Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Introduction

Texte intégral

  • 1 Selon M. Cuaz quatre éléments permettent d’identifier ce qu’était l’idée d’Italie avant que l’État (...)

1Si l’Italie n’est pas encore devenue au xviiie siècle l’entité politique qui devait voir le jour à la faveur des luttes du Risorgimento et s’achever avec la prise de Rome en 1870, elle possède dès avant la campagne d’Italie de 1796 une existence géographique et symbolique, nourrie tout à la fois de réminiscences classiques et de la conscience qu’avaient certains de ses habitants de partager une culture commune1. Les frontières de la péninsule n’étaient certes pas délimitées avec netteté : pour les uns elles incluaient la Savoie et la Dalmatie, selon d’autres en étaient exclus non seulement la Sicile, mais aussi le Piémont et même l’ensemble de la plaine lombarde. Les Italiens les plus instruits n’en désignaient pas moins sous le nom d’Italie un territoire transcendant les limites entre États et recouvrant à partir du noyau intangible que formaient le royaume de Naples, les États du pape et le grand duché de Toscane un espace investi d’une forte identité en dépit de ses dimensions variables. Les étrangers éprouvaient de leur côté le sentiment d’une arrivée en Italie lorsqu’ils franchissaient les cols alpins ou abordaient aux rives de la Ligurie ou de la Toscane. Ceux qui déclaraient faire le voyage de Rome, de Lorette ou de Naples pouvaient ne guère se soucier des paysages et tirer les rideaux de leur voiture jusqu’à leur arrivée dans une grande ville, ils ressentaient pourtant une vive satisfaction à la pensée qu’ils pénétraient dans le pays de Virgile et d’Horace ou s’approchaient de la capitale de la chrétienté. Tout en reconnaissant dans les églises, les salons, les cabinets de curiosité ou les bibliothèques d’Italie un univers que leur éducation leur avait rendu familier, les voyageurs lettrés ne se trouvaient plus dans leur lieu de vie habituel et attendaient du séjour au-delà des Alpes qu’il leur apporte un plus, une différence par rapport au cours normal de leur existence. De son côté, le statut privilégié qu’ils accordaient à l’Italie au sein de l’Europe contribua à ancrer dans l’esprit de ceux qui y vivaient la croyance que la péninsule avait un destin à l’unification.

  • 2 Reflétant une pratique qui remonte aux années 1530 et dont George B. Parks a retracé les étapes de (...)
  • 3 J. Stagl, en collab. avec K. Orda et C. Kämpfer, Apodemiken : eine räson-nierte Bibliographie der (...)
  • 4 Sur l’art de la promenade, voir P. Antoine, « Une rhétorique de la spontanéité : le cas de la Prom (...)
  • 5 E. J. Leed, La mente del viaggiatore. Dall’Odissea al turismo globale, Bologne, 1992 (éd. orig. an (...)

2À la fois espace et idée, celle-ci était cependant arpentée, et donc appréhendée, d’une façon qui était loin d’être uniforme. Le mode le plus classique de déplacement était le voyage d’Italie des personnes de la haute société, quelquefois mues par une exigence concrète de leur métier et très souvent soucieuses de perfectionner les connaissances apprises par une expérience directe et personnelle. Ces élites ne se réduisaient pas aux jeunes gens de la noblesse qui s’en allaient parfaire leur éducation en accomplissant le Grand Tour d’Europe, inauguré à des fins pédagogiques par les Anglais dans le second tiers du xvie siècle et popularisé au cours du siècle suivant2. Des philosophes d’âge mûr et des artistes, des officiers et des érudits, des diplomates et des supérieurs de congrégations partageaient en tout ou en partie cette manière de circuler qui supposait un mouvement réglé, respectant un itinéraire aux étapes tracées à l’avance et aux buts clairement balisés par une riche production en arts de voyager. J. Stagl a procédé à l’inventaire de la littérature des artes apodemicae et N. Doiron a montré ce qu’une telle conception du voyage devait à l’organisation monarchique qui se mit en place au xviie siècle3. Forme de mobilité temporaire d’une ou de quelques personnes qui après s’être extraites à leur univers de départ prévoient y retourner au bout d’un certain nombre de mois ou années, ce type de déplacement se distingue autant du vagabondage et de l’errance, marqués par l’incertitude, que de la promenade, expérience brève de digression où l’on suit une route dont on peut s’écarter au rythme des hasards et de la conversation avant d’y revenir et de s’en s’éloigner à nouveau4. Il constitue une aventure aux risques calculés, où le voyageur acquiert une dignité lui permettant de briller et d’être reconnu aux yeux de ceux qu’il a quittés et qu’il retrouve à son retour. Rompant avec le poids de fatalité et de souffrance qui caractérisait le voyage des héros de l’Antiquité, il est parfois vécu sur le registre de la pénitence et répond à un besoin de purification, dont témoignent les pèlerinages. Mais il manifeste avant tout, et le cas de l’Italie est exemplaire à cet égard, un acte volontaire, l’exercice d’une liberté du moi. E. J. Leed a montré comment à partir d’une connotation héroïque cette liberté avait débouché à l’époque moderne sur une dimension de plaisir largement partagée par les élites européennes, grâce à la possibilité d’opérer une dissociation entre la douleur de la déambulation et la sagesse que le voyage permet d’acquérir5.

3Une telle approche du voyage vers la péninsule a le mérite de relier les pratiques du xviiie siècle à la longue coulée d’une histoire du devenir humain, où la conscience de soi et celle des identités collectives se forgent au gré des contacts noués entre les groupes ethniques et nationaux. Elle doit toutefois être précisée en observant de plus près les voyageurs dans leur diversité. À côté du départ pleinement choisi des gens de culture, amateurs d’art fréquemment dotés de riches bibliothèques, héritiers assagis des chevaliers partis à l’aventure pour vivre un héroïsme plus ou moins solitaire, prennent place les migrations périodiques d’artisans ou de manœuvres agricoles, les expéditions guerrières, les missions de naturalistes et de statisticiens, les allées et venues de négociants qui courent de foire en foire à travers l’Europe. Le mouvement de ces voyageurs résulte de contraintes qui en font souvent l’opposé d’une expérience dans laquelle le voyageur s’est délibérément engagé. Parfois ressenti comme une damnation ou en tout cas comme une obligation dont les intéressés se passeraient volontiers, le voyage pour raisons économiques ou militaires présente quelques points communs avec celui des pèlerins mais rompt nettement avec le choix des gens de lettres ou des membres de l’aristocratie de se mettre en route en toute liberté. Il n’est pas orienté vers une affirmation ou une mise en question de l’identité. Il n’en obéit pas moins lui aussi à un mouvement réglé et génère tout autant que les formes précédentes des processus de séparation et de division du moi, des glissements identitaires, des transformations dans le rapport avec les autres individus. Un certain nombre de traits fondamentaux s’y retrouvent, comme la limitation dans le temps et la scansion en trois moments : celui du départ où l’individu est arraché à un contexte où se définissait son identité, celui du déplacement avec sa temporalité propre, celui de l’arrivée dans des lieux projetés et attendus. Sans qu’il y ait forcément adéquation avec les représentations de l’Italie qui circulaient au sein des milieux cultivés, la péninsule est ici encore le lieu d’un contact, mettant en branle des mécanismes de construction de l’autre. Pour toutes ces raisons, et dût-elle être sans retour (ce qui arrive parfois), la déambulation forcée ne saurait être absente d’un tableau où l’on tente de reconstituer à travers le voyage en Italie les bases d’une archéologie du tourisme moderne.

