Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souverain et pontife

 | 
Philippe Bountry

Officiers subalternes de la curie et consulteurs des congrégations romaines en fonctions sous la restauration (1814-1846) (notes brèves)

Texte intégral

1On trouvera dans la présente liste 360 notices brèves relatives à l’ensemble des officiers subalternes (ecclésiastiques et laïcs) de Curie et des consulteurs de congrégations cardinalices en fonctions au service de la Curie du 4 mai 1814 au 1er juin 1846 et n’ayant accédé durant cette période ni au cardinalat de Curie ni à la prélature ni à un office majeur de Curie.

2On a retenu parmi les offices subalternes de la Curie : les consulteurs des congrégations du Saint-Office, des Évêques et Réguliers, de l’Index, des Rites, de la Discipline ecclésiastique, des Indulgences, de l’Examen des évêques, de la Correction des livres des Églises d’Orient et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ; les avocats consistoriaux ; le commissaire du Saint Office ; le promoteur et l’assesseur de la congrégation des Rites ; le théologue, le dataire, le canoniste, le correcteur et le garde des sceaux de la Pénitencerie apostolique ; les quatre prelati di mantellone (le commissaire général de la Chambre apostolique, l’avocat fiscal de la Chambre apostolique, l’avocat des Pauvres et du Peuple Romain, le procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique) ; les substituts du secrétariats des Brefs et des Mémoriaux ; le prédicateur apostolique et le confesseur de la famille pontificale ; l’échanson (coppiere), le secrétaire d’ambassade et le garde-robe de Sa Sainteté ; le secrétaire des Confins ; le substitut du secrétaire des Brefs ; les custodes des Archives et de la Bibliothèque Vaticane ; les chargés d’affaires du Saint Siège.

3Parmi les officiers laïcs de Curie en fonctions au service de la Curie ont été retenus pour la présente liste les offices suivants : les princes assistants à la Chapelle pontificale ; le maréchal du conclave ; les quatre camériers secrets participants di spada e cappa de la Famille pontificale - le maître du Saint Hospice (maestro del sagro Ospizio), le grand fourrier (foriere maggiore), le grand écuyer (cavallerizzo maggiore) et le surintendant des postes pontificales ; les prelati di mantellone et les avocats consistoriaux laïcs.

Agapito da Palestrina (1748-1815)

4Né à Palestrina le 3 février 1748, entré au couvent franciscain de l’Observance réformée de Fonte Colombo le 1e janvier 1765, il est successivement élu secrétaire, définiteur et custode. Censeur de la Sapience en 1783, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (1er février 1784) et du Saint Office (avant le 15 septembre 1802). À la suite de la suppression de l’ordre par les autorités françaises d’occupation (3 mai 1810), il se retire à Palestrina où il se sécularise. Il meurt le 17 juin 1815. Il a laissé plusieurs ouvrages de spiritualité et d’apologétique : Lezioni divote ordinate a conservare e promuovere il buon costume ne’ veri fedeli (Rome, 1792, 3 volumes) ; Notizie storiche intorno a i luoghi di Terra Santa (Rome, 1793) ; Esame critico-teologi-co di quanto ha scritto il chiarissimo abate Don Vincenzo Bolgeni (Rome, 1799) ; Idee genuine della carità, o amor di Dio opposta a’ pensamenti de’ sigg. abb. Gianvinvenzo Bolgeni e Lorenzo Herva (Rome, 1800) ; Lettere d’avviso ad un confessore novello contro l’opera avente per titolo : Istruzione pratica per i confessori novelli (Rome, 1805).

5Source : Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, III, p. 155.

Sigismondo AGOSTINI

6Cistercien, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 19 décembre 1801), charge qu’il occupe à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Agostino da Padova

7Franciscain de l’Observance réformée, vice-promoteur des missionnaires de S. Pietro in Montorio, consulteur de la congrégation de la Propagande (avant le 25 juillet 1832). Il a publié une Orazione di s. Giacomo della Marca (Naples, 1827).

Agostino da S. Geltrude

8Augustin déchaux, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1802), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome (Notizie de 1808) ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Agostino da Vignanello

9Franciscain de l’Observance réformée, consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (23 novembre 1838).

Vincenzo AIRENTI († 1843)

10Originaire d’une famille noble de Dulcedo en Ligurie, dominicain, prieur du couvent romain de Sainte-Sabine, il est nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (22 février 1835). Il meurt à Rome, à l’hospice S. Nicolô de’ Prefetti, le 22 octobre 1843.

11Source : Diario di Roma du 16 janvier 1844, n° 5 (nécrologie de l’année 1843). J.-J. BERTHIER, Le couvent de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1912, p. 656.

Vincenzo AJELLO († 1854)

12Né à Castelluccio, près de Cosenza, en Calabre, il entre dans l’ordre dominicain au couvent de Nicastro et devient provincial de Calabre. Il est élu 72e maître général de l’ordre dominicain (1844-1850) par le chapitre général réuni le 25 mai 1844 et entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation du Saint Office (Notizie de 1846). De retour dans son couvent de Nicastro au terme de son sextennium de maître général, il meurt à Nicastro le 4 février 1854.

13Source : TAURISANO, 16.

Giovanni Antonio ALBERTI

14Père de la Doctrine Chrétienne, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 1er avril 1801), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome.

Stefano ALESSANDRI († 1820)

15Procureur général des bénédictins du Mont-Cassin, il est nommé au lendemain de la Restauration membre de la congrégation de la Réforme (24 juin 1814). Il meurt à Rome le 1er mai 1820.

16Source : Diario di Roma du 6 mai 1820, n° 37.

Giovanni ALLEMAND

17Prêtre séculier, professeur d’Écriture sainte au Séminaire romain, Pie VIII le nomme consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829).

Lorenzo ALTIERI († 1817)

18Lorenzo des princes Altieri appartient à la famille du pape Clément X Altieri (cf. infra à Paluzzo Altieri pour les origines familiales). Nommé par Pie VII vice-surintendant des postes pontificales et camérier secret participant di spada e cappa (avant le 29 juin 1803), il se rallie à l’Empire durant l’occupation napoléonienne de Rome ; il est nommé député du département du Tibre au Corps législatif (23 février 1811). Il retrouve néanmoins au lendemain de la Restauration ses fonctions de surintendant des postes pontificales (avant le 23 novembre 1814) et meurt à Florence le 27 juin 1817.

19Source : Diario di Roma du 2 juillet 1817, n° 53.

Paluzzo ALTIERI (1760-1834)

20Né à Rome le 31 juillet 1760 du prince Emilio Carlo Altieri et de la princesse Livia Maria Borghese, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie romaine et se rattache aux papes Clément X Altieri (1670-1676) à travers l’adoption de Gaspare Paluzzi Albertoni, époux de Laura Caterina Altieri, par ce dernier à l’aube de son pontificat, et Paul V Borghese (1605-1621). C’est le neveu des cardinaux Vincenzo Maria Altieri (1724-1800), créé par Pie VI le 11 décembre 1780, démissionnaire le 12 mars 1798, et Scipione Borghese (17341782), créé par Clment XIV le 10 septembre 1770 ; et le petit-neveu des cardinaux Lorenzo Altieri (1671-1741), créé par Alexandre VIII le 13 novembre 1690, et Giambattista Altieri (1673-1740), créé par Benoît XIII le 11 septembre 1724. Pie VII le nomme sénateur de Rome par bref apostolique du 6 mars 1819 ; il fait également fonction de prince assistant au trône pontifical. Il est commandant de la Guardia civica. Il meurt à Rome le 9 janvier 1834. Il avait épousé le 15 octobre 1793 la princesse Marianne de Saxe († 1845), petite-fille d’Auguste III, roi de Pologne ; leur fils puîné Lodovico Altieri (1805-1867), nonce à Vienne, sera élevé au Sacré Collège par Grégoire XVI le 21 avril 1845.

21Sources : PIETRAMELLARA I, 42-43. AMAYDEN I, 41-45. Diario di Roma des 11 janvier et 25 janvier 1834, n° 3 et n° 7 (supplément).

Giuseppe Maria AMBONI

22Franciscain conventuel, procureur général de son ordre, consulteur de la congrégation des Rites (avant le 9 novembre 1808) ; son nom ne réapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Mauro AMICI

23Silvestrin, lecteur de théologie à S. Stefano sopra Cacco, consulteur de la congrégation de la Propagande (27 novembre 1821).

Filippo AMINTA (1751-1828)

24Né à Messine, il entre dans l’ordre dominicain au couvent S. Zita de Pa-lerme, puis enseigne aux couvents de Città di Castello et de Viterbe et enfin à l’université de Macarata (1821). Appelé à Rome en qualité de théologue de la bibliothèque Casanatense, il est promu par le cardinal vicaire Della Genga, futur Léon XII, à la charge de prédicateur des Juifs lors du rétablissement de la predi-ca coatta (1823). Il est encore nommé examinateur des évêques en théologie (avant le 2 octobre 1824). Il meurt à Rome, à l’âge de 77 ans, le 20 juillet 1828. Il a publié une Epitome absoluta ac novissima de locis theologicis in qua ea om-nia prae ad theologiae candidatorum institutionem scita sunt necessaria clare methodo ac bene ordinata in unum collecta traduntur (Macerata, 1819) et un traité d’inspiration antijudaïque, L’Ebraismo senza replica e sconfitto colle stesse sue armi, con cento parafrasi delle profezie avverate in Gesù Cristo (Rome, 1823).

25Source : Alberto ZUCCHI, Il predicatore degli ebrei in Roma, dans Roma domenicana. Note storiche I, Florence, 1938, p. 77-127 (p. 125).

Stanislao ANGELOTTI († 1819)

26Natif d’Anagni, avocat, il est nommé coadjuteur de l’avocat consistorial Girolamo Napulioni (avant le 9 février 1803) puis promu avocat consistorial en titre (avant le 12 mai 1804). Au lendemain de la Restauration, il reprend sa charge avant le 6 août 1814. Devenu « l’une des lumières de la Curie romaine », il meurt à Rome « à un âge avancé » (in un età senile) avant le 11 décembre 1819 ; il est enseveli à S. Maria in Aquiro. Il a publié une Dissertatio ad legem unicam codicis de mendicantibus validis (Rome, 1803).

27Source : Diario di Roma du 11 décembre 1819, n° 99.

Arsenio Avak Wartan ANGIARAKIAN

28Arménien natif de Constantinople, moine antonin, procureur général de son ordre à Rome, il est nommé consulteur de la congrégation pour la Correction des livres des Églises d’Orient (1er mars 1845). Il devient membre de l’Académie de religion catholique (17 février 1860). Il a publié des Notizie storiche sulla cit-tà e sede episcopale di Edessa (Rome, 1857).

29Source : PIOLANTI 276.

Gaetano ANGIOLINI (1748-1816)

30Né à Plaisance en 1748, entré au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1765, il est professeur à Ferrare jusqu’à la suppression de la Compagnie. Établi d’abord à Venise comme prédicateur, il gagne en 1783 la Russie où il assume diverses fonctions d’enseignement. Envoyé à Rome en qualité de procureur général de la Compagnie lors des négociations préalables au bref Per alios (30 juillet 1804) qui rétablit les Jésuites dans le royaume de Naples, il quitte Saint-Pétersbourg le 8 mai 1803, entre à Rome le 6 juillet, puis s’établit à Naples le 1er mars 1804 et enfin à Palerme en avril 1805. Il anime au sein de la Compagnie le courant favorable à une restauration de l’esprit originel de la fondation de saint Ignace et entre en conflit ouvert avec plusieurs de ses confrères. Déchu de ses fonctions de procureur à l’aube de la Restauration, Pie VII le fait entrer au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (11 août 1814). Il meurt à Rome le 17 novembre 1816. Ses manuscrits sont conservés à la Bibliothèque Corsini.

31Sources : SOMMERVOGEL I, 393-394. Luigi REZZI, Elogio storico-letterario del P. Gaetano Angiolini, dans Diario di Roma du 21 novembre 1816, et Elogio storico letterario del P. Gaetano Angiolini della Compagnia di Gesù, Rome, 1817. Giuseppe CUGNONI, Vita di Luigi Maria Rezzi, Imola, 1879, XX-340 p. (p. 6-26 et 175-253 où est reproduite la Relazione della deposizione del P. Angiolini dalle sue cariche di superiore della Compagnia nelle Due Sici-lie, e di procurator generale). Ludovic CHAILLOT, Pie VII et les Jésuites, Rome, 1879, p. 360-365.

Tommaso ANTOLINI (1763-1830)

32Né à Filottrano dans les Marches le 8 septembre 1763, augustin de la province d’Ombrie, secrétaire général, définiteur (avant le 31 août 1822) puis vicaire général de son ordre, il est nommé consulteur des congrégations des Rites (28 novembre 1825) et des Indulgences (19 septembre 1829). Il est membre de l’Académie de religion catholique (1827). Il meurt à Gênes le 23 août 1830.

33Sources : Diario di Roma des 1er et 11 septembre 1830, n° 70 et 73. PIOLANTI 108.

Antonio Maria da Rignano, cf Antonio Maria FANIA. Antonluigi da Firenze (1748-1822)

34Capucin, consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1787), lecteur honoraire de l’université de Pise, il s’éteint à l’âge de 74 ans au couvent de Monterghi, près de Florence, le 6 juin 1822.

35Source : Diario di Roma du 10 juillet 1822, n° 55.

Antonio AQUARI

36Curé de la collégiale de S. Marco, défenseur du lien conjugal (defensore de’ matrimoni) auprès du tribunal du Vicariat (avant le 6 février 1796), examinateur du clergé romain (avant le 27 février 1796), il est au lendemain de la Restauration nommé membre de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814).

Arcangelo dall’Assunta

37Carme déchaux, ancien définiteur général de son ordre, consulteur des congrégations des Rites (avant le 24 juin 1797) et du Saint Office (avant le 8 mars 1809).

Faustino AREVALO (1747-1824)

38Né à Campanario (Estramadoure) le 23 juillet 1747, il entre dans la Compagnie de Jésus le 24 septembre 1761 ; il est expulsé d’Espagne en Italie lors de la suppression de la Compagnie de Jésus. Il gagne Rome et se place sous la protection du cardinal espagnol Francisco Lorenzana sous la direction duquel il effectue de remarquables éditions des Pères de l’Église d’Espagne et du Missel mozarabe. Fait au lendemain de la première restauration hymnographe pontifical (novembre 1800), il est membre de l’Académie de Religion Catholique dès sa fondation (4 février 1801). Secrétement nommé par le cardinal Di Pietro, à la suite de l’occupation française de Rome, théologue de la Pénitencerie apostolique (octobre 1809), il est officiellement confirmé dans ses fonctions au lendemain de la Restauration. Rappelé à la Cour d’Espagne à la suite du rétablissement de la Compagnie de Jésus, il quitte Rome en septembre 1815 et devient vice-provincial de Castille (1820). Il meurt à Madrid le 7 janvier 1824.

39Il laisse une importante œuvre philologique et éditoriale : Hymnodia hispa-nica (Rome, 1786) ; M. Aurelii Clementis Prudenti Carmina (Rome, 1788-1789, 2 vol.) ; Dracontii Carmina (Rome, 1791) ; C. Vetti Aquilini Iuvenci presbyteri hispani carmina (Rome, 1792) ; Caelii Sedulii Opera omnia (Rome, 1794) ; Hymnodia hispanica ad cantus (Rome, 1786) ; S. Isidori Hispalensis opera om-nia (Rome, 1797-1803, 7 vol.) ; Missale gothicum secundum regulam beati Isi-dori (Rome, 1804) ; ainsi qu’une Laudatio funebris cardinalis Francisci Antonii de Lorenzana (Rome, 1804).

40Sources : PIOLANTI 75. TAMBURINI 193, n. 32. SOMMERVOGEL I, 530-534. Enc.Catt I (1948), col. 1859-1860 (E. Lamalle). CATH I (1948), 808 (J. Lebreton). Diario di Roma du 11 février 1824, n° 12. Eduart TODA Y GUELL, Bibliografia espanyola d’Italia dels origens de la imprempta fùs à l’a-ny 1900, Castel de Sant Miquel d’Escornalboli, 1927-1930, 3 vol., I, p. 128-132.

Carlo ARMELLINI (1777-1863)

41Né à Rome en 1777, il poursuit des études de droit à l’université de la Sa-pience à l’issue desquelles il devient docteur in utroque jure. Il salue dès 1798 l’instauration de la République par un compliment latin, Romana libertas redux, récité au Collège romain le 7 floréal an VI. Nommé avocat en Curie romaine (7 mars 1808), il occupe à la veille de l’invasion napoléonienne les fonctions de se-greto auprès du tribunal de la Rote. Durant l’occupation française de Rome, il assume provisoirement au sein du tribunal civil de Rome les fonctions d’auditeur de l’auditeur général de la Chambre apostolique ou A.C.Met (11 juillet 1809), puis est nommé juge de la Cour d’appel (24 juillet 1809). Il reprend ses fonctions d’avocat durant la Restauration. Promu par Grégoire XVI avocat consistorial (avant le 26 novembre 1831), Pie IX le nomme secrétaire du Conseil de censure de l’État pontifical (15 mars 1847) et membre du Consiglio di Roma (avant le 23 novembre 1847). À l’automne 1848, il se rallie à l’Assemblée constituante puis à la République romaine. Ministre de l’Intérieur dans le gouvernement formé le 23 décembre 1848 par la Commissione provvisoria di Stato au lendemain de la fuite de Pie IX à Gaète, élu député de Rome par 16.153 voix à l’Assemblée constituante (28 janvier 1849), signataire de la proclamation de la République romaine et de la déchéance du gouvernement temporel des Papes (9 février 1849), membre du comité exécutif de l’Assemblée constituante formé le 10 février 1849 avec Saliceti et Montecchi, enfin membre du triumvirat formé le 29 mars 1849 avec Giuseppe Mazzini et Aurelio Saffi, il se réfugie à Bruxelles après la chute de la République et y meurt en exil quatorze ans plus tard. Ses funérailles, le 14 juin 1863, sont l’occasion d’une manifestation nationale en faveur du rattachement de Rome au royaume d’Italie. Il a publié un traité De men-sis, quarum literae ob fidem publicam pecuniae numeratae vice funguntur Dis-sertatio (Rome, 1837).

42Sources : DRN (1930), 111-112 (G. Badii). Diario ordinario du 9 mars 1808, n° 20 (avocat en Curie romaine). A. SEVERINI, Una famiglia romana nell’Ottocento : gli Armellini, dans Studi romani, XLIII, 1995, p. 320-330 ; et Armellini moderato, Rome, 1995.

Domenico ARMELLINI (1769-1828)

43Né à Rome le 24 juin 1769, il est ordonné prêtre le 16 mars 1793. Curé de S. Eustachio, examinateur du clergé romain, il est nommé consulteur des congrégations de la Propagande (14 juin 1821) et de l’Index (20 mai 1822) ; il est fait par grâce pontificale docteur in utroque jure (1er septembre 1822). Promu évêque de Terni le 2 décembre 1822, il est consacré à Rome par le cardinal Gal-leffi le 12 janvier 1823. Il meurt à Rome le 17 décembre 1828.

44Sources : HC VII, 224. Diario di Roma du 20 décembre 1828, n° 102.

Eleonoro ARONNE (1799-1887)

45Né à Serrone (diocèse de Palestrina) le 9 mai 1799, ordonné prêtre le 22 décembre 1821, docteur en théologie (20 novembre 1826) et in utroque jure (4 février 1842) de l’Arciginnasio de la Sapience, il est est successivement professeur de théologie au séminaire de Palestrina, auditeur apostolique auprès du royaume des Deux Siciles, puis entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (28 juillet 1841). Promu vicaire général (22 février 1842) et archidiacre de la cathédrale de Palestrina, Grégoire XVI le fait évêque in partibus de Lystra (22 juillet 1842) ; il est consacré à Palestrina par le cardinal évêque Vincenzo Macchi le 11 septembre suivant. Promu par Pie IX évêque de Montalto (21 décembre 1846) et fait évêque assistant au trône pontifical (8 janvier 1847), il meurt dans son diocèse le 3 avril 1887.

46Sources : HC VII, 247. HC VIII, 393.

Lorenzo AVERARDI (1780-1864)

47Né à Rome, il entre au service de la Curie en qualité de substitut du secrétariat des Mémoriaux (été 1826), il occupe cette charge durant trente-cinq années. Pie IX l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 8 août 1846). Devenu substitut émérite en 1861, il meurt à Rome, à l’âge de 84 ans, le 6 septembre 1864.

48Source : Giornale di Roma du 7 septembre 1864, n° 204

Filippo BAFFI

49Membre de la commission de jurisconsultes chargés par Léon XII de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823), il est promu avocat consistorial (avant le 26 juillet 1828), puis avocat des pauvres auprès de la Chambre apostolique (13 avril 1829). Il reçoit successivement pour coadjuteurs dans ces dernières fonctions les avocats Tommaso Gnoli (Notizie de 1843), Pie-tro Minetti (avant le 28 juillet 1846) et Bonaventura Orfei (avant le 22 juillet 1850). Son nom disparaît des Notizie après 1850. Il a publié une Dissertatio ad legem Incredibile 6. Cod. de poenibus (Rome, 1832).

Charles Michael BAGGS (1806-1845)

50Né à Meath (Irlande) le 21 mai 1806 de Charles Baggs († 1820), homme de loi de confession protestante, et d’Eleanor Kyan, catholique, il est élevé après la mort de son père au Collegio Inglese de Rome et ordonné prêtre en 1830. Successeur du futur cardinal Wiseman à la tête du Collegio Inglese (1840), il est élevé à la dignité de camérier secret et entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (22 novembre 1843). Il est membre de l’Académie de religion catholique. Promu évêque in partibus de Pella par un décret de la congrégation de la Propagande en date du 18 décembre 1843 approuvé par Grégoire XVI le 19 décembre ainsi que vicaire apostolique du district d’Angleterre occidentale (9 janvier 1844), il est consacré à Rome le 28 janvier 1844 par le cardinal Fransoni, préfet de la Propagande. Il meurt à Prior Sark le 16 octobre 1845.

51Il laisse une œuvre oratoire et apologétique : A letter adressed to the rev. R. Burgers, B.D., the Protestant Chaplain in Rome (Rome, 1836) ; A discourse on Matt. XVI, 18-19 on the Supremacy of the Romane Pontife delivered in the Church of Gesù e Maria, in the Corso, Rome, on Sunday, Feb.7, 1836 (Rome, 1836) ; The ceremonies ot the Holy Week at the Vatican ans St John Laterans described and illustrated from History and Antiquities (Rome, 1839) ; The Pontifical Mass, sung at St Peter’s Church, on the festival of SS. Peter and Paul, and Christmas Day described and illustrated, with a Dissertation on ecclesiastical vestments (Rome, 1840) ; Funeral Oration delivered at the solemn obsequies of the lady Guendaline Talbot, Princess Borghese, in St Charles’ Church, in the Corso, on Dec. 23 1840 (Rome, 1841) ; Dissertazione sul sistema teologico degli Anglicani detti Puseyani (Rome, 1842, Annali delle scienze religiose, XV, 43, 30 juin 1842) ; Dissertazione sullo stato odierno della Chiesa Anglicana (Rome, 1843, Annali delle scienze religiose, XVII, 49).

52Sources : HC VII 302. GILLOW I, 98-100. PIOLANTI 113.

Francesco Antonio BALDI († 1826)

53Né à Bologne vers 1755 de genitori onesti, il poursuit ses études au collège de théologie de l’Université de Florence. Ordonné prêtre, il est durant quatorze années secrétaire du cardinal Ignazio Buoncompagni Ludovisi († 1790) et précepteur de son neveu, puis devient secrétaire du nonce et futur cardinal Filippo Scotti Gallarati à Florence (1793-1795) et à Venise (1795-1797). Présent au conclave de Venise aux côtés de l’ancien nonce, il est nommé à son retour à Rome premier minutante de la Secrétairerie d’État (2 septembre 1800) et fait bénéficier de Saint-Pierre du Vatican ; il est membre de l’Académie de Religion Catholique (15 septembre 1802). Au lendemain de la Restauration, il est promu, grâce au concours de Carlo Mauri, premier custode de la Bibliothèque Vaticane (27 mai 1814) en remplacement de Gaetano Marini accusé de collaboration avec les autorités françaises ainsi que consulteur de la congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaires (25 juillet 1814). Mis à la retraite de la Bibliothèque le 23 août 1818 et substitué par Angelo Mai, il est revêtu de la dignité de prélat domestique. Frappé d’hémiplégie, il meurt à Rome le 24 février 1826.

54Il est l’auteur d’une idylle grecque et toscane, Pel felice parto di Luisa Maria Amalia di Borbone, arciduchessa d’Austria, granduchessa di Toscana (Florence, 1794) ; d’un traité de polémique De apologia catholicae religionis a nova et maxime propria vaticinorum Psalmi quarti aliorumque declaratione ad hae-breaos, novatores et incredulos dissertatio critica (Venise, 1799) ; et d’un travail d’exégèse, très contesté et fort contestable, Incognotorum hactenus vaticiniorum de Cruce a Pio VII. Pont. Max. interpretatio ex Haebreo et declaratio (Rome, 1817) qui lui vaudra sa mise à la retraite.

55Sources : A.N. Paris, F7 8906, État des bénéficiers et autres prêtres attachés à la basilique de Saint-Pierre du Vatican qui n’ont pas voulu réciter le Sal-vum fac, ni assister au Te Deum solennel qui a été chanté pour solenniser la naissance du Roi de Rome le 9 juin 1811 (« 56 ans, aisé, en état de voyager, fanatique et contraire au système actuel. Très mauvaise influence »). PÁSZTOR (Se-greteria), I, 172-173. PÁSZTOR (AEE), 209. BIGNAMI ODIER, 188, 204 et 341. PIOLANTI 87. Diario di Roma du 25 mars 1826, n° 24. Maurizio Benedet-to OLIVIERI, De voce « Chen » in truncum et trunco in crucem versis unde in-cognita hactenus de cruce vaticinia in sacro hebraico textu cl. vir Franciscus Antonius Baldi... a se detecta exhibuit lucubratiuncula, Rome, 1817, 54 p. Nello VIAN, Tra il Marini e il Mai... Francesco Antonio Baldi, dans Almanacco dei bibliotecari italiani, 1968, p. 159-166.

Giuseppe BALDI († 1831)

56Né à Rome de l’érudit autodidacte Giovanni Elia Baldi († 1799), scopa-tore, mais sutout collaborateur bénévole, puis scripteur grec et responsable du Cabinet des médailles de la Bibliothèque vaticane, Giuseppe Baldi, chanoine de SS. Celso e Giuliano, est nommé scripteur surnuméraire de la Bibliothèque vati-cane (7 décembre 1810). Incarcéré au château Saint-Ange en juin 1812 pour refus de serment à l’Empereur, il est transporté de Civitavecchia à Bastia, en Corse, le 29 janvier 1813, puis emprisonné dans la forteresse de Calvi. Il retrouve ses fonctions au lendemain de la Restauration, puis est nommé second custode de la Bibliothèque vaticane (11 septembre 1818). Il meurt à Rome le 9 août 1831.

57Sources : BIGNAMI ODIER 182-183 et 186 (Elia Baldi), 187, 206-207 et 341. LOBERTI 130. ASV/SS a. 1814, rub. 1, Nota dei detenuti nelforte di Calvi.

Antonio BALDINI (1770-1830)

58Né à Rome, baptisé le 11 mars 1770, il est ordonné prêtre le 12 mars 1796. Camérier d’honneur de Pie VII, chanoine de Saint-Jean du Latran (avant le 30 octobre 1819), député des monastères de Rome (avant le 12 janvier 1820), il est promu archevêque in partibus de Néo-Césarée le 21 février 1820 et consacré à Rome le 27 février par le cardinal Litta. Il est encore nommé consulteur de la congrégation de l’Index (20 mai 1822). Il meurt à Civitavecchia le 8 mai 1830.

59Sources : HC VII, 279. Diario di Roma du 15 mai 1830, n° 39.

Giovanni Battista (Pietro Alessandro) BANFI (1739-1817)

60Né à Milan le 7 décembre 1739 d’une « famille illustre » (G. Cascioli), Giovanni Battista Banfi entre dans la congrégation des carmes déchaux où il prend le nom de Pietro Alessandro di Santa Margherita ; il fait profession à Milan, à l’âge de dix-sept ans, le 26 septembre 1756. Successivement élève du collège de Parme, puis lecteur en théologie à Parme (où il a pu rencontrer le futur Pie VII, alors lecteur en théologie et bibliothécaire de l’abbaye bénédictine de San Giovanni Evangelista), prieur du couvent de Milan, recteur du couvent de San Pan-crazio fuori le mura de Rome, procureur général (1791) de son ordre, à nouveau confirmé dans ses fonctions en 1797, il est promu par Pie VII commissaire général de l’ordre des carmes déchaux (21 février 1801), puis en devient le 58° préposé général par un motu proprio de 1807. Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la congrégation de la Réforme (24 juin 1814), puis promu évêque de Tivoli (22 juillet 1816). Consacré le 28 janvier par le cardinal Michele Di Pietro, il meurt à Tivoli au terme de quinze mois d’épiscopat le 13 (aliter 12) novembre 1817.

61Sources : HC VII, 369. Notizie di Roma n° 45 de 1817. Giuseppe CASCIOLI, Nuova serie dei vescovi di Tivoli. LXXVI - Pietro Alessandro Banfi (18161817), dans Atti e memorie della Società Tiburtina di storia e d’arte, XI-XII, 1931-1932, p. 80.

Giovanni BARBERI (1748-1821)

62Né à Rome le 10 décembre 1748 de l’avocat romain Filippo Barberi, avocat des pauvres, il poursuit des études juridiques qui le conduisent à devenir coadjuteur de son père. Marié en 1777, il est nommé procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique en 1778 par Pie VI et conserve cet emploi de prélature (bien que laïc) durant 43 années. C’est à ce titre qu’il instruit, après l’avoir en partie suscité, le procès qui aboutit, le 7 avril 1791, à la condamnation de Ca-gliostro par le Saint Office ; il s’emploie également à combattre les idées et les menées révolutionnaires à Rome et en Italie. Emprisonné au château Saint-Ange en 1798 puis libéré sur intervention de Talleyrand, il se réfugie à Orbetello, tandis que le gouvernement républicain le condamne à mort par contumace. À la suite de l’entrée à Rome des troupes napolitaines (2 octobre 1798), il est nommé procureur auprès de la Giunta di Stato (10 novembre 1799) chargée des poursuites contre les partisans de la République Romaine ; puis il est chargé par le cardinal Consalvi à l’aube de la première restauration de la réogranisation des tribunaux du Gouverneur de Rome et de la Consulte. Lors de l’occupation napoléonienne de Rome, il est à nouveau emprisonné durant quarante jours sur ordre du général Miollis au château Saint-Ange, libéré sur intervention de la princesse Pauline Borghese, relégué durant deux ans à Spolète puis autorisé à rentrer à Rome comme simple citoyen. Nommé le 11 mai 1814 membre de la Commissionne di Stato formée par Agostino Rivarola, délégué apostolique, en vue de la restauration du gouvernement pontifical, il reprend sa charge de procureur fiscal ; il reçoit pour coadjuteur l’avocat Vincenzo Trambusti (avant le 16 juillet 1814). Dans les années suivantes, il est chargé par le cardinal Consalvi de la refonte du code de procédure criminelle (22 juillet 1816), de la répression du brigandage et des oppositions politiques ainsi que de l’élaboration d’un règlement sanitaire. Il meurt à Rome le 14 août 1821 et est enseveli à Saint-Louis des Français.

63Il a laissé une justification du procès intenté à Cagliostro sous le titre de Compendio della vita, e delle geste di Giuseppe Balsamo denominato Conte Cagliostro, che si è estratto dal processo di lui formato in Roma l’anno 1790. E che pub servire di scorta per conoscere l’indole della setta de’ Liberi Muratori (Rome, 1791).

64Sources : FORCELLA III, 59. DBI VI (1964), 156-158 (Carlo Francovich). MOSCARINI, 15. Diario di Roma du 18 août 1821, n° 66. Andrea BARBERI, Cenni biografici intorno a monsignor Giovanni Barberi, fiscale generale del Governo, Rome, 1837. Maria Consilia BUSELLI SERAFINI, La reazione del 1799 a Roma. I Processi della Giunta di Stato, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XCII, 1969, p. 137-211, passim ; Luigi LONDEI, Neri SCERNI, Giustizia politica e paternalismo nello Stato Pontificio. Nuove ricerche sul processo contro Cagliostro, dans Rassegna Storica del Risorgimento, LXXIV/4, 1987, p. 411-440.

Paolo BARÒLA (1788-1863)

65Né à Rome le 23 juillet 1788 de Lorenzo Baròla et Maria Del Barba, il appartient à une famille de boutiquiers : son père tient un commerce de comestibles dans le quartier populaire du Borgo Nuovo. Élevé dans les écoles tenues par les Scolopes au collegio S. Lorenzo de la piazza de’ Rusticucci, il entre en novembre 1804 au Séminaire romain où il reçoit l’enseignement d’Ignazio De Rossi ; il est ordonné prêtre le 14 juin 1814. Il devient successivement professeur de rhétorique (novembre 1822) puis de philosophie morale (février 1834) au collège Urbain de la congrégation de la Propagande ainsi que secrétaire particulier du cardinal Bartolomeo Pacca à la mort de l’abbé Cosimo Pedicini (27 novembre 1833). Grégoire XVI le nomme substitut de la congrégation des Indulgences, membre du Collège Philologique de l’université de la Sapience ; il est également fait consulteur de la congrégation de l’Index (22 novembre 1843). Pro-custode général de l’Arcadie, il est élu custode général en février 1850 et réélu en juillet 1858 ; il est aussi élu président de l’Académie tibérine (décembre 1854). Admis à la retraite en 1846 et devenu professeur émérite, il meurt à Rome le 6 mars 1863 et est enseveli au cimetière de S. Lorenzo fuori le mura. Paolo Barôla est l’auteur de nombreuses compositions littéraires et religieuses parmi lesquelles : Ode saffica (Rome, 1828) ; Ave Maris Stella esposto in versi (Rome, 1844, nombreuses rééditions) ; Vita di s. Caterina da Siena (Rome, 1848) ; L’Angelo e il fanciullo. Elegia ad una madre, traduit du français d’après Jean Reboul (Rome, 1852) ; Il primo ingresso di s. Pietro in Roma (Rome, 1859).

66Sources : Giornale di Roma du 7 mars 1863, n° 54. Franceco FABI MONTANI, Della vita e degli scritti del Prof. don Paolo Barbla romano, custode generale di Arcadia, Rome, 1866, II-102 p.

Andrea BARRERA

67Doctrinaire, consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (22 juin 1842).

Giuseppe Luigi BARTOLI († 1852)

68Auditeur du préfet de la Signature de Justice (avant le 18 juillet 1829), avocat fiscal de la Fabrique de Saint-Pierre (avant le 13 juillet 1831), il est promu par Grégoire XVI avocat consistorial (avant le 22 juin 1831) et fait aussitôt aussitôt procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique (avant le 5 novembre 1831). Il occupe ses fonctions jusqu’à son décès, intervenu à Rome le 22 février 1852. Il a publié une Dissertatio de jure albinatus (Rome, 1815).

69Source : Giornale di Roma du 23 février 1852, n° 43.

Guglielmo BARTOLOMEI

70Augustin, maître en théologie, régent du collège S. Agostino de Rome, examinateur des évêques en théologie (18 décembre 1839).

Vincenzo BARTOLUCCI (1753-1820)

71Né à Rome le 22 avril 1753 de l’avocat Bartolucci, auditeur du cardinal Ciampi et du prince Ottoboni, et d’Eleonora Boni, il appartient à une famille de la bourgeoisie aisée, originaire des Marches ; son oncle Giovanni Bartolucci est un théologien jésuite renommé. Demeuré jeune orphelin de père, il reçoit à Rome une excellente formation juridique auprès de l’auditeur de Rote Gregory di Marcorengo et devient docteur in utroque jure de la Sapience ; il collaborre de 1772 à 1786 aux Effemeridi letterarie. Promu par Pie VI à l’âge de 33 ans avocat consistorial (Notizie de 1786), il devient avocat général du Fisc de la Chambre apostolique (1791). Il adhère cependant à la République romaine et reçoit les fonctions d’avocat des Biens nationaux et d’administrateur des droits de timbre. Exilé de Rome durant l’occupation napolitaine et destitué de toutes ses fonctions, il se réfugie à Florence jusqu’au retour de Pie VII ; la protection du cardinal Braschi Onesti lui permet de retrouver ses fonctions curiales. Il devient successivement avocat du Peuple romain (1807) et doyen du Collège des avocats consistoriaux. Au lendemain de l’occupation française de Rome, il est le plus notable parmi les curialistes romains ralliés au gouvernement napoléonien. Membre du Consiglio di Giustizia mis en place par la Consulte de Rome le 8 juillet 1809, premier président de la Cour d’appel (24 juillet 1809), il prononce à l’occasion de son installation (14 août 1809) l’éloge solennel de l’Empereur et occupe une place fondamentale dans l’établissement du régime français ; il devient membre du Sénat (Conseil municipal) de Rome. Appelé en France par Napoléon afin de sièger au Conseil d’État (12 février 1811), il prend congé de la Cour d’appel le 8 mai 1811 et vient s’établir à Paris avec sa famille. Au lendemain de la Restauration, Pie VII le destitue de toutes ses fonctions de Curie ; mais la protection du cardinal Consalvi le ramène à Rome où il devient, à la suite du motu proprio du 6 juillet 1816 sur l’administration civile, membre des trois commissions de réforme du droit pénal, civil et commercial et président des première et troisième commission (22 juillet 1816) qui élaborent le texte du nouveau Code de procédure (motu proprio du 22 novembre 1817) ; il se consacre enfin à la rédaction d’un nouveau Code civil inspiré du code napoléonien. Rétabli dans ses charges et dignités, il meurt à Rome le 2 avril 1820 et est enseveli à S. Marcello al Corso.

72Il a laissé deux manuscrits de jeunesse offerts à Pie VI, Sopra la obbliga-zione di osservare i concordati fatti tra i Principi e la Santa Sede (21 juillet 1771, B.A.V., Vat. Lat. 13563, s. XVIII, ff. 97-104) et Racconto storico sopra l’origine del sovrano temporal dominio della Chiesa Romana (Epitome conservé en Vat. Lat. 12555, s. XVII, ff. 1-2) ; une dissertation d’avocat consistorial De viis publicis (Rome, 1786) ; et divers mémoires juridiques.

73Sources : DRN (1930), 174 (Ersilio Michel). Giornale del Campidoglio du 16 août 1809, n° 21 (discours d’installation de la Cour d’appel) et du 8 septembre 1810, n° 117 (discours d’ouverture de la Cour d’appel). Diario di Roma des 5 et 8 avril 1820, n° 28 et n° 29. Louis MADELIN, La Rome de Napoléon, Paris, 1906, ad indicem. Franz GROSSE-WIETFELD, Justizreform im Kir-chenstaat in der ersten Jahren des Restauration (1814-16). Ein Beitrag zur Geschichte der kurialen Gerichtsbehorden und der Entwicklung des kanonischen Prozessrecht, Paderborn, 1932, 291 p. Romolo RIGHETTI, Un insigne giurista agli albori del Risorgimento. Vincenzo Bartolucci, dans Capitolium, XXVII, 1952, p. 175-182. Niccolô DEL RE, Il Cardinale Belisario Cristaldi e il can. Antonio Muccioli, Cité du Vatican, 1980, p. 46. Carla NARDI, Napoleone e Roma, Rome, 1989, ad indicem.

Angelo BATTAGLINI (1759-1842)

74Né à Rimini le 25 février 1759, troisième fils du comte Filippo Battaglini et de la romaine Anna Fagnani, il poursuit ses études à Rome, au Collegio Nazzareno puis à l’Académie des nobles ecclésiastiques (1777) ; il est lié au cardinal Garampi. Coadjuteur au chapitre de S. Maria in Via Lata du chanoine et doyen du collège des avocats consistoriaux Giulio Cesare Fagnani (1781), auquel il est sans doute apparenté, il lui succède en qualité de chanoine lors de son décès (25 juillet 1795). Il entre au service de la Bibliothèque vaticane en qualité de scripteur latin surnuméraire (12 avril 1791), puis effectif (31 janvier 1795) et occupe également les fonctions de bibliothécaire du cardinal de Zelada ; il est membre de l’Académie de l’Arcadie. Il se retire à Rimini durant la première occupation française de Rome (1798-1799). Promu au lendemain de la première restauration second custode de la Bibliothèque vaticane (18 août 1800), il est expulsé de Rome le 2 avril 1808 par les autorités françaises d’occupation et se retire à nouveau à Rimini. Autorisé à revenir à Rome le 25 janvier 1809, il est, avec Angelo Uggeri, l’un des principaux responsables de la Bibliothèque vaticane durant la période napoléonienne. Privé de ses fonctions au lendemain de la Restauration (mai 1814), il est justifié et rétabli dans sa charge de second custode le 17 août 1814. Nommé premier custode le 12 juillet 1818, il prend le même jour sa retraite avec un bref d’éloge. Il meurt à Rome plus de deux décennies plus tard, le 26 mars 1842, et est enseveli à S. Andrea della Valle.

75Il a édité le Saggio di rime volgari di Giovanni Bruni de’ Parcitadi con le notizie storiche e letterarie di lui e del suo casato (Rimini, 1783) et les Basini parmensis poetae opera praestantoria (Rimini, 1794) ; ce dernier volume contient (II, p. 43-255) une importante étude Della corte letteraria di Sigismondo Pandolfo Malatesta, Signor de Rimino. Il a également publié une apologétique Originalità della Leggenda italiana della b. Chiara da Rimino, pubblicata dalla ch.memoria di monsignor G. Garampi nel MDCCLV (Rome, 1784), une Dissertazione accademica sul commercio degli antichi e moderni libraj(Rome, 1787) ainsi qu’une Dissertazione sopra l’autore della prima traduzione latina delle lettere greche di Falaride e di altre tradizioni, delle quali si attribuisce la gloria al famoso legista aretino Francesco Accolti (Rome, 1821). Il laisse enfin sous forme manuscrite (Bibliothèque de l’Université de Bologne ms.4256, 2 vol.) un important Latinorum Italorum Gallorum Hispanorumque manuscriptorum codicum Zeladaniae Bibliothecae catalogus contenant la description de 1277 manuscrits.

76Sources : DBI VII (1965), 222-225 (Augusto Campana). PROCACCINI 79. ACCADEMIA 145. BIGNAMI ODIER 202, 339 et 341. Diario di Roma du 18 juillet 1818, n° 57.

Niccola BEDINI (1801-1864)

77Né à Tagliacozzo (diocèse des Marsi) dans les Abruzzes le 14 avril 1801 d’une famille romaine, il est ordonné prêtre à Rome le 17 avril 1824 ; il est docteur en théologie du Collège Romain (2 septembre 1824). Successivement économe, recteur (durant quatorze ans) et professeur de logique, métaphysique et droit canon à l’Apollinare, il entre au service de la Curie en qualité de qualificateur du Saint Office (avant le 12 mars 1839) ; il est encore nommé examinateur du clergé romain (avant le 21 juillet 1840) et Grégoire XVI l’élève à la dignité de camérier d’honneur (avant le 24 octobre 1840). Il devient membre de l’Académie de religion catholique (20 février 1852). Promu par Pie IX secrétaire intime surnuméraire, puis évêque de Terracine, Sezze et Priverno le 19 décembre 1853, il est consacré à Rome par le cardinal Patrizi le 8 janvier 1854 et fait évêque assistant au trône pontifical le 30 janvier. Il démissionne de son siège le 29 septembre 1862 et meurt à Rome le 8 janvier 1864.

78Sources : HC VIII, 541. PIOLANTI 265. Giornale di Roma du 9 janvier 1864, n° 6.

Albertino BELLENGHI (1758-1839)

79Né le 23 septembre 1758 à Forlimpopoli, près de Forli, de Francesco Bellenghi et Violante Fiorentini, il appartient à une famille de la noblesse ; il est baptisé sous le nom de Filippo Maria Lorenzo Baldassare. Il prend le nom d’Albertino en entrant en 1773 dans l’ordre camaldule au couvent de S. Croce dell’Avellana ; il est ordonné prêtre le 22 septembre 1781, poursuit ses études au Collège grégorien de Rome et devient lecteur en théologie. Il est successivement professeur aux monastères SS. Severo ed Ippolito de Faenza et de S. Severo de Pérouse, abbé de S. Croce de Sassoferrato (1802), abbé de Fabriano (1803) et abbé de S. Croce dell’Avellana (1805). Il se retire à Fabriano lors de la suppression des congrégations religieuses par les autorités napoléoniennes. À la suite de la restauration de l’ordre camaldule, il est élu vicaire général (1811-1823) puis procureur général (1823) de son ordre. Il est membre de l’Académie de religion catholique (22 août 1816). Entré au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (7 août 1816) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (17 juin 1826), Léon XII le fait le 23 juin 1828 archevêque in partibus de Nicosie ; consacré le 13 juillet suivant à Rome par son confrère le cardinal Placido Zurla, il est nommé le 1er octobre 1828 visiteur apostolique de l’île de Sardaigne. Pie VIII le fait deux ans plus tard, le 3 avril 1830, vicaire apostolique du diocèse de Forli qu’il administre jusqu’en 1832 ; il se retire ensuite à Rome. Son ancien confrère Grégoire XVI le nomme encore consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834). Il meurt à Rome le 22 mars 1839 et est enseveli à S. Gregorio a Monte Coelio. Il laisse une œuvre écrite considérable dont des Osservazioni critiche sui doveri dell’uomo (Forli, 1789).

80Sources : HC VII, 197 et 283. DE TIPALDO X, 70-76 (Jacopo Bernardini). PIOLANTI 98. PÁSZTOR (AEE), 210. FORCELLA II, 142. Diario di Roma du 23 mars 1839, n° 23. Francesco FABI MONTANI, Vita di Monsignor Albertino Bellenghi della congregazione camaldolese, arcivescovo di Nicosia, Rome, 1839, 16 p. Placido LUGANO, L’Italia benedettina, Rome, 1929, p. 302. Anselmo GIABBIANI, L’ambiente monastico di don Mauro Capellari, dans Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, Rome, 1948, 2 volumes, I, p. 195.

Jacopo Maria BELLI (1735-1824)

81Né à Reggio Emilia, franciscain conventuel du couvent romain des XII Apostoli, il est successivement procureur puis procureur général de son ordre. Nommé consulteur du Saint Office (avant le 6 août 1800) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (Notizie de 1801), il est rétabli dans ses fonctions le 29 septembre 1815 ; il lui est donné un coadjuteur le 7 février 1822 en la personne de son confère Turchi. Il meurt d’apoplexie à la veille de ses 89 ans à Rome le 21 juillet 1824 et est enseveli aux XII Apostoli.

82Sources : FORCELLA II, 289. Diario di Roma du 24 juillet 1824, n° 59.

Mauro (Federico) BENCIVENNI (1759-1829)

83Né à San Giovanni in Persiceto, près de Bologne, le 22 (aliter 24) janvier 1759, de Vincenzo Bencivenni et Rosa Vendini, Mauro Bencivenni entre à l’âge de 17 ans dans l’ordre capucin dont il revêt l’habit le 23 mars 1773 ; il prend le nom de Federico da S. Giovanni in Persiceto. Il prononce ses vœux à Césène le 22 mars 1776 et est ordonné prêtre le 22 décembre 1781. Successivement lecteur de philosophie et de théologie à Ravenne, Faenza, Imola et Bologne de 1791 à 1802, il est promu par Pie VII prédicateur apostolique (avant le 3 décembre 1803) ; il est également fait examinateur des évêques en théologie en 1805 (Diario ordinario du 1er janvier 1806). Il retrouve sa charge au lendemain de la Restauration lors de la prédication de l’Avent 1814, puis est nommé le 14 avril 1817 évêque de Bertinoro, dans les Légations ; il est consacré à Rome le 20 avril par le cardinal Dugnani. Devenu évêque des diocèses réunis de Bertinoro et Sarsina (1er septembre 1824), il meurt cinq ans plus tard, le 19 novembre 1829. Il laisse plusieurs lettres pastorales.

84Sources : HC VII, 117. Diario di Roma du 5 décembre 1829, n° 97. P.A MELONI, La tomba di Mons. F. Bencivenni, Lugo, 1830. G.F. RAMBELLI, Elogio funebre di Mons. Federico Bencivenni, Bologne, 1838. Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apstolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 150-152. Donato di San Giovanni in Persiceto, Biblioteca dei Frati minori cappucini della provincia di Bologna (1535-1946), Budrio, 1949, p. 158-160. Melchior a Po-bladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 460-461.

Sisto BENIGNI († 1842)

85Natif de Treia dans les Marches, cistercien, abbé du monastère S. Bernardo alle Terme Diocleziane, par deux fois procureur général de son ordre (18201825 et 1830-1835), réélu à Pérouse le 2 mai 1830, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 8 avril 1807). Il meurt dans le cours de l’année 1842.

86Source : Diario di Roma du 17 janvier 1843, n° 5 (nécrologie de l’année 1842). Placido LUGANO, L’Italia benedettina, Rome, 1929, p. 511.

Benigno da Vallebuona

87Franciscain de l’Observance réformée, définiteur général de son ordre, consulteur des congrégations de l’Index (7 juillet 1843) et de la Propagande (12 juillet 1843).

