avec la Lettre sur les Voiages de Béat de Murait, publiée sans nom d’auteur en 1725 et farouchement hostile au voyage d’instruction. La polémique qui s’ensuivit avait amené à rééditer en 1727 le traité de Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquitez procure aux sçavans, ouvrage initialement paru en 1686 et qui défendait avec non moins de passion les voyages d’instruction, le modèle alors dominant étant celui de la déambulation des antiquaires, dans lequel les élites allant en Italie se retrouvaient pleinement14.

  • 15 Ainsi A. Guyot a-t-il montré que le Bernardin de Saint-Pierre apologiste du voyage « immobile » hé (...)
  • 16 [Jean-Bernard Le Blanc], Dialogues sur les mœurs des Anglois, et sur les voyages, considérés comme (...)
  • 17 [Béat de Murait], « Lettre sur les voiages », op. cit., 1725, p. 490.
  • 18 Émile..., cit., p. 598 (Pléiade, éd. citée, p. 850).
  • 19 Pour Platon, seuls les hommes d’âge mûr, c’est-à-dire ayant dépassé la quarantaine, peuvent voyage (...)

8L’argumentaire des opposants au voyage s’avère doublement important pour comprendre à quel point en est arrivée la réflexion sur les voyages vers 1760. En premier lieu, la dénonciation de leur abus par Béat de Murait et son discours sur la nécessité de se former chez soi plutôt que d’aller courir le monde ont laissé des traces durables sur la pensée du siècle, sensibles dans l’Émile et que reprennent à leur compte tous ceux qu’influença Rousseau15. En second lieu, le texte de Béat de Murait lui-même participe d’une éthique de l’utilité des activités humaines. Tout en développant une vision classique, valorisant la connaissance intérieure de l’homme et la nécessité de se prémunir contre la corruption du monde, Murait assigne à l’éducation le même but que tous les apologistes des vertus du voyage, à savoir que l’esprit doit se former de la meilleure façon possible pour atteindre la vérité. Cette préoccupation se retrouve chez l’abbé Le Blanc quand il reprend les idées de Locke et dénonce les voyages au nom d’une exigence d’éducation16. Elle s’exprime plus nettement chez Rousseau. Là où Béat de Murait considérait que les voyages dispersent l’homme de son occupation essentielle, qui est d’apprendre à se connaître en cultivant « les vérités que le sentiment produit en lui »17 là où il n’y décelait qu’un expédient pour satisfaire le goût du luxe et des frivolités, vivre dans les apparences et faux-semblants et se faire honorer à son retour, Rousseau admet que trop de voyageurs reviennent de leurs expéditions « sans avoir rien vu de ce qui peut les intéresser, ni rien appris de ce qui peut leur être utile »18. Mais à l’inverse de Murait, cette mise en garde amène l’auteur de l’Émile à proposer une méthode pour que le voyage porte des fruits. À l’intérieur de la ligne hostile aux voyages et moyennant une série de réserves qui s’inspirent de Platon dans le Livre XII des Lois, en particulier au sujet de la maturité que doit avoir le voyageur19, le leitmotiv de l’utilité des voyages ne cesse de se renforcer et la critique contre ces derniers devient un moyen d’en défendre une pratique éclairée et fructueuse.

  • 20 « Il voyage dans les pays étrangers, / il a fait l’expérience du bien et du mal parmi les hommes » (...)
  • 21 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l’Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs (di (...)
  • 22 Manuscrit cité, p. 21. Resté dans les papiers de son auteur, ce texte auquel l’Académie de Lyon n’ (...)

9Tout en se fondant assez fréquemment sur la lecture des Essais de Montaigne (en particulier du livre III, chap. 9, « De la vanité »), le discours favorable aux voyages invoque volontiers dans la seconde moitié du xviiie siècle l’autorité des anciens et de la Bible. Baudelot de Dairval avait déjà rappelé en 1686, à partir des exemples de Platon et de la vie d’Apollonius par Philostrate, que l’Antiquité traitait les voyageurs comme des héros. Non sans faire par ailleurs allusion à l’Ecclésiastique20, il en citait plusieurs, dont Pythagore, qui ne donna de lois à Crotone qu’après plusieurs voyages. Près de quatre-vingts ans plus tard, l’abbé Gros de Besplas souligne à son tour ce que les historiens, les législateurs et les hommes de science de l’Antiquité ont dû à leur expérience des voyages21. Jaucourt reprend ce thème deux ans plus tard et le docteur Amoreux recourt en 1787 à Pline afin d’expliquer que les hommes ont comme les arbres sauvages besoin d’un changement de terre pour être améliorés22. Ces références aux anciens marquent un ancrage moral et la prééminence de la dimension éducative sur toute autre logique, qu’elle soit commerciale, politique ou administrative.

  • 23 En invitant le voyageur à « écrire sur un mémoire particulier, toutes les diverses fautes que l’on (...)
  • 24 Cette dimension du mensonge et du secret apparaît aujourd’hui encore à certains sociologues comme (...)
  • 25 N. Doiron cite à ce propos l’épître de Chapelain à Carrel de Sainte-Garde le 15 décembre 1663 : «  (...)
  • 26 Deux formules de Furetière, reprises par Trévoux, témoignent du primat accordé à la fin du xviie s (...)
  • 27 Bien qu’il propose au voyageur d’observer « le climat, les mœurs et les singularitez de chaque pay (...)
  • 28 Ainsi Jaucourt précise-t-il à propos de l’Italie que « les débris de cette Italie si fameuse autre (...)

10Une évolution n’en est pas moins sensible entre les deux moitiés du siècle. Jusqu’aux années 1750 l’emporte un modèle érudit et artistique forgé par les doctes du xviie siècle. Le « Mémoire pour les voyageurs » de Misson paru en 1691 autant que le Nouveau Mercure en 1721 montrent certes que le voyageur est censé jouer un rôle dans la demande de connaissances exactes en transmettant aux géographes les informations aptes à leur faire corriger les erreurs persistant dans leurs cartes23. Le discours de la première moitié du siècle des Lumières, Béat de Murait exclu, n’en considère pas moins le plus souvent les voyages comme des récits qui s’accumulent dans les bibliothèques et servent à susciter les commentaires ou le divertissement de leurs lecteurs. L’homme voyageur n’est que progressivement placé au cœur des préoccupations des apologistes du voyage. Recopiant la définition du Dictionnaire de Furetière, qui en 1690 mettait l’accent sur le caractère instructif des relations de voyage, le Dictionnaire de Trévoux propose du mot « Voyage » dès sa troisième édition de 1732 une signification qui s’en écarte sur un seul point. Ce dernier n’est cependant pas neutre, puisque se trouve ajoutée une phrase absente de Furetière autant que du Dictionnaire de l’Académie de 1694 : « Strabon dit que tout homme qui conte ses voyages est menteur ». Or, cette évocation du mensonge des récits de voyage est reprise et amplifiée par Jaucourt dans sa définition du « Voyageur » de l’Encyclopédie24. On peut y percevoir une volonté de contredire Béat de Murait en montrant que dans la critique des voyages ce ne sont pas les voyages qui doivent être remis en cause, mais uniquement les récits qui en sont faits, où les voyageurs « usent de peu de fidélité », « ajoutent presque toûjours aux choses qu’ils ont vues, celles qu’ils pouvoient voir » et finalement sont à la fois « trompés » par leurs propres lectures et « trompent leurs lecteurs ensuite ». Soucieuse de déceler dans les voyages une source d’enrichissement pour l’homme, la critique ne s’exerce que contre leur formulation littéraire, dominante depuis la seconde moitié du xviie siècle25. Elle vise la pratique livresque de récits d’où découle alors une grande part de la connaissance des autres peuples26. La recherche antiquaire dont Baudelot de Dairval faisait le principal motif de l’intérêt d’un périple à l’étranger27 tend de son côté, sans disparaître totalement28, à céder du terrain au profit d’une vision plus humaniste et plus actualisée de l’expérience du voyageur.

  • 29 Nous ne devons pas oublier qu’à côté de Montaigne les textes de navigateurs ou de cosmographes com (...)
  • 30 « Instructions... », déjà cité, dans Le Nouveau Mercure, sept. 1721, p. 8.
  • 31 Amoreux, manuscrit cité, p. 71. Cf. aussi Jaucourt, pour lequel le voyage est une école de la vie (...)
  • 32 Émile..., cit., p. 574 et 575 (Pléiade, éd. citée, p. 826 et 827).
  • 33 Jaucourt, art. « Voyage », déjà cité.
  • 34 Amoreux estime que la lecture de la Cyropédie de Xénophon et du Télémaque de Fénelon, et plus géné (...)
  • 35 Pour Gros de Besplas, l’âme au cours des voyages ne languit pas comme dans les écoles (op. cit., p (...)
  • 36 Gros de Besplas, op. cit., p. 17 ; Berchtold, op. cit., t. 1, p. XII ; Amoreux, manuscrit cité, p. (...)

11Ainsi, vers le milieu du xviiie siècle, le déplacement est redevenu aux yeux de la grande majorité des apologistes du voyage ce que Montaigne et certains de ses contemporains voulaient qu’il fût, une « école de la vie » où jeunes et vieillards sont censés apprendre, selon les mots de Jaucourt, « la diversité de tant d’autres vies »29. L’expérience suppose le contact avec le réel et le voyage ne doit plus seulement être « agréable & utile au public » lorsque revient le voyageur30. Il lui faut être une épreuve personnelle, qui au passage rend les jeunes hommes robustes et adroits en raison des fatigues physiques qu’ils y affrontent31. Rousseau ne dit pas autre chose lorsqu’il vante les voyages à pied. Il proclame surtout, à la suite des explorateurs du xvie et du début du xviie siècle, que « l’abus des livres tue la science » et qu’« en fait d’observations de toute espèce il ne faut pas lire, il faut voir »32. La lecture ne saurait plus suffire. Ainsi que l’écrit Jaucourt, les voyages sont « un genre d’étude auquel on ne supplée point par les livres, & par le rapport d’autrui ; il faut soi-même juger des hommes, des lieux, & des objets »33. Même si le docteur Amoreux prône encore l’éducation par les livres en 1787, du moins pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer34, il reconnaît longuement, en digne épigone de Rousseau, le primat de l’observation directe. L’érudition, sans être exclue, a perdu sa prééminence, et tandis que la curiosité pour l’histoire naturelle et les arts mécaniques se développe, la leçon des voyages est de plus en plus opposée à celle des cabinets et des écoles35. Assurant un contact direct avec les objets du savoir, le déplacement offre pour Gros de Besplas « de toutes les preuves de la vérité, la plus sure, [qui] est celle des yeux ». Il permet, selon Berchtold, « une instruction que les meilleurs écrits ne donnent pas ». Le docteur Amoreux lui-même y voit un moyen de faire participer les jeunes gens issus du peuple à un plan d’éducation général, car au cours de leur mission à l’étranger ces derniers seront « plus instruits par l’exemple que par les livres qu’ils ne lisent point »36.

  • 37 Ce sont là, point part point, des arguments qu’avaient énoncé Béat de Murait pour les combattre, c (...)
  • 38 Manuscrit cité, p. 21. Gros de Besplas affirme de son côté que ce sont les voyageurs qui corrompen (...)

12Par-delà l’éloge des sens, où la défense des voyages trouve un nouveau départ, les justifications qui avaient prévalu à la fin du xviie siècle ne sont assurément pas oubliées. La première de celles-ci concerne l’utilité morale. Censés fortifier les talents et corriger les défauts de celui qui part, les voyages demeurent chez l’ensemble des moralistes, de Rousseau aux abbés Gros de Besplas, Le Blanc ou Delille, chez le docteur Amoreux et même aux yeux de Berchtold, la source des « nouvelles perfections » qu’y célébrait Baudelot de Dair-val et le moyen d’acquérir sur le plan personnel de la sagesse, du mérite et des vertus. Contre la vision pessimiste de Béat de Murait, dont la Lettre sur les voiages est en quelque sorte la mauvaise conscience du siècle, les plus optimistes comme Gros de Besplas répètent que dans les voyages se forment l’esprit, le caractère et les bonnes mœurs, tandis que l’âme s’agrandit grâce au « polissage » réciproque des peuples, aux beaux traits sous lesquels l’humanité se montre au voyageur, au contact que ce dernier aurait avec les mœurs simples et solides du laboureur bien plus qu’avec la ville chargée de vices37. Conformément aux leçons de Platon, chacun reconnaît que le voyageur doit être doté avant de partir de solides qualités morales pour que ses déambulations lui procurent, selon les mots d’Amoreux, « de l’amendement à l’esprit »38.

  • 39 Gros de Besplas, op. cit., p. 13 et 20.
  • 40 Manuscrit cité, p. 63.
  • 41 « Il n’y a point de méthode qui paroisse plus propre à agrandir nos connoissances sur l’Histoire N (...)
  • 42 À l’instar de Baudelot souhaitant que par les voyages se perfectionnent les connaissances, se répa (...)
  • 43 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 1, p. 47.
  • 44 « La variété des objets, estime Amoreux, suffiroit à instruire le voyageur le moins attentif » (ma (...)

13Persiste aussi, et c’est le second caractère traditionnel, l’attribution aux voyages d’un rôle moteur pour l’accroissement des connaissances, où l’apologétique chrétienne trouve d’emblée sa place. Pour Gros de Besplas les voyages ont fourni jadis « de puissantes armes au christianisme » et c’est parce qu’il n’a pas encore eu la révélation de l’Apocalypse que l’homme est contraint de se déplacer et de fouiller la terre muni de son marteau, seule façon de connaître une nature « pleine de vie », qui toujours « veut me parler de son Auteur, m’élever, me ravir »39. À cette exclamation fait écho la confiance du docteur Amoreux, dont l’élève au cours de ses voyages « aura sans cesse occasion de voir le doigt du créateur empreint sur toutes les merveilles de la nature, qui sont son ouvrage »40. Même si la visée de Lettsom (1744-1815) est plus circonscrite lorsqu’il dit que le voyage est à ses yeux le seul moyen d’agrandir les connaissances dans le domaine de l’histoire naturelle41, les auteurs du second xviiie siècle continuent de renvoyer le déplacement à un savoir universel, complément d’une éducation dont les implications demeurent largement érudites ou morales42. De la vision de Baudelot de Dairval, indiquant que le voyage est stimulant parce que l’on préfère écrire « ce qui s’apprend ailleurs lorsqu’on [...] est absent [de chez soi] »43, à celle d’Amoreux, pour lequel nos idées s’agrandissent et notre vision s’élargit par la variété des objets44, le discours sur le voyage comme moyen de connaissance a peu changé de nature.

  • 45 Gros de Besplas, op. cit., p. 41 ; Amoreux, manuscrit cité, p. 56-57 ; Delille, op. cit., p. 8 ; D (...)

14Vivement réfutée par Béat de Murait, l’idée classique d’un usage mondain des voyages traverse de son côté le siècle. Les auteurs d’après 1760 estiment encore que les voyages rendent illustre celui qui devient « l’Ambassadeur de sa Patrie auprès des autres Peuples », et qu’ils sont l’occasion de faire montre à l’étranger des talents agréables que l’on possède, tels que la musique ou la danse. Au retour, grâce aux connaissances accumulées, le récit de cette expérience permet de briller en société et donne à la conversation « le charme piquant de mille traits divers ». Diderot lui-même évoque le plaisir qu’auront ses concitoyens à écouter le voyageur à son retour, du moins s’il s’est conformé aux préceptes qu’il donne45.

  • 46 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 2, p. 703.
  • 47 Gros de Besplas, op. cit., p. 3 ; Delille, op. cit., p. 17. Cf aussi Jaucourt : « Les voyages éten (...)
  • 48 Tout en citant Platon sur l’utilité des voyages pour instruire au retour les compatriotes, Baudelo (...)
  • 49 Amoreux, manuscrit cité, p. 73.

15Derrière ces permanences et l’apparente continuité d’une logique de sociabilité issue de la morale de cour, l’expérience du voyage acquiert cependant dans les dernières décennies du xviiie siècle une signification nouvelle par rapport à celle que lui donnait Baudelot de Dairval. Terrain depuis longtemps de l’expérience et de l’action contre la spéculation et la contemplation, elle ne sert plus seulement à multiplier le nombre des témoins pour permettre d’« ajouter quelque foy » aux écrits de précédents voyageurs46. Elle a toujours pour but de lutter contre les préjugés et de « connoître les Citoyens de l’Univers », mais c’est pour assurer un jugement complet des différentes parties de l’homme et dissiper en voyant d’autres peuples « les ombres mensongères » qu’on reçoit dans son pays natal47. Elle participe en outre d’un processus de construction de la connaissance qui n’engage plus le seul sujet. Si le devoir d’être utile à la société, certes présent chez Platon, n’était que faiblement évoqué par Baudelot de Dairval48, nul ne doute désormais, de Rousseau à Berchtold en passant par Lettsom, que les lumières recueillies doivent au retour servir « pour les autres et non pour soi »49.

  • 50 Lettsom, op. cit., p. V.

16Il s’agit bien de guider le voyageur afin qu’il sache comment « s’instruire de ce qui peut être d’une utilité générale »50. Rousseau lui demande d’étudier les habitants pour voir ce qui distingue les nations, de connaître les institutions politiques en vue de comparer les droits et devoirs des citoyens, d’approcher les hommes et les mœurs par les conformités et par les différences afin de ne pas sombrer dans l’indifférenciation à laquelle procèdent certains philosophes qui croient que l’homme est le même partout. Quoique encore assez générique, ce projet prouve que l’argument de l’expérience sensible hérité du xvie et du début du xviie siècle s’est enrichi sur le plan intellectuel de nouveaux buts moraux et politiques, différents de ceux de l’époque classique. La perspective traditionnelle du voyage d’éducation subsiste, mais la déambulation n’est pas aussi circulaire qu’on l’a dit et elle n’apparaît plus motivée par le seul souci de revenir chez soi. Elle s’inscrit au contraire dans un programme articulé qui ouvre la voie à des formes de voyage de plus en plus spécialisées.

Comment rendre le voyage réellement profitable ?

  • 51 Voir sur ce point J. Céard, F. Charpentier, G. Mathieu-Castellani, La curiosité à la Renaissance, (...)