  • 6 Cf. C. Blanckaert, « Les archives du genre humain... », postface à la rééd. de l’ouvrage de M. Duc (...)
  • 7 A. Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, 1996, p. 33-56 (cet ouvrage est la publication d’ (...)
  • 8 M. Delon, L’idée d’énergie au tournant des Lumières (1770-1820), Paris, 1988. Cette notion-clé de (...)
  • 9 P. Joutard, L’invention du Mont-Blanc, Paris, 1986 ; A. Corbin, Le Territoire du vide. L’Occident (...)
  • 10 N. Broc divise ainsi le siècle en deux périodes : « 1700-1765 : la fin de l’humanisme en géographi (...)
  • 11 M.-N. Bourguet, C. Licoppe, « Voyages, mesures et instruments. Une nouvelle expérience du monde au (...)
  • 12 Cf. G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, vol. 1, De l’histoire des sciences (...)

4Dans la perspective de l’étude du regard que les voyageurs contemporains portent sur les pays qu’ils visitent en Europe, le dernier tiers du xviiie siècle est un maillon décisif. Nous en faisons l’hypothèse à la fois en raison des bouleversements matériels qui affectèrent alors l’Europe sur le plan économique, social et politique et parce que de nombreux historiens des idées, des sciences et de la sensibilité nous ont invité à déceler dans la pensée occidentale des années 1775-1800 les signes d’une articulation majeure. M. Foucault y percevait une rupture épistémologique caractérisée par une déstabilisation du dispositif de savoir classique6. Selon A. Dupront convergèrent dans les années 1770-1780 une pulsion collective de révolution politique et sociale, les prodromes de la révolution industrielle accompagnés d’une « génialité découvreuse » dans le domaine des sciences, enfin une poussée de forces irrationnelles7. Entre 1770 et 1820 une idée d’énergie s’est imposée aux yeux de M. Delon dans les littératures européennes, qui entraîna un revirement dans la relation que les hommes entretenaient avec le monde8. Tandis que P. Joutard voit les Anglais se lancer au milieu du xviiie siècle à l’assaut des montagnes, A. Corbin sent irrésistiblement s’éveiller de 1750 à 1840 un « désir collectif des rivages »9. S’appuyant sur l’évolution de la géographie et de la minéralogie, N. Broc estime que de nouveaux regards ont commencé d’être portés sur le monde à partir de la fin de la guerre de Sept Ans10. Pour M.-N. Bourguet et C. Licoppe, une éthique de l’exactitude qui entraîna une transformation profonde des pratiques de mesure est apparue autour de 1730-1740, puis les années 1780-1800 ont vu les gens de science exhiber la variété foisonnante des phénomènes et constituer la variabilité comme un objet d’étude, ce qui fit mettre l’accent sur la variété du spectacle de la nature et sur l’expérience du sujet en vue de mieux comprendre les lois de la nature11. Moins enclin à privilégier les coupures, G. Gusdorf souligne assurément les continuités de l’histoire de la pensée européenne depuis l’humanisme renaissant12. Son attitude a l’avantage de nous inciter à la vigilance vis-à-vis d’une interprétation trop hâtive des ruptures lorsque nous cherchons à établir à propos de la dimension intellectuelle du voyage une hiérarchie des modifications intervenues.

  • 13 Le mouvement des pèlerins vers Rome est d’autant plus ralenti au tournant du siècle qu’en 1800 n’a (...)
  • 14 R. Mandrou, Des humanistes aux hommes de science, xvie et xviie siècles (t. 3 de l’Histoire de la (...)
  • 15 Cf. F. Brizay, L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France au (...)

5Le cas particulier des voyageurs français en Italie et de leur vision de l’altérité invite à analyser avec attention ce qui se passe avant de conclure trop vite à des évolutions radicales. Si les pèlerins cèdent le pas à l’extrême fin du xviiie siècle devant les émigrés, puis disparaissent provisoirement sous la vague des militaires et des enquêteurs du Directoire et de l’époque napoléonienne13, il reste que les gens de lettres, marchands, prêtres et nobles continuent de former jusqu’en plein xixe siècle d’importants bataillons de voyageurs. Or, rien ne nous assure que leurs objectifs et surtout leur vision du monde se soient totalement transformés par rapport aux modèles du siècle des Lumières. Une autre césure avait déjà scandé l’histoire des façons de voyager en Italie quand, dans les années 1670-1680, sur fond du lent processus d’éclatement du cadre ecclésial décrit par R. Mandrou14, un certain nombre d’auteurs anglais et français s’étaient libérés de la tradition du voyage sacral, centrée sur les églises et leurs reliques : un regard critique s’était insinué, générant un nouveau discours sur les villes15. Entre ce qui bouge et ce qui perdure, il convient de faire la part des choses pour déceler des tendances et structures profondes. Nous gardant de désigner des métamorphoses que nous n’aurions pas dûment éprouvées, il nous faut à l’instar des voyageurs partir nous-mêmes en exploration afin de dégager le sens de leurs pratiques dans les papiers qu’ils ont laissés.

  • 16 A.-M. Thiesse parle à ce propos de « décentrement de la légitimité culturelle » et de « refondatio (...)

6L’attention accordée aux années 1750-1815 a ainsi une valeur expérimentale. Alors que l’Italie continue d’occuper dans la géographie du voyage européen au xviiie siècle une position originale en tant qu’étape incontournable des amateurs d’antiquités et d’œuvres d’art, haut-lieu de la chrétienté et source de la culture classique, le dernier tiers du xviiie siècle constitue une phase où il est intéressant d’observer comment une série d’événements perturbe le rythme antérieur des voyages. Certes une vision assez courante tend à accréditer l’idée qu’à partir du milieu du xviiie siècle le centre de gravité de la légitimité culturelle aux yeux des élites européennes se serait déplacé de l’Antiquité grecque et romaine vers les âges barbares, du monde méditerranéen vers l’Europe du Nord et des salons où règne une civilisation raffinée vers des intérieurs simples et rustiques. Un tel glissement suggère que le voyage en Italie aurait décliné au profit des expéditions menées dans le Nord de l’Europe, notamment en Écosse et en Angleterre, ainsi que de celles que les Français ou les Allemands effectuèrent dans leur propre pays à des fins patriotiques16. Divers phénomènes contredisent pourtant l’hypothèse de désaffection brutale des Européens à l’égard de l’Italie à la fin du xviiie siècle.

  • 17 J. Black, The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, 1992, p. 7-13.

7Sur le plan quantitatif, nous manquons de chiffres sûrs, mais les indications que fournissent les récits laissent supposer que la part des visiteurs qui se rendaient dans la péninsule s’accrut après la fin de la guerre de Sept Ans, cependant que les rythmes de parcours s’accéléraient timidement. Se basant sur les notations des récits de voyage, J. Black estime que le nombre des Anglais visitant le continent avait récupéré son niveau des années 1730 à la fin de la guerre de Succession d’Autriche (1748), puis qu’il augmenta fortement entre 1763 et le début des guerres révolutionnaires, en 1792, malgré un fléchissement passager lors de la guerre d’Amérique17. Nous avons lieu de croire que le mouvement des Français vers l’Italie ne fut pas plus intense que celui des Anglais, mais qu’il fut plus continu jusqu’à la fin de l’Empire. S’il ne l’emporta sans doute pas sur celui des voisins d’outre-Manche dans les périodes de paix, il ne fut pas brisé par les vicissitudes des guerres de l’époque révolutionnaire et impériale. Celles-ci contribuèrent en effet moins à ralentir l’ampleur des flux entre l’hexagone et l’Italie qu’à en modifier la nature, ainsi qu’en témoigne l’arrivée massive d’émigrés, puis de soldats ou d’administrateurs. Or, malgré les impératifs de leur mission, ces derniers gardent des traits de comportement propres au voyage d’éducation. De façon générale, les élites éclairées ont en outre transmis au marchand bourgeois du siècle suivant une culture minimale de l’Italie antique et de ses richesses artistiques plus récentes, que ce dernier n’a nullement dédaignée.