Giuseppe BENITO

88Franciscain de l’Observance, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1790) à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Luigi BENTIVEGNI (1733-1824)

89Né à Rimini en 1733, il entre dans l’ordre des Servites ; il est ordonné prêtre en 1779, devient maître de théologie en 1781 puis régent des études à Bologne. Nommé régent du Collegium Gandense de Rome (1793), il est élu procureur général de son ordre (30 avril 1798), puis prieur général lors du chapitre général de Florence (1804) ; il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (avant le 20 novembre 1802). Incorporé à l’université de Florence (29 décembre 1804), il est arrêté par les autorités françaises le 13 août 1809 et déporté en France pour être relégué à Vervins jusqu’au 27 avril 1811 ; il obtient ensuite de se retirer, très diminué, à Rimini (1811-1815). De retour à Rome en juin 1815, il occupe les fonctions de bibliothécaire du couvent S. Marcello. Il meurt à Rome le 8 mars 1824. Il a écrit un Elogio del P. Giulio Arrighetti et publié un traité De regimine Ecclesiae (Rome, 1793).

90Source : A. ROSSI, Serie cronologica dei Rev.di Padri generali dell’Ordine dei servi di Maria, Rome, 1952, p. 86-87. Gabriele Maria ROSCHINI, Galleria Servitana, Rome, 1976, p. 528.

François-Lazare BÉRANGER

91Né à Marseille vers 1740, carme de l’ancienne observance du couvent de Marseille, il émigre dans les États pontificaux avant mars 1793 ; il est accueilli à Rome (à l’âge de 52 ans) au couvent de S. Maria Traspontina. Nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 7 août 1802), il rentre en France où il est sécularisé ; il reçoit un coadjuteur de son ordre en la personne de son confrère Giuseppe Maria Mazzetti le 2 janvier 1818.

92Sources : J. LE ROHELLEC, Écclésiastiques, religieux et religieuses exilés pour la foi dans les États pontificaux. Liste générale d’après les Archives du Vatican, dans Actes des Martyrs et des Confesseurs de la Foi pendant la Révolution, sous la direction d’Ernest AUDARD, Tours, 1918-1923, 3 volumes, tome I, p. 225. René PICHELOUP, Les Écclésiastiques français émigrés ou déportés dans l’État pontifical, 1792-1800, Toulouse, 1972, p. 297. ASV/SS Interni a. 1818, rub. 14 (nomination d’un coadjuteur).

Francesco Maria BERNABEI

93Franciscain de l’Observance, ancien provincial de son ordre, consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 9 novembre 1808). Il a publié deux traités d’agronomie : Varie riflessioni sopra l’industria de’ popoli applicate agli abitanti dell’Agro di Roma e de’ vicini castelli di cui si dimostra potersi notabilmente accrescere il frutto con facilità (Rome, 1789) ; et L’agro di Roma de de’ suoi castelli ridotto con facilità a coltura più utile e meno dispendiosa (Rome, 1809).

Gregorio BERNI († 1824)

94Né à Césène vers 1745, secrétaire du cardinal Romualdo Braschi, il devient bénéficiaire du chapitre de Saint-Pierre du Vatican (avant le 23 juillet 1800), puis substitut du secrétariat des Brefs (avant le 5 décembre 1801) ; Pie VII le fait camérier secret surnuméraire (avant le 7 novembre 1804). Au lendemain de la Restauration, il est élevé à la dignité de prélat domestique (Notizie de 1818). Il exerce brièvement les fonctions de pro-secrétaire des Brefs à la mort du cardinal Braschi (30 avril - 10 mai 1817). Il meurt à Rome à l’âge de 80 ans le 19 avril 1824 et est enseveli à SS. Vincenzo e Anastasio a Trevi.

95Sources : A.N. Paris, F7 8906, État des bénéficiers et autres prêtres attachés à la basilique de Saint-Pierre du Vatican qui n’ont pas voulu réciter le Salvum fac, ni assister au Te Deum solennel qui a été chanté pour solenniser la naissance du Roi de Rome le 9 juin 1811 (« 45 ans, aisé, en état de voyager, étranger et suspect. Il a promis d’assister, mais il n’a pas paru »). Diario di Roma du 24 avril 1824, n° 33.

Giuseppe BERTETTI

96Prêtre séculier, camérier secret de Grégoire XVI, consulteur de la congrégation de la Propagande (avant le 28 juin 1841).

Gioacchino BETTINI

97Prêtre séculier, recteur de la Sapience, il est nommé consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dès sa formation (19 juillet 1814). Son nom disparaît des Notizie après 1819.

98Source : PÁSZTOR (AEE), 208.

Pio BIGHI (1780-1854)

99Né à Rome le 5 septembre 1780, il est ordonné prêtre le 4 juin 1803 et devient docteur en théologie du Collège Romain (1805). Chanoine de S. Maria in Via Lata, il est successivement professeur de théologie morale au Collège romain, puis recteur du Séminaire Romain de S. Apollinare (jusqu’en 1840) ainsi qu’examinateur du clergé romain. Il entre au service de la Curie en qualité de théologue de la Daterie apostolique et de consulteur des congrégations de l’Index (20 mai 1822) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (3 juin 1824). Pro-secrétaire (1824) puis secrétaire (janvier 1829) de l’Union sacerdotale de S. Paolo Apostolo, il conserve cette charge jusqu’en février 1839. Il est également fait membre du Collège théologique de l’Arciginnasio de la Sapience (avant le 12 juillet 1828) ainsi qu’examinateur du clergé romain (avant le 20 janvier 1830). Vicaire apostolique de Subiaco (mai 1847), il est élevé aux dignités de prélat domestique (avant le 27 juillet 1847) et de protonotaire apostolique (avant le 31 juillet 1847). Promu par Pie IX le 4 octobre 1847 évêque in partibus de Lystra, il est consacré à Rome par le cardinal Orioli le 10 octobre. Nommé vicaire de la basilique Saint-Pierre du Vatican (22 avril 1853), il est élevé à la dignité d’archevêque in partibus de Philippes (23 août 1853). Il meurt à Rome le 31 août 1854. Il a publié une Lettera pastorale agli abitanti della città e diocesi di Listri (Naples, 1849).

100Sources : HC VIII, 356 et 453. PÁSZTOR (AEE), 208 GRIMALDI XIX, ff. 72r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. GRIMALDI XIX, ff. 62r, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti. Giornale di Roma du 4 septembre 1854, n° 201. Francesco FABI MONTANI, Della Pia Unione di San Paolo apostolo, Rome, 1856, p. 51.

Giuseppe Andrea BIZZARRI (1802-1877), cardinal de Pie IX en 1863

101Né à Paliano (diocèse de Palestrina), le 11 mai 1802 de Gregorio Bizzarri, gonfalonier de la localité, il appartient à une famille inscrite au patriciat de San Angelo in Vado, dans les Marches, et établie en 1790 dans la Ciociara ; il serait apparenté à Niccolô Bizzarri (1723-1803), évêque de Forli de 1769 à 1776, et sa famille s’alliera à celle de Léon XIII Pecci. Élevé au séminaire diocésain de Palestrina, il devient docteur en philosophie et théologie de l’université de la Sapience (12 juillet 1824) et est ordonné prêtre à Rome le 18 décembre 1824. Il poursuit d’abord en Curie une très modeste carrière en qualité d’archiviste (Notizie de 1829) puis de scripteur (Notizie de 1832) de la Pénitencerie apostolique ; il est fait chapelain secret de Pie VIII (avant le 4 avril 1829) puis camérier d’honneur (Notizie de 1832). Promu sous-secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers (Notizie de 1837) aux côtés des futurs cardinaux Giovanni Soglia Ceroni, Fabio Asquini et Gaetano Baluffi, il est fait qualificateur du Saint Office (avant le 3 août 1839) et chanoine de Sainte-Marie-Majeure. Promu par Pie IX à la dignité de camérier secret (avant le 27 juin 1846), c’est sous son pontificat qu’il entre tardivement en prélature, à l’âge de 47 ans, en qualité de référendaire (9 novembre 1849). Pie IX le nomme successivement assesseur (Notizie de 1851), pro-secrétaire (5 septembre 1851) puis secrétaire (27 juin 1853) de la congrégation des Évêques et Réguliers ; il est encore fait protonotaire apostolique participant (avant le 29 août 1850), consulteur de la congrégation du Saint Office (avant le 18 février 1852), examinateur des évêques en droit canon (10 mars 1853), prélat domestique et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (10 janvier 1853). Promu archevêque in partibus de Philippes (30 novembre 1854), il est consacré à Rome le 17 décembre par le cardinal Della Genga Sermattei et fait évêque assistant au trône pontifical le 9 janvier 1855. Il est envoyé en 1855 en mission dans le royaume de Naples et conclut un compromis sur la procédure civique et canonique en matière de causes matrimoniales. Pie IX l’élève au Sacré Collège le 16 mars 1863 et l’agrège le 20 mars aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, des Rites et sur l’État des Réguliers. Il est successivement promu préfet de la congrégation des Indulgences (17 janvier 1867) puis préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (31 août 1872), charge qu’il occupe jusqu’à son décès ; il devient également membre de la congrégation du Saint Office (avant le 21 janvier 1864) ainsi que protecteur de l’Académie théologique (avant le 4 juin 1866). Il préside l’une des commissions du concile Vatican I (4 janvier 1870). Il meurt à Rome le 26 août 1877 et est enseveli au cimetière du Campo Verano. Il a publié un important recueil ou Collectanea in usum secretariae sacrae congregationis episcoporum et regularium (Rome, 1863) ainsi que des Acta S. Congregationis super statu regularium (Rome, 1862).

102Sources : HC VIII, 16 et 453. DHGE IX (1937), 49 (L. Jadin). WEBER II, 440-441 (essentiel). SPRETI II, 90. GRIMALDI XIX, ff. 72r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Osservatore romano du 28 août 1877, n° 196.

Girolamo BOBONE

103Dominicain, lecteur en théologie de l’Arciginnasio de la Sapience, il entre au service de la Curie en qualité de coadjuteur de son confrère Placido Brochetti dans ses fonctions de consulteur de la congrégation des Rites (avant le 16 janvier 1841). Il se rallie dans les années 1860 aux thèses « conciliatrices » de Carlo Passaglia et publie une Lettera con nuove e urgenti ragioni in favore della causa italiana (Florence, 1862). Il a également publié une oraison funèbre In morte di Monsignor Antonino Merciai (Sienne, 1851).

104Sources : On conserve à la Bibliothèque Vaticane deux libelles dirigés contre son engagement en faveur des thèses de Carlo Passaglia, Il carattere dei preti passagliani, delineato in risposta al cav. Girolamo Bobone (Italia, 1863) et I frutti della superbia negli errori del P. Girolamo Bobone, per una sua lettera a don Carlo Passaglia (Italia, s.d.).

Bonaventura da Messoraca

105Franciscain de l’Observance réformée, lecteur de théologie au couvent romain de S. Francesco a Ripa, consulteur de la congrégation des Indulgences (10 juillet 1838).

Giovanni Battista BONAVIA (1746-1829)

106Théatin du couvent de S. Andrea della Valle, procureur général de son ordre, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (25 juillet 1818). Il meurt à Rome à l’âge de 83 ans en novembre 1829.

107Sources : Diario di Roma du 11 novembre 1829, n° 90.

Angelo Maria BONINI

108Théatin, consulteur et assistant de son ordre (3 mai 1833), général, puis à nouveau consulteur (avant le 25 juin 1842), il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (31 décembre 1842).

Tommaso Maria BORGETTI

109Dominicain, maître en théologie, vicaire à S. Maria sopra Minerva, lecteur de théologie du collège S. Tommaso d’Aquino (avant le 12 juin 1816), théologue de la congrégation des Rites, assistant de l’auditeur de Rote d’Isoard, précepteur des fils du prince de Canino, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (28 juin 1821). Il semble s’être par la suite retiré à Macerata. Il laisse plusieurs publications : De nummo hebraico prope Corcagium (Corch) in Hibernia detecto. Dissertatio hermeneutica et critica (Rome, 1820) ; De nexu theologiam inter historiamque ecclesiasticam ejusque necessitate, Oratio (Macerata, 1830) ; Prolusione sulla lettura considerata nel doppio aspetto dell’utilità e del piacere per l’apertura della Biblioteca Maceratense nella riccorrenza del nuovo anno 1836 (Macerata, 1836). J.-J. Berthier parle de lui ainsi que de son confrère Mancini en termes particulièrement sévères : « deux malheureux religieux, qui s’étaient installés à Sainte-Sabine, et n’y avaient alors qu’un seul souci, celui d’augmenter leur pécule, aux frais de tout le monde. De tels hommes sont les Iscariotes des ordres religieux. »

110Source : J.-J. BERTHIER, Le couvent de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1912, p. 642.

Odoardo BORROMEO ARESE (1822-1881), cardinal de Pie IX en 1868

111Né à Milan le 3 août 1822, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie lombarde et se rattache à saint Charles Borromée ; il compte parmi les siens pas moins de six cardinaux, dont en dernier lieu Vitaliano Borromeo (1720-1793), créé par Clément XIII le 26 septembre 1766, légat de Romagne. Élevé à Rome au sein de l’Académie des nobles ecclésiastiques (1840-1850), il est nommé par Grégoire XVI dès l’âge de 23 ans camérier secret participant et secrétaire d’ambassade (20 octobre 1845). Confirmé dans ses fonctions par Pie IX (18 juin 1846) et fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (22 mai 1847), il est successivement promu maestro di camera (30 mars 1850), puis majordome et préfet des palais apostoliques (16 juin 1856). Élevé au Sacré Collège le 13 mars 1868, il est agrégé aux congrégations du Concile, de la Fabrique de Saint-Pierre, de l’Immunité ecclésiastique et Consistoriale, puis nommé archiprêtre de la basilique vaticane et préfet de la Fabrique de Saint-Pierre (10 juillet 1872). Il meurt à Rome le 30 novembre 1881 et est enseveli au cimetière de Campo Verano.

112Sources : HC VIII, 18. WEBER II, 442-443. GRIMALDI XIX, ff. 71r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Agostino BARTOLINI, Elogio del cardinale Edoardo Borromeo, Rome, 1882, 21 p. G. DRAGO, Il card. Edoardo Borromeo Arese maestro di camera di Pio IX e arciprete nella Basilica Vaticana nel centenario della morte, dans Pio IX, XI, 1982, p. 273-317.

Marco BRANDAO

113Portugais, bénédictin du Mont Cassin, juge et promoteur fiscal de la nonciature de Lisbonne, prédicateur apostolique, il se réfugie à Rome où il est nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (15 mars 1834).

Antonio BRAVI

114Augustin, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 20 mai 1801), charge qu’il occupe à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne réapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Giovanni Andrea BRIZZIO

115Doctrinaire, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1777) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Ambrogio BROCCHETTI

116Dominicain, maître en théologie, il est nommé qualificateur du Saint Office (27 août 1821), mais doit immédiatement démissionner de ses fonctions pour avoir encouru (pour une raison non précisée) i giusti lamenti de Pie VII (6 septembre 1821).

117Source : ASV/SS Interni a. 1821, rub. 14.

Placido BROCCHETTI

118Dominicain, il est nommé au lendemain de la Restauration consulteur de la congrégation des Rites (24 novembre 1814). Il reçoit un coadjuteur en la personne de son confrère Girolamo Bobone (avant le 16 janvier 1841).

Gioacchino BROGLIO

119Carme, régent des études de S. Crisogono, définiteur général de son ordre (avant le 18 juin 1796), il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1791) à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Domenico BRUSCHELLI

120Franciscain conventuel, consulteur de la congrégation de l’Index (4 août 1839). Il est l’auteur de plusieurs publications : Assisi città serafica e santuarj che la decorano ad istruzione e guida dei forestieri, che vi concorrono (Rome, 1821 ; 2e édition, Orvieto, 1824) ; Descrizione del quadro rappresentante la chiesa inferiore di s. Francesco di Assisi dipinto dal signor cav. Granet, francese (Rome, 1822) ; Memorie sull’origine e progressi della filosofia ricavata dall’opera eruditissima del signor Carlaucas e dalle discussioni di alcune filosofie antiche e moderne (Pérouse, 1830) ; Praelectiones elementares logicometa-physicae (Macerata, 1831) ; Difesa delle monarchie, versione libera dal portoghese (Rome, 1832).

Giuseppe Ignazio BUFFA

121Dominicain, consulteur de la congrégation de la Propagande (27 décembre 1825).

Sebastiano CALDERINI († 1822)

122Né à Imola, il appartient à une famille du patriciat de la ville. Promu au printemps 1800 par Pie VII camérier secret participant et secrétaire d’ambassade, il accompagne le pape Pie VII durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805). Il est membre de l’Académie de religion catholique (12 septembre 1803). Rétabli dans ses fonctions au lendemain de la Restauration, il meurt à Rome le 12 septembre 1822.

123Sources : Diario di Roma du 18 septembre 1822, n° 75. PIOLANTI 89.

Salvatore Maria CALÌ (1801-1864)

124Franciscain conventuel, ministre général de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (23 avril 1842). Il meurt à Rome, dans sa 64ème année, le 4 octobre 1864.

125Sources : Diario di Roma du 5 octobre 1864, n° 226. Angelo Vincenzo MODENA, Alla chiara memoria del Reverendissimo Padre Maestro Salvatore Cali. Funebre elogio, Rome, 1864, 26 p.

Tommaso CALVI

126Dominicain, consulteur de la congrégation de la Propagande (avant le 23 avril 1831). Il a publié une œuvre, principalement oratoire, considérable, dont on retiendra : Sopra il bello dell’eloquenza de’ padri greci e latini. Dissertazione accademica (Bologne, 1828) ; Le grandezze di Gesù Cristo rilevate dalle penne de’ profeti e degli evangelisti (Imola, 1829) ; Bellezze della santa Scrittura. Dissertazione accademica (Naples, 1830) ; La conversione di san Paolo, argomento luminoso della divinità della nostra santa religione. Orazione (Rome, 1837) ; Orazione sacra del Paradiso (Rome, 1837) ; Orazione sacra dell’anima (Rome, 1838) ; Orazione sacra della Chiesa cattolica apostolica romana (Rome, 1838) ; Orazione sacra della fede (Rome, 1838) ; Orazione sacra della gioventù (Rome, 1838).

Camillo Maria da Roma

127Franciscain de l’Observance, définiteur du couvent S. Maria in Aracoeli, consulteur de la congrégation des Indulgences (27 août 1840).

Luigi CANESTRARI

128Minime, curé de S. Andrea delle Fratte, collega du général pour la nation espagnole (juin 1817) puis procureur général de son ordre (20 mai 1823), il est nommé examinateur des évêques en théologie (4 août 1818) et consulteur de la congrégation de la Propagande (25 juin 1821).

Bonaventura CANO Y TORRENTE (1779-1838)

129Né à Nora (diocèse de Carthagène) le 14 juillet 1779, il entre dans l’ordre des Mercédaires et est ordonné prêtre en 1803 ; il enseigne la philosophie à Salamanque puis à Murcie et à Valence (1821) et devient inquisiteur de Murcie. Élu procureur et vicaire général pour l’Italie de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation du Saint Office (3 juillet 1827). Promu par Grégoire XVI évêque in partibus de Magyda (29 juillet 1833) tout en conservant ses fonctions dans l’ordre mercédaire, il est fait évêque assistant au trône pontifical le 6 décembre et consacré à Rome par le cardinal Zurla le 16 février 1834 ; il est encore nommé consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834). Il meurt à Rome le 4 août 1838.

130Sources : HC VII 249. Diario di Roma du 21 août 1838, n° 67.

Andrea CAPUCCINI

131Secrétaire d’ambassade de Pie VII (avant le 2 octobre 1822), il est substitué dans cette charge à l’avènement de Léon XII par Carlo Gazzoli (avant le 4 octobre 1823).

Luigi Maria CARDELLI (1777-1868)

132Né à Rome le 28 août 1777, il entre dans l’ordre franciscain de l’Observance réformée où il prononce ses vœux le 5 décembre 1794. Envoyé au Levant, il s’établit à Constantinople en décembre 1807 et devient curé de S. Maria Draperis puis préfet apostolique (20 mars 1812). Promu par la congrégation de la Propagande vicaire apostolique de Smyrne (14 septembre 1815), il est fait le 18 mars 1818 archevêque latin de Smyrne en vertu d’un décret de la congrégation de la Propagande du 18 décembre 1817 ; il est consacré à Chios le 29 juin ; il doit affronter à Smyrne les contre-coups de la guerre d’indépendance de la Grèce. Il présente le 16 novembre 1829 sa démission du siège de Smyrne, acceptée le 29 août 1832 seulement. Promu le même jour archevêque in partibus d’Achrida par décret de la congrégation de la Propagande, il est successivement nommé consulteur des congrégations de la Propagande (11 novembre 1835) et du Saint Office (6 mars 1839) et prélat de la congrégation de l’Immunité (30 avril 1842), ainsi que chanoine de Saint-Pierre du Vatican (27 mai 1838). Il meurt à Rome le 11 juin 1868.

133Sources : HC VII, 58 et 348. GRIMALDI XIX, ff. 70v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. GRIMALDI XIX, ff. 63r, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti. Giornale di Roma du 15 juin 1868, n° 135. Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, II, p. 433-436 (portrait en p. 435) et III, p. 156.

Giuseppe CARDONI (1802-1873)

134Né à Rome le 27 février 1802, il est ordonné prêtre le 18 avril 1825 et devient docteur in utroque jure le 29 décembre 1825 puis docteur en théologie du Séminaire romain (16 août 1830). Professeur de théologie morale à l’Apollinare, chanoine de Sainte-Marie-Majeure, examinateur du clergé romain, examinateur synodal du diocèse d’Albano, vice-président de l’Académie des nobles ecclésiastiques, camérier secret honoraire, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (9 mai 1846) et des Indulgences (2 mai 1847) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (20 février 1852). Fait président de l’Académie des nobles ecclésiastiques (15 septembre 1848), charge qu’il occupe jusqu’à sa mort, il est nommé par Pie IX le 27 septembre 1852 évêque in partibus de Caryste et consacré à Rome par le cardinal Altieri le 7 novembre ; il devient successivement secrétaire de la congrégation pour l’Examen des évêques (16 juin 1856). Promu le 21 décembre 1863 évêque de Recanati et de Lorette, il est successivement fait archevêque in partibus d’Edesse (22 février 1867), puis nommé archiviste du Saint Siège (9 juin 1870) en remplacement d’Augustin Theiner, déchargé de ses fonctions. Il meurt à Rome dans la nuit du 7 au 8 avril 1873. Il a publié durant le concile Vatican I aux presses de la Civiltà Cattolica une Elucubratio de dogmatica Romani Pontificis infallibitate eiusque definibilitate (Rome, 1870).

135Sources : HC VIII, 187, 256 et 478. PROCACCINI 58. ACCADEMIA 135. PIOLANTI 264.

Francesco Maria CARDOSO CASTRO

136Natif du Portugal, chanoine de Saint-Sauveur du Latran, consulteur de la congrégation de l’Index (9 octobre 1841).

Carlo Felice da Santa Reparata

137Carme déchaux, il est nommé à la veille de l’occupation française de Rome qualificateur du Saint Office (Notizie de 1808).

Carlo Francesco di Santa Dorotea

138Carme déchaux, définiteur général de son ordre, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 4 juillet 1807).

Giuseppe Maria CASTELLAMONTE

139Théatin, consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 23 avril 1831).

Giosaffat CASTELLINI

140Clerc régulier de la Mère de Dieu, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1792) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Michelangelo CASTRODARDO

141Camaldule, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Indulgences (17 mai 1845) et de la Discipline des Réguliers (avant le 24 mai 1845).

Attanasio CAVALCANTI

142Bénédictin du Mont Cassin, lecteur de théologie au monastère de Saint-Paul-hors-les-murs, consulteur de la congrégation de la Propagande (23 novembre 1824).

Prospero CAVALIERI (1768-1833)

143Chanoine régulier de la congrégation de Saint-Sauveur du Latran, relateur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1818). Il a publié des Memorie sulle vite ed opere de’ PP. abati Gian-Luigi Mingarelli e Michel-Angelo Monsagrati (Ferrare, 1817) et des Notizie della pubblica biblioteca di Ferrara (Ferrare, 1818). Vincenzo Garofali a augmenté et publié après sa mort sa Bibliotheca compendiosa degli uomini illustri della congregazione de’ canonici regolari del SS. Salvatore lateranensi nelle scienze e belle arti... accresciuta di nuovi arti-coli ed arrichita (Velletri, 1836).

144Sources : Vincenzo GAROFALI, Breve ragguaglio circa il ch. P. abate D. Prospero Cavalieri, con un catalogo degli uomini illustri della congregazione de’ canonici regolari del SS. Salvatore e lateranensi, Rome, 1835, 29 p.

Andrea CAVALLI († 1819)

145Né à Senigallia, il appartient à une famille du patriciat de la ville. Au lendemain de la Restauration, il est fait à titre provisoire lieutenant du tribunal de l’auditeur de la Chambre apostolique (été 1814) et abandonne ces fonctions le 26 octobre 1814. Promu avocat consistorial (12 août 1814), il est successivement nommé promoteur de la foi (avant le 31 août 1814), prélat domestique (avant le 12 octobre 1814), votant du tribunal de la Signature de Justice (17 décembre 1814) et chanoine de Saint-Pierre du Vatican (avant le 30 août 1815). Il est en septembre 1815 à la tête de la délégation de la ville de Senigallia auprès de Pie VII. Il meurt à Rome le 10 juin 1819 et est enseveli à S. Teodoro. Il a publié une Risposta alle ragioni pubblicate contro i Rietini dalle comunità adjacenti al fiume Nera per il ritorno dell’Acqua velina al canale Paolino (Rome, 1783) et une Dissertatio ad legem secundam Codicis de sacrosanctis ecclesiasticis (Rome, 1816).

146Sources : Diario di Roma du 27 septembre 1815, n° 77 (délégation de la ville de Senigallia). Diario di Roma du 12 juin 1819, n° 47.

Teobaldo CESARI

147Cistercien, secrétaire de sa congrégation, consulteur de la congrégation des Indulgences (12 juillet 1842). Il a publié une Istoria della miracolosa immagine di S. Maria delle Grazie che si venera nella chiesa de’ RR. Monaci Cistercensi presso il castello di Foce (Rome, 1841 ; 2e édition, Rome, 1858 ; 3e édition, Terni, 1929) ; une Sacra novena in preparazione alla festa dell’inclito abate di Chiaravalle S. Bernardo (Rome, 1853) ; et un opuscule Nel fastissimo giorno 3 giugno 1877 pel giubileo episcopale del sommo pontefice Pio IX (s.l., 1877).

Cherubino d’Alatri

148Capucin, consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 14 août 1802).

Cherubino d’Arienzo

149Franciscain de l’Observance, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Rites (2 juin 1827), du Saint Office (avant le 5 mars 1831) et de la Discipline des Réguliers (avant le 23 janvier 1833) ainsi que d’examinateur des évêques en théologie (avant le 30 juin 1832).

Giovanni Battista CHIESA († 1818)

150Né à Casale Monferrato, dans le Piémont, il revêt l’habit dominicain au couvent de La Quercia, près de Viterbe et enseigne successivement au séminaire diocésain de Sutri puis au Collegio Germanico et enfin à l’Arciginnasio de la Sapience. Choisi pour compagnon (socius) par son confrère Vincenzo Pane, maître du Palais apostolique, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (avant le 10 octobre 1807). Membre de l’Arcadie et de l’Académie tibérine, il meurt à Rome en mai 1818 et est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

151Sources : Diario di Roma du 13 mai 1818, n° 38.

Agostino CHIGI (1771-1855)

152Né à Rome le 16 mai 1771 du prince Sigismondo Chigi (1736-1793) et de la duchesse Flaminia Odescalchi (décédée en 1771 des suites de ses couches), sa première femme, il se rattache au pape Alexandre VII Chigi (1655-1667) et appartient aux premières familles de l’aristocratie romaine. Élevé au collège Tolomei de Sienne par les Scolopes (1780-1790), il est émancipé par son père le 11 octobre 1790 afin de rentrer en possession de ses biens, confisqués à la suite du procès intenté à Sigismondo Chigi par le cardinal Carandini sous l’accusation de tentative d’empoisonnement et condamné à l’exil le 25 février 1791. À la mort de son père, le 23 mai 1793 à Padoue, il parvient à rentrer en possession du patrimoine familial et à recouver le titre de prince de Farnese ; Pie VI le confirme dans la charge héréditaire de maréchal du conclave (4 juin 1793) et il devient également prince d’Empire et chambellan de l’empereur d’Autriche (24 juin 1794). Lieutenant colonel dans la troupe civique pontificale (25 septembre 1796) puis député de la congrégation économique (1er décembre 1797), il est nommé ministre par interim du grand duché de Toscane à Rome (27 janvier 1798). Il observe durant la République romaine une attitude très modérée. Nommé député de la Grascia au sein de la Giunta provisoire mise en place par les autorités napolitaines au lendemain de la chute de la République (4 octobre 1799), il quitte Rome le 17 octobre pour exercer sa charge de maréchal du conclave à Venise. Proche du cardinal Consalvi durant la première restauration, il est nommé sous l’Empire sénateur de Rome (1er août 1809), membre du Conseil municipal (16 avril 1810) et de nombreuses commissions administratives et fait comte d’Empire (31 août 1811). Rallié à Murat dans l’hiver 1814, il est fait préfet de Rome (24 janvier 1814). À nouveau proche du cardinal Consalvi sous la Restauration, il exerce à quatre reprises encore ses fonctions de maréchal du conclave lors des élections de Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX et devient membre du Conseil d’administration de la Comarque de Rome (avant le 27 août 1831). Il est nommé membre du Haut Conseil (Alto Consiglio) de l’État pontifical le 13 mai 1848, mais démissionne de toutes ses fonctions officielles durant la République romaine de 1849. À la mort du prince Filippo Albani (11 novembre 1852), dernier représentant de la famille du pape Clément XI, il hérite de tous ses biens et prend le nom de prince Chigi Albani. Il meurt à Rome le 10 novembre 1855 et est enseveli à S. Maria del Popolo. Il avait épousé en 1794 Amalia Carlotta Barberini qui lui donne douze enfants, dont le prince Sigismondo Chigi (1798-1877), qui lui succède en qualité de maréchal du conclave, et le futur cardinal Flavio Chigi (1810-1885), qui fut nonce à Paris.

153Le prince Chigi a laissé un important journal manuscrit (Memorabilia privata et publica, conservé à la Bibliothèque vaticane, Archivio Chigi, b.3966 bis) qui s’étend, avec quelques brèves interruptions (10 juin 1809 - 14 juin 1814) du 1er janvier 1801 au 9 novembre 1855, ainsi que des compositions littéraires inédites. Son journal a donné lieu à plusieurs éditions partielles : Cesare FRASCHETTI éd., Diario del principe D. Agostino Chigi dall’anno 1830 al 1855, preceduto da un saggio di curiosità storiche intorno la vita e la società romana del primo trentennio del secolo xix, Tolentino, 1906, 2 vol. ; republié sous la même forme par Fabrizio SARAZANI sous le titre de : Il tempo del Papa-Re. Diario del Principe don Agostino Chigi dall’anno 1830 al 1855, Milan, 1966, 392 p. Il a également donné à la publication sa thèse de l’université de Sienne, De respiratione (Sienne, 1788). On a extrait de son journal des Notizie relative al Corpo della Guardia Nobile di N.S. e ai suoi componimenti (Rome, 1946).

154Sources : DBI XXIV, 1980, p. 758-761 (A. Camilletti) avec renvoi à l’ensemble des sources et de la bibliographie. Giornale di Roma du 12 novembre 1855, n° 258. MORONI XIII (1842), 76-88, « Chigi famiglia ». Ugo FRITELLI, Albero genealogico della Nobil Famiglia Chigi patrizia senese, Sienne, 1922, 212 p. Pio PASCHINI, I Chigi, Rome, 1946, 47 p. Renato LEFEVRE, Il palazzo degli Aldobrandini e dei Chigi a Piazza Colonna, Rome, 1964, 84 p. et 23 pl. Renato LEFEVRE, Palazzo Chigi, Rome, 1973, 300 p. (p. 190-196). Alessandro CHECCUCCI, Necrologia del principe don Agostino Chigi, Rome, 1855, 15 p. Giovanni INCISA DELLA ROCCHETTA, Anno santo 1825. Dal Diario d’Agostino Chigi, dans Strenna dei Romanisti, XI, 1950, p. 13-18. Renato LEFEVRE, La rivoluzione giacobina dell’Ariccia, dans Rassegna storica del Risorgimento, XLVII, 1960, p. 467-520. Giovanni INCISA DELLA ROCCHETTA, Il conclave di Venezia nel diario del principe don Agostino Chigi, dans Bolletino dell’Istituto di storia della società e dello stato veneziano, IV, 1962, p. 268-323.

Niccola CHIOCCHETTI

155Augustin, assesseur général de son ordre pour l’Allemagne, théologue de l’Angelica, consulteur de la congrégation des Rites (avant le 23 avril 1831).

Luigi CIAMBERLANI (1745-1828)

156Né dans le diocèse d’Ancône le 25 mars 1745, il devient en 1791 secrétaire du supérieur des missions de Hollande, puis nonce à Bruxelles et futur cardinal Cesare Brancadoro. Maintenu en poste à Münster (où Mgr Brancadoro a dû fuir l’avancée des armées françaises) avec le titre de vice-supérieur des missions de Hollande et d’Angleterre (avant le 11 juillet 1795), il assume jusqu’à sa mort la responsabilité d’être le représentant du Saint Siège auprès du roi et des catholiques de Hollande. Il exerce encore brièvement les fonctions intérimaires de vicaire apostolique des missions d’Allemagne du Nord (août 1825 – septembre 1826) et meurt le 29 janvier 1828.

157Sources : GATZ 98 (Wolfgang Seegrün). J. KLEIJNTJENS, Brieven van Mgr L. Ciamberlani, vice-superior der Hollandsche Missie, 1795-1828, Haarlem-Heiloo, 1946, 2 vol. P. POLMAN, Peter J. VAN KESSEL éd., Romeinse bescheiden voor de geschiedenis der rooms-katolieke kerk in Nederland, 17271853, La Haye, 1959-1976, 3 vol., passim. Peter J. VAN KESSEL, La corrispondenza di Luigi Ciamberlani, vice-superiore delle missioni olandesi, con la Curia Romana (1795-1814), dans Medelingen van het Nederlands Instituuts te Rome, n.s. V, XL, 1978, p. 151-167. Marcel CHAPPIN, Pie VII et les Pays-Bas. Tensions religieuses et tolérance civile, 1814-1817, Rome, 1984, passim.

Felice CICOGNANI

158Avocat consistorial (avant le 30 avril 1842). Pie IX le nomme ministre de la Justice et des Grâces dans le ministère du 16 septembre 1848 formé par Pellegrino Rossi, charge qu’il occupe jusqu’au 17 novembre 1848. Il a publié une De mendicantibus validis ad legem unicam codicis lib.XI, tit.XXV dissertatio (Rome, 1844) ainsi qu’un mémoire intitulé Romana juridictionis & preventionis inter sacram Congregationem Vistationis apostolicae cum Sacra Congregatione Rev. Fabricae S. Petri, ac patrimonio et cetu canonicorum regularium congregationis Laternaensis. Restrictus facti et juris, cum summario (Rome, 1818).

Giuseppe Benedetto CIGALA FULGOSI

159Né à Plaisance, bénédictin du Mont Cassin, abbé claustral de Subiaco (1831), il est nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (avant le 6 juillet 1831).

160Source : Placido LUGANO, L’Italia benedettina, Rome, 1929, p. 150.

Clementino CINI (1779-1839)

161Né à Florence en 1779, il entre à l’âge de dix-huit ans dans l’ordre franciscain de l’Observance réformée où il poursuit des études de théologie. Professeur de théologie et de philosophie, examinateur du clergé du diocèse de Fiesole, puis professeur de théologie dogmatique et morale au grand séminaire de Florence, il multiplie les prédications à Florence, Gênes, Bologne, Ravenne, Bergame et Rome. Devenu commisaire puis procureur général de son ordre en résidence à Rome, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Indulgences (avant le 28 septembre 1832), de la Propagande (9 juillet 1833) et du Saint Office (4 août 1836) ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (1837). Il meurt à Rome le 11 janvier 1839 et est enseveli le 15 janvier au couvent de l’Aracoeli. Il a publié un Elogio funebre del rev-.mo P. Maestro Tommaso Ancarani (Rome, 1831) ainsi qu’un court traité Chi è il papa ? Ovvero Riflessioni teologiche ecclesiastico-istoriche sulle supremazie e prerogative del Romano Pontefice (Rome, 1835).

162Sources : Diario di Roma du 1er février 1839, n° 9. PIOLANTI 115. Giacinto DE FERRARI, Ne’ solenni funerali del Reverendissimo Padre Clementino Cini, procuratore generale dell’inclito ordine minoritico, Rome, 1839, 14 p.

Giacinto CIPOLLETTI (1782-1850)

163Né en 1782 à Offida in Piceno (diocèse d’Ascoli), entré en 1804 dans l’ordre dominicain au couvent de Fermo, il est professeur de philosophie à Ascoli durant la période de l’occupation napoléonienne puis s’établit à Rome à partir de 1814. Il poursuit une brillante carrière de prédicateur à Gênes, à Florence, en Toscane, à Naples, en Sicile et à Rome. Professeur d’hébreu à l’Université de Rome et de littérature grecque au Collège de la Propagande, socius du procureur général Giuseppe Velzi, maître du Palais apostolique et futur cardinal, il devient provincial de Lombardie (1828), théologue de la Casanatense (1832), prieur de la Minerve (1834) et censeur de l’Académie de Religion catholique. Nommé par Grégoire XVI 70e maître général de l’Ordre dominicain le 17 février 1835, il le demeure durant trois années (1835-1838) ; il devient successivement vicaire général de l’ordre. Il est membre de l’Académie de religion catholique. Entré au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (20 mai 1833) et des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834) et examinateur des évêques en théologie, il est promu commissaire du Saint-Office (27 novembre 1845), charge qu’il conserve jusqu’à son décès, intervenu à Rome, le 9 juillet 1850. Il a publié un Funebre elogio del fù M.R.P.L. fr. Gregorio Maria Terenzi (Rome, 1828) et une Vita del beato Giovanni Massias, converso della provincia di S. Giovanni Battista del Perù dell’ordine de’ predicatori (Rome, 1837).

164Sources : Giornale di Roma des 10 et 22 juillet 1850, n° 156 et n° 166. MORTIER VII (1914), p. 476-479. TAURISANO, 15, 77-78. PIOLANTI 112.

Giuseppe CIPRIANI

165Avocat (avvocato dei rei) auprès de la congrégation du Saint Office, consulteur de la congrégation du Saint Office (6 avril 1843).

Francesco Maria CIRINO (1813-1892)

166Né en 1813 à Nicosie (Sicile), il entre en 1830 dans l’ordre des Théatins sous l’influence du P. Ventura. Lecteur en théologie, procureur général (avant le 25 juin 1842) puis général (1859) de son ordre, membre de l’Académie de religion catholique (17 février 1853), il est nommé consulteur des congrégations de l’Index (31 décembre 1842), de la Propagande (avant le 1er mars 1859) et de la Révision des conciles provinciaux (avant le 3 janvier 1862). Il assume les fonctions de secrétaire de l’Académie de religion catholique de 1859 à 1866. Lors du décès du P. Ventura à Versailles, il se rend en France pour en ramener la dépouille à Rome et lui fait édifier un monument à S. Andrea della Valle. Retiré au couvent théatin de S. Maria Capocroce de Frascati après 1870, il s’éteint à Palerme le 3 août 1892. Il a publié un Discorso detto nella solenne adunanza degli Arcadi tenuta il dï 27 luglio 1848, ad onore de’ santi Apostoli Pietro e paolo, protettori di Roma (Rome, 1848) ainsi que Le glorie dell’immaculato concepimento di Maria Santissima (Palerme, 1855) et procuré l’édition des œuvres posthumes de Gioacchino Ventura.

167Sources : PIOLANTI 248-253, 266 et passim. Necrologio, dans La Civiltà Cattolica, 1892/3, p. 617-618. Agostino BARTOLINI, Nelle esequie del Reverendissimo Padre D. Francesco Maria Cirino, Rome, 1892, 18 p. C. GRILLI, Il P. Francesco Cirino. Discorso letto in Arcadia il 23 novembre 1892, Palerme, 1893. Francesco ANDREU, Il P. Francesco Cirino e il culto di S. Giuseppe, dans Regnum Dei, X, 1954, p. 17-76. Hermann H. SCHWEDT, Der romische Index der verbotenen Bücher, dans Historisches Jahrbuch, CVII, 1987/2, p. 305, n. 28 (sur les projets de révision du fonctionnement de la congrégation de l’Index au concile Vatican I).

Clemente Maurizio di Santa Teresa

168Carme déchaux, général de son ordre, consulteur de la congrégation de la Propagande (28 janvier 1843).

Carlo COCCHI († 1827)

169Né à Rome vers 1760, bénéficiaire et curé de Saint-Jean du Latran durant près de trente années, examinateur du clergé romain, il est nommé sur la suggestion du cardinal vicaire Della Genga, futur Léon XII, consulteur de la congrégation des Rites (14 juin 1821). Il meurt à Rome à l’âge de 66 ans le 3 février 1827. Il a publié une De laudibus Dominici S.R.E. presbyteri cardinalis Capranica oratio (Rome, 1785).

170Sources : Diario di Roma du 14 février 1827, n° 13.

Aspreno COLONNA (1787-1847)

171Né le 10 septembre 1787 de Fabrizio Colonna († 1813), frère puîné du connétable Filippo III Colonna (1760-1818), introducteur des ambassadeurs à la cour de Naples puis sénateur de l’Empire (1810), et de Bianca Doria del Carretto, duchesse de Tursi († 1829), il devient prince assistant au trône pontifical à la suite du décès de son oncle Filippo Colonna, mort sans descendance masculine le 23 juin 1818. Il ne réside pas ordinairement à Rome et s’abstient de remplir ses obligations à la Chapelle pontificale. Il meurt à Naples le 3 février 1847. Il avait épousé Giovanna Cattaneo, princesse de San Nicandro.

172Sources : Diario di Roma du 9 février 1847, n° 12. Prospero COLONNA, I Colonna dalle origini all’inizio del secolo xix, Rome, 1927, p. 318. Pietro BRUNI, Principi assistenti al soglio pontificio Orsini Colonna. Cenni storici, Rome, 1963, 40 p., ad vocem.

Filippo COLONNA (1760-1818)

173Né le 2 septembre 1760 du connétable Lorenzo Colonna (1723-1779) et de Maria d’Este, marquise de San Martino († 1787), prince assistant au trône pontifical à la suite du décès de son père (2 octobre 1779), il est le dernier connétable du royaume de Naples à présenter la chinea au pape (1787). À la veille de la première occupation française de Rome, il est nommé generale d’onore di tutte le truppe pontificie (avant le 28 janvier 1797). Il accueille dans son palais romain les rois de Piémont de 1800 à 1804. Au lendemain de la Restauration, il renonce à la demande du cardinal Consalvi à ses 27 fiefs du Latium (5 septembre 1816) et meurt à Rome le 26 juin 1818 ; il est enseveli aux XII Apostoli. Il avait épousé en 1780 la princesse Catherine de Savoie-Carignan (1762-1823), fille de Louis-Victor de Savoie-Carignan (1721-1778) et sœur de la princesse de Lamballe (1749-1792), victime des massacres de septembre, qui ne lui donne pas de descendance masculine.

174Sources : Diario di Roma des 27 juin et 4 juillet 1818, n° 51 et n° 53. Fabrizio COLONNA, La dimora dei reali di Savoia nel palazzo Colonna in Roma (1800-1804) e le nozze del contestabile don Filippo Colonna con la principessa Caterina di Savoia Carignano (1780), Rome, 1922, 68 p. Prospero COLONNA, I Colonna dalle origini all’inizio del secolo xix, Rome, 1927, p. 307-318. Pio PASCHINI, I Colonna, Rome, 1955. Andrea BUSIRI VICI, Battesimo sabaudo in Roma, a Palazzo Colonna, dans Bollettino della Società piemontese di archeologia e belle arti, XIV-XV, 1960, p. 115-124. Pietro BRUNI, Principi assistenti al soglio pontificio Orsini Colonna. Cenni storici, Rome, 1963, 40 p., ad vocem.

Tommaso CORSINI (1767-1856)

175Né le 7 novembre 1767 du prince Bartolommeo Corsini (1729-1792) et de la princesse Maria Felice Barberini, fille de Giulio Cesare Colonna Sciarra et de Cornelia Barberini, dernière héritière de la lignée du pape Urbain VIII, il appartient aux premières familles de l’aristocratie de Florence et de Rome. Arrière-arrière-petit-neveu de Lorenzo Corsini (1652-1740), pape Clément XII (17301740), arrière-petit-neveu du cardinal Neri Corsini (1685-1770), créé par Clément XII le 14 août 1730, neveu du cardinal Andrea Corsini (1735-1795), élevé au Sacré Collège par Clément XIII le 24 septembre 1759, vicaire de Rome, Tommaso Corsini, prince de Sismano, occupe dans sa jeunesse les fonctions de chambellan du grand-duc Pietro Leopoldo. Ambassadeur du Grand-duc à Bologne en 1796 auprès du général Bonaparte pour le dissuader d’occuper la Toscane, il doit s’enfuir en 1799 en Sicile lors de l’invasion du grand-duché par les troupes du Directoire. Majordome de la reine Marie-Louise dans le royaume d’Étrurie, il représente en 1805 la Toscane à Milan lors du couronnement de Napoléon roi d’Italie. Rallié successivement à l’Empire après le rattachement de la Toscane à la France, il devient membre du Sénat impérial (1809) et chambellan de l’Empereur ; il reçoit pour mission d’installer dans Rome devenu chef-lieu du département du Tibre les collèges électoraux et la Cour impériale (22 août 1811). Établi à Rome au lendemain de la Restauration, tandis que son frère puîné Neri Corsini (1771-1845) représente le grand-duc Ferdinand III au congrès de Vienne, il est nommé par Pie VII sénateur de Rome par bref apostolique du 15 mai 1818 et prend possession de sa charge le 21 juin avec une pompe inusitée ; mais il en démissionne dès l’année suivante (6 mars 1819) en évoquant des raisons familiales (sopravvenute circostanze nella sua famiglia) : la princesse Corsini meurt à Florence en avril suivant. À nouveau promu membre du Consiglio di Roma (avant le 23 novembre 1847) puis sénateur de Rome par Pie IX, il siège dans la Suprema Giunta di Stato mise en place le 11 décembre 1848 au lendemain de la fuite de Pie IX à Gaète, mais se refuse à convoquer une Assemblée constituante et quitte clandestinement Rome pour Florence (décembre 1848). Au lendemain de la restauration de l’État pontifical, Pie IX le nomme membre du Corps municipal de Rome (12 mars 1851) et de la Consulta di Stato pour les Finances (avant le 23 octobre 1852). Il meurt le 6 janvier 1856 dans son palais romain de la Lun-gara et est enseveli dans la chapelle Corsini de la cathédrale Saint-Jean du Latran. Il avait épousé en premières noces la baronne viennoise Antonia von Walstatten et, en seconde noces, Natalia Kazatoff.

176Sources : DRN (1930), 755 (Ersilio Michel). MORONI XVII (1842, 278-285, « Corsini ». FORCELLA VIII, 104. Luigi PASSERINI, Genealogia e storia della famiglia Corsini, Florence, 1858, 220 p. Panfilia ORZI SMERIGLIA, I Corsini a Roma e la origine della Biblioteca Corsiniana, dans Atti del-l’Accademia nazionale dei Lincei. Memorie. Classe di scienze morali, storiche efilologiche, CCCLV, 1958, p. 291-331. Ildebrando COCCIA URBANI, I libri d’oro della Toscana, dans Rivista araldica, LXVI, 1968, p. 195-196 (Corsini). POMPILI OLIVIERI I, 302. Giornale del Campidoglio du 24 août 1811, n° 101 (installation de la Cour Inpériale à Rome). Relazione del solenne possesso il dï 21 giugno 1818 da S. E. il Principe don Tommaso Corsini della dignità di Senatore di Roma, Rome, 1818, 4 p. (BAV Ferraioli II 709, int. 15). Filippo DE ROMANIS, Thomae Corsino senatoris Urbis magistratum in Capitolio solenniter ineunti, Rome, 1818, 7 p. Diario di Roma du 6 mars 1819, n° 19 (démission de la charge de Sénateur). Notizie di Roma du 14 avril 1819, n° 30 (décès de la princesse Corsini). Giornale di Roma du 7 janvier 1856, n° 5. Antonio MINTO, Marsiliana d’Albegna. Le scoperte archeologiche del principe don Tommaso Corsini, Florence, 1921.

R. P. COVIANO

177Procureur général des Franciscains de l’Observance, il est nommé au lendemain de la Restauration, sur l’intervention du cardinal Pacca, membre de la congrégation de la Réforme (26 juin 1814).

Tommaso CREDENNINO

178Augustin, vicaire général de son ordre (13 juin 1835), il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (6 août 1836).

Giuseppe Maria CRESCINI

179Clerc régulier de la Mère de Dieu, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Rites (avant le 3 septembre 1831), des Évêques et Réguliers (3 janvier 1835) et du Saint Office (14 mars 1839).

Giuseppe CRISAFULLI

180Dominicain, consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 8 février 1832).