17Tandis qu’au fil du siècle s’amenuisent les obstacles intellectuels issus de tout un courant de l’humanisme qui condamnait la curiosité comme attention à l’inessentiel51, le discours moral et éducatif sur les raisons d’accomplir des voyages est peu à peu rattrapé par un discours d’une autre nature, qui concerne la manière de se déplacer afin d’en tirer pleinement profit. À l’élaboration de ce dernier participent les poètes et les littérateurs, mais les détails sont souvent d’ordre technique et intègrent un savoir pratique. Aussi rencontrons-nous à côté d’hommes de lettres relevant souvent d’un esprit mondain un nombre croissant d’auteurs qui sont en train de vivre un processus de professionnalisation dans un domaine précis, de la botanique à la minéralogie et de la médecine à la statistique. Prenant en compte de nouvelles exigences géographiques et sachant que désormais les voyageurs peuvent diffuser certains acquis de la révolution scientifique du siècle précédent par le biais d’instruments de mesure tels que la boussole, l’astrolabe et la montre, les auteurs d’instructions destinées à de longues et patientes missions, les administrateurs et même à leur façon les rédacteurs de guides et de manuels à l’usage de voyageurs pressés, font tous émerger dans le dernier tiers du xviiie siècle des justifications plus spécifiques du voyage. Sans le détruire frontalement, ces dernières sapent le modèle de voyage des élites du Grand Tour et ont diverses répercussions sur la manière de concevoir le déplacement à l’intérieur de l’Italie.

  • 52 Op. cit., t. 1, p. 8, et t. 2, p. 717.
  • 53 Les citations proviennent du Nouveau Mercure, mai 1721, article déjà cité, p. 3-4.
  • 54 54Émile..., cit., p. 580 (Pléiade, éd. citée, p. 832). De nombreuses variations sur ce thème se re (...)
  • 55 Gros de Besplas, op. cit., p. 57.
  • 56 Manuscrit cité, p. 32-34 et 26-27. N’oublions pas qu’Amoreux traite non seulement le voyage en hom (...)

18Le premier pas vers la constitution d’un tel discours n’est pas totalement novateur, puisqu’il concerne les qualités personnelles requises avant le départ. Baudelot de Dairval demandait déjà que le voyageur soit « intelligent », « habile à s’informer » et veuille « enrichir sa mémoire, & éclairer son esprit »52. Et à sa suite l’on souhaitait au début du xviiie siècle que ne partent en voyage que des « esprits distingués » ou des jeunes gens « sages et bien faits », « bien élevez & curieux », capables de réflexion et trouvant « dans chaque chose des agrémens assez grands pour adoucir les fatigues du voyage »53. De semblables exigences subsistent sous la plume de Rousseau, de Gros de Besplas, de Diderot ou plus tard d’Amoreux. L’inspiration une nouvelle fois vient de Platon : les voyages ne conviennent « qu’à très peu de gens [...] hommes assez fermes sur eux-mêmes pour écouter les leçons de l’erreur sans se laisser séduire, et pour voir l’exemple du vice sans se laisser entraîner »54. Un débat cependant se fait jour. Si celui qui part doit présenter des garanties, ne pas risquer d’avoir les préjugés de son état et être enclin, selon le vœu de Rousseau, à mener des recherches qui tout en paraissant de pure curiosité témoignent du souci de philosopher, dans quel rang de la société le choisir ? Gros de Besplas opte pour les hommes « du rang intermédiaire », que n’aveuglent ni l’excessive fierté des nobles, ni la trop grande timidité du peuple55. Amoreux est plus circonspect car il pense que le voyage a une utilité dans tous les rangs de la société. Tout en jugeant que les riches doivent être accompagnés d’un gouverneur, puis d’un mentor, il insiste sur une bonne éducation acquise dès le jeune âge et l’intérêt de ne commencer les voyages qu’au terme des études, lorsque les dispositions de l’esprit et du corps s’avèrent favorables à une telle entreprise56.

  • 57 J.-F. Bernard, « Essai d’instructions pour voyager utilement... », dans Recueil de voyages au Nord (...)
  • 58 Diderot, Préliminaire..., cit., p. 365-368 ; Lettsom, op. cit., préface, p. i-xxii ; Amoreux, manu (...)
  • 59 Le chevalier de Robilant juge ainsi qu’une bonne santé est nécessaire pour affronter les montagnes (...)
  • 60 Ces disciplines sont les suivantes : la géographie, l’histoire, la physique, l’histoire naturelle, (...)

19Les savoirs nécessaires au voyageur sont ensuite précisés. On retrouve assurément chez Diderot, Lettsom, Amoreux, Berchtold ou Robilant les grands domaines désignés au début du siècle par Jean-Frédéric Bernard ou par l’ouvrage anonyme dont le Nouveau Mercure publie le compte rendu : l’Histoire Naturelle, le Commerce, la Géographie, le Dessin et l’Astronomie57. La capacité à mesurer les distances, à situer les lieux sur des cartes et à observer les curiosités de l’histoire naturelle tend toutefois à faire place à un éventail de connaissances plus large et le primat accordé aux mathématiques et au dessin, sans pour autant être relégué au second plan, se double d’une série de savoir-faire indispensables pour réaliser une enquête fructueuse. Il est demandé au voyageur de connaître l’histoire de son pays et celle du pays qu’il visite, de savoir s’entretenir avec des hommes instruits, de posséder des capacités de description et d’exposition des idées, d’être en mesure d’écrire de façon lisible et rapidement, de savoir classer les objets et d’être capable de discerner le vrai du faux, d’apprendre la langue du pays visité, d’avoir des notions de médecine et de pratiquer la natation pour pouvoir se soigner soi-même ou secourir les autres58. Dans tous les cas, le voyage serait inutile s’il n’était précédé de l’acquisition d’un bagage tout à la fois théorique et pratique59. En une période où prolifèrent les plans de réforme de l’éducation, on ne s’étonnera pas que le docteur Amoreux réclame pour le jeune homme un raccourcissement du temps de présence au collège et un renforcement des « objets d’étude qui doivent lui devenir les plus nécessaires ou les plus agréables dans ses voyages »60.

  • 61 [Jean David] Michaelis, Les Voyageurs savants et curieux ou Tablettes instructives, & Guide de ceu (...)

20La volonté de rendre la déambulation plus profitable que par le passé amène enfin à édicter des règles précises pour le voyage. Bien que les instructions de Michaelis s’adressent en 1768 à des savants en partance pour une contrée lointaine, en l’occurrence l’Arabie, les deux « secours » dont leur auteur estime que ceux qui sont allés dans cette partie du globe ont jusqu’alors manqué sont révélateurs de l’évolution générale de la façon de se déplacer. Le premier a trait aux langues étrangères, qui en amenant à écrire correctement les noms de la Géographie et de l’Histoire Naturelle permettront de comparer plus aisément les données que les différents explorateurs rapportent, le second aux instructions, dans lesquelles un auteur dirige le voyageur et détermine « par des questions précises [...] les sujets sur lesquels on souhaiteroit d’être éclairci »61.

  • 62 J.-B. Labat, Voyages du P. Labat, de l’ordre des FF. prêcheurs, en Espagne et en Italie, Paris, J. (...)
  • 63 La première édition du Solenissimo Vochabuolista en 1477 était bilingue, italien et allemand, les (...)
  • 64 Outre une carte et une description des monnaies de chacun des pays dont il traite, les volumes du (...)
  • 65 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 2, p. 718 ; Misson, « Mémoire pour les voyageurs », op. cit., éd (...)

21Le problème de la langue, auquel Michaelis s’intéresse pour sa fonction d’auxiliaire de la démarche scientifique, est en fait depuis longtemps d’actualité. Bouchard manifestait dès 1631 une sensibilité aux mots locaux lors de son séjour à Naples et le Père Labat ne manquait pas de proclamer en 1706 qu’il faut « savoir la langue du pays où l’on se trouve, ou se résoudre à n’avoir communication avec presque personne ». Ce dernier ajoutait qu’il avait eu assez de peine à obtenir qu’en dépit de son âge les petits clercs à son service reprennent ses erreurs, mais qu’en définitive il leur fut « redevable de la plus grande partie de ce que je sais de cette langue »62. Ajoutons que les dictionnaires pratiques plurilingues avaient connu depuis le début du xvie siècle un grand succès à travers toute l’Europe, attesté par les 89 éditions répertoriées du Solenissimo Vochabuolista entre 1477 et 1636 et les 150 éditions du dictionnaire de Berlaimont entre 1530 et 175963. Si les guides de Jouvin de Rochefort ou de Miselli contenaient dans la seconde moitié du xviie siècle des dialogues en langues étrangères annonçant le vocabulaire en six langues que l’on trouve dans le Viaggiatore moderno en 177564, il n’était cependant pas question de dépasser une dimension purement utilitaire. En 1686 Baudelot de Dairval suggère non de parler la langue étrangère mais d’enquêter sur elle, et en 1691 Misson demande d’avoir recours à des maîtres de langue pour visiter les monuments ainsi qu’à des valets sachant bien la langue du pays, ce qui prouve implicitement que le voyageur n’entendait pas lui-même la pratiquer65.

  • 66 Diderot demande que si le voyageur ne parle pas la langue du pays, « du moins qu’il l’entende » (P (...)
  • 67 Jean-Dominique Cassini, Manuel de l’étranger qui voyage en Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1778, p. (...)
  • 68 Pons-Augustin Alletz est ainsi l’auteur présumé de Dialogues en françois et en latin, pour servir (...)
  • 69 Le Manuel du voyageur parut pour la première fois à Berlin en 1799, en français et en allemand, à (...)
  • 70 Du prestige persistant de l’italien témoigne ce passage du Dictionnaire de Trévoux, que l’on n’a p (...)
  • 71 Qu’on songe à la diatribe de Béat de Murait contre ceux qui lisent les livres dans les pays étrang (...)

22Parallèlement aux théories qui prônent une éducation plus concrète, les auteurs d’instructions ou de traités du second xviiie siècle soulignent en revanche pour les déplacements en Europe la nécessité d’une connaissance minimale, au moins passive, de la langue des pays visités66. Ils sont de plus en plus nombreux à demander que le voyageur puisse se faire entendre des étrangers, arguant du fait que l’on s’instruit « plus encore en interrogeant qu’en regardant » (Cassini) et que la langue du pays aide à « gagner la bienveillance des naturels » (Berchtold)67. Jugée indispensable pour le commerçant et le militaire, surtout en temps de guerre68, la pratique des langues étrangères doit aussi favoriser le voyage des élites de la fin du siècle. De cet intérêt témoigne le Manuel du Voyageur de Madame de Genlis, qui offre des dialogues en plusieurs langues destinés à résoudre les besoins quotidiens de l’homme ou de la femme de société à l’étranger69. C’est qu’à l’instar de l’italien depuis le milieu du siècle70, le français a perdu sa dimension de langue internationale. Pour circuler autant avec commodité qu’avec profit dans l’Europe révolutionnaire et post-révolutionnaire les différentes langues nationales sont devenues indispensables, là où quelques décennies plus tôt on se contentait de lire dans les pays étrangers les livres en latin, en italien ou en français qui s’y trouvaient71.

  • 72 Lettsom, op. cit., p. V.
  • 73 Description historique de l’Italie en forme de dictionnaire, La Haye, Pierre Gosse, 1776, avertiss (...)

23De son côté le développement des instructions représente un tournant dans la stratégie du voyage. Celles-ci se rattachent non seulement à l’idée que le voyage se prépare mais aussi à un processus de rationalisation du déplacement. Le voyageur doit faire de son temps « un emploi judicieux & utile », annonce John Coakley Lettsom, et éviter que ne se perdent « quantité d’objets précieux et utiles [...] pour le public »72. Aussi le Voyageur naturaliste de Lettsom ou l’Agenda du voyageur géologue de Saussure retracent-ils avec force détails à la fois les méthodes à suivre et « toutes les recherches dont on doit s’occuper » en vue de contribuer à l’accroissement des connaissances dans un domaine donné, comme par exemple la théorie du globe. Pour ce faire, l’instrument doit être commode et maniable, à la façon des guides qui au même moment rassemblent en un ou deux volumes sur un pays comme l’Italie « tout ce qu’il [le voyageur] en doit savoir »73.

  • 74 Misson conseille dès 1691 de faire provision de cartes avant de partir, puis de « les faire entoil (...)
  • 75 Berchtold, op. cit., « Effets que doit avoir avec soi un voyageur », t. 1, p. 79-84 (mais aussi di (...)

24Le travail de guidage auquel se livrent les instructions se situe en premier lieu au niveau de l’équipement. L’élément de base en est l’itinéraire, complété par des cartes géographiques, par des précis sur l’histoire des pays où l’on se rend et quelquefois encore par les récits de voyage antérieurs. Mais le voyageur ne doit pas seulement savoir où il va. On lui rappelle de quels outils et instruments de mesure il lui faut se munir pour procéder à ses observations – la montre, le thermomètre et le baromètre constituant le minimum indispensable pour des non spécialistes. Berchtold et Saussure sont d’une précision qui pour n’être pas totalement nouvelle74 n’en témoigne pas moins d’un grand scrupule : les cartes seront collées sur une toile, les papiers et dessins transportés dans un portefeuille en cuir de Russie parce que ce dernier ne craint pas l’eau, le crayon pour écrire les notes sera « de soudure d’étain » afin que l’on n’ait pas à le retailler sans cesse, l’encre et la plume s’imposeront au moins lors de la rédaction du journal de voyage le soir. Pour le voyageur en plaine Berchtold songe aux vêtements les plus adaptés et même à la forme des malles, n’oubliant ni la typologie des personnes auxquelles il convient d’adresser des lettres de recommandation ni les verrous de sûreté pour se prémunir contre les voleurs dans les hôtels. Soucieux de la survie matérielle du géologue au milieu des montagnes, Saussure dresse une liste des effets et de la nourriture à emporter qui préfigure celles dont se servent aujourd’hui les adeptes de l’alpinisme75.

  • 76 Berchtold, op. cit., t. 1, p. 19.
  • 77 W. Davison, Profitable Instructions : Describing What Special Observations Are to be Taken by Trav (...)
  • 78 Cassini, Manuel..., cit., p. vi.
  • 79 Rousseau, Émile..., cit., p. 603 (Pléiade, éd. citée, p. 855).
  • 80 Rousseau, ibid., p. 576 (Pléiade, éd. citée, p. 828) ; Cassini, Manuel..., cit., p. 10 ; Gros de B (...)
  • 81 Op. cit., t. 1, p. 185.

25La seconde préoccupation est que le voyageur connaisse « les objets de ses recherches »76. Il n’est assurément pas inédit d’énumérer les curiosités que doit considérer le voyageur. Dès 1633 William Davison avait rédigé un répertoire des sujets à examiner, et de Baudelot de Dairval à l’abbé Prévost en passant par le catalogue que dresse Misson d’une cinquantaine de « choses dont on peut souhaiter d’estre instruit ; en arrivant dans chaque Ville, & par tout en chaque Païs », des listes sont établies, qui illustrent la diversité des curiosités dans la première moitié du xviiie siècle77. Mais au milieu du siècle croît le souci de la méthode à suivre pour s’instruire plus efficacement en traversant les différents pays. Certains textes demandent d’être sélectif, de ne s’arrêter qu’aux objets d’histoire naturelle ou « qu’aux belles choses et [de] passer rapidement sur tout le reste »78. D’autres sont plus exhaustifs et orientent l’attention vers l’histoire naturelle, le gouvernement, les arts et les hommes79. La plupart des auteurs exigent surtout que le voyageur apprenne « l’art de penser » (Rousseau) et celui « de bien voir » (Cassini). On le supplie de se servir de ses yeux, de vérifier les faits et d’examiner avec soin sur quels fondements ils reposent (Gros de Besplas). On le prie de ne pas juger trop vite et d’éviter les généralisations hâtives (Diderot). On lui demande de tenir compte de tous les témoignages, y compris oraux (Lettsom), ainsi que de s’astreindre à des recherches « soigneuses » en vue de prendre des « notions exactes » (Berchtold)80. Pour que le voyageur même non savant sache comme le voulait déjà Bernard « de quelle maniere il doit s’y prendre dans ses Recherches »81 est enfin généralisé le système des « questions », que Michaelis voulait longues et circonstanciées, mais qui au fil des instructions se font de plus en plus concises et constituent dans leur sécheresse la garantie que le voyageur ne s’égarera pas.

  • 82 On connaît la distinction qu’opère Rousseau entre le curieux qui voyage pour « voir du pays » et l (...)
  • 83 C’est que l’Essai... de Berchtold (déjà cité) et les Questions de statistique à l’usage des voyage (...)
  • 84 Vantant la précision du géomètre, Saussure juge qu’il faut « minuter, pour ainsi dire, les questio (...)
  • 85 Diderot, Préliminaire..., cit., p. 367-368.
  • 86 « Il seroit aussi bien important que le Naturaliste tînt un journal, dans lequel il feroit mention (...)
  • 87 Très nombreuses sont les remarques sur ce point, du Voyageur de Lettsom à l’Agenda de Saussure, de (...)

26De même que les textes de Rousseau ou de son épigone le docteur Amoreux traduisent un intérêt de plus en plus marqué pour la connaissance des hommes et des peuples82, de même les instructions sous forme de questions nous portent vers des curiosités de plus en plus nettement scientifiques ou économiques et sociales. Tout en se voulant globales, celles de Berchtold ou de Volney excluent des pans entiers de la curiosité habituelle des voyageurs, à commencer par les œuvres d’art83. Pour l’ensemble des auteurs retenus, la curiosité n’a en fait désormais de sens que si l’enquête sur le terrain est menée de façon rigoureuse84. Les instructions disent ainsi comment obtenir des informations et les engranger. Le voyageur doit tout d’abord, selon le vœu de Diderot, écouter beaucoup et parler peu. Pour distinguer ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, il importe ensuite de se méfier des ignorants autant que de sa propre imagination et de sa mémoire défaillante85. La prise de notes est enfin primordiale et de Lettsom à Saussure et même chez le peintre Valenciennes tous les auteurs se retrouvent pour demander que l’écriture du journal soit l’objet de la plus extrême attention86. Un soin comparable préside chez les artistes à l’individualisation des éléments du paysage et chez les géologues à la cueillette des cailloux. Il ne suffit pas pour ces derniers de les reconnaître, il faut également choisir les échantillons en pensant à leur utilité pour les musées, avoir la prudence de les déposer dans des sacs de cuir jusqu’aux haltes, savoir ensuite les emballer et les étiqueter, enfin connaître l’art de les disposer dans des caisses en vue de leur expédition87.

  • 88 Gros de Besplas, op. cit., p. 8-9, 21 et 41.
  • 89 Ibid., p. 28-31.