8Tout en étant perçue comme un corps moribond au niveau politique, et bien que l’image de décadence culturelle ait contribué à la marginaliser aux yeux des représentants des Lumières, la péninsule fut enfin loin d’être délaissée dans le dernier tiers du xviiie siècle par les gens de lettres ou de science qui incarnaient des curiosités émergentes. Parallèlement aux explorations, qui dans le Pacifique mirent définitivement fin au mythe du continent austral ou montrèrent qu’il n’y avait pas de passage maritime par le Nord entre l’Amérique et l’Asie, des modes nouveaux de découverte de l’Italie se dessinèrent. Faisant figure tantôt de conservatoire des choses passées, tantôt de laboratoire en pleine ébullition pour la compréhension des phénomènes naturels, celle-ci constitua autant pour les archéologues que pour les économistes ou les naturalistes un immense terrain d’observation. Dans cet espace étaient donnés à voir ici les signes d’une agriculture performante (Lombardie, Toscane), là les éléments propres à reconstituer la vie quotidienne des anciens (Herculanum, Pompéi) ou l’histoire de la formation de la croûte terrestre à travers l’étude des roches présentes dans les montagnes (des Alpes à la Sicile) ou transportées jusqu’à Rome. Cet attrait situé dans le sillage des Lumières s’ajoute aux effets de la classique déambulation culturelle et fournit un stimulant que n’ont pas manqué de cueillir au siècle suivant, souvent avec des simplifications, les protagonistes du tourisme naissant.

  • 18 Par-delà le penchant pour l’anecdote présent dans les Observations sur l’Italie et les Italiens de (...)

9Compte tenu de la fascination que la péninsule continua précisément d’exercer aux xixe et xxe siècles sous les espèces du tourisme culturel ou littéraire, les dernières décennies du xviiie siècle et les premières années du siècle suivant sont une période charnière qui mérite un examen approfondi. L’évolution des curiosités de certains voyageurs et de leur façon de se positionner face au monde se détache il est vrai sur un arrière-plan de continuités. L’Italie demeure étape de prédilection du Grand Tour, musée, terre des prêtres et des arts. L’hypothèse d’une mutation des regards et des manières de voyager ne peut faire l’économie d’un tel substrat, qui pour longtemps reste l’horizon d’attente de presque tous ceux qui franchissent les Alpes. Avec prudence, et afin de raisonner sur des fondements assurés, nous esquisserons une anthropologie de nos voyageurs en évitant de croire à leur modernisme soudain. Si la publication en 1774 du Journal du Voyage d’Italie de Montaigne accompli en 1580 et 1581 n’est pas le fruit d’un hasard, elle atteste l’ancienneté du primat accordé à l’expérience personnelle dans les récits de découverte de l’Italie. De son côté, le goût des vers, de l’anecdote ou du bon mot, propre au voyage littéraire lancé par Chapelle et Bachaumont en 1656, parcourt le temps des Lumières triomphantes sans aucunement fléchir jusqu’au seuil de l’époque romantique18.

10Quelques signes d’un changement d’attitude des voyageurs sont néanmoins décelables à partir des années 1760. Le regard de certains auteurs de récits se fait plus proche des paysages naturels et il commence à s’attarder au pittoresque des lieux que l’homme n’a pas encore domestiqués. Ailleurs, il devient plus spécialisé et révèle une passion de l’enquête systématique, naturaliste et comptable, parfaite fille des Lumières. Parfois le voyageur adopte un ton exclamatif et se met à valoriser son ego face au spectacle qui se déroule sous ses yeux. Bientôt, à en juger par l’évolution de certains guides, la volonté d’un savoir encyclopédique fait place à une approche à la fois plus brève et plus globale des lieux, où pointe le touriste devenu libre de se hâter, insouciant du détail érudit et de la démonstration rigoureuse, plus préoccupé de son confort et de ses émotions que d’accumuler ou de consigner dans ses notes une masse de connaissances. Ces indices ne sont pas la garantie d’une nouveauté absolue des comportements, mais ils tissent un cadre d’intelligibilité susceptible de nous aider à reconnaître la spécificité d’une période particulièrement foisonnante.

11Les limites chronologiques retenues pour cette étude s’imposent d’elles-mêmes bien qu’il y ait lieu d’hésiter entre les repères fournis par les dates d’effectuation de voyages et celles des ouvrages qui en sont issus. En 1758 le Voyage d’Italie de Cochin est publié, point de départ de la parution d’un ensemble de guides volumineux où dominent les récits de Richard et de Lalande, marqués par l’esprit encyclopédique et qui se substituent rapidement à ceux que l’on utilisait depuis la fin du siècle précédent (Lassels, Misson, Jordan, De-seine, les Délices de l’Italie de Rogissart...). À l’autre bout de la chaîne, le Manuel du voyageur en Italie édité par Giegler en 1818 est moins connu, mais il témoigne de ce qu’une nouvelle saison du voyage en Italie s’est engagée, où tout en n’étant pas encore devenus de véritables touristes le « commun des voyageurs » réclame des instruments faciles à transporter, peu coûteux et n’exigeant qu’une attention distraite.

  • 19 Le premier guide Murray sur l’Italie septentrionale date de 1842, celui sur l’Italie centrale de 1 (...)

12Les guides et leurs métamorphoses ne suffisent certes pas à rendre compte des parcours qu’accomplissaient effectivement les voyageurs. Pour comprendre ce que pensèrent et ressentirent les Français qui se rendirent en Italie entre les années 1750 et le début des années 1810, il faut considérer leurs motifs de voyage, leurs situations singulières, et plonger dans l’océan des notes qu’ils écrivirent au cours de leurs pérégrinations. Seule la comparaison du plus grand nombre possible de ces textes, tant imprimés que manuscrits, permettra de déterminer les éventuels changements d’attitude entre la guerre de Sept Ans et la fin du Premier Empire. Nous devons remonter au moins jusqu’en 1749-1751, date du voyage effectué par Cochin avec le marquis de Vandières. En ce milieu du siècle se succédèrent en Italie plusieurs auteurs notables publiés dans les décennies suivantes (d’Orbessan, Barthélemy, d’Orrery, Mme du Boccage, Grosley). À l’opposé nous fixerons comme terme les voyages de l’archéologue et homme de lettres Millin, de l’agronome Lullin de Châteauvieux et du colonel Pâris, qui s’achèvent en 1813 et précédèrent de peu les soubresauts de la fin de l’Empire, la publication des deux premiers intervenant au début de la Restauration, entre 1816 et 1820. Comme aucune période ne peut se comprendre par elle seule, nous ferons également allusion aux voyageurs qui, depuis la fin du xviie siècle, se partagèrent sur l’Italie entre un regard critique issu de la tradition protestante et un regard apologétique relevant de la tradition catholique. Nous évoquerons aussi des voyageurs du xixe siècle, jusqu’au seuil des années 1860. Ces derniers portèrent sur les choses et les hommes des éclairages différents de ceux de leurs prédécesseurs, mais ils demeurèrent pour la plupart des femmes ou hommes d’avant les chemins de fer, se déplaçant avec lenteur et encore ignorants de la tendance à l’information rapide et au souci de commodité que les guides Murray, Joanne ou surtout Baedeker allaient bientôt imprimer dans toute l’Europe à l’art de voyager19.