Paul CULLEN (1803-1878), cardinal de Pie IX en 1866

181Né à Prospect (diocèse de Dublin), près de Ballytore dans le comté de Kildare, le 27 avril 1803 de Hugh et Judith Cullen, il est issu d’une famille paysanne (farmers) ; l’un de ses oncles est curé de Craigue, dans le comté de Carlow. Il poursuit ses études d’abord dans l’école quaker de Shakelton, à Bally-tore puis à Carlow College et enfin à Rome, au Collegio Urbano, où il entre le 29 novembre 1820 à l’âge de dix-sept ans. Il soutient publiquement ses 224 thèses de universa theologia le 11 septembre 1828 en présence du pape Léon XII. Ordonné prêtre en 1829, il fait fonction d’agent des évêques irlandais en cour de Rome et se voit promu vice-recteur (et recteur effectif) du Collège irlandais de Rome qu’il dirige de 1832 à 1850. Nommé le 26 août 1834 évêque in partibus d’Oreus en qualité de coadjuteur de Mgr England, évêque de Charleston au Canada, il renonce à cette nomination par lettre datée de Dublin le 4 septembre 1834. Grégoire XVI l’élève à la dignité de camérier d’honneur et le fait consulteur de la congrégation de l’Index (22 septembre 1838). Durant les événements de 1848-1849, il fait fonction, après le départ des Jésuites (mai 1848), de recteur du Collège de la Propagande et place le Collège irlandais sous la protection du gouvernement américain. Promu à l’âge de 46 ans archevêque d’Armagh et primat d’Irlande par un décret de la congrégation de la Propagande en date du 31 décembre 1849 ratifié par Pie IX le 8 janvier 1850, il est consacré à Rome par le cardinal Castracane le 24 février 1850, nommé visiteur apostolique de l’ensemble du royaume d’Irlande (3 avril 1850) et délégué apostolique pour le synode des évêques irlandais (6 avril 1850), qu’il préside en août 1850 et dont il promulgue les actes le 1er janvier 1852. Le 3 mai 1852, il est promu archevêque de Dublin tout en conservant l’administration de l’archevêché d’Armagh, et devient évêque assistant au trône pontifical (2 novembre 1854). Premier Irlandais à être créé cardinal, par Pie IX le 22 juin 1866, il est agrégé le 25 juin aux congrégations de la Propagande, de l’Index, des Rites et de la Discipline des réguliers. Il prend part aux travaux du concile Vatican I durant lesquels il se range dans le camp infaillibiliste et est à nouveau nommé délégué apostolique auprès du synode des évêques d’Irlande (30 mai 1873) qui se déroule à Maynooth en 1875. Il se rend une dernière fois à Rome à la nouvelle de l’élection de Léon XIII, qu’il apprend à Paris sur la route du conclave. Il meurt à Dublin le 24 octobre 1878 et est enseveli dans la cathédrale.

182Il a publié durant sa période romaine (1820-1850) ses thèses de théologie (Publicam disputationem de theologia universa et historia ecclesiastica..., Rome, 1828), une édition du Bullarium pontificium Sacrae Congregationis de propaganda fide (Rome, 1839-1841, 5 vol.) ainsi qu’un traité Sui Sacri Cuori di Gesù e Maria, scelta colleczione di devote pratiche e considerazioni (Rome, 1839, 4 vol.). On a tiré de ses écrits irlandais après sa mort un recueil intitulé Ireland and the Holy See. A retrospect 1866 v. 1883 illegal and seditious movements in Ireland, contrasted with the principles of the Catholic Church, as shown in the writings of cardinal Cullen (Rome, 1883). Une partie de sa correspondance a également donné lieu à publication : Peadar MAC SUIBHNE éd., Paul Cullen and his contemporaries, with their letters from 1820-1902 (Naas, 1961) ; Katherine WALSH éd., Two letters of cardinal Cullen, 1871 and 1873, dans Sources of Irish History, XVI, 1973, p. 89-96.

183Sources : HC VII, 292. HC VIII, 17, 122 et 252. DNB V (1908), 277-278 (Thompson Cooper). DThC III, 2401-2404 (J. de La Servière). EncCatt IV (1950), 1036-1037 (Mario Zazzetta). DHGE XIII (1956), 1101-1103 (Felim O’Briain). Emmerett LARKIN, The Making of the Roman Catholic Church in Ireland, 1850-1860, Chapel Hill, 1980, passim.

Giuseppe Maria CUNEO

184Clerc régulier de la Mère de Dieu de S. Maria in Campitelli, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 23 mai 1804), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome. Son nom ne répparaît pas dans les Notizie de 1818.

Pietro D’AGOSTINO

185Bénédictin du Mont-Cassin, il est nommé par Pie VI consulteur de la congrégation des Rites (avant le 4 avril 1795).

Pacifico DEANI (1775-1824)

186Né à Brescia le 11 septembre 1775 sous le nom de Marc’Antonio, il entre dans l’ordre des franciscains de l’Observance et prend le nom de Pacifico da Brescia ; il fait profession en 1796, enseigne la théologie et la philosophie et poursuit une carrière de prédicateur. Nommé le 28 juin 1815 sur le siège de Zante et Céphalonie, avec la direction des missions du Péloponnèse, il renonce aussitôt à cette promotion. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur du Saint Office (13 avril 1819) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (août 1819). Il prononce en décembre 1819 à S. Maria sopra Minerva l’oraison funèbre du P. Gaddi, vicaire général de l’ordre dominicain. Il meurt à Brescia le 24 octobre 1824.

187Il laisse une œuvre oratoire considérable, partiellement réunie dans des Orazioni panegiriche (Livourne, 1839, 2 vol.) qui regroupe ses éloges et panégyriques de sainte Angèle Merici, sainte Françoise Romaine et sainte Giacinta Marescotti ainsi que ses traités sur le corps de saint François à Assise et le Saint Suaire de Turin. On en retiendra en outre : Elogio funebre del padre Emanuele Aponte (Bologne, 1816) ; S. Flaviano exprefetto di Roma e martirio. Elogio (Rome, 1819) ; Elogio funebre dell’abate Stefano Antonio Morcelli (Chiari, 1821) ; L’invenzione del corpo di san Francesco di Assisi. Orazione panegirica (Assise, 1822 ; 2e éd., Assise, 1824) ; Orazione pei funerali celebrati nel Duomo della città di Brescia alla S. M. del S. P. Pio Settimo (Rome, 1824) ; Corso di spirituali esercizi per gli ecclesiastici (Orvieto, 1832, posthume).

188Sources : HC VII, 145. Diario di Roma du 3 janvier 1820, n° 1 (oraison funèbre du P. Gaddi). DE TIPALDO VII, 55-57. PIOLANTI 102. Diario di Roma du 6 novembre 1824, n° 89. Francesco CANCELLIERI, Epigrafe ed elegia in onore del P. Pacifico Deani, Rome, 1819, 2 p. Francesco GAMBARA, Elogio storico del padre Pacifico Deani, Brescia, 1825.

Giuseppe Maria DE BONIS (1753-1824)

189Né à Rome le 21 juin 1753 da onesti genitori, il entre dans l’ordre franciscain conventuel dont il, devient général. Opposant résolu à l’occupation napoléonienne des États de l’Église, il est expulsé de Rome et déporté en France, puis en Corse, en octobre 1811, où il est emprisonné à Bastia, et enfin aux îles Capraja le 20 septembre 1813 aux côtés du général de l’ordre des Ministres des Infirmes Michel’Angelo Toni ; il est libéré en mars 1814. Pie VII le nomme au lendemain de la Restauration membre de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814) et examinateur des évêques en théologie (16 septembre 1814). Il meurt à Rome le 12 novembre 1824. Il a publié une Lettera scritta ad un amico, cui manifesta quanto innocente, virtuosa ed austera sia stata la vita di una sua penitente e quanto preziosa la sua morte (Rome, 1823).

190Sources : MERCATI 64 et 73. LOBERTI 124 et passim. FORCELLA II, 289. Diario di Roma du 17 novembre 1824, n° 92.

Florin DE CURTINS

191Chapelain de la garde suisse, il est nommé par Grégoire XVI camérier d’honneur (avant le 7 décembre 1838), puis entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (27 juin 1842).

Giovanni Battista DE DOMINICIS TOSTI

192Avocat consistorial (avant le 20 juillet 1841), Pie IX le nomme conseiller extraordinaire (6 mars 1851) puis conseiller ordinaire (avant le 22 novembre 1856) d’État. Il a publié une Canzone (Rome, 1828) en l’honneur du cardinal Caprano, une Dissertatio ad legem V. codicis de operibus publicis (Rome, 1842) et plusieurs mémoires judiciaires.

Giacinto DE FERRARI (1804-1874)

193Né à Oneglia, aujourd’hui Imperia (diocèse d’Albenga) le 28 septembre 1804, baptisé sous le nom de Michele Girolamo Cesare Leopoldo, il prend le nom de Giacinto lorsqu’il entre dans l’ordre dominicain au couvent de La Quercia près de Viterbe, le 13 octobre 1821 ; il est ordonné prêtre à Viterbe le 31 mars 1827, enseigne successivement dans les couvents dominicains de Viterbe, Civitavecchia et Rome et devient maître en théologie (4 août 1837). Nommé bibliothècaire de la Casanatense (1839), il devient membre de l’Académie de religion catholique (1840). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (22 novembre 1843) et de la Propagande (avant le 28 décembre 1850) ; il est également fait visiteur général de la province dominicaine de Sardaigne (1847). Pie IX le nomme théologue de la Casanatense (1850) puis commissaire du Saint Office (12 décembre 1851), charge qu’il occupe jusqu’au printemps 1870. Promu le 27 juin 1870 archevêque in partibus de Naupacte, il est consacré à Rome le 3 juillet par le cardinal Patrizi. Il meurt à Rome le 17 juillet 1874 et est enseveli à Sainte-Sabine.

194Théologien, prédicateur, académicien, antiquaire, numismate et érudit, son œuvre publiée est assez considérable. On en retiendra : Il mese di maggio consacrato a Maria Santissima, ovvero Spiegazione delle litanie lauretane in discorsi trentuno con un triduo sul s. Rosario ed altri sermoni (Rome, 1837) ; Le missioni straniere. Orazione pronunciata nell’insigne tempio della pace in Roma il 30 giugno 1839 (Rome, 1839) ; Triduo in onore di s. Domenico, e Panegirico sopra il trionfo de’ dolori di Maria Santissima (Rome, 1839) ; Nei solenni funerali del reverendisso Padre Clementino Cini, procuratore generale dell’inclito ordine minoritico (Rome, 1839) ; Le glorie di Gesù bambino, spiegate nella novena del s. Natale (Rome, 1840) ; Orazione funebre di donna Anna Maria du-chessa Torlonia (Rome, 1840) ; I trionfi della Croce considerati nella di lei in-venzione. Panegirico (Rome, 1840) ; Panegirico di s. Francesco d’Assisi (Rome, 1841) ; Dissertation sur un triptyque grec d’ivoire conservé à la Bibliothèque Casanatense, lue dans la séance de l’Académie Tibérine le 22 mars 1841 (Paris, extrait des Annales de philosophie chrétienne, 1841) ; Dissertazione sopra un greco nummo di Pescennio in rame (Rome, 1842) ; Illustrazione di un codice virgiliano (Rome, 1842) ; Sopra una pergamene antica contenente i canoni apostolici e un frammento inedito del ven. Beda. Dissertazione (Rome, 1843) ; Dissertazione sopra un codice membranaceo del secolo xv relativo all’arte tipografica e pittorica (Rome, 1843) ; Dissertazione sul classicismo della sacra eloquenza per la Tiberina (Rome, 1844) ; Sul criterio geologico, onde si confutano vari moderni sistemi (Rome, 1845) ; Vita del beato Alberto Magno (Rome, 1847) ; Elogio arcadico del celebre artista fr. Girolamo Bianchedi domenicano (Rome, 1850) ; Panegirici (Rome, 1850) ; Panegirico e vita di s. Vittoria vergine e martire con dissertazione archeologica sopra l’antica Trebula Metusca (Rome, 1850) ; Philosophia tomistica qua veteris ac novae scholae doctrina analytica expenditur (Rome, 1851, 3 vol.) ; Sopra i norachi dell’isola di Sardegna (Rome, 1852) ; An definiri possit de fide mysterium Immaculatae Conceptionis Beatae Mariae Virginis, et an expediat ? Votum uni Summo Pontifici Pio IX reservatum (Rome, 1853) ; Sul Natale di Roma 1853 detto nella villa Massimo al Laterano (Rome, 1853) ; Il sepolcro di papa Pio VIII, opera del comm. Pietro Tenerani, nella patriarcale basilica vaticana (Rome, 1866). On lui doit enfin l’édition de deux traités de saint Thomas d’Aquin, le Tractatus de adventu et statu et vita antichristi (Rome, 1840) et le Tractatus de preambulis ad judicium et de ipso judicio et ipsum concomitantibus (Rome, 1840).

195Sources : HC VIII, 403. Osservatore romano des 21 et 29 juillet 1874, n° 163 et 170. TAURISANO 78. PIOLANTI 121.

Michel’Angelo DE FRANCO

196Minime, ex-général de son ordre, restaurateur en septembre 1814 du couvent de S. Andrea delle Fratte et desservant de l’église paroissiale, il réclame de Pie VII, à la veille de se retirer de Rome pour se rendre dans sa patrie, di de-corarlo di un qualche consultorato a piacimento di Vostra Santità, affinchè gli serva di un monumento di non avere demeritato nella sua permanenza in Roma i tratti della Sovrana Sua Clemenza. Il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences le 8 décembre 1818. Son nom disparaît des Notizie après 1821.

197Sources : ASV/SS a. 1818, rub. 14.

Alberto DEGLI ANTONI (1786-1837)

198Né à Ghivizzano (diocèse de Lucques) en 1786, entré en 1804 dans l’ordre des Augustins, maître en théologie, professeur d’Écriture sainte au couvent S. Agostino de Rome (17 juin 1821) et prédicateur, assesseur général de son ordre, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (16 janvier 1834). Il est membre de l’Académie de religion catholique ainsi que de l’Arcadie et de l’Académie tibérine. Il meurt à Rome le 19 novembre 1837.

199Sources : Diario di Roma du 9 décembre 1837, n° 98. PIOLANTI 112. Al padre Alberto degli Antoni, Fermo, 1837, XVI p. (B.A.V. Ferraioli III 2141, int. 6). D.A. PERINI, Bibliographia augustiniana. Scriptores italici, Florence, 1931, II, p. 16-17.

Giulio DELLA PORTA

200Camérier secret de Pie VIII (20 juillet 1829), il est envoyé en qualité d’ablégat auprès du cardinal Crescini, évêque de Parme, élevé au Sacré Collège le 27 juillet 1829. Promu camérier secret participant et garde-robe de Grégoire XVI (avant le 12 février 1831), il confirmé dans cette fonction par Pie IX le 18 juin 1846, puis nommé conseiller auprès du ministère de l’Intérieur (14 février 1848). Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il est porté démissionnaire (rinuncia) et substitué dans ses fonctions par Giuseppe Stella le 29 septembre 1849.

Filippo DEL POZZO († 1840)

201Né à Imola, entré au couvent des Servites de Marie de la ville dès sa jeunesse, il poursuit ses études à Bologne, puis à Rome. Devenu maître en théologie du collège Henri de Gand du couvent romain de S. Marcello (1792), il enseigne en qualité de lecteur à Lucques, Césène, puis Rome (1803). Coadjuteur cum futura successione de son confrère Girolamo Giuliani, confesseur de la Famille pontificale, il lui succède dans cette charge lors de son décès, intervenu le 3 mai 1815. Il meurt à Rome le 25 mars 1840 et est enseveli à S. Marcello.

202Sources : Antonio Maria VICENTINI, Il confessore del S. Palazzo Aposto-lico e l’ordine dei Servi di Maria, Vicence, 1925, p. 50-51.

Paolo DEL SIGNORE (1784-1836)

203Chanoine régulier de Saint-Sauveur du Latran, professeur d’histoire de l’Église et membre du Collège théologique de l’Arciginnasio de la Sapience, membre de l’Académie de religion catholique (1821), général de son ordre, il est nommé examinateur des évêques en théologie (avant le 27 juin 1832) et consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (31 décembre 1835). Décédé à Rome à l’âge de 52 ans dans la nuit du 19 au 20 octobre 1836, il est enseveli à Saint-Pierre-aux-Liens.

204On conserve de Paolo Del Signore plusieurs oraisons funèbres : De laudi-bus Leonis XII P.M. oratio (Rome, 1829) ; In funere Pii VIII P.M. oratio (Rome, 1831) ; Nei solenni funerali... pel cardinale D. Placido Zurla. Orazione (Rome, 1835). C’est seulement après sa mort que son confrère Vincenzo Tizzani a procuré l’édition de son œuvre majeure : Institutiones historiae ecclesiasticae (Rome, 1837-1840, 3 vol.), dont il a par la suite extrait un Thesaurus historiae ecclesiasticae, sive Clarissimorum virorum dissertationes XXXXXI selectae (Rome, 1856-1857, 6 vol.).

205Sources : Diario di Roma du 22 octobre 1836, n° 85. PIOLANTI 105. PÁSZTOR (AEE), 211. FORCELLA IV, 95.

Antonino Saverio DE LUCA (1805-1883), cardinal en 1863

206Né le 28 octobre 1805 à Bronte (diocèse de Nicosia), en Sicile, dixième enfant de Vincenzo De Luca et Francesca Saitta, il appartient à une famille obscure et provient sans doute du ceto umile. Élevé au collège Capizzi de Bronte, puis au séminaire diocésain de Monreale, il poursuit ses études. Lauréat du prix De Giovanni (1000 écus) récompensant les compétences littéraires et historiques d’un jeune sicilien, il peut complèter son éducation à Palerme où il s’emploie comme précepteur de grec et de latin, puis s’établit brièvement à Naples en 1827 avant de regagner la Sicile. Établi définitivement à Rome à partir de décembre 1829 avec des lettres de recommandation auprès des cardinaux siciliens Arezzo et De Gregorio et du prélat sicilien Grassellini, il commence une activité de publiciste, d’apologète et de polémiste catholique. Travaillant à une Storia del cattolicesimo in Irlanda demeurée à l’état de projet, il devient en 1833 le secrétaire particulier du cardinal anglais Thomas Weld (1773-1837). Grâce à sa protection, il fonde en 1835 les Annali delle scienze religiose, principale revue intellectuelle de la Rome de Grégoire XVI, dont il devient le directeur et le principal compilateur jusqu’en 1845. Il entre à cette date au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (28 novembre 1836) et de la Propagande (3 avril 1838). Professeur surnuméraire de métaphysque à l’université de la Sapience (1837), directeur de la Typographie de la congrégation de la Propagande (Notizie de 1838), il est ordoné prêtre à l’âge de 33 ans le 10 février 1839 et devient docteur honoraire de théologie de l’université de Louvain (23 novembre 1839) ; il est membre de l’Académie de religion catholique. Grégoire XVI le nomme encore vice-président de l’Académie des nobles ecclésiastiques (15 janvier 1841), censeur de l’Académie de religion catholique (1840), l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 19 juillet 1842) et le fait docteur en théologie par bref pontifical en date du 28 novembre 1845. Nommé le 6 septembre 1845 par le roi Ferdinand II des Deux Siciles évêque d’Aversa en Campanie, il est préconisé par Rome le 24 novembre et consacré à Rome le 8 décembre par le cardinal Fransoni ; il est fait évêque assistant au trône pontifical le 19 décembre. Il accomplit en 1852-1853 au nom de Pie IX une difficile négociation avec les autorités napolitaines sur les problèmes de délimitation des juridictions ecclésiastiques et civiles. Fait archevêque in partibus de Tarse (22 décembre 1853), il abandonne le diocèse d’Aversa pour devenir nonce apostolique à Munich (24 décembre 1853) ; il quitte Rome le 3 mai et présente ses lettres de créances le 18 mai 1854. Promu nonce apostolique à Vienne (9 septembre 1856), il y présente ses lettres de créances le 1er novembre 1856. Élevé au Sacré Collège par Pie IX le 6 mars 1863, il regagne Rome depuis Vienne le 16 septembre suivant et est agrégé le 2 octobre aux congrégations de l’Index, des Évêques et Réguliers, des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et des Études ; il est nommé préfet de la congrégation de l’Index (28 décembre 1864) et successivement agrégé aux congrégations de la Propagande (avant le 19 janvier 1865), du Saint Office (avant le 16 février 1869) et du Cens (avant le 1er mai 1869) ainsi qu’à la congrégation particulière de la Propagande pour les Affaires de rite oriental (avant le 11 février 1865). Il participe au concile Vatican I et donne quelques gages de bienveillance à la minorité anti-infaillibiliste. Il prend part au conclave de Léon XIII qui le fait vice-chancellier de l’Église (15 juillet 1878), évêque du diocèse subur-bicaire de Palestrina (15 juillet 1878) ainsi que préfet de la congrégation des Études (13 août 1878), charges qu’il conserve jusqu’à son décès. Léon XIII le nomme parmi les trois cardinaux chargés de l’édition des œuvres complètes de saint Thomas d’Aquin (motu proprio du 18 janvier 1880) et lui communique par une lettre ouverte en date du 18 août 1883 la nouvelle de l’ouverture des Archives vaticanes. Il meurt à Rome le 28 décembre 1883 et est enseveli au cimetière du Campo Verano.

207Outre son abondante collaboration (essentiellement comme compilateur) aux Annali delle scienze religiose (1835-1845), le futur cardinal De Luca a publié avant 1845 un essai Sulla pretesa attitudine del politeismo a preferenza del culto ebreo e cristiano ad incivilire i popoli e a render le bell’arti fiorenti. Ri-flessioni critiche (Rome, 1830) ; un article Sulla eccessiva diffusione e lettura delle gazzette francesi in Italia (publié en 1832 dans le premier numéro de la Voce della ragione de Monaldo Leopardi) ; une dissertation De’ vantaggi che i romani pontefici hanno arrecato alla condizione politica de’ popoli italiani (Rome, 1835) ; un traité Sopra una celebre controversia dibatutta in Inghilterra negli anni 1831 e 1832 intorno alla liquefazione del sangue di s. Gennaro vescovo e martire. Dissertazione storico-critica (Naples, 1836) ; et un court traité Il cattolicesimo e sistemi socialisti considerati ne’ loro rapporti colla condizione economica de’ popoli (Rome, 1842). Il a également traduit en italien plusieurs ouvrages anglais : de John Machale, futur évêque de Killala et archevêque de Turam, Sermoni cinque predicati in Roma nel corrente anno ecclesiastico (Rome, 1832) ; du futur cardinal Nicholas Wiseman, Sul ragguaglio di lady Morgan rispetto alla cattadra di s. Pietro in Roma. Saggio critico (Rome, 1832) ; et d’Isaac Newton, Quattro lettere a Riccardo Bentley contenenti alcune prove della esistenza di Dio (Rome, 1834). Une partie de sa correspondance diplomatique a également donné lieu à publication : Carla MENEGUZZI ROSTAGNI éd., Il carteggio Antonelli - De Luca, 1859-1861, Rome, 1983, LII-363 p.

208Sources : HC VII, 100. HC VIII, 16. WEBER II, 456-457. DBI XXXVIII (1990), 325-330 (Giuseppe Monsagrati), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. PIOLANTI 112.

Francesco DE PASQUALI († 1847)

209Franciscain conventuel, ministre et commissaire général de la province de Suisse, il entre au service de la Curie en qualité de coadjuteur de son confrère Luigi Pongileoni dans ses fonctions de consulteur de la congrégation des Rites (12 novembre 1842). Il meurt à Rome le 22 janvier 1847.

210Sources : ASR/SSI a. 1847, rub. 14.

Giacomo DE PRETIS († 1821)

211Nommé au lendemain de la Restauration coadjuteur de l’avocat consistorial Agostino Valle (15 janvier 1815) auquel il succède dans ses fonctions lors de son décès, intervenu le 5 avril 1816, il est successivement fait assesseur de l’Annone, avocat du peuple romain et directeur général de la Dette publique. Il meurt à Rome dans la nuit du 20 au 21 février 1821 et est enseveli à S. Maria Maddalena.

212Sources : Diario di Roma des 21 et 28 février 1821, n° 15 et n° 17.

Luigi DE SANCTIS (1808-1869)

213Né à Rome le 31 décembre 1808 de Biagio De Sanctis et Camilla Fonzi, il est l’aîné des vingt-quatre enfants des quatre lits de son père. Il entre à l’âge de seize ans dans l’ordre des ministres des Infirmes de S. Camillo Lellis au noviciat de S. Maria del Trivio (1825), fait profession deux ans plus tard, puis poursuit un second noviciat de trois années ; il est ordonné prêtre en 1831 puis devient bachelier (1834) et docteur en théologie (1836). Il enseigne la philosophie et la théologie dans plusieurs écoles de l’ordre, à Viterbe (1834), puis à Gênes (1834-1835) et à nouveau à Rome où, pendant l’épidémie de cholera de 1837, il dessert l’hôpital du SS. Salvatore de Saint-Jean du Latran. Membre de l’Académie de religion catholique (1837), auteur d’une dissertation contre les missions protestantes, il est alors lié au théologien jésuite Giovanni Perrone ; il est nommé qualificateur du Saint Office (9 juin 1837). Il est enfin nommé curé de la paroisse romaine de S. Maddalena (15 février 1840). Inquiété par le Saint-Office pour ses positions ecclésiologiques à partir de 1843, il se convertit au protestantisme en 1847 au terme d’une longue crise spirituelle, sous l’influence du pasteur Lowndes, écossais résidant à Malte, et de l’ancien dominicain Achilli. Il quitte clandestinement Rome le 11 septembre 1847, s’embarque à Ancône, puis gagne, via Corfou, l’île de Malte où il crée en novembre 1848 la revue Il Catto-lico cristiano ; il y épouse l’écossaise Martha Sommerville, fille du gouverneur de l’île de Gozo (7 juin 1849). Après s’être transféré à Gênes (12 juin 1850), il se rapproche de l’Église vaudoise sous l’influence des pasteurs Geymonat et Meille et est lui-même consacré pasteur le 31 août 1852. Il s’établit successivement à Turin, Gênes et Florence et participe aux débats internes au protestantisme italien tout en continuant une intense activité polémique, s’affrontant notamment au futur saint Jean Bosco en 1854-1855. Il meurt à Florence le 31 décembre 1869.

214Ses nombreuses publications sont postérieures à sa conversion au protestantisme et relèvent pour l’essentiel de la polémique anticatholique. On en retiendra : une retentissante lettre ouverte A Pio IX (12 mars 1849) ; É necessaria all’Italia una riforma religiosa (première publication dans Il Cattolico cristiano du 2 avril au 15 mai 1849) ; La confessione. Saggio dommatico-storico (Malte, 1849 ; très nombreuses rééditions) ; La tradizione. Trattato... in opposizione al monaco Belli nella sua dottrina sulla confessione (Malte, 1850, première publication dans Il Cattolico cristiano du 1er juin au 15 septembre 1849) ; Il celibato dei preti. Considerazioni religiose, morali, storiche (Malte, 1850 ; Turin, 1862) ; Si pub leggere la Bibbia ? (Turin, 1860) ; Lettera a Pio IX, vescovo di Roma, di Luigi De Sanctis, già curato in Roma e ora ministro del S. Vangelo (Florence, 1860) ; Il Purgatorio, perchè non è ammesso dagli evangelici ? Saggio dommati-co-critico (Turin, 1861 ; Florence, 1864) ; La messa. Saggio dommatico-storico (Turin, 1862 ; Florence, 1864) ; Quattro lettere al cardinale Patrizi (Florence, 1862) ; Discussione pacifica proposta in dialoghetti popolari agli amatori della verità religiosa (Florence, 1863) ; Il papa. Osservazioni dottrinali e storiche (Florence, 1864) ; Roma papale descritta in una serie di lettere con note (Florence, 1865 ; œuvre autobiographique, à partir d’une première édition anglaise, Popery and Jesuitism in Rome) ; Il papa non è il successore di s. Pietro. Osservazioni storiche (Florence, 1866) ; Roma pagana (Florence, 1869).

215Sources : DBI XXXIX (1991), 313-316 (Carol Fantappiè, avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie). PIOLANTI 114. M.ENDRIZZI, Bibliografia camilliana, Vérone, 1910, p. 58-59. Giacomo PELUFFO, Risposta alle Lettere dell’excurato Luigi De Sanctis al sommo pontificio papa Pio IX, Rome, 1849, 29 p. Giovanni FEI, A Luigi De Sanctis, già cristiano, cattolico romano... ora ossesso da pandemonio, esorcismi, Ferrare, 1849, 86 p. Alessandro BELLI, Sulla dottrina e disciplina della Chiesa Romana intorno alla confessione, o contro il Saggio dommatico-storico della confessione di L. Desanctis, Florence, 1850, 122 p. Antoine BAUD, L’orthodoxie de la confession sacramentelle, suivie de quelques réflexions sur la tradition. En réfutation sur l’Essai historique du traité de Louis Desanctis, Besançon, 1856, XV-382 p. Benedetto NEGRI, Errori di Luigi Desanctis sul domma della confessione, Turin, 1862, 174 p. Alessandro CAVAZZI, Cenni biografici del dott. Luigi Desanctis, Florence, 1870, 63 p. Domenico MODENESI, La verità cattolica intorno al Purgatorio e le menzogne dell’apostata Desanctis, Ferrare, 1875, 226 p. F. DE SILVESTRI FALCONIERI, La conversione e la fuga di Luigi Desanctis, dans Profili, ricordi, anedotti di protestanti illustri, Rome, 1920, p. 209-214. Valdo VINAY, Luigi Desanctis e il movimento evangelico fra gli Italiani durante il Risorgimento, Turin, 1965, 368 p. (fondamental). Bruno BERTOLI, Luigi Desanctis e il movimento evangelico, dans Humanitas (Brescia), XXI, 1966, p. 1198-1201. Francis DESRA-MAUT, Les relations de don Bosco avec Luigi De Sanctis, dans Don Bosco en son temps (1815-1888), Turin, 1996, p. 409-412. Italo PONS, La costituzione valdese del 1855. Continuità o rottura ?, thèse de la Facoltà valdese di teologia, sous la direction de Giorgio Tourn, Rome, 1997, VI-384 p., ad indicem.

Gaetano DONAUDI (1766-1829)

216Théatin, général de son ordre, il est nommé examinateur des évêques en théologie (22 mars 1823) ainsi qu’examinateur du clergé romain (avant le 2 décembre 1826). Il meurt à Rome du ver solitaire à l’âge de 63 ans le 1er novembre 1829.

217Sources : Diario di Roma du 11 novembre 1829, n° 90.

Prospero DUELLI (1751-1831)

218Né à Novare en 1751, il entre dans l’ordre barnabite où il fait profession en 1771 ; il est successivement nommé provincial de la province barnabite de Piémont (1798-1801), assistant général et vicaire général de l’ordre (1823), visiteur apostolique de la ville de Turin (1824) puis élu cinquante-et-unième général de l’ordre barnabite (1826-1829). Il entre au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (22 mai 1822) et de consulteur de la congrégation des Rites (10 janvier 1823) ; il est encore fait député de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824) et examinateur du clergé romain (avant le 2 décembre 1826). Il meurt au couvent de S. Carlo ai Catinari de Rome le 3 mars 1831.

219Sources : La Congregazione dei Chierici Regolari di S. Paolo detti Barnabiti nel IV centenario della fondazione, 1533-1933, Gênes, 1933, p. 390. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o dalla Congregazione dei Chierici Regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., I, p. 661-662.

Paolo DUMONT († 1820)

220Bénédictin, il est nommé au lendemain de la Restauration consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (21 décembre 1814), de l’Index (7 août 1816) et du Saint Office (29 février 1820). Il meurt à Rome le 4 octobre 1820.

221Sources : PÁSZTOR (AEE), 209.

Francesco Maria ERCOLANI († 1847)

222Prêtre de l’Oratoire de S. Girolamo della Carità, consulteur de la congrégation des Rites (24 avril 1833). Il meurt dans le cours de l’année 1847.

223Sources : Diario di Roma du 11 janvier 1848 (nécrologie de l’année 1847).

Antonio Maria ERCULEI (1810-1868)

224Né le 13 octobre 1810 à Ferentillo (diocèse de Spolète) en Ombrie de Domenico Erculei et d’Anna Consoni de Riteti, il poursuit ses études au collèges jésuite de Spolète, puis au Collège Romain. Prêtre séculier, docteur en théologie (sa soutenance, le 26 janvier 1837, est honorée de la présence du cardinal Giustiniani), il est tenu pour l’un des meilleurs grecisti de Rome. Lié au futur cardinal Mezzofanti, il succède en 1839 à Antonio Nibby en qualité de scripteur grec de la Bibliothèque vaticane ; il enseigne également la patrologie au collège S. Ignazio (1848-1853) puis, à partir de 1853, la littérature grecque au Séminaire romain. Il est membre de l’Académie de religion catholique (26 février 1841). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation pour la Correction des livres des Églises d’Orient (20 janvier 1845) puis de congrégation particulière de la Propagande pour les Affaires de rite oriental (1862). Il meurt à Orte le 18 juillet 1868. Il a donné à publication un Ragionamento in lode di Guendolina principessa Borghese (Rome, 1840) et un Trattato filosofico-storico-dogmatico intorno alla confessione sacramentale più volgarmente auriculare (Rome, 1850) et procuré l’édition des Dissertazioni storico-polemiche de G.B. Torricelli (Rome, 1850, 7 vol.) et de la Nuova biblioteca d’istruzione religiosa, morale e civile (Rome, 1850).

225Sources : PIOLANTI 124. Giornale di Roma du 7 août 1868, n° 179. Rocco BOMBELLI, Notizie biografiche del professore Antonio Maria Erculei, Rome, 1868, 15 p.

Eustachio Maria da San Raffaele († 1826)

226Né vers 1746 dans la famille des comtes Sebastiani, il entre dans l’ordre des Carmes déchaux et fait profession à Florence le 7 mars 1770 à l’âge de 22 ans. Au lendemain de la Restauration, il est nommé examinateur des évêques en théologie (avant le 16 avril 1817) et œuvre à la restauration de la basilique S. Pancrazio. Il s’éteint à Rome, âgé d’environ 80 ans, le 12 avril 1826.

227Sources : Diario di Roma du 26 avril 1826, n° 33. Bartolomeus a S. Angelus, Collectio scriptorum Ordinis Carmelitarum Excalceatorum, Savone, 1884, 2 vol., I, p. 195-196.

Mariano FALCINELLI ANTONIACCI (1806-1874), cardinal de Pie IX en 1873

228Né à Assise le 16 novembre 1806, sous le nom de Lorenzo Baldassare Luigi, de Giovanni Battista Falcinelli Antoniacci et d’Aloisia Alessi, il est originaire d’une famille établie à Assise depuis le xviie siècle et récemment (1776) inscrite parmi la noblesse de la ville. Il prend le nom de Mariano lorsqu’il entre en 1824 à Assise dans l’ordre bénédictin du Mont Cassin ; il émet ses vœux religieux au monastère romain de Saint-Paul-hors-les-murs le 18 décembre 1825 et est ordonné prêtre à Rome le 13 juin 1829. Il devient successivement lecteur en théologie (1831), maître des novices (1834), prieur claustral de l’abbaye de Farfa en Sabine (1840), prieur du couvent de Saint-Paul-hors-les-murs, chancelier de la congrégation bénédictine du Mont-Cassin (1844), abbé de Saint-Pierre d’Assise (1846) et enfin abbé ordinaire de Saint-Paul-hors-les-murs (1850). Il entre dans le même temps au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (24 mars 1842) et d’examinateur des évêques en théologie (9 décembre 1843). Nommé par Pie IX évêque de Forli le 7 mars 1853, il est consacré à Rome le 17 avril par son compatriote le cardinal Gabriele Della Gen-ga Sermattei. Promu internonce apostolique à Rio de Janeiro (14 décembre 1857), il est fait archevêque in partibus d’Athènes le 21 décembre 1857 ; il quitte Rome pour le Brésil au matin du 29 mai 1858. Il est successivement tranféré à la tête de la nonciature de Vienne (16 mars 1863). Élevé au Sacré Collège le 22 décembre 1873, il meurt à Rome le 29 mai 1874. Auteur de plusieurs lettres pastorales, on a édité longtemps après sa mort un recueil de poésies, Dal colle di As-sisi. I canti della pace (Assise, 1912).

229Sources : HC VIII 19, 128 et 275. DBI XLIV (1994), 272-275 (Giuseppe Monsagrati). WEBER II, 460. SPRETI III, 59. DE MARCHI 47 et 77. Osservatore romano du 30 mai 1874, n° 122. Hildebrando ACCIOLY, Os primeiros nùn-cios n° Brasil, Sao Paulo, 1949, 329 p. Friedrich ENGEL-JANOSI, Oesterreich und der Vatikan, 1846-1918. I-Die Pontifikate Pius’ IX und Leos XIII (18461903), Graz, 1958, passim. N. MIKO, Die katholische Kirche in Ôsterreiche-Ungarn um 1870 in der Berichterstattung des Wiener Nuntius, dans Festschrift Karl Eder, Graz, 1959, p. 211-222. Angelica BERCHTOLD, Nuntius Mariano Falcinelli Antoniacci, seine Personlichkeit, sein Einfluss und seine Berichterstattung in den Jahren 1863-1866, dans Romische Historische Mitteilungen, XV, 1973, p. 129-141.

Antonio Maria FANIA (1804-1880)

230Né le 5 février 1804 à Rignano Garganico (diocèse de Manfredonia), il entre en 1823 dans l’ordre franciscain de l’Observance sous le nom de frère Antonio Maria da Rignano ; il poursuit sa formation à Bologne, puis devient lecteur de philosophie et de théologie dans la province de S. Angelo des Pouilles ; il est ordonné prêtre le 3 mai 1827. Successivement lecteur de philosophie au couvent de Ferrare puis de Lucera, provincial pour les Pouilles (1835-1838), puis secrétaire général (1839-1844) et procureur général (1844-1850) de son ordre, il s’établit à Rome où il devient membre de l’Académie de religion catholique (6 avril 1845). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (28 avril 1846), puis, sous Pie IX, de consulteur du Saint Office ainsi que d’examinateur des évêques en théologie (avant le 12 juin 1856). Théologien réputé, il participe à la préparation de la définition du dogme de l’Immaculée Conception et assure la publication du Specchio della disciplina (Rome, 1851), jadis attribué à saint Bonaventure, afin de relancer les études dans l’ordre franciscain. Promu évêque de Marsico Nuovo et Potenza en Basilicate (27 mars 1867), il est consacré à Rome le 7 avril par le cardinal Luigi Amat. Au terme d’un épiscopat de treize années, il meurt à Rome le 23 janvier 1880.

231D’une œuvre religieuse et littéraire non négligeable, on retiendra : Esempi ed ammaestramenti di eloquenza sacra (Rome, 1832) ; Orazione accademica per l’occorrenza della consacrazione della restaurata basilica di S. M. degli Angeli presso Assisi (Orvieto, 1843) ; Ragionamento intorno a cib che dicesi ed è vero e bello scrivere italiano, o Dello studio de’ classici scrittori per apprenderne le schiette forme (Orvieto, 1844) ; Ragionamento sul poema Il Salvatore del cavaliere Davide Bertolotti (Turin, 1846) ; Discorso pe’ comizi provinciali nella osservante provincia romana... intorno alla disciplina regolare (Rome, 1851) ; San Paolo, o sia le forme e l’esempio della vita apostolica (Rome, 1852) ; Discorso su l’eloquenza sacra (Rome, 1853) ; Orazione funebre recitata... il giorno 9 di febbraio 1855 nella chiesa de’ SS. Cosimo e Damiano in Roma per la morte del P. Reverendissimo Salvatore Guerri di Assisi, ministro generale del Terz’ordine di s. Francesco (Rome, 1855) ; L’Unità rende la Chiesa di Cristo veramente grande, in cui si ammira la grandezza mirabilissi-ma alla quale, mercè alla fondazione ed operazione di Gesù Cristo, la potenza della verità conduce ad innalzar l’uomo consorzio. Discorso (Rome, 1855) ; Novenario e panegirici sulla Immacolata Concezione di Maria Vergine (Naples, 1858) ; Parallele dell’antico gnosticismo con gli errori moderni del Bartismo, Irvingismo, e mormonismo con un saggio di confutazione (Naples, 1858) ; Orazione delle lodi e utilità del dolore in Gesù (Gênes, 1859). Il a également laissé une brève défense de la congrégation romaine de l’Index (Ad un amico sopra l’Indice, Rome, 1867, 11 p.) et traduit en italien les Considerazio-ni sopra Gerusalemme e’l Sepolcro di Gesù Cristo d’Artaud de Montor (Paris, 1847).

232Sources : HC VIII, 369. EncCatt I (1948), 1559-1560 (Livario Oliger). PIOLANTI 130. V. SARDI, La solenne definizione del dogma dell’Immacolato Concepimento di Maria Santissima, Rome, 1904, tome I, p. 757-777. Livario OLIGER, Quattro precursori del moderno movimento francescano, Rome-Turin, 1930, p. 29-41.

Giuseppe Andrea FARALDI (1748-1826)

233Né à Menton (diocèse de Ventimille) le 7 janvier 1748, il entre dans l’ordre dominicain le 30 novembre 1768 et fait profession le 30 décembre 1769. Prieur du couvent romain de S. Maria sopra Minerva et professeur de théologie à la Sapience durant vingt-huit années, il est membre fondateur de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il devient successivement provincial de la province dominicaine de Rome (avant le 3 mai 1809). Il est nommé au lendemain de la Restauration consulteur de la congrégation de l’Index (23 juillet 1816). Il meurt à Rome le 29 décembre 1826.

234Sources : Diario di Roma du 5 janvier 1827, n° 2. PIOLANTI 72.

Antonio FAVA

235Prêtre séculier, chanoine de S. Maria in Trastevere, camérier secret de Grégoire XVI, consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (6 février 1840).

Federico da San Giovanni in Persiceto : cf. Federico BENCIVENNI. Girolamo FELICIANGELI († 1858)

236Chargé d’affaires du Saint Siège auprès de la cour de Toscane (21 mars 1833), sa démission (pour raisons de santé) est acceptée le 30 juillet 1836. Prieur de l’ordre de Malte, il est successivement nommé député de la Commission des Subsides pour la cinquième région de Rome (avant le 3 mai 1845). Promu à la dignité de camérier secret, il meurt à Rome le 4 février 1858 et est enseveli aux XII Apostoli.

237Sources : DE MARCHI 122. Giornale di Roma des 8 et 10 février 1858, n° 30 et n° 32.

Agostino Maria FERRARA

238Carme de l’ancienne Observance, professeur de théologie morale à l’Arciginnasio de la Sapience, examinateur du clergé romain (avant le 27 janvier 1830), il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de la Discipline des Réguliers (le 15 janvier 1838) et des Indulgences (27 août 1840) ainsi que d’examinateur des évêques en théologie (26 avril 1843). Devenu général de son ordre, il renonce à sa charge au lendemain de la restauration de l’État pontifical (avant le 14 novembre 1849).

Luigi FERRARI († 1872)

239Prêtre séculier, bénéficiaire de Sainte-Marie-Majeure, cérémonier pontifical surnuméraire (avant le 13 juillet 1831), il entre au service de la Curie en qualité d’archiviste de la Propagande, puis de consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (28 janvier 1842). Il est promu par Grégoire XVI sous-secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (2 mai 1845), fonction qu’il conserve jusqu’à son décès. Pie IX le nomme encore maître (avant le 1er mars 1854) puis préfet des cérémonies pontificales ainsi que consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 24 décembre 1855). Il meurt à Rome le 3 mars 1872.

240Sources : PÁSZTOR (AEE), 214. Osservatore Romano du 10 mars 1872.

Innocenzo FERRIERI (1810-1887), cardinal de Pie IX en 1868

241Né à Fano le 13 septembre 1810, fils d’un cameriere (« valet de pied »), il peut poursuivre des études et devient docteur en philosophie de l’université de Macerata (20 juillet 1829), puis docteur en théologie de l’Arciginnasio de la Sapience (août 1833) ; il est ordonné prêtre à Rome le 20 septembre 1834. Entré au service de la Curie en qualité d’employé de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, il devient docteur in utroque jure (juin 1837) et chapelain commun (Notizie de 1838). Nommé par Grégoire XVI auditeur de la nonciature de Naples, il est fait ensuite chargé d’affaires du Saint Siège à la cour de La Haye et supérieur des missions de Hollande à la suite de la désignation du chargé d’affaires Antonio Antonucci pour le siège de Montefeltre (17 décembre 1840) ; Pie IX l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 25 août 1846). Promu archevêque in partibus de Sidon (4 octobre 1847), il est consacré à Rome par le pape lui-même le 10 octobre 1847, fait évêque assistant au trône pontifical le 23 novembre et nommé nonce apostolique à Bruxelles (15 novembre 1848), puis à Naples (30 septembre 1850) où il présente ses lettres de créance le 21 novembre 1850, et enfin à Lisbonne (16 juin 1856) ; il demeure cependant à Naples jusqu’en 1858, quitte Rome le 25 septembre, arrive à Lisbonne le 3 octobre et présente ses lettres de créance le 6 décembre 1858. À l’issue de sa nonciature de Lisbonne, il est élevé au Sacré Collège le 13 mars 1868. De retour à Rome le 14 août, il est agrégé le 24 septembre 1868 aux congrégations des Évêques et Réguliers, du Concile, de l’Index et des Indulgences. Il est fait successivement préfet de la congrégation des Indulgences (31 mars 1875) puis pro-préfet de la congrégation des Évêques et Réguliers (6 juillet 1876). Il meurt à Rome onze ans plus tard, le 13 janvier 1887.

242Sources : HC VIII, 18 et 517. WEBER II, 464. PÁSZTOR (AEE), 286 (essentiel). DE MARCHI 62, 177, 184 et 214.

Tommaso FILIPPONI († 1855)

243Nommé avocat consistorial par Grégoire XVI (avant le 12 décembre 1840), le comte et avocat Tommaso Filipponi est promu recteur de l’Arciginnasio de la Sapience (avant le 6 février 1844), chargeS qu’il occupe jusqu’au mois de janvier 1848 où Pie IX lui donne pour successeur son collègue Andrea Maria Frattini. Il meurt à Rome dans les premiers jours du mois de janvier 1855.

244Source : Giornale di Roma du 5 janvier 1855, n° 4.

Francesco FINUCCI (1772-1852)

245Né à Rome le 15 janvier 1772, élève du Collège romain, il est ordonné prêtre et succède à son maître et ami Ignazio De Rossi en qualité de professeur de théologie dogmatique au Collegio Urbano de la Propagande. Nommé consulteur des congrégations de la Propagande (4 juillet 1818) et de la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821), il entre en qualité de scripteur grec au service de la Bibliothèque vaticane ; il est intimement lié avec le futur cardinal Giuseppe Mezzofanti. Décédé à Rome le 8 mai 1852, il est enseveli à S. Appolinare.

246Sources : Giornale di Roma des 11 et 27 mai 1852, n° 108 et n° 120.

Domenico FIORAMONTI († 1862)

247Prêtre séculier, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (5 juin 1844) et devient substitut de la secrétairerie des Brefs aux princes. Promu par Pie IX secrétaire des Lettres latines (17 novembre 1848) et élevé à la dignité de camérier secret, il est encore nommé censeur et secrétaire de l’Académie théologique de la Sapience (avant le 19 avril 1853) et prélat de la congrégation du Concile (16 novembre 1854). Il meurt à Rome le 2 janvier 1862.

248Source : PÁSZTOR (AEE), 212.

Benedetto FORTINI († 1824)

249Minime, collega du général pour la nation espagnole (juin 1817), puis général de son ordre (20 mai 1823), il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (18 décembre 1820). Décédé à Rome, il est enseveli à S. Andrea delle Fratte le 8 janvier 1824.

250Source : Diario di Roma du 10 janvier 1824.

Luigi FORTIS (1748-1829)

251Né à Vérone le 26 février 1748 dans une famille de commerçants, il entre à Bologne le 12 octobre 1762 au noviciat de la Compagnie de Jésus et poursuit sa formation à Plaisance (1764-1767) et Bologne (1767-1770) puis enseigne à Ferrare jusqu’à la suppression de la Compagnie (1770-1773). Il regagne alors Vérone où il est ordonné prêtre et enseigne la rhétorique et la philosophie au lycée de la ville. Professeur de physique et de chimie au Collège noble de Parme (1794-1805), sauf une brève interruption d’enseignement au novicait jésuite de Colorno où il a pour élève le futur cardinal Angelo Mai, et membre de l’Accade-mia dei Scelti, il émigre à Naples lors de la restauration de la Compagnie dans le royaume des Deux Siciles (bref Per alias du 30 juillet 1804) et devient préfet des études du collège jésuite de la ville (1805-1806). Expulsé de Naples par l’intervention française de juillet 1806, il se réfugie dans l’État pontifical et enseigne au collège d’Orvieto (1806-1812) avant de se retirer à Vérone. Il regagne au Rome au lendemain de la restauration de la Compagnie de Jésus (7 août 1814), prononce sa profession solennelle le 1er janvier 1815 et enseigne au collège jésuite de Terni (1815-1816). Promu successivement provincial d’Italie (6 mai 1816) puis vicaire général de la Compagnie (6 décembre 1818) en représentation du général Brzozowski, décédé en Pologne le 5 février 1820, il est élu vingtième général de la Compagnie de Jésus (18 octobre 1820) au lendemain de la grave crise qui oppose les tenants d’une restauration de l’ordre selon sa constitution primitive (Angiolini, Rezzi) et les partisans d’un rétablissement selon les constitutions en vigueur en 1773. C’est ce dernier parti qu’il défend en obtenant de Léon XII la restitution du Collège romain (automne 1824) et la confirmation de l’ensemble des anciens privilèges de l’ordre (constitution Plura inter du 11 juillet 1826). Il était entré au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (28 septembre 1819). Il meurt à Rome le 27 janvier 1829 et est enseveli au Gesù. Il a beaucoup écrit mais peu livré à l’impression : Metaphysicae generalis delineatio (Vérone, 1792).