27À ce point l’acte de voyager se charge d’une connotation qui rompt avec le rituel pédagogique du Grand Tour. Bien que Berchtold prétende faire un Essai utile à l’universalité des hommes et viser le bien public, son texte prolonge une tradition qui n’inscrit pas vraiment le déplacement dans l’idée d’un savoir gratuit, fondé sur le libre accroissement de la culture des individus. Dès les années 1760 le voyageur est déjà, selon l’abbé Gros de Besplas, chargé de redresser la vérité malmenée par l’historien et d’exercer avec « beaucoup d’habileté » une fonction de surveillant. Il lui faut se mêler « adroitement à la foule, parmi ce Peuple qui ne sçait pas écrire, mais qui ne ment pas, puisant les faits dans leur source ». Le même auteur demande qu’il « sonde sans crainte le gouvernement, [...] l’étudie, le pénètre, [...] s’insinue dans les secrets de la Cour, en enlève jusqu’aux anecdotes [...] ». Commettant dans les nations étrangères des « sortes de vols », ceux qui se déplacent deviennent des « aigles audacieux » qui enlèvent des régions les plus reculées « un ample butin qu’ils apportent sous le Ciel d’où ils s’étoient élancés », voire d’« habiles Plongeurs des Mers [...] écartant avec habileté les monstres, pour n’emporter des abîmes que les rares plantes, les précieuses coquilles »88. On ne s’étonnera pas de voir que Gros de Besplas suggère aux jeunes officiers d’aller s’instruire « de la position des Pays » pour acquérir la science profonde des lieux qui fait les grands chefs militaires89. Utiles aux savants et aux érudits, aux poètes et aux princes, les voyages servent aussi à faire la guerre.

  • 90 « Dans des États entiers, où germent leurs leçons [celles des voyages], / Souvent ils ont produit (...)
  • 91 Berchtold, op. cit., t. 1, p. 36-47, 12 et 47-50.

28Une approche tout aussi offensive traverse 1 éloge que les partisans de la liberté du commerce adressent dans les mêmes années aux Anglais. L’abbé Delille en témoigne lorsqu’il indique dans son Épître sur les voyages de 1765 comment ces derniers peuvent féconder la prospérité90. Mais c’est Berchtold surtout qui diffuse la théorie du voyageur en tant qu’espion. Dans la section de son essai intitulée « De l’information et des moyens de l’obtenir », il n’hésite pas à tracer le portrait idéal d’un étranger qui déguise sa condition et feint de ne pas être en train d’enquêter pour obtenir le plus grand nombre possible d’informations. Ailleurs il invite à écrire par abréviation et avec un alphabet à soi « pour cacher les matières importantes ». Si grande est sa méfiance qu’il conseille même de ne pas porter son journal avec soi à cause des risques de vol91. À cette logique de l’espionnage industriel répond l’ambiguïté des expéditions de Bonaparte en Italie et en Égypte, dans leur double dimension de conquête militaire et de contribution à l’augmentation du savoir scientifique et artistique.

Diversité des voyages, diversité des motivations

  • 92 Op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 199-200.
  • 93 Manuscrit cité, p. 17.

29Au fil des justifications de plus en plus concrètes qui sont données des voyages, nous mesurons le chemin parcouru depuis le début du siècle. Du projet d’accumuler les connaissances en vue de se former soi-même, la culture de la curiosité a glissé vers un souci du bien de l’humanité qui n’exclut pas l’esprit de concurrence entre les nations. Si la préoccupation antiquaire et érudite continue de figurer en bonne place dans le modèle de voyage que Jaucourt décrit pour l’Encyclopédie, diverses attaques ont entamé le prestige du Grand Tour, à commencer par la dénonciation de Rousseau. Se démarquant de l’éloge des pérégrinations dépensières du jeune ou moins jeune noble, auquel Misson demandait précisément de « faire belle dépense » pour être « respecté de tout le monde »92, le docteur Amoreux croit devoir vanter en 1787 des formes de voyage traditionnelles, mais que marque l’esprit d’économie, depuis les pérégrinations du négociant à celles qui sont le fait « d’artisans, de soldats, de matelots et de laboureurs »93. D’autres pratiques, à la fois plus cultivées et plus novatrices, s’imposent néanmoins d’entrée de jeu à la lecture des instructions et arts de voyager de la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 94 Un voyageur, selon les « Instructions... » commentées dans le Nouveau Mercure en septembre 1721, « (...)
  • 95 Lettsom, op. cit., p. xx et 136-138 ; Saussure, op. cit., chap. 3 à 21.
  • 96 Déjà Baudelot de Dairval indiquait que la diffusion des sciences dépendait des voyages : « Aujourd (...)

30La première concerne le voyage des savants. Il n’était certes pas nouveau d’inviter l’homme de lettres à s’arrêter en chemin pour observer toutes sortes de curiosités94, mais en relation avec les formes que prend alors la diffusion du savoir scientifique les médailles, monnaies et bizarreries de la nature ont peu à peu fait place après 1750 à des séries d’objets que l’on s’est mis à classer et à étiqueter en vue de les faire servir à une théorie de l’évolution du globe. La manière de les regarder s’est modifiée en conséquence. Lettsom recommande de scruter la forme des plantes avec « les soins les plus particuliers » et 1’« attention la plus minutieuse », puis il suggère de décrire les cailloux et minerais sans rien omettre de leur position et du contexte où ils se trouvent. Vingt ans plus tard, Saussure indique chacun des aspects de la nature – les fentes, les vallées, les divers types de montagnes – sur lesquels le voyageur géologue devra faire ses « observations »95. Précis et concrets, orientés vers un travail de catalogage et d’empaquetage, les conseils à l’usage du savant supposent une lutte, un corps à corps pour extirper et mettre à la lumière les secrets de la terre. De Gros de Besplas à Berchtold, nul ne doute que les sciences aient besoin des voyages pour s’accroître96. L’utilité générale qu’on s’accorde à leur reconnaître a des retombées dans le domaine de l’économie. Le voyage doit aussi s’effectuer en équipe, avec les détenteurs de savoirs différents. À l’instar de l’expédition en Arabie où selon le vœu de Michaelis se côtoyaient un Philologue, un Naturaliste, un Mathématicien, un Médecin et un Dessinateur, le duc de La Rochefoucauld s’entoure quand il se rend en Italie en 1765-1766 d’un peintre, d’un naturaliste et d’un littérateur, puis les Commissions que la Convention et le Directoire envoient en Belgique et en Italie pour recueillir les objets de sciences et arts voient travailler ensemble artistes et mathématiciens, chimistes et naturalistes.

  • 97 Ces Réflexions de Valenciennes sont placées à la suite des Élémens de perspective pratique à l’usa (...)

31Pratiqué depuis plus longtemps, le voyage des artistes a à son tour connu dans les dernières décennies du xviiie siècle des transformations qui ont entraîné une mise à jour des règles à suivre. C’est ainsi que le peintre P.-H. Valenciennes, qui a séjourné en Italie de 1777 à 1786, rassemble en 1800 dans ses Réflexions et Conseils à un Élève sur la Peinture et particulièrement sur le genre du Paysage une série de conseils qui rappellent ceux donnés aux minéralogistes97. Il prie le jeune artiste de voyager à pied ou à cheval plutôt qu’avec les voitures de la poste afin de bien voir le paysage, de saisir « prestement les détails qu’il pourra réunir, à la première halte, parce qu’il aura la mémoire encore fraîche des objets qu’il aura rencontrés et qui auront mérité d’être consignés dans son porte-feuille », de monter à son arrivée dans chaque ville à l’endroit le plus élevé pour en avoir ainsi que des environs une vue entière et « en connoître parfaitement la topographie ». Il n’importe pas seulement pour Valenciennes que l’artiste fasse des dessins, des croquis et des études pendant le voyage, il faut aussi qu’il prenne des notes « sur les coutumes et habitudes des peuples » et tienne « un petit journal abrégé de [ses] voyages », afin qu’une fois rentré dans sa patrie le souvenir des lieux et des événements adoucisse son esprit en même temps qu’il sera profitable pour son talent. Résultat de la vogue des voyages pittoresques en Grande-Grèce, dans le Levant et dans les Alpes, lancée dans les années 1770 et surtout 1780, ce programme valorise l’observation d’après nature dans les pays lointains et accorde aux voyages accomplis par des jeunes gens dans la force de l’âge un rôle majeur de formation au contact des paysages naturels et des restes de l’Antiquité.

  • 98 Ainsi les voyages de Young ont-ils, selon Berchtold, « appris aux puissants propriétaires [alleman (...)
  • 99 Étienne Munier, Essai d’une méthode générale propre à étendre les connoissances des voyageurs, ou (...)
  • 100 Cf. E. Esmonin, « Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne », dans Id., (...)
  • 101 Charles-François, abbé de Lubersac, Discours sur l’utilité des voyages des Princes, Saint-Petersbo (...)
  • 102 Amoreux, manuscrit cité, p. 19. Le médecin de Montpellier n’est pas le seul à défendre cette idée (...)

32La finalité administrative et statistique suggère les contours d’une troisième tendance s’affirmant dans le dernier tiers du siècle. Liée à l’idée que le déplacement favorise le progrès économique, voire social, et contribue à la prospérité des nations98, cette volonté d’enquête est cultivée par l’Inspecteur des Ponts & Chaussées Munier en vue d’« étendre les connoissances des voyageurs » qui traverseront l’Angoumois99. Dans son essai publié en 1779 avec le souci de proposer une « méthode générale » qui serait valable pour connaître son propre sol autant que les pays étrangers, celui-ci décrit l’histoire, l’organisation administrative et financière, l’agriculture et le commerce, les manufactures et les sciences qui caractérisent une province. S’inspirant de la tradition statistique mise en place à l’époque de Colbert et de Vauban et illustrée par les mémoires que le duc de Beauvillier demanda en 1697 aux intendants des provinces pour l’éducation du duc de Bourgogne100, Munier projette le voyageur dans les curiosités du temps présent plus que vers les arts produits dans le passé. Les faits se veulent exacts et quantifiés et la masse des détails accumulés sont autant d’expériences utiles, où les intérêts de l’observateur laborieux rejoignent d’une part ceux du prince voyageant « pour [se] former, par l’expérience, dans l’art de connoître les hommes & de savoir par la suite les gouverner, selon leurs mœurs, leurs climats [...] »101, d’autre part ceux des personnes du peuple qui, selon une idée alors à la mode, sont censés stimuler par un voyage dans le royaume ou à leur retour des pays étrangers « toutes les branches de l’économie et du commerce » en apprenant « à leurs compatriotes à perfectionner leur art, à changer d’outils, à simplifier les métiers, à adopter de nouvelles machines »102.

33Bien que les voyageurs du Grand Tour aient eu eux-mêmes un souci encyclopédique dont témoignent les récits de Misson ou de Lalande, le fait de solliciter de la part du voyageur un regard aussi spécialisé entraîne inévitablement un hiatus entre les pratiques mondaines coutumières aux jeunes ou moins jeunes nobles et les exigences de l’enquête approfondie. Défendant les qualités de son tableau statistique sur Rome et les États ecclésiastiques publié en 1791, Maurice Levesque indique que seul un séjour de longue durée, en l’occurrence de quatre ans, lui a permis de voyager « en philosophe », c’est-à-dire d’étudier et de connaître le gouvernement, les usages et les mœurs, donc les habitants de Rome et des pays dont elle est la capitale. En bon disciple de Rousseau, Levesque pourfend les auteurs d’ouvrages qui « toujours courant la poste, ont fait le tour de l’Italie en cinq ou six mois », se sont concentrés sur les beaux-arts et n’ont parlé des habitants que « sur la foi d’autrui » :

  • 103 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques..., Paris (...)

d’ailleurs parcourant à la hâte les nombreux États qui partagent l’Italie, & ne s’y arrêtant qu’autant de temps qu’il faut pour en voir les curiosités les plus remarquables, ils n’ont pu en observer ni les usages ni les mœurs103.

  • 104 Décrivant le voyage de Joseph II en Italie en 1769, C. Mayer montre l’importance qu’y eurent tant (...)

34Plus tard, sous le Consulat, Laboulinière proposera dans son Plan d’une statistique générale pour les six départements de la 27e division militaire, ci-devant Piémont (1802) une véritable grille d’interprétation d’un pays jadis visité et devenu administré. Sans impliquer des séjours aussi longs, et sans qu’y soient négligées les visites de monuments ou de hauts lieux comme le Vésuve, les voyages de Joseph II que vante l’écrivain parisien Charles Mayer tendent tout autant que les expéditions scientifiques de Desmarets ou de Guettard à donner au voyage d’instruction du Grand Tour une composante de labeur qui l’éloigné de la dimension de divertissement, à la fois mondaine et festive104.

35Nous nous demanderons au long des chapitres suivants quels effets eurent les injonctions et les règles de conduite proposées par les gens de lettres, les artistes ou les naturalistes sur les pratiques moins réfléchies et méditées de la majorité des voyageurs. Pour juger de cet impact, les récits, journaux, correspondances et autres papiers privés laissés par les élites qui se rendirent en Italie constituent des sources privilégiées. Tandis qu’un certain nombre de textes manuscrits ou imprimés du dernier tiers du xviiie siècle sont en adéquation avec les justifications que présentaient les traités, d’autres marquent la persistance du point de vue antiquaire et des manières de voyager antérieures aux mutations que nous avons évoquées. Le décalage apparaît alors évident entre les évolutions ébauchées au sein des instructions du second xviiie siècle et les motifs qui continuaient de pousser un nombre important d’hommes et de femmes sur les chemins de la péninsule, notamment parmi ceux dont les comportements annoncent par leur hâte et leur regard générique l’avènement du tourisme. Comme cet écart promet de devenir encore plus net si nous considérons l’ensemble des voyageurs ayant franchi les Alpes entre les années 1750 et le début du siècle suivant, indépendamment de leur statut social ou de leur capacité à écrire, nous comprenons qu’il serait trompeur de ne s’en tenir qu’aux traces les plus élaborées. L’enquête sur les raisons du voyage en Italie doit se placer dans une optique plus large, moins strictement littéraire. Sans préjuger des informations que pourrait apporter un tableau des mouvements de personnes vers la péninsule au xviiie siècle, qui à ce jour n’existe pas, nous devons aussi interroger les comportements et mentalités de voyageurs dont nous ne savons presque rien – ceux-là mêmes dont se désintéressait Rousseau parce qu’il estimait qu’ils n’étaient pas de bons observateurs et restaient prisonniers de leur état.

  • 105 Sur l’éventail des motifs concrets de voyage que les passeports ont néanmoins le très grand mérite (...)
  • 106 Outre le concours de l’Académie de Lyon en 1787, seul examiné ici, devraient être explorées les ré (...)

36Il est certes difficile de pénétrer dans l’intimité de ces derniers. La comparaison entre les motifs intellectuels de déplacement qui se dégagent des arts et traités sur le voyage et ceux, d’ordre matériel, que consignaient les autorités délivrant des passeports nous expose à un exercice périlleux, supposant de confronter des formules ramassées, souvent stéréotypées et qui ne sont pas toujours fiables, avec les longs argumentaires des gens de lettres105. Pour rendre compte de la manière dont se forma chez les contemporains de Voltaire et de Rousseau le désir du voyage en Italie, d’autres pistes sont à explorer. La première consiste à tenter de repérer les échos du discours savant dans les avertissements de guides pour le grand public qui voient le jour à partir de 1775 ainsi que dans des essais comme celui du docteur Amoreux, écrits à l’occasion de concours académiques106. Quittant le domaine des instructions spécifiques et portant notre regard sur des textes plus courants, nous sommes alors frappés par la perduration du discours moral jusqu’à l’aube du xixe siècle.

  • 107 Discours de M. Turlin, dans Extrait des discours qui ont concouru pour le prix que l’Académie des (...)
  • 108 Extrait du Discours de M. de Mirampal, dans ibid., p. 19-47.
  • 109 Il Viaggiatore moderno..., cit., éd. de 1775, p. 8. En écho aux thèses de Murait ce guide rappelle (...)
  • 110 Louis Du Four de Longuerue, Longueruana, ou Recueil de pensées, de discours et de conversations, B (...)

37La question posée par l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon en 1787 va tout à fait dans ce sens : « Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l’éducation ? » Dans les deux types de réponses que les organisateurs de ce concours envisageaient – la première consistant à démontrer que les voyages ne conviennent pas à la jeunesse, la seconde au contraire à dire qu’ils lui conviennent et à étudier la manière de les accomplir –, ces derniers se situaient sur le terrain de l’utilité éducative du voyage. Ils primèrent toutefois, parmi les vingt-cinq discours, mémoires ou essais reçus, celui d’un avocat au Parlement de Paris, Turlin, qui jugeait les voyages « inutiles, & par conséquent funestes » pour les jeunes gens. Sans oublier d’offrir sur l’Italie l’image stéréotypée d’un peuple « accablé sous les impôts, en proie à des passions violentes, fruits malheureux du climat qu’il habite, avili par le mépris des nobles, que la paresse conduit à la mendicité, la mendicité au vol, & le vol à l’assassinat », Turlin faisait surtout un catalogue des dangers encourus par des voyageurs ignorants et dénonçait tour à tour l’inconstance, la perte des attaches et les confusions engendrées par les périples engagés trop tôt107. L’accessit revenait à Mathieu de Mirampal, auteur d’un texte encore plus convenu qui visait à montrer comment les voyages achevaient l’éducation de l’homme puis du citoyen grâce aux conversations et aux rencontres avec les autres peuples108. Quelques années plus tôt, en 1775, l’éditeur du guide vénitien Il Viaggiatore modemo rappelait que les voyages ouvrent l’esprit et aident à éliminer les préjugés pourvu que l’on sache se soumettre aux règles et précautions nécessaires109. L’ancienne dénonciation du mensonge des récits de voyage restait de son côté actuelle au milieu des années 1770 si l’on en croit, entre de multiples autres indices, la ferveur avec laquelle Charles d’Herculais recopia quelques années avant son départ pour l’Italie, en 1781, divers passages du Longueruana, où l’on trouve notamment cette formule : « Tavernier disoit que Chardin étoit un menteur, Chardin en disoit autant de Tavernier : ils avoient raison tous les deux »110.

  • 111 Misson, op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 145-248.
  • 112 Ibid., t. 3, p. 195-196.

38À côté de ce double héritage, à la fois livresque et moral, le discours savant sur l’utilité des voyages perdure au niveau des conseils pratiques proposés aux voyageurs pour leur éviter tout ennui ou désagrément au cours de leur périple. L’accumulation de conseils précis n’est assurément pas une nouveauté de la fin du xviiie siècle. Un siècle avant l’Essai de Berchtold ou l’Agenda du géologue de Saussure, Misson, dans le « Mémoire pour les voyageurs », attire l’attention de ses lecteurs sur une série d’aspects matériels qui constituent l’horizon quotidien de celui qui se déplace : choix des voitures, carrosses et calèches, de la saison pour voyager, des auberges où descendre, de maîtres de langue connaissant bien le pays pour y servir de guides, de valets qui soient « du païs, & du lieu mesme où l’on se rencontre », et indiqués par des amis, suggestion de ne pas trop hésiter sur la dépense, ainsi que de se faire donner à l’avance les adresses des banquiers auprès desquels recevoir le courrier, utilité d’être informé sur les monnaies, de se munir de lettres de recommandation, de verrous, de draps et de couvertures, prière de « ne jamais paroistre, surtout dans les auberges », avec bijoux ou argent, et de ne pas voyager non plus en trop grand équipage lors du passage des douanes, nécessité de « toujours avoir les tablettes à la main, & ne manquer pas chaque soir, de transcrire les choses que l’on a observées pendant la journée », intérêt de voyager avec des cartes de géographie, une montre, des lunettes d’approche, une boussole et un quart de cercle, de rendre visite aux érudits et de séjourner à Sienne si l’on souhaite apprendre la langue italienne111. Ne se limitant ni aux verrous ni aux tablettes, ni même aux instruments de mesure, la grammaire de Misson rejoint, avec sa liste de questions à se poser tout au long du périple, les préoccupations qu’exprime Volney dans ses Questions de statistique112. La langue des instructions du second xviiie siècle est cependant devenue moins sèche, les instruments de mesure se sont diversifiés et précisés, les recommandations se détachent sur un horizon plus collectif qu’individuel et le souci de ne courir aucun risque s’est enrichi de l’idée de construire un savoir utile aux autres.