  • 20 Ce chiffre comprend quelques tableaux statistiques, mais n’inclut pas les guides proprement dits, (...)

13Sur la foi du corpus de 212 récits de voyage français que nous avons consultés ou dont l’existence nous a été révélée pour la soixantaine d’années séparant le voyage de Cochin de celui de Lullin de Châteauvieux20, il apparaît que chaque décennie du second xviiie siècle et du début du siècle suivant possède des caractéristiques qui lui sont propres. Pour les années 1750, nous conservons les traces écrites de divers gens de lettres, de diplomates et d’ecclésiastiques, d’artistes et d’architectes, parfois d’hommes de loi. Elles sont un point de départ qui aide à évaluer les écarts avec leurs successeurs. Au cours des années 1760 et 1770, les gens de lettres, nobles et ecclésiastiques, puis dans une moindre mesure les artistes et les architectes continuent d’occuper le devant de la scène, mais ils sont concurrencés par les négociants ou les financiers, et surtout par les hommes de science, de Lalande ou Desmarets à Guettard, Saussure ou Cassini. Discours spécialisé et souci de culture générale se disputent alors la prééminence dans les écrits sur l’Italie. Tandis que les guides de forme condensée se multiplient à partir de 1775, un regard plus sentimental et personnel se fait jour. Il gagne du terrain au fil des années 1780, de Roland de la Platière ou Émeric David à Dupaty et Cambry. Les années 1790 et 1800 constituent le moment d’épreuve par excellence du voyage des Français en Italie. En apparence mise à mal par la tournure des événements, la tradition du Grand Tour est perpétuée non seulement par les gens de lettres, de Courier à Chateaubriand et Mme de Staël, mais aussi par les artistes et hommes de science qu’envoie le gouvernement français, et plus encore par la vaste cohorte des militaires. Dans de nombreux mémoires, parus souvent après leur mort, ces derniers laissent percer une vision à la fois liée à leur métier et encore traversée par la culture des Lumières. Les années de la fin de l’Empire et du début de la Restauration nous montrent enfin comment les gens de lettres s’approprient la plus grande part du discours sur la péninsule, comme si les autres voyageurs n’avaient plus qu’à devenir de simples consommateurs muets.

  • 21 C’est ce qu’a rappelé L. Tomassini dans « Itinerari e viaggiatori. Verso una nuova percezione dell (...)
  • 22 Il faut attendre le milieu du siècle pour qu’avec la mise en place des réseaux ferroviaires la vit (...)
  • 23 Cette dimension intellectuelle du voyage est au cœur d’une réflexion menée en France (colloque org (...)
  • 24 Si les mots « tourist » et « tourism » apparaissent dans la langue anglaise en 1800 et 1811, l’équ (...)

14À travers cette galerie humaine dont les expériences qui se déroulent décennie après décennie ne sont bien sûr que la pointe d’un iceberg, ce que nous voulons interroger est le passage du Grand Tour au tourisme moderne. De ce processus situé entre la fin du xviiie siècle et le milieu du xixe siècle, nous ne savons pas grand chose. Le Grand Tour a suscité une abondante littérature, mais nous manquons d’une vision sur l’ensemble des formes de voyage qui lui sont contemporaines ainsi que sur son épilogue, lorsque s’imposent peu à peu les formes de déplacement qui nous sont aujourd’hui devenues plus familières21. Pour l’Italie, espace fortement connoté du point de vue culturel et artistique, la perspective d’histoire interculturelle qui nous sert de fil conducteur ne saurait être dissociée des apports d’une histoire économique et sociale du voyage. Dès la fin du xviiie siècle commencent de se profiler les grandes transformations que le xixe siècle devait connaître au niveau du nombre des voyageurs, de la qualité des routes et des moyens de transport, des itinéraires, des temps de parcours et de permanence, du rôle des guides touristiques, de la législation sur les étrangers et des capacités réceptives : certains de ces aspects sont évoqués dans les pages qui suivent. Les évolutions en matière de choix des lieux de séjour, de structures d’accueil et de vitesse de déambulation ne sont toutefois guère décisives avant les années 1820, voire 1830 et même sur certains points 185022. En dépit de la parution de guides plus brefs dès les années 1770, les façons de voyager continuent de se référer à des modèles restés en vigueur tout au long du xviiie siècle. Aussi, en l’absence d’un changement radical des pratiques, nous a-t-il semblé nécessaire de privilégier plutôt que les aspects matériels de la déambulation ce que nous pourrions appeler ses moyens intellectuels. Les événements politiques et militaires sont contemporains d’une grande fermentation des esprits, illustrée par le mouvement des Idéologues et l’éphémère existence de la Société des observateurs de l’homme entre 1799 et 180523. En cette phase où le tourisme s’ébauche à peine24, ce sont la dimension mentale du voyage et les conditionnements spécifiques du regard des Français sur l’Italie qu’il importe de considérer au premier chef.

  • 25 W. Griep, H. W. Jäger (dir.), Reise und soziale Realität am Ende des 18. Jahrunderts, Heidelberg, (...)

15Un tel désir d’enquêter sur les attentes et réactions des voyageurs au moment où le Grand Tour des élites entre dans une phase critique va certes de pair avec la prise en compte de la dimension sociale du voyage, à laquelle nous ont habitués les travaux dirigés par W. Griep et H. W. Jäger25. Il nous faut déterminer avec soin qui se rend en Italie, comment et pour quelles raisons, avant comme après 1750. C’est là le détour indispensable sans lequel nous ne réussirons pas à imaginer ce qui plus tard a pu se passer dans les esprits avec l’avènement du tourisme, lorsque le bouleversement des chemins de fer fait coïncider la réduction drastique des temps de voyage avec la production quasi industrielle des guides. C’est en revenant sur la complexité du voyage en Italie dès l’époque du Grand Tour, en nous situant à la fois au cœur et aux marges du phénomène, que nous trouverons des éléments susceptibles de mieux éclairer ce qu’a été le passage à la fois physique et mental du Grand Tour au tourisme, compris comme activité de divertissement et d’instruction concernant un nombre toujours plus élevé de personnes. Pour ce faire, il serait utile mais fastidieux de reparcourir dans ses moindres détails tout l’éventail des formes de voyage que connut le siècle des Lumières. Le terrain a été trop balisé par les travaux d’É. Chevallier, de C. Grell, d’H. Harder, de D. Julia, d’E. Kanceff, de G. Luciani, de C. Michel, de R. Mortier, de M.-F. Pérez, de F. Weil, de F. Wolfzettel et de beaucoup d’autres pour qu’on éprouve le besoin de s’attarder sur le voyage des artistes, des pèlerins, des parlementaires, des philosophes, des prêtres, des érudits ou des gens de lettres. Nous chercherons plutôt à intégrer ce que nous savons de ces voyageurs à une réflexion d’ordre général, bâtie sur un faisceau de questionnements. Nous serons ensuite amenés à explorer plus en détail trois façons de voyager qui ne relevaient pas à proprement parler du Grand Tour des élites, mais qui lui étaient contemporaines et qui semblent avoir laissé des traces profondes au sein des pratiques touristiques.