252Sources : Diario di Roma des 28 janvier et 4 février 1829, n° 8 et 10. SOMMERVOGEL III, 896-898, avec renvoi à l’ensemble de la production manuscrite et imprimée. EncCatt V (1950), 1540 (Celestino Testore). DHGE XVII (1971), 1160-1163 (J.-F. Gilmont). J.I. BERETTA, De vita Aloisii Fortis vicesimi S. I praepositi commentarium, Vérone, 1833, 31 p. Ludovic CHAILLOT, Pie VII et les Jésuites, Rome, 1879, VIII-496 p. P. GALLETTI, Memorie storiche intorno alla provincia romana della Compagnia di Gesù dall’anno 1814 all’anno 1914, Prato, 1914, p. 254-259. L. KOCH, Jesuiten-Lexikon, Paderborn, 1934, p. 568-570. J.M. MARCH, Il restauratore della Compagnia di Gesù, B. Giuseppe Pignatelli, ed il suo tempo, Turin, 1938, passim. Pietro PIRRI, Angelo Mai nella Compagnia di Gesù, dans Archivum historicum Societatis Iesu, XXII, 1954, p. 234-282 (p. 243-245).

Bartolomeo FOSCARINI

253Clerc mineur régulier caracciolino, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1761), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne réapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Francesco da Messina

254Capucin, provincial de la province capucine de Valdemona, consulteur de la congrégation des Indulgences (17 septembre 1819). Son nom disparaît des Notizie après 1826.

Teodoro FUSCONI (1758-1831)

255Né à Norcia en 1758, il est issu d’une famille du patriciat de la petite cité ombrienne. Il poursuit des études de droit à Foligno puis à Spolète et à Rome et devient docteur in utroque jure. Successivement auditeur des prélats Riganti puis Arrigoni, il est nommé au lendemain de la première restauration par les autorités provisoires autrchiennes commissaire général de la Régence impériale pour les Marches ; il se retire dans la vie privée durant l’occupation française de Rome. Promu par Pie VII avocat consistorial (avant le 28 février 1821), Léon XII le fait membre de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823) et visiteur des universités de Pérouse, Camerino, Macerata et Fermo. Nommé par Pie VIII avocat des pauvres (avant le 8 avril 1829), il renonce à ses fonctions per gravi motivi quelques jours plus tard (13 avril 1829). Il meurt à Rome à l’âge de 73 ans le 23 mai 1831. Il a publié une Dissertatio de monomachia (Rome, 1821).

256Sources : Diario di Roma des 25 mai et 18 juin 1831, n° 41 et n° 48.

Giulio Cesare GABRIELLI (1775-1837)

257Prêtre séculier, docteur in utroque jure, curé de S. Stefano in Piscinula, il est déporté pour refus de serment à Bastia durant l’occupation française de Rome. Il retrouve sa cure au lendemain de la Restauration et se voit successivement nommé examinateur du clergé romain (avant le 15 octobre 1817), consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 23 juillet 1831), théologue de la Daterie apostolique et censeur de l’Académie théologique. Devenu curé de S. Tommaso in Parione, il meurt à Rome, à l’âge de 62 ans, le 11 novembre 1837.

258Sources : Diario di Roma du 21 novembre 1837, n° 93. MERCATI 71. LOBERTI 78, 82, 105, 106 et 122.

Pio Giuseppe GADDI (1738-1819)

259Né à Forli le 26 juillet 1738, son oncle paternel est lieutenant des troupes pontificales et son neveu, Antonio Gaddi, a épousé Teresa Chiaramonti, nièce de Pie VII : c’est au palais Gaddi que Pie VII réside lorsqu’il séjourne à Forli au printemps 1814. Dominicain de la province de Lombardie, régent des études à Bologne, il remplit les fonctions de provincial de Lombardie de 1792 à 1795. Élu procureur général de l’ordre domicain (28 mars 1795), il en devient successivement, par la volonté du maître général Baltasar de Quinones à la veille de partir pour l’Espagne, vicaire général de 1798 à 1806 : sa nomination est confirmée par un bref de Pie VI, daté de Sienne, le 10 avril 1798, puis par un billet de la Secrétairerie d’Etat du 23 avril 1800 au lendemain du conclave de Venise ; il est nommé consulteur du Saint Office (Notizie de 1801). Élu maître général le 20 mai 1806 aux normes de la bulle Inter graviores de Pie VII, il est arrêté au couvent de la Minerve par les autorités d’occupation françaises le 11 août 1809 et conduit sous escorte à Paris où il parvient le 7 septembre ; il est ensuite relégué à Auxerre où il jouit d’une confortable pension annuelle de 4800F du ministère français des Cultes et où il réside dix-huit mois avant de regagner l’Italie. Il se fixe successivement à Milan (février 1811 - printemps 1812) puis obtient l’autorisation de se retire à Forli (27 avril 1812). Décrété d’arrestation au lendemain de la Restauration sur la base d’une accusation de prestation de serment entre les mains du préfet de l’Yonne à Auxerre formulée par ses confrères Angelo Maria Merenda, commissaire du Saint-Office, Giovanni Battista Chiesa, consulteur des Rites, Maurizio Olivieri, futur général de l’ordre, et Filippo Anfossi, futur maître du Sacré Palais il est jugé devant une commission de prélats composée des futurs cardinaux Morozzo et Sala ; il doit se soumettre à une rétractation le 23 avril puis il est autorisé à se rendre à Rome où Pie VII lui accorde une audience le 14 août 1814. Disculpé par une commission cardinalice, Pie VII le nomme vicaire général de l’ordre dominicain pour l’Italie le 29 septembre 1814, il obtient l’obédience de tous les religieux au couvent de la Minerve le 30 septembre 1814. Rétabli également dans ses fonctions de consulteur du Saint Office le 12 août 1815, il meurt à Rome le 23 décembre 1819 ; il est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

260Sources : MORTIER VII, 427-466. TAURISANO, 14. Notizie per l’anno 1798, p. 166 (date de naissance). Diario di Roma des 24 décembre 1819, n° 103, et 3 janvier 1820, n° 1 (obsèques).

Gaetano da Castel Buono

261Capucin, chapelain de la province de Messine en résidence à Rome, définiteur de sa province, secrétaire général de l’ordre, prédicateur, il est nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (25 juin 1821).

Giovanni Battista GALLEANI

262Dominicain de la province de Rome, consulteur de la congrégation des Indulgences (20 mai 1839).

Telesforo GALLI (1768-1845)

263Né à Rome le 18 janvier 1768, prêtre séculier, chanoine de S. Maria in Cosmedin le 4 décembre 1808, il est nommé le 25 juillet 1818 consulteur de la congrégation des Indulgences dont il devient au cours de la Restauration l’interprète le plus autorisé. Il reçoit pour coadjuteur à S. Maria in Cosmedin le 8 février 1824 Luigi Prinzivalli. Il meurt à Rome le 17 février 1845 et est enseveli dans le cimetière de S. Spirito in Sassia. Il a publié quelques ouvrages : Notizie storiche dell’universale giubileo celebrato nell’anno 1825 (Rome, 1826), Compendio storico della vita del sacerdote romano D. Giuseppe Spada (Rome, 1832) - et procuré l’édition du travail de Giovanni Maria Crescimbeni, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin (Rome, 1845, 2e éd., Naples, 1899). Il a enfin laissé dans les archives de la congrégation des Indulgences (ASV/SCISR varia 16) un important recueil factice de consultations en matière d’indulgences, Vota et annotationes Rvmi Telesphori Galli ex annis 1823-1841 (mss, 147 p.).

264Source : FORCELLA VI, 478. Giovanni Maria CRESCIMBENI, Serie cronologica dei cardinali diaconi, prelati vicarj, arcipreti e canonici dell’insigne basilica di S. Maria in Cosmedin, 2e éd., Naples, 1899, p. 108.

Silvestro GALLONI

265Augustin, maître en théologie, socius du procureur général de l’ordre, consulteur de la congrégation des Indulgences (7 septembre 1824).

Carlo GAMBERINI

266Barnabite, procureur général de son ordre, il est nommé au lendemain de la première restauration examinateur des évêques en théologie (avant le 6 juin 1801), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne réapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Luigi GARDELLINI (1739-1829)

267Né à Rome le 4 août 1739, ordonné prêtre, il est nommé à l’âge de 28 ans par Clément XIII assesseur de la congrégation des Rites et vice-promoteur de la foi (1767). Il est également fait chanoine de la collégiale S. Anastasia et chapelain de Sainte-Marie-Majeure. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Promu au lendemain de la Restauration consulteur des congrégations des Indulgences (3 septembre 1816) et de la Propagande (20 janvier 1819), sa charge est réévaluée par un motu proprio très élogieux de Léon XII (3 mai 1824) ; un coadjuteur lui est adjoint le même jour en la personne d’Andrea Maria Frattini. Pie VIII l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 11 avril 1829). Il meurt à Rome le 8 octobre 1829 et est enseveli à S. Teodoro. Il entreprend à partir de 1807 l’édition des décrets de la congrégation des Rites depuis sa fondation, publiée sous le titre de Decreta authentica congregationis Sacrorum Rituum ex actis ejusdem collecta ejusque auctoritate promulgata (Rome, 1824-1849, 8 vol. en 5 tomes).

268Sources : MORONI, Promotore della Fede, LV (1852), 292-295. PIOLANTI 72. Diario ordinario du 25 novembre 1807, n° 94 (publication des décrets de la congrégation des Rites). Diario di Roma du 28 octobre 1829, n° 86.

Vincenzo GAROFALI (1760-1839)

269Né à Rome le 29 janvier 1760 de Francesco Garofali, onesto e probo cittadino, et Maria Bellisimi, sœur du général des Augustins, il entre à Bologne, le 22 mai 1781, dans la congrégation des chanoines réguliers de Saint-Sauveur du Latran et fait profession religieuse le 19 juin 1782. Devenu procureur général de sa congrégation au lendemain de la première restauration (28 juin 1800), il est fait par Pie VII consulteur de la congrégation des Rites (avant le 10 septembre 1800) ; il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Durant l’occupation napoléonienne de Rome, il se réfugie à Naples auprès des princes Giudice Caracciolo. Au lendemain de la Restauration, il est nommé par Pie VII vicaire général de sa congrégation (7 octobre 1814) et devient encore consulteur des congrégations de la Propagande (17 juillet 1817), du Saint Office (20 janvier 1822) et de l’Index (20 mai 1822) ; il fait successivement office de théologien auprès des cardinaux Guglielmo Pallotta, Giuseppe et Antonio Doria, Innico Caracciolo, Lorenzo Litta, Giuseppe Spina et Bartolomeo Pacca. Il est l’un des promoteurs de la réunion des deux congrégations des chanoines rhénans et du Latran (1823). Devenu abbé de Saint-Pierre-aux-Liens, il est promu par Grégoire XVI évêque in partibus de Laodicée (24 février 1832) et consacré à Rome le 1er avril 1832 par le cardinal Bartolomeo Pacca. Atteint de paralysie le 2 décembre 1837 et s’étant au cours de la même année démis de sa charge de procureur général, il meurt à Rome le 3 février 1839 et est enseveli à Saint-Pierre-aux-Liens.

270Parmi ses publications érudites, on retiendra : ses thèses de théologie, Praepositiones de Spiritu Sancto (Rome, 1779) ; De vita Johannis Chrysostomi Trombellii commentarius (Bologne, 1788 ; 2e éd., Rome, 1831) ; Ordo ad dandam poenitentiam ex insigni rituali codice membranaceo XI. saeculi Bibl. canonicorum regularium s. Salvatoris Bononiae, nunc primum editus (Rome, 1791) ; Breve ragguaglio circa il ch. P. abate D. Prospero Cavalieri, con un catalogo degli uomini illustri della congregazione de’ canonici R.R. del SS. Salvatore e lateranensi (Rome, 1835) ; Illustrazione del codice inedito di Bonizone intitolato Decretum, letta nell’Accademi di religione cattolica (Rome, 1837). Il a enfin augmenté et édité la Biblioteca compendiosa degli uomini illustri della Congregazione de’ canonici regolari del SS. Salvatore lateranesi nelle scienze e belle arti (Velletri, 1836) de son confrère Prospero Cavalieri.

271Sources : HC VII, 230. FORCELLA IV, 96. DE TIPALDO VIII, 471-475. Diario di Roma des 5 février et 2 mars 1839, n° 10 et n° 17. Annibale GAROFALI, Cenni biografici su Mons. D. Vincenzo Garofali, arcivescovo di Laodicea, Rome, 1839, 13 p. Nicola WIDLOECHER, Vincenzo Garofali canonico regolare lateranense, arcivescovo titolare di Laodicea (1760-1839), Rome, 1939, VI-190 p.

Giuseppe GARZIA MALO († 1825)

272Né vers 1735 à Valverde, en Espagne, il est d’abord agrégé au clergé de la cathédrale de Valence. Établi à Rome, il entre au service de la Curie en qualité de camérier secret de Clément XIV puis de Pie VI qui le choisit pour secrétaire d’ambassade ; il l’accompagne le pape durant tout le cours de son son exil de Rome, jusqu’à sa mort à Valence. Promu par Pie VII au lendemain de la première restauration camérier secret (14 mars 1800), prélat domestique (avant le 24 mai 1800) et protonotaire apostolique non participant (avant le 27 août 1800) ainsi que prélat de la congrégation du Concile (avant le 27 juin 1801), il est chargé par le pape d’aller en février 1802 au devant de la dépouille de Pie VI ramenée à Rome par les soins du futur cardinal Spina. Il meurt à Rome le 15 avril 1825, « plus que nonagénaire » (dit son inscription funéraire) et est enseveli dans l’église SS. Vincenzo ed Anastasia.

273Sources : FORCELLA IX, 288. Diario di Roma du 20 avril 1825, n° 31.

Fabrizio GASPARRI (1768-1831)

274Né à Rome en 1768, frère cadet de Pier Maria Gasparri (cf infra), il est également élève des Scolopes et curiale di collegio et remplit les fonctions d’avocat auprès des familles Albani, Strozzi, Pallavicini, Mondragone, Torlonia et Gentili ; il est nommé procureur des douanes (1794). Promu auditeur général de la Trésorerie générale de la Chambre apostolique (1818), il succède à son frère à la charge de secrétaire des Confins (avant le 15 mars 1823) ; il est chargé de missions particulières à la frontière toscane (1825) puis à Comacchio (1827). Léon XII le nomme membre de la Commission de jurisconsultes chargés de la révision du motu proprio du 6 juillet 1816 (9 décembre 1823). Promu commissaire général de la Chambre apostolique (15 décembre 1828), il meurt à Rome le 18 octobre 1831.

275Source : Diario di Roma du 2 novembre 1831, n° 87.

Pier Maria GASPARRI (1762-1823)

276Né à Rome le 26 mars 1762 dans une famille du ceto civile, il poursuit ses études chez les Scolopes. Il devient successivement ajutante di studio de l’avocat du Fisc Benetti, puis de Lorenzo Litta, gouverneur de Norcia ; il participe à la délimitation de la frontière avec le royaume de Naples. Curiale di collegio (3 mai 1801), il est nommé second (1801) puis premier (avant le 19 mars 1806) substitut du commissaire de la Chambre apostolique ainsi que secrétaire des Confins. Il s’éloigne de Rome durant la période de l’occupation napoléonienne. Promu au lendemain de la Restauration commissaire de la Chambre apostolique (avant le 17 août 1814), il est placé à la tête d’une importante mission financière dans les Légations (12 novembre 1815) ; il est de retour à Rome en septembre 1816. Il fait fonction de trésorier de la Chambre apostolique d’octobre 1819 jusqu’aux premiers mois de l’année 1820. Il meurt à Rome le 23 février 1823.

277Source : Diario di Roma des 26 février et 1er mars 1823, n° 16 et n° 17.

Carlo Filippo GAZZOLI († 1847)

278Originaire d’une famille du particiat de Terni, c’est le neveu du cardinal Luigi Gazzoli (1735-1809), auditeur général de la Chambre apostolique, élevé au Sacré Collège par Pie VII le 16 mai 1803, et le frère cadet de Lodovico Gazzoli (1774-1858), élevé au Sacré Collège par Grégoire XVI le 2 juillet 1832 (cf. sopra). Chanoine de S. Maria in Via Lata, élevé à la dignité de camérier secret par Pie VII (avant le 16 juillet 1803), Léon XII le choisit pour secrétaire d’ambassade et camérier secret participant (avant le 4 octobre 1823) puis pour garderobe (avant le 1er août 1827) ; il est substitué dans cette dernière charge à l’avènement de Pie VIII.

Gaudenzio da Coriano : cf. Gaudenzio PATRIGNANI Juan GENIS

279Dominicain, commissaire de l’ordre pour l’Espagne, consulteur de la congrégation de l’Index (22 novembre 1841).

Angelo GIANSANTI (1795-1865)

280Né à Piperno (aujourd’hui Priverno) le 8 septembre 1795, il est promu par Grégoire XVI avocat consistorial (avant le 27 janvier 1846) ; il devient successivement juge du contentieux dans la congrégation camérale de la Chambre apostolique (avant le 13 mars 1847). Élevé par Pie IX au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical aux fonctions de ministre de la Justice (avant le 8 août 1849), il est déchargé de ses fonctions à la suite de la réunion du ministère de la Justice au ministère de l’Intérieur (10 mars 1853) ; il conserve toutefois jusqu’à sa mort le titre de ministre sans portefeuille et se voit immédiatement promu à la charge d’avocat général du Fisc et de la Chambre apostolique (10 mars 1853). Il meurt à Rome le 18 mars 1865 et est enseveli à S. Maria in Via Lata. Il a publié une Dissertatio ad legem duumvirum LIII Codicis de decurionibus, lib.X, tit.XXXI (Rome, 1846).

281Sources : Giornale di Roma des 18 et 21 mars 1865, n° 64 et n° 66.

Domenico GINNASI

282Né à Rome du comte Luigi Ginnasi et de Marianna Macchirelli, il appartient à une famille de la noblesse romaine d’origine bolonaise inscrite sur le Livre d’or du Capitole par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV ; il est le frère du prélat Annibale Ginnasi (1774-1843), mort doyen du tribunal de la Signature de Justice (voir à ce nom pour les origines familiales). Il poursuit ses études au collège Nazareno de Rome. Camérier d’honneur et garde-robe de Pie VI, il est, au lendemain de la première restauration, confirmé dans ses titres et fonctions par Pie VII (avant le 16 avril 1800) et chargé d’aller en février 1802 au devant de la dépouille du pape défunt ramenée à Rome par les soins du futur cardinal Spina. Il est successivement promu échanson (coppiere) de Pie VII (avant le 2 octobre 1822) mais se voit substitué dans ses fonctions à l’avènement de Léon XII (avant le 4 octobre 1823) ; il est le même jour promu prélat domestique (avant le 15 octobre 1823). Son nom disparaît des Notizie après 1828.

283Sources : NAZARENO, 101.

Luigi GINNASI

284Parent du pécédent, camérier secret de Pie VII (avant le 6 mars 1822), il succède à Domenico Ginnasi en qualité de garde-robe et de camérier secret participant (avant le 2 octobre 1822) mais se voit substitué dans ses fonctions à l’avènement de Léon XII (avant le 4 octobre 1823). Il a publié une De cathedra romana sancti Petri principis apostolorum oratio habita in basilica Vaticana (Rome, 1823).

Gioacchino da Boscomare (1798-1849)

285Né le 14 juin 1798, franciscain de l’Observance réformée du couvent romain de S. Pietro in Montorio, lecteur en théologie, postulateur des causes de béatification de son ordre, censeur de l’Académie théologique de la Sapience, pénitencier de la basilique Saint-Pierre du Vatican, secrétaire pendant six années de la province romaine de l’ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (23 juillet 1842). Devenu procureur général de son ordre, Pie IX le fait également consulteur de la congrégation particulière pour la révision des Conciles provinciaux. Il meurt le 24 novembre 1849.

286Source : Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, III, 78, 156 et 205.

Gioacchino da Cipressa

287Franciscain de l’Observance, définiteur général de son ordre, consulteur de la congrégation des Rites (22 décembre 1844).

Gioacchino da Velletri

288Franciscain de l’Observance du couvent de S. Maria in Aracoeli, consulteur de la congrégation des Indulgences (25 juillet 1818).

Pietro GIORGI

289Prêtre séculier, curé de S. Lorenzo ai Monti (avant le 19 mars 1796) puis de S. Tommaso a Cenci alla Regola, il est déporté en Corse pour refus de serment et parvient à s’enfuir en Sardaigne ; il retrouve sa cure au lendemain de la Restauration. Le cardinal-vicaire Della Genga, futur Léon XII, le fait nommer consulteur de la congrégation de l’Index (14 juin 1821).

290Sources : LOBERTI 115 et 121.

Giovanni da Capistrano (1764-1849)

291Dans le siècle Giovanni Teca. Né à Capistrano, dans les Abruzzes, le 11 octobre 1764, il entre dans l’ordre franciscain de l’Observance réformée au couvent de Nazzano le 9 mai 1783 et poursuit ses études au couvent romain de S. Francesco a Ripa. Maître en philosophie (22 janvier 1789) et en théologie, il devient professeur au séminaire de Subiaco (1796). Définiteur puis ministre (1807-1810) de sa province, procureur général (29 mai 1818) puis ministre général (6 juin 1824) de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (4 juin 1818) et de consulteur de la congrégation de la Propagande (9 mai 1820). Il est brisé par l’affaire de l’abbesse de Monte-castrilli qui lui vaut trois années et demi d’emprisonnement. Libéré en mars 1835, il s’établit successivement au couvent S. Paolo de Bologne, S. Bernardino de Borgonuovo, près de Parme, puis à nouveau à Bologne en 1846. Il meurt au couvent S. Paolo di Monte de Bologne le 22 novembre 1849 à l’âge de 85 ans. Il a publié plusieurs ouvrages : Panegirico di Giovanni da Capistrano (Chieti, 1791) ; Il sensibile influsso degli astri convinto di falsità. Dissertazione fisico-critica (Rome, 1796) ; La vergine monaca ed anacoreta s. Chelidonia da Cicoli e l’anacorete monaco b. Lorenzo da Fanello, eroi del secolo xii e xiii nella solitudine dei monti Simbruini (Rome, 1805) ; Il martirio del principe degli apostoli rivendicato alla sua sede sul Gianicolo. Dissertazione critica (Rome, 1809 ; 2e éd., Rome, 1903) ; Suggerimenti ascetici per indirizzo dell’anima alla perfezione colla giunta di tre colloqui a Maria Santissima presentati alle persone de-vote (Rome, 1820) ; Nuova raccolta delle costituzioni generali (Rome, 1827) ; Vi-ta di suor Chiara Isabella Gherzi, monaca clarisse (Assise, 1838 ; Parme, 1840) ; Abbici per i liberali di buona fede (Parme, 1848 ; Rome, 1849) ; La sovranità del popolo, esaminata nel tribunale della Ragione e della Fede (Modène, 1849 ; Rome, 1850).

292Source : Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, I, 588 et III, 24-28, 49, 155 et 220-222.

Giovanni Angelo da Cuneo

293Capucin, consulteur de la congrégation de l’Index (21 juin 1817).

Girolamo Maria GIULIANI († 1815)

294Né à Bagnara (diocèse d’Imola), il entre jeune encore dans le couvent des Servites de Marie d’Imola et poursuit ses études à Bologne, à Pérouse puis à Rome au collège Henri de Gand près du couvent de S. Marcello. Ordonné prêtre en 1760, bachelier (1763) puis maître (1766) en théologie, il est successivement nommé lecteur à Faenza, Montefiano (1769), Borgo S. Sepolcro (1771), Monte-pulciano (1772), Ferrare (1773), Césène (1775) puis fait prieur du couvent romain de S. Marcello (1777) par Pie VI qui l’élève à la charge de confesseur de la Famille pontificale (avant le 24 janvier 1784). Assisté dans ses fonctions par son confrère Filippo Del Pozzo en qualité de coadjuteur, il meurt à Rome au lendemain de la Restauration, le 3 mai 1815.

295Sources : Antonio Maria VICENTINI, Il confessore del S. Palazzo Apostolico e l’ordine dei Servi di Maria, Vicence, 1925, p. 48-49.

Giuseppe da Nemi

296Franciscain de l’Observance, secrétaire de son ordre, consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 1er février 1833).

Giuseppe Maria d’Alessandria, cf. Giuseppe Maria MANISCALCO. Giuseppe Maria da Pescia (1774-1832)

297Dans le siècle Domenico Somigli. Né à Pescia, en Toscane, le 28 avril 1774 de Domenico Somigli et Rosa Vendini, il entre dans l’ordre capucin dont il revêt l’habit à l’âge de 20 ans, le 7 juin 1794, sous le nom de frère Giuseppe Maria da Pescia. Il brigue la succession de son confrère Federico da S. Giovanni in Persiceto, prédicateur apostolique, promis à l’évêché de Bertinoro et Sarsina, et l’obtient de la bienveillance de Pie VII, malgré l’opposition du cardinal protecteur de l’ordre, Alessandro Mattei ; il entre en charge à l’issue de la prédication de l’Avent 1816 (avant le 28 décembre 1816) et devient également examinateur des évêques en théologie (31 mars 1818). Sur son lit de mort (20 avril 1820), le cardinal Mattei fait cependant promettre au général de l’ordre capucin, Mariano d’Alatri, d’obtenir sa démission. Le 13 septembre 1820, le nouveau cardinal protecteur de l’ordre, Agostino Rivarola, lui apprend dans le même temps sa substitution à la charge de prédicateur apostolique par son confrère Lodovico da Frascati (le futur cardinal Micara) et sa nomination en qualité de consulteur du Saint Office. Giuseppe Maria da Pescia s’en va prêcher en Palestine, puis regagne l’Italie où il poursuit une activité de prédicateur de campagne. Il meurt le 6 février 1832.

298Sources : ASV/SS Interni a. 1820, rub. 14 (dossier de substitution). Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apstolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 152-155. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 461.

Giuseppe Maria da Velletri

299Franciscain de l’Observance du couvent romain de S. Maria dell’Aracoeli, consulteur de la congrégation des Indulgences (10 octobre 1838).

Giusto da Camerino RECANATI (1789-1861), cardinal de Pie IX en 1853

300Dans le siècle, Vincenzo Benedetto Giuseppe Recanati. Né à Camerino le 7 août 1789, il entre au couvent capucin de Cingoli le 8 décembre 1803 où il prend le nom de Giusto ; il est ordonné prêtre le 22 février 1812 et doit se séculariser durant l’occupation française. Rentré dans l’ordre capucin au lendemain de la Restauration, religieux du couvent de Fabriano puis lecteur de philosophie et de théologie au couvent de Iesi, il est transféré à Rome pour occuper la fonction de préfet du collège des Missions (30 septembre 1843) et devient définiteur général de son ordre (1844). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Évêques et Réguliers (12 novembre 1843), de la Propagande (8 juin 1844) et du Saint Office (avant le 6 avril 1847). Elevé par Pie IX à la dignité d’évêque de Tripoli (3 juillet 1848), il est consacré le 9 juillet par le cardinal Orioli et fait administrateur apostolique du diocèse de Senigallia (22 août 1848) et évêque assistant au trône pontifical (13 janvier 1852). Cardinal in petto depuis le 15 mars 1852, Pie IX l’élève au sacré Collège le 7 mars 1853 et lui confère le titre cardinalice des XII Apostoli (10 mars 1853). Il meurt à Rome le 17 novembre 1861 et, après des obsèques célébrées aux XII Apostoli en présence du pape, est enseveli à la SS.ma Concezione.

301Source : HC VIII, 185. WEBER II, 510-511. Francesco FIORGENTILI, Cenni biografici del Card. G. Recanati, s.l.n.d., 11 p. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 667.

Pietro Silvestro GLAUDA

302Doctrinaire, vicaire général de son ordre, membre de l’Académie de religion catholique (1838), il est nommé consulteur des congrégations des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834) et du Saint Office (22 février 1835).

303Sources : PIOLANTI 116.

Tommaso GNOLI (1796-1874)

304Né à Ferrare en 1796, il est issu d’une famille inscrite aux patriciats de Ferrare, Finale et Modène. Le comte Tommaso Gnoli est nommé par Pie VII avocat consistorial (novembre 1823) et devient très précocement doyen du collège des avocats consistoriaux (24 avril 1832) et awocato dell’Inclito Popolo Romano (avant le 26 mars 1834), charge rétablie par Grégoire XVI aux termes de la constitution Inter cospicuos de Benoît XIV. Il est membre de l’Académie de religion catholique (16 mai 1839). Il occupe durant près de sept années les fonctions de substitut de l’avocat des pauvres Filippo Baffi (Notizie de 1843) jusqu’à sa démission (avant le 22 juillet 1850). Il meurt à Rome le 26 janvier 1874.

305Il a édité les Rime e vite del fu Giuseppe Rangone di Laura ed altri Gnoli (Rome, 1841) et publié des Poesie del conte Tommaso Gnoli (Rome, 1837), un traité Della origine, utilità ed ufficj dei confratelli della morte in Ferrara (Rome, 1840) et des Amori cristiani esposti in sonnetti per le nozze Antonelli-Folchi (Rome, 1846).

306Sources : Osservatore romano du 27 janvier 1874, n° 21. PIOLANTI 118.

Gioacchino GORIROSSI († 1831)

307Né vers 1750, ajutante di studio des commissaires de la Chambre apostolique Bernetti et Buferli, auditeur des cardinaux Pallotta et Ruffo, il participe aux négociations du traité de Tolentino (1797) et reçoit la dignité de comte palatin ; il prend part également à Paris durant l’Empire à la solution du différend patrimonial qui oppose les familles Sciarra et Barberini. Devenu archiviste de la Chambre apostolique, il est promu par Léon XII avocat consistorial (3 janvier 1829). Il meurt à Rome âgé de plus de quatre-vingt-ans le 23 novembre 1831.

308Source : Diario di Roma du 21 décembre 1831, n° 100.

Luigi GRATI (1763-1849)

309Dans le siècle Pietro Angelo Luigi Pacifico Grati. Né à Falconara (diocèse d’Ancône) le 26 février 1763, il entre dans l’ordre des Servites de Marie sous le nom de Luigi. Ordonné prêtre le 19 décembre 1789, il devient en 1794 maître en théologie, enseigne successivement dans divers couvents de son ordre et prêche à Bologne et à Florence entre 1816 et 1826. Devenu prieur du couvent romain de S. Marcello (1815-1819), il entre au service de la Curie en qualité de relateur (Notizie de 1818) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (27 décembre 1825). Promu par Léon XII évêque in partibus de Callinicum (15 décembre 1828), il est consacré à Rome le 28 décembre par le cardinal Falzacappa et fait par Pie VIII évêque assistant au trône pontifical (18 septembre 1829) ; il exerce de 1829 à 1833 les fonctions de vicaire et de visiteur apostolique du diocèse de Terracine, Sezze et Priverno. De retour à Rome, il est successivement élu vicaire général puis prieur général (6 juin 1835) de son ordre ; il est nommé par Grégoire XVI consulteur des congrégations du Saint Office (14 janvier 1834) et de Lorette (24 février 1838). Il meurt à Rome le 11 février 1849.

310Sources : HC VII 127. Giornale di Roma du 9 janvier 1850 (nécrologie de l’année 1849). Series chronologica priorum generalium Ordini Servorum B.M.C. a suo institutore ad haec usque tempus, Rome, 1893, XLVI. Gabriele Maria ROSCHINI, Galleria Servitana, Rome, 1976, p. 532.

Giuseppe Maria GRAZIOSI (1793-1847)

311Né à Rome le 2 mars 1793 de Niccola Graziosi, esattore des princes Doria, et de Clementina Coturri, il poursuit ses études au Séminaire romain (18051814) où il reçoit l’enseignement d’Ignazio De Rossi et du futur cardinal Caprano ; il devient docteur en théologie et philosophie (4 septembre 1814). Ordonné prêtre, il assume pendant quelque temps les fonctions de chapelain de la Chapelle Borghese. Chanoine de S. Maria in Trastevere, professeur de philosophie au Collège romain (1823-1824), puis professeur de Lieux théologiques au Séminaire romain de S. Apollinare (1824-1831), recteur du collège de la Propagande, minutante de la congrégation de la Propagande (1833-1839), membre du Collège théologique de l’université de la Sapience, théologue de la Daterie apostolique, examinateur du clergé romain, collaborateur des Annali delle scienze religiose d’Antonino De Luca, il est parmi les principaux protagonistes de la vie religieuse de la Rome du premier xixe siècle et fort lié à Marco Mastrofini. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (5 février 1836) et des Indulgences (2 mai 1847) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (16 mai 1839). Pie IX, avec lequel il a de fréquents entretiens à l’aube de son pontificat, le fait chanoine de Saint-Jean du Latran. Il meurt à Rome le 22 août 1847 et est enseveli, après des obsèques triomphales à S. Maria in Aquiro, dans la basilique Saint-Jean du Latran.

312Sources : PIOLANTI 119. Diario di Roma du 24 août 1847, n° 68. Notizie del giorno du 26 août 1847, n° 34. Gioacchino VENTURA, Lo specchio dei sacerdoti, ovvero Elogio funebre di D. Giuseppe M. Graziosi, Rome, 1847, 70 p. Francesco FABI mOntANI, Elogio del canonico Giuseppe Maria Graziosi, romano, professore di teologia, Rome, 1847, 16 p. Luigi RIZZO, Elogio funebre del canonico Giuseppe Maria Graziosi, Rome, 1847, 13 p. et Onori funebri alla memoria di Giuseppe Maria Grazionsi, Rome, 1847, 14 p. Stefano CICCOLINI, Biografia del canonico Giuseppe Maria Graziosi, Rome, 1847, 24 p. Antonio PIOLANTI, Pio IX e la rinascita del tomismo, Rome, 1974, p. 10-15.

Gregor Ivanovitch Ulrich

313Franciscain de l’Observance, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 9 septembre 1801), charge qu’il occupe à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Giacinto GUALERNI († 1863)

314Né à Recanati vers 1785, franciscain conventuel, régent du collége S. Bonaventura de Rome, examinateur du clergé romain, censeur de l’Académie théologique, membre de l’Académie de religion catholique, il entre au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (5 juillet 1839). Élu ministre général de son ordre (1851), il meurt à Rome en 1863. Il a publié un discours intitulé Non pub meglio promuoversi il vero progresso della civile società che colla morale della religione (Rome, 1848).

315Sources : PIOLANTI 112. D.M. SPARACIO, Seraphici D. Bonaventurae Ordinis Minoris Conventus de Urbe Collegii a Sixto V fundati synopsis historica, Rome, 1923, p. 46-47.

Luigi GUARINI

316Théatin, préposé du couvent de S. Paolo Maggiore de Naples, il est élu général de son ordre (avant le 15 juin 1839) et entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Évêques et Réguliers (8 juillet 1839) et de la Propagande (8 juillet 1839).

Filippo GUIDI († 1817)

317Prêtre séculier, il est nommé au lendemain de la Restauration consulteur des congrégations du Saint Office (3 juillet 1814) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814). Il accompagne le cardinal Diego Innico Caracciolo à Naples pour l’assister durant les négociations relatives au nouveau concordat et meurt dans cette ville le 25 juillet 1817.

318Sources : PÁSZTOR (AEE), 208.

Michele GUIDOTTI

319Chanoine régulier de la congrégation de Saint-Sauveur du Latran, lecteur émérite de théologie, il est nommé relateur (avant le 14 mai 1817) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index. Il a publié un Discorso teologico-filosofico intorno al mistero della SS. Trinità contro quegl’increduli, i quali osano assarirlo repugnante all’umana ragione (Rome, 2e éd., 1816).

Francesco HERNANDEZ

320Trinitaire, procureur général de son ordre, consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 19 septembre 1796) à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Ignazio da Rovereto (1801-1847)

321Dans le siècle Ignazio Signorini. Né à Rome en 1801, il entre à l’âge de 19 ans dans l’ordre capucin ; il est ordonné prêtre à l’âge de 22 ans par l’évêque de Brescia. Lecteur et prédicateur durant dix-neuf années à Crémone, Brescia, Trente, Pavie, Gorizia, Rome, Palerme et Ravenne, il devient provincial de son ordre puis est promu par Grégoire XVI prédicateur apostolique (avant le 20 novembre 1845). Devenu procureur général de son ordre, il est fait également consulteur de la congrégation des Rites (24 janvier 1846). Il meurt à Rome le 21 avril 1847.

322Sources : Diario di Roma du 24 avril 1847, n° 33. Luigi da Trento, Notizie biografiche sul P. Ignazio Signorini da Rovereto, predicatore apostolico, Rome, 1847. Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apostolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 162-165. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 462.

Jacopo Maria ILARI (1739-1821)

323Minime, lecteur de philosophie au Collegio Urbano de la Propagande depuis 1782, puis de théologie dogmatique à partir de 1792, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 19 août 1801) puis, au lendemain de la Restauration, consulteur de la Propagande (4 juillet 1818) alors qu’il est devenu (juin 1817) général de l’ordre des frères minimes de Saint François de Paule (le poste de consulteur a été attribué à l’ordre par Clément XIII depuis 1763). Il obtient un coadjuteur cum futura successione en la personne de Cipriano Vitale (14 novembre 1818) et meurt à Rome à l’âge de 82 ans le 6 mai 1821.

324Sources : Pro memoria (ASV/SS Interni, a. 1816, rub. 14). Diario di Roma du 9 mai 1821, n° 37.

Ilario da Montemagno

325Franciscain de l’Observance réformée, il est nommé examinateur des évêques en théologie (Notizie de 1801), charge qu’il occupe encore à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne réapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Illuminato da Alessandria

326Franciscain de l’Observance, provincial de son ordre, consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1806).

Innocenzo da Vico († 1847)

327Capucin, vicaire de S. Bonaventura alla Polveriera, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Indulgences (17 mai 1834) ; il devient président du collège des pénitenciers de Saint-Jean du Latran (1837). Il meurt le 24 janvier 1847.

328Source : Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, III, 156 et 177.

Filippo INVERNIZZI († 1832)

329Né à Rome, il poursuit des études de droit, puis une carrière d’avocat. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Au lendemain de la Restauration, il fait office de juge au sein du tribunal provisoire qui assume les prérogatives du tribunal de la Signature de Justice (du 22 mai au 24 octobre 1814). Il est successivement nommé avocat consistorial (12 juillet 1814) puis avocat des pauvres (19 juillet 1814) et enfin procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique (avant le 19 avril 1820), charge qu’il occupe jusqu’à son départ à la retraite. À la suite de la tentative d’assassinat dont est victime le 23 juillet 1826 le cardinal-légat Agostino Rivarola, dans laquelle périt un membre de sa suite, le chanoine Muti, il préside à Ravenne une commission d’enquête (22 août 1826) qui se conclut le 26 avril 1828 par cinq condamnations à mort suivies d’exécution (le 13 mai à Ravenne). Admis à la retraite (avant le 5 novembre 1831), il meurt à Rome, « plein de mérites et d’années », le 24 avril 1832.

330Filippo Invernizzi a laissé un cours de droit, De publicis et criminalibus judicis libri tres (Rome, 1787), ainsi que plusieurs dissertations juridiques : De rebus gestis Justiniani Magni (Rome, 1783) ; De fraenis eorumque generibus et partibus apud veteres Diatriba (Rome, 1785) ; Dissertatio ad legem omnia privilegia XXXV Cod. de episcopis... monachis, sive De utilitate et necessitate ordinum religiosorum (Rome, 1815). S’agit-il d’un cas d’homonymie parfaite (car la bibliographie romaine n’en fait jamais état) ? Un Filippo Invernizzi a procuré une édition critique d’Aristophane, Aristophanis Comoediae (Leipzig, Weid-mann, 1794-1826, 16 vol.)

331Sources : Invernizzi (commissione), dans DRN I (1931), 520 (Michele Rosi). PIOLANTI 72. Diario di Roma du 28 avril 1832, n° 34. FORCELLA IX, 387 (tombe de sa fille Agnese, décédée en 1854 à l’âge de 53 ans, à SS. Vincenzo ed Anastasio a Trevi).

Francesco Ferdinando JABALOT (1780-1834)

332Né à Parme en 1780 d’une famille d’origine française (onesti e ben agiati cittadini) au service de la Cour, il entre dans l’ordre dominicain au couvent de Faenza, puis poursuit ses études à Forli et à Parme. Il conduit ensuite une carrière de prédicateur à travers l’Italie et prêche devant les cours de Turin et de Florence ainsi qu’à Rome, Naples, Gênes, Venise, Milan et Pise. Appelé à Rome, il occupe successivement dans l’ordre dominicain les fonctions de procureur général (1827), de provicaire (4 février 1831) puis de maître général (18 juin 1832) de l’Ordre. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1er septembre 1828), de l’Index (9 juin 1829) et des Indulgences (20 mai 1833) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (16 septembre 1828) ; il est encore membre de l’Académie Tibérine (24 avril 1826) ainsi que de l’Arcadie sous le nom d’Eulogio Argiro. Il meurt d’apoplexie à Rome le 9 mars 1834. Il a publié l’ultime apologie du Ghetto de Rome sous le titre : Degli Ebrei nel loro rapporto colle nazioni cristiane (Rome, 1825).

333Sources : MORTIER, 472-474. PÁSZTOR (AEE), 210. Diario di Roma du 12 mars 1834, n° 20. Antonio di San Remo, Elogio funebre alla memoria del reverendissimo padre Francesco Ferdinando Jabalot, maestro generale dell’Ordine de’ Predicatori, Rome, 1834, 27 p. Pietro BANDINI, Elogio funebre al reverendissimo padre maestro Ferdinando Jabalot, generale dell’ordine de’ Pre-dicatori, San Miniato, 1834, 26 p. Maurizio Benedetto OLIVIERI, Elogio del P. Francesco Ferdinando Jabalot, maestro generale dell’Ordine de’ Predicatori, dans Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, VII, 1836, p. 531-540. Daniel Antoine MORTIER, Histoire des maîtres généraux de l’ordre des Frères Prêcheurs, Paris, 1903-1924, 7 vol., VII, p. 472-474.

Emidio JACOPINI (1783-1839)

334Clerc régulier mineur caracciolino, curé de SS. Vincenzo e Anastasio, professeur d’éthique à l’université de la Sapience, membre de l’Académie de religion catholique (30 janvier 1818), il est nommé consulteur des congrégations de la Propagande (25 novembre 1828) et de l’Index (10 juin 1837), examinateur des évêques en théologie (14 janvier 1834). Grégoire XVI le fait vicaire général de son ordre (avant le 2 mai 1837). Il meurt à Rome à l’âge de 56 ans dans la nuit du 15 au 16 novembre 1839 et est enseveli à S. Lorenzo in Lucina. Il a publié une Ethica seu Moralis philosophia (Rome, 1833, 2 vol.), un traité Il sacro celibato riguardato sotto l’aspetto religioso e politico (Rome, 1833) et un essai Sul-l’opera del Trionfo della Santa Sede e della Chiesa di D. Mauro Cappellari... ora Gregorio XVI (Rome, 1833).

335Sources : Diario di Roma du 19 novembre 1839, n° 92. PIOLANTI 100.

Luigi JANNONI

336Prêtre séculier, il entre au service de la Curie en qualité de canoniste (18341838), garde des sceaux (1838-1839) puis correcteur (1839-1848) de la Pénitencerie apostolique ; il est également nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (25 juillet 1834).

Luigi JONNI

337Augustin, consulteur de la congrégation des Rites (avant le 24 juin 1797).

Antoine KOHLMANN (1771-1836)

338Né à Kaysersberg (Alsace) le 13 juillet 1771, entré dans l’ordre des Pères de la Foi, il rejoint la Compagnie de Jésus à Dunabourg le 21 janvier 1805. Envoyé durant quinze années aux États-Unis d’Amérique, il remplit successivement les fonctions de maître des novices, de supérieur puis de recteur de l’établissement jésuite de Georgetown, dans le Maryland. De retour en Europe, il est nommé professeur de théologie au Collège romain. Estimé du pape Léon XII, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (17 juin 1826) et des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834) et publie les actes du synode de Transylvanie ; Grégoire XVI le nomme qualificateur du Saint-Office. Il œuvre à la conversion du futur oratorien et archiviste du Saint Siège Augustin Theiner durant la Semaine sainte 1833. Il meurt à Rome le 10 avril 1836. Son frère aîné Paul Kohlmann (1766-1838) entre également dans la Compagnie de Jésus en 1814.

339Sources : SOMMERVOGEL IV, 1162-1164. PÁSZTOR (AEE), 210. Augustin THEINER, Necrologia del padre Antonio Kohlmann della Compagnia di Gesù, dans Annali delle scienze religiose, II, 1836, p. 466-473. Wilfrid J. PARSONS, Father Anthony Kohlmann S. I. (1771-1824), dans Catholic Historical Review, IV, 1918-1919, p. 38-51. Jules JOAchim, Au berceau de la Compagnie de Jésus renaissante. Le Père Antoine Kohlmann S. I., Père de la Foi, missionnaire aux Etats-Unis, professeur au Collège Romain, 1771-1836, Paris, 1938, 182 p. Thomas F. CASEY, The Second Congregation of Propaganda Fide and the Revision of the First Provincial Council of Baltimore (1829-1830), Rome, 1957, XVI-232 p. (p. 172-178 pour le votum du P.Kohlmann). Herman H. SCHWEDT, Augustin Theiner und Pius IX, dans Romische Kurie, Kirchliche Finanzen, Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Rome, 1979, II, p. 826.

Augustin de LA CROIX

340Jésuite, consulteur de la congrégation de l’Index (26 avril 1838).

Gabriele LAUREANI (1788-1849)

341Né à Rome le 14 septembre 1788 du médecin Francesco Antonio Laureani, originaire de Nicotera (Calabre), et de Rosa Antonini, romaine, il poursuit ses études au Séminaire romain où il est l’élève d’Ignazio De Rossi ; il est ordonné prêtre et devient professeur de littérature grecque et de rhétorique au Collège romain ainsi que Custode général de l’Arcadie (1820) sous le nom de Filandro Geronteo. Grégoire XVI le nomme successivement second (19 octobre 1831) puis premier (12 février 1838) custode de la Bibliothèque Vaticane ; il le revêt de la dignité de prélat domestique (1838) puis le fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (1844). Il est encore vice-custode (mai 1824) puis custode général de l’Arcadie (avant le 28 juin 1828) et membre honoraire de l’Académie romaine d’archéologie (19 avril 1838). Il acquiert en avril 1840 pour la Bibliothèque Vaticane les papiers de l’abbé Cancellieri ; il est fait chanoine de Saint-Pierre du Vatican (2 février 1844) et devient membre de l’Académie de religion catholique (20 juin 1844). Consulteur de la congrégation de l’Index (22 novembre 1843), il est nommé par Pie IX membre du Haut Conseil (Alto Consiglio) de l’État pontifical le 13 mai 1848. Il refuse en 1849 de prêter serment à la République Romaine en soutenant que la Bibliothèque Vaticane appartient au pape comme évêque de Rome et non pas comme souverain. Il meurt à Rome le 14 octobre 1849. On a publié après sa mort un recueil de Viri clarissimi Gabrielis Laureani Orationes, carmina et inscriptiones (Rome, 1855).

342Sources : GRIMALDI XIX, ff. 71r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. Giornale di Roma du 17 octobre 1849, n° 86, et du 20 octobre, n° 89, nécrologie de Felice Giannelli. GRIMALDI XIX, ff. 62r, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti. BIGNAMI ODIER 216 et 341. PIOLANTI 128. PIETRANGELI 79. Giuseppe SPEZI, Elogio di monsignor Gabriele Laureani, Rome, 1852, 26 p. Francesco FABI MONTANI, Elogio storico di Monsignor Gabriele Laureani, Rome, 2e éd., 1856, 19 p. Giovanni Battista BRANCALEONI CASTELLANI, G. Laureani laudatio funebris, Rome, 1861. Isidoro CARINI, L’Arcadia dal 1690 al 1890, Rome, 1891, ad indicem. Isidoro CARINI, La Biblioteca Vaticana proprietà della Sede Apostolica. Memoria storica, Rome, 18932, p. 150-151. Nello VIAN, Un giuramento mancato alla Repubblica Romana del 1849, dans Strenna dei romanisti, LX, 1999, p. 587-599.

Johann Theodor LAURENT (1804-1884)

343Né à Aix-la-Chapelle le 6 juillet 1804, il poursuit ses études au grand séminaire de Liège et est ordonné prêtre le 14 mars 1829 ; docteur en théologie, il est d’abord prêtre de paroisse dans le diocèse de Liège. Promu le 17 septembre 1839 évêque in partibus de Chersonèse, il est consacré à Liège le 27 décembre et fait évêque assistant au trône pontifical le 14 juillet 1840 ; il devient à Rome membre de l’Académie de religion catholique (26 février 1841) et entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (12 avril 1841). Nommé vicaire apostolique du grand-duché de Luxembourg par décret de la congrégation de la Propagande en date du 19 décembre 1841, il est confirmé dans ses fonctions par Grégoire XVI le 25 février 1842. Par suite de difficultés avec le gouvernement luxembourgeois du fait de son intransigeance, il doit quitter Luxembourg le 1er mai 1848 et se retirer à Aix-la-Chapelle ; il démissionne de son vicariat apostolique de Luxembourg le 28 juillet 1856 et une tentative de le nommer vicaire apostolique de Hambourg et des villes hanséatiques n’aboutit pas. Il participe activement dans les années 1860 aux polémiques contre Doellinger. Il meurt à Simpelveld le 20 février 1884. Parmi ses publications, on retiendra : Jesus Christus, die Wahrheit, der Weg und das Leben (Cologne-Neuss, 1850) ; Grössere Katechismus der Römisch-Katholischen Religion für das apostolische Vikariat Luxemburg (Luxembourg, 1860).