  • 113 Le passage de l’air subtil de Naples à l’air grossier de Rome, le voyage de nuit ou « seul dans de (...)
  • 114 Mme de Genlis, « Conseils aux fugitifs et aux voyageurs, qui veulent entreprendre de longs voyages (...)
  • 115 Cet Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal d’un voyage aux villes principales de l (...)
  • 116 Cf. l’avertissement de l’Itinerario italiano che contiene la descrizione dei viaggi per le strade (...)

39Les écrits moins spécialisés donnent à cet ensemble de préoccupations une couleur qui leur est propre. Tandis que dans la Vera guida per chi viaggia in Italia de 1775 la crainte des dangers que le voyageur encourt pour sa santé atteint des proportions quasiment maladives113, Madame de Genlis répète que l’on ne pourra s’instruire pendant la déambulation « qu’en faisant des journaux un peu détaillés » et que « pour bien faire un journal, il ne suffit pas d’écrire chaque soir ce qu’on a vu dans la journée, il faut encore faire des notes particulières sur un souvenir, toutes les fois qu’on voit une chose digne de remarque »114. Guère novateurs, ces conseils à force d’être répétés finissent par devenir significatifs d’une période où au fil des préfaces et dans la forme même donnée aux guides ou aux manuels qui fleurissent à partir des années 1770 s’ébauchent les premiers signes du tourisme moderne. Fort peu de temps après qu’aient paru les huit volumes du Voyage d’un François en Italie de Lalande (1769), héritiers d’une tradition encyclopédique qui se voulait la plus exhaustive possible, les brefs et uniques volumes de l’Itinéraire de Dutens115 ou du Manuel du voyageur de Madame de Genlis opposent au modèle du philosophe observateur celui d’un voyageur certes soucieux de parler la langue du pays mais désirant surtout se déplacer simplement, à la fois avec économie et avec plaisir, en recueillant un minimum de connaissances utiles et agréables116. L’ancien but érudit et moral subsiste, mais le rythme du déplacement s’accélère et s’impose peu à peu une exigence de disposer d’outils prenant en charge de façon globale et succincte tant les détails pratiques que le guidage intellectuel vers les lieux et curiosités considérés comme les plus dignes d’être vus.

  • 117 « Papiers et manuscrits de feu M. Charles d’Herculais à son neveu Jules. Classés et fichés par son (...)
  • 118 M. de Saint-Quentin, Voyage d’Italie, par Lyon, Turin, Milan, Bologne, Florence, Rome et Naples, 1 (...)
  • 119 Dans le cas du comte d’Espinchal, un second journal a carrément été écrit pour ne donner que ces c (...)
  • 120 À moins que ce ne soit l’inverse : à d’infimes détails près, le texte est identique. Les deux prin (...)
  • 121 Par les indications qui sont données au début de ces deux journaux, nous voyons que la matrice n’e (...)

40Les auteurs de ces instruments ont de nombreux émules, qui appliquent scrupuleusement leurs principes. Les uns, comme Charles d’Herculais, préparent leur tour en recopiant des précis sur la langue italienne ou les monnaies en usage dans la péninsule117. D’autres voyageurs, comme M. de Saint-Quentin, limitent leur relation à une addition de conseils sur les monnaies, la façon de monter et de démonter les voitures, la manière de traiter avec les voiturins118. D’autres encore, comme les émigrés d’Espinchal ou Wlgrin de Taillefer, écrivent ou recopient un journal qui se présente moins comme le compte rendu du voyage accompli que comme un aide-mémoire utile pour eux et pour tous ceux qui les suivront, avec à chaque étape une liste d’indications pratiques et de bonnes adresses destinées à faciliter la vie au quotidien119. À une première lecture de ces deux derniers manuscrits, nous croirions que leurs auteurs n’ont voyagé que pour rédiger un guide. Une seconde lecture, plus attentive, révèle que ces deux textes sont largement une copie l’un de l’autre : d’Espinchal a peut-être passé son journal à Taillefer, le premier ayant constitué une sorte de matrice circulant dans les milieux de l’émigration120. Il se peut aussi que tous deux aient recopié une source tierce. Cette dernière demeure à déterminer mais en tout état de cause nous prenons conscience de l’énergie avec laquelle les contemporains souhaitaient se prémunir contre l’inconnu121.

  • 122 Mme de Genlis, Le Voyageur, cité dans op. cit., p. 541.
  • 123 Cf. L. Bély, Espions et ambassadeurs, Paris, 1990, p. 630.
  • 124 Plusieurs demandes de passeports grenoblois se rattachent à ce thème dans le registre de 1740-1743 (...)
  • 125 C’est le cas en France avec les stations de Vichy et d’Aix-les-Bains. Du côté italien, le succès d (...)
  • 126 D. Vaj, Médecins voyageurs. Théorie et pratique du voyage médical au début du xixe siècle d’après (...)

41Un tel souci de soi dans l’expression du besoin de se garantir contre les risques du voyage entre en contradiction avec le service de l’humanité ou de la patrie que suggèrent les instructions des hommes de science du second xviiie siècle. On ne saurait s’en étonner dans le contexte de l’émigration, où le voyage est vécu par les élites comme une contrainte à laquelle ils n’ont d’autre alternative que de s’adapter : « On voyage pour son plaisir ou pour sa santé, écrit Mme de Genlis, ou (ce qui est particulier à ce siècle) par nécessité : dans tous les cas il faut tâcher de retirer de l’instruction de ses voyages »122. Mais ce retour vers soi correspond également à une modalité que Mme de Genlis évoque et qui est devenue pour les élites à la fin du xviiie siècle, à côté du voyage d’éducation, l’une des grandes raisons de se déplacer : le périple entrepris pour des raisons de santé. La pratique n’en est certes pas nouvelle dans les années 1780 ou 1790. Montaigne avait eu pour premier objectif en franchissant les Alpes de soigner sa maladie de la pierre. Des hommes et femmes de la noblesse se rendent tout au long du xviiie siècle dans les villes d’eaux situées en Angleterre (Bath), en Wallonie (Spa) ou en Rhénanie (Aix-la-Chapelle), et nous en apercevons la trace dès le registre de passeports du Quai d’Orsay de 1712123. Les passeports grenoblois traduisent en 1740, pour des destinations autres que l’Italie, l’importance de cet objectif médical124. Le thermalisme connaît toutefois un essor sans précédent dans les dernières années du siècle et sous l’Empire125. Sur cette lancée s’affirme une nouvelle science médicale, qui lie son sort au voyage et dont les médecins genevois comme Louis Odier (1748-1817) figurent parmi les pionniers126.

  • 127 Cf. J.-M. Goulemot, P. Lidsky, D. Masseau, Le voyage en France, cit, p. 951. Sur le déplacement ma (...)
  • 128 Cité par A. Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, 199 (...)
  • 129 H. Guicharnaud, « Un collectionneur parisien, ami de Greuze et de Pigalle, l’abbé Louis Gougenot ( (...)

42Les effets des eaux complètent ceux des climats réputés plus cléments. Nous savons que le Grand Tour entrepris depuis Londres servait traditionnellement à se guérir de la mélancolie et que les Anglais gagnaient le Sud pour rétablir leur santé chancelante, à l’instar de Tobias Smollett que « sa santé [...] obligea à séjourner en Provence et en Italie » et qui s’installa de novembre 1763 à mai 1765 à Nice127. Dès 1621, dans son Histoire de la mélancolie, Robert Burton avait conseillé de voyager pour remédier à cette maladie en ayant soin de choisir des lieux de séjour variés, situés tantôt en ville, tantôt à la campagne128. C’est pour récupérer sa santé au contact de l’air d’Italie que l’abbé Gougenot part en septembre 1755 avec Greuze129. C’est aussi pour guérir d’Alembert de l’état de langueur où le plongeaient ses activités à l’Académie que ses amis, en particulier Mlle de Lespinasse, poussèrent Condorcet à faire avec lui le voyage d’Italie à l’automne 1770, limité finalement à Ferney et à un séjour en Languedoc et en Provence. Dans sa lettre de demande des 6.000 livres nécessaires au voyage, d’Alembert écrivait le 3 août 1770 à Frédéric II de Prusse :

  • 130 Bib. de l’Institut, Ms 1786, ff. 210-212, cité par A.-M. Chouillet, P. Crépel, « Un voyage d’Itali (...)

Ma santé, Sire, dépérit de jour en jour. À l’impossibilité absolue où je suis de me livrer au plus léger travail, se joint une insomnie affreuse et une profonde mélancolie. Tous mes amis et mes médecins me conseillent le voyage d’Italie comme l’unique remède à mon malheureux état130.

  • 131 Op. cit., p. 42-83.
  • 132 Cf. Amoreux, manuscrit cité, p. 27 (« Les personnes mélancoliques ont besoin de voyager pour se di (...)
  • 133 Mme de Genlis, Le Voyageur, cité dans op. cit., p. 545 et 548.

43En multipliant les conseils sur les précautions que le voyageur doit prendre vis-à-vis de sa santé, l’auteur de la Vera guida de 1775 exprime, nous l’avons vu, un souci médical qui est en train de se développer131. Dans la Médecine du voyageur, parue en 1801, J. D. Duplanil (1740-1802), médecin honoraire du comte d’Artois et diplômé de la faculté de Montpellier, s’approprie le discours qui indique les précautions à prendre dans les voyages de terre et de mer, les maladies auxquelles on est exposé en route, le régime propre à s’en garantir. Mais tout comme son collègue Amoreux, il considère surtout que les voyages sont des remèdes lorsque les secours ordinaires de l’art sont infructueux132. Écho toujours fidèle des idées à la mode, Mme de Genlis estime au même moment que les grands voyages sont « salutaires à tant d’égards pour la santé » et que « le mouvement d’une voiture rude sans excès est très bon pour la jaunisse, les obstructions et beaucoup d’autres maladies »133. Victime de la maladie de l’homme de lettres jadis décrite par Tissot (De la santé des gens de lettres, 1768), vivant trop replié sur ses livres et surtout de constitution fragile, Millin est à partir de 1805 invité à interrompre ses cours. Ses médecins lui suggèrent de voyager, ce qu’il fait d’abord dans le midi de la France, ensuite en Italie.

  • 134 Un ancien conseiller au Parlement de Grenoble, Charles-Étienne Leclet, eut ainsi toutes les peines (...)
  • 135 À l’instar de Leclet, qui ajourna en 1789 son voyage pour Aix-les-Bains, n’eut pas la force de ren (...)
  • 136 La demande de passeport de Marie Agathe Dubois, veuve de Gilles François Charavel de Lisle, déposé (...)
  • 137 Demande de passeport de la comtesse de Bourbon-Busset pour pouvoir se rendre à Milan et Pavie, écr (...)
  • 138 Cf. A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, 1995, en particulier p. 81 et sui (...)

44Les passeports de la période révolutionnaire confirment l’actualité de cette raison de voyager que les traités et instructions évoquent à peine, sinon lorsqu’ils suggèrent aux jeunes gens de profiter de leur déplacement à l’étranger pour se livrer aux exercices du corps. Il est vrai que, dans le contexte de l’émigration, les cures ou autres séjours de santé deviennent pour certains une façon de justifier aux yeux des autorités françaises le fait de ne pouvoir rentrer en France134. Qu’ils soient réellement motivés par une maladie ou non, ces périples s’organisent de diverses façons. Parfois il ne s’agit que d’aller voir un médecin et le patient peut craindre de ne pas supporter le transport135. D’autres fois c’est le déplacement lui-même qui joue le rôle thérapeutique et un médecin de Grenoble n’hésite pas à conseiller en février 1798 à l’une de ses patientes « de voyager souvent » pour soigner ses troubles digestifs et sa mélancolie136. Le climat de l’Italie peut enfin être considéré, par sa douceur, comme un remède en soi : à la comtesse de Bourbon-Busset, malade dans un Piémont jugé trop froid, les médecins conseillent « d’aller passer l’hiver dans un climat plus doux », c’est-à-dire si possible à Pise137. Les raisons invoquées sont réelles ou fictives, dues aux circonstances politiques ou à un effectif délabrement du corps. Mais la place croissante occupée par la finalité médicale dans les discours et les pratiques des dernières années du siècle illustre en tous les cas une évolution que les arts de voyager n’avaient pas réellement envisagée. Elle montre que les élites peuvent avoir d’autres motifs pour se mettre en route que de s’instruire ou de se divertir, de représenter leur souverain, de prier ou de faire la guerre. Elle suggère qu’à l’instar de catégories moins élevées, il leur arrive d’être contraintes et forcées au voyage. L’usage qui est fait de cette dimension médicale indique aussi que le voyage motivé par la nécessité pourrait n’être pas toujours totalement nécessaire. Il devient parfois un substitut du voyage mondain, la forme prise par une vie de loisir plus ou moins cultivé qui est en train d’élaborer des marques de sédentarisation à l’intérieur de la dynamique du voyage138.

  • 139 Les rigueurs de la législation sur les pèlerins, anciennes en France (une permission expresse du r (...)
  • 140 Depuis les années 1750 se sont multipliés les projets d’éducation, y compris pour les enfants de m (...)

45Tandis que pointe sous la Révolution et sous l’Empire une approche du voyage des élites mêlant aux contraintes politiques et aux raisons strictement personnelles, liées à l’état de santé, une dimension d’oisiveté et de vacance dont témoigne la ville d’eau et qui remet en cause l’impératif d’utilité morale du déplacement, certains hommes de lettres manifestent une volonté de diffuser auprès d’un plus grand nombre de personnes les préceptes et les justifications du déplacement vers l’étranger. En marge de l’abondante littérature sur le voyage des élites, rendue partiellement (mais pas entièrement) caduque par les événements de la Révolution, la sphère des bénéficiaires du voyage semble s’élargir et le peuple n’est plus totalement exclu de l’horizon des arts de se déplacer. Jusqu’alors les élites et les pouvoirs publics avaient surtout manifesté le souci de contrôler les vagabonds et les pèlerins, témoignant en France comme en Italie de l’inquiétude qu’engendrait une mobilité marquée au sceau de la précarité139. Or, en contrepoint de cette attitude se développe au cours des années 1780 une apologie des déplacements de personnes de condition modeste lorsqu’ils sont jugés susceptibles de contribuer au progrès de l’économie. Dans le sillage de plans d’éducation générale qui accordent une place croissante à l’instruction du peuple140, la réflexion sur le voyage concerne de plus en plus à la veille de la Révolution l’ensemble des classes de la société.

  • 141 Discours sur l’origine et les fondements..., cit., t. 3, 1964, p. 212. Estimant que l’objet des vo (...)
  • 142 Gros de Besplas, ibid., p. 8.

46Un exemple nous en est fourni par la dissertation plusieurs fois citée que le docteur Amoreux adressa à l’Académie de Lyon le 19 mars 1787. Rompant avec la tradition des écrits sur le voyage dans laquelle s’inscrivait Rousseau lui-même, lorsqu’il refusait de reconnaître aux marins, marchands ou soldats la qualité de « bons observateurs »141, le médecin candidat malheureux au concours de cette Académie se livre à un plaidoyer sur les avantages que présentent les déplacements du peuple. Si un quart de siècle plus tôt Gros de Besplas, proche en cela de Rousseau, recommandait aux voyageurs éclairés de se mêler à la foule, « parmi ce Peuple qui ne sçait pas écrire, mais qui ne ment pas »142, Amoreux déplace la perspective et ne considère plus que le voyageur idéal soit seulement celui qui par son appartenance à l’élite intellectuelle peut juger l’ensemble de l’humanité. Partant du constat que « dans le vrai c’est le peuple qui voyage le plus », il en vante les qualités d’économie :

Le peuple est composé d’artisans, de soldats, de matelots & de laboureurs, gents faits à la fatigue, accoutumés à la sobriété et à l’économie ; ils voyagent sans dépenses ; les talents et l’industrie suffisent à l’entretien des premiers ; l’état fournit à celui des seconds.

47Il explique ce qu’une éducation initiale un peu étroite, fondée sur l’imitation, l’exemple et la routine domestique, peut gagner au voyage :

  • 143 Amoreux, manuscrit cité, p. 17-18 (la ponctuation et l’orthographe originales ont été respectés).

il seroit bon qu’il connut ce qui se pratique ailleurs. Nul ne revient d’un apprentissage sans être plus instruit ; et l’on retrouve dans les ouvriers qui ont voyagé plus d’adresse, plus de goût, plus d’invention qui pourra bien n’être que ce qu’ils ont copié ailleurs, il n’importe, ils ont enrichi d’autant les arts de leur patrie143.

48Amoreux propose en conséquence que l’on choisisse dans chaque ville

  • 144 Ibid., p. 19.

un petit nombre de jeunes gens qui auroient le plus de docilité et d’aptitude, auxquels on accorderait comme une marque de distinction les voyages, qu’on fixeroit pour le temps et pour le lieu144.

  • 145 Ibid., p. 19. Ce type de projet est dans l’air du temps. Dans ses « Observations générales sur les (...)

49Il s’agit en somme de promouvoir le voyage des meilleurs enfants du peuple, jugés capables de stimuler l’industrie de leur pays et les diverses branches « de l’économie et du commerce ». Préoccupé par la circulation des connaissances et des savoir-faire, Amoreux en conclut qu’ils apprendraient ainsi « à leurs compatriotes à perfectionner leur art, à changer d’outils, à simplifier les métiers, à adopter de nouvelles machines »145.

50Évoquant les réalités du compagnonnage et annonçant l’esprit de certaines créations révolutionnaires, ce plan d’« éducation d’émulation » par le voyage procède d’une vision idéale. Nous n’entrevoyons pas dans les propos d’Amoreux les motivations prosaïques, liées à la pure nécessité économique et au besoin de trouver de quoi manger. Le regard du médecin montpelliérain se plaît à penser le peuple au sein d’un processus de régénération de la nation. En célébrant les vertus du voyage comme forme positive de l’échange entre les hommes, il montre que reste actuel le besoin de contrôler l’oisiveté et le temps libre, et dénie au peuple voyageur toute activité qui pourrait être assimilée aux plaisirs de la mondanité ou du délassement. Il retrouve de la sorte, à travers le souci du bien public, une dimension éducative et formatrice hors de laquelle les hommes du xviiie siècle ne parviennent pas ou n’ont pas encore envie de penser le voyage.