16La réflexion d’ensemble suppose, on l’a compris, un croisement des sources, apte à résoudre des problématiques qui sont reliées entre elles tout en possédant chacune leur autonomie. Oscillant entre l’histoire intellectuelle et celle de la culture matérielle, notre tableau du voyage en Italie à la fin du xviiie siècle s’appuie autant sur des récits imprimés que sur des notes et journaux manuscrits. Il puise aux correspondances et aux résumés de lecture, aux descriptions d’Italie, aux guides plus ou moins diffusés, aux cartes et aux atlas, aux instructions ou arts de voyager, aux dissertations érudites et aux catalogues de bibliothèques, aux papiers de commerce, aux registres de passeports ou de passage à travers les hospices des cols. Compte tenu de la dispersion de ce corpus dans de multiples bibliothèques, archives et collections privées de plusieurs pays (sans parler des greniers où gisent encore probablement un certain nombre de journaux de voyage), nous sommes bien sûr conscients du caractère partiel qu’ont à la fois le corpus retenu et les conclusions que nous proposons. Sans préjuger de l’apport de futures recherches, les documents que nous avons utilisés dessinent toutefois un monde dont les contours sont suffisamment nets pour se prêter à une enquête systématique. La nature répétitive des récits ou des essais sur le voyage suggère qu’on pourra se contenter de vérifier sur d’autres corpus la validité des cinq angles d’attaque que nous avons tenté de mettre ici en lumière.

  • 26 S’il est difficile de constituer des séries statistiques fiables à partir des registres de passepo (...)

17Nous avons d’abord voulu saisir l’entité, la nature et l’évolution des flux de voyageurs entre la France et l’Italie à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. La pauvreté fréquente des archives en matière de passeports, surtout avant 1792, contraint certes le chercheur à se contenter d’indices26. Il est cependant possible d’aller au-delà des estimations que propose J. Black pour les Anglais en se fondant sur les témoignages des voyageurs. Les sondages que nous présentons s’appuient sur des registres dauphinois et suisses couvrant les années 1740-1743, 1764-1765, 1796-1799 et 1812-1815, mais nous ne désespérons pas de dresser un jour une carte plus complète de la mobilité entre la France et l’Italie dans l’arc qui relie Gap, Grenoble, Chambéry, Genève, Turin, Milan et Gênes, sans négliger les registres de passagers embarqués à Marseille. Il conviendrait en outre de comparer les registres d’entrées et de sorties d’étrangers ainsi que ceux des étrangers présents dans les hôtels ou résidant dans un nombre significatif de villes égrenées à travers la péninsule, en vue de construire à la fois une géographie des bassins de provenance et des types d’activités déclarées par les voyageurs, avec leurs variations dans le temps. L’entreprise implique un travail d’équipe, dont on ne peut pour l’instant que signaler l’intérêt.

18Mêlant à l’horizon de la quantité un souci qualitatif, nous avons ensuite voulu nous enquérir de la formation des voyageurs, de leur bagage culturel, de la manière dont leur représentation de l’Italie a été modelée par les livres qu’ils lisaient et les guides dont ils firent le résumé. En divers points de la présente recherche sont esquissées des réponses à cette question. Les essais sur le voyage, les instructions, les définitions de dictionnaires et encyclopédies offrent un panorama sur le sens et le rôle du déplacement aux yeux des élites cultivées qui se rendaient en Italie. De son côté, une certaine image de la péninsule, mentale et symbolique ou plus banalement géographique, se dégage des descriptions, atlas ou guides, et tout autant des livres d’histoire ecclésiastique ou civile, des épopées et autres œuvres littéraires, des opuscules d’hommes de science ou de médecins italiens présents dans les bibliothèques des voyageurs. La déambulation vers l’Italie suppose une multiplicité d’attentes, explicites ou confuses, issues de ces lectures mais également transmises par le bouche à oreille, par les traditions familiales, voire liées à des raisons plus personnelles que les manuscrits de voyageurs permettent quelquefois d’entrevoir. Certains partent pour soigner leur corps, d’autres leur âme, d’autres encore pour pourvoir à leur subsistance. Derrière l’apparente homogénéité des motifs de voyage se cachent des conditionnements psychologiques ou matériels qui du pèlerin au marchand et du soldat à l’homme de lettres sont loin de toujours se chevaucher.

19En troisième lieu nous nous sommes attachés à analyser le rapport qui s’est construit entre le voyageur et les paysages italiens. De la représentation de la ville à celle des littoraux ou des montagnes, une dialectique se donne à lire : celle du civilisé et du vierge, du connu et de l’inquiétant, de la nature art et de la nature laboratoire. Or, les instruments dont se servent les voyageurs accompagnent l’évolution de leurs regards plus qu’ils ne la déterminent. Le décalage entre le ton des guides et la charge d’émotions qu’expriment certaines notes personnelles traduit autant les inerties sur le long terme d’un discours hérité, qu’une distorsion entre les manières de se positionner face à l’espace. La démarche d’enquête des agronomes, des économistes ou des statisticiens qui s’appliquent à décrire minutieusement la réalité politique, commerciale, agricole et sociale d’un État tel que la Toscane se déploie parallèlement à celle des archéologues ou des naturalistes, mais elle n’est guère présente chez de nombreux voyageurs qui, dans les années 1780 ou 1790, continuent de ne s’intéresser qu’aux églises, aux palais ou aux campagnes fertiles des abords de Naples ou de Padoue.

20Le quatrième problème soulevé dans les pages qui suivent est celui de l’italianité, de la perception de l’altérité italienne tout au long des six décennies qui nous occupent. Les signes de la différence sont-ils cueillis par les Français qui vont en Italie en tant que renvoyant à un pays radicalement autre que celui de départ ? Les voyageurs éprouvent sans doute un vif dépaysement lorsqu’ils s’aventurent au sud de la Campanie dans les années 1770 et 1780 et l’on peut penser que la découverte du Sud a fait partie d’une tentative de reconstruire l’espace en y intégrant une composante d’altérité qui jusque-là serait restée absente de la conception même du voyage d’Italie. Mais une conscience de l’arrivée en Italie se manifestait-elle dans le Nord ? Si oui, cette sensation du passage opérait-elle en Savoie, à Nice, dans le Trentin, aux cols alpins, sur les côtes de Toscane, à l’arrivée à Turin ou à Milan ? Relevait-elle de considérations topographiques ou était-elle vécue de façon abstraite, dans le seul registre mental ? Quelles en étaient les marques symboliques, liées à une culture érudite, ou les signes plus concrets, décelables dans le paysage et les comportements, depuis les changements de monnaie ou de langue jusqu’à l’état des routes ? Il faut se demander si le « choc italien » n’est pas une vision de l’esprit, élaborée après coup par la force des modèles hérités du nationalisme des xixe et xxe siècles. Dans cette hypothèse, il reste à reparcourir les diverses Italies qui, pour reprendre le titre pluriel donné par Y. Hersant à son anthologie, se présentaient à chaque catégorie de voyageurs. Il convient de s’interroger sur les perceptions du territoire et de ses habitants qui se profilèrent en fonction de la diversité des préoccupations.