344Sources : HC VII, 148. PIOLANTI 122. Georges HELLINGHAUSEN, Kampf um die Apostolischen Vikare des Nordens J.Th. Laurent und C.A. Lupke. Der Hl. Stuhl und die protestantischen Staaten Norddeutschlands und Danemark um 1840, Rome, 1987, XXIII-364 p. Georges HELLINGHAUSEN, Bischof Laurent und die Wiederbelebung der Oktave, dans Nos cahiers (Luxembourg), 1997, p. 9-40.

Lorenzo LAURI

345Prêtre séculier, recteur du Séminaire romain, consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1789).

Giovanni LAVIOSA

346Né à Palerme vers 1787, théatin, général de son ordre (18 février 1830) puis visiteur de la province de Sicile (3 mai 1833), il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Indulgences (7 septembre 1833). Il a livré à la publication une Allocuzione agli studenti della R. Università di Palermo (Palerme, 1856).

Alessandro LAZZARINI (1765-1836)

347Né à Rome le 2 juillet 1765 d’une famille originaire de Prato, chanoine de S. Maria in Trastevere (1793), il est professeur de droit et d’éthique puis de liturgie (14 septembre 1795) à l’université Grégorienne. Entré dès le pontificat de Pie VI au service de la Curie en qualité de maître des cérémonies pontificales surnuméraire (avant le 25 avril 1795), il devient successivement maître puis préfet et enfin préfet émérite des cérémonies pontificales ainsi que protonotaire apostolique ; il est membre fondateur de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il enseigne également au Collège et Séminaire romains et occupe les fonctions de bibliothècaire de la Corsiniana (1813). Pie VII le nomme au lendemain de la Restauration consulteur de la congrégation de l’Index (7 août 1816). Grégoire XVI le revêt enfin des dignités de prélat domestique (avant le 6 février 1833) et de protonotaire apostolique (avant le 28 mai 1834). Membre de l’Académie d’Arcadie, membre honoraire de l’Académie romaine d’archéologie (20 mars 1823), il meurt à Rome le 31 janvier 1836 et est enseveli à S. Maria in Trastevere. Il lègue sa riche bibliothèque à la ville de Prato (bibliothèque Rocioniana).

348Il a publié plusieurs ouvrages : Il trionfo (Rome, 1774) ; Relazione storica della solenne traslatione delli sagri corpi di s. Bartolomeo apostolo, delli ss.martiri Adalberto vescovo, Esuperanzio e Marcello, di s. Paolino vescovo di Nola... dalla basilica di S. Maria in Trastevere alla basilica di S. Bartolomeo nell’Isola del Tevere... alle 24 agosto 1800 (Rome, 1800) ; Jus publicum universum (Rome, 1809-1816, 3 vol. ; 2e éd., Rome, 1816, 3 vol.) ; De vario tintinnabu-lorum usu apud veteres hebraeos et ethnicos (Rome, 1822, 2 vol.) et Sull’anti-chità dell’uso della lettera R in Roma. Dissertazione (Rome, 1823).

349Sources : Diario di Roma du 8 août 1837, n° 63. FORCELLA II, 374. Notizie delle adunanze ordinarie e straordinarie, dans Dissertazioni della P. Accademia Romana di Archeologia, VIII, 1838, p. II-III. PIOLANTI 73 et passim. PIETRANGELI 80.

Francesco LEGGERI († 1845)

350Procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique (Notizie de 1827), il occupe ces fonctions jusqu’à son décès, intervenu à Rome le 5 mai 1845 ; après des obsèques à S. Maria Maddalena, il est enseveli à S. Pietro in Montorio.

351Sources : Diario di Roma du 10 mai 1845, n° 37.

Pietro LEONARDI († 1846)

352Promu par Grégoire XVI avocat consistorial (13 septembre 1838), le comte Pietro Leonardi occupe à titre provisoire les fonctions d’auditeur de Sa Sainteté (24 octobre 1840) durant plus de cinq mois jusqu’à la nomination de Prospero Caterini (1er mars 1841). Il meurt à Rome dans le cours du mois de janvier 1846.

353Sources : Diario di Roma du 27 janvier 1846, n° 8.

Malachia LEONI

354Cistercien, lecteur de théologie au monastère de S. Bernardo alle Terme Diocleziane, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 4 juillet 1807).

Antonio LIGI BUSSI (1799-1862)

355Né à Urbino le 6 décembre 1799, il entre dans l’ordre des franciscains conventuels ; il est ordonné prêtre à Iesi le 26 décembre 1825 et devient curé coadjuteur de l’église des XII Apostoli (1831). Maître en théologie du collège de S. Bonaventura de Rome, il y est nommé lecteur en droit canon (5 juin 1837). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (12 avril 1842). Nommé vicegérent du Vicariat de Rome (7 janvier 1851), il est promu par Pie IX le 17 février 1851 archevêque in partibus d’Ecône et consacré à Rome le 23 février par le cardinal vicaire Patrizi. Il est fait encore consulteur des congrégations du Saint Office et des Indulgences et devient membre de l’Académie de religion catholique (20 février 1852). Il meurt en charge à Rome le 9 septembre 1862 et est enseveli aux XII Apostoli.

356Sources : HC VIII, 318. DEL RE (Vicegerente) 73. PIOLANTI 265. Giornale di Roma du 10 septembre 1862, n° 206. Pietro CIPRIANI, Elogio di Mons. Antonio Ligi Bussi, arcivescovo d’Iconio, vicegerente di Roma, Velletri, 1864, 36 p.

Lodovico da Frascati, cf. cardinal Lodovico MICARA. Domenico Maria LO JACONO (1786-1860)

357Né à Siculiana (diocèse d’Agrigente) le 14 mars 1786, il entre dans l’ordre théatin et est ordonné prêtre le 22 juillet 1810. Devenu procureur général de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (avant le 23 avril 1831) et des Évêques et Réguliers (6 février 1840) ainsi que d’examinateur des évêques en théologie (23 juin 1837) ; il est également nommé examinateur du clergé romain (avant le 18 mars 1831). Promu général de l’ordre théatin (avant le 25 juin 1842), il renonce à sa charge de consulteur de l’Index. Présenté par le roi Ferdinand II pour le siège d’Agrigente le 20 mai 1844, il est préconisé par Rome le 17 juin, consacré à Rome par le cardinal Ostini le 30 juin et fait évêque assistant au trône pontifical le 6 août. Il meurt sur le siège d’Agrigente le 24 mars 1860.

358Il laisse plusieurs publications, dont des Elementi di fisica sperimentale ad uso delle scuole private (Rome, 1832, 2 vol.), un traité Lo spirito della Chiesa (s.l., 1834), une Orazione recitata nel duomo della città d’Orvieto l’anno 1842... intorno al sacro Corporale che ivi si venera (Orvieto, 1842) et une Esercizio devoto per tutto un mese, per le novene o domeniche, primi venerdi d’ogni mese, o per tutti i venerdi dell’anno in onore del Sacro Cuore di Gesù Cristo (Rome, s.d.).

359Sources : HC VII, 63.

Bonaventura LOLLI

360Franciscain conventuel, il est successivement provincial, procureur général et définiteur général de son ordre. Il entre au service de la Curie en qualité de qualificateur du Saint Office (avant le 31 mars 1824) et de consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 28 septembre 1833).

Lorenzo da Camerata, cf. Lorenzo SERAFINI. Lorenzo da Jenne (1780-1822)

361Né à Jenne le 20 mai 1780, il fait profession dans l’ordre franciscain de l’Observance réformée au couvent de Nazzano (19 décembre 1796). Religieux du couvent romain de S. Francesco a Ripa, lecteur en théologie, secrétaire général du procureur général de l’ordre, il exerce à Rome des activités de prédicateur populaire et de catéchiste. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Indulgences (1er décembre 1817). Il meurt à Castel Gandolfo le 24 septembre 1822. Il a publié un Ristretto della vita, gesta e prodigj del glorioso s. Lodovico vescovo di Tolosa, compilato ad istanze de’ suoi divoti (Rome, 1817).

362Source : Benedetto SPILA da Subiaco, Memorie storiche della Provincia riformata romana, Rome, 1890-1896, 3 volumes, III, 155.

Luca da Roma († 1834)

363Dans le siècle Francesco Luca Monti. Capucin, gardien de S. Bonaventura alla Polveriera, consulteur de la congrégation des Indulgences (21 décembre 1826), il a publié un Breve compendio della vita, virtù e miracoli del beato padre Tommaso da Cori (Rome, 1786).

364Sources : ASR/SSI a. 1834, rub. 14 (mention de son décès).

Luigi da Bagnaia (1776-1845)

365Dans le siècle Pietro Paolo Petroni. Né à Bagnaia (diocèse de Viterbe) en 1776 de Giuseppe Petroni et Rosa Aliquanti, il entre en 1795 dans l’ordre capucin. Prédicateur à la cour de Naples et successivement provincial de la province capucine de Rome, définiteur général, procureur et commissaire général puis vicaire général de son ordre, il est appelé à Rome par Grégoire XVI ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (1838) et examinateur du clergé romain (avant le 8 janvier 1839). Promu prédicateur apostolique (1840), il encore nommé consulteur de la congrégation des Rites (9 janvier 1841). Fait ministre général de son ordre par bref pontifical en date du 7 septembre 1844, il meurt un an plus tard à Viterbe le 14 octobre 1845. Il a publié un Panegirico di santa Catterina da Bologna (Bologne, 1821).

366Sources : Diario di Roma du 18 octobre 1845, n° 83 et du 2 décembre 1845, n° 96. PIOLANTI 117. Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apstolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 160-162. Corrado da Alatri, P. Luigi da Bagnaia, generale dei FF.MM. Cappuccini, dans L’Italia francescana, XX, 1945, p. 137151. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 461-462.

Luigi da Bologna

367Capucin, il est nommé par Léon XII consulteur de la congrégation des Indulgences (11 février 1824).

Luigi da Loreto

368Franciscain de l’Observance réformée, ministre général de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (17 août 1841) et du Saint Office (28 août 1844). Il est membre de l’Académie de religion catholique (6 avril 1845).

369Source : PIOLANTI 129.

Luigi da Lucca

370Franciscain de l’Observance, consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834).

Vincenzo MALATESTA

371Prêtre séculier, curé de S. Lorenzo a Monti, il est successivement nommé par Pie VII consulteur des congrégations des Indulgences (14 juin 1821) et de l’Index (20 mai 1822).

Raimondo MANCINI

372Religieux de la congrégation du bienheureux Pierre de Pise, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1790), poste qu’il occupe encore au lendemain de la Restauration.

Giovanni Battista MANCURTI DEL CARRETTO († 1822)

373Nommé à Venise au printemps 1800 grand échanson (coppiere) de Pie VII, il accompagne le pape durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805). Rétabli dans ses fonctions au lendemain de la Restauration, il meurt à Rome avant le 2 octobre 1822.

374Source : Diario di Roma du 2 octobre 1822, n° 79.

Giuseppe Maria MANISCALCO (1783-1855)

375Né à Alessandria della Rocca (diocèse d’Agrigente), en Sicile, le 2 juin 1783, il entre dans l’ordre franciscain de l’Observance sous le nom de frère Giuseppe Maria d’Alessandria ; il devient docteur en théologie et est ordonné prêtre le 7 juin 1807. Successivement examinateur pro-synodal du diocèse de Palerme, définiteur général, puis provincial et enfin vicaire général (jusqu’en 1838) de son ordre, il se transfère à Rome où il est bientôt nommé par bref de Grégoire XVI en date du 13 mars 1838 ministre général des franciscains de l’Observance. Il entre dans le même temps au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de la Propagande (20 novembre 1833), des Rites (25 novembre 1837) et du Saint Office (avant le 18 mars 1839) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (avant le 10 août 1836). Présenté par le roi de Sicile Ferdi- nand II pour le diocèse d’Avellino et Frigento le 20 mai 1844, il est préconisé par Rome le 17 juin, consacré par le cardinal Lambruschini le 23 juin et fait le 12 juillet évêque assistant au trône pontifical. Transféré sur le siège de Caltagi- rone le 7 avril 1854, il y meurt l’année suivante, le 7 avril 1855. Il a publié un discours A Gregorio XVI... che visita il tempio di S. Maria degli Angeli (Foligno, 1841) et des Regole per le monache Clarisse appianate (Rome, 1842).

376Sources : HC VII, 99. Giornale di Roma du 25 avril 1854, n° 94. Salvatore D’AMICO, Elogio funebre di monsignor Giuseppe Maria Maniscalco, Palerme, 1855, 28 p.

Luigi MARIANI

377Servite, consulteur de la congrégation des Indulgences (11 février 1824).

Mariano d’Alatri (1756-1821)

378Capucin, il est successivement définiteur, provincial, procureur, commissaire puis vicaire général de son ordre ; il est nommé par Pie VI consulteur de la congrégation des Rites (Notizie de 1794), Arrêté par les autorités françaises d’occupation le 12 juin 1809, il est enfermé au Château-Saint-Ange jusqu’au 2 juillet ; son ordre est supprimé par les décrets du 7 mai et 1er juin 1810. Au lendemain de la Restauration, il est à nouveau nommé vicaire général (30 septembre 1814) et procède à la restauration de l’ordre. Il abandonne sa charge de vicaire général le 13 mars 1818 et meurt à Rome à l’âge de 65 ans le 19 septembre 1821.

379Sources : Diario di Roma des 22 septembre et 6 octobre 1821, n° 76 et 80. Filippo da Cagliari, Cenni biografici del P. Mariano da Alatri, vicario generale dell’ordine dei FF.MM. Capp., dans l’Italia francescana, XVIII, 1943, p. 54-76, 96-113. Lorenzo da Saltino, Particolari della morte del P. Mariano da Alatri de-sunti da una memoria inedita, dans L’Italia francescana, XXIV, 1949, p. 114118. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, passim (portrait fig. 2, p. 17).

Antonio Maria MARIOTTI

380Franciscain conventuel, consulteur de la congrégation des Indulgences (9 juillet 1827). Il a publié une Canzone per l’offerta del cuore alla Beata Vergine Maria (Rome, 1842).

Giovanni Battista MARROCU (1805-1867)

381Né à Iglesias (Sardaigne) en 1805, il fait profession en 1823 dans l’ordre franciscain conventuel. Il enseigne la théologie dans divers couvents de l’ordre et devient professeur de théologie sacramentaire à l’Arciginnasio de la Sapience ; il sera successivement procureur général de son ordre. Il est membre de l’Académie de religion catholique (16 mai 1839) ainsi que du Collège théologique de l’Université de Rome. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de la Propagande (12 mars 1842), des Évêques et Réguliers (3 décembre 1842), de l’Index, des Indulgences (été 1852) et du Saint Office (19 octobre 1852). Il meurt à Zagarolo en juin 1867.

382Il a publié de nombreux ouvrages, dont on retiendra : Lode panegirica di s. Rosa di Viterbo (Viterbe, 1840) ; I romani pontefici del medio evo rapporto alle lettere e alle arti (Rome, 1840) ; Per la solenne oblazione di sei donzelle consagratesi al Ven. Istituto della Carità nel dï 22 agosto 1841 (Rome, 1841) ; La beneficienza cristiana (Rome, 1850) ; Necrologia del cardinale Anton-Francesco Orioli dell’ordine de’ minori conventuali (Rome, 1852) ; Elogio funebre detto... il dï 23 luglio 1853 quando nella chiesa di s. Norberto all’Esquilino si facevano solenni esequie all’eminentissimo sig. cardinale Giacomo Luigi Brignole (Rome, 1853) ; Discorso apologetico. Il culto delle sante reliquie (Rome, 1855) ; Nel dì 15 dicembre 1855 quando compivasi nella Basilica Laterana la solennità del dogma sull’Immaculato Concepimento (Rome, 1855) ; De re sacramentaria libri octo (Rome, 1858, 4 vol.).

383Sources : PIOLANTI 119. Giornale di Roma du 4 juin 1867, n° 127. B. THEULI, A. COCCIA, La Provincia romana dei Frati Minori Conventuali dal-l’origine ai nostri giorni, Rome, 1967, p. 556-558.

Vincenzo MARTANI

384Conclaviste du cardinal Della Genga (Léon XII), il est nommé dès l’avènement de ce dernier camérier secret participant et garde-robe (avant le 4 octobre 1823). Il est substitué dans ses fonctions dans l’été 1827.

Camillo Massimiliano MASSIMO (1770-1840)

385Né à Rome le 21 avril 1770 de Francesco Camillo Massimo (1730-1801), général des postes pontificales, l’un des négociateurs du traité de Tolentino (1797), ambassadeur extraordinaire de Pie VI à Paris (1797-1798), et de Barbara Savelli (1750-1826), il appartient à une très ancienne famille de noblesse romaine, les Massimi alle Colonne, marquis de Roccasecca, seigneurs (1574), puis princes (1826), qui revendiquent une filiation avec la gens Fabia Anicia et Fabius Maximus ; les Massimi alle Colonne sont inscrits au nombre des 60 familles du patriciat de Rome par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV ; ils s’agrègent progressivement, au tournant des xviiie et xixe siècles, à l’aristocratie urbaine. Secondogenito, Massimiliano Massimo est d’abord destiné à la carrière ecclésiastique : Pie VI l’envoie à l’âge de 19 ans en qualité d’ablégat pontifical auprès du cardinal Costa, archevêque de Turin, élevé au Sacré Collège le 30 mars 1789. Mais, deux ans plus tard, son frère aîné Carlo Massimo (1766-1827) entre en prélature en qualité de référendaire (27 janvier 1791) et lui abandonne la primogéniture. Fait successivement prieur des caporioni (1792) puis conservateur de Rome (1794) et capitaine dans le régiment de la milice civique commandé par son père (1796), il est proscrit de Rome avec sa famille par les autorités françaises ; il épouse le 16 juillet 1798 à Sienne la princesse Christine de Saxe († 1837), petite-fille d’Auguste III, roi de Pologne. Il occupe dans la Junte provisoire mis en place par les Napolitains à l’automne 1799, et où siège son père, les fonctions de président des Eaux et des Routes. À la mort de son père (2 février 1801), il prend le nom de Camillo et assume la primogéniture Massimo. Il se rend à Paris en 1811 puis regagne Rome ; il est membre de l’ambassade de la ville auprès de Pie VII à Imola en avril 1814. Nommé surintendant des postes pontificales (avant le 5 juillet 1817), il renonce le 8 janvier 1818 à ses droits féodaux sur Arsoli, pour lequel il reçoit de Léon XII le titre de prince le 27 juin 1826. Il organise en 1838 les liaisons de poste par bateau entre Marseille et Civitavecchia. Il reçoit Grégoire XVI dans son château d’Arsoli en 1834 puis au palais Massimo le 16 mars 1839 pour l’anniversaire du miracle attribué à saint Philippe Neri sur la personne du jeune Paolo Massimo. Chevalier de l’ordre de Saint Maurice et Lazare (1791), grand-croix de l’ordre de la Couronne de fer (1819), grand-officier de la Légion d’honneur (1838), il meurt à Civitavecchia le 7 mai 1840 et est enseveli dans sa chapelle gentilice à S. Lorenzo in Damaso.

386Sources : Diario di Roma du 12 mai 1840, n° 38. LITTA, Massimo di Roma, tav. VIII (1839). AMAYDEN II, 65-69. PIETRAMELLARA II, 36-38. Tommaso PASSeRI, Arsoli e i nobilissimi signori Massimo, Rome, 1874, 184 p. Armando SCHIAVO, Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna deiromanisti, XXV, 1964, p. 459-465.

Camillo Vittorio MASSIMO (1803-1873)

387Né le 14 (aliter 15) août 1803 du prince Camillo Massimiliano Massimo (1770-1840) (cf supra pour les origines familiales) et de la princesse Christine de Saxe († 1837), Vittorio Massimo assume à la mort de son père (7 mai 1840) le titre de prince d’Arsoli et le nom de Camillo Vittorio ; il est nommé par Grégoire XVI, en succession de son père, surintendant des postes pontificales (18 novembre 1840). Il meurt à Rome le 7 avril 1873. Il avait épousé le 11 octobre 1827 la princesse Marie-Gabrielle de Savoie-Carignan, décédée du choléra le 10 septembre 1837 à vingt jours d’intervalle de la princesse mère, dont il a deux filles et un fils, Carlo Massimo, prince d’Ascoli, futur prince Camillo Massimo ; il épouse en secondes noces le 2 octobre 1842 Maria Giacinta Della Porta qui lui donne trois enfants, Filippo, prince Lancellotti, Francesca, princesse de S. Faustino, et Massimiliano, entré dans la Compagnie de Jésus. Il joue un rôle actif dans les œuvres de bienfaisance et a publié plusieurs relations historiques : Notizie istoriche della Villa Massimo alle Terme diocleziane, con un’appendice di documenti (Rome, 1836) ; Relazione del viaggio di Sua Santità Gregorio Papa XVI da Roma a S. Felice (Rome, 1839) ; Relazione del viaggio fatto di N.S.P.P. Gregorio XVI alle provincie di Marittima e Campania nel maggio del MDCCCXLIII (Rome, 1843) ; Cenni storici sulla Torre Anguillara in Trastevere (Rome, 1847) ; Sopra un inedita medaglia di Francesco Massimo, dottore di legge e cavaliere, morto nel 1498 (Rome, 1860) ; Memorie storiche della chiesa di S. Benedetto in Piscinula, nel rione Trastevere (Rome, 1864).

388Sources : LITTA, Massimo di Roma, tav. VIII (1839). Osservatore romano du 8 avril 1873, n° 80. Cenni necrologici del principe Camillo Massimo, Rome, 1873, 18 p.

Marco MASTROFINI (1763-1845)

389Né à Monte Compatri (diocèse de Frascati) le 25 avril 1763 de Paolo Mastrofini et Domenica Moscatelli, il appartient à une famille de bourgeoisie rurale (onestississima famiglia (...) di lodevoli costumi, benchè in avere non molto doviziosi, S. Ciuffa, p. 12). Élevé dans les classes primaires du Collegio romano puis au séminaire de Frascati grâce à la protection du cardinal d’York, il y poursuit ses études de philiophie et de théologie et est ordonné prêtre à l’âge de 23 ans grâce à une dispense ; il est aussitôt nommé professeur de philosophie et de mathématiques dans ce même séminaire de Frascati (1786). À la suite de la fermeture du séminaire lors de l’invasion française de 1798, il se transfère à Rome où il est nommé, sur la proposition de Camillo Corona, consul de la République romaine, professeur d’éloquence au Collège Romain et se lie avec les principaux intellectuels romains de son temps (Giuseppe Calandrelli, Ignazio De Rossi, Filippo Guidi). Il intervient dans le débat sur la licéité du serment aux autorités républicaines en publiant, en faveur du serment, un traité intitulé Onestà del Civico Giuramento proposto nell’articolo 367 della Romana Costituzione (Rome, an VI, 43 p.) ; il compose également des Sonetti repubblicani. Destitué de ses fonctions au Collège romain au lendemain de la première restauration, il doit se soumettre à rétractation et se retire durant plusieurs années à Monte Compatri où il poursuit des activités de traducteur. Il reprend en novembre 1803 ses fonctions d’enseignement au séminaire de Frascati lors de la réouverture de ce dernier ; Pie VII lui accorde une pension mensuelle de huit écus romains (20 mai 1808). Il se retire à nouveau à Rome durant la période napoléonienne et accepte en 1811 des fonctions de précepteur auprès de la famille Tocchi ; il se lie également durant un séjour à Fiano avec Carlo Mauri, futur secrétaire de Pie VII et substitut de la Secrétairerie d’État dans l’été 1814. Au lendemain de la Restauration, il est nommé dès sa formation consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (19 juillet 1814) et voit sa pension mensuelle portée portée à douze écus romains (20 mars 1816). La publication de sa Metaphysica sublimior (1816) déchaîne une ample polémique théologico-philosophique, de même que, quinze ans plus tard, son traité sur l’usure (1831), entrepris à la demande de Pie VIII (L’istesso Pio VIII avea incoraggiato il Mastrofini alla impresa, S. Ciuffa, p. 84). Établi au domicile de son neveu, l’avocat et prélat romain Leandro Ciuffa (1794-1862), il meurt à Rome le 3 mars 1845 et est enseveli, après des obsèques à S. Maria in Aquiro, dans l’église S. Silvestro sopra Monte Compatri.

390Marco Mastrofini a laissé une œuvre importante dans les domaines de la littérature, de la pédagogie, de l’apologétique, de la philosophie et de la théologie. On en retiendra chronologiquement : Orazione per la morte di Enrico, cardinale denominato di York, decano del Sacro Collegio, protettore e già vescovo di Frascati, recitata il dï 20 luglio 1807 (Rome, 1807) ; Ritratti poetici, storici e critici de’ personaggi più famosi nell’Antico e nel Nuovo Testamenti (Rome, 1807, 3 volumes), Teoria e prospetto, ossia Dizionario critico de’ verbi italiani conjugati, specialmente degli anomali e malnoti nelle cadenze (Rome, 1814, 2 volumes) ; Metaphysica sublimior de Deo trino et uno (Rome, 1816) ; Saggio di poesia didascalica (Bologne, 1820) ; Rilievi su l’opera del signor de Potter intitolata : Spirito della Chiesa, o Considerazioni filosofiche e politiche su la storia de’ concili e dei papi dagli apostoli sino ai giorni nostri (Rome, 1826) ; Le usure libri tre. Discussione (Rome, 1831 ; nombreuses rééditions italiennes ; traduction française, Discussion sur l’usure ; ouvrage où l’on démontre que l’usure modérée n’est ni contraire à l’Écriture sainte, ni au droit naturel, ni aux décisions de l’Église, traduit de l’italien sur la 4e édition par M.C***, suivi du Recueil des décisions du Saint-Siège qui ont paru dans ces derniers temps sur la matière de l’usure, Lyon, 1834) ; Della maniera di misurare la lesione enorme ne’ contratti (Rome, 1833) ; La paternità e la filiazione (Rome, 1834) ; Amplissimi frutti da raccogliersi ancora sul calendario gregoriano perpetuo (Rome, 1834, 2 volumes) ; L’anima umana e i suoi stati, principalmente l’ideologico (Rome, 1842, 2 volumes). Marco Mastrofini est également l’auteur de traductions italiennes de Quinte Curce (Quinto Curzio Rufo volgarizzato, Rome, 1809, 2 volumes) ; d’Anneus Flavius et Lucius Ampelius (Lucio Anneo Flavio e Lucio Ampelio volgarizzati, Rome, 1810) ; de Denis d’Halicarnasse (Delle Antichità romane, Rome, 1812-1813, 2 volumes ; Le Antichità romane volgarizzate, Milan, 18231824) ; d’Appien (Le storie romane di Appiano Alessandro volgarizzate. Le guerre civili, Rome, 1824, 2 volumes ; Les guerres esterne, Rome, 1824, 2 volumes) ; d’Arrien (Le storie di Arriano su la spedizione di Alessandro tradotte in italiano, Milan 1826 ; Opere di Arriano nicomediese, Milan, 1826-1827, 2 volumes).

391La polémique relative à la publication de la Metaphysica sublimior de Deo trino et uno (1816) a suscité de nombreuses critiques (cf. S. CIUFFA, Marco Mastrofini e la sua opera della Metafisica Sublimiore. Notizie storicocritiche importantissime delle vicende, e dei contradittori della medesima, dans Marco Mastrofini, sue opere edite ed inedite e suoi contradittori, Rome, 1875, p. 124266) auxquelles Marco Mastrofini a répondu. Parmi les réfutations, on retiendra celles de F.V. Marsili (Exercitationes theologicae peractae in coenobio S. Mariae ad Quercum prope Viterbium, Viterbe, 1819) ; Filippo Anfossi (Il Grido del-la fede contreo la metafisica sublimiore de Deo trino et uno, Rome alias Monaco, 1820 ; L’autore del Grido della fede al signor D. Marco Mastrofini autor della replica, Rome, 1822) ; Maurizio Benedetto Olivieri (Dell’opera intitolata Metaphysica sublimior de Deo trino, et uno, auctore Marco Mastrofini. Saggio, Rome, 1821) ; Riflessioni sopra tre capi dell’opera Metaphysica sublimior de Deo trino et uno, esposte in tre lettere ed indirizzate all’autore da un sacerdote secolare (Rome, 1821). Les défenses successives de Marco Mastrofini se succèdent au même rythme : Observationes in judicia F.V. Marsili ac socii inspersa adversus Metaphysicam sublimiorem in exercitationibus theologicis Viterbii editis anno 1819 (Florence, 1819) ; Annotazioni su l’esame imparziale dei due primi libri della Metafisica sublimiore. Opuscolo primo (Florence, 1821) ; Metaphysica sublimior ab auctore suo vindicata adversus fabulam Lipiensem. Opuscumum secundum (Florence, 1821) ; De Metaphysica sublimiore specimen ac votum an. 1820. Titulus confutationis. Fallaciarum magistri Piazza adversus Metaphysicam sublimiorem demonstratio (Florence, 1821) ; Il Grido della fede contro la Metafisica sublimiore de Deo trino et uno - Monaco, 1820. E Replica di un uditore. Opuscolo quarto (Florence, 1821) ; Dell’opera intitolata Metaphysica sublimior de Deo trino, et uno, auctore Marco Mastrofini. Saggio di fra Maurizio Benedetto Olivieri - Rome, 1821. E Mancamenti del saggio. Opuscolo VI (Florence, 1821).

392La publication de Le usure (1831) suscita d’autres polémiques, dont on retiendra les opuscules de Filippo Giudice Caracciolo (Osservazioni pacifiche sopra di un opera intitolata Le usure stampata nell’anno 1831, Rome, 1834), Francesco Bruni (Analisi ragionata e critica dei Libri tre su le usure dell’ab. Marco Mastrofini, Naples, 1835) et Michele Manzo, évêque de Syracuse (Osservazioni su di alcune dottrine nell’opera dell’abate Giuseppe Bighetti, Lettere due del digiuno, e della Quaresima, e sulla opinione dell’abate Marco Mastrofini difesa nella sua opera : Le usure libri tre, Naples, 1840).

393Sources : EncCatt VIII (1952), 328 (Federico dell’Addolorata). PÁSZTOR (AEE), 208. Notizie del giorno du 6 mars 1845, n° 9. Leandro CIUFFA, neveu de Marco Mastrofini, a laissé une nécrologie de son oncle (Articolo biografico dell’abate Marco Mastrofini) conservée sous forme manuscrite à la Bibliothèque vaticane à la cote RG. Miscell. III 251 (5). Carlo GAZZOLA, Alla onorata memoria dell’abate Marco Mastrofini, Rome, 1845, 11 p. (première publication dans L’Album, XII, 1845, p. 57 et sqtes). Saturnino CIUFFA, Marco Mastrofini, sue opere edite ed inedite e suoi contradittori. Memorie storico-apologetiche (con importanti documenti inediti), Rome, 1875, 367 p. Marco Mastrofini e glorie tuscolane, Grottaferrata, 1912, 55 p. Placido D’UFFIZI, La Dottrina dell’usura dell’abate Marco Mastrofini, Rome, 1943, 48 p.

Ottaviano MATTEI (1772-1850)

394Né à Fossato (diocèse de Pistoie) le 7 avril 1772, il entre dans l’ordre de Vallombreuse où il fait profession le 11 avril 1795. Après des études théologie à Sienne, il enseigne à Arezzo et Passignano. Curé de la S. Trinità de Florence, il est successivement élu procureur général de son ordre en Curie et abbé de S. Prassede. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 5 octobre 1831). Il s’éteint à Rome, à S. Prassede, le 31 août 1850.

395Sources : Torello SALA, Dizionario sotrico biografico di scrittori, letterati ed artisti dell’Ordine di Vallombrosa, Federico Fedele TARANI éd., Florence, 1929, 2 vol., II, p. 38.

Giuseppe Maria MAZZETTI (1778-1850)

396Né à Chieti (Abruzzes) le 2 décembre 1778 de parents onesti e civili, baptisé sous le nom de Giacomo Silvestro Gaetano, il est élevé au collège scolope de la ville, poursuit des études de médecine à l’université de Naples, puis entre dans l’ordre des Carmes de l’ancienne observance de la province de Rome sous le nom de Giuseppe Maria ; il devient maître en théologie (21 avril 1807). Provincial puis assistant général de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Indulgences (1er décembre 1817). Il est encore nommé le 2 janvier 1818 coadjuteur du P. Béranger, consulteur de la congrégation des Rites, qui a quité Rome pour la France, puis encore consulteur des congrégations de la Propagande (29 février 1820), pour la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821), du Saint Office (17 juillet 1821) et de la Discipline des Réguliers (avant le 23 janvier 1833) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (12 juin 1834). Il est membre de l’Académie de religion catholique (9 avril 1820). Nommé évêque d’Aquino, Sora et Pontecorvo par le roi Ferdinand II (27 avril 1836), il est préconisé par Rome le 11 juillet et consacré à Rome le 16 juillet par le cardinal Odescalchi. Promu recteur de l’université royale de Naples (13 septembre 1837), président de l’Instruction publique et conseiller d’État, il démissionne de son siège épiscopal le 5 février 1838 ; il est fait archevêque in partibus de Séleucie (15 février 1838). Il est nommé en 1848 président de la Junte de la Biblioteca Borbonica. Il meurt à Naples le 14 juillet 1850 et est enseveli au Carmine Maggiore. Il a publié des Elementi di prospettiva lineare (Rome, 1830) et un Progetto di riforma pel regolamento della pubblica istruzione (Naples, 1840).

397Sources : HC VII 84 et 341. Giornale di Roma du 3 septembre 1850, n° 202. PIOLANTI 52 et 103. Valerio APREDA, Elogio funebre di monsignor Giuseppe Mazzetti, Naples, 1850.

Gioacchino MELI

398Clerc mineur régulier caracciolino, préposé général de son ordre, consulteur de la congrégation de l’Index (22 novembre 1843).

Angelo Maria MERENDA (1751-1820)

399Né à Forli dans la famille des comtes Merenda, il entre dans l’ordre de saint Dominique de la province de Lombardie ; il est à partir de 1795 inquisiteur du diocèse de Faenza où il enseigne le philosophie et la théologie. Pie VII, au lendemain de la première restauration, le nomme commissaire du Saint Office (18 mars 1801) ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il se voit cependant substitué dans sa charge au cours de la seconde Restauration, de l’été 1814 à l’été 1815, par le futur cardinal Tommaso Arezzo. Rétabli dans ses fonctions par Pie VII le 3 août 1815 après le retour du cardinal Consalvi, il les occupe jusqu’à son décès, intervenu à Rome, à l’âge de 69 ans, le 1er juillet 1820. Il avait pour premier compagnon (socius) son confrère Domenico Masetti. Il est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

400Sources : TAURISANO 77. PIOLANTI 74 et passim. Diario di Roma du 5 juillet 1820, n° 54.

Michelangelo da Castellazzo

401Franciscain de l’Observance, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1777) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Pietro MINETTI (1800-1874)

402Né à Rome le 14 septembre 1800, chanoine de S. Maria in Via, il est nommé assesseur de la congrégation des Rites et vice-promoteur de la foi (avant le 8 février 1840) et devient également coadjuteur cum futura successione de l’avocat consistorial Filippo Baffi (avant le 28 juillet 1846). Coadjuteur de l’avocat consistorial et promoteur de la foi Andrea Frattini (1850), il succède dans ses fonctions à ce dernier à la suite de son décès, intervenu le 16 octobre 1864 ; il est également élevé à la dignité de prélat domestique (avant le 7 mars 1864). Pie IX le fait chanoine de Saint-Jean du Latran. Atteint de paralysie à partir de 1872, il meurt à Rome le 8 septembre 1874. Il a publié une Dissertatio ad legem qui agros VIII. Codicis de omni agro deserto, et quando steriles fertilibus imponuntur, Lib XI, Tit. LVIII (Rome, 1852).

403Sources : Osservatore romano du 10 septembre 1874, n° 205.

Andrea MOLZA († 1851)

404Né à Modène, religieux scolope jusqu’à la suppression de la congrégation (1810), il poursuit ensuite toute sa carrière à la Bibliothèque vaticane où il est successivement nommé scripteur latin et hébreu (1er mai 1821), second custode (12 février 1838), conservateur du Cabinet des médailles (1838). Professeur d’hébreu à l’Arciginnasio de Rome (avant le 5 janvier 1821), Grégoire XVI le fait également camérier d’honneur (avant le 24 mars 1838) et consulteur de la congrégation pour la Correction des livres des Églises d’Orient (6 février 1839). Pie IX le nomme membre du Consiglio di Roma (avant le 23 novembre 1847). Promu premier custode de la Bibliothèque Vaticane (11 juin 1850), il met fin à ses jours dans un accès de folie dans la nuit du 6 au 7 juillet 1851. On conserve le Catalogo della biblioteca poliglotta della ch.memoria di mons. Andrea Molza già primo custode della Biblioteca Vaticana (Rome, 1852, 3 vol.).

405Sources : BIGNAMI ODIER 227, 341 et 343.

Gaspare MONTENERO

406Minime, procureur général de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de coadjuteur de son confrère Cipriano Vitale dans ses fonctions de consulteur de la congrégation des Rites (28 janvier 1840) et lui succède après son décès, intervenu dans le cours de la même année.

Domenico MORELLI (1778-1836)

407Né en août 1778, promu par Pie VIII avocat consistorial (avant le 15 avril 1829), il meurt à Rome, à l’âge de 57 ans et 5 mois, le 13 janvier 1836 et est enseveli à S. Rocco.

408Sources : Diario di Roma du 16 janvier 1836, n° 5.

Marco MORELLI († 1849)

409Natif de Trinità (Piémont), il entre dans la congrégation enseignante des Somasques ; il remplit les fonctions d’inspecteur général des études à l’Académie de Turin lorsqu’il est élu en 1832 général de son ordre. Il s’établit dès lors à Rome où il entre au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (15 juillet 1844) ; il obtient de Grégoire XVI le monastère de S. Alessio sur l’Aventin. Il meurt à Rome en 1849. Il a publié plusieurs traités : De’ difetti principali dell’agricoltura romana (Rome, 1833) ; Degli orfanotrofi agricoltori (Vigevano, 1837) ; Sull’educazione del popolo (Rome, 1838) ; Ragionamento di economia pubblica (Rome, 1842).

410Sources : Giacomo CEVASCO, Breviario storico di religiosi illustri della congregazione di Somasca, Gênes, 1898, p. 171-172, p. 195.

Francesco MORSILLI

411Avocat consistorial (24 novembre 1845). Il a publié une Dissertatio ad legem privilegio speciali 6. Codicis de Incolis et ubi quis domicilium habere vide-tur, Lib.X, Tit.XXXIX (Rome, 1847).

Gregorio MUCCIOLI (1773-1837)

412Né à Rome le 16 novembre 1773, il est ordonné prêtre le 24 septembre 1796 et devient docteur en philosophie et théologie de l’Université de la Sapience (10 septembre 1806). Chanoine de S. Nicola in Carcere, il est promu par Pie VlI évêque in partibus d’Agathopolis (19 avril 1822) et sacré à Rome le 21 avril 1822 par le cardinal Galleffi. Pie VIII le nomme consulteur de la congrégation de l’Immunité (30 avril 1829), directeur de la Pia Casa d’industria alle Terme diocleziane (avant le 7 novembre 1829) et supérieur de l’église (avant le 11 no- vembre 1829). Il meurt en 1837.

413Sources : HC VII 62. Diario di Roma du 16 janvier 1838, n° 5 (nécrologie de l’année 1837).

Giovanni MUZI (1772-1849)

414Né à Rome le 1er janvier 1772 d’un père cocher, il est ordonné prêtre le 20 décembre 1794 et devient docteur en théologie du Collège Romain (13 septembre 1795). Successivement lecteur en philosophie au séminaire de Magliano Sabina, puis à l’Arciginnasio de la Sapience, il entre au lendemain de la Restauration au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (décembre 1815) puis d’auditeur du nonce à Vienne Paolo Leardi (1818-1823). Rappelé à Rome, il est nommé le 16 mai 1823 archevêque in partibus de Philippes, consacré le 25 mai par le cardinal Fal- zacappa et envoyé le 28 juin en qualité de visiteur apostolique au Chili ; le jeune chanoine Giovanni Mastai Ferreti, futur Pie IX, et l’abbé Giuseppe Sallusti lui sont adjoints durant ce voyage. il est transféré le 19 décembre 1825 sur le siège épiscopal de Città di Castello. Il meurt à Spolète au terme d’un épiscopat de vingt-quatre années, le 30 novembre 1849. Il a laissé sept volumes de Memorie ecclesiastiche e civili della diocesi di Città di Castello, con dissertazione preli- minare sull’antichità ed antiche denominazioni di detta città (Città di Castello, 1842-1844).

415Sources : HC VII 152 et 306. Giuseppe SALLUSTI, Storia delle missioni apostoliche e dello Stato del Cile colla descrizione del viaggio, Florence, 1826, 4 vol. Antonio BELLI, Elogio funebre di Giovanni Muzi, arcivescovo di Città di Castello, Città di Castello, 1850, XVI p. Luis BARROS BORGONO, La mision del Vicario Apostolico D. Juan Muzi : notas para la história del Cile (18231825), Santiago de Chile, 1883. Alberto SERAFINI, Viaggio al Cile e ai paesi dell’America meridionale, dans Pio Nono. I - Le vie della divina provvidenza (1792-1846), Cité du Vatican, 1958, p. 242-405. Pedro de LETURIA, Miguel BATTLORI, La primiera misión pontificia a Hispanoamerica, 1823-1825. Relación oficial de mons. Giovanni Muzi, Cité du Vatican, 1963, LII-722 p. Avelino Ignacio GOMEZ FERREYRA, Viajeros pontificios al Rio de la Plata y Chile (1823-1825), Cordoba, 1970. Carlo FALCONI, Un’awentura quasi missionaria tra Atlantico e Pacifico. In Cile con la missione Muzi, luglio 1823-luglio 1823, dans Il giovane Mastai, Milan, 1981, p. 525-574 et n. 10 p. 775-776. Giuseppe TANZI, Documenti sulla missione pontificia al Cile e al Sudamerica di mons. Giovanni Muzi rinvenuti in Città di Castello, dans Archivum Historiae Pontificiae, XX, 1982, p. 252-336. Alberto POLVERARI, La missione in Cile, dans Vita di Pio IX. I - Dalla nascita al 26 novembre 1848, Cité du Vatican, 1986, p. 72-81. Stanislao da Campagnola, L’attività pastorale di Giovanni Muzi vescovo di Città di Castello (1825-1849) et la società del suo tempo, dans Bollettino della deputazione di storia patria per l’Umbria, XC, 1993, p. 109-140. Giacomo MARTINA, La prima missione nell’America latina, dans Archivum Historiae Pontificiae, XXXII, 1994, p. 149-193. S. BUCCI éd., Monsignor Giovanni Muzi e la società del suo tempo. Atti del Convegno (Città di Castello, 25-26 maggio 1991), Assise, 1995, 330 p.

Carlo Maria NARDUCCI († 1825)

416Né à San Daniele (Frioul) vers 1786, barnabite, il est successivement lecteur en théologie et en philosophie à Rome ainsi que supérieur du couvent barnabite de S. Carlo ai Catinari. Expulsé de Rome le 15 octobre 1809, il se retire à Macerata puis retrouve en octobre 1814 ses fonctions de lecteur de théologie à Rome ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (22 août 1816). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (12 décembre 1819), de la Propagande (5 décembre 1821) et de l’Index (20 mai 1822), et devient également examinateur du clergé romain. Il meurt au collège S. Luigi de Bologne le 12 décembre 1825. Il a réuni et publié les Opere diverse (Rome, 1823) du cardinal Fontana et publié des Notizie biografiche intorno al Reverendissimo P.D. Antonio Maria Grandi, vicario generale de’ Barnabiti (Rome, 1822).

417Sources : PÁSZTOR (AEE), 210. PIOLANTI 98. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., III, p. 22-24.

Wenceslas Maria NASINI

418Cistercien, lecteur de théologie au monastère de S. Bernardo alle Terme Diocleziane, président général de son ordre (1825-1830), il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 9 septembre 1807).

419Source : Placido LUGANO, L’Italia benedettina, Rome, 1929, p. 511.

Niccola NERVI

420Théatin, procureur général de son ordre, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 10 septembre 1806).

Giuseppe Maria NICOLAI (1765-1817)

421Né à Rome le 23 mars 1765 d’Antonio Nicolai, intendant général des princes Ruspoli, c’est le frère puîné du prélat Nicola Maria Nicolai (1756-1833) (cf. à ce nom pour les origines familiales). Ordonné prêtre, maître des cérémonies pontificales, lecteur d’histoire ecclésiastique à l’université de la Sapience, secrétaire de l’Académie théologique, il est nommé au lendemain de la Restauration prosecrétaire de la congrégation du Cérémonial (18 juin 1814) à la suite de l’absence du secrétaire Raffaele Mazio, retenu à Vienne auprès du cardinal Consalvi ; celui-ci reprend ses fonctions lors de son retour à Rome (10 juin 1815). Il meurt à Rome le 23 avril 1817 et est enseveli à S. Biagio de’Materazzari.

422Sources : ASV/SS Interno a. 1814, rub. 14 (prosecrétaire du Cérémonial). FORCELLA XI, 277. Diario di Roma du 26 avril 1817, n° 34.

Maurizio Benedetto OLIVIERI (1769-1845)

423Né à Accelle, dans la province de Saluces au Piémont, le 24 février 1769, il revêt l’habit dominicain à Modène en 1783. Successivement lecteur de mathématiques, de philosophie et de théologie à Colorno, Cagli, Macerata et Parme, il devient professeur d’hébreu à l’Archiginnasio de Rome (1804) ainsi que lecteur de grec au Collège de la Propagande (avant le 18 mai 1808). Promu commissaire du Saint-Office (1er septembre 1820), il conserve cette charge jusqu’à sa mort, durant vingt-cinq années ; son nom demeure attaché à une ultime mise en cause des thèses de Copernic sur la rotation de la terre, qui l’oppose à Giuseppe Settele. Il est également fait consulteur de la congrégation pour la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821). Nommé le 18 mai 1834 soixante-neuvième maître général de l’Ordre dominicain par un bref de Grégoire XVI, il le demeure un an seulement, jusqu’à sa démission et son remplacement, sur ordre du même Grégoire XVI, par Giacinto Cipolletti le 17 février 1835 ; il a peut-être été favorable à Lamennais. Il est membre ordinaire surnuméraire (15 mai 1834) puis effectif (24 mars 1836) de l’Académie romaine d’archéologie. Il meurt à Rome le 27 septembre 1845 et est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

424Sa mise en cause des thèses de Copernic prend la forme d’une condamnation de l’œuvre de l’astronome romain Giuseppe Settele († 1841), souscrite également par le maître du Sacré Palais, son confrère dominicain Filippo Anfossi, et contresignée par le majordome de Sa Sainteté, le prélat et futur cardinal Antonio Frosini, et l’assesseur du Saint Office, le prélat et futur cardinal Fabrizio Turriozzi (signataires du Ristretto) : Suprema sacra congregazione del S. Officio sopra uno scritto stampato, rimesso alla S. Congregazione da Sua Santità, fattole presentare dal Reverendissimo P. Filippo Anfossi, maestro del Sacro Palazzo Apostolico, contro la permissione della dottrina della mobilità della terra e dichiarazioni degli antichi decreti nelle ferie IV.16-23 agosto 1820. Ristretto di ragione e di fatto, con sommario di documenti e di allegazioni, novembre MDCCCXX, Rome, 1820, 24-130 p. (Bibl. Vat. R.G. Miscell. III 251 int. 2) ; l’opuscule est reproduit et commenté dans Jole VERNACCHIA GALLI, L’Arciginnasio romano secondo il diario del Prof. Giuseppe Settele (1810-1836), Rome, 1984, p. 257-414 ; cf. également Giuseppe CUGNONI, Giuseppe Settele e il suo Diario, Rome, 1886, 20 p.

425Le P. Olivieri a encore publié de nombreux ouvrages, dont on retiendra : De sacro hebraico textu (Parme, 1793) ; De linguarum eruditarum cultu graviorum disciplinarum studiis jungendo (Rome, 1806) ; Storia ecclesiastica del secolo xviii (Rome, 1808) ; De voce « Chen » in truncum et trunco in crucem vesis unde incognita hactenus de cruce vaticinia in sacro hebraico textu cl. vir Franciscus Antonius Baldi... a se detecta exhibuit lucubratimcula (Rome, 1817) ; Dell’opera intitolata Metaphysica sublimior de Deo trino, et uno, auctore Marco Mastrofini. Saggio (Rome, 1821) ; Elogio del P. Francesco Ferdinando Jabalot, maestro generale dell’Ordine de’ Predicatori, dans Dissertazioni della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, VII, 1836, p. 531-540 ; Di Copernico e di Galileo scritto postumo (Bologne, 1872, 2 vol.).

426Sources : MORTIER VII (1914), p. 475-476. TAURISANO 15, 77. PIETRANGELI 84. Diario di Roma du 30 septembre 1845, n° 78.

Onorio di S. Teresa (REMONDINI)

427Carme déchaux, général de son ordre, consulteur de la congrégation du Saint Office (6 août 1836).