Le pouvoir des livres

  • 146 A. Corbin, L’avènement..., cit., p. 81.

51Par contraste avec le fait qu’une multiplicité de raisons poussèrent les Français des années 1750-1815 sur les chemins de l’Italie, la part attribuée aux objectifs autres que savants reste en définitive aussi infime, dans les discours de légitimation des voyages imprimés tout au long du siècle, que celle qui est faite aux considérations d’ordre personnel, intime ou familial. Éloignée des réalités que nous aident à retrouver les passeports, les registres d’auberges et les correspondances, la littérature sur les raisons du voyage traduit l’existence d’un monde séparé, fonctionnant en vase clos avec les livres et dont on peut penser qu’il maintint vivante, jusque dans les épreuves de l’émigration et au sein de l’ennui qui en dériva, la volonté d’éducation qui caractérisait le Grand Tour. Même s’il convient de ne pas se laisser abuser par le rôle des livres de voyage dans le passage à l’acte de voyager, et bien que les périples accomplis par les élites s’expliquent également, à côté des lectures, par des conversations et par le jeu des modes, la présence des traités relatifs à l’art de se déplacer et des récits de voyage proprement dits dans un grand nombre de bibliothèques de la France des Lumières nous aide à comprendre « cette fièvre de mobilité qui, au xviiie siècle, accompagne, au sein des élites, l’exaltation de la circulation »146. À côté des raisons de travail, de famille, de santé, d’exil forcé et de beaucoup d’autres encore, l’impératif d’apprentissage que décrivaient les arts de voyager a certainement eu des effets plus évidents pour l’Italie que pour d’autres pays en raison de la charge d’érudition et de culture que la péninsule renfermait.

  • 147 D. Roche, « Le voyageur en chambre : réflexion sur la lecture des récits de voyage », dans L’Histo (...)
  • 148 L. Desgraves, Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu, Genève, 1954 ; une édition plus récente (...)
  • 149 G. Bertrand, « Un voyageur dans le sillage des Lumières. Stendhal lecteur des guides et récits de (...)
  • 150 M. Richebourg, « La bibliothèque de J.-J. Rousseau », dans Annales de la Société J.-J. Rousseau, t (...)

52Il est certes difficile de reconstituer avec exactitude les rapports qui se tissent entre la lecture des récits de voyage, la pratique effective du déplacement et le profit qui en fut tiré. Les lecteurs demeurèrent tout d’abord souvent chez eux, ainsi que l’a montré D. Roche147. Parmi les penseurs, philosophes, érudits ou savants qui se rendirent en Italie, certains possédaient de nombreux livres de voyage : Montesquieu détenait ainsi sur l’Italie des descriptions ou récits qui ont laissé quelques traces dans ses notes, en l’occurrence ceux d’Alberti, de Flavio Biondo, de F. et A. Schott, de Spon et Wheler, de Misson, de Rogissart et d’Addison (dans la version anglaise de 1705), sans oublier les histoires et guides de Venise ou de Florence148. Plus près de nous, Stendhal a utilisé ou réagi face à de nombreux récits et guides sur l’Italie parus tout au long du xviiie siècle149. D’autres auteurs, comme Rousseau, paraissent en revanche s’être peu nourris de livres de voyage proprement dits, ce dernier privilégiant les livres d’histoire tels que ceux de Machiavel et de Guichardin ou les histoires des villes et des Républiques italiennes150.

  • 151 D. Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans Revue d’histoire litt (...)
  • 152 Tandis que chez les nobles de province résiste au moins jusqu’aux années 1770 le secteur religieux (...)
  • 153 Se détachant sur une moyenne générale où les livres de voyage représentent de 3 à 4 % du total, le (...)
  • 154 J. Quéniart, Culture et sociétés urbaines dans la France de l’Ouest au 18e siècle, Lille, 1977, t. (...)

53Si nous nous tournons du côté de lecteurs plus obscurs, nous constatons que certaines catégories ont été plus que d’autres consommatrices non seulement d’ouvrages d’histoire et de géographie, mais aussi de livres de voyage. Dans 44 des 500 bibliothèques privées parisiennes qu’étudia jadis D. Mornet figuraient plus de 50 livres de voyage151. Les nobles parisiens considérés par D. Roche sont davantage amateurs de ce type d’ouvrages que les nobles de province152. Y. Marcii a observé que dans une quarantaine de catalogues de ventes de bibliothèques privées parisiennes entre 1782 et 1808, les livres de voyages occupent parfois une place très notable, avec au premier rang parmi ceux qui traitent de l’Europe les récits sur l’Italie153. Dans les villes de l’Ouest de la France, la part importante des récits de voyage au sein d’un ample secteur consacré à l’histoire et à la géographie des pays étrangers « distingue, selon J. Quéniart, les bibliothèques du négoce de la plupart des autres »154.

  • 155 Sur les 184 ouvrages de Mgr de Caulet se rapportant à l’Italie, seuls figurent 5 récits de voyage (...)
  • 156 Pour les références des catalogues de bibliothèques énumérés ci-après, voir nos sources manuscrite (...)
  • 157 Affiches, Annonces et avis divers du Dauphiné, 21 juillet, 29 sept, et 8 déc. 1775 (Bib. Munic, de (...)

54Assez peu nombreux dans les bibliothèques dauphinoises, les livres de voyage sur l’Italie sont comme pour les autres pays d’Europe nettement doublés par les ouvrages d’histoire, ainsi que le révèle la bibliothèque de plus de 30.000 volumes (21.068 ouvrages, 31.351 volumes exactement) que rassembla Monseigneur de Caulet155. Dans les bibliothèques grenobloises de la seconde moitié du xviiie siècle qui possédèrent des récits de voyage en Italie156, nous relevons des titres anciens comme ceux d’Alberti (Caulet, Sayves d’Ornacieux), de Schott (Caulet), de Miselli (Caulet) et de Baudelot de Dairval (Caulet, Gilbert), les voyages de Rohan (Reynaud), de Burnet (Raby d’Amérique), de Huguetan et Spon (Sayve d’Ornacieux, Reynaud) et de Misson (Lacoste), sans oublier les Lettres juives du marquis d’Argens (Catherine Luce La Tour Dorey, Raby) et le journal de Montaigne édité en 1774 (Gilbert, Lacoste, Reynaud). La sensibilité aux ouvrages plus récents est attestée par la présence en plusieurs exemplaires du Voyage de Lalande (Trivio, Reynaud) et de son côté le libraire Giroud ne se prive pas de promouvoir auprès des lecteurs des Affiches du Dauphiné certains récits fraîchement publiés comme en 1775 la traduction du Voyage de Brydone, les Voyages d’Italie et de Hollande de Coyer et le Dictionnaire historique & géographique portatif de l’Italie157. Les titres récents demeurent toutefois très rares dans les catalogues consultés : ils se limitent au Voyage dans les Deux-Siciles de Swinburne (Barnave), au Voyage aux îles de Lipari de Dolomieu (Quinsonnas) et à quelques dictionnaires et atlas. Si de nombreux catalogues ne contiennent aucun récit de voyage et si les traces évoquées sont sporadiques, le rapide examen de quelques bibliothèques grenobloises confirme notre impression que dans cette ville au moins l’approche de l’Italie restait marquée par une culture classique et antiquaire.

  • 158 Catalogue de la bibliothèque du marquis d’Espinchal, édité et présenté par J. Renwick, Clermont-Fe (...)
  • 159 Selon J. Renwick, d’Espinchal « avait en réalité beaucoup voyagé en Italie et en Suisse avant la R (...)

55On ne saurait assurément croire qu’une enquête sur les présences d’ouvrages traitant de l’Italie dans les bibliothèques privées françaises de la seconde moitié du xviiie siècle suffise à nous donner une idée fiable et définitive quant au goût des élites françaises pour le voyage en Italie. Nos sources étant par définition fragmentaires et les livres possédés ne correspondant pas toujours aux livres lus, l’entreprise d’inventoriage des livres ne permet qu’une reconstitution fragile de l’horizon d’attente de la péninsule. Plusieurs voies sont pourtant intéressantes à suivre pour esquisser des hypothèses. En premier lieu l’étude de cas singuliers vaut la peine d’être menée lorsqu’on dispose à la fois d’un catalogue et d’autres papiers du détenteur de cette bibliothèque. C’est ce qui arrive avec le comte d’Espinchal, déjà évoqué plus haut. Naviguant entre ses journaux de voyage manuscrits et un catalogue de 1.411 titres (pour 3.363 volumes), rédigé par le propriétaire lui-même pour l’essentiel vers 1805-1806158, nous découvrons un noble d’Ancien Régime qui a mené de pair une activité d’achat des parutions les plus récentes sur l’Italie et son expérience du voyage dans la péninsule ainsi qu’en Suisse dans les années 1780 avant d’y retourner comme émigré à partir de juillet 1789159.

  • 160 Y. Marcil, Récits de voyage..., cit., p. 50-51, 55-56.
  • 161 Seul titre antérieur à 1750 : un Nouveau Voyage d’Italie en 3 volumes de 1717, attribué à Deseine. (...)
  • 162 De nombreux titres connus sont présents : Maihows (1750), Grosley (1764), Lady Montagu (1765), Sil (...)

56Une confrontation avec les catalogues de bibliothèques privées parisiennes et de deux cabinets de lecture contemporains, ceux de Le Jay et de Quillau, met en évidence quelques écarts : d’Espinchal ne semble posséder ni le Nouveau voyage d’Italie de Misson (1691), ni surtout le Voyage en Sicile et à Malthe de Brydone (1775) et les Voyages dans les Deux-Siciles de Swinburne (1785), qui sont pourtant dans les années 1782-1808 les trois plus grandes présences des propriétaires et libraires parisiens160. On reconnaît chez le noble auvergnat le Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile de Saint-Non et les volumes de Coxe et de La Borde sur la Suisse, mais pas Saussure. En réunissant 97 titres sur les voyages, dont 27 sur l’Italie (28 %), le comte d’Espinchal révèle donc quelques choix personnels. Il détient presque exclusivement des récits postérieurs à 1750 et sans doute un seul titre hérité de son père ou de son grand-père161. Il a accumulé des guides et descriptions utilitaires de villes servant pour le déplacement concret – qu’ils soient lourds ou en un volume162 –, s’intéresse aux antiquités et manifeste en général une attention mais peut-être aussi une inégale acuité vis-à-vis des modes de son temps, à moins que les vicissitudes des confiscations révolutionnaires ne soient la cause de ces quelques manques.

  • 163 Nous reprenons ici les conclusions de Y. Marcil, « Lecture critique du voyage en Italie dans la pr (...)
  • 164 C’est en tout cas ce que Y. Marcil a clairement établi à travers des indications du Mercure de Fra (...)

57L’étude de l’écho des récits de voyage dans la presse périodique offre à côté de celle des bibliothèques une autre série d’indications utiles. Les traces d’un engouement pour l’Italie sont nettes dans les comptes rendus d’ouvrages récents que proposent six périodiques français des années 1780 : le Journal des savants, le Journal encyclopédique, L’Esprit des journaux, le Mercure de France, les Affiches de province et L’Année littéraire163. Ces articles, lus par les élites du temps, les orientent vers des récits qui présentent un regard personnel et concernent des zones géographiques de l’Italie encore peu connues comme la Sicile, la haute montagne alpine ou les lieux riches en phénomènes volcaniques. Les ouvrages crédibles, manifestant un vif esprit d’observation et constituant des documents utiles pour le voyageur, sont valorisés au détriment par exemple des Lettres sur l’Italie de Dupaty (1788), jugées trop subjectives et partiales. En retour, on sait qu’en dépit de ces résistances le récit de Dupaty obtint un vif succès éditorial jusqu’à la fin des années 1820. Une bonne raison du voyage peut alors être d’avoir été incité par les journaux ou par des effets de mode à aller lire de tels ouvrages, qui ensuite ont excité le désir d’entreprendre des voyages réels, comme il semble que cela ait été le cas avec les Lettres de Roland de la Platière ou le Voyage de Brydone sur la Sicile164.

  • 165 Voir à ce sujet F. Brizay, « Peut-on mesurer l’influence qu’eurent en France les guides et récits (...)
  • 166 Et en particulier au chap. 12.

58Il reste que c’est d’une part dans leurs annotations, notes de lectures et résumés d’ouvrages, d’autre part dans leurs journaux de voyage manuscrits eux-mêmes qu’on peut le mieux mesurer l’impact qu’ont eu sur leurs lecteurs les livres et comptes rendus des périodiques165. Nous verrons ainsi dans les chapitres suivants166 que les auteurs sur lesquels nous sommes enclins à fonder la plus grande partie de nos analyses, tels Misson, Cochin, l’abbé Richard, Lalande ou Dupaty, sont aussi ceux auxquels les voyageurs font régulièrement allusion dans leurs notes. Même si leurs indications ne sont pas toujours suivies pas à pas par leurs utilisateurs, il ne fait aucun doute que la familiarité avec les livres de voyage et plus généralement avec les livres parlant de l’Italie pouvait dans la seconde moitié du siècle amener sur les routes de la péninsule un nombre croissant de lecteurs soucieux de vérifier sur place les connaissances apprises et d’élargir leurs horizons. Des récits de voyage aux instructions et arts de voyager, des descriptions géographiques aux livres d’histoire, ces ouvrages exercent, dans leurs usages multiples, une influence sans laquelle nous comprendrions mal la place que garde l’Italie de la fin du xviiie et du début du xixe siècle dans une géographie culturelle européenne alors en plein bouleversement.

Notes

1 C. Pinot Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, Paris, Prault fils, 1751, chap. 10, « Sur les gens de lettres », en particulier p. 232-234.

2 Cf. F. Waquet : « les Français qui visitèrent ou séjournèrent en Italie n’en tirèrent pas une vision originale des choses mais bien plutôt en général une confirmation de leurs préjugés » (Le Modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome, 1989, p. 5). Observant les récits de voyageurs anglais et français à Naples entre 1701 et 1788, R. Shackleton conclut, de son côté, que « travel was not a powerful direct element in the diffusion of the ideas of the Enlightenment » (« Travel and the Enlightenment : Naples as a specimen », repris dans Id., Essays on Montesquieu and on the Enlightenment, Oxford, 1988, p. 446).

3 P. Hazard fait ainsi du voyage une source du relativisme à l’aube des Lumières dans son premier chapitre de La Crise de la conscience européenne (1935). Selon P. Laubriet les guides pour l’Italie de Misson, Burnet et Deseine, situés à la charnière entre le xviie et le xviiie siècle, « accomplissaient le même travail d’expansion des Lumières que les ouvrages des vulgarisateurs philosophes » (« Les guides de voyages au début du xviiie siècle et la propagande philosophique », dans Studies on Voltaire and the eighteenth century, n° 32, 1965, p. 325) et R. Po-meau estime que tout sédentaires qu’aient été les philosophes des Lumières, l’humanité réelle était à leurs yeux « celle que découvre le regard de l’historien, ou à l’époque contemporaine celui du voyageur » (« Voyage et lumières dans la littérature française du dix-huitième siècle », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n° 57, 1967, p. 1289). Les études de L. Trénard et, plus récemment, de D. Masseau (L’Invention de l’intellectuel, Paris, 1994) et de D. Roche (Humeurs vagabondes, Paris, 2003) abondent dans le même sens lorsqu’elles font des voyages au xviiie siècle l’un des « lieux européens de la communication intellectuelle », à côté des académies, des loges maçonniques, des salons parisiens et des ambassades.

4 Ces flux sont malheureusement difficiles à quantifier de façon précise. En ce qui concerne les voyageurs les plus démunis, les travaux de L. Cajani (« Gli anni santi : dalla controriforma alla fine del potere temporale », dans M. Fagiolo, M. L. Madonna (dir.), Roma sancta. La città delle basiliche, Rome, 1985, p. 121-127) et de D. Julia (« Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine », dans Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 262), p. 3-126 ; ainsi que « ‘Roumieux’ et ‘jacquaires’ au passage des Alpes : données quantitatives et récits de pèlerinage », dans G. Bertrand, M. T. Pichetto (dir.), Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario / Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Aoste, 2001, p. 180-202) ont montré qu’il fallait se garder de conclure trop vite, au moins pour les premières décennies du xviiie siècle, à une chute significative du nombre des pèlerins allant vers Rome et vers Lorette par rapport aux siècles précédents.

5 Cette vision était elle-même largement héritée du siècle précédent. F. Brizay a souligné la place prépondérante qu’avaient pour le voyageur français du xviie siècle d’une part les croyances et pratiques religieuses des Italiens, d’autre part la richesse du patrimoine architectural et artistique (L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France au xviie siècle, 1595-1713 : sa construction et son évolution, Villeneuve d’Ascq, 2000, notamment p. 554).

6 Cf. R. Foulché-Delbosq, Bibliographie des voyages en Espagne et au Portugal, Paris, Welter, 1896 ; et Mariette Bertrand, Science et expérience au xviiie siècle. Le voyageur européen naturaliste et l’Alpe scandinave, mémoire de DEA, sous la dir. de G. Bertrand, Grenoble, Univ. Pierre Mendès France, sept. 1999.

7 Le premier exemple donné par Jaucourt dans la section Éducation de son article « Voyage » est : « On fait le voyage d’Italie ». Un tiers de cet article est ensuite consacré à l’Italie (« Il est en particulier un pays au-delà des Alpes... ») (Encyclopédie, 1765, t. 17).

8 De ce que le voyage doive être réglé, Rousseau nous donne un exemple éloquent : « Voyager pour voyager, c’est errer, être vagabond ; voyager pour s’instruire est encore un objet trop vague [...]. Je voudrais donner au jeune homme un intérêt sensible à s’instruire. » (Émile ou de l’Éducation, 1762, livre cinquième, Paris, 1992, p. 580-581 [dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (Pléiade, 4), p. 832]). Ainsi que l’a montré N. Doiron, l’auteur de l’Émile s’inscrit dans la droite ligne d’une tradition qui remonte au xvie siècle (L’Art de voyager. Le Déplacement à l’époque classique, Laval-Paris, 1995, p. 187-198).

9 Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Genève, 1755, dans Œuvres complètes, Paris, 1964 (Pléiade, 3), p. 212.

10 Si la multiplicité des motifs concrets du voyage sera évoquée à la fin de ce chapitre à partir de quelques extraits de traités ou d’avertissements de guides, c’est surtout dans le chap. 2 que le lecteur pourra prendre la mesure des écarts existant entre les divers types de voyageurs.