21Un cinquième point est enfin à considérer dans la perspective d’une histoire sociale du voyage. L’interrogation est cette fois-ci sous-jacente à l’ensemble des aspects qui viennent d’être évoqués. Par-delà les caractérisations que l’on peut attribuer aux multiples manières de se déplacer – celles des princes, des parlementaires, des artistes, des prêtres, des gens du monde mais aussi des marchands, des artisans ou des pèlerins -, il faut se demander quelle a été la part de l’intime, la force de résistance de chaque individu vis-à-vis des modèles qui s’exprimaient dans les guides ou les instructions, la marge de manœuvre dont il a disposé lorsqu’il a arpenté au jour le jour les routes de la péninsule. Il n’est pas aisé de répondre à une telle question, et pour la résoudre nous ne disposons pas comme A. Farge des minutes de procès où sous la pression du juge se révèleraient les fractures secrètes des existences. Des annotations sur la marge d’un guide, certains silences et parfois quelques commentaires recueillis dans les journaux de voyage fournissent pourtant de précieux indices sur ce que furent les soucis et les sensations des voyageurs. C’est aussi (et peut-être surtout) en nous appuyant sur eux que nous pourrons en fin de parcours mesurer les continuités ou au contraire les timides signes d’évolution dans les comportements de la majorité des voyageurs, sans pour autant nous départir de la nécessaire prudence d’interprétation.

  • 27 G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borghese », dans Ricer (...)

22Une autre voie pour comprendre sur le plan mental et intellectuel le passage du Grand Tour au tourisme consiste à naviguer dans les marges du voyage traditionnel des élites cultivées en délaissant le cadre culturel et artistique, érudit et livresque, mondain et religieux que la lecture des récits de voyage nous amène souvent à privilégier. Nous ne saurions bien sûr douter du fait que les bourgeois qui se rendirent en Italie au xixe siècle se nourrirent de ces héritages transmis par les contemporains des Lumières. La solution de continuité observée par G. Ricci à propos de l’image de Sienne entre le Voyage d’Italie de Cochin et les guides des premières décennies du xixe siècle a peu de chances d’être remise en cause par les études que l’on mènerait sur la représentation d’autres sites italiens, surtout urbains27. Les mécanismes aujourd’hui à l’œuvre dans le voyage en Europe et même à travers la planète sont cependant trop complexes pour que nous puissions nous en tenir à cette approche paisible, limitée aux seuls textes imprimés et de large consommation, réduite à la facette culturelle du voyage. À côté du voyage classique à Rome, à Naples ou en Toscane, il y eut d’autres manières de déambuler à l’époque des Lumières, trop souvent sous-estimées et dont les apports se sont pourtant déposés au cours du xviiie siècle dans le vaste creuset de l’histoire du voyage en Italie. Sans nier l’importance des déplacements les plus familiers aux élites, on se doit de les examiner afin de mesurer si au tournant du xviiie et du xixe siècle les manières de voyager et de regarder l’autre, de se positionner face à un pays étranger, n’ont pas été également façonnées par ces pratiques largement étrangères aux hommes et femmes de cour.

23Un triple héritage se dégage ainsi de nos enquêtes. Le premier nous est suggéré par l’événement guerrier des campagnes d’Italie, inauguré en 1796. Consécutif à celui de l’émigration, il nous rappelle que le voyage sert également à faire la guerre et contribue à jeter un doute sur l’image lénifiante et pacifiste que l’on retient fréquemment du Grand Tour. Les temps de guerre ouverte ne sont en effet pas les seuls en cause et l’on ne saurait réserver l’attitude belliciste aux voyageurs soldats de l’extrême fin du siècle. Depuis les instructions à l’adresse de ceux qui partent jusqu’aux pratiques des gens de science, des techniciens et des enquêteurs, sans oublier bien sûr les mémoires des gens de guerre eux-mêmes, une composante patriotique et belliqueuse s’affirme au sein des Lumières et pendant tout le siècle, qui fait de chaque voyageur à la fois un espion et le soldat d’une armée invisible, rempli de méfiance vis-à-vis de l’adversaire. Cette composante hostile se présente de façon feutrée dès le bref traité de Bacon en 1625 (« Of travaile »), mais elle s’accentue dans la seconde moitié du xviiie siècle. Elle amène à redistribuer les cartes de la vision sur l’autre léguée par le Grand Tour et suggère pour le voyage d’éducation lui-même une lecture moins tranquille que celle à laquelle nous sommes habitués. Nous invitant à déceler bien avant les campagnes d’Italie de 1796-1797 ou de 1800 chez le voyageur un comportement semblable à celui de l’aigle qui fond vers sa proie, décrit par Gros de Besplas ou Berchtold, l’épisode napoléonien met en valeur le caractère spécifique du rapport entre la France et l’Italie au moment où la péninsule devient un lieu d’accueil pour les Français fuyant la Révolution, puis un champ de bataille et une terre offerte à la domination. Il permet surtout d’interroger les origines et la nature du tourisme, conçu une entreprise de conquête marquée au sceau du désir de possession et tendant à enfermer l’autre dans le carcan de stéréotypes définis avec un déterminisme croissant.

  • 28 Cf. N. Doiron, op. cit., p. 49-60.
  • 29 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, Paris, 1802, 1ère éd. 1799, 3eRêverie, éd. (...)
  • 30 Dès les années 1780 les manuscrits des voyageurs français non spécialistes qui se rendent à Naples (...)
  • 31 Nous retrouvons ici l’évolution vers une conception plus générale de la notion de curiosité, telle (...)

24Le second legs qui des façons de voyager à l’époque des Lumières nous projette vers les siècles suivants concerne la composante scientifique d’expéditions conçues comme des enquêtes sur le terrain, visant à une connaissance fondée sur une observation directe de la nature et même des sociétés humaines. Loin de l’érudition et de la lecture des textes, le siècle a enseigné, en reprenant là aussi certains apports des arts de voyager du xvie et xviie siècle28, que le voyage était une discipline, impliquant de suivre un protocole destiné à faciliter une démarche rigoureuse et dépourvue d’a priori. Des idéologues comme Garat et Ginguené ont durant leur séjour de 1797 tenté d’appliquer ces principes analytiques à la réalité notamment dialectale de la péninsule. Grâce à toute une série de naturalistes qui ont voulu dépasser le simple désir d’observation, familier aux voyageurs philosophes, et accéder à une connaissance positive des faits, les techniques d’enquête ont été affinées. À l’instar d’Arthur Young vingt ans plus tôt, et parallèlement aux efforts de certains Italiens, un agronome tel que le Genevois Lullin de Châteauvieux a cherché à approfondir les moyens d’agir sur la nature. Or cette entreprise s’est dans le même temps unie, comme le rappelle M. Bossi en citant Senancour, à la capacité de sentir « cet univers animé qui végète ou se minéralise sous nos pieds »29. Les approches des hommes de science ont par là contribué à forger un regard sur le monde dont la conscience romantique a été l’héritière. Même si la spécialisation qui s’esquisse entre les disciplines au tournant du siècle débouche sur une professionnalisation qui ne touche pas le commun des voyageurs, et que se dessine pour le grand public entre les années 1780 et 1820 une déperdition rapide de l’acuité scientifique du regard30, la démarche a laissé des traces. Elle détourne les voyageurs du seul regard sur les œuvres d’art et les raretés dignes de figurer dans les cabinets, et les fait se tourner vers une appréhension plus globale et articulée des milieux naturels et des peuples rencontrés31.