Bonaventura ORFEI († 1861)

428Né à Orvieto du comte Orfei, il appartient à une famille inscrite au patriciat de Bologne ; il est vraisemblablement apparenté à son compatriote, le prélat Enrico Orfei (1800-1871), archevêque de Ravenne (1860-1871), élevé au Sacré Collège le 15 mars 1858. Promu par Grégoire XVI avocat consistorial (avant le 28 septembre 1836), il devient vice-doyen du collège des avocats consistoriaux et est élevé par Pie IX à la charge d’avocat des pauvres. Il meurt à Rome avant le 2 avril 1861. Il a publié une De veteris numismatis potestate ejusque incremento et decremento in leg.2 Cod. lib.XI tit.X dissertatio (Rome, 1837).

429Sources : Giornale di Roma du 2 avril 1861, n° 74.

Domenico ORSINI (1790-1874)

430Né le 23 novembre 1790, dix-huitième duc de Gravina, il devient prince assistant au trône pontifical à la suite du dècès du prince Filippo Raimondo Orsini (voir infra pour les origines familiales) intervenu en novembre 1824. Grégoire XVI le fait encore membre du Conseil d’administration de la Comarque de Rome (avant le 27 août 1831) et sénateur de Rome (14 janvier 1834) ; il prête serment et prend possession de sa charge le 20 janvier. Il est nommé le même jour commandant de la Guardia civica. Il abandonne sa charge à la suite de la réforme de l’organisation administrative de la ville de Rome par le motu proprio du 1er octobre 1847 qui met en place un Consiglio di Roma dont il devient membre (avant le 23 novembre 1847). Il est également nommé membre de la nouvelle congrégation pour l’examen des dépenses des administrations publiques (12 février 1848) et membre du Haut Conseil (Alto Consiglio) de l’État pontifical (13 mai 1848). Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, Pie IX le fait ministre des Armes (avant le 4 septembre 1849), charge qu’il occupe jusqu’à sa substitution par le baron de Kalbermatten (16 février 1850) ; il redevient pro-ministre des Armes à la suite de la démission de ce dernier (8 novembre 1850) jusqu’à sa propre démission (9 août 1851) ; il est également fait membre du Corps municipal de Rome (12 mars 1851) et conseiller d’État pour les Finances pour la province de Rome et Comarque (avant le 20 mars 1852). Il meurt à Rome le 18 avril 1874 et est enseveli à Saint-Jean du Latran. Il avait épousé Maria Luigia Torlonia (1804-1883), fille du banquier Giovanni Torlonia.

431Sources : POMPILI OLIVIERI I, 302. HUETTER II, 497. Orsini principe Domenico, Rome, 1874, 8 p. (Bibl. Vat. Chigi Opuscoli XXIX int. 19).

Filippo Raimondo ORSINI (1742-1824)

432Né à Rome en 1742 du prince Domenico Orsini (1719-1789), petit-neveu de Pierfrancesco Orsini (1649-1730), pape Benoît XIII (1724-1730) et prince assistant au trône pontifical, et de la princesse Odescalchi, il se rattache à la famille romaine des Orsini, de la branche des ducs de Gravina, et, par sa mère, à la famille du pape Innocent XI Odescalchi ; son père, devenu veuf, est promu cardinal-diacre par Benoît XIV dans sa première promotion du 9 septembre 1743 ; il sera ordonné prêtre le 6 novembre 1768. Filippo Raimondo Orsini est successivement ambassadeur du roi de Naples en Toscane (1767), ambassadeur extraordinaire du roi de Naples auprès de Louis XVI, général des troupes napolitaines (1777), maggirodomo maggiore de la cour de Naples, précépteur du duc de Calabre, futur François Ier roi de Naples (1825-1830), puis vient occuper à Rome la charge héréditaire de prince assistant au trône pontifical. Il est membre de l’Académie de religion catholique (14 mai 1807). Il meurt à Rome avant le 10 novembre 1824.

433Sources : Diario di Roma des 10 et 17 novembre 1824, n° 90 et n° 92. PIOLANTI 95.

Biagio PACHECO

434Franciscain de l’Observance, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1764) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Pacifico da Brescia, cf. Marcantonio DEANI. Giovanni Battista PALMA (1791-1848)

435Né à Rome en 1791, entré au service de la Curie comme scripteur suppléant de la Pénitencerie apostolique (juillet 1811), il est confirmé dans ses fonctions au lendemain de la Restauration. Nommé par concours scripteur surnuméraire de la Pénitencerie (7 décembre 1814), il abandonne cette dernière pour devenir minutante de la congrégation de la Propagande (1817). Professeur d’histoire ecclésiastique au Séminaire romain et au Collegio Urbano de la Propagande, censeur de l’Académie théologique, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (5 février 1836) ; il est encore fait examinateur du clergé romain (avant le 4 mars 1837) et membre de l’Académie de religion catholique (16 mai 1839). Promu par Pie IX à la dignité de camérier secret (avant le 31 juillet 1847) puis nommé secrétaire des Lettres latines (27 avril 1848) et membre du Conseil d’État (13 mai 1848), il est tué à la fenêtre du Quirinal du coup de fusil parti du campanile de S. Carlo al Quirinale lors de la manifestation populaire du 16 novembre 1848 consécutive à l’assassinat du ministre Pellegrino Rossi ; son meurtrier est le peintre Felice Neri. Son assassinat comme celui du ministre déterminent Pie IX à quitter Rome pour Gaète. Il a publié des Praelectiones historiae ecclesiasticae (Rome, 1838-1846, 8 vol.) rééditées à Rome en 1848 et 1870, ainsi qu’une In funere Gregorio PP. XVI oratio (Rome, 1846).

436Sources : TAMBURINI 207 n. 55. PIOLANTI 120. Gustavo BRIGANTE COLONNA, L’uccisione di Pellegrino Rossi, Milan, 1938, p. 213. Michele MACCARRONE éd., La Pontificia Università Lateranense, Rome, 1963, p. 152-153. Lamberto DONATI, Una battaglia in Piazza del Quirinale, dans Strenna dei romanisti, XXXII, 1971, p. 152-156.

Giuseppe PALMA

437Carme de l’Observance, examinateur des évêques en théologie (avant le 7 septembre 1836).

Ottavio Maria PALTRINIERI († 1844)

438Originaire de Mantoue, il entre dans la congrégation enseignante des Somasques ; il est successivement vocale (1832), puis assistant général et vicaire général (1838) de son ordre. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (22 février 1834). Il meurt à la Casa degli Orfani de Rome dans le cours de l’année 1844. Il a publié un Elogio del nobile e pontificio Collegio Clementino di Roma (Rome, 1795), des Notizie intorno alla vita di Agostino Tortora preposito generale della nostra congregazione (Rome, 1803) ; des Notizie intorno alla vita di Primo Del Conte (Rome, 1805) et des Notizie intorno alla vita di quattro arcivescovi di Spalato, primatici della Dalmazia, che furono della congregazione di Somasca chiari per dottrina e virtù apostoliche (Rome, 1829).

439Sources : Diario di Roma du 14 janvier 1845, n° 4 (nécrologie de l’année 1844). Silvio IMPERI, Della vita e delle opere del P.D. Ottavio Maria Paltrinieri, Rome, 1862, 31 p. Giacomo CEVASCO, Breviario storico di religiosi illustri della congregazione di Somasca, Gênes, 1898, p. 175-176.

Benedetto PANE

440Minime, curé de S. Francesco di Paola, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1782) et examinateur des évêques en théologie (Notizie de 1801) à la veille de l’occupation française de Rome ; son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818. Il a publié des Trattenimenti utili e necessarj sopra tutto cib che la cattolica religione ci propone a credere e a sperare (Rome, 1791) et une Vita del b. Niccolb Saggio detto di Longobardi (Rome, 1791).

Paolo di San Giuseppe (1784-1866)

441Carme déchaux, procureur général de son ordre, examinateur du clergé romain, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Rites (1er septembre 1826), des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834), des Indulgences (27 août 1840) et de la Propagande (16 juillet 1844). Il a publié une Vita della serva di Dio la madre suor Maria Minima Luisa di Gesù Nazareno al secolo Maria Angiola Salvatori di Caprarola priora delle monache carmelitane della città di Vetralla (Rome, 1833).

Michele Girolamo PARETI

442Ministre des Infirmes, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1777) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Giovanni Antonio (Gaudenzio) PATRIGNANI (1755-1823)

443Né à Coriano (diocèse de Rimini) le 15 juillet 1755, il entre dans l’ordre franciscain de l’Observance sous le nom de frère Gaudenzio da Coriano ; il est ordonné prêtre le 19 décembre 1778. Il est successivement lecteur de théologie dans l’ordre mineur, puis professeur au Collegio Urbano de la Propagande et professeur d’Écriture sainte au couvent de S. Maria in Aracoeli, procureur général puis ministre général des Observants. Il entre au service de la Curie en qualité de qualificateur puis de consulteur (avant le 10 juillet 1802) du Saint Office. Au lendemain de la Restauration, il est encore nommé examinateur des évêques en théologie (16 septembre 1814) et consulteur de la Propagande (29 septembre 1817). Promu par Pie VII évêque de Ferentino le 25 mai 1818, il est consacré à Rome le 7 juin par le cardinal Dugnani. Il meurt à Ferentino le 15 février 1823. Il a publié des Sacrorum evangeliorum vindiciae adversus incredulos adornatae (Rome, 1791).

444Sources : HC VII, 192. Diario di Roma du 20 février 1823, n° 15.

Giovanni PATRIZI NARO (1775-1818)

445Fils du marquis Francesco Naro Patrizi († 1814), marquis de Mompeo et comte de Mustiano, vessilifero (porte-enseigne) de l’Église romaine, et de la marquise Porzia Patrizi Montoro (1752-1835), il appartient à l’une des premières familles du patriciat romain, d’origine siennoise, établie à Rome à l’aube du xvie siècle, et par deux fois relevée dans son nom, dans ses titres et dans ses armes, d’abord par les Chigi Montoro dans la première moitié du xviiie siècle à la suite du mariage de Maria Virginia Patrizi avec Giovanni Chigi Montoro (1736), puis par les Nari à la fin du xviiie siècle à la suite du mariage de Porzia Patrizi avec son père Francesco Naro. Marquis di baldacchino, inscrits au nombre des soixante familles du patriciat de Rome aux normes de la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) en la personne de Patrizio Patrizi Chigi Montoro, les Patrizi transmettent leurs privilèges aux Nari aux termes d’un senatus-consulte du 25 février 1801 (sur les cardinaux et prélats de la famille, cf. à Costantino Patrizi). Giovanni Patrizi est élevé au collège Nazareno des Scolopes et épouse le 7 janvier 1796 la princesse Cunégonde de Saxe († 1828), petite-fille d’Auguste III de Pologne, qui lui donne trois enfants : le futur jésuite Saverio Patrizi (1797-1881), exégète et bibliste, le futur cardinal Costantino Patrizi (1798-1876), vicaire de Rome, et le futur marquis Filippo Patrizi Naro Montoro (1800-1858) qui hérite de la primogéniture et continue la lignée. Pour avoir refusé de faire élever ses enfants au Prytanée militaire de La Flèche sur ordre de Napoléon (daté de Saint-Cloud le 9 juillet 1811) et avoir rédigé une lettre de refus (en date du 9 novembre 1811), Giovanni Patrizi est arrêté à Rome le 25 novembre 1811, conduit à Civitavecchia puis emprisonné le 28 décembre 1811 au fort de Fénestrelle où il retrouve le cardinal Pacca, tandis que ses enfants sont conduits en France. Il quitte Fenestrelle le 1er août 1812 pour être conduit au château d’If où il demeure prisonnier du 9 août 1812 au 15 avril 1814. De retour à Rome le 17 mai 1814, il est promu par Pie VII, sous l’influence du cardinal Pacca, sénateur de Rome (18 septembre 1814) et prince assistant au trône pontifical ; il prend possession de sa charge au Capitole le 1er janvier 1815. Il meurt trois ans plus tard à Rome, à l’âge de 42 ans, le 8 janvier 1818. Il laisse une œuvre apologétique, publiée sous le voile de l’anonymat, La divinità del Cristianesimo provata con la ragione naturale.

446Sources : PIETRAMELLARA II, 58-59 et 89-89. AMAYDEN II, 108-109 et 141-142. POMPILI OLIVIERI I, 302. Diario di Roma du 21 septembre 1814, n° 21 (billet laudatif du pro-secrétaire d’État Pacca). Diario di Roma du 14 janvier 1818, n° 4. Relazione del solenne possesso preso nel dï primo gennaio 1815 da Sua Eccellenza il sign. marchese Giovanni Naro Patrizj, senatore di Roma, Rome, 1815, 4 p. Maddalena PATRIZI, Memorie di famiglia, 1796-1815, Rome, 1912, 192 p. Armando SCHIAVO, Quattro principesse sassoni romanizzate, dans Strenna dei romanisti, XXV, 1964, p. 459-465. Sur Saverio Patrizi, cf. SOMMERVOGEL VI (1895), 366-369 et EncCatt IX (1952), 967-968.

Albuino Maria PATSCHEIDER (1804-1881)

447Né en 1804 à Graun (Tyrol), il poursuit ses études à Innsbrück puis de 1826 à 1829 au séminaire de Brixen (Bressanone) et entre dans l’ordre des Servites de Marie dont il devient provincial (1836), puis procureur général (1841). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (4 février 1842). Promu par Grégoire XVI confesseur de la Famille pontificale (avant le 25 octobre 1845), il occupe ces fonctions jusqu’à sa promotion au rang de général de son ordre (avant le 2 septembre 1853) ; il assume à nouveau la charge de confesseur de la Famille pontificale à la suite du décès de son confrère Gavino Secchi Murro (1868). Il meurt à Rome, au couvent S. Marcello, le 12 avril 1881.

448Sources : Antonio Maria VICENTINI, Il confessore del S. Palazzo Apostolico e l’ordine dei Servi di Maria, Vicence, 1925, p. 54-58. Cenni biografici del R.mo Padre Albuino Maria Patscheider, ex generale dei Servi di Maria, consultore delle SS. Congregazioni dell’Indice e degli Affari ecclesiastici straordinari, e confessore della Famiglia Pontificia, morto in Roma nel convento di S. Marcello il 12 aprile 1881, Rome, 1881, 20 p. Series chronologica priorum generalium Ordini Servorum B.M.C. a suo institutore ad haec usque tempus, Rome, 1893, XLV-XLVI. Gabriele Maria ROSCHINI, Galleria Servitana, Rome, 1976, p. 551.

Carlo PEDA (1767-1843)

449Né à Camerino le 18 août 1767 sous le nom de Giuseppe Girolamo, il entre dans l’ordre barnabite où il prend le nom de religion de Carlo et fait profession à Zagarolo le 27 novembre 1787 ; il est ordonné prêtre le 24 mars 1792. Recteur de l’université de Macerata (1814-1821) puis provincial de la province barnabite de Rome, il devient successivement le cinquante-deuxième général de l’ordre barnabite (1829-1835) et entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Rites (avant le 2 avril 1831) et du Saint Office (avant le 18 janvier 1832). Nommé assistant général à l’issue de son généralat, il est promu par Grégoire XVI évêque d’Assise le 12 juillet 1841 et consacré Rome le 18 juillet par le cardinal barnabite Luigi Lambruschini, secrétaire d’État ; il devient évêque assistant au trône pontifical le 20 juillet 1842. Il meurt un an plus tard à Assise, le 21 juillet 1843. Il témoigne au procès de béatification de Mgr Vincenzo Maria Strambi (1745-1824), ancien évêque de Macerata.

450Sources : HC VII, 91. Diario di Roma du 8 août 1843, n° 62. La Congregazione dei Chierici Regolari di S. Paolo detti Barnabiti nel IV centenario della fondazione, 1533-1933, Gênes, 1933, p. 390. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., III, p. 129.

Pietro PELLICANI († 1837)

451Né à Velletri d’une famille du patriciat urbain, il poursuit ses études au Collège romain. Chanoine de S. Maria ad Martyres, professeur d’Écriture sainte à l’Université Grégorienne, il est nommé consulteur de la congrégation de la Propagande (4 avril 1821) et qualificateur du Saint Office (2 septembre 1822) ainsi qu’examinateur du clergé romain (avant le 16 janvier 1830). Il est membre de l’Académie de religion catholique (1825) et censeur de l’Académie théologique de l’Arciginnasio de la Sapience. Il meurt le 6 mai 1837.

452Sources : Diario di Roma du 6 juin 1837, n° 45 (Francesco Fabi Montani). PIOLANTI 107.

Mariano PEREZ CALVILLO

453Franciscain de l’Observance de la province de Valence, consulteur et examinateur synodal des évêques de Quito et de Porto-Rico, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (12 mai 1817).

454Sources : ASV/SS Interni a. 1817 rub. 14.

Giovanni PERRONE (1794-1876)

455Né à Chieri (diocèse de Turin) le 11 mars 1794, il entre, au terme de ses études de théologie à l’université de Turin, dans la Compagnie de Jésus le 14 décembre 1815. D’abord professeur de théologie dogmatique au collège d’Orvieto (1817-1824), il est nommé dans la même chaire au Collège romain dès la restitution de l’établissement à l’ordre jésuite (automne 1824). Il y enseigne la théologie dogmatique jusqu’à sa mort, à l’exception de trois année de rectorat à Ferrare et de trois années passées au scolasticat de Benarth, au pays de Galles (1848-1851), où il se lie avec le futur cardinal Newman. De retour à Rome, il est successivement recteur (1851-1855) puis préfet des études (1855-1876) du Collège romain. Entré au service de la Curie sous le pontificat de Grégoire XVI, il est successivement nommé consulteur des congrégations de la Propagande (25 mars 1839), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (10 août 1840), de l’Examen des évêques en théologie (11 août 1840), de la Correction des livres des Églises d’Orient (20 janvier 1845), des Rites (13 décembre 1845), des Évêques et Réguliers (12 mai 1850), de l’Index (avant le 13 septembre 1854) et des Affaires de l’Église de rite oriental (avant le 8 mars 1862). Il est membre de l’Académie de religion catholique (1837). Considéré comme le premier théologien de Rome au milieu du xixe siècle, il est en particulier chargé de l’examen des doctrines de Hermès et de l’abbé Bautain ainsi que de la préparation de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception et du concile Vatican I. Il meurt à Rome le 28 août 1876.

456L’œuvre théologique de G. Perrone est considérable. On ne retiendra ici que son ouvrage majeur, les Praelectiones theologicae (Rome, 1835-1842, 9 vol.), constamment rééditées dans le cours du xixe siècle (on en compte 34 éditions ainsi que 47 éditions d’un Compendium), ainsi que quelques productions théologiques, apologétiques et polémiques, souvent extraites des Annali di scienze religiose : Analisi della Simbolica del prof. Moehler e considerazioni sulla medesima intorno alle sue relazioni coll’insegnamento cattolico e protestante (Rome, 1837) ; L’ermesianismo (Rome, 1839) ; Analisi e riflessioni sulla storia del papa Innocenzo III e del suo tempo, scritta da Federico Hurter (Rome, 1840) ; Riflessioni sul metodo introdotto da Giorgio Ermes nella teologia cattolica e sopra alcuni errori teologici del medesimo (Rome, 1843) ; Sunto analitico della dissertazione polemica di Sua Eminenza il sign. cardinale Luigi Lambruschini sull’immacolato concepimento di Maria (Rome, 1843) ; Historiae theologicae cum philosophicae comparatae synopsis (Rome, 1845) ; De matrimonio chrisitano libri très (Rome, 1858, 3 volumes) ; Opuscoli teologici spettanti al cristianesimo e al protestantesimo (Milan, 1858, 2 volumes) ; Sul communismo e socialismo. Dissertazione (Rome, 1861) ; L’apostolato cattolico ed il proselitismo protestante, ossia l’Opera di Dio e l’Opera dell’uomo (Gênes, 1862) ; L’idea cattolica della Chiesa destrutta dal protestantesimo (Gênes, 1862) ; La Lucilla desingannata, ossia il Protestantesimo svelato (Turin, 1866) ; Il Protestantesimo svelato nella sua origine, nella sua natura, nei suoi effetti (Turin, 1866) ; Protestanti in Italia, ossia Conversazioni famigliari intorno al protestantesimo (Turin, 1869) ; Valdesi primitivi, mediani e contemporanei (Turin, 1871) ; De romani pontificis infallibitate, seu vaticana definitio contra novos haereticos asserta et vindicata (Turin, 1874).

457Sources : SOMMERVOGEL VI, 558-571. DThC XII.1 (1933), 1255-1256 (Ch. Boyer). EncCatt IX (1952), 1197-1198 (Celestino Testore). LthK VIII (1963), 282 (Walter Kasper). CATH XI (1988), 11 (J. Lecler). PERRONE 112. PÁSZTOR (AEE), 212. Georges DARBOY, Des leçons théologiques du p. Perrone, dans Le Correspondant, XX, 1849, p. 512-539. Giovanni Antonio BONNELLI, Onori funebri renduti al padre Giovanni Perrone della Compagnia di Gesù, Rome, 1876, 19-4 p. S. CASAGRANDI, De claris sodalibus provinciae Tauriniensis S. I., Turin, 1906, p. 315-329. T. LYNCH, The Newman-Perrone Paper on development, dans Gregorianum, XVI, 1935, p. 402-447. F. CAVALLERA, Le document Newman-Perrone et le développement du dogme, dans Bulletin de littérature ecclésiastique, XLVII, 1946, p. 132-142, 208-225. Giulio da Nembro, La definibilità dell’Immacolata Concezione negli scritti e nell’attività di Giovanni Perrone, S. J., Milan, 1961, XVI-140 p. Walter KASPER, Die Lehre von der Tradition in der Römischen Schule. Giovanni Perrone, Carlo Passaglia, Clemens Schrader, Fribourg-Bâle-Vienne, 1962, XVI-447 p.

Virgilio PESCETELLI († 1840)

458Né à Poggio Mirteto vers 1742 dans une famille inscrite au patriciat de la Sabine, avocat consistorial, recteur de l’université de Rome, il est membre fondateur de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Pie VII le nomme coadjuteur de l’avocat consistorial Girolamo Napulioni (avant le 12 mai 1804), décédé durant l’occupation française de Rome. Rétabli dans ses fonctions le 12 juillet 1814, il est promu promoteur de la foi (avant le 9 avril 1823) et prélat domestique (Notizie de 1823) ; il reçoit pour coadjuteur Andrea Maria Frattini (avant le 20 février 1838). Il meurt à Rome à l’âge de 97 ans dans les derniers jours du mois de janvier 1840.

459Sources : Diario di Roma du 1er février 1840, n° 9. PIOLANTI 74.

Giovanni PIANTONI (1794-1865)

460Né à S. Michele (diocèse de Crema) en Lombardie en 1794, il entre dans l’ordre barnabite où il fait profession en 1818 ; il enseigne successivement la théologie, la philosophie et la littérature dans différents collèges barnabites d’Italie. Devenu assesseur général de son ordre puis prévôt du couvent de S. Carlo ai Catinari, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (17 août 1841). Il meurt au couvent romain de S. Carlo de’ Catinari le 10 juin 1865.

461Il a publié de nombreux écrits, principalement biographiques : Panegirico de’ santi Luigi Gonzaga e Stanislao Kostka (Foligno, 1827) ; Panegirico di san Giovanni di Dio (Livourne, 1836) ; Biografia del padre don Luigi Spinsi, generale de’ Barnabiti (Rome, 1841) ; Elogio storico di suor Maria Giuliana Masturzi, romana, fondatrice e priora della Mantellate di Roma (Rome, 1842) ; Vita del cardinale Giacinto Sigismondo Gerdil barnabita e Analisi di tutte le stampate sue opere (Rome, 1851) ; Nelle solenni esequie celebrate in Roma nella chiesa di San Carlo a’ Catinari al cardinale Luigi Lambruschini della congregazione de’ Barnabiti il dï 12 giugno 1854, giorno trentesimo della morte. Elogio funebre (Rome, 1854) ; Biografia del cardinale Luigi Lambruschini, dans Annali delle scienze religiose, s. II, XIII, 1854, p. 128-153 ; Elogio storico al reverendissimo padre don Antonmaria Grandi barnabita (Rome, 1858) ; Vita del cardinale Francesco Luigi Fontana (Rome, 1859) ; Elogio storico alla giovinetta sposa Elena Boguet-Rossignani (Rome, 1864).

462Sources : Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., III, p. 163-165.

Prospero PIATTI (1768-1838)

463Né à Rome le 9 novembre 1768, docteur en philosophie, théologie et in utroque jure de l’université de la Sapience (1801), il devient aussitôt professeur de logique et de théologie dogmatique au Collège Romain (1801), membre de l’Académie théologique de la Sapience ainsi que bénéficiaire du chapitre de Saint-Pierre du Vatican (avant le 27 mars 1802). Il entre au service de la Curie au lendemain de la Restauration en qualité de consulteur des congrégations de la Propagande (17 juillet 1817) et de l’Index (18 décembre 1820). Léon XII le nomme examinateur du clergé romain, théologue de la Daterie apostolique ainsi que membre du Collège théologique de l’Arciginnasio de la Sapience (avant le 12 juillet 1828), puis l’élève à la dignité de camérier secret (avant le 21 janvier 1829) et le nomme canoniste de la Pénitencerie apostolique (avant le 21 janvier 1829). Le cardinal grand pénitencier Castiglioni, futur Pie VIII, le fait vicaire général de son diocèse de Frascati ; devenu pape, il le confirme dans sa dignité de camérier secret (avant le 4 avril 1829) et le nomme correcteur de la Pénitencerie apostolique (3 avril 1830). Promu par Grégoire XVI à la dignité de prélat domestique (avant le 30 mars 1832), il devient également chanoine de Saint-Pierre du Vatican (16 décembre 1832) et examinateur des évêques en droit canon (31 mars 1835). Il meurt à Rome d’apoplexie le 17 avril 1838 et est enseveli en présence de son frère cadet, le prélat Antonio Piatti (1782-1841), vice-gérent du Vicariat de Rome. On conserve ses thèses de théologie imprimées (cosignées avec Bartolomeo Cavani), Propsitiones ex omni theologia selectas in Gregoriano Gymnasio palam sibi defendendas (Rome, 1818).

464Sources : A.N. Paris, F7 8906, « État des bénéficiers et autres prêtres attachés à la basilique de Saint-Pierre du Vatican qui n’ont pas voulu réciter le Salvum fac, ni assister au Te Deum solennel qui a été chanté pour solenniser la naissance du Roi de Rome le 9 juin 1811 » (« 46 ans, aisé, en état de voyager, conduite suspecte »). GRIMALDI XIX, ff. 69v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. GRIMALDI XIX, ff. 61v, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti. Diario di Roma du 5 mai 1838, n° 36.

Tommaso Domenico PIAZZA

465Originaire de Palerme, entré dans l’ordre dominicain, il est choisi comme compagnon par le maître du palais apostolique Filippo Anfossi. Il est nommé qualificateur du saint Office (11 septembre 1821). À la mort de Filippo Anfossi (17 avril 1825), il fait fonction de pro-maestro durant plus d’un an ; mais, « ayant formulé à la congrégation du Cérémonial la demande de s’asseoir durant la Chapelle pontificale à la place réservée au maître du S. Palais dont il remplissait la charge, il en reçut une réponse négative » (Moroni), et c’est son confrère le futur cardinal Giuseppe Maria Velzi que Léon XII nomme à cette charge le 22 septembre 1826. Il devient par la suite inquisiteur du diocèse de Gubbio, où il meurt à l’âge de 65 ans. Il a pris à partie le philosophe et théologien Marco Mastrofini pour son œuvre métaphysique, et s’est vu à son tour mis en cause par la réplique de ce dernier, De Metaphysica sublimiore specimen ac votum an. 1820. Titulus confutationis. Fallaciarum magistri Piazza adversus Metaphysicam sublimiorem demonstratio (Florence, 1821).

466Sources : MORONI XLI (1846), 217.

Giovanni Battista PICCADORI (1766-1829)

467Né à Rieti le 17 décembre 1766, il revêt à Rome l’habit des clercs mineurs réguliers caracciolini et enseigne dans son ordre la philosophie et la théologie. Nommé en 1790 suppléant des professeurs Gama et Quarantotti dans la chaire de droit naturel et de mathématique de l’ Arciginnasio de la Sapience, il devient professeur titulaire de droit naturel et d’éthique à la suite du décès du premier (1794). Fait curé de SS. Vincenzo ed Anastasio, il occupe cette cure durant vingt-quatre années. Il est membre de l’Académie de religion catholique (11 août 1803). Devenu successivement provincial, procureur général, vicaire général puis général (1826) de son ordre, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (6 avril 1817) ainsi que qualificateur de la congrégation du Saint Office (avant le 27 mars 1819) ; il est membre du Collège philologique de la Sapience et de l’Académie romaine d’archéologie. Il meurt à Rome le 25 décembre 1829. Il a publié sur l’ordre de Léon XII son cours de la Sapience sous le titre d’Ethicae seu moralis philosophiae institutiones (Rome, 1828 ; 2e éd., Rome, 1839, 2 vol.).

468Sources : Diario di Roma du 16 janvier 1830, n° 5. PIOLANTI 88. Antonio COLARIETI, Degli uomini più distinti di Rieti per scienze, lettere ed arti. Cenni biografici, Rieti, 1860, p. 69-71.

Angelo PICCHIONI (1779-1852)

469Natif de Cori, dans le Latium méridional, premier minutante de la secrétairerie des Brefs, Grégoire XVI le nomme successivement camérier d’honneur (avant le 4 mai 1831) et substitut du secrétaire des Brefs (avant le 5 novembre 1831), puis l’élève à la dignité de camérier secret et le fait chanoine de Saint-Jean du Latran. Pie IX le confirme dans sa dignité de camérier secret (avant le 25 août 1846). Il occupe sa charge de substitut jusqu’à son décès, intervenu à Rome, à l’âge de 73 ans, le 21 avril 1852.

470Sources : Giornale di Roma du 22 avril 1852, n° 92.

Francesco PICCOLOMINI († 1879)

471Né à Orvieto vers 1812 de Giovanni Battista Piccolomini, il est promu chanoine de Saint-Pierre du Vatican (4 mai 1845), camérier secret participant et échanson (coppiere) de Sa Sainteté par Grégoire XVI (20 octobre 1845), il est confirmé dans ses fonctions à l’avènement de Pie IX (18 juin 1846) qui l’élève à la dignité de prélat domestique (avant le 9 août 1850). Entré en prélature à l’âge de 39 ans en qualité de prélat référendaire (1er avril 1852), il est nommé juge de la Fabrique de Saint-Pierre (10 mars 1853) puis chanoine altarista de la basilique Saint-Pierre de Rome (28 juin 1868). Il meurt le 28 janvier 1879. On conserve de lui un discours de jeunesse, De cathedra romana sancti Petri principis apostolorum oratio (Rome, 1837).

472Sources : ASR/SG vol. 731, ff. 217. GRIMALDI XIX, ff. 71r, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende. GRIMALDI XIX, ff. 73v, Capitolari della SS. Basilica Vaticana che hanno preso possesso delle rispettive prebende et Giornale di Roma du 15 juin 1868. GRIMALDI XIX, ff. 63v, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti.

Paolo PICCONI

473Originaire de Savone, barnabite, il devient général de son ordre (18411847). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation du Saint Office (8 juin 1842).

Pier Giacinto da Lodi

474Franciscain de l’Observance réformée, pénitencier de Saint-Jean du Latran, consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (15 janvier 1838).

Pietro Alessandro di Santa Margherita, cf.Giovanni Battista BANFI. Ferdinando Maria PIGNATELLI (1770-1853)

475Né à Naples le 9 juin 1770 de Giovanni Pignatelli, prince de Monteradini, et de Lucrezia Mormile, il appartient à l’une des premières familles de l’aristocratie napolitaine. Entré dans l’ordre des clercs réguliers théatins, il est ordonné prêtre le 25 mai 1793 et remplit au sein de son ordre les fonctions de lecteur de philosophie et de théologie à Gênes, puis à Naples où il s’établit dans la maison généralice de l’Ordre à San Paolo Maggiore. Élu en 1824 préposé général de son ordre, Grégoire XVI, par un bref apostolique du 5 février 1836, le reconfirme dans ses fonctions et le fait examinateur prosynodal de l’archevêché de Naples. Il entre également au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de la Propagande (3 avril 1838). Nommé archevêque de Palerme le 3 février 1839 par le roi Ferdinand II, il est préconisé le 21 février et consacré à Rome par le cardinal De Gregorio le 1er avril. Élevé aussitôt au Sacré Collège à l’âge de 69 ans le 8 juillet 1839, il reçoit le 11 juillet le titre presbytéral de S. Maria della Vittoria (11 juillet 1839) et est agrégé le même jour aux congrégations des Évêques et Réguliers, de la Résidence des évêques, de l’Immunité ecclésiastique et des Indulgences. Il participe au conclave de Pie IX. Décédé à Palerme le 10 mai 1853 au terme d’un épiscopat de quatorze années, il est enseveli dans la cathédrale de Palerme. Il a livré à la publication une Lettera pastorale sopra la lettura dei libri perniciosi (Palerme, 1850).

476Sources : HC VII 31 et 298. BOGLINO 86-90. Giornale di Roma du 19 mai 1853, n° 112. Emanuele VACCARO, Per le esequie del cardinal Ferdinando Maria Pignatelli, arcivescovo di Palermo. Funebre elogio, Palerme, 1853, 17-XII p.

Gaetano PINTO

477Théatin, consulteur de la congrégation de l’Index (Notizie de 1807).

Girolamo PRIORI

478Carme de l’ancienne Observance, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Rites (28 avril 1846). Devenu procureur général de son ordre, Pie IX le nomme consulteur des congrégations de l’Examen des évêques en théologie (avant le 29 octobre 1851) et du Saint Office (avant le 5 juin 1852) ; il devient membre de l’Académie de religion catholique (16 février 1854) et vicaire général de son ordre (avant le 27 septembre 1854).

479Sources : PIOLANTI 267.

Prospero da Bologna

480Capucin d’Imola, consulteur de la congrégation des Indulgences (18 mai 1823).

Luigi PUNGILEONI (1762-1844)

481Né à Correggio (diocèse de Reggio Emilia) en 1762 de la famille des comtes Pungileoni, il entre dans l’ordre des franciscains conventuels et enseigne la philosophie et la théologie. Littérateur et critique d’art, il est nommé par Pie VII préfet de l’Oratoire de la Communion générale (juin 1817). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Rites (12 septembre 1826) et des Évêques et Réguliers (11 septembre 1834) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (1827). Il reçoit un coadjuteur dans ses fonctions de consulteur de la congrégation des Rites en la personne de son confrère Francesco De Pasquali (12 novembre 1842) et meurt à Rome le 22 janvier 1844.

482Il a publié de nombreux ouvrages, dont on retiendra : Rime di Leonido Aseréo P.A. (Bologne, 1795) ; Memorie istoriche di Antonio Allegri detto il Coreggio (Parme, 1817-1821, 2 vol.) ; Lettere sopra Marcello Donati (Parme, 1818) ; Elogio storico di Giovanni Santi, pittore e poeta, padre del gran Raffaelo di Urbino (Urbino, 1822) ; Memorie intorno alla vita e alli studj di Veronica Gambara (Brescia, 1827) ; Elogio storico di Raffaele Santi di Urbino (Urbino, 1829) ; Memorie intorno alla vita e alle opere di Donato o Domnino Bramante (Rome, 1836)

483Sources : Diario di Roma du 27 janvier 1844, n° 8. PIOLANTI 109. Francesco FABI MONTANI, Elogio di P. Luigi Pungileoni, dans Giornale arcadico, CIV, 1845, p. 218-237.

Carlo QUARANTOTTI († 1818)

484Clerc mineur régulier caracciolino du couvent de S. Lorenzo in Lucina, lecteur de l’ Arciginnasio de la Sapience, il est élu provincial de son ordre pour la province de Rome (5 mai 1801), puis vicaire général de l’ordre. Il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 21 février 1807).

485Sources : Diario ordinario du 9 mai 1801, n° 37 (élection en qualité de provincial).

Salvatore QUINTINI

486Avocat, consulteur de la congrégation du Saint Office (31 mai 1841).

Giuseppe Maria RAIMONDI

487Dominicain, consulteur de la congrégation des Indulgences (15 janvier 1819).

Raniero Maria da Lucca († 1819)

488Franciscain de l’Observance, il est nommé au lendemain de la première restauration consulteur de la congrégation des Rites (avant le 6 août 1800). Il meurt à Rome le 17 février 1819.

489Source : Diario di Roma du 20 février 1819, n° 15.

Michele REBOA

490Né à Rome, prêtre séculier, archiprêtre de la collègiale de S. Niccolô in Carcere, docteur in utroque jure, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (25 juillet 1805) puis encore, au lendemain de la Restauration, consulteur de la congrégation de la Propagande (27 novembre 1821).

Vincenzo Benedetto Giuseppe RECANATI, cardinal de Pie IX en 1853, cf Giusto da Camerino. Karl August von REISACH (1800-1869), cardinal de Pie IX en 1855

491Né à Roth, près de Nuremberg, dans les États de Bavière, le 6 juillet 1800, troisième fils du comte Johann Adam von Reisach († 1820), il devient docteur in utroque jure de l’université de Landshut le 23 août 1821 ; il poursuit ensuite ses études à Tübingen, Göttingen et Leipzig puis à partir de l’automne 1824 à Rome, au Collegio Germanico-Ungarico. Ordonné prêtre le 10 août 1828, il devient docteur en théologie du Collège romain (5 septembre 1828). Pie VIII le choisit pour directeur du Collegio Urbano de la Propagande (février 1830), où il enseigne également le droit canon. Il est fait successivement consulteur de la congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaires (14 novembre 1831), qualificateur du Saint Office (13 février 1835) et consulteur de la congrégation de l’Index (5 février 1836). Promu par Grégoire XVI évêque d’Eichstätt le 11 juillet 1836, il est consacré à Rome par le pape lui-même le 17 juillet et fait évêque assistant au trône pontifical le 19 juillet. Il est nommé le 12 juillet 1841 coadjuteur de l’archevêque de Munich von Gebsattel auquel il succède le 1er octobre 1846. Créé cardinal par Pie IX le 17 décembre 1855, il est agrégé aux congrégations des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, de l’Examen des évêques, du Concile, des Rites et de l’Index et s’établit à Rome ; sa démission du siège de Munich est acceptée le 19 juin 1856. Nommé membre des congrégations de la Propagande (avant le 16 décembre 1856), du Saint Office (avant le 24 mai 1860) et des Rites (18 mars 1861), il est successivement promu préfet de la congrégation des Études (30 septembre 1861) puis évêque du diocèse suburbicaire de Sabine (22 juin 1868) ; il est encore fait protecteur des Frères des Écoles chrétiennes et des Dames du Sacré Cœur (avant le 17 décembre 1867). Il meurt à Contamine (Savoie) le 22 décembre 1869.

492Il a publié plusieurs ouvrages, dont on retiendra un ouvrage de polémique anti-protestante, Was haben wir von den Reformatoren zu Offenburg, St. Gallen und andern religiösen Stimmführen des katholischen Teuschlands unserer Tage zu halten ? Ein zeitmässes Wort... dargelegt in einem Gespräche zwischen einem Pfarrer und seiner Gemeinde von Athanasius Sincerus Philatheles (Mayence, 1835) ; et la continuation de l’œuvre éditoriale d’Augustin Theiner, Augustini Thineri disquisitiones criticae in praecipuas canonum et decretalium collectiones, seu Sylloges Gallandianae dissertationum de vetustis canonum collectionibus continuatio (Rome, 1836).

493Sources : HC VII, 191 et 268. WEBER II, 511-512. GATZ 603-606 (Anton Zeis), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. Agostino BARtOlINI, Elogio funebre dell’eminentissimo cardinale Carlo Augusto di Reisach, vescovo di Sabina, Rome, 1870, 12 p. Tommaso Maria MARTINELLI, De laudibus eminentissimi ac reverendissimi cardinalis Carli Augusti de Reisach, episcopi Sabinensis... oratio funebris, Rome, 1870, 16 p. J.B. GÔTZ, Kardinal Karl August Graf von Reisach als Bischof von Eichstatt, Eichstatt, 1901. Hubert BASTGEN, Ein Briefwechseln zwischen Bischof Reisach und Kardinal Lambruschini, dans Römische Quartalschrift, XXXIV, 1926, p. 199-237. E. GARHAMMER, Seminaridee und Klerusbildung bei Karl August Graf von Reisach. Eine pastoralges-chichtliche Studie zum Ultramontanismus des 19. Jahrhunderts, Stuttgart-Berlin-Cologne, 1990.

Luigi Maria REZZI (1785-1857)

494Né à Plaisance le 17 juillet 1785 de Giovanni Battista et Margherita Veneziani, entré au noviciat de la Compagnie de Jésus à Colorno (duché de Parme) le 4 août 1803, il rejoint la Compagnie de Jésus à Naples en novembre 1804 puis à Palerme en 1805, où il se lie étroitement avec son compatriote le P. Gaetano Angiolini (1748-1816, cf. sopra), représentant du général Taddeo Brzowowski en Sicile. À la suite du grave conflit interne qui embrase la Compagnie de Jésus à l’époque de son rétablissement (Sollicitudo omnium ecclesiarum, 31 juillet 1814), le P. Angiolini est déchu de ses fonctions en Sicile ; Luigi Rezzi gagne Gênes (11 mai 1814) puis Rome (17 juin 1814) où il établit sa résidence aux côtés du P. Angiolini. Nommé bibliothécaire du Gesù, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 10 septembre 1814) et succède à sa mort au P. Angiolini (17 novembre 1816) en sa qualité de consulteur de la congrégation des Rites (7 décembre 1816). Examinateur prosynodal du diocése de Sabine (1818), professeur d’Écriture sainte au Gesù (septembre 1819 - mai 1820), il voit la congrégation universelle de la Compagnie de Jésus, convoquée à Rome le 4 septembre 1820, se conclure par l’élection aux fonctions de général du P. Luigi Fortis, ancien adversaire du P. Angiolini. Luigi Rezzi quitte en 1820 définitivement la Compagnie tout en conservant ses fonctions en Curie. Réduit à l’état de prêtre séculier, il est nommé par Pie VII professeur d’éloquence latine et d’histoire romaine à l’Arciginnasio de Rome (avant le 5 janvier 1821) puis de langue latine et italienne (19 août 1826) ; il devient également conservateur de la bibliothèque Barberini (avant le 14 mars 1821). Il fait fonction de minutante du secrétariat du cardinal camerlingue (avant le 9 août 1823) et d’agent général de la Curie épiscopale de Plaisance auprès du Saint-Siège (1833). Accusé en 1833 de vol de livres et de manuscrits à la bibliothéque Barberini, il est, malgré ses protestations d’innocence, déchu de ses fonctions (19 octobre 1835) ; le prince Tommaso Corsini lui confie l’année suivante la charge de conservateur de la bibliothèque Corsiniana (1er avril 1836). Élu orateur du peuple romain (16 juin 1848) et favorable au mouvement de réformes dans l’État pontifical, il participe à une ambassade déléguée auprès du pape par la Chambre des députés pour réclamer son retour à Rome. Il ne se rallie toutefois pas à la République romaine et, tout en se retirant à Florence (26 avril 1849) où il demeure près de cinq mois, adresse à Pie IX une lettre de soumission (21 avril 1849) ; il obtient du pape un rescrit absolutoire (28 juillet 1849), ce qui ne l’empêche pas d’être attaqué « comme un nouveau Bolgeni » (G. Cugnoni) dans la Civiltà cattolica : il a en effet édité le traité Dei limiti delle due potestà ecclesiastica e secolare, dissertazione postume dell’abate Vincenzo Bolgenni già teologo della Penitenzieria apostolica (Florence, Birindelli, 1849), inscrit à l’Index avec la mention donec corrigatur le 19 décembre 1850. Suspendu de ses fonctions d’enseignement à la Sapience (20 février 1850) et admis à faire valoir ses droits à la retraite, il est toutefois nommé professeur émérite et confirmé dans ses fonctions de consulteur des deux congrégations de l’Index et des Rites jusqu’à son décès, intervenu à Rome le 23 janvier 1857. Ses nombreux manuscrits sont conservés à la Bibliothèque Corsiniana.

495Il laisse une œuvre imprimée considérable, dont on retiendra : Elogio storico letterario del P. Gaetano Angiolini della Compagnia di Gesù (Rome, 1817) ; Lettera a Giovanni Rosani... sopra i manoscritti barberiniani commenti alla Divina Commedia di Dante Alighieri (Rome, 1826) ; A Vincenzo Gioberti. Ragionamento (Rome, 1848) ; Descrizione del ricevimento fatto all’esimio filosofo Vincenzo Gioberti nell’Università romana, il 4 giugno 1848, dai professori e studenti della medesima (Rome, 1848) ; Sulla vita e sulle opere di Guido Bonatti (Rome, 1851) ; Sulla invenzione del microscopio (Rome, 1852) ; Elogia Francesci Xaverii De Andrea et eius filü Ioannis (Rome, 1856). Il a également procuré plusieurs éditions (Plutarque, Horace, Fénelon, Giovanni Della Casa, Benedetto Varchi), parmi lesquelles : Canzone di Gabriele Chiabrera in lode d’Urbano VIII (Rome, 1828) ; Le tre orazioni di Marco Tullio Cicerone dette dinanzi a Cesare per M. Marcello, Q. Ligario e il re Dejotaro, volgarizzate da Brunetto Latini (Milan, 1832) ; Canzone di Ludovico Ariosto sulla partenza di Ginevra (Rome, 1835) ; Lettere inedite di Benvenuto Cellini, Lorenzo Bellini e Giambattista Vico (Naples, 1856).

496Sources : SOMMERVOGEL VI, 1701-1702. Giornale di Roma du 24 janvier 1857, n° 19. Ettore NOVELLI, In morte di Luigi Maria Rezzi, Velletri, 1857, 7 p. Giuseppe SPEZI, Luigi Maria Rezzi, owero Dell’antica e moderna eloquenza, Rome, 1857, 37 p. Augusto FORTUNA, Luigi Maria Rezzi, Rome, 1878, 7 p. Giuseppe CUGNONI, Vita di Luigi Maria Rezzi scritta dal suo discepolo, Imola, 1879, XX-340 p. Ludovic CHAILLOT, Pie VII et les Jésuites, Rome, 1879, p. 366-370. Francesco PICCO, Luigi Maria Rezzi maestro della « scuola romana », Plaisance, 1917, 194 p.

Giacomo RICCA (1796-1861)

497Né à Civezza (Imperia) en 1796, il entre dans l’ordre des Augustins. Lecteur de Sainte Écriture à l’Arciginassio de la Sapience durant près de trente années, membre de l’Académie de religion catholique (1838), il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (2 décembre 1837). Il meurt à Porto San Maurizio (Ligurie) en 1861.

498Sources : PIOLANTI 117. D.A. PERINI, Bibliographia augustiniana. Scriptores itali, Florence, 1935, III, p. 118-119.

Gaetano RICCIOTTI

499Prêtre séculier, substitut de la congrégation de l’Immunité, il est encore fait consulteur de la congrégation de l’Immunité (28 juillet 1827).

Alfonso Maria ROBIOLO (1804-1845)

500Né à Biella, dans le Piémont, il entre dans l’ordre des Servites de Marie à Florence, puis devient curé de la paroisse romaine de S. Marcello (1836). Promu par Grégoire XVI confesseur de la Famille pontificale (avant le 26 décembre 1840) et consulteur de la congrégation de la Propagande (12 mars 1842), il meurt à Rome à l’âge de 41 ans le 25 août 1845.

501Sources : Diario di Roma du 2 septembre 1845, n° 70. Antonio Maria VICENTINI, Il confessore del S. Palazzo Apostolico e l’ordine dei Servi di Maria, Vicence, 1925, p. 52-53 et 99 (bref de nomination).

Jan Philip ROOTHAAN (1785-1853)

502Né à Amsterdam le 23 novembre 1785 d’un père chirurgien, il poursuit ses études au Gymnase puis à l’Athénée de la ville et entre au noviciat de la Compagnie de Jésus de Dunabourg, en Russie blanche, le 1er juillet 1804 ; il prononce ses vœux le 21 juin 1806 est ordonné prêtre le 27 janvier 1812 et fait sa profession général à Orcha, près de Potosk, le 2 février 1819. Après l’expulsion des Jésuites de Russie (25 mars 1820), il devient professeur au collège de Brigue, dans le Valais, puis recteur du nouveau collège Saint-François de Paule de Turin (21 juin 1823) fondé par le roi Charles-Félix ; il fait renvoyer pour cause de jansénisme l’abbé Vincenzo Gioberti qui y enseignait la théologie morale. Promu provincial d’Italie (hiver 1829), il est élu quelques mois plus tard général de la Compagnie le 9 juillet 1829 ; il publie une nouvelle Ratio studiorum de l’ordre en 1832. Il entre au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (avant le 27 juin 1832) et de consulteur des congrégations de la Discipline des Réguliers (avant le 23 janvier 1833) et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (25 juillet 1836). Il doit quitter Rome le 29 mars 1848, séjourne en France, en Belgique et dans l’Europe du Nord-Ouest et regagne Rome le 27 avril 1850. Il meurt à Rome le 8 mai 1853.