11 Tandis que Montaigne vivait au-delà des Alpes une expérience majeure, des contemporains comme Henri Estienne en 1566 et Roger Asham en 1570 voyaient dans le séjour en Italie un danger pour l’âme. Leur vision anti-italienne a laissé quelque trace au xviiie siècle, dont témoigne Béat-Louis de Murait : « aux derniers Siecles, on s’est corrompu dans les voyages qu’on a faits en Italie » (« Lettre sur les voiages », dans Lettres sur les Anglois et les François et sur les Voiages, [Genève, Fabri et Barillot] 1725, p. 466). À l’inverse on lit chez Jaucourt : « Il est en particulier un pays au-delà des Alpes, qui mérite la curiosité de tous ceux dont l’éducation a été cultivée par les lettres » (Jaucourt, art. « Voyage », déjà cité).

12 Voir N. Doiron, op. cit., où l’auteur s’attache à reconstituer l’histoire de la réflexion théorique sur les voyages à partir du milieu du xvie siècle.

13 Voici les titres de ces articles, présentés comme le début du compte rendu d’un ouvrage anonyme anglais : « Essai sur l’État présent de la géographie, c’est-à-dire sur les Cartes, sur les Livres qui traitent de cette Science, & ceux de Voyages ; où l’on parle des précautions, des moyens & des instructions necessaires à ceux qui dans la suite entreprendront de faire des Cartes, des Livres de Geographie, et des Voyages », dans Le Nouveau Mercure, mars 1721, p. 39-50 ; « Quelques remarques sur les Voyageurs, où l’on fait voir leur négligence & leurs defauts dans les Relations qu’ils nous donnent », ibid., mai 1721, p. 3-23 ; « Instructions necessaires aux Voyageurs pour faire leurs observations ; avec une adresse aux Marchands & aux Missionnaires qui se trouvent dans les païs Étrangers, & qui peuvent rendre des services considérables à la Geographie », ibid., septembre 1721, p. 3-20.

14 Charles César Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquitez procure aux sçavans, Paris, Pierre Auboüin et Pierre Emery, 1686 ; Rouen, Ch. Ferrand, 1727. [Béat-Louis de Murait], op. cit., 1725. La réédition des Lettres de Béat de Murait en 1726, 1727 et 1728, toujours sans nom d’auteur, prouve à la fois leur succès et l’intensité de la polémique sur les voyages à ce moment-là.

15 Ainsi A. Guyot a-t-il montré que le Bernardin de Saint-Pierre apologiste du voyage « immobile » hérite à la fois de Rousseau et de Béat de Murait (« Bernardin de Saint-Pierre : du voyageur récalcitrant au voyageur immobile », dans Revue des Sciences Humaines, n° 245 consacré à l’« Homo Viator », janv.-mars 1997, p. 111-127). De l’influence durable du chapitre « Des voyages » placé à la fin de l’Émile témoigne aussi, vingt-cinq ans plus tard, l’essai de 73 pages adressé par le docteur Amoreux le 19 mars 1787 à l’Académie de Lyon : « Essai sur la question, proposée par un père de famille vrai Citoyen, et au jugement de l’académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon : Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l’Éducation ? » (Bib. Munic, de Montpellier, Ms 90, ff. 82 à 118).

16 [Jean-Bernard Le Blanc], Dialogues sur les mœurs des Anglois, et sur les voyages, considérés comme faisant partie de l’éducation de la jeunesse, traduits de l’anglois, Londres-Paris, B. Hochereau le jeune, 1765. Dans ce dialogue plutôt banal qu’il imagine entre Shaftesbury et Locke, l’abbé Le Blanc, ancien compagnon de voyage de Cochin en Italie en 1749-1751, défend l’idée que l’instruction se fait lentement et que les voyages accomplis trop jeunes entraînent en revanche une « perte inévitable de temps » (p. 79) et une « dissipation d’esprit » (p. 82).

17 [Béat de Murait], « Lettre sur les voiages », op. cit., 1725, p. 490.

18 Émile..., cit., p. 598 (Pléiade, éd. citée, p. 850).

19 Pour Platon, seuls les hommes d’âge mûr, c’est-à-dire ayant dépassé la quarantaine, peuvent voyager, dans le but de raffermir les bons usages de la cité et de corriger ceux qui sont défectueux (Lois, XII, 949 e-952 d). Nombreux sont ceux, notamment en Angleterre, qui avaient repris cette idée au xviie siècle pour dénoncer les voyages entrepris par de trop jeunes gentilshommes (cf. J. Hall, Quo vadis ? ou Censure des voyages, ainsi qu’ils sont ordinairement entrepris par les Seigneurs & Gentilshommes d’Angleterre, trad., de l’anglais, Genève, P. Aubert, 1628 ; Locke juge de son côté que « the time usually chosen to send young men abroad, is, I think, of all other, that which renders them least capable of reaping those advantages [...] from sixteen to one-and-twenty, which is the ordinary time of travel, of all their lives, the least suited to these improvements », dans The works of John Locke, Londres, 1823, t. 9, p. 201-203, cité par R.-R. Wuthenow, Die erfahrene Welt, Europäische Reiseliteratur in Zeitalter der Aufklärung..., Francfort/ Main, Insel, 1980, p. 89-90 ; trad., franc., Nouvelles instructions pour l’éducation des enfans, Amsterdam, J. Menassion, 1699, p. 472-482).

20 « Il voyage dans les pays étrangers, / il a fait l’expérience du bien et du mal parmi les hommes » (Ecclésiastique, chap. 39).

21 Joseph-Marie Gros de Besplas, De l’Utilité des Voyages, relativement aux Sciences et aux Mœurs (discours de réception en qualité d’associé, prononcé à l’Académie de Béziers en août 1762), Paris, Berthier, 1763, p. 12, 13 et 38.

22 Manuscrit cité, p. 21. Resté dans les papiers de son auteur, ce texte auquel l’Académie de Lyon n’accorda pas même un accessit lors du concours de 1787 se situe à un autre niveau d’interprétation que les ouvrages imprimés. Amoreux joue dans notre démonstration le rôle de témoin, d’homme du silence représentant les élites provinciales qui à côté ou à la suite d’auteurs connus a lui aussi cherché à donner forme à ses opinions sur le voyage.

23 En invitant le voyageur à « écrire sur un mémoire particulier, toutes les diverses fautes que l’on y rencontre, & [...] en donner avis à ceux qui font ces cartes », reconnaissant que « si chacun en usoit ainsi, l’on auroit des Cartes correctes », Misson montre que le voyageur devrait participer de la construction d’un savoir collectif (Voyage d’Italie..., Utrecht, van de Water et van Poolsum, 1722 [1ère éd. 1691], t. 3, p. 197). Trente ans plus tard, les comptes rendus déjà évoqués du Nouveau Mercure déplorent les cartes erronées de la plupart des voyageurs, ces défauts provoquant à leur tour le maintien des erreurs dans les cartes que dressent les géographes (« Essai sur l’État présent de la géographie... », dans Le Nouveau Mercure, mars 1721, p. 41 ; « Quelques remarques sur les Voyageurs... », dans Le Nouveau Mercure, mai 1721, p. 6-8 et passim). Ce cercle vicieux renvoie en fait au privilège dont jouissent alors la lecture et le recopiage d’extraits de récits antérieurs par rapport à l’observation directe du voyageur.

24 Cette dimension du mensonge et du secret apparaît aujourd’hui encore à certains sociologues comme inhérente à la condition du voyageur (cf. J.-D. Urbain, Secrets de voyage. Menteurs, imposteurs et autres voyageurs invisibles, Paris, 1998).

25 N. Doiron cite à ce propos l’épître de Chapelain à Carrel de Sainte-Garde le 15 décembre 1663 : « Notre nation a changé de goût pour les lectures et, au lieu des romans qui sont tombés avec La Calprenède, les voyages sont venus en crédit et tiennent le haut bout dans la cour et dans la ville » (op. cit., p. 61).

26 Deux formules de Furetière, reprises par Trévoux, témoignent du primat accordé à la fin du xviie siècle au voyage comme récit plutôt que comme expérience personnelle : « Rien n’est plus instructif que la lecture (c’est moi qui souligne) des voyages » et : le voyageur est celui « qui fait des voyages [...] & qui en fait des relations » (Furetière, Dictionnaire universel, La Haye-Rotterdam, A. & R. Leers, 1690 ; Dictionnaire universel françois et latin, communément appelé Dictionnaire de Trévoux, édition de 1743, vol. 6). Béat de Murait s’en fait à son tour l’écho : « De toute maniere c’est pour le Public que l’on voyage, & c’est le Public qui recompense de la peine de voiager » (op. cit., p. 510). Il faut d’ailleurs rappeler que tout au long du xviiie siècle la lecture des récits de voyage atteignit un public bien supérieur en nombre à celui des voyageurs qui se déplaçaient physiquement et que le voyage par l’imagination ne doit en conséquence pas être sous-estimé : « Pour une majorité d’hommes du siècle des Lumières, écrit D. Roche, le voyage est une pratique moins réelle qu’imaginaire » (« Le voyageur en chambre : réflexion sur la lecture des récits de voyage », dans A. Burguière, J. Goy, M.-J. Tits-Dieuaide, L’histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, 1997, p. 551)

27 Bien qu’il propose au voyageur d’observer « le climat, les mœurs et les singularitez de chaque pays », et de s’instruire de l’histoire des peuples autant que de celle de la nature, Baudelot pense que la valeur des récits des premiers voyageurs vient de ce que ceux-ci ne se sont pas contentés d’interroger « les hommes du siecle & du lieu où ils passoient », mais ont aussi consulté « les pierres, les metaux & les ecorces d’arbres, pour s’instruire, & pour nous apprendre une infinité de merveilles que la mémoire des Peuples n’avoit pu conserver » (op. cit., t. 1, p. 8-9 et 56-57).

28 Ainsi Jaucourt précise-t-il à propos de l’Italie que « les débris de cette Italie si fameuse autrefois [...] sont toujours dignes de nos regards » (art. « Voyage », déjà cité).

29 Nous ne devons pas oublier qu’à côté de Montaigne les textes de navigateurs ou de cosmographes comme J. Cartier en 1545, P. Belon en 1555, A. Thevet en 1575, J. de Léry en 1580 ou Y. Dugué en 1638, ainsi que l’essai de Bacon sur les voyages paru en 1625, avaient eux aussi, en leur temps, défendu contre le savoir livresque la connaissance par l’expérience sensible (N. Doiron, op. cit., p. 49-60).

30 « Instructions... », déjà cité, dans Le Nouveau Mercure, sept. 1721, p. 8.

31 Amoreux, manuscrit cité, p. 71. Cf. aussi Jaucourt, pour lequel le voyage est une école de la vie « où le changement d’air avec l’exercice sont profitables au corps & à l’esprit » (art. « Voyage », déjà cité).

32 Émile..., cit., p. 574 et 575 (Pléiade, éd. citée, p. 826 et 827).

33 Jaucourt, art. « Voyage », déjà cité.

34 Amoreux estime que la lecture de la Cyropédie de Xénophon et du Télémaque de Fénelon, et plus généralement de quelques bons auteurs, est suffisante pour ceux qui ne peuvent voyager. Il ajoute même que pour les femmes un bon recueil de voyages est préférable au fait de courir le monde (manuscrit cité, p. 13, 14 et 25).

35 Pour Gros de Besplas, l’âme au cours des voyages ne languit pas comme dans les écoles (op. cit., p. 41). Selon Delille « Un coup d’œil quelquefois vaut un an de lecture » (op. cit., p. 9). L’on connaît aussi le passage de l’Émile où en faisant l’éloge des voyages à pied Rousseau affirme que le cabinet d’histoire naturelle « est la terre entière » (op. cit., p. 523 ; Pléiade, éd. citée, p. 772).

36 Gros de Besplas, op. cit., p. 17 ; Berchtold, op. cit., t. 1, p. XII ; Amoreux, manuscrit cité, p. 19.

37 Ce sont là, point part point, des arguments qu’avaient énoncé Béat de Murait pour les combattre, contestant que les voyages changent le caractère et forment l’esprit, donnent du mérite et de la vertu ou fassent devenir sage par le spectacle de la corruption.

38 Manuscrit cité, p. 21. Gros de Besplas affirme de son côté que ce sont les voyageurs qui corrompent les voyages, et non l’inverse (op. cit., p. 53).

39 Gros de Besplas, op. cit., p. 13 et 20.

40 Manuscrit cité, p. 63.

41 « Il n’y a point de méthode qui paroisse plus propre à agrandir nos connoissances sur l’Histoire Naturelle, que celle de visiter les pays étrangers [...] » (John Coakley Lettsom, Le Voyageur naturaliste, ou instructions sur les moyens de ramasser les objets d’Histoire Naturelle, & de les bien conserver, Amsterdam-Paris, Lacombe, 1775, p. II).

42 À l’instar de Baudelot souhaitant que par les voyages se perfectionnent les connaissances, se répandent les sciences et progresse l’érudition, Rousseau attend d’eux que l’on y acquierre « ces connoissances universelles qui [...] sont pour ainsi dire la science commune des sages » (Discours sur l’origine et les fondements..., cit., p. 213). Gros de Besplas les voit éclairer les sciences (op. cit., p. 12-13) et pour l’abbé Jacques Delille comme pour Leopold Berchtold, ils sont la source de multiples connaissances (Épître sur les voyages, Paris, Duchesne-Du-rand-Panckoucke, Amiens, Vve Godait, 1765, p. 6 et suiv. ; Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie, Paris, Du Pont, 1797, t. 1, p. X-XI).

43 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 1, p. 47.

44 « La variété des objets, estime Amoreux, suffiroit à instruire le voyageur le moins attentif » (manuscrit cité, p. 22).

45 Gros de Besplas, op. cit., p. 41 ; Amoreux, manuscrit cité, p. 56-57 ; Delille, op. cit., p. 8 ; Diderot, Préliminaire au Voyage de Hollande, dans Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1876, t. 17, p. 368.

46 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 2, p. 703.

47 Gros de Besplas, op. cit., p. 3 ; Delille, op. cit., p. 17. Cf aussi Jaucourt : « Les voyages étendent l’esprit, l’élevent, l’enrichissent de connoissances, & le guerissent des préjugés nationaux » (art. « Voyage », déjà cité).

48 Tout en citant Platon sur l’utilité des voyages pour instruire au retour les compatriotes, Baudelot de Dairval ne cesse de privilégier la culture de soi : « ça [a] été en effet dans les voyages que les Anciens ont perfectionné leurs études & leurs connoissances [...] [les voyageurs, ajoute-t-il, sont à leur retour bien accueillis] parce qu’on s’imagine qu’ils ont acquis du mérite dans leurs courses » (c’est moi qui souligne) (op. cit., t. 1, p. 21 et 37).

49 Amoreux, manuscrit cité, p. 73.

50 Lettsom, op. cit., p. V.

51 Voir sur ce point J. Céard, F. Charpentier, G. Mathieu-Castellani, La curiosité à la Renaissance, Paris, 1986, p. 14.

52 Op. cit., t. 1, p. 8, et t. 2, p. 717.

53 Les citations proviennent du Nouveau Mercure, mai 1721, article déjà cité, p. 3-4.

54 54Émile..., cit., p. 580 (Pléiade, éd. citée, p. 832). De nombreuses variations sur ce thème se retrouvent chez les auteurs cités : Gros de Besplas demande au voyageur qu’il ait une « raison saine » et une « intégrité de mœurs » pour influencer de façon bénéfique les habitants des villes dissolues par lesquelles il passe (cit., p. 38-39). Diderot indique que l’âge du voyageur est celui « où le jugement est formé » (Préliminaire..., cit., p. 365). Amoreux lui demande de l’esprit et des talents et met en garde contre la dégénérescence des voyages en une passion déréglée, où « ceux qui abusent de leur force [...] ruinent leur santé et dérangent leur fortune » (manuscrit cité, p. 25, et note marginale, p. 72).

55 Gros de Besplas, op. cit., p. 57.

56 Manuscrit cité, p. 32-34 et 26-27. N’oublions pas qu’Amoreux traite non seulement le voyage en homme de lettres, mais aussi en médecin. Estimant que le voyageur doit en avoir fini avec les maladies de l’enfance, il recommande de consulter ensuite la disposition du corps « pour déterminer, suspendre ou dissuader des voyages » (ibid., p. 27).

57 J.-F. Bernard, « Essai d’instructions pour voyager utilement... », dans Recueil de voyages au Nord, contenant divers Mémoires très-utiles au Commerce et à la Navigation, Amsterdam, J.-F. Bernard, 1716, t. 1, p. 185 ; Nouveau Mercure, sept. 1721, article déjà cité, p. 4.

58 Diderot, Préliminaire..., cit., p. 365-368 ; Lettsom, op. cit., préface, p. i-xxii ; Amoreux, manuscrit cité, p. 22 ; Berchtold, op. cit., section 1, « Qualités les plus nécessaires à un jeune homme qui se propose de voyager », t. 1, p. 1-20 ; Robilant, De l’utilité et de l’importance des voyages et des courses dans son propre pays, Turin, Reycends, 1790, p. 17 et suiv. La cascade des connaissances nécessaires correspond à la nouvelle organisation des savoirs : s’il est naturaliste, le voyageur doit ajouter à ses connaissances en minéralogie ou en botanique celles en chimie ou en métallurgie (Robilant, ibid.).

59 Le chevalier de Robilant juge ainsi qu’une bonne santé est nécessaire pour affronter les montagnes ou les mines, mais que « ces dons de la nature seroient d’un mince profit si le sujet ne réunissoit en lui ces connoissances théoriques, & pratiques, qui peuvent lui faire retirer un fruit réel de ses observations » (op. cit., p. 17).

60 Ces disciplines sont les suivantes : la géographie, l’histoire, la physique, l’histoire naturelle, les langues et les arts (manuscrit cité, additif de la p. 32). Un peu plus haut, Amoreux s’est élevé contre l’entassement des élèves dans les classes et a également prôné les exercices du corps : l’équitation, l’escrime, la natation, la course et le saut (ibid., p. 29).

61 [Jean David] Michaelis, Les Voyageurs savants et curieux ou Tablettes instructives, & Guide de ceux que Sa Majesté danoise a envoyé en Arabie... pour l’Eclaircissement de questions très importantes de l’Histoire, de la Nature & des Arts, Londres, aux depens de la Compagnie, 1768, t. 1, préface [p. 2-9 ; cette préface, qui comporte 45 pages, n’est pas paginée].

62 J.-B. Labat, Voyages du P. Labat, de l’ordre des FF. prêcheurs, en Espagne et en Italie, Paris, J.-B. et C. J. B. Delespine, 1730, t. 3, p. 72-73.