25La troisième composante, celle du voyage des marchands, procède d’expériences plus anciennes, mais elle est en même temps la plus proche des pratiques des voyageurs ordinaires du xixe siècle. Tantôt nourris de références mondaines et esthétiques qui furent propres aux protagonistes du Grand Tour – bien des amateurs d’art sont issus de ces milieux –, tantôt placés à distance de cet univers de valeurs, les marchands tendent à vivre le voyage comme une entreprise d’accumulation frénétique et hâtive d’impressions et de souvenirs, d’échange rentable, de consommation pure qui n’exclut pas la flânerie et la perte de temps calculée. Les richesses artistiques sont pour eux investies d’une valeur comparable à celle des draps et des étoffes, les sites et les objets s’additionnent les uns aux autres comme on le voit dans le journal du jeune négociant lyonnais Antoine-Henri Jordan. Même si le passage encore une fois n’est pas automatique, nous sentons ce que doit au voyageur des siècles antérieurs la fièvre de savoir tout à la fois encyclopédique et généraliste du touriste du second xixe siècle, qui a conquis une dimension de loisir et de facilité grâce à l’atténuation des difficultés du voyage.

26Par le détour de ces trois approches, dont la première et la troisième ne sont en rien « nouvelles » mais qui toutes deux échappent en partie à la logique du Grand Tour, nous nous donnons les moyens de démonter certains des mécanismes à la faveur desquels le Grand Tour évolua vers le tourisme culturel. C’est sur cette triple composante militaire, scientifique et marchande que les deux derniers moments de ce travail font porter l’attention. En observant l’événement dans sa fugacité, nous pouvons apprendre beaucoup sur les évolutions qui plus en profondeur travaillent la dynamique non seulement du voyage vers l’Italie, mais aussi à travers l’Europe. L’épisode révolutionnaire et impérial agit comme un révélateur des forces souterraines qui sont à l’œuvre dans une pratique du voyage que les uns vivent comme une discipline choisie, d’autres comme un plaisir offert et d’autres encore comme une contrainte subie à la fin du xviiie siècle. On ne saurait en même temps oublier le poids des persistances et des inerties. Par-delà les textes des grands voyageurs de la période, de Stendhal à Chateaubriand ou à Mme de Staël, par-delà ce que disent les guides entre les années 1750 et 1810, et qui une fois passé « l’effet Lalande » est beaucoup plus répétitif et transmetteur de codes anciens qu’il n’y paraît à première vue, c’est au sein du discours des voyageurs les plus obscurs, lecteurs ou non de leurs guides ainsi que nous le verrons à travers l’exemple napolitain, que nous saisissons vraiment les continuités dans le comportement de la majorité des voyageurs autour de 1800.

Notes

1 Selon M. Cuaz quatre éléments permettent d’identifier ce qu’était l’idée d’Italie avant que l’État unitaire ne devienne à partir de 1796 un projet politique : l’idée d’un espace géographique unitaire, le sentiment d’une solide tradition littéraire, une idée certes beaucoup plus faible de l’unité des mœurs et des coutumes, l’absence presque totale d’une idée politique (« L’identité italienne au xviiie siècle. La perception des étrangers et l’autoreprésentation des intellectuels d’Italie », dans G. Bertrand (dir.), Identité et cultures dans les mondes alpin et italien, xviiie siècle- xxe siècle, Paris, 2000, p. 13-36).

2 Reflétant une pratique qui remonte aux années 1530 et dont George B. Parks a retracé les étapes de 1570 à 1690 (« Travel as Education », dans The Seventeenth Century. Studies in the History of english Thought and Literature from Bacon to Pope, Londres, 1951, p. 264-290), le terme de Grand Tour s’est fixé à partir de l’usage que les Anglais firent de l’expression « tour de France », employée dès 1609 par William Cecil, Earl of Salisbury, puis en 1617 par John Schaw et en 1636 par Lord Granborne lors de voyages en France. Il s’est ensuite démarqué du petit tour – le « little tour or circuit of France » qu’accomplit par exemple Sir John Rebesby entre Saumur et Bordeaux en 1655 – avant d’être largement diffusé par l’avant-propos de l’Italian Voyage de Lassels en 1670 : « No man understands Livy and Caesar, Guicciardini and Monluc, like him, who has made exactly the Grand Tour of France and the Giro of Italy ». Désignant désormais un voyage à travers l’ensemble du royaume de France, au même titre que le tour de l’Italie, il allait dans les décennies suivantes être appliqué à divers pays – Grand Tour de France et d’Italie, Grand Tour d’Allemagne – puis qualifier dans la première moitié du xviiie siècle un voyage effectué à travers une bonne partie du continent européen (Y. Hersant, « Sur les routes d’Europe », dans P. Roger (dir.), L’homme des Lumières de Paris à Pétersbourg, Naples, 1995, p. 68 ; et surtout J. Boutier, « Le ’Grand Tour’ des élites britanniques dans l’Europe des Lumières : la réinvention permanente des traditions », dans M.-M. Martinet, F. Conte, A. Molinié, J.-M. Valentin (dir.), Le Chemin, la Route, la Voie. Figures de l’imaginaire occidental à l’époque moderne, Paris, 2005, p. 225-242, ici p. 226-228).

3 J. Stagl, en collab. avec K. Orda et C. Kämpfer, Apodemiken : eine räson-nierte Bibliographie der reisetheoretischen Literatur des 16., 17. und 18. Jahrhunderts, Paderborn-Munich-Vienne-Zurich, 1983 ; J. Stagl, A history of curiosity : the theory of travel, 1550-1800, Londres, 1995 ; N. Doiron, « Une méthode : le livre du Monde », dans Id., L’art de voyager. Le Déplacement à l’époque classique, Laval-Paris, 1995, p. 61-85.

4 Sur l’art de la promenade, voir P. Antoine, « Une rhétorique de la spontanéité : le cas de la Promenade », dans A. Guyot, C. Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, 2003, p. 131-146.

5 E. J. Leed, La mente del viaggiatore. Dall’Odissea al turismo globale, Bologne, 1992 (éd. orig. angl. 1991), p. 24.

6 Cf. C. Blanckaert, « Les archives du genre humain... », postface à la rééd. de l’ouvrage de M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, 1995, p. 589. De M. Foucault, cf. Les Mots et les Choses, Paris, 1966, p. 233 et suiv.

7 A. Dupront, Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, 1996, p. 33-56 (cet ouvrage est la publication d’un cours donné à la Sorbonne en 1962-1963).

8 M. Delon, L’idée d’énergie au tournant des Lumières (1770-1820), Paris, 1988. Cette notion-clé de l’énergie a déjà été mise en évidence par A. Dupront (op. cit., p. 52).

9 P. Joutard, L’invention du Mont-Blanc, Paris, 1986 ; A. Corbin, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, 1988.

10 N. Broc divise ainsi le siècle en deux périodes : « 1700-1765 : la fin de l’humanisme en géographie », « 1765-fin du siècle : nouveaux regards sur le monde » (La géographie des philosophes, Paris, 1975).

11 M.-N. Bourguet, C. Licoppe, « Voyages, mesures et instruments. Une nouvelle expérience du monde au Siècle des Lumières », dans Annales. Histoire, sciences sociales, sept.-oct. 1997, n° 5, p. 1115-1151, en particulier p. 1149-1150.

12 Cf. G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, vol. 1, De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, Paris, 1966, notamment p. 195-196 ; Ibid., vol. 11, L’Homme romantique, Paris, 1984, notamment p. 17-25.

13 Le mouvement des pèlerins vers Rome est d’autant plus ralenti au tournant du siècle qu’en 1800 n’a pas lieu l’année sainte traditionnellement célébrée tous les 25 ans depuis la fin du xve siècle.

14 R. Mandrou, Des humanistes aux hommes de science, xvie et xviie siècles (t. 3 de l’Histoire de la pensée européenne), Paris, 1973.