503Sa nouvelle édition des Exercitia spiritualia de saint Ignace (Londres, 1837) est précédée d’une importante lettre De spiritualium exercitiorum studio et usu ; il a également publié de son vivant une Lettera ai Padri e fratelli della Compagnia di Gesù sul culto e la devozione al S. Cuore di Gesù (Modène, 1848). Les Opera spiritualia Ioannis Philippi Roothaan Societatis Iesu praepositi generalis XXI (Rome, 1936, 2 volumes en XVI-564 et 526 p.) ont été réunies et éditées par Ludovicus de Jonghe et Pietro Pirri, ainsi qu’une collection d’ Epistolae Ioannis Philippi Roothaan Societatis Iesu praepositi generalis XXI (Rome, 1935-1940, 5 volumes en X-368, XLIV-488, XXXVIII-580 et XXXII-XXXII-984 p.), en vue d’un procès de béatification qui a donné lieu également à la publication d’une Beatificationis et canonizationis... Ioannis Philippi Roothaan, XXI Praepositi generalis Societatis Jesu... Positio super introductione causae ex officio compilata (Cité du Vatican, 1953).

504Sources : SOMMERVOGEL VII, 117-127. DS XIII (1988), 920-931 (André Boland), avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie. PÁSZTOR (AEE), 211. Giornale di Roma du 9 mai 1853, n° 103. Pedro ALBERS, De hoogeerwaarde Pater Johanns Philippus Roothaan, XXI Generaal der Societeit van Jezus en de voornaamste letgevallen zijner Orde. I - 1785-1829. II - 1829-1853, Nimègue, 1912, 2 volumes en VIII-408 et 472-18 p. Augustin NEU, Johann Philipp Roothaan, der bedeutenste Jesuitengeneral neuerer Zeit, Fibourg-en-Brisgau, 1928, VIII-256 p. Giuseppe BOZZETTI, Rosmini e il P. Roothaan in un recente articolo dalla Civiltà Cattolica, Domodossola, 1930, 29 p. Pietro PIRRI, P. Giovanni Roothaan, XXI Generale della Compagnia di Gesù, Isola del Liri, 1931, 551 p. Ludovicus DE JONGE, De dienaar God. Jan Philip Roothaan S. I., 1785-1853, Wassenaar, 1934, 274 p. Giuseppe BOZZETTI, Rosmini e i Gesuiti in una biografia del P. Roothaan, Domodossola, 1934, 63 p. Robert G. NORTH, The General who rebuilt the Jesuits, Milwaukee, 1944, XII-292 p. H. BERNARD-MAÎTRE, Le Père Jean-Philippe Roothaan et la Vulgate latine
des Exercices de saint Ignace, dans Revue d’ascétique et de mystique, XXXVII,
1961, p. 193-212. C.J. LIGTHART, De nederlandse Jezuitengeneraal Jan Philip
Roothaan ; Amsterdam 23.11.1785 - Rom 8.5.1853. Een antwoord op de vrag : « Wat is een jezuiet ? », Nimègue, 1972, XIV-290 p. C.J. LIGTHART, The Return of the Jesuits. The Life of Jan Philip Roothaan, Londres, 1978, XX-370 p.

Giovanni Battista ROSANI (1787-1862)

505Né à Aceglio (diocèse de Tortona) le 21 septembre 1787, il entre dans l’ordre des Scolopes en 1803 et est ordonné prêtre le 25 août 1810. Il enseigne successivement à Raguse, puis à Alatri et enfin, à partir de 1820, au Collegio Nazareno de Rome, les humanités, puis l’éloquence. Procureur général, puis préposé général de son ordre (9 mai 1836), membre de l’Académie de religion catholique (1827), il entre au service de la Curie en qualité d’hymnographe de la congrégation des Rites (14 mai 1838), charge qu’il conserve jusqu’à sa mort, puis d’examinateur des évêques en théologie (18 décembre 1839) et de consulteur des congrégations de l’Index (22 novembre 1843) et, plus tardivement, du Saint Office. Il est membre effectif de l’Académie romaine d’archéologie en décembre 1835. Promu secrétaire de l’Académie de religion catholique (2 avril 1835) jusqu’en 1859 et président de l’Académie des nobles ecclésiastiques (1843-1847) en remplacement de Mons. Sinibaldi (avant le 4 novembre 1843), il est nommé par Grégoire XVI le 22 janvier 1844 évêque d’Érythrée in partibus, consacré à Rome le 28 janvier par le cardinal-vicaire Patrizi et fait évêque assistant au trône pontifical le 10 mai. Il prononce le 4 juin 1846 devant les cardinaux du Sacré Collège réunis en conclave l’éloge funèbre de Grégoire XVI. Il abandonne le généralat de son ordre et se voit choisi pour successeur Gennaro Fucile (2 mai 1848). Il meurt à Rome le 8 août 1862. Il a publié un des Cenni biografici del cav. Luigi Chiaveri (Rome, 1838) et une Biografia del cav. Angelo Maria Ricci (Rome, 1850)

506Sources : HC VII 189. PIETRANGELI 87. PROCACCINI 135. PIOLANTI 53-54 et 109. GRIMALDI XIX, ff. 62v, Nota degl’individui capitolari della SS. Basilica Vaticana defunti. Giornale di Roma du 11 août 1862, n° 182. Leode-garius PICANYOL, Brevis conspectus historico-statisticus ordinis Scholarum Piarum, Rome, 1932, p. 34-36. Alessandro CHECCUCCI, Biografia di mons. Giovanni Battista Rosani, Rome, 1869, 55 p. Enrico CARUSI, Una prosa di Gaetano Moroni e una poesia di Mons. Giovanni Battista Rosani nell’Accademia Tiberina, Rome, 1940, 8 p.

Jean Louis de ROZAVEN (1772-1851)

507Né à Quimper le 9 mars 1772, Jean Louis de Leissègues de Rozaven suit en émigration, à Jersey puis en Allemagne, son oncle de Leissègues, ancien jésuite ; ordonné prêtre à Paderborn, il entre en 1795 dans la Société du Sacré-Cœur du P. de Tournely, puis en 1799 dans la Société de la Foi du P. Paccanari ; il est successivement envoyé en Angleterre pour la fondation du pensionnat de Kensington, puis en Russie où il entre dans la Compagnie de Jésus. Professeur de philosophie au collège de Saint-Pétersbourg, il œuvre à la conversion au catholicisme de la princesse Galitzin, de Madame Swetchine puis du jeune prince Galitzin. Après l’expulsion des Jésuites de Russie, il gagne Rome où il est nommé assistant de la province de France (1820) aux côtés du général Fortis ; il occupe ces fonctions jusqu’à sa mort et enseigne également la théologie au Collège romain. Candidat malheureux à l’élection à la charge de général de la Compagnie, il doit s’effacer devant son confrère Jan Philip Roothaan, élu le 9 juillet 1829. Il joue un rôle déterminant dans lutte contre la théologie du « sens commun » (ordonnance du général Fortis du 4 octobre 1823) et dans la condamnation romaine de Lamennais (encyclique Mirari vos du 15 août 1832). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (22 juin 1836). Il meurt à Rome le 2 avril 1851.

508Il a publié, souvent sous le voile de l’anonymat, un ensemble important d’ouvrages de controverse théologique, dont on retiendra : La Vérité défendue et prouvée par les faits contre les calomnies anciennes et modernes (Polock, 1817 ; Avignon, 1825 ; traduction italienne : La Verità difesa e provata coi fatti contro le calunnie viete e nuove, Reggio, 1819) ; Du Pape et des jésuites. L’Église catholique justifiée contre les attaques d’un écrivain qui se dit orthodoxe, ou Réfutation d’un ouvrage intitulé : Considérations sur la doctrine et l’esprit de l’Église orthodoxe, par Alexandre de Stourdza, à Weimar, 1816 (Lyon-Paris, 1822) ; L’examen d’un ouvrage intitulé : Des doctrines philosophiques de la certitude dans leur rapport avec les fondements de la théologie, contre Gerbet (Avignon, 1831 ; seconde édition en 1833) ; Lettre du R.P. Rozaven sur le système philosophique de l’abbé de Lamennais, dans Trois articles du R.P. Félix, S. J., sur l’ouvrage intitulé Les rationalistes et les traditionalistes du R.P. Chastel, Bruxelles, 1851, p. 36-54 ; Auguste Galitzin éd., L’Église russe et l’Église catholique. Lettres inédites du R.P. Rozaven (Paris, 1862) ; Augustin INGOLD éd., Lettres du P. de Rozaven sur les erreurs de M. Bautain, Paris, 1902, 15 p. On a publié certains éléments de sa correspondance : H. PERENNES, Quelques lettres de famille du Père Jean-Louis de Rozaven, dans Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie du diocèse de Quimper et du Léon, XXV, 1926, p. 173192, 245-256, 310-320 et 378-382.

509Sources : SOMMERVOGEL VII, 264-267. DThC XIV.1 (1939), 142-144 (J.-P. Grausem). A. GUIDÉE, Notices historiques sur quelques membres de la Société des Pères du Sacré-Cœur, Paris, 1860, I, p. 125-267. M.J. et Louis LE GUILLOU éd., La condamnation de Lamennais, Paris, 1982, 754 p., passim.

Camillo RUBBI († 1834)

510Prêtre séculier, chanoine de Sainte-Marie-Majeure, professeur de théologie dogmatique à l’Université grégorienne (14 septembre 1795), il est reconfirmé dans ses fonctions au lendemain de la République romaine (12 novembre 1799). Au lendemain de la Restauration, il est nommé membre de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814), canoniste de la Pénitencerie (17 avril 1816), camérier secret surnuméraire (avant le 20 avril 1816), examinateur du clergé romain, qualificateur du saint Office (Notizie de 1818) et consulteur des congrégations de l’Index (18 décembre 1820) et de la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821). Devenu canoniste émérite de la Pénitencerie, il meurt à Rome le 7 mars 1834.

511Source : Diario di Roma du 12 mars 1834, n° 20.

Ildebrando RUFINI (1805-1852)

512Né à Rome de l’avocat Giovanni Rufini, lieutenant général du tribunal civil de l’auditeur général de la Chambre apostolique, et de Maria Domenica Teresa Belletti, il poursuit également des études juridiques. Entré au service de la Curie en qualité d’auditeur de la Commission criminelle extraordinaire pour les Romagnes présidée par le prélat Invernizzi (1827), il est promu par Grégoire XVI pro-procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique auprès du procureur Francesco Leggeri, auquel il succède à la suite de son décès (10 mai 1845). Pie IX le fait successivement membre de la commission de réforme des procédures criminelle et civile (été 1846), prélat domestique (21 décembre 1846) ainsi que ponent et président de la seconde section de la Consulte (31 décembre 1846). Il entre ensuite seulement en prélature à l’âge de 41 ans en qualité de référendaire (4 janvier 1847) puis est fait membre du Conseil d’État (13 mai 1848). Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, Pie IX le fait successivement président de la Commission sanitaire (avant le 30 novembre 1849) puis directeur général de la Police (7 novembre 1850) et membre de la congrégation de Lorette. Il meurt à Rome le 8 novembre 1852.

513Sources : ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 187. Carla LODOLINI TUPPUTI, Ricerche sul Consiglio di Stato pontificio (1848-1849), dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, XCV, 1974, p. 263. Giornale Di Roma des 9 novembre et 10 décembre 1852, n° 256 et 282.

Giuseppe RUIZ MONEDERO

514Né à Naples, religieux de la congrégation du bienheureux Pierre de Pise, consulteur de la congrégation des Indulgences (5 novembre 1822).

515Source : ASV/SS Interni a. 1822, rub. 14 (dossier de nomination).

Francesco Maria RUSPOLI (1752-1829)

516Né à Rome le 12 février 1752 du prince Alessandro Ruspoli (1708-1779) et de la comtesse Prudenza Capizucchi († 1786), veuve du marquis Naro (voir au prélat Alessandro Ruspoli pour les origines familiales), il est élevé au Collège Romain, puis à l’Académie des Nobles de Turin, enfin à l’Académie Théré-sienne de Vienne. Entré dès sa jeunesse au service de la cour d’Autriche, il est successivement chambellan de l’impératrice Marie-Thérèse, ambassadeur extraordinaire à Naples de l’empereur Léopold II puis conseiller d’état de l’empereur François II. De retour à Rome en 1805, il est nommé, à la suite de la mort du dernier des Conti, Michelangelo, duc de Poli et de Guadagnolo (4 juin 1808), maître du Sagro Ospizio et camérier secret participant de la Chapelle pontificale ; il prend ses fonctions le 11 juin 1808 et les retrouve au lendemain de la Restauration. Il meurt à Rome le 8 mars 1829. Il avait épousé en premières noces la princesse Isabella Giustiniani († 1783) et, en secondes noces, la comtesse Leopoldina Khevenhuller qui lui donne sept enfants, dont le futur prince puis prélat Alessandro Ruspoli (1785-1842).

517Sources : LITTA IV, Marescotti di Bologna (1838), tav. I-IV. PIETRA-MELLARA II, 122-124. AMAYDEN II, 177. MORONI XLI (1846), 181-191, Maestro del Sacro Ospizio. Notizie del giorno des 12 et 20 mars 1829, n° 11 et n° 12. Alessandro RUSPOLI, Del Maestro del S. Ospizio Apostolico, Vignanello, 1923, 86p ; Memorie sulla origine e sui diritti del Gran Maestro del S. Ospizio del Palazzo Apostolico, Vignanello, 1925, 62 p.

Giovanni Nepomuceno RUSPOLI (1807-1876)

518Né en 1807 du prince Alessandro Ruspoli (1785-1842), entré dans les ordres et devenu auditeur de Rote, puis auditeur général de la Chambre apostolique (voir à ce nom pour les origines familiales), et de Maria Esterhazy de Galantha († 1821), il succède à son grand-père Francesco dans la charge héréditaire et vacante (depuis 1829) de maître du Sagro Ospizio (14 décembre 1838) et de camérier secret participant de la Chapelle pontificale. Pie IX le nomme membre du Consiglio di Roma (avant le 23 novembre 1847). Il s’éteint en 1876.

519Sources : Alessandro RUSPOLI, Del Maestro del S. Ospizio Apostolico, Vignanello, 1923, 86 p. ; Memorie sulla origine e sui diritti del Gran Maestro del S. Ospizio del Palazzo Apostolico, Vignanello, 1925, 62 p.

Girolamo SACCHETTI (1806-1864)

520Né en 1806 de Scipione Sacchetti (cf. infra pour les origines familiales) et d’Eleonora Cenci Bolognetti, prieur des caporioni en 1836, il est élevé par Grégoire XVI le 26 janvier 1838 à la charge de coadjuteur cum futura successione de son père dans ses fonctions de grand fourier (foriere maggiore) et lui succède dans sa charge le 16 novembre 1839. Pie IX le nomme membre du Consiglio di Roma (avant le 23 novembre 1847). Il reçoit le 17 juin 1852 pour coadjuteur cum futura successione son fils Urbano qui lui succède à sa demande le 20 novembre 1857. Il meurt à Rome le 27 juin 1864 et est enseveli dans sa chapelle gentilice à S. Giovanni de’ Fiorentini. Il avait épousé Maria Spada Veralli qui lui donne trois fils, Urbano, futur foriere maggiore, le marquis Clemente, également futur foriere maggiore, et Luigi époux et héritier de la princesse Maria Barberini.

521Sources : Giornale di Roma des 27 juin et 5 juillet 1864, n° 144 et n° 150. Giulio SACCHETTI, Il marchese Girolamo Sacchetti, pro-prefetto dei Sacri Palazzi Apostolici, Rome, 1967, p. 271-287.

Scipione SACCHETTI (1767-1840)

522Né à Lyon en 1767 du marquis Giulio Sacchetti et d’une mère française, il appartient à une famille d’origine florentine établie à Rome dans la seconde moitié du xvie siècle ; le cardinal Giulio Sacchetti (1587-1663), nonce auprès du roi d’Espagne, élevé au Sacré Collège par Urbain VIII le 19 janvier 1626, établit la forune de la famille et acquiert des Ceoli en 1648 le palais Sacchetti de la via Giulia ; son neveu Urbano Sacchetti (1640-1705), auditeur général de la Chambre apostolique, puis évêque de Viterbe, est à son tour élevé au Sacré Collège par Innocent XI le 1er septembre 1681. Les Sacchetti sont inscrits au nombre des 60 familles du patriciat de Rome par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV en la personne du marquis Giovanni Battista Sacchetti, conservateur de Rome (1736). Scipione Sacchetti, après que son père Giulio a dû quitter l’Italie à demi ruiné, s’établit à nouveau à Rome dans les années 1780 et rétablit la fortune de sa famille. Cavallerizzo maggiore, puis foriere maggiore (avant le 14 juin 1794) de Pie VI, il est confirmé dans ses fonctions par Pie VII (avant le 9 juillet 1800). Il accompagne le pape Pie VII durant le voyage que ce dernier effectue à Paris à l’occasion du couronnement de Napoléon (2 novembre 1804 - 16 mai 1805). Il est successivement confirmé dans ses fonctions par Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI. Assisté par son fils Girolamo en qualité de coadjuteur cum futura successione à partir du 26 janvier 1838, puis subsitué par ce dernier à sa demande le 16 novembre 1839, il meurt deux mois plus tard à l’âge de 72 ans, le 23 janvier 1840, et est enseveli à S. Giovanni dei Fiorentini. Il avait épousé en 1793 Eleonora Cenci Bolognetti qui lui donne trois enfants, Giulio (mort jeune), le futur jésuite (1816) Giovanni Battista Sacchetti (1796-1869), préfet et directeur de l’Oratoire della Caravita de Rome de 1833 à 1869, et le futur marquis et foriere maggiore Girolamo (cf. supra).

523Sources : PIETRAMELLARA II, 124-126. AMAYDEN II, 182-183. Diario di Roma du 28 janvier et du 15 février 1840, n° 8 et n° 13. MORONI XXV (1840), 189, Foriere maggiore. Giuseppe CECCARELLI, I Sacchetti, Rome, 1946, 41 p. (p. 32-33). Giulio SACCHETTI, Il viaggio di Pio VII a Parigi in un diario di Scipione Sacchetti, dans Studi romani, 1958, p. 446-456, et Un episodio della Roma napoleonica (dai documenti inediti dell’Archivio Sacchetti), dans Strenna dei Romanisti, XXI, 1960, p. 149-161.

Carlo SACCONI (1808-1889), cardinal de Pie IX en 1861

524Né à Montalto, dans les Marches, le 9 mai 1808, il appartient à une famille de la noblesse ; son frère cadet, Antonio Sacconi (1822-1898), et le fils de ce dernier, Vincenzo, occuperont à Rome les fonctions d’avocat consistorial. Carlo Sacconi poursuit ses études à Montalto, puis à Rome où il devient docteur in utroque jure. D’abord professeur au séminaire de Montalto (1829) puis provicaire général du diocèse, camérier d’honneur de Grégoire XVI (avant le 27 juillet 1831), il entre en 1839 au service de la Curie en qualité d’auditeur de la nonciature de Turin et poursuit ensuite une carrière diplomatique : successivement chargé d’affaires interimaire du Saint Siège auprès de la cour de Piémont (janvier 1844) puis auprès de la cour de Toscane (janvier 1845), il est élevé par Pie IX à la dignité de camérier secret (avant le 15 septembre 1846). Promu internonce (13 novembre 1847) puis nonce apostolique (27 mai 1851) à Munich, il est fait archevêque in partibus de Nicée (27 mai 1851) et consacré à Rome le 8 juin par le cardinal Fransoni ; il quitte Rome le 14 juin pour Munich. Il est transféré deux ans plus tard à la nonciature de Paris (28 septembre 1853) où il présente ses lettres de crédit à Napoléon III le 8 décembre ; il devient archevêque assistant au trône pontifical (11 décembre 1860). À l’issue d’une nonciature de près de huit années, Pie IX l’élève le 27 septembre 1861 au Sacré Collège et l’agrège le 30 septembre aux congrégations du Concile, de l’Immunité ecclésiastique, des Rites et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Il est fait successivement préfet de l’Économie de la Propagande (29 août 1863), préfet de la Signature de Justice (20 décembre 1867), évêque du diocèse suburbicaire de Palestrina (8 octobre 1870) et pro-dataire (6 mars 1877) ; il est encore agrégé à la congrégation du Cens (avant le 17 décembre 1863). Léon XIII le confirme dans ses fonctions de pro-dataire (5 mars 1878), le nomme évêque de Porto et S. Rufina et vice-doyen du Sacré Collège (15 juillet 1878) et enfin le 24 mars 1884 évêque d’Ostie et Velletri et doyen du Sacré Collège. Il meurt à Rome cinq ans plus tard, le 25 février 1889, et est enseveli au cimetière du Campo Verano.

525Sources : HC VIII, 15 et 411. WEBER II, 514-515 (essentiel). DE MARCHI 55, 123 et 127. Mariano GABRIELE éd., Il carteggio Antonelli-Sacconi (18581860), Rome, 1962, 2 vol. Jean MAURAIN, La Politique ecclésiastique du Second Empire, de 1852 à 1869, Paris, 1930, passim.

Salvatore da Ozieri (1795-1863)

526Dans le siècle Pietro Saba. Né à Ozieri, diocèse de Bisarchio, en Sardaigne, le 3 septembre 1795, il entre dans l’ordre capucin de la province de Sassari le 7 septembre 1811 et prend le nom de Salvatore ; il fait profession au couvent d’Ozieri le 7 septembre 1812 et est ordonné prêtre le 9 août 1818. Successivement maître des novices puis gardien du couvent d’Ozieri, il se transfère à Rome pour devenir secrétaire général de son ordre (1831). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de la Propagande (1er mai 1837). Définiteur général (1838), recteur du collège missionnaire S. Fedele à Rome (1848), il est élu général de l’ordre le 13 mai 1853, charge qu’il occupe jusqu’au 29 mai 1859. Pie IX l’élève à la dignité d’archevêque de Carthagène (25 septembre 1862) et fait consulteur du Saint-Office (5 février 1862). Nommé commissaire apostolique pour les Indes occidentales en vue de la négociation d’un concordat entre le Saint-Siège et le Portugal, il meurt le 28 mai 1863.

527Source : HC VIII, 185. G.B. MARROCU, Elogio funebre detto all’occasione delle solenni esequie celebrate ad implorare le requie eterne pel defonto Mons. Salvatore Saba da Ozieri, Rome, 1863. Tommaso da Calangiano, Elogio funebre all’immortale memoria di S. E. Rma Mons. Fr. Salavatore Saba da Ozieri, Rome, 1864. G.B. DAMELAS, L’uomo della burrasca : Mons. Fra Salvatore Saba da Ozieri, fulgida gemma della Sardegna, Frascati, 1943. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, passim.

Girolamo SANGALLO

528Natif de Lodi, franciscain conventuel, consulteur de la congrégation des Rites (19 mars 1823).

Liborio SANIPOLI

529Minime, consulteur de la congrégation des Indulgences (11 mars 1821).

Loreto SANTUCCI (1777-1845)

530Né à Nomento (aujourd’hui Mentana), en Sabine, le 7 avril 1777 de Filippo Santucci et d’Annunziata Borgia, sœur du poète Antonio Borgia, de l’Académie de l’Arcadie, il appartient à une famille onorevole e antica du ceto civile de la localité ; son neveu, l’abbé Domenico Santucci (1802-1851), mourra recteur du collège Capranica. Élevé au collège Capranica de Rome puis par les dominicains de S. Maria sopra Minerva, il y devient docteur en théologie (25 juin 1796). Archiprêtre de Mentana de 1801 à 1815, il occupe à Naples, durant l’occupation napoléonienne de Rome, un emploi de précepteur auprès du duc de Polignano. Entré le 1er septembre 1815 au service de la Secrétairerie d’État en qualité de minutante, il démissionne de son poste pour raisons de santé le 1er janvier 1829. Il a été élu entre temps, le 22 avril 1824, VIIe Custode général de l’Académie de l’Arcadie à la suite du décès de l’abbé Godard ; il était auparavant vice-custode ; il démissionne dès juin 1828. Le cardinal Lambruschini le nomme le 6 août 1836 chargé d’affaires du Saint Siège auprès de la cour de Toscane ; il occupe cette fonction jusqu’au 23 mars 1842, date à laquelle sa démission est acceptée par la Secrétairerie d’État. Retiré à Rome avec le titre de camérier secret, il y meurt le 12 octobre 1845 et est enseveli à l’église de la Pietà de Mentana. Figure de proue du monde académique et littéraire romain de la Restauration, il n’a laissé qu’un seul volume imprimé, Poche rime (Rome, 1835) ; il a également traduit en italien les Odes d’Horace.

531Sources : DE MARCHI, 123. PÁSZTOR (Segreteria), 172, 176 et passim. Notizie del giorno du 16 octobre 1845, n° 42. Francesco FABI MONTANI, Elogio storico di Monsignor Loreto Santucci, VII Custode generale di Arcadia, letto nella solenne generale adunanza tenuta nella sala del Serbatoio il dï 5 dicembre 1850, Rome, 1851, 24 p. et Biografia dell’abate Domenico Santucci, Rome, 1852, 12 p.

Pier Vincenzo SAULI

532Chanoine de la congrégation de Saint-Sauveur du Latran, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (avant le 9 avril 1831) en qualité de coadjuteur de son confrère Vincenzo Garofali (auquel il succède lors de son décès, intervenu le 3 février 1839) ainsi que qualificateur du Saint Office (avant le 1er décembre 1832) ; il est membre de l’Académie de religion catholique. Il reçoit à son tour un coadjuteur dans ses fonctions de consulteur des Rites en la personne de son confrère Giovanni Strozzi (avant le 20 octobre 1846).

533Sources : PIOLANTI 111.

Nicola SAVO

534Chargé d’affaires du Saint Siège à Bogota après le départ du nonce Gaetano Baluffi (30 juin 1842), il demeure en poste jusqu’en 1847.

535Sources : DE MARCHI 95.

Antonio Maria SCALABRINI (1774-1867)

536Né à Trapani en 1774, ministre des Infirmes, théologien et prédicateur, consulteur général pour la Sicile (24 juin 1832) puis préfet général (22 mai 1838), vicaire général et procureur général de son ordre, membre de l’Académie de religion catholique (1830), il est nommé consulteur de la congrégation de la Discipline des Réguliers (le 23 janvier 1836). Il meurt à Rome en 1867.

537Sources : PIOLANTI 110. M. ENDRIZZI, Bibliografia camilliana, Vérone, 1910, p. 136-138.

Ignazio SCANDELLARI (1756-1832)

538Né à Bologne le 18 septembre 1756, il entre dans l’ordre barnabite où il fait profession le 9 novembre 1775 ; il est successivement professeur de physique à Finale, puis lezionista à Livourne, professeur de théologie morale en Toscane jusqu’aux réformes léopoldines, puis à Macerata. Transféré à Bologne, il y enseigne la théologie, devient examinateur du clergé, recteur du collège des Nobles S. Francesco Saverio et provincial barnabite de Bologne (1804) ; il dirige également la bibliothèque publique de S. Lucia (1801-1810). S’exprimant couramment en langue anglaise, il convertit au catholicisme Sofia de’ Marescotti et assiste sur son lit de mort la comtesse d’Albany. Au lendamin de la Restauration, il est brièvement choisi comme cinquantième général de l’ordre barnabite (1823-1826) ; il entre au service de la Curie en qualité de consulteur du Saint Office (18 juin 1823). Il meurt à Bologne le 19 décembre 1832. Il a publié une étude Della vita e delle opere del Padre D. Michel’Angiolo Griffini (Bologne, 1809).

539Sources : Paolo VENTURINI, Vita del reverendissimo P.D. Ignazio Sacandellari, bolognese, generale dei Barnabiti, consultore del S. Uffizio, Bologne, 1835, 72 p. Orazio Maria PREMOLI, Storia de’ Barnabiti dal 1700 al 1825, Rome, 1925, p. 493-495. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 19331937, 4 vol., III, p. 451-452.

Alessandro SCHMID

540Franciscain de l’Observance, pénitencier de Saint-Jean du Latran, consulteur de la congrégation de l’Index (13 février 1837).

Gavino SECCHI MURRO (1794-1868)

541Né à Sassari en 1794, il entre dans l’ordre des Servites de Marie et poursuit ses études à Sassari, puis au collège Henri de Gand près du couvent romain de S. Marcello. Ordonné prêtre à Rome, il devient bachelier en théologie le 15 octobre 1819. Nommé lecteur de théologie au couvent de Bologne (1821), il devient maître en théologie (1822), puis prieur du couvent S. Fiorenzo de Pérouse (1826) et enfin régent du collège Henri de Gand (1830). Promu par Grégoire XVI procureur général de son ordre (6 juin 1835), théologue des cardinaux Ri- varola, Spinola et Amat, il est fait consulteur des congrégations de l’Index (avant le 24 mars 1832), de la Propagande (12 janvier 1833), des Rites (3 octobre 1833, en qualité de coadjuteur cum futur successione) et des Évêques et Régu- liers (3 janvier 1835) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (1er dé- cembre 1845) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (1837). Son nom demeure attaché à la mise à l’Index des Operette morali de Leopardi donec corregatur (décret du 27 juin 1850). Promu par Pie IX confesseur de la Famille pontificale (avant le 30 juin 1853), il meurt à Rome à l’âge de 74 ans le 1er juin 1868. Il apublié des Pro instauratione studiorum Ordinis servorum Beatae Ma- riae Virginis documenta (Rome, 1839).

542Sources : PIOLANTI 114. Giornale di Roma du 2 juin 1868, n° 125. FAELLI, Leopardi all’Indice, dans Nuova Antologia, LXXXI, s. IV, 16 octobre 1897, p. 737 et sqtes. Antonio Maria VICENTINI, Il confessore del S. Palazzo Apostolico e l’ordine dei Servi di Maria, Vicence, 1925, p. 58-62. Gabriele Maria ROSCHINI, Galleria Servitana, Rome, 1976, p. 543-544.

Maurizio SEMERIA

543Augustin, vice procureur général de son ordre, consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 23 juillet 1831).

Domenico Alfonso (Lorenzo) SERAFINI (1773-1846)

544Né à Camerata (diocèse nullius de Subiaco) le 23 mai 1773, Domenico Alfonso Serafini entre à l’âge de 16 ans dans l’ordre capucin dont il revêt l’habit le 24 octobre 1789 sous le nom de frère Lorenzo da Camerata ; il est ordonné prêtre le 12 mars 1796. Lecteur en philosophie (29 novembre 1802), puis en théologie, il exerce de 1810 à 1814, après la dispersion de l’ordre par les autorités françaises, des responsabilités de prêtre séculier à Macerata. De retour en 1814 au couvent de Subiaco dont il devient gardien et lecteur, il est nommé définiteur général de l’ordre capucin (1824). Promu par Léon XII prédicateur apostolique (1827) et examinateur des évêques en théologie (7 juin 1828), il exerce ces fonc- tions jusqu’à ce que Grégoire XVI le nomme le 27 avril 1840 évêque in partibus de Corycus ; il est consacré à Frascati le 31 mai par le cardinal Micara, son confrère et prédécesseur ; il devient également consulteur de la congrégation des Rites (avant le 16 janvier 1841). Il meurt à Rome, d’apoplexie, le 3 janvier 1846.

545Sources : HC VII, 165. Mauro da Leonessa, Il Predicatore Apstolico. Note storiche, Isola del Liri, 1929, p. 158-160. Melchior a Pobladura, Historia generalis ordinis fratrum minorum capucinorum. Pars tertia (1761-1940), Rome, 1951, p. 461.

Raimondo SERDOMENICI

546Prêtre séculier, recteur du Collegio Urbano de la Propagande, consulteur de la Propagande (4 juillet 1818).

Giacomo SINIBALDI (1766-1843)

547Né à S. Elpidio (Fermo) le 10 juillet 1766, ordonné prêtre le 7 juin 1800, il entre au service de la Curie en qualité de camérier secret de Pie VII et devient chanoine de Sainte-Marie-Majeure. Promu au lendemain de la Restauration président de l’Académie des nobles ecclésiastiques (avant le 13 juillet 1814), il occupe cette charge jusqu’à son décès. Promu le 13 aôut 1821 évêque de Damiette in partibus, il est consacré à Rome le 19 août par le cardinal Galleffi. Il est nommé député de la Visite apostolique extraordinaire des églises de Rome (31 mai 1824). Grégoire XVI l’élève le 27 janvier 1843 à la dignité de patriarche latin de Constantinople et le fait consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Notizie de 1843). Il meurt quelques mois plus tard, à S. Elpidio, le 2 septembre 1843.

548Sources : HC VII 161 et 172. ACCADEMIA 134. PÁSZTOR (AEE), 212.

Domenico SOMIGLI, cf. Giuseppe Maria da Pescia. Giuseppe SOMMARIVA (1761-1829)

549Né à Lodi le 24 juillet 1761, il est apparenté au cardinal Scotti Gallarati (1747-1819), créé par Pie VII le 23 février 1801. Docteur in utroque jure de l’université de Pavie (27 juin 1785), il est ordonné prêtre le 17 décembre 1785 puis devient archiprêtre de la cathédrale de Lodi. Pie VII le choisit pour ablégat auprès du cardinal Oppizzoni, archevêque de Bologne, élevé au Sacré Collège le 26 mars 180 ; il entre alors en prélature à l’âge de 45 ans en qualité de prélat domestique (avant le 18 avril 1804). Au lendemain de la Restauration, grâce à la protection du cardinal Scotti, il est fait consulteur de la congrégation des Indulgences (25 janvier 1817). Promu évêque de Modène le 12 juillet 1824, il est consacré à Rome le 18 juillet par le cardinal Castiglioni. Il meurt sur le siège de Modène cinq ans plus tard, le 7 mars 1829.

550Sources : HC VII, 273. ASV/SS Interni a. 1817, rub. 14 (intervention du cardinal Scotti).

Mariano SPADA (1796-1872)

551Né à Acireale, en Sicile, le 1er janvier 1796, sous le nom de Filippo Spada, d’origine modeste (il suo casato non era illustre), son oncle est prévôt de la collégiale puis cathédrale d’Acireale ; il devient très tôt orphelin. Entré dans l’orde dominicain au couvent de Taormina, il poursuit ses études de philosophie et de théologie au couvent de Messine, où il prononce ses vœux et prend le nom de Mariano. Lecteur en théologie, il est ordonné prêtre en 1819 à l’abbaye de S. Lucia del Mela, puis enseigne à partir de 1822 au couvent romain de S. Tommaso della Minerva. Protégé par le provicaire général de l’Ordre Pio Maurizio Viviani, il devient maître en théologie (1er mars 1827), puis successivement compagnon (socius) du maître général pour le royaume des Deux-Siciles (1838) ; Grégoire XVI le nomme consulteur de la congrégation des Rites (2 avril 1845). Élu prieur du couvent romain de la Minerve (1848), il est à partir de 1850 le socius et le principal collaborateur du maître général Jandel pour le royaume de Naples et la Sicile ; provincial d’Écosse (23 janvier 1851), il devient procureur général de l’Ordre dominicain (17 décembre 1855) en remplacement de Gaude, promu cardinal. Pie IX le nomme membre de la Consulte théologique pour la préparation de la définition du dogme de l’Immaculée Conception (20 septembre 1850). Le gouvernement italien refuse sa nomination au siège d’Agrigente. Promu professeur à l’Université de Rome (6 septembre 1862), puis maître du Sacré Palais (29 juillet 1867), il est nommé membre de la Commission théologico-dogmatique préparatoire du concile Vatican I (27 août 1867). Il meurt à Rome le 15 novembre 1872 et est enseveli au couvent de la Minerve.

552On conserve de lui un Esame critico sulla dottrina dell’Angelico Dottore S. Tommaso di Aquino circa il peccato originale relativamente alla beatissima Vergine Maria (Naples, 1839) et des Animadversiones quas proposuit p. Fr. Marianus Spada S. T. M. ac Procurator generalis O.P. in opus Illustrissimi ac Reverendissimi Domini I.B. Malou Ep. Brugensis de dogmate Immaculatae Conceptionis B. Mariae Verginis (Rome, 1862), traduit en français sous le titre Saint Thomas et l’Immaculée Conception (Paris, 1863).

553Sources : Osservatore Romano du 20 novembre 1872. M. MUSMECI, Elogio funebre del P. Spada, Acireale, 1872. A. SESTA, Del P. Mariano Spada. Il Rosario, dans Memorie domenicane, XXVII, 1910, p. 484-494. Ambrogio ANDALORO, P. Mariano Spada O.P. interprete di San Tommaso sull’Immacolata Concezione, Catane, 1958, VI-127 p.

Michele SPINELLI

554Théatin, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1792) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Luigi SPISNI (1789-1841)

555Né à Caldara di Reno (diocèse de Bologne) le 21 juin 1789, il entre dans l’ordre barnabite où il fait profession le 15 mai 1815 à Rome ; il enseigne successivement la philosophie et les mathématiques au collège S. Luigi de Bologne. Devenu le cinquante-quatrième général de l’ordre barnabite (1838-1841), il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Évêques et Réguliers (6 février 1840) et du Saint Office (27 juillet 1841). Il meurt à Rome le 8 septembre 1841 et est enseveli à S. Carlo ai Catinari.

556Sources : Diario di Roma du 14 septembre 1841, n° 74. Giovanni PIANTONI, Biografia del padre don Luigi Spinsi, generale de’ Barnabiti, Rome, 1841, 12 p. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 1933-1937, 4 vol., III, p. 536-537.

Biagio (Giovanni Domenico) STEFANELLI (1779-1852)

557Né à Vico dei Pancelli (Val di Lima, diocèse de Lucques) le 15 juin 1779, baptisé sous le nom de Biagio, il prend celui de Giovanni Domenico lorsqu’il entre dans l’ordre dominicain ; il est ordonné prêtre le 3 avril 1802 et devient maître en théologie (6 août 1817). Inquisiteur du Saint Office pour la ville de Spolète durant près de dix-neuf ans, il est promu archevêque de Lucques le 11 juillet 1836, consacré à Rome le 25 juillet par le cardinal Giacomo Brignole et fait évêque assistant au trône pontifical le 9 août. Il abandonne son diocèse le 11 mars 1844 à la suite d’un conflit consécutif au droit d’élection du curé par le « peuple » de la paroisse de Lammari, dont il refuse de reconnaître le candidat, l’abbé Roni. Démissionnaire du siège de Lucques le 18 décembre 1844, il est promu par Grégoire XVI archevêque in partibus de Trajanopolis le 20 janvier 1845. Retiré au couvent dominicain de S. Maria sopra Minerva, il est fait consulteur de la congrégation de la Propagande (28 avril 1846). Il meurt à Rome le 5 février 1852.

558Sources : HC VII, 243 et 374. Giornale di Roma du 8 février 1852, n° 31. Pier Giorgio CAMAIANI, Dallo Stato cittadino alla città bianca. La « società cristiana » lucchese e la rivoluzione toscana, Florence, 1979, 582 p., ad indicem. Maria Luisa TREBILIANI, Contrasti politico-religiosi per la elezione popolare di in parroco negli ultimi anni del ducato di Parma, Atti dell’Accadmia lucchese di scienze, lettere ed arti, XV-XVI, 1983, repris dans Studi storici lucchesi. Personaggi, awenimenti, società nel xix secolo, Lucca, Maria Pacini Fazzi Editore, 1992, p. 39-68 (en particulier n. 13, p. 60), et Ibid., passim.

Heinrich STRATMANN

559Natif de Munster (Westphalie) dans le royaume de Prusse, franciscain de l’Observance, ancien missionnaire apostolique à Stockholm, ancien ministre général de son ordre, il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (10 décembre 1834).

Giovanni STROZZI (1813-1867)

560Né à Lugo le 7 mai 1813 d’une nobile ed antica famiglia, il entre dans l’ordre des chanoines de Saint-Sauveur du Latran où il fait profession en 1836 ; il enseigne à Rome la philosophie et la théologie et devient membre de l’Académie de religion catholique (15 janvier 1844). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (9 mai 1846), puis de coadjuteur de son confrère Pier Vincenzo Sauli dans ses fonctions de consulteur de la congrégations des Rites (avant le 20 octobre 1846). Devenu abbé général de sa congrégation (1860), il meurt à Velletri le 6 avril 1867 et est enseveli à S. Pietro in Vincoli.

561Sources : Giornale di Roma du 9 avril 1867, n° 81. Osservatore romano du 11 avril 1867. PIOLANTI 128.

Placido Maria TADINI (1759-1847)

562Né à Moncalvo (diocèse de Casale Monferrato) le 11 octobre 1759 dans une famille onesta e civile, baptisé sous le nom de Luigi Placido, il entre dans l’ordre des Carmes de l’ancienne Observance sous le nom de Placido Maria ; il est ordonné prêtre le 21 septembre 1782 et devient maître en théologie. Établi au lendemain de la Restauration dans le couvent romain de S. Maria Traspontina, il devient pénitencier de Saint-Pierre du Vatican et lecteur de théologie morale à l’université de la Sapience 23 juin 1824) ; il est fait examinateur du clergé romain (avant le 2 décembre 1826) et devient membre de l’Académie de religion catholique (1827). Il est fait assistant général de son ordre. Entré brièvement au service de la Curie en qualité de consulteur, il devient examinateur des évêques en théologie (26 mars 1827) et consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829). Nommé le 13 août 1829 par le roi Charles-Félix évêque de Biella, dans le Piémont, il est préconisé par Rome le 28 septembre et consacré le 18 octobre à S. Maria Traspontina par le cardinal Bertazzoli. Promu moins de trois ans plus tard par le roi Charles-Albert, le 24 avril 1832, archevêque de Gênes à l’âge de 72 ans, il est préconisé par Rome le 2 juillet. Élevé au Sacré Collège des cardinaux le 6 avril 1835 sur le titre de S. Maria Traspontina (24 juillet 1835), Grégoire XVI l’agrège aux congrégations des Évêques et Réguliers, des Rites, de la Discipline et des Indulgences. Décédé à Gênes le 22 novembre 1847 au terme d’un épiscopat de douze années durant lequel il combat avec énergie la tradition janséniste ligure, il est enseveli dans la métropole de Gênes.

563Sources : HC VII, 28, 43, 121 et 220. Diario di Roma des 27 novembre et 4 décembre 1847, n° 95 et n° 97. MORONI LXXII (1855), 224-226. EncCatt XI (1953), 1696-1697 (Mario De Camillis). PIOLANTI 109.

Mauro TALUCCI

564Né à Ascoli, olivétain, lecteur de philosphie à Monte Oliveto Maggiore, puis de théologie à Rome (S. Maria Nuova), Ascoli et Florence, secrétaire du procureur général de la congrégation olivétaine à Rome, il est nommé au lendemain de la Restauration consulteur de la congrégation des Indulgences (7 janvier 1815), relateur (avant le 29 janvier 1817) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index et consulteur des congrégations des Rites (6 septembre 1820), de la Propagande (4 avril 1821) et de la Correction des livres des Églises d’Orient (5 mai 1821). Il est membre de l’Académie de religion catholique (1er mars 1817). Son nom disparaît des Notizie après 1821. Il a publié un traité Della obbedienza dovuta al Pontefice (Rome, 1817).

565Source : PIOLANTI 99.

Lorenzo TARDI (1763-1848)

566Né à Cuneo en 1763, dans le Piémont, entré chez les Augustins, il est prieur général de son ordre de 1831 à 1835 et membre de l’Académie de religion catholique (30 janvier 1818). Grâce à la protection du cardinal Giulio Gabrielli, il est successivement nommé en Curie relateur (Notizie de 1818) puis consulteur (30 janvier 1820) de la congrégation de l’Index, consulteur de la congrégation du Saint Office (7 février 1822) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (15 mars 1833). Il meurt à Rome en 1848. Il a écrit une Vita della b. Rita da Cascia et une Vita della b. Chiara da Montefalco.

567Source : PIOLANTI 100.

Gregorio Maria TERENZI (1764-1827)

568Né à Serrone (diocèse d’Anagni) en 1764 d’onesti genitori, entré en 1782 dans l’ordre dominicain, il revêt l’habit à Florence le 23 février 1783 et prononce ses vœux solennels à Fiesole le 9 août 1786. Il appartient successivement au couvent de S. Marco de Florence, où il poursuit ses études de théologie, puis à partir de 1793 au collège saint Thomas d’Aquin de S. Maria sopra Minerva de Rome où il exerce les fonctions de lecteur. Promu en 1801 curé de la paroisse romaine des SS. Quirico e Giulitta, il est arrêté le 3 août 1810 au couvent S. Caterina da Siena a Monte Magnanapoli par les autorités françaises pour refus de serment et déporté à Parme, puis en Corse, à Bastia puis à la forteresse de Calvi où il est mis au régime du pain et de l’eau du 9 août au 1er octobre 1812. Au lendemain de la Restauration, il rentre triomphalement dans son église des SS. Quirico e Giulitta ; il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (1er décembre 1817). Il meurt à Rome le 9 décembre 1827.

569Sources : ASV/SS a. 1814, rub. 1, Nota dei detenuti nel Forte di Calvi, in Corsica. MERCATI 70 (sous le nom, vraisemblablement d’état-civil, de « Marc Terenzi »). LOBERTI 115 et 122. Notizie del giorno du 20 décembre 1827, n° 51. Tommaso Giacinto CIPOLLETTI, Funebre elogio del fù M.R.P.L. fr. Gregorio Maria Terenzi dell’ordine de’ Padri Predicatori, parroco della ven.chiesa dei SS. Quirico e Giulitta in Roma, pronunciato in detta Chiesa nelle solenni esequie li 15 dicembre 1827, Rome, 1828, 32 p.

Giuseppe TESTA PICCOLOMINI († 1846)

570Né à Rome, il appartient à la famille des barons Testa Piccolomini, une branche de la famille des papes Pie II et Pie III établie à dans la capitale pontificale au cours du xviie siècle et comprise au nombre des 180 familles de la noblesse romaine par la bulle Urbem Romam (4 janvier 1746) de Benoît XIV, en faveur de Giovanni Testa Piccolomini, conservateur de la Ville en 1741 ; Pietro Testa Piccolomini est à son tour conservateur en 1756 ; Tiberio Testa Piccolomini Astalli (1765-1818) est prélat référendaire de Pie VII et auditeur de Rote pour Rome (1804). Le baron Giuseppe Testa Piccolomini est, au lendemain de la première restauration, nommé par Pie VII grand-écuyer (cavallerizzo maggiore) des palais apostoliques (avant le 9 juillet 1800). Il retrouve ses fonctions au printemps 1814 et se voit successivement confirmé par Léon XII (avant le 11 octobre 1823), Pie VIII (avant le 4 avril 1829), Grégoire XVI (avant le 12 février 1831) et Pie IX (avant le 27 juin 1846). Il est encore nommé par Grégoire XVI srcibe noble du Sénat et du Peuple Romains (avant le 11 mai 1841). Il meurt à Rome le 22 septembre 1846 et est enseveli, après des obsèques aux XII Apostoli, dans la chapelle gentilice des Testa Piccolomini à S. Maria della Scala.

571Sources : PIETRAMELLARA II, 161-162. AMAYDEN II, 210. Diario orinario du 9 juillet 1800, n° 55 (nomination). Diario di Roma du 28 septembre 1846, n° 78.

Augustin THEINER (1804-1874)

572Né à Breslau (Silésie) le 11 avril 1804 d’un père allemand et luthérien et d’une mère catholique et polonaise, il se consacre aux études juridiques et historiques sous l’influence son frère aîné, Johann Anton Theiner (1799-1860), ordonné prêtre en 1832 et successivement professeur d’exégèse et de droit canon à l’université de Breslau. Les deux frères Theiner publient en collaboration un ouvrage dirigé contre le célibat ecclésiastique, Einführung des erzwungenen Ehelosigkeit bei den christlichen Geistlichen (1828), qui est inscrit à l’Index le 24 août 1829. Alors que son frère se sépare progressivement de l’Église catholique pour se rallier en 1845 au mouvement catholique-allemand, Augustin Theiner poursuit des études universitaires à Breslau et à Halle, publie une importante monographie sur les Décrétales de Grégoire IX (1829), refuse un poste à l’université de Berlin, puis voyage en Europe, notamment à Paris où il rencontre Lamennais. Sur le conseil de Dupanloup et de Möhler, il se rend à Rome où il se réconcilie avec l’Église durant la semaine Sainte 1833 sous l’influence du jésuite alsacien Antoine Kohlmann. Grâce à la protection du futur cardinal von Reisach, il obtient dès 1834 une poste de professeur de littérature ecclésiastique au Collegio Urbano de la Propagande. Ordonné prêtre, il entre dans la congrégation de l’Oratoire et poursuit dès lors une importante activité d’historien de la Papauté, non sans soulever de nombreuses polémiques. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (6 avril 1840) et devient membre de l’Académie de religion cathiolique (26 février 1841). Pie IX le nomme membre de la commission théologique pour la préparation de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception (9 juin 1848), membre du Collège théologique de la Sapience (avant le 15 avril 1850), consulteur des congrégations du Saint Office (avant le 8 mai 1850), des Évêques et Réguliers (12 mai 1850) et de la Propagande pour les affaires de rite oriental (6 janvier 1862). Promu coadjuteur cum futura successione de Mons. Marino Marini, préfet des Archives vaticanes (4 mars 1851), il lui succède dans ses fonctions le 29 novembre 1855 et prête serment le 6 décembre. Il réédite les Annales de Baronius (Bar-le-Duc, 1864-1883, 37 volumes) qu’il complète auparavant par trois volumes jusqu’au terme du pontificat de Grégoire XIII (1856). À la tête des Archives vaticanes, il met en œuvre une politique très sélective, et parfois contestable, de publication et d’ouverture partielles des fonds. Favorable à la minorité anti-infailli-biliste durant le concile Vatican I, il est privé de son office par Pie IX en 1870 pour avoir communiqué sans autorisation au cardinal Hohenlohe le règlement interne du concile de Trente, et substitué dans ses fonctions par le prélat Giuseppe Cardoni (9 juin 1870). Il meurt à Civitavecchia le 9 août 1874.