63 La première édition du Solenissimo Vochabuolista en 1477 était bilingue, italien et allemand, les suivantes allèrent jusqu’à présenter huit langues et la dernière (1636) en comprenait six : latin, flamand, français, espagnol, italien, anglais ; quant au Berlaimont (dont le titre varia), il était bilingue flamand-français en 1530, devait devenir quadrilingue en 1551 et intégrer en 1558 l’italien à côté du français, de l’espagnol et du latin, ce dernier étant parfois remplacé par le flamand. Sur ces dictionnaires pratiques, qui perdirent en qualité au fil des siècles et qui demeurent bien distincts du filon savant représenté notamment par les « Calepin » dérivés du lexique latin-grec d’Ambrogio Calepino à partir de 1502, cf. A. Rossebastiano, Antichi vocabolari plurilingui d’uso popolare, Alessandria, 1984, et surtout M. Colombo Timelli (que je remercie pour ses précieuses indications), « Dictionnaires pour voyageurs, dictionnaires pour marchands ou la polyglossie au quotidien aux xvie et xviie siècles », dans Linguisticae Investigationes, t. XVI, 2, 1992, p. 395-420.

64 Outre une carte et une description des monnaies de chacun des pays dont il traite, les volumes du Voyageur d’Europe de Jouvin de Rochefort (Paris, D. Thierry, 1672) comportent souvent par pays un lexique bilingue, appelé Dialogue, où sont placées sur deux colonnes à la fin des volumes des morceaux de conversation en français et dans l’autre langue. Dans la seconde partie du Burattino veridico de Miselli figure un chapitre comportant les mots les plus nécessaires pour qui voyage, dans les différentes langues de l’Europe, c’est-à-dire l’italien, le français, l’espagnol, l’allemand, le polonais et le turc (Rome, N. L’hulliè, 1684, t. 2, p. 252-273). Le Viaggiatore moderno ossia la vera Guida per chi viaggia... présente quant à lui les mots et les manières de parler « les plus nécessaires pour qui voyage, laissant néanmoins chacun en apprendre la prononciation correcte dans les différents pays » (Venise, F. Locatelli, 1775, p. 13).

65 Baudelot de Dairval, op. cit., t. 2, p. 718 ; Misson, « Mémoire pour les voyageurs », op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 171 et 193.

66 Diderot demande que si le voyageur ne parle pas la langue du pays, « du moins qu’il l’entende » (Préliminaire..., cit., p. 365), et Amoreux juge essentiel « de savoir passablement la langue du pays que l’on va parcourir », sous peine de voyager « comme un automate » (manuscrit cité, p. 54). Si Latapie se met à prendre des leçons d’italien comme d’autres voyageurs à Rome en 1775, c’est pour comprendre des coutumes et mœurs spécifiques, lire dans le texte L’Arioste et Le Tasse, participer aux cercles de sociabilité entretenus par les élites romaines (G. Montègre, « François de Paule Latapie. Un savant voyageur français au cœur de la Rome des Lumières », dans Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 117, 1, 2005, p. 380).

67 Jean-Dominique Cassini, Manuel de l’étranger qui voyage en Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1778, p. 16 ; Berchtold, op. cit., t. 1, p. 8.

68 Pons-Augustin Alletz est ainsi l’auteur présumé de Dialogues en françois et en latin, pour servir de guide aux militaires et aux personnes qui voyagent (Paris, Guillyn, 1760).

69 Le Manuel du voyageur parut pour la première fois à Berlin en 1799, en français et en allemand, à l’intention des écoles où l’on enseignait le français et en particulier des émigrés. Une version en quatre langues, polonaise, allemande, française et italienne, vit le jour à Breslau en 1807, apparemment à l’insu de l’auteur. Encouragée par ce succès, Madame de Genlis publia en 1810 une nouvelle édition en six langues, anglaise, allemande, française, italienne, espagnole et portugaise. La présentation était à la fois élégante et commode, le texte disposé en six colonnes et le public visé plus large qu’en 1799, ainsi qu’en témoigne le sous-titre : Manuel du voyageur, contenant des dialogues [soixante-deux] et des lettres et billets composés pour tous les états et toutes les situations de la vie, à l’usage des Militaires en pays étranger, des Voyageurs, des Artistes, des Artisans, et pour servir à l’étude des langues vivantes (Paris, Barrois, 1810).

70 Du prestige persistant de l’italien témoigne ce passage du Dictionnaire de Trévoux, que l’on n’a pas jugé bon de retrancher dans l’édition de 1752 : « On entend l’Italien dans toute l’Europe, & bien des gens le parlent en Allemagne, en Pologne, en Hongrie. À Constantinople, dans la Grèce, & dans les échelles du Levant, on parle autant l’Italien que la langue du pays ; l’Italien est la langue commune de toutes les nations [...] il n’y a que le François, qu’on entende aussi communément, & qu’on parle presque aussi universellement en Europe que l’Italien. » (art. « Italien »). Tandis que la préface du Voyage d’un François en Italie de Lalande en 1769 n’évoque nulle part la nécessité d’apprendre l’italien, Cassini souligne neuf ans plus tard, dans l’avant-propos de son Manuel, que les Français ne parlent pas l’italien lorsqu’ils voyagent en Italie, ce qui lui fait honte par rapport aux Russes, aux Allemands, aux Suédois et aux Anglais (op. cit., p. 16 et suiv.).

71 Qu’on songe à la diatribe de Béat de Murait contre ceux qui lisent les livres dans les pays étrangers et croient de ce fait « voyager avec profit, & tirer parti des Nations étrangeres » (op. cit., p. 483-484).

72 Lettsom, op. cit., p. V.

73 Description historique de l’Italie en forme de dictionnaire, La Haye, Pierre Gosse, 1776, avertissement, p. V. Le curieux, ajoute le même ouvrage, aura ainsi « à peu de frais toutes les connaissances dont il a besoin » (ibid.). Au guide « le plus commode, le plus agréable et en même temps le plus instructif » que vante Cassini (Manuel..., cit., p. IV) répond dans le genre des instructions de voyage l’essai de Berchtold, défini par l’auteur comme « un ouvrage qui ne fût pas trop volumineux » (Discours préliminaire, cit., t. 1, p. 16). De tels ouvrages étaient du reste prévus pour être aussi utilisés par le sédentaire (cf. Saussure, Agenda du voyageur géologue tiré du quatrième volume des Voyages dans les Alpes, Genève, Paschoud, 1796, p. 1).

74 Misson conseille dès 1691 de faire provision de cartes avant de partir, puis de « les faire entoiler & (...) les rouler sur un baston fait exprès » (op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 197).

75 Berchtold, op. cit., « Effets que doit avoir avec soi un voyageur », t. 1, p. 79-84 (mais aussi diverses autres sections de toute la première partie du volume) ; Robilant, op. cit., alinéa 14 ; Saussure, op. cit., chap. 23, « Instrumens nécessaires au Géologue voyageur ».

76 Berchtold, op. cit., t. 1, p. 19.

77 W. Davison, Profitable Instructions : Describing What Special Observations Are to be Taken by Travellers in All Nations (cité par A. Brilli, Le Voyage d’Italie, Paris, 1989, p. 104-105 ; de nombreuses autres instructions anglaises de 1570 à 1650 sont évoquées par G. B. Parks, « Travel as Education », dans The Seventeenth Century. Studies in the History of English Thought and Literature from Bacon to Pope, Londres, 1951, p. 264-290. Le schéma récurrent à partir de Baudelot est le suivant : situation, étendue, limites et climat des endroits où l’on voyage ; terroir et ses productions, mines, montagnes et cours d’eau ; incommodités et périls ; villes, ports et édifices ; mœurs et usages, religion, gouvernement, arts et sciences, commerce et manufactures (Baudelot de Dairval, op. cit., t. 2, p. 697-707 ; Misson, op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 194-195 ; Bernard, op. cit., t. 1, p. 185 et suiv. ; Abbé Prévost, Histoire générale des voyages..., Paris, Didot, 1746, t. 1, page de titre).

78 Cassini, Manuel..., cit., p. vi.

79 Rousseau, Émile..., cit., p. 603 (Pléiade, éd. citée, p. 855).

80 Rousseau, ibid., p. 576 (Pléiade, éd. citée, p. 828) ; Cassini, Manuel..., cit., p. 10 ; Gros de Besplas, op. cit., p. 8 ; Diderot, Préliminaire..., cit., p. 366 ; Lettsom, op. cit., p. 136-138 ; Berchtold, op. cit., t. 1, p. viii.

81 Op. cit., t. 1, p. 185.

82 On connaît la distinction qu’opère Rousseau entre le curieux qui voyage pour « voir du pays » et le philosophe qui cherche à « voir des peuples » (Émile..., cit., p. 580 ; Pléiade, éd. citée, p. 832). Cf. aussi Amoreux, manuscrit cité, p. 20.

83 C’est que l’Essai... de Berchtold (déjà cité) et les Questions de statistique à l’usage des voyageurs écrites par Volney en 1795 (dans Œuvres de C. F. Volney, Paris, Parmentier, 1825, t. 7, p. 377-396) tendent toutes deux, pour parler comme Volney, « vers des fins d’utilité publique et sociale » (ibid., p. 381). En cela réside leur principale différence avec le catalogue réuni par Misson à la fin du siècle précédent pour mémoriser les « diverses choses » sur lesquelles ce dernier trouvait « toujours [...] quelque question à faire » (op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 195).

84 Vantant la précision du géomètre, Saussure juge qu’il faut « minuter, pour ainsi dire, les questions que l’on veut faire à la nature » (op. cit., p. 1). Pour Volney, « une classe essentiellement questionneuse est celle des voyageurs » (op. cit., p. 377) ;

85 Diderot, Préliminaire..., cit., p. 367-368.

86 « Il seroit aussi bien important que le Naturaliste tînt un journal, dans lequel il feroit mention, jour après jour, des événements, observations, lieux, distances, récits, instructions, & remarques relatives à ses vues, qu’il auroit la précaution d’y placer pendant qu’elles seraient encore fraîches dans sa mémoire. » (Lettsom, op. cit., p. xxii) ; « Tenez un petit journal abrégé de vos voyages : écrivez tout ce qui ne peut se dessiner ; anecdotes, aventures, etc. enfin tout ce qui aura pu vous intéresser ou vous amuser » (Valenciennes, Réflexions et Conseils à un Élève sur la Peinture et particulièrement sur le genre du Paysage, Paris, L’Auteur-Desenne-Duprat, an VIII (1800), p. 629). Les stratégies sur la rédaction du journal sont certes variables. Tandis que les plus littéraires demandent que « ce qui mérite d’être rappelé à la mémoire » soit rédigé dans le journal « en prenant certains moments dans la journée » (Amoreux, manuscrit cité, p. 52), les plus rigoureux insistent sur la distinction entre les observations spontanées notées au cours de la déambulation sur un cahier de poche et le journal rédigé le soir et éventuellement complété par un livre où seraient écrits « les faits authentiques » (Berchtold, op. cit., t. 1, p. 12 et 48 ; Saussure, op. cit., p. 52). Ces conseils dessinent bien une anthropologie du voyageur, soucieux de ne rien perdre de ce qu’il apprend au cours du déplacement.

87 Très nombreuses sont les remarques sur ce point, du Voyageur de Lettsom à l’Agenda de Saussure, des instructions du Directoire pour les commissions des sciences et des arts en Italie (y compris pour celle qui ne partit point, en 1799) à celles que les professeurs du Muséum d’Histoire Naturelle rédigent régulièrement à partir de la fin du xviiie siècle « sur la manière de recueillir, de conserver et d’envoyer les objets d’histoire naturelle ».

88 Gros de Besplas, op. cit., p. 8-9, 21 et 41.

89 Ibid., p. 28-31.

90 « Dans des États entiers, où germent leurs leçons [celles des voyages], / Souvent ils ont produit de fertiles moissons. / [...] Par eux mille talens, noblement transplantés, / Vont fleurir loin des lieux qui les ont enfantés. » (Delille, op. cit., p. 20). Amoreux de son côté célèbre les capacités investigatrices du voyageur anglais qui questionne, prend note de tout, achète livres et papiers à l’étranger, au point qu’« on le prendrait pour un Espion d’État » (manuscrit cité, p. 71).

91 Berchtold, op. cit., t. 1, p. 36-47, 12 et 47-50.

92 Op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 199-200.

93 Manuscrit cité, p. 17.

94 Un voyageur, selon les « Instructions... » commentées dans le Nouveau Mercure en septembre 1721, « ne doit point voyager en Courier, mais aller ça & là dans le voisinage des endroits, & observer ce que l’on trouve de curieux » (op. cit., p. 4).

95 Lettsom, op. cit., p. xx et 136-138 ; Saussure, op. cit., chap. 3 à 21.

96 Déjà Baudelot de Dairval indiquait que la diffusion des sciences dépendait des voyages : « Aujourd’hui que les sciences sont sur le throne, & règnent si souverainement dans le monde chrétien, il n’est pas point important encore de voyager » (op. cit., t. 1, p. 65-66). À sa suite Gros de Besplas pense qu’en attendant l’Apocalypse « les Voyages peuvent seuls nous bien apprendre l’Histoire Naturelle » (op. cit., p. 16-17) et Berchtold se demande quel homme peut « se flatter d’avoir des connaissances profondes en histoire naturelle, s’il n’a jamais voyagé » (op. cit., p. xii).

97 Ces Réflexions de Valenciennes sont placées à la suite des Élémens de perspective pratique à l’usage des artistes, Paris, LAuteur-Desenne-Duprat, an VIII (1800), p. 519-521 et 627-630.

98 Ainsi les voyages de Young ont-ils, selon Berchtold, « appris aux puissants propriétaires [allemands] à traiter avec plus d’humanité le cultivateur indigent » (op. cit., t. 1, p. II). La note du traducteur de cet ouvrage d’abord paru en anglais évoque aussi le fait que les Français aient depuis peu pris conscience que les voyages « offrent un moyen puissant d’étendre la sphère des connaissances, et d’accroître la prospérité nationale » (ibid., p. x). Le modèle de la prospérité anglaise est alors souvent invoqué pour illustrer le lien entre voyages et prospérité (cf. par ex. Robilant, op. cit., p. 4).

99 Étienne Munier, Essai d’une méthode générale propre à étendre les connoissances des voyageurs, ou Recueil d’observations relatives à l’Histoire, à la répartition des Impôts, au Commerce, aux Sciences, aux Arts & à la culture des Terres, le tout apuyé (sic) sur des faits exacts, & enrichi d’expériences utiles, Paris, Moutard, 1779.

100 Cf. E. Esmonin, « Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne », dans Id., Études sur la France des xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1964, p. 113-130. Intéressante est à cet égard la comparaison entre les paramètres que Beauvillier demande en 1697 aux intendants de prendre en compte et les objets de curiosité qu’avait retenus Misson à l’intention des voyageurs en 1691 (op. cit., t. 3, p. 194-195 [voir supra note 77 et l’article cité à la note suivante, p. 18-19]).

101 Charles-François, abbé de Lubersac, Discours sur l’utilité des voyages des Princes, Saint-Petersbourg et Paris, Guillot, 1782, p. xxix. Sur les objectifs assignés aux voyages princiers dans l’Europe des Lumières, cf. G. Bertrand, « Du voyage dans les traités d’éducation aux pratiques royales et aristocratiques : le cas français au xviiie siècle », dans G. Luciani, C. Volpilhac-Auger (dir.), L’institution du Prince au xviiie siècle, Ferney-Voltaire, 2003, p. 15-23.

102 Amoreux, manuscrit cité, p. 19. Le médecin de Montpellier n’est pas le seul à défendre cette idée au cours des années 1780. Les 9 tomes du Recueil amusant de voyages en vers et en prose publié par Couret de Villeneuve s’ouvrent par des « Observations générales sur les voyages » où le marquis de Pezai (sic) propose de faire voyager pendant deux ans dans les provinces du Royaume et aux frais du gouvernement « les jeunes gens nés avec de l’esprit, mais pauvres, & conséquemment forcés à savoir quelque chose, & à être modestes » (Paris, Gay & Gide, 1786-1787, t. 1, p. 12).

103 M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome, et des États ecclésiastiques..., Paris, Desenne, 1791, p. v-vi.

104 Décrivant le voyage de Joseph II en Italie en 1769, C. Mayer montre l’importance qu’y eurent tant les conversations sérieuses que les visites de lieux utiles (M. le comte de Falkenstein ou Voyages de l’empereur Joseph II en Italie, en Bohème et en France..., Rome et Paris, Cailleau, 1778).

105 Sur l’éventail des motifs concrets de voyage que les passeports ont néanmoins le très grand mérite d’indiquer, cf. infra, chap. 2.

106 Outre le concours de l’Académie de Lyon en 1787, seul examiné ici, devraient être explorées les réponses aux deux concours proposés par l’Académie de Marseille en 1763 et 1764 sur l’utilité des voyages (cf. infra, sources imprimées, section § 2.3., ainsi que A.-F. Delandine, Couronnes académiques, ou recueil des prix proposés par les sociétés savantes, avec les noms de ceux qui les ont obtenus, des concurrens distingués, des auteurs qui ont écrit sur les mêmes sujets..., Paris, Cuchet, 1787), de même qu’à divers autres concours du second xviiie siècle sur l’éducation, les voyages ou la découverte du Nouveau Monde. D. Roche signale ceux des Académies de Pau dans les années 1750-1758, de Marseille et de Lyon dans les années 1760-1769, où figure le thème des voyages, d’autres proposés à Amiens, Châlons et encore Pau en 1770-1779, d’autres encore à Amiens, Arras, Châlons, Marseille et Lyon entre 1780 et 1789 (Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, 1978, t. 2, p. 147-148). Sur les concours lyonnais, cf. J.-B. Dumas, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et arts de Lyon, Lyon, Giberton et Brun, 1839, 2 t.

107 Discours de M. Turlin, dans Extrait des discours qui ont concouru pour le prix que l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de la Ville de Lyon, a adjugé à M. Turlin... sur cette question : Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l’éducation ?, Lyon, Aimé de la Roche, 1788, p. 51-96, en particulier p. 53.

108 Extrait du Discours de M. de Mirampal, dans ibid., p. 19-47.

109 Il Viaggiatore moderno..., cit., éd. de 1775, p. 8. En écho aux thèses de Murait ce guide rappelle, parmi les risques encourus, celui de rapporter du voyage des mots et des petites phrases étrangères qui au retour se mêleront au français, ainsi que de « nuove foggie di vestire, maniere nuove di conversare, ed un libertinaggio scandaloso in tutte le operazioni » (ibid., p. 7-8).

110 Louis Du Four de Longuerue, Longueruana, ou Recueil de pensées, de discours et de conversations, Berlin, 1754, p. 224. Charles d’Herculais utilise du Longueruana une édition de 1773 dont nous n’avons pas retrouvé la trace (Recueil d’anecdotes, de plaisanteries, de bons mots, de pensées, de portraits, de coutumes, etc. Le tout tiré de différens auteurs, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8839, t. 1, passim).