15 Cf. F. Brizay, L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France au xviie siècle, 1595-1713 : sa construction et son évolution, thèse d’histoire, Université de Tours, soutenue en décembre 1996, Villeneuve d’Ascq, 2000. Et, sur le cas romain, G. Labrot, Un instrument polémique : l’image de Rome au temps du schisme, 1534-1667, Seyssel, 1987.

16 A.-M. Thiesse parle à ce propos de « décentrement de la légitimité culturelle » et de « refondation de la culture européenne » (La création des identités nationales, Europe xviiie-xxe siècle, Paris, 1999, p. 23, 28 et 49). Sur le voyage patriotique, cf. F. Knopper, Le regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche dans les relations de voyageurs allemands (1775-1803), Nancy, 1992 ; ainsi que G. Bertrand, « Aux sources du voyage romantique : le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820 », dans A. Guyot, C. Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme..., cit. (à la note 4), p. 35-53.

17 J. Black, The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, 1992, p. 7-13.

18 Par-delà le penchant pour l’anecdote présent dans les Observations sur l’Italie et les Italiens de Grosley (1764), la veine du voyage littéraire entrecoupé de vers se retrouve autant dans la Promenade utile et récréative de Pierre Brussel en 1768 (rééditée en 1791), dans le « Voyage de Paris en Corse par Mr Renaud de la Cressaie » en 1776 (Bib. Munic. de Dijon, Ms 1232, p. 79-109) ou dans le Voyage en Corse de l’abbé Gaudin en 1787 que dans le « Voyage aux îles Borromées » de Louis Damin (publié dans le Voyageur curieux et sentimental, Toulouse, Manavit fils, an VIII) et dans les « Fragmens de mon Voyage à Naples. Octobre 1807 » d’Henri Panet-Trémolière (Bib. Munic, de Reims, Ms 2357, p. 101-107).

19 Le premier guide Murray sur l’Italie septentrionale date de 1842, celui sur l’Italie centrale de 1843, le troisième sur l’Italie méridionale de 1853. Le premier guide-Joanne sur l’Italie, rédigé par Du Pays, est de 1855. C’est enfin à partir de 1861 que parurent les trois volumes sur l’Italie de Baedeker, dont L. Di Mauro a montré la rupture qu’ils opérèrent avec leur démarche d’inventaire systématique par rapport aux anciens schémas descriptifs en usage depuis le milieu du xviiie siècle (« L’Italia e le guide turistiche dall’Unità ad oggi », dans C. De Seta (dir.), Storia d’Italia. Annali 5. Il paesaggio, Turin, 1982, p. 369-428 ; cf. aussi Elsa Damien, La notion de guide à l’épreuve du tourisme naissant. Les voyageurs anglo-saxons en Italie à l’ère industrielle, thèse de doctorat sous la dir. de Denis Ferraris, Université de Paris Ili-Sorbonne nouvelle, 2004).

20 Ce chiffre comprend quelques tableaux statistiques, mais n’inclut pas les guides proprement dits, sauf dans les cas où leurs auteurs, français, ont été clairement identifiés comme ayant voyagé en Italie (Cochin, Richard, Lalande, Dutens, Cassini).

21 C’est ce qu’a rappelé L. Tomassini dans « Itinerari e viaggiatori. Verso una nuova percezione della Toscana nel secondo Ottocento », dans M. Bossi, M. Seidei (dir.), Viaggio di Toscana. Percorsi e motivi del secolo xix, Venise, 1998, p. 237-261, en particulier p. 237 et 259. Le constat d’un manque d’études dans ce domaine est ancien : H. M. Enzensberger constatait voici déjà quarante ans qu’une histoire du tourisme restait à écrire (« Una teoria del turismo », dans Ibid., Questioni di dettaglio, trad. ital.. Milan, 1965, p. 66-89, en part. p. 69). Nous disposons toutefois maintenant des mises au point de R. Baretjé (Tourisme et histoire : essai bibliographique, Aix-en-Provence, Centre des hautes études touristiques, 12 t., 1981-1995), A. J. Burkart et S. Medlik (Historical development of tourism, Aix-en-Provence, 1990), et, dans une autre perspective, d’A. Simonicca (Antropologia del turismo, strategie di ricerca e contesti etnografici, Rome, 1997).

22 Il faut attendre le milieu du siècle pour qu’avec la mise en place des réseaux ferroviaires la vitesse horaire et les conditions du voyage se modifient. La marche des chevaux imposait jusque-là un rythme variant entre 8 et 12 km à l’heure, selon le profil de la route, et encore devait-on dans les montées trop raides compléter l’attelage par des bœufs.

23 Cette dimension intellectuelle du voyage est au cœur d’une réflexion menée en France (colloque organisé les 11-12 février 1999 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales en collaboration avec la Maison Heinrich-Heine par M. Werner et J. Umlauf sur « Le voyage autour de 1800 : modes de perception et transactions culturelles » ; journée d’étude organisée le 17 mai 2003 au Centre Mahler à Paris par M.-N. Bourguet et D. Kalifa sur « Observer, enquêter : un ’moment 1800’ ? ») et en Allemagne (outre les travaux de F. Wolfzettel à l’Université de Francfort-sur-le-Main, on peut citer le séminaire organisé en septembre 1999 par M. Lackner à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, « ’Reisebilder’. Die Rezeption der Reisen und ihr Niederschlag in Wissenschaften und Literatur », et les actes du colloque dirigé par A. Bauerkämper, H. E. Bödeker et В. Struck, Die Welt erfahren. Reisen als kulturelle Begegnung von 1780 bis heute, Francfort-New York, 2004). Voir aussi J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme, 1799-1804 : des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, 2002.

24 Si les mots « tourist » et « tourism » apparaissent dans la langue anglaise en 1800 et 1811, l’équivalent français « touriste » n’est attesté par le Petit Robert qu’en 1816, et surtout le terme « tourisme » ne s’impose qu’en 1841, soit trois ans après que Stendhal ait largement publicisé le mot « touriste » avec ses Mémoires d’un touriste (1838).

25 W. Griep, H. W. Jäger (dir.), Reise und soziale Realität am Ende des 18. Jahrunderts, Heidelberg, 1983.

26 S’il est difficile de constituer des séries statistiques fiables à partir des registres de passeports des deux côtés des Alpes, on s’expose à n’obtenir que des données encore plus dispersées dès lors qu’on tente d’exploiter les registres de passants dans les hospices et à plus forte raison si l’on veut effectuer un relevé des voyageurs à partir des traces écrites présentes dans les récits des autres voyageurs, la presse ou les correspondances.

27 G. Ricci, « Gli incunaboli del Baedeker. Siena e le prime guide del viaggio borghese », dans Ricerche storiche, VII, n° 2, luglio-dicembre 1977, p. 346-381.

28 Cf. N. Doiron, op. cit., p. 49-60.

29 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, Paris, 1802, 1ère éd. 1799, 3e Rêverie, éd. J. Merlant, Paris, 1939, vol. 1, p. 45 (cité par M. Bossi, « Viaggi nella natura e tra gli uomini. Percorsi di conoscenza in Toscana tra Sette e Ottocento », dans M. Bossi, M. Seidel (dir.), Viaggio di Toscana..., cit., p. 32).

30 Dès les années 1780 les manuscrits des voyageurs français non spécialistes qui se rendent à Naples sont loin d’exploiter toutes les pistes que leur suggère Lalande.

31 Nous retrouvons ici l’évolution vers une conception plus générale de la notion de curiosité, telle qu’elle a été mise en lumière par J. Stagl.

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540