573Il laisse une œuvre historique très considérable (cf R. SAMULSKI, Die selbstständig erschienen Veröffentlichungen von Augustin Theiner, dans Archiv fur schlesische Kirchengeschichte, XXXI, 1973, p. 177-186, avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie) dont on retiendra : Einführung des erzwungenen Ehelosigkeit bei den christlichen Geistlichen und ihre Folgen. Ein Beitrag zur Kirchengeschichte (Breslau, 1828) ; Commentatio de Romanorum Pontificum epistolarum decretalium antiquis collectionibus et de Gregorii IX Pontificis Maximi decretalium codice (Leipzig, 1829) ; Il Seminario ecclesiastico, o Gli otto giorni a E. Eusebio in Roma (Rome, 1834) ; Disquisitiones in praecipuas canonum et decretalium collectiones (1836) ; Die neuesten Zustände der katholischen Kirche in Polen und Russland (1841) ; Lettera storicocritica intorno alla elezione dei vescovi mediante il clero e il popolo (Naples, 1849) ; Geschichte des Pontifikats Clemens’ XIV (1853) ; Documents relatifs aux affaires religieuses de la France, 1790 à 1800, extraits des archives secrètes du Vatican (Paris, 18571858, 2 vol.) ; Monuments historiques relatifs aux règnes d’Alexis Michaelovitch, Feodor II et Pierre le Grand (1859) ; Vetera monumenta historica Unghariam sacram illustrantia (1859, 2 vol.) ; Polonia (1860-1864, 4 vol.) ; Slavi meridionali (1863, 2 vol.) ; Irlanda e Scozia (1864) ; L’histoire des deux concordats de la République française et de la République cisalpine (Bar-le-Duc, 1869, 2 vol.) ; Acta genuina Concilii Tridentini (Zagreb, 2 vol.).

574Sources : DThC XV.1, 217-218 (E. Amann). EncCatt XII (1954), 45-46 (Silvio Furlani). PIOLANTI 122. Osservatore romano du 11 août 1874, n° 181. A. MAURI, Augustin Theiner, dans Archivio storico italiano, XXI, 1875, p. 350-391. Hubert JEDIN, Gustav Hohenlohe und Augustin Theiner, 1850-1870, dans Römische Quartalschrift, LXVI, 1971, p. 171-186. F. HEYER, Augustin Theiner, Präfekt der vatikanischen Archive, in seinem austro-slawischen Engagement, dans Kirche im Osten, XIV, 1971, p. 115-134. Hubert JEDIN, Augustin Theiner. Zum 100. Jahrestage seines Tod am 9. August 1874, dans Archiv fur schlesische Kirchengeschichte, XXXI, 1973, p. 134-176 ; Silesiaca aus dem Nachlaβ Augustin Theiners, 1838-1864, dans Archiv fur schlesiche Kirchengeschichte, XXXII, 1974, p. 173-196. Lajôs PASZTOR, Per la storia dell’Archivio Segreto vaticano nei secoli XIX-XX. La carica di Archivista della Santa Sede, 1870-1920. La prefettura di Francesco Rosi Bernardini, 1877-1879, dans Archivum Historiae Pontificiae, XVII, 1979, p. 367-423 (p. 368). J. RAINER, Historische Forschungen in Rom vor der Ôffnung des Vatikanischer Archiv, dans Romische Historische Mitteilungen, XXIII, 1981, p. 181-193. Herman H. SCHWEDT, Augustin Theiner und Pius IX, dans Romische Kurie, Kirchliche Finanzen, Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Rome, 1979, II, p. 825-868. Giacomo MARTINA, La segretezza degli archivi : il Theiner, dans Pio IX (1851-1866), Rome, 1986, p. 627-636. K.G. WESSELING, Theiner, Augustin, dans Biographisch-bibliographisch Kirchenlexikon, XI (1996), p. 791-795. Hubert WOLF, Simul censuratus et censor. Augustin Theiner und die römische Indexkongregation dans Bücherzensur, Kurie, Katholizismus und Moderne. Festschrift fur Hermann H. Schwedt, P. Walter, H.J. Rendenbach éd., Francfort, 2000, p. 27-39.

Carlo THIL (1753-1829)

575Augustin, assistant de son ordre pour l’Allemagne, bibliothécaire de l’Angelica, il occupe durant trente-quatre années la chaire de Lieux théologiques de l’Arciginnasio de la Sapience. Entré au service de la Curie en qualité d’examinateur des évêques en théologie (11 septembre 1822) et consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829), il meurt à Rome à l’âge de 76 ans le 26 août 1829.

576Sources : Diario di Roma du 29 août 1829, n° 69.

Bernardino Maria TIRABASSI (1801-1865)

577Né le 26 mai 1801 à Rotella (diocèse de Montalto), dans les Marches, il est ordonné prêtre le 31 mars 1827 et fait professeur de philosophie au séminaire de Montalto (6 novembre 1827). Entré au service de la Curie en qualité d’auditeur de la nonciature apostolique de Lucerne (avril 1829) auprès de Pietro Ostini, il est successivement nommé minutante de la secrétairerie d’État, puis chargé d’affaires du Saint Siège à la cour de Toscane (avril 1842). Promu trois ans plus tard par Grégoire XVI évêque de Ferentino (20 janvier 1845), il est consacré à Rome le 23 février par le cardinal Cosimo Corsi. Il meurt dans son diocèse de Ferentino le 2 janvier 1865.

578Sources : HC VII, 193. DE MARCHI 123.

Francesco TIRATERRA

579Prêtre séculier, curé de la paroisse romaine de S. Angelo alle Fornaci, il est déporté à Parme, puis en Corse, à Bastia puis à la forteresse de Calvi, par les autorités françaises pour refus de serment. Devenu au lendemain de la Restauration curé de S. Caterina della Rota, il est élu camerlingue du clergé romain (avant le 1er juin 1816) et entre au service de la Curie en qualité de qualificateur du Saint Office (avant le 12 juillet 1817).

580Sources : ASV/SS a. 1814, rub. 1, Nota dei detenuti nel Forte di Calvi, in Corsica. MERCATI 70. LOBERTI 115 et 122.

Vincenzo TIZZANI (1809-1892)

581Né à Rome le 27 juin 1809 de Paolo Tizzani et de Teresa Bedoni, il appartient à une famille de commerçants originaire de Massalumbrense, en Campanie ; il est confié, après la mort de son père (1813) à la direction de son oncle maternel, l’abbé Gaetano Bedoni. Il devient docteur en théologie de l’université de la Sapience (14 août 1832) et est ordonné prêtre le 15 mars 1834 ; il entre dans la congrégation des chanoines réguliers de Saint-Sauveur du Latran (8 octobre 1833). Nommé coadjuteur de son confrère Paolo Del Signore comme professeur d’histoire ecclésiastique à l’université de la Sapience (1833) puis professeur en titre à la suite du décès de ce dernier (18 octobre 1836), il occupe cette chaire, avec quelques interruptions, jusqu’en 1872. Il devient également lecteur en théologie (10 juin 1835) et procureur général du monastère de Sainte-Agnès-hors-les-murs. Il entre alors au service de la Curie en qualité d’auditeur de la nonciature de Naples, pour quelques mois seulement, puis de consulteur de la congrégation de l’Index (31 octobre 1837) et d’examinateur des évêques en théolgie (5 septembre 1838) ; il devient également membre de l’Académie de religion catholique (1837) et de l’Académie Tibérine. Promu par Grégoire XVI le 3 avril 1843 évêque de Terni et consacré à Rome le 18 avril par le cardinal Lambruschini, il doit à regret s’éloigner de Rome. Cinq années plus tard, il démissionne du siège de Terni (14 novembre 1848). Nommé au lendemain de la restauration de l’État ecclésiastique aumônier général (cappellano maggiore) de l’armée pontificale (16 juillet 1850) et chanoine de Saint-Jean du Latran, il est à nouveau fait professeur d’histoire ecclésiastique à l’université de Rome (avant le 15 octobre 1853) ; il est successivement promu par Pie IX archevêque in partibus de Nisibe (30 mars 1855) puis par Léon XIII, patriarche latin d’Antioche (15 janvier 1886). Devenu aveugle, il meurt à Rome le 19 janvier 1892 et est enseveli à Saint-Pierre-aux-Liens.

582L’ensemble des manuscrits de Mgr Tizzani a été vendu à la Bibliothèque Vaticane à l’extrême fin du xixe siècle par sa nièce, la comtesse Lucrezia Accursi Gazzoli de Terni. Ils ont donné lieu à une présentation d’ensemble par Giuseppe CROCE, Una fonte importante per la storia del pontificato di Pio IX e del Concilio Vaticano : i manoscritti inediti di Vincenzo Tizzani, dans Archivum historiae pontificiae, XXIII, 1985, p. 217-345 ; XXIV, 1986, p. 273-363 ; et XXV, 1987, p. 263-363. Le très remarquable et très critique Journal du concile Vatican I rédigé par Mgr Tizzani a été publié par Lajos PÁSZTOR, Il Concilio Vaticano I : Diario di Vincenzo Tizzani (1869-1870), Stuttgart, 1991, 2 vol. en XLV-643 p. Ami intime, directeur spirituel et légataire de Giuseppe Gioachino Belli, dont il a préservé les Sonnetti romaneschi, la correspondance du poète de la Rome pontificale avec le prélat a été publiée par Egle COLOMBI, Lettere inedite a Vincenzo Tizzani, 1839-1847, dans Nuova Antologia, 1963/4, p. 145176, 353-384 et 495-512. Pio PECCHIAI a également édité les Lettrere di Mons. Tizzani alla principessa Giulia Bonaparte, marchesa Del Gallo di Roccagiovine, dans Archivi, XX, 1963.

583Sources : HC VII, 224. HC VIII 107 et 416. PIOLANTI 114. Salavatore REBECCHINI, Un grande amico di G.G. Belli : Mons. Vincenzo Tizzani, dans Strenna dei romanisti, XXXII, 1971, p. 311-321. Lajos PÁSZTOR, Introduzione, dans Il Concilio Vaticano I : Diario di Vincenzo Tizzani (1869-1870), op. cit., p. IX-XLV. Otto WEISS, Zur Veröffentlichung der Konzilstagebücher Vincenzo Tizzanis, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, LXXII, 1992, p. 572-588. Giuseppe Maria CROCE, Monsignor Vincenzo Tizzani ed il Concilio Vaticano I. A proposito di una recente pubblicazione, dans Archivum Historiae Pontificiae, XXXI, 1993, p. 307-348.

Dionisio TOFANELLI

584Avocat consistorial (avant le 25 mai 1832).

Luigi TOGNI (1779-1849)

585Né à Rome le 17 juin 1779 de parents onestissimi e civili, il poursuit ses études au Collège romain et entre à l’âge de dix-huit ans dans la congrégation des Passionistes, puis, le 1er novembre 1814, passe à celle des Ministres des Infirmes de S. Camillo Lellis. D’abord maître des novices, il sera successivement secrétaire général (7 mai 1825), préfet général (1832), procureur général et consulteur pour la province de Rome (22 mai 1838), puis à nouveau préfet général (1844) de son ordre ; il est nommé examinateur du clergé romain (avant le 8 février 1817). Entré au service de la Curie, il est fait consulteur des congrégations des Indulgences (7 février 1824) et du Saint Office (16 mai 1826) ainsi qu’examinateur des évêques en théologie (avant le 9 octobre 1824) et théologue de la Daterie apostolique. Il est encore censeur de l’Académie de religion catholique. Il meurt à Rome dans la nuit du 23 au 24 novembre 1849 et est enseveli à SS. Vincenzo ed Anastasio.

586Sources : Giornale di Roma du 24 novembre 1849, n° 118, et du 2 décembre 1849, n° 124. Niccolô BORRELLI, Orazione funebre in morte del Reve-rendissimo P. Luigi Togni, prefetto generale dei CC.RR. Ministri degli Infermi, recitata il dï 26 novembre 1849 nella chiesa dei SS. Vincenzo ed Anastasio, Rome, 1849, 23 p.

Luigi TOMASSETTI

587Né à Rome vers 1795 de Giuseppe Tomassetti, il entre au service de la Curie en qualité de sous-secrétaire de la congrégation du Concile et de canoniste de la Pénitencerie apostolique (1840-1848). Élevé par Grégoire XVI à la dignité de camérier d’honneur (avant le 4 avril 1840) et confirmé dans cette même dignité par Pie IX (avant le 27 juin 1846), il est promu consulteur de la congrégation du Saint Office (5 septembre 1851). Entré tardivement en prélature à l’âge de 57 ans en qualité de prélat domestique puis de référendaire (15 juillet 1852), il est successivement nommé consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (avant le 9 décembre 1854) et examinateur des évêques en droit canon (avant le 28 février 1855) ; il est également fait protonotaire apostolique participant (30 septembre 1861).

588Source : ASR/SG vol. 731, ff. 229.

Vincenzo TOMBOLINI

589Franciscain conventuel, recteur et régent du collège des Missions orientales à l’hospice S. Antonio près de l’Esquilin, consulteur de la congrégation des Indulgences (4 juin 1845).

Tommaso da Gerano

590Franciscain de l’Observance, lecteur en retraite, protégé du cardinal Galleffi, il est nommé consulteur de la congrégation des Rites (23 février 1819).

Michel’Angelo TONI (1750-1821)

591Né à Rome le 10 mai 1750 de Carlo Toni et Maria Camilla Fati, il est élevé au collège Nazareno des Scolopes. Entré à l’âge de 16 ans dans la congrégation des Ministres des Infirmes fondée par Camillo de Lellis, il revêt l’habit le 29 septembre 1766 puis poursuit sa formation en philosophie et en théologie. Il enseigne successivement la philosophie de 1773 à 1776 puis la théologie de 1776 à 1782. Personnalité importante du courant intransigeant, il fait partie, aux côtés de Luigi Cuccagni et de Giovanni Marchetti, du premier groupe dirigeant du Giornale ecclesiastico di Roma (1785-1798) ; il est membre fondateur de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Pie VI, puis Pie VII l’emploient au service de la Curie. Promu qualificateur puis consulteur (avant le 15 septembre 1802) du Saint Office, il est également élu consulteur (avant le 23 décembre 1801), puis préfet général (1802) de l’ordre camillien ; il est réélu général le 3 mai 1807. Opposant résolu à l’occupation napoléonienne des États de l’Église, il est expulsé de Rome le 26 août 1809 et déporté en France. Arrivé à Paris le 3 octobre, il est confiné quinze jours plus tard à Sainte-Menehould (Marne) puis embarqué à Toulon le 18 mars 1811 en direction de la Corse ; enfin emprisonné aux îles Capraja le 20 septembre 1813. Libéré en mars 1814, il est de retour à Rome le 29 avril. Pie VII le nomme au lendemain de la Restauration membre de la congrégation de la Réforme (4 juin 1814) et examinateur des évêques en théologie (16 septembre 1814), puis consulteur des congrégations de l’Index (23 juillet 1816) et de la Propagande (17 juillet 1817). Il meurt à Rome le 6 décembre 1821 et est enseveli à S. Maria sopra Minerva.

592Sources : Diario di Roma du 12 décembre 1821, n° 99. PIOLANTI 77 et passim. MERCATI, 64 et 73. LOBERTI, 124. Domenico Antonio MARSELLA, De Michaële Angelo Tonio, praefecto generali Clercicorum Regularium Ministrantium Infirmis Commentarius, Rome, 1822, 50 p. Giuseppe PIGNATELLI, Aspetti della propaganda cattolica a Roma da Pio VI a Leone XII, Rome, 1974, passim.

Giovanni Battista TONINI (1806-1852)

593Né à Riva (diocèse de Trente) en 1806, il entre en 1824 dans l’ordre franciscain conventuel ; il en devient définiteur perpétuel. Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur de la congrégation du Saint Office en qualité de coadjuteur de son confrère Giovanni Tommaso Turchi (15 juin 1839) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (17 août 1843). Il rédige le votum qui conduit à la condamnation de l’œuvre de l’abbé Vincenzo Gioberti (décret du Saint Office du 14 janvier 1852). Il meurt à Rome en 1852.

594Sources : PIOLANTI 126. D. SPARACIO, Frammenti bio-bibliografici di scrittori ed autori Minori Conventuali, Assise, 1931, p. 195.

Silvestro TORELLI (1761-1815)

595Né à Iesi en 1761, moine silvestrin, procureur général de son ordre, membre fondateur de l’Académie de religion catholique (4 février 1801), il est nommé consulteur de la congrégation de l’Index (avant le 1er juillet 1807). Il meurt à Rome, au lendemain de la Restauration, le 3 décembre 1815.

596Sources : Diario di Roma du 6 décembre 1815, n° 97. PIOLANTI 77.

Giuseppe Maria TORREGIANI (1753-1821)

597Membre du tiers ordre de saint François, maître en théologie, ancien régent de S. Paolo alla Regola, ancien vicaire général du tiers ordre, examinateur du clergé romain, il est nommé au lendemain de la première restauration consulteur de la congrégation des Rites (avant le 13 septembre 1800). Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie de religion catholique (4 février 1801). Il meurt à Rome à l’âge de 68 ans avant le 24 novembre 1821.

598Sources : Diario di Roma du 24 novembre 1821, n° 94. PIOLANTI 77.

Antonio TRACCHINI († 1823)

599Franciscain conventuel de la province des Marches, définiteur général de son ordre et régent du collège S. Bonaventura aux XII Apostoli durant trente années, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (avant le 28 mars 1804) et qualificateur du Saint Office (Notizie de 1808) puis encore, au lendemain de la Restauration, consulteur de la congrégation des Rites (11 novembre 1815) en remplacement de son confrère Giuseppe Maria Amboni, absent de Rome. Promu procureur général de son ordre (30 mai 1820), il meurt à Rome d’une pneumonie le 10 février 1823.

600Source : Diario di Roma du 19 février 1823, n° 14.

Vincenzo TRAMBUSTI

601Nommé à l’aube de la Restauration coadjuteur du procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique Giovanni Barberi (avant le 16 juillet 1814) ainsi que second lieutenant du tribunal du gouverneur de Rome (avant le 23 juillet 1814), il est fait membre de la commission pour le nouveau code pénal (22 juillet 1816). Au lendemain du décès de Giovanni Barberi, il devient à son tour procureur général du Fisc et de la Chambre apostolique (avant le 25 août 1821). Son nom disparaît des Notizie après 1826.

Antonio Maria TRAVERSI (1765-1842)

602Né à Venise le 21 février 1765, il est ordonné prêtre le 22 décembre 1787. Docteur en théologie, chanoine honoraire de l’église patriarcale de Venise, il est nommé par le Sénat de Venise professeur de logique et de métaphysique à la scuola dei chierici (1796), puis fonde durant la période napoléonienne une institution d’éducation ; le gouvernement autrichien le nomme en 1807 régent du collège de philosophie du Lycée de Venise. Il est membre de l’Académie de religion catholique (14 mai 1807). Ami personnel de Mauro Cappellari, pape Grégoire XVI, il est appelé à Rome, fait chanoine de la basilique Sainte-Marie Majeure et élevé à la dignité de prélat domestique (Notizie de 1833). Il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations des Indulgences, de l’Index (13 novembre 1835), des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (14 juin 1836) et du Saint Office (avant le 10 août 1836). Promu le 11 juillet 1836 archevêque de Nazianze in partibus, il est consacré à Rome le 17 juillet par le pape lui-même et fait le même jour évêque assistant au trône pontifical. Élevé trois ans plus tard à la dignité de patriarche latin de Constantinople (21 février 1839), Grégoire XVI le nomme également président de l’Académie de Religion catholique (7 mars 1839). Il meurt à Rome le 21 septembre 1842 et est enseveli à Sainte-Marie Majeure ; son monument funéraire est sculpté par Giuseppe Fabris. Il a publié des Elementi di fisica generale (Venise, 1822, 6 vol.).

603Sources : HC VII, 161 et 278. PÁSZTOR (AEE), 211. PIOLANTI 49-50 et 95. Diario di Roma du 24 septembre 1842, n° 76. Cenni biogrfici intorno a Mons. Antonio M. Traversi e descrizione del monumento eretto al medesimo in S. Maria Maggiore, Rome, 1843, 12 p.

Giovanni Tommaso TURCHI (1767-1840)

604Né à Aquino, dans le royaume de Naples, le 25 mars 1767, il entre à Naples dans l’ordre franciscain conventuel et poursuit ses activités dans les couvents de Naples, Assise, Aquino et Rome. Il entre au service de la Curie en qualité de coadjuteur cum futura successione de son confrère Jacopo Belli dans ses fonctions de consulteur du Saint Office (7 février 1822) et lui succède lors de son décès, intervenu à Rome le 21 juillet 1824. Il est encore nommé consulteur de la congrégation de la Discipline des réguliers (avant le 23 janvier 1833). Il meurt d’apoplexie à Rome le 16 décembre 1840 et est enseveli aux XII Apostoli.

605Source : Diario di Roma du 2 janvier 1841, n° 1.

Luigi Maria UNGARELLI (1779-1845)

606Né à Bologne le 14 février 1779, il entre dans l’ordre barnabite où il fait profession le 29 octobre 1806. Devenu lecteur en théologie, il se transfère ensuite à Rome comme maître des novices puis assesseur général de son ordre. Pie VIII le nomme consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829), mais il demande à renoncer à cette charge dès le 11 juin afin de se consacrer « aux besoins de son ordre » et est exaucé le 12 juin. Initié à l’égyptologie à travers l’étude des travaux de Champollion dont il soutient le système d’interprétation des hiéroglyphes (il sera accusé de plagiat après la mort de celui-ci par son frère Champollion-Figeac), il s’affirme comme l’un des premiers égyptologues italiens. Grégoire XVI lui confie l’aménagement du Museo egizio vaticano (1839). Il est membre de l’Académie de religion catholique (26 février 1841). Il meurt à Rome le 21 août 1845. L’ensemble de ses publications est très considérables (108 titres recensés par Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti, infra). On en retiendra très particulièrement des Pensieri intorni ai doveri de’ differenti stati della vita (Foligno, 1810), des Elementa linguae aegyptiacae (Rome, 1837), une Bibliotheca scriptorum e Congregatione Clerr. Regg. S. Pauli (Rome, 1836) et une Interpretatio obeliscorum Urbis (Rome, 1842).

607Sources : ASV/SS Interni a. 1829, rub. 14 (nomination et renonciation). Diario di Roma du 26 août 1845, n° 68. EncCatt XII (1954), 764-765 (Sergio Bosticco). PIOLANTI 123. Carlo VERCELLONE, Notice sur le P. Ungarelli barnabite, dans Annales de philosophie chrétienne, XII, 1845, p. 216-220 ; et Di alcuni scritti inediti del p. Luigi Ungarelli, dans Annali di scienze religiose, 2e série, II, 1846, p. 341-370. Pietro Ercole VISCONTI, Biografia del R.P. don Luigi Maria Ungarelli, chierico regolare barnabita, Rome, 1846, 64 p. Giovanni SEMERIA, Del padre Luigi Ungarelli barnabita e dei suoi scritti biblici, dans L’Arcadia, II, 1890, p. 145-155. Giuseppe BOFFITO, Scrittori barnabiti o della Congregazione dei Chierici regolari di San Paolo (1533-1933), Florence, 19331937, 4 vol., IV, p. 91-108 (avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie). Renato LEFEVRE, La fondazione del Museo Gregoriano Egizio al Vaticano, dans Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, Rome, 1948, tome I, p. 223-287.

Mariano VACCARI

608Théatin, préposé général de son ordre, consulteur de la congrégation des Évêques et Réguliers (avant le 7 mars 1846).

Romualdo VALENTI (1768-1821)

609Né à Rimini en 1768, il est envoyé à Turin en 1795 comme assistant du chargé d’affaires du Saint Siège, l’abbé Modestino Pellicani. Demeuré à Turin durant toute la période de l’occupation française en qualité de custode des archives de la nonciature, il occupe à partir de mai 1814 les fonctions d’agent du Saint Siège auprès de la cour de Sardaigne, puis est promu le 6 septembre 1817 chargé d’affaires du Saint Siège. Il meurt à cette charge à Turin le 28 juin 1821.

610Sources : DE MARCHI 251-252. Diario di Roma du 11 juillet 1821, n° 55.

Pietro VALENTINI

611Natif de Prato, vice-auditeur de la nonciature de Florence (1802), il est nommé au départ du nonce Giuseppe Morozzo (1806) chargé d’affaires auprès du royaume d’Étrurie (1er novembre 1806). Emprisonné par les autorités françaises, il est rétabli dans ses fonctions en 1814 avec le titre d’auditeur de nonciature. Demeuré en poste durant près de seize années jusqu’à la nomination d’un nonce apostolique (2 février 1830), il est admis à la retraite le 6 mai 1830.

612Source : DE MARCHI 121-122.

Cornelius VAN EVERBROEK (1784-1863)

613Né à Lierre (diocèse de Liège) le 19 février 1784, il entre dans la Compagnie de Jésus le 21 juin 1805. Professeur d’histoire ecclésiastique au Collège Romain, il entre au service de la Curie en qualité de consulteur des congrégations de la Propagande (12 novembre 1834) et du Saint Office (4 août 1836). Promu substitut cum futura successione du théologue de la Pénitencerie apostolique Michele Domenico Zecchinelli, il lui succède à cette charge au lendemain de son décès, intervenu le 14 janvier 1856. Il meurt à Rome le 17 mai 1863.

614Source : SOMMERVOGEL III, 488.

Angelo Maria VANNINI (1774-1855)

615Né à Rome en 1774 de Domenico et Innocenza Ricci, il appartient à une famille du ceto civile et ses parents sont qualifiés d’agiati. Après des études au Collège Romain, il poursuit une formation en droit à la Sapience où il obtient une licence in utroque jure. Il s’établit en qualité d’avocat auprès de la Curia Innocenziana, puis d’avocat rotale. Il épouse Matilde Vassalli, fille de Francesco ; ils n’ont pas d’enfant. Curiale di collegio, il est appelé à suppléer par deux fois l’auditeur du Trésorier général, Fabrizio Gasparri, et reçoit les félicitations du pape Pie VIII. Entré au service de la Curie à l’âge de 56 ans en qualité d’auditeur civil du Camerlingat (avant le 8 mai 1830), il promu par Grégoire XVI commissaire général de la Chambre apostolique (avant le 18 janvier 1832) et occupe les fonctions de pro-trésorier général durant six mois lors de l’accession de Mario Mattei au Sacré Collège (juillet 1832). Pie IX le nomme curateur de la reconstruction de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs (1846) et il manifeste sa fidélité au gouvernement pontifical lors des événements révolutionnaires ; il est décoré de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand. Il occupe l’ensemble de ses fonctions jusqu’à son décès, intervenu à Rome le 22 (aliter 24) août 1855 ; il est enseveli à S. Andrea della Valle où son épouse Matilde Vassalli fait élever un monument à sa mémoire.

616Source : FORCELLA VIII, 280. Raffaele MONACELLI, Vita di Monsignore Angelo Maria Vannini, commissario generale della R.C.A., Rome, 1855, 22 p.

Carlo Luigi VASSIA

617Doctrinaire, curé de S. Maria in Monticelli, il est nommé consulteur de la congrégation des Indulgences (1er décembre 1817).

Gioacchino VENTURA (1792-1861)

618Né à Palerme le 8 décembre 1792 du baron Paolo Ventura di Raulica et de Caterina Platinelli, il est élevé au Collegio Massimo de la Compagnie de Jésus. Entré dans la Compagnie de Jésus le 19 janvier 1808, il enseigne la litterature à Caltanissetta, puis abandonne les Jésuites le 31 août 1817 pour rejoindre le même jour les Théatins de S. Giuseppe de Palerme où il fait profession solennelle le 31 mai 1818. Établi à Naples à partir de 1819, il défend par ses ouvrages les congrégations religieuses lors de la révolution libérale de 1820-1822 ; il devient ensuite examinateur du clergé napolitain, censeur des livres et des journaux et membre de la Giunta pour l’instruction publique, publie une Enciclo-pedia ecclesiastica e morale (juin 1821 - octobre 1822) de tonalité mennaisienne et traduit Du Pape de Maistre (1823-1824), La législation primitive (1823) de Bonald et les deux premiers volumes de L’Essai sur l’indifférence de Lamennais. Promu procureur général de son ordre (20 mai 1824), il s’établit à Rome à la fin de l’année 1824. Léon XII lui confie la direction du Giornale ecclesiastico (janvier 1825 - mars 1826) et la chaire de droit public ecclésiastique de la Sapience (29 octobre 1825) et le nomme directeur de la congrégation spirituelle de l’Arciginnasio de la Sapience (avant le 24 décembre 1825) ; mais il doit abandonner (spontanea rinuncia) sa chaire dès l’année suivante (avant le 18 octobre 1826) et reçoit du pape une pension à vie de cent écus romains. Il est membre de l’Académie de religion catholique (1825). Il participe cependant aux négociations relatives au concordat avec le duc de Modène et se voit nommé consulteur de la congrégation des Rites (9 décembre 1828). Demeuré à Rome, Pie VIII le nomme examinateur du clergé romain (avant le 9 janvier 1830). Élu pour trois ans préposé général de l’ordre (février 1830), il est en partie compromis à la suite de la condamnation de Lamennais ; il n’est pas confirmé dans ses fonctions de général de l’ordre théatin et devient assistant (3 mai 1833). Il quitte Rome pour Modène, présente sa soumission à Grégoire XVI à la fin de l’année 1833 et s’établit à nouveau à Rome où il réside jusqu’en 1849 ; il est à nouveau nommé consulteur de son ordre (avant le 25 juin 1842). Il se cantonne durant tout le pontificat de Grégoire XVI dans une activité d’orateur sacré et d’écrivain apologétique.

619Fougueux partisan des réformes au lendemain de l’élection de Pie IX qui le fait examinateur des évêques en théologie (10 septembre 1846), il prononce à Rome deux vibrants éloges funèbres de Daniel O’Connell (28 et 30 juin 1847) et des morts de la révolution de Vienne (27 novembre 1848) et devient représentant de la Sicile insurgée (agente del potere esecutivo) auprès de la cour de Rome (31 marzo 1848 - 9 aprile 1849) où il défend les positions indépendantistes contre la cour de Naples ; il réclame du pape une intervention militaire contre l’Autriche (2 mai 1848). Au lendemain de la fuite du pape à Gaète, il continue à résider à Rome durant la République, célèbre un Te Deum dans l’église des Siciliens de Rome en l’honneur de l’indépendance de la Sicile (12 janvier 1849), est élu membre de l’Assemblée constituante (où il ne siège pas), participe à la cérémonie de la bénédiction pascale d’avril 1849, négocie la reconnaissance de la République romaine par le gouvernement sicilien (19 avril 1849) et condamne publiquement l’intervention des armées françaises (12 juin 1849). Au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical, il se réfugie à Civitavecchia et doit s’exiler à Montpellier d’où il adresse sa soumission à Pie IX. Établi à Paris à partir de février 1851, il y entreprend une seconde carrière d’orateur sacré et prêche en 1857 le Carême à la chapelle des Tuileries en présence de Napoléon III sur « le pouvoir politique chrétien ». Il meurt à Versailles le 2 août 1861. Son corps est ramené à Rome et enseveli à S. Andrea della Valle.

620Gioacchino Ventura laisse une œuvre imprimée très considérable : on en trouvera une liste complète dans l’étude de F. DE LUCIA, Bibliografia del padre Ventura. II - Opere e scritti del padre Ventura, dans Regnum Dei, XX, 1964, p. 148-184. On en retiendra ici la seule période romaine (1824-1849) : Elogio funebre del Santissimo Padre Pio Settimo (Naples, 1823) ; De jure publico ecclesiastico commentaria. Liber primus (Rome, 1826) ; De methodo philosophandi. I - De philosophia et methodo philosophandi in genere (Rome, 1828) ; Schiarimenti sulla questione del fondamento della certezza tratti da’ principi della scuola tomistica (Rome, 1829) ; Discorso sul santissimo cuore di Gesù (Rome, 1831) ; L’Epifania del Signore, ovvero Spiegazione del mistero della vocazione de’ gentili alla fede (Rome, 1837) ; Vita di s. Girolamo, massimo dottore della Chiesa (Rome, 1837) ; I Disegni della divina misericordia sopra le Americhe. Panegirico in onore del beato Martino Da Porres (Rome, 1838) ; Le Belleze della fede ne’ misteri dell’Epifania, ovvero la Felicità di creder in Gesù Cristo e di appartenere alla vera Chiesa (Rome, 1839-1842, 3 vol.) ; Il Modello delle vedove, ovvero Biografia cristiana della signora Virginia Bruni vedova Garinei, vedova romana, morta a Roma il dïu 3 febbraio 1840 in età di anni 28 (Rome, 1840) ; La Madre di Dio madre degli uomini, ovvero Spiegazione del mistero della Santissima Vergine a piè della croce (Rome, 1841, 2 vol.) ; Elogio funebre del reverendissimo padre maestro Giuseppe Cataldi (Rome, 1842) ; La Scuola de’ miracoli, ovvero Omelie sopra le principali opere della potenza e della grazia di Gesù Cristo (Rome, 1843-1844, 3 vol.) ; Del principio fondamentale della vera filosofia (Rome, 1846) ; Il tesoro nascosto, ovvero Omelie sopra i misteri, le dottrine e gli esempi che si contengono nella storia evangelica della passione del signore nostro Gesù Cristo (Rome, 1847, 2 vol.) ; Elogio funebre di Daniello O’Connell (Rome, 1847) ; Lo Specchio dei sacerdoti, ovvero Elogio funebre di D. Giuseppe M. Graziosi (Rome, 1847) ; Sopra una Camera de’ Pari nello Stato Pontificio (Rome, 1848) ; Pio IX e l’Italia (Rome, 1848) ; La questione sicula nel 1848, sciolta nel vero interesse della Sicilia, di Napoli e del-l’Italia (Palerme, 1848) ; Memoria per il riconoscimento della Sicilia come stato sovrano indipendente (Palerme, 1848) ; Menzogne diplomatiche, ovvero Esame dei pretesi diritti che s’invocano dal gabinetto di Napoli nella questione sicula (Palerme, 1848) ; Discorso funebre per i morti di Vienna (Rome, 1848).

621Sources : DRN IV (1937), 545-546. DThC XV.2 (1950), 2635-2639 (P. Séjourné). EncCatt XII (1954), 1238-1240. DS XVI (1994), 364-372 (Francesco Andreu). PIOLANTI 108. D’une bibliographie également très considérable (liste exhaustive par le P. Francesco ANDREU, Bibliografia del Padre Ventura. II - Opere e scritti sul Padre Ventura, dans Regnum Dei, XX, 1964, p. 185-210), on retiendra : Paolo CULTRERA, Della vita e delle opere del R.P.D. Gioacchino Ventura, Palerme, 1877, VII-248 p. Amand RASTOUL, Le P. Ventura, Paris, 1906, 187 p. Anna CRISTOFOLI, Il pensiero religioso del P. Gioacchino Ventura, Milan, 1927, 158 p. Pietro PIRRI, Il movimento lammenaisiano in Italia. Nel centenario dell’enciclica Mirari vos. Il padre Ventura e il Giornale ecclesiastico di Roma, dans Civiltà cattolica, 1932/3, p. 313-327, p. 567-583. Francesco ANDREU, Libertà e religione nell’Elogio funebre del P. Ventura per D. O’Connell, dans Regnum Dei, III, 1947, p. 212-224 ; Chateaubriand ambasciatore a Roma e il P.G. Ventura, Ibid., IV, 1948, p. 305-322 ; Romolo QUAZZA, Gioacchino Ventura nel 1847 a Roma secondo il carteggio di Domenico Pareto, dans Bolletino storico-bibliografico subalpino, L, 1952, p. 97-129. Francesco ANDREU, P. Emmanuel d’Alzon et P.G. Ventura, dans Regnum Dei, VIII, 1952, p. 125-139 et IX, 1953, p. 52-80 et 125-155 ; Il Padre Gioacchino Ventura e i Gesuiti, dans Archivum Historicum Societatis Jesu, XXIII, 1954, p. 195-233 ; Il card. Luigi Lambruschini e il P. Gioacchino Ventura, dans Regnum Dei, X, 1954, p. 219-249 ; A. BAVIERA ALBANESE, La corrispondenza diplomatica del P. Gioacchino Ventura incaricato dal governo provvisorio siciliano a Roma (31 marzo 1848 - 9 aprile 1849), dans Miscellanea in onore del prof. Eugenio Di Carlo, Trapani, 1960, 2 vol., II, p. 7-60. Francesco ANDREU, P. Gioacchino Ventura. Saggio biografico, dans Regnum Dei, XVII, 1961, p. 1-161 (fondamental). Raffaele COLAPIETRA, L’insegnamento del padre Ventura alla Sapienza, dans Regnum Dei, XVII, 1961, p. 230-259. Raymond DARRICAU, Présence théatine en France au xixe siècle. L’apostolat du P. Ventura à Paris (1851-1861), dans Regnum Dei, XIX, 1963, p. 1-95. Giustino da Lecce, Il tradizionalismo di Gioacchino Ventura, dans Regnum Dei, XIX, 1963, p. 112-174. Eugenio DI CARLO, Lettere inedite del P. Ventura a Rosmini (novembre 1848 -gennaio 1849), dans Regnum Dei, XX, 1964, p. 5-43. Francesco ANDREU, Memoria del P. Ventura al card. Antonelli, dans Regnum Dei, XX, 1964, p. 75-84. A.S. KASAGI, Church and State in G. Ventura, dans Regnum Dei, XXXV, 1979, p. 1-168, P. DI ATTILIO, Il potere politico nel pensiero di Gioacchino Ventura, Rome, 1979. Mario TESINI, Gioacchino Ventura. La Chiesa nell’età delle rivoluzioni, Rome, 1988, 185 p. Gioacchino Ventura e il pensiero politico d’ispirazione cristiana dell’Ottocento (Palerme, 6-9 octobre 1988), non consulté (compte-rendu d’Eugenio GUCCIONE dans la Rivista storica italiana, CXLVI, 1988, p. 669-671).

Andrea Giuseppe VINCENTI

622Doctrinaire, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1779) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Vincenzo da Massa (1743-1831)

623Entré dans l’ordre franciscain de l’Observance en 1760, par deux fois provincial de son ordre dans les Marches, puis procureur général, vicaire général (11 juin 1821) et commissaire général de son ordre, il s’établit à Rome au lendemain de la Restauration où il devient examinateur du clergé romain (avant le 13 juillet 1816), puis entre au service de la Curie en qualité de qualificateur (avant le 12 juillet 1817) puis de consulteur (4 juin 1818) de la congrégation du Saint Office ainsi que de consulteur de la congrégation de l’Index (20 mai 1822). Il meurt à Fermo à l’âge de 88 ans le 25 juin 1831.

624Source : Diario di Roma du 16 juillet 1831, n° 56.

Cipriano VITALE († 1840)

625Minime, lecteur en théologie, prédicateur de renom, vicaire général de son ordre à Naples, il entre au service de la Curie en qualité de coadjuteur cum futura successione de son confrère Jacopo Maria Ilari dans ses fonctions de consulteur de la congrégation des Rites (14 novembre 1818) et lui succède au lendemain de son décès, intervenu à Rome le 6 mai 1821. Il reçoit à son tour pour coadjuteur son confrère Gaspare Montenero (28 janvier 1840) et s’éteint dans le cours de l’année 1840.

626Sources : ASV/SS Interno a. 1818, rub. 14 (lettre du P. Hari en sa faveur). Diario di Roma du 15 janvier 1841, n° 4 (nécrologie de l’année 1840).

Stefano VIZZARDELLI (1782-1846)

627Né à Monte San Giovanni (Veroli) en 1782, il appartient à une famille de bourgeoisie rurale ; son frère cadet Carlo Vizzardelli (1791-1851) le suit dans une brillante carrière de Curie qui le conduira le 20 janvier 1848 au Sacré Collège. Stefano Vizzardelli, docteur en philosophie, en théologie et in utroque jure (22 juillet 1808), est nommé au lendemain de la Restauration professeur d’histoire ecclésiastique à l’université de Bologne (du 10 janvier 1816 au 31 octobre 1828), enseignement qu’il abandonne à partir de 1825 avant de renoncer à sa charge, puis professeur d’histoire ecclésiastique à l’Académie des nobles ecclésiastiques (27 octobre 1824), charge qu’il conserve jusqu’à sa mort. Entré au service de la Curie en qualité de camérier secret surnuméraire, il est successivement fait chanoine de la basilique Sainte-Marie-Majeure, puis substitut de la Secrétairerie des brefs aux princes (1832-1846) en succession de son frère Carlo ; il est membre de l’Académie théologique de l’Université de Rome. Il occupe de 1841 à 1844 à Lisbonne les fonctions de consulteur auprès de l’internonce et futur cardinal Capaccini et remet de la part de Grégoire XVI la rose d’or à la reine Maria de Gloria et la barrette au cardinal Saraiva, patriarche de Lisbonne, élevé au Sacré Collège le 19 juin 1843. Promu à son retour à Rome consulteur de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (11 octobre 1844), il meurt à Rome le 30 avril 1846.

628Sources : PÁSZTOR (AEE), 212. Diario di Roma du 5 mai 1846 n° 36. GASNAULT BOLOGNA, 240-241.

Nicholas Patrick WISEMAN (1802-1865), cardinal de Pie IX en 1850

629Né à Séville le 2 août 1802 d’une famille catholique d’origine anglaise et irlandaise émigrée en Espagne, orphelin de père à l’âge de quatre ans, il est élevé au collège de Waterford (Irlande), puis à partir de 1810 au collège catholique d’Ushaw, près de Durham, où il est l’élève de Lingard. Il poursuit ses études à Rome, au Collegio inglese, dès sa réouverture (1818). Docteur en théologie de la Sapience (1824), il est ordonné prêtre le 10 mars 1825. Nommé successivement par Léon XII recteur du Collegio inglese et professeur de langues orientales à la Sapience (1828), il entre au service de la Curie sous Pie VIII en qualité de consulteur de la congrégation de l’Index (9 juin 1829) ; il est membre de l’Académie de religion catholique (1830). Il poursuit à Rome et en Angleterre une carrière de prédicateur et d’apologiste, et reçoit Newman et Froude à Rome en 1833. Promu par Grégoire XVI évêque in partibus de Mellipotamos (22 mai 1840) et coadjuteur de Mgr Thomas Walsh, vicaire apostolique du district des Midlands, il est consacré à Rome par le cardinal Fransoni, préfet de la congrégation de la Propagande, le 8 juin et fait évêque assistant au trône pontifical le 14 juillet. Nommé par la congrégation de la Propagande provicaire apostolique du district de Londres (2 septembre 1847) et à nouveau coadjuteur cum futura successione de Mgr Walsh, vicaire apostolique de Londres (28 juillet 1848), il lui succède lors de son décès, intervenu le 18 février 1849. Créé cardinal par Pie IX le 29 septembre 1850, il est agrégé le 3 octobre aux congrégations de la Propagande, des Évêques et Réguliers, de la Discipline des réguliers et des Indulgences, puis successivement à celles de l’Immunité ecclésiastique (avant le 10 décembre 1853) et de l’Index (avant le 28 décembre 1854). Il préside à l’automne 1850 à la restauration de la hiérarchie épiscopale catholique en Angleterre et se voit élevé par Pie IX sur le siège métropolitain de Westminster (29 septembre 1850). Il meurt à Londres le 15 février 1865.

630Il laisse un impotant ensemble de publications ou de conférences de caractère philologique, apologétique et pastoral (traduites pour une grande partie en français ou en italien) dont on retiendra : Horae syriacae, seu Commentationes et anecdota ad res vel litteras syriacas spectantia (Rome, 1828, 2 vol.) ; La sterilità delle missioni intraprese dai protestanti per la conversione dei popoli infedeli, dimostrata dalle relazioni degli stessi interessati nelle medesime, dissertazione letta nell’adunanza dell’Accademia di religione cattolica del primo luglio 1830 (Rome, 1831) ; Two Letters on some parts of the controversy concerning 1. John, V,7, containing also an inquiry into the origin of the first Latin version of Scipture, commodly called the « itala » (Rome, 1835) ; Twelve Lectures on the connection between science and revealed religion (Londres, 1836) ; Lectures on the principal dotrines and practices of the Catholic Church, delivered at St. Mary’s Moorfields during the Lent of 1836 (Londrs, 1836, 2 vol.) ; Lectures on the real presence of the body and blood of Our Lord Jesus Christ in the blessed Eucharist, delivered in the English College, Rome (Londres, 1836) ; Letter to John Poynter, esq., upon his work intitled « Popery in alliance with heathenism » (Londres, 1836) ; Elogio funebre del cardinale Tommaso Weld detto alle sue solenni esequie nella chiesa di S. Maria in Aquiro (Rome, 1837, traduction de Giacomo Mazio) ; Four lectures on the offices and the ceremonies of Holy Week, as performes in the papal chapels, delivered in Rome in the Lent of 1837 (Londres, 1839) ; Lectures on th princial doctrines and practices of the Catholic Church (Londres, 1844) ; An Appeal to the reason and good feeling of the English People on the subject of the Catholic hierarchy (Londres, 1850) ; Essays on various subjects (Londres, 1853, 3 vol.) ; Home Education of the Poor (Londres, 1854) ; Recollections of the last four popes and of Rome in their times (Londres, 1858) ; Points of contact between science and art (Londres, 1863) ; Sermons on moral subjects and Sermons on Our Lord and the B.V. Mary (Dublin, 1864, sermons romains de l’époque de Léon XII). Le cardinal Wiseman est également l’auteur d’un roman d’édification fondé sur l’archéologie chrétienne des Catacombes, Fabiola, or the Church of the catacombs (Londres, 1854), d’une nouvelle, The lamp of the sanctuary (Londres-Derby, 1858), et d’un drame, The Hidden Gem (Londres-Dublin-Derby, 1859).

631Sources : HC VII 261. HC VII 129 (Thomas Walsh). HC VIII 11. DNB XXI (1900), 714-717 (Charles Kent). GILLOW V (1902), 585-590 (avec renvoi à l’ensemble de la bibliographie). EncCatt XII (1954), 1704-1706 (Celestino Testore). LThK X (1965), 1188-1189 (G. Biemer). PIOLANTI 109. Giornale di Roma des 15 février et 16 mars 1865, n° 40 et n° 62 (obsèques romaines au Gesù). E.S. PURCELL, Life of cardinal Wiseman, Londres, 1895, 2 vol. Wilfrid WARD, The life and times of cardinal Wiseman, Londres, 1897, 2 volumes. Paul THUREAUDANGIN, La renaissance religieuse en Angleterre au xixe siècle. I - Newman et le mouvement d’Oxford. II - De la conversion de Newman à la mort de Wiseman, 1845-1865, Paris, 1899-1903, 2 volumes. S. W. JACKMAN, Nicholas cardinal Wiseman. A Victorian Prelate and his Writings, Dublin, 1977, 143 p.

Placido ZARAMELLINI

632Olivétain, consulteur de la congrégation des Indulgences (Notizie de 1790) à la veille de l’occupation française de Rome, son nom ne rapparaît pas dans les Notizie de 1818.

Vincenzo ZAULI (1754-1829)

633Né à Faenza le 15 mai 1754, il appartient à une famille patricienne de la ville, illustrée par le cardinal Giovanni Battista Zauli (1743-1819), canoniste puis dataire de la Pénitencerie apostolique et secrétaire de la congrégation de l’Immunité, emprisonné puis exilé à Paris durant l’occupation napoléonienne de Rome et élevé au Sacré Collège par Pie VII le 8 mars 1816. Vincenzo Zauli, entré dans la Compagnie de Jésus le 23 mai 1805 à Naples, enseigne la théologie morale au futur cardinal Mai au collège d’Orvieto de 1806 jusqu’à la fermeture du collège sur l’ordre des autorités françaises en 1810. Au lendemain de la Restauration, il est nommé théologue de la Pénitencerie apostolique et prend possession de sa charge le 5 décembre 1815 ; il devient également assistant de la province d’Italie (1820). Il est membre de l’Académie de religion catholique (4 avril 1816). Il meurt à Rome, d’apoplexie, le 4 janvier 1829.

634Sources : TAMBURINI, 193, n. 32. PIOLANTI 98. Diario di Roma du 10 janvier 1829, n° 3. Pietro PIRRI, Angelo Mai nella Compagnia di Gesù. Suo Diario inedito del Collegio di Orvieto, dans Archivum historicum Societatis Iesu, XXIII, 1954, p. 255, n. 13.

Michele Domenico ZECCHINELLI (1798-1856)

635Né à Este le 30 juillet 1798, il entre dans la Compagnie de Jésus le 26 septembre 1815. Professeur d’Écriture Sainte, il est successivement nommé consulteur des congrégations des Rites (3 décembre 1820), de l’Index (20 mai 1822) et des Indulgences (20 mai 1839). Promu également théologue de la Pénitencerie apostolique (23 janvier 1829), il reçoit pour cette dernière charge un coadjuteur en la personne de son confrère Cornelius Van Everbroek et meurt à Ancône le 14 janvier 1856.

636Sources : SOMMERVOGEL VIII, 1473. Giornale di Roma du 31 janvier 1856, n° 26.

Giuseppe ZUPPANI (1782-1859)

637Né à Belluno le 13 juillet 1782, il entre dans l’ordre camaldule et devient vicaire général (1850) puis abbé général (1858) de son ordre. Il entre au service de la Curie sous le pontificat de Grégoire XVI en qualité de consulteur des congrégations de l’Index (24 juillet 1842), des Évêques et Réguliers (20 mai 1843) et du Saint Office (3 mars 1845). Il est membre de l’Académie de religion catholique (17 août 1843). Il meurt à Rome le 10 juin 1859.

638Sources : PIOLANTI 126. Giornale di Roma du 11 juin 1859, n° 131. Placido LUGANO, L’Italia benedettina, Rome, 1929, p. 302.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540