111 Misson, op. cit., éd. de 1722, t. 3, p. 145-248.

112 Ibid., t. 3, p. 195-196.

113 Le passage de l’air subtil de Naples à l’air grossier de Rome, le voyage de nuit ou « seul dans des passages dangereux », l’endormissement « sous des arbres faisant beaucoup d’ombre » constituent autant de menaces pour la santé d’un voyageur que le guide dessine comme modeste, prudent et appliqué à suivre les petits livres qu’il se procurera dans chaque ville pour découvrir les « peintures & autres choses rares qui s’y trouvent » (La vera Guida per chi viaggia in Italia..., Rome, P. Giunchi, 1787 (1ère éd. 1775), p. 42-55).

114 Mme de Genlis, « Conseils aux fugitifs et aux voyageurs, qui veulent entreprendre de longs voyages, et qui n’ont à cet égard aucune expérience », dans Le Voyageur, Berlin, Delagarde, 1800, cité par J.-M. Goulemot, P. Lidsky et D. Masseau (éd.), Le voyage en France. Anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen Âge à la fin de l’Empire, Paris, 1995, p. 541.

115 Cet Itinéraire des routes les plus fréquentées, ou Journal d’un voyage aux villes principales de l’Europe... de Dutens (Paris, Pissot, 1775) fut fréquemment réédité jusqu’à la fin du siècle. De nombreux guides en un volume, exclusivement consacrés à l’Italie, parurent dès 1775 ou dans les années suivantes, comme ceux de Tiroli, de Guillaume, de Lacombe ou de Cassini.

116 Cf. l’avertissement de l’Itinerario italiano che contiene la descrizione dei viaggi per le strade più frequentate alle principali città d’Italia (Florence, N. Pagni, 1800, traduit en français en 1801 et plusieurs fois réédité dans les années suivantes).

117 « Papiers et manuscrits de feu M. Charles d’Herculais à son neveu Jules. Classés et fichés par son arrière-neveu J. K. d’Herculais », Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 8840. La grammaire italienne recopiée par d’Herculais, sans titre, occupe les sous-pièces 5-6 et 8, soit 34 p. n. n., et traite successivement des noms, des augmentatifs, des diminutifs, des noms adjectifs, des superlatifs, des terminaisons ; des articles, des prépositions, des pronoms, personnels, conjonctifs, possessifs, démonstratifs, interrogatifs, relatifs et impropres ; des verbes, des auxiliaires, des verbes andare, dare, fare, stare, des verbes en ere. Le pro-memoria « Sur les monnoies d’Italie » (sous-pièce 7, 15 p. n. n.) passe en revue ces dernières ville par ville avec pour chacune d’elle la correspondance avec Paris : Bologne, Florence, Gênes, Livourne, Milan, Naples, Rome, Venise, Turin.

118 M. de Saint-Quentin, Voyage d’Italie, par Lyon, Turin, Milan, Bologne, Florence, Rome et Naples, 1778-1779, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 3822.

119 Dans le cas du comte d’Espinchal, un second journal a carrément été écrit pour ne donner que ces conseils, ville après ville (Voyage d’Italie, Bib. Munic, de Clermont-Ferrand, Ms 327). Le seul document conservé pour Wlgrin de Taillefer ne laisse quant à lui aucune place au récit personnel (Notes pour un voyage en Italie prises par Wlgrin de Taillefer avec un plan de Rome (1792), A. D. Dordogne, Ms 38).

120 À moins que ce ne soit l’inverse : à d’infimes détails près, le texte est identique. Les deux principales différences sont que le manuscrit de Taillefer comporte dans la marge de nombreuses indications des matières traitées absentes chez d’Espinchal et qu’il est suivi d’une substantielle « Notice sur la vie, les ouvrages et le mérite des principaux peintres des écoles romaine, florentine, lombarde, et venitienne : pour servir à mon voyage d’Italie ».

121 Par les indications qui sont données au début de ces deux journaux, nous voyons que la matrice n’est ni Lalande, ni Richard, ni Cochin, ni le Dictionnaire de l’Italie, ni l’Itinéraire de Dutens, ni le livre de poste de l’Italie, mais sans doute un mélange de ces six guides, actualisé par l’expérience concrète de l’Italie au début des années 1790.

122 Mme de Genlis, Le Voyageur, cité dans op. cit., p. 541.

123 Cf. L. Bély, Espions et ambassadeurs, Paris, 1990, p. 630.

124 Plusieurs demandes de passeports grenoblois se rattachent à ce thème dans le registre de 1740-1743 qui sera étudié plus en détail au chap. suivant : la veuve d’un tisserand conduit à Paris son fils de huit ans pour « le faire guérir d’une maladie d’humeurs froides » (18 juillet 1740), un gantier « incommodé de la vuë » va à Bordeaux « continuer de se faire traiter de son mal » (21 novembre 1740), un homme du diocèse de Gap va « aux eaux de Bourbon » (7 juin 1742) et une femme se rend à Aix-en-Savoye « pour y prendre les bains pendant un mois » (3 août 1742) (Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 63, ff. 180r, 183v, 194v et 195v).

125 C’est le cas en France avec les stations de Vichy et d’Aix-les-Bains. Du côté italien, le succès d’Acqui Terme auprès des Français est attesté par la publication des ouvrages de Lesne (Notice historique et statistique sur la ville d’Acqui et ses environs, ses eaux thermales, et l’établisement militaire au-delà de la Bormida, Alexandrie, V. Alauzet, 1807) et de J. Mojon (Analyse des eaux sulfureuses et thermales d’Acqui, Gênes, Y. Gravier, 1808). Le Dauphinois Villars la visite en août 1811 et en décrit assez longuement les sources thermales (Précis d’un voyage botanique, fait en Suisse..., Paris-Strasbourg, Lenormant-Levrault, 1812, p. 35-39).

126 D. Vaj, Médecins voyageurs. Théorie et pratique du voyage médical au début du xixe siècle d’après deux textes genevois inédits, Genève, 2002.

127 Cf. J.-M. Goulemot, P. Lidsky, D. Masseau, Le voyage en France, cit, p. 951. Sur le déplacement massif des Anglais vers les villes d’eau de Spa et Aix-la-Chapelle, et d’un moins grand nombre vers le sud de la France, la riviera de Nice, Naples et le Portugal tout au long du xviiie siècle, cf. J. Black, The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, 1992, p. 181-188.

128 Cité par A. Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, 1990 (éd. orig. 1988), p. 72-73.

129 H. Guicharnaud, « Un collectionneur parisien, ami de Greuze et de Pigalle, l’abbé Louis Gougenot (1724-1767) », dans Gazette des Beaux-Arts, juillet-août 1999, p. 15.

130 Bib. de l’Institut, Ms 1786, ff. 210-212, cité par A.-M. Chouillet, P. Crépel, « Un voyage d’Italie manqué ou trois encyclopédistes réunis », dans Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 17, octobre 1994, p. 16. Le Brevet accordé par Louis XV le 5 septembre 1770 pour permettre à d’Alembert de voyager en Italie spécifie d’ailleurs que l’académicien « a très humblement representé a Sa Majesté qu’il desiroit pour le retablissement de sa santé pouvoir voyager en Italie pendant un an » (ibid., p. 22).

131 Op. cit., p. 42-83.

132 Cf. Amoreux, manuscrit cité, p. 27 (« Les personnes mélancoliques ont besoin de voyager pour se distraire et s’égayer ») et 48 (« j’ai dit qu’on voyageait quelquefois pour raison de santé »).

133 Mme de Genlis, Le Voyageur, cité dans op. cit., p. 545 et 548.

134 Un ancien conseiller au Parlement de Grenoble, Charles-Étienne Leclet, eut ainsi toutes les peines du monde à faire reconnaître à l’administration française que ce ne furent pas une volonté d’émigration mais bien les souffrances occasionnées par une maladie de la vessie qui l’empêchèrent de rentrer d’Aix-en-Savoie au bout d’un mois de cure en juillet 1791, et le contraignirent à demeurer entre Savoie et Suisse pendant plusieurs années (A. D. Isère L 249 ; je remercie R. Chagny de m’avoir signalé ce cas). L’argument de la mauvaise santé fut souvent invoqué par les émigrés. Encore en octobre 1804, M. de La Coste, ancien Président au Parlement de Grenoble, fait savoir que son épouse et lui-même ne pourront rentrer de Venise à Grenoble que « lorsque le beau temps sera revenu » et leur santé « rétablie » (lettre de leur fondé de pouvoir, Achard, 23 vendémiaire an 13, A. D. Isère, L 249).

135 À l’instar de Leclet, qui ajourna en 1789 son voyage pour Aix-les-Bains, n’eut pas la force de rentrer à la fin de juillet 1791 à Grenoble au bout de son mois de cure à Aix, puis alla consulter Tissot à Lausanne et Bouquet à Fribourg, la comtesse de Brizon, émigrée en Suisse italienne, réclame en 1793 auprès de l’administration impériale à Milan un passeport pour aller consulter les médecins à Côme (lettre de l’abbé de Boisdeffre, 13 juillet 1793, Archivio di Stato di Milano, Misc. Storica 53, fasc. 2).

136 La demande de passeport de Marie Agathe Dubois, veuve de Gilles François Charavel de Lisle, déposée le 3 germinal an VI pour aller consulter son médecin à Genève, est ainsi accompagnée d’un certificat où un médecin de Grenoble, Laugier, explique que sa patiente « est attaquée d’une faiblesse relative des organes digestifs, de celle du système nerveux et d’empatemens dans les visceres du bas ventre, et qui s’accompagnent d’un état mélancolique ; en sorte qu’elle est dans le cas de se procurer le mouvement de la voiture et la variété des objets, comme moyen utile à rétablir sa santé, conséquement de voyager souvent » (A. D. Isère, L 261, f. 46). Deux mois plus tard, la fille d’un négociant de Grenoble, Claire Monnier, part pour Milan sous le prétexte qu’elle est « obligée de voyager par le conseil du médecin pour le rétablissement de sa santé » (demande du 16 prairial an VI, A. D. Isère, L 261, f. 78).

137 Demande de passeport de la comtesse de Bourbon-Busset pour pouvoir se rendre à Milan et Pavie, écrite d’Alexandrie le 6 novembre 1793 (Arch. di Stato di Milano, Misc. Storica 53, fasc. 3).

138 Cf. A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, 1995, en particulier p. 81 et suiv.

139 Les rigueurs de la législation sur les pèlerins, anciennes en France (une permission expresse du roi est exigée pour les pèlerinages à l’étranger par les déclarations de 1671, 1686 et 1738), furent renforcées en Toscane et en Lombardie dans la seconde moitié du xviiie siècle (cf. D. Julia, « ‘Roumieux’ et ‘jacquaires’... », art. cité).

140 Depuis les années 1750 se sont multipliés les projets d’éducation, y compris pour les enfants de mendiants. C’est toutefois dans les années 1780 qu’ils se généralisent. Après que Diderot eut avancé le projet d’une philosophie « populaire » et que Condorcet, dans sa réponse à la question posée par l’Académie de Berlin en 1780 sur le problème de savoir « s’il est utile de tromper le peuple », eut lancé l’idée d’une instruction publique reprise en 1791, les académies de province en France prirent le relais en proposant, comme celles d’Amiens ou d’Arras, des concours relatifs à l’instruction du peuple ou à l’éducation des campagnes (cf. D. Roche, Le Siècle des Lumières en province..., cit., t. 2, p. 147-148).

141 Discours sur l’origine et les fondements..., cit., t. 3, 1964, p. 212. Estimant que l’objet des voyages est d’observer toute l’humanité, Gros de Besplas nie lui aussi que l’homme du peuple puisse être un bon voyageur : « C’est donc par l’homme du rang intermédiaire qu’ils [les voyages] doivent être entrepris. Les Grands ou le Peuple sont trop à distance [l’un de l’autre] pour se bien voir. » (De l’utilité des voyages..., cit., p. 57).

142 Gros de Besplas, ibid., p. 8.

143 Amoreux, manuscrit cité, p. 17-18 (la ponctuation et l’orthographe originales ont été respectés).

144 Ibid., p. 19.

145 Ibid., p. 19. Ce type de projet est dans l’air du temps. Dans ses « Observations générales sur les voyages », le marquis de Pezai propose lui aussi que le gouvernement fasse voyager des « jeunes gens nés avec de l’esprit, mais pauvres, & conséquemment forcés à savoir quelque chose, & à être modestes » (texte placé en tête du Recueil amusant de voyages en vers et en prose..., Paris, Gay & Gide, 1786-1787, t. 1, p. 7-21 ; le passage cité se trouve p. 12).

146 A. Corbin, L’avènement..., cit., p. 81.

147 D. Roche, « Le voyageur en chambre : réflexion sur la lecture des récits de voyage », dans L’Histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, 1997, p. 550-558.

148 L. Desgraves, Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu, Genève, 1954 ; une édition plus récente a été donnée du Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu à La Erède par L. Desgraves et C. Volpilhac-Auger avec la collaboration de F. Weil, Naples-Paris-Oxford, Cahiers Montesquieu n° 4, 1999. Le cas du président de Brosses, étudié par M. Duchet, semble promettre, si l’on excepte Misson, une moisson plus maigre sur l’Italie (Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, 1995 (1ère éd. 1971), p. 70-71).

149 G. Bertrand, « Un voyageur dans le sillage des Lumières. Stendhal lecteur des guides et récits de voyage en Italie du xviiie et du début du xixe siècle », dans G. Bertrand (dir.), La culture du voyage. Pratiques et discours de la Renaissance à l’aube du xxe siècle, Paris, 2004, p. 207-237.

150 M. Richebourg, « La bibliothèque de J.-J. Rousseau », dans Annales de la Société J.-J. Rousseau, t. 21, 1932, p. 181-250 ; G. Pire, « Jean-Jacques Rousseau et les relations de voyages », dans Revue d’histoire littéraire de la France, juillet-sept. 1956, p. 355-378.

151 D. Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 1910, p. 449-496. M. Marion note de son côté que les livres de voyage sont relativement peu nombreux à Paris au milieu du xviiie siècle, mais qu’il existe quelques passionnés de livres de voyage, comme un certain David (M. Marion, Recherches sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du xviiie siècle : 1750-1759, Paris, 1978). Cette orientation spécialisée vers la géographie et les voyages a été également relevée par M. Cubells dans certaines bibliothèques de parlementaires provençaux (La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au xviiie siècle, Paris, 1984, p. 333-355, en part. p. 341).

152 Tandis que chez les nobles de province résiste au moins jusqu’aux années 1770 le secteur religieux, les récits de voyage et les ouvrages géographiques complètent chez les nobles parisiens la primauté de l’histoire et des belles-lettres (D. Roche, « Les lectures de la noblesse dans la France du xviiie siècle », dans Les Républicains des lettres..., Paris, 1988, p. 84-102).

153 Se détachant sur une moyenne générale où les livres de voyage représentent de 3 à 4 % du total, les cinq bibliothèques privées parisiennes mises en vente entre 1782 et 1808 les plus fournies en livres de voyage sont dans l’échantillon retenu par Y. Marcii celles du marquis de Courtanvaux (24,2 % du total des ouvrages), du médecin Coquereau (22,6 %), de Lepestre Chateaugiron (14,4 %), de Lamoignon-Malesherbes (12,6 %) et de l’intendant des colonies Tascher (10,8 %). Dans la bibliothèque de Courtanvaux, les récits sur l’Italie totalisent 18,8 % des livres sur l’Europe, dans celle de Lamoignon-Malesherbes ils s’élèvent à 13,6 % (Y. Marcii, Récits de voyage et presse périodique au xviiie siècle. De l’extrait à la critique, thèse soutenue sous la dir. de R. Chartier, Paris, EHESS, 2000, p. 45 et 50).

154 J. Quéniart, Culture et sociétés urbaines dans la France de l’Ouest au 18e siècle, Lille, 1977, t. 2, p. 777.

155 Sur les 184 ouvrages de Mgr de Caulet se rapportant à l’Italie, seuls figurent 5 récits de voyage et 6 livres de géographie. Les 173 titres restants sont des livres d’histoire (S. Bentin, Des livres d’histoire profane de la bibliothèque de Monseigneur de Caulet, mémoire de maîtrise sous la dir. de G. Bertrand, Grenoble, Univ. Pierre Mendès France, 1998, p. 128).

156 Pour les références des catalogues de bibliothèques énumérés ci-après, voir nos sources manuscrites, § 3. Une analyse plus précise des lectures de marchands dauphinois comme Raby et Borel du Bez a été esquissée plus loin, chap. 11.

157 Affiches, Annonces et avis divers du Dauphiné, 21 juillet, 29 sept, et 8 déc. 1775 (Bib. Munic, de Grenoble, 5 Mi 9).

158 Catalogue de la bibliothèque du marquis d’Espinchal, édité et présenté par J. Renwick, Clermont-Ferrand, Université de Clermont-Ferrand II, Publication de l’Institut d’Études du Massif Central et du Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, 1988.

159 Selon J. Renwick, d’Espinchal « avait en réalité beaucoup voyagé en Italie et en Suisse avant la Révolution », ce que montre notamment une série de lettres adressées à sa femme depuis la Suisse à l’été 1783 (op. cit., p. 24).

160 Y. Marcil, Récits de voyage..., cit., p. 50-51, 55-56.

161 Seul titre antérieur à 1750 : un Nouveau Voyage d’Italie en 3 volumes de 1717, attribué à Deseine. On pourrait toutefois se demander s’il ne s’agit pas d’une édition de Misson, puisque l’ouvrage de Deseine, paru en 1699 et qui à notre connaissance ne fut pas réimprimé en 1717, n’avait que deux volumes.

162 De nombreux titres connus sont présents : Maihows (1750), Grosley (1764), Lady Montagu (1765), Silhouette (1770), 7 vol. d’Antiquités d’Herculanum de Maréchal et David (1780), Borch (1781), Saint-Non (1781), Lalande (indiqué comme 1787), Dupaty (1789), Salaberry (1799), Barthélémy (1804), l’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand (1812). Parmi les guides brefs, on reconnaît : le Dictionnaire historique et géographique de l’Italie (1775), Cassini (1778), un livre de postes de l’Italie (1786), Dutens (1788), Martyn (1791), ainsi qu’une dizaine de descriptions classiques consacrées à une seule ville (Gênes, Rome, Venise, Florence, Pouzzol, Milan).

163 Nous reprenons ici les conclusions de Y. Marcil, « Lecture critique du voyage en Italie dans la presse littéraire de la seconde moitié du xviiie siècle », dans G. Bertrand (dir.), La culture du voyage..., cit., p. 181-203.

164 C’est en tout cas ce que Y. Marcil a clairement établi à travers des indications du Mercure de France et de L’Année littéraire dans les années 1780 (« Lecture critique... », op. cit., p. 201).

165 Voir à ce sujet F. Brizay, « Peut-on mesurer l’influence qu’eurent en France les guides et récits de voyage en Italie du milieu du xviie siècle à la fin du xviiie siècle ? », dans G. Bertrand (dir.), La culture du voyage..., cit., p. 121-146.

166 Et en particulier au chap. 12.